P. 1
La nutrition à Madagascar : les réalisations du PNAN II au cours de l’année 2012 (ONN - 2013)

La nutrition à Madagascar : les réalisations du PNAN II au cours de l’année 2012 (ONN - 2013)

|Views: 704|Likes:
Published by HayZara Madagascar
Entre 1992 et 2011, la prévalence de la malnutrition chronique est passée de 56% à 53,2%, un niveau très élevé. Celle de la malnutrition aiguë est passée de 12% à 5,5%, tandis que celle de l’insuffisance pondérale est passée de 47% à 34% chez les enfants de moins de 5 ans (EDS 1992 et Enquête Nutritionnelle Nationale 2011). Cette situation a engendrée en 2012, 1300000 d’enfants
malgaches de moins de 5ans souffrant de malnutrition chronique ou ont un retard de croissance. Face à cette réalité, Madagascar s’est engagé à réduire la malnutrition chronique. Depuis 09 Mars 2012, Madagascar est intégré dans le mouvement Scaling Up Nutrition (SUN).
Entre 1992 et 2011, la prévalence de la malnutrition chronique est passée de 56% à 53,2%, un niveau très élevé. Celle de la malnutrition aiguë est passée de 12% à 5,5%, tandis que celle de l’insuffisance pondérale est passée de 47% à 34% chez les enfants de moins de 5 ans (EDS 1992 et Enquête Nutritionnelle Nationale 2011). Cette situation a engendrée en 2012, 1300000 d’enfants
malgaches de moins de 5ans souffrant de malnutrition chronique ou ont un retard de croissance. Face à cette réalité, Madagascar s’est engagé à réduire la malnutrition chronique. Depuis 09 Mars 2012, Madagascar est intégré dans le mouvement Scaling Up Nutrition (SUN).

More info:

Published by: HayZara Madagascar on Aug 07, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/14/2014

pdf

text

original

Situation du pays

Madagascar se situe dans le Sud-ouest de
l’Océan Indien. Elle est séparée du continent
africain par le canal du Mozambique. Classé au
4ème rang parmi les plus grandes îles du monde,
le pays s’étend sur une superficie de 587 041
km². De par sa situation, il figure parmi les pays
régulièrement exposés aux aléas naturels tels
que les cyclones, les inondations, les sécheresses
et les invasions acridiennes. Le pays connaît un
taux d'accroissement démographique annuel
de 2,8%. La population de Madagascar a été
estimée à 20 millions d'habitants en 2010, dont
78 % résidant en milieu rural. Sa population est
jeune: 48% de la population totale ont moins de
15 ans dont 15% entre 0 à 3 ans et 33% entre
3 à 14 ans.
D’après le rapport sur le développement humain
2013 du PNUD, Madagascar appartient aux pays
les moins avancés et les plus pauvres du monde. Il
se situe au 151ème rang sur les 187 pays, avec
un PIB de $421 en 2010 et un IDH de 0,483.
Plus de trois quart (77%) de la population vivent
en dessous du seuil de pauvreté, avec un taux
encore plus élevé à 82% en milieu rural. Depuis
2009, le pays est en situation d’instabilité politique, ayant favorisé la diminution de
40% des aides extérieures pour le développement. Cette crise combinée avec la crise
financière mondiale a plongé Madagascar dans une situation alarmante, incriminant
une baisse de 5% de PIB en 2009 et une baisse continue du PIB per capita.
La nutrition à Madagascar :
les réalisations du PNAN II au cours de l’année 2012
REPATITION REGIONALE DES
MALNUTRITIONS CHRONIQUES
SELON EDS 2008 -2009
Malnutrition chronique globale (%)
Plus de 70
60 - 70
50 - 60
40 - 50
30 - 40
20 - 30
10 - 20
La nutrition à Madagascar:
les réalisations du PNAN II au cours de l’année 2012
Entre 1992 et 2011, la prévalence de la
malnutrition chronique est passée de 56% à 53,2%,
un niveau très élevé. Celle de la malnutrition aiguë
est passée de 12% à 5,5%, tandis que celle de
l’insuffisance pondérale est passée de 47% à 34%
chez les enfants de moins de 5 ans (EDS 1992
et Enquête Nutritionnelle Nationale 2011). Cette
situation a engendrée en 2012, 1300000 d’enfants
malgaches de moins de 5ans souffrant de malnutrition chronique ou ont un retard de croissance.
Face à cette réalité, Madagascar s’est engagé à réduire la malnutrition chronique. Depuis 09 Mars
2012, Madagascar est intégré dans le mouvement Scaling Up Nutrition (SUN).
Les principaux enjeux du développement
1. Les conditions climatiques et leur impact sur le développement rural :
érosion et déforestation, changement des saisons culturales et
baisse de la production, moyens d’existence aléatoires
et insécurité alimentaire, aléas…;
2. La vulnérabilité due à l’absence de diversification économique ;
3. La croissance démographique élevée (2,8% par an) ;
4. Un vaste pays enclavé, augmentant les coûts de transport
et la difficulté d’accéder au service de base dans les régions très éloignées ;
5. Une faible capacité institutionnelle dans tous les secteurs.
Réalisation du PNAN II en 2012
La mise en œuvre du Plan National d’Action pour la Nutrition phase II, de 2012 à 2015, est effective
depuis l’année 2012 en vue d’atteindre les objectifs globaux : (i) réduire la prévalence de la malnutrition
chronique (Taille/Age< 2ET) de 50,1% à 42,8% chez les enfants de moins de 5 ans (ii) contribuer à
la réduction de la mortalité des enfants de moins de 5 ans de 72 pour 1000 naissances vivantes en
2008 à 56 en 2015.
Ci-après les résultats les plus saillants tirés du cadre commun des résultats du secteur nutrition sur
la mise en œuvre du PNAN II à titre de l’année 2012 :
Axe stratégique1 : La prévention de la malnutrition
A. Réalisation sur la prévention 2012 :
Indicateurs
Données de référence Objectifs
Réalisations
2012
Valeur Année 2015 2012
Taux d'insuffisance pondérale chez les enfants moins
de 5 ans au niveau des sites communautaires
19,70% 2011 19% 18,7%
Taux d'insuffisance pondérale chez les enfants moins
de 2 ans au niveau des sites communautaires
18,47% 2011 18% 18,50%
Nombre d'enfants âgés de 6 à 59 mois ayant reçu
une supplémentation en vitamine A durant la SSME
3 279 000 2011 3 464 152
Pourcentage des enfants de 12 à 59 mois
déparasités
95,00% 2011 95,00% 95% 95%
Pourcentage de femmes enceintes déparasités
(routine et SSME)
49,70% 2011 60% 45% 48%
Pourcentage d'enfants en age scolaire (6-14 ans)
déparasités
53,00% 2010 70% 57% 17%
Nombre d’écoles PNANS fonctionnelles 1670 2012 4730 2210 2218
Taux de desserte à l'eau potable 36,48 2004 65% 54,80% 47,00%
Taux d’utilisation de latrines 53% 2004 72,00% 70% 46%
Figure 1: Prévalence de la malnutrition chronique pour les enfants de moins de 5 ans suivant le standard OMS en 2006
La nutrition à Madagascar:
les réalisations du PNAN II au cours de l’année 2012
A.1 Liste des intervenants dans l’axe stratégique 1 :
MSANP, MINEAU, MEN, ADRA, GRET, SALOHI, SANTENET, SEECALINE, WASH DIORANO, PSI
A.2 Liste des partenaires techniques et ñnanciers :
UNICEF, USAID, BANQUE MONDIALE, OMS, UE
Axe stratégique 2 : La sécurité alimentaire et nutritionnelle des groupes
vulnérables
B. Réalisation sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle 2012 :
Indicateurs
Données de référence Objectifs
Réalisations
2012
Valeur Année 2015 2012
Nombre d’écoles ayant une cantine scolaire dans les
zones vulnérables
2 000 2011 4 000 2 500 1 377
Nombre de ménages ayant bénéficié des vivres ou
argent contre travail (VCT/ACT)
240 000 2011 960 000 240 000 47 162
Nombre de personnes vulnérables recevant un appui
alimentaire
45 800 275 583
Nombre d'élèves bénéficiant de ration dans les
cantines scolaires
463 343 2010-2011 970 000 605 000 296 136
Nombre des sites communautaires / Fokontany
adoptant de cultures maraîchères
407 4 810 1 805 120
B.1 Les intervenants sur l’axe stratégique 2 :
AD2M, ADRA, AFDI, AGRICORD, AGRISUD, WELTHUNGERHILFE (Ex.AGRO ACTION ALLEMANDE),
AJA, ALT, APDRA, AROPA, BDEM CRS, BEL AVENIR, BVLAC, BVPI, CAC, CRM, CRS, CSA, MINAGRI/
DRDR, MEN/DREN, MSANP/DRPAS, DRPOP, DURELL, FAFAFI, FFTA, FID, FITEA CRS, FONDATION
AGAKHAN, FTMM, GRET, LAND O LAKES, LMFB SOFABA, LOUVAIN DEVELOPPEMENT, ODDIT,
PAPRIZ, PDI, PIDV, PPRR, PROSPERER, PSASA, PSDR, PSN, RARIVATO, SAHA, SALOHI, SEECALINE,
THS, TIM, TOZZI GREEEN, UADEM, VAHATRA, VPM, VOZAMA
B.2 Liste des partenaires techniques et ñnanciers :
UNICEF, FAO, BANQUE MONDIALE, PAM, USAID, UE
Axe stratégique 3 : La prise en charge de la malnutrition
C. Réalisation sur la prise en charge de la malnutrition 2012 :
Indicateurs
Données de référence Objectifs
Réalisations
2012
Valeur Année 2015 2012
Nombre d'enfants atteints de la malnutrition aigüe
sévère pris en charge
14 672 2011 13 000 14 000 7 880
Nombre d'enfants atteints de la malnutrition modérée
pris en charge
4200 2011 4 862 4 200 3 694
Taux de guérison des malnutris aiguë sévère (dans
les CRENI/CRENAS)
64% 2011 75% 72% 59,1%
Taux de guérison des malnutris aigüe modéré (dans
les CRENAM)
59% 2011 70% 61% 88,6%
C.1 Les intervenants sur l’axe stratégique 3 :
MSANP, GRET, MIRAY, AVOTRA, SIF, SAF/FJKM, AMF, ACF
C.2 Liste des partenaires techniques et ñnanciers :
UNICEF, OMS
La nutrition à Madagascar:
les réalisations du PNAN II au cours de l’année 2012
Axe stratégique 4 : Urgences, réhabilitation pour la réduction de risque
de la malnutrition
D. Réalisation sur l’urgence, réhabilitation pour la réduction de risque
de la malnutrition 2012 :
Indicateurs
Données de référence Objectifs
Réalisations
2012
Valeur Année 2015 2012
Nombre de ménages bénéficiant d’un appui
alimentaire en cas d'urgence
ND 96 000 24 000 106 149
Nombre de ménages ayant bénéficié de travaux
HIMO (VCT/ACT) en cas d'urgence
240 000 2011 960 000 240 000 53 320
D.1 Les intervenants sur l’axe stratégique 4 :
MINAGRI/DRDR, MINEAU/DREAU, MSANP/DRSP, MEN/DREN, WHH/AAA, AD2M, ADRA,
BDEM CRS, CARE, CARITAS, BNGRC/CRGRC, CRM, CRS, FITEA CRS, LAND O LAKES, LOUVAIN
DEVELOPPEMENT, ODDIT, PPRR, PRJ MAHEFA, PSRD, ONN/PSN, RARIVATO, RTM, SALOHI, SD
MAD, PNNC/SEECALINE, FID
D.2 Liste des partenaires techniques et ñnanciers :
PAM, FAO, USAID, UNICEF, OMS, UE
Opportunités
ƒ
Mise à disposition d’un plan chiffré. Ce plan regroupe les interventions
nutritionnelles spécifiques, les groupes de populations cibles et les
informations sur la couverture attendue de chaque intervention et le
degré de disponibilité de fonds nécessaires.
ƒ
Reconnaissance nationale de la lutte contre la Malnutrition comme
action prioritaire,
ƒ
Existence de plate-forme de partage d’informations à tous les niveaux,
ƒ
Disponibilité de structure Sanitaire et existence d’un réseau
communautaire => pour la meilleure couverture des activités de nutrition,
ƒ
Ancrage au sein de la PRIMATURE de l’Office National de Nutrition (ONN)
désigné pour assurer la coordination multisectorielle et multi-acteurs
et le suivi de la mise en œuvre du PNAN,
ƒ
L’implication de toutes les parties prenantes (Ministères Techniques,
Système des Nations Unies, les OSC nationales et internationales, les
secteurs privés et les donateurs et les académiciens);
ƒ
L’alignement des actions sur les formules innovantes : SUN (Scaling
Up Nutrition) en nutrition spécifique et sensitive;
ƒ
Adhésion de Madagascar au mouvement SUN en Mars 2012,
ƒ
Collaboration des Parties Prenantes avec le Ministère de la Santé
pour la réalisation des actions de 1000 jours;
ƒ
Collaboration étroite avec tous les ministères sectoriels dans la
cadre de la lutte contre la malnutrition.
Déñs et Perspectives
ƒ
Mise à l’échelle des 27 interventions du PNAN II,
ƒ
Amélioration de la collecte et de l’analyse des données nutritionnelles,
ƒ
Renforcement de la décentralisation des actions en nutrition
(pour l’ONN et pour le Ministère de la Santé).
ƒ
Intégration des actions de nutrition dans le programme de développement
dans une optique de planification intégrée et ascendante,
ƒ
Ancrage de la multisectorialité de la nutrition au sein de tous les
ministères techniques
ƒ
Renforcement de la lutte contre la malnutrition chronique par
les acteurs clés du terrain.
ƒ
Renforcement de capacité en planification, en coordination
multisectoriel et multi-acteurs pour l’Office National de Nutrition.
ƒ
Amélioration de la mobilisation des ressources nationales et
internationales
ƒ
Le plaidoyer relatif à la communication institutionnelle au niveau
des décideurs et PTF (élaboration de plan de communication et de
plaidoyer)
ƒ
Le suivi et évaluation des exécutions du PNAN réalisées à tous
les niveaux.
ƒ
Avoir une culture des résultats sur toutes les actions entreprises
par une mise en application effective du dispositif de suivi évaluation à
toux les niveaux et agir de manière efficace en faveur de l’opportunité.
ƒ
La mise en place d’une veille nutritionnelle effective et efficiente.
Conclusion
Les évènements survenus en 2012 ont mis en relief à quel point il est
important de redoubler l’effort pour atteindre les objectifs fixés dans
la Politique Nationale de Nutrition, ainsi que les objectifs des OMD,
de renforcer la synergie, l’harmonisation des activités qu’existent au
pays en faveur de la nutrition. L’année 2012 a été marquée par de
nouveaux défis à relever et par la recherche de solutions aux problèmes
existants. C’est ainsi que le PNAN II et l’intégration de Madagascar
dans le mouvement SUN International ont pu se faire.
La malnutrition est une question complexe qui doit être abordée par
une approche intégrée et multisectorielle.
LE CONSENSUS DE COPENHAGUE
Le panel d’experts et d’économistes présent au Consensus de Copenhague en 2012, estime qu’un investissement de 100 USD par enfant
sur un paquet d’interventions simples (Distribution de micronutriments et d’aliments de compléments, traitement anti parasitaires et
contre les maladies diarrhéiques, combiné avec des activités de changement de comportement) permettrait de réduire la malnutrition de
36% dans les pays en développement, chaque dollar dépensé dans la réduction de la malnutrition en ferait gagner 30.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->