Méthodes de composition des bétons ordinaires

LES METHODES DE COMPOSITION DE BETON

Safi B.

1

Méthodes de composition des bétons ordinaires

I- METHODES DE COMPOSITION DES BETONS L’étude de la composition d’un béton, consiste à définir le mélange optimal des différents granulats dont on dispose ainsi que le dosage en ciment et en eau, afin de réaliser un béton dont les qualités soient celles recherchées pour la construction de l’ouvrage ou de partie d’ouvrage en cause. Les méthodes de composition se subdivisent en deux types : Les méthodes à « granularité continue », si la courbe sur le graphique granulométrique s’élevant d’une façon continue ; autrement dit du plus petit grain de ciment de dimension dc ≈ 6.3•m au plus gros grain D des graviers. Toutes les grosseurs intermédiaires sont représentées. Exemple : béton constitué d’un sable 0/5 mm et deux graviers 5/20 mm et 20/50 mm. Les méthodes à « granularité discontinue », lorsque la courbe granulométrique correspondante présente un palier qui équivaut à un manque d’élément intermédiaire Ex : béton constitué d’un sable 0/5 mm et d’un gravier 20/50. La granularité continus permet d’obtenir des bétons plus plastiques et de bonne ouvrabilité ; Par contre la granularité discontinus conduit à des bétons présentant en général, des résistances en compression un peu supérieures mais au détriment de l’ouvrabilité ; il semble toute fois que la plus part des bétons actuellement utilisés sont à granularité continue.

I..1- Méthode de Bolomey Par une formule appropriée, on trace une courbe granulométrique de référence et d’où s’efforce de réaliser avec des granulats dont on dispose une composition granulaire totale (ciment compris), dont la courbe soit aussi proche que possible de la courbe de référence théorique. La formule de base est la suivante. P = A + (100 − A) d D

P : est le pourcentage de grains passant à la passoire de diamètre D : est le diamètre des plus gros grains. A : la valeur de A dépendra de - la consistance souhaité de béton - la provenance des granulats. Elle varie de 6 à 16, étant d’autant plus élevée que le dosage en ciment est plus fort. Cette méthode aboutit théoriquement tout au moins à une granularité continue. Safi B. 2

traduisant la maniabilité du béton.. D : plus grande dimension de tamis. R : rayon moyen démoule. réduits au minimum . il adopta aussi une échelle des abscisses graduée en 5√d L’abscisse du point de rencontre de ces deux droites est fixée D/2 et son ordonnée par la formule : Y = A + 17 5 D Où: A : constante. B R − 0 .2. les modules optimaux pour béton de granulat roulés. 3 . 75 D B : constant traduisant l’importance du serrage du béton. I. En fonction du dosage en ciment et de la dimension D du granulat le plus gros.. Le module de finesse du mélange est choisi de manière que les vides dans ce mélange soient en principe. qu’elle que soit la masse volumique Faury à distingué des grains fins et moyens des celles gros et la pente de la droite n’est pas la même pour chacune de ces deux courbes.1). Safi B.Méthodes de composition des bétons ordinaires I. sont indiqués dans le tableau (I.Méthode d’Abrams C’est une règle de mélange basée sur l’obtention d’un certain module de finesse global pour le mélange de granulats à partir de la connaissance des modules de finesse des granulats à employer.3. détermines expérimentalement par Abrams.Applicable à tous les granulats.Méthode de Faury : La particularité de cette méthode est qu’elle est : .

On obtient alors le béton plein à minimum de sable et le moins dosé (en ciment). I.85 5.Méthodes de composition des bétons ordinaires Tableau (I.10 5.5.4. Dosage en ciment kg/m 275 300 350 400 3 Dimension maximale D des granulats.60 4.20 4. Mais qui nécessite cependant un certain nombre de calcul préparatoire dans les cas les plus courants.88 5. On ajoute ensuite le maximum de gravier mouillé compatible avec une ouvrabilité permettant un moulage correct et une mise en œuvre facile dans les conditions du chantier.Méthode de joisel : S’inspirant comme Faury de la théorie de caquot mais en la généralisant. On calcul d’abord le dosage de sable et ciment devant donner en principe le mortier plein à minimum de ciment.joisel propose de considérer que la loi de granulation conduisant à la compacité maximale est fonction de m√ d Safi B. Les dosages en ciment auxquels on abouti ainsi sont presque toujours très nettement au-dessous des dosages nécessaires pour obtenir les résistances souhaitées et la plasticité nécessaire l’étanchéité ou autres qualités pour déterminer la composition du béton de dosage en ciment suffisant pour la résistance à obtenir ou fixe à priori dans certains cas ou on évalue par un calcul approprié. I.45 4.60 5.85 5. permet de de calculer les pourcentages relatifs des granulats de module de finesse Mf1 et Mf2.Méthode de Vallette : Vallette à mis au point une méthode essentiellement expérimentale.80 4.00 6.00 5. 4 .60 5. 10 15 20 25 30 40 60 4.80 5.1) : Valeurs optimales d’après ABRAMS du module de finesse des compositions granulaire des bétons courants.40 4.30 4.70 4.80 5. on partira en général de deux granulats (béton binaire) : un sable 0/5mm et un graviers présentant le plus souvent une certaine discontinuité avec le sable. le volume de pâte pure compensatrice à substituer à un égal volume plein mouillé de sable.25 5.20 6.20 5.50 5.05 4.90 6.40 La règle de mélange d’ABRAMS.65 5. A.30 6.40 5. ce dosage s’obtient en mesurant les vides du sable mouillé et ou calculant le dosage en ciment permettant de remplir le volume des vides du sable par un volume égale de pâte pure de ciment. choisi pour obtenir un module de finesse Mf choisi pour le mélange.73 5.

1. des moyens de serrage. une résistance nominale σ’n à la compression à 28 jourset compte tenu des dispersions et de l’écart quadratique. le dosage en ciment déterminé par cette méthode est le dosage minimal correspondant théoriquement sur le plan granulométrique.Méthodes de composition des bétons ordinaires . à la compacité maximale. DREUX I.METHODES DE CALCUL DE LA COMPOSITION DU BETON SELON G. ce dosage est en général nettement inférieur (150 à 200Kg/m3) au dosage nécessaire ou exigé (250 à 400Kg/m3dans la plus part des cas). m peut alors varier de 3 à 10. faiblement ou très ferraillé.Comme dans la théorie de Faury . si les granulats dont on dispose en pratique présentent une discontinuité. on aboutit donc en principe à une granularité continue sauf. B) Résistance souhaité On demandera en général. m dépendant de la compacité avec laquelle se serre un granulat de dimension uniforme selon les moyens de serrage. Une correction doit être apportée dans ce sens. etc…. I. bien entendu. Comme pour les méthodes de Faury et Valette. elle peut se définir en général par la plasticité désirée mesurée par affaissement au cône comme indiqué le tableau suivant : Safi B.6. de la difficulté du bétonnage.Données de base A) Nature de l’ouvrage La connaissance de la nature de l’ouvrage est nécessaire : ouvrage massif ou au contraire élancé et de faible épaisseur. 5 . il foudra viser une résistance moyenne à 28 jours : C) Ouvrabilité désirée : Elle en fonction de la nature de l’ouvrage ( plus ou moins massifs ou plus ou moins ferraillé). Il sera nécessaire de connaître l’épaisseur minimale et les dispositions des armatures dans les zones les plus ferraillées : distance minimale entre elles et couvertures par rapport au coffrage.6.

