P. 1
Analyse Du Paysage

Analyse Du Paysage

|Views: 4|Likes:
Published by Fateh ßenouhiba

More info:

Published by: Fateh ßenouhiba on Aug 06, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/06/2013

pdf

text

original

Analyse du paysage

1. Etat du paysage 2. Analyse du noyau urbain : croissance 3. Analyse du noyau urbain : trames, morphologie, voiries 4. Typologie de l’habitat

Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007

et super-structures Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 . ⇒ Ce sont au contraire les éléments bâtis qui viennent se disposer dans les infrastructures formelles que constituent la voirie et le parcellaire ⇒ Autonomie relative entre infra.LIRE Principes de lecture • La forme de la ville se compose de deux éléments « structures » : – La trace au sol des occupations urbaines (voies et parcelles) : « infrastructures » – Les éléments eux-mêmes d’occupation du sol. et en négatif les vides laissés entre les constructions. éventuellement les plantations ou autres : « super-structures » ⇒ Distinction fondamentale : la trace au sol des occupations urbaines (la voirie et le parcellaire) n’est pas la projection passive des éléments d’occupation de l’assiette de la ville (le bâti).

puis recomposer pour étudier leurs relations spécifiques – Décomposition entre ou à l’intérieur des infra.et les super-structures pour mieux comprendre leurs articulations • C’est le principe de l’analyse morphologique : – Décomposer en éléments pour les étudier en eux-mêmes. dans leur cohérence propre.LIRE Principes de lecture • Il est donc possible de distinguer les infra.et super-structures ⇒deux niveaux de lecture : un niveau se lit en lui-même (logique interne) et en relation avec les autres niveaux (raison d’être) Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 .

LIRE Les « structures » de la forme urbaine • Les infrastructures – Le site – La trame viaire – La trame parcellaire • Les superstructures – Le bâti – Les espaces libres Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 .

son dynamisme – Le rapport topologique entre deux places décrit leurs positions relatives: leur éloignement. décrit les dimensions des espaces et leurs proportions les uns par raport aux autres.LIRE Outils de lecture • Trois critères – Leur topologie : décrit les caractéristiques ou dispositions internes des espaces ainsi que les positions et liaisons de ces espaces les uns par rapport aux autres – Leur géométrie : décrit les figures géométriques que dessinnent les espaces et leurs directions les uns par rapport aux autres – Leur dimensionnement . les possibilités de liaison entre deux places (circulation) Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 . leur contiguité ou leur inclusion. • Exemples : – La topologie d’une place urbaine : décrit sa fluidité. leur proximité. ou ensemble de dimensions. son statisme.

– Les rapports géométriques entre places concernent l’obéissance ou la désobéissance de leurs axes respectifs (axes alignés. parallèles.…) Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 . organique) et l’existence de directions liées à la géométrie de la place. angle aigus ou obtus.LIRE Outils de lecture – La géométrie d’une place décrit sa figure (simple. perpendiculaires. complexe.

la différenciation des lieux (site concave / convexe) – Actuellement.LIRE Les infrastructures • Le site urbain – Importance au niveau du choix de l’implantation d’une ville. Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 . affranchissement des contraintes de sites ⇒ perte des potentialités inhérentes aux contraintes. d’un quartier ou d’un ensemble de bâtiments – Implication sur la forme urbaine (ex: tracé d’une rue sur une ligne de crête.…) – Implication sur la qualification des espaces (ville basse / ville haute). le repérage.

absence de hiérarchie. utilisé de façon dissuasive • Système réticulé (en filet de maille) : le plus répandu. arborescence des villes « arabo-musulmanes ») Rare car le plus souvent. les rues de raccordement font tendre ces systèmes vers des systèmes réticulés • Système en boucle : système linéaire qui retourne à son point de départ.LIRE Les infrastructures • La trame viaire – Constitue un réseau continu – Différenciation en fonction de la façon dont s’opèrent les continuités : • Système linéaire (ex: village-rue) • Système arborescent : prolifération d’embranchement à partir d’un tronc linéaire (ex : lotissement moderne. plusieurs parcours possibles ⇒ Le plus souvent. rare à l’état pur puisqu’il se mélange souvent avec le système arborescent. juxtaposition et imbrication de différents systèmes mais outils d’analyse et de composition Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 .

obéissant ou pas à la voirie.LIRE Les infrastructures • La trame parcellaire – A une cohérence propre et un rôle structural fondamental dans l’organisation de la forme urbaine...) intervient dans la définition volumétrique et architecturale de l’espace public Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 . donc de l’espace public – Trame continue (public / privé) – A l’origine : le mode de division est soit le résultat d’un lotissement soit de la division progressive d’un parcellaire rural – Le parcellaire évolue mais l’organisation originelle persiste (génératrices) – Les caractéristiques du parcellaire (étroit / large.

qualité architecturale. le plein urbain – Trois types • Le type ponctuel : le bâtiment isolé – Attire ou écarte les circulations. mise en valeur • Le type linéaire : continuité du bâti dans une seule direction (ex: bande de bâtiments mitoyens le long d’une rue) – Sépare et accompagne l’espace public • Le type planaire : vaste masse bâtie interrompue par des cours ou jardins – Englobe le dedans des îlots ou rejette le dehors des îlots par son caractère massif et fermé Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 .LIRE Les superstructures • Le bâti – Constitue un ensemble cohérent.

places.LIRE Les superstructures • Les espaces libres – C’est le vide urbain public (rues. jardins. une place est donc le résultat d’une dialectique plein / vide • Deux types de places – Vide actif / plein passif : place au tracé géométrique – Vide passif / plein actif : place au tracé résiduel Anne-Françoise Marique et Jacques Teller • 04/10/2007 .…) – Place = élément le plus spécifique • Définie par son tracé et les masses bâties qui la limitent.…) et privés (cours.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->