SYSTÈMES SYSTÈMES

HYDRAULIQUES HYDRAULIQUES
Jean-Loup ROBERT
Version 1.5.0 – 31 août 2011
© Jean-Loup Robert, 2011
Table des matières
Chapitre 1
Introduction..........................................................................................................................................8
1.1 Contexte...................................................................................................................................... 8
1.2 Approche « modèle ».................................................................................................................. 8
1.3 Contenu....................................................................................................................................... 9
Chapitre 2
Les équations de base utiles en hydraulique................................................................................... 10
2.1 Justification............................................................................................................................... 10
2.2 Vitesse et accélération............................................................................................................... 11
2.3 Déformation.............................................................................................................................. 12
2.3.1 Déformation linéaire..........................................................................................................12
2.3.2 Déformation angulaire.......................................................................................................13
2.4 Conservation de la masse.......................................................................................................... 14
2.5 Fonctions de courant et de potentiel..........................................................................................15
2.5.1 Fonction de courant........................................................................................................... 15
2.5.2 Fonction de potentiel......................................................................................................... 21
2.5.3 Interprétation physique...................................................................................................... 23
2.6 Conservation de la quantité de mouvement.............................................................................. 25
2.6.1 Équations d’Euler.............................................................................................................. 26
2.6.2 Équations de Navier-Stokes.............................................................................................. 26
2.6.3 Écoulement de Couette et de Poiseuille............................................................................ 27
2.6.4 Écoulement de Couette......................................................................................................29
2.6.4.1 Exemple 1.1............................................................................................................... 29
2.6.5 Écoulement de Poiseuille.................................................................................................. 30
2.6.5.1 Exemple 1.2............................................................................................................... 31
2.7 Exercices................................................................................................................................... 32
Chapitre 3
Les écoulements en charge en régime permanent...........................................................................34
3.1 Contenu du chapitre.................................................................................................................. 34
3.2 Définitions.................................................................................................................................34
3.2.1 Écoulements en charge...................................................................................................... 34
3.2.2 Régime permanent.............................................................................................................34
3.2.3 Régimes d’écoulement...................................................................................................... 35
3.2.3.1 Régime laminaire....................................................................................................... 36
3.2.3.2 Régime turbulent....................................................................................................... 37
3.3 Pertes de charge dans les conduites circulaires......................................................................... 37
3.3.1 Perte de charge par frottement...........................................................................................38
3.3.2 Expression générale...........................................................................................................38
3.3.2.1 Conduite de section circulaire................................................................................... 38
iii
3.3.2.2 Conduite de section quelconque................................................................................ 39
3.3.3 Rugosité relative................................................................................................................ 39
3.3.4 Détermination du facteur de frottement............................................................................ 39
3.3.4.1 Diagramme de Moody............................................................................................... 40
3.3.4.2 Formule de White-Colebrook.................................................................................... 40
3.3.4.3 Formule d'Hazen-Williams........................................................................................ 42
3.4 Pertes de charges locales........................................................................................................... 43
3.5 Diagramme d’énergie................................................................................................................ 45
3.5.1 Principes............................................................................................................................ 45
3.5.2 Exemples........................................................................................................................... 45
3.5.3 Calculs hydrauliques......................................................................................................... 49
3.5.3.1 Conduite de diamètre constant entre deux réservoirs................................................ 49
3.5.3.2 Conduites de diamètres différents entre deux réservoirs avec perte de charge locale à
la restriction........................................................................................................................... 50
3.5.3.3 Réduction de diamètres de conduite entre deux réservoirs avec pertes de charge
locales aux changements de diamètre.................................................................................... 51
3.5.3.4 Conduite et robinet-vanne entre deux réservoirs....................................................... 51
3.5.3.5 Conduite entre un réservoir et une sortie à l’air libre................................................ 51
3.5.3.6 Conduites et coudes entre deux réservoirs.................................................................52
3.5.3.7 Conduites et pompe entre deux réservoirs................................................................. 52
3.6 Principes de base du calcul de systèmes hydrauliques complexes...........................................53
3.6.1 Mise en situation................................................................................................................54
3.6.2 Formulation générale.........................................................................................................59
3.6.3 Vérification du nombre d’équations.................................................................................. 62
3.6.4 Antennes et réseaux ramifiés............................................................................................. 64
3.6.5 Méthodes de résolutions.................................................................................................... 64
3.6.5.1 Méthodes directes...................................................................................................... 64
3.6.5.1.1 Méthode des débits.............................................................................................64
3.6.5.1.2 Méthode des charges.......................................................................................... 67
3.6.5.2 Méthode matricielle par mailles................................................................................ 67
3.6.6 Aspects théoriques des méthodes de résolution.................................................................70
3.7 Pompes et turbines.................................................................................................................... 71
3.7.1 Les pompes........................................................................................................................ 72
3.7.2 Types de pompes............................................................................................................... 73
3.7.3 Courbe de pompe et point de fonctionnement...................................................................75
3.7.4 Rendement......................................................................................................................... 79
3.7.5 Vitesse de rotation............................................................................................................. 80
3.7.6 Vitesse spécifique.............................................................................................................. 80
3.7.7 Limite d'aspiration............................................................................................................. 81
3.7.8 Stations de pompage..........................................................................................................82
3.7.8.1 Pompes en parallèles..................................................................................................82
3.7.8.1.1 Pompes identiques en parallèles........................................................................ 82
3.7.8.1.2 Pompes différentes en parallèles........................................................................ 83
Exemples avec deux pompes différentes en parallèle.......................................................84
3.7.8.2 Pompes en séries........................................................................................................ 87
3.8 Exercices................................................................................................................................... 89
Chapitre 4
Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques sous pression.............................................93
iv
4.1 Introduction............................................................................................................................... 93
4.2 Description des phénomènes physiques en jeu......................................................................... 94
4.2.1 État d’équilibre d’un système hydraulique........................................................................94
4.2.2 Onde élastique et oscillation en masse.............................................................................. 94
4.2.3 Perturbation de l’équilibre, effet sur les pressions............................................................ 94
4.3 Aspects théoriques.....................................................................................................................98
4.3.1 Équations de base.............................................................................................................. 98
4.3.2 Hypothèses de base..........................................................................................................101
4.3.3 Calcul de la surpression ou dépression maximale........................................................... 101
4.3.4 Méthode des caractéristiques...........................................................................................104
4.3.5 Méthode des différences finies........................................................................................ 106
4.3.6 Calcul de l’oscillation en masse...................................................................................... 108
4.4 Modélisation des composantes d’un système hydraulique......................................................111
4.4.1 Traitement d’un élément général..................................................................................... 111
4.4.2 Sections de conduites.......................................................................................................113
4.4.3 Élément passif..................................................................................................................113
4.4.4 Jonctions.......................................................................................................................... 114
4.4.5 Pompes.............................................................................................................................115
4.4.6 Vannes..............................................................................................................................115
4.4.7 Cavitation.........................................................................................................................116
4.4.8 Équipements de protection.............................................................................................. 116
4.4.8.1 Volant d’inertie.........................................................................................................116
4.4.8.2 Chambres ou cheminées d’équilibre........................................................................ 118
4.4.8.3 Chambres d’équilibre unidirectionnelles................................................................. 119
4.4.8.4 Réservoirs d’air........................................................................................................ 119
4.4.8.5 Soupapes de décharge.............................................................................................. 120
4.4.8.6 Soupapes d’admission et de purge d’air.................................................................. 121
4.4.8.7 Bipasse..................................................................................................................... 121
4.5 Exercices................................................................................................................................. 122
Chapitre 5
Les écoulements à surface libre...................................................................................................... 124
5.1 Introduction............................................................................................................................. 124
5.2 Classification des écoulements............................................................................................... 124
5.3 L’écoulement permanent uniforme......................................................................................... 125
5.3.1 Considérations théoriques............................................................................................... 125
5.3.2 L’équation de Chézy........................................................................................................ 128
5.3.3 L’équation de Manning....................................................................................................129
5.3.4 Autres formules d’écoulements....................................................................................... 129
5.3.4.1 Formule de Manning-Strickler................................................................................ 129
5.3.4.2 Formule de Darcy-Weisbach................................................................................... 129
5.3.5 Section d’écoulement et périmètre mouillé..................................................................... 130
5.3.5.1 Périmètre mouillé et largeur au miroir.....................................................................130
5.3.5.2 Section d’écoulement...............................................................................................131
5.3.6 L’écoulement critique...................................................................................................... 133
5.3.6.1 La hauteur critique................................................................................................... 134
5.3.6.2 La pente critique...................................................................................................... 134
5.3.7 Calcul de la hauteur normale........................................................................................... 135
v
5.3.7.1 Méthode de Newton-Raphson................................................................................. 135
5.3.7.2 Utilisation d'une feuille de calcul ........................................................................... 136
5.4 L’écoulement graduellement varié.......................................................................................... 137
5.4.1 Généralités....................................................................................................................... 137
5.4.2 Principes de base............................................................................................................. 137
5.4.3 Courbes de remous typiques............................................................................................139
5.4.3.1 Courbes M............................................................................................................... 139
5.4.3.2 Courbes S................................................................................................................. 140
5.4.3.3 Courbes C................................................................................................................ 141
5.4.3.4 Courbes H et A.........................................................................................................142
5.4.3.5 Détermination du type de courbe.............................................................................143
5.4.4 Calcul des courbes de remous pour les canaux réguliers (Direct Step Method).............144
5.4.5 Calcul des courbes de remous pour les canaux naturels (Standard Step Method)..........147
5.5 Écoulement brusquement varié, le ressaut hydraulique.......................................................... 149
5.6 Singularités dans les canaux....................................................................................................153
5.6.1 Seuils............................................................................................................................... 153
5.6.2 Déversoirs........................................................................................................................155
5.6.2.1 Équation générale.................................................................................................... 155
5.6.3 Vannes..............................................................................................................................157
5.6.4 Transitions....................................................................................................................... 161
5.6.4.1.1 Exemple........................................................................................................... 162
5.7 Les écoulements à surface libre non permanents.................................................................... 165
5.7.1 Définitions et mise en contexte....................................................................................... 166
5.7.2 Étude de l'onde de translation..........................................................................................167
5.7.2.1 Célérité de l'onde..................................................................................................... 167
5.7.2.2 Types d'intumescences............................................................................................. 168
5.7.2.2.1 Exemple........................................................................................................... 169
5.8 Exercices................................................................................................................................. 172
Chapitre 6
Systèmes mixtes................................................................................................................................ 176
6.1 Introduction............................................................................................................................. 176
6.2 Règles générales...................................................................................................................... 176
6.3 Exemple 1................................................................................................................................180
6.4 Exemple 2................................................................................................................................184
6.5 Exemple 3................................................................................................................................187
6.6 Exemple 4................................................................................................................................189
6.7 Exemple 5................................................................................................................................190
6.8 Exemple 6................................................................................................................................192
Chapitre 7
La modélisation des écoulements à surface libre.......................................................................... 194
7.1 Généralités...............................................................................................................................194
7.2 Modélisation unidimensionnelle............................................................................................. 195
7.2.1 Écoulement permanent.................................................................................................... 195
7.3 Modélisation bidimensionnelle............................................................................................... 197
7.3.1 Les équations de base...................................................................................................... 197
vi
7.3.2 Intégration verticale.........................................................................................................199
7.3.3 Troisième équation de mouvement..................................................................................201
7.3.4 Équation de continuité..................................................................................................... 201
7.3.5 Première équation de mouvement................................................................................... 202
7.3.6 Conditions aux limites..................................................................................................... 205
7.3.7 Formulation par la méthode des éléments finis............................................................... 205
ANNEXE A.
Aide-mémoire – Systèmes hydrauliques........................................................................................ 209
Équations de base.......................................................................................................................... 209
Champs de vitesse et d'accélération......................................................................................... 209
Déformations linéaire et angulaire........................................................................................... 209
Conservation de la masse......................................................................................................... 210
Fonction de courant.................................................................................................................. 210
Fonction de potentiel................................................................................................................ 210
Conservation de la quantité de mouvement..............................................................................211
Équations d'Euler...................................................................................................................... 211
Équations de Navier-Stokes......................................................................................................211
Écoulement de Poiseuille..........................................................................................................211
Écoulement de Couette.............................................................................................................212
Écoulement en charge................................................................................................................... 212
Systèmes complexes................................................................................................................. 213
Pompes..................................................................................................................................... 216
Turbines.................................................................................................................................... 217
Transitoires hydrauliques.............................................................................................................. 217
Écoulement à surface libre............................................................................................................ 219
Classification............................................................................................................................ 219
Écoulement permanent uniforme............................................................................................. 219
Section d'écoulement................................................................................................................ 219
Écoulement critique..................................................................................................................220
Hauteur normale....................................................................................................................... 221
Écoulement graduellement varié.............................................................................................. 221
Méthode de calcul pour les canaux régulier (Direct Step Method)..........................................222
Écoulement brusquement varié – ressaut hydraulique............................................................. 223
Singularités dans les canaux..................................................................................................... 223
Écoulements non permanents à surface libre........................................................................... 224
Systèmes mixtes............................................................................................................................ 224
Modélisation des écoulements permanent à surface libre............................................................. 225
Constantes physiques.................................................................................................................... 225
ANNEXE B
Alphabet grec utilisé comme symboles scientifiques.................................................................... 226
vii
Chapitre 1
Introduction
1.1 Contexte
La décision d'écrire une livre de systèmes hydrauliques remonte à l'époque où j'enseignais
l'hydraulique urbaine. Ayant eu la charge de ce cours pendant plus de vingt ans, j'ai vu évoluer les
outils de calculs vers des logiciels de plus en plus performants, mais aussi de plus en plus complexes
et dont les mécanismes internes sont devenus de moins en moins présents à l'esprit de l'élève
ingénieur, futur utilisateur d'outils informatisés.
1.2 Approche « modèle »
Quand on apprend les rudiments de l'hydraulique, on a tendance à séparer les divers composants d'un
système pour les étudier séparément. Une fois que l'on a bien maîtrisé le comportement d'une
conduite, d'une vanne ou d'une pompe, il convient d'envisager la possibilité de rendre compatibles
ces comportements afin de construire un système qui les utilise et de prédire le comportement de
l'ensemble.
Pour réussir cet assemblage, il faut faire référence à des principes physiques très généraux et bien
définis. Dans le cas des systèmes hydrauliques, ces principes sont les lois de conservation de la
masse, de la quantité de mouvement et de l'énergie.
Le but du livre de « Systèmes hydrauliques » est de démontrer les règles, basées sur les principes de
conservation, qui permettent d'assembler un ensemble complexe à partir d'éléments simples. Cette
approche permet de construire, virtuellement, un modèle de système hydraulique afin d'en étudier les
réactions lorsqu'il est soumis à des conditions d'utilisation. Les moyens de calcul nécessaires à cette
opération peuvent être relativement simples. On pourra, pratiquement, dégrossir le comportement
d'une station de pompage, par exemple, en utilisant une feuille de calcul d'un tableur électronique
comme le bien connu Microsoft Excel, bien que les méthodes données ici s'appliquent à n'importe
quel chiffrier sur ordinateur.
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Introduction
1.3 Contenu
Dans un premier temps, nous nous attarderons aux écoulements en charge. D'abord, nous réviserons
un certain nombre d'aspects théoriques à la base de la modélisation hydraulique. Puis nous
étudierons les moyens de construire des modèles d'écoulements en charge, en régime permanent, en
utilisant des moyens de calcul sur ordinateur. Nous aborderons par la suite les régimes transitoires
des écoulements sous pression dans le but d'évaluer les conséquences, habituellement rencontrées
dans la pratique, des variations temporelles de régime.
Dans une deuxième partie du livre, nous étudierons le comportement des écoulements à surface
libre. Nous commencerons d'abord par l'écoulement permanent uniforme pour comprendre les
caractéristiques de base d'un écoulement à surface libre. Ensuite, nous verrons plusieurs cas
particuliers à partir de variations spatiales et temporelles.
Enfin, nous examinerons les bases de la modélisation numérique, plus générale, des écoulements à
surface libre en étudiant le modèle numérique bidimensionnel inspiré des équations de Saint-Venant
et résolu par une méthode d'éléments finis
9
Chapitre 2
Les équations de base utiles en hydraulique
2.1 Justification
La compréhension des équations de base appliquées à l’hydraulique forme une assise solide sur
laquelle notre façon de raisonner s'appuie afin d’expliquer des comportements hydrauliques observés
ou prévus. En outre, ces équations sont le point de départ de tous les modèles sur ordinateur. Ces
modèles nous permettent de calculer les paramètres qui soutiendront de nos prises de décision.
La connaissance de ces équations de base ne peut se dissocier de celle des conditions aux limites qui
conduisent à une solution particulière. Cet aspect peut paraître trop théorique, cependant l'utilisateur
de modèles numériques ne peut pas espérer obtenir de résultats valides s'il ne maîtrise pas cet aspect.
Dans ce qui suit, notre objectif sera centré sur la compréhension des termes des équations de base
pour être en mesure d'apprécier leur rôle dans l'étude d'un comportement hydraulique. Pour atteindre
ce but, nous étudierons les termes des équations sur des intervalles finis plutôt que sur des intervalles
infinitésimaux. Cette approche se justifie par le fait que tous les modèles sur ordinateurs
fonctionnent sur ce principe. En effet, chaque milieu d'étude est divisé, par exemple, en sous-
ensemble de dimensions ∆x, ∆y et ∆z dont les grandeurs peuvent varier de quelques millimètres pour
des aubes de turbines à quelques kilomètres pour les modèles météorologiques.
Pour bien comprendre les équations de base et pour nous familiariser avec la notation, nous devons
rappeler quelques notions élémentaires utilisées pour décrire le comportement d'un fluide. Ce sont :
• La cinématique, soit la vitesse et l'accélération;
• La déformation du fluide lorsqu'il est soumis à des contraintes.
Ensuite, nous appliquerons les principes de conservation de la matière et de la quantité de
mouvement (inertie) pour construire les équations qui permettent de décrire le comportement
dynamique d'un fluide et plus spécifiquement celui de l'eau.
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
2.2 Vitesse et accélération
Les vitesses permettent de définir le mouvement d’un fluide sans égard aux forces qui y sont
appliquées, donc de définir le comportement cinématique. Lorsqu’intervient la masse du fluide,
l’accélération permet de mettre en relation le mouvement et les forces appliquées, c’est la
dynamique.
On définit la vitesse comme un champ vectoriel :
V=u
¯
i +v
¯
j +w
¯
k 2.1
où u, v et w sont les composantes de la vitesse selon les axes x, y et z sur lesquels sont définis les
vecteurs unitaires
¯
i ,
¯
j et
¯
k . De plus, les composantes peuvent varier dans le temps, elles seront
donc décrites comme des fonctions de quatre variables indépendantes x, y, z et t :
u=f
1
( x , y , z , t )
v= f
2
( x , y , z , t )
w= f
3
( x , y , z , t )
2.2
L’accélération se définit comme la dérivée totale (ou dérivée matérielle) de V par rapport au temps :
a=
d V
dt
2.3
a est donc aussi un vecteur dont les composantes sont :
a=
¦
a
x
, a
y
, a
z
|
=
¦
du
dt
,
dv
dt
,
dw
dt
|
2.4
Chaque dérivée totale peut être exprimée en dérivées partielles par rapport au temps et à l’espace :
a
x
=
du
dt
=
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂ z
a
y
=
dv
dt
=
∂v
∂t
+u
∂v
∂x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂ z
a
z
=
dw
dt
=
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂w
∂ z
2.5
NOTATION :
11
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
d ()
dt
=
∂()
∂t
+V⋅∇()
∇( )=grad ( )=
∂( )
∂ x
¯
i +
∂( )
∂ y
¯
j +
∂( )
∂z
¯
k , la valeur entre parenthèses est nécessairement un scalaire
2.3 Déformation
2.3.1 Déformation linéaire
La déformation linéaire est liée au changement de volume d’élément de fluide. Le taux de
changement de volume par unité de volume s’exprime en fonction des vitesses.
Figure 2.1 - Déformation linéaire d'un volume de contrôle ∆x∆y∆z.
En effet :
∆V
∆t
=
∆( ∆x ∆ y ∆z)
∆t
=∆x
∆( ∆ y ∆z )
∆t
+∆ y ∆z
∆( ∆x)
∆t
=∆x
(
∆ y
∆( ∆z )
∆t
+∆z
∆( ∆ y )
∆t
)
+∆ y ∆z
∆( ∆x)
∆t
=Δ x Δ y
Δ(Δ z)
Δt
+Δ x Δ z
Δ( Δ y )
Δt
+Δ y Δ z
Δ(Δ x)
Δt
en divisant par le volume ∆x∆y∆z :
12
x
y
z
∆x ∆(∆x)
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
∆V / ∆t
∆x ∆y ∆z
=
∆ y ∆z
∆( ∆x)
∆t
+∆x ∆z
∆( ∆ y)
∆t
+∆x ∆ y
∆( ∆z )
∆t
∆x ∆y ∆z
=
1
∆x
∆( ∆x )
∆t
+
1
∆y
∆( ∆ y)
∆t
+
1
∆z
∆( ∆z)
∆t
Comme ∆x représente un côté de l'élément de volume, sa variation temporelle peut être vue comme
la différence des vitesses de ses extrémités, donc ∆(∆x) / ∆t = ∆u et ainsi de suite dans les autres
directions. donc, en passant à la limite :
∂u
∂ x
+
∂v
∂ y
+
∂ w
∂ z
=∇⋅V=divV 2.6
Si le fluide est incompressible, alors la divergence du champ de vitesse est nulle :
div V=0 2.7
En termes de déformation linéaire, cela revient à dire que l’élément de fluide ne peut changer de
volume.
2.3.2 Déformation angulaire
La déformation angulaire est liée à la rotation des faces deux à deux d’un élément de fluide. En
faisant l’hypothèse de faibles rotations, tg α=α, et en prenant la moyenne des rotations des faces
prises deux à deux, on obtient les composantes du vecteur rotation ω :
ω
x
=
1
2
(
∂ w
∂ y

∂v
∂z
)
ω
y
=
1
2
(
∂u
∂ z

∂ w
∂ x
)
ω
z
=
1
2
(
∂v
∂ x

∂u
∂ y
)
2.8
Sous forme vectorielle :
ω=
1
2
curl V=
1
2
∇×V=
1
2


i

j

k

∂ x

∂ y

∂z
u v w

2.9
13
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Par définition, la vorticité ζ est égale 2 ω, par ailleurs, si :
ζ =∇×V=0 2.10
le champ de vitesse est irrotationnel.
2.4 Conservation de la masse
Figure 2.2 - Flux de masse entrant et sortant d'un volume de contrôle ∆x∆y∆z.
La conservation de la masse exprime le fait qu'un système ne subit pas de variation de masse, sur un
volume de contrôle, il y a équilibre entre le flux massique et la variation de masse. En considérant le
volume de contrôle ∆x∆y∆z, la variation de masse à l'intérieur s'écrit :
∆M
∆t

système
=
∆( ρ ∆x ∆y ∆z )
∆t
+ρu∣
x+∆ x
∆ y ∆z−ρ u∣
x
∆ y ∆z+ ρv∣
y+∆ y
∆x ∆z−ρ v∣
y
∆x ∆z
+ρw∣
z+∆z
∆x ∆ y−ρ w∣
z
∆x ∆ y=0
En divisant par ∆x∆y∆z et en prenant la limite, on obtient :
14
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
∂ ρ
∂t
+
∂( ρu)
∂ x
+
∂( ρv)
∂ y
+
∂( ρw)
∂ z
=
∂ ρ
∂t
+∇· ρV=0
2.11
où ρ est la masse volumique (aussi appelée masse spécifique et définie comme la masse par unité de
volume).
Si l’écoulement est permanent, la variation temporelle locale est nulle,
∂ ρ
∂t
=0 , donc la conservation
de la masse s’écrit :
∇⋅ρV=0 2.12
Si de plus, il est incompressible, ρ est constant, donc :
∇⋅V =0 2.13
2.5 Fonctions de courant et de potentiel
2.5.1 Fonction de courant
Pour un écoulement bidimensionnel plan incompressible, la conservation de la masse s’écrit :
∂u
∂x
+
∂v
∂ y
=0 2.14
Si on résout seulement cette équation, on ne tient pas compte de la conservation de la quantité de
mouvement donc on idéalise le fluide en ne considérant pas les effets de son inertie ni de sa
viscosité. C'est ce que l'on appelle un fluide parfait. Les applications les plus courantes concernent
les écoulements très lents comme dans les milieux poreux.
Pour résoudre cet écoulement, on doit modifier l'équation, car elle contient deux inconnues u et v, on
pose alors une fonction scalaire, Ψ (x, y) que l'on nomme fonction de courant, telle que :
u=−
∂Ψ
∂ y
et v=
∂Ψ
∂ x
2.15
en remplaçant ces expressions dans 2.14, on obtient :


∂ x
(
∂Ψ
∂ y
)
+

∂ y
(
∂Ψ
∂ x
)
=0 2.16
15
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Ce qui signifie, évidemment, que toute fonction Ψ(x, y) satisfait cette condition. Pour que la fonction
de courant Ψ(x, y) soit plus spécifique, par exemple associée avec la fonction de potentiel, il faut
ajouter la condition que l'écoulement soit aussi irrotationnel, c'est-à-dire, en deux dimensions, qu'il
satisfasse la condition suivante :
∂v
∂x

∂u
∂ y
=0 2.17
En remplaçant les définitions 2.15 dans cette dernière équation, on obtient une équation de Laplace :

2
Ψ
∂ x
2
+

2
Ψ
∂ y
2
=0 2.18
La fonction Ψ(x, y) solution de cette expression a les propriétés suivantes :
• Ψ(x, y) = constante, représente une ligne de courant
• La tangente à la ligne de courant s’écrit
dy
dx
=
v
u
ce qui exprime que le fluide ne peut les
traverser.
• Selon la propriété précédente, le débit passant entre deux lignes de courant est donc constant.
Dans les cas simples, on peut trouver une solution analytique à l'équation 2.18, cependant, pour le
calcul sur ordinateur nous passons par les méthodes numériques. Afin d'illustrer, nous montrons ici
une méthode simple pour résoudre 2.18 sur une feuille de calcul par une méthode de différences
finies résolue par une méthode de relaxation.
1) On commence par écrire 2.18 sous forme différentielle utilisant des écarts de dimensions
petites, mais finies :

∆ x
(
∆Ψ
∆ x
)
+

∆ y
(
∆Ψ
∆ y
)
=0
2) On définit les écarts de la fonction Ψ en utilisant la méthode des différences finies, par
exemple, à une position (x, y) , on peut écrire :
16
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique

∆ x
(
∆Ψ
∆ x
)
+

∆ y
(
∆Ψ
∆ y
)
=
Ψ( x+∆x , y)−2Ψ ( x , y)+Ψ ( x−∆ x , y )
∆x
2
+
Ψ ( x , y+∆ y)−2Ψ ( x , y )+Ψ ( x , y−∆ y )
∆ y
2
en notant par l'indice i ± 1 la position x ± Δ x et j ± 1 la position y ± ∆ y et en posant
∆ x = ∆ y= h, l'équivalent numérique de 2.18 devient :
Ψ
i +1, j

i , j+1
−4Ψ
i , j

i−1, j

i , j −1
h
2
=0
En plaçant les variables sur une grille dont les lignes verticales sont numérotées par l'indice
i et les lignes horizontales par l'indice j comme illustrées sur la figure 2.3, on peut
représenter l'équation numérique précédente dans un plan.
Figure 2.3 - Représentation de l'équation numérique obtenue par la méthode des
différences finies appliquée à l'équation de Laplace.
3) On calcule la valeur de Ψ
i, j
au centre à partir de ses voisins :
Ψ
i , j
=
Ψ
i+1, j

i , j +1

i−1, j

i , j −1
4
on remarque que, puisque nous l'équation de Laplace est homogène, l'écart h n'a plus à être
considéré. Cela n'aurait pas été le cas si nous avions eu un membre de droite (un terme
source) non nul dans l'équation différentielle initiale qui serait alors devenu une équation de
Poisson.
17
i i+1 i-1
j
j-1
j+1
h
h

i , j+1
−4Ψ
i , j

i , j −1

i +1, j

i −1, j
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Cette équation peut facilement être utilisée comme formule dans une cellule de feuille de
calcul électronique en utilisent les cellules des lignes et des colonnes adjacentes. Pour la
cellule B2, on obtient donc la formule suivante :
=(A2+B1+C2+B3)/4
4) Avant de recopier cette formule dans les autres cellules, il faut définir le domaine
d'application ainsi que les conditions aux limites. Nous allons étudier les lignes de courant
dans un coude à 90° illustré à la figure 2.4
Figure 2.4 - Définition du domaine et de ses conditions aux limites.
5) Les conditions aux limites sous forme de valeur de Ψ sont simplement inscrite dans les
cellules adjacentes aux frontières du domaine. Pour les frontières ouvertes où nous
imposons un gradient nul, nous spécifions une condition de symétrie en imposant dans les
cellules extérieures adjacentes à la frontière, une valeur égale à celle de la cellule voisine ce
la cellule à calculer sur le bord de la frontière. La figure 2.5 illustre les formules et valeurs
initiales à inscrire dans la feuille de calcul.
6) Dans les zones jaune pâle, les cellules contiennent les valeurs imposées de Ψ aux frontières.
Dans les zones saumon, les cellules contiennent les formules qui assurent la symétrie selon
x ou y.
Dans la cellule cyan B2, nous inscrivons l'équation numérique correspondant à l'équation de
Laplace et dans les autres cellules, nous inscrivons une valeur initiale de départ arbitraire
(5.0).
18
∂Ψ
∂ x
=0
∂Ψ
∂ y
=0
Ψ=0
Ψ=10
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Figure 2.5 - Contenu initial des cellules pour lancer un calcul par la méthode de
relaxation.
7) Pour lancer le calcul, nous activons, dans les préférences du logiciel de feuille de calcul, le
calcul récursif en ajustant la précision voulue ainsi que le nombre maximum de mises à jour
du contenu des cellules puis nous recopions en utilisant les fonctions « recopie à droite » et
« recopie en bas » de façon à couvrir toute la zone cyan. Dès qu'une formule est copiée, elle
utilise les valeurs voisines pour calculer sa propre valeur et dès que la valeur d'une cellule
est modifiée toutes les formules l'utilisant se mettent à jour jusqu'à ce que la différence entre
deux valeurs consécutives d'une même cellule soit inférieure à la précision ou que le
nombre maximum de mises à jour soit atteint. La figure 2.6 donne le résultat final de
l'opération.
19
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Figure 2.6 - Résultat du calcul des valeurs de Ψ par une méthode de différences
finies résolue par relaxation.
8) En introduisant ces valeurs dans un logiciel qui permet de tracer des lignes de contour (ici
Matlab) nous obtenons la figure 2.7
20
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Figure 2.7 - Isovaleurs de la fonction de courant.
2.5.2 Fonction de potentiel
Pour définir la fonction de potentiel, on reprend la condition d'incompressibilité 2.14 et on définit
une fonction Φ (x, y) telle que :
u=−
∂Φ
∂ x
et v=−
∂Φ
∂ y
2.19
La condition d'irrotationalité est donc toujours satisfaite, car :

∂ y
(

∂Φ
∂ x
)


∂ x
(

∂Φ
∂ y
)
=0 2.20
et la condition d'incompressibilité devient :

2
Φ
∂ x
2
+

2
Φ
∂ y
2
=0 2.21
Ce qui est encore une équation de Laplace que l'on peut résoudre comme pour la fonction de courant,
mais en imposant des conditions aux limites différentes. En reprenant le domaine précédent, on
21
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
impose un potentiel sur les limites ouvertes et une condition de flux nul (équivalent à
l'imperméabilité) sur les limites fermées comme illustré sur la figure 2.8 .
Figure 2.8 - Conditions aux limites pour la fonction de potentiel
Comme précédemment, on peut résoudre le problème sur une feuille de calcul et obtenir le résultat
présenté à la figure 2.9
Figure 2.9 - Résultat du calcul des valeurs de Φ par une méthode de différences finies résolue par
relaxation.
22
∂Φ
∂ x
=0
∂Φ
∂ y
=0
Φ=10
Φ=0
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
En visualisant les lignes d'égal potentiel (figure 2.10), nous remarquons que la solution n'est pas tout
à fait exacte, mais que l'allure générale est très bonne ; un calcul avec une grille plus fine
améliorerait la qualité de la solution numérique.
Figure 2.10 - Isovaleurs de la fonction de potentiel.
2.5.3 Interprétation physique
Les écoulements qui sont modélisés par les fonctions de courant et de potentiel sont des écoulements
qui ne satisfont que le principe de conservation de la masse et la condition d'irrotationalité. Comme
ils ne satisfont pas le principe de conservation de la quantité de mouvement, ils sont donc idéalisés
comme des fluides sans inertie.
Illustrons ceci par deux exemples. Dans le premier, nous calculons la fonction de courant pour
représenter un écoulement dans un élargissement brusque. Nous remarquons (figure 2.11) que les
lignes de courants suivent la géométrie du domaine sans qu'il y ait de recirculation ni de tourbillons,
il est donc irrotationnel.
23
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Figure 2.11 - Fonction de courant Φ représentée ici par des plages de couleurs.
En reprenant ce calcul au moyen des équations de Navier-Stokes, qui sont basées sur la conservation
de la quantité de mouvement et la conservation de la masse, nous obtenons un champ de vitesse
caractérisé par un large tourbillon (figure 2.12) pour lequel il est impossible de tracer des lignes de
courant. Cet écoulement n'est donc pas irrotationnel.
24
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Figure 2.12 - Champ de vitesse calculé par Navier-Stokes.
2.6 Conservation de la quantité de mouvement
Cette conservation s’exprime par l’équilibre entre les forces internes et les forces externes selon la
loi de Newton :
F=ma 2.22
Dans un fluide, en exprimant la masse par unité de volume, 2.22 devient :
ρ g
x
+
∂σ
xx
∂ x
+
∂τ
xy
∂ y
+
∂τ
xz
∂z

(
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂z
)
ρ g
y
+
∂τ
yx
∂ x
+
∂σ
yy
∂ y
+
∂τ
yz
∂z

(
∂v
∂t
+u
∂v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂ v
∂ z
)
ρ g
z
+
∂τ
zx
∂ x
+
∂τ
zy
∂ y
+
∂σ
zz
∂ z

(
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂w
∂ z
)
2.23
25
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
où σ et τ sont les contraintes normales et tangentielles et appliquées sur un élément de fluide et
causées par la pression p et la viscosité ν.
2.6.1 Équations d’Euler
Si l’écoulement est non visqueux,
−p=σ
xx

yy

zz
τ
ij
=0
le système 2.23 prend la forme des équations d’Euler :
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂z
+
1
ρ
∂ p
∂ x
=g
x
∂v
∂t
+u
∂ v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
=g
y
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂w
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ z
=g
z
2.24
ou encore, sous forme vectorielle :
∂V
∂t
+( V⋅∇) V+
1
ρ
∇ p=g
2.6.2 Équations de Navier-Stokes
Si l’écoulement est visqueux, on introduit une loi de viscosité pour éliminer les contraintes dans
l’expression 2.23. Si le fluide est newtonien, c’est-à-dire qu’il y a proportionnalité entre la contrainte
et le gradient de vitesse, on écrit :
σ
xx
=−p+2 μ
∂u
∂ x
σ
yy
=−p+2 μ
∂v
∂ y
σ
zz
=−p+2 μ
∂w
∂z
τ
xy

yx

(
∂u
∂ y
+
∂v
∂ x
)
τ
yz

zy

(
∂v
∂z
+
∂w
∂ y
)
τ
zx

xz

(
∂w
∂ x
+
∂u
∂ z
)
2.25
en introduisant les expressions 2.25 dans 2.23, on obtient les équations de Navier-Stokes :
26
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν
(

2
u
∂ x
2
+

2
u
∂ y
2
+

2
u
∂ z
2
)
=g
x
∂v
∂t
+u
∂v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
−ν
(

2
v
∂ x
2
+

2
v
∂ y
2
+

2
v
∂ z
2
)
=g
y
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂ w
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ z
−ν
(

2
w
∂ x
2
+

2
w
∂ y
2
+

2
w
∂ z
2
)
=g
z
2.26
2.6.3 Écoulement de Couette et de Poiseuille
Appliquons plusieurs hypothèses simplificatrices aux équations de Navier-Stokes :
Écoulement permanent :

∂t
=0 ,
le système devient :
u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂z
+
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν
(

2
u
∂ x
2
+

2
u
∂ y
2
+

2
u
∂z
2
)
=g
x
u
∂v
∂ x
+v
∂ v
∂ y
+w
∂v
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
−ν
(

2
v
∂ x
2
+

2
v
∂ y
2
+

2
v
∂ z
2
)
=g
y
u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂w
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ z
−ν
(

2
w
∂ x
2
+

2
w
∂ y
2
+

2
w
∂ z
2
)
=g
z
Écoulement unidimensionnel selon x : v=w=0 les équations se réduisent donc à :
u
∂u
∂ x
+
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν
(

2
u
∂ x
2
+

2
u
∂ y
2
+

2
u
∂ z
2
)
=g
x
1
ρ
∂ p
∂ y
=g
y
1
ρ
∂ p
∂ z
=g
z
Écoulement uniforme :
∂u
∂ x
=0
Le tout se réduit à :
27
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν
(

2
u
∂ y
2
+

2
u
∂ z
2
)
=g
x
1
ρ
∂ p
∂ y
=g
y
1
ρ
∂ p
∂ z
=g
z
Le gradient dans la direction y est nul :

∂ y
=0
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν

2
u
∂ z
2
=g
x
0=g
y
1
ρ
∂ p
∂ z
=g
z
Les forces externes par unité de masse :
g
x
=g
y
=0
et
g
z
=−g
Les équations de Navier-Stokes deviennent alors :
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν

2
u
∂ z
2
=0
1
ρ
∂ p
∂z
=−g
La seconde équation nous dit que pour tout x , la pression est hydrostatique :
p( x, z)=−ρgz+p
0
( x)
la première équation peut être résolue en considérant le gradient de pression constant :
1
ρ
∂ p
∂ x
=−g S
où S est sans dimension et le signe négatif indique qu'un gradient négatif engendrera une vitesse
positive.
On obtient alors :

2
u
∂ z
2
=
−gS
ν

∂u
∂ z
=
−g S
ν
z+C
1
⇒u( z)=
−gS

z
2
+C
1
z+C
2
Selon les conditions aux limites que l’on introduit à la solution générale, on obtient un écoulement
28
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
de Couette ou de Poiseuille ou encore une combinaison des deux.
2.6.4 Écoulement de Couette
On fait ici l’hypothèse que le gradient de pression est nul, donc la solution générale s’écrit :
u( z )=C
1
z+C
2
avec les conditions aux limites :
à
z=0, u( 0)=V
0
et à
z =h, u( h)=V
h
on obtient :
u( z)=
V
h
−V
0
h
z+V
0
2.6.4.1 Exemple 1.1
Un fluide de viscosité cinématique ν = 10
-3
m
2
/s est contenu entre deux plaques distantes de 10 mm.
La plaque supérieure se déplace à 2 cm/s et la plaque inférieure se déplace à -1 cm/s.
a) Exprimons le profil de vitesse avec h=0,01 m, V
h
= 0,02 m/s et V
0
= -0,01 m/s :
u( z)=
0,02
0,01
z−0,01 =2 z−0,01 [m/s]
b) Calculons le cisaillement interne pour le fluide newtonien de masse volumique de 800 kg/m
3
:
τ
xz

du
dz
=ρ ν
du
dz
=2 ρ ν =800kg/m
3
×0,001m
2
/s×2 s
−1
=1,6 N/m
2
Si la plaque inférieure à une aire infinie, et que la plaque supérieure a une aire de 2 m
2
, calculons la
force nécessaire à son déplacement à une vitesse de V
h
= 0,02 m/s.
F=τ
xz
A =1,6 N/m
2
×2 m
2
=3,2 N
29
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
2.6.5 Écoulement de Poiseuille
Le gradient de vitesse est non nul, donc :
u( z)=
−g S

z
2
+C
1
z+C
2
Si on connaît les pressions p
1
et p
2
en deux endroits distants de L, alors :
S=
−1
ρ g
∂ p
∂ x
=
−( p
2
−p
1
)
γ L
avec les conditions aux limites :
à z=0 , u(0 )=0 et à z=h , u(h )=0
on obtient :
u( z)=
p
2
−p
1
2 μ L
( z
2
−hz)
30
V
0
V
h
z
F
h
x
p
1
p
2
u(z)
z
x
h
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
Figure 2.13 - Profil de vitesse quadratique de Poiseuille engendré par un gradient de pression négatif
(p
1
> p
2
)
2.6.5.1 Exemple 1.2
Dans une conduite circulaire de longueur L et de diamètre D, un fluide de viscosité ν = 10
-4
m
2
/s et
de masse volumique de 1000 kg/m
3
coule avec une différence de pression entre ses extrémités de 1
bar. Quel est le débit de la conduite.
Prenons comme axe longitudinal l'axe central de la conduite et comme axe orthogonal le rayon de r
de la conduite :
L'expression générale du profil de vitesse s'écrit donc :
u( r)=
−g S

r
2
+C
1
r+C
2
Pour les conditions aux limites, à la paroi, soit à r = D/2, u(r) = 0. Au centre, à r = 0 la vitesse est
maximum donc
du
dr
=0 . Nous avons donc deux conditions pour déterminer les deux constantes.
du
dr
=
−g S
ν
r+C
1
=0 à r = 0, C
1
= 0
à r = D/2, u = 0, donc C
2
=
g S D
2

et u(r )=
−g S

(
r
2

D
2
4
)
en fonction de Δ p :
u( r )=
∆ p
2μ L
(
r
2

D
2
4
)
Pour connaître le débit, nous devons intégrer le profil sur la section d'écoulement :
Q=
Δ p
2μ L

0
2 π

0
D/2
(
r
2

D
2
4
)
r dr dθ
Q=
−π Δ p D
4
64μ L
31
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
2.7 Exercices
2.1 Une lame d’eau, d’épaisseur h, coule de façon permanente et uniforme sur un plan incliné sur
une largeur b (direction y). On néglige toute variation dans la direction des y. On demande :
a) La forme simplifiée des équations de Navier-Stokes et de l’équation de continuité.
b) L’expression du profil de vitesse.
c) L’expression du débit dans la direction x c.-à-d. à travers une section parallèle au plan y-
z.
d) La vitesse d’écoulement moyenne.
e) L’expression de h en fonction du débit et de l’angle θ.
f) Si h = 1 mm, b = 1 m et θ = 15°, quelle est la valeur du débit ?
(Rép : Q = 0,846 L/s)
2.2 Soit la fonction courant Ψ=Ax y+A y
2
, avec A = 1. Le fluide est-il incompressible ?
Évaluer la vorticité et tracer quelques lignes de courant dans le demi-plan supérieur.
2.3 Un fluide, de viscosité ν et de masse volumique ρ, entre deux plaques distantes de h, est
soumis à un gradient de pression S. Si la plaque supérieure a une vitesse V
0
, Écrire
l'expression du profil de vitesse et le tracer pour V
0
= 0,1 m/s, h = 1, S = 10
-3
Pa/m,
32
z
x
g
θ = 15°
h
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les équations de base utiles en hydraulique
ν = 10
-6
m
2
/s et ρ = 1000 kg/m
3
.
2.4 Un cube de 1 m de côté et de masse de 10 kg glisse sur un film d'eau de 1 mm d'épaisseur sur
une surface plane horizontale à une vitesse initiale de 1 m/s. Décrire son mouvement.
2.5 En utilisant un chiffrier électronique, reproduire l'écoulement de la figure 2.11.
2.6 Une fonction de courant est donnée par :
Ψ =10 y−
10 y
x
2
+y
2
a) Montrer que cette fonction satisfait : ∇
2
Ψ =0
b) Tracer quelques lignes de courant.
c) Trouver la fonction du potentiel.
d) Exprimer le champ de vitesse et d'accélération.
33
Chapitre 3
Les écoulements en charge en régime permanent
3.1 Contenu du chapitre
Dans un premier temps, ce chapitre définira les écoulements en charge puis fera un rappel des
principes de la mécanique des fluides qui s’appliquent aux écoulements en charge. On passera en
revue, par la suite, les méthodes de calcul des écoulements dans le but essentiel d’en connaître les
caractéristiques hydrauliques. Pour ce faire, nous détaillerons les moyens d’évaluer les pertes de
charge par frottement dans les conduites et dans divers composants tels que des coudes, des
jonctions ou des vannes.
Nous verrons, ensuite, de quelle façon établir la ligne de charge et la ligne piézométrique d’un circuit
hydraulique ce qui sera fort utile pour en calculer le comportement hydraulique. Nous étudierons par
la suite les cas des conduites en parallèle et en série. Enfin, nous étudierons les méthodes de calcul
des réseaux de conduites.
3.2 Définitions
3.2.1 Écoulements en charge
Les écoulements en charge sont des écoulements confinés à l’intérieur d’un contenant, en général
une conduite. La pression à l’intérieur de ces écoulements peut être de beaucoup plus élevée que la
pression atmosphérique ou encore s’abaisser à des valeurs aussi faibles que la pression de vapeur
saturante. Même si la pression à l’intérieur de ce type d’écoulement peut atteindre la pression
atmosphérique, en aucun cas nous ne considérerons la présence de surface libre dans cette catégorie
d’écoulements.
3.2.2 Régime permanent
Dans ce chapitre, on considérera systématiquement que les diverses variables hydrauliques ne
varieront pas dans le temps. Nous analyserons donc des écoulements qui sont bien établis dans le
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
temps et s’il est nécessaire, par exemple, de considérer la conception d’un système hydraulique pour
plusieurs débits, on les considérera donc comme des situations indépendantes dans le temps.
3.2.3 Régimes d’écoulement
Selon la vitesse relative aux dimensions géométriques de l’écoulement, on observe, à partir d’un
certain seuil, l’apparition de fluctuations de la vitesse que l’on nomme turbulence. Le nombre de
Reynolds permet de déterminer si l’écoulement est laminaire (sans turbulence) ou turbulent. La
distinction entre les régimes turbulent et laminaire est importante dans la détermination du
frottement des parois sur l’écoulement. Dans le cas général, le nombre de Reynolds s’écrit :
R
e
=
V L
ν
3.1
où :
V : vitesse moyenne de l’écoulement
L :longueur caractéristique de l’environnement de l’écoulement
ν : viscosité cinématique du fluide (de l’eau en hydraulique)
Dans le cas d’une conduite circulaire, on considère le diamètre intérieur de la conduite comme
longueur caractéristique, le nombre de Reynolds s’exprime donc ainsi :
R
e
=
V D
ν
3.2
où :
D : diamètre intérieur de la conduite
La viscosité varie avec la température. À 15° C, ν = 1,15 × 10
-6
m
2
/s alors à 20° C, elle baisse à
ν = 1,0 × 10
-6
m
2
/s.
35
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
0 2 4 6 8 10 12
-20
-10
0
10
20
30
40
50
Vitesse [cm/s]
Temps [s]
Figure 3.1 – Composante de la vitesse mesurée au moyen d’un vélocimètre ADV (Acoustic Doppler
Velocimeter).
La figure 3.1 illustre le phénomène de la turbulence. Des mesures de la vitesse d’écoulement ont été
réalisées à un taux de 25 mesures par secondes. Pour chaque temps, on mesure les composantes
longitudinales et transversales (horizontale et verticale) de la vitesse instantanée. L’appareil de
mesure étant orienté dans le sens de l’écoulement, on observe en bleu une vitesse de l’ordre de
30 cm/s alors que les composantes transversales sont, en moyenne, nulles. Si l’écoulement avait été
laminaire, le graphique aurait présenté des lignes horizontales pour chaque composante de la vitesse.
Cet écoulement avait un nombre de Reynolds d’environ 37 500.
3.2.3.1 Régime laminaire
L’écoulement est laminaire, c’est-à-dire que sa vitesse ne présente pas de fluctuation, lorsque le
nombre de Reynolds des conduites circulaires est inférieur à 2500.
36
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.2.3.2 Régime turbulent
Pour un nombre Reynolds supérieur à 2500, la turbulence commence à apparaître avant de s’établir
totalement. On verra, lors de l’étude du frottement en conduite, que cette zone de régime de
transition, entre le régime laminaire et le régime turbulent, dépend des conditions de rugosité de la
paroi de la conduite.
3.3 Pertes de charge dans les conduites circulaires
La charge hydraulique fait référence à la quantité d’énergie potentielle, de pression et cinétique dans
un système hydraulique sous pression. Si on ne considère pas les pertes d’énergie causées par le
frottement, la charge disponible en tout point du système doit être constante. Cette situation est
traduite par l’équation de Bernoulli :
p
γ
+z+
V
2
2 g
=H=constante 3.3
où :
p : pression en un point du système [F/L
2
],
z : élévation par rapport à une référence commune à tout le système [L],
V : vitesse moyenne de l’écoulement [L/T],
g : accélération gravitationnelle [L/T
2
]

(9,807 m/s
2
),
H : charge hydraulique exprimée en hauteur de liquide [L],
γ : poids spécifique [F/L
3
].
Si on considère que partie de l’énergie est dissipée par frottement entre deux points d’un système, le
long d'un tube de courant, en négligeant les pertes thermiques et mécaniques présentes aussi dans le
principe de conservation d’énergie vu en mécanique des fluides, on devra compléter le niveau de
charge perdue par une perte de charge. L’équation de Bernoulli avec pertes de charge s’écrit donc :
p
1
γ
+z
1
+
V
1
2
2 g
=
p
2
γ
+z
2
+
V
2
2
2 g
+∆ H
1−2
=H=constante 3.4
où :
∆ H
1-2
: pression en un point du système [L]
Les indices 1 et 2 font référence à deux points, sur une même ligne de courant, dans le même
système hydraulique.
37
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
En général, dans un système hydraulique, les pertes de charge ont deux causes :
• les pertes de charge par frottement le long d’un tuyau, appelées aussi pertes de charge
linéaires,
• les pertes de charge locales causées par des frottements dans des objets de géométrie complexe
comme des coudes, des robinets, des jonctions ou autre. On appelle aussi ce type de perte :
pertes de charge singulières.
3.3.1 Perte de charge par frottement
Les pertes de charge par frottement sont causées par l’interaction entre le fluide en déplacement et la
paroi de la conduite plus ou moins rugueuse.
3.3.2 Expression générale
3.3.2.1 Conduite de section circulaire
En utilisant les principes de l’analyse dimensionnelle, on peut écrire une expression générale pour
les conduites circulaires :
∆H=
f L
D
V
2
2 g
3.5
où :
f : facteur de frottement [sans dimension],
L : longueur de la conduite [L],
D : diamètre intérieur de la conduite [L],
V : vitesse moyenne de l’écoulement [L/T],
g : accélération gravitationnelle [L/T
2
]

(9,807 m/s
2
).
Le facteur de frottement dépend du niveau de turbulence de l’écoulement, donc du nombre de
Reynolds et de la rugosité relative des parois de la conduite.
La perte de charge par frottement peut aussi s’écrire en fonction du débit puisque :
Q=AV et A=
π D
2
4
38
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Ainsi on obtient :
∆H=
8 f L
π
2
g D
5
Q
2
3.6
3.3.2.2 Conduite de section quelconque
En basant sur la définition du rayon hydraulique R
h
comme étant le rapport de l’aire de la section
d’écoulement A sur le périmètre mouillé P :
R
h
=
A
P
Dans le cas d’une conduite circulaire R
h
=
π D
2
/ 4
π D
=
D
4
, d’où
D=4 R
h
. En introduisant D dans
l’expression 3.5, on obtient une expression applicable à une conduite de section quelconque :
∆H=
f L
4 R
h
V
2
2 g
=
f L
8 g R
h
V
2
3.7
Ou encore, en fonction du débit :
∆H=
f L
8 g R
h
A
2
Q
2
=
f L
8 g R
h
3
P
2
Q
2
3.8
3.3.3 Rugosité relative
La rugosité ε/D relative est le rapport des hauteurs moyennes d’aspérités ε de la paroi de la conduite
sur le diamètre D de cette conduite. Selon les matériaux utilisés pour fabriquer le tuyau, les aspérités
sont plus ou moins importantes. Lorsque la taille des aspérités est inférieure à la hauteur de couche
limite laminaire, elles n’ont plus d’effet sur le frottement, on dit alors que le tuyau est lisse. Dans le
cas contraire, on a affaire à un tuyau rugueux.
3.3.4 Détermination du facteur de frottement
Deux méthodes principales sont utilisées pour déterminer le facteur de frottement :
• L’utilisation du diagramme de Moody
• Le calcul par la méthode de White-Colebrook
39
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
La première méthode est simple, rapide et peu précise. La seconde est plus compliquée, mais elle
permet l’évaluation du facteur de frottement dans des méthodes de calcul utilisant des moyens
électroniques.
3.3.4.1 Diagramme de Moody
Le diagramme de Moody permet d’évaluer graphiquement le facteur de frottement f en fonction de
la vitesse moyenne d’écoulement V, du diamètre D et de la rugosité ε de la conduite et de la viscosité
du fluide ν. Ces quatre variables sont regroupées en deux nombres adimensionnels :
• La rugosité relative : ε / D
• Le nombre de Reynolds : R
e
=
V D
ν
On détermine alors le régime d’écoulement. Si le régime est laminaire alors :
f =
64
R
e
3.9
Si le régime est turbulent, on choisit le point d’intersection de la courbe correspondant au ε/D de la
conduite et au nombre de Reynolds. On projette ensuite ce point sur l’ordonnée de gauche du
diagramme pour estimer le coefficient f.
3.3.4.2 Formule de White-Colebrook
La formule de White-Colebrook est utilisée pour calculer la partie turbulente du diagramme de
Moody (fig. 3.2) :
1
√ f
=−2,0log
10
(
ε/ D
3,7
+
2,51
R
e
√ f
)
3.10
Cette formule implicite peut-être résolue au moyen d’une méthode de Newton-Raphson .
Une application en Javascript est disponible sur le site du cours.
40
S
y
s
t
è
m
e
s

h
y
d
r
a
u
l
i
q
u
e
s

-

J
e
a
n
-
L
o
u
p

R
o
b
e
r
t
L
e
s

é
c
o
u
l
e
m
e
n
t
s

e
n

c
h
a
r
g
e

e
n

r
é
g
i
m
e

p
e
r
m
a
n
e
n
t
F
i
g
u
r
e

3
.
2



D
i
a
g
r
a
m
m
e

d
e

M
o
o
d
y
4
1
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.3.4.3 Formule d'Hazen-Williams
A. Hazen et G.S. Williams
1
, en 1906, ont proposé, à partir de leurs travaux expérimentaux, une
formule empirique pour évaluer la perte de charge par frottement en conduites circulaires. Leur
formule de vitesse moyenne d'écoulement s'écrit :
V=1,318C R
h
0,67
( h/ L)
0,54
3.11
avec :
V : vitesse en pied/s,
C : coefficient d'écoulement (sans dimension),
R : rayon hydraulique en pieds,
h : perte de charge en pieds,
L : longueur de conduite en pieds.
Comme on le voit, le coefficient numérique de cette équation possède nécessairement une
dimension. La version en système international s'écrit :
V=0,8492C R
h
0,67
( h/ L)
0,54
3.12
avec V en m/s et R, h et L en m.
Cette formule n'est pas aussi précise que celle de Darcy-Weisbach cependant, elle est simple
d'application et elle est largement utilisée en Amérique du Nord.
Le coefficient C a une valeur moyenne de 100 et dépend du matériau et de l'âge de la conduite. Le
tableau suivant en donne quelques valeurs typiques.
L'expression de la perte de charge en fonction du débit s'écrit
h=
(
1
β C
HW
)
1,85
L
D
4,87
Q
1,85
où β est le coefficient d'unités ( β = 0,2785 m
0,33
/s (S.I.), β = 0,4322 pi
0,33
/s(S.A.)).
1 William, G. S., and Hazen, A. (1920). Hydraulic Tables, Wiley, Brooklyn, N.Y.
42
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Tableau 3.1 – Valeurs typiques du coefficient d'Hazen-Williams
Matériau C
Fonte neuve 130
Fonte (5 ans) 120
Fonte (10 ans) 107 - 113
Fonte (20 ans) 89 - 100
Fonte (30 ans) 75 - 90
Fonte (40 ans) 64 - 83
Béton 130
Acier neuf 130
Cuivre 130 - 140
Verre 140
Ciment d'amiante 140
Chlorure de polyvinyle 150
3.4 Pertes de charges locales
Les pertes de charges locales sont causées par les frottements et les décollements de la couche limite
dans des accessoires tels que des coudes, des raccords, des té, des réductions ou expansions, des
clapets, des robinets-vannes, etc. Chaque accessoire possède un coefficient, déterminé
expérimentalement par le fabricant, qui dépend essentiellement de sa forme et de son matériau. La
perte causée par un des accessoires s’écrit :
∆H=C
L
V
2
2 g
3.13
Lorsque la géométrie de la pièce comporte une entrée et une sortie de section différente, les vitesses
d’entrée et de sortie sont différentes. Il est important de connaître par rapport à laquelle de ces deux
vitesses le coefficient C
L
est associé.
On peut aussi exprimer cette perte de charge en fonction du débit :
∆H=
C
L
2 g A
2
Q
2
3.14
43
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Pour des sections circulaires, cela devient :
∆H=
8C
L
π
2
g D
4
Q
2
3.15
Ici encore, il faut savoir à quelle section est associé C
L
si elles sont différentes. En effet, si la vitesse
d'entrée dans la singularité est différente de la vitesse de sortie, il faut vérifier quelle vitesse a servi
de référence au calcul du coefficient.
Dans certains cas, dans le but d'être plus précis, on devra tenir compte du niveau de turbulence de
l'écoulement pour choisir la valeur du coefficient de perte de charge. Le cas de l'élargissement
brusque (figure ), tiré de Lancastre (1996) illustre ce concept.
Figure 3.3 - Élargissement brusque.
1) On calcule le rapport des sections d'écoulement :
η=
A
1
A
2
2) On évalue le nombre de Reynolds avec V
1
: R
e
=
V
1
D
ν
3) L'évaluation de la perte de charge locale se fait en référence à V
1
: h=C
L
V
1
2
2 g
4) On choisit le coefficient C
L
en fonction du nombre de Reynolds comme suit :
si R
e
< 10 :
C
L
=26 R
e
si 10 < R
e
< 3500 : on choisit la valeur de C
L
dans le tableau suivant :
44
V
2
V
1
A
1
A
2
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
A
1
/A
2
R
e
10 15 20 30 40 50 100 200 500 1000 2000 3000 3500
0,1 3,10 3,20 3,00 2,40 2,15 1,95 1,70 1,65 1,70 2,00 1,60 1,00 0,81
0,2 3,10 3,20 2,80 2,20 1,85 1,65 1,40 1,30 1,30 1,60 1,25 0,70 0,64
0,3 3,10 3,10 2,60 2,00 1,60 1,40 1,20 1,10 1,10 1,30 0,95 0,60 0,50
0,4 3,10 3,00 2,40 1,80 1,50 1,30 1,10 1,00 0,85 1,05 0,80 0,40 0,36
0,5 3,10 2,50 2,30 1,65 1,35 1,15 0,90 0,75 0,65 0,90 0,65 0,30 0,25
0,6 3,10 2,70 2,15 155 1,25 1,05 0,80 0,60 0,40 0,60 0,50 0,20 0,16
si R
e
> 3500 : C
L
=( 1−η)
2
On trouvera dans « A brief introduction to fluid mechanics » de Young et al., à la section 8.4.2
plusieurs exemples de valeurs de ce coefficient. A. Lancastre (1996) dans « Hydraulique générale »
constitue, entre autres, une référence très complète sur le sujet.
3.5 Diagramme d’énergie
3.5.1 Principes
Le diagramme d’énergie est utilisé pour connaître la répartition des énergies potentielle, de pression,
cinétique ainsi que les pertes et les gains d’énergie le long d’un circuit hydraulique. L’énergie totale
est définie par l’équation de Bernoulli :
E=
p
γ
+z+
v
2
2 g
!∆ H 3.16
∆ H est soit une perte d’énergie (positif) ou un gain d’énergie (négatif) apporté en général par une
pompe.
On trace le long du circuit à chaque point du trajet l’élévation z, la pression p/γ, l’énergie de vitesse
V
2
/2 g et le niveau de pertes accumulé ∆ H.
3.5.2 Exemples
Ce qui suit présente quelques exemples de difficulté croissante pour mieux comprendre comment
tracer systématiquement les diagrammes d’énergie.
45
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Figure 3.4 – Conduite de diamètre constant entre deux réservoirs.
Figure 3.5 – Conduites de diamètres différents entre deux réservoirs avec perte de charge locale à la
restriction.
46
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Figure 3.6 – Réduction de diamètres de conduite entre deux réservoirs avec pertes de charge locales
aux changements de diamètre.
Figure 3.7 – Conduite et robinet-vanne entre deux réservoirs.
47
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Figure 3.8 – Conduite entre un réservoir et une sortie à l’air libre.
Figure 3.9 – Conduites et coudes entre deux réservoirs
48
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Figure 3.10 – Conduites et pompe entre deux réservoirs
3.5.3 Calculs hydrauliques
Dans les exemples précédents, il faut calculer les pertes de charge et le débit pour pouvoir évaluer
les pressions ainsi que les énergies cinétiques
3.5.3.1 Conduite de diamètre constant entre deux réservoirs
Dans cette configuration, on peut évaluer le débit qui passe d’un réservoir à l’autre en utilisant
l’équation de Bernoulli (éq. 3.3). En faisant le bilan d'énergie entre le réservoir A et le réservoir B :
p
A
γ
+z
A
+
V
A
2
2 g
=
p
B
γ
+z
B
+
V
B
2
2 g
+∆H
la vitesse étant négligeable dans les réservoirs, on écrit :
p
A
γ
+z
A
=
p
B
γ
+z
B
+∆ H ou encore
H
A
=H
B
+∆H
Ce qui revient à exprimer le fait que le système sera en équilibre quand les pertes de charge ∆ H
49
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
causées par l'écoulement deviendront égales à la charge :
H
A
−H
B
=A H
La perte de charge totale étant causée par le frottement dans la conduite si on néglige les pertes
locales aux entrées et sorties des réservoirs, donc :
∆H=
f L
D
V
2
2 g
=
8 f L
π
2
g D
5
Q
2
La perte de charge totale étant égale à la différence de niveau entre les réservoirs, seul le débit est
inconnu :
Q=π D
2

g
(
H
A
−H
B
)
8
f L
D
3.5.3.2 Conduites de diamètres différents entre deux réservoirs avec perte de
charge locale à la restriction
Deux aspects sont à considérer :
• Le même débit traverse les deux conduites.
• La perte de charge totale est égale à la différence de niveau entre les réservoirs et elle est
composée de la perte par frottement dans la première conduite de longueur L
1
et diamètre D
1
,
de la perte par frottement dans la deuxième conduite de longueur L
2
et diamètre D
2
et de la
perte singulière dans le rétrécissement
On peut donc écrire :
∆H=
8
π
2
g
(
f L
1
D
1
5
+
f L
2
D
2
5
+
C
L
D
2
4
)
Q
2
d’où :
Q=π

g
(
H
A
−H
B
)
8
(
f L
1
D
1
5
+
f L
2
D
2
5
+
C
L
D
2
4
)
50
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.5.3.3 Réduction de diamètres de conduite entre deux réservoirs avec pertes
de charge locales aux changements de diamètre
En raisonnant de la même façon que précédemment, on trouve :
∆H=
8
π
2
g
(
f L
1
D
1
5
+
f L
2
D
2
5
+
f L
3
D
3
5
+
C
L
1
D
2
4
+
C
L
2
D
3
4
)
Q
2
d’où :
Q=π

g
(
H
A
−H
B
)
8
(
f L
1
D
1
5
+
f L
2
D
2
5
+
f L
3
D
3
5
+
C
L
1
D
2
4
+
C
L
2
D
3
4
)
3.5.3.4 Conduite et robinet-vanne entre deux réservoirs
Dans un robinet – vanne, le coefficient de perte de charge locale C
L
varie de près de zéro à l’infini,
d’où :
Q=π D
2

g
(
H
A
−H
B
)
8
(
f L
D
+C
L
)
3.5.3.5 Conduite entre un réservoir et une sortie à l’air libre
Ici puisque l’écoulement sort en B à la pression atmosphérique, P
B
= 0 et V
B
est inconnu (comme on
n’arrive pas dans un réservoir dont le niveau est connu, le niveau de charge nette est inconnu). On
écrit alors :
H
A
=z
B
+
V
B
2
2 g
+∆ H d'où H
A

(
z
B
+
V
B
2
2 g
)
=∆H
En posant :
V
2
=
Q
2
A
2
avec, pour une conduite circulaire :
A=
π D
2
4
51
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Il vient :
H
A
−z
B
=
8
π
2
g D
4
(
1+
f L
D
)
Q
2
finalement :
Q=π D
2

g
(
H
A
−z
B
)
8
(
1+
f L
D
)
3.5.3.6 Conduites et coudes entre deux réservoirs
Ici on considère le diamètre constant et on regroupe en L toutes les longueurs de conduites. On
obtient alors, en raisonnant comme précédemment :
Q=π D
2

g
(
H
A
−H
B
)
8
(
f L
D
+C
L
1
+C
L
2)
3.5.3.7 Conduites et pompe entre deux réservoirs
La pompe apporte un supplément d’énergie que l’on peut voir comme une perte de charge négative.
En écrivant l’équation de Bernoulli aux deux réservoirs, il vient :
p
A
γ
+z
A

H
A
+
V
A
2
2 g

0
=
p
C
γ
+z
C

H
C
+
V
C
2
2 g

0
+∆H
AB
−∆ H
P
+∆H
BC
En simplifiant, on obtient :
∆H=H
A
−H
C
=
f L
D
V
2
2 g

AB
−∆H
P
+
f L
D
V
2
2 g

BC
Le gain de charge Δ H
P
varie en fonction du débit selon une courbe décroissante dont l’allure est
donnée à la figure 3.11.
52
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Figure 3.11 – Courbe de pompe.
En général, on fait une approximation la courbe de pompe en utilisant une fonction parabolique du
type :
∆H
P
=H
0
+B Q+CQ
2
En regroupant les longueurs de conduites si elles sont de mêmes diamètres, on écrit :
∆H=H
A
−H
C
=
8 f L
π
2
g D
5
Q
2
−( H
0
+BQ+C Q
2
)=RQ
2
−( H
0
+BQ+CQ
2
)
En regroupant les facteurs, on obtient le polynôme quadratique suivant :
( R−C) Q
2
−BQ−
(
H
0
+H
A
−H
C
)
=0
dont la solution est :
Q=
−B!
.
B
2
−4( R−C)( H
0
+H
A
−H
C
)
2( R−C)
Il faudra, bien entendu, choisir la solution physiquement acceptable, c’est-à-dire celle qui correspond
à un point sur la courbe de pompe.
3.6 Principes de base du calcul de systèmes hydrauliques
complexes
Des exemples précédents, on constate que :
• le débit entrant dans un réservoir est le même que celui qui en sort ainsi que celui qui coule
dans la conduite qui relie les deux réservoirs;
53
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
• l’équilibre de l’écoulement, c’est-à-dire le régime permanent, est atteint lorsque la perte de
charge devient égale à la charge hydraulique disponible.
La première constatation découle du principe de conservation de la masse pour un fluide
incompressible, ce que nous appellerons un principe de continuité des débits.
La seconde constatation provient du principe général de conservation de l’énergie qui stipule que
l’énergie perdue ou consommée doit être égale à l’énergie disponible.
3.6.1 Mise en situation
Nous verrons ici comment appliquer ces deux principes pour analyser des systèmes plus complexes
que les précédents.
Considérons l’exemple suivant :
Figure 3.12 – Écoulement en conduites vers deux vannes.
Examinons le principe de continuité; le débit sortant du réservoir se sépare en deux débits, pas
nécessairement égaux, au niveau de la bifurcation. Comme il y a continuité des débits, il faut que :
Q
R
=Q
v1
+Q
v2
3.17
ou encore :
Q
R
−Q
v1
−Q
v2
=0
3.18
54
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Nous avons ici trois inconnues, car les débits vont dépendre de la hauteur d’eau dans le réservoir
ainsi que des élévations des vannes.
Voyons le principe de conservation de l’énergie; en régime permanent, on doit avoir équilibre entre
les pertes de charge et la charge disponible. En utilisant l’équation d’énergie de Bernoulli, écrivons
deux relations entre le réservoir et les sorties aux vannes que nous considérerons comme ouvertes à
100% et en négligeant les pertes de charge locales :
p
R
γ
+z
R

H
R
+
V
R
2
2 g

0
=
p
v1
γ

0
+z
v1
+
V
v1
2
2 g
+∆H
R−v1
3.19
p
R
γ
+z
R

H
R
+
V
R
2
2 g

0
=
p
v2
γ

0
+z
v2
+
V
v2
2
2 g
+∆ H
R−v2
3.20
où ∆ H
R-v1
et ∆ H
R-v2
sont les pertes de charge accumulées respectivement du réservoir jusqu’à la
vanne 1 et du réservoir jusqu’à la vanne 2. En simplifiant, on obtient :
H
R
−z
v1
=
V
v1
2
2 g
+∆H
R−v1
H
R
−z
v2
=
V
v2
2
2 g
+∆H
R−v2
3.21
Exprimons maintenant les termes d’énergie cinétique et les pertes en fonction des débits Q
1
, Q
2
et
Q
3
:
H
R
−z
v1
=
8 f L
1
π
2
g D
1
5
Q
1
2
+
8 f L
2
π
2
g D
2
5
Q
2
2
+
8
π
2
g D
2
4
Q
2
2
H
R
−z
v2
=
8 f L
1
π
2
g D
1
5
Q
1
2
+
8 f L
3
π
2
g D
3
5
Q
3
2
+
8
π
2
g D
3
4
Q
3
2
3.22
Finalement, en regroupant les facteurs de Q
1
, Q
2
et Q
3,
on obtient :
H
R
−z
v1
=R
1
Q
1
2
+R
2
Q
2
2
H
R
−z
v2
=R
1
Q
1
2
+R
3
Q
3
2
3.23

R
1
=
8 f L
1
π
2
g D
1
5
,
R
2
=
8
π
2
g D
2
4
(
f L
2
D
2
+1
)
et
R
3
=
8
π
2
g D
3
4
(
f L
3
D
3
+1
)
De façon générale, les résistances R
i
peuvent inclure, outre les effets du frottement sur la paroi de la
55
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
conduite, les résistances causées localement et associées au débit Q
i
, soit :
R
i
=
8
π
2
g D
i
4
(
1

sortie à l'air libre
+

C
L

pertes locales
+
f L
i
D
i

pertes par frottement
)
3.24
ou plus généralement, en fonction du coefficient de résistance R
i
spécifique à chaque situation :
h
i
=∆ H
i
=R
i
Q
i
n
3.25
L'exposant n vaut 2 pour la formule de Darcy-Weisbach et 1,85 pour la formule de Hazen-William.
Dans le cas où l'on a besoin de la relation inverse, on écrit
Q
i
=
(
h
i
R
i
)
1
n
=
(
1
R
i
)
1
n
h
i
1
n
=K
i
h
m
3.26
Nous obtenons donc, grâce à l’application du principe de continuité des débits et de la conservation
de l’énergie un système de trois équations à trois inconnues :
Q
1
−Q
2
−Q
3
=0
R
1
Q
1
2
+R
2
Q
2
2
=H
R
−z
v1
R
1
Q
1
2
+R
3
Q
3
2
=H
R
−z
v2
3.27
Ce système d’équations est non linéaire et il n’est pas possible de le résoudre tel quel. Pour obtenir
une solution, il est nécessaire de le linéariser puis d’utiliser une méthode itérative pour obtenir une
solution numérique.
Il est important ici de conserver le signe du débit en appliquant la relation suivante :
R
i
Q
i
n
=R
i
∣Q
0i
n−1
∣Q
i
3.28
Les étapes de cette méthode sont :
1) Choisir une solution initiale Q
0i
quelconque soit ici Q
01
, Q
02
et Q
03
.
2) Écrire le système linéarisé :
Q
1
−Q
2
−Q
3
=0
R
1
∣Q
01
∣Q
1
+R
2
∣Q
02
∣Q
2
=H
R
−z
v1
R
1
∣Q
01
∣Q
1
+R
3
∣Q
03
∣Q
3
=H
R
−z
v2
3) Résoudre pour trouver une estimation de Q
1
, Q
2
et Q
3
.
56
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
4) Calculer une norme de convergence, par exemple ∑∣Q
i
−Q
0i

5) Comparer la norme avec une précision acceptable, si elle est atteinte, on arrête sinon on
continue à l’étape suivante :
6) Calculer de nouvelles valeurs de Q
01
, Q
02
et Q
03
en faisant la moyenne des valeurs des deux
ensembles précédents :
Q
0i
=
(
Q
0i
+Q
i
)
/ 2
7) Retourner à l’étape 2)
Une feuille de calcul, disponible sur le site du cours, illustre cette méthode.
À partir de cet exemple, on constate que l’application de la continuité des débits et de l’équilibre des
pertes de charge avec les différences de charge disponible permettent de décrire complètement le
comportement du système hydraulique sous pression.
Voyons encore deux exemples :
Continuité à la jonction :
Q
1
−Q
2
−Q
3
=0
Équilibre entre les pertes de charge et les différences de charge disponibles de A vers B et de A vers
C :
H
A
−H
B
=R
1
Q
1
2
+R
2
Q
2
2
H
A
−H
C
=R
1
Q
1
2
+R
3
Q
3
2
57
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Ce n’est pas la seule façon de voir le problème, si les sens des débits sont différents, il faut en tenir
compte dans l’écriture des équations de continuité et d’équilibre des pertes de charge :
Continuité à la jonction :
Q
1
+Q
2
−Q
3
=0
Équilibre entre les pertes de charge et les différences de charge disponibles de A vers C et de B vers
C :
H
A
−H
C
=R
1
Q
1
2
+R
3
Q
3
2
H
B
−H
C
=R
2
Q
2
2
+R
3
Q
3
2
Voici un exemple où l’on introduit les débits entrant et sortant des réservoirs comme inconnues en
plus des débits dans les conduites :
Continuité à la jonction :
58
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Q
A
−Q
1
−Q
2
=0
Q
B
+Q
1
−Q
3
=0
Q
2
+Q
3
−Q
C
=0
Équilibre entre les pertes de charge et les différences de charge disponibles de A vers B, de B vers C
et de A vers C :
H
A
−H
B
=R
1
Q
1
2
H
B
−H
C
=R
3
Q
3
2
H
A
−H
C
=R
2
Q
2
2
3.6.2 Formulation générale
Voici les définitions et les règles à appliquer à l’analyse d’un circuit hydraulique :
1) Dans un circuit hydraulique, les points de jonction sont appelés NŒUDS.
2) On établit des liens entre les différentes charges connues dans le circuit (niveau de
réservoir) de façon à pouvoir exprimer une différence de charge sur ces liens. Si R est le
nombre de réservoirs, le nombre de liens sera R-1.
3) On définit comme MAILLES, les circuits fermés du système, y compris ceux formés par les
liens entre les réservoirs
4) On écrit pour chaque nœud, la continuité des débits en tenant compte du signe des débits
aux nœuds :

N=i , j , k …
ε
N
Q
N
=0
N est le numéro des débits connectés à un nœud et ε
N
représente le signe du débit et vaut -1
ou 1.
La convention de signe peut être :
59
-
-
+
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
et doit être conservée pour tous les nœuds
5) Pour chaque maille, on exprime la conservation de l’énergie en faisant la somme algébrique
(positif dans le sens du débit et négatif en sens inverse) tel que :

M=i , j , k ,…
ε
M
∆ H
M
=0
M est le numéro des débits le long du parcours de la maille et ε
M
représente le signe du débit
et vaut -1 ou 1.
La convention de signe peut être :
et doit être conservée pour toutes les mailles.
6) Dans les équations de mailles, on remplace les pertes de charge par une fonction du débit,
pour les conduites, on écrit :
A H
i
=R
i
Q
i
2
=R
i
∣Q
0i
∣Q
i
7) On vérifie que l’on a autant d’inconnues que d’équations. Si on a trop d’équations, en
général, c’est qu’il y a une équation de continuité redondante. Il suffit d’en éliminer une.
8) On applique une méthode de résolution itérative.
60
+
- +
-
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
EXEMPLE :
Continuité des débits aux nœuds :
Nœuds Équations
A
Q
A
−Q
1
−Q
2
=0
B
Q
1
−Q
3
−Q
4
=0
C
Q
2
+Q
3
−Q
5
=0
D
Q
4
+Q
5
−Q
D
=0
Équilibre des pertes de charge sur les mailles :
Mailles Équations
I −A H
1
+A H
2
−A H
3
=0
II A H
3
−A H
4
+A H
5
=0
III
A H
1
+A H
4

(
H
A
−H
D
)
=0
Les équations sur les mailles peuvent s’écrire en fonction du débit en introduisant la relation qui relie
61
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
le débit à la perte de charge :
Mailles Équations
I −R
1
Q
1
2
+R
2
Q
2
2
−R
3
Q
3
2
=0
II R
3
Q
3
2
−R
4
Q
4
2
+R
5
Q
5
2
=0
III R
1
Q
1
2
+R
4
Q
4
2

(
H
A
−H
D
)
=0
Ici nous avons 7 inconnues et 7 équations.
3.6.3 Vérification du nombre d’équations
Pour un réseau maillé uniquement composé de conduites, il existe une relation, issue de la théorie
des graphes, qui permet de déterminer rigoureusement le nombre d’équations nécessaire et suffisant
pour résoudre le système. Cette relation s’écrit :
C=M+N −1 3.29
où :
C = nombre de conduites (ou d’éléments hydrauliques entre deux nœuds)
M = nombre de mailles (boucles fermées)
N = nombre de nœuds (points de jonction)
Dans la théorie des graphes, C est appelé « nombre cyclomatique » et sa définition n’est valide que
pour un graphe plan.
On peut donc écrire, un système de N - 1 équations de nœuds et M équations de mailles pour
calculer les C débits des conduites.
Dans l’exemple précédent, si on élimine les réservoirs ainsi que le lien entre ces derniers, il subsiste
4 nœuds et 2 mailles, on a donc 4 + 2 – 1 = 5 conduites.
Si le réseau contient d’autres éléments (réservoirs, pompes, surpresseurs, réducteurs de pression,
clapets, etc.) chaque élément doit comporter deux nœuds. Ainsi, l’exemple précédent peut se
redessiner ainsi :
62
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Nous observons 3 mailles et 6 nœuds le système comporte donc 8 éléments répartis comme suit :
• cinq conduites avec une relation perte de charge – débit A H
i
=R
i
Q
i
2
,
• deux réservoirs avec une relation perte de charge – débit A H
i
=0 . Les réservoirs
transforment du volume en débit ils comportent donc un nœud de débit nul (nœud de tête) et
un nœud de débit entrant ou sortant du réservoir (nœud de queue). Le nœud de tête doit être
connecté un lien piézométrique et le nœud de queue doit être connecté aux conduites,
• un lien piézométrique avec une relation perte de charge A H
i
=H
j
−H
k
, où H
j
est la charge
du nœud d’origine du lien et H
k
est la charge du nœud d’extrémité du lien. Il n’y a pas de débit
dans ce lien.
Ainsi la mise en équation pourra s’écrire :
Continuité des débits aux nœuds :
Nœuds Équations
A
Q
8
−Q
1
−Q
2
=0
B
Q
1
−Q
3
−Q
4
=0
C
Q
2
+Q
3
−Q
5
=0
63
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
D
Q
4
+Q
5
−Q
6
=0
E
Q
7
=0
F
Q
7
=0
Équilibre des pertes de charge sur les mailles :
Mailles Équations
I −A H
1
+A H
2
−A H
3
=0
II A H
3
−A H
4
+A H
5
=0
III
A H
1
+A H
4
−A H
6
_
0

(
H
A
−H
D
)
+A H
8
_
0
=0
3.6.4 Antennes et réseaux ramifiés
Une antenne est une branche d’un réseau dont un des nœuds n’est pas connecté. Le débit doit être
connu à ce nœud. Si ce nœud est une sortie à l’air libre, ce ne peut pas être considéré comme
l’extrémité d’une antenne, mais plutôt une connexion à un réservoir dont la hauteur piézométrique
est égale à l’élévation de la sortie. Ce réservoir doit être connecté à un autre par un lien
piézométrique.
Un réseau ramifié est un réseau dont chaque nœud n’est connecté qu’à deux éléments et se terminant
par des antennes. Il ne comporte pas de mailles et seules les équations de nœuds (continuité) sont
utilisées pour le calculer.
3.6.5 Méthodes de résolutions
Ici on présentera deux méthodes de résolutions couramment utilisées dans les logiciels de calcul
hydraulique, soit les méthodes directes et la méthode matricielle par mailles.
3.6.5.1 Méthodes directes
3.6.5.1.1 Méthode des débits
Cette méthode est assez simple en ce qui concerne la mise en équation. En effet, il suffit d’écrire
autant d’équations conservation de débit ou d’énergie qu’il y a de débits dans les éléments du réseau.
Dans un réseau maillé, on peut écrire la relation :
64
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
C=M+N −1
On peut donc écrire, un système de N - 1 équations de nœuds et M équations de mailles pour
calculer des C débits:
¦
ε
1,1
⋯ ε
1, C
⋮ ⋱ ⋮
ε
N−1,1
⋯ ε
N, C
(ε R∣Q∣
n−1
)
1,1
⋯ (ε R∣Q∣
n−1
)
1, C
⋮ ⋮
(ε R∣Q∣
n−1
)
M ,1
⋯ (ε R∣Q∣
n−1
)
M , C
|
¦
Q
1




Q
C
¦
=
¦
q
1

q
N−1
h
1

h
M
¦
3.30
• Les N-1 premières lignes de la matrice contiennent les signes ε
i,j
relatifs au i
ième
nœud et à la
j
ième
conduite. Pour les conduites non connectées à un nœud, ε est nul.
• Les M dernières lignes de la matrice contiennent les termes signés (ε R∣Q∣
n−1
)
i , j
relatifs à la
i
ième
maille et à la j
ième
conduite. Pour les conduites non participantes à une maille, ε est nul.
• Les débits de consommation imposés aux nœuds q
i
sont placés dans la première partie du
membre de droite.
• Les pertes et gains de charge constants h
i
attribués à la présence de réservoirs ou de pompes
sont placés dans la dernière partie du membre de droite.
• La seconde partie de la matrice contient des débits qui ne sont pas encore connus. On les
remplace par des débits quelconques Q
0
qui sont sans rapport avec la loi des nœuds. On calcule
alors une première estimation du débit Q avec ces débits Q
0
arbitraires puis on améliore la
solution en procédant à des itérations.
• Pour améliorer la convergence, chaque Q
0
pour l'itération suivante se calcule comme la
moyenne du débit Q calculé à l’itération précédente et du débit Q
0
précédent.
Q
0
( i+1)
=
Q
(i )
+Q
0
( i )
2
Cette technique assure une convergence efficace, mais relativement lente. Une autre technique de
résolution a donc été proposée. Elle est basée sur l’application de la méthode de Newton-Raphson au
65
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
système 3.30. Cette méthode a été programmée dans le logiciel CASH
2
. Les essais poursuivis jusqu'à
maintenant ont prouvé, hors de tout doute, la supériorité de la stabilité de ce schéma numérique par
rapport aux méthodes précédentes.
EXEMPLE – Méthode des débits
Construisons le système matriciel en supposant que les coefficients de résistance R de chaque
conduite sont connus.
Il n’est pas nécessaire de choisir des Q
0
cohérents, il suffit de leur donner une valeur initiale
quelconque, mais différente de zéro.
On utilise le système 3.30 pour construire la matrice et le membre de droite :
¦
−1 −1 0 0 0 0
1 0 −1 −1 0 0
0 1 1 0 −1 0
0 0 0 1 0 −1
−R
1
∣Q
0,1

n−1
R
2
∣Q
0,2

n−1
−R
3
∣Q
0,3

n−1
0 0 0
0 0 R
3
∣Q
0,3

n−1
−R
4
∣Q
0,4

n−1
R
5
∣Q
0,5

n−1
−R
6
∣Q
0,6

n−1
|
¦
Q
1
Q
2
Q
3
Q
4
Q
5
Q
6
¦
=
¦
−q
1
q
2
q
3
q
4
0
0
¦
On remplace les Q
0,i
par les moyennes des Q
i
et Q
0,i
précédent et on recommence jusqu’à ce que les
valeurs du débit se stabilisent.
2 Conception et Analyse de Systèmes Hydrauliques
66
2 4
3 5
1
II
I
3
6
5
4
2
1
q
2
q
1
q
4
q
3
q
5
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.6.5.1.2 Méthode des charges
Cette méthode consiste à écrire un système d’équations composé des N équations de nœuds. Comme
il y a C débits inconnus dans ces équations, on remplace les débits par la relation qui relie le débit à
la perte de charge (éq. 3.25) dans laquelle on remplace explicitement la perte de charge par la
différence de deux charges nodales. On obtient donc N inconnues. Il n’est plus possible, comme dans
le cas précédent, de linéariser facilement le système et il est nécessaire d’utiliser la méthode de
Newton-Raphson.
Pour chaque nœud i, il faut alors écrire une équation de ce type :
(

N=j , k , …
mK
i , N
∣H
i
−H
N

m−1
)
ΔH
i
−mK
i , j
∣H
i
−H
j

m−1
ΔH
j
−mK
i , k
∣H
i
−H
k

m−1
ΔH
k
−⋯
=-
(

N=j , k ,…
ε
N
K
i , N
∣H
i
−H
N

m

i
q
i
)
Cette méthode converge bien, la principale difficulté de sa mise en œuvre surgit lors de
l’introduction d’éléments hydrauliques comme des pompes.
3.6.5.2 Méthode matricielle par mailles
C'est une méthode itérative matricielle qui permet de répartir sur l'ensemble du réseau les corrections
∆Q pour obtenir l'équilibre des pertes de charge (loi des mailles) à partir de débits initiaux Q
0
choisis
en fonction de la loi des nœuds.
• On écrit le système d'équations non linéaires à partir de la loi des mailles auquel on applique la
méthode de Newton-Raphson (voir encadré théorique) pour chaque maille :

M=i , j , k ,…
(
nR
M
Q
0, M
n−1
DQ
M )
=-

M=i , j , k, …
ε
M
R
M
Q
0, M
n
3.31
• M est l'indice des conduites participant à une maille.
• On obtient donc autant d’équations qu’il y a de mailles et on a une inconnue par conduite.
Généralement le nombre de conduites est plus grand que le nombre de mailles. Il est donc
nécessaire, pour résoudre le problème, de réduire le nombre d’inconnues.
• Comme une conduite peut appartenir à au plus deux mailles, la réduction du nombre
d'inconnues se fait en sachant qu'une conduite participant à deux mailles subit les corrections
de chacune de ces mailles adjacentes :
67
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
AQ
M
=AQ
A
−AQ
B
3.32
• Cela revient à faire un changement de variables dans lequel chaque correction de débit
appliquée à une conduite M est remplacée par la différence de corrections appliquées aux
mailles A et B communes à la conduite M. Si une conduite n’appartient qu’à une maille, on lui
attribue seulement la correction de cette maille. Le nombre d’inconnues devient donc égal au
nombre de mailles et la résolution est alors possible.
• Par exemple, pour une maille A adjacente aux mailles B et C, la relation (3.31) devient :
(

M=i , j , k ,…
nR
M
Q
0, M
n−1
)
ΔQ
A
−nR
AB
Q
0, AB
n−1
−nR
AC
Q
0, AC
n−1
=-

M=i , j , k , …
ε
M
R
M
Q
0, M
n
• Où les indices AB et AC réfèrent aux conduites communes respectivement aux mailles A et B
puis aux mailles A et C.
• En pratique, le système est organisé sous forme matricielle, en tenant compte que les sens des
débits ne seront pas mis à jour et que le débit gardera son signe, de la façon suivante :
¦

A
n R∣Q
0

n−1

(
n R∣Q
0

n−1
)
AB
⋯ −
(
n R∣Q
0

n−1
)
AM

(
nR∣Q
0

n−1
)
BA

B
n R∣Q
0

n−1

⋮ ⋱ ⋮

(
n R∣Q
0

n−1
)
MA
⋯ ⋯

M
n R∣Q
0

n−1
|
¦
ΔQ
A
ΔQ
B

ΔQ
M
¦
=-
¦

A
ε R∣Q
0

n−1
Q
0

B
ε R∣Q
0

n−1
Q
0


M
ε R∣Q
0

n−1
Q
0
¦
3.33
• On résout ce système pour obtenir le vecteur des corrections de débits.
• On applique les corrections ΔQ de chaque maille aux débits des conduites constituant la
maille en tenant compte du signe :
Q
M
=Q
0, M

A
ΔQ+ε
B
ΔQ 3.34
• On remplace Q
0
par Q et l’on continue d'appliquer le processus de correction jusqu'à ce que la
loi des mailles soit respectée avec une précision suffisante sur toutes les mailles
68
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
EXEMPLE – Méthode matricielle par mailles
Construisons le système matriciel en reprenant le schéma précédent en supposant que les coefficients
de résistance R de chaque conduite sont connus.
Dans un premier temps, il faut calculer des débits initiaux satisfaisant la loi des nœuds :
Q
0,1
=q
1
/ 2
Q
0,2
=q
1
/ 2
Q
0,3
=q
3
−Q
0,2
+Q
0,5
Q
0,4
=Q
0,1
−Q
0,3
−q
2
Q
0,5
=Q
0,2
+Q
0,3
−q
3
Q
0,6
=Q
0,4
−q
4
On utilise le système 3.33 pour construire la matrice et le membre de droite :
¦
n
(
R
1

Q
0,1

n−1
+R
2

Q
0,2

n−1
+R
3

Q
0,3

n−1
)
−n R
3
∣Q
0,3

n−1
−n R
3
∣Q
0,3

n−1
n
(
R
3
∣Q
0,3

n−1
+R
4
∣Q
0,4

n−1
+R
5
∣Q
0,5

n−1
+R
6
∣Q
0,6

n−1
)
|
¦
AQ
I
AQ
II
¦
=
¦
(
−R
1

Q
0,1

n−1
Q
0,1
+R
2

Q
0,2

n−1
Q
0,2
−R
3

Q
0,3

n−1
Q
0,3
)
(
R
3
∣Q
0,3

n−1
Q
0,3
−R
4
∣Q
0,4

n−1
Q
0,4
+R
5
∣Q
0,5

n−1
Q
0,5
−R
6
∣Q
0,6

n−1
Q
0,6
)
¦
On applique les corrections en tenant compte des signes :
69
2 4
3 5
1
II
I
3
6
5
4
2
1
q
2
q
1
q
4
q
3
q
5
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Q
1
=Q
0,1
−AQ
I
Q
2
=Q
0,2
+AQ
I
Q
3
=Q
0,3
−AQ
I
+AQ
II
Q
4
=Q
0,4
−AQ
II
Q
5
=Q
0,5
+AQ
II
Q
6
=Q
0,6
−AQ
II
On remplace les Q
0,i
par les Q
i
et on recommence jusqu’à ce que le membre de droite s’approche de
zéro
3.6.6 Aspects théoriques des méthodes de résolution
Dans la méthode de correction par mailles, on désire que pour chaque maille, la somme algébrique
des pertes de charge s’annule :

M=i , j , k ,…
ε
M
h
M
=0
On doit donc écrire M équations de ce type, avec M, le nombre de mailles du réseau.
Comme on connaît les C débits initiaux Q
0
satisfaisant la loi des nœuds et la relation qui lie le débit à
la perte de charge, on peut écrire les M équations précédentes sous la forme suivante :

M=i , j ,k , …
ε
M
R
M (
Q
0, M

M
ΔQ
M)
n
=0
Ce qui signifie que l’on doit déterminer les corrections AQ
M
, pour chaque conduite, qui doivent
être appliquées aux débits initiaux Q
0
de telle sorte que l’ensemble de ces expressions s’annule.
Pour réussir à résoudre ce problème, nous devons développer chaque équation en série de Taylor en
considérant qu’elles sont fonction de plusieurs variables indépendantes, c’est-à-dire les corrections
de débit à appliquer à chaque conduite :

M=i , j , k ,…
ε
M
R
M
( Q
0, M

M
ΔQ
M
)
n
=

M=i, j , k ,…
ε
M
R
M
Q
0, M
n
+

M=i , j , k ,…
ε
M
ΔQ
M

∂Q
0, M
( ε
M
R
M
Q
0, M
n
)=0

M=i , j , k ,…
ε
M
R
M (
Q
0, M

M
ΔQ
M)
n
=

M=i , j , k , …
ε
M
R
M
Q
0, M
n
+

M=i , j , k, …
ε
M
ΔQ
M (
ε
M
R
M
nQ
0, M
n−1
)
=0
Sachant que ε
M
2
=1 , on obtient finalement pour chaque maille :
70
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent

M=i , j , k ,…
(
nR
M
Q
0, M
n−1
ΔQ
M )
=-

M=i , j , k ,…
ε
M
R
M
Q
0, M
n
3.7 Pompes et turbines
Les pompes et les turbines sont des dispositifs mécaniques qui opèrent une transformation entre
l'énergie hydraulique et l'énergie mécanique. En particulier :
• Les pompes transforment l'énergie mécanique en énergie hydraulique. L'énergie mécanique
doit être fournie par une autre source d'énergie la plupart du temps électrique, mais aussi
thermique, animale et parfois hydraulique.
• Les turbines servent à transformer l'énergie hydraulique en énergie mécanique laquelle pourra
entraîner alternateurs, moulins, scies mécaniques, etc.
L'énergie mécanique se définit comme un couple, pour une machine tournante, on écrit :
E
m
=

( r×F ) 3.35
Cette équation donne lieu à de nombreuses variantes en fonction des diverses configurations de
machine où les forces F sont générées par les forces de portances et de traînées du fluide sur les
obstacles solides de la machine et le rayon r donne la position de ces forces par rapport à l'axe de
rotation.
L'énergie hydraulique est principalement caractérisée par l'énergie de pression et elle est exprimée en
termes d'énergie par unité de poids (F L/F = L) ce qui s'écrit en hauteur de fluide ce que l'on nomme
la charge hydraulique
La puissance hydraulique s'exprime au moyen du poids volumique, du débit et de la hauteur
d'élévation :
P
H
=γ Qh 3.36
En système d'unités international, la puissance est donc exprimée en Watts: En pratique, on utilise
les formules équivalentes :
P
H
=
γ Qh
1000
[kWatts]
71
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
P
H
=
γ Qh
736
[chevaux-vapeur (cv)]
P
H
=
γ Qh
550
[horse power (hp)] avec γ en lb/pi
3
, Q en pi
3
/s et h en pi.
Rien n'étant parfait, ces transformations s'opèrent de façon imparfaite ce qui entraîne des pertes
d'énergie que l'on exprimera comme un rendement qui s'écrit comme le rapport de l'énergie
transformée sur l'énergie entrante :
η=
E
transformée
E
entrante
3.37
Ce qui signifie que le rendement ne peut évidemment pas atteindre l'unité.
3.7.1 Les pompes
La conception des pompes relève du génie mécanique. Pour l'ingénieur utilisateur, comme en génie
hydraulique, il est important de connaître le comportement des pompes afin de pouvoir faire un
choix efficace, c'est-à-dire qui satisfait aux exigences imposées et au coût minimal.
Les deux paramètres hydrauliques principaux en jeux sont :
• La hauteur d'élévation
• Le débit
Selon le principe de conservation de la masse pour un liquide incompressible, le débit aspiré par la
pompe est égal au débit refoulé.
Par contre, la pression à l'aspiration sera plus petite que la pression de refoulement. Cette
augmentation de pression, donnée par la pompe, exprimée en colonne de liquide, définit la hauteur
d'élévation
Le choix d'une pompe consistera à trouver une pompe qui permet de passer un débit imposé sur une
hauteur d'élévation donnée. Une même pompe peut fournir une gamme de débits pour une certaine
gamme de hauteurs d'élévation. Son comportement est tel que plus elle est fournit du débit moins
elle est en mesure d'élever le niveau de l'eau.
72
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Dans ce qui suit, nous passerons en revue les éléments qui permettent de faire un choix approprié
pour terminer par les méthodes de calculs nécessaires à leur modélisation en relation avec un
système hydraulique.
Quelques définitions :
• Aspiration : partie où se fait l'entrée du débit.
• Refoulement : partie où se fait la sortie du débit.
• Stator : partie fixe d'une machine tournante
• Rotor : partie tournante de la machine
• Carter : enveloppe rigide de la machine
3.7.2 Types de pompes
Les pompes peuvent avoir plusieurs configurations géométriques. Selon ces configurations, certaines
donneront des pompes plus aptes à créer de la hauteur d'élévation alors que d'autres seront plus
efficaces dans le transfert de débit.
On note deux grandes catégories de pompes :
• Les pompes axiales : les pompes axiales ne changent pas la direction générale de l'écoulement.
73
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
1. Rotor centrifuge
2. Cône
d'aspiration
3. Carter tubulaire
4. Joint
d'étanchéité
5. Double presse-
étoupe huilé
6. Moteur
submersible
Figure 3.13 - Pompe axiale, source : http://www.hidrostal.ch/en/produkte/axialpumpen.php
• Les pompes radiales : ces pompes en général, ont la partie aspirante dans l'axe de rotation et la
partie refoulante dans la direction du rayon de la partie mobile.
Figure 3.14 - Pompe radiale ou centrifuge, source :
neveu.pierre.free.fr/enseign/aeraulique/chap2.htm
74
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.7.3 Courbe de pompe et point de fonctionnement.
Les installations de pompage à plusieurs pompes seront vues plus loin. Pour l’instant, nous
considérerons une équation liant le débit à la hauteur d’élévation, c’est la courbe de pompe (courbe
décroissante sur la figure 3.15). Afin de satisfaire approximativement le comportement d’une pompe
ou d’un groupe de pompes, nous donnons à cette relation une forme quadratique valide uniquement
pour Q > 0.
h
p
=h
0
+BQ+CQ
2
3.38
où :
h
p
: Hauteur d’élévation
h
0
: Hauteur de coupure
B : Coefficient
C : Coefficient
Notons que, lorsque cette équation sera couplée à un circuit hydraulique, il faudra considérer H
p
comme une perte de charge négative, c’est-à-dire comme un gain de charge.
0 0,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Courbe de pompe
Courbe de pertes de charge
débit, Q
g
a
i
n

d
e

c
h
a
r
g
e
,

h
Figure 3.15 – Courbe de pompe typique
75
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
La courbe des pertes de charge (courbe croissante sur la figure 3.15) exprime la variation de la perte
de charge en fonction du débit. Elle contient la hauteur statique et la somme des pertes de charge qui
dépendent du débit :
h=h
s
+

i
h
i
( Q)
3.39
où :
h
s
: Hauteur statique
h : Charge totale à relever en fonction du débit
h
i
: Pertes de charge par frottement et locales
Q : Débit
Le point de fonctionnement (h,Q) est le point d’intersection qui satisfait simultanément la courbe de
pompe et la courbe de pertes de charge.
Exemple
Une pompe est utilisée pour pomper l’eau d’un réservoir vers un autre, en faisant l’hypothèse que les
niveaux des réservoirs restent constants, établir le point de fonctionnement
76
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
La courbe de pompe est donnée par :
h
p
=h
0
+BQ+CQ
2
La courbe des pertes de charge est donnée par :
h=h
s
+

i
h
i
( Q)
avec, en utilisant la formule de Darcy-Weisbach,
h
i
=
8 f
i
L
i
π
2
gD
i
5
Q
i
2
=R
i
Q
i
2
Le point de fonctionnement s’établit pour h = h
p
, d’où :
h
s
+
(
R
1
+R
2
)
Q
2
=h
0
+BQ+CQ
2
en regroupant les termes :
(
R
1
+R
2
−C
)
Q
2
−BQ+h
s
−h
0
=0
77
Réservoir amont
Réservoir aval
Pompe
Débit
L
ig
n
e
d

n
e
r
g
ie
h
p
h
2
h
1
h
s
1
2
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
La solution est donnée par la racine valide de :
Q=
B!
.
B
2
−4
(
R
1
+R
2
−C
) (
h
s
−h
0
)
2
(
R
1
+R
2
−C
)
qu’il suffit de porter dans l’une des équations des courbes pour obtenir la hauteur pompée.
Exemple numérique
On désire évaluer le point de fonctionnement d’une pompe utilisée pour remonter de l’eau d’un
réservoir dont le niveau est à la cote 0 m vers un réservoir dont le niveau est à la cote 50 m. La
pompe est reliée au réservoir amont par une conduite de 20 m de long et de 30 cm de diamètre puis
elle refoule l’eau dans le réservoir aval par une conduite de 100 m de long et de 30 cm de diamètre.
Le coefficient d'Hazen-Williams est C = 100. La courbe de la pompe est :
H=70−10Q−200Q
2
Solution :
On calcule la courbe du système en incluant les pertes de charge (ici on a négligé les pertes
singulières, mais on pourrait, au besoin, facilement les rajouter) :
Conduite amont :
h
1
=
(
1

)
1,85
L
1
D
1
4, 87
Q
1,85
=
(
1
100×0, 2785
)
1,85
20
0,3
4, 87
Q
1,85
=14, 9459Q
1, 85
Conduite aval :
h
2
=
(
1

)
1,85
L
2
D
2
4,87
Q
1,85
=
(
1
100×0, 2785
)
1,85
100
0,3
4,87
Q
1,85
=74 ,7296Q
1,85
Charge statique :
h
s
=H
aval
−H
amont
Courbe de pertes de charge :
h=h
s
+h
1
+h
2
78
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Point de fonctionnement h = h
p
:
h
s
+h
1
+h
2
=50+89,6756Q
1,85
Le débit de fonctionnement est obtenu en posant que la courbe de pompe est égale à la courbe du
système puis en résolvant pour Q. Ceci peut se faire sur une calculette résolvant des équations non
linéaires, sur Excel ou sur Maple.
70−10Q−200Q
2
=50+89 , 6756Q
1, 85
-20−10Q−200Q
2
−89, 6756Q
1, 85
=0
Pour obtenir rapidement une solution approximative, il suffit de remplacer l’exposant 1,85 par 2 et
de résoudre l’équation quadratique en choisissant la bonne racine. Quelques itérations avec
l’équation originale permettent alors de raffiner la solution.
On peut aussi utiliser un outil de calcul symbolique (comme MAPLE) pour trouver directement la
solution :
# Équation à résoudre : 20-10*Q-200*Q^2-89.6756*Q^1.85;
> eq:=20-10*Q-200*Q^2-89.6756*Q^1.85=0;
2 1.85
eq := 20 - 10 Q - 200 Q - 89.6756 Q = 0
> Q:=solve(eq,Q);
Q := .2379428097
> H:=70-10*Q-200*Q^2;
H := 56.29721576
3.7.4 Rendement
On superpose à la courbe de pompe un diagramme fait d'une « topographie du rendement »
communément appelé diagramme en colline. Le sommet de ce diagramme nous donne évidemment
le point de rendement maximum.
79
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Figure 3.16 – Courbes de pompe, de rendement, de puissance et hauteur nette d'aspiration. (tiré de
http://fhaspapp.ittind.com/BG-Literature-Detail.asp?LiteratureID=484)
3.7.5 Vitesse de rotation
La vitesse de rotation d'une pompe est un facteur déterminant du fonctionnement d'une pompe. Le
lien qui lie cette vitesse aux paramètres hydrauliques d'une pompe est complexe et dépend de
l'interaction de l'écoulement et des parties mobiles et fixes de la pompe. Cependant, les
constatations suivantes sont, en pratique, valables :
• Le débit est proportionnel à la vitesse de rotation,
• les hauteurs varient comme le carré de la vitesse de rotation,
• la puissance varie comme le cube de la vitesse de rotation et
• le rendement est indépendant de la vitesse de rotation.
3.7.6 Vitesse spécifique
La vitesse spécifique est un paramètre qui permet d'exprimer le rapport des capacités en débit et en
80
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
hauteur d'aspiration. De plus, ce paramètre permet de comparer et de classifier les pompes. Si deux
pompes, de tailles différentes, on la même hauteur d'élévation, on dira qu'elles sont semblables.
La vitesse spécifique s'écrit :
N=ω
√Q
H
3/ 4
ou en forme adimensionnelle
N=ω
√Q
( g H )
3/ 4
3.40
où ω est la vitesse de rotation, Q, le débit et H, la hauteur d'aspiration.
Dans la pratique, la valeur de N est influencée par le système d'unités. Bien que l'on puisse rendre N
adimensionnel en le divisant par g
3/4
, l'abondance de littérature américaine sur le sujet nous amène à
adopter, pour raison de compatibilité avec les valeurs commerciales, la définition suivante :
N
s
=ω [rpm]
√Q[guspm]
( H [pi])
3/ 4
3.41
De façon générale, cette définition nous permet de classer les pompes comme suit :
N
s
< 4000 : pompes radiales
4000 < N
s
< 9000 pompes mixtes
N
s
> 9000 : pompes axiales
Remarque importante : Puisque, pour une pompe, H et Q peuvent varier, on calcule N
s
au point de
rendement maximum.
Pour des valeurs faibles de N
s
, on aura des pompes plus propices à produire de la charge hydraulique
alors qu'inversement, les pompes à N
s
élevée favoriseront la production de débit.
3.7.7 Limite d'aspiration
Comme une pompe produit une augmentation de pression entre l'aspiration et le refoulement,
l'aspiration pourra être le siège de basses pressions. Il faudra donc veiller à ne pas atteindre des
pressions égales à la pression de vapeur pour éviter la rupture de la veine liquide.
En utilisant l'équation de Bernoulli ou un diagramme d'énergie, on calcule, à l'aspiration, la pression
absolue
Pa
en tenant compte de l'énergie cinétique :
81
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
p
0
γ
+z
0
+
V
0
2
2 g
=
p
a
γ
+z
a
+
V
a
2
2 g
+h
a
On choisit le point 0 à la surface libre du réservoir amont, donc p
0
= p
atm
et V
0
= 0 donc :
p
a
γ
=
p
atm
γ
+z
0
−z
a

V
a
2
2 g
−h
a
On définit la hauteur nette d'aspiration (NPSH, en anglais Net Pump Succion Head) par :
NPSH=
p
a
γ

p
v
γ
3.42
où p
v
est la pression de vapeur (=1,77 kPa abs à 15,6°C, -99,53 kPa rel.).
La valeur de NPSH obtenue doit être au moins égale à celle, déterminée par le fabricant de la pompe,
que l'on retrouve sur les courbes caractéristiques de la pompe (voir fig. 3.16)
3.7.8 Stations de pompage
Si la gamme de débit à pomper est assez large, on a intérêt à utiliser un groupe de pompes en
parallèle. À l'inverse, si les charges sont grandes, on pourra utiliser des pompes installées en série.
Les sections suivant décrivent ces installations sur le principe de charge commune et somme des
débits pour le regroupement en parallèle, et débit commun et somme des charges pour un système en
série.
3.7.8.1 Pompes en parallèles
Pour les pompes en parallèle, on doit considérer les mêmes principes que pour les conduites,
c'est-à-dire que les débits passant par chaque pompe s'additionnent et que les gains de charge fournis
par chaque pompe devront s'équilibrer de façon à ce qu'ils soient tous égaux dans chacune des
branches en parallèle.
Afin de déterminer le point de fonctionnement de chaque pompe, nous distinguerons deux cas, soit
le cas de deux pompes identiques, soit le cas de deux pompes différentes.
3.7.8.1.1 Pompes identiques en parallèles
Dans ce cas, si on considère deux pompes, la courbe de pompe est la même pour les deux pompes,
82
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
prenons par exemple :
h
p
=h
0
+BQ+CQ
2
et évaluons la courbe du groupe de pompes pour pouvoir déterminer le point de fonctionnement de la
station de pompage.
Le débit de chaque pompe s'écrit :
Q=
−B!

B
2
−4C(h
0
−h
p
)
2C
Connaissant l'allure et le domaine de validité de la courbe de pompe, c'est-à-dire que la courbe est
décroissante C0 , définie uniquement dans le premier quadrant,
h
0
>0, h
p
>0, et Q>0
. Comme le
dénominateur est nécessairement négatif , il faut que le numérateur soit aussi négatif. Le
discriminant est toujours positif, car h
0
est positif, mais C est négatif. Selon le signe de B, on peut
obtenir une ou deux racines dans le premier quadrant et il est préférable de considérer la plus grande,
car s'il existe un maximum dans le premier quadrant, la plus petite racine constitue un cas particulier,
donc on choisit :
Q=
−B−

B
2
−4C(h
0
−h
p
)
2C
pour chaque pompe, ainsi, au total, on obtient :
Q
total
=n Q=n
(
−B−

B
2
−4C(h
0
−h
p
)
2C
)
d'où on tire :
h
p
=
C
n
Q
total
2
+
B
n
Q
total
+h
0
3.7.8.1.2 Pompes différentes en parallèles
Le cas de la mise en parallèle de plusieurs pompes différentes est plus complexe, car il n'est pas
possible de trouver une relation unique entre la charge pompée et le débit. À partir du moment où
une pompe a une charge de coupure h
0
supérieure à sa voisine, il existe une plage de débit pour
83
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
laquelle il n'est pas possible de faire fonctionner.
Cette plage est définie par le point de fonctionnement de la pompe ayant la charge de coupure la plus
haute. En effet, si le point de fonctionnement d'une pompe a une charge plus élevée que la charge
maximale que peut fournir une autre pompe en parallèle, cette dernière ne pourra atteindre un gain
de charge égale à celui de la première pompe. Physiquement cela peut signifier que la pompe la plus
faible aura tendance à voir son débit s'inverser. En pratique, on prévient ce genre de comportement
en installant un clapet non-retour au voisinage de la pompe.
Pour construire la courbe du groupe de pompe, on commence par choisir celle qui à la plus grande
capacité en gain de charge et on la considère comme si les autres pompes sont arrêtées. Puis, à partir
d'une valeur de gain de charge égal à la charge de coupure de la deuxième plus grande capacité, on
additionne les courbes dans le sens des débits. Ensuite on additionne les débits des autres pompes
par ordre décroissant de capacité en charge. La figure 3.17 illustre ce principe avec trois pompes
différentes.
H
p
H
A
A
Q
A
Q
3
Q
1
Q
2
H
Q
(1)
(1)+(2)
(1)+(2)+(3)
(3)
(2)
1 2 3
Figure 3.17 - Schéma d’un groupe de pompes en parallèle (d'après Lancastre).
Exemples avec deux pompes différentes en parallèle
Soit le schéma suivant :
84
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Les données sont les suivantes :
H
a
= 20 m, H
b
= 70 m, R = 30 s
2
/m
5
Les équations de pompes du type h
p
=h
0
−CQ
2
avec, pour la pompe 1, h
01
=70 m et C
1
=100s
2
/m
5
et pour la pompe 2, h
02
=60 m et C
2
=100s
2
/m
5
Les équations du système sont :
Q
1
+Q
2
−Q=0
−( h
01
−C
1
Q
1
2
)+RQ
2
=H
a
−H
b
−( h
02
−C
2
Q
2
2
)+RQ
2
=H
a
−H
b
En linéarisant et en résolvant par une méthode itérative, on trouve :
Q
1
=0,4083 m
3
/s
Q
2
=0,2583 m
3
/s
Q=0,6666 m
3
/s et
h
p1
=h
p2
=53,33 m
Pour chaque pompe, on trace la courbe de pompe et son point de fonctionnement
85
P
2
P
1
H
a
H
b
H
a
Q
1
Q
2
Q
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8
0
10
20
30
40
50
60
70
80
hp1
hp2
Pt 1
Pt 2
Débit
C
h
a
r
g
e
Points de fonctionnement de chaque pompe.
En construisant la courbe du groupe de pompe de telle sorte seule la pompe 1 fonctionne tant que le
gain de charge est supérieur à la hauteur de coupure de la seconde pompe (60 m), on superpose la
courbe des pertes de charge du système ce qui permet que le point de fonctionnement soit bien à sa
place.
0,00 0,20 0,40 0,60 0,80 1,00 1,20 1,40 1,60 1,80
0,00
10,00
20,00
30,00
40,00
50,00
60,00
70,00
80,00
90,00
100,00
Pompe 1 & pompe 2
Pompe 1
Pertes de charge
Pt de fonctionnement
débit
c
h
a
r
g
e
Courbes du groupe de pompe, des pertes de charge et point de fonctionnement global.
En augmentant le niveau du réservoir B à 80 m, nous réduisons le débit de telle sorte que seule la
pompe 1 fonctionne et que le clapet de la pompe 2 se ferme. On obtient les résultats suivants :
86
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
Q
1
=0,2774 m
3
/s
Q
2
=0,0000 m
3
/s
Q=0,2774 m
3
/s et
h
p1
=h
p2
=62,31 m
Graphiquement, on constate bien que la pompe 2 ne fonctionne pas et que le point global de
fonctionnement se trouve dans la zone de la pompe 1.
-0,1 0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6 0,7 0,8
0
10
20
30
40
50
60
70
80
hp1
hp2
Pt 1
Pt 2
Débit
C
h
a
r
g
e
0,00 0,50 1,00 1,50 2,00
0,00
10,00
20,00
30,00
40,00
50,00
60,00
70,00
80,00
90,00
100,00
Pompe 1 & pompe 2
Pompe 1
Pertes de charge
Pt de fonctionnement
débit
c
h
a
r
g
e
Courbes de fonctionnement avec une pompe arrêtée.
3.7.8.2 Pompes en séries
Pour les pompes en série, on peut additionner le gain de chaque pompe en fonction tout en
considérant le même débit pour chaque pompe. La contribution d'une pompe doit être débranchée si
l'on constate que pour un débit donné, elle présente un gain de charge négatif ce qui réduirait
l'avantage du groupement en série. La courbe du groupe de pompe est alors composée de la
sommation des gains de charge en fonction du débit dans la plage de débit fournissant des gains
positifs. La figure 3.18 illustre ce principe avec trois pompes différentes.
87
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
H
p
H
A
A
Q
A
H
3
H
1
H
2
H
Q
(1)
(1)+(2)
(1)+(2)+(3)
(3)
(2)
1 2 3
Figure 3.18 - Schéma d’un groupe de pompes en série(d'après Lancastre).
88
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.8 Exercices
Dans les exercices 3.1 à 3.3, tracer d’abord qualitativement le diagramme d’énergie.
3.1 À partir du schéma suivant, calculer le débit qui transite entre les réservoirs A et C avec les
données suivantes f = 0,02, D
1
= 50 cm, D
2
= D
3
= 20 cm, L
1
= L
2
= L
3
= 200 m, H
A
= 50 m,
H
C
= 10 m et z
B
= 10 m. (Rép. : 0.139 m
3
/s)
a) Calculer la pression au point B. (Rép. : 18.9 m d’eau)
b) Quelle peut être la hauteur maximale du point B pour éviter une pression négative à cet
endroit ? (Rép. : 28.9 m)
3.2 Sur le schéma suivant, un réservoir se vide par deux vannes ouvertes à l’air libre en B et en
C. Les coefficients de perte de charge locale des vannes sont respectivement C
B
= 5 et C
C
= 2.
Le niveau du réservoir est de 60 m d’eau. De plus, L
1
= L
2
= L

= 100 m et
D
1
= D
2
= D
B
= D
C
= D = 150 mm et f = 0,02.
Calculer les débits et les pressions aux vannes B et C.
(Rép : Q
B
= 0,095 m
3
/s, Q
C
= 0,058 m
3
/s, p
B
= 8,9 m d’eau, p
C
= 1,6 m d’eau)
89
A
B
C
1
2 3
Z = 0
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
3.3 Soit le système suivant :
3.4 Exprimer le débit en fonction de la hauteur d'eau y dans le réservoir.
Rép. :
Q=π

y
8
π
2
gD
4
(
1+
f L
D
)
=

y
R
a) Si le réservoir se vide au fur et à mesure que le débit sort, quelle est l'expression du
niveau en fonction du temps ?
Rép. : y(t )=y
0


y
0
Kt +
K
2
4
t
2
avec
K=
1
A√R
90
A
B
C
1 2
D
Q
y
z = 0
L
A
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
b) Quelle expression définit le temps de vidange ?
Rép. : t
v
=2

y
0
K
3.5 Mettre en équations le système suivant et le résoudre sur une feuille de calcul
avec H
R1
= 50, H
R1
= 5, C = 0,1 m
3
/s, D = 0,2 m, f = 0,025, L
1
= 100 m, L
2
= 200 m,
L
3
= 224 m et L
4
= 50 m. Calculer l'énergie hydraulique à chaque nœud.
3.6 Quelles sont les expressions du débit et de la hauteur dans le réservoir B ?
a) Déterminer les débits dans chaque tuyau du système hydraulique suivant ainsi que les
pressions au niveau de la douche du lavabo, du chauffe-eau et de la machine à laver. Les
tuyaux sont faits de cuivre lisse.
91
4
3 1
II
I
3
4
2
1
C
R
1
C
C
1 2 1
6 5
R
2
Q
R2
H
A
H
B
D
1
D
2
Q
air libre
L
1
L
2
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements en charge en régime permanent
92
-2 m
P
1
=400 kPa
aqueduc municipal
chauffe-eau
machine à laver
0,5 L/s
lavabo
0,1 L/s
douche
0,3 L/s
4 m
0 m
3 m
5 m
4 m
∅ 2,5 cm
∅ 2 cm


1
,
5

c
m


1
,
5

c
m
∅ 1,5 cm


1
,
5

c
m
Chapitre 4
Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.1 Introduction
Dans les systèmes hydrauliques en charge, les variations de pression causées par des changements de
régime plus ou moins rapides, voire brusques, entraînent des contraintes sur le matériel qui dépassent
largement celles du régime statique ou permanent. Le dimensionnement d'une ligne d'adduction ou
de refoulement se trouve donc affecté par ces valeurs extrêmes. C'est d'autant plus vrai dans le cas
des stations de refoulement des eaux usées puisque leurs pompes sont fréquemment et
périodiquement démarrées et arrêtées dans des conditions contrôlées. De plus, en situation d'urgence,
ces systèmes sont soumis à des conditions extrêmes auxquelles ils doivent, dans la mesure du
possible, résister.
Une analyse des différents régimes transitoires permettra de déterminer les conditions de
dimensionnement ainsi que les mesures de protection pour les cas exceptionnels. Compte tenu de la
complexité du phénomène, il n'existe pas de solutions analytiques complètes permettant de résoudre
le problème. Des méthodes approximatives, graphiques ou numériques, ont donc pris le relais pour
permettre aux ingénieurs de quantifier ce type de phénomènes. La disponibilité croissante de la
puissance de calcul des ordinateurs à un coût décroissant a permis de développer des outils
numériques de simulation dont la précision et la fiabilité sont déjà fort acceptables pour autant que
l'on respecte les conditions d'utilisation.
Les objectifs de ce chapitre sont donc :
1) d'examiner les concepts de bases de la modélisation des transitoires hydrauliques,
2) de définir les conditions d'utilisation d'un tel modèle et
3) d'en considérer l'exploitation surtout en matière de protection contre les effets néfastes des
variations de pression.
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.2 Description des phénomènes physiques en jeu.
4.2.1 État d’équilibre d’un système hydraulique
Les phénomènes de transitoires hydrauliques apparaissent lorsque l’équilibre des forces agissant sur
un système est modifié. Quand un liquide est en mouvement dans une conduite et que ce mouvement
ne varie pas dans le temps, il y a un état d’équilibre permanent. En fait, il y a équilibre entre
l’énergie disponible (ou potentielle) et les énergies dues au mouvement (cinétique) et perdues par le
frottement, ce qui définit un mouvement permanent. Cette vision est macroscopique, car, à une
échelle plus petite, on observe que les vitesses fluctuant constamment autour d’une valeur moyenne,
c’est une manifestation de la turbulence. Pour les besoins de l’analyse que nous ferons ici, nous ne
considérerons que les effets globaux, moyens dans le temps, de la turbulence, notamment en ce qui
concerne l’évaluation des forces de frottement selon le régime d’écoulement.
4.2.2 Onde élastique et oscillation en masse
Les variations de régime dans un système sous pression peuvent adopter deux comportements
différents. Si le système est fermé, c’est-à-dire qu’il ne contient pas d’endroit où il est possible
d’accumuler de l’eau en grande quantité, on observe une variation locale importante de la pression;
c’est le coup de bélier par onde élastique. Dans le cas où l’eau peut être accumulée dans un réservoir
ou une cheminée d’équilibre, on parle plutôt d’oscillation en masse. Dans ce qui suit, nous
examinerons avec plus d’attention le phénomène d’onde élastique, car il entraîne des effets plus
contraignants sur le matériel que le phénomène, plus particulier aux cheminées d’équilibre, de
l’oscillation en masse.
4.2.3 Perturbation de l’équilibre, effet sur les pressions
Si on considère la conduite dans laquelle coule un liquide en régime permanent, le niveau de la
pression est fort raisonnable, soit inférieur à celui de la pression hydrostatique dans des conditions
d’écoulement nul. Qu’advient-il lorsque, pour une raison ou une autre, il y a une modification
temporelle de l’écoulement par accélération ou décélération? La réponse du physicien se base sur les
principes de la mécanique newtonienne. Il y aura un transfert d'énergie entre les énergies potentielle
et cinétique pour chercher à atteindre un nouvel équilibre en tenant compte des pertes et sans
transgresser le principe de conservation de l’énergie.
94
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Cette réponse, toute rigoureuse qu’elle soit, peut nous paraître bien aride et nous pouvons nous
demander comment cela peut s’appliquer au simple cas de la masse d’eau qui circule en régime
permanent dans une conduite et qui voit son mouvement modifié. Partant des principes que, dans un
fluide, l'énergie potentielle se traduit par une énergie de pression et que, d'autre part, l'eau n'est pas
absolument incompressible et que la conduite admet des déformations élastiques, on peut analyser
un cas particulier.
Considérons donc un système, analogue à une situation de refoulement, où l'eau coule à une vitesse
V
o
pour alimenter un réservoir dont le niveau est gardé constant. Le phénomène, illustré à la figure
4.1, peut être décrit en quatre phases.
Figure 4.1- Quatre étapes d'un cycle de variation de pression
1) Au temps t = 0, la vanne située à l'amont du système est fermée, immédiatement et à
95
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
proximité de la vanne, la vitesse d'écoulement s'annule, donc l'énergie cinétique fait de
même et doit être compensée par un gain d'énergie potentielle sous forme d'une dépression
puisque le mouvement initial de l'eau à tendance à tirer sur la partie de la colonne d'eau qui
est immobile. Cette énergie de dépression se traduit mécaniquement par une énergie de
déformation qui tend à réduire le diamètre de la conduite. Ce phénomène se poursuit jusqu'à
ce que toute la conduite soit mise en compression, ce qui prend un temps égal au rapport de
la longueur L sur la célérité de l'onde de déformation C
2) Lorsque l'onde de dépression atteint le réservoir, celle-ci se dissipe puisqu'il règne à cet
endroit une pression constante. À ce moment précis, plus rien ne retient la mise en
compression de la conduite et elle commence à reprendre sa forme à proximité du réservoir.
L'augmentation de volume ainsi créée entraîne le remplissage de la conduite à une vitesse
équivalente à la vitesse initiale du fluide puisque la déformation initiale de la conduite est
directement liée à cette dernière. Ce phénomène a la même durée que celle de l'étape
précédente.
3) Au moment où toute la conduite a repris sa forme, la vitesse de l'eau doit s'annuler en
frappant la vanne fermée. Encore une fois, on doit avoir transformation de l'énergie
cinétique en énergie potentielle par contre, cette fois, l'énergie de pression est positive
puisque l'inertie de l'eau tend à comprimer la partie immobile de la colonne d'eau. Cette
surpression met en tension la conduite qui se dilate. La vitesse de l'onde de déformation C
étant constante, la durée de cette étape est identique à celle des précédentes.
4) Le surplus d'eau dû à l'augmentation du volume de la conduite commence à s'évacuer près
du réservoir à une vitesse V
o
de façon à ce que la conduite reprenne son diamètre initial. À
la fin de cette étape, toute la conduite aura retrouvé les conditions initiales et l'étape 1)
pourra recommencer.
Ce cycle de période T = 4 L/C se répéterait indéfiniment, s'il n'y avait pas de frottement. Les effets
du frottement agissent essentiellement sur l’amortissement de l’amplitude de la variation de
pression. Le cas que nous venons d’étudier est typique d’une installation de refoulement, car il
commence par une dépression à l’amont du système. Toutefois, un autre cas critique est à considérer,
celui de la conduite forcée ou de l’adduction gravitaire. Dans cette configuration, la manœuvre d’une
vanne à l’aval du système entraîne une surpression au voisinage de la vanne semblable à celle
96
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
observée à l’étape 3 du cas précédent. Le phénomène suit alors les étapes 4, 1, et 2.
Ces deux cas sont considérés dans le cas d'un arrêt ou d'une décélération, cependant, ils peuvent
aussi être soumis à des départs ou accélérations plus ou moins rapides qui entraîneront des variations
importantes de pression.
Dans l’exemple précédent, nous avons considéré que le fluide était parfaitement élastique quel que
soit son état de contrainte, compression ou tension. Cependant, en situation réelle, un liquide se
rompt en tension. Pour l’eau, une dépression d’environ -10,25 m d’eau entraîne cette rupture. Il se
crée alors une cavité de vide ou presque puisqu’il y subsiste une pression de vapeur saturante.
Dans un cas concret, les conséquences de cette rupture sont nombreuses et importantes. Dans le cas
que nous avions examiné précédemment, si on admet que cette rupture survient au moment de la
fermeture de la vanne et à proximité de celle-ci, le comportement du système sera radicalement
différent. Lors de la phase 1 (fig. 4.2), la colonne d’eau n’est plus retenue que par la cavité de vide et
elle s’éloignera avec une vitesse initiale V
o
. Puis, dans une deuxième phase, la pression négative de
la cavité créera une force de rappel constante qui ralentira la colonne d’eau. Une analyse par modèle
mathématique simple permet de constater que cette force de rappel finira par inverser la vitesse de la
colonne d’eau et que cette dernière viendra refermer avec une vitesse proche de V
o
la cavité.
L’impact, en général assez violent, générera une onde de surpression qui se propagera comme dans
les phases 3 et 4 du cas précédent pour recommencer, si la dépression est suffisante par un autre
cycle initié par une rupture. Il est important de souligner ici que les étapes 1 et 2 ne se déroulent plus
sur des périodes réglées par la célérité de l’onde de pression, mais plutôt par des vitesses de l’ordre
de celle de l’écoulement initial.
97
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Figure 4.2 - Deux premières étapes d'un cycle avec rupture de colonne d’eau.
Ces deux exemples jettent les bases des comportements physiques dont on devra considérer les
conséquences dans l’analyse d’une station de refoulement d’eau
4.3 Aspects théoriques
4.3.1 Équations de base
Comme on l'a vu précédemment la compressibilité du liquide joue un rôle essentiel dans le
comportement de l'onde de pression pendant le régime transitoire. La compressibilité d'un liquide est
déterminée par la relation entre la variation de volume et la variation de pression. On définit comme
suit le module d'élasticité :
E=
−d p
d V / V
4.1
qui exprime qu'une diminution relative de volume entraîne une augmentation de pression. De plus,
considérant la définition de la masse volumique, l'expression 4.1 peut s'écrire sous la forme :
E=
d p
d ρ/ ρ
4.2
98
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Par ailleurs, on définit la célérité d'une onde élastique par :
C=

E
ρ
4.3
En utilisant la relation 4.2, on constate qu'une variation pression est proportionnelle à la variation de
la masse volumique par le carré de la célérité :
d p=C
2
d ρ
En considérant, dans une conduite, deux variables dépendantes, le débit Q et la pression H, fonction
de l’espace x et du temps t, les principes de conservation de la masse et de conservation de la
quantité de mouvement, il est possible de définir un système à deux équations aux dérivées partielles
pour décrire le comportement physique du système eau-conduite. L'expression générale de la
conservation de la masse s'écrit pour un liquide ayant une seule direction d'écoulement :
∂ ρ
∂t
+
∂ ρu
∂ x
=0
4.4
En multipliant 4.4 par C
2
, en considérant u = Q/A et en divisant par le poids volumique γ, on
obtient :
∂ H
∂t
+
C
2
g A
∂Q
∂ x
=0 4.5
De plus, la conservation de la quantité de mouvement permet d’écrire l’équation de mouvement
unidimensionnelle :
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+
1
ρ
∂ p
∂ x
+F (u)=0 4.6
En considérant un écoulement uniforme (section d'écoulement constante), en posant u = Q/A et en
multipliant par le poids volumique γ, on peut écrire :
∂Q
∂t
+g A
∂ H
∂ x
+ f (Q)=0 4.7
où:
H : pression (p/γ)
Q : débit
A : aire de la section de la conduite
g : accélération gravitationnelle
99
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
C : célérité de l’onde de pression
ƒ(Q), F(u) : terme de frottement =
1
A
f Q
2
8 P
P : périmètre mouillé de la conduite
La première équation exprime le fait qu’une variation spatiale du débit entraîne une évolution
temporelle de la pression; en effet, si, par exemple, il entre plus de débit dans un volume donné qu’il
en sort, il faut que la pression augmente de façon à ce que le volume augmente s’il est élastique.
La deuxième équation est en fait l’expression de l’équilibre des forces selon la loi de Newton

; cet
équilibre fait intervenir l’accélération du fluide par la variation temporelle du débit, les différences
de pression sous forme de gradient de pression et les forces de frottement causé par la vitesse du
fluide sur les parois plus ou moins rugueuses de la conduite.
Dans la pratique, il faut prendre en considération la déformation élastique de la conduite. La célérité
de l’onde de pression peut être assimilée à la vitesse de propagation de l'onde de pression dans le
milieu eau-conduite. Elle s’exprime par:
1
C
2

(
1
e
+
D
s E
)
4.8
avec:
C : célérité de l'onde élastique
ρ : masse spécifique, 1 000 kg/m
3
pour l'eau
e : module d'élasticité de l'eau, 2,05 × 10
9
N/m
2
D : diamètre de la conduite
s : épaisseur de la paroi
E : module d'élasticité du matériau de la conduite
Ceci nous permet de calculer les valeurs suivantes pour les matériaux courants en conduites de
refoulement:
CPV, E = 2,76 × 10
9
N/m
2
:
rapport D/s = 18: C = 378 m/s
rapport D/s = 25: C = 324 m/s
rapport D/s = 41: C = 255 m/s
100
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Fonte ductile, E = 1,03 × 10
11
N/m
2
:
rapport D/s = 18: C = 1 229 m/s
rapport D/s = 25: C = 1 184 m/s
rapport D/s = 41: C = 1 062 m/s
Acier, E = 2,07 × 10
11
N/m
2
Le terme de frottement ƒ(Q) est tiré d’une relation d’écoulement en régime permanent uniforme telle
que celle de Hazen-Williams.
4.3.2 Hypothèses de base
Avant de passer à la résolution des équations 4.5 et 4.7, il convient de considérer les hypothèses qui
en ont permis la formulation:
1) La section d’écoulement A est considérée comme invariable dans le temps dans l’équation
de continuité.
2) L’effet des non-uniformités des sections d’écoulement est négligé dans l’équation de
continuité.
3) L’équation de mouvement ne tient pas compte des effets d’inertie convective, c’est-à-dire,
par exemple, des effets des accélérations des particules de fluide causé par un
rétrécissement de la section d’écoulement.
4) Le terme de frottement est généralement considéré comme celui d’un écoulement turbulent
rugueux permanent uniforme.
4.3.3 Calcul de la surpression ou dépression maximale
Dans le cas d’une fermeture brusque, il est possible en simplifiant le problème à l’extrême d'évaluer
l’ordre de grandeur des variations de pression en évitant la résolution des équations 4.5 et 4.7.
Le temps de fermeture d'une vanne ou d'une pompe est considéré brusque lorsqu'il est inférieur au
temps d'un aller et retour de l'onde de pression dans la conduite de longueur L, soit
t ≤
2 L
C
4.9
Dans l'hypothèse d'une fermeture instantanée, nous déterminons la variation de pression maximale
∆h par la relation suivante :
101
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Ah=!
C
g
AV
4.10
avec ∆V, la variation brusque de vitesse dans la conduite. S’il s’agit d’une fermeture ou d'une
ouverture complète, on écrira AV=∣V
0
∣ où V
0
est la vitesse d'écoulement dans la conduite avant la
manipulation de la vanne.
Dans le cas de manipulation brusque, mais partielle, on peut écrire AV=∣V
0
−V
1
∣ .
Le signe de la variation de pression dépend de la position de la vanne par rapport à la conduite et du
type de manipulation.
Tableau 3.1 – Signes de la variation de pression.
Position de la vanne Manipulation Signe de la variation de
pression
Amont de la conduite
ouverture + (surpression)
fermeture - (dépression)
Aval de la conduite
ouverture - (dépression)
fermeture + (surpression)
La vitesse d'écoulement dans la conduite V
0
, en régime permanent, est calculée par un programme
d'équilibre des débits et charges.
L'ordre de grandeur de la surpression serait semblable à celui de la dépression s'il n'y avait pas de
rupture de veine liquide. La surpression causée par la fermeture de la cavité de vapeur à basse
pression peut atteindre des valeurs supérieures à celles obtenues par suite du retour élastique de
l'onde créée sans rupture.
Cette première évaluation ne nous permet pas de suivre le déroulement temporel et spatial de
l’évolution des pressions et des débits. Pour le connaître, il faut procéder à la résolution du système
d’équations. Malheureusement, ceci n’est possible qu’en négligeant le frottement et la cavitation et
en ramenant le système à une équation d’onde dont les solutions seront harmoniques. La plupart des
cas pratiques ne sont pas analysés de manière satisfaisante par ce type de modèle analytique simple.
Il faut donc recourir à des méthodes graphiques ou numériques pour analyser des cas complexes.
Nous en ébaucherons les principes pour deux méthodes, car ce sont les plus répandues.
EXEMPLE
102
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Calcul de la surpression causée par une fermeture de vanne en 10 s.
Le temps de fermeture en supposant une célérité de 1200 m/s :
t =
2 L
C
=6000/ 1200=5s
Donc la fermeture n'est pas brusque, il faut étudier le système en se référant aux équations générales
de comportement après avoir calculé l'état permanent initial.
En ne considérant que des pertes par frottement, on écrit :
h=
f L
D
V
0
2
2 g
d'où : V
0
=
.
2 g Dh
f L
=1,72 m/s
L'équation du mouvement nous permet de décrire le comportement du fluide pendant la fermeture de
la vanne :
∂Q
∂t
+g A
∂ H
∂ x
+ f (Q)=0, avec H=
p
y
+z et f (Q)=
1
A
f Q
2
8 P
Sachant que, pour une conduite circulaire A=¬ D
2
/ 4 , P=D/ 4 et que la fonction du frottement f
(Q) s'écrit avec l'équation de la perte de charge par frottement (Darcy-Weisbach), on peut écrire
l'équation précédente comme suit :
∂V
∂t
+
1
p
∂ p
∂ x
+g
∂z
∂ x
+
f V∣V∣
2 D
=0
On intègre de 0 à L :
103
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression

0
L
∂V
∂t
dx+
1
p

0
L
∂ p
∂ x
dx+g

0
L
∂z
∂ x
dx+
f V∣V∣
2 D

0
L
dx=0
∂V
∂t
L+
1
p
(
p
B
−p
A
)
+g
(
z
B
−z
A
)
+
f LV∣V∣
2 D
=0
On approxime la dérivée par une différence finie :
∂V
∂t

V
t+At
−V
t
At
où ∆ t est le temps de fermeture.
à t = 0, V est la vitesse en régime permanent, V
0
= 1,72 m/s
à t = t + ∆t, V = 0
donc
∂V
∂t

0−1,72
10
=−0,172m/s
2
On tire la pression au point B de l'équation du mouvement intégrée sur L :
p
B
y
=
−L
g
∂V
∂t
+
p
A
y
+( z
A
−z
B
) +
f L
D
V∣V∣
2 g
Pour maximiser la pression, on annule le frottement, donc :
(
p
B
y
)
max
=
−L
g
∂V
∂t
+H
A
−z
B
=92,48 m d'eau
La pression statique, après l'arrêt de la pompe du côté refoulement, au point B est
(
p
B
y
)
statique
=H
A
−z
B
donc la surpression est :
(
p
B
y
)
max

(
p
B
y
)
statique
=A h=−
L
g
AV
At
=52,48 m d'eau
Si la fermeture était brusque, on aurait :
Ah=+
C
g

V
0

=207,1 m d'eau et
(
p
B
y
)
max
=247,1 m d'eau
4.3.4 Méthode des caractéristiques
Considérons l’équation de continuité et l’équation de mouvement sans frottement que nous
multiplions par C /gA:
∂ H
∂t
+
C
2
gA
∂Q
∂ x
=0 4.11
C
gA
¦
∂Q
∂t
+gA
∂H
∂x
|
=0 4.12
En combinant ces deux équations par addition et soustraction, nous obtenons :
104
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression

∂t
¦
H!
CQ
gA
|
!C

∂ x
¦
H!
CQ
gA
|
=0 4.13
cette forme est égale à la dérivée totale par rapport au temps :
d
dt
¦
H!
CQ
gA
|
=0 4.14
si :
dx
dt
=!C 4.15
Dans un plan x,t , l’équation 4.15 représente des courbes (ici des droites) sur lesquelles le système
4.14 est vérifié. L’intersection de deux de ces droites définit donc une solution ce système
d’équations (fig. 4.2).
Figure 4.3 - Schéma utilisé pour la méthode des caractéristiques.
Ainsi, si les points 1 et 2, situés au temps initial, représentent des positions où les valeurs des
pressions et débits sont connues, alors il sera possible de calculer les valeurs au point 3, situé en
∆ x/2 et ∆ t/2 en considérant une forme différentielle du système 4.14:
A
At
¦
H!
CQ
gA
|
=0
ce qui donne :
105
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
entre 1 et 3: H
3
+
CQ
3
gA
=H
1
+
CQ
1
gA
et entre 2 et 3: H
3

CQ
3
gA
=H
2

CQ
2
gA
d’où: H
3
=
1
2
¦
H
1
+H
2
+
C
gA
(
Q
1
−Q
2
)
|
et Q
3
=
1
2
¦
gA
C
(
H
1
−H
2
)
+
(
Q
1
+Q
2
)
|
4.3.5 Méthode des différences finies
Cette méthode consiste à remplacer les opérateurs différentiels par des opérateurs basés sur des
intervalles de temps et d’espace finis ∆ t et ∆ x, puis à résoudre le système d’équations algébriques
ainsi obtenu en tenant compte des conditions initiales et aux limites. Ainsi le système 4.5 et 4.7, sans
frottement, devient :
H
i
t +∆t
−H
i
t
∆t
=−
C
2
g A
(
Q
i+1
t
−Q
i
t
∆ x
)
Q
i
t+∆t
−Q
i
t
∆t
=−g A
(
H
i+1
t+∆t
−H
i
t+∆t
∆ x
)
Pour chaque position i sur l’axe x, on peut écrire ces deux équations en mettant en évidence les
variables à évaluer au temps t+∆ t. Il devient alors facile d’illustrer la méthode au moyen d’un
chiffrier électronique.
106
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Tableau 2 - Exemple de calcul sur tableur électronique.
C= 250 ∆x= 25
g= 9,81 ∆t= 0,1
D= 0,25 rh= 260
A= 0,05 rq= 0,001
Étape 1, propagation de l'onde de dépression
H 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Étape 2, retour à la pression normale
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H -51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
107
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Étape 3, propagation de l'onde de surpression
H 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 -0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Étape 4, retour à la pression normale
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 51,92 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
H 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Q 0 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1 0,1
4.3.6 Calcul de l’oscillation en masse
L’oscillation en masse intervient pour les mêmes raisons que dans le cas de l’onde élastique, c’est-à-
dire lorsqu’il y a variation brusque du débit dans un système en charge qui présente des ouvertures
108
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
qui permettent de transformer les variations de pression en variation de niveau d’eau. C’est
typiquement le cas des cheminées et chambres d’équilibre (figure 4.4).
Figure 4.4 – Schéma d’un système comportant une cheminée d’équilibre
Lorsque l’on ferme brusquement la vanne, plutôt que de créer une surpression qui tend à déformer la
conduite, l’eau se dirige vers la cheminée pour en élever le niveau et, ainsi, transformer l’énergie
cinétique en énergie potentielle. Quand toute l’énergie cinétique est consommée, le niveau dans la
cheminée atteint son maximum. Puisque le niveau est plus haut que le niveau de repos, une
transformation inverse s’opère et le niveau baisse en générant de l’énergie cinétique qui atteint son
maximum lorsqu’il n’y a plus d’énergie potentielle. À ce moment, l’énergie cinétique créée par la
vitesse inverse doit se transformer à nouveau en énergie potentielle du côté du réservoir jusqu’à ce
que l’écoulement s’arrête à nouveau, mais comme le niveau du réservoir est au-dessus de sa position
d’équilibre l’écoulement s’inverse et le cycle reprend.
Déterminons maintenant les équations de ce système dynamique et déduisons quelques valeurs
caractéristiques.
Par l’équation de continuité, nous indiquons que la variation de volume par unité de temps dans la
cheminée est égale au débit dans la conduite :
A
c
d z
d t
=AV 4.16
109
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
ou encore, pour une conduite et une circulaire :
d z
d t
=
(
D
D
c
)
2
V 4.17
Appliquons l’équilibre des forces en considérant la différence de pression à chaque extrémité de la
conduite et la contrainte de frottement sur la surface interne de la conduite :
ρ A L
d V
d t
=g H A−g z A−P Lτ
f
4.18
où P est le périmètre de la conduite et la contrainte τ
f
=
ρ f
8
V
2
, dans le cas de sections circulaires,
on écrit :
d V
d t
=
g
L
( H−z )−
f V
2
2 D
4.19
Afin de simplifier le problème pour trouver une solution analytique, négligeons le frottement et
introduisons l’équation de continuité 4.17 dans l’équation un mouvement 4.19 :
d
2
z
d t
2
=
(
D
D
c
)
2
g
L
( H−z ) 4.20
en posant
z '=z−H
pour étudier le mouvement autour de la position d’équilibre, on obtient :
d
2
z
d t
2
=
(
D
D
c
)
2
g
L
z ' 4.21
Cette équation à pour solution générale :
z '=z'
0
sin
(
D
D
c
.
g
L
t
)
4.22
avec la fréquence ω=
D
D
c

g
L
, sachant que la période T =
2 π
ω
, on tire :
T =2π
D
c
D

L
g
4.23
Déterminons maintenant l’amplitude z'
0
. Cette valeur correspond au moment où la vitesse s’annule
dans le système. Par ailleurs, lorsque le cycle débute, immédiatement après la fermeture de la vanne
à t = 0, le niveau dans la cheminée est à z' = 0 et le débit est égal à celui de la conduite.
110
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
L’énergie devant être conservée, on pose, toujours en négligeant les pertes de charge, que l’énergie
cinétique E
c
à t = 0 est égale à l’énergie potentielle E
p
lorsque le débit s’annule :
E
c
=
1
2
mV
2
=
1
2
pA L V
0
2
et E
p
=mg h=pA
c
z '
0
g
z'
0
2
d’où :
z '
0
=V
0
.
AL
A
c
g
=V
0
D
D
c
.
L
g
4.24
Évidemment, les valeurs réelles sont, à cause du frottement, différentes, mais les valeurs sans
frottement donnent une valeur indicative assez proche de la réalité pour la période d’oscillation et
d’autant plus éloignée de la réalité pour l’amplitude que le frottement est important.
4.4 Modélisation des composantes d’un système
hydraulique
Dans les cas précédents, le frottement n’a pas été pris en considération, sauf dans le modèle de
cheminée d’équilibre, ce qui a conduit à des modèles relativement simples. Cependant, afin de
donner au modèle un niveau de réalisme élevé, il convient d’en considérer les effets. De façon plus
générale, il est important de tenir compte des relations entre la charge hydraulique et le débit pour
tous les composants d’un système hydraulique. Dans un premier temps, nous considérerons le
comportement d’un élément général, puis nous traiterons des particularités d’éléments plus
spécifiques en commençant par les conduites et leurs jonctions, puis les pompes et les vannes et
enfin quelques éléments plus particuliers.
4.4.1 Traitement d’un élément général
Nous suivrons ici le principe du programme SURGE du professeur D. J. Wood de l’université du
Kentucky. Il est basé sur une méthode des caractéristiques semblables à celle que nous avons étudiée
à la section 3.3.4. La différence fondamentale ici tient du fait qu’il nous faut tenir compte des
relations entre la charge et le débit, généralement causée par le frottement. Or, l’expression du
frottement est, dans la plupart des cas, fonction du carré du débit. Cette non-linéarité a pour
conséquence que les équations caractéristiques ne sont plus des droites comme dans le cas idéal,
mais des courbes. Pour la relation différence de charge-débit, l’utilisation d’une équation générale du
second degré satisfait la plupart des cas; elle s’écrit :
111
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
A H=A(t )+B(t )∣Q∣+C (t )∣Q∣Q 4.25
Les coefficients A, B et C peuvent être fonction du temps selon que cette relation varie dans le temps
comme dans le cas d’une vanne en cours de manipulation ou encore une pompe en régime
transitoire. La variation temporelle de ces coefficients est présumée connue.
Considérons donc un élément quelconque connecté à ces deux extrémités, d’abord au temps t, soit
avant d’être affecté par le passage d’ondes de pression, puis au temps t+∆t selon les conventions de
la figure 4.5 où les indices 1 et 2 réfèrent respectivement à l’aval et l’amont de l’élément général au
temps t et où les indices 3 et 4 correspondent à la même situation au temps t+∆t.
Figure 4.5 - Élément général
Dans un premier temps, la méthode des caractéristiques permet d’écrire les relations suivantes:
D
3
=D
1
+F
1
(
Q
3
−Q
1
) 4.26
D
4
=D
2
+F
2
(
Q
4
−Q
2
) 4.27
où: F
1
=
C
1
gA
1
et F
2
=
C
2
gA
2
Les pressions de part et d’autre de l’élément étant mis à jour par:
H
3
=H
1
+D
1
+D
3
4.28
H
4
=H
2
+D
2
+D
4
4.29
En écrivant que la variation de charge est liée au débit qui traverse l’élément par:
112
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
H
4
−H
2
=A( t )+B( t )∣Q
t +Dt
∣+C( t )∣Q
t +Dt
∣Q
t +Dt
4.30
Considérant que, s’il n’y a pas de vapeur créée dans l’élément, on peut écrire:
Q
1
=−Q
t
,
Q
2
=Q
t
,
Q
3
=−Q
t +At
et
Q
4
=Q
t +At
alors l’équation 4.30 peut être écrite en fonction du débit traversant l’élément au temps t+∆t en y
introduisant les relations 4.28 et 4.29 puis 4.26 et 4.27. Elle devient donc:
C(t )

Q
t +At

Q
t+At
+B(t )

Q
t +At

−( F
1
+F
2
)Q
t +At
+A(t )+H
1
−H
2
+2( D
1
−D
2
)+( F
1
+F
2
)Q
t
=0
4.31
Cette équation est résolue par itération par une méthode de Newton-Raphson initiée à partir de
Q
t
.
Une fois la nouvelle valeur du débit connue, elle est introduite dans les équations 4.26et4.27, puis on
évalue les pressions de part et d’autre de l’élément au temps t+∆t grâce aux équations 4.28 et 4.29.
Si une des extrémités d’un élément est connectée à un réservoir à charge constante, les valeurs de F
et D sont considérées comme nulles à cette extrémité.
4.4.2 Sections de conduites
Dans ce type d’élément, les coefficients de l’équation 4.25 sont:
A(t )=0
B(t )=0
C(t )=
−8 f L
π
2
g D
5
où f est le facteur de frottement adaptable en fonction du régime d’écoulement (diagramme de
Moody ou formule de White-Colebrook), L la longueur du tronçon, D, son diamètre et A, l’aire de sa
section d’écoulement. En général, on considère f constant équivalent à un coefficient d’Hazen-
Williams.
4.4.3 Élément passif
Entrent dans cette catégorie tous les éléments singuliers dont les caractéristiques sont considérées
comme invariables dans le temps. Ici, les coefficients de l’équation 4.25 deviennent :
113
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
A(t )=0
B(t )=0
C(t )=
−1
2 g C
d
2
A
2

C
d
est le coefficient de débit et A l’aire de la section de référence.
4.4.4 Jonctions
Un principe de continuité du débit et de la pression est à la base de ce comportement. Selon le
schéma de la figure 4.6, on affecte les ondes transmises et réfléchies d’un coefficient fonction du
nombre de branches à la jonction. Le coefficient de transmission s’écrit :
T
i
=
2
F
i

(
1
F
j
)
et la réflexion :
R
i
=T
i
−1
l’indice i est associé à la branche incidente alors que la somme sur j réfère à toutes les branches
adjacentes à la jonction.
Figure 4.6 - Transmission et réflexion d’onde à une jonction.
114
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.4.5 Pompes
Les pompes sont en général représentées par des équations quadratiques :
H
2
−H
1
=A
R
a
2
+B
R
∣Q∣+C
R
∣Q∣Q
où a représente le rapport de vitesse de la pompe par rapport à la vitesse nominale. La figure 4.7
illustre comment cette courbe varie en fonction de ce rapport
Figure 4.7 - Évolution d’une courbe de pompe.
4.4.6 Vannes
Entrent dans cette catégorie tous les éléments singuliers dont les caractéristiques sont considérées
comme variables dans le temps. Ici, les coefficients de l’équation 4.25 deviennent :
A(t )=0
B(t )=0
C( t )=
−1
2 gC
d
2
( A( t ))
2
où C

est le coefficient de débit et A l’aire de la section de référence variable en fonction du temps et
de la géométrie de la vanne.
115
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.4.7 Cavitation
Comme nous l'avons vu précédemment la formation de cavités de vapeur en raison de la rupture à
basse pression de la veine liquide, entraîne un comportement qui diffère passablement de la simple
propagation de l'onde élastique. Les principes du calcul sont alors basés sur le fait qu'une dépression
qui atteint la valeur de la pression de vapeur initie la formation d'une cavité et que la variation de son
volume est basée initialement sur la vitesse du liquide au moment de la rupture.
On procède d'abord avec une analyse standard sans rupture. Si la pression H tombe en dessous de la
pression de vapeur H
v
alors on reprend l'analyse en imposant à H
v
la pression de l'extrémité
concernée qui est alors considérée comme étant connectée à un réservoir de pression H
v
.
Dans ces conditions, les facteurs F, dépendants de la célérité, sont considérés comme nuls aux
extrémités du tronçon concerné, mais pas dans la veine liquide qui s'échappe.
Le fait de considérer l'élément ayant une extrémité attachée à un réservoir de pression H
v
crée un
gradient hydraulique inverse qui aura tendance à ralentir au prochain pas de temps le débit puis à
l'inverser pour finir par refermer la cavité, en tenant compte du frottement.
Le volume de la cavité se calcule en considérant le produit de la somme des débits à l'intérieur de
l'élément et dans la branche soumise à la cavitation par le pas de temps.
4.4.8 Équipements de protection
Les équipements de protection ont pour fonction générale d’atténuer les variations de pression et de
réduire les effets néfastes de celles-ci. En d’autres termes, il ne suffit pas de penser uniquement à
réduire l’amplitude des surpressions et dépressions, mais aussi, dans certains cas, empêcher la
cavitation ou les inversions d’écoulements. Compte tenu de la grande variété des installations
hydrauliques et de leurs modes d’opération, il n’est pas possible de considérer un équipement de
protection universel et polyvalent. On décrira donc, dans ce qui suit, une panoplie d’équipements
avec leurs caractéristiques propres et leurs contextes d’utilisation.
4.4.8.1 Volant d’inertie
Le volant d’inertie est une roue de masse assez importante, fixée à l’arbre du groupe moteur-pompe.
116
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
Il permet, lors d’une coupure d’alimentation, d’allonger le temps de fermeture en dissipant l’énergie
cinétique de rotation accumulée. Par contre, son utilisation demande un volume d’encombrement
suffisant et les départs de pompes ne pourront être rapides.
Le principe de calcul est basé sur la quantité d’énergie cinétique de rotation accumulée par le volant :
E
c ω
=
1
2
I ω
2
avec I, le moment d’inertie et ω la vitesse angulaire, ces variables sont calculées par :
I =mk
2
et ω=
2 π N
60
où m est la masse du volant, k, le rayon de giration et N, le nombre de tours par minute. Le rayon de
giration est donné par :
k
2
=
R
1
2
+R
2
2
2
Sachant que le taux de variation de l’énergie cinétique est égal au travail des forces appliquées :
d
dt
(
1
2
I ω
2
)
=T ω
où le couple T est défini par:
T =
P
ω
=
1000 g Q
0
H
0
ωρ
avec P la puissance hydraulique fonction de Q
0
et H
0
le débit et la charge en régime permanent. En
discrétisant, par différences finies, on peut écrire qu’une variation de vitesse angulaire est
proportionnelle à un pas de temps.
Δω=
T
I
Δt
Cette relation permettra au modèle de déterminer, pas de temps après pas de temps, l’évolution de la
vitesse de rotation en fonction de la variation des paramètres hydrauliques.
Dans la pratique, les points suivants doivent être considérés :
117
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
1) Plus la conduite est longue, plus l’inertie du système est grande et plus la masse du volant
devra être importante. On limite les longueurs à quelques centaines de mètres.
2) Le démarrage des moteurs électriques couplés à des volants de masse importante peut
demander des intensités de courant inadmissible.
3) Le volant ne limite que la dépression, une protection contre les surpressions peut aussi être
nécessaire.
4.4.8.2 Chambres ou cheminées d’équilibre
Les cheminées d’équilibre sont des dispositifs assez simples qui permettent de transformer les
surpressions et les dépressions en variation de hauteur de colonne d’eau. Pour le calcul, on considère
la relation suivante, pour évaluer la variation de hauteur d’eau:
Δ H
c
=
Q
0
Δt
A
c
où Q
0
est le débit d’échange et

est la section de la cheminée si cette dernière est cylindrique.
Dans les cas de refoulement sur des dénivellations importantes, l’utilisation de cheminées
d’équilibre devient impraticable puisque leurs hauteurs seraient trop grandes. Sur une conduite de
refoulement, cependant, une cheminée peut être placée en cours de parcours pour contrer les effets
de la cavitation. La hauteur de la cheminée sera alors réduite et son emplacement, son niveau
d’entretien étant réduit, ne pose pas de problème.
Figure 4.8 - Cheminée d’équilibre sur une conduite de refoulement
118
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.4.8.3 Chambres d’équilibre unidirectionnelles
Ces chambres permettent de réduire les dépressions par admission d’un débit supplémentaire pour
contrer la réduction du débit causée par une fermeture brusque ou un arrêt de pompe. Le calcul
s’effectue comme pour une cheminée d’équilibre munie d’un clapet non-retour.
4.4.8.4 Réservoirs d’air
Les réservoirs hydropneumatiques sont des réservoirs dans lesquels le volume d’eau est équilibré par
la pression de fonctionnement en régime permanent. Cette réserve d’eau permet de réduire les
dépressions en fournissant une quantité d’eau demandée par la dépression sous forme d’un débit
contrôlé par un orifice, une tuyère ou un clapet percé (fig. 4.9. Il est en effet essentiel d’introduire
dans le système un amortissement faute de quoi les oscillations dureraient sur une longue période.
L’expérience a démontré qu’il est préférable d’avoir une plus grande perte de charge au retour qu’à
l’aller, dans le sens du réservoir vers la conduite.
Figure 4.9 - Réservoir hydropneumatique
Sur le plan du calcul, il faut tenir compte de l’échange de débit entre le réservoir et la conduite. Les
relations suivantes doivent être considérées.
Le débit à travers un orifice dépend de la pression de part et d’autre selon la relation:
C
s
Q
0
∣Q
0
∣=H
l

(
H
a
+H
r
)
où Q
0
est le débit d’échange,C
s

, le coefficient de perte de charge, H
l
, la pression dans la conduite et
H
a
est la pression d’air dans le réservoir qui est donnée par:
119
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
H
a
=
H
0
V
0
K
(
V
a
−ΔV
a
)
K
−H
atm
avec H
0
et V
0
,la pression et le volume d’air initial dans le réservoir, V
a
, le volume d’air instantané,
sa variation durant un intervalle ∆t et H
atm
, la pression atmosphérique. Enfin, H
r
est le niveau d’eau
dans le réservoir mis à jour par rapport à sa valeur initiale

par la relation suivante:
H
r
=H
ri
+
ΔV
a
A
r

est la section du réservoir si ce dernier est cylindrique.
La quantité d’eau admise dans le réservoir au moment de la mise en service doit être suffisante pour
éviter sa vidange lors de la première dépression. La quantité d’air doit être suffisante pour éviter la
cavitation. Dans les grosses installations, un compresseur est mis en oeuvre pour ajuster le niveau de
séparation air-eau qui a tendance à augmenter par dissolution d’air dans l’eau.
4.4.8.5 Soupapes de décharge
Les soupapes de décharge sont des équipements mécaniques qui s’ouvrent pour réduire la
surpression à une valeur acceptable. Ces dispositifs sont généralement constitués d’une soupape
maintenue par un ressort dont la pression est ajustée à une valeur légèrement supérieure ( 5% ) à la
pression maximale d’opération. L’ouverture de la soupape laisse passer un débit qui doit être évacué
vers l’extérieur.
Ce dispositif est inefficace pour protéger les conduites contre les dépressions et les cavitations.
On utilise, pour le calcul, une relation d’orifice du type :
∣H
ex
−H∣=C
v
Q
2
où H
ex
est une pression externe. On tient compte des pressions d’ouverture et de fermeture ainsi que
des périodes de temps associées à chacune de ces opérations.
Ce type de soupapes peut être activé par des capteurs de pression situés à un endroit différent de
celui de la soupape. De cette façon, le déclenchement de l’ouverture peut se faire par anticipation.
120
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.4.8.6 Soupapes d’admission et de purge d’air
Le principe des soupapes d’admission et de purge d’air est assez simple, puisqu’il ressemble aux
précédentes tout en opérant dans les deux directions. Généralement, elles s’ouvrent en admission
lorsque la pression tombe sous la pression atmosphérique puis expulsent l’air quand la pression
s’accroît. La principale difficulté réside dans l’évaluation des quantités d’air admises et expulsées du
fait que l’écoulement de l’air, un fluide compressible, se fait à des vitesses très élevées pour lesquels
les effets de la compressibilité se font sentir. En fait, ces notions sont importantes pour calculer les
aires efficaces des orifices d’entrée et de sortie. Les deux formules suivantes peuvent être utilisées :
a) Admission
Q
a
=C
di
A
i
(
γ p
a
ρ
a
(
2
γ+1
)
γ+1
γ−1
)
1
2
avec Q
a
: débit d’air
γ : rapport des chaleurs spécifiques (1,4 pour l’air)
p
a
: pression atmosphérique (103300 Pa)
ρ
a
: densité de l’air à pression atmosphérique (1,225 kg/m
3
)
C
di
: coefficient de débit d’admission de l’orifice
A
i
: aire de l’orifice d’admission
b) Échappement
Q
a
=C
do
A
o
(
γ p ρ
(
2
γ+1
)
γ+1
γ−1
)
1
2
avec p : pression relative
ρ : densité de l’air à p (isentropique)
C
do
: coefficient de débit d’échappement de l’orifice
A
o
: aire de l’orifice d’échappement
4.4.8.7 Bipasse
Un bipasse (ou by-pass) est une conduite équipée d’un clapet dans le sens amont-aval qui court-
circuite une pompe.
121
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
4.5 Exercices
4.1 Avec les données de l'exemple 2, évaluer la surpression de fermeture brusque en utilisant le
principe de la fermeture non brusque en prenant un temps de fermeture égale à la limite
supérieure du temps de fermeture brusque.
Rép.: p
B
/ γ=145 m d'eau
4.2 Toujours avec le cas de l'exemple 2, mais en plaçant la vanne au point A à une élévation de
50 m, évaluer le temps de fermeture minimum pour éviter la cavitation.
Rép.: Δ t =17,4 s
4.3 Une conduite en acier (E = 2,07×10
11
N/m
2
) de 150 mm de diamètre et de 6 mm d'épaisseur
de paroi (f = 0,02) relie sur une distance de 1000 m les deux réservoirs suivants :
Si la vanne est fermée brusquement, calculer le temps de parcours de l'onde de pression sur
un aller et retour de la vanne au réservoir amont.
Rép.: t =1,56 s
4.4 Si la vanne du problème 3) est fermée tel que
∂V
∂t
=−0,61m/s
2
, calculer la pression
maximale à la vanne.
Rép.: p
B
/ γ=122,2 m d'eau
4.5 Calculer la pression admissible de la conduite du problème 3) si la contrainte admissible en
122
h
1
= 10 m
h
2
= 50 m
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Régimes transitoires dans les systèmes hydrauliques
sous pression
tension est fixée à 124 000 kPa.
Rép.: p/ γ=1011,2 m d'eau
4.6 Si, pour le problème 3), on calcule la surpression par la formule approximative suivante :
Δh=
C
g
ΔV
(
T
c
T
)
, T
c
/T ≤1
où ∆ V est la variation de vitesse causée par la fermeture en un temps T avec T
c
= 2L/C.
Calculer le temps de fermeture minimal pour atteindre une contrainte de pression égale à la
contrainte admissible. Ne pas oublier que la pression totale est la somme de la pression
statique et de la surpression.
Rép.: T =0,58s , la condition T
c
/T ≤1 n'est pas respectée, la pression due à la fermeture
n'atteindra jamais la valeur de rupture.
123
Chapitre 5
Les écoulements à surface libre
5.1 Introduction
Les écoulements à surface libre sont des écoulements qui s’écoulent sous l’effet de la gravité en
étant en contact partiellement avec un contenant (canal, rivière, conduite) et avec l’air dont la
pression est généralement nulle à la surface libre. Ces écoulements sont dominés principalement par
les forces de gravité et de frottement. Contrairement aux écoulements en charge, la section
d’écoulement devient une caractéristique de l’écoulement et, non plus seulement, de la géométrie du
contenant.
5.2 Classification des écoulements
Un écoulement qui ne varie pas dans le temps est un écoulement permanent autrement, il est non
permanent. À l’échelle de quelques heures, un écoulement en rivière peut être considéré comme
permanent, par contre l’écoulement dans un estuaire est continuellement en changement sous l’effet
des marées.
On dit qu’un écoulement est uniforme si l’aire de sa section d’écoulement est constante tout le long
de son parcours, autrement il est non uniforme. Si la non-uniformité est faible, on qualifiera
l’écoulement de graduellement varié. Si le changement de section s’effectue sur une courte
distance, alors l’écoulement sera brusquement varié. Un écoulement permanent, le long d’une
rivière, est une succession d’écoulements uniformes, graduellement et brusquement variés.
De plus, en fonction du rapport de la vitesse du fluide sur la célérité d’une onde de surface (nombre
de Froude
1
, F
r
, éq.
,
5.14), l’écoulement peut avoir un comportement torrentiel (F
r
>1), critique (F
r
=1),
1 William Froude (1810 – 1879) : Ingénieur anglais qui a contribué à l’avancement de l’hydraulique et de la mécanique
des fluides. Ses travaux ont surtout porté sur les vagues et les écoulements à surface libre. Le nombre de Froude a été
nommé ainsi, en 1919, par le professeur allemand Moritz Weber (1871 – 1951) en l’honneur de Froude qui, en réalité, ne
l’a jamais utilisé.
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
ou fluvial (F
r
<1).
5.3 L’écoulement permanent uniforme
Cet écoulement, le plus simple, mais pas nécessairement le plus fréquent, apparaît dans un canal,
lorsque la profondeur d’écoulement est constante sur la longueur du canal et que la pente de la
surface libre est égale à la pente du fond.
5.3.1 Considérations théoriques
Considérons un volume d’eau dans un canal incliné tel que montré à la figure 5.1 :
Figure 5.1 – Équilibre des forces sur une portion d’écoulement permanent uniforme.
L’équation de conservation de quantité de mouvement peut s’écrire :
F
1
−F
2
−τ
w
PL+W sinθ=ρ Q
(
V
2
−V
1
) 5.1
Où, F
1
et F
2
sont les forces de pression hydrostatique, τ
w
est la contrainte de frottement entre l’eau et
le périmètre mouillé P le long de la distance L, W est le poids du volume d’eau considéré et θ est
l’angle du canal par rapport à l’horizontale.
Si l’écoulement est uniforme, y
1
et y
2
sont égaux, par conséquent F
1
et F
2
et Q
1
et Q
2
sont aussi
égaux. L’équation 5.1 se simplifie alors en :
125
Surface libre
Ligne d'énergie
L
F
1
y
1
y
2
F
2
Frottement
W
θ
θ
W sin θ
x
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
τ
w
=
W
P L
sinθ=
γ AL
P L
sinθ=
γ A
P
sinθ =γ R
h
sinθ
où A est la section d’écoulement et R
h
est le rayon hydraulique (
R
h
=A/ P
). Lorsque l’angle θ est
petit, sinθ=tgθ est égal à la pente du canal S.
La relation précédente s’écrit finalement :
τ
w
=γ R
h
S
5.2
La contrainte de frottement est estimée pour un écoulement turbulent par :
τ
w
=f ρ
V
2
8
5.3
f est un coefficient de frottement qui dépend de la rugosité du canal et du nombre de Reynolds de
l’écoulement (d’une façon similaire au diagramme de Moody).
Pour les écoulements laminaires, on peut exprimer la valeur du coefficient de frottement en fonction
du nombre de Reynolds. À partir de l'équation de perte de charge pour les conduites circulaires :
h
f
=
f L
D
V
2
2 g
on remplace D par le rayon hydraulique :
R
h
=
A
P
=
π D
2
4π D
=
D
4
d'où donc :
En posant la pente d'énergie S comme le rapport de la perte de charge sur une certaine distance L, on
écrit :
S=
f v
2
8 g R
h
d'où :
f =
8g R
h
S
V
2
5.4
Dans cette expression, V est la vitesse moyenne de l'écoulement. En régime laminaire, il est possible
d'écrire le profil vertical de vitesse pour un écoulement à surface libre permanent et uniforme
126
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
(écoulement de Poiseuille).
Dans ces conditions, les équations de Navier-Stokes se réduisent à :
¦
1
p
∂ p
∂ x
−v

2
u
∂z
2
=0
1
p
∂ p
∂ x
+g=0
∂u
∂ x
=0
En considérant la variation de pression le long de l'axe horizontal x dans un canal de pente -S et une
variation de pression verticale hydrostatique, on peut approximer le gradient de pression par :
∂ p
∂ x
=
p
2
−p
1
L
avec p
1
=γ h , p
2
=γ (h−Δh) et Ah=S L , on obtient :
∂ p
∂ x
=−γ S
donc, la première équation de Navier-Stokes devient :

2
u
∂ z
2
=−
g S
ν
Les conditions aux limites sont :
127
h
S
1
1
2
h-∆h
L
x
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
à z=0 , u=0
à z=h , τ =0=μ
∂u
∂ z
d'où
∂u
∂z
=0
En intégrant une fois et en appliquant la deuxième condition, on obtient :
∂u
∂ z
=
g S
ν
( h−z )
En intégrant une seconde fois et en utilisant la première condition, le profil de vitesse s'écrit :
u( z)=
g S
ν (
h z−
z
2
2
)
La vitesse moyenne est définie par :
V=
1
h

0
h
u( z )dz=
g S
ν h
¦
h
z
2
2

z
3
6
|
0
h
=
g h
2
S

En introduisant cette vitesse moyenne dans l'expression de f (éq. 5.4), il vient :
f =
8 g R
h
S
V
(
g h
2
S

)
=
8
V h

=
24
R
e
ce qui valide pour
R
e
≤500
5.3.2 L’équation de Chézy
En portant l’équation 5.3 dans l’équation 5.2, on obtient :
V =C
.
R
h
S 5.5
Ce qui est l’équation de Chézy
2
où C est le coefficient de Chézy égal à √8 g/ f
[L
-1/2
/T].
2 Antoine de Chézy : Mathématicien et ingénieur français (Châlons-sur-Marne, 1718 — Paris, 1798).Il est l'auteur d'une
formule, qui porte son nom, utilisée pour calculer la vitesse d'écoulement des fluides. Il fut collaborateur de l'ingénieur
Perronet et dirigea la construction de nombreux ouvrages d'art, dont les ponts de Neuilly et du Tréport.
128
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
À partir de données expérimentales, Manning
3
a développé une expression pour le coefficient de
Chézy où le coefficient de frottement intervient sans dimension :
C=
α R
h
1/6
n
5.6
où n est le coefficient de frottement de Manning et α est un coefficient d’unités qui vaut 1 m
1/3
/s en
système international et 1,486 pi
1/3
/sec (1/0,3048
1/3
) en système anglo-saxon.
5.3.3 L’équation de Manning
En remplaçant C dans la formule de Chézy, on obtient la formule de Manning :
V =
α
n
R
h
2/3
S
1/ 2
5.7
En introduisant le débit Q =AV , on a :
Q=
α
n
A R
h
2/ 3
S
1/ 2
5.8
On trouvera des valeurs typiques du coefficient de Manning au tableau 5.1.
5.3.4 Autres formules d’écoulements
5.3.4.1 Formule de Manning-Strickler
V =K
S
R
h
2/ 3
. S
Q=K
S
AR
h
2/ 3
.S
K
S
=26
(
1
d
65
)
1/6
où d
65
est le diamètre des grains du lit, en mètre, correspondant à 65 % passant en poids.
5.3.4.2 Formule de Darcy-Weisbach
Parfois, pour les conduites d’égout, on utilise cette forme de l’équation de Darcy-Weisbach :
V=

8 g
f
R
h
S
3 Robert Manning : Ingénieur irlandais (1816 – 1897), a passé la majeure partie de sa carrière à développer une formule
simple, homogène sur le plan des unités, pour évaluer les écoulements à surface libre.
129
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Tableau 5.1 – Quelques valeurs du coefficient de Manning
4
Description n
Parois très lisses :
Mortier de ciment et sable très lisse,
planches rabotées, tôles métalliques sans
soudures saillantes.
Mortier lissé
0,010 à 0,0111
0,0119
Parois lisses :
Planches avec des joints mal soignés,
enduits ordinaires, grès
Béton lisse, canaux en béton avec des
joints nombreux
Maçonnerie ordinaire, terre
exceptionnellement régulière
0,0125
0,0134
0,0142
Parois rugueuses :
Terre irrégulière, béton rugueux ou vieux,
maçonnerie vieille ou mal soignée
0,0167
Parois très rugueuses :
Terre très irrégulière avec des herbes,
rivières régulières en lit rocheux
Terre en mauvais état, rivière en lit de
cailloux
Terre complètement à l’abandon, torrents
transportant de gros blocs
0,020
0,025
0,05 à 0,0667
5.3.5 Section d’écoulement et périmètre mouillé
L’équation de Manning (ou de Chézy) sert à calculer le débit ou la vitesse moyenne dans des canaux
de sections variées qui sont entièrement définies par l’aire de la section d’écoulement A et le
périmètre mouillé P. Ces deux variables sont fonction de la hauteur normale d’écoulement y
n
. Si
cette dernière est connue, l’évaluation du débit (où de la vitesse) est directe. Cependant, ce qui
intéresse plus le concepteur est de prédire la hauteur d’écoulement pour un débit donné dans une
section de géométrie connue. Cet aspect sera discuté dans la section suivante.
5.3.5.1 Périmètre mouillé et largeur au miroir
Le périmètre mouillé P est défini comme la partie du contour de la section d’écoulement qui est en
contact avec l’eau. C’est fondamentalement l’endroit où s’exerce l’effet de la rugosité de paroi sur
4 A. Lencastre, Hydraulique générale, Eyrolles – Safege, Paris, 1996
130
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
l’écoulement. La partie du contour de la section d’écoulement qui est en contact avec l’air est la
largeur au miroir T.
Figure 5.2 – Périmètre mouillé P et largeur au miroir T sur une section d'écoulement à surface libre
5.3.5.2 Section d’écoulement
L’aire de la section d’écoulement A se calcule comme l’aire de la surface comprise à l’intérieur du
contour total de la section d’écoulement (périmètre mouillé et largeur au miroir). Cela se calcule
facilement pour les sections de forme simple (tableau 4.2). Pour les sections plus compliquées,
comme pour les rivières, on procédera à une intégration numérique.
Pour les sections plus complexes, mais composées de formes géométriques simples, on les découpe
en sections puis, pour chaque sous-section A
i
, on calcule, pour l’équation de Manning, un coefficient
de débit k
i
:
k
i
=
α
n
i
A
i
R
i
2/ 3
5.9
Ceci permet d’attribuer un coefficient de frottement différent à chaque section. Le débit total s’écrit :
Q =S
1 / 2

k
i
5.10
Figure 5.3 – Section composite
131
T
P
b
1
b
2
b
3
b
4
h
g
h
d
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Par exemple, dans le cas de la figure 4.3, on aura :
i A
i
P
i
R
i
k
i
1 h
g
b
1
/ 2
.
h
g
2
+b
1
2
h
g
b
1
2
.
h
g
2
+b
1
2
oh
g
b
1
2n
1
(
h
g
b
1
2
.
h
g
2
+b
1
2
)
2/3
2
h
g
b
2
b
2
h
g
ob
2
n
2
h
g
5/ 3
3
b
3
(
h
g
+h
d
)
/ 2
.
(
h
g
−h
d
)
2
+b
3
2
b
3
(
h
g
+h
d
)
2
.(
h
g
−h
d
)
2
+b
3
2
ob
3
(
h
g
+h
d
)
2n
3 (
b
3
(
h
g
+h
d
)
2
.
(
h
g
−h
d
)
2
+b
3
2
)
2/ 3
4
h
d
b
4
h
d
+b
4
h
d
b
4
h
d
+b
4
oh
d
b
4
n
i
(
h
d
b
4
h
d
+b
4
)
2/3
Tableau 4.2 – Quelques sections simples
Géométrie Périmètre mouillé Aire de la section
Largeur au
miroir
P=2 y
n
+b A=b y
n
T=b
P=2 y
n
.1+m
2
+b A=b y
n
+m y
n
2
T=b+2m y
n
P=D
θ
2
A=
D
2
8
(θ−sinθ ) ,
θ=2 arccos
(
1−
2 y
n
D
)
T =Dsin
(
θ
2
)
P=y
n
(1+
.
1+m
2
) A=
m y
n
2
2
T=m y
n
132
y
n
b
m
y
n
b
1
D
θ
y
n
m
y
n
1
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
5.3.6 L’écoulement critique
L’écoulement critique apparaît lorsque l’énergie spécifique de l’écoulement est minimale. L’énergie
spécifique E est définie comme la somme de la hauteur d’écoulement et de la hauteur de l’énergie
cinétique, soit :
E=y+
V
2
2g
=y+
Q
2
2 gA
2
5.11
En observant la figure 4.4, on constate que l’énergie spécifique est minimale lorsque la hauteur
d’écoulement est égale à y
c
la hauteur critique. Cette valeur peut être obtenue par annulation de la
dérivée de l’énergie spécifique par rapport à y.
dE
dy
=1−
Q
2
gA
3
dA
dy
=0
5.12
Sachant que :
dA=T ( y) dy
l’équation 5.12 devient :
Q
2
g
=
A
3
T
ou encore
V
2
2 g
=
A
2T
5.13
En définissant la profondeur hydraulique D comme le rapport de l’aire de la section sur la largeur au
miroir D=
A
T
, on obtient :
V
.
gD
=1=F
r
5.14
Ce qui signifie bien qu’un régime critique le nombre de Froude est égal à 1. Au-delà de cette valeur,
l’écoulement est en régime torrentiel et en deçà, il est en régime fluvial.
133
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.4 – Diagramme d’énergie spécifique.
5.3.6.1 La hauteur critique
Pour un débit donné, il existe, indépendamment de la pente du canal une hauteur critique y
c
que l’on
peut calculer à partir de l’équation 5.13. La difficulté de calcul dépend de l’expression de A. Pour un
canal à section rectangulaire :
A=by
c
et T=b
d’où :
Q
2
g
=
b
3
y
c
3
b
donc y
c
=
(
Q
2
g b
2
)
1 /3
Dans le cas général, il faut résoudre l’équation 5.13 pour y
c
par une méthode itérative de type
Newton-Raphson.
5.3.6.2 La pente critique
Une fois la profondeur critique déterminée, on peut aussi calculer la pente d’écoulement pour
134
y V
2
/2g
t
o
r
r
e
n
t
i
e
l
f
l
u
v
i
a
l
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
laquelle un débit donné coulera à la hauteur critique. Avec y
c
on calcule A
c
et R
c
et l’on tire de
l’équation de Manning la pente correspondante :
S
c
=
n
2
Q
2
α
2
A
c
2
R
c
4/ 3
5.15
5.3.7 Calcul de la hauteur normale
Pour un débit donné et une pente de canal fixé, l’écoulement s’effectue avec une certaine hauteur
d’eau. Cette hauteur d’eau est ce que l’on appelle la hauteur normale. En comparant cette hauteur
d’eau avec la hauteur critique, qui n’est pas fonction de la pente du canal, on est en mesure de
déterminer si l’écoulement est fluvial, critique ou torrentiel. Cette information sera très utile lorsque
l’on voudra évaluer les écoulements variés.
Le principe de base du calcul de la hauteur normale consiste à résoudre une équation d’écoulement
en termes de débit (Chézy, Manning ou autre) de telle sorte que seule la profondeur soit inconnue.
Dans la suite de cette section, nous nous limiterons à l’équation de Manning.
L’équation d’écoulement n’étant pas linéaire ni quadratique, il n’est pas pratiquement possible de
trouver une solution analytique. On a alors recours à une méthode itérative.
Plusieurs volumes d’hydraulique proposent une méthode par essais et erreurs. Bien que cette
méthode soit utilisable pour faire une évaluation rapide, il est difficile de l’introduire dans un calcul
systématique, surtout si l’on fait effectuer les calculs par un ordinateur. Nous proposons donc, ici
deux méthodes soient : la méthode de Newton-Raphson qui recèle les fondements théoriques du
processus itératif et la méthode du solveur d’Excel qui est utile en pratique et qui est basée sur la
méthode précédente.
5.3.7.1 Méthode de Newton-Raphson
Le problème consiste à résoudre pour y
n
l’équation suivante :
F=Q−
α
n
A( y
n
)
(
R( y
n
)
)
2/ 3
S
1/ 2
=0
La méthode à suivre est la suivante :
4) On dérive la fonction F par rapport à y
n
:
135
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
F' =
dF
dy
=
−α
n
dA
dy
(
2
3
R
−1/ 3
dR
dy
)
S
1/2
=
−2α S
1/ 2
3 n
dA
dy
(
R
−1/ 3
dR
dy
)
5) On choisit une valeur de départ y
0
pour la hauteur d’eau pour calculer A et R.
6) On calcule une correction avec la formule de Newton-Raphson :
A y=
−F( y
0
)
F
'
( y
0
)
7) On corrige la hauteur d’eau :
y
1
=y
0
+A y
8) On calcule une norme
∣y
1
−y
0

, si elle est inférieure à une précision acceptable on choisit
y
n
=y
1
puis on quitte le processus itératif. Si cette exigence n’est pas satisfaite, on pose
y
0
=y
1
et l’on retourne à l’étape 3.
5.3.7.2 Utilisation d'une feuille de calcul
Dans une feuille de calcul (OpenOffice Calc, MS Excel, …). Cette opération s’effectue sur deux
cellules. Dans la première, appelée cellule variable, on inscrit la valeur initiale de y
n
puis dans
l’autre cellule, la cellule cible, on tape la formule de la fonction F(y
n
). Dans le menu Outils, on
sélectionne : Recherche de valeur cible… puis dans la fenêtre de dialogue, on spécifie les adresses
des cellules de la formule pour calculer la cible, de la valeur de la cible et de la variable à utiliser
pour calculer la formule. On appuie ensuite sur le bouton OK pour démarrer le processus itératif. La
précision et le nombre d’itérations peuvent être ajustés dans les préférences de calcul.
Figure 5.5 - Fenêtre de dialogue de la recherche de valeur cible (OpenOffice Calc)
136
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Tableau 4.3 – Calcul de la hauteur normale par recherche de valeur cible (OpenOffice Calc)
b = 10 m
S = 0,01
Q = 10
n = 0,015
F(yn) = (1/n)*b*yn*(b*yn/(b+2*yn))^(2/3)*S^(1/2)
Résolution
variable yn = 0,328634479 m
cible Q-F(yn) = -8,370E-009 m/s
m
3
/s
5.4 L’écoulement graduellement varié
5.4.1 Généralités
L’écoulement graduellement varié reste un écoulement permanent, c’est-à-dire que le débit reste
constant dans le temps. Par contre, les changements de sections d’écoulement, généralement causés
par des changements de pentes, rendent l’écoulement non uniforme. Les transitions seront
considérées comme s’opérant sur des distances relativement longues, d’où le terme de graduel.
5.4.2 Principes de base
Considérons une section courte d’un canal pour lequel de la surface libre n’est plus parallèle au
fond :
Figure 5.6 – Diagramme d’énergie pour un écoulement non uniforme.
137
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
On écrit l’équation de Bernoulli entre les sections 1 et 2 :
p
1
γ
+z
1
+
V
1
2
2 g
=
p
2
γ
+z
2
+
V
2
2
2 g
+Δ H 5.16
On considère que la pression varie de façon hydrostatique du fond jusqu’à la surface libre, si bien
qu’au fond (référencé par z), on a
y=p/γ
; on écrit donc :
y
1
+z
1
+
V
1
2
2g
=y
2
+z
2
+
V
2
2
2g
+A H
5.17
En introduisant la notion d’énergie spécifique E=y+
V
2
2 g
, on obtient encore :
z
1
+E
1
=z
2
+E
2
+A H 5.18
On divise par ∆x puis on passe à la limite, sachant que A H=H
1
−H
2
:
z
2
−z
1
A x
+
E
2
−E
1
A x
=-
A H
A x

dz
dx
+
dE
dx
=+
dH
dx

dE
dx
=-
dz
dx
+
dH
dx
5.19
En posant la pente de la ligne d’énergie S
f
=−
dH
dx
, c’est-à-dire la perte de charge par unité de
surface et la pente du fond S
0
=−
dz
dx
il reste :
dE
dx
=S
0
−S
f
5.20
Sachant que E est une fonction de y et que y est une fonction de x, donc
dE
dx
=
∂ E
∂ y
dy
dx
et en
exprimant l’énergie spécifique en en termes de débit (éq. 5.11 et 5.12), on peut écrire
dE
dx
=
(
1−
Q
2
T
gA
3
)
dy
dx
d’où l’on tire :
dy
dx
=
S
0
−S
f
(
1−
Q
2
T
gA
3
)
5.21
S
f
sera calculée avec une équation d’écoulement permanent uniforme, pour l’équation de Manning
on aura :
138
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
S
f
=
(
nQ
α AR
2/ 3
)
2
La résolution de l’équation 5.22 est à la base du calcul de la position de la surface libre pour les
écoulements graduellement variés. C’est ce que l’on appelle le calcul des courbes de remous.
Remarquons ici que le numérateur de l’expression 5.22 s’annule pour
Q
2
g
=
A
3
T
ce qui correspond à
l’énergie spécifique minimale et à la hauteur d’écoulement critique.
5.4.3 Courbes de remous typiques
Les courbes de remous peuvent se classifier selon la pente du canal. On a déjà vu (section 2.6.2)
qu’il existait pour un débit donné une pente de canal pour laquelle l’écoulement se fait à la hauteur
critique. Les pentes de canal inférieures à cette pente critique seront considérées comme faibles. Cela
formera le groupe M (pour mild slope en anglais). Les pentes supérieures à la pente critique
formeront le groupe S (pour steep slope en anglais). On notera par C le groupe des courbes pour les
canaux à pente critique puis par H les courbes sur des canaux horizontaux et enfin A (pour adverse
slope en anglais) pour les canaux en contre-pente.
5.4.3.1 Courbes M
Ces courbes ont en commun
S
0
S
c
et
y
n
>y
c
, on a donc un écoulement qui tend vers un
équilibre de type fluvial :
Courbe M1 :
La hauteur d’écoulement y connue est à l'aval et est plus grande que la hauteur normale y
n
, en
amont elle tend vers la pente de la profondeur normale, en aval, elle tend vers l’horizontale.
Le calcul progresse de l’aval vers l’amont. Elle représente l’entrée d’un écoulement
permanent uniforme dans un réservoir.
Courbe M2
La hauteur d’écoulement y connue est comprise entre la hauteur critique y
c
et la hauteur
normale y
n
, en amont, elle tend vers la pente de la profondeur normale, en aval, elle chute
brusquement vers la hauteur critique. Le calcul progresse de l’aval vers l’amont. Elle
représente le passage d’un écoulement permanent uniforme vers une section critique comme
une chute ou encore une augmentation forte de la pente d’écoulement.
139
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Courbe M3
La hauteur d’écoulement y connue est inférieure à la hauteur critique y
c
, en amont, sa pente
commence à remonter rapidement et, en aval, elle remonte brusquement vers la hauteur
critique. Le calcul progresse de l’amont vers l’aval. Elle représente le passage d’un
écoulement permanent uniforme torrentiel vers un ressaut hydraulique comme au pied d’un
déversoir ou d’un orifice.
Figure 5.7 – Courbes M, les flèches indiquent la direction de la progression du calcul par rapport au
sens de calcul.
5.4.3.2 Courbes S
Ces courbes ont en commun
S
0
>S
c
et
y
n
y
c
, on a donc un écoulement qui tend vers un état
d'équilibre de type torrentiel :
Courbe S1 :
La hauteur d’écoulement y connue est plus grande que la hauteur critique y
c
, en amont elle
coupe perpendiculairement la ligne de hauteur critique (ressaut), en aval, elle tend vers
l’horizontale. Le calcul progresse de l’aval vers l’amont. Elle représente l’entrée d’un
écoulement après ressaut dans un réservoir.
Courbe S2
La hauteur d’écoulement y connue est comprise entre la hauteur critique y
c
et la hauteur
140
fond
M1
y critique
y normal
M2
M3
Zone 3 : y < y
c
Zone 2 : y
c
< y < y
n
AVAL AMONT
Zone 1 : y > y
n
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
normale y
n
, en amont, elle part brusquement de la hauteur critique y
c
; en aval, elle tend vers
la hauteur normale. Le calcul progresse de l’amont vers l’aval. Elle représente le passage
rapide d’un écoulement permanent uniforme torrentiel lors d’une augmentation de pente.
Courbe S3
La hauteur d’écoulement y connue est inférieure à la hauteur normale y
n
; en amont, sa pente
commence à remonter rapidement, en aval, elle remonte rapidement vers la hauteur normale.
Le calcul progresse de l’amont vers l’aval. Elle représente le passage d’un écoulement du
pied d’un déversoir ou d’un orifice vers un canal rapide.
Figure 5.8 – Courbes S, les flèches indiquent la direction de la progression du calcul.
5.4.3.3 Courbes C
Les courbes C sont intermédiaires entre les courbes M et les courbes S :
Courbe C1
La courbe C1 représente le passage entre M1 concave et S1 convexe, elle est donc droite et
horizontale
Courbe C2
La courbe C2 n’existe pas, car les hauteurs normale et critique sont confondues.
Courbe C3
141
fond
S1
S2
S3
y critique
y normal
Zone 2 : y
n
< y < y
c
AMONT
Z
o
n
e
3
: y
<
y
c
AVAL
Zone 1 : y > y
c
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
La courbe C3 représente le passage entre M3 convexe et S3 concave, elle est donc droite et
horizontale
Figure 5.9 – Courbes C, les flèches indiquent la direction de la progression du calcul.
5.4.3.4 Courbes H et A
Les courbes H et A sont des cas particuliers des courbes M pour lesquelles on ne peut pas définir de
régime uniforme donc la hauteur normale n’existe pas puisqu’elle devient infinie. Seules subsistent
les courbes H2, H3, A2 et A3 qui ressemblent aux courbes M2 et M3.
Figure 5.10 – Courbes H, les flèches indiquent la direction de la progression du calcul.
142
fond
C1
C3
y critique
y normal
AMONT
Zone 3 : y < (y
c
=
y
n
)
AVAL
Zone 1 : y >( y
c
= y
n
)
fond
H2
H3
y critique
Zone 3 : y < y
c
Zone 2 : y
c
< y <
AVAL
AMONT
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.11 – Courbes A, les flèches indiquent la direction de la progression du calcul.
5.4.3.5 Détermination du type de courbe
À partir d'un débit donné, il faut d'abord déterminer :
• la hauteur critique y
c
,
• la pente critique S
c
et
• la hauteur normale y
n
.
La pente S
0
du canal permet de déterminer le code alphabétique de la courbe. Ainsi, si elle est
supérieure à la pente critique nous aurons des courbes de type S, si elle est égale, nous devrons
considérer des courbes de type C et si elle inférieure à la pente critique, ce sera un cas de courbe de
type M. Cette pente nous conduit aussi vers les cas particuliers que sont les courbes H et A.
Ensuite, il faut déterminer où se trouve la valeur de la hauteur d'eau connue :
• Si elle est supérieure à la hauteur normale et à la hauteur critique, cette hauteur est le point de
départ d'une courbe de zone 1. Elle sera obligatoirement située à l'aval du canal et donnera
naissance à une courbe fluviale.
• Si elle est comprise entre la hauteur normale et la hauteur critique, cette hauteur sera le point
143
fond
A2
A3
y critique
Zone 3 : y < y
c
Zone 2 : y
c
< y <
AVAL
AMONT
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
de départ d'une courbe de zone 2. En fonction du type de courbe, ce sera le point de départ à
l'aval d'une courbe fluviale pour les courbes M, et à l'amont d'une courbe torrentielle pour les
courbes S.
• Si elle est inférieure à la hauteur normale et à la hauteur critique, cette hauteur est le point de
départ d'une courbe de zone 3. Elle sera obligatoirement située à l'amont du canal et donnera
naissance à une courbe torrentielle.
• Rappelons que dans le cas des courbes C, la zone 2 est inexistante et que pour les courbes H et
A, c'est la zone 1 qui disparaît.
Finalement, nous devons déterminer à quelle valeur de la hauteur d'eau la courbe doit ce terminer.
Les deux choix possibles sont la hauteur normale et la hauteur critique. L'examen des figures 5.7 et
5.8 nous permet facilement de faire ce choix.
5.4.4 Calcul des courbes de remous pour les canaux réguliers
(Direct Step Method)
Cette méthode permet de calculer les lignes d’eau dans le cas où la géométrie des sections
d’écoulement ne change pas d’un endroit à l’autre. La méthode de calcul consiste à calculer les
hauteurs à partir d’un endroit où la hauteur d’eau est connue. De cet endroit, on cherche, vers
l’amont où l’aval selon le type de courbes de remous à calculer, à quel endroit la hauteur d’eau
augmentée d’un incrément positif ou négatif est située; autrement dit, on calcule plutôt un ∆x qu’un
∆y.
L’équation de base est celle des écoulements graduellement variés (éq. 5.22) :
dy
dx
=
S
0
−S
f
(
1−
Q
2
T
gA
3
)
d’où l’on tire dx puisque dy est imposé :
dx=
(
1−
Q
2
T
gA
3
)
dy
S
0
−S
f
=
∂E
∂ y
dy
S
0
−S
f
=
dE
S
0
−S
f
5.22
On peut écrire cette équation sous une forme différentielle en utilisant les sections 1 et 2 de la figure
144
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
5.6 :
A x=
E
2
−E
1
S
0

¯
S
f
5.23
Dans laquelle l’énergie spécifique est définie par :
E
i
=y
i
+
Q
2
2 gA
i
2
et la pente de frottement est
définie au milieu de l’intervalle ∆x :
¯
S
f
=
(
S
f
1
+S
f
2
)
/ 2
.
Pour illustrer cette méthode, considérons un canal rectangulaire dont la pente passe de faible à forte,
c’est-à-dire pour laquelle la hauteur normale passe de supérieure à la hauteur critique à inférieure.
Pour un débit de 20 m
3
/s, et une largeur de 5 m et un coefficient de Manning de 0,015, on calcule la
hauteur et la pente critique :
y
c
=
(
Q
2
gb
2
)
1/ 3
=
(
20
2
9,81×5
2
)
1/ 3
=1,177 m et
S
c
=
(
nQ
AR
2/ 3
)
2
=
(
0,015×20
( 5×1,177 )
(
5×1,177
5+2×1,177
)
2/ 3
)
2
=0, 0035
Choisissons des pentes S
1
= 0.001 pour la partie fluviale et S
2
= 0.01 pour la partie torrentielle. La
hauteur normale de la première partie sera au-dessus de la hauteur critique et elle sera en dessous
pour la partie torrentielle si bien qu’elle devra passer par la hauteur critique à l’endroit où la pente
change brusquement.
Pour la suite des calculs, nous utiliserons une feuille de calcul Excel.
Données
n = 0.015
b = 5.000 m
Q = 20.000 m
3
/s
g = 9.810 m/s
2
Profondeur critique
yc = 1.177 m
Sc = 0.003
Régime fluvial
S1 = 0.001
yn1 = 1.829 m
Q-f(yn)= 0.000
dyf = 0.033 m
Régime torrentiel
S2 = 0.010
yn2 = 0.825 m
145
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Tronçon fluvial, courbe M2 de yc à ynf vers l'amont
y A P E Sf dx x z M2 zc zn
1.177 5.886 7.354 1.766 0.0035 0.0 0.000 1.177 1.177 1.829
1.210 6.049 7.419 1.767 0.0032 -0.6 -0.6 0.001 1.210 1.178 1.830
1.242 6.212 7.485 1.771 0.0030 -1.8 -2.3 0.002 1.245 1.179 1.832
1.275 6.375 7.550 1.777 0.0028 -3.1 -5.5 0.005 1.280 1.183 1.835
1.308 6.538 7.615 1.785 0.0026 -4.7 -10.2 0.010 1.318 1.187 1.839
1.340 6.701 7.680 1.794 0.0024 -6.5 -16.7 0.017 1.357 1.194 1.846
1.373 6.864 7.746 1.806 0.0022 -8.5 -25.2 0.025 1.398 1.202 1.854
1.405 7.027 7.811 1.818 0.0021 -10.9 -36.1 0.036 1.441 1.213 1.865
1.438 7.190 7.876 1.832 0.0020 -13.7 -49.7 0.050 1.488 1.227 1.879
1.471 7.353 7.941 1.848 0.0018 -16.9 -66.7 0.067 1.537 1.244 1.896
1.503 7.516 8.006 1.864 0.0017 -20.8 -87.5 0.087 1.591 1.265 1.917
1.536 7.679 8.072 1.882 0.0016 -25.6 -113.0 0.113 1.649 1.290 1.942
1.568 7.842 8.137 1.900 0.0015 -31.5 -144.5 0.145 1.713 1.322 1.974
1.601 8.005 8.202 1.919 0.0015 -39.0 -183.5 0.183 1.784 1.361 2.013
1.634 8.168 8.267 1.939 0.0014 -48.8 -232.2 0.232 1.866 1.409 2.062
1.666 8.331 8.332 1.960 0.0013 -62.2 -294.4 0.294 1.961 1.472 2.124
1.699 8.494 8.398 1.981 0.0012 -81.6 -376.0 0.376 2.075 1.553 2.205
1.731 8.657 8.463 2.003 0.0012 -112.2 -488.2 0.488 2.220 1.665 2.317
1.764 8.820 8.528 2.026 0.0011 -167.1 -655.3 0.655 2.419 1.832 2.485
1.797 8.983 8.593 2.049 0.0011 -295.0 -950.3 0.950 2.747 2.127 2.780
1.829 9.146 8.659 2.073 0.0010 -926.2 -1876.5 1.876 3.706 3.054 3.706
Tronçon torrentiel, courbe S2 de yc à ynt vers l'aval
y A P E Sf dx x z S2 zc zn
1.177 5.886 7.354 1.766 0.0035 0.0 0.000 1.177 1.177 0.825
1.160 5.798 7.319 1.766 0.0037 0.1 0.1 -0.001 1.159 1.176 0.824
1.142 5.709 7.284 1.767 0.0038 0.2 0.3 -0.003 1.139 1.174 0.822
1.124 5.621 7.249 1.769 0.0040 0.4 0.6 -0.006 1.118 1.171 0.819
1.107 5.533 7.213 1.773 0.0042 0.5 1.1 -0.011 1.095 1.166 0.814
1.089 5.445 7.178 1.777 0.0044 0.7 1.9 -0.019 1.071 1.159 0.806
1.071 5.357 7.143 1.782 0.0046 0.9 2.8 -0.028 1.044 1.149 0.797
1.054 5.269 7.108 1.788 0.0048 1.2 4.0 -0.040 1.014 1.137 0.785
1.036 5.181 7.072 1.796 0.0051 1.5 5.5 -0.055 0.981 1.122 0.770
1.019 5.093 7.037 1.805 0.0053 1.9 7.3 -0.073 0.945 1.104 0.752
1.001 5.005 7.002 1.815 0.0056 2.3 9.6 -0.096 0.905 1.081 0.729
0.983 4.917 6.967 1.827 0.0059 2.8 12.4 -0.124 0.859 1.053 0.701
0.966 4.829 6.932 1.840 0.0062 3.4 15.8 -0.158 0.807 1.019 0.667
0.948 4.741 6.896 1.855 0.0066 4.2 20.1 -0.201 0.747 0.976 0.624
0.931 4.653 6.861 1.872 0.0070 5.3 25.4 -0.254 0.677 0.923 0.571
0.913 4.565 6.826 1.891 0.0074 6.8 32.1 -0.321 0.592 0.856 0.504
0.895 4.477 6.791 1.913 0.0078 8.9 41.0 -0.410 0.485 0.767 0.415
0.878 4.389 6.756 1.936 0.0083 12.2 53.2 -0.532 0.346 0.645 0.293
0.860 4.301 6.720 1.962 0.0088 18.2 71.4 -0.714 0.146 0.463 0.111
0.843 4.213 6.685 1.991 0.0094 32.3 103.7 -1.037 -0.195 0.140 -0.212
0.825 4.125 6.650 2.023 0.0100 104.1 207.8 -2.078 -1.253 -0.901 -1.253
146
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.12 – Courbes M2 et S2
5.4.5 Calcul des courbes de remous pour les canaux naturels
(Standard Step Method)
Dans les canaux naturels, la forme géométrique change à chaque section et les débits et vitesses sont
moins uniformes sur la section que dans le cas des canaux à géométrie constante. Le terme d’énergie
cinétique devra être corrigé par un coefficient α. Par ailleurs, le profil de la surface libre ne sera plus
calculé en hauteur d’écoulement par rapport au fond, mais par rapport à une référence fixe et
horizontale. Le principe du calcul reste fondamentalement semblable au cas précédent en utilisant
l’équation de Bernoulli :

1
V
1
2
2g
+h
1
=
2
V
2
2
2g
+h
2
+A H
5.24
où h=z+y .
147
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.13 – Écoulement graduellement varié, variables pour le calcul des courbes de remous dans
les canaux naturels.
Le coefficient α s’écrit en fonction du débit de chaque sous-section d’aire A
i
en utilisant le
coefficient de débit k
i
défini à l’équation 5.9 :
=

(
k
i
3
A
i
2
)
A
2
K
3
avec A=

A
i
et K=

k
i
. Les valeurs typiques du coefficient α varient de 1,1 à 2,0.
Si, d’une section à l’autre, l’aire varie significativement, il faut prévoir une perte de charge locale en
introduisant un coefficient K
L
. Enfin, la perte de charge par frottement sera évaluée en moyenne sur
le segment ∆x au moyen d’une équation d’écoulement en régime permanent uniforme :
A H=
¯
S
f
A x=
¦(
Q
1
K
1
)
2
+
(
Q
2
K
2
)
2
|
A x
2
L’équation 5.24 devient alors :
F(η
1
)=
1(
1+K
L )
V
1
2
2g

1

2 (
1+K
L )
V
2
2
2 g
−η
2

¦
(
Q
1
K
1
)
2
+
(
Q
2
K
2
)
2
|
Δx
2
=0 5.25
148
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Dans le cas d’un écoulement fluvial de type M1, M2 et S1, on procède de l’aval vers l’amont, c’est-
à-dire que l’on connaît tous les paramètres de la section 2 et que l’on calcule ceux de la section 1.
Comme le problème est non linéaire, on procède par une méthode itérative de Newton-Raphson :
η
1

01
+
−F(η
01
)
dF
dh

η
01
où η
1
est une valeur améliorée de la position de la surface libre à la section 1 calculée à partir d’une
valeur estimée η
01
. On procède par itération jusqu’à ce que les deux valeurs soient suffisamment
proches.
5.5 Écoulement brusquement varié, le ressaut hydraulique
Un des cas les plus fréquents d’exemple d’écoulement brusquement varié est sans nul doute le
ressaut hydraulique. Ce dernier se caractérise par le passage brusque d’une hauteur d’écoulement en
régime torrentiel à une hauteur d’eau en régime fluvial (fig. 5.14). Cette situation se présente
généralement lorsqu’un écoulement torrentiel généré par exemple sur une forte pente (où y
n
< y
c
)
atteint une zone de faible pente (où y
n
> y
c
). Le maintien d’une hauteur d’eau sous la hauteur critique
devient impossible et la hauteur d’eau devra remonter pour retrouver la hauteur normale d’une faible
pente. Cela ne se produit pas en douceur, mais plutôt de façon brusque et agitée.
149
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.14 – Ressaut hydraulique.
La détermination des hauteurs y
1
et y
2
, les hauteurs conjuguées nous permettront de trouver l’endroit
sur les courbes de remous, calculées en régime torrentiel de l’amont vers l’aval et en régime fluvial
de l’aval vers l’amont, où se produira le ressaut. Pour calculer ces hauteurs, il n’est pas possible
d’utiliser l’équation de Bernoulli car nous les formules d’écoulement uniforme ne sont pas
applicables entre les sections 1 et 2 et, par conséquent, nous ne pouvons calculer la perte de charge
provoquée par le ressaut.
On utilise plutôt le principe de conservation de la quantité de mouvement qui s’écrit, pour un fluide
incompressible :

F=

CS
Vp V¯ndA
5.26
Dans le cas du ressaut, on considère uniquement les forces horizontales de pression aux sections 1 et
2. Les flux de quantité de mouvement ne peuvent intervenir qu’à ces mêmes sections et en
considérant la vitesse et la masse volumique constante, l’équation 5.26 devient :
γ y
G1
A
1
−γ y
G2
A
2
=ρ QV
2
−ρ QV
1
où y
G1
et y
G2
sont les ordonnées des centres de gravité de chaque section. Sachant que
A
1
V
1
=A
2
V
2
=Q
et que γ=ρ g on écrit alors :
y
G1
A
1
−y
G2
A
2
=
Q
2
g A
2

Q
2
g A
1
5.27
Par ailleurs, comme le nombre de Froude
Fr =
V
.g y
défini avec la hauteur d’eau moyenne sur la
section y=A/T , on écrit :
Fr=
.
Q
2
T
gA
3
De plus en expriment l’ordonnée du centre de gravité comme une proportion de la hauteur d’eau
moyenne,
y
G
=θ y
, l’équation 5.27 devient :
θ
1
−θ
2
y
2
y
1
A
2
A
1
=Fr
1
2
(
A
1
A
2
−1
)
5.28
150
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Cette équation de déterminer l’une des deux hauteurs d’eau connaissant l’autre.
Dans le cas d’un canal rectangulaire, θ
1

2
=
1
2
et
A
2
A
1
=
y
2
y
1
, l’équation 5.28 devient :
y
2
=
y
1
2
(−1+

1+8 Fr
1
2
) 5.29
Dans le cas d’un canal trapézoïdal, la relation entre la hauteur d’eau et l'aire de la section est plus
compliquée et la solution n’est plus explicite :
y
G
=
y
6
(
2m y+3b
m y+b
)
donc
θ
i
=
2 m y
i
+3 b
6( my
i
+b)
et A
i
=y
i
( b+m y
i
) pour i=1,2 alors l'équation 5.27 devient, en regroupant les
variables inconnues à la section dans le membre de gauche et celles connues à la section 1 dans le
membre de droite :
2 y
2
5
g m
2
+5 y
2
4
g mb+3 y
2
3
g b
2
+6Q
2
g y
2
( m y
2
+b)
=
2 y
1
5
g m
2
+5 y
1
4
g mb+3 y
1
3
g b
2
+6Q
2
g y
1
( m y
1
+b)
5.30
Le membre de droite est entièrement défini par la variable connue y
1
, on peut donc récrire
l'expression 5.30 de la façon suivante :
2 y
2
5
g m
2
+5 y
2
4
g mb+3 y
2
3
g b
2
+6Q
2
−E
1
g y
2
( m y
2
+b)=0 5.31
Il faut donc résoudre 5.31 pour y
2.
Il n'existe pas de solution explicite à cette équation aussi nous
devrons avoir recours à une méthode numérique pour calculer la valeur de y
2
correspondant à celle
de y
1
.
Une fois connues les hauteurs conjuguées, on peut maintenant utiliser l’équation de Bernoulli pour
déterminer la perte de charge du ressaut :
A H
1−2
=
(
Q
2
2 gA
1
2
+y
1
+z
1
)

(
Q
2
2 gA
2
2
+y
2
+z
2
)
5.32
La position du ressaut se calcule en établissant la courbe de remous torrentielle en amont et la courbe
de remous fluviale en aval. Pour l’une ou l’autre de ces courbes, on calcule la hauteur conjuguée
correspondante. Quand cette hauteur conjuguée intercepte l’autre courbe de remous, cela signifie que
la quantité de mouvement est en équilibre de part et d’autre du ressaut et que le ressaut se trouve à
cet endroit.
151
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
La longueur du ressaut se détermine, pour les canaux rectangulaires, au moyen de l’abaque suivant :
Figure 5.15 – Longueur L
r
du ressaut pour un canal rectangulaire.
EXEMPLE
Un canal rectangulaire horizontal, de 5 m de largeur et de 100 m de longueur, reçoit un débit de 20
m
3
/s avec une hauteur d’eau de 0,55 m. L’extrémité aval du canal est terminée par un seuil qui monte
la hauteur d’écoulement à 1,68 m. Le coefficient de Manning est de 0,015.
La hauteur critique est :
y
c
=
(
Q
2
gb
2
)
1/ 3
=
(
20
2
9,81×5
2
)
1/ 3
=1,177 m
L’amont du canal est donc en régime torrentiel et l’aval, en régime fluvial. Par la méthode des
canaux réguliers, on calcule les courbes H2 et H3. On calcule ensuite la hauteur conjuguée de la
courbe H3. La courbe de cette hauteur conjuguée coupe à x = 45 m.
152
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
On calcule le nombre de Froude pour y
1
= 0,74 sur la courbe H3, ce qui donne F
r1
=2, on détermine
alors la longueur du ressaut au moyen du graphique de la figure 8. On obtient L
r
= 7,4 m que l’on
répartit de part et d’autre de la position du ressaut, soit x
1
= 41,3 m et x
2
= 48,7 m, on évalue ensuite
les hauteurs correspondantes y
1
= 0,71 m et y
2
= 1,77 m. Ceci nous permet d’utiliser l’expression 28
pour évaluer la perte du ressaut à 2,4 m.
Figure 5.16 – Ressaut entre une courbe H3 et H2.
5.6 Singularités dans les canaux
Les singularités dans les canaux sont des obstacles qui provoquent des variations locales de la
hauteur d’écoulement.
5.6.1 Seuils
Les seuils sont utilisés soit pour mesurer le débit dans un canal, soit pour réguler le débit et contrôler
les niveaux d’eau. Il s’agit de structures par-dessus lesquelles l’écoulement doit passer.
153
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.17 – Seuils à crête mince : a) droit, b) profilé (type Creager)
Le débit est fonction de la portion de la hauteur amont y qui excède la hauteur du seuil H
s
:
Q=K
s
.
2g L
s (
y−H
s)
3/ 2
5.33
où Ls est la largeur du seuil, généralement égale à la largeur du canal. Le coefficient de débit est
déterminé empiriquement par :
K
s
=0, 40+0, 05
(
y−H
s
)
H
s
5.34
Si la largeur L du seuil n’est pas égale à la largeur du canal on devra calculer une largeur effective
comme, par exemple :
L
s
=L−0, 2
(
y −H
s
) pour
L /
(
y −H
s
)
>3
Parfois le seuil a une crête longue par rapport à la direction de l’écoulement. Dans ce cas, si l’énergie
cinétique de la vitesse d’approche est négligeable, la hauteur d’eau sur le seuil est critique et est
égale à 2/3 de la différence entre le niveau amont et le niveau de la crête :
154
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.18 – Seuil à crête longe
y
c
=
2
3
H
et le débit est :
Q=K
s
L
s
.2g H
3/ 2
avec
K
s
≈0,38
5.35
5.6.2 Déversoirs
5.6.2.1 Équation générale
Considérons le schéma suivant :
Figure 5.19 - Écoulement sur un déversoir
En prenant un point à la surface libre, à l'amont du déversoir, et un autre point au centre de la lame
d'eau libre, on peut écrire l'équation de Bernoulli :
p
1
γ
+z
1
+
V
1
2
2 g
=
p
2
γ
+z
2
+
V
2
2
2 g
À la surface libre p
1
est nul de même que V
1
, dans la lame libre, équivalente à un jet libre, la pression
155
h
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
est atmosphérique, donc la pression relative p
2
est nulle ; il reste donc :
V
2
=
.
2 g( z
1
−z
2
)
Donc le débit s'écrit :
Q=A
.
2 g( z
1
−z
2
)
Pour un déversoir à section rectangulaire, on écrira :
Figure 5.20 – Déversoir rectangulaire.
Q=bh
.
2 g ( z
1
−z
2
)
La hauteur
( z
1
−z
2
)
n'est pas facile à mesurer, on la remplace donc par la différence de niveau entre
la crête du déversoir et le niveau du réservoir que l'on corrige par un coefficient empirique. On écrit
donc :
o
2
h=( z
1
−z
2
)
La section d'écoulement étant, elle aussi, exprimée en fonction de h, l'expression du débit devient :
Q=ob.2 g h
3/2
5.36
Pour un déversoir triangulaire, on considère aussi h, la différence de hauteur entre la pointe
inférieure du triangle et le niveau dans le réservoir. La largeur b sera la base du triangle pour une
hauteur h.
156
b
h
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.21 – Déversoir triangulaire.
L'aire de la section d'écoulement s'écrit donc en fonction de θ :
A=
bh
2
=h
2
tan(θ /2)
Le débit devient donc :
Q=α tan(θ /2) √2 g h
5/ 2
5.37
Les coefficients α sont déterminés expérimentalement.
5.6.3 Vannes
Les vannes sont placées dans les canaux pour régler la hauteur et la vitesse d’écoulement (fig. 4.18).
Hydrauliquement, elles se comportent comme des orifices c’est-à-dire que l’on observe à la sortie
une contraction de la veine liquide (vena contracta) et que le débit est proportionnel à la racine
carrée de la charge hydraulique disponible. Dans le cas où la vitesse à la section 1 est considérée
comme négligeable, l'application de l'équation de Bernoulli conduit à :
Q=C
c
A
.
2g
(
y
1
−y
2
)
5.38
Le coefficient de contraction C
c
est défini par rapport à la hauteur d’écoulement aval et l’ouverture
de la vanne h
v
:
C
c
=
y
2
h
v
5.39
Si l’écoulement est libre à la sortie de la vanne, le coefficient de contraction varie de 0,5 à 0,6.
157
θ
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.22 – Vanne-orifice avec un écoulement libre à la section 2.
Cependant la formule 5.38 n'est pas assez universelle et ne peut pas être employée dans le cas d'une
sortie d'orifice noyée (fig. 5.23). Il faut donc revenir sur l'hypothèse précédente et faire l'équilibre de
l'énergie entre les sections 1 et 2 :
y
1
+z
1
+
V
1
2
2 g
=y
2
+z
2
+
V
2
2
2 g
En considérant un fond horizontal et en exprimant la vitesse en fonction du débit, nous obtenons :
y
1
+
Q
2
2 g b
2
y
1
2
=y
2
+
Q
2
2 g b
2
y
2
2
En isolant le débit Q et en introduisant l'équation 5.39, nous arrivons à :
Q=C
c
h
v
b.2 g
.
y
1
2
y
1
+C
c
h
v
Enfin, en posant le coefficient de débit :
C
d
=
C
c
.
1+C
c
h
v
y
1
5.40
158
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
nous écrivons :
Q=C
d
h
v
b
.
2 g y
1
5.41
où le coefficient C
d
doit être déterminé, dans les cas de sortie libre et noyée, au moyen de l'abaque
de la figure 5.24.Cependant, en déversement libre, le coefficient C
d
varie de 0,5 à 0,6. Dans le cas
d'un déversement noyé, on peut utiliser la formule 5.40.
Figure 5.23 – Vanne-orifice avec un écoulement noyé à la sortie.
EXEMPLE
a) cas d'une sortie libre
Une vanne-orifice a une sortie libre, l'ouverture h
v
de la vanne est de 10 cm et sa largeur b est de
1,5 m. Le coefficient de contraction C
c
est estimé à 0,55. Un débit Q de 0,4 m
3
/s arrive à la vanne,
quelle sera la hauteur y
1
à l'amont de la vanne-orifice ?
Ne connaissant pas le rapport y
1
/h
v
, on estime le coefficient de débit C
d
à 0,55. À partir de la formule
5.41, on calcule y
1
:
y
1
=
1
2 g
(
Q
C
d
h
v
b
)
2
=
1
2×9,807
(
0,4
0,55×0,1×1,5
)
2
=1,20 m
159
y
1
h
v
y
3
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
On calcule alors
y
1
h
v
=12 puis, en consultant le graphique de la figure 5.24, on tire C
d
=0,58 .
On peut raffiner le calcul avec ce nouveau coefficient, soit :
y
1
=
1
2 g
(
Q
C
d
h
v
b
)
2
=
1
2×9,807
(
0,4
0,58×0,1×1,5
)
2
=1,08 m
puis :
y
1
h
v
=11 , donc il n'y plus de changement significatif.
b) cas d'une sortie noyée
Dans cette situation, la valeur de y
3
est donnée car elle provient d'un calcul de ligne d'eau à l'aval.
Posons ici y
3
= 0,6 m, donc :
y
3
h
v
=6 , en consultant le graphique 5.24, on constate que le coefficient C
d
peut varier de 0 (pas
d'écoulement) à 0,58 sur la courbe en régime noyé. Au-delà de ce maximum, on retrouve le régime
libre. Posons un C
d
de 0,45
y
1
=
1
2 g
(
Q
C
d
h
v
b
)
2
=
1
2×9,807
(
0,4
0,45×0,1×1,5
)
2
=1,79 m
, donc
y
1
h
v
=18 et C
d
=0,595 . Cette
valeur donne une hauteur y
1
trop petite. En augmentant progressivement C
d
, on trouve :
en , y
1
= 1,42 m et C
d
= 0,505.
160
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Figure 5.24 – Coefficient de débit C
d
en régime libre et noyé (tiré de « A Brief Introduction to Fluid
Mechanics » de Young et al. 2011)
5.6.4 Transitions
Les transitions sont des changements de section qui s’effectuent sur une distance relativement
courte. En général, les contractions se font avec des pentes 1:1 et les élargissements se font avec un
rapport transversal/longitudinal de 1:4.
Les hauteurs d'eau de part et d'autre de la transition sont reliés par l'équation de Bernoulli :
y
1
+z
1
+
V
1
2
2 g
=y
2
+z
2
+
V
2
2
2 g
+A H
Ces singularités provoquent une perte de charge locale et l’écoulement en amont et en aval est
considéré comme uniforme.
161
Sortie libre
Sortie noyée
y
1
h
v
y
3
h
v
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
La perte de charge s’écrit :
A H=
S
f1
+S
f2
2 g
A x+
K
L
∣V
1
2
−V
2
2

2 g
5.42
Le coefficient K
L
est de l’ordre de 0,15 pour une contraction graduelle et de l’ordre de 0,3 pour un
élargissement graduel.
Figure 5.25 – Transition de section dans un canal.
5.6.4.1.1 Exemple
Nous proposons ici un exemple faisant intervenir une courbe de remous pour déterminer le débit
transitant par un canal rectangulaire entre deux lacs dont les niveaux d'eau sont connus.
162
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
La longueur L, la largeur b, le coefficient de frottement n et la pente S
0
du canal sont aussi connus.
Avec les informations fournies, nous devons calculer une estimation du débit. En écrivant l'équation
de Bernoulli entre les deux lacs, nous obtenons, en négligeant la vitesse dans les lacs :
H
A
=H
B
+A H
Nous savons que l'énergie disponible pour faire couler l'eau dans le canal est égale à la différence de
hauteur piézométrique des deux lacs et que son taux moyen sur la distance L s'écrit :
A H
L
=
( H
A
−H
B
)
L
=S
Par ailleurs, la hauteur d'écoulement dans le canal devrait être comprise entre y
A
et y
B
, nous posons
donc une hauteur approximative égale à la moyenne de ces deux valeurs :
y
0
=
y
A
+y
B
2
Avec ces deux premières estimations, nous pouvons calculer une valeur approximative du débit au
moyen de l'équation de Manning :
Q
0
=
b y
0
n
(
b y
0
2 y
0
+b
)
2/3
S
1/ 2
Avec ce débit, nous pouvons entreprendre le calcul d'une courbe de remous. Pour cela nous devons
calculer :
163
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
• la hauteur critique : y
c
=
(
Q
0
2
g b
2
)
1/ 3
• la hauteur normale en résolvant : Q
0
=
b y
n
n
(
b y
n
2 y
n
+b
)
2/ 3
S
0
1/2
où S
0
est la pente du canal.
Selon la valeur de yc comparée aux valeurs de yA et de yB nous évaluons la ou les types de courbes
de remous à calculer. Plusieurs hypothèses sont possibles :
a) y
A
et y
B
sont plus grands que y
c
. La courbe de remous sera entièrement fluviale et y
B
constitue
la valeur connue de la courbe de remous. Ce calcul donnera en A une valeur de y différente
du niveau du lac y
A
. Nous devons donc modifier le débit Q
0
en augmentant ou en abaissant
l'estimateur de pente. La différence entre y calculée au point A et le niveau du lac peut servir
de moyen de correction de l'estimateur de pente. Nous pouvons alors itérer jusqu'à ce que la
valeur de y se rapproche avec satisfaction du niveau du lac A.
b) y
B
est plus petit que y
c
, mais y
A
est plus grand. On pose alors
y
B
=y
c
puis on résout le
problème comme en a).
c) y
B
est plus grand que y
c
, mais y
A
est plus petit. Dans ce cas le débit est déterminé par une loi
de seuil en A. On calcule une courbe torrentielle à partir de A, une courbe fluviale à partir de
B et on détermine la position du ressaut hydraulique.
d) y
A
et y
B
sont plus petits que y
c
. On pose
y
B
=y
c
puis on résout comme en c).
L'utilisation d'un chiffrier électronique s'avère très utile ici. Considérons les données suivantes :
b=5m, n=0,015, L=2000 m, y
A
=4m, y
B
=3m, z
A
=10m, z
B
=9,5m, H
A
=13m, H
B
=11m
et S
0
=0,00025
Calculons :
S=
( H
A
−H
B
)
L
=0,00125
Puis :
164
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
y
0
=
y
A
+y
B
2
=3 m
Enfin, l'estimation du débit
Q
0
=
b y
0
n
(
b y
0
2 y
0
+b
)
2/3
S
1/ 2
=43,48 m
3
/s
Avec ces valeurs, nous calculons une courbe M2 et nous trouvons en A une valeur
y=4,08 m
.
Comme cette valeur est supérieure au niveau du lac A, le débit est surestimé et nous devons diminuer
la pente S en utilisant la différence de niveau
A y=y
A
−y
:
S=
H
A
−H
B
−A y
L
Après 5 ou 6 itérations, nous obtenons la continuité du niveau du lac et de la courbe de remous avec
un débit de 42,04 m
3
/s et une ligne d'eau illustrée sur la figure suivante :
5.7 Les écoulements à surface libre non permanents
L'étude des écoulements à surface libre non permanents constitue un vaste champ d'études. La
variabilité temporelle de ce type d'écoulement est, en effet, très étendue. On observe en nature des
phénomènes très rapides comme les vagues dont la période d'évolution temporelle se mesure en
seconde alors que le phénomène des marées se mesure en heure et que celui des ondes de crues dans
les cours d'eau s'étend sur plusieurs jours. On peut aussi classer dans ce domaine d'étude l'évolution
des grands courants marins dont le cycle se coordonne au rythme des saisons.
165
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
L'évaluation quantitative de ces écoulements peut se faire par des moyens en général assez
complexes. Si certaines méthodes, basées sur des modèles harmoniques, peuvent, dans des cas
idéalisés, conduire à des solutions analytiques, le recours à des méthodes numériques est la règle.
Ces méthodes sont généralement basées, si la variation verticale de la pression est quasi
hydrostatique, sur la résolution numérique des équations de Saint-Venant bidimensionnelles dont
nous donnerons les grandes lignes au chapitre 7. Dans les autres cas, il faudra se baser sur des
formes plus ou moins simplifiées des équations de base de la mécanique des fluides. Cependant dans
certains cas simple, on peut, après avoir appliqué des hypothèses simplificatrices raisonnables,
obtenir des solutions en termes de vitesse de propagation et d'amplitude assez simple pour évaluer
l'ordre de grandeur de certains phénomènes. Nous examinerons, dans cette section, les effets de la
brusque variation de débits dans les canaux à surface libre. Ces changements de débits sur des
périodes de temps courtes entraînent des variations de niveau d'eau qui se propagent vers l'aval ou
l'amont selon les conditions initiales.
5.7.1 Définitions et mise en contexte
La déformation du plan d'eau qui se déplace à une certaine vitesse dans une direction déterminée
s'appelle une onde.
Il existe un grand nombre d'ondes sur les plans d'eau. Les vagues, la houle, le sillage d'un navire, un
tsunami ou encore la marée sont tous des phénomènes ondulatoires. Dans le cas qui nous intéresse
ici, la déformation du plan d'eau provoqué par la variation du débit crée une onde de translation.
On peut facilement illustrer ceci par le cas suivant.
Dans un canal rectangulaire à faible pente, considérons un écoulement permanent uniforme. À un
instant donné, on en ferme l'extrémité aval par une vanne verticale qui interdit tout débordement.
Immédiatement après cet instant, au voisinage de la vanne, la vitesse du courant sera annulée et, en
vertu du principe de conservation d'énergie, l'énergie cinétique qu'avait le courant à cet endroit devra
être transformée en énergie de pression et potentielle. Comme le canal a une faible pente, la
contribution de l'énergie potentielle est négligée et on peut considérer que l'énergie cinétique est
uniquement transformée en énergie de pression. Ceci aura pour conséquence de faire monter le
niveau d'eau sur la vanne. À l'instant d'après, le débit qui arrive de l'amont rencontre une masse d'eau
inerte et un phénomène semblable à celui du premier instant sur la vanne se produit à une position
située à l'amont de la vanne. Le phénomène se répète par la suite et on observe un rehaussement
brusque du niveau d'eau se propageant dans la direction inverse à celle du courant.
166
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
La vitesse avec laquelle se propage le rehaussement se nomme la célérité. Le principe de
conservation de la masse nous permettra d'en déterminer la valeur en considérant que le débit entrant
doit remplir la masse d'eau supplémentaire due au rehaussement. La figure 5.26 illustre le
phénomène à t
0
=0 et à t
1
=t
0
+At .
Figure 5.26 - Onde de translation positive d'aval.
Le rehaussement du niveau d'eau se définit par le terme intumescence.
5.7.2 Étude de l'onde de translation
5.7.2.1 Célérité de l'onde
La célérité est la vitesse à laquelle se propage l'intumescence. En terme de vitesse absolue, c'est-à-
dire pour un observateur fixe, il est évident que la vitesse du courant aura une incidence sur la
célérité de l'onde. En effet, une onde remontant le courant paraîtra aller moins vite qu'une onde le
descendant.
Selon la théorie linéaire des vagues, dans le cas des ondes en faible profondeur, par opposition aux
vagues au large en pleine mer où la présence du fond n'a plus d'influence, la célérité d'une onde
s'écrit :
C=.g h 5.43
où h est la profondeur d'eau.
Dans le cas d'une intumescence, il y a deux profondeurs puisque le niveau de l'eau est à h avant le
passage de l'intumescence et à h+Δh après son passage. Par ailleurs, il faut tenir compte de la vitesse
moyenne du courant U. Dans ces conditions, il est plus précis d'écrire la célérité sous la forme
suivante :
167
t=t
0
+Δt
t=t
0
U=U
0
U=U
0
U=0
C
h
Δh
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
C=U!.g h
.
1+
3A h
2h
+
1
2
(
A h
h
)
2
5.44
De fait, cette équation provient d'une simplification pour les canaux rectangulaires de l'équation de
conservation de la quantité de mouvement. Afin de déterminer la valeur de la variation de niveau
d'eau ∆h, il faut considérer l'expression de la conservation de la masse pour un observateur se
déplaçant à une vitesse égale à la célérité de l'onde. De cette façon, on détermine l'expression
suivante :
AQ
A A
=C
5.45
Dans un canal rectangulaire, A A=bAh , il est donc possible de calculer par itérations C et ∆h.
5.7.2.2 Types d'intumescences
À partir de la manipulation d'une vanne, on peut, soit l'ouvrir brusquement, soit la fermer
brusquement. Cela signifie que la variation de débit pourra être positive ou négative.
Par ailleurs, la vanne peut être située à l'aval ou à l'amont du canal, donc ici deux cas sont possibles.
En combinant la position de la vanne et la variation de débit, quatre cas sont donc possibles.
1. Onde positive d'aval
Fermeture d'une vanne à l'aval :
AQ0
Ah>0
C de direction opposée à U
2. Onde négative d'amont
Fermeture d'une vanne à l'amont :
AQ0
Ah0
C dans la direction deU
168
U
Q-ΔQ
C
h
Δh
Q
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
3. Onde positive d'amont
Ouverture d'une vanne à l'amont :
AQ>0
Ah>0
C dans la direction deU
4. Onde négative d'aval
Ouverture d'une vanne à l'aval :
AQ>0
Ah0
C de direction opposée àU
On dit qu'une onde est positive s'il s'agit d'une surélévation du niveau de l'eau et on dit qu'elle est
d'amont si elle provient de l'amont, c'est-à-dire qu'elle est dans la même direction que le courant.
5.7.2.2.1 Exemple
Une vanne orifice régule le niveau et la vitesse dans un canal rectangulaire, pour une ouverture
d'orifice donnée. On manipule rapidement la vanne pour doubler l'ouverture de la vanne. Cette
opération crée, à l'amont de la vanne, une intumescence provoquée par l'augmentation du débit au
niveau de l'orifice de section augmentée. On se propose de calculer la hauteur et la célérité de cette
intumescence.
169
U
Q-ΔQ
C
h
Δh
Q
U
Q+ΔQ
C
h
Δh
Q
U
Q+ΔQ
C
h
Δh
Q
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Les données sont :
● largeur du canal,
b=3 m
● débit initial,
Q
0
=10 m
3
/s
● coefficient de contraction,
Cc=0,6
● ouverture initiale de la vanne,
h
0
=0,6 m
On calcule d'abord les conditions initiales (en pointillé) :
y
2
=C
c
h
0
=0,6×0,6=0,36 m
, de l'équation 5.38, on tire
y
1
=y
2
+
1
2 g
(
Q
0
C
c
A
0
)
2
avec
A
0
=bh
0
d'où
y
1
=4,73 m
.
Ensuite on calcule le nouveau débit provoqué par l'ouverture de la vanne en faisant l'hypothèse que
la hauteur d'eau à l'amont de la vanne reste, pour un court instant, égale à y
1
:
h
1
=2 h
0
=1,2 m, A
1
=bh
1
=3,6 m
2
, y
21
=C
c
h
1
=0,72 m et Q
1
=C
c
A
1 √
2 g ( y
1
−y
21
)=19,16 m
3
/s
On procède d'abord à un calcul approximatif pour déterminer l'ordre de grandeur de ∆h en supposant
que la célérité est calculée à partir de la hauteur d'eau initiale pour une onde négative d'aval :
C=U−

( g y
1
)=−6,11 m/s avec U=Q
0
/ A
1
=0,7 m/s
À partir de l'équation 5.45, on tire :
Δh=
ΔQ
Cb
=−0,5 m
et
y
11
=y
1
+∆h=4,23 m
Ces valeurs de C et de ∆h ne satisfont pas l'équation 5.44, cependant, en utilisant un solveur itératif,
170
Q
0
Q
1
y
2
y
11
h
0
h
1
y
1
y
21
∆h
vanne
C
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
on peut trouver la valeur de ∆h qui satisfait simultanément les équations 5.44 et 5.45. Le calcul de la
valeur approximative est très important, car ce système d'équations peut posséder plusieurs solutions
comme l'illustre le tracé des deux équations à résoudre :
-5 -4,5 -4 -3,5 -3 -2,5 -2 -1,5 -1 -0,5 0 -
3
0
-
2
5
-
2
0
-
1
5
-
1
0
-
5
0
C (eq 5.40) C=dQ/dA
∆h
C
Ici le calcule itératif donne ∆h=−0,55 met C=−5,5 m/s comme le confirme le bon point
d'intersection des courbes. On pourra analyser la feuille de calcul utilisée en téléchargeant le fichier
intumescence.ods (OpenOffice Calc) ou intumescence.xls (MS Excel).
171
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
5.8 Exercices
5.1 Calculer la hauteur critique du canal à section triangulaire suivant :
a) Calculer la formule pour un débit Q et une pente transversale (dévers) 1/m.
b) Trouver cette valeur dans le cas particulier où Q = 0,5 m
3
/s et un dévers de 6%.
5.2 Pour le canal à section trapézoïdale suivant :
a) Calculer en fonction de y
– l'aire de la section
– le périmètre mouillé
– le rayon hydraulique
– la largeur au miroir
– le critère de calcul de la hauteur critique y
c
– le critère de calcul de la hauteur normale y
n
b) Vérifier les formules de a) pour m
1
= m
2
= 0.
c) Si m
1
= 1 et m
2
= ½, b = 10, Q = 2 m
3
/s et n = 0,01, calculer
– la hauteur critique y
c
– la pente S pour obtenir y
n
= 2 y
c
5.3 Dans un canal à section rectangulaire, à partir de quel rapport b/h peut-on considérer que
172
m
1
y
y
m
2
m
1
b
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
h = R
h
avec une erreur inférieure à 1% ?
5.4 Calculer le débit qui traverse la section suivante :
si n
1
= 0,03, n
2
= 0,01 et n
2
= 0,02.
5.5 Pour la section suivante :
a) Développer les formules pour A(y), P(y), T(y), Rh(y) et yc
b) Faire un graphique de chacun de ces paramètres en fonction de y avec b = 5 m et y
0
=2 m.
c) Calculer la hauteur critique pour Q = 5 m
3
/s.
5.6 Avec le canal à section triangulaire à double dévers suivant :
pour Q = 0,2 m
3
/s, m
1
= 10 et m
2
= 50, b = 2, n = 0,015 et S = 0,01 à 0,001, calculer la hauteur
normale en fonction de la pente.
5.7 Pour la canal à section quelconque suivant :
173
2,5 m
2 m
10 m 6 m
1
2
n
1
n
2
n
3
y
y
0
b b b
1
y
m
2
1
b
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
Calculer en fonction de y
• l'aire de la section
• le périmètre mouillé
• le rayon hydraulique
• la largeur au miroir
• le critère de calcul de la hauteur critique y
c
• le critère de calcul de la hauteur normale y
n
5.8 Un ressaut hydraulique dans un canal large a une hauteur d'eau amont de 15 cm et une
hauteur d'eau aval de 3 m. Quel est le débit par mètre de largeur de ce canal ?
5.9 Pour la section d'un canal d'écoulement à surface libre suivante :
Donner les formules en fonction de y pour les paramètres suivants, en conservant des
nombres rationnels pour les constantes numériques :
• la largeur au miroir T,
• l'aire de la section d'écoulement A,
• le périmètre mouillé P,
• le rayon hydraulique R
h
.
En fonction du débit Q et du coefficient de Manning n, donner :
• la hauteur critique y
c
,
• la hauteur normale y
n
.
Si on inverse la pente des parois du canal, sera-t-il plus ou moins efficace ? Justifier votre
réponse.
174
y
m
3
m
1
b
1
m
2
1
4
3
4
3
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Les écoulements à surface libre
5.10 Dans le canal rectangulaire dont le profil est donné sur le schéma suivant :
On suppose que l'écoulement torrentiel sur le tronçon AB se fait à la hauteur normale avec un
nombre de Froude Fr = 5. On suppose également que le niveau d'eau à proximité de l'amont
de la vanne-orifice est supérieur à la hauteur normale.
• Quelles courbes de remous sont possibles sur l'ensemble des tronçons ? Dessinez-les
approximativement les courbes en supposant que les longueurs des canaux sont assez
longues pour développer totalement les courbes.
• Comment et où se fera la transition de l'écoulement torrentiel à fluvial si y
nAB
= 0,2 m
et y
nBC
= 3m ?
• Si on ferme la vanne brusquement, calculer les valeurs approximatives de la hauteur
et la célérité de l'intumescence en prenant ynBC comme hauteur d'eau initiale et un
débit initial Q de 0,5 m3/s dans un canal de 1 m de large.
175
A
B
C
y
c
y
n AB
y
n BC
vanne
orifi ce
Q
Chapitre 6
Systèmes mixtes
6.1 Introduction
Nous considérerons ici des systèmes qui impliquent des écoulements en charge et à surface libre que
nous nommerons « systèmes mixtes » . Le but essentiel de cette section est de déterminer comment le
système se comportera en termes de débits, vitesses, niveau d'eau et pression lorsqu'il est soumis à
des contraintes opérationnelles.
Les outils d'analyse que nous avons développés pour les écoulements sous pression et gravitaires
nous serviront ici. Les principes de l'analyse restent les mêmes qu'elles que soient les types
d'écoulement. En effet, la conservation de débit doit toujours être respectés ainsi que généralement la
conservation de l'énergie. Dans certains cas, cependant, nous devrons aussi considérer la
conservation de la quantité de mouvement, surtout lorsque nous nous intéresserons aux les forces qui
pourraient être appliquées sur certaines composantes d'un système.
La principale difficulté de ce chapitre est de faire la synthèse des chapitres précédents et de choisir
les simplifications à faire au niveau des transitions plus ou moins brusques entre deux types
d'écoulement. Comme de multiples cas sont ici possibles, nous procéderons au moyen d'exemples en
faisant ressortir les éléments sur lesquels doit reposer l'analyse d'un système.
6.2 Règles générales
Dans un premier temps, nous donnerons, à l'aide d'un exemple, une méthode générale permettant
d'aborder le problème de façon relativement systématique. Cette méthode consiste à découper le
problème en sous-problèmes qui partagent entre eux une ou plusieurs variables.
Considérons le système illustré sur le schéma suivant :
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
Figure 6.1 – Découpage en sous-problèmes
Globalement, on désire connaître le débit et les niveaux d'eau (ou pression) de ce système. On
propose de le découper en quatre sous-problèmes.
• Sous-problème 1
Le sous-problème 1 peut être considéré comme un écoulement permanent uniforme en faisant
l'hypothèse que le canal à faible pente est suffisamment long pour qu'il soit possible d'atteindre
ce régime.
Ce problème comporte deux inconnues : le débit Q et la hauteur normale y
n
. La hauteur
normale sera considérée comme l'inconnue locale qui sera partagée avec les autres sous-
problèmes.
En supposant la valeur du débit, on devra donc résoudre l'équation suivante :
Q−
A( y
n
)
n
R
h
( y
n
)
2/3
S
0
1/ 2
=0
• Sous-problème 2
Le sous-problème 2 implique la résolution de la courbe de remous (hypothétiquement M1). De
façon à simplifier ce problème, nous faisons l'hypothèse que la mise en vitesse au niveau de la
pompe est très locale et que la paroi verticale à la fin du canal constitue un point d'arrêt. À ce
moment, il est possible d'écrire, en utilisant l'équation de Bernoulli, une relation entre y
n
et y
A
:
177
canal à faible pente
pompe
c
o
n
d
u
i
t
e réservoir
z = 0
1
S
0
y
n
y
A
z
A
L
D
Q
seuil
y
B
z
B
y
s
courbe M1
s. p. 1
s. p. 4
s. p. 3
s. p. 2
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
y
n
+z
n
+
Q
2
2 g A( y
n
)
2
=y
A
+z
A
+∆ H
En posant
∆H
∆x
=S
f
=S
0
=−
(
z
A
−z
n
∆x
)
, on tire :
y
A
=y
n
+
Q
2
2 g A( y
n
)
2
La hauteur y
A
est l'inconnue locale calculée à partir de la valeur supposée du débit Q et de la
valeur de y
n
provenant du sous-problème précédent.
• Sous-problème 3
Le problème suivant est typiquement un problème d'écoulement en charge de pompage entre
deux réservoirs de hauteurs piézométriques respectives H
A
et H
B
. En écrivant une équation de
Bernoulli entre ces deux réservoirs nous pourrons calculer le débit :
H
A
=H
B
+∆H
AB
−h
P
avec
∆H
AB
=
8 f L
¬
2
g D
5
Q
2
=RQ
2
, h
P
=h
0
−C
P
Q
2
, H
A
=y
A
+z
A
et
H
B
=y
B
+z
B
d'où :
Q=
.
H
A
−H
B
+h
0
R+C
P
Ici y
B
devra être estimé et les autres variables nécessaires proviennent des sous-problèmes
précédents.
• Sous-problème 4
Le débit de débordement sur le seuil fournira la hauteur yB par le biais de la formule du seuil :
y
B
=y
s
+
Q
K
s
L
s
.2 g
À partir de ces premières estimations, recalculons les quatre sous-problèmes de façon à obtenir une
178
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
meilleure estimation. La convergence de cette approche n'est cependant pas garantie et l'on devra
veiller à réintroduire, le cas échéant, la moyenne de deux estimations successives en guise de valeur
initiale.
Dans le tableau suivant, nous présentons le contenu d'une feuille de calcul qui permet de trouver la
solution en effectuant des recherches de valeur cible pour les sous-problèmes 1 et 3. Lorsque les
valeurs des fonctions à satisfaire sont près de zéro, la solution obtenue est satisfaisante. Une
automatisation de ce processus est possible en utilisant une macro.
Tableau 6.1 – Feuille de calcul pour résoudre le problème découpé en sous-problèmes.
Variable Valeur Unités Formule
g= 9,807
γ= 9807
zb= 25 m
b= 3 m
S= 0,0001
n= 0,013
za= 5 m
f= 0,02
D= 0,3 m
Ar= 0,0706858
L= 2000 m
H0= 50 m
Cp= 1000
ys= 2 m
Ks= 0,45
Ls= 2 m
INCONNUES
yn= 0,167 m
ya= 0,168 m
yb= 2,027 m
Q= 0,109
SP1 – Écoulement permanent uniforme
An= 0,502 =b_*yn_
Pn= 3,334 m =2*yn_+b_
Rhn= 0,1505 m =An_/Pn_
f(yn)= 0,000000 L/s =Q_-An_/n_*Rhn_^(2/3)*RACINE(S_)
SP2 – Courbe de remous (simplifiée)
ya= 0,168 m =yn_+Q_^2/(2*g_*An_^2)
SP3 - Point de fonctionnement de la pompe
Rr= 1360,5 =8*f_*L_/(PI()^2*9,807*D_^5)
hr= 16,220 m =Rr_*Q_^2
hp= 38,078 m =H0_-_Cp_*Q_^2
hs= 38,078 m =zb_+yb_-za_-ya_+hr_
f(Q)=hp-hs= -0,0000018 m =hp_-hs_
SP3 – Écoulement sur un seuil
yb= 2,027 m =ys+(Q_/(Ks_*Ls_*RACINE(2*g_)))
m
2
/s
N/m
3
m
2
s
2
/m
5
m
3
/s
m
2
s
2
/m
5
179
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
6.3 Exemple 1
Nous allons considérer ici un pompage à partir d'un bassin vers un canal. Le schéma est illustré à la
figure suivante.
Figure 6.2 – Schéma de l'exemple 1.
Les données sont les suivantes :
Pompe : h
p
=80−1,25Q
2
Canal :
L=300 m, b=2 m, n=0,01, S
0
=0
Seuil : H
s
=1 m, K
s
=0,45
Conduite 1 :
L
1
=20 m, D
1
=0,8 m, f =0,02
Conduite 2 :
L
2
=20 m, D
2
=0,8 m, f =0,02
On calcule la courbe caractéristique des pertes de charge du système sous pression pour trouver le
point de fonctionnement de la pompe. Comme on l'a vu précédemment, cette relation s'écrit en
faisant la somme du gain de charge statique et des pertes du système :
h
f
=H
B
−H
A
+( R
1
+R
2
) Q
2
6.1
Au point B, H
B
est l'énergie totale que l'on peut écrire soit du côté de la conduite soit du côté du
canal en faisant l'hypothèse, par souci de clarté et pour mettre en évidence les phénomènes majeurs,
180
réservoir
1
pompe
seuil
2
canal horizontal
z = 0
V
2
/2g
H
A
= 10 m
z
B
y
B
y
C
A B C
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
qu'il n'y a pas de perte de charge entre la conduite et le canal. Ici nous choisissons le côté du canal
pour introduire une variable à surface libre dans l'analyse globale. Donc, on écrit :
H
B
=z
b
+y
b
+
V
B
2
2 g
6.2
La vitesse V
B
représente donc la vitesse dans le canal. La question qui se pose est : doit-on garder ce
terme? Pour répondre à cette question, comparons les sections d'écoulement de la conduite et du
canal sachant, qu'en vertu du principe de la continuité des débits, le débit est le même de part et
d'autre du point B.
Section d'écoulement de la conduite : A
cond
=
¬D
2
2
4
=0,503m
2
Section d'écoulement du canal : y
B
est inconnue, mais, à cause du seuil, elle ne peut pas être plus
petite que 1 m, donc : A
can
=b y
Bmin
=2m
2
Autrement dit, la vitesse dans le canal sera au maximum quatre fois plus petite que celle dans la
conduite et l'énergie cinétique du côté canal sera seize fois plus petite que celle du côté conduite. À
ce stade, il paraît raisonnable de négliger ce terme, qui pourra toujours être évalué par la suite donc,
on prend :
H
B
=z
B
+y
B
6.3
Pour calculer la hauteur d'écoulement y
B
, il faut calculer une courbe H2 à partir de la hauteur y
C
déterminée à partir de la relation du seuil puisque le débit est connu. Considérons la relation
fondamentale des courbes de remous pour les canaux uniformes :
A x=
E
2
−E
1
S
0

¯
S
f
6.4
Comme le canal est court, considérons ∆x = 300 m. Sachant que S
0
= 0, cette expression devient :

¯
S
f
A x=E
2
−E
1
=y
C
+
Q
2
2 g b
2
y
C
2
−y
B
+
Q
2
2 g b
2
y
B
2
=y
C
−y
B
+
Q
2
2 g b
2
(
1
y
C
2

1
y
B
2
)
6.5
Cette expression peut s'écrire sous la forme d'un polynôme du
3e
degré en y
B
en la multipliant par y
B
2
ce qui a pour effet d'introduire potentiellement 2 racines parasites. Dans une feuille de calcul, on
pourra la résoudre par utilisation d'un solveur. Pour avoir une idée assez juste de la valeur de y
B
, on
181
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
pourra négliger le terme,
(
1
y
C
2

1
y
B
2
)
car il est petit.
Par ailleurs,
¯
S
f
est calculé par la moyenne des pentes de frottement en B et en C soit :
S
fB
=
(
nQ
b y
B
(
2 y
B
+b
)
2/ 3
)
2
et
S
fC
=
(
nQ
b y
C
(
2 y
C
+b
)
2/3
)
2
Connaissant la relation du seuil :
Q=K
s
L
s
.2 g
(
y
c
−H
s
)
3/ 2
6.6
nous pouvons calculer y
C
:
y
c
=
(
Q
K
s
b.2g
)
2/3
+H
S
6.7
L'équation caractéristique du système peut maintenant être équilibrée par l'équation de la pompe
pour résoudre par itérations le débit qui coule dans le système :
h
f
=H
B
−H
A
+
(
R
1
+R
2
)
Q
2
=h
p
=80−1,25Q
2
6.8
182
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
Tableau 6.2 – Feuille de calcul pour résoudre le problème
Variable Valeur Unités Formule
L= 300 m
B= 2 m
n= 0,01
So= 0
Hs= 1 m
Ks= 0,45
Sfb= 0,0000197 =(n_*Q_/(B_*yb_*(2*yb_+B_)^(2/3)))^2
Sfc= 0,0000194 =(n_*Q_/(B_*yc_*(2*yc_+B_)^(2/3)))^2
Sf= 0,0000196 =(Sfb_+Sfc_)/2
yb= 1,0193 m
f(yb) -0,0000249 m =yb_-yc_+Q_^2/(2*9,81*B_^2)*(1/yc_^2-1/yb_^2)+Sf_*L_
yc= 1,0245 m =(Q_/(Ks_*L_*RACINE(2*9,81)))^(2/3)+Hs_
HA= 10 m
HB= 51,0193 m =zb_+yb_
zb= 50 m
f= 0,02
D1= 0,8 m
L1= 20 m
D2= 0,8 m
L2= 1200 m
R1= 0,1009 =8*f_*L1_/(PI()^2*9,81*D1_^5)
R2= 6,0518 =8*f_*L2_/(PI()^2*9,81*D2_^5)
hf= 73,4178 m =HB_-HA_+(R1_+R2_)*Q_^2
hp= 73,4178 m =80-1,25*Q_^2
Q= 2,2947
f(Q)= -0,0000009 m =hp_-hf_
s
2
/m
5
s
2
/m
5
m
3
/s
183
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
6.4 Exemple 2
Dans cet exemple, on utilise une conduite sous pression pour assurer à un canal le franchissement
d'un obstacle.
Figure 6.3 - Schéma de l'exemple 2
Par hypothèse, on considère que le canal en aval de l'obstacle coule en régime permanent uniforme.
Si l'on connaît les caractéristiques de la conduite, quelle sera la hauteur d'eau requise en B ? Quelle
courbe de remous faut-il prévoir dans le canal amont ?
Les données sont les suivantes :
Conduite : D = 1,2 m, L = 800 m, f = 0,02
Canal : b = 10 m, n = 0,015, S
0
= 0,00001
Débit : Q = 5 m
3
/s
Élévations : z
A
= 40 m, z
B
= 50 m
L'écoulement dans la conduite en charge produira une perte de charge égale à la différence de charge
entre les points A et B :
h=H
B
– H
A
6.9
En négligeant les termes d'énergie cinétique dans les canaux ouverts, on peut écrire :
184
y
n
z
A
z
B
y
B
Q
z = 0
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
H
A
=z
A
+y
n
et
H
B
=z
B
+y
B
6.10
On doit donc calculer la hauteur normale dans le canal aval en résolvant l'équation suivante :
Q−
y
n
b
n
(
y
n
b
2 y
n
+b
)
2/ 3
S
0
1/2
=0 6.11
Ce qui donne numériquement : y
n
=1,911 m
d'où :
H
A
=z
A
+y
n
=41,911 m
En ajoutant la perte de charge causée par le même débit dans la conduite, nous obtenons la charge au
point B :
H
B
=H
A
+
8 f L
¬
2
g D
5
Q
2
=55,193m
La valeur recherchée sera donc :
y
B
=H
B
−z
B
=5,193m
Pour savoir quelle courbe de remous il faut envisager, il faut calculer la hauteur critique pour la
comparer avec la hauteur normale pour savoir si l'écoulement permanent uniforme est fluvial ou
torrentiel. On aurait pu aussi évaluer le nombre de Froude de l'écoulement. Ici la hauteur critique est
inférieure à la hauteur normale donc l'écoulement est fluvial et nous devons envisager une courbe M.
Comme la hauteur de départ à l'aval est plus grande que la hauteur normale (voir tableau 5.2), ce sera
une courbe M1.
185
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
Tableau 6.3 - Feuille de calcul pour résoudre le problème 2
Variable Valeur Unités Formule
g= 9,81
b= 10 m
n= 0,015
Q= 5
S0= 0,00001
D= 1,2 m
L= 800 m
f= 0,02
zA= 40 m
zB= 50 m
R= 0,5312941 =8*f_*L_/(PI()^2*g_*D_^5)
h= 13,3 m =R_*Q_^2
yn= 1,911 m
f(yn)= 0,0000088 =Q_-yn_*b_/n_*(yn_*b_/(2*yn_+b_))^(2/3)*S0_^(1/2)
HA= 41,911 m =zA_+yn_
HB= 55,193 m =HA_+h_
yB= 5,193 m =HB_-zB_
yc= 0,294 m =(Q_^2/g_/b_^2)^(1/3)
m/s
2
m
3
/s
s
2
/m
5
m
3
/s
186
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
6.5 Exemple 3
Dans cet exemple, le débit est inconnu ainsi que le niveau de l'eau dans le réservoir B. Le débit va
créer une perte de charge dans la conduite 1 ce qui va abaisser le niveau du réservoir duquel la
pompe aspire son eau et c'est la différence de niveau entre ce niveau et celui du réservoir C qui va
déterminer le point de fonctionnement de la pompe donc le débit.
Figure 6.4 – Schéma de l'exemple 3
Données du problème :
Pompe : h
p
=60+2,5Q−2,5Q
2
Réservoir A : H
A
= 5 m
Conduite 1 : L
1
= 100 m, D
1
= 1 m, f = 0,01
Aspiration pompe : K
L
= 0,5, D = 0,8 m
Conduite 2 : L
2
= 500 m, D
2
= 0,8 m, f = 0,01
Réservoir C : H
C
= 30 m
On détermine le niveau dans le réservoir B en soustrayant du niveau de A la perte de charge de la
conduite 1 pour un débit Q :
H
B
=H
A
−R
1
Q
2
avec
R
1
=
8 f L
1
¬
2
g D
1
5
6.12
La courbe caractéristique du système est écrite entre B et C :
187
B
1
A
pompe
2
C
z = 0
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
h
f
=H
C
−H
B
+( R
L
+R
2
) Q
2
avec R
L
=
8 K
L
¬
2
g D
4
et
R
2
=
8 f L
2
¬
2
g D
2
5
6.13
En introduisant l'expression de H
B
, on obtient :
h
f
=H
C
−H
A
+
(
R
L
+R
2
+R
1
)
Q
2
6.14
Ici, on peut résoudre h
f
=h
p
par la solution de l'équation quadratique, car cette équation ne
comporte que des débits et des débits au carré.
Les calculs se résument de la façon suivante sur une feuille de calcul :
Tableau 6.4 – Feuille de calcul pour l'exemple 3
Variable Valeur Unités Formule
Ha= 5 m
L1= 100 m
D1= 1 m
f= 0,01
g= 9,81
Kl= 0,5
L2= 500 m
D2= 0,8 m
Hc= 30 m
R1= 0,083 =8*f*L_1/(PI()^2*g*D1_^5)
R2= 1,261 =8*f*L_2/(PI()^2*g*D2_^5)
RL= 0,101 =8*Kl/(PI()^2*g*D2_^4)
Solution itérative par le solveur
Q= 3,313
Hb= 4,093 m =Ha-R1_*Q^2
hp= 95,715 m =60+2,5*Q+2,5*Q^2
hf= 40,848 m =Hc-Hb+(RL+R2_)*Q^2
f(Q)= 0 m =hf-hp
Solution de l'équation quadratique
A 3,944 =Lc_+R2_+RL-C_
B -2,500 =-B_
C -35,000 m =Hc-Ha-A_
x1 3,313 =(-BB+RACINE(BB^2-4*AA*CC))/(2*AA)
x2 -2,679 =(-BB-RACINE(BB^2-4*AA*CC))/(2*AA)
NB : On garde la solution Q = x1 car le débit est positif.
m/s
2
s
2
/m
5
s
2
/m
5
s
2
/m
5
m
3
/s
188
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
6.6 Exemple 4
Dans l'exemple qui suit, un canal de section rectangulaire se termine dans une conduite circulaire en
charge dont l'exutoire est à l'air libre. Le débit de ce système est connu et nous voulons connaître les
niveaux dans le canal.
Figure 6.5 - Schéma de l'exemple 4
Comme le débit est connu, on peut immédiatement extraire la hauteur piézométrique H
B
en écrivant
l'équation de Bernoulli entre B et C :
H
B
=z
c
+
V
2
2 g
+
f L
D
V
2
2 g
ou encore
H
B
=z
c
+
8
¬
2
g D
4
(
1+
f L
D
)
Q
2
6.15
On tire alors le niveau d'eau en B dans le canal :
y
B
=H
B
−z
B
6.16
Ensuite, on calcule la hauteur critique :
y
c
=
(
Q
2
g b
2
)
1/ 3
6.17
Puis on cherche y
n
solution de :
189
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
Q−
b y
n
n
(
b y
n
2y
n
+b
)
2/3
S
0
1/ 2
=0 6.18
On peut alors établir la courbe de remous dans le canal.
6.7 Exemple 5
Dans cet exemple nous allons combiner des éléments dont les relations charge-débit sont fort
différentes afin d'étudier la convergence du processus itératif et de choisir une stratégie de résolution
fiable et adéquate.
Le problème consiste à pomper vers un réservoir dont le niveau est régulé par un seuil déversoir.
Figure 6.6 - Schéma de l'exemple 4
En appliquant l'équation de Bernoulli entre les niveaux des réservoirs A et B, nous écrivons :
H
A
=H
B
+RQ
2
−h
p
6.19

R=
8
¬
2
g D
4
(
f L
D
+

C
L
)
et h
p
=h
0
−AQ
2
La hauteur piézométrique H
B
n'est pas connue car elle dépend du débit, lui aussi inconnu, qui passe
sur le seuil selon la relation suivante :
Q=K
s
L
s
.2 g
(
H
B
−H
s
)
3/ 2
6.20
190
pompe
H
s
H
B
H
A
z = 0
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
de cette équation, nous tirons la valeur de H
B
:
H
B
=H
s
+
(
Q
K
s
L
s
.2 g
)
2/ 3
6.21
Afin d'évaluer le débit, nous portons cette expression dans l'équation d'équilibre de l'énergie :
H
A
=H
s
+
(
Q
K
s
L
s
.2 g
)
2/ 3
+RQ
2
−h
0
+AQ
2
6.22
Cette équation non linéaire doit être résolue par une méthode itérative en recherchant la valeur du
débit qui annule l'expression :
H
s
−h
0
−H
A
+
(
Q
K
s
L
s
.2 g
)
2/ 3
+( R+A) Q
2
=0
6.23
Tableau 6.5 – Feuille de calcul pour l'exemple 5
191
0 0,1 0,2 0,3 0,4 0,5 0,6
-60
-40
-20
0
20
40
60
80
100
120
Q
f
(
Q
)
Variable Valeur Unités Formule
g = 9,81
F = 0,02
D = 0,25 m
L = 300 m
HA = 10 m
Hs = 50 m
Ks = 0,45
Ls = 2 m
H0 = 80 m
A = 50
R = 507,81
Solution itérative par la recherche de valeur cible
Q = 0,27
f(Q) = 0 m Hs-h0-HA+(Q/(Ks*Ls*RACINE(2*g)))^(2/3)+(_R+A)*Q^2
HB = 50,17 m Hs+(Q/(Ks*Ls*RACINE(2*g)))^(2/3)
Solution graphique
m/s
2
s
2
/m
5
s
2
/m
5
m
3
/s
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
6.8 Exemple 6
On désire modéliser, en régime permanent, le système hydraulique suivant :
Figure 6.7 - Schéma de l'exemple 5
On suppose les variables H
A
, D
1
, f
1
, L
1
, h0, A, z
B
, K
S
, H
S
, L
S
, D
2
, f
2
, L
2
et H
C
connues, sans tenir
compte des pertes de charge locales.
Dans ce problème, tous les débits sont inconnus de même que le niveau H
B
.
En respectant le principe de conservation de la masse exprimé sous la forme d'une équation de
continuité, nous pouvons écrire :
Q
0
−Q
1
−Q
2
=0
6.24
Trois autres relations seront nécessaires pour modéliser le système.
Examinons la conservation d'énergie entre le réservoir A et le réservoir B en écrivant l'équation de
Bernoulli suivante :
H
A
=H
B
+R
1
Q
0
2

(
h
0
−AQ
0
2
) 6.25
Cette équation comporte deux inconnues Q
0
et H
B
.
La présence d'un seuil nous permet de relier le niveau du réservoir B au débit de débordement Q
1
:
Q
1
=K
s
.2 g L
s
¦ (
H
b
−z
b
)
−H
s
|
3/ 2
6.26
Enfin le débit dans la conduite 2 pourra être déterminé en écrivant l'équation de Bernoulli entre les
192
H
A P
D
1
L
1
f
1
H
B
y
s
z
B
D
2
L
2
f
2
H
c
Q
0
Q
1
Q
2
z = 0
h
p
= h
0
– A Q
2
y
B
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert Systèmes mixtes
réservoirs B et C.
H
B
=H
C
+R
2
Q
2
2
6.27
avec :
R
i
=
8 f
i
L
i
π
2
g D
i
5
Ce problème est non linéaire et devra être résolu par itérations selon la stratégie suivante :
1) Calculer Q
0
en supposant une valeur à H
B
par Q
0
=
.
H
A
−H
B
+h
0
R
1
+A
2) Calculer Q
1
: si H
B
< H
s
, Q
1
= 0 autrement : Q
1
=K
s
L
s
.2 g
(
H
B
−H
s
)
(3/ 2)
3) Calculer Q
2
par continuité :
Q
2
=Q
0
−Q
1
4) Calculer H
B
par équilibre d'énergie entre les réservoirs B et C : H
B
=H
c
+R
2
Q
2
2
5) La valeur de H
B
est ensuite ajustée de telle sorte que la différence de valeur entre deux essais
soit minime.
Étant donné la double nature de ce problème, avec ou sans débordement, la convergence d'une
procédure automatique n'est pas garantie. Il conviendra de prendre le contrôle manuellement pour
ajuster la valeur de la hauteur piézométrique dans le réservoir B.
193
Chapitre 7
La modélisation des écoulements à surface libre
7.1 Généralités
L'étude des écoulements permanents se voit simplifiée par l'absence de variations des principaux
paramètres dans le temps. Les méthodes utilisées pour mettre en équations et résoudre ces problèmes
bénéficient donc de cet avantage. Nous savons cependant qu'il n'existe pas dans la nature de
phénomènes véritablement permanents. En effet, il y a toujours dans la nature des cycles temporels
qui régissent avec plus ou moins d'influence les manifestations naturelles.
Suivant l'importance de la durée de la période de ces cycles sur le comportement des différents
facteurs physiques d'un phénomène naturel, nous décidons de sa permanence ou de sa non-
permanence. En réalité, dans une étude, nous basons nos hypothèses sur l'influence de la variation du
temps dans un phénomène. Dans certains cas, nous pouvons voir un phénomène comme une
succession de phénomènes permanents sans trop d'égard à la chronologie; cependant, dans plusieurs
cas, le facteur temps devient indissociable de l'ensemble des autres paramètres.
Pour illustrer ceci, il suffit de mentionner deux cas courants dans les études hydrauliques. En premier
lieu, considérons le cas d'une étude en milieu fluvial pur. Il est évident que le débit d'un cours d'eau
varie en fonction d'un cycle saisonnier; cependant, nous sommes intéressés à connaître le
comportement du cours pour une série de débits d'étiage, moyen ou de crue sans que la transition
généralement lente soit déterminante dans ce genre de problème. D'autre part, en milieu marin ou
estuarien, le phénomène est continuellement en transition à cause de la présence de la marée. Dans le
premier cas, nous parlerons donc d'écoulement permanent et dans le second, d'écoulement non
permanent.
Dans ces conditions, nous préférons développer un modèle non permanent, car il est plus général. La
formulation de base de ce modèle devra nous permettre de quantifier dans le temps et dans l'espace
la vitesse moyenne d'un profil vertical et la position de la surface libre.
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
À partir de ces variations locales et de la répartition de ces paramètres calculés par ce modèle, il est
possible de développer d'autres modèles pour déterminer le comportement d'autres paramètres dont
les variations restent très liées aux variations des paramètres principaux. Ce sont les phénomènes
associés au transport et à la diffusion de paramètres physico-chimiques.
Il s'agit donc de mettre en équations les paramètres et leurs variations par rapport à l'espace et au
temps et de résoudre le système par une méthode appropriée. La méthode de résolution analytique
devient ici inutilisable en raison principalement de la présence de termes non linéaires et aussi à
cause de la géométrie irrégulière du domaine d'application des équations. Ces raisons nous guident
naturellement vers une méthode de résolution numérique. C'est donc une par approximation des
équations au moyen d'une discrétisation adéquate dans le temps et dans l'espace que nous
obtiendrons des résultats dont l'interprétation physique sera significative.
7.2 Modélisation unidimensionnelle
7.2.1 Écoulement permanent
Pour un écoulement permanent unidimensionnel sans apport latéral, le débit est constant donc la
continuité est satisfaite, nous pouvons donc baser le modèle numérique sur l'équation de Bernoulli.
y
1
+z
1
+
V
1
2
2 g
=y
2
+z
2
+
V
2
2
2 g
+A H 7.1
Les sections 1 et 2 sont placées dans le sens de l'écoulement, c'est-à-dire que la section 2 est en aval
de la section 1. Nous devons estimer la perte de charge A H en utilisant une formule d'écoulement
comme celle de Manning. Ainsi, nous pouvons poser, sur l'intervalle A x :
A H=
¯
S
f
A x
7.2

¯
S
f
est la moyenne des pentes de frottement calculées aux sections 1 et 2.
Selon le régime torrentiel ou fluvial, le sens de calcul varie. Nous devons donc choisir correctement
la section où la valeur de la hauteur d'écoulement est connue. Considérons ici un écoulement fluvial
donc la valeur de y
2
est connue.
En imposant un débit et en considérant la possibilité de faire varier graduellement la position du fond
et la largeur de la section rectangulaire , nous pouvons réécrire l'équation 7.1 :
195
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
y
1
+
Q
2
2 g( b
1
y
1
)
2
=y
2
+
Q
2
2 g(b
2
y
2
)
2
+z
2
−z
1
+
¯
S
f
A x
7.3
Sachant que la pente du radier du canal, positive dans la direction de l'écoulement, s'écrit
S
0
=−( z
2
−z
1
)/ A x
et que la hauteur critique, pour un canal rectangulaire, s'écrit
y
c
=Q
2
/ g b
2

l'équation 7.3 devient :
y
1
+
y
c1
3
2 y
1
2
=y
2
+
y
c3
3
2 y
2
2
+(
¯
S
f
−S
0
)A x
7.4
Connaissant y2, nous cherchons à déterminer y1. Ce problème est non linéaire et nous allons le
résoudre par une méthode itérative :
1. Pour chaque position x
i
distante de la suivante d'une distance A x , nous connaissons la
largeur b
i
et la position verticale du radier z
i
.
2. Connaissant le débit Q, nous calculons y
ci
.
3. Nous posons une valeur initiale y
0
de y
i
proche, ou même égale la valeur de hauteur d'eau
connue à l'aval (position N) y
N
.
4. Pour chaque section, nous calculons, avec y
0
, l'aire de la section, son rayon hydraulique puis
la pente de frottement à partir de l’équation de Manning.
5. Pour chaque intervalle, nous calculons la pente du fond.
6. En commençant par l'aval où nous connaissons la valeur de y, nous calculons les valeurs de
y
i-1
avec l'équation 7.3.
7. Nous calculons la moyenne entre la valeur de y posée à l'étape 3 et celle calculée à l'étape 6.
8. Nous retournons à l'étape 3 en remplaçant la valeur de y par cette moyenne et nous
recommençons jusqu'à ce que la différence entre deux valeurs consécutives de y soient
acceptable.
Cette procédure peut facilement s'écrire sur un chiffrier électronique comme le montre le tableau
suivant où
zs=y+z
. Pour un débit de 10 m
3
/s et un coefficient de frottement de Manning de 0,015,
nous obtenons les résultats montrés à la figure 7.1
Tableau 7.1 – Grille de calcul du modèle unidimensionnel par la méthode des différences finies.
x [m] z [m] b [m]
yc
[m]
y0
[m]
A
[m
2
]
Rh
[m]
Sf S0 y [m]
zs
[m]
(y+y0)/2
200 0 5 0,7416 1,6000 8,0000 0,9756 -0,00036 1,6000 1,6000
180 0,014 5 0,7416 1,5926 7,9628 0,9728 -0,00037 -0,00070 1,5926 1,6066 1,5926
160 0,028 5 0,7416 1,5852 7,9262 0,9701 -0,00037 -0,00070 1,5852 1,6132 1,5852
140 0,042 4,5 0,7956 1,5574 7,0085 0,9204 -0,00051 -0,00070 1,5574 1,5994 1,5574
120 0,056 4 0,8606 1,5222 6,0888 0,8643 -0,00074 -0,00070 1,5222 1,5782 1,5222
100 0,07 4 0,8606 1,5231 6,0924 0,8646 -0,00074 -0,00070 1,5231 1,5931 1,5231
80 0,084 4,5 0,7956 1,5548 6,9966 0,9194 -0,00051 -0,00070 1,5548 1,6388 1,5548
60 0,098 5 0,7416 1,5713 7,8566 0,9649 -0,00038 -0,00070 1,5713 1,6693 1,5713
40 0,112 5 0,7416 1,5643 7,8214 0,9622 -0,00039 -0,00070 1,5643 1,6763 1,5643
20 0,126 5 0,7416 1,5573 7,7867 0,9596 -0,00039 -0,00070 1,5573 1,6833 1,5573
196
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
0 0,14 5 0,7416 1,5505 7,7525 0,9570 -0,00040 -0,00070 1,5505 1,6905 1,55
0 50 100 150 200 250
0,0000
0,5000
1,0000
1,5000
2,0000
vue en élévation
z [m]
zs [m]
yc [m]
x
z
0 50 100 150 200 250
-3
-2
-1
0
1
2
3
Vue en plan
x
b
Figure 7.1 - Vue en plan et en élévation des résultats du modèle unidimensionnel.
7.3 Modélisation bidimensionnelle
7.3.1 Les équations de base
L'étude de l'équilibre des forces, lors du mouvement des fluides sans frottement visqueux, nous
conduit aux équations d'Euler :
∂u
∂t
+u
∂u
∂x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂x
=X 7.5
∂v
∂t
+u
∂ v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
=Y 7.6
197
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
∂w
∂t
+u
∂ w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂w
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ z
=Z 7.7
En plus, il faut tenir compte de l'équation de continuité pour un fluide incompressible qui exprime le
principe de conservation de la masse:
∂u
∂x
+
∂v
∂ y
+
∂w
∂z
=0 7.8
En introduisant cette condition dans les équations 7.5, 7.6 et 7.7, il est possible d'écrire les équations
sous cette forme plus générale:
∂u
∂t
+
∂uu
∂ x
+
∂uv
∂ y
+
∂uw
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ x
=X 7.9
∂u
∂t
+
∂vu
∂x
+
∂vv
∂ y
+
∂ vw
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
=Y 7.10
∂u
∂t
+
∂wu
∂ x
+
∂wv
∂ y
+
∂ww
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂ z
=Z 7.11
Les forces X, Y et Z peuvent être définies dans le cas général:
X =fv +K
x
7.12
Y =−fu+K
y
7.13
Z=−g 7.14
avec :
f =2ωsin φ
ω = vitesse de rotation de la Terre rad/s
φ = latitude en degré,
K
x
et K
y
= forces de marée dans les directions x et y
En faisant l'hypothèse que l'effet de l'accélération verticale est négligeable, ce qui exclut l'étude des
phénomènes rapides tels que les vagues, l'équation 7.11 devient :
198
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
∂p
∂z
+ρg=0 7.15
Ceci définit l'hypothèse de pression hydrostatique.
7.3.2 Intégration verticale
En posant l'hypothèse qu'un profil vertical de vitesse à tout endroit de l'écoulement présente peu de
variation, il est possible d'éliminer les variations des paramètres selon la dimension verticale z. Ceci
permet alors d'obtenir une formulation spatiale bidimensionnelle. Pour établir cette formulation, il
faut intégrer les équations de -h à η où η est la position de la surface libre par rapport au niveau de
référence et h la position du fond selon la verticale.( Fig. 7.2)
Figure 7.2- Schéma de référence
Avant de procéder à l'intégration des équations du modèle, il convient de résoudre en z l'équation
simplifiée 7.15 par séparation de variable. On obtient donc :
p=ρ g (η−z ) 7.16
Cette relation sera introduite dans les deux autres équations de mouvement avant l'intégration
verticale. De plus, il faut considérer l'introduction des conditions aux limites selon z, soit au fond et
à la surface.
199
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
Dans la direction verticale, ces conditions limites sont les suivantes :
le profil de surface peut s'exprimer par :
z
s
=η( x , y , t ) 7.17
donc la dérivée de la position z à la surface (la vitesse w) devient :
d η
dt
=w(η)=
∂η
∂t
+u
∂η
∂x
+v
∂η
∂ y
7.18
et au fond à z = - h, on obtient :
w( h)=−u
∂h
∂ x
−v
∂ h
∂ y
7.19
Nous pouvons introduire des termes de frottement dû à la rugosité du fond dans les équations
mouvement 7.9, 7.10 et 7.11, en exprimant les forces X, Y et Z de la façon suivante :
X= fv+
1
ρ
∂τ
zx
∂ z
7.20
Y =−fu+
1
ρ
∂τ
zy
∂ z
7.21
Les équations de base du modèle deviennent donc :
∂u
∂t
+
∂uu
∂ x
+
∂uv
∂ y
+
∂uw
∂ z
−fv+
1
ρ
∂ p
∂ x

1
ρ
∂τ
zx
∂ z
=0 7.22
∂u
∂t
+
∂vu
∂x
+
∂vv
∂ y
+
∂ vw
∂ z
+ fu+
1
ρ
∂ p
∂ y

1
ρ
∂τ
zy
∂ z
=0 7.23
1
ρ
∂ p
∂ z
+g=0 7.24
∂u
∂x
+
∂v
∂ y
+
∂w
∂z
=0 7.25
Compte tenu des hypothèses précédemment émises, il convient de ramener le système à un cas
bidimensionnel. Nous allons donc intégrer les équations sur la dimension verticale z de -h à η en
utilisant la règle de Leibniz.
200
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
En prenant la notation :
〈 〉=

−h
η
()dz
le théorème de Leibniz s'écrit :
∂〈 f ( x , y , z , t )〉
∂t
=

∂ f ( x , y , z , t )
∂t

+ f ( x , y ,η , t )
∂η
∂t
−f ( x , y ,−h , t )
∂(−h)
∂t
7.3.3 Troisième équation de mouvement
La troisième équation de mouvement s'intègre directement :

−h
η
(
1
ρ
∂ p
∂ z
+g
)
dz=
1
ρ
¦ p( z)+gz |
−h
η
=0
En posant
p(η)=p
0
et p(−h)=ρ g(η+h) , il vient :
p(−h)=p
0
+ρ g (η+h)
et, pour une position z quelconque :
p( z)=p
0
+ρ g (η−z)
7.3.4 Équation de continuité
En appliquant la règle de Leibniz à chaque terme :

∂u
∂ x

=
∂〈 u〉
∂ x
−u
η
∂η
∂ x
+u
−h
∂(−h)
∂ x

∂v
∂ y

=
∂〈 v 〉
∂ y
−v
η
∂η
∂ y
+v
−h
∂(−h)
∂ y

∂w
∂ z

=w
η
−w
−h
En introduisant les conditions cinématiques en surface et au fond :
201
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
w
η
=
∂η
∂t
+u
η
∂η
∂ x
+v
η
∂η
∂ y
−P( x , y , t ) car
∂η
∂t
=w
η
−u
η
∂η
∂ x
−v
η
∂η
∂ y
+P( x , y , t )
w
−h
=u
−h
∂(−h)
∂x
+v
−h
∂(−h)
∂ y
−I (x , y , t ) car w
−h
−u
−h
∂(−h)
∂x
−v
−h
∂(−h)
∂ y
+I (x , y , t )=0
où P représente la recharge en surface par la précipitation, I est l'infiltration au fond, il vient :
∂η
∂t
+
∂〈u〉
∂ x
+
∂〈 v〉
∂ y
=P−I
7.3.5 Première équation de mouvement
En appliquant la règle de Leibniz à chaque terme :

∂u
∂t

=
∂〈u〉
∂t
−u
η
∂η
∂t
+u
−h
∂(−h)
∂t

∂uu
∂ x

=
∂〈uu〉
∂ x
−uu
η
∂η
∂ x
+uu
−h
∂(−h)
∂ x

∂uv
∂ y

=
∂〈uv 〉
∂ y
−uv
η
∂η
∂ y
+uv
−h
∂(−h)
∂ y

∂uw
∂ z

=+uw
η
−uw
−h
〈 −fv〉 =−f 〈 v 〉

1
ρ
∂ p
∂ x

=
1
ρ (
∂〈 p〉
∂ x
−p
η
∂η
∂ x
+p
−h
∂(−h)
∂ x
)

1
ρ
∂τ
zx
∂ z

=−
1
ρ
(
τ
η x
−τ
(−h) x)
introduction des conditions en surface et au fond :
• en surface :
• p
η
=p
0
et τ
η x
=C
w
W
x
∣W∣
• au fond :
202
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
• p
−h
=p
0
+ρ g H ,
τ
(−h) x

g
C
c
2
u √u
2
+v
2
et
∂(−h)
∂t
=0
• w
−h
=u
−h
∂(−h)
∂x
+v
−h
∂(−h)
∂ y
−I (x , y , t ) car w
−h
−u
−h
∂(−h)
∂x
−v
−h
∂(−h)
∂ y
+I (x , y , t )=0
On peut alors écrire le système sous la forme suivante :
∂〈u〉
∂t
+
∂〈uu〉
∂ x
+
∂〈uv 〉
∂ y
− f 〈v〉+g (η+h)
∂η
∂ x

1
ρ
¦
τ
x
s
−τ
x
b
|
=0 7.26
∂〈v〉
∂t
+
∂〈vu〉
∂ x
+
∂〈vv 〉
∂ y
+f 〈u〉+g(η+h)
∂η
∂ y

1
ρ
¦
τ
y
s
−τ
y
b
|
=0 7.27
∂η
∂t
+
∂〈u〉
∂ x
+
∂〈v〉
∂ y
=0 7.28
τ
x
s
et τ
y
s
sont les contraintes en surface dues au vent W
x
et W
x
. τ
x
b
et τ
y
b
sont celles dues au
frottement sur le fond.
Nous savons aussi que les vitesses horizontales u et v varient en fonction de la profondeur d'eau.
Nous allons, pour simplifier, ne considérer que la vitesse moyenne sur une verticale; ceci peut
s'exprimer de la façon suivante :
U=
1
(η+h)

−h
η
u( z) dz 7.29
V=
1
(η+h)

−h
η
v( z) dz 7.30
Les profils de vitesse u(z) et v(z) peuvent être décrits en fonction des valeurs moyennes des vitesses
sur une section verticale :
u( z)=U
¦
1+ε
u
| 7.31
v( z )=V
¦
1+ε
v
| 7.32
Étant donné que les paramètres ε
u
et ε
v
représentent les variations de vitesse autour de la valeur
moyenne, on peut écrire que:
203
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre

−h
η
ε
u
( z )dz=

−h
η
ε
v
( z )dz=0 7.33
En introduisant les équations 7.29 à 7.33 dans le système d'équations, l'on obtient :
∂ HU
∂t
+

¦
UU 〈1+ε
u
2

|
∂x
+

¦
UV 〈1+ε
u
ε
v

|
∂ y
−fHV +gH
∂η
∂ x

1
ρ
(
τ
η x
−τ
(−h) x )
=0
7.34
∂ HV
∂t
+

¦
UV 〈1+ε
u
ε
v

|
∂x
+

¦
VV 〈1+ε
v
2

|
∂ y
+ fHU +gH
∂η
∂ y

1
ρ
(
τ
η y
−τ
(−h) y )
=0
7.35
∂η
∂t
+
∂ HU
∂ x
+
∂ HV
∂ y
=0 7.36
où :
H=η+h
Afin d'introduire une simplification supplémentaire, l'on considère que la distribution de vitesse dans
la direction des axes x et y est semblable, ce qui revient à écrire :
α H=〈1+ε
u
2
〉=〈1+ε
v
2
〉=〈1+ε
u
ε
v
〉 7.37
Les contraintes exercées sur le fluide en surface et sur le fond peuvent être exprimées. Pour les
contraintes de surface, l'absence de données nous oblige à ne pas en tenir compte.
Les contraintes sur le fond peuvent s'exprimer par l'utilisation de la formule de Chézy :
τ
zx

g
C
c
2
u √u
2
+v
2
7.38
τ
zy

g
C
c
2
v √u
2
+v
2
7.39
C
c
est le coefficient de Chézy.
Suivant ces dernières considérations, en donnant à α, le paramètre de distribution de vitesse de
Coriolis, une valeur unitaire et en ajoutant des contraintes de viscosité turbulente ν
t,
on peut
exprimer le système d'équations définissant le modèle mathématique bidimensionnel de la façon
suivante :
204
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
∂U
∂t
+U
∂U
∂x
+V
∂U
∂ y
− fV +g
∂η
∂ x
+g
U √U
2
+V
2
C
c
2
H

t

2
U 7.40
∂V
∂t
+U
∂V
∂ x
+V
∂V
∂ y
+ fU+g
∂η
∂ y
+g
V √U
2
+V
2
C
c
2
H

t

2
V 7.41
∂η
∂t
+
∂ HU
∂ x
+
∂ HV
∂ y
=0 7.42
7.3.6 Conditions aux limites
Les conditions aux limites à considérer sont les suivantes:
9) On peut connaître et imposer sur une frontière du domaine les composantes U et V de la
vitesse du courant ou la hauteur d'eau.
10) Sur d'autres frontières, il est possible d'imposer des contraintes qui sont
proportionnelles aux gradients de vitesse dans un fluide newtonien tel que l'eau.
Par conséquent, le traitement d'une frontière naturelle du domaine, une paroi imperméable par
exemple, pourra se faire de plusieurs façons:
1) Par une condition d'adhérence parfaite du fluide à la paroi, c'est-à-dire en imposant
U = V = 0 à la paroi.
2) Par une condition de glissement parfait, c'est-à-dire en imposant seulement une vitesse nulle
selon la normale à la paroi et en laissant la vitesse tangentielle totalement libre.
3) Par une situation intermédiaire où la vitesse normale est nulle, mais où une loi de frottement
est spécifiée sous forme d'une contrainte tangentielle, en général proportionnelle au carré de
l'intensité de la vitesse.
Comme on peut le constater, à partir de ce que l'on vient de développer, les variables du modèle sont
exprimées sous forme de vitesses de courant et de position de la surface libre et l'on ne voit pas
apparaître explicitement le débit normal à une frontière.
7.3.7 Formulation par la méthode des éléments finis
Sans enter dans les détails de la méthode des éléments finis, mentionnons que celle-ci est basée sur
une formulation intégrale du modèle mathématique à résoudre numériquement. De façon générale,
205
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
cette formulation nous est donnée par l'approche de la méthode des résidus pondérés et plus
particulièrement par la méthode de Galerkine en ce qui concerne les équations en mécanique des
fluides. Des variantes à cette méthode sont cependant nécessaires pour améliorer le comportement
des schémas numériques utilisé pour résoudre les opérateurs hyperboliques compris dans ces
équations. Nous détaillerons un peu plus loin cet aspect en démontrant "expérimentalement" la
nécessité de ces modifications.
La forme intégrale du modèle s'écrit donc à partir de l'application de la méthode de Galerkine aux
équations 7.40, 7.41 et 7.42:

D
δ U
¦
∂U
∂t
+U
∂U
∂ x
+V
∂U
∂ y
−fV +g
∂η
∂ x
+g
U √U
2
+V
2
C
c
2
H
−ν
t

2
U
|
dD=0 7.43

D
δ V
¦
∂V
∂t
+U
∂V
∂ x
+V
∂V
∂ y
+fU +g
∂η
∂ y
+g
V √U
2
+V
2
C
c
2
H
−ν
t

2
V
|
dD=0 7.44

D
δη
¦
∂η
∂t
+
∂ HU
∂ x
+
∂ HV
∂ y
|
dD=0 7.45
Les termes de l'intégrale contenant des opérateurs du second ordre sont intégrés par parties afin de
pouvoir réduire le degré de la fonction d'interpolation, les formes 7.43 et 7.44 deviennent donc:

D
(
δ U
¦
∂U
∂t
+U
∂U
∂ x
+V
∂U
∂ y
− fV +g
∂η
∂ x
+g
U √U
2
+V
2
C
c
2
H
|)
dD
+

ν
t
(
∂δ U
∂ x
∂U
∂ x
+
∂δ U
∂ y
∂U
∂ y
)
dD−

S
δ Uν
t
∂U
∂ n
ds=0
7.46

D
(
δ V
¦
∂V
∂t
+U
∂V
∂ x
+V
∂V
∂ y
+fU+g
∂η
∂ y
+g
V √U
2
+V
2
C
c
2
H
|)
dD
+

ν
t
(
∂δV
∂ x
∂V
∂ x
+
∂δV
∂ y
∂V
∂ y
)
dD−

S
δ V ν
t
∂V
∂n
ds=0
7.47
Afin de transformer le modèle intégro-différentiel en un système d'équations différentielles, il suffit
de remplacer les fonctions continues U, δ U, etc., par des fonctions paramétriques obtenues par
approximation nodale c'est-à-dire, utilisant comme paramètres les valeurs discrètes de la fonction
localisées en différents noeuds de l'élément.
206
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
Pour ce modèle, nous utiliserons des éléments triangulaires à six noeuds et des éléments
quadrilatéraux à neuf noeuds. Les valeurs nodales des composantes de la vitesse seront localisées
aux six ou aux neuf noeuds selon l'élément, cependant, pour éviter les oscillations de la position de
la surface libre, les valeurs nodales de cette dernière ne seront localisées qu'aux trois ou quatre
sommets. (Fig. 7.3)
Figure 7.3 - Éléments utilisés
Les fonctions d'approximation nodale seront basées sur une fonction polynomiale du second degré
pour les vitesses et elles seront linéaires pour les hauteurs d'eau.
Ainsi, on écrira:
U=〈 N 〉¦U¦
δ U=〈 N〉 ¦δ U¦
V=〈 N〉 ¦V ¦
δ V =〈 N 〉¦δ V ¦
η=〈 N〉 ¦η¦
δ η=〈 N〉 ¦δ η¦
Ceci nous permettra d'écrire les matrices et vecteurs élémentaires pour les assembler dans les
matrices et vecteurs globaux. Comme le problème est non-linéaire, nous utiliserons une méthode de
Newton-Raphson pour le linéariser. Ceci implique qu'il faille construire la matrice jacobienne (ou
tangente) du système en prenant la première variation des formes intégrales précédentes. Celles-ci
deviennent donc:
207
Triangle à 6 nœuds Quadrilatère à 9 nœuds
Q-9
T-6
U
V
η
U
V
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
ΔW
u
=

(
δ U
¦
∂ΔU
∂t
+U
∂ΔU
∂ x
+V
∂ΔU
∂ y
+
∂U
∂ x
ΔU+
∂U
∂ y
ΔV− f ΔV+g
∂Δη
∂ x
|)
dD
+

(
δ U
¦
g
C
c
2
(
√U
2
+V
2
H
ΔU+
1
H √U
2
+V
2
(U
2
ΔU+UV ΔV)−U
√U
2
+V
2
H
2
Δη
)
|)
dD
+

ν
t
(
∂δ U
∂x
∂ΔU
∂ x
+
∂δ U
∂ y
∂ ΔU
∂ y
)
dD
7.48
ΔW
v
=

(
δ V
¦
∂ΔV
∂t
+U
∂ΔV
∂ x
+V
∂ΔV
∂ y
+
∂V
∂ x
ΔU+
∂V
∂ y
ΔV+ f ΔU+g
∂Δη
∂ y
|)
dD
+

(
δ V
¦
g
C
c
2
(
√U
2
+V
2
H
ΔV+
1
H √U
2
+V
2
(V
2
ΔU+UV ΔU )−V
√U
2
+V
2
H
2
Δη
)
|)
dD
+

ν
t
(
∂δ V
∂ x
∂ΔV
∂ x
+
∂δ V
∂ y
∂ΔV
∂ y
)
dD
7.49
ΔW
η
=

δη
¦
∂Δη
∂t
+H
∂ΔU
∂ x
+H
∂ΔV
∂ y
+U
∂Δη
∂ x
+V
∂Δη
∂ y
+
∂ H
∂ x
ΔU+
∂ H
∂ y
ΔV+
(
∂U
∂ x
+
∂V
∂ y
)
Δη
|
dD=0
7.50
En introduisant les fonctions d'interpolation et en formulant les termes temporels par une méthode
d'Euler implicite, on obtient, après assemblage, le système algébrique suivant:
¦
M+Δt K
T
(
U
t +Δt
)|
i −1
¦ΔU¦
i
=
¦
¦ M |
¦
U
Δt
−U
t +Δt
¦
−Δt
¦ ¦
K
(
U
t +Δ t
)| ¦
U
t +Δt
¦
−¦ F¦

i −1
7.51
Le logiciel Matlab MATMEFL, décrit en annexe, est basé sur cette formulation.
208
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
ANNEXE A.
Aide-mémoire – Systèmes hydrauliques
Équations de base
Champs de vitesse et d'accélération
En tout point de l'espace tridimensionnel (x, y, z) le vecteur vitesse est défini par :
V=u(x , y , z , t )

i +v( x , y , z , t )

j +w(x , y , z , t )

k
Des champs de vitesses bi et unidimensionnels sont possibles en introduisant des hypothèses
simplificatrices pour réduire le nombre de composantes et le nombre de variables indépendantes.
Dans le cas bidimensionnel, on définit une ligne de courant
y= f (x)
par la relation :
d y
d x
=
v
u
ce qui implique que le vecteur vitesse le long d'une ligne de courant est parallèle à la pente de
cette ligne donc que le fluide ne peut traverser la ligne de courant. Le débit est donc constant entre deux
lignes de courants dans un écoulement permanent.
L'accélération est la dérivée totale de la vitesse : a=
d

V
d t
=a
x

i +a
y

j +a
z

k
En développant la dérivée totale en dérivées partielles, on obtient :
a
x
=
du
dt
=
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂ z
a
y
=
dv
dt
=
∂ v
∂t
+u
∂v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂ z
a
z
=
dw
dt
=
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂ w
∂ y
+w
∂w
∂ z
Déformations linéaire et angulaire
La déformation linéaire est une mesure du taux de changement de volume du fluide qui s'exprime en
fonction des vitesses par :
∂u
∂ x
+
∂v
∂ y
+
∂ w
∂ z
=∇⋅V=divV
Pour un fluide considéré comme incompressible comme l'eau, div V=0
209
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
La déformation angulaire est une mesure de la rotation des faces de l'élément de fluide les unes par
rapport aux autres. Le vecteur rotation s'écrit :
ω=ω
x

i +ω
y

j+ω
z

k=
1
2
curlV=
1
2
∇×V=
1
2


i

j

k

∂ x

∂ y

∂ z
u v w

Donc : ω
x
=
1
2
(
∂ w
∂ y

∂ v
∂ z
)
, ω
y
=
1
2
(
∂u
∂ z

∂w
∂ x
)
, ω
z
=
1
2
(
∂ v
∂ x

∂u
∂ y
)
la vorticité ζ est égale à 2u et si ζ =∇×V=0 , le champ de vitesse est irrotationnel.
Conservation de la masse
Sous forme différentielle, la conservation de la masse s'écrit :
∂ρ
∂t
+
∂( ρ u)
∂ x
+
∂( ρ v)
∂ y
+
∂( ρ w)
∂ z
=0 si
l'écoulement est permanent,
∂ρ
∂t
=0 et si le fluide est incompressible, ρ est constant, donc
∂u
∂ x
+
∂v
∂ y
+
∂w
∂ z
=0
Fonction de courant
Lorsqu'un écoulement a une inertie (quantité de mouvement) très faible, on peu calculer sont
comportement uniquement sur la base de la conservation de masse. Pour un écoulement permanent,
incompressible et irrotationnel et bidimensionnel, on définit la fonction de courant Ψ(x,y) comme un
champ scalaire dont les gradients définissent les composantes du champ de vitesse u=−
∂Ψ
∂y
et
v=
∂Ψ
∂ x
. En appliquant cette définition au principe de conservation de la masse
∂u
∂ x
+
∂v
∂ y
=0 , on
obtient −

∂ x
(
∂Ψ
∂ y
)
+

∂ y
(
∂Ψ
∂ x
)
=0 donc elle satisfait la conservation de la masse. La condition
d'irrotationnalité s'écrit
∂v
∂ x

∂u
∂ y
=0 , en introduisant u et v, il vient :

2
Ψ
∂x
2
+

2
Ψ
∂ y
2
=0 . La solution de
cette équation, accompagnée de conditions aux limites en termes de valeur de Ψ(x,y) connue sur une
partie du contour du domaine et en termes de dérivée par rapport à la normale à la frontière sur une
autre partie du contour du domaine, est possible analytiquement sur des domaines simples, autrement
on a recours à des méthodes numériques.
Fonction de potentiel
Pour définir la fonction de potentiel, on reprend la condition d'incompressibilité et on définit une
fonction Φ(x,y) telle que u=−
∂Φ
∂ x
et v=−
∂Φ
∂ y
. La condition d'irrotationalité est toujours satisfaite,
210
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
car

∂ y
(

∂Φ
∂x
)


∂ x
(

∂Φ
∂ y
)
=0 et la condition d'incompressibilité devient

2
Φ
∂ x
2
+

2
Φ
∂ y
2
=0 . La
méthode de solution est semblable au cas de la fonction de courant.
Conservation de la quantité de mouvement.
Équilibre des forces externes et internes (
F=ma
) , par unité de volume :
ρ g
x
+
∂σ
xx
∂ x
+
∂τ
xy
∂ y
+
∂τ
xz
∂z

(
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂z
)
ρ g
y
+
∂τ
yx
∂ x
+
∂σ
yy
∂ y
+
∂τ
yz
∂ z

(
∂v
∂t
+u
∂v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂ z
)
ρ g
z
+
∂τ
zx
∂ x
+
∂τ
zy
∂ y
+
∂σ
zz
∂ z

(
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂ y
+w
∂ w
∂ z
)
Équations d'Euler
Fluide non visqueux, −p=u
xx
=u
yy
=u
zz
, f
ij
=0 :
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂x
=g
x
∂v
∂t
+u
∂v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂v
∂z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
=g
y
∂w
∂t
+u
∂ w
∂ x
+v
∂ w
∂ y
+w
∂w
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂z
=g
z
Équations de Navier-Stokes
Fluide newtonien,
σ
xx
=−p+2 μ
∂u
∂ x
, σ
yy
=−p+2 μ
∂v
∂ y
, σ
zz
=−p+2 μ
∂w
∂ z
τ
xy

yx

(
∂u
∂ y
+
∂v
∂ x
)
, τ
yz

zy

(
∂v
∂ z
+
∂ w
∂ y
)
, τ
zx

xz

(
∂w
∂ x
+
∂u
∂z
)
:
∂u
∂t
+u
∂u
∂ x
+v
∂u
∂ y
+w
∂u
∂ z
+
1
ρ
∂ p
∂x
−ν
(

2
u
∂ x
2
+

2
u
∂ y
2
+

2
u
∂z
2
)
=g
x
∂v
∂t
+u
∂v
∂ x
+v
∂v
∂ y
+w
∂ v
∂z
+
1
ρ
∂ p
∂ y
−ν
(

2
v
∂ x
2
+

2
v
∂ y
2
+

2
v
∂ z
2
)
=g
y
∂w
∂t
+u
∂w
∂ x
+v
∂w
∂y
+w
∂w
∂z
+
1
ρ
∂ p
∂ z
−ν
(

2
w
∂ x
2
+

2
w
∂ y
2
+

2
w
∂ z
2
)
=g
z
Écoulement de Poiseuille
Hypothèses :

∂t
=0 ,
v=w=0
,
∂u
∂ x
=0 ,

∂ y
=0 ,
g
x
=g
y
=0
et
g
z
=−g
211
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
Les équations de Navier-Stokes se réduisent à :
1
ρ
∂ p
∂ x
−ν

2
u
∂z
2
=0 et
1
ρ
∂ p
∂z
=−g
De la seconde, on tire la distribution verticale de pression hydrostatique : p( x , z)=−ρ g z+p
0
( x ) .
En intégrant la première avec un gradient de pression constant :
1
ρ
∂ p
∂ x
=g S , on obtient la distribution
verticale de vitesse :

2
u
∂ z
2
=
gS
ν

∂u
∂ z
=
gS
ν
z+C
1
⇒u( z)=
gS

z
2
+C
1
z+C
2
Écoulement de Couette
C'est un cas particulier de Poiseuille en posant le gradient de pression égal à zéro. La distribution de
vitesse devient alors : u( z)=C
1
z+C
2
Écoulement en charge
Les écoulements en conduites sont généralement turbulents pour Re=VD/ν>4000 . Ce phénomène
est complexe et entraîne une perte d'énergie cinétique que l'on évalue grâce à un coefficient global de
frottement.
Ce coefficient, fonction de Re et de la rugosité relative ε/D, ce détermine graphiquement sur le
diagramme de Moody.
La perte de charge par frottement dans une conduite de longueur L, de diamètre D et de frottement f,
s'écrit:
h=
f L
D
V
2
2 g
sachant que Q = AV et A=πD
2
/4, cette relation s'écrit :
h=
8 f L
π
2
g D
5
Q
2
=RQ
2
Les obstacles dans un système engendrent des pertes de charge locales ou singulières, que l'on
détermine grâce à un coefficient K déterminé expérimentalement. La perte s'écrit :
h=K
V
2
2 g
ou, en fonction du débit,
h=
8 K
π
2
g D
4
Q
2
=RQ
2
si plusieurs vitesses sont impliquées dans un obstacle, on se référera à un schéma, en considérant le
sens de l'écoulement, pour choisir le bon coefficient.
Ces pertes sont incorporées dans une expression de conservation de l'énergie (équation de Bernoulli) le
long d'un parcours du fluide :
(
p
γ
+z+
V
2
2 g
)
début du parcours
=
(
p
γ
+z+
V
2
2 g
)
fin du parcours
+h
pertes
−h
gains
Un gain est souvent produit par une pompe dont le fonctionnement est exprimé par une courbe h = f(Q)
donnée par le fabricant que l'on simplifiera par une expression du type h
p
=h
0
+aQ
2
.
Lien entre le débit et la perte de charge dans un tronçon i s'écrit :
h
i
=R
i
Q
i
2
avec :
212
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
R
i
=
8
π
2
g D
4
(
1

sortie à l'air libre
+

C
Li

pertes locales
+

f
i
L
i
D
i

frottement
)
En règle générale toute analyse d'un système de conduites devra satisfaire les deux principes suivants :
• l'énergie est conservée conservée le long d'un parcours ( équation de Bernoulli avec pertes et
gains)
• la masse est conservée partout (équation de continuité si ρ = constante, la somme des débits
entrants et sortants est nulle)
Systèmes complexes
Voici les définitions et les règles à appliquer à l’analyse d’un circuit hydraulique :
1. Dans un circuit hydraulique, les points de jonction sont appelés NŒUDS.
2. On établit des liens entre les différentes charges connues dans le circuit (niveau de réservoir) de
façon à pouvoir exprimer une différence de charge sur ces liens. Si R est le nombre de
réservoirs, le nombre de liens sera R-1.
3. On définit comme MAILLES, les circuits fermés du système, y compris ceux formés par les
liens entre les réservoirs
4. On écrit pour chaque nœud, la continuité des débits en tenant compte du signe des débits aux
noeuds :

N=i , j , k …
ε
N
Q
N
=0
N est le numéro des débits connectés à un nœud et ε
N
représente le signe du
débit et vaut -1 ou 1. La convention de signe peut être :
et doit être conservée pour tous les nœuds.
5. Pour chaque maille, on exprime la conservation de l’énergie en faisant la somme algébrique
(positif dans le sens du débit et négatif en sens inverse) tel que :

M=i , j , k …
ε
M
ΔH
M
=0
M est le numéro des débits le long du parcours de la maille et ε
M
représente le signe du débit et vaut -1 ou 1.La convention de signe peut être :
213
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
et doit être conservée pour toutes les mailles.
6. Dans les équations de mailles, on remplace les pertes de charge par une fonction du débit, pour
les conduites, on écrit :
ΔH
i
=R
i
Q
i
2
=R
i
∣Q
0i
∣Q
i
7. On vérifie que l’on a autant d’inconnues que d’équations. Si on a trop d’équations, en général,
c’est qu’il y a une équation de continuité redondante. Il suffit d’en éliminer une.
8. On applique une méthode de résolution itérative.
214
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
EXEMPLE :
Continuité des débits aux nœuds :
Nœuds Équations
A
Q
A
−Q
1
−Q
2
=0
B
Q
1
−Q
3
−Q
4
=0
C
Q
2
+Q
3
−Q
5
=0
D
Q
4
+Q
5
−Q
D
=0
Équilibre des pertes de charge sur les mailles :
Mailles Équations
I −A H
1
+A H
2
−A H
3
=0
II A H
3
−A H
4
+A H
5
=0
III
A H
1
+A H
4

(
H
A
−H
D
)
=0
Les équations sur les mailles peuvent s’écrire en fonction du débit en introduisant la relation qui relie le
débit à la perte de charge :
Mailles Équations Forme linéarisée
I −R
1
Q
1
2
+R
2
Q
2
2
−R
3
Q
3
2
=0 −R
1

Q
01

Q
1
+R
2

Q
02

Q
2
−R
3

Q
03

Q
3
=0
II R
3
Q
3
2
−R
4
Q
4
2
+R
5
Q
5
2
=0 R
3

Q
03

Q
3
−R
4

Q
04

Q
4
+R
5

Q
05

Q
5
=0
III R
1
Q
1
2
+R
4
Q
4
2

(
H
A
−H
D
)
=0 R
1

Q
01

Q
1
+R
4

Q
04

Q
4

(
H
A
−H
D
)
=0
Où les Q
0i
sont les valeurs de départ du débit pour démarrer le calcul itératif. Ici nous avons 7
inconnues et 7 équations. La forme matricielle s'écrit :
215
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
¦
1 −1 −1 0 0 0 0
0 1 0 −1 −1 0 0
0 0 1 1 0 −1 0
0 0 0 0 1 1 −1
0 −R
1
∣Q
01
∣ R
2
∣Q
02
∣ −R
3
∣Q
03
∣ 0 0 0
0 0 0 R
3
∣Q
03
∣ −R
4
∣Q
04
∣ R
5
∣Q
05
∣ 0
0 R
1
∣Q
01
∣ 0 0 R
4
∣Q
04
∣ 0 0

Q
A
Q
1
Q
2
Q
3
Q
5
Q
5
Q
D
¦
=
¦
0
0
0
0
0
0
H
A
−H
D
¦
Pompes
Deux paramètres hydrauliques principaux sont en jeux :
• La hauteur d'élévation
• Le débit
Courbe de pompe : h
p
=h
0
+BQ+CQ
2
avec h
p
: Hauteur d’élévation, h
0
: Hauteur de coupure,
B : Coefficient, C : Coefficient.
Courbe des pertes de charge :
h=h
s
+

i
h
i
( Q)
avec h
s
:Hauteur statique, h :Charge totale à relever
en fonction du débit, h
i
: Pertes de charge par frottement et locales, Q : Débit.
Point de fonctionnement : le débit s'ajuste de telle sorte que la hauteur d'élévation et la charge totale à
relever soient égales
h
p
=h
. Cela revient à résoudre pour Q l'expression suivante :
h
0
+BQ+CQ
2
=h
s
+

i
h
i
(Q)
Introduction d'une pompe dans un système complexe : Une pompe est considérée comme une perte de
charge négative, car elle représente un gain de charge.
Rendement d'une pompe : le point de fonctionnement habituel doit se trouver dans une région de
rendement maximum pour garantir l'efficacité énergétique de la pompe. Le rendement est défini par le
rapport de la puissance hydraulique sur la puissance fournie (mécanique) :
n=
P
hydraulique
P
mécanique
avec
P
hydraulique
=γ Qh
avec γ : poids volumique, Q : débit et h : hauteur d'élévation.
Vitesse de rotation : La vitesse de rotation influence les paramètres suivants :
• Le débit est proportionnel à la vitesse de rotation,
• les hauteurs varient comme le carré de la vitesse de rotation,
• la puissance varie comme le cube de la vitesse de rotation et
• le rendement est indépendant de la vitesse de rotation.
Vitesse spécifique : La vitesse spécifique sert à comparer, classifier et choisir les pompes, elle s'écrit
sous forme adimensionnelle :
216
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
N=ω
√Q
( g H )
3/ 4
avec ω : vitesse de rotation, Q : débit et H : hauteur d'élévation.
N

< 1,5 : pompes radiales, 1,5 < N

< 3 : pompes mixtes, N

> 3 : pompes axiales
La vitesse spécifique est toujours calculée au point de rendement maximum.
Limite d'aspiration : La hauteur nette d'aspiration (NPSH, en anglais) est définie par :
H
0
=
p
0
−p
v
γ
+H
a
avec p
0
est la pression atmosphérique, p
v
, la pression de vapeur (=1,77 kPa abs à
15,6°C, 99,53 kPa rel.) et H
a
, la charge totale à l'aspiration par rapport à l'altitude z
a
de la pompe :
H
a
=
p
a
γ
+
V
a
2
2 g
. La valeur obtenue doit être comparée à la valeur limite fournie par le manufacturier de
la pompe
Stations de pompage :
En parallèle, la hauteur d'élévation est la même pour toutes les pompes et le débit total est égal à la
somme du débit de chaque pompe.
Dans le cas où le gain de charge d'une pompe est plus faible que les autres, cette pompe ne doit pas
contribuer au débit tant que la charge du point de fonctionnement est supérieure à ce gain de charge.
En série, le débit est le même pour toutes les pompes et la hauteur d'élévation totale est égale à la
somme de la hauteur d'élévation de chaque pompe.
Si le débit passant par une pompe du groupe correspond à un gain négatif sur la courbe, cette pompe
doit être arrêtée.
Turbines
Les turbines convertissent l'énergie hydraulique en énergie mécanique.
Elles sont considérées comme des pertes de charge (extraction d'énergie dans les systèmes hydrauliques
complexes.
La vitesse spécifique permet de les classifier : N ' =
.
˙
W
arbre
/ p
( g h
T
)
3/ 4
où W'
arbre
: puissance sur l'arbre de
rotation, ω : vitesse de rotation, ρ : la masse volumique, g : la gravité, et h
T
: la hauteur nette turbinée.
Transitoires hydrauliques
• Onde élastique
◦ Célérité :
1
C
2

(
1
e
+
D
sE
)
◦ Temps maximal de fermeture brusque : t ≤
2 L
C
217
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
◦ Dépression ou surpression maximale en fermeture brusque : Ah=
!C
g

V−V
0

◦ Dépression ou surpression maximale en fermeture non brusque de période ∆t :
Ah=!
L
g

V−V
0

At
◦ signe de la variation de pression :
Position de la vanne Manipulation Signe de la variation de
pression
Amont de la conduite
ouverture + (surpression)
fermeture - (dépression)
Aval de la conduite
ouverture - (dépression)
fermeture + (surpression)
• Onde d'oscillation en masse
◦ Période d'oscillation : T =2π
D
c
D √
L
g
◦ Amplitude maximale : z'
0
=V
0
D
D
c
.
L
g
◦ Célérité :
C=
1
2 π
D
D
c
√g L
• Remarques importantes :
◦ Dans tous les cas, l'état initial doit être calculé pour connaître les vitesses initiales.
◦ Les variations de pression doivent être ajoutées, en gardant le signe, à la pression statique
(pression au niveau de la vanne fermée lorsque le débit est nul.
◦ La pression résultante (en pression relative) ne peut être inférieure à -10,25 m d'eau à cause
du phénomène de rupture de la colonne d'eau. En valeur absolue, cette pression minimale
correspond à la pression de vapeur saturante du liquide soit environ 0,08 m d'eau.
• Moyens de protection :
◦ Volant d'inertie : allonge le temps de fermeture d'une pompe.
◦ Chambre ou cheminée d'équilibre : transforme l'énergie cinétique en énergie potentielle.
Utilisée pour les très grosses installations hydrauliques (barrages...)
◦ Réservoir d'air : joue un rôle d'amortisseur, utilisé sur les pompes de distribution d'eau
potable.
◦ Soupape de décharge : s'ouvre en cas de surpression en laissant échapper de l'eau, moyen
218
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
peu couteux, bonne protection contre les surpressions, mais il faut diriger l'eau échappée.
◦ Soupape d'admission et de purge d'air : permet d'éviter la cavitation par ingestion d'air et
d'amortir la fermeture de la cavité de gaz en contrôlant l'échappement d'air. S'utilise sur les
points hauts des conduites de refoulement.
Écoulement à surface libre
Les écoulements à surface libre sont des écoulements qui s’écoulent sous l’effet de la gravité et du
frottement en étant en contact partiellement avec un contenant et avec l’air dont la pression est
généralement nulle à la surface libre.
Classification
• permanent, non permanent : sans ou avec variation des paramètres par rapport au temps.
• uniforme, non uniforme : sans ou avec variation des paramètres le long de la ligne de courant.
• graduellement ou brusquement varié : non-uniformité graduelle ou brusque.
Écoulement permanent uniforme
Écoulement de référence sans variations temporelle et spatiale.
En régime laminaire (R
e
< 500) pour un écoulement infiniment large d'épaisseur h et de pente S de la
surface libre : V=
g h
2
S

En régime turbulent, on doit avoir recours à un coefficient empirique représentant les effets du
frottement :
• équation d'écoulement de Chézy : V =C
.
R
h
S avec R
h
le rayon hydraulique
• équation d'écoulement de Manning :
V =
α
n
R
h
2/3
S
1/ 2
avec α=1m
1/ 3
/s ou α=1,486 pi
1/3
/sec
En posant
Q=AV
, on peut écrire ces relations pour calculer le débit.
Section d'écoulement
Définitions :
219
T
P
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
• A : aire de la section d'écoulement.
• T : largeur au miroir, la partie du périmètre de la section qui appartient à la surface libre.
• P : périmètre mouillé, la partie du périmètre de la section qui appartient à la paroi solide d'un
canal.
• R
h
: rayon hydraulique, le rapport de l'aire de la section d'écoulement sur le périmètre mouillé,
R
h
=A/ P
Tableau 4.2 – Quelques sections simples
Géométrie Périmètre mouillé Aire de la section
Largeur au
miroir
P=2 y
n
+b A=b y
n
T=b
P=2 y
n
.1+m
2
+b A=b y
n
+m y
n
2
T=b+2m y
n
P=D
θ
2
A=
D
2
8
(θ−sinθ ) ,
θ=2 arccos
(
1−
2 y
n
D
)
T =Dsin
(
θ
2
)
P=y
n
(1+
.
1+m
2
) A=
m y
n
2
2
T=m y
n
Écoulement critique
La hauteur d'écoulement critique y
c
est la hauteur d'écoulement qui correspond au minimum d'énergie
spécifique E=y+
V
2
2 g
pour un débit donné. Cette condition est obtenue si
Q
2
g
=
A( y
c
)
3
T ( y
c
)
ou, de façon
équivalente, si le nombre de Froude
F
r
=
V
.
g D
=1
avec D=A/ T .
220
y
n
b
m
y
n
b
1
D
θ
y
n
m
y
n
1
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
En introduisant la valeur de yc dans une équation d'écoulement permanent uniforme, obtient la pente
pour laquelle un débit donné provoque un écoulement critique, avec Manning : S
c
=
n
2
Q
2
α
2
A
2
R
4/ 3
.
Pour un canal à section rectangulaire de largeur b : y
c
=
(
Q
2
g b
2
)
1/ 3
Hauteur normale
La hauteur normale est la hauteur d'écoulement pour un débit donné avec une pente donnée. Son calcul
consiste à trouver la racine valide de la résolution d'une équation d'écoulement en fonction de la
hauteur d'eau :
F( y
n
)=Q−
α
n
A( y
n
)( R
h
( y
n
))
2/ 3
S
1/ 2
=0
Simplification pour les canaux rectangulaires larges
Si y<<b (
y/ b=1/ 20
, par exemple), on prendre uniquement la largeur du canal comme périmètre
mouillé, cela revient à poser
R
h
=y
, donc l'équation précédente se simplifie à :
F( y
n
)=Q−
α b
n
(
y
n
)
5/3
S
1/2
=0 d'où
y
n
=
(
nQ
α b S
1/2
)
3/5
Écoulement graduellement varié
Les écoulements graduellement variés sont des écoulements dont la pente n'est plus parallèle au fond
donc qui ne sont plus uniformes. Cependant, la non-uniformité s'applique sur des distances assez
longues si bien que les variations sont graduelles.
Les lignes d'eau associées à ces changements graduels se nomment « courbes de remous ». À partir de
l'application de l'équation de Bernoulli, on exprime la variation de la hauteur d'eau y par rapport à la
distance x :
dy
dx
=
S
0
−S
f
(
1−
Q
2
T
gA
3
)
avec S
0
, la pente du fond, S
f
, la pente de frottement (localement la surface
libre)
On distingue deux grandes classes de courbe de remous : les courbes M à faible pente pour y
n
> y
c
ou S
à forte pente pour y
n
< y
c
. Les formes typiques sont illustrées sur les figures suivantes :
221
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
Courbes M
Courbes S
Les courbes M donnent lieu à plusieurs cas particuliers :
• Les courbes C (critique) où la hauteur normale est confondue avec la hauteur critique, il ne
reste que C1 et C3.
• Les courbes H (horizontal) où la hauteur normale est infinie, il ne reste que H2 et H3.
• Les courbes A (adverse : contre pente) où la hauteur normale est infinie, il ne reste que A2 et
A3.
Méthode de calcul pour les canaux régulier (Direct Step Method)
Cette est applicable pour les canaux à section constante. Elle consiste à calculer l'incrément de distance
dx à partir d'un incrément de hauteur dy en se basant sur l'expression de dy/dx donnée plus haut. Après
222
M1
M2
M3
y critique
y normal
fond
zone 1 : y > y
n
zone 2 : y
c
< y < y
n
zone 3 : y < y
c
Les flèches indiquent le sens du calcul.
AMONT
AVAL
S1
S2
S3
y critique
y normal
fond
zone 1 : y > y
n
zone 2 : y
n
< y < y
c
z
o
n
e
3
: y
<
y
n
Les flèches indiquent le sens du calcul.
AMONT
AVAL
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
simplification l'incrément discret de distance s'écrit : A x=
E
2
−E
1
S
0

¯
S
f
avec
E
i
=y
i
+
Q
2
2 gA
i
2
et
¯
S
f
=
(
S
f
1
+S
f
2
)
/ 2
.
Procédure à suivre :
1. Déterminer y
c
, y
n
et la valeur et la position x
1
(amont ou aval) de y
1
connue. Pour cette valeur,
calculer E
1
2. Calculer l'incrément de hauteur Δy en divisant la différence de hauteur entre la valeur connue et
une des valeurs de référence ( y
c
ou y
n
) par le nombre N de pas intermédiaires.
3. Calculer y
2
= y
1
+ Δy, puis E
2
et S
f
.
4. Calculer A x=
E
2
−E
1
S
0

¯
S
f
puis x
2
= x
1
+ Δx.
5. Calculer la position suivante en posant x
1
= x
2
et y
1
= y
2
puis retourner à l'étape 3 tant que le
nombre d'intervalles N n'est pas atteint.
Écoulement brusquement varié – ressaut hydraulique
• Le ressaut se produit lorsqu'un écoulement passe du régime torrentiel au régime fluvial.
• La hauteur conjuguée est la hauteur d'eau qui correspond à la hauteur fluviale du ressaut, pour
un canal rectangulaire, elle se calcule par : y
2
=
y
1
2
(
−1+
.
1+8 F
r1
2
)
(1 : section torrentielle, 2 :
section fluviale).
• La position du ressaut se trouve à l'intersection de la courbe conjuguée d'une courbe torrentielle
avec une courbe fluviale.
• La perte de charge causée par le ressaut peut se calculer avec l'équation de Bernoulli :
A H
1−2
=
(
Q
2
2 gA
1
2
+y
1
+z
1
)

(
Q
2
2 gA
2
2
+y
2
+z
2
)
Singularités dans les canaux
Seuils
Les seuils sont des obstacles que l'écoulement franchit en passant par le dessus. La relation qui relie le
débit au niveau d'eau y au-dessus du seuil s'écrit sous la forme générale suivante
Q=K
s
√2g L
s (
y−H
s )
3/ 2
avec K
s
: un coefficient, L
s
: la largeur du seuil et H
s
: la hauteur de l'obstacle.
Vannes-orifices
Les vannes-orifices sont des obstacles que l,'écoulement franchit par une ouverture située près du radier
du canal. La relation qui relie le débit aux niveaux d'eau y
1
à l'amont et y
2
à l'aval de la vanne s'écrit
sous la forme générale suivante Q=C
c
A

2 g
(
y
1
−y
2)
avec le coefficient de contraction C
c
=y
2
/ h
v

223
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
où h
v
: la hauteur d'ouverture de la vanne et A : l'aire de l'ouverture.
Transitions
Les transitions sont des changements de géométrie (élargissement, rétrécissement, surélévation ou
abaissement du fond...) sur des distances relativement courtes. On utilise l'équation de Bernoulli pour
prédire la nouvelle hauteur d'eau provoquée par la transition :
y
1
+z
1
+
V
1
2
2 g
=y
2
+z
2
+
V
2
2
2 g
+Δ H avec
ΔH=
S
f1
+S
f2
2 g
Δx+
K
L
∣V
1
2
−V
2
2

2 g
Écoulements non permanents à surface libre
La manipulation de vannes dans un écoulement à surface libre peut provoquer des variations
temporelles rapides de débit qui provoquent des abaissements ou élévations Δh de niveau d'eau h qui se
propagent le long du canal avec une célérité C (vitesse de la déformation du plan d'eau). C'est ce que
l'on appelle des intumescences.
Si Δh/h est petit, C=√g h autrement,
C=U!√g h

1+
3 Δh
2h
+
1
2
(
Δh
h
)
2
.
La hauteur d'intumescence Δ h se calcule sachant que
ΔQ
ΔA
=C
et que Δ A est une fonction de Δ h
( Δ A=b Δh pour un canal rectangulaire)
Les types d'intumescence sont :
• Positive d'aval : élévation en provenance de l'aval
• Négative d'amont : abaissement en provenance de l'amont
• Positive d'amont : élévation en provenance de l'amont
• Négative d'aval : abaissement en provenance de l'aval
Systèmes mixtes
Les systèmes mixtes sont des systèmes dans lesquels on peut trouver des écoulements en charge et des
écoulements à surface libre.
L'approche générale de résolution consiste à :
• Découper le système en sous problèmes partageant entre eux des variables communes
• Résoudre séparément les sous problèmes en posant des valeurs approximatives plausibles pour
faire la première estimation des paramètres inconnus.
• Choisir des relations appropriées, respectant la conservation de l'énergie et de la masse pour
constituer un ensemble d'équations dont le nombre est égal au nombre de paramètres inconnus.
• Procéder par itérations de façon à ce que les valeurs estimées se rapproche des valeurs
calculées
224
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert
Modélisation des écoulements permanent à surface libre
En faisant l'hypothèse d'un écoulement permanent graduellement varié et fluvial, nous pouvons utiliser
la méthode des différences finies pour calculer la ligne d'eau dans le cas où la largeur et la position du
fond d'un canal à section rectangulaire soient graduellement variables.
Entre deux sections 1 et 2 distante de Δ x nous écrivons l'équation de Bernoulli
y
1
+z
1
+
V
1
2
2 g
=y
2
+z
2
+
V
2
2
2 g
+Δ H en considérant que la perte Δ H est provoquée par le frottement, on
l'évalue au moyen de l'équation de Manning en posant
Δ H=
̄
S
f
Δx
. Le débit Q est constant donc
V
i
2
2 g
=
Q
2
2 g(b
i
y
i
)
2
=
y
ci
3
2 y
i
2
, finalement, en connaissant la valeur aval de la hauteur d'eau y
2
, on détermine
par un processus itératif, la valeur de y
1
avec la formule :
y
1
+
y
c1
3
2 y
1
2
=y
2
+
y
c3
3
2 y
2
2
+(
̄
S
f
−S
0
)Δx

S
0
=−( z
2
−z
1
)/ Δ x
Constantes physiques
Voici quelques constantes physiques relatives à l'eau à utiliser lors des examens :
Masse volumique ρ 1000 kg/m
3
Poids volumique γ 9807 N/m
3
Viscosité dynamique μ 1×10
-3
N s/m
2
Viscosité cinématique ν 1×10
-6
m
2
/s
Pression de vapeur p
v
2,3×10
3
N/m
2
Module d'élasticité e 2,05×10
9
N/m
2
225
ANNEXE B
Alphabet grec utilisé comme symboles
scientifiques
Minuscule Majuscule Prononciation Exemples d'utilisation
α Α alpha accélération radiale
β Β bêta angle
γ Γ gamma poids volumique
δ Δ delta épaisseur de couche limite
ε, ϵ Ε epsilon rugosité
ζ Ζ dzêta vorticité
η Η êta viscosité turbulente
θ Θ thêta angle
ι Ι iota
κ Κ kappa
λ Λ lambda constante de von Kármán
μ Μ mu viscosité dynamique
ν Ν nu viscosité cinématique
ξ Ξ xi
ο Ο omicron
π Π pi rapport circonférence diamètre
ρ Ρ rhô masse volumique
σ, ς Σ sigma contrainte axiale
τ Τ tau contrainte tangentielle
υ Υ upsilon
ϕ, φ Φ phi angle, fonction de potentiel
χ Χ khi
ψ Ψ psi fonction de courant
ω Ω oméga vitesse de rotation
Systèmes hydrauliques - Jean-Loup Robert La modélisation des écoulements à surface libre
227