DISCOURS DE STEPHANE TROUSSEL Première pierre du futur site industriel d’Eurocopter Jeudi 20 juin 2013

Nous représentons aujourd’hui, dans la diversité de nos métiers, de nos mandats et de nos engagements, un territoire, la Seine Saint Denis, qui a une histoire singulière. Cette histoire, c’est celle des premiers exploits aéronautiques. L’histoire, également, de l’installation de ces deux aéroports, celui du Bourget, celui de Roissy, de leur montée en puissance et du poids économique considérable qu’ils pèsent sur ce département. Une histoire faite d’ouverture, d’horizons...L’histoire d’un territoire qui oublie trop souvent qu’il est, pour le reste du monde, l’une des portes d’entrées de l’Europe, un HUB central pour le fret de marchandises, le passage obligé lorsque l’on visite la ville la plus touristique du monde. Une histoire, créative entreprenante, industrielle. Une histoire ancienne d’Eurocopter. Courneuvien depuis toujours, je sais le poids de ce qui était alors l’usine Aérospatiale dans ma ville, devenu Eurocopter au début des années 90. Cette histoire, ce n’est pas seulement un héritage, c’est surtout une promesse: celle d’un développement renforcé de la Seine Saint Denis. J’ai la conviction que, collectivement, nous avons conservé quelque chose de cette mentalité de pionnier qui animait les premiers instants de l’aéronautique, une certaine idée de l’invention, de la construction, de l’excellence, en somme un authentique esprit de conquête. Mais pour faire vivre cet héritage, il faut s’adapter, innover, investir et changer les habitudes Je souhaite remercier chaleureusement nos amis et partenaires d’Eurocopter, d’avoir fait le choix de consolider et de renforcer leurs usines françaises, ici, sur ce site. S’il fallait quitter la Courneuve, son site ancien et peu adapté, autant que l’usine demeure en Seine Saint Denis. Aujourd’hui, nous posons la première pierre de ce chantier. Nous apportons également notre pierre à cette histoire, à cet édifice. Leurs équipes, celle de la Courneuve dont l’activité est essentielle -Monsieur Faradian, directeur d’Eurocopter le dit souvent : les pâles, c’est la partie la plus importante de l’hélicoptère- … …Mais aussi les équipes d’EADS Innovation Works, tous trouveront ici un meilleur cadre de travail, un accès direct aux pistes. Ils bénéficieront surtout d’un écosysteme pleinement animé par la dynamique de l’aérien. Alors je mesure le chemin qui a été le notre pour aboutir à ce chantier. Je mesure, aussi, combien il reste à parcourir. D’abord mener les travaux à bien. Et je remercie EADS d’avoir fait le choix d’y associer étroitement des entreprises locales. Ce choix de l’enracinement, c’est le choix de l’efficacité: je sais la qualité des ouvriers, des ingénieurs et des artisans de ce

1

département. C’est aussi le choix de la modernité: les grands groupes ont aussi la responsabilité de la bonne santé du tissu économique dans lequel ils évoluent. Je tiens à saluer également la bonne intelligence qui prévalut et qui prévaut à la cette collaboration qui lie les équipes d’Eurocopter et celles du Conseil général pour la réalisation d’aménagements d’ampleur pour le traitement des eaux pluviales de ce site. Mesdames et messieurs, ce qui va se construire ici c’est un site industriel d’ampleur, fruit d’un investissement massif de plus de 120 millions d’euros. Mais, nous savons tous, je crois, que le véritable achèvement de ce projet ne réside pas, seulement, dans la livraison de ce chantier. Le projet de ce site, il est plus grand, en ambition comme en dimension. Nous voulons doter la Seine Saint Denis de ce cluster de l’aérien d’envergure mondiale dont elle a besoin. Nous pensons possible de concentrer autour des activités d’Eurocopter d’autres sites industriels, des PME innovantes, des centres de formation et d’apprentissage ainsi que des laboratoires de recherche académique pour développer les synergies et contribuer à créer cet écosystème efficient qui ancre les acteurs sur notre territoire et leur permettent de rayonner, d’irriguer tout le Département contribuant, ainsi, à la création d’emplois durables et de qualité. Ce projet c’est bien évidemment Aigle que nous devons impérativement faire avancer concrètement et rapidement. Nous savons tous, ici, qu’il n’y a pas d’un coté les enjeux du développement industriel et les enjeux du développement territorial: ces dynamiques se rejoignent et se complètent. La réussite d’Aigle, elle ne dépend pas que de la bonne volonté des acteurs privés, ils ont une stratégie, celle du développement économique, et elle est légitime. Cette stratégie nécessite de bénéficier d’un écosystème, d’infrastructures, de la présence d’une main d’oeuvre formée. Ils ont aussi besoin que nous, pouvoirs publiques, collectivités locales, fassions la preuve d’un solide volontarisme industriel. La Seine Saint Denis a tout pour réussir : les connaissances, les compétences, le savoir faire, le positionnement géographique, la main d’œuvre. Aussi, nous sommes déterminés à aider, à pousser de toutes nos forces et contribuer à ce qu’Aigle réussisse. Cet engagement, il est ancien -nous avons, par exemple, cofinancer les premières études exploratoires- et nous le maintiendrons. Mesdames et messieurs, quelques mots pour finir, Nous engageons aujourd’hui un immense chantier: 18 mois de travail pour créer un outil industriel de haute gamme. Je crois que cela doit faire date. Nous devons le dire, le faire savoir: il n’y a pas de fatalités à la désindustrialisation de nos territoires. Il n’y a pas de fatalités à la hausse du chômage. Nous devons dire également que ce bel exemple se passe ici en Seine-Saint-Denis. Et que ce projet est à l’image de la Seine-Saint-Denis réelle, telle qu’est vraiment et telle qu’on devrait la voir: innovante, entreprenante, imaginative, compétitive. Je vous remercie,

2

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful