P. 1
Memoire 3

Memoire 3

|Views: 5|Likes:
Published by Pauline Anglada

More info:

Published by: Pauline Anglada on Jul 07, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

07/07/2013

pdf

text

original

JUIN 2013 INSTITUT SUPERIEUR DES TECHNIQUES DU SON ESRA BRETAGNE

EN QUOI LE SON INFLUENCE-T’IL NOS EMOTIONS ?

 

Mémoire ISTS Présenté par : ANGLADA Pauline Directeur : Mr SIMON Laurent  

 

1  

TABLES DES MATIERES :

1. Introduction……………………………………………………..….p3

2. L’émotion :……………………………………………………........p4 a) Qu’est ce que l’émotion ? …………………………………..p4 b) En quoi le son pourrait-il influencer l’émotion ?...................p10

3. Quels types de son pourraient avoir une influence ?........................p16 a) Les facteurs physiques et psychologiques…………………...p16 b) Les facteurs sonores ………………………………..……….p22

4. Battements binauraux et I-Doser……………………………….….p28 a) Qu’est ce que sont les battements binauraux et l’I-Doser.…p28 b) Test……………………….………………………….……..p38

5. Conclusion………………………………………………………....p35

6. Bibliographie…………………………………………………..…..p36

 

2  

1. Introduction :
Nous  avons  tous,  à  l’écoute  d’un  morceau  de  musique,  ressenti  de  la   joie,   de   la   tristesse,   ou   encore   de   l’anxiété.     Certains   morceaux   peuvent   nous   déprimer   comme   d’autres   peuvent   nous   rendre   euphorique.   Nous   pouvons   éprouver   de   la   nostalgie   comme   des   sensations   nouvelles.   Par   exemple,  quand  j’écoute  La  messe  de  Requiem  en  ré  mineur  de  Mozart,  je   ressens  beaucoup  de  tristesse  et  d’angoisse.   De  plus,  lorsque  nous  regardons  un  film,  nous  ressentons  aussi  des   sentiments.     En   regardant   des   films   d’horreurs,   certaines   scènes   font   naître  de  l’angoisse  et  de  la  peur  notamment  par  les  musiques  et  les  sons   présents  qui  plongent  le  spectateur  dans  l’ambiance  du  film.  Cela  est  perçu   différemment  selon  les  personnes.   Nous   avons   tous   ressenti   ses   états   que   nous   appelons   les   «  émotions  ».     Mais   pourquoi   la   musique   nous   provoque   t’elle   ces   réactions  ?     Est-­‐ce   seulement   psychologique   ou   est   ce   que   les   sons   que   nous  percevons  jouent-­‐ils  réellement  un  rôle  dans  notre  ressenti  ?    Le  son   est  une  sensation  sonore  produite  par  une  vibration  de  l’air,  alors  en  quoi   a-­‐t-­‐il  un  rôle  dans  la  perception  de  nos  émotions  ?     J’ai  décidé  de  me  pencher  sur  cette  problématique  afin  de  trouver  le   lien  qui  rapproche  son  et  émotion,    et  pouvoir  comprendre  en  quoi  le  son   peut  chez  nous  des  sensations  émotives.         Dans   un   premier   temps,     nous   définirons   ce   que   l’on   peut   appeler   une  «  émotion  »  et  nous    verrons  par  la  suite  en  quoi  le  son  peut-­‐il  être  lier   à   celle-­‐ci,   ainsi   que   les   facteurs   et   les   paramètres   qui   peuvent   jouer.     Nous   verrons   aussi   qu’il   existe   un   logiciel   qui   stimule   le   cerveau   grâce   à   des   pistes  audio.    

 

3  

2. L’émotion :
a) Qu’est ce que l’émotion ?

D’après le dictionnaire du Larousse, une émotion se définit par un « trouble subit, agitation passagère causés par un sentiment vif de peur, de surprise, de joie, etc. » ou encore une « réaction affective transitoire d’assez grande intensité, habituellement provoquée par une stimulation venant de l’environnement ». Cependant, il n’existe pas réellement de définition de l’émotion car celle ci reste un concept assez vague. Il existe autant d’émotions qu’il existe d’être humain. On ne peut clairement la définir étant donné qu’il est difficile de mettre des mots sur ce que l’on peut appeler « émotion ». Une émotion est propre à chacun et est associée au vécu des personnes.

Il existe des émotions que tout le monde connaît, comme la peur, la colère, le dégout, la joie, la surprise ou encore la tristesse. Ce sont des émotions dites « émotions de base » selon le psychologue Paul Ekman qui fut l’un des pionniers dans l’études des émotions et de leurs relations aux expressions faciales. La peur va se définir par la perception d’une menace ou d’un danger extérieur; la colère par une situation rabaissante ou dévalorisante ; le dégout par « proximité excessive d’un objet ou d’une idée indigeste (d’un point de vue métaphorique) » 1 .La joie se distinguera par un événement positif ou un sentiment de satisfaction, la surprise par l’inattendu et enfin la tristesse par un événement extérieur que ce soit une perte ou encore un sentiment d’impuissance

On appelle couramment une émotion, un sentiment que l’on ressent de manière passagère au niveau du mental et du physique. Le corps engendrera                                                                                                                 1  http://www.psychologue.levillage.org/emotion/     4  

une réaction physique par rapport au ressenti psychologique. Par exemple, une pensée triste chez un être humain se traduira par une contraction de son corps et allant même jusqu’aux larmes.

« Si nous sommes la plupart du temps bel et bien conscient des émotions qui nous envahissent, il reste néanmoins bien rare de savoir les dompter. Ainsi, qu’elle soient heureuses ou malheureuses, dues à des déclencheurs de l’évolution ou de nos propres expériences, nos émotions font bien souvent de nous des esclaves de notre propre esprit ; impossible de retenir une larme lorsque quelqu’un nous quitte, de frissonner à la vue d’un serpent par exemple, ou de rire à la simple vue de notre Jules. » 2 On peut considérer que l’émotion est un moyen d’auto défense du corps humain. Comme dit précédemment, nous reconnaissons nos réactions émotionnelles mais nous ne pouvons pas les contrôler. L’esprit humain va justifier ces réactions par un comportement physique.

                                                                                                                2  http://biochimie.emotions.free.fr/emotions/definition.html     5  

Schéma d’une réaction émotionnelle

Ce schéma nous montre de manière concise ce qu’on peut définir de l’émotion ; la réaction du corps par rapport à l’esprit. On peut d’ailleurs voir le mot émotion vient du latin « «motio » qui veut dire : « en mouvement ». L’émotion est donc bien une réaction extérieure du corps humain. Un mécanisme cérébral permettant aux personnes d’exprimer physiquement leur émotions et ainsi de réduire le stress de l’organisme selon Yves Alexandre Thalmann 3. Nous savons reconnaître des émotions « basiques » au niveau physique, elles nous permettent de communiquer et de s’exprimer avec autrui. On peut considérer que la peur, la colère, la tristesse ou encore l’amour sont des émotions dites « basiques »   Nous   savons   reconnaître   des   émotions   «  basiques  »   au   niveau   physique,   elles  nous  permettent  de  communiquer  et  de  s’exprimer  avec  autrui.                                                                                                                   3  http://www.yathalmann.ch/articles/emotion/exprimer.htm     6  

Par exemple, la peur est une émotion que nous définissons par une contraction musculaire notamment au niveau du visage :  

Crédit : Lie To Me

Expression faciale de la peur On peut voir sur le schéma ci-dessus que la peur se manifeste par des sourcils levés et tirés (1), ainsi que par des paupières supérieures contractées et levées (2). Les paupières inférieures sont tendues (3) et les lèvres sont tirés sur les cotés (4). C’est l’expression faciale de la peur. On peut citer un autre exemple comme la colère :  

  Expression faciale de la colère  

Crédit : Lie To Me

On peut constater sur le schéma ci dessus que les sourcils sont froncés et réunis (1), les yeux sont brillants (2) et que les lèvres se réunissent (3).   7  

Nous retrouvons comme émotion de base : la joie.

Crédit : Lie To Me

Expression faciale de la joie

Elle se définit par des petites rides au coin des yeux (1), par la hausse des joues (2) et par le muscle qui se dessine autour des yeux (3).   La tristesse :

  Expression faciale de la tristesse

Crédit : Lie To Me

La tristesse se reconnaît par les paupières supérieures tombantes (1), le regard vide (2) ainsi que les coins de lèvres tirant vers le bas (3).

 

8  

La surprise :

Crédit : Lie To Me

Expression faciale de la surprise

La surprise se définit par les sourcils soulevés (1), les yeux élargis (2) et la bouche ouverte (3).

Enfin le dégout :

Crédit : Lie To Me

Expression faciale du dégout Le dégout se caractérise par le nez relevé (1), et par la lèvre supérieure soulevé (2).

 

9  

Nous avons donc défini ce que sont les émotions de base. La combinaison de ces émotions permet à l’être humain d’avoir des émotions plus complexes.

Nous avons vu que les émotions étaient engendrées par des évènements extérieurs, des situations, un vécu. Cependant elles peuvent être véhiculées par d’autres facteurs notamment les 5 sens du corps humain (le toucher, le gout, la vue, l’odorat et l’ouïe.). Les 5 sens du corps humains nous confrontent à ces différentes situations et à du vécu personnel ce qui nous amène à avoir des émotions.

Nous allons nous intéresser plus précisément à l’ouïe. L’ouïe est le sens avec lequel nous percevons les sons. En quoi le son pourrait influencer nos émotions ?

     

 

10  

2. L’émotion :
b) En quoi le son pourrait-il influencer nos émotions ?

On a pu définir en un premier temps ce qu’était une émotion et à quoi elle était due. Que ce soit des situations, un vécu ou encore des évènements extérieurs. En quoi le son pourrait-il avoir un rapport avec le déclenchement d’émotions. Le corps humain est composé de 5 sens qui nous amène à vivre des réactions émotives. Ces 5 sens peuvent nous rappeler des souvenirs, nous plonger dans des situations qui nous provoquent des émotions. Lorsque le son est perçu et parvient au cerveau, il transmet des informations pour que celui-ci déclenche la « phase de réaction cérébrale »4. Ces informations vont être envoyés de façon simpliste vers deux pôles du cerveau. L’amygdale ou bien l’ATV. L’amygdale et l’ATV font parti du système limbique. Le système limbique est une partie du cerveau qui joue un rôle dans le comportement et en particulier dans les émotions. L’amygdale est un complexe de noyau dans le cerveau dans la région frontale du lobe temporal. La fonction de l’amygdale est de décoder des émotions notamment de peur et d’angoisse qui sont transmises par le thalamus ou le cortex sensoriel mais qui peuvent aussi être transmise par l’hippocampe. (L’hippocampe joue un rôle central dans la mémoire et permet donc de transmettre des émotions d’angoisse et de peur par rapport au vécu de la personne).                                                                                                                 4  

http://biochimie.emotions.free.fr/emotions/reaction_cerebrale/parties_cerebrales_actives.html  

   

11  

:

Crédit : Larousse

Schéma du lobe frontal du cerveau

Crédit : http://lecerveau.mcgill.ca

Schéma de l’information atteignant l’amygdale. On aura donc un son (le stimulus émotionnel) qui sera transmis au thalamus sensoriel. A ce niveau là, l’information prendra deux routes. Une route courte (mais moins précise) pour transmettre l’information à l’amygdale.

 

12  

Cette route courte permet à l’être humain de se préparer à un éventuel danger. La route longue, quand à elle, qui est plus longue et plus précise passe par le cortex sensoriel. Elle analyse de façon plus précise le danger. Enfin, l’hippocampe quant à lui nous renseignera par rapport au contexte grâce à la mémoire explicite (vécu ou connaissance de concept, d’idées…).

L’ATV est l’aire tegmentale ventrale. Elle est composée d’un nombre important de neurones dans le mésencéphale. L’ATV est le centre cérébral du plaisir. L’information est transmise à l’ATV qui va libérer de la dopamine dans un autre centre cérébral : le noyau accumbens.

Crédit : http://lecerveau.mcgill.ca

Schéma du centre cérébral du plaisir Le son va donc être transmis à l’ATV qui le transmettra au noyau accumbens, au septum, à l’amygdale (l’amygdale qui fonctionne comme un système d’alerte fonctionne aussi dans la perception du plaisir), ce qui déclenchera une réponse émotionnelle de plaisir et de joie.

 

13  

L’amygdale et l’ATV vont donc évaluer la réaction émotionnelle de l’individu qu’elle soit positive (joie, plaisir) ou négative (peur, angoisse…). Ces informations vont être transmises au cortex préfrontal qui va choisir l’émotion adaptée et les transmettre à l’hypothalamus. Celui ci transmettra à l’organisme et au cerveau la réaction émotionnelle. Les neurones participent également à la diffusion de la réaction grâce aux neurotransmetteurs notamment comme la dopamine, l’adrénaline ou encore la noradrénaline. C’est ce qu’on appelle la « phase de réponse de l’organisme » 5.

Crédit : http://lecerveau.mcgill.ca

Schéma complet de l’action émotionnelle

Le septum fait parti du système limbique et du système de récompense comme l’ATV et le noyau accumbens ainsi que le cortex préfrontal. Il joue un rôle important dans la perception du plaisir, notamment sexuel. L’amygdale transmettra des informations aussi au septum pour évaluer l’émotion. Pour donner un exemple concret, un enfant qui dort dans une grande maison qu’il ne connaît pas, va avoir peur en entendant des grincements à l’étage du dessus. Il pensera à des monstres ou à des fantôme. Les grincements                                                                                                                 5  http://biochimie.emotions.free.fr/emotions/reponse.html     14  

seront le stimulus émotionnel. En passant par la route courte, l’enfant se préparera à un éventuel danger mais en passant par la route longue, il relativisera sa peur en comprenant que ce ne sont que des grincements d’une vieille maison. On peut donc dire que le son a un certain contrôle sur nos émotions. Nous allons nous pencher maintenant voir quels types de sons pourraient avoir une influence sur nos émotions.

 

15  

3. Quels types de son pourraient avoir une influence ?:
a) Les facteurs physiques et psychologiques

On a vu dans une première partie que le son influençait nos émotions par le cerveau et le système limbique.

Nous allons voir maintenant quels sont les différents facteurs qui peuvent influencer nos émotions, que ce soit au niveau physique, psychologique ou encore sonore. Ces facteurs influencent notre cerveau et donc notre état émotionnel.

Tout d’abord, chaque personne perçoit les sons différemment, il aura donc des émotions différentes par rapport aux autres êtres humains. Cela dépend de plusieurs facteurs.

Il existe d’abord les facteurs physiques et psychologiques, que nous allons définir. Ils dépendent de chaque personne. La femme a tout d’abord une meilleure ouïe que l’homme. Selon Serge Ginger, psychothérapeute spécialisé dans les neurosciences : « L’ouïe est 2,4 fois plus fine chez les femmes que chez les hommes. (…). Elles ont donc une ouïe plus affinée pour entendre leurs enfants ». De plus, Serge Ginger rajoute : « En fin de compte, il y a une différence dans l’ensemble des perceptions. Au niveau émotionnel, au niveau de la mémoire, les différences sont également nombreuses. Elles ont à la fois un support biologique, donc lié à la fabrication du cerveau, et à la fois un support social, éducatif, puisque les garçons et les filles ne sont pas éduqués pareil, ils n’ont pas tout à fait les mêmes

 

16  

fonctions. »6. Selon le portail de l’audition, une étude a été posté qui montre que la déficience auditive est plus importante chez l’homme que chez la femme :

Crédit : http://www.audiofr.com

Courbe de la déficience auditive selon le sexe chez une personne adulte

Cette courbe présente le nombre de personnes atteintes de déficience auditive chez des adultes, notamment de plus de 50 ans. Il semblerait, toujours selon le portail de l’audition, que cela est du à l’activité professionnelle. Les hommes auraient tendance à travailler dans des milieux bruyants et auraient un temps d’exposition plus prolongé.

On a donc un premier facteur physique qui est le sexe de la personne. Ce facteur va modifier la perception du son. De plus ce n’est pas seulement l’ouïe qui diffère en fonction de l’homme et la femme mais toutes les perceptions humaines. Une femme percevra donc ses émotions de manière différente qu’un homme. Cela est du à son instinct maternel.

                                                                                                                6  http://www.influencia.net/fr/actualites1/gender-marketing,differences-neuronalescomportementales-entre-hommes-femmes,108,2010.html     17  

On retrouve un autre facteur : l’âge de la personne. Un jeune adulte ne perçoit pas les sons de la même manière qu’une personne âgée. L’audition diminue en vieillissant.    

 
Crédit : http://www.audiofr.com

Courbe de déficience auditive selon l’âge.

A partir de 50 ans, la déficience auditive s’accrue. Les personnes âgées ont tendance à perdre en premier l’audition des fréquences aigues avant de perdre l’ensemble des fréquences. Cela est du au vieillissement des organes de l’audition. Les tympans se fragilisent et les osselets perdent de leur souplesse7.

L’âge est un facteur physique important car la perception du son est différente selon l’âge de la personne. Le son arrivera de manière différente au cerveau et l’émotion sera perçue d’une autre manière.

Un troisième facteur physique est la socio-acousie. C’est la perte d’ouïe qui est du au contexte social. Cette perte d’ouïe est due à la « pollution sonore » environnante. Elle se développe en fonction du paysage sonore. Si la                                                                                                                 7  http://www.audiofr.com/grandpublic/65_audition-etat-des-lieux.html     18  

personne habite ou travaille dans un environnement bruyant ; ainsi que son temps d’exposition au bruit. Un ouvrier travaillant dans le bâtiment aura une perte auditive plus importante qu’un employé de bureau. Cet ouvrier aura une perte d’audition au niveau des fréquences où fonctionnent ses machines de travail.

Crédit : http://www.micha.fr/edu/spip.php?article9

Cet audiogramme est un exemple d’une perte due à la socio-acoustie.

Un autre facteur physique qui engendre une différence de perception est la fatigue. Dans les « Etudes sur la fatigue auditive » de R.Gaussé (directeur du laboratoire d’otologie Expérimentale) et P.Chavasse (Ingénieur en chef des télécommunications) la fatigue auditive est définit comme la diminution passagère de sensibilité de la fonction de l’audition sonore sous l’influence d’une excitation sonore.