7 c D ≤ 1.9 e D ≤ 0.6. en général ces valeurs sont valables pour une granularité continue. 6 . hm = épaisseur minimale D ≤ 0.3) : Dimension maximale du granulat.2 r’ Concassés D ≤ 0. Tableau ( I.E. tandis que une granularité discontinue. ces valeurs devront être diminuer de 20% environ.S.espacement entre armatures horizontales c.couverture entre armatures et coffrages r. Affaissement A Plasticité Serrage en cm 0à2 3à5 6à9 10 à 13 ≥ 14 Nombre de chocs test C.8 c D ≤ 1.2.E.rayon moyen des mailles de ferraillage r’.Dosage en ciment : On commencera par évaluer approximativement le rapport C/E en fonction de la résistance moyenne désirée σ’28 . Le tableau suivant montre les règles à suivre.6.3.85 r D ≤ 1. Caractéristiques de la pièce à béton Dimension D des granulats Roulés e.Dimension maximale des granulats : La dimension maximale des granulats ( Dmax) est choisie suivant les spécificité de l’ouvrage à bâtir.rayon moyen du moule ( volume à remplir de béton par rapport à la surface totale des parois et armatures.25 hm D≤e D ≤ 0.S >60 30 à 50 15 à 25 10 à 15 < 10 Béton très ferme Vibration puissante Béton ferme Béton plastique Béton mou Béton liquide Bonne vibration Vibration courante Piquage Léger piquage I.Méthodes de composition des bétons ordinaires Tableau ( I.65 r D ≤ r’ I.2) : Evaluation de l’ouvrabilité par référence à l’affaissement au cône ou au test d’ouvrabilité C. Safi B.

55 0. E : Dosage en eau totale sur matériau secs ( en litre). Safi B.45 Excellente Bonne. Tableau ( I. C : Dosage en ciment ( en kg/m3). courante Passable Le dosage en ciment est en fonction de C/E.45 0.60 0.55 0. σ’c : Classe vraie du ciment ( à 28 jours) en bars. G : Coefficient granulaire. 7 .65 0.35 Moyen (25 ≤ D ≤ 40 mm) 0. L’abaque de la figure n°1 permet d’évaluer approximativement C en fonction de C/E et de l’ouvrabilité désirée qui doit être considérée comme une donnée au problème.4) : Valeurs approximatives du coefficient granulaire ( G) Dimension D des granulats Qualité des granulats Fins ( D ≤ 16 mm) 0.50 0. mais également du dosage en eau E nécessaire pour une ouvrabilité satisfaisante.40 Gros ( D ≥ 63 mm 0.Méthodes de composition des bétons ordinaires Avec : σ’28 : Résistance moyenne en compression désirée ( à 28 jours) en bars.

peuvent être définitivement dosée.Dosage en eau : L’abaque de la figure ( I.2). Il ne s’agit bien entendu que d’ordre de grandeur pour des bétons courants et permettant de dégrossir rapidement une formule de composition mais comme pour tous les facteurs de cette composition c’est à notre avis par des essais sur des éprouvettes que les divers éléments constitutifs. I.E. 8 . donne l’allure générale de la variation du dosage en eau en fonction de l’affaissement au cône et du test d’ouvrabilité C.4.Méthodes de composition des bétons ordinaires Fig ( I. et l’eau tout particulièrement.S.6. Safi B.1) : Abaque permettant d’évaluer approximativement le dosage en ciment à prévoir en fonction du rapport C/E et de l’ouvrabilité désirée ( affaissement au cône).

La correction sur le dosage en eau correspond à D = 25 mm.E.S.2) : Variation relatives moyennes du dosage en eau E et du nombre de chocs du test d’ouvrabilité C. 9 . Si l’on a D < 25 mm. Correction du dosage en eau en fonction de Dmax Les données précédents sont plus particulièrement applicables aux bétons dont la dimension maximale des granulats est d’environ D = 25 mm ( dimension la plus courante). la surface spécifique des granulats augmente et à plasticité équivalente. en fonction de l’affaissement.Méthodes de composition des bétons ordinaires Fig ( I.5) en fonction de D. peut être approximativement évaluée d’après les valeurs du tableau ( I. il foudra légèrement majorer le dosage en eau.versa. et vice. Safi B. dans le cas des bétons composés suivent la présente méthode ( le dosage en sable augmente quand le dosage en ciment diminue).

Analyses granulométriques des granulats Sur un graphique d’analyse granulométrique. on trace la courbe granulaire de référence OAB.6) : Safi B. de la forme des granulats ( roulés ou concassés) et également de module de finesse du sable.Méthodes de composition des bétons ordinaires Tableau ( I. En ordonnée : Y = 50 – (Dmax) 1/2 + K. +15 +9 +4 0 -4 -8 -12 5 10 16 25 40 63 100 Dosage en eau réelle : La quantité d’eau totale (sur matériau supposés secs) étant ainsi approximativement déterminée. Point de brisure A à pour coordonnées : En abscisse Si Si • D ≤ 25 mm D > 25 mm X = D/2. X est située au milieu du segment limité par le Module 38 ( 5mm) et le module correspond à D .6. 10 . • Point B à l’ordonnée 100% correspond à la dimension D du plus gros granulats.5. Les valeurs de K est donnée sur le tableau ( I.5) : Correction en pourcentage sur le dosage en eau en fonction de la dimension maximale des granulats Dimension maximale des granulats D en mm Correction du dosage en eau ( %). en obtiendra la quantité d’eau à ajouter sur les granulats humides en déduisant l’eau d’apport ( contenue dans les granulats). de l'efficacité de serrage. I. Avec K : est un terme correcteur qui dépend du dosage en ciment.

5 .2- SABLES GRAVIERS B Tableau ( I.5 4 0 5 0 6 3 8 0 1 0 0 1 0 0 0 0. 0 Fig. 2 5 1 . 4 0 . 2 5 3 1 5 0 . 8 1 . 0 1 3 1 3 0. 1 6 0 . 6 3 0 . N°: Analyse granulométrique. 2 . 3 8 1 0 2 .6) : Valeurs de K G8/15 45% 100 Sable fin Sable fin 90 80 Méthodes de composition des bétons ordinaires 70 60 A G3/8 11% 50 40 Sg 32% 30 20 SF 12% 10 O 0 0. Norme NFP 18-304. 1 5 4 5 6 . 11 . Série de tamis en millimètres Exemple d'étude de la composition granulaire d'un ternaire discontinu D = 50 mm.T am isats (% ) Safi B.560 GRAPHE . 6 2 2 . Analyse granulométrique par tamisage NF P18. 1 1 2 5 .5 1 6 2 0 2 5 1 . 0 8 0 . 5 .

On choisira une valeur approximative de γ dans le tableau ( I. selon le degré de plasticité désiré. I.7) : Safi B. On pourra pour cela majorer le terme correcteur K de la valeur Kp = +5 à +10 environ. ce qui correspond à augmenter le dosage en sable et vice versa. il conviendra de conférer au béton le maximum de plasticité et de l’enrichir en sable par rapport à un béton de qualité « courante ». 12 .6. une correction supplémentaire sera effectué de façon à relever le point A.6.Coefficient de compacité (γ) : C’est le rapport à un mètre cube du volume absolu des matériaux solides ( ciment et granulats) réellement contenus dans un mètre cube de béton frais en œuvre. La correction supplémentaire ( sur K ) peut être effectuée en ajoutant la valeur Ks = 6Mf – 15. Nota 2 : Si la quantité du béton est précisée « pompable ».Méthodes de composition des bétons ordinaires Vibration Faible normale Puissante Forme des granulats Dosage 400+fluidif en ciment 400 350 300 250 200 Roulé -2 0 +2 +4 +6 +8 Concassé 0 +2 +4 +6 +8 +10 Roulé -4 -2 0 +2 +4 +6 Concassé -2 0 +2 +4 +6 +8 Roulé -6 -4 -2 0 +2 +4 Concassé -4 -2 0 +2 +4 +6 Nota 1 : Si le module de finesse du sable est fort ( sable grossier).

830 0. On lira alors sur la courbe de référence au point de croisement avec la ou les droites de partage le pourcentage en volume absolu de chacun des granulats g1.755 0.03 .815 0.850 0.845 0.840 0.825 0.805 0.765 0. g2.830 0.815 0.830 0.840 0.815 0. au point à 5% de la courbe du granulat suivant.805 0.810 0.790 0.760 0.805 0.845 0. On trace alors les lignes de partage entre chacun en joignant le point à 95% de la courbe granulaire du premier.785 0.820 0.835 0.855 0.775 0.770 0.835 0.0.800 0.810 0.830 0.820 0.sable et gravier .775 0.Méthodes de composition des bétons ordinaires Tableau ( I.835 0.830 0.825 0.830 0.800 0.825 0.815 Molle Vibration faible Vibration normale Piquage Plastique Vibration faible Vibration normale Vibration puissante Vibration faible Ferme Vibration normale Vibration puissante 0785 Nota : Ces valeurs sont convenables pour des granulats roulés sinon il conviendra d’apporter les corrections suivantes : - sable roulé et gravier concassé = .825 0.780 0.829 0.840 0.03 les valeurs de γ qui correspondant ici à des granulats denses ordinaires.845 0.795 0.790 0.815 0.6. on pourra diminuer de 0.01 .750 0.Dosage des granulats : La courbe granulaire de référence OAB doit être tracée sur la même graphique que les courbes granulométriques des granulats composants.7.840 0.835 0.850 0.0.805 0.830 D=25 D=40 D=63 D=100 0.805 0.820 0. = . le volume absolue des grains de ciment est : Safi B.840 0.760 0.819 0.820 0.825 0.820 0.7) : Valeurs du coefficient de compacité : Consistance Compactage ( serrage) Piquage D=5 D=10 Coefficient de compacité D=16 0.780 0.845 0. Si C est le dosage en ciment.820 0.pour les granulats légers.825 0.835 0. 13 .810 0. et ainsi de suite. g3 .820 0. I.795 0.par exemple.

il faut faire attention à la diminution de l’ouvrabilité. Les volumes absolus de chacun des granulats sont par suite : V1 = g1 V V2 = g2 V V3 = g3 V Si les masses spécifiques de chacun de ces granulats sont ϖ1. faire appel à un adjuvant fluidifiant. ϖ2.8. g2. Safi B.valeur moyenne habituellement admise). de la consistance et de l’efficacité du serrage.C1 Si g1 . une valeur convenable du coefficient de compacité γ en fonction de D.1 en admettant une masse spécifique de 3. I. mais dans ce cas. Apres avoir obtenu les résultats du calcul on ferra les essais d’études en préparant des gâchées d’essais et en fonctionnant des éprouvettes afin de vérifier la consistance et la résistance du béton. g3 sont les pourcentages en volume absolu des granulats . ϖ3 les masses de chacun deux sont : P1 = V1 ϖ1 P2 = V2 ϖ2 P3 = V3 ϖ3 ∑ P1 + P2 +P3 = G = masse totale du granulat.Correction (d’après DREUX) Résistance insuffisante : Si la résistance mécanique est insuffisante on peut : ♦ Augmenter le dosage en ciment.Méthodes de composition des bétons ordinaires C1 = C/3. 14 . On choisira dans le tableau ( I. V= 1000 γ .6). ♦ Diminuer le dosage en eau mais il est impératif de maintenir une plasticité suffisante . ♦ On peut également augmenter la résistance en diminuant le dosage en élément fin du sable au profit des éléments plus gros (augmenter du module de finesse ) .6.1 pour les grains de ciment .

on pourra effectuer quelques écrasements d’éprouvettes à 7 jours en adoptant R28/R7 =1. il suffit de relever le point A de la courbe de référence. Corrections En fonction des observations.∆0) kg Sur la masse de chacun des granulats.Méthodes de composition des bétons ordinaires ♦ On peut également augmenter le rapport G/S en diminuant un peu de la qualité de sable au profit du gravier. Si l’on retenu par le temps. Soit ∆ la densité réelle ainsi mesurée. 15 . la correction à apporter est : ± X P1/G. P2. • Safi B. Ouvrabilité insuffisante. essais spéciaux. ± X P3/G.. ♦ ♦ Soit augmenter le dosage en eau ( mais on risque des chutes de résistance).45. Ajustement de la formule au m3 : Pour ajuster la formule au m3. • Essai de gâchage Béton frais : mesure ∆ (contrôle des dosages effectifs) mesure plasticité (contrôle de la consistance) mesure teneur en air (contrôle des vides) Fabrication éprouvette (contrôle de β moyen) Béton durci: mesure ∆. Si ∆0 est la densité théorique. G : Masse totale des granulats. Avec P1. Soit augmenter le dosage des éléments fins. ségrégabilité ♦ Soit ajouter un sable ( ou faire appel à un adjuvant plastifiant). on pèse plusieurs éprouvettes de béton frais en œuvre. mesure β cube. il suffit d’abaisser un peu le point A de la courbe de référence. évolution essai gel. la correction X à apporter sur la masse totale des granulats est : X = ± 1000 (∆ .. perméabilité. il sera nécessaire d’effectuer des corrections. P3 : Masses déterminées précédemment. des mesures faites lors de l’essai de gâchage et des résistances mécaniques obtenues. évolution scléromètre. ± X P2/G.

il faudra aussi corriger la quantité d’eau. Corriger la granulométrie et réduire la quantité d’eau. On devra en tous cas toujours veiller à ce que la consistance du béton permette une mise en oeuvre correcte.Méthodes de composition des bétons ordinaires a) Consistance : Lors de l’essai de gâchage. Utiliser un adjuvant et réduire la quantité d’eau. soit un poids ∆C égal à : Si ∆C est important. une augmentation de dosage en ciment n’a plus qu’une très faible influence sur l’accroissement de résistance). S’il faut rajouter (ou enlever) un poids ∆C de ciment pour obtenir le dosage désiré. Utiliser un autre type de granulats. Il est préférable d’ajouter seulement 95 % de E. c) Résistances mécaniques : Si les résistances mécaniques sont insuffisantes. puis d’ajouter de l’eau jusqu’à obtention de la consistance prescrite. Utiliser un ciment à durcissement plus rapide. on devra enlever (ou rajouter) un volume absolu équivalent de sable. b) Dosage en ciment : Si le dosage en ciment effectivement réalisé est faux. il faudra avoir recours à l’une ou plusieurs des possibilités suivantes : • • • • • • Augmenter le dosage en ciment (au-delà de 400 kg/m3. il est recommandé de ne pas ajouter tout de suite la quantité d’eau totale E prévue. Safi B. Diminuer le dosage en eau sans changer la granulométrie. de mesurer la consistance. on devra le corriger. 16 .

4 E = 450 × 0.Méthodes de composition des bétons ordinaires Exemple d’application de la méthode La formulation de la composition des bétons a été faite d’après la méthode « DREUX GORISSE » basée sur l’analyse granulométrique (sable et différentes fractions de gravier). Les fines (laitier) = 50 Kg/m3 Sur le graphe d’analyse granulométrique (Graphe : 2). 17 . X = D . c). Dosage de ciment C = 450 kg/m3 → K = -2.43 est : Safi B. Masse spécifique et module de finesse qui est égale à 2. pour les granulats roulés. Point de brisure A à pour coordonnées : En l’abscisse : D ≤ 25. Masse volumique apparente et masse spécifique. et avec un granulat concassé et une vibration normale et le module de finesse : Mf = 3. Dosage de ciment : le rapport C = 450 Kg/m3 E/C = 0. Caractéristiques techniques des granulats : Dimension maximale des granulats ( Dmax = 16 mm). Caractéristiques techniques du sable : Masse volumique. Les granulats concassés et roulés. Po int B  Y = 100%. Données de bases : a). 2 En ordonnée : Y = 50 − D + K + Ks + Kp Les valeurs de K et Ks et Kp sont données par des tableaux. on trace la courbe granulaire de référence OAB.  X = 16mm. Point B à l’ordonnée 100% correspond à la dimension D du plus gros granulats.4 =180 l/m3 E = 180 + 4= 184 l/m3 le dosage en eau : la correction d’eau : b). Pour le dosage en ciment de 450kg/m3 .8.

58 1.0. DOSAGE DES GRANULATS : La courbe granulaire de référence OAB doit être tracée sur le même graphe (Graphe -2-) que les courbes granulométriques des granulats composants. S2. D = 16 Donc γ = 0. au point à 5% de la courbe du granulat suivant.01 .01 γ = 0. G3/8. G8/15 Les résultats obtenu sont : Sable 1 (S1) Sable 2 (S2) Gravier (G3/8) Gravier(G8/15) 12% 32% 11% 45% 2.800 – 0. 18 . On lira alors sur la courbe de référence au point de croisement avec la ou les droites de partage le pourcentage en volume absolu de chacun des granulats S1.43) – 15 Ks =5. COEFFICIENT DE COMPACITE γ :   Béton molles  γ = 0.58 D  X = =  2   Po int A Y = 50 −  Y = 50 −   16 = 8 mm 2 D +K +KS 16 − 2 + 5 .800 Vibration faible   Ces valeurs sont convenables pour des granulats roulés sinon il conviendra d’apporter les corrections suivantes : sable roulé et gravier concassé = . 58 + 8 Kp=K+( 5 à 10) Kp = -2+ 10 Kp= 8  X = 8 mm ⇒   y = 57 .790 Safi B. et ainsi de suite.Méthodes de composition des bétons ordinaires Ks = 6 Mf – 15 Ks = 6(3. On trace alors les lignes de partage entre chacun en joignant le point à 95% de la courbe granulaire du premier.

Sable 1 = 2. DETERMINATION GRANULAT : - DU VOLUME ABSOLU DE CHAQUE Volume absolu du sable 1 = 645 × 0.45 = 290.95 = 184.11 = 70.43 g/cm3 Sable = 2.Méthodes de composition des bétons ordinaires 3. DETERMINATION DE VOLUME DES GRANULATS : VC = C .40 = 188. 3 .08 kg/m3 Sable 2 = 2.16 = 645 l V g = 645 l m3 m3 4.40 ℓ Volume absolu du sable 2 = 645× 0.60 g/cm3 Gravier (8/15) = 2.23 kg/m3 Eau total = 184 ℓ/m3 Les dosages en matériaux secs seront donc en kg/m3 : - La densité théorique du béton frais = 2259.4 ℓ Volume absolu de gravier (3/8) = 645× 0.60 × 70.95ℓ Volume absolu de gravier (8/15) = 645 × 0.10 V g = VT − VC VC = 450 = 145 l 3 m 3 .4 =516 kg/m3 Gravier (3/8) = 2. 19 .32 = 206.25 = 737.78 kg/m3 Safi B.47 kg/m3 Gravier (8/15) = 2.54 × 290.50 g/cm3 Gravier (3/8) = 2.25 ℓ Les masses spécifiques sont : • Sable = 2.1 V g = 1000 γ − VC V g = 1000 ( 0 .12 = 77.43 × 77.790 ) − 145 .50 × 206.54 g/cm3 Ciment = 450 kg/m3.

16 0 . 25 3 1 5 0. 1 25 1 .6 2 5 5 2. 3 8 1 0 2 . 0 0. 63 0. 08 0.1 1 2 5 .8 0 0.2 . Analyse granulométrique par tamisage NF P18.5 4 0 3 50 6 3 80 10 0 10 0 Série de tamis en millimètres 20 .5 1 6 1 2 0 2 5 1 .T am isats (% ) Safi B.560 GRAPHE .1 4 5 6. 4 0 .5 .2- SABLES GRAVIERS B 100 Sable fin Sable fin 90 G8/15 45% 80 Méthodes de composition des bétons ordinaires 70 60 A G3/8 11% 50 40 Sg 32% 30 20 SF 12% 10 O 0 0. 3 . 0 1.