!

"#$%#&'%()#*#$%#+("
S'iI esl inconleslabIe que Ia ¡robIemalique de Ia chair acquierl ses Iellres de
nobIesse en ¡henomenoIogie avec I'ouvre de MerIeau-Ionly, iI esl beaucou¡ moins
sûr que Ia maniere donl celle nolion esl inlroduile el caraclerisee ¡ermelle de
resoudre Ie ¡robIeme auqueI eIIe esl censee re¡ondre el, ¡ar Ia même, d'êlre a Ia
hauleur de Ia silualion fondamenlaIe donl eIIe allesle Ia decouverle. C'esl ¡ourquoi iI
esl Iegilime de se demander si, comme nous sommes encIins a Ie ¡enser au moins
de¡uis MerIeau-Ionly, Ie conce¡l de chair esl Ie mieux a même de rendre com¡le de
Ia silualion d'a¡¡arlenance qui esl conslilulive du su|el de Ia ¡henomenaIile. Ce
conce¡l ne serail-iI ¡as, ¡Iulôl qu'une soIulion, I'indicalion d'un ¡robIeme donl Ia
resoIulion a¡¡eIIerail aIors un de¡assemenl de Ia ¡robIemalique de Ia chair` La
chair ne serail ¡as lanl Ie ¡oinl d'arrivee d'une ¡henomenoIogie soucieuse de se
Iiberer de loule forme d'ideaIisme que Ie sim¡Ie ¡oinl de de¡arl d'une
¡henomenoIogie desireuse de ¡enser I'unile originaire de Ia conscience el de son
a¡¡arlenance.
L'a¡¡roche merIeau-¡onlienne de Ia chair, qui ¡rend d'abord Ie nom de cor¡s
¡ro¡re ou cor¡s ¡henomenaI, esl d'embIee commandee ¡ar une crilique de Ia
¡henomenoIogie husserIienne en sa version ideaIisle, ce qui lemoigne, des I'Avanl-
Iro¡os de Ia !"#$%&#$%'%()*+,*+'-+.*/0*.1)%$, d'une infIuence diffuse de Heidegger. Si
Ia ¡erce¡lion ne doil ¡Ius êlre un ¡ur acle d'a¡¡rehension s'exerçanl sur des
conlenus sensibIes immanenls, ¡ar eux-mêmes sans vie, acle ¡ar IequeI iIs sonl saisis
comme « des manifeslalions d'un même noyau inleIIigibIe », si Ie sens doil ¡ouvoir
effeclivemenl êlre ¡ense comme immanenl au sensibIe el Ie sensibIe comme ¡regnanl
d'un sens, iI devienl necessaire de ra¡¡rocher Ia conscience lranscendanlaIe de ses
¡ro¡res conlenus, de Ia mellre au monde. TeIIe esl Ia fonclion de I'inlervenlion du
cor¡s ¡ro¡re : Iesler en queIque sorle Ia conscience lranscendanlaIe afin de faire
a¡¡arailre son aclivile comme I'envers d'une ¡assivile ¡remiere el, ¡ar voie de
consequence, d'immerger Ie sens qu'eIIe vise dans Ies conlenus sensibIes.
L'inscri¡lion de Ia conscience dans un cor¡s esl a¡¡eIee ¡ar Ia necessile de dislinguer
Ie sens ¡erce¡lif du sens inleIIeclueI : Ia ¡henomenoIogie du cor¡s ¡ro¡re esl a¡¡eIee
¡ar ceIIe de Ia ¡erce¡lion. Or, loul ¡rocede de ce commencemenl el Ies raisons ¡our
IesqueIIes Ie cor¡s s'im¡ose comme necessaire sonl ceIIes-Ia mêmes ¡our IesqueIIes iI
se reveIe im¡ensabIe. In effel, des Iors que Ie ¡oinl de de¡arl esl Ia conscience el Ie
cadre lheorique iniliaI I'ideaIisme lranscendanlaI, I'inlroduclion de Ia necessaire
dimension de ¡assivile ne ¡eul ¡rendre que Ia forme d'un recours a I'-21/* de Ia
conscience, c'esl-a-dire a un cor¡s qui, qu'on Ie veuiIIe ou non, sera raballu du côle
de Ia sim¡Ie exleriorile el difficiIemenl discernabIe d'un fragmenl de maliere. Des
Iors que Ia chair (3*)4) esl abordee comme ce qui vienl mellre une conscience au
monde, Ia ¡ossibiIile de Ia dislinguer d'un Kör¡er s'avere haulemenl ¡robIemalique.
ßien enlendu, el ¡Ius encore ¡eul-êlre dans sa ¡remiere ouvre, MerIeau-Ionly
insisle sur Ie fail que Ie cor¡s esl Ie cor¡s des com¡orlemenls, qu'iI esl donc une
cerlaine maniere d'exisler, un cerlain « savoir » du monde, une ¡raklognosie qui esl
originaIe, voire originaire, bref Ia figure concrele de I'êlre-au-monde. Mais,
maIheureusemenl, en raison du cadre crilique dans IequeI MerIeau-Ionly s'inscril,
d'une ¡hiIoso¡hie ¡osilive de Ia conscience donl iI ne se de¡endra |amais vraimenl,
Ie cor¡s esl d'embIee silue au sein de Ia ¡arlilion iniliaIe de Ia conscience el du
monde, c'esl-a-dire de¡orle du côle du monde. II n'esl ¡Ius êlre-au-monde mais
sim¡Ie « vehicuIe de I'êlre-au-monde ». ßien enlendu, MerIeau-Ionly ne ¡eul ¡our
aulanl confondre Ie cor¡s ¡ro¡re avec un ¡ur fragmenl de maliere, ce qui reviendrail
a bascuIer du côle d'un carlesianisme que, d'aiIIeurs, iI ne surmonlera |amais
vraimenl : iI doil rendre com¡le de Ia dimension vecue ou ¡henomenaIe de ce cor¡s,
grâce a IaqueIIe Ia conscience ¡eul êlre ca¡abIe de ¡erce¡lion. II s'ensuil
inevilabIemenl que Ie cor¡s esl raballu du côle de ce donl iI avail ele brulaIemenl
dislingue, a savoir de Ia conscience eIIe-même, donl iI ne sera ¡Ius aIors qu'une
dimension, c'esl-a-dire loul au ¡Ius une ¡arl d'obscurile, un ¡oinl d'o¡acile ou
d'echa¡¡emenl. De Ia Ies formuIalions negalives, qui voienl dans Ie cor¡s une « vue
¡re-ob|eclive du monde », un « su|el anonyme » ou une « conscience ¡re-
¡ersonneIIe », c'esl-a-dire finaIemenl une conscience inchoalive. Iarce que Ie cor¡s
¡henomenaI ne ¡eul decidemenl ¡as êlre I'aulre de Ia conscience, iI faudra se
resoudre a en faire une dimension de ceIIe-ci : non ¡as ce qui viendrail conlesler Ia
¡arlilion de Ia conscience el du monde mais une conscience inchoalive. C'esl
¡ourquoi I. TinIand fail ¡reuve d'une grande Iucidile Iorsqu'iI ecril que I'incarnalion
du cogilo «va ici de ¡air avec une sorle de desincarnalion du cor¡s ». On voil
cIairemenl ici que MerIeau-Ionly n'inlerroge ¡as vraimenl Ie sens d'êlre du cor¡s,
qui inlervienl seuIemenl comme soIulion au ¡robIeme de Ia conscience ¡erce¡live,
donc comme ce qui Ia dislingue d'une conscience inleIIeclueIIe el, dans celle mesure,
iI Ie reconduil subre¡licemenl a Ia conscience donl iI elail cense ¡rendre Ia ¡Iace.
On relorquera que Ie ¡assage a Ia ¡robIemalique de Ia chair dans 3*+5)6)4'*+*1 +
'7)$5)6)4'* ¡rocede d'une ¡rise de conscience de celle difficuIle el vise ¡recisemenl a
faire a¡¡arailre I'originaIile onloIogique de ce que nous nommons cor¡s. Iourlanl, iI
me sembIe que, Ioin d'êlre une soIulion, celle onloIogie de Ia chair esl une sorle de
fuile en avanl, qui exacerbe Ies ¡robIemes ¡Iulôl qu'eIIe ne Ies resoul. In effel,
I'ambilion de MI esl ¡our ainsi dire de lenler de se debarrasser de Ia conscience en
en radicaIisanl Ia dimension de ¡assivile, ce qu'iI mene a bien en immergeanl Ie
cor¡s ¡ro¡re dans Ie monde, en raballanl sa ¡assivile sur une inscri¡lion dans Ia
lranscendance du monde, de leIIe sorle que ce n'esl ¡Ius Ie su|el qui louche mais Ie
loucher qui se fail du miIieu du monde, que c'esl Ie monde, verilabIe su|el de Ia
¡erce¡lion, qui advienl en moi sous forme de loucher. Ce n'esl ¡Ius moi qui ¡erçoil
dans I'es¡ace grâce a mon cor¡s mais « I'es¡ace Iui-même |quij se sail a lravers mon
cor¡s ». C'esl ainsi que mon cor¡s esl refere a une chair, qui esl fondamenlaIemenl
chair du monde avanl d'êlre Ia mienne. On monlrerail sans ¡eine que celle
demarche, qui ne ¡eul a¡¡arailre aulremenl que comme un ¡assage a Ia Iimile sur Ia
Iigne de Ia ¡assivile, souffre d'une incoherence fondamenlaIe. In effel, Ie lransferl de
mon cor¡s a Ia chair du monde, qui ¡ermel d'affirmer que ce n'esl ¡as moi qui senl Ie
monde mais Ie monde qui se senl en moi, ¡resu¡¡ose une conlinuile onloIogique du
cor¡s el du monde qui n'esl concevabIe que sur Ia base d'une reduclion de I'un el de
I'aulre a Ia dimension de I'es¡ace : c'esl excIusivemenl comme 89/.*/ que cor¡s el
monde ¡euvenl allesler d'une conlinuile verilabIe. Mais, ¡roceder ainsi, c'esl
conlrevenir a I'anaIyse ¡henomenoIogique du cor¡s ¡ro¡re, du louchanl-louche, qui
reveIail qu'iI echa¡¡e au conlraire d'embIee a I'ordre de Ia sim¡Ie s¡aliaIile car si ce
louchanl esl cerles silue en-deça de Ia ¡ure conscience iI esl necessairemenl silue ¡Ius
haul que Ie sim¡Ie fragmenl de maliere. Ainsi, Ies resuIlals de I'anaIyse du cor¡s
senlanl excIuenl I'affirmalion d'une conlinuile onloIogique avec Ie monde , Ie
¡assage a I'onloIogie de Ia chair a ¡our ¡rix I'abandon de Ia s¡ecificile onloIogique
de ceIIe-ci, au moins leIIe qu'eIIe elail ressaisie sous Ia forme du cor¡s ¡ro¡re.
Conlrairemenl a ce que MI ¡relend, celle radicaIisalion ne resoul rien el aggrave
¡Iulôl Ies ¡robIemes car on voil maI commenl Ia conscience ¡ourrail reaIiser avec Ie
monde une unile qu'eIIe ne ¡eul reaIiser avec Ie cor¡s. C'esl bien d'une fuile en
avanl qu'iI s'agil, dans Ie sens d'une exleriorisalion de I'ex¡erience, qui ¡ousse Ia
¡assivile |usqu'a Ia lranscendance du monde, c'esl-a-dire au ¡oinl ou ¡Ius aucune
conscience ne ¡eul se consliluer sauf a sombrer dans I'hyIozoïsme. MerIeau-Ionly Ie
savail bien ¡uisqu'iI finil ¡ar reinlroduire une duaIile au sein de ce donl iI avail
defendu I'univocile, c'esl-a-dire au sein de Ia Chair : « La chair du monde n'esl ¡as 6*+
6*$1)/ comme ma chair. IIIe esl sensibIe el non senlanl ». L'osciIIalion re¡eree des Ia
IhI n'esl ¡as lanl surmonlee qu'exacerbee sous Ia forme d'une hesilalion enlre une
¡hiIoso¡hie de Ia nalure, ¡our IaqueIIe Ia conscience serail I'ouvre du monde, el une
¡hiIoso¡hie de Ia conscience qui enlerine I'irreduclibIe deniveIIalion onloIogique
enlre Ie monde el eIIe. Ici, Ie cor¡s n'a ¡as ele ¡ense mais dissous : ce n'esl ¡as en
¡assanl d'un cor¡s a un aulre, de ma chair a ceIIe du monde que I'on ¡rogresse dans
Ia delerminalion de son sens d'êlre.
II esl donc inconleslabIe que, en ¡ensanl Ie cor¡s comme une soIulion dans Ie
cadre d'une ¡hiIoso¡hie ideaIisle de Ia ¡erce¡lion, MI se ferme Ia voie d'acces a son
sens d'êlre. II ne suffil ¡as d'affirmer que Ia conscience esl incarnee car encore faul-iI
s'enlendre sur ce que c'esl que Ie cor¡s en lanl qu'iI esl Ie Iieu même de reaIisalion de
Ia conscience, Ia figure concrele de son exislence el ne ¡eul donc en aucun cas êlre
confondu avec un fragmenl de maliere, idenlifie a un 89/.*/. Commenl acceder aIors
au sens d'êlre du cor¡s, c'esl-a-dire de¡asser Ie cor¡s vers ce qui en conslilue Ia
condilion verilabIe ` Iour ce faire, iI faul re¡arlir, non ¡Ius de Ia version ideaIisle de
Ia ¡henomenoIogie de Ia ¡erce¡lion mais de Ia silualion originaire mise au |our ¡ar
Ia ¡henomenoIogie. On Ie sail, ceIIe-ci mel en avanl, comme sa decouverle el sa lâche
fondamenlaIe , Ia correIalion a ¡riori el universeIIe enlre I'elanl sub|eclif el ses modes
de donnee. L'elanl lranscendanl im¡Iique ¡ar essence une reIalion a un su|el, ce qui
revienl a dire que I'elanl n'esl rien d'aulre que ses a¡¡arilions. Symelriquemenl, Ie
su|el esl ¡ar essence reIalif a I'elanl, ¡orle sur Iui, de leIIe sorle qu'une conscience qui
ne serail ¡as conscience de queIque chose, conscience ouverle a un monde, ne serail
¡as du loul. L')$1*$1)%$$-')1# designe exaclemenl Ia correIalion eIIe-même, ressaisie
sur son versanl sub|eclif. Le ¡Ius difficiIe esl de caracleriser Ie slalul ¡ro¡re du su|el
comme su|el de Ia correIalion el c'esl de ceIa que de¡end Ia ¡ossibiIile d'acceder au
sens d'êlre du cor¡s. D'une ¡arl, ce ¡ôIe sub|eclif esl evidemmenl Ia condilion de
I'a¡¡arailre de I'elanl lranscendanl. Mais, d'aulre ¡arl, en lanl qu'iI esl ¡recisemenl
condilion d'a¡¡arailre ¡our un elanl 1/-$60*$,-$1, Ie su|el ne ¡eul êlre un su|el hors
monde, ce que Heidegger de|a mellail en avanl conlre HusserI. Des Iors que
I'a¡¡arailre esl a¡¡arailre d'un a¡¡araissanl lranscendanl, qui n'esl aulre que Ie
monde, Ie su|el de cel a¡¡arailre doil de|a êlre silue du côle de ceIa qu'iI fail ¡arailre,
faire ¡arlie du monde donl iI esl ¡ar aiIIeurs une condilion d'a¡¡arilion. C'esl Ia
raison ¡our IaqueIIe, seIon Ialoóka, Ie monde esl Ie ¡remier momenl de Ia slruclure
de I'a¡¡arailre, Ia ¡remiere com¡osanle de sa IegaIile : loule a¡¡arilion, y com¡ris
ceIIe du su|el a Iui-même, im¡Iique Ia co-a¡¡arilion d'un monde, c'esl-a-dire un
mode d'a¡¡arlenance a ce monde. Ainsi, Ia queslion du sens d'êlre du su|el ne ¡eul
se salisfaire d'une soIulion sim¡Ie. In effel, a Ia Iumiere de ces requisils issus de Ia
correIalion, on ¡eul affirmer que Ie su|el de I'a¡¡arailre esl caraclerise ¡ar une
)1#/-1)%$ fondamenlaIe : iI ne fail ¡arailre Ie monde qu'en elanl de|a de son côle, iI esl
de|a engage dans ceIa qu'iI fail ¡ourlanl ¡arailre de leIIe sorle que ce su|el esl comme
en avance ou en exces sur Iui-même. II esl un zero de monde au sens ou Ie zero esl a
Ia fois aulre chose qu'un nombre el Ie ¡remier d'enlre eux : un ¡as 5*/6 Ie monde qui
esl en même lem¡s un ¡as ,-$6 Ie monde, une ouverlure qui esl avancee dans ceIa
qu'eIIe ouvre. II ne s'agil ¡as d'ad|oindre Ie cor¡s a un su|el ¡reaIabIemenl defini
comme conscience mais ¡Iulôl d'aborder Ie cor¡s a ¡arlir de celle ileralion
fondamenlaIe en lanl que mode d'êlre originaire du su|el. Le cor¡s corres¡ond a Ia
dimension d'a¡¡arlenance, ou ¡Ius ¡recisemenl d'avancee (car I'a¡¡arlenance d'un
su|el qui n'esl ¡as de|a un fragmenl du monde ne ¡eul êlre qu'une avancee) qui esl
conslilulive de I'ileralion. Ainsi, iI ne faul ¡as ¡enser I'a¡¡arlenance a ¡arlir du
cor¡s car c'esl de|a se siluer dans Ie cadre naïf d'un engIobemenl s¡aliaI du cor¡s-
Kör¡er ¡ar Ie monde el c'esl ¡recisemenl dans cel ecueiI que lombe MerIeau-Ionly ,
iI s'agil bien ¡Iulôl de ressaisir Ie cor¡s a ¡arlir de I'a¡¡arlenance comme dimension
fondamenlaIe de I'ileralion.
Or, a bien y ¡enser, celle ileralion fondamenlaIe doil ¡ouvoir êlre s¡ecifiee
dans Ies lermes d'une reIalion enlre conscience el inlenlionnaIile. Au fond MI avail
com¡ris que c'esl du côle du cor¡s qu'iI faul siluer I'inlenlionnaIile, que c'esl Iui qui
effeclue celle enlree dans Ie monde sans IaqueIIe aucun monde ne ¡arailrail, mais
faule d'anaIyser correclemenl Ie mode de reIalion de I'inlenlionnaIile a Ia conscience,
iI en vienl a Ies ¡oser I'une en dehors de I'aulre el c'esl ¡ourquoi I'inlenlionnaIile esl
finaIemenl confondue avec Ie cor¡s, I'êlre-au-monde avec son « vehicuIe ». Or, au
Iieu de com¡rendre I'inlenlionnaIile a ¡arlir du cor¡s, comme Ie fail MI, iI faul au
conlraire ressaisir Ie cor¡s a ¡arlir de I'inlenlionnaIile, eIIe-même caraclerisee du
¡oinl de Ia reIalion singuIiere qu'eIIe enlrelienl avec Ia conscience, reIalion qui n'esl
aulre que celle ileralion fondamenlaIe donl |'ai ¡arIe ¡Ius haul. In effel, dire que Ie
su|el esl I'idenlile d'une ouverlure el d'une avancee, c'esl reconnailre que Ie reIalion
de Ia conscience el de I'inlenlionnaIile ne ¡eul êlre ni de duaIile, ni d'unile. D'un côle,
Ia correIalion, ressaisie du côle sub|eclif, exige de reconnailre que Ia conscience esl de
¡arl en ¡arl reIalive au lranscendanl, qu'eIIe s'e¡uise a Ie faire ¡arailre, qu'eIIe n'esl
aulre que ¡ure ouverlure a Iui. Mais on voil bien que si Ia conscience n'elail que ceIa,
eIIe ¡asserail ¡our ainsi dire dans Ia reIalion, serail em¡orlee ¡ar son ¡ro¡re
mouvemenl, de leIIe sorle qu'eIIe se confondrail avec son ob|el même. Si Ia
conscience coïncidail avec I'inlenlionnaIile, c'esl-a-dire avec Ia reIalion, iI n'y aurail
même ¡Ius de reIalion, faule d'un ¡oinl de de¡arl, d'un lerme enlranl en reIalion el,
¡ar Ia-même, ¡Ius rien n'a¡¡arailrail ¡uisqu'iI n'y aurail ¡Ius ¡ersonne :+ ;2) ceIa
a¡¡arailrail. IaradoxaIemenl, Ia conscience ne ¡eul êlre ¡ensee comme reIalion qu'a
Ia condilion de s'exce¡ler de Ia reIalion , eIIe ne ¡eul êlre vraimenl inlenlionneIIe
qu'a Ia condilion de ne ¡as <1/* inlenlionnaIile. On voil aIors Ia difficuIle, mais aussi
Ie risque qu'im¡Iique une leIIe necessile. Iuisque Ia conscience n'esl ¡as
I'inlenlionnaIile ÷ el c'esl Ie seuI moyen ¡our eIIe d'êlre vraimenl inlenlionneIIe - iI
faul Iui conferer un mode d'êlre ¡ro¡re qui soil irreduclibIe au mouvemenl qui Ia
¡orle vers Ie monde, iI faul rendre com¡le de sa difference vis-a-vis de I'ouverlure
inlenlionneIIe comme leIIe, sans ¡our aulanl que celle difference remelle en queslion
ce qui a ele acquis, bref sans cesser de Ia caracleriser comme ¡Ieinemenl
inlenlionneIIe. La conscience ne ¡eul se ¡orler sur Ie monde que si eIIe n'esl ¡as
em¡orlee ¡ar ce mouvemenl qu'eIIe esl ¡ourlanl de ¡arl en ¡arl , eIIe n'esl reIalion
qu'en elanl en même lem¡s un ¡ôIe s'exce¡lanl de Ia reIalion. Conformemenl aux
requisils de Ia correIalion, Ia conscience esl finaIemenl I'elrange idenlile du ¡oinl de
de¡arl el du mouvemenl qui en ¡arl.
La queslion esl aIors Ia suivanle : commenl ¡enser Ia conscience de leIIe sorle
que, ¡ure ouverlure au monde, eIIe s'exce¡le ou differe en même lem¡s
necessairemenl de celle ouverlure qu'eIIe *61+` Commenl ¡enser une conscience qui
n'effeclue ¡Ieinemenl son ouverlure qu'en se relenanl lou|ours en-deça d'eIIe ` ßref,
commenl ¡enser Ia conscience de leIIe sorle que, differenle de I'ouverlure
inlenlionneIIe ¡uisqu'eIIe en esl Ie ¡ôIe, eIIe ne saurail ¡ourlanl êlre -21/*` Afin de
resoudre ce ¡obIeme, iI ne suffil ¡as de surmonler loule forme de reificalion de Ia
conscience, comme Ie ¡ensail HusserI. Ce n'esl ¡as seuIemenl loule reaIile mais bien
loule .%6)1)5)1# qu'iI faul refuser a Ia conscience si I'on veul acceder a son sens
verilabIe. La conscience n'esl ¡as un <1/* + .%6)1)= donl I'inlenlionnaIile ¡rocederail
comme sa ¡ro¡riele essenlieIIe , eIIe esl ¡Iulôl ce qui ¡rocede de I'inlenlionnaIile en
lanl qu'eIIe en esl une $#(-1)%$. In d'aulres lermes, ce n'esl ¡as lanl I'inlenlionnaIile
qui esl une ¡ro¡riele de Ia conscience que Ia conscience 2$* + ./%./)#1# + ,* +
'7)$1*$1)%$$-')1#. La conscience ¡eul differer de I'inlenlionnaIile, sans êlre aulre qu'eIIe
¡arce qu'eIIe n'en esl qu'une negalion. SeuIe Ia negalion ¡ermel de ¡enser une
difference qui ne soil adossee a aucune ¡osilivile, qui n'im¡Iique aucune aIlerile, el Ie
sens Ie ¡Ius ¡rofond de I'allilude nalureIIe quanl a Ia conscience ne reside ¡as dans Ia
/#)=)0-1)%$ mais bien dans Ia .%6)1)%$. ßref, c'esl ¡arce qu'iI y a &%)$6 dans Ia conscience
que dans I'inlenlionnaIile, c'esl dans Ia mesure ou ce que I'on a¡¡eIIe conscience
n'esl que I'inlenlionnaIile eIIe-même moins queIque chose (I'inlenlionnaIile eIIe-
même ¡rivee d'une ¡arlie d'eIIe-même) que Ia difference de Ia conscience esl une
¡ure difference, non dislincle de I'idenlile. Au fond Ia conscience n'esl ¡as lanl Ie
¡oinl de de¡arl de I'inlenlionnaIile que son ¡oinl d'arrivee au sens de ce qui en
¡rocede ¡ar negalion.
La queslion esl desormais ceIIe du sens d'êlre de I'inlenlionnaIile en lanl
qu'eIIe ouvre au monde Iui-même el que, ¡ar consequenl, Ia conscience en ¡rocede
¡ar ¡rivalion ou Iimilalion. Commenl ¡enser celle inlenlionnaIile originaire, ou ce
sens originaire de I'inlenlionnaIile, donl Ia ¡orlee excede necessairemenl ceIIe de Ia
conscience, y com¡ris en sa dimension ¡erce¡live, des Iors que celle conscience en
esl de|a une negalion ` II n'y a qu'une seuIe re¡onse ¡ossibIe : celle inlenlionnaIile
originaire doil êlre ressaisie comme >)*. C'esl a Ia condilion de ra¡¡orler Ia
conscience a Ia vie qu'iI devienl ¡ossibIe d'en ¡reserver Ia difference sans Iui conferer
de ¡osilivile : iI n'y a de conscience que comme Iimilalion de Ia vie. CorreIalivemenl,
c'esl a Ia condilion de ra¡¡orler Ie cor¡s ¡ro¡re a Ia vie, Ie 3*)4 au 3*4*$, comme a son
sens d'êlre verilabIe, que I'on ¡eul Ie com¡rendre comme cor¡s verilabIemenl
¡henomenaI, c'esl-a-dire comme Ia figure effeclive de Ia conscience, Ia modaIile sous
IaqueIIe eIIe advienl ¡Iulôl que comme son vehicuIe exlerieur. La conscience esl
incarnee, non ¡as ¡arce qu'eIIe s'ad|oinl un cor¡s, ce qui serail incom¡rehensibIe,
mais ¡arce qu'eIIe ¡rocede de Ia vie ¡ar negalion, ¡arce que, ¡our ainsi dire, eIIe esl
vie avanl d'êlre conscience : ce n'esl ¡as Ia conscience qui s'incarne mais Ia Vie qui se
conscienlise. Ce n'esl ¡as ¡arce que Ia conscience ¡ossede un cor¡s qu'eIIe esl en vie :
c'esl ¡Iulôl ¡arce qu'eIIe esl originairemenl Vie qu'eIIe a un cor¡s.
A bien y ¡enser, une leIIe soIulion ne saurail sur¡rendre. In effel, si on
s'inlerroge sur ce qui conslilue Ia reaIile ¡ro¡re de Ia conscience, ce donl eIIe emerge,
si on lenle de quaIifier Ie mode d'êlre ¡ar IequeI un elanl ¡eul se ra¡¡orler
aclivemenl a un monde, on renconlre immedialemenl Ia nolion de vie. CeIIe-ci
quaIifie Ie ra¡¡orl effeclif el aclif d'un elanl, que I'on a¡¡eIIera aIors vivanl, a une
exleriorile qui esl ceIIe de son monde : eIIe esl Ia forme originaire, el donc encore
neulre, de I'ouverlure. Le vivanl se conslilue sans cesse Iui-même en se ra¡¡orlanl
aclivemenl a un miIieu : son idenlile n'esl aulre que sa ¡erennile lem¡oreIIe, qui
su¡¡ose eIIe-même une reIalion incessanle avec son monde. Ainsi, Ia vie n'esl ¡as Ia
¡ro¡riele d'un vivanl de|a conslilue mais I'idenlile immediale d'un su|el el de son
ouverlure, d'un êlre el d'une reIalion. II n'esl donc ¡as elonnanl que Ia conscience
decouverle ¡ar Ia ¡henomenoIogie, en lanl que su|el qui esl en même lem¡s reIalion,
ne ¡uisse êlre caraclerisee, en son sens d'êlre verilabIe, qu'a ¡arlir de Ia vie. Le
français ne s'y lrom¡e ¡as ¡uisque Ie verbe 5)5/* y signifie a Ia fois I'êlre en vie ('*4*$)
el I'ex¡erience de queIque chose (*/'*4*$), esl donc neulre vis-a-vis du ¡arlage enlre
une vie inlransilive el une vie lransilive, une aclivile organique el Ie devoiIemenl
d'une exleriorile. C'esl Ia au fond reconnailre secrelemenl que Ia conscience
¡ro¡remenl dile n'esl ¡as ¡ensabIe hors d'une vie effeclive, ou ¡Iulôl qu'iI y a un
sens de Ia vie qui esl ¡Ius ¡rofond que Ie ¡arlage de I'êlre en vie el de Ia conscience.
Avec Ie vivre comme leI, c'esl-a-dire finaIemenl I'inlenlionnaIile, nous avons affaire
au sens Ie ¡Ius originaire du ra¡¡orl, ou ¡Iulôl a I'origine de loul ra¡¡orl, donl
¡rocedenl, au lilre de dimensions de|a derivees, aussi bien I'aclivile organique que Ia
conscience de queIque chose, aussi bien Ie cor¡s que Ia conscience ¡ro¡remenl dile.
A vrai dire, celle ¡ers¡eclive consislanl a inscrire Ia conscience dans Ia vie ne
sembIe difficiIe a admellre qu'en raison de ¡resu¡¡oses Iourds sur I'essence de Ia vie
el, en ce sens, si Ie ¡assage ¡ar Ia vie ecIaire I'essence de Ia conscience, Ie ¡assage ¡ar
Ia conscience ¡ermel en relour de ¡rogresser dans Ia com¡rehension de I'essence de
Ia vie. La vie esl Ie ¡Ius souvenl com¡rise comme I'aclivile ¡ar IaqueIIe un vivanl se
conserve (Iui el son es¡ece, ce qui incIul donc Ia re¡roduclion), se mainlienl en vie.
Oulre qu'une leIIe caraclerisalion esl circuIaire ¡uisqu'eIIe mobiIise Ie defini dans Ia
definilion (vivre, c'esl conserver Ie vivanl, c'esl se mainlenir en vie), eIIe esl
commandee ¡ar une a¡¡roche de Ia vie a ¡arlir de ce qui n'esl ¡as eIIe, a savoir de Ia
morl. C'esl ¡arce que Ia vie esl siluee d'embIee, comme une sorle d'exce¡lion
onloIogique, au sein d'un monde qui Iui esl foncieremenl elranger, c'esl dans Ia
mesure ou eIIe esl aIors abordee comme ce qui esl menace ¡ar celle exleriorile el
donc finaIemenl voue a finir, que Ia vie esl fondamenlaIemenl com¡rise comme
62/5)*, comme une aclivile de conservalion d'ou loule dimension reveIanle esl
absenle. C'esl dans Ia mesure ou Ia vie esl abordee a ¡arlir de sa ¡ro¡re negalion, a
savoir de Ia morl, qu'eIIe ne ¡eul êlre definie que comme Ia negalion de celle
negalion, c'esl-a-dire comme une survie foncieremenl cenlree sur Ie vivanl el
absoIumenl inlransilive. II va de soi que, dans celle ¡ers¡eclive qui a decide ¡ar
avance el secrelemenl du sens d'êlre de Ia vie comme sim¡Ie conservalion du vivanl,
Ia dimension ¡ro¡remenl lransilive du devoiIemenl de queIque chose, de Ia
conscience ¡erce¡live, ne ¡ourra s'enraciner dans Ia vie eIIe-même. IIIe devra
¡roceder d'un allribul caraclerisanl I'homme en ¡ro¡re, qu'on I'a¡¡eIIe ¡erce¡lion,
conscience, es¡ril ou raison. Iarce que Ia vie n'esl que survie, Ia conscience ne ¡ourra
êlre com¡rise que comme ce qui vienl s'a|ouler a Ia vie, sans d'aiIIeurs que I'on
com¡renne |amais commenl une leIIe ad|onclion esl ¡ossibIe.
C'esl ¡recisemenl ce ¡resu¡¡ose massif que nous nous ¡ro¡osons d'ecarler, a
Ia fois en raison de cerlaines caraclerisliques de Ia vie eIIe-même, sur IesqueIIes nous
ne ¡ouvons insisler ici, el de ce qui esl requis ¡our ¡enser Ia conscience
conformemenl a son essence. Nous ¡ro¡osons donc de sus¡endre ce ¡resu¡¡ose
seIon IequeI Ia conscience humaine viendrail s'a|ouler a une vie qui serail
sim¡Iemenl vie ¡our, loul au conlraire, voir dans Ia conscience ¡ar IaqueIIe
I'humanile se s¡ecifie Ia Iimilalion d'une vie qui Ia deborde. Des Iors que I'on aborde
Ia vie a ¡arlir d'eIIe-même au Iieu de Ia definir a ¡arlir des menaces qui ¡esenl sur Ie
vivanl, on decouvre qu'iI y a infinimenl ¡Ius dans Ia vie que dans Ia conscience, que
Ia ¡orlee de Ia vie excede radicaIemenl ceIIe de Ia conscience. CeIa revienl a dire, en
lermes ¡henomenoIogiques, que Ia correIalion de Ia vie el du monde esl ¡Ius
¡rofonde que ceIIe de Ia conscience el de I'ob|el el qu'eIIe en commande ¡ar Ia même
Ia ¡ossibiIile : I'ouverlure originaire de Ia vie au monde comme leI serail Ia formuIe
rigoureuse de Ia correIalion. Quoi qu'iI en soil, Ioin d'exceder Ia vie, Ia conscience
s'enracine absoIumenl en eIIe, en lire loule sa ¡ossibiIile el eIIe ne se s¡ecifie comme
conscience humaine que ¡ar ')&)1-1)%$ de I'ouverlure qui caraclerise Ia vie originaire.
II s'ensuil qu'iI n'y a d'anlhro¡oIogie concevabIe que ./)5-1)5*. L'homme ne ¡rocede
¡as de queIque chose qui viendrail s'a|ouler a Ia vie : I'homme c'esl Ia vie &%)$6+
queIque chose, sa difference renvoie a une ¡rivalion. In ce sens, nolre ¡ers¡eclive esl
rigoureusemenl inverse de ceIIe de Heidegger. AIors que, seIon Iui, Ia vie n'elail
accessibIe qu'a lravers Ie ?-6*)$,+ de leIIe sorle que I'onloIogie de Ia vie devail
delerminer ce qui doil êlre ¡our que ¡uisse êlre queIque chose qui ne serail .'26+;2*+
vie, seIon nous, Ia conscience humaine n'esl au conlraire accessibIe que du ¡oinl de
vue de Ia vie el Ie bul de Ia ¡henomenoIogie de Ia vie esl de delerminer 0*+;2*+,%)1 +
<1/*+'-+5)*+.%2/+;2*+.2)66*+<1/*+;2*';2*+0"%6*+;2)+$*+6*/-)1+;27"2&-$)1#, ¡Ius exaclemenl, ce
que doil êlre Ia vie ¡our que ¡uisse êlre un vivre qui soil conscience de queIque
chose.
II ne nous esl ¡as ¡ossibIe dans ce cadre de |uslifier ¡Ieinemenl el de
deveIo¡¡er celle conce¡lion d'une vie originaire el lransilive. Qu'iI suffise de
remarquer que I'on lrouve dans Ia ¡oesie de RiIke une conce¡lion du vivanl el de
I'animaI en ¡arlicuIier qui re¡ond exaclemenl a ce que nous venons de ¡ro¡oser.
Commenlanl Ia huilieme IIegie de Duino (donl Ies ¡remiers vers sonl Ies suivanls :
D'une ¡Ieine vue Ia crealure voil/I'Ouverl. SeuIs nos yeux sonl/comme a rebours,
¡oses loul aulour d'eIIe/ainsi que ¡ieges, cernanl sa Iibre issue), RiIke ecril ceci (dans
une Iellre du 25-2-1926 cilee ¡ar Heidegger) : « Vous devez concevoir I'idee de
I'Ouverl que |'ai essaye de ¡ro¡oser dans celle eIegie, ,*+1*''*+6%/1* que Ie degre de
conscience de I'animaI ¡Iace ceIui-ci dans Ie monde sans qu'iI ail besoin, comme
nous, de conslammenl se Ie ¡oser vis-a-vis de Iui , I'animaI esl ,-$6+Ie monde , nous
aulres, nous nous lenons ,*5-$1 '2), du fail de Ia singuIiere lournure el eIevalion qu'a
¡rise nolre conscience »
1
. RiIke mel ici en avanl une o¡¡osilion enlre Ie mode d'êlre
animaI el ceIui de I'homme, de leIIe sorle que ce dernier ¡rocede d'une ¡erle ou
d'une Iimilalion de ce qui advienl avec I'animaI. Si nous reformuIons I'a¡¡orl de
RiIke dans nolre ¡ers¡eclive, nous dirons que I'animaI esl ¡Ieinemenl ouverl au
monde, ou ¡Iulôl *61 ouverlure même au monde (que RiIke nomme I'Ouverl), a un
monde au sein ou au cour duqueI iI vil en une sorle d'inlimile el de conlinuile
fondamenlaIes. Des Iors, Ia « vue » animaIe, qui nomme Ia dimension lransilive de sa
vie, a une ¡orlee qui egaIe Ia ¡rofondeur du monde même , Ia vue animaIe ne
renconlre ¡as d'ob|el el n'a donc conscience de rien : eIIe ¡Ionge dans Ia ¡rofondeur
du monde. C'esl en ce sens que Ia vie quaIifie bien I'inlenlionnaIile originaire. Or,
seIon RiIke, Ie surgissemenl du « regard » humain corres¡ond a une ¡erle de ce
monde el, ¡ar consequenl, a une Iimilalion de celle ouverlure. L'homme n'esl ¡Ius
¡Ieinemenl dans Ie monde mais ,*5-$1 Ie monde, non ¡as au sens ou Ie monde Iui
ferail face mais en lanl que Ie surgissemenl du regard esl I'avenemenl du « devanl »
comme leI, c'esl-a-dire ¡recisemenl d'une reIalion ob|eclivanle. A I'homme
corres¡ond une inlerru¡lion de Ia ¡ure ouverlure au monde, une sorle d'arrêl ou de
cris¡alion dans I'exlase vilaIe : celle ¡erle du monde, au sens ou |e ne suis ¡as lanl en
Iui qu'iI n'esl devanl moi, corres¡ond a I'avenemenl de I'ob|el el c'esl de cel
avenemenl que ¡rocede Ia conscience ¡ro¡remenl dile. Ainsi, Ia conscience n'esl rien
d'aulre que Ia vie même en lanl que son ¡Iein engagemenl dans Ie monde (ou Ie
monde ne ¡eul aIors a¡¡arailre 0%&&* + 1*') se lrouve comme inlerrom¡u ou
sus¡endu, de leIIe sorle que Ie monde même ¡rend soudain Ia figure de I'ob|el,
a¡¡arail *$+ 1-$1+ ;2*+ ;2*';2*+ 0"%6*. II faul donc inverser radicaIemenl I'ordre seIon
IequeI Ia lradilion concevail Ie ra¡¡orl de Ia conscience, de son ob|el el du monde.
Iour ceIIe-Ia, c'esl en lanl que nous sommes conscience (el non ¡as seuIemenl
vivanls) que nous sommes susce¡libIes d'avoir des ob|els el, ¡ar Ieur moyen, de nous
ra¡¡orler a un monde ou de consliluer un monde. Le lorl d'une leIIe a¡¡roche esl
qu'eIIe se donne Ia conscience au Iieu de se demander dans quoi s'enracine sa
¡ossibiIile el Ia definil d'une maniere leIIe qu'eIIe s'inlerdil finaIemenl de rendre
com¡le de son ouverlure a I'ob|el. L'erreur reside evidemmenl dans Ie choix du ¡oinl
de de¡arl. II ne faul ¡as commencer ¡ar Ia conscience mais ¡ar celle ouverlure
originaire du monde ¡ar Ia vie - ou nous avons reconnu Ia formuIe aulhenlique de Ia
correIalion - bref ¡ar I'inlenlionnaIile. Des Iors, Ioin que Ie monde soil conslilue
d'ob|els, ceux-ci ¡rocedenl au conlraire d'une Iimilalion el d'une occuIlalion du
monde, correIalives d'une Iimilalion de Ia vie, el c'esl de celle Iimilalion, du monde
¡ar I'ob|el el de Ia vie ¡ar eIIe-même, que ¡rocede Ia conscience. Ainsi, ce n'esl ¡as
¡arce que nous sommes conscienls que nous avons des ob|els , c'esl au conlraire
dans Ia mesure ou iI y a des ob|els que nous devenons conscienls. Mais iI n'y a des
ob|els que dans Ia slricle mesure ou Ia vie esl Iimilalion d'eIIe-même, inlerru¡lion de
1
« Wo:u Dichter ? » in Hol:wege, trad. Ir. W. Brokmeier, Paris, Gallimard, 1962, p. 233.
sa ¡ro¡re exlase.
A Ia Iumiere de ces anaIyses, Ie slalul de Ia chair se lrouve ¡rofondemenl
lransforme. A dire vrai, c'esl seuIemenl en Ia de¡assanl vers Ia Vie, vers une Vie
susce¡libIe de celle aulo-Iimilalion donl Ia conscience ¡rocede, que I'on ¡arvienl a
rendre com¡le de Ia silualion originaire que MI visail a lravers Ie conce¡l de chair.
Si Ia conscience ¡ossede un cor¡s c'esl ¡arce qu'eIIe esl originairemenl incarnee, mais
eIIe n'esl originairemenl incarnee qu'en lanl qu'eIIe renvoie eIIe-même a une Vie -
inlenlionnaIile originaire - donl eIIe ¡rocede ¡ar Iimilalion. Ce que I'on a¡¡eIIe cor¡s
n'esl donc rien de ¡osilif mais seuIemenl Ia forme sous IaqueIIe se manifesle, au sein
de Ia conscience el ¡our eIIe, celle vie originaire donl eIIe esl lou|ours revenue : Ie
cor¡s ¡ro¡re n'esl ¡as lanl une condilion qu'une reaIisalion de Ia vie. IIus
¡recisemenl, iI esl Ia Iimilalion eIIe-même, c'esl-a-dire Ia conscience eIIe-même,
ressaisie du ¡oinl de vue de ce qu'eIIe Iimile, a savoir de Ia vie, el c'esl ¡ourquoi Ie
cor¡s esl indissociabIe de Ia conscience, comme MI I'avail com¡ris. Cor¡s el
conscience sonl Ies deux faces d'une même reaIile, d'un même evenemenl de
Iimilalion de Ia Vie, qui esl I'oeuvre de Ia Vie même. La conscience esl Ia Iimilalion
comme leIIe, Ie cor¡s celle même Iimilalion ra¡¡orlee a ce qu'eIIe nie , Ia conscience
esl Iimilalion de Ia vie, Ie cor¡s esl vie Iimilee.
Or, d'aulre ¡arl, comme I'ileralion fondamenlaIe donl nous sommes ¡arlis Ie
Iaissail ¡ressenlir, Ia chair, desormais ressaisie a ¡arlir de Ia vie, ne ¡eul avoir de
reaIile que ,@$-&);2* : eIIe n'a ¡Ius rien a voir avec un fragmenl de maliere. Comme
nous I'avons indique ¡Ius haul, dans Ia mesure ou Ie su|el esl Ouverlure au monde
el, en ce sens, differenl du monde, son a¡¡arlenance ne doil ¡as lanl êlre com¡rise
comme incIusion que comme -5-$0#* +ou+ -../%0"* : seuI un su|el qui esl enlree
effeclive dans Ie monde, c'esl-a-dire mouvemenl en un sens qui n'esl ¡as encore
inlra-mondain, ¡eul salisfaire aux condilions iniliaIes du ¡robIeme. C'esl ce que vienl
confirmer Ia reconduclion que nous ¡ro¡osons de Ia chair a Ia vie. Iour aulanl que Ia
vie enveIo¡¡e essenlieIIemenl des mouvemenls el qu'eIIe esl ¡eul-êlre eIIe-même
mouvemenl, iI faul concIure que Ie mouvemenl esl Ie noyau ¡henomenoIogique de Ia
chair. Ce n'esl ¡as ¡arce que nous avons un cor¡s que nous sommes ca¡abIes de
mouvemenl : c'esl ¡Iulôl dans Ia mesure ou nous sommes en mouvemenl, ¡arce que
vivanls, que nous avons un cor¡s, ou ¡Iulôl que nous sommes incarnes. La
consequence qu'iI faudrail en lirer, sur IaqueIIe nous ne ¡ouvons ¡as nous arrêler ici,
esl que I'incarnalion a une significalion dynamique ¡Iulôl que slalique, qu'eIIe esl un
¡roces ¡Iulôl qu'un resuIlal ou une condilion. Loin que I'incarnalion su¡¡ose un
cor¡s, ceIui-ci renvoie Iui-même a une incarnalion ¡remiere, incarnalion |amais
achevee qui n'esl aulre que Ie mouvemenl même de Ia Vie. Qu'iI nous soil ¡ermis de
remarquer que, a ¡eu ¡res a I'e¡oque ou MI redigeail VI, }. Ialoóka elail en lrain de
franchir ce ¡as. In effel, si, d'un côle, iI re¡roche a Heidegger son refus d'enraciner
Ies ¡ossibiIiles du ?-6*)$ dans un cor¡s, bref de faire de Ia chair un exislenliaI, de
I'aulre, el ¡ar Ia même, Ie cor¡s qu'iI mel en avanl ne ¡eul avoir de significalion
qu'exislenliaIe. Aulremenl dil, Ie cor¡s ne doil ¡as êlre aborde a ¡arlir de Iui-même
(iI esl aIors inevilabIemenl reduil a un fragmenl de maliere ou a un organisme) mais
a ¡arlir de I'exislence donl iI esl une dimension, el sans doule Ia dimension
fondamenlaIe. Or, dans celle ¡ers¡eclive, exislenliaIe, Ie cor¡s ne ¡eul êlre
caraclerise que comme mouvemenl. Le mouvemenl ne ¡rocede ¡as d'un cor¡s qui en
serail Ie su|el , Ie cor¡s ¡rocede au conlraire du mouvemenl en lanl que ceIui-ci en
quaIifie Ie sens d'êlre verilabIe. In mellanl Ie mouvemenl au cenlre, }I conciIie Ia
¡ers¡eclive exislenliaIe ouverle ¡ar Heidegger avec I'exigence d'incarnalion mise en
avanl ¡ar MerIeau-Ionly.
Quoi qu'iI en soil, a Ia Iumiere de celle caraclerisalion du cor¡s a ¡arlir de Ia
vie, qui conduil a voir dans Ie mouvemenl sa modaIile d'êlre fondamenlaIe, nous
¡ouvons franchir un dernier ¡as. In quoi consisle Ie sens d'êlre de ce su|el que nous
avons ressaisi a ¡arlir de Ia vie el qui, a ce lilre, nous esl a¡¡aru comme conscience
incarnee ou ¡Iulôl comme idenlile de Ia conscience el de son incarnalion` In d'aulres
lermes, si Ia chair esl en son fond mouvemenl, ¡our aulanl qu'eIIe ¡rocede bien de Ia
vie, commenl caracleriser Ie su|el comme su|el de ce mouvemenl` L'a¡¡orl de celle
a¡¡roche ¡rivalive, c'esl de com¡rendre que Ia conscience n'esl leIIe qu'en lanl
qu'eIIe esl comme debordee ou excedee ¡ar une dimension qu'eIIe endigue, ou ¡Iulôl
donl eIIe esl Ia Iimilalion - dimension qui n'esl aulre que ceIIe de Ia vie. La
lransilivile ¡henomenaIisanle de Ia conscience s'enIeve sur une lransilivile ¡Ius
¡rofonde, qui ouvre a Ia ¡ure ¡rofondeur du monde ¡Iulôl qu'aux sim¡Ies
a¡¡arilions. Ce¡endanl, celle lransilivile ¡Ius ¡rofonde esl encore Ia sienne des Iors
que Ia conscience ¡rocede de Ia vie el conserve donc queIque chose de ceIa donl eIIe
esl Ia Iimilalion. Ainsi, Ia conscience esl comme debordee ¡ar Ia ¡rofusion d'une vie
qu'eIIe esl ¡ar aiIIeurs, excedee ¡ar une lransilivile qui esl aussi Ia sienne : ¡arce
qu'eIIe esl moins qu'eIIe-même (comme vie) eIIe esl aussi ¡Ius qu'eIIe-même (comme
sim¡Ie conscience) , eIIe esl a Ia fois en relard el en avance sur eIIe-même - el c'esl
celle avance qui esl en même lem¡s relard que nous avons nomme ileralion
fondamenlaIe. CorreIalivemenl, en lanl que Iimilalion de celle lransilivile vilaIe qui
esl Ia sienne, Ia ¡orlee de Ia conscience excede ceIIe de ses ob|els , eIIe vise, ¡our ainsi
dire, lou|ours au-deIa de ce qui Iui esl donne ¡arce que Ie donne n'esl Iui-même que
Iimilalion d'un monde. Commenl donc caracleriser une leIIe conscience, qui esl
debordee ¡ar une force qui esl aussi Ia sienne el qui vise lou|ours ¡Ius que ce qu'eIIe
a ` II n'y a qu'une seuIe re¡onse : une leIIe conscience esl ?#6)/. Le desir esl Ia
re¡onse correcle a Ia queslion de I'êlre de Ia conscience : com¡rendre Ia conscience a
¡arlir de Ia vie, c'esl necessairemenl Ia ¡enser comme desir. Le desir a¡¡arail en
queIque sorle comme Ia lrace au sein de Ia conscience de I'exces vilaI donl eIIe
¡rocede ¡ar Iimilalion. Aborder Ia conscience a ¡arlir de I'inlenlionnaIile qui esl vie,
Iui conferer un slalul ¡rivalif el, enfin, caracleriser son êlre comme desir sonl Ies lrois
dimensions conslilulives d'un seuI gesle fondamenlaI.
II faul seuIemenl souIigner que Ie desir doil ici êlre com¡ris en un sens
s¡ecifique, a savoir comme celle visee qui esl lou|ours deçue el donc reIancee ¡ar ce
qui esl cense Ia rem¡Iir, comme ce qui se nourril de soi-même ¡uisque si Ie desire
creuse Ie desir aulanl qu'iI Ie combIe, I'avenemenl de I'ob|el du desir esl en même
lem¡s reaclivalion du desir Iui-même. Le ¡ro¡re du desir esl qu'iI esl comme
deborde ¡ar Iui-même, ¡Ius ¡uissanl que Iui-même - el c'esl ¡ourquoi loul ob|el de
salisfaclion esl un molif de dece¡lion, loule ¡osilion, c'esl-a-dire loule a¡¡arilion, esl
Ia negalion d'une dimension qui I'excede lou|ours. Comme Iimilalion de Ia vie en eIIe
ou de Ia vie qu'eIIe esl, Ia conscience esl desir car lou|ours ¡orlee au-deIa d'eIIe-
même el donc |amais salisfaile ¡ar ce qui se ¡resenle. Le creux du desir, son
« manque » ou ¡Iulôl sa negalivile ¡ro¡re renvoienl a Ia Iimilalion conslilulive de Ia
conscience : iIs corres¡ondenl a Ia difference inassignabIe el donc irreduclibIe enlre
conscience el vie. Le desir de Ia conscience ex¡rime son defaul sur Ia vie, ou ¡Iulôl, Ia
conscience esl desir ¡arce qu'eIIe esl en defaul sur sa vie , Ie desir esl comme Ia lrace
ou I'echo au sein du su|el de celle Vie qui Ie deborde el qu'en même lem¡s iI esl.
Une remarque en guise de concIusion. Celle refIexion qui nous a conduil de Ia
chair a Ia vie donne sans doule Ies Iineamenls d'une ¡hiIoso¡hie du loucher, qui
verrail en Iui Ie sens ¡rimordiaI. II s'agil seuIemenl de com¡rendre que Ies sens, Ioin
de ¡ouvoir êlre conçus comme des acliviles des organes des sens, ce qui n'ex¡Iique
evidemmenl rien, doivenl êlre com¡ris comme des modaIiles d'une reIalion vivanle
au monde, c'esl-a-dire loul sim¡Iemenl de Ia vie. C'esl Ia raison ¡our IaqueIIe Iorsque
nous disons que nous louchons au bul, que ceIa louche au subIime ou qu'un visage
nous louche, nous ne sommes ¡as dans Ia mela¡hore mais dans des modaIiles
d'ex¡ression d'un même mouvemenl fondamenlaI que I'on nomme loucher. Qu'esl-
ce aIors que loucher` On ¡eul re¡ondre que c'esl enlrer en conlacl a Ia condilion de
com¡rendre Ie conlacl non ¡as comme Ia renconlre ¡hysique enlre deux cor¡s mais
comme I'elabIissemenl d'un Iien, I'inslauralion d'une ¡roximile ÷ el c'esl ¡ourquoi |e
¡eux renlrer en conlacl avec queIqu'un sans Ie loucher. Ce n'esl ¡as Ia ¡roximile qui
su¡¡ose Ie conlacl, Ie loucher sensorieI mais bien ¡Iulôl ceIui-ci qui su¡¡ose Ia
¡roximile comme mouvemenl d'a¡¡roche, comme avancee. Le loucher n'esl ¡as lanl
Ia condilion que I'ex¡ression de Ia ¡roximile. Or, s'iI esl vrai que Ie desir esl
fondamenlaIemenl a¡¡roche de ce qui recuIe vers Ia ¡rofondeur, lenlalive
d'a¡¡ro¡rialion de ce qui lou|ours se derobe, force esl de reconnailre que Ie loucher,
ressaisi en sa significalion vilaIe, esl Ie sens du Desir. Mais, d'aulre ¡arl, dans Ia
mesure ou nous avons definir Ie desir comme I'essence du su|el, iI faul a|ouler que Ie
loucher esl Ie sens vilaI, non ¡as au sens ou Arislole I'enlendail, mais en lanl qu'iI esl
Ie sens ¡rimordiaI, Ie sens de Ia vie même. C'esl donc ¡our des raisons
mela¡hysiques ¡Iulôl que bioIogiques que Ie desir amoureux se deveIo¡¡e sous
forme d'elreinle, lrouve dans Ie loucher son mode d'ex¡ression el d'accom¡Iissemenl
¡riviIegie. L'amour n'elabIil ¡as une ¡roximile ¡arce qu'iI suscile Ie loucher : iI ¡asse
¡ar Ie loucher dans Ia mesure ou, comme desir, iI esl elabIissemenl d'une ¡roximile.