REVUE DE PRESSE DU 18 AU 24 MAI 2009

LA VIE DU MODEM...........................................................................................................................................................4 AGENDA ..............................................................................................................................................................................4 Rendez-vous médias......................................................................................................................................................4 28 Mai 2009 – France 3 – 23h10 - Débats des principales têtes de listes au européennes .........................................4 25 Mai 2009 - 12h45 - Debat Marielle de Sarnez – Daniel Cohn Bendit sur BFM-TV .............................................4 François Bayrou invité sur France Culture mardi 26 mai, sur LCI, Radio Notre-Dame et RCF jeudi 28 mai...........4 LE TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU .................................................................................................................4 Midi libre - François Bayrou le mardi 26 Mai à Rivesaltes (66) ................................................................................4 REACTIONS ET INTERVENTIONS .......................................................................................................................................5 Modem Gironde ............................................................................................................................................................5 24 mai 2009 - Floirac : le Mouvement Démocrate dénonce l'arrestation des deux écoliers.......................................5 20 mai 2009 - Travail parlementaire : lorsque les chiffres parlent, ils sont en faveur d'Anne Laperrouze ! ..............5 18 mai 2009 - Le général Philippe Morillon nommé Chef de la mission d'observation de l'UE pour les élections en Afghanistan...............................................................................................................................................................6 Marielle de Sarnez ........................................................................................................................................................7 22 mai 2009 - Violence scolaire : Marielle de Sarnez voit dans les propositions du gouvernement un "aveu de défaite"........................................................................................................................................................................7 LE MODEM DANS LES MEDIAS ....................................................................................................................................7 PRESSE ...............................................................................................................................................................................7 Slate.fr – Jean-François Copé (je vous invite à aller répondre) ..............................................................................7 23 Mai 2009 - La méthode Bayrou décortiquée .........................................................................................................7 Reuters ...........................................................................................................................................................................9 24 Mai 2009 - Jean-François Copé qualifie François Bayrou de "joueur de poker" ..................................................9 AFP.................................................................................................................................................................................9 24 mai 2009 - Cohn-Bendit (Verts): Bayrou "déraille" ..............................................................................................9 23 Mai 2009 - Bayrou: un "recours contre les abus de pouvoir, c'est le peuple"......................................................10 22 Mai 2009 - Violence scolaire: les propositions de Darcos, un "aveu de défaite" selon le MoDem.....................10 20 Mai 2009 - Européennes: le modèle américain, "modèle des inégalités", pour Bayrou ......................................11 La Tribune...................................................................................................................................................................12 18 mai 2009 - François Bayrou : "Il faut qu'on sorte du dumping fiscal, arme du creusement des inégalités"........12 18 mai 2009 - Demandez le programme...................................................................................................................15 Les Echos .....................................................................................................................................................................17 18 Mai 2009 - Européennes : Bayrou à nouveau au centre du jeu............................................................................17 Le Figaro......................................................................................................................................................................18 24 mai 2009 - Modem: Valls refuse la "course-poursuite".......................................................................................18 24 mai 2009 - Bayrou aborde les européennes l'oeil rivé sur 2012 ..........................................................................18 24 mai 2009 - Dati : François Bayrou est «le meilleur des socialistes» ...................................................................19 22 Mai 2009 - Bayrou sur un petit nuage .................................................................................................................20 19 Mai 2009 - D'où viennent les électeurs du MoDem ?..........................................................................................21 19 Mai 2009 - Jean-François Kahn fait sa révolution...............................................................................................22 18 mai 2009 - Cible de l'UMP et du PS, Bayrou contre-attaque ..............................................................................23 Le Monde.....................................................................................................................................................................24 22 Mai 2009 - Daniel Cohn-Bendit chasse sur les terres du Parti socialiste et du MoDem .....................................24 20 Mai 2009 - Le lait s'invite dans le débat des européennes ...................................................................................25 20 Mai 2009 - Les confidences de Juppé sur l'avenir de Bayrou..............................................................................26 20 Mai 2009 - L’UMP et le PS cherchent à cristalliser la campagne autour de leurs projets...................................26 18 mai 2009 - François Bayrou s'impose comme le grand perturbateur de la campagne.........................................27 19 Mai 2009 - “Les tracts pour les européennes, les gens n’en veulent pas” ...........................................................28 18 mai 2009 - Bruno Lemaire : "François Bayrou ne parle que de lui"....................................................................30 France Soir ..................................................................................................................................................................31
FJ - 1

23 Mai 2009 - Européennes - Demandez le programme ..........................................................................................31 Libération ....................................................................................................................................................................33 23 Mai 2009 - La tentation de la mutinerie permanente ...........................................................................................33 22 Mai 2009 - Campagne audiovisuelle européenne: le Modem repêché de justesse ..............................................34 20 Mai 2009 - La drôle de campagne européenne de François Bayrou....................................................................35 18 Mai 2009 - Bayrou et l’increvable besoin d’adorer .............................................................................................37 Le Journal du Dimanche............................................................................................................................................38 19 Mai 2009 - Cavada: Bayrou est "féroce" .............................................................................................................38 18 mai 2009 - Sarnez se paie Cohn-Bendit...............................................................................................................40 Le Parisien...................................................................................................................................................................40 17 mai 2009 - Européennes : Bayrou réplique à Cohn-Bendit .................................................................................40 Metro............................................................................................................................................................................40 19 Mai 2009 - Bayrou, ennemi public numéro un ....................................................................................................40 Rue89 ...........................................................................................................................................................................41 19 mai 2009 - Les européennes, nouvel épisode des aventures de Bayrou ..............................................................41 Challenges....................................................................................................................................................................42 24 Mai 2009 - Le bon coup médiatique de François Bayrou....................................................................................42 L’Express.....................................................................................................................................................................43 19 mai 2009 - Comment votent les eurodéputés?.....................................................................................................43 Le Point........................................................................................................................................................................43 23 Mai 2009 - Le MoDem aura finalement droit aux 20 minutes d'antenne ............................................................43 22 Mai 2009 - MA VIE DE DÉPUTÉ EUROPÉEN : MARIELLE DE SARNEZ (MoDem) - "Les règles en matière de sécurité maritime ont été durcies" ...........................................................................................................44 19 Mai 2009 - AUNG SAN SUU KYI - Marielle de Sarnez approuve l'intervention de Carla Bruni-Sarkozy.......45 Le Nouvel Observateur ..............................................................................................................................................45 24 mai 2009 - Copé: Bayrou ne "prospère que sur la fragilité du PS"......................................................................45 23 Mai 2009 - Programmes "mensongers" à l'UMP et au MoDem selon le PS .......................................................46 21 Mai 2009 - CSA/Clip : Corinne Lepage appelle à soutenir le PS........................................................................46 21 Mai 2009 - Bayrou sur nouvelobs.com : le compte-rendu...................................................................................47 Marianne .....................................................................................................................................................................47 22 Mai 2009 - La chasse au Bayrou, une impasse politique.....................................................................................48 21 Mai 2009 - Européennes : des sondages tout faux...............................................................................................50 Mediapart ....................................................................................................................................................................50 21 Mai 2009 - Corinne Lepage: «Je trouve inadmissible d'avoir aidé les banques sans aucune conditionnalité» ...50 La Voix du Nord .........................................................................................................................................................52 22 Mai 2009 - Corinne Lepage (MoDem) prône le bien vivre ensemble .................................................................52 La Nouvelle République .............................................................................................................................................53 23 Mai 2009 – Maurice Leroy : « Royal ou Bayrou : l’un des deux ment » ............................................................53 M6 Info – 23 Mai 2009 - Européennes : le MoDem se mobilise..............................................................................54 Politique Digitale.........................................................................................................................................................55 23 Mai 2009 - Agissons contre l'effondrement du prix du lait avec une autre Commission européenne.................55 AUDIOVISUEL ...................................................................................................................................................................55 François Bayrou..........................................................................................................................................................55 23 Mai 2009 – France Inter - Bayrou lance le MoDem dans la bataille des Européennes .......................................55 Marielle de Sarnez ......................................................................................................................................................56 LCP - Emission « Pile et Face » jeudi 21 mai face à Harlem Désir ........................................................................56 LE MODEM EN REGIONS..............................................................................................................................................56 SUD-OUEST ......................................................................................................................................................................56 Sud-Ouest – 23 Mai 2009 – L'explication de texte de Bayrou .................................................................................56 22 Mai 2009 - GIRONDE. Kahn, un style décoiffant ..............................................................................................57 Sud Ouest – 20 mai 2009 – Les jeunes MoDem ont envie d'Europe........................................................................59

FJ - 2

Sud-Ouest – 20 mai 2009 – Mérignac : réactions des deux leaders d’opposition, MoDem. Fabien Rothé s'émancipe ..................................................................................................................................................................................59 SUD ...................................................................................................................................................................................60 23 Mai 2009 – Midi Libre - Le MoDem en campagne à Alès..................................................................................60 21 Mai 2009 - MoDem au bord de l'eau ...................................................................................................................60 CENTRE ............................................................................................................................................................................61 Zoom 43 - 22 Mai 2009 - Un café démocrate sur l'Europe et la PAC au Puy avec le Modem43 ............................61 OUEST...............................................................................................................................................................................61 24 mai 2009 – Le télégramme – Saint-Brieux : UMP/MoDem. Une trêve dans l'affrontement...............................61 22 Mai 2009 - Saint-Brieuc, Mairie. La majorité en plein imbroglio ......................................................................62 22 Mai 2009 – Sud-Ouest - CHARENTES. Le Modem à bicyclette .......................................................................63 20 Mai 2009 – Agence Bretagne Presse – Communiqué des jeunes démocrates du Finistère : Le MoDem a un Projet Démocrate ......................................................................................................................................................63 20 Mai 2009 – Maville.com/Ouest France - Bayrou, la pause-café (démocrate) à Nantes ......................................63 20 Mai 2009 – 20 Minutes - Fillon et Bayrou battent la campagne..........................................................................64 EST....................................................................................................................................................................................64 21 Mai 2009 – Ma commune.info - Jean-François Kahn (Modem): «J’en ai rien à foutre qu’on parle de moi» ....64 21 Mai 2009 – Ma commune.info - Européennes : UMP et Modem font la foire....................................................65 NORD ................................................................................................................................................................................65 la Voix du nord – 24 mai 2009 – Saint-Omer : le rat masqué ..................................................................................65 La Voix du Nord – 24 Mai 2009 - Marcq-en-Baroeul : Après les critiques de Jean-Luc Landru, réaction du MoDem, rebond du PS et silence..............................................................................................................................66 La Voix du Nord – 24 Mai 2009 – Marcq-en-Baroeul : Quand le MoDem salue le PC. .........................................66 La Voix du Nord – 21 Mai 2009 - Le Mouvement Démocrate veut « refonder l'Europe »......................................67 Libé Lille – 19 mai 2009 - De gauche à droite, d'accord pour écologiser l'Europe..................................................68 LYON ET SA REGION ........................................................................................................................................................69 19 mai 2009 – Le Progrès - Le MoDem en campagne sur la foire expo du Puy-en-Velay ......................................69 ACTUALITES ....................................................................................................................................................................70 EUROPEENNES .................................................................................................................................................................70 23 Mai 2009 – Le Figaro - Européennes: l'UMP en baisse de 2 points....................................................................70 Pour sourire ( ?), le même sondage, toujours dans le Figaro, mais le lendemain (on gagne 2%) : ......................70 Sondage : Le PS n'est plus qu'à 5 points de l'UMP...............................................................................................70 18 Mai 2009 – Le Figaro - Européennes : 46% des petits patrons voteraient UMP.................................................71 22 Mai 2009 – AFP - Elections européennes: début de la campagne officielle lundi ..............................................72 23 Mai 2009 - Immigration et sécurité, thèmes gagnants pour l'UMP à deux semaines du scrutin .........................73 22 Mai 2009 – Toute l’Europe.fr - Clips vidéo, Sommet UE-Russie, paradis fiscaux.............................................74 18 mai 2009 - Européennes : bataille de clips sur le web .........................................................................................75 Newsletter CB News – 13 mai 2009 - Précision en charge du lancement RP du mensuel « L’Européen ».............76 REGION ILE-DE-FRANCE.................................................................................................................................................76 Les Echos – 18 Mai 2009 - L'Ile-de-France pourrait faire payer les automobilistes pour financer ses transports ...76

FJ - 3

LA VIE DU MODEM

AGENDA

RENDEZ-VOUS MEDIAS
28 MAI 2009 – FRANCE 3 – 23H10 - DEBATS DES PRINCIPALES TETES DE LISTES AU EUROPEENNES

Sept débats auront lieu simultanément sur France 3 : Est, Ile-de-France, Centre, Nord-Ouest, Ouest, Sud-Est et Sud-Ouest.
25 MAI 2009 - 12H45 - DEBAT MARIELLE DE SARNEZ – DANIEL COHN BENDIT SUR BFM-TV

http://www.facebook.com/n/?event.php&eid=109472120644&mid=813f29G2630032aG1c6c902G7
FRANÇOIS BAYROU INVITE SUR FRANCE CULTURE MARDI 26 MAI, SUR LCI, RADIO NOTRE-DAME ET RCF JEUDI 28
MAI

Le Président du Mouvement Démocrate sera l'invité de : -La Matinale de France Culture, mardi 26 mai à 7h40 ; -Christophe Barbier sur LCI, jeudi 28 mai à 8h10 ; -"Face aux Chrétiens" sur radio Notre-Dame à 18h00 et sur RCF à 17h30, jeudi 28 mai. http://www.mouvementdemocrate.fr/agenda/bayrou-info-media-france-culture-lci-rcf-280509.html

LE TOUR DE FRANCE DE FRANÇOIS BAYROU
MIDI LIBRE - FRANÇOIS BAYROU LE MARDI 26 MAI A RIVESALTES (66)

A l'invitation de Chantal Gombert, présidente départementale du Modem 66, François Bayrou sera mardi soir à partir de 18 h au domaine de Rombeau à Rivesaltes dans le cadre de la campagne pour les élections européennes du 7 juin. "François Bayrou viendra parler d'Europe", insiste Chantal Gombert. "Le slogan de notre campagne, c'est "Nous l'Europe" car nous avons besoin de plus d'Europe, mais une Europe plus transparente et plus près des préoccupations quotidiennes des gens" . Tel sera le message de François Bayrou, celui que le Modem décline durant cette campagne. Avec, en prime, un "non" catégorique à l'actuel président de la commission, Jose Manuel Barroso. François Bayrou sera à Rivesaltes pour parler d'Europe, mais aussi pour présenter et dédicacer son dernier livre déjà tiré à 100 000 exemplaires : "Abus de pouvoir". Ce n'est pas contre Jose Manuel Barroso que le fondateur du Modem tire à boulets rouges dans ce livre, mais sur le président de la République Nicolas Sarkozy. "Pas sur l'homme qu'il ne vise pas en tant que personne", le défend Chantal Gombert, "mais sur sa façon de gouverner et ce qu'il fait de la fonction présidentielle". Mardi prochain, François Bayrou sera entouré de Robert Rochefort, tête de liste pour le Grand Sud-Ouest, Anne Laperrouze, député européenne sortante et Thierry Reverbel, le candidat Modem des P.-O. aux Européennes. Sera-t-il question des municipales de Perpignan ? "Non", a déjà prévenu Chantal Gombert. Pas mardi en tout cas. Au Modem, on ne mélange pas les genres. S. B. http://www.midilibre.com/articles/2009/05/24/20090524-PERPIGNAN-Europeennes-Francois-Bayrou-mardia-Rivesaltes.php5
FJ - 4

REACTIONS ET INTERVENTIONS MODEM GIRONDE
24 MAI 2009 - FLOIRAC : LE MOUVEMENT DEMOCRATE DENONCE L'ARRESTATION DES DEUX ECOLIERS

Marie-Laurence Feurtet et Philippe Verbois, conseillers municipaux du Mouvement Démocrate de Floirac réagissent, au nom du Mouvement Démocrate de Gironde, à l'intervention policière à la sortie de l'école Louis Aragon, le mardi 19 mai : "Nous condamnons le mode d'interpellation de deux garçons âgés de six et dix ans devant leur école et partageons l'émotion des parents d'élèves et de la communauté éducative." "Si le vol d'un vélo, même s'il s'agit d'un mineur, nécessite une action immédiate, le mode opératoire doit être proportionné. Il aurait été plus adapté de convoquer les enfants avec leurs parents au poste de police pour leur faire « la leçon » et de responsabiliser les parents vis-à-vis des agissements de leurs enfants. Si la répression commence à l'école primaire, à quel âge doit commencer la prévention ? Dans un pays où le président de la République avait annoncé vouloir détecter les troubles du comportement chez l'enfant dès l'âge de trois ans, il ne faut pas s'étonner de voir la police aller les chercher à l'école à six ou dix ans pour les interroger." "Par ailleurs, cette affaire est révélatrice des dérives engendrées par la culture du chiffre au sein de la police nationale, rythmée par les quotas d'interpellations. Le désengagement progressif de l'Etat dans les services publics et le manque de moyens octroyés à la prévention mettent les fonctionnaires de police dans une situation difficile. Une affaire de ce type n'aurait sûrement pas eu le même retentissement dans le cadre d'une police de proximité, enracinée dans les quartiers." "En tout état de cause, notre ville se serait bien passée d'une telle publicité." http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/reaction-arrestation-ecoliers-modem-gironde-floirac240509.html
20 MAI 2009 - TRAVAIL PARLEMENTAIRE : LORSQUE LES CHIFFRES PARLENT, ILS SONT EN FAVEUR D'ANNE LAPERROUZE !

Anne Laperrouze, députée européenne sortante du Mouvement Démocrate, seconde de la liste européenne dans le Sud-Ouest, a été comptabilisée parmi les trois premiers députés les plus actifs au Parlement européen de Strasbourg ! Régulièrement, et encore pendant cette campagne, sont publiés des palmarès plus ou moins sérieux et des classements plus ou moins bien intentionnés consacrés au travail des parlementaires au cours de leur mandat. Truffés d'erreurs factuelles, reposant sur des critères scabreux, peu en phase avec la réalité du travail d'un eurodéputé, ces exercices bâclés suscitent critiques et polémiques sans que les électeurs soient davantage éclairés. C'est pourquoi il faut saluer l'étude scientifique effectuée par quatre chercheurs, dont deux issus de la London school of economics, qui ont créé le site www.votewatch.eu, lequel a l'avantage de recenser la quasitotalité des éléments pertinents permettant de mieux mesurer la réelle implication dans le travail législatif d'un député européen sortant. Quels enseignements peut-on tirer de ce site sur le travail des parlementaires du Sud Ouest ? En ce qui concerne les questions écrites, adressées à la Commission européenne ou le Conseil des Ministres, Anne Laperrouze figure en troisième position avec 17 questions adressées notamment sur l'industrie
FJ - 5

aérospatiale, l'industrie aéronautique, la formation des jeunes viticulteurs ou encore l'implantation d'un site de stockage de déchets. Chaque groupe politique distribue à ses parlementaires des temps de parole sur les différents dossiers dans le cadre des débats en séance plénière. A ce titre, Anne Laperrouze est intervenue 59 fois en séance plénière. Ce qui la classe en troisième place après Messieurs Onesta et Martinez. Certes Monsieur Onesta est intervenu 746 fois mais il faut savoir qu'en tant que vice-président chaque fois qu'il donne la parole à un député, cette intervention est comptabilisée ! Quant à Monsieur Martinez, intervenu 133 fois en hémicycle, nombre de ces interventions est en fait des explications de vote. Notons également qu'en ce qui concerne les déclarations écrites, la rédaction d'avis, Anne Laperrouze se situe à chaque fois dans le trio de têtes de la circonscription Sud Ouest. En ce qui concerne la présence en plénière, Anne Laperrouze se voit créditée d'un taux très honorable de 91,97 pour cent ce qui la place parmi les parlementaires les plus présents de la circonscription Sud Ouest. On notera au passage que le 100 pour cent de présence dont Christine de Veyrac fait son argument de vente n'est pas confirmé par cette étude ! Lorsqu'il reçoit une proposition législative de la Commission européenne ou qu'il décide de donner son avis sur un texte ou un événement, le Parlement européen nomme un rapporteur pour rédiger un projet de rapport qui sera ensuite amendé et adopté en séance plénière par l'ensemble des parlementaires. Anne Laperrouze a été nommée rapporteur à six reprises ce qui la place sur la plus haute marche du podium dans la circonscription Sud Ouest et l'a fait figurer en 77ème position sur les 785 députés. Enfin, une partie significative du travail parlementaire se fait en commission parlementaire avec la rédaction d'amendement. Anne Laperrouze, vice-présidente de la commission Industrie, recherche et énergie, suppléante en commission agriculture et développement rural mais aussi suppléante en environnement et santé publique et de la sécurité alimentaire, a amendé 121 rapports ! Le deuxième parlementaire le plus actif pour la circonscription est Gérard Onesta avec 28 rapports amendés. Ce chiffre est tout à l'honneur d'Anne Laperrouze puisqu'elle n'a souhaité amender par complaisance mais parce qu'elle avait la volonté réelle de suivre ces rapports. Lorsqu'on élargit le classement à l'ensemble du Parlement, Anne Laperrouze est classée huitième ! Anne Laperrouze convient elle-même que ce site ne reflète pas à 100 pour cent le travail des parlementaires. Ainsi, il néglige de mentionner les dossiers sur lesquels le député a été rapporteur pour son groupe politique. Prendre en compte cette dimension aurait permis de découvrir qu'Anne Laperrouze l'a été à une quarantaine de reprises ! Ou encore qu'Anne Laperrouze a été désignée pour suivre au nom du Parlement la mise en oeuvre de Galiléo, le système européen de guidage par satellite. Retrouvez ici le tableau des questions parlementaires par Votewatch : http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/telechargement/analysevotewatch.pdf http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/laperrouze-travail-parlementaire-europe-strasbourg200509.html 18 MAI 2009 - LE GENERAL PHILIPPE MORILLON NOMME CHEF DE LA MISSION D'OBSERVATION DE L'UE POUR LES ELECTIONS EN AFGHANISTAN Le général Philippe Morillon a été officiellement nommé Chef de la mission d'observation de l'UE pour les élections en Afghanistan qui se dérouleront le 20 août prochain. Cette proposition faite par la Commission européenne a été entérinée aujourd'hui par le Conseil Affaires Générales et Relations extérieures. Le Général Morillon a été choisi en raison des liens étroits tissés avec ce pays depuis 10 ans. Il est notamment à l'origine de la venue du Commandant Massoud en 2001 au Parlement européen. Il est vice-président de la délégation Afghanistan du Parlement européen et membre d'honneur de la fondation Massoud. En tant que Chef de la mission d'observation, il aura notamment pour mission de veiller au déroulement du scrutin dans le respect des règles de démocratie, de contrôle et de transparence. http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/europe/morillon-nomination-afghanistan-180509.html

FJ - 6

MARIELLE DE SARNEZ
22 MAI 2009 - VIOLENCE SCOLAIRE : MARIELLE DE SARNEZ VOIT DANS LES PROPOSITIONS DU GOUVERNEMENT UN "AVEU DE DEFAITE"

Marielle de Sarnez, vice-présidente du Mouvement Démocrate, a jugé vendredi que l'idée de Xavier Darcos de réfléchir à une "force mobile d'agents" dans les écoles était "un aveu de défaite". "Comme chaque fois en période électorale, l'idée revient d'installer une police dans les établissements scolaires. Ce n'est pas une démarche éducative, ce ne sera d'ailleurs pas non plus une démarche répressive, parce que ça ne se fera pas", remarque d'abord Marielle de Sarnez. "Agiter ces propositions, faire des chefs d'établissement ou des inspecteurs d'académie des officiers de police judiciaire, c'est le contraire de ce que l'école attend. C'est un constat d'échec, un aveu de défaite. Cela veut dire qu'on baisse les bras, que l'on se résigne", a-t-elle poursuivi. (Lire la suite) "Ce qu’il faut, c’est rétablir l’autorité à l’école. En mettant davantage d’adultes, d’éducateurs, de surveillants au lieu d’en supprimer régulièrement. En formant les enseignants à faire face aux situations de conflits et à exercer leur autorité en face des élèves", a-t-elle également affirmé. Le Mouvement Démocrate préconise "la mobilisation de tous, directeurs d’établissements, personnels administratifs, professeurs, surveillants, parents", en "leur donnant les moyens, en les soutenant, en étant à leur côté, et en se servant des expériences de directeurs d’établissements qui ont réussi". "Pour que les jeunes élèves respectent leurs professeurs, il faut que le statut de l'école et des enseignants soit respecté par tous, et d’abord par les pouvoirs publics", conclut Marielle de Sarnez. http://www.mouvementdemocrate.fr/actualites/sarnez-education-violence-darcos-220509.html

LE MODEM DANS LES MEDIAS

PRESSE SLATE.FR – JEAN-FRANÇOIS COPE (JE VOUS INVITE A ALLER REPONDRE)
23 MAI 2009 - LA METHODE BAYROU DECORTIQUEE

Il existe incontestablement un phénomène Bayrou dans les médias. Le leader du MoDem fait la une des journaux et campe avec délectation la posture de l'opposant numéro un. Alternative crédible ou simple bulle médiatique ? Un peu de recul sur le parcours de l'homme et sur sa posture actuelle peut permettre à chacun de se faire son idée. Je vous livre la mienne, curieux de connaître la vôtre. A mon sens, il est impossible de comprendre François Bayrou tant qu'on n'a pas à l'esprit le casse-tête qu'il doit résoudre et qui tient dans cette question: comment se faire élire Président de le République quand on est un homme de droite qui a échoué dans sa propre famille politique?

FJ - 7

Voici la méthode en 4 points qu'il emploie, en reprenant les mêmes ingrédients qu'en 2007 tout en pariant sur la division de la gauche. 1. Se donner l'image d'un homme neuf pour mieux masquer son passé. Le «faux rebelle» est d'abord un homme d'appareil. Il a manœuvré dans toute une série de formations de droite depuis bientôt 30 ans: Centre des démocrates sociaux, tentative avortée des Rénovateurs, création de Force démocrate, nouvelle Union pour la Démocratie française et enfin Mouvement Démocrate. Au passage, il faut noter que le Modem, qui prétend renouveler la vie politique, représente en fait la quintessence de l'écurie présidentielle «à l'ancienne». Ce parti sans colonne vertébrale est entièrement dédié à une cause - la victoire de son leader -, quitte à saborder toutes les élections intermédiaires, comme le fait François Bayrou en multipliant les polémiques sur Nicolas Sarkozy en pleine campagne européenne. Autre problème manifeste avec son histoire personnelle: François Bayrou fait mine de rejeter avec dédain ceux qu'il a suivis sans vergogne par le passé. Par exemple, il accuse Edouard Balladur d'avoir été dans les années 1990 le théoricien d'un soi-disant « projet inégalitaire », dont Nicolas Sarkozy serait à présent le héraut. Edouard Balladur est ainsi pointé du doigt parce qu'il aurait été le premier à travestir le sens du mot réforme, qui serait devenu synonyme de régression alors qu'il désignait jadis le progrès. Petit hic: qui François Bayrou soutenait-il à la présidentielle de 1995? Jacques Chirac? Lionel Jospin? Jacques Cheminade? Non, Edouard Balladur ! Quelle conclusion faut-il tirer de cette contradiction? François Bayrou aurait-il péché par naïveté hier ou bien se moque-t-il de ses (é)lecteurs aujourd'hui ? Parmi les souvenirs refoulés, il y a enfin son passage au ministère de l'Education et son projet de réforme de la loi Falloux. Manifestement, François Bayrou n'a pas toujours eu la même vision de la laïcité... 2. Crier au loup pour faire un hold-up sur l'électorat de gauche. Le leader du MoDem n'a qu'une seule cartouche : l'antisarkozysme permanent. Il l'utilise tant qu'il peut... Dans son dernier livre, «Abus de pouvoir», il intente un véritable procès au Président de la République, sans craindre de se contredire. Partisan d'un « Président qui gouverne » en 2002, à la fin du mandat de Jacques Chirac, il reprocherait presque à Nicolas Sarkozy d'assumer ses responsabilités de Chef de l'Etat en 2009. Projet inégalitaire, réformes régressives, absolutisme et copinage... A l'entendre, Nicolas Sarkozy incarnerait l'égoïsme et l'obsession du pouvoir tandis que lui serait le dernier rempart de l'humanisme. Il s'en faut de peu pour que François Bayrou écarte l'accusation de dictature. Il avoue dans son livre qu'il hésite quand à même à employer ce terme... 3. Ne rien proposer par peur de diviser. Plutôt que de stigmatiser le Président, François Bayrou devrait songer à des propositions. Les Français attendent bien plus une vision qu'une critique gratuite. Mais François Bayrou a bien compris que ce n'était pas dans son intérêt. Quand on cherche à ratisser large, on ne sort de l'ambigüité qu'à ses dépends. Que François Bayrou précise ses vues sur la France de demain et il risque aussitôt de s'aliéner rapidement ceux qui sont aujourd'hui séduits pas son anti-sarkozysme. Un exemple ? La question de la gestion publique. Qu'on se souvienne de l'importance qu'il accordait verbalement en 2007 à la dette et à la nécessité de réduire la dépense publique. C'est un souci très louable mais nous attendons toujours ses propositions concrètes pour limiter l'endettement: Où veut-il couper les dépenses ? Le débat d'orientation budgétaire qui commence bientôt à l'Assemblée pourrait être l'occasion de l'entendre à ce propos. Mais n'est-ce pas plus confortable pour lui d'évoquer des généralités sur la dette tout en expliquant comme il fait dans son livre que le statu quo est préférable à l'Ecole, à l'Université, dans la Justice... 4. Au final, attendre que les circonstances décident pour lui de son positionnement. François Bayrou est un joueur de poker qui espère que son tour arrivera un jour. Il laisse ses adversaires abattre leurs cartes et surtout, il attend que les circonstances décident à sa place. Ne lui demandez pas d'exprimer un projet précis et cohérent. C'est seulement s'il arrivait un jour au deuxième tour d'une élection présidentielle qu'il pourrait dévoiler son jeu. Selon celui de son adversaire. Face à la gauche, il barre à droite; face à la droite il barre à gauche. Pour l'amateur d'adrénaline, c'est excitant mais les Français ont-ils vraiment envie de jouer leur avenir au poker. Le moment venu, ne préféreront-ils pas un homme de conviction à un homme d'occasions? Jean-François Copé
FJ - 8

http://www.slate.fr/story/5639/la-m%C3%A9thode-bayrou-d%C3%A9cortiqu%C3%A9e-cope#comment-form REUTERS
24 MAI 2009 - JEAN-FRANÇOIS COPE QUALIFIE FRANÇOIS BAYROU DE "JOUEUR DE POKER"

Jean-François Copé appelle le Parti socialiste à définir d'urgence une ligne politique s'il ne veut pas voir François Bayrou, qu'il qualifie de "joueur de poker", occuper son espace. Lire la suite l'article Articles liés Copé: Bayrou ne "prospère que sur la fragilité du PS" Ce que l'on ne dit pas assez sur "l'atout" Allègre Européennes: les listes UMP cinq points devant celles du PS, selon un sondage CSA Plus d'articles sur : Parti socialiste Discussion: Parti socialiste Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale a estimé dimanche lors du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Parisien que le président du MoDem "ne prospèr(ait) que sur la fragilité du PS". "C'est un joueur de poker mais la politique, ce doit être plus une partie d'échecs que de poker", a-t-il dit. Pour Jean-François Copé, la démarche du dirigeant centriste constitue une "imposture" intellectuelle. "François Bayrou est au départ un homme de droite, de parti de droite et comme il n'y a pas réussi, il s'est embarqué à fond - mais c'est un joueur de poker - à faire croire aux Français qu'il est devenu un homme de gauche", a-t-il dit. "Le PS va devoir d'urgence définir une ligne politique, sinon, c'est lui qui fera prospérer François Bayrou", a-til ajouté. Il a jugé intéressant de voir la façon dont le président du MoDem prend le PS, qui laisse "un espace béant sur le plan programmatique", par défaut. Gérard Bon http://fr.news.yahoo.com/4/20090524/tts-france-bayrou-cope-ca02f96.html AFP
24 MAI 2009 - COHN-BENDIT (VERTS): BAYROU "DERAILLE"

PARIS (AFP) — Daniel Cohn-Bendit (Verts), tête de liste Europe Ecologie pour les Européennes en Ile-deFrance, a assuré dimanche que le président du MoDem François Bayrou déraillait. "Bayrou déraille", a déclaré l'eurodéputé au Forum Radio J alors que le député béarnais a affirmé dans une interview au Parisien dimanche "si vous voulez faire plaisir à Sarkozy, votez pour Cohn-Bendit". "J'ai fait une réflexion, je l'avoue très méchante, sur son obsession présidentielle", a poursuivi le responsable des Verts. "J'ai dit qu'il était obsédé et qu'il était touché par la Vierge. Et la critique que j'ai faite, c'est qu'en période de campagne électorale européenne, sortir un livre simplement sur Sarkozy, détourne l'attention du sujet des élections européennes". M. Cohn-Bendit a qualifié par ailleurs de "complétement idiot" le propos de M. Bayrou qui l'a accusé d'avoir conseillé aux Verts italiens de se rapprocher de Silvio Berlusconi, s'affirmant "un opposant farouche à la politique" du chef du gouvernement italien. Il a aussi estimé que le chef du MoDem était "aussi le problème de l'UMP parce que tout le monde sait que Sarkozy a peur de Bayrou au deuxième tour" d'une présidentielle. Souhaitant que le PS mobilise son électorat pour les Européennes comme l'UMP, il a estimé que les socialistes subiraient une sévère défaite "s'ils sont aux alentours de 20%". En revanche, si sa liste d'Europe Ecologie "fait 10-11%, c'est formidable". "Si le MoDem est devant nous, c'est bien pour eux", a-t-il jugé. Copyright © 2009 AFP. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5iXtqPExkdK0JHM5fY4IsvrKnEvfQ
FJ - 9

23 MAI 2009 - BAYROU: UN "RECOURS CONTRE LES ABUS DE POUVOIR, C'EST LE PEUPLE"

PARIS (AFP) — François Bayrou, président du Mouvement Démocrate, a appelé samedi à voter aux européennes, affirmant qu'un "recours contre les abus de pouvoir, c'est le peuple". "Jamais je n'ai vu le peuple français dans l'état de désespoir résigné dans lequel des pans entiers sont en train de s'enfoncer", a assuré M. Bayrou, entouré des têtes de listes MoDem, lors d'une conférence nationale organisée à Paris à quinze jours du scrutin. "Vous pouvez vous servir de votre bulletin de vote le 7 juin", a ajouté le député des Pyrénées-Atlantiques devant plusieurs centaines de participants. Car "il existe toujours un recours contre les abus de pouvoir, et ce recours c'est le peuple". Le responsable centriste est l'auteur d'un vigoureux pamphlet antisarkozyste à succès, intitulé "Abus de pouvoir". "Vous pouvez, avec un seul bulletin, envoyer" plusieurs messages, a-t-il détaillé: "dire qu'on croit à l'Europe, qu'il faut changer les orientations de la politique qui gouverne la France", mais aussi "envoyer un petit signal au parti au pouvoir pour dire qu'on n'accepte plus ses dérives, et au principal parti d'oppossition pour lui rappeler qu'il va falloir qu'il se bouge". "On n'a pas seulement besoin d'une Europe qui marche tant bien que mal" mais "d'une Europe qui décide de dessiner, à sa place et dans sa responsabilité, l'avenir de la planète", selon le député béarnais. Préférant le terme d'"Europe volonté" à celui d'"Europe puissance", selon lui "sujet à ambiguïté", il a pointé "des risques que l'Europe demeure ce qu'elle est, une collection d'individualités gouvernementales". Or "il n'y a rien de plus nuisible pour l'Europe que des gouvernants qui cherchent perpétuellement à tirer la couverture à soi", a averti le leader centriste, dans une allusion à Nicolas Sarkozy. Alors que le MoDem a été accusé de toutes parts de vouloir nationaliser le scrutin européen, ses têtes de listes ont ciblé le vert Daniel Cohn-Bendit, candidat d'Europe-Ecologie, qui avait accusé M. Bayrou de "dérailler". "Dany, si la campagne d'Europe-Ecologie ne te suffit pas, tu n'es pas obligé de mener la campagne de l'UMP", a lancé Jean-Luc Bennahmias (ex-Vert), tête de liste dans le sud-est, qui dirigea la campagne de Daniel CohnBendit aux européennes de 1999. "J'ai croisé ce matin Daniel Cohn-Bendit et je lui ai dit: je découvre que tu fais de la politique comme les vieux", en envoyant des "boules puantes", a renchéri l'ex-journaliste Jean-François Kahn, tête de liste dans le sud-est. Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem et tête de liste en Ile-de-France, a fustigé les programmes des partis concurrents. "Le programme de l'UMP se résume à la présidence française de l'Union de Nicolas Sarkozy", celui du PS au "manifesto de leurs collègues socialistes européens" et celui des Verts à "tout sauf Bayrou", a-t-elle dit. Au MoDem, "nous avons un programme, une équipe, et, j'ai l'impression que c'est ce qui énerve nos concurrents, nous avons un leader", a-t-elle ajouté. Copyright © 2009 AFP. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5hcVmWV97MrrCjAf22SXbjAgJZ0_w Repris par : Le Matin (Suisse) : http://www.lematin.ch/flash-info/monde/bayrou-recours-contre-abus-pouvoir-peuple
22 MAI 2009 - VIOLENCE SCOLAIRE: LES PROPOSITIONS DE DARCOS, UN "AVEU DE DEFAITE" SELON LE MODEM

PARIS (AFP) — Marielle de Sarnez, bras droit du président du MoDem François Bayrou, a jugé vendredi que l'idée de Xavier Darcos de réfléchir à une "force mobile d'agents" dans les écoles était "un aveu de défaite".
FJ - 10

"Comme chaque fois en période électorale, l?idée revient d?installer une police dans les établissements scolaires. Ce n?est pas une démarche éducative, ce ne sera d?ailleurs pas non plus une démarche répressive, parce que ça ne se fera pas", remarque d'abord Mme de Sarnez dans un communiqué. "Agiter ces propositions, faire des chefs d?établissement ou des inspecteurs d?académie des officiers de police judiciaire, c?est le contraire de ce que l?école attend. C?est un constat d?échec, un aveu de défaite. Cela veut dire qu?on baisse les bras, que l?on se résigne", a-t-elle poursuivi. "Ce qu?il faut, c?est rétablir l?autorité à l?école. En mettant davantage d?adultes, d?éducateurs, de surveillants au lieu d?en supprimer régulièrement. En formant les enseignants à faire face aux situations de conflits et à exercer leur autorité en face des élèves", a-t-elle également affirmé. Le MoDem préconise "la mobilisation de tous, directeurs d?établissements, personnels administratifs, professeurs, surveillants, parents", en "leur donnant les moyens, en les soutenant, en étant à leur côté, et en se servant des expériences de directeurs d?établissements qui ont réussi". "Pour que les jeunes élèves respectent leurs professeurs, il faut que le statut de l'école et des enseignants soit respecté par tous, et d?abord par les pouvoirs publics", conclut Mme de Sarnez. Le ministre de l'Education Xavier Darcos a proposé jeudi de réfléchir à la création d'"une force mobile d'agents" intervenant en milieu scolaire "sur des missions de prévention et de contrôle" de la violence, et jugé nécessaire de pouvoir fouiller les élèves suspectés de transporter des armes. Copyright © 2009 AFP http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ifb5vpWYu4gng17meakdIfpxBqCg
20 MAI 2009 - EUROPEENNES: LE MODELE AMERICAIN, "MODELE DES INEGALITES", POUR BAYROU

SILLERY (AFP) — Le président du MoDem François Bayrou a critiqué mercredi à Sillery (Marne) le "modèle américain qu'on veut nous imposer" en Europe, "modèle des inégalités qui augmentent", lors d'une réunion publique de campagne pour les élections européennes. "On ne peut pas être le peuple qui écrit +Liberté-Egalité-Fraternité+ au fronton des écoles et être le peuple qui choisit de se résigner devant les inégalités", a déclaré M. Bayrou, venu soutenir l'ancien journaliste JeanFrançois Kahn, tête de liste MoDem dans le Grand Est. "Sommes-nous là pour subir l'enchaînement inéluctable d'une réalité devant laquelle nous sommes impuissants ou bien pour bâtir un monde qui n'existe pas encore?", a-t-il interrogé. "Il faut que nos enfants puissent nous regarder avec d'autres yeux que des yeux d'enfants de résignés", a conclu M. Bayrou. Jean-François Kahn a de son côté invoqué Victor Hugo et le général De Gaulle, deux "réalistes" qui voyaient "la réalité avant les autres". Victor Hugo soutenait l'idée des états unis d'Europe, d'une monnaie unique et d'une liaison souterraine avec l'Angleterre, a rappelé M. Kahn devant environ 300 personnes. "Ceux qui, à l'époque, riaient de ses propos se croyaient les réalistes, mais le vrai réaliste c'était Victor Hugo" at-il déclaré, rappelant qu'il avait "préféré l'exil plutôt que se coucher devant le pouvoir personnel néomonarchique" de Napoléon III. "De Gaulle, qui lui aussi voyait la réalité avant les autres, qui fédérait les énergies venues de partout, était lui pareillement le réaliste malgré sa solitude", a-t-il poursuivi. "Quand on me demande où se situe le MoDem, j'aime à dire qu'on est tout simplement en avant", a-t-il conclu, défendant une pensée utopiste qui "façonne la réalité de demain". Copyright © 2009 AFP. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ghAiVLYctz6PtaF18DIlEiaTwB3g

FJ - 11

LA TRIBUNE
18 MAI 2009 - FRANÇOIS BAYROU : "IL FAUT QU'ON SORTE DU DUMPING FISCAL, ARME DU CREUSEMENT DES INEGALITES"

A trois semaines du scrutin des élections européennes, le chef de file des centristes peaufine son image de premier opposant à Nicolas Sarkozy. Aux dernières européennes, l'Udf avait réuni 12% des voix. Quel est votre objectif pour le Modem ? Je ne donne jamais de chiffres. Je suis dans une démarche politique. Pas dans un pari devant une course de chevaux. Je m'intéresse aux courses de chevaux par ailleurs mais je fais une grande distinction entre les deux. Je me bats pour des idées aussi fortement que possible mais je ne fais pas de pari, je ne fixe pas de barre. Le plus grand risque évoqué par les sondages, c'est l'abstention. Comment fait-on pour mobiliser son électorat quand on s'appelle François Bayrou ? On voit bien qu'un certain nombre de forces politiques comptent sur l'abstention pour faire remonter artificiellement leur score. Quand vous avez des noyaux durs qui vont de toute façon mettre votre bulletin dans l'urne, sans se poser de question, plus l'abstention est haute et plus ces noyaux durs pèsent dans le résultat relatif. Ce n'est pas du tout notre calcul. Je pense que l'enjeu, le double enjeu de cette élection, se prononcer sur un projet de société et choisir l'Europe qui contribue à ce projet de société, est suffisamment fort pour qu'on veuille mobiliser les Français, créer avec eux un élan pour qu'ils votent. En tout cas, c'est notre engagement. Selon Daniel Cohn-Bendit, le problème de cette élection, c'est que même un Européen convaincu comme François Bayrou ne parle pas du sujet qui est en jeu et fait campagne sur un vote-sanction contre Nicolas Sarkozy... Le problème de Daniel Cohn-Bendit, et d'un certain nombre d'autres, c'est qu'il joue dans la main de Sarkozy. Il est même allé en Italie pour convaincre les Verts italiens de regarder du côté de Berlusconi. Moi je ne sépare pas les problèmes des Français et ceux de l'Europe. Vous ne pouvez pas dire: "Ah, c'est les élections européennes, on ne parle pas de la France". Nicolas Sarkozy aimerait beaucoup que cette idée étrange prospère. Cela lui permettra d'expliquer que les voix de Cohn-Bendit et de ses amis ne doivent pas être comptées parmi celles qui envoient un message réservé ou critique au pouvoir. C'est extravagant car dieu sait qu'il y a aujourd'hui en France des sources d'inquiétude qui méritent qu'on les exprime et qu'on les porte. Mais en quoi cette élection peut-elle modifier le rapport de forces politiques en France ? Le parlement européen est un lieu où on va compter et peser dans les débats. Sa vocation n'est pas d'héberger des ministres dont on ne veut plus au gouvernement. Nous nous avons fait le choix de candidats originaux et expérimentés. Ils s'engageront à 100% et ne seront ni dans la nostalgie, ni dans le regret, ou l'antichambre de quoi que ce soit. Pour qui leur demanderez-vous de voter à la présidence de la Commission ? Mes amis n'ont pas voté Barroso la dernière fois et ils ne voteront pas Barroso cette fois ci. Pour deux raisons "dont chacune est suffisante seule" comme dit Cyrano. D'abord, la Commission devrait montrer son indépendance vis-à-vis des gouvernements, alors que Barroso a sans cesse fait preuve de suivisme. Ensuite, son orientation est trop ultralibérale à mes yeux. Il est d'ailleurs soutenu pour cela et par le PPE (groupe du parti populaire européen auquel adhère notamment l'UMP et la CDU, ndlr) mais aussi par le PSE (groupe du Parti socialiste européen). Les socialistes et la droite européenne se sont entendus sur Barroso, Zapatero l'a dit, ce qui oblige les socialistes français à pratiquer un curieux double langage. J'ai, pour ma part, proposé Guy Verhofstadt, l'ancien Premier ministre belge, ou l'ancien commissaire européen, Mario Monti. Mais il peut y en avoir d'autres dans d'autres familles européennes... Le social démocrate danois Poul Nyrup Rasmussen ? Je préférerais que le futur président de la commission résiste au modèle néo-libéral. Pour moi, l'Europe doit davantage affirmer sa résistance à ce modèle. C'est pour cela que nous allons nous battre, même si on nous explique que les choses sont relativement jouées. Pour nous, rien n'est jamais joué avant l'heure. En matière d'environnement, vous proposez que les produits exportés en Europe par les pays développés soient soumis aux mêmes règles que celles qui prévalent dans l'Union. Pourquoi ce distinguo entre pays développés et les autres ? Je cherche le faisable, je ne confonds pas les pays africains aux prises avec la pauvreté avec des pays de bon niveau de développement comme l'Australie, ou avec le Brésil. Et qu'on ne me dise pas que je prône le protectionnisme: protectionniste, cela veut dire imposer aux autres les règles, les charges qu'on ne respecte pas
FJ - 12

soi-même. Là, au contraire, nous nous imposons des règles et nous voulons jouer à égalité avec nos concurrents. Cela vaut aussi pour la protection sociale ? Nous plaidons pour une convergence sociale au sein de l'Union d'abord. Donnons nous dix ans. Comme on l'a fait pour la convergence budgétaire. Et pour ce qui est de l'harmonisation fiscale ? Il faut qu'on sorte du dumping fiscal dont j'ai expliqué dans mon livre * qu'il était l'instrument, l'arme du creusement des inégalités. Totalement inconséquente est la guerre qui a été organisée entre les pays européens, avec pour seul argument les prélèvements fiscaux. Jouer sur la concurrence fiscale entre Etats pour réduire, partout, les impôts sur les revenus, le patrimoine, les successions, me semble totalement inconséquent. L'Europe est caractérisée dans la majorité des pays qui la forment par des services publics de bonne qualité, singulièrement en France. Et pour préserver ce modèle social auquel nous sommes attachés, il faut avoir un taux d'imposition raisonnable et garanti. Nos voisins ne mettent guère en avant le modèle français... Je pense que les modèles français et allemand sont beaucoup plus proches qu'on ne le croit. Il suffit de regarder l'état de nos villes, de nos campagnes, de nos rues, de nos équipements publics, de nos services publics. Ce modèle coûte assez cher mais il est de très bon niveau. Regardez la qualité de notre Education nationale. Il faut certes corriger ses insuffisances mais il ne faut pas l'amoindrir en prenant un modèle qui n'est pas le nôtre. Je sais ce que coûte aux familles britanniques ou américaines l'éducation de leurs enfants. Cela ne passe pas par l'impôt, cela passe par la dépense privée. Ce n'en est pas moins une charge, mais elle est inégalitaire. Je suis donc favorable à une défense des services publics dans toute l'Europe. Quels sont les domaines qui doivent impérativement relever du service public ? Tout ce qui, dans notre société, garantit une égalité entre ceux qui ont les moyens et ceux qui ne les ont pas. C'est évidemment le cas de l'Education Nationale. Envoyer ses enfants faire leurs études à Paris cela coûte au moins 1.000 euros par mois. C'est ce que gagne un travailleur au smic! Donc avoir une université à côté de chez soi, qui offre un niveau de diplôme reconnu partout sur le territoire national, opposable aux conventions collectives, pour moi, c'est vital. Vous êtes foncièrement hostile à la réforme en cours des universités ? Il faut différencier autonomie et concurrence. Je suis pour une plus grande autonomie de gestion des universités, mais je n'accepte pas la mise en concurrence des universités entre elles. Pour la France, l'idée anglo-saxonne que le diplôme de l'une ne vaudra plus le diplôme de l'autre ne sera pas acceptée. Cette forme d'inégalité heurte nos principes. Chez nous, on est professeur des universités, pas de l'université de telle ou telle ville. De la même façon, la définition des pouvoirs dévolus aux présidents d'université a été mal faite, à la vavite et donc source de trouble. Le plus sage aujourd'hui serait de reprendre les choses à partir des principes. C'est une grand tort fait à l'université que d'avoir ainsi laissé se décomposer la situation. Ce point de vue vaut aussi pour d'autres services publics ? Il vaut pour l'hôpital parce que je considère que la mise à l'écart des médecins ou des soignants dans la gestion de l'hôpital est une atteinte aux principes du service public de la santé en France. La médecine libérale doit être défendue elle aussi, et ne se sent pas davantage prise en compte aujourd'hui. Je défends cet équilibre français. La France a besoin d'un secteur privé en bonne santé, à qui on donne de vraies possibilités de développement, et d'un secteur public dont les missions sont garanties. Les règles qui s'appliquent à l'un ne peuvent pas être celles qui s'appliquent à l'autre. Cette idéologie qui veut qu'on fasse de la concurrence le principal facteur de gestion des services publics me paraît dangereuse : un professeur n'est pas le concurrent d'un autre professeur, une infirmière n'est pas la concurrente d'une autre infirmière... Et cela est d'autant plus choquant que, dans le secteur privé, les règles qui devraient être celles d'un libéralisme sain sont constamment tournées. L'installation de réseaux avec des connivences entre de grandes puissances industrielles, financières, médiatiques, politiques est une atteinte aux principes y compris du meilleur libéralisme. Si la crise s'aggrave, vous avez souhaité aussi que la zone euro prenne l'initiative d'un grand emprunt, équivalent à 3% de son PIB. Pourquoi faire ? Avant de parler de l'utilisation de ces 300 milliards d'euros, j'insiste sur un point: le fait que la zone euro, à défaut de l'Union européenne, prenne l'initiative d'un emprunt solidaire, c'est un engagement fort pour le futur et un moyen de partager la charge d'une relance qui peut devenir tout à fait cruciale. Donc à quoi l'utiliser? Pour moitié à un grand plan d'équipements publics, pour l'autre moitié à un plan de soutien aux PME, notamment dans leurs efforts de modernisation, par exemple en faveur du développement durable. Elles paraissent aujourd'hui les grandes oubliées.
FJ - 13

Dans son discours à Nîmes, Nicolas Sarkozy a revendiqué la priorité donnée à l'investissement. Les déficits vont se creuser, les critères de Maastricht sont mis de côté. Vous avez, vous, toujours défendu la réduction de la dette. Mais là, vous approuvez. J'ai toujours expliqué que réduction de la dette et capacité d'intervention dans les moments de récession, ce sont les deux faces d'une même médaille. On ne fait pas de la maîtrise du déficit uniquement pour le plaisir de serrer la vis mais pour avoir des moyens au moment où il faut faire de l'intervention publique. Si vous reprenez mon programme, j'avais même proposé qu'on inscrive la maîtrise des déficits publics dans la Constitution, à condition qu'on précise: "Sauf en période de récession". L'histoire nous a appris que dans ce cas l'intervention publique permet d'éviter que la machine ne s'étouffe et que ne se reproduise ce que nous avons vécu après la crise de 1929. Cela ne m'empêche pas de dire que nous allons avoir à gérer demain des déficits, qui aujourd'hui, ont explosé. Il rentre dans les caisses de l'Etat moins de 280 milliards d'euros et nous allons en dépenser presque 400. Toutes les majorités et tous les responsables qui seront au pouvoir demain auront une épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Cela me paraît justifier une stratégie européenne, en tous cas une réflexion et une stratégie commune des pays qui ont l'euro en partage. Que proposez-vous pour éviter le retour d'une crise financière ? Nous sommes pour le régulateur unique en matière européenne, sur l'ensemble de l'eurozone en tout cas. Nous avons défendu des régulations plus importantes sur les marchés des matières premières, sur les marchés à terme en général, ainsi qu'une sécurisation plus grande dans le système bancaire par une formulation plus rigoureuse des ratios. Mais pour moi la crise est liée au modèle inégalitaire sur lequel a reposé l'expansion de l'économie. Il y a d'abord eu un trop grand laxisme des autorités monétaires qui faisaient de la création de monnaies "larga manu". Et, pour calmer le sentiment d'injustice des catégories les plus démunies, l'octroi aisé de crédits. Trop de liquidités à placer donc d'un côté et de l'autre d'immenses attentes des populations les moins favorisées qui se trouvaient larguées dans la société de consommation. On a oublié que les sociétés où règne la justice sont plus sûres et plus stables que celles où domine l'injustice. Cela signifie aussi faire taxer davantage les classes sociales les plus aisées ? La fiscalité sert à financer l'action publique mais aussi à effacer les inégalités excessives. Voilà pourquoi le bouclier fiscal ne me paraît pas acceptable, en période de crise en particulier. La protection des plus favorisés est une faiblesse. Elle sera considérée dans le futur comme une grave erreur politique... Votre discours est celui du parfait social-démocrate... J'ai un discours de démocrate, de bon sens. Pendant la campagne présidentielle, je bataillais contre le modèle américain des deux dernières décennies, où l'argent était roi tandis que les salaires réels, pour les emplois non qualifiés, ne cessaient de baisser. Souvent, on me répondait: "Quand même, regardez la prospérité". Aujourd'hui on a assisté au plus grave effondrement du demi-siècle et c'est la conséquence directe des faiblesses de ce modèle inégalitaire. Mais justement ce temps de crise ne peut-il pas favoriser les rapprochements entre sociaux-démocrates et démocrates sociaux ? Je n'ai jamais cru que l'alternance, si elle vient, serait une alternance d'étiquettes classique, banale. Je pense que les remises en question seront si lourdes qu'il sera nécessaire de faire vivre et travailler ensemble des courants qui jusqu'à maintenant n'avaient pas les mêmes orientations. Cela ne me paraît pas être une conclusion excessive de dire que le Parti socialiste est en crise, pas uniquement à cause des rivalités de personne comme on le croit, mais parce qu'il est incertain de ses références idéologiques. Contrairement aux apparences, ce n'est pas le vent qui fait tomber les branches des arbres, c'est l'absence de sève. Donc le PS est en crise et j'observe en même temps une divergence profonde entre les différentes gauches du pays... Mais, aujourd'hui, le combat à mener n'est pas idéologique, il porte sur les valeurs. Des valeurs qui permettent à des gens différents de travailler ensemble simplement parce qu'ils sont d'accord sur l'essentiel : une République respectueuse de la démocratie, avec une bonne séparation des pouvoirs, un président qui ne fait pas le même boulot que le Premier ministre, un gouvernement qui ne fait pas le même boulot que le Parlement, un Parlement qui représente le peuple, avec des gens qui osent monter à la tribune pour dire qu'ils ne sont pas d'accord quand il ne faut pas être d'accord, une justice indépendante, des médias indépendants du pouvoir et garantis dans cette indépendance. Qu'on laisse aussi l'entreprise faire son travail d'entreprise sans trop la surcharger de bureaucratie, qu'on ait des règles qui empêchent les dérives du point de vue financier. Et puis qu'on laisse le pays vivre... Ses associations, ses entreprises, ses syndicats, ses familles, Ses collectivités locales. Laissez les vivre... Les français sont hostiles à l'intégration de la Turquie dans l'Union Européenne. Vous aussi ? La vraie question c'est plutôt: qu'est-ce qu'on veut faire de l'Europe? Si l'Europe n'est qu'un marché et un espace juridique, alors la Turquie comme l'Ukraine ou la Biélorussie, auront accès à cet espace. Mais pour moi,
FJ - 14

l'Europe devrait être une volonté. Je n'écarte pas non plus d'un revers de main la question de l'Islam. Pourrait-on montrer au monde qu'on a avec l'Islam d'autres relations que des relations de confrontation? Cela dit, j'ai toujours à l'esprit cette phrase de Kissinger à qui Jean-Claude Casanova avait demandé ce qu'il pensait de l'adhésion de la Turquie à l'Europe. Il a eu cette réponse magnifique: "Si j'étais Européen, je serais contre, mais je suis Américain, donc je suis pour". En créant un ensemble dont les intérêts, la vocation, la vision du monde est profondément hétérogène, vous rendez impossible toute construction de volonté politique européenne. On voit bien l'intérêt de ce modèle pour les Etats-Unis. C'est la même question que depuis le début de la construction européenne: Europe zone d'échanges, contre Europe-volonté. * "Abus de pouvoir" paru chez Plon Propos receuillis par Hélène Fontanaud et Pierre Kupferman http://www.latribune.fr/actualites/politique/20090518trib000377175/francois-bayrou-il-faut-quon-sorte-dudumping-fiscal-arme-du-creusement-des-inegalites.html
18 MAI 2009 - DEMANDEZ LE PROGRAMME...

La Tribune.fr Plus que quelques semaines avant les élections européennes. Les partis politiques affutent leurs arguments et proposent leurs programmes. Extraits. Les "trente propositions d'action concrète" de l'UMP Face à la crise, l'UMP souhaite bâtir une Europe qui "protège" en coordonnant d'abord les différents plans de relance et en moralisant le capitalisme financier. Pour le parti de la majorité, cette relance ne pourra se faire sans les PME, voilà pourquoi il souhaite les placer au cœur de la relance économique. La préservation de services publics efficaces est également une priorité. L'UMP propose aussi de construire une "Europe plus protectrice des citoyens" mais demande que la grande fermeté pratiquée pour lutter contre l'immigration d'asile soit maintenue. Elle s'oppose également à l'entrée de la Turquie dans l'UE. L'Union pour la Méditerranée doit aussi être une priorité des députés européens. Le parti dirigé par Xavier Bertrand propose enfin de créer une centrale européenne d'achat de gaz et d'instaurer une taxe carbone et développer les énergies renouvelables. Le manifeste du PS : les citoyens d'abord ! Le parti socialiste français s'étant rangé sous la bannière du PSE, il a repris les mêmes engagements que de nombreux partis socialistes européens. La priorité est de relancer l'économie (grâce à un plan de relance de 100 milliards d'euros) et d'éviter le retour des crises financières. Le PS propose de donner un cadre aux marchés financiers, bon moyen selon lui, pour relancer "l'économie réelle, l'emploi et la croissance". Les partis socialistes appellent également de leurs voeux une "stratégie européenne pour une croissance écologique, innovante et créatrice d'emplois". D'autres projets sont à noter : mettre l'Europe en tête de la lutte contre le changement climatique avec la création de 10 millions d'emplois verts. Mettre en place un bouclier social et un salaire minimum pour chaque pays européen. Parvenir à l'égalité des sexes en Europe. Donner à l'Europe une charte pour l'intégration des immigrés et mettre en place une coopération accrue contre l'immigration clandestine. Pour le Modem, "l'Europe est notre avenir" Le parti de François Bayrou propose que soit réalisé un grand emprunt européen à hauteur de 3% du PIB. Il considère que "l'Union européenne doit s'obliger à agir de concert chaque fois que se présente une crise à l'échelle mondiale". Le modèle européen du parti centriste souhaite qu'un débat public ait lieu trois mois avant toute décision du conseil européen. Le Mouvement démocrate propose également qu'un moratoire sur les OGM soit réalisé et qu'une taxe carbone soit mise en place. Il propose aussi qu'une démarche d'harmonisation fiscale entre les pays membres soit réalisée, qu'un doublement progressif du budget européen pour la recherche et une aide pratique au dépôt de brevets soit mis en place. Et, pour faire le l'Europe "une zone de sécurité", que la création d'un mandat de procureur de l'Union, avec autorité sur les polices et les autorités de poursuite de chacun des pays soit décidée. Europe-Ecologie prône un "new deal" vert Les Verts invitent les dirigeants des Vingt-Sept à protéger les systèmes sociaux et les conditions de travail. Avec un emprunt de 1.000 milliards d'euros sur cinq ans, le parti emmené par Daniel Cohn-Bendit souligne la nécessité d'une politique de lutte contre le changement climatique, "susceptible de garantir l'avenir énergétique tout en créant 5 millions d'emplois dans les cinq ans à venir". Ces projets devront exclure le nucléaire. Le
FJ - 15

programme prône une Europe " plus juste ", avec des investissements massifs dans l'éducation, la recherche, les technologies vertes et une politique agricole commune (PAC) sans OGM. L'autre axe principal de la campagne des écologistes sera la dénonciation de l'action de José Manuel Barroso, qui devrait, en principe, continuer à présider la Commission de Bruxelles. Jugé trop passif par rapport à la crise et incapable de promouvoir les droits humains, il est enfin taxé de "négligent " à l'égard des problèmes liés au changement climatique. Libertas veut faire "respecter les votes des citoyens quand ils s'expriment" L'alliance électorale du MPF de Philippe de Villiers et de CPNT de Frédéric Nihous veut faire respecter la liberté de chaque peuple européen comme les libertés à l'intérieur de chaque nation. Le parti souverainiste souhaite passer du libre-échange au juste échange. Pour redonner confiance aux citoyens, Libertas propose de bâtir une Europe plus démocratique dans laquelle chaque citoyen pourra s'exprimer et être entendu, une Europe transparente et plus proche des citoyens. Libertas s'oppose enfin farouchement à l'entrée de la Turquie dans l'UE et à l'application du traité de Lisbonne, jugé caduc depuis le "non" irlandais. Le FN se bat toujours pour la préférence nationale Le Front national de Jean-Marie Le Pen exige que soit redonnée à la France sa souveraineté et propose notamment de refuser de laisser à Bruxelles toute compétence fiscale, de redonner au Conseil européen le dernier mot en matière budgétaire, de rétablir les contrôles aux frontières intérieures de l'Europe et de pratiquer des contrôles renforcés aux frontières extérieures en vue de lutter contre l'immigration, et de dénoncer les accords de Schengen. En matière de sécurité, le FN propose de refuser la coopération policière au sein d'Europol ainsi qu'Eurojust. Enfin, le parti de Jean-Marie Le Pen exige que soit établie la préférence communautaire et refuse l'entrée de la Turquie au sein de l'UE. Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA) défend une Europe pacifiste et solidaire Emmenée par Olivier Besancenot, cette liste veut supprimer les paradis fiscaux et le secret bancaire. Elle défend une Europe de l'égalité des droits entre "hétérosexuels, homosexuels, transexuels et bi-sexuels" et une Europe de la valorisation du droit des handicapés et des femmes. Le NPA se prononce pour une Europe écologique qui défend les paysans et les pêcheurs dans un souci de "Nourrir sans nuire", une augmentation des salaires de 300 euros, et une Europe des services publics à préserver. Enfin, le NPA combat pour une légalisation de tous les sans-papiers et demande l'abrogation des lois "racistes et discriminatoires". LO veut mettre fin au capitalisme pour mettre fin à la crise Lutte Ouvrière s'engage pour dire tout le mal qu'elle pense de la politique du président de la république. Pour elle, la crise économique a déjà des conséquences désastreuses pour les classes populaires et comme pour le parti trotskyste, "il n'y a aucun remède contre la crise dans l'économie capitaliste", la seule façon de mettre fin aux crises, serait de mettre fin au capitalisme lui-même. LO réclame en outre la suppression de toutes les lois qui protègent le secret commercial et le secret bancaire, et dénonce la concurrence débridée mais se refuse à prendre le parti du protectionnisme. Le Front de gauche veut changer d'Europe par le social, la solidarité et l'écologie L'union entre le PCF et le parti de gauche veut modifier les missions de la BCE et la contrôler. Il veut affirmer une vision nouvelle de la société et de l'Europe fondée sur l'intérêt général et la souveraineté populaire à l'échelle nationale comme européenne en mettant en avant: "l'impératif social, solidaire, écologique et démocratique". L'établissement d'un bouclier social est pour le Front de gauche une proposition essentielle à mener à bien. La volonté de défendre au parlement européen, un vrai projet de coopération et de solidarité avec les peuples de la Méditerranée et avec l'Afrique, s'inscrit dans un impératif de paix, priorité absolue pour l'extrême gauche en France. D'autres listes, plus modestes, font campagne pour ces élections. Le souverainiste eurosceptique Nicolas Dupont-Aignan, président du parti "Debout la République", propose dans son livre-manifeste "Le petit livre mauve" de remettre la France au centre du projet européen, de sortir de la bureaucratie qui a fait tant de mal à la France et à l'Europe, et de remettre la France au coeur du grand projet européen. La liste très hétérogène "antisioniste" de Dieudonné en Ile-de-France a également été déposée le 14 mai au ministère de l'Intérieur. Génération écologie, fondée en 1990 par l'ancien ministre Brice Lalonde, propose de "réussir la planète " avec l'Europe en choisissant sa France tout en donnant un sens au progrès. Le partage de l'emploi est au coeur du projet de cette liste écologiste qui veut favoriser l'activité libre et l'accroissement des revenus en nature, "tout en bousculant la vie politique". latribune.fr http://www.latribune.fr/actualites/politique/20090515trib000376784/demandez-le-programme.html
FJ - 16

LES ECHOS
18 MAI 2009 - EUROPEENNES : BAYROU A NOUVEAU AU CENTRE DU JEU

François Bayrou, qui tenait hier à Montpellier sa dernière convention thématique européenne, boit du petit-lait. Non content du succès de son pamphlet antisarkozyste « Abus de pouvoir » (1), le président du Modem est au centre du jeu à trois semaines des européennes. Ces derniers jours, les ténors de l'UMP ont continué de le prendre pour cible, jusqu'à François Fillon, qui l'a accusé d'être dans le « dénigrement systématique ». A son tour, le Parti socialiste, soucieux de ne pas laisser le centriste lui voler ses électeurs, a sonné la charge contre lui, Martine Aubry l'accusant de dire l'inverse de ce que font ses eurodéputés et comparant « l'extrême centre » de François Bayrou à l'extrême gauche pour mieux convaincre de son inutilité. Même l'écologiste Daniel CohnBendit a crié à l'« usurpation » (lire également page 16). « C'est formidable », se réjouit un très proche de François Bayrou, qui veut y voir la « preuve » qu'« une dynamique se crée ». Sur sa gauche comme sur sa droite, François Bayrou inquiète. Pour les socialistes, il est un véritable piège. Car s'il ne ménage pas sa peine pour apparaître comme le principal opposant à Nicolas Sarkozy, profitant largement des doutes du PS sur sa propre tactique, c'est dans l'unique objectif de devancer la gauche au premier tour de la prochaine présidentielle. Improbable, l'hypothèse n'est pas exclue. Selon de récents sondages Ifop et Viavoice, le député des Pyrénées-Atlantiques ferait jeu égal avec Ségolène Royal en cas d'élection et 71 % des sympathisants socialistes ont de lui une opinion positive. En 2007, il avait été devancé de 7 points par la présidente de Poitou-Charentes. A droite aussi, certains redoutent le positionnement du leader du Modem, surtout en cas de divisions au PS. « Revenir comme il le fait, après s'être retrouvé tout seul et avoir perdu la bataille à Pau, c'est fort. Chapeau l'artiste ! », salue un responsable de la majorité investi dans la campagne européenne. Mais, à court terme, l'UMP tente de l'utiliser à son profit. En répliquant à chacune des attaques de François Bayrou (comme à celles de Daniel Cohn-Bendit), les responsables du parti s'appliquent à le mettre en valeur pour mieux « affaiblir » le PS. Après le revers des élections municipales et dans un contexte social difficile, « nous avons besoin d'un succès aux européennes », avoue l'un d'eux. Même si les conseillers de Nicolas Sarkozy affirment ne pas croire en la possibilité d'une qualification du centriste au second tour en 2012, ils savent que, dans cette hypothèse-là, les chances du chef de l'Etat de l'emporter seraient réduites. Dans l'immédiat, les calculs de l'UMP pourraient compliquer la tâche de certains de ses candidats aux européennes. Notamment dans l'Est, où le parti majoritaire s'alarme du manque de charisme de ses têtes d'affiche face à Jean-François Kahn. « Besoin de références stables » François Bayrou, lui, continue de creuser son sillon. « Dans un monde sans repères, les électeurs ont besoin de références stables », insiste le leader centriste, qui a brandi hier un « devoir d'opposition » à Nicolas Sarkozy. Cela ne l'empêche pas d'alimenter la polémique avec ses détracteurs de gauche. Dans une interview à « La Tribune », il dénonce « le curieux double langage » du PS sur le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso. S'il confie ne pas vouloir se laisser « égarer dans la technicité européenne » - être trop précis pourrait lui aliéner des électeurs -, le président du Modem met un peu plus en avant ses propositions : « une convergence sociale au sein de l'Union » d'ici à « dix ans » et la fin du « dumping fiscal » par la fixation d'un « taux d'imposition raisonnable et garanti » dans tous les pays membres. Afin de contrer les critiques sur son absence de projet européen. PIERRE-ALAIN FURBURY http://elections-europeennes.lesechos.fr/elections-europeennes-2009/juin2009/4865145-europeennes-bayrou-anouveau-au-centre-du-jeu.htm

FJ - 17

LE FIGARO
24 MAI 2009 - MODEM: VALLS REFUSE LA "COURSE-POURSUITE"

AFP Manuel Valls, député-maire PS d'Evry, interrogé par RCJ sur François Bayrou, a assuré que le Parti socialiste "n'est pas dans une course poursuite à qui s'opposera le mieux à Nicolas Sarkozy". Le président du MoDem François Bayrou "ne parle pas d'Europe" dans la campagne en cours, a fait valoir M. Valls. "Les socialistes ne sont pas dans une course poursuite à qui s'opposera le mieux à Nicolas Sarkozy. Les Français savent que nous sommes de gauche et donc dans l'opposition". "Nous avons du mal à nous positionner vis à vis de François Bayrou et d'Olivier Besancenot", a-t-il relevé. "Il y a une hésitation à ce sujet-là et c'était d'ailleurs l'un des débats du calamiteux congrès de Reims". "Quand Martine Aubry dit clairement qu'il ne faut pas être dans l'anti-sarkozysme permanent, mais qu'il faut être dans la proposition, je dis: enfin et je m'en félicite. C'est sur ce sujet-là qu'il faut être crédible". M. Valls faisait allusion aux propos de la première secrétaire du PS, Martine Aubry, affirmant le 17 mai qu'elle ne voulait "pas être l'opposante numéro un, mais la proposante numéro un". "Je fais partie de ceux qui considèrent que le PS s'est trop opposé", a déclaré le député-maire. "Le rôle du PS, contrairement à François Bayrou et à Olivier Besancenot, c'est de bâtir une alternative crédible de gouvernement qui passe par la proposition", selon l'élu socialiste. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/24/01011-20090524FILWWW00051-modem-valls-refuse-la-coursepoursuite.php
24 MAI 2009 - BAYROU ABORDE LES EUROPEENNES L'OEIL RIVE SUR 2012

De Pascale JUILLIARD PARIS (AFP) — Les élections européennes constituent, après les échecs des législatives et des municipales, une étape importante pour le Mouvement Démocrate (MoDem) et son leader François Bayrou, l'oeil rivé sur la présidentielle de 2012. Le MoDem, issu de l'UDF, "est une des formations dont l'histoire est la plus liée à l'Europe, et qui nationalise à outrance les élections européennes", estime Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences-Po. "Il y a là un paradoxe, lié au fait que ce qui préoccupe François Bayrou est beaucoup plus son destin national que l'expression du MoDem dans le débat européen qui tente de se nouer", ajoute-t-il. Le troisième homme de la présidentielle 2007 appuie sa campagne sur son livre à succès "Abus de Pouvoir" déjà tiré à 120.000 exemplaire selon son éditeur, Plon - où il se livre à une virulente critique du sarkozysme. Le député des Pyrénées-Atlantiques n'est pas lui-même candidat au scrutin du 7 juin, mais il met tout son poids dans la bataille, sillonnant inlassablement la France pour aller soutenir ses candidats. Lors de ces élections, "il tente d'envoyer le signe que le MoDem fait partie des grandes forces politiques, susceptibles en 2012 de bouleverser la donne", souligne M. Perrineau. "Mais pour l'instant, le MoDem reste plutôt, dans les sondages, la première des petites forces que la troisième des grandes forces". Les sondages donnent au MoDem 11% à 14% d'intentions de vote, tandis que l'UMP caracole en tête à 26,528%, suivi du PS (21-25%). "Le moment de l'inversion du rapport de forces entre PS et MoDem n'a pas encore sonné, loin de là", commente M. Perrineau.
FJ - 18

Le parti centriste est talonné par Europe-Ecologie (autour de 10%), dont le candidat Daniel Cohn-Bendit dépasse même la vice-présidente du MoDem Marielle de Sarnez en Ile-de-France. Pour Frédéric Dabi (Ifop), "l'enjeu a minima pour le MoDem est de faire mieux que l'UDF en 2004" (12% des voix, 11 eurodéputés) et "l'enjeu ambitieux est de se rapprocher du socle électoral de François Bayrou à la présidentielle" (18,57%). Actuellement, dans les enquêtes d'opinion, "le MoDem se retrouve à un étiage proche de l'espace centriste dans une élection européenne, soit 10-12%", souligne-t-il. Mais pour un parti "très jeune, qui n'a quasiment aucun élu, c'est quand même un tour de force d'être troisième". De plus, le MoDem "élargit son assise socio-démographique", estime M. Dabi. "Contrairement à la présidentielle, il n'y a plus de catégorie de population - ouvriers, employés - où il est structurellement extrêmement faible". Cette élection au scrutin proportionnel (un seul tour) "est la dernière où François Bayrou peut exister de manière autonome avant la campagne présidentielle de 2012", souligne M. Perrineau. "L'année prochaine, il risque d'être empêtré dans des problèmes de lisibilité. A moins de changer de cap et de devenir un allié privilégié de la gauche". Aux régionales de 2010, le leader centriste a en effet déjà prévu de présenter des listes autonomes partout. Mais il devra choisir ses alliés entre les deux tours, comme aux municipales de 2008 où ses alliances à la carte, tantôt à droite, tantôt à gauche, n'avaient pas été comprises par l'opinion. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5i5aJrWLExFNL9qhzp6S5wHrqkaWg
24 MAI 2009 - DATI : FRANÇOIS BAYROU EST «LE MEILLEUR DES SOCIALISTES»

Sophie de Ravinel François Bayrou ? «C'est le meilleur des socialistes. Maintenant, qu'il se débrouille avec les socialistes.» Invitée du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», Rachida Dati a participé dimanche soir à une critique en règle du président du MoDem, exercice auquel se prête en ce temps de campagne pour les européennes, l'ensemble des ténors de l'UMP et du PS. Tout en affirmant ne pas vouloir participer à ce «tapage médiatique», la numéro deux de la liste UMP en Ile-de-France, derrière Michel Barnier, a reproché à François Bayrou d'être «contre, et quoi que vous fassiez, tout le temps contre ». «Être contre, ça lasse les Français», a-t-elle ajouté, s'interrogeant sur les réformes qu'il aurait «portées jusqu'au bout» lorsqu'il était ministre de l'Éducation nationale. Alors que la garde des Sceaux va bientôt quitter le gouvernement pour siéger au Parlement européen, elle a insisté sur ses motivations, soulignant qu'il était «important d'avoir des parlementaires qui soient totalement impliqués». Elle a encore mis en valeur ses compétences et son expérience, acquises en particulier lors de la présidence française de l'Union européenne et a reconnu «la responsabilité» des politiques, en France, qui ont longtemps gardé «les volets clos vis-à-vis de l'Europe». La question de la Turquie Interrogée sur les différences de programmes entre l'UMP et le PS, Rachida Dati a jugé que les socialistes n'avaient «aucune position claire», en particulier sur le dossier de la Turquie. Insistant sur le fait que Nicolas Sarkozy et l'UMP «ne souhaitent pas l'intégration» mais «un partenariat stratégique avec ce grand pays», elle a soutenu qu'à Bruxelles, la France ne participe pas à des réunions en vue de l'adhésion de la Turquie. «Les chapitres en vue de l'adhésion n'ont pas encore été ouverts» par le groupe de travail, a-t-elle expliqué, «pour l'instant, il ne s'agit que d'un audit technique qui peut aussi bien se conclure par un partenariat». Concernant la liste de Dieudonné aux européennes - que le secrétaire général de l'Élysée, Claude Guéant voulait voir interdite - Rachida Dati a précisé que «pour l'instant, il n'y avait pas d'éléments qui puissent l'empêcher de se présenter, mais que ce n'était pas à l'honneur de notre démocratie d'avoir de tels candidats ». Dati a enfin défendu son bilan au ministère de la Justice. «Les réformes que j'ai menées, a-t-elle dit, je les ai portées au risque de l'impopularité.» http://www.lefigaro.fr/politique/2009/05/25/01002-20090525ARTFIG00007-dati-francois-bayrou-est-lemeilleur-des-socialistes-.php
FJ - 19

22 MAI 2009 - BAYROU SUR UN PETIT NUAGE

Rodolphe Geisler Le leader du MoDem est plus impliqué par la prochaine présidentielle que par les européennes. Il savoure quelques sondages encourageants dans lesquels il voit la validation de sa stratégie : plus il s'oppose à Sarkozy, plus le PS baisse. Il manque une chose dans la vie de François Bayrou : une montre. «Que nous ne rations pas plus souvent l'avion ou le train relève du miracle», soupire-t-on dans son staff. Il est comme ça, François Bayrou : un peu audessus du temps. Son côté Mitterrand. Un actif pas pressé. Trois réunions publiques par jour, mais toujours envie d'un deuxième café au restaurant. Toujours le temps de demander au patron : «Comment allez-vous?» A la serveuse : «D'où venez-vous?» Son officier de sécurité a appris la patience. Mais, à chaque fois, il frôle la limite. Dernier coup de sifflet du chef de gare, François Bayrou arrive juste à temps. «Je n'ai jamais raté un train», dit-il crânement. «Ça fait des années que je ne porte plus de montre, c'est vrai que je ne suis pas facile à cadrer, mais, si je prends des libertés avec le temps, c'est pour me sentir libre», confie-t-il. Il ne supporte pas non plus les réveils. «Je me réveille toujours tout seul», poursuit-il. Il est comme ça, François Bayrou. Un peu rebelle. Le temps, la liberté, la solitude : c'est son destin. Il l'assume. Du moins l'explique-t-il comme cela. «J'ai toujours su que ce serait long. Pour être franc, je me sens plutôt catégorie diesel que Ferrari», assure celui qui a fait la campagne présidentielle de 2002 à bord d'un bus roulant au colza et avait choisi un tracteur comme emblème pour 2007. Pourtant, ce dimanche 17 mai, dans l'avion Montpellier-Paris, le président du MoDem savoure l'instant. Pour la première fois, selon un sondage OpinionWay-Le Figaro-LCI, 44 % des Français estiment possible qu'il devance le (la) candidat(e) du PS au premier tour de la présidentielle de 2012. «Aujourd'hui, c'est le moment le plus plein de ma vie. Ça a été difficile, mais je suis à la place où je voulais être», dit-il. Depuis la sortie de son livre, Abus de pouvoir (Plon), le 30 avril, il a décroché la place de « meilleur opposant » à Nicolas Sarkozy. Et son livre, celle des quatre meilleures ventes, toutes catégories confondues. Dans la rue, les gens viennent le saluer. L'encourager, souvent. «Vous savez, en2007, on voulait voter pour vous, mais, au dernier moment, on a préféré voter utile; on le regrette», dit ce couple. Cette fois, François Bayrou pense être en situation. Celle de passer devant le Parti socialiste. «Votre livre donne du grain à moudre», lui déclare ce curé de campagne rencontré sur un quai de la gare de Metz. Le PS en a conscience et hésite sur la stratégie à adopter à son égard. François Bayrou s'en amuse. Comme il y a trois semaines à Londres. «Mais qu'est-ce qu'ils ont après moi? A croire qu'ils n'ont rien d'autre à faire...», s'interroge-t-il tout haut, faussement agacé, en consultant un texto sur son téléphone portable faisant référence à une déclaration de Jean-Christophe Cambadélis à son sujet. Ce samedi-là, à la Fnac de Rosny 2, François Bayrou savoure aussi cet instant. La foule est là, à se bousculer pour se faire dédicacer son livre. Cette dame s'en fait parapher trois. «Pour des amies», précise-t-telle. Cette autre se fait prendre en photo avec son téléphone portable. «Il y a un an encore, ce combat passait pour perdu», susurre-t-il. Là, il ne parle plus de son livre, mais de lui. Entré en politique à la faveur des élections législatives de 1978, il se décrit ainsi : «Au début, j'étais un homme politique prometteur, donc très con. Vous savez, toute cette période de vedettarisation rend bête. Puis est arrivée la présidentielle de2007, qui a créé un lien avec les gens. Je dirais que, ce qui a trempé ce lien avec eux, c'est que je refuse de me rallier et que j'accepte ma traversée de désert. Là, ils ont compris que mon combat était vrai.» Mais traversée du désert ne signifie pas être seul, assure-t-il. «On me dit, vous êtes seul! Mais je pense l'être moins que Royal, Aubry ou Hollande.» Dans sa garde rapprochée, il compte la sénatrice Jacqueline Gourault, son ami l'ancien journaliste Philippe Lapousterle, l'économiste Jean-Claude Casanova ou encore l'ancien président du Crédit lyonnais Jean Peyrelevade et le directeur du Crédoc Robert Rochefort. Il cite encore le journaliste Jean-François Kahn. «C'est un meilleur niveau que Maurice Leroy», note-t-il. «Mais la seule qui ait
FJ - 20

réellement de l'influence sur lui, c'est Marielle de Sarnez», glisse l'un d'eux. Bayrou, lui, reconnaît qu'il est «très difficile d'entrer dans son intimité». Les atermoiements du PS, entre l'extrême gauche et le centre, lui profitent sans doute. «Mon projet est cohérent», dit le chef centriste. Paradoxalement, la crise économique mondiale l'a aidé. «Pendant la présidentielle de2007, j'ai toujours opposé le modèle américain au modèle français. Mêmes mes proches avaient du mal à me comprendre. Ils pensaient alors que je n'aimais pas les Américains. C'est faux! C'est leur modèle que je n'aimais pas. Il a fallut attendre la crise pour que l'on m'écoute...», croit-il savoir. Aujourd'hui, auréolé de la palme de « premier opposant » au chef de l'Etat - lui revendique le titre d'« opposant le plus vigoureux » -, il se sert de la crise du capitalisme pour dénoncer «Sarkozy l'Américain». Il l'assure : «L'argent n'a jamais été une valeur pour moi.» Le député des Pyrénées-Atlantiques préfère les livres. «Je lis au moins deux heures par jour», assure-t-il. Ce dimanche matin, dans l'avion de Pau, c'est François Furet et sa Révolution française (Gallimard), qui nourrira ses réflexions. Jusqu'à ce faisan. «Oh! Vous avez vu le faisan passer?», s'exclame-t-il, le nez collé au hublot. Son côté paysan. «Je possède cinq tracteurs et une dizaine de bérets basques. Mais j'ai arrêté d'en porter parce que les photos sont accablantes!» confie-t-il. Mais, quand il passe à proximité d'un cheval, comme ce jour dans l'Ouest, en marge d'un déplacement consacré à la Politique agricole commune, il ne peut s'empêcher de s'en approcher. Et lui dire : «Ça va, toi?» Il est comme ça, François Bayrou, il tutoie les chevaux. http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2009/05/23/01006-20090523ARTFIG00146--opposition-bayrou-surun-petit-nuage-.php
19 MAI 2009 - D'OU VIENNENT LES ELECTEURS DU MODEM ?

Pascal Perrineau, directeur du Cevipof La consultation du 7 juin sera un test sur la capacité de François Bayrou à coaliser un électorat hétérogène. Le centrisme a toujours été une réalité électorale sous la Ve République, même si la logique très bipolaire des institutions lui a réservé une place plus ténue que sous la IVe République. En dépit de ce processus de laminage électoral, Jean Lecanuet soutenu par le MRP en 1965 rassembla 15,6 % des suffrages, Alain Poher, en 1969, en attira 23,3 % ce qui reste le point d'orgue du centrisme sous la Ve République. François Bayrou reprit, en 2002, l'héritage de ce centrisme aux velléités oppositionnelles mais n'agrégea que 6,8 % des votes autour de sa personne. Ce n'est qu'en 2006-2007, après avoir mis fin à l'alliance qui le rattachait à la droite et créé cet «hypercentre» indépendant, qu'il parvint à faire renouer le centrisme avec un score à deux chiffres : 18,6 % au premier tour de l'élection présidentielle de 2007. Le MoDem reste la troisième force du paysage politique français derrière l'UMP (27 %) et le PS (22 %). Le centrisme autonome de François Bayrou n'est pas encore en position de bouleverser le rapport de forces entre les grands partis de la gauche et de la droite. Il est à 14 points de l'UMP et à 9 points du PS dans un statut qui reste, jusqu'à nouvel ordre, celui de la plus grosse des « petites forces» (quatre points devant les écologistes, six points devant le NPA et le FN). Devenir la deuxième force Le paradoxe veut qu'un François Bayrou qui ne cesse de dénoncer «l'hyperprésidence» et le «pouvoir personnel» ne puisse compter que sur l'élection présidentielle et l'aventure personnelle consubstantielle à la candidature à une telle élection, pour envisager de «rebattre les cartes» et de passer du statut, certes enviable mais marginal, de troisième force à la position de deuxième force autour de laquelle la donne politique se réorganise en profondeur. Jusqu'à maintenant une telle ambition a toujours échoué : Lecanuet fut écarté du second tour en 1965 par un François Mitterrand, candidat de la gauche unie dès le premier tour, Alain Poher, qui avait pourtant atteint le second tour, fut sévèrement battu en 1969 par Georges Pompidou. En 2002, François Bayrou se contenta d'un modeste témoignage. Enfin, en 2007, il resta le «troisième homme», certes à un niveau conséquent (18,6 %) mais fut nettement dominé par Nicolas Sarkozy (31,2 %) et même Ségolène
FJ - 21

Royal (25,9 %). Il espère devenir en 2012 le «deuxième homme» et ne plus jouer le rôle du supplétif électoral qui jusqu'alors a été le sien. Cela exige qu'il domine le candidat socialiste, ce que seul Alain Poher avait réussi à faire en 1969 mais, à l'époque, le courant socialiste était exsangue. Et même cette éventuelle suprématie électorale n'est pas complètement garante de la victoire finale puisque Alain Poher avait été écrasé (41,8 %) par le candidat de droite, Georges Pompidou. L'électorat du dernier moment Mais il est vrai que la gauche de l'époque était sous influence d'un communisme fort peu sensible aux sirènes du socialo-centrisme. Aujourd'hui l'espace du socialo-centrisme est plus significatif : le PCF est marginal, le PS hésite sur ses stratégies d'alliance, des mobilités significatives se sont installées entre l'électorat de gauche et l'électorat centriste : en 2007, sur 100 électeurs qui ont voté pour François Bayrou, 40 avaient choisi la gauche en 2002 contre seulement 26 la droite. Cet électorat capable de recueillir les frustrations et les déceptions est fragile et volatil. C'est souvent un électorat du dernier moment qui marie à la fois l'héritage de la vieille tradition démocrate chrétienne (parmi les départements qui ont offert à Bayrou ses meilleurs scores, on compte beaucoup de terres de forte pratique catholique : Finistère, Ille-et-Vilaine, Haute-Loire, Pyrénées-Atlantiques, Bas-Rhin, Haute-Savoie) et une sociologie plus moderne où nombre de jeunes électeurs et de citoyens aisés et diplômés disent, dans leur vote, leur volonté d'une «alternative». Reste à l'homme qui tente de coaliser cet électorat hétérogène à organiser la fidélisation de ses soutiens et à amplifier le ralliement. La tâche est difficile, les législatives de juin 2007 et les municipales et cantonales de 2008 ont montré que le chemin était parsemé d'embûches et d'obstacles. Les européennes du 7 juin s'inscrirontelles dans cette continuité ou marqueront-elles l'ouverture de la brèche électorale pour le leader du MoDem ? http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes-2009/2009/05/19/01024-20090519ARTFIG00394-d-o-viennentles-electeurs-du-modem-.php
19 MAI 2009 - JEAN-FRANÇOIS KAHN FAIT SA REVOLUTION

Rodolphe Geisler Ces élections européennes resteront, à double titre, une véritable révolution dans la vie de Jean-François Kahn. L'ancien journaliste et essayiste, fondateur de L'Événement du jeudi, puis de Marianne, y fait son entrée en politique. Comme tête de liste du MoDem pour la région Est. Un secret pour personne. Mais la véritable mue du personnage se trouve dans sa poche. Kahn possède désormais, pas un, mais deux téléphones portables. Lui, qui, jusqu'alors, n'était joignable que sur le fixe de son domicile ! Une initiative de Gérard, son collaborateur pour la campagne. «Il fallait bien faire quelque chose», glisse-t-il. Quant à l'explication brutale du deuxième portable, «une simple question de chargeurs !», explique Gérard. Kahn l'intello doit encore se familiariser avec. Du coup, le joindre rapidement reste aléatoire. Mais au moins son staff aura essayé. Lui, depuis son entrée en campagne, sillonne quotidiennement les dix-huit départements des cinq régions Est. Déjà soixante-six réunions publiques. «De 100 à 400 personnes», assure-t-il. Presque étonné, d'ailleurs. Au début, il y était question de la crise, de ses conséquences et des réponses que pourrait y apporter l'Europe. Aujourd'hui, Kahn s'est recentré sur le projet du MoDem. «Une façon de répondre au PS et à l'UMP, qui nous accusent de ne pas en avoir», dit-il. Et de s'étonner : «Tout cela est d'autant plus stupide que nous avons un programme tellement précis que nos adversaires pourraient s'en servir pour nous contredire. Mais ils ne le font même pas !» Kahn le jure : «Je ne tape jamais sur Sarkozy. Lors de la soixantaine de réunions que j'ai pu faire, il n'en a jamais été question !» Selon lui, le chef de l'État ne serait pas la préoccupation première des Français. Au moins de ceux qu'il rencontre.
FJ - 22

En réalité, il ne faut trop le pousser pour le faire parler du président de la République. Surtout quand il s'agit de défendre son nouvel ami, François Bayrou, à qui il avait promis, il y a une vingtaine d'années, qu'il rejoindrait le centre «le jour où le centre sera réellement indépendant» . Quant à «Nicolas Sarkozy, il adore tout ce que je déteste le plus à gauche, c'est-à-dire la gauche du fric, la gauche paillettes, la gauche affairiste», dénonce l'ancien patron de presse, autrefois plutôt classé à gauche. «Deux modèles usés» Sur Nicolas Sarkozy, toujours, Jean-François Kahn en est persuadé : un jour le chef de l'État aurait dit de François Bayrou «qu'il fallait soit l'acheter, soit le tuer» ! «Désinformation», avait répliqué Dominique Paillé, l'un des porte-paroles de l'UMP. Mais Kahn l'assure, il aurait tourné la page de «Kahn, le polémiste». «Pour preuve», dit-il, son dernier livre L'Alternative (Fayard). «Un livre de projets, de 380 pages.» Aux côtés de Nathalie Griesbeck, eurodéputée sortante et deuxième sur sa liste, ou de Yann Wehrling, ancien secrétaire national des Verts et troisième sur la liste, Jean-François Kahn affirme qu'«une autre société est possible». Plus «humaniste». Il renvoie dos à dos capitalisme et socialisme : «deux modèles usés». En fait Kahn prend goût à la politique. Même si, lundi sur RTL, il a réaffirmé qu'il se désisterait au profit de Griesbeck si le MoDem ne décrochait qu'une seule place : «Mais le risque semble aujourd'hui être écarté», estime son entourage. Comme Bayrou, il défend l'idée d'inscrire la ville de Strasbourg comme «siège permanent» du Parlement européen, pour «jouer à fond la séparation des pouvoirs» avec l'exécutif à Bruxelles et le judiciaire à La Haye. «Il y a un grand nombre de personnalités politiques candidates à ces élections, Cohn-Bendit par exemple, qui défendent l'idée de tout installer à Bruxelles. Je veux défendre devant vous exactement le contraire», dit-il de concert avec Bayrou. Une idée qu'ils défendront à nouveau le 4 juin à l'occasion d'un grand meeting national du MoDem à Strasbourg. Mais avant, le 29, cette fois à Colmar, «les chansons et musiques d'Europe» seront à l'honneur… http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes-2009/2009/05/20/01024-20090520ARTFIG00034-jean-francoiskahn-fait-sa-revolution-.php

18 MAI 2009 - CIBLE DE L'UMP ET DU PS, BAYROU CONTRE-ATTAQUE

Rodolphe Geisler Le président du MoDem, en meeting dimanche dans l'Hérault, a revendiqué «un devoir d'opposition». Les militants venus spécialement des Bouches-du-Rhône ont vu un peu grand. Et ont dû laisser dehors leur banderole où ils avaient inscrit «Bayrou 2012, président». Pas d'actualité. D'autant que le président du MoDem, classé meilleur opposant à Nicolas Sarkozy dans le sondage Opinion Way-Le Figaro-LCI, publié samedi dans nos colonnes, a subi dimanche quelques «canonnades», selon sa formule. Martine Aubry, premier secrétaire du PS, invitée du «Grand Rendez-Vous Europe 1-Le Parisien», a qualifié Bayrou d'«extrême centre» qui «ne pense qu'à lui, à 2012, et à lui en 2012» et qui «n'a pas de programme». «Si le PS a renoncé à s'opposer, nous pas» lui a répliqué Bayrou. François Hollande, invité du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI», a ajouté que Bayrou se situait «aujourd'hui au centre» sans être pour autant «devenu de gauche». Dans la majorité, le ministre du Travail, Brice Hortefeux, a pour sa part déploré sur France 5 que le président du MoDem ait placé «son combat» «sous l'unique signe de la destruction». Revendiquant un «devoir d'opposition», le président du MoDem n'a rien perdu de sa verve lors de la huitième et dernière réunion thématique du MoDem à Lattes (Hérault), près de Montpellier, avant les élections européennes du 7 juin. «Maintenant, le mot opposition, (les socialistes) considèrent que c'est un gros mot», a-t-il lancé devant plus de 400 personnes. «Nous considérons, non pas qu'il y a un droit d'opposition, mais qu'il y a un devoir d'opposition, quand l'essentiel est en jeu. Et s'ils n'en veulent plus, nous, en tout cas, nous allons l'assumer», a-t-il poursuivi. En réponse à Daniel Cohn-Bendit (Verts), qui l'a accusé de «détourner la campagne
FJ - 23

pour sa course à l'Élysée» avec son pamphlet contre Nicolas Sarkozy (Abus de pouvoir), Bayrou a affirmé que «l'Europe, ce n'est pas Bruxelles, c'est nous, les citoyens français». «Harmonisation fiscale» Entouré de la vice-présidente du MoDem, Marielle de Sarnez, et des autres têtes de listes du MoDem, dont Robert Rochefort, président du Credoc et tête de liste dans le Sud-Ouest, il a dévoilé le slogan de son parti, actuellement crédité de 13,5 % des voix dans un récent sondage Ifop. Ce sera «Nous l'Europe». Bayrou a décrit ce slogan comme «une révolte contre l'habitude (...) de présenter l'Europe comme quelque chose d'extérieur à la France». François Bayrou a surtout défendu une «Europe sociale». Selon lui, «l'Europe doit s'engager à mettre en œuvre un plan de convergence sociale qui permettrait une harmonisation progressive des niveaux de protection sociale». Pour éviter le dumping social d'un pays européen à l'autre et ainsi limiter les délocalisations, il propose une «harmonisation fiscale progressive». En matière d'immigration, il préconise d'«harmoniser les critères d'asile». Pour lui, l'Europe doit encore «promouvoir un nouveau modèle de croissance plus équilibré» et rendre «plus transparente» l'échelle des rémunérations. «Des écarts de 1 à 600 sont inconcevables», dénonce-til. Selon lui, «il faut redonner un sens à la progressivité de l'impôt». Des idées qu'il défendra à nouveau, à partir de demain, à Angers et Orléans : point de départ de son nouveau tour de France d'ici au scrutin du 7 juin. http://www.lefigaro.fr/politique/2009/05/18/01002-20090518ARTFIG00294-cible-de-l-ump-et-du-ps-bayroucontre-attaque-.php LE MONDE
22 MAI 2009 - DANIEL COHN-BENDIT CHASSE SUR LES TERRES DU PARTI SOCIALISTE ET DU MODEM

Dans la deuxième phase de la campagne européenne, Daniel Cohn-Bendit, tête de liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France, commence à taper sur ses concurrents. Pas ceux du Front de gauche ou du NPA - ils ne jouent pas dans la même cour, estime-t-il - mais ceux du Parti socialiste et du MoDem. Le député européen sait qu'il y a dans cet espace quelques points à gagner. Les conseils de M. Cohn-Bendit aux Verdi italiens Dans un article du 21 avril, le quotidien italien Corriere della Sera relate un dialogue entre Daniel Cohn-Bendit et les dirigeants des Verdi (Verts italiens) lors d'une réunion publique de soutien à la candidate du Nord-Ouest, tenue la veille à Rome. Le député européen attaque : "Les Verdi continuent à regarder seulement du côté de la gauche. Mais ils doivent se rendre compte que, pour au moins quatre ans, elle ne sera pas au pouvoir. Et entre-temps ? La transversalité est utile. Si on veut être influents, il faut regarder toute la société." Grazia Francescato, la porte-parole des Verdi, tente de s'opposer : "Mais Daniel, tu sais quelle droite nous avons en Italie ?" M. Cohn-Bendit répond : "Et la gauche italienne alors ?" Puis continue : "Les Verdi ont un train de retard parce qu'ils ont peur d'être aspirés par Berlusconi. Il faut se risquer, se mélanger, on ne peut pas rester toujours seulement du même côté." Crédité dans les derniers sondages de 7 % à 10 % des intentions de vote, avec une légère poussée depuis quinze jours, il veut convaincre qu'il est le seul à défendre le projet européen à construire, seul "vrai enjeu" du scrutin. "Nous avons commencé à prendre en charge un débat contradictoire sur l'Europe il y a trois mois, les autres ont commencé il y a trois semaines", a-t-il lancé, jeudi 21 mai, lors d'un débat organisé à Paris par la Fondation Terra-Nova face au socialiste Pierre Moscovici. Devant plus de 200 personnes, les deux ténors ont tenté de jouer de la connivence, soulignant tous deux qu'ils étaient de "vieux amis", des "voisins de bureau au Parlement européen" - mais la bataille d'idées cachait mal la concurrence sur des terrains électoraux proches. "Pour parvenir à battre Barroso, il faut un candidat issu du groupe politique le plus important au Parlement et ce sera le Parti socialiste européen", a assuré M. Moscovici.
FJ - 24

"Vous pouvez essayer de faire peur, ça ne marche pas ! Il est important d'avoir un groupe Verts européen qui, de temps en temps, vous oblige à réfléchir", a rétorqué M. Cohn-Bendit. Depuis quelques jours, le leader écolo multiplie les piques contre l'image européenne des socialistes qu'il juge peu convaincante. Et additionne simultanément les critiques contre le président du MoDem, qu'il accuse de "détourner la campagne pour sa course à l'Elysée". "Nous espérons être en mesure de répondre à une attente d'une partie des électeurs de gauche comme du MoDem, déçus par leur campagne franco-française", explique Pascal Durand, directeur de campagne du député allemand. "Nous ciblons les hésitants qui ont envie d'une autre Europe plus écolo et plus efficace", ajoute-t-il. Le recentrage est désormais assumé. Après un début de campagne très "pluriel" où il s'affichait régulièrement avec José Bové pour mieux attirer à gauche et montrer que les écolos étaient vraiment unis, Daniel Cohn-Bendit avait amorcé un premier tournant mettant en avant son "bouclier social" européen pour corriger l'impression d'une campagne déconnectée de la crise. La démonstration lui semblant faite, il passe à un affrontement plus direct avec les "grandes formations", le PS et le MoDem. Il met de plus en plus en avant sa colistière Eva Joly, persuadé qu'elle peut toucher les électeurs centristes ou socialistes, avec son propos contre les paradis fiscaux et la corruption. Lui, assure toujours la tête d'affiche, avec son profil européen revendiqué, hors clivage gauche-droite. Le calcul semble porter ses fruits. "La dimension écologiste, l'ancrage européen de Cohn-Bendit et la critique sur les paradis fiscaux élargissent ses thématiques et ça fonctionne bien", remarque Brice Teinturier, directeur de l'institut Sofres. Le sondeur fait remarquer que le député européen, avec son positionnement centre gauche, attire des électeurs du MoDem qui ne se retrouvent pas dans le discours actuel de François Bayrou. En Ile-deFrance, les sondages placent les deux formations au coude à coude, alors que dans le reste du pays le MoDem est devant Europe Ecologie. Selon Jérôme Fourquet, directeur de l'IFOP : "La liste Europe Ecologie peut séduire à la fois l'électorat qui refuse de se positionner sur un clivage gauche-droite et les proeuropéens du PS." Mais cet électorat, ajoute-t-il, est "volatil". Avec la forte abstention attendue, rien n'est acquis. Il s'agit donc pour M. Cohn-Bendit de jouer l'efficacité électorale et d'utiliser les quinze jours de campagne restants pour marteler sa différence. "Notre stratégie est de nous différencier de Sarkozy par notre discours sur l'Europe, pas sur la politique nationale", martèle-t-il. Les Verts, eux, suivent, en espérant que la recette donnera des résultats. Sylvia Zappi http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/05/22/daniel-cohn-bendit-chasse-sur-les-terres-duparti-socialiste-et-du-modem_1196655_1168667.html
20 MAI 2009 - LE LAIT S'INVITE DANS LE DEBAT DES EUROPEENNES

Eric de La Chesnais A la veille des élections européennes, les Chambres d'agriculture ont organisé une conférence-débat sur les ambitions de l'agriculture en Europe. La question de la crise du lait que traverse actuellement la France n'a pu être évitée. Le lait s'est invité ce mercredi matin dans le débat des européennes. Il a servi de base de discussions entre quatre candidats ou leurs représentants aux élections du 7 juin prochain pour exprimer leur conception de l'agriculture et ses nouveaux défis en Europe. «La crise du lait que nous vivons actuellement est à la fois un problème européen et français, souligne François Bayrou, député et président du MoDem. La décision française d'interdire les négociations entre producteurs et industriels en est une cause. Il faut aussi revisiter les principes fondateurs de la PAC et ne pas laisser l'idéologie des marchés dominer». Son adversaire politique d'Europe Ecologie, Bernard Péré, candidat pour la région Sud-Ouest a pour sa part souhaité «une nouvelle répartition des primes de la PAC en fonction des productions et des territoires avec l'instauration d'un principe de plafonnement pour favoriser les petites exploitations. Et notamment les exploitations laitières pour qu'elles soient présentes dans toute la France». Et pas seulement dans l'ouest, première région productrice.
FJ - 25

Pour sa part Alain Lamassoure, député européen sortant et candidat de la liste UMP pour la région Sud-Ouest, a effectivement avoué que l'on avait «peut-être augmenté les quotas du lait un peu trop vite et appelé au maintien de la petite exploitation familiale». Ce politique qui a planché sur la PAC dans une vie professionnelle antérieure a reconnu aussi qu'il n'était pas opposé au plafonnement des aides, à travers la modulation par exemple. De son côté, Stéphane Le Foll, député européen et candidat de la liste PS pour la région Grand Ouest, a donné au débat une dimension planétaire. «L'Europe doit être présente dans le débat alimentaire et agricole du monde. Il faut changer globalement le modèle de production agricole et s'appuyer avant tout sur les hommes qui produisent et font de l'agriculture leur métier». Le lait, «une question explosive» Enfin, le président de l'Association permanente des chambres d'agriculture (APCA), Luc Guyau, à l'initiative de cette table ronde organisée dans ses locaux parisiens de l'avenue George V, a mis en garde les pouvoirs publics. «Le dossierdu lait est économiquement et socialement une question explosive car les producteurs recoivent en même temps dans toute la France leur paie de lait faisaint apparaître la baisse», a indiqué Luc Guyau. Cet éleveur laitier sait bien de quoi il parle, il a été président de la FNSEA et a participé à plusieurs conflits laitiers. Son interlocuteur de l'époque était Jacques Chirac. http://www.lefigaro.fr/economie/2009/05/20/04001-20090520ARTFIG00525-le-lait-s-invite-dans-le-debat-deseuropeennes-.php
20 MAI 2009 - LES CONFIDENCES DE JUPPE SUR L'AVENIR DE BAYROU

Ancien journaliste à «L'Est Républicain», Pierre Taribo publie lundi, aux Éditions du Moment, «La Terre, les lettres et l'Élysée». L'auteur a notamment recueilli les confidences de Juppé sur l'avenir de Bayrou : «Il est toujours bien placé dans les sondages ; ce qui s'est passé en 2007 prouve qu'il a un créneau. En 2012, cette fois, je pense qu'avec l'affaiblissement de Nicolas Sarkozy et l'ancrage à gauche du PS sous la férule d'Aubry, il y a une place pour le centre gauche.» http://www.lefigaro.fr/politique/2009/05/20/01002-20090520ARTFIG00374-les-confidences-de-juppe-sur-lavenir-de-bayrou-.php
20 MAI 2009 - L’UMP ET LE PS CHERCHENT A CRISTALLISER LA CAMPAGNE AUTOUR DE LEURS PROJETS

Se recentrer sur l'adversaire. Créer un point de fixation dans une campagne morne. En meeting respectivement à Marseille et à Nantes, PS et UMP se sont offert, mardi 19 mai, une sorte de face à face à distance, un match de première division. Pour les deux formations, le temps n'est plus à la dispersion. Face au spectre de l'abstention, l'urgence est à la mobilisation des électeurs. François Bayrou ? Les dirigeants du PS et de l'UMP ont oublié jusqu'à son nom. A Marseille, Martine Aubry a soigneusement évité d'évoquer la concurrence du MoDem qu'elle avait pourtant l'habitude de renvoyer sans ménagement dans le camp des "libéraux". Pour le PS, rien ne saurait venir troubler le face à face entre deux visions de l'Europe qui vont s'affronter le 7 juin. Celle du Parti socialiste européen et celle du Parti populaire européen, dont est membre l'UMP. "Il n'y a que deux projets et d'ailleurs vous n'en entendez pas d'autre", a affirmé Martine Aubry devant 1 500 militants et sympathisants. Face au projet du PPE qualifié "de déréglementation et de dérégulation" MmeAubry, s'est efforcée de convaincre "qu'une autre Europe est possible" plus protectrice notamment à l'égard des services publics. Encalminé dans les sondages, le PS cherche à fédérer derrière le slogan du "vote efficace". "Les voix qui se porteront sur ceux qui feront moins de 8 % seront autant de voix perdues", a plaidé Mme Aubry.
FJ - 26

A Nantes, les dirigeants de l'UMP se sont au contraire efforcés de démontrer qu'eux seuls avaient un programme pour l'Europe. "Les socialistes, cela fait des mois que leur seul programme se borne à critiquer la politique de Nicolas Sarkozy", a ironisé Michel Barnier. Pour l'UMP, le PS reste le promoteur d'une "vision dirigiste de l'Europe". "C'est la vision de la procédure et du règlement, celle qui a accepté qu'un vin rosé puisse se faire en coupant un rouge et un blanc", a tempêté Jean-Pierre Raffarin. Revenant sur les propositions du PS d'instaurer un smic européen, le sénateur de la Vienne a accusé les socialistes de vouloir "niveler les salaires par le bas". "C'EST BIEN LOIN" Mais pour mobiliser son électorat contre le PS, l'UMP a mieux: la Turquie. Le premier ministre, présent à Nantes, s'est réservé ce morceau de choix. "Quelle est la position du PS sur cette question stratégique ?, a interrogé François Fillon. Martine Aubry nous dit: “Discutons, et on verra si la Turquie a fait assez de progrès pour entrer dans l'Europe”. C'est se moquer du monde, c'est refuser de choisir, c'est le contraire de la volonté politique, c'est l'absence de principe érigé en méthode de gouvernement. Il faut que le Parti socialiste qui cherche encore son axe de campagne, en change au gré du vent, en essayant de faire croire que le vent changerait de sens !" Dans l'après-midi, Martine Aubry et Vincent Peillon, qui conduit la liste du PS dans le Sud-Est, s'étaient rendus dans les quartiers nord de Marseille, où les européennes, selon une habitante, "c'est bien loin". Face aux maux du quotidien, Mme Aubry a fait part de son expérience de maire de Lille et assuré que "notre combat, c'est le combat européen pour le service public, pour l'école, la Poste, l'hôpital, les logements durables". Cette journée devait ouvrir "la deuxième phase de la campagne" du PS. Dans l'entourage de la première secrétaire, on assure que "la mobilisation du camp socialiste est en marche", que "Bayrou prend des voix à la droite sans en prendre au PS" et qu'à "27 % dans les études d'opinion, l'UMP – seule et unique force à soutenir le gouvernement – se dirige tout droit vers une sanction". Cet optimisme affiché ne dissuade pas Mme Aubry de ménager son avenir, au cas où l'après-7 juin serait agité. Lors du meeting parisien, le 13 mai, elle avait fait l'éloge de Bertrand Delanoë. A Marseille, elle a rendu hommage aux dirigeants des Bouches-du-Rhône, l'une des plus importantes fédérations du PS, acquise au dernier congrès à Ségolène Royal. "Quel que soit le résultat de scrutin, il n'y aura pas de coup d'Etat au PS. Nous faisons confiance à Martine Aubry, quitte à ce qu'elle procède à quelques ajustements", soulignait mardi soir Patrick Menucci, l'un des hommes-clé du PS marseillais. François Rebsamen, sénateur et maire de Dijon, l'a-t-il bien entendu en jugeant que le scrutin du 7 juin sera "un test pour les socialistes eux-mêmes", sur leur "unité"? A Nantes, le bel ensemble marseillais a fait sourire. "Le seul objectif du PS, a ironisé Xavier Bertrand, c'est de savoir si la semaine prochaine, il y aura une photo réunissant Martine Aubry et Ségolène Royal. Le PS, c'est la division." Yan Gauchard (à Nantes), Sophie Landrin et Jean-Michel Normand (à Marseille) http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/05/20/l-ump-et-le-ps-cherchent-a-cristalliser-lacampagne-autour-de-leurs-projets_1195645_1168667.html
18 MAI 2009 - FRANÇOIS BAYROU S'IMPOSE COMME LE GRAND PERTURBATEUR DE LA CAMPAGNE

François Bayrou agace les uns et inquiète les autres. Il s'est brutalement immiscé dans une campagne des élections européennes qui manquait cruellement de débat. Quinze jours après la sortie de son brûlot contre Nicolas Sarkozy, Abus de pouvoir, le président du MoDem vient de gagner ses galons de premier opposant au chef de l'Etat. Un sondage réalisé par Opinionway pour Le Figaro-LCI (1 008 personnes représentatives interrogées entre les 14 et 15 mai) le place loin devant Olivier Besancenot, Martine Aubry, et Ségolène Royal, qui détenait le titre. En proie au désintérêt de leurs électeurs tentés par l'abstention, ses adversaires l'accusent de hold-up. Daniel Cohn-Bendit, le leader des Verts le soupçonne de "détourner la campagne pour sa course à l'Elysée", Martine
FJ - 27

Aubry lui reproche de ne pas avoir de programme et l'UMP stigmatise sa seule capacité "de destruction". Pour tous, François Bayrou est un danger, capable de grignoter leur électorat respectif. A 44 %, les Français interrogés par Opinionway estiment que le président du MoDem pourrait devancer le candidat socialiste au premier tour de l'élection présidentielle de 2012 contre 40 % qui n'y croient pas. "En 2007, analyse Philippe Lapousterle, le conseiller politique de François Bayrou, les électeurs socialistes, encore dans la tragédie du 21 avril 2002, s'étaient fait un devoir de voter pour Ségolène Royal. Aujourd'hui, ils sont sortis du traumatisme et n'ont plus de tabou sur François Bayrou." L'UMP s'inquiète aussi d'un tel scénario : face au Béarnais, Nicolas Sarkozy aurait bien du mal à trouver des réserves de voix. Dans l'entourage du chef de l'Etat, certains dénoncent l'erreur commise depuis deux ans : en pilonnant Ségolène Royal, en jouant sur les divisons du PS, l'Elysée aurait trop affaibli cet adversaire et favorisé la percée du président du MoDem. "Nous nous sommes trompés de cible. Il faut démonter la mystification démocratique que représente Bayrou", s'inquiète un ministre. Faut-il y voir un lien de causalité ? Jeudi 14 mai, Jean-Pierre Raffarin, le vice-président du conseil national de l'UMP a proposé d'engager une réflexion sur un scrutin à un seul tour pour "toutes les élections, présidentielle comprise". "L'UMP et Nicolas Sarkozy savent qu'ils n'ont aucune réserve de voix pour un second tour. Ils sont à sec et cherchent une parade", dénoncent les responsables du MoDem. "ZOMBIE" Face à ce tir groupé, François Bayrou répond qu'il est dans son rôle. "Nous considérons, non pas qu'il y a un droit d'opposition, mais qu'il y a un devoir d'opposition quand l'essentiel est en jeu. Je dis aux socialistes que s'ils ont renoncé à s'opposer sur l'essentiel de la politique gouvernementale, nous pas", a-t-il expliqué à ses militants, à Montpellier, dimanche 17 mai, où il tenait une nouvelle convention sur le "modèle européen". A ses côtés, l'ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt, et le coprésident du Parti démocrate européen, ancien maire de Rome, Francesco Rutelli. Le président du MoDem refuse de distinguer le vote national du vote européen. "Nous n'avons jamais voulu construire l'Europe pour effacer la France." Il appelle les électeurs à un double vote sanction : contre Nicolas Sarkozy et contre José Manuel Barroso, le président en exercice de la Commission, qualifié de "zombie". Martine Aubry avait tenté sans succès de mobiliser autour de ce double non. Mais le président du MoDem a tiré les leçons du passé : l'homme ne veut surtout pas s'enfermer dans son statut d'opposant. "Lors de la présidentielle, a-t-il confié, quand nous étions au plus haut dans les sondages, le PS et l'UMP ont martelé : "ils n'ont pas de programme". A l'époque, on était jeunes et on n'a pas su répondre assez vite. Aujourd'hui, c'est différent : nous allons envoyer notre programme dès cette semaine à tous les adhérents de notre formation, soit plus de 50 000 personnes. Et également aux dirigeants des autres partis politiques." Ses conseillers en sont convaincus, François Bayrou est en pleine "métamorphose". Sophie Landrin avec Anne Devailly (à Montpellier) http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/05/18/francois-bayrou-s-impose-comme-le-grandperturbateur-de-la-campagne_1194631_1168667.html
19 MAI 2009 - “LES TRACTS POUR LES EUROPEENNES, LES GENS N’EN VEULENT PAS”

Dimanche midi, sur le marché de la Place de la Réunion, dans le 20e, à Paris. Un militant du Parti socialiste distribue les tracts de la liste conduite par Harlem Désir (dont voici une version précédente). Il me raconte la mobilisation des militants de l’arrondissement : “tractages” devant les stations de métro matin et soir en semaine, mais aussi devant les écoles, les hôpitaux et La Poste, sur ce marché et celui de Pyrénées le week-end, auxquels s’ajoutent une balade (avec des tracts) sur les boulevards des maréchaux, des “boîtages”… Y-a-t-il du monde ce matin ? “Oui, d’autant que Michel Barnier est passé voilà une demi-heure avec les colistiers UMP
FJ - 28

du 20e”, me dit-il. Je pars aussitôt à la recherche de la tête de liste du parti présidentiel en Ile-de-France, mais force est de constater qu’il est parti… Cela fait sourire les militants du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) : “L’UMP, on ne les voit jamais ici. Et là, ils ont déboulé à trente, avec deux caméras, et ils ont tracté dans tous les coins. Mais ils ne sont pas restés longtemps”, raconte Gabriel. Patrick Farbiaz vient leur acheter leur journal, Tout est à nous, “comme chaque dimanche”. Pour l’assistant parlementaire de Noël Mamère (Verts), venu tracter pour Europe Ecologie, “il y a des gens qui viennent d’eux-même prendre notre tract et le programme. On est très bien accueillis, mais 50 % des gens le refusent, soit bien plus qu’aux législatives et aux municipales”. Même constat du côté du parti d’Olivier Besancenot, “alors que les tracts sur les mobilisations de mars marchaient bien, ceux-ci , les gens n’en veulent pas, indique Stéphane. Il y a un désinterêt, dont les médias se plaignent, mais ils ne font pas grand chose pour parler d’Europe…”. Autre signe : lors de la réunion publique organisée vendredi par les quatre comités NPA du 20e, “il y avait une petite centaine de participants, contre plus de deux cent à la création du parti”. Gautier dit qu’“avec les comité jeunes du NPA, on a été très mobilisés dans les universités, moins sur les européennes“. Ces habitués me font un point sur leurs compagnons du marché du dimanche : “Lutte ouvrière est toujours là, le Front de gauche depuis janvier ou février, le PS vient surtout à l’approche des élections, on voit le MoDem depuis quelques semaines…” Jean-Paul, instituteur à la retraite, et ses deux comparses du Front de gauche (PCF et Parti de gauche) ont distribué tous leurs tracts en une heure (voici celui qui appelle à “sanctionner Sarkozy”, mais celui qui était distribué appelait à un meeting, mercredi 20, dans un café de l’arrondissement). Lui aussi essuie 50 % de refus, mais trouve cela pas mal. “La plupart de ceux à qui je demande pourquoi ils refusent mon tract répondent qu’ils ne votent pas”, note celui qui a quitté le PS voici dix ans. Il me dit qu’il y des “crieurs”, chaque matin dans le métro, et que “l’accueil est plutôt bon”. Durant notre discussion, j’aperçois Georges Pau-Langevin, députée socialiste de la circonscription. Je lui demande si je peux venir discuter un peu plus tard, mais elle sera partie. Reste que les militants PS seront les plus fréquemment croisés lors de mes récentes pérégrinations parisiennes : rue Oberkampf (11e), vendredi soir, “avec un tract spécial sur l’immigration“, et lundi matin, à l’entrée du RER Place de la Nation, avec cette fois, une lettre de soutien du maire de Paris, Bertrand Delanoë. Restent les militants du MoDem. Immanquables, avec leurs sweet-shirts orange fluo, ils sont sept, et forment, à 12 h 45, le plus gros contingent militant encore présent sur le marché. “Depuis huit jours, on sent qu’il se passe quelque chose. On n’était pas du tout reçus comme ça au lancement de la campagne, voilà deux mois. Et encore moins aux municipales, où on nous demandait sans arrêt si on était de droite ou de gauche. Maintenant, c’est clair : on est le centre, la troisième voie”, se félicite Marie-José Votier, responsable du parti dans l’arrondissement. Selon elle, seulement 20 % des passants refusent les tracts du MoDem. La veille, 1 900 ont ainsi été distribués dans l’arrondissement, “sur le marché Gambetta, devant un Champion et deux Monoprix”, précise Franck. 600 ou 700 ce matin, “alors qu’ici, c’est un marché difficile, très à gauche”, précise Marie-José Votier. Elle salue aussi la récente affluence aux Cafés démocrates, une centaine de rendez-vous organisés par le MoDem à Paris, avec des personnalités liées à l’Europe. “Il y avait une cinquantaine de personnes la dernière fois, et des clients du bar nous ont rejoints, pour poser des questions”. Et constate : “Ceux qui nous cherchent, en ce moment, c’est les socialistes. Ils nous traitent d’usurpateurs. Alors que c’était plus cordial avant…” Il y eut auparavant une petite pique à l’UMP. “On était très étonnés de les voir, ils n’étaient jamais venus…”,
FJ - 29

explique l’ancienne numéro 2 de la liste aux municipales. Et Marie d’ajouter: “Nous, on n’a pas besoin d’un ministre”. Claire Ané http://europeennes.blog.lemonde.fr/2009/05/19/les-tracts-pour-les-europeennes-les-gens-nen-veulent-pas/
18 MAI 2009 - BRUNO LEMAIRE : "FRANÇOIS BAYROU NE PARLE QUE DE LUI"

Pourquoi un tel désintérêt des électeurs pour le scrutin européen du 7 juin ? Je crois qu'on paie un certain nombre d'erreurs du passé. On n'a pas assez expliqué l'Europe. On lui a reproché toute sorte de choses. On le paie aujourd'hui. Et une campagne, c'est un débat. J'ai le sentiment, comme membre de la majorité présidentielle, que nous sommes parfois un peu seuls sur le ring à présenter des propositions concrètes alors que, dans les autres formations politiques, j'entends beaucoup d'attaques personnelles contre le chef de l'Etat. Craignez-vous un vote sanction ? Non, car nous avons apporté la preuve, avec le président de la République, que nous savions conduire l'Europe dans la bonne direction. Qui est aujourd'hui votre principal adversaire ? Le PS, le MoDem ? L'abstention. Si elle est forte, ça voudra dire que les députés français élus au Parlement souffriront d'une légitimité amoindrie. Partagez-vous l'irritation de Daniel Cohn-Bendit, qui accuse François Bayrou de détourner les européennes au profit de la future présidentielle ? Sur ce sujet précis, Daniel Cohn-Bendit parle d'or. François Bayrou confond deux élections et deux moments. Il ne parle que de lui, de son destin et de l'élection présidentielle, alors que l'enjeu est de savoir si l'Europe est capable de se saisir de son destin, au moment où l'histoire s'accélère sous nos yeux. Mais à quoi cela sert-il de voter aux élections européennes ? On a l'impression que les jeux sont faits, que le président de la Commission européenne, M. Barroso, sera reconduit. Le Parti populaire européen (PPE, premier groupe au Parlement européen) s'est effectivement exprimé sur le sujet, mais c'est le Parlement qui décidera. Le Parlement a un vrai pouvoir sur la nomination de la Commission et de son président. Et le Parlement européen a une culture du compromis, de l'intérêt général européen, qui, si elle pouvait se développer en France, serait une très bonne chose. La gravité de la crise économique n'étouffe-t-elle pas le débat ? La crise a bon dos ! Les citoyens qui souffrent de la crise réclament au contraire des explications sur l'Europe et des solutions par l'Europe. Des fonds européens ont été mis en place pour aider les salariés licenciés. La banque européenne d'investissement a prêté 7 milliards d'euros aux constructeurs automobiles européens. Mais qui le dit ? L'Europe ne s'est-elle pas diluée en s'élargissant ? L'élargissement a été le grand accomplissement européen des dix dernières années. Il a permis, après la chute du mur de Berlin en 1989, de faire de l'Europe un continent de la liberté et de la démocratie. Mais aujourd'hui si nous voulons une Europe politique forte, il faut lui donner des frontières et dire qu'après les Balkans on arrête l'élargissement. La majorité présidentielle est la seule formation politique à le dire aussi clairement. Propos recueillis par Jean-François Achilli, Michel Dumoret et Françoise Fressoz http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/05/18/bruno-lemaire-francois-bayrou-ne-parle-quede-lui_1194672_1168667.html

FJ - 30

FRANCE SOIR
23 MAI 2009 - EUROPEENNES - DEMANDEZ LE PROGRAMME

Maud Guillaumin FranceSoir.fr détaille les propositions pour l’Europe des principaux partis en lice. Le 7 juin, les Français se rendront aux urnes pour élire les 72 députés européens hexagonaux. Dans cette campagne qui ne suscite pas un grand engouement dans l’opinion, la plupart des partis axent leur discours sur des arguments de politique interne, notamment sur le bilan de Nicolas Sarkozy. Cela ne les empêche pas de présenter également des programmes très divers concernant l’avenir du continent. A deux semaines du scrutin, France-Soir publie leurs principales propositions pour aider les électeurs à se faire une meilleure opinion sur les vrais enjeux du scrutin. Économie UMP. Face à la crise, l’UMP souhaite bâtir une Europe qui « protège » en coordonnant les différents plans de relance et en moralisant le capitalisme financier. Elle veut aussi mieux coordonner les autorités nationales de contrôle et clarifier les services publics afin de les préserver et les rendre plus efficaces. PS. Le PS veut doter l’Europe d’un plan de relance de 100 milliards d’euros et créer « 10 millions d’emplois verts ». Le parti exige également une protection des services publics et des « règles strictes pour mettre fin aux dérives du capitalisme financier ». MODEM. François Bayrou souhaite un emprunt européen de 3 % du PIB afin que l’UE agisse de concert en temps de crise. De même, le parti exige d’augmenter le budget européen et une directive-cadre sur les services publics. EUROPE ÉCOLOGIE (Verts et alliés). Daniel Cohn-Bendit propose des contrats de conversion écologique et sociale dans l’industrie et un emprunt de 1.000 milliards d’euros sur 5 ans. Le but est de protéger les systèmes sociaux et les conditions de travail. FN. Jean-Marie Le Pen prône la sortie de l’euro et refuse à l’UE toute compétence fiscale. Le FN propose donc de redonner au Conseil européen le dernier mot en matière budgétaire. MPF-CPNT. Libertas, l’alliance électorale du MPF de Philippe de Villiers et de CPNT de Frédéric Nihous, veut passer du libre-échange au juste échange. NPA. Le parti d’Olivier Besancenot veut supprimer les paradis fiscaux et le secret bancaire. Auitre proposition : la création d’un service public bancaire avec un contrôle de la BCE. FRONT DE GAUCHE. L’union entre le PCF et le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon souhaite modifier les missions de la BCE et la contrôler. Le mot d’ordre : l’établissement d’un bouclier social. Social UMP. Le parti souhaite combler le fossé en matière de normes sociales européennes et garantir la sauvegarde des modèles sociaux français sont les deux points sociaux. PS. Le PS promet un bouclier social, une directive contre les licenciements boursiers et un salaire minimum pour chaque pays européen. MODEM. Harmoniser les niveaux de protection sociale et la politique de l’emploi pour requalifier les salariés.
FJ - 31

Le Modem souhaite aussi augmenter les fonds sociaux européens et doubler progressivement le budget européen pour la recherche. EUROPE ÉCOLOGIE. Le programme prône une Europe « plus juste », avec des investissements massifs dans l’éducation et la recherche. Il propose un bouclier social et revenu minimum d’existence. NPA. Augmenter les salaires de 300 euros net et interdire les licenciements. Défense d’une Europe de l’égalité des droits entre « hétérosexuels, homosexuels, transsexuels et bisexuels » et valorisation du droit des handicapés et des femmes. Environnement-Energie-Agriculture UMP. L’UMP mise sur les énergies renouvelables mais surtout sur la création d’une centrale européenne d’achat de gaz. La taxe carbone est aussi réclamée. PS. Outre ses 10 millions d’emplois verts, les socialistes veulent engager un nouvel accord mondial sur le climat et coordonner le contrôle des centrales nucléaires. MODEM. Le Mouvement démocrate propose qu'un moratoire sur les OGM et une taxe carbone soient mis en place. EUROPE ÉCOLOGIE. Garantir l’avenir énergétique tout en créant 5 millions d’emplois dans les cinq ans à venir. Ces projets devront exclure le nucléaire et favoriser les technologies vertes et une politique agricole commune (PAC) sans OGM. Enfin, le parti prône une communauté des énergies renouvelables remplaçant Euratom. NPA. Le NPA souhaite interdire de nouvelles autoroutes. Les transports en commun de proximité seraient gratuits. FRONT DE GAUCHE. Investir dans les énergies renouvelables et le transport ferroviaire. Le Front exige aussi un moratoire sur les OGM. Institutions-Elargissement UMP. C’est le leit-motiv de l’UMP : le refus de l’entrée de la Turquie dans l’UE. Le parti veut aussi lutter contre toutes les discriminations. PS. Renforcer la législation anti-discrimination, la transparence, notamment l’action des agences de lobbying et renforcer le rôle des collectivités locales. MODEM. Pour le Modem, la zone euro doit être à l’« avant-garde » européenne. Le parti propose des débats publics trois mois avant toute décision du Conseil européen. DLR (Debout la République). Dans son livre-manifeste Le Petit Livre mauve, le député de l’Essonne propose de remettre la France au centre du projet européen et de sortir de la bureaucratie. Nicolas Dupont-Aignan soutient ainsi un « protectionnisme européen intelligent » et la suppression de la Commission européenne. FN. Etablir la préférence communautaire et refuser l’entrée de la Turquie au sein de l’UE. Le FN rejette le traité de Lisbonne. MPF-CPNT. Libertas s’oppose farouchement à l’entrée de la Turquie dans l’UE et à l’application du traité de Lisbonne, jugé caduc depuis le non irlandais.
FJ - 32

Immigration UMP. L’UMP se veut ferme dans sa politique d’immigration mais fidèle aux droits de l’homme. Haro sur les passeurs. PS. Le parti souhaite une charte pour l’intégration des immigrés et une coopération accrue contre l’immigration clandestine. MODEM. Création d’un mandat de procureur de l’Union qui aurait autorité sur les polices et les autorités de poursuite de chacun des pays. Le droit d’asile doit être identique dans toute l’UE. EUROPE ÉCOLOGIE. Abrogation de la directive retour et création d’un office européen d’accueil. FN. Rétablissement des contrôles aux frontières intérieures et contrôles renforcés aux frontières extérieures. Le FN dénonce les accords de Schengen et en matière de sécurité le FN propose de refuser la coopération policière au sein d’Europol ainsi qu’Eurojust. FRONT DE GAUCHE. Abrogation de la directive retour NPA. Le NPA combat pour une légalisation de tous les sans-papiers et demande l’abrogation des lois « racistes et discriminatoires ». http://www.francesoir.fr/politique/2009/05/23/europeennes-programmes.html LIBERATION
23 MAI 2009 - LA TENTATION DE LA MUTINERIE PERMANENTE

Par Denis Muzet président de Médiascopie A deux semaines des européennes, l’électeur se réveille, il commence à capter des signaux : «Il y a pas mal d’info pour nous pousser à aller voter», note un panéliste. Ça bouge aussi au niveau des partis : «Royal et Aubry essaient de se rapprocher pour montrer une union.» Quant à l’UMP, «elle reste en tête» des sondages. Mais les grands partis sont en mal d’incarnation : «On a de la misère à mettre une figure et un nom sur les personnes qui vont nous représenter, se lamente un électeur du Grand Ouest. Du côté des extrêmes, on les voit : Dieudonné, Le Pen, Besancenot, ils arrivent à passer aux infos. Dommage que les autres partis "toutpuissants" ne puissent pas afficher de véritables personnalités !» Terre. Un homme, pourtant, émerge de ce magma, François Bayrou. A la différence du PS, «tout occupé à ses querelles»,«il ne laisse rien passer à Sarkozy», souligne un professeur d’histoire qui vote à gauche. «Les gens adhèrent à Bayrou parce qu’il n’y a pas de querelles chez lui», confirme un panéliste. «Bayrou, confie une électrice de l’UMP, je ne savais pas où il allait. Mais il sait parler au peuple. C’est un père dévoué. Pas de strass ni de paillettes. Ça peut faire un bon Président dans quelques années !» Un avis que partage une électrice de Nicolas Sarkozy : «C’est un homme de la terre. Il est serein, pas excité. Il fait son petit bonhomme de chemin. Il peut apporter du bon sens paysan face à tous ces politiques bling-bling !» La crise n’est plus seulement économique, elle englobe désormais l’insécurité, avec les événements de La Courneuve. Produisant ses effets délétères, elle dégrade le peu de confiance que les Français ont dans le politique. A l’approche du scrutin, les grands partis peinent à mobiliser. Comme en 2004, nos concitoyens sont tentés par la «mutinerie permanente» (1), qui consiste à se porter brutalement de bâbord à tribord du navire tanguant de la politique pour jeter à la mer leurs capitaines, quels qu’ils soient. Enivrant. Mais alors qu’à l’époque ils avaient fait du PS le véhicule du refus, ils pourraient bien cette fois emprunter le tracteur du Modem. Les électeurs s’ennuient. Les têtes d’affiche des grands partis n’ont rien d’excitant. Le vote Bayrou, lui, dégage un parfum enivrant. Si le débat public continue de se polariser sur sa personnalité, celui-ci pourrait fournir le levier d’implication qui manquait à la campagne. A son grand bénéfice.
FJ - 33

Vous voulez dire votre mot et participer au panel de l’institut Médiascopie : www.liberation.mediascope.fr (1) www.liberation.fr/tribune/ 0101489132-la-mutinerie-permanente http://www.liberation.fr/monde/0101568954-la-tentation-de-la-mutinerie-permanente

22 MAI 2009 - CAMPAGNE AUDIOVISUELLE EUROPEENNE: LE MODEM REPECHE DE JUSTESSE

Charles Platiau / Reuters Le Modem décroche ses vingt minutes d’antenne Le Modem, qui n'a pas de groupe à l'Assemblée nationale, a accédé de justesse aux vingt minutes d'antenne réservées aux grandes formations, dans le cadre de la campagne officielle audiovisuelle des européennes qui démarre lundi. Et ce grâce au président du groupe centriste au Sénat, Michel Mercier. Celui-ci a pesé en faveur du parti pour que ses listes échappent au traitement réservé aux «petites» formations ou alliances. Soit quelques clips très courts au lieu des 20 minutes dévolues aux grands partis. Le groupe centriste (29 membres) au Sénat étant composé à la fois de Modem et de Nouveau centre, il a fallu procéder à un vote. Le résultat étant totalement équilibré (11 pour, 11 contre), c'est le président Michel Mercier qui a tranché en faveur du Modem, malgré ses désaccords stratégiques avec François Bayrou. Le trésorier du Modem, dont le nom est souvent cité pour un poste de ministre après les européennes, a dit agir au nom du «pluralisme». «C'est un dernier cadeau de Mercier à Bayrou avant d'aller au gouvernement», a laissé entendre un sénateur Nouveau Centre. Moins bien loti, le NPA dénonce une «belle arnaque» Le Nouveau parti anticapitaliste d'Olivier Besancenot, a qualifié samedi de «belle arnaque» la campagne audiovisuelle. La formation d’extrême gauche «condamne l'avantage démesuré donné aux partis institutionnels»: «d'un côté deux heures pour les 6 groupes parlementaires, de l'autre une heure pour les 17 autres listes se présentant dans au moins cinq circonscriptions». «Cette prime aux partis représentés à l'Assemblée Nationale et au Sénat est d'autant moins légitime que les enjeux politiques qui traversent le scrutin européen ne recoupent nullement la politique nationale. Les listes du NPA, mais aussi celles de partis comme les Verts sont ainsi réduites à la portion congrue», déplore le NPA. «Aux privilèges, il fallait aussi ajouter la farce. Deux groupes, celui du PRG ainsi que celui du Nouveau Centre [qui fait listes communes avec l’UMP, ndlr], qui pourtant ne présentent pas de listes autonomes à ces élections se sont vus attribuer un confortable temps d'antenne», proteste le NPA, y voyant un doublement du «temps de présence à la télévision» du PS et de l’UMP. Des retrouvailles Aubry-Royal «sans préalable» Fin des rendez-vous manqués entre les deux anciennes rivales du Congrès de Reims? Ségolène Royal a assuré samedi qu'elle se rendrait «sans préalable» au meeting commun du PS avec Martine Aubry, mercredi à Rezé, dans la banlieue de Nantes. Et en a profité pour lancer un «appel à l'unité de socialistes». «Il faut rassembler nos forces à l'égard des principales victimes de la crise car c'est l'Europe sociale qui nous permettra de sortir de cette crise», a posé l'ex-candidate à la présidentielle, alors que la presse avait fait état de conditions posées par la présidente de la région Poitou-Charentes qui souhaitait notamment se voir confier une mission au sein du parti. Baylet nostalgique de la circonscription unique Le président des Radicaux de gauche (PRG) Jean-Michel Baylet demande le retour, dès les européennes de 2014, à la circonscription unique, au lieu des huit euro-régions dans lesquelles le scrutin est organisé depuis 2004, qui favorise, selon lui, les grands partis. Avec les 13 collègues de son groupe sénatorial RDSE (Rassemblement Démocratique et Social Européen), il a déposé une proposition de loi en ce sens et le parti va lancer une pétition en ligne pour le rétablissement d’une seule circonscription. «Le risque avéré, a-t-il expliqué samedi, est de voir des partis moins importants, mais exprimant une réelle sensibilité au sein de l'opinion, être contraints de renoncer à présenter des listes ou d'en
FJ - 34

présenter dans peu de circonscriptions». C’est le cas, pour le cru 2009, du PRG mais aussi du MRC de JeanPierre Chevènement. Désir tacle les programmes «mensongers » du Modem et de l’UMP Harlem Désir, tête de liste PS en Ile-de-France pour les Européennes, a attaqué avec vigueur samedi les programmes de l'UMP et du MoDem, les accusant d'être «de contrefaçon, mensongers et trompeurs». L'eurodéputé estime que «l'UMP et le Modem prétendent défendre une Europe qui protège alors qu'ils n'ont eu de cesse, au cours des dernières années, avec leurs alliés de toutes les droites européennes, de soutenir la libéralisation sans frein au Parlement européen». «Le Modem et l'UMP doivent assumer la responsabilité des politiques ultralibérales qu'ils ont menées en Europe», assène Désir pour qui le PS est «le seul parti à proposer un véritable projet alternatif». En Espagne, Zapatero et le Portugais Socrates font meeting commun Dans les autres Etats de l’UE, les chefs de gouvernement retroussent aussi leurs manches pour mobiliser les électeurs. Les chefs de gouvernement socialistes espagnol et portugais, José Luis Rodriguez Zapatero et José Socrates, ont appelé samedi au vote, lors d'un meeting commun à Valence, dans l'est de l'Espagne. «Nous devons voter car un vote pour les socialistes en Espagne et au Portugal, c'est un vote pour le changement de l'Europe», a lancé Socrates. Alors que ce scrutin ne suscite que peu d'enthousiasme chez les Espagnols, Zapatero a lui demandé «aux jeunes de voter». Selon un sondage du Centre d'enquête sociologique (CIS, organisme gouvernemental) publié jeudi, 6,9% d'entre eux n'éprouvent «aucun intérêt» pour les informations liées aux européennes et 46,7% ne ressentent que «peu d'intérêt». L’Allemand Pöttering s’inquiète de la forte abstention annoncée Le président du Parlement européen, l'Allemand Hans-Gert Pöttering, a mis en garde sur le risque d'une forte abstention aux européennes qui favoriserait les partis «extrémistes», dans une interview publiée samedi par le quotidien espagnol El Mundo. «Si les gens ne votent pas, le danger est qu'il y ait davantage de partis extrémistes ou éloignés du courant général» à Strasbourg et à Buxelles. La participation aux scrutins européens ne cesse de reculer et selon de récents sondages Eurobaromètre, à peine 34% des 375 millions d'électeurs dans toute l'UE devraient se rendre aux urnes le 7 juin. Pöttering (PPE, droite) a ajouté, en réponse à une question, qu'il souhaitait éviter la présence au Parlement européen d'élus comme le Français Jean-Marie Le Pen (FN, extrême-droite), qui «ne condamne pas l'Holocauste».

http://www.liberation.fr/politiques/0101569087-campagne-audiovisuelle-europeenne-le-modem-repeche-dejustesse
20 MAI 2009 - LA DROLE DE CAMPAGNE EUROPEENNE DE FRANÇOIS BAYROU

Par Eric L'Helgoualc'h Un spectre plane sur les européennes: celui de François Bayrou. "Grand perturbateur de la campagne" pour Le Monde, "au centre du jeu" pour les Echos, "ennemi public numéro un" pour Métro: à trois semaines du scrutin, le leader du MoDem est l'objet de toutes les attentions. A droite, on lui reproche de verser dans l'antisarkozysme primaire. A gauche, on soupçonne la majorité de faire monter la mayonnaise Bayrou pour mieux affaiblir le PS. Partout, on accuse le Béarnais de ne penser qu'à 2012. Il faut dire que l'intéressé y a mis du sien, en commettant lors d'un meeting le 29 mars dernier un impayable lapsus qui en disait long sur ses intentions. Mettons-nous un moment à sa place. Privé de bataillons parlementaires, sans réelle assise locale, François Bayrou se retrouve dans un face-à-face vertigineux avec les électeurs dont l'issue, calculée, ne peut qu'être l'élection présidentielle. Pour exister politiquement, il bénéficie avec ces européennes et avec les régionales de 2010 de deux rendez-vous électoraux qu'il se doit d'exploiter au mieux. Deux fenêtres de tir médiatiques pour
FJ - 35

marquer sa différence avec ses concurrents directs en 2012. Dans la même situation, n'importe qui se serait servi de ces européennes comme d'une tribune pour la suite. Ceux qui restent attachés à la construction européenne vivent assez mal cette situation. Jusqu'alors, François Bayrou avait été de tous les combats européens, en digne héritier du courant démocrate-chrétien dont il a longtemps porté le flambeau au sein de l'UDF. A l'heure où la campagne peine à s'élever au-dessus des enjeux nationaux, Daniel Cohn-Bendit l'accuse de trahir la cause au profit de son ambition personnelle. Mais François Bayrou est-il encore démocrate-chrétien? Le député des Pyrénées-Atlantiques a commencé son parcours politique dans une famille qui a donné à l'Europe d'illustres serviteurs, de Robert Schuman à Simone Veil. Courant puissant en Allemagne et en Italie dans l'après-guerre, un peu moins en France, la démocratie chrétienne a joué un rôle historique dans la construction européenne. La Communauté européenne a longtemps été une sorte de cogestion entre démocrates-chrétiens et sociaux-démocrates, les seuls à porter le projet face aux communistes et à toutes les composantes de la droite nationaliste, au sens le plus large. L'accord informel entre le PPE et le PSE pour le partage des postes au Parlement européen, que dénonce aujourd'hui Bayrou, est le legs de cette connivence historique. J'ai eu l'occasion lors d'un débat organisé par Touteleurope.fr de demander à Marielle de Sarnez si son parti avait renoncé à l'ambition fédéraliste de la démocratie chrétienne. Colère de la vice-présidente du MoDem: "Nous sommes démocrates et républicains". Qu'on se le dise: dans sa course à l'Elysée, le parti de François Bayrou a choisi de passer sous silence l'héritage des Pères fondateurs, au profit d'un discours alliant la nécessité de la construction européenne avec le respect des valeurs républicaines. Pour celui qui se pose désormais en rassembleur de la nation, l'étiquette démocrate-chrétienne est doublement gênante. Quand on reproche constamment à Nicolas Sarkozy de porter atteinte à laïcité, mieux vaut ne pas trop insister sur ses convictions religieuses. Quand on veut réunir autour de sa personne des Français encore divisés par le référendum de 2005, mieux vaut ne pas trop en rajouter sur son engagement européen de toujours. Pour élargir son audience, il faut gommer ses spécificités. Exit donc Bayrou l'Européen. Si le label de bon élève de la construction européenne lui a longtemps été décerné en France, quel est au juste le poids de François Bayrou en Europe? Le MoDem dispose à Strasbourg d'un contingent de sept députés, "soit plus du double qu'à l'Assemblée nationale en France", comme le souligne Rue 89. En 2004, les élus centristes, alors sous l'étiquette UDF, ont quitté les rangs du Parti Populaire Européen, estimant que la présence en son sein d'eurosceptiques britanniques représentait une rupture avec l'esprit originel de ce groupe. Rétrospectivement, on peut aussi y voir un épisode marquant de sa stratégie d'autonomisation vis-à-vis de l'UMP, qui pour sa part appartient toujours à la formation majoritaire au PE. Avec les italiens de la Marguerite, Bayrou a alors fondé le Parti démocrate Européen, avant de s'entendre avec les libéraux européens pour donner naissance à l'Alliance des Démocrates et des Libéraux pour l'Europe, qui représente aujourd'hui la troisième force politique du PE avec 99 députés. Les socialistes ne manquent pas de mettre en avant ce compagnonnage sulfureux au pays où l'anti-libéralisme est roi. Exercice périlleux: la cohérence idéologique n'est pas non plus le fort du PSE, où siègent les eurodéputés PS, et qui a approuvé un certain nombre de directives qu'on pourrait qualifier de scélérates au regard de l'orthodoxie socialiste. Il faut néanmoins relativiser cette question des alliances car les eurodéputés s'affranchissent régulièrement de leur appartenance à tel ou tel groupe lorsqu'il s'agit de passer au vote. Si une chose réunit les membres de l'ADLE, c'est leur dénonciation du condominium PPE-PSE sur le Parlement européen. Un thème qui fait écho au discours de François Bayrou sur la nécessité de dépasser l'affrontement jugé stérile entre UMP et PS pour gouverner avec toutes les personnes "de bonne volonté". Pour la prochaine mandature européenne, le MoDem ne serait probablement pas hostile à une alliance ad hoc avec les socialistes et les écologistes pour faire échec à une nouvelle nomination de José Manuel Barroso à la tête de la Commission. Bayrou a même avancé un nom pour succéder au Portugais honni: le belge Guy Verhofstatdt, qui
FJ - 36

n'en demandait sans doute pas tant. Mais si jamais le PPE était minoritaire le 8 juin au matin, ses alliés de l'ADLE le suivraient-ils dans une alliance durable à gauche? Rien n'est moins sûr. Il n'est pas certain non plus que ses alliés libéraux goûtent au Bayrou nouvelle manière, qui marche ostensiblement sur les plates-bandes socialistes en prônant désormais "l'Europe sociale", à base d'harmonisation fiscale et de plans de convergence sociale. Cependant, on imagine mal le leader centriste aller au bout de sa logique et rejoindre le PSE, à l'instar des démocrates italiens qui siégeaient jusqu'à présent dans les rangs de l'ADLE. Isolé sur le plan national, le MoDem a-t-il les moyens de ses ambitions au niveau européen? De quel poids peut-il espérer peser dans la prochaine législature? Si l'on veut faire bouger les lignes en Europe, est-il efficace de voter pour un candidat du MoDem? Au regard de la position de ce parti au Parlement européen, ces questions méritent d'être posées. Malheureusement, au soir du 7 juin, nul doute que le score des listes du MoDem sera analysé par les analystes de plateau dans une tout autre perspective. Chacun se posera alors la question implicite qui structure cette drôle de campagne: François Bayrou peut-il arriver devant le candidat du PS au premier tour de la présidentielle? http://europeennes.blogs.liberation.fr/campagne/2009/05/la-dr%C3%B4le-de-campagne-europ%C3%A9ennede-fran%C3%A7ois-bayrou.html
18 MAI 2009 - BAYROU ET L’INCREVABLE BESOIN D’ADORER

Par DANIEL SCHNEIDERMANN L’air du temps est bayrouiste. Cela se hume à des riens. Par exemple, la gravité de la voix de l’intervieweur matinal de RTL, Jean-Michel Aphatie, interrogeant Olivier Besancenot : «Il y a quelqu’un qui imprime en ce moment sa marque sur le débat public, et ce n’est pas vous, Olivier Besancenot.» Une demi-seconde de silence. L’orateur savoure son effet. Suspense insoutenable dans les foyers. «C’est François Bayrou.» Pan ! Prends-toi ça, le facteur ! A quoi tient ce je-ne-sais-quoi de gravité impressionnée, dans la voix d’Aphatie ? Objectivement, qu’est-ce qui a changé dans la situation politique de Bayrou, depuis l’an dernier, époque où tous les homologues d’Aphatie n’avaient pas assez de ricanements pour moquer sa solitude ? Rien. Est-il moins solitaire ? Non. A-t-il bénéficié de ralliements en masse ? Non. Est-il en hausse dans les sondages ? Non. Son programme s’est-il précisé ? Non. Et pourtant, de sondage favorable en critique élogieuse, l’air du temps Bayrou se respire partout, et par exemple dans le journal que vous tenez entre les mains. Alors ? Alors il faut bien croire tout de même que quelque chose a changé, mais quoi ? Eternelle question : est-ce dans le réel, ou dans sa perception ? N’insistez pas. Les détecteurs d’air du temps détestent être poussés dans leurs retranchements. Quel-que-cho-se ! vous dit-on. Et par exemple, ce quelque chose se mesure en chiffres. Le livre de Bayrou fait un carton : 80 000 exemplaires ! exulte l’éditeur. Vendus ? Non. Mis en place dans les librairies, ce qui n’est pas la même chose. Mais ne faisons pas la fine bouche : Bayrou en a tout de même vraiment vendu plus de 10 000 exemplaires en une semaine, contre 830 pour le livre de Copé, et 108 pour le pauvre contre-feu monté par l’Elysée, un livre du transfuge Paillé. Donc, il y a un appétit Bayrou. Son discours accroche. La médiasphère sait qu’une présidentielle commence à se jouer, disons trois ans à l’avance. C’est la durée réglementaire. Ce calendrier s’est inscrit dans l’ADN des candidats. Et donc, des journalistes politiques. Son discours accroche, parce qu’il parle cash, comme la Sarkozie. Tout sur la table, et tout de suite. Ce Bayrou nouveau, révélé à la France entière par deux gestes fondateurs (la gifle au gamin qui lui faisait les poches et les sarcasmes adressés à Claire Chazal en direct) ne cesse de nous épater. Ecoutons-le, chez Ruquier, temple du parler cash, évoquer Tapie et les 45 millions de préjudice moral qui lui ont été accordés dans le fameux arbitrage Crédit lyonnais. Ecoutons-le botter les fesses de Minc, et de toutes les éminences médiatiques. C’est du Sarkozy d’avant 2007, du sauvageon qui tire au lance-pierres contre le château. De l’insolence en barre. De l’épate-chroniqueurs.
FJ - 37

Inutile de le cacher : ce retournement contre Sarkozy de son arme favorite est, musicalement, un soulagement. «Enfin !» jubile le peuple innombrable de tous ceux qui supportent depuis deux ans l’insoutenable vacarme symbolique des provocations bling-bling, et désespèrent de l’atonie socialiste, que seule vient troubler la créativité ségoliste. Mais la créativité ségoliste n’inspire pas confiance. Elle inquiète sourdement, quand le souffle de Bayrou rassure. L’autre est battu aux décibels, a capella, s’il vous plaît, et Bayrou ne se fatiguera pas. Dans la gravité impressionnée d’Aphatie, pointe tout de même quelque chose d’inquiétant. On sent qu’il suffirait d’un rien pour que la grosse machine, celle dont il est un des représentants les plus talentueux, se retourne comme une crêpe, et nous chante l’homme providentiel, à propos de Bayrou, comme hier à propos de Sarkozy… ou de Mitterrand. On la sent déjà en gestation, la mythologie bayrouiste, calquée sur la mythologie mitterrandienne. On n’aura qu’à remplir les blancs, et changer les noms de lieux. Le bistrot de la rue Cler où le Sauveur, selon Match, prend solitaire son petit déjeuner chaque matin, rappelle les gargotes parisiennes où Mitterrand adorait déjeuner peuple. Et le blanc monacal des murs du petit pied-à-terre parisien du Béarnais, savamment étalé dans toute la presse illustrée, ne rappelle-t-il pas le dépouillement de la "sainte chambre" de l’hôtel du Vieux-Morvan de Château-Chinon, elle aussi inlassablement offerte à l’adoration du peuple de gauche, tandis que la maison du Luberon, les week-ends à Venise ou les Noëls en Egypte de Mitterrand restaient préservés des caméras ? Pour ne rien dire des chevaux, des six enfants, de l’épreuve des trahisons, de la traversée du désert, de la poignée de fidèles, abondante provende pour storytellers. Alors que Bayrou est à l’apogée de sa séduction, le bayrouisme qui pointe, la bayroulâtrie qui menace, nous désespèrent déjà. Jamais content ? Non. Car on n’en finira décidément jamais, avec cet increvable besoin d’adorer. http://www.liberation.fr/medias/0101567909-bayrou-et-l-increvable-besoin-d-adorer LE JOURNAL DU DIMANCHE
19 MAI 2009 - CAVADA: BAYROU EST "FEROCE"

Propos recueillis par Nicolas MOSCOVICI Numéro 3 sur la liste de la majorité et chef de file du Nouveau centre en Ile-de-France, Jean-Marie Cavada devrait sans peine conserver son fauteuil de député européen lors du scrutin du 7 juin. Pour leJDD.fr, il revient sur les enjeux de cette élection. A la défense de Rachida Dati, l'ancien journaliste n'oublie pas de fustiger l'attitude de François Bayrou. A trois semaines du scrutin européen, la campagne passionne peu. Une situation, qui, finalement, n'est pas forcément pour déplaire à la majorité, en tête dans les sondages. Quel est votre avis? La réalité est beaucoup moins sournoise... Le fait est que, traditionnellement, la campagne pour les européennes se déroule sur un temps relativement court, de quatre à six semaines, qui correspond à la prise en compte des enjeux par la population. Ensuite, pas plus vous que moi ne pouvons prédire quel sera le taux de participation le 7 juin prochain. Il faut rester très prudent en la matière. J'ai pu me rendre compte, lors des réunions publiques que nous organisons que les salles sont pleines, alors que je m'attendais à ce qu'elles soient à moitié vide. Pour ces européennes, pourquoi le Nouveau centre (NC) a-t-il décidé de s'associer à l'UMP et n'est pas parti seul à la bataille, surtout face à une gauche divisée? Historiquement, les idées forces de l'Europe, et je dirais même son code génétique, sont portées par les partis du centre. Or, en France, étant donné que le Modem a, selon la stratégie de son leader (François Bayrou), basculé dans une alliance avec la gauche, les héritiers de l'UDF se sont retrouvés orphelins pour défendre nos valeurs. Il était donc de notre responsabilité d'amener nos alliés, UMP, Gauche moderne et progressistes, à davantage de consentement autour de thèmes qui nous sont chers, la réforme de l'Europe en tête.
FJ - 38

"L'union est un match de volley-ball" Les négociations avec l'UMP ont-elles été difficiles? Les listes définitives de la majorité ont mis du temps à voir le jour... Je crois que ce sont les partenaires de François Mitterrand qui disaient il y a une trentaine d'années: "L'union est un combat." Je dirais pour ma part que l'union est au minimum un match de volley-ball: il faut mettre le ballon assez haut pour qu'il passe le filet! Au final, nous avons scellé une bonne alliance: 20% des places éligibles sont dévolues au Nouveau centre. Nous n'aurions sans doute pu atteindre ce résultat si nous avions présenté des listes autonomes. A titre personnel, vous avez réussi à décrocher une place de numéro 3 sur la liste Barnier-Dati en Ile-deFrance. J'imagine que c'est une satisfaction, d'autant plus que cette position était convoitée (Luc Ferry était notamment pressenti pour l'occuper)... "Décrocher" est un bien grand mot. En réalité, j'ai été désigné par la fédération Ile-de-France du Nouveau centre, appuyée par la direction nationale du parti. Et contrairement à ce qui a pu se dire, je ne pense pas que l'UMP ait été opposée à ma candidature. Elle avait en tous cas les moyens de le faire savoir. Or, que je sache, mon cas personnel n'a pas été au centre d'une bataille infinitésimale... Vous faites donc équipe avec Rachida Dati, dont l'implication pour cette campagne européenne fait l'objet de critiques à gauche. Comment réagissez-vous à ces attaques? Vous savez, tout le monde a ses défauts, mais je suis frappé de voir à quel point Rachida Dati, de meeting en meeting, s'est plongé dans un certain nombre de dossiers qui n'étaient pas les siens il y a encore six mois. C'est une travailleuse, il n'y a aucun doute là-dessus. En outre, elle est très populaire, non seulement parmi les militants ou les sympathisants UMP, mais chez les gens en général. "Dieudonné? Que ses idées meurent d'elles-mêmes" Vous parliez de défauts. Quels sont-ils? Ne me demandez-pas de parler des défauts d'une jeune femme attaquée de toutes parts. Mon premier geste serait au contraire de l'aider... Comment jugez-vous l'attitude de François Bayrou? Elle est féroce. Je suis frappé qu'un homme qui se réclame des pères fondateurs de l'Union réduise l'avenir de l'Europe à son seul combat singulier contre le président de la République, par pure et réelle détestation. C'est tout de même attristant car je le pensais plus humaniste que cela... Faut-il selon vous interdire les listes anti-sionistes de Dieudonné? Je n'ai pas vraiment de point de vue arrêté sur le sujet. Mon souhait est seulement que ce type de listes n'existe pas, parce que cela met en avant des valeurs extrêmement dangereuses que l'arsenal législatif ne peut pas toujours réprimer. Par conséquent, la meilleure chose que l'on puisse souhaiter, c'est que ces idées meurent d'elles-mêmes. Vous-même, l'année dernière, aviez créé une polémique au sujet du "vote juif". Où en est cette affaire? Nulle part, pour la simple raison qu'il n'y a pas "d'affaire". Je n'ai rien à dire sur cette histoire, sauf que tout ceci n'était que bassesse électorale. http://www.lejdd.fr/cmc/elections-europeennes-2009/200921/cavada-bayrou-est-feroce_210306.html
FJ - 39

18 MAI 2009 - SARNEZ SE PAIE COHN-BENDIT

Invitée de Canal+ mardi matin, Marielle de Sarnez, tête de liste Modem en Ile-de-France dans le cadre du scrutin européen du 7 juin, a accusé Daniel Cohn-Bendit de faire "le jeu de l'Elysée" en prônant "un conservatisme total". Dans les colonnes du JDD, la tête d'affiche Europe-Ecologie, lui aussi en Ile-de-France, avait pour sa part sévèrement critiqué l'attitude de François Bayrou. http://www.lejdd.fr/cmc/scanner/elections-europeennes-2009/200921/sarnez-se-paie-cohnbendit_210185.html?popup

LE PARISIEN
17 MAI 2009 - EUROPEENNES : BAYROU REPLIQUE A COHN-BENDIT

«L'Europe, ça n'est pas Bruxelles, c'est nous, les citoyens français», a déclaré François Bayrou, le président du MoDem, lors d'une rencontre avec la presse en marge d'une convention européenne du MoDem, à Lattes (Hérault), près de Montpellier. «Nous avons l'intention de parler des problèmes des Français, et pas seulement, théoriquement, de questions de politique soi-disant européenne, qui oublieraient la France», a-t-il ajouté . «Il est temps que l'Europe échappe aux spécialistes pour devenir une affaire de citoyens». Daniel Cohn-Bendit, tête de liste Europe-Ecologie en Ile-de-France, a estimé, dans une interview au Journal du dimanche, que François Bayrou «a déraillé» et «détourne la campagne pour sa course à l'Elysée». «Quand il y a une décision européenne, elle est prise en partie au Parlement européen et en partie par les gouvernements», a argumenté M. Bayrou. «Prétendre qu'on va discuter du destin de l'Europe sans réfléchir à ce qui se passe en France, c'est une escroquerie absolument incroyable». «Les gens qui souffrent, ils ne vont pas se laisser distraire de leurs difficultés, simplement parce qu'un certain nombre de gens qui vivent dans le chaudron européen n'ont pas envie que les citoyens s'en mêlent», a ajouté le député des Pyrénées-Atlantiques. Il a accusé Daniel Cohn Bendit de «jouer directement dans le jeu de Sarkozy» en disant que le scrutin européen «ne concerne absolument pas le pouvoir actuel». «Il est même allé en Italie demander aux Verts de s'allier avec Berlusconi ! c'est dire à quel point de dérive on se trouve !», a-t-il protesté. Le MoDem tenait à Montpellier sa huitième et dernière convention thématique avant le scrutin du 7 juin, intitulée «le modèle européen», organisée par Marielle de Sarnez, vice-présidente du MoDem en charge du projet européen. http://www.leparisien.fr/politique/europeennes-bayrou-replique-a-cohn-bendit-17-05-2009-516325.php METRO
19 MAI 2009 - BAYROU, ENNEMI PUBLIC NUMERO UN

François Bayrou fait désormais figure d’épouvantail, à droite comme à gauche Traître à la droite, faux gauchiste, opportuniste... Les oreilles de François Bayrou ont dû siffler de manière assourdissante ce week-end. Classé comme meilleur opposant à Nicolas Sarkozy dans un sondage, à la tête d’un parti qui se maintient à la troisième position des intentions de vote pour les élections européennes, François Bayrou fait désormais figure d’épouvantail, à droite comme à gauche. Le PS embarassé Le PS, sur la défensive, se retrouve contraint à un jeu d’équilibriste pour trouver sa place. Le poste d’opposant numéro un étant pris par le président du Modem, Martine Aubry s’est présentée dimanche comme “la proposante numéro un”. François Hollande, lui, s’est inquiété de la fuite des voix de la gauche vers le centre : “Il a été de droite. Il est aujourd’hui au centre, mais il n’est pas devenu de gauche”, a-t-il déclaré dimanche sur l’antenne de RTL.
FJ - 40

Le "docteur Knock" La droite a également voulu tirer le portrait d’un François Bayrou grand illusionniste qui trompe son électorat. Le leader du centre, a assuré Luc Chatel, porte-parole du gouvernement, est le “Docteur Knock de la vie politique française. Il cherche en permanence des maladies aux Français et pense pouvoir leur apporter des remèdes”. Dominique Paillé, porte-parole de l’UMP et ancien de l’UDF, a même consacré un livre à ce sujet, Les Habits neufs des faux centristes (Le Cherche midi). Autre critique récurrente, celle de profiter des élections européennes comme strapontin pour les prochaines présidentielles. “J’aime pas les gens qui profitent de la période des élections européennes pour fantasmer sur 2012”, a ainsi déclaré José Bové à l’adresse, entre autre, du chef du Modem. Un reproche relayé par le socialiste Vincent Peillon, qui l’accuse d’être “préoccupé par son destin individuel plus que par ce destin collectif de l’Europe”. François Bayrou, lui, a à nouveau martelé le message qui incommode tant ses adversaires : “Il y a un devoir d’opposition quand l’essentiel est en jeu. Et si {le PS} n’en veut plus, nous, en tout cas, nous allons l’assumer.” Thomas Richet http://www.metrofrance.com/infos/bayrou-ennemi-public-numeroun/pier%21iaojwQhX72g9kHJT67oN@Q/index.xml RUE89
19 MAI 2009 - LES EUROPEENNES, NOUVEL EPISODE DES AVENTURES DE BAYROU

Par Patrick Jarreau C'est la dernière tendance : les élections du 7 juin ne seraient qu'un sondage pour savoir qui pourrait battre Sarkozy en 2012. Cochez l'une des deux réponses suivantes : Le candidat du PS, parce qu'il pourra rassembler la gauche, l'extrême gauche, et entraîner des électeurs venant d'ailleurs ; François Bayrou, parce qu'il dépassera le clivage gauche-droite et offrira une solution à tous ceux qui voudront en finir avec le sarkozysme. Poser ce genre de question a-t-il un sens trois ans avant l'échéance ? Non, bien sûr. Pourtant, on ne parle que de cela, au point que les élections européennes du 7 juin semblent n'avoir qu'un enjeu en France : le PS va-t-il sauver ou, au contraire, voir remis en question son rang de parti de second tour, face à la droite, dans la compétition présidentielle ? Bayrou, une posture mitterrandienne pour un résultat à la Poher ? Cette extravagance est largement une création médiatico-éditoriale centrée -c'est le cas de le dire- sur la personne de François Bayrou. En lieu et place d'un débat européen complexe, mais seul pertinent (et seul capable de donner aux gens envie d'aller voter, puisque c'est de l'Europe qu'il s'agit), on nous sert un nouvel épisode de « Jacquou le Croquant contre le comte de Nansac ». Plus banalement, c'est toujours le monsieur qui n'arrête pas de vous expliquer tout le mal qu'il faut penser de la présidence de la République aussi longtemps que ce n'est pas lui qui l'exerce. (Voir la vidéo) Appuyé sur un succès de librairie qu'il est impossible de chiffrer, le député des Pyrénées-Atlantiques se réinvente aujourd'hui en nouveau Mitterrand, qui viendrait régénérer la gauche comme le député de la Nièvre dans les années 1970. Ce scénario trouve preneurs, qui oublient que ledit Mitterrand avait participé à des gouvernements de gauche (dignement avec Mendès France, piteusement avec Guy Mollet, mais bon) et qu'il dirigeait lui-même, au début de la Ve République, une formation non pas du centre, mais de gauche.
FJ - 41

S'il faut trouver un précédent au parcours qu'imagine Bayrou, c'est celui d'Alain Poher en 1969. Propulsé au second tour par l'effondrement des socialistes, ce démocrate-chrétien, président du Sénat, avait tenté de rassembler tous les antigaullistes contre Georges Pompidou, lequel l'avait emporté dans un fauteuil. Le PS est-il aujourd'hui dans une situation comparable ? Le score que les sondages lui promettent correspond au niveau où il s'est presque toujours situé depuis trente ans que les élections européennes existent, entre 20% et 23% des suffrages exprimés. Il y a eu deux exceptions : 1994, quand la liste conduite par Michel Rocard est descendue à 14,5% (après la raclée des législatives de l'année précédente et concurrencée par la liste radicale de gauche de Bernard Tapie), et 2004, année où le PS, sous la direction de François Hollande, avait atteint près de 29% dans une dynamique de colère contre Jacques Chirac et de revanche sur la présidentielle de 2002. Quant au MoDem, qui voudrait déposséder le PS de l'accès au second tour de la présidentielle, il est situé loin derrière par les sondages. Rien n'indique un mouvement vers le parti centriste. Au contraire, les électeurs de Bayrou qui s'étaient reportés sur Sarkozy, au second tour, il y a deux ans, ne reviennent pas vers le MoDem. Où sont-ils ? Mystère. Pas à l'UMP, en tout cas, puisque malgré son alliance avec le Nouveau Centre, elle atteindrait un score légèrement inférieur à celui de son président en 2007. Quoi qu'il en soit, autant qu'à l'écart entre le score du PS en 2004 et aujourd'hui, le député des PyrénéesAtlantiques et ses thuriféraires devraient s'intéresser à l'écart entre les voix qu'il a obtenues en 2007 et celles dont son parti est crédité maintenant. Un gros quart de ses électeurs, à voir les sondages, n'est pas convaincu par son activisme. Ce que l'on attend du PS Pour le Parti socialiste, un résultat autour de 22%, inférieur d'environ 4 points à celui de Ségolène Royal au premier tour de la présidentielle, serait, par rapport à cette élection, une déperdition comparable à celle de l'UMP et moindre que celle du MoDem. Cependant, le pic de 2004 indique que le PS avait été capable, alors, de fédérer le mécontentement des électeurs de gauche qui avaient voté pour Jacques Chirac contre Jean-Marie Le Pen en 2002 et qui se sentaient floués. Pourquoi ne bénéficie-t-il pas davantage de l'hostilité envers Sarkozy dont retentit la sphère médiatique et que vérifient, à un degré moindre, les sondages ? Peut-être parce que l'antisarkozysme ne souffle pas aussi fort que l'a cru Martine Aubry quand elle placé sa campagne sous le signe du vote-sanction. Sans doute aussi parce que, s'il s'agit d'exprimer son exécration du président de la République, il y a des vecteurs plus percutants que le Parti socialiste : Olivier Besancenot ou François Bayrou. Mais l'explication principale de la performance moyenne promise aujourd'hui au PS tient dans le fait que, de ce parti, on attend autre chose : un projet et, en l'espèce, un projet européen. Sa direction a fini par le comprendre et parle du « Manifesto », programme du Parti socialiste européen. Ce qui manque toujours, c'est un objectif, une personne pour l'incarner et une stratégie pour l'atteindre. Par qui remplacer José Manuel Durão Barroso à la présidence de la Commission, avec quels alliés et pour faire quoi ? http://www.rue89.com/politiques-crise/2009/05/19/les-europeennes-nouvel-episode-des-aventures-de-bayrou CHALLENGES
24 MAI 2009 - LE BON COUP MEDIATIQUE DE FRANÇOIS BAYROU

Plutôt que de faire campagne sur ses convictions européennes, le président du MoDem a préféré provoquer le chef de l'Etat, au plus bas dans l'opinion. BIEN JOUE. En lançant, à cinq semaines des élections européennes, son livre Abus de pouvoir, une critique acerbe du sarkozysme, le président du MoDem s'est offert un beau succès médiatique et éditorial. Quinze jours après sa sortie, et une première mise en place de 50 000 exemplaires, Plon a doublé le tirage. Retour sur une stratégie gagnante. Pour commencer, à la veille des élections au Parlement de Strasbourg, François Bayrou s'est bien gardé de faire campagne sur ses convictions européennes, pourtant incontestables. Il a préféré provoquer le
FJ - 42

chef de l'Etat, au plus bas dans l'opinion. «Il savait que tous les journaux feraient le bilan des deux ans de Sarkozy et qu'il serait difficile de faire l'impasse sur son livre», explique son conseiller Philippe Lapousterle. Le président du MoDem savait également pertinemment que, du même coup, ressurgirait la question des alliances avec le PS. Une manière de se replacer au centre du jeu. Les circonstances lui ont été en outre favorables. Alors que Laurence Ferrari l'avait invité à son 20-Heures, 72 heures plus tard, la rédaction annulait l'invitation au motif que le directeur de la rédaction, Jean-Claude Dassier, ne souhaitait pas que des dirigeants politiques viennent défendre leur livre. Bayrou n'avait plus qu'à apparaître en victime du sarkozysme. Ghislaine Ottenheimer http://www.challenges.fr/magazine/analyse/0168.020162/?xtmc=europeennes&xtcr=3 L’EXPRESS
19 MAI 2009 - COMMENT VOTENT LES EURODEPUTES?

Par Marcelo Wesfreid Les eurodéputés se divisent aussi selon leurs nationalités. Avec qui votent les centristes ou les socialistes français? Les règles du jeu ne sont pas les mêmes qu'à Paris. Scène de la vie quotidienne au Parlement européen. Un centriste français lève la main pour s'exprimer. Le président de séance lui donne la parole au nom du "groupe libéral". Il le fait sans malice : à Strasbourg, les élus du MoDem siègent avec l'"alliance des libéraux et démocrates". Cette présentation, les amis de François Bayrou l'abhorrent, qui votent souvent avec la gauche. Ce qui n'empêche pas le PS et l'UMP de dénoncer en choeur un MoDem allié au plan continental avec la droite la plus décomplexée. Qui vote avec qui à Strasbourg? En fait, chacun se tient par la barbichette. "Dans une assemblée comptant 120 partis, tout est recherche de compromis, rappelle le vice-président Vert de l'assemblée, Gérard Onesta. Aucune alliance ne prédomine." Selon des universitaires anglais et belges qui viennent de publier une étude fouillée, les centristes européens votent aussi souvent avec les socialistes qu'avec la droite du Parti populaire européen (PPE). Prenons le débat sur les OGM. Ils ont rejoint les conservateurs et les socialistes sur le volet industriel, puis les Verts sur la protection des consommateurs, avant de retrouver le PPE sur la question de la pollution. De son côté, le Parti socialiste européen (PSE) se coalise neuf fois sur dix avec les conservateurs du PPE. Au Parlement de Strasbourg, les grilles de lecture traditionnelles sont dépassées. Il arrive qu'au sein même des groupes, les députés se divisent selon les nationalités. Parfois, les socialistes français ne respectent pas les consignes du PSE. Bernard Poignant, chef de la délégation hexagonale, l'admet sans rougir : "Nous n'avons pas suivi les positions de notre groupe sur le budget, la directive Bolkestein, même amendée, ou sur l'investiture de José Manuel Barroso à la présidence de la Commission". http://www.lexpress.fr/actualite/politique/comment-votent-les-eurodeputes_761648.html LE POINT
23 MAI 2009 - LE MODEM AURA FINALEMENT DROIT AUX 20 MINUTES D'ANTENNE

AFP Le MoDem, qui n'a pas de groupe à l'Assemblée, a accédé de justesse aux vingt minutes d'antenne réservées aux grandes formations, dans le cadre de la campagne officielle audiovisuelle des européennes, grâce au président du groupe centriste au Sénat, Michel Mercier. Si ce dernier n'avait pas pesé en faveur du parti de François Bayrou, ses listes n'auraient eu droit qu'au traitement réservé aux "petites" formations ou alliances.
FJ - 43

Soit quelques clips très courts au lieu des 20 minutes dévolues aux grands partis. Le groupe centriste (29 membres) au Sénat étant composé à la fois de MoDem et de NC, il a fallu procéder à un vote. Le résultat étant totalement équilibré (11 pour, 11 contre), c'est le président Michel Mercier, qui a tranché en faveur du MoDem, en dépit de ses désaccords stratégiques avec François Bayrou. L'élu du Rhône, trésorier du MoDem, dont le nom est souvent cité pour un poste de ministre après les européennes, a dit agir au nom du "pluralisme". "C'est un dernier cadeau de Mercier à Bayrou avant d'aller au gouvernement", a jugé un sénateur Nouveau Centre. Mais c'est aussi une façon d'"empêcher François Bayrou de se poser en martyr", ont jugé plusieurs sénateurs du groupe. Donc, parti sans groupe parlementaire, le MoDem a son temps d'antenne. Son pendant pourrait être le PRG, parti avec groupe parlementaire mais sans candidat aux européennes, qui s'est quand même vu attribuer les vingt minutes des grands partis... http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-05-23/europeennes-le-modem-aura-finalement-droit-aux-20minutes-d-antenne/917/0/346044
22 MAI 2009 - MA VIE DE DÉPUTÉ EUROPÉEN : MARIELLE DE SARNEZ (MODEM) - "LES REGLES EN MATIERE DE SECURITE MARITIME ONT ETE DURCIES"

Clément Daniez Élue au Parlement européen depuis 1999, Marielle de Sarnez conduit la liste MoDem dans la région Île-deFrance. À quoi sert le Parlement européen ? Relativement méconnu, il planche pourtant - à travers le travail de ses députés - sur des questions politiques majeures. Lepoint.fr a interrogé des élus français siégeant à Strasbourg. Question : quel est, à leurs yeux, le texte le plus important voté au cours de la dernière législature ? Aujourd'hui , Marielle de Sarnez (MoDem), en lice pour un nouveau mandat, revient sur le jour où le Parlement européen a renforcé la sécurité maritime. "11 mars 2009. Le parlement européen adopte le "paquet Erika III", qui durcit les règles en matière de sécurité maritime. Avant cela, il y avait eu "Erika I" puis "II" - réponses au naufrage le 12 décembre 1999 du pétrolier qui a souillé les côtes françaises -, qui ont notamment imposé une double coque aux navires transportant du pétrole. Erika III tire, lui, les conclusions du naufrage du Prestige, que les autorités espagnoles avaient remorqué au large et qui avait ainsi souillé tout le Golfe de Gascogne en 2002. Il rend obligatoire l'accueil dans un port européen d'un bateau en situation de détresse - mieux vaut souiller un port que tout une façade maritime - et prévoit une indemnisation pour ledit port. Il oblige les armateurs à détenir une preuve d'assurance, sous peine de voir leur navire immobilisé ou expulsé. Ceux qui seront déclarés deux fois non conformes à moins de trois ans d'intervalle pourront faire l'objet d'un bannissement des eaux territoriales européennes. L'adoption du texte ne s'est pas faite sans résistance. Un bras de fer a opposé le Parlement au conseil des ministres. Ce dernier a voulu sortir deux rapports du paquet, celui sur la responsabilité des armateurs et celui sur les pavillons de complaisance, avant de céder. L'Europe n'a cependant pas décidé la mise en place de gardes-côtes européens, qui seraient pleinement capables de faire respecter toutes ces réglementations."

FJ - 44

http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-05-22/ma-vie-de-depute-europeen-5-marielle-de-sarnezmodem-les-regles-en-matiere-de-securite-maritime-ont-ete-durcies/917/0/345811
19 MAI 2009 - AUNG SAN SUU KYI - MARIELLE DE SARNEZ APPROUVE L'INTERVENTION DE CARLA BRUNISARKOZY

AFP Marielle de Sarnez, bras droit du président du MoDem François Bayrou, a approuvé mardi l'intervention de l'épouse du chef de l'Etat Carla Bruni-Sarkozy en faveur de l'opposante birmane Aung San Suu Kyi. "Il faut que tout le monde, et elle c'est bien qu'elle l'ait fait, apporte son soutien à Aung San Suu Kyi. Ce qui lui arrive est révoltant et donc plus de personnalités de tous bords peuvent se mobiliser pour elle, mieux c'est", a affirmé la tête de liste centriste pour les européennes en Ile-de-France. Carla Bruni-Sarkozy a demandé lundi la libération d'Aung San Suu Kyi, dans une "lettre ouverte au gouvernement de Birmanie". L'opposante à la junte birmane et prix Nobel de la Paix devait voir sa période d'assignation à résidence expirer le 27 mai. Mais depuis lundi, elle est de nouveau jugée pour avoir laissé un Américain séjourner chez elle. Elle est passible de trois à cinq ans de prison si elle est condamnée pour cette affaire. http://www.lepoint.fr/actualites-monde/2009-05-19/aung-san-suu-kyi-marielle-de-sarnez-approuve-lintervention-de-carla-bruni-sarkozy/924/0/344671 LE NOUVEL OBSERVATEUR
24 MAI 2009 - COPE: BAYROU NE "PROSPERE QUE SUR LA FRAGILITE DU PS"

Le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Jean-François Copé a jugé dimanche que François Bayrou ne "prospère que sur la fragilité du PS". Pour lui, le président du MoDem se "nourrira d'autant plus de succès que le PS sera infichu d'avoir une ligne politique". Invité du Grand Rendez-Vous Europe-1/"Le Parisien/Aujourd'hui en France", Jean-François Copé a estimé que "le PS va devoir d'urgence définir une ligne politique, sinon alors c'est lui qui fera prospérer François Bayrou". "François Bayrou ne prospère que sur la fragilité du PS", a-t-il déclaré. "Aujourd'hui si j'ose dire, c'est plus le problème de l'UMP". A l'UMP, a expliqué Jean-François Copé, "nous dénonçons l'imposture" de François Bayrou. Le président du MoDem est, selon lui, "au départ un homme de droite", qui "comme il n'a pas réussi" à droite, "s'est embarqué à fond, mais c'est un joueur de poker, à faire croire aux Français qu'il est devenu un homme de gauche". Le député-maire de Meaux a dénoncé la "posture" de François Bayrou dont le "seul message", est selon lui: "'je sais pas si je suis de gauche' mais 'je sais que je combats le sarkozysme'". Pour lui, François Bayrou "se nourrira d'autant plus de succès que le PS sera infichu d'avoir une ligne politique". "Quand vous laissez un espace béant sur le plan programmatique, c'est effectivement autant d'espace pour les démagogues", a-t-il expliqué. François Bayrou, a-t-il conclu, "pour nous, c'est un adversaire aujourd'hui, pour le PS c'est une gêne majeure". Selon un sondage publié dans "Le Parisien Dimanche" à deux semaines des européennes du 7 juin, les listes UMP restent en tête des intentions de vote mais reculent de deux points à 26%, tandis que celles du PS perdent un point à 21%. Les listes MoDem emmenées par François Bayrou gagnent un point avec 14% des intentions de vote. Jean-François Copé a estimé que la campagne européenne allait "marquer évidemment le passage à la deuxième étape du quinquennat" et que les partis politiques auraient "des choix importants à faire" dans les prochaines semaines.
FJ - 45

Du côté de l'UMP, "nous devons très vite maintenant commencer à réfléchir à qui seront, dans les élections cantonales, régionales et législatives, nos candidats", a-t-il souhaité. "Parce qu'à l'évidence, aujourd'hui si l'élection devait avoir lieu la semaine prochaine", ces candidats ne sont "ni formés ni préparés", a-t-il noté, observant qu'il faut sans doute à l'UMP des candidats "plus représentatifs de la France d'aujourd'hui et de demain". AP http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/politique/20090524.FAP3828/cope_bayrou_ne_prospere_que_sur_la _fragilite_du_ps.html
23 MAI 2009 - PROGRAMMES "MENSONGERS" A L'UMP ET AU MODEM SELON LE PS

Le socialiste Harlem Désir estime que les deux partis cherchent à créer une "confusion" et à "masquer la vraie politique européenne de la droite". Le député européen, Harlem Désir, tête de liste du Parti socialiste (PS) en Ile-de-France pour les Européennes, a attaqué avec vigueur, samedi 23 mai, les programmes de l'UMP et du MoDem, les accusant d'être "de contrefaçon, mensongers et trompeurs". L'homme accuse le MoDem et l'UMP de prétendre "défendre une Europe qui protège alors qu'ils n'ont eu de cesse, au cours des dernières années, avec leurs alliés de toutes les droites européennes, de soutenir la libéralisation sans frein au Parlement européen", citant à titre d'exemple "la dérégulation des services publics, le dumping social et fiscal, la mise en concurrence des travailleurs de l'Est et de l'Ouest". Selon le socialiste, ces programmes sont "destinés à créer la confusion et à masquer la vraie politique européenne de la droite mise en oeuvre ces dernières années" Le député européen candidat appelle les deux formations à assumer "la responsabilité des politiques ultralibérales qu'ils ont menées en Europe". Il conclut en affirmant que la PS "le seul parti à proposer un véritable projet alternatif", alliant "protection des salariés et (…) relance efficace de l'économie". (Nouvelobs.com). http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/europeennes_2009/20090523.OBS7799.html
21 MAI 2009 - CSA/CLIP : CORINNE LEPAGE APPELLE A SOUTENIR LE PS

"Le clip mis en place par le gouvernement (…) est évidemment une publicité pour l’UMP" estime la tête de liste du MoDem dans le Nord-Ouest aux élections européenne. "Toutes les listes devraient soutenir le PS" après le refus du CSA de le faire retirer de l'antenne. La tête de liste du MoDem dans le Nord-Ouest aux élections européenne de juin, Corinne Lepage a appelé toutes les listes, mercredi 20 juin, à soutenir le parti socialiste dans l'affaire du clip gouvernemental pour les européennes. "Le clip mis en place par le gouvernement soi-disant pour inciter les Français à voter est évidemment une publicité pour l’UMP puisque la présentation ne fait que vanter les mérites du président Sarkozy, qui s’implique comme chef de la campagne UMP" affirme la candidate du Modem. "Il s'agit donc d’une rupture dans l’égalité de temps d’expression des candidats dans cette campagne" écrit Corinne Lepage dans un communiqué. "Toutes les listes hormis celle de l’UMP devraient soutenir le PS" estime-t-elle donc. CSA "C’est le même CSA qui a été sévèrement sanctionné par le conseil d'Etat pour avoir refusé d’intégrer dans le temps de parole du gouvernement l’expression politique du président Sarkozy" ajoute Corinne Lepage qui qualifie le clip d'" inacceptable comme le sont les courriers envoyés aux restaurateurs par l’Etat pour valoriser
FJ - 46

la réduction de TVA , lesquels seraient selon le Canard Enchaîné, accompagnés de bulletins d’adhésion à l’UMP." Décision Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a annoncé mercredi avoir rejeté la demande de suspension d'un clip télévisé du gouvernement incitant à participer au scrutin des européennes, requête présentée par le Parti socialiste (PS) qui dénonçait un "clip de l'UMP". "Le Conseil a considéré que le message diffusé n'est pas une incitation à voter en faveur de certains candidats et qu'il ne constitue pas une émission publicitaire à caractère politique au sens de l'article 14 de la loi du 30 septembre 1986", a-t-il indiqué dans un communiqué. Une décision dénoncée par le porte-parole du parti socialiste Benoît Hamon. (nouvelobs.com) http://tempsreel.nouvelobs.com/speciales/politique/europeennes_2009/20090521.OBS7586/csaclip__corinne_le page_appelle_a_soutenir_le_ps.html
21 MAI 2009 - BAYROU SUR NOUVELOBS.COM : LE COMPTE-RENDU

Le président du MoDem François Bayrou était, lundi, l'invité de nouvelobs.com. Retrouvez toutes ses réponses sur les élections Européennes, son opposition à Nicolas Sarkozy, une alliance avec le PS.... Avec la sortie de son livre anti-Sarkozy "Abus des pouvoir", François Bayrou se positionne toujours plus comme le champion de l’opposition. Mais, s’interrogent de nombreux internautes, comment oublier qu’il fut ministre de Giscard puis de Chirac ? "J’ai été ministre c’est vrai.(…) Mais depuis j’ai souvent refusé de l’être parce que j’ai acquis la conviction que le système n’est pas réformable de l’intérieur" répond le président du Modem. Concrètement, face à la crise économique, quelles sont ses propositions ? "Mon programme refuse l'augmentation permanente des inégalités, récuse le bouclier fiscal et la concentration des charges de solidarité sur les classes moyennes. Je suis pour la régulation des marchés financiers, particulièrement pour la mise en place immédiate d'un régulateur unique pour les pays européens (en tout cas pour les pays de l'Euro)". Et ses différences idéologiques avec l’UMP demandent nos "tchateurs" ? "Deux choses : le modèle de société que Nicolas Sarkozy met en place et la pratique du pouvoir que je réprouve". Mais aux élections municipales dernières, des alliances avec l’UMP ont permis à des candidats Modem d’être élus… "Il peut exister de bonnes alliances centre-droit, et de bonnes alliance centre-gauche. Tout dépend des élus et de leurs projets. Pour ma part je ne regarde pas comme des ennemis infréquentables au plan local ceux qui n'ont pas les mêmes analyses que moi au plan national". François Bayrou se montre en revanche sévère envers les anciens du Modem qui ont rejoint le Nouveau Centre. "Ce sont des faibles qui se sont eux-mêmes effacés de la carte". Le Parti socialiste ? "En 2007, si j'ai appelé à ne pas voter Sarkozy, je ne croyais pas que Mme Royal pouvait réussir avec son programme et ses "soutiens"... Je pense que nous aurions eu d'autres sortes de problèmes... Et il me semble que l'état du PS aujourd'hui le démontre largement." Claire Fleury http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/politique/20090518.OBS7289/bayrou_sur_nouvelobs.com__le_comp terendu.html MARIANNE

FJ - 47

22 MAI 2009 - LA CHASSE AU BAYROU, UNE IMPASSE POLITIQUE

Nick Carraway - Blogueur associé C'est l'ennemi politique numéro un, à l'UMP comme au PS. Mais les stratégies politiques des uns et des autres pour le tuer se révèlent pour le moment inopérantes. Nickcarraway nous explique pourquoi selon lui. Comment faire descendre Bayrou ? Enigme irrésolue pour l’UMP depuis le second tour de la présidentielle, casse-tête insoluble pour le PS. La majorité, en voulant isoler le troisième homme de la présidentielle, l’a renforcé. A un point tel qu’il n’y a qu’une alternative pour l’abattre : la mort ou la souillure. François Bayrou, c’est le mystère scientifique de la vie politique française. Comment un député et conseiller municipal, tout président de parti qu’il est, battu pour la deuxième fois à une élection présidentielle, dont l’électorat s’effrite à longueur de scrutin, lâché par les élus qu’il croyait être ses amis, et dont les ambitions présidentielles s’ébruitent à longueur d’articles et de lapsus, fait-il pour conserver intacte sa puissance audimétrique ? J’en connais à l’Elysée qui doivent ravaler chaque jour que Dieu fait leur haine renfrognée : malgré tous les coups de boutoir, le charançon béarnais est bien difficile à écrabouiller. Diantre. Les ruses du gibier Bayrou Pourtant, l’UMP n’y va pas de main morte depuis deux ans. A la manière des clubs de foot approchant dans les vestiaires les joueurs-clés de l’équipe adverse avant le match avec de juteux contrats sous le bras, Nicolas Sarkozy a pris le parti d’arracher à François Bayrou le bloc le moins solidaire de feue la vieille UDF. Sans doute est-ce là l’avantage d’être ami avec le grand patron d’LVMH : lorsqu’on parle maroquinerie gouvernementale, on est gage de sérieux. Et voici que, main par la main, la farandole d’anciens soutiens bayrouistes, dont tous ont voté en janvier 2006 au congrès de Lyon le principe de l’indépendance vis-à-vis de l’UMP, acte fondateur de la stratégie présidentielle du ni-ni (ou du et-et, c’est une question de point de vue), ont tourné talons et retourné veste pour s’en aller bras dessus, bras dessous, avec une majorité leur faisant les yeux doux : « Reviens à la maison, chérie, c’est pas grave, je te pardonne, et je t’offrirai même un cadeau ». Cela ne suffisant pas, l’UMP s’est mis en tête de poursuivre la destruction de la vieille grand-mère centriste : Jean Arthuis et Hervé de Charette faisant planer le spectre d’une renaissance de l’UDF, dont l’un possède apparemment le nom, Michel Mercier titillé par des envies gouvernementales ; tout est fait, ou presque, pour déshabiller Bayrou. Du côté du PS, c’est un son de cloche différent. En quittant la majorité le baluchon orange sur l’épaule, le nomade Bayrou a entamé sa conquête de l'Ouest de l’échiquier politique. Les politologues lui disaient apparemment que l’herbe y était plus verte : les écolos Yann Wehrling, Jean-Luc Bennahmias et Corinne Lepage lui ont somme toute donné raison, qui tous trois ont choisi de rejoindre en marche le pèlerinage solitaire du Christ nu de la politique française. « Hors de mes terres, visage pâle », lui ont rétorqué dles socialistes peu enchantés par l’invasion centriste. Et ceux-ci, autocentrés comme une tribu indienne, de repousser Bayrou à leurs marges : c'est un homme de droite, vous dis-je, le monde doit le savoir. Aujourd’hui encore, la récente sortie de son livre Abus de pouvoirs attise la rancœur de ses chasseurs : catapulté premier opposant de France, ils sont 44% à estimer envisageables un retour en grâce et une éclipse centriste du soleil socialiste. Plus de 80 000 exemplaires vendus en une quinzain e, selon sa maison d’édition. A côté, le feu de paille de Dominique Paillé reste sans effet. Caramba, encore raté ! Et maintenant, le poil à gratter de la gauche et de de la droite se met en tête de perturber la campagne européenne, maintenant le MoDem dans les sondages à un étiage plus que satisfaisant. Las : traqué, pourchassé par une meute d’aboyeurs, force est de constater que le gibier Bayrou parvient à « ruser », comme disent les veneurs pour qualifier un gibier qui parvient à s’échapper. Mais comment diable celui qui vagabonde dépouillé, le front meurtri de ses échecs politiques, et ne drague avec
FJ - 48

lui qu’un chapelet de pauvres hères, derniers dans la hiérarchie des bankable people, mais à qui il promet d’être les premiers dans l’Au-delà démocratique, fait-il pour exister toujours dans les médias? Seul mais soutenu par une immense foule silencieuse A vouloir l’isoler pour l’affaiblir, la majorité n’a réussi qu’à le renforcer. Pour affaiblir le PS, il suffit de soutenir en sous-main les ambitions des seconds couteaux : le combat de coqs fait le reste. Mieux valent trop de chefs que pas assez, et voilà l’erreur de l’UMP. Seul à bord de la galère centriste, Bayrou en est le maître incontesté. Il marche à pas cadencé sans que personne au MoDem ne lui puisse contester le droit d’appuyer sur le champignon. La critique du pouvoir autoritaire, de l’ambition personnelle ? Si seulement les Français y étaient sensibles… à moins qu’ils soient en fait lucides et comprennent que ce n’est là qu’une métastase ? L’agrégé de grammaire aurait sans doute son idée sur les procédés rhétoriques utilisés par la majorité pour l’occire. En outre, vouloir en démocratie réduire quelqu’un au silence est une entreprise avortée dans l’œuf. Si les médias plébiscitent Bayrou à due concurrence des cadres des autres partis, c’est aussi parce qu’en voulant réduire un homme au silence, la majorité menace un parti. Et les médias, tous à l’unisson derrière Plenel, prédicateur en chef d’une démocratie à sauvegarder par la plume et l’encre, de refuser ces petites morts de la démocratie. Quand Alain Minc pérore en disant que Bayrou est un nouveau Le Pen , il a raison sur un point : Bayrou devient le nouveau pestiféré, une figure qu’on voudrait repoussoir pour endiguer le tropisme centriste si courant chez les Français depuis qu’on les sollicite aux urnes. Du moins c’est ce que voudrait la majorité, et ce dont rêvent secrètement les socialistes. Et pourtant, Bayrou comme Le Pen n’ont jamais été aussi audibles que lorsqu’on a cherché à les museler. Dans la posture de Bayrou, le petit qui résiste fièrement aux grosses machines, il y a quelque chose du petit village d’Astérix. Il y a plus de prestance à choisir le long et dur chemin de la solitude, le risque démocratique de tout perdre, qu’à accourir vers les gamelles clinquantes dès que la famine menace. La bravachitude de Bayrou a quelque chose de courageux et de gaulois, que les Français soutiennent : en estime pour le moment ; en voix s’il les convainc. Ses adversaires doivent l'affronter de face Est-ce à dire qu’il n’est jamais possible d’anéantir un adversaire en politique ? Nullement. Mais il faut jouer serré. Ne subsistent que deux voies possibles : attendre la mort de l’ennemi ou le faire tomber en disgrâce. De mort, il ne saurait être question maintenant, à moins d’un funeste coup du sort : au milieu de sa cinquantaine, François Bayrou est encore fringant, et la vie politique française suffit à nous convaincre qu’il existe sur Terre des hommes toujours dans leur adolescence au demi-siècle passé. Pensez, Serge Dassault commence à peine à être nommé senior. La disgrâce est une infortune si imprévisible et pourtant si délicieuse : un scandale est si vite arrivé, et peu sont ceux capables de s’en remettre. Encore faut-il choisir le bon. Chercher dans le passé ministériel de François Bayrou et ressortir la grande manifestation contre le rétablissement de la loi Falloux ? Technique éculée, d’autant plus que par décret Nicolas Sarkozy vient de la rétablir en principe. A-t-il des amitiés dans le monde de la finance, des tentations collusives ? Pour sûr, démontrer irréfragablement que celui qui refuse le règne de l’Argent comme modèle de société est en fait riche serait une enquête dont Bayrou se passerait bien : mais hormis une passion pour les chevaux, somme toute assez commune, point de folie. Y a-t-il donc quelque scandale à chercher chez cet homme-là ? Peu évidente est la réponse. Sauf qu’en France, les seuls scandales qui font recette sont ceux d’argent, jamais de chair. Difficile de trouver autre motif. Si l’UMP et le PS veulent tant que cela affaiblir Bayrou, ce n’est pas en le bâillonnant qu’ils y parviendront. Tout tribun vit aux dépens de ceux qui l’écoutent : c’est en convainquant son auditoire qu’on fait taire le tribun, réduit à plastronner devant des rangs clairsemés. Sauf qu’en politique, il est toujours plus facile de mettre
FJ - 49

l’autre à l’amende que de s’amender soi-même. Tant que ni l’un, ni l’autre, ne sauront satisfaire l’oreille de ceux qui se sont distraits d’eux, il faudra toujours attendre que le charme du centre se fane ou se rompe. http://www.marianne2.fr/La-chasse-au-Bayrou,-une-impasse-politique_a179907.html
21 MAI 2009 - EUROPEENNES : DES SONDAGES TOUT FAUX

Sylvain Lapoix A un mois du scrutin, les médias n'ont pas encore compris que les élections européennes se faisaient par région ! L'UMP sarkozyse, le PS patine, le NPA rame... et si le grand gagnant de ces élections était OpinionWay ? Car depuis que les européennes intéressent les journaux (un petit mois environ), les sondages se multiplient : oh, l'UMP monte de 1 point ! Ah, le NPA baisse ! Quoi, le Modem est stable ? De jolis chiffres qui font débattre aux terrasses des cafés et dans les matinales radios... mais qui ne veulent rien dire ! Car, les journalistes et les sondeurs ont juste oublié un détail : le scrutin aux européennes est régional. Même l'UMP l'a mis sur son site de campagne, ça doit donc être vrai ! Faire un sondage national pour déterminer le résultat aux européennes, c'est un peu comme faire une enquête d'opinion chez les Bretons pour savoir qui ils éliraient comme maire de Nantes : c'est marrant mais ça ne sert à rien et il y a peu de chance que ça corresponde à l'issue du scrutin. Cela n'empêche pas nos collèges de gloser sur le sujet pendant des pages entières : «après avoir distancié de quatre points la liste Europe-Ecologie emmenée par Daniel Cohn-Bendit, le MoDem a donc retrouvé l'écart qui le séparait de son concurrent», disserte fièvreusement Charles Jaigu dans Le Figaro. Un détail : Europe Ecologie présente 7 autres listes qui ne sont pas menées par Daniel Cohn-Bendit et dont les succès sont très variables à travers la France. Dans le Sud Ouest, égalité UMP-PS. En Île-de-France, 11 points d'avance pour Barnier En deux sondages régionaux, on voit bien que les évaluations nationales n'ont aucune forme de pertinence. Vendredi 19 mai, le quotidien Sud Ouest convoquait une enquête de l'institut Ifop, en partenariat avec Le Midi Libre révélant que PS et UMP étaient... au coude à coude ! 23,5 pour le parti majoritaire et 23 pour les socialistes menés par Kader Arif. Autre surprise : NPA et Front de gauche se tiennent à égalité à 7% dans la région même où se présente Jean-Luc Mélenchon. «La région capitale doit bien être au diapason de la France», argumenteront les Mme Irma des salles de rédaction. Loin s'en faut : le sondage du 17 mai commandé par Europe 1 plaçait la liste UMP de Michel Barnier et Rachida Dati à 33% d'intentions de vote, 11,5 points devant les socialistes menés par Harlem Désir. Quant à la fameuse avance de trois points du Modem sur Daniel Cohn-Bendit, elle est en fait de deux... en faveur de l'écologiste ! A Paris bien sûr. Et le Premier ministre qui se démène en meeting et voudrait que l'Europe soit «un enjeu national.» http://www.marianne2.fr/Europeennes-des-sondages-tout-faux_a179889.html MEDIAPART
21 MAI 2009 - CORINNE LEPAGE: «JE TROUVE INADMISSIBLE D'AVOIR AIDE LES BANQUES SANS AUCUNE CONDITIONNALITE»

FJ - 50

On connaît Corinne Lepage comme avocate, docteur en droit, et spécialiste des questions juridiques liées à l'écologie. Mais on sait moins que l'ancienne ministre de l'environnement du gouvernement d'Alain Juppé, qui poursuit son activité politique avec CAP 21, dirige désormais le Comité de recherche et d'informations indépendantes sur le génie génétique, et s'implique particulièrement dans la lutte contre la corruption politique et financière. La situation économique actuelle de la France est-elle selon vous, explicable uniquement par la crise financière mondiale ? Existe-t-il des facteurs spécifiques au pays ? Corinne Lepage : "La situation économique de la France ne s'explique pas seulement par la crise financière mondiale. Elle est liée au déficit chronique des finances publiques qui réduit les marges de manœuvres pour permettre un véritable plan de relance, une inadéquation de la politique d'éducation et de formation professionnelle, à l'insuffisance de l'aide à l'innovation notamment au regard des petites et moyennes entreprises. En effet, en France seules les très grandes entreprises sont aidées sérieusement par les pouvoirs publics, les petites et moyennes entreprises qui devraient être l'objet de toutes les attentions sont constamment ignorées, malgré les effets d'annonce, par les pouvoirs publics". Le chef de l'Etat propose-t-il les bonnes réponses pour la situation économique dans laquelle se trouve le pays aujourd'hui ? Quelles seraient vos priorités en matière d'emploi, de finance, et de revenu, si vous étiez aux affaires ? Corinne Lepage : "Mes priorités en matière d'emploi, de finance, de revenu, si j'étais aux affaires, seraient double. D'une part, mettre en place un plan de relance ambitieux basé sur l'économie verte et la formation, l'éducation et la recherche. Par économie verte, j'entends non seulement valoriser les industries qui se trouvent sur le marché de l'efficacité énergétique des énergies renouvelables, de la chimie verte et d'une agriculture durable, mais également de permettre la reconversion des secteurs plus traditionnels vers les secteurs du XXIème Siècle en intégrant la formation professionnelle. D'autre part, relancer une politique des revenus, la réduction drastique des crédits impose de renforcer le pouvoir d'achat des salariés y compris ceux de la classe moyenne. La politique fiscale doit être refondue. S'agissant enfin des finances, je trouve inadmissible d'avoir aidé les banques sans aucune conditionnalité ; une gouvernance financière renforcée et la participation de l'Etat aux conseils d'administration des banques qui ont été aidées m'apparaitrait comme indispensable". En matière d'écologie et d'environnement, les résolutions du Grenelle de l'environnement ont-elles été suivies des faits ? Quel est votre bilan de ce Grenelle ? Corinne Lepage : "Le Grenelle a été une formidable initiative. Malheureusement, à ce jour la loi Grenelle 1 n'est pas encore adoptée définitivement, elle devrait l'être pour la fin du mois de juin, quant à la loi Grenelle 2 elle n'a pas encore été discutée en première lecture et ne sera donc probablement pas adoptée au cours de l'année 2009. Par ailleurs, la fiscalité et les aides au développement sont extrêmement modestes : il faut, par exemple, comparer 300 millions pour le solaire aux 5 milliards que va coûter l'EPR de Flamanville." Malgré la prise de conscience globale de l'importance d'agir pour le devenir de la Planète et notamment de promouvoir un développement durable et respectueux du vivant, la crise économique actuelle ne risque-t-elle pas de faire passer la question de l'environnement au second plan ? Comment concilier l'urgence écologique avec la crise économique ? Corinne Lepage : "Si la crise actuelle a pour effet de réduire les efforts en faveur d'une transformation de notre économie, alors nous aurons perdu deux fois : la première parce que nous n'aurons pas apporté des réponses adaptées à la crise économique, la seconde parce que nous aurons encore renforcé la crise écologique. La seule solution est celle d'une évolution soutenable pour permettre une transformation de notre économie vers une société post pétrolière." L'insuffisante prise en compte du facteur humain par l'actuel gouvernement est un reproche souvent entendu, qui a débuté notamment avec la mise en place des tests ADN dans le cadre du regroupement familial. Quelle est votre opinion sur ce sujet ? Une autre politique est-elle possible ?

FJ - 51

Corinne Lepage : "La question n'est pas seulement la prise en compte du facteur humain mais de manière encore plus large celle du droit des individus dans une société dans laquelle les libertés publiques se réduisent comme peau de chagrin. Si notre monde est effectivement un monde d'insécurité et de risques multiples, le respect des libertés publiques et des droits de la personne humaine reste un élément fondamental dans nos sociétés. Il est donc tout à fait possible, dès lors que l'on se donne cette priorité de la respecter." S'il y avait une note d'optimisme dans la crise économique actuelle, où se situerait-elle selon vous ? Corinne Lepage : "L'optimiste consiste à comprendre que les solutions pour sortir des crises multiples auxquelles nous sommes confrontées, qui sont celles de notre modèle de développement, existent au niveau micro-économique, macro-économique et à celui des systèmes de prise de décision. Mon dernier ouvrage, « Vivre autrement », tente précisément d'en présenter le contenu : compter différemment la richesse produite, gouverner la finance en favorisant le long terme, utiliser toutes les technologies qui existent déjà pour habiter, se déplacer, produire, se soigner autrement et surtout changer la gouvernance au niveau local, au niveau international." http://www.mediapart.fr/club/edition/pol-en-stock/article/210509/corinne-lepage-je-trouve-inadmissible-davoir-aide-les-banq LA VOIX DU NORD
22 MAI 2009 - CORINNE LEPAGE (MODEM) PRONE LE BIEN VIVRE ENSEMBLE

Dans le cadre de la campagne pour les élections européennes, Corinne Lepage (MoDem), était mercredi à Douai, en compagnie d'Olivier Henno, son suppléant. Journée de terrain dans le Cambresis et le Douaisis, mercredi, pour Corinne Lepage et Olivier Henno. La candidate MoDem et son suppléant avaient organisé une conférence de presse au buffet de la gare, afin de parler des Européennes. L'ancienne ministre de l'environnement a expliqué avoir ressenti une grande désespérance chez les gens qu'elle a pu rencontrer. Mais elle veut cependant croire qu'un avenir est possible et que l'Europe sera là pour répondre aux attentes des Français. Concernant la crise que connaissent les producteurs de lait, elle a estimé qu'il fallait leur assurer un revenu décent, ne plus permettre la vente à perte. Puis ajouté qu'il fallait mettre en place un redéveloppement de l'agriculture. Ceci passe notamment par la production des biocarburants et la chimie verte. Pour Mme Lepage, l'agriculture peut être « un vecteur de développement formidable ». Lors de son périple dans la région, elle a aussi pu visiter des entreprises qui vont bien, relocalisent ou réhabilitent des sites pollués. Elle a également rencontré des hospitaliers à Arras et Calais, des représentants de la justice, et évoquer le problème des migrants. Sachant que l'Europe finance déjà de nombreux projets, elle s'est interrogée sur le fait de savoir ce qu'elle pouvait faire de plus et appelé de ses voeux une Europe de proximité. De son côté, Olvier Henno a parlé de l'avenir du secteur industriel, auquel il croit, « car on ne peut pas faire que du tertiaire ». Pour ce qui est de l'automobile, il a estimé que les entreprises n'avaient pas assez anticipé, pas assez investi dans les nouvelles technologies. Un manque de vision à long terme que Mme Lepage reproche aussi à nos dirigeants actuels, estimant que le plan de relance verte français est notoirement insuffisant, tout comme le plan solaire. Pour elle, il faudrait mettre en place un second plan de relance, et qu'il soit coordonné au niveau européen. Elle note encore que les salariés de l'automobile avec qui elle a pu s'entretenir ne manquaient pas d'idées pour diversifier les activités de leurs entreprises. Chez Faurecia, spécialiste des sièges auto, on pourrait
FJ - 52

ainsi se lancer dans les sièges tout court. Quant aux fabricants de pneus, ils pourraient les recycler. Et comme le Nord, particulièrement touché par la crise, se situe au coeur de l'Europe, il pourrait servir de plateforme expérimentale de cette reconversion. Mme Lepage a conclu son intervention sur le fait qu'il fallait « redonner la pêche à nos concitoyens, et qu'il existait un futur construit et non pas subi ». • J-F. G. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Douai/actualite/Secteur_Douai/2009/05/22/article_corinne-lepage-modemprone-le-bien-vivre.shtml LA NOUVELLE REPUBLIQUE
23 MAI 2009 – MAURICE LEROY : « ROYAL OU BAYROU : L’UN DES DEUX MENT »

FJ - 53

http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=IG&num=1243632
M6 INFO – 23 MAI 2009 - EUROPEENNES : LE MODEM SE MOBILISE

La campagne officielle des élections européennes débute lundi. Le dépôt des candidatures s'est achevé vendredi, à 18 heures. Au total, 161 listes ont été enregistrées. Les services du ministère de l'Intérieur doivent encore valider la composition de chacune d'elles. L'intégralité des listes candidates au scrutin du 7 juin sera connue lundi soir. Il ne reste donc plus que deux semaines aux Français avant de se rendre aux urnes pour élire les 72 députés qui siègeront à Strasbourg. Afin de faire taire les sondages qui pronostiquent une abstention record, les partis politiques se mobilisent et multiplient les meetings. Le MoDem a réuni samedi après midi, ses têtes de liste, à Paris, à l'hôtel Marriott. "J'invite à mesurer l'extrême qualité de l'équipe que nous avons formée", a lancé à la tribune François Bayrou qui a assuré que chacun d'entre eux, une fois élu, serait "député européen à 100%". Le MoDem est une des sept formations à présenter une liste dans chaque circonscription. Son équipe est composée de Marielle de Sarnez (Ile-de-France), Corinne Lepage (Nord-Ouest), Jean-François Kahn (GrandEst), Jean-Luc Bennahmias (Sud-Est), Robert Rochefort (Sud-Ouest), Sylvie Goulard (Ouest), JeanMarie Beaupuy (Centre) et Gino Ponin-Ballom (Outre-mer). Au cours de l'après-midi, les têtes de liste ont pris la parole, tour à tour, pour exposer leur programme. Le projet du MoDem prévoit notamment l'harmonisation de la fiscalité des différents pays, l'instauration d'un moratoire sur les OGM et l'application de la taxe carbone. Le mouvement démocrate croit en ses chances de peser de manière significative sur cette élection. Dans les derniers sondages sur les intentions de vote, MoDem et Europe-Ecologie se disputent la troisième place. L'UMP demeure en tête, devant le Parti socialiste. http://www.m6info.fr/m6info/politique-et-economie/europeennes--le-modem-semobilise/article.jsp?id=ri2_898071&cid=awl_787239

FJ - 54

POLITIQUE DIGITALE
23 MAI 2009 - AGISSONS CONTRE L'EFFONDREMENT DU PRIX DU LAIT AVEC UNE AUTRE COMMISSION EUROPEENNE

Nathalie Griesbeck, et Jean-François Kahn qui mène la liste du Mouvement Démocrate dans le Grand Est pour les élections européennes du 7 juin prochain, apportent leur soutien aux éleveurs de la filière lait. “Il suffit de prendre le temps de discuter sur le terrain avec les producteurs de la filière lait, comme je l'ai fait encore récemment dans le Jura, pour sentir l'urgence d'une réponse à la crise qui gronde actuellement”, explique Jean-François Kahn. “La crise actuelle est essentiellement nourrie par un phénomène de distorsion de concurrence entre les producteurs d'une part et les laiteries d'autre part” explique Nathalie Griesbeck, précisant que “pour le Mouvement Démocrate, il est évident que le secteur a besoin d'instruments de régulation pour assurer le maintien des cours du lait aux producteurs”. “Cette situation symbolise l'échec des réponses ultralibérales de José Manuel Barroso et Michel Barnier visant à la disparition progressive des quotas laitiers d'ici 2015. Le premier a proposé la fin des quotas en tant que Président de la Commission européenne, l'autre a acquiescé en tant que membre du Conseil. “La délégation MoDem s'est toujours opposée à ces mesures qui ne vont qu'aggraver encore davantage la situation difficile actuelle. Si les négociations au sein de la filière peuvent constituer une solution provisoire d'urgence, il faut surtout exiger de la nouvelle Commission européenne une proposition de modification ambitieuse du règlement 72/2008 qui instaure la fin des quotas” concluent Nathalie Griesbeck et Jean-François Kahn. http://www.politique-digitale.fr/agissons-contre-l-effondrement-du-prix-du-lait-avec-une-autre-commissioneuropeenne-synd00579913.html AUDIOVISUEL FRANÇOIS BAYROU
23 MAI 2009 – FRANCE INTER - BAYROU LANCE LE MODEM DANS LA BATAILLE DES EUROPEENNES

France Info A quinze jours des élections européennes, François Bayrou tenait cet après-midi à Paris une conférence nationale pour lancer la campagne de son Mouvement Démocrate. Un vibrant appel à aller voter, à ne pas se résigner, et à faire changer le pouvoir en place en France… "Vous pouvez, avec un seul bulletin, envoyer" plusieurs messages (…) "on peut dire qu’on croit à l’Europe, qu’il faut changer les orientations de la politique qui gouverne la France", mais aussi "envoyer un petit signal au parti au pouvoir pour dire qu’on n’accepte plus ses dérives, et au principal parti d’opposition pour lui rappeler qu’il va falloir qu’il se bouge, et qu’il accepte qu’en France les choses changent". Lors d’une conférence nationale organisée à Paris à deux semaines des élections européennes, le président du Mouvement Démocrate (MoDem) a appelé à la mobilisation le 7 juin. Affirmant qu’il "existe toujours un recours contre les abus de pouvoir, et ce recours c’est le peuple", a précisé François Bayrou, qui a sorti au début du mois un violent pamphlet antisarkozyste à succès, précisément intitulé "Abus de pouvoir". Boules puantes "Jamais je n’ai vu le peuple français dans l’état de désespoir résigné dans lequel des pans entiers sont en train de s’enfoncer", a encore déclaré François Bayrou, entouré des têtes de listes du MoDem pour les élections européennes.

FJ - 55

A l’adresse du Parti socialiste, Marielle de Sarnez, N.2 du MoDem, a lancé : "nous avons un programme, une équipe, et j’ai l’impression que c’est ce qui énerve nos concurrents. Nous avons un leader", a-t-elle encore ajouté. Enfin, alors que le MoDem a été accusé de toutes parts de vouloir nationaliser le scrutin européen, ses têtes de listes ont ciblé le Vert Daniel Cohn-Bendit qui avait accusé François Bayrou de "dérailler". "J’ai croisé ce matin Daniel Cohn-Bendit et je lui ai dit : je découvre que tu fais de la politique comme les vieux", en envoyant des "boules puantes", a relaté l’ex-journaliste Jean-François Kahn, tête de liste MoDem dans le sud-est. Gilles Halais, avec agences Article et audio : http://www.france-info.com/spip.php?article295974&theme=14&sous_theme=388 MARIELLE DE SARNEZ
LCP - EMISSION « PILE ET FACE » JEUDI 21 MAI FACE A HARLEM DESIR

Marielle de Sarnez, tête de liste européenne du Mouvement Démocrate en Ile-de-France, est l'invitée de l'émission “Pile et Face” sur LCP-La Chaîne parlementaire, jeudi 21 mai, à 19h30. Marielle de Sarnez a introduit le débat en expliquant qu'aucun progrès ne pouvait être réalisé en Europe sans volonté politique. Le monde aujourd'hui est en crise, crise économique, crise financière, crise environnementale, crise démographique. La seule réponse efficace ne peut venir que de l'Union européenne. Pour Marielle de Sarnez, le modèle européen doit se baser sur une harmonisation sociale et fiscale à travers une avant garde de pays européens qui ont la volonté d'avancer ensemble comme ils l'avaient fait pour l'espace Schengen ou l'euro. Les défis qui nous attendent sont : une véritable politique commune de la recherche et du développement, une politique sociale commune, une politique commune de l'énergie. Violemment attaquée par Harlem Désir sur le fait que le MoDem était « ultra libéral », Marielle de Sarnez a du réexpliqué qu'au Parlement européen, le MoDem (membre du Parti démocrate européen) a fait alliance avec les libéraux et représente le troisième groupe en nombre de député. Elle a saisi cette occasion pour demander au PS d'arrêter d'être de mauvaise foi face aux électeurs européen en reconnaissant que sur beaucoup de sujet le PS et le PPE avaient les mêmes votes ! Marielle de Sarnez souhaite une convergence sociale vers le haut tout en disant que ce n'est pas en un claquement de doigt que 27 pays pourront s'aligner. Il faut du temps, c'est pourquoi le MoDem propose une convergence sur le modèle de celle qui avait été faite pour l'euro. Interrogée sur l'utopie fédérale, Marielle de Sarnez a rappelé que le mot fédéral avait plusieurs sens. En France, il veut dire Etat européen. En Allemagne ou en Espagne, il veut dire décentralisation. Marielle de Sarnez revendique néanmoins une part d'utopie et de rêve. Le projet européen est extra ordinaire, il n'y a pas plus belle idée que de décider librement d'un destin et d'un avenir commun ! http://www.politique-digitale.fr/marielle-de-sarnez-sur-lcp-dans-l-emission-pile-et-face-jeudi-21-mai-face-aharlem-desir-synd00579907.html

LE MODEM EN REGIONS SUD-OUEST
SUD-OUEST – 23 MAI 2009 – L'EXPLICATION DE TEXTE DE BAYROU

PAU. Le leader Modem participait, hier soir, à une rencontre littéraire autour de son livre « Abus de pouvoir » François Bayrou a été accueilli par une salle comble pour parler d'un ouvrage qui prétend apporter de la clairvoyance sur la politique de Sarkozy dans « l'aveuglement général ». (photo luke laissac)

FJ - 56

Centre commercial Leclerc de Pau, hier soir, 18 heures. Grosse affluence de fin de semaine aux caisses. Grosse affluence à l'étage, aussi, pour accueillir le Béarnais qui défraye la chronique - plus politique que littéraire - en ce moment avec « Abus de pouvoir », livre « anniversaire ». Invité des Rencontres littéraires de l'espace culturel Parvis 3, François Bayrou avoue l'avoir conçu comme un cadeau, certes empoisonné, à l'intention de son meilleur ennemi, Nicolas Sarkozy. Ceci, pour marquer la deuxième année de mandat d'un président de la République auquel, dit-il, tout l'oppose. Parce que le président national du Modem a tout compris. Tout compris, décrypté, analysé, semble-t-il, du danger que l'ancien président de l'UMP fait aujourd'hui courir à la France. Pas la France appréhendée dans sa dimension géographique. Quoique... Mais bien davantage la France historique - l'Histoire n'est jamais loin avec ce passionné d'Henri IV -, l'identité profonde française, ce qu'il nomme « le tissu de peuple français ». Après Champollion... En 260 pages bien troussées, le député des Pyrénées-Atlantiques natif de Bordères décline le risque imminent d'une politique de fond, qu'il juge masquée par une série d'écrans médiatiques (multiplication des discours et annonces...), visant selon lui à rendre la France étrangère à elle-même. Quitte à passer, au pire, pour un « Monsieur-je-sais-tout » un peu fanfaron, au mieux pour l'homme qui aura le premier déchiffré du Sarkozy dans le texte, comme Champollion avant en son temps stupéfait son monde en perçant le secret des hiéroglyphes. Une stature de clairvoyant, seul, « dans l'aveuglement général » - d'extralucide diront ces détracteurs - que l'ancien professeur de lettres non seulement assume pleinement, mais revendique. Le leader Modem pense qu'à la présidentielle de 2012 qu'il nomme pudiquement « la prochaine fois » superstition ? -, l'électeur aura le choix entre son projet de société, qualifié d'« humaniste », et celui du président sortant. Le livre, qui rappelle le fameux « Le coup d'État permanent » de François Mitterrand alors en guerre contre de Gaulle, apparaît alors « comme la confrontation de deux projets » parfaitement antagonistes. Sarkozy voudrait imposer « la loi du plus fort, du plus riche, du plus gros. Moi je veux plus d'humain, de respect des valeurs. » « Abus de pouvoir » permet au politique Bayrou, pétri de littérature et de culture, d'échapper aux tournures de phrase souvent un peu compliquées qui peuvent éloigner son discours des oreilles non-averties. « Mon pote » le lecteur Le style est direct. Familier, même. On lit soudain un François Bayrou, d'ordinaire soucieux des convenances, interpeller son lecteur en l'appelant « mon pote ». Du langage parlé, des phrases travaillées pour être courtes, percutantes et simples à comprendre. Du Bayrou plus accessible au plus grand nombre, qu'on soit d'accord ou non avec le contenu, l'analyse. Le Béarnais qui croit en sa destinée présidentielle entend incarner l'avenir en tirant du passé la lucidité du présent. Mais il n'est pas l'homme des petites phrases. Sa pensée a besoin, pour « passer », d'un espace que deux minutes d'antenne au journal télévisé de 20 heures n'ouvrent guère. « Abus de pouvoir », qui prétend mettre des mots sur les maux mal identifiés, répondre à la question de fond « qu'est-ce qui nous dérange, en Sarkozy ? », offre cet espace. Et c'est semble-t-il un succès de librairie. « Ça fait trois ans qu'il n'y avait pas eu un livre politique en tête des ventes ! » claironne l'auteur, sans fausse modestie. Un livre référence pour les trois ans qui nous séparent de l'échéance présidentielle, à coup sûr. Auteur : Alain Babaud http://www.sudouest.com/bearn/actualite/article/598820/mil/4565006.html
22 MAI 2009 - GIRONDE. KAHN, UN STYLE DECOIFFANT

Descendu dans l'arène politique, l'ex-journaliste, tête de liste Modem dans le Grand Est, prend son auditoire et ses adversaires à bras-le-corps
FJ - 57

Jean-François Kahn, atout du Modem dans cette campagne européenne, a fait salle comble mardi à SaintMédard-en-Jalles, en Gironde. (photo Stéphane Lartigue) Jean-François Kahn fait campagne. Déjà plus de 65 réunions publiques au compteur, non seulement dans les 18 départements du Grand Est, où il défend les couleurs du Modem aux côtés de l'eurodéputée sortante Nathalie Griesbeck, mais aussi dans les autres régions où sa présence est prisée. Car Kahn le bretteur, rôdé aux polémiques et aux empoignades des plateaux télé, est une vedette dans l'arène politique où il a plongé en 2008 pour le parti de François Bayrou, après avoir délaissé la direction de « Marianne » et rangé sa plume. Dans la salle municipale de Saint-Médard-en-Jalles (Gironde), ville qui a donné 22 % des voix au Béarnais en avril 2007 et 16 % au Modem aux législatives de juin, plus de 300 curieux et sympathisants vêtus d'orange sont venus jauger le phénomène. Ce coup-ci, après le mot de bienvenue du centriste local Jacques Mangon, pas d'orchestre de jazz comme Kahn les aime pour chauffer la salle. Juste la prise de parole de Robert Rochefort, tête de liste Modem dans le Grand Sud-Ouest et autre figure de la société civile entrée en politique pour bousculer le duopole UMP-PS. Voix de stentor Accoudé au pupitre, l'ex-patron du Credoc ne s'éternise pourtant pas. Il sait que la salle attend Kahn et que « ses progrès dans les meetings » - dixit un militant - ne l'ont pas encore propulsé au rang de figure charismatique. Assis entre Geneviève Darrieussecq, la maire de Mont-de-Marsan, et le maire de Barsac, Philippe Meynard, l'invité savoure. Le micro ne crachote plus mais Kahn, voix de stentor, pourrait s'en passer, et de pupitre aussi car c'est devant la scène qu'il apostrophe la salle. « On me dit que le Modem n'a pas de projet ! Foutaises. La vérité, c'est que nous avons tous un projet. Celui de l'UMP ? Garder le système existant en lui mettant des rustines. Celui du PS ? Se mettre à la place des autres. C'est leur droit, mais notre projet à nous, c'est un profond changement. » « Licencier Barroso ! » Il pourrait détailler la plate-forme des bayrouistes ou vanter son pavé fraîchement publié, au titre de corrida (1), où il décrit la révolution espérée d'une « autre société » et résume son parcours intellectuel depuis trente ans. Mais non, Kahn ferraille et il a déjà tombé la veste. L'Europe ? « Il faut licencier Barroso », râle-t-il. Le président de la Commission n'est-il pas ce cheval de Troie d'un libéralisme destructeur et l'allié objectif de Bush qui a empêché l'Europe de parler d'une seule voix contre la guerre en Irak ? Le procès est un peu expéditif mais l'orateur n'en a cure : « Il faut détechnocratiser cette commission », « aller vers l'harmonisation sociale », « faire sauter le droit de veto ». La salle jubile. Et elle bat des mains quand l'ex-patron de « Marianne » fustige Zacharias, l'ancien PDG de Vinci, symbolisant l'arrogance d'un patronat dont les salaires annuels équivalent « à celui d'un ouvrier qui aurait travaillé tous les jours depuis le règne de Clovis ». Blanquette a l'ancienne « D'habitude, j'interroge les gens : "Citez-moi une grande réforme de Nicolas Sarkozy depuis qu'il est à l'Élysée ?" nous a confié Kahn avant d'entrer, ils sont souvent incapables de répondre. » Difficile de vérifier cette fois car il ne pose pas la question. D'ailleurs, il jure ses grands dieux que « taper sur Sarkozy » n'est pas son obsession. Il préfère raconter par anecdotes les absurdités d'une société qui ne met plus l'homme au centre du système. « Un soir, dans une station autoroutière où il n'y avait, bien sûr, pas de pompiste, j'ai vu parmi les services proposés un distributeur de blanquette de veau à l'ancienne et un autre pour laver son linge sale ! » Succès garanti. Le ton se fait plus grave pour évoquer « la colère froide » des sidérurgistes lorrains confrontés à la gestion glacée des patrons d'Arcelor-Mittal ; ou les cages à lapins sans places publiques du « quartier pourri » du Neuhof à Strasbourg « où l'homme ne rencontre plus l'homme ». « Et on a osé faire ça ! » Kahn, c'est l'homme en colère, qui tonne contre ces « modèles usés » (capitalisme et socialisme), qui aime invoquer les mânes de Hugo, n'hésite pas à faire parler le général de Gaulle, distribue les coups à droite et à gauche : bref, l'interprète idéal de cet « extrême centre » qui refuse d'être catalogué comme un « juste milieu ». Et cette voix qui porte se mettra peut-être, d'ici à la fin de la campagne, à pousser la chansonnette : le 29 mai à Colmar, Jean-François Kahn a mis au programme de son meeting « Chansons et musiques d'Europe ». (1) « L'Alternative », de Jean-François Kahn (Fayard, 380 p., 20,90 ?).
FJ - 58

http://www.sudouest.com/accueil/actualite/france/article/597484/mil/4562186.html
SUD OUEST – 20 MAI 2009 – LES JEUNES MODEM ONT ENVIE D'EUROPE

Gironde : Un document de campagne précise les grands axes de la doctrine des jeunes centristes «Envies d'Europe ! » Ainsi s'intitule le document produit par les jeunes girondins du Mouvement démocrate, teinté d'orange (leur couleur) et de bleu. Le livret se veut un vade-mecum de campagne dans laquelle les militants du MoDem seront très sollicités en faveur de la tête de liste Robert Rochefort : « L'idée de base, c'est qu'on n'est pas seulement des colleurs d'affiche, mais qu'on peut faire de la politique autrement », expose Aymeric Bersihand, président des jeunes cen- tristes. Mine de rien, le document en question a demandé six mois de travail : d'abord pour les débats impliquant une soixantaine de militants, puis pour la rédaction, suivie par une dizaine d'entre eux, dont la moyenne d'âge avoisine 20-21 ans. Les propositions des jeunes MoDem tournent autour d'une « Europe modèle de société durable » et pas seulement dans le domaine écologique, mais aussi économique et social avec, disent-ils « des propositions applicables ». Mais ils insistent aussi sur la nécessité d'une Europe plus démocratique. Mieux communiquer Comment faire comprendre aux citoyens l'importance de l'enjeu des prochaines élections ? « En leur disant que 50 % des lois issues de l'Assemblée nationale proviennent de directives européennes, ce qui prouve à quel point l'Europe est présente dans notre vie », assurent Aymeric Bersihand et son secrétaire général, Adrien Debever. Mais l'amélioration du message passe aussi, selon eux, par une meilleure communication des députés élus : « Nous avons demandé à nos représentants de signer une charte dans cet objectif », précise Aymeric Bersihand. Les documents étant en quantité limitée, faute de moyens d'impression, les personnes intéressées peuvent le télécharger sur Internet : www.jeunesdemocrates33.fr. Auteur : Hervé Mathurin http://www.sudouest.com/gironde/actualite/article/595282/mil/4552255.html
SUD-OUEST – 20 MAI 2009 – MERIGNAC : REACTIONS DES DEUX LEADERS D’OPPOSITION, MODEM. FABIEN ROTHE S'EMANCIPE

L'élu quitte le groupe de l'UMP Coeurderoy pour créer le sien. Lors du prochain conseil municipal, vendredi 29 mai, Fabien Rothé annoncera son départ du groupe Ensemble pour Mérignac, conduit par Vincent Coeurderoy (UMP) et sa décision de créer un groupe Modem. Une page se tourne donc à Mérignac depuis la campagne des municipales où les deux formations s'étaient réunies à la faveur de l'alliance Communauté d'avenir lancée par Alain Juppé sur les villes de l'agglomération. « J'essaie de retrouver mon indépendance et ma liberté d'expression. Je tiens à préciser que notre mouvement a quitté la droite mais n'est allé pas pour autant vers la gauche. Le Modem est la troisième voie qui commence à prendre de plus en plus de place. » Fabien Rothé est formel : « Je suis au centre. » Bons points à la majorité Il ne nourrit aucune animosité envers ses anciens coéquipiers du Conseil municipal, Vincent Coeurderoy et Christine Péyré : « Ils soutenaient certaines propositions du gouvernement actuel qui ne me convenaient pas. Par exemple, le travail du dimanche. Dire que c'est bien pour les étudiants n'est pas une solution. Celui qui bosse au supermarché le week-end et passe ses partiels le lundi ratera son examen. Il serait préférable d'augmenter les bourses ou de multiplier les stages payés en entreprise. De la même manière, je me suis opposé au fichier Edwige soutenu par mes collègues de l'UMP. » Fabien Rothé délivre par ailleurs des bons points à la majorité de gauche de Michel Sainte-Marie : « J'ai voté ses propositions sur l'Agenda 21 quand l'UMP s'est abstenue. Sa municipalité est bien gérée et son service public performant, mais il manque un peu de
FJ - 59

communication. Je pense aux vélos mis à disposition dans le parking souterrain Charles-de-Gaulle. Les Mérignacais n'ont pas l'air très au courant. » L'élu du Modem avoue cependant qu'il s'ennuie en commission : « Qu'il s'agisse du développement durable et de l'économie ou de l'aménagement urbain, mes avis ne sont jamais pris en compte. J'aimerais bien participer à des groupes de réflexion. » Des erreurs de jeunesse Le Modem mérignacais commence à se remplumer : « On compte une centaine de membres et en ce moment on enregistre deux adhésions par semaine. Des personnes qui, avec Jean-Pierre Arnaud, avaient soutenu Michel Sainte-Marie lors des élections municipales, sont revenues au groupe local. C'est vrai que nous étions des néophytes et que nous avons commis des erreurs de jeunesse. Mais nous avons mûri et on est en train de se structurer, y compris sur les cantons, ce qui n'était pas le cas avec l'UDF. En ce qui me concerne, je suis des formations d'élu sur les collectivités territoriales, l'urbanisme etc. » Le Modem mérignacais se mobilise actuellement derrière son leader Robert Rochefort, pour les Européennes. « On espère que Jean Lassalle sera tête de liste aux Régionales. Nous sommes en ordre de marche pour avancer. » Vincent Coeurderoy (UMP), tête de liste Ensemble pour Mérignac, prend acte du départ de son coéquipier Modem : « Nous avons beaucoup travaillé en harmonie depuis la campagne et j'ai toujours tenu compte de sa sensibilité. J'espère que sa démarche restera dans la ligne de ce que l'on a fait jusqu'à présent et qui s'inscrit dans la logique de l'accord ''Communauté d'avenir'' pour défendre et servir l'intérêt général des Mérignacais. » Thierry Millet (Nouveau Centre), chef de file de l'autre groupe d'opposition de droite du Conseil municipal, Agir pour Mérignac, commente : « Le Modem prend son indépendance et ce n'est pas étonnant. Aujourd'hui, il est clairement dans l'opposition au gouvernement. À Mérignac, peut-être que le Modem et l'UMP ne sont pas parvenus à s'entendre et on voyait bien qu'il y avait deux types d'expression. » Auteur : DOMINIQUE MANENC http://www.sudouest.com/gironde/actualite/rive-gauche/article/595095/mil/4554512.html SUD
23 MAI 2009 – MIDI LIBRE - LE MODEM EN CAMPAGNE A ALES.

Le MoDem en campagne à Alès. Dans le cadre des élections européennes du 7 juin, Philippe Berta, président départemental du MoDem et candidat sur la liste menée par Robert Rochefort et Anne Laperrouze, Ludovic Bouix, président du MoDem sur la 4e circonscription du Gard, seront présents sur le marché aux puces d'Alès et à celui des Prés Saint-Jean le 24 mai. Choeur canto Cévennes. Dans le cadre du mois des chorales, Choeur canto Cévennes donnera un concert le mardi 26 mai à 21 heures à la Maison de l'eau d'Allègre-les-Fumades. Conférence. Avec le Cadref Alès, Roland Pecout donnera une conférence le 26 mai, de 9 à 12 heures au Capitole, sur "Malte, coeur secret de la Méditerranée" : une préhistoire mystérieuse ; temples mégalithiques cyclopéens sur Malte et sur Gozo ; histoire de l'Ordre des chevaliers de Malte ; son importance dans l'histoire de l'Europe ; Malte aujourd'hui ; microcosme de l'Europe du sud ; patrimoine et identité. Entrée libre. http://www.midilibre.com/articles/2009/05/23/20090523-ALES-EN-BREF-Le-MoDem-en-campagne-aAles.php5
21 MAI 2009 - MODEM AU BORD DE L'EAU

La députée européenne Anne Laperrouze, à nouveau candidate, était hier à Béziers en compagnie du chef de file départemental du MoDem et lui aussi candidat aux européennes, Marc Dufour. Le Mouvement démocrate avait choisi un original lieu de réunion publique : les bords du Canal du Midi. Seul
FJ - 60

hic : le MoDem n'avait pas pensé au soleil couchant et la soixantaine de personnes a dû plisser les yeux pour suivre les discours. « Trois quarts des lois nationales sont la transcription de lois européennes », a insisté Marc Dufour. Il a appelé les présents à faire des émules autour d'eux : « Il faut faire comprendre que le principal risque, c'est le désintérêt ». http://www.midilibre.com/articles/2009/05/21/20090521-BEZIERS-MoDem-au-bord-de-l-39-eau.php5 CENTRE
ZOOM 43 - 22 MAI 2009 - UN CAFE DEMOCRATE SUR L'EUROPE ET LA PAC AU PUY AVEC LE MODEM43

Alors que les élections européennes s'approchent à grands pas (le 7 juin), l'association Le Puy en mouvement et le Mouvement Démocrate de Haute-Loire (www.modem43.net), organisent un café démocrate en compagnie de Robert Duclos, l'ancien président de la Chambre d'agriculture de la Loire et Président d'honneur d'Euromontana (http://www.euromontana.org/default_fr.htm). Les thèmes choisi: l'Europe et la Politique Agricole Commune (P.A.C). Lieu : Café Le Verre à Soi - Place du marché couvert - Le Puy-en-Velay Heure : 20h00 http://www.zoom43.fr/actu/ACT_detail.asp?strId=32068 OUEST
24 MAI 2009 – LE TELEGRAMME – SAINT-BRIEUX : UMP/MODEM. UNE TREVE DANS L'AFFRONTEMENT

Après s'être opposés violemment par presse interposée, le maire et son premier adjoint, tous deux candidats aux Européennes, semblent vouloir observer une trêve. Mais, mardi, il y a un conseil municipal. En quelques jours, il a réussi à retourner la situation en sa faveur, du moins auprès d'une partie de l'électorat de droite briochin. Le 7mai dernier, AlainCadec était accusé de traîtrise par un maire, averti au dernier moment, de la candidature de son premier adjoint sur la liste UMP aux Européennes. Aujourd'hui, certains le voient comme une victime de la colère de Bruno Joncour, candidat MoDem aux Européennes, qui menace de retirer ses délégations à AlainCadec, s'il ne démissionne pas. C'est, du moins, l'opinion des autres élus UMP du conseil, qui ont fait part, officiellement, de leur soutien à celui qui, est également, conseiller général de Saint-Brieuc (lire Le Télégramme du22mai), en rappelant, au passage, que c'était une «majorité plurielle», qui était sortie victorieuse des urnes, lors des dernières municipales. «Adjoint de permanence ce week-end» Samedi, à la permanence briochine de l'UMP, c'est en tout cas un premier adjoint, très à l'aise dans son costume de candidat, qui a souhaité présenter ses convictions européennes, en s'abstenant de toute allusion à la situation municipale. «Je ne suis pas là pour parler d'autre chose!» Aux journalistes présents, il a tout de même indiqué qu'il était «l'adjoint de permanence, ce week-end». Comme quoi, il est toujours là. De même, il a confirmé qu'il ne savait, toujours pas, quel est le mandat qu'il abandonnerait en cas de victoire aux Européennes. Et il a ajouté que «c'était, quand même, assez flatteurd'avoir été choisi, aussi, par le Président de la République» comme candidat. Le particularisme de la scène politique briochine n'a donc pas échappé à Nicolas Sarkozy... Ambiance lourde
FJ - 61

De son côté, Bruno Joncour semble, également, vouloir calmer le jeu. Il est vrai qu'il n'a pas besoin, a priori, des élus UMP pour conserver la majorité au sein du conseil municipal. Il est vrai, aussi, que son premier adjoint, en troisième position sur la liste UMP, a de très grandes chances d'être élu député européen le 7juin. Et, le maire MoDem n'est pas un débutant en politique: à l'issue du scrutin, la victoire quasi certaine d'AlainCadec donnera raison au premier adjoint d'avoir fait ce choix. Or, Bruno Joncour est moins certain de sa propre victoire. Ceci dit, le fossé est désormais tel entre les deux hommes, qu'il faut sans doute s'attendre à une réaction des défenseurs du maire de Saint-Brieuc, après le communiqué des élus UMP. Or, dans l'entourage du maire, on craint que cet affrontement «pollue» le conseil municipal de mardi soir. Cette mise au point pourrait, donc, intervenir dès demain. Tangi Leprohon http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/ump-modem-une-treve-dans-laffrontement-24-05-2009-392968.php
22 MAI 2009 - SAINT-BRIEUC, MAIRIE. LA MAJORITE EN PLEIN IMBROGLIO

Alain Cadec, le premier adjoint au maire, candidat aux Européennes, a désormais le soutien des autres élus UMP du conseil municipal. Une nouvelle donne qui embarrasse un peu plus le maire MoDem et sa majorité. Le grand écart des élus UMP du conseil n'aura guère duré. Tenaillés, d'une part, entre leur appartenance à la majorité municipale, menée par un candidat en position de numéro deux sur la liste du Mouvement Démocrate (MoDem), présentée dans l'Ouest pour les élections européennes; et, d'autre part, par leur adhésion à une formation politique qui a placé le premier adjoint au maire en position de numéro trois sur la liste ouest des candidats UMP aux Européennes. Mais, dans un communiqué (lire ci-dessous), les autres élus UMP du conseil municipal (MathieuBenay, Nadine Lebreton, Gilbert Robert, Marie-FranceRio, Sylvie Grondin et BernardLe Run) affichent désormais un soutien clair à Alain Cadec. «C'est un peu exagéré» «Nous ne sommes pas d'accord avec la demande faite par le maire à Alain Cadec de démissionner. C'est un peu exagéré», estime Gilbert Robert, qui indique que cette éventualité ne doit pas être examinée avant le 7juin, si les résultats de l'élection posent le problème du cumul des mandats pour Alain Cadec. On le sait, s'il est élu député européen, celui qui est aussi conseiller général n'a pas encore choisi quel mandat il abandonnera (Le Télégramme du 8mai). Mais, visiblement, Bruno Joncour ne veut pas attendre cette date. Le 11mai dernier, en début de soirée, le maire a réuni sa majorité pour lui annoncer qu'il demandait, par écrit, à son premier adjoint, de démissionner. «On n'a rien dit. On ne voulait pas jeter de l'huile sur le feu. Le maire était à vif», poursuit Gilbert Robert. Pourquoi, alors, cette prise de position dix jours plus tard? «Ily a d'abord eu la réaction de Pascal Bourquard (porte-parole du groupe PS au conseil municipal, NDLR). Puis, la réunion du MoDem à Angers (49), avec François Bayrou. Apparemment, les choses ne se calment pas», explique Gilbert Robert. Car le porte-parole national du MoDem a parlé de la situation briochine pour illustrer la guerre à laquelle se livrent le parti de la majorité présidentielle et la formation centriste. «Une majorité plurielle» Surtout, «le maire n'avait pas dit, le 11mai, qu'il retirerait ses délégations à l'environnement et à l'aménagement des espaces publics, si Alain Cadec refuse de démissionner», indique de son côté, Mathieu Benay, conseiller municipal UMP. «Quand nous avons été élus, il était clair que des membres de la majorité soutenaient François Bayrou, et d'autres, Nicolas Sarkozy. C'est une majorité plurielle. Ses différentes sensibilités doivent pouvoir s'exprimer dans le cadre de scrutins sans rapport avec la ville de Saint-Brieuc.» Pour ce dernier, ce communiqué
FJ - 62

des élus briochins UMP ne constitue pas un message de défiance adressé au maire. «Mais un message de désapprobation d'une décision particulière.» Et Mathieu Benay d'ajouter qu'il «croit dans l'équipe municipale élue il y a un an dans un esprit d'ouverture». Reste que cette prise de position affaiblit incontestablement Bruno Joncour, qui, le 8mai, assurait que sa majorité n'était pas divisée sur ce sujet. Tangi Leprohon http://www.letelegramme.com/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/mairie-la-majorite-en-plein-imbroglio-2205-2009-390144.php
22 MAI 2009 – SUD-OUEST - CHARENTES. LE MODEM A BICYCLETTE

Les jeunes vont distribuer des tracts le 30 mai Les sections Jeunes Démocrates de Charente et de Charente-Maritime, très mobilisées pour l'élection européenne du 7 juin, organisent un tour cycliste « démocrate » des Charentes, samedi 30 mai. Un départ sera donné à 8 heures de Saint-Yrieix ; au même instant, un autre cortège de cyclistes partira de la place Foch à Saintes. Le point de ralliement se fera à Cognac, place François-Ier, à l'heure du repas. La tête de liste à Cognac C'est ici, dans la ville natale de Jean Monnet, l'un des artisans de l'Europe, que Sylvie Goulard, tête de liste Modem pour la région Ouest, remettra des prix aux participants. Un pique-nique suivra. Les deux convois de cyclistes convergeront symboliquement l'un vers l'autre pour marquer le rapprochement des deux Charentes, mais aussi celui de Cognac et d'Angoulême. Autant de symboles qu'Emmanuel Araguas, président des jeunes démocrates de Maritime, et Jérémy Raynaud, président pour le mouvement charentais, veulent utiliser pour animer la campagne. Les deux groupes s'arrêteront dans les villes traversées afin de distribuer des tracts. http://www.sudouest.com/charente/actualite/article/597570/mil/4562539.html
20 MAI 2009 – AGENCE BRETAGNE PRESSE – COMMUNIQUE DES JEUNES DEMOCRATES DU FINISTERE : LE MODEM
A UN PROJET DEMOCRATE

Source : Jeunes Démocrates/Mouvement Démocrates Porte parole: David Guillerm RENNES — Contrairement à ce que le Parti Socialiste et l'UMP peuvent affirmer, le Mouvement Démocrate a un projet pour les Elections Européennes. En effet, ces deux partis font preuves de mauvaise foi et ces le travail des 16 commissions du MoDem et des Conventions Thématiques qui nous ont permi d'aboutir à ce programme européen. Ainsi, retrouvez le projet démocrate sur le lien ci-dessous. http://www.agencebretagnepresse.com/fetch.php?id=15199&title=Le%20MoDem%20a%20un%20Projet%20D %C3%A9mocrate
20 MAI 2009 – MAVILLE.COM/OUEST FRANCE - BAYROU, LA PAUSE-CAFE (DEMOCRATE) A NANTES

François Bayrou était à Nantes, hier, pour soutenir la liste conduite par Sylvie Goulard et rencontrer les militants. « Depuis le temps que vous me reprochez de ne pas venir à Nantes », a plaisanté François Bayrou, qu'accompagnaient les candidats MoDem aux élections européennes : la tête de liste Sylvie Goulard (à ses côtés), mais aussi Olivier Deschanel (Carquefou) et Agnes Roy-Bernard (Saint-Nazaire).
FJ - 63

Nouvelle journée marathon pour François Bayrou, le patron du MoDem. Après Angers, avant de filer vers Tours et Orléans, il s'est arrêté mardi à Nantes. Déjeuner près de la place du Commerce, avec ses colistiers dans l'Ouest, puis rapide café avec les militants dans une brasserie du centre-ville. Café démocrate bien évidemment. Le livre. Des militants lui tendent, pour dédicace, Abus de pouvoir qui caracole en tête des livres politiques. « Ce succès révèle quelque chose sur les attentes des Français. Il fallait mettre des mots sur ce que ressentent instinctivement toutes ces catégories de Français aujourd'hui désespérés. » Meilleur opposant. Dans les sondages, les Français le classent en tête des opposants à Nicolas Sarkozy. « Hé oui, ils ont raison. Mais je ne fais pas de l'antisarkozysme. Notre confrontation porte sur le fond, sur le modèle de société. Je suis très fier de proposer une autre vision de l'avenir. » La France et l'Europe. Les candidats Europe Écologie lui reprochent un hold-up sur la campagne européenne qu'il aurait confisquée au profit de ses ambitions présidentielles. « Ceux-là souhaitent que l'Europe soit coupée de la vie des Français. Il faut avoir un oeil sur les deux, ne pas laisser s'installer l'idée que la France et l'Europe sont deux réalités différentes. L'exemple, c'est la colère, justifiée, des producteurs de lait. Je sais ce qu'il en est. J'ai été 12 ans producteur de lait. La baisse insupportable du prix du lait est la conséquence d'une décision du gouvernement qui a interdit les accords entre industriels et agriculteurs. Ce sont ces accords qui permettaient de lisser le prix du lait. » Recueilli par Marc LE DUC. Ouest-France http://www.redon.maville.com/actu/actudet_-Bayrou-la-pause-cafe-democrate-a-Nantes-_8-939425_actu.Htm
20 MAI 2009 – 20 MINUTES - FILLON ET BAYROU BATTENT LA CAMPAGNE

Les poids lourds donnent de leur personne pour les élections européennes dans la région Grand Ouest. La palme est revenue au Premier ministre, François Fillon, qui était à Vertou hier soir. Il était accompagné de trois membres du gouvernement, Michel Barnier, Christine Albanel et Jean-Marie Bockel, du secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, et de l'ancien Premier ministreJean-Pierre Raffarin. Escortés par une brochette d'élus locaux, ils organisaient un meeting de soutien au candidat UMP Christophe Béchu. Plus d'un millier de militants y ont assisté, encadrés par un impressionnant dispositif d'ordre. De son côté, François Bayrou a animé une conférence-débat avec près de trois cents militants, hier, place Royale à Nantes. Le chef de file du MoDem soutenait Sylvie Goulard, présidente du Mouvement européen France et tête de liste du parti centriste dans la région. Ce soir, Jean-Marie Le Pen fera à son tour le déplacement. Le leader du FN participe à un dîner-débat à Basse-Goulaine, pour encourager Brigitte Neveux. W Frédéric Brenon http://www.20minutes.fr/article/327377/Nantes-Fillon-et-Bayrou-battent-la-campagne.php

EST
21 MAI 2009 – MA COMMUNE.INFO - JEAN-FRANÇOIS KAHN (MODEM): «J’EN AI RIEN A FOUTRE QU’ON PARLE DE MOI»

Jean-François Kahn dans le hall des vaches de la foire comtoise à Besançon, ça vaut son pesant de cacahuètes… Un peu coincé l’ancien journaliste parisien dans cette ambiance d’étable.
FJ - 64

En campagne dans tous les sens du terme, la tête de liste du Modem, accompagné par la députée européenne sortante, Nathalie Griesbeck, a regretté ne pas pouvoir débattre avec les autres candidats. Je voudrais des discussions projet contre projet. J’en ai rien à foutre qu’on parle de moi, je veux qu’on parle de notre projet pour l’Europe ». « J’ai proposé à Joseph Daul de débattre, même dans une salle UMP. Il m’a répondu - moi je travaille - c’est un peu gonflé ». http://www.macommune.info/actualite/jean-francois-kahn-modem-j-en-ai-rien-a-foutre-qu-on-parle-de-moi-8430.html
21 MAI 2009 – MA COMMUNE.INFO - EUROPEENNES : UMP ET MODEM FONT LA FOIRE

Après l’UMP, c’est le Modem qui annonce une forte présence à la foire de Besançon ce jeudi de l’Ascension. Sont annoncés pour toute la journée du 21 mai, Jean-François Kahn tête de liste Modem aux européennes du 7 juin prochain, Nathalie Griesbeck eurodéputée, Yann Wehrling, accompagnés de leurs colistiers régionaux, Marie-Jacques Chalumeau, Agnès Chambaret, Christophe Grudler et Gilles Lorimier. A cette occasion, ils assisteront notamment à la remise des prix de la race montbéliarde à 11h. Nul doute qu’ils croiseront Joseph Daul, tête de liste de l’UMP, qui a également annoncé sa présence sur la foire comtoise de 11h à 17h30. http://www.macommune.info/actualite/europeennes-ump-et-modem-font-la-foire-8394.html NORD
LA VOIX DU NORD – 24 MAI 2009 – SAINT-OMER : LE RAT MASQUE

L'ami agri Il a fleuri pour annoncer le festival de la terre, au rond-point de la zone des Sarts, à Lumbres. Ce petit bonhomme amusant, concocté par les Jeunes agriculteurs audomarois. Je lui ai trouvé un nom, si ce n'était déjà fait. L'ami agri. Sauf qu'il a une balafre, à l'endroit de l'oeil gauche. Alors il fait un peu super-héros. Ou vengeur masqué. C'était normal qu'on le retrouve dans cette rubrique. Lait fraise Les agriculteurs ont protesté lundi contre la chute du prix du lait. Leur colère a encore monté d'un ton quand la sous-préfète a refusé de les recevoir. Du jamais vu. Finalement, Chantal Manguin-Dufraisse a calmé le jeu en rencontrant les représentants de la FDSEA le lendemain au bistrot. Personne n'a commandé un lait fraise. C'est vachement dommage pour le symbole, mais tant pis ! Grain de sable dans la turbine Le ministre de la Défense, Hervé Morin, en campagne pour les européennes mardi à Saint-Omer a visité les établissements Feramus à Blendecques. Une chaudronnerie internationalement réputée choisie par l'élu audomarois d'opposition François Decoster, à l'initiative de la venue du ministre. Là où ça grince, c'est que Feramus a bâti une partie de sa notoriété en construisant, entre autres, une quinzaine... d'incinérateurs. Il en pense quoi de Flamoval, François Decoster, déjà ? Notes Retiré de la vie publique depuis sa défaite aux dernières élections municipales face à Bruno Magnier, JeanJacques Delvaux a assisté au concert d'adieu de Bruno Humetz à la tête de l'harmonie municipale, dimanche dernier. Pour apprécier les belles notes ou pour prendre des notes sur le discours du maire ?
FJ - 65

Ramassée « Moi, je suis la ramassée ». Qui parle ? Dany Masset, conseillère régionale MODEM, croisée hier lors d'un nouveau point presse de son mouvement pour les européennes. Alors le doute s'installe. Comment l'écrire ? « Ramassée », parce qu'elle s'est cassée la cheville récemment. Ou alors rat Masset parce qu'elle fournit régulièrement la rubrique. Qu'importe, elle y a encore droit aujourd'hui. T'es qui toi ? Frédéric Leturque, secrétaire départemental du MODEM, était encore à Saint-Omer hier matin et Muriel Volle l'a appelé « Philippe ». On s'interroge. Au MODEM, ils se connaissent vraiment ? http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Saint_Omer/actualite/Secteur_Saint_Omer/2009/05/24/article_le-ratmasque.shtml
LA VOIX DU NORD – 24 MAI 2009 - MARCQ-EN-BAROEUL : APRES LES CRITIQUES DE JEAN-LUC LANDRU, REACTION DU MODEM, REBOND DU PS ET SILENCE

| RÉPONSE | Dans notre édition du 17 mai, Jean-Luc Landru critiquait les gaspillages de la majorité, évoquait ses priorités et portait de sévères coups au MoDem, « la liste de trop » aux municipales de 2008. Certains ont réagi, d'autres pas du tout. Le MoDem a été prompt à dire son agacement et sa volonté d'expression. Il faut dire que Jean-Luc Landru avait déclaré : « Il y avait une liste de trop, celle du MoDem. Pour faire ce qu'ils font, ils auraient pu me laisser la place. » « Ça nous fait sourire, glisse Ophélie Spanneut, conseillère municipale MoDem. Il dit ça, alors qu'on l'a eu une heure au téléphone pour faire une liste avec nous, aux municipales. Ce qu'on n'aurait jamais pu faire, nous européens, et lui, souverainiste. » Son collègue, Didier Boutry, prolonge : « Il m'a tenu un dimanche après-midi, me suppliant de faire quelque chose pour lui parce qu'il n'arrivait pas à faire sa liste. » Mais l'élu du MoDem ne souhaite pas réagir en détail aux propos de M. Landru. « Sa liste a fait 3 %, s'il y a une liste de trop, c'est la sienne. Ce n'est même pas un vote de témoignage. Dans ces conditions, je ne vais pas faire grand cas de son opinion... » Tout juste précise-t-il, quant à l'absentéisme en commission et aux manifestations publiques pointée par J.-L. Landru : « Comment peut-il dire ça, c'est gratuit ! » A. Boutry siège dans quatre commissions municipales et, en un peu plus d'un an, il a « assisté à toutes les commissions, sauf deux réunions où je n'ai pas été invité » ; désormais retraité, il assure qu'il consacrera tout son temps à l'action municipale. Ophélie Spanneut, elle, ne peut participer aux réunions organisées entre midi et deux, mais se rend aux autres. Les deux élus disent être présents aux manifestations. « M. Landru, lui, ne peut être aux commissions et on ne le voit pas non plus en ville. » De son côté, le PS n'est pas resté insensible à l'expression de Jean-Luc Landru, mais est peu enclin à réagir à ses propos. « Il ne faut pas oublier que M. Landru est un ancien de la majorité, même s'il en a été la mouche du coche », pointe néanmoins Philippe Harquet. D'accord pour dire qu'il faut développer le logement social, M. Harquet finit par lâcher : « C'est vrai que la majorité est sur une autre planète... Elle est pléthorique, mais on se demande s'il n'y a pas que quatre ou cinq adjoints qui travaillent autour du maire. Et quand on arrive pour débattre, on dérange un peu. » Le PC, lui, est resté muet. Comme la majorité, pourtant directement mise en cause. • C. F. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Marcq_en_Baroeul/actualite/Secteur_Marcq_en_Baroeul/2009/05/24/articl e_apres-les-critiques-de-jean-luc-landru-r.shtml
LA VOIX DU NORD – 24 MAI 2009 – MARCQ-EN-BAROEUL : QUAND LE MODEM SALUE LE PC.

FJ - 66

C'est la marque de fabrique des centristes et des modérés, qu'ils appartiennent au MoDem ou pas. « On essaye d'avancer des idées, on défend et on vote celles avec lesquelles on est d'accord », résume Ophélie Spanneut. Cela n'empêche évidemment pas les critiques et les désaccords (voir ci-dessous). « On veut faire valoir notre vision humaniste, européenne », souligne l'autre élu marcquois du MoDem, André Boutry. « On a des convergences avec tous les partis, précise, un peu plus tard, Ophélie Spanneut. Martine Roussel (PCF) apporte beaucoup aussi. » André Boutry confirme et prolonge, dans un élan sincère et proprement radical : « Elle est irremplaçable. » • C. F. http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Marcq_en_Baroeul/Bonjour/2009/05/24/article_bonjour.shtml
LA VOIX DU NORD – 21 MAI 2009 - LE MOUVEMENT DEMOCRATE VEUT « REFONDER L'EUROPE »

Figure de proue de la liste estampillée Mouvement Démocrate (dont elle est avec François Bayrou la cofondatrice et la vice-présidente) dans la circonscription Nord-Ouest, Corinne Lepage faisait mardi midi étape dans le Cambrésis, pour y rencontrer une cinquantaine d'acteurs du monde associatif. L'occasion de livrer son sentiment quant à l'idée que les citoyens se font de l'Europe, à l'aube d'une élection test pour un mouvement centriste peinant à recouvrer la bonne vague sur laquelle il avait surfé en 2007... Corinne Lepage a choisi de mener une campagne de terrain. Ainsi arpente-t-elle l'asphalte du Nord - Pas-deCalais (mais aussi de Picardie, Basse et Haute-Normandie) pour « s'imprégner de la réalité des attentes citoyennes » par rapport à l'Europe. Mardi, avec au beau milieu de ses pérégrinations une étape programmée à Neuville-Saint-Rémy, au contact d'acteurs du monde associatif, elle aura ainsi également rencontré des professionnels de la justice des mineurs dans la métropole lilloise et pris le pouls de syndicalistes de l'industrie automobile à Douai. Et si son agenda comportait ce jour-là quelques rendez-vous plus institutionnels qu'à l'accoutumée (un débat organisé par le club de la presse face à ses principaux adversaires, un plateau télé sur Wéo ou une séance de dédicaces au Furet du Nord), Corinne Lepage l'assurait : « Il est pour moi plus important de rencontrer des gens sur leur terrain d'activité que d'organiser des meetings ou autre ». Et l'ancienne « Juppette » (1) d'en vouloir pour indice probant ses récentes visites à Faurecia Auchel, Dunlop Amiens ou encore au camp des réfugiés de LoonPlage... Interrogée sur ce « fossé » que la plupart de ses challengers auraient vu se creuser entre l'Europe et les électeurs, la candidate affirme qu'il s'agit davantage « d'une désespérance que d'un désamour (...) Ce que les gens se demandent, c'est, dans ce contexte de crise, ce que l'Europe pourrait bien faire de plus que le gouvernement... ne fait pas ! Ils ont le sentiment qu'il n'y a plus de pilote dans l'avion ! » Pour autant, Corinne Lepage reste persuadée que ces milliers d'anonymes qu'elle croise au quotidien « ne sont pas contre l'Europe, mais ils se disent qu'elle pourrait servir à autre chose ». Et de poursuivre : « Prenez l'exemple des marins pêcheurs : ils n'ont rien contre le principe même de l'Europe, pour savoir pertinemment que, sans elle, le monde de la pêche ne serait peut-être pas aussi performant. Ce qu'ils regrettent, en revanche, c'est de ne pas être davantage soutenus au plan national, ça oui ! » Elle parle ainsi de l'urgence à « refonder le projet européen », au coeur duquel il s'agirait de « bâtir un intérêt public à l'échelle européenne ». Déplorant enfin l'« omniprésence de Sarkozy » dans la campagne, en ce que cela détournerait les regards des vrais enjeux du scrutin, Corinne Lepage conclut en vantant « l'innovation » du Mouvement Démocrate face « au discours à géométrie variable de l'UMP » et « à un PS sans stratégie ». tH. FÉ. > 1. Corinne Lepage a été ministre de l'Environnement en 1997, dans le gouvernement d'Alain Juppé. Mais son premier fait d'arme remonte à 1978. Jeune avocate, elle venait de fonder le premier cabinet d'avocats spécialisés dans le droit de l'environnement quand a éclaté l'affaire de l'Amoco Cadiz, dans laquelle elle assura la défense des collectivités locales.

FJ - 67

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/Cambrai/2009/05/21/article_le-mouvement-democrateveut-refonder-l-e.shtml
LIBE LILLE – 19 MAI 2009 - DE GAUCHE A DROITE, D'ACCORD POUR ECOLOGISER L'EUROPE

ELECTIONS- Concentré de campagne européenne. C'est ce que proposait ce matin le club de la presse NordPas-de-Calais : le débat réunissait les principales listes se présentant aux Européennes dans la région NordOuest. Une ligne de démarcation claire a émergé sur le traité de Lisbonne : ceux qui voudraient le faire disparaître (NPA, Front de gauche, Debout la République), ceux qui l'ont voté (PS, UMP, Modem), ceux qui voudraient le dépasser (Les Verts). Sinon, la nécessité de réguler l'économie et la montée en puissance de l'écologie reviennent en boucle. Avec des nuances d'importance, tout de même. Les présents Ils étaient sept à avoir fait le déplacement. Manquaient tout de même Marine Le Pen, pour le Front national et LO, avec Eric Pecqueur, syndicaliste chez Toyota, à Valenciennes. Il y avait là quatre têtes de liste : Gilles Pargneaux,maire d'Hellemmes, pour le PS ; Dominique Riquet, maire de Valenciennes, pour l'UMP ; Corinne Lepage, vice-présidente du Modem ; Hélène Flautre, eurodéputée sortante pour les Verts. Le Front de gauche et NPA étaient respectivement représentées par Loïc Pen et par Pascale Montel, numéros 3 sur leurs listes respectives. En invité surprise, Nicolas Dupont-Aignan, troisième de liste en Ile-de-France, pour Debout la République. Morceaux choisis, par ordre d'intervention. Les programmes Gilles Pargneaux (PS) : "Notre région montre qu'il faut plus d'Europe en matière économique et sociale. J'étais avec Jacques Delors récemment, et il s'étonnait. Le silence assourdissant de l'Union européenne sur l'économique et le social devient insupportable, me disait-il. On dirait que le mot 'construction européenne' n'existe plus. On a construit la paix en Europe, on a construit le marché unique, la politique territoriale, l'euro. Et puis plus rien. Notre première priorité, c'est un grand plan de relance économique à l'échelle européenne. La récession, c'est -3% sur la zone euro, -4,5 sur l'Union européenne. Cela veut dire 27 millions de salariés européens au chômage si on ne fait rien. Nous voulons donc augmenter le budget de l'Union européenne, en lui permettant de lever un emprunt pour pouvoir peser sur les délocalisations et le développement de l'économie." Corinne Lepage (Modem) : "Je suis d'accord sur cette notion d'emprunt. Je crois que dans le plan de relance, une part extrêmement importante doit être accordée à l'économie verte. Quand je vois que la Chine met 200 millions d'euros sur la table, et que l'Europe met seulement entre 20 à 25 millions d'euros, je suis très inquiète. L'économie verte est l'économie de demain. Je crois aussi qu'il faut augmenter le budget, pas seulement en empruntant, mais aussi en augmentant la part des états membres, en la faisant passer à 2% du PNB. Bien sûr, il faut une harmonisation fiscale, il faut des règles de gouvernance financière. Par exemple, il faut établir des distinctions entre les actionnaires, il ne peut pas y avoir les mêmes règles fiscales par un actionnaire durable et pour un actionnaire de passage, qui ne fait que se servir avant de repartir. Je crois qu'il faut aussi un renforcement politique de l'Europe. Il est en effet démocratiquement choquant que pour la signature du traité de Lisbonne, on soit passé au-dessus des désirs des citoyens. Loïc Pen (Front de gauche) : "Je trouve qu'il y a une hypocrisie fabuleuse dans ce débat : vous avez voté [il regarde Gilles Pargneaux, PS - NDLR] un traité [de Lisbonne, adopté au parlement] qui ne vous permet pas de faire le programme que vous souhaitez. Nous nous battrons pour retirer cette signature de la France en bas de ce traité. Sinon, nous proposons un Smic européen à 60% du salaire moyen, ce qui voudrait dire en France un Smic à 1600 euros nets. Et nous voulons revoir la répartition capital-travail. Ce que dit le chef de l'Etat, la règle des trois tiers [1/3 des bénéfices pour les salariés, 1/3 pour les actionnaires, 1/3 pour l'investissement], nous ne l'avons jamais vu appliquée, mais faisons-la ! Dominique Riquet (UMP) :"Que demandent les citoyens européens ? Que l'Europe les protège contre la crise économique, financière et écologique qui nous frappe. Nous sommes pragmatiques : il faut donc une Europe mieux intégrée et plus réactive, il faut donc améliorer le fonctionnement de l'Europe, le rendre plus simple. Nous sommes d'accord pour une régulation financière. Nous pensons également qu'il faut une coopération économique entre les pays pour soutenir nos champions et en faire émerger de nouveaux en Europe. Car le monde est tel qu'il est. Je partage l'avis de Corinne Lepage d'aller vers une économie verte. Je ne crois pas à l'emprunt pour l'Union européenne, car il lui faudrait une fiscalité propre, et il y a d'autres solutions : il y a moyen de coordonner les politiques d'investissement des pays membres. Sur le plan sécuritaire, nous sommes pour une politique européenne de défense, et nous demandons que l'Europe s'arrête à ses frontières actuelles."
FJ - 68

Hélène Flautre (Europe Ecologie - Les Verts) : "Il faut savoir que 80 à 90% des biens produits en Europe sont consommés en Europe : nous avons donc une relative autonomie. Nous voudrions que la politique économique européenne soit respectueuse des Etats du Sud, je pense par exemple à la politique de la pêche ou de l'agriculture. Face à cette crise globale, nous proposons la conversion écologique de l'économie, ce qui permettra d'avoir des emplois durables, non délocalisables, avec une activité libérée du pétrole, et plus largement des ressources fossiles, qui ont des stocks limités. L'uranium a des stocks limités, contrairement à ce qu'on voudrait nous faire croire. Cette économie écologique peut créer 10 millions d'emplois en Europe. L'Union européenne a pour l'instant un plan de relance ridicule, avec 5 millions d'euros, c'est de la gnognotte. Nous n'avons aucune chance de nous en sortir si nous attendons qui va gagner de la lutte entre les constructeurs automobiles français et allemands. Il faut promouvoir la recherche sur le moteur qui produira moins de 80g de C02 par kilomètre, et lui donner un brevet européen, ouvert à tous les constructeurs européens." Pascale Montel (NPA) : "Nous serons les porte-parole de ceux qui luttent. Si on ne remet pas en cause la gestion capitaliste de l'Europe, on va continuer à casser notre système social. Nous voulons dénoncer tous les accords signés et repartir à zéro. Tous les mauvais coups discutés au niveau européen, nous les ferons redescendre à la base. Car à ce niveau-là, on ne parle jamais du quotidien des travailleurs, de leur pouvoir d'achat. Nous avons tout intérêt à créer des coopérations par les luttes, pour faire grandir ces luttes et changer l'Europe." Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) : "Nous sommes dans un avion dont le plan de vol a déjà été signé, c'est le traité de Lisbonne. Et nous sommes tous dans la carlingue à gesticuler, à proposer plus d'écologie, plus d'humanité, alors qu'on est tous dans l'avion et qu'il a déjà décollé. Dans l'Europe à 27, notre modèle républicain est minoritaire. L'Euro est surévalué, il asphyxie totalement notre économie ; la libre concurrence non-faussée ? C'est une idéologie ultra-libérale, on est devant un Dieu vivant qui n'est pas élu. On détricote notre industrie. Je veux retourner à une Europe des nations, il n'y a pas besoin d'uniformiser ce continent. Dynamitons la commission européenne et créons des agences de coopération qui concerneront trois, cinq, huit pays sur des sujets précis. Concentrons-nous sur les quinze innovations majeures, la voiture électrique, les panneaux solaires, dont nous avons besoin, pour que nos enfants ne soient pas des gestionnaires de chambres d'hôtes dans une France transformée en parc touristique, telle que nous rêvent nos partenaires européens." Recueilli par Stéphanie Maurice http://www.libelille.fr/saberan/2009/05/elections--ce-matin-le-club-de-la-presse-nord-pas-pas-de-calaisorganisait-un-d%C3%A9bat-avec-les-principales-listes-se-pr%C3%A9sent.html

LYON ET SA REGION
19 MAI 2009 – LE PROGRES - LE MODEM EN CAMPAGNE SUR LA FOIRE EXPO DU PUY-EN-VELAY

Jean-Marie Beaupuy s'est promené dans les allées de la foire ponote avec des prospectus en mains / Gérard Adier Les élections européennes ne sont plus très loin. Les partis politiques sont en campagne. Coté MoDem, les visiteurs qui ont arpenté samedi les allées du jardin Henri-Vinay et de la foire expo ont difficilement pu éviter Jean-Marie Beaupuy, tête de liste du MoDem dans le Massif central, entouré d'une escouade de militants, et Michel Fanget, colistier. Le bain de foule à la rencontre des électeurs a fait suite à un passage au marché de Brioude. En revanche, la réunion démocrate à Polignac a été annulée. Souriant et avenant, le candidat du MoDem est sans détour. « Il faut parler aux gens de l'Europe en bien. » Et d'embrayer directement sur les valeurs chères à François Bayrou. « Face à la crise internationale que nous vivons, il faut mettre en avant les valeurs de l'humanisme face à l'argent-roi : ça implique de rétablir un équilibre entre le développement et l'humain, créer une société du toujours mieux. » En marge de la santé, l'agriculture, le candidat du MoDem a mis l'accent sur les problèmes énergétiques et écologiques. « Il faut prendre des mesures car la planète se réchauffe. » Face au clivage traditionnel gauche droite, Jean-Marie Beaupuy estime que « les citoyens ne croient plus au système gauche droite : il faut rassembler les compétences de tout bord ». Il cite Bayrou, tend le tract. « Voyez plutôt : Corinne Lepage et Jean-François Kahn sont au Modem. » Sur l'air de la Haute-Loire face à l'Europe, Jean-Marie Beaupuy estime «
FJ - 69

que les fonds européens doivent soutenir les départements dans le besoin. Ceux d'Auvergne doivent en bénéficier et devenir terre de savoir-faire ». En fin d'après-midi, Jean-Marie Beaupuy est reparti vers Montpellier où se déroulait dimanche la 18e convention européenne avec Bayrou. Gérard Adier http://www.leprogres.fr/fr/region/la-haute-loire/haute-loire/article/1308067,183/Le-MoDem-en-campagne-surla-foire-expo-du-Puy-en-Velay.html

ACTUALITES EUROPEENNES
23 MAI 2009 – LE FIGARO - EUROPEENNES: L'UMP EN BAISSE DE 2 POINTS

A deux semaines du scrutin européen du 7 juin, les listes UMP restent en tête des intentions de vote mais reculent de deux points à 26%, tandis que celles du PS perdent un point à 21%, selon un sondage CSA que publie "Le Parisien/Aujourd'hui en France". Si les élections européennes avaient lieu dimanche, les listes MoDem emmenées par François Bayrou recueilleraient 14% des suffrages (+1), devant le rassemblement Europe Ecologie (9%, soit -1 point). Le Front national de Jean-Marie Le Pen obtiendrait 7% des voix (+1 point), contre 6% pour le NPA d'Olivier Besancenot (+1 point) et le MPF-CPNT de Philippe de Villiers. - Sondage réalisé les 19 et 20 mai auprès d'un échantillon de 903 personnes, représentatif de la population âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. AP http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/05/23/01011-20090523FILWWW00601-europeennes-l-ump-en-baissede-2-points.php
POUR SOURIRE ( ?), LE MEME SONDAGE, TOUJOURS DANS LE FIGARO, MAIS LE LENDEMAIN (ON GAGNE 2%) : SONDAGE : LE PS N'EST PLUS QU'A 5 POINTS DE L'UMP

Samuel Laurent Une enquête CSA pour Le Parisien fait apparaître un recul de deux points des intentions de vote en faveur de la majorité. Modem, FN et NPA progressent d'un point. L'abstention est en hausse de trois points. La partie sera peut-être plus difficile que prévu pour l'UMP. A quelques heures de l'ouverture de la campagne officielle pour les élections européennes du 7 juin prochain, le parti de la majorité voit son avance se réduire dans la dernière enquête d'opinion en date. Selon le sondage réalisé par l'institut CSA pour Le Parisien Aujourd'hui en France, l'UMP continue à faire la course en tête, mais perd deux points par rapport à la dernière enquête CSA, les 13 et 14 mai dernier, à 26%, contre 21% pour le PS (-1 point). L'écart entre les deux formations n'est donc plus que de 5 points. Autre enseignement du sondage, la progression du Modem, qui conforte sa 3e place avec 14% d'intentions de vote (+1). Europe Ecologie se placerait quatrième avec 9% d'intentions de vote (-1), suivie par le Front National (7%, +1). Les listes du NPA d'Olivier Besancenot feraient jeu égal avec celles de Libertas menées par Philippe de Villiers à 6% (+1 dans les deux cas), devant le Front de Gauche de Marie-Georges Buffet et Jean-Luc Mélenchon à 5% (+1). Enfin, Lutte Ouvrière et Debout la République feraient à peine 1%.
FJ - 70

Mais le grand vainqueur de ce scrutin sera sans doute l'abstention, qui s'annonce record. Selon cette enquête, elle progresse de 3 points à 54%. L'UMP en chute chez les jeunes électeurs L'analyse du vote des moins de 30 apporte quelques précisions sur la dynamique du vote. Le recul de l'UMP y est flagrant : la majorité recueille chez les plus jeunes électeurs 19% d'intentions de vote, soit sept point de moins que dans le précédent sondage du même institut. Le PS est à égalité, à 19%, en baisse de 2 points. En revanche, Olivier Besancenot est en nette progression avec 5 points de plus, à 11%. Quant au Modem, il n'est qu'à 3 points des deux premiers à 16% (+2). Le clivage de l'âge apparaît assez nettement : le PS réalise son meilleur score chez les 25-29 ans (26%), l'UMP chez les plus de 50 ans (28%). Autre fait notable, la dispersion des voix PS. Alors que 88% des sympathisants UMP votent pour cette formation et 79% des proches de Bayrou pour le Modem, seuls 69% des sympathisants PS ont l'intention de voter pour lui. Sondage réalisé les 19 et 20 mai auprès d'un échantillon représentatif de 903 personnes. Méthode des quotas. http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes-2009/2009/05/24/01024-20090524ARTFIG00020-sondage-le-psn-est-plus-qu-a-5-points-de-l-ump-.php
18 MAI 2009 – LE FIGARO - EUROPEENNES : 46% DES PETITS PATRONS VOTERAIENT UMP

Fabien Fournier Seuls 11% des dirigeants de TPE auraient l'intention de voter PS. Ils soutiennent l'idée d'une élection d'un président européen mais rejettent l'intégration de la Turquie. Pour le coup, ce ne sont pas des électeurs indécis. Les dirigeants de TPE qui pèsent quelque 2,5 millions de voix ont un choix bien arrêté à quelques semaines des européennes. Près d'un petit patron sur deux affirme vouloir voter pour les listes de l'UMP (46% des suffrages). Le Modem se hisse en deuxième position avec 16% des intentions de vote, devant le Parti socialiste (11%) et les Verts (9%). Au final, le rapport de force tournerait donc nettement à l'avantage de la droite (57,5% des intentions de vote) contre 26,5% pour la gauche et 16% pour le centre. Il faut noter que la participation des entrepreneurs s'avérerait élevée, avec 55% de dirigeants absolument certains d'aller voter - seuls 11% des sondés sont décidés à ne pas voter. Une Europe forte face à la mondialisation Il ressort de cette enquête Ifop/Fiducial que ces dirigeants font montre d'un attachement européen, même si celui-ci est parfois idéalisé. 82% d'entre eux jugent ainsi indispensable la construction d'une Europe forte pour peser sur la compétition mondiale. Mais seul un cinquième des interviewés estime que l'UE a permis à la France de préserver ses emplois et de défendre ses entreprises de la concurrence des autres économies. En revanche, 64% des dirigeants de TPE estiment que l'Euro protège mieux l'économie française que ne l'aurait fait le Franc en période de crise - ils ne sont d'ailleurs que 26% à souhaiter son rétablissement. Contre l'adhésion turque Les petits patrons approuvent par ailleurs majoritairement l'idée d'une élection d'un président de l'Union Européenne (64%) mais rejettent franchement la perspective d'une adhésion de la Turquie (71%). http://www.lefigaro.fr/lentreprise/2009/05/18/09001-20090518ARTFIG00477-europeennes-46-des-petitspatrons-voteraient-ump-.php
FJ - 71

22 MAI 2009 – AFP - ELECTIONS EUROPEENNES: DEBUT DE LA CAMPAGNE OFFICIELLE LUNDI

Eric BASSI PARIS (AFP) — Alors que la campagne électorale non officielle patine, l'officielle commence lundi, avec ses traditionnels spots audiovisuels et son affichage public. Elle sera ouverte lundi à zéro heure et s'achèvera le samedi 6 juin à minuit, à l'exception de trois DOM et quatre collectivités d'outre-mer, où elle prendra fin un jour plus tôt, le vote étant avancé. Les panneaux électoraux des 36.686 communes françaises se couvriront des affiches des listes qui concourent pour ce scrutin à un tour. Vendredi soir, la place Beauvau a dénombré 161 listes, dont 28 en Ile-de-France et 11 outre-mer. A la radiotélévision, les recommandations du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), en vigueur depuis le 27 avril, continuent à s'appliquer sur l'ensemble de la programmation: le CSA "apprécie la présentation et l'accès équitables à l'antenne des listes de candidats et de leurs soutiens jusqu'à la clôture du scrutin" et il décompte les temps de parole. Dès lundi passeront à la télévision publique les spots des partis. Deux heures sont mises à la disposition des formations représentées par des groupes parlementaires: 20 minutes chacune divisée en dix modules courts et deux plus longs. Le MoDem se retrouve dans cette catégorie grâce une décision du groupe centriste au sénat. Paradoxe: le PRG, qui ne présente pas de candidats, a ses 20 minutes qu'il utilisera pour, notamment, dénoncer l'"hégémonie" UMP et PS. Les autres partis auxquels sont rattachées des listes de candidats dans au moins cinq circonscriptions - 17 formations en tout - se partagent une heure. Chacun a droit à deux modules (1min15 et 2 minutes17). Ce qui ne fait pas que des heureux. Le clip court du PS, "très dynamique et très moderne" selon lui, fait parler "des Français de toutes origines disant l'Europe qu'ils souhaitent". La première secrétaire Martine Aubry avance ensuite quelques propositionsphare, "en expliquant l'Europe qu'on veut". "Même état d'esprit" pour le clip long, Mme Aubry clôturant par "une vision enthousiaste de l'Europe". La campagne UMP se veut "humaine, moderne, pédagogique et émouvante", usant de la technique du "lip dub" (voix d'un orateur mimée par plusieurs personnes). Allié à l'UMP, le Nouveau Centre ouvrira le bal lundi à la mi-journée. Une jeune femme née en 1979, année des premières élections européennes, racontera 30 années de construction de l'Union, mêlant histoire récente et parcours personnel (elle a étudié hors frontières via Erasmus). Après vidéos décalées et chanson en play-back sur le net, Europe-Ecologie (Daniel Cohn-Bendit) mettra en scène ses têtes de liste dans un mélange de bandes dessinées et d'animation 3D, avec "musique bio". Olivier Besancenot (NPA) s'adressera aux électeurs face à la caméra sur fond de ville, avec des "images de mobilisations". Son clip long présentera les sept têtes de liste, au côté de Besancenot pour "dire ce que c'est d'être anticapitaliste", dans un "style simple", avec du "rythme". Au Front de gauche, Marie-George Buffet (PCF), Jean-Luc Mélenchon (Parti de Gauche) et Christian Picquet (ex-NPA, Gauche unitaire), réunis sur fond blanc, se relaieront avec un jeu de caméras pour un "effet dynamique", égrénant leurs "propositions en rupture avec le libéralisme". Jean-Marie Le Pen (FN) "sera debout devant un fond bleu, rien d'autre, pour que le message ne soit pas perturbé". Nathalie Arthaud (L0) clamera, sur un fond rouge, que "ce n'est pas aux travailleurs de payer la crise". Libertas montrera cinq petits clips thématiques: délocalisations, fromages, vins... http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jincLL9SkEdry9tp43Xuc-cetINA
FJ - 72

23 MAI 2009 - IMMIGRATION ET SECURITE, THEMES GAGNANTS POUR L'UMP A DEUX SEMAINES DU SCRUTIN

Barre à tribord. A deux semaines du scrutin européen du 7 juin, Nicolas Sarkozy, après s'être exprimé en début de campagne dans une posture républicaine, choisit de réinvestir deux thématiques payantes : la sécurité et l'immigration. Le chef de l'Etat, face au risque abstentionniste, entend solidifier l'avance de son parti, placé en tête des sondages. 161 listes déposées au ministère de l'intérieur Le dépôt des listes aux élections européennes du 7 juin est clos depuis vendredi 22 mai, 18 heures. Elles doivent être validées avant d'être officiellement rendues publiques, lundi 25 mai, par le ministère de l'intérieur. 161 listes sont en lice dans les 8 circonscriptions de France, soit 7 de moins que lors du dernier scrutin en 2004. Avec 13 élus, l'Ile-de-France enverra le plus grand nombre de députés à Strasbourg. Avec 3 élus, l'outre-mer en enverra le moins. Tous les grands partis - auxquels la totalité des 72 sièges en jeu est promise -, mais aussi des mouvements plus modestes sont présents. Parmi ces derniers, tous ne figurent pas sur l'ensemble du territoire. Un minimum de 5 % des suffrages est requis pour obtenir 1 élu. L'UMP, dont il est resté le chef incontesté, s'apprête, jeudi 28 mai à Lille, lors d'un meeting national, à jeter l'hameçon. Les orateurs de l'UMP vanteront le pacte européen sur l'immigration négocié par l'ancien ministre de l'immigration et de l'identité nationale, Brice Hortefeux. Son successeur, Eric Besson, entré à la direction de l'UMP, ne figure pas, pour l'heure, parmi les intervenants. Le lieu ne tient pas du hasard. La ville est la patrie de Martine Aubry et se situe dans la même circonscription que Calais et Sangatte où convergent les candidats à l'immigration vers la Grande-Bretagne. Dans cette eurocirconscription du Nord-Ouest, l'UMP espère bien conserver les voix des électeurs du Front national, pêchées dans le filet de l'élection présidentielle. Sur l'immigration, l'Elysée dispose d'études d'opinion qui montrent que cette question reste un thème "clivant" qui "parle" à l'électorat populaire. Le même jour, le président de la République aura, dans la matinée, à l'Elysée, réuni les principaux acteurs de la sécurité, de la chaîne pénale et de l'éducation nationale. Ce nouveau changement stratégique a été arrêté, lundi et mardi à l'Elysée, lors de deux réunions avec les dirigeants du parti majoritaire. Le chef de l'Etat leur a expliqué qu'il souhaitait que le parti continue de parler d'Europe pour creuser l'écart avec le MoDem et le PS tout en se saisissant de l'actualité - l'attaque d'un fourgon de police à l'arme de guerre à la Courneuve, les violences à l'école et l'arrivée d'immigrants aux portes de l'Europe - pour réintroduire la sécurité et l'immigration dans la campagne. M. Sarkozy a l'habitude d'user de ces thématiques à chaque veille d'élection. Lors de la présidentielle de 2007, conseillé par l'ancien journaliste de Valeurs Actuelles, Patrick Buisson, devenu son conseiller, le candidat de l'UMP avait dans les derniers jours de la campagne choisi de droitiser sa campagne, en proposant la création du ministère de l'immigration et de l'identité nationale. En avril 2006, alors ministre de l'intérieur de Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, distancé dans les sondages par Ségolène Royal, avait brutalement durci son discours pour parler à l'oreille des électeurs du Front national. "S'il y en a que cela gêne d'être en France, qu'ils ne se gênent pas pour quitter un pays qu'ils n'aiment pas. (...) On a plus qu'assez d'avoir le sentiment d'être obligé de s'excuser d'être français", avait-t-il déclaré. "Dans les campagnes, c'est une tendance naturelle. Il faut des thématiques fortes, sinon les gens ne se sentent pas concernés. Cela vaut aussi bien sur l'immigration que sur l'environnement", explique sans fard Franck Louvrier, le conseiller en communication du président de la République. "Les fondamentaux sont les domaines régaliens : justice, sécurité, immigration. C'est là dessus que les électeurs se déterminent. Le reste, l'économie, c'est mondialisé", commente l'ancien ministre de l'immigration Brice Hortefeux devenu ministre du travail. Officiellement, le chef de l'Etat n'envisage pas de s'impliquer personnellement, pour laisser le débat entre les partis émerger, les clivages s'installer. "Le pacte sur l'immigration est un grand succès de la présidence française dont on a très peu parlé, explique M. Louvrier. Brice Hortefeux est arrivé à regrouper l'ensemble des
FJ - 73

pays européens. Lorsque Nicolas Sarkozy était ministre de l'intérieur, les socialistes espagnols et italiens n'étaient pas sur la même ligne. C'est une belle réussite française et européenne." L'objectif est double : montrer que la France sarkozienne a une position médiane en Europe - M. Sarkozy s'est réjoui des propos durs de Silvio Berlusconi sur l'immigration qui lui permettent d'apparaître moins droitier. Et démonter que les socialistes français sont isolés dans leur propre famille politique en Europe sur les sujets de l'immigration et de l'adhésion de la Turquie. "Nous voulons montrer que voter socialiste n'est pas utile", explique Michel Barnier. M. Sarkozy ne juge plus opportun d'intervenir directement, sauf avec la chancelière allemande Angela Merkel pour publier une lettre commune qui dessinerait l'Europe politique de demain. Problème : Mme Merkel souhaite la publier avant les élections pour doper la campagne européenne, qui seront un test avant les législatives de septembre. M. Sarkozy estime, lui, qu'il n'y a pas d'urgence et préférait attendre que les échéances électorales soient passées. Les deux dirigeants trancheront l'affaire en début de semaine lors d'un entretien téléphonique. Sophie Landrin et Arnaud Leparmentier http://www.lemonde.fr/elections-europeennes/article/2009/05/23/immigration-et-securite-themes-gagnantspour-l-ump-a-deux-semaines-du-scrutin_1197089_1168667.html
22 MAI 2009 – TOUTE L’EUROPE.FR - CLIPS VIDEO, SOMMET UE-RUSSIE, PARADIS FISCAUX

A l'approche des élections européennes, plusieurs vidéos suscitent la polémique. Il y a d'abord, en France, ce clip gouvernemental d'incitation au vote dénoncé par le PS comme un "clip UMP", mais que le CSA a refusé de suspendre, comme le rapportent AP, Reuters et Le Monde. Interviewée par le nouvel Observateur, la candidate du MoDem Corinne Lepage appelle d'ailleurs à soutenir le PS contre cette décision. En Espagne, c'est le spot du parti socialiste (PSOE) qui est plutôt mal digéré par le parti conservateur. On y voit en effet, décrit Euronews, plusieurs électeurs exprimer des opinions très conservatrices sur l'immigration, la religion ou la privatisation... conclusion du spot : le problème, ce n’est pas ce qu’ils pensent, c’est ce qu’ils vont voter. Euronews fait également mention du spot de l'extrême droite tchèque, retiré de la télévision parce qu'il prônait une "solution finale" à la question rom. Enfin, Le Figaro s'étonne de la mainmise d'un néonazi sur la télévision d'Etat polonaise, qui a notamment diffusé, à une heure de grande écoute, une interview plutôt complaisante de l'Irlandais Declan Ganley, fondateur du parti antieuropéen Libertas. Pendant que la campagne suit son cours dans les 27 pays de l'Union, le président en exercice de l'UE Vaclav Klaus, le président de la Commission José Manuel Barroso et le haut représentant pour la politique extérieure Javier Solana sont arrivés hier à Khabarovsk, pour un sommet "délicat" avec la Russie. Les participants y ont, selon l'AFP, AP, Euronews et nouvelObs.com, laissé éclater leurs divergences au sujet de l'énergie, de la situation en Géorgie ou du Partenariat oriental de l'Union. Tandis que La Croix note le choix stratégique de la ville de Kharabovsk, située près de la frontière chinoise, Le Monde fait justement état du manque de stratégie européenne face à Moscou ou, dans un autre article, du poids de l'énergie dans les relations russo-européennes, Le Figaro relève l'inquiétude des 27 face au protectionnisme russe. Enfin, Les Echos et Le Figaro reviennent aujourd'hui sur les paradis fiscaux, les banques françaises s'étant entendues sur cinq "engagements" en matière de lutte contre la fraude fiscale, le blanchiment d'argent ou les paradis réglementaires. Des engagements qu'elles vont soumettre à l'ensemble des banques européennes... http://www.touteleurope.fr/fr/divers/toutes-les-revues-de-presse/mai-2009/revue-de-presse-du-20-mai-2009copie-1.html

FJ - 74

18 MAI 2009 - EUROPEENNES : BATAILLE DE CLIPS SUR LE WEB

Samuel Laurent VIDEOS - Le PS veut faire interdire le clip du gouvernement pour les élections du 7 juin prochain, y voyant une «propagande UMP». A gauche comme à droite, les partis dégainent leurs vidéos de campagne, plus ou moins réussies. Le PS se rebiffe sur le web. A la traîne dans les sondages pour les européennes de juin prochain, le parti socialiste demande lundi le retrait pur et simple du clip réalisé par le gouvernement pour inciter les électeurs à voter. Selon le principal parti de l'opposition, ce clip est une «propagande UMP». «Il n'y a pas une seule image du Parlement européen», estime Benoît Hamon, qui dénonce un «mélange des genres scandaleux», Pourquoi ? Sans doute parce que dans le récit en musique de quelques grands moments de l'Europe figure la présidence française de l'UE en 2008. Ce clip, réalisé par Thierry Saussez, bénéficiera il est vrai d'une visibilité certaine : 1.000 passages télévisés ont été programmés entre le 9 et le 22 mai prochain. A défaut de débats qui passionneraient les Français, ces européennes sont l'occasion pour tous les partis de multiplier les vidéos, facilement diffusables sur le web via Dailymotion notamment. Personne n'y échappe. Le PS a ainsi multiplié les clips. Interview des responsables de la campagne, comme Jean-Christophe Cambadélis, vidéos intégrales des meetings, mais aussi clips plus traditionnels. Et plus créatifs. Les socialistes ont notamment eu l'idée de parodier les célèbres publicités Apple «Mac vs PC». Cette fois, un acteur incarnant le PSE (alliance de gauche au parlement) répond à son homologue du PPE (centre-droit où figure l'UMP) et à un troisième figurant l'ALDE (centristes, dont le Modem français). But de l'opération : dire que Modem et UMP votent de la même manière sur les grands sujets. Voici la publicité du PS : ….. Et voici un exemple de la publicité orginale d'Apple : …. A l'UMP, on a également des idées. Notamment chez les jeunes militants, qui font le récit détaillé de leur tour de France sur la page caravane_ump de Dailymotion. On y voit par exemple les jeunes militants improviser un spectacle de rue. Ou encore cette scène, survenue fin avril place Bellecour à Lyon, lorsque la caravane fut chahutée par des manifestants. Les jeunes militants UMP avaient tenté d'évoquer une «agression» et un «caillassage»... avant que la préfecture ne précise qu'il n'y avait eu aucune altercation, à part peut-être un jet d'oeuf. Le Modem ne fait pas dans l'originalité. S'il possède une chaîne sur Dailymotion, les vidéos qu'on y trouve sont essentiellement des extraits de meeting ou des portraits de candidats. Même manque de moyens ou d'envies chez le NPA d'Olivier Besancenot, qui se contente de rediffuser ses meetings et quelques argumentaires. D'autres partis ont eu des idées plus originales. Le Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon et du parti communistes propose ainsi un clip «politique» qui a le mérite de présenter l'action des eurodéputés de gauche. Les Verts, eux, ont fait dans la vidéo participative en demandant à leurs sympathisants de réaliser un «lipdub», type de chanson populaire sur le web, où les lèvres des participants reprennent les paroles de la chanson qui passe en bande son. Résultat : un clip festif, qui donne l'occasion de voir Daniel Cohn-Bendit, tête de liste, effectuer une petite chorégraphie. Parmi les autres partis, notons les efforts fournis par Libertas, qui regroupe Philippe de Villiers et Frédéric Nihous. Comme lefigaro.fr l'a relaté, ce parti, piloté au niveau européen par le milliardaire souverainiste irlandais Declan Ganley, a fait appel pour sa campagne française aux services de spécialistes de la communication multimédia. Le résultat : une série de vidéos «buzz» qui se démarquent des autres partis, et touchent un public plus large. Il y a d'abord la série de détournements de films à grand spectacle (300, Troie, Star Wars...) réalisés par un certain «L pour Libertas» - d'abord présenté comme un militant avant que le parti ne reconnaisse implicitement qu'il s'agit de réalisations professionnelles. Mais aussi le personnage de «Captain Europa», un superhéros censé défendre les peuples d'Europe contre la dictacture des technocrates bruxellois, qui mélangent vin blanc et rouge pour faire du rosé.
FJ - 75

Citons également le Parti Radical, dont les jeunes militants ont réalisé un clip... rythmé, très rythmé. Trop ? A vous de voir. Et puis, même si ce n'est pas un parti politique français, il faut également évoquer l'initiative du parlement européen des jeunes, qui a, comme son «grand frère» le Parlement européen, lancé une campagne d'incitation au vote assez orginale : Il faut aller sur l’article pour voir les clips : http://www.lefigaro.fr/elections-europeennes2009/2009/05/18/01024-20090518ARTFIG00412-europeennes-le-clip-outil-de-base-des-partis-sur-le-web-.php
NEWSLETTER CB NEWS – 13 MAI 2009 - PRECISION EN CHARGE DU LANCEMENT RP DU MENSUEL « L’EUROPEEN »

L’Européen, nouveau mensuel généraliste dédié aux citoyens de l’Europe, a confié à l'agence Précision son lancement presse. Ce magazine, lancé par Renaud de Chazournes, ex-rédacteur en chef de Courrier Cadres, et Michel Spengler, ex-secrétaire général du groupe Les Echos, et son site Internet www.leuropeen-web.eu, permettent de "découvrir et comparer les vies, les initiatives, les réussites et les passions de 500 millions de citoyens européens", explique l'agence. Il devrait sortir le 28 mai prochain. http://www.cbnews.fr/articles/conseils/precision-en-charge-du-lancement-rp-du-mensuel-l-europeen REGION ILE-DE-FRANCE
LES ECHOS – 18 MAI 2009 - L'ILE-DE-FRANCE POURRAIT FAIRE PAYER LES AUTOMOBILISTES POUR FINANCER SES
TRANSPORTS

La révision du plan de déplacements urbains d'Ile-de-France - qui doit être voté à l'automne 2010 - entre dans une phase active. Selon le Conseil économique et social de la région, seule la remise à plat des financements et de la politique urbaine permettra d'atteindre les objectifs environnementaux recherchés. Augmenter fortement le prix du stationnement sur voirie et des amendes pour financer les transports collectifs, réduire le nombre de places de parking privées, réserver certaines voies à des déplacements d'intérêt général, expérimenter le péage en zone dense, renforcer l'intégration des taxis dans le dispositif de transports collectifs... telles sont les propositions choc du Conseil économique et social de la région Ile-de-France (CESR) pour limiter l'impact des transports sur l'environnement en région parisienne. L'institution, qui réitère son souhait de voir se développer les circulations douces, essentiellement le vélo et la marche à pied, n'oublie pas non plus les transports de marchandises. Elle rappelle qu'il est indispensable de préserver les emprises ferroviaires au coeur des villes - souvent convoitées pour des aménagements urbains - et d'harmoniser les réglementations sur les livraisons en région parisienne afin de rationaliser les tournées, qui devraient se faire avec des véhicules plus gros, moins polluants et moins consommateurs d'espace que les petites camionnettes. A l'heure où le gouvernement fait aller le Grand Paris jusqu'au Havre, le CESR souhaite que soit enfin réglée la question du transfert direct des conteneurs sur barges dans le port normand afin de limiter le nombre de tractions routières. Ces propositions sont destinées à alimenter le débat sur la révision du plan de déplacements urbains d'Ile-deFrance (PDUIF) sous l'égide du Syndicat des transports de la région (STIF). Fixant les grandes orientations de la politique transports de la région à l'horizon 2020, il doit être voté à l'automne 2010 mais ne porte pas sur les infrastructures, qui sont du ressort du schéma directeur régional (SDRIF). Compétance élargies pour le STIF Sa précédente mouture, en 2000, n'a eu que peu d'effets, notamment en matière de réduction du trafic automobile, qui a continué à augmenter. Le CESR explique cette situation par un manque de moyens financiers et par le fait que les collectivités locales n'ont pas toutes intégré, loin s'en faut, le PDUIF dans leurs plans locaux de déplacements et leurs plans d'occupation des sols.

FJ - 76

Aussi, préconise-t-il d'élargir les compétences du STIF pour lui permettre de gérer efficacement toutes les composantes des déplacements (voyageurs et fret) et de garantir une vraie cohérence des systèmes de transports collectifs à l'échelle de la région. En revanche, le CESR, qui souhaite que les entreprises vertueuses qui réduisent leurs besoins de déplacements bénéficient d'une réduction du versement transport, n'est pas parvenu à trouver le moyen de financer ce type de politique incitative car le système ne peut pas supporter une baisse de recettes. Difficile, en effet, de l'augmenter pour les entreprises les moins performantes : il est déjà au maximum et ce serait risquer de taxer l'emploi. DOMINIQUE MALÉCOT http://www.lesechos.fr/journal20090518/lec1_collectivites_locales/4865251.htm?xtor=EPR-1000

FJ - 77

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful