Marie-Arlette CARLOTTI

Un an d’action au service de la solidarité

Ministère délégué en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion

1

INTRODUCTION
Ce compte-rendu d’un an d’action en faveur des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion s’inscrit dans le cadre de la méthode choisie par Marie-Arlette Carlotti : concertation, mobilisation collective et transparence. Tous les acteurs du handicap et de la lutte contre l’exclusion reçoivent déjà régulièrement la lettre « Solidarité(s) » qui les informe de l’avancée des chantiers lancés par la Ministre. Impliquer les citoyens, les associations, les élus, les partenaires sociaux, mais aussi et surtout les usagers est pour elle une priorité. La grande conférence de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, tout comme l’élaboration, le suivi et la mise en oeuvre du troisième plan autisme en témoignent. Dès son arrivée à la tête du ministère, Marie-Arlette Carlotti a tenu à rencontrer l’ensemble des responsables des grandes associations du handicap et de la lutte contre l’exclusion. La Ministre a construit avec les corps intermédiaires une relation de confiance. C’est cette relation de confiance qui l’amène à présenter ce compte-rendu d’un an de travail au service de la solidarité.

2

SOMMAIRE EDITORIAL PERSONNES EN SITUATION DE HANDICAP
Un volet handicap dans chaque projet de loi : un engagement tenu..................................... 7 Un budget en hausse : le redressement dans la solidarité ................................................... 7 L’éducation : vers une école ouverte à tous ......................................................................... 8 L’emploi : une priorité nationale............................................................................................ 8 L’accessibilité : le devoir de transparence .......................................................................... 10 Un troisième plan autisme : rattraper le retard.................................................................... 12 Les personnes handicapées vieillissantes : accompagner tout au long de la vie ................ 14 L’accès aux soins des personnes handicapées : l’égalité devant la santé .......................... 14 La bientraitance des personnes handicapées : les mêmes droits pour tous les citoyens .... 15 L’aide à domicile : un enjeu d’avenir .................................................................................. 15 Les handicaps rares : vers un suivi personnalisé ............................................................... 15 La pratique du sport : changer de regard sur le handicap................................................... 16 Le Comité Interministériel du Handicap : une mobilisation générale ................................... 17

LUTTE CONTRE L’EXCLUSION
Une méthode : la participation et la concertation ................................................................ 19 Une grande conférence et un plan pluriannuel de lutte contre la pauvret é et pour l’inclusion sociale................................................................................................................................ 20 Un tour de France de la solidarité : mobiliser dans les territoires........................................ 22 L'accès aux droits : mieux prévenir les ruptures ................................................................. 22 L’accès aux soins : l’égalité devant la santé ....................................................................... 23 L'aide alimentaire : un maillon de la solidarité nationale et européenne ............................. 23 Les aides sociales : simplification et justice ........................................................................ 24 Le travail social : refonder pour conforter ........................................................................... 25

LES GRANDS CHANTIERS A VENIR

3

EDITORIAL

«

La confiance que m’accordent le Président de la République et le Premier ministre est une fierté et une responsabilité. Cette responsabilité m’oblige à la transparence de mon action devant les citoyens.

Je veux répondre à cette exigence fondamentale en donnant les moyens aux Français de juger de l’efficacité de mon travail et de l’intégrité avec laquelle j’accomplis ma mission. Je livre aujourd’hui le compte-rendu d’une première année de travail. Elle fut une année marquée par la volonté politique du Gouvernement de sortir de la crise dans la justice et dans la cohésion. Nous refusons de transmettre une fois de plus le fardeau de la dette aux générations futures. L’impératif de redressement de nos comptes publics ne se fait p as au détriment des personnes démunies ou vulnérables, de celles qui ont le plus besoin de la solidarité nationale. Mon action a été guidée par une ambition commune à l’intégration des personnes handicapées et à la lutte contre l’exclusion : faire de notre société une société plus solidaire, plus respectueuse et plus démocratique. Une société plus solidaire, car la vie fait parfois que, de manière passagère ou plus durable, nous ayons particulièrement besoin les uns des autres. Les personnes handicapées et les personnes démunies connaissent une situation inhabituelle de dépendance. Répondre à cette dépendance, c’est rappeler que nous formons une seule et même communauté, celle qui fait l’identité et la grandeur de la nation française : la République. Une société plus respectueuse, car nous devons reconnaître nos différences sans les craindre. Nous devons avoir la conscience à la fois que nous sommes unis, que nous sommes engagés par un même destin, et en même temps que la singularité de chacun doit être respectée et valorisée. Je veux que notre société change de regard car les personnes handicapées comme les personnes démunies souffrent aussi de cela : du regard des autres, de leur malaise, ou de leur défiance face à l’altérité, face à ce qui semble étrange parce qu’étranger. Une société plus démocratique enfin, car je suis persuadée que la construction d’un monde commun, que la recherche de l’égalité, passe désormais par une plus grande attention à la parole de chacun. Je veux tant que possible faire place aux parcours de vie, je veux tant que possible que la solidarité se conjugue à l’attention à autrui, à un accompagnement soucieux de la personne, de l’humain. A cette ambition commune, viennent s’ajouter des objectifs spécifiques à chacun des deux champs dont j’ai la charge. Pour la politique du handicap, l’objectif principal est l’accessibilité universelle. L’idée que tout le monde doit avoir accès à tout : chacun doit pouvoir se déplacer, s’instruire, communiquer, travailler, exercer son rôle de citoyen… sans jamais être empêché par un environnement hostile. Il s’agit donc de permettre aux personnes handicapées de vivre tant que possible une vie ordinaire tout en tenant compte de leur situation particulière à laquelle il faut apporter des réponses adéquates.

4

Pour ce qui est de la lutte contre l’exclusion, l’objectif premier c’est l’accès aux droits et son corollaire la chasse au non-recours. Un droit doit être effectif sinon il cesse d’être un droit. Quand environ 65% des personnes éligibles à l’ACS, mais aussi 68% de celles éligibles au RSA activité, ne le demandent pas, il devient urgent d’agir. Un tel dysfonctionnement est contradictoire avec le principe républicain d’égalité devant le droit. Nous rétablirons la justice en permettant aux personnes qui ont un droit d’y accéder. Ces principes généraux et ces objectifs spécifiques donnent sa cohérence à l’action politique. Celle-ci se déploie dans un contexte en perpétuel mouvement, avec des contingences, des urgences qui viennent se superposer, se bousculer. Il est primordial de gouverner avec des principes même si la réalité de l’exercice du pouvoir est une pratique au jour le jour, une pratique pragmatique. J’ai souhaité rendre compte de cette réalité en présentant une année d’action au service de la solidarité 2012-2013. »

5

un an d’action au service des personnes en situation de handicap

6

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap

1. Un volet handicap dans chaque projet de loi : un engagement tenu
Le Premier ministre a tenu l’engagement 32 du Projet de François Hollande en adressant le 4 septembre 2012 à l’ensemble des ministres une circulaire destinée à garantir la prise en compte du handicap dans chaque projet de loi. Marie-Arlette Carlotti veille à l’application de cette circulaire. Les emplois d’avenir, les contrats de génération ou encore la grande loi de refondation de l’école ont intégré la question du handicap.

Marie-Arlette Carlotti à la tribune de l'Assemblée Nationale

2. Un budget en hausse : le redressement dans la
solidarité
Le Gouvernement a fait le choix de la solidarité vis-à-vis des plus fragiles d’entre nous. Dans un contexte budgétaire contraint, le budget 2013 consacré au handicap a augmenté de +6,3% au titre du projet de loi de finances et de +3,3% sur le financement de la sécurité sociale. Les sommes attribuées aux Etablissements et services d’aide par le tr avail (ESAT) ainsi qu’aux maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ont été consolidées.

7

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap

3. L’éducation : vers une école ouverte à tous
 Une action rapide en faveur des enfants
Dès la rentrée scolaire 2012, 1500 postes d’auxiliaires de vie scolaire ont été créés avec le Ministre de l’Education Nationale.

 Professionnalisation des accompagnants
Les ministres Marie-Arlette Carlotti et George Pau-Langevin ont lancé le 16 octobre 2012 un groupe de travail sur la professionnalisation des accompagnants. Elles en ont confié la présidence à Pénélope Komites. Le rattachement aux deux ministères permet de proposer une action globale, en vue d’une continuité du parcours des enfants et des adolescents à l’école, dans leur vie sociale et vers l’insertion professionnelle. Pour Marie-Arlette Carlotti : « Toutes les dimensions de l’accompagnant sont importantes, dans la classe et hors de la classe ; son rôle sera aussi de prendre en compte la singularité de chaque enfant pour l’aider à vivre comme tous les autres enfants ».

 La loi de refondation de l'Ecole de la République
En collaboration étroite avec le Ministre de l’Education Nationale, Marie-Arlette Carlotti a œuvré pour que la loi de refondation de l'Ecole de la République prenne en compte le rôle de l'école inclusive et la mission de scolarisation des élèves en situation de handicap. Vincent Peillon l'a d'ailleurs souligné lors de son intervention à l’Assemblée Nationale.

4. L’emploi : une priorité nationale
 Le respect des 6%
Le respect des 6% de salariés en situation de handicap dans chaque entreprise et chaque administration est une priorité. Une négociation interprofessionelle se tiendra au dernier trimestre 2013 et viendra conclure les discussions engagées par Marie-Arlette Carlotti dans le cadre de la grande conférence sociale. Représentants des salariés et du patronat se sont entendus pour atteindre cet objectif. Le Gouvernement n’exclut pas, si la situation ne s’améliore pas, d’augmenter les pénalités en cas de non respect de ce taux.

 1er août 2012 : Décret sur la mise en œuvre de l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés
Le décret du 1er Aout 2012 précise les modalités selon lesquelles les employeurs assujettis à l'obligation d'emploi des travailleurs handicapés peuvent choisir de conclure des contrats de

8

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap fourniture, de sous-traitance ou de prestations de service avec des entreprises adaptées, des ESAT ou des centres de distribution de travail à domicile. Ainsi, l'activité économique de ces établisements est dynamisée et l'emploi des personnes handicapées favorisé.

 Emplois d'avenir et contrats de génération : des dispositions spécifiques pour les personnes handicapées
Les personnes en situation de handicap souffrent trop souvent de discriminations à l’embauche. Marie-Arlette Carlotti, s’est félicité des dispositions votées à l’Assemblée Nationale lors de l’examen des textes créant les Emplois d’avenir et les Contrats de génération. La majorité a modifié les limites d’âge pour les travailleurs handicapés, permis aux Cap Emploi de prescrire des Emplois d’avenir et a veillé à la place faite aux travailleurs handicapés dans les lois. Nous tenons ainsi l’engagement du Président de la République de faire du handicap un enjeu transversal de la politique gouvernementale.

 Signature du premier emploi d’avenir pour un jeune en situation de handicap
Le 13 novembre 2012, à l’occasion de la semaine pour l’emploi des personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, s’est rendue à Asnières Industries Adaptées (AIA) pour signer le premier emploi d'avenir destiné à un jeune travailleur handicapé.

Signature du premier emploi d'avenir pour une personne en situation de handicap

9

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap

 Décret relatif à la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés
L’article 208 de la loi n° 2010-1657 du 29 décembre 2010 « de finances pour 2011 » a prévu le transfert, à l’ Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées (AGEFIPH), de la gestion de la déclaration annuelle obligatoire d’emploi des travailleurs handicapés (DOETH). Le décret du 4 décembre 2012 organise les modalités de ce transfert, en précisant les compétences dévolues à l’AGEFIPH, celles conservées par l’État, et les obligations des employeurs. Les dispositions de ce décret sont applicables aux déclarations relatives à l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés adressées au titre de l’année 2012. Une convention, conclue entre l’État et l’AGEFIPH déterminera les modalités de gestion et de contrôle de la DOETH et précisera les obligations respectives des parties en matière d’échanges d’informations. La partie réglementaire du code du travail est modifiée en conséquence.

5. L’accessibilité : le devoir de transparence
« Que vaut une loi qui ne serait pas appliquée ou qui le serait mal ? Vous veillez à ce que cela n’arrive pas, et, en l’espèce, vous attirez mon attention sur une situation quelque peu préoccupante : la loi du 11 février 2005 est sans doute une grande loi de la République, mais sa mise en œuvre a été certainement défaillante. » Marie-Arlette Carlotti, discours devant le Sénat le 2 octobre 2012. La ministre a souhaité, par souci de transparence, rendre public un rapport daté d’octobre 2011 sur les modalités d’application des règles d’accessibilité du cadre bâti pour les personnes handicapées, réalisé conjointement par le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD), l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) et le Contrôle Général Economique et Financier (CGEF). Le retard dans la parution de ce rapport n’avait qu’un seul objectif pour le précédent gouvernement : masquer la défaillance de l’ancienne majorité dans la mise en œuvre de la loi de 2005. Une circulaire a été adressée aux Préfets leur demandant d’établir un état des lieux précis et sincère de la mise en accessibilité des transports et des Etablissements Recevant du Public (ERP) sur l’ensemble du territoire.

10

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap Dans le même temps, il a été confié à la sénatrice Claire-Lise Campion une mission de concertation visant à définir avec les acteurs de terrain les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs de 2015. La Sénatrice a remis ses conclusions le 1er mars 2013 au Premier ministre et à Marie-Arlette Carlotti. Les enseignements du rapport : la dynamique de mise en accessibilité est réelle mais devra être poursuivie au-delà de l’échéance du 1er janviers 2015 pour éviter que l’accessibilité ne soit plus qu’une question traitée devant les tribunaux une fois passée la date butoir. C’est le sens des agendas programmés de mise en accessibilité qui « enjambent » 2015 selon l’expression de Claire-Lise Campion ; les pratiques doivent être harmonisées sur l’ensemble des territoires, le travail de cadrage des dérogations doit être poursuivi. Il n’a jusque là été mené qu’avec les secteurs représentant les ERP privés, ceux de l’hôtellerie et de la restauration ou encore des commerces, il doit aussi concerner les ERP des collectivités publiques. Ce travail de cadrage doit aussi être mieux explicité aux directions départementales des territoires qui gèrent les commissions consultatives départementales de sécurité et d’accessibilité et instruisent les dossiers. Les efforts de formation, d’information et de mobilisation de l’ensemble des acteurs devront être nettement amplifiés. La mise en accessibilité des services aux personnes en situation de handicap, visuel, auditif ou encore souffrant de déficiences mentales, doit aussi être poursuivi.

Marie-Arlette Carlotti réitère sa volonté d’agir rapidement, efficacement et dans la plus grande clarté. Il est important de construire une société incluant toutes les différences.

 Décret simplifiant les démarches pour la carte de stationnement pour personnes handicapées
Le décret du 18 décembre 2012 relatif au fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) et diverses mesures en faveur des personnes handicapées est pris pour l’application des dispositions de la loi n° 2011-901 du 28 juillet 2011 « tendant à améliorer le fonctionnement des maisons départementales des personnes handicapées et portant diverses dispositions relatives à la politique du handicap ». Il précise, notamment, les conditions de la mise à disposition d’un fonctionnaire régi par le statut général de la fonction publique d’État auprès d’une MDPH, les conditions de recevabilité des demandes auprès des MDPH, et les modalités de fonctionnement des commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH). Ce décret simplifie également les modalités de délivrance de la carte de stationnement pour personnes handicapées. A défaut de réponse dans un délai de deux mois à compter de la date

11

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap où la demande est recevable, cette carte pourra être attribuée, à titre provisoire, pour une durée de deux ans. Il modifie également les règles de transmission, aux juridictions du contentieux technique de la sécurité sociale, de certaines informations détenues par la MDPH. Le décret du 18 décembre 2012 est entré en vigueur le 21 décembre 2012.

 Renforcement des droits des personnes handicapées en Europe
Marie-Arlette Carlotti et Viviane Reding, Vice-présidente de la Commission européenne en charge de la justice, des droits fondamentaux et de la citoyenneté, se sont rencontrées à Bruxelles le lundi 4 mars 2013. Elles ont échangé sur leurs politiques respectives et complémentaires. La Commission européenne a adopté la stratégie 2010-2020 « en faveur des personnes handicapées ». Un plan d’action 2010-2015 est en cours et un acte européen d’accessibilité est en préparation. Viviane Reding a assuré Marie-Arlette Carlotti du soutien de la Commission Européenne à la politique engagée par le gouvernement français.

 Accessibilité du travail gouvernemental
Mardi 3 juillet 2012, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a prononcé son discours de politique générale devant l’Assemblée Nationale. Marie-Arlette Carlotti a souhaité que soit mise en ligne une version "facile à lire et à comprendre" à destination des personnes handicapées mentales". La Ministre a sollicité l’Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) pour réaliser cette transcription. Cette initiative est le premier pas vers une meilleure accessibilité de la communication gouvernementale. La Ministre a souhaité que son discours tenu au Sénat le 2 octobre 2012 soit transcrit en « facile à lire et à comprendre ». Ce compte-rendu d’un an au service de la solidarité le sera également. Lors de tous les groupes de travail mis en place par la Ministre ou lors de ses grandes interventions, un interprète en langue des signes l’accompagne. La boucle magnétique et la vélotypie sont des outils largement utilisés lors des groupes de travail réunis par la Ministre pour en permettre l’accès de tous.

6. Un troisième plan autisme : rattraper le retard
Le 18 juillet 2012, Marie-Arlette Carlotti a annoncé qu’un troisième plan autisme serait lancé, réaffirmant ainsi la volonté politique de faire progresser la place des personnes avec autisme ou autres Troubles Envahissants du Développement (TED) dans notre société.

12

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap Le 2 mai 2013, la Ministre a présenté ce plan qui comporte notamment : Un budget supplémentaire de 205,5 millions d’euros (soit 18 millions d’euros de plus que le plan précédent) La diffusion et l’application des recommandations de la Haute Autorité de Santé (HAS) et de l’Agence Nationale de l’Evaluation et de la qualité des établissements et Services sociaux et Médico-Sociaux (ANESM) Le dépistage précoce dès 18 mois Un réseau de dépistage et diagnostic précoce de proximité 700 places en unité d’enseignement en maternelle 850 places de SESSAD pour les enfants 1 500 places pour les adultes (Maison d’Accueil Spécialisée (MAS) + Foyer d’Accueil Médicalisé (FAM) + Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapées (SAMSAH) 1 173 postes créés pour transformer les structures existantes 350 places de répit pour les parents Le renforcement des évaluations internes et externes des structures médico-sociales L’harmonisation des pratiques et réorientation des Centres Ressource Autisme La formation de 5 000 professionnels du secteur médico-social Une participation des familles à la gouvernance du plan, au niveau national et local.

Marie-Arlette Carlotti et Martine Pinville, Présidente du Comité National Autisme, échangent avec des familles après l'annonce du troisième plan autisme

13

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap

7. Les personnes handicapées accompagner tout au long de la vie

vieillissantes

:

Lors de leur visite du foyer d'accueil médicalisé Jean Favéris de l'association « Les jours heureux » à Paris le 7 février 2013, Marie-Arlette Carlotti et Michèle Delaunay ont annoncé le lancement d'un groupe de travail sur les personnes handicapées vieillissantes, de plus en plus nombreuses quel que soit leur handicap. La présidence de ce groupe de travail a été confiée à Patrick Gohet qui rendra prochainement ses conclusions.

Déplacement avec Michèle Delaunay

8. L’accès aux soins des personnes handicapées : l’égalité devant la santé
Marie-Arlette Carlotti a confié à Pascal Jacob une mission sur l’accès aux soins et à la santé des personnes handicapées. Un rapport sera remis début juin 2013. Il sera intégré aux éléments préparatoires du Comité Interministériel du Handicap. Dès le 1er juillet 2013, l’augmentation de 7% du plafond d’éligibilité de la Couverture Maladie Universelle complémentaire (CMU-c) et de l’Aide à l’Acquisition d’une Complémentaire Santé (ACS) permettra à 100 000 allocataires de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH), d’être éligibles à l’ACS.

14

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap

9. La bientraitance des personnes handicapées : les mêmes droits pour tous les citoyens
Michèle Delaunay et Marie-Arlette Carlotti ont installé le 12 février 2013 le Comité national pour la bientraitance et les droits (CNBD). En collaboration avec Najat Vallaud-Belkacem, Marie-Arlette Carlotti se mobilise pour résoudre les situations de violences faites aux femmes en situation de handicap.

10. L’aide à domicile : un enjeu d’avenir
Les services d’aide à domicile constituent un secteur clé de la prise en charge des publics fragiles. Ils sont un maillon essentiel des politiques de prévention et d’accompagnement des personnes âgées et des personnes handicapées. Le fonds de restructuration institué par l’article 150 de la loi de finances pour 2012 a été abondé de 50 millions supplémentaires. Cette aide exceptionnelle a été engagée dès 2013 pour les services servant des prestations majoritairement en direction des publics fragiles. Elle sera soumise à certaines conditions et engagements de la part des services aidés : il leur sera ainsi demandé de s’engager dans un plan pluriannuel de retour à l’équilibre et dans une politique active de professionnalisation de leurs emplois. L’objectif est d’aider au renforcement du secteur, formidable gisement estimé à 300.000 emplois non-délocalisables à l’horizon 2020. Cet effort doit se traduire par un renforcement des liens entre ces structures et les autres acteurs de l’accompagnement et du soin. Il s’inscrit en totale cohérence avec la politique de prévention de la perte d’autonomie des personnes âgées et handicapées engagée par le gouvernement.

11. Les handicaps rares : vers un suivi personnalisé
Marie-Arlette Carlotti a conclu le Comité de suivi du schéma national d’organisation sociale et médico-sociale pour les handicaps rares qui s’est tenu le mardi 30 avril 2013. La ministre a salué le travail réalisé depuis 2009, tant du point de vue du progrès des connaissances que du développement et de la structuration de l’accompagnement médico-social. Marie-Arlette Carlotti a souligné l’effort financier consenti en faveur du déploiement de ce schéma : plus de 33 millions inscrits dans le cadre du programme pluriannuel de création de places lancé en 2008. D’ores et déjà, 131 places dédiées à l’accompagnement d’enfants ou d’adultes présentant un handicap rare ont été

15

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap créées, pour un montant de 6,8 millions d’euros. En 2013, pour compléter cette offre de service, de nouvelles autorisations d’engagement, d’un montant de 21 millions d’euros, seront notifiées aux agences régionales de santé.

12. La pratique du sport : changer de regard sur le handicap
Marie-Arlette Carlotti s'est rendue à Londres, à l’occasion des Jeux Paralympiques pour soutenir et encourager les 163 athlètes français engagés lors des différentes épreuves. Elle a été impressionnée par l’incroyable motivation de ces sportifs, amateurs ou professionnels, qui se transcendent pour réaliser de véritables exploits lors de ces grandes compétitions. Ces sportifs permettent à toute la société, par leurs performances et leur médiatisation, de changer de regard sur le handicap. Ils jouent un rôle formidable pour l’ensemble des personnes en situation de handicap. L’accès au sport pour tous est une volonté de la Ministre et du Gouvernement. C’est un formidable outil pour s’approprier son corps et créer du lien social. Marie-Arlette Carlotti, en lien avec Vincent Peillon a demandé un état des lieux du nombre d’enfants en situation de handicap pratiquant un sport à l’école. Elle a aussi demandé qu’un recensement précis des sites sportifs déjà accessibles et de ceux devant faire l’objet de travaux de mise aux normes soit réalisé en lien avec Valérie Fourneyron, ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative.
Marie-Arlette Carlotti et Valérie Fourneyron avec les athlètes français lors des Jeux Paralympiques à Londres

16

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service des personnes en situation de handicap

13. Le Comité Interministériel du Handicap : une mobilisation générale
Alors qu’il n’avait pas été réuni depuis 2009, date de sa création, le Premier ministre réunira prochainement un Comité Interministériel du Handicap.

Des groupes de travail réfléchissent dès à présent autour de 4 thèmes : Accessibilité Connaissance, accès aux soins et accompagnement médico-social Jeunesse et handicap Emploi Ce Comité Interministériel est une nouvelle preuve d’une volonté collective du Gouvernement en faveur des personnes en situation de handicap.

17

un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion

18

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion

1. Une méthode : la participation et la concertation
Lors de la composition du Gouvernement Ayrault 2, Marie-Arlette Carlotti s’est vue confier une compétence supplémentaire : la lutte contre l’exclusion. Elle a tenu à rassembler très rapidement une table-ronde "Lutte contre l’exclusion" avec 10 associations : le Secours Populaire, le Secours Catholique, les Restos du Cœur, l’Armée du Salut, la Croix Rouge, Emmaüs, ATD Quart Monde, la Fédération Française des Banques Alimentaires (FFBA), la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) et l’Union nationale interfédérale des œuvres et organismes privés non lucratifs sanitaires et sociaux (UNIOPSS). Avec le soutien des associations et du Conseil national de lutte contre l'exclusion, cette mobilisation partenariale a été élargie aux usagers, les premiers concernés et les premiers à lutter pour retrouver une autonomie dans la dignité. C’est par une mobilisation collective et citoyenne que nous parviendrons à relever le défi de la pauvreté qui touche de plus en plus de personnes dans dans un contexte de crise.

Echanges dans un restaurant solidaire

19

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion

2. Une grande conférence et un plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale
Prolongeant cette dynamique collective et mobilisant tous les partenaires, la Ministre a mené à bien la grande conférence de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale qui s’est tenue les 10 et 11 décembre 2012 au Palais d’Iéna. Cette conférence a débouché sur un plan pluriannuel présenté par le Premier ministre le 21 janvier 2013. Les usagers eux-mêmes y étaient associés à travers le 8ème collège du Conseil national de lutte contre l’exclusion (CNLE) et l’ensemble des associations. La pauvreté, loin de se réduire, est un risque qui touche de plus en plus de Français. Elle atteignait 14,1% de la population en 2010. La conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale a marqué une étape importante dans la mise en œuvre de la politique de solidarité du Gouvernement : un point de départ pour une action dans la durée.

Ouverture des travaux de la conférence

20

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion

Parmi les nombreuses mesures du plan : Le RSA socle sera augmenté de 10% à l’horizon 2017, avec une première revalorisation de 2% dès septembre 2013. Une réforme du RSA activité, qui souffre d’un non-recours record (68%), en articulation avec la prime pour l’emploi, est en cours. Cette réforme permettra de rendre plus rémunérateur le travail des actifs pauvres et modestes, mal soutenus par un RSA activité trop lourd et une prime pour l’emploi gelée depuis 2008. Une « garantie jeunes » sera créée pour les 18-25 ans qui ne sont ni en emploi, ni en formation, en situation d’isolement et de grande précarité. Il s’agit d’un contrat annuel, passé avec les missions locales et pôle emploi, comportant des engagements réciproques. Pour la mission locale : un accompagnement intensif, des propositions adaptées de formation ou d’emploi, et une allocation d’un montant équivalent au RSA pendant les périodes où le jeune est inoccupé. Pour le jeune : assiduité et acceptation des offres de formation ou d’emploi adaptées qui lui sont proposées. La « garantie jeunes » sera lancée en septembre 2013, dans 10 territoires pilotes, avant une généralisation progressive. Une hausse de 7% dès juillet 2013 du plafond d’éligibilité de la CMU Complémentaire et de l’ACS, de façon à couvrir 750 000 personnes supplémentaires. Un investissement pour l’hébergement et l’accès au logement sera mis en œuvre à travers différentes dispositions : 8000 places de plus (hébergement classique et accueil des demandeurs d’asile) vont être créées en 2013 pour sortir de la gestion « au thermomètre » de l’hébergement d’urgence. Un volet « accès au logement » sera également mis en œuvre : accompagnement, résidences sociales, intermédiation locative, prévention des expulsions, garantie universelle des loyers. L’amélioration de l’accès aux droits est aujourd’hui une priorité de l’action gouvernementale. Un droit n’en est plus un si on ne peut l’exercer simplement et sans stigmatisation. Certes, il faut lutter contre la fraude mais la fraude aux prestations sociales versées représente un enjeu budgétaire infiniment plus faible que celui de la fraude fiscale. Les non-recourants sont beaucoup nombreux que les fraudeurs. Les Préfets seront à présent mobilisés pour développer des politiques territoriales de lutte contre le non recours – une expérimentation en cours dans deux départements démontre toute l’efficacité du décloisonnement des institutions pour faciliter le parcours des usagers. Des mesures de lutte contre le malendettement et le surendettement (230 000 dossiers déposés chaque année) vont être élaborées, tandis qu’un observatoire de l’inclusion bancaire vérifiera les pratiques des banques envers leurs clients les plus en difficulté.

21

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion Le Premier ministre a nommé François Chérèque pour assurer le suivi du plan pluriannuel et la mobilisation dans les territoires. Le 25 avril 2013, à l'occasion de la réunion plénière du CNLE en présence de Marie-Arlette Carlotti, il y a présenté le bilan d'étape de la mission de suivi de la mise en œuvre du plan de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale.

3. Un tour de France de la solidarité : mobiliser dans les territoires
A la suite de l’annonce par le Premier ministre du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale, Marie-Arlette Carlotti a fait le choix de parcourir la France pour mobiliser les acteurs locaux (associations, élus, usagers, collectivités territoriales, services de l’Etat) et faire du plan une réalité dans chaque territoire. Pour la première étape du Tour de France de la solidarité, Marie-Arlette Carlotti s'est rendue à Nantes jeudi 14 février 2013 pour présenter le volet « accès aux droits ». Elle était accompagnée par François Chérèque.

Maraude associative avec M.A. Carlotti

4. L'accès aux droits : mieux prévenir les ruptures
Le rapport annuel du Gouvernement au Parlement rappelle le défi important de la lutte contre la pauvreté en France alors que 400 000 Français supplémentaires y sont confrontés chaque année. Si notre système de solidarité permet de freiner l’augmentation des situations de pauvreté, le rapport montre toutefois que son efficacité diminue tant le non recours aux droits est important. En effet, de nombreuses personnes ayant droit aux prestations sociales, telles que le RSA ne le font pas : 35%

22

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion pour le RSA socle, 68% pour le RSA activité. De même, environ 65% des personnes éligibles à l’ACS n’y recourent pas. L’augmentation de la pauvreté est due à la fois à la crise économique et financière qui perdure, mais aussi aux discours politiques stigmatisants du gouvernement précédent. Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a souhaité faire de la lutte contre la pauvreté une priorité et refuser de la considérer comme une fatalité. C’est pourquoi, dès sa mise en place, le gouvernement a pris des mesures pour répondre à l’urgence sociale comme : la suppression de la franchise de 30 euros pour les bénéficiaires de l’Aide Médicale d’Etat (AME) une enveloppe de 50 millions d’euros consacrée à l’hébergement d’urgence des sans abris augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire pour les familles : la création du tiers payant du complément mode de garde, expérimenté dans certains territoires pour des familles bénéficiaires du RSA pour les étudiants : l’expérimentation du tiers payant intégral pour les étudiants dans trois villes universitaires pour les Français modestes : la garantie du paiement de la prime de Noël grâce à des crédits pérennisés pour la première fois.

5. L’accès aux soins : l’égalité devant la santé
Marie-Arlette Carlotti a parrainé la signature de l’accord entre l’Union nationale des centres communaux et d’action sociale (UNCCAS) et la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) pour favoriser l’accès aux soins des personnes en situation de précarité en facilitant l’information des bénéficiaires et en optimisant la gestion des dossiers. La formation des agents des CCAS par les CPAM permettra l’amélioration de l’information et de l’accompagnement des publics précaires.

6. L'aide alimentaire : un maillon de la solidarité nationale et européenne
« La solidarité est ce qui fait notre identité et la grandeur de notre nation. Je réaffirme aujourd’hui ma volonté et celle du Gouvernement de lutter contre la pauvreté et toutes les formes de précarité. » Marie-Arlette Carlotti A travers le fonds européen d'aide aux plus démunis (FEAD), qui prendra le relai du PEAD à partir de 2014, la solidarité alimentaire continuera d'exister dans l'Union Européenne.

23

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion Cette continuité est le fruit des efforts et de la mobilisation de la France au plus haut niveau de l'État: le Président de la République a négocié fermement ce volet lors du Conseil de fin 2012, sa position a ensuite été tenue par Stéphane Le Foll, Marie-Arlette Carlotti et Bernard Cazeneuve. Les Ministres ont régulièrement rappelé l’engagement de la France à défendre avec détermination l’aide alimentaire auprès des autorités européennes. Ils ont interpellé Dacian Ciolos, Commissaire européen chargé de l’agriculture et Laszlo Andor, Commissaire européen chargé de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, en réaffirmant la nécessité de maintenir les crédits du PEAD dans un futur FEAD. Ils se sont rendus ensemble à Strasbourg au Parlement Européen le 20 novembre 2012 pour défendre le futur FEAD. Pendant les négociations sur le règlement du futur FEAD, Marie-Arlette Carlotti a impliqué régulièrement les quatre associations françaises d’aide alimentaire qui émargent au programme d’aide aux plus démunis (la Fédération Française des Banques alimentaire, la Croix Rouge Française, les Restaurants du Cœur, le Secours Populaire Français). Au niveau national, Marie-Arlette Carlotti soutient l'aide alimentaire à travers deux types d'action : l'engagement citoyen notamment au travers des collectes et distributions alimentaires l’insertion par l’activité économique dans le secteur de l’agroalimentaire

7. Les aides sociales : simplification et justice
 Consolidation de la prime de Noël dans le projet de loi de finance
Pour la première fois depuis sa création en 1998, le financement de la « prime de Noël » est inscrit au projet de loi de finances 2013. Son financement, assuré par une hausse des prélèvements sociaux sur le capital, est donc ainsi pérennisé. Cette pérennisation concrétise le double engagement de solidarité en faveur des ménages les plus modestes et de transparence budgétaire du Gouvernement. D’un montant de 152,45 € pour une personne seule, la prime est calculée en fonction de la composition du foyer. Le RSA ayant été étendu au département de Mayotte le 1er janvier 2012, les allocataires du RSA socle et socle majoré de ce département ont pu bénéficier fin 2012 d’une prime de Noël, modulée selon un barème spécifique.

 L’extension des tarifs sociaux de l’électricité et du gaz entre en vigueur
Depuis leur mise en place en 2008, les tarifs sociaux de l’électricité et du gaz s’adressaient aux personnes éligibles à la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-c), celles qui ont un revenu inférieur à 7 934 € par an pour une personne seule (661 € par mois). Cette population représente au total environ 1,8 million de ménages. L’arrêté publié le 21 décembre 2012 relève le plafond de ressources exigé de 35%, au même niveau que celui conditionnant l’éligibilité à l’ACS, soit 10 711 € par an pour

24

Marie-Arlette Carlotti, un an d’action au service de la lutte contre l’exclusion une personne seule (893 € par mois). Ce relèvement permet dès aujourd’hui l’attribution automatique des tarifs sociaux à environ 500 000 ménages (830 000 personnes) supplémentaires qui bénéficient déjà de l’ACS. Les ménages concernés bénéficieront ainsi d’une aide d’environ 200 euros par an pour ceux qui se chauffent au gaz et de 90 euros par an pour ceux qui utilisent un autre moyen de chauffage, comme l’électricité. L’objectif de 8 millions de bénéficiaires des tarifs sociaux, défini par le Premier ministre, ainsi que l’instauration d’une trêve hivernale des coupures d’électricité et de gaz nécessiteront des mesures complémentaires.

 L'accélération du rattrapage du RSA métropolitain par le RSA Mayotte
Le montant forfaitaire du RSA Mayotte, créé le 1er janvier 2012, a été revalorisé, par décret co-signé par Marie-Arlette Carlotti, de 52,29 % dès le 1er janvier 2013. Il s’élèvera ainsi à 181,22 euros pour une personne seule sans enfant. Initialement fixée à 5,7% par le décret n°2011-2097 du 30 décembre 2011, cette revalorisation exceptionnelle concrétise la volonté du gouvernement d’accélérer la convergence des prestations sociales à Mayotte et s’inscrit dans le respect des engagements du président de la République pour rendre la départementalisation effective.

8. Le travail social : refonder pour conforter
Consciente des conditions de travail difficiles subies par les travailleurs sociaux, Marie-Arlette Carlotti a annoncé, lors la réunion du Conseil Supérieur du Travail Social le 23 janvier dernier, la tenue en 2014 d’Etats Généraux du travail social. Tous les acteurs du secteur seront invités à participer. Considérant qu’il est primordial que les travailleurs sociaux puissent devenir acteurs des politiques publiques qu’ils doivent mettre en œuvre, ils seront conviés à réfléchir sur les thématiques de la formation et des conditions de travail. D’autres chantiers ont également été lancés par la ministre qui souhaite expérimenter la mise en réseau des intervenants sociaux sur certains territoires.

25

les grands chantiers à venir

26

Marie-Arlette Carlotti, les grands chantiers à venir

LES GRANDS CHANTIERS A VENIR
La méthode de ce Gouvernement, basée sur la concertation et le respect des corps intermédiaires, vise à l’apaisement de la société française, à sa réconciliation, et à la volonté de réformer dans la durée. Cet exercice de synthèse d’une année d’action au service de la solidarité a l’ambition de participer à rétablir l’autorité de la parole politique. Il s’agit de lui redonner de la profondeur, de l’épaisseur, là où certains l’ont calquée sur la frénésie du temps médiatique. Les actions engagées lors de cette première année de mandat ont vocation à se poursuivre alors que d’autres chantiers sont sur le point d’être lancés. En conclusion de ce compte-rendu, il était donc logique de jeter un éclairage sur l’avenir, de mettre le travail passé en perspective.

27

Marie-Arlette Carlotti, les grands chantiers à venir

CHANTIERS HANDICAP

1. Le comité interministériel sur le handicap
Le 3 janvier dernier, le Premier ministre a confirmé la tenue d’un Comité interministériel du handicap au premier semestre 2013. Le CIH devra élaborer et mettre œuvre une stratégie nationale de prise en compte du handicap. Les travaux préparatoires ont été lancés fin février 2013 autour de 4 axes : De l’accessibilité réglementée à l’accessibilité universelle - Pour réussir 2015 - Un renforcement de la gouvernance et du pilotage de la mise en accessibilité - La participation et la citoyenneté des personnes handicapées - L’autonomie et l’accès aux droits Connaissance, accès aux soins et accompagnement médico-social - La recherche sur les causes du handicap, les méthodes de soins et d’accompagnement - La mise en œuvre de diagnostics sûrs et précoces (autisme, surdité,..) - L’adaptation de l’offre de soins aux spécificités du handicap - La formation des professionnels (médicaux et médico-sociaux) - Les dispositifs d’observation (recueil et analyse de données) - L’adaptation de l’offre médico-sociale aux besoins en développant des outils de gestion et de transformation de l’offre (sanitaire et médico-sociale) et en engageant la nécessaire réforme de la tarification et du financement des établissements et services médico-sociaux Jeunesse et Handicap - L’accueil des enfants handicapés dans les structures de petite enfance - La scolarisation des enfants handicapés - La prise en compte du handicap dans la formation initiale et continue des enseignants et du personnel de l’éducation nationale/ la professionnalisation de l’accompagnement (suites du rapport Komitès) - Les passerelles entre l’école ou l’université et les structures médico-sociales Emploi et Handicap - L’accès à la formation professionnelle - L’accompagnement des personnes en situation de handicap vers l’emploi - L’information aux entreprises, l’adaptation des postes de travail et l’accès à la formation - Le respect de la règle des 6% de travailleurs handicapés en entreprise - Le développement des échanges économiques et de personnes entre ESAT, entreprises adaptées et entreprises ordinaires

28

Marie-Arlette Carlotti, les grands chantiers à venir

2. La négociation interprofessionnelle sur l’emploi des personnes handicapées
Le groupe emploi du CIH, co-piloté avec le cabinet de Michel Sapin, aura établi la feuille de route de la prochaine négociation interprofessionnelle sur le handicap. Celle-ci aura lieu au dernier trimestre 2013. Les points principaux seront : Le développement de la formation professionnelle en situation de handicap Le renforcement du maintien dans l’emploi Différentes pistes pour améliorer le respect de l’obligation de 6% de personnes handicapées.

3. Les chantiers Handicap de la Modernisation de l’Action Publique
Dans le cadre de l’évaluation des politiques publiques : - Le pilotage de l’AAH : un plan d’action sera présenté en fin d’année 2013 - La réforme de la tarification des établissements et services médicosociaux pour personnes handicapées : lancé en avril, dans le prolongement du rapport IGAS-IGF rendu en octobre 2012, le diagnostic ayant déjà été fait, le plan d’action sera présenté en juillet 2013 Dans le cadre de la simplification des démarches des usagers : - La simplification des procédures MDPH : simplification de la délivrance des cartes de stationnement et dématérialisation des procédures. Le terme de ce chantier est prévu fin 2013

29

Marie-Arlette Carlotti, les grands chantiers à venir

CHANTIERS LUTTE CONTRE L’EXCLUSION 1. Construire une véritable politique d’accès aux droits
Le droit juste est celui qui s’exerce simplement, sans stigmatisation, quand on y est éligible. Pour cela, les personnes doivent connaître leurs droits et la puissance publique doit les prescrire à bon escient. Fin 2013 et en 2014, la politique active d’accès aux droits se déclinera selon deux grands axes : L’information des citoyens sur leurs droits et les moyens de les exercer à travers une grande campagne de communication qui sera lancée en 2014 auprès du grand public sur le juste droit. Cette campagne permettra de consolider les politiques de solidarité et de changer le regard sur les usagers et les personnes qui les aident. Le développement fin 2013 et tout au long de 2014 d’un « rendez-vous annuel des droits » dans les caisses de sécurité sociale. Sur le modèle de ce qu’a développé la mutualité sociale agricole, les caisses d’allocations familiales, les caisses primaires d’assurance maladie et les caisses d’assurance vieillesse se mobiliseront pour orienter et accompagner leurs assurés et bénéficiaires vers leurs droits (RSA, CMU-c, ACS, ASPA, …).

2. Refondre les aides destinées aux travailleurs modestes
En vue du prochain projet de loi de finances pour 2014, deux grandes mesures sont en cours d’élaboration : Pour mieux répondre aux besoins des allocataires du RSA socle reprenant un emploi et faciliter leur accompagnement par les conseils généraux, l’allocation pour le retour à l’emploi (APRE) sera dynamisée et assouplie. Pour rendre le travail toujours plus rémunérateur, même lorsque les revenus d’activité sont modestes et fluctuant, les dispositifs de soutien aux revenus des travailleurs modestes que sont le RSA activité et la prime pour l’emploi seront repensés. Chargé par le Premier ministre de proposer des voies de réforme, le député Christophe Sirugue rendra ses conclusions en juin 2013.

30

Marie-Arlette Carlotti, les grands chantiers à venir

3. Détecter le mal endettement et prévenir le surendettement grâce à un réseau de points conseil budget et finance
Un groupe de travail avec des représentants des institutions bancaires, des associations de lutte contre l’exclusion, des associations de consommateurs et des personnes en situation de précarité sera prochainement mis en place afin d’élaborer un réseau de points conseil budget et finance.

4. Mobilisation interministérielle et suivi global du plan de lutte contre la pauvreté
Annoncé en janvier 2013 lors de sa réactivation, le prochain comité interministériel de lutte contre l’exclusion se tiendra en janvier 2014 et se fondera sur les conclusions de François Chérèque pour consolider le plan pluriannuel sur la durée du quinquennat.

31

Crédits : Photos (DiCom – Sipa Presse), Textes et Mise en Page (Cabinet Carlotti), Illustrations (Cabinet Carlotti sur des créations de James Christopher, QING LI, Juan Pablo Bravo, Olivier Guin, Andrew Cameron, candice gras, Rob Gill, Jen Coico, Sebastian Langer, Scott Lewis pour thenounprojet)

32

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful