Les politiques protectionnistes sont-elles un frein à la croissance ?

Introduction : Selon Bernard Cassen, président d'ATTAC « le seul protectionnisme méritant son nom est celui du refus affiché ou implicite de la circulation des personnes, des œuvres et des idées ». En effet, le protectionnisme est une doctrine ou ensemble de pratiques, qui prône ou instaure des obstacles aux échanges (droits de douane, subventions, normes...) afin de favoriser les producteurs domestiques en leur réservant le marché intérieur et/ ou stimulant artificiellement leurs exportations. En revanche le libre échange, par opposition au protectionnisme, est une doctrine qui prône et met en œuvre la liberté de circulation des biens et services afin d'améliorer le bien être mondial. Celle ci permet d'opérer le rattrapage de pays en avance ou de faire en sorte que les entreprises locales bénéficient de plus vastes marchés. Les périodes de crises sont propices à la réapparition du protectionnisme. De plus, la croissance économique désigne la variation positive de la production de bien et de services marchands dans une économie sur une période donnée. L'indicateur le plus utilisé est le PIB. Quelles sont alors les influences des politiques protectionnistes sur la croissance ? Nous nous placerons à l'échelle internationale et nous nous appuierons sur les exemples actuels. Dans un premier temps, nous présenterons le principe du protectionnisme et nous mettrons en évidence ses intérêts. Dans un second temps, nous rappellerons les limites de ce principe et nous montrerons les solutions. I- Les théories du protectionnisme A- Présentation de la politique d'intervention étatique B- Les intérêts de cette politique II- Les limites du protectionnisme A- Danger de ce principe : contraction du commerce international B- Solution opposée proposés par les libéraux : le libre échange Conclusion : La doctrine dominante du libre échange et les avantages de celui-ci en matière de croissance économique n'ont pas entraîné la disparition des mesures protectionnistes dans le monde. En effet, la Chine montre qu'un pays peut très bien avoir une forte croissance économique et se développer avec une politique volontariste de protection de son économie nationale. Cela n'empêche pas pour autant une insertion dans dans les échanges internationaux. Une politique d'indépendance, et de repli sur soi peut aggraver la crise d'aujourd'hui. L'OMC doit donc veiller au retour du protectionnisme dans le monde.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful