P. 1
N° 11 SEPTEMBRE POUR VISUALISER

N° 11 SEPTEMBRE POUR VISUALISER

|Views: 0|Likes:
Published by Solipsist Ant

More info:

Published by: Solipsist Ant on Sep 24, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

08/10/2015

pdf

text

original

Et alors quoi?

Le journal du CEPRé*

N°11 Sept 2013

* L’ASBL CEPRé est l’ASBL d’éducation permanente de la FGTB/Centre. Elle développe ses activités dans le cadre du mouvement CEPAG dont elle est une des régionales. Exemples de thèmes sur lesquels nous agissons : anti-austérité et dette, défense des droits économiques et sociaux fondamentaux et problématique de l’emploi, climat et justice sociale, égalité des droits pour les migrants, égalité des droits pour les femmes, lutte contre le racisme et toute forme de discrimination,… Autour de ces différents thèmes, nous essayons de créer des espaces de formation, de réflexion, de culture, qui permettent à différents groupes d’acquérir des outils d’analyse critique et aussi de se mettre en action pour re vendiquer, mettre en cause le capitalisme et obtenir au minimum des changements vers plus de justice sociale. Voir nos activités sur www.cepag.be ou sur www.facebook.com/CepreAsbl

en réduisant les moyens financiers pour l’accueil des demandeurs d’asile. . c’est toute la population qui est touchée par les politiques d’austérité du gouvernement Di Rupo. les licenciements augmentent. Lors de cette journée. les allocations d’aide pour la rentrée scolaire sont diminuées. qui vit pourtant dans notre pays depuis 13 ans a été arrêté et conduit au centre fermé de Vottem dans le but d’être expulsé. le comité d’audit citoyen de la dette de la Région du Centre proposera des actions dès le mois d’octobre (voir les détails dans les pages intérieures) En fait. sensibiliser et mobiliser sur des alternatives à cette politique qui favorise les gros actionnaires des banques et des multinationales. Les « étrangers » ont la vie dure en Belgique puisque le gouvernement a durci ses politiques migratoires en attaquant le droit d’asile. Les moyens de tous les services publics sont réduits. en réduisant les possibilités de regroupement familial et en limitant le plus possible le nombre de régularisations de sans-papiers. de nationalité Mauricienne. nous revendiquerons la fin des arrestations et des expulsions. Notre région est concernée puisqu’à Rouveroy (Estinnes). notre mot d’ordre pour cette rentrée de septembre 2013. mis sous contrôle et stigmatisés. En fait. C’est possible en prenant l’argent où il est pour répartir équitablement les richesses. L’équipe de l’ASBL CEPRé.… Pour résister. Le gouvernement fédéral n’est pas tendre non plus avec les t ravailleurs sans emploi. beaucoup d’entre eux essaient de s’en sortir et s’organisent collectivement pour essayer de défendre des droits de plus en plus réduits à néant.EDITO Les activités de la rentrée seront marquées par des mobilisations contre les politiques d’austérité et pour la défense des droits des migrants. Le 22 septembre. Christian. Les sans-emploi sont culpabilisés. nous puissions bénéficier de droits économiques et sociaux fondamentaux qui nous permettent de vivre convenablement. c’est : luttons toutes et tous ensemble pour que chacune et chacun. La chasse aux chômeurs a repris de la vigueur et les exclusions du droit aux allocations de chômage risquent d’augmenter. les spéculateurs. nous serons présents à la commémoration de l’ assassinat de Sémira Adamu qui se déroulera sous forme de meeting musical à Bruxelles. les salaires sont gelés pendant au moins deux ans au nom de la compétitivité. Pourtant.

Toutes et tous. des débats s’engagent sur le thème « du chômeur profiteur » Si les contrôles sont devenus plus durs et les exclusions plus nombreuses. nous abordons les préjugés et stéréotypes dont sont victimes les travailleurs sans emploi. Le thème de ce cahier est « Crise du travail. « Et pourtant tout travailleur est concerné » fait référence à l’expérience du Groupe des travailleurs sans emploi de l’ASBL CEPRé. très difficile de mobiliser massivement pour la défense du droit aux allocations de chômage. ce serait à cause du fait que des travailleurs sans emploi. Ils ont la vie dure alors que les changements opérés attaquent de plein fouet les droits de tous les travailleurs. celles et ceux qui présentent à l’ONEM . les « défenseurs » de cette théorie connaissent toujours des situations qui prouvent que ces tricheries sont bien réelles. Dès que l’on touche à ce sujet. nous tomberons dans un système d’allocation de chômage qui ne nous protège plus contre la précarité et la pauvreté. en grand nombre. de temps partiels et de CDD et cela pour le plus grand profit du patronat et des agences intérimaires. Nous sommes entrés dans l’ère de l’activation et de la Sécurité Sociale au mérite. Depuis le début des années 2000. crise dans le travail » Il comprend de nombreuses contributions.Et pourtant tout travailleur est concerné ! Ci-dessous. Ils épinglent les chômeurs qui combineraient travail en noir avec allocations de chômage sans aucune volonté de trouver un boulot légal. Le préjugé du chômeur profiteur : Il est. encore aujourd’hui. Toutes ces modifications n’ont pas été organisées pour combattre les soi -disant nombreux abus de « chômeurs profiteurs » mais il s’agit plutôt en cassant les droits sociaux d’imposer un marché du travail précaire fait d’ emplois intérimaires. les couples qui vivent ensemble mais qui déclarent des domiciles fictifs pour obtenir plus de revenus. vous trouverez un article publié dans le numéro 42 du « Cahier de l’éducation permanente » qui est la revue de Présence et Action Culturelles. Dans cet article. Il est contractualisé et le risque est grand d’en être exclu à tout moment. les droits économiques et sociaux fondamentaux sont malmenés et régulièrement réformés. Dans toute l’UE. l’Etat Social Actif étend ses tentacules et nos gouvernements ont transformé successivement en Belgique le droit à l’aide sociale. nos systèmes de pré pension et le droit aux allocations de chômage. auraient abusé de ce droit en trichant. Nous vous proposons ici une contribution sur le thème des stéréotypes dont sont victimes les travailleurs sans emploi. Et bien entendu. si nous perdons demain notre emploi.

Aujourd’hui. Depuis longtemps déjà. Ils connaissent aussi tous des jeunes qu’il faudrait booster car ils préfèreraient ne rien faire. du système capitaliste ou du gouvernement qui bloque les salaires. Des militants. dans toute l’UE. Casser les droits sociaux. ils ne se retournent pas contre les vrais responsables de leurs difficultés mais pointent un bouc émissaire qui peut être le sans emploi. Il s’agit d’un grand paradoxe car en défendant le point de vue du « chômeur profiteur » et donc aussi le renforcement de la répression par rapport aux travailleurs sans emploi. Ce discours politique est lié à une offensive patronale pour faire baisser le coût de la masse salariale afin d’augmenter au maximum les profits des actionnaires. c’est aussi démanteler le droit du travail et s’attaquer à tous les travailleurs.des fausses recherches d’emploi au contrôle de la disponibilité. des délégués syndicaux peuvent les véhiculer malgré les mobilisations et campagnes de sensibilisation organisées depuis de nombreuses années par leurs organisations représentatives. Victimes de l’exploitation de leur patron. on considère des droits sociaux trop performants comme des pièges à l’emploi. ils plaident contre eux-mêmes. y compris à ceux qui se trouvent en chômage involontaire : Les raisons pour lesquelles nos gouvernements ont réformé à de nombreuses reprises le droit aux allocations de chômage n’ont rien à voir avec le fait qu’il y aurait des personnes qui abusent du système. ce sont les intérêts financiers qui prédominent sur l’ensemble du fonctionnement du système capitaliste et c’est la raison qui explique les nombreuses délocalisations subies par les travailleurs. . Il est à noter que ces stéréotypes et préjugés ont également la vie dure jusque dans y compris les organisations syndicales. Des travailleurs et des travailleuses qui se lèvent tôt le matin et triment tous les jours dans des conditions de travail difficiles pour des petits salaires peuvent aussi développer une « rancœur » à l’encontre des travailleurs sans emploi. les travailleurs sans emploi qui se contenteraient de leurs allocations et qui n’ont jamais eu la perspective de travailler.

n’est plus assuré d’une protection contre la précarité ou la pauvreté alors qu’il est d’abord victime de l’avidité de gros actionnaires et qu’il se trouve en chômage contre sa volonté. La question du coût de la main d’œuvre.Les actionnaires des multinationales n’hésitent pas à fermer des unités si le résultat est une augmentation du retour sur investissement. les mesures appliquées depuis 2012 comme la dégressivité des allocations de chômage et l’introduc tion du concept d’allocations d’insertion limitées dans le temps. Les grands bénéficiaires de celles-ci. A tel point que le nombre de travailleurs pauvres a considérablement augmenté et que l’abus d’intérim est dénoncé régulièrement par les organisations syndicales. même un chômeur involontaire pourra se trouver avec la dégressivité dans des revenus en dessous du seuil de pauvreté ou carrément exclu à cause de la limitation dans le temps des allocations d’insertion ou du contrôle sur la disponibilité. Le fait que le droit aux allocations de chômage soit détricoté n’est un bon signe pour personne car c’est en même temps tout le droit du travail que le patronat et nos gouvernements veulent déréguler . Pour être plus compétitif et attirer les investisseurs dans notre pays. Ces pratiques peuvent toucher des unités industrielles rentables et qui rapportent déjà un bénéfice important aux actionnaires. Le travailleur licencié d’Arcelor Mittal à Liège. Aux attaques contre les salaires. du droit du travail en général est donc devenue l’enjeu d’une concurrence accrue entre les différents pays de l’UE et du monde. de Duferco à La Louvière. ce sont les patrons qui peuvent jouer avec la main d’œuvre comme ils le désirent et en même temps exercer une menace permanente sur les conditions de travail et de salaires de TOUS les travailleurs. Le contrôle de la disponibilité introduit en 2004. . Des licenciements ont même provoqué pour certaines entreprises une hausse de leur cotation en bourse. Les deux grandes réformes du droit aux allocations de chômage de 2004 et 2012 correspondent à cet objectif là et pas à un autre. de Caterpillar à Gosselies. Aujourd’hui. vient s’ajouter une précarisation accrue du marché du travail. de la flexibilité d’un travailleur. il faudrait selon lui que nos salaires soient bloqués pendant six ans et que le contenant « du panier de la ménagère » dont on tient compte pour l’indexation automatique soit revu en y incluant des produits moins chers. Les nouveaux emplois créés le sont souvent dans des contrats de travail en CDD. Le gouvernement Belge actuel pense par exemple que nos salaires sont trop élevés par rapport à nos voisins européens. il faut faire pression sur eux. Pour que les travailleurs sans emploi acceptent de travailler dans ces conditions de travail précarisées. intérimaires et à temps partiel. touchent tous les travailleurs sans emploi.

Le contrôle de la disponibilité appliqué par l’ONEM depuis 2004 livre les demandeurs d’emploi à des évaluations subjectives empruntes de jugements de valeur. du FOREM et des syndicats pour le constater. Nos dirigeants politiques n’ont pas travaillé pour la cohésion sociale. car ceux-ci ont été institutionnalisés. sur l’orientation que doit prendre une recherche emploi. Idéologiquement. De plus. Ceux -là ont maintenant plus de latitudes pour appliquer de manière stricte des contrôles et des sanctions. Dans les différentes institutions qui ont en charge le contrôle ou l’accompagnement. Les sanctions décidées dans le cadre de ce contrôle se basent sur des contrats d’actions de recherche emploi. D’ailleurs. ils doivent aussi proposer des alternatives pour la défense de l’emploi. il peut y avoir autant d’avis qu’il y a d’intervenants autour de la table. Les différentes décisions prises par nos gouvernements depuis 2004 ont renforcé la partie de l’opinion publique qui pense qu’un chômeur est automatiquement un pr ofiteur. Nos gouvernements poussent les gens les uns contre les autres : Il est plus difficile aujourd’hui de lutter contre les préjugés et les stéréotypes qui touchent les chômeurs. le chômeur a aussi un projet à respecter de par l’accompagnement or ganisé par le FOREM qui peut être en contradiction avec le contrat de l’ONEM. Ensemble.Tous les travailleurs avec et sans emploi ont donc intérêt à lutter tous ensemble pour un retour à une Sécurité Sociale qui protège véritablement contre la pauvreté. L’agent de l’ONEM aura le sien mais le travailleur sans emploi et l’accompagnateur syndical pourront en avoir un autre. Il suffira de vous promener dans les salles d’attente de l’ONEM. les dispositifs supplémentaires de contrôle ont donné de l’eau au moulin de tous ceux qui ont des a priori par rapport aux travailleurs sans emploi. Quand vient . Ils ont fait tout l’inverse en renforçant la concurrence entre les « gens d’en bas » Ce type de mesures donnent un coup de pouce au racisme et au populisme. Or. les partis politiques qui ont occupé et qui occupent le pouvoir ont osé foncer dans cette contre réforme d’un droit important de la Sécurité Sociale en s’appuyant sur cette partie là de l’opinion publique. Il n’est pas rare que des décisions négatives soient prises à leur égar d en se fondant sur des soupçons de fraude qui ne sont pas prouvés. ces décisions politiques auront également donné plus de poids aux professionnels déjà conquis à l’idéologie libérale.

de sanctions injustes. à répondre aux rares offres d’emploi. Cela peut conduire à des dérives. il y a de quoi perdre la tête ! La majorité des sans emploi cherchent une solution et certains s’organisent collectivement : Malgré tout de nombreux travailleurs sans emploi tiennent le coup. L’évaluation du comportement de recherche emploi sera plus exigeante. à faire des candidatures spontanées et à accepter les . les sanctions seront plus lourdes pour eux comme s’il y avait un lien systématique entre la durée de chômage et l’infraction commise. avoir un permis de conduire et un véhicule. particulièrement les femmes seules avec enfants. Beaucoup d’autres chômeuses et chômeurs peuvent se trouver sans logement ou endettés. Souvent. Au bout d’un certain temps de chômage. de formations sans débouchés. ne pas être trop âgé ou trop jeune. Avec ou sans qualification. même ceux qui n’ont pas eu la chance d’aller beaucoup à l’école ou qui ont des difficultés importantes de lecture et d’écriture. les contrôles de l’ONEM qui se sont amplifiés et l’accompagnement soumis à plus d’obligations de la part du FOREM. être flexible et pour les femmes ne pas être mère de famille. En même temps. à commencer par les femmes. de non répon se aux nombreuses demandes d’emploi.le moment d’évaluer le comportement de recherche emploi d’une personne. certains peuvent se décourager. Pour les infractions à la législation chômage en général. l’agent de l’ONEM va tenir compte de la perception de la personne qu’il a en face de lui. le nombre d’offres d’emploi qui a diminué de 14 % et le nombre de licenciements qui a presque doublé en 2012 (selon le rapport annuel de l’ONEM). la grosse majorité d’entre eux cherchent une solution. même ceux là seront pris dans la spirale des contrôles et des sanctions. Notons aussi que les travailleurs sans emploi de longue durée sont particulièrement stigmatisés dans le cadre des contrôles exercés par l’ONEM. Comme si le travailleur sans emploi de longue durée était automatiquement un tricheur. continuent à suivre des formations. avec des problèmes de santé physique ou psychiques les obligeant à réorienter leur projet professionnel ou de vie. Avec ces exigences à l’embauche qui ont augmenté. De quoi perdre la tête… Enormément de sans emploi ont des difficultés sociales importantes. Elles doivent assumer l’éducation des enfants sans beaucoup de moyens f inanciers et sans possibilité pour les faire garder vu le manque de places d’accueil. Même dans les métiers qui demandent le moins de qualifications. les exigences des employeurs ont fortement augmenté : il faut de l’expérience. elles doivent rechercher du travail sous la pression du FOREM et de l’ONEM.

de formation. notamment avec les migrants et les sans-papiers avec lesquels ils ont concrétisé des actions en commun. nous participons depuis plusieurs années à une expérience de mobilisation collective particulièrement intéressante. L’expérience de ce groupe est édifiante.contrats de travail qui se présentent même si ceux-ci sont à temps partiel ou en contrat intérimaire. A partir de l’ASBL d’éducation permanente de la FGTB. des mesures fiscales et de répartition des richesses qui permettraient une redistribution favorisant la mise sur pied de projets créateurs d’emplois dans des activités respectueuses de la nature et profitables à la collectivité. des travailleurs sans emploi les rejoindront pour se faire entendre et se lier au combat plus général pour une société plus juste. Contrairement à ce qui est dit habituellement. ils essaient de se lier aux actifs dont ils appuient les combats. Dans la Région du Centre. ils ont des compétences qui devraient être utilisées car elles peuvent être bénéfiques à l’ensemble de la société. des travailleurs sans emploi se mobilisent collectivement. Freddy Bouchez Coordinateur de l’ASBL Centre d’Education Populaire Régional . c’est revendiquer la création d’emplois de qualité pour toutes et tous et changer ainsi l’image que la plupart des gens ont sur eux. Si on prend la peine d’organiser de tels espaces. réfléchissent sur l’évolution des droits sociaux. Tout un travail a été effectué pour bien comprendre les mesures qui les touchent et à quelle évolution de la société elles sont liées. manifestent non seulement contre la chasse aux chômeurs mais aussi pour la création d’emplois de qualité. il n’y a pas d’idées toutes faites mais des propositions de solutions pour créer ces emplois : la réduction du temps de travail. Ils affirment aussi dans le concret des solidarités fortes. Dans leurs revendications. Les organisations sociales doivent ouvrir des espaces de culture. Ce qu’ils veulent surtout. A travers cette démarche collective. Depuis le mois de novembre 2012. de débats qui permettent à des travailleurs sans emploi de mieux comprendre les contextes sociétaux et de se mettre en action. des chômeuses et chômeurs se réunissent une fois par semaine. Des groupes de travailleurs sans emploi sont présents dans les grandes luttes syndicales contre l’austérité et pour la défense du pouvoir d’achat de tous les travailleurs. Ils expliquent que même s’ils n’ont pas beaucoup de qualification. ce groupe s’est mis en action pour populariser un cahier de revendications qui ne se contente pas dire stop à la chasse aux chômeurs. élaborent des cahiers de revendication.

Déclic. Les prises de paroles et témoignages alterneront avec des concerts d’artistes de renommée et engagés sur la question des migrations. Inscription souhaitée avant le 19 septembre à asblcepre@gmail. à 12h30. Linx. JAC. avec le soutien de la Marche des migrants de la région du Centre. UPJB.Suppression des centres fermés . un grand meeting-concert en plein air et gratuit sera organisé le dimanche 22 septembre 2013.Semira: on n’oublie pas Le 22 septembre 2013. à la place Rouppe à Bruxelles. CRER. seule position cohérente et respectueuse des droits humains.Condamnation des violences policières . Rendez-vous le 22/09/13. MOC. Ecolo Bxl. Daniel Hélin.90. Un départ collectif est organisé à partir de La Louvière. .Révision des politiques d’asile et de migration en vue de les acheminer vers la liberté de circulation pour toutes et tous.semira2013. à 14h. CNCD. LCR.be . Ligue des Droits de l'Homme. Une initiative de Bruxelles Laïque. CRACPE.. Claude Semal et bien d'autres. PTB. FGTB. cela fera quinze ans que Semira Adamu a été assassinée par la police belge lors de son rapatriement forcé et que l’ensemble de la société belge prenait conscience de la violence des politiques de détention et d’expulsion des étrangers. à ceux qui l’ont soutenue et à l’esprit des précédentes commémorations. à la gare de La Louvière sud.Arrêt des expulsions . JOC. ce meeting compte faire progresser les revendications suivantes : .72. Dans le même esprit que les commémorations de septembre 1999 et 2003 ou que le Steenrock qui n’aura pas lieu cette année. Fidèles au combat de Semira. Groen. Plus d’info sur www.blogspot.be et sur http://marchemigrants. CIRé. PAC.com ou au 064/23.. comme Asian Dub Foudation. Egalité. Siréas.

les violences et les menaces à son égard se sont intensifiées. motivée par la fuite d’un mariage forcé avec un polygame de 65 ans. le 22 septembre 19 98. C’est une des raisons pour lesquelles le cabinet du Ministre Tobback a voulu en faire un exemple en l’éloignant à tout prix. pas moins de neuf gendarmes ont été mobilisés pour l’embarquement. prêt à se porter financièrement garant du séjour de Semira. Une date à ne pas oublier Ce ne fut ni le premier ni le dernier décès provoqué par la politique belge d’enfermement et d’éloignement des étrangers. elle a introduit une demande d’asile. Alors que pour toute forme de résistance Semira chantait. Le gouvernement y répondit . pliée en deux. A chaque tentative. À travers ses contacts avec le comité de soutien et le Collectif contre les expulsions. dont la création remonte à 1988.Rappel des faits Fuyant le Nigeria en étant passée par le Togo. commença à sortir de l’ombre grâce aux actions du Collectif contre les expulsions et à leur médiatisation. Semira Adamu est décédée vers 21h30 à l’hôpital Saint -Luc d’une encéphalopathie anoxique avec œdème cérébral. Semira était devenue le symbole de la résistance à l’intérieur des centres. 1998. âgée de presque vingt ans. cette contrainte a été exercée pendant une quinzaine de minutes et a fini par plonger Semira dans le coma. elle s’est retrouvée pieds et mains menottés. Cachée des regards des passagers par cette escorte. Semira Adamu est arrivée en Belgique le 25 mars 1998. Arrêtée à Zaventem et incarcérée au centre fermé 127bis de Steenokkerzeel alors qu’elle transitait vers Berlin. cinq tentatives d’expulsions ont échoué. Lors de la sixième tentative d’expulsion. l’Office des Etrangers a décidé d’organiser son rapatriement forcé. un coussin devant la bouche et la pression d’un gendarme sur le dos. qui a été refusée. Le prix en a été son assassinat qui en aura hélas fait le symbole du caractère meurtrier de la politique belge de l’asile et de l’immigration. c’est aussi l’année où le scandale des centres fermés. La mort de Semira suscita une grande émotion au sein de la population et donna de l’ampleur au mouvement des sans-papiers. Malgré un recours pour raisons humanitaires et la mobilisation d’un comité de soutien. Grâce à sa résistance personnelle et à l’intervention de personnes indignées dans l’avion.

de la CRER. depuis. . ainsi que par la grande opération de régularisation collective « one shot » de 1999. demandeurs d’asile afghans à l’église Sainte-Croix d’Ixelles. privilégiant désormais dans certains cas les expulsions collectives par vol militaire. Enfin pour relancer une large mobilisation en faveur des droits des migrant-e-s afin que notre pays respecte les dro its et la dignité humaine et qu’un jour les centres fermés et les expulsions disparaissent à jamais du paysage. sans témoins. amorcée ce printemps 2013. Ce rassemblement s’inscrivait dans la foulée d’un été très chaud pour la cause des migrant-e-s où les mobilisations se renforçaient mutuellement : sans-papiers équatoriens à Saint-Gilles. il nous paraît primordial de marquer un grand coup et de perpétuer le combat de Semira Adamu comme de toutes les personnes victimes des (non) politiques d’asile et de migration de nos gouvernements. Ensuite pour attirer l’attention sur les violences policières qui continuent à frapper les personnes migrantes qui résistent et ceux qui les soutiennent. la précarisation des droits des migrants n’a fait que s’aggraver .par une évaluation des politiques d’asile. demandeurs d’asile iraniens à l’église des Minimes puis à l’ULB. tels les organisateurs du Festival des résistances à Steenokkerzeel en 2003 dont la plainte contre la police vient d’être introduite à la Cour européenne des droits de l’Homme après avoir épuisé toutes les voies de recours belges. de la CLIC… Depuis. création de l’assemblée des voisins. une manifestation et un meeting de commémoration des cinq ans de la mort de Semira rassembla des milliers de personnes à la salle de la Madeleine. A l’instar des occupations de sans -papiers et des actions de dénonciation des centres fermés – tel le Steenrock – qui ne reçoivent plus l’audience populaire qu’elles méritent. En 2013. les enfermements et les éloignements forcés n’ont fait que continuer… En septembre 2003. Cette initiative s’inscrit dans la dynamique de l’appel à la constitution d’un front large pour les droits des migrants et contre la précarisation généralisée. chaque année autour du 22 septembre. une manifestation est organisée en mémoire de Semira Adamu mais celle-ci demeure trop souvent confidentielle. de migration et d’éloignemen t. D’abord pour que les « moins de vingt ans » prennent connaissance de cette histoire qui a fait la honte de la Belgique. Et.

Avant le repas. Christian est donc sur les rails de l'expulsion.be/enligne/Aidons-christian-13344. aux mandataires communaux.lapetition. ses proches et ses amis se mobilisent pour sa libération et sa régularisation. C’est une arrestation par la ruse : la police lui a fait croire qu’il devait simplement remplir un formulaire au commissariat pour l’arrêter et l’amener à Vottem! L’avocat a introduit une demande de mesure provisoire en extrême urgence mais elle a été rejetée ce vendredi 6 septembre. de nationalité Mauricienne. Il fait l'unanimité auprès de tous de par sa gentillesse et est toujours souriant. vit depuis 13 ans à Rouveroy. Heureusement. qui a en charge la politique d'asile et de migration au sein du gouvernement . à toutes les associations et individus qui ont à coeur la défense des droits des migrants. Christian a été arrêté par la police communale sur l’ordre de l’Office des Etrangers (OE) alors que son recours en suspension d’une décision négative de l’OE sur sa demande de régularisation était encore en cours." La société de Gilles de Christian a ensuite organisé un souper en son honneur le samedi 07 septembre à Rouveroy. Très vite. Il est très bien intégré dans le village où il prend part au folklore local puisqu’il joue le rôle de Père Fouettard. Il n'a commis aucun délit. de se manifester pour que Christian soit régularisé et libéré immédiatement. et avec l'appui de la Marche des migrants. nous demandons à Madame la bourgmestre.html et rassemble plus de 700 signataires autour de cette conclusion: "Cette expulsion n'a aucun sens car au bout de 13 années de vie à Rouveroy. Mais le 2 septembre. une pétition a été mise en ligne ici: https://www.. Ce souper a permis des contacts avec de nombreux médias.Rouveroy se mobilise contre l’expulsion de Christian Avec le soutien de la Marche des migrants de la région du Centre Christian Ah Ting. sa vie et ses amis sont ici. Elle s'est engagée à écrire à Joëlle Milquet (ministre de l'intérieur) et Maggie De Block. de la commune d'Estinnes. participe aux fêtes patronales et est très actif dans la société de gilles Les Bie d’Allès. Dès lors. Aurore Tourneur a pris la parole pour affirmer qu'elle soutenait Christian. n' a fait que du bien autour de lui et il n'y a aucune raison pour qu'il reste emprisonné.. la bourgmestre d'Estinnes. depuis le début. à tous ses amis et amies de Rouveroy.

La plate-forme marche des migrants a aussi attiré l’attention sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un cas isolé. 7100. à 18h. Aubry. la libération immédiate et la régularisation de cet habitant de Rouveroy. à refuser le plus possible de régularisations pour les sans-papiers même si ceux-ci vivent depuis longtemps en Belgique et qu’ils collaborent positivement à la vie sociale et économique de notre pays. pour en appeler à d’autres mobilisations à l’avenir afin d’en finir enfin avec cette « politique migratoire » inhumaine et injuste ! Joignez-vous à nous ! . il doit rester ici ! Cette solidarité est aussi importante pour le moral de Christian. Haine-St-Paul.72. Nous avons déjà dû nous mobiliser pour des arrestations du même type dans les communes de La Louvière et de Manage. Nous savons que des faits comme ceux-là arrivent tous les jours dans toutes les communes du pays.fédéral.blogspot. pour ne pas laisser passer l’inacceptable.en rejoignant la Marche des migrants de la région du Centre à la prochaine réunion prévue le mardi 24 septembre. Les politiques migratoires du gouvernement fédéral visent à faire diminuer le nombre de demandeurs d’asile. La plate-forme marche des migrants de la Région du Centre a adressé un message de solidarité et réclame avec tous les habitants de Rouveroy. la marche des migrants de la Région du Centre s’engage à appuyer toutes les initiatives qui seront pri ses par les habitants et les mandataires politiques de la commune d’Estinnes.be . au 23. Dès-lors. Infos sur l’évolution de la situation: 064/23. Il faut accentuer la pression et la mobilisation ! La vie et les amis de Christian sont ici. à limiter les demandes de regroupement familial.en participant aux actions organisées .en signant et en faisant tourner la pétition . rue H.90 et http://marchemigrants. toutes les personnes qui ont signé la pétition.en faisant connaitre largement la situation de Christian et la solidarité qui s’organise autour de lui .

Annulation des dettes illégitimes ! Depuis 2007. une augmentation d’un mal être au travail.… Et tout cela. Et cela alors qu’une personne sur sept vit déjà en dessous du seuil de pauvreté.onveutsavoir. à cause de la dette publique car soi -disant. la culture. La crise économique et particulièrement la fermeture de Duferco fera perdre à la Ville de La Louvière six cents mille euros. ce sauvetage a provoqué une augmentation de la dette publique de 32. L’emploi statuta ire est en baisse au profit des emplois précaires et contractuels. couper dans les pensions. En moyenne à 43% du Produit Intérieur Brut (source www. Cette politique d’austérité touche en cascade tous les niveaux de pouvoir. couper dans les soins de santé. Le 12 octobre. c’est de la faute des banques. elle est mise à charge de la population par le gouvernement qui nous impose une austérité féroce qui attaque le droit aux allocations de chômage.be) Si la dette publique a augmenté. Les gouvernements régionaux et les communes réduisent aussi leurs dépenses. Les économies de fonctionnement font mal et provoquent chez les agents communaux. les droits à la pension et à la prépension. il y a déjà eu des licenciements. sont en danger. seulement soixante mille euros de . 7 à La Louvière. l’éducation. le comité d’audit citoyen de la dette de la région du Centre vous invite à sa prochaine assemblée qui se tiendra à 19 heures dans les locaux de la CGSP. L’impact des politiques d’austérité a également comme conséquen ces sur la Ville de La Louvière comme sur les autres communes. une action sera organisée dans les rues de La Louvière pour l’annulation des dettes illégitimes qui mettent notamment les services publics communaux en danger ! Renseignements auprès de Jean-marc Lauwers au 0495/157985 ou de Freddy Bouchez au 0497/370517. partout en Europe. à 19 heures. Les possibilités d’emplois diminuent fortement puisqu’une personne seulement sur trois sont remplacées quand il y a départ à la retraite. le paiement de services qui étaient gratuits. Des contrats de travail liés à des projets précis et qui dépendent de subsides des gouvernements fédéral et wallon. mais c’est nous qui trinquons ! Comment peut-on dire que nous avons vécu au-dessus de nos moyens alors que les dépenses publiques sont restées stables de 1980 à 2010. Il faudrait couper dans la sécurité sociale. A la Louvière aussi. En Belgique. Alors que celle-ci est le résultat d’une socialisation de dettes de la finance privée qui a pratiqué des politiques de spéculation. La politique sociale risque d’être fortement touchée puisque les CPAS annoncent une chasse à la fraude sociale qui risque de mettre en difficulté les gens qui ont les plus faibles revenus. qui diminue les moyens financiers de tous les services publics. A La Louvière. Dans certaines villes. la dette et l’austérité font mal : La crise économique et sociale. nous aurions vécu au-dessus de nos moyens ! La dette. rue du Temple. couper dans les services publics.5 milliards. couper dans l’index. les plans d’austérité se succèdent. c’est surtout à cause du sauvetage des banques.Nous. l’austérité on n’en veut pas/Stop au massacre social et économique ! Le 25 septembre. couper dans les chômeurs. La Belgique n’échappe pas à cette règle. notamment ceux de la SNCB et de bpost. les politiques d’austérité font que les subsides fondent comme neige au soleil. une augmentation de certaines taxes comme celle sur les déchets. la diminution de services.

Les décisions du gouvernement fédéral de gel des salaires pendant six ans. L’impact de la dette fédérale sur les communes.taxes proviennent des banques sur un budget total de plus ou moins 117 millions. Par contre. Il y a d’énormes besoins sociaux qui ne sont pas rencontrés. Les restrictions budgétaires dans celles-ci. on pourrait engendrer 12 milliards de recettes dans les caisses de l’Etat (source : www.onveutsavoir. 2013 sera sans doute « l’année la plus facile » des six ans qui viennent ! Se mobiliser pour imposer d’autres solutions : Les citoyens doivent reprendre la parole. la manipulation de l’index dont on repar le actuellement. auront des répercussions très négatives sur les populations puisque l’on sait que 50% de la totalité des investissements publics proviennent des communes.5 milliards que le gouvernement a distribués aux banques devraient être effacés de l’ardoise car il s’agit bien là d’une socialisation de dettes de la finance privée qui est mise à charge de la population. Le démantèlement du droit aux allocations de chômage a provoqué une augmentation du nombre de chômeurs exclus par l’ONEM. notamment dans le domaine du logement où il n’y a pas de nouvelles constructions alors que deux mille personnes sont en attente. dont la réduction du fond des communes. bien au contraire. les parts prises dans Dexia et qui devaient rapporter 13% d’intérêt.9 milliards par an. c’est un peu plus de 20% de la population active qui est sans travail. Toutes les communes sont en difficulté : La crise des banques et les politiques d’austérité mettent toutes les communes en péril. Si la Belgique veut vraiment faire diminuer la pauvreté (notre gouvernement s’est d’ailleurs engagé à le faire auprès de l’UE) il peut décider de répartir équitablement les richesses en : Réinstaurant un impôt plus progressif (réinstaurer des tranches à 52. en luttant plus efficacement contre la fraude fiscale et en taxant les plus values sur action.onveutsavoir. Pour retrouver des politiques positives en faveur des gens et de l’environnement dans nos communes. Cela a coûté à l’ensemble des CPAS la somme de cinquante deux millions. constitueront aussi un gel des rentrées pour le service public communal.000 euros) rapporterait 615 millions (source : www. sont en souffrance. 55% pour les revenus situés entre 70. D’autres solutions sont possibles à commencer par l’annulation des parties illégitimes de la dette.5%. c’est-à-dire aussi pour nos communes et des politiques sociales qui permettraient à toutes et tous de vivre bien. il faut prendre l’argent où il est ! Il faut déculpabiliser la population qui n’a pas vécu au -dessus de ses moyens. Les difficultés s’accumulent : un jeune sur deux est en chômage et globalement.be) Supprimant les intérêts notionnels. L’annulation de la partie illégitime de la dette doit s’accompagner de mesures qui permettent de générer des recettes supplémentaires pour l’Etat Belge. comme les autres services publics.be) . vu la crise de cette banque. provoquera une perte entre onze et vingt trois millions. Beaucoup de communes. Les 32. c’est 8. Il faudrait aussi répondre à la demande d’augmentation de places d’accueil pour les enfants par exemple par la création de nouvelles crèches.000 et 165000 euros bruts par an) et 65 % (au-dessus de 165.

CP :……………...CEPRé asbl Rue H.61.18 Avec le soutien technique de Romain et Maria Avec le soutien de : Je souhaiterais :  Etre tenu(e) au courant des activités publiques du CEPRé  M’investir dans un/des groupe(s) du CEPRé :  TSE (travailleurs sans emploi)  Immigration  Comité de lutte contre l’austérité  Atelier théâtre  Genre (femmes)  Visites  PPP (pensionnés et prépensionnés)  Ciné-club social Nom :……………………………………………………………………………………………… Prénom : ………………………………………………………………………………………… Téléphone : ……………………………… E-mail : ………………………………………… Rue : ………………………………………………………………………N° : ……………. Haine-St-Paul .……………………. Aubry. Talon à renvoyer à l’ASBL CEPRé . 23 7100 Haine-St-Paul asblcepre@hotmail.cepag.Commune : …………………………………………..Rue H..61. Aubry.61.20 Chris (TSE + atelier théâtre) : 064/23..com/cepreAsbl www.7100.73 Mano (femmes + PPP + visites) : 064/23..72.be Freddy (coordination + comité d’action contre l’austérité) : 064/23. 23 .19 Céline (immigration + école des cadres + ciné-club social) : 064/23.61..90 Sylvie (administration école des cadres) : 064/23.com www.facebook.

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->