You are on page 1of 1
Découvrir Apollinaire Support: lettre d’Apollinaire & Lou ; textes dA. Breton et de P. Soupault. Utilisation : au début de ("étude 4’Alcools, en complément des données biographiques. cument 1 Lettre d’Apollinaire & Low (Louise de Coligny), due 18 janvier 1915 (extraits).. [Lu Je tai dit que je voulais que tu sois ma chose librement, par conséquent Faccomplissement de tes promesses ne me suit pas, i tne faut ta vie, ton sang, chaque respiration de ta poitrine, chacun de tes désirs et rout Passentiment de ta volonté, de ton corps, de ton esprit. Done, cela signifi que rien de ta vie passée ne peut subister en toi comme délectation. Tu dois cout oublier pour a’éere plus que mienne, petite comtesse de Coligny ! Ce n'est pas un sactifice que jestime te demander I, est la moindre des choses. Ce n'est pas la demiére chose au demeurant que je te demande. Tu es lige et libre. no Ta peux encore refuser mais pour m’aimer il faut toujours te lier davantage & moi et tu me posséderas d’autant mieux que je aura plus a moi, le plus complétement possible [...}. Et je tele dis, je ne suis pas jaloux de ce qui pourrait se passer entre to et les autres. ta le sais ileus mais jesus jaloux de toi, de ce que t sois complete Js ment 3 moi et tes dernitres lettres montrent un affairement et des tas de préoccupations [...] qui me privent de ton obélssance, de ta ten dresse et presque de tes lettres qui s'accourcissent comme les jours en automne. {...) Maintenant, je te prie de ne plus me chiner! sur le métier de zo poste Je sais bien que c'est gentient mais C'est une habitude que tu prendrais factlement. LYabord étte poéie ne prouve pas qu'on ne puisse fate autre chose. Beaucoup de podtes ont é¢é autre chose et fort bien {...}. Dautre part, le métier de podte niest pas inutile, ni fou, ni frvole, Les poates sont les créateurs (pode vient du grec et 2 signifi en effet créateur et poésie signifie cation) ~ Rien ne vient done sur terre, nlapparait aux yeux des hommes s'il n'a dabord été immaginé par un poéte, Lamour méme, cest a poésie naturelle de la vie, instinct naturel qui nous pousse & créer de la vie, & reproduire Je te dis cela pour te montrer que je n'exerce pas le métier de potte so simplement pour avoir lair de faire quelque chose et de ne rien faite en réalté. Je sais que ceux qui se livrent au travail de la poésie font quelque chose d'essentiel, de primordial, de nécessaire avant route chose, quelque chose enfin de divin Je ne parle pas bien entendu des simples versficateurs. Je parle de ceux qui, péniblement, amoureuse- as ment, génialement, peu 8 peu peuvent exprimer une chose nouvelle cet mevrent dans Pamour qui les inspira Guillaume Apollinaize,Lemes@ Lou, Gallimard, 1969, p. 118-119, 1 Cher cq en se moquas agin cunnerit 2 Guillaume Apoltinaire n'était pas un chef. 11 était bien plurdt ce vil nommait l-méme une fusée-signal[ Sion peut s'exprimer ainsi, je dirais qu'Apollinaire était conta- tieux. II n'avait pas besoin de fournir d'explications, pas besoin de convainct. Il affirmait et on le croyait. J: Apollinaire doutit peu. (Ceétait la sa plus grande force et son défaut. Je ne cros pas qu'un seul jour il ait eu Tidée de se demander: « Pourquoi es-ce que j'éris? » Ce démon qui était en lui et qui le faisaitagir et vivre ne Pautoriseit pas 8 se poser des questions. Cette certitude m'ézonne encore et minguitte. Il était parfois triste, langoureux ou mélancolique mais jamais désespéré. IL alla et allait, marchant droit devant Tui sans se retoutner, Je lui en veux de cette négligence et d'avoir ais tant de questions sans réponses. [Ll Toute une génération, celle qui précéda la guerre, dut son ‘audace & cet homme peureux mais fer, qui les poussait dans le dos Philippe Soupal, Guillaume Apainare os refs de incendie, Mazsille, Les Cahiers du Sud, 1977 ocument 3 (Cétait un trts grand personage, en tout cas comme je n’en ai plus ‘wu depuis. Assez hagard, il est vrai. Le lyrisme en personne. Il trainait sur ses pas le cortage d'Orphée fd Il avait choisi pour devise : « J*émerveille » et j'estime encore aujourd'hui que de sa part ce n'était pas trop prétendre, muni de connaissances étendues quil était presque seul & avoir dans des domaines spéciaux (les mythes, tout ce qui ressortit a la grande cutiosité, aussi bien que tout ce qui git dans I'enfer des biblio theques!) et ne s'en montrant pas moins tout ouvert sur 'avenit Non content dappuyer les entreprises artistiques les plus auda- cieuses de son temps, il avait éprouvé le besoin de s'intégrer& eles, de mettre & leur service rout ce dont il disposait de haut savoir, ardeur... et de rayons. André Breton, Ets, 1913-1952, Gland, 1952, 1. Fejerdes ilizdhues: expression designe a parte, inedite aw public, one ‘iethaqe ob Con renga ls liver sandaess, aoeammenerotgue. Apoilinare fubls en 113, aveeEetond Heurtet Lous Paces, LEner de la Bice nao mae ———— Auestions Quelies conceptions de l'amour et du « métier de podte » revendique Apollinaire dans sa lettre & Lou (doc. 1) ? I Recherchez qui sont Philippe Soupault et André Breton et reformulez briaverent le portrait que chacun d'eux dresse d'Apol- linaire dans les documents 2 et 3, Commentez, l'aide de ces documents et de la biographie d'Apollinaire, image de le « fusée-éclair » (cf. doc. 2) et la devise « J'émerveille » (doc. 3) que le poéte s'attribuait & Iui- meme.