Marie-Antoinette retentira: Le retour de la cloche de Batoche

Le retour de la cloche de Batoche n'est plus une rumeur. L'Union nationale métisse SaintJoseph du Manitoba a annoncé qu'elle serait restituée à son propriétaire, l'Église catholique. La cloche n'était pas sur place, vendredi lors d'une conférence de presse à l'église du Précieux-Sang à Winnipeg, mais l'Union a affirmé qu'elle serait présente à Batoche en Saskatchewan en juillet. La cloche de Batoche aura toutefois sa demeure principale au Musée de Saint-Boniface à Winnipeg, au Manitoba, a confirmé vendredi son directeur, Philippe Mailhot. Cependant, cet artéfact symbolique dérobé à Batoche en 1885 voyagera ponctuellement et sera utilise a des fins educatives, comme souhaité par l'Union nationale métisse Saint-Joseph.

1

2

Armé d’un chalumeau oxyacétylénique et d’une baguette de soudure d’argent de haute qualité, le maître soudeur, Léo Nolette, procède au travail délicat, voire minutieux, de réparer la fente de Marie Antoinette, la célèbre cloche de Batoche. L’Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba, qui détient la garde de cet icône métis, estime non seulement que Marie Antoinette pourra désormais faire résonner le passé pour une nouvelle génération de Métis, mais aussi inviter les Métis et les Canadiens à la réconciliation.

3

Négociations pour récupérer l'objet symbolique pour les Métis Les négociations entre les membres de l'Union nationale métisse Saint-Joseph et la personne qui était en possession de la cloche légendaire ont débuté il y a plus d'un an et demi, selon le doyen de l'Union, Guy Savoie.

Celui-ci explique que le détenteur de la cloche a choisi de négocier avec son organisme plutôt qu'avec la Fédération des Métis du Manitoba (MMF), qui avait elle aussi tenté à plusieurs reprises de rapatrier l'artéfact. « Celui qui possède présentement la cloche, ou qui peut l'avoir, ne veut pas qu'elle soit donnée à la MMF. C'est un tracas pour lui ça. Il y a un conflit entre lui et M. David Chartrand. Il craint beaucoup que s'il la donne aux associations métisses politiques, qu'elle va servir pour des buts politiques. Et c'est pas pour ça qu'il est allé chercher la cloche. » Pas d'argent versé, selon Savoie Après plus de 20 ans d'attente, l'enthousiasme qu'aurait pu susciter un tel retour est atténué, pour le président la Fédération des Métis du Manitoba, David Chartrand. Durant tout ce temps, la Fédération a tenté de récupérer la cloche, mais le détenteur exigeait la somme de 17 000 $ en contrepartie. « Lorsque quelqu'un commence à exiger beaucoup d'argent pour quelque chose qu'il a volé, c'est de l'extorsion », lance David Chartrand. Guy Savoie affirme, lui, que l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba n'a pas versé un cent en échange de la cloche. L'Union refuse de divulguer l'identité du détenteur de l'artéfact, mais elle assure qu'il se présentera au festival « Retour à Batoche » en Saskatchewan, le 20 juillet prochain. Cette annonce intervient un mois avant la tenue de l'événement pour permettre aux aînés métis de prévoir leurs déplacements et de prendre part aux célébrations.

4

La fête se déroulera durant trois jours et culminera par une messe célébrée par Mgr Albert Thévenot du diocèse de Prince Albert. Le maiître soudeur Léo Nolette répare la cloche de Batoche dans un atelier du nord-ouest de l'Ontario. Crédit photo : Guy Savoie Sources: www.radio-canada.ca/.../007-guy-savoie-cloche-batoc http://la-liberte.mb.ca/premiere-pages/marie-antoinette-retentira

Edited and Compiled by Lawrence Barkwell Coordinator of Metis Heritage and History Research Louis Riel Institute

5

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful