Les troubles de la voix

• Altérations du son laryngé – Étiologies multiples – Cancer laryngé • Laryngoscopie – Indirecte (miroir, fibroscope) en consultation – Directe sous anesthésie générale – Biopsies avec histologie au moindre doute

Schéma général de l'appareil vocal
• • • Soufflerie pulmonaire – moteur Vibrateur laryngé – Vibration (son) Résonateurs pharyngés – Filtrage (voyelles) Contrôle neuromusculaire Centres bulbaires et corticaux

• •

Le vibrateur laryngé

Le vibrateur laryngé

Les muscles endo-laryngés Muscles adducteurs et abducteurs Sous le contrôle du nerf laryngé inférieur .

Le muscle crico-thyroidien Sous le contrôle du nerf laryngé supérieur .

L'ondulation muqueuse .

Les résonateurs pharyngés • • • • Degré d'occlusion du sphincter vélo-pharyngé Position de la langue Position des lèvres Vibration des cordes vocales • • • Consonnes voisées/non voisées Consonnes labiales ou labiodentales Différentes voyelles .

Les dysphonies • Aspect qualitatif – Quel type de dysphonie? Voix rauques. éraillées. soufflées. etc. Signes associés: fatigabilité. hémmage • • • • Echelle GRBAS de Hirano . etc. rocailleuses. Voix voilées.

Sémiologie différentielle • Altérations de la résonance • Dysarthries • Bégaiement • Aphasies • Troubles de l'audition altérant le contrôle de la voix .

Les moyens d'investigation -1 • L'examen des cordes vocales : laryngoscopie indirecte – Miroir – Fibroscopie – Epipharyngoscope – Lumière stroboscopique .

Les moyens d'investigation .2 • La laryngoscopie directe en suspension .

Les troubles aigus de la voix • Laryngite aiguë • Paralysie récurrentielle brutale • Aphonie psychogène • Traumatismes laryngés • Début brutal d'une cause chronique .

mucofluidifiants. peu de signes d'accompagnement – A l'occasion d'un "froid" ou d'un malmenage vocal – Examen laryngé : • Laryngite catarrhale (muqueuse rosée) • Laryngite oedémateuse (oedème) • Laryngite croûteuse • Coup de fouet laryngé – Traitement : repos. corticoides. aérosols .Laryngite aigue – Quasi-aphonie.

Aphonie psychogène • Souvent chez la femme • Le matin au réveil • Aphonie totale • Examen laryngé : – Cordes vocales normales et mobiles – Absence de contact en phonation • Traitement difficile – Rééducation orthophonique – Psychothérapie .

trachéotomie . traitement endoscopique laser.Traumatismes laryngés • Notion de traumatisme externe ou d'intubation • Examen: – Hématome d'une corde – Oedème ou immobilité d'une corde – Emphysème sous-cutané • Bilan – Endoscopique – Tomodensitométrie • Traitement : corticoides. chirurgie.

Les lésions bénignes acquises nodules polype • Nodules: forçage vocal chronique .femmes • Polypes: forçage vocal aigu .tabac .hommes .

Rééducation post-opératoire . Chirurgie en cas d'échec • Polypes: Chirurgie.Le traitement • Nodules: rééducation.

Les lésions granulomateuses Granulome unilatéral Granulome bilatéral • Lésions post-intubation • Forçage vocal • Reflux gastro-oesophagien infra-clinique .

Le traitement Granulome unilatéral • Rééducation • Traitement médical du RGO • Laser CO2 en cas d'échec Après laser .

Lésions bénignes congénitales Kyste Kyste ouvert Sulcus Pont muqueux .

Exérèse d’un kyste .

toxiques. alcool – Foyers infectieux – Malmenage vocal • Etat pré-cancéreux • Nécessité d'une biopsie-exérèse • Oedème de Reinke • Laryngite hypertrophique diffuse • Laryngite dysplasique .Les laryngites chroniques • Phénomènes inflammatoires chroniques – Tabac.

Oedème de Reinke .

Les laryngites hypertrophiques diffuses • Biopsie-exérèse .

Les laryngites dysplasiques • Biopsie-exérèse .

Les cancers du larynx • Adulte entre 40 et 60 ans. homme. fumeur • Enrouement • Otalgie réflexe • Adénopathie • Dyspnée laryngée • Bilan endoscopique sous anesthésie générale: biopsies • TDM cervico-thoracique pour le bilan d'extension .

Le cancer glottique débutant • Radiothérapie • Exérèse chirurgicale • Endoscopique (laser CO2) • Chirurgie partielle .

Le cancer sus-glottique débutant • Radiothérapie • Exérèse chirurgicale • Endoscopique (laser CO2) • Chirurgie partielle sus-glottique • Traitement des adénopathies cervicales .

Les paralysies laryngées • PL unilatérales – Dysphonie en rapport avec la position de la CV paralysée (adduction ou abduction) – Fausses routes si abduction – Enquête étiologique sur le trajet du nerf X et récurrent • PL bilatérales en fermeture – Dyspnée • Diagnostic différentiel – Immobilités mécaniques – Envahissement néoplasique du larynx .

Paralysie laryngée unilatérale • Causes tumorales (25%) – Cancers bronchiques et médiastinaux – Cancers oesophage – Cancers thyroidiens • Causes traumatiques (35%) – Chirurgie thyroidienne. cervicale.vertébrale. basicranienne. myasthénie • PL idiopathiques (20%) . thoracique – Intubation • Causes neurologiques et rhumato (20%) – SLA. Arthrite rhumatoide. carotidienne. AVC. Arnold-Chiari.

aucune toux n'est notée. Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. La corde droite est parfaitement mobile. . Une désobstruction carotidienne chirurgicale a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. ou gêne pharyngée. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. soufflée. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. Ces troubles ont disparu quelques jours après. La voix est très faible. le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. Aucune douleur. employé municipal.DOSSIER : Paralysie laryngée unilatérale Un homme de 52 ans. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis.

.

présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. La voix est très faible. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. Il est traité depuis par Ticlid. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. ou gêne pharyngée. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. aucune toux n'est notée. quels doivent être les points importants sur lesquels doit porter l'examen clinique? . Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique.Un homme de 52 ans. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis. Aucune douleur. Dans ce contexte d'immobilité laryngée gauche. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. soufflée. Ces troubles ont disparu quelques jours après. La corde droite est parfaitement mobile. employé municipal.

La corde droite est parfaitement mobile. La voix est très faible. ou gêne pharyngée. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. La démarche étiologique est capitale. Aucune douleur. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. employé municipal. aucune toux n'est notée. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis. Il est traité depuis par Ticlid. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. soufflée. Ces examens sont normaux. Le patient vous est adressé avec une radiographie thoracique et une échographie cervicale. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. Ces troubles ont disparu quelques jours après. Ces examens sont ils suffisants pour la démarche étiologique? Sinon quels examens d'imagerie demander? . le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle.Un homme de 52 ans. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique.

employé municipal. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. ou gêne pharyngée. Au niveau thoracique ou cervical. La corde droite est parfaitement mobile. Aucune douleur. quelles sont les étiologies que l'on doit évoquer plus particulièrement chez ce patient? . il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis. soufflée.Un homme de 52 ans. Il est traité depuis par Ticlid. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. Ces troubles ont disparu quelques jours après. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. aucune toux n'est notée. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. La voix est très faible.

Quel serait l'intérêt d'une imagerie de la base du crâne? Une ou des étiologies des paralysies laryngées peut (peuvent) être diagnostiqué(e) à ce niveau? Quels signes cliniques accompagnent alors souvent la paralysie laryngée? . Ces troubles ont disparu quelques jours après. soufflée. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. Il est traité depuis par Ticlid.Un homme de 52 ans. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. ou gêne pharyngée. Aucune douleur. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. La corde droite est parfaitement mobile. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. employé municipal. aucune toux n'est notée. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis. La voix est très faible.

le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. Aucune douleur. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. employé municipal. Il est traité depuis par Ticlid. Quels autres examens doivent ils être envisagés dans la démarche étiologique? Leur réalisation doit-elle être systématique? .Un homme de 52 ans. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis. Ces troubles ont disparu quelques jours après. La corde droite est parfaitement mobile. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. L'ensemble du bilan radiologique s'avère normal. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. aucune toux n'est notée. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. La voix est très faible. soufflée. ou gêne pharyngée.

Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. Quels sont les mécanismes que l'on peut évoquer pour les immobilités laryngées post-thyroidectomies? . Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. ou gêne pharyngée. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. La voix est très faible. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. aucune toux n'est notée. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. soufflée. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. Il est traité depuis par Ticlid. le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. Aucune douleur. Ces troubles ont disparu quelques jours après.Un homme de 52 ans. employé municipal. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique. La corde droite est parfaitement mobile. Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis.

Le patient est par ailleurs suivi depuis 3 ans après un épisode d'angine de poitrine ayant nécessité une coronarographie avec dilatation coronarienne. Aucune douleur. ou gêne pharyngée. présente depuis 1 mois une dysphonie apparue brutalement après un épisode de refroidissement. Le patient n'a pas interrompu son intoxication tabagique. Il ne présente aucun antécédent notable et n'avoue aucune intoxication alcoolique.Un homme de 52 ans. le patient a des difficultés à tenir un son continu comme une voyelle. Une désobstruction carotidienne avec mise en place d'un stent a été pratiquée un an avant l'épisode dysphonique. il a du mal à terminer ses phrases et doit reprendre sa respiration au milieu de celles ci. Il est traité depuis par Ticlid. La voix est très faible. Ces troubles ont disparu quelques jours après. employé municipal. La corde droite est parfaitement mobile. soufflée. aucune toux n'est notée. Concernant cette paralysie idiopathique. quelle est l'évolution possible? Quel traitement proposer au patient? Quand et dans quel but? . Aucune amélioration de la voix n'est notée depuis. Dans les premiers jours quelques fausses routes à la déglutition sont notés avec des fausses routes par inhalation. L'examen des cordes vocales réalisé au miroir retrouve une immobilité de l'hémilarynx gauche.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful