L E S   P R A T I Q U E S   A R T I S T I Q U E S   R E L A T I O N N E L L E S   À   L ’ H E U R E   D ’ U N   I N T E R N E T  

C O L L A B O R A T I F .   L a u r a   M o r a l e s   L ó p e z     P o u r   c i t e r   c e   d o c u m e n t   :   L a u r a   M o r a l e s   L ó p e z ,   L e s   p r a t i q u e s   a r t i s t i q u e s   r e l a t i o n n e l l e s   à   l ’ h e u r e   d ’ u n   i n t e r n e t   c o l l a b o r a t i f ,   P a r i s ,   2 0 1 0 .       N o t e   :   C e   d o c u m e n t   e s t   u n e   v e r s i o n   é l e c t r o n i q u e   d e   l a   t a b l e   d e   c o n t e n u s ,   d e   l ’ i n t r o d u c t i o n   e t   d e   l a   b i b l i o g r a p h i e   d u   m é m o i r e   d e   m a s t e r   e n   C u l t u r e   e t   C o m m u n i c a t i o n ,   r é a l i s é   s o u s   l a   d i r e c t i o n   a c a d é m i q u e   d e   V i n c e n t   R o u z é   à   l ’ U n i v e r s i t é   P a r i s   8   V i n c e n n e s   -­‐   S a i n t   D e n i s ,   s o u t e n u   à   P a r i s   e n   j u i l l e t   2 0 1 0 .   L ’ o r i g i n a l ,   l ’ e x e m p l a i r e   e n   e n t i è r e   p e u t   s e   c o n s u l t e r   a u   s e c r é t a r i a t   d e   l ’ U F R   C u l t u r e   e t   C o m m u n i c a t i o n   e t   à   l a   B i b l i o t h è q u e   d e   l ’ U n i v e r s i t é   P a r i s   8   ( 2   r u e   d e   l a   L i b e r t é   –   9 3 5 2 6   S a i n t -­‐ D e n i s ) .     ©  Laura  Morales  López,  2010.       Contact:  morales.lopez.laura@gmail.com  

                                 

      LES  PRATIQUES  ARTISTIQUES  RELATIONNELLES  À  L’HEURE  D’UN     INTERNET  COLLABORATIF             Laura  MORALES     N°  étudiant  :  251822           Mémoire  de  Master  sous  la  direction  de  Monsieur  Vincent  ROUZÉ                       Université  Paris  VIII  Vincennes  Saint-­‐Denis   UFR  Culture  et  Communication     Master  Recherche  Industries  Créatives  :  Médias,  Web,  Arts   2010  

T A B LE       INTRODUCTION       I.  LES  PRATIQUES  ARTISTIQUES  RELATIONNELLES  EN  RÉSEAU  :     Vers  une  définition  de  l’objet  d’étude.                1.  Des  croisements  entre  les  arts  et  la  communication            2.  Communication  –  Technique  –  Art              3.  La  pratique  de  l’art  relationnel                                               7   8   10   13   18   24   27   29               7                     2  

         4.  Des  appropriations  des  technologies  de  la  communication  par  les  arts  en  réseau            5.  Les  Pratiques  artistiques  relationnelles  sur  le  Web  2.0  et  L’art  contemporain:              Rupture  ou  continuation  ?                                                    6.  Les  recherches  des  avant-­‐gardes  pour  les  pratiques  artistiques  relationnelles              sur  le  Web  collaboratif  (PARWC).            7.  Promotion  de  l’art  en  réseau    

         8.  Le  phénomène  du  média  pour  les  pratiques  artistiques  en  réseau    

II.  LES  ENJEUX  DES  TRANSFORMATIONS  AU  CŒUR  DE  L’INTERNET,  POUR  LES  PRATIQUES     ARTISTIQUES  RELATIONNELLES  SUR  LE  RÉSEAU.               2.  L’esprit  de  l’Internet                                                                                             42   42   43   50   55   59             60   62   66   79   84   88   1.  Démocratisation  des  réseaux  :  L’Internet  et  l’ouverture  mondiale   3.  Transformations  de  l’Internet    

4.  L’Internet  collaboratif  :  Les  pratiques  sociales  sur  Internet   5.  Art  2.0  :  Pratiques  artistiques  sur  le  Web  collaboratif               III.  «  DU  LIEU  AU  SITE  »  :  UNE  ARCHITECTURE  DES  ARTS  EN  RÉSEAU            sur  le  Web  collaboratif                  

1.  Typologie  des  arts  en  réseau  :  Observation  d’œuvres  relationnelles     2.  Exemples  de  «  sites  »  de  pratiques  artistiques  du  type  d’œuvres       communicationnelles,  collaboratives  et  relationnelles     V.    CONCLUSION  ET  PROJECTIONS     VI.  BIBLIOGRAPHIE     VI.  ANNEXES                              

INTRODUCTION     La   principale   motivation   de   ma   recherche   est   de   problématiser   les   enjeux   des   pratiques   artistiques   des   arts   visuels   contemporains,   exclusivement   relationnelles,   qui   se   servent   des   technologies   de   la   communication   et   de   l’information,   notamment   de   l’Internet,  comme   média  de  formulation  de  la  création  artistique.     Les   pratiques   relationnelles   sont   une   des   formes   d’art   contemporain   qui   ont   fait   leur   apparition   dès   les   années   soixante.   En   tant   qu’objet   d’étude,   elles   rejoignent   une   esthétique,   ou   plus   précisément   une   forme   d’art,   qui   se   configure   au   travers   de   l’évènement,   de   la   rencontre,   du   rendez-­‐vous,   etc.,   à   partir   de   l’échange,   de   la   relation   interpersonnelle  entre  groupes  de  gens,  d’une  façon  collective.       […]  Au-­‐delà  du  caractère  relationnel  intrinsèque  à  l’œuvre  d’art,  les  figures  de  référence  de   la  sphère  des  rapports  humains  sont  désormais  devenues  des  «  formes  »  artistiques  à  part   entière  :   ainsi   les   meetings,   les   rendez-­‐vous,   les   manifestations,   les   différents   types   de   collaboration   entre   personnes,   les   lieux   de   convivialité,   bref   l’ensemble   des   modes   de   la   rencontre   et   de   l’invention   de   relations   représentent   aujourd’hui   des   objets   esthétiques   susceptibles  d’être  étudiés  en  tant  que  tel  […].  [Bourriaud,  2006,  p.  29].     Cette   étude   va   ainsi   se   focaliser   sur   l’analyse   de   ce   type   de   pratiques   relationnelles,   une   observation  de  la  présence  de  la  dite  esthétique  relationnelle  dans  les  œuvres  intervenant   dans   les   nouveaux   médias,   tel   qu’Internet   comme   nous   le   connaissons   aujourd’hui,   un   Internet  désormais  connu  comme  collaboratif.     L’Internet  collaboratif  s’appelle  aussi  Web  2.0,  fondé  sur  le   Social  Networking  en  2007.  Le   Web   collaboratif   détermine   dans   le   cadre   d’un   discours   idéologique,   un   nouveau   stade   d’expansion   sociétale,   de   nouvelles   modalités   de   production   de   l’information   et   l’apparition  de  nouveaux  types  de  pratiques  culturelles  sur  le  réseau.     Celui-­‐ci   se   rend   visible   ainsi   comme   un   système   qui   a   généralisé   et   multiplié   ses   usages   permettant  au  travers  de  ses  dispositifs,  une  communication  transversale  sur  le  média.        

Cependant,   bien   avant   le   Web   2.0,   il   existait   déjà   des   dispositifs   qui   commençaient   à   concevoir  ce  type  de  communication  transversale.  Ce  qui  nous  intéresse  ici,  est  de  traiter   comment   le   développement   des   langages   informatiques,   va   ouvrir   la   voie   aux   évolutions   techniques,  qui  créeront  de  nouveaux  dispositifs  qui  seront  appropriés  par  certains  artistes.   Les  œuvres  de  ces  artistes  sur  un  Web  collaboratif,  envisagent  un  type  de  participation  –   collaboration  –  des  publics,  qui  commence  à  générer  une  nouvelle  configuration  d’actions   collectives  sur  le  réseau.       Néanmoins,   ma   recherche   n’est   pas   centrée   sur   les   applications   et   les   dispositifs   les   plus   connues  du  Web  collaboratif  (blogs,  wikis,  etc.).  Elle  ne  prend  pas  comme  sujet  toutes  les   pratiques  culturelles  sur  le  réseau,  ni  tous  les  arts  usant  des  formes  communicationnelles   sur   Internet,   ce   qui   demanderait   l’analyse   d’un   terrain   beaucoup   trop   vaste.   Ce   mémoire   s’intéresse   donc   à   l’étude   des   œuvres   du   domaine   des   arts   visuels,   notamment   des   pratiques  artistiques  relationnelles,  qui  utilisent  spécifiquement  l’Internet  comme  support   de  création.  De  telles  œuvres,  créées  sur  le  Web  en  forme  de  sites,  se  servent  des  langages   informatiques   propres   au   Web   2.0   (AJAX  :   Asynchronous   JavaScript   and   XML1),   pour   la   construction  d’œuvres  relationnelles  sur  le  réseau.  La  création  sur  le  réseau  virtuel  suggère   la  diffusion  et  l’invitation  de  publics  différenciés  de  ceux  des  supports  réels.       Notre   objet   d’étude,     les   pratiques   artistiques   relationnelles   sur   le   Web   collaboratif,   est   également  appelé  Arts  2.0.  Ici,  tout  au  long  de  cette  recherche,  nous  le  désignerons  par  le   sigle  PARWC  (Pratiques  Artistiques  Relationnelles  sur  le  Web  Collaboratif).     Les  PARWC  sont  une  des  catégories  des  arts  en  réseau,  plus  connues  sous  le  nom  anglais,   Net  Art.  Les  arts  en  réseau  sont  compris  comme  une  des  branches  des  arts  contemporains   et/ou  des  arts  numériques.       La  distinction  sur  l’appartenance  des  arts  en  réseau  dans  les  arts  contemporains  et/ou  les   arts   numériques,   est   un   point   important   de   cette   recherche   que   nous   essaierons   de   définir   plus  loin.  
1

  AJAX  :   Langage   informatique   qui   s'appuie   sur   la   combinaison   de   technologies   déjà   existantes,   il   offre   un   nouveau   confort   d'utilisation   et   de   navigation   à   la   fois   pour   le   producteur   d'information   et   le   simple   utilisateur  d'un  service  Web  2.0.  C'est  ainsi  que  les  services  ayant  recours  à  AJAX  permettent  d'exécuter  des   applications  directement  dans  le  navigateur.    

Nous   essayons   de   tracer   les   liens   et/ou   les   ruptures   qui   accompagnent   l’émergence   de   nouveaux  modes  de  production  et  de  fonctionnement  des  arts  sur  le  Web.  D’une  part,  nous   abordons  certaines  caractéristiques  conceptuelles  d’un  discours  artistique  instauré  par  les   avant-­‐gardes   qui   défendent   une   continuité   des   arts   contemporains   et   l’art   en   réseau.   Et   d’autre   part,   nous   abordons   certaines   caractéristiques   techniques   empruntées   à   l’analyse   réalisée  par   Anolga  Rodionoff,  dont  la  création  sur  le  Web,  en  tant  qu’art  numérique,  est   porteuse   d’un   discours   de   revalorisation   des   conditions   de   création,   de   production   et   de   perception  de  l’œuvre.     De   cette   façon,   nous   tentons   de   nous   rapprocher   d’une   étude   des   différents   types   d’appartenance   des   PARWC   aux   arts   contemporains   et   aux   arts   numériques,   selon   différents   processus   de   transformation   technique   et   selon   certaines   recherches   conceptuelles  du  discours  de  l’œuvre  en  réseau.     Un  regard  sur  certains  exemples  de  pratiques  artistiques  relationnelles  représente  pour  la   création,  la  réception  et  pour  la  diffusion  sur  un  support  de  communication  planétaire,  et   globale   tel   l’Internet   (même   si   l’ensemble   du   globe   est   loin   d’y   avoir   encore   accès),   un   rapprochement   vers   des   publics   propres   aux   technologies,   intéressés   par   l’art   et   les   nouvelles  technologies.     Apparaissent  alors  des  questions  importantes  quant  à  l’intérêt  que  portent  les  artistes  pour   produire   leurs   œuvres   utilisant   et   détournant   des   technologies   de   la   communication,   notamment   l’Internet.   Quelle   est   la   motivation   des   artistes,   pour   investir   l’espace   de   l’Internet,  en  tenant  en  compte  des  enjeux  de  cette  technique  ?     En   quoi   le   Web   2.0,   dit   collaboratif,   représente   une   véritable   transformation   des   modalités   de  collaboration  parmi  les  participants  et  l’œuvre  sur  le  réseau  ?  Et  plus  précisément,  est-­‐ ce   que   l’émergence   du   Web   2.0   représente   un   changement   dans   les   processus   et   les   progrès  techniques  qu’a  connu  l’art  en  réseau  depuis  de  son  apparition  ?     Les  œuvres  relationnelles  sur  le  réseau  se  rapprochent-­‐elles  d’un  esprit  dont  le  média  est  le   message   (Marshall   McLuhan)  ?   Autrement   dit,   est-­‐ce   que   le   contenu   de   l’œuvre   (le   message)   est   transformé   quand   il   est   transmis   par   le   média   de   l’Internet  ?   Est-­‐ce   que   le  

message   de   l’œuvre   devient   le   média   même   ?   Est-­‐ce   que   la   potentialité   du   média   Internet,   en   tant   que   technologie   globale,   modifie   l’essence   même   du   contenu   de   l’œuvre  ?   Ou   plutôt,  est-­‐ce  que  les  œuvres  se  rapprochent  d’une  expérience  nettement  esthétique,  dont   le   média   est   le   média   (Allan   Kaprow),   en   restreignant   l’œuvre   aux   qualités   propres   du   support  ?       Avec   l’énoncé   «  The   medium   is   the   medium  »   «  Le   média   est   le   média  »,   l’artiste   Allan   Kaprow  s’intéresse  à  l’idée  de  communication  des  médias  comme  une  non-­‐communication.   Le  support/média  est  approprié  pour  la  création  en  tant  qu’objet  esthétique,  et  celui-­‐ci  ne   donne  plus  désormais  l’usage  primaire  pour  lequel  il  a  été  conçu  à  l’origine.       Nous   comprenons   alors   que   l’œuvre   se   place   sur   un   support/média,   et   celui-­‐ci   lui   sert   comme   instrument   de   mise   en   place.   Toutefois,   l’essence   même   du   concept   de   l’œuvre   ne   fait  résonance  aux  fonctions  explicites  de  la  technique.  C’est-­‐à-­‐dire,  l’œuvre  reste  liée  à  la   nature  même  du  message  (le  concept  de  l’œuvre).  Nous  nous  demandons  alors  quel  type   de   profit   cherche   l’œuvre   sur   le   média   d’Internet  ?   Est-­‐ce   que   son   intérêt   primaire   n’aurait   pas,  comme  conséquence  indirecte,  d’extraire  la  potentialité  du  support  ?     Comment   est   conçue   la   participation   de   l’internaute   dans   ses   œuvres   ?   En   tant   qu’acteur  ?   En   tant   qu’auteur  ?   Est-­‐ce   que   ces   pratiques   relationnelles,   dans   leur   esprit   collaboratif,   dans   la   construction   d’une   œuvre   collective   sur   le   réseau,   transforment   la   façon   de   regarder  ?  Est-­‐ce  qu’elles  modifient  l’expérience  du  public  envers  l’œuvre  et  vice-­‐versa  ?     Est-­‐ce  que  le  Web  est  un  espace  alternatif  de  création  ?  Légitime  ?  Est-­‐ce  qu’il  critique  les   circuits  traditionnels  du  monde  de  l’art,  ou  bien  y  contribue-­‐t-­‐il  ?       Afin   de   problématiser   les   questions   ici   exposées,   un   travail   de   terrain   a   été   réalisé   en   parallèle   avec   un   travail   de   conceptualisation.   Le   travail   de   terrain   mène   à   l`analyse   de   quatre  exemples  spécifiques  de  sites  de  pratiques  artistiques  relationnelles  présents  sur  le   réseau  d’Internet.         Chacune   des   œuvres   choisies   est   étudiée   selon   différents   facteurs  :   pratique   artistique,   technique   et   communication,   dont   nous   verrons   la   corrélation   tout   au   long   de   cette   recherche.    

Dans   l’ensemble   des   œuvres   étudiées,   deux   exemples   participent   aux   circuits   d’art   institutionnel.  Pour  le  premier  :  «  No  place  »  du  collectif  MW2MW,  réalisé  par  deux  artistes   américains,   Marek   Walczak   et   Martin   Wattenberg,   est   hébergée   par   la   Tate   Online,   la   galerie   virtuelle   de   la   Tate   Gallery   of   London  ;   quant   au   deuxième  exemple:  «  Screening   Circle  »  de  l’artiste  américain   Andy  Deck,  œuvre  soutenue  par  la  plateforme  Web   Artport,   collection  virtuelle  des  œuvres  du  Net  Art  de  la  Whitney  Museum  of  New  York.     Les   autres   œuvres   qui   servent   de   travail   de   terrain   à   cette   recherche   et   qui   participent   aux   dynamiques  de  création  collaborative  sur  le  Web  sont  :  «  Cointel  »   conçue  par  les  artistes   allemands   Hannes   Niepold   et   Hans   Wastlhuber,   et   «  Micro   Voyages  »,   une   démarche   artistique  personnelle.     Une  série  de  facteurs  servent   d’analyseurs  et  permettent  de  se  rapprocher  de  l’étude  des   exemples   des   œuvres   du   travail   de   terrain.   Un   de   ces   facteurs   correspond   à   l’étude   des   types  de  réception  de  l'œuvre,  et  le  grade  de  collaboration  que  l'œuvre  entretient  avec  leur   public.       Une   typologie   des   arts   en   réseau,   réalisé   par   Annick   Bureaud,   cherchant   à   trouver   les   différentes   formes   d’art   présentes   sur   le   Web,   constitue   une   des   références   qui   nous   est   utile   pour   distinguer   l'objet   d'étude   et   pour   analyser   leurs   caractéristiques   formelles.   Egalement,   une   étude   comportant   les   différents   dispositifs   d'interactivité   sur   l'Internet   -­‐   dirigé   par   la   Délégation   des   Arts   Plastiques   du   Ministère   de   la   Culture   et   de   la   Communication   Française   -­‐   réalisé   par   Anne   Sauvageot   et   Michel   Léglise,   servent   comme   outils   de   base   pour   identifier   les   niveaux   de   réception   et   de   collaboration   parmi   les   internautes  et  les  œuvres  choisies  en  tant  qu'exemples  d’étude.     De  même,  une  analyse  de  chaque  œuvre  est  effectuée  à  partir  de  l'observation  du  profit  et   des   appropriations   des   possibilités   techniques   du   support   Web   par   l'artiste.   Un   autre   facteur   d'analyse   important   est   celui   du   rapprochement   des   mécanismes   par   lesquels   l'œuvre   est   mise   à   disposition   d'un   public.   Autrement   dit,   comment   les   circuits   culturels   (institutionnels   ou   alternatifs),   tendent   à   faire   partie   des   dynamiques   de   diffusion   de   l'œuvre  sur  le  réseau.    

BIBLIOGRAPHIE  
OUVRAGES   •   •   •   •   •   •   •     •   •   •   • • • •
•   •

ASCOTT,   Roy,   Telematic   Embrace  :   Visionary   théories   of   art,   technology   and   consciusness.   Ed.  Shanken,  Berkley,  University  of  California  Press,  2003.   BENJAMIN,  Walter,  L’auteur  comme  producteur  en  Essais  sur  Bertolt  Brecht,  Maspero,  Paris,   1969.   BENJAMIN,   Walter,   L’œuvre   d’art   à   l’époque   de   sa   reproductibilité   technique,   dernière   version  1939,  in  «  Œuvres  III  ».  Gallimard,  Paris,  2000.   BEUYS,  Joseph.  Conversation  with  Eddy  Devolder  :  Social  sculpture,  invisible  sculpture,   alternative  society,  free  international  university.  Ed.  Tandem,  1990.   BOISSIER,   Jean-­‐Louis,   La   relation   comme   forme:   l'interactivité   en   art.   Ed.   Musée   d'art   moderne  et  contemporain  de  Genève,  Genève,  2004.   BOURRIAUD,  Nicolas,  Esthétique  relationnelle.  Éd.  Les  presses  du  réel,  Dijon-­‐Quetigny,2006.   BRETON   Philippe,   L’utopie   de   la   communication:   Le   mythe   du   village   planétaire,   La   Découverte,  Paris,  1997.   CARRILLO,  Jesús,  Arte  en  la  red.  Ed.  Ensayos  de  cátedra,  Madrid,  2004.   CASTELLS,  Manuel,  La  société  en  réseaux,  Editions  Fayard,  1996.   CAUQUELIN,  Anne,  L’art  contemporain.  PUF,  coll.  «  Que  sais-­‐je  ?  »,  Paris,  1992.   CAUQUELIN,  Anne.  Le  site  et  le  paysage.  Ed.  Quadrige,  France,  2002.   CERTEAU  DE  Michel,  L'invention  du  quotidien.  1.  Arts  de  faire.  Ed.  Seuil,  Paris,  1980.   COUCHOT,  Edmond  et  HILLAIRE,  Norbert,  L’art  numérique.  Flammarion,  Paris,  2003. FOREST,  Fred,  L’œuvre-­‐système  invisible  :  art  relationnel.  L’Harmattan,  Paris,  2006.   FOREST,  Fred,  Pour  un  art  actuel,  l’art  à  l’heure  d’Internet.  L’Harmattan,  Paris,  1998.   FOURMENTRAUX,   Jean-­‐Paul,   Art   et   Internet  :   Les   nouvelles   figures   de   la   création,   CNRS   Editions,  Paris,  2005.   GUILLAUME,  Marc,  L’empire  des  réseaux.  Ed.  Descartes  &  cie.,  Paris,  1999.   KISSELEVA,  Olga,  Cyberart,  un  essai  sur  l’art  du  dialogue.  L’Harmattan,  Paris,  1998.   LEVY,   Pierre,   L’intelligence   collective.   Pour   une   anthropologie   de   cyberspace.   La   découverte,   Paris,  1994.  

• •   •  

• • •   •   •  

LEVY,  Pierre,  World  Philosophie.  Odile  Jacob,  Paris,  2000.   MATTELART  Armand,  Diversité  culturelle  et  mondialisation.  La  Découverte,  Paris,  2005.   MCLUHAN,  Marshall,  The  global  Village.  Oxford  University  Press,  New  York,  1989.   MCLUHAN,  Marshall,  QUENTIN,  Fiore,   The  Medium  is  the  message.  An  inventory  of  Effects,   Bantam  Books,  New  York,  1967.   POPPER,  Frank,  Art,  action  et  participation  :  l’artiste  et  la  créativité  d’aujourdhui.  Ed.  Hazan,   Paris,  1989.   POPPER,   Frank   (dir.),   La   création   artistique   face   aux   nouvelles   technologies,   Séminaire Interarts.  Ed.  Klincksieck,  Paris,  2005.   PROULX,   Serge   (DIR),   Internet   une   utopie   limitée:   Nouvelles   regulations,   nouvelles   solidarités,  Les  presses  de  l’Université  Laval,  Canada,  2005.   REBILLARD  Franck,   Le  web  2.0  en  perspective.  Une  analyse  socio-­‐économique  de  l’Internet.   L’Harmattan,  Paris,  2007.   SAUVAGEOT,  Anne  et  LEGLISE,  Michel,  Culture  visuelle  et  art  collectif  sur  le  Web,  Rapport  de   recherche   de   la   Délégation   aux   arts   plastiques   du   Ministère   de   la   Culture   et   de   la   Communication,  Paris,  1998.   THIERRY,  Daniel,  Nouvelles  technologies  de  la  communication,  L’Harmattan,  Paris,  2000.   WEISSBERG,   J-­‐L.,   Présence   à   distance,   Déplacement   virtuel   et   réseaux   numériques,   L’Harmattan,  coll.  Communication,  Paris,  2001.   WOLTON,  Dominique,  Penser  la  communication,  Flammarion,  1997.  

• •    

ARTICLES     • ARASSE  Daniel,   Du  lieu  au  site  :  les  zones  de  l’art  aujourd’hui,  La  revue  d’esthétique,  N°  39,   Jean-­‐Michel  Place,  Paris,  2001.   • BUREAUD  Annick,  Pour  une  typologie  de  la  création  sur  Internet,  Observatoire  Léonardo  des   Arts  et  des  Techno-­‐Sciences,  janvier  1998.   BUREAUD   Annick,   Utopies   distribuées  :   Net   art,   Web   art,   in   Art   presse,   Internet   all   over,   L’art  et  la  toile,  numéro  hors  série,  novembre  1999.   CAUQUELIN,   Anne,   Introduction,   in   Revue   d’esthétique,   N°  39,   Jean-­‐Michel   Place,   Paris,   2001.   COSTA   Mario,   Technologie,   production   artistique   et   esthétique   de   la   communication,   Art   Press,  N°  122,  février  1988.  pp.  9-­‐13.    

•   •   •  

•   •   •

GRANJON   Fabien,   Les   Sciences   de   l’information   et   de   la   communication   toujours   à   la   recherche  de  leur(s)  spécificité(s).  Apparu  en  SFSIC  et  auteurs,  Les  recherches  en  information   et  communication  et  leurs  perspectives,  Paris,  2002.   MARGUERIN  Mathieu  et  BENAYOUN  Maurice,  Scénographies  de  la  communication,  Dossiers   de  l’audiovisuel,  Arts  en  réseau  :  Une  nouvelle  culture,  N°    96,  mars  –  avril  2001.  pp.  36  –  38.   MORICE   Anne   Marie   Morice,   Quelques   éléments   pour   aborder   l’E-­‐@art,   in   Dossiers   de   l’audiovisuel,  Arts  en  réseau  :  Une  nouvelle  culture,  N°    96,  mars  –  avril  2001.  pp.  10  –  13.   RODIONOFF  Anolga,  L’art  numérique  comme  analyseur,  in  ouvrage  collectif  sous  la  dir.   Bouquillion  Philippe,  Combès  Yolande,  Les  industries  de  la  culture  et  de  la  communication   en  mutation,  Ed.  L’Harmattan,  Paris,  coll.  «  Questions  contemporaines  »,  2007,  pp.  115-­‐127.   RODIONOFF  Anolga,  Temps,  Espace,  Relation  Interface,  in  Presses  de  l’Université  du   Québec,  coll.  «  Esthétique  »,  sous  la  direction  de  L’  Poissant  et  P.  Tremblay.  2009.   THELY   Nicolas,   Manières   de   faire  :   pratique   et   engagement   de   l’artiste   contemporain,   Tracés.  Revue  de  Sciences  humaines,  L’engagement,  N°  11,  octobre  2006.    

  •   •

    SITOGRAPHIE     • AUBER   Olivier,   Du   Générateur   Poïétique   à   la   perspective   numérique.   http://archee.qc.ca/ar.php?page=imp&no=207  (Consulté  le  10  mars  2009).     • BENAYOUN  Maurice,  Art  after  Technology  (2008).  Article  pour  la  revue  Technol.   http://www.benayoun.com/projetwords.php?id=114  (Consulté  le  5  mai  2010).     • BLANK  Joachim,  Le  mythe  du  réseau.  http://joachimblank.com/texts.html  (Consulté  le  15   mai  2010). • BOOKCHIN  Natalie,  SHULGIN  Alexi,  Manifeste  du  Net  Art  (1999).  http://easylife.org/netart/   (Consulté  le  20  août  2009).   BREA   José   Luis,   La   era   postmedia.   Acción   comunicativa,   practicas   (post)artisticas   y   dispositivos  neomediales.  http://www.laerapostmedia.net/#  (Consulté  le  20  mars  2009).   FOREST  Fred,  Manifeste  pour  une  esthétique  de  la  communication  (1983).   http://www.webnetmuseum.org/html/fr/expo-­‐retr-­‐fredforest/  (Consulté  le  15  mai  2010).   KAPLAN  Daniel,  Danknet,  Internet  actu  (2006).  http://www.internetactu.net      (Consulté  le  10  juin  2009). NITOT   Tristan,   Le   Web   2.0   était   la   vision   initiale   de   Tim   Berners-­‐Lee  :   http://solutions.journaldunet.com/0606/060623-­‐video-­‐tristan-­‐nitot.shtml     (Consulté  le  15  décembre  2008).   TEJERIZO  Fernando,  El  net  art,  la  estética  de  la  red.   http://www.alepharts.org/pens/tejerizo.html  (Consulté  le  20  aout  2009).  

      EXEMPLES  DE  SITES  D’ŒUVRES  RELATIONNELLES         • Titre  :       Screening  Circle  (2008).   Artiste  :     Andy  Deck.     Site  Web  :   http://artcontext.net/act/05/screeningCircle/     • Titre:       No  place  (2008).   Artistes:   Collectif  artistique  MW2MW.   Site  Web  :   http://noplace.mw2mw.com/tate/     • Titre  :       Cointel  (Depuis  2000).   Artistes  :   Hannes  Niepold  et  Hans  Wastlhuber.     Site  Web  :   http://www.cointel.de     • Titre  :     Micro  Voyages  (2009).   Artiste  :     Laura  Morales.     Site  Web  :   http://www.microvoyages.com     • Titre  :     The  world’s  first  collaborative  sentence  (1994).   Artiste  :     Douglas  Davis.     SiteWeb:     http://artport.whitney.org/collection/davis/Sentence/sentence1.html     • Titre  :     The  file  room  (1994).   Artiste  :     Antoni  Muntadas.   Site  Web  :   http://www.thefileroom.org  (Pas  disponible  sur  le  réseau).       • Titre  :     Le  générateur  poïétique  (1983).   Artiste  :     Olivier  Auber.     Site  Web  :     http://www.poietic-­‐generator.net