Un autre facteur est la prise de drogues ou d’alcools ou de certains médicaments qui modifient la perception auditive. Ces substances vont modifier les messages chimiques sui sont transmis au cerveau et vont altérer la sensibilité et les comportements. L’alcool joue aussi sur le nerf auditif8. Le                                                                                                                 8  http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=acouphenes_pm     19  

cerveau va donc percevoir différemment les informations que le stimulus extérieur lui transmet et va augmenter son temps de réaction et l’émotion va être comprise de manière différente. C’est pour cela que lorsqu’une personne est alcoolisée ou droguée, elle aura un comportement souvent excessif car ses émotions sont amplifiées et modifiées par les substances que son corps a absorbé.

Les acouphènes peuvent être causés par l’alcool (vu que celui ci joue sur le nerf auditif) mais pas seulement. C’est une maladie affectant l’audition. L’être humain ressent des bruits parasites comme des sifflements ou des bourdonnements dans les oreilles, ce sont des troubles auditifs. C’est ce qu’on appelle les acouphènes. Cette maladie est liée à un dysfonctionnement du système auditif.

Crédit : http://www.oreillemudry.ch/origine/

Schéma de la modification émotionnelle par un trouble auditif (acouphène)

Les acouphènes font donc parti des facteurs physiques qui engendrent des modifications auditives et donc du système émotionnel.

 

20  

Enfin, on peut retrouver comme facteur psychologique la prévisibilité des signaux. C’est à dire que le cerveau prévoit à l’avance l’arrivée d’un son et se prépare à recevoir les informations de celui-ci. La personne ne sera pas surprise car elle s’attend à l’avance de l’entendre. Le son sera perçu différemment si la personne s’attend à l’entendre ou pas. La réaction émotionnelle ne sera pas la même. Par exemple, si on s’attend à entendre un bruit violent de choc, le cerveau n’aura pas une réaction émotionnelle de surprise alors qu’il en aura une si il ne s’attend pas à l’entendre.

Tous ces facteurs psychologiques et auditifs, c’est à dire le sexe de la personne, son age, la socio-acousie, la prise de drogues ou d’alcools, les acouphènes ou encore la prévisibilité des signaux sonores modifieront la sensibilité auditive de l’être humain et joueront sur l’état émotionnel de la personne.     On a donc des facteurs psychologiques et physiques qui jouent sur la

sensibilité auditive et sur l’état émotionnel.

 

21  

3. Quels types de son pourraient avoir une influence ?:
b) Les facteurs sonores
On a vu dans une première partie qu’il existe des facteurs physiques et psychologiques qui jouent sur la perception des sons et qui jouent sur les réactions émotionnelles. Cependant, il existe aussi des facteurs sonores qui jouent sur l’émotion. L’intensité est un facteur sonore émotionnelle. En effet, il a été prouvé que plus l’intensité sonore était importante, plus l’être humain était soumis au stress et à l’anxiété. De plus, il aura tendance à se fatiguer beaucoup plus rapidement.

Crédit : http://lotissementbellevue.blogspot.fr/

Représentation de l’échelle de bruit

On peut constater sur ce schéma, que plus on monte en intensité sonore, plus on a des bruits que l’on considère comme « désagréable ». On aura donc une réaction émotionnelle différente en fonction de l’intensité avec laquelle on reçoit le son.   22  

Cependant, le corps humain peut ressentir aussi plus d’émotion avec une intensité moins élevée, cela est du aussi aux fréquences. On sait que le cerveau fonctionne avec un rythme cérébral qui est du à l’activité électrique des neurones du cerveau9. Ces ondes sont de très faibles amplitudes. Elles dépendent de chaque personne, de son état psychologique et physique. On distingue les principaux rythmes cérébraux chez les êtres humains : Alpha, Beta, Delta, Thêta, Gamma. Les fréquences Alpha sont les fréquences entre 8,5 et12Hz. Elles sont associées au repos et à l’apaisement. Les fréquences Beta sont des fréquences supérieures à 12 Hz (et inférieure à 45Hz), elles sont associées à la concentration, aux périodes d’activités intenses, aux situations difficiles et à l’anxiété. Les fréquences Delta vont jusqu’à 4 Hz. Elles peuvent caractériser des lésions cérébrales chez l’adulte ou un profond sommeil sans rêve. Les fréquences Thêta vont de 4,5 à 8 Hz. Elles sont associées à des états de somnolence ou à des états d’hypnoses et de trance. Enfin les fréquences Gamma sont supérieure à 26 Hz, et caractérise une très forte activité cérébral.

Crédits http://www.co-bw.com

Représentation d’ondes Alpha, Beta, Thêta et Delta 10

                                                                                                                9  http://fr.wikipedia.org/wiki/Rythme_cérébral  

10  Cps  :  cycle  par  seconde.  (Correspond  aux  Hertz)  

 

23  

Le Dr Leonard G.Horowitz et le Dr Joseph S Puleo dans leur livre « Healing Codes for the Biological apocalypse » ont montré qu’il existe un rapport entre les notes de base du solfège (le solfège était composé à la base de 6 notes et pas de 7, et le Do s’appelait Ut) et les réactions sur notre corps. Les 6 notes fondamentales du solfège de base sont les suivantes : Ut (= 396Hz), Ré (= 417Hz), Mi (= 528Hz), Fa (= 639Hz), Sol (= 741Hz), La (= 852Hz) Le Ut serait une fréquence qui diminuerait la peur. Le Ré permettrait de faire face à des changements de situations. Le Mi est une fréquence qui guérirait. Le Fa est une fréquence qui aiderait au niveau social. Le sol aiderait notre subconscient à agir et enfin le La nous aiderait au plan spiritualité et amour. Les 6 notes du solfège (inventés par le musicien Arezzo avec l’hymne latin : « Ut Queant Laxis») et les fréquences de ces notes sont devenus les 6 fréquences fondamentales du corps et de l’esprit.

Crédit : http://en.wikipedia.org/wiki/File:Ut_Queant_Laxis_MT.png

Hymne latin : « Ut Queant Laxis » On peut donc voir que les fréquences agiraient sur notre corps  et  auraient  un   impact  dans  nos  états  émotionnels.    

 

24  

Enfin on peut retrouver un autre facteur sonore qui joue sur les réactions émotionnelles. Les intervalles consonants et dissonants. des sons purs (car ils n’ont pas d’harmoniques) Un intervalle est un écart de hauteur entre deux notes. Il peut être harmonique (notes jouées simultanément) ou mélodique (notes jouées simultanément). La consonance est un ensemble de son de deux notes ou plus (des accords ou des intervalles) qui donne un ressenti « agréable » à la personne. La dissonance est le contraire de la consonance. C’est à dire qu’elle produit un son « désagréable » à l’oreille. La consonance et la dissonance ont une influence sur le cerveau par rapport au ressenti de l’auditeur. La consonance étant agréable ne sera pas traitée par la même partie du cerveau que la dissonance qui est désagréable. Elles dépendent des tonalités harmoniques utilisées. La consonance et la dissonance ne s’appliquent qu’à des sons musicaux et non à des sons purs (car ils n’ont pas d’harmoniques) Il existe plusieurs types de consonances. La consonance parfaite, imparfaite et mixte. La consonance parfaite est un intervalle harmonique (comme l’unisson juste, l’octave juste…) qui donne une impression de stabilité, d’accomplissement et de détente. La consonance imparfaite est n intervalle harmonique (comme la tierce majeure ou mineure, la sixte majeure ou mineur…) qui produit un effet de détente mais d’inachèvement. La consonance mixte est un intervalle harmonique (comme la quarte juste) qui varie selon comment elle est employée. Elle peut aussi considérée comme dissonante. La consonance et la dissonance ne s’appliquent qu’à des sons musicaux et non à

A l’opposé, les intervalles dissonants sont la seconde majeure ou mineur, la septième majeure ou mineure ou tout intervalle augmenté et diminué.

 

25  

Crédit : http://dictionnaire.metronimo.com/img/intervalle.jpg

Consonance et Dissonance

 

26  

On a pu voir qu’il existe dans la musique des consonances et des dissonances qui agissent sur le ressenti de l’être humain. Ils dépendent cependant de chaque être humain, à sa façon de les percevoir. Elle peut changer en fonction de son âge, de sa culture ou encore de sa physiologie. Il existe des facteurs sonores qui modifient notre perception auditive et qui vont agir sur notre ressenti émotionnel comme l’intensité, les fréquences et les intervalles dissonants et consonants.

Plusieurs facteurs agissent donc sur notre état émotionnel. Ils peuvent être physique comme l’âge, le sexe la socio-acousie, les acouphènes, la prise de substance ou encore sonore comme l’intensité, les fréquences et les intervalles dissonants et consonants. Ces facteurs vont jouer sur notre ressenti et notre perception à percevoir les informations jusque dans notre cerveau et ainsi pouvoir analyser nos émotions. En se penchant sur les facteurs sonores, nous avons pu voir que les fréquences du cerveau jouaient une partie importante sur l’humeur et les émotions. Nous allons dans notre troisième partie, nous pencher sur la découverte du physicien Heinrich Wilhelm Dove qui va s’intéresser à la question des battements binauraux.

 

27  

4. Battements binauraux et l’I-Doser:
a) Qu’est que sont les battements binauraux et I-Doser
On a vu que le cerveau émettait des ondes qu’on mesure en Hertz. On divise cette activité cérébrale en différentes catégories : Alpha, Beta, Delta, Thêta, Gamma. Le cerveau est divisé en deux hémisphères (la gauche et la droite). Elles ont des rythmes cérébraux différents. Un battement binaural est un effet qui se produit dans le cerveau si deux tonalités de fréquences légèrement différentes sont perçues à chaque oreille. Le cerveau percevra un battement comme si les deux sons se mélangeaient de manière naturelle. La différence des deux fréquences devra être inférieure à 30 Hz pour que l’effet se produise. A plus de 30 Hz, le cerveau analysera deux sons distincts et l’effet de battement ne se produira pas. De plus, la fréquence des tonalités doit être inférieure à 1000 Hz pour que le battement soit perçu. Par exemple, si une oreille reçoit un son de 500 Hz et l’autre son de 505 Hz, la différence sera de 5Hz. Le cerveau adoptera alors une fréquence de 5Hz. Cette fréquence est appelée « fréquence résiduelle ». Elle permettrait au cerveau de synchroniser ses deux hémisphères.

Crédit : http://a142.idata.over-blog.com/

Schéma de fonctionnement du binaural

 

28  

La synchronisation des deux hémisphères se fait grâce à l’influence du battement sur le noyau olivaire qui se situe au niveau du tronc cérébral. Le complexe olivaire gère les informations auditives.

Crédit : http://tout-sur-i-doser.monsite-orange.fr/questcequuni-doser/index.html

Schéma du circuit du son du tympan à la synchronisation des hémisphères

Le physicien Heinrich Wilhelm Dove a découvert la technique des battements binauraux en 1839 mais il aura fallu attendre 100 ans pour que cette technique soit théorisée par le docteur Gérald Oster en 1973 dans un article intitulé : « Auditory Beats in the Brain » publié dans le Scientific American. Une équipe de l’institut Monroe mettra au point une technologie audio : « Hemi-sync » qui a pour objectif d’améliorer les capacités mentales des individus. Les recherches de l’institut ont permis à l’institut de pouvoir dire que « Certains types de fréquences sonores amènent l’être humain à des états de conscience peu accessibles en temps ordinaire ». En 1975, l’institut Monroe   29  

fera breveter leur procédé de synchronisation des hémisphères gauche et droite du cerveau et donnera alors le nom à ce procédé de : « FFR » (Fréquence Following Response) ou battements binauraux.

Les battements binauraux agissent directement au niveau du cerveau et permettent à une personne de déclencher des états émotionnels, de réduire le stress ou l’anxiété ou encore de se relaxer. En fonction des fréquences que l’on cherche, on obtiendra des résultats différents.

Nous avons vu les catégories des ondes cérébrales du cerveau : Gamma (très grande créativité. Fréquences à plus 26 Hz), Alpha (relaxation, sommeil léger. Fréquences de 8,5 à 12 Hz), Beta (concentration, créativité. Fréquences de 12 a 45 Hz), Thêta (états de somnolence ou d’hypnose. Fréquences de 4,5 à 8 Hz), Delta (sommeil très profond. Fréquences allant jusqu’à 4 Hz).

De nos jours, les effets recherchés par ces battements binauraux sont très divers. Certains cherchent des effets de relaxation, d’autres veulent combattre la timidité ou encore la recherche d’états de transe et d’hypnose.

En 2005, le logiciel de l’I-Doser est apparu et propose un nouvel usage des battements binauraux. Ils pourraient a priori reproduire des effets similaires à ceux de la drogue. On parle de « drogue auditive ». Il existe d’autres logiciels comme : SBaGen, Gnaural qui permettent de créer des fichiers de battements binauraux.

 

30  

Crédit : educaticvo.blogspot.com

Interface du logiciel I-Doser Le principe est de télécharger le logiciel et ensuite d’acheter des doses de drogues auditives qui sont vendus en ligne. On choisit sa dose en fonction des effets que l’on veut atteindre. Une dose dure de 5 à 50 min. Cependant, les effets de l’I-doser sont assez mitigés. Le site officiel a fait une étude concernant les consommateurs et a obtenu les résultats suivants :

Crédit : www.i-doser.com

Sondage publié sur le site officiel de l’I-Doser On peut voir que les avis divergent mais que seulement 20% des individus ayant répondus au sondage ne sont pas convaincus,.

 

31  

Le sujet du battement binaural reste un sujet de dispute pour savoir si les battements fonctionnent vraiment sur le cerveau humain et si le logiciel IDoser n’est pas une arnaque. C’est pour cela que j’ai réalisé des tests afin de voir les résultats de l’i-doser sur un panel d’individus entrainés et sur un panel d’individus non-entrainés.

                               

 

32  

4. Battements binauraux et l’I-Doser:
b) Tests
J’ai réalisé une série de tests sur différents individus avec le logiciel de l’I-Doser pour savoir les effets des battements binauraux. Les tests ont été réalisés avec un casque audio sur 5 personnes. Les testeurs étaient allongés dans le noir, au calme, dans une pièce isolée. Ils ont testés deux doses différentes : La Quick Happy (dose rendant joyeux) et l’Orgasm (dose qui provoque une grande excitation voir un orgasme). Les individus entrainé connaissent le principe de l’I-Doser et les individus nonentrainés ne connaissent pas le principe.

Individus entrainés: Individus 1 Sexe/age H /21 Quickhappy Orgasm Non concluant 2 3 4 F/27 H/18 H/36 concluant concluant Non concluant 5 F/19 Concluant concluant concluant Non concluant Concluant N’a pas ressenti tous les effets sur l’orgasm concluant Commentaires QuickHappy trop court pour avoir un effet n/c n/c

Chez les individus entrainés, on peut remarquer qu’en grande partie les résultats sont positifs. 60% de résultats positifs pour le Quickhappy et 80% de résultats concluants pour la dose Orgasm. Les résultats ne sont pas entièrement concluants.

 

33  

Individus non entrainés : Individus 1 2 Sexe/age F/23 F/21 Quickhappy Orgasm concluant Non concluant 3 H/21 Non concluant 4 F/27 Non concluant 5 H/35 Non Concluant Non concluant Non concluant concluant concluant n/c Insupportable pour les oreilles A juste souri sur le quickhappy Grande sensation sur l’orgasm Commentaires

Chez les individus non entrainés, on remarque le test est beaucoup moins concluant. Seulement 20% pour le Quickhappy et 20% pour l’Orgasm.

On peut conclure de ce test que les résultats sont mitigés. On remarque que les résultats sont plus positifs chez les individus entrainés. On peut se poser la question de savoir s’il n’y a pas un facteur psychologique dans l’utilisation de l’I-Doser.

 

34  

5. Conclusion:
L’émotion est un sentiment qu’une personne traduit de manière psychologique et physique. Elle est due à des évènements extérieurs, un vécu ou une situation. Elle est aussi véhiculée par les 5 sens de l’être humain, notamment par le son. Le son va être transmis au cerveau et va agir sur l’émotion en deux phase : avec la phase de réaction cérébrale puis par la phase de réaction de l’organisme. Plusieurs facteurs peuvent agir sur les émotions. Des facteurs physiques (sexe, âge, socio-acousie, acouphènes, prise de substances…) et des facteurs sonores (intensités, fréquences, intervalles consonants et dissonants…). Ils vont agir sur notre perception du son et donc de notre ressenti. On a pu voir aussi que des recherches ont été faites avec les battements binauraux pour altérer les fréquences de notre cerveau afin de créer des émotions, et des états d’esprits.

On peut donc conclure que le son influence nos émotions. Le cerveau analyse les sons qu’on entend et permet de les analyser afin de créer dans l’être humain des états émotionnels. Il serait intéressant par la suite de se pencher sur la question de savoir si le son peut influencer notre cerveau d’autres part que émotionnellement. Est ce que le son a un rôle dans notre développement physique et mental ?

 

35  

6. Bibliographie:

Livres :
« Son, images et langage » Francois Laplatine « Musique, Langage, Emotion » Régine Kolinsky, José Morais, Isabelle Peretz « Healing Codes for the Biological apocalypse » Leonard G.Horowitz, Joseph S Puleo « Auditory Beats in the Brain » Gérald Oster dans « Scientific American »

Sites internet :
http://www.psychologue.levillage.org/emotion www.influencia.be http://biochimie.emotions.free.fr http://www.yathalmann.ch/articles/emotion/exprimer.htm http://lecerveau.mcgill.ca http://tout-sur-i-doser.monsite-orange.fr/ www.i-doser.com http://dictionnaire.metronimo.com http://www.audiofr.com http://www.co-bw.com www.wikipedia.com http://enquoilessonsinfluencentilsnosemotions.e-monsite.com

 

36  

http://www.ecole-et-relaxation.com/html/cerveau_contenu.htm http://www.persee.fr http://institutmonroe.fr www.luminescence.be

 

37  

 

38  

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->