P. 1
1095_em11082013

1095_em11082013

|Views: 1,217|Likes:
Published by elmoudjahid_dz

More info:

Published by: elmoudjahid_dz on Aug 10, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/12/2013

pdf

text

original

350.

000 candidats se présentent demain au concours des enseignants
EDUCATION NATIONALE
4 Choual 1434 - Dimanche 11 Août 2013 - N°14895 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

P. 3

ECHANGES COMMERCIAUX AU 1er SEMESTRE 2013

De nouvelles facilitations pour les usagers
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

DÉLIVRANCE DE DOCUMENTS FONCIERS

Les pays de l’UE principaux partenaires de l’Algérie P. 7
SÉCURITÉ AUX FRONTIÈRES

Renforcement du dispositif à Tébessa

G L’ANP resserre l’étau sur les groupes armés

P. 4

L’abject terrorisme des Ultras

ATTENTAT DE LA RUE DE THÈBES DU 10 AOUT 1956

En 1957, la Révolution algérienne avait indéniablement atteint son summum en milieu urbain. C’était la fameuse bataille d’Alger.
P. 4

La direction générale du Domaine national a annoncé de nouvelles facilitations au profit des usagers, portant sur la possibilité de télécharger par Internet les documents officiels utilisés par les rédacteurs d'actes et autres utilisateurs. P. 6

APRÈS UN MOIS DE JEÛNE, LA SAISON ESTIVALE REPREND

Les plages prises d’assaut

Slimani entame les entraînements
SPORTING DE LISBONNE
L’attaquant international, Islam Slimani, a effectué vendredi dernier sa première séance d’entraînement avec le Sporting Lisbonne (D1 portugaise de football), au lendemain de sa présentation officielle à la presse.
P. 30

Un nouveau président pour un nouveau départ

SECOND TOUR AUJOURD’HUI DE LA PRÉSIDENTIELLE AU MALI

P. 11

P. 5

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Mét éo

EL MOUDJAHID

NUAGEUX

M. Belkacem Sahli, secrétaire d’Etat chargé de la Communauté nationale à l’étranger, effectuera une visite de travail au port de Skikda demain dimanche 11 août à 11 h 30 pour accueillir les membres de la communauté nationale arrivant à bord du ferry Tassili, en provenance de Marseille.

Sahli à l’accueil des émigrés

LE 11 AOUT A 11H30 A SKIKDA

Université d’été des cadres de la RASD

MERCREDI 14 AOUT A 10H A BOUMERDÈS

LE SAMEDI 17 AOUT A 10H00 AU COA

AG élective de la FAHB

Au Nord, le temps sera partiellement nuageux, notamment sur les régions de l'Est avec localement quelques pluies. Les températures maximales varieront de 28°C/33°C avec localement des pics de 35°C vers les régions de l'Ouest. Les vents seront en général faibles. Sur les régions sud, le temps sera chaud et ensoleillé avec localement développement orageux vers l'extrême Sud et les massifs du Hoggar/Tassili. Les températures maximales varieront généralement de 36°C/40°C avec localement des pics de 45°C vers le Sahara central. Les vents seront faibles à modérés avec localement chasse-sable. Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (29°-18°), Annaba (28°-20°), Béchar (40°- 25°), Biskra (38°-24°), Constantine (29°14°), Djanet (37°-25°), Djelfa (33°-18°), Ghardaïa (37°-25°), Oran (31°-20°), Sétif (30°-13°), Tamanrasset (34°-26°), Tlemcen (32°-18°).

L’assemblée générale élective de la Fédération algérienne de handball (FAHB) se tiendra le samedi 17 août à 10h au Comité olympique algérien.

La cérémonie d’ouverture officielle de l’université d’été des cadres de la RASD aura lieu le mercredi 14 août à 10h00 à la salle de conférences INH de Boumerdès. La cérémonie sera présidée par M. Bachir Mustafa Sayed, membre du secrétariat national du Front Polisario, ministre d’Etat, conseiller du président de la RASD, en présence de M. Pierre Galand, sénateur honoraire belge, président de la Coordination européenne de solidarité avec le peuple sahraoui (EUCOCO), des membres du gouvernement sahraoui et des cadres supérieurs du Front Polisario, du président et membres CNASPS, du wali, des autorités locales de Boumerdès et des représentants du corps diplomatiques accrédités en Algérie.

DU 11 AU 14 OCTOBRE AU CENTRE DES LOISIRS SCIENTIFIQUES
La 2e édition du Salon philatélique international d'Alger – Sphinteral 2013 – organisée sur le thème «La Santé ! Mieux vaut prévenir» se déroulera du 11 au 14 octobre au Centre des loisirs scientifiques 5, rue Didouche-Mourad.

2e édition du Sphinteral 2013

2e Salon international de l’industrie pharmaceutique en Afrique du Nord

DU 1er AU 3 OCTOBRE AU CENTRE DE CONVENTIONS D’ORAN

DU 23 AU 25 SEPTEMBRE AU PALAIS DE LA CULTURE MOUFDI-ZAKARIA

LE 4 SEPTEMBRE A 8H30 A L’HOTEL SOFITEL
La conférence IDC Clouds Computing & Datacenter aura lieu le 4 septembre 2013 à l'hôtel Sofitel d’Alger à partir de 8h30. Lors de cette conférence, des experts de la technologie Clouds et Datacenter IT vont présenter les défis récents des DSI dans l’organisation, l'élaboration et la gestion des services Clouds, les avantages des différentes catégories de Clouds - privé, public et partager quelques conseils d'experts.

Conférence de presse

10e édition du Salon Med-IT

L’Agence Sahel-Tours, en collaboration avec l’organisateur Meditheral, organise le 2e Salon international des fournisseurs de l’industrie pharmaceutique en Afrique du Nord qui se tiendra du 1er au 3 octobre au Centre de conventions d’Oran.

PRÉVU DU 28 OCTOBRE 2013 AU 31 JANVIER 2014
Après la réussite des cinq premières éditions, le palais de la culture Moufdi-Zakaria lance un appel à participation à la 6e édition du Salon d’automne prévu du 28 octobre 2013 au 31 janvier 2014 à tous les artistes peintres, sculpteurs et photographes, sous le patronage du Président de la République. Les artistes intéressés pourront s’inscrire en nous contactant par mail : salondautomne6@gmail.com. Date limite de clôture des inscriptions : 31 août 2013.

Appel à participation au 6e Salon d’automne

La 10 édition du Salon Med-IT, le Salon international des technologies de l’information, aura lieu du 23 au 25 septembre au palais de la culture Moufdi-Zakaria d’Alger, sous le haut patronage du ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication. MED-IT accueille chaque année plus de 5.000 visiteurs professionnels et 150 exposants, dont les principaux acteurs algériens du secteur des technologies de l’information ainsi que 30% d’entreprises étrangères.

e

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

Environ 350.000 candidats se présenteront à partir de demain au concours de recrutement d’enseignants dans les trois cycles primaire, moyen et secondaire. Organisé par l’Office National des Examens et Concours, ce concours vise l’octroi de 12.346 postes pour les trois paliers d’enseignement.

350.000 candidats se présentent demain au concours des enseignants
EDUCATION NATIONALE
jeté par la commission en charge des examens et des candidatures, pour non-compatibilité du diplôme déposé, ou absence de carte militaire. Pour plus d’objectivité, les candidats ont été invités à remplir des fiches de notation qui contiennent un certain nombre d’informations liées aux critères de sélection. Ces derniers se basent sur la conformité de la spécialité du diplôme avec les exigences du grade postulé, la formation complémentaire au diplôme exigé dans la même spécialité, les travaux et études réalisés par le candidat dans sa spécialité et la date d’obtention du diplôme, fiches qui sont notées sur 2 points chacun. Les diplômés des écoles nationales de formation supérieure bénéficient de 2 points de bonification, par contre, les majors de promotion gagnent un point de bonification. Cependant, la notation sur le cursus d’étude ou de formation et l’entretien avec le jury de sélection sont fixés à 3 points chacun. Pour ce qui est de l’expérience acquise par le candidat dans le même emploi ou dans un emploi équivalent, elle est calculée sur 6 points. Selon les responsables du secteur, le concours se déroulera dans une transparence totale et absolue.

Nation

3

C

ette initiative a été décidée suite à l’annonce par la Direction générale de la Fonction publique de l’ouverture de concours de recrutement au titre de l’exercice 2013 avec plus de 30.000 postes affectés aux ministères de l’Education nationale et de l’Intérieur. Ce concours concerne, entre autres, les licenciés qui pourront prétendre à un poste d’enseignant du cycle primaire. Pour ce cycle, les postes ouverts sont au nombre de 4.680 dont 3.757 pour les matières de langue arabe, 907 pour le français et 16 pour la langue amazighe. Par ailleurs, 3.113 postes dans 11 matières sont ouverts pour le cycle moyen auxquels peuvent prétendre les universitaires ayant obtenu une licence ou un diplôme d’études supérieures (DES). Le cycle secondaire compte, pour sa part, 4.553 nouveaux postes à pourvoir par les candidats disposant d’un diplôme d’ingénieur d’Etat, d’un master ou d’une licence. Dès l’annonce le 7 juillet de l’ouverture du concours de recrutement, les candidats ont commencé à déposer leurs candidatures au niveau des directions de l’Education à travers tout le territoire national. L’examen des dossiers de candidature a été pris en charge par des commissions spéciales et ce, conformément aux règles définies par la circulaire n° 07 du 28 avril 2011, définissant les critères de sélection aux concours sur la base du diplôme. Sur les 400.000 dossiers déposés, un nombre important a été re-

31. 931 titularisations approuvées par le MEN en 2011-2012
C’est la deuxième fois dans le cadre des réformes que le ministère de l’Education nationale organise un concours pour le recrutement

F

orce est de reconnaître que l’activité partisane a été durant le mois de ramadhan qui vient de s’achever très réduite. Hormis le FLN, dont la situation organique continue d’alimenter les colonnes de la presse depuis la départ de Belkhadem et la quête qui s’en est suivie d’un nouveau Secrétaire général, et à un degré moindre, quelques rares partis dont le RND, le MSP, le FFS ou le PT, la majorité des formations politiques a «hiberné» ou se sont offert des vacances. Ont-ils mis ce temps de repos à profit pour préparer la prochaine rentrée politique, d’autant que 2014 est pour la quasi- majorité des partis politiques celle de la tenue des congrès ? Il est permis de le croire. Ainsi, du côté du FLN, il est annoncé, voire espéré la tenue d’une réunion du Comité central dans les tout prochains jours. « Nous espérons qu'elle aura lieu après l'Aïd », avait ainsi indiqué Abada. D’autre part, il est annoncé une réunion du groupe parlementaire le 17 août pour préparer l'ouverture de la session d'automne du

Parlement qui doit intervenir début septembre prochain. Pour le RND, la rentrée aussi s’annonce chargée puisque le parti s’active à préparer son 4ème congrès national. La commission nationale préparatoire de ces assises est à pied d’œuvre depuis plusieurs mois. Dans un communiqué rendu public mercredi, elle a annoncé sa décision d'organiser en novembre prochain neuf congrès régionaux. Le Secrétaire général par intérim du RND et président de la commission nationale a souligné la nécessité d'entamer l'opération d'élection des commissions de wilaya en vue de leur installation le 7 septembre prochain, ladite opération devant être précédée le 3 septembre d'une réunion de coordination. Le bureau a, également, décidé de tenir une Assemblée générale de la commission nationale préparatoire du 4ème congrès les 18 et 19 septembre pour l'examen des avantprojets de résolutions avant leur présentation et enrichissement lors des congrès régionaux. C’est dire que du côté du RND l’agenda de la rentrée est déjà chargé. Le

Un agenda chargé
RENTRÉE POLITIQUE

d’enseignants avant la rentrée scolaire. Plus de 16.500 nouveaux postes ont été ouverts l’année précédente au profit de 5.697 professeurs d’enseignement primaire, 2.976 professeurs d’enseignement moyen et 7.848 professeurs d’enseignement secondaire qui ont bénéficié d’un cycle de formation afin de compléter leur cursus et atteindre un niveau équivalent à Bac+5. Pour l’année 2011-2012, le gouvernement a accordé le statut de permanent à 70% d’enseignants contractuels. En données chiffrées, on compte 31.931 titularisations approuvées par le ministère de l’Education nationale dont 26.621 contractuels qui ont été intégrés en mars 2011. 2.655 enseignants contractuels titulaires de diplômes cités dans l’instruction ministérielle, mais qui ne correspondent pas à la matière qu’ils exercent ont été également régularisés. Il s’agit de tous les ingénieurs, les diplômés en économie ou en langues qui y sont

intégrés de manière définitive, mais en respectant les normes et lois bien définies et applicables à tous les secteurs en matière de recrutement. Pour ce qui est des ingénieurs en électronique, mécanique, chimie, génie civil et génie des procédés, ils ont été recrutés en tant qu’enseignants de math ou de physique dans le moyen. Les licenciés en économie ont été orientés vers le primaire, alors que les licenciés en langues ont été affectés chacun selon sa spécialité. Il y a lieu de rappeler par ailleurs que l’année 2010 a vu une très forte participation aux épreuves du concours organisé par la Fonction publique. Près de 10.000 candidats y ont pris part. A travers ce concours destiné à examiner un nombre important de postulants, l’objectif recherché par la DGFP est le renforcement du corps enseignant de l’Éducation nationale et, par là même, relever le niveau général du système éducatif, particulièrement dans la corporation des éducateurs, tous

paliers confondus. Dans le lot des 10.000 candidats aux épreuves du concours de recrutement, on retrouve un total de 1.970 issus du corps des adjoints de l’éducation, outre les 5.000 instituteurs du cycle de l’enseignement primaire, dont plus de 3.600 pédagogues en langue arabe et 1.704 éducateurs en langue française. Le même concours de recrutement a touché également plus de 30 professeurs en langue amazighe. Grâce au recrutement de tous ces enseignants plus nombreux et mieux formés, les responsables du secteur de l’enseignement supérieur qui les forment et ceux du ministère de l’Education nationale qui les emploie veulent respecter l'engagement du Président de la République de placer la jeunesse au cœur de son quinquennat, car, comme il l’a martelé à maintes reprises, « les millions d'enfants scolarisés aujourd’hui représentent l’Algérie de demain ». Sarah SOFI

Parti des Travailleurs s’active également à la préparation de son 8ème congrès prévu fin novembre prochain. Ce rendez-vous était inscrit à l’ordre du jour de la réunion du secrétariat du bureau politique de cette formation réuni le 30 juillet dernier . Du côté du MSP dont le président, Abderrezak Mokri, n’aura pas vraiment chômé ce mois de ramadhan, le cap est déjà mis sur la présidentielle de 2014. C’est ce qu’il avait laissé entendre fin juillet dernier lors de son déplacement à Annaba. A cette occasion et devant les militants de son parti, il a considéré que les prochaines élections présidentielles en Algérie devraient constituer une "étape importante pour préserver la stabilité et l’unité du pays" et ce, même s’il a déclaré, que pour l’heure, le MSP donnait la priorité à une "profonde réforme politique dans le pays". Le FFS, qui avait mis en place un programme d’activité durant le mois sacré de ramadhan, a saisi cette opportunité pour tenir des réunions de travail dont celle de la mijuillet, encadrée par le premier secrétaire na-

tional, Ahmed Betatache, dans « la perspective d’associer les structures de base à la concrétisation du programme du parti et permettre d’asseoir des méthodes de travail conséquentes et adéquates, capables d’améliorer et d’harmoniser le fonctionnement des structures du parti, à tous les niveaux ». Les participants à cette réunion se sont également penchés sur le programme du secrétariat national, pour les prochains mois, ainsi que le fonctionnement et les programmes d’action des fédérations du parti, à travers le territoire national. Mais si ces formations considérées comme les locomotives de la vie politique nationale ont d’ores et déjà tracé et annoncé les grandes lignes de leur programme pour l’année politique 2013-2014, il n’en reste pas moins qu’il est permis de croire que les autres formations, à l’image du FNA de Ahd 54, du Fan, du PJD, d’En- Nahda pour ne citer que ces partis, ne manqueront pas d’être présentes à l’occasion des prochaines échéances politiques . N. K.

Dimanche 11 Août 2013

4

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier un terroriste a été abattu et plusieurs autres ont été blessés lors d’une embuscade tendue par les forces de l’Armée nationale populaire (ANP) près d’Ighzer Iwaquren, sur les hauteurs de Saharidj, au nord-est de Bouira. Fin juillet, ces mêmes forces ont, dans une opération similaire, éliminé quatre terroristes, dont un important émir identifié grâce à un examen ADN.

L’ANP resserre l’étau sur les groupes armés
LUTTE ANTITERRORISTE

Nation

EL MOUDJAHID

D

es armes ont été récupérées lors de cette opération. Il s’agit de trois kalachnikov, un pistolet automatique et une paire de jumelles. Toujours dans le cadre de la lutte antiterroriste, une autre quantité d’armes a été récupérée par les forces de l’ANP jeudi dernier lors de la destruction de deux casemates de terroristes découvertes sur les hauteurs de Kadiria, au nord de Bouira. Et c’est loin d’être fini puisque les forces de sécurité poursuivent toujours l’opération qu’elles ont lancée dans cette région montagneuse de Saharidj où elles traquent, depuis plusieurs jours, un important groupe terroriste activant dans cette zone connue pour la densité de ses forêts, selon une source sécuritaire. Il est à souligner que l’armée nationale a engagé depuis plusieurs jours une vaste opération de ratissage dans les maquis suspectés d’être des zones de replis des terroristes, du fait que certaines attaques sporadiques ont été enregistrées dans cette région montagneuse. Une présence qui accroît la détermination des forces armées et des services de sécurité pour éradiquer le terrorisme. Ainsi l’ANP redouble d’effort dans le combat quotidien qu’elle mène, parfois au prix de lourds sacrifices contre ce phénomène étranger aux valeurs de la nation et dirigé contre l’État et le peuple algériens. « La présence terroriste est toujours d’actualité (...) », avait ainsi déclaré au début du mois de ramadhan, le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia. Coopération sécuritaire renforcée Une prise de conscience qui explique si besoin est la vigilance dont font preuve les services de sécurité, et leur détermination à ne laissera aucun répit aux terroristes et au terrorisme, d’autant que la situation sécuritaire régionale présente des dangers supplémentaires pour la sécurité et la stabilité de tous les pays du voisinage. Une situation qui n’a pas échappée aux autorités tant algériennes que tunisiennes ou libyennes. On en voudra pour preuve les deux visites effectuées à Alger à la fin de la semaine dernière par le ministre tunisien des Affaires étrangères, M. Othmane Jarandi, et du Premier ministre libyen, M. Ali Zeida. Des vi-

sites dont l’objectif premier est d’examiner les voies et moyens en vue de renforcer de manière bilatérale et multilatérale la sécurité au niveau

des frontières que se partagent ces trois pays. Et pour cause, si Alger est convaincue depuis plusieurs années du fait que le terrorisme est une

entreprise de subversion qui a des ramifications transnationales, d’autres capitales confrontés depuis la détérioration de la situation au Sahel et la libre circulation des armes qui s’en est suivie à ce phénomène ont fini par se rallier aux thèses défendues par l’Algérie. Dès lors, il n’est pas surprenant de relever que le renforcement de la coopération sécuritaire est aujourd’hui au cœur de toutes les rencontres bilatérales. La venue des responsables tunisien et libyen à la tête d’importantes délégations en est la preuve. Ils sont persuadés de la nécessité d'intensifier la concertation et la coopération entre l'Algérie et la Tunisie, d’une part, et de l’Algérie et de la Libye d’autre part, pour faire face au terrorisme dans la région. "La situation sécuritaire dans la région exige davantage de concertation pour contrer le fléau du terrorisme", avait indiqué M. Jarandi lors d’une conférence de presse animée conjointement avec M. Medelci. Il avait également ajouté que "la coopération sécuritaire émane de la volonté des deux pays et se fonde sur l'expérience de l'Algérie en matière de lutte antiterroriste", affirmant que son pays "compte tirer profit de l'expérience algérienne et qu'une concertation est en cours au niveau des experts des deux pays dans ce domaine". N. K.

Le dispositif de sécurité mis en place sur la bande frontalière de la wilaya de Tébessa, vient d’être renforcé par deux nouveaux escadrons des groupes des gardes frontières (GGF) de la gendarmerie nationale, a-t-on appris hier auprès d’une source sécuritaire. Ces deux escadrons implantés à Bekkaria et El-Kouif, seront encadrés d’ici le mois d’octobre prochain par la 5e circonscription régionale des groupes gardes frontières, réalisée dans la localité d’El-Ouinet, qui devrait couvrir également les wilayas de Souk Ahras et El-Tarf, a-t-on fait savoir de même source, précisant que cette structure, la deuxième du genre en Algérie, devra assurer une formation pédagogique de qualité au profit des forces héliportées. La mobilisation de ces escadrons, s’inscrit dans le cadre des mesures de sécurité prises par le 5e commandement régional de la gendarmerie nationale pour la protection de cette bande frontalière, d’environ 300 km de long, assurée auparavant par 28 brigades de gendarmerie nationale, 4 compagnies territoriales, 4 sections de sécurité et de recherche dont une est chargée de la sécurité des biens et des personnes, 2 unités de GGF à Bir El-Ater et Laouinet, et un escadron de sécurité motorisé. La même source a en outre indiqué, que les missions des unités des groupes des gardes frontières (GGF) consistent à surveiller en permanence les zones frontalières, à observer et à détecter toute incursion de nature à porter atteinte à l’intégrité ou à la sécurité du territoire et à prévenir et réprimer l’immigration illégale et le trafic de carburant et des stupéfiants.

Renforcement du dispositif de sécurité sur la frontière
TEBESSA

E

n 1957, la Révolution algérienne avait indéniablement atteint son summum en milieu urbain. C’était la fameuse bataille d’Alger. Les actes de barbarie et la répression qui s’en suivirent tous azimuts, le contre-pouvoir des partisans de la colonisation n’ont trouvé pour parade que le silence coupable des autorités face à toutes ces exactions. Ainsi, le 10 août 1956, les ultras avaient perpétré un attentat criminel et sanglant d’une rare violence à la Casbah d’Alger. Les historiens Benjamin Stora et Renaud de Rochebrune, dans La guerre d’Algérie vue par les Algériens, l’ont qualifié de « plus grand attentat terroriste sans cible définie », donc visant prioritairement et en grand nombre des civils innocents. Cet acte odieux revendiqué par « le comité antirépublicain des quarante », à sa tête André Achiary, ancien préfet de Guelma lors des événements du 8 mai 1945, va causer la mort de 70 personnes, pour la plupart des enfants, des femmes et des vieillards. Mais que s’est-il donc passé ce jour-là à la Casbah ? Une 203 noire s'arrêta boulevard de la Victoire, à Bab Djedid, sur les hauteurs de l’antique citadelle après avoir emprunté les tournants Rovigo (actuellement Debbih Cherif). C'était bientôt l'heure du couvre-feu et le véhicule avait été contrôlé à deux reprises par des patrouilles militaires. Chaque fois, lorsque le conducteur avait présenté ses papiers, le chef de patrouille salua le commissaire. Le boulevard de la Victoire était désert. Le conducteur mit la main sur un paquet enveloppé de papier journal et le passa à son compagnon. Les deux hommes étaient tendus. Le chauffeur jeta un coup d'œil dans le rétrovi-

L’abject terrorisme des Ultras
ATTENTAT DE LA RUE DE THÈBES DU 10 AOUT 1956

seur, puis regarda sa montre. Minuit moins le quart, l’horaire idoine pour passer et accomplir le sinistre forfait. L’endroit était désert. L'homme enjamba fébrilement les marches des ruelles étroites et tortueuses qui le menèrent jusqu’à la rue de Thèbes. Les rideaux des échoppes étaient tous baissés. La cité était endormie. Il était décidément nerveux. Il plaça le paquet dans le renforcement d'une porte ouvragée au n°9. La 203 démarra aussitôt. Le policier et son auxi-

liaire avaient tout le temps de regagner le quartier européen avant l'explosion. Quand la bombe explosa, un épais brouillard blanchâtre fait de fumée, de poussière, de gravats pulvérisés enveloppa la rue. Des cris, des gémissements s'élevaient des décombres. La Casbah tout entière avait été réveillée par la violence de l'engin mortel et déjà les voisins en tenue de nuit venaient aux nouvelles. Le spectacle était affreux. La déflagration avait été telle que la voûte supportant deux pâtés de maisons s'était écroulée. Les immeubles des 8, 9, 9 bis et 10 s'étaient écroulés. La voûte en s'effondrant avait entraîné l'étage, il ne restait qu'un trou béant. Coincé par un rebord de mur qui avait résisté, on apercevait au deuxième étage, en équilibre au bord du vide, un buffet aux portes arrachées qui laissait voir des piles de vaisselle brisée. Aux gémissements qui parvenaient des décombres se mêlaient maintenant les lamentations des femmes accourues en hâte. Les volontaires entreprirent de dégager les décombres. Des chaînes se formèrent, tirant de l'amoncellement de pierres, de poutres, de plâtre tous les objets usuels qui constituaient un instant auparavant toute la fortune des habitants. Et bientôt, les premiers corps furent retrouvés, horriblement écrasés, déchiquetés. On vit se traîner un homme dont la jambe était cassée et qui tenait entre ses bras un bébé mort. On le soutint. Il ne voulut pas lâcher le cadavre de son enfant. La chaîne passa de plus en plus de cadavres. On dénombra officiellement neuf enfants morts dont trois de sept, huit mois et deux ans. Et six adultes. Le bilan réel fut amplement plus élevé. Les responsables du FLN firent des discours publics pour empêcher la population de

sortir de la Casbah et de déferler sur les quartiers européens. En plus de la répression des différents services de sécurité, les maximalistes de la colonisation française en Algérie se sont mis à l’œuvre. Bien que l’arsenal répressif ait été amplement renforcé, notamment avec l’arrivée de Guy Mollet à la tête de la présidence du Conseil, il n’en reste pas moins que les autorités coloniales font abstraction de la violence des ultras. Ce jour-là, à la rue de Thèbes, les acolytes d’un des futurs dirigeants de l’OAS, André Achiary, ont frappé fort. Le bilan, le moins que l’on puisse dire, est énorme. Le nombre de blessés est, quant à lui, plus important encore. L’effondrement de plusieurs maisons, au moment où les habitants de la Casbah dormaient, provoqua la perte de plusieurs vies humaines. On tentait de minimiser les dégâts afin que l’opinion internationale, notamment, ne s’indignât pas. D’une façon générale, bien que les ultras soient connus pour leur extrémisme, l’éventualité de perdre l’Algérie décuple leur haine et va les réunir dans une cause commune, aussi funeste soit-elle. Malgré l’identification des auteurs de l’attentat, la justice ne les inquiétera pas. Il faut dire que les extrémistes de la colonisation de plus en plus actifs au moins depuis mai 1956, n’avaient pas attendu ces représailles après l’exécution d’Ahmed Zabana et Abdelkader Ferradj, martyrs de la guillotine, pour se livrer à des attentats contre les Algériens. Tous les forcenés de l’Algérie française vont redoubler de violence. Et ce, jusqu’à ce que l’Algérie arrache au prix d’un sacrifice douloureux son indépendance. M. Bouraib

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

APRÈS UN MOIS DE JEÛNE, LA SAISON ESTIVALE REPREND SES DROITS

Au 3e jour de l’Aid, la saison estivale a repris pleinement ses droits. Hier, des milliers d’estivants ont pris d’assaut les plages de la capitale, profitant ainsi de la fraîcheur de la mer. Appréciant le cortège de vacanciers, les commerçants activant sur la bande littorale se frottent déjà les mains, sachant que le meilleur reste à venir, vu qu’ils pourront désormais rattraper le manque à gagner enregistré durant le mois de ramadhan. Pour eux, c’est clair et simple, l’heure est au travail non stop et aux bonnes affaires.

Les plages prises d’assaut

Nation

5

B

ien décontractés, les estivants ont afflué de toutes parts. En famille ou entre amis, serviettes sur les épaules, mains chargées qui de parasols et sacs de plages qui de glacières et de chaises pliantes, ils cherchent tous des places convenables. Les familles préfèrent se retrouver entre elles, tandis que les jeunes optent pour des espaces plus grands, histoire de jouer au beach-volley, au frisbee, etc. Ici, l’ambiance est conviviale et les gens profitent de ces bons moments de la vie. « Rien ne vaut une journée à la plage », nous confie Salah, la trentaine, un jeune homme en quête de fraîcheur et de distraction, rencontré au niveau du parking d’une plage à Ain Taya. « J’ai privé mes deux enfants de plage tout au long du mois de Ramadhan. Il faut bien que je me rattrape. Cela fait deux jours déjà qu’ils me pressent de les emmener. Ils ne s’en lassent jamais. Ce n’est qu’ainsi, qu’ils s’amusent et se défoulent aussi », nous confie-t-il avant de fermer le coffre de la voiture, bien rempli notamment de bouées. Il faut dire que les parkings affichent complets. Il faut vraiment prendre son mal en patience pour pouvoir se garer. Pas la peine de penser à partir ailleurs. Il y a du monde partout.

A

ïd ou pas, Ramadhan ou autre mois, la mer tue tout le temps. Il ne se passe désormais pas un jour sans que celuici n’apporte son lot de désolation et de deuil. Car tout comme les accidents de la circulation, les noyades font partie du quotidien des Algériens lors de cette saison estivale. Rien que durant les deux jours de l’Aid El Fitr, censés être une occasion de joie et de gaieté, l’on compte 4 décès enregistrés dans les wilayas de Chlef, Mostaganem, Boumerdès et Alger et deux personnes sont portées disparues (les recherches sont toujours en cours) à Tizi-Ouzou et Mostaganem. Dramatique pour les familles et proches des victimes qui voient cette fête se transformer en véritable cauchemar. En outre, 486 interventions ont été effectuées et plus de 29.480 personnes ont été sauvées d’une noyade certaine. Déjà au cours du mois sacré de Ramadhan, la mer a englouti six personnes dont quatre dans des plages interdites à la baignade sises à Chlef, Boumerdès, Bejaia et Skikda, les deux autres sont décédées à Bejaia et Mostaganem, a-ton appris auprès du lieutenant Bernaoui de la cellule de communication de la Direction générale de la protection civile. Du coup, le bilan des noyades enregistrées depuis le début de la saison estivale, ouverte, rappelonsle, le 1er juin dernier, est porté à 45 morts et deux disparus. « Seules » 14 noyades ont été observées dans les plages autorisées à la baignade. Ce qui démontre on ne peut mieux l’indiscipline, voire l’insouciance des estivants qui s’entêtent à

4 noyades et deux personnes portées disparues
LORS DES DEUX JOURS DE L’AID

Faut-il le rappeler, pas moins de 22 millions d’estivants sont attendus cette année, à travers les différentes plages du pays. Ces plages réparties à travers 14 wilayas côtières ont connu, depuis le mois de juin dernier, l'affluence de 21.514.490 estivants, a récemment indiqué le

secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, Mohamed-Amine Hadj Saïd, dans un entretien accordé à l’APS. Poursuivant ses propos, le secrétaire d'Etat chargé du Tourisme, a indiqué que ces chiffres démontrent que la saison estivale connaît une « nette amélioration »

et annonce un progrès à long terme, « même si des lacunes, a-t-il dit, sont encore à combler ». A ce propos, il a cité, notamment, l'absence des transports durant la nuit dans certaines régions côtières. Par ailleurs, le premier responsable du secteur a relevé que la côte

ouest de l'Algérie enregistre le plus grand nombre d'estivants, citant l'exemple des wilayas d'Oran (3.937.675 estivants), Mostaganem (2.367.460 estivants) et Ain Témouchent (1.884.075 estivants). Pour la région Est, la wilaya de Jijel a enregistré, depuis le début du mois de juin à fin juillet 2013, 1.871.440 estivants. A El Tarf, ils étaient 466.370 estivants. Il convient de signaler, dans ce contexte, que les prestations de service en matière de tourisme ne cessent de s’améliorer. Une carte de la formation touristique a été lancée en 2011 et d’ici à 2015, le secteur connaîtra la formation de pas moins de 37.000 personnes activant dans ce domaine. Il y aura 5% de gérants, 10% d'agents réceptionnistes et d'orientation, 15% agents touristiques et 25% d'employés d'hébergement, et 45% dans la restauration. La formation est assurée par les écoles supérieures de l'hôtellerie d'Alger, Tizi-Ouzou et Boussaâda, qui vont être soutenues, a indiqué M. Mohamed-Amine Hadj Saïd, par l'Ecole de Lausanne d'hôtellerie (Ain Benian), dont l'ouverture est prévue en 2014 pour accueillir 880 places pédagogiques. Soraya Guemmouri

4.441 interventions en deux jours
PROTECTION CIVILE

s’aventurer dans des plages dangereuses et de surcroît sans surveillance. L’on compte au total près de 20.000 interventions liées au dispositif de la surveillance des plages et des baignades effectuées par les agents de la protection civile, ce qui a permis de sauver plus de 13.500 estivants d’une noyade certaine tandis que plus de 5.000 personnes ont été secourues sur place. Le pire est à craindre dans la mesure où le rush sur nos plages a de beaux jours devant lui et l’on s’attend à un flux important des estivants pour les 20 ou 25 jours à venir lorsqu’on sait que la rentrée des classes est fixée au 8 septembre prochain. Cependant, la situation est beaucoup plus dramatique dans les réserves d’eau qui endeuillent quotidiennement les familles algériennes. Le phénomène qui a pris des proportions alarmantes ces der-

nières années ne semble pas s’estomper en dépit des nombreuses campagnes de sensibilisation organisées ici et là et les multiples appels à la vigilance que ne cesse de lancer les services de la protection civile en vue de s’abstenir de fréquenter ces bassins de la mort. Donnant l’impression de lieux paisibles et tranquilles, les retenues collinaires, et autres barrages et lacs sont effet très dangereux en raison de la vase qui attire irrésistiblement le baigneur dans les profondeurs pour le condamner sous l’eau. Les statistiques de la protection civile font état à ce sujet de 75 noyades mortelles, ce qui nous donne un total combiné de noyades dans les plages et les plans d’eau de 120 morts. Et dire que l’été vient à peine d’atteindre sa vitesse de croisière. Inquiétant… S. A. M.

La période du 8 au 10 août a été particulièrement chargée pour les unités la protection civile qui ont effectué 4.441 interventions. Les éléments de la protection civile ont également recensé durant cette période 27 accidents de la circulation ayant causé le décès de 24 personnes et blessant 96 autres, traitées et évacuées vers les structures hospitalières. C’est ce qu’a indiqué, le commandant Achour, directeur de l’information à la direction générale de la protection civile. Au chapitre incendies et sinistres, « les agents de la protection civile ont effectué 211 interventions pour procéder à l'extinction de 34 incendies urbains, industriels et incendies divers », a indiqué l’officier spécifiant que pas moins de « 21 incendies de forêt ont causé la perte de 165 ha de végétaux, et 33 feux de maquis causant des dégâts irrémédiables sur 376 ha ». Contacté, hier, par nos soins, le commandant Achour a tenu à préciser que les services de la protection civile ont enregistré, « 5 décès et 2 blessés, pris en charge par nos secours dans 2 accidents de la circulation », précisant que le bilan « le plus lourd a été enregistré dans la wilaya de Naâma ». En ce qui concerne le dispositif de surveillance des plages, il a indiqué que lors de ces deux jours de l’Aïd, ce ne sont pas moins de « 486 interventions qui ont été enregistrées au niveau des 373 plages autorisées à la baignade et qui ont permis de sauver de la noyade près de 30.000 personnes, exactement, 29.489 ». Au cours de ces interventions « 89 personnes ont été soignées sur place et 3 décès ont été constatés, dont 2 dans des plages interdites », a affirmé le commandant Achour. Par ailleurs, évoquant la baignade dans les réserves d’eau, un phénomène qui ne cesse de se généraliser à travers le territoire national provoquant des morts annuellement, « quelque 75 décès ont été enregistrés », souligné-t-il. Pour conclure, l’officier a expliqué « nos secours sont également intervenus suite aux fortes précipitations enregistrés au niveau de la daïra de Bordj Badji Mokhtar pour le sauvetage et la prise en charge de 2 personnes blessés ». Sihem Oubraham

Dimanche 11 Août 2013

6

La Direction générale du Domaine national a annoncé de nouvelles facilitations au profit des usagers, portant sur la possibilité de télécharger par Internet les documents officiels utilisés par les rédacteurs d'actes et autres utilisateurs.
a Direction générale du Domaine national (...) porte à la connaissance du public la possibilité pour les usagers de télécharger, via son site web, les documents utilisés par les rédacteurs d'actes (notaires, administration des domaines) et par les banques et établissements financiers", ainsi que "les documents utilisés par les usagers (personnes physiques et morales)", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Les documents, utilisés par les rédacteurs d'actes, concernés par cette facilitation sont "le document de formalité de publicité foncière, le bordereau d'inscription d'hypothèque et le bordereau d'inscription en renouvellement d'hypothèque", précise le communiqué. Pour les documents utilisés par les usagers, la Direction générale du Domaine a cité "le bordereau relatif à la première formalité au livret foncier (demande d'établissement et de délivrance de livret foncier) et la demande de réquisition de renseignement (copies d'actes, extraits d'autres documents y compris le certificat négatif)". Il s'agit aussi de "la demande d'ouverture d'enquête foncière pour les personnes physiques et morales ainsi que la liste des pièces accompagnant la demande d'ouverture d'enquête foncière". Tous ces imprimés sont disponibles sur le site web

De nouvelles facilitations pour les usagers
DÉLIVRANCE DE DOCUMENTS FONCIERS

Nation

EL MOUDJAHID

PLUIES DILUVIENNES À BORDJ BADJIMOKHTAR (ADRAR)

“L

DE PLUS EN PLUS DE MORTS SUR NOS ROUTES

T

rente six personnes ont été tuées et 226 autres blessées dans 129 accidents de la route survenus à l'échelle nationale entre le 7 et 9 août courant, période coïncidant avec la fête de l'Aid El-Fitr, a indiqué hier le Commandement de la Gendarmerie nationale dans un communiqué. Les wilayas concernées par ces accidents sont Biskra, Chlef, Djelfa, M'sila, Mostaganem, Mascara, Tissemsilt, Relizane, Adrar, Bechar, El Oued et Laghouat. L'accident le plus grave a été enregistré vendredi au niveau de la route reliant Chaïba à Ouled Djellal dans la commune de Doucen (wilaya de Biskra), ont constaté les services de la Gendarmerie nationale. Cet accident a causé la mort de quatre (4) personnes appartenant à une même famille et des blessures à cinq (5) autres, a précisé la même source. Des morts et des blessés qui viennent s’ajouter à la liste déjà longue des victimes recensées au cours du mois de ramadhan au cours duquel cent douze (112) personnes ont trouvé la mort et environ 1.600 autres ont été blessées dans 1.400 accidents de la circulation à travers plusieurs wilayas du pays, selon un bilan des services de la Protection civile. L’excès de vitesse, les dépassements dangereux, les manœuvres risquées entre jeunes, le non-respect de la priorité, ou encore la vitesse limitée dans les agglomérations figurent parmi les principales causes des accidents de la route. Et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir sensibilisé les conducteurs sur les risques encourus en cas de non-respect du code de la route. A croire que les automobilistes se croient infaillibles ou immortels, à moins qu’ils

Comment arrêter l’hécatombe ?

www.foncier-finance.gov.dz, explique la même source. Désormais, les citoyens ainsi que tout autre utilisateur ne sont plus obligés de se déplacer vers les conservations foncières pour le retrait de ces documents, a-t-on souligné, ajoutant qu'il

suffit aux usagers de les télécharger, de les renseigner et de les déposer au niveau de la conservation foncière territorialement compétente, accompagnés des pièces requises en la matière.

Les pluies diluviennes qui se sont abattues vendredi soir sur la région de Bordj Badji-Mokhtar, extrême sud de la wilaya d’Adrar, ont fait 11 blessés et détruit des habitations, a-t-on appris hier du secrétaire général de la wilaya. M. Abdelkader Bradai a indiqué que les fortes pluies enregistrées vers 21h50 sur la région frontalière de Bordj Badji-Mokhtar et qui ont duré 45 minutes, ont fait 11 blessés, dont 10 sans gravité sont rentrés chez eux après avoir reçu les soins nécessaires, et un cas grave qui a été évacué vers l’hôpital de Reggane. Ces pluies ont causé, selon un bilan provisoire, l’effondrement total de 25 habitations et l’effondrement partiel de 40 autres, a-til ajouté. Une cellule de crise présidée par le secrétaire général de la wilaya a été aussitôt mise en place, ainsi qu’une commission locale pour évaluer la situation, les dommages et la prise en charge des sinistrés. Cette dernière a déjà procédé à la distribution de tentes pour abriter les familles sinistrées, en plus de leur assurer des aides alimentaires et un suivi médical, selon le responsable.

11 blessés et des habitations effondrées

n’accordent que peu de respect à la vie. A la leur et à celle des autres qu’ils mettent en danger en faisant fi de toutes les règles recommandées par la sûreté nationale et le ministère des Transports. En 2009, M. Amar Tou, ministres des Transports, avait pourtant affirmé, au grand soulagement des responsables de la sécurité routière, que les amendements proposés au code de la route en vigueur à ce moment-là visaient à mettre un terme aux accidents de la circula-

tion en infligeant des peines plus sévères à leurs auteurs. Les amendements qui ont introduit la création de sections spécialisées au niveau des tribunaux en vue d'examiner en urgence les affaires portant sur des accidents de la circulation, de prendre les sanctions qui s'imposent à l'encontre des mauvais chauffeurs, de poursuivre les moniteurs d'autoécoles et les ingénieurs des examens ayant remis le permis de conduire à des non-méritants, d’élargir la formation en conduite

de manière à couvrir tout le centre-ville, et enfin, d’introduire certains aspects théoriques et pratiques dans l'apprentissage de la conduite, ont été jugés des plus répressifs. Mais nombreux étaient ceux convaincus que seul un code répressif pouvait être dissuasif et contribuer ainsi à la préservation de vies humaines. Mais c’était compter sans l’inconscience qui caractérise les conducteurs, notamment les plus jeunes d’entre eux. Devant l’hécatombe qui se poursuit, les pouvoirs publics ont pris de nouvelles mesures. Ils ont décidé d’introduire le permis de conduire à points. Une mesure dont la finalité vise à réduire les accidents de la route qui ont atteint des niveaux alarmants, en dépit des dispositions introduites en vertu de l’amendement du code de la route (2009) et qui érigent certaines infractions en délits. Selon le ministère des Transports, le permis à points est défini comme étant un “outil modulaire et pédagogique visant à responsabiliser les conducteurs et à renforcer la lutte contre l’insécurité routière”. Reste cependant à savoir si sa mise en application pourra effectivement stopper l’hécatombe. N. K.

Les flammes ravagent 500 ha de la forêt de Houara
GUELMA

Un accident de la circulation survenu hier matin, dans la wilaya de Djelfa, a fait un mort et quatre blessés, a-t-on appris auprès de la Protection civile. Une sexagénaire est morte sur le coup suite au dérapage, puis au renversement d’un véhicule léger sur le tronçon du chemin de

Un mort et 4 blessés dans un accident de la circulation
DJELFA

wilaya 122 reliant les communes de Douis et Ain Chouhada, au sud de Djelfa, est-il précisé. Les blessés, dont l’âge varie de 16 à 53 ans, ont été évacués à l’hôpital de Laghouat, le plus proche du lieu de l’accident, a-t-on ajouté de même source.

Environ 500 hectares de la forêt de Houara située dans la commune Béni Mezline (20 km au nord-est de Guelma) ont été la proie des flammes d’un incendie dévastateur déclaré en fin de semaine, ont indiqué hier les services de la protection civile. Trois jours de « combat sans répit contre les flammes attisées par la chaleur et les vents » ont été nécessaires pour venir à bout de cet incendie qui a pris mardi et n’a été éteint que jeudi, premier jour de l’Aïd, a précisé la même source. 150 sapeurspompiers et 17 véhicules anti-incendie assistés par les colonnes mobiles des deux wilayas de Souk Ahras et Annaba ainsi que par 40 forestiers et 9 véhicules de la conservation des forêts et les moyens de plusieurs communes et directions ont été mobilisés pour la circonscription de cet incendie, a ajouté la même source. Des peuplements de pins d’Alep, d’eucalyptus, de chênes-lièges et de broussailles ont été détruits dans ce feu, ont encore souligné les services de la protection civile qui ont fait état également plusieurs incendies ayant ravagé depuis début août 19 hectares à Hammam Debagh, Roknia et Ain Larbi.

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

DEMANDE EN PRODUITS MANUFACTURÉS AU 1ER TRIMESTRE 2013
La demande en produits manufacturés a enregistré une hausse durant le 1er trimestre 2013, poursuivant sa tendance déjà entamée depuis le 3e trimestre 2011, indiquent les résultats d'une enquête d'opinion réalisée par l'Office National des Statistiques (ONS).

Toujours en hausse

Economie

7

L

a stabilité des prix de vente a participé à la hausse de la demande en produits manufacturés durant le 1er trimestre 2013 selon les représentants des secteurs public et privé touchés par l'enquête qui a concerné 740 entreprises dont 340 publiques et 400 privées. Près de 46% des chefs d'entreprises publiques et 67% du secteur privé ont déclaré ne pas satisfaire toutes les commandes reçues, selon l'ONS. L'activité industrielle durant ce trimestre a reculé, un recul plus accentué selon les représentants du secteur public, précise l'office. L'enquête d'opinion réalisée auprès des chefs d'entreprises par l'ONS précise que plus de 56% des entreprises publiques et 64% du secteur privé ont utilisé leurs capacités de production à 75%. L'activité industrielle devrait, selon l'enquête, connaître durant les mois prochains une reprise. Les chefs d'entreprises des deux secteurs anticipent une hausse de l'activité, de la

demande et des prix de vente ainsi qu'une meilleure perspective de leurs trésoreries. Mais, contrairement au privé, le secteur public prévoit une baisse de ses effectifs. L'enquête, qui porte sur le type et le rythme de l'activité industrielle, révèle que le niveau d'approvisionnement en matières premières reste inférieur aux besoins exprimés, selon plus de 33% des industriels publics enquêtés et plus de 23% de ceux du privé. En conséquence, près de 85% du potentiel de production du secteur public et plus de 70% de celui du privé ont enregistré des ruptures de stocks ayant causé des arrêts de travail inférieurs à 10 jours. Sur un autre plan, plus de 30% des entreprises publiques et près de 51% privées ont enregistré des pannes d'électricité ayant provoqué des arrêts de travail de moins de 12 jours pour la majorité des concernés. Selon l'enquête, les patrons des deux secteurs ont déclaré que l'ap-

provisionnement en eau a été suffisant durant cette période pour la majorité des enquêtés. Quant aux effectifs, ils continuent de chuter en raison des départs volontaires et à la retraite non remplacés, selon les représentants du secteur public. En revanche, ils ont augmenté selon le privé. Insuffisance des niveaux de qualification, absentéisme en baisse. Par ailleurs, la plupart des chefs d'entreprises des deux secteurs jugent que le niveau de qualification du personnel reste "insuffisant" et la majorité des patrons déclarent, d'autre part, avoir trouvé des difficultés à recruter, surtout le personnel d'encadrement et de maîtrise. Le taux d'absentéisme est inférieur durant le 1er trimestre 2013 par rapport au précédent, ajoute l'enquête. Durant le 1er trimestre 2012, la trésorerie des entreprises publiques est jugée "normale" selon plus de 33% des gestionnaires du secteur public et 90% de ceux du privé. En

outre, "l'allongement des délais de recouvrement des créances, les charges élevées et le remboursement des emprunts et la rigidité des prix continuent d'influer sur la situation de la trésorerie des entreprises", souligne l'enquête. Ainsi, près de 63% des entreprises publiques et 13% d'entreprises privées ont eu recours à des crédits bancaires, et 25% des chefs d'entreprises du secteur public et plus de 66% de celles du privé ont trouvé "des difficultés à les contracter", relève l'enquête. En raison de la vétusté et des problèmes de maintenance, près de 80% des représentants du secteur public et près de 36% du privé ont connu des pannes d'équipements. Plus de 57% des industriels du public et plus de 93% de ceux du privé ont affirmé pouvoir produire davantage, seulement en réorganisant le processus de production, sans renouvellement ni extension de leurs équipements.

Quelques 320 kits solaires seront distribués prochainement pour équiper des foyers en zones rurales de la wilaya de Laghouat, dans le but d’y améliorer le cadre de vie du citoyen, a-t-on appris auprès de la conservation des forêts. Ce quota, qui entre dans le cadre du fonds national de développement des régions du sud et confié à l’entreprise algérienne de génie rural (EAGR), représente 170 unités du programme 2011 et 150 unités de 2012, ajouté à 70 autres distribuées récemment à leurs bénéficiaires, selon la même source. Les habitants des zones rurales vont prochainement bénéficier aussi

Distribution de 320 kits solaires à Laghouat
ENERGIE
de 196 kits solaires visant à contribuer à la préservation des zones de pacage et au développement de l’élevage, une opération qui est actuellement en phase de préparation des cahiers de charge et des procédures liées au lancement des appels d’offres, a ajouté la même source. Dans le même cadre, il sera procédé à l’équipement de sept puits pastoraux et l’exploitation de leurs à l’aide de l’énergie solaire, afin de contribuer à l’amélioration du cadre de vie dans les régions concernées, selon la même source. Il est attendu, par ailleurs, le lancement des travaux de réalisation de 300 km d’électrification

Les pays de l'UE principaux partenaires de l'Algérie
ECHANGES COMMERCIAUX AU 1er SEMESTRE 2013

rurale, destinés à répondre aux besoins de 70 périmètres agricoles à travers la wilaya, après avoir réceptionné un programme de 130 km dans sept communes et qui a touché 178 puits. Ce qui va permettre de créer de nouvelles exploitations agricoles. Bien qu’ayant bénéficié de grands projets, durant les dernières années, dans le secteur agricole, la wilaya de Laghouat demeure en quête de programmes d’urgence, notamment en matière d’électrification rurale, en raison de sa vocation essentiellement agro-pastorale, selon les services de la wilaya.

Des nouveautés à la une
10E ÉDITION DU SALON MED-IT

La 10ème édition du Salon international des Technologies de l'Information (Med-IT) ouvrira ses portes au grand public et aux professionnels du 23 au 25 septembre 2013 au Palais de la Culture Moufdi-Zakaria (Alger). Plusieurs participants prendront part à ce rendez-vous économique, organisé sous le haut patronage du ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communication. Cet événement sera une vitrine exhaustive des diverses offres de produits et services afin de répondre aux besoins des opérateurs activant dans ce secteur. Il sera également une occasion pour favoriser les échanges d’expériences entre entreprises algériennes et étrangères et permettra de prendre connaissance notamment des nouvelles technologies de l’information et de la communication. S’agissant des nouveautés, la 10ème édition lancera le 1er baromètre DSI en Algérie. Cette technique a pour objectif de faire un état des lieux de l'intégration des TIC dans l'entreprise, de mieux cerner les besoins actuels des DSI, leurs priorités pour les trois ans à venir, ainsi que de mesurer l’adéquation entre leurs besoins et les solutions proposées sur le marché. Les résultats de cette étude permettront de fournir des indicateurs concrets à l'ensemble des professionnels du secteur. Concernant par ailleurs, les trophées de ce Salon, ils porteront sur l'Innovation IT. Et un concours national pour récompenser l'innovation IT algérienne sera organisé. L'objectif étant d'encourager l'investissement des entreprises et des administrations dans l'utilisation des technologies de l'information et de valoriser les organismes les plus innovants. Il y a lieu de souligner à la fin que plus de 50 conférences et ateliers seront organisés tout au long de cette manifestation avec au programme des thèmes d'actualité intéressants comme « Cloud Computing », « Big Data», « Décisionnel », Sécurité des SI et des Réseaux, ERP, Travail collaboratif, Mobilité, « BYOD » Makhlouf Ait Ziane

Près de 61% des échanges commerciaux de l'Algérie, réalisés durant le premier semestre 2013, ont été effectués avec les pays de l'Union européenne (UE), classant cette communauté économique premier partenaire commercial du pays. Sur les 64,25 milliards de dollars (mds usd) d'échanges commerciaux (importations et exportations) réalisés par l'Algérie durant ce semestre, 39,16 Mds USD ont été effectués avec les pays de l'UE, soit 60,94% du commerce extérieur global de l'Algérie, indique-t-on auprès des Douanes. Les importations algériennes de l'UE ont atteint 14,98 mds usd, durant le premier semestre 2013, soit près de 52,8% des importations globales du pays, en hausse de 22,8%, par rapport à la même période en 2012, selon les chiffres du Centre national de l'informatique et des statistiques (Cnis) obtenus par l'APS. Les exportations algériennes vers ces pays ont atteint 24,17 mds usd, soit 67,33% des exportations globales du pays, en hausse de 17%, précise le Cnis. L'Espagne 1er client européen, la France 1er fournisseur. A l'intérieur de cette région économique, l'Espagne est le premier client de l'Algérie avec 5,39 mds usd, suivie par l'Italie avec 5,13 mds, la Grande-Bretagne avec 4,51 mds, la France (3,66 mds) et les Pays-Bas avec

2,71 mds. Pour les fournisseurs, les premières places ont été occupées aussi par les pays de l'UE. La France occupe toujours la première place avec 3,33 mds usd, la 3ème place revient à l'Espagne avec 2,72 mds usd, puis l'Italie à la 4ème place avec 2,51 mds usd et l'Allemagne (5ème) avec 1,34 md usd. La Chine, qui ne fait pas partie de l'UE, a été classée 2ème fournisseur de l'Algérie avec 3,31 mds usd. Les pays de l'OCDE (hors UE) viennent en deuxième position avec une part de 12,37% (3,50 mds usd) des importations de l'Algérie, et de 19,58% (7,03 mds usd) des ventes algériennes à l'étranger. Par rapport au 1er semestre 2012, les exportations réalisées avec ces pays ont reculé de 38,6%, au moment où les importations en provenance de ces pays ont augmenté de plus de 11%. Les échanges commerciaux de l'Algérie avec les pays de l'OCDE, durant les six premiers mois 2013 ont été réalisés essentiellement avec les USA qui sont classés 6ème client d'Alger avec 7,24% des exportations de l'Algérie. La Turquie a été classée 8ème client de l'Algérie et son 6ème fournisseur avec respectivement 1,8 md et 1,1 md usd. La région de l'Amérique du Sud absorbe 3,03% (1,09 md) des ventes algériennes à l'étranger alors que ses exportations vers le pays ont totalisé 6,22% (1,76 md usd) de la valeur globale des importa-

tions au 1er semestre 2013. Pour cette région, le Brésil est classé 10ème client (994 millions) de l'Algérie et son 11ème fournisseur (1,12 md usd). Les pays de l'Asie ont absorbé 4,62% des exportations de l'Algérie (1,66 md usd) et en ont expédié 18,26% (5,17 mds usd). En Asie, la Chine reste un « important » partenaire de l'Algérie puisqu'elle est classée 2ème fournisseur du pays depuis 2012 avec 3,31 mds usd et son 13ème client avec 644 millions usd. Le volume des échanges avec les pays du Maghreb (UMA) a enregistré une augmentation de 58,45% le premier semestre 2013 par rapport au 1er semestre 2012, passant de 1,21 milliard usd à 1,92 md usd. Le commerce avec les pays arabes (hors UMA) a enregistré une hausse de 32,64% par rapport à la même période, le volume global des échanges commerciaux étant passé de 1,2 md usd à 1,59 md usd. Dans le monde arabe, seuls la Tunisie et le Maroc figurent parmi les 15 premiers partenaires commerciaux de l'Algérie, occupant respectivement la 12ème et la 14ème place dans la liste des principaux clients du pays avec 813 millions usd et 521 millions usd, selon le Cnis. Les exportations algériennes ont atteint 35,90 mds usd au 1er semestre 2013 et les importations 28,35 mds usd, donnant un excédent commercial de près de 7,56 mds usd.

Dimanche 11 Août 2013

8
OU-AR BORDJ B

RERIDJ

Depuis le début du ramadhan, les habitants de la ville de Bordj Bou-Arréridj ont pris une nouvelle habitude. De longues files de voitures prennent la direction de la commune voisine de Medjana, comme si tout ce beau monde s’était donné le mot pour aller à la recherche de quelque chose de précieux.

Retour aux sources
MEDJANA

Régions

EL MOUDJAHID

D

es bouchons interminables se forment sur la route qui y mène. Cet intérêt rappelle l’importance de la commune au passé riche et faste contrastant avec le profil discret qui est le sien aujourd’hui. Pourtant elle représente un axe majeur dans l’histoire de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj et même du pays. Nichée à plus de mille mètres d’altitude, Medjana a attiré plusieurs civilisations. A l’époque romaine c’était une place forte dénommée Castellum Médianum. Mais c’est à l’époque du sultanat de Medjana qu’elle a pris ses lettres de noblesse se substituant à l’ancienne capitale qui était la Qalaâ des Béni Abbas. Medjana a été également le lieu de résidence du bachagha Mohamed El Mokrani qui l’a choisie pour être le centre de sa révolution de 1871. Durant la guerre de Libération elle a été aussi un centre actif pour les moudjahidine qui y ont trouvé refuge. Ce qui a poussé les français à installer un camp pour les contrôler. Mais c’était loin de dissuader les valeureux combattants qui ont remporté une victoire sur l’armée coloniale près de Medjana, au lieu-dit Theniet Lekhmiss, qui a été rebaptisée Theniet Ennasr par le colonel Amirouche, commandant de la Wilaya 3, dont elle dépendait. Ce passé prestigieux n’a pas empêché le développement d’une cité moderne qui est devenue un chef-lieu de daïra. L’ histoire reste cependant bien présente dans le paysage avec les stèles érigées par endroits, d’anciennes maisons et surtout cette source qui rappelle le caractère agricole de la cité mais aussi son histoire . En effet Medjana est connue pour être une région où prospèrent la culture de blé, la production de lait et la viande de qualité.

Une position stratégique à rentabiliser
Les Hchems qui la peuplent sont d’excellents agriculteurs. Ce n’est pas pour rien que le couscous de Medjana est apprécié par tous les habitants de la wilaya, et même d’ailleurs. Ils sont aussi de redoutables guerriers. Ils ont constitué l’essentiel de l’armée du héros Hadj Mokrani et naturellement le gros des victimes de la répression qui a suivi sa défaite. Beaucoup d’anciens habitants de Medjana ont été déportés au bagne de Cayenne, ou en Nouvelle Calédonie. Medjana qui compte plus de 23.000 habitants est à la porte de la petite Kabylie. Elle est le passage obligé pour les villages et les villes de la daïra de Djaafra. De cette localité on peut joindre directement Bejaia à travers Ighil Ali. D’ailleurs des traditions, des échanges commerciaux et même des relations familiales lient les deux régions. A vol d’oiseau, il est plus intéressant pour les habitants de Msila et Bordj Bou-Arréridj, pour ne citer que ces villes, de joindre la wilaya côtière par Medjana. Les résidants de la localité rêvent du jour où les vacanciers vont faire halte chez eux, avant de piquer une tête dans la mer. C’est vrai qu’il existe un projet pour moderniser le chemin de wilaya 42 nord qui traverse la région pour développer les échanges avec les wilayas voisines et désenclaver tout le nord de Bordj Bou-Arréridj. Une réunion a été organisée il y a un mois pour concrétiser cette idée. Mais ce jour semble lointain même si des intrépides qui ne craignent ni l’étroitesse ni les virages encore moins l’absence d’infrastructures et de fréquentation surtout la nuit ont transformé ce rêve en réalité.

Densité accrue et besoins démultipliés
De cette position Medjana qui ne compte actuellement ni relais ni hôtels pour recevoir les touristes n’a gagné qu’un fort exode avec la venue d’habitants qui ont fui les montagnes environnantes de Djaafra, Ouled Dahmane et Zemmoura. Ce qui a augmenté les besoins d’emploi et surtout de logements. Heureusement que les programmes de l’Etat que ce soit pour le social, le rural et le participatif ont permis d’atténuer une crise deve-

nue aiguë. Tant pis pour le cachet de la localité qui a perdu de son originalité. De nouvelles cités ont remplacé les anciens quartiers avec des maisons en pierres ou en toub avec des toits en tuile et de petits jardins autour. 300 logements sociaux ont été distribués récemment. 150 vont suivre et 500 tous types confondus sont inscrits. Cette position a posé également un problème d’aménagement urbain. En effet le chemin de wilaya 42 synonyme de point noir, selon beaucoup d’habitants, est traversé quotidiennement par des camions de gros tonnage transportant de l’argile dont regorgent les montagnes de la région pour les briqueteries situées malheureusement très loin. Non seulement ils créent des bouchons mais ils sont à l’origine de la dégradation de la route. En attendant sa déviation qui a été prévue dans le cadre d’un programme d’aménagement urbain qui a été retenu avec comme autres priorités la réhabilitation des routes de la ville, l’entretien des espaces verts et la généralisation de l’éclairage public, son exploitation se résume dans le flux des ‘‘vacanciers’’ de quelques heures. Les marchands de lait mais aussi de viande et de produits divers profitent de l’envie de se désaltérer des automobilistes venus du chef-lieu et de plusieurs autres communes. A la source située au centre-ville, il y a grande foule qui vient s’approvisionner même en plein ramadhan. Les discussions étaient si animées et l’ambiance tellement détendue que le jeûne était oublié. Autant de regroupements rappellent les anciennes djemaâs des villages quand les sources étaient, avec les mosquées et les souks, des centres de décisions et d’intérêts. Medjana qui a perdu de son lustre d’antan depuis la défaite de Hadj Mokrani redevenait le lieu privilégié des Bordjiens. Les rues situées aux alentours ne manquent pas d’animation. Il était difficile de trouver une place où stationner. Les magasins également étaient bondés. Les habitants qui étaient bousculés dans leurs habitudes n’étaient nullement gênés par cette situation. Leur hospitalité légendaire n’a d’égal que les qualités naturelles de la localité. A mesure qu’on approche de Medjana le visiteur est gagné par un sentiment de bien-être. Bien-être physique d’abord avec de l’eau abondante qui sort des sources situées à droite et à gauche de la route. Celle du bachagha n’est que la plus connue et la mieux aménagée. La verdure des champs finit par le transporter dans un climat de repos et de satisfaction. Même au sein de la ville la verdure est omniprésente. De vieux arbres jalonnent les rues. Ils étaient plus nombreux regrettent pourtant les habitants qui pensent que leur localité s’est dégradée. Elle était le symbole de la propreté et de l’air pur, rappellent-ils em-

portant leurs interlocuteurs dans une ambiance féerique. Ce qui a poussé l’APC à lancer une campagne de volontariat pour rendre à Medjana sa splendeur d’antan. Le président de l’assemblée, M. Boussoir Kamel, qui insiste sur cet objectif rappelle qu’aucun programme ne peut réussir sans l’implication du citoyen quelle que soit sa position. Il en veut pour preuve que l’action de solidarité qui a été initiée par l’APC et qui a permis de toucher les plus démunis, la distribution de logements sociaux qui a eu lieu dans de bonnes conditions ou la préservation des ressources de la commune, notamment l’eau.

il est inutile de revenir sur les origines du problème que se lancent habitants, industriels et autorités locales. Mais c’est un fait que Medjana n’a pas connu le développement harmonieux qu’elle mérite.

Manque d’infrastructures de loisirs
Le meilleur exemple de cette situation réside dans le manque de lieux de loisirs. A part l’hospitalité des gens on n’a pas où aller à Medjana. Les habitants n’ont que les cafés pour se plaindre de cette situation. Ils n’ont d’autre choix que de prendre la destination du chef-lieu pour passer quelque temps en famille. C’est ainsi qu’un scénario contraire à l’avant f’tour est constaté. Si pendant cette période ce sont les habitants du chef-lieu de wilaya qui vont à Medjana, après ce sont leurs hôtes qui viennent. Ce qui est sûr c’est que la route reste animée surtout durant le ramadhan après la prière des tarawihs. Là, il est utile de constater que le nombre des mosquées et leur fréquentation est remarquable. Une grande affluence vers les lieux de culte débute quelques minutes après le f’tour. Mais après les tarawihs rien ou presque. L’unique maison de jeunes de la commune suffit à peine pour abriter les activités sportives inscrites pendant la journée. Heureusement que l’ancienne piscine qui ouvre exceptionnellement la nuit permet aux jeunes, qui ont envie de se rafraîchir, de passer un temps agréable. Encore faut-il qu’ils trouvent des places libres. Quant à la culture ou des espaces de détente dignes de ce nom il faudra repasser dans quelques années... Pourtant un programme de centres culturels avec des salles de spectacles a été lancé dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj. Mais curieusement Medjana, qui a des traditions culturelles, n’en a pas bénéficié. Même un musée pour recréer l’histoire mouvementée et longue de Medjana n’existe pas. Assurément les talents ne manquent pas à Medjana. La volonté des autorités de la commune pour les aider aussi. Mais les infrastructures font défaut dans cette localité où les habitants ne veulent pas se contenter de rappeler les exploits de leurs aïeux. Ils veulent créer, produire et vivre. Ils ont les moyens. Il suffit de les soutenir et d’arrêter de considérer leur localité comme bonne à donner du lait et de l’eau aussi savoureux soient-ils. Fouad Daoud

De l’eau partout sauf dans les robinets
Cette dernière qui semble abondante manquait terriblement ce qui est paradoxal. Les habitants n’en recevaient qu’une fois tous les 15 et parfois 20 jours. Non que la matière précieuse était insuffisante mais le laisseraller qui a touché les forages d’Aghboul qui se trouve sur un site des plus enchanteurs sur les hauteurs de la localité, de Gourek et de Bir Bel Djarou a fait de Medjana une commune dans le besoin. Elle a même bénéficié d’un apport du barrage d’Ain Zada pour faire face à la demande. La réhabilitation des trois forages ajoutée à l’amélioration de cet apport avec la nouvelle conduite qui lie le chef-lieu au barrage a fait que les habitants reçoivent désormais de l’eau dans leurs robinets une fois tous les deux jours. Ils pourront l’avoir quotidiennement si le nouveau forage de Ghanoussia est mis en service. Ce n’est que justice pour une ville qui dort sur une nappe d’eau. Medjana terre d’agriculture n’est plus ce qu’elle était. Rien que de savoir qu’une zone d’activités y est implantée on note que la transformation est notable. Les élus locaux comptent sur cette zone pour résoudre un tant soit peu le problème du chômage. Une laiterie, une briqueterie et une usine de cosmétiques ont été déjà construites. C’est cette dernière qui est la plus connue même si elle est la plus petite. Shik Algérie qui produit les éléments nécessaires pour les hôtels et les compagnies aériennes a fait connaître le nom de Medjana partout en Algérie. La localité est désormais citée pour ses mouchoirs parfumés. Pour le reste n’est que béton, qui a écrasé des terres agricoles, et camions qui passent entre les maisons, puisque la zone industrielle est entourée d’habitations. Bien sûr

Située à 12 kilomètres au nord du chef-lieu de wilaya, Medjana est ceinturée par les communes de Theniet Ennasr, El Achir, Hasnaoua et Bordj Bou-Arréridj. S’étendant sur 195 kilomètres carrés, la commune est à vocation agricole. Mais le commerce et même l’industrie commencent à se développer dans cette localité chargée d’histoire.

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

Le dromadaire élevé sur toute l'étendue de la zone saharienne est "exposé à diverses menaces, victime à la fois des bourbiers non traités laissés par des entreprises pétrolières, les chiens errants et les accidents de tout genre", a-t-on appris de l’association des éleveurs de chameaux de la région de Hassi Messaoud (Ouargla).
es menaces ont conduit à la perte d’un nombre important de ce bétail, estimé entre 60 à 70 %", a-t-on souligné. L’association tire la sonnette d’alarme concernant ce type d’élevage, source de vie, puisque ce bétail constitue à la fois un capital, un moyen de transport et une source de nourriture.

L’élevage camélidé en danger
HASSI MESSAOUD

Régions

9 Brèves des wilayas
Le wali de Constantine a instruit le comité de pilotage de réhabilitation et de remise en état du "boulevard de l’abîme", d’entamer le confortement du site "dans un délai d’un mois". L'apparition de fissures menaçant l’affaissement et l’effondrement de la chaussée avait provoqué la fermeture, en juin dernier, de ce boulevard à la circulation automobile. La direction de wilaya de la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) de Constantine a lancé un avis aux assurés sociaux les informant de la possibilité de téléchargement des différents formulaires de demandes de prestations de la sécurité sociale via le site web de la caisse. Les travaux de réalisation d’un complexe religieux à la cité "El Manar", sur les hauteurs de la nouvelle ville Massinissa d’El Khroub (Constantine) se poursuivent à un rythme accéléré. Le projet, intégré à la mosquée Abou Oubeida Ibn El Djerrah, s’étend sur une surface globale de 3.598 m2 dont 2.800 m2 de surface bâtie pouvant accueillir jusqu'à 8.000 fidèles dont 1.200 femmes. Quatre salles de classe pour l’enseignement coranique, conçues pour accueillir 200 enfants, une bibliothèque, une salle de mariage et une autre pour les conférences sont en réalisation dans le cadre de ce projet.

q CONSTANTINE

"C

Les bourbiers déciment le cheptel camélidé
Le principal danger au quotidien pour les troupeaux dans le grand Sud demeure les bourbiers laissés par les compagnies pétrolières, suite aux opérations de forage effectuées, et que les bêtes prennent malencontreusement pour des puits d’eau à indiqué à l’APS Mohamed B. (54 ans) éleveur de dromadaires. Ce dernier a révélé au passage que l’un de ses amis a perdu dernièrement 11 bêtes, d’un coup, après qu’elles aient ingurgité des substances toxiques dans un puits abandonné. Ces bourbiers laissés à l’air libre et non traités causent des pertes sèches aux éleveurs de la région, estimées l’an passé à près de 30% du troupeau, selon le président de l’association des éleveurs M. Lakhdar Ledhfari. Des efforts sont pourtant consentis par l’entreprise nationale Sonatrach pour l’élimination de ses bourbiers, mais vu leur grand nombre, "cela reste insuffisant et l’opération va demander du temps", a confié un responsable de l’environnement au niveau d’une filiale de Sonatrach. Et de préciser à l’APS que des dispositions ont été prises pour diminuer le phénomène, en mettant des clôtures autour des anciens bourbiers et que désormais les

bourbiers seront traités selon un procédé qui va permettre aux nappes toxiques de s’évaporer dans l’air. Dans ce contexte, la secrétaire d’Etat chargée de l’Environnement, Mme Dalila Boudjemaa, avait insisté, lors de sa dernière visite dans la commune de Hassi Messaoud, sur la nécessité de contrôler les résidus pétroliers et d’appliquer des mesures coercitives à l’encontre des entreprises pétrolières contrevenantes.

dégâts estimé à hauteur de 10%, selon l’association précitée. Pour sa part la commune de Hassi-Messaoud a mis en place un plan d’urgence pour éradiquer ce fléau qui menace les éleveurs, mais l’absence de munitions a retardé son application sur le terrain, a indiqué à l’APS le président de l’assemblée populaire communale, M. Yacine Ben Saci.

Les chiens errants, l’autre cauchemar des éleveurs de camélidés
Les chiens errants sont l’autre danger qui guette les camélidés, car s’attaquant aux chamelons, empêchant ainsi le renouvellement de l’espèce et provoquant des pertes considérables aux troupeaux, des

Les accidents de la route véritable menace pour la richesse cameline
Les accidents de la route occasionnent également des pertes au cheptel camélidé, avec des pertes estimées entre 5 et 10%. "Il y a cinq mois, un bus de voyageurs avait écrasé 6 chameaux sur le tronçon reliant Touggourt à Hassi-Messaoud’’, a indiqué un éleveur ren-

Amélioration du cadre urbain dans la commune de Sidi Ameur
EL BAYADH

Q

L

a commune de Sidi-Ameur dans la wilaya d’El-Bayadh a bénéficié, dans le cadre du programme 2013, de plusieurs opérations pour l'aménagement urbain, a-t-on appris auprès de la direction de l'urbanisme et de la construction. Une enveloppe de 22 millions de DA a été réservée à ces opérations qui consistent en le revêtement de routes à travers les principales artères de la commune, dont les travaux ont été achevés en juillet dernier. Les services de l’urbanisme comptent également lancer d'autres opérations, à l’instar de la réalisation de trottoirs et l’embellissement de l’environnement ainsi que la réalisation de plusieurs espaces de proximité réservés aux loisirs, pour enveloppe de 11 millions de DA, a indiqué le directeur du secteur. Le même responsable a souligné les efforts consentis pour l’extension de l’éclairage public à travers les artères principales de la commune, pour une enveloppe de 6 millions de DA. Le secteur veille à la réception de ces projets avant la fin de l’année en cours, sachant que les procédures administratives relatives au choix des entreprises de réalisation et l’octroi des marchés ont été finalisées, selon la même source.

uelque 303.450 palmiers dattiers productifs des palmeraies des wilayas de Ouargla et Ghardaïa ont subi, à titre préventif, un traitement phytosanitaire contre les parasites du boufaroua et du myelois, a-t-on appris auprès du responsable de la station régionale de l'Institut national de protection des végétaux (INPV) de Ghardaïa. Initiée par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural, cette opération préventive de lutte contre ces parasites, au titre de la campagne 2013 entamée en début de juillet, a permis de traiter 182.850 palmiers dans la wilaya de Ouargla et 120.600 palmiers dans les palmeraies de la wilaya de Ghardaïa, a expliqué M. Ahmed Sekkouti. Des moyens logistiques et humains de l’INPV, dont une dizaine de camions dotés de pulvérisateurs, ont opéré dans la wilaya de Ouargla et huit autres dans la wilaya de Ghardaïa, ajoutés aux moyens des micro-entreprises locales de jeune, sous-traitantes dans cette opération, a indiqué le responsable de la station de l’INPV de Ghardaïa. Au total, 134.000 palmiers, repartis entre la wilaya d’Ouargla (84.000) et celle de Ghardaïa (48.000), ont été traités par des micro-entreprises locales de jeunes associées à cette opération, a-t-il fait savoir. Ce traitement contre les parasites destructeurs de la production phœnicicole

303.450 palmiers dattiers traités contre le Boufaroua
GHARDAIA

contré dans le bureau de l’association. "Vu ces multiples dangers, une douzaine d’éleveurs ont dû abandonner cette activité et ont préféré vendre leurs troupeaux plutôt que de prendre des risques, a indiqué le représentant de l’association des éleveurs de camélidés de la région de Hassi-Messaoud. L’association, créée en 1993 et qui avait reçu le premier prix de la reproduction, lors du Salon national du dromadaire de 2012, compte 182 éleveurs et recense quelque 4.800 têtes de bétail. Elle s’attelle à inciter les éleveurs à poursuivre et pérenniser cette activité ancestrale qui constitue la richesse et la ressource quasi principale des populations de cette région du pays, à travers de nouvelles techniques d’élevages et aussi un meilleur suivi vétérinaire.

Cinq kg de résine de cannabis et 1.800 litres de gasoil ont été saisis mardi dernier en différents endroits de la wilaya de Tébessa par les services de la gendarmerie nationale. La drogue a été découverte dissimulée à l’intérieur d’une voiture de tourisme à bord de laquelle se trouvaient quatre personnes, interceptées sur un tronçon de la RN 82 reliant les localités d’Ain Zerga et d’El Kouif. Pour ce qui est du carburant, la saisie a été opérée à Oum Ali, dans un endroit isolé où deux individus ont été surpris en train de verser le gasoil dans des jerricans de 20 litres aux fins de contrebande.

q TEBESSA

a été précédé de la mise en place d’un réseau de surveillance et de veille, ainsi que de tournées de prospection et d’évaluation de la situation phytosanitaire dans différentes palmeraies de ces deux wilayas productrices de dattes, a souligné M. Sekkouti. Une nette régression du parasite du boufaroua dans les palmeraies de Ouargla et Ghardaïa a été observée, lors de cette campagne 2013, a relevé le même responsable, justifiant cette régression par l’efficience des traitements effectués durant les années précédentes, notamment le traitement biologique. Un montant de 96 millions de DA a été dégagé par le ministère de tutelle pour la campagne 2013 de lutte préventive contre les parasites du boufaroua et du myelois, qui ci-

blera plus de 4 millions de palmiers dattiers productifs des wilayas productrices de dattes (Adrar, Bechar, Biskra, El-Bayadh, El-Oued, Ghardaïa, Illizi, Ouargla, Tamanrasset, Tindouf et Khenchela). Cette opération s’inscrit dans la cadre d’une stratégie nationale visant à protéger le palmier dattier des maladies et parasites nuisibles afin d’améliorer la production et la qualité des dattes algériennes ainsi que de préserver le palmier, a rappelé le responsable de la station régionale de l’INPV de Ghardaïa. Le traitement effectué dans les différentes wilayas du pays augure d’une ‘‘très bonne’’ récolte de dattes qui reste aussi, bien entendu, tributaire des conditions climatiques favorables, a-t-il soutenu.

La brigade de recherche et d’investigation de la sûreté urbaine d’El Menea wilaya de Ghardaïa a démantelé une bande voleurs de maisons à ElMenea et les a présentés à la justice, a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la sûreté de wilaya. Ce gang composé de sept personnes, dont deux femmes, qui s’est spécialisé dans le vol par effraction de maisons en utilisant la violence et des armes blanches pour accomplir leurs forfaits, a été appréhendé, suite à de nombreuses plaintes déposées par des victimes, a-t-on précisé.

q EL MENEA

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

SECOND TOUR, AUJOURD’HUI, DE LA PRÉSIDENTIELLE AU MALI

Un nouveau président pour un nouveau départ

Monde

11 20 morts dans des raids aériens
SYRIE

A

L

es Maliens étaient, hier, à la veille de choisir entre Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé comme nouveau président de leur pays plongé dans le chaos et devant se relever de dix-huit mois d'une grave crise politico-militaire. Le second tour de la présidentielle d’aujourd’hui, deux semaines après un premier tour réussi le 28 juillet en dépit de la rapidité avec laquelle il a été organisé et de craintes d'attentats terroristes, doit rétablir l'ordre constitutionnel interrompu par un coup d'Etat militaire le 22 mars 2012 qui a précipité la chute du nord du pays aux mains de groupes terroristes armés liés à Al-Qaïda.

Le scrutin va opposer deux vétérans de la vie politique malienne : Ibrahim Boubacar Keïta, 68 ans, ex-Premier ministre, et Soumaïla Cissé, 63 ans, ex-ministre des Finances et ancien responsable de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (Uémoa), tous deux arrivés en tête du premier tour avec respectivement 39,79% et 19,70% des voix. A l'issue d'une très courte campagne électorale, terne et peu animée, qui s'est achevée vendredi, les deux candidats se sont déclarés "confiants" dans leur victoire, mais ont mis en garde contre des fraudes et irrégularités qui pourraient entacher le scrutin. Mathématiquement, Ibrahim Boubacar

Keïta (IBK), fort de son avance de 20 points, semble largement favori, d'autant qu'il a reçu le soutien de 22 des 25 candidats éliminés au premier tour dont la majorité a obtenu moins de 1% des suffrages. Mais son adversaire table en grande partie sur une mobilisation plus forte encore qu'au premier tour — 48,98%, un taux historique au Mali — et sur une partie de près de 400.000 bulletins déclarés nuls le 28 juillet, soit environ 10% des votants. "Il ne s'agit pas de compléter les résultats du premier tour, c'est une nouvelle élection", affirme Soumaïla Cissé.

u moins vingt personnes ont été tuées dans la nuit de vendredi à samedi dans des raids aériens menés par les forces du régime syrien dans la province de Lattaquié, dans l'ouest de la Syrie, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). "Au moins 20 personnes ont été tuées dans plusieurs raids aériens sur la ville de Salma, dans la (région du) Jabal Akrad", a affirmé le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane, cité par l'AFP. Dix des victimes seraient des civils, six sont des rebelles syriens et quatre des insurgés étrangers, selon le directeur de l'OSDH. L'état dans lequel se trouvait les corps, dont plusieurs étaient très abîmés, rend difficile leur identification. "Le bilan des morts pourrait augmenter en raison du nombre de blessés, dont certains dans un état très critique", a fait savoir M. Abdel Rahmane. Par ailleurs, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov a assuré vendredi, après une rencontre avec son homologue américain, John Kerry, que la Russie et les Etats-Unis étaient d'accord sur la nécessité d'organiser "dès que possible" une conférence de paix sur la Syrie, "Nos opinions sont les mêmes : quoi qu'il arrive, nous devons convoquer la réunion Genève 2 dès que possible", a déclaré M. Lavrov lors d'un point de presse à l'ambassade de Russie à Washington.

D

Deux explosions dans la région de Rafah eux explosions ont eu lieu dans
EGYPTE

la région d'Al-Ojra à Rafah, a déclaré le porte-parole des forces armées égyptiennes. "Les éléments des forces armées ratissent la région pour tenter de trouver les causes des explosions", a-t-il indiqué. Pas moins de cinq éléments armés ont trouvé la mort suite aux explosions, a rapporté l'Agence de presse égyptienne (MENA) citant des témoins. Vendredi après-midi, une frappe aérienne égyptienne a ciblé la région d'Al Ojra, au sud de Rafah près des frontières avec Ghaza, indiquent des rapports de presse citant de témoins. Selon d'autres rapports citant des sources sécuritaires égyptiennes, les forces israéliennes auraient frappé une base relevant des groupes armés au sud de Karam Abou Salem à l'intérieur des frontières égyptiennes faisant des dizaines de morts et de blessés parmi les éléments armés. Pour sa part, le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon préoccupé par la ''poursuite de l'impasse politique en Egypte'' a appelé vendredi à la réconciliation. Selon son porte-parole Martin Nesirky, M. Ban est "très inquiet de la poursuite de l'impasse politique en Egypte". Il se déclare de nouveau prêt à "soutenir des solutions non violentes pour réaliser les aspirations du peuple égyptien". Mais il estime "essentiel que tous les Egyptiens impliqués — ceux qui détiennent une autorité comme ceux qui manifestent dans la rue — reconsidèrent d'urgence leurs actions et leurs déclarations". En particulier, ils devraient "éviter actions et déclarations susceptibles d'être perçues par d'autres comme provocatrices" et s'efforcer de mener "un processus politique basé sur la réconciliation" afin d'éviter toute nouvelle effusion de sang.

L

e président des Etats-Unis, Barack Obama, a tempéré devant la presse ses propos sur "l'anti-américanisme" de la Russie mettant en avant la nature "souvent constructive" de ses échanges avec son homologue Vladimir Poutine, excluant tout boycott des jeux Olympiques de Sotchi en 2014. "Je n'ai pas de mauvaises relations personnelles avec Poutine", a affirmé Obama aux journalistes lors d'une conférence de presse vendredi soir à la Maison-Blanche. Tout au contraire : "Nos conversations sont franches, directes, et souvent constructives". "Je sais que la presse aime se focaliser sur le lan-

Obama tempère ses propos sur Moscou et exclut tout boycott des JO
ETATS-UNIS - RUSSIE
gage corporel, et sur cette allure un peu amorphe qu'il a en apparence, comme celle de l'élève qui s'ennuie au fond de la classe. Mais en vérité, nos entretiens sont souvent très productifs", a déclaré le président. Moscou et Washington, aux relations encore plus glaciales depuis l'affaire Snowden et l'annulation du sommet entre les deux présidents, sont en désaccord sur bien d'autres sujets comme la Syrie, la non-prolifération nucléaire, le désarmement, l'Afghanistan, l'Iran ou la Corée du Nord, la défense antimissile en Europe ou encore les droits de l'homme. M. Obama a cependant exclu tout boycott des jeux Olym-

piques d'hiver de Sotchi, en Russie, en 2014, pour protester contre la ré-

cente loi russe qualifiées d’ « homophobes » par l’Occident

Quatre navires chinois pénètrent dans les eaux des îles Senkaku
CHINE-JAPON

L

es missions diplomatiques américaines au Moyen-Orient et en Afrique fermées à la suite de menaces d'Al-Qaïda, rouvriront leurs portes aujourd’hui, sauf l'ambassade au Yémen, a indiqué la porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki. Par ailleurs, le consulat américain dans la ville pakistanaise de Lahore resterait lui aussi fermé après que son personnel non-essentiel a été évacué vendredi à la suite de "menaces", a précisé dans un communiqué Jennifer Psaki. La vingtaine d'ambassades fermées en raison de "menaces" du réseau extrémiste se situent au Moyen-Orient et en Afrique, mais celle

Réouverture aujourd’hui des ambassades US au Moyen-Orient et en Afrique
A L’EXCEPTION DU YÉMEN

d'Islamabad n'était pas concernée. Selon Mme Psaki, 18 des 19 ambassades et consulats soumis à cette fermeture rouvriront leurs portes dimanche, premier jour de la semaine dans la plupart des pays musulmans. Mais, a-t-elle déclaré, "notre ambassade à Sanaa, au Yémen, restera fermée en raison d'inquiétudes engendrées par un faisceau de menaces d'une éventuelle attaque terroriste émanant d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique". "Notre consulat à Lahore, au Pakistan, qui a aussi été fermé en raison d'une autre menace, restera lui aussi fermé", a-t-elle ajouté.

L

es garde-côtes japonais ont annoncé une incursion, hier, de quatre navires gouvernementaux chinois dans les eaux territoriales de l'archipel des Senkaku, sous administration japonaise mais revendiqué par Pékin. "Nous leur avons dit de quitter la zone", a déclaré à l'AFP un porte-parole des garde-côtes, précisant que cette nouvelle incursion s'était produite peu après 09H00 (00H00 GMT). La tension était montée d'un cran depuis la nationalisation japonaise, au mois de septembre, de trois des cinq îles Senkaku, rachetées à leur propriétaire privé japonais.

L

a coalition d'opposition tunisienne a annoncé hier qu'elle proposera la semaine prochaine un gouvernement composé d'indépendants pour sortir le pays de la crise politique déclenchée par l'assassinat d'un opposant et arracher la démission du cabinet dirigé par le mouvement Ennahda. "Le Front de salut national va continuer de travailler sur le gouvernement de salut national et faire la semaine prochaine ses propositions sur les personnalités indépendantes le composant. Le Front établira aussi une feuille de route bien précise", a expliqué à l'AFP, Ka-

L'opposition veut un gouvernement alternatif
TUNISIE

rima Souïd, député du parti Massar et membre de cette alliance hétéroclite qui réunit des mouvements allant de l'extrême gauche au centre droit. Elle a aussi souligné que toute négociation avec le parti Ennahda, qui dirige le gouvernement, avait pour "préalable" la démission du cabinet dirigé par Ali Larayedh. "Il ne peut y avoir de discussion sans mise en place d'un gouvernement de salut national, ce n'est pas négociable", a estimé Mme Souïd, assurant que les opposants n'avait eu aucun contact direct avec Ennahda.

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

Les villes d’Algérie ont vécu, en ce mois sacré de Ramadhan, à un rythme trépidant, avec des magasins littéralement pris d’assaut, des lieux de repos et de villégiature, de détente et de farniente « assiégés » par des marées humaines, une circulation automobile dantesque et, faut-il l’avouer, absolument éprouvante pour les nerfs.

Profusion de spectacles et des rues investies dès la tombée de la nuit
UN MOIS DE RAMADHAN SINGULIÈREMENT BIEN ANIMÉ

Culture

15

A

chaque Ramadhan, Alger, à l’instar des autres cités et grandes agglomérations du territoire national, est saisie d’une frénésie nocturne, d’une folle envie de se défouler et de lâcher la bride à une pulsion bridée par une journée sévère de jeûne et de privation. Le spectacle d’une ville en pleine « euphorie » tranche indubitablement avec le cliché tellement répandu de l’Algérois viscéralement casanier, frileux, engoncé dans son pyjama et vivant retranché dans son domicile comme un ermite. Quand vient la nuit, l’enthousiasme se décuple, les énergies se libèrent. Les citoyens investissent les grandes artères et les hauts lieux de distraction dans le but de passer une belle soirée. Les spectacles sont variés, adaptés à tous les goûts. Cela va des traditionnelles soirées musicales animées par de grands chanteurs à la réputation bien assise, aux pièces de théâtre, monologues satiriques, conférences et autres activités cérébrales. Les programmes de T.V. ne sont pas en reste avec leurs larges panoplies de produits brevetés « spécial ramadhan », un cinéma de plein air, des veillées religieuses à coup de causeries fort adéquates et prisées en ce mois de piété et de prières. Les places publiques sont saturées et l’affluence des grands jours affiche un vif tempo. Les lieux de distraction et de farniente s’offrent à profusion à des gens de tous âges avides de s’amuser et de prendre du bon temps. L’ambiance est bon enfant avec ses mines réjouies, ses bousculades, ses plateaux musicaux, où chanteurs, artistes et autres vedettes du show-biz alimentent avec une régularité de métronome une pléthore de spectacles nocturnes. Les goûts diffèrent d’une famille à l’autre et en fonction des bourses. Il y a celles qui préfèrent fréquenter les parcs d’attraction,

particulièrement prisés par les enfants qui trouvent un bel exutoire à leur âme de gosses férus d’amusements, de sensations fortes et de reflexes jubilatoires. Sauf qu’il faut s’armer de patience pour dénicher une place à l’intérieur de ces établissements. Ce sont des flots de gamins qui s’y déversent sans interruption, prenant d’assaut les manèges et autres jeux ludiques. Les parents ne semblent pas trop gênés par les frais occasionnés par leur progéniture mais il faut quand même débourser pour le ticket à 200 DA. Le sacrifice en vaut la chandelle, car au vu des plaisirs prodigués à ces enfants qui se repaissent de boissons fraîches, de glaces rafraîchissantes, de succulents gâteaux, qui s’offrent des jouets variés et tant d’autres caprices, l’on se dit tout de même qu’il y a des petits plaisirs qui mettent tellement du baume au cœur.

Il est tentant de remarquer que la gent féminine, réputée réfractaire aux sorties de nuit, rompt brutalement les idées reçues et prend position en si grand nombre dans cet endroit. Paniers en mains, elles s’assoient à l’endroit qui leur sied, munies de provisions de thé, de café, de boissons et de gâteaux. Pour elles, c’est l’heure de la bombance en bord de mer. C’est aussi un moment de partage convivial, de retrouvailles entre voisines, de communion. Le temps s’écoule inexorablement à coup de palabres interminables, de cancans malicieux, de rires à pleine gorge, de longues discussions à bâtons rompus. Ce camping de fortune fait de bric et de broc fait plaisir à voir. Des familles humbles et besogneuses s’attablent et dégustent avec un bel appoint des mets simples et frugaux. C’est l’endroit idéal quand on n’a pas les moyens de passer sa soirée dans un aqua-

parc aménagé dans l’enceinte d’un centre commercial par exemple, où la « Sahra » coûte les yeux de la tête avec des tickets d’entrée à 600 DA par personne. Cirque Amar et cafés populaires Une attraction de taille pour ce Ramadhan 2013. Le chapiteau du cirque Amar est installé depuis le début du mois au parking d’Ardis avec une foisonnante ménagerie (lions, tigres, otaries, zèbres et kangourous). Le cirque Amar prend une connotation tellement particulière dans l’esprit des Algériens qui ont vécu avec sa réputation et sa notoriété depuis leur tendre enfance. C’est le spectacle phare de ce Ramadhan qui s’invite dans l’enceinte de l’antique cité des Beni Mezghena. Sauf qu’il faut mettre un bémol à son enthousiasme, dans la mesure où pour nombre de parents et de citoyens

Hommage au musicien Hadj Larbi Berbara
TISSEMSILT

L'

artiste musicien, le défunt Hadj Larbi Berbara, membre de l'association culturelle "Chourouk" de Theniet El Had, a été honoré récemment à la maison de la cultur "Mouloud-Kacim-Naït-Belkacem" de Tissemsilt. Le président de l'association "Chourouk" versée dans le genre musical chaâbi a qualifié cette initiative de louable envers un artiste qui a tant donné aux musiques chaâbi et andalouse en Algérie et qui reste l'un des meilleurs joueurs de banjo et de violon au niveau national, de l'avis de grands musiciens. Le directeur de la maison de la culture a souligné que cette cérémonie s'inscrit dans le cadre des démarches visant à revisiter la mémoire d'artistes défunts. Cette cérémonie a été agrémentée par des chants chaâbi interprétés par les éléments de l'association "Chourouk" de Theniet El Had. Larbi Berbara, natif de Theniet El Had le 19 mai 1963, a débuté sa carrière dans les années 70 dans le genre andalou et chaâbi à l'association culturelle "Assila" de Theniet El Had, jouant plusieurs instruments de musique. Cet artiste défunt fut l'un des fondateurs de l'association "Chourouk". Il fit un bref passage au groupe "Raina Rai" de Sidi Bel-Abbès et devint un virtuose de musique. Il décéda le 14 juin 2013 à l'âge de 50 ans. Lors de cette cérémonie-hommage, initiée par l'établissement culturel "Mouloud-Kacim Naït-Belkacem" dans le cadre du programme d'animation du mois sacré du Ramadhan, des diplômes et des cadeaux symboliques ont été remis à la famille de l'artiste et à ses compagnons dont Rafed Daoud, Bouguetifa Boutouchent et Belkharoubi Benali.

L

e chanteur andalou Akim El Sikameya prendra part au 11ème Festival de la musique africaine de Londres (Angleterre), prévu du 13 au 22 septembre prochain, aux côtés de 30 participants représentant plus d'une dizaine de pays, annoncent les organisateurs du festival. L'artiste algérien, dont le pseudonyme est tiré des "Noubat" "Seka" et "Maya", deux modes musicaux andalous, compose et écrit la plupart de ses chansons dans un brassage des genres, entre traditionnel andalou et flamenco. Etabli en France, Akim El Sikameya a fait partie dès l'âge de 8 ans de la troupe "Nassim El Andalus" de la ville d'Oran

Akim El Sikameya au Festival de la musique africaine de Londres
où il a appris le chant et à jouer du violon. A 20 ans, il crée sa propre formation, "El Maya", avec d'anciens amis musiciens. En 1994, l'artiste entame une carrière en solo couronnée par la sortie de quatre albums : "Atifaoumi" (1999), "Aini Amel" (2005), "Un chouia d'amour" (2009) et "Sweet bazar" (2013). Parmi les chansons qui ont fait le succès de Akim El Sikameya "Firdaws", "Nouzha" et "Wahran fi kolli lahda". Akim El Sikameya a participé, par ailleurs, à des festivals en Espagne, à Singapour, en Inde et au Japon, notamment. Il avait déjà pris part au 4ème Festival de la musique africaine de Londres organisé en 2006.

amoureux des jeux du cirque, le tarif, cet épouvantail tant redouté par les ménages, cet obstacle qui se dresse telle l’épée de Damoclès, est jugé très cher car variant entre 900 et 1.500 DA par personne. De quoi faire réfléchir deux fois plutôt qu’une avant de se décider à s’offrir ce spectacle inénarrable. C’est le temps de la résurrection des orchestres de musique chaâbi. Ils ont tendance à se multiplier dans les cafés populaires en ce mois de Ramadhan béni. On les rencontre dans différents quartiers de la capitale. Belouizdad, le Ruisseau, dans les quartiers périphériques de la ville. Les gens renouent avec ces spectacles musicaux pour faire perdurer une tradition ancienne ou par nostalgie, il faut le dire. Les férus se délectent aux rythmes des qacidate comme au bon vieux temps des grands maîtres du chaâbi. M. Bouraib

Dimanche 11 Août 2013

16 EL MOUDJAHID

La chaleur qui a caractérisé la wilaya de Bordj Bou-Arréridj durant la journée de jeudi dernier n’a pas empêché les citoyens de la wilaya à sortir nombreux, d’abord pour assister à la prière de l’Aïd et, ensuite, pour se rendre visite. S’ils ont commis des erreurs et surtout créé des conflits durant le mois sacré, il était temps de demander pardon.

Des valeurs et des actes
L’AID A BORDJ BOU-ARRERIDJ
ter un devoir qui est devenu rituel. Les gâteaux préparés la veille, donnant au Ramadhan une autre caractéristique, ont été servis à l’occasion. Même si le «maqrout» fait à base de semoule et de dattes était le seigneur de la table, les autres spécialités orientales étaient présentes. Il fallait profiter de cette occasion qui ne se présentent pour certains qu’une ou deux fois par an. Les embrassades dans la rue rappellent combien les gens ont besoin de se voir et de se rencontrer en dehors des opérations d’achat et de vente. Comme beaucoup d’habitants sont originaires des environs du chef-lieu de wilaya, les routes étaient non moins animées. Mais la fête n’avait pas lieu seulement dans les maisons. Les cafés ont ouvert leurs portes à partir de la journée de vendredi, renouant avec l’affluence d’autant qu’il a fait plus frais que la veille même si la prière de cette journée les a poussés à baisser rideau plus que d’habitude. C’était l’occasion pour les imams de rappeler le message de pardon mais aussi d’insister sur la nécessité de ne pas perdre ce qui a été gagné durant le Ramadhan comme l’habitude de se rendre aux mosquées, de ne pas manger

Société
L

I

l faut dire que la wilaya, plus particulièrement la ville de Bordj Bou-Arréridj, a connu une animation record durant la nuit. Les rues, les magasins, les cafés et surtout le parc d’attractions ont attiré une foule importante. Les routes sont déjà bloquées aux intersections stratégiques. Il était difficile de se frayer un chemin mais l’ambiance était plus détendue. Après la prière de l’Aïd, les imams ayant insisté sur la valeur du pardon mais aussi d’entraide et d’entretien des liens familiaux, les citoyens accompagnés de leurs enfants se sont empressés d’exécu-

L

es Aïds se suivent et se ressemblent à Constantine ; tout comme pour celui de l’année passé, les citoyens de la ville et de sa périphérie ont été obligés de prolonger leur jeûne en ce qui concerne une denrée pour le moins incontournable sur leur table : le pain. En effet, en dépit des assurances de l'Union des boulangers locale affiliée à l'UGCAA quant à la permanence qu’assureront durant les deux journées de la fête une trentaine de boulangeries sur tout le territoire de la wilaya, le pain s’est fait particulièrement rare. Il semblerait que la mauvaise foi et la cupidité de certains aidant, tout le dispositif devra être revu tant il s’est, encore une fois, montré d’une grande inefficacité. En effet, il était bien difficile, voire quasiment impossible de trouver du pain durant les journées de jeudi et de vendredi. Même les boulangeries ayant assuré leur permanence au niveau de certains quartiers du centre-ville et des localités environnantes n’avaient ouvert leurs portes que durant quelques heures (de 10h à 14h), générant une grande mais prévisible cohue, ce qui amènera certaines à imposer un système de rationnement, limitant la vente à trois ou quatre baguettes par personne. En parallèle, les restaurants et autres vendeurs de brochettes n’ont curieusement pas trouvé de difficultés à s’approvisionner en pain, ce qui laisse planer des doutes quant aux arguments des boulangers n’ayant pas

Le pain s’est fait rare à Constantine
MALGRÉ LES ASSURANCES DE L’UGCAA

pour sentir le besoin exprimé par les démunis et régler les problèmes de santé dus de l’opulence. Il ne fallait surtout pas abuser de gâteaux et de café pourtant si bons après un mois

de privation. Les enfants, quant à eux, en ont profité. Ils ont mangé, bu, joué et ri. Leurs beaux habits choisis soigneusement pendant de longues nuits ont été sortis. Un défilé de diffé-

rentes modes et de couleurs a eu dans lieu dans toutes les maisons et rues. Pour eux, l’Aïd est synonyme de joie. Ils sont loin des considérations des grands. F. D.

e cimetière aérien qui surplombe la baie de Jijel, et qui porte le nom du marabout du XVIIe siècle Sidi Ahmed Amokrane, reste un lieu de recueillement incontournable lors des fêtes religieuses célébrées par les familles de cette région littorale. Le mausolée de cheikh Sidi Ahmed Amokrane, érigé en ces lieux chargés d’histoire, est encore très visité par la population locale, comme il a pu être constaté depuis le 27e jour du mois de Ramadhan et ce, malgré son état actuel jugé "lamentable" par les citoyens et les descendants du cheikh rencontrés sur les lieux par l’APS à la veille de l’Aïd El Fitr. Ce mausolée où reposaient le cheikh et d’autres chefs spirituels de la ville, détruit par les bombardements de 1942-1943, a été remplacé, en 1964, par un petit monument en forme de coupole, puis en mosquée. "Autrefois, la première sortie de la jeune mariée était consacrée à Sidi Ahmed Amokrane", se souvient Mme Habiba Rida qui appartient à la 16e génération des descendants de ce cheikh venu de la Kalaâ des BeniAbbas en 1631 pour s’installer à Jijel, d’où, selon des historiens, sa direction spirituelle cimenta l’alliance des tribus de la région contre l’expédition militaire du duc de Beaufort (de juillet à octobre 1664), commanditée par Louis XIV et vaincue par la résistance des Algériens. Selon les historiens, c’est par le djihad contre l’occupant que

Lieu de recueillement incontournable
MAUSOLÉE DE SIDI AHMED AMOKRANE À JIJEL

S

TRADITIONS DE LA VEILLE DE L’AÏD EL FITR EN KABYLIE

«Taswiqt», un rite initiatique pour les garçons

l’homme de foi, venu rejoindre son oncle le cheikh Fadel Amokrane, fondateur d’une zaouïa à l’entrée de la vieille ville (rasée en 1859 ), fils du sultan éponyme tué par les Turcs en 1550, a conquis les cœurs des Jijéliens, et cette place qui lui est consacrée sur les hauteurs de Kern El-Djebel. "Les youyous fusaient, l’on faisait une collation de "tamine" (mélange de semoule, d’huile d’olive et de figues sèches), et du couscous était servi à tous. La taille de la mariée était ceinte d’un sendjak vert pendant qu’on l’arrosait de figues sèches (karmos). Elle était ensuite escortée à la maison des Amokrane (au-dessous du cimetière)

pour boire de l’eau bénéfique de son puits, tandis que des prières et des cantiques à la gloire du Prophète (QSSSL) étaient entonnés par tous", se rappelle encore Habiba qui ne cache pas sa nostalgie pour ces rituels nuptiaux qui ont cessé dans les années 1980. "Notre pari est aujourd’hui de réhabiliter ces lieux et d’en défendre la mémoire", soulignent Mohamed et Haroun Amokrane, descendants de Sidi Ahmed, qui, les bras chargés de documents d’archives, retracent l’histoire des descendants du sultan Nacer de la Kalaâ des Beni-Abbès (mort en 1600), dont les quatre fils sont à l’origine, en Kabylie et dans l’Est

algérien, de la saga familiale des Mokrani. "En 1928, l’administration coloniale a tenté de détruire le cimetière pour utiliser la roche sur lequel il est bâti afin de construire les quais du port. La famille Amokrane, soutenue par l’ensemble des Jijéliens, ont fermement refusé cette atteinte à leur mémoire collective et un émissaire a porté l’affaire à Paris’’, narre Haroun Amokrane avec une émotion non feinte. Les deux frères se souviennent que le cimetière a été longtemps affublé d’une caserne de l’armée française avant que ces terres ne soient, grâce aux protestations des habitants de Jijel, restituées à la famille.

i les fêtes de l’Aid El Fitr constituent pour le commun des mortels une occasion inégalable pour passer, dans la joie et la gaieté, des moments en famille, ce n’est pas le cas pour de nombreuses personnes qui sont mobilisés ce jour-là au service du citoyen. Corps de sécurité, médecins, pompiers, douaniers ou encore commerçants et même journalistes, tout ce beau monde a sacrifié les fastes de l’Aid au profit des autres citoyens. « Le plus dur dans tout ça ? C’est assurément lorsque ta maman, ton épouse ou tes enfants t’appellent de la maison pour te souhaiter bonne fête. Des instants vraiment difficiles et émouvants à la fois. Mais, c’est la vie. On doit assumer et dire qu’on est mieux loti que d’autres personnes qui n’ont même pas de quoi nourrir leurs familles et vêtir leurs enfants », indique Nabil, un jeune policier qui a passé la journée de jeudi à assurer la sécurité d’une importante institution de l’Etat. « C’est vrai que nous sommes payés pour cela, mais je crois que ce moment de convivialité et de bien-être qu’on passe durant l’Aid avec notre famille et nos proches n’a pas de prix », précise Haroun, un agent de la protection civile qui n’en est pas à sa première expérience, lui qui compte une quinzaine d’années d’exercice. « Je commence à m’habituer à cette situation », ajoutera-t-il. Pour Nacéra, infirmière à l’hôpital de Baïnem, l’heure est plutôt à la mobilisation lorsqu’elle est de permanence les jours de l’Aid. D’autant plus que l’expérience a démontré que les urgences ne désemplissent pas en pareille période. « Le devoir nous impose d’être prêts à tout moment et

Ils étaient de service
EL MOUDJAHID

17

«KHOBZ EDDAR» POUR LES JOURS DE FÊTES À BATNA

D

voulu assurer la permanence sous prétexte que leurs ouvriers ont préféré rentrer chez eux passer l’Aïd en famille, alors qu’il est établi que certains ont assuré le service «portes fermés», les fournées étant destinées d’avance aux restaurateurs. Enfin, l’occasion faisant le larron, les vendeurs informels de pain, lesquels proposaient des baguettes à 40 et à 50 DA, ont bien profité de la défaillance du système, tout en «dé-

pannant» néanmoins pas mal de citoyens obligés de revivre ce calvaire post-Ramadhan pour la énième fois. Signalons que la liste initiale des permanenciers présentée début août par la Direction du commerce avait été, dans un premier temps, rejetée par l'Union des boulangers pour la raison que leurs représentants n’avaient pas été associés à son élaboration, avant que les différentes parties ne se mettent d’accord

sur une liste comprenant 28 boulangeries se trouvant à Constantine (centre-ville, Sidi Mabrouk, Bab El Kantara, Daksi…), au Khroub, à Hamma Bouziane, à Zighoud Youcef et à Messaoud Boudjeriou. Pour rappel, des amendes pouvant aller jusqu’à 300.000 DA ont été prévues à l’encontre des commerçants n’ayant pas observé la permanence. I. B.

Vaste élan de solidarité
BOUIRA
La célébration de l’Aïd El Fitr dans la wilaya de Bouira est marquée par un vaste élan de solidarité envers les couches sociales défavorisées, a-t-on constaté. Dans la matinée du premier jour de la fête religieuse, les responsables de la wilaya, à leur tête le wali Nacer Maaskri, ont rendu visite à la maison de l’enfance assistée où ils ont procédé à la distribution de cadeaux aux orphelins. La cérémonie s’est déroulée dans une atmosphère pleine d’affection et de liesse, des dizaines d’enfants assistés de Bouira ont reçu des gadgets et jouets de tous acabits. Des vêtements et autres cadeaux leur ont été offerts par les responsables de la wilaya dans une ambiance festive. Les chérubins ont eu aussi droit à des spectacles et autres activités récréatives "dans l’objectif de faire oublier l’isolement à ces petits gamins", a indiqué un responsable du centre. "Nous organisons chaque fête ce genre d’activités pour faire oublier à ces enfants leur situation d’orphelins et pour qu’ils puissent célébrer l’Aïd dans la joie comme tout le monde", a-til dit. D’autre part, les personnes âgées n’ont pas été oubliées à cette occasion. Les responsables de la wilaya ont rendu visite au centre abritant cette catégorie de personnes de la ville, où ils ont partagé des moments de joie avec les vieux et vieilles du centre. Des cadeaux leur ont été remis par les autorités locales en guise de solidarité avec cette frange sociale vulnérable. A M’Chedallah, l’association culturelle "Issad" a, comme à l’accoutumée, rendu visite aux malades se trouvant à l’établissement public hospitalier (EPH) de la ville, où les initiateurs ont offert à leur tour des cadeaux, dont des vêtements, aux malades qui reçoivent les soins au niveau de ce centre de santé publique. "Plusieurs de ces personnes n’ayant pas pu célébrer la fête avec leur famille ont tenu à saluer ce geste de solidarité envers des personnes malades ayant besoin de sourires, notamment en ce genre d’occasion de fête", a dit à ce propos un jeune homme hospitalisé depuis une semaine dans le même établissement de M’Chedallah.

ans les villages de Kabylie, la veille de l’Aïd est marquée par le jour de "taswiqt ", un événement aussi important que cette fête religieuse, dédié exclusivement aux garçons. L'importance de taswiqt, un rite initiatique qui remonte aux temps anciens, est dû au fait que ce rite permet à l’enfant mâle de la famille d’accéder au cercle des adultes et de devenir un "homme ". Pour cela, certains préparatifs sont nécessaires : il s’agit notamment de la traditionnelle coupe de cheveux pour l’enfant qui ira le lendemain au marché pour acheter une tête de veau qui symbolise la "force" et la "robustesse", qualités qui définissent l’homme et prédestinent l’enfant à son rôle de maître de maison, estime-t-on. Le jour de marché (taswiqt), le garçon est accompagné par un homme de la famille, généralement son père ou son grand-père paternel, pour aller acheter la fameuse tête de veau. Le rôle de l’enfant dans cette tradition reste entièrement symbolique, puisque étant encore très jeune, c’est son accompagnateur qui choisit et achète la tête de veau, tout en donnant des conseils précieux à l’enfant pour lui apprendre à choisir le meilleur produit et à négocier le prix. "Taswiqt est aujourd’hui synonyme de jour de marché, mais elle a perdu son côté rituel et initiatique", témoigne Saïd, un sexagénaire qui se rappelle avec nostalgie

D

son jour detaswiqt où, âgé de quatre ans à peine, et accompagné de son grand-père paternel, il est allé au marché de Ain El Hammam pour acheter une tête de veau. "C’est un événement marquant qu’on garde en souvenir", ajoute-t-il. De nos jours, plusieurs familles continuent à fêter taswiqt, mais avec une note de modernité. L’enfant ne va plus au marché pour acheter une tête de veau, mais il descend en ville, généralement à TiziOuzou, pour acheter les vêtements de l’Aïd et des jouets. Le cachet exclusivement mas-

culin qui caractérisait cet événement n’est plus de mise puisque les fillettes sont aussi de la partie pour faire les magasins de vêtements et de jouets et choisir leur tenue de l’Aïd. Dans certains villages du Djurdjura, tels qu'Ath Ouabane et Ath Lkaid, où le mouvement associatif culturel est très actif, des familles jalouses de l’héritage de leurs aïeux continuent toutefois à célébrer "taswiqt" dans la pure tradition, pour préservercette pratique ancestrale et la transmettre aux nouvelles générations.

e très nombreuses familles batnéennes se soucient peu - mais alors si peu - de savoir si les boulangers voudront bien appliquer les consignes et assurer des permanences durant l’Aïd El Fitr. Pour toutes ces familles, c’est "khobz eddar" (littéralement "pain fait maison") qui doit trôner en maître de la table. C’est pourquoi chez ces gens, de Batna à Arris et d’Ain Touta à Barika, la baguette, qu’elle soit "améliorée" ou pas, n’a pas voix au chapitre. Il ne fait pas de doute que la préparation du pain traditionnel a encore de beaux jours devant elle dans les Aurès, khobz eddar semblant correspondre à une pratique bien ancrée dans les mœurs des familles batnéennes. Nacera, une fonctionnaire de la wilaya de Batna, soutient que la baguette de pain devient "une denrée rare pendant l’Aïd puisque les rideaux métalliques de la plupart des boulangeries restent hermétiquement et désespérément baissés, ne laissant émaner aucun effluve de pain ou levain". Il reste que ce n’est pas du tout un problème pour Nacera du moment, ditelle, que khobz eddar permet de "se passer, ce qui n’est pas plus mal, du pain du boulanger". Semblant décidée à mettre l’eau à la bouche à ses interlocutrices, deux de ses collègues prénommées Nadia et Souad, Nacera soutient que le pain maison, "moelleux et délicieux, pétri avec un soupçon de citron, parsemé de grains de nigelle et d’anis, est parfait pour accompagner toutes sortes de plats ou une bonne tasse de café". En fait, khobz eddar est un "pilier" de la gastronomie des Aurès où chaque région a son type de pain, sa façon de le pétrir et son mode de cuisson. Le pain fait maison accompagne tous les repas de fêtes dans cette wilaya où il est difficile de "dénicher" une famille capable de concevoir un Aïd sans khobz eddar. Traditions parmi les mieux observées à l’occasion de la fête

Un héritage familial parmi les mieux conservés

en toutes circonstances. Qu’il neige, qu’il vente ou qu’il fasse chaud. Vendredi, l’Aid ou jour férié, nous sommes constamment sur le qui-vive pour répondre à l’appel du devoir », assurant que les évacuations sont nombreuses lors des fêtes de l’Aid. Ce sens de l’abnégation leur vaut dans tous les cas reconnaissance et gratitude de la part des citoyens, dont certains n’hésitent pas à leur faire partager la joie de la fête. Qui par une offrande de gâteaux, qui par un « Saha Aidek » qui va droit au cœur. « C’est la moindre des choses que d’être à leur côté. On essaye au moins de les encourager moralement parce que grâce à eux, nous passons un Aid agréable et sécurisé », soutient Samir qui dit merci aux permanenciers… ! S. A. M.

de l’Aïd par les mères de famille des Aurès, cet aliment naturellement énergétique garnira la table pendant plusieurs jours après avoir été savouré au tout premier petit-déjeuner après un mois de jeûne. Car il faut savoir que l’autre avantage de khodz eddar est qu’il peut être conservé durant plusieurs jours à température ambiante, sans qu’il ne soit le moins du monde altéré. "Essayez de manger un morceau de pain de boulanger trois jours après l’avoir acheté», s’écrie Nacera, le ton badin, un peu comme pour défier ses copines. "Conservez des morceaux de pain fait maison dans des serviettes en tissu et leur saveur demeurera intacte pendant une ou deux semaines", affirme la jeune dame sur un ton péremptoire. La tradition liée à la préparation de khobz eddar impose à la femme, qu’elle soit active ou mère au foyer, de préparer ce pain spécial à base de semoule de blé dur, d'huile de tournesol, de levure et de sel, doré au jaune d’œufs et agrémenté de grains d'anis et de nigelle. La "bonne" recette repose sur le mixage délicat de ces ingrédients que l’on pétrit en ajoutant assez d'eau tiède pour obtenir une pâte molle et un peu collante qu’on laisse ensuite lever

avant de la débiter en pains ronds ou carrés, selon la forme du plateau. Ensuite, direction le four, mais pas n’importe lequel. Il faut en effet se rendre chez le boulanger (Nacera ne lui reconnaît que cette utilité pendant les jours d’Aïd) pour faire cuire le pain, de préférence dans un four chauffé à 200° C, pendant 20 minutes et à bon appétit ! L’opération de cuisson donne d’ailleurs une idée de l’engouement des familles batnéennes pour khobz eddar. Il n’y a qu’à voir cette animation, la veille et l’avant-veille de l’Aïd, autour des boulangeries dont le sol est jonché de dizaines de plateaux de toutes tailles, souvent jusqu’à une heure tardive de la nuit. "Afin de maintenir toute la saveur de ce pain doré, il est recommandé, même si l’on possède un four à gaz ou électrique chez soi, d’envoyer son plateau chez le boulanger, surtout s’il dispose d’un four à l’ancienne qui permet une cuisson impeccable", souligne Nacera. Ces derniers jours à Batna, toutes les boulangeries ou presque se consacrent exclusivement à la cuisson de khobz eddar, enfournant jusqu’à plus d’une centaine de plateaux par nuit. Un filon juteux, certes, mais qu’importe, chacun y trouve son compte.

Dimanche 11 Août 2013

20
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3484
INTELLIGENTE ——————————— PÉRIODE ——————————— RICHE ÉTOFFE DANS LE SEAU —————————— UN SEMBLANT —————————— EN CALE DURILLON ——————————— BARRE DE FERMETURE ————————————— CHANTEUR VIEUX PÉTRIN —————————— SOUVERAIN ——————————— PLANTE
PLUIE TORRENTIELLE —————————————— BRUIT SEC ————————————— EN RÉGIE ——————————————— INSTITUTEUR

EL MOUDJAHID

Mots CROISÉS
Nº 3484
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

V

VI

VOYELLE DOUBLE ——————————— DIRECTION ——————————— AMIE DU POÈTE RAPAS ———————————— ENSEMBLE INFORME ———————————— MAQUILLER

VII

VIII

IX

X

Définitions
HORIZONTALEMENT
I-Forme de jurer-Signe opératiore. II-En arabe-Jeux de carte. III-Répéter sans arrêt. IV-Est utile-Poinçon à cuir V-Possessif-EspritPériode. VI-Empêcher de voir la réalité. VII-Préposition-Organisation armée-Heure anglaise.VIII-Partie postérieure d’un oiseau. IX-Moyen de transport-Petit rongeur. X-Écimé-Chef du Vatican.

MÉDIRE —————————— BÉNÉFICIE D’UN LEGS ———————————— DIEUX SCANDINAVE D’UN SEUL PÔLE —————————— POSSESSIF —————————— CLAIR

COPIEUR ——————————— MONNAIE SCANDINAVE ————————————— ÎLE GRECQUE

NE DONNE PAS DE CROIX ————————————— PÈRIODE EN ÉTUDE

VERTICALEMENT
1-Une oie-Plein d’œufs. 2-Rapaces-Copulative.3-Résidu de goudron-Pour une ouverture.4-Tue-Rongeur. 5-Bruit sec-Violon. 6-Camélidés. 7-Éplucher-Dynamisme. 8-Donné en garantie-Diminua de la largeur. 9-Jardin de Padoue-Interjection. 10-Donne le ton-Vanté à l’excès.
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
U

RELIGION DE L’INDE ———————————— LISIÈRE ———————————— FORMER DES PLIS
ÉRUCTTER ÉRUCTER ———————————— DÈMODÉ ———————————— TITRE DE ROI

3
R

4
A

5
T

6

7
E

8
G

9 10
A

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

J
A

L

Grille
3. Biconvexe 33. Plongeoir 34. Dératiser 35. Casse-noix 36 . Errements 6. Kilocycle 11. Fume-cigare 12. Convenable 13. Allegretto 14. Microphone 16. Effroyable 17. Cosomonaute 18 . Citronnier

Nº 3484

Mot CACHÉ
S

R A

B
B
R

A
C

C
H

C
A
L

A
G

R
E

A

15 . Baratter

R

A

R R E
20 . Enlèverai 22. Ululation 23 . Cognition

I

S T A N T E M P

A N A C H E E I Q U E K I
S

S

E

T

A

E

N

E
N

B E N T A R T R E R A Q U A T I
C O G E R A N T G E

T
O

A
I

A

M
E
A
U

E

A
E
T
H
O

A R A T E R A I I

E R E Z

E
S

L
E

L
T
O

R

C
E
N S E

C H A R M O N

I

U M C A R

B O N A T E L R E E E R E O I
F I I

E
U
V

37. Rondpoint 38 . Bleuâtre 39. Enracine 40. Endolorir 41. Procédure 24 . Réservoir 25 . Mordiller 27 . Propulsif 29 . Cheviller 30 . Sassement 1. Résistant

O E E O E N B A R A T N R L T N E N L E V E V A B T O U L U L A T E E A E H C O G N X
I
N R P R E

C E T
L

R O T

P
E

I

L T B U

E I

I

C

X
E

R
A

U
P

O N I I R F T

R Y

E

E

P

I I I

T L L

O N T A A N E C Y N N N L R U O O O N E
T R M R O V

S

E R V O

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
U
N

E C E G O M O R D I
M N L C C H E V

L E S L E

3
D

4
I

5
C

6
I
M

7
E

8
U

9
S

10
E
E

19. Maçonnerie 42 . Pepasseur 21. Intuitif 26. Kilojoule 28. Valoriser 43. Deux-ponts 7. Cogérant 8. Araserez 9. Harmonium

K E V E R P R O P U L L U O L I

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

J

R N F
I

S

T C A I
A L R R X T

A
S
E

D

A

A

S A

S E

S A S
I

S E M E N R E P

F O

I
P

M
A

I

L

I

2 . Empanache 4 . Entartrer

O F C A M R C R E A T J
C
I

E U R A E C C M O
I S

R
T

T

A

S

M

R

O
L

I
E
G
O

A
T

C

G
I

31. Créateur
I

N E R A

A
R
O

A

R
I
M

E

32 . Cinéraire

10. Carbonate 5. Aquatique

O D E R A T U E R R E M L E
B L E U A E N D O L

T H

A
I
N
E

E
U

N I O S
S

D

E

RECONSTITUTION

L O N G E O I I S E R C A S S E N O I E N T S R O N D P O I N T R E T I E N R A C I N O R I R P R O C E D U R S E U R D E U X
P O N T

E E E R S N

O
R

R

E
R O

R

T I

E

R
E

E

T

R

SOLUTION PRÉCÉDENTE: REAMENAGEANT

O R E P A S

Canal Algérie
09h00 :Bonjour d'Algérie (Direct) 10h30 : Ouaqa'ie (02) rediff 11h00 : Secrets des plantes 12h00 : Journal en français + météo 12h30 : Maoussime el matar (02) 13h45 : Znoud al sit II (02) 14h35 : Djemei family wanted ''2 éme ptie'' 16h30 : GGO Football (31) 17h00 : Tarikh oua hadhara (23) 17h20 : Kayfa souni'ate (21) 18h00 : Journal en Amazigh 18h30 : Ouaqa'ie (03) 19h00 : Journal en français + météo 19h30 : Nass m'lah city 20h00 : Journal en Arabe 20h45 : Sahret el aïd 22h10 : Comedia fun 23h20 : Festival de la musique andalouse 00h00 : Journal en Arabe

Dimanche

Sélection NASS M’LAH CITY
19h30

Télévision
MUSIQUE ANDALOUSE
23h20

Série humouristique algérienne, "Elle redonne le sourire avec son rôle dans la série Nass Mlah City, grand succès populaire des années 2000 et se fait connaître hors du pays en devenant l'égérie du réalisateur Nadir Moknèche."

Soirée musicale, un concert de musique andalouse exécuté brillamment par la troupe de l'association culturelle, artistique et musicale .

Dimanche 11 Août 2013

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du dimanche 4 Chaoual 1434 correspondant au 11 Août 2013 :
- Dohr.........…..............12h53 - Asr..............................16h39 - Maghreb.................... 19h47 - Ichaa……...……....... 21h15
Lundi 5 Chaoual 1434 correspondant au 12 Août 2013 :

EPE/SPA au capital de 30.000.000 DA SGP TP SINTRA 48, rue Belkacem-Amani, le Paradou, Hydra, C.P 16038, Alger, Algérie Tél.: (213) 021.60.11.20}—Fax : (213) 021.60.12.27 Code fiscal : 097416280003039

Vie pratique

29

- Fedjr.........................04h26 - Chourouq.................06h03

AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ La Société Algérienne d’Etudes d’infrastructures S.A.E.T.I porte à la connaisNom de fourniseur SOMAGEX Montant de l’offfe en TTC 5 181 930,00 Désignation du lot Lot 1

juillet 2013 du Ministre de l’Energie et des Mines, une SARL STATION EL ANFEL, du decret exécutif 97-435 du 17 novembre réglementation du stockage et l’activité d’OUM Skikda.” de vente 1997, portant

“Par décision n°147 du 25

sance des soumissionnaires ayant participé à l’avis d’appel d’offres national ouvert n°03-2013 portant sur : • Lot 01 : Acquisition de Matériels Topographiques

au capital de 18 000 000 000 DA Complexe 18-Février Journée Nationale du Chahid Z.I « TRAF » IBN BADIS BP 21 EL KHROUB NIF : 099916000802171

autorisation a été accordée à conformément aux dispositions

Tout soumissionnaire qui conteste ce choix peut introduire un recours dans un délai de dix (10) jours, à compter de la première publication du présent avis sur les quotidiens nationaux.
El Moudjahid/Pub du 11/08/2013

AVIS D'INFRUCTUOSITE
Conformément aux disposin°02/DIR du

de la distribution des produits carburants, sise à la commune TOUB, wilaya

pétroliers, pour l’exercice de de

de

BATICIC Centre

SGP CONSTRUMET - Spa Groupe Industriel «BATIMETAL» Spa Société de Constructions Industrielles Métalliques et Chaudronnerie

tions de l'article 17 de la décision 23/01/2012, définissant les modalités de passation des marchés, la SNTA Complexe 18-Février Ibn-Badis informe les soumissionnaires ayant répondu au gré à gré après consultation que le marché relatif à l'achat de 550 tonnes de chaux hydratée est déclaré infructueux.
El Moudjahid/Pub
ANEP 8893 du 11/08/2013

El Moudjahid/Pub du 11/08/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

AVIS D'INFRUCTUOSITE
BATICIC CENTRE SOCIETE DE CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES METALLIQUES ET CHAUDRONNERIE - HUSSEIN-DEY - informe l'ensemble des soumissionnaires ayant retiré le cahier des charges et participé à l'appel d'offres national et international ouvert n° 01/DA/BC/2013, paru dans les quotidiens EL MOUDJAHID et ECHAAB en dates des 30.06.2013/01.07.2013 portant sur l'acquisition de Produits sidérurgiques (Tôle ASTM Nuance A283 GRC, environ 1.866T) ; que l'appel d'offres a été déclaré infructueux par la commission d'évaluation des offres.
El Moudjahid/Pub
ANEP 303434 du 11/08/2013

BATICIC Centre - Hussein-Dey Spa au capital de : 607.600.000,00 DA Tél. : 021 77 39 65 FAX : 021 49 62 10

(NIF) : 000516096989674

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

L'EGT Centre informe l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d’offres national et international n° 13/EGTC/2012 portant sur la « Sélection de bureaux d’études pour l’étude et le suivi des travaux de modernisation des unités de l'EGT Centre » : • HÔTEL SAFIR

AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE « CORRECTIF »
Spa au capital de 3.044.200.000 DA

GROUPEMENT

Note totale obtenue

Montant de l’étude

GETINSA Ingénierie PROES SAND CASTLE

6 546 052,63/DA/TTC 80,33/100 982 500,00 EUROS/HT

Tout soumissionnaire qui conteste ce choix peut

introduire un recours dans un délai de dix (10) jours, à compter de la première publication du présent avis sur les quotidiens nationaux auprès de la Direction Générale de l'EGT Centre.
El Moudjahid/Pub ANEP 535893 du 11/08/2013

(AONI N° 02/DED/GAO/2013) Le Groupe Avicole de l'Ouest, sis Route du port la Salamandre - Mostaganem, informe tous les soumissionnaires d'un additif à l'avis d’appel d'offres national et international restreint n° 02/DED/GAO/2013 relatif à la fourniture, l'installation et la mise en marche des équipements Unités Aliment Bétail publié le 07 juillet 2013. Cet additif porte sur un sixième lot qui concerne : - Indicateurs de niveau avec système d'interprétation de volume et poids pour silos de stockage de matières premières ; dont les caractéristiques techniques sont repris sur le cahier des charges additif. Les entreprises ayant déjà retiré les cahiers des charges sont priées de se rapprocher ou déléguer leur représentant pour le retrait du cahier des charges additif. Le reste de l'AONI demeure sans changement.
El Moudjahid/Pub

A l’avis d’appel d’offres national et international restreint

GROUPE INDUSTRIEL ONAB EPE - GROUPE AVICOLE DE L'OUEST/ORAVIO SPA Capital social : 2 703 000 000 DA RC n° 0782185-B-00 Siège social : Route du Port la Salamandre - Mostaganem Tél : 0 45 30 84 07/08/13 Fax : 0 45 30 84 15/18 Email : gaoravio2000@yahoo.fr

SGP PRODA

ADDITIF

ANEP 887 du 11/08/2013

Dimanche 11 Août 2013

Slimani entame les entraînements avec le Sporting Lisbonne

30

ACTUAlITé dEs VErTs
son entière disposition. slimani, auteur de 9 buts en 14 matches avec la sélection algérienne, a reconnu, en outre, que ses deux coéquipiers en équipe nationale, Hilal soudani, transféré cet été de Vitoria Guimaraes (d 1, Portugal) vers le dinamo Zagreb, le champion de Croatie, et Nabil Ghilas, qui a opté pour Porto (champion de Portugal) en provenance de Moreinrens, relégué en d2 portugaise, l’ont beaucoup encouragé à choisir le championnat lusitanien, lui qui était sollicité par, outre Nantes, d’autres clubs français, à l’image de rennes, Ajaccio et sochaux. “Je sais qu’ici je peux mieux développer mes compétences. J’estime que j’ai fait le meilleur choix, parce que le sporting est un grand club”, a-t-il conclu. l’attaquant algérien devra toutefois patienter pour disputer sa première compétition européenne. sa nouvelle équipe a terminé à la septième place le championnat précédent, dans une saison marquée notamment par des difficultés financières énormes qu’avait connues le club.

Sports

EL MOUDJAHID

L’

attaquant international, Islam slimani, a effectué vendredi dernier sa première séance d’entraînement avec le sporting lisbonne (d1 portugaise de football), au lendemain de sa présentation officielle à la presse. le meilleur buteur de la sélection algérienne aux éliminatoires de la Coupe du Monde 2014 a pris part à l’entraînement qui s’est déroulé au stade José Alvalade à lisbonne devant quelque 400 supporters, selon le site officiel du club portugais. C’était l’occasion pour l’ex-attaquant du Cr Belouizdad de faire connaissance avec ses nouveaux coéquipiers. slimani qui a inscrit à cette occasion l’un des quatre buts du match d’application organisé par l’entraîneur leonardo Jardim, devrait effectuer son baptême de feu avec le sporting lisbonne ce soir, à l’occasion du match amical contre la Fiorentina. Il vise une place de titulaire Islam slimani, a déclaré, au lendemain de son engagement avec le sporting lisbonne (d1 portugaise de football) qu’il ambitionnait de décrocher une

place de titulaire au sein de sa nouvelle formation. “Je suis ici pour contribuer dans la réussite des challenges nationaux et européens du sporting. Je ferai tout pour gagner une place de titulaire et mes ambitions n’ont pas de limite”, a déclaré le désormais exattaquant du Cr Belouizdad en marge de sa présentation à la presse. le joueur de 25 ans a signé la veille un contrat de quatre ans au profit du sporting. Il devrait toucher un salaire de 30.000 euros, tandis que le CrB se serait offert une indemnité de transfert de l’ordre de 300.000 euros, selon des indiscrétions. réjoui par la conclusion de cette transaction intervenue quelques heures seulement après l’échec de ses négociations avec le FC Nantes (nouveau promu en ligue 1 française), slimani s’est dit “très honoré” de porter le maillot qu’avait endossé des stars du football mondial, “à l’image de Cristiano ronaldo, Nani et luis Figo”. Il s’est voulu toutefois réaliste, en poursuivant qu’il appartenait au staff technique de le juger sur le terrain et qu’il se mettait à

C

le transfert du milieu de terrain algérien de Bologne, saphir Taïder, à l’Inter Milan, a rapporté la presse italienne spécialisée. selon La Gazzetta dello Sport, les dirigeants des deux clubs italiens de serie A devraient se rencontrer en début de semaine pour discuter des modalités du départ de Taïder chez les “Nerazzurri”. les exigences de Bologne sont de 5 ou 6 millions d’euros plus la seconde moitié des droits de l’international slovène rené Krhin, actuellement en co-propriété entre les deux formations, ajoute-t-on de même source. le milieu de terrain uruguayen de l’Inter Milan, diego laxalt, pourrait également atterrir en Emilie-romagne pour amortir le coup du transfert de Taïder de la part du club de Massimo Moratti, croit savoir le journal aux pages roses.

Semaine décisive pour le transfert de Taïder ette semaine sera “décisive” pour

INTEr MIlAN (ITAlIE) 

L

Bouazza non-retenu par Glasgow Rangers (Ecosse)

e Club du dinamo Zagreb (1re div croate de football) où évolue attaquant international algérien, El-Arbi Hilal soudani, affrontera l’Austria Vienne (Autriche) pour le compte des barrages de la ligue des Champions européenne, selon les résultats du tirage au sort effectué vendredi à Nyon (suisse). l’attaquant des Verts avait contribué à la qualification de son équipe en inscrivant un but lors de la victoire à l’extérieur face aux Moldaves de sheriff Tiraspol (3-0), mercredi soir en match retour du 3e tour préliminaire. son coéquipier en sélection liassine Cadamoro et son club espagnol le real sociedad défieront l’olympique de lyon (France). les matches aller seront disputés les 20 et 21 août, les matches retour le 27 août. Matches allers sur la pelouse du premier club nommé.

Soudani (Dynamo Zagreb) affrontera l’Austria Vienne, Cadamoro (Real Sociedad) contre l’O Lyonnais

MATCHEs BArrAGEs/ lIGUE dEs CHAMPIoNs

L’

international algérien, Hassen Yebda, a assuré que les choses se passent “très bien” pour lui après s’être complètement rétabli de sa blessure au genou qui l’avait éloigné de son équipe, Granada FC (liga espagnole de football) ainsi que de la sélection algérienne durant une année et demie. “Je me sens de mieux en mieux, et les choses se passent très bien pour moi depuis un mois et demi, soit depuis que j’ai repris les entraînements avec mon équipe”, a déclaré le milieu de terrain algérien au micro d’Al-Jazeera sport. “Je m’apprête à entamer ma troisième saison sous le maillot de Granada, et je suis optimiste quant à réaliser un bon parcours, après avoir longtemps souffert de ma blessure au genou”, a-t-il ajouté. Yebda (28 ans) avait contracté sa blessure en février 2012 au cours d’une séance d’entraînement avec son club. Il a été contraint de passer sur le billard à deux reprises, causant son éloignement des terrains jusqu’aux dernières semaines de la saison écoulée. seulement, et après son rétablissement, le joueur n’a été utilisé que très rarement par son entraîneur. Avant la reprise des entraînements cet été, la direction de

Yebda se sent de mieux en mieux

GrANAdA FC (EsPAGNE)

l’

L’

la formation andalouse a songé à se séparer des services de l’ex-joueur de Naples (serie A, Italie) pour se raviser par la suite, après s’être assurée qu’il était en voie de retrouver son meilleur niveau. “J’ai disputé jusque-là quelques matches amicaux avec mon équipe, et je peux vous assurer que je me sens en bonne forme”, a encore dit le joueur, dont l’imminent retour à la compétition officielle devrait lui permettre de retrouver les Verts, appelés à disputer les barrages des éliminatoires de la coupe du monde 2014 au Brésil, en octobre et novembre prochains.

international algérien Hameur Bouazza, à l’essai depuis une semaine à Glasgow rangers, n’a finalement pas été retenu par le club écossais de troisième division, a indiqué l’entraîneur de ce dernier, McCoist. Bouazza, libre de tout engagement après son départ de racing santander (div 2, Espagne) a rejoint les Glasgow rangers (3e division de football) le 30 juillet dernier, à l’instar du sénégalais Mamady sidibé pour effectuer des essais. “Nous avons aimé avoir ces garçons parmi nous, ils ont fait du bon travail mais nous allons étudier d’autres options. Nous allons tout de même surveiller leur situation et leur souhaitons le meilleur et les remercions d’avoir pris le temps de travailler avec nous”, a souligné le coach des Glasgow en conférence de presse. outre le racing santander, où il a eu une expérience ratée à cause d’un différend avec les supporters et la direction du club, le joueur algérien avait porté les couleurs de plusieurs clubs entre autres, Fulham, Charlton, watford et Blackpool, en Angleterre.

équipe nationale s’est maintenue à la 34e place du classement mondial de la Fédération internationale (FIFA) dont l’édition du mois d’août a été publiée jeudi dernier par l’instance mondiale sur son site. Au niveau africain, les Verts occupent la 4e place derrière la Côte d’Ivoire (18e, -5), le Ghana (24e, 0) et le Mali (32e, -4), leur adversaire lors de la 6e et dernière journée du 2e tour des éliminatoires du Mondial2014, en septembre prochain au stade Mustapha Tchaker de Blida, mais devant les champions d’Afrique en titre du Nigeria (35e, 0). Quant à la Guinée, que les coéquipiers de Madjid Bougherra affronteront mercredi prochain à Blida en match amical, elle vient en 68e position, perdant pas moins de 7 places. Par ailleurs, l’Algérie est en tête au niveau arabe devant notamment la Tunisie (53e, -6), l’Egypte (61e, +1), la libye (69e, +1), la Jordanie (71e, +5) et le Maroc (75e, +4). En haut du classement FIFA, qui célèbre en août ses 20 ans d’existence, le Top 10 reste inchangé avec l’Espagne toujours leader devant l’Allemagne et la Colombie. les changements enregistrés dans le classement ce mois-ci sont à mettre sur le compte de la Gold Cup, le championnat de la zone Concacaf (Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes) qui s’est déroulé en juillet dernier aux EtatsUnis. Ces derniers, désormais quintuples champions du tournoi, grimpent de trois places pour atteindre la 19e position grâce à un parcours sans faute. outre les 22 rencontres de la Gold Cup, 53 matches amicaux ont été disputés au cours des cinq dernières semaines, dont 46 en Afrique. le prochain classement mondial de la FIFA sera publié le 12 septembre 2013.

L’Algérie se maintient à la 34e place mondiale

ClAssEMENT FIFA

La cérémonie fixée au 9 janvier à Lagos

Glo-CAF AwArds 2013

L

dimanche 11 Août 2013

a 9e cérémonie de remise des trophées des Glo-CAF Awards de l’année 2013 aura lieu le 9 janvier 2014 à lagos (Nigeria), a annoncé mercredi dernier la Confédération africaine de football (CAF). les Glo-CAF Awards retournent ainsi à lagos après l’édition de 2008. la cérémonie s’était déroulée également au Nigeria en 2005, mais c’était dans la ville d’Abuja. les autres éditions avaient eu lieu à Accra (Ghana) en 2006, lomé (Togo) en 2007, Accra (Ghana) en 2009, le Caire (Egypte) en 2010 et Accra (Ghana) lors des deux dernières années. Au total, 13 trophées seront mis en jeu : Joueur de l’année, Meilleur joueur opérant en Afrique, Equipe nationale masculine de l’année, Equipe nationale féminine de l’année, Meilleur club, Trophée du fair-play, Meilleur entraîneur, Meilleur espoir, Joueuse de l’année, Meilleur arbitre, CAF légendes, onze-type de l’année et CAF Platinum Award. lors de la saison 2012, l’international algérien djamel Haimoudi avait été sacré meilleur arbitre africain de l’année devant le sénégalais Badara diatta et le Tunisien slim djedidi.

EL MOUDJAHID

C’est un entraîneur de bonne humeur, déterminé et doté de convictions que nous avons rencontré, hier matin, pour nous accorder cet entretien, afin de nous mettre au parfum du niveau de préparation du Mouloudia d’Alger et de ses ambitions cette saison.
Êtes-vous satisfait du travail accompli durant le stage de préparation au Maroc que le MCA vient de boucler ? Ce que je peux vous dire, c’est que le groupe a très bien travaillé durant tout le stage. Après six semaines d’arrêt et la fin de saison mouvementée vécue par le Mouloudia pour les raisons que l’on sait, on savait que la reprise allait être quelque peu difficile pour remettre les joueurs au travail. Mais, nous avons absolument tenu à atteindre les objectifs que l’on s’est assignés en tant que staff technique durant le stage du Maroc. Pour cela, le coach Alain Geiger a tracé un programme de travail rigoureux et de qualité. Tout le staff a veillé à son application de la meilleure des façons. Peut-on qualifié cette phase de préparation accomplie par le Mouloudia de positive ? Oui, on peut le dire. Certes, en tant que techniciens, on demande toujours plus aux joueurs et on se montre de plus en plus exigeants avec eux, pour les pousser à redoubler d’efforts et à rester mobilisés. Cela dit, j’estime que le groupe a bien répondu à nos attentes. Tout le monde a bien bossé, comme on dit. Il faut savoir qu’on a soumis les joueurs à des séances physiques et technico-tactiques très complexes et soutenues. Le staff technique accorde l’importance voulu au moindre aspect lié à la préparation. Parce qu’on ne peut réussir sa saison sans une préparation adéquate à tous les niveaux. Pourtant lors des matches amicaux, l’équipe n’a pas vraiment séduit et a montré des insuffisances. Comment interprétez-vous cela ? Ecoutez, nous sommes en phase de préparation, les joueurs ont énormément travaillé l’aspect physique, en plus nous sommes en plein été où la chaleur est forte. Rajoutons-y le mois de jeûne qui vient de se terminer et vous comprendrez bien, qu’il ne faut surtout pas s’empresser de juger l’équipe dès à présent. Les matches amicaux livrés face aux solides équipes marocaines que sont le Raja et Assafi, nous ont rendu de grands services. Elles nous ont permis de situer le niveau physique et technico-tactique du groupe. A partir de là, nous avons rectifié le tir et axer notre travail sur les aspects de l’équipe que l’on se devait d’améliorer. C’est à cela que servent les rencontres de préparation au juste. Un mot sur les conditions de travail trouvé à Al Jadida ? Franchement, nous étions dans un lieu de préparation top niveau, digne des centres dont disposent les grands clubs. Toutes les conditions étaient réunies pour réaliser notre programme de travail de la meilleure des façons. En plus des installations sportives, des moyens pédagogiques et de récupération de standing mis à la disposition du Mouloudia, les conditions d’hébergement et de restauration étaient aussi très bonnes. L’équipe a bossé dans des conditions optimum.

« Le Mouloudia fera sensation cette saison »
Et pour ce qui est du comportement du groupe ? Le manager-général de l’équipe Kamel Kaci-Saïd a établi un règlement intérieur qui a été approuvé par tout le monde. Chacun est donc tenu de le respecter à la lettre pour éviter toute sanction. La discipline est notre cheval de bataille. Sans elle, il ne faut s’attendre à rien de bon. Je tiens à remercier nos joueurs pour leur comportement exemplaire durant ce stage. Ils se sont conduits en véritables professionnels et n’ont pas rechigné à l’effort. Ils étaient déterminés et attentifs à nos conseils et recommandations. Il faut dire que l’entraîneur Alain Geiger est un fin communicateur, qui tient absolument à se faire comprendre. Pour nous, c’est important que le message staff technique-joueurs passe bien. Le groupe adhère parfaitement au bon état d’esprit que nous veillons à instaurer dans l’équipe, car il est important de travailler dans une bonne ambiance. Il faut dire que le mois de ramadhan nous a aussi beaucoup aidés pour ce qui est de la discipline et du comportement des joueurs. Pensez-vous disposer d’un effectif qui pourra aller loin cette saison ? Le Mouloudia a maintenu le plus gros de son effectif par souci de stabilité et parce que l’équipe a réussi une bonne saison lors du précédent exercice. C’est un aspect des plus positifs qui nous aide sur le plan tactique, du moment que la plupart des joueurs ont l’habitude

ENTRETIEN AVEC MOHAMED MIHOUBI, ENTRAINEUR-ASSISTANT DU MCA :

Sports

31

d’évoluer ensemble. Je pense que nous disposons d’une équipe équilibrée dans ses trois compartiments, même si à mon sens, un bon joueur supplémentaire au milieu de terrain et en attaque, sera un plus pour nous. On voulait un attaquant africain de qualité, mais ceux que nous avons testés ne nous ont pas convaincus. Ils n’avaient pas un meilleur niveau que les nôtre. Nous avons un effectif de 24 éléments, il reste une licence à pourvoir. Si l’on tombe sur l’oiseau rare, il sera le bienvenu. Confiant pour votre équipe ? Ah oui, pour ça je le suis. Je reste persuadé qu’avec la qualité de ce groupe et les moyens mis à la disposition de l’équipe, il y a de quoi l’être. Le Mouloudia montrera son vrai visage lors de la compétition officielle. On fait de notre mieux pour que l’équipe soit fin prête au coup d’envoi du cham-

pionnat. Les joueurs en veulent et savent qu’on se doit de donner du plaisir, de la joie et du bonheur au formidable public mouloudéen, connu pour être connaisseur et très exigeant. Lorsqu’on défend les couleurs du MCA, on sait à quoi s’en tenir. On veut débuter de la meilleure des manières la saison. Une bonne entame lors de nos trois premiers matches, donnera plus de confiance et de sérénité aux joueurs, en perspective du reste du parcours. Je suis persuadé que le Mouloudia fera sensation cette saison, mais je dis en même temps, qu’on ne veut pas mettre la charrue avant les bœufs. Si on a quelque chose à prouver, il faudra le montrer sur le terrain. Cela nous l’avons bien expliqué à nos joueurs. Voilà tout. Entretien réalisé par Mohamed-Amine Azzouz

I

l semble révolu le temps où les supporters de la JSK boudaient les travées du 1er-Novembre. Les temps ont changé. De l’engouement, il y en a de plus en plus aux entraînements des Canaris depuis que la JSK est rentrée de son stage à Hammam Bourguiba. Il est vrai qu’il n’y a pas de quoi remplir tout un stade, mais lorsqu’on se rappelle que pas plus loin que la saison dernière, seuls quelques inconditionnels, que l’on comptait sur les doigts d’une seule main, continuaient à rép o n d r e présent, il y a de quoi croire au retour du public au 1erNovembre. Il semblerait que l’appel du pied d’Aït Djoudi qui déclarait récemment « vouloir un stade plein à craquer lors des matches de championnat » a trouvé un écho favorable auprès des supporters qui viennent de plus en plus nombreux aux entraînements et aux matches de préparation. Azzedine Aït Djoudi, très apprécié à TiziOuzou, reste incontestablement l’élément déclencheur de cet intérêt soudain pour la JSK, bien que dans le fond tout comme dans la forme rien n’a changé. La direction très contestée est restée en poste avec les mêmes arguments et les mêmes procédés. L’absence de recrues d’envergure cet été, comme le promettait Mohand-Chérif Hannachi, faute d’arguments sportifs et finan-

Le public de retour au 1 -Novembre
JSK
er

ciers à faire valoir, n’a pas empêché les supporters de revenir de plus en plus en force au stade. Ce qui fait dire à certains que la meilleure recrue de la JSK cet été reste incontestablement Azzedine Aït Djoudi. Hannachi avait pourtant juré de ne plus embaucher d’entraîneur local, mais il a eu le flair de ravaler cette promesse et faire en sorte de débaucher son actuel entraîneur du MAS de Fès, car savait-il que ce retour allait lui permettre de passer un été tranquille, Aït Djoudi ayant de tout temps entretenu une excellente relation avec les supporters. Une sorte de technicien à la double casquette de pompier, si besoin est, le dialogue entre supporters et dirigeants étant rompu depuis longtemps. Après, il faut dire aussi que les résultats prometteurs enregistrés par la JSK lors des matches de préparation, même s’ils demandent à être confirmés en matches officiels, ont insufflé un vent d’enthousiasme aux supporters. La JSK semble, en tout cas, avoir retrouvé un peu de sérénité. Il est vrai que cette situation pourrait être appelée à basculer du tout au tout en cas de mauvais départ en championnat, mais il n’en demeure pas moins que le groupe envoie des signaux verts qui font croire à la stabilité. Pourvu que sa dure ! Amar Benrabah

Championnats d'Afrique-2013 : les sélections algériennes en stage précompétitif Les sélections nationales algériennes représentants dans ce rendez-vous continenHALTÉROPHILIE
tal, et sélectionner les meilleurs", a expliqué le DTN. Au Nigeria, l'Algérie devra être présente avec toutes les catégories (cadets, juniors et seniors). Mais la part du lion sera donnée aux cadets (garçons et filles) qu'on prépare pour les qualifications des jeux Olympiques de la jeunesse (2014). En juillet dernier, coïncidant avec le mois du Ramadhan, un groupe élargi d'athlètes avait bénéficié d'un stage de longue durée (15 juil-4 août) qui a été très bénéfique pour l'ensemble des haltérophiles regroupés. " Le dernier stage a permis à l'ensemble des athlètes de progresser davantage. Le choix d'accentuer le travail durant le mois de Ramadhan n'était pas fortuit, puisqu'on savait que les performances et les charges s'améliorent nettement à partir des 3e et 4e semaines de ce mois", a fait savoir M. Zaidi. Pour mettre les athlètes et leurs staffs dans de bonnes conditions, la Fédération algérienne d'haltérophilie (FAH) s'est attelée à réunir les meilleurs moyens possibles, pour le bon déroulement du regroupement de Chéraga qui sera encadré par plusieurs entraîneurs nationaux.

d'haltérophilie (toutes catégories), effectueront du 12 août au 7 septembre au complexe sportif Sveltesse de Chéraga (Alger), le dernier regroupement de préparation en vue de leur participation aux prochains championnats d'Afrique, prévus au Nigeria (7-15 septembre 2013). 45 athlètes (16 seniors, 6 de haut niveau, 10 cadets, 7 féminines et 6 juniors), encadrés par huit entraîneurs dont des conseillers en sport, sont concernés par ce stage précompétitif. " Ce regroupement devra permettre aux différents staffs nationaux de préparer beaucoup plus les gestes techniques chez les athlètes et les préparer à la compétition", a indiqué à l'APS, le directeur technique national (DTN), Yahia Zaidi. Ce stage devra désigner les haltérophiles qui auront l'honneur de représenter l'Algérie au rendez-vous continental, 3e opération, après une participation aux Championnats arabes à Qatar (mai dernier) et les Jeux Méditerranéens à Mersin en Turquie (juin dernier). " Le choix des athlètes dépendra de leur forme et de leur charge. Le niveau des uns et des autres est très rapproché, donc les entraîneurs nationaux devront s'appliquer sérieusement dans le choix de nos

L'athlète algérien Mohamed Lamine Belferar (800 m) a été éliminé aux séries de l'épreuve du 800 mètres messieurs, disputée samedi, pour le compte de la première journée des Mondiaux 2013 d'athlétisme (10-18 août) à Moscou (Russie). Belferar (22 ans), auteur de son meilleur temps personnel cette année (1.46.07), a terminé la course de la 5e série à la 7e place en 1: 47.17, loin derrière le vainqueur, l'Ethiopien Mohamed Aman 1:44.93.

Mondiaux 2013 (800 m) : Mohamed Belferar éliminé aux séries
ATHLÉTISME

Dimanche 11 Août 2013

Pétrole Le Brent à 108,19 dollars

L

a réalisation de ce documentaire de 56 minutes, qui coïncide avec le troisième anniversaire de la disparition, le 21 août 2010, de cette figure emblématique de la guerre de libération nationale, a été financé par la wilaya de Mila. tourné à Mila (ville natale de slimane lakhdar Bentobal, dit si Abdallah), constantine, skikda et Alger, le film retrace l’itinéraire de ce combattant pour la liberté qui fut notamment membre du Groupe historique des 22, ministre du GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) et un des négociateurs des Accords d’evian. le film traite aussi de l’enfance de Bentobal dans le vieux Mila, et renseigne sur son entrée, début des années 1940, au Parti du Peuple Algérien (PPA), pour s’engager dans la branche

Un documentaire Bentobal, biographie et parcours, dont le tournage vient de prendre fin, sera projeté en avant-première le 20 août à l’occasion de la double commémoration de l’offensive du nord-Constantinois (1955) et du Congrès de la Soummam (1956), a indiqué hier son réalisateur Abdelbaki Sellaï.

Un documentaire biographique signé Abdelbaki Sellaï
BENTOBAL, BIOGRAPHIE ET PARCOURS

Monnaie L'euro à 1,334 dollar

D E R N I E R E S

La pénurie de carburant à son comble

oUARGlA

Quelque 60 jeunes de différentes wilayas du pays et de l’étranger prennent part au « chantier culturel international de sidi el Houari », lancé hier aprèsmidi à oran. organisée sur le thème « A la redécouverte des bains turcs d’oran », cette rencontre se distingue par la participation de 14 jeunes du cameroun, de la France, du Mali et de la norvège et de 15 autres de l’association santé sidi Houari (sdH), a souligné le président de l’association, M. Kamel-eddine Brixi. le programme du chantier, qui s’étale jusqu’au 24 août au siège de l’association «sdH» au vieux quartier populaire de sidi el Houari, comporte des travaux de formation en maçonnerie, la taille de pierre, la forge, la menuiserie et la confection de maquettes, selon la

Une soixantaine de jeunes au «Chantier culturel international de Sidi El Houari»

A l’initiAtive de l’AssociAtion « sdH »

paramilitaire secrète, l’organisation spéciale (os) depuis sa création le 15 février 1947, jusqu’à son démantè-

lement en 1950 par les forces de l’occupation. Ayant échappé aux arrestations massives dans les

rangs de l’os, il entre en clandestinité et se réfugie dans les Aurès, où il séjournera jusqu’à la veille de l’insurrection du 1er novembre 1954. selon le réalisateur, les faits relatés dans le documentaire se sont notamment appuyés sur les témoignages de personnages ayant côtoyé le défunt Bentobal, dont Ammar Benaouda (également membre du Groupe des 22), de Mme Bibia Bentobal, sœur du défunt, et de son compagnon d’armes, l’écrivain Azzeddine Bounemeur qui demeura à ses côtés, dès le début de l’année 1955. Abdelbaki sellaï est l’auteur de deux précédents documentaires sur cheikh Abdelhamid Benbadis et Abdelhafidh Boussouf intitulés respectivement L’imam de la nation et La légende des services de renseignements algériens.

la pénurie de carburant enregistrée depuis quelques jours à ouargla, et à un degré moindre dans les autres villes de la wilaya, est arrivée à son comble en ces jours de fête de l’Aid el-Fitr, a-t-on constaté. de longues files d’automobilistes se forment au niveau des stations-service de la ville d’ouargla et ses environs, pour obtenir, au prix de quelques heures d’attente, de jour comme de nuit, quelques litres de carburants et éviter l’immobilisation de leurs véhicules. la crise de carburant, touchant surtout l’essence (super et sans plomb), rare ces derniers temps aux pompes, est de plus en plus vive et les automobilistes, de plus en plus angoissés par le spectre de la pénurie, préfèrent faire le plein de leurs réservoirs, a indiqué le gérant d’une station de service privée. contacté à ce sujet par l’APs, le directeur par intérim du secteur de l’énergie et des mines (deM) de la wilaya, M. Boufatah Babaia, a expliqué cette «tension temporaire» sur l’essence, plus particulièrement le super et le sans plomb, par le fait que ces types de carburant, acheminés principalement de skikda ou parfois d’autres raffineries du nord du pays, est souvent provoquée par certains propriétaires de stations de service, qui ne font pas leurs commandes à temps, mais aussi par les durées de transport. la wilaya d’ouargla n’a pas enregistré, cependant, de pénurie en ce qui concerne l’essence normale et le gasoil dont l’approvisionnement est assuré à partir de la raffinerie de Hassi-Messaoud, et qui sont généralement disponibles et en quantités suffisantes, a-t-il ajouté. le responsable a fait savoir par ailleurs que, si la wilaya est moins touchée que d’autres, notamment frontalières, par le phénomène de la contrebande de carburant souvent à l’origine des pénuries, les services de la deM restent mobilisés pour appliquer la stratégie nationale de lutte contre ce fléau en coordination avec les services sécuritaires.

Une tentative de trafic de 40 kilogrammes de kif traité vers l’espagne a été mise en échec, vendredi soir au port d’oran, par les services des douanes, a-t-on appris hier auprès d’une source sécuritaire. la marchandise prohibée a été découverte à l’intérieur d’un véhicule au moment de l’inspection par scanner préalable à l’embarquement, a précisé la même source. le passager propriétaire du véhicule, un Algérien résidant à l’étranger, a été aussitôt arrêté par les services compétents, signale-t-on.

Mise en échec d’une tentative de trafic de 40 kg de kif vers l’Espagne

PoRt d’oRAn

même source. l’association a également programmé des travaux de désherbage, de nettoiement, de reboisement, de peinture et de jardinage, en plus de la tenue d’une exposition sur les «Bains turcs» et les modes de pratiques traditionnelles suivies autrefois dans ce site

archéologique. les participants sont encadrés dans ce chantier international par des animateurs formés au club Marpen (France), dont la plupart avaient participé à des chantiers internationaux en France, a-t-on indiqué. d’autre part, cette rencontre d’échanges

d’idées et d’expériences constitue également une occasion de formation en musique arabe et andalouse, danses populaires algériennes et orientales, art culinaire et calligraphie arabe, en plus de cours d’initiation en techniques de l’audiovisuel. en outre, les organisateurs ont programmé, au profit des participants, des promenades à l’intérieur de la ville d’oran, des virées aux sites historiques de la wilaya, des soirées artistiques, des conférences sur l’histoire d’oran et d’Algérie et des discussions et débats autour de la vie sociale et culturelle des jeunes. A noter que le chantier international est organisé en partenariat avec l’Association des centres d’animation de quartiers de Bordeaux (AcAQB) de France.

Plus de 600 jeunes des communes de la daïra de Berrahal dans la wilaya d’Annaba ont bénéficié de sessions de formation de courte durée dans le secteur du bâtiment, a-t-on appris samedi auprès de la direction de la formation et l’enseignement professionnels. ces sessions de formation sont inscrites dans le cadre d’une convention signée entre la daïra de Berrahal et la direction de wilaya de la formation et de l’enseignement professionnels visant, a-t-on noté de même source, à «satis-

Plus de 600 jeunes ont bénéficié de sessions de formation
faire les besoins en matière de main d’œuvre qualifiée dans le bâtiment» et à «accompagner les grands chantiers de construction que connaît la wilaya d’Annaba, dont le nouveau pôle urbain intégré de draâ errich». les cours de formation dans les différentes branches liées au métier du bâtiment, de la construction, de la peinture, de la plomberie, de la menuiserie, et de l’électricité notamment ont été dispensés dans trois centres de formation, dans les communes de sidi

AnnABA

le capitaine de la sélection algérienne de football Madjid Bougherra rejoindra le stage de son équipe lekhwiya en Malaisie le 15 août prochain, au lendemain du match amical des verts face à la Guinée prévu le mercredi 14 août au stade Mustapha tchaker (Blida), a indiqué hier le club qatari de première division. le défenseur algérien, qui manquera les quatre premiers jours du stage est retenu par le sélectionneur vahid Halilhodzic pour disputer la rencontre amicale contre le syli national en guise de préparation pour le match contre le Mali du 10 septembre pour le compte de la sixième et dernière journée de la phase de poules des éliminatoires de la coupe du Monde 2014. outre Bougherra, l’équipe de lekhwiya devra faire également sans son meneur de jeu tunisien youssef Msakni lui aussi retenu par le sélectionneur des Aigles de carthage nabil Maaloul pour le match amical face au congo du mercredi prochain à Rades (tunis). la délégation de lekhwiya a quitté hier la capitale qatarie doha pour Kuala lumpur pour effectuer un stage de préparation jusqu’au 18 août en vue du quart de finale aller de la ligue des champions d’Asie contre la formation chinoise de Guangzhou evergrande. les partenaires de Bougherra rallieront ensuite la chine pour disputer le match aller prévu le 21 août, tandis que la seconde manche aura lieu le 18 septembre au Qatar.

Bougherra en stage en Malaisie à partir du 15 août

leKHwiyA

Amar et Annaba, a ajouté la même source. selon la convention signée entre les deux parties, les apprentis concernés par ces formations seront recrutés dans les différents chantiers de logements et d’équipements publics lancés à draâ errich. s’étendant sur 1.344 hectares, 50.000 logements, tous segments confondus, sont programmés dans le pôle urbain intégré de draâ errich, à côté des équipements publics, destinés à accueillir 250.000 habitants.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->