You are on page 1of 442

L'ESSOR DE L'ANGKAR,

(1945-1975)

Des rêves de grands soirs de sorbonnards,


à la victoire des maquisards
L’ESSOR DE L’ANGKAR

II
Sacha SHER

L'ESSOR DE L'ANGKAR,

Des rêves de grands soirs de sorbonnards,


à la victoire des maquisards

(1945-1975)
L’ESSOR DE L’ANGKAR

IV
TABLE DES MATIÈRES

TABLE DES MATIÈRES.....................................................................................................5

INTRODUCTION...............................................................................................................11

CHAPITRE 1.......................................................................................................................15

LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE .........................................................................15

(1945-1953)...........................................................................................................................15
I. LA PRÉSENCE FRANÇAISE ET SES EFFETS SOCIAUX.....................................................................15
II. LA VIE POLITIQUE CAMBODGIENNE EN 1945-1953................................................................16
III. LES FORCES RÉVOLUTIONNAIRES AU DÉBUT DES ANNÉES CINQUANTE........................................20
Faiblesse idéologique et numérique du Parti............................................................... ...........23
Dans la capitale, le mouvement révolutionnaire végète................................... ......................25
IV. CE QU’ÉTAIT LE COMMUNISME AU CAMBODGE POUR DE JEUNES ÉTUDIANTS...............................27
CHAPITRE 2.......................................................................................................................33

LA MONARCHIE VUE DE FRANCE ............................................................................33

(1949-1954) ..........................................................................................................................33
I. LES ASSOCIATIONS D’ÉTUDIANTS...........................................................................................33
II. PREMIERS COUPS D’ÉPINGLES..............................................................................................48
Les pseudonymes et leur signification révolutionnaire.................................................54
III. LA THÈSE EN DROIT DE PHUNG TON SUR LA MONARCHIE CAMBODGIENNE (1954).....................60
CHAPITRE 3.......................................................................................................................68

PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES ..................68


I FORMATION UNIVERSITAIRE ET TECHNIQUE...............................................................................68
II. ORIGINE SOCIALE..............................................................................................................73
III. PORTRAITS......................................................................................................................74
Des étudiants tout à fait charmants..............................................................................74
Conduite personnelle au pouvoir..................................................................................78
La perception du comportement Khieu Samphan.........................................................79
CHAPITRE 4.......................................................................................................................83

LA RELATION AU MARXISME ....................................................................................83

(1949-1954) ..........................................................................................................................83
I. LE PARTI COMMUNISTE FRANÇAIS DANS LES ANNÉES CINQUANTE..............................................83

5
L’ESSOR DE L’ANGKAR

II. LES CONTACTS AVEC LE P.C.F.............................................................................................88


La cellule.......................................................................................................................88
Les écoles......................................................................................................................90
Les groupes de langue...................................................................................................92
Les lectures communistes..............................................................................................93
L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik..................................................................98
Les utopies du bonheur communautaire en arrière-plan..............................................99
Le « Cercle » ..............................................................................................................103
L’université nouvelle...................................................................................................107
La perception de la révolution française....................................................................110
III. SÉJOURS EN PAYS SOCIALISTES..........................................................................................113
Pol Pot en Yougoslavie................................................................................................116
IV. UN MARXISME PEUT EN CACHER UN AUTRE.........................................................................118
V. COMMENT L’ON DEVIENT RÉVOLUTIONNAIRE........................................................................122
CHAPITRE 5.....................................................................................................................124

LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-


1969) ...................................................................................................................................124
I. THÈSES DE DOCTORAT (1954-1959)..................................................................................124
Khieu Samphan...........................................................................................................125
Hou Yuon.....................................................................................................................141
Hu Nim........................................................................................................................146
II. L’UNION DES ÉTUDIANTS KHMERS (1956-1969).................................................................149
Positions générales.....................................................................................................149
Tendances politiques...................................................................................................153
III. L’UNION DES ETUDIANTS KHMERS ET LE P.C. FRANCAIS....................................................155
CHAPITRE 6.....................................................................................................................159

ESPOIRS REVOLUTIONNAIRES ENVOLES ...........................................................159

(1953-1954) ........................................................................................................................159
I. FORMATION RÉVOLUTIONNAIRE DANS LES MAQUIS (1953-1954).............................................159
II. LES ACCORDS DE GENÈVE ET LEURS CONSÉQUENCES.............................................................165
Affaiblissement du mouvement révolutionnaire..........................................................168
CHAPITRE 7.....................................................................................................................170

LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)..................170


I. ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES, INTELLECTUELLES ET POLITIQUES..............................................170
Professeurs..................................................................................................................170
Précarité et danger du journalisme engagé................................................................178
II. ACTIVITÉS POLITIQUES LÉGALES (1955-1959)....................................................................181
L’entrée dans la légalité politique....................................................................................... ..181
1955 : mascarade électorale ............................................................................... .................182
L’opposition battue se délite......................................................................... .......................184
1958 : élections en toute discrétion....................................................................... ...............185

6
Adhésions stratégiques au Sangkum.................................................................... ................186
III. DU STALINISME AU MAOÏSME...........................................................................................187
CHAPITRE 8.....................................................................................................................189

UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE.............................................189

(1959-1963) ........................................................................................................................189
I. SIHANOUK, DR. NEUTRALITÉ & MONSEIGNEUR NEUTRALISATEUR. ..........................................189
II. UNE OPPOSITION ENSERRÉE DANS D’ÉTROITES LIMITES...........................................................191
Des soutiens extérieurs infimes...................................................................................191
Le rôle assigné à la presse de gauche.........................................................................191
Des arrestations par vagues (1959-1960)..................................................................196
Une campagne électorale marquée par les coups tordus du pouvoir (1962)............201
Activités souterraines du nouveau Parti (1960-1963)................................................205
L’influence du « Grand bond en Avant » chinois ..................................................211
Premiers départs pour le maquis (1963)....................................................................214
La visibilité de la gauche contre vents et marées (1963-1965)..................................217
CHAPITRE 9.....................................................................................................................222

HORS DES VILLES ........................................................................................................222

(1963-1967) ........................................................................................................................222
I. LES CONDITIONS DE VIE DANS LES CAMPAGNES......................................................................222
II. AU CONTACT DES « KHMERS LŒU » OU PROTO-INDOCHINOIS DU NORD-EST............................231
Les « Khmers lœu » ne sont pas Khmers.......................................................... ...................231
L’Histoire des habitants du Nord-Est n’était pas violente................................................... ..232
Premières tensions entre le roi et les provinces périphériques ..................................... ........234
Comment le P.C.K. se fit entendre par les habitants du Nord-Est.................................... .....235
Le P.C.K. s’est–il inspiré du mode de vie des « montagnards » ?.................................... .....237
CHAPITRE 10...................................................................................................................244

L’INFLUENCE DE LA CHINE (1966-1967) .................................................................244


I. POL POT EN CHINE...........................................................................................................244
II. LES EFFETS DE LA RÉVOLUTION CULTURELLE SUR LA SCÈNE POLITIQUE PHNOM-PENHOISE..........246
III. EFFETS MINIMES DE LA RÉVOLUTION CULTURELLE SUR LA LIGNE DU PARTI............................250
CHAPITRE 11...................................................................................................................254

PREMIERS SOUBRESAUTS DE REVOLTE (1967-1969) .........................................254


I. LE SOULÈVEMENT DE SAMLAUT ET SES RÉPERCUSSIONS .........................................................254
Le déclenchement de la lutte armée................................................................... ..................258
Les intellectuels dans le maquis............................................................................... ............261
II. UNE INTERACTION LIMITÉE AVEC LES PAYSANS.....................................................................262
CHAPITRE 12...................................................................................................................266

7
L’ESSOR DE L’ANGKAR

LES ANNEES DE GUERRE (1970-1975) ......................................................................266


I. LA MISE EN PLACE DE L’ORGANISATION ...............................................................................266
Mobilisation frontiste..................................................................................................266
Recrutement des combattants.....................................................................................273
Premières étapes de l’organisation.............................................................................274
La mise en place des principes de discipline............................................................ ............281
Les catégories de population...................................................................................... ..........282
Désaccords, purges internes, accélérations et crises ................................................283
Evacuation des bourgs et des villages........................................................................288
Travail de rééducation politique.................................................................................290
II. LA TENEUR DE L’AIDE ÉTRANGÈRE.....................................................................................293
Une alliance de circonstance avec le Vietnam............................................................293
Le soutien de la Chine au FUNK................................................................................296
III. L’IMPACT DE LA GUERRE.................................................................................................297
Les engrenages d’une guerre aux effets durables et difficilement maîtrisables .......298
Les bombardements terroristes américains................................................................302
CHAPITRE 13...................................................................................................................310

LES CONDITIONS DE NAISSANCE ...........................................................................310

DE LA REVOLUTION ....................................................................................................310
I. LES MASSES ÉTAIENT-ELLES SUFFISAMMENT INSOUMISES ? ......................................................310
II. LES INDIVIDUS ÉTAIENT-ILS SUFFISAMMENT PRÉPARÉS À PARTAGER ? .......................................314
III. QUEL ÉTAIT LE DEGRÉ DE VIOLENCE SOCIALE ?...................................................................315
La vengeance cambodgienne : un trait national ou un trait social ?.........................316
L’évolution de la violence collective...........................................................................320
La violence sous la révolution....................................................................................322
IV. UNE RÉVOLUTION MARXISTE, LÉNINISTE, GAUCHISTE, OU ROMANTIQUE ?................................327
CONCLUSION..................................................................................................................334

ANNEXES..........................................................................................................................340

LEXIQUE..........................................................................................................................340

NOTICES BIOGRAPHIQUES........................................................................................344

SOURCES..........................................................................................................................396
I. ARCHIVES..................................................................................................................396
II. BIBLIOGRAPHIE......................................................................................................398
Ouvrages et brochures d’histoire, d’économie, ou d’ethnologie sur le Cambodge....398
Thèses et mémoires sur le Cambodge contemporain..................................................402
Articles, périodiques...................................................................................................403
Ouvrages de politique, d’économie, d’histoire sur le socialisme et le XXe siècle.....405
Sources annexes, inédites, rares, ou disponibles sur internet.....................................408
DOCUMENTS...................................................................................................................409

8
Document 1. Photographies. ......................................................................................409
Document 2. « Monarchie ou Démocratie ? ». Un article de la revue l’Etudiant Khmer
d’août 1952, attribué à Saloth Sar / Pol Pot...............................................................411
Document 3. Articles du journal Samaki (Concorde) auquel ont collaboré Tou Sa-
mouth et Pol Pot, 1954. ..............................................................................................415
Document 4. Courrier de Sieu An (sans doute Sien An), en provenance de la Régie
Nationale de Phnom Penh à Tep Saravouth, habitant le 59 bd Jourdan à Paris (mai-
son d’Indochine de la Cité Universitaire Internationale), 5 mai 1950 ......................417
Document 5. Statuts provisoires du Parti Révolutionnaire du Peuple du Cambodge,
1952 ............................................................................................................................418
Document 6. Notice de renseignement sur Son Ngoc Minh émanant du Service Fran-
çais de Sécurité au Sud-Vietnam, Saïgon, 8 août 1953 . ............................................423
Document 7. Communiqué de l’U.E.K. sur la situation du Cambodge en 1962. ......424
Document 8. « L’Union des étudiants Khmers et le communisme », Réalités Cambod-
giennes, mars 1962.....................................................................................................425
Document 9. « La tiare royale ». Traduction d’un dialogue antimonarchique paru
dans le Bulletin de l’A.E.K., n°14, août 1952. ...........................................................426
Document 10. « Les Khmers Libres [Prachea Issarak Khmaer Serei], (riposte et ré-
ponse) ». Tract rebelle ramassé le 10 octobre 1955...................................................428
Document 11. « Une leçon aux calomniateurs », Texte de l’A.E.K du 21 décembre
1952. ...........................................................................................................................429
INDEX................................................................................................................................439

9
L’ESSOR DE L’ANGKAR

10
INTRODUCTION

« Quand on jette un coup d’œil en arrière, rien ne paraît plus inoffensif que le début
d’une révolution. Ce début est toujours peu apparent, paisible, parfois touchant » 1.
Cet avis porté sur les milieux intellectuels révolutionnaires russes de la se-
conde moitié du XIXe siècle peut-il être repris au sujet des Cambodgiens de gauche
un quart de siècle avant la révolution d’avril 1975 ? Certains d’entre eux ne man-
quaient pas de rigueur morale et se faisaient une haute idée de la politique.
D’autres ne s’embarrassaient pas de précautions et conspuaient rapidement les en-
nemis sous l’effet d’un état d’esprit spécial conditionné par les staliniens pour légi-
timer la mise en place d’une nouvelle hiérarchie fondée sur le centralisme démo-
cratique.
On notera que ceux qui allaient prendre plus tard les commandes n’étaient pas
les plus brillants intellectuels mais sans doute les plus aguerris des politiciens. Les
plus dotés de réalisme et de sens critique allaient se montrer complaisants ou se
complaire dans une torpeur bureaucratique tout à fait conforme aux vieilles habi-
tudes cambodgiennes. D’autres, assez sensés, allaient céder aux passions et aux
frictions de l’instant présent. Il en va ainsi souvent des « révolutions » ou des
simples coups d’Etat. Les humiliations passées nourrissent la démesure, et les
troubles socio-économiques charrient leur lot de luttes internes où les psychologies
et les tempéraments conservent rarement de leur raison et de leur sérénité d’antan.
Dans le cas du Cambodge, le renversement « révolutionnaire » pris corps, plus
qu’ailleurs, après un pilonnage monstrueux de bombes américaines, à partir, sur-
tout, de 1969. La Laos aurait subi deux millions de tonnes de bombes en six ans,
mais au Cambodge, le tonnage aurait atteint le niveau record de plus de 2 756 000
tonnes, ce qui représente plus de bombes que toutes celles lâchées par les Alliées
durant la Seconde guerre mondiale, et vingt fois plus que ce qu’a eu alors à subir le
Japon 2. Durant un an, l’exaspération avait été canalisée par Sihanouk, mais lorsque
celui-ci fut renversé et se rallia aux communistes, les effectifs révolutionnaires se
mirent à bondir. La première mesure prise par les dirigeants réels de la coalition

1
Hans Magnus Enzensberger, Les rêveurs de l’absolu, Ed. Allia, 16, rue Charlemagne, Paris IVe,
1998, p.15. Réédition partielle de Politique et crime, Gallimard, 1967.
2
Chiffres établis après l’ouverture d’archives sous Clinton, voir « Bombs over Cambodia », Ben
Kiernan and Taylor Owen, The Walrus, Canada, October 2006,
http://www.yale.edu/cgp/Walrus_CambodiaBombing_OCT06.pdf ou ZNet, « Bombs Over Cambodia:
New Light on US Air War », mai 2007,
http://www.zmag.org/content/showarticle.cfm?ItemID=12814. La chronique d’amnesty, avril 2001,
Far Eastern Economic Review, 23 déc. 1977.

11
L’ESSOR DE L’ANGKAR

monarchiste-révolutionnaire fut de vider la capitale, Phnom Penh, de ses habitants.


L’évacuation eut lieu dans l’urgence. Il fallait, aux yeux des nouveaux potentats,
procéder à la récolte et neutraliser les hauts fonctionnaires de l’ancien régime. Rien
de bien nouveau d’ailleurs, puisque certains historiens et praticiens des révolutions
avaient par le passé posé le problème de la difficulté de prendre en main les villes,
une fois la victoire militaire acquise. Pour ne prendre qu’un exemple, dans La
Grande Révolution, un ouvrage que Pol Pot dit avoir lu à Paris au cours d’un entre-
tien avec le journaliste Nate Thayer en 1997, et qu’il faut attribuer à Pierre Kropot-
kine, ce dernier posait le problème des villes en ces termes, au début d’un chapitre :
« Une des principales difficultés pour chaque révolution, c’est de nourrir les grandes
villes. Les grandes villes sont aujourd’hui des centres d’industries diverses qui tra-
vaillent surtout pour les riches ou pour le commerce d’exportation ; et ces deux
branches chôment dès qu’une crise quelconque se déclare. Que faire alors pour nourrir
les grandes agglomérations urbaines ? » 3.
Ceci montre en quoi il peut être instructif de se demander comment sont nées
et ont évolué les convictions des futurs dirigeants. Nous verrons que ces étudiants
communistes ou « progressistes » constitués en associations essayaient avant tout
de comprendre et de résoudre les problèmes sociaux du Cambodge. En tant que
« colonisés » opposés à l’ingérence française au sein de la politique et de l’écono-
mie cambodgienne, ils nouèrent des relations avec une opposition politique fran-
çaise communiste particulièrement active et influente au sortir de la guerre. La lec-
ture des œuvres de Thorez, Lénine, Staline, Mao, et d’autres textes militants, uni-
versitaires ou littéraires, leur a-t-elle fourni l’essentiel des idées et des principes qui
allaient les guider ? Quelles furent ensuite les circonstances exactes et la visée poli-
tique précise qui aboutirent au terme de leur ascension à trois ans huit mois et vingt
jours de travaux collectifs, de privations, de misère, d’oppression, en lieu et place
d’« un Kampuchéa nouveau à tous les égards » 4 ?
Voici les quelques questions auxquelles cette étude tente de répondre en ana-
lysant des textes d’époque allant de la satire politique à des thèses soutenues à Pa-
ris, en passant par des documents d’archives françaises et cambodgiennes, et des
textes en langue anglaise insuffisamment connus en France. David Chandler, Ben
Kiernan, et Steve Heder sont les chercheurs qui ont le plus contribué à reconstituer
l’histoire du mouvement communiste cambodgien, à travers une perspective histo-
rique et politique, en général axée sur l’étude du contexte social et des différentes
phases qui préludèrent à l’accession et à l’exercice du pouvoir du noyau dirigeant.
La problématique de notre recherche est de prendre en compte la naissance et l’é-
volution des convictions des futurs dirigeants, de comprendre, non seulement les
conditions environnantes, mais aussi le projet politique et la vision anthropologique
qui étaient les leurs.
3
Pierre Kropotkine, La Grande Révolution: 1789-1793, Stock, 1912 et 1976, p.560.
4
Radio Phnom Penh, Summary of World Broadcasts, Part 3, The Far East, Monitoring Services of
the BBC, 28 juin 1975.

12
INTRODUCTION

Le démantèlement du mouvement communiste cambodgien à la fin des an-


nées quatre-vingt dix nous a également permis de rencontrer des témoins de tous
bords avec plus de facilité, d’entreprendre quelques échanges plus ou moins appro-
fondis avec d’anciens cadres communistes, essentiellement des milieux « intellec-
tuels », comme en avaient déjà eu depuis peu Steve Heder, Henri Locard et Nate
Thayer (lequel a aussi interrogé Ta Mok, Pol Pot et Nuon Chea), ou, il y a plusieurs
années et dans d’autres circonstances historiques, Steve Heder toujours, Elizabeth
Becker et Christophe Peschoux.
Dans un premier temps, les historiens ont retenu, dans le processus de mûris-
sement des positions révolutionnaires du Parti Communiste du Kampuchéa (P.C.K.,
voir lexique en fin d’ouvrage), l’importance de la filiation maoïste, avec au sein
des hauts cadres une tendance pro-vietnamienne rapidement mise à l’écart, et dont
certains représentants occupent encore de nos jours des fonctions élevées dans l’or-
ganigramme de l’Etat. Toutefois, les recherches ultérieures ont révélé que tous les
membres du Comité Permanent du Comité Central du P.C.K. avaient été formés
plus ou moins longuement à l’école Vietminh et que certains dissidents promus in
fine par les Vietnamiens avaient farouchement combattus leurs futurs protecteurs
jusqu’en 1978, avant de se résigner à accepter leur férule. Le passage de bon
nombre de hauts responsables en France n’a jusqu’à présent été que survolé, ou fut
l’occasion d’avancer qu’il les avait rendus plus nationalistes que leurs camarades
combattant dans les maquis. L’héritage français est pourtant pris suffisamment en
compte pour éclairer les convictions d’Hô Chi Minh, de Deng Xiaoping, de Chou
Enlai ou de Jiang Zemin. Or justement, l’originalité des dirigeants du P.C.K. pro-
vient en partie de ce qu’ils ne passèrent pas, à l’inverse de Deng et d’Hô, par les
universités de Moscou.
S’ils n’ont pas été formés politiquement dans les universités françaises, le ba-
gage théorique qu’ils emportèrent de France ne s’est pas perdu au milieu des slo-
gans et des techniques vietnamiennes et maoïstes de combat et d’organisation des
populations. Il a contribué à les faire accepter. Une fois rentrés au Cambodge où ils
se consacrèrent presque tous à l’enseignement, leurs activités et leurs idées furent
noyées dans le secret de la clandestinité, ou diluées dans une langue de bois toute
tendue vers une politique frontiste. En France, les futurs dirigeants kampuchéens
n’entretenaient pas encore le secret. Leurs convictions d’alors peuvent être assez
bien restituées, quand le communisme était une visée plus qu’une technique. Leur
formation ultérieure auprès d’instructeurs nord-vietnamiens, voire chinois ou autres
est également riche en concepts, en formules, en techniques de prise du pouvoir,
ainsi qu’en méthodes de propagande, de conditionnement, de contrôle, ou de ré-
pression de la population.
Une fois leur séjour d’études achevé, ces militants sensibilisés aux questions
politiques participèrent à la lutte pour l’indépendance, puis tentèrent par divers
moyens d’exprimer leurs projets de réforme au sein d’un paysage politique cam-
bodgien peu ouvert à l’échange des idées. Ils prirent part, aux côtés des indépen-

13
L’ESSOR DE L’ANGKAR

dantistes locaux, à l’édification d’un mouvement des travailleurs à une époque où


celui-ci œuvrait de concert et de conserve avec le Parti des Travailleurs du Viet-
nam, essentiellement jusqu’en 1954. Ensuite, tout au long des années 1963-1975, le
mouvement révolutionnaire se développa dans les campagnes, se nourrissant de
l’expérience de lutte et de pratique politique du Front de Libération vietnamien,
subissant l’influence idéologique relative de la Chine, puis parvenant à se
construire de manière autonome à mesure que s’accumulaient les signes de dégra-
dation de la solidarité internationale avec le mouvement révolutionnaire conduit
par le Nord-Vietnam. La guerre à forte teneur impérialiste de 1970-1975 ranima
l’aide fournie par des tiers, mais affecta aussi durablement la ligne du Parti et le
comportement des cadres si bien qu’une nouvelle organisation sociale se mit en
place.
La réflexion sur les facteurs politiques et sociaux qui ont déterminé la poli-
tique du P.C.K. débute à peine. Mais associer les racines intellectuelles de la révo-
lution cambodgienne et les étapes historiques qui l’ont modelée permet de mieux
comprendre ce socialisme supposé sans modèle et indépendant dont s’étaient récla-
més les figures dirigeantes du mouvement révolutionnaire en 1975.

P.S. : un lexique et des notices biographiques se trouvent en fin d’ouvrage.

14
CHAPITRE 1

LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

(1945-1953)

I. La présence française et ses effets sociaux.


En 1864, la royauté Khmère, jusqu’alors tributaire des Siamois et des Vietna-
miens, se plaça, non sans hésitations et retournements, sous le « protectorat » de la
France. Ce tournant doit beaucoup à la manœuvre énergique du militaire et hydro-
graphe Doudart de Lagrée qui retint le roi Norodom en partance pour Bangkok. Les
colons français s’octroyèrent de la sorte les droits de commercer, de posséder et de
circuler librement, et purent disposer d’une zone tampon entre le delta du Mékong
déjà sous contrôle et la Thaïlande, dont ils craignaient l’expansionnisme. Les fonc-
tionnaires cambodgiens furent maintenus à leur fonction locale et on les vit se dé-
tacher progressivement de l’influence du Siam, si bien que les nouveaux occupants
ne rencontrèrent guère de difficultés à asseoir leur présence au moyen d’une ving-
taine de chaloupes à vapeur. Une révolte anti-française survint pourtant en 1885-
1886 sous l’apparente direction de Si Vattha 5. Elle fut matée, ce qui décida le Siam
à reconnaître le « protectorat » français, le 18 juillet 1887. Sous les Français, la
société cambodgienne peina à se développer. L’élite des fonctionnaires, fragilisée
par un statut relativement précaire et confortée par la doctrine bouddhique du kar-
ma, jugeait de son bon droit de s’enrichir autant que faire se peut du surplus préle-
vé sur la production agricole. Ses dépenses allèrent progressivement vers l’étran-
ger, au bénéfice des Français. Les intermédiaires étaient les commerçants Chinois
que les autorités françaises dispensaient de corvées, de réquisitions et de service
militaire. Les paysans khmers, lorsqu’ils avaient reçu l’assurance d’être proprié-
taires, ne trouvaient pas grand intérêt à enrichir les usuriers et à traiter avec les

5
Jean-Pierre Gomane, L’exploration du Mékong, la mission Ernest Doudart de Lagrée-Francis Gar-
nier (1866-1868), l’Harmattan, 1994, pp.39-40. L’Armée Française en Indochine, Paris, Imprimerie
Nationale, 1932, collection « les Armées françaises d’Outre-Mer » (à l’occasion de l’exposition colo-
niale internationale de Paris), pp.69-73. Emile Rémy et Henri Arnaud, Histoire de l’établissement du
protectorat français au Cambodge, Grenoble, sans mention d’éditeur, 1897. Jean-Claude Pomonti et
Serge Thion, Des courtisans aux partisans, Gallimard, 1971, p.10.

15
L’ESSOR DE L’ANGKAR

fonctionnaires « mangeurs » de pouvoir. Ils ne voyaient d’issue favorable à leur


condition que dans une vie future. Quant à l’esclavage pour dettes et à la piraterie,
ils subsistaient sous des formes parfois plus aiguës qu’avant l’instauration des lois
françaises, et ce avec la collusion des autorités locales 6.

II. La vie politique cambodgienne en 1945-1953.


La Seconde Guerre mondiale fut l’occasion, pour les mouvements exprimant
le désir de gérer eux-mêmes les affaires du pays, d’un renforcement durable. Les
gestionnaires français consentirent à offrir davantage de responsabilités à ceux
qu’ils considéraient comme les dignes descendants des constructeurs d’Angkor.
Dans le même temps, en 1941, ils avaient porté un nouveau Roi, le prince Noro-
dom Sihanouk, qui, notamment en raison de sa jeunesse, était le prétendant au
trône le plus accommodant à leur égard. En mars 1945, le coup de force japonais
engendra la proclamation de l’indépendance vis-à-vis des Français. Le 9 août, un
coup d’Etat mené par l’indépendantiste Son Ngoc Thanh, un Cambodgien origi-
naire de Cochinchine (un Khmer krom, voir lexique en fin d’ouvrage) renversa la
royauté. L’expression du patriotisme put dès lors s’exprimer plus largement, mais
seulement jusqu’au mois d’octobre, date du retour des Français, aidés militaire-
ment par les Britanniques. Son Ngoc Thanh fut arrêté le 15 octobre 1945 par les
hommes du gouvernement de Gaulle au motif qu’il s’était comporté en traître. Il
fut maintenu en résidence surveillée à Poitiers jusqu’en octobre 1951. Parallèle-
ment, pour ne pas s’aliéner complètement les élites indigènes, les Français firent
quelques concessions politiques 7.
En 1946, des élections furent organisées et furent remportées par les démo-
crates, essentiellement en raison de leur position nationaliste, et de leur crédit au-
près des bonzes et du père du roi, le prince Suramarit. La démocratie en marche
était encore instable, victime d’une part des manifestations fractionnelles au sein
du Parti Démocrate, après la mort, en juillet 1947, du chef du gouvernement Siso-
wath Youtévong âgé de trente quatre ans, et d’autre part des manœuvres du Roi et
des Français, qui se livrèrent à des arrestations dès le mois de mars 1947 8 et para-
lysaient l’action du gouvernement par l’entremise du Haut-Commissariat qui
« soulev[ait] une question par jour sur un problème, même d’ordre mineur, afin
d’absorber toute l’activité des ministres » désemparés faute de secrétaires dactylo-
graphes 9.

6
Dr. A Pannetier, Notes cambodgiennes, au cœur du Pays Khmer, Cedoreck, 1983, pp.32, 40, 66, 69,
137. S. Thion et M. Vickery, « Cambodge : problèmes de la reconstruction », ASEMI, vol. XIII, 1-4,
1982, (http://www.abbc.com/totus/1981-1990/149CCambodgereconst.html).
7
Chandler, A History of Cambodia, 2nd edition, Silkworm Books, Chiang Mai, 1993, pp. 169-172.
8
Chandler, The Tragedy of..., pp.31-2, 39 (traînage de pieds de la part de l’administration coloniale).
9
Phouk Chhay, op. cit. p.170, citant « Institutions Constitutionnelles et Politiques au Cambodge » du
professeur de droit C. G. Gour, p.66.

16
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

Les idéalistes avaient de quoi être désappointés puis révoltés. En 1948, cer-
tains députés furent touchés par un scandale de vente illicite. Le chef de la police,
Yem Sambaur, détruisit les dossiers compromettants. Le chef du cabinet, Chhean
Vam, demanda à ce que Sambaur soit arrêté, mais devant le refus de se collègues
du cabinet, il fut amené à démissionner. La faction Yem Sambaur en sortit renfor-
cée et celui-ci rejoignit les libéraux pro-monarchistes en novembre. En janvier
1949, Sambaur et ses collègues firent tomber le ministre des finances Penn Nouth
qui aurait favorisé sa famille dans la délivrance de licences de pêche. Sihanouk put
alors placer le chef de gouvernement qui avait ses faveurs, Sambaur. Les démo-
crates refusèrent de servir ce gouvernement qui comprenait des membres de Partis
inexistants à l’Assemblée Nationale. Par ailleurs, Sambaur attira le mécontente-
ment voir l’hostilité des démocrates lorsqu’il fit tour à tour construire un casino et
fermer les principaux établissements secondaires du pays à la suite de grèves d’é-
lèves. D’un autre côté, il mena campagne contre la corruption parmi les parlemen-
taires anciens membres du gouvernement, et obtint des concessions de la part des
Français dans la direction de l’indépendance 10. Mais le traité qu’il envisageait de
ratifier avec la France cantonnait l’indépendance du pays à l’intérieur des limites
de l’Union Française. L’Assemblée vota une mention contre lui. Volant à son se-
cours, le Roi autorisa Sambaur à dissoudre l’Assemblée en septembre 1949 et Sam-
baur, à nouveau nommé premier ministre, se mit à gouverner par décret. Le Roi, en
accord avec les colons français, avait jugé les démocrates de l’Assemblée trop
conciliants vis-à-vis des combattants Issaraks indépendantistes qu’ils avaient par-
fois autorisé à rallier le pouvoir — en avance seulement de quelques mois sur Siha-
nouk et Sambaur qui firent de même jusqu’en 1954.
La dissolution accentua la crise. Des grèves eurent lieu. En riposte, le gouver-
nement ferma des établissements secondaires, notamment à Phnom Penh. Puis, en
janvier 1950, le chef démocrate et président de l’Assemblée Nationale Ieu Kœuss
fut assassiné au siège même du parti démocrate. La suspicion se dirigea sur la per-
sonne de Sambaur, y compris auprès des étudiants parisiens de l’Association des
Etudiants Khmers (A.E.K.). Un ancien secrétaire général de l’A.E.K., Mey Mann,
ami de Saloth Sar / Pol Pot se souvient que cette dernière avait envoyé une pétition
au gouvernement Yem Sambaur demandant la réouverture du Lycée Sisowath. Le
futur révolutionnaire Ieng Sary, qui arriva en France octobre 1950, avait de son
côté participé à des manifestations démocrates contre Yem Sambaur et passé
quelques heures en prison. Ce dernier finit par démissionner en mai 1950 11. En
août 1952, l’A.E.K., retraçait les manœuvres royales de cette époque dans un dia-
logue fictif où la Mère (sous-entendu du Roi) livrait toute son inquiétude à son
fils : « Dans deux jours, le gouvernement démocrate va interroger "Sambo". A ce
moment-là, se dévoileront les secrets du lancement de la grenade sur "Iev Koeus",
10
Chandler, The Tragedy of..., pp.39-42.
11
Michael Leifer, Cambodia, the search for security, Frederick A. Praeger, NY, London, 1967, pp.34,
35, 38. Phouk Chhay, Le pouvoir politique…, pp.158-160. Chandler, The Tragedy of..., pp.42-3. In
Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, p.27.

17
L’ESSOR DE L’ANGKAR

de mes relations avec "Sambo", du poivre et du casino. Tout sera dévoilé et je


crains les roturiers » (cf. document 9 en annexe).
Le prince Sihanouk, parvenu à la tête du gouvernement, tenta de changer la
Constitution et chargea un gouvernement débarrassé de toute présence démocrate
de préparer les élections de 1951. A leur issue, les Démocrates étaient sur la défen-
sive, leur majorité n’étant plus aussi écrasante. Le Viet Minh et les Issaraks n’a-
vaient pas appelé à voter, et une large partie du Nord du pays était tenue par le
combattant rallié au pouvoir royal Dap Chhuon. Son Ngoc Thanh, arrêté par les
forces françaises en 1945, probablement avec l’aval de Sihanouk, ne rentra d’exil
qu’après les élections, en octobre 1951, semble-t-il aux frais même de Sihanouk.
Pourquoi ce dernier devenait-il d’un coup reconnaissant de la façon dont Thanh
avait soutenu sa position de Roi auprès des Japonais ? Sans doute parce que Thanh
avait mis de l’eau dans son vin. Les étudiants de l’A.E.K. qui lui avaient rendu vi-
site à Poitiers avant son départ avaient été déçus d’apprendre qu’il n’envisageait
pas de mener la lutte armée. Peut-être qu’un accord avait été conclu entre les deux
leaders. Pour autant, peu de temps après son retour, Thanh s’attendit à être arrêté
une troisième fois, et partit pour le maquis le 9 mars 1952. Les Français et le Roi
s’en prirent alors aux Démocrates qui rechignaient à traquer ce dissident soupçon-
né à leurs yeux à tort d’être entré en contact avec des émissaires Vietminh. Et en ef-
fet, à lire son journal, Khmer Krauk (« Khmers réveillez-vous ! »), il n’en parta-
geait pas les idées. De plus, des témoins indiquent qu’il préféra s’allier avec des Is-
saraks du Nord, craignant de trop une prise en main vietnamienne. Les autorités ne
tardèrent pourtant pas à interdire son journal le 25 mars 12.
La plupart des sources françaises du début des années cinquante inspirées par
les responsables du « protectorat » ne manquent pas de discréditer le Parti Démo-
crate pour ses dérives tyranniques. Celui-ci aurait fermé des journaux et placé ses
hommes aux postes de commande faute d’opposition à l’Assemblée. Une des
principales « victimes » semble avoir été le Parti Rénovation Khmère, dirigé par
Lon Nol, qui dénonçait certains abus de pouvoir et l’utilisation de la force à son
égard. Précisons, pour passer de l’autre côte du miroir, que le Parti Rénovation était
partisan de « la conservation de la monarchie et de la démocratie » et que les démo-
crates considéraient les membres de « Rénovation » comme un groupe de manda-
rins opposés à ce que le Cambodge ne se dote d’une nouvelle Constitution 13.
Il semble pourtant que les Démocrates évitaient de museler leurs critiques, et
préféraient leur répondre par voie de presse. Mais les choses s’envenimaient par-
fois. En mai 1952, les membres du Parti de Lon Nol accusèrent le gouvernement
Huy Kanthoul (Parti Démocrate) d’avoir usé de la force et d’avoir dénié des droits
à d’autres citoyens. Le 3 juin, le Roi appelait à ce que les querelles cessent. Dans
12
Vickery, « Looking … », in Kiernan, Boua, op.cit., pp.92-96. Chandler, The Tragedy..., pp.57-60.
13
CAOM, Indochine, HCI//292/816, rapport du commissaire de la république française sur les
événements du 15 juin 1952 au Cambodge. Note quotidienne n°144, Commissariat Général de
France, tract du 16 juin 1952.

18
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

son message du 4 juin, Sihanouk reprochait au gouvernement d’avoir une position


ambiguë vis-à-vis des rebelles et de la « propagande » de Son Ngoc Thanh. Si les
rebelles aspiraient à une véritable indépendance, conquise par les armes, et
voyaient en sa personne une marionnette dépourvue de tout sentiment patriotique,
Sihanouk s’en défendait alors en soulignant qu’il avait obtenu la restitution de Bat-
tambang. D’après les archives françaises, le gouvernement démocrate prit prétexte
de la diffusion de tracts anti-gouvernementaux en juin par les hommes de Dap
Chhuon pour arrêter le 8 juin les leaders de l’opposition « dont Yem Sambaur, an-
cien président du conseil et ami du Palais » pour complot contre la sûreté de l’Etat.
Michael Vickery et David Chandler précisent que le gouvernement se contenta
d’interroger les principaux dirigeants de droite, Lon Nol et Yem Sambaur. Mais
peut-être sur ordre du roi, le premier, en possession de mitrailleuses, fut relâché au
bout de quatre heures car il détenait une autorisation pour les posséder, et le
deuxième, en possession de grenades, et suspecté par ailleurs d’avoir organisé l’as-
sassinat de Ieu Koeuss deux ans auparavant, le fut le lendemain 14.
Autre couac : quelques temps après le communiqué du roi, l’Agence de Presse
Royale n’en avait pas imprimé l’intégralité. Le roi le fit alors publier par le Conseil
du Royaume, et le Parti démocrate réfuta les « allégations » du Souverain dirigées
contre lui. Devant « une telle outrecuidance », commente le rapport français, le
Roi aurait décidé d’user de son droit constitutionnel de « dissoudre l’Assemblée
Nationale sur proposition du Conseil des Ministres » (article 38). Le 15 juin, il si-
gnifia d’abord son renvoi au Cabinet démocrate, pendant que les troupes fran-
çaises, dont un bataillon venu du Maroc, prenaient position dans la capitale et au-
tour de l’Assemblée Nationale. Puis le roi prit la direction d’un gouvernement
d’Union Nationale, en la faveur duquel l’Assemblée décida finalement de voter
derrière une « unanimité de façade ». Quatre jours après avoir décrété l’interdic-
tion de toute réunion à caractère politique, Sihanouk dissolva l’Assemblée le 21
juin. Pour faire bonne figure devant les manifestants qui, depuis mai 1952, ré-
clamaient de plus en plus bruyamment l’indépendance, il annonça sa volonté de
protéger le Peuple face aux rebelles, de pacifier le pays et d’obtenir l’indépendance
progressivement au terme de son mandat 15. Selon le progressiste et futur membre
du Parti Démocrate Phung Ton, qui était en 1954 membre de l’A.E.K., le « Coup
d’Etat du 15 juin 1952 » s’était déroulé après que le gouvernement eût refusé
d’entreprendre, à la demande de Sihanouk, « une action d’envergure contre la
dissidence » 16 et contre Son Ngoc Thanh :

14
Vickery, « Looking back at Cambodia…» op. cit., et Chandler, The Tragedy of…, p.62. C'est Philip
Short qui parle d’ordre du roi, Pol Pot, 2004, p.77.
15
Archives Nationales du Royaume du Cambodge, Notices, speeches, etc. 1950’s. Min. Interior,
Corres. et sujets divers, 1952. Archives du S.H.A.T. à Vincennes, 10 H 5588, Relations franco-
khmères, Cambodge, évolution politique, juillet 1952. CAOM, Indochine, HCI//292/816, rapport du
commissaire de la république française sur les événements du 15 juin 1952 au Cambodge. Pour le
coup de main armé de la France, Chandler, The Tragedy of..., pp.62-63.
16
Phung Ton, La crise cambodgienne, thèse de droit, 1954, p.87.

19
L’ESSOR DE L’ANGKAR

« Le coup d’Etat du 15 juin lui avait permis de concentrer l’exécutif entre ses mains,
mais le pouvoir législatif appartenait encore à une assemblée qui se cantonnait dans
une sourde opposition. La dictature ne saurait s’accommoder avec celle-ci; la dissolu-
tion du Parlement était jugée nécessaire [elle eut lieu le 13 janvier 1953] » 17.
La jeunesse était toujours mobilisée et le souverain craignait que les démo-
crates n’instaurent une République. Aussi, le 13 janvier 1953, celui-ci demanda
d’une part à l’Assemblée de voter un budget privilégiant les crédits à la défense
plutôt qu’à l’économie et au social, et d’autre part de lui accorder des « pouvoirs
exceptionnels » 18 ou des pleins pouvoirs. Comme l’Assemblée refusa de s’exécuter
en se fondant sur la Constitution, le souverain décréta lui-même la nation en dan-
ger, envoya les troupes autour de l’Assemblée aussitôt dissoute, emprisonna sept
démocrates jugés trop proches de Son Ngoc Thanh et de Ea Sichau – qualifiés de
communistes et d’alliés du vietminh par le journal de Lon Nol – et remplaça l’As-
semblée Nationale par un Conseil consultatif national de fidèles 19.
Dans sa thèse de droit, Phung Ton montrait que cette dissolution relevait
d’une interprétation fallacieuse de l’article 21 de la Constitution stipulant que
« tous pouvoirs émanent du Roi », alors que le gouvernement était théoriquement
responsable devant l’assemblée. D’après Douc Rasy, docteur en droit et actuel pré-
sident de la Ligue Cambodgienne des Droits de l’Homme et du Citoyen, « la
Constitution de 1947 portait en elle les germes de sa destruction » 20. Elle déclarait
en effet dans ses articles 21, 23, 38 et 52 que « tous les pouvoirs émanent du Roi »,
que le pouvoir exécutif était « exercé au nom du Roi par les ministres », que le Roi
avait « le droit de dissoudre sur la proposition du conseil des ministres » et que les
députés étaient tenus de jurer fidélité au Roi et à la Constitution.
Quoi qu’il en soit, la manœuvre de Sihanouk trahissait sa crainte intense
qu’une révolte n’éclate et ne lui ravisse le pouvoir. Et la révolte couvait en effet de-
puis plusieurs années déjà.

III. Les forces révolutionnaires au début des années cinquante.


Après la deuxième guerre mondiale, les forces légales du changement étaient
17
Ibid., p.88
18
Phung Ton, La crise cambodgienne, thèse de droit, 1954, p.88.
19
Chandler, The Tragedy..., pp.65-66. Phouk Chhay, Le pouvoir politique au Cambodge, 1945-1965,
pp.177. Vickery, « Looking Back at Cambodia (…)», in Kiernan & Boua, Peasants and politics, p.95.
20
Lettre à l’auteur, 23/10/1998. Douc Rasy, professeur de droit à la faculté d’Amiens et actuellement
éditorialiste du Salut Khmer, est l’auteur d’une thèse en droit sur Les frontières de la faute person-
nelle et de la faute de service en droit administratif français (Paris, 1957). Chef de file d’une « droite
progressiste » (Vickery, « Looking back at Cambodia »), rédacteur de Phnom-Penh Presse, il fut une
des bêtes noires de Sihanouk jusqu’après 1970 (voir Message aux intellectuels servant le régime de
Lon Nol). Extraits de la Constitution dans Phung Ton, Philippe Preschez, Essai sur la démocratie au
Cambodge, Centre d’Etudes de Relations Internationales, oct. 1961, p.51.

20
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

essentiellement démocrates. Toutefois, comme leur expansion fut rapidement blo-


quée, un mouvement d’opposition plus souterrain émergea en profitant du soutien
extérieur venu du Vietnam. L’arrestation du leader démocrate Son Ngoc Thanh en
octobre 1945 avait déclenché la fuite vers le Sud-Vietnam de bon nombre de Viet-
namiens de Phnom Penh, par crainte de représailles. En 1947, les moins compro-
mis politiquement d’entre eux revinrent du Sud-Vietnam ou du Siam, rassurés par
l’attitude compréhensive des services français. De 1947 à 1950 les activités du
« Vietminh » (la Ligue pour l’indépendance du Vietnam) étaient demeurées
faibles. Les bases cambodgiennes étaient plus distantes du Nord-Vietnam que les
bases laotiennes, et un coup d’état militaire à Bangkok contre le prince Pridi avait
interrompu les liaisons avec les foyers d’agitation du Nord-Ouest au Cambodge. A
Phnom Penh, les actions de la Ligue des Emigrés Vietnamiens pour le Salut Natio-
nal étaient également entravées par les arrestations des Services de Sécurité fran-
çais du Haut Commissariat au Cambodge 21. En dépit de ces difficultés, la
construction d’un mouvement anti-colonialiste révolutionnaire suivit son cours,
étape par étape.
En 1947, au Nord Vietnam, une première conférence d’alliance du Parti Com-
muniste Indochinois reconstitué en trois branches avait réuni des représentants du
Vietnam, du Cambodge (dont Sieu Heng), du Laos et de la Thaïlande (en la per-
sonne du prince Pridi qui soutenait les rebelles cambodgiens depuis 1945) 22.
Jusque là, les rebelles cambodgiens avait servi uniquement d’escorte pour
acheminer des armes et des soldats vers le Sud-Vietnam. Puis les idéologues viet-
namiens décidèrent tout de même d’étendre leur influence et leur vision et de pro-
mouvoir la révolution. En 1948, le « Plan Nguyen Thanh Son », du nom du com-
mandant en chef du front du Cambodge, prévoyait qu’une délégation du Vietminh
s’occupât « exclusivement de l’aide à apporter au Cambodge indépendant (…) Sa
mission consistera à "créer un Gouvernement Provisoire du Cambodge indépen-
dant comprenant les représentants de toutes les forces de résistance" ». Pour
Nguyen Thanh Son, ce pays jouait le rôle stratégique fondamental d’étape sur la
route du Siam. De plus, l’armée de libération cambodgienne devait servir d’abcès
de fixation pour les troupes françaises engagées en Indochine. Ce plan montre que
le Livre Noir écrit en 1978 par le service de propagande du Kampuchéa Démocra-
tique n’avait pas entièrement tort lorsqu’il prêtait aux Vietnamiens des velléités de
se servir du Kampuchéa comme d’un tremplin pour leur expansion en Asie du
Sud-Est 23.
21
Archives du ministère des Affaires Etrangères, Asie Océanie 1944-1955, sous-série Indochine, n°
399, dossier « Le communisme en Indochine, Rapport du Commissariat Général de France en Indo-
chine », n°719/DGR du 1er mai 1954.
22
K. M. Quinn, The Origins and development of radical cambodian communism, 1982, Ph. D., citant
« Conversation with Sieu Heng, co-founder of the Indo-China Communist Party », U.S. Department
of State : US Embassy Phnom Penh, Andrew Antippas, february 17, 1972.
23
P. Short, Pol Pot, 2004, p.39. Archives du S.H.A.T., 10 H 5588, Exposé relatif à la révolution
khmère par Nguyen Thanh Son, 1950. Livre Noir, sept. 1978, p.13.

21
L’ESSOR DE L’ANGKAR

En définitive, ce n’est qu’en 1949 que fut renforcée la coordination des indé-
pendantistes khmers avec les forces vietnamiennes 24. Le 16 juin 1949 fut inauguré
un Parti de la Reconstruction Nationale (Muttakhear). A sa tête se trouvaient en
premier lieu le Khmer krom (voir lexique en fin d’ouvrage) Son Ngoc Minh, déjà
présent à la conférence de 1947, puis Tou Samouth (chargé de l’information), Sieu
Heng (affaires militaires et intérieures), et Chan Samay (affaires économiques et
financières). Le 12 mars 1950 se tint un « grand congrès des cadres », réunissant
des responsables politiques et militaires du Nam Bô (la Cochinchine), ainsi qu’un
Comité de mobilisation du peuple, des Comités de mobilisation des Khmers et
Chinois du Nam Bô, des délégués de l’interzone de l’Ouest, et enfin une déléga-
tion du Comité des Cadres Khmers, comptant dans ses rangs Son Ngoc Minh – le
chef – Tou Samouth, Chan Samay (qui aurait séjourné une dizaine d’années en
France), Sieu Heng, Chan Dara, Keo Moni, Sarœun, Satara, Chau Yin et Nai Saran
(il s’agit de Ney Saran, plus connu sous le K.D. sous son pseudonyme de Ya). Il
n’était pas encore question d’attaquer la monarchie de front mais de « libérer le
Roi du joug colonial français ». Ce congrès décida de la création, le 19 avril 1950,
d’un « Comité Central de Libération du Peuple Khmer », ou d’un « Front Issarak
Unifié » (traduction de Samakum Khmer Issarak, Association ou Communauté
Khmère Emancipée) 25. On n’assistait toutefois pas encore à l’avènement du mou-
vement anti-colonialiste indépendant. Les opérations au Cambodge dépendaient
certes du chef du « Bureau Central Sud », le métis khméro-vietnamien Sieu Heng,
qui supervisait les comités de cadres (Ban Can Su) chargés de trois zones (mien),
subdivisées en secteurs (vung), en districts (srok), en communes (khum) et en vil-
lages (phum). Mais le 8 février 1951, deux comités des cadres, dont un composé
exclusivement de conseillers vietnamiens, étaient encore réunis, pour préparer les
statuts provisoires d’un Parti cambodgien, sous la présidence du numéro deux du
parti du Nam Bô, Lê Duc Tho. Ce Parti fut créé en juin sous le nom de « Parti Ré-
volutionnaire du Peuple cambodgien » par le service extérieur du Nam Bô
(Nguyen Thanh Son) et avec l’accord du Comité des Cadres du Cambodge.
Ce parti restait toutefois dépourvu de réelle autonomie. Un schéma de l’or-
ganisation rebelle du Secteur Est-Cambodge, établi d’après les déclarations d’un
vietnamien rallié aux Français, indique qu’en mai 1951, le Comité Central de Li-
bération du Peuple du Cambodge dirigé par Son Ngoc Minh était contrôlé par un

24
Chandler, The Tragedy of…, p.47.
25
Engelbert, « Les difficultés des communistes vietnamiens pour créer un mouvement révolution-
naire au Cambodge (1945-1954) », in Du conflit d’Indochine aux conflits indochinois, sous la direc-
tion de Pierre Brocheux, Complexe, 2000, pp.125 (sur Chan Samay), 137-140 (archives du SHAT 10
H 284). Quinn citant Bernard Fall, The Vietminh regime, Ithaca, April 1954, p.55 et « Conversation
with Sieu Heng ». Fall, Le Viet-minh, la république Démocratique du Vietnam, 1945-1960, Librairie
Armand Colin, 1960, p.127. Autres sources d’où l’on déduisait qu’une « Conférence du Cambodge
libre » de deux cents délégués avait créé en avril 1950 un « Comité Central provisoire de Libération
du Peuple du Cambodge » : Patrice de Beer, « Historique du P. C. Cambodgien », Approches Asie,
n°4, déc.1978, p.44. André Tong, « Le conflit khméro-vietnamien », Est-Ouest n°606, janv. 1978.
Charles Meyer, Derrière le sourire khmer, Plon, 1971, p.186. P. Short, Pol Pot, 2004, p.54.

22
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

supposé Parti Communiste Cambodgien (Dang Bô Cao-Miên) mais recevait ses di-
rectives du Comité des Affaires Extérieures (Ban Ngoai Vu) dirigé par Nguyen
Thanh Son. Certes, en février 1951, à l’issue de son deuxième congrès, le Parti
Communiste Indochinois clandestin avait éclaté en trois partis, vietnamien (Lao
Dong, Parti des travailleurs), laotien (Parti de l’Indépendance laotienne), et cam-
bodgien, et le concept de « fédération indochinoise » aurait alors été abandonné au
profit de celui d’« esprit de solidarité » entre les trois Etats en formation. Néan-
moins, les trois organisations vietminh s’étaient réunies le 11 mars 1951 sous un
comité directeur permanent dit « d’Alliance des Peuples du Viet-Nam, Khmer et
Pathet-Lao »26. Certes, en 1952, un gouvernement de la résistance Khmère fut créé
avec Son Ngoc Minh pour président, Chan Samay pour Vice-président, Tou Sa-
mouth pour ministre de l’intérieur, Keo Moni aux Affaires Etrangères, Chau Yin à
l’Education et Sos Man à la Religion. Mais de juillet 1953 à avril 1954, Keo Moni,
Sos Man, Mey Pho, Ney Saran et Non Suon suivirent une formation à l’école de la
guérilla Tay Nguyen au centre du Vietnam. Et c’est en partie grâce à cette organi-
sation militaire que la rébellion fut en mesure de prendre une certaine ampleur
contre un gouvernement protégé par les Français et dont les finances s’ap-
puyaient, selon Thanh Son, sur des impôts et des taxes très impopulaires (sel,
alcool, jeux de hasard et patentes commerciales) 27.
Faiblesse idéologique et numérique du Parti
Les tracts de cette époque se limitaient surtout à une opposition à la mo-
narchie et à souligner l’importance de la discipline. En juin-juillet 1952, des tracts
issaraks accusaient la monarchie absolue de crucifier la constitution, de vouloir
faire rentrer le peuple dans une cage de fer et de le faire revenir au temps du ra-
tionnement du sel et du filage du kapok. Fin 1951, une brochure dénommée Issa-
rak célébrait le patriotisme et la combativité des troupes et des paysans contre
l’ennemi, mais aussi l’anniversaire de la révolution bolchevique « victorieuse
grâce à un Parti politique dirigeant ». « La Révolution n’est victorieuse que dans
tout pays ayant un parti révolutionnaire pour diriger la révolution (...) Toute Nation
dirigée par un parti juste épris de vérité et authentiquement patriote est comparable
à une pirogue possédant un gouvernail, ou un homme possédant un cerveau » 28.
Les statuts provisoires du P.R.P.C. mentionnaient également que le Parti était
« l’armée d’avant-garde du peuple du Cambodge » (cf. document 5 en annexe).
D’ailleurs, une fois au pouvoir Pol Pot allait scander que « ne pas avoir de ligne de
26
Bernard Fall, Le Viet-minh, Ibid. Archives Nationales du Royaume du Cambodge. Min. Interior,
Correspondance sujets divers, 1950-1952, régime de presse 1951. Dossier Classer Instance. Service
de Sécurité au Haut-Commissariat au Cambodge, 11 juin 1951, d’après les déclarations de Pham Van
Tung, secrétaire au Bureau de l’Etat-Major du Secteur Est-Cambodge.
27
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, a history of communism in Kampuchea, 1930-1975,
Verso, London, 1985, p.125.
28
« La victoire est acquise grâce à un parti politique dirigeant », Issarak, n°18, 1951, Archives Natio-
nales du Cambodge, Min. Interior, correspondance, sujets divers 1950-1952, régime de presse 1951.
Tracts rebelles (traduction par Suong Sikœun).

23
L’ESSOR DE L’ANGKAR

conduite correcte équivaut à être aveugle » 29. Les statuts reposaient, comme pour
les deux autres partis d’Indochine, sur le principe de la démocratie populaire, mais
s’en distinguaient par l’absence de référence aux « grandes doctrines de Marx, En-
gels, Lénine et Mao Tsé-toung ». Nul n’a d’ailleurs jamais considéré le P.R.P.C.
comme un parti réellement communiste, et Pol Pot lui-même le présentait à la fin
du mois de septembre 1976 comme une organisation temporaire sans statuts, sans
stratégie et sans ligne 30. C’est pourquoi la date généralement consacrée pour la
fondation du Parti cambodgien, le 30 septembre 1951, n’est qu’une reconstruction
postérieure du Parti, prise au congrès du 30 septembre 1960.
Selon une source vietnamienne, le Comité Central du P.R.P.C. comprenait
alors Son Ngoc Minh, Tou Samouth, Sieu Heng, Chan Samay, Souvanna alias Sao
Phim, Tuc Nhung et Nuôn Chea, mais l’on peut douter de la réelle compétence de
ce Comité voire de son existence 31.
Un document de 1952 du mouvement Vietminh décrivait ainsi la situation du
« Comité du Parti du Cambodge en 1950 », alors qu’il était sous la direction du
Comité du Sud-Vietnam, lui-même délégué du Sud-Ouest du Sud-Indochinois :
« Au moment de l’unification, le parti comptait 1300 camarades dont 40 camarades
Cambodgiens. Présentement [en 1952 donc] le nombre est porté à 4 000 dont 1 000
Cambodgiens (...) Le Comité du Parti du Cambodge est responsable de la formation
du Parti du Peuple révolutionnaire du Cambodge et du Comité du Parti du travail
vietnamien au Cambodge (afin de ) (...) former les piliers du front issarak » 32.
D’autres évaluations vietnamiennes signalaient 21 militants cambodgiens en
1949, 300 en décembre 1950 et 1500 en 1952. Les sources françaises comptabili-
saient pour leur part 150 Cambodgiens sur 1734 membres en 1951, puis 150 tou-
jours en 1952 sur un total de 1934, mais pas plus de 400 en 1954 33.
29
« Speech by Pol Pot », S.W.B., Monitoring services of the BBC, 1 oct. 1977.
30
Revolutionary Flag, sept.-oct. 1976. Communication de S. Heder, 20 juin 2000, d’après la confes-
sion de Kaev Meah. Livre Noir, p.21, n.1 : le « Parti du peuple révolutionnaire n’a existé que de
nom ». En 1990, David Chandler pensait que la date de fondation du 30 septembre 1951 avait été
fixée en 1971 (The Tragedy of Cambodian History…, p.359).
31
Engelbert, « Les difficultés des communistes vietnamiens... », p.147 (la composition du Comité
central est tirée de sources vietnamiennes datant de 1985). Steve Heder nous a signalé, le 20 juin
2000, que Nuon Chea était retourné au Cambodge en août 1950 pour être chargé d’activités de propa-
gande dans le Nord-Ouest, qu’il n’y avait pas de Comité Central, et que leurs supposés membres n’é-
taient pas au « Comité de maniement des affaires » dirigeant (sa traduction de Ban Can Su) ou au Co -
mité de Mobilisation. André Tong, op.cit., note que Sieu Heng devint secrétaire général le 3 mars
1951, un mois après avoir assisté à la tenue du 1er congrès du nouveau Parti vietnamien.
32
C.A.O.M., Aix-en-Provence, Indochine, Haut Commissariat en Indochine, Service de Protection du
Corps Expéditionnaire, n°107, Note de la Direction des Services de Sécurité du H.C. sur l’organisa-
tion politique et administrative du Vietminh au Cambodge, datée de décembre 1952, Annexe III, Plan
d’action et d’organisation du P.C. Cambodgien.
33
Pour les sources vietnamiennes, Engelbert, « Les difficultés des communistes vietnamiens (…) »,
in Brocheux, op. cit., 2000, p.148. Pour les sources françaises, « Rapport Général du IIe congrès du
PCI » cité dans les Archives du ministère des Affaires Etrangères, Asie Océanie 1944-1955, Sous-sé-

24
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

Dans la capitale, le mouvement révolutionnaire végète


Dans la capitale, la mèche révolutionnaire peinait à s’allumer. Le 11 sep-
tembre 1951, selon le « Comité communiste pour Phnom Penh » créé en août 1950
à l’initiative de Son Ngoc Minh, malgré l’application de la propagande, les bonzes
progressistes n’étaient pas encore parvenus à intégrer des membres Issarak de
Saang ni à présenter de candidats cambodgiens au Parti – seulement des Vietna-
miens 34. En 1951, un cambodgien était devenu commissaire aux affaires courantes
du Comité des cadres de la Ville de Phnom Penh et responsable du Comité des Dé-
marches : Keo Meas qui allait devenir l’unique candidat du parti de gauche Pra-
cheachun en 1957, avant de fuir, probablement au Vietnam, et d’accompagner Sa-
loth Sar / Pol Pot, avec qui il semblait très lié, au Nord-Vietnam et en Chine en
1965-66 – pour l’histoire, Meas fut l’un des premiers cadres purgés par la révolu-
tion d’avril en septembre 1976. Le « Comité des Démarches de la Ville de Phnom
Penh » mis en place en août 1950 par le Comité Central de Libération avait pour
but d’unifier les mouvements Vietminh épars, et de regrouper en syndicats profes-
sionnels ou en divers groupements les cellules de travailleurs, de fonctionnaires,
d’élèves, de femmes, de Chinois et de Vietnamiens émigrés. Le but était de former,
à partir de ces groupements, des « comités administratifs », puis de réunir ceux-ci
au sein d’un Comité de Libération comme il en existait à l’échelon du secteur à
l’intérieur du Front Issarak. Une fois ce dernier Comité créé, le Comité des Dé-
marches devait disparaître – mais il fut dissous le 31 juillet 1952, après que le Ser-
vice de Sécurité du Haut Commissariat eût arrêté nombre de ses membres. L’ad-
mission au Parti obéissait pourtant à des règles censées empêcher toute infiltration
ennemie : elle était prononcée après une « période probatoire », et uniquement «
sur présentation de parrains au cours d’une cérémonie où ils prêt[aient] serment
devant le Comité des Cadres » 35.
Cette faiblesse de l’organisation et ce manque de réceptivité du Parti au sein
de la population a conduit les combattants Issaraks proches du Vietminh à rejeter
tout recours au sabotage et au terrorisme. Selon les autorités françaises, il était
même « à peu près établi » que l’assassinat du gouverneur Raymond le 29 octobre
1952 avait été « commis à l’instigation d’un personnage secondaire du Comité des
Démarches inspiré par les hauts faits des volontaires de la mort au Nam-Bô ». Les
dirigeants Viêt-minh avaient été visiblement surpris et gênés par cet attentat

rie Indochine, 399, Dossier Le communisme en Indochine, Rapport du Commissariat Général de


France en Indochine, n° 719/DGR du 1er mai 1954 et François Joyaux, La Chine et le règlement du
premier conflit d’Indochine…, 1979, p.222, citant les Archives du Ministère des Affaires Etrangères,
note de juin 1954, Indochine, § B, « Les gouvernements fantômes Pathet-Lao et Khmer Issarak ».
34
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power …, 1985, Verso, London, p.117, à partir du CAOM,
Cambodge, 7F 29(2), « Note sur l’organisation politique et administrative Viet-minh au Cambodge »,
Direction des services de sécurité du Haut Commissariat à l’Indochine, décembre 1952, p.17.
35
CAOM, Etude sur le « Comité des Démarches de la ville de Phnom Penh », 14 mars 1952, p.6 et
dossier de 1953, note du 19/XI/1952.

25
L’ESSOR DE L’ANGKAR

prématuré qu’ils tentaient depuis lors d’attribuer à un « patriote Issarak » 36.


Au sujet de la difficulté à recruter en ville, il est instructif de relater le
compte-rendu d’une Conférence relative aux démarches entreprises auprès des
émigrés chinois, tenue le 12 mai 1951. Keo Meas y établissait des « Constatations
sur la valeur qualitative des activités » : « Au point de vue politique nous avons
suivi impeccablement les voies de la Nouvelle Démocratie ». Dans le cadre de ses
activités éducatrices, le Comité des Démarches faisait en effet étudier aux syndi-
cats de travailleurs chinois les œuvres de Mao La Nouvelle Démocratie et La voie
des masses. En septembre 1951, le Comité prévoyait l’édition de brochures intitu-
lées Les voies de la masse, L’idéal des masses, Travaux secrets dans la ville, et,
pour attirer l’attention des cadres sur leurs erreurs, un ensemble de brochures sur la
« Réforme des mœurs », « L’individualisme », « L’héroïsme », les « Travaux d’or-
ganisation » et le « Travail des cellules ». La révolution Chinoise ne s’était que
modérément répercutée au Cambodge, et il est significatif de constater que c’est le
Vietminh qui fit connaître à ces Chinois les premiers textes de Mao. Le compte-
rendu d’une conférence tenue le 12 juillet 1951 sous la présidence de Keo Meas
retraçait ce qu’était le niveau politique des adhérents chinois :
« Quelques uns se réclament de la Révolution chinoise, reconnaissent que l’impé-
rialisme français est ennemi des ouvriers, ne comprennent pas la révolution cam-
bodgienne ni le rôle important joué par les ressortissants chinois en son sein. Bien
qu’ils aient conscience de la lutte des classes, la balance, chez eux, est en faveur de
la race, leur sentiment révolutionnaire est développé mais leur ardeur pour la lutte
des classes est tiède » 37.

De même, un mouvement de Jeunesse d’Emigrés Chinois créé indépendam-


ment du Vietminh en décembre 1951 par les communistes d’une Commission des
Chinois d’Outre-mer basée à Swatow en Chine (zone de provenance de la majorité
des Chinois du Cambodge issus à 70 % du groupe dialectal Teochew 38), devait,
par nécessité, « travailler à la remorque des organisations Vietnamiennes mieux or-
ganisées » 39. Et, en 1956, certains actes de violence touchant les milieux chinois
étaient imputés par l’ambassade chinoise à des « agents de la IVe Internationale ve-
nus de Malaisie » que les autorités de Pékin n’auraient jamais soutenus. Le numéro
de Réalités cambodgiennes du 13 octobre 1956, pas entièrement crédule, y voyait
cependant la patte de jeunes durs chassés des maquis malais 40.
Il est subséquemment probable que d’autres figures du P.C.K. ayant milité à
36
C.A.O.M., Aix-en-Provence, fonds Indochine, Service de Sécurité du H.C.I., S.P.C.E. n°107, étude
sur le « Comité des Démarches de la ville de Phnom Penh », 14 mars 1952, p.23.
37
Etude sur le « Comité des Démarches de la ville de Phnom Penh », 14 mars 1952, op.cit.
38
Pierre Trolliet, La diaspora chinoise, Que sais-je ?, PUF, 1994, pp.30, 49.
39
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, p.118.
40
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon ».

26
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

Phnom Penh avant de partir pour le maquis se firent une opinion identique quant
au potentiel révolutionnaire des ouvriers des villes – rarement khmers –, et cher-
chèrent en priorité la droiture idéologique parmi les paysans. En 1970 encore, un
cadre khmer se rendait compte que pour établir de nouvelles administrations poli-
tiques dans les villages, les cadres Chinois d’Outre-Mer n’étaient pas à la hauteur
des difficultés et des tâches demandées pour un tel travail 41.
« L’audace est paysanne », allait-on dire à Phnom Penh en 1976 42.

IV. Ce qu’était le communisme au Cambodge pour de jeunes


étudiants.
Avant de venir en France et de s’y politiser, bon nombre d’étudiants étaient
passés par des pagodes, tout à fait tolérées par l’occupant français, car elles n’é-
taient pas connues pour être des foyers d’idées séditieuses avancées 43. Pour ce qui
est des futurs chefs du P.C.K., parler de formation religieuse serait d’ailleurs beau-
coup dire, car, à part pour Ta Mok, leur séjour dans une pagode ne dura souvent
que le temps nécessaire à l’apprentissage de la lecture. Saloth Sar / Pol Pot, par
exemple, ne suivit pratiquement que des cours dispensés en français et n’est allé à
la pagode du Wat Unalom près du Palais royal que moins de deux ans, à l’âge de
six-sept ans, ou durant trois ans, lorsqu’il avait sept à dix ans 44.
Les membres de l’élite politique et économique apprenaient le français très
tôt, et, après avoir suivi leur scolarité dans cette langue au collège, ils la maîtri-
saient déjà bien en entrant au lycée. Une proportion importante de futurs com-
munistes était sortie du lycée francophone Sisowath de Phnom Penh : Ieng Sary,
Hou Yuon, Toch Phoeun, Rat Samoeun, In Sokan, Ok Sakun, Thiounn Prasith,
41
Synthèse des confessions de Kae Keum Huot alias Sot, par Steve Heder.
42
Témoignage dactylographié de Laurence Picq, p. 100.
43
Au Cambodge, depuis fort longtemps, l’enseignement primaire était dispensé par les bonzes dans
des « écoles de pagode ». En 1911, une ordonnance royale avait rappelé aux parents qu’il étaient te-
nus d’y envoyer tous les garçons d’au moins huit ans. Plus tard, le « protectorat » français s’était
contenté de les rénover (voir Rémy Prud’homme, l’Economie du Cambodge, pp.181-183, et, sur l’or-
donnance de 1911, François Bizot, Le figuier à cinq branches, recherche sur le bouddhisme khmer,
EFEO, 1976, p.13). En 1959-1960, dans un hameau de 160 paysans à 30 km au Sud-Ouest de Phnom
Penh, 75 % des hommes de plus de 17 ans avaient été bonzes plusieurs mois ou plusieurs années, afin
de s’éduquer et d’acquérir du mérite (May Ebihara, « Revolution and reformulation in kampuchean
village culture », in Ablin & Hood Cambodian agony, M.E. Sharp Inc., Armonk, N.Y., London, 1990,
p.21). La plupart des enfants ne passaient en général que quelques mois dans les pagodes pour y psal-
modier des textes peu compréhensibles. L’élite intellectuelle, en revanche, y passait davantage de
temps. En général, cette formation n’était pas dispensatrice d’éveil intellectuel et politique et les
bonzes se mettaient au service du pouvoir en place même s’il a été remarqué que les premiers com-
battants indépendantistes et révolutionnaires avaient fait leurs classes dans une école de Pali (J.-C.
Pomonti et S. Thion , Des courtisans aux partisans, Gallimard, 1971, p.35).
44
David Chandler, Pol Pot..., p.25. Interview de Saloth Nhiap, frère de Saloth Sar, par Henri Locard .

27
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Suong Sikœun, Keat Chhon, Ros Chet Thor. Et ce à une époque où l’indolence ha-
bituelle y avait été troublée par divers mouvements revendicatifs ou contestataires
: en février 1952, des élèves avaient protesté contre l’acceptation sans diplômes de
certains élèves vietnamiens venus de l’école Miche ; en juin 1952, des manifesta-
tions avaient éclaté contre le coup d’Etat « légal » ; en décembre 1952 on s’y était
élevé tout à la fois contre le favoritisme, pour la construction d’autres écoles, pour
l’accroissement du nombre des maîtres, pour la réouverture du Collège technique
(fermé après des protestations contre l’attitude autoritaire du surveillant général),
et celle de l’Ecole normale (les normaliens demandaient un passage direct d’une
classe à une autre sans passer de concours). On sait que Ieng Sary y aurait organisé
des manifestations en 1949. En octobre 1953, Keat Chhon, même s’il n’avait pas
fait partie des meneurs, avait été convoqué auprès du censeur parce que des élèves
avaient voulu célébrer la fête de Kathen en dépit de son interdiction. Le 17 janvier
1953, Sok-Khem, « Toch Kham Doeurn » (18 ans) et « Keath-Chhorn » (19 ans)
avaient été déférés au parquet pour une affaire de tentative d’assassinat commise le
8 janvier 1953 au lycée. En fait, les deux derniers élèves n’étaient convoqués que
comme prévenus libres et ne firent par la suite que l’objet d’une surveillance. Y
avait-il eu provocation ? C’est apparemment deux jours après ce prétendu attentat
à la grenade dans une salle de classe que Sihanouk chercha à obtenir des pouvoirs
exceptionnels, demandant à l’Assemblée Nationale de déclarer la Nation en Dan-
ger, avec ce que cela supposait d’extension en matière de procédures policières,
puis fit dissoudre l’Assemblée le 13 janvier 1953 45.
Avant d’arriver en France, Saloth Sar / Pol Pot avait été nationaliste, selon ses
propres dires. Selon Keng Vannsak il aurait d’abord milité au Parti Démocrate lors
des élections de 1947, aux côtés de Ieng Sary 46. Marie-Alexandrine Martin rap-
portait – sans doute d’après Keng Vannsak – qu’il avait également lu le Manifeste
de Marx et Engels avant de partir en France, preuve selon elle qu’il fut initié aux
idées marxistes avant d’arriver à Paris. Or il semble, selon d’autres sources, que
Ieng Sary ne fit la connaissance de Saloth Sar qu’à Paris. Par ailleurs, selon Sary,
Samoeun et lui cherchèrent seulement à comprendre le Manifeste et se deman-
dèrent ce qu’il pouvait bien signifier 47. A l’époque, Sary et Samoeun étaient en-
core subjugués par les membres du Parti Démocrate – proches du Parti radical so-
cialiste ou du Parti Socialiste français – et n’avaient pas dû être formés aux lec-
tures communistes. A l’époque, n’en déplaise aux autorités françaises, ce n’était
pas le communisme, mais le mouvement Démocrate qui animait les grèves et les
manifestations, et qui repérait les étudiants les plus actifs pour les envoyer à l’é-
tranger dotés d’une bourse. L’étude des tracts distribués en mai 1952 et conservés
dans les archives laisse penser que les manifestations étudiantes de la capitale
étaient presque entièrement organisées par les partisans de Son Ngoc Thanh et non

45
Archives Nationales cambodgiennes. Preschez, Essai sur la démocratie au Cambodge, 1961, p.51.
46
Far Eastern Economic Review, 30 octobre 1997. David Chandler, Pol Pot, op. cit., p.48.
47
P. Short, Pol Pot, 2004, p.38.

28
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

par « l’Association Khmère Issarak » 48. Il est donc permis de considérer Pol Pot
sincère lorsque celui-ci avait confié qu’en France le journal L’Humanité l’avait
d’abord effrayé.
Un document atteste cependant du fait que le terme « communisme » circulait
parmi les étudiants. Le 5 mai 1950 un certain « Sieu An » (selon la transcription
dactylographiée, mais il s’agit sans doute de Sien An) adressait, de la régie natio-
nale de Phnom Penh, une lettre destinée à Tep Saravouth domicilié à la Maison
d’Indochine (cf. document 4). Tep Saravouth était parti en France en 1948 pour
étudier la comptabilité. D’après les renseignements français, il s’était converti au
communisme en juillet 1950 avant de regagner le Cambodge en 1953, peut-être
parce qu’il avait participé au festival de Berlin-Est en août 1951. La lettre témoigne
que des jeunes comme Ieng Sary et Rath Samoeun étaient « attirés par le com-
munisme » par opposition au régime politique en place au Cambodge, et approu-
vaient les statuts « d’inspiration communiste » du nouveau Parti du peuple (Kanac
Reastr) créé par Sam Sary et son père Sam Nhean le 27 mai 1950. Selon une note
des renseignements français du 20 avril 1950, Nhean voulait donner un pro-
gramme « socialiste » à ce parti. Il s’agissait de relever le niveau de vie des ou-
vriers et surtout des paysans, de lutter contre les abus administratifs favorisés par le
Parti Démocrate comme l’attribution de soldes trop élevées et l’utilisation de voi-
tures de fonction à des fins personnelles. Nhean était par ailleurs pour l’extension
du bouddhisme. Et peut-être était-ce là pour Sam Nhean une façon de se refaire
après avoir été forcé de démissionner du Parti Démocrate en 1948 pour une histoire
de vente illicite de fil de coton. Par ailleurs, sa carrière et celle de son fils, jugé plus
à gauche au sein du Parti, allaient montrer de quel métal oxydable étaient consti-
tués ces progressistes 49. Lorsqu’en janvier 1951, le Kanac Reastr s’opposait au
gouvernement du prince Monipong, oncle de Sihanouk, et était classé par les ren-
seignements français à l’extrême-gauche, son programme ne prévoyait tout
compte fait que de développer l’enseignement et le commerce, de créer des
banques de crédit, de ne pas surcharger les pauvres en impôt, d’envisager le retour
des territoires annexés, de lier amitié avec les pays de l’Est et d’entretenir de
bonnes relations avec la France « qui est capable de nous conduire à nos buts » –
c’est-à-dire, en l’occurrence, de financer les grands travaux prévus et d’assurer les
finances d’un programme jugé démagogique par les fonctionnaires français. Quant

48
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, 1985, p.118.
49
Ministre des cultes et des Beaux-Arts, Nhean recrutait ses partisans parmi les achars (laïcs) des pa-
godes. Les jeunes attirés par le Parti du Peuple ne l’appréciaient guère et lui préféraient son fils Sam
Sary, le véritable animateur du parti, licencié en droit à Saïgon et diplômé de l’Ecole des Sciences Po-
litiques de Paris, revenu au pays en avril 1950. Notons que Sam Sary devint par la suite vice-président
du Haut Conseil Royal (1956), ambassadeur du Cambodge à Londres (1958) avant d’être accusé par
Sihanouk en 1959, de mener un complot avec Dap Chhuon et Son Ngoc Thanh aux mains des puis-
sances occidentales. En septembre 1977, Pol Pot allait le classer parmi les traîtres de la C.I.A. Sam
Sary s’était donc rapidement rangé de ses volontés subversives, pour relatives ou dissimulées qu’elles
fussent (Chandler, The Tragedy of..., p.39). Une tendance héritée peut-être de son père dont un démo-
crate avait gardé l’image de quelqu’un de « complètement pourri ».

29
L’ESSOR DE L’ANGKAR

aux statuts, ils restaient volontairement allusifs, assurant souhaiter « servir le Roi et
le peuple », « maintenir l’idéologie démocratique », assurer la grandeur de la Na-
tion et n’aspirer « ni au succès électoral pour arriver au pouvoir, ni conduire le
peuple à aller rapidement de l’avant ». Il est donc possible que des conceptions du
communisme se fussent exprimées au sein de ce Parti et qu’elles consistaient au
moins à tendre la main aux démunis, à lutter contre la corruption, et à créer une
économie moderne.
A en croire la Préfecture de Police de Paris, Sien An aurait joué un rôle de
propagandiste actif. In Sokan, domicilié à la Maison d’Indochine depuis le 17 no-
vembre 1952, adhérent de l’A.E.K, aurait été « endoctriné avant son départ de
Phnom Penh par le militant communiste Sien-An » 50. Mais il faudrait définir de
quelle attirance vers le communisme il s’agissait. Car, en France, Sien An fut d’a-
bord membre de l‘A.C.F. avant de rejoindre l’A.E.K.. Sa réelle adhésion au com-
munisme vint certes rapidement : membre de la cellule du P.C.F. de la Maison
d’Indochine, il repartit en 1953 pour prendre le maquis à Kampot. Mais les opi-
nions des Cambodgiens vers 1950 ne doivent pas être considérées comme très af-
firmées, nous a souligné Douc Rasy. Ainsi, le correspondant de Sien An, Tep Sara-
vouth, qui était à l’A.C.F. tout en étant qualifié par les services français de com-
muniste, donnait l’impression de s’engager davantage en politique par distraction
que par conviction. Il semble donc difficile de classer politiquement les membres
de l’A.C.F. Son Sen et Chau Seng firent aussi partie, jusqu’en 1949, de cette asso-
ciation qui regroupait bon nombre d’étudiants normaliens, avant de rejoindre les
anti-colonialistes de l’A.E.K., plus engagés dans les questions politiques.
Lorsqu’ils viendraient en France, ajoutait Sien An dans sa lettre, Ieng Sary et
Rath Samoeun, ses « anciens camarades de classe de philosophie », seraient du
côté de « Mao Chhay » comme il le leur avait recommandé. A Phnom Penh, beau-
coup d’étudiants l’auraient « très bien compris ». Quelques semaines après, en
juillet 1950, « Mao Chhay » allait donner son appui moral au Kanac Reastr tout en
souhaitant rester indépendant 51. Mais il y a peut-être confusion entre Mao Chhay et
Mau Say du fait d’une erreur de transcription des services français. En effet, An
expliquait que la majorité des étudiants de la prochaine promotion rejoindraient
50
« Rapport de la Préfecture de Police de Paris, décembre 1956 », in Associations d’étrangers, « Acti-
vités de l’U.E.K », Archives Contemporaines de Fontainebleau, cote 84 00 83, art.37.
51
D’après les Renseignements Français, Mao Chhay, fondateur du Parti Nord-Est victorieux (Eysan
Mean Chey) en février 1951, aurait souhaité saboter les élections d’août 1951, et gagner le maquis en
cas d’insuccès de son Parti. Nord-Est victorieux avait l’appui du chef de bande Issarak Dap Chhuon,
et attirait à lui la plus grande partie des députés du Parti Redressement National de tendance mo-
narchiste. En janvier 1953, Chhay avait rallié Sihanouk comme Secrétaire d’Etat à l’Action Sociale et
aux affaires paysannes, ce qu’il était encore en 1956. Néanmoins, Chhay semblait encore animé du
démon de la sédition puisqu’en mai 1959, le protégé de Dap Chhuon, alors expert au bureau des Af-
faires Populaires du Palais Royal avait financé le voyage de deux délégués pour une conférence inter-
nationale de dockers à Tokyo, où les conditions de travail des dockers cambodgiens (d’origine chi-
noise ou vietnamienne) furent dénoncées comme étant voisines de l’esclavage, au grand scandale du
Palais (Archives du CAOM et du ministère des Affaires Etrangères).

30
LA LUTTE POUR L’INDEPENDANCE

l’A.C.F. (l’Amicale des Cambodgiens de France) car ils « connaiss[aient] le carac-


tère de Ea-Sichau ». Et justement, la lecture du bulletin de l’Association des Etu-
diants Khmers (A.E.K) nous apprend que l’Amicale des Cambodgiens de France
avait été créée après l’exclusion de l’étudiant Mau Say par l’assemblée de l’A.E.K.
présidée par Ea-Sichau, et ce parce qu’il était pour organiser une fête dans un cadre
qui n’était pas suffisamment cambodgien 52. Dans certains cas, l’accusation de
communisme était brocardée à la légère 53. Et d’ailleurs, le parcours ultérieur de
Mau Say montre une certaine versatilité 54. Néanmoins, Sien An et ses camarades
de gauche avaient sans doute eu raison de voir en lui un progressiste puisque celui-
ci avait fait paraître en avril 1949 dans le numéro 5 du bulletin de l’A.E.K., soi-
gneusement envoyé au pays, d’originales Réflexions sur la possibilité d’une nou-
velle organisation agricole au Cambodge. Les modèles américain, canadien et eu-
ropéen central y étaient opposés au modèle soviétique du sovkhoze et du kolkhoze
qui « montr[ait] comment il faut s’y prendre ». Le modèle américain d’agriculture
extensive supposait de vastes terres, des machines et des techniciens, ce qu’on ne
pouvait envisager dans un proche avenir. Et pour l’exploitation intensive, les pay-
sans manquaient d’éducation technique et leurs terres étaient trop morcelées pour
leur assurer subsistance en cas d’investissements dans les engrais et les machines.
Seule la « sagesse » de l’Etat permettrait de montrer aux paysans comment admi-
nistrer un domaine. Suivait un cours sur l’organisation financière et démocratique
des kolkhozes et des sovkhozes qui servaient de « ferme-pilote » ou d’ « école
52
En tant que représentant des Cambodgiens résidant au Pavillon d’Indochine, Mau Say avait émis le
souhait, avec cinq ou six camarades, de fêter le Nouvel An dans le Pavillon, ce à quoi s’étaient oppo-
sés la majorité des Cambodgiens pour qui la salle de réception n’était pas propice à une fête cambod-
gienne et perpétuerait une confusion entre les peuples khmer, laotien et vietnamien. Prenant prétexte
de défauts de procédure dans les convocations à une Assemblée Générale, Mau Say refusa d’y as-
sister. Les relations s’envenimèrent avec le reste de l’A.E.K. qui mit son attitude sur le compte d’une
incompatibilité d’humeur. De caractère prudent et timide, nous dit pourtant Douc Rasy, Mau Say
avait avancé qu’on ne trouvait pas à Paris de maison de style cambodgien et que le pavillon d’Indo-
chine était en partie subventionné par le gouvernement cambodgien. Mau Say claqua pourtant la porte
avec Douc Rasy et Phrong Tass à qui l’A.E.K. avait refusé le droit à la parole. Au nom de la majorité,
l’A.E.K. n’avait pas laissé la minorité s’exprimer (Entretien avec Douc Rasy, président de la Ligue
Cambodgienne des Droits de l’Homme et du Citoyen en France, 2 décembre 1998).
53
L’exclusion de Mau Say fut votée à 68 voix pour, 8 contre, et 8 abstentions. A la suite de l’incident,
Douc Rasy fâché avec l’A.E.K., fut dénoncé à la police comme communiste, convoqué à la D.S.T.,
mais il ne fut nullement inquiété, sortit en bon terme avec le commissaire, puis fut invité à prendre le
thé par un prince qui le mit au courant des dénonciations. Jugeant l’attitude de l’A.E.K. contraire aux
droits de l’homme, il créa l’Amicale des Cambodgiens de France en 1950. Ces petites rixes n’auraient
pas eu de profondeur politique car l’association ne raisonnait pas encore en termes de droite et de
gauche et n’avait pas encore défendu un projet monarchique de type anglais.
54
S’il resta quelques années à l’A.C.F., il aurait, selon le chef des services de la Police cambodgienne,
disparu quelques temps après la dissolution du gouvernement Huy Kanthoul pour rejoindre le camp
rebelle. Plus tard, il fut secrétaire général du haut Conseil du Roi, Commissaire Général de la Jeu-
nesse socialiste Royale Khmère, ministre du budget en 1955, de l’Education Nationale en 1957, de l’-
Information et du Plan en 1958, responsable d’un comité de relèvement du standing de la ville de
Phnom Penh, membre du Haut Conseil du Trône et ministre de la République Khmère. Enfin, dans les
années soixante, il était brocardé par les communistes comme faisant partie de la clique d’extrême-
droite à la solde des Américains « Lon Nol-Tioulong-Mau Say-Sirik Matak ».

31
L’ESSOR DE L’ANGKAR

technique ». En vingt ans, le niveau de vie s’était amélioré et la production avait


triplé voire quintuplé. Des paysans étaient même devenus millionnaires en sous-
crivant à des emprunts d’Etat. Il fallait donc multiplier les crédits fonciers et les co-
opératives de ventes et d’achats, en ville également, « pour combattre les usuriers
et les intermédiaires étrangers qui grugent nos paysans » assurait-il. Seul l’Etat, et
non un organisme privé pouvait mener ces réformes, « car c’est lui seul qui pos-
sède les ressources nécessaires avec sa fortune, ses pouvoirs et son cerveau
pensant ».
L’engagement de Khieu Samphan débuta également en France à partir de
1953. Tant qu’il était à Phnom Penh, il écoutait les positions de camarades pro
« Viêt-minh » (tels qu’on les appelait dans les villes) et démocrates (tels Sau Ngoy,
démocrate fusillé dans les années soixante sous l’étiquette de Khmer Serei) sans
s’engager. « Tout cela était trop “politique” pour moi », a-t-il confié. Il préférait
préparer ses examens. En revanche, en France « les ouvriers et les étudiants étaient
très politisés et très dynamiques. On était presque porté à croire qu’une grande ré-
volution allait se produire » 55.

55
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, pp.22-26.

32
CHAPITRE 2

LA MONARCHIE VUE DE FRANCE

(1949-1954)

I. Les associations d’étudiants.


Une grande partie des dirigeants du Kampuchéa Démocratique ou des figures
de proue du mouvement révolutionnaire cambodgien jusqu’en 1975 firent leurs
études à Paris dans les années cinquante, et certains cadres dans les années
soixante. Ils s’y familiarisèrent avec une culture laïque, et repartirent parfois avec
un titre de docteur en poche. Est-ce pour autant la mode politique de l’époque ou
l’enseignement du corps professoral qui marquèrent politiquement ces étudiants?
Les futurs révolutionnaires commencèrent par partager leurs repas, leurs
chambres, puis par se réunir autour de lectures diverses, de discussions terminées à
des heures tardives animées d’une ambition rénovatrice, ou autour de parties de
billard ou de cartes déchaînant les fous rires. Les moments qu’ils vécurent en-
semble au fil des camps de vacances, des fêtes du Nouvel an cambodgien, des
festivités internationales, des bals étudiants, des célébrations de mariages, des
manifestations, des meetings, des cours de philosophie politique, des publications
de bulletins, sont ceux d’une époque où l’exaltation et l’union dans la lutte n’a-
vaient pas encore laissé la place aux déchirures d’une croisade politique qui balaya
jusqu’aux amitiés d’antan.
A l’heure du bouillonnement intellectuel existentialiste et structuraliste du
quartier latin, et du succès du jazz, les cafés branchés de Saint-Germain n’étaient
guère leurs points de chute favoris – les communistes y voyaient la marque de la
décadence culturelle bourgeoise, sous l’influence américaine. Ces boursiers du
gouvernement cambodgien préféraient se retrouver dans les cantines ou les foyers
tenus par des associations indochinoises. Certains ont bénéficié de l’accueil des
« Amitiés Indochinoises », une association animée par quelques figures princières
khmères, financée abondamment par le ministère de la France d’Outre-Mer et par
la banque d’Indochine. Située au 51, rue de la Faisanderie dans le XVIe arrondisse-
ment, l’association offrait des repas bons marchés dans son « restaurant coopératif
» et proposait des coopératives d’achat et un hébergement gratuit pour les plus dé-

33
L’ESSOR DE L’ANGKAR

munis. Le 11 mars 1947, l’association s’inquiétait de ce qu’une partie de ses habi-


tués était « détournée au profit d’un établissement concurrent : le restaurant
"France-Vietnam" que l’association du même nom venait de fonder dans la rue
Jean-de-Beauvais ». C’était « sous les apparences d’un commerce d’alimentation »
proposant des prix attractifs grâce à d’abondants financements, un « véritable
centre de propagande politique ». Comme il était situé en plein quartier latin à
proximité des lieux d’études, y aller constituait une double économie en temps et
en argent 56. La rue Jean-de-Beauvais était le lieu de réunions de l’Union des Viet-
namiens. Vers 1950, une cantine située rue Monsieur-Le-Prince, entre le boulevard
Saint-Michel et le carrefour de l’Odéon, accueillait également Cambodgiens et
Vietnamiens. Elle dépendait des « Amitiés franco-chinoises », une association ani-
mée par des communistes français, qui célébraient, chaque 1er octobre, l’anniver-
saire de la révolution de Mao dans la salle de la Mutualité. Au début des années
cinquante, les Indochinois du quartier latin ou même de la Cité Universitaire Inter-
nationale venaient également dans l’arrière-cour de la rue Gît le Coeur, à côté de la
rue Saint-André-des-Arts, où se trouvait la cantine de l’Union des Vietnamiens de
France (regroupant les sympathisants du Nord-Vietnam), ou fréquentaient encore le
foyer des Beaux-Arts, quai Malaquais, ainsi que le foyer de l’impasse Royer-Col-
lard tenu par un Chinois. Au Foyer Gît-le Cœur, les Cambodgiens préparaient leur
cuisine nationale en groupe. Parfois ils allaient près de la gare de Lyon avaler une
soupe et un plat chinois dans un des « restos » tenus par d’anciens ouvriers chinois.
A la fin des années cinquante, une autre cantine, tenue par des Vietnamiens, était
située place Maubert, près de la rue de la Montagne Sainte-Geneviève, à deux pas
de la rue Jean-de-Beauvais.
Dans les années cinquante, Ieng Sary, Thiounn Mumm, Thiounn Prasith, et
Ok Sakun logeaient non loin du foyer Gît le Cœur, au 28, rue Saint-André-des-
Arts, dans l’hôtel pour étudiant dit « anglo-latin », géré par des opposants au Chah
d’Iran et des partisans de Mossadegh. De nombreuses réunions politiques s’y dé-
roulèrent. Toch Kham Doeun et Sien An y séjournèrent quelques temps. Ieng Sary
logea également chez le cousin germain de son père, l’ancien juriste et conseiller
culturel Truong Cang. Thiounn Mumm, le plus tôt politisé, logea ensuite au 11, rue
Jean Mascré à Sceaux, puis au 28, rue Penthièvre à Sceaux dans une villa apparte-
nant à ses beaux-parents.
La plupart des boursiers cambodgiens logeaient néanmoins à la Maison
d’Indochine de la Cité Universitaire Internationale, au 59 boulevard Jourdan, puis,
après 1957, à la Maison du Cambodge au 27 bis boulevard Jourdan. Il y prépa-
raient leur « popote » à plusieurs dans un esprit d’entraide, en utilisant les produits
alimentaires cédés à prix réduits par la Fondation Nationale de la Cité Universi-
taire. Parmi les quelques vingt-cinq Cambodgiens inscrits chaque année à la Mai-
son d’Indochine de 1952 à 1956, on retrouve notamment Khieu Samphan, Hou
56
Centre d’Archives d’Outre-Mer, Aix-en-Provence, Indochine, Nouveau fonds, dossier n°1317, As-
sociation les « Amitiés Indochinoises » (1945-1952).

34
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
Yuon et Son Sen – lequel avait d’abord logé au 31, rue Letellier. Parmi les pension-
naires de la Maison du Cambodge figuraient Suong Sikœun, de 1957 à début 1970,
Toch Kham Doeun, après 1955, et Ok Sakun, après 1963. Sauf cas particuliers, la
durée maximum d’hébergement à la Cité était de trois ans. Les prolongations
étaient rares mais possibles en cas de résultats scolaires brillants. Toutefois, il ar-
rivait que certains fussent hébergés illégalement par leurs amis. David Chandler
indique par exemple que Saloth Sar / Pol Pot logea pendant sa première année en
France à la Cité Universitaire Internationale alors que les registres de la Cité n’en
ont gardé nulle trace, et que d’anciens étudiants n’en font pas mention. En fait, il
semble qu’il logea davantage au 17, rue Lacépède, avec les fils d’un gouverneur de
Kratié amis du prince Somonopong 57, puis rue Letellier, dans le XVe, dans un
appartement situé au-dessus d’un café, en face de chez Keng Vannsak, qui logeait,
lui, rue du Commerce et lui prêtait ses casseroles.
Les débats politiques ou anticolonialistes avaient d’abord lieu à la Maison
d’Indochine, siège de l’Association des Etudiants Khmers (A.E.K.) créée en 1946,
et présidée par Ea Sichau, professeur à Phnom Penh en 1945 et future grande figure
démocrate. En 1949-1950, le bulletin de l’A.E.K., Khemara Nisset (« L’Etudiant
Khmer »), traitait quelque peu de politique (articles sur le traité d’autonomie fran-
co-cambodgien, le Commonwealth, l’organisation des Nations-Unies) parfois d’é-
conomie (agriculture soviétique, système fiscal américain, comptabilité) de science
ou de médecine (mortalité infantile, maladies vénériennes, antibiotiques et pénicil-
line). La revue était agréablement écrite dans le but d’étendre les connaissances de
ses lecteurs. Et l’A.E.K. se faisait forte d’organiser des discussions sur le caractère
du Cambodgien, mais aussi sur la Politesse française, l’Ecole picturale impres-
sionniste, l’Economie politique, la Musique occidentale. Les membres disposaient
en sus d’une bibliothèque au sein de l’association. Les Cambodgiens étaient alors
avant tout des nationalistes qui refusaient, jusqu’en 1950, d’organiser la fête du
Nouvel An cambodgien dans le cadre architectural vietnamien constitué par la Mai-
son d’Indochine 58. Ils rendaient aussi hommage au chef démocrate Ieu Koeuss, as-
sassiné le 15 janvier 1950 au siège du Parti Démocrate. Formé à l’Ecole supérieure
de Commerce de Hanoi, il avait été vice-ministre de l’Agriculture dans le cabinet
Son Ngoc Thanh, et unanimement élu Président de la Première Assemblée Natio-
nale en 1947.
En novembre 1950 le Comité directeur de l’A.E.K. était présidé par un modé-
ré, Van Molyvann aidé du vice-président Keng Vannsak et de l’étudiant en droit Sin
Khem Ko comme secrétaire général.
C’est en 1950 qu’arrivèrent Ieng Sary, futur vice-ministre du Kampuchéa Dé-
mocratique chargé des Affaires étrangères, et peu après son camarade Rath Sa-
moeun, tous deux déjà formés politiquement au Cambodge au sein du Parti Démo-
57
P. Short, Pol Pot, 2004, p.49.
58
T. Mumm, « Au sujet des étudiants khmers à Paris (…) », in Vandy Kaonn, Cambodge: La nuit
sera longue, éditions Apsara, C.P. 232 succursale M, Montréal, Québec, Paris, 1996, pp.179-192 .

35
L’ESSOR DE L’ANGKAR

crate, de tendance radical-socialiste voire socialiste S.F.I.O. (Section Française de


l’Internationale Ouvrière). Ils avaient été politiquement actifs en distribuant des
tracts électoraux et en manifestant contre la présence française. Ieng Sary aurait
conduit les manifestations anticoloniales des élèves du lycée Sisowath à Phnom
Penh, au cours desquelles les grévistes portaient des cravates rouges – apparem-
ment par rejet de l’uniforme scolaire. Il aurait même été arrêté trois ou quatre
heures avec Rath Samoeun 59. Le fondateur du Parti Démocrate et ancien membre
de la S.F.I.O., le prince Sisowath Youtévong, chef de gouvernement en 1947, avait
ramené plusieurs livres d’Occident dont Le Manifeste du Parti communiste qu’a-
vait lu son protégé Ieng Sary avant d’arriver en France. Le frère de Youtévong, le
prince Indravong, possédait également chez lui des livres ramenés de France 60.
Afin d’éduquer la jeunesse cambodgienne loin de l’atmosphère courtisane et
réactionnaire de Phnom Penh, le Parti Démocrate envoyait en France « le plus
grand nombre possible d’étudiants » 61, jeunes espoirs du Parti ou étudiants particu-
lièrement doués dans leur domaine, afin qu’ils reviennent occuper des métiers
monopolisés jusqu’alors par la minorité vietnamienne. C’est peut-être pour cette
dernière raison que Saloth Sar / Pol Pot fut envoyé en France en 1949 parfaire sa
formation de menuisier à l’Ecole Technique de Russey Keo 62, à moins qu’il n’ait
aussi bénéficié de ses relations avec le palais et le Parti Démocrate.
A l’automne 1951, les marxistes prirent de l’ascendant au sein de l’A.E.K..
Bien que les Démocrates y fussent majoritaires, ils étaient « moins agissants que
les communistes » et « absents aux réunions et à l’Assemblée Générale » 63. Entre
1952 et 1954 le président en fut Hou Yuon. Arrivé en France en 1949 ou 1950, on
le décrit diversement, soit comme plus effacé que ses camarades marxistes, qui
critiquaient souvent ses origines sociales (Debré), soit comme attachant trop
d’importance à ses études, soit comme ayant un comportement de flambeur et
manquant d’esprit militant (selon Keng Vannsak, qui avait délaissé le militantisme
avant de partir en octobre 1952, et n’avait peut-être pas connu le futur militant),
soit finalement comme quelqu’un de « très direct et sincèrement très à gauche » en
59
Entretien du 2 février 2000 avec le Docteur So Satta. Chandler a aussi relevé l’anecdote des cra-
vates rouges, qui permettait aux Français de croire que la manifestation avait été inspirée par des
communistes (The Tragedy of…, p.43). Communication de Philip Short. Elizabeth Becker a interrogé
Ieng Sary, et écrit qu’il était un meneur de ces grèves, en tant que chef du groupe « Libération du
Cambodge du colonialisme français » (Les larmes du Cambodge, l’histoire d’un auto-génocide,
Presses de la Cité, 1988, p.64, New York, Simon & Schuster, 1986, p.69).
60
B. Kiernan, How Pol Pot…, p.119. F. Debré, Cambodge, la révolution de la forêt, Flammarion,
1976, p.82. Les deux auteurs ont interrogé Keng Vannsak. Mey Mann a également confié à Henri Lo-
card en août 1998 que Rath Samœun et Ieng Sary avaient lu des livres marxistes chez le prince Youté-
vong et son frère Indravong. Voir aussi Barth & Terzani, Holocaust in Kambodscha, Dokumentation
Anke Rashatasuvan, Ed. Spiegel-Buch, Reinbek bei Hamburg, 1980, Allemagne, p.216.
61
François Debré, La révolution de la forêt, p.82.
62
David Chandler, Pol Pot, frère numéro un, p.44. Communication personnelle de Henri Locard qui a
interrogé Saloth Nhiap, un des frères de Pol Pot. L’école comportait une section mécanique.
63
Communication personnelle de Chau Xeng Ua, président de l’Association Khmère.

36
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
tant que président (Mey Mann) 64. Thiounn Mumm et Mey Mann étaient membres
du comité directeur, et Keng Vannsak l’un des principaux animateurs. D’après ce
dernier, Saloth Sar n’eut aucun rôle au sein de l’Association.
Vannsak était un des principaux responsables de la rédaction des bulletins.
Etudiant en philosophie arrivé en 1946 et reparti le 22 octobre 1952, avec sa
femme française, il fit par la suite partie des démocrates les plus à gauche. Au dé-
but de son séjour en France, Vannsak logea quelque temps à l’Ecole Normale Su-
périeure, où les influences personnalistes et communistes étaient fortes. Etant
apparenté aux sphères royales – sa mère avait été concubine du frère du roi Moni-
vong – il acquit bientôt une réputation d’extrémiste. Sa « tante », la princesse et
vice-présidente de l’Assemblée de l’Union Française, Ping Peang Yukhantor, le
pressait de donner plus de nouvelles. Comme il réprouvait les mentalités de sa fa-
mille de « fossoyeurs » du Cambodge et qu’il avait pris position pour les exploités,
il lui aurait répondu dans une lettre: « Ne me considérez plus comme un membre
de votre famille, car je ne suis qu’un simple prolétaire ». Cette déclaration fut im-
médiatement mise sur le compte de la folie, folie évidemment mise sur le compte
de ses études de philosophie, à la même enseigne que pour le frère de la princesse
Yukhantor, Reno Yukhantor, auteur du Roi d’Angkor, lequel l’avait simulée 65.
L’autre responsable des bulletins de l’A.E.K. était Thiounn Mumm, le pre-
mier Cambodgien promu à Polytechnique, arrivé en France en 1946 et reparti de
Marseille le 25 août 1954. Issu d’une des plus grandes familles aristocratiques
cambodgiennes – son grand-père avait été ministre du Palais et son père secrétaire
général du Conseil des Ministres –, il devint des mentors des membres de
l’A.E.K., grâce à une culture politique étendue. Celui qui démarchait le plus au-
près des étudiants, en tant que représentant de Keng Vannsak, était toutefois Ieng
Sary, avec un sens du contact assez développé, malgré son accent cochinchinois
prononcé – Ieng Sary connaissait mieux le vietnamien que le khmer car il avait
passé son enfance au Sud-Vietnam, dans la communauté Khmère Krom.
En 1951, l’A.E.K. défendait dans un programme qui ne négligeait pas la poli-
tique « la lutte sous toutes les formes pour l’indépendance nationale, c’est-à-dire
politique et armée » alors que « Son Ngoc Thanh, Ea Sichau, etc. » étaient « à
cette époque, contre la lutte armée » d’après Thiounn Mumm, qui les avaient ren-
contrés 66.

En décembre 1952, l’A.E.K. alla jusqu’à dénoncer la politique du Gouverne-


64
François Debré, op. cit., p.83. Entretien avec Keng Vannsak, 11 avril 2001. Henri Locard, Conver-
sations avec Ieng Sary, Mey Man, Suong Sikœun & Long Norin, 1999, p.13.
65
Keng Vannsak, entretien du 17 mai 1998.
66
Vandy Kaonn, Cambodge: La nuit sera longue. Paris, 1996, éditions Apsara, C.P. 232 succursale M,
Montréal, Québec, H1V 3L8. Annexe de Thiounn Mumm, « Au sujet des étudiants khmers à Paris
avant 1975 », pp.179-192. Chandler, The Tragedy of…, p.55.

37
L’ESSOR DE L’ANGKAR

ment Royal qui était de barrer le chemin « au socialisme en voie de réalisation


dans presque tous les pays du monde », et de plonger de nouveau le pays dans
« une société féodale avec des classes sociales différentes, des seigneurs et des
esclaves » tandis que les colons français voulaient faire du Cambodge « une base
de départ d’une agression éventuelle contre les pays pacifiques tels que la Chine
populaire et l’U.R.S.S. » 67 (cf. document 11). Le 26 octobre 1952, l’A.E.K. avait
prévu de décider de son affiliation à l’Union Internationale des Etudiants (U.I.E.),
d’obédience communiste, mais une certaine opposition s’était encore manifestée
au projet du comité directeur 68.
Pour certains, la rencontre qu’ils firent avec Son Ngoc Thanh fut un tournant
politique. Le chef du Parti Démocrate, trahi par Sihanouk et ses proches après le
retour des Français 69, était retenu en résidence surveillée à Poitiers depuis 1945
où il put passer une licence de droit avant son retour en octobre 1951. A la fin de
décembre 1950, Saloth Sar serait venu le voir, mais, ne l’ayant pas apprécié et
trouvant ses partisans trop sectaires, il serait devenu membre du « Cercle Mar-
xiste-léniniste » (nom du Cercle après 1957) 70. Cette visite a peut-être eu lieu un
peu plus tard, car, d’après certains, Sar resta thaniste un ou deux ans après son arri-
vée, et le Cercle ne fut formé qu’en automne 1951 71. Thiounn Mumm lui-même
date de septembre 1951 la visite qu’il rendit avec Ieng Sary à Thanh au cours de
laquelle ce dernier refusa d’entreprendre la lutte armée à leur demande – soit après
leur retour de Berlin. Thanh, qui entrevoyait les signes possibles d’un retour au
pays, estimait possible de parvenir à l’indépendance par des voies non violentes
comme en Birmanie et en Indonésie – mais il allait ensuite déchanter. Thiounn
Mumm avait aussi remarqué que dans sa bibliothèque que les pages des éditions
françaises de Marx et de Lénine n’avaient pas été coupées 72. Les étudiants prirent
sans doute alors conscience de leur originalité. Lorsque Son Ngoc Thanh et Ea Si-
chau prirent les armes en mars 1952, « Hou Yuon et son groupe les sout[enaient]
ouvertement dans des meetings » 73 aux côtés des démocrates, mais ce n’était là
que parce qu’ils voulaient que les démocrates combattent aux côtés des com-
munistes, selon Thiounn Mumm 74.

67
« Une leçon aux calomniateurs », communiqué de l’A.E.K., 21 décembre 1952.
68
Archives Nationales du Cambodge, Min. Interior, Correspondance sujets divers 1950-1952, régime
de presse 1951. Lettre du chef des services de la Police Nationale, 23 octobre 1952.
69
Vickery, « Looking Back at Cambodia, 1942-1976 », in Kiernan, Peasants and politics, p.91.
70
Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun, août 2000.
71
Communication personnelle de Philip Short, 11 octobre 2001.
72
Chandler, d’après une interview avec Thiounn Mumm, The Tragedy of Cambodian History, pp.55,
325. Anecdote des livres non découpés confirmée par Suong S., septembre 2000. Short, Pol Pot, p.62.
73
Annexe de Thiounn Mumm « Au sujet des étudiants khmers à Paris avant 1975 », pp.179-192 in
Vandy Kaonn, Cambodge: La nuit sera longue.
74
Communication personnelle de Philip Short, 11 octobre 2001.

38
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
Après 1953, la scission avec les démocrates s’accentua. L’A.E.K., éprise du
discours ouvriériste de circonstance donnant à la classe ouvrière un futur rôle diri-
geant, ne voyait pas d’inconvénient à illustrer la couverture de son bulletin d’un
couple de Cambodgiens vêtu de salopettes en lieu et place du sarong traditionnel 75.
Il faut dire que le P.C.F., à l’inverse du P.C. italien, était habité de réflexes anti-
intellectuels et anti-classe moyennes dont il ne se départit que dans les années
quatre-vingt 76. Les plus à gauche considéraient alors comme leurs ennemis les étu-
diants In Kontel ou Van Molyvann. Au sien de la gauche de l’A.E.K., Phung Ton
avait peu d’égards pour les chefs démocrates, dans sa thèse de 1954 :
« Les deux chefs de la dissidence, Son Ngoc Thanh et Ea-Sichau se sont vu attribuer
l’étiquette "rouge" par le roi Norodom Sihanouk alors que, notoirement, ces deux
personnages ne sont que des nationalistes, même des ultra-nationalistes si l’on prend
en considération leur comportement quelque peu sectaire vis-à-vis des autres mou-
vements politiques de l’Indochine. De l’aveu même du monarque, Son Ngoc Thanh
aurait voulu instaurer une république dont on ne pouvait dire au juste si elle serait du
modèle occidental ou oriental » 77.
Ea Sichau, futur ministre des Affaires étrangères du « gouvernement d’oppo-
sition » de Son Ngoc Thanh en 1954, avait fait des études à H.E.C., la plus presti-
gieuse école de commerce et d’économie en France. Anti-sihanoukiste de premier
plan par républicanisme, il rendait souvent visite à Son Ngoc Thanh tenu en rési-
dence surveillée à Poitiers. Sichau et d’autres membres démocrates de l’A.E.K.
avaient été invités par Sihanouk à s’attabler avec lui au grand hôtel Crillon. L’un
des étudiants, éméché par les libations offertes, exprima tout haut ce que tout le
monde pensait indubitablement tout bas de Sihanouk, en qualifiant sa vie de dandy
d’inconvenante ou d’indigne d’un Roi. Ses camarades le calmèrent, craignant pour
leurs bourses. Mais la question de savoir si Sihanouk resterait président d’honneur
de l’association fut alors sérieusement discutée.
Autre occasion de discussion pour les résidents de la Maison d’Indochine,
l’Assemblée Générale, réunie pour élire un comité de la Maison d’Indochine, le-
quel comprenait un Cambodgien, un Vietnamien, un Laotien et un Français. Ceci
donnait lieu à des accrochages avec l’administration qui refusait d’admettre des
élections officieuses organisées par les Vietnamiens, les Cambodgiens, les Laotiens
et les Français sans intervention extérieure. Lors de ces élections, de vifs désac-
cords apparaissaient entre Cambodgiens nationalistes et communistes. De 1950 à
1956, pourtant, le directeur de la Maison d’Indochine, Mr Masson, n’avait relevé
que peu d’événements notables dans ses rapports moraux. Omettant de rapporter un
coup d’éclat qui l’avait rendu furieux en 1952 — des étudiants avaient peint A bas
la guerre du Vietnam sur les murs — il évoquait toutefois la diffusion, en mai
75
Entretien avec le Docteur So Satta, qui étudiait la médecine militaire à Lyon et venait souvent à Pa -
ris, 2 février 2000.
76
Henri Fiszbin, Les bouches s’ouvrent, une crise dans le Parti Communiste, ed. Grasset, 1980.
77
Phung Ton, La crise cambodgienne, Thèse de doctorat en droit, 1954, p.102.

39
L’ESSOR DE L’ANGKAR

1953, de tracts demandant son exclusion et le renvoi de trois étudiants hors de


l’Université de Paris, ainsi que la descente de police du 20 janvier 1953 :
« Certains étudiants de la Maison (ceux-là mêmes qui ont troublé les élections du
comité) se sont laissés entraîner à des activités politiques interdites par les règle-
ments de la Cité. Leurs imprudences, à l’extérieur, ont attiré l’attention de la Direc-
tion de la Surveillance du Territoire et provoqué une perquisition de police le 20 jan-
vier. Muni d’une commission rogatoire visant des infractions aux décrets des 21
avril et 24 juin 1939 (introduction en France de brochures de propagande visées à
l’étranger), le commissaire de police PETIT perquisitionna dans les chambres de
deux étudiants vietnamiens (...) et de deux étudiants cambodgiens, MM. MEY
MANN et SANH OEURN. Ces deux derniers furent conduits rue des Saussaies et
relâchés en fin d’après-midi, l’interrogatoire ayant porté, selon leurs propres déclara-
tions, sur un voyage fait en Roumanie par l’un d’eux pendant les vacances de 1952
et sur les activités politiques de l’Association des Etudiants Khmers. Quant aux étu-
diants vietnamiens, ils prirent la fuite dès l’arrivée de la police » 78.
Le journal du P.C. français, l’Humanité, faisait état de la perquisition le 21
janvier 1953 en se méprenant sur le nom d’un des Cambodgiens : « Mey Man et
Fen Ouen » — ce dernier nom n’a d’ailleurs guère de consonance cambodgienne.
Plusieurs témoins nous ont rapporté que les agents de la D.S.T. avaient emmené
d’autres étudiants dont Phung Ton et Hou Yuon, lequel était aussi revenu de Buca-
rest. Les Cambodgiens furent les premiers emmenés à cette heure matinale (6
heures), et Hou Yuon était parvenu à donner l’alerte à des camarades vietnamiens.
Les agents de la DST n’auraient trouvé que des bulletins de l’A.E.K. 79. Un autre
étudiant domicilié au quartier latin, également parti à Bucarest, avait été emmené
avec Ea Sichau pour une nuit d’interrogatoire devant des hommes armés, et ce à la
veille d’un examen. Un autre étudiant fut menacé d’être envoyé en Afrique du
Nord.
Sanh Oeurn et Mey Mann étudiaient à l’Ecole Préparatoire des Travaux Pu-
blics de Cachan. Mey Mann, déjà âgé de trente ans, était, avec Rath Samoeun et
Hou Yuon un des militants cambodgiens les plus sérieux de la Maison d’Indochine.
Mey Mann, distribuait des tracts et vendait l’Humanité. Comme d’autres, il faisait
peu de cas de l’enseignement bouddhique reçu. Les étudiants cambodgiens des
autres tendances, et pour qui la politique était la préoccupation principale, n’étaient
eux-mêmes presque jamais bouddhistes pratiquants, ni convaincus, mais vénéraient
tout de même l’enseignement de Bouddha par respect pour la tradition.
Ironie de l’Histoire, ces militants radicaux eurent plus tard affaire à une autre
police politique. Le P.C. Khmer élimina en effet Rath Samoeun vers 1972 et écarta
78
Archives de secrétariat général de la Cité Internationale Universitaire, Maison d’Indochine. La date
est confirmée dans les Archives nationales (n° AJ 16 7042). Maison des étudiants de l’Indochine,
1926-1953, Dossier I. Agitation politique et anticolonialiste: correspondance, rapport sur la tenue de
chaque résident, rapports divers, manifeste, 1930-1953.
79
Entretien avec Vo Nhan Tri, 9/6/99, Mey Mann, 14/6/2000, et communication de Ngo Manh Lan.

40
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
complètement Hou Yuon en avril-mai 1975. Mey Mann, militant au Parti à Phnom
Penh, devint paysan dans une coopérative, et Sanh Oeurn mourut pendant la guerre
de 1970-1975, ou, selon Mey Mann, fut évacué de la capitale en 1975.
Un rapport de la Direction des Renseignements Généraux daté de 1964 donne
peut-être trop d’importance à l’agitation politique des années cinquante en regrou-
pant nationalistes et marxistes cambodgiens qui « bien que relativement peu nom-
breux » :
« Ont eu de 1949 à 1954 une activité politique particulièrement violente, sous
l’impulsion d’une vingtaine de meneurs nationalistes ou communistes, admirateurs
du leader vietnamien Hô Chi Minh et du chef rebelle cambodgien Son Ngoc
Thanh. La plupart d’entre eux ont manifesté pendant cette période des sentiments
farouchement francophobes et hostiles au Roi du Cambodge.
Leurs organisations, " l’Association des Etudiants Khmers ", qui s’était placée en
novembre 1952 à la tête des groupements anticolonialistes de Paris, et la " Fraternité
Khmère " ont dû être dissoutes respectivement le 9 février 1953 et le 12 avril
1954 » 80.
Il est probable que ces associations, moins surveillées que les associations
vietnamiennes aux obédiences plus clairement affichées, aient pu donner plus de
voix contre les accès d’ire du Roi ou en faveur de positions indépendantistes, d’au-
tant que le Cambodge n’était pas engagé dans une guerre contre la France. D’après
un ancien militant d’origine vietnamienne, les Cambodgiens étaient moins divisés
que les Vietnamiens. Si bien que selon Thiounn Mumm, 90 % des étudiants de Pa-
ris étaient alors des patriotes et avaient protesté contre les dissolutions à répétition
de l’Assemblée Nationale, contre la création des Casinos par le Roi, et contre le
traité franco-khmer du 8 novembre 1949 81. A l’instar des autres étudiants colo-
niaux, indochinois ou africains, les Cambodgiens ne supportaient guère de voir no-
tée la mention « sujet français » sur leurs pièces d’identité 82…
L’association Fraternité Khmère avait été fondée en 1945 par le prince démo-
crate Sisowath Youtévong (chargé de mission au ministère des Colonies d’où pro-
vient la subvention à l’association), avec Chhean Vam (philosophe, beau-frère des
frères Thiounn, secrétaire général du Parti Démocrate en 1946, chef de gouverne-
ment en 1948), Thonn Ouk (historien, devenu représentant du Cambodge à l’As-
semblée de l’Union Française vers 1954), et Nginn Karet (géographe). La poli-
tique n’était visiblement pas leur préoccupation d’origine, même si Youtévong
était membre de la S.F.I.O. (le parti socialiste français), puisque l’association vi-

80
Archives du M.A.E., série Cambodge Laos Vietnam, Cambodge, n°108, rapport de la direction des
Renseignements Généraux du 9 juin 1964 : « la colonie cambodgienne en France ».
81
Vandy Kaonn, Cambodge: La nuit sera longue, 1996, pp.179-192 (annexe de Thiounn Mumm « Au
sujet des étudiants khmers à Paris avant 1975 »).
82
Entretien avec Nicole Bizeray, 26 avril 1999. Communication personnelle de l’historien Pierre Bro-
cheux, qui était devenu militant à l’université en 1951.

41
L’ESSOR DE L’ANGKAR

sait, d’après ses statuts, à venir en aide aux anciens engagés cambodgiens dans les
troupes françaises pendant la Deuxième Guerre Mondiale, en leur donnant des
cours de français ou de travaux manuels ou en leur offrant des activités cultu-
relles. Toutefois, les quatre membres fondateurs de l’association n’étaient pas in-
sensibles au démon de la politique puisqu’ils furent très vite à l’origine de la créa-
tion du Parti Démocrate en 1946 – le parti réformiste qui instaura la constitution
du 6 mai 1947 –, dès leur retour au Cambodge 83. L’association fut ensuite prise en
charge par des étudiants qui allaient étoffer les rangs du Parti Démocrate, mais elle
ne semble pas avoir duré 84. Des républicains se réunirent ensuite en mars 1955 au
sein de l’Association Khmère, dont les animateurs – Chau Xeng Ua, président,
Sum Vadhanayu, anticommuniste alors « tête de turc » de Ieng Sary, Kosal Roger,
Srey Pong, Samair Phaloun, Dy Balen et Sarim Hum – se proposaient entre autres
de lutter contre la propagande du groupe pro-communiste. De leur côté, les com-
munistes n’avaient sans doute aucuns égards pour ces socialistes. Comme le titrait
un article de l’Humanité du 27 mars 1951, la gauche non communiste était une «
maladie sénile du capitalisme ».
Pour ce qui est de l’A.E.K., le roi Sihanouk n’aura sans doute pas apprécié
ses critiques à l’encontre de l’association qu’il soutenait, l’Amicale des Cambod-
giens de France, de tendance royaliste modérée, ni les liens établis par l’A.E.K.
avec l’Union Internationale des Etudiants située à Prague, bien qu’il ne fût pas
nécessaire d’être communiste pour participer à ses activités qui pouvaient mobili-
ser l’Union Nationale des Etudiants de France, socialiste. Ce qui mit surtout le feu
aux poudres fut les diverses manifestations étudiantes qui s’opposèrent au renvoi
du gouvernement par le Roi en juin 1952, puis à la dissolution de l’assemblée en
janvier 1953. L’A.E.K. avait soutenu les manifestants étudiants tracassés par le
coup d’Etat "légal" du 15 Juin 1952 – voir les documents 2 et 11, en annexe :
textes de Saloth Sar et de l’A.E.K. fustigeant l’absolutisme du Roi et sa soumis-
sion de « fantoche » aux « Eminences grises » de la France écrasant les patriotes.
Vu de France, il ne faisait aucun doute que Sihanouk était l’instigateur de la disso-
lution de leur Association. Phung Ton écrit que suite aux « protestations des étu-
diants cambodgiens en France », « le monarque a répondu en supprimant la bourse
à une vingtaine d’entre eux et en agissant auprès des autorités françaises pour dis-
soudre leur association » 85. Chau Xeng Ua estime aussi que la dissolution de
l’A.E.K. fut la conséquence directe de la protestation des étudiants de l’A.E.K.
contre ce qu’ils estimaient être un « coup d’Etat légal » du roi.
Et pourtant, l’initiative provient bel et bien des autorités françaises ! Celles-
ci voulaient mettre un terme à cette agitation et avaient souhaité en mai 1952 que

83
Marie-Alexandrine Martin, Le mal cambodgien, Hachette, 1989, p.62.
84
Chau Xeng Ua ne se souvient pas de son existence. Il était en France depuis 1948. Proche du Parti
Démocrate et de la S.F.I.O., étudiant l’économie politique et les sciences sociales à l’Institut Catho-
lique, il fut député en 1962 et ministre de la République Khmère.
85
Phung Ton, op. cit., p.99. Confirmé par Keng Vannsak le 10 mai 1998.

42
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
l’A.E.K. relève du statut d’association étrangère, lequel introduisait une réglemen-
tation plus stricte et permettait, par un simple arrêté d’interdiction émanant du mi-
nistère de l’Intérieur, de « contrecarrer les menées subversives de groupements
marxistes agissant sur le territoire en liaison ou sous les ordres du vietminh ». Une
lettre du 22 novembre 1952 adressée par l’Inspecteur général chargé des Relations
avec les Etats Associés au Ministère de l’Intérieur, expliquait qu’il serait préfé-
rable de consulter le Gouvernement de Sihanouk avant de prendre des décisions
contre l’A.E.K. et l’Amicale des Cambodgiens de France. Le 23 janvier 1953, le
ministre des relations avec les Etats Associés confirmait que l’A.E.K. serait inter-
dite avec le « plein accord » du Gouvernement royal du Cambodge en raison de
son « attitude politique à l’égard du Gouvernement comme de son activité sur le
territoire métropolitain », activité qualifiée d’« anti-française » par ledit ministre
et le ministre de l’Intérieur. L’arrêté du 9 février 1953 demandait aux dirigeants de
l’A.E.K. de procéder à la liquidation des biens dans un délai d’un mois. Ceux-ci
demandèrent au Conseil d’Etat l’annulation de l’arrêté, arguant du fait qu’ils ne
pouvaient être considérés comme des étrangers en tant que membres de l’Union
Française, et qu’ils pouvaient jouir à ce titre de la liberté d’association accordée
par l’article 81 de la Constitution – qui autorisait aussi les ressortissants de
l’Union Française à accéder aux fonctions publiques de la République française.
Le préfet de police demandait le 6 mars 1953 de reconsidérer la situation de
l’A.E.K., parce que les éléments pro-communistes auraient été exclus lors du re-
nouvellement du bureau le 1er janvier 1951, et que Sihanouk en était le président
d’honneur. La discrétion était devenue de mise. La même préfecture considéra par
exemple en décembre 1956 que Ieng Sary n’avait pas attiré l’attention du point de
vue politique depuis son séjour à Berlin-Est en août 1951, bien que ses sympathies
fussent acquises aux théories d’extrême-gauche 86. Par conséquent, gain de cause
fut obtenu tardivement par l’annulation du traité le 13 mai 1958.
La plupart des étudiants de gauche étaient venus entre la fin des années qua-
rante et le début des années cinquante, et pour les deux tiers en 1950, assortis d’une
bourse d’études de l’Office des Etudiants Cambodgiens dépendant du Ministère de
l’Education cambodgien. Parmi ceux arrivés en 1946-1947 figuraient Ea Sichau
(HEC), Mau Say (Faculté de Lettres), Keng Vannsak (Faculté de Lettres et Philoso-
phie), Touch Kim (Ecole de Chimie appliquée), Thiounn Mumm, Thiounn Chum et
Thiounn Thioeun 87. Puis vinrent Chau Seng, Hou Yuon, In Sokan, Ieng Sary, Mey
Mann, Mey Phat, Nghet Chhopininto, Ok Sakun, Phung Ton, Sam Sary, Saloth Sar,
Son Sen, Sok Knol, Thiounn Prasith, Uch Ven, Van Molyvann, Yem Sarong et Yun
Soeurn 88. Les quarante boursiers choisis chaque année au lycée Sisowath s’enga-

86
Archives du ministère de l’Intérieur consultables au Centre des Archives Contemporaine à Fontai-
nebleau, cote 84 00 83 art. 37, Dossiers et associations d’étrangers.
87
Philippe Preschez, Essai sur la démocratie au Cambodge…, p.16, citant Le Démocrate, 12 août
1944. Sur les Thiounn, communication de Philip Short.
88
Nous remercions Steve Heder de nous avoir envoyé la liste des boursiers de ces années-là d’après
une liste officielle récupérée avant la révolution et déposée à la Cornell University Library.

43
L’ESSOR DE L’ANGKAR

geaient à devenir professeurs à leur retour 89 de façon à ce que s’épanouisse un


système scolaire encore embryonnaire. En décembre 1952, l’A.E.K. indiquait
d’ailleurs que la « mauvaise organisation de base de l’enseignement au Cambodge
» avait été « instituée par les colonialistes et entretenue par le Gouvernement Royal
dans le but d’asservir la Jeunesse et le Peuple » et de mener une « politique d’obs-
curantisme » (cf. document 11). Pour les étudiants de l’A.E.K., dont Saloth Sar, le
montant de la bourse était de 28 000 F par mois sans aides supplémentaires, hormis
en cas de maladie, ce qui équivalait aux subventions reçues selon d’autres for-
mules par les vietnamiens et les laotiens, les boursiers français recevant quant à
eux à l’époque 17 000 F, à quoi s’ajoutaient d’autres allocations et avantages. Son
Sen, qui étudiait à l’Ecole Normale de Melun en Seine et Marne, disposait d’une
bourse de 15 500 F à la charge de l’O.E.C. Tous ces étudiants boursiers devaient
donc vivre avec frugalité puisque à l’époque le minimum vital calculé par le
Conseil Supérieur de la Fonction Publique était de 31 000 F. L’A.E.K. faisait
d’ailleurs état de cas de sous-alimentation pour l’année scolaire 1951-1952 90.
Mais cette aumône, beaucoup la perdirent. En octobre 1952, seize étudiants
virent leur bourse retirée ou, pour trois autres, réduite de moitié par l’O.E.C, en rai-
son de leurs résultats insuffisants ou de leur rôle de meneur de l’agitation anti-mo-
narchique. Cette lutte était commune aux communistes et aux nationalistes, et des
démocrates, qualifiés par le gouvernement de Phnom Penh de « progressistes », se
retrouvèrent aussi sans le sou. Les étudiants de gauche privés de bourse pour rai-
sons politiques étaient Ieng Sary, Son Sen, Chi Kim An, Thiounn Mumm et Hou
Yuon 91. Ce dernier put néanmoins achever son doctorat car la suppression des
bourses avait été levée 92. Son Sen aurait été puni pour avoir patronné un rassem-
blement d’étudiants khmers gauchistes en 1955 93. Saloth Sar ne perdit sa bourse
que pour des raisons pédagogiques – il reconnaissait plus tard qu’après un an d’ef-
forts, il n’était plus très assidu car il « consacrait le plus clair de son temps aux ac-
tivités de lutte » 94. Ieng Sary, lui, put subvenir à ses besoins grâce à la bourse de sa
compagne, en échange de quoi il lui préparait la popote le soir. En juillet 1953, une
deuxième vague de suppression de bourses survint une semaine après qu’une délé-
gation d’étudiants ait protesté à l’ambassade contre le nouveau mode de versement
des bourses de vacances d’été, en deux fois, au lieu du précédent versement unique
pour deux mois qui permettait de partir plus longtemps en vacances. Furent notam-
ment visés Mey Mann, In Sokan (futur président du Comité du FUNK à Paris de

89
Entretien avec Mey Mann, 14 juillet 2000.
90
« Une leçon aux calomniateurs », communiqué de l’A.E.K. du 21 décembre 1952 (cf. document
11). Sur le fait que Saloth Sar reçut une bourse de 28 000 F, Kiernan, How Pol Pot..., 1985, p.122.
Jean Plumyène, Le tombeau de Staline, Table Ronde, 1972, pp.125-126.
91
Ben Kiernan, id., d’après Contrôle des étudiants boursiers : Carnet n°1, France (1946-50).
92
Yuon avait appelé Mey Mann par téléphone pour lui dire de revenir (entretien du 14 juillet 2000).
93
William Shawcross, Une tragédie sans importance, Balland, 1979, p.241.
94
David Chandler, Pol Pot, op. cit., p.72. « Pol Pot’s interview with Yugoslav Journalists » (17 mars
1978), Phnom Penh Home Service, Summary of World Broadcasts, BBC, 24 March 1978.

44
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
1970 à 1975) et Nghet Chhopininto (futur président du Comité des Patriotes du
K.D. en France et directeur de publication de Kampuchéa de novembre 1976 à
1979) 95. Un seul mot déplacé à l’égard de la politique de Sihanouk suffisait
d’ailleurs pour que les bourses soient supprimées. Ce qui ne démobilisait pas cer-
tains. Le 10 septembre 1953, une dizaine d’étudiants dont Thiounn Mumm, Nghet
Chhopininto, et Chau Xeng Ua, s’étaient rendus au Haut Commissariat au Cam-
bodge, 21, rue Franklin, pour protester contre la suppression des bourses par le
gouvernement cambodgien.
Ceux dont les subsides s’étaient envolées et que le partage des bourses res-
tantes entre militants ne suffisait pas à entretenir, vécurent d’expédients comme
plongeurs ou serveurs dans des restaurants, ou, selon un étudiant interrogé en
juillet 1954 par la radio « la voix du Khmer Issarak » 96 comme « manœuvres dans
des sociétés de commerce ». L’étudiant ajoutait que les sanctionnés avaient été ob-
ligés de se présenter une fois tous les trois mois à la Sûreté. Toutefois, la solidarité
s’organisait jusqu’au-delà des frontières. Keng Vannsak, obligé de revenir au pays
en octobre 1952 avant d’avoir achevé sa thèse sur Le moi et le bouddhisme, lançait
immédiatement une collecte parmi les démocrates – tel Cheng Sân, producteur de
sel – à destination des anciens boursiers via le service des échanges et sa femme
française. Khieu Ponnary aussi envoyait de l’argent à sa sœur. Saloth Sar / Pol Pot
n’a donc pas dû travailler longtemps, puisque les premières bourses supprimées le
furent au mois d’août ou octobre 1952 et qu’il partit le 15 décembre 1952.
Les membres de l’A.E.K. étaient les plus actifs et les mieux organisés. Khieu
Samphan, Thiounn Mumm 97, ou Ieng Sary allaient à la rencontre des étudiants
fraîchement arrivés, d’anciens amis parfois, et les aidaient à trouver un logement.
Les élèves du lycée Sisowath, dont le proviseur était le démocrate et ancien chef de
gouvernement Chhean Vam, beau-frère de Thiounn Mumm, étaient sans doute diri-
gés d’abord vers lui 98. Kim Vien, étudiant en médecine et futur cardiologue, se
souvient que la première fois qu’il retrouva Khieu Samphan, le futur président du
présidium de l’Etat du Kampuchéa Démocratique, à Paris, vers 1954, ils se mirent
à parler politique toute la nuit. Khieu Samphan lui demanda ce qu’il pensait de la
situation du pays, fit le procès des Américains et de la féodalité, sans nommer Siha-
nouk, parla de la nécessité de changer la société et de lutter contre les inégalités et
l’iniquité. Sans doute Kim Vien n’était-il pas le seul que l’on tenta ainsi d’initier à
la politique 99.
95
Entretiens avec Nicole Bizeray, 26 avril 1999, et Nghet Chhopininto, 4 mars 1999. Mey Mann nous
a confirmé avoir perdu sa bourse en 1953.
96
Une radio alors tenue par des indépendantistes liés au Vietminh. CAOM, Indo HCI, conspol 300.
97
François Ponchaud, Cambodge année zéro, Julliard, 1977, p.187.
98
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, 1985, p.32. Même indication de la qualité de beau-frère
par Mr. W. Allusion au fait que Mme Thiounn Cheoum se maria à « Chhean Vorm », de la classe capi-
taliste, dans l’autobiographie de Thiounn Prasith : Searching for the Truth, N°4, April 2000, p.12.
99
Entretien avec Kim Vien du 26 mars 1998. Docteur en médecine à la Faculté de Paris, Kim Vien
pratiqua la médecine au Cambodge jusqu’en 1975. En 1974, élu président de l’Association des Intel-

45
L’ESSOR DE L’ANGKAR

A l’extérieur de la Maison d’Indochine, les étudiants de gauche participaient


chaque année aux manifestations de la Journée des étudiants anti-coloniaux, le 21
février, non sans se heurter à des contre-manifestants. Cette commémoration d’un
soulèvement de marins Indiens provenait de l’initiative conjointe de l’Union Inter-
nationale des Etudiants (U.I.E.) et de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démo-
cratique (F.M.J.D.) qui siégeaient à Prague et à Budapest. Il était également organi-
sé des meetings anticolonialistes, au 44, rue de Rennes, ponctués de discours du
n°2 du P.C.F. Jacques Duclos, et de conférences de Philippe Devillers, auteur en
1952 d’une Histoire du Vietnam. Un Cambodgien se souvient avoir été à un mee-
ting pour l’Algérie indépendante à la salle de la Mutualité. Un autre d’avoir été
poursuivi dans les couloirs du métro de la station Mutualité à la station Odéon, par
des anciens du Corps expéditionnaire, à la sortie d’un meeting contre la « sale
guerre d’Indochine » à la « Mutu » !
Les membres de l’A.E.K. étaient représentés à l’U.N.E.F. (socialiste), et à
l’Union Internationale des Etudiants à Prague. En 1954, Khieu Thirith, future
femme de Ieng Sary, fut envoyée comme représentante des étudiants cambodgiens
au Congrès de l’Union Internationale des Etudiants à Moscou 100. Mey Mann se
souvient que l’A.E.K. était en contact avec le « comité de liaison des associations
d’étudiants anticolonialistes » (c’est-à-dire le Comité de Liaison de l’Union Inter-
nationale des Etudiants), qui publiait irrégulièrement Etudiants Anticolonialistes.
Ce journal était conduit par Amokrane Oulda Aouldia et le comité l’était par
Jacques Vergès, qui le représentait à Prague au congrès de l’U.I.E. Jacques Vergès
entretenait des relations quelque peu tendues avec l’appareil du P.C.F. et les autres
membres du comité de liaison, en raison de son côté provocateur. Selon ses propres
dires, il prônait une union large au sein du comité afin de regrouper les étudiants
coloniaux de diverses tendances. Il n’est pas impossible d’imaginer que son radica-
lisme politique teinté de vitalité nietszchéenne ait pu quelque peu influencer ses
camarades cambodgiens Pol Pot, Ieng Sary, et Khieu Samphan qui vivaient le mou-
vement anticolonialiste et gravitaient autour du comité de liaison comme bien
d’autres étudiants de multiples nationalités, mais très indirectement 101. Mais il faut

lectuels Cambodgiens, il avait tout à craindre des révolutionnaires qu’il avait refusé de rejoindre dans
les maquis malgré les instances de son ancien ami Ieng Sary.
100
Ariane Barth, Tiziano Terzani, Anke Rashataswan, op. cit., p.217.
101
Joël Kotek, Paix et guerre parmi les jeunes étudiants: les organisations internationales de jeu-
nesse et d’étudiants dans la guerre froide (1935-1967), thèse de doctorat de l’I.E.P. de Paris, t.2,
p.450. Jaques Vergès, Un salaud lumineux, conversations avec Jean-Louis Remilleux, Livre de poche,
pp.73-90 et 347-348, édition n°1 Michel Lafon, 1990. Vergès se méprend ou souhaite impressionner
son interlocuteur en confiant avoir assisté à Paris au mariage de Pol Pot, au lieu de celui de Ieng Sary.
Passé par une école centrale coloniale du P.C.F. en 1947, il avait été élu, de 1950 à 1954, membre du
congrès puis du bureau directeur de l’Union Internationale des Etudiants à Prague. Selon lui, lors des
manifestations anticoloniales, le comité de liaison de l’U.I.E. mobilisait plus de monde que le P.C.F.,
mais la distinction avec le P.C.F. est osée. Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Robert Laffont,
1991, pp.426-427. Annie Kriegel, alors jeune permanente du Parti, décrit Vergès comme un homme
agité, vindicatif, hargneux, accusateur, voulant aller plus vite que la musique, « marqué de l’horrible
sceau qu’est le désir — et le plaisir — de faire le mal ». Elle n’a « pas le moindre doute que, si les cir-

46
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
dire que c’est toute l’époque et toute la contre-société vécue qui faisait croire à une
formidable transfiguration des relations humaines. Lorsque des étudiants furent ar-
rêtés par la DST, ce fut Paul Vergès, avocat et frère de Jacques qui fut contacté par
Ieng Sary 102. Paul Vergès, également engagé dans le mouvement anticolonialiste,
avait publié en février 1952 dans La Nouvelle Critique, revue du marxisme mili-
tant, l’article « La social-démocratie au secours du colonialisme » contre le vote
des crédits de la sale guerre par la SFIO, et contre le « cosmopolitisme » des so-
ciaux démocrates qui les portait à « trahir les intérêts nationaux de leurs peuples ».
Staline aussi fustigeait tous les « social-chauvins » et « social-pacifistes » de la II e
Internationale qui avaient beau jeu de proclamer leur volonté de conduire l’insur-
rection en cas de déclaration de guerre alors qu’ils avaient appelé les ouvriers à
s’exterminer les uns les autres pendant la Première Guerre Mondiale 103.
Après 1955, le gouvernement royal cambodgien préféra confier ses étudiants
à des universités américaines, australiennes ou canadiennes, afin de les soustraire à
l’influence marxiste régnant dans les milieux étudiants français. En 1961, la déci-
sion fut prise de ne plus payer d’études aux Cambodgiens désirant poursuivre leur
formation en France 104. Après un certain temps, ils furent à nouveau de plus en
plus nombreux à venir s’instruire dans les Universités françaises, hormis les
« boursiers d’éloignement », envoyés, du fait de leurs opinions politiques subver-
sives, en U.R.S.S. et en Europe de l’Est où la vie était bien plus dure.

constances l’avaient permis, c’est à Pol Pot qu’il aurait ressemblé » (voir Ce que j’ai cru comprendre,
p.430, et sans doute avait-elle une idée assez fantastique de Pol Pot, qui, après tout, s’est comporté
comme l’aurait fait au pouvoir le P.C.F. à sa période stalinienne). Entretien avec Jean Beckouche, 4
avril 2000. Dans la biographie de Jacques Vergès et de son frère Paul (Thierry Jean-Pierre, Vergès et
Vergès, de l’autre côté du miroir, Lattès, 2000), Jacques reconnaît avoir reçu un télégramme de Khieu
Samphan. Et Samphan nous a dit avoir reçu, dédicacé de sa part, Un salaud lumineux, entretien du 14
juillet 2000. Selon un de ses proches, il aurait connu Vergès aux groupes de langue du P.C.F. – les-
quels apportaient une aide matérielle aux communistes étrangers. Thierry Jean-Pierre estime que Ver-
gès a pu passer les années 1970-1975 en Indochine, mais sans doute pas sous le K.D. d’où tous les
étrangers avaient été renvoyés chez eux (à l’exception sait-on maintenant, de rares femmes mariées à
des Cambodgiens de gauche). Mey Mann, militant communiste actif dans sa jeunesse, rencontrait
Vergès une fois par an à « l’association des étudiants anti-coloniaux ». La première fois, c’est un étu-
diant réunionnais des travaux publics qui le présenta à lui (entretiens du 14 et 15 juillet 2000). Dans
les années quatre-vingt dix, Thiounn Prasith, qui devait faire part de ses activités politiques avant de
rentrer sur le territoire américain ne se souvenait plus s’il avait connu en France Jacques ou Paul Ver-
gès (entretien avec Long Norin, 14 juillet 2000). La présence de Vergès sous le K.D. n’est attestée par
aucune source écrite ni aucun témoin.
102
Entretien avec Mr. W., formel : ce n’était pas le célèbre avocat mais le frère devenu député.
103
Staline, Des principes du léninisme, p.15.
104
Pin Yathay, L’utopie meurtrière, Robert-Laffont - Opéra Mundi, 1980, pp. 13-14. Rapport de la
Préfecture de Police de Paris, décembre 1956, Associations d’étrangers, « Activités de l’U.E.K »,
Archives Contemporaines de Fontainebleau, cote 84 00 83, art.37.

47
L’ESSOR DE L’ANGKAR

II. Premiers coups d’épingles.


Pour un étudiant marxisant d’alors, Phung Ton, « la crise cambodgienne
revêt[ait], dans son aspect interne, le caractère d’un conflit latent entre la mo-
narchie et le peuple, conflit résultant d’un malaise qui couve depuis de longue date
» 105.
Evoquant la monarchie absolue et la démocratie, il était convaincu que c’était
« la défaite de l’une qui assur[ait] l’existence de l’autre » 106, comme le montrait
l’expérience française : « La démocratie libérale en France est le fruit de la vic-
toire du peuple français sur la monarchie absolue ». Sa thèse concluait donc à la
précarité du régime de Sihanouk :
« La guerre que le monarque a déclenchée contre le communisme et ceux qui n’ap-
prouvent pas sa politique, la mobilisation des "forces vives" sur lesquelles il s’ap-
puie, les serments et les "engagements de fidélité" qu’il a exigés des fonctionnaires
et des élèves des principaux établissements scolaires du pays, suffisent-ils pour pré-
server son régime contre les troubles sociaux et les perturbations dues à la montée
des masses populaires? » 107.
Phung Ton observait l’histoire internationale précipiter sa marche :
« Farouk, alors souverain d’Egypte en vacances à Deauville, a prononcé cette phrase
prophétique en saisissant les Rois d’un jeu de cartes: " Encore quelques années et il
n’y aura plus que cinq rois dans le monde : ceux de ce jeu et celui d’Angleterre " .
Les événements ne lui ont pas donné tort : il a perdu son trône » 108.
François Debré, qui avait interrogé Keng Vannsak, évoquait une lettre adres-
sée à Sihanouk en 1952 par sept étudiants réunis rue du Commerce dans le XVe ar-
rondissement, dont la rédaction était attribuée à Ieng Sary, Saloth Sar, Rath Sa-
moeun, Hou Yuon, Khieu Thirit, Thiounn Mumm et Sien An 109. Keng Vannsak, ré-
dacteur en chef du bulletin de l’A.E.K., nous indiqua qu’il rédigea l’essentiel de la
lettre avant qu’elle ne fut approuvée par l’A.E.K. et envoyée en son nom. Elle était
accompagnée du dernier bulletin de l’Association, conçu comme une lettre ouverte
faisant le procès de la monarchie. « On jugera Sihanouk sur la place publique »,
osait-elle dire 110. Au Cambodge, le ministère de l’Intérieur s’alarmait en octobre
1952 de ce que le n°14 d’août 1952 était envoyé en cambodgien aux élèves et fonc-
tionnaires des différentes provinces du royaume, et de ce qu’en janvier 1953 les nu-
105
Phung Ton, op.cit., p.6.
106
Ibid., p.63.
107
Ibid., p.198.
108
Phung Ton, op. cit., pp.198-199.
109
Debré, op. cit., p.80.
110
Entretiens avec Keng Vannsak, mai 1998 et 11 avril 2001.

48
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
méros 13 et 14, envoyés de France à toutes les Inspections primaires du Royaume,
tardaient à être redirigées comme il était recommandé vers la direction centrale de
l’Instruction Publique et vers les Inspections de l’Enseignement. Seuls deux
inspecteurs les avaient envoyés 111. Dans la première lettre, Sihanouk était accusé,
d’après François Debré qui avait interrogé Keng Vannsak, d’ « étrangler la démo-
cratie » avec l’aide des colonialistes français, en luttant contre les partis tradition-
nels (entendre le Parti Démocrate et les Khmers Issaraks, plus ou moins affiliés au
Vietminh). Le but avait été de créer un scandale 112.
Sihanouk, en colère, envoya Penn Nouth à Paris pour donner un avertissement
aux étudiants et leur intimer l’ordre de retirer leurs propos provocants. Mais la dis-
cussion fût impossible. Nouth, reçu par Hou Yuon fut appelé Monsieur et non Son
excellence, fut traité de traître 113. Les autorités s’aperçurent qu’elles avaient fort à
faire avec ces étudiants. Dans une lettre à Lon Nol du 17 juin 1952, Keo Kimsan,
membre du parti Rénovation Khmère, lui avait suggéré de changer la politique pro-
communiste défendue par les étudiants de Paris en leur donnant simplement « un
peu plus d’argent »...
Mesure bien vaine devant des étudiants qui semblaient avoir conscience
d’appartenir à une avant-garde, « détachement organisé de la classe ouvrière »
(Staline, Des Principes du léninisme). « Nous sommes les seuls représentants au-
thentiques du peuple cambodgien », auraient-ils lancé dans ladite lettre 114. Peuple
est ici à prendre dans son acception communiste. D’après Mey Mann les étudiants
du Cercle se considéraient en effet comme de vrais révolutionnaires car il y avait
alors trop de faux mouvements Issaraks, dont une bonne partie de vrais contreban-
diers 115.
Sihanouk faisait mention d’une autre lettre de 1952, à l’ambition semblable.
Hou Yuon lui aurait signifié qu’il avait perdu toute légitimité. Il lui aurait écrit : «
Vous avez osé briser le peuple dans ses représentants, vous n’êtes plus notre Roi »
116
. Jean Lacouture citait Sihanouk se rémémorrant cet épisode : « Imaginez (…)
qu’en 1952, alors que j’avais dissous une assemblée indocile, ce jeune homme
m’écrivit pour dénoncer ce geste et me signifier que j’avais cessé de fait d’être son
souverain légitime. Me déposer par correspondance, quelle crânerie! » 117. Dans ses
éditoriaux fustigeant les Khmers Vietminh, il reviendrait plusieurs fois sur cette
motion envoyée par des étudiants pour le « détrôner » (« sic ») 118.
111
Archives Nationales du Cambodge, Police 1949-1953, Arrivée 1952-1953.
112
François Debré, op. cit., p.84.
113
Entretiens avec Keng Vannsak, 17 mai 1998, 11 avril 2001. C’est Penn Nouth qui, en mai 1970,
présida le GRUNK, auquel appartenait Hou Yuon.
114
François Debré, op. cit., p.81.
115
Entretien de juillet 2000.
116
Ariane Barth, Tiziano Terzani, Anke Rashataswan, op. cit., p.219.
117
Jean Lacouture, Survive le peuple cambodgien, Le Seuil, 1978, p.30.
118
Le Sangkum, avril 1966, n°9, p.13.

49
L’ESSOR DE L’ANGKAR

De 1952 à 1959, les communistes de l’A.E.K. avaient également rédigé


quatre-vingt numéros d’un bulletin non officiel intitulé Reaksmei 119 (prononciation
du mot orthographié Rosmei qui signifie la Lumière, ou le Rayon de lumière). Le
journal, imprimé à la ronéo et envoyé au Cambodge avant la suppression des
bourses, défendait l’indépendance avant qu’elle ne soit obtenue, puis stigmatisait la
corruption et proposait une autre voie que la monarchie sans la prendre directement
à partie. Un de ses rédacteurs de 1957 à 1959 nous indiqua que la publication cessa
après le départ de Khieu Samphan et que Reachsmey était à prendre dans le sens
d’une lumière qui jaillit lorsqu’on a une idée, ou encore d’une Etincelle, par ré-
férence au journal de Lénine Iskra – notons également au passage que Hô Chi
Minh signifie « source de lumière » 120. La parution fut entreprise à nouveau par
des membres de l’U.E.K. jusqu’en 1971.
Plusieurs numéros furent envoyés dans les sphères administratives et poli-
tiques cambodgiennes, et, en juillet 1954, le ministère de l’Intérieur cambodgien
indiquait que le bulletin soutenait les causes Vietminh et prétendait reconnaître
l’existence d’un « Cambodge libre » présidé par Son Ngoc Minh. Il le fit donc sai-
sir en septembre car le ton y était « violent à l’égard de Notre Auguste Souverain et
de son gouvernement ». En juin 1954, un tract du Reaksmei fut largement diffusé
en français à Genève au moment des négociations pour le règlement du conflit
indochinois et fit l’objet d’une réponse par l’étudiant Tep Sambo dans les numéros
814 et 815 du 30 juin et du 3 juillet 1954 du bi-hebdomadaire indépendant de
Phnom Penh La Liberté. A lire la critique du tract, les étudiants de Paris auraient
encensé l’U.R.S.S., la Chine et la République du Vietnam, et auraient reproché aux
délégués Cambodgiens et Laotiens à Genève d’être des fantoches et non des re-
présentants « authentiques » des peuples « lao » et « khmer » – en employant ce
dernier adjectif, ils obéissaient sans doute à la recommandation d’une brochure
khmer issarak publiée en français en 1954, selon laquelle le mot « Cambodge »,
trop impérialiste, devait être remplacé par « pays khmer » (Nokor Khmer)121. Ils
prétendaient que « toute solution de cessez-le-feu, ou de trêve, ne pourrait être
valable pour l’ensemble des territoires de l’Indochine que dans la mesure où ces
deux ETATS POPULAIRES BELLIGERANTS [souligné par le REAKSMEI, le
"rayon de lumière"] s’[sic]y souscriraient ». Les belligérants étaient pour eux le

119
Sur la fréquence de publication, voir M.-A. Martin Le mal cambodgien.
120
Entretien avec Suong Sikœun du 23 août 2000. Selon un ancien participant à son élaboration, au-
tour de 1953, le titre signifiait l’Eclat du Soleil ou l’Etincelle, en référence à Staline (?) (Entretien
avec Mr. W). Steve Heder précise que Reachsmey est une métaphore courante pour célébrer les
femmes en khmer, en thaïlandais, et en birman, utilisée par plusieurs journaux cambodgiens (com-
munications personnelles, 6 septembre 2000 et 8 mai 2001). Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, presses
de Sciences Po, 2000, p.18.
121
Le peuple khmer lutte pour l’indépendance et la paix, Gouvernement de la Résistance Khmer,
1954. A Genève, Pham Van Dong parlait même de « gouvernements de la résistance du Khmer et du
Pathet Lao » ou de « ne pas séparer le Viêt-minh du Pathe Lao et du Khmer » (François Joyaux, La
Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine, Genève 1954, publications de la Sorbonne,
1979, p.222).

50
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
Cambodge et le Laos car il n’y avait « aucune visée impérialiste de la part du Viet-
nam démocratique lorsqu’il pos[ait] la question de la participation du Gouverne-
ment ami [celui de Son Ngoc Minh] à la Conférence », gouvernement qui contrô-
lait « le tiers du territoire national », et avait libéré « plus d’un million d’habitants
». Tep Sambo relevait qu’en citant de tels chiffres, jugés entièrement faux, les ré-
dacteurs démontraient qu’ils étaient contre la loi de la majorité et que leur soi-di-
sant Etat Populaire (« le pire des Etats, disait-on au XVIIe siècle ») ne représentait
parmi les Khmers, que leur « petit groupe d’hallucinés » si on enlevait les repris de
justice, les pirates professionnels, et les endoctrinés. Sambo était frappé par leur
mauvaise prose (de « l’auvergnat de la décadence »), leur conception du peuple
khmer comme une agglomération de paysans et d’ « ouvriers », et surtout par leur
« puissance d’insensibilité » devant les tueries dont étaient victimes leurs compa-
triotes, ce qui lui faisait intituler ses deux articles « Des Khmers qui dirigent le
rayon de la mort sur leur propre pays ». Mais Sambo se basait-il sur autre chose
que des sources officielles royales ou françaises ?
Ce tract vient donc contredire les souvenirs de Thiounn Mumm selon lequel à
Paris, en juin 1954, la gauche comme la droite étudiante cambodgienne soutenaient
Sihanouk dans sa croisade pour l’Indépendance depuis juin 1952 et s’opposaient au
partage en deux du Cambodge prôné par les communistes vietnamiens 122. La
gauche, désireuse de faire bonne figure après la dissolution de l’A.E.K., cachait
simplement ses convictions derrière une façade d’union nationale. De même, on
ne saurait écrire que la seule question différenciant la droite et la gauche était la
poursuite de la lutte armée en juin 1952, et qu’il existait entre elles une grande
convergence politique. Divers documents montrent que la gauche critiquait le
manque de fermeté politique des Démocrates.
Un dialogue royal fictif mettant probablement en scène Sihanouk et sa mère,
signé du pseudonyme « clown de théâtre » dans le bulletin n°14 de l’A.E.K. d’août
1952, fustigeait sans les nommer les chefs démocrates qui avaient trahi leur propre
doctrine par attirance pour l’argent et le rang (cf. document 9). Le seul épargné
était Youtévong, décrit comme un homme intelligent sachant faire respecter le Roi.
Un article non signé intitulé « La lutte libératrice du peuple khmer » et paru
en février 1953 dans le numéro 16 du journal pro-soviétique Etudiants anticolonia-
listes lancé par l’Union Internationale des Etudiants, semble reprocher aux Démo-
crates leurs compromis inutiles et contre-productifs avec le roi :
« Les élections du 10 septembre 1951 ramenèrent au Parlement la même majorité
démocrate. Le Gouvernement qui en était issu faisait doubler le trafic d’Air
France ».

122
Vandy Kaonn, Cambodge: La nuit sera longue, Paris, 1996, éditions Apsara, Montréal, Québec,
H1V 3L8. Annexe de Thiounn Mumm Au sujet des étudiants khmers à Paris avant 1975, pp.179-192.

51
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Et après la dissolution du gouvernement démocrate le 15 juin 1952, « le Parlement


pris de panique, stupéfait et tremblant comme un rat mouillé, devant l’injonction du
Roi, procédait à un "troc honnête" avec son mandat : il consentait à livrer au Roi la
loi d’exception et à conserver en contrepartie les indemnités parlementaires qu’il
gardait jusqu’en janvier 1953, date à laquelle 3 décrets royaux successifs vinrent an-
noncer la dissolution pure et simple du Parlement, et proclamer la " loi d’exception "
et " la Nation en danger ". Et nos députés démocrates étaient invités à aller philoso-
pher dans les prisons pour trouver une solution au problème d’Indépendance ! Le
gouvernement royal a la mission de frapper : il frappe les députés (...) les étu-
diants ».
Un autre article du même numéro sur La grande misère de la littérature
khmère se démarquait de la politique démocrate et reprochait à l’appareil d’Etat co-
lonialiste de maintenir le « rideau de l’obscurantisme » sur les frontières cambod-
giennes. L’article, par ailleurs sincèrement nationaliste, affirmait que le peuple
khmer n’avait « jamais entendu parler des œuvres de Diderot, Rousseau ou
Voltaire, ni des écrivains Anatole France [compagnon de route du P.C.F.] ou Henri
Barbusse [communiste], ni de philosophes comme Marx et Engels », et que le pro-
gramme de « démocratisation de l’enseignement » pour « ressusciter la culture na-
tionale » était « trop beau sur le papier ». La solution préconisée était d’ « extirper
le colonialisme jusqu’à sa dernière racine! » pour que la Nation se libère du « pire
régime d’esclavage » qu’il ait connu.
En juin 1955, une nouvelle revue était créée à partir de Paris, Vannak Athon
(prolétariat), qui faisait, selon le ministre de l’Intérieur cambodgien, « l’apologie
de la doctrine de Karl Marx » 123.
Le futur Pol Pot écrivit aussi des articles dans le bulletin de l’Association des
Etudiants Khmers intitulé Khemara Nisut ou Khemarak Nisset (« L’Etudiant
khmer »), et qui paraissait tous les six mois. Le seul texte qui subsiste et qui est at-
tribué à Saloth Sar (par Keng Vannsak, le responsable du bulletin, qui ne se montre
plus sûr à 100 %) est intitulé « Monarchie ou démocratie ? » (cf. Document 2). Il
s’agit d’un brûlot contre Sihanouk, son gouvernement de courtisans et la mo-
narchie, accusée d’être gouvernée par la France et d’être « une doctrine injuste,
aussi infecte qu’une plaie putride ». Contrairement à Phung Ton qui estimait la dis-
solution inconstitutionnelle, Sar ne critiquait que l’esprit antidémocratique à l’ori-
gine de la dissolution. Il assistait de loin comme d’autres étudiants, au glissement
de la monarchie constitutionnelle vers l’absolutisme, et considérait donc que la dé-
mocratie était « totalement contraire à la monarchie. Ces deux régimes sont enne-
mis et ne peuvent cohabiter, comme le prouve le coup d’Etat royal du 15 juin ».
Sar opta d’abord sans surprise pour un angle bouddhique dans ses attaques
anti-monarchistes. Des « bonzes éclairés » avaient osé critiquer le despotisme du
roi. L’organisation bouddhique telle qu’elle avait été établie par la monarchie « di-

123
Archives Nationales du Cambodge, Min. Interior, Telegr. Corres. 1953-1958, 1959, 30 juin 1955.

52
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
visa[i]t les bonzes en plusieurs groupes, en créant un rang supérieur, celui des sam-
dech [= monseigneur] » – et l’on sait que plus tard, la révolution allait combattre
les rangs. De plus, la monarchie ne faisait que prétendre représenter la religion, car
elle ne respectait pas elle-même les « dix règles royales ». Et sans doute connais-
sait-il son sujet pour avoir fréquenté le Palais dans sa jeunesse. A l’inverse, Sar re-
connaissait les vertus bouddhiques et démocratiques d’une Assemblée représentant
le peuple :
« La démocratie (...) est aussi précieuse que le diamant [note : plus tard, la révolu-
tion kampuchéenne brillera "de tout son éclat"] et ne peut être comparée à aucun
autre régime (...) Le régime démocratique relève de la morale bouddhique parce que
notre grand maître Bouddha fut le premier à l’avoir enseignée. Ainsi, seul le régime
démocratique pourra sauvegarder la valeur profonde du bouddhisme » 124.
La monarchie était encore l’« ennemie de la connaissance » et pas seulement
« de la religion », ce dernier point faisant l’objet d’un paragraphe distinct. « Quand
un peuple est instruit, il devient l’ennemi virulent de la monarchie et il veut avec
acharnement son abolition ». Tout comme Bouddha, à force d’instruction s’écarta
de son Roi de père. Ou encore comme le prince Youtévong, qui, « très instruit »,
« abandonna aussi les monarchistes pour inculquer la démocratie au peuple
khmer ». Sar rendait un bel hommage à ce personnage, docteur en mathématiques
en France et créateur du Parti Démocrate en 1946 auquel le Cambodge avait dû son
esprit de liberté après la guerre. Le parti lui-même rassemblait à la fois des modé-
rés, des nationalistes, et des hommes aux idées socialistes. Saloth Sar reprenait en
fait approximativement les idées du Parti Démocrate – lequel regroupait modérés,
nationalistes et socialistes 125– en s’adressant au Roi : « Vous auriez dû réunir le
gouvernement pour trouver les meilleurs moyens de chasser l’armée française et
les complices des Français, afin d’arriver directement à l’indépendance du pays ».
Le Parti Démocrate prônait alors aux Khmers Issaraks (« émancipés », «
maîtres »), d’abandonner la lutte armée pour parvenir par des moyens légaux et des
négociations avec la France à une véritable indépendance. Et sa critique du traité
franco-khmer du 8 novembre 1949, qui risquait de prolonger la présence française
sur le territoire cambodgien, rejoignait aussi celle des députés de l’Assemblée.
L’article se poursuivait sur un mode didactique. Les questions « Qu’est-ce
qu’une monarchie ? » et « Qu’est-ce qu’une démocratie ? » introduisaient chacune
un paragraphe. Cette non-compatibilité des deux régimes, l’histoire des autres pays
le « montr[ait] »:

124
Article traduit dans Khmers rouges !, Matériaux pour l’histoire du communisme au Cambodge,
Hallier-Albin Michel, 1981, de Serge Thion, p.357 (cf. document 2 en annexe).
125
Entretien avec Keng Vannsak, 4 mars 1998. Becker, Les larmes du Cambodge, p.63 (N.Y., p.68).

53
L’ESSOR DE L’ANGKAR

« La révolution de 1789 en France, sous la direction de Robespierre et Danton, a


dissous la monarchie et exécuté le roi Louis XVI. La révolution de 1917 (…), le
peuple ayant Lénine et Staline comme guides, a totalement aboli la monarchie » 126.
Elizabeth Becker, pourtant encline à expliquer la tragédie du Kampuchéa Dé-
mocratique par une violence traditionnelle et un fascisme dans l’air du temps avant
l’arrivée au pouvoir des hommes de Pol Pot, faisait grand cas de l’inspiration com-
muniste qui aurait animé Saloth Sar en écrivant cet article. Or plus qu’une reprise «
des idées standard des communistes français à cette époque », le texte est relié, se-
lon nous, à la tradition jacobine française. La démocratie, qu’il dit être en harmo-
nie avec les aspirations du peuple, n’évoque en rien les démocraties populaires. Et
si Robespierre, Lénine et Staline sont mis sur le même plan que Danton et Sun Yat-
Sen 127 c’est s’avancer beaucoup que d’affirmer que la démocratie y est présentée «
dans un cadre communiste », qu’ « un rapport fantaisiste » est établi « entre com-
munisme et bouddhisme » 128. Tout « gouvernement moderne et humanitaire » (Be-
cker) n’est pas nécessairement communiste. D’une façon générale, y voir un ar-
ticle de foi de la philosophie communiste kampuchéenne, qui puiserait ses sources
dans la philosophie bouddhique, dans un journal destiné à l’ensemble des Jeunes
Khmers de Paris, est surestimer la témérité de ces révolutionnaires, qui n’avouaient
pas dans leurs bulletins défendre le communisme. Par ailleurs, le journal était alors
dirigé par Keng Vannsak, marxiste modéré et respectueux de certaines traditions.
Saloth Sar n’a donc peut-être pas exprimé toutes ses idées qui se cantonnent ici à la
défense d’une sorte de démocratie sociale aux sources hétéroclites. L’essentiel des
articles de l’A.E.K. prenait alors à partie la monarchie pour le « coup d’Etat » du
15 juin 1952.

Les pseudonymes et leur signification révolutionnaire

Le pseudonyme employé par Saloth Sar au bas d’un article destiné à défendre
son droit à avoir une bourse, Khmaer daœm, c’est-à-dire, en fonction des traduc-
tions, « Khmer Originel » ou « de l’origine » ou « des origines », a prêté le flanc à
des accusations de passéisme, d’« extrême nationalisme », d’« extraordinaire pré-
somption » et même de « signe avant-coureur du fanatisme racial » ou d’avant-goût
du « nationalisme fanatique et auto-destructeur du futur régime khmer rouge ». On
tente curieusement ici assimiler Pol Pot à Lon Nol, le fondateur de l’Institut Mon-
Khmer 129. Ben Kiernan, dans l’argumentation de son dernier livre et de ses articles,
126
Serge Thion, op. cit. (Cf. document 2).
127
Sun Yat-Sen est ce nationaliste chinois qui réorganisa le Kuomintang en acceptant d’y accueillir les
communistes, suite au soutien de l’U.R.S.S, ce qui valut à son nom de désigner, après sa mort en
1925, une des universités de Moscou qui forma quantité d’étudiants du tiers-monde.
128
Elizabeth Becker, op. cit., p.71 (N.Y., p.77).
129
Dans l’ordre, Elizabeth Becker, op. cit., Paris, p.71 (New York, p.76), Le Monde, 7 juin 1996, ar-
ticle non signé, et Haing Ngor, op.cit., p.320. Ngor n’a pourtant jamais entendu parlé des « Vietna-

54
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
fait grand cas du pseudonyme pour montrer que Pol Pot était animé d’une obses-
sion de pureté raciale. Des journalistes français vont ensuite jusqu’à en faire un
programme de gouvernement, ce qui est, dans les deux cas, dénué de raison. On ne
saurait escamoter tout à la fois l’origine anecdotique de l’expression, son sens,
et le contenu de l’article signé de la sorte 130.
On pourrait, à la rigueur, trouver une certaine légitimité à se proclamer un
khmer authentique par défi envers une élite hypocrite qui mimait la société
occidentale – comme l’indiquaient Phung Ton et Khieu Samphan dans leurs thèses
– jusqu’à faire de la clarté de la peau un critère de beauté, comme cela est encore
valable de nos jours.
Mais un détour nécessaire par l’étymologie offre des interprétations plus sub-
tiles. Les ethnologues et explorateurs français ont noté depuis le XIXe siècle que
pour les Khmers, les Khmaer Daeum désignaient les « anciens Khmers », les
Khmers d’autrefois, de l’époque prospère, ou certaines peuplades non khmères
considérées comme plus ou moins archaïques, à l’image, peut-être, des anciens
Khmers 131. Keng Vannsak, dans une explication rétrospective certainement imbi-
bée des hypothèses anthropologiques liées à ses anciennes activités politiques et
linguistiques, expliquait que Khmaer daœm désignait en langage populaire « des
aborigènes qui ont survécu à l’indianisme », des « Khmers de souche », « non dé-
khmérisés » par l’influence « hindoue », « bouddhiste », et « cosmopolite ». L’ex-
pression ne possédait pas, selon lui, la moindre nuance de nationalisme exacerbé
ou de revendication de pureté de l’identité Khmère. « A l’époque, le problème ma-
jeur était l’indépendance pour sortir de l’Indochine française » et ses camarades et
lui-même n’avaient pas la notion de l’authenticité de l’identité khmère ou la volon-
té de valoriser les racines Khmères. L’expression était « plus verbale qu’autre
chose ». Les qualifier d’ultra-nationalistes, serait même calomnier ces militants «
obnubilés par l’internationalisme, la fraternité et la socialité internationale » pour
qui le nationalisme, l’idée d’ethnie ou de race, étaient des crimes, avec des relents
d’impérialisme et de nazisme 132.

miens » sous les « Khmers rouges » qui disaient juste « l’ennemi » (p.283) et indique juste une fois
s’être vu demander s’il était chinois ou vietnamien (p.172) et une autre fois que les soldats se mirent à
chercher les Cambodgiens parlant vietnamien en 1978 (p.258). Ngor traduit par « Khmer authen-
tique », alors que l’expression cambodgienne équivalente serait Khmaer Sott. Lon Nol avait lancé un
programme d’études sur la supériorité de la race khmère à peau sombre (p.53).
130
Pour Paul Dreyfus, Pol Pot aurait répété « des centaines de fois » vouloir revenir au « Khmer origi-
nel » (Pol Pot, Le bourreau du Cambodge, Stock). Pure imagination de sa part qui semble avoir été
déclenchée par les ragots du Monde : « Les Khmers rouges procédèrent en avril 1975, sous [les ordres
de Pol Pot], à l’évacuation [des habitants des villes] ainsi forcés de retourner aux sources du "Khmer
originel", dans la rizière ou la forêt » (17 avril 1998, Francis Deron et Jean-Claude Pomonti).
131
Jacques Népote, « Pour une reconsidération de la stratégie d’études orientalistes sur le domaine
cambodgien », Michel Antelme, « Quelques hypothèses sur l’étymologie du terme "khmer" », Pénin-
sule, 1998, n°36, pp.155-158 et n°37, p.178. S. Tandart, Dictionnaire Cambodgien-Français, Phnom
Penh, Imprimerie Maire Albert Portail, 1935, t.II, p.508 (« les anciens Khmers »).
132
Entretiens avec Keng Vannsak, mai 1998 et 11 avril 2001.

55
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Le dictionnaire cambodgien-français de Joseph Guesdon donne à khmaer


daœm la traduction suivante : « Cambodgiens d’origine = la tribu des thpongs, dans
les montagnes de l’ouest » au pied des Cardamomes. L’expression devait très cou-
rante, si l’on observe la place qu’elle prend dans l’article « khmer », en quatrième
position juste après les expressions « pays khmer », « royaume khmer », et « écri-
ture khmer » 133. Marie-Alexandrine Martin rappelle que Khmaer daœm désigne
aussi les « habitants du massif des Cardamomes vivant de l’essartage et de la
cueillette » tandis que Jacques Népote inclue sous ce terme des minorités des ré-
gions de Kompong Thom, Siem Reap, Kampot, et du Nord-Est 134. Dans l’esprit de
Pol Pot aussi bien que de Keng Vannsak, ces tribus avaient pu être dotées de
l’innocence primitive postulée par Rousseau, à moins qu’elles aient été à leurs
yeux victimes de l’exploitation féodale. A l’époque, nous a dit Keng Vannsak, ses
amis et lui raisonnaient en terme d’exploiteurs et d’exploités plutôt qu’en termes de
classe ouvrière ou paysanne, ce que nous a également confié un autre étudiant de
gauche.
Ben Kiernan écrivait que d’autres signataires du bulletin de l’A.E.K. utili-
saient des pseudonymes plus modernes et moins raciaux, tels Khmer Serei (Khmer
libre) et Khmer nghia, une expression qu’il traduisait par « travailleur khmer » 135.
La traduction du terme ngear tout seul par « travail » (ou action, dignité, fonction,
devoir, position, profession) appartient au langage moderne 136. Nous avons consul-
té ce grand connaisseur de la langue khmère qu’est Keng Vannsak et celui-ci nous
corrigea en parlant de Khmaer neak ngear (neak = une personne, les gens). Ngear
introduisait la notion de « profession » (comme tailleur, extracteur, planteur) mais
avec l’imposition de l’esclavage dans le système monarchique, neak ngear « de-
vint » « gens esclaves », et s’utilisait pour ceux qui ramassaient les excréments des
habitants d’Angkor, les neak Phdah (personnes « hors de la société »). Comme
nous faisions remarquer l’omission du terme neak par Kiernan, Vannsak la considé-
ra comme une erreur. Deux anciens étudiants de l’A.E.K. nous indiquèrent, l’un,
que l’expression comportait beaucoup de nuances, mais signifiait surtout « l’oppo-
133
Joseph Guesdon, Dictionnaire cambodgien français, Plon-Nourrit & Cie, fascicule deuxième,
1919, p.265, ou Dictionnaire cambodgien-français, Plon, 1930, p. 265 (pour khmer daœm) et 866
(pour thpong).
134
M.-A. Martin, op. cit., p.106, et son livre Khmers daeum publié en 1997 à l’Ecole Française
d’Extrême Orient. Autour du livre de Martin, lire Jacques Népote, « Pour une reconsidération de la
stratégie d’études orientalistes sur le domaine cambodgien », Péninsule, 1998, n°36, pp.157-158 et
Georges Condominas, « L’ethnographie du Cambodge. A propos de l’article de J. Népote (…) »,
Technique culture, n°35-36, 2000, pp.533-536.
135
Kiernan, How Pol Pot..., p.121. Dans Le génocide au Cambodge, 1975-1979, race, idéologie et
pouvoir, Gallimard, 1998, p.21, Kiernan se garde de reprendre les expressions khmères.
136
Georges Cœdès, Articles sur le pays khmer, t.II, EFEO, 1992, p.87, n.8. Dictionnaires récents, Ju-
dith M. Jacob, A Concise Cambodian-English dictionnary, 1974, ou ngear précédé de kâr, Contem-
porary cambodian glossary, Department of State, Washington, 1975. Joseph Guesdon, Dictionnaire
cambodgien français, Plon-Nourrit & Cie, fascicule 3e, 1920, p.355. Il y a plus longtemps, ngeay ac-
compagné ou non de sruol évoquait un travail facile (Dictionnaire français cambodgien de S. Tandart
(1910) et lexique français-cambodgien Pannetier-Poulichet, 192?).

56
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
sé d’un homme libre », « un paria », et l’autre qu’elle pouvait être rapprochée du «
serf » des temps féodaux en France, ce qu’on peut lire aussi dans une thèse poli-
tique des années soixante 137. De plus, il est intéressant de relever que l’expression
a neak ngear apparaît dans un texte satirique de l’A.E.K. d’août 1952, dans la
bouche de la reine, pour désigner les démocrates, avec le seul sens possible de «
maudits esclaves », puisqu’elle est prononcée après a reah et a neak srae, « sales
roturiers » et « maudits bouseux » (cf. traduction en document 9). Neak ngear est
rendu dans différents dictionnaires par « vassal », « travailleur forcé », « cor-
véables », et « esclaves héréditaires », car il s’agissait souvent de personnes dont
les ancêtres s’étaient rebellés ou avaient commis des crimes. Et même seul, ngear
signifiait en vieux khmer « travaux de corvée, service dû au Roi » 138. Les anthro-
pologues considèrent d’ailleurs que ceux que les Occidentaux ont longtemps consi-
déré comme des « esclaves » en Asie du Sud-Est, n’étaient pas forcément sous
astreinte permanente. Au Cambodge, ces corvéables, ou ces dépendants, comme on
préfère désormais les nommer, devaient simplement s’acquitter d’un tribut au Roi,
et d’autres n’étaient que temporairement engagés à effectuer des travaux do-
mestiques auprès de leurs maîtres, tout en continuant de travailler sur leur propre
terre ou sur celle d’un autre 139.
Mais l’important est ce que les Cambodgiens du vingtième siècle percevaient
de la situation de dépendance passée, à travers ce qu’en disaient les premiers an-
thropologues français. Ainsi, il était écrit en 1941 que les tribus de souche Sâmrê
(Chông, Peârs) autour du Grand Lac et dans les monts des Cardamomes, avaient
d’abord eu pour fonction de garder d’anciens temples, comme Angkor Vat, puis,
après avoir été libérés de leurs maîtres, étaient devenus, « esclaves d’Etat » (« néak
ngéar ») « au même titre que leurs congénères, les Pol Krâvanh, chargés de récol-
ter la cardamome. (…) Les sauvages soumis étaient en effet héréditairement
condamnés au rang social le plus bas, celui de Pol, au même rang d’esclavage que
les prisonniers de guerre ou les rebelles contre leur Roi ». Ils ne pouvaient être ra-
chetés comme les Komla au moyen d’une barre d’argent au profit du trésor royal.
Les Pol (un autre pseudonyme de Saloth Sar…) étaient « honnis des hommes
libres » et « parqués dans des hameaux séparés » 140. Contrairement aux Komla ou
137
Entretiens effectués en avril 2001. Phouk Chhay oppose également neak chea (hommes libres) et
neag ngea (esclaves) (Le pouvoir politique au Cambodge, pp.24, 73). Pour Phdah, Alain Daniel, Dic-
tionnaire pratique cambodgien-français, p.311.
138
Alain Daniel, op. cit., 1985, p.627. Joseph Guesdon, op. cit., fascicule 3e, 1920, p.355. S. Tandart,
Dictionnaire cambodgien-français, Phnom Penh, Hong Kong, 1910, Imprimerie de la Société des
Missions étrangères, Imprimerie de Nazareth, p.727, ou Phnom Penh, 1935, Imprimerie Portail,
Phnom Penh, p.628, t.II, p.1621. Pou Saveros, Dictionnaire vieux khmer-français-anglais, Cedoreck,
1992, p.147. Pour « corvéables », Pou Saveros, Guirlande de cpãp’, t.1, 1988, p.594, cité par Grégory
Mikaelian « La gestion administrative du royaume khmer d’après un code institutionnel du XVIIe
siècle, le kram sruk de Chey Chettha III, 1615 », Péninsule, n°38, 1999, pp.118-121, 133-135 146, où
l’on voit l’ancienneté de ces expressions qui ne datent pas de la période du protectorat.
139
Etudes de M.-A. Martin, Khin Sok, et A. Forest in Georges Condominas (Ed.), Formes extrêmes
de dépendance, contributions à l’étude de l’esclavage en Asie du Sud-Est, EHESS, 1998, pp.285-356.
140
R. Baradat, « Les Sâmrê ou Peâr, population primitive de l’Ouest du Cambodge », Bulletin de l’E-

57
L’ESSOR DE L’ANGKAR

aux Khniom, des asservis pour dettes, les Pôl et les neak ngear n’étaient pas rache-
tables. Il est intéressant de noter qu’il suffit de regarder dans un dictionnaire ou un
simple lexique français-cambodgien pour tomber sur les deux traductions de l’ex-
pression esclaves héréditaires : neak ngear et pôl 141. Selon un administrateur fran-
çais, les « Pols » de la région de Pursat dans les Cardamomes (confusion pour les
Pors ou les Pears ?), avaient été affranchis de leur condition d’esclaves du Roi
(Komlars) par l’arrêté du 17 juillet 1897 signé par le gouverneur général Doumer.
Un inspecteur indiquait que les Pol avaient été reconnus libres par une Ordonnance
Royale, le 1er février 1898, après que l’ordonnance française du 15 janvier 1877 et
que la Convention du 17 juin 1884 fussent restées lettres mortes 142.
Selon Keng Vannsak, les étudiants de Paris savaient qu’il avait existé jusque
dans les années vingt, avant l’arrivée de l’Amiral Thompson, des esclaves du Roi
dits Pol Sdech qui portaient les armes. Il leur aurait été moins connu qu’il eût
existé des esclaves de Bouddha, les Pol Wat, ou Pol Préah, alors que cette dernière
expression existait dans un dictionnaire cambodgien français de 1935 et dans le
récit très connu par les Cambodgiens du Sdach Kân, l’histoire d’un pol-Préah de-
venu mandarin par l’intercession de sa sœur devenue favorite du Roi, et ayant fait
régner la justice après une révolte de 1512 à 1516 143. Saloth Sar aurait déjà dit au
moins une fois à Paris qu’il s’appelait Pol (ou Paul) pour cacher son identité, dans
des circonstances que Vannsak a refusé de nous révéler 144. Et selon Steve Heder,
que nous sommes enclins à suivre, le futur nom de guerre de Saloth Sar serait pro-
cole Française d’Extrême Orient, t.XLI, Hanoi, 1941, p.25 (référence fournie par S. Heder, merci).
141
J. Guesdon, op.cit., pp.1203-1204. S. Tandart Dictionnaire français-cambodgien, Hong Kong,
1910, p.727. Dr. A. Pannetier, M. Poulichet, Lexique français-cambodgien nouvelle édition, Phnom
Penh, Portail, 192?, p.191.
142
A. Rousseau, administrateur des services civils de l’Indochine, Cambodge, les « Pols » de la ré-
gion de Pursat, voyage dans les montagnes des Cardamomes, Imprimerie du Protectorat, 1903, p.8.
R. Baradat, op. cit., p.25. L’esclavage fut aboli en 1884, mais la mesure ne s’appliqua pas partout et il
subsista la servitude pour dettes (Chandler, A History of Cambodia, 2nd edition, 1993, pp.144, 147).
143
S. Tandart, Dictionnaire Cambodgien-Français, 1935, t.II, p.1622 : Pôl Preah = esclaves des pa-
godes. Adhémard Leclère, « Le Sdach Kân », Bulletin de la Société des Etudes Indochinoises, n°59,
2e semestre, 1910, pp.17-55.
144
David Chandler, Pol Pot, frère numéro un, p.81. Entretien avec Keng Vannsak, 11 avril 2001. Pour
sa part il donnait l’hypothèse que le prénom Pol avait un côté descriptif, pol-pol signifiant dodu...
Wilfred Burchett avait également discuté avec Keng Vannsak en 1980 et rapportait que Saloth Sar,
supposé être membre du Comité politique du Cercle d’Etudes Marxistes, avait alors « seulement
confié à sa petite amie française que son vrai nom était Pol Pot ». Lorsque nous avons demandé à
Vannsak si Sar avait eu une petite amie française, il a répondu qu’il ne le pensait pas. Il est alors pos-
sible que Vannsak ait d’abord confondu, au sujet de l’activisme au Cercle, de la petite amie, et peut-
être même du pseudonyme Pol, avec Rath Samoeun, dont Debré, sans doute inspiré par Keng
Vannsak, faisait l’étudiant qui se cachait derrière Pol Pot (Wilfred Burchett, The China Cambodia
Vietnam triangle, 1981, p.50). Chandler, à qui Vannsak avait déjà dit que Sar avait utilisé une fois le
pseudonyme Pol (ou Paul) pense que Paul a pu être le nom de Saint que les nonnes de l’école Miche
lui avaient donné. Mais on peut penser peu probable qu’un militant anti-colonialiste partisan d’a-
néantir tous les vestiges du passé (voir radio officielle, S.W.B., BBC, Far East, 8 juillet 1975) ait pu
vouloir garder un tel prénom. D’autant qu’un ancien prêtre de l’école Miche dans les années trente et
quarante a indiqué à Philip Short qu’ils ne donnaient pas de noms chrétiens aux élèves.

58
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
bablement le digne prolongement des noms de plume Khmaer Daæm et Khmaer
neak ngear d’autant que Pol suivrait la prononciation populaire du mot d’origine
pali-sanskrite pôl (prononcer peul) désignant les esclaves. On peut également pen-
ser que Saloth Sar a francisé la prononciation du mot à Paris, ce qui le transfigurait
en Paul, comme ses poètes français préférés, Eluard et Verlaine, avant de lui re-
donner, au Cambodge, une orthographe de prénom cambodgien courant. Il est à si-
gnaler, en appui à cette étymologie, qu’un des mots khmers pour « prolétariat »,
Polotiri, semble formé sur la même racine.
Enfin on retrouve le mot Pôl dans deux articles écrits à Paris. D’abord, dans
celui attribué à Saloth Sar, au milieu d’un passage dénonçant la condition des
Khmers sous la monarchie, traduit ainsi par Chandler : les Khmers étaient « pareils
à des animaux, servant de soldats (pol) ou d’esclaves (knjom ke), contraints de tra-
vailler jour et nuit pour nourrir le roi et son entourage » 145. La traduction publiée
par Thion et Kiernan associait les deux mots khmers : « La condition du peuple se
rabaisse à celle de l’animal ; le peuple, qui est considéré comme un troupeau
d’esclaves est obligé de travailler sans relâche nuit et jour, pour nourrir la mo-
narchie absolue et son sérail de courtisans » (voir document 2).
Puis dans la revue Etudiants anticolonialistes (n°16, février 1953) diffusée par
le comité de liaison de l’Association Internationale des Etudiants de tendance pro-
soviétique et anti-titiste. Le comité était dirigé par Jacques Vergès, avec lequel
étaient irrégulièrement en contact certains communistes de l’A.E.K. L’article « La
lutte libératrice du peuple khmer », non signé, traitait de la répression coloniale au
début du XXe siècle, et mentionnait que « tous les habitants » avaient été
« condamnés à porter le nom ignominieux, symbole de la pire servitude de
"Damnés", de "Maudits" [peut-être le terme Phdah mentionné plus haut, Phdasa si-
gnifiant maudire], et leur condition juridique ravalée à celle des "Pôls", des
"Esclaves" ». Les milieux anticolonialistes des années cinquante perpétuaient la
mémoire de la répression endurée sous le colonialisme français et l’impérialisme
japonais – voir Coolie de corvée (Coolie Kamnen) du candidat démocrate Mey
Phat – ainsi que les souffrances de l’enfermement à Poulo Condor, prison créée par
les colons français – voir Prison politique (Kuk Noyobay), publié en 1971 par Bun
Chanmol, oncle de Thiounn Mumm 146.
Ben Kiernan escamote complètement la psychologie de Pol Pot en ne
commentant de manière tronquée que l’expression Khmaer daœm, utilisée à une
occasion, et non le pseudonyme Pol qui lui resta toute sa vie et dont la valeur sym-

145
David Chandler, Pol Pot, frère numéro un, p.70.
146
Entretien avec In Sopheap, juillet 2000. In Sopheap, Khieu Samphân…, version dactylographiée,
2001-2002, pp.7, 9, 10 (Bun Chan Mol critiquait les mandarins et mouchards au service de l’étranger
qui étaient « l’obstacle principal entravant la marche de notre révolution »). Henri Locard a recueilli
de Thiounn Mumm qu’il avait été influencé par son oncle Boun Chan Mol, auteur en 1971 de Kuk
Noyobay (prison politique), sur Poulo Condor. Un démocrate comme Pach Choeun y avait été incar-
céré (entretien avec Sin Khemko) et en avait gardé des cicatrices aux chevilles (In Sopheap, op. cit.).

59
L’ESSOR DE L’ANGKAR

bolique peut souligner le profond détachement qu’il éprouvait vis-à-vis de son mi-
lieu familial de paysans relativement aisés ou sa rupture avec le milieu de la Cour
royale. Pol Pot est purement dans la veine du révolutionnaire français Gracchus
Babeuf, dont le prénom renvoyait au nom de deux héros de la plèbe romaine en
lutte contre les gros propriétaires au IIe siècle av. J.C.. C’était sous ce nom de Pol
qu’il était connu au sein du mouvement Pracheachun vers 1956 147. Et dans les an-
nées soixante, il devint, Ta Pouk (le vieux Père), puis Bâng Pol (frère aîné Pol) ou
Ta Pol (grand-père Pol), suivant l’usage cambodgien des appellatifs familiaux, le
prénom Pot ne venant que plus tard.

III. La thèse en droit de Phung Ton sur la monarchie cambod-


gienne (1954)

Prêtons l’attention qu’elle mérite à une thèse oubliée, bien qu’accessible et


mentionnée dans la bibliographie de la thèse de Hou Yuon, qui permet de se replon-
ger dans les préoccupations politiques qui tenaient à cœur les Cambodgiens des an-
nées 1952-54. Certains thèmes transmis par le corps instructeur du P.C.F. au sujet
de l’histoire de la France s’y retrouvent.
Ex-diplômé de l’Ecole Nationale des Langues Orientales vivantes, Phung
Ton présenta et soutint sa thèse de doctorat, La crise cambodgienne, le 19 mai
1954, à la faculté de droit de Paris, devant Charles Rousseau (président du jury),
Pierre Lampue et Georges Burdeau. Sympathisant de l’aile gauche de l’A.E.K., il
participait, d’après Keng Vannsak, au « Cercle Marxiste Progressif » ou « Cercle
d’Etudes Marxistes » du noyau des étudiants cambodgiens de gauche. Professeur
d’université, il retourna au Kampuchéa en 1975, et fut expéditivement transféré
dans le camp de rééducation de Bœng Trabek le 12 décembre, avant d’être transfé-
ré pour son malheur à S-21 (Tuol Sleng) le 29 avril 1977 148.
Voici la description qu’il donnait du Cambodge peu avant 1954 :
« [Le pays] traverse depuis bientôt deux ans une crise aiguë : le coup d’Etat du roi
Norodom Sihanouk en juin 1952 ; la dissolution de l’Assemblée nationale ordonnée
par lui en janvier 1953 suivie de l’arrestation de plusieurs députés appartenant au
Parti Démocrate, et la suspension de la Constitution à la suite de la proclamation de
la "Nation en danger" en sont les preuves (...) Les institutions politiques et sociales
désuètes maintenues à son profit par la classe au pouvoir ne conviennent plus à une
population qui, lasse de supporter le joug de la classe dominante, cherche à en briser
les cadres trop rigides. Cette société féodale dans laquelle vit le peuple cambodgien

147
David Chandler, Pol Pot, frère numéro un, p. 93.
148
Communication personnelle de Steve Heder.

60
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
n’est plus en harmonie avec son désir de liberté. Sur le plan extérieur le Cambodge
connaît également un changement dans son statut international : d’Etat indépendant,
plus ou moins assujetti dans la première moitié du XIXe siècle à la suzeraineté du
Siam, il est passé à l’Etat protégé en 1863 ; et d’Etat protégé à l’Etat associé à
l’Union française en 1949 » 149.
Selon Ton, la société d’avant le « protectorat » français comportait tous les
traits de la féodalité : le roi gouvernait selon son bon plaisir sur un peuple doux,
craintif, ignorant et obéissant, dépourvu du moindre droit et ne connaissant que des
devoirs, mais se résignant à son sort sans en être satisfait. L’éducation bouddhique
accordait peu d’importance à la vie matérielle d’ici-bas. Elle inclinait à croire que
les malheurs de ce monde provenaient de méfaits commis dans la vie passée, et à
rêver d’un avenir meilleur dans l’au-delà. Les puissants – fonctionnaires, manda-
rins, gouverneurs de province et consorts – se livraient, comme dans les autres po-
tentats orientaux de l’époque, à la corruption, à l’arbitraire et à la tyrannie. Et Siha-
nouk s’appuyait sur sa fonction de gardien du bouddhisme pour surmonter le prob-
lème des rapports entre la monarchie et le peuple.
La présence française n’était plus le principal problème. En 1953-1954, les
colons français étaient en effet sur le point de partir, après avoir accordé la souve-
raineté judiciaire et policière en août 1953, puis la souveraineté économique, mili-
taire, et enfin l’indépendance totale avec la souveraineté diplomatique le 10 mars
1954 150. Ton établissait donc un bilan mitigé mais peu glorieux du « protectorat » :
« On a construit vers 1935 [1936 écrivent d’autres 151] un seul lycée dont l’effectif
n’a jamais dépassé 1000 élèves. D’autre part l’enseignement, même à l’heure ac-
tuelle, n’est pas obligatoire. C’est ce qui explique l’existence d’une masse inculte
évaluée à environ 70 % de la population ». Une masse opportunément exploitée par
des « capacitaires » de l’ancien régime, c’est-à-dire des diplômés ayant effectué
deux ans d’études dans un domaine, par exemple le droit, sans avoir eu le bac. Le
« protectorat » avait renforcé la division du Cambodge en trois classes sociales :

« 1°- L’aristocratie, groupant le Roi, la famille royale, les princes et les bâtards is-
sus de l’union des monarques cambodgiens avec les nombreuses femmes de leur ha-
rem.
2°- La bourgeoisie nationale, constituée en gros par 3 catégories d’individus:
a)- les bourgeois-féodaux, formés de dignitaires et de grands mandarins du Royaume
b)- les propriétaires fonciers qui, en vertu de la Convention de 1884 mettant fin à l’i-
naliénabilité du sol du Royaume "jusqu’à ce jour propriété exclusive de la couronne"
ont pu acquérir de grands domaines agricoles.
c) les bourgeois commerçants, comprenant les marchands, les négociants, trafi-
quants, commerçants, entrepreneurs et les individus embrassant les professions libé-

149
Phung Ton, La crise cambodgienne, thèse de droit, pp. 2-3.
150
Philippe Richer, L’Asie du Sud-Est, Imprimerie Nationale, 1981, p.146.
151
A History of Cambodia, 1993, p.160. Le Salut Khmer, 15 juin 2001, n°236, p.3.

61
L’ESSOR DE L’ANGKAR

rales.
d) les fonctionnaires moyens.
3° La masse du peuple, englobant les paysans, les ouvriers, les employés et les tra-
vailleurs en général, auxquels s’ajoutent les petits fonctionnaires et les bonzes,
moines bouddhiques vivant aux dépens de la population.
Telle est en gros la répartition des classes sociales à la veille de l’ère de la monarchie
parlementaire » 152.
L’analyse de classe était à l’image des futures conceptions du Parti com-
muniste khmer : les bonzes partageaient avec le monarque le privilège de vivre sur
le dos de la population. Les bourgeois-féodaux se comportaient en caste en préfé-
rant exercer des tâches de hauts fonctionnaires et en refusant tous les métiers déro-
geants ou avilissants en raison de leur caractère manuel, « tels les nobles sous la
monarchie française ». Ils étaient à distinguer des bourgeois commerçants issus de
familles chinoises « pour qui la satisfaction des intérêts pécuniaires constitu[ait] la
principale occupation ».
Pour ce qui est de l’analyse des infrastructures politiques, la Constitution
cambodgienne de 1947 était calquée en partie sur celle de la France de 1946. Les
« constituants » cambodgiens avaient tout bonnement recopié à l’identique les ar-
ticles de la Constitution française de 1946 portant sur la question de confiance, la
motion de censure, etc. La Constitution cambodgienne s’inspirait encore de la Ré-
volution française, ce qui la rendait anachronique et inadaptée à la réalité cambod-
gienne. Anachronique car elle reflétait « quant au fond, les conceptions individua-
listes en honneur à l’époque de la Révolution française de 1789 ». Et inadaptée,
« formelle » et « théorique », parce qu’elle ne pouvait servir à tous et instaurerait le
régime du laisser-faire :
« Comment [la masse peut-elle] jouir de la liberté de presse du moment qu’elle ne
sait ni lire ni écrire? Même à supposer qu’elle le sache, comment ferait-elle pour
avoir à sa disposition une entreprise de presse dont l’installation nécessiterait des
frais énormes. Cette liberté ne serait-elle pas le monopole des capitalistes et de la
classe au pouvoir comme c’était le cas des "démocrates"? La liberté de réunion et
d’association suppose pour son exercice effectif la mise à la disposition du public de
locaux suffisants. Or ces locaux font partout défaut au Cambodge (sauf dans les pa-
godes)(...) La seule salle "publique" de Phnom Penh (La philharmonique), dont la
location nécessite de grands frais, n’est pas accessible à la masse dans l’ensemble
très pauvre » 153.

Cette dénonciation marxiste et sociologique des droits de l’homme de 1789


conduisant à la liberté du chacun pour soi, au « laisser-faire » (ou tout le monde n’a
pas les moyens de faire ce que les autres font) ou à la séparation des individus, re-

152
Phung Ton, op. cit., p.28.
153
Phung Ton, op. cit., pp. 40-42.

62
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
monte aux temps mêmes des débats de la Révolution Française. Soboul écrivait
que les conventionnels montagnards étaient soucieux de supprimer l’inégalité des
richesses qui rendait caducs les droits politiques, comme on le trouvait exprimé
dans la philosophie sociale du XVIIIe siècle 154.
Phung Ton tentait de démontrer le caractère illusoire de la proclamation des li-
bertés d’opinion et d’expression sous Sihanouk, en raison du manque de papier, des
délits d’opinion prévus par le code pénal, et de l’existence d’un service de censure
(français, aussi 155) qui interdisait les « journaux, périodiques et revues de tendance
socialiste ou communiste (l’Humanité, Libération, Démocratie Nouvelle, Cahiers
Internationaux, etc.) susceptibles d’éveiller et de secouer la conscience des masses
populaires ». Ces libertés risquaient à tout moment d’être « réduites à néant par
"l’ordre public", notion très extensible dont l’appréciation relève de la bourgeoisie
au pouvoir » 156.
Comme l’enseignait le P.C.F. dans ses cours élémentaires de 1952 sur l’Etat,
le doute systématique était de rigueur à l’égard des libertés « bourgeoises » et
d’une liberté, celle d’opinion, qui, bien que proclamée, n’était pas vraiment défen-
due par le pouvoir. Phung Ton tenait donc pour certain que « la masse », même
« ignorante » ne pouvait « tirer aucun profit » de la liberté d’opinion. On peut peut-
être se demander si le droit à la parole n’avait pas permis à certains démocrates et
marxistes de poser le problème de la pauvreté des masses ? La réponse est que ce
droit n’avait été accordé que dans d’étroites limites. Il n’existait pas de « laisser-
faire » en matière d’opinion. Plus tard, le Kampuchéa révolutionnaire tenta d’inver-
ser les règles du droit à la parole. Au début de l’année 1976, signalait Laurence
Picq, le journal Jeunes révolutionnaires estimait que si l’on donnait la liberté de
parole à tous dans les meetings, les intellectuels auraient plus de facilité de parole
que les paysans pauvres, moins volubiles. Aussi la liberté d’expression « véri-
table » ne consistait-elle pas à laisser parler n’importe qui, mais, étant donné la
nouvelle conjoncture, à « parler dans le sens du bien du peuple paysan unique-
ment », ce que seule Angkar était susceptible de faire 157.
Phung Ton percevait que si la « bourgeoisie au pouvoir » avait été « en grande
partie influencée par la doctrine libérale de la Déclaration des Droits de l’Homme
et du Citoyen de 1789 », son « intérêt de classe » lui avait dicté une « attitude indi-
vidualiste et égoïste » « à l’égard des masses populaires ». Concernant le droit à la
propriété, la Constitution Cambodgienne de 1947 se bornait à déclarer dans son ar-
ticle 7 que « la propriété est sous la protection de la Loi » et non qu’elle est « un
154
Paragraphe « La démocratie sociale » dans Albert Soboul, Précis d’histoire de la Révolution Fran-
çaise, 1962, p.326.
155
Nous avons trace de l’interdiction du journal Libération et l’Echo du centre par le Commissaire de
la République Française au Cambodge De Raymond, le 27 novembre 1950, pour la raison qu’ils ris-
quaient de « porter atteinte au moral de l’Armée et de la Population ».
156
Phung Ton, op. cit., p.43.
157
Témoignage dactylographié de Laurence Picq, p.95.

63
L’ESSOR DE L’ANGKAR

droit inviolable et sacré comme c’est écrit dans la Déclaration des Droits de l’-
Homme et du Citoyen ». Ton y voyait l’expression de la volonté hégémonique fu-
ture de la bourgeoisie.
« En effet, s’il est sans conteste que la bourgeoisie nationale constitue la couche pri-
vilégiée de la Nation cambodgienne, il n’en est pas moins certain qu’elle ne détient
pas toutes les richesses du pays : une majeure partie des terres est entre les mains des
paysans, la quasi-totalité des biens et entreprises appartient aux étrangers, notam-
ment aux Chinois (qui concentrent entre leurs mains l’ensemble du commerce inté-
rieur et extérieur du Cambodge), aux Français et aux Vietnamiens (...) Il est donc
normal qu’elle ne cherche pas à conférer à la propriété un droit absolu et sacré » 158.
De même, mais cette fois pour ne pas offusquer le Roi, les rédacteurs de la
Constitution avaient omis la proclamation de l’égalité en droit des hommes à la
naissance. Un camarade de Phung Ton se souvient qu’il estimait que la Constitu-
tion de 1947 était moins démocratique que celle du Laos, car « tout émanait du
Roi » 159.
La bourgeoisie ne daignait donc prendre dans les textes législatifs français
que ce qui se conformait à ses intérêts. Tandis que pour ce qui était de son mode de
vie, l’esprit d’imitation était presque parfait :
« Il y a chez la bourgeoisie cambodgienne et particulièrement dans la couche supé-
rieure de la population imprégnée de culture française, une mentalité qui consiste à
trouver meilleur tout ce qui vient des Français et tout ce qu’on fait en France. La
tendance est d’imiter les Français et parfois de les imiter aveuglément sans réflé-
chir. On rencontre souvent à l’occasion des fêtes, des gens habillés à l’européenne
(costumes en laine, cravate, souliers vernis) se promenant sous un soleil de 30°, le
visage baigné de sueur. Beau spectacle qui suscite l’admiration des uns et la plainte
des autres, mais qui révèle chez ses acteurs l’absence de bon sens et d’esprit critique
» 160.

Plus tard, la volonté de rupture du pays avec le passé colonial sera à la mesure
de ce conformisme.
On peut aussi s’apercevoir que pour les marxistes cambodgiens, la source de
la crise cambodgienne était plus profonde que les seules interférences entre les sys-
tèmes monarchiques et démocratiques. La libéralisation des institutions était aussi à
dépasser.

« La démocratie introduite par la Constitution cambodgienne possède une allure par

158
Phung Ton, op. cit., pp.54, 56.
159
Entretien avec Mey Mann, 14 juillet 2000.
160
Ibid., p.61.

64
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
trop libérale ; elle est dans l’ensemble le reflet du système du laisser-faire si cher à la
bourgeoisie française de l’époque révolutionnaire. (...) Elle [n’accorde pas à l’indi-
vidu] des pouvoirs d’exiger des prestations de l’Etat » 161.
Phung Ton déplorait que la Constitution de 1947 eût délibérément laissé de
côté des « prescriptions essentielles » contenues dans la Constitution française de
1946, telles la nationalisation de « tout bien, de toute entreprise, dont l’exploitation
a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de
fait... » (ce qui était le cas, selon lui, des entreprises de transport et des rizeries). Ou
d’avoir délaissé la prescription sur « l’aide et l’assistance à la famille, à l’enfant,
aux vieux travailleurs, aux incapables et invalides » (et notamment l’extension des
allocations familiales réservées jusqu’alors aux fonctionnaires aux miséreux,
vieillards et enfants abandonnés contraints de mendier ou de partager le repas des
bonzes), ou encore le droit à l’instruction gratuite pour l’enfant et l’adulte.
Alors même que la Chine nationaliste, « démocratie bourgeoise », comportait
dans sa Constitution l’obligation de recevoir une instruction publique, celle du
Cambodge n’en faisait nullement mention. Phung Ton, que l’on pouvait imaginer
encore comme un progressiste au sein du parti Démocrate bataillant pour l’éduca-
tion des masses, n’était en fait guère enchanté par les quelques réformes entreprises
par les Démocrates, avec qui il prenait franchement ses distances. Les réformateurs
démocrates n’avaient certes pas attendu la Constitution pour créer « de nombreuses
écoles nouvelles » et accroître les manifestations culturelles. « Mais » ces réalisa-
tions étaient « trop modestes », l’instruction n’étant pas encore accessible à tous.
Phung Ton n’estimait pas utile d’avoir appelé les bourgeois les plus généreux à ap-
pliquer ces lois qu’ils avaient proclamées. Non, l’esprit élitiste de la bourgeoisie
déteignait irrémédiablement sur les réformistes du Parti Démocrate. Ces bourgeois
démocrates au programme flou, composés de commerçants et de fonctionnaires,
ne pouvaient avoir pour objectif que d’arriver au pouvoir par les élections pour
« défendre leurs intérêts de classe » 162.
« Les faits sont là pour le prouver : depuis la mise en application de la Constitution
de 1947 on constate la création des syndicats ou des associations de fonctionnaires,
de femmes (de la bourgeoisie) du Cambodge, etc. Quant aux syndicats de tra-
vailleurs ou de paysans, il n’en est pas question : leur formation s’est heurtée à l’op-
position irréductible de certains leaders "démocrates" au pouvoir, lesquels ont peur
des groupements populaires » 163.

161
Phung Ton, op. cit., p.52.
162
Phung Ton, op. cit., p.40.
163
Ibid., p.44.

65
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Phung Ton privilégiait donc des moyens plus directs que les réformes:
« De même que l’autorité ne se transmet pas, mais s’acquiert, de même les libertés
démocratiques ne se donnent pas ; elles se conquièrent par la lutte. La démocratie li-
bérale en France est le fruit de la victoire du peuple français sur la monarchie abso-
lue. La chute de celle-ci a permis le maintien et le développement de celle-là » 164.
En marxiste, ou en accord avec la vision du P.C.F de la Révolution Française
depuis le milieu des années trente, Phung Ton était conscient du rôle moteur de la
bourgeoisie. La lutte contre la monarchie s’appuierait sur le « peuple, ou plus exac-
tement une bourgeoisie montante qui aspirait à la direction du pays en s’appuyant
sur les masses populaires » 165. Telles étaient les conceptions de Lénine dans sa bro-
chure Deux tactiques : la révolution démocratique bourgeoise et la révolution so-
cialiste étaient deux anneaux d’une même chaîne 166. Ton jugeait le peuple prêt à
être mobilisé. Les différentes manifestations, les grèves dans les villes et les pro-
vinces début 1953, et les élections en faveur du Parti Démocrate dit « Parti du
mouvement », étaient le signe d’un frémissement :
« On dit que le peuple cambodgien, habitué comme les autres peuples asiatiques à
subir depuis des siècles le poids de l’autocratie éprouvera beaucoup de difficultés
pour s’adapter à un régime démocratique. Cela est exact, un tel régime étant jus-
qu’au début du XXe siècle à peu près inconnu en Asie. Mais est-ce à dire qu’il
acceptera facilement de rentrer sous le joug de la dictature ? Les faits nous autorisent
à répondre négativement » 167.
Finalement, Ton ne pensait même pas suffisant d’étendre les droits politiques
et sociaux français :
« En effet la démocratie à l’heure actuelle ne renferme plus le même contenu qu’au-
trefois. Depuis l’avènement du Communisme, elle revêt 2 formes : la forme clas-
sique dite "occidentale" ou bourgeoise, et la forme nouvelle dite "orientale" ou
populaire, qui diffère l’une de l’autre dès le point de départ. (...) Nous savons que la
Déclaration des Droits de 1789 est, pour une large part, une synthèse de la pensée
philosophique des principaux écrivains du XVIIIe siècle et notamment de Rousseau
et de son "Contrat Social". Or Rousseau avait écrit dans une époque où l’inégalité
politique constituait un obstacle à la démocratie, laquelle selon lui, serait réalisée par
la suppression des barrières politiques entre la noblesse, le clergé et le Tiers Etat.
L’idéal pour le siècle de Rousseau, c’était une démocratie politique qui pouvait être
atteinte par la suppression des cloisons politiques entre les classes sociales, c’était
l’égalité politique. Mais cette égalité politique ne convient plus au XXe siècle. C’est
une "démocratie économique" et une "égalité économique" dont notre époque a be-
soin. A la place de l’égalité de droit, de l’égalité juridique qui avait suffi à une socié-
té d’il y a 150 ans, il faut une égalité de fait concrétisée par une égalité économique.
164
Phung Ton, op. cit., p.63.
165
Ibid., p.63.
166
Staline, Des principes du léninisme, éditions sociales, 1945, p.26.
167
Ibid., p.98.

66
LA MONARCHIE VUE DE FRANCE (1949-1954)
Le XVIIIe siècle s’est borné à supprimer les classes politiques pour réaliser la démo-
cratie, le XXe demande l’abolition des classes économiques » 168.
La manière employée pour réaliser l’abolition des classes et l’égalité écono-
mique n’est pas précisée. Mais plus tard, les communistes cambodgiens, dont
Phung Ton est pour un moment le miroir, ravalerons l’égalité des droits au droit de
faire la critique du Parti en petits cercles, sans droit de manifester.
Les raisons pour lesquelles Phung Ton fut éliminé par ses anciens camarades
ne sont pas, comme c’est souvent le cas, clairement établies. Peut-être était-il oppo-
sé à l’emploi des armes. Evoquant l’emploi de la force par Sihanouk pour réprimer
les mécontentements populaires, il estimait que son efficacité ne devait être attri-
buée qu’à un effet de surprise transitoire. Car d’une manière générale l’efficacité de
la force « est de courte durée, comme le rappelle aux passants, cette phrase inscrite
au-dessus de la porte d’entrée de la bibliothèque centrale de Phnom Penh: "La
force ne lie que pour un temps, les idées enchaînent pour toujours" » 169.
Selon Keng Vannsak, son refus de distribuer des tracts ou de manifester, plu-
tôt que de se consacrer à son diplôme, l’avait rendu suspect d’individualisme. Un
membre de l’A.E.K. en France jusqu’en février 1954 rappelle que Ton était un
membre modéré du Cercle. On le prenait pour un « légaliste». Ton était honnête et
disait ce qu’il pensait. Pour un autre, on lui reprochait d’être à la recherche d’un di-
plôme. En 1954, il rejoignit le seul Parti Démocrate. Devenu directeur de l’Ensei-
gnement Supérieur du Cambodge et chargé de cours en Droit Public et Droit Inter-
national à la Faculté de Droit de Phnom Penh, ainsi que docteur en droit, il avait
adhéré, comme tout haut fonctionnaire, au rassemblement de Sihanouk, le Sang-
kum. Toutefois, il s’était constamment refusé à recevoir de la part de Sihanouk le
poste de ministre de l’Education, pour des raisons liées à ses convictions. Bien que
modéré et peut-être parce qu’il était raisonnable, il n’était nullement opportuniste.
En 1960, il était reparti en France pour préparer l’agrégation. Un membre de
l’U.E.K. qui était son voisin de chambre dans les années soixante le décrit comme
un « progressiste » ayant maintenu d’étroites relations avec l’U.E.K. tout en restant
précautionneux lorsqu’étaient abordés les problèmes politiques 170. Jusqu’en 1972,
date de son départ en France, il occupa le poste de recteur de l’Université de Kom-
pong Cham puis de celle de Phnom Penh. Après la chute de Phnom Penh, le 17
avril, il était parti retrouver sa femme diabétique et sa fille atteinte de polio,
pensant que ses anciens camarades ne lui causeraient pas d’ennuis, étant donné
qu’il n’avait pas été mêlé aux activités politiques de l’ancien régime 171.

168
Phung Ton, op. cit., pp.39 et 57.
169
Phung Ton, op. cit., p.99. La phrase y est en effet écrite, en français et en khmer.
170
Entretiens avec Mey Mann, 14 juillet 2000, Mr. W., et communication de Suong Sikœun. Archives
Nationales, Dossier AJ 16 8341, Relations Internationales, Cambodge : fonctionnement de la faculté
de droit et de sciences économiques de Phnom Penh (1959-1963). Pour son appartenance au Parti Dé-
mocrate, voir la thèse de Phouk Chhay, p.188.
171
Entretien avec Chau Xeng Ua, 9 janvier 1999.

67
CHAPITRE 3

PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLU-


TIONNAIRES

I Formation universitaire et technique


La plupart des Cambodgiens venus à la Maison d’Indochine souffraient d’un
retard universitaire par rapport aux Vietnamiens, et s’inscrivaient le plus souvent
dans des écoles techniques. Néanmoins, la gauche pro-communiste compta dans
ses rangs des exemples de réussite universitaire dans tous les domaines.
Du côté des sciences humaines, on trouve les docteurs en sciences écono-
miques Hou Yuon et Khieu Samphan. Samphan, avant d’arriver à Paris en avril
1956, avait obtenu une licence et un Diplôme d’Etudes Supérieures en droit à
Montpellier, et y aurait suivi des cours à l’Ecole Supérieure de Commerce 172, tout
en faisant connaissance avec les Cambodgiens de Paris à l’occasion de visites ou
de voyages annuels entre étudiants communistes 173. Un autre licencié en droit, très
pris, entre 1955 et 1957, par ses études de douanes et de droit coutumier avant d’a-
chever sa thèse au Cambodge, Hu Nim, était lié d’amitié avec Hou Yuon, In Sokan
et Kheang Khaon 174. Notons dès à présent que la faculté de droit de Paris –devenue
en 1955 la faculté de droit et de sciences économiques – était alors dominée par des
professeurs de tendance centriste, tels Jean Marchal et Raymond Barre, et que les
professeurs de gauche n’y étaient guère nombreux. Khieu Thirith, fille d’un juge 175
et future épouse de Ieng Sary fin 1955, ne fut pas attirée par le droit. Bachelière à
Phnom Penh, elle obtint au bout de quatre ans sa licence d’anglais à la Sorbonne
– avec cours de littérature et de civilisation anglaise et américaine. Ce qui lui attira
une remontrance de la part de Keng Vannsak pour son manque de cohérence idéo-
logique à vouloir apprendre une langue d’impérialistes. Thirit dira plus tard à Eli-

172
Pour la licence de droit, voir archives de la Cité Internationale Universitaire de Paris. Pour l’école
de commerce, rapport de la Préfecture de Police de Paris, décembre 1956 in Associations d’étrangers,
« Activités de l’U.E.K », Archives Contemporaines de Fontainebleau, cote 84 00 83, art.37.
173
Entretiens avec Nicole Bizeray et Mr. W. In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002,
version dactylographiée, p.28.
174
Ariane Barth, Tiziano Terzani, Anke Rashataswan, op.cit., p.219. Hu Nim indiquait dans sa confes-
sion que ses études en droit coutumier ou de douanes (customs) à Neuilly, et en droit à Paris, lui lais-
saient peu de temps les activités politiques (« The Confession of Hu Nim, aka Phoas », translated by
Eng Kok Thay, www.welcome.to/dccam, ou In Sopheap, Khieu Samphân, op.cit., p.49).
175
E. Becker, Les larmes du Cambodge, Presses de la Cité, 1988, p.68 (édition de New York, p.73).

68
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

zabeth Becker avoir choisi l’anglais pour protester contre le colonialisme


français… Keng Vannsak, quant à lui, avait obtenu sa licence de lettres en 1951,
suivi des cours de psychologie générale et pédagogique, de philosophie des
sciences, de morale et de sociologie, et commencé un doctorat d’université. Khieu
Ponnary, la future femme de Pol Pot, régulièrement première en classe au Cam-
bodge à l’école Sutharot et au lycée Sisowath, selon le témoignage de Norodom Si-
hanouk 176, et une des premières bachelières cambodgiennes avec Pou Saveros, étu-
dia à Paris jusqu’en 1951-2.
Du côté des sciences dures, on compte des docteurs en médecine (Thiounn
Thioeun, In Sokan, auteur d’une thèse sur la tuberculose), des diplômés de grandes
écoles comme l’Ecole Polytechnique (Thiounn Mumm), l’Ecole Centrale des Arts
et Métiers (In Sophann, frère de In Sokan), ou l’Ecole Nationale d’Organisation
Economique et Sociale du Transport, rue Miromesnil (Thiounn Prasith, futur cadre
au ministère des Affaires étrangères, d’abord lycéen à Henri IV). Chi Kim An, un
des chefs du Pracheachun – le Peuple, le parti communiste légal créé en septembre
1955 – et des cadres du P.C.K. jusqu’en 1970, était sorti ingénieur géomètre de l’E-
cole des Travaux Publics de Paris. Keat Chhon, futur haut cadre au ministère des
Affaires étrangères, était diplômé en génie maritime et en génie atomique au Com-
missariat à l’Energie Atomique (C.E.A.) de Saclay en 1959-1960, une formation
d’ingénieur qui se déroulait sur une année universitaire et qui se clôturait par un
stage d’une durée de trois ou six mois dans la préparation d’un projet industriel (ce
qui n’en faisait pas un « ex-physicien nucléaire » 177). Sien An obtint pour sa part
en 1953 un diplôme de l’Institut National de Statistiques et d’Etudes Economiques
(I.N.S.E.E.).
D’autres étudiants de gauche n’ont pas achevé leurs études. Pour beaucoup, la
passion politique les fit délaisser leurs manuels par appétence pour Marx, Lénine,
ou Mao. Parmi eux, Saloth Sar. A Phnom Penh, il avait fréquenté six ans les bancs
d’une école catholique, quatre ans ceux de l’école Norodom Sihanouk, et avait
échoué au brevet avant d’acquérir un simple brevet technique à l’« école de fer »,
une école technique créée par le « protectorat » où l’on apprenait la mécanique et la
menuiserie 178. Loth Suong, son frère aîné, le décrit comme quelqu’un de studieux
au collège technique : « Il ne courait pas les filles et ne buvait pas. Il bûchait dur
pour ses études... c’était une personne bien... un bon gosse, pas méchant ou dépra-

176
Norodom Sihanouk, Prisonnier des Khmers rouges, p.118.
177
Les archives du C.E.A. confirment les témoignages oraux sur la courte durée de sa spécialisation
dans la filière de l’atome. Voir William Shawcross, Le poids de la pitié, Balland, 1984. p.302.
178
Chandler, Pol Pot..., p.44. Keng Vannsak pense que Sar avait fait de la mécanique à « l’école de
fer », mais cette école formait aussi selon lui des réparateurs de chaloupe (entretiens du 4 mars 1998
et du 11 avril 2001). Selon Saloth Nhiap, frère de Sar, interrogé par H. Locard, il fit de la menuiserie.

69
L’ESSOR DE L’ANGKAR

vé » 179. Inscrit à Paris en radio-électricité, à l’école Violet 180, il était, d’après lui-
même, un élève moyen. Au bout d’un an, il devint une bête de politique. Il rencon-
tra pour la première fois sa femme, Khieu Ponnary, alors qu’il était chargé de reco-
pier le journal Reaksmey, et ses rendez-vous avec elle se déroulaient dans l’appar-
tement de Keng Vannsak où avaient également lieu des réunions politiques…
En France, Ieng Sary, le futur ministre des Affaires Etrangères du Kampuchéa
Révolutionnaire, passa la deuxième partie de son baccalauréat en novembre 1951,
et, de 1954 à 1956, ne fit qu’une propédeutique à la Faculté de lettres de la Sor-
bonne, c’est-à-dire une année préparatoire pluridisciplinaire à la licence se clôtu-
rant par un Certificat d’Etudes Littéraires Générales. Ses prétentions d’avoir été di-
plômé de sciences politiques sont contredites par plusieurs témoignages et par les
archives de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris : s’il s’y inscrivit deux fois en an-
née préparatoire, en 1951 et 1952, il n’assista, selon les dires d’un archiviste, qu’«
aux toutes premières conférences de méthode », et celles qu’il suivit chaque année
peuvent se compter sur les doigts d’une main. Peut-être considérait-il la plupart des
cours de l’I.E.P. comme faisant partie de la culture bourgeoise et préférait-il suivre
les cours n’exigeant ni présence ni travaux à rendre donnés par quelques profes-
seurs communistes : Jean Baby, professeur de marxisme et auteur d’un bon résumé
du Capital intitulé Principes d’économie politique ; Jean Bruhat, qui enseignait l’-
histoire de l’URSS ; ou Pierre Georges, qui en enseignait la géographie. Tandis que
sa femme travaillait et recevait de l’argent de sa sœur Khieu Ponnary, membre du
Parti Démocrate, Sary se donnait entièrement à l’action et aux manifestations, ju-
geant les diplômes inutiles et coupables d’aggraver l’attachement à soi et la
distance par rapport aux masses. Il aurait dit déjà qu’on ne faisait pas la révolution
avec les intellectuels. Cela était dans la ligne du P.C.F. et du culte des masses ensei-
gné par le matérialisme historique. Saloth Sar méprisait pareillement les diplômes
et reprochait aux étudiants qui n’avaient pas travaillé de leurs mains d’avoir la vie
facile. Il faut ajouter que certains étudiants ne cachaient pas leur intention lucrative
de rafler leur diplôme pour devenir mandarin à leur retour 181. A l’inverse, les rê-
veurs ou les membres des réseaux démocrates gravitant autour de la famille
Thiounn s’engageaient davantage dans les activités de l’association A.E.K., au but
lucratif encore incertain.
Toch Phoeun, le futur ministre des Travaux Publics du K. D., étudia d’abord

179
Elizabeth Becker cite une interview réalisée par Steve Heder (When…, p.90, version plus courte en
français, Les larmes du Cambodge, p.84). Keng Vannsak, interrogé en avril 2001 avait au contraire
tendance à le peindre comme un pervers… d’après ce qu’auraient dit des danseuses que Sar regardait.
180
M.-A. Martin, op. cit., p.158 et entretien avec Keng Vannsak, 11 avril 2001. Son frère Loth Suong
parlait de l’Ecole Française de radio-électricité (Ben Kiernan, How Pol Pot…, p.28). Pol Pot lui-
même disait avoir étudié un an plusieurs matières, mais « surtout l’électricité », dans une école élect-
ro-technique (« Pol Pot’s interview with Yugoslav Journalists », 17 mars 1978, S.W.B., Far East,
BBC, Phnom Penh Home Service, 24 March 1978). Les archives de la Faculté de lettres n’ont conser -
vé aucun dossier d’inscription à son nom.
181
Cinq personnes dont trois membres du cercle nous ont signalé ce mépris des diplômes.

70
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

dans ce domaine à Hanoi, travailla au Cambodge, et ne passa que six mois à l’E-
cole des Travaux Publics du Boulevard Saint-Germain – on lui avait d’ailleurs
conseillé de se réorienter car il était classé à la 95e place sur une promotion de 97,
ce qui lui laissait peu de chances de réussir le concours. Mey Mann et Mey Phat,
qui avaient suivi une école de conducteurs au Cambodge, s’étaient inscrits aux
cours de préparation de l’Ecole des Travaux Publics à Cachan. Mais Mey Mann
perdit le bénéfice de sa bourse « pour raisons extrascolaires ». Rath Samoeun, ba-
chelier en philosophie au Cambodge en 1950, était inscrit en histoire à la Sorbonne.
Contraint d’interrompre ses études durant huit mois, de juillet 1952 à mars 1953, à
cause d’une tuberculose osseuse, il reprit les études pendant un an en propédeu-
tique et en sciences politiques. A l’époque, le seul professeur d’histoire de l’univer-
sité de la Sorbonne à partager quelques idées socialistes était, en histoire écono-
mique, Ernest Labrousse, un anti-communiste para-marxiste en histoire.
Toch Kham Doeun, futur employé au ministère des Affaires étrangères, mit
beaucoup de temps à terminer ses études à la Faculté des Sciences, étalant son doc-
torat de Sciences Mathématiques sur neuf ans. Ok Sakun, après avoir obtenu la pre-
mière partie de son baccalauréat, serait venu préparer, grâce à une bourse, le
concours de l’école militaire de Saint-Cyr. Mais son militantisme l’a sans doute
dissuadé de rechercher un diplôme, qui plus est dans l’armée colonialiste, et il sui-
vit des études de transport avant de travailler dans les chemins de fer royaux du
Cambodge de 1957 à 1963, puis revint étudier avec succès à l’Ecole Supérieure des
Transports de Paris. Suong Sikoeun, étudiant en géographie, préférait s’occuper de
politique. Récompensé par une bourse pour ses excellents résultats au lycée et re-
cruté par Ieng Sary au sein de l’organisation révolutionnaire clandestine, il était
parti pour Paris à bord d’un Tupolev 62 en octobre 1957 où Keat Chhon l’accueillit
et le conduisit de l’hôtel du Champ de Mars à la Cité Universitaire de Paris. La pre-
mière année, il se forma à l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile, passa son bac-
calauréat de philosophie en 1958, puis entama des études de licence d’histoire de
1961 à 1964. Il ne passait pas toutes les épreuves et obtenait des notes insuffisantes
– y compris en histoire de la colonisation. La politique l’intéressait davantage. La
géographie générale et tropicale lui réussit mieux et il décrocha sa licence en 1968
avec la mention passable, puis devint moniteur au département de géographie du
Centre expérimental de Vincennes – la nouvelle université créée après 1968 où se
retrouvèrent la plupart des professeurs marxistes et des agitateurs étudiants) et rédi-
gea un mémoire sur l’évolution des structures agraires dans les provinces du Sud-
Est cambodgien de Prey Vieng et Svay Rieng. En treize ans, et profitant de ce que
l’inscription dans les universités n’était pas limitée dans le temps, il développa d’é-
tonnantes capacités d’expression en français qui lui servirent plus tard au ministère
des Affaires Etrangères.
Son Sen, le futur chef des forces armées du K.D., était, dans sa jeunesse, un
étudiant sérieux qui portait des lunettes. Déjà premier de sa classe de 3e moderne, il
était considéré par le directeur de l’école normale de Phnom Penh, pour la période

71
L’ESSOR DE L’ANGKAR

ultérieure allant de 1946 à 1950, comme un excellent élève-maître. Ses camarades


estimaient beaucoup ses qualités intellectuelles. Après son arrivée à Montpellier le
11 octobre 1950, Sen, jusqu’en 1953, élève-maître à l’école normale d’instituteurs
de Melun en Seine et Marne, tout en passant, à la Faculté des Sciences de Paris, les
deux parties de son baccalauréat en juin 1952 (série moderne) et en juin 1953 (série
sciences expérimentales) avec la mention « assez bien ». La formation reçue dans
les écoles normales était assez contraignante à la fois du point de vue de l’assiduité
demandée que du point de vue du travail à fournir. La méthodologie y était davan-
tage enseignée qu’à l’université. Ayant échoué au concours d’entrée à l’Ecole Nor-
male Supérieure, il s’inscrivit en licence de philosophie entre octobre 1953 et 1956,
avant de retourner à Phnom Penh au mois d’avril ou mai 1956, à court de moyens
financiers. Sa bourse du gouvernement cambodgien lui avait été retirée pour des «
raisons étrangères à ses études », et le Recteur refusa de lui fournir un secours
prélevé sur les crédits de la Fondation Nationale 182. A l’époque, la licence durait
deux ans mais nécessitait souvent trois ans pour obtenir les quatre Certificats d’E-
tudes Supérieures. La présence en cours n’était ni obligatoire ni indispensable
puisque des polycopiés des cours étaient distribués. On ne sait donc si Son Sen
était assidu, mais on sait via les archives universitaires qu’il ne passa aucune
épreuve dans les C.E.S. auxquels il s’était inscrit. Il est probable que sa vie mili-
tante lui ait accaparé la majeure partie de son temps et que les cours de philosophie
ne lui aient pas parus très enrichissants pour transformer le monde, mais il est aussi
possible qu’il n’attachait aucune importance au fait de devenir un impétrant. A re-
garder la liste des cours de philosophie en propédeutique et en licence dispensés de
1953 à 1956 par des auteurs aussi mesurés que Jean Guitton, Georges Canguilhem
(à partir de 1955), Vladimir Jankélévitch ou Raymond Aron (à partir de 1955), on
ne trouve presque rien sur le socialisme hormis des cours de ce dernier sur la socio-
logie politique, et rien sur l’œuvre politique de Rousseau – seulement sur sa pen-
sée religieuse. Un professeur avait bien dispensé un cours public sur Saint-Simon,
Proudhon et Marx, en 1952-1953, mais ce professeur, Georges Gurvitch, ne cher-
chait à travers ces auteurs qu’à définir le champ de la sociologie, ce qui laissait une
impression abstraite et insipide.
Son Sen préférait sans doute alors étudier les guerres européennes, napoléo-
niennes et austro-hongroises, comme il le confia à Steve Heder sans indication de
date. Un de ses anciens camarades communistes se souvient que certains membres
du cercle lisaient Clausewitz, et particulièrement Son Sen. Les écrits de ce général
prussien, auteur de la célèbre formule que la guerre est la continuation de la poli-
tique par d’autres moyens, avaient été abondamment lus par Lénine à partir de
1915, et étaient cités comme un modèle de stratégie par les léninistes, Mao, et bien
d’autres. La guerre faisait alors les grands titres de l’actualité et occupait bien des
esprits. A compter du début de la guerre d’Algérie, fin 1954, les militants com-
munistes, très présents en philosophie, prenaient régulièrement la parole aux inter-

182
Archives de la Cité Universitaire Internationale. Pour « mai 1956 », Barth, Terzani, op.cit.,. p.217.

72
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

cours, durant cinq minutes, jusqu’à empiéter sur le début du cours à venir, avec
l’accord intimidé du professeur. Une véritable atmosphère de démocratie populaire
régnait dans les milieux étudiants de la Faculté des lettres. Dehors, c’était la
guerre ! Comment en était-on arrivé là ? A l’entrée de l’université, les étudiants
communistes vendaient leur organe mensuel, Clarté, et toutes sortes de conceptions
marxistes circulaient chez les étudiants. On peut dès lors comprendre que les Cam-
bodgiens aient également tenté de théoriser et d’élaborer des programmes sociaux
pacifiques et porteurs de progrès applicables aux conditions de leur pays.
En tant que communistes, leur but n’était pas de faire carrière, ou alors pas de
manière imminente, mais d’éveiller les masses et de mettre à bas les vieilles
structures sociales. De 1957 au début des années soixante, un témoin indique que
70 % des membres de l’U.E.K. étaient des étudiants sérieux. Plus tard, les bour-
siers s’investirent davantage dans les mouvements d’idée, rebâtissant sans arrêt
leur pays. Selon Laurence Picq, ils se faisaient une très haute idée de la politique et
préféraient rester le plus longtemps possible à Paris pour profiter de la vie et se
cultiver politiquement avant de ramener des idées nouvelles dans leur pays.

II. Origine sociale.


Il est à noter que les plus radicaux, ou du moins les meneurs de ces divers
mouvements étudiants étaient rarement issus de milieux modestes. Ieng Sary, le
plus politisé et le plus militant au début des années cinquante – dont la mère dispa-
rut lorsqu’il était en bas âge – ainsi que Saloth Sar / Pol Pot, Son Sen ou Hou
Yuon – le premier président marxiste de l’A.E.K. – venaient de familles paysannes
aisées. Son Sen était le fils d’un petit propriétaire terrien et Sary et Sar étaient les
fils de propriétaires fonciers ou de paysans riches. La famille de Saloth Sar, basée à
Kompong Thom, le plaça un an au monastère royal et sept ans dans une école ca-
tholique. Une de ses sœurs et sa cousine danseuse royale étaient les concubines du
Roi Monivong, le grand-père de Sihanouk. Quant à son frère aîné, il travaillait au
palais au service du protocole. Thiounn Mumm, le mentor admiré pour être rentré à
Polytechnique, venait d’une haute famille aristocratique. Keng Vannsak, l’aîné et le
pédagogue, avait connu les milieux du Palais via sa mère, qui était une des
quelques trente concubines du roi Monivong 183. Le père d’In Sokan était un riche
gouverneur. Les sœurs Khieu appartenaient à la haute bourgeoisie. Le père de Yun
Yat était petit commerçant dans l’orfèvrerie. Le père de Mey Mann exerçait une «
profession libérale ». Seul Rath Samoeun, un des plus convaincus, venait d’une fa-
mille de paysans pauvres 184. Mais comme le montre un document administratif, ses
parents étaient décédés avant qu’il n’ait atteint sa vingtième année, et il est pro-
183
Philip Short, Pol Pot, Anatomy of a Nightmare, New York, Henry Homt & Co, 2004, p.17.
184
P. Short, Pol Pot, 2004, p.36. F. Debré, op. cit., p.83 (dont l'informateur se trompait néanmoins sûr
Saloth Sar, rangé parmi les étudiants d’origines modestes, et par surcroît d’origine vietnamienne).

73
L’ESSOR DE L’ANGKAR

bable qu’il ait été le protégé de quelque personnage bien placé. Le père de Sien An
était, comme ce dernier l’avait inscrit dans un bulletin d’inscription à la faculté,
« cultivateur » – sans plus de précisions – et sa mère était décédée. Khieu Samphan
avait eu pour père un fonctionnaire civil ou plus précisément magistrat, signalé
comme décédé quand Samphan avait vingt ans. Nghet Chhopininto était orphelin
de son père médecin à l’âge de quatre ans. Toch Phoeun, le futur ministre des tra-
vaux publics, écrivait en 1952, être fils d’instituteur. Son frère Toch Kham Doeun
indiquait pour sa part en 1955 que son père était décédé et que sa mère était
cultivatrice.
Dans les années soixante, les membres actifs de l’Union des Etudiants
Khmers étaient plus fréquemment d’origine paysanne et modeste : c’était le cas de
Suong Sikœun (orphelin de père), et d’Ok Sakun, fils de « cultivateurs » – sans
plus de précisions.

III. Portraits.

Des étudiants tout à fait charmants

Les portraits qui sont faits de ces étudiants les font apparaître comme des
hommes plus ou moins timides, plus ou moins sentimentaux, plus ou moins durs
politiquement, généralement modestes, mais tous sympathiques, souriants, et soli-
daires entre eux.
Un ancien ami cambodgien de Khieu Samphan le décrivait comme quelqu’un
de modeste, timide, discret, sortant très peu afin de se consacrer à ses études. Sa ti-
midité ressortait de ce qu’il ne brillait guère comme orateur. Il n’en était pas pour
autant solitaire ou renfermé, et donnait un coup de main à la moindre occasion.
Plus tard, en tant que diplomate, ses qualités d’affabilité et son sourire le feront ap-
précier de beaucoup. Un de ses amis français rapporte que vingt-cinq ans après
qu’il lui eût offert un objet décoratif en étain provenant de Malaisie, Samphan s’en
était de lui-même souvenu pour regretter de ne pas avoir emmené le cadeau avec
lui. A Paris, il refusa de se lier trop avant avec une française étudiante en médecine
dont il était amoureux. Il aurait même fait vœu de chasteté jusqu’à l’avènement de
la révolution, mais en 1973 ses camarades lui arrangèrent une union avec une cam-
bodgienne originaire de Preah Vihear 185. C'était un militant politique pur et idéa-
liste. Il restait plongé des heures dans ses livres. Sa chambre d’étudiant semblait
contenir « la collection complète des œuvres de Marx, Lénine et Engels » 186.
« Sans doute était-il un peu trop idéaliste et théoricien et pas assez réaliste et prag-
matique », admettait Philippe Jullian 187. « Même ses camarades étudiants français
185
Entretien avec Long Norin, juillet 2000.
186
John Barron et Anthony Paul, Un peuple assassiné, Denoël, 1977, p.66.
187
Sur l’amourette de Khieu Samphan, entretien avec Nicole Bizeray. Entretien du 24 mars 1998 avec
Philippe Jullian qui s’intéresse au Cambodge depuis 1950 – entre 1955 et 1974, il effectua de très

74
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

communistes le considéraient comme quelqu’un d’extrêmement dogmatique »,


peut-on lire ailleurs 188. Pour Suong Sikœun, qui l’a connu à partir de 1957, c’était
un homme d’organisation pour qui le sens de la discipline primait sur tout, un
homme de convictions plutôt que d’action, dont les analyses sobres et concises pre-
naient parfois une allure dogmatique.
Ieng Sary, bien que doté d’esprit de camaraderie, était vu comme antipathique
et intolérant par les étudiants républicains, ou comme direct et intransigeant par un
camarade marxiste. Un camarade vietnamien retient de lui un personnage souriant,
dont la gentillesse s’était à nouveau manifestée lors d’une visite en grande pompe à
Hanoi, en 1971-1972, où Sary avait embrassé devant tout le monde cet ancien
camarade qui n’était pourtant, parmi les autres, qu’un cadre modeste. Marie-
Alexandrine Martin avait relevé auprès de Keng Vannsak que Sary, étudiant, était
complexé d’être le fils d’un propriétaire foncier, qu’il était doté d’un « grand esprit
calculateur », d’un caractère rancunier – un trait qu’elle attribue aux Khmers – et
aurait gardé un comportement « féodal ». Keng Vannsak, ancien marxiste et esti-
mant que les « Khmers rouges » n’ont réalisé qu’une idée du communisme
(maoïste), reprochait sans conviction le même trait à Saloth Sar : « Quand il séjour-
nait en France, je crois qu’il était sincèrement nationaliste, peut-être encore chargé
de féodalité », une autre caractéristique khmère selon M.-A. Martin 189.
Hou Yuon, très posé et taciturne derrière ses manières de paysan, avait beau-
coup d’humour et entretenait de bonnes relations avec des étudiants républicains.
Chau Xeng Ua, républicain socialiste, nous confirme les propos de Hou Yuon rap-
portés par M.-A. Martin : il ne faut pas confondre élimination de la bourgeoisie et
suppression des bourgeois. En 1964, dans une version remaniée de sa thèse publiée
sous Sihanouk en 1964, il précisait que la contradiction entre les villes et les cam-
pagnes « ne signifie pas que " les ouvriers des villes oppriment les paysans pauvres
à la campagne " ou que les cruels capitalistes des villes et les propriétaires paysans
n’oppriment pas les travailleurs et les paysans pauvres » 190, ce qui, tout réfléchi, ne
diffère pas de la conception des articles du P.C.K., mais ne fut pas toujours compris
à la base. Sa franchise lui attira tout à la fois les foudres de Sihanouk et l’isolement
puis l’élimination au sein du P.C.K..
Hu Nim était, dans les années soixante-dix, affable, ouvert, et excellent ora-
teur. Des confessions de prisonniers le décrivent comme moins franc que Hou
Yuon, car il sut longtemps cacher ses doutes au sujet de la ligne du Parti.
Toch Kham Doeun, dans les années soixante, était un homme très affable, très
ouvert, intelligent, ayant aussi le sens de l’humour, toujours prêt à rendre service.
Son frère Toch Phoeun était, à la Maison d’Indochine, un camarade sympathique.

nombreux séjours au Cambodge, et y résida au total pendant plus de six ans.


188
Ariane Barth, Tiziano Terzani, Anke Rashataswan, op.cit., p.218.
189
Marie-Alexandrine Martin, Le mal cambodgien, p.160.
190
Kiernan, How Pol Pot..., p.208.

75
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Keat Chhon s’était fait beaucoup d’amis par ses qualités de sympathie et de
patience.
Rath Samoeun, « le plus professionnel » des militants cambodgiens de la Mai-
son d’Indochine, également beaucoup écouté par son camarade en sciences poli-
tiques et organisateur du Cercle Ieng Sary, et doté d’un intelligence politique réelle,
était par ailleurs un garçon très charmant, moins dur que Sary ou Son Sen.
Sien An et Son Sen s’attiraient la grande sympathie de leurs camarades indo-
chinois ou français à la Cité Universitaire. Cependant, Son Sen était considéré
comme un peu maladif et paranoïaque par un étudiant provisoirement communiste.
Un cambodgien qui n’était pas du même bord politique se rappelait d’un person-
nage insondable et même assez dur. Un camarade de maquis le trouvait intransi-
geant à certains moments, et un de ses élèves à l’Institut National pédagogique, de-
venu anti-« Khmers rouges » après avoir fui le pays, le jugeait austère, sec, dur, le
visage crispé, toujours tendu 191. Est-ce parce que ces fréquentations étaient inca-
pables de travailler comme lui ?
Mey Mann était foncièrement honnête. Ok Sakun et In Sokan sont décrits par
un communiste français ami avec eux au début des années soixante-dix comme
des idéalistes pleins de générosité, fascinés par la Révolution d’Octobre. Suong
Sikœun dit du premier qu’il était un camarade dévoué, très compréhensif et très ou-
vert.
Certes ils ont pu, par calcul politique, s’employer à paraître encore plus sym-
pathiques auprès des nouveaux arrivants à la Cité universitaire, pour mieux les
rallier à eux. Néanmoins, confronter leur nature bienveillante avec ce qu’ils com-
mirent, ou laissèrent commettre plus tard, plonge tous ceux qui les ont connus étu-
diants dans la plus grande consternation.
Un indice supplémentaire de leur naturel attirant ou conciliant, du moins avec
les femmes, est que ceux qui ont été en France y ont souvent trouvé des Françaises
pour femme : Keng Vannsak, Mey Mann, Nghet Chhopininto, Toth Kim Teng, Men
Mol, Suong Sikœun, marié à une institutrice, Keo Norin marié à une infirmière,
Thiounn Mumm marié à une femme docteur en médecine et médecin psychiatre,
Thiounn Prasith marié en 1954 à une future conseillère au planning familial qui
n’adhéra au P.C.F. qu’en 1970, Chau Seng uni à la fille d’un maire communiste
possédant une propriété viticole, In Sokan marié à une assistante sociale ou in-
firmière catholique fille de médecin, Ok Sakun marié à une communiste professeur
de mathématiques fille d’un maire communiste dans le midi. Keat Chhon était ma-
rié, lui, à une cambodgienne d’origine vietnamienne étudiante en chimie, catho-
lique, qui travailla ensuite à l’Institut Pasteur, s’adonna à des œuvres de charité et
191
Entretiens avec Pierre Brocheux (avril 1998), Mr W., Chau Xeng Ua, Mey Mann (juillet 2000).
Sam Prasith et Pierre Max, Cambodge du silence, éd. de l’Echiquier, 1977, p.35.

76
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

devint communiste.
Ieng Sary, lui, déconseillait à ses camarades de se marier avec des étrangères.
La même recommandation existait dans les années soixante chez les communistes
de l’U.E.K. Pour les membres célibataires du FUNK en 1972, le prétexte était que
les étrangers ne pouvaient « comprendre et bien servir » la révolution 192. Les re-
présentants ou membres du FUNK en France finirent souvent par se séparer de leur
femme ou de leur fiancée après 1970, conséquence des recommandations émanant
des zones communistes autant que du nationalisme et de l’intransigeance ou, peut-
être simplement, de la détermination politique que leurs compagnes ne supportaient
plus. Dans une autobiographie de décembre 1976, Thiounn Prasith déclarait être
gêné d’avoir attaché trop d’importance aux facteurs matériels de la vie de famille
en France, jusqu’à emprunter de l’argent et acheter une maison : cela devait être
imputé à des influences capitalistes et révisionnistes 193.
Les moments où leur comportement sortait de l’ordinaire n’étaient pas dus au
hasard ou à ce que Sihanouk avait assimilé à l’amok – une colère subite et incom-
préhensible qui surviendrait chez les Malais, les Indonésiens ou les peuples assimi-
lés à cette souche. Ils provenaient d’un sursaut de conscience spirituel. Ieng Sary
devenait sévère une fois transcendé par la politique. Ses idées étaient plus violentes
que celles de Rath Samoeun qui ne discutait guère des moyens politiques. Saloth
Sar, fermement anticolonialiste, était par ailleurs discret, poli, « bon vivant », « dé-
brouillard » 194, « ouvert sur le monde », « ne manquant pas d’humour » 195, « gen-
til, timide (...) plutôt charmant ». Il n’aurait osé tuer un poulet 196. François Debré
indiquait que Sar se serait disputé avec Hou Yuon en matière de politique, mais une
autre source indique qu’ils n’avaient pas vraiment eu le temps de débattre en raison
du départ précoce du premier.
Les liens tissés au Cambodge ou en France ont soudé très tôt les futurs diri-
geants du Kampuchéa, qui continuèrent, au pouvoir, à utiliser des surnoms réelle-
192
Barth, Terzani, Rashataswan, op.cit., pp.168 et 217. Y Phandara, Retour à Phnom Penh, op. cit.,
1982, pp.23, 59 (les femmes étrangères ne pouvaient venir au Cambodge car elles ne comprendraient
jamais la révolution). Lorsque Ieng Sary arriva à Pékin en 1971, il insista pour que l’épouse de Suong
Sikœun soit exclue des activités de la communauté cambodgienne. Une fois celui-ci reparti, les rela-
tions allèrent beaucoup mieux, y compris avec son mari, mais lorsqu’elle parvint à Phnom Penh, son
statut la mettait à la fois dans la position de l’étrangère représentante de l’impérialisme, et dans celle
de l’occidentale internationaliste héroïque (Laurence Picq, Au-delà du ciel, op. cit., p.12).
193
Voir « Autobiography of Thiounn Prasith, former Khmer Rouge Ambassador to the United Na-
tions, dated December 25, 1976 » sur le site www.yale.edu/cgp.
194
Entretien du 14 juillet 2000 avec Mey Mann qui l’a connu sur le paquebot le Jamaïque les menant
en France, puis l’a revu une fois à Paris, et l’a retrouvé dans le maquis en 1954. Mey Mann confirme
que Saloth Sar ne manquait pas d’humour. A Henri Locard, il dit en août 1998 que Saloth Sar était «
très plaisant, aimait blaguer de ci de là. C’est lui qui se débrouillait pour obtenir du vin rouge auprès
des soldats français » (Conversations avec ...,1999, pp.11, 14).
195
Jacques Vergès, Un salaud lumineux, conversations avec Jean-Louis Remilleux, Livre de poche,
pp.347-348, édition n°1 Michel Lafon, 1990.
196
Ben Kiernan, How Pol Pot …, p.120. Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun, août 2000.

77
L’ESSOR DE L’ANGKAR

ment emprunts de camaraderie derrière l'usage communiste formel : « camarade


Khiev » (Son Sen), « camarade Pol » (Saloth Sar), « camarade Van » (Ieng Sary),
« camarade Hêm » (Khieu Samphan) « camarade Phoah » (Hu Nim) etc., camarade
étant souvent remplacé par frère 197.

Conduite personnelle au pouvoir.

En chaque homme politisé gît un personnage différent de la personnalité qu’il


incarne au quotidien. Cette face politique peut paraître menaçante à ceux qui
s’estiment parfaitement intégrés à la société en place lorsque les prises de position
en faveur d’un changement radical légitiment, en raison de leur efficacité supposée,
des méthodes contraignantes ou criminelles. Ces moyens envisagés n’entament pas
forcément l’apparente sensibilité d’hommes animés par des buts lointains de justice
sociale.
C’est pourquoi si Nuon Chea apparaît à ceux qui l’approchèrent comme un
homme froid et distant, brutal voire sans cœur, il ne saurait être troublant de
constater, dans les caractères de Khieu Samphan, Son Sen et Ieng Sary un mélange
d’affabilité, de camaraderie, et de dureté de caractère. Son Sen était presque aussi
populaire que Pol Pot, lorsqu’ils donnaient tous les deux des séminaires dans les
années quatre-vingt, Nuon Chea, l’étant alors beaucoup moins. En mars-avril 1976
Sihanouk rencontra Son Sen et en retira l’impression d’avoir affaire à un homme
« aimable et souriant ». Pol Pot semble même correspondre aux canons du législa-
teur vertueux : esprit certes intraitable sur la discipline révolutionnaire, mais sens
de la maïeutique dans le discours, attention envers les subordonnés, capacité à créer
une relation d’égalité, et surtout un charisme que lui reconnaissaient plusieurs jour-
nalistes et Sihanouk. Suong Sikœun, qui avait quelque fois servi d’interprète à Pol
Pot, écrivait en l’an 2000 avoir été fortement impressionné par la « grande as-
surance » et la « simplicité déconcertante » d’un personnage qui allait toujours au
devant des gens pour les saluer. Quand le président birman Ne Win était venu au
K.D. en 1976, Pol Pot avait effectué le déplacement pour le rencontrer à la maison
des hôtes, rompant ainsi avec la procédure protocolaire. David Chandler a bien re-
constitué cette facette d’un Pol Pot qui séduisait ou hypnotisait son auditoire par
son calme, quelles que soient les mesures annoncées, et qui « était coutumier de la
tactique consistant à endormir la méfiance de l’adversaire avant de passer à l’at-
taque » 198. Selon ce qu’a rassemblé In Sopheap du côté des anciens dirigeants ba-
sés à Païlin, « Pol Pot montrait beaucoup de patience, lisant et surtout écoutant im-
197
Ponchaud, 1977, p.212. Chandler, Pol Pot..., p.105, 118. Heder, Documentary ..., pp.41-42.
198
Voir nos descriptions précédentes. Vickery émet un avis général identique en 1984 (Cambodia
1975-1982, p.152). Sur Pol Pot, Chandler, Pol Pot..., pp.234, 246-247, 274-275, 320-321 (ces appari-
tions télévisées donnent la même impression), sur Son Sen p.324, sur Nuon Chea p.246. Sur Nuon
Chea, Ben Kiernan, Le génocide..., p.73. Sur Sihanouk confiant à James Pringle que Pol Pot était cha-
rismatique, The Tragedy... p.379. Ebauche d’autobiographie de Suong Sikœun, p.29. Sur Son Sen, Si-
hanouk, Prisonnier…, p.98. Le mystère Pol Pot, d’A. Maben, Arte France, films du Bouloi, 2001.

78
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

passiblement les rapports fastidieux faits par des cadres peu instruits qui souvent,
s’ils ne sortaient pas du sujet ou enjolivaient leurs accomplissements, exprimaient
mal leurs idées (…) il introduisait l’ordre du jour et expliquait le sujet à débattre,
en l’orientant sans que l’on s’en rendît compte vers le résultat voulu (…) il avait
l’art d’énoncer sa décision, qui donnait l’impression que chacun avait contribué à
sa formulation. Il n’y avait pas de vote. “ La collectivité avait décidé ” » 199 .

La perception du comportement Khieu Samphan

Pour bon nombre de personnes, Khieu Samphan est une figure insaisissable.
Parangon d’affabilité, il a toujours arboré une image de député honnête et « pro-
gressiste » et donné l’impression que le mouvement révolutionnaire était présidé de
manière modérée, selon un communisme bien intentionné et proche du peuple,
même lorsqu’il était nommé haut commandement en chef des Forces Armées
Populaires au-dessus des vice-présidents Saloth Sar, Nuon Chea et So Vanna – Sao
Phim –, ou président du présidium d’Etat du K.D. à partir de 1976. Mais dirigeait-il
vraiment les choses comme il avait dirigé le Cercle Marxiste-Léniniste cambodgien
en France jusqu’en 1959 ? Fut-il dupe, complice ou passif devant le tour sanglant
pris par la révolution ? Peut-être croyait-il plus aux phrases du Parti que les autres
dirigeants, à la fois moins engagés dans le débat avant 1975 et davantage confron-
tés aux réalités après 1975.
En fait, pendant longtemps, Khieu Samphan n’avait rien dirigé. Chea avait
confié que dans les années soixante, les ennemis « ne pouvaient pas découvrir qui
dirigeait la révolution. Ils connaissaient le nom de quelques camarades tels Khieu
Samphan. Ils pensaient que ces camarades étaient les vrais dirigeants de la révolu-
tion. Mais ils ne connaissaient pas les vrais dirigeants »200. Selon Ieng Sary, l’acti-
vité politique de Samphan prit, à son retour de France, « des formes diverses » 201.
Le 30 septembre 1976, Pol Pot expliquait qu’à partir, semble-t-il du congrès de
1960, le Parti n’avait « laissé qu’un ou deux » de ses membres travailler ouverte-
ment. Bien qu’il fut membre secret du Comité Central du Parti, il était un des rares
cadres à travailler dans la légalité, afin de s’allier les étudiants, les intellectuels et
les cercles gouvernementaux. Le rôle de Samphan, dira Nuon Chea, avait été de
travailler légalement pour mobiliser des forces populaires. Mais il s’agissait plutôt
des habitants des villes les plus éduqués. Renonçant à monter un cabinet d’avocat,
chose qui aurait pu le rapprocher du vrai peuple, il vit dans la députation une « tri-
bune nationale » pour « propager la politique d’indépendance et de neutralité » – ce
sont ces termes. Le peuple des villes appréciait en lui l’incorruptibilité d’un mi-
nistre du commerce mettant beaucoup de cœur à l’ouvrage dans l’étude de ses dos-

199
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, version dactylographiée, 2001-2002, pp.95-96.
200
Nuon C., « Statement... », 07/1978, The Journal of Communist Studies, vol. 3, n°1, 03/1987, p.21.
201
Steve Heder, Pol Pot and Khieu Samphan…, p. 6, citant Sary dans Viet Nam courier, n°347.

79
L’ESSOR DE L’ANGKAR

siers, et logeant modestement dans l’appartement de sa mère, pendant que d’autres


hommes politiques festoyaient à tout va. Comme il le confia plus tard, après les
élections, la tâche qui lui était « assignée » consistait à cultiver des relations avec
les personnalités du royaume situées au centre, à effectuer le travail de front uni
avec les personnalités du système ( kar ngear ranaksé sratoap loeu). Samphan af-
firme avoir tout ignoré du travail auprès de la masse (kar ngear moulthan), tout en
ayant des contacts avec un membre du Parti 202. Il fallait respecter un certain secret
et sans doute ne confiait-on pas trop de renseignements à cet intellectuel trop en
contact avec les hauts fonctionnaires et les enseignants. Puis il s’éclipsa dans le
maquis, avec l’accord du Parti et contre le souhait des Vietnamiens 203.
Le reste de son parcours confirme cette impression d’un politicien à la fois ha-
bile et bien dans la ligne. En tant que commandant de l’armée du FUNK, il déclara
aux adversaires « républicains », jusque deux semaines avant leur, que seuls sept
« super-traîtres » (l’expression était de Sihanouk le 26 mars 1975) seraient élimi-
nés, et invita tous les officiers et fonctionnaires de la République à rejoindre le
camp de Sihanouk. Or on sait que ce furent les premières cibles des vainqueurs…
On avait peut-être oublié le style de son discours à l’O.N.U., le 6 novembre 1974,
au sujet de la nécessité d’ « anéantir jusqu’au dernier » les « archi-fascistes, archis-
pourris (...) disséminés en groupuscules (...) dont la survie ne tient qu’aux canons et
dollars des impérialistes américains » 204.
Contrairement à certaines rumeurs 205, Khieu Samphan avait maintes fois ré-
itéré, à Pékin et ailleurs à l’étranger, le refus du FUNK d’accepter un compromis
avec les Américains et leurs « valets » qui s’adonnaient à des « manœuvres vi-
cieuses » de « simulacres » de cessez-le-feu ou de négociation de paix 206. S’il avait
adopté une position de compromis, il aurait été classé, comme l’affirmait un article
de Drapeau Révolutionnaire de juillet 1978 à propos des membres du Parti qui
avaient voulu négocier et instiller la peur des bombardements B 52, au rang des
« ennemis méprisables ».
A lire Steve Heder, au plus haut niveau, Samphan, était membre candidat du
Comité Central à partir de 1971, et membre titulaire ou de plein droit à partir jan-
vier 1976 seulement. Khieu Samphan affirme ne pas avoir eu de pouvoirs décision-
nels lors des réunions du Comité Central. Seuls les cadres qui avaient des tâches
concrètes avaient des choses à rapporter qui rentraient ensuite dans les plans d’ac-

202
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, version dactylographiée, pp.62-63, 91, 94.
203
Livre Noir, p.48.
204
Association France Cambodge, 1975-1976, archives, documents divers.
205
Au ministère des Affaires Etrangères, en 1976, il fut dit que Samphan avait faibli sur la position du
refus du compromis avec les Américains, ce pourquoi l’Angkar aurait décidé de le marier. Cette
image de modéré préparé à négocier une fin pacifique avait déjà circulé à Phnom Penh en mars 1975.
206
Témoignage dactylographié de L. Picq, p.117. Son épouse aurait été d’une douceur « irrésistible »,
d’après L. Picq. Shawcross, Une tragédie sans importance, p.337. En mai-juin 1972, Hou Yuon était
également contre tout compromis (Ith Sarin, « Pauvre Cambodge ! » (1974), ASEMI II, 1984, p.210).

80
PROVENANCE ET PREDISPOSITIONS DES REVOLUTIONNAIRES

tion en les adaptant aux documents du Parti qui constituaient la ligne 207. Par la
suite, et même s’il n’avait pas forcément de pouvoir de vote, il a pu soutenir les
propositions de Pol Pot. Il apparaissait ainsi tout de même une fois, sous son pseu-
donyme de Hem, dans les minutes du Comité Permanent, le 9 octobre 1975, à la
quatrième place derrière Pol Pot, Nuon Chea, et Ieng Sary, mais plus en novembre
1978. Par ailleurs, ses fonctions postérieures à 1975 comme responsable du FUNK
et du GRUNK le mettaient en première place dans le processus de démantèlement
et d’élimination de leurs anciens membres, tels Hu Nim et Prum Sam-an. En août
1976, il avait représenté le pays à la conférence des pays non-alignés de Colombo,
et ce fut d’ailleurs là son dernier voyage à l’extérieur jusqu’en 1979. En 1976, il
donnait aussi des séminaires de rééducation. Le 16 février 1977, il fut promu au
poste de président de l’Office du Comité Central, l’Office 870, après l’arrestation
de Deuan (ou Soeu Van Si, impliqué par Koy Thuon) notamment coupable d’avoir
tardé à faire arrêter des cadres suspects. L’attribution de ce poste a donc pu le pla-
cer à l’intérieur du processus de purges du Comité Central qui entraînèrent la mort
de Chou Chet alias Thang Si, (secrétaire de la Zone Ouest à qui Nuon Chea avait
reproché de ne pas avoir exterminé tous les soldats recrutés parmi les anciens lon-
noliens qui pouvaient avoir gardé de « vieilles idées ») de Sao Phim, (secrétaire de
la zone Est), de Phuong (Ek Phon, secrétaire adjoint de la zone Est), de Ros Nhim
(secrétaire du Parti pour la zone Nord-Ouest), et de Vorn Vet (vice premier ministre
chargé de l’Economie). Mais selon les derniers documents disponibles, il semble
simplement avoir facilité certains arrestations sans en avoir pris la décision. D’une
part en menant des enquêtes : sur la zone Ouest où venait d’avoir lieu une purge,
sur le secrétaire Thang Si peu avant qu’il ne fût purgé, sur un cadre du ministère de
la propagande qui critiquait l’Organisation puis finit par se suicider. D’autre part en
endormant la vigilance d’un cadre de l’Est peu après que la décision de purger l’Est
fut prise, l’invitation à dîner pour qu’il ne cherche pas à fuir son destin alors qu’il
était impliqué dans une confession. Il était conscient de la nécessité de purger les
rangs puisqu’il déclarait dans un discours d’avril 1978, que les purges ne décime-
raient pas les rangs du Parti car de nouveaux cadres remplaceraient les anciens. Et
sans doute que l’urbanité de Samphan le classait parmi les artisans les plus effi-
caces des purges. Sa position à l’Office 870 l’amenait aussi à participer régulière-
ment aux réunions du Comité Permanent pour prendre des notes et archiver les
décisions. Une « office », peut-être la sienne, servait aussi à archiver les télé-
grammes envoyés des zones 208. Où l’on voit le grand intellectuel servir en défini-
tive bon gré ou mal gré de factotum.
Dans son grand discours du 27 septembre 1977, Pol Pot complimentait deux
hommes du Parti : Nuon Chea – le n°2, en charge de la propagande et du travail du
Parti – et le Camarade Président du Présidium d’Etat (c’est-à-dire Khieu Samphan)

207
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, p.96.
208
Heder, Pol Pot and Khieu Samphan , op.cit. Heder & Brian D. Tittemore, Seven Candidates for
prosecution : Accountability for the Crimes of the Khmer Rouge, june 2001, pp.80-86.

81
L’ESSOR DE L’ANGKAR

classé comme l’un des « grands intellectuels » arrêtés et persécutés en 1959-


1960 209. Mais à quel niveau rendait-il le plus service au chef ? Celui de la propa-
gande ou celui des prises de notes et des décisions en haut lieu ?
Pour ce qui est du soutien verbal, il est sûr que Samphan a rarement ébranlé
les certitudes des supporters de la révolution. Lorsque Steve Heder l’interrogea en
août 1980, celui-ci nia que des personnes fussent mortes de faim ou exécutées
après avoir été faussement accusées d’être des agents impérialistes ou vietnamiens
(y compris Hou Yuon et Hu Nim, qu’il connaissait bien) 210. Sihanouk, interrogé
par James Pringle en janvier 1979 confia en revanche avoir demandé avec in-
sistance à Samphan, en 1977, s’il était sûr que Koy Thuon était un agent des Viet-
namiens et de la CIA, et reçut une réponse négative 211. Ceci pourrait indiquer que
Samphan n’était, soit, pas complètement servile, soit pas encore suffisamment
informé des dossiers des services de sécurité. En 1980, au Phnom Dangrek, devant
une délégation composée de Cambodgiens de Tokyo et du Comité des patriotes du
K.D. en France, Samphan fut interrogé par un des membres sur l’origine des mas-
sacres tant décriés en Occident et répondit de manière à déculpabiliser la direction
du Parti : « l’ennemi est dans notre chair et notre sang » 212. Il ne faisait d’ailleurs là
que reprendre la phraséologie communiste et les termes de Pol Pot dans un rapport
à propos d’un « groupe de traîtres » qui s’était « caché et enterré dans notre chair et
notre sang » pour écraser la révolution 213. Ce n’est qu’en 1987 qu’il évoqua trois
mille morts non justifiées 214.

209
S.W.B., BBC, 1 Oct 1977, FE/5629/C2/8. Heder cite l’expression « intellectuel distingué » d’après
une traduction d’un Groupe de résidents cambodgiens en Amérique, Pol Pot … , op.cit., p.17.
210
Heder, Pol Pot and Khieu Samphan , op.cit., p.26.
211
Ben Kiernan, Le génocide..., p.424.
212
Un membre de la délégation avait d’abord cité « dans notre sang ». Plus tard, nous lui demandions
s’il ne s’agissait pas plutôt de « dans nos rangs », et c’est sa dernière réponse « dans notre chair et
notre sang » que nous reprenons. L’entretien en cambodgien avait été enregistré par la délégation.
213
Chandler, Kiernan, et Boua, Pol Pot plans the future, p.189. Rappelons que pour Hô Chi Minh
tout le monde devait combattre la cupidité, le gaspillage et la tendance bureaucratique car « l’enne-
mi » était « dans [le] cœur » de chacun (Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, 2000, p.199.)
214
Heder, Seven Candidates for Prosecution …, pp.61-80.

82
CHAPITRE 4

LA RELATION AU MARXISME

(1949-1954)

I. Le Parti Communiste Français dans les années cinquante.

Après la fin de l’occupation allemande en 1945, le Parti Communiste Fran-


çais représentait près du quart de l’électorat, avec 28,6 % en 1946, 26,6% en 1951,
25,6 % en 1956, soit, en pourcentage des voix exprimées aux législatives, le pre-
mier parti de France jusqu’en 1958 alors même que les réformes électorales qui se
succédaient ne favorisaient pas sa représentation à l’Assemblée Nationale. Tous les
1er mai, pour commémorer des grèves sanglantes aux Etats-Unis, la Confédération
Générale des Travailleurs faisait massivement défiler ses militants pour la « fête du
travail ».
Après la guerre, le P.C.F. jouait abondamment de son image patriotique de
« Parti des "75 000" fusillés » (chiffre surestimé). En 1951, Louis Aragon terminait
le dernier tome des Communistes, célèbre roman sur le patriotisme des résistants
Francs Tireurs Partisans communistes combattant le national-socialisme.
Lorsque Saloth Sar, Ieng Sary, et d’autres Cambodgiens arrivèrent à Paris en
1949-1950, le culte de Staline était à son comble. En 1949, la célébration de son
70e anniversaire avait occasionné une immense collecte d’argent destiné à lui en-
voyer des cadeaux. Les communistes chinois venaient de triompher. Et la France
était en conflit depuis trois ans avec le Front National Vietnamien soutenu par la
Chine. Dans les années quarante, le P.C.F. conseillait encore aux révolutionnaires
vietnamiens d’éviter toute aventure prématurée et de ne pas élargir le mouvement
indépendantiste à des forces non révolutionnaires. Il s’était également tu sur la vio-
lation par les autorités françaises des accords d’indépendance prévus dans le cadre
de l’Union Française (juillet 1946), il était resté silencieux sur le bombardement
d’Haiphong (novembre 1946), il s’était juste abstenu de voter les crédits de guerre
(mars 1947) et s’était contenté d’une opposition verbale à la guerre (hormis
quelques blocages de transports de matériel de guerre vite arrêtés devant la répres-
sion policière). C’est à partir de janvier 1950, lorsque la Chine puis l’U.R.S.S. re-

83
L’ESSOR DE L’ANGKAR

connurent la République Démocratique du Vietnam, que le P.C.F. renoua des rela-


tions d’entente vérifiable avec le mouvement révolutionnaire vietnamien 215. Dès
lors, les numéros du quotidien communiste l’Humanité ne désemplirent plus d’ar-
ticles sur l’horreur de la guerre impérialiste en Indochine. Jusqu’en 1954, en dehors
du P.C.F., seuls le général Leclerc 216, quelques personnalités de la SFIO, ou les
chrétiens de l’hebdomadaire Témoignage chrétien s’opposaient à cette « sale
guerre ». Le P.C.F., relayé par des « organisations démocratiques » comme la
C.G.T. ou le Secours Populaire Français, fut ainsi le maître d’œuvre d’une longue
campagne de protestation contre l’enfermement de deux opposants à la guerre,
Raymonde Dien, à partir de février 1950, et Henri Martin, de 1950 à 1953. Martin
avait assisté au bombardement du port d’Haiphong en tant que quartier-maître de la
marine. Revenu d’Indochine en décembre 1947, il avait distribué des tracts à Tou-
lon contre la « sale guerre », et avait été faussement accusé de sabotage à l’arsenal
de cette cité portuaire 217. Un appel au sabotage de la fabrication et du transport du
matériel de guerre fut néanmoins lancé par la suite, le 13 mai 1952, par le membre
du Bureau Politique du P.C.F. Raymond Guyot, devant des militants réunis à la
salle de la Mutualité de Paris, en même temps qu’un mot d’ordre de fraternisation
avec les combattants Viêtminh 218. La campagne pour la libération d’Henri Martin
reçut le soutien de Jean-Paul Sartre en janvier 1952. Ce dernier s’était également
rendu au festival mondial de la jeunesse de Berlin-Est en 1951 avec Simone de
Beauvoir. Devenu compagnon de route du P.C.F. en juin 1952, il avait entraîné,
dans son sillage, de larges adhésions. Quand l’Humanité décrivait l’U.R.S.S.
comme le « pays des aujourd’hui qui chantent », Sartre affirmait que « le révolu-
tionnaire qui vit à notre époque... doit associer indissolublement la cause de
l’U.R.S.S. et celle du prolétariat » 219.
Cette période d’actions de masse du P.C.F. contre la sale guerre et la « bestiale
répression » menée par le gouvernement français semble avoir constitué un tour-
nant dans l’engagement de nombre de Cambodgiens auprès du P.C.F.. Celui-ci était
le seul à soutenir le mouvement d’indépendance par les armes. Or l’obtention de
l’indépendance par la non violence comme en Inde semblait inefficace sous Siha-
nouk. Saloth Sar / Pol Pot, qui avait rencontré des étudiants « progressistes » cam-
bodgiens en septembre 1950 alors qu’il recherchait un nouvel appartement 220, se-
rait devenu membre du P.C.F. à la faveur de ce contexte, en 1952.
Cette époque était aussi celle où le P.C.F., en accord avec les déclarations

215
Irwin M. Wall, French Communism in the Era of Stalin, the Quest for Unity and integration, 1945-
1962, Greenwood Press, Westport, London, 1983, pp.183-185.
216
Raymond Aron, Les articles du Figaro, tome III, Les Crises, Fallois, 1997, p.267.
217
Pierre Durand, Cette mystérieuse section coloniale, le PCF et les colonies (1920-1962), Messidor,
1986, pp.265 renvoyant, sur Martin, à Hélène Parmelin, Matricule 2078, Edit. français réunis, 1953.
218
Philippe Robrieux, Histoire Intérieure du PCF, t.II, p.300.
219
Michel-Antoine Burnier, Le testament de Sartre, Olivier Orban, 1982, p.59.
220
P. Short, Pol Pot, 2004, p.51.

84
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

nord-coréennes et soviétiques, s’opposait radicalement à la guerre « biolo-


gique » 221, ou bactériologique d’« agression » menée par les Américains en Corée
depuis la moitié de l’année 1950. La venue du général Ridgway (baptisé « Ridg-
way-la-peste ») à Paris le 28 mai 1952, pour prendre le commandement de l’O-
TAN, fut l’occasion de violentes manifestations d’opposition de la part de militants
enclins à croire qu’il s’agissait là d’une menace pour l’U.R.S.S.. Le conflit mit du
temps à s’apaiser. Les bâtiments de l’Humanité furent saisis mais sa publication ne
fut pas interrompue. Le P.C.F. prétendait défendre l’indépendance nationale contre
l’impérialisme américain, contre l’O.T.A.N., et contre le réarmement de l’Europe
sous la conduite des Etats-Unis. « US go home ! », criaient les communistes contre
les « brigands G.I. ». « Non ! La France ne sera pas une terre brûlée ! » titrait un ar-
ticle de l’Humanité du 18 août 1951 opposé aux bases militaires américaines.
Les membres du P.C.F. étaient fortement convaincus que la victoire était au
bout des contradictions criantes du capitalisme, mais avaient aussi conscience que
la lutte serait tenace face aux légions de traîtres et de flics à la solde de l’ordre
capitaliste. Dans le questionnaire biographique dûment rempli par tout cadre de
section ou tout militant formé à l’école fédérale, un point à mentionner était de
préciser qui parmi ses relations ou dans sa famille était policier ou adversaire du
Parti. La méfiance vis-à-vis de l’ennemi de classe pouvait évidemment conduire à
une sorte de paranoïa, mais celle-ci n’était pas toujours dénuée de fondement. Le
gouvernement intentait des procès pour diffamation, provocation à l’attroupement,
entrave à la liberté du travail, ou infraction à la loi sur la propagande électorale. La
police arrêtait des militants avant qu’ils n’arrivent sur le lieu d’un rassemblement
ou ceux qui venaient déambuler là où une manifestation avait été interdite. Les me-
neurs des manifestations hostiles au général Ridgway avaient été poursuivis. En ré-
ponse, le P.C.F. appelait, dans plusieurs tracts du début de l’année 1953, à intensi-
fier la lutte contre « le complot gouvernemental » et la fascisation du régime, au-
quel devait être opposé « un irrésistible mouvement populaire » 222. Les militants
étaient constamment sur leurs gardes. Ils se portaient volontaires pour surveiller les
cellules et les locaux du Parti contre les « provocations policières », « fascistes »
ou « trotskistes » 223. Le siège du Parti, au 44, rue Le Peletier, carrefour Château-
dun, gardé par cinq ou six militants, s’ouvrait par une porte en fer forgé et l’on ac-
cédait au premier étage par une porte commandée électroniquement. Ceux qui
entraient répondaient à une série de questions.

221
Selon les articles d’André Stil dans l’Humanité au printemps 1952, arrêté pour cela. Il était
question d’insectes porteurs de microbes lâchés du haut d’avions. Il semble que, longtemps après, rien
n’ait vraiment été éclairci (Phillip Knightley, The First Casualty, op. cit., p.388).
222
Pierre Daix, J’ai cru au matin, Opera Mundi, 1976, p. 290. Archives du CARAN, F7 15439, Opé-
rations policières, arrestations, poursuites judiciaires (1952-1953). Philippe Robrieux, Notre généra-
tion communiste, Robert Laffont, p.48.
223
Alain Besançon, Une génération, Julliard, 1987, pp.194-195.

85
L’ESSOR DE L’ANGKAR

La vigilance était encore plus intense pour les dirigeants du Parti. Maurice
Thorez ne marchait pas plus d’une minute sur le trottoir allant de son véhicule de
transport à l’entrée du siège. Sa grande Delahaye noire blindée avait pour fonction
de le protéger d’éventuels attentats 224. L’organe officiel du Parti et les « Cours
élémentaires du P.C.F. » distribués aux nouveaux membres ne manquaient pas de
rappeler la liste des « attentats » qu’avaient subis les dirigeants de divers partis
communistes : l’italien Togliatti (1948), le russe Kirov, le belge Lahaut (1950), le
japonais Tokuda (1948), le grec Beloyannis et trois de ses compagnons (exécutés le
30 mars 1952). En France également, le chef du Parti, Maurice Thorez, parti se soi-
gner à Moscou en novembre 1950 aurait été suivi par un avion de chasse américain
chargé de l’abattre. La veille des manifestations prévues le 28 mai 1952 contre le
général américain Ridgway, la direction avait demandé à des cadres de ne pas
dormir chez eux. Le 28, Duclos, le n°2 du P.C.F. avait été arrêté dans sa voiture,
conduite par un chauffeur, en « flagrant délit » de port de pistolet, de radio, de ma-
traque, et de transport de pigeons dits voyageurs, bien qu’il semble qu’ils aient été
hors d’état de battre de l’aile. Duclos écopa de plus d’un mois de détention à la pri-
son de la Santé pour « complot contre la sûreté de l’Etat » et publia en novembre
1952 ses Ecrits de la Prison 225. Le 4 juin, soixante dirigeants de la C.G.T. étaient
arrêtés « à titre préventif » 226. Après l’arrestation de Duclos, comme après le retour
de De Gaulle au pouvoir en 1958, certains permanents du Parti ou de la C.G.T.,
comme Benoît Frachon, étaient entrés en clandestinité.
Du côté de la Maison d’Indochine, après la descente effectuée le 20 janvier
1953 par des hommes de la Direction de la Surveillance du Territoire (D.S.T.), un
étudiant communiste vietnamien fut hébergé par des communistes français avec la
consigne de déménager tous les trois mois, tandis qu’un autre se réfugia plusieurs
mois chez un professeur de la Sorbonne. Hou Yuon, Sok Knol (futur adjoint de Sao
Phim dans la zone Est du Kampuchea révolutionaire) et Mey Mann, devenus indé-
sirables à la « Cité-U », déménagèrent à Cachan où ils logèrent un an sans chauf-
fage. Après que Mey Mann fût rentré au pays, Hou Yuon le contacta, un an après
l’incident, pour lui dire de revenir car l’interdiction avait été levée 227. Il ne semble
pas que Saloth Sar / Pol Pot ait eu au même moment à déménager, mais, après ses
expériences de la guérilla, il resta, comme d’autres dirigeants communistes, extrê-
mement vigilant au point de changer régulièrement d’endroit pour dormir après
1975. Staline aussi dissimulait les endroits où il passait ses nuits, mais ce détail
n’était pas connu des militants du P.C.F..

224
Emmanuel Leroy-Ladurie, Paris-Montpellier, P.C. - P.S.U. 1945-1963, Gallimard, 1982, p.51.
Jean-Pierre A. Bernard, Paris Rouge, 1944-1964, les communistes français dans la capitale, Champ
Vallon, Seyssel, 1991, pp.25-29, citant Philippe Robrieux et Pierre Daix. Sur la Delahaye, Paris-
Match, 27 juin 1953, fonds Auguste Gillot, 5 S 276, archives municipales de Saint-Denis.
225
P. Robrieux, Histoire Intérieure du PCF, Fayard, t.II, p.304. S. Courtois et M. Lazar, Histoire du
Parti communiste français, PUF, 2000, p.285. Irwin Wall, French Communism, op. cit., p.144.
226
P. Durand, Cette mystérieuse section coloniale, le PCF et les colonies (1920-1962), p.235.
227
Entretien avec Mey Mann, 14 juillet 2000

86
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

Au début des années cinquante, le P.C.F., menait un double combat : interna-


tionaliste aux côtés de l’U.R.S.S. et national contre l’impérialisme américain (mili-
taire, mais aussi culturel et économique à travers le plan Marshall assimilé à une
véritable occupation et exploitation américaine n’apportant que licenciements).
C’est ce mélange qui caractérisera longtemps les communistes cambodgiens, avec
cette différence qu’ils ne se montrèrent jamais dépendants idéologiquement de
l’U.R.S.S.. En France, la volonté d’indépendance économique ou le dirigisme des
communistes les amenaient à prôner l’isolement protectionniste de l’économie
française à l’égard des Etats-Unis tout en souhaitant une ouverture vers l’U.R.S.S.
et une coopération avec les colonies sur une base d’égalité. Mais en général, il fal-
lait « produire français ». En 1972, les révolutionnaires cambodgiens plongés dans
la guerre anti-impérialiste allaient reprendre ce désir d’autosuffisance néanmoins
ouvert à des échanges équitables, en défendant le « Cambodge aux Cambod-
giens » 228.
Sur le plan cultuel, le plan Marshall d’aide économique à la reconstruction de
l’Europe n’apportait que « camelote idéologique ». Les Etats-uniens, il est vrai,
avait longuement réclamé auprès des autorités françaises la diffusion de leurs pro-
ductions cinématographiques, qui plus est accompagnées d’actualités en image. Le
P.C.F. craignait à bon droit la contagion et entrevoyait des infiltrations impérialistes
et étrangères jusque dans la production culturelle française. Ainsi, le film Les
Mains sales, sorti en été 1951 et adapté d’une pièce de Jean-Paul Sartre qui ne ca-
chait pas le côté brutal et cynique de certains communistes, était, pour l’Humanité
« un corps étranger dans la production cinématographique française ». Dans Fils
du Peuple, Thorez défendait, contre l’idéologie du cosmopolitisme chère aux impé-
rialistes américains « la France aux Français, et non à ceux qui, par leur égoïsme,
leur cupidité et leur bassesse d’âme, se sont depuis longtemps exclus de la commu-
nauté nationale » 229.
Le puritanisme du P.C.F. a probablement également déteint sur certains mili-
tants cambodgiens, même si la lutte contre les sens et le désir faisait partie de l’en-
seignement de Bouddha. Au pouvoir, les communistes cambodgiens ne tolérèrent
ni les mini-jupes ni les cheveux longs. Ils interdirent la polygamie et la polyandrie
dans l’article 13 de leur Constitution, et astreignirent les couples unis aux mêmes
travaux que les célibataires. Le P.C.F. des années cinquante n’y aurait rien trouvé à
redire. Les écarts dans le domaine des mœurs y entraînaient des sanctions. En
1950, un membre du Comité Central du P.C.F. risquait l’exclusion notamment pour
avoir été surpris dans son bureau avec sa secrétaire dactylographe sur ses genoux
230
. L’Humanité et La Nouvelle Critique condamnaient les romans ponctués de
scènes érotiques ou les feuilletons illustrés de filles plantureuses d’un journal pari-
sien rebaptisé en la circonstance Pourri-Soir. De même, l’A.E.K. regrettait-elle
228
Chandler, Pol Pot, frère numéro un, p.154.
229
« L’immense portée des "Œuvres de Maurice Thorez" », Jacques Duclos, l’Humanité, 16/07/51.
230
Philippe Robrieux, Histoire intérieure du PCF, tome II, p.284.

87
L’ESSOR DE L’ANGKAR

amèrement en décembre 1952 que les gouvernants du Cambodge fissent bon ac-
cueil à tout un flot de « revues de corruption » (« Rêves », « Nous deux », « Intimi-
té »), de « romans à essence métaphysique » et de « films malsains de gangsters »,
tout en interdisant en même temps l’entrée de la « presse de progrès » (cf. docu-
ment 11). Jusque vers 1957, le Parti luttait à la fois contre l’american way of life et
la contraception, contre l’avis du corps médical 231. La contraception apparaissait
alors comme un instrument d’asservissement de la classe ouvrière : contrairement à
l’« idéologue de la bourgeoisie » Malthus qui prônait une baisse de la natalité
parmi les ouvriers, les marxistes estimaient que la classe ouvrière devait s’agrandir
232
. L’homosexualité ne pouvait alors être qu’un produit des classes décadentes 233.

II. Les contacts avec le P.C.F.

Pour étancher leur soif de réforme et de compréhension du monde dans lequel


était imbriqué le Cambodge, certains Cambodgiens prirent part à des conférences,
des cellules politiques, et des écoles du parti communiste, où était prodigué le point
de vue des marxistes les plus en vue.

La cellule

Le sentiment d’appartenir à la grande famille du P.C.F. et de côtoyer le peuple


passait par les démonstrations vibrantes d’enthousiasme et de ferveur des meetings
du Vélodrome d’Hiver (fermé en 1959). Le lien social se déployait lors de la re-
mise annuelle des cartes de membres, de la vente du muguet ou de l’Humanité-Di-
manche, ou lors des fêtes annuelles de l’Humanité, au cours desquelles Vietna-
miens et Cambodgiens s’aidaient mutuellement et fraternellement à monter leurs
stands. L'apprentissage plus discret de la politique s’apprenait quant à lui dans « la
cellule ».
Une réunion de cellule obéissait à un certain ordre du jour : chaque semaine,
le secrétaire de cellule accueillait les militants pour y commenter les éditoriaux de
l’Humanité, les déclarations de Thorez et de Duclos, et prononcer ou analyser un
exposé ou un rapport politique écrit par un des membres. Le rapport politique de-
vait présenter dans l’ordre l’état des forces adverses capitalistes et affiliées, l’état
231
Critique du livre de R. Levy, Schwartzenmurtz ou l’esprit de parti, par Jean-François Revel, L’Ex-
press du 3 au 9 octobre 1977. Confirmé par Pierre Brocheux et Henri Martin, lequel estime que ce fut
une grande erreur du P.C.F. (entretien du 6 mai 1998).
232
Entretien avec Pierre Brocheux du 10 mai 1998.
233
P. Robrieux, Notre génération communiste, pp.36, 40, 44 (sur le birth control, l’homosexualité, et
le tabou que constituait la sexualité pour des militants se conduisant en bons communistes).

88
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

des forces communistes et alliées, l’action à adopter, et la lutte à mener par la


cellule dans son domaine. Il s’ensuivait un cours débat et un commentaire du secré-
taire. Ce dernier veillait à ce qu’aucun point fondamental ne fût omis dans l’expo-
sé, lequel devait être « juste politiquement », et en accord avec la conception du
monde du Parti. Enfin, le secrétaire effectuait un « contrôle des tâches » remplies et
établissait pour chacun la prochaine tâche à accomplir : par exemple vendre des
journaux, distribuer des tracts, notamment en période électorale, faire du porte-à-
porte pour faire signer l’appel de Stockholm ou une pétition contre le projet de
Communauté Européenne de Défense, ou encore recueillir de l’argent pour sou-
tenir la presse communiste.234.
A la Maison d’Indochine, la cellule dite du P.C.F. se tenait dans une chambre
d’étudiant sous la direction d’un Français. Elle comprenait quelques Français,
neuf Cambodgiens, quatre Vietnamiens (ceux-ci, plus nombreux que les Cambod-
giens à la Maison étaient plus divisés politiquement), mais aucun Laotien. L’en-
tente entre ces camarades était parfaite, même si les Cambodgiens faisaient plus ou
moins bande à part. Après la création de la Maison du Cambodge en 1957, dotée de
sa propre « cellule » de Cambodgiens, Vietnamiens et Cambodgiens de gauche res-
taient néanmoins unis, et ce jusque dans les années soixante-dix. Les neuf Cam-
bodgiens inscrits à la cellule entre 1952 et 1955 étaient Hou Yuon, Rath Samoeun
(jusqu’en 1953), Toch Phoeun, Sien An (jusqu’en 1953), In Sokan, Thong Serei-
vuth, Mey Mann – d’abord initié par des Cambodgiens puis parrainé par un cama-
rade français –, Sanh Oeurn, et, à partir de 1954, Son Sen. L’atmosphère cosmopo-
lite de la Cité Universitaire Internationale attisait plus qu’ailleurs la curiosité intel-
lectuelle des étudiants communistes. Ceux-ci lisaient « Marx, Engels, Lénine, Sta-
line, Mao et Thorez dans le texte, même si certains textes étaient rébarbatifs et en-
nuyeux » 235.
Ieng Sary, Thiounn Mumm (le polytechnicien), Thiounn Prasith (futur haut
cadre au ministère des affaires étrangères du Kampuchéa Démocratique) et peut-
être Thiounn Thioeun (ministre de la Santé du K.D.) ont probablement été
membres, comme d’autres pensionnaires de l’hôtel anglo-latin, de la cellule de la
rue Saint-André-des-Arts, non loin du siège et de la librairie des Editeurs Français
Réunis (33, rue Saint-André-Des-Arts et 24, rue Racine). Saloth Sar, qui aurait
adhéré en 1952 ou à la fin de l’année 1951, aurait été membre d’une cellule rue La-
cépède, à quatre cents mètres au Sud de la Maison de la Mutualité où se déroulaient
tant de meetings communistes 236. Etaient aussi communistes à ce moment Mey

234
Alain Besançon, Une génération, Julliard, 1987, pp.183-186. Jean Plumyène, Le tombeau de Sta-
line, la Table ronde, 1972, pp.152-155. Entretien avec Pierre Brocheux.
235
Sur les membres, communication personnelle de Pierre Brocheux, 26 février 1998, qui ne se rap-
pelait plus du nom du neuvième cambodgien. Nous avons déduit, à partir des dossiers de la Cité U, de
photos et des noms d’étudiants communistes donnés par Chandler, qu’il s’agissait de San Oeurn. Cita-
tion de Brocheux (communication du 14 juin 2000).
236
Entretien avec Mr. W.

89
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Phat, Uch Ven, Chi Kim An, Sok Knol, et Yun Soeurn, tous étudiants boursiers 237.
Tep Saravouth, étudiant en comptabilité, aurait aussi soutenu des idées com-
munistes après juillet 1950. Sien An, Rath Samoeun, Mey Mann, Hou Yuon, Saloth
Sar, et Sok Knol firent ensuite partie des dix membres issus du P.C.F. que compor-
tait le Parti Communiste Cambodgien deux ou trois ans après sa création en 1951.
Sok Knol alias Peam alias Lin allait devenir, sous le Kampuchéa Démocratique,
l’adjoint de Sao Phim dans la zone Est avant d’être éliminé en 1978 238. Uch Ven,
qui avait étudié le droit à Montpellier jusqu’en 1957 et était très actif dans les mi-
lieux anticolonialistes d’Outre-Mer, a peut-être influencé Khieu Samphan qui
commença le droit dans la même ville. Uch Ven ainsi que Mey Phat, inscrit à l’E-
cole préparatoire aux travaux publics, allaient plus tard fortement influencer le
jeune démocrate Tiv Ol, lequel allait à son tour efficacement recruter les étudiants
de l’Institut National Pédagogique de Phnom Penh au sein du Parti des travailleurs
cambodgien 239. Chi Kim An devint secrétaire général du Pracheachun, et Yun
Soeurn, qui était venu passer son baccalauréat, rejoignit le maquis en 1953-54, par-
tit à Hanoi, revint en 1970 pour être secrétaire du secteur 22 au Sud de Kompong
Cham dans la région Est, avant d’être incarcéré à S-21 (Tuol Sleng) le 4 novembre
1976 240.

Les écoles

Il est difficile de savoir combien d’étudiants inscrits à la cellule avaient suivis


les « écoles élémentaires » du Parti, appelées aussi « écoles de section ». Le 14e ar-
rondissement, où était située la Cité Universitaire, comptait deux sections. Une
« école élémentaire » était suivie par les militants du P.C.F. que cela intéressait ou
qui étaient secrétaires de cellules et jouissaient de la sympathie du Parti. Il s’agis-
sait, au terme de cinq ou six cours d’une heure, étalés sur une à deux semaines ou
deux week-ends, de familiariser les participants avec les œuvres de Thorez, de
Lénine et de Staline, et de les former à la rédaction d’un journal de cellule. A
chaque cours un fascicule d’une trentaine de pages était remis à propos du thème
étudié : au début des années cinquante, il s’agissait de La Nation, L’impérialisme et
la guerre, L’Etat, Socialisme et communisme, et Le Parti. Ces brochures compre-
naient une bibliographie sommaire et un petit questionnaire destiné à tester ses
connaissances et à récapituler des points de doctrine essentiels. Elles fournissaient
un mode de pensée somme toute assez méthodique et étaient éditées plusieurs fois
par an à dix mille exemplaires. Il n’y avait pas de différence de nature entre cette

237
David Chandler, op.cit., pp.51, 63, 294.
238
David Chandler, op. cit., p.294. Sur Sok Knol, informations de Suong S., lettre du 1er janvier 1999.
239
Synthèse des confessions de Tiv Ol, par Steve Heder.
240
Synthèse des confessions de Koy Thuon alias Khuon alias Thuch, par Steve Heder. Confession de
Hu Nim, Chandler, Kiernan, Pol Pot plans the future, p.263. Chau Xeng Ua pensait qu’il était mort
d’un cancer en 1971 (entretien du 9 janvier 1999).

90
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

formation « sommaire » et une formation plus longue en école fédérale (de quinze
à trente jours) ou en école centrale (de un à trois mois). Le contenu idéologique
n’était pas non plus des plus radicaux. Dans une de ces brochures, l’égalitarisme à
tout crin et le nivellement des goûts et des talents étaient catégoriquement rejetés.
En quelques jours, les ouvrages de Marx étudiés ou « prêchés » étaient le
Manifeste du P.C. et des extraits des Luttes de classes en France – mais pas La
guerre civile en France 1871, que l’on commentait par contre dans les cours d’-
histoire de l’Université Nouvelle du P.C.F. Les œuvres de Thorez étaient passées en
revue. Tout d’abord sa biographie, Fils du peuple, puis ses Œuvres qui réunissaient
divers articles, discours, ou textes clefs comme Que les bouches s’ouvrent, plus de
mannequins dans le Parti, ou La main tendue, un geste d’entente avec les tra-
vailleurs croyants. Le militant qui accédait au niveau de la section se voyait poser
deux questions sur ses connaissances : Quelles œuvres fondamentales du mar-
xisme-léninisme avez-vous lu ? et Avez-vous lu les œuvres de Maurice Thorez ?
Maurice Thorez et son épouse étaient alors l’objet d’un « culte quasi-mo-
narchique » sans doute adapté aux mentalités populaires 241.
En été et en automne 1953, une polémique s’était déclenchée avec les socia-
listes autour de leur « falsification » de l’histoire « du front unique et du front
populaire » en 1936. A la fin du mois de juin, le secrétariat du P.C.F. avait décidé
de « publier immédiatement, sous forme de feuilleton dans l’Humanité (...) de
longs extraits des œuvres de Maurice Thorez sur le front unique » 242. Ces articles
sur le front uni, commentés, comme il était d’usage, dans les cellules du P.C.F. par
le responsable ou par de simples membres lors d’exposés suivis de débats 243 ont
certainement conforté les étudiants coloniaux dans l’idée d’unir les communistes et
les nationalistes dans leur lutte contre l’impérialisme. Cette stratégie, commune au
front de libération vietnamien, amena en 1962-63 la participation de Khieu Sam-
phan, Hu Nim et Hou Yuon au gouvernement neutraliste de Sihanouk et présida à
la création, en 1970, du Front Uni National du Kampuchéa contre Lon Nol et les
Américains, et à celle du Gouvernement Royal Uni National du Kampuchéa, ou-
vert aux ministres communistes. L’étonnant, dans ces alliances était non seulement
que des communistes cambodgiens fussent devenus ministres, chose jamais vue en
France, mais qu’elles scellaient les forces révolutionnaires au représentant de la
féodalité et non aux forces capitalistes pour être plus fidèle aux prédictions mar-
xistes et aux schémas léninistes.

Seuls deux Cambodgiens connus auraient suivi un encadrement assez poussé

241
P. Robrieux, Histoire Intérieure du P.C.F., tome II, questionnaire biographique en annexe. Emma-
nuel Leroy-Ladurie, Paris-Montpellier, P.C. - P.S.U. 1945-1963, Gallimard, 1982, p.51. « Prêché »
nous a été précisé par Alain Besançon, communication du 10 avril 2000.
242
Archives du P.C.F., Décisions du Secrétariat, 30 juin 1953, septembre 1953.
243
Entretien avec Pierre Brocheux, 1er mai 1998. P. Robrieux, Notre génération communiste, p.36.

91
L’ESSOR DE L’ANGKAR

au P.C.F. : Toch Kham Doeun – futur ambassadeur du GRUNK à Cuba puis à Pé-
kin, mort à S-21 (Tuol Sleng) en mars 1977 – qui s’était rendu à des festivals mon-
diaux de la jeunesse, s’y serait fait remarqué par les associations communistes et
avait pris une ou deux fois la parole à la Fête de l’Humanité. Et Ieng Sary qui au-
rait suivi des cours à la Fédération de Paris ou à l’Ecole des Cadres (c’est-à-dire
l’Ecole Centrale ou Nationale où la formation durait en général trois mois) 244.

Les groupes de langue

Les membres du Parti originaires des colonies devaient participer à des


groupes de langue. Bien qu’unis par leur rejet des colonialistes français, les étu-
diants Indochinois étaient séparés suivant une base territoriale. Ces groupes ser-
vaient généralement à prolonger la formation donnée dans les écoles du Parti, à dé-
finir les tâches militantes à effectuer, et à résoudre les problèmes rencontrés au sein
de leurs activités associatives. Ils réunissaient un effectif plus large que les
réunions de cellule et étaient suivis par un délégué de la fédération de Paris du
P.C.F.. Les réunions se déroulaient ponctuellement, dans une chambre, pour évo-
quer les problèmes du pays concerné et l’action concrète à effectuer au niveau local
(manifestations, publications de tracts, de bulletin, etc.). De cette manière, la fédé-
ration du P.C.F. facilitait les relations inter-parti, assistait matériellement ses
membres non français en leur fournissant un logement ou un travail (Suong
Sikœun, qui devint membre d’un groupe de langue en 1958 245, put, par ce biais,
travailler à mi-temps au ministère du Logement), ou en leur obtenant des visas
pour des pays de l’Est afin de rentrer clandestinement chez eux sans encourir les
obstacles posés, en l’occurrence, par les ambassades non communistes du Cam-
bodge et du Vietnam en France. L’ambassade la plus proche à l’Est étant celle de
Prague, les militants vietnamiens recevaient des directives de Hanoi via Prague, et
transitaient, pour repartir, par la Tchécoslovaquie 246. Il n’est alors pas impossible
d’imaginer qu’une délégation Khmère-Vietminh basée à Prague ait pu faciliter le
passage de certains membres de l’A.E.K. dans le maquis.

244
Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun, août 2000. Short parle d’abord de la fierté qu’a-
vait Sary devant ses camarades à avoir été l’un des deux Cambodgiens à avoir étudié à l’Ecole des
Cadres, puis de sa gloire à avoir eu un « diplôme » (Pol Pot, New York, 2004, pp.66, 71). Toutefois,
un des premiers Cambodgiens membres du P.C.F. nous avait confié qu’un seul d’entre eux avait été
diplômé de l’Ecole des Cadres et avait renoncé à toute activité politique « après cet exploit ».
245
Autobiographie de juin 1977 dans Searching for the Truth, N°8, August 2000, p.16.
246
Entretien avec Henri Martin du 4 juin 1998. Communication personnelle de Pierre Brocheux.
Entretien avec Vo Nhan Tri, 9 juin 1999. Communication personnelle de Ngo Manh Lan, 4 mai 1999.
Annie Kriegel, Ce que j’ai cru comprendre, Robert Laffont, pp.425-6.

92
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

Les lectures communistes

La direction du P.C.F. cherchait du mieux qu’il pouvait à faire étudier des


textes. Selon les intentions du Comité Fédéral de la Seine d’octobre 1951, une bi-
bliothèque devait être mise en place dans chaque cellule avec des livres et des
périodiques (l’Humanité, les Cahiers du communisme, France Nouvelle). Le 9 no-
vembre 1951, le secrétaire Jacques Duclos écrivait aux secrétaires de cellule pour
les informer qu’un programme serait présenté chaque mois dans le bulletin Ap-
prendre (envoyé à chaque cellule) avec des indications sur la façon d’étudier ra-
tionnellement les Œuvres de Thorez 247. Dans la pratique, cependant, les cellules
parisiennes du début des années cinquante n’étaient pas toutes garnies de biblio-
thèques, car la plupart ne disposaient pas de local. Peut-être par discrétion, on se
réunissait chez tel ou tel membre, et rares étaient les réunions de cellule qui se te-
naient au siège des sections 248.
En mars-avril 1950 débuta à l’échelle nationale une « bataille du livre », en
conformité avec les exigences du Kominform dans le cadre de la lutte pour la paix.
Des « écrivains-combattants » organisèrent des meetings, des discussions et des
ventes de livres auprès des ouvriers et des paysans. Dans le but de préserver la
culture française de l’impérialisme américain, des livres progressistes ou faisant
partie des « classiques du peuple » (Dumas, Verne, Hugo, Zola, Vallès, Eugène Le
Roy, Romain Rolland, mais aussi Morelly et Charles Fourier) furent édités sous
forme de livres ou de feuilletons dans la presse. Le but était de faire aimer la lec-
ture, mais aussi, selon les termes d’Elsa Triolet en avril 1950, « de préparer le ter-
rain à la lecture des livres théoriques ». Ainsi, si les Bibliothèques de la Bataille du
Livre (B.B.L.) complétaient les bibliothèques de cellules, au contenu plus poli-
tique 249, elles en poursuivaient l’objectif final, car on y diffusait aussi des livres
« progressistes » (nommément Marx, Engels, Lénine, Staline, Thorez) et, selon le
souhait de Thorez, une littérature « résolument optimiste, tournée vers l’avenir,
exaltant l’effort, la solidarité, la marche vers une société meilleure », autrement dit
la littérature soviétique ou communiste dont les figures de proue étaient André
Marty, Elsa Triolet, André Stil, et Louis Aragon. Ce mouvement ambitieux qui de-
vait faire « boule de neige » 250 ne dura que trois printemps et s’éteignit à la fin de
l’année 1953.
La plupart des gens devaient privilégier l’action à la réflexion. Un ancien étu-
diant cambodgien de gauche se souvient que les lectures étaient abondantes et que
les livres s’échangeaient : tout le monde lisait Marx, Lénine ou Rousseau, même
ceux qui n’étudiaient pas les lettres, la philosophie ou les sciences humaines. Mais
d’autres disent que peu de Cambodgiens lisaient autre chose que des pamphlets ou
247
Archives municipales de Saint-Denis, fonds Auguste Gillot, 5 S 284, et 5 S 277.
248
Communication personnelle de Pierre Brocheux, 1er octobre 2000.
249
Marc Lazar, « Les “ batailles du livre ” du parti communiste français » (1950-1952), Vingtième
siècle, revue d’histoire, n°10, avril-juin 1986, pp.37-50.
250
Nouvelle Critique, « revue du marxisme militant », juin et novembre 1951.

93
L’ESSOR DE L’ANGKAR

des extraits de textes marxistes, leur but ayant surtout été pratique : se débarrasser
de la société féodale et des Français 251. Il est aussi à remarquer qu’aucun militant
cambodgien ne se souvient du subversif ABC du communisme de Boukharine et
Préobrajenski, apparemment non réédité depuis 1923, ni ne signale avoir étudié Le
Capital de Marx.
Au début des années cinquante, les œuvres de Staline étaient les plus massive-
ment commentées. Les Problèmes économiques du socialisme en URSS avaient été
imprimés le 19 novembre 1952 (un mois avant le départ de Saloth Sar) avec cet en-
cadré : « Un nouvel ouvrage d’une importance historique mondiale ». Il s’en était
suivi une vaste campagne de lecture et de discussion dans les cellules. Les Prob-
lèmes avaient été réédités en 1953 dans le recueil Les Derniers Ecrits de Staline 252.
Les militants connaissaient également Les Principes du léninisme, un ouvrage ras-
semblant des conférences données par Staline en avril 1924, suffisamment mar-
quant pour avoir été distribué en français par le P.C.K. à ses cadres pendant la
guerre de 1970-1975 253. Cela provoqua un regain d’attention pour Lénine dont des
Œuvres choisies furent publiées en 1954 en quatre livres par les éditions en langues
étrangères de Moscou avec des textes majeurs comme Ce que sont les amis du
peuple, Que faire ?, Un pas en avant, deux pas en arrière, Deux tactiques de la so-
cial-démocratie dans la révolution démocratique, Le programme militaire de la ré-
volution prolétarienne, Thèses d’avril, L’Etat et la Révolution, Les tâches immé-
diates du pouvoir des Soviets, La révolution prolétarienne et le renégat Kautsky,
La maladie infantile du communisme, Sur l’impôt en nature, etc. et des textes
courts comme Sur l’épuration du Parti, Sur l’importance de l’or aujourd’hui et
après la victoire du socialisme...
Les nombreux articles de Staline sur la question nationale intéressaient parti-
culièrement les cercles indochinois. Un chapitre des Principes du léninisme y était
consacré car Staline poursuivait les réflexions de Notes et critiques sur la Question
Nationale, Du Droit des Nations à disposer d’elles-mêmes et de L’impérialisme,
stade suprême du capitalisme. Ce dernier ouvrage de Lénine avait marqué les étu-
diants indochinois car il avait apporté une explication économique à l’attitude
obstinée de la France, et une justification théorique de poids à leur lutte indépen-
dantiste 254.
Dans sa thèse, Phung Ton citait Le Marxisme et la Question Nationale à pro-
pos de la pluralité des solutions politiques qui pouvaient être apportées au prob-
lème du développement en fonction des conditions de chaque pays. Et Keng
Vannsak affirme se souvenir clairement que Ieng Sary voulait suivre ce que disait

251
Entretien avec Kim Vien, 16 mars 1998. Communication de Philip Short, et Pol Pot, 2004, p.71.
252
Communication de Pierre Brocheux, 1er octobre 2000.
253
David Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.219.
254
Communication personnelle de P. Brocheux. Sur L’impérialisme, voir aussi Truong Nhu Tang, Mé-
moires d’un vietcong, p.35.

94
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

Staline à propos des minorités d’U.R.S.S. 255. D’après un ancien communiste d’ori-
gine vietnamienne, la définition de la Nation par Staline était commentée partout,
présente sur toutes les lèvres, et aurait comporté des accents plus ethniques ou eth-
nicistes que la définition française de la Nation fondée sur l’adhésion volontaire.
Discutable. Staline écrivit plusieurs textes sur la question nationale, mais ladite dé-
finition, commentée dans les cours élémentaires du P.C.F. de 1952 à l’usage des
militants de base, était celle qui était tirée de la petite brochure de 1913, Le mar-
xisme et la question nationale – laquelle comportait même un article sur les colo-
nies asiatiques – qui avait été écrite avec l’aide de Lénine. En fait, Staline et Lénine
s’inscrivaient dans le combat de la social-démocratie contre le nationalisme et ne
considéraient la nation « ni » comme « une communauté de race ni de tribu ». Les
traits qu’ils retenaient comme caractéristiques d’une nation, à condition qu’ils
soient tous combinés étaient : « une communauté stable d’hommes, historiquement
constituée », n’appartenant pas forcément à une même race ou une même tribu –
comme l’illustraient les nations italienne, française, anglaise, allemande –, « une
langue commune », « une communauté de territoire », « de vie économique » et
« de formation psychique, qui se traduit dans la communauté de culture ». En fait,
Staline se montrait strictement matérialiste et critiquait l’opinion de Bauer selon la-
quelle les Juifs formaient une nation bien qu’ils n’eussent ni territoire ni langue
commune. Critiquant l’« idéalisme » de Bauer, Staline insistait sur la primauté du
milieu social, économique et culturel, et non sur un caractère national prétendu-
ment préservé par le biais de la religion. S’il restait, parmi les Juifs, des vestiges
d’un caractère national et de leurs communes origines, ceux-ci ne constituaient pas
pour autant en l’état une nation avec une communauté de sort. L’exemple de l’An-
gleterre et de la Nouvelle-Angleterre venait à l’appui de sa thèse : des origines
communes avaient abouti à la formation de deux nations du fait de leurs conditions
de vie différentes. Dans la même veine, le P.C.F. avertissait dans ses cours des dan-
gers d’assimiler la race à la nation. Cela valait sans doute à la fois pour ceux qui at-
tachaient trop d’importance à l’appartenance raciale au sein d'une nation, que pour
ceux qui se sentaient au-dessus des nations en raison de leur race et de leur origine
commune, et que le Parti fustigeait du nom d’hommes des trusts « sans patrie » et
de classe « décadente » des capitalistes uniquement en quête de dividendes et de
coffres-forts 256.
Au tout début des années cinquante, les œuvres de Mao commençaient à être
traduites en français, notamment des textes sur la guerre révolutionnaire. Parmi
elles, La nouvelle Démocratie, qui prônait la lutte armée pour renverser la bour-
geoisie anti-patriotique. A la Maison d’Indochine, il circulait également Comment
être un bon communiste de Liu Shaoqi 257. Cet ouvrage pédagogique abondamment
lu par les étudiants du Tiers-Monde dans les années cinquante, dessinait les traits
255
Voir aussi Ben Kiernan qui l’interrogea en 1980, How Pol Pot..., p. 120
256
Cours de l’Ecole élémentaire du P.C.F., de janvier 1952 sur La Nation.
257
Liu Shao-Chi fut vice-président de la République Populaire de Chine en 1949, président en 1959,
puis accusé de déviationnisme et traité de « Khrouchtchev chinois » pendant la Révolution culturelle.

95
L’ESSOR DE L’ANGKAR

du militant dévoué, animé d’« intentions pures et honnêtes », dépourvu de désirs


égoïstes, « n’ayant rien à cacher au Parti », « prêt à subir une injustice dans l’inté-
rêt général » et à se muer en tribun populaire pour « combattre résolument les
termites qui rongent l’humanité », au nom de l’idéal communiste, « aussi beau
qu’est laide la réalité du monde capitaliste » 258.
Certains Cambodgiens avaient également lu d’autres titres classiques sur la
Chine, au début des années cinquante : les reportages d’Edgar Snow, tout d’abord,
La condition humaine et Les conquérants de Malraux, mais aussi La Chine ébranle
le monde de Jack Belden (un ouvrage réfléchi sur la guerre ainsi que les excès de la
réforme agraire, traduit en 1951 chez Gallimard). D’autres communistes des mi-
lieux indochinois avaient encore lu les ouvrages d’Agnès Smedley (La Chine
rouge en marche, 1937, Editions Sociales Internationales) ou Harrisson Forman
(Ce que j’ai vu en Chine rouge, 1946, chez Seghers, peu consistant idéologique-
ment).
Un étudiant en droit avait apprécié La défense accuse (réédité en 1951 par les
Editions Sociales Internationales), un manuel de lutte des révolutionnaires face à la
« justice » en place, relatant divers procès de révolutionnaires, résistants et antimi-
litaristes, qui semblaient effectivement constituer, selon le mot de Staline, « des
gens d’une facture à part ». L’auteur, l’avocat communiste Marcel Willard, avait
défendu Dimitrov face à Gœring après l’incendie du Reichstag. Le même étudiant
avait été fasciné par le sacrifice du militant Roubachov dans Le zéro et l’infini, un
ouvrage écrit par un ancien activiste du Komintern, Arthur Koestler qui décrivait
pourtant le processus avilissant des purges staliniennes.
Il apparaît également que les membres de l’A.E.K. ont pu lire Le Prince de
Machiavel, et y voir exprimée la fourberie de tous les conquérants impérialistes et
rois de la Terre, plutôt qu’un programme à reprendre. Dans sa thèse, l’étudiant en
droit progressiste Phung Ton, citait comment il y était préconisé de conserver dis-
crètement des terres conquises en les confiant à des gouvernements locaux ser-
viles 259.

258
Liu Shao Chi. Pour être un bon communiste, conférences faites à l’Institut du Marxisme-léninisme
à Yenan en juillet 1939, Pékin, 1965. pp. 22, 34, 48, 52, 54,.
259
Phung Ton, op. cit., p.107 : « Machiavel, enseignant au Prince les moyens de conserver les Etats
qu’il acquiert, écrit au cinquième chapitre de son livre: "Le premier est de les ruiner; l’autre d’aller les
habiter personnellement; le troisième de les laisser vivre sous leurs lois, en créant un gouvernement
composé d’un petit nombre de personnes qui lui conserveraient l’affection de cette province; en effet,
ce Gouvernement, étant créé par le Prince, sait qu’il ne peut subsister sans son amitié et sa puissance,
et qu’il doit tout faire pour le soutenir". C’est l’application de ce troisième procédé que le peuple
cambodgien croit découvrir dans les rapports entre les souverains du Cambodge et le gouvernement
français, comme le confirme d’ailleurs le passage suivant de la déclaration de Mr. Penn Nouth, pre-
mier ministre du gouvernement royal: "le roi s’est rendu compte, au cours de sa dernière tournée, de
la fragilité de sa position, de nombreux éléments de la population l’accusant de compromission avec
la France, et d’être de ce fait le principal obstacle à l’indépendance" (15 juin 1953). Ces griefs dans
l’ensemble sont fondés ».

96
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

Du côté des journaux, l’Humanité circulait assez souvent parmi les radicaux
– tandis que dans les années soixante, ceux-ci lui préféraient Le Monde, épluché
quotidiennement. Pour les étudiants de la première génération les plus portés sur
les questions politiques, la lecture du français n’était pas un problème, et l’on ne
saurait dire qu’ils furent amenés à préférer l’Humanité à un autre journal en raison
de sa langue de bois stéréotypée prétendument plus accessible. Dans une de ses
rares interviews, Pol Pot laissait filtrer qu’après avoir commencé à lire des « livres
progressistes » et à s’investir dans les mouvements étudiants, il s’était habitué à lire
l’Humanité qui, auparavant, « l’effrayait » 260. Sans doute est-ce le radical Ieng
Sary ou Thiounn Mumm qui l’amenèrent à le lire car un républicain comme Keng
Vannsak ne l’avait apparemment jamais lu. L’article « Monarchie ou Démocratie »
(cf. document 2) que Pol Pot aurait écrit témoigne par ailleurs qu’il lisait le Monde
ce qui n’étonne guère lorsque l’on sait les quelques marques de complaisance vis-
à-vis de la Chine et de l’URSS que contenait l’influent journal, jugé bourgeois par
le P.C.F. 261.
Outre l’Humanité, les périodiques communistes traitant de l’actualité dans un
cadre plus spécialisé étaient Démocratie Nouvelle, « revue de politique mon-
diale » ; Cahiers Internationaux, « revue internationale du monde du travail » ; La
Nouvelle critique, « revue du marxisme militant », dont le ton attirait peut-être da-
vantage de jeunes ; La Revue progressiste de droit français, depuis décembre
1952 ; ou La Pensée, une « revue du rationalisme moderne » appréciée par
quelques étudiants en philosophie ou en histoire bien qu’intéressant davantage les
professeurs. En effet, La Pensée se rattachait à la filiation républicaine du P.C.F., et
avait reçu certaines admonestations de la part du Kominform et de la direction du
P.C.F. 262.
Les numéros de la Nouvelle Critique de janvier et mars 1952 s’ouvraient par
des textes de Lénine et de Staline adressés aux étudiants pour les encourager à per-
sévérer dans l’assimilation de la science et de la politique afin de former la « nou-
velle relève » dans la production et dans l’enseignement. On les exhortait encore à
prendre en compte et à utiliser pour la cause – tant que les conditions de la lutte ré-
volutionnaire de masse n’étaient pas réunies – les petits conflits académiques qui
pouvaient avoir « de grandes suites » à l’avenir. Une compilation de neuf textes de
Lénine et de Staline titrée Sur les étudiants avait d’ailleurs été publiée à la fin de
1952 aux éditions Nouvelle Critique.

260
Far Eastern Economic Review, 30/10/1997, p.21, et Phnom Penh Post, 24 oct. - nov. 6 1997, p.4.
261
A lire « Le Monde auxiliaire du communisme », Bulletin d’Etudes et d’Informations Politiques
Internationales (BEIPI) d’octobre 1952 intitulées (source trop orientée ?).
262
Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, P.U.F., 2000, p.292.

97
L’ESSOR DE L’ANGKAR

L’Histoire du Parti Communiste Bolchevik

La Bible de ces étudiants était l’Histoire du Parti communiste d’Union Sovié-


tique dite du P.C.B. (Bolchevik), reconnaissable à sa couverture grise dans la
principale librairie des Editeurs français réunis, la maison d’édition officielle du
P.C.F., à l’angle des rues Racine et Monsieur-le-Prince. L’ouvrage, rédigé par une
commission du Comité Central mais attribué par l’Humanité à Staline, était
commenté dans tous les cours élémentaires, dont ceux de l’école de la section
Montsouris près de la Cité Universitaire. Pour l’achat des dix premiers tomes des
œuvres de Thorez, les Editions Sociales vous en envoyaient un exemplaire gratuit –
une façon de localiser les gros acheteurs et de leur envoyer un catalogue, ou de
rappeler que l’homme à l’épaisse moustache noire était indépassable ?
Il fut écrit par un spécialiste du Cambodge que le génie de Staline à s’imposer
et à déjouer les conspirations par des purges y occuperait une part importante. Or,
non seulement Staline n’est pas glorifié 263, mais son nom n’apparaît pas une fois
dans le chapitre consacré aux épurations anti-trotskystes ayant suivi l’assassinat de
Kirov, déclenchées sur décision du Comité Central après lecture d’un rapport pré-
senté par Iéjov. Le contrôle collectif et les principes de la critique et de l’auto-cri-
tique étaient très prégnants en apparence. Et surtout, les purges de 1935-1937
étaient justifiées par la « vigilance révolutionnaire » contre les sceptiques, oppor-
tunistes, capitulards et traîtres installés au sein même de l’état-major dirigeant de la
classe ouvrière et non par la volonté d’imposer un chef. Une « lutte à mort » était
alors engagée « contre la bourgeoisie » et les purges n’étaient que le prolonge-
ment, au cœur du Parti et contre les espions, de la lutte des classes 264. L’Humanité
elle-même rappelait la « vigilance révolutionnaire » à adopter contre tous les fau-
teurs de guerre, les violeurs d’accords, les agents provocateurs zélés des impéria-
listes, les renégats et les traîtres au Parti, les Doriot, Barbé et Célor, etc. Une néces-
sité d’autant plus impérieuse que l’ennemi capitaliste était par avance condamné
par l’Histoire 265. Sous le Kampuchéa révolutionnaire, la « vigilance révolution-
naire » allait être un des principes clefs auxquels allaient obéir les forces de sécuri-
té.

Mais l'histoire du P.C.B. n’est pas en soi à la racine de la dérive sanguinaire


263
L’édition de 1949 contenait bien un chapitre supplémentaire sur les années 1935-1937 qui men-
tionnait les discours du « camarade Staline » sur le mouvement stakhanoviste et la nécessité d’aug-
menter le nombre de cadres dans tous les secteurs économiques, et indiquait que Staline avait établi
un projet de Constitution en 1936, mais ce dernier n’était alors qu’un des membres du Congrès des
Soviets de l’U.R.S.S. et du Politburo, et n’était présenté que comme l’un de ceux que les trotskystes
avaient voulu assassiner, à côté de Lénine, de Sverdlov, et des victimes Kirov, Menjinski, Kouibychev
et Gorki. On ne citait de ses œuvres que Des principes du léninisme.
264
Histoire du P.C.(B.), Ed. en langues étrangères, Moscou, 1949. Ed. fr. N. Béthune, 1971, p.399.
265
Lire par exemple « Les "Œuvres de Maurice Thorez" et la vigilance révolutionnaire » par Léon
Mauvais, l’Humanité, 9 août 1951.

98
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

cambodgienne puisque l’ouvrage avait été traduit en chinois par Mao et en vietna-
mien par Hô Chi Minh en 1941 266. Par contre, l’application qui en fut faite en juin
1953 l’est davantage. Les chars soviétiques n’avaient eu aucune pitié contre les ou-
vriers de plusieurs villes allemandes qualifiés d’« agents de la C.I.A. » par Moscou
et l’Huma, contrairement à l’intellectuel Brecht, invitant ironiquement les autorités
allemandes à changer carrément tout le peuple si celui-ci ne leur plaisait plus.

Les utopies du bonheur communautaire en arrière-plan

Dans ses cours « élémentaires » destinés à la formation du militant, le P.C.F.


ne faisait guère allusion aux principaux utopistes, More, l’auteur de l’Utopie, Fou-
rier, Morelly, Cabet, etc. La raison en était qu’ils avaient été dépassés, en raison de
leur impuissance théorique et pratique, par le socialisme scientifique de Marx, qui
s’appuyait, quant à lui, sur l’action des masses.
Il n’en était pas de même à l’Université Nouvelle du P.C.F., où les utopistes y
étaient étudiés pendant un cycle d’une année et où la réflexion et la culture géné-
rale étaient apportées par des professeurs communistes de qualité 267. Il reste
quelques traces de cours donnés dans les années soixante par Georges Cogniot et
Jean Bruhat sur les utopistes More, Campanella, Fourier et Cabet. L’Utopie de
Thomas More et la très communiste Cité du soleil de Tommaso Campanella,
avaient été publiées respectivement en 1944 aux éditions Terres latines, et en 1950
chez J. Vrin avec une introduction de l’historien marxiste Alexandre Zévaès. Quant
aux Editions Sociales du 64, boulevard Auguste Blanqui, elles avaient privilégié les
utopistes français dans la collection Classiques du peuple.
Les communistes français ne pouvaient oublier qu’ils étaient les descendants
d’une tradition utopiste et égalitariste non négligeable incarnée par Fourier, Morel-
ly, Mably, Cabet, Babeuf, Saint-Simon.... Dans Fils du peuple, Thorez saluait ainsi
le « grand utopiste Fourier » qui avait dénoncé le drame paradoxal de la pauvreté
dans l’abondance, et Saint-Simon et sa « prévision géniale » d’après laquelle « le
gouvernement des hommes fer[ait] place à l’administration des choses ». Guy
Besse et Maurice Caveing, qui enseignaient à l’Université Nouvelle et avaient tiré
de leurs cours des Principes fondamentaux de philosophie (1954) dans la lignée
des Principes élémentaires de philosophie de Georges Politzer, ne s’attardaient que
sur Fourier, Saint-Simon et Owen, comme le faisait Engels dans une brochure très
diffusée, Socialisme utopique et socialisme scientifique. Les systèmes sociaux éla-
borés par ces auteurs ne pouvaient être qu’imparfaits en raison du faible dévelop-
pement productif des sociétés dans lesquels ils avaient vécu, mais ils dénonçaient
266
P. Short, Pol Pot, 2004, p.67. Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, Presses de Sciences Po, 2000, p.211.
267
Entretien avec Pierre Brocheux.

99
L’ESSOR DE L’ANGKAR

le monde bourgeois et son commerce devenu « escroquerie légalisée » ainsi que


son mariage resté un « manteau officiel de la prostitution », qui « devait être enfoui
dans la fosse commune de l’histoire ». Engels retenait de Saint-Simon l’idée que
tous les hommes devraient travailler, que la politique serait absorbée par l’écono-
mie, si bien que le gouvernement politique des hommes serait converti en admi-
nistration des choses ; de Fourier qu’il maniait déjà très bien la dialectique en
montrant que « la pauvreté na[issait] de la surabondance »; d’Owen, enfin, qu’il
avait fondé une colonie modèle où avaient disparu l’ivrognerie, la police, la prison,
les procès, l’assistance publique et le besoin de charité. Engels rappelait que tout
grand mouvement bourgeois renfermait en son sein des mouvements plus avancés
comme celui de Thomas Münzer en Allemagne, des niveleurs en Angleterre, et de
Babeuf durant la « grande Révolution française » 268.
Le Code de la Nature (1755) de Morelly et des Textes choisis de Charles Fou-
rier parurent en cinq mille exemplaires aux Editions Sociales en mars et en juin
1953, avec le même tirage que le tome IV du Capital de Marx 269. Engels écrivait
dans l’Anti-Dühring et dans sa brochure Socialisme utopique et socialisme scienti-
fique que Morelly et Mably avaient été les auteurs de « théories déjà franchement
communistes ». Dans La Grande Révolution de Kropotkine – lu en entier par Sa-
loth Sar / Pol Pot 270–, Mably était décrit comme le penseur qui, bien plus que
Rousseau, avait influencé les Révolutionnaires français. Cependant, rien ne permet
de dire si des Cambodgiens ont pu se renseigner sur sa pensée en dehors de ma-
nuels d’histoire des idées politiques, car l’ouvrage communiste majeur de Mably,
Des droits et des devoirs du citoyen, ne fut réédité qu’en 1972. Mais pour ce qui est
du Code de Morelly, l’introduction du soviétique Volguine en faisait ressortir les ci-
tations suivantes : « Tout peuple ... peut être ramené aux lois de la pure nature »,
« Analysez la vanité, la fatuité, l’orgueil, l’ambition, la fourberie, l’hypocrisie, le
scélératisme, décomposez de même la plupart de nos vertus sophistiques, tout cela
se résout en ce subtile et pernicieux élément, le désir d’avoir ». Morelly s’efforçait
de « trouver une situation dans laquelle il soit presque impossible que l’homme soit
dépravé et méchant » 271. Ce Code avait aussi été édité édité chez Clavreuil en
1950, avec une longue introduction et des notes de Gilbert Chinard, mettant en
parallèle les théories du prolixe Morelly avec celles de More et avec l’expérience
réelle des Incas au Pérou. La philosophie d’un autre livre de Morelly, Le Prince, y
était exposée et résumée. Il en ressortait que l’on pourrait rendre « les hommes
heureux et bons, ou (…) se garantir de leur malice », en passant par cette unique
solution : « le vrai Despotisme. Un Prince chéri de ses Sujets est un Prince absolu,

268
Friedrich Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique, éditions sociales, 1945, pp.4-9.
269
Archives de Saint-Denis, Fonds Cogniot, 5 S 277, Bureau de la section idéologique, 8/12/1953.
270
Pol Pot se rappelait du titre et non de l'auteur, ici précisé (voir l'interview dans Far Eastern Econo-
mic Review, 30 octobre 1997, p.21, et Phnom Penh Post, 24 oct. - nov. 6 1997, p.4).
271
Morelly, Code la nature, 1953, Ed. Sociales, les Classiques du Peuple, introduction de Volguine,
pp.10 et 16. Emile Durkheim, Le socialisme, début du chapitre III.

100
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

ses ordres leur annoncent toujours qu’il veut leur bien » 272. Le partage, égal ou in-
égal des biens en propriétés, était pour Morelly la cause suprême du mal, et l’on ne
peut s’empêcher de remarquer entre son Code et le projet de Pol Pot, Nuon Chea et
leurs camarades, un certain nombre de similitudes frappantes : magasins publics,
travail des champs obligatoire, enfants séparés des parents dès cinq ans, travaux en
ateliers dès dix ans, correction de l’esprit de propriété. En 1948, Roger Garaudy,
dans Les Sources françaises du socialisme scientifique était d’avis que le Code de
la Nature était « l’essai le plus complet et le plus puissant en ce domaine ». Les
Sources… furent néanmoins rééditées avec des modifications en 1949 sur pression
soviétique, pour ne pas laisser prise à une sous-estimation des découvertes fon-
damentales de Marx et Engels 273.
Il faut rappeler que Marx lui-même saluait certains travaux d’utopistes.
Charles Fourier était pour lui « un des prophètes du socialisme », comme il était
indiqué dans la préface des Textes choisis de ce dernier (Editions Sociales, 1953).
Employé de commerce menant une vie de vieux garçon réglée dans les moindres
détails, Fourier raffolait des défilés militaires et avait imaginé dans ses moindres
détails la vie des habitants d’une cité harmonieuse. Il fustigeait l’« esprit mer-
cantile », « la fausse industrie, morcelée, répugnante, mensongère », et croyait
avoir surpassé toutes les sciences et les théories politiques des deux derniers millé-
naires en découvrant la théorie de l’attraction universelle qui aboutirait à l’« har-
monie universelle ». Dans une revue comme La Pensée, appréciée par les étudiants
communistes en Philosophie ou Histoire, et dont les rédacteurs animaient des col-
loques, Fourier était présenté, à la rubrique « chronique philosophique » de mai-
août 1953, à la fois comme un fantaisiste et comme un précurseur dont le « génie
anticipateur » avait prédit maints détails du marxisme tel qu’il était supposé avoir
été réalisé en l’Union Soviétique : rapprochement entre la ville et la campagne,
grands travaux de défrichement, substitution à la concurrence et à tous les rapports
de lutte de la critique et de l’autocritique, émulation socialiste, équipes rivales de
stakhanovistes, repas collectifs, rôle dévolu à l’enfance et à la jeunesse dans le pro-
grès social, école unique, enseignement polytechnique, etc. Son erreur ne gisait que
dans la timidité des moyens qu’il avait envisagés pour réaliser son but, un but ce-
pendant authentiquement révolutionnaire 274.
Dans la même « revue du rationalisme moderne », en 1948, Roger Garaudy et
Félix Armand rappelaient un certain nombre d’ « anticipations géniales » des
précurseurs français du socialisme, qui, contrairement au « préjugé tenace », n’é-
taient ni idéalistes, ni étrangers à la notion de classe. Théodore Dézamy, par
exemple, dans son Code de la communauté, tentait, comme Morelly, de « trouver
une situation où l’homme ne puisse plus être dépravé ni méchant ». Il prévoyait

272
Morelly, Code la nature, 1950, Ed. Clavreuil, introduction de G. Chinard, p.40.
273
Irwin Wall, French Communism, op. cit., p.137. L’attaque visait en fait Thorez. Garaudy dut faire
son auto-critique dans La nouvelle critique, 5, avril 1949.
274
« L’utopie fouriériste », René Maublanc, à propos de Fourier, Textes choisis (par Félix Armand).

101
L’ESSOR DE L’ANGKAR

une éducation polytechnique permettant au citoyen d’être apte à plusieurs fonctions


dans la cellule de base qu’était la commune, où la propriété, le travail, et l’éduca-
tion étaient communs. Enfin, il dénonçait l’anarchie des intérêts individuels, les
ravages de la « libre concurrence » en même temps que « les homicides étreintes
du monopole » 275. Garaudy fut néanmoins contraint de faire une auto-critique de
ses thèses dans La nouvelle critique d’avril 1949, sur pression des Soviétiques,
parce qu’il aurait pêché par nationalisme…
Un autre précurseur français du communisme, Gracchus Babeuf, était consi-
déré par Marx comme le « fondateur du premier parti communiste agissant ». Des
Textes choisis de ce révolutionnaire égalitariste et communaliste étaient parus aux
éditions sociales dès 1950. Dans les livres de l’historien de la révolution française
Albert Soboul et dans ses cours délivrés notamment à l’Université Nouvelle, Ba-
beuf était évoqué comme le premier théoricien qui, en accord avec ses plans uto-
piques, tenta de faire enfanter l’Histoire humaine du communisme, en 1796, lors de
sa Conspiration dite des Egaux. Comme l’écrivait Soboul, Babeuf, inspiré de
l’œuvre des Jacobins et nourrit des écrits de Rousseau, de Mably et du Code de la
nature de Morelly, proclamait que le but de la société était le « bonheur commun »
et que le seul moyen d’arriver à l’égalité de fait était « d’établir l’administration
commune », puisque le partage égal des propriétés ne pouvait durer qu’une jour-
née. Pour les communistes, le bonheur se vit en communauté. Mais cela n’apparaît
pas toujours. Ainsi, Thorez choisissait de mettre en exergue à Fils du Peuple cette
citation de Saint-Just : « Le bonheur est une idée neuve en Europe ». Babeuf, pour
sa part, dénonçant une égalité des droits seulement « nominale », projetait claire-
ment d’abolir la petite propriété et d’instaurer des communautés des biens et des
travaux comprenant des magasins communs. Le communisme de Babeuf, rural et
frugal, prévoyait même la suppression de l’argent. Son modèle de société était l’ar-
mée. S’appuyant sur cette réalité délimitée, il affirmait avec enthousiasme que « ce
qui est possible en petit l’est en grand ». Pour renverser le système social en place,
Babeuf estimait qu’une minorité agissante pouvait entraîner vers une dictature ré-
volutionnaire une frange de sympathisants tenus hors du secret et même l’ensemble
des masses populaires, car, commentait Soboul, il serait « puéril de s’en remettre à
une assemblée élue (...) même au suffrage universel ; il est indispensable de
maintenir la dictature d’une minorité révolutionnaire, tout le temps nécessaire à la
refonte de la société et à la mise en place des institutions nouvelles » 276. Les textes
de ce « précurseur du communisme » furent réédités et commentés dans les Ca-
hiers du communisme à des moments où le P.C.F. cherchait à mettre en avant ses
origines révolutionnaires nationales, en 1947-1953, en 1957-1958, et en 1962-

275
La Pensée, n°18 mai-juin 1948, et n°19 juillet-août 1948 : « Le communisme matérialiste en
France avant 1848 : un précurseur : Théodore Dézamy » ; « 1848-1851 : grandeur et servitude de l’u-
topisme petit-bourgeois ; Notes critiques sur la création des idées communistes en France ».
276
Albert Soboul, Précis d’histoire de la Révolution française, Ed. Sociales, 1975, pp.410-414. Texte
identique à L’histoire de la Révolution française en 2 tomes de 1962.

102
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

1965 277. En 1957 était parue La Conspiration pour l’égalité dite de Babeuf, un re-
cueil en deux tomes de ses textes et projets de décrets – y compris policiers, ce qui
a le mérite de la franchise – réunis par Buonarotti en 1828. Mais les communistes
passaient sous silence ses vives critiques à Robespierre et Carrier dans Du Système
de Dépopulation, ou la vie et les crimes de Carrier, an III et On veut sauver Car-
rier.

Le « Cercle »

A côté des réunions de cellule, les Cercles d’Etudes Marxistes constituaient


d’autres foyers du militantisme communiste. Leur création avait pour but d’attirer
des non communistes, et était avalisée par le Parti, sans que leur fonctionnement
fusse directement de son ressort 278. Il semble que pour les Cambodgiens, ces
réunions aient été considérées comme plus sérieuses que celles de la cellule et se
soient déroulées au bout du compte en petits comités de trois personnes.
Le Cercle (Vong) d’études marxistes des étudiants cambodgiens aurait été fon-
dé le 19 juin 1950 279 ou peu après le festival de Berlin-Est d’août 1951, par Ieng
Sary, Keng Vannsak, Rath Samoeun et Yun Soeurn. Les réunions se déroulaient gé-
néralement tous les week-ends, dans le Parc Montsouris qui fait face à la Cité uni-
versitaire internationale, ou dans l’appartement de Vannsak, rue du Commerce,
puis, après son départ en 1952, chez Sary, à l’hôtel anglo-latin, 28, rue Saint-An-
dré-des-Arts. Certaines réunions se déroulaient en petits comités. Et certains soirs
étaient consacrés à des séances de critique-auto-critique 280. D’après David
Chandler, les membres lisaient De l’impérialisme de Lénine (L’impérialisme stade
suprême du capitalisme), La question Nationale et le Matérialisme Dialectique de
Staline, le Manifeste du Parti Communiste et Le Capital de Marx (à lire le chapitre
3 de la biographie de Pol Pot par Chandler, mais la mention du Capital est absente
de la liste précédemment donnée dans The Tragedy of Cambodian History, p.54).
Mey Mann, initié par deux fondateurs du cercle marxiste lors de sa deuxième an-
née d’études en France, mentionne également la lecture de Fils du peuple de Tho-
rez et des Principes du léninisme de Staline – un ouvrage distribué aux cadres du
Parti en 1970-1971). Selon lui, le cercle n’établissait pas de programme politique
mais se livrait à l’étude des textes. D’autres étudiants indiquent qu’ils commen-
taient leurs lectures et les événements de la semaine sans véritable discipline. Un
ancien membre autour de l’année 1953 nous a signalé que Rosa Luxembourg était
lue (en tant que martyre de la révolution ?) et qu’il était conseillé de lire le Contrat

277
Schiappa, « La tentation babouviste vue par le P.C.F. », Communisme, n°45-46, 1996, pp.139-152.
278
Entretien avec Pierre Brocheux du 7 avril 1998. Place Saint-Michel, tel cercle avait été créé au
café de la gare à l’initiative d’étudiants français qui souhaitaient enseigner le marxisme afin de lier
constamment la pratique à la théorie (Archives du Rectorat de Paris).
279
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, p.26.
280
P. Short, Pol Pot, 2004, p.64.

103
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Social de Rousseau, mais pas jusqu’à l’étudier comme Lénine et Staline 281. On
peut d’ailleurs convevoir que jusqu’en 1954, l’étude des textes ait été pour certains
moins attentive que celle des événements en Indochine.
D’après une note des Renseignements Généraux, l’influence du Cercle s’exer-
çait, en 1953, sur la moitié des étudiants Cambodgiens de Paris, soit approximati-
vement cent personnes, le nombre d’étudiants Cambodgiens passant de 110 en
1945 à 240 en 1955 selon la même note. D’après plusieurs témoins, les chiffres des
R.G. sont fortement exagérés et devraient être ramenés à une quinzaine ou une
trentaine. Mais il convient de distinguer appartenance et influence, car celle-ci n’é-
tait pas négligeable et s'étendait jusqu'au Cambodge où les bulletins de l’A.E.K.
étaient lus par des étudiants comme Khieu Samphan. A titre de comparaison, au
Cambodge, en 1951, le parti cambodgien rattaché au « parti ouvrier » vietnamien
ne comptait que 150 Cambodgiens sur 1784 membres 282.
Une certaine incertitude règne au sujet des liens entre ce Cercle et le P.C.F.
D’après les dires de Ieng Sary rapportés par Elizabeth Becker, Maurice Thorez en
personne aurait donné sa bénédiction à la formation du « cercle d’étude com-
muniste » 283. Il semble toutefois s’agir d’une confusion avec le fils aîné de Thorez
qui avait, à la même période, inauguré et animé un stage de l’école de la fédération
de Paris auquel avaient pris part des Cambodgiens et d’autres ressortissants des co-
lonies, dont peut-être Ieng Sary puisque celui-ci avait suivi des cours à la « Fédéra-
tion de Paris » 284. Keng Vannsak, qui n’était pas vraiment communiste, avait dit à
Ben Kiernan que le Cercle était affilié au P.C.F. en tant que groupe de langue 285,
mais sans doute est-ce parce que les participants aux deux types de réunions étaient
les mêmes personnes.
François Debré rapportait certains propos échangés lors des débats du Cercle,
à partir de notes prises dans un carnet par un des participants. Son informateur ano-
nyme semble bien être Keng Vannsak qui s’exclamait à notre adresse : « qui vou-
lez-vous que ce soit, en dehors de moi ? », ce que suggère aussi la comparaison du
281
Entretien avec Mey Mann. In Sopheap, Khieu Samphân, op. cit., p.27. Communication personnelle
de Philip Short. Entretien avec Mr. W.
282
« Rapport Général du IIe congrès du PCI » cité dans les Archives du minsitère des Affaires Etran-
gères, série Asie Océanie 1944-1955, sous-série Indochine, 399, dossier « Le communisme en Indo-
chine, Rapport du Commissariat Général de France en Indochine », n° 719/DGR du 1er mai 1954.
D’autres sources françaises indiquent, pour 1952, 150 membres du Parti Révolutionnaire du Peuple
Cambodgien sur un total de 1934, et pas plus de 400 Cambodgiens en 1954 (François Joyaux, La
Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine, Genève 1954, 1979, p.222 citant les Archives
du Ministère des Affaires Etrangères, note de juin 1954, Indochine, § B, Les gouvernements fantômes
Pathet-Lao et Khmer Issarak). Selon des sources vietnamiennes on comptait 21 Khmers sur 870
membres du Parti en 1949, 300 Khmers en décembre 1950, et 1500 en 1952 (T. Engelbert, « Les diffi-
cultés des communistes vietnamiens (…) (1945-1954) », in Brocheux, Du conflit d’Indochine aux
conflits indochinois, Complexe, 2000, p.148).
283
Elizabeth Becker, op. cit., p.67 (N.Y., p.72).
284
Communications personnelles de P. Brocheux, de Ieng S. via Suong S., août 2000, et de P. Short.
285
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, p.119.

104
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

texte de Debré (1976) avec celui de Ben Kiernan (1985), lequel avait interrogé
Vannsak. Au vu de ces notes, Debré indiquait qu’on était confronté à la « détermi-
nation d’une poignée de révolutionnaires » dont le « but était déjà de conquérir le
pouvoir ». Le Cercle semblait réunir un groupe de révolutionnaires professionnels
débattant, dans la confidentialité, de certaines mesures à prendre au pouvoir. Car
les discussions rapportées par son informateur ne concernaient, comme nous l’a
concédé Debré, qu’un cercle restreint de Khmers, entre animateurs. Certainement
conscients d’êtres des communistes ayant, suivant la définition de Marx et Engels,
« sur le reste du prolétariat l’avantage d’une intelligence claire des conditions, de la
marche et des fins générales du mouvement prolétarien » 286, ils semblaient avoir
défini la structure d’un parti : « L’organisation représente le peuple, le comité
central représente l’organisation, le gouvernement et l’administration obéissent au
comité central et sont les exécutants fidèles des décisions du peuple ; toutes les
décisions du comité central sont indiscutables » 287.
Il est possible que les moyens de contrôler le pouvoir aient été débattus à la
lumière des premiers documents ramenés par les rebelles indépendantistes affiliés
au Vietminh lors du festival de Berlin-Est. D’après Debré, donc Keng Vannsak, il
avait été dit que « la mobilisation doit être permanente, c’est la mobilisation contre
les ennemis de classe qui justifie la rigueur de l’organisation et son système de
décision » 288. Il serait tentant, après la lecture de Debré, de remarquer que le terme
d’Organisation était, dès Paris, préféré à celui de Parti, chose qui peut provenir de
vieux textes de Lénine 289. Tous les éléments de la pratique du pouvoir étaient dé-
battus puisque certains membres semblaient attirés par les procédures policières.
Deux sources reposant sur les dires de Vannsak semblent attribuer une telle atti-
rance soit à Saloth Sar soit à Ieng Sary.290. D’après François Debré, dans les dis-
cussions qui l’opposaient à Hou Yuon, « Sar » (mais plutôt Sary) en venait à dire :
« C’est moi qui dirigerai l’organisation révolutionnaire; j’en serai le secrétaire géné-
286
Marx et Engels, Manifeste du P.C., Ed. sociales, 1966, p.54.
287
François Debré, op. cit., p.87. Keng Vannsak dit avoir parlé à Debré, mais ce dernier ne s’est pas
souvenu du nom de son principal informateur.
288
François Debré, op. cit., p.87.
289
Lire le paragraphe du Que faire ? de Lénine sur l’organisation stable de dirigeants cité en page 33
de l’Histoire du P.C. bolchévik de l’URSS, 1939. Dans Un pas en avant, deux pas en arrière (1904),
étudié au sein du Cercle Marxiste-léniniste à la fin des années cinquante, et peut-être plus tôt, Lénine
écrit que le prolétaire n’est rien s’il reste isolé : « Toute sa force, toutes ses capacités des progrès,
toutes ses espérances et ses aspirations, il les puise dans l’organisation, dans l’activité commune et
méthodique aux côtés de ses camarades. Il se sent grand et fort lorsqu’il fait partie d’un grand et fort
organisme. Cet organisme est tout pour lui ». Lénine retrace aussi des discussions sur les statuts du
Parti et le rôle d’un « organisme supérieur » situé au-dessus du comité central et de l’organe de presse
Iskra (Œuvres complètes, tome 7, pp.302-305, 340).
290
David Chandler choisit de suivre Debré pour souligner que Sar se passionnait surtout pour les
problèmes d’organisation. Il est vrai qu’alors l’informateur de Debré ne pouvait pas savoir que Saloth
Sar se cachait derrière Pol Pot, mais il avait peut-être à l’esprit que Sihanouk avait nommé le 24 mars
1972 « Soluto Sor » chef du département des FAPLNK, l’armée du FUNK (Malcolm Caldwell & Lek
Tan, Cambodia in the Southeast Asian War, Monthly Review Press, NY & London, 1973, p.385).

105
L’ESSOR DE L’ANGKAR

ral, je détiendrai les dossiers, je contrôlerai les ministres et je veillerai à ce qu’ils ne


dévient pas de la ligne fixée par le comité central dans l’intérêt du peuple...» 291
Pour Ben Kiernan le militant qui était « attiré par la technique de Staline
consistant à contrôler la structure organisationnelle du Parti en “tenant les
dossiers” » était Ieng Sary. Nous avons voulu vérifier ce point auprès de Vannsak
en avril 2001, sans mentionner Debré ni Kiernan, et il nous répondit qu’il s’agissait
de Sary car Sar était le plus effacé, et « était loin de Ieng Sary ». D’ailleurs, lorsque
Debré décrit Sar comme le plus intelligent, le plus actif, le plus convaincu, le plus
intransigeant, celui qui animait les débats du Cercle et présidait réellement l’A.E.K.
sans pour autant avoir le moindre titre, on reconnaît bien là le Sary dépeint par
d’autres sources avant même qu’il ne devienne président de l’U.E.K. à la fin de
l’année 1956, plutôt que Sar l’effacé 292.
En 1980, Vannsak avait indiqué à Kiernan que les animateurs avaient été Rath
Samoeun et Ieng Sary, et que les plus participants les plus actifs avaient été
Thiounn Mumm, Toch Phoeun, Mey Mann, Mey Phat, et Chi Kim An. Saloth Sar
ne venait pas souvent en raison de sa personnalité réservée 293. Kim Vien, arrivé en
1954, se souvient d’une « cellule » dont les idéologues auraient été Thiounn
Mumm, Rath Samoeun, In Sokan, ainsi que Ieng Sary, dont les dons d’orateur lui
donnaient les traits d’un « grand chef » malgré son accent de Cochinchine. Sary
était déjà très résolu dans ses positions politiques et prônait des changements radi-
caux. François Ponchaud indique que deux ans après son arrivée à Paris, il se
voyait déjà être Staline dont il avait, comme In Sokan, affiché le portrait dans sa
chambre à côté de celui de Hô Chi Minh 294. Marie-Alexandrine Martin, qui avait
interrogé Keng Vannsak, décrivait Ieng Sary comme un bon connaisseur du mar-
xisme, un habile politicien à l’esprit particulièrement calculateur. Si l’on en croit
un de ses anciens camarades, lorsqu’on lui demandait ce qu’il ferait au pouvoir, il
répondait qu’il suffisait de détenir les dossiers biographiques des gens. Comme
Staline il voulait être un « super-flic ». Le futur numéro 3 ou 4 de la direction révo-
lutionnaire, aurait – selon un témoin que nous n’avons pas suffisamment entendu
pour juger de sa sincérité – d’ores et déjà prévu d’éliminer la bourgeoisie, et les
bourgeois aussi (mais lesquels?), sous prétexte que le mal devait être « extirpé à la
racine » 295. L’expression rapportée est à rapprocher d’un slogan répandu après
1975 : « Couper un mauvais plant ne suffit pas : il faut en extirper toutes les ra-

291
François Debré, op. cit., p.86. Chandler, Pol Pot..., p.64.
292
Debré, p.83. Kiernan, How Pol Pot …, p.121. Entretiens avec Keng Vannsak, mai 1998 et 11 avril
2001. Il apparaît en fait, comme nous l’avait dit Vannsak, que Debré avait fait un travail trop rapide.
Vannsak nous avait confié que Sar lisait beaucoup, et qu’il venait irrégulièrement aux réunions du
« Cercle », alors qu’il habitait pourtant une rue voisine de la sienne. Il est certes possible que Sar ait
été transporté par la même détermination que Sary, et que Vannsak, qui quitta Paris deux mois avant
lui et s’était écarté peu avant de la politique, n’en ait rien su, mais alors, il n’aurait pas pu le confier.
293
Ben Kiernan, How Pol Pot..., p.119.
294
François Ponchaud, op. cit., p.189.
295
Entretien avec Z., qui partageait toujours certaines réflexions de ses anciens camarades.

106
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

cines ». Ieng Sary, nous dit-on, se nourrissait de « lectures variées » 296, ce qui nous
conduit à associer les deux formules, dont le contexte et le tete ne sont peut-être
pas bien reconstitués, au mode de pensée d’utopistes réédités à l’époque, qui s’en
prenaient non pas aux hommes mais au système, et envisageaient comme Morelly
de « couper racine à la propriété » 297 ou comme Fourier condamnant en 1810, non
pas les abus du commerce, mais le principe mercantile et les pratiques qui lui sont
irrémédiablement attachées, que « quand un arbre ne produit que des fruits vé-
néneux, qu’y a-t-il à faire que de l’abattre et d’en extirper jusqu’aux racines? (...) Il
est temps [pour le commerce] qu’il soit voué à l’opprobre et qu’il disparaisse des
sociétés humaines, où il ne porte que la dépravation et le ravage » 298.
Les membres du Cercle devaient s’astreindre à une discipline que certains ju-
geaient trop stricte. Ils « devaient » vendre l’Humanité-Dimanche (un caractère ob-
ligatoire normalement inexistant au sein du P.C.F.) ; suivre les cours de l’Université
Nouvelle du P.C.F. rue de Rennes ; aller à des manifestations de masse y compris
contre la guerre d’Algérie et en faveur de Bourguiba par solidarité internationale ;
regarder les films produits par France-URSS – et plusieurs fois le Cuirassé Potem-
kine ; ne pas fréquenter de filles pour ne pas se détourner de la politique – « mas-
turbez-vous régulièrement », aurait conseillé Ieng Sary (qui avait envoyé sa tendre
moitié se faire avorter en Suisse…299) ; se concentrer sur l’étude du marxisme-léni-
nisme en vue d’entrer dans le maquis, et non sur ses études en vue d’entrer au gou-
vernement. Aux réunions hebdomadaires, des exposés devaient être réalisés par les
membres, après une étude obligatoire de textes. Ieng Sary, aurait été un peu méga-
lomane en se prenant pour Staline, il réveillait ses camarades de l’hôtel anglo-latin
très tôt le matin, ou arrivait à l’improviste dans leurs chambres pour vérifier s’ils ne
lisaient pas des textes bourgeois. Son bras droit était Son Sen. Deux étudiants au
moins quittèrent l’hôtel anglo-latin pour fuir cette vie exigeante sous sur-
veillance 300.

L’université nouvelle

Certains Cambodgiens de gauche suivaient des conférences. Il pouvait s’agir,


comme pour un camarade communiste d’origine vietnamienne, des colloques
adressés aux étudiants par les Amis de la revue La Pensée. Ou, ce dont on est cer-
tain, des conférences ou des cours du soir de l’Université Nouvelle du P.C.F., dite
Université Ouvrière de 1932 à 1940, dont les locaux principaux étaient sis au 8,
avenue Mathurin-Moreau, et dont une des annexes, fréquentée par une proportion

296
Entretien avec Keng Vannsak du 17 mai 1998.
297
Morelly, Code de la Nature, Editions Sociales, 1970, p.84 (il existait une édition en juin 1953).
298
Fourier, Textes choisis, Ed. Sociales, 1953, pp.35 et 90 (repris dans la préface de Félix Armant).
299
P. Short, Pol Pot, 2004, p.64.
300
Entretien avec Mr. W. Renseignement de Philip Short.

107
L’ESSOR DE L’ANGKAR

plus grande d’étudiants se trouvait au 44, rue de Rennes, à côté du café des Deux
Magots. L’« U.N. » était ouverte à tous pour une somme modique, une « cotisation
de principe », qui, selon son ancien directeur, ne couvrait que les frais d’électricité
et le salaire d’une dactylo chargée de la permanence, grâce à l’engagement béné-
vole de la totalité des professeurs, tous sympathisants communistes. Le but était de
délivrer aux participants des connaissances « non bourgeoises ». Ieng Sary et Pol
Pot ont fréquenté l’Université Nouvelle 301. Khieu Samphan dit y être allé « de
temps à autre ». Mey Mann y avait suivi, « à Odéon », des cours de russe et de phi-
losophie marxiste avec ses camarades Sanh Oeurn et Mey Phat. Toutes ces per-
sonnes étaient membres du Cercle d’études marxistes, et, vers 1953, selon un autre
membre, tous ceux du Cercle étaient tenus d’aller à l’Université nouvelle 302. Plus
tard, Chau Seng Uor en avait été diplômé, avant de rejoindre au Cambodge les
rangs de Son Ngoc Thanh. Parmi les membres de l’U.E.K., peu de marxistes
fréquentaient l’U.N. Ils privilégiaient les conférences de l’Institut Maurice Thorez,
créé en 1964 boulevard Blanqui et devenu plus tard l’Institut de Recherches Mar-
xistes puis, jusqu’à nos jours, l’Espace Karl Marx.
A l’U.N., les enseignements portaient sur l’histoire, la philosophie, les essais
historiques de Marx (le 18 Brumaire, La guerre civile en France 1871), la philoso-
phie des Lumières (Voltaire, Rousseau), ou encore le matérialisme dialectique et
historique, également traité dans un chapitre de L’histoire du P.C. d’Union Sovié-
tique.

Jean-Jacques Rousseau
Plusieurs sources rapportent que Pol Pot était passionné par la littérature fran-
çaise, la poésie de Hugo, de Rimbaud, de Vigny, et de Verlaine dont il citait des
vers à ses élèves. Sa formation technique ne le destinait pas à cultiver le goût de la
littérature, mais il a dû y être sensibilisé à l’Université Nouvelle du P.C.F.. Selon
Keng Vannsak, qui ne le considère pourtant pas comme un intellectuel, il « passait
la majeure partie de son temps à lire » 303. Et David Chandler rapporte que Jean-
Jacques Rousseau était un de ses auteurs préférés 304.
Khieu Samphan et Ieng Sary l’avaient également lu. Vers 1980-1981, Sam-
301
Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun, août 2000. Dans Le mal cambodgien, M.-A. Mar-
tin disait, sur la foi de Vannsak que Pol Pot et Ieng Sary étaient allé à l’« université populaire du
P.C.F. ». Auguste Dumeix, ex-directeur de l’U.N. pendant vingt-cinq ans, explique que les universités
populaires, des écoles coopératives d’ouvriers au XIXe siècle, n’avaient pas de rapport avec le P.C.F..
302
Entretien du 14/7/00. Mey Mann dit aussi à une autre personne avoir suivi des cours de marxisme
« dans une salle louée du côté de l’Odéon ». Et il dit à Henri Locard qu’une classe organisée par le
P.C.F. avait été ouverte près de l’Odéon par les membres du Cercle, contre une somme modique, pour
entendre des professeurs de philosophie au lycée leur commenter des textes de pères fondateurs, dont
Staline. Il est donc probable que le Cercle conseillait à ses membres d’aller à l’UN.
303
David Chandler, Pol Pot, op. cit., p.61 ou The Tragedy of…, p.54.
304
Ibid., p.62. Chandler l’a appris de Soth Polin, ancien élève de Sar (communication du 21/2/01).

108
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

phan avait confié à un journaliste français, particulièrement frappé par l’hommage


« surréaliste » que rendait son interlocuteur au siècle des Lumières au milieu d’une
jungle militarisée : « Le premier ministre Pol Pot et moi-même, je vous l’assure,
sommes profondément imbus de l’esprit français, du Siècle des Lumières, de
Rousseau, Montesquieu... » 305. Samphan reconnaissait rétrospectivement qu’il
avait retenu de Rousseau « son idée que l’homme est né égal et bon, et que c’est la
société qui le corrompt ». Aussi voulait-il que le Cambodge « respecte l’égalité des
hommes, et l’esprit de la loi ». Mais il refusait d’être rapproché de Mao ou de Ro-
bespierre, en dehors du souci d’incorruptibilité de ce dernier, préférant se décrire
comme un « intellectuel de formation occidentale » pour qui « c’était le Cambodge
qui lui tenait à cœur » 306. Hommage furtif d’un maquisard aux Montagnards.
Rappelons quelques traits de l’œuvre de Rousseau qui ont pu déteindre sur l’i-
déologie de l’Angkar Padevat (l’Organisation révolutionnaire). Outre sa critique de
la propriété, du luxe, du confort, du superflu – jusqu’à s’habiller lui-même des vê-
tements les plus simples – et son idéalisation d’un état de nature uniforme, son
œuvre philosophique comporte bon nombre de passages dénonçant la dépravation
des villes, l’inutilité des arts et les maux engendrés par les progrès de la science.
D’après Emile Durkheim, l’enthousiasme de Rousseau pour Sparte, son intérêt
pour les œuvres de Mably, More, et Morelly, son idéal d’égalité économique ainsi
que son rejet des arts et de l’industrie, classe sa théorie dans le « communisme mo-
derne » 307. Son fameux Discours sur l’origine de l’inégalité parmi les hommes
(1754) est un ouvrage de référence pour les communistes, notamment le commen-
cement de la seconde partie où la propriété privée est présentée comme la source de
toutes les guerres, de toutes les misères et de tous les meurtres du genre humain,
alors que naturellement « les fruits sont à tous et [...] la terre n’est à personne » (on
rappellera qu’au Kampuchéa Démocratique la cueillette sans autorisation des fruits,
et notamment des noix de cocos, dont l’eau servait de sérum aux malades, valait la
rééducation voire la mort). Engels, dans Socialisme utopique et socialisme scienti-
fique ne mentionnait que deux « chefs d’œuvres de dialectique » au XVIIIe siècle,
le Neveu de Rameau de Diderot et le Discours sur l’origine et les fondements de
l’inégalité parmi les hommes de Rousseau. Rousseau considérait que les progrès de
l’esprit humain étaient des sources d’inégalité extrême dans la manière de vivre, et
de maladies. Ce qui l’amenait à formuler ce chef d’œuvre de dialectique : « j’ose
presque assurer que l’état de réflexion est un état contre nature et que l’homme qui
médite est un animal dépravé » 308. La lecture de cet ouvrage a du être particulière-
305
Le Monde, 31 décembre 1998, article de Francis Deron et communication du 7 juillet 1999. Deron
avait fait partie d’une délégation de presse venue observer, pendant la saison sèche 1980-1981, quelle
part de territoire contrôlaient les « Khmers rouges ». L’expression « profondément imbus » était de
l’interprète qui accompagnait le journaliste.
306
Entretien avec Khieu Samphan, 14 juillet 2000.
307
Emile Durkheim, Le socialisme, réédition Retz CEPL, 1978, p.67.
308
Jean-Jacques Rousseau, De l’inégalité parmi les hommes, Editions sociales, 1977, p.75 (il s’agit
des premières pages du discours). Friedrich Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique,
éditions sociales, 1945, p.11.

109
L’ESSOR DE L’ANGKAR

ment envoûtante pour les jeunes Saloth Sar, Ieng Sary et Khieu Samphan tant est
subtil l’art argumentatif de Rousseau. Le 31 août 1755, Voltaire répondait à Rous-
seau en des termes peu élogieux après avoir lu son Discours: « On n’a jamais em-
ployé tant d’esprit à vouloir nous rendre bêtes. Il prend envie de marcher à quatre
pattes, quand on lit votre ouvrage ». Ce à quoi Rousseau semblait répondre indirec-
tement « J’aime encore mieux voir les hommes brouter l’herbe dans les champs
que s’entre-dévorer dans les villes »309.
Rousseau prévenait d’ailleurs que sa tentative d’explication des fondements
de la société partait avant tout de conjectures réflexives écartant les faits (qui n’é-
taient, disait-il, que les hypothèses des autres chercheurs) 310. Mais il ne se conten-
tait pas d’idéaliser la liberté ou la bonté de l’homme sauvage solitaire laissé à l’état
de nature, il proposait aussi dans son Contrat Social un pacte dans lequel le princi-
pal engagement était « que quiconque refusera d’obéir à la volonté générale y sera
contraint par tout le corps : ce qui ne signifie autre chose sinon qu’on le forcera
d’être libre; car telle est la condition qui donnant chaque citoyen à la Patrie le ga-
rantit de toute dépendance personnelle » 311. Dans l’Emile, lu au moins par Mey
Mann, Rousseau commençait par inviter les professeurs à arracher leurs élèves à la
société, avant de tempérer cette idée. Enfin, ses Considérations sur le gouverne-
ment de Pologne, moins connues, mais où il donne libre cours à son côté législa-
teur, prévoient un certain nombre de prescriptions radicales et autarciques visant à
se soustraire à l’influence des puissances habituées au commerce, à l’industrie, aux
arts et aux sciences, et à devenir riche en cultivant les champs sans se soucier du
reste.
Pour peu que Pol Pot ou d’autres se soient intéressés à la vie de ce philosophe,
son caractère a pu les marquer : sa méfiance pour la majorité des hommes, son goût
pour la vie d’ermite, son complexe en partie fondé de persécution l’amenant à fuir
en Angleterre en 1765, enfin son penchant à enseigner la vertu semblant se refléter
dans les attitudes de pédagogue de Pol Pot.

La perception de la révolution française

Saloth Sar / Pol Pot dit avoir fait l’acquisition de nombreux livres d’occasion
le long de la Seine, chez les bouquinistes. Mais l’ouvrage qui l’avait suffisamment
passionné pour en avoir gardé le souvenir quarante cinq ans après, était La Grande
Révolution Française 312. L’utilisation de l’adjectif « grande » suggère qu’il men-
tionnait ici La Grande Révolution: 1789-1793, du prince anarchiste Pierre Kropot-
309
J.-J. Rousseau, Dernière Réponse à de Bordes. Cité dans Yves Vargas, Rousseau, Economie Poli-
tique 1755, P.U.F. collection Philosophies, 1986, p.71.
310
De l’inégalité…, pp.68-69.
311
J.-J. Rousseau, Du Contrat Social (écrit en 1762), Garnier Flammarion, 1966, Livre I, p.51.
312
Far Eastern Economic Review, 30/10/1997, p.21, et Phnom Penh Post, 24 oct. - nov. 6 1997, p.4.

110
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

kine, dont le titre original en russe est La Grande Révolution Française: 1789-
1793, car il n’existait pas, à notre connaissance d’autre titre équivalent en fran-
çais 313. Ce souvenir illustre assez le fait que, comme l’avait dit Thiounn Mumm à
David Chandler en 1988, reprenant la remarque d’Axelrod au sujet de Lénine, Pol
Pot était « le seul homme qui ne pensait à rien d’autre qu’à la révolution, et qui,
dans son sommeil, rêvait de révolution » 314. Cette première histoire de la Révolu-
tion à prendre en compte la perspective des classes populaires, selon une approche
sociale et communisante, et non politique et bourgeoise, avait été écrite en 1909
dans le but de répondre à l’histoire radicale-socialiste rédigée lors de la commémo-
ration du centenaire de la Révolution 315. Pol Pot, qui parlait couramment le fran-
çais 316, reconnaissait ne pas avoir tout compris – et il est vrai que le livre de Kro-
potkine était très touffu, jalonné de termes anciens, et demandait une certaine fami-
liarité avec l’histoire de la Russie à laquelle se référait régulièrement l’auteur. Mais
il l’avait juste lu en entier. Peut-être que la France de 1789, avec sa paysannerie, sa
bourgeoisie et sa noblesse, lui faisait irrésistiblement penser au stade où en était
son pays. Très éloigné de sa petite amie de cœur restée au pays, il passait beaucoup
de temps à lire. Et cette lecture ardue l’a sans doute grandi autant qu’elle a grandi
sa passion pour la révolution. Selon Kropotkine la révolution était née de la conver-
gences des idées des intellectuels avec les griefs des paysans et des classes labo-
rieuses. Il décrivait aussi la difficulté qu’avait toute Révolution à gérer l’économie
des villes, et celles des Jacobins à maintenir le niveau de la monnaie ancienne après
la victoire. Keng Vannsak, qui ne cherche absolument pas à glorifier son ancien
camarade, avait dit qu’il « ne manquait pas d’intelligence », qu’il lisait des jour-
naux, et qu’à son retour de France il était devenu communiste, « très compétent
idéologiquement, plus même que Ieng Sary » 317, lequel, rappelons-le, avait déjà lu
le Manifeste de Marx et Engels avant 1950.
Une histoire plus connue, intitulée La Révolution Française, avait été publiée
en 1948 par Albert Soboul, professeur au lycée Henri IV qui donnait, dès le début
des années cinquante, des cours de tendance marxiste sur la Révolution Française
à l’Université Nouvelle 318. Plus tard, les étudiants de l’U.E.K. opposés à la mo-
narchie constitutionnelle et à l’inamovibilité du prince Sihanouk devenu chef d’E-
tat en 1960, allaient très bien connaître la référence qu’était pour l’époque le Précis
de la Révolution Française de Soboul 319, publié en 1962 aux Editions Sociales
dans une version moins subtile que la thèse originelle. La façon de professer de

313
Une Grande Révolution Française (1918) a été écrite par un russe, Kareev, mais sans être traduite.
314
David Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.239.
315
Entretien avec Pierre Brocheux, qui a lu l’ouvrage longtemps après avoir quitté le P.C.F.. Philippe
Robrieux avait lu l’ouvrage avant de devenir communiste, en fut très impressionné et en retira une
grande admiration pour les sans-culottes (Notre génération communiste, pp.17-18).
316
David Chandler, Pol Pot frère numéro un, p.50.
317
Ben Kiernan, How Pol Pot..., p. 120. Entretien avec Keng Vannsak du 17 mai 1998.
318
Entretien avec P. Brocheux, 7/4/1998, et avec Auguste Dumeix, ex-directeur de l’U.N., 4/02/1999.
319
Entretien avec Laurence Picq du 21 mai 1998.

111
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Soboul a pu varier, mais certains aspects de la Révolution Montagnarde exposés


dans son Précis ont pu retenir l’attention de ces étudiants anti-monarchistes 320.
Rappelons les discours, facilement repérables dans le texte, de Marat sur « le
despotisme de la liberté », titre même d’un chapitre du Précis. Aux Girondins qui
« une fois encore crièrent à la dictature » devant les arrêts du Comité de Salut Pu-
blic créé les 5 et 6 avril 1793, Marat répliquait : « C’est par la violence qu’on doit
établir la liberté, et le moment est venu d’organiser momentanément le despotisme
de la liberté, pour écraser le despotisme des rois » 321. A ce moment-là, faut-il rap-
peler, les Girondins voulaient guillotiner Marat 322.
La future méfiance à l’égard de la vie urbaine peut provenir entre autres de la
lutte supposée des « jacobins » contre le « fédéralisme » contestataire du pouvoir
central (une notion polémique abandonnée par les historiens depuis trente ans 323).
Fait troublant lorsque l’on pense à l’évacuation des villes organisée par les révolu-
tionnaires cambodgiens afin d’empêcher toute résistance, la période montagnarde
de la Révolution française fut marquée par une série de répressions menées contre
les villes de province : exécutions des rebelles à Nantes par Carrier, à Bordeaux par
Tallien, à Toulon par Barras et Fréron. A Lyon particulièrement, la Convention
montagnarde, « la République » pour Soboul, s’était heurtée à une rébellion inat-
tendue qu’il avait fallu mater en en faisant le siège durant deux mois, d’août à oc-
tobre 1793, avant d’en décider la « destruction », suite à un vote sollicité par Ba-
rère le 12 octobre, qui ouvrit la voie aux exécutions de masses menées par Collot
d’Herbois et Fouché. Et Soboul de décrire : « Tout ce qui fut habité par le riche
sera démoli ; il ne restera que la maison du pauvre, les habitations des patriotes,
égorgés ou proscrits » 324.
Ok Sakun, dans la maison duquel se tint le congrès « fondateur » du Parti des
travailleurs cambodgien en 1960, et qui fut plus tard chargé du bureau politique du
ministre des Affaires Etrangères, admettait que la Révolution Française avait forte-
ment marqué ses camarades et lui-même car elle leur avait ouvert des horizons
nouveaux 325. Suong Sikœun, resté treize ans en France, avant de devenir cadre du
GRUNK et du K.D., affirmait à la fin de l’année 1996, à une journaliste du Phnom
Penh Post, alors qu’il se trouvait au fief de la guérilla à Phnom Malay, que la Ré-
volution Française l’avait vivement inspiré. « J’ai été très influencé par la Révolu-
tion française, et particulièrement par Robespierre. De là, il n’y avait qu’un pas

320
Nous développons ce que Bui Xuan Quang écrivait dans les notes de son article « Regard(s) nou-
veaux sur les origines du conflit Cambodge-Vietnam », Communisme n°14, 1987.
321
Albert Soboul, Précis d’histoire de la Révolution Française, Editions sociales, 1962, p.250.
322
Communication personnelle de Jean-Clément Martin, 29 septembre 2001.
323
Actes du colloque Girondins et Montagnards, Sorbonne, 14 décembre 1975, sous la direction
d’Albert Soboul, pp.193-218. Jean-Clément Martin, Révolution et Contre-Révolution en France,
1996, pp.132-5.
324
Albert Soboul, Précis…., p.283. Deuxième page du chapitre sur la Terreur.
325
Entretien avec Ok Sakun du 1er mars 1998.

112
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

pour être communiste. Robespierre est mon héros. Robespierre et Pol Pot : les deux
hommes ont les mêmes qualités de détermination et d’intégrité ». Il fit, après la
mort de Pol Pot, quelques menues rectifications 326.
Sikœun, qui citait à la journaliste Louis Aragon dans « la ballade de celui qui
chanta dans ses supplices », et rappelait avoir lu des romans d’Elsa Triolet et les
Misérables de Victor Hugo, nous a confié avoir lu plusieurs ouvrages sur la Révo-
lution française, notamment le Précis d’Albert Soboul, lorsque ce dernier était son
professeur d’histoire à la Sorbonne – ce que confirme son ancienne épouse Lau-
rence Picq. Il appréciait aussi particulièrement les cours d’histoire économique de
la Révolution française donnés par Ernest Labrousse, un socialiste anti-com-
muniste.

III. Séjours en pays socialistes.

Tous les deux ans, des festivals mondiaux de la jeunesse étaient organisés par
la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique dans un pays de l’Est de l’Eu-
rope. Si des étudiants de toutes tendances y étaient conviés, il semble que parmi les
Cambodgiens de France, les marxistes étaient les seuls à s’y déplacer.
En août 1951 le IIIe festival se tint à Berlin, en août 1953 le IVe se déroula à
Bucarest, en 1955 à Varsovie, etc. François Debré et François Ponchaud avaient
écrit que Saloth Sar était parti à Berlin-Est en 1951. David Chandler rapporte, d’a-
près Thiounn Mumm, que Saloth Sar était alors en Yougoslavie, mais que Hou
Yuon, Thiounn Mumm, Thiounn Prasith, Sien An, Rath Samoeun, et Ieng Sary y
étaient. Mey Mann se rappelle de la présence, parmi une douzaine d’étudiants, de
Thiounn Mumm, Phung Ton, Ieng Sary, Rath Samoeun, San Oeurn, Yun Soeurn,
mais il se méprend sur la présence de Nghet Chhopininto, qui était parti, lui, en
Yougoslavie en compagnie de Hou Yuon 327. D’après les renseignements français,
le chef de la délégation des étudiants cambodgiens était Thiounn Mumm. D’après
Philip Short, c’est Ieng Sary qui le lui avait demandé, et Sary lui-même avait eu l’i-
326
Phnom Penh Post (P.P.P.) du 15 novembre 1996 cité par J.-L. Margolin dans Le livre noir du com-
munisme, p.684. La traduction de Florence Compain pour le Figaro de l’interview réalisée par
Christine Chaumeau donnait « Mon héros, c’est Robespierre (...) Je suis un produit de la Révolution
Française que j’ai étudiée au collège de Kompong Cham. De Robespierre à Pol Pot, il n’y a qu’un
pas. Ils ont la même détermination, la même intégrité » (Le Figaro du 22 novembre 1996. Interviewé
par Florence Compain). Article tiré d’une interview de C. Chaumeau dans le P.P.P.. Communication
de Sikœun: « J’avais voulu plutôt dire fervent admirateur de la Révolution Française. Mon héros était
bien entendu Robespierre, surnommé l’Intransigeant, ce qui le fit ressembler, sur ce point, à Pol Pot,
qui n’était guère un saint, donc intègre, loin s’en faut. Lors de mon interview, je n’avais jamais décla-
ré que j’admirais Pol Pot. J’avais seulement dit " De Robespierre à Pol Pot, il n’y avait qu’un pas ".
Ce qui m’attirait dans la Révolution française c’[était] les idéaux d’égalité et de Justice sociale ».
327
Entretien du 14 juillet 2000.

113
L’ESSOR DE L’ANGKAR

dée d’y aller via Jacques Vergès 328. Tous faisaient alors partie de la délégation fran-
çaise qui comptait deux ou trois mille participants.
Le 23 juillet 1954, un étudiant khmer interrogé par la radio « La voix du
Khmer Issarak » rapportait avoir été avec ses copains au « congrès » de Bucarest
en août 1953 et au congrès de Vienne en mars 1953. A cette dernière date, il s’agis-
sait en l’occurrence d’une conférence internationale des droits de la jeunesse re-
groupant cinq cents jeunes de cinquante pays du 22 au 27 mars pour dénoncer une
situation qui « ne cess[ait] d’empirer », exiger la paix, la démocratisation de l’en-
seignement, la baisse du fermage, la hausse des salaires, etc. Il s’était également
déroulé un congrès pour la Paix à Vienne en décembre 1952 329.
Ces festivals n’étaient l’occasion d’apprendre des méthodes de propagande et
de subversion. Leur vocation se limitait à servir de véhicule à une propagande gou-
vernementale. On rassemblait la jeunesse internationale la plus éclectique possible
du point de vue politique, lors d’une grande fête, afin de lui montrer, derrière des
mots d’ordre pacifistes et au cours de visites, les réalisations de l’économie collec-
tivisée. Ces démonstrations de force autant que de réjouissances tournaient princi-
palement autour de manifestations sportives et artistiques, de concours de danse, de
chant et de musique. On y trouvait, agitant drapeaux et arborant foulards ou « ru-
bans de l’amitié » de toutes les couleurs aussi bien des komsomoliens, des maqui-
sards Vietnamiens, que des membres du parti gaulliste R.P.F., de la Jeunesse Etu-
diante Chrétienne, des Scouts de France, ou des bouddhistes japonais. Tous étaient
rassemblés dans un grand élan de fraternisation, à l’image du foulard du IVe
festival dessiné par J.-P. Chabrol, sur lequel quatre jeunes gens venus des quatre
coins du monde se tenaient la main autour d’une colombe. Le festival de Berlin de
1951 était déjà axé sur l’idéal de paix dans le monde, dans la lignée de l’appel de
Stockholm lancé le 18 mars 1950 à l’initiative de l’U.R.S.S. et du Congrès Mondial
de la Paix pour s’opposer à la bombe à hydrogène mise au point aux Etats-Unis en
mars 1950. A l’époque, deux menaces principales inquiétaient le P.C.F. : en 1950,
la menace atomique, et en 1951, la crainte du réarmement allemand via le projet de
Communauté Européenne de Défense, perçu comme une manœuvre permettant
aux Américains de conforter leurs volontés d’agression, jusqu’à ce que l’U.R.S.S.
ne change de perspective sur la question.
Le 10 août 1951 eut lieu une rencontre des délégations française et « vietna-
mienne ». Des cadeaux furent échangés. Les Français offrirent aux Vietnamiens un
buste du pacifiste Henri Martin (le quartier-maître de la marine accusé de
sabotage), et entonnèrent « La Commune de Paris ». Les quelques jeunes soldats
Vietnamiens présents racontèrent l’histoire de leurs blessures de guerre, au moment
où celle-ci s’intensifiait au Vietnam 330. C’est à cette occasion que les Cambodgiens

328
P. Short, Pol Pot, 2004, p.60.
329
Archives du CAOM, Indo HCI, conspol 300 et du CARAN, Dossier F7 15382.
330
L’Humanité, 11 août 1951.

114
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

de Paris reçurent des Vietnamiens en lutte pour la libération nationale, outre un


sampot pour défiler en habit traditionnel, les premiers documents, photos, et textes
concernant le chef des « Khmers Vietminh » Son Ngoc Minh (voir la notice des
renseignements français sur son compte en annexe, document 6) ainsi que le dra-
peau du mouvement composé de cinq tours d’Angkor-Vat pointues sur fond rouge.
Le drapeau Vietminh arborait, lui, cinq étoiles sur fond rouge représentant les trois
« Bô » vietnamiens, plus le Cambodge et le Laos, ce qui traduisait la stratégie
d’unification de la lutte. Deux membres cambodgiens de la délégation affirment
n’avoir rencontré que des Vietnamiens, dont le chef de la délégation Nguyen Thanh
Son, auteur en 1950 d’un Exposé relatif à la révolution khmère, et futur signataire
des Accords de Genève en 1954 331. Toutefois, selon Keng Vannsak commentant la
rencontre avec ces « Khmers-Vietminh » : « Cette lutte armée nous a stimulés car
nous ne pensions pas obtenir l’indépendance par des négociations » 332. Une stimu-
lation qui a précipité la lutte pacifique des communistes pour le contrôle de
l’A.E.K., devenu effectif après le festival. En fait, ce ne serait en fait qu’à l’occa-
sion du Congrès Mondial de la Paix de Vienne de décembre 1952 que les membres
de l’A.E.K. auraient rencontré le premier représentant de la « résistance khmère »,
Keo Meas 333. Ce Congrès, dirigé contre « l’impérialisme » américain, avait récla-
mé le cessez-le-feu en Corée, en Indochine et en Malaisie.
A Bucarest, en août 1953, l’accueil des étudiants fut réalisé dans de meilleures
conditions qu’à Berlin-Est. Mais malgré les discours enthousiastes des membres du
gouvernement roumain, les étudiants avaient pu remarquer que les habitants qui les
saluaient dans les gares étaient mal habillés et se déplaçaient nu-pieds. Dans les
villes, certains avaient été abordés par des passants qui dénonçaient le régime poli-
cier et leur transmettaient des lettres à emporter à l’étranger pour contourner la cen-
sure. Il arriva donc que certains participants non inféodés au Parti se soient éloi-
gnés du communisme après avoir pris part au festival. Parmi les Cambodgiens fi-
guraient Hou Yuon, Mey Mann et Uch Ven, un étudiant à Montpellier qualifié de «
communiste sincère » par les Renseignements français, qui était venu comme re-
présentant désigné des étudiants anti-colonialistes d’Outre-Mer de Montpellier, aux
côtés de deux délégués malgaches et un délégué togolais. Près de mille cinq cents
délégués de France avaient accueilli des délégués Vietminh au Parc de la Culture

331
Mey Mann explique qu’en dehors des délégués vietnamiens, seule une thaïlandaise lui donna des
nouvelles d’Indochine (entretien du 14 juillet 2000). Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun,
août 2000. Thiounn Mumm avait dit à David Chandler avoir rencontré Keo Meas, cadre Vietminh qui,
plus tard, allait suivre Pol Pot dans les maquis en 1963 (Pol Pot, frère numéro un, p.295). A Heder,
Thiounn Mumm et Mey Mann auraient dit n’avoir rencontré que des Vietnamiens et des Thaïlandais
(communication du 6 septembre 2000). Peut-être que Thiounn Mumm a confondu avec la congrès
pour la paix de Vienne en décembre 1952 (voir la note ci-après).
332
M.-A. Martin, Le mal..., op. cit., p.105.
333
André Tong, « le conflit khméro-vietnamien », Est-Ouest, n°606, janvier 1978. Hypothèse égale-
ment exprimée par Kiernan qui évoque la présence de Keo Meas à la Conférence des Peuples pour la
Paix de Vienne en décembre 1952 d’après Robert Olivier, Le Protectorat français au Cambodge,
thèse soutenue à Paris en 1969, p.320i.

115
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Staline, au cri de « Paix au Vietnam ». Et les Renseignements français indiquent


une autre rencontre, au début du mois de septembre, entre une trentaine de délé-
gués Vietminh (dont des soldats et des laotiens) et trois cents Français. Il est donc
probable que les Cambodgiens de France y rencontrèrent à nouveau des combat-
tants Khmers-Vietminh 334.

Pol Pot en Yougoslavie

Saloth Sar (alias Pol Pot) n’a pas rencontré de Khmers Vietminh. Il était parti
à deux reprises dans la Yougoslavie de Tito, dont une première fois en été 1950, en
compagnie d’étudiants Français volontaires et de dix-sept autres Cambodgiens,
pour travailler sur une autoroute de Zagreb 335. En avril 1978, Pol Pot donna sa pre-
mière interview à des journalistes européens à une équipe yougoslave et un des
journalistes indiqua que ce choix s’était porté sur la Yougoslavie parce qu’elle avait
fondé le mouvement non-aligné, avait rompu avec Lon Nol, et avait été un des pre-
miers pays à reconnaître le FUNK 336. Elle avait même « patronné » le GRUNK à
la conférence des non-alignés de Lusaka de 1970 337. Mais les voyages de jeunesse
de Sar témoignaient-ils d’un détachement particulier vis-à-vis de l’U.R.S.S.?
A la suite de la rupture entre Tito et Staline de juin 1948 et du blocus écono-
mique de la Yougoslavie par les « démocraties populaires », les communistes fran-
çais reprochaient aux titistes de diviser le camp socialiste. Ils ne pouvaient être
alors que des « traîtres », des « flics » ou des « hitléro-trotskystes ». Après la rup-
ture, Tito se voulait plus fidèle au socialisme que Staline et moins autoritaire. Il
avait fait voter une loi sur les conseils ouvriers en juin 1950, et une autre sur la
décentralisation de l’appareil d’Etat en avril 1951.Toutefois, si certains com-
munistes ayant participé à ces brigades furent exclus du Parti, l’épuration des
éléments titistes à l’intérieur du P.C.F. ou de la C.G.T. (le syndicat d’obédience
communiste en France) avait mit environ trois ans à se réaliser. On peut alors pen-
ser que les vacances auxquelles participa Pol Pot furent organisées par des socia-
listes ou des partisans de Tito, qui considéraient encore, après le P.C.F., qu’il était
le plus grand dirigeant des pays de l’Est derrière Staline, pour avoir instauré le
communisme au moyen d’une lutte armée épique. On peut mesurer l’immense
prestige que possédait Tito au fait que le premier mouvement des jeunes Européens

334
Archives du CARAN à Paris, dossier F 7 15382. D’après une brochure du Gouvernement de la Ré-
sistance khmer, « les délégations du peuple khmer et celles des peuples Viet Nam et Lao » participant
au Congrès des Peuples pour la Paix, à la Conférence Internationale pour la Défense des Droits de la
Jeunesse et à d’autres rencontres de la jeunesse, étaient « toujours au coude à coude » (Le peuple
khmer lutte pour l’indépendance et la paix, réédition, Agence d’Information de la République démo-
cratique du Vietnam, 1954, p.29).
335
S.W.B., BBC, 24 March 1978, « Pol Pot’s interview with Yugoslav Journalists », 17 mars 1978.
336
Radio France Inter, 19 avril 1978, 19h25 avec pour invité Nicolas Vitorovic.
337
Charles Meyer, Derrière le sourire khmer, Plon, 1971, p.383.

116
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

ayant participé au festival mondial de la jeunesse de Prague en 1947 avait été, une
fois le festival terminé, de retrousser leurs manches pour aider à la reconstruction
de la Yougoslavie.
Mais Pol Pot lui-même affirme qu’il y est allé sans arrière-pensée idéolo-
gique, la première fois pour participer à une brigade de travail à Zagreb pendant un
mois, et la deuxième pour aller camper 338. En été 1950, Saloth Sar n’avait pas en-
core participé aux discussions du Cercle d’études marxistes 339, qui étaient souvent
le prélude à l’adhésion des Cambodgiens au P.C.F., et n’existaient pas à l’époque.
Lui-même indiquait que sa première année en France avait été consacrée à ses
études. En fait, c’est tout simplement l’A.E.K., dirigée alors par le démocrate Ea
Sichau, qui, dans son numéro double de mars-juin 1950, avait encouragé ses lec-
teurs à partir pour l’été 1950 dans des camps internationaux de jeunes comme une
occasion de « s’enrichir personnellement ». L’A.E.K. concentrait cette année-là ses
efforts de financement à un camp de vacances en Suisse et à des brigades interna-
tionales de travail en Yougoslavie, organisées par le Comité National d’Initiative
pour l’envoi de brigades de travail en Yougoslavie, sis au 63, boulevard Poisson-
nière. Les frais des deux voyages étaient pris en charge par l’A.E.K. à hauteur de
5000 F, mais le voyage en Suisse coûtait 6000F alors qu’il suffisait de débourser
5000F de billet jusqu’à la frontière yougoslave pour le second, le reste étant « pris
en charge totalement par la jeunesse populaire yougoslave ». Saloth Sar opta pour
les trois ou quatre semaines de vacances théoriquement gratuites – il dit avoir payé
2000 francs –, dont le programme prévoyait, selon la durée, six ou douze heures de
travail à mi-temps pour reconstruire la Cité Universitaire du nouveau Belgrade, les
après-midi étant consacrées aux « activités culturelles et sportives ».
Un rapport de septembre 1950 du haut Commissariat en Indochine basé sur le
témoignage d’un Vietnamien ayant appartenu à la brigade française « Eugène Var-
lin », confirme ces indications en précisant le déroulement d’une journée:
« Le travail a lieu de 6h à 12h. L’après-midi est réservée à la visite des musées ou de
zadrouges (coopératives d’exploitation). Une surveillance discrète a lieu pendant sa
visite. Il est interdit en particulier de prendre des photos. L’intéressé a été surpris par
le rationnement général (système de cartes d’alimentation, ni lait, ni chocolat). La
nationalisation est poussée dans tous les domaines. Certains groupes ont été astreints
à des cours politiques (titistes) bien entendu. L’intéressé n’y a pas été invité » 340.
Une dizaine de Cambodgiens parmi lesquels Nghet Chhopininto, Hou Yuon,
Su Pain, Pong Savin, Lu Ban Ap étaient aussi du voyage en Yougoslavie dans une
brigade de travail vers 1951. Partis avec enthousiasme envers la position neutraliste
de Tito, ils visitèrent des coopératives, travaillèrent sur les chemins de fer, et ren-

338
Prolétariat, n°18, 4e trimestre 1978. F.E.E.R. 30/10/1997, p.21, P.P. Post, 24/10 – 6/11/1997, p.4.
339
David Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.54.
340
C.A.O.M. Indochine, H.C.I., conseil politique, n°116, note du 22 septembre 1950 sur le voyage
d’étudiants en Yougoslavie.

117
L’ESSOR DE L’ANGKAR

contrèrent des gens pauvres mais chaleureux. La pénurie alimentaire était impor-
tante au point qu’un des participants fut accusé de manger en cachette les provi-
sions qu’il avait amenées, et qu’un autre, en revenant en France, se mit à apprécier
les fromages français. Mais dans l’ensemble, un des participants garda de ce
voyage de très bons souvenirs 341.
Une fois rentré au Cambodge, Saloth Sar avait narré à son frère Loth Suong
son travail en Yougoslavie, mais ne tarissant pas moins d’éloges continuelles sur
l’URSS 342. Des camarades militants rentrés plus tard ne l’ont pas forcément
tempéré dans son enthousiasme car, à partir de l’été 1955, Maurice Thorez s’était
réconcilité avec Tito 343. Sar a probablement été marqué par la volonté d’indépen-
dance du pays, l’accent mis sur le volontarisme, la mobilisation de masse pour les
travaux publics, mais aussi, négativement, par le culte de la personnalité à travers
les nombreuses statues de Tito. Et peut-être a-t-il retenu de son voyage, sous l’in-
fluence idéaliste ou non de Rousseau, l’image que la frugalité accroissait l’hospita-
lité et la solidarité entre les hommes. Pour cette raison aussi, Pol Pot était sans
doute heureux de s’ouvrir en 1978 à une équipe de journalistes yougoslaves.

IV. Un marxisme peut en cacher un autre.

On a souvent exagéré d’éventuelles divergences entre les étudiants Saloth Sar


et Hou Yuon, en raison d’un informateur qui ne les a fréquentés qu’au tout début de
leur engagement politique 344. Selon un autre des membres du Cercle, et des plus
actifs, puisqu’il en était un des organisateurs après Keng Vannsak, Hou Yuon et Sa-
loth Sar n’avaient pas vraiment eu le temps de discuter de manière approfondie, et
d’être en désaccord, car Saloth Sar était parti assez tôt au Cambodge 345.

341
Entretien avec Nghet Chhopininto.
342
David Chandler, Pol Pot, op. cit., p.75.
343
Stéphane Courtois et Marc Lazar, Histoire du Parti communiste français, PUF, 2000, p.303.
344
Il fut dit que Hou Yuon n’aurait penché vers les radicaux « que » par « conviction scientifique »
(ce qui serait tout de même signe de son sérieux dans l’engagement). Qu’il aurait juste servi de prête-
nom à ses camarades, et encouru, grâce à la protection de ses relations familiales, « les foudres de
l’administration coloniale ». Cette dernière phrase montre que Debré tirait ses renseignements d’un
témoin l’ayant connu avant l’indépendance de 1953. Nous savons par ailleurs qu’il avait interrogé
Keng Vannsak. Or ce dernier était parti de France en octobre 1952. Entre-temps, les opinions de Yuon
avaient évolué. Hou Yuon était en effet membre d’une cellule du P.C.F. jusqu’en 1954. (François De-
bré, op. cit., pp.85 et 87). Kiernan, qui avait interrogé Vannsak quatre ans après le livre de Debré, évo-
quait comme lui d’apparents désaccords entre Sar et Yuon au sein du Cercle. Ben Kiernan ajoutait ce-
pendant que les deux étudiants ne participaient pas régulièrement au Cercle, le premier pour mieux se
concentrer sur ses études, et le deuxième, à cause de « sa personnalité réservée ». Vannsak nous affir-
ma également que Saloth Sar ne venait qu’irrégulièrement aux réunions du Cercle.
345
Ben Kiernan, How Pol Pot …, p.119. Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun, août 2000.

118
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

Il fut fait état aussi de désaccords entre d’un côté Hou Yuon et Khieu Sam-
phan et de l’autre des étudiants plus radicaux. Un membre du Cercle jusque vers
1954, non encore interrogé, indique, que Ieng Sary considérait Hou Yuon et Khieu
Samphan, alors que celui-ci étudiait à Montpellier et participait à des voyages entre
membres du Cercle, comme des intellectuels embourgeoisés. De même, il avait dit
aux frères Thiounn qu’avec leur ascendance sociale, ils ne pourraient jamais être
des dirigeants 346. Les choses évoluèrent cependant. Hou Yuon devint membre du
PC.F. jusqu’en 1954. Et Khieu Samphan, venait occasionnellement de Montpellier
à Paris dès 1953-1954, avait probablement été initié sans le manifester aux alterna-
tives économiques non capitalistes par les milieux anticolonialistes de Montpellier
dont faisaient partie Uch Ven et Chau Seng – lequel, d’après son épouse, n’a jamais
adhéré au P.C.F.. Selon un informateur de François Debré, les convictions poli-
tiques de Samphan et Yuon étaient plus proches de l’aile gauche du Sangkum (le
rassemblement du Sangkum Reastr Niyum ou Communauté Socialiste Populaire de
Sihanouk fondée après les élections de 1955) que « des radicaux admirateurs de
Staline » tout en étant conscients des limites de l’action de l’aile gauche du Sang-
kum. Ils approuvaient ainsi les relations amicales du chef de l’Etat avec le Nord-
Vietnam et la Chine, et approuvaient la nationalisation des banques et de l’import-
export 347. Il semble tout de même y avoir quelque anachronisme car cette nationa-
lisation ne fut réalisée qu’en 1963. Et peut-être est-ce renverser causes et des
conséquences car Sihanouk ne faisait, sur tous ces points, que réaliser les proposi-
tions marxistes formulées par ces jeunes intellectuels prometteurs dans leurs thèses.
Celles-ci défendaient un contrôle étatique accru de l’économie et une organisation
collective accrue de la production, même si Khieu Samphan se montrait moins
franc dans l’exposé des méfaits du capitalisme. Les opinions de Samphan étaient
en fait plus affirmées que ces apparences, puisqu’il avait succédé à Ieng Sary à la
tête du Cercle d’Etude Marxistes, de la fin de l’année 1956 à 1959.
Les réunions du Cercle ont probablement donné lieu à des débats sur la dose
de collectivisation, sur la rapidité du processus révolutionnaire et la radicalité des
moyens, ou sur l’opinion que les Cambodgiens avaient du P.C.F.. Les communistes
cambodgiens n’étaient pas en mauvais termes avec les communistes français, mais
ils n’en reprenaient pas toutes les conceptions. Selon un intellectuel cambodgien
membre du P.C.F. et dont l’influence était alors déterminante : « Les Cambodgiens
se méfiaient à juste titre du P.C.F. En effet le P.C.F. était et est toujours trop lié au
P.C. Vietnamien depuis le Congrès de Tours. Bref le P.C.F. n’a jamais eu une
grande influence sur les Cambodgiens » 348. Rétrospectivement, ceci peut apparaître
comme une tentative de diminuer l’influence d’un P.C. étranger sur un mouvement
de libération fier de son indépendance. Cependant, il est vraisemblable qu’étant
donné la conjoncture militaire de l’époque, soutenir les Cambodgiens n’était pas
346
Entretien avec Mr. W.
347
François Debré, op. cit., pp.87-88.
348
Lettre à l’auteur du 20 mai 1998. Le congrès de Tours en 1920 inaugure la création du P.C.F., se
détachant du parti socialiste traditionnel pour adhérer à la Troisième Internationale.

119
L’ESSOR DE L’ANGKAR

hautement prioritaire de la part des Français. Aussi, le fait que les Cambodgiens
aient été moins imbriqués dans les cercles communistes français les a-t-il peut-être
rendus plus radicaux : « Nous voulions le pouvoir et pensions qu’on ne pouvait y
arriver qu’avec l’appui populaire, et c’est forcément violent. On était contre l’avis
du P.C.F. disant qu’on pouvait accéder au pouvoir par le suffrage universel », avait
confié Keng Vannsak, dont on peut toutefois se demander à quel point il était vrai-
ment lié au P.C.F. 349. Khieu Thirith confia à Elizabeth Becker qu’à Paris ils n’é-
taient « en désaccord [avec le P.C.F.] que sur la question de la souveraineté limi-
tée », qui consistait à placer l’intérêt du camp communiste au-dessus de la souve-
raineté d’une nation 350. Il est vrai que Thorez proclamait alors : « Nous ne ferons
jamais la guerre à l’Union soviétique », mais notre lecture de la presse communiste
nous conduit à partager l’avis de Serge Thion sur le fait que l’expression brejne-
vienne « souveraineté limitée » n’était pas connue avant les événements de Prague
en 1968.
Elizabeth Becker écrivait que l’exclusion de Charles Tillon et André Marty en
hiver 1952-1953 avait pu fortement marquer le futur Pol Pot et lui donner le goût
des purges 351. La chose mériterait plus de recherche, car, non seulement le goût des
purges est la chose la mieux partagée au monde, mais il existe aussi toutes sortes de
purges et enfin Pol Pot repartit pour le Cambodge le 15 décembre 1952, où le jour-
nal l’Humanité était introuvable 352, à un moment où cette affaire ne semble pas
avoir été connue du grand public : alors que les sanctions contre ces deux cadres
éminents furent annoncées par le Bureau Politique le 17 septembre 1952, à une au-
dience que nous n’avons pu déterminer, Marty fut exclu par sa cellule le 25
décembre 1952, et Tillon fut renvoyé de ses positions officielles sans pour autant
être exclu. Les deux hauts cadres n’eurent pas à écrire de confessions prouvant
complètement leur culpabilité et l’autocritique que rédigea Marty fut rejetée par
Duclos comme étant incomplète 353. Ceci dit, d’autres étudiants réagirent aux ex-
clusions au sein du P.C.F.. A présent, ce procès apparaît comme une élimination,
selon des procédés staliniens (accusations de se livrer à des activités « policières »,
constitutions de dossiers), d’éléments plus durs ou plus nationalistes que la ligne
officielle 354. Sur le moment, le procès sanctionnait l’indiscipline. Aussi Rath Sa-
moeun avait-il salué l’exclusion de Tillon et Marty. Il avait confié à Pierre Bro-
cheux, avec qui il étudiait l’histoire : « Moi, j’attendais çà. Je trouvais le P.C.F.
349
Marie-Alexandrine Martin, Le mal cambodgien, 1989, p.105.
350
E. Becker, Les larmes du Cambodge, Presses de la Cité, 1988, p.69 (édition de New York, p.75).
351
Elizabeth Becker, Les larmes du Cambodge, p.70 (N.Y., p.75).
352
Tout comme les journaux et revues Libération, Démocratie Nouvelle, Cahiers Internationaux. Voir
thèse de Phung Ton en 1954, p.43.
353
Irwin Wall, French Communism, op. cit., pp.144-6.
354
Marty reprochait au Parti d’abandonner la contestation du régime autoritaire de De Gaulle au pro-
fit d’une propagande axée sur l’anti-américanisme, et Tillon, chef des F.T.P. communistes pendant la
guerre, avait rejeté le tripartisme gouvernemental défendu par Thorez en 1946 au profit d’une tactique
de prise de pouvoir insurrectionnelle. Tous deux continuaient par ailleurs à s’opposer en 1952 au ré-
armement de l’Allemagne.

120
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

trop modéré, trop légaliste, trop parlementaire ». Il souhaitait même que des purges
similaires soient effectuées au sein du P.C. Indochinois 355. Par la suite, Samoeun fit
partie de la dizaine de Cambodgiens formés par le P.C.F. ayant combattu avec les
Khmers Vietminh 356, puis il revit Saloth Sar en 1953. En mai 1954, tous deux ac-
cueillirent Mey Mann dans le maquis. L’année suivante, Samoeun quitta le Cam-
bodge pour être formé au Nord-Vietnam, et fut peut-être, ironie de l’histoire, un des
premiers communistes éliminés par l’Angkar vers 1972-1973, à moins d’avoir péri
des suites de sa tuberculose osseuse.
On peut en revanche penser que Pol Pot a eu pleinement connaissance des
purges soviétiques décrites dans l’Histoire du Parti blochevik, et de celles, dirigées
par Mao, touchant les éléments bourgeois ou seigneuriaux du Parti chinois dans la
province du Kiangsi à la fin des années vingt – dans La Chine rouge en marche
(Editions Sociales Internationales, 1937), Agnès Smedley faisait état de l’exécution
de quatre cents membres, sur quatre mille partisans, supposés appartenir au groupe
d’opposition "A.B." qui protégeait les propriétaires en s’opposant à la distribution
des terres.
Il semble qu’inspirés par des lectures aussi policières, les futurs dirigeants du
Kampuchéa Démocratique étaient déjà poussés au crime dans l’insouciance rela-
tive de leurs années d’études. Selon un témoin, il aurait été dit au cours de plu-
sieurs réunions, au milieu des années cinquante, que l’on n’aurait pas besoin de
tuer trop de gens en cas de révolution, deux mille personnes tout au plus – sans
doute une évaluation rapide du nombre de mandarins et de chiens de garde du pou-
voir royal qui s’interposeraient. Alliés au prince Sihanouk pendant la guerre civile,
les révolutionnaires allaient déclarer ne vouloir s’en prendre qu’aux sept « super-
traîtres » républicains Lon Nol, Sirik Matak, Son Ngoc Thanh, Cheng Heng, In
Tam, Long Boret, et Sosthène Fernandez. La vérité sortait davantage de la bouche
de nos étudiants...
Les Cambodgiens n’ont sans doute pas eu le moindre rapport avec des
groupes minoritaires d’extrême-gauche échaudés par les abus de pouvoir possibles
engendrés par les révolutions dévoyées, car ceux-ci ne se montraient pas vraiment
au grand jour. A la sortie de la Sorbonne, au début des années cinquante, un seul
trotskiste vendait la Vérité, le même à chaque fois, un barbu répétant d’un ton las
« Demandez la Vérité, l’organe de la IVe Internationale » 357. Saloth Sar est donc
probablement tombé par hasard, le long des quais de la Seine, sur le livre du liber-
taire Kropotkine traitant de la Grande Révolution Française.

355
Entretien du 10 mai 1998.
356
David Chandler, The Tragedy of …, Yale, 1991, p.53, Pol Pot, frère numéro un, p.294.
357
Entretiens avec Pierre Brocheux.

121
L’ESSOR DE L’ANGKAR

V. Comment l’on devient révolutionnaire.


Cet aperçu des années d’étude des étudiants cambodgiens de gauche et de ce
qu’ils reçurent et retinrent peut-être de la culture et de l’histoire de la France à tra-
vers le prisme communiste français nous autorise à penser que la passion de la po-
litique était née très tôt chez eux, dans un milieu estudiantin propice aux débats.
Loin d’être des cancres politiques, ou des sauvages sortis des forêts, ils semblent
avoir retenu un peu plus que la coque militante du discours anti-colonialiste en
vogue à l’époque. Leur profession de foi se nourrissait de bon nombre de discus-
sions avec d’autres Indochinois, à la Maison d’Indochine ou dans divers foyers ou
cantines, et de lectures philosophiques, historiques, économiques et stratégiques,
généralement communistes ou simplement révolutionnaires. Délaissant parfois
leurs études académiques, ils s’abreuvaient de leçons distillées par les organes du
P.C.F. ou préféraient se former entre eux et par eux-mêmes.
A cet égard, on peut dire des universités françaises qu’elles n’ont pas joué le
rôle de pépinières à communistes. Lorsqu’ils daignèrent les fréquenter, ils y ren-
contrèrent les thèses capitalistes dominantes et, au moins parmi les étudiants, des
thèses opposées. Seuls des cadres secondaires du K.D. ont suivi, dans les années
soixante, des cours universitaires en sciences humaines nettement marqués à
gauche. D’autre part, l’existence de plusieurs tendances politiques au sein de la
Maison d’Indochine ou de la Maison du Cambodge leur donnait la possibilité de se
construire une opinion par eux-mêmes. S’ils firent donc du « marxisme-léninisme »
leur « boussole » 358, ce fut sous l’influence d’organisations étudiantes influencées
par la III Internationale, de camarades anciens militants des années cinquante
(Thiounn Mumm, Sien An, Ok Sakun...), avec qui ils discutaient de colonialisme,
de coopératives kolkhoziennes, et se plaçaient du côté des exploités. Et ce fut aussi
sous l’influence de textes forts et par goût pour une vie de combat. Ils furent certes
séduits par les manifestations festives ou les promesses souvent lyriques de bon-
heur et d’abondance. Et les cantines bon marché de l’Union des Etudiants Vietna-
miens et de France-Vietnam et la générosité des membres de l’A.E.K. et de
l’U.E.K. ne purent que faciliter ce rapprochement. Mais il est difficile de parler
d’adhésion répondant à une mode car il n’était nul besoin de devenir communiste
pour faire des rencontres. Tout au plus d’un désir d’engagement comme de recon-
naissance sociale. Peut-être les arguments communistes persuadaient-ils certains
que le vent de l’histoire finirait par tourner. En effet, l’analyse léniniste de l’impé-
rialisme comme stade suprême d’un capitalisme monopolisateur érigeant l’asser-
vissement financier en système mondial, laissait espérer l’agonie prochaine de
forces oppressives par des guerres entre états impérialistes. « L’impérialisme est la
veille de la révolution socialiste », assurait Lénine. Le pari était cependant risqué.
Plus simplement, le communisme leur paraissait lutter contre les maux qui étaient
ceux de la société cambodgienne — impérialisme politique ou économique, pau-

358
Pour citer à la fois les statuts de 1976 et le titre d’un cours d’école centrale du P.C.F. en 1952.

122
LA RELATION AU MARXISME (1949-1954)

vreté et corruption — des maux que le Parti Démocrate cambodgien avait dénoncés
le premier sans parvenir à les éliminer.
Du point de vue de l’organisation de la société, ils apprirent que la socialisa-
tion massive nécessitait des méthodes dictatoriales de gouvernement qui ne se
distinguaient pas, quant au fond, de celles des dictatures de classe en place minori-
taires et exploiteuses. La socialisation ne pouvait que se heurter violemment à l’an-
cien appareil bourgeois et aux vieilles habitudes. Toutes ces idées étaient résumées
dans les quatre-vingt dix pages du primordial Des principes du léninisme de Sta-
line. Et il apparaît que le noyau dur des « communistes » ou des « progressistes »
khmers était déterminé à mettre en œuvre des changements structurels profonds au
moyen d’une lutte tenace. Familiarisé avec les théories révolutionnaires de Lénine,
l’emploi des purges au cours de la Révolution Française et Bolchevique, et les
problèmes liés à la gestion des grandes villes au cours de la Révolution Française,
d’ailleurs amenées à décliner selon Lénine, ce noyau acquit la certitude de devoir
se munir d’armes contre les « ennemis de classe » et de se libérer par la violence de
la domination coloniale, à l’instar du Vietminh dans la guerre patriotique et idéolo-
gique qui l’opposait à la France.
La rencontre de certains étudiants avec une délégation indochinoise, en 1951
lors du festival mondial de la jeunesse de Berlin-Est, leur a peut-être donné des
indications sur la façon dont devait être organisé un Parti, mais sans doute cela se
limita-t-il à des questions de représentation, les statuts du Parti Révolutionnaire du
Peuple Cambodgien du début de l’année 1951 ne prônant ni purges, ni bien évi-
demment de répression de classe mais seulement, la critique et l’autocritique (cf.
document 5). La décision de sonder puis de rejoindre les forces rebelles en pré-
sence y compris les forces soutenues par les révolutionnaires vietnamiens fut prise
après cette rencontre. Rath Samoeun, Ok Sakun et même Saloth Sar – qui n’était
pas à Berlin mais en Yougoslavie – auraient été désignés comme représentants de
la « cellule » auprès des combattants vietnamiens 359. C’est même Sar, qui avait des
relations dans plusieurs milieux, qui aurait émis le premier le désir de repartir,
après que les membres du Cercle, réunis chez le beau-père de Thiounn Mumm à
Sceaux, eurent décidé d’envoyer un volontaire chargé d’étudier les différents mou-
vements de résistance 360. Alors que Ok Sakun revint rapidement rejoindre sa
femme, Rath Samoeun, Mey Mann et Sar restèrent dans le maquis 361. Les principes
de l’organisation et de la discipline communiste allaient désormais se frotter à
d’autres expériences et s’adapter aux dures réalités de la lutte sur le sol natal.

359
David Chandler, The Tragedy of …, p.55.
360
Entretien avec Mey Mann, 14 juillet 2000.
361
François Ponchaud, op. cit., p.189.

123
CHAPITRE 5

LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLEC-


TUELS DE PARIS (1954-1969)

I. Thèses de doctorat (1954-1959).

Trois étudiants de gauche ont rédigé des thèses en droit et en sciences écono-
miques à la Sorbonne : Hou Yuon, Phung Ton et Khieu Samphan. Hu Nim, un autre
étudiant de gauche de la Sorbonne a écrit sa thèse au Cambodge. Les auteurs de ces
thèses n’étaient peut-être pas les plus révolutionnaires des étudiants politisés. Mais
leurs idées étaient novatrices et reflétaient sans doute bon nombre de préoccupa-
tions politiques ou philosophiques propres aux étudiants anticolonialistes de
gauche vivant à la cité universitaire internationale.
Une décelle chez eux une nette propension à s’interroger sur la question pay-
sanne. La paysannerie était composée de différentes strates. Hu Nim, Hou Yuon et
Khieu Samphan s’accordaient pour dire que les propriétaires fonciers possédaient
plus de dix hectares. Les paysans riches étaient les possesseurs de plus de cinq ha
(Hu Nim), de plus de sept ha (Khieu Samphan), ou de plus de dix ha (Hou Yuon
estime qu’ils sont alors des propriétaires fonciers en puissance) 362. Si l’on suit leur
classification, Pol Pot aurait été considéré comme un fils de propriétaire foncier
puisque son père disposait de neuf hectares de rizière et d’un important élevage. Il
apparaît cependant que la proportion globale des propriétaires fonciers était faible
et que la situation variait beaucoup d’une région à une autre. Phung Ton estimait
que les propriétaires fonciers avaient acquis de grands domaines depuis 1884 mais
qu’ils étaient « très peu nombreux ». Le responsable Viêtminh Nguyen Than Son
remarquait en 1950 dans son Exposé relatif à la révolution khmère qu’à Battam-
bang, « les plus gros propriétaires fonciers possèdent au maximum 50 ha de ri-
362
Voir une analyse croisée par Luc Van Thuy, Kampuchéa Démocratique (1975-1979) transition et
construction du socialisme ? thèse de troisième cycle de sciences économiques, Nanterre, 1982.
William Shawcross considérait la thèse de Hu Nim comme une « analyse maoïste détaillée de la
condition paysanne, qui tentait de démontrer que malgré l’éclatement de la propriété agricole les
terres se concentraient finalement entre les mains d’un petit nombre de paysans ». (op. cit., p.242).

124
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

zières » et qu’à Kampot et Takéo les plus riches propriétaires fonciers « n’ont pas
plus de 10 ha de terres » 363. Comme nous le verrons, le problème principal des
paysans était le surendettement auprès des commerçants.
Penchons-nous d’abord sur les travaux de Khieu Samphan et de Hou Yuon,
deux figures incontournables et emblématiques de l’évolution que prit la direction
du mouvement révolutionnaire cambodgien — l’un fut propulsé à la tête du Kam-
puchéa Démocratique, et l’autre éliminé en avril-mai 1975 dès que les premières
mesures furent prises à l’échelon national, après avoir plusieurs fois exprimé ses
désaccords.

Khieu Samphan

Khieu Samphan arriva à Paris en 1956 muni d’un D.E.S. de droit (l’équivalent
de la maîtrise plus tard), et d’une formation à l’Ecole Supérieure de Commerce de
Montpellier. Sa thèse de sciences économiques fut réalisée en trois ans et soutenue
le 13 mai 1959 devant Gaston Leduc et MM. Courtin et Villey. Elle était dédicacée
à « Monseigneur Samdech Preah Upayuvareach le prince Norodom Sihanouk ». A
travers cette marque de respect répétitive assez cambodgienne – Samdech signifie
déjà Monseigneur – Samphan suivait la ligne de vénération apparente envers le
prince suivie par l’Union des Etudiants Khmers dont il était le président. Et, de la
même manière que l’U.E.K. envoyait ses bulletins à Sihanouk, sans doute avait-il
souhaité attirer sur ses travaux l’attention de l’homme qui avait troqué son titre de
Roi pour celui de Président du Conseil. Ainsi se reconnaissait-il encore dans les
mesures d’« austérité éclairées » prises avec l’aval de Sihanouk par le gouverne-
ment San-Yun de 1956 à mars 1957.
On retient souvent de l’expérience économique du Kampuchéa Démocratique
qu’elle n’était qu’une tentative d’imposer un communisme agraire. Cette vision
simplificatrice va également jusqu’à résumer la thèse de Khieu Samphan à « la pre-
mière esquisse d’un plan de retour utopique du pays à l’agriculture, base mythifiée
d’un avenir socialiste radieux » 364 sans bien entendu mentionner son titre – L’éco-
nomie du Cambodge et ses problèmes d’industrialisation – qui indique l’exact
contraire et n’est pas sans rappeler l’ouvrage immanquable de Staline diffusé en
1952, Les problèmes économiques du socialisme en U.R.S.S. Il n’est pas inutile de
rappeler que Samphan s’emploie, tout au long de ces deux cents pages, à recher-
cher des remèdes aux carences de l’économie de son pays, dont les éléments
d’industrialisation n’étaient encore que des « prolongements des industries des
pays capitalistes avancés ». A cette fin, la part des « instruments de production »
dans l’agriculture familiale, 1 à 2 %, devait être augmentée, car, pour le moment,
seuls quelques « éléments évolués » dans la région des berges constituaient une
sorte de « bourgeoisie locale ». Seules les plantations de caoutchouc étaient « le

363
Archives du Service Historique de l’Armée de Terre (SHAT), 10 H 5588.
364
Le Monde, 17 avril 1998, Francis Deron.

125
L’ESSOR DE L’ANGKAR

fait de grandes sociétés capitalistes, faisant largement usage de capitaux et de sala-


riés » et appartenaient à des grandes « unités internationales » 365.
Il convenait aussi de moderniser la structure artisanale et précapitaliste de l’é-
conomie, de même que l’industrie, essentiellement légère et composée de « fa-
briques de type du bas moyen-âge » et de « manufactures utilisant peu de capitaux
fixes comme on en rencontrait en Europe du 17eme et 18eme siècles ». Or, les indus-
tries nationales étaient « étouffées dans l’œuf par la concurrence des marchandises
étrangères ». Ce qui forçait « la production marchande et capitaliste » à produire
« des cultures d’exportation » et faisait que « le choix des cultures et leur produc-
tion [était] subordonnées le long des années aux fluctuations des cours mondiaux
des différents produits agricoles » 366.
Samphan formulait déjà un certain nombre de jugements de valeur à l’égard
des produits de luxe importés – une source de ruine pour l’artisanat national et un
« véritable gaspillage du point de vue de la société »–, des distilleries d’alcool et de
riz qui devaient « leur prospérité à l’empoisonnement systématique de la popula-
tion » 367, sans oublier le commerce et le secteur bancaire qui étaient jugés « impro-
ductifs », les « activités tertiaires » se rapprochant plutôt du « chômage déguisé ».
Seuls l’agriculture, l’artisanat, et la petite industrie étaient véritablement créateurs
de valeur. Ces thèmes sont communs à Rousseau, aux utopistes et aux marxistes,
qui ont une conception matérielle de la richesse, à l’inverse d’autres courants qui
admettent une productivité liée à l’utilité créée par le travail. De plus, Samphan re-
courait à la distinction faite entre travail productif et improductif par Adam Smith,
considéré maintenant sur ce point comme en partie prisonnier des préjugés physio-
crates. Les branches d’activité comme l’administration, la défense, sans être in-
utiles à la société, n’étaient pas considérées non plus comme productives. Au total,
Samphan retranchait cinq milliards de riels (50 milliards de francs d’alors) au pro-
duit national net de douze milliards de riels en 1956 (chiffre tiré de l’annuaire sta-
tistique rétrospectif du Cambodge, 1937-1957).
Il faisait d’ailleurs référence au prince Norodom Sihanouk qui avait « dénoncé
à plusieurs reprises, la tendance au "fonctionnarisme" et s’[était] efforcé d’opérer
un mouvement de "reconversion" vers les activités productives ». A partir de jan-
vier 1959, Sihanouk avait organisé des campagnes de revalorisation du travail ma-
nuel, de travaux « volontaires » auxquels participaient instituteurs, officiers, sol-
dats, étudiants, et qui visaient également à renforcer l’indépendance vis-à-vis de
l’aide étrangère 368. Sans se demander si une insuffisance de fonctionnaires assurant
l’ordre ou la sécurité ne risquait pas, suite à une recrudescence de délits en tout
genre ou de la lenteur de la justice dans la réparation des préjudices, de démotiver
365
Khieu Samphan, L’économie du Cambodge et ses problèmes d’industrialisation, 1959. p.9, thèse
pour le Doctorat Es Sciences Economiques.
366
Khieu Samphan, op. cit., p.8.
367
Khieu Samphan, L’économie du Cambodge et ses problèmes d’industrialisation, 1959, pp.80, 13.
368
La dépêche du Cambodge, 7, 8, 12 janvier 1959.

126
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

les producteurs de richesse, Samphan se risquait à une loi générale : « Plus le


nombre d’individus occupés à l’organisation générale de la Société est réduit, plus
on peut occuper d’individus dans la production, plus vite la nation s’enrichit » 369. Il
laissait même entrevoir une réduction du nombre de coiffeurs, d’hôteliers, de fonc-
tionnaires civils, etc. Cette affirmation n’est pas sans surprendre de la part du futur
représentant de l’Angkar lœu (littéralement « organisation d’en haut », ou « su-
prême »), véritable incarnation et déification du principe d’« organisation générale
de la société » . A moins que la mise en cause des fonctionnaires comme relais du
pouvoir en place ne faisait que servir l’entreprise de subversion. Le remplacement
des hommes de la superstructure capitaliste par d’autres hommes moins corrompus
et mettant en place une nouvelle société pouvait partir d’un espoir de changement
véritable, seulement, au système féodal de l’administration et des gouverneurs de
provinces fut substitué une administration étatique encore plus étouffante.
Il nous paraît intéressant d’aborder ici la question, fondamentale, du
commerce. Nous reviendrons sur la question étrangère ou les moyens employés
pour faire adopter les réformes dans d’autres chapitres. Pour le docteur en droit, « à
l’origine profonde de ce courant vers le "fonctionnarisme" se trouve l’intégration
internationale de l’économie » 370. Aussi convenait-il d’imposer des limites au
commerce – ce que tenta Sihanouk plus tard.
Le « surdéveloppement » du commerce intermédiaire et des activités tertiaires
et improductives étant directement lié à la concurrence étrangère dans les autres
secteurs, les « commerçants accapareurs et usuriers qui font office de précieux
auxiliaires des sociétés étrangères d’import-export » 371, exercent « une pratique
commerciale qui confine au vol » puisqu’elle absorbe 40 % de la production natio-
nale 372. A cet égard les achats par la France entre 1930 et 1937 de 500 000 tonnes
de riz, 200 000 tonnes de maïs et 250 000 tonnes d’anthracite « à des prix nette-
ment supérieurs [?] aux cours mondiaux » sont fustigés comme une « absorption
"forcée" des surplus indochinois par la France » 373, là où d’autres y verraient plutôt
une chance. Ce qui n’empêchait pas Samphan de reprocher deux lignes plus bas à
la France, dans un louable effort dialectique, d’avoir provoqué l’effondrement des
exportations indochinoises de riz et de maïs en 1935, à la suite d’une bonne récolte
de blé en France.
Alors que la démarche de Sihanouk partait d’un processus de compromis, la
vision de Khieu Samphan était celle d’un changement de structure. Les mesures
d’« austérité éclairées » prises par le gouvernement San-Yun, bien qu’ayant réussi à
renverser le solde négatif de la balance commerciale pour les premiers mois de
1957, étaient insuffisantes. Dès qu’elles avaient été stoppées en mars 1957, la
369
Khieu Samphan, op. cit., p.16.
370
Ibid., p.74.
371
Ibid., p.57.
372
Ibid., p.73.
373
Ibid., p.90.

127
L’ESSOR DE L’ANGKAR

deuxième partie de l’année avait été marquée par le retour « infaillible » du « dés-
équilibre chronique provenant d’un mauvais ajustement structurel ». Alors que les
mesures provisoires prises sous San-Yun d’« interdiction des importations non es-
sentielles » et de « contrôle des échanges extérieurs » avaient réussi à surmonter le
déficit, Samphan estimait que la « tendance profonde de l’économie [était] donc à
l’accentuation constante du déséquilibre » – chose qui ne s’est produite que jus-
qu’en 1962, grâce justement à la priorité du Sangkum pour un développement auto-
centré privilégiant les industries destinées au marché intérieur plutôt qu’au marché
extérieur 374.
La lutte contre la globalisation passait par la réémergence d’une économie lo-
cale à soutenir. Pour résorber les méfaits liés à la concurrence, « on pourrait »
orienter la demande vers les produits intérieurs « en contingentant les importations.
La demande interne est alors satisfaite par la petite industrie et l’artisanat natio-
naux. Elle peut être satisfaite sans avoir besoin d’un volume d’investissement trop
important, en organisant des coopératives de production et d’approvisionnement
qui augmentent la productivité du travail » 375. Le statut de ces coopératives n’est
pas précisé. Les traits s’entremêlent d’abord pour dessiner un capitalisme tiré par
l’Etat. Ainsi, le « secteur public est indispensable pour appuyer et orienter l’indus-
trie privée naissante », ou l’initiative de l’industrialisation « doit être prise au début
par l’Etat » 376. Car ce qu’il retient du mode de production capitaliste pour le carac-
tériser est qu’il fait « usage de capitaux et de salariés », et non qu’il favorise l’ému-
lation. L’Etat seul est doué de la capacité de stimuler l’économie. C’est là une dif-
férence importante avec la politique du Sangkum qui allait laisser, elle, la porte ou-
verte « à l’émulation des travailleurs et à la concurrence entre les diverses entre-
prises », l’Etat jouant « en somme un rôle de relais » 377.
Pour limiter la « réexportation des profits » ou les « bénéfices exportés »
(40 % des profits globaux) qui ponctionnaient l’économie cambodgienne, Samphan
estimait que les taxes ou « le simple contrôle des changes » étaient insuffisants.
« Les moyens ne pourraient être que le monopole d’Etat du Commerce extérieur

374
Notons qu’avec le recul, une projection longue révèle que le déficit commercial tendait à se réduire
: il restait stable entre 20 et 30 millions entre 1957 et 1960, s’accroissait fortement jusqu’en 1962,
mais n’était plus en 1964 et 1965 que de 4 et 8 millions, avant de fluctuer jusqu’en 1969, jusqu’à un
probable rééquilibrage de la balance commerciale autour de 1990 (Analyses de Marie-Sybille de
Vienne et Jacques Népote, Cambodge, Laboratoire d’une crise, bilan économique et prospective,
CHEAM, 1993, pp.62-65 et Rémy Prud’homme, L’économie du Cambodge, pp.156, 273).
375
Khieu Samphan, op. cit. p.108.
376
Khieu Samphan, op. cit., pp.126 et 114.
377
« Cambodge terre de travail et oasis de paix », min. de l’Information. Recueil d’articles du Monde
(8/10/63) et du Monde diplomatique (10/63). Article de Son Sann, conseiller privé du chef de l’Etat
sous Sihanouk et gouverneur de la Banque nationale du Cambodge, « La politique économique du
Sangkum Reastr Niyum » : « L’Etat n’est pas l’ennemi de l’épanouissement du capital privé. Bien au
contraire. Le capital privé a la possibilité de s’investir dans le cadre du plan quinquennal Preah Siha-
nouk. La politique économique de l’Etat est basée sur un équilibre stable entre l’action publique et
l’action privée afin de permettre le libre développement de l’initiative individuelle » .

128
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

des principaux produits d’exportation : caoutchouc, riz, maïs » 378. Aussi, lorsqu’il
parlait de nationaliser le commerce des « principaux produits », il fallait saisir que
ceux-ci englobaient la quasi-totalité des exportations. Suite aux mesures conférant
à l’Etat le monopole de l’achat des denrées destinées à l’exportation, une des
conséquences serait, comme il l’écrivait, qu’ « aucun transfert de valeur ne pourrait
plus être camouflé ». Néanmoins, la production allait être laissée « à l’initiative pri-
vée » 379.
Lors d’une intervention publique, Samphan était conscient que ces mesures de
contrôle des exportations et de limitation des importations « devenues effectives,
ne manqueraient pas de détourner les capitaux privés étrangers. A tort ou à raison,
les grands consortiums financiers estimeraient qu’elles enlèvent tout motif d’in-
vestissement dans le pays ». Mais cette carence serait palliée, selon lui, par les dons
ou prêts publics internationaux à faibles intérêts provenant notamment des pays so-
cialistes, Chine comprise, qui étaient disposés à « offrir une aide inconditionnelle
sur la base des “ 5 principes ” de coexistence pacifique » 380 – et d’ailleurs, à l’é-
poque, le Conseil Supérieur du Plan de Sihanouk était sur le point de recevoir ces
aides. En 1963, à travers un comité des réformes composé de Son Sann, Chhean
Vam, Ly Kim Heng et Hu Nim, Sihanouk inaugura bien une économie dirigée qui
étendit le secteur nationalisé à plusieurs branches d’activités (« fermes expérimen-
tales, manufactures, industries de transformation, tourisme »), nationalisa provisoi-
rement la dizaine de banques du Cambodge en deux banques d’Etat (annonce faite
le 10 novembre 1963 avec effet au 1er juillet 1964, mais qui résulta dès décembre
1963 dans la faillite de la Banque de Phnom Penh et la fuite à Saïgon de son direc-
teur sino-thaï Songsakd Kitchpanich avec quatre millions de dollars de la banque,
ainsi que celle de l’homme d’affaires Ngoy Kann 381), nationalisa également les
distilleries et les assurances, et tenta d’imposer un monopole dans l’import-export
par la création de la Société Nationale d’Exportation et d’Importation (SONEXIM)
le 12 décembre 1963. Mais le fonctionnement de cette dernière souffrit de retards
dans l’achat et la commercialisation du riz pendant environ trois mois, engendrant
un certain mécontentement dans les campagnes où la récolte avait été bonne.
Comme on manquait de liquidités, on acheta en février le concours technique des
banques étrangères. En 1964, l’économie subit un ralentissement et les activités de
la SONEXIM furent interrompues en 1969 382. Les importations de produits de luxe
378
Khieu Samphan, op. cit., p.108.
379
Khieu Samphan, op. cit., p.126.
380
Cahiers de l’I.S.E.A., supplément au n°109, pp.140-141.
381
Chandler, The Tragedy…, p.137. Synthèse de confession de Phouk Chhay, Searching for the Truth,
N°5, May 2000, p.8.
382
Les deux nationalisations ont été annoncées le 10 novembre 1963 (Archives du M.A.E., C.L.V.,
Cambodge, n°113, situation politique au Cambodge, de janvier à mars 1964, n°20, parti « Prachea-
chon »). Date de la création de la SONEXIM dans Le Sangkum, juin 1967, n°23, p.36. René Dumont,
expert de la division d’analyse économique de la FAO pour le gouvernement Royal Cambodgien, da-
tait la nationalisation des banques au 1 er juillet 1964 (Les possibilités de développement de l’économie
agraire khmère, au départ des réformes économiques, 1964, p. 8). Voir aussi Rémy Prud’homme,

129
L’ESSOR DE L’ANGKAR

devaient être réduites, dans la ligne des idées de Khieu Samphan, mais ce dernier
critiqua la hauteur des compensations qui étaient données dans le cadre des natio-
nalisations 383. Samphan estime que durant les premières années, les réformes
constituaient une réussite, les réserves en devises ayant augmenté, et le riel étant
stable. Selon lui, la SONAPRIM, la société responsable de la vente des produits
importés n’avait cependant pas le monopole et l’extrême droite des opportunistes
fit tout pour saboter les réformes. La volonté d’économiser les devises étrangères
aurait dû exiger encore une diminution des produits importés et la montée des prix
de certaines denrées, ce qui était impopulaire 384.
Dans sa thèse, Samphan avait préconisé que l’Etat ait entre ses mains « 80 %
des devises » afin de limiter la pression à l’importation provenant du « désir d’imi-
ter le mode de vie occidental (notamment américain) manifesté par certaine frac-
tion de la société khmère », et afin d’enrayer la « contrebande » et les « importa-
tions illicites ». Une fois revenu au Cambodge, il se souvient avoir constaté à quel
point le trafic des devises entravait le développement car la mise en place d’entre-
prises d’import-export entraînait plus de profits que d’investissements productifs.
Le taux de change officiel et le taux du marché noir différaient de près de dix fois
car « la chute du prix des matières premières entraînait la diminution de la rentrée
des devises, qui, à son tour affectait la valeur de la monnaie nationale ». La pres-
sion à l’importation n’avait pas diminué. Les entreprises exagéraient leurs de-
mandes de devises au gouvernement pour acheter des machines et des pièces de re-
change, et Samphan avait décidé de réduire l’octroi de devises en tant que secré-
taire du commerce 385. Pour ce qui est de la disparition de la contrebande, un but
fixé par la SONEXIM, on n’était pas parvenu à l’endiguer dans l’importation
comme dans l’exportation en novembre 1966, et ce malgré la répression et le fait
que l’Etat en était devenu l’actionnaire unique en avril 1966. En juin 1967, le
Sangkum estimait que la SONEXIM avait réalisé 100 % des exportations, mais,
faute de devises, les importations organisées par le gouvernement étaient trop
chères. Chau Khong avait alors proposé que d’autres organismes d’Etat entrent en
concurrence avec la SONEXIM et la SONAPRIM (l’organisme chargé de la distri-
bution des marchandises importés), car la SONEXIM prélevait une marge bénéfi-
ciaire assez considérable de 25 % et les prix intérieurs de certains produits avaient
augmenté depuis la création de ces deux organismes 386 ! Sihanouk, qui se disait
progressiste, avait-il prévu le tribut que le consommateur aurait à payer à l’Etat
pour que ses fonctionnaires remplacent les intermédiaires dans l’organisation de la
sélection, du transport, du stockage et de la transformation des produits ? Et l’on

L’économie du Cambodge, 1969, pp.122, 215, Kiernan, How Pol Pot..., p.205. La date de fin du
monopole est dans Hildebrand et Porter, Cambodia, starvation and revolution, Monthly Review
Press, London and NY, 1976, p.12.
383
Kiernan, How Pol Pot..., p.205.
384
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, pp.66, 67.
385
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, pp.36-37.
386
Les Cahiers de l’I.S.E.A., op. cit., p.144. Sangkum, 06/1967, n°23, p.37, 11/1966, n°16, p.52.

130
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

pourrait en dire de même des futurs révolutionnaires. En 1971, des documents du


P.C.K. avaient beau décrire ces riches marchands qui « achètent du paddy pas cher,
le prennent pour le faire moudre afin de le vendre cher » 387, force est de constater
que la situation de forte stabilité conférée ou auto-conférée aux nouveaux cadres
leur donna un train de vie sans aucun rapport avec celui de la population grâce au
contrôle complet dont ils disposaient sur le marché noir... Le naturel était revenu au
galop.
Samphan détaillait ensuite secteur par secteur comment les importations pour-
raient être réduites. Les engrais chimiques pourraient être supprimés. Les sauces
aussi sans doute puisque, après on ne sait quelle enquête, on pouvait estimer que
« les sauces de soja Khmers [étaient] préférées par la population parce que plus
conformes à leurs goûts que les sauces Maggi importées »... Dans la même veine,
son journal allait prendre position en 1960 contre l’importation de bière qui
concurrençait le jus national du palmier à sucre 388. Samphan allait expliquer qua-
rante ans plus tard que les usines de boissons des compagnies internationales im-
plantées au Cambodge importaient tous les produits qui entraient dans leur compo-
sition. On ne pouvait donc dire qu’il y avait une industrie de boisson qui stimulât
l’économie interne, puisque le Cambodge n’y apportait que l’eau du Mékong. Pour
développer l’artisanat et les petites industries, il aurait fallu « appliquer une poli-
tique de protection », quitte à ce que cela entraîne « un certain recul », et « se
contenter pour un temps des produits locaux, inférieurs en qualité aux produits
importés » 389.
Samphan fut nommé secrétaire d’Etat au Commerce par Sihanouk d’octobre
1962 à juillet 1963. La « nationalisation » du commerce extérieur ne fut annoncée
qu’en novembre 1963. A-t-il vraiment cherché et réussi à faire appliquer cet « en-
semble de mesures très sévères » préconisé de manière vaporeuse en conclusion de
la section I de son chapitre II ? Il semble que son action comme son projet subirent
une dénaturation. Lui-même aurait bien voulu mettre en pratique l’idéal qu’il avait
eu à l’époque, « de façon honnête » et non par désir de « saboter » l’économie,
comme l’aurait avancé Lon Nol. Il aurait soumis son plan à Sihanouk par l’inter-
médiaire des modérés Penn Nouth et Son San, le président de la Banque Nationale,
en leur disant qu’il soutenait la politique de neutralité du prince 390. Lors du 14e
congrès National du 31 décembre au 2 janvier 1962-1963 Samphan était seulement
intervenu en faveur de l’établissement de sociétés mixtes dont la gestion serait
confiée à des particuliers connus pour leur honnêteté et leur compétence. Il propo-
sait certes de supprimer les monopoles dont l’action était néfaste à l’économie na-
tionale, mais seulement de permettre à l’Etat de disposer d’un certain droit de cont-

387
Kiernan How Pol Pot..., p.399, n.135.
388
Archives du Ministre des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », 1er
septembre 1960.
389
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, pp.35, 38.
390
Entretien avec Khieu Samphan, 14 juillet 2000.

131
L’ESSOR DE L’ANGKAR

rôle sur les investissements privés pour les orienter au mieux des intérêts du pays,
par exemple dans la construction productive d’usines et d’ateliers plutôt que dans
celle de buildings et d’immeubles destinés à la location 391. Mais ces réformes
mécontentèrent certains députés, qui prirent prétexte de ce qu’il n’aurait pas ap-
plaudi à des spectacles cambodgiens en l’honneur de Liu Shaoqi, pour l’attaquer,
ainsi que Hou Yuon. En mai et juin, Sihanouk agita l’idée d’un référendum pour
que les électeurs votent leur défiance aux députés « rouges », et une motion de cen-
sure fut déposée contre Samphan à propos de la hausse des prix, cependant, comme
la motion ne passa pas, ce n’est qu’en juillet au Congrès du Sangkum qu’il fut
poussé à la démission face à des attaques malhonnêtes. L’agitateur qui lui succéda,
Nin Nirom, devint premier ministre mais dut démissionner dès le mois d’août pour
n’avoir pas réglé la hausse des prix et avoir profité frauduleusement de sa fonction
392
. Plusieurs témoins et historiens s’accordent pour dire que Sihanouk aurait vu en
Samphan quelqu’un qu’il ne pouvait plier ni s’attacher par des faveurs et de
l’argent – sa méthode habituelle pour se rallier les opposants 393. Aussi, Samphan
n’eut-il pas les moyens d’agir à sa convenance.
Le dernier chapitre intitulé « Nécessité d’une réforme de structure » ne lève
qu’un coin du voile sur ses éventuelles idées radicales, car les mesures proposées
sont en demi-teinte. L’Etat aurait pour objectif de créer des entreprises mixtes et
des entreprises d’Etat nouvelles (pour les centrales thermiques par exemple), de
construire des voies de communication avec le recours au travail volontaire des
paysans, et d’accorder des priorités aux coopératives dans la distribution ou l’achat
des marchandises, via l’octroi de crédits favorables. Pour chaque branche du sec-
teur secondaire, l’accent devrait être mis sur le rassemblement en coopératives de
production ou en usines d’Etat des fabricants individuels et familiaux afin d’éviter
la « dispersion du travail actuel », qui nourrit les intermédiaires et les spéculateurs,
et de bénéficier des « avantages de la division du travail » 394. La grande rationali-
sation, pour ne pas dire nationalisation, s’étendait pratiquement à tous les secteurs
manufacturiers, y compris l’agriculture, le but étant de « populariser les méthodes
d’avant-garde » 395. Nombre de ces réformes de structures furent réalisées par le
« socialisme bouddhique » de Sihanouk mais les nouvelles structures servirent au
bout du compte au seul profit de l’entourage royal 396, loin du projet samphanien :
« La constitution des équipes d’entr’aide mutuelle, dans lesquelles les instruments
de travail, la terre, et les produits du travail reste propriété privée, mais mis en œuvre
391
Archives Nationales du Cambodge, Speeches, accords, congrès, 1960’s.
392
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°113, situation politique en mai, juin, juillet, août 1963.
393
Selon François Ponchaud, il aurait refusé qu’on l’achète avec une Mercédès neuve dans une af-
faire de trafic de viande (op. cit., p.193).
394
Khieu Samphan, pp.183-188.
395
Khieu Samphan, op. cit., p.185.
396
Comme l’écrit Michael Vickery, les révolutionnaires socialistes comme les capitalistes moder-
nistes ou progressistes (derrière Douc Rasy) furent tout autant « subversifs au système Cambodgien »
(« Looking Back at Cambodia, 1942-1976 », in Kiernan & Boua, Peasants and politics, pp.103-4).

132
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

par une méthode de travail collective correspond pleinement à l’état d’esprit actuel
du paysan khmer. Il n’est pas rare de voir nos paysans s’organiser en équipes de plu-
sieurs familles pour s’entr’aider dans le travail de repiquage ou de la moisson, tout
cela au milieu des chants mélodieux très connus. Il s’agit de généraliser systémati-
quement cette pratique (...) Cet effort pour organiser de plus en plus rationnellement
la production doit être soutenu moralement, techniquement et financièrement par
l’Etat (...) L’organisation méthodique de cette énergie, d’abord en équipe d’entr’aide
et progressivement en coopérative sera de nature à décupler son efficacité et
permettre de défricher de nouvelles terres, de les irriguer, d’en délivrer de l’inonda-
tion (...) ».
« Il n’y a pas de doute que l’organisation rationnelle de l’élevage avec les méthodes
scientifiques de traitements et la lutte contre les épidémies, autant de mesures ren-
dues possibles par l’organisation des coopératives ou la création des fermes d’Etat
contribue à un essor considérable » 397.
Sihanouk, lui, ne souhaita jamais généraliser à l’ensemble du pays ses fermes
expérimentales, et, à lire ces lignes, on s’étonne moins d’apprendre de la plume de
Sihanouk qu’en 1960, Samphan « ne supportait pas qu’on louât la vie facile et
l’individualisme bon enfant du “ populo ” cambodgien qui n’en faisait qu’à sa
tête ». Entraîné dans sa critique de l’ancien régime, Samphan aurait tenu en 1978
devant ce dernier un discours bien caricatural sur la vie paysanne :
« Il n’y avait que quelques jours de fêtes par an (...) Nos bâng-p’aaun [aînés-
cadets] trimaient chacun pour soi et ne pouvaient jouir de la vie en commu-
nauté que de façon exceptionnelle. La vie était triste... Aujourd’hui, la vie de
nos bâng-p’aaun est fort joyeuse. Ils vivent en communauté, ne sont plus iso-
lés les uns des autres. On travaille ensemble, on mange ensemble. On chante
en travaillant. C’est tous les jours fête » 398.
Il est frappant de constater la place grandissante qu’ont, à la fin de sa thèse,
les termes « organisation », « rationnel », « contrôle rigoureux », « planification »,
« prise en main par l’Etat ». Termes qui alternent avec celui de « capitalisme »,
comme si pour lui comme pour Marx et Engels, les prémisses du socialisme rési-
daient dans la société capitaliste. On peut également remarquer à quel point l’esprit
général s’accorde avec les idées de l’ouvrage de Mao La nouvelle démocratie
(1951), qui reprenait quelques idées du Kuomintang et citait Sun Yat-Sen. Cette
Nouvelle Démocratie était conçue comme une phase de transition indispensable
entre un pays colonial ou semi-colonial et la République socialiste où s’exerçait la
dictature du prolétariat. Toute entreprise « ayant un caractère de monopole »
comme les banques, etc. y serait administrée par l’Etat, « afin que le capitalisme
privé ne puisse pas contrôler la vie nationale », le but étant de lutter contre la dicta-
ture bourgeoise. En revanche, les activités privées capitalistes qui ne contrôlaient
pas la vie nationale ne seraient pas confisquées « en raison du stade encore très ar-
397
Khieu Samphan, op. cit., pp.176-177.
398
Norodom Sihanouk, Prisonnier des Khmers rouges, p.59.

133
L’ESSOR DE L’ANGKAR

riéré de l’économie chinoise » 399, et si la terre des grands propriétaires fonciers se-
rait confisquée et redistribuée, prévenait Mao, ce « n’[était] pas là établir une agri-
culture socialiste » 400.
Après avoir lu cette opinion de sa thèse : « l’Etat doit jouer un rôle bien plus
important que dans les pays d’Europe dans la tâche de l’industrialisation du
pays » 401, on s’étonne moins de le voir adopter une attitude de sympathie pour tous
les pays socialistes, et un ton khrouchtchevien pro-soviétique, dans le journal qu’il
fonda en 1960, l’Observateur 402. Il précisait toutefois : « Nous ne proposons pas de
faire disparaître les classes qui détiennent les revenus dominants » 403, et ne s’em-
portait pas non plus en évoquant le type de direction qui aurait pour tâche de mener
la « réforme de structure » préconisée :
« Evidemment, le développement conscient de l’économie suppose une direction
essentiellement vivante de l’ensemble des forces sociales, une direction qui ne peut
être ni bureaucratique ni administrative. Une telle direction doit donc s’allier avec
une large démocratie et s’appuyer sur une large adhésion de la masse de la popula-
tion » 404.
En même temps, deux lignes édifiantes de son mémoire, page 172, spéci-
fiaient que cette adhésion passerait par « un travail d’éducation politique des pay-
sans » qui demanderait « de la patience et de la compréhension à l’égard des pay-
sans en même temps que de hardiesse dans la lutte ».
Nous ne pensons pas, comme William Shawcross, qui citait le passage sur la
patience et la compréhension, mais oubliait la « hardiesse dans la lutte » qu’« au-
cune des modifications structurelles qu’il proposait ne devait être imposée par la
force » 405. Celui-ci ne pouvait préconiser ouvertement « la force » dans une thèse,
mais disait que « la mobilisation productive de la rente foncière ne sera possible
que par voie d’autorité, surtout au début » 406.
Ces précautions de forme provenaient de ce que les professeurs qui le diri-
geaient dans sa recherche, Gaston Leduc et Pierre Fromont, étaient loin d’être com-
munistes ou de citer Marx dans leurs cours. Et il n’est guère étonnant que ceux-ci
n’ait pas sanctionné un étudiant globalement très courtois, car, à l’époque, les pro-
fesseurs ne regardaient les thèses de leurs étudiants que de très loin, et ne voyaient

399
Mao, La nouvelle Démocratie, Editions sociales, 1951, pp.60 et 61.
400
Ibid., p.61.
401
Khieu Samphan, op. cit., p.179.
402
William Shawcross, op. cit., p.246. Entretien avec Serge Thion qui avait lu L’Observateur. Voir
Khmers rouges !, « l’ingratitude des crocodiles », de Serge Thion, p.160.
403
Ibid., p.113.
404
Khieu Samphan, op. cit., p.192.
405
William Shawcross, op. cit., p.245.
406
Khieu Samphan, op. cit., p.161.

134
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

ces derniers qu’une fois dans l’année 407. Nous reviendrons plus tard sur Pierre Fro-
mont, qui fut aussi le directeur de recherche de Hou Yuon. Gaston Leduc (†1994),
le président du jury de la soutenance de Khieu Samphan et son professeur pour le
doctorat en économie politique spécialisé dans la législation, l’économie et la so-
ciologie des pays d’Outre-Mer, enseignait en 1958-1959 les aspects financiers du
sous-développement – et peut-être faisait-il déjà allusion à ces aspects psycholo-
giques et religieux 408. C’était un libéral modéré, jugeant dangereux le protection-
nisme ou l’industrialisation à tous crins. Samphan le décrit plus tard comme un
conservateur qui faisait partie d’une association pour la France d’Outre-Mer, mais
respectait la liberté de pensée des étudiants. Selon Rémy Prud’homme, Gaston Le-
duc faisait partie du quart de professeurs les plus libéraux de l’Université de droit
et de sciences économiques. Ce professeur faisait également publier les œuvres de
Walras, économiste néoclassique de la fin du XIXe siècle croyant en la parfaite cir-
culation des informations au sein de l’économie de marché, et rejetant par consé-
quent les idées de Marx tout en se disant socialiste. En 1938, Leduc, alors profes-
seur d’économie politique à la Faculté de droit de Caen avait écrit La raison contre
l’autarcie. Ce travail avait remporté le premier prix d’un concours patronné par
plusieurs ministères, tant il avait été jugé « clair, didactique, et persuasif ».
Le probable futur idéologue du P.C.K. n’aura donc pas partagé les avis de ce
professeur, dont les réflexions sur le commerce contrastaient fortement avec les
siennes : la conséquence de la mise en contact de deux économies capitalistes de
niveau égal aboutissait selon Samphan à l’élimination des petites et moyennes
entreprises des deux pays, alors que pour Leduc, « le commerce profite au faible
autant et plus qu’au fort, la taille économique des nations participantes ne jouant
qu’un rôle très secondaire (c’était d’ailleurs l’une des conclusions de la réunion or-
ganisée à Lisbonne sous l’égide de l’Association internationale des sciences écono-
miques en septembre 1957) 409». Il est possible que Mr Leduc ne fondait son ana-
lyse que sur les conclusions d’autres experts. Et il est possible que Samphan n’ait
pas non plus eut le temps de prendre en compte certains travaux de terrain, ni de
407
Entretien avec Rémy Prud’homme, économiste, le 19 avril 1999.
408
Livret de l’étudiant, Université de Paris. Consultable aux archives du rectorat à la Sorbonne. Dans
un chapitre intitulé « La pensée libérale devant les problèmes du développement », Leduc estimait
que parmi les obstacles intérieurs aux développement devaient être pris en compte des « facteurs
d’ordre spirituel et culturel » comme les croyances religieuses qui entraînent une « acceptation pas-
sive des événements ». Il citait alors Wilhelm Röpke: « Ce qui fait défaut c’est une tradition, que l’on
pourrait caractériser comme libérale, si l’on pouvait être sûr de ne pas être mal compris. Ce qui
manque c’est l’humus sociologique et spirituel dans lequel ont germé et grandi en Occident l’esprit
d’entreprise, le sens civique, le sentiment de responsabilité, le goût du travail bien fait, la conscience,
la ponctualité, l’instinct d’épargne, le plaisir de créer » (L’Economie mondiale aux XIXè et XXè
siècle, 1959)(Les fondements philosophiques des systèmes économiques, textes de Jacques Rueff et
essais rédigés en son honneur, 1966, p.303: « La pensée libérale devant les problèmes du développe-
ment »). Khieu Samphan était sans doute conscient du poids des pensées métaphysiques. Il s’en était
d’ailleurs éloigné comme bon nombre d’autres résidents de la Maison d’Indochine, nationalistes com-
pris.
409
Khieu Samphan, op. cit., p.29. Leduc, « La pensée libérale ... », op. cit.

135
L’ESSOR DE L’ANGKAR

prendre en compte toute la panloplie des théories libérales. Ainsi n’a-t-il peut-être
retenu que le côté statique de la théorie des avantages comparés:
« La théorie des avantages comparés (...) suppose à priori la mise en équilibre auto-
matique de cette balance (...). Si nous suivons cette théorie, le Cambodge devrait se
spécialiser dans l’agriculture.(...) Or s’il est vrai que pour un pays arriéré à un mo-
ment donné, il est plus avantageux d’importer des produits industriels que de les
produire, il n’en est pas moins vrai qu’à long terme en s’en tenant à la spéculation
préconisée par la théorie des avantages comparés, un tel pays ne pourrait jamais
améliorer de façon notable son approvisionnement en articles industriels » 410.
Samphan s’appuyait en fait sur ses cours pour étayer sa démonstration :
« Sous ce principe abstrait de la liberté du commerce extérieur, se cache en fait
l’absence de liberté pour les entrepreneurs nationaux et la seule liberté pour les so-
ciétés étrangères. Friedrich List l’a déjà démontré en son temps. (voir J. Marchal:
Cours d’économie Politique T.1 p.116 -Bouvier- : F. List, 1938) (...) Une nation doit
considérer plus que la richesse elle-même qui est momentanée, la faculté de créer la
richesse, faculté dont profiteront les générations consécutives qui la composent. A la
théorie libérale des valeurs échangeables List oppose la théorie "des formes produc-
tives". Et List est catégorique sur ce point : sous un régime de libre échange, un pays
ne peut s’industrialiser, quelles que soient les ressources dont il dispose. Il est vrai
que List a laissé entendre que (...) les tropicaux doivent profiter de leur avantage na-
turel et agricole et accepter la spécialisation. Ce faisant, List se rallie à la théorie li-
bérale dans un cas alors qu’il la critique dans un autre. La liberté des échanges
permettra à ces pays tropicaux (...) de bénéficier encore des progrès techniques réali-
sés ailleurs dans le monde » 411.
A force de critiquer les pays capitalistes développés, et le contexte d’intégra-
tion internationale qui perpétuait le surdéveloppement des pays avancés, Samphan
en venait même à critiquer la fin de la croissance des pays développés qui freinait
pareillement la croissance dans les pays sous-développés, et « signifierait un déve-
loppement moins rapide de la production d’exportation des pays sous-dévelop-
pés ».
Leduc invita son étudiant à s’exprimer, comme rapporteur, dans le cadre de
séminaires sur les problèmes d’investissement dans les Pays d’Outre Mer censés
être donnés par des « notabilités autochtones » 412. Son séminaire eut lieu le 3 mars
1959. Il y estimait que le développement de l’agriculture d’exportation, « du fait
des investissements étrangers et nationaux, constituait au début un incontestable
enrichissement de l’économie » mais que les fluctuations des économies d’Europe
et des Etats-Unis n’avaient « pas manqué de provoquer un grave effet de freinage
sur le développement » de l’agriculture. Il précisait que l’absence de « formation de
410
Khieu Samphan, op. cit., pp.121-122.
411
Khieu Samphan, op. cit., p.115.
412
« Les problèmes de l’Investissement dans les pays d’Outre-Mer », Cahiers de l’Institut de sciences
économiques appliquées, Supplément au n°109, janvier 1961, série f, n°16, pp.127 à 149.

136
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

capitaux nationaux induits capables de faire la relève des capitaux étrangers » avait
donné un coup d’arrêt à la croissance. Il est dommage que les débats auxquels ont
donné lieu ces séminaires (car il y en eut, comme l’indiquait Mr. Leduc en intro-
duction), n’aient pas été rapportés. Mais Leduc n’a pas dû s’opposer entièrement
aux opinions de son élève, car il considérait lui-même légitime la volonté pour un
pays de se développer de manière autonome et ne reconnaissait l’utilité des aides
extérieures à grande échelle qu’à condition qu’elles restent temporaires.
Et précisément, Khieu Samphan mettait en cause l’aide « commercialisée »
américaine plutôt « destinée à élargir les possibilités du commerce et des investis-
sements américains en "ouvrant la voie" qu’à contribuer au développement d’un
capitalisme autonome au Cambodge ». Cela était probablement vrai, et il semble
ici, comme son examinateur, être un chantre d’un capitalisme moderne encore
« atrophié ». Un de ses collègues docteur ès-sciences économiques, Lê Thanh
Khoi, rapporteur le même jour sur les problèmes d’investissements du Vietnam,
critiquait lui aussi l’obstacle que constituait l’aide américaine à l’industrialisation
nationale, d’autant qu’elle entraînait des obligations militaires, contrairement à
l’aide « technique » française. Ces revendications de « développement national,
appuyé sur les force propres du pays » (Thanh Khoi) étaient partagés par les étu-
diants de toutes tendances. Lê Thanh Khoi était de gauche (militant de l’Union
Culturelle des Vietnamiens de France, il soutiendra toujours le gouvernement de
Hanoi), mais Ea Sichau, le premier président de l’A.E.K., de tendance nationaliste,
prônait de même de commencer par utiliser les ressources du pays avant d’avoir re-
cours au commerce 413.
Pour la période 1955-1957, la part des Etats-Unis dans le commerce extérieur
du Cambodge s’élevait à 12,35 %, une part entrant dans 7,46 % des importations
totales du Cambodge et dans 17,24 % des exportations. En ajoutant aux importa-
tions d’Amérique celles qui provenaient d’entreprises américaines basées dans le
Sud-Est asiatique on arrivait « à au moins 40 % de la valeur des importations
khmères » – mais Samphan n’effectuait pas le même ajout pour les exportations
qui iraient à des Américains basés à Hong-Kong, en Thaïlande, en Indonésie, à For-
mose, au Sud-Vietnam et au Japon. Pour lui, donc, « Le pôle de "domination" se
déplace de la France pour se situer de plus en plus aux Etats-Unis d’Amérique ».
Or il aurait été honnête de rappeler, s’il en était informé, que l’aide américaine
consacrée au financement du plan biennal de 1956-1958 avait été plus de dix fois
supérieure aux sommes mises de côté par le budget national, contre trois fois supé-
rieure pour l’aide française, et qu’après 1954, l’aide étrangère couvrit une large
proportion des dépenses dans le domaine de la défense, permettant ainsi au gouver-
nement d’augmenter ses dépenses civiles et de calmer les mécontentements des dé-
putés sur les questions de budget 414. 56 % de l’aide civile américaine, reconnais-

413
Entretien avec Philippe Jullian, ancien ami de Ea Sichau.
414
David J. Steinberg, Cambodia, its people, its society, its culture, 1959, New Haven, pp.186 et 295.
(Source du tableau: Banque Nationale du Cambodge, bulletin mensuel, octobre 1958).

137
L’ESSOR DE L’ANGKAR

sait-il, allait aux transports, mais, pour lui, la construction de ports, de routes et
d’un aérodrome, prévue par le plan biennal, ne favorisait que l’import-export, si
bien que l’aide américaine « contribu[ait] à masquer provisoirement » le déséqui-
libre actuel et contenait « en germe [un] déséquilibre futur plus accentué parce
qu’elle accentu[ait] l’intégration internationale » 415. Sa démonstration que la
balance commerciale était structurellement déficitaire depuis l’indépendance de no-
vembre 1953 partait avant tout d’une omission de taille : dès avant 1954, les impor-
tations étaient massivement financées par l’aide extérieure. Or, plus que l’aide ex-
térieure, c’était l’ambitieux programme d’importation du Plan Biennal qui
contrastait avec les possibilités d’exportations réduites par la sécheresse de 1954-
1955, et entraînait des accords commerciaux peu favorables à l’équilibre
commercial 416.
Un point sur lequel son professeur et lui divergeaient entièrement était l’inter-
ruption des investissements étrangers. Là où Leduc critiquait tout isolement ou res-
trictions économiques allant à l’encontre du libre mouvement des capitaux privés,
Samphan rappelait que les pays capitalistes, y compris l’Angleterre, patrie du libre-
échange, avaient été fortement protectionnistes. Il se référait aux « principes amor-
cés par Friedrich List dans son Système national de l’économie politique qui ont
guidé l’industrialisation de l’Allemagne » 417, ignorant sans doute qu’ils avaient
aussi inspiré l’économie hitlérienne, alors que List préconisait le protectionnisme
pour la seule industrie et s’éloignait de la conception autarcique intégrale de ses
inspirateurs Fichte, Muller, Von Baader et Von Thünen, pour préférer la protection
douanière, précisait Leduc 418. List caricaturait d’ailleurs la pensée de ses prédéces-
seurs en ne citant dans son ouvrage que la théorie classique du libre-échange déve-
loppée par Adam Smith et non celle des avantages comparatifs de Ricardo selon la-
quelle tout pays pouvait trouver avantage à s’intégrer dans le commerce internatio-
nal 419. Samphan semble aussi être passé à côté de l’enseignement d’un des
membres de son jury, Daniel Villey, libéral modéré auteur d’une Petite Histoire des
Grandes Doctrines Economiques rééditée plusieurs fois depuis 1944, qui rendait
hommage, comme dans un de ses cours de philosophie économique de 1958-1959
– et il était bien le seul parmi les économistes de la Sorbonne – au « La Fontaine »
de l’économie politique, le talentueux et polémique Frédéric Bastiat (1801-1850)
420
. Il est par ailleurs probable qu’il ne fut pas initié à la lecture d’un autre grand
économiste français, Pierre-Joseph Proudhon qui polémiqua non seulement contre

415
Khieu Samphan, op. cit., p.99.
416
David J. Steinberg, op.cit., p.221.
417
Khieu Samphan, op. cit., p.118.
418
Gaston Leduc, La raison contre l’autarcie, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1938,
p.3. Le volume des Travaux du congrès des économistes avec l’article « Le sous-développement et
ses problèmes » cité par Samphan en bibliographie a disparu de la bibliothèque Cujas.
419
Le Monde, 27 novembre 1998, Chronique économique de Philippe Simonnot sur l’ouvrage de List.
420
Robert Lozada, « Frédéric Bastiat et les économistes du XXe siècle, du dénigrement à l’apologie »,
Liberté economique et Progrès social, n°97, juillet 2001, ALEPS, 35, av. Mac-Mahon, 75017 Paris.

138
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

Bastiat en 1849 à travers La Voix du Peuple, mais aussi contre certains uto-
pistes « socialistes ».
Tout à son raisonnement, Samphan reconnaissait donc des bienfaits à la der-
nière guerre mondiale pour les pays qui ne l’avaient pas subie :
« A une date plus rapprochée, on constate que les seules périodes d’industrialisation
sérieuses des pays sous-développés se situent pendant la guerre mondiale, c’est-à-dire
au moment où l’autarcie forcée réduit la concurrence étrangère, alors que les capitaux
étrangers n’affluent plus (...) L’exemple de l’Argentine est encore plus frappant. Là les
autorités n’ont pas assisté en victime d’une situation de fait, mais ont activement cher-
ché à en profiter. Le quasi monopole de l’Etat sur le commerce extérieur a permis de
financer le progrès industriel en retirant aux propriétaires fonciers, aux spéculateurs du
commerce de gros et aux Sociétés étrangères de commerce d’import-export les profits
de ce commerce. C’est ainsi que l’indice de la production industrielle a augmenté de
80 % de 1938 à 1951. A l’heure actuelle, le péronisme a abouti à une faillite parce que
le gouvernement a tenté de résoudre les difficultés économiques provenant du renver-
sement de la situation sur le marché extérieur à partir de 1949 par l’inflation et le re-
cours aux investissements des capitaux étrangers, autant de mesures qui contribuent à
nouveau au renforcement de la rente foncière; à l’augmentation des importations et à
la diminution des investissements intérieurs » 421.
Le dirigeant Juan Peron recherchait alors une « troisième position » entre
impérialisme soviétique et yankee, mais on ne saurait présenter Samphan comme
un admirateur de ce général nationaliste, autoritaire, et néanmoins défenseur des
« sans-chemises » soutenu par les mouvements syndicaux, car l’exemple du déve-
loppement argentin avait été puisé dans la thèse en droit de l’égyptien Samir Amin,
son collègue et camarade des milieux anticolonialistes communistes, soutenue en
1957 à Paris, et intitulée Les effets structurels de l’intégration internationale des
économies précapitalistes.
Cette thèse avait fortement retenu l’attention de Khieu Samphan même s’il
ne la citait qu’à la fin de sa première grande partie et non dans sa bibliographie.
Quarante ans plus tard, il admettait avoir lu cette « thèse très remarquée » « avec
grand intérêt » 422. Samphan avait également pris en considération les cours de doc-
torat de Mr. Byé, président du jury de la soutenance de Samir Amin, conseiller de
ministres M.R.P. de gauche et chaud partisan de l’interventionnisme étatique, sur
Les relations entre l’Investissement international et la structure nationale (1950-
1951). « Intégration internationale » est une expression qui revient souvent sous la
plume de Samphan. C’est elle qui freine le développement de l’industrie et de l’a-
griculture en orientant l’activité générale du pays vers les secteurs improductifs.
Les thèmes de la thèse d’Amin – qui ne se voulait qu’un essai théorique – étaient
abondamment repris et mis en rapport avec la situation du Cambodge : déséquilibre
international des échanges commerciaux, ralentissement de la croissance du besoin

421
Khieu Samphan, op. cit., p.118.
422
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, p.33.

139
L’ESSOR DE L’ANGKAR

des pays développés en produits de base, orientation des capitaux des pays sous-dé-
veloppés vers l’industrie légère, thésaurisation de l’épargne, réinvestissement des
profits, transfert de la fortune nationale aux étrangers, surdéveloppement du secteur
tertiaire, effets accélérateur et multiplicateur des investissements freinés – des ex-
pressions empruntées à Keynes –, etc. Samir Amin écrivit plus tard des dizaines
d’ouvrages sur le développement dans le tiers-monde, et intervint, couvert de sa re-
nommée internationale, dans la presse ou au cours de diverses conférences, pour
justifier les projets et réalisations économiques d’une de ses anciennes connais-
sances devenue président du présidium d’Etat 423. En 1981, Amin estimait que la
seule erreur du Kampuchéa Démocratique avait été, face aux volontés expansion-
nistes du Viêt-Nam, d’avoir nuit à l’unité nationale en tentant de la construire « sur
une politique de révolution socialiste avancée » « usant de méthodes de coercition
sanglantes ». L’affaiblissement du pays qui en était résulté n’avait fait que précipi-
ter l’invasion extérieure 424. Ces réflexions ont de quoi relativiser les appréciations
courantes qui dénient aux révolutionnaires cambodgiens toute intelligence tactique.
D’autres marxistes occidentaux ne les jugeaient pas forcément peu crédibles 425 ?
Mais bien plus que la future politique révolutionnaire, ce sont toutes les idées de
Samphan qui pourraient être réinscrites dans un vaste contexte.

423
Lors d’un entretien téléphonique en 1999, Samir Amin reconnaissait avoir connu Khieu Samphan
parmi d’autres amis communistes devenus plus tard dirigeants d’Afrique et d’Asie, et avoir échangé
avec lui quelques idées émanant de sa thèse. Il le classait toujours parmi les « grands dirigeants ».
Khieu Samphan reconnaissait avoir été inspiré par la thèse de son camarade Samir Amin. A la fin des
années soixante-dix, dans Impérialisme et Développement Inégal, Amin faisait classer les com-
munistes cambodgiens comme de « meilleurs marxistes » que les Vietnamiens et les Chinois. Au
Cambodge, la principale contradiction opposait la paysannerie en général et le capital qui le dominait,
symbolisé par les villes (Karl D. Jackson, « Intellectual origins of the Khmer rouge », in Cambodia
1975-1978, Rendezvous with death, 1989, p.246 renvoyant à Imperialism and development (1979)).
En 1982, il critiquait les politiques paysannes de prélèvement excessif sans contrepartie pratiquées par
l’URSS et le Vietnam et destinées à financer « la soi-disant "accumulation socialiste primitive" » (ac-
cumulation des richesses recherchée par Khieu Samphan page 189 de sa thèse pour édifier progressi-
vement une industrie lourde) et mettait en avant le caractère proprement paysan de la révolution
khmère, caractère qui imposa aux chefs d’évacuer Phnom Penh dont l’approvisionnement aurait été
trop coûteux pour les paysans, le pays ne pouvant compter sur la moindre aide extérieure massive. Le
développement « auto-centré » n’était donc pas, pour Samir Amin, la source d’un « dérapage », ce
type de développement pouvant parfaitement convenir à de petits pays, comme l’Albanie avec son
taux de croissance annuel de « 7 % ». La révolution khmère n’avait pas été selon lui victime d’une
« déviation révisionniste étatiste » alors qu’il est maintenant indéniable que l’Etat kampuchéen avait
largement ponctionné les récoltes, par dogmatisme et par incompétence de ses cadres. Bien au
contraire, elle comportait des « leçons importantes » valables notamment pour les pays d’Afrique.
Dans l’impérialisme et le développement inégal, un chapitre intitulé « la leçon du Cambodge » expli-
quait que la « désurbanisation » avait permit de briser les rapports de domination sociale impérialistes
qui faisaient disparaître l’artisanat rural en faisant dépendre les paysans des produits marchands (Pré-
face de Samir Amin au livre de Catherine Quiminal Le Kampuchéa, Viêt-nam - Cambodge, guerres et
indépendances, Anthropos, 1982. p.X, et citation par Quiminal p.72).
424
Samir Amin, L’avenir du maoïsme, Editions de minuit, 1981, p.90.
425
Sur le soutien de rares marxistes occidentaux, Vickery, op. cit., p.274.

140
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

Hou Yuon

Hou Yuon dédiait sa thèse « Aux paysans travailleurs du Cambodge ». La


paysannerie du Cambodge et ses projets de modernisation fut présentée et soute-
nue à la Faculté de Droit de Paris devant Pierre Fromont et les professeurs Courtin
et Capitant le 14 février ou décembre 1955 (la date en chiffres est peu lisible). La
priorité du traitement de la question paysanne avant toute autre question, comme
prélude à tout changement, précédait toute fascination maoïste pour les communes
populaires. A cette époque, la révolution chinoise semblait plagier la priorité sovié-
tique donnée à l’industrie lourde et aux biens de production, or Hou Yuon s’en te-
nait aux réformes agricoles 426. La suite allait montrer qu’il n’était partisan de
grands bonds vers la ocllectivisation. Après trois ans dans les maquis, Yuon allait
devenir ministre de l’Intérieur, des Coopératives et de la réforme communale du
GRUNK, un poste honorifique, puisque ses interventions lors des meetings du
FUNK alaient se résumer à proclamer l’union face aux Américains et à Lon Nol.
D’après Tea Sabun, il fut un de ceux qui exprima le plus longtemps ses critiques à
la collectivisation annoncée par le Congrès du P.C.K. de juillet 1971. Il était alors
pour le maintien des équipes d’entraide mutuelle. Dans sa confession, Hu Nim
indiquait qu’en 1970, Hou Yuon « osait gronder » Pol Pot et se plaindre que l’on
faisait de lui un « ministre pantin » et que l’on se servait de lui comme d’un «
écran » 427. D’après Koy Thuon, qui était dans la zone Nord avec lui, la ligne lui
paraissait erronée. Les paysans ne pouvaient aller plus vite que ne le permettait leur
niveau de conscience. La collectivisation des terres et des animaux de traits
mécontentait les masses, la suppression des marchés ne pouvait qu’empêcher les
éléments patriotiques bourgeois de soutenir la révolution, et l’évacuation des gens
des villes et des marchés était contraire à la pratique des autres révolutions 428. Toch
Phoeun écrit que Yuon n’avait aucun rôle dans le Parti, et qu’il commença à ex-
primer ses critiques en 1973, dût-il lui en coûter la vie, même s’il ne voulait pas
renverser le P.C.K. par les armes. L’interdiction des jardins familiaux et la collecti-
visation de l’alimentation et des objets personnels (montres, bicyclettes) étaient des
erreurs. En 1974, Hou Yuon était finalement démis de son poste au bureau de Pro-
pagande aux côtés de Hu Nim, avec qui il ne parvenait pas à s’entendre, en raison
de son caractère retors et de son désir d’être toujours le chef 429. Son opposition
frontale avec la ligne du P.C.K. se serait à nouveau exprimée en février ou avril-
mai 1975, lorsque des directives plus radicales furent discutées, mais on ignore
426
« La paysannerie, l’agriculture, c’est toute l’économie du Cambodge, c’est sa vie et sa force (...).
La transformation de l’économie semi-féodale et semi-coloniale du Cambodge, en une économie na-
tionale et prospère (...) ne pourra se faire que sur la base de l’équipement et de la modernisation des
campagnes, en s’appuyant sur leurs immenses forces potentielles tant économiques qu’humaines »
(Hou Yuon, La paysannerie du Cambodge et ses projets de modernisation, 1955, thèse, p.4).
427
Kiernan, How Pol Pot..., pp.328-9, 407, n.322.
428
Synthèse des confessions de Koy Thuon alias Khuon alias Thuch, par Steve Heder.
429
Synthèse des confessions de Toch Phoeun alias Phin, par Steve Heder.

141
L’ESSOR DE L’ANGKAR

dans quelle mesure il était autorisé à assister aux réunions du Comité Central puis-
qu’il n’en était pas formellement membre.
Dans plusieurs passages de sa thèse, on percevait bien que la modernisation
de l’économie passait pour lui par l’éducation et la persuasion des paysans :
« Nous pensons que la tâche économique ne doit pas être l’affaire de quelques
spécialistes qui se contentent de distribuer des ordres et des circulaires administra-
tives. Elle doit devenir l’activité pratique de tout le peuple. Le meilleur moyen d’y
faire participer les larges masses paysannes est de les organiser, de les grouper dans
les coopératives par la persuasion, par l’explication sur les avantages de telles or-
ganisations et toujours en s’appuyant sur leurs propres intérêts » 430.
Toutefois, pour modifier les données psycho-sociologiques, il fallait aussi passer
par des réformes de structure. Ainsi, l’Office de Crédit Populaire créée en 1942, ne
fonctionnait pas rationnellement. Ses créances ne parvenaient aux paysans qu’au
moment des grands travaux, ou alors seulement « à travers la filière des usuriers
intermédiaires » à des fins de consommation. Il aurait fallu qu’une Banque Natio-
nale de Crédit Agricole distribue directement et par des procédures plus simples,
des crédits aux paysans, qui géreraient et administreraient eux-mêmes les coopéra-
tives, dans le but prioritaire de les équiper en outils 431. Dans la traduction remaniée
de sa thèse (La Question Coopérative, 1964), il proposait cette fois d’utiliser l’Of-
fice Royal de Coopération et les banques nationalisées, mais aussi de créer des
groupes de travail, des équipes d’aide mutuelle et des coopératives organisées dé-
mocratiquement sans corruption 432.
Hou Yuon ne faisait d’ailleurs que réitérer les propositions réformistes de sa
thèse, écrite avant que la Chine ne remplace les coopératives par de gigantesques
exploitations collectives. A la fin des années quarante, la politique agraire chinoise
avait mis à l’honneur des brigades d’échange de main d’œuvre et des « équipes
d’aide mutuelle » permettant d’abattre le travail plus rapidement sans supprimer la
propriété individuelle. Il s’agissait d’un compromis avec les masses paysannes et
d’une étape dans le collectivisme 433. A partir de 1952, les Chinois mettaient en
place des coopératives. Bien entendu, l’entraide était une vieille tradition agricole
développée en Europe comme en Asie : chacun aidait son voisin pour une tâche dé-
terminée, par exemple au moment des moissons. Ce que les marxistes souhaitaient,
était d’en supprimer le caractère saisonnier et d’en faire un premier échelon sur l’é-
chelle de la collectivisation. Et Yuon expliquait que là où les paysans se prêtaient
d’ordinaire les outils et se donnaient un coup de main par une « mise en commun
momentanée des moyens de production » en échange de deux repas par jour, il se-

430
Hou Yuon, op. cit., p.246.
431
Hou Yuon, op. cit., pp.235-245.
432
Kiernan, How Pol Pot..., p.208.
433
Jack Belden, La Chine ébranle le monde, Gallimard, 1951, pp.141-2. Harrison Forman, Ce que
j’ai vu en Chine rouge, Seghers, 1946, pp.75, 206.

142
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

rait constitué des « groupes permanents dans le travail » qui se verraient gratifiés
d’une rémunération pour les journées « excédentaires ». Il souhaitait que les pay-
sans soient ainsi familiarisés « avec l’idée du travail collectif organisé » et qu’ils
acceptent une organisation du travail « sur la base d’une direction unie », qui dé-
fendrait leurs propres intérêts.
Hou Yuon proposait également quelques mesures volontaristes : diminution de
la rente foncière et des intérêts usuraires, remembrement des parcelles éparpillées
d’un cultivateur, expropriation partielle des gros propriétaires fonciers, ajustement
du cours des produits agricoles, et garantie de vente. Quant aux « caprices de la na-
ture », les paysans s’en libéreraient grâce à la « technique libératrice ».
Derrière le « capitalisme moderne » qu’il évoquait à l’occasion et qui permet-
trait de détruire les « rapports féodaux de production » se trouvait l’idée qu’« une
grande production sociale n’est possible que par une forme supérieure de produc-
tion, la forme collective de production » 434. Et cette forme passait à la fois par la
systématisation des groupes d’entraide jusqu’alors saisonniers, et la formation de
coopératives « semi-socialistes » disposant d’instruments aratoires « semi-mé-
caniques », où les terres, les animaux de trait et les outils seraient transformés en
quote-part et « mis à la disposition de la coopérative pour l’utilisation commune »
tout en restant la propriété des paysans 435.
Mais on pouvait aller vers plus d’ « organisation », leitmotiv de ces para-
graphes:
« On pourra utiliser la terre rationnellement, répartir les diverses cultures sur les
terres qui leur conviennent le mieux (...). Evidemment on peut envisager d’autres
formes de coopératives agricoles: par exemple la coopérative d’utilisation du maté-
riel agricole, la coopérative d’exploitation en commun etc.(...) Plus les formes d’or-
ganisation d’entr’aide et de coopérative sont avancées, plus le mode de production
est supérieur et plus abondante est la récolte » 436.
Comme pour Khieu Samphan, le capitalisme n’avait d’utilité que comme
forme de transition. S’appuyant notamment sur la description du bassin parisien
par René Dumont 437 où ne restaient face à face « qu’ouvriers totalement prolé-

434
Hou Yuon op. cit., p.210.
435
Ibid., p.250.
436
Ibid., pp.252-253.
437
Il s’agit du futur économiste tiers-mondiste candidat aux élections présidentielles en 1974 et auteur
en 1973 de L’Utopie ou la mort! où il invitait la jeunesse à critiquer à chaque pas la société des
adultes, prônait un enseignement lié à la production, ainsi que l’élimination des privilégiés. Admira-
teur de la Chine de Mao, il estimait que la révolution culturelle serait sans cesse nécessaire contre l’i-
déologie toujours renaissante des privilégiés. Pour lui, l’homme nouveau posséderait moins en privé,
et disposerait de plus en collectif. (pp.152-160). En février 1976, René Dumont était membre du Co-
mité de Parrainage de l’Association France-Cambodge qui prenait pour mensonge les articles de la
presse faisant état du soulèvement de 135 000 soldats-paysans anticommunistes en décembre 1975. Il
ne participait cependant pas aux réunions de l’association.

143
L’ESSOR DE L’ANGKAR

taires, n’ayant plus le même goût au travail que s’ils étaient à leur compte, et pa-
trons capitalistes », Yuon prédisait nettement la paupérisation qui résulterait d’un
développement du capitalisme agraire « si on lui laiss[ait] le temps » :
« Sous le capitalisme agraire, l’agriculture dans sa forme traditionnelle d’exploita-
tion familiale, a tendance à se dégrader, à se ruiner et à se liquider au profit de la
grande exploitation capitaliste (...) Les prix de revient des petits et moyens produc-
teurs ne sont pas les mêmes que ceux des gros producteurs capitalistes (...) Il s’en
suit que les prix agricoles qui s’établissent sur le marché ne permettent pas aux petits
producteurs de tenir. A partir de ce moment l’exode rurale commence, la campagne
se dépeuple et la ville grouille de monde ouvrier. Les paysans privés de leur terre
vont grossir "l’armée de réserve" industrielle dans les villes tandis qu’une autre par-
tie est transformée en prolétariat rural »438.
On lit habituellement qu’en 1975, Hou Yuon semble avoir été le premier à
s’opposer à l’évacuation de Phnom Penh. En 1954, il se montrait toutefois assez
critique vis-à-vis de l’économie des villes et de son lot de spéculateurs, d’« inter-
médiaires parasitaires », d’intellectuels formés à devenir des exécutants, des auxi-
liaires, des fonctionnaires, et manquant à la fois d’« initiative », de « sens critique »
et de « contact avec la vie réelle ». Mais il pensait que la vision d’une ville
« comme un corps étranger enkysté dans le pays, comme une création imposée à la
campagne qu’elle domine et exploite » (Jacques Weulersse, Les paysans en Syrie,
1946) cesserait, grâce aux échanges permis par les coopératives. Les paysans ven-
draient leurs matières premières et leurs produits agricoles aux coopératives et re-
cevraient en échange des articles industriels et des biens de consommation des
villes. Hou Yuon était par là moins fidèle à l’Anti-Dühring ou à La question du lo-
gement de Engels qu’au précepte n°9 du Manifeste de Marx et Engels : « Combi-
naison du travail agricole et du travail industriel ; mesures tendant à faire graduel-
lement disparaître la distinction entre la ville et la campagne » 439. En 1964, dans la
version traduite et remaniée de sa thèse, le but était aussi de supprimer la tendance
des « villes et des marchés urbains » à « opprimer les zones rurales » : « les arbres
poussent à la campagne, mais les fruits vont dans les villes » 440 – un slogan qui al-
lait être utilisé par les communistes pour rallier des partisans.
Hou Yuon connaissait également l’histoire de l’URSS, puisque l’Etat, à part
créer des fermes d’Etat mécanisées, « pourr[ait] étudier la possibilité de créer lui-
même ou d’encourager la création d’une sorte de station de machines et de trac-
teurs d’Etat (S.M.T) » 441.
Pour Hou Yuon : « Les S.M.T. peuvent répondre aux demandes de nos pay-
sans qui, faute de bêtes de trait, y trouvent un service indispensable ». Il n’imagi-

438
Hou Yuon, op. cit., p.210.
439
Manifeste du Parti Communiste, Editions sociales, 1966, p.69.
440
Kiernan, How Pol Pot..., p.208.
441
Hou Yuon, op. cit., p.228.

144
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

nait sans doute pas leur force de contrôle 442, car les cours d’économie rurale de son
professeur de doctorat et président du jury à sa soutenance, Pierre Fromont, men-
tionnés en bibliographie, présentaient les Stations de tracteurs comme découlant du
principe de division du travail, à rapprocher des entreprises capitalistes qui louaient
leurs services aux agriculteurs dans d’autres pays, à la différence qu’elles se fai-
saient toujours payer en nature pour que l’Etat, à qui elles appartenaient, ravi-
taillaient directement les villes. Avantage : les nouvelles machines étaient d’abord
expérimentées sur les sovkhozes, ce qui, en cas d’échec, ne se répercutait pas sur le
salaire des sovkhoziens toujours fixe. Ce n’était qu’après ce stade que les machines
étaient louées aux kolkhozes, une fois leur efficacité prouvée 443. Khieu Samphan,
lui, a dû entendre un Pierre Fromont plus sceptique sur l’U.R.S.S. Deux ans après
le départ de Hou Yuon, il était d’un avis différent sur les M.T.S., un simple moyen
de transformer les kolkhozes en sovkhoze, sans plus de lopin de terre 444.
On considère parfois qu’une des autres raisons de l’élimination de Hou Yuon
a été son refus que soit mis de côté l’utilisation de machines agricoles au profit de
la force humaine et animale. Or il semble plutôt qu’il ait estimé impossible d’ac-
croître la taille des coopératives tant que l’on ne disposât pas des moyens suffisants
pour mettre en service des machines 445. D’ailleurs la non utilisation des machines
ne faisait pas partie des huits mesures prises au Congrès de mai 1975 au cours du-
quel il aurait marqué son opposition à la ligne, mais où sa participation n’est de
toute façon pas certifiée. On en était encore au stade de 1954 où on ne pouvait
qu’esquisser à long terme l’« équipement et la modernisation » des campagnes.
« L’utilisation de tracteurs, de moissonneuses-batteuses... n’étant pas pour demain,
442
Rappelons que les SMT ou MTS (Stations de Machines et de Tracteurs) renvoyaient à une
structure mise en place durant la deuxième étape du premier plan quinquennal de collectivisation, de
1930 à 1934. Ces parcs spéciaux gardaient les machines à l’abri des paysans où ils étaient entretenus
et abrités d'éventuels sabotages. En fait, les paysans des kolkhozes, faute de chevaux ne pouvaient se
passer des M.T.S. L’Etat les contrôlait par ce biais, et se garantissait des « livraison fixes et gratuites
de céréales » (Martin Malia, Comprendre la révolution russe, 1980, pp.196-197, cours donnés à l’E-
cole des hautes études en 1974).
443
Pierre Fromont, Economie rurale, Les révolutions agricoles des temps modernes, XVIIIe, XIXe, XXe
siècles. Cours de droit, 1952-1953, pp.325-330.
444
Alors que leurs salaires étaient plus élevés que les salaires en nature, les kolkhoziens refusaient
de : « perdre leur "lopin de terre" individuel, ils sentent obscurément qu’il y a là un moyen de vider le
kolkhoze de leurs meilleurs éléments et finalement de supprimer le régime du troudoden, de rompre le
lien entre la récolte et la rémunération, de transformer les kolkhoziens en salariés; ce jour là l’évolu-
tion du kolkhoze vers le sovkhoze sera consommée » (Préface de Pierre Fromont au livre de
Démosthène Nacou, Du kolkhoze au sovkhoze, Commune, artel, toze, kolkhoze, M.T.S, sovkhoze, Edi-
tions de minuit, 1958, pp.16 et 17). « [Alors que] l’intervention de l’Etat était demandée pour apporter
une répartition plus juste des revenus, (...) l’économie planifiée ne porte en elle aucun germe de
justice sociale. Elle permet de réaliser une exploitation de l’homme par l’homme plus systématique et
plus subtile que le jeu de l’offre et de la demande (...). On est tenté d’émettre l’hypothèse que l’écono-
mie planifiée ne convient qu’aux peuples nombreux où l’abondance de main d’œuvre déprécie le tra-
vail et permet son gaspillage » (Préface de P. Fromont au livre de Henri Wronski Rémunération et ni-
veau de vie dans les kolkhozes, Le troudoden, 1957, pp. XI et XII).
445
Kiernan, Le génocide au Cambodge., p.75 sq.

145
L’ESSOR DE L’ANGKAR

les bœufs et les buffles continueront à tirer pendant longtemps encore les nouveaux
instruments de production ». Même s’il voulait, en 1964, « éviter l’étouffement de
la technologie par la politique, ce qui réduirait la technologie à un moule politique
incapable de remplir son rôle » 446, la priorité était d’abord d’adapter la taille des
coopératives à leurs moyens.
Avec la même franchise qu’il avait déployée devant Sihanouk dès 1952, Hou
Yuon s’était donc opposé à la collectivisation forcée, au plan d’évacuation des
villes, à la confiscation des biens du peuple. Il aurait meme lancé cet avertissement
prophétique à Pol Pot « peu après le 17 avril » (ou en février 1975) lors d’une
réunion : « Je ne donne pas plus de trois ans d’existence à votre régime » 447!

Hu Nim

Licencié en droit à la Sorbonne, Hu Nim écrivit sa thèse de doctorat en droit,


à Phnom Penh en 1965 sous la direction de Francis Doré. Un professeur d’écono-
mie le considérait alors comme plus malin et moins fermé que le marxisant Khieu
Samphan. Il n’allait toutefois pas survivre à la roue de la révolution, moins enclin à
s’adapter que samphan. Il fut incarcéré à S-21 le 10 avril 1977.
Lorsqu’il écrivit sa thèse, Les services publics et économiques, Nim était se-
crétaire d’Etat au Commerce de Sihanouk et ne modérait pas ses louanges à son
égard, saluant sa politique de « neutralité active », et se disant animé du « souci
constant » de faire avancer d’« un pas » et « dans un sens démocratique », « notre »
Sangkum (le rassemblement politique de Sihanouk), « conformément aux hauts
vœux du Vénéré Leader National Khmer » 448. Selon lui, un appareil purement bu-
reaucratique ne pouvait remplacer les efforts de la population entière pour dévelop-
per rapidement le pays. Cet appareil était un héritage du « protectorat » français
qui avait davantage développé les emplois de bureaux que les emplois productifs.
Nim avait écouté les avertissements du professeur Charles Bettelheim « spécialiste
des problèmes de planification » – et ex-trotskiste – contre les dangers d’une
conception bureaucratique du développement 449. Dans la deuxième moitié des an-
nées soixante, Hu Nim deviendra vice-président de l’Association d’Amitié Khmé-
ro-Chinoise, d’obédience maoïste. C’est que Mao, dans La nouvelle Démocratie,
446
Kiernan, Le génocide ..., p.169 sq. Hou Yuon, op. cit., p.230. How Pol Pot..., pp.210, 414.
447
Communication personnelle de Suong Sikœun, 1er janvier 1999.
448
Hu Nim, Les services publics et économiques au Cambodge, 1965, pp.2, 385.
449
Nim citait ce qui devait être le polycopié d’une conférence à la Cité Universitaire de Paris en 1961
intitulée « Planification et croissance accélérée » : « [La lutte contre le sous-développement exige] un
grand effort d’accumulation nationale qui lui-même suppose la participation enthousiaste de la popu-
lation ». L’insuffisance de l’accumulation nationale obligerait tout « capitalisme d’Etat bureaucratique
(...) à recourir à des concours financiers extérieurs trop lourds ». (Hu Nim, op. cit., p.386).

146
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

dénonçait l’exploitation du « capitalisme monopoliste d’Etat », du capital et de la


bourgeoisie bureaucratique – sans toutefois exclure que l’Etat dût prendre en main
toute l’économie. Dans une conclusion tout à la fois maoïste et bettelheimiste de sa
thèse, Hu Nim estimait nécessaire de « porter le plus haut possible le niveau de
conscience politique des masses », jugeait aussi d’une « importance décisive » de
former des cadres, et établissait comme une autre priorité que « la politique "comp-
ter sur ses propres forces" ou "le Cambodge s’aide lui-même" soit appliquée à
fond » afin de répondre à la « primauté à l’accumulation nationale » 450. Quant à
l’enseignement secondaire et supérieur, ils ne devaient pas être développés à l’ex-
cès par rapport à l’enseignement primaire ou à celui des adultes sous peine de voir
se former une classe bureaucratique.
Hu Nim n’eut pas d’influence déterminante sur la ligne du parti communiste
cambodgien. Avant 1974, écrivait Toch Phoeun, il se plaignait du manque de
confiance que lui accordait le Parti, et de son rôle de simple « façade » comme mi-
nistre. A partir du début de l’année 1974, il se serait mis à critiquer le refus de né-
gocier avec les Américains qui coûtait un prix terrible en vie humaines, les attaques
contre les petits-bourgeois, ainsi que la coopérativisation menée à un train « trop
rapide, si bien que les masses n’étaient pas enthousiastes mais effrayées », d’autant
qu’elles étaient éduquées par des « ignares ». La fermeture des marchés était
contraire aux lois économiques du socialisme, et pas seulement du capitalisme.
Quant à l’alimentation collective, elle était une blague, une caricature des attaques
bourgeoises contre le communisme stalinien. Hu Nim était également en conflit ou-
vert avec Hou Yuon 451. Koy Thuon indiquait dans sa confession que Hu Nim avait
dissimulé ses divergences devant l’Organisation, qui avait donc été dupée en le
confirmant au poste de ministère de la Propagande. Optant sans doute publique-
ment pour la conscience productive plutôt que sur l’éducation, comme dans sa
thèse, il devint Ministre de l’information et de la propagande du Kampuchéa Dé-
mocratique, mais émettait en privé son opinion sur la fausseté de la propagande. Il
considérait que la suppression des marchés ne signifiait pas l’égalité mais se tradui-
sait par de vastes disparités dans l’approvisionnement en nourriture, faute de mé-
canisme opérationnel d’échange. Et pour lui, la politique d’exécution relevait du
fascisme, tandis que l’évacuation avait entraîné des « souffrances absurdes ». Ceux
qui avaient été privés de leur toit et de leurs biens après des années d’économies
étaient dorénavant privés de tout et tourmentées comme des « tortues dans un
feu » 452. D’une manière générale, il n’était pas convaincu par le rythme révolution-
naire choisi par le noyau du Parti. Les raisons de son arrestation le 10 avril 1977,
puis de son élimination, sont diverses. Elle eut lieu quelques semaines après les ré-
vélations de Toch Phoeun et de Koy Thuon sur ses pensées profondes. D’une
manière anecdotique, il aurait pris trop au sérieux ses fonctions de ministre et de
député, concurrençant Ieng Sary lors de visites diplomatiques, ou jouant au maître
450
Hu Nim, op. cit., pp.386-388.
451
Synthèse des confessions de Toch Phoeun alias Phin, par Steve Heder.
452
Synthèse des confessions de Koy Thuon alias Khuon alias Thuch, par Steve Heder.

147
L’ESSOR DE L’ANGKAR

de cérémonie lors de l’anniversaire du 17 avril. Il aurait cependant refusé de rouler


dans la Mercédès mise à sa disposition par l’Angkar 453… Et aurait dit peu avant
son arrestation à Yun Yat, qui lui succéda, « le temps est venu pour qu’on utilise la
monnaie » 454.
***
Il ressort de ces écrits universitaires que les milieux de gauche exprimaient
des idées socialistes, communistes et tiers-mondistes protectionnistes. Les droits
bourgeois de la Constitution Cambodgienne de 1947, comme de la Déclaration
« abstraite » des Droits de l’homme et du Citoyen étaient incapables d’améliorer
substantiellement le sort de la population puisqu’ils ne visaient pas concrètement
l’égalité économique. Pour ce faire, il fallait rompre par étapes avec le capitalisme
en collectivisant progressivement les moyens de production et les produits du tra-
vail. L’esprit de ces étudiants tendait quelque peu à vouloir légiférer, même si Hou
Yuon insistait sur le fait que les intérêts de la planification étatique devaient être en
accord avec les intérêts des paysans.
Leurs thèses avant-gardistes – où l’on ne trouve nul rappel des réalisations
d’Angkor –, font partie de ces rares traces écrites qui permettent de jeter quelque
lumière sur les intentions économiques des révolutionnaires cambodgiens, comme
les émissions de radio Phnom Penh, ou, de manière plus approfondie, le plan qua-
driennal de 1976 et les journaux du P.C.K.. L’influence de leurs thèses peut avoir
été souterraine. Certes, nulle allusion à leurs travaux ou aux copies et version re-
maniées de leurs thèses n’a été effectuée sous le Kampuchéa Démocratique. Certes,
Hou Yuon, qui jugeait le Parti trop hâtif, n’allait pas trouver sa place dans le ma-
quis et aurait voulu le quitter – sans que cela lui fût accordé par le Parti, de crainte
qu’il ne puisse divulguer des secrets à l’ennemi – et Khieu Samphan déclarait à
Steve Heder que sa thèse n’avait pas servi à façonner le programme économique
du K.D. 455, ce qui se conçoit tout à fait. Mais l’influence des théories de Samphan
a pu jouer au moment de l’élaboration du Plan Quadriennal de juillet-août 1976,
peu après avoir été chargé en octobre 1975, lors d’une réunion du Comité Perma-
nent du Comité Central, du FUNK, du GRUNK, de la comptabilité et de la fixation
des prix pour le commerce, des responsabilités économiques à la durée inconnue, et
aussi limitées comparées à celles de Pol Pot – chargé de l’ensemble de l’armée et
de l’économie – et de Koy Thuon et Vorn Vet – nommés responsables de domaines
spécifiquement économiques, le commerce intérieur et extérieur pour l’un, et
l’industrie, les chemins de fer et la pêche pour l’autre.

453
Norodom Sihanouk, Prisonnier des Khmers rouges, pp. 230, 260.
454
Communication personnelle de Suong Sikœun, 31 mars 1999.
455
Thion, « Explaining Cambodia : a review essay », Political and Social Change, Working Paper
Series, n°11, the Austral. Nation. Univ., Canberra, 1994, p.12. Heder, communication personnelle.

148
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

II. L’union des étudiants Khmers (1956-1969).

Positions générales

En novembre 1956, d’anciens membres de l’A.E.K constituèrent l’« Union


des Etudiants Khmers ». Son bureau directeur fut d’abord composé de Ieng Sary
(président), Thiounn Mumm (vice-président, dont le domicile servait de siège à
l'Union, au 28, rue Penthièvre à Sceaux), Khieu Samphan (secrétaire), In Sokan
(trésorier), et In Samboc (commissaire aux activités sociales). A partir de décembre
1956, les présidents successifs en furent In Sokan, Khieu Samphan, Toch Kham
Doeun, et Suong Sikœun. Bien que la préfecture eût émis des doutes sur les mo-
tivations des dirigeants, ceux-ci étaient protégés par une décision du Conseil d’Etat
de 1958 ayant accordé à l’U.E.K. le statut d’association française. En 1960,
lorsque l’U.E.K. fit partie, à sa demande, des associations étrangères, le comité di-
recteur était composé de Toch Kham Doeun (président), Hin Chamron (vice-pré-
sident, étudiant à l’E.S.T.P. et participant au festival de Vienne en Autriche en
1959), Heng Tenk Ly (secrétaire, étudiant à l’E.S.T.P.), Kheang Khaon (trésorier
jusqu’en 1966, étudiant en sciences), et Toth Kim Teng (commissaire aux activités
sociales, étudiant en sciences). Après la démission de Toch Kham Doeun en 1969,
la candidature du progressiste Ban Yan, étudiant en télécommunication, fut rejetée
par les maoïstes dont les chefs de fil étaient In Sopheap et Van Piny (ancien vice-
président de l’Association Générale des Etudiants Khmers au Cambodge, membre
actif de l’Association d’Amitié Khméro-chinoise devenu étudiant à Aix-en-Pro-
vence en 1968 et conseiller culturel à l’ambassade cambodgienne à Paris). Suong
Sikœun, secrétaire général depuis 1967, fut alors élu président comme candidat de
compromis, les maoïstes s’abstenant lors du vote. Après les événements de Mai
1968 et l’arrivée en France des anciens militants de l’AGEK, les étudiants maoïstes
se regroupèrent, en 1970, au sein de l’UNEK (Union Nationale des Etudiants
Khmers) 456. Keat Chhon n’apparaît pas dans les divers bureaux directeurs de
l’U.E.K.. Il était cependant très écouté et très apprécié pour ses qualités d’orateur
ne se départissant jamais de son calme. Par la suite bon nombre des membres de
l’U.E.K. allaient rejoindre le FUNK et l’association des Travailleurs Khmers à l’E-
tranger 457.
456
Communication personnelle de Suong Sikœun, 31 janvier 1999.
457
Le président de l’association des Travailleurs Khmers à l’Etranger était Nghet Chhopininto, futur
président du « Comité des Patriotes » du K.D. en France en 1976, venu à Paris au début des années
cinquante pour étudier les travaux publics, et devenu chef d’études à la S.N.C.F. Le vice-président en
était Toth Kim Teng, venu en 1957 et ingénieur à la Compagnie Internationale de l’Informatique de-
puis 1967. Le secrétaire, Men Mol, arrivé en 1960 en France, était ingénieur diplômé de l’Ecole Na-
tionale des Sciences Géographiques et programmeur analyste à la Régie Renault à Boulogne-Billan-
court. Le trésorier, Tun Chot Sirinn, en France depuis 1953, était chercheur à l’Institut National de la
Santé et de la Recherche Médicale. Ce dernier, militant pro-communiste très actif, en liaison avec
l’animateur des progressistes vietnamiens de France Huynh Trung Dong, s’était retrouvé, bien qu’ha-
bitant à Gentilly, parmi les partisans du FUNK réfugiés à la Maison d’Iran à la Cité universitaire, au
moment des combats contre les partisans du général Lon Nol du 7 septembre 1970 (C.A.C. Fontaine-

149
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Alors qu’au Cambodge les communistes locaux avaient, au début des années
soixante, perdu de nombreux cadres lors d’opérations de police, et semblaient pour
Pin Yathay avoir « fait une trêve », l’U.E.K. était le « seul foyer d’agitation poli-
tique » qui « endoctrinait les jeunes Cambodgiens fraîchement débarqués » 458. A
cette époque, l’U.R.S.S. apparaissait comme une grande puissance économique et
militaire – en octobre 1957, le lancement du satellite Spoutnik avait eu un retentis-
sement considérable. Comme beaucoup d’autres organisations de jeunesse, la cu-
riosité de l’U.E.K. allait vers les pays de l’Est.
Il existait cependant d’autres groupements. L’Amicale des Cambodgiens de
France (A.C.F.) était en faveur d’une monarchie de type anglais, et l’Association
Khmère, de 1955 à 1957, était composée d’anciens membres modérés de l’A.E.K..
D’autres associations naquirent au moment de la création de la Maison du Cam-
bodge en 1957. Il s’y déroulait désormais la plupart des discussions politiques, à
trois cent mètres de la Maison d’Indochine.
Dans la première moitié des années soixante, trois groupes d’étudiants se
distinguaient, et pas uniquement parce qu’ils fréquentaient trois cafés différents au-
tour de la Cité Universitaire Internationale : les sihanoukistes – fils d’aristocrates
que d’aucuns qualifiaient de « promeneurs » –, les indépendants –anti-sihanou-
kistes et anti-communistes venus en France pour réussir leurs études –, et les
membres de l’U.E.K.– les plus actifs et les « progressistes » (dans les années cin-
quante, le P.C.F. usait lui-même abondamment du terme) 459.
Un rapport des Renseignements Généraux établissait que l’U.E.K. recrutait
ses membres parmi les éléments « pro-communistes ». Elle avait « observé dès sa
création une attitude anti-impérialiste et anti-américaine », mais aussi approuvé la
politique de neutralité de Sihanouk et soutenu dans une motion de ses statuts
« l’Union Nationale du peuple cambodgien autour du trône et du Prince Siha-
nouk ». En 1962, la Direction Générale des affaires culturelles et techniques du mi-
nistère des Affaires Etrangères français n’avait donc « pas [considéré] possible de
prendre des mesures à l’encontre de l’Union des Etudiants Khmers » puisque d’a-
près les services de Police, aucune des activités de l’organisation n’était contraire à
ses statuts ni ne remettait en cause le soutien apporté à la politique du chef d’Etat
Cambodgien Sihanouk 460. L’U.E.K. défendait d’abord les intérêts des étudiants : en
janvier 1965, elle s’opposait à la suppression des bourses par l’Office des Etudiants
Cambodgiens, rappelant l’engagement de Sihanouk à ce que les bourses ne soient

bleau. Associations étrangères, versement 84 00 83, art. 70). Devenu un des organisateurs du minis-
tère des Affaires Etrangères en 1975, il fut éliminé par les services de Sécurité du P.C.K. qui lui au-
raient collé l’étiquette d’agent de la D.G.S.E.
458
Pin Yathay, op. cit., p.14.
459
Entretien avec Alain Daniel, 17 juillet 2000, qui agréait la dénomination de « promeneurs » que
nous avait soufflée Kheang Khaon.
460
Archives du ministère des Affaires Etrangères, série Cambodge Laos Vietnam, Cambodge, n°108,
rapport de la direction des R. G. du 9 juin 1964 : « la colonie cambodgienne en France ».

150
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

accordées ou retirées que sur des critères scolaires 461. Elle prenait aussi des posi-
tions politiques, diffusait des communiqués s’élevant contre « les enragés de la
guerre et des massacres » qui sapaient l’union nationale, et contre les valets des
américains « Khmers Serei » (Khmers libres) qui sortaient de l’« union étroite »
préconisée. Sur l’attitude ambiguë de l’U.E.K. soutenant à la fois Sihanouk et les
forces socialistes internationales, on peut se référer à un des communiqués de l’as-
sociation sur la situation au Cambodge en annexe (document 7).
En fait, les membres de l’U.E.K. avaient retenu la leçon de la dissolution de
l’A.E.K., et la prudence était de mise, dans leur bulletin comme au moment des
réunions. D’après Suong Sikœun, il était « hors de question » de prendre des notes
au cours des réunions du Cercle « pour la simple raison que ces dernières étaient
clandestines, donc illégales » 462.
Un indice de la pression exercée sur l’U.E.K. est la demande qu’effectua le
prince lors de sa venue en France en juin 1964 : dans un souci de rassemblement,
les associations d’étudiants, l’une de droite et l’autre de gauche, devraient fusion-
ner au sein d’une unique Association favorable au socialisme monarchique et boud-
dhique. Les deux groupes donnèrent leur accord tout en déclarant vouloir attendre
« l’occasion favorable » et l’obtention des bourses. Malgré des injonctions répétées
de la nouvelle Association Générale des Cambodgiens de France, formée en juillet
1965, les deux autres groupes ne daignèrent pas « se dissoudre » 463.
Bon nombre d’étudiants de l’U.E.K. disposaient de moyens limités pour
vivre : une bourse de 25 000 (octobre 1956), de 33 000 puis de 36 000 anciens
francs (en 1959). Certains recouraient, pour nourrir leur famille, à des travaux d’ap-
point – peinture ou plonge de nuit. A partir de 1960, Sihanouk supprima les bourses
du gouvernement cambodgien et les étudiants furent pris en charge par la France
(69 boursiers de coopération technique sur 82 boursiers en 1962, moitié moins en
1963, 1964, et 1965). Le prince voulait encore que les étudiants soient accueillis à
Poitiers, Rennes, Aix, ou Bordeaux, plutôt qu’à Paris ou Toulouse, où le P.C.F. se
montrait plus actif. En juillet 1963, trois étudiants virent leur bourse supprimée : ils
avaient accusé l’ambassade du Cambodge de profiter de la distorsion de change

461
C.A.C. de Fontainebleau. Bulletin Quotidien Confidentiel des R.G. 820599, art.2.
462
Communication personnelle de Suong Sikœun, 20 février 2001. Laurence Picq, sa compagne, n’a
elle-même pas souvenir que Suong Sikœun, son mari, ait pris des notes des fréquentes discussions qui
se déroulaient à l’U.E.K. ou ailleurs. Elle avait été embauchée par hasard comme animatrice culturelle
dans un camp de vacances pour enfants en Charente et en Vendée en 1967, organisé par « Tourisme et
Travail », une agence affiliée au P.C.F., et ce après avoir été refusée par le Club Méditerranée. Elle y
fit la rencontre de Suong Sikœun, avec qui elle se maria le 9 novembre 1967, jour officiel de l’indé-
pendance du Cambodge. Pour son manque d’idées militantes, et la difficulté qu’elle manifestait à ré-
péter des mots d’ordre anti-patronaux, elle fut débauchée au bout d’un mois et demi, avant le terme de
son contrat, sans même être payée. Laurence Picq est l’auteur de Au-delà du Ciel, cinq ans chez les
Khmers rouges, Editions Barrault, 1984.
463
Le Sangkum, août 1967, n°25, p.79.

151
L’ESSOR DE L’ANGKAR

pour se livrer à du trafic de devises 464.


Malgré ou à cause de ces problèmes financiers, les membres de l’U.E.K. ne
pariaient jamais d’argent en jouant aux cartes. Mais ils refusaient aussi cela « par
principe », car ils se considéraient comme des « purs » 465. Déjà la marque du peu
de considération que les révolutionnaires disciplinés portent pour les distractions et
l’argent ? Plus tard, du temps de la guerre, une des règles révolutionnaires voulait
que les soldats ne jouent pas aux cartes ou aux jeux de hasard 466. Ou peut-être éco-
nomisaient-ils pour voir du pays ? Car l’U.E.K. organisait des voyages d’agrément
pour un prix tout à fait modeste : camp de vacances à Hendaye (Pyrénées at-
lantiques) à Hendaye pour cinquante Cambodgiens, puis chaque année à Noirmou-
tier en Vendée. D’autres associations organisaient aussi leurs séjours 467.
A destination de l’étranger, l’U.E.K. jetait son dévolu sur l’Europe de l’Est.
En 1961-1962, elle envoya des étudiants à Varsovie à la VIIe assemblée des organi-
sations de la Fédération Mondiale de la Jeunesse Démocratique, à Leningrad au
VIIe congrès de l’Union internationale des Etudiants, à Lille au Xe festival organisé
par l’U.N.E.F., ainsi qu’à Helsinki au festival mondial de la jeunesse 468. Suong
Sikœun, futur cadre au ministère des Affaires Etrangères du K.D., participa à deux
festivals mondiaux de la jeunesse, à Vienne en juillet-août 1959 et à Helsinki en
1962, et partit plusieurs fois en Russie. Dans sa confession de prisonnier, Toch
Kham Doeun dit être allé au festival d’Helsinki et s’être arrêté à Léningrad pour
participer au Congrès de l’« Internationale des Etudiants ». Dans une autobiogra-
phie rédigée pour le P.C.K., Sikoeun indiquait que Kham Doeun avait intégré
l’U.E.K. à l’U.I.E sans l’assentiment du groupe, ce qui constituait une entorse aux
principes de l’association. Kham Doeun ajoutait qu’en 1966, « Mok Sovong et Ban
Yan, deux membres du comité directeur de l’U.E.K. en France, [avaient] participé
au congrès international des étudiants à Oulan-Bator en Mongolie » 469. Ces
festivals n’étaient pas réservés aux communistes mais visaient sans doute à attirer
464
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°31, boursiers et stagiaires,
n°113, situation politique en juillet 1963. Ministère de l’information, Etudes et documentation, mai
1959, n°16, « Condensé du discours prononcé par SAR le Prince Norodom Sihanouk durant devant
les étudiants stagiaires khmers de France et d’Europe réunis à la maison du Cambodge de la Cité uni-
versitaire de Paris ». Suong Sikœun, arrivé en 1957, estime que la bourse de 25 000 F qu’il recevait
suffisait pour une personne.
465
Entretiens avec Laurence Picq. L’expression de « purs » est de Kheang Khaon, ancien membre de
l’U.E.K. qui n’était pas membre du Cercle marxiste-léniniste (entretien du 14 juillet 2000).
466
F. Debré, op. cit., p.178. Ponchaud, op. cit., fin du chap. VII.
467
La Communauté des Khmers d’Outre-Mer, de tendance pro-Sangkum, optait pour le Lavandou.
Cette association, présidée par le fils du ministre de l’Education Nationale cambodgien, avait été mise
en place en 1961 à l’initiative de la France pour mettre en contact les étudiants avec des « familles
françaises des milieux les plus divers ». Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cam-
bodge, n°31, boursiers et stagiaires. Après 1970, les voyages en Vendée furent pris en charge par les
représentants du FUNK en France, et donnèrent lieu à des réunions politiques.
468
M-A. Martin, Le mal...,op. cit., p.289.
469
Traduction de la confession de Toch Kham Doeun par Ong Thong Hœung. Searching for the Truth,
N°8, August 2000, p.17.

152
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

la jeunesse vers le communisme. Peut-être est-ce la raison pour laquelle la déléga-


tion de quatorze membres de la Jeunesse Royale Socialiste Khmère envoyée par
Sihanouik lui-même au festival de Vienne en 1959, ne semble pas avoir compté
beaucoup de jeunes – on y dénombrait un secrétaire d’Etat, un gouverneur de pro-
vince et six représentants du corps enseignant 470. Entre 1967 et 1970, les étudiants
de l’U.E.K. n’allèrent plus à ces festivals, par peur d’être repérés par la police et
expulsés. Il est vrai qu’en mai 1968, Sihanouk avait prévenu les étudiants à l’étran-
ger que le tribunal militaire les attendrait à leur retour 471. Tous n’étaient pourtant
pas des « rouges ».

Tendances politiques

Selon Suong Sikœun, l’U.E.K. regroupait « tous les étudiants qui n’étaient ni
anti-communistes ni anti-soviétiques ». D’après un ancien étudiant français, la
sensibilité de la majorité des étudiants de l’U.E.K. était proche du Parti Socialiste
Unifié (le P.S.U.) créé en 1960, gardant leurs convictions patriotiques derrière une
sensibilité tiers-mondiste fort répandue à l’époque. Mais d’autres étudiants étaient
pris en main par le Parti Communiste et se rendaient, comme d’autres au début des
années cinquante, à la fête de l’Humanité et à des festivals mondiaux de la jeu-
nesse.
Comme souvent, la politique était une affaire d’attachement plus ou moins
idéalisé à des hommes. Vers la moitié des années cinquante, plusieurs Cambod-
giens vénéraient la mémoire de Hèm Chieu, décédé au bagne colonial de Poulo
Condor, et vouaient une grande admiration aux leaders Démocrates défunts Siso-
wath Youtévong (mort de tuberculose à trente-quatre ans en juillet 1947), et Ieu
Koeuss, le président de l’Assemblée Nationale assassiné au siège du Parti Démo-
crate par une grenade la nuit du 14 au 15 janvier 1950, et que le chef Vietminh
Nguyen Thanh Son qualifiait de « dernier élément radical du parti démocrate » 472.
Plus tard, les figures de proue du « progressisme » khmer étaient les intellectuels
Thiounn Mumm, le polytechnicien que l’on écoutait avec vénération ; Chau Seng,
un nationaliste de gauche et ancien ministre de Sihanouk revenu de Phnom Penh en
1965-1966 pour donner des cours à l’université, resté politiquement silencieux jus-
qu’en 1970 ; puis Sien An, un des chefs du Pracheachun (le « Peuple », le parti
servant de vitrine légale aux communistes et créé sous forme d’association en

470
Cambodge d’aujourd’hui, juillet-août 1959.
471
Réalités Cambodgiennes, 31 mai 1968.
472
Archives du S.H.A.T., 10 H 5588, Exposé relatif à la révolution khmère au 1er congrès des cadres
du Cambodge en 1950. David Chandler dit, lui, de Ieu Koeuss qu’il était le « dernier élément révolu-
tionnaire » du Parti Démocrate (Pol Pot, frère numéro un, p.58). Selon le Daily Telegraph du 26 mai
au 1er juin 1953, des fonctionnaires vietnamiens affirment que Nguyen Son avait fait ses études mili-
taires au collège militaire de Vhampo en Chine (l’académie militaire Whampoa), était ami avec le gé-
néral Lin Piao et avait servi dans l’armée russe comme capitaine sur le front de l’Est (archives du
S.H.A.T., Vincennes, carton n°10 H 612).

153
L’ESSOR DE L’ANGKAR

1955 473) qui revenait de temps en temps du Cambodge. Mais celui qui recueillait le
plus de ferveur parmi les « progressistes » ou les « neutres » pour son activisme
politique était alors Khieu Samphan. La façon dont il s’employait à se mêler aux
gens de la rue faisait de lui un député très populaire dans certains quartiers de
Phnom Penh. Considéré comme le leader officiel du mouvement progressiste, l’an-
cien docteur en sciences économiques jouissait d’une aura qui dépassait les fron-
tières. Et un français se souvenait qu’autour de 1968, lors d’une fête à la Cité uni-
versitaire, les Cambodgiens étaient restés dans leur coin, arborant des mines
sombres et des vêtements entièrement noirs 474. Sans doute venaient-ils d’apprendre
la – fausse – nouvelle de la mort de Khieu Samphan, Hou Yuon et Hu Nim.
Du point de vue des idées, l’U.E.K. se voulait pour le développement et la
justice, et contre la corruption, l’influence américaine, et « l’ombrelle » ou l’ombre
protectrice de l’OTASE sous laquelle les Etats-Unis voulaient placer le Cam-
bodge 475. A la fin des années soixante, l’idéal des « progressistes », tel que le per-
cevait Laurence Picq – qui ne participait pas aux réunions de l’U.E.K. ni à celles de
sa branche clandestine et ne semblait pas fréquenter les maoïstes – était d’améliorer
la vie des paysans, d’organiser des équipes d’entraide, des coopératives, des com-
munautés dans les campagnes, ainsi qu’un grand remembrement, de supprimer les
droits d’usure, les fermages et les rentes, de développer le droit du travail et le res-
pect des horaires dans les usines, et enfin de vivre à la façon des paysans, en allant
simplement se laver à la rivière, en se nourrissant de ce que la nature apportait sans
devoir importer d’aliments et de boissons de l’étranger. Cette idée du renoncement
au confort, très bouddhiste, provenait sans doute aussi de la discipline révolution-
naire et de la volonté de se rapprocher des masses – à cet égard, Khieu Samphan
estimait que l’administration était trop éloignée des paysans : « si le peuple peut
nous apprendre quelque chose, c’est à perfectionner nos connaissances, à vérifier
par l’expérience de la vie les théories apprises à l’école. C’est à aimer véritable-
ment le peuple » 476. Enfin, ils rejetaient la religion, et répétaient qu’ils voulaient
instaurer une démocratie « véritable » – lors de stages destinés en 1972 aux
membres du FUNK, la « vraie démocratie » allait également être distinguée de
toute démocratie occidentale « désignée comme anarchie » 477. Leur référence pre-
mière était l’.U.R.S.S, la patrie qui avait vu naître la Révolution. Lors du conflit
473
Archives du SHAT, 10 H 5588, Relations franco-khmères, Bulletin d’études et de renseignements
du Commandement en Chef des Forces terrestres et navales en Indochine (1954-1955).
474
Entretien avec Jacques Gérard, juillet 2000.
475
Entretien avec Kheang Khaon et Long Norin, 14 juillet 2000. Long Norin n’était pas membre de
l’UEK mais a peut-être pu lire le terme d’ombre protectrice dans une analyse du 7 janvier 1959 de La
Dépêche du Cambodge (dont Sim Var et Chau Seng étaient respectivement directeur politique et di-
recteur de publication puis gérant) : « Le Laos, déclare-t-on, se trouve comme le Cambodge et le Sud-
Viêtnam placé sous " l’ombre protectrice " de l’OTASE. Les clauses du traité de Manille concernant "
l’inviolabilité et l’intégrité " des territoires des Etats membres, s’appliquent également en vertu du "
protocole additionnel " aux trois Etats indochinois qui n’en font pas partie ».
476
William Shawcross, Une tragédie sans importance, p.246.
477
Retour à Phnom Penh, le Cambodge du génocide à la colonisation, A.M. Métailié, 1982, p.22.

154
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

sino-soviétique ils penchaient du côté du Grand Frère russe. Et Fidel Castro et Che
Guevara étaient considérés comme des extrémistes.
Et pourtant, pour certains, leur « humanisme » cachait un certain dogma-
tisme. Les autres associations souhaitaient réformer la société sans changer de sys-
tème en tablant sur les hommes en place, tandis que les membres de l’U.E.K. vou-
laient le détruire et en reconstruire un autre 478. Mais pour eux, ce dogmatisme était
du réalisme économique. Les coopératives, le remembrement, et la collectivisation
évoquent et expriment l’idée du n°1 du P.C.F. Maurice Thorez de la « supériorité de
la grande culture, rendue possible par le socialisme », et de « l’impossibilité écono-
mique » d’un « morcellement de la grande production ». « Partager [c’est-à-dire sé-
parer] les machines », c’était « les détruire » 479.

III. L’Union des Etudiants Khmers et le P.C. Francais.


Avec le recul, Sihanouk avait bien deviné les opinions politiques que camou-
flait l’U.E.K. derrière un discours neutraliste anti-américain (voir l’article
« l’U.E.K. et le communisme », dans Réalités Cambodgiennes, annexes, docu-
ment 8). Les statuts ne reflétaient en effet pas les convictions des quatre présidents
de l’Union : In Sokan, qui était décrit par Suong Sikœun comme un « parfait
homme de front uni », avait été communiste au début des années cinquante. Khieu
Samphan était membre du Parti Communiste Français. Toch Kham Doeun, futur
ambassadeur du Kampuchéa Démocratique était également membre et était déjà
intervenu à la tribune de la fête de l’Humanité (le journal communiste). Suong
Sikœun, futur cadre au ministère des affaires étrangères, était membre du P.C.F.
douze ans avant de présider l’U.E.K. Inscrit à la cellule de la Maison des Provinces
de France à la Cité Universitaire sous le nom de René Beaumont, il comptait de
très bons amis communistes français, et des plus actifs : Henri Martin, directeur de
l’Ecole Centrale du P.C.F., et Paul Laurent, dirigeant des Jeunesses Communistes et
membre suppléant puis titulaire du bureau politique du Comité Central en 1961 et
1964. Parmi les autres membres de l'U.E.K. à être communistes figuraient Thiounn
Prasith – probablement déjà membre au début des années cinquante – et futur
membre du bureau politique du ministère des Affaires Etrangères ; Ok Sakun, char-
gé après 1975 du département politique du ministère des Affaires étrangères ; Keat
Chhon, membre d’une cellule, tout autant « dans le bain » que les autres, orthodoxe
et actif, il fut par la suite haut cadre au ministère des Affaires étrangères et le proté-
gé de Ieng Sary ; et probablement Thiounn Mumm, qui s’occupera sous le K.D. de
tâches subalternes, de la formation des cadres ou des techniciens, mais était en
France un des principaux débatteurs du groupe, et un grand connaisseur du socia-
lisme. Malgré les affirmations des Renseignements Généraux selon lesquelles
Mumm ne se livrait pas, dans les années soixante, à des « activités politiques no-
tables », le docteur ès-sciences physiques et polytechnicien qui travaillait au
478
M-A. Martin, Le mal cambodgien, p.112.
479
Fils du peuple, Editions Sociales, 1949, chapitre « ce que veulent les communistes », pp.242-3.

155
L’ESSOR DE L’ANGKAR

C.N.R.S. dans la recherche nucléaire, organisait encore des discussions et aidait les
membres de l’U.E.K. à subvenir à leurs besoins. Il n’agissait pas autrement que du
temps de l’A.E.K., mais faisait preuve de la plus grande discrétion. Suong Sikoeun,
dans son autobiographie livrée au P.C.K, indique que Mumm était le responsable
secret du groupe léniniste dans les années soixante et recevait des documents du
P.C.K., mais ne répandait pas l’information, rétorquant aux curieux qu’il ne s’agis-
sait que de lettres personnelles 480. En juin 1957, Mumm était néanmoins signalé
par Leng Nghet, un ancien ambassadeur à Moscou, comme l’animateur d’un mou-
vement communiste cambodgien qui prendrait naissance à Paris 481.
Un ancien membre de l’U.E.K. entre 1957 et août 1959 interrogé sous la ré-
volution rappelait les opinions de ses camarades. Pour In Sokan : « quand l’occa-
sion se présentera, le Cambodge fera une révolution socialiste, mais en attendant, le
Cambodge doit rester neutre ». Toch Kham Doeun et Keat Chhon « haïssaient Si-
hanouk et son entourage en tant que chefs féodaux qui étaient source de corruption
(...) [Ils] haïssaient l’impérialisme US qui profitait des guerres » et « aimaient le
monde socialiste ». Suong Sikœun était assoiffé de lectures marxistes-léninistes et
d’autres théories « progressistes » qui recélaient, selon lui, la clef qui « apporterait
la justice à la société humaine, en particulier au prolétariat » 482.
Dans sa confession de prisonnier, Kham Doeun révélait peut-être de façon
déformée les relations qu’entretenaient le noyau de l’U.E.K. et le P.C.F.. Il men-
tionnait avoir reçu trois mille francs de l’organisation de la jeunesse communiste
française en 1963, par l’intermédiaire de Jean-Pierre Philippe. En 1964, le même
homme aurait donné mille cinq cents francs (chiffre inventé car trop faible) en fa-
veur des étudiants privés de bourse. En 1965, Thiounn Mumm et lui auraient discu-
té de la défaite du P.C. indonésien avec Paul Laurent « membre du Bureau Poli-
tique du [P.C.F.] et agent du KGB ». Et en 1969, Sikœun et lui auraient reçu de
Laurent cinq mille francs (!) pour organiser un camp de vacances 483.
De 1957 à 1971, tout le temps qu’exista l’Union des Etudiants Khmers, les
discussions entre étudiants radicaux se déroulaient au sein du Cercle marxiste-léni-
niste, le nouveau nom du Cercle d’études marxistes. Au départ, elles étaient prési-
dées par Khieu Samphan, lequel conseillait de suivre la ligne adoptée par le P.C.F.,
et après 1959, par Thiounn Mumm 484. Samphan semblait très intéressé par les
questions internationales et tout ce qui se déroulait comme expressions politiques
publiques. Il lisait les Cahiers Internationaux, fréquentait occasionnellement l’Uni-
versité Nouvelle du P.C.F., allait à des meetings au vélodrome d’Hiver, participait à
des manifestations de jeunes contre la guerre d’Algérie ou pour l’indépendance du
480
Searching for the Truth, N°9, September 2000, pp.12-13.
481
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon ».
482
Synthèse de la confession de Ruoh Sarin (ou Ros Sarin) alias Mav, par Steve Heder.
483
Traduction de la confession en français par Ong Thong Hœung.
484
Communications de Suong Sikœun et extrait d’une autobiographie de juin 1977 dans Searching
for the Truth, n°8, August 2000, p.16.

156
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

Vietnam, suivait la journée anticolonialiste organisée par le comité du 21 février, et


partait à des festivals mondiaux de la jeunesse. Son séjour à Pékin en 1958 dans le
cadre d’une réunion de l’Union Internationale des Etudiants, fut l’occasion d’effec-
tuer un rapport sur les petits fourneaux du Grand Bond en Avant devant les
membres du Cercle. C’était l’époque où il « vivait le mouvement anticolonialiste »
485
.
Les réunions du Cercle, lorsqu’elles duraient une semaine, se déroulaient en
dehors de Paris. La lecture du Gauchisme, maladie infantile du communisme et de
Que faire ?, avait pour but de « trouver des applications pratiques pour la lutte » du
peuple cambodgien. In Sopheap, qui a discuté avec des vétérans du P.C.K., en est
venu à penser que « le cercle voulait tirer du marxisme-léninisme non pas tellement
les principes du socialisme, mais plutôt des guides d’action ». Pourtant, il écrit que
le cercle n’avait pas fait de Khieu Samphan un révolutionnaire. Au départ, Khieu
Samphan n’avait pas été en mesure de refuser de participer aux réunions annuelles
d’une dizaine de jours du Cercle marxiste. S’il s’était absenté, on l’aurait pris pour
une « poule mouillée bourgeoise ». Ces réunions se déroulaient à l’abri du regard
des autres Cambodgiens, pendant les vacances. « On y étudiait l’abc du marxisme-
léninisme, d’après les brochures et documents publiés par le PCF et son organe, l’-
Humanité. Comme études de cas, on discutait la nature des grandes firmes capita-
listes françaises et européennes et leur rôle dans l’exploitation du tiers-monde et
dans les guerres mondiales ou régionales, celles au Vietnam et en Algérie en parti-
culier. Plus tard, avec les documents reçus de la résistance à l’intérieur du pays, le
cercle en faisait une brochure reliée sous le titre de La lutte du peuple cambod-
gien avec un portrait de Son Ngoc Minh et le drapeau portant l’image d’Angkor
Vat à cinq tours. La brochure constituait alors la base des études et discussions dans
le cercle ». Ces cinq tours étaient sensées représenter « les cinq grands alliés de la
lutte pour l’indépendance, dont les ouvriers, les paysans, les intellectuels, le clergé
et le parti communiste cambodgien ». Samphan confiait aussi à In Sopheap ne pas
avoir beaucoup lu Le Capital 486. Une autre source indique que les « progressistes »
lisaient Lénine, Staline et Mao, mais que leurs affinités allaient aux ouvrages pu-
bliés par l’Union soviétique qui étaient considérés comme des références dans
toutes les matières (réalisations économiques, centralisme démocratique, structure
de l’Etat, organisations de jeunesse...). Il fallait par ailleurs avoir fait du Que faire?
de Lénine son livre de chevet 487. Quant à l’influence supposée du livre anticolonia-
liste Les Damnés de la terre de Frantz Fanon, elle semble minime. L’ouvrage fut
édité pour la première fois en 1961, avec une préface de Jean-Paul Sartre, après que
la plupart des futurs dirigeants du P.C.K. aient quitté la France. De plus, les posi-
tions spontanéistes et le style de l’auteur, étaient passablement éloignées de la phi-
losophie communiste. Suong Sikœun, membre du Cercle Marxiste-Léniniste de
485
Entretien avec Khieu Samphan, 14 juillet 2000. Sur le voyage de Samphan en Chine et son rap-
port, entretien avec Sikœun, septembre 2000.
486
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, pp.28-31.
487
Entretien avec L. Picq (21/5/98) : à côté des ouvrages soviétiques, Mao était très peu lu.

157
L’ESSOR DE L’ANGKAR

1957 à 1970, à qui nous avions demandé par écrit ce que le Cercle pensait de cet
ouvrage nous répondit : « Je peux vous affirmer que personne n’avait lu "les
Damnés de la Terre". Je l’ai actuellement chez moi, mais les premières lectures me
paraissaient assez difficiles que j’ai dû y renoncer par la suite » 488.
Selon Suong Sikœun, qui était membre du bureau politique du Cercle, après
1957, les membres se considéraient comme des communistes luttant « pour un
Cambodge libéré de la domination étrangère et où règne la justice sociale ». Il fal-
lait d’abord réaliser une « Révolution nationale et démocratique » (expression em-
pruntée à Mao) « étape indispensable pour accéder au socialisme d’abord, au com-
munisme après ». Dans sa confession, il expliquait qu’ils avaient adhéré à la for-
mule de Jacques Duclos « Combattre l’URSS est combattre le communisme », et
qu’ils avaient soutenu l’URSS plutôt que la Chine lors de la crise des missiles de
Cuba en 1962 489. A partir de 1963, néanmoins, ils avaient été mis au courant par
Thiounn Prasith de l’opposition du Parti cambodgien au révisionnisme russe.
Le bureau politique du Cercle marxiste-léniniste était accessoirement conçu
pour se charger de l’organisation de masse qu’était l’U.E.K., si bien que tous les
présidents de l’U.E.K. étaient communistes. Les membres du Cercle prenaient un
soin minutieux et beaucoup de cœur à préparer leur bulletin clandestin, afin à la
fois de se montrer à l’avant-garde des idées de progrès et de ne pas tomber sous le
coup d’une expulsion, en cas de mots trop durs. Une atmosphère de clandestinité et
de guerre secrète régnait au sein de ce cercle réuni autour d’une ronéo pour im-
primer un bulletin la nuit et dans le noir, sans éveiller les soupçons. Comme dans
les années cinquante, l’organe clandestin en khmer des étudiants de gauche était le
Reaksmei (le rayon de Lumière) dont la ligne de neutralité, d’indépendance, et
d’opposition à l’OTASE, ne différait d’ailleurs pas du bulletin de l’U.E.K.. Le plus
bel exemplaire de Reaksmei était rituellement et anonymement envoyé à Sihanouk
pour sa haute information. Le Cercle « était constitué sur le modèle d’un Parti poli-
tique, avec une discipline stricte. Par exemple, il [était] interdit à ses membres d’é-
pouser des femmes ou des hommes autres que Cambodgiens ». Khieu Samphan
s’était appliqué à lui-même cette règle en refusant de se lier à une française dont il
était très amoureux, se réservant pour une femme cambodgienne. Il existait néan-
moins des exceptions parmi les responsables : Suong Sikœun et Thiounn Mumm,
auxquels on ne tenait pas rigueur. Le Cercle formulait des critiques constructives à
l’égard de la politique de Sihanouk, dans une perspective réformiste, pour plus
d’indépendance et de justice sociale. L’idée n’était pas de renverser le régime par la
force. Les responsables n’étaient ni sectaires ni chauvins, seulement patriotes et
internationalistes. Ils entretenaient de bonnes relations avec leurs camarades viet-
namiens dont le très respecté docteur Nguyen Khac Vien, animateur des Vietna-
miens de France, qui, après son expulsion de France, fut cantonné au rôle de rédac-

488
Jackson, Rendezvous with death, pp.246-248. Comm. pers. de Suong Sikœun, 20 février 2001.
489
Searching for the Truth, N°8, August 2000, pp.16-17.

158
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

teur en chef du Courrier du Viêtnam 490.


Jusqu’en 1960, date de l’éclatement du conflit sino-soviétique, le Cercle étu-
dia aussi bien des ouvrages soviétiques que chinois : les brèves Thèses d’avril, Un
pas en avant, deux pas en arrière (1904), de Lénine, et surtout l’Histoire du Parti
Communiste Bolchevik « de » Staline. De Mao, De la contradiction, (1937), repro-
duit dans les Cahiers du communisme en août 1952, De la juste solution des
contradictions au sein du peuple (1957), La Nouvelle Démocratie, et sans doute
aussi La Guerre Révolutionnaire publié en 1955 par les Editions Sociales (com-
munistes). L’ouvrage le plus lu était Comment être un bon communiste de Liu
Shaoqi. Après 1960-1961, la préférence du Cercle alla aux ouvrages pro-sovié-
tiques et particulièrement aux publications du Parti Communiste Français. Un étu-
diant comme Suong Sikœun avait lu avec ferveur Fils du Peuple, la biographie de
Thorez.
Jusque vers 1968, le Cercle maintint des contacts avec ses anciens membres
entrés en clandestinité : Suong Sikœun remit en 1957 une missive secrète de Ieng
Sary à Khieu Samphan, et, en 1968, Uch Ven vint à son tour porter un message
clandestin pour Thiounn Mumm. En 1963 (ou plus tard ?), Thiounn Prasith revint
du Cambodge et informa les membres du Cercle de l’opposition du Parti au révi-
sionnisme russe 491. Les membres du Cercle n’étaient en liaison avec le mouvement
communiste intérieur que par l’intermédiaire du président, lequel gardait le secret.
Un membre comme Suong Sikœun n’entra au P.C.K. qu’en 1971.

CHAPITRE 6

ESPOIRS REVOLUTIONNAIRES ENVOLES

(1953-1954)

I. Formation révolutionnaire dans les maquis (1953-1954)


C’est en revenant du festival mondial de la jeunesse de Berlin-Est en août

490
Communication personnelle de Suong Sikœun. 1er janvier 1999. Laurence Picq (entretien du
21/5/98) attribuait l’atmosphère de clandestinité à la préparation du bulletin de l’U.E.K.. Au sujet de
Samphan, entretien avec N. Bizeray. Xuan Phuong, Ao Dai, Du couvent des Oiseaux à la jungle du
Viêt-minh, Plon, 2001, pp.184-186.
491
Information donnée par Suong Sikoeun, et contenue également dans l’autobiogaphie de Thiounn
Prasith (Searching for the Truth, N°5, May 2000, p.6).

159
L’ESSOR DE L’ANGKAR

1951, que les étudiants du Cercle se seraient donnés pour tâche de fonder un mou-
vement proprement Cambodgien. Leur motivation répondait à la « mission histo-
rique » dont on les aurait chargés 492 : enraciner la révolution chez les Khmers. Il
fallait donc mesurer le soutien dont bénéficiait auprès de la population un mouve-
ment Issarak éclaté et s’adonnant sans scrupules au pillage. Après une première
rencontre avec les « Khmers Vietminh » dits aussi Muttakeahar 493, à Berlin-Est en
août 1951, certains rejoignirent directement le maquis pro-vietnamien ou le Parti
révolutionnaire tels l’internationaliste Ieng Sary, en 1957, déjà persuadé en 1952
que le mouvement de libération devait être dirigé par le Vietnam, plus actif et
mieux préparé.
Selon l’histoire officielle du Parti, quelques temps après la création du P.R.P.C
(en 1951), ses rangs comprenaient une grande majorité de Vietnamiens du Cam-
bodge, une cinquantaine de Khmers, dont quarante formés par le P.C. Indochinois,
trois ou quatre par le P.C. thaï (dont Nuon Chea), et une dizaine par le P.C. Fran-
çais. Ces derniers étaient probablement Saloth Sar, Sien An, Rath Samoeun, Sok
Knol, Hou Yuon, Mey Mann et Ieng Sary 494, auxquels on peut ajouter Ok Sakun et
Yun Soeurn, qui fut conduit sur le front Khmer Vietminh de l’Est en août 1953,
avec Saloth Sar, par le frère de ce dernier, Saloth Chhay 495. Sien An était parti pour
le maquis de Kampot 496, et Hou Yuon devint en 1955 membre d’une cellule clan-
destine à Phnom Penh. Le « Résumé de l’histoire commentée du parti », distribué
par le service politique de la région Est, plus précis quant aux dates, rappelait que
les militants formés par le P.C.F. et le mouvement communiste international « col-
laboraient étroitement avec le Comité du mouvement de formation du Parti vers la
fin de 1953 » 497. Pham Van Ba, le dirigeant du mouvement à l’Est, avait confié
que pour éviter les infiltrations d’agents, l’organisation avait vérifié auprès du
P.C.F. l’appartenance politique des étudiants qui venaient combattre. Et tous ceux
qui étaient acceptés étaient membres du groupe de langue cambodgienne du P.C.F.
498
.
D’autres prirent des chemins détournés. En effet, vers 1952, certains organisa-
teurs du Cercle d’études marxistes avaient eu en tête de se libérer à terme de l’em-
prise des Vietnamiens, laquelle risquait de desservir la cause de la résistance. Tel
était le cas de Keng Vannsak, rejoint par Rath Samoeun et Saloth Sar qui aurait dit :
« Les Issaraks pourtant sont discrédités, Sihanouk réussira à les éliminer, et ce sera
492
François Debré, op. cit., p.36.
493
Steve Heder signale que ce terme, inventé par Son Ngoc Minh et Tou Samouth pour traduire la no-
tion de libération n’a jamais rencontré de succès en raison de son origine pali-sanskrit assez obscure.
Selon Mey Mann le terme renvoyait à « ceux qui abandonnent leurs maisons pour aller à la forêt » et
selon Suong Sikœun au « groupe khmer du P. C. Indochinois ».
494
David Chandler, op. cit., p.294.
495
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, 1985, p.123.
496
Lettre de Pierre Brocheux, 26 février 1998 et entretien avec un ex-membre de l’A.E.K..
497
K. D. Jackson, Cambodia 1975-1978, rendezvous with Death, annexe A, p.254.
498
Wilfred Burchett, The China Cambodia Vietnam Triangle, 1981, p.53.

160
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

à nous de préparer la relève ; nous sommes les seuls représentants authentiques du


peuple khmer ...» 499. Ainsi, Samoeun, hébergé chez Vannsak, y rencontra Ea Sichau
et discuta de l’union des mouvements Issarak et thanhistes, afin d’échapper à la tu-
telle vietnamienne 500. Sar, qui avait signé un article du pseudonyme Khmer au-
thentique et s’était porté le premier volontaire selon Mey Mann, voulant sans doute
assurer la relève, rendit d’abord visite aux forces du prince Chantaraingsey, en
1953. Il revint en les taxant de « bandits » et leur chef, qu’il avait connu adolescent
au Palais, de « seigneur féodal ». Sihanouk lui-même disait de ce chef qu’il était en
contact constant avec des officiers français avec lesquels il ne refusait pas de dîner
à l’occasion 501. Chantararaingsey, soutenu par les démocrates, était en situation de
rivalité avec les Vietnamiens 502. Un ancien Issarak venu avec son supérieur vietna-
mien à Kompong Speu pour lui proposer, en vain, que ses hommes suivent une for-
mation révolutionnaire, se rendit compte que son action politique se limitait à son
opposition au roi Sihanouk, son neveu. Constamment accompagné par un astro-
logue, ce « bon vivant » encore jeune « n’empêchait jamais personne de s’amuser
». En termes d’actes de guerre, il se contentait d’exiger des rançons des riches
marchands et des transporteurs. Les paysans de ses fiefs se prosternaient devant lui
et proposaient leurs filles à ses hommes. Si bien que ledit combattant choisit de res-
ter auprès du prince plutôt qu’à Païlin où les Vietnamiens étaient trop présents et la
population moins accueillante 503.
Les forces soutenues par le Vietminh étaient les plus organisées. Nuon Chea,
le futur numéro deux du P.C.K., fut formé à la guérilla par le Vietminh dès 1951.
Vorn Vet, un autre membre du Comité Permanent du Comité Central du P.C.K. de
1975 à décembre 1977, rejoignit Saloth Sar dans le maquis en mai 1954 après avoir
passé quatre mois en prison. Le supérieur de Nuon Chea était son cousin ou oncle
Sieu Heng 504. Celui-ci avait pour rôle de rapprocher du Vietminh les Comités
Cambodgiens de libération, avant de devenir Chef d’Etat-Major du Comité Central
de Libération du Peuple du Cambodge (C.C.L.P.). Une note des Services de Sécuri-
té français mentionne en janvier 1954 qu’il se trouvait en Chine pour effectuer un
stage militaire. En juin 1954 il devenait Ministre de la Défense nationale et Com-
mandant en chef des troupes de Libération du Cambodge dans le « Gouvernement
Central » issarak présidé par Son Ngoc Minh. Il présidait également le comité de
commandement militaire de la Zone Nord-Ouest. David Chandler rapporte qu’il
était responsable du secteur rural du Parti jusqu’en 1954, date à laquelle il rejoignit
499
François Debré, op. cit., p. 84, tenait cela de Keng Vannsak, parti de Paris en octobre 1952.
500
Entretien avec Keng Vannsak, 11 avril 2001.
501
Entretiens avec Mey Mann, 14 juillet 2000 et avec Keng Vannsak, 11 avril 2001, à qui Sar rendit
visite après les accords de Genève sans lui révéler sa formation Vietminh. L’appréciation de Sar quant
aux « bandits » fut également donnée par Mann à H. Locard en août 1998. Pour Sihanouk M. Cald-
well & Lek Tan, Cambodia …, 1973, p.49 citant Burchett, Second Indochina War, 1970, pp.25-26.
502
Synthèse de la confession de Ruoh Sarin (Ros Sarin) alias Mav, par Steve Heder.
503
François Debré, Cambodge, la révolution de la forêt, Flammarion, 1976, pp.55-57.
504
Chandler, op. cit., p.95 (cousin), The Tragedy of Cambodian History pp.33 et 109 (Nuon Chea est
le neveu de la femme de Sieu Heng). Pour oncle, confirmation de Suong Sikœun, 20 mars 2000.

161
L’ESSOR DE L’ANGKAR

Hanoi. Il revint en 1956 comme secrétaire général du P.R.P.C., chargé du comité


rural en 1956. Peut-être rangé de ses convictions révolutionnaires ou craignant
pour sa vie, il acheta vraisemblablement sa sécurité contre un certain nombre de
renseignements fournis à Lon Nol, et fut un agent double du régime de Sihanouk
de 1955 à 1959, avant de quitter le Parti. Les informations qu’il livra sur les ré-
seaux ruraux ne menèrent pas à beaucoup d’arrestations. Il n’avait d’ailleurs pas
dénoncé Nuon Chea 505.
Son successeur fut Tou Samouth. Orateur habile, modeste et éloquent à la
fois, il avait été bonze dans la province de Kompong Speu, et avait fait ses études à
l’Ecole supérieure de Pâli de Phnom Penh. « Elu » président du front national uni-
fié le 19 avril 1950, président du Comité administratif du « Front Issarak Unifié
» (littéralement Association Khmère Emancipée) en 1952, il devint ministre de
l’Intérieur du « Gouvernement Central » issarak dirigé par Son Ngoc Minh en juin
1954, et fut chargé vers 1956, des activités urbaines.
C’est Tou Samouth qui fut le supérieur de Saloth Sar sur la frontière vietna-
mienne en tant que président du Commissariat politique du commandement mili-
taire de la Zone Est. Il prolongea la formation politique que Sar avait eue à l’école
des cadres via Pham Van Ba. Sar fut sans doute flatté d’avoir été repéré par ces
deux figures importantes 506. Pham Van Ba, en charge d’une cellule comprenant dix
cambodgiens et dix vietnamiens dit avoir appris dans un premier temps à Sar à
« travailler avec les masses à la base, pour édifier des Comités Issarak au niveau du
village, membre après membre » 507. Il lui avait aussi demandé « une étude détaillée
des conditions de vie à la campagne décrivant les différentes formes d’exploitation,
l’état d’esprit de la paysannerie, et les relations entre les paysans et les travailleurs,
afin de développer une ligne correcte dans le futur programme du Parti ». Après
cela, Sar fut transféré à l’école des cadres. Ses capacités auraient été « moyennes »
mais il était animé d’une « claire volonté d’arriver au sommet du pouvoir par des
moyens raccourcis ». A Phnom Penh, il fut assigné au comité municipal du Pra-
cheachun, en charge de l’organisation des étudiants. Son rôle prit alors du poids,
car il semble qu’au moins jusqu’en 1956, Tou Samouth fut posté avant tout à la
frontière khméro-vietnamienne plutôt que dans la capitale 508.
Mey Mann avait rejoint Saloth Sar en mai 1954. Après deux semaines de
marche en zigzag, il avait atteint la base secrète du village de Krâ Baou, dans le
district de Kamchay Meas, non loin du marché de Daun Tey. D’après Mey Mann,
les jeunes recrues étaient soumises à « une propagande politique très structurée, ils
n’étaient nullement initiés à la guérilla ou au maniement des armes » ce qui se
conçoit dans toute organisation communiste où la conscience politique est chose
primordiale, mais ce que certains étudiants cambodgiens ont pu ressentir comme de
505
Kiernan, How Pol Pot..., pp.185-6.
506
David Chandler, Pol Pot.., p.75 sq.
507
Ben Kiernan, How Pol Pot came to power, 1985, p.123.
508
Wilfred Burchett, The China Cambodia Vietnam Triangle, 1981, p.54. Kiernan, op. cit., p.173.

162
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

la méfiance à leur égard. Quant aux soldats khmers, dirigés par Sao Phim et
instruits par les Vietnamiens, ils formaient la troupe des « soldats de Po Kombo »,
du nom du chef de rébellion de 1865-1867. Les conférences, les discussions et les
autres sessions d’étude sur le marxisme, la question nationale et la paix, étaient en-
tièrement organisées par les Vietnamiens sous la direction de Pham Van Ba.
L’entraînement consistait surtout en diverses tâches d’ordre pratique comme de fa-
briquer des « sandales Hô Chi Minh » dans des pneus ou d’arroser des légumes.
D’après Mey Mann, Saloth Sar montrait déjà une certaine prééminence. Il était de-
venu « plus pensif et moins rieur » 509. David Chandler écrit que durant cette
période, Pol Pot (Sar) s’était soumis à des tâches manuelles, mais semblait avoir
été traité avec des égards, car on voyait en lui un élément prometteur. Il prit par là
même de l’avance dans le mouvement révolutionnaire sur Ieng Sary, resté à Paris,
et devint effectivement un élément important à Phnom Penh après 1954. Dans sa
confession, Vorn Vet montrait également qu’il avait apprécié sa formation :
« Pendant cette période, j’ai étudié beaucoup de documents révolutionnaires, et ap-
pris aussi directement. J’ai acquis une compréhension de plus en plus grande de la
révolution, et j’étais très heureux. A ce moment-là, je ne comprenais rien au prob-
lème du Vietnam : j’étais heureux de leur propagande sur le fait qu’ils étaient venus
nous aider. Partout, les Vietnamiens occupaient les postes importants. Nous les
Khmers, nous nous contentions de les assister. Tout cela ne me préoccupait pas parce
qu’ils parlaient de conscience internationale, de conscience khméro-vietnamienne, et
je trouvais cela raisonnable » 510.

A cette époque, il est certain que les combattants se refusaient à faire le jeu de
division des Français en se laissant aller à de la méfiance vis-à-vis des Vietna-
miens. Parfois, la confiance était récompensée. A en croire Wilfred Burchett, des
travailleurs des plantations de Chup, à Kompong Cham, certes tous vietnamiens
avant 1954, avaient pu mesurer les bénéfices de la stratégie d’union : ils avaient dé-
clenché et gagné une grève parce qu’ils avaient fait confiance aux cadres Issaraks
vietnamiens à qui ils avaient donné leur riz 511.
Mais avec le recul, la somme des ressentiments accumulés aboutissait à ré-
écrire l’histoire. Khieu Thirith racontait à Elizabeth Becker que Saloth Sar avait
été froissé d’être traité comme une simple recrue paysanne, d’autant plus que ses
chefs étaient Vietnamiens et pas Cambodgiens : « Le Viet-minh reléguait tous les
étudiants de Paris au second plan. Il leur donnait des corvées de cuisines, leur fai-
sait porter des excréments. Saloth Sar dut porter des excréments pour les Vietna-
miens. Il n’y avait pas de travail politique » 512. Thirith ne faisait d’ailleurs que re-
509
Henri Locard, entretien avec Mey Mann, août 1998, Conversations avec ..., 1999, p. 14.
510
Kiernan, How Pol Pot …, pp.123-4. Version abrégée dans Becker, When the war was over, p.91.
511
Burchett, The China Cambodia..., p.69, Mékong Upstream, Berlin, Seven Seas Books 1959, p.107.
512
Elizabeth Becker, Id. Le traducteur français parlait de « nourrir les poulets », confondant kitchen
et chicken… (Les larmes du Cambodge, p.85).

163
L’ESSOR DE L’ANGKAR

prendre les expressions (corvées de cuisine, transport d’engrais organique) d’un


document officiel de la mission du K.D. qui, en septembre 1980, retraçait cette
période de formation sous le coup d’un ressentiment rétroactif bien compréhen-
sible, mais oublieux que le travail manuel est normalement un honneur pour tout
communiste, du moins s’il est partagé. Ce manque d’autonomie du mouvement à
cette période allait d’ailleurs être rappelé en 1973 dans le résumé de l’histoire du
Parti émanant de la zone Est, un document pourtant réputé comme étant plus
proche du point de vue communiste vietnamien. Mais Sar avait lui-même exprimé
son avis. D’après Chea Soth, Sar, venu pour observer si la révolution était bien me-
née par des Khmers, avait dit que tout devrait être fait « sur la base de l’indépen-
dance, de la maîtrise en comptant sur ses propres forces. Les Khmers devraient tout
faire par eux-mêmes » 513. Il n’en fut pas mis à l’écart pour autant, tout simplement
parce que ces principes étaient à ceux de Mao.
A la fin de l’année 1953, la guerre s’essoufflait à l’Est. Après une accalmie de
septembre à novembre, l’armée française ne mentionnait que des accrochages plus
ou moins violents et des embuscades. Toutefois, en mai, un massacre eut lieu sur le
train Phnom Penh-Battambang – avant les élections de 1958 Réalités cambod-
giennes allait revenir là-dessus en parlant d’une centaine de voyageurs morts. Et en
juin 1954, au moment où se tenait la conférence de Genève pour régler le conflit,
les autorités cambodgiennes furent confrontées à une recrudescence générale d’at-
taques de postes et de tours, et de sabotages des voies de communication, « avec la
présence signalée d’éléments chinois », ce dont on peut douter et ce qui remet en
cause la fiabilité de ces sources 514.
Le P.R.P.C. reçut probablement du Vietminh les rudiments de la lutte clan-
destine : fabrication de fausses cartes d’identité, mise en place de planques louées
via une tierce personne, réunions nocturnes, utilisation de signaux de reconnais-
sance, transmission de courrier via plusieurs intermédiaires, abandon de cachette si
l’on était sans nouvelles du messager depuis deux-trois heures, mise en place de
mini-cellules (contenant chacune trois personnes) qui pouvaient fonctionner dans la
même usine sans se connaître 515. Dans les zones qu’il contrôlait, le Vietminh aidait
à former des comités responsables de la propagande politique, de la collecte de
taxes, des marchandises, des renseignements et de la sûreté – avec mise en place de
« tribunaux du peuple ». Des groupes d’entraide étaient constitués dans les cam-
pagnes. Il était aussi procédé à l’autocritique, au noyautage des bonzes et à la récu-
pération du sentiment royaliste.
Dans l’ensemble, le contrôle du Vietminh fut facilité par un faible déploie-
ment des forces armées françaises et par une paradoxale indifférence des Cambod-
513
Ben Kiernan, How Pol Pot ..., p.123.
514
Archives Nationales du Royaume du Cambodge, Police 1953-1954, confidentiel à l’arrivée, 15
juin 1954. Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne.
515
En juillet 1978, Nuon Chea détaillait certaines de ces ficelles en évoquant à l’évidence son travail
de responsable urbain dans les années cinquante et soixante (« Statement of... », pp.28-9).

164
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

giens. Néanmoins, dès que le contrôle se relâchait ou que les troupes vietna-
miennes partaient, l’indifférence redevenait un facteur de déstructuration des « or-
ganisations révolutionnaires » mises en place dans les villages, et un facteur de re-
virement d’opinion, y compris parmi les Khmers du Nam Bô. Lorsque Sihanouk
lui-même se lança en juin 1952 dans une croisade pacifique pour l’indépendance
du Cambodge, les Vietnamiens étaient de plus en plus ressentis comme des enva-
hisseurs 516. Même et surtout dans la capitale, les communistes cambodgiens sem-
blaient avoir beaucoup de difficultés à mobiliser de la population. D’autres décon-
venues allaient bientôt suivre.

II. Les accords de Genève et leurs conséquences.


La première ombre significative dans les relations entre les mouvements révo-
lutionnaires cambodgien et vietnamien remonte aux accords de Genève qui met-
taient fin au premier conflit indochinois en entérinant la fin des interventions étran-
gères en juillet 1954. Tout d’abord, Keo Moni et Mey Pho s’étaient rendus à Ge-
nève en 1954 en tant que représentants du « gouvernement de la résistance natio-
nale » – le successeur du Comité de Libération du Peuple Khmer. Ils avaient de-
mandé à Pham Van Dong d’obtenir la présence de délégués de la « résistance »
khmère à la table de la Conférence Internationale sur l’Indochine 517, et ce dernier
n’avait pu ou voulu que défendre lui-même autant que faire ce peut la position de
ses alliés khmers et laotiens en retraçant depuis le début l’histoire de leur mouve-
ments indépendantistes. Cependant, il dut faire face à la fois aux pays occidentaux,
à une U.R.S.S. qui jouait la modération, et à une Chine qui n’avait partagé que
brièvement et formellement sa propre position sur la situation en Indochine. Pour la
Chine, soutenir les mouvements khmer et laotien dont l’assise sociale était faible
s’apparentait à de l’aventurisme, aussi n’avait-elle jamais laissé entendre qu’elle
516
Thomas Engelbert, « Les difficultés des communistes vietnamiens... », op.cit., pp. 132, 134, 137
(pour « organisations révolutionnaires »), 142, 148, 151. Archives Nationales du Royaume du Cam-
bodge. Min. Interior, Correspondance sujets divers, 1950-1952, régime de presse 1951 : de nombreux
revirements de populations de sroks sont signalés grâce à la contre-propagande, bien qu’elles aient été
« presque entièrement sous l’obédience Viet-Minh ». Vers 1991, Son Sen évoquait une attitude iden-
tique des paysans au moment de la lutte contre les Vietnamiens : « Des gens se réfugient sur nos
bases sans vouloir encore rejoindre notre armée. Ils le font quand les autres veulent s’emparer d’eux.
Mais dès que les Vietnamiens sont sortis, ils retournent dans leurs villages pour y vivre comme
avant » (« Le retour des Khmers rouges », document de BBC News & Current Affairs / FR3, réalisé
par Shari Robertson et Jean Coumain, 1991).
517
Ben Kiernan avait interrogé Nguyen Thanh Son (How Pol Pot..., pp.141, 152). Serge Thion et
Jean-Claude Pomonti puis André Tong semblent confondre avec les délégués à la Commission Inter-
nationale de Contrôle en nommant Keo Meas, Sien An et Chi Kim An (Des courtisans aux
partisans..., p.281, « Le conflit khméro-vietnamien », Est-Ouest n°626, mars 1979).

165
L’ESSOR DE L’ANGKAR

reconnaîtrait ces gouvernements de résistance. Pire, au cours des négociations, elle


reconnut aux gouvernements royaux le droit d’importer des armes pour assurer leur
défense, ce qui avait pour pendant d’affaiblir les mouvements rebelles. La Chine
souhaitait tout simplement préserver une Indochine multiple sur son flanc méridio-
nal, rester impartiale et développer la coexistence pacifique dans la région dans le
but de développer son économie interne. Chou Enlai avait obtenu qu’aucune base
américaine ne s’établisse en Indochine en confiant à l’anglais Antony Eden qu’il
« pensait pouvoir persuader » le viêtminh de se retirer du Laos et du Cambodge. A
l’issue de la conférence, le Vietnam fut finalement divisé en deux, les rebelles lao-
tiens eurent tout de même l’autorisation de se regrouper dans deux provinces du
Nord-Est du pays loin de leurs bases stratégiques, et les Khmers Issaraks n’obte-
naient rien 518. Pham Van Dong avait cédé du terrain mais il n’avait pas été le seul.
D’autres pays avaient laissé les Etats-Unis dénier tout droit d’existence à une zone
pro-communiste au Cambodge pour que le régime anticommuniste du Sud Vietnam
ne soit pas pris en tenaille.
Jusqu’à vingt ans plus tard, les révolutionnaires cambodgiens allaient imputer
la responsabilité de cet échec aux Vietnamiens. Ils avaient cependant été informés
du rôle joué par la Chine et l’URSS au moins depuis septembre 1971, lorsque Le
Duc Tho confia à Ieng Sary que « le camarade Chou Enlai a admis ses erreurs à la
conférence de Genève de 1954. Il y a deux ou trois ans, le camarade Mao l’a admis
aussi. En 1954, parce que l’Union Soviétique et la Chine ont exercé des pressions,
le résultat fut ce qu’il fut » 519.
L’impossibilité de connaître le cours des négociations les avait frustrés. Une
discussion sur les statuts du Parti retraçait ainsi la fin de l’idylle : « Le Parti adhère
au principe de l’indépendance-maîtrise et de l’autonomie. Le parti a compris ce que
donnait l’expérience d’un commandement combiné avec le Vietnam depuis
1954 » 520. En 1977, Pol Pot disait : « la lutte révolutionnaire de notre peuple et le
butin qui y avait été capturé s’évanouirent dans les airs à travers l’accord de Ge-
nève de 1954 » 521. Les archives françaises rapportent aussi que les Issaraks démo-
bilisés s’étaient sentis trahis par le Viêt-minh qui leur avait retiré leurs armes alors
qu’elles auraient pu être livrées aux autorités moyennant des primes 522. Et Mey
Mann se souvient qu’après les Accords de Genève, « les armes durent toutes être

518
François Joyaux, La Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine, Genève 1954, 1979,
pp.219-236, 302, 357-8, 362. Burchett, op. cit., 1981, pp.29-36. G. Condominas et Richard Pottier,
Les réfugiés originaires de l’Asie du Sud-Est..., rapport par une équipe du CEDRASEMI, 1982, p. 38.
519
Cold war, International History Project. 77 conversations between hcinese and foreign leaders on
the wars in Indochina, 1964-1977, edited by Odd Arne Westad, Chen Jian, Stein Tonnesson, Nguyen
Vu Tung, and James G. Hershberg, Working Paper n°22, the Woodrow Wilson Center, Washington,
DC 20 523, mai 1998, p.180, site internet http://cwrhp.si.edu.
520
Sur les statuts du Parti, Journal du ministère des Affaires Etrangères Khmer Rouge, 1976-1979,
trad. Phat Kosal et Ben Kiernan, C.G.P., Yale, janvier 1997, site internet: http://www.yale.edu/cgp.
521
« Speech by Pol Pot », Summary World Broadcasts, Monitoring services of the BBC, 1 oct. 1977.
522
C.A.O.M., Indochine, HCI 174 / 526, « Situation politique au Cambodge », août-septembre 1954.

166
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

remises aux Vietnamiens, certaines furent cachées et eux seuls savaient où elles
étaient déposées. Ni Tou Samouth, ni Saloth Sar » ne le savaient 523.
Privés de leurs principaux moyens de défense après le retrait des troupes viet-
namiennes, et craignant pour leur sécurité, une bonne partie des résistants se re-
plièrent dans la capitale du Nord-Vietnam au mois de novembre. Ceux que l’on ap-
pellera les Khmers Hanoi étaient quelques centaines 524, sans compter les enfants
qu’eux-mêmes ou les Vietnamiens ont semble-t-il emmené à des fins d’endoctrine-
ment au Vietnam, comme le firent le Vietminh et le Pathet Lao au Laos 525. D’après
Mey Mann, se furent les plus jeunes qui furent choisis pour gagner Hanoi 526, peut-
être pour parfaire leur formation. Rath Samoeun, engagé dans le maquis après Sa-
loth Sar, aurait été à l’Institut Nguyên Ai Quôc (Nguyen le Patriote, surnom de Ho
Chi Minh) et aurait suivi plusieurs années de formation en Chine 527. Signalons éga-
lement parmi ces Khmers Hanoi, Son Ngoc Minh (mort à Pékin en décembre
1972), Keo Moni, ministre des Affaires étrangères du Gouvernement khmer de Ré-
sistance, Yun Sœurn, Rath Samoeun. Certains revinrent peu après au pays, Sien An
(qui revint très vite), Nuon Chea, Sao Phim, et le chef militaire Sieu Heng (de re-
tour au Cambodge en 1956) 528. « Certains » hommes formés et organisés par les
Vietnamiens à Hanoi retournèrent en 1963-1964 (Livre Noir, ministère des Affaires
Etrangères du K.D., p.30). Keo Meas, qui avait quitté le Cambodge en 1958 pour la
frontière vietnamienne, avait ainsi retrouvé Sar et Sary dans le maquis en 1963.
Mais alors que d’autres voulurent rentrer par la suite, l’organisation vietnamienne
s’y opposa. Au cours de la deuxième moitié de l’année 1968, Keo Meas chercha en
vain à obtenir des Nord-Vietnamiens le renvoi des cadres formés à Hanoi, des
Khmers Kroms pour la plupart. Il accusa alors Son Ngoc Minh de « s’engraisser à
l’abri pendant que les fidèles du parti se faisaient liquider » 529. D’après un trans-

523
Henri Locard, Conversations avec Ieng Sary, Mey Man, Suong Sikœun & Long Norin, 1999, p.15.
524
Les premiers ouvrages généraux sur le Cambodge parlaient de deux à quatre mille Khmers Viet-
minh. Paen Sovann, dirigeant cambodgien pro-vietnamien interviewé par Henri Locard en 1996,
pense que ce chiffre doit être réduit à quelques centaines. Des sources vietnamiennes estiment qu’en
1970, 520 membres évacués en 1954 rentrèrent, et 57 restèrent (Thomas Engelbert, op.cit., p.144).
Autres sources vietnamiennes parlant de quelques centaines ou de mille : FEER, 21-4-1978 p.19,
FEER 16-2-1984 p.20, Kiernan, How Pol Pot ..., p.154 (190 membres du PRPC) (cité dans Roel Bur-
gler, The rise and fall of the Pol Pot Regime, doctoraal scriptie, pp.288, 302), Laura Summers, « The
CPK : Secret Vanguard of Pol Pot’s Revolution : A comment on Nuon Chea‘s statement », Journal of
Communist Studies, vol.3, n°1, March 1987, p.6 (mille cadres), André Tong, op.cit., (deux mille).
525
Mœung Sonn rapporte à H. Locard avoir rencontré plusieurs familles « désespérées d’avoir perdu
leur fils », réapparus après 1968 dans la guérilla « rouge », et dont on avait appris qu’ils avaient été
endoctrinés à Hanoi (Prisonnier de l’Angkar, pp.35-36). Jean Deuve, Le royaume du Laos, 1949-
1965, E.F.E.O., 1984, p. 63. Le Livre Noir parle de Khmers « enlevés » par les Vietnamiens dans le
Sud-Ouest et l’Est du Kampuchéa, entre 1945 et 1954, pour être formés et encadrés (pp.18, 19, 29).
526
Henri Locard, Conversations avec Ieng Sary, Mey Man, Suong Sikœun & Long Norin, 1999, p.15.
527
Communication de Ngo Manh Lan, 4 mai 1999. Kiernan, How Pol Pot..., p.179.
528
Chandler, The Tragedy…, p.75. K. M. Quinn, The Origins ..., 1982, Ph. D., pp.12, 15.
529
Témoignage du transfuge Keoum Kun, interrogé par l’ambassade américaine le 13/01/72 (Kiernan,
« La révolte de Samlaut », in Khmers rouges !, pp.136, et 345, n.82, et How Pol Pot..., p.280).

167
L’ESSOR DE L’ANGKAR

fuge interrogé en 1972, Chan Samay, Keo Moni, Keo Meas et Rath Samoeun, qui
furent purgés plus tard, avaient depuis quelques temps « rompu avec Son Ngoc
Minh sur la question du contrôle qu’exerçaient les Nord-Vietnamiens sur le mou-
vement communiste khmer ».
Bénéficiant de l’amnistie prévue par les accords de Genève 530, quelques cen-
taines de Cambodgiens proches du P.C. vietnamien refusèrent de quitter le pays. La
voie d’un mouvement de résistance autonome était en train d’être tracée. En août
1954, les villes rebelles de Svay Rieng et Prey Veng furent soumises et bon nombre
de « Khmers Vietminh » se rendirent. Néanmoins, un chef appelait à regagner le
maquis le 16 novembre 1954 531 et des activités clandestines allaient perdurer dans
les forêts des Cardamomes, au Sud-Ouest et à l’Est. D’après une confession de
Toch Phoeun, Mil Kavin alias Ktat, un collaborateur des journaux Aekapheap et
Pracheachun qui avait cru avec enthousiasme aux élections de septembre 1955 du
côté des progressistes du Parti Démocrate, ainsi qu’à la sympathie et à la générosité
des progressistes vietnamiens, en vint, après que ceux-ci eussent retiré toute aide et
se fussent « blotti dans les bras de Sihanouk », à les détester « avec une étroitesse
d’esprit presque raciste » 532. Or il faut noter que ce sont ces membres qui occupe-
ront effectivement le pouvoir en 1975 au fil des purges. Le départ de bon nombre
de cadres laissa plus de place dans la direction du P.C.K. aux intellectuels rentrés
de Paris peu avant 1954 (Mey Mann, Saloth Sar, Sien An, Chi Kim An) ou après
1954 (Ieng Sary, Son Sen). Certains, tels Chi Kim An et Sien An, furent assignés à
la Commission Internationale de Contrôle (CIC) chargée de surveiller la bonne ob-
servance des Accords de Genève. Sien An y travailla pendant cinq ans. D’après lui,
l’alcoolisme des délégués de l’ambassade soviétique présents à ces réunions aurait
donné une mauvaise image de l’U.R.S.S aux représentants du Pracheachun 533.

Affaiblissement du mouvement révolutionnaire

Dans les provinces, les combattants locaux furent pratiquement livrés à eux-
mêmes. Les directives qu’ils recevaient étaient rares et imprécises, et leurs actions
se limitaient en 1955 à quelques sabotages de lignes de communication, des vols de
voiture et des pillages sous le déguisement de milice la municipale (chiveakpol) 534.
Adaptant leur stratégie à leur état de désarmés, ils formèrent, en 1955 le parti Pra-
cheachun (le Peuple), une branche légale et modérée du P.R.P.C. dirigée par Keo
Meas. Après l’abdication de Sihanouk en mars 1955 au profit de son père Norodom
Suramarit et le soutien donné à la monarchie par référendum à hauteur de 98 % des

530
Philippe Richer, op. cit., p.146.
531
Archives Nationales du Royaume du Cambodge, Police 1953-1954, confidentiel à l’arrivée, 15
juin 1954. Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne.
532
Synthèse des confessions de Toch Phoeun alias Phin, par Steve Heder.
533
Entretien avec Pierre Brocheux, à qui s’était confié Sien An.
534
Archives Nationales du Royaume du Cambodge, Min. Interior, Telegr. Corres., 1953-1958. Lettres
du sous-secrétaire d’Etat au royaume, 26 octobre et 25 novembre 1955.

168
LES PROJETS ALTERNATIFS DES JEUNES INTELLECTUELS DE PARIS (1954-1969)

voix, l’opposition abandonna le discours sur l’illégitimité du Roi pour se cantonner


à l’anti-américanisme. Mais l’action sur les masses paysannes ne prenait pas l’am-
pleur escomptée. Dans la capitale, le rôle assigné aux recrues du P.C.I. fut d’édu-
quer politiquement la jeunesse pour « faire boule de neige ». Saloth Sar, Nuon
Chea, et Mey Mann, se retrouvaient autour de Tou Samouth chaque mois dans une
« cabane érigée sur un terrain appartenant à Khieu Ponnary » au sud de l’actuel
marché olympique, ou, pour des rencontres plus individuelles avec Pham Van Ba,
dans le jardin entourant le Wat Phnom. Pour tromper la police, les palabres étaient
entrecoupées de rires. Le futur ambassadeur de la République Socialiste du Viet-
nam et son épouse, qui connaissaient tous deux le cambodgien, assuraient alors «
l’unité du mouvement communiste indochinois ». Mann était alors le numéro
quatre du Comité Central cambodgien, après Samouth, Sar et Chea, mais après
avoir été étroitement surveillé lors des élections de 1955, il fut, dans un souci de
discrétion, remplacé par Ieng Sary tout en restant en contact avec le mouvement via
le censeur du Lycée Sisowath Khieu Komar 535. Durant cette période, les intellec-
tuels engagés à gauche s’appliquèrent à construire patiemment le futur mouvement
révolutionnaire en commençant par agir sur les consciences.

535
Locard, Conversations avec Ieng Sary, Mey Man, Suong Sikœun & Long Norin, 1999, pp.16-18.

169
CHAPITRE 7

LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT


(1954-1959)

I. Activités professionnelles, intellectuelles et politiques.

Professeurs

Frottés aux mouvements anticolonialistes, et afin de lutter contre le sous-dé-


veloppement, les étudiants révolutionnaires avaient été attirés par des solutions
économiques et politiques structurelles socialistes. Ces remèdes venus de l’étranger
allaient se couvrir d’un vernis national pour les insuffler à la jeunesse et au monde
du travail. Nos communistes n’en gardaient pas moins au fond d’eux-mêmes une
certaine admiration pour l’unité révolutionnaire entre les peuples illustrée par la
grande Union Soviétique, et l’idée qu’une fédération indochinoise serait provisoire-
ment utile. Les autorités françaises ne semblent pas s’en être aperçues à lire un
rapport de 1954 sur le communisme en Indochine :
« Le peuple khmer, dans son ensemble est imperméable aux théories compliquées
du matérialisme historique. Il peut être séduit au début par la propagande xénophobe
et pseudo-nationaliste, mais lorsqu’il s’agit de passer à l’organisation collectiviste et
de se soumettre à la discipline sévère qu’elle implique, le khmer indolent, mystique,
versatile se dérobe. (...) Un cas typique est fourni par les étudiants Khmers en
France, qui se laissent facilement embrigader dans des organisations crypto-com-
munistes mais qui, de retour au Cambodge, dépouillent très vite leur vernis marxiste
» 536.

536
Archives du ministère des Affaires Etrangères, série Asie Océanie 1944-1955, sous-série Indo-
chine, 399, dossier « Le communisme en Indochine, rapport du Commissariat Général de France en
Indochine », n°719/DGR du 1er mai 1954.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

C’était là sous-estimer le caractère cryptique de l’engagement communiste


sous Sihanouk, car il y avait une part de calcul dans l’abandon de ce vernis. En ef-
fet, les étudiants connus pour avoir flirté avec le marxisme n’étaient pas accueillis
avec un tapis rouge. Avant de devenir directeur d’un collège privé, Mey Mann fut
refusé au ministère des travaux publics, et travailla comme contractuel de qua-
trième classe 537. D’anciens membres de l’A.E.K. diplômés des travaux publics à
Paris (Chi Kim An, Mey Mann, Mey Phat, Sanh Oeurn, ou le non diplômé Toch
Phoeun ?), avaient été « marqués du sceau de la suspicion » par l’ambassade de
France et « confinés dans des tâches improductives » 538. En octobre 1958, Sanh
Oeurn, peut-être surveillé, avait émis le désir et obtenu le droit de retourner en
France pour terminer sa troisième année de l’Ecole Spéciale du Bâtiment. Le 27
septembre 1960, In Sokan était reparti en France en tant que boursier du gouverne-
ment français 539. En 1960, Khieu Samphan demanda à six reprises à enseigner à
l’université et au Lycée, en vain, faute de lettre de recommandation émanant du
Palais. Avec Hou Yuon et Hu Nim, ils demandèrent publiquement le renvoi du Rec-
teur de l’Université 540.
Phouk Chhay avait relevé en 1964, dans un mémoire sur le personnel poli-
tique cambodgien, que, depuis quelques années, nombre d’intellectuels issus de la
masse rurale aspiraient à « savoir pour agir » 541. Les partisans de changements so-
ciaux s’apercevaient sans doute que les croyances religieuses étaient des obstacles
à dépasser par un autre enseignement. Aussi, si certains futurs cadres du K.D. de-
vinrent travailleurs dans l’exploitation des chemins de fer, tels Ok Sakun et
Thiounn Prasith, qui s’adonnèrent à un travail militant efficace, ou médecins, tels
les docteurs In Sokan et Thiounn Thioeun à l’hôpital de l’amitié khméro-soviétique
inauguré le 29 août 1960 – où ils se montraient opposés à la corruption et aux Amé-
ricains –, la plupart des anciens étudiants de l’A.E.K. devinrent professeurs dans
des collèges privés fondés par le Parti Démocrate.
En 1955, le Cambodge disposait d’à peine une dizaine d’établissements se-
condaires privés et publics 542. Deux collèges accueillaient des élèves non admis au
lycée Sisowath ou à l’Ecole Normale, et étaient de véritables refuges pour profes-

537
Henri Locard, Conversations..., op.cit., p.11.
538
Serge Thion, Khmers rouges !, Matériaux pour l’histoire du communisme au Cambodge, p.55.
539
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°31, boursiers et stagiaires.
540
Ariane Barth, Tiziano Terzani, Anke Rashataswan, Holocaust in Kambodsha, 1980, p.219.
541
Phouk Chhay, Le personnel politique cambodgien en 1964, DES de Science Politique, p.92.
542
Prud’homme, l’Economie du Cambodge, p.181. M. Vickery parle pour 1954 de 271 000 élèves du
primaire, 3 300 élèves du secondaire et 144 étudiants ayant reçu le baccalauréat d’après les sta-
tistiques de l’Annuaire statistique rétrospectif du Cambodge (Cambodia 1975-1982, Boston, 1985,
p.18).

171
seurs de gauche refusés par l’enseignement public : Kampucheabot (« Fils du Cam-
bodge », un pseudonyme utilisé par le prince Youtévong dans des journaux démo-
crates de 1946-1947) et Chamroeun Vichea (« L’épanouissement du savoir », ou «
l’Instruction progressiste »). Mey Mann, directeur de Kampucheabot, se souvient
que l’accent était mis dans ces établissements sur « les cours de morale, les idées
progressistes, le marxisme et la loi des contradictions ». Lui-même utilisait les
problèmes de mathématiques pour démonter les mécanismes de la corruption 543.
Hou Yuon fut un professeur réputé à Chamroeun Vichea, si bien que l’établisse-
ment fut couramment appelé « Hou Yuon » à la fin des années cinquante 544. Saloth
Sar, revenu de France en janvier 1953, et une fois achevées ses activités clan-
destines à Phnom Penh puis sa formation dans la région Est avec les accords de
Genève de juillet 1954, se mit à enseigner le français, l’histoire, la géographie et
l’instruction civique au collège privé Chamroen Vichea, de 1956 à 1963 545.
D’autres hauts dirigeants du K.D. y donnèrent des cours : Vorn Vet, Ney Saran
alias Ya, tous deux futurs membres du Comité Permanent du Comité Central, ainsi
que Siet Chhae, futur membre de l’état-major de l’armée révolutionnaire 546.
Dans les années soixante, le désormais lycée Chamrœun Vichea était dirigé
par des membres du Parti du Peuple par le biais de l’Association de l’Ecole, dont le
président était Uch Ven, le censeur Maen San, et un autre membre Siet Chhae.
Quant au lycée Kampucheabot, il subissait l’influence du Parti à travers la présence
de Hou Yuon en tant président de l’Association de l’Ecole, de Mey Mann comme
directeur, et de Sok Knol, un membre très actif, comme censeur 547.
Ieng Sary, de retour de Paris en janvier 1957, dut d’abord travailler dans une
maternelle, avant de pouvoir enseigner le français ou la géographie et l’histoire au
collège Kampucheabot, alors dirigé par Mey Mann. Tout en s’abreuvant de revues
maoïstes en français, Sary donnait des cours d’anglais gratuits à des élèves méri-
tants et nécessiteux. Il aurait aussi été le précepteur de la princesse Ayravadi 548. Sa
femme Khieu Thirith enseignait également l’anglais, au lycée Sisowath. D’après
elle, ce poste lui avait été donné par Sihanouk. Ce dernier lui avait aussi proposé de
devenir membre de l’Assemblée Nationale, ce qu’elle avait refusé après en avoir
référé au Parti. En 1960, Thirith fonda un collège de langue anglaise à Phnom
543
Henri Locard, Conversations avec Ieng Sary, Mey Man, Suong Sikœun & Long Norin, 1999, p.17.
544
David Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.109.
545
Au terme de son enquête biographique, Chandler parle « d’instruction civique ». Pol Pot disait
avoir enseigné la morale lors de son interview à des journalistes yougoslaves (morals selon la BBC).
546
Ben Kiernan, How Pol Pot How Pol came to power…, 1985, Verso, London, p.176.
547
Synthèse des confessions de Tiv Ol, alias Penh, par Steve Heder.
548
Entretien avec Nicole Bizeray et Kim Vien. Pour Ayravadi, communication personnelle de Jacques
Népote. Pour les lectures maoïstes, voir Ponchaud, Cambodge année zéro.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

Penh. Elle y était adorée par ses élèves malgré son côté strict. Sur un plan privé,
toutefois, il est à noter qu’elle n’employait pas de domestiques chez elle. Sa sœur
Khieu Ponnary, professeur de littérature cambodgienne au collège de Takéo puis au
lycée Sisowath, se maria à Pol Pot le 14 juillet 1956. Ses élèves la trouvaient sé-
vère, disciplinée, austère, peu émotionnelle, mais juste 549. Les épouses des
membres du Parti, en tant que fonctionnaires de l’éducation nationale, gagnaient
beaucoup plus d’argent que leurs maris, et se consacraient encore à des heures sup-
plémentaires pour renflouer les caisses du Parti. Ce qui permettait à leurs maris
communistes de respirer car à l’époque, la solidarité internationale n’était plus que
peau de chagrin : l’ambassadeur soviétique à Phnom Penh, un peu vache, avait re-
fusé de leur accorder un simple prêt de dix mille riels.
Son Sen, de retour de Paris en mai 1956, enseigna d’abord à l’école primaire,
puis au lycée Sisowath ou à l’Institut Bouddhique en 1957-1959, et parvint à la
fonction de directeur d’études de l’Institut National Pédagogique – avec pour direc-
teur général Keng Vannsak – avant d’enseigner à l’Institut privé pour professeurs
Kompong Kantout financé par les Etats-Unis. Créé en 1958, l’Institut pédagogique
se chargeait, à la suite de l’Ecole Normale, de la formation de tous les professeurs
de l’enseignement public primaire, et désormais aussi de l’enseignement secon-
daire. L’Institut devint une base de recrutement massif de futurs cadres du Parti.
Selon un ancien élève, la moitié des professeurs étaient communistes. Parmi les
professeurs cambodgiens figuraient Tiv Ol, Uch Ven, Ros Chet Thor, et un progres-
siste qui n’était pas membre du Parti, Chau Seng 550. Alors que Son Sen faisait
montre d’un caractère plus ou moins sec vis-à-vis de plusieurs collègues français,
il se montrait très courtois avec Pierre Lamant, qui était membre de la fondation de
l’Institut et professeur de civilisation et de Révolution Française. Il lui demandait
quelques conseils, mais malgré ces relations professionnelles excellentes, il ne par-
lait jamais de politique avec Lamant, sinon pour critiquer le comportement des
commerçants chinois. Son Sen faisait partie de ces Sino-Khmers qui jugeaient né-
fastes le contrôle de l’économie par les Chinois. Les élèves de l’Institut, notam-
ment les meilleurs éléments, semblaient apprécier le bulletin d’information de
l’ambassade de Chine, écrit dans un excellent français 551. A la branche Nord de
l’Institut, réservée à la formation des instituteurs, Son Sen enseignait la philoso-
phie. Un futur membre du P.C.K. se souvient que son maître lisait beaucoup, no-
tamment les écrits militaires de Mao Tsé Toung, et De la Contradiction au sein du
peuple. Dans la cellule qu’il organisait dans sa maison de la branche Sud, il faisait
l’éloge des pays socialistes, et disait par exemple que, « avec les avions Tupolev,
549
Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.111. Kiernan, How Pol Pot ..., pp.176, 185.
550
Ben Kiernan, How Pol Pot ..., p.176.
551
Nous remercions Philip Short de nous avoir procuré les notes de son entretien avec Pierre Lamant.

173
on est sauvé de tout » – plus tard, un de ses élèves vécut cependant un incident à
bord d’un Tupolev 552. Il lançait aussi des mouvements contre l’impérialisme, et
Tiv Ol, à sa suite, persuadait les étudiants que le Mouvement du Peuple (Prachea-
chalana) de tendance démocrate, était une création impérialiste destinée à barrer la
route à une vraie révolution 553. Parmi les élèves de Tiv Ol figuraient Thuch Rin,
devenu secrétaire du secteur de Kompong Som sous le K.D., et Khek Pen, futur
haut cadre au Nord-Ouest. Son Sen se maria à un autre professeur du lycée Siso-
wath, Yun Yat, une jeune fille alors « très réservée » 554 qui devint plus tard ministre
de la propagande du K.D..
Khieu Samphan parvint finalement à enseigner l’économie politique à la fa-
culté de droit 555 ainsi que l’histoire, la géographie et le français à Kampucheabot
ou Chamrœun Vichea, où ses cours « étaient purement politiques, (...) il vilipendait
la monarchie (...). Il attaquait même Sihanouk. C’était le plus virulent des profes-
seurs du lycée ». Un autre étudiant se souvient avoir appris avec lui pendant l’an-
née 1962-1963 la théorie de la plus-value. Son maître ne critiquait pas le gouverne-
ment, contrairement à Hou Yuon qui stigmatisait ouvertement Sihanouk pour la
construction inutile d’un stade olympique à l’occasion des Jeux Asiatiques 556. Hou
Yuon enseignait aussi l’économie politique à l’université. Un de leurs anciens étu-
diants devenu docteur en 1965 se souvient que ces « progressistes » admirés par les
étudiants fondaient leur enseignement sur les œuvres au programme, souhaitaient
éduquer les paysans, et se référaient à la Révolution Française et à Rousseau. Cet
étudiant avait fait un récit similaire à Wilfred Burchett en 1980 :

« Khieu Samphan avait un aspect plus doux que Hou Yuon, mais en fait il était beau-
coup plus dur. Dans les conversations privées ils insistaient tous les deux sur le fait
que la future société doit être basée sur les masses paysannes et que toutes les autres
classes doivent être éliminées [?]. J’ai eu beaucoup de conversations avec Khieu
Samphan, en dehors des cours de la faculté. Il était plus catégorique que Hou Yuon
sur le besoin de démarrer une nouvelle société à partir de zéro, en la basant sur les
masses paysannes. "Elles sont pures" répétait-il sans cesse. "Tout dans l’ancienne so-
ciété doit partir. Nous devons retourner à la nature, basée sur la paysannerie" De
telles idées étaient des constantes (...) Mais il croyait aussi au rôle d’intellectuels
sélectionnés, disant qu’ils étaient les mieux qualifiés pour diriger le pays et organiser
552
Entretien du 11 juillet 2000 avec Long Norin, qui, pour aller à Prague, monta dans un Tupolev qui
dut atterrir d’urgence dans un champ près de l’aéroport de Rangoon. De la théorie à la pratique....
553
Synthèse des confessions de Kae Keum Huot alias Sot, par Steve Heder.
554
François Ponchaud, op. cit., p.192.
555
Entretien avec Rémy Prud’homme ayant connu Khieu Samphan en 1965-1966.
556
M. A. Martin, op. cit., p.161. Entretien avec Chuth Khay, 26 février 2002.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

rapidement le progrès économique et social » 557.


Alors que Khieu Samphan était approché par des membres de l’Association
Générale des Etudiants fondée en 1964 par Phouk Chhay, qui lui demandaient de
l’aide, celui-ci les aurait renvoyés en leur conseillant de lire le Que faire ? de
Lénine 558. Peu avant 1967, alors qu’il donnait des cours de mathématiques le
week-end dans une école privée, il se distinguait par sa ponctualité, inspirait le res-
pect à ses élèves, sans leur donner la moindre punition, et achevait les cinq der-
nières minutes de ses cours par des réflexions sur l’état du pays et la corruption.
« Pourquoi le gouvernement peint-il toujours l’opposition en rouge ? Demandez-
vous pourquoi ? », interrogeait-il. Sa faveur penchait vers les paysans dont les ri-
chesses parvenaient aux gens de villes. L’image qu’il employait était celle-ci : « Je
ne comprends pas pourquoi les arbres sont plantés à la campagne et les fruits vont à
la capitale » (les membres de l’Angkar allaient le répéter plus tard aux citadins).
En tant que secrétaire d’Etat, son attitude se voulait exemplaire : contrairement à
d’autres hommes politiques, il s’habillait simplement, en sandales, sans lunettes de
soleil, il était mince et ne se déplaçait pas en Mercedes sous escorte 559. Vandy
Kaonn, né en 1942 et étudiant en sociologie à la Sorbonne, a peut-être également
suivi les cours de Khieu Samphan. Il exposait à Wilfred Burchett qu’au moment de
la lutte anti-Lon Nol, Samphan intégra de nouvelles notions à « son idée de base
que l’homme est bon mais a été corrompu par la civilisation, que plus la " civilisa-
tion " se présente sous la forme d’une société industrialisée, plus l’homme est cor-
rompu » :
« Il considérait aussi l’éducation comme une source de corruption des masses. Seul
un système social très simple était nécessaire afin de rester " pur " et préserver son
bon sens. "Plus l’homme est éduqué plus il devient fourbe" devint une de ses for-
mules favorites (...) Dans un sens Khieu Samphan a mis en pratique ce qu’il prê-
chait. Il mena une vie très simple et travaillait dans les champs quand il était député
de l’Assemblée Nationale » 560.
Toutes ces notions empruntées à Jean-Jacques Rousseau, bien que Samphan
fût en définitive un partisan mesuré de l’industrialisation, trouvaient sans doute leur
illustration dans le goût immodéré que cultivaient les citadins pour l’opulence, les
distractions et le pouvoir.
Les attaques de ces professeurs contre la corruption des milieux gouverne-
557
Wilfred Burchett, The China Cambodia Vietnam Triangle, Vanguard Books, 1981, p.56. Entretiens
avec Nguyen Huu Phuoc, 1er et 3 avril 2001.
558
Kiernan, How Pol Pot..., p.207.
559
Someth May, Cambodian Witness, faber & faber, 1986, p.88.
560
Burchett, op. cit., p.65.

175
mentaux s’exprimaient en dehors des cours, parfois chez eux, au moment où ils
prêtaient des livres. Un ancien élève du lycée Sihanouk de Kompong Cham se
souvenait que dans les années soixante, un professeur (Tiv Ol ?) connu pour avoir
exposé la théorie communiste dans des cours de responsabilité civique et de natio-
nalisme, invitait à des groupes de discussion ceux des élèves qui avaient développé
des pensées jugées positives 561.
La déchéance sociale de la famille de Saloth Sar alias Pol Pot l’a visiblement
préoccupé. En 1997, il affirmait à Nate Thayer que lorsqu’il retourna auprès de sa
famille de « paysans moyens » en 1953, nombreux étaient ceux qui avaient perdu
leurs terres — un oncle avait dû devenir conducteur de pousse-pousse. Ainsi avait-
il « été influencé par différentes choses, mais surtout par ce [qu’il avait] vu au
pays » 562. Sa situation à lui était moins difficile, car il était apparemment bien logé.
Après s’être nourri de doctrine à Paris et d’enseignements à l’école du Vietminh, il
semblait avoir maîtrisé la discipline et l’assurance du révolutionnaire. Plusieurs
personnalités démocrates avec lesquelles il était alors en contact avaient été frap-
pées par ses qualités politiques et sa capacité à diriger de petits groupes 563. Ses
élèves appréciaient son savoir, sa modestie, son tact. Il était leur meilleur profes-
seur. Aucune haine ne transpirait de son attitude placide. Au contraire, il souriait et
parlait d’une voix douce et limpide.
Même si ces activités professorales ne conduisirent pas forcément ces com-
munistes à élargir l’horizon de leurs lectures, sans doute assez orientées depuis leur
séjour à Paris, leurs connaissances leur ont certainement donné un certain ascen-
dant sur d’autres communistes. De plus, Khieu Samphan, Hou Yuon, et Hu Nim
constituaient, avec Thiounn Mumm, rapidement retourné en France, l’élite la plus
cultivée du pays. Le sihanoukiste Jean Lacouture pourra toujours les vouer sans
distinction aux gémonies comme des « fous », « infestés d’un venin prochinois dé-
mentiel sans aucune rationalité », « d’un venin de folie meurtrière » 564, il serait en
561
David M. Ayres, Anatomy of a Crisis..., Hawai’i press, Honolulu, 2000, p.205.
562
Phnom Penh Post, 24 oct. - nov. 6 1997, p.4. Le mystère Pol Pot, reportage d’Adrian Maben, Arte
France, films du Bouloi, 2001.
563
D. Chandler, The Tragedy of Cambodian History…, p.76.
564
Interview de Jean Lacouture par Germain Treil, radio France Info, 17 avril 1998 (où il expliquait
avoir d’abord plaqué sur les maquisards l’image qu’il avait eu des maquis vietnamiens et sud-améri-
cains). En 1978, Jean Lacouture faisait soi-disant son mea culpa en publiant Survive le peuple cam-
bodgien! où il les taxait de « copistes au front bas », « aventuriers avides de sang », « professeurs bor-
nés », « frères musulmans » animés d’un « épais délire idéologique » (expressions d’ailleurs relevées
par Serge Thion dans « Le Cambodge, la presse et ses bêtes noires », Esprit, 9 septembre 1980). Il
s’élevait contre l’expérience « khmère rouge » « au nom du socialisme, défiguré, bafoué, déshonoré »
par ceux qu’il disait avoir soutenu un peu trop rapidement. En fait, à part une justification écono-
mique et tactique de l’évacuation de Phnom Penh (Nouvel Observateur, 12/5/1975), il n’est pas de
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

fait plus neutre, plus réaliste et même plus sihanoukiste de les caractériser par leur
hypersensibilité aux maux de leur société. Petit rappel des éloges princières dont ils
furent gratifiés en 1973 :
« Parmi les heureuses suites de ma proclamation, je rangerai d’abord le message que
m’envoyèrent trois jours après, le 26 mars, ces trois députés dont j’ai dit plus haut
qu’ils étaient les seuls hommes honnêtes à avoir été élus en 1966, et qui avaient choisi
peu après de gagner la forêt et ses petites bases de résistance. Il s’agissait de trois
intellectuels hors du commun, Khieu Samphan et Hu Yuon, deux éminents écono-
mistes formés par l’Université française, et Hu Nim qui était avocat. Ils avaient décla-
ré : "Merveilleux. Si vous, traditionnellement le dirigeant du peuple cambodgien, avez
décidé de vous battre avec nous, nous ne pouvons rien souhaiter de mieux" » 565.
Dans ses Chroniques de guerre de 1979, Sihanouk les qualifiait de « super-
intellectuels ». Avec So Nem 566, Dy Phon 567, et Hin Chamron 568, ils formaient à
eux six ce que l’entourage de Sihanouk appelait vers 1963 les « Khmers roses » 569.
Mais en 1967, Sihanouk s’emportait, menaçait les trois intellectuels proscrits de
mort et affabulait en prétendant en mai 1967 les meneurs des « rouges » roulaient
dans des voitures particulières et que les cadres moyens, pour la plupart ensei-
gnants salariés d’Etat, menaient une vie bourgeoise 570. Précisons qu’à cette date,

traces qu’il ait soutenu d’autre personnes que Sihanouk, le FUNK en général, et peut-être apprécié
Hou Yuon, qui ne fut jamais membre du Comité Central et fut la première victime des purges de Pol
Pot. Le procédé du retournement offusqué doit être vendeur. Or Lacouture fut d’abord le sempiternel
thuriféraire de Sihanouk. Le 24 août 1959, l’ambassadeur de France soulignait que « l’A.F.P. et Le
Monde (M. Lacouture suit dans ce journal les affaires cambodgiennes) jouissent d’un grand crédit à
Phnom Penh » (Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne). Selon un an-
cien correspondant, Lacouture était inscrit en tête d’une liste blanche qui constituait l’opposé de la
longue liste noire des étrangers indésirables sur le territoire cambodgien. Ailleurs, le retournement
semble plus attesté. Après avoir admiré Hô Chi Minh, Bourguiba, Sékou Touré, Nasser, et d’autres,
Lacouture les piétinaient dans Mes héros et nos monstres ou le temps des démiurges, Seuil, 1997 (Sur
Hô, Pierre Brocheux, Hô Chi Minh, presses de sciences po, 2000, pp.66-68).
565
Norodom Sihanouk, La CIA contre le Cambodge, Maspéro, 1973, pp.49-50.
566
Instituteur à l’Institut Bouddhique, professeur de littérature khmère au Lycée Sisowath vers 1957,
député, ministre de l’éducation, vice-président de l’Assemblée Nationale en décembre 1958, secré-
taire d’Etat aux cultes et à l’éducation religieuse (1959), ministre de la Santé publique (1967) arrêté
par Sihanouk en tant que vice-président ou président de l’Association d’Amitié Khméro-Chinoise.
Peut-être emprisonné trois ans, il réapparut à Paris pour soutenir le FUNK en France. La couverture
d’une confession de prisonnier de S-21 porte le nom de So Nem alias So Sat, secrétaire adjoint de
section 505 arrêté dès octobre 1975.
567
Etudiant membre de l’U.E.K., dentiste et spécialiste de la malaria à l’hôpital khméro-soviétique, il
partit pour le maquis en 1971 avec Thiounn Thioeun. Incarcéré à Tuol Sleng le 13 décembre 1978.
568
Vice président de l’UEK, ingénieur des travaux publics. Rentré en 1976, enfermé à S-21 (01/77).
569
Communication de G. Brissé (1er/5/99). Entretien avec Long Norin et Kheang Khaon (14/7/2000).
570
E. Becker, Les larmes du Cambodge, p.97 (New York, p.103). Le Sangkum, mai 1967, n°22, p.5.

177
les dirigeants du Parti, à savoir Saloth Sar, Ieng Sary, Koy Thuon, Son Sen, ou Chi
Kim An – diplômé de l’Ecole des Travaux Publics à Paris – et d’autres, s’étaient ré-
fugiés depuis plusieurs années dans les maquis. En mai 1967, les professeurs com-
munistes n’étaient plus très nombreux dans la capitale (on peut y compter Tiv Ol et
ses anciens élèves, mais non Phung Ton ou Mey Mann qui étaient progressistes), et
les cadres urbains Nuon Chea, Vorn Vet, Toch Phoeun, etc. n’étaient pas profes-
seurs. Il ne restait en fait guère que les députés progressistes et les diplômés mi-
nistrables Khieu Samphan, Hou Yuon et Hu Nim, qui subissaient les sautes d’-
humeur du prince et exprimaient parfois publiquement leur mécontentement à son
égard, enfreignant ainsi la ligne du Parti.

Précarité et danger du journalisme engagé

Un des traits manifestes de la monarchie cambodgienne était sa façon de ré-


clamer que l’on se pliât, à son égard, à un certain nombre de marques intangibles
de respect extérieur. Une loi (krâm) du 13 janvier 1956 stipulait de manière trans-
parente en son article 2 que « la propagande de toutes les idées est également libre
sauf celle des idées contraires à l’esprit de la Constitution du Royaume » 571. Dans
de telles conditions, la liberté d’expression et de presse ne pouvaient être que des
combats de tous les jours.
Vers 1954-1955, Saloth Sar aurait collaboré au bihebdomadaire de gauche
Samaki – « Solidarité », le même nom que l’opération lancée en 1954 par Sihanouk
pour obtenir le départ des troupes vietnamiennes avant le règlement de la première
guerre d’Indochine – Ce journal clandestin était dirigé par son frère Saloth Chhay,
qui distribuait aussi le journal démocrate et anti-communiste Taeu Mouk en
1954 572. Le gérant en avait d’abord été Tou Samouth 573, futur formateur politique
du même Saloth Sar. Chhay fut arrêté en 1955 car Samaki avait daté l’indépen-
dance du pays aux accords de 1954, et non en novembre 1953 au terme de la croi-
sade sihanoukiste, ce qui sortait de la version officielle 574. En dehors de cela, le
journal ne distillait pas de critique redoutable : ces centres d’intérêt portaient sur le
retard éducatif, la condition de la femme, la défense d’une indépendance totale,
d’une paix durable, d’un haut niveau de vie pour la population, et l’application de
la Constitution de 1947 pour ce qui touchait à la liberté de la presse et de réunion.

571
Archives du Min. des Aff. Etr., C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne, 11/4/1958.
572
Synthèse de la confession de Ruoh Sarin (Ros Sarin) alias Mav, par Steve Heder.
573
C.A.O.M. à Aix-en-Provence, Indochine, H.C.I., S.P.C.E., dossier n°107, note de décembre 1952.
574
Pour l’arrestation de Saloth Chhay, Chandler, The Tragedy…, p.77.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

Un autre journal « progressiste » et indépendantiste, Aekapheap (Unité), diri-


gé par Ping Sây (ou Peung Sây) exprimait son opposition au projet de Lon Nol de
faire entrer le Cambodge dans l’Organisation du Traité de l’Asie du Sud-Est
(OTASE). La Chine elle-même s’opposait à ce que le traité inclue le Cambodge, le
Laos et le Viêt-Nam dans la zone protégée par l’Organisation, ainsi qu’à un proto-
cole annexe qui autorisait une intervention des forces de l’OTAN dans ces pays en
cas de menace 575. Le directeur d’Aekapheap fut arrêté en 1956 à la veille de son
mariage. Il fut remplacé par Sok Lay (tué sous le K.D.), entouré de ses collabora-
teurs Ros Pin (socialiste devenu attaché culturel à l’ambassade de Chine sous Lon
Nol), et Hang (devenu président du Comité du P.C.K. de la région autonome de
Preah Vihear à la place de son supérieur assassiné par un colonel du nom de Reth à
qui l’on avait reproché une vie sexuelle déréglée). Suong Sikœun y rédigeait la ru-
brique internationale, en puisant ses informations dans la Tribune des Nations 576.
En 1960, le nouveau directeur d’Aekapheap fut cravaché par le chef des services de
sécurité, Kou Roun, qui l’accusait de parler de communisme 577. Kou Roun était haï
de beaucoup. Profondément dénué d’humour, jamais rassasié d’argent 578, cette
« sombre brute » savait néanmoins revêtir des dehors obséquieux en la présence de
correspondants étrangers 579.

Sok Lay dirigea également le journal Pancha Sila, du nom des « Cinq
préceptes » de la vertu bouddhiste, et que le Livre Noir du K.D. décryptait dix-huit
ans plus tard comme étant une référence aux cinq principes de la Coexistence Paci-
fique que défendaient les révolutionnaires pour faire écran au pacte militaire de
l’OTASE. L’expression était déjà utilisée dans ce sens par les dirigeants birmans et
indiens qui avaient signé des accords avec la Chine en 1954. En octobre 1961, Sok
Lay fut à nouveau accusé de propager des opinions communistes, bien qu’on n’ait
pu cité à sa charge que ses critiques envers la lourdeur des taxes et la dureté du tra-
vail 580.
575
L’OTASE comprenait depuis septembre 1954 les Etats-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la
Grande-Bretagne, la France, le Pakistan, les Philippines et la Thaïlande. François Joyaux, La Chine
et le règlement du premier conflit d’Indochine…, pp.317-318. En mars 1955, après l’annonce de la si-
gnature prochaine d’un accord d’aide militaire avec les Etats-Unis, Sihanouk signait avec Nehru une
déclaration commune en faveur des cinq principes de coexistence pacifique puis assurait en privé à
Chou Enlai qu’il ne voulait pas de la protection de l’OTASE (Ben Kiernan, How Pol Pot..., p.169).
576
Entretien avec Long Norin, 11 juillet 2000. Entretien avec Suong Sikœun, 5 septembre 2000.
577
Thion et Kiernan, Khmers rouges !, p.45, citant L’Observateur , 1er avril 1960.
578
Milton Osborne, Before Kampuchea, Preludes to Tragedy, George Allen & Unwin, London,
Sydney, Boston, 1979, p.23.
579
Entretien du 16 mai 2002 avec Bernard Hamel, correspondant de l’agence Reuters de 1964 à 1975.
580
Livre Noir, p.19. Cambodian commentary, n°11, sept. 1961. Les cinq principes de la Coexistence

179
Chi Kim An et Sien An, tous deux étudiants à Paris, l’un en travaux publics,
l’autre en statistiques, avaient représenté la gauche communiste cambodgienne à la
Commission Internationale de Contrôle mise en place par les Accords de Genève
dans chaque pays de l’ex-Indochine pour, notamment, veiller au respect du cessez-
le-feu. Chi Kim An fut arrêté le 10 juin 1955 en tant que rédacteur en chef du jour-
nal semi-clandestin progressiste Pracheachun créé le 1er avril 1955 581. Après le
rapprochement du Cambodge et de la Chine, qui déclencha un embargo groupé de
la part de la Thaïlande, du Sud-Vietnam et des Etats-Unis, le journal put renaître en
mai 1956 sous une forme hebdomadaire grâce à Non Suon, Nop Bophann et Keo
Meas – relâché en décembre 1955 après deux mois de prison. Le 10 mai 1957, le
journal considérait l’OTASE comme un pacte de guerre. En mars 1958, les débats
sur l’installation de bases américaines dans les pays membres de l’OTASE étaient
ressentis comme des préparatifs de guerre. L’installation au pouvoir de Ngo Dinh
Diem par les Américains était perçu comme un moyen de faire entrer le Vietnam
dans leur pacte de guerre. Il était écrit que ces manœuvres avaient épargné le Cam-
bodge grâce à « Monseigneur ex-Souverain » (Sihanouk). Cependant, la violation
des territoires de Svay Rieng par l’armée vietnamienne entrait dans un plan de
transformation du Cambodge en colonie pour le compte des Américains – le jour-
nal soulignant bien que ces violations n’étaient « pas le fait du peuple vietna-
mien ».
Le contexte étant alors favorable aux idées du non-alignement, d’autres jour-
naux neutralistes ou indépendantistes furent créés : Wat Phnom, Meatophum (« Pa-
trie »), dirigé par Saloth Chhay à sa sortie de prison ou par Son Phuoc Tho, le seul
député de 1962 à exercer une profession libérale, par ailleurs connu en 1959 par
l’ambassade de France comme étant pro-occidental. En 1958, d’autres journaux de
la même tendance réalisaient un tirage notable, même s’ils ne vendaient pas tous
leurs exemplaires : Pracheachun, dirigé par Nop Bophann (3200 ex.), les nouveaux
hebdomadaires Mittapheap (« Amitié », 2000 ex.), Aekapheap (« Unité », 2500
ex.) et Samleng kamkâr (« la Voix des Travailleurs », 1500 ex.). Au total, la presse
de gauche représentait 20 % de l’ensemble de la presse, sans compter la publication
de divers opuscules sur le Système Démocratique, la Culture Nationale ou la Mino-
rité Sino-Khmère.

établis d’abord en préambule au traité commercial sino-indien de 1954 étaient : « 1. Respect mutuel
pour l’intégrité territoriale et la souveraineté de chacun, 2. Non agression, 3. Non interférence dans
les affaires de chacun, 4. Egalité et avantage mutuel, 5. Coexistence pacifique et coopération écono-
mique » (J. H. Brimmell, Communism in South East Asia, 1959, p.287).
581
Raoul Marc Jennar, Cambodge, une presse sous pression, Reporters sans frontières, 1997, p.22.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

II. Activités politiques légales (1955-1959).


L’entrée dans la légalité politique
Après que le gouvernement français aient accordé l’indépendance à Sihanouk
plutôt qu’aux forces anti-monarchistes, la résistance démocrate se décomposa rapi-
dement. Son Ngoc Thanh, leur chef de file, s’était officiellement soumis le 30 sep-
tembre 1954. Ea Sichau poursuivait la lutte avec ses hommes dans la région de
Kralanh, mais son adjoint militaire, Kéo Tak, avait été assassiné le 18 février 1955
dans des circonstances troubles qui laissaient croire que la main du Roi n’y était
pas étrangère. Entre-temps, les jeunes progressistes Thiounn Mumm, Keng
Vannsak et Sin Khem Ko avaient infiltré la direction du Parti Démocrate. Il en était
résulté la scission du Parti au Congrès du 30 janvier 1955 en une aile gauche et une
aile droite minoritaire animée par Son San et Svay So. Le Parti Démocrate se rap-
procha d’anciens chefs Viet-Minh et poussa des étudiants à manifester contre des
accords signés avec les Etats-unis le 16 mai qui avaient permis au budget de l’ar-
mée d’être financé à hauteur de 82 % par eux, contre seulement 3 % par la France.
L’ingérence états-unienne avait engendré un certain malaise dans l’armée. Pourtant,
la Commission Internationale de Contrôle ne la jugeait pas incompatible avec les
accords de Genève : une clause de dernière minute proposée le 20 juillet 1954 par
Sam Sary, et conclue en l’absence des Chinois, prévoyait que le Cambodge puisse
« en cas de menace extérieure, accueillir des bases pour les puissances militaires
étrangères en territoire cambodgien » 582. D’une manière ou d’une autre, le Sang-
kum ne se sentait pas obligé par les Accords de Genève à ne pas accepter d’aide mi-
litaire américaine, puisque Sihanouk se targuait d’avoir obtenu l’indépendance
avant les Accords.
A l’approche des élections programmées pour 1955 par les Accords de Ge-
nève, l’aile gauche du Parti Démocrate, majoritaire et jeune, forma, en juillet 1955,
le Parti Travailliste khmer. Les partisans de Son Ngoc Thanh formèrent le Parti de
l’Indépendance Khmère qui, par son seul nom, suscitait l’ire du roi. Afin d’empê-
cher les démocrates de remporter à nouveau les élections, ce dernier se livra à dif-
férentes manœuvres : le directeur du journal démocrate Taeu Mouk, Nhek Kim
Long, fut emprisonné, des étudiants en train de manifester furent arrêtés, et Siha-
nouk abdiqua en mars 1955 pour entrer en politique en fondant le mouvement dit
de la « Communauté Socialiste Populaire », le Sangkum Reastr Niyum. Les statuts
du Sangkum appelaient à la réunion de toutes les élites, quel que soit leur tendance,
afin de lutter contre les abus et établir des assemblées dans chaque province char-
gées de juger les élus. Michael Vickery, qui a gardé des notes de ses lectures du
582
François Joyaux, La Chine et le règlement du premier conflit d’Indochine, p.293.

181
journal du Sangkum, précisait la philosophie autoritaire que le rassemblement dé-
fendait, et qui ne cesserait plus tard d’être la sienne, derrière un discours de façade
sur la promotion de la jeunesse : les pauvres et les malheureux devaient accepter
leur sort et rester vertueux pour mériter une vie meilleure dans le futur. A bien des
égards, d’ailleurs, le train de vie dispendieux des fonctionnaires donnait de l’espoir
aux paysans qui pensaient bien pouvoir se comporter comme ces derniers lors
d’une prochaine réincarnation 583. En définitive, le Sangkum n’était dès l’origine
qu’un rassemblement de forces largement conservatrices.
Face au Sangkum, se présentait le Pracheachun, c’est-à-dire « le peuple ». Le
25 mai 1955, An-Mang dit « Ker Meas » (Keo Meas), avait demandé aux autorités
d’accepter la création de l’association Pracheachun dont les membres souhaitaient
participer aux élections législatives. Selon le chef de la police, les statuts avaient
tout de l’organisation et de la hiérarchie d’un parti politique, hormis le fait qu’au-
cun congrès annuel n’était prévu. Ils faisaient aussi mention de l’aspiration de l’as-
sociation à « lutter contre les colonialistes et impérialistes ». Le journal associé au
Pracheachun semblait de la même tendance que le journal démocrate pro-Son
Ngoc Thanh Samaki, mais le fondateur était jugé entièrement pro-Son Ngoc Minh,
autrement dit communiste, car il avait travaillé avec le colonel Thanh Son, chef de
la Délégation de la République Démocratique du Vietnam (Vietminh) à la Commis-
sion Mixte de Contrôle à Svay Rieng. Le 12 juin, le président du Conseil des mi-
nistres faisait remarquer au ministre de l’Intérieur que l’association admettait des
membres de toutes nationalités, ce que les clauses judiciaires ne permettaient pas
pour la raison que les étrangers devaient rédiger une demande d’association sépa-
rée 584. Toutefois, le Pracheachun put se présenter aux élections de septembre 1955
avec comme logo une charrue à bœufs. Il regroupait, derrière Keo Meas, Non Suon
et Chi Kim An, la plupart des « Khmers Vietminh », c’est-à-dire les vétérans de la
lutte pour l’indépendance.
1955 : mascarade électorale
Le Roi Sihanouk abdiqua le 2 mars 1955 en faveur de son père, Suramarit.
Ceci lui permit d’entrer en politique en tant que président du Conseil et de rassem-
bler la droite face aux Démocrates. Le climat de la campagne électorale fut houleux
et peu démocratique. En avril 1955, des manifestations furent organisées pour de-

583
Pour ce paragraphe, voir les archives du SHAT à Vincennes, 10 H 5588, Relations franco-khmères,
« Bulletin d’études et de renseignements du Commandement en Chef des Forces terrestres et navales
en Indochine (1954-1955) ». Archives Nationales du Cambodge, Min. Interior, Telegr. Corres. 1953-
1958, 1959. Vickery, « Looking Back at Cambodia, 1942-1976 », in Kiernan & Boua, Peasants and
politics, pp.97, 103, ou Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.83.
584
Archives Nationales du Cambodge, Id., Dossier : Confidentiel Arrivée 1955.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

mander à Sihanouk de prendre le pouvoir, ce que l’intéressé accepta opportuné-


ment, lui évitant ainsi d’être soumis à la volonté des urnes. Puis il proposa une ré-
forme de la Constitution refusée par la Commission Internationale de Contrôle, ce
qui eut pour bénéfice de retarder les élections. Quant au gouvernement chargé d’or-
ganiser les élections, il avait refusé d’accepter des démocrates en son sein sous le
prétexte avancé par Sim Var qu’ils étaient communistes 585.
Le gouvernement surveillait étroitement les démocrates. Il avait soumis à au-
torisation préalable toute réunion de plus de vingt personnes (14 septembre 1955),
et exercé des pressions sur les fonctionnaires. Une liste de démocrates influents
comprenant leur adresse avait été délivrée par le sous-secrétaire d’Etat à la Sécurité
Nationale le 12 septembre 1955, avec pour instruction de ne pas laisser certains
membres franchir les limites de la ville. Y figuraient : 1 Ea Sichau, 2 Keng
Vannsak, 3 Svay So, 4 Sin Khem Ko, 5 Pach Chhoeun, 9 Huy Kanthoul, 12 Hong
Doeung Doeung (inspecteur de l’enseignement, déjà arrêté une fois), 13 Toth
Heng, 15 Thioun Choum, 32 Toch Phoeun (ingénieur des travaux publics), 34 Mey
Man (ancien conducteur des travaux publics), 47 Khieu Ponnary, etc.
Le 31 août 1955, le sous-secrétaire d’Etat à la Sécurité Nationale constatait
une collusion électorale entre Son Ngoc Thanh et Son Ngoc Minh. Les témoi-
gnages attestent en effet que Mey Mann, en se présentant comme candidat démo-
crate à l’île de Koh Tom en 1955, appliquait la recommandation du cadre du P.C.
Indochinois Pham Van Ba de militer à la fois au Parti Démocrate et dans le Pra-
cheachun et de maintenir le Parti Communiste Indochinois dans la clandestinité 586.
D’autres maquisards, tels Sanh Oeurn et Peung Sây avaient été accueillis au Parti
Démocrate, et celui-ci avait fait protéger ses propagandistes par des groupes d’ac-
tion Khmers Issaraks [« Khmers émancipés ou maîtres »] 587. Par ailleurs, la Sécuri-
té avait identifié un certain nombre de chefs « Khmers Vietminh » : Chey Suon
(Non Suon), Chau Vinh, Ngin Hor, Tou Samouth, et Chau Phuong 588, envoyés dans
diverses provinces pour contrôler les cellules régionales, et provoquer diverses

585
Chandler, The Tragedy of…, pp.81-3. Comme le formulait Phouk Chhay, « le gouvernement Leng
Nghet, dont Prak Praprœung était ministre de l’Intérieur et de la Défense en Surface et Sisowath Sirik
Matak ministre de la Défense Nationale, et qui ne comprenait ni un membre du Parti Démocrate, ni
un membre du Pracheachun, était favorable au Sangkum » (Le pouvoir politique.., p.189.).
586
Entretien de Mey Mann avec Henri Locard, août 1998 (Conversations ...).
587
Entretien avec un démocrate de gauche ancien étudiant en droit. Les Issaraks sont la première gé-
nération des révolutionnaires. Approvisionnés d’abord par la Thaïlande, les KI allaient dépendre de
plus en plus des communistes vietnamiens. Un coup militaire en Thaïlande en 1947 contre le gouver-
nement de gauche interrompit le recrutement du P.C.I. (Heder, Origins of the conflict, 1978, p.14).
588
Chau Phuong, alias Phuong, de son vrai nom Ek Phon, sera l’un des six membres du Comité
Permanent du Comité Central du K.D. vers mi-1978.

183
pressions et menaces sur les électeur 589.
Le fait que Sihanouk ne fut plus Roi n’épargna pas à ses adversaires d’être ac-
cusés de « lèse-majesté » s’ils attaquaient la monarchie, en vertu des articles 297 et
301 du code Pénal de 1912 590. Parmi les fauteurs figuraient Sarinn Tong, Inspec-
teur des Finances 591, et le secrétaire adjoint du Parti, Keng Vannsak, arrêté le jour
même des élections dans ce qui apparaît comme une tentative manquée d’assassi-
nat ou une provocation. Alors que ce dernier discourait lors d’un meeting, des ti-
reurs l’auraient visé et auraient atteint son chauffeur situé derrière lui, et ce fut lui
qui fut arrêté pour complicité de meurtre jusqu’au mois de novembre, après s’être
publiquement repenti dans une lettre diffusée à la radio !
D’autres irrégularités électorales furent dénoncées par les démocrates : me-
naces, meurtre de candidats, adhésions forcées au Sangkum, obligation faite de prê-
ter serment à des forces surnaturelles, obligation faite à des bonzes d’aller voter
Sangkum. De nombreux journaux démocrates furent interdits, généralement peu de
temps après avoir été lancés, et leurs éditeurs emprisonnés sans procès. Curieuse-
ment, les éditeurs accusés de lèse-majesté ou d’avoir menti sur divers sujets n’é-
taient pas accusés d’avoir menti en dénonçant les irrégularités électorales 592.
A l’issu du scrutin, l’opposition subit une défaite cinglante. Tous les sièges re-
vinrent au Sangkum. Des électeurs avaient eu peur pour leur personne et avaient pu
penser que ces élections étaient le prolongement du référendum de février organisé
pour approuver la croisade royale pour l’indépendance. Les Démocrates s’en sor-
taient avec une moyenne de 12,3 % des voix. Le Pracheachun, qui avait présenté
trente cinq candidats et appelé à voter ailleurs pour les démocrates, avait obtenu 3,8
% (11,4 % à Kampot, 7,3 % à Svay Rieng et 6,1 % à Battambang) 593.
L’opposition battue se délite
Après les élections, Sihanouk renforça de plus belle sa pression politique sur
les démocrates. Son Ngoc Thanh fut poussé à s’exiler. Le 25 octobre, le journal ré-
589
Chey Suon était censé remplacer feu Nhem Sun à Svay Rieng ; Chau Vinh regagner Kompong
Chhnang pour se mettre en liaison avec Sieu Heng qui contrôlait les provinces de Battambang et Pur-
sat ; et Ngin Hor contrôler d’anciens K.V.M. de Prey Veng et Kompong Cham grâce à ses mi-
trailleuses « Trente » (Archives du Royaume du Cambodge, Min. Interior, Telegr. Corres. 1953-1958,
1959).
590
Philippe Preschez, op.cit., 1961, p.61. Entretien avec un candidat démocrate de gauche.
591
Phouk Chhay, Le pouvoir politique au Cambodge, 1945-1965, p.189.
592
Vickery, « Looking Back at Cambodia, 1942-1976 », in Kiernan & Boua, Peasants…, pp.98-99.
Selon Kiernan d’importantes grèves étudiantes eurent lieu en 1955-56 (How Pol Pot..., p.172).
593
Archives du SHAT, op. cit., 10 H 5588. Lire aussi P. Preschez, Essai sur la démocratie au Cam-
bodge, 1961. Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.83.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

publicain Prachea Chat fut interdit. Et si le prince amnistia deux démocrates en


décembre 1955, le journal le Démocrate (en cambodgien Pracheathipathey) cessa
d’être publié en 1957. La même année, Svay So, un représentant du Parti démo-
crate, fut battu par les soldats de Lon Nol à la sortie d’une conférence amicale avec
Sihanouk au Palais. Les animateurs du Parti Démocrate cessèrent vite de se réunir,
la plupart allant grossir les rangs du Sangkum pour des raisons professionnelles ou
opportunistes, mettant de fait le Parti en sommeil 594.
Le mouvement Pracheachun fut également touché par des arrestations. Keo
Meas fut emprisonné d’octobre à décembre 1955 pour propagande antigouverne-
mentale 595. Grâce au maintien d’un certain nombre d’habitudes clandestines, les
autorités ne semblent pas avoir repéré Nuon Chea, chargé avec Vorn Vet de diriger
les travailleurs de la capitale sous une couverture d’homme d’affaire ou de
commerçant. Le Parti était précautionneux : Sok Knol, étudiant marxiste en
France, chef strict et peu disert d’une cellule clandestine du Pracheachun, refusa
par deux fois d’y accepter Suong Sikœun en 1956, prétextant qu’il n’était aucune-
ment au courant de l’existence d’une cellule. Certains anciens militants ou chefs is-
sarak ruraux recherchés par la police, tels Sao Phim, déménagèrent à maintes re-
prises. La plupart des membres du P.R.P.C. cessèrent leurs activités.
Puis la répression contre la gauche finit par se dissiper, surtout en ville, ce qui
permit à la branche urbaine du Parti de prendre de l’ascendant. En effet, en 1956,
Sihanouk se rapprocha de la gauche à travers l’adoption des cinq principes de la
coexistence pacifique défendus par le Pracheachun. Ce dernier avait même propo-
sé en avril 1956 de former un gouvernement de coalition dont il aurait fait partie.
En 1956, le Cambodge était le pays d’Asie du Sud-Est le plus aidé, essentiellement
par la Chine (8 millions de livre sterling), l’U.R.S.S. et l’Inde 596.

1958 : élections en toute discrétion


Lors des élections de mars 1958, le Pracheachun se prononçait en faveur de
la Paix, de la Neutralité et de la fidélité au prince, et proposait d’assurer « la vente
de [la] production nationale par des ressortissants cambodgiens » et de lutter contre
l’ingérence étrangère aussi bien dans la politique que dans l’économie. Sur cinq

594
Chandler, The Tragedy …, p.85 et entretien avec un ancien candidat démocrate emprisonné trois
mois en 1960 alors qu’il était l’avocat de la femme de Chau Bory dans l’affaire du complot Dap
Chhuon. Sihanouk n’hésitait pas à le qualifier en même temps de rouge... Vickery indique que le Parti
fut dissous en 1957. In Sopheap qu’il le fut le 11 août 1957. Phouk Chhay qu’il le fut en 1955.
595
Archives du Min. des Aff. Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », 16/01/57.
596
J. H. Brimmell, Communism in South East Asia, 1959, pp.307-8. Kiernan, How..., pp.170, 173-5.

185
candidats pressentis pour être en lice dans l’ensemble du pays, un seul fut maintenu
face au Sangkum : Keo Meas, qui récolta 396 voix à Phnom Penh contre 13 000 à
son adversaire 597, un score moins négligeable qu’il n’y paraît si l’on sait que le
candidat d’une autre circonscription l’avait emporté avec 1066 voix 598. Les quatre
autres candidats, dont Yim Cheo, dans le bastion de Chhouk en Kampot, avaient
préféré se retirer après la publication d’un pamphlet sihanoukiste contre le com-
munisme. Ils auraient pu s’en tirer avec un score honorable car la population avait
été mécontentée par la désignation des candidats sihanoukistes, presque tous parac-
hutés. Les candidats du Pracheachun étaient, quant à eux, du cru, et se déplaçaient
à la paysanne, à pied ou en charrette, et non dans de belles voitures américaines. Ils
prétendaient aussi vouloir appliquer la politique du Sangkum, mais réellement 599.
Adhésions stratégiques au Sangkum
D’un autre côté, plusieurs anciens socialistes ou communistes avaient adhéré
au Sangkum : Khieu Samphan, Hou Yuon, Hu Nim, Uch Ven (un camarade com-
muniste commun à Saloth Sar et Khieu Samphan), Chau Seng, Phung Ton, Keat
Chhon, et peut-être même Son Sen 600. Hu Nim était, avec Long Boreth, un des plus
jeunes élus de mars 1958. Dans son district de Prey Totoeng, dans la province de
Kompong Cham, il avait réuni des fonds pour construire deux pagodes et un col-
lège 601. Le 10 juillet, il était devenu sous-secrétaire d’Etat à l’Intérieur chargé des
relations avec le Parlement. Celui des « progressistes » qui obtint le plus de postes
fut Hou Yuon, bien que ce ne fut jamais que pour quelques mois : d’abord secré-
taire d’Etat au budget de juillet 1958 à février 1959, il fut nommé au ministère du
Plan de février à juin 1959, à la Santé Publique de juin 1959 à avril 1960, président
de la commission des Finances à l’Assemblée Nationale en 1960, membre du bu-
reau des Finances d’août à octobre 1962, puis au ministère du Plan d’octobre à fé-
vrier 1963 602. Uch Ven parvint au poste de sous-secrétaire d’Etat aux cultes en
1958. So Nem, à celui de secrétaire d’Etat aux cultes et à l’Education religieuse en
1959. Chau Seng était secrétaire d’Etat du Comité exécutif du Sangkum Reastr
Niyum et secrétaire d’Etat à l’Education Nationale en 1958 603. L’épouse com-
muniste de ce dernier le voyait comme un « communiste bourgeois », un com-

597
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne, re-
vue de la presse khmère, 15 février-15 mars 1958, n°112, situation politique, 23 mars 1958.
598
Kiernan, How Pol Pot... , p.180.
599
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon »,
rapport de l’ambassadeur Pierre Gorce, 21 mars 1958.
600
Pour l’adhésion de Son Sen (en 1958), voir William Shawcross, op. cit., p.241. Cette information
laisse néanmoins sceptique Charles Meyer, conseiller de Sihanouk de 1957 à 1970.
601
Kiernan, How Pol Pot..., p.181.
602
Vickery, « Looking Back at Cambodia (…) », in Kiernan & Boua, Peasants and politics, p.100.
LA CONSTRUCTION DU CAMBODGE EN DEBAT (1954-1959)

muniste de cœur partisan d’un régime socialiste, et non un membre du Parti infiltré,
bien qu’il n’ait pas eu de divergences majeures avec les communistes et ait souvent
agi en liaison avec eux. Ce sont ces derniers qui l’auraient enjoint de rester en haut
du pouvoir sous Sihanouk 604. Keat Chhon, en tant que ministre de l’Industrie sous
Sihanouk, est décrit comme quelqu’un de sérieux sans être sectaire, ayant les pieds
sur terre. Sihanouk lui aurait hypocritement proposé le poste de premier ministre,
ce qu’il s’était senti obligé de refuser compte tenu de ses faibles compétences. Telle
était la tactique du prince pour mieux pointer du doigt le manque de courage des
hommes de gauche à assumer des responsabilités.
L’adhésion de ces militants communistes convaincus à un rassemblement
royaliste a surpris ceux qui les avaient connus à Paris dans les années cinquante.
Une fois membre ou « compagnon » du Sangkum, un député était soumis, du fait
des statuts du Sangkum, à une stricte discipline de vote. Sans doute Sihanouk, dé-
sormais Président du Conseil, cherchait-il à apaiser l’agitation estudiantine, ou en-
core à fidéliser et à embourgeoiser les députés trop indépendants ou osant émettre
des idées originales avant lui. Mais, comme l’indiquait Phouk Chhay, la « gauche
participante » voyait aussi en Sihanouk un barrage à une dictature militaire ou à
l’arrivée au pouvoir d’éléments « ultranationalistes », et le « socialisme national »
était pour eux une « étape nécessaire à la réalisation d’une démocratie authen-
tique ». La « gauche isolée » et non participante, pensait, quant à elle, « qu’une op-
position intransigeante au pouvoir légal permettra[it] de reconstruire, même à
longue échéance, un puissant “ parti du peuple ” qui établira[it] une démocratie
populaire » 605.
Cette adhésion stratégique ne mit jamais un terme à la surveillance policière
vis-à-vis de la gauche, mais stabilisa pendant quelques temps la répression anti-
communiste qui ne fut jamais aussi intense qu’au Sud Vietnam sous Ngô Dinh
Diem ou dans d’autres pays limitrophes – les mouvements de gauche thaïlandais et
laotiens avaient été pourchassés dès 1958 et 1959, ce qui avait poussé le Pathet Lao
à combiner lutte politique et armée quatre ans avant le Parti des Travailleurs du
Kampuchéa.

III. Du stalinisme au maoïsme.


Le rapport Khrouchtchev de 1956, sans ébranler les convictions des com-
603
La liberté, bi-hebdomadaire de Phnom Penh, 11 juillet 1958. Archives Nationales du Cambodge,
Speeches, accords, congrès, 1960’s.
604
Communications personnelles de Jean Sagnes, professeur émérite d’histoire, qui a rencontré Ma-
dame Chau Seng, 17 et 23 janvier 2001.
605
Phouk Chhay, Le pouvoir politique au Cambodge, pp.71, 197.

187
munistes cambodgiens, changea leur regard sur l’U.R.S.S. Les étudiants « progres-
sistes » de Paris avaient toujours justifié les méthodes staliniennes dénoncées dans
le journal le Monde. Les membres de l’A.E.K. en France n’eurent pas grand mal à
partager avec le Parti Communiste Chinois son opposition au révisionnisme
khrouchtchévien. Certains d’entre eux avaient déjà lu les premiers textes de Mao
dont La Nouvelle Démocratie, ainsi que les ouvrages d’Edgar Snow et de Jack Bel-
den. Et l’on peut avancer que le processus d’éloignement des rebelles de la voie so-
viétique a été favorisé pour Ieng Sary, Khieu Samphan, In Sokan, Ok Sakun et Hu
Nim, partis de France en 1956-1959, par la mise en doute tenace du rapport
Khrouchtchev par le P.C.F., et la mauvaise humeur qu’il mit à accepter de dénoncer
Staline. Il ne semble toutefois pas possible que les militants coloniaux aient eu vent
de l’engouement de Thorez pour Mao vers 1957, car ses clins d’œil ne survenaient
en général que dans des réunions restreintes, sauf lors d’un discours au Cirque d’-
Hiver le 28 octobre 1958, auquel Khieu Samphan a pu assister, dans lequel le n°1
du P.C.F. affirmait que 1958 avait été « l’année de l’essor de l’agriculture chinoise,
qui a réalisé les plus grands progrès qu’on ait jamais vus, depuis que le monde est
monde » 606.
Vu du Cambodge, explique Keng Vannsak qui était au Cambodge en 1956, en
même temps que Saloth Sar et Hou Yuon, ses camarades et lui-même pensaient
comme le P.C.F. que ce rapport était un faux fabriqué par la presse bourgeoise. Or,
une fois qu’il fut avéré que l’auteur en était le premier secrétaire du P.C.
d’U.R.S.S., le pouvoir « soviétique » ne pouvait qu’avoir abandonné la cause pro-
létarienne, d’autant qu’il cherchait l’entente avec des régimes capitalistes. Leur
cœur se tourna donc vers la Chine qui continuait quant à elle la lutte des classes 607.
Ils s'étaient également « tournés vers la Chine à la fin des années cinquante car les
Russes jouaient la carte de Sihanouk et nous négligeaient (...). Quand le monde a
commencé de critiquer Staline, on est devenu maoïstes » 608. Le Parti cambodgien
ne manqua donc pas de prévenir en 1963, via Thiounn Prasith, les étudiants les plus
actifs du Cercle Marxiste-léniniste restés à Paris, tous membres du P.C.F. pro-so-
viétique, de son opposition au révisionnisme russe 609.

606
Philippe Robrieux, Histoire intérieure du PCF, 1981, pp.478-485, 508-509, chap. « Le stalinisme
sans Staline », et « Avec Mao contre "K" ».
607
Entretien avec Keng Vannsak du 17 mai 1998.
608
Marie-Alexandrine Martin, Le mal cambodgien, 1989, p.105.
609
Communication de Suong Sikœun, 1er janvier 1999.
CHAPITRE 8

UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE

(1959-1963)

I. Sihanouk, Dr. neutralité & Monseigneur neutralisateur.


Flexible ou fantasque dans sa stratégie, le Prince non-aligné cherchait à élargir
sa base politique, à jouer une tendance contre une autre, à préserver la neutralité du
pays et à suivre la voie d’un juste milieu économique et militaire entre le capita-
lisme américain et le socialisme nord-vietnamien. Les concessions qu’il faisait aux
communistes lui permettaient de leur couper l’herbe sous le pied et de les isoler.
Militairement, il recevait d’un côté de l’aide des Américains, et de l’autre, autori-
sait le mouvement révolutionnaire vietnamien à approvisionner les socialistes sud-
vietnamiens à travers le Cambodge, en échange d’une absence de troubles révolu-
tionnaires dans son pays. Economiquement, après Bandung, il signa en 1956 des
accords d’aide économique et commerciale avec la République Populaire de Chine,
l’URSS et d’autres pays du bloc soviétique 610. En novembre de la même année, un
premier « plan biennal » était lancé pour prévoir le financement d’un certain
nombre d’infrastructures (port de Sihanoukville, aéroport, routes). Un plan quin-
quennal allait suivre en janvier 1960, et une vague de nationalisations allait être an-
noncée en novembre 1963 611.
Aux dires de Charles Meyer, conseiller du prince de 1957 à 1970, Sihanouk
avait fait photocopier les thèses de Khieu Samphan et de Hou Yuon, et les avaient
gardées deux semaines pour les examiner, mais sans doute n’avait-il fait que les
parcourir rapidement 612. Hou Yuon avait par ailleurs diffusé par le biais d’un Co-

610
David J. Steinberg, Cambodia, its people, its society, its culture, 1959, New Haven. p.21.
611
Rémy Prud’homme, L’économie du Cambodge, pp.167-171.
612
Entretien avec Charles Meyer du 8 juin 1998.
mité de défense de la politique de neutralité de Sa Majesté, une traduction de sa
thèse en 1956 sous le titre la Question Coopérative (réédité au moins en 1964) 613.
Leurs idées allaient faire leur chemin. Le prince voulait, disait-il, tendre la main à
cette jeune génération de « militants d’une réelle valeur, profondément convaincus
par leurs idées » 614, mais aussi, sans le dire, la corrompre. Il existe une certaine
concordance entre les plans de Sihanouk et les projets des thésards. Ces derniers re-
prenaient les propos du Prince qui semblaient aller dans la bonne voie, et, de son
côté, Sihanouk reprenait leurs idées à son compte pour paraître progressiste et ne
pas trop prêter le flanc aux critiques des communistes, tant qu’il autorisait ceux-ci à
s’exprimer. Donc Hou Yuon et Khieu Samphan acceptèrent de servir comme mi-
nistre ou sous-secrétaire d’Etat environ trois ans après avoir rédigé leurs thèses re-
marquées – dont des copies allaient circuler clandestinement entre les mains des
intellectuels de gauche jusqu’à la fin des années soixante. Hu Nim étant pour sa
part, déjà au service de Sihanouk lorsqu’il rédigeait sa thèse. Le but de ces compro-
missions était sans doute de rassembler des forces dans un large éventail de la so-
ciété, comme le voulait la tactique du P.C.K.. Bien entendu, il ne purent modifier
en profondeur le système.
Malgré cette échange de politesses et de procédés, les « intellectuels » esti-
mèrent que les réformes entamées étaient insuffisantes et peu abouties, et que les
hommes installés par Sihanouk à la tête des coopératives étaient incompétents et
corrompus. Les exemples de gâchis économique et de gestion absurde (éloigne-
ment d’usines complémentaires, ou autres projets de construction avortés) les
désespérèrent rapidement. Sans parler de la dégradation des mœurs qu’ils déce-
laient dans la multiplication des tripots. Leur vision était plus structurée que l’am-
bigu « socialisme bouddhique » prôné par Sihanouk, et exprimait une réelle pri-
mauté du rôle de l’Etat et des contre-pouvoirs citoyens dans l’économie. Les étu-
diants de gauche avaient par ailleurs pris leurs distances vis-à-vis du bouddhisme,
et se rendaient compte de l’obstacle qu’il constituait si l’on voulait amorcer de
grands changements. Ils considéraient déjà que l’organisation du travail collectif
sur la base d’une direction unie passait par un effort d’éducation politique des pay-
sans. L’idylle ne dura donc qu’un temps, puisque les trois « super-intellectuels » de
Sihanouk allaient rejoindre le maquis en 1967.

613
Ben Kiernan, How Pol Pot Came to Power, p.170.
614
P. Short, Pol Pot, 2004, p.134.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

II. Une opposition enserrée dans d’étroites limites.

Des soutiens extérieurs infimes

De 1955 à 1963 les communistes nord-vietnamiens ne jugèrent pas opportun


de développer le P.R.P.C. ou le P.C.K., trop insignifiant à leurs yeux, alors qu’ils
s’étaient engagés à aider leurs camarades opposants du Sud-Vietnam dès 1959. Au
Cambodge, après l’indépendance, les troubles n’avaient pas resurgi aussi vite qu’au
Sud-Vietnam, et le sort des paysans n’était pas aussi difficile. Par ailleurs, vers
1960, le gouvernement de Hanoi avait conclu un arrangement majeur avec le
Prince : ce dernier acceptait que les combattants du F.N.L. du Sud-Vietnam soient
approvisionnés à travers le Cambodge, en échange de quoi le Nord-Vietnam
s’abstenait d’attiser le mouvement communiste cambodgien. La « piste Sihanouk »
devenait ainsi le digne prolongement de la « piste Hô Chi Minh » ouverte en 1959,
et le port de Sihanoukville (nom de Kompong Som de 1960 à 1970) servait de pla-
teforme d’approvisionnement à l’armement des communistes.

Le rôle assigné à la presse de gauche

En 1959, l’expression d’idées contestatrices était tolérée pour les questions


internationales. Et l’influence de la presse de gauche était telle qu’en août 1959,
l’ambassade de France s’était employée à faire demander aux journalistes com-
munistes d’éviter dans leurs colonnes le « problème algérien » – l’ambassade ne
pouvait souffrir des conseils « comportant sur un ton souvent modéré des critiques
très sévères » 615.

Pour ce qui est de la critique des problèmes internes, 1959 est une année d’é-
touffement des esprits. En mars 1959, le parti Pracheachun, autorisé par la Com-
mission de Contrôle des accords de Genève, était à nouveau suspendu au motif
qu’il travaillait pour un « patron étranger ». Les journaux favorables au régime de
Hanoi, Trung Lap et Hoa Binh Trung Lap étaient suspendus pour un mois. La nuit
du 9 octobre, Nop Bophann, le directeur du Pracheachun, mais non le plus virulent
de ses rédacteurs, était assassiné de plusieurs coups de feu alors qu’il sortait de son
bureau. Un sacrifice pou rassurer la droite ? A l’époque, l’ambassade de France re-

615
Ben Kiernan, How…, p.170. Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne,
analyses de la presse de mai 1957, février-mars 1958, lettre de Pierre Mathivet, 31 août 1959.

191
cueillait toutes sortes de rumeurs évoquant des mauvais traitements subis par des
opposants. Et le climat de crainte qui dominait la vie phnom-penhoise était encore
accentué par les expulsions, de plus en plus nombreuses, de Chinois et de Vietna-
miens – une trentaine de Vietnamiens, peut-être venus du Nord, avaient été arrêtés
à Kratié en novembre 1959. Même le corps diplomatique français était tenu de si-
gnaler le moindre de ses déplacements, ce qui permettait au gouvernement, sous le
prétexte de la sécurité, d’en contrôler les activités 616.
De temps à autre, lorsque le pouvoir y trouvait son compte ou relâchait son at-
tention, la gauche accentuait son influence dans la presse officielle. Hu Nim avait
ainsi pu collaborer au Nationaliste, dont le directeur politique était Sihanouk, et
était devenu quelques mois directeur politique de l’hebdomadaire Réalités cam-
bodgiennes, du 19 janvier 1960 au 5 août 1960, et ce, après la retentissante affaire
du coup d’Etat pro-américain de Dap Chhuon et Sam Sary de 1959 qui faisait en-
core les choux gras des journaux un an après son déclenchement. Lorsque la chape
de plomb éditoriale s’entrouvrait, certains journalistes s’autorisaient des audaces.
Selon l’ambassade de France, Nim avait profité de l’absence momentanée du ré-
dacteur en chef Jean Barré, pour orienter le journal vers la ligne de l’Observateur
dirigé par Khieu Samphan. Il allait peu après être remplacé par « un des fonction-
naires du Palais Royal les plus dévoués au Trône » 617… En août 1959, le journal
indépendant Meatophum avait viré momentanément au rouge à propos des
questions laotiennes, pendant que son animateur Son Phuoc Tho était parti à l’é-
tranger 618.
Un personnage incontournable du monde éditorial et politique cambodgien
était Chau Seng. Parlons tout d’abord de ses affinités politiques. Etudiant à Mont-
pellier, il y avait noué des relations amicales avec l’étudiant en droit et en écono-
mie Khieu Samphan et y avait rencontré occasionnellement Ieng Sary. Par la suite,
Chau Seng resta toujours un « communiste bourgeois » proche de Hou Yuon, Hu
Nim, Uch Ven, et, dans une moindre mesure, de Khieu Samphan. Il était entré en
politique par l’intermédiaire de son parrain Sam Sary – responsable de la répres-
sion lors des élections de 1955 et magistrat réputé avoir recouru à des méthodes
d’interrogation violentes 619. Son observance des rites bouddhiques était plus ou
moins spontanée. Les témoignages se rejoignent pour le décrire comme un tra-
vailleur infatigable, un personnage dynamique, un peu agité. Selon un ancien
conseiller de Sihanouk, ses ambitions auraient été immenses. A l’époque, Sihanouk

616
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon ».
617
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », 1er septembre 1960.
618
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°22, presse cambodgienne, 31 août 1959.
619
P. Short, Pol Pot, 2004, p.111.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

essayait d’attirer à lui les étudiants aux capacités prometteuses. Mais sa marge de
manœuvre était faible. D’après son frère, « il n’avait pas le choix, servir le Sang-
kum ou rester avec les “Rouges” ». D’après son épouse, il resta un proche collabo-
rateur de Sihanouk sous la pression de ses amis communistes intellectuels qui le
priaient de rester au pouvoir, sans doute comme un moindre mal. Il n’adhéra pas au
P.C.K. et ne séjourna pas non plus dans les maquis entre 1970 et 1975. Il joua donc
un rôle clef dans les organisations sihanoukistes en tant que secrétaire d’Etat du
Comité exécutif du Sangkum Reastr Niyum (Communauté Socialiste Populaire) et
secrétaire général de la Jeunesse Socialiste Khmère de 1958 à 1967. Quelles que
fussent ses motivations, sa carrière fut on ne peut plus remplie. En 1957, il
commença comme directeur des affaires politiques et administratives de la Prési-
dence du Conseil des ministres. En 1959, il devenait recteur de l’université boud-
dhique. Par la suite, il fut encore député (de 1958 à 1966), vice-président de l’As-
semblée Nationale (1959), secrétaire d’Etat à l’Education Nationale (janv. 1958 -
juin 1959), ministre de l’information (avril 1960 - août 1962), ministre de l’agricul-
ture (octobre 1962 - déc. 1964), directeur de cabinet du chef de l’Etat (janv. 1965 -
nov. 1966), directeur de l’ensemble des magasins d’Etat (1966), ministre d’Etat
chargé du commerce (août à nov. 1966), après quoi il fut membre du Haut Conseil
du Trône ou plutôt chef de cabinet du Chef d’Etat jusqu’en septembre 1967. Les
rumeurs sur sa participation à des réseaux de corruption peuvent provenir de ce
qu’il supervisa, comme secrétaire d’Etat au commerce, l’acheminement du riz aux
maquis « Vietcong » via le port de Sihanoukville, ou du fait que c’était là le moyen,
pour Sihanouk, de tenir ses collaborateurs. D’après Charles Meyer, qui l’a connu
depuis 1956, « Sihanouk déclarait ouvertement avoir confié à Chau Seng des
postes “ lucratifs ” pour l’éprouver et l’avoir en main (de même pour Hou Yuon et
Khieu Samphan mais sans succès) » ; il n’avait pas la réputation d’être un boud-
dhiste fervent et s’attachait plutôt les faveurs des dignitaires du Sangha (le concile
bouddhique) à ses fins ; « les “ rouges ” ne croyaient guère en ses convictions révo-
lutionnaires et le tenaient pour un opportuniste virtuose du double jeu ». D’après un
de ses proches, tout le monde s’appuyait sur les bonzes pour s’élever, et, tout en
prêtant ses compétences à Sihanouk, Chau Seng luttait à sa manière contre le féo-
dalisme et le mandarinat qui influençaient tant la famille royale 620. Seng défendait
donc les idées progressistes tout en s’enrichissant considérablement, et cela ne lui
valait pas que des amitiés.

620
Renseignements tirés d’une note biographique dactylographiée écrite du temps où Chau Seng était
ministre du GRUNK chargé des Missions Spéciales (nous remercions Chau Khim la copie qu’il nous
a fournie). Communications personnelles de Chau Khim (8 mars 2001), de Mme Chau Seng via Jean
Sagnes, et de Charles Meyer (26 février 2001).

193
De 1960 à 1967, en tant que Président de l’Association de la Presse au Cam-
bodge, Chau Seng avait la haute main sur la presse. Il collabora lui-même à Réali-
tés cambodgiennes, au Nationaliste (Neak Cheat Niyum) (1959-1962), fut rédacteur
en chef des revues en langue française Kambuja et Le Sangkum (1965-1968), mais
son nom est plus souvent associé à la gestion et à la direction, de 1958 à 1967, de
La Dépêche du Cambodge, dont le directeur politique était Sim Var, puis de la
Nouvelle dépêche du Cambodge. Vers 1959, le journal était tout à fait pro-Sihanou-
kiste, anti-républicain, et passablement anti-communiste – tel journal d’extrême
gauche y était soupçonné de recevoir de l’argent de l’étranger. En décembre 1964,
alors qu’il était ministre de l’Agriculture, Chau Seng écrivait que la jeunesse était
mal préparée à l’agriculture et à l’industrie, car les étudiants et les parents
pensaient que l’éducation servait à devenir fonctionnaire civil 621. En 1966, à un
moment où Chau Seng disposait d’une totale latitude d’expression sur la politique
internationale 622, la Dépêche partageait les critiques de la Chine sur la non-inter-
vention de l’URSS dans la guerre du Vietnam, reprenait les descriptions et les sta-
tistiques du F.N.L. sur le progrès social et la nouvelle culture démocratique dans les
zones qu’il contrôlait, et s’émerveillait de l’architecture révolutionnaire de Le Cor-
busier.
Un autre journal qui marqua momentanément son temps fut le bihebdoma-
daire en langue française L’Observateur, fondé par Khieu Samphan en 1959, qui
comptait comme collaborateurs Thiounn Prasith et Koy Thuon. Ce journal était, se-
lon un historien observateur, « totalement pro-soviétique », il « parlait avec sympa-
thie de tous les pays socialistes », et se déclarait en faveur de la coexistence paci-
fique khrouchtchévienne, bien qu’en demi-teinte pour déjouer la censure. Cela n’é-
tait pas trop sulfureux pour le pouvoir. En juin 1960, le journal citait une déclara-
tion du Pracheachun dont la coloration politique était un neutralisme anti-améri-
cain bon teint truffé de références à Sihanouk. Et pour ce qui est de la politique in-
térieure, à lire un autre historien, la rédaction « stigmatisait fréquemment » et dans
les mêmes termes que Sihanouk, les fonctionnaires, leur corruption et leur désinté-
rêt des problèmes du peuple 623. L’ambassadeur de France signalait que le journal
était mieux fait que d’autres et comptait parmi ses lecteurs beaucoup de jeunes
intellectuels :

621
Michael Vickery, Cambodia 1975-1982, p.302.
622
Milton Osborne, Before Kampuchea, 1979, p.149.
623
Serge Thion, Khmers rouges !, pp.47, 160. William Shawcross, Une tragédie..., p.246. Entretien
avec Serge Thion qui avait lu l’Observateur. Autobiographie de Thiounn Prasith du 25 décembre
1976 sur le site www.yale.edu/cgp.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

« A “ l’Observateur ” incombait un travail plus subtil. Des articles à prétention écono-


mique et sociale, empreints d’un « misérabilisme » geignard, mettaient en évidence les
tares de la société khmère et les insuffisances de la répartition des richesses, étudiaient
la possibilité de créer des entreprises d’état et déploraient aussi bien l’absence de
transports en commun dans la ville de Phnom Penh que le caractère volage de trop de
maris cambodgiens ou la concurrence faite par la bière importée au jus national du
palmier à sucre. Un des thèmes favoris de “ l’Observateur ” dénonçant les séquelles
du colonialisme était d’expliquer la faiblesse des études au Cambodge par l’impor-
tance trop grande du français dans l’enseignement » 624.
Selon Khieu Samphan, son journal prenait en compte les aspirations des intel-
lectuels. Beaucoup étaient « exaspérés par la corruption, notamment de la Cour ».
L’élite cambodgienne devait comprendre « que le salut du pays ne résidait pas dans
une république de type américaine ». Seul le Prince, « malgré ses défauts », était en
mesure d’empêcher la guerre de s’étendre sur l’îlot de paix qu’était le Cambodge.
Son journal avait aussi eu pour but de susciter le débat sur la poursuite de la voie
de la neutralité au moment où l’intégration du Cambodge à l’OTASE était discutée.
Dans le giron de l’OTASE, le Cambodge aurait « subi les représailles du Nord-
Vietnam et de l’URSS ». La neutralité impliquait enfin que l’on établisse « des ré-
formes sociales pour donner un soutien au gouvernement neutraliste, car on ne peut
apporter de soutien le ventre vide ». Une des colonnes qui soulevaient la contro-
verse était le « Coin de Phnom Penh ». Cette rubrique attirait l’attention sur les
conditions de vie des petites gens et décrivait de manière pittoresque des scènes
quotidiennes de la rue. Par exemple, l’article « “Quand le crépuscule descend sur le
marché” rapportait la vie errante des enfants orphelins qui, la nuit, dormaient sur
les étals et au petit matin décampaient avant l’arrivée de leurs propriétaires » 625. La
durée de vie du journal ne fut que de quelques mois.
Du 12 au 13 août 1960, les journaux Pracheachun, Mittapheap, Ekapheap et
l’Observateur firent l’objet d’une perquisition nocturne, et la saisie de leur matériel
d’imprimerie et de bureau les mit dans l’impossibilité de poursuivre leur travail au
moins jusqu’au mois de juin, date à laquelle le matériel leur fut restitué, vraisem-
blablement à la suite d’une intervention de la délégation soviétique à Genève. Le
14 août, les services de la sûreté arrêtèrent une cinquantaine de journalistes et d’ou-
vriers – chiffre de l’A.F.P. contre une quinzaine seulement officiellement. Du côté
des journaux en vietnamien, Trung Lap ne fut pas inquiété, mais la parution de
Trung Kip fut interrompue pendant quelques jours 626. En novembre 1960, Chou
Chet ressuscitait le journal neutraliste Pancha Sila avec un tirage très faible. En
624
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », 1er/9/1960.
625
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, pp.52-53.
Entretien avec Khieu Samphan, juillet 2000.

195
janvier, Son Phuoc Tho relançait Meatophum apparemment pour permettre au
Prince de prendre position sur certaines questions sous le prétexte de répondre à
une pression publique. Le 1er décembre 1961, le Pracheachun était à nouveau auto-
risé à reparaître, et publiait 1 600 exemplaires.

Des arrestations par vagues (1959-1960)

Après le démantèlement par la police des réseaux ruraux du Parti en 1959, les
cadres basés en ville prirent un nouvel ascendant au sein du Comité Central du Par-
ti, jusqu’alors dirigé par Son Ngoc Minh – même en exil entre 1954 et 1956 –, et
par Tou Samouth et Sao Phim 627. Mais la police allait les harceler également. En
août 1960, au moment de l’interdiction de plusieurs journaux de gauche, une quin-
zaine de figures de gauche, dont Non Suon et Chou Chet, furent arrêtées, puis libé-
rées en septembre. En juillet, Khieu Samphan allait être neutralisé par les forces
neutralistes. Il était intervenu lors d’un « congrès consultatif populaire » à côté du
Palais Royal – en fait une audience populaire 628 plutôt qu’un des Congrès Natio-
naux biannuels au cours desquels la plupart des interventions étaient préparées à
l’avance, mais où le Roi écoutait des plaintes et rendait ostensiblement justice à la
radio. Les paroles de Samphan avaient dû faire l’effet d’un coup de tonnerre dans
un ciel moutonnant. Selon Laura Summers, la police spéciale de Kou Roun l’aurait
fraîchement cueilli à la sortie du « congrès », et l’aurait humilié, rossé et déshabillé
en public, avant de l’enfermer du 13 juillet 1960 au 21 septembre 1960. Des photos
de l’opération auraient été distribuées dans tout Phnom Penh 629. L’ambassade de
France ne mentionnait pas qu’il avait été emprisonné, mais seulement qu’il avait
été frappé, dépouillé de ses vêtements et photographié par ses agresseurs 630. Il
semble, à lire une source proche de Khieu Samphan, qu’il fut détenu environ un
626
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », télégramme de l’ambassa-
deur Pierre Gorce du 18 août 1960, n°22, presse cambodgienne, 14 juin 1961.
627
Chandler, The Tragedy of Cambodian History, pp.112-3.
628
Les « audiences populaires » servaient à écouter les doléances du bas peuple, à propos de litiges de
voisinage ou d’ennuis créés par des fonctionnaires locaux. Selon l’expression d’un diplomate fran-
çais, ces audiences constituaient une « soupape de sûreté » (Entretien du 16 mai 2002 avec Bernard
Hamel, correspondant de l’agence Reuters de 1964 à 1975. Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge,
n°112, situation politique au Cambodge, février 1958).
629
Sur son arrestation après un congrès, entretien avec un de ses anciens amis français. Les dates de
son incarcération sont dans l’introduction de Laura Summers à sa traduction de la thèse de Samphan,
citée dans Kiernan, How Pol Pot…, p.189. Il aurait été « photographié en caleçon », selon Ariane
Barth, Tiziano Terzani, Anke Rashataswan (Kambodsha, op.cit., p.218). Sihanouk écrivait qu’il n’a-
vait été que dénudé, et non bastonné, Prisonnier des Khmers rouges, p.382.
630
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », Pierre Gorce, 08-09/1960.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

mois, sans être maltraité, quelques temps après son humiliation du 13 juillet 1960.
Le journal qu’il dirigeait, l’Observateur, revint sur l’incident et le qualifia d’acte
« manifestement fasciste, avec des échos d’impérialisme », ce qui obligea le jour-
nal à reproduire une mise au point du chef de la police 631. Dans les numéros de
juillet, Samphan attribuait sa mésaventure à des militants « fascistes », sans toute-
fois exclure une action des services du ministère de la sécurité, et demandait au
Président du Conseil que justice lui soit rendue. Quarante années plus tard, Sam-
phan affirmait n’avoir pas pris en considération cet acte de « mesquinerie » car il
voyait plus grand. Il est vrai que Samphan n’en était pas à sa première manifesta-
tion d’opposition. Ses prises de position dérangeaient à maints égards et les occu-
pants du pouvoir avaient tenté d’atténuer ses critiques par divers moyens. Un jour,
il avait été convoqué au ministère de l’Intérieur : on lui aurait proposé un poste
important dans l’administration, et on l’aurait averti de ne pas s’évertuer à vouloir
prendre de l’importance avec son journal, ou à vouloir prendre la place de Siha-
nouk. Dans le cas contraire, il risquerait de trouver, en lieu et place du trône, une
« moustiquaire en bois » – autrement dit un cercueil 632.
Selon l’ambassade de France, peu de temps avant sa brusque interpellation,
Samphan avait pris position, dans son journal et dans celui de Chau Seng, contre
l’intensification de l’enseignement en français à l’école primaire au motif que cet
enseignement était une nuisance au développement intellectuel et constituait une
séquelle du colonialisme. Chau Seng avait lui-même considérablement réduit l’en-
seignement en langue française en 1958 dans les écoles primaires. Ces prises de
position partaient d’un constat d’échec. Des décennies plus tard, Samphan retraçait
la manière dont, au collège de Kompong Cham, les professeurs étaient écoutés très
attentivement, tandis que dans la section française d’un lycée de Phnom Penh, où
les professeurs n’écrivaient rien au tableau et parlaient trop vite en français, les
élèves n’écoutaient pas. Un professeur de philosophie des sciences dans un lycée
de Phnom Penh en 1968-1969, avait pu constater que la moitié des élèves de Pre-
mière et de Terminale ne savait pas s’exprimer clairement en Français à l’écrit. Ce
n’était pas cette langue qui était pratiquée chez eux. La khmérisation en cours dans
les classes inférieures était selon lui probablement une très bonne chose 633.
Autres circonstances fâcheuses, Samphan avait été, quelques mois avant
juillet, « longuement interrogé par la police. Courageusement, il avait [donné] un
récit détaillé de son entretien avec le ministre lui-même, Mr Kou Roun, n’omettant
631
Chandler, Pol Pot...., p.101. Serge Thion citait la mise au point du chef de la police spéciale rappe-
lant que pour son chef, le communisme est l’idéologie qui veut que le Cambodge devienne un valet de
la Russie, de la Chine populaire ou du Viêt-minh (Thion et Kiernan, Khmers rouges !, p.46).
632
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, pp.54-55.
633
In Sopheap, Khieu Samphân, op.cit., p.3. Entretien avec Serge Thion, 6 juin 2002.

197
ni les menaces, ni les coups ». L’ambassadeur de France saluait dans cet éclat un
acte que « peu de Cambodgiens (…) auraient osé se permettre » 634. Et quelques
mois plus tôt, l’intellectuel avait réagi à l’assassinat, le 10 octobre 1959, de Nop
Bophann, l’éditeur en chef du journal Pracheachun, organe légal dirigé par des
communistes : la façon dont Bophann avait été « abattu dans la rue comme un
chien » constituait une « conduite barbare sans précédent dans un pays bouddhiste
comme le nôtre » 635 !
L’incident auquel avait été confronté Samphan en juillet 1960, eut des réper-
cussions à l’Assemblée. La plus puissante brute du pays, Kou Roun, s’en prit aux
supposés adversaires du régime Chau Seng, Hou Yuon, Hu Nim, Uch Ven, et So
Nem, ce à quoi Ray Lomuth et Uch Ven répondirent en déposant une motion de
censure contre Kou Roun. Certains jeunes députés auraient fait courir le bruit qu’il
ne leur restait plus qu’à résilier leur mandat et à retourner à leurs chères études à
Paris. En définitive, Sihanouk calma le jeu par un arbitrage « opportunément com-
plété par une généreuse distribution de grands cordons, de cravates, de croix et de
médailles aux parlementaires » 636…
Toutefois, dans les rangs communistes, la prudence et l’inquiétude se renfor-
cèrent. Au début de l’année 1960, Tiv Ol, en poste au ministère de l’Education, au-
rait confié à des camarades que le Cambodge ne resterait pas longtemps neutre si
Sihanouk éliminait et arrêtait les anti-impérialistes les plus progressistes. Les pa-
triotes progressistes devaient se préparer à l’éventualité d’une lutte 637. L’avenir
s’assombrissait aussi du côté des Khmers Serei (la droite du Parti Démocrate), vic-
times expiatoires d’une répression dont il était fait largement écho par le pouvoir à
travers les photos de presse et les films projetés dans les salles de cinéma 638.
Dans son discours de septembre 1977, Pol Pot forçait sans doute le trait en
parlant de la répression d’avant 1960. Durant cette période, le Parti était plus tou-
ché par un manque d’enthousiasme révolutionnaire ou par des défections comme
celle de Sieu Heng en 1959 – déjà hésitant à se rendre au Roi en 1953 et sachant
plaire aux Vietnamiens – que par des filatures et des lois scélérates : « Chez nous,
en 1955, il y avait une élection et nous avons été sévèrement battus par l’ennemi.
En 1956 et 1957, l’ennemi continuait à prendre des mesures sévères à notre égard.
En 1958, quand la seconde élection eut lieu, l’ennemi lança de graves opérations
634
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », Pierre Gorce, 3/8/1960 et
1/9/1960, n°31, culture, sport, enseignement, 10 juin 1960.
635
Introduction de Summers à sa traduction de la thèse de Samphan, in Kiernan, How…, p.188.
636
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », Pierre Gorce, 22/08/60.
637
Synthèse de la confession de Ruoh Sarin (Ros Sarin) alias Mav, par Steve Heder.
638
Bernard Hamel, « Le surprenant parcours du prince Sihanouk », Historia n°391, juin 1979, p.93.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

de répression contre nous. Beaucoup d’arrestations furent effectuées dans les zones
rurales ». Son récit est plus conforme à la vérité lorsqu’il affirme qu’« en 1959 et
1960, les arrestations eurent cours en grand à la campagne comme à la ville. En
1959 près de 90 % de nos forces révolutionnaires des zones rurales furent détruites,
par les arrestations, les meurtres, la corruption, et les défections ». Pour ce qui était
des villes, il ne s’étendait guère : « De nombreux grands intellectuels, tel que notre
actuel Camarade Président du Présidium d’Etat, furent persécutés et incarcérés par
l’ennemi ».
Pendant cette période, l’activité du Parti consistait essentiellement à distribuer
des tracts hostiles envers l’entourage du chef de l’Etat, à proposer quelques ré-
formes, tout en louant publiquement sa politique neutraliste. En 1960, lors du ré-
férendum sur l’acceptation de la politique étrangère de neutralité du Sangkum, qui
recueillit plus de deux millions de voix contre 133, les communistes auraient fait
voter pour Sihanouk 639. Ils soutenaient la politique de neutralité, gardaient profil
bas après les arrestations, et évitaient de nuire à leurs grands frères Vietnamiens qui
voulaient se concilier les faveurs de Sihanouk pour approvisionner les opposants au
régime sud-vietnamien.
La répression continua cependant au début de l’année 1961. En mars, selon le
rapport de fin de mission de l’ambassadeur Pierre Gorce, le Sangkum faisait régner
à Phnom Penh une « véritable psychose de crainte qui paralys[ait] la vie admi-
nistrative du pays, décourage[ait] les initiatives et lass[ait] les bonnes volontés ».
Après, le pouvoir allait plus ou moins lâcher la bride tout en montrant qu’il était le
maître. Un langage commun avait été trouvé avec le Prince sur certaines questions,
ce qui donna lieu à quelques rares échanges. Les journaux Pancha Sila et Prachea-
chun reparaissaient en mars et en décembre. Le 12 juin 1961, Khieu Samphan était
relâché. En juillet, le Prince, se contentait de le moquer pour « avoir refusé
d’accepter la place d’ambassadeur en URSS, “ son paradis ” » 640. Puis son humeur
changea.
Au Congrès spécial du Sangkum d’août 1961, Sihanouk, très véhément, ne
s’était gêné d’accuser Hou Yuon et la famille Thiounn de trahison 641. En 1962,
Yuon aurait dit à Jean Lacouture : « Ils veulent faire de nous un peuple de lar-
bins » 642. La lutte politique, recommandée jusqu’alors par les communistes Vietna-
miens, semblait être impraticable. Sihanouk avait décidé de tenir le Congrès
639
P. Richer, L’Asie du Sud-Est. Imprimerie Nationale, 1981, p.254. Phouk Chhay le date du 5/6/60.
640
Archives du M.A.E, C.L.V., Cambodge, n°112, situation politique, 7/3/61, n°20, parti « Prachea-
chon », 15 décembre 1961, J. de Beausse, et n°22, presse cambodgienne, 23 juin 1961, P. Gruffaz.
641
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon » , 5 août 1961.
642
Jean Lacouture, Survive le peuple cambodgien !, Seuil, 1978, pp.9-10.

199
Spécial le 1er août 1961 pour répondre aux questions posées par le Pracheachun à
propos du niveau de vie de la population, du chômage parmi les jeunes, et de l’af-
faire de détournement impliquant Bernard Labat, le trésorier de la province de
Kompong Cham. Non Suon, prudent, expliqua que la totalité de son groupe se trou-
vait dans l’impossibilité de prendre part aux discussions, pour la raison que cela
irait à l’encontre de l’unité nationale et serait une « arme tendue aux impérialistes
de l’OTASE ». Le Sangkum avait certes promis en juillet 1961, lors du XI e Congrès
National, d’abandonner toute procédure judiciaire à l’encontre des membres du
Pracheachun et des journaux de gauche, mais il n’avait pu s’empêcher de réclamer
que tous les articles soient signés et que leurs auteurs soient signalés par leur photo
et leur adresse…. Non Suon vint donc seul pour entendre Sihanouk et ses ministres
détailler l’affaire Labat et répondre qu’il n’existait pas de gouvernement infaillible,
qu’on ne pouvait à la fois reprocher au prix du riz de grimper en prenant le côté des
consommateurs, et, lorsqu’il baissait, verser des larmes pour les producteurs. A Si-
hanouk qui avançait que le chômage ne pouvait être réduit en forçant ceux qui
cherchaient un emploi dans les bureaux du gouvernement à travailler à la cam-
pagne, Non Suon rétorqua qu’il conviendrait d’utiliser cette force inemployée dans
l’industrie. Lon Nol, ministre d’Etat chargé de la défense nationale, reprocha en-
suite aux membres du Pracheachun de ne pas révéler où ils cachaient leurs armes,
une entorse selon lui aux principes des accords de Genève. Plusieurs voix s’éle-
vèrent alors pour demander la suppression du Pracheachun. Toutefois, Sihanouk
s’y opposa craignant que le mouvement ne poursuive ses activités clandestinement
auréolé d’une gloriole victimaire 643.
Une période de normalisation permit au Pracheachun de reparaître le 1er
décembre 1961. Un article se penchait sur les complaisances gouvernementales
vis-à-vis des anciens maîtres du Cambodge. Les Français se livraient impunément
au trafic d’opium, importaient leurs voitures « à titre d’importation temporaire »
pour éviter de payer les droits de douane, s’opposaient aux investissements des
japonais, entretenaient cinq cents hommes armés dans leurs plantations, avaient ob-
tenu que leurs professeurs fussent mieux payés que les professeurs cambodgiens et
que leurs voyages ainsi que ceux de leur famille fussent pris en charge par le gou-
vernement cambodgien 644. Mais à la fin de l’année 1961, lors d’un congrès natio-
nal consultatif, le Prince refusa de répondre au porte-parole du Pracheachun, après
s’être assuré de la présence d’une foule de jeunes partisans goguenards 645. Une des
dernières interventions publiques de Non Suon, lors du XII e Congrès National de
janvier 1962, se résuma à soutenir la politique de recherche de l’eau et les efforts
643
« Face to face with communist critics», Cambodian Commentary, n°12, october-december 1961,.
644
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon ».
645
Chandler, The Tragedy of Cambodian History, p.119.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

de lutte contre les inondations entrepris par le gouvernement Penn Nouth, tout en
suggérant de rester vigilants, de lutter contre les impérialistes étrangers, « de diver-
sifier les cultures, de soutenir les prix agricoles et de reporter à une date ultérieure
le paiement des impôts et taxes par les victimes des calamités naturelles » 646.
Jusqu’en 1962, la lutte légale entreprise par les communistes via le Prachea-
chun ne leur causa pas de dommages importants en dehors de l’assassinat de Nop
Bophann et de l’arrestation provisoire de quelques responsables éditoriaux, notam-
ment en août 1960. 1962 allait constituer un tournant.

Une campagne électorale marquée par les coups tordus du pouvoir


(1962)

La répression s’abattit dans un contexte particulier : peu avant que ne démarre


la campagne pour les élections prévues en juin, et peu après que Sihanouk ait eu
maille à partir avec le « Monde Libre » et le premier ministre thaïlandais Sarit Dha-
narat. La répression intérieure participait de cette bonne vieille politique de bascule
dont était tant épris le Prince de la mise en scène, versatile autant qu’il était fragile
sur le plan international. Vers le 12 janvier 1962, la police arrêta pour espionnage et
tentative de coup d’Etat treize ou quatorze militants du Pracheachun à Kompong
Cham, dont Non Suon, Tep Eam et un enfant. Le 17 janvier, celui que l’on appelait
Monseigneur, déclara qu’il ne gracierait pas les traîtres si le tribunal décidait de les
faire fusiller. Selon l’ambassadeur de France, ce réquisitoire violemment passionné
entrait dans le domaine des « retournements spectaculaires » et des « outrances ver-
bales » d’un Prince partisan d’un « neutralisme explosif » qui aurait pu adresser les
mêmes invectives le lendemain au monde capitaliste. On ne pouvait croire que ce
prétendu complot eût sérieusement mis en danger l’Etat. Sur un plan stratégique in-
térieur, le Prince se dégageait non seulement de ses promesses d’ouvrir les portes
du Cabinet ministériel à de jeunes ministres, mais préparait aussi avec maîtrise la
prochaine consultation populaire, bien qu’il ne cessât de s’en défendre en propo-
sant même d’exposer des photocopies des documents saisis afin de montrer qu’ils
n’étaient pas des fabrications 647, chose qu’il ne fit jamais.
Le Parti surprit les observateurs internationaux par son audace à envoyer des
lettres de protestation à plusieurs ambassades et co-présidents de la conférence de
Genève. Il s’y élevait contre ce qu’il qualifiait de « manœuvres désespérées de
l’impérialisme américain et de ses valets » dans la lignée des « événements de Rath
646
Compte-rendu du XIIe Congrès national, janvier 1962. Archives du Cambodge, Speeches …
647
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°15, politique intérieure, janvier 1962.

201
Vath à Svay Rieng » mis sur le compte des « Khmers rouges », exactement comme
Hitler avait faussement attribué l’incendie fasciste du parlement allemand aux com-
munistes. Le Parti s’affichait au contraire comme un défenseur des solutions paci-
fistes – le 14 mars, il avait ainsi exprimé son soutien à la conférence internationale
pour le désarmement général et universel et s’était prononcé contre la reprise des
essais nucléaires atmosphériques par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Lorsque
le procès eut lieu, les échos dans la presse furent minimes. La Dépêche s’était
contentée d’un compte-rendu laconique. Le compte-rendu complet ne fut publié
que par le journal La Vérité de Georges Féray. A lire ce compte-rendu, on peut être
en proie au doute, comme l’ambassadeur de France alors, sur la validité des
preuves que le gouvernement prétendait détenir... L’avocat des inculpés avait souli-
gné qu’ils n’étaient que des paysans sur lesquels aucun couteau n’avait été saisi. Le
président du tribunal avait demandé à un des accusés qui était Lénine : « Soeun
m’a dit que c’était un Russe », répondit celui-ci, ingénument ou non. Les accusés
eux-mêmes disaient n’avoir fait que diffuser leur journal, préparer les élections,
lutter contre les impérialistes, agir dans la ligne du Sangkum, et inciter la popula-
tion à participer à l’entraînement de la milice municipale (les « Chivapols ») en vue
de parer aux menaces d’invasion sud-vietnamienne. Le 12 janvier, Sihanouk, dans
un discours enregistré directement par l’ambassade de France, avait accusé les qui-
dams d’avoir demandé à leurs militants de se faire admettre au Sangkum pour
mieux le saboter – lequel, faut-il le préciser, contrôlait tous les emplois publics –,
de contacter les bonzes avant d’organiser la révolution, et de se renseigner sur les
effectifs des soldats dans chaque garnison et le long de la frontière. Dans un
condensé officiel du même discours, Sihanouk en venait à accuser les « Khmers
rouges » de s’être vendus à des maîtres étrangers.
Après une heure et quinze secondes de mûre délibération, le tribunal militaire
condamnait tout le monde à mort… Keo Meas, « en fuite », méritait aussi la mort,
par contumace. Peu avant les élections, pour ne pas laisser de prise à la propagande
adverse, les peines de mort furent commuée en détention à perpétuité, et lorsque
Sihanouk effectua une mission diplomatique en Chine, en février 1963, la grâce fut
accordée à tous 648. Non Suon, libéré en 1970 par Lon Nol, allait devenir commis-
saire politique de la région de Saang-Koh Thom sous le nom de Chamroeun Chey,
et, en 1975, membre chargé de l’agriculture du Comité Permanent du Comité
Central du P.C.K., sous le nom de Chey Suon 649.
En février 1962, le journal Pracheachun lui-même avait été forcé de se taire.
648
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », janvier à mai 1962, n°15,
politique intérieure, 16 mai 1962, n°112, situation politique, 5 mars 1963.
649
Patrice de Beer, op. cit., p.46. S. Heder, Pol Pot and Khieu Samphan, Monash University, Aus-
tralia, 1991, p.10. Heder, Documentary ..., p.42. Vickery, Cambodia ..., p.199. Meyer, op. cit., p.190.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

Son directeur, Chou Chet alias Thang Si – le futur secrétaire de la zone Ouest du
K.D. – avait été arrêté le 30 janvier pour avoir protesté contre l’arrestation de Non
Suon le 12 janvier, puis celle de Keo Meas, et contre la surveillance dont avaient
fait l’objet les journalistes et les ouvriers de son journal. Chou Chet, fut condamné
à un an de prison 650 et la saisie du matériel ne permit pas au journal de reprendre –
preuve possible qu’il n’était pas ou plus financé par l’U.R.S.S. Le 20 mars 1962,
peu de temps avant les élections, Sok Lay, le directeur du dernier journal modéré
de gauche encore en vente, Pancha Sila (2000 ex.), fut arrêté. Aekapheap et Mitta-
pheap, deux journaux autorisés à reparaître en juin 1961, n’avaient pas pu réunir
les moyens suffisants. La presse était bien muselée.
Avant les élections, le Pracheachun déclara publiquement regretter de ne pas
pouvoir se présenter devant la « situation difficile » qui n’avait cessé de l’« op-
primer » depuis 1955. Il émettait le vœu qu’un gouvernement probe et honnête
puisse se fixer pour but « d’élever le niveau de vie du peuple khmer en faisant
disparaître les méfaits de la corruption et de la concussion, en assurant du travail à
tous et en garantissant la liberté ». Hélas, la façon dont allait se dérouler la consul-
tation électorale allait jeter de sérieux doutes quant à la probité du futur gouverne-
ment. Il convenait d’obtenir un score plébiscitaire. Et afin d’assurer une forte parti-
cipation, confiait le général Lon Nol à un attaché militaire français, « l’armée s’in-
téressait très sérieusement aux élections ». On ne négligea pas non plus les petits
cadeaux pour convaincre les électeurs de voter pour le bon candidat, et Sihanouk,
pour répandre une petite frayeur au sein de l’électorat, avait menacé de tout aban-
donner. Le 10 juin 1962, le taux de participation atteignit les 90 à 95 %. L’organisa-
tion ne fut pas des plus régulières. Chacun avait voté où bon lui plaisait et même à
Phnom Penh, des gens avaient réussi à voter plusieurs fois 651.
Les candidats du Sangkum, choisis par un Comité dirigé par Sihanouk, étaient
assurés, comme l’indiquait pudiquement un communiqué officiel, d’être « presque
automatiquement élus ». En théorie le Pracheachun avait eu la possibilité de se
présenter, mais, aux dires de l’ambassade de France, il avait « été pratiquement
dans l’impossibilité » d’enregistrer une seule candidature. Pour faire bonne mesure,
le Prince s’apprêtait à désigner de jeunes parlementaires « dans l’espoir de les
désarmer sinon de les compromettre » en leur donnant des « satisfactions tan-
gibles » 652. Selon d’autres sources, Sihanouk aurait voulu voir en fonction des
hommes qui comprenaient comment la Chine travaillait 653. C’est dans ce cadre que

650
Kiernan, How Pol Pot…, pp.196-7.
651
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°15, politique intérieure, 14 juin 1962.
652
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°15, politique intérieure, 2 et 30 avril 1962.
653
Kiernan, How Pol Pot…, pp.198, 202.

203
Khieu Samphan fut nommé par Sihanouk candidat unique de sa circonscription, de-
venant par là même membre du Sangkum. Samphan, qui hésitait à monter un cabi-
net d’avocat, explique qu’il vit dans la députation une « tribune nationale » permet-
tant de « propager la politique d’indépendance et de neutralité ». Selon Ieng Sary,
les activités politiques de Samphan allaient continuer à son retour de France « sous
des formes diverses ». Mettant à profit les relations qu’il noua à son retour de
France au sein de la couche supérieure de la société, Samphan présenta sa requête à
San Yun qui la présenta à Sihanouk lequel nomma Samphan candidat dans la cir-
conscription de Saang Koh Thom, dans la province de Kandal 654. Une fois élu, il
allait jouir d’une immense popularité dans les quartiers populaires de Phnom Penh
car il vivait simplement en discutant dans la rue, et en venant à l’Assemblée en bi-
cyclette 655 ou en mobylette bleue pétaradant comme « toux de tuberculeux » 656. Il
finit par s’acheter une vieille Volkswagen avec ses économies et par louer un «
compartiment » près de l’ambassade de Chine, mais vivait aux côtés de sa mère
vendeuse de légumes, très impliquée dans les œuvres de la communauté boud-
dhique 657.
Le gouvernement issu des élections allait être le plus jeune jamais formé au
Cambodge. En août 1962, Hou Yuon et Hu Nim entraient dans un cabinet provi-
soire d’un mois en tant que secrétaires d’Etat aux finances et au Commerce – et
non en tant que ministres, soulignait l’ambassadeur de France. En octobre 1962,
Khieu Samphan remplaçait Hu Nim comme secrétaire d’Etat au Commerce et Hou
Yuon devenait secrétaire d’Etat au Plan. Depuis longtemps, Sihanouk avait promis
de faire accéder des jeunes à des postes importants. Néanmoins, affirmait l’ambas-
sadeur, il était « à prévoir que les principales décisions ser[aient] prises par une
sorte de Cabinet occulte présidé par le Prince où figur[ait] notamment M. Nhiek
Tioulong et M. Penn Nouth ». Long Boret, jeune et incapable secrétaire d’Etat aux
Finances allait être sous l’influence du gouverneur de la Banque, Son Sann. Le
pouvoir était encore aux mains de ceux que l’on désignait alors, y compris Siha-
nouk, de l’expression fleurie de « vieux pourris » 658.
En juillet 1962, l’existence du Pracheachun prenait fin. Seuls des journaux

654
In Sopheap, Khieu Samphân, op. cit., pp.62-63, 91, 94. Steve Heder, Pol Pot and Khieu Samphan,
op.cit., p. 6, citant une interview de Sary à Viet Nam Courier, n°347.
655
Entretiens avec Charles Meyer et Nguyen Huu Phuoc. Ce dernier considérait que le fait que Sam-
phan mangeât de la soupe chinoise était une façon de vivre comme le peuple – les soupes étaient-
elles moins chères que du riz et de la sauce ?. Haing Ngor, Une odyssée cambodgienne, p.61.
656
François Ponchaud, op. cit., p.191.
657
Ibid. p.193. Description de la mobylette, Someth May, op. cit., p.88. A. Barth, T. Terzani, A. Ra-
shataswan, op.cit., pp.215-221. Entretien avec Chuth Khay, 12 mars 2002.
658
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°15, politique intérieure, septembre et octobre 1962.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

faussement impertinents furent autorisés à reparaître à des tirages très faibles.


Lorsque l’un d’entre eux osa émettre des critiques quant au coût élevé des dépenses
liées à des projets sportifs, il fut fermé et son directeur condamné à cinq ans de pri-
son 659.

Activités souterraines du nouveau Parti (1960-1963)

Le 30 septembre 1960 représente un changement dans l’histoire du mouve-


ment révolutionnaire cambodgien. A partir de septembre-octobre 1976, le Kampu-
chéa révolutionnaire célébra cette date comme étant le jour de naissance du « Parti
Communiste Khmer ». Jusqu’alors, les révolutionnaires considéraient que le Parti
était né en 1951, bien qu’il ait été alors sous la coupe des Vietnamiens. Au milieu
des années cinquante, le Parti était appelé « organisation révolutionnaire » (le cé-
lèbre futur Angkar padévat) 660. En 1960, le nom de Parti Communiste n’était pas
encore fixé : Ieng Sary se souvient qu’il fut alors décidé de se réunir sous le nom
de « Parti du Travail du Kampuchéa » 661. La dénomination de Parti des Tra-
vailleurs du Kampuchéa, un nom qui le mettrait au même niveau que Parti des Tra-
vailleurs du Vietnam, n’allait être adoptée qu’en 1963, sans le rapporter aux Viet-
namiens. Le 30 septembre était, selon Ieng Sary, une date commode pour réunir un
congrès, car, à la veille de l’anniversaire de la République Populaire de Chine fêté
par de nombreux Chinois du Cambodge, la surveillance policière se relâchait pour
quelques jours 662. Pour Pol Pot, le 30 septembre 1960, un « Parti marxiste-léniniste
authentique » (ou « correct », à lire la traduction anglaise du discours) disposant
d’une ligne correcte et de statuts adéquats était né. Vingt et un délégués – sept re-
présentants des villes, et quatorze représentants des zones rurales –, venus en petit
groupes, s’étaient ainsi réunis, sans aucun délégué vietnamien, dans la maison
qu’occupait Ok Sakun aux chemins de fer de Phnom Penh – sans que celui-ci n’ait
pris part aux débats. Pol Pot était historiquement incorrect en indiquant qu’il avait
été dès lors décidé de combiner lutte armée et lutte légale. La chose avait dû sim-
659
Après les élections, deux journaux fonctionnèrent temporairement, Samleng Aphyea Kret (la Voix
de la Neutralité, 250 exemplaires) de juillet à septembre 1962, à l’instigation d’un incertain Mil
Kavin, tandis que Sok Lay était toujours en prison, et Youveak Mitt (Jeunes amis, ou l’Amitié de la
Jeunesse, 200 ex.) d’août à décembre 1962, date à laquelle son directeur, Chhiem Vannsath, fut arrêté
pour avoir émis des critiques au sujet de dépenses excessives (un milliard de riels, soit un cinquième
du budget allait être consacré à la préparation des jeux du Sud-Est asiatique).
660
P. Short, Pol Pot, 2004, p.121, d’après une interview avec Ping Sây.
661
Communication personnelle de Philip Short, 8 octobre 2001.
662
In Sopheap, op. cit., p.50.

205
plement être discutée. En réalité, cette tactique était alors celle du Pathet Lao et du
F.N.L. du Sud-Vietnam créé à la fin de l’année 1960. Le Comité Central du Parti
cambodgien n’avait quitté, lui, majoritairement la ville qu’en 1963, et n’avait lancé
la lutte armée qu’en 1967 663. En fait, aucune décision d’importance ne fut prise en
dehors du rappel d’un certain nombre de principes directeurs socialistes : centra-
lisme démocratique, critique et autocritique, nationalisation de la production, dicta-
ture des classes laborieuses. Dans sa confession de prisonnier, Non Suon l’évoquait
sous l’expression de « séminaire dans la station de chemin de fer » 664. Par contre,
le Parti reçut sans doute à partir de ce moment-là plus de soutien de la part du
Vietnam « socialiste », un soutien qu’il avait recherché en demandant un congrès
dès 1958. Le Parti des Travailleurs venait de décider, en janvier 1959, d’autoriser la
lutte armée contre le régime d’agression et d’asservissement de Diem, et, lors de
son Congrès de septembre 1960, de resserrer ses liens avec le Cambodge de façon
à aider les communistes sud-vietnamiens à « libérer » le Sud-Vietnam. Ce IIIe
Congrès de la deuxième semaine de septembre avait déclaré que la libération du
Sud était son objectif prioritaire 665. L’hypothèse que la réorganisation du Parti ait
été prise à l’initiative du Nord-Vietnam ressort peut-être de la façon dont Pol Pot
évoquait cette période en septembre 1977 : « Il doit être signalé qu’à cette époque,
il y avait des difficultés et des complications à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du
pays (...) A l’extérieur, la situation était très compliquée en raison de la confusion et
des incertitudes de la ligne révolutionnaire mondiale ». La restructuration du Parti
s’était inscrite, selon Pol Pot, au terme d’un processus au cours duquel un Comité
avait, depuis 1957, voulu construire une ligne, ce qui avait été « fait sans aide exté-
rieure et suivant une attitude de stricte indépendance et initiative », ce dont on peut
justement douter. Tout aussi mystérieusement, la République Populaire du Kampu-
chéa avait rendu compte en 1981 des raisons de la tenue du congrès : « La révolu-
tion à l’intérieur et à l’extérieur du pays était dans la confusion, ce qui demandait
une nouvelle ligne politique » 666. Et il ne s’agissait pas d’une allusion au conflit
sino-soviétique, car celui-ci ne devint patent qu’en novembre 1960 lors d’une
conférence à Moscou auquel assistèrent quatre-vingt un partis communistes sauf le
cambodgien.
Le Parti ne parlait pas encore d’une seule voix. Selon Pol Pot, il luttait contre
un pays « satellite » ou « à moitié esclave », dans lequel les « conflits étaient forcés
663
Communication personnelle de Philip Short, 8 octobre 2001. Pol Pot, Vive le 17e anniversaire de
la fondation du Parti Communiste du Kampuchéa (30 septembre 1977). Comité des Patriotes du
Kampuchéa Démocratique en France, 1978, p.31. Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Flam-
marion, 1985, pp.208, 225 : « négocier et se battre » (danh va dam).
664
Kiernan, How Pol Pot…, p.193.
665
Short, Pol Pot, 2004, p.136. Truong Nhu Tang, Mémoires d’un Vietcong, Flammarion, 1985, p.91.
666
« Speech by Pol Pot », S.W.B., BBC, 1/10/77. Chandler, Tragedy…, p.113, Pol Pot, pp.102-103.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

d’exister ». Toch Phoeun aurait dit en prison qu’après la défaite du Pracheachun en


1958, Keo Meas, Non Suon, Mean San, lui-même et d’autres n’étaient pas d’accord
avec le projet de statuts d’un nouveau Parti formulé par Sar et Nuon Chea à la de-
mande de Tou Samouth, qui aurait inclus la lutte de classe. Il restait, selon eux, des
moyens de subvertir pacifiquement le régime de Sihanouk. C’était ce à quoi allait
s’atteler Khieu Samphan, qui, tout en éveillant son lectorat à certains problèmes so-
ciaux, avait reconnu dans l’Observateur