P. 1
f 14577655

f 14577655

|Views: 2|Likes:
Published by SCRIBD CONTACT

More info:

Published by: SCRIBD CONTACT on Aug 08, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/08/2013

pdf

text

original

© 2008 - Gérard Lavau - http://pagesperso-orange.fr/lavau/index.

htm Vous avez toute liberté pour télécharger, imprimer, photocopier ce cours et le diffuser gratuitement. Toute diffusion à titre onéreux ou utilisation commerciale est interdite sans accord de l'auteur. Si vous êtes le gestionnaire d'un site sur Internet, vous avez le droit de créer un lien de votre site vers mon site, à condition que ce lien soit accessible librement et gratuitement. Vous ne pouvez pas télécharger les fichiers de mon site pour les installer sur le vôtre.

FONCTIONS USUELLES
PLAN I : Fonctions exponentielles 1) Exponentielles et logarithmes 2) Fonctions trigonométriques hyperboliques 3) Réciproques des fonctions hyperboliques II : Fonctions circulaires 1) Fonctions trigonométriques 2) Réciproque des fonctions trigonométriques Annexe : trigonométrie I : Fonctions exponentielles 1– Exponentielles et logarithmes 1 u ln(x) est la primitive de définie sur ]0, +∞[ et s'annulant en x = 1. Autrement dit : x x 1 ln(x) = ⌠  t dt ⌡
1

1 Sa dérivée étant strictement positive, ln est donc strictement croissante. La dérivée de ln(ax) valant x a 1 = , ln(ax) est égal à ln(x) + Cte. La valeur de Cte est obtenue en prenant x = 1, ce qui donne la ax x relation célèbre : ln(ax) = ln(x) + ln(a) Cette relation, transformant produit en somme, a permis, depuis le XVIIème et jusqu'à l'introduction des calculatrices à bas prix vers 1980 à accélérer notablement les possibilités de calcul des mathématiciens. Ainsi Laplace s'émerveille-t-il "des logarithmes, admirable instrument, qui, en réduisant à quelques heures le travail de plusieurs mois, double si l'on peut dire la vie des astronomes, et leur épargne les erreurs et les dégoûts inséparables des longs calculs". En prenant 1 a = , on obtient : x 1 ln( ) = – ln(x) x Etant strictement croissante, ou bien lim ln(x) = +∞ ou bien lim ln(x) = l limite finie. x → +∞ x → +∞ Comme, pour n entier, ln(2n) = nln(2) (récurrence facile) et que cette quantité tend vers +∞ quand n tend vers +∞, la seule conclusion possible est : lim ln(x) = +∞ x → +∞ -1-

× a = an On a alors ln(ab) = b ln(a). e vaut environ 2.Et donc. Sa réciproque est l'exponentielle : t = ln(x) ⇔ x = et e 1 Le nombre e est tel que 1 = ln(e) soit ⌠  t dt = 1. voire même log. × eln(a) = a × a × . + ln(a) avec n exposant ln(a) = eln(a) × eln(a) × . On a enfin. Cette définition est compatible avec le calcul des puissances de a. on a : eln(a)n = eln(a) + ln(a) + .. pour lequel a = 10. et que l'on note souvent log10. u Un certain nombre de limites usuelles doivent être connues : ln(x) ln(x) (i) lim = 0 et plus généralement lim a = 0 pour tout a > 0 x → +∞ x x → +∞ x (ii) lim xln(x) = 0 et plus généralement lim xaln(x) = 0 x→0 x→0 x e ex (iii) lim = +∞ et plus généralement lim a = +∞ pour tout a > 0 x → +∞ x x → +∞ x -2- .. puisque. ⌡1 Les limites relatives à ln se traduisent pour l'exponentielle de la façon suivante : lim ex = +∞ x → +∞ lim ex = 0 x → –∞ La règle de dérivation d'une fonction réciproque (cf le chapitre Dérivation dans le fichier DERIVEE. on posera ab = eln(a)b. et v une fonction quelconque. +∞[. et également (ex)y = exy obtenu en prenant a = ex et b = y dans la formule donnant ab.. Le logarithme le plus ln(a) utilisé en dehors du logarithme en base e (dit népérien) est le logarithme décimal.. on a : u(x)v(x) = ev(x) ln(u(x)) La deuxième forme peut servir à dériver la fonction ou à en calculer les limites.. pour a > 0 et différent de 1 : ln(x) x = at ⇔ x = eln(a)t ⇔ ln(x) = ln(a)t ⇔ t = ln(a) ln(x) at est l'exponentielle de t en base a et est le logarithme de x en base a. en considérant 1 : x lim ln(x) = –∞ x→0 ln réalise donc une bijection de ]0.PDF) conduit à : (ex)' = ex x+y x y On a également e = e e puisqu'en prenant les logarithmes des deux membres.. Si u est une fonction strictement positive.71828. pour n entier.. +∞[ sur ]–∞. on obtient : ln(ex+y) = x + y alors que : ln(ex ey) = ln(ex) + ln(ey) = x + y u Pour tout a strictement positif et b..

Elle admet donc une limite l positive ou nulle ln(y) en +∞. ch est pair et strictement positif. soit : y ln(x2) =l lim 2 x → +∞ x 2ln(x) ⇒ lim =l 2 x → +∞ x ln(x) 1 ⇒ lim 2 × × =l x x x → +∞ ⇒ 2×l×0=l ⇒ l=0 (iii) Toutes les autres limites s'en déduisent. et du signe de x. on obtient : ln(1/x) 0 = lim = lim – xln(x) ⇒ lim xln(x) = 0 x → 0 1/x x→0 x→0 En remplaçant x par xa. x → +∞ x (iv) Remplacer x par –x dans (iii).lim xex = 0 et plus généralement lim xaex = 0 pour tout a > 0 x → –∞ x → –∞ ln(x) 1 – ln(x) Montrons (i). En remplaçant x par xa. f admet pour dérivée f '(x) = qui est négative pour x > e. on obtient : ln(xa) aln(x) ln(x) 0 = lim = lim ⇒ lim a a a = 0 x x x → +∞ x → +∞ x → +∞ x (ii) En changeant dans (i) x en 1/x avec x tendant vers 0. +∞[. -3- . Cette limite est aussi celle de avec y = x2. 2– Fonctions trigonométriques hyperboliques a) sh(x) et ch(x) : On pose : ex – e–x –– 2 (sinus hyperbolique) sh(x) = ex + e–x 2 (cosinus hyperbolique) ch(x) = On vérifie facilement que : ex = sh(x) + ch(x) sh est impair. on obtient lim xaln(x) = 0 x→0 x ex (iii) En changeant dans (i) x par ex. En élevant à la x = 0 ou x → +∞ e x → +∞ x eax eax a puissance a. en x a x x → +∞ x → +∞ ex remplaçant ax par x. on obtient lim lim = +∞.+∞[.0] et croissant sur [0. ch' = sh donc ch est décroissant sur ]–∞. x x2 donc f est décroissante strictement positive sur [e. on obtient lim = + ∞ ⇒ lim a a a = +∞ en divisant par a et enfin. (sh et ch sont respectivement la partie paire et impaire de l'exponentielle) sh' = ch donc sh est strictement croissante. Soit f(x) = . on obtient bien lim a = +∞.

Le paramétrage  y = sh(t) permet de décrire la branche d'abscisse positive de l'hyperbole x2 – y2 = 1. ch(x) ∼ 1 au voisinage de 0. 1 th'(x) = 2 = 1 – th2(x) > 0 donc th est strictement croissante. f ∼ g au voisinage de x0 signifie que lim = 1) g x → x0 (x) sh(x) ∼ x au voisinage de 0 (car sh'0 = 1). donnant une comparaison des formules de trigonométries  x = ch(t) circulaire et hyperbolique. en particulier : ch2(t) – sh2(t) = 1 On consultera sur ce point l'annexe.PDF. y ch sh o x b) th(x) : th(x) = On a : th est impaire. 2 (La notation ∼ est définie dans le chapitre Limites et Continuité qu'on trouvera dans le fichier f(x) LIMITES.ex au voisinage de +∞. ch (x) lim th(x) = 1 et lim th(x) = –1 x→+∞ x→–∞ -4sh(x) ex – e–x e2x – 1 = = (tangente hyperbolique) ch(x) ex + e–x e2x + 1 . x2 x ch(x) – 1 ∼ car on vérifiera que ch(x) – 1 = 2 sh2( ) 2 2 sh(x) ∼ ch(x) ∼ Il existe des formules de trigonométries hyperboliques.

Cette fonction admet donc une réciproque. qu'on peut calculer explicitement : ey – e–y y = argsh(x) ⇔ x = shy = 2 D'où : e2y – 2. mais la seule racine supérieure ou égale à 1 est x + x2–1 .ey. x +1 b) argch(x) : ch est continue strictement monotone de [0.th(x) ∼ x au voisinage de 0 (car th'(0) = 1).+∞[. On a donc : -5    ¡ ¡ . notée argch(x). ey + e–y y = argch(x) ⇔ x = chy = et y ≥ 0 2 D'où : e2y – 2.+∞[ sur [1.ey. y th o x 3– Réciproques des fonctions hyperboliques a) argsh(x) : sh est continue strictement monotone de sur .x – 1 = 0 ⇒ ey = x ± x2+1 La seule racine positive est x + x2+1 . Cette fonction admet donc une réciproque. On a donc : y = argsh(x) = ln(x + x2+1) 1 On vérifiera que sa dérivée vaut 2 . notée argsh(x) (pour argument du sinus hyperbolique).x + 1 = 0 ⇒ ey = x ± x2–1 Les deux racines sont positives.

x –1 c) argth(x) : th est continue strictement monotone de sur ]–1. Apprenez les formules trigonométriques situées en fin de ce chapitre .1] est continue strictement monotone. il peut être parfois utile d'étendre cette fonction à l'intervalle ]–∞. Eksassôte ! Ah oui ! un bon conseil également.1} en considérant ln 2 1–x II : Fonctions circulaires 1– fonctions trigonométriques J'ose espérer que personne d'entre vous n'ignore ce que sont les fonctions sinus. 1 Sa dérivée vaut 2 .–1] en considérant ln x + x2–1 . Elle admet donc une réciproque notée argth(x) : y = argth(x) ⇔ x = thy ¢ ¢ D'où : e2y–1 =x e2y+1 x+1 e2y = 1–x 1 x+1 y = argth(x) = ln .y = argch(x) = ln(x + x2–1) En fait. cosinus et tangente ! Savez-vous au moins les tracer sans la calculatrice ? Non ? Eh bien au travail.1[. π] et x = sin(θ) 2 2 (On fera un rapprochement dans la formulation avec l'équivalence : y = x ⇔ y ≥ 0 et x = y2) -6- . ¤ 2– Réciproque des fonctions trigonométriques a) arcsin : sin : [– π. 2 1–x £ £ ⇒ ⇒ Il est parfois utile d'étendre cette fonction à Sa dérivée vaut 1 1–x2 1 x+1 – {–1. Elle admet donc une réciproque notée 2 2 arcsin. dont on vérifiera en exercice qu'elle est impaire. π] → [–1. Prenez une feuille et tracez les trois fonctions. On a donc : θ = arcsin(x) ⇔ θ ∈ [– π.

arcsin(sin(θ)) = θ MAIS cette dernière relation est fausse si θ appartient à un autre intervalle. y2 = y cos(arcsin(x)) = 1–x2 car cos est positif sur [– π. ( x)2 = x EXEMPLE : arcsin[sin(3π/4)] = arcsin( ¥ ¥ ∀y∈ ¦ + ¦ . sin(arcsin(x)) = x ∀ θ ∈ [–π/2. 2 π )= 2 4 (On fera un rapprochement dans la formulation des relations précédentes avec : ∀ x ∈ +. La dérivée d'arcsin(x) est y arcsinus sinus o x -7- . π].π/2].PDF) pour 1–x2 savoir comment dériver la réciproque d'une fonction.1]. et dans ce cas. cos(θ) = 1–sin2(θ) 2 2 1 (voir le chapitre Dérivation dans le fichier DERIVEE. y2 = y § § MAIS pour y quelconque dans . impaire : arcsin(–x) = – arcsin(x) ∀ x ∈ [–1.Voici un tableau de valeurs : x –1 3 2 – – 2 2 arcsin(x) –π –π –π 2 3 4 – 1 2 0 0 1 2 π 6 –π 6 2 2 π 4 3 2 π 3 1 π 2 sinθ θ arcsin est strictement croissante.

b) arccos : cos : [0. θ = arcsin(x) ⇔ θ ∈ [– π. 1]. π]. π] et x = cosθ Voici un tableau de valeurs : x –1 3 2 – – 2 2 arccos(x) π 5π 3π 6 4 cosθ θ – 1 2 0 π 2 1 2 π 3 2π 3 2 2 π 4 3 2 π 6 1 0 arccos est strictement décroissante : arccos(–x) = π – arccos(x) En effet. cos(arccos(x)) = x ∀ θ ∈ [0. sin(θ) = 1–cos2(θ) arcsin(x) + arccos(x) = π 2 En effet. 2 π EXEMPLE : arccos[cos(– π)] = arccos( ) = 2 4 4 sin(arccos(x)) = 1–x2 car sin est positif sur [0. 1] est continue strictement monotone. On a donc : θ = arccos(x) ⇔ θ ∈ [0. et dans ce cas. π] ⇔ π–θ = arccos(x) ∀ x ∈ [–1.π] 2 2 π ⇔ – θ = arccos(x) 2 La dérivée de arccos(x) est – 1 1–x2 -8- .π]. Elle admet donc une réciproque notée arccos. arccos(cosθ) = θ MAIS cette dernière relation est fausse si θ appartient à un autre intervalle. π] ⇔ x = –cos(θ) = cos(π–θ) et π–θ ∈ [0. π] → [–1. θ = arccos(–x) ⇔ –x = cos(θ) et θ ∈ [0. π] et sin(θ) = x 2 2 π π ⇔ x = cos( – θ) et – θ ∈ [0.

Elle admet donc une réciproque notée arctan. impaire : arctan(–x) = – arctan(x) ∀ x ∈ .π/2[. π[ → 2 2 On a donc : ¨ ¨ est continue strictement monotone. © © Exemple : arctan[tan(3π/4)] = arctan(–1) = – π 4 cos(arctan(x)) = 1 1+x2 -9- . arctan(tan(θ)) = θ MAIS cette dernière relation est fausse si θ appartient à un autre intervalle.y arccosinus o cosinus x c) arctan : tan : ]– π. tan(arctan(x)) = x ∀ θ ∈ ]–π/2. π[ et x = tan(θ) 2 2 Voici un tableau de valeurs : x –∞ – 3 arctan(x) –π 2 –π 3 –1 –π 4 – 1 3 –π 6 0 0 1 3 π 6 1 π 4 3 π 3 +∞ π 2 tanθ θ arctan est strictement croissante. θ = arctan(x) ⇔ θ ∈ ]– π.

1+x2 y tan arctan o x . [ 2 2 2 tan(θ) π ⇔ – θ = arctan(x) 2 1 La dérivée d'arctan(x) est . il suffit de le montrer pour x > 0.1 π car cos est positif sur [– . on a : 1 1 π θ = arctan( ) ⇔ = tan(θ) et θ ∈ ]0. π]. [ x 2 x 1 π π π ⇔x= = tan( – θ) et – θ ∈ ]0.10 - . et dans ce cas. cos(θ) = 2 2 1+tan2(θ) x sin(arctan(x)) = 1+x2 1 π arctan(x) + arctan( ) = sgn(x) où sgn(x) = 1 si x > 0 x 2 = –1 si x < 0 Les deux membres étant des fonctions impaires de x. Dans ce cas.

11 - .Annexe : trigonométrie cos(x) = eix + e–ix 2 ix e – e–ix sin(x) = 2i sin(x) tan(x) = cos(x) ch(x) = ex + e–x 2 x e – e–x sh(x) = 2 sh(x) th(x) = ch(x) FORMULES cos (x) + sin (x) = 1 cos(a+b) = cos(a) cos(b) – sin(a) sin(b) cos(a–b) = cos(a) cos(b) + sin(a) sin(b) cos(2x) = cos2(x) – sin2(x) 1 + cos(2x) cos2(x) = 2 sin(a+b) = sin(a) cos(b) + cos(a) sin(b) sin(a–b) = sin(a) cos(b) – cos(a) sin(b) sin(2x) = 2 sin(x) cos(x) 1 – cos(2x) sin2(x) = 2 tan(a) + tan(b) tan(a + b) = 1 – tan(a) tan(b) tan(a) – tan(b) tan(a – b) = 1 + tan(a) tan(b) 2 tan(x) tan(2x) = 1 – tan2(x) 1 cos(a) cos(b) = [cos(a + b) + cos(a – b)] 2 1 sin(a) sin(b) = – [cos(a + b) – cos(a – b)] 2 1 sin(a) cos(b) = [sin(a + b) + sin(a – b)] 2 p+q p–q cos(p) + cos(q) = 2 cos cos 2 2 p+q p–q cos(p) – cos(q) = – 2 sin sin 2 2 p+q p–q sin(p) + sin(q) = 2 sin cos 2 2 x pour t = tan( ) 2 2t sin(x) = 1 + t2 1 – t2 cos(x) = 1 + t2 2t tan(x) = 1 – t2 2 2 ch2(x) – sh2(x) = 1 ch(a+b) = ch(a) ch(b) + sh(a) sh(b) ch(a–b) = ch(a) ch(b) – sh(a) sh(b) ch(2x) = ch2(x) + sh2(x) 1 + ch(2x) ch2(x) = 2 sh(a+b) = sh(a) ch(b) + ch(a) sh(b) sh(a–b) = sh(a) ch(b) – ch(a) sh(b) sh(2x) = 2 sh(x) ch(x) ch(2x) – 1 sh2(x) = 2 th(a) + th(b) th(a + b) = 1 + th(a) th(b) th(a) – th(b) th(a – b) = 1 – th(a) th(b) 2 th(x) th(2x) = 1 + th2(x) 1 ch(a) ch(b) = [ch(a + b) + ch(a – b)] 2 1 sh(a) sh(b) = [ch(a + b) – ch(a – b)] 2 1 sh(a) ch(b) = [sh(a + b) + sh(a – b)] 2 p+q p–q ch(p) + ch(q) = 2 ch ch 2 2 p+q p–q ch(p) – ch(q) = 2 sh sh 2 2 p+q p–q sh(p) + sh(q) = 2 sh ch 2 2 x pour t = th( ) 2 2t sh(x) = 1 – t2 1 + t2 ch(x) = 1 – t2 2t th(x) = 1 + t2 .

12 - .DERIVEES cos'(x) = –sin(x) sin'(x) = cos(x) 1 tan'(x) = = 1 + tan2(x) cos2(x) ch'(x) = sh(x) sh'(x) = ch(x) 1 th'(x) = 2 = 1 – tan2(x) ch (x) PARAMETRAGES paramétrage de l'ellipse x = a cos(t) x y + =1 a2 b2 y = b sin(t) 2 2 paramétrage de l'hyperbole x = a ch(t) x2 y2 – =1 a2 b2 y = b sh(t) EQUIVALENTS au voisinage de 0 sin(x) ~ x cos(x) ~ 1 tan(x) ~ x 1 – cos(x) ∼ x 2 sh(x) ~ x ch(x) ~ 1 th(x) ~ x 2 ch(x) – 1 ∼ x 2 2 DEVELOPPEMENTS LIMITES au voisinage de 0 sin(x) = ∑ (–1)k k=0 n n x2k+1 + o(x2n+2) (2k+1)! x2k + o(x2n+1) (2k)! sh(x) = ∑ n n k=0 x2k+1 + o(x2n+2) (2k+1)! x2k + o(x2n+1) (2k)! cos(x) = ∑ (–1)k k=0 ch(x) = ∑ k=0 .

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->