DIMANCHE 30 MAI – 16H

Le Couronnement de Poppée Opéra de Claudio Monteverdi Livret de Giovanni Francesco Busenello
Version de concert d’après la production du Teatro Real de Madrid Édition : Jonathan Cable (2010)

Acte I
entracte

Acte II Acte III

Les Arts Florissants William Christie, direction, clavecin, orgue, régale Danielle de Niese, Poppea Anna Bonitatibus, Ottavia Philippe Jaroussky, Nerone Max Emanuel Cencic, Ottone Robert Burt, Arnalta Claire Debono, La Fortuna, Pallade, Venere Hanna Bayodi-Hirt, Amore Katherine Watson, La Virtù, Damigella Juan Sancho, Soldato, Consulo, Famigliare Ana Quintans, Drusilla Antonio Abete, Seneca José Lemos, Nutrice, Famigliare Damian Whiteley, Mercurio, Littore, Tribuno, Famigliare Suzana Ograjenšek, Valetto Mathias Vidal, Lucano Andreas Wolf, Liberto, Tribuno David Webb, Soldato, Consulo Jonathan Cohen, assistant à la direction d’orchestre
Ce concert est surtitré. Ce concert est enregistré par France Musique. Fin du concert vers 19h30.

Les Arts Florissants | Le Couronnement de Poppée | Dimanche 30 mai

Argument Prologue

La Fortune, la Vertu, et Amour dans le ciel se disputent leur supériorité, et finalement la prééminence est accordée à l’Amour. Acte I Othon, qui avait été envoyé par Néron en Lusitanie, revient à Rome, et découvre que son amante, Poppée, l’a trahi avec l’empereur. Désespéré de se voir ainsi trompé, il sombre dans les délires et les imprécations. Néron et Poppée apparaissent au petit matin, exhalant leur amour. Poppée est habitée de rêves de grandeur. Elle se voit mise en garde par sa nourrice Arnalta. L’impératrice en titre, Octavie, exprime sa douleur à sa propre nourrice et à Sénèque. Celui-ci met en garde Néron contre les méfaits de l’adultère. Néron entre en furie. Lorsque Poppée lui dit que tout Rome pense qu’il est le jouet de Sénèque, Néron décrète un arrêt de mort contre son ancien précepteur. Othon est définitivement rejeté par Poppée. Il offre son cœur à une autre dame de la cour, Drusilla. Acte II Sénèque, dans sa maison de campagne, apprend qu’il doit se donner la mort. Il console les gens de sa maison, qui tentent de le dissuader de se suicider. Il meurt en vrai stoïcien. (intermède : le Page séduit une demoiselle de la cour.) Octavie ordonne à Othon de supprimer Poppée. Othon promet de le faire, mais ne se sent pas le courage de tuer la femme qu’il aime. Il se travestit avec les vêtements de Drusilla, et parvient ainsi à entrer dans le jardin de Poppée, où celle-ci venait prendre du repos et dormir. Le dieu Amour intervient et empêche cette mort. Acte III Drusilla est arrêtée pour avoir attenté à la vie de Poppée. Othon se dénonce pour la sauver et révèle à Néron le complot d’Octavie. Néron répudie Octavie. L’impératrice est bannie de Rome et fait des adieux déchirants. Arnalta se réjouit d’être devenue l’une des plus grandes dames de Rome. Néron épouse Poppée et la fait couronner par les tribuns et les consuls. L’œuvre s’achève par un ultime duo d’amour.

2

« les seules vraies années heureuses de sa vie ». selon ses propres mots. encore insaisissable. en revanche. Benedetto Ferrari. ou ces interpolations furent-elles réalisées après sa mort ? Sans doute la réponse à cette question ne sera-t-elle jamais connue. de la seule partie de basse.DIMANCHE 30 maI Les trois opéras aujourd’hui connus de Claudio Monteverdi (Crémone. Alors commencèrent. parfois raturées. L’incoronazione di Poppea. Les deux partitions manuscrites sont incomplètes. Monteverdi avait quitté la cour ducale de Mantoue. plus esthétique que chronologique. mais également. 1643) sont unanimement célébrés comme les chefs-d’œuvre fondateurs du répertoire lyrique occidental. En 1612. Ces œuvres sont séparées par un véritable abîme. L’œuvre aurait été reprise à Venise en 1646 et fut représentée à Naples en 1651 par la compagnie itinérante des Febiarmonici. Le nozze d’Enea con Lavinia (Santi Giovanni e Paolo. 1567-Venise. la charge de maître de chapelle de la basilique San Marco de Venise. pour les premiers théâtres lyriques publics et payants. se détourne du recitar cantando de son Orfeo pour adopter le cantar recitando des auteurs 3 . En effet. Francesco Sacrati et Filiberto Laurenzi. 1640-1641). luths…) formant le groupe de continuo. Il compose non seulement pour l’église et l’aristocratie patricienne de la cité. sous les parties de chant. L’orchestre complet (avec les obbligati ou « dessus ». Ils sont pourtant extraordinairement dissemblables. 1640). Il est aujourd’hui admis que ces deux partitions ont été copiées après la mort de Monteverdi (peut-être lors de représentations de 1646 et 1651) à partir d’une même source désormais perdue. Il avait obtenu. à partir de l’ouverture du Teatro San Cassiano en 1637. conservées l’une à Venise et l’autre à Naples. harpe. en l’occurence des violons) apparaît occasionnellement pour énoncer de brèves ritournelles ou de rares accompagnements. La musique de Poppea nous est ainsi parvenue dans deux sources manuscrites en partie divergentes. L’Incoronazione di Poppea serait le quatrième de cette série d’opéras destinés au public « moderne ». Ces copies tardives révèlent l’intervention de plusieurs compositeurs contemporains : Pier Francesco Cavalli. Une interrogation subsiste : Monteverdi s’est-il entouré de collaborateurs dès la genèse de son opéra (à la manière d’un artiste travaillant en atelier). Dans ces institutions d’un nouveau genre. dans Poppea. celle de la basse continue. souvent emplies de fautes de copie et de mentions de transpositions. est une œuvre énigmatique et. abondamment documenté et relativement aisé à appréhender. et le huitième de sa carrière. Et si L’Orfeo est un monument « définitif ». Il ritorno d’Ulisse in patria (Santi Giovanni e Paolo ?. Monteverdi. un an plus tard. Sa date de création au Teatro San Giovanni e Paolo n’est pas précisément connue. Elle semble remonter à la fin de l’année 1642. qu’une seule et unique portée. on peut déduire un accompagnement improvisé par les instruments polyphoniques (claviers. où il était écrasé de travail et mal payé. Monteverdi fait successivement représenter L’Arianna (créée à Mantoue en 1608 et reprise au Teatro San Mosè en 1639-1640). plus de trois décennies se sont écoulées entre La favola d’Orfeo. d’une certaine manière. somptueux spectacle de cour créé à Mantoue en 1607. et les deux drammi per musica composés pour les théâtres de Venise : Ulisse et Poppea. Il s’agit là d’une sorte de « sténographie musicale » où. Elles adoptent une notation a minima : on ne trouve indiquée.

Ces sujets. honnie par la Rome papale. Le librettiste. excentricités harmoniques et autres effets rhétoriques inédits : en témoignent. Mais leur égale profondeur expressive. décimée par la peste de 1630. qui amorce alors une irrémédiable décadence politique. s’y adonne aux délices « baroques » du capriccio bizarro : il mêle diverses intrigues politiques et amoureuses. Giovanni Francesco Busenello. économique et artistique. séduisantes et facilement mémorisables. chromatismes. multipliant dissonances. la scène de la mort de Sénèque. leur prodigieuse invention musicale et dramatique. qui n’est sans rapport avec les affres de la Sérénissime République. Il multiplie dans les scènes et les monologues de courtes sections d’arie. ces styles musicaux et ces idéologies paraissent si opposés que l’on a pu douter de l’attribution de ces chefs-d’œuvre à un seul et même auteur. à un regard désabusé sur l’Histoire dénonçant l’amoralité triomphante.modernes vénitiens. au réalisme cynique. entre autres. les poignants lamenti d’Octavie. fusionne la tragédie sanglante et la comédie satirique en une action unique et resserrée. les monologues de la nourrice Arnalta. cynique et désenchantée. qui s’avèrent parmi les plus hardies de toute son œuvre. Il distille surtout une moralité ambiguë. Il livre également quelques-unes de ses pages les plus émouvantes. oppose les sentiments vils et sublimes. Denis Morrier 4 . et surtout leur indéfectible « humanité » forment la plus éclatante signature de celui que ses contemporains avaient surnommé l’Oracolo della Musica : l’Oracle de la Musique. les duos de Néron et Poppée… Le livret de Poppea est l’un des plus remarquables du XVIIe siècle. dans Poppea. La mythologie spiritualisée d’Orfeo a fait place.

filmé pour un DVD par EMI. Vienne. elle interprète Don Giovanni (La Scala. à la fois avec sa première Susanna dans Les Noces de Figaro et en Despina. Le Barbier de Séville (Florence et Parme). le Cleveland Orchestra. Elle incarne aussi Lauretta dans Gianni Schicchi pour le Los Angeles Opera. Alors qu’elle est encore en première année à la Mannes School of Music. Théâtre des Champs-Élysées). elle fait également ses débuts italiens dans Orfeo ed Euridice de Gluck au Teatro San Carlo de Naples. elle devient. le National Symphony et le San Francisco Symphony. combinés à sa jeunesse et à sa présence physique. et l’invite ensuite à chanter le rôle-titre dans L’Enfant et les Sortilèges de Ravel. Bryn Terfel et Cecilia Bartoli. puis fait un retour au Metropolitan Opera en Cléopâtre pour des représentations de Giulio Cesare. Alors qu’elle suit le programme de formation « Lindemann Young Artist » du Metropolitan Opera. Après une formation en danse et en piano ainsi qu’en musique à la célèbre Colburn School de Los Angeles. récemment couronnée par la signature d’un contrat d’enregistrement exclusif avec Decca. l’ont conduite au seuil d’une carrière spectaculaire. Au début de 2007. Par la suite. Anna Bonitatibus a fait ses débuts au Théâtre Philharmonique de Vérone dans le Tamerlano de Vivaldi. et remporte à ce titre un Emmy Award. et pourtant extraordinairement émouvant ». qui lui valurent une véritable renommée internationale. et aux Pays-Bas avec une œuvre contemporaine de Robin de Raaff. et son « jeu hautement comique. Le Comte Ory. elle participe aux programmes d’été de Tanglewood. elle a ajouté à son large répertoire baroque de nombreux ouvrages de Rossini tels que La Cenerentola (Lyon. outre des concerts avec le MET Chamber Ensemble. Les Noces de Figaro (Munich. à 18 ans. où elle revient au printemps 2006 en Despina dans Così fan tutte. et reviendra à Amsterdam dans la production du Couronnement de Poppée de Pierre Audi ainsi qu’à Glyndebourne. James Levine est au pupitre. et des débuts avec la Compagnie Nationale d’Opéra du Canada dans le rôle-titre de Rodelinda de Haendel sous la direction de Harry Bicket. et donne des concerts avec le New York Philharmonic. Dresde. Le Voyage à Reims. Née en Australie de parents d’ascendance sri lankaise et néerlandaise. Turin). Après des apparitions avec le Chicago Opera Theater en Poppea et en Tytania (A Midsummer Night’s Dream de Britten). où elle sera à l’affiche d’une production dirigée par Emmanuelle Haïm. mise en scène par Pierre Audi . elle fera ses débuts à la fois au Lyric Opera de Chicago et au Théâtre de La Monnaie de Bruxelles en Cléopâtre. Zurich). Così fan tutte et La Clémence de Titus à Amsterdam. Mais c’est son interprétation de Cléopâtre dans une production de Giulio Cesare de Haendel mise en scène par David McVicar et dirigée par William Christie. En 2007-2008. d’Aspen et de Marlboro avant de s’installer à New York en 1997. lauréate de plusieurs concours internationaux. dans une nouvelle mise en scène des Noces de Figaro de Jonathan Miller avec Renée Fleming. elle fait ses débuts à l’Opéra des Pays-Bas et à l’Opéra de Paris (avec David Daniels) dans le rôle de Cléopâtre sous la direction de Marc Minkowski. Bologne. Son répertoire comprend également des œuvres telles que Norma 5 . au Festival Saito Kinen et à l’Opéra de Paris. Sa voix « de soprano douce et rayonnante ». elle revient à Paris. Anna Bonitatibus Diplômée en chant et en piano. la plus jeune artiste à jamais entrer au Metropolitan Opera Studio. Le rôle de Poppea dans l’opéra éponyme de Monteverdi lui permet de chanter pour la première fois à Zurich – sous la direction du légendaire Nikolaus Harnoncourt – et de collaborer avec l’Opéra de Lyon. Moscou. Peu de temps après. la Messe en ut à Salzbourg et le Requiem à Sainte-Cécile de Rome. En tant que mezzo-soprano mozartienne. Paris. Nannetta dans Falstaff pour le Santa Fe Opera. Munich. en Ginevra dans Ariodante de Haendel (dans une production qui sera également donnée au Theater an der Wien). pour ses débuts au Festival de Glyndebourne en 2005.DIMANCHE 30 maI Danielle de Niese La carrière de la soprano Danielle de Niese a commencé avec des débuts lyriques précoces à l’Opéra des Pays-Bas. La soprano américaine d’origine australienne captive le public depuis son enfance : elle participe régulièrement à une émission hebdomadaire de la télévision locale de Los Angeles qui présente des artistes adolescents. Danielle de Niese a grandi à Los Angeles. cette fois au Théâtre des Champs-Élysées. Elle poursuit à Paris avec Les Indes galantes de Rameau sous la baguette de William Christie. la Petite Messe solennelle (Milan) et le Stabat Mater (Rossini Opera Festival de Pesaro). elle fait ses débuts dans ce théâtre à l’âge de 19 ans dans le rôle de Barbarina. « sa musicalité phénoménale ». Danielle de Niese triomphe personnellement à l’Opéra des Pays-Bas à l’automne 2006.

L’Arpeggiata. le contreténor Philippe Jaroussky a déjà conquis une place prééminente dans le paysage musical international. Par ailleurs. sous la direction d’Alan Curtis. opéra de Suzanne Giraud sur un livret de Dominique Fernandez. Lucrezia Borgia (Bilbao). L’Ercole amante à Amsterdam et Les Noces de Figaro au Théâtre des Champs-Élysées. Le domaine contemporain prend une place croissante dans son répertoire. Bruno Campanella. En 2012. accompagné du pianiste Jérôme Ducros. 6 . entre autres. Ottavio Dantone. Marc Minkowski.(Naples). de Berlioz à Prokofiev. Philippe Jaroussky a investi un répertoire extrêmement large dans le domaine baroque. Le Concert d’Astrée. les prestigieux prix Echo Klassik en Allemagne. Giulio Cesare de Haendel au Théâtre Royal de La Monnaie à Bruxelles et au Nederlandse Opera d’Amsterdam. I Capuleti e i Montecchi (Genève. Il a très récemment abordé la période préclassique avec l’œuvre de Johann Christian Bach en compagnie du Cercle de l’Harmonie. Le Cercle de l’Harmonie. avec l’Orchestre National de Lyon dirigé par Thierry Fischer (reprise en 2010 avec l’Orchestre de Paris sous la direction de Christoph Eschenbach). elle a enregistré son premier album en soliste pour Sony. Luca Ronconi et Emilio Sagi. Le lettere amorose de Scarlatti (Virgin). elle a interprété. Myung-Whun Chung. pour Oehms Classics). Philippe Jaroussky a été sollicité par les meilleures formations baroques actuelles telles que le Concerto Köln. Elle se produit très fréquemment en concert. Les Musiciens du LouvreGrenoble. Moscou). dans plusieurs prestigieuses maisons d’opéra européennes. Marc Minkowski. Tenerife). Europa Galante. Emmanuelle Haïm. Philippe Jaroussky Âgé d’un peu plus de 30 ans. Marcello Viotti. Alan Curtis. Le Couronnement de Poppée au Theater an der Wien et au Teatro Real de Madrid. La Vergine dei dolori de Scarlatti à Salzbourg (avec Riccardo Muti). un disque Gluck (Amadeus). sous la direction de Jean-Christophe Spinosi. René Jacobs. et avec les metteurs en scène Daniele Abbado. Sances ou Rossi jusqu’à la virtuosité étourdissante de Haendel et Vivaldi. Mario Monicelli. Avec une maîtrise technique qui lui permet les nuances les plus audacieuses et les pyrotechnies les plus périlleuses. L’Enfant et les Sortilèges (Vérone) et Ariane à Naxos (Las Palmas). avec la création d’un cycle de mélodies composées par Marc-André Dalbavie sur des sonnets de Louise Labé. Le Barbier de Séville et Les Noces de Figaro à la Staatsoper de Vienne et le Stabat Mater de Rossini à Anvers. Elle a enregistré Griselda et Beatus vir de Vivaldi ainsi que Falstaff de Verdi (Naxos). Jordi Savall. Jeffrey Tate. L’Italienne à Alger à l’Opéra de Lausanne. entre autres œuvres. Gianandrea Noseda. Christina Pluhar. comme l’ont confirmé les Victoires de la musique (Révélation Artiste lyrique en 2004 puis Artiste lyrique de l’année en 2007) et. récemment. Daniele Callegari. René Jacobs. Les Contes d’Hoffmann (Lyon). ainsi que Davidde penitente de Mozart (enregistrement en direct au Festival de Salzbourg en 2004. l’Ensemble Matheus. le Requiem de Mozart à l’Académie Nationale Sainte-Cécile de Rome (sous la direction de Louis Langrée) et I Capuleti e i Montecchi à Moscou. des raffinements du seicento italien avec des compositeurs tels que Monteverdi. Elle a travaillé sous la direction des chefs tels qu’Ivor Bolton. Orlando de Haendel et Les Noces de Figaro au Royal Opera House de Covent Garden à Londres. Tamerlano et Deidamia de Haendel. où son répertoire s’étend de Monteverdi à Pergolèse. et la Petite Messe solennelle au Rossini Opera Festival de Pesaro. de Haendel à Beethoven. Riccardo Muti. Les Arts Florissants. Jérémie Rhorer. Louis Langrée. Orphée et Eurydice (Munich. la Petite Messe solennelle de Rossini au Théâtre des Champs-Élysées. le Requiem de Haydn. Così fan tutte et La Clémence de Titus à l’Opernhaus de Zurich. Adelia de Donizetti. La saison 2008-2009 l’a amenée à se produire dans Le Barbier de Séville à Baden-Baden. Il trionfo del tempo e del disinganno au Teatro Real de Madrid. ce dernier étant sans doute le compositeur qu’il a le plus fréquemment servi ces dernières années. dans les plus grandes salles d’Europe et lors d’une vaste tournée au Japon. Australian Brandenburg Orchestra ou I Barrocchisti. William Christie. Ses prochains engagements comprennent. intégralement consacré à Haydn. Lorin Maazel. Elle a ouvert la saison 20092010 en débutant avec succès dans le rôle d’Isabella (L’Italienne à Alger) à l’Opéra de Cologne. Philippe Jaroussky a aussi exploré les mélodies françaises. Elle a également débuté avec succès dans le rôle de Charlotte dans Werther à Jesi. Charles Mackerras. Très récemment. il créera le rôle titre de Caravaggio. lors de la cérémonie 2008 à Munich (Chanteur de l’année) puis celle de 2009 à Dresde (avec L’Arpeggiata). Alberto Zedda. Agrippina et Così fan tutte à l’Opernhaus de Zurich. Le Barbier de Séville et Les Noces de Figaro à la Bayerische Staatsoper de Munich.

impressionnante. des relations très l’enthousiasme unanime tant du public étroites avec Virgin Classics. pour lequel il a signé des formation vocale en tant que chanteur disques qui ont tous reçu de nombreuses enfant et se produit pour la première fois distinctions. Festival de Zermatt et Festival de Verbier en Suisse . Concertgebouw d’Amsterdam . etc. toujours pour Virgin Classics. etc. avec L’Arpeggiata. En 2001. a rencontré le même succès. Staatsoper et Philharmonie de Berlin . Il reçoit sa exclusif. un Timbre de platine d’Opéra international. Jean-Christophe Spinosi et de l’Ensemble Max Emanuel Cencic est devenu l’un des Matheus. Andrea Marcon. à la Staatsoper de Bavière le rôle-titre dans Tamerlano de Haendel (mars 2009) et à la Semperoper de Dresde Tolomeo dans Giulio Cesare 7 . Monde de la musique. il fait partie des Petits Matheus – Disque d’or en 2007. disque qui lui a valu d’excellentes critiques. l’Association Iris qui représente les patients À la tête d’une discographie déjà atteints de déficits immunitaires primitifs. La Flûte enchantée (enregistrement CD en 1991 chez Decca sous la direction de Georg Solti. Peu après sa sortie. disques récitals. Max Emanuel Cencic change de tessiture et chante alors comme contre-ténor. Lincoln Center de New York…). Grand Théâtre du Luxembourg . lors de ses représentations. Le dernier disque de Philippe Jaroussky. Philippe Jaroussky a été acclamé dans les festivals et salles les plus prestigieuses aussi bien en France (théâtres des Champs-Élysées et du Châtelet. Il participe également à maintes productions opératiques : citons. Demofoonte de Jommelli (Adrasto) à Schwetzingen et Crémone et Serse de Haendel à Copenhague (1996). il a fondé l’Ensemble Artaserse. (airs d’opéras de Vivaldi) avec l’Ensemble De 1987 à 1992. Depuis plusieurs années. consacré à Johann Christian Bach avec Le Cercle de l’Harmonie dirigé par Jérémie Rhorer. Max Emanuel Cencic se produit comme sopraniste dans de nombreux récitals de mélodies au Japon. prix Porin (Croatie). ainsi qu’à la Staatsoper de Vienne sous la direction de Nikolaus Harnoncourt). Orfeo de Gluck (Amor) au Konzerthaus de Vienne (1995) et à Drottningholm (1996). Signalons l’album Heroes devant un public dès l’âge de 6 ans. s’est immédiatement placé en tête des ventes classiques de la Fnac et a remporté les Echo Klassik 2009 à Dresde. Philharmonie de Cologne . Le CD Hommage à Carestini a été élu Disque de l’année aux Victoires de la musique 2008 et au Midem Classical Awards en 2009 et a reçu le 10 de Classica-Répertoire ainsi que le Timbre de diamant d’Opéra magazine. Chanteurs de Vienne. il montre de nouveau dans le rôle-titre son excellente qualité d’interprète des œuvres de Haendel. a déjà reçu le Diapason d’or et le Recommandé de Classica. Fabio Biondi.DIMANCHE 30 maI Jean-Claude Malgoire. Arsenal de Metz. disponible dans le commerce depuis mars 2009). son label que des connaisseurs. Opéra de Lausanne. et lui a permis d’obtenir de nombreux prix : Télérama. avec le pianiste Jérôme Ducros. Paul Dyer. Son année 2009 est marquée par trois débuts dans des opéras importants : au Théâtre de La Monnaie à Bruxelles. le disque Teatro d’Amor consacré à Monteverdi. En 2002. Philippe Jaroussky est le parrain de qui se produit partout en Europe. Salle Pleyel. Philippe Jaroussky a aussi pris une part importante dans Max Emanuel Cencic l’Édition Vivaldi de Naïve aux côtés de Au cours des dernières années. Max Emanuel Cencic interprète Satirino et la Deuxième Furie dans la célèbre mise en scène d’Herbert Wernicke de La Calisto (février-mars 2009). Début 2009. sorti début novembre 2009. Jusqu’en 1997. Teatro Real de Madrid ou Festival de Saint-Jacques-de-Compostelle en Espagne . meilleurs contre-ténors de notre époque Philippe Jaroussky entretient. avec le Freiburger Barockorchester. De nouvelles collaborations sont à venir très prochainement. Diego Fasolis. EMI-Virgin Classics a publié son disque récital consacré aux airs d’opéra de Gioacchino Rossini. Avec son nouveau CD Faramondo (EMI/ Virgin Classics. Théâtre de Caen…) qu’à l’étranger (Barbican Center et South Bank Center à Londres . opéras de Lyon. le CD a été distingué par un Diapason découverte et un Diapason d’or. Anima Eterna ou encore le Venice Baroque Orchestra. un 10 une carrière de soliste qui le conduit à de Classica-Répertoire. Orfeo d’or. Le disque Opium. Il a effectué une participation très remarquée au disque Lamenti avec Le Concert d’Astrée. pour ses et suscite. consacré à la mélodie française. un Gramophone Award. récompensé par ces mêmes Victoires de la musique en 2009. entre autres. et entame ensuite récompensé par un Diapason d’or. Salle Gaveau à Paris . Montpellier et Nancy. À la fin de l’année 2007. en Amérique et en Europe. un Choc du élaborer une technique vocale particulière et à chanter dans une tessiture de soprano. Palais des Beaux-Arts et Théâtre de La Monnaie à Bruxelles . Estoril. Konzerthaus de Vienne et Festival de Salzbourg en Autriche .

Max Emanuel Cencic collabore régulièrement avec des chefs d’orchestre aussi illustres que William Christie. The Vivaldi Album (2004). Des récitals en solo l’ont emmené. au Festival sollicité par les salles de concert Quartetto Milano. Le DVD a paru au printemps 2008 chez EMI/Virgin Classics. Andrea Marcon. Au printemps 2010. Günter Neuhold. Festival de Froville. Parmi les étapes importantes radio). entre autres. Rodrigo). Max Emanuel Cencic a interprété Ottone à l’Opéra de Bordeaux sous la direction de Rinaldo Alessandrini (juin 2009). à Lisbonne. Festival de SaintDizier. au château de Sanssouci à Poppée de Monteverdi sous la direction Potsdam. à Paris (Salle Gaveau internationales et s’est produit. Cologne (Salle de la à Toulouse. sa carrière l’a mené dans des opéras et des salles de concert du monde entier. au de la carrière de Max Emanuel Cencic Musikverein de Vienne. à Brême et Turin (Ruggiero. Konrad Junghänel. Son CD Cantata d’amore de Scarlatti (Capriccio. Robert Burt Né à Londres. au Grand Théâtre de Luxembourg et à l’Opéra National de Lorraine. au Teatro Carlo Felice de Gênes (Tolomeo. Halle (Festival Haendel). Londres (Barbican Centre). René Jacobs. octobre 2009). La fida ninfa). enregistrant le rôle en DVD et se produisant en concert à la Brooklyn Academy of Music de New York dans une production d’Adrian Noble sous la 8 . au Festival de Ludwigsburg. Festival d’Uzès. où il a effectué sa prise de rôle en Sesto et chanté le Prince Orlofsky dans La Chauve-Souris de de Conrad Junghänel. au Lincoln Center à New York. entre autres. au Théâtre de Caen. Depuis. son incarnation Baden-Baden. Max Emanuel Cencic a notamment chanté au Théâtre des Champs-Élysées à Paris. Diego Fasolis. C’est avec le rôle de Perseo dans la Serenata « Andromeda liberata » de Vivaldi redécouverte que Max Emanuel Cencic fait ses débuts au Carnegie Hall de New York en 2005. Christopher à Toulouse (Ottone dans Le Couronnement Moulds. entre et Palais Garnier) et à la Halle aux Grains autres. La presse spécialisée japonaise élit Andromeda liberata meilleur concert de l’année 2005 au Japon. De nombreux récitals en solo et récitals de chant. Les récitals de Max Emanuel Cencic remportent un franc succès auprès des amateurs de musique et des critiques. Robert Burt a étudié à la Guildhall School of Music and Drama dont il a été diplômé en 1989. Opéra Garnier de Paris et à Tokyo. Avec des rôles de Vivaldi et Haendel Max Emanuel Cencic s’est produit. Avignon. au Barbican Hall à Londres. Festspielhaus de figurent. il a remporté un énorme succès tant auprès du public que de la presse. Salle Gaveau (Paris). Crémone. qui lui valut d’être nommé révélation vocale de l’année 2003 par la revue Opernwelt. sous la direction de William Christie. au Grand Théâtre de Genève (mars 2009). au Festival de Saint-Riquier. entre autres. Max Emanuel Cencic s’est également produit à l’Opéra de Lausanne. On l’a entendu dans le rôle de Sancio dans Fernando de Haendel à Lisbonne. Depuis 2007 Max Emanuel Cencic enregistre chez EMI/Virgin Classics. Avec ce dernier il a participé à une tournée européenne. Milan. Christophe Rousset. Alan Curtis. Durant la saison 2007-2008. au Théâtre des Champs-Élysées à Paris (Faramondo. Orlando furioso). entres autres. avec I Barocchisti sous la direction de Diego Fasolis. à l’Opéra Nomori à Tokyo (avril 2009). L’artiste est très de Poppée). L’œuvre a été enregistrée par Deutsche Grammophon. l’artiste a fait ses débuts à la Staatsoper de Vienne et au Teatro Real de Madrid. à la Frauenkirche de de Néron dans Le Couronnement de Dresde. au Théâtre des Champs-Élysées (Fernando. Le rôle avec lequel on l’associe tout particulièrement est celui d’Iro dans Le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi qu’il a interprété au Chicago Opera Theater‚ à l’Opera North de Leeds‚ à la Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf‚ à l’Opéra de Genève‚ au Teatro Real de Madrid ainsi qu’au Festival d’Aix-en-Provence. Giulio Cesare. au Scottish National Opera (Tamerlano).(décembre 2009). 2007). Festival de Beaune. Amsterdam (Concertgebouw). Festival de Saint-Denis. à Wiesbaden. à Saint-Gall et au Festival des Deux-Mondes fondé par Gian Carlo Menotti à Spolète. au Festival Baroque de Bayreuth (Osmino. Rinaldo Alessandrini et JeanChristophe Spinosi. Eisenstadt (Festival Haydn). SaintJacques-de-Compostelle. à l’Opéra allemand du Rhin. Eduardo López Johann Strauss et au Théâtre du Capitole Banzo. Dans le rôle de la Sposa dans la redécouverte de l’opéra de Landi Il sant’Alessio. L’enregistrement de Fernando est paru en 2007 chez EMI-Virgin Classics. au Theater an der Wien (janvier 2009). à la Laeiszhalle de Hambourg et au Grand Théâtre d’Avignon ont complété sa saison. Ottavio Dantone. 2003) a reçu le « Recommandé » de Classica. Viterbe. les Cantates de Caldara (2005) et un double CD/DVD avec cantates et basse continue de Domenico Scarlatti (2006) sont parus chez Capriccio. Essen (Philharmonie).

il a interprété le rôle de Bragherona dans L’opera seria de Gassmann au Nationale Reisopera d’Enschede où il est retourné pour chanter Bob Boles dans Peter Grimes de Britten. dont trois fois dans des œuvres de Cavalli : Flerida dans L’Erismena avec l’Opera Theatre Company en Irlande‚ Atrea dans Pompeo Magno au Festival Baroque de Varazdin en Croatie et. on a pu l’entendre dans les rôles du roi Bobèche dans Barbe-Bleue d’Offenbach à Grange Park‚ de Snout dans A Midsummer Night’s Dream de Britten pour l’English National Opera de Londres‚ de l’Incroyable dans Andrea Chénier de Giordano. ainsi qu’avec Le Concert Spirituel d’Hervé Niquet au cours d’une tournée Mozart en Europe. Goro dans Madame Butterfly de Puccini avec le Royal Liverpool Philharmonic Orchestra associé au Mid Wales Opera. Despine dans Così fan tutte (Opéra de Lyon). Ayant été membre du National Theatre Ensemble de Trevor Nunn en 1999-2000 et ayant achevé trois saisons d’hiver à la Royal Shakespeare Company. plus récemment. Toujours sous la baguette de William Christie. Parmi ses autres rôles à l’opéra. elle s’est produite en tournée avec Le Jardin des Voix de William Christie en Europe et à New York. Plus récemment.DIMANCHE 30 maI direction de William Christie. le Maître de danse et Scaramuccio dans Ariane à Naxos de Strauss à l’English Touring Opera de Londres et à Broomhill dans une production de Jonathan Miller. au Maroc et en Turquie avec des représentations au Théâtre du Châtelet et au Barbican Centre de Londres. À plusieurs reprises. Avec ce dernier il a également interprété le rôle du Dancaïre dans Carmen de Bizet et celui du Remendado dans le même opéra au Festival des Bermudes. il est retourné à Stratford en 2007 pour le Shakespeare Festival dans Merry Wives‚ the Musical (adaptation des Joyeuses Commères de Windsor) dans le rôle de l’Hôte de la Jarretière‚ tout en étant la doublure de Simon Callow dans le rôle de Falstaff. de Fiorello dans Le Barbier de Séville de Rossini et d’Hadji dans Lakmé de Delibes à l’Opera Holland Park de Londres. ainsi qu’Esmeralda dans La Fiancée vendue de Smetana (remplacement au Festival de Glyndebourne). au Théâtre des Champs-Élysées. où elle a suivi l’enseignement de Laura Sarti. Robert Burt a également travaillé en tant qu’acteur. D’autres représentations avec les rôles de Mopsa et de Flute dans The Fairy Queen de Purcell sont programmées à l’Opéra Comique de Paris‚ à Caen ainsi qu’à la Brooklyn Academy of Music de New York avec William Christie et Les Arts Florissants. il a chanté dans Il Tito de Cesti à l’Opéra National du Rhin et dans The Fairy Queen de Purcell au Festival de Glyndebourne en 2009. Robert Burt a interprété des rôles féminins. Unzellman dans The Maltese Cross de Camilleri (Église Saint-Germain à Paris). En concert. Claire Debono a reçu le diplôme MMus de la Guildhall School of Music and Drama de Londres. Une version filmée des représentations de la production de Jonathan Kent au Festival de Glyndebourne sortira en DVD ainsi qu’au cinéma en 2010. On a pu également 9 . œuvre qui sera reprise à Palerme en Sicile en 2010. a Cathedral Opera de Stephen Barlow (dans le rôle d’Henry II) à la cathédrale de Canterbury. Claire Debono Soprano originaire de Malte. Citons également Anne Trulove dans The Rake’s Progress de Stravinski (Théâtre de La Monnaie de Bruxelles). au Festival de Peralada et au Teatro Filarmonico de Vérone). Ses productions récentes incluent également les premières mondiales de Family Matters au Tête à Tête Opera de Londres et de King. Zerline dans une version de concert de Don Giovanni (pour le Théâtre de La Monnaie lors de leur tournée au Japon) et Barberine dans Les Noces de Figaro (English National Opera et Opéra de Lyon). avec des représentations au Lincoln Center de New York. ainsi que de Ximenez dans Der Kuhhandel de Kurt Weill dans la production de David Pountney à l’Opera North. Delfa dans Giasone au Festival d’Iford avec l’Early Opera Company. Durant ces dernières années. Il combattimento di Tancredi e Clorinda et Amore dans Il ballo delle ingrate de Monteverdi (projet Monteverdi de la Birmingham Opera Company). Ses rôles récents à l’opéra comprennent de nombreux rôles mozartiens : Ilia dans Idoménée avec Les Arts Florissants (en tournée en Europe et à New York. Kevin dans une première mondiale de Blanche-Neige de Micha Hamel et la Reine d’Angleterre dans une autre première mondiale d’Hôtel de Pékin de Willem Jeths. Ses projets incluent le rôle d’Arnalta dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi à Madrid‚ l’Évangéliste dans une version scénique de la Passion selon Saint Jean de Bach ainsi qu’une reprise de L’opera seria au Nationale Reisopera d’Enschede. interprétant le rôle du père Noël dans leur adaptation de The Lion‚ the Witch and the Wardrobe. on peut citer Monostatos dans La Flûte enchantée de Mozart à l’Opera 80 de Londres et le 1er Homme d’armes dans le même opéra à Parme‚ Ferrare et au Queen Elizabeth Hall de Londres avec John Eliot Gardiner. En plus de cela.

ainsi que dans d’autres lieux en Europe et aux États-Unis.Élysées et une tournée américaine d’un programme de musique sacrée de Purcell avec Les Arts Florissants. le Théâtre du obtenu le diplôme en 2002. dans une participation au programme In Tune pour la BBC Radio 3 ainsi qu’en concert à St. et elle a chanté Nérine dans Les Paladins de Rameau au sein de la production très Dans Didon et Énée elle a interprété Belinda avec Stephen Stubbs. Parmi ses engagements à venir. le rôle-titre de La Giuditta de Scarlatti avec Martin Gester. En 2003 elle Châtelet. James’s Church Piccadilly de Londres avec le duo chant-guitare ¡Canto vivo!. et enfin dans Cantatrix Sopranica de Unsuk Chin pour le Festival Settembre Musica (Milan et Turin) avec le London Sinfonietta. Elle a également étudié l’histoire et la littérature anglosaxonnes au Trinity College de Cambridge. et le rôle d’Esther dans l’oratorio du même nom de Lidarti sous la direction de Avner Itai. et en plus de son activité soliste elle a chanté avec le Charpentier Consort. a remporté le Concours International la Salle Pleyel. The Fairy Queen de Purcell avec Le Concert d’Astrée et Emmanuelle Haïm. à la Cité de la musique.l’entendre dans un programme de motets de Charpentier et de Lully à Ambronay ainsi qu’à la Chapelle Royale de Versailles avec Les Arts Florissants. les Cambridge Clerkes et le Cambridge University Baroque Ensemble. dont elle a la Cité de la musique. 10 . Ses rôles à l’opéra incluent Phani dans Les Indes galantes de Rameau. Depuis. Musique (CNSM) de Paris. et la Deuxième Femme et la Première Sorcière avec le Ricercar Consort de Philippe Pierlot durant les Folles Journées de Bilbao. interprétant la Nymphe dans une nouvelle production de L’Orfeo de Monteverdi. la Maison de Radio France. d’Oratorio de Clermont-Ferrand. et le Te Deum de Charpentier. En mai 2008 elle a fait ses débuts au Teatro Real de Madrid. Elle a Opera à Amsterdam. on peut citer le rôle de Gianetta dans L’Élixir d’amour de Donizetti à l’Opéra de Lille. Durant la saison 2008-2009. Armide de Lully au Théâtre des Champs. Katherine Watson La soprano Katherine Watson a obtenu en 2008 le diplôme de la Cambridge University où elle était « Choral Scholar » au Trinity College avec Richard Marlow et Stephen Layton. sous la direction de William Christie et dans une mise en scène de Pier Luigi Pizzi. et Anna Maurrant dans Street Scene de applaudie du duo Montalvo-Hervieu au Festival d’Athènes en juillet 2006 ainsi qu’au Bunkamura Orchard Hall de Tokyo en novembre de la même année. l’Opéra 2003 qu’elle a fait ses débuts sur scène de Montpellier et l’Arsenal de Metz. elle a chanté le rôle de Barberine dans Les Noces de Figaro de Mozart à l’Opéra de Lille dans une nouvelle production dirigée par Emmanuelle Haïm et mise en scène par Jean-Francois Sivadier. et les rôles de Melanto et Fortuna dans Le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi au Teatro Real de Madrid. lors de récitals en France et en Corse pour le Festival d’Aix-en-Provence. Donna Elvira dans Don Giovanni de Mozart. En octobre 2009 Hanna Bayodi-Hirt elle a chanté l’une des sorcières dans Hanna Bayodi-Hirt est une jeune soprano Didon et Énée de Purcell au Nederlandse franco-marocaine résidant à Turin. à l’Auditorio Nacional de Música de Madrid. Sa discographie comprend des enregistrements avec Le Jardin des Voix (EMI/Virgin Classics) et Harmonia Sacra (EMI/Virgin Classics). Par ailleurs. Ses engagements à venir comprennent Minerva et Amore dans Le Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi au Teatro Real de Madrid. et au printemps 2009 elle s’est produite avec Les Arts Florissants sous la direction de William Christie au Barbican Centre de Londres. Iole dans Hercules de Haendel au Barbican Centre de Londres aux côtés de Joyce DiDonato et William Shimmel. pour un concert à l’ambassade de Malte. au Alice Tully Hall de New York. elle a enregistrement pour le label Glossa). Elle a chanté le Stabat Mater de Boccherini et les Neun deutsche Arien de Haendel avec Patrick Cohën-Akenine. En 2008 elle a intégré Le Jardin des Voix. le Théâtre des Champs-Élysées. C’est en l’Auditorium de l’Opéra de Lyon. travaillé régulièrement avec William Christie Virginie dans Paul et Virginie de Lesueur. Lauretta dans Gianni Schicchi de Puccini. Sous dans Les Boréades de Rameau sous la la direction d’Hervé Niquet elle a chanté direction de William Christie au Théâtre Cupidon et Vénus dans King Arthur de de Caen ainsi qu’à la Brooklyn Academy Purcell (rôles qu’elle reprend dans un of Music de New York. Elle a interprété Le Pâtre sur le rocher de Schubert avec le clarinettiste Wenzel Fuchs au Kammermusiksaal de la Philharmonie de Berlin. Hanna étudié la littérature française et les Bayodi-Hirt s’est produite lors de lettres classiques avant d’entrer au nombreux concerts dans des lieux Conservatoire National Supérieur de comme le Concertgebouw d’Amsterdam. et ses Arts Florissants : en mars 2006 les Grands Motets de Rameau et de elle a interprété au pied levé le rôle de Desmarest.

et avec qui. à la Fondation Calouste Gulbenkian de Lisbonne et à la Cité de la Ana Quintans musique. Juan Sancho avec José Manuel Araújo. Elle s’est et a étudié en masterclasses avec Jill de de Catalogne avec Lambert Climent. La Fenice de Venise. En 2005-2006 également le Requiem de Fauré avec le l’Orchestre Baroque de Séville. Erica Guimarães. Sarah Walker. Ketil régulièrement produite en récital avec Il travaille également auprès de Montserrat Figueras et Marta Almajano.DIMANCHE 30 maI Kurt Weill. Richard Egarr. au Teatro São Luiz de Lisbonne. ainsi que Chiara Banchini. Salomon de Haendel (dirigé par Stephen Cleobury à la King’s College Chapel). Alvaro Pinto. ainsi que les rôles de la Vertu et de Damigella dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi au Teatro Real de Madrid. elle a Il aborde la musique ancienne. Pietro Rizzo et João Paulo Santos. au Festival d’Ambronay. Il se produit avec des ensembles tels participé à la session d’été pour jeunes que Les Arts Florissants. on peut noter le rôle de la Deuxième Femme dans Didon et Énée de Purcell et celui de Diane dans Actéon de Charpentier avec Les Arts Florissants à New York. Elisabete Matos et Ameral Gunson. à l’Auditorium Stravinski de Montreux. Europa Galante. salles de concerts et festivals : La Scala de Milan. Haugsand. Parmi ses engagements récents et à venir. la jeune soprano portugaise Judicium Salomonis de Charpentier. Cité de la musique de Paris. Ana Quintans a débuté sa formation en le Salve Regina de Pergolèse. Parmi les chefs avec lesquels elle a chanté. Tom Krause. Elle est le Messie de Haendel dans la version Né à Séville en 1982. au Leighton House Museum de Londres. le Stabat chant au Conservatoire de Lisbonne Mater de Scarlatti. le Requiem de Brahms ainsi que ceux de Mozart et de Fauré. au Centro Cultural de Belém de Lisbonne. on compte William Christie. l’Exsultate commence par étudier le piano avec mémoires » avec la compositrice Claire jubilate ainsi que le Requiem de Mozart. En concert. au Teatro Lethes de Faro. De Charpentier. Anvers. Paula Purcell au Landestheater de Bregenz et Leonhardt. dans d’importants théâtres. Award en 2003 puis le Temple Square Classics. Alte Oper de Francfort. récemment interprété le rôle de la fée Sancho a chanté sous la direction de Elle a travaillé avec des directeurs Peaseblossom dans The Fairy Queen de chefs tels que William Christie. Fabio Biondi. elle a interprété en Après avoir terminé des études de tant que soliste le Te Deum et le sculpture. chanteurs Operaplus en Belgique où elle longue offrande avec William Christie et a remporté le Vera Rozsa Scholarship Les Arts Florissants pour EMI/Virgin La Capella Reial de Catalunya. au Festival de Musique Ancienne de Lyon. plus récemment. 11 . ainsi qu’à l’Académie de Musique d’Aix-en-Provence. Juan Sancho diplômée de l’atelier « La musique des Mozart. Il participe en 2007 au Jardin des Voix. Michel Corboz. Il a chanté La virtù dei strali d’Amore de Cavalli sous la direction de Fabio Biondi. Graham Johnson. aux Festwochen de Vienne. Verena Wachter. la Passion selon Saint Jean et la Passion selon saint Matthieu de Bach. la Messe en ut. Ribeiro. Elle a enregistré le Judicium Salomonis (rôle la musique baroque. Elle a également enregistré en soliste A Ceremony of Carols de Britten avec Stephen Layton. Barbican Centre de Londres. les pianistes José Brandão et Hein Boterberg. Juan Studio de l’Opéra des Flandres à Gand. Salle Pleyel. le bel canto et le de la Vera Mater) et le Motet pour une lied. Sa discographie comprend Les Sacqueboutiers de Toulouse et Concert Award en 2004. Il se Sinfonia Varsovia sous la direction de produit régulièrement en récital avec le elle a reçu le diplôme de la Fondation Calouste Gulbenkian et a étudié au Michel Corboz pour le label Mirare. María Floristan. Bruges et Fribourg-en-Brisgau… Il a fait ses débuts au Teatro Real de Madrid dans le rôle du 3e Pâtre (L’Orfeo) sous la direction de William Christie. avec lequel il participe à une tournée européenne des Indes Galantes. Bernard Sobel. Gustav d’opéra tels que Jorge Listopad. au Festival MusicAtlantico des Açores. 93a de Brahms avec le Consortium Choir de Londres. Mercè Obiol. à l’Opéra des Flandres à Anvers et Gand. Cesário Costa. Carlos Wagner. Jordi Savall. le Gloria de Vivaldi. Son répertoire comprend l’Exsultate jubilate de Mozart (à l’Abbaye de Westminster). Elle a pianiste Xoàn Elías Castineira. Ambronay. il chante le rôle d’Anfinomo (Le Retour d’Ulysse dans sa patrie). avant d’aborder l’étude du chant à l’École Supérieure de Musique Renard à la Fondation Calouste Gulbenkian le Requiem de Fauré et la Fantaisie chorale de Beethoven. le Gloria de Poulenc et Spirit of England d’Elgar. Feldman. Frédérique Dussene et Deborah Warner. ainsi que les Sechs Lieder und Romanzen op. Elle s’est produite à l’Opéra de Lyon. au Festival Culturel Européen de Rouen.

Antonio Abete possède Champs-Élysées. dans le domaine du concert et de la Bayerische Staatsoper de Munich. ainsi qu’une tournée autour des cantates virtuoses de Scarlatti avec Brandywine Baroque. l’Opéra également un répertoire très étendu de Lyon. William Christie. avec des critiques très élogieuses de la part du London Times. Alessandro De Marchi. Paris et Amsterdam. Don Alfonso dans Così fan tutte. Bach. les discographie très abondante chez Alia Musikfestwochen de Lucerne. Giovanni Antonini. Sa carrière l’a de Donizetti. le rôle-titre dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi au Stadttheater de Klagenfurt. ainsi qu’une tournée de Didon et Énée. Trevor Pinnock. René Jacobs. à Tokyo et au Carnegie Hall de New York avec Michel Corboz ainsi qu’avec William Christie et Les Arts Florissants. Christophe meilleure voix baroque. Tamerlano. Diego Fasolis. le Barbican Centre de Londres. À sa Maggio Musicale de Florence. Chandos. La Servante maîtresse de Abete a fait ses débuts dans I quattro Pergolèse. Corrado Rovaris. l’oratorio. Ses productions à venir incluent ses débuts au Teatro Real de Madrid en tant que Drusilla dans Le Couronnement de Poppée. la Staatsoper de Berlin. Award 2004 pour Bartolo dans Les Noces de Figaro avec René Jacobs et le Concerto Köln (Harmonia Mundi/DVD Bel Air). le Festival Haendel de s’ajoute L’Orlando finto pazzo de Vivaldi Halle et l’Accademia Nazionale di Santa chez Naïve (récompensé par le Cecilia de Rome. Mozart jusqu’à Madrid. Il a reçu le Rinaldo Alessandrini. Orfeo ed Euridice de Haydn avec Cecilia Bartoli. le Festival Vox. La Monnaie à Bruxelles. Attilio Cremonesi. Galatea e Polifemo. Serse. le rôle-titre de Don Pasquale rusteghi de Wolf-Ferrari. Eduardo López Banzo. Paul McCreesh. le Teatro Real de Haendel. Astrée Auvidis. le Théâtre des Vivaldi. le Grand Stravinski et Honegger. opéras de premier plan tels que ainsi que La Senna festeggiante de l’Opernhaus de Zurich. Konrad Junghänel. Jordi Savall et Franz Welser-Möst. le Monteverdi au Festival de Salzbourg. Agrippina. France. Aci. allant de Monteverdi. Hyperion et Virgin Classics Musik d’Innsbruck. les Festwochen der Alten Mundi. Alan Curtis. le Concertgebouw Maurizio Pollini pour son Projet d’Amsterdam. Masetto et Leporello dans Don Giovanni. Gramophone Award 1999 en tant que Ivor Bolton. Lars Ulrik Mortensen. Ariodante. À l’opéra comme au Gramophone « Editor’s Choice » et « 10 » concert. José Lemos Le contre-ténor brésilien José Lemos est célèbre dans le monde entier pour son talent exceptionnel tant à l’opéra qu’au concert. José Lemos a été lauréat en 2003 du Premier Prix ainsi que du Prix du Public du Concours International de Chant Baroque de Chimay en Belgique. l’Opéra Bastille. Marc Minkowski. en Belgique. Idoménée et Lauréat du concours de l’Associazione Bartolo dans Les Noces de Figaro de Lirica e Concertistica Italiana. Basilio dans Le Barbier de ensuite mené dans des festivals et des Séville et L’Échelle de soie de Rossini. le Liceu de Barcelone. Tokyo et Rome. Il a fait ses débuts européens à l’Opernhaus de Zurich en 2005 dans le rôle de Nireno dans Giulio Cesare de Haendel sous la baguette de Marc Minkowski. avec Les Arts Florissants à New York. où il partagera la scène avec ses collègues Danielle de Niese et Philippe Jaroussky. Son répertoire dans le domaine du baroque et de l’opéra comprend La Calisto de Cavalli. Publio dans Antonio Abete La Clémence de Titus. combiné avec Actéon de Charpentier. Moscou et Saint-Pétersbourg. Il s’est également produit dans tous les États-Unis avec le Baltimore Consort et Quartetto Brio. Ezio ainsi qu’Orlando de Haendel. Antonio Mozart. à Royal Danish Opera de Copenhague. L’événement a été suivi d’une représentation au prestigieux Festival d’Aldeburgh dans une production de Fairy Queen de Purcell sous la direction d’Harry Bicket. Le Retour d’Ulysse dans sa patrie et Le Couronnement de Poppée de Monteverdi. Gabriel Garrido. Il fera par ailleurs ses débuts dans le rôle de Nutrice dans une nouvelle production du Couronnement de Poppée de Monteverdi au Teatro Real de Madrid. Jean-Claude Malgoire. le New York. Après ses débuts à l’opéra aux États-Unis au Tanglewood Music Festival dans Rage d’amours de Robert Zuidam. mais aussi donné des concerts au Portugal. Evelino Pidò. L’Orfeo. Haydn. Il a chanté avec Théâtre de Genève. Christopher Hogwood. il a travaillé sous la direction de de Classica-Répertoire). et le Gramophone la Deuxième Sorcière dans Didon et Énée également de Purcell dans la production très applaudie de Deborah Warner à Vienne. sous la direction de William Christie. il y est retourné pour leur production de 2004 en tant qu’Oberon dans A Midsummer Night’s Dream de Britten. Harmonia de Salzbourg.Coin. dans une mise en 12 . Sa saison 2009-2010 comporte des représentations d’un opéra peu connu de Francesca Caccini avec le Magnificat Baroque Ensemble.

Par ailleurs. Elisabeth Schwarzkopf. en tant que membre de l’Académie Européenne de Musique. et par la suite à la tournée à Stockholm. Milan. Edita Gruberová. Il a également interprété le rôle de Martio dans Il sant’Alessio de Stefano Landi avec William Christie et Les Arts Florissants dans des lieux comme le Barbican Hall de Londres. et au début de 2009 Adío España avec le Baltimore Consort. on peut citer son retour à l’Opernhaus de Zurich en tant que Narciso dans Agrippina de Haendel dirigé par Marc Minkowski. Thomas Hampson et Carlos Chausson. Pour le label Dorian. Il a participé à des masterclasses avec John Tomlinson. il a enregistré en 2007 Romance avec Quartetto Brio. Il parle l’anglais. Graziella Sciutti. le français. En 1994 il a étudié à Londres avec sa compatriote Yvonne Minton. Silène dans la dernière production de Psyché de Lully avec le Early Music Festival de Boston sous la direction de Stephen Stubbs et Paul O’Dette. Alors qu’il achevait un Degree en musique et en langues à l’Université de Sydney. Artiste aux talents multiples. Philip Langridge. Matti Salminen. En 1998 et 1999. Reri Grist. et ses débuts au Royal Festival Hall de Londres avec les éloges de la critique dans le même rôle. l’Opéra National de Lorraine à Nancy. se produisant aussitôt dans des opéras de jeunesse de Mozart au Festival Mostly Mozart de la Sydney Opera House. Bruxelles et Tokyo. le Rose Theater – Jazz at Lincoln Center de New York. ainsi qu’un Bachelor’s Degree du College de Charleston en Caroline du Sud. Pour la saison 2010-2011 ses projets comprennent une production de Serse de Haendel dans le rôle d’Arsamene avec Buenos Aires Lírica à Buenos Aires. il est très attendu pour ses débuts à l’Avery Fisher Hall du Lincoln Center de New York en tant que soliste dans les Carmina Burana de Carl Orff avec la National Chorale de New York. José Lemos détient un Master’s Degree du New England Conservatory of Music de Boston. En 1996 Damian Whiteley s’est produit avec le British Youth Opera dans Albert Herring de Britten ainsi que dans La Flûte enchantée de Mozart à Londres et Édimbourg. avec l’enregistrement d’un DVD chez EMI/ Virgin Classics. il a commencé à travailler sa voix. participant à l’occasion du bicentenaire de la naissance de Rossini aux productions d’Il signor Bruschino et de La gazza ladra. En Suisse il a étudié avec Denis Hall et se perfectionne actuellement auprès de Richard Cross à New York. le rôle de Tolomeo dans Giulio Cesare de Haendel dirigé par Nicholas McGegan au Festival Haendel de Göttingen. Rosalind Plowright. et de là il a entrepris des études de Post-Graduate au Royal Northern College of Music de Manchester avec pour professeurs Patrick McGuigan et Neil Howlett. l’italien et l’espagnol. Damian Whiteley a étudié le piano et le violon dès son plus jeune âge. il charme le public en récital par son interprétation exubérante des chants populaires brésiliens. et interprétant le rôle de Leone dans Tamerlano de Haendel avec l’University of New South Wales Opera. autour de la musique contemporaine de la découverte du Nouveau Monde en Espagne. où il a chanté le rôle-titre dans Der Wildschütz de Lortzing 13 . le Théâtre de Caen. dans la série des Opera Works avec Jonathan Miller sur BBC TV et ABC TV en Australie. et dans la première mondiale et l’enregistrement de la version originale de Das Klagende Lied de Mahler avec Kent Nagano et le Hallé Orchestra. ses débuts dans le rôle d’Ottone dans Le Couronnement de Poppée avec le Early Music Guild de Seattle dirigé par Stephen Stubbs. et a largement puisé dans le répertoire médiéval et de la Renaissance pour ses concerts avec Quartetto Brio. Lyon. le Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg et le Théâtre des Champs-Élysées. il a participé à la production de Peter Brook de Don Giovanni de Mozart sous la direction de Claudio Abbado et Daniel Harding au Festival d’Aix-en-Provence. paru chez le label allemand CPO (Grammy Award en 2009). Robert Tear. l’allemand.DIMANCHE 30 maI scène de Pier Luigi Pizzi. Parmi les moments forts des dernières saisons. Lázló Polgár. Il retournera également au Boston Early Music Festival pour interpréter le rôle de l’Esprit dans Didon et Énée de Purcell dans leur série Music Chamber Opera au célèbre Jordan Hall. revenant à Aix-enProvence en 2002 pour la reprise et le tournage de cette production d’importance (DVD Virgin Classics). sur le répertoire des juifs sépharades. Il continuera à se produire avec le Magnificat Baroque Ensemble à San Francisco dans le rôle de Cupidon au sein de leur production de Venus and Adonis de John Blow. Damian Whiteley Né en Australie. En 1997 il est apparu avec le Broomhill Opera dans la production du Turc en Italie de Rossini avec Simon Callow. chantant avec les Renaissance Players de Winsome Evans. En 1999 il est apparu avec le Broomhill Opera dans Der Silbersee de Kurt Weill pour la réouverture du Wilton’s Music Hall de Londres et a été accepté à l’Internationales Opernstudio (IOS) de l’Opernhaus de Zurich.

Entre 2001 et 2007 il a été engagé à l’Opernhaus de Zurich en tant que répétiteur à l’IOS et a continué à faire travailler plusieurs chanteurs de renommée internationale. ainsi que L’allegro. dans le Gloria et le motet Nulla in mundo pax sincera de Vivaldi. on a pu l’entendre récemment dans la Messe en si de Bach. Parmi ses apparitions durant l’année Mozart en 2006. donnée par l’IOS au Festival de Zurich. paru il y a peu en DVD. il a interprété « Mozart and ME ». il penseroso ed il moderato de Haendel au Festival de Musique Baroque de la Lufthansa avec Ivor Bolton et le Freiburger Barockorchester. elle étudie actuellement avec Diane Forlano à Londres et a énormément travaillé dans le domaine de la musique baroque. pour sa création mondiale au théâtre historique The Independent de Sidney. Formée dans les universités de Ljubljana et de Cambridge. Leurs concerts autour des Cantates arcadiennes de Haendel avec continuo au Festival de Brezice ont été fortement applaudis par la presse comme par le public. Vient de paraître son premier disque solo intitulé Bass Instinct avec la célèbre pianiste australienne Tamara Anna Cislowska. apparaissant dans le rôle du Deputati Fiamminghi dans Don Carlos de Verdi sous la direction de Marcello Viotti et Carlo Rizzi. Toujours en concert. Durant la saison 2004 il a fait ses débuts en tant que chef avec La pietra del paragone de Rossini pour l’IOS. En 2008. Il est revenu au Pinchgut Opera de Sydney en décembre 2005 dans le rôle d’Ismenor dans la première australienne de Dardanus de Rameau. En avril 2009. et entrepris une importante tournée d’Il sant’Alessio de Stefano Landi avec William Christie et Les Arts Florissants (Paris. avec Paul Agnew dans le rôletitre (également paru chez ABC Classics). et a interprété Pistola dans la version concert de Falstaff. New York. En décembre 2004 il a fait ses débuts professionnels en Australie dans les rôles de Caronte et Plutone dans la production très applaudie du Pinchgut Opera de L’Orfeo de Monteverdi. En 2008 elle a chanté au Festival d’Aix-en-Provence dans The Fairy Queen de Purcell dirigé par William Christie. dans la Nelson Messe de Haydn. En 2001 il a interprété le rôle d’Achilla dans Cesare e Cleopatra de Graun au Kammeroper Schloss de Rheinsberg. En août 2005 il est retourné à la Kammeroper de Constance en tant que Bartolo dans Le Barbier de Séville de Paisiello. Par ailleurs. spectacle en solo basé sur la vie de Da Ponte écrit par Melvyn Morrow. et le rôletitre dans La Dirindina de Domenico Scarlatti. En juillet 2009 il est apparu au Festival Rossini de Wildbad dans La gazza ladra avec un enregistrement en direct pour Naxos avec Alberto Zedda. toujours de Verdi. dans le Foundling Hospital Anthem. Caen. Après une tournée de « Mozart and ME » en Nouvelle-Zélande. Cette série de concerts les a également menés à la Haendel House de Londres ainsi que dans d’autres lieux en Grande-Bretagne. Durant la saison 2007-2008 Damian Whiteley a repris les rôles de Caronte et de Plutone dans L’Orfeo pour la Kammeroper de Constance. elle a interprété un programme Purcell avec Christopher Hogwood. l’ensemble a pris part à l’exposition « Haendel et les divas » toujours à la Haendel House avec un programme d’airs composés pour la diva Francesca Cuzzoni. Nancy. l’Ode for St Cecilia’s Day et le Salve Regina de Haendel. ses projets à venir comprennent ses débuts à New York à la Brooklyn Academy of Music pour un programme Purcell avec Les Arts Florissants et ses débuts au Teatro Real de Madrid dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi. et s’est produite de façon régulière avec le RTV Slovenia Symphony Orchestra.ainsi que le rôle de Luka dans The Bear de Walton. la Messagère dans L’Orfeo de Monteverdi (tous deux pour le Fitzwilliam Chamber Opera). Suzana Ograjenšek a par ailleurs fondé La Falsirena. dans la Serenade to music et Dona nobis pacem de Vaughan Williams ainsi que dans le Requiem de Fauré. Luxembourg – enregistrement d’un DVD chez Virgin Classics). on peut citer La Flûte enchantée au Goetheanum de Dornach ainsi qu’une tournée en Suisse en tant que basse solo dans le Requiem avec Ad Fontes. Londres. paru en disque chez ABC Classics avec Mark Tucker dans le rôle-titre. il a récemment fait ses débuts à l’Opéra Comique dans le rôle du Marin dans Didon et Énée de Purcell. Durant l’été 2000 il a fait ses débuts en Allemagne dans le rôle-titre de Falstaff de Salieri pour la Kammeroper de Constance. Parmi ses autres rôles à l’opéra figurent Romilda dans Serse de Haendel. ensemble baroque avec lequel elle se produit régulièrement. suivi de Fanferlieschen Schönefüsschen du compositeur viennois Kurt Schwertsik au Broomhill Opera. En concert. Suzana Ograjenšek La soprano slovène Suzana Ograjenšek s’est rapidement affirmée tant sur les scènes de concert que d’opéra. et en 2002 il a été de nouveau invité à la Kammeroper de Constance pour chanter Pasquariello dans Don Giovanni de Gazzaniga. Son répertoire de 14 .

Parmi ses engagements de la saison dernière figurent un récital soliste consacré à la musique de chambre de Haendel au Haendel Festival de Londres. version de concert au Festival d’Opéra de Beaune et au Théâtre des 15 . avec lequel il a fait ses débuts au Festival d’Aix-en-Provence sous la direction d’Alain Altinoglu. Christoph Prégardien et Dietrich FischerDieskau. Rennes. dirigé par Emmanuelle Haïm au CNSM de Paris. il est révélation classique de l’Adami. Rennes. Frantz et Nathanël dans Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach au Festival Opus de Gattières (1998) et Arnalta dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi. il est lauréat de l’audition annuelle du Centre Français de Promotion Lyrique. En 2002. c’est dans ce même festival qu’il a interprété Beppe dans Pagliacci de Leoncavallo. On peut également l’entendre dans l’opérette. Cecco dans deux productions de Il mondo della Luna de Haydn à Fribourg-en-Brisgau. des airs d’opéra de Mozart avec le RTV Slovenia Symphony Orchestra à Ljubljana. Il a été Pedrillo dans L’Enlèvement au sérail à Saint-Étienne et au Musikfestival du Chiemgau en Allemagne . À son répertoire français. ainsi que ses débuts dans le rôle de l’Ange dans Jephté de Haendel à l’Opéra National du Rhin à Strasbourg. Parmi les premiers rôles qu’il a interprétés. András Schiff. Il interprète aussi la musique baroque : Adraste dans Sémélé de Marin Marais (au Festival de Sablé). à Angers. au Festival de SaintCéré . Il a aussi été invité à participer à plusieurs masterclasses avec des artistes de renommée internationale comme Thomas Quasthoff. Besançon. son répertoire opératique n’a cessé de s’enrichir. Nantes. Dallas et enregistré à New York. Andreas Wolf Le jeune baryton-basse allemand Andreas Wolf a commencé à étudier la musique à l’École de Musique de Wernigerode.DIMANCHE 30 maI musique de chambre inclut par ailleurs les mélodies anglaises et les lieder de Haydn avec le pianiste Matthew Schellhorn. suite à l’obtention d’une bourse de l’Université de Detmold. Nice. Il s’est également illustré dans d’autres répertoires. Reims. En 2007. Il a récemment interprété Guglielmo dans Così fan tutte (version mise en scène à l’Opéra de Toulon. Elle s’est également produite à la radio comme à la télévision slovènes. Elle reprendra ce rôle au cours de la saison actuelle à l’Opéra National de Bordeaux et chantera le rôle de Valetto dans Le Couronnement de Poppée de Monteverdi au Teatro Real à Madrid Mathias Vidal Après avoir obtenu une licence de musicologie en 1999 à l’Université de Nice. comme l’italien ou l’allemand : le Comte Almaviva dans Le Barbier de Séville de Rossini. à l’Opéra de Rouen. la partie soliste de haute-contre dans King Arthur de Purcell au Festival de Montpellier (dirigé par Hervé Niquet et mis en scène par Shirley et Dino). où il a aussi fait partie du fameux chœur Rundfunk-Jugendchor. on trouve Les Caprices de Marianne de Sauguet à Compiègne. Angers et au Théâtre du Luxembourg . Cette même année. qu’il a interprété dans le cadre des « Opéras en plein air » à Paris (mise en scène de Julia Migenes). En 2008. le rôle-titre dans Zélindor de Francœur et Rebel à Versailles et enregistré dans le coffret anniversaire des 20 ans du Centre de Musique Baroque de Versailles. ainsi que des pièces contemporaines dont Ancient Stone at Twilight de Jeremy Thurlow dans une collaboration récente avec le Fitzwilliam String Quartet. Reims et Rennes avec Les Paladins de Jérôme Corréas et la création mondiale en avril 2010 de L’Amour coupable de Thierry Pécou d’après la pièce de Beaumarchais La Mère coupable. Dans ses projets les plus récents. notamment chez Offenbach : dans La Périchole à Dijon et à l’Opéra de Lille. Sa discographie comprend le Miserere de Janez Krstnik Dolar avec le RTV Slovenia Symphony Orchestra pour le label RTV Slovenia. dans Orphée aux Enfers. il a par ailleurs été à l’affiche du Festival d’Aix-en-Provence (Nanni dans L’infedeltà delusa de Joseph Haydn sous la direction de Jérémie Rohrer). Elle s’est vu remettre des récompenses parmi lesquelles le Williamson Prize for Musical Performance à Cambridge. Fra Diavolo d’Auber (rôle de Lorenzo) à Metz ou encore Dialogues des Carmélites de Poulenc à Budapest sous la direction de Pascal Rophé (le Chevalier de la Force et l’Aumônier). Nantes. le rôle-titre dans Pygmalion de Rameau à Houston. Mathias Vidal étudie le chant au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM) de Paris dont il sort diplômé en 2003. un programme de mélodies et de lieder de Haydn avec le Fitzwilliam Quartet au Festival de Brezice. Depuis. il a commencé à travailler avec Heiner Eckels. Brighella dans Ariane à Naxos de Strauss à Metz. Malcolm dans Macbeth de Verdi à l’Opéra de Rennes . Andreas Wolf a fait ses débuts de chanteur lyrique dans L’Orfeo de Monteverdi (un Berger et un Esprit) sous la direction de René Jacobs. signalons La Fausse Magie de Grétry à Metz. où il sera Léon Almaviva.

la Nelson Comique. il a interprété le ou oublié. Énée dans Didon et Énée avec Les Arts Florissants à New York et à Moscou ainsi que Curio dans Jules César de Haendel à la Salle Pleyel avec Cecilia Bartoli. grands noms de la mise en scène de David Webb formé à Harvard et à Yale. la Philharmonie triomphé sur de nombreuses scènes internationales. Mondonville. de Tamino dans La Flûte enchantée de Mozart (remplacement pour le British Youth Opera) et du comte Almaviva dans Le Barbier de Séville de Rossini. violon solo de Cologne. ainsi que Judas Maccabée de Haendel au New College d’Oxford. La carrière de ce soutenu et ses collaborations avec de natif de Buffalo (État de New York). l’Évangéliste dans la Passion selon Saint Jean de Bach et le Requiem de Mozart à Inverness. la Philharmonie d’Essen. les London Mozart Players. William Christie et Christie est l’artisan de l’une des plus Les Arts Florissants enregistrent pour remarquables aventures musicales de ces trente dernières années : pionnier de Virgin Classics . a pris un tournant musicale comme « Head Chorister » de décisif quand il a fondé en 1979 Les Arts Robert Carsen. William Christie a Andrei Serban. musique baroque. on peut mentionner un enregistrement et plusieurs concerts avec le RIAS Kammerchor. Alfredo Arias. en France. David Webb a commencé sa carrière France depuis 1971. Les Boréades en Requiem de Mozart à la cathédrale de véritable consécration publique avec la 2003. instrumental et vocal. le Licteur et un Tribun dans deux productions du Couronnement de Poppée au Theater an der Wien et au Teatro Real de Madrid. Serse et Les Paladins en 2004. Rossi. En concert. 16 . Depuis musicologue et enseignant. Mais son attachement à la musique française ne l’empêche pas d’explorer d’autres répertoires européens : nombre de ses interprétations de la musique italienne (Monteverdi. Luc Bondy…) font chaque fois figure d’événement : à l’Opéra de Aujourd’hui en troisième année au Royal imposé très vite. chef d’orchestre. William novembre 2002. À la tête de cet ensemble Scholar » à la cathédrale de Truro. on a pu l’entendre dans les rôles de Damon dans Acis et Galatée de Haendel. Il a déjà été à l’affiche de salles aussi prestigieuses que le Konzerthaus de Berlin. Classics/Erato en témoigne. Sa production la cathédrale de Saint-Gall et la nouvelle large public le répertoire français des lyrique se poursuit sur un rythme très Frauenkirche de Dresde. il a révélé à un très des Arts Florissants. la cathédrale d’Exeter puis a été « Choral Florissants. installé en théâtre et d’opéra (Jean-Marie Villégier. Smith Square à Londres. John’s. du motet français comme de la musique de cour. Sa prédilection pour le baroque français ne s’est jamais démentie. Alcina en 1999 et travaillé aux côtés de musiciens tels que théâtre. XVIIe et XVIIIe siècles. Haendel. enregistré un CD avec Andreas Scholl pour Harmonia Mundi et tourné dans quelques-unes des salles les plus prestigieuses au monde avec William Christie et Les Arts Florissants dans le cadre du Jardin des Voix 2009. en passant par Couperin. Robert Tear et Maria répertoire jusqu’alors largement négligé Caen (Médée en 1993. renouvelant l’interprétation d’un Les Boréades en 2003). Campra ou Montéclair. de la Haendel avec Hiro Kurosaki. Son abondante production discographique (plus de 100 enregistrements couronnés de nombreux prix et distinctions en France et à l’étranger) William Christie chez Harmonia Mundi et Warner Claveciniste. C’est en 1987 qu’il a connu une dans sa patrie en 2002. Le Retour d’Ulysse Cleva. il est le maître incontesté de la tragédie-lyrique comme de l’opéra-ballet. Scarlatti. production qui a ensuite à l’Opéra du Rhin (L’Enlèvement au sérail Messe de Haydn avec le London Baroque Sinfonia à St. Andreas Wolf a chanté tous les grands oratorios de Bach. le Théâtre des Champs-Élysées. De Charpentier à Rameau. leur premier titre pour ce label est un disque de sonates de la redécouverte. Rochester. avec Ryland Davies mais a également personnelle de musicien/homme de Les Indes galantes. Ses prochains engagemens comprennent les Carmina Burana d’Orff à la cathédrale de Truro. Adrian Noble. Sur scène. David Webb est soutenu par le Josephine Baker Trust ainsi que le Kathleen and Margery Elliot Scholarship Trust. et il aborde avec autant de bonheur Purcell et Haendel que Mozart et Haydn. Graham Vick. Landi) ont fait date. il étudie scènes d’opéra.Champs-Élysées sous la direction de Jérémie Rohrer et avec Le Cercle de l’Harmonie). Jorge Lavelli. au Théâtre de Roger Vignoles. Parmi ses nombreux projets. la Messe en si de Bach avec création d’Atys de Lully à l’Opéra Il sant’Alessio de Stefano Landi en 2007). au concert et sur les College of Music de Londres. une griffe très Paris (Hippolyte et Aricie en 1996. Mozart et Beethoven. donné un concert avec Andreas Spering et la Capella Augustina.

Les Boréades en 2003. Charpentier (Médée en 1993 et 1994). Didon et Énée en 2006). la Bibliothèque Nationale de France) et Professeur au Conservatoire National aujourd’hui largement interprété et Supérieur de Musique (CNSM) de Paris admiré : non seulement le Grand Siècle en charge de la classe de musique français. à la tête de l’Orchestre de l’Âge des Lumières. mais plus généralement la ancienne de 1982 à 1995. Jephté de Montéclair. Les Indes galantes de Rameau. Les Arts Florissants sont associés à de grands noms de la scène tels que Jean-Marie Villégier. Jorge Lavelli. Ana Yepes. que Haendel (Orlando en 1993. 2007 et 2009 ont eu un très large retentissement en France. William Christie a été élu à l’Académie des Beaux-Arts et a été reçu officiellement sous la Coupole de l’Institut en janvier 2010. il a dirigé Les Noces de Figaro en juin 2007. L’Orfeo au Teatro Real de Madrid en 2008). où Les Arts Florissants ont présenté de nombreux spectacles dont Castor et Pollux (1991).DIMANCHE 30 maI en 1993). il est régulièrement chef invité de réputées en Europe et dans le monde. Alcina en 1999. il est musique européenne des XVIIe et XVIIIe 17 . fidèles à l’interprétation sur instruments anciens. Il a en outre reçu le Prix Georges Pompidou 2005 ainsi que le Prix de chant choral Liliane Bettencourt décerné par l’Académie des Beaux-Arts en 2004. Les Arts Florissants ont noué une nouvelle collaboration avec le Teatro Real de Madrid. ou encore Monteverdi (Le Retour d’Ulysse dans sa patrie créé triomphalement à Aix-en-Provence en 2000 et repris en 2002. Le Couronnement de Poppée en 2005. Idoménée de Campra. L’Orfeo de Rossi). Soucieux d’approfondir son travail de formateur. Les Paladins en 2004) ou au Festival d’Aix-en-Provence. siècles. François Raffinot. Les Arts Florissants ont joué un rôle pionnier pour imposer dans plusieurs générations de chanteurs et d’instrumentistes. Graham Vick. où l’ensemble interprète au fil des saisons l’intégrale des opéras de Monteverdi. de musique Les Arts Florissants Ensemble de chanteurs et d’instrumentistes voués à la musique baroque. Les Paladins en 2004). Dans les productions auxquelles ils participent. Les Plaisirs de Versailles. Serse en 2003. En 2007. Alfredo Arias. C’est d’ailleurs aux le paysage musical français un répertoire Arts Florissants que la plupart des jusqu’alors méconnu (en exhumant directeurs musicaux d’ensembles notamment les trésors des collections de baroques ont commencé leur carrière. Robert Carsen. Andrei Serban. en Europe et aux États-Unis. Depuis le triomphe d’Atys de Lully à l’Opéra Comique en 1987. José Montalvo et Dominique Hervieu. qui a été repris en janvier 2002 au Théâtre du Châtelet) ou de maisons d’opéra comme l’Opernhaus de Zurich (avec Iphigénie en Tauride de Gluck. Orlando (1997) sans oublier un triomphal Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi (repris en 2002) ou encore Hercule (2004). Mozart (La Flûte enchantée en 1994. Leur activité lyrique ne doit pas masquer la vitalité des Arts Florissants au concert et au disque. Il est Commandeur dans l’Ordre de la Légion d’Honneur ainsi que dans l’Ordre des Arts et des Lettres. La formation et l’insertion professionnelle le claveciniste et chef d’orchestre francoaméricain William Christie. Depuis spécialité l’une des formations les plus 2002. Maguy Marin. ou encore d’œuvres profanes de chambre (Actéon. En novembre 2008. La Flûte enchantée (1994). William Christie répond régulièrement aux sollicitations de festivals d’art lyrique comme Glyndebourne (où il a dirigé. comme le prouvent leurs nombreuses et marquantes interprétations d’opéras en version de concert (Zoroastre. Semele en 1996. Le Jardin des Voix. Acis et Galatée en 1996. Pier Luigi Pizzi. ou l’Opéra National de Lyon où. c’est la scène lyrique qui leur a assuré les plus grands succès : aussi bien avec Rameau (Les Indes galantes données en 1990 et en 1999. 2005. L’Enlèvement au sérail à l’Opéra du Rhin en 1995). Adrian Noble. ils portent le des jeunes artistes sont également au nom d’un petit opéra de Marc-Antoine cœur des préoccupations de William Christie qui a révélé en 25 ans d’activité Charpentier. Orphée aux Enfers de Charpentier ou Didon et Énée de Purcell). Theodora puis Rodelinda de Haendel. Jiri Kylian. Béatrice Massin. Il a acquis la nationalité française en 1995. Deborah Warner – ainsi qu’aux chorégraphes Francine Lancelot. Shirley Wynne. The Fairy Queen (1992). après Les Arts Florissants sont dans leur Così fan tutte en 2005. Radamisto. Purcell (King Arthur en 1995. En tant que chef invité. dont les quatre premières éditions en 2002. au Théâtre du Châtelet (King Arthur en 1995. Bianca Li. Hercule en 2004 et 2006). Fondés en 1979. il a fondé à Caen une académie pour les jeunes chanteurs. Les Fêtes d’Hébé de Rameau. Orlando et Rinaldo de Haendel) fréquemment invité à diriger des masterclasses et des académies comme celles d’Aix-en-Provence ou d’Ambronay. Hippolyte et Aricie en 1996. et dirigés depuis lors par l’Orchestre Philharmonique de Berlin.

Les Arts Florissants présentent chaque année une saison de concerts en région Basse-Normandie. orgue et régale William Christie (bc) Assistant musical Jonathan Cohen Conseillère linguistique Rita de Letteris Directeur musical William Christie Administrateur général Luc Bouniol-Laffont Violons Hiro Kurosaki Catherine Girard Violoncelle Emmanuel Balssa (bc) Viole de gambe Anne-Marie Lasla (bc) Lyrone Erin Headley (bc) Contrebasse Jonathan Cable (bc) Flûtes à bec Tiam Goudarzi Michelle Tellier Dulciane Claude Wassmer (basse continue) Concert enregistré par France Musique 18 . capté au Teatro Real de Madrid. Les Arts Florissants ont récemment fait paraître une compilation de leurs meilleurs enregistrements sous ce label : The official 30th anniversary edition. la ville de Caen et la région Basse-Normandie. Les Arts Florissants sont en résidence au Théâtre de Caen. Mondonville. En résidence privilégiée depuis 15 ans au Théâtre de Caen. qui a dirigé l’une des représentations de Zampa à l’Opéra Comique et qui a été à la tête de l’ensemble avec un programme HaydnGluck-Mozart au début de la saison 2009-2010 – saison au cours de laquelle Les Arts Florissants fêtent leur 30e anniversaire. Leur mécène est Imerys. luth Brian Feehan (bc) Jonathan Rubin (bc) André Henrich (bc) Clavecin. orgue Paolo Zanzu (bc) Clavecin. De façon régulière désormais. au Festival de Vienne…). Cornetti Jean-Pierre Canihac Marie Marzullo Harpe Siobhan Armstrong (bc) Théorbe. au Lincoln Center de New York. William Christie confie la direction de son ensemble à des chefs invités proches des Arts Florissants : on compte parmi eux Paul Agnew – qui a entre autres dirigé en janvier 2007 un concert de Vêpres de Vivaldi ainsi qu’un programme d’odes et anthems de Haendel en juin 2008 – et Jonathan Cohen.sacrée (comme les grands motets de Rameau. Israël en Egypte ou Theodora) ainsi que l’ensemble du répertoire choral. L’ensemble assure en même temps une large diffusion nationale. La discographie des Arts Florissants est également très riche : plus de 40 titres chez Harmonia Mundi et quasiment 30 chez Warner Classics/ Erato dont le dernier est Theodora de Haendel. Les Arts Florissants sont soutenus par le ministère de la Culture et de la Communication. tout en jouant un rôle actif d’ambassadeur de la culture française à l’étranger (il se voit ainsi régulièrement invité à la Brooklyn Academy. Leur catalogue vidéographique s’est récemment enrichi avec la parution du DVD de L’Orfeo de Monteverdi. au Barbican Centre de Londres. Les Arts Florissants ont également abordé le répertoire contemporain en créant en 1999 Motets III – Hunc igitur terrorem de Betsy Jolas à l’occasion de leur 20e anniversaire. Dans le cadre de leur collaboration avec EMI/Virgin Classics (depuis 2003). Desmarest ou les oratorios de Haendel. Le Messie.

.

Geoffroy Jourdain. chefs de choeur DIMANCHE 6 JUIN – 20H Air et l’Orchestre National d’Île-de-France Coproduction Orchestre National de Lyon. Salle Pleyel Président : Laurent Bayle Notes de programme Éditeur : Hugues de Saint Simon Rédacteur en chef : Pascal Huynh Rédactrice : Gaëlle Plasseraud Correctrice : Angèle Leroy Maquettiste  : Bénédicte Sørensen Stagiaires : Géraldine Bussy et Caroline Déodat Les partenaires média de la Salle Pleyel . synthétiseur piano et chant Nicolas Godin. 1027393 Coproduction Orchestre National du Capitole de Toulouse. Margarethe Didier Bouture. Onéguine Gelena Gaskarova. Siegfried Matthias Klink. Salle Pleyel. piano Production Orchestre Colonne. direction Radu Lupu. Tatyana Daniil Shtoda. direction Anne Schwanewilms. direction François-Frédéric Guy. Le Capitaine François Piolino. Monsieur Triquet Anatoly Galaov. Olga Anna Markarova. guitare basse et synthétiseur Alex Thomas. Judith Peter Fried. piano Petra Lang. Madame Larine Elena Sommer. Salle Pleyel. direction Brigitte Engerer. piano Orchestre National d’Île-de-France Didier Benetti. Genoveva Matthias Goerne. mise en espace VENDREDI 4 JUIN – 20H Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 2 Béla Bartók Le Château de Barbe-Bleue Orchestre Philharmonique de Radio France Philippe Jordan.Salle Pleyel | Prochains concerts DU MARDI 1er AU MARDI 8 JUIN MARDI 1er JUIN – 20H Piotr Ilitch Tchaïkovski Eugène Onéguine (version de concert) Orchestre National du Capitole de Toulouse Chœur du Capitole de Toulouse Coro Easo Tugan Sokhiev. Lensky Anna Kiknadze. direction Imprimeur FOT | Imprimeur BAF | Licences : 1027391. MERCREDI 2 JUIN – 20H JEUDI 3 JUIN – 20H Bohuslav Martinu Les Fresques de Piero della Francesca Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 5 « L’Empereur » Anton Dvorák Symphonie n° 9 « Du Nouveau Monde » Orchestre de Paris Paavo Järvi. 1027392. Filippevna Mikhaïl Kolelishvili. Barbe-Bleue LUNDI 7 JUIN – 20H Robert Schumann Genoveva (version de concert) Orchestre National de Lyon Choeur de l’Orchestre de Paris Jun Märkl. Golo Birgit Remmert. Grémine Eduard Tsanga Zaretski. MARDI 8 JUIN – 20H Air Jean-Benoît Dunckel. batterie Dominique Lemaitre Le Quark et le Papillon Ludwig van Beethoven Concerto pour piano n° 5 « L’ Empereur » Hector Berlioz Symphonie fantastique Orchestre Colonne Marco Guidarini. direction Garry Magee.