Chapitte

I

Le village des premiers temps
De nosjours,lonque l'on a gravi les pentes du PaLtin et mversé le chaos des ruines de ce qui fur le palais des Empereurs rcmains,l'on parvient à une étroite plate-forme qui domine la rallée du Tibre. Cette plate-ôrme, naguèrc encombrée de terrc accumulée par les pluies et de débris de toutes sortes, est aujourd'hui dégagée, et, sur le sol, apparaît la trace d'un singulier village qui s'élevait en cet endroit il y a presque trois mille ans. Ce village, qui comprenair peut-être quelques dizaines de pauvres cabanes fâites de branches entrelacèes el toutenues pàr dei piqueL5 de bois, c'est aujourd'hui tout ce qui subsiste de la plus ancienne Rome. Les Romains, 6ers de leurs origines, aimaient à raconter qu en ce lieu leur premier roi avait fondé leur ville. Ce roi, ils I'appelaient Romulus.

sur la plaine du Latium. inscallé à 1l . rlerenus grands et vigou reux. il avait fini par leur révéler le secret de leur naissance. c'est de cette mer que les Româins fâisaient venir l'oigine lointaine de leur race. à Ja tête d'une flote nombr. Entn. près de I'enrbotchure du Tibre.e conlondent r\ec le ciel. s'êtait couchée auprès des enfants 11 ar. unjour. Du haut du Palatin. une louve. son frère jumeau.Alors. étâien! issus d'Énée. il les ar. au sec. Énée et ses compâgnons étâien! et les avait réchâlilTés de sa chaleur. Mâis les deux frères ne rardèrent pas à se disputer.. allaités de son lait. sur le riva€ie. Enee . Je la ville d Osrie. du dieu Mars lui-même. I1 avait été élevé sur la colline même. et Romulus. Plus loin encore. Romuius et Rémus. où Romulus â\"rit installé sa ville. qui l'âvait recueilli. A droile.ait été le premier sa place leur grand-père. ce sonl les premières hauteurs de l'Apennin. sur le Palatin. pour régner seul ou peut-être siIrrplement parce que Rérrrus s'était moqué cle lui tùa son frère. ils étaient revenus au pays où ils avaienr passé leur enfance pour s'y créer un ropume. la riche cirÉ phrygienne.ourenr estompees par la br_ume. le rnanque de soins. bien persuadé que le froid. âprès un siège de dix ans.Romain. hleurees. a%ient détrôné leur grand-oncle. puis. C'est que Romulus et Rémus étaient d'origine royale. alors qu'ils n'étaient encore tous deux que des nouveaux-nés abandonnés d:ns une corbeille d'osieq que le fleuve. mais le roi craignait que ces enfants. disait-on. alors en crue. par un berger. l'eau du fleuve ne tarderaient pas à le débarrasser de ces deux petits neveux inquiétants. en même temps que Rémus.. Elle se profle à l'horizon. l'ànimal de Mars. Mais il avait compté sans la volonté des dieux. les rcis d'Albe. comrne il n'était pas sans soupçonner leur origine. qui avait un jour abordé. Là. on aperçoit la longre collite où s'élevait autreôis la ville d'Albe. que 1'on appelle à cet endroit les monrs Sâbins. Elle les avait eus. avait déposée au pied du Palatin. qui les avait emrnenés dans sa cabane. Ils décidèrent de fonder. dont les lene. une ville qu'ils appelleraient Rome. b large rallée du Tibre descend lentement vers la mer' Àu-delà du pays albâin. Ils étaient les enfants de la nièce du roi d'Albe. ancêtres de Romulus. ne viennent le détrôner. étrir enlui de Iroie.ait fait exposer sur la rivière.euse. Le bercealr flottant s'était échoué sur la rive. Pour eux. ils avaient été recueillis par Faustulus. il )es avait traités comme ses prcpres 6ls puis. le bon Faus tulus. aux attaqùes des Grecs. à 1'endroit où s'étendent aujourd'hui le" ruine. qtri âvait succombé.

ils se considéraient plutôt comrne les descendants. <1u'un pauvre village. Pour la première lois lon avait vu en I-atium des tissus brodés et teints de pourpre. n'avaient nullement le sentiment d'êtr1e des ( pârvenus r. des che obéis plutôt que redoutés et les hommes avaient appris à cherch€r riile derrière des remparrs pour y vivre une vie pacifique. Énêe n'avait-il pas été choisi.les rudimens de la brillante civilisation dsiatique.le prestige de ses vertus efFaçaient la tache du 6atricide de Romulus qui avait ensanglanté la nâissânce de lâVille.Aussi les Romains. risquant sa vie pour arràcher son père Anchise âu-x flammes de Troie lorsque la yille fut prise. des bijoux d'or. mais d'autant plus rnéritants. des armes précieuses. parmi tous les Troyens. négligeant d'emporter ses richesses mais se chârgeânt deç statue' de se: dieux familiaux I Le rouvenir d'Énée.?nt la fondation de Rome. âppauvris. d'une antique noblesse.presque les seuls survivânts de cette épopée dont la gloire alait rempli tout le monde méditerranéen plusieurs siècles a\. bien que leur ville n'ait été. Pour lâ prcmière fois ausi l'on arait connu des lois. Ils avaient apporté en ltalie centrâle outre leur renonrmée. obéissânt âux ordres des dieux. pùce qu'il avait toujours têmoigné d'une singulière < piété ). au début. pour perpétuer la râce. 12 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful