You are on page 1of 13

Aucune autre machine humaine n’a cette capacité de contaminer la moitié de la population du Québec et de ruiner toute son économie

dans un seul accident ou attentat. Les deux rives du Saint-Laurent de Montréal à Québec et la Voie maritime du Saint-Laurent seraient contaminées pour au moins trente ans. Comment pouvez vous répéter que cette centrale est stratégique alors que c’est une technologie sale et dangereuse qui produit à peine un peu plus de 2% de l’électricité au Québec alors que nous sommes en situation d’énormes surplus pour de nombreuses années à venir. Quant à son utilité pour la stabilité du réseau, cet argument ne tient plus depuis plus de 20 ans et, si c’était le cas, on ne paierait pas pour garder fermée la Centrale de Bécancour. Gentilly 2 représente le plus grand risque environnemental au Québec, ceci tant par son opération dangereuse que par l’accumulation de déchets hautement radioactifs dans des sarcophages de béton à l’air libre sur le bords du fleuve dans sa partie la plus étroite sans protection adéquate. Plusieurs années après Tchernobyl, le lobby nucléaire a recommencé à s’activer, répétant partout que le nucléaire est une bonne source d’énergie dans un contexte de réchauffement climatique, car elle n’émet pas de gaz à effet de serre. Mais cette affirmation est fausse quand on considère le cycle complet de cette industrie (extraction minière et traitement de l’uranium, transport, construction en béton et en acier de réacteurs, de piscines et d’entrepôts temporaires pour les déchets radioactifs, etc.) Affirmer que le nucléaire est une énergie propre et une énergie d’avenir constitue également une aberration. Bien sûr, creuser des mines d’uranium et construire des réacteurs génèrent des emplois. Mais combien d’emplois et surtout, à quel prix pour l’ensemble de la société, l’environnement et les générations futures ? Ce qui est le plus durable dans l’industrie nucléaire, c’est l’incroyable longévité de la nocivité des produits radioactifs qu’elle crée de toutes pièces (césium-137, strontium-90, plutonium-239, etc.), des produits toxiques qui n’existaient pas sur Terre auparavant. Quand on parle du problème des déchets nucléaires, c’est de cela qu’il est question. Aucun matériau n’est assez résistant pour contenir ces déchets jusqu’à ce que leur radioactivité ait suffisamment décru pour ne plus être dangereuse.

Et si on parlait des problèmes d’ingénierie et des coûts ? Saviez-vous qu’aucun réacteur CANDU, la technologie nucléaire canadienne, n’a fonctionné durant les 30 ans prévus ? Ils ont tous eu des ennuis techniques. En moyenne, chaque CANDU a produit de l’électricité pendant moins de 20 ans et le record sera atteint par Gentilly-2 en 2011, avec 28 années de

bien qu’ils travaillent dans un endroit protégé. ce qui se répercute inévitablement sur leur production d’énergie et leur rentabilité. Le coeur du réacteur de Pointe Lepreau dégage un niveau de radioactivité mortel. en Ontario. Les réacteurs rénovés ont duré moins longtemps encore. ce qui n’a pas été le cas. La rénovation de Pointe Lepreau qui devait durer 18 mois en nécessite finalement le double. États-Unis. On parle ici d’un projet de 1. Comment croire que la rénovation de Gentilly-2 se fera sans anicroches avec le précédent de Pointe Lepreau ? Surtout quand on sait que les dépassements de coûts constituent la norme dans cette industrie. Japon). Cela témoigne du danger bien réel de cette technologie. dont plusieurs comportent des défauts de conception et de fabrication. Les travaux se font donc à distance avec 45 appareils différents. De plus.service truffées d’arrêts pour problèmes techniques. . Quand on pense qu’Hydro-Québec compte en plus acquérir un second réacteur CANDU via l’achat d’Énergie Nouveau-Brunswick. Compte tenu de ces faits. Et c’est sans considérer les énormes frais de gestion des déchets hautement radioactifs déjà accumulés à Bécancour (2. avaient certifié qu’ils savaient ce qu’ils faisaient dans ce dossier et que tout irait bien. le réacteur de Pointe Lepreau actuellement en rénovation… Ces travaux de rénovation de Pointe Lepreau connaissent de nombreux ratés.5 milliards de $ pour 2500 tonnes). Le réacteur Pickering-4.9 milliard de $ qui risque de coûter bien davantage à la fin de sa reconstruction. la décision d’Hydro-Québec et du gouvernement Charest de rénover Gentilly-2 est insensée. Les experts d’Énergie atomique du Canada. Canada. Maints projets nucléaires ont coûté le double ou le triple des estimés de départ dans plusieurs pays (Finlande. les spécialistes des CANDU. les ouvriers qui procèdent à son démantèlement portent sur eux des appareils de mesure (dosimètres) qui transmettent le niveau de radioactivité ambiant aux quatre secondes. ce qui coûte très cher aux contribuables de cette province. des frais qui doubleront si on y ajoute le coeur du vieux réacteur découpé en morceaux et les futurs combustibles usés que la prolongation de la durée de vie de Gentilly-2 produira inévitablement. n’a fonctionné que trois ans malgré des dizaines de millions de $ d’investissement en rénovations.

En moyenne. ce qui en ferait les premières victimes en cas d’explosion. La CCSN a reconnu ce problème dans un rapport de 268 pages en août 2009. Cela représente 8600 fois plus de tritium radioactif que les chiffres officiels ! Comment faire confiance à cette technologie avec de tels rejets ? Surtout que nous ne pouvons pas nous en protéger.On omet aussi de nous dire que les réacteurs CANDU comportent des défauts techniques pouvant gravement compromettre notre santé. fruits. inodores et invisibles. Gentilly-2 a émis chaque jour 14. vaches laitières. de même que celui de tous les êtres vivants dont on se nourrit (céréales. etc. Rappelons enfin que les experts n’ont toujours pas trouvé la solution miracle pour gérer les déchets hautement radioactifs accumulés jusqu’ici. Mais des mesures effectuées de 1994 à 2003 ont révélé que la centrale de Bécancour relâchait beaucoup plus de tritium que cela. en plus de coûter 5 milliards de $ aux Américains. Il prend la place de l’hydrogène (H) dans l’eau (H2O) et peut ainsi pénétrer notre corps. l’organisme chargé d’assurer notre sécurité en matière d’énergie nucléaire. afin d’alerter l’opinion publique des dangers du nucléaire au Québec. Certains d’entre eux vivent à proximité de cette centrale. légumes. Ces gens sont également exposés aux rejets de tritium considérables des réacteurs CANDU. Le tritium. Les réacteurs CANDU sont sujets à l’emballement si un de leurs 380 tubes de force éclate. c’est de l’hydrogène devenu radioactif.5 curie de radioactivité par année. les particules radioactives étant minuscules. le 28 janvier 2009.) Le tritium est une substance cancérigène et mutagène. l’accident de Three Mile Island a nécessité l’évacuation rapide de 250 000 personnes. Au cours d’une séance d’information publique à Bécancour. le 26 novembre dernier. Leur . Ce n’est pas pour rien que plusieurs opposants à la rénovation de Gentilly-2 se sont présentés à l’Assemblée nationale. Or. Cette situation peut dégénérer en explosion de vapeur et en fusion du coeur du réacteur comme lors de l’accident de Three Mile Island. un niveau jugé sécuritaire par l’industrie nucléaire canadienne. le 28 mars 1979. une représentante de la CCSN a affirmé que Gentilly-2 émet dans l’environnement 1. Leur fonctionnement contrevient aux normes de sécurité les plus récentes de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN).7 curies dans l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau « enrichie » en tritium et 21 curies dans le Saint-Laurent sous forme liquide.

D’ailleurs. GENTILLY-2 La centrale Gentilly-2 utilise un réacteur nucléaire de type CANDU qui consomme l’uranium naturel en fissionnant l’isotope d’uranium-235. Imaginez les difficultés techniques et la facture à long terme de cette décision de rénover Gentilly-2. ce qui signifie qu’après 12. après 24. 2009. Ce n’est qu’après 123 ans qu’il en reste qu’une quantité négligeable. Pour faciliter la fission de l’uranium-235. . Dans l’eau lourde fabriquée par l’industrie. le «DU» dans le nom du CANDU symbolise le deutérium. Cet atome radioactif a une demi-vie de 12. Hydro-Québec et le gouvernement Charest doivent changer de cap. * Auteure de Avez-vous peur du nucléaire ?. Les produits de cette fission constituent des déchets hautement radioactifs qui s’accumulent à Gentilly au rythme de 100 tonnes par année.3 ans il en reste la moitié de la quantité initiale.3 ans. choisir la voie du nucléaire constitue une grave erreur.6 ans le quart. malgré 30 ans d’études et des investissements de 10 milliards de $ (le projet Yucca Mountain). À l’heure des changements climatiques et du développement durable. c’est-à-dire une eau où un atome de deutérium a absorbé un neutron et est devenu un atome de tritium. l’hydrogène naturel a été remplacé par un isotope d’hydrogène deux fois plus lourd. et ainsi de suite. Barack Obama vient d’abandonner un projet d’entrepôt de ce type de déchets dans son pays. Transporter ces déchets à travers les États-Unis comporte trop de risques. Une conséquence extrêmement désavantageuse de l’utilisation de l’eau lourde dans le réacteur est que les neutrons omniprésents en transmutent une partie en eau dite «tritiée». Une erreur qui laissera un héritage durablement toxique pour de nombreuses générations.toxicité est telle qu’ils doivent être confinés dans des réservoirs étanches durant des milliers d’années pour ne pas compromettre la santé de nos enfants et des générations suivantes. le deutérium. une grande quantité d’eau lourde sert de modérateur de neutrons. Éditions MultiMondes.

Il faut mettre ces nombres dans le contexte des normes internationales qui réglementent la concentration du tritium dans l’eau potable. Cette désintégration est comme un coup de pistolet microscopique qui émet une particule. Le comité Ontarien ODWAC (Ontario Drinking Water Advisory Council) a recommandé en 2009 d’améliorer la norme ontarienne au niveau de 20 Bq/L. le type de dommage le plus dangereux étant constitué par des bris de l’ADN dans les cellules. d’où sa dangerosité. ainsi qu’Hydro-Québec (site www.cnsc-ccsn. Le groupe TAP (Tritium. De son côté. mais aux États-Unis elle est de 740Bq/L. Le millisievert est une unité de dommage biologique. les émissions d’eau tritiée dans le fleuve Saint-Laurent sont plus de 400 trillions de becquerels.ca ).com/gentilly-2/etudes.4 millisieverts au rayonnement annuel atteignant chaque personne.gc. . en Ontario Tritium Awareness Project) a fait la même proposition au ministère québécois de la santé. cela ajouterait une dose d’environ 0. un électron. Si une personne consommait tous les jours de l’eau tritiée au niveau de 7000 Bq/L. L’unité de radioactivité «becquerel» signifie une désintégration de tritium par seconde. telle que mise en vigueur par Environmental Protection Agency (EPA). Les émissions annuelles dans l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau tritiée sont environ 200 trillions de becquerels.hydroquebec. rayonnement qui se situe en général entre 1 et 2 millisieverts par année. le fromage et les légumes. les quantités de tritium émises chaque année par la centrale Gentilly-2. Ces émissions de tritium ont un effet négatif sur la santé parce que la pluie et la neige précipitent le tritium sur les fermes avoisinantes et le font entrer dans la chaine alimentaire par le lait. La CCSN a publié sur son site des données révélant des concentrations de radioactivité de 209 becquerels par litre (Bq/L) dans l’eau potable près des centrales CANDU et jusqu’à 695 Bq/L pour des légumes.La Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) publie sur son site web (www. alerte publique . Cette énergie est suffisante pour briser environ une centaine de liens moléculaires dans les protéines et l’ADN de nos cellules biologiques.html) . Hydro-Québec a révélé des concentrations de plusieurs milliers de Bq/L sur le territoire de la centrale Gentilly-2. Au Canada la norme est 7000 Bq/L. qui possède une énergie de 5 700 électron-volts. qui étudie maintenant la question.

Les compagnies qui font de l’exploration procèdent par carottage. laissant cette dernière contaminée par la suite. laissant ces produits chimiques éparpillés dans la nature et contaminant le sol. de l'Abitibi-Témiscamingue. du Saguenay-Lac-Saint-Jean. les nappes phréatiques… . sur les terrains qu’ils ont acquis. en général. Fait à noter. L’extraction de l’uranium nécessite l’utilisation d’une énorme quantité d’eau. En effet. et laisse aussi une énorme quantité de déchets. pour extraire l’uranium du minerai. notamment dans les régions des HautesLaurentides. sorte de pâte jaune d’uranium. des Laurentides et de la Côte-Nord. la compagnie d’exploration vend ses parts à une compagnie d’exploitation.Il est bien évident que la présente norme canadienne est non seulement une grave menace pour la santé mais aussi une menace directe envers l’exportation de produits agricoles vers les États-Unis Références MINES Actuellement. Si le taux est assez élevé et que le gîte est considéré comme rentable. on utilise un procédé spécial que l’on appelle la concentration. plusieurs compagnies font de l’exploration dans le but de trouver des gîtes à haute teneur en uranium. qui elle s’occupera d’extraire le minerai et de le vendre. Par contre. aucune mine d’uranium n’est exploitée. l’extraction de 100 tonnes de minerai donnera 1 tonne d’uranium et 99 tonnes de déchets radioactifs. à une concentration de 1 %. les taux de concentration en uranium sur les gîtes sont très faibles. du Nord-du-Québec. où plusieurs produits chimiques et extrêmement toxiques sont utilisés pour obtenir le « Yellow cake ». pour déterminer le taux de concentration en uranium de ces derniers. Cette concentration est faite sur place. faisant en sorte que d’énormes surfaces doivent être exploitées pour extraire le minerai uranifère. de l’Outaouais. au Québec. les cours d’eau. Par exemple. Mais là n’est pas le seul problème.

développé par Énergie atomique du Canada Limitée . peuvent se retrouver à l’intérieur du corps humain de plusieurs façons : ingestion. Références URANIUM L’uranium est un métal lourd qui sert. cancers ou autres problèmes de santé. L'acronyme « CANDU » signifie CANada Deuterium Uranium en référence à l'utilisation de l'oxyde de deutérium et du combustible à l'uranium naturel. Ce gaz est même considéré au États-Unis comme la deuxième cause en importance du cancer du poumon. étant ainsi respiré par les travailleurs des mines d’uranium. s’il est poussé par le vent. ou contact via des lésions. elles peuvent causer beaucoup de dommages : mort ou mutation génétique des cellules. sous forme de fines particules. à alimenter les centrales nucléaires. C’est un élément instable qui se désintègre et se transforme spontanément au fil des ans. Références REACTEUR NUCLEAIRE CANDU Le réacteur CANDU. soit un isotope de l’hydrogène. Ces sous-produits sont tous hautement toxiques et radioactifs. Sa lourdeur fait en sorte qu’il reste au sol.L’exploitation uranifère a également un impact direct sur la santé des mineurs et des populations avoisinantes. Les matières radioactives. respiration. Ce dernier se transforme quand à lui en gaz lourd. est un réacteur nucléaire à l'uranium naturel (non enrichi) à l’eau lourde pressurisée . diverses maladies. Le deutérium est un élément naturel. le radon. où les populations avoisinantes. Et une fois à l’intérieur du corps. entre autres. C’est une composante de l’eau lourde utilisée pour modérer les neutrons et . mais la plus grande particularité de l’uranium est qu’il produit du radon qui est très radioactif. conçu au Canada dans les années 1950 et 1960.

et d’autre part. beaucoup plus rarement. le désavantage est que sous l’effet du bombardement neutronique. le dépistage du cancer. l’eau lourde devient fortement radioactive à cause de la transmutation du deutérium en tritium. Du point de vue de l’énergie nucléaire. un isotope de l’hydrogène qui est radioactif. Les isotopes médicaux les plus courants produits en réacteurs nucléaires sont le cobalt-60 et le molybdène-99 (Mo-99). qui sont tous les autres déchets devenus radioactifs après avoir été soumis aux radiations. il y a les déchets nucléaires d’exploitation. On les utilise généralement pour la recherche médicale. Ce dernier se dégrade en un isotope . pour le traitement de certains cancers.transporter l’énergie thermique produite par la fission de l’uranium-235 dans le cœur du réacteur nucléaire. qui se compose des grappes de pastilles d’uranium ayant été utilisées pour alimenter la centrale. déposée sur le territoire par la pluie et le vent. peu à peu. Références ISOTOPES MÉDICAUX Les isotopes médicaux ont été utilisés dans les diagnostics médicaux longtemps avant la découverte de la fission nucléaire. la stérilisation des équipements médicaux et. Un becquerel signifie une désintégration par seconde. Références DÉCHETS NUCLÉAIRES Il faut distinguer deux types de déchets nucléaires : d’une part. Du point de vue de la santé. Le réacteur CANDU émet chaque jour de la vapeur d’eau tritiée dont le niveau de réactivité est en moyenne d’environ 500 milliards de becquerels. il y a le combustible irradié. l’eau lourde offre l’avantage de pouvoir alimenter le réacteur CANDU avec de l’uranium naturel. Cette vapeur d’eau tritiée est transportée par le vent et est.

Un autre grave problème lié à l'utilisation de l'uranium enrichi à 95 % dans la production d'isotopes médicaux est celui de l'approvisionnement du réacteur. il y a de nombreux pays qui . Le réacteur de Chalk River produisait justement du Mo-99 avant que les problèmes commencent. qui se combinent avec un radio-isotope de courte durée appelé fluorine-18. mais il doit reprendre du service pour encore dix ans malgré son usure et sa fatigue. c'est-à-dire au point d'être convoité par l’industrie de l'armement nucléaire. Il est également possible d’utiliser du fluorure de sodium pour faire des examens osseux. Les rayons gamma de ce produit sont moins «agressifs» que ceux du cobalt-60. en utilisant de l'uranium extrêmement enrichi. avec le Mo-99. c'est qu'il ne peut être produit qu'en réacteur nucléaire. ou être employé pour des cas de cancer du sein et de la prostate. l'Institut de contrôle nucléaire (NCI) s'est rendu jusqu'en cour pour empêcher la livraison d'uranium enrichi (HEU. et les TEP-scans.métastable appelé technetium-99m qui a une demi-vie de seulement six heures.. qui peut être produit dans un cyclotron sans utiliser d'uranium. Le Québec n’a pas besoin de nucléaire. il est donc préféré car il donne de bonnes images diagnostiques en envoyant une moins forte dose de radiation au patient. Le problème. La fuite dans l'environnement s'est produite à la suite d'une panne d'électricité. détecter des fractures cachées. Aux États-Unis.. Il existe des solutions de rechange à l’utilisation du technetium-99m en tant qu’isotope médical. Et ailleurs dans le monde. highly enriched uranium) à Chalk River à cause d'une loi (the Schumer Amendment) qui a pour but d'arrêter toutes les exportations de HEU vers d'autres pays. Enrichi à 95 %. La corrosion de ses parois a mené à un incident qualifié de «très légère fuite d'eau lourde» par un porte-parole officiel d’Énergie atomique Canada limitée (EACL). Ce réacteur aurait dû prendre sa retraite en 2000. Que pensez-vous de la décision de Pauline Marois de fermer Gentilly-2? C’est tout à fait une bonne nouvelle pour le Québec. radio-isotope également produit dans un cyclotron sans uranium. et ce. soit le thallium-206.

ça veut dire qu’ils n’acceptent pas qu’on produise des déchets radioactifs. Mais ils fermeront toutes leurs centrales d’ici 10 ans. On a 150 000 personnes maintenant au Japon qui sont déplacées. on voit un accident majeur quelque part dans le monde tous les 10 ans. J’étais au Japon l’année passée. ç’a aussi un impact au niveau de la société. qu’elle croit qu’un tel accident est possible. L’industrie nucléaire nous dit que c’est tout à fait sécuritaire. Qu’est-ce qui est dangereux. donc. le nucléaire produit 50 % de son électricité. je crois que c’est tout à fait sensé de fermer cette centrale dont personne ne veut et dont nous n’avons pas besoin. La Belgique est au nucléaire.abandonnent le nucléaire à cause des risques. Pourquoi dites-vous que nous n’avons pas besoin de cette énergie? Elle représente moins de 2 % de notre électricité. comme on a vu à Fukushima. ça serait terrible. qui ne sont pas capables d’aller chez elles. Hydro-Québec nous garantit que cette centrale est sans aucun danger pour la santé et l’environnement… On n’a aucune raison de les croire! Il y a une loi sociale fédérale. pourquoi ne fermons-nous pas notre seule centrale? C’est tout à fait facile. mais on voit des accidents souvent. Qu’est-ce qu’un accident nucléaire aurait comme conséquence dans le cas de Gentilly-2? Gentilly est au centre du Québec. Dans le cas d’un accident. . et un accident nucléaire n’a pas juste des impacts sur la santé humaine et l’environnement. si on n’accepte pas les déchets radioactifs. Donc. Hydro-Québec a demandé une loi spéciale pour se protéger de leur centrale. Donc. L’Assemblée nationale a voté contre un site d’enfouissement au Québec. pour l’environnement et la santé? Il y a le risque d’un accident. selon vous. pourquoi on continuerait avec la production? Pourtant. Maintenant. Il y a aussi ce que le Québec va faire avec les déchets radioactifs. Donc. Cette loi limite les responsabilités d’un opérateur nucléaire dans le cas d’un accident à 75 M$. qui s’appelle la Loi sur la responsabilité nucléaire.

les deux pays qui abandonnent l’industrie nucléaire. Dans un rapport confidentiel dont Le Devoir a pris connaissance des principaux éléments. des impacts financiers. pour qu’il y ait une transition pour les travailleurs. Ils font une transition vers une économie verte. sont capables de remplacer leurs centrales avec des énergies vertes. il y a toutes les propriétés. investissent beaucoup dans les énergies renouvelables. dans le cas où elle fermerait. de un pour donner une certitude aux travailleurs. à Trois-Rivières. pourquoi c’est Greenpeace qui demande la défense des travailleurs? Québec — Les coûts de réfection de Gentilly-2 sont prohibitifs et HydroQuébec recommande au gouvernement la fermeture définitive de la centrale nucléaire. Parce que Hydro-Québec n’est pas responsable. le chef d’Hydro-Québec. depuis longtemps déjà. Ils ont ignoré notre recommandation. avec l’énergie renouvelable. qui sont beaucoup plus dépendantes du nucléaire que nous. mais aussi pour consulter la population sur comment on va fermer la centrale. parce que ce n’était pas rentable de faire la réfection. disait que c’était fort probable qu’on ferme cette centrale. Ce qui est bien. pour leur efficacité. En 2011. de l’énergie solaire. c’est que ce sont plusieurs sources d’énergie décentralisées. il s’agit des éoliennes. lors de l’audience publique. Mais que pensez-vous des impacts négatifs que la fermeture de la centrale va avoir sur l’économie de la région? Greenpeace demande. moi j’ai dit à la Commission canadienne sur la sécurité nucléaire qu’il fallait avoir un plan en place. Et je blême aussi le leadership dans les syndicats. Mais aussi. après avoir comparé le scénario de la . Donc. Donc. le Québec est capable.Il y a plus de personnes autour de la centrale à Bécancour qu’à Fukushima. Thierry Vandal. de la conservation de l’énergie. Hydro-Québec. si les troisième et quatrième économies du monde. vu qu’il n’y a personne pour payer dans le cas d’un accident. Par quoi devrait-on remplacer cette énergie? Le Japon et l’Allemagne. Donc. Ils savaient que c’était fort probable que la centrale ferme. à Hydro-Québec et à la Commission canadienne sur la sécurité nucléaire de préparer un plan de transition pour la centrale.

3 milliards le coût de la réfection de Gentilly-2. Même soustrayant les dépenses déjà englouties dans la réfection de Gentilly2 depuis 2009. par rapport au scénario d’une réfection ». « Sur la base de ces données. au Nouveau-Brunswick. le coût de l’électricité produite par une centrale Gentilly-2 retapée s’élèverait à 9. « Il ressort de la comparaison de ces scénarios que la fermeture est préférable au niveau financier et donc recommandée par Hydro-Québec à son actionnaire le gouvernement ». soit 900 millions. le coût descend à 8. lit-on dans le rapport. Martine Ouellet. présentement en construction.3 milliards. S’appuyant sur l’expérience de la réfection toujours en cours de la centrale jumelle de Pointe-Lepreau. est de 6. Ce rapport préliminaire est daté du 26 septembre. continuer à exploiter la centrale entraînerait un déficit . Si on refait le calcul avec les seules dépenses à venir sans tenir compte des sommes englouties. Hydro-Québec estime que la centrale serait nettement déficitaire tout au long de son exploitation pendant 25ans. Dans son rapport. écrit la société d’État dans ce rapport de 37 pages qui vient d’être remis à la ministre des Ressources naturelles. Autrement dit. Hydro-Québec évalue à un pharaonique 4.3¢/kWh. C’est encore trop pour assurer la rentabilité de la centrale nucléaire. À 4.réfection de Gentilly-2 avec celui de sa fermeture. À titre de comparaison.2cents. la centrale s’avérerait un éléphant blanc si Hydro-Québec procédait à sa réfection. conclut que le « projet de réfection n’est pas justifié au plan financier pour Hydro-Québec ». C’est 2.4 milliards de plus que l’évaluation faite en 2008 par la société d’État. D’aucuns estiment d’ailleurs que ce coût unitaire est trop élevé pour assurer la rentabilité de ce projet. la fermeture de Gentilly-2 conduit à une augmentation de l’ordre de 215 millions du bénéfice net annuel d’Hydro-Québec chaque année à compter de 2017.7cents le kilowattheure (¢/kWh). le coût prévu par kilowattheure du complexe de La Romaine.

Le déclassement et le démantèlement s’étalent sur une très longue période. Pour Hydro-Québec. La société d’État. Jusqu’ici. qui a consacré près de 1 milliard à des travaux préparatoires.9 milliard le coût de la réfection de la centrale.3¢/kWh entre le coût de revient de la centrale rénovée . Le coût du déclassement de la centrale s’élève à 1. comme il est écrit dans son rapport annuel. seul le scénario de la réfection était envisagé.et le revenu marginal d’exportation. Ces informations ont dû être transmises au gouvernement libéral par la voie du ministre des Ressources naturelles. coût auquel s’ajoutent 660 millions pour la disposition des déchets radioactifs.3¢/kWh . La comparaison entre les deux scénarios.075 milliard. Clément Gignac. croit-on. pour un total de 1. tient compte du fait qu’Hydro-Québec devra amorcer dès maintenant le déclassement de Gentilly-2 s’il procède à la fermeture définitive. de 2013 à 2062. Chacun des 800 emplois de la centrale Gentilly-2 coûterait donc 268 750 $ par an à maintenir. . s’appuyait sur une évaluation qui établissait à 1. la décision de fermer Gentilly-2 est une volte-face.annuel de 215 millions qui viendrait diminuer le bénéfice d’Hydro-Québec d’autant. 44 % seulement du coût réel. presque un demi-siècle. « L’ensemble des coûts de fermeture de la centrale de Gentilly-2 sont pris en compte dans cette analyse.785 milliard.de 8. incluant les coûts associés à l’évacuation du combustible irradié vers le site d’entreposage définitif et les coûts du démantèlement complet ». tel que le montre la laborieuse réfection de la centrale de Pointe-Lepreau. Selon une source gouvernementale. peut-on lire. et leur effet respectif sur le bénéfice. le conseil d’administration d’HydroQuébec détient depuis plus d’un an des données qui montrent que la réfection de Gentilly-2 est un gouffre financier. La société d’État note qu’il existe un écart de 4. qui se situe à 4¢/kWh.