P. 1
Les bonnes figues et les mauvaises figues

Les bonnes figues et les mauvaises figues

|Views: 16|Likes:
Published by bahrmanou
Bertrand Comparet
Bertrand Comparet

More info:

Categories:Types, Research
Published by: bahrmanou on Sep 23, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

12/06/2013

pdf

text

original

Les bonnes figues et les mauvaises figues

par Bertrand L. Comparet

Cet article contient le texte d’une conférence que Bertrand L. Comparet fit devant un groupe lors d’une de ses séances d’études bibliques à Manhattan Beach, en Californie.

""" Ce soir, je voudrais vous parler d’un sujet que l’on trouve principalement dans le Livre de Jérémie : les bonnes et les mauvaises figues. Un grand nombre d’églises, malheureusement, se trompent complètement sur ce sujet. La première déportation dans la captivité babylonienne eut lieu peu après le renversement du roi Jéhoïakim par Nabuchodonosor, ou Nebucadretsar. Les Babyloniens capturèrent Jérusalem vers 606 av. JC et la déportation elle-même se fit probablement deux ans plus tard, vers 604. Vous en trouverez les détails en II Rois 24:9–17 et II Chroniques 36:9–10. Puis il y eut une seconde déportation, parce que le roi fantoche, qui avait été placé sur le trône de Juda par Nabuchodonosor, se rebella. Nabuchodonosor dut donc revenir et finir le travail, c’est-à-dire déporter le restant du peuple de Juda ainsi que brûler et détruire entièrement la ville de Jérusalem. Vous pouvez lire ces évènements en II Rois 25:1–21. Cela se passait en 585. Maintenant, entre ces deux déportations, au cours du règne du dernier roi, Sédécias, le prophète Jérémie reçut une vision de deux paniers de figues et il déclare ce qui suit, en Jér. 24:1–10 :

Les bonnes figues et les mauvaises figues
1

B. L. Comparet

Yahweh me fit voir [une vision], et voici, deux paniers de figues, posés devant le temple de Yahweh, après que Nebucadretsar, roi de Babylone, eut transporté de Jérusalem Jéconias, fils de Jéhoïakim, roi de Juda, et les princes de Juda, et les charpentiers et les forgerons, et qu’il les eut emmenés à Babylone.

2

3

4 5

L’un des paniers avait de très-bonnes figues, comme les figues de la première saison ; et l’autre panier avait de très-mauvaises figues qu’on ne pouvait manger, tant elles étaient mauvaises. Et Yahweh me dit : Que vois-tu, Jérémie ? Et je dis : Des figues ; les bonnes figues, très-bonnes, et les mauvaises, trèsmauvaises, qui ne peuvent être mangées, tant elles sont mauvaises. Et la parole de Yahweh vint à moi, disant : Ainsi dit Yahweh, le Dieu d’Israël : Comme [tu vois] ces bonnes figues, ainsi je me souviendrai, en bien, des transportés de Juda, que j’ai envoyés hors de ce lieu au pays des Chaldéens ; et je mettrai mes yeux sur eux pour [leur] bien, et je les ferai retourner dans ce pays ; et je les bâtirai et je ne les renverserai pas, et je les planterai, et je ne les arracherai pas.

6

7

8

Et je leur donnerai un cœur pour me connaître, car moi je suis Yahweh ; et ils seront mon peuple, et moi je serai leur Dieu ; car ils retourneront à moi de tout leur cœur. Et comme les figues mauvaises qu’on ne peut manger, tant elles sont mauvaises, . . . oui, ainsi dit Yahweh, tels je donnerai Sédécias, le roi de Juda, et ses princes, et le reste de Jérusalem, qui sont de reste dans ce pays, et qui habitent dans le pays d’Égypte ; et je les livrerai pour être chassés çà et là par tous les royaumes de la terre, pour leur malheur, pour être en opprobre et en proverbe, un objet de raillerie et de malédiction, dans tous les lieux où je les chasserai ; et j’enverrai contre eux l’épée, la famine, et la peste, jusqu’à ce qu’ils soient consumés de dessus la terre que je leur ai donnée, à eux et à leurs pères.

9

10

Vous savez maintenant que Yahweh parlait de deux groupes différents, qui avaient habité tous deux, originellement, dans le pays de Juda. Les bonnes figues étaient les gens captifs en Babylone, les mauvaises figues étaient « les princes, et le reste

2

Les bonnes figues et les mauvaises figues de Jérusalem » et ceux qui sont en Égypte. Notez soigneusement qu’Il ne dit pas « le reste de Juda » mais « le reste de Jérusalem ». Vous pouvez comparer avec Jérémie 32:31–32 (citant toujours les paroles de Yahweh) :
31

Car cette ville a été [une provocation] à ma colère et à ma fureur, depuis le jour qu’ils l’ont bâtie jusqu’à ce jour, afin que je l’ôte de devant ma face,

32

à cause de toute l’iniquité des fils d’Israël et des fils de Juda, qu’ils ont commise pour me provoquer, eux, leurs rois, leurs princes, leurs sacrificateurs, et leurs prophètes, et les hommes de Juda, et les habitants de Jérusalem.

Il est évident que si les habitants de Jérusalem avaient juste été certains des hommes de Juda, il n’y aurait pas eu lieu de faire de distinction. Vous vous souvenez que le prophète Ézéchiel se trouvait parmi le groupe qui avait été déporté à Babylone. Jérémie, lui, ne fut jamais déporté à Babylone, bien que j’ai lu l’affirmation contraire dans des publications de certaines églises. Mais la Bible, si ces gens voulaient bien la lire, dit exactement l’opposé de ce qu’ils prétendent. Dans le 29 chapitre de Jérémie, aux versets 8 à 19, Jérémie envoya une lettre à ceux qui se trouvaient déjà à Babylone, leur disant les deux parties de sa prophétie. Il écrit :
8
e

Car ainsi dit Yahweh des armées, le Dieu d’Israël : Que vos prophètes qui sont au milieu de vous, et vos devins, ne vous séduisent point, et n’écoutez pas vos songes que vous vous plaisez à songer ; car c’est avec mensonge qu’ils prophétisent en mon nom ; je ne les ai pas envoyés, dit Yahweh.

9

10

Car ainsi dit Yahweh : Lorsque soixante-dix ans seront accomplis pour Babylone, je vous visiterai, et j’accomplirai envers vous ma bonne parole, pour vous faire revenir en ce lieu. Car moi je connais les pensées que je pense à votre égard, dit Yahweh, pensées de paix et non de mal, pour vous donner un avenir et une espérance.

11

12

13

Et vous m’invoquerez, et vous irez, et me supplierez, et je vous écouterai ; et vous me chercherez, et vous me trouverez, car vous me rechercherez de tout votre cœur,

3

Les bonnes figues et les mauvaises figues
14

B. L. Comparet

et je me ferai trouver à vous, dit Yahweh ; et je rétablirai vos captifs, et je vous rassemblerai d’entre toutes les nations et de tous les lieux où je vous aurai chassés, dit Yahweh, et je vous ferai retourner au lieu d’où je vous ai transportés. Si vous dites : Yahweh nous a suscité des prophètes à Babylone ! Oui, ainsi dit Yahweh touchant le roi qui est assis sur le trône de David, et touchant tout le peuple qui habite dans cette ville, vos frères qui ne sont pas allés avec vous en captivité ; – ainsi dit Yahweh des armées : Voici, j’envoie contre eux l’épée, la famine, et la peste, et je les ferai devenir comme ces figues affreuses qu’on ne peut manger tant elles sont mauvaises.

15 16

17

18

Et je les poursuivrai avec l’épée, avec la famine, et avec la peste ; et je les livrerai pour être chassés çà et là par tous les royaumes de la terre, – et à l’exécration, et à la désolation, et au sifflement, et à l’opprobre, dans toutes les nations où je les chasserai ; parce que, dit Yahweh, ils n’ont point écouté mes paroles quand je leur ai envoyé mes serviteurs les prophètes, me levant de bonne heure et les envoyant ; et vous n’avez point écouté, dit Yahweh.

19

Nous avons donc deux groupes ici. Une partie de la nation de Juda était déjà partie en captivité en Babylone ; une partie de la nation de Juda restait dans et aux alentours de Jérusalem ; puis, bien sûr, il y avait parmi eux les Juifs qui étaient à Jérusalem. Exactement comme les Juifs d’aujourd’hui se rassemblent dans les grandes villes comme New York, Los Angeles, Washington et autres, ils faisaient la même chose alors. Ici, nous avons des prophéties claires de Jérémie. Même ceux qui n’avaient pas encore été déportés à Babylone allaient l’être, et pourtant d’une manière ou d’une autre, ils ne le croyaient pas. Il y avait déjà eu une conquête et une déportation à Babylone et ils ne pouvaient pas croire qu’il y en aurait une autre. Pourquoi donc ? Eh bien, ils n’écoutaient pas Jérémie pour plusieurs raisons. L’une de ces raisons est bien entendu l’aversion envers les mauvaises nouvelles annoncées par des hommes mauvais. Une seconde raison est l’apparente contradiction entre Jérémie et Ézéchiel. Jérémie avait prédit que le dernier roi de Juda, Sédécias, allait être capturé et emmené à Babylone. Jérémie 34:2–5 dit : Ainsi dit Yahweh, le Dieu d’Israël : Va, et tu parleras à Sédécias, roi de Juda, et tu lui diras : Ainsi dit Yahweh : Voici, je livre cette ville en la main du roi de Babylone, et il la brûlera par le feu ;

2

4

Les bonnes figues et les mauvaises figues
3

et toi, tu n’échapperas pas à sa main, car certainement tu seras pris, et tu seras livré en sa main, et tes yeux verront les yeux du roi de Babylone, et sa bouche parlera à ta bouche, et tu iras à Babylone. Seulement, écoute la parole de Yahweh, Sédécias, roi de Juda ! Ainsi dit Yahweh sur toi : Tu ne mourras pas par l’épée ; tu mourras en paix . . .

4

5

Maintenant, notez cette prophétie : Sédécias devait être emmené à Babylone ; il serait capturé ; il parlerait face à face avec le Roi Nabuchodonosor et emmené à Babylone, mais il ne serait pas mis à mort ; il mourrait en paix. Maintenant, à Babylone, Ézéchiel avait dit ce qui suit, et sa parole était arrivée jusqu’à Jérusalem (Ézéchiel 12:10–14) :
10

11

Dis-leur : Ainsi dit Yahweh, l’Éternel : Cet oracle [concerne] le prince qui est dans Jérusalem, et toute la maison d’Israël qui est au milieu d’eux. Dis : Je suis pour vous un signe ; comme j’ai fait, ainsi il leur sera fait : ils iront en exil [et] en captivité. Et le prince qui est au milieu d’eux portera [son bagage] sur l’épaule, dans l’obscurité, et sortira ; on percera le mur pour le faire sortir par là ; il couvrira sa face, afin qu’il ne voie pas de ses yeux le pays.

12

13

Et j’étendrai sur lui mon filet, et il sera pris dans mon piège ; et je l’amènerai à Babylone, dans le pays des Chaldéens ; mais il ne le verra point, et là il mourra.

14

Et tout ce qui l’entoure, son secours, et toutes ses troupes, je les disperserai à tout vent ; et je tirerai l’épée après eux.

Vous savez comment ça va de nos jours : vous vous rendez dans une église quelconque et le prêtre prend un verset, parfois une phrase d’un verset, comme le sujet de son sermon du jour ; c’est son point de départ de la Bible, pour ne plus y revenir. En cette époque lointaine, ils faisaient la même chose. Ézéchiel dit que Sédécias ne verrait pas Babylone et ils dirent donc : « Bon, cela signifie qu’il ne sera pas déporté là-bas, et donc que nous ne le serons pas non plus ». Ces deux prophéties furent accomplies en grand détail. En Jérémie 39:1–8, nous avons l’enregistrement de cet accomplissement :
1

Et il arriva, lorsque Jérusalem fut prise, qu’en la neuvième année de Sédécias, roi de Juda, au dixième mois, Nebucadretsar, roi de Babylone, vint, et toute son armée, contre Jérusalem, et ils l’assiégèrent.

5

Les bonnes figues et les mauvaises figues
2

B. L. Comparet

En la onzième année de Sédécias, au quatrième mois, le neuvième [jour] du mois, la brèche fut faite à la ville.

3

Et tous les princes du roi de Babylone entrèrent, et s’assirent dans la porte intérieure [. . .]

4

Et il arriva que, quand Sédécias, roi de Juda, et tous les hommes de guerre les eurent vus, ils s’enfuirent, et sortirent de nuit de la ville, par le chemin du jardin du roi, par la porte qui était entre les deux murailles ; et il sortit par le chemin de la plaine. Et l’armée des Chaldéens les poursuivit, et ils atteignirent Sédécias dans les plaines de Jéricho, et ils le prirent, et le firent monter vers Nebucadretsar, roi de Babylone, à Ribla, dans le pays de Hamath ; et il prononça son jugement. Et le roi de Babylone égorgea les fils de Sédécias, à Ribla, devant ses yeux ; et le roi de Babylone égorgea tous les nobles de Juda ; et il creva les yeux à Sédécias, et le lia avec des chaînes d’airain, pour le mener à Babylone. Et les Chaldéens brûlèrent par le feu la maison du roi et les maisons du peuple, et ils abattirent les murailles de Jérusalem.

5

6

7

8

L’historien Josèphe a lui aussi enregistré certains détails de cette prophétie avec une grande précision. La ville fut prise vers minuit et Sédécias, avec sa famille et quelques domestiques, fuit. Mais ils ne pouvaient sortir par les principales portes de la cité, car celles-ci étaient gardées par l’armée assiégeante. Ils fuirent donc par une petite porte passée inaperçue, et ils étaient déguisés. Lorsque les poursuivants les rattrapèrent, à Jéricho, tous les domestiques s’éparpillèrent et fuirent, laissant Sédécias et sa famille seuls à attendre la capture. Il fut alors emmenés à Babylone vivant ; il resta là-bas prisonnier jusqu’à la fin de sa vie, mourant de mort naturelle. Il ne fut pas tué. Il alla donc à Babylone mais ne la vit jamais. C’est un exemple de la grande précision des prophéties bibliques. Nous savons maintenant que lors de cette seconde conquête de Jérusalem, non seulement Sédécias mais une très grande partie de la population restante furent emmenés à Babylone. Il est écrit qu’il ne resta dans le royaume de Juda que les plus pauvres du pays. Cela, je pense, ne doit pas être compris dans le sens de pauvreté financière, mais plutôt dans le sens de « misérables », c’est-à-dire des gens de piètre qualité. Nous avons donc ces deux sortes de figues : les bonnes figues et les mauvaises. Comment allons-nous pouvoir les trier ? Eh bien, qui sont ces bonnes figues ? Rappelez-vous que Jérémie 24:5 dit qu’elles étaient parmi les Judaïtes qui furent emmenés en captivité en Babylone, le pays des Chaldéens. Nous savons aussi que la quasi-totalité de la nation de Juda fut emmenée en captivité à Babylone. Nous savons qu’après les 70 ans, lorsque Babylone fut conquise par les Mèdes et les

6

Les bonnes figues et les mauvaises figues Perses, un restant retourna en Palestine peu après, comme les livres d’Esdras et de Néhémie en témoignent. Maintenant, ceux qui retournèrent en Palestine après les 70 ans de captivité étaient-ils des bonnes figues ? Je ne crois pas : il existe trop d’indications du contraire. Jérémie 29:14 dit d’eux qu’ils seront rassemblés « de toutes les nations et de tous les lieux où je vous aurai chassés ». Mais Babylone ne constituait pas plusieurs nations : elle n’était qu’une seule nation, un endroit, une zone territoriale. Donc, ceux qui retournèrent en compagnie de Néhémie et d’Esdras n’avaient pas été dispersés ; ils étaient seulement à Babylone. Ensuite, Jérémie 24:6 dit de ceux qui étaient des bonnes figues : « . . . et je les planterai, et je ne les arracherai pas ». Cela ne correspond pas à ceux qui revinrent à Jérusalem, car ils revinrent pour quelques siècles de troubles continuels. Jérémie 24:7 dit des bonnes figues : « . . . Et je leurs donnerai un cœur pour me connaître, car moi je suis Yahweh ; et ils seront mon peuple, et moi je serai leur Dieu ; car ils retourneront à moi de tout leur cœur ». Vous vous souvenez que ceux qui retournèrent à Jérusalem, à l’exception d’une minuscule minorité parmi eux, revinrent apportant avec eux le Talmud Babylonien, la « tradition des anciens », comme on l’appelait à l’époque du Christ. Ils refusèrent de recevoir Yahshua le Christ ; ils refusèrent Son message. Jean 5:23 déclare, en ce qui concerne ce comportement : « Celui qui n’honore pas le Fils, n’honore pas le Père qui l’a envoyé », et Jean 5:37–38 : « Et le Père qui m’a envoyé, lui, a rendu témoignage de moi. [. . .] Et vous n’avez pas sa parole demeurant en vous ; car celui-là que lui a envoyé, vous, vous ne le croyez pas ». Jean 5:41–42 : « Mais je vous connais, et je sais que vous n’avez pas l’amour de Yahweh en vous. [. . .] Si un autre vient en son propre nom, celui-là vous le recevrez ». Jean 6:45 : « . . . Quiconque a entendu le Père et a appris de lui, vient à moi ». Jean 8:19 : « Ils lui dirent donc : Où est ton père ? Yahshua répondit : vous ne connaissez ni moi, ni mon Père ; si vous m’aviez connu, vous auriez aussi connu mon Père ».

7

Les bonnes figues et les mauvaises figues Jean 8:54–55 :

B. L. Comparet

« . . . C’est mon Père qui me glorifie, lui de qui vous dites : Il est notre Dieu. Et vous ne le connaissez pas ». Ils devaient aller à Babylone, et que leur arriva-t-il là-bas ? Nous savons que c’était une grande nation qui fut capturée, et nous savons que seulement 42.000 personnes revinrent, parmi lesquels un peu plus de 8.000 n’étaient d’absolument aucune tribu d’Israël. Ceux qui revinrent de Babylone étaient donc en réalité 34.000. Qu’arriva-t-il à tout le reste ? Jérémie lui-même prédit ce qui allait arriver au reste, les bonnes figues. Jérémie 50:1–4 :
1

La parole que Yahweh dit sur Babylone, sur le pays des Chaldéens, par Jérémie le prophète :

2

3

4

Annoncez parmi les nations, et faites-le entendre, et élevez l’étendard ; faites-le entendre, ne le cachez pas ; dites : Babylone est prise, Bel est honteux ; Mérodac est brisé ; ses idoles sont honteuses, ses images sont brisées. Car une nation est montée du nord contre elle ; elle a mis en désolation son pays, et il n’y aura plus là d’habitant : tant les hommes que les bêtes se sont enfuis, ils s’en sont allés. En ces jours-là et en ce temps-là, dit Yahweh, les fils d’Israël viendront, eux et les fils de Juda ensemble ; ils iront, marchant et pleurant, et ils chercheront Yahweh leur Dieu.

Notez bien ce dernier verset. Maintenant, vous entendez certaines personnes professant connaître quelque chose du message Israélite citer ce verset comme s’il s’agissait d’un évènement futur. Mais cela parle spécifiquement de la chute de Babylone. « En ces jours-là et en ce temps-là, dit Yahweh, les fils d’Israël viendront, . . . ». Eh bien, vous savez bien sûr que le royaume du nord d’Israël, constitué de dix tribus, avec une fraction considérable du peuple de Juda et de Benjamin, furent déportés par les Assyriens et relogés dans une zone en forme d’arc autour de l’extrémité sud de la Mer Caspienne, où ils devinrent connus sous le nom de Scythes. En 612 av. JC, la nation assyrienne fut brisée ; leur capitale, Ninive, fut capturée et détruite, et les gens qui la capturèrent et la détruisirent formaient une alliance de trois groupes : il y avait les Scythes – en d’autres termes, le peuple d’Israël détruisant leurs conquérants assyriens –, les Mèdes et les Babyloniens. Ils avaient formé cette alliance contre les Assyriens. Les Scythes étaient donc un peuple militaire tout-à-fait formidable. Nous avons toujours été un peuple formidable sur le plan militaire tout au long de notre histoire.

8

Les bonnes figues et les mauvaises figues Ensuite, quand nous voyons, plus tard, l’armée Médo-Perse descendre et prendre Babylone, certains parmi les anciens historiens décrivent les Scythes fondant sur Babylone et rassemblant la plupart des déportés Judaïtes et Benjaminites. Ils les prirent avec eux. En d’autres termes, ils étaient prêts à commencer leur marche vers le nord, en Europe, et ils ne voulaient pas laisser les peuples de Juda et de Benjamin en arrière ; ils les prirent avec eux. Donc, comme Jérémie l’avait dit : « En ces jours-là et en ce temps-là, dit Yahweh, les fils d’Israël viendront, eux et les fils de Juda ensemble ; ils iront, marchant et pleurant, et ils chercheront Yahweh leur Dieu. ». Dans les apocryphes, II Esdras 13:39–46 contient un témoignage de ces évènements. Esdras avait reçu une vision et l’ange qui lui parlait lui dit :
39

40

Et alors que tu voyais qu’il rassemblait une autre multitude paisible avec lui, ceux-ci sont les dix tribus qui avaient été emmenés prisonniers hors de leur pays au temps d’Osée le roi, que Salmanasar le roi d’Assyrie avait emmené captif ; et il les emmena au-delà des eaux, et ils arrivèrent donc en un autre pays.

41

42

Mais ils consultèrent ensemble, et ils décidèrent qu’ils laisseraient la multitude des païens et continueraient dans un pays lointain, où jamais les hommes n’avaient habité, afin qu’ils puissent garder leurs statuts, qu’ils n’avaient jamais gardés dans leur pays. Et ils traversèrent l’Euphrate par les passages étroits du fleuve, Car le Très-Haut leur montra des signes, et retint les flots jusqu’à ce qu’ils soient passés.

43 44

45

Car au-delà de ces contrées il y avait un long chemin à parcourir, à savoir d’une année et demie ; et cette région est appelée Arsareth. Ils habitèrent là jusqu’aux derniers temps.

46

Nous savons bien sûr qu’ils allèrent habiter le long des côtes orientales de la Mer Noire. Certains d’entre eux traversèrent les régions montagneuses situées entre la Mer Caspienne et la Mer Noire, les montagnes du Caucase, et parce qu’ils provenaient du Caucase dans leur marche vers l’Europe, de nombreux historiens ont appelé ces gens « Caucasiens ». Mais ces historiens ne se demandent jamais : d’où venaient ces peuples, avant d’avoir traversé les montagnes du Caucase ? Certains autres groupes se dirigèrent vers les régions orientales de la Mer Caspienne, puis après avoir atteint les limites nord de cette mer, ils tournèrent vers l’ouest et rejoignirent les autres migrants. Nous savons que la majeure partie

9

Les bonnes figues et les mauvaises figues

B. L. Comparet

d’entre eux suivirent alors la vallée du Danube. La fameuse rivière Arsareth, un affluent au nord du Danube dans la moderne Roumanie, porte toujours aujourd’hui le nom de « Sareth ». C’est l’un des endroits par où ils passèrent dans leur migration. Vous vous souvenez que Yahweh avait déclaré, en ce qui concerne les bonnes figues, qu’Il les bâtirait et ne les renverserait pas. Eh bien, vous pouvez constater comme Yahweh a fait prospérer notre peuple, les nations Blanches d’Europe. Mais, en ce qui concerne ceux qui réclament faussement cet héritage, ces Juifs Édomites qui occupent la Palestine de nos jours, voyez ce que déclare Malachie sur eux dans son premier chapitre : L’oracle de la parole de Yahweh à Israël, par Malachie. Je vous ai aimés, dit Yahweh ; et vous dites : En quoi nous as-tu aimés ? Ésaü n’était-il pas frère de Jacob ?

1 2

3

Yahweh dit : Et j’ai aimé Jacob ; et j’ai haï Ésaü, et j’ai fait de ses montagnes une désolation, et [j’ai livré] son héritage aux chacals du désert. Si Édom dit (notez : pas Israël ni Juda) : Nous sommes détruits, mais nous rebâtirons ce qui est ruiné, – ainsi dit Yahweh des armées : Ils bâtiront, mais moi, je renverserai, et on les appellera contrée de méchanceté, et le peuple contre lequel Yahweh est indigné à toujours.

4

Qu’en est-il du peuple de Juda qui revint à Jérusalem après les 70 ans de captivité en Babylone ? Daniel 9:24 prophétise : Soixante-dix semaines ont été déterminées sur ton peuple et sur ta sainte ville, pour clore la transgression, et pour en finir avec les péchés, et pour faire réconciliation pour l’iniquité, et pour introduire la justice à toujours, et pour sceller la vision et le prophète, et pour oindre le saint des saints.

24

Eh bien, lorsqu’il fut question de mettre à mort leur Sauveur, cela constituait certainement l’accomplissement de la transgression ; je ne sais vraiment pas ce que vous pourriez ajouter après cela ! Ils revinrent pour une destinée satanique en elle-même, excepté pour une poignée d’entre eux. Vous vous rappelez qu’ils étaient environ 5.000, peut-être un peu plus, qui se convertirent lors de la venue du Christ. Le restant : de la racaille. Maintenant, ceux qui revinrent à Jérusalem ne revinrent certainement pas pour voir Yahweh leur Dieu, comme Jérémie 50:4 le dit.

10

Les bonnes figues et les mauvaises figues Il y avait deux paniers de figues : un panier de bonnes figues, un autre de figues pourries. Aujourd’hui dans notre pays, nous avons des gens qui prétendent avoir la nationalité américaine en même temps que la nationalité israélienne. Ils sont ici et ils votent lors des élections ! Quand c’est avantageux pour eux, ils affirment être des Américains. Mais le sont-ils vraiment ? C’était exactement la même chose il y a des milliers d’années. Ésaïe 3:8–9 :
24

Car Jérusalem est ruinée, et Juda tombe ; parce que leur langue et leurs actions sont contre Yahweh, pour braver les yeux de sa gloire.

25

L’aspect de leur visage témoigne contre eux, et ils annoncent leur péché comme Sodome ; ils ne le cachent pas. Malheur à leur âme ! car ils ont fait venir le mal sur eux-mêmes.

Comme je vous l’ai déjà dit, tous les anciens monuments qui dépeignent des Israélites montrent des visages à nez droits, typiquement Anglo-Saxon, et les monuments qui dépeignent des Cananéens, que ce soit des Hittites au nord, dans l’actuelle Turquie, ou bien les peuples Cananéens divers vivant en Palestine, tous ces monuments montrent des visages à nez crochus typiquement juifs. Il y a encore autre chose, qui n’a pas reçu grande publicité : les Assyriens qui, à propos, habitaient tout à côté des Hittites, montrent eux aussi des faces à nez crochus de type juif. En Assyrie comme à Babylone, les gens vivaient dans les vallées, où on ne trouve pas de pierres pour le bâtiment. S’ils voulaient bâtir des maisons avec des pierres, ils devaient transporter celles-ci sur de longues distances. Mais bien sûr ces vallées étaient faites, comme chez nous dans notre Imperial Valley, de sable argileux très fin, très approprié pour la fabrication de briques et de tuiles. Et ainsi, leurs constructions étaient faites de briques. Lorsqu’ils voulaient laisser un monument gravé pour la postérité, ils devaient amener un gros bloc de pierre des montagnes, d’une longue distance. Mais leurs constructions n’étaient pas faites de pierre. Les palaces et construction importantes, en Assyrie comme à Babylone, avaient leurs structures murales faites de briques cuites au soleil, exactement comme les constructions en adobe que nous voyons dans notre propre sud-ouest. Évidemment, ces bâtisses ne duraient pas très longtemps si elles étaient exposées à la pluie. Il y avait donc une couche extérieure, d’une épaisseur d’une brique et constituée de briques cuites au four. Puis, du moins dans leurs palaces, l’intérieur était recouvert de jolies peintures et de tuiles vernissées. Pour ces travaux, ils utilisaient les meilleurs artistes du royaume ainsi que ceux qu’ils pouvaient capturer chez les autres nations. Ce que vous pouviez voir d’eux n’étaient donc pas des caricatures faites par des ennemis ; c’étaient des portraits des Assyriens réalisés par leurs propres artistes. Et les faces

11

Les bonnes figues et les mauvaises figues

B. L. Comparet

que l’on peut examiner sont des faces typiques de prêteurs sur gages Juifs à nez crochus. Quand vous considérez le fait que, longtemps après la destruction de l’Assyrie et la dispersion de son peuple, la Bible continue de prophétiser sur des choses que l’Assyrie fera aux temps de la fin (c’est-à-dire, les Assyriens qui survivront), ces prophéties commencent à prendre une signification. Il y a de longues séries de prophéties bibliques concernant l’Assyrie ; non pas sur l’Assyrie telle qu’elle existait à l’époque de ces prophéties, mais sur ce qu’ils feront à notre époque ; et vous allez constater que ces prophéties coïncident avec les prophéties sur la Russie trouvées dans les chapitres 38 et 39 d’Ézéchiel. Nous savons que beaucoup de survivants assyriens fuirent de leur royaume vers le nord-est, dans ce qui constitue aujourd’hui la Russie du sud-ouest : la Géorgie et l’Ukraine. Nous savons qu’il existait une importante population juive là-bas, et nous savons aussi, bien entendu, que les Juifs sont les maîtres absolus de la Russie de nos jours. Maintenant, les prophéties sur ce que feraient les Assyriens et sur ce que feraient les Russes s’ajoutent aujourd’hui dans un même total. La manière dont nous traduisons aujourd’hui le grec des anciens historiens n’est pas fameuse. En français, on traduit par le mot « Scythe » le nom de ces peuples qui habitaient autour de la Mer Caspienne. Vous vous demandez : « d’où vient ce nom ? ». Eh bien, la réponse est que ce n’était pas leur nom en grec. Dans les anciens temps, toute cité d’une certaine importance était une forteresse ; elle possédait des murs aussi hauts et épais que les habitants pouvaient les faire et, lorsqu’une armée d’envahisseurs approchait, tous les fermiers à des kilomètres à la ronde fuyaient vers la ville pour y trouver refuge. Beaucoup de cités pouvaient tenir ainsi un long siège. Quand les Assyriens capturèrent le peuple d’Israël, les dix tribus du nord, et les déportèrent, les Assyriens n’allaient pas les laisser s’établir et construire leurs propres forteresses. Ils les gardèrent en tant que peuple nomade, bergers et gardiens de troupeaux. Bien sûr, le seul abri que possède un nomade est sa tente, s’il a de la chance, et s’il a moins de chance, il peut juste se construire un petit abri de branchages pour la nuit. Maintenant, le mot hébreu succa, qui s’appliquait certainement mieux à un abri de fortune, était aussi utilisé pour désigner une tente, et le pluriel de succa est succoth ; au cours des générations, ce mot dériva et devint scuth, et les Grecs les appelaient Scuthoï – habitants des tentes, nomades – ce qu’ils étaient. C’est précisément ce qui leur donna leur terrible puissance militaire par après. Quand leur armée était suffisamment forte pour défaire l’ennemi, très bien ; et si leur armée devait faire retraite devant un ennemi plus important, ils pouvaient se retirer sans perdre une seule chose : ils n’avaient pas de ville à défendre. Et donc, comme ils rassemblaient leurs forces là-bas où les Assyriens les avaient logés, ils redevinrent une force militaire puissante. Pendant un siècle, quand ils

12

Les bonnes figues et les mauvaises figues en avaient l’occasion, ils harassèrent continuellement les Assyriens et, à l’époque du renversement de Ninive, les Assyriens étaient dans un état d’affaiblissement presque total. L’Histoire rapporte que ces Scythes firent un raid jusqu’en Palestine. En fait, ils atteignirent les frontières égyptiennes avant d’être repoussés et ils laissèrent, dans la vallée du Jourdain, une ville qui fut appelée de leur nom, Scythopolis. Mais cela allait à l’encontre du plan que Dieu avait pour eux. Ils ne devaient pas rester en Palestine. Diverses forces combinées les poussèrent donc vers leur destination européenne. Les Mèdes et les Perses, bien qu’ils avaient reçu l’aide des Scythes, ne se montrèrent pas très reconnaissants. Chaque roi à l’époque sentait que son seul travail consistait à conquérir autant d’ennemis qu’il le pouvait, et les armées Médo-Perses se retournèrent contre les Scythes. L’une de ces armées s’en retourna avec une cuisante défaite, mais ils en rassemblèrent une autre et repartirent en guerre contre les Scythes, principalement contre ceux qui se trouvaient du côté occidental de la Mer Caspienne. Les Scythes firent retraite devant eux, se retrouvant finalement dans les montagnes du Caucase, là où il existe encore aujourd’hui un grand col portant le nom de « Col d’Israël ». Le gouvernement communiste en Russie peut avoir changé ce nom depuis qu’ils sont au pouvoir mais, jusque là du moins, ce col était connu sous le nom de « Col d’Israël », et il est sur la route militaire géorgienne. Ce col montagneux se trouve à un endroit où les montagnes sont tellement abruptes que combattre dans ces zones est impossible. Il n’existe qu’un minuscule bout de terrain plat au bord d’une rivière, car cette rivière recouvre la majeure partie de cette gorge, et çà et là se trouvent de gros rochers barrant le passage, de telle façon que quelques individus pourraient défendre le col contre une armée d’un million d’hommes, parce que ce million d’hommes devrait obligatoirement passer par cet endroit, trois ou quatre à la fois. Ce fut ici que l’armée de Darius abandonna finalement et s’en retourna, étant donné que toute poursuite était sans espoir. L’endroit fut appelé « Gorge de Darius » par après, et il a gardé ce nom jusqu’à aujourd’hui. Maintenant, vous vous rappelez que Dieu allait rassembler les bonnes figues à partir des nombreuses nations où il les avait dispersées. Eh bien, nous savons ce qui arriva à ces Scythes : nous savons qu’alors qu’ils se trouvaient toujours en Scythie, deux de leurs tribus étaient déjà connues à l’époque sous le nom de Angles et Saxons. Nous connaissons le nom de quelques autres, originellement appelés Getae, dont le nom se transforma peu à peu sur plusieurs siècles et qui devint finalement Goth. Nous n’avons aucune difficulté à retracer les pérégrinations des Angles et des Saxons, car les tribus des Jutes, des Angles et des Saxons s’établirent dans le nord-ouest de l’Allemagne, le long des frontières de ce que nous appelons aujourd’hui le Danemark. Pendant que les Goths se déplaçaient le long de la vallée du Danube, ils commençaient à être poussés vers l’ouest par la grande marée des guerriers nomades venus

13

Les bonnes figues et les mauvaises figues

B. L. Comparet

d’Asie, sous la direction d’Attila le Hun. D’abord, les Visigoths se tournèrent vers l’ouest ; ils arrivèrent dans l’Empire Romain et les Romains envoyèrent une armée que les Visigoths exterminèrent presque entièrement. Les Romains leur laissèrent alors des terres le long de la rive ouest du Danube pour qu’ils y habitent, à condition qu’ils restent là ; ils étaient supposés être de paisibles habitants, abandonner leurs armes, etc. Bien entendu, dès que les Goths abandonnèrent leurs armes, les Romains commencèrent à les opprimer. En plus de cela, ils étaient également pressés par les Huns à l’est. Les Visigoths se remirent donc en marche. Ils arrivèrent aux environs du nord de la Mer Adriatique puis en Italie du Nord. En 408 après JC, ils menaçaient de capturer la ville de Rome. À cette époque, Rome avait déjà dévalé la pente fatale sur laquelle nous nous trouvons aujourd’hui. Aux jours de la grandeur de Rome, c’étaient les citoyens eux-mêmes qui constituaient l’armée romaine, une armée bien entraînée et puissante. Mais les Romains étaient depuis lors devenus mous du fait de leur pillage incessants des autres nations, et ils n’avaient plus envie de faire leur service militaire. Ils utilisaient donc des soldats mercenaires pour les défendre, des soldats qui combattaient, non pas parce que c’était leur pays qu’ils défendaient, mais seulement parce qu’ils étaient payés pour cela. Vous connaissez la grande vogue d’aujourd’hui : « Ne faisons plus le service militaire, utilisons juste une armée de mercenaires professionnels ». Les Romains s’aperçurent qu’ils ne pouvaient contenir cette puissance des Visigoths. Ils les achetèrent donc, leur offrant une lourde somme et, dans la même année, en 408 après JC, ils firent retirer les légions romaines de Grande-Bretagne, les rappelant à Rome afin d’essayer de défendre la cité. En 410, les Visigoths reprirent leurs attaques sur Rome ; ils la capturèrent et la pillèrent. En fait, ils capturèrent et pillèrent toute la moitié nord de l’Italie, si pas plus. Peu après, aux environs de 412, les Visigoths, ne trouvant plus grand-chose à piller, s’en allèrent. Ils traversèrent le sud de la France, où quelques-uns d’entre eux s’établirent. La plus grosse partie traversa les Pyrénées et s’établit en Espagne. Dès le moment où ils allèrent habiter là-bas, quelque part entre 415 et 420, ils constituèrent le peuple dominant en Espagne, jusqu’à la conquête Maure en 711. Lorsque les Maures arrivèrent en Espagne, attaquant du sud, les Visigoths combattirent dans un combat d’arrière-garde, autant qu’ils le purent, puis ils furent largement chassés vers le nord de l’Espagne. Vous trouverez encore aujourd’hui deux types raciaux différents en Espagne. D’une part, un type latin, sombre, et d’autre part des blonds aux yeux bleus qui sont les descendants purs de ces anciens Visigoths. Environ cinquante ans après l’arrivée des Visigoths, l’autre tribu, les Ostrogoths, arrivèrent par la même route. Une partie de ces Ostrogoths était montée par le Danube, avait atteint les côtes de la Mer Baltique où ils s’étaient établis, dans ce que nous appelons aujourd’hui la Prusse Orientale sous domination communiste.

14

Les bonnes figues et les mauvaises figues Mais le restant de ces Ostrogoths, ou Goths de l’Est, descendirent vers l’Italie où ils capturèrent et pillèrent de nouveau Rome et s’attribuèrent un royaume Goth dans le nord de l’Italie qui dura, en tant que royaume indépendant, environ vingt-cinq ans. Ensuite, ils furent politiquement renversés, mais leur peuple resta là-bas, et vous noterez qu’aujourd’hui, en Italie, existent deux souches raciales différentes. Dans le sud extrême et en Sicile, vous avez un certain type ; en Italie du Nord vous trouvez un autre type, qui est sans aucun doute de notre propre souche raciale. Ces gens sont les descendants des Ostrogoths. Des portions d’entre eux allèrent habiter en Autriche et jusqu’en Suisse, et là aussi vous ne trouvez pas un type racial unique mais plusieurs, dont une partie est notre peuple. Tous les Ostrogoths ne se dirigèrent donc pas vers le nord, jusqu’aux régions baltiques. Certains s’établirent dans les contrées accueillantes qu’ils trouvèrent dans la vallée du Danube, et là encore vous trouverez aujourd’hui des gens de notre race, en Hongrie et en Tchécoslovaquie. Pas 100%, car vous savez que ces régions ont été le terrain d’invasion de bien des peuples ayant laissé de leur type racial derrière eux. Mais néanmoins vous trouverez pas mal de gens faisant partie de notre race. L’Allemagne bien sûr, dans son entièreté, ainsi que dans les pays scandinaves. Ensuite, à partir des Jutes, des Angles et des Saxons (Germains), vous avez l’implantation des Îles Britanniques qui a suivi le retrait des légions romaines. Maintenant, certaines personnes, Armstrong et d’autres, qui essayent de vous faire croire que l’Angleterre devait être anéantie du fait de l’effondrement de l’Empire Romain, ne connaissent tout simplement pas leur Histoire. Il n’y avait pas d’Anglais en Angleterre à l’époque où les Romains étaient là-bas. L’Histoire anglaise en tant que telle commence avec la venue des Jutes, des Angles et des Saxons, et à cette époque l’armée romaine avait disparu depuis environ un siècle. Un Anglais est par conséquent un Germain qui a fait une balade en bateau et un Germain est un Anglais qui est resté à la maison. Et pourtant, nous laissons les Juifs promouvoir une guerre constante entre eux. Maintenant, rappelez-vous que Dieu parla, dans ces passages que je vous ai lus, du mal qui existait en Israël comme en Juda, pour Le provoquer. Et c’est ce qui arriva, car les Israélites s’étaient laissés corrompre par les Juifs parmi eux, exactement comme nous laissons aujourd’hui les Juifs vivant parmi nous nous corrompre, et, en punition, nous allons devoir passer par des désastres, la même chose que ce qui arriva à nos ancêtres il y a 2.500 ans. Un autre peuple faisant partie des Anglais actuels est bien sûr le peuple des Normands, qui arrivèrent sur l’île sous Guillaume le Conquérant en 1066, et ils n’étaient pas du tout des Français latins. L’Histoire nous dit que les Vikings Norvégiens et Danois furent un fléau pour une grande partie du monde connu pendant plusieurs siècles, du moins le long des côtes européennes. Des bateaux vikings

15

Les bonnes figues et les mauvaises figues

B. L. Comparet

se retrouvèrent même dans le port de Constantinople. Des vaisseaux vikings remontèrent le Tibre pour attaquer la ville de Rome. Bien sûr, Rome était trop bien fortifiée, et ces Vikings ne possédaient pas l’équipement ou l’entraînement nécessaire pour conduire un long siège. Ils ne la capturèrent donc pas. Mais ils capturèrent la Sicile, et il y eut là-bas un Royaume Normand pendant plusieurs générations. Les Vikings harcelaient continuellement les côtes de France et, en trois occasions, ils capturèrent et pillèrent la ville de Paris. Finalement, un roi de France fit un marché avec un des chefs Vikings : il lui donnerait la province côtière de Normandie si les Vikings s’établissaient là avec leur peuple, s’en occupaient et agissaient comme tampon contre toute autre attaque extérieure. Ce qui fut fait. Les Normands qui arrivèrent dans les Îles Britanniques sous Guillaume le Conquérant étaient donc des Vikings. Entre parenthèses, avant cette époque, ces Vikings avaient harcelé de la même manière les Îles Britanniques, y comprise l’Irlande. Ils avaient établis des colonies sur les côtes anglaises en plus de leurs raids de pirates et un grand nombre d’entre eux s’établirent en Irlande. Les anciennes chroniques irlandaises rapportent que vous ne pouviez pas trouver un seul village en Irlande n’incluant pas certains de ces Vikings dans sa population. Notre peuple fut donc dispersé parmi un certain nombre de nations. Il correspond à tous égards à la description des bonnes figues. Et les autres ? Eh bien, vous vous rappelez que certains d’entre eux restèrent en arrière, même après la seconde conquête et déportation babylonienne. Ceux-là s’en allèrent vivre en Égypte, prenant le prophète Jérémie avec eux et, comme le leur avait dit Jérémie, ils ne devaient pas échapper aux Babyloniens en allant en Égypte, car ils se retrouveraient sous le règne de Babylone même là-bas, et ils seraient mis à mort. L’Histoire témoigne en effet que les Babyloniens conquirent l’Égypte peu de temps après. Jérémie, bien sûr, ne resta pas là-bas pour voir ces évènements se produire. Il avait été averti de ce qui venait, et vous avez bien entendu le témoignage des Écritures qui vous raconte que Jérémie quitta l’Égypte en compagnie de deux princesses, les filles de Sédécias, et qu’il atterrit finalement en Irlande avec l’une d’entre elles, l’autre ayant marié un roi Milésien en Espagne. Et ainsi, ceux qui restèrent en Palestine, ceux qui allèrent en Égypte et ceux qui revinrent en Palestine étaient les mauvaises figues. Le reste, qui devaient devenir les Israélites d’aujourd’hui, étaient les bonnes figues. Quand Yahweh fait une prophétie, Il fait donc en sorte qu’elle s’accomplisse dans tous ses détails, exactement comme Il l’avait dit. """

16

Les bonnes figues et les mauvaises figues Lors de la session des questions-réponses qui suivirent cette conférence, les commentaires suivants méritent d’être notés : Question : « Les mauvaises figues qui revinrent de Babylone, alors même qu’ils faisaient partie de la tribu de Juda, ils sont bien ceux qui ont été trompés par la religion du Talmud Babylonien, n’est-ce pas ? ». Réponse : « Oui. Ils étaient ceux que les Scythes ne prirent pas avec eux en Europe ; ils les laissèrent derrière eux ; ils étaient corrompus. Ils revinrent en Palestine, apportant avec eux le Talmud, un livre inconnu avant la captivité babylonienne. Feu le rabbin Stephen S. Wise, qui mourut voici sept ou huit ans et qui était le rabbin en chef des États-Unis, fit cette déclaration : “Le retour de Babylone et l’introduction du Talmud Babylonien marque la fin de l’Hébraïsme et le commencement du Judaïsme” ».

17

Traduction : Bahrmanou © 23 septembre 2013

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->