P. 1
Enseignez aux enfants la joie de donner

Enseignez aux enfants la joie de donner

|Views: 56|Likes:
Published by Pierre-Albert Hayen
Etre parent, c'est tout un art...
Etre parent, c'est tout un art...

More info:

Published by: Pierre-Albert Hayen on Jun 17, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as DOC, PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/04/2012

pdf

text

original

ENSEIGNEZ AUX ENFANTS LA JOIE DE DONNER

Par Mme Rita Bruce
Bhagavan Sathya Sai Baba a appelé Mme Rita Bruce et son mari pour deux entrevues afin de les guider pour la publication d’un nouveau manuscrit. Lorsque le manuscrit fut terminé, Bhagavan a dit : ‘’Appelez-le Sathya Sai Parenting ; c’est pour tous Mes dévots.’’ ‘’Enseigner l’autodiscipline aux enfants’’ est un chapitre extrait du livre Sathya Sai Parenting. Il montre l’importance d’inculquer la discipline aux enfants. Dans cet entretien, Bhagavan insiste sur une éducation basée sur la moralité et sur une éducation des enfants fondées sur la discipline.

Le caractère via l’exemple
Avez-vous déjà pensé que si nous ne disons jamais ‘’non’’ à nos enfants, comment apprendront-ils jamais à se dire ‘’non’’ ? Arrêtez-vous un moment pour y réfléchir. C’est très important. Swami dit : ‘’Les parents ont la responsabilité principale de modeler le caractère de leurs enfants.’’ Le caractère est modelé par l’exemple, par l’instruction, par l’amour et par la discipline. Notre bien-aimé Baba insiste continuellement sur le sujet de la discipline. Il dit : ‘’90 % du blâme pour avoir gâché le comportement et le caractère des enfants va aux parents. Ils leur montrent trop d’affection inintelligente et leur donnent une liberté qui manque trop de discernement.’’

Utilisez le frein de l’autodiscipline
Pourquoi la discipline est-elle si importante ? Parce que nous ne sortirions même pas du lit le matin sans discipline. C’est la fonction de la conscience de nous dire ‘’stop’’. Stop à trop dormir, stop à trop manger, stop à trop pleurer, etc. C’est le mécanisme de la conscience qui contrôle notre comportement. Installeriez-vous votre enfant dans une voiture qui n’a pas de freins ? Pouvez-vous imaginer conduire une voiture qui n’a pas de freins ? C’est la même chose avec notre comportement : la discipline est le frein. La voiture représente notre corps, nos actions, notre personnalité. A l’heure actuelle, les enfants conduisent leurs corps, sans utiliser le frein de la discipline. Ils sont incontrôlables. Leur comportement n’est pas conforme aux enseignements de Swami. A présent, ce que nous voyons dans la culture occidentale, ce sont des enfants qui contrôlent leurs parents. D’une certaine façon, les enfants dirigent les parents et non l’inverse. Cette situation n’est pas correcte. Sai dit : ‘’Les parents sont à blâmer pour ¾ de la conduite de

leurs enfants. Si les parents permettent aux enfants de s’égarer, tôt ou tard, ils en subiront les conséquences. Il est devenu à la mode à l’Age de Kali (la période actuelle de dégénération des valeurs) de permettre aux enfants de faire comme ils veulent. Les parents lâchent la bride aux enfants au lieu de les contrôler.’’

Matérialisme contre moralité
D’après moi, notre génération a connu la plus grande ‘’destruction de moralité’’. Nous avons connu la grande révolution de l’immoralité. De nombreuses valeurs qui existaient pour nos parents n’existent plus aujourd’hui. Nous avons dû accepter émotionnellement et psychologiquement ce qui est, tout en ayant la nostalgie de nos souvenirs des valeurs familiales d’autrefois. Le divorce était l’exception et seulement pour des cas extrêmes. Swami dit : ‘’Quand le matérialisme augmente, la moralité baisse ; quand la moralité augmente, le matérialisme baisse.’’ Tel est notre dilemme. Notre société a perdu sa fibre morale en raison de sa focalisation sur l’amélioration de la vie matérielle, avec plus de produits et de meilleurs produits, la satisfaction de nous-mêmes et de nos désirs, à notre grand détriment spirituel.

Qu’est-il arrivé à la force morale gagnée par l’effort pour surmonter les difficultés qui soutenait l’esprit pionnier de la génération plus ancienne ? Nous vivons dans un tel confort physique que nos enfants deviennent indolents à force d’être choyés. Ceci a lésé et affecté leur caractère spirituel. Les gâter les a rendus faibles. Ils ignorent comment se battre pour survivre. Nous avons certainement manqué à nos devoirs vis-à-vis d’eux. A cause de l’ère industrielle et technologique, nous sommes devenus des consommateurs de confort et de plaisir. Nous avons voulu que nos enfants aient tout. Nous avons regardé les publicités à la télévision, nous avons suivi leurs conseils, nous avons acheté et consommé jusqu’à la nausée. Nous avons découvert que le bonheur ne pouvait pas s’acheter, ni pour nous-mêmes, ni pour nos enfants. Le bonheur ne s’achète pas. Les enfants veulent toujours plus. Pourquoi ? Parce que nous ne leur avons pas appris ni à nous-mêmes comment utiliser le frein de l’autodiscipline. Nous sommes programmés pour être des consommateurs. Nous avons gobé la stratégie du marketing avec l’hameçon, la ligne et encore la canne, par-dessus le marché !

La génération ‘’moi’’ : un conditionnement subconscient
Nous travaillons, nous travaillons, nous travaillons, encore et encore. Pourquoi ? Pour avoir un niveau de vie plus élevé ? Avonsnous réellement besoin de tout ce que nous avons ? En achetant des marchandises à la chaîne, nous enseignons à nos enfants à faire pareil par notre exemple. Les fabricants adorent. Swami dit : ‘’C’est mal de gaspiller de l’argent. Apprenez aux enfants à ne rien recevoir pour rien. Qu’ils gagnent en travaillant durement les choses qu’ils désirent.’’ L’amour et la discipline ont été remplacés par le pouvoir d’achat. Nous achetons pour dire à nos enfants combien nous les aimons. Nous récompensons nos enfants par des cadeaux, s’ils étudient, s’ils exécutent une corvée ou s’ils corrigent un comportement négatif. Nous les contrôlons par des récompenses, des récompenses matérielles ; nous ne leur apprenons pas l’autodiscipline qui récompense l’enfant par la construction de son estime de soi. C’est la récompense intérieure qui compte. Les gens ont besoin de caractère pour se soutenir eux-mêmes. Pensez seulement à vous-mêmes. Ne voulons-nous pas tous gagner notre vie à notre manière ? Nous cherchons l’indépendance, pas la dépendance.

Souvent, les gens pensent que recevoir est plus difficile que donner. Mais nous n’enseignons pas à nos enfants à donner, aussi nous avons une génération ‘’moi’’ avec une très faible estime de soi. Une nuit, Swami m’a donné un rêve perspicace. Je m’efforçais de comprendre la cause de la génération ‘’moi’’. Dans le rêve, Swami m’a dit que ma génération, la première à élever ses enfants avec la télévision, fut sans le savoir subconsciemment programmée par les annonces publicitaires à la télévision. Toutes les annonces publicitaires étaient ciblées pour des parents qui avaient de l’argent pour acheter des articles à leurs enfants et à leur famille. Par exemple, n’achetez que la meilleure poudre à lessiver pour les couches, les meilleurs petits pots pour bébé, les meilleurs produits pour cuisiner, etc. Chaque ménage a été subtilement programmé pour créer une pression sur l’ensemble des parents en plus de la pression de groupe exercée sur nos enfants. Si l’enfant du voisin reçoit une poupée Barbie dont on a fait la réclame à la télévision, les autres parents du voisinage se sentent obligés de faire la même chose pour leur enfant. La même pression des pairs s’exerce à l’infini. Par exemple, pour les fêtes d’anniversaire, les leçons de danse, les événements sportifs, etc. La télévision programme rarement les enfants à donner aux parents. Dans les générations précédentes, les enfants étaient formés à aider. Les parents enseignaient aux enfants à les soutenir et à leur être reconnaissants. Ils leur apprenaient à les aider à faire pousser les récoltes, à s’occuper des enfants en bas âge, à faire les corvées, à aider dans le business familial, etc. L’accent était mis pour que les enfants aident leurs parents. Dans cet âge moderne du confort matériel, l’accent est mis sur les parents qui font tout pour leur enfant. Très rarement vous voyez quelque chose à la télévision, dans les annonces publicitaires, les films ou les sitcoms qui aborde le sujet des enfants qui aident et qui respectent leurs parents. Comment doivent-ils apprendre ? Comment arrêtez cette avalanche d’égocentrisme à la place de désintéressement ? Swami dit : ‘’A l’exception des programmes éducatifs, ne regardez pas du tout la télévision, spécialement pendant les repas. Concentrez-vous sur le travail en cours, que ce soit manger ou autre chose.’’ Puisque les parents sont responsables du développement du caractère de leurs enfants, c’est notre devoir de leur enseigner la joie de donner aux autres.

Les parents doivent reprendre leurs responsabilités
Peu leur apprendront dans notre société occidentale. Nous, les parents, nous devons reprendre les rênes. Comment ? Quand les enfants sont très jeunes, nous leur parlons de la joie de donner aux autres. Le petit enfant peut apporter la gazette à son père, la couche du nouveau-

né à sa mère, le serviette pour mettre sur les genoux de grand-mère, le cookie à un ami. C’est le développement du caractère. L’accent est mis sur l’enfant qui aide d’abord ses parents, puis les membres de sa famille et ses amis et cette aide s’étend ensuite à la société pour finir par le service à Dieu, et servir l’homme, c’est servir Dieu. Le mari et la femme montrent l’exemple en se donnant mutuellement. L’enfant observera et il apprendra. Mais l’exemple ne suffit pas. Il doit s’accompagner d’un enseignement ; dites les vérités de Swami et utilisez la discipline pour influer sur le comportement qui est désiré. Si l’enfant ne veut pas apporter la serviette à sa grand-mère, à ce moment-là, vous leur dites pourquoi ils doivent aider les autres. ‘’Nous ne pouvons donner de l’amour qu’en servant les autres’’, dit Swami. ‘’C’est la joie et l’amour que nous procurons aux autres qui apporte le vrai bonheur ou l’union avec Dieu.’’ Maintenant, il est possible qu’un petit enfant ne comprenne pas ce que vous lui enseignez, mais vous plantez des graines pour programmer son subconscient avec la sagesse de Swami, vous créez et vous développez son futur comportement. Si vos émotions expriment de la joie, pendant que vous expliquez, l’enfant répondra à l’émotion. Si l’enfant n’obtempère pas, il faudra corriger son comportement à l’aide d’une forme de discipline. Swami dit : ‘’La discipline veut dire le respect de certaines règles bien conçues. Sans de telles consignes, il n’est pas possible de conserver son humanité.’’ Heart2Heart Mai 2007

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->