P. 1
Langue Française Manuel du Professeur des Ecoles. Anscombre Elites 1950 - Copie

Langue Française Manuel du Professeur des Ecoles. Anscombre Elites 1950 - Copie

|Views: 1,839|Likes:
Published by SaurinYanick

More info:

Published by: SaurinYanick on Apr 11, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/09/2014

pdf

text

original

• PROPRETÉ D'ABORD !

JE suis sûr que tu exiges de tes élèves qu'ils se présentent le* mains et la
figure propres, les ongles nets et la chevelure ère ordre. Que tu passes chaque jour
une sévère visite de propreté. Que tu veilles à ce que tes garnements ne se roulent
pas dans la boue ou la poussière.
Que tu les exhortes enfin à soigner la tenue des livres et des cahiers et que tu

montres l'exemple.

Tâche d'obtenir de la municipalité que les classes soient balayées
régulièrement au moins une fois par semaine. (Dans de .nombreuses communes, on
laisse encore ce soin aux écoliers, malgré les textes or

-5ciels : loi du 20 décembre
1947, modifiant la loi du 19-7-1889). Qu'on lessive les planchers tous les
trimestres, et les murs une fois l'an. Demande qu'on mélange un désinfectant à l'eau
d'arrosage.

Veille au bon- fonctionnement des appareils de chauffage. IJ est impossible
de travailler quand on est transi — de même si l'on étouffe. L'aération, l'éclairage
ont leur importance quand on vit nombreux dans une salle. Souvent les enfants sont
gênés pour écrire, parce qu'ils ont une fenêtre ou une source lumineuse à leur
droite. Il suffit de déplacer l'.élève ou de remonter l'ampoule électrique.
Si le cube d'air est insuffisant, tu devras aérer plus souvent. C'est ce qui se
produit fréquemment dans les écoles rurales, construites il y a soixante pu quatre-
vingts ans, pour recevoir une poignée d'élèves et aujourd'hui surpeuplées.
Peut-être, à l'occasion de réparations, obtiendras-tu qu'on t'installe un lavabo

rudimentaire ?

Les privés sont un luxe à la campagne.

305

A défaut de fosse d'aisance, chasse d'eau et cuvette en porcelaine, contente-
toi de faire cimenter pour rendre plus facile le nettoyage quotidien.
Les cours d'école sont, en général, en fort mauvais état : boueuses l'hiver,

poussiéreuses l'été.

D'accord avec le Maire, demande à l'ingénieur des Ponts et Chaussées qu'on
empierre et goudronne. L'asphalte est préférable au sable ou à la pierre pilée et reste
propre en toute saison.

Veille de très près à la santé et au bien-être des enfants : qu'ils soient bien
couverts en sortant de classe l'hiver, qu'ils ne courent pas trop quand il fait chaud.
Surveille les récréations et les sorties afin de prévenir les accidents.-
Ne mets pas tes élèves au piquet dans un courant d'air ou en plein soleil.
Procède à l'éviction dès malades contagieux ainsi que de leurs frères ou

sœurs.

Tâche de faire asseoir chaque écolier sur une table à sa taille. Ce n'est pas
facile, je te le concède et je regrette avec toi qu'on n'ait pas conçu des tables
extensibles.

Voilà de petites obligations sans grandeur, des devoirs obscurs mais
quotidiens pour l'accomplissement desquels nul ne songera à te complimenter, pas
même ton Inspecteur. Ce sont pourtant des tâches nécessaires et la moindre
négligence peut être lourde de conséquences.
Et quand il s'agit de la santé des enfants, qui songerait à se dérober ?

L'ÉCOLE AVENANTE

Dis-toi que ces" enfants passent 'la moitié de leur journée à l'école. Que tu y
consacres toi-même un bon tiers de ton existence active, c'est-à-dire plus d'heures
que tu ne demeures chez toi, dans un intérieur qu'il te semble indispensable
pourtant de meubler avec goût et de rendre accueillant.
Pourquoi n'apporterais-tu pas le même soin à mettre un peu d'agrément dans

ton « intérieur scolaire ».

Je sais qu'il y a des écoles-taudis— trop nombreuses hélas — out on tapisse
les murs de gravures... pour cacher les trous, où l'humidité suinte, où le soleil entre
parcimonieusement.

C'est peut-être dans ces classes-là qu'on a le plus besoin d'un peu de beauté,

d'un peu d'art.

Quand on blanchira les murs à la chaux — certainement pas tous les ans en
dépit du règlement — demande qu'on incorpore quelque teinte claire. La salle aura
l'air moins « poulailler ».
Un bleu clair est reposant pour les yeux.
Ote délibérément tout ce qui est laid : les planches anatomiques (squelettes,
appareils digestifs...), l'inévitable tableau des poids et mesures et le ver solitaire
dans son flacon d'alcool. Ils

306

ont leur place dans l'armoire du Musée scolaire. Mets à leur place quelques
estampes. Pas de fouillis surtout : pas d'affiches touristiques qui transforment ta
classe en syndicat d'initiative. Seulement quelques gravures bien choisies et bien
encadrées. Fais ton choix parmi les reproductions de chefs-d'œuvres, faciles à se
procurer et bon marché.
Quelques fleurs, une plante verte et c'est tout.
La sobriété est souvent une preuve de bon goût.
Pour exposer les gravures d'enseignement, les dessins d'élève, les
échantillons, fais découper des panneaux de contreplaqué que tu fixeras près des
tableaux noirs ou dans un couloir passager.
Mets des fleurs discrètes aux fenêtres : les capucines sont d'une culture
facile, les géraniums plus décoratifs et plus vivaces.
La façade est ornée d'une plante grimpante : rosier ou glycine. Quelques
parterres semés de gazon courent le long des murs. " Les élèves sont chargés de
leur entretien.

Ainsi l'école n'aura plus cet aspect « d'une geôle de jeunesse captive »,

comme disait Montaigne.

TA SANTÉ AUSSI EST PRÉCIEUSE

« Rude métier que le nôtre », t'ai-je dit au début de cet ouvrage. Les plus

robustes s'y usent.

Ces courtes journées scolaires que t'envient l'ouvrier et le paysan, sont
pourtant bien remplies. Parler six heures d'affilée, que dis-je parler ? lire, expliquer,
commenter, convaincre, insister, encourager, réprimander, gronder, moraliser. Tout
cela ne va pas sans fatigue physique, à laquelle, s'ajoute la fatigue intellectuelle (ne
te faut-il pas simplifier, ordonner, diriger, prévoir ?) et la fatigue nerveuse — la
plus pénible parce que déprimante.
Pense encore aux dangers de contagion du milieu scolaire et tu conviendras,
avec moi, qu'il faut à l'instituteur une santé solide.
Ménage donc tes forces, camarade, ne gaspille pas ton énergie.
Inutile de parler haut, de. gesticuler, de faire les cent pas dans la classe !
Les leçons, la plupart des corrections, peuvent être faites du bureau magistral
où, immobile, tu es un point fixe pour l'attention de ton auditoire.
Sois maître de tes nerfs, reste calme, évite l'énervement : des peccadilles ne
valent pas qu'on se mette en colère.
Es-tu- trop fatigué ? Te sens-tu malade ? Garde la ^chambre. Quelques jours
de repos" te remettront sur pied.
En voulant passer outre, tu risquerais de faire d'un mal bénin une maladie

sérieuse.

Ne commets pas l'erreur, dans l'enthousiasme des débuts, 4e,, t'acharner au
travail et d'y passer le plus clair de ton temps.

307

Répartis judicieusement ton travail de façon à disposer, chaque jour, de

quelques moments de loisir.

Un bon équilibre moral est aussi nécessaire qu'une santé prospère et l'une va

rarement sans l'autre.

Et puis ce que tu bâtis hâtivement maintenant, tu te verras obligé de le
modifier ou de le détruire dans quelques années, l'expérience aidant.
Alors prends ton temps.
Explore la contrée, lie connaissance avec les gens du village, parle avec tes
voisins, cause avec ta femme et joue avec tes enfants. Pratique un sport ou, comme
Candide, cultive ton jardin.

Mais oublie, pour quelques heures, la classe et ses soucis, tu n'en seras que
plus lucide au travail, le lendemain.

308

UN GRAVE PROBLEME

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->