Le 5 septembre 2013, Sylvie Bourbigot, Conseillère générale du canton de Perros Guirec, Vice Présidente du Conseil Général des Côtes

d’Armor et Guy Hascoët, Président du groupe EELV au Conseil Régional de Bretagne A Claudy Lebreton, Président du Conseil général des Côtes d’Armor Et Pierrick Massiot, Président du Conseil Régional de Bretagne

Objet : extraction de sable coquillier en baie de Lannion

Messieurs les Présidents, Comme vous le savez, nous luttons et nous mobilisons depuis plus de deux ans pour empêcher que l’extraction de sable coquillier dans la baie de Lannion ne soit autorisée. Nos territoires, vous le savez, doivent miser sur les filières de qualité et à haute valeur ajoutée. La qualité du trait de côte, la qualité des eaux marines, le caractère exceptionnel des sites de cette fameuse côte de Granit Rose, sont notre véritable richesse, tant environnementale qu’économique. Elles constituent les fondements de notre attractivité. On vient peindre à Ploumanac’h du monde entier, les Sept Iles et leur réserve sont un joyau national. Nous avons ensemble, à tous les niveaux territoriaux, adaptés des schémas de gestion intégrée des zones côtières. Nous avons fait le choix de la qualité, comme socle du développement futur. L’exploitation des sables, en créant une turbidité permanente large de centaines de mètres et s’étendant sur plusieurs kilomètres, ruinerait inexorablement nos fonds marins sur l’ensemble de la baie et constituent la nurserie de la ressource halieutique de la baie, déjà victime du phénomène récurrent des algues vertes. Pour une dizaine d’emplois créés, ce projet aliénerait l’activité des marins professionnels (qui représente également une dizaine d'emplois), entraînerait la fermeture de Cap Plongée, premier lieu de formation des plongeurs secouristes

de toute la France (3500 stagiaires chaque année, encadrés par une dizaine de salariés), porterait un coup rude à l’ensemble de l’activité touristique, qui malgré son caractère irrégulier, est celle qui permet à l’ensemble des activités hôtelières, de commerce alimentaire, de restauration… de tenir à l’année. Sans pour autant améliorer l’activité agricole bretonne pour laquelle cette extraction est soi-disant nécessaire. Nous estimons que l’impact négatif serait de l’ordre de cent cinquante emplois perdus. Au moment où la qualité des eaux met en danger la filière ostréicole, où s’ouvrent des perspectives d’une « glaz économie » autour de l'algologie ou encore des énergies marines, nous devons faire un choix clair. Ce type de projet, s’il pourrait, après étude d’impact, avoir sa place sur des fonds de quatre vingt mètres, au large, ne peut venir ruiner un territoire tel que le nôtre. Une délégation d’élus locaux, de toutes sensibilités, s'est rendue à Paris rencontrer Monsieur Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif. Nous attendons de vous que vous preniez clairement position et lui fassiez connaître votre opposition à ce projet. Il en va de la cohérence vis à vis de nos ambitions partagées pour la Bretagne. Recevez, messieurs les Présidents, l’expression de meilleures. nos salutations les

Sylvie Bourbigot, Conseillère générale du canton de Perros Guirec, Vice présidente du Conseil Général des Côtes d’Armor

Guy Hascoët, Président du groupe EELV au Conseil Régional de Bretagne, Habitant de Trébeurden

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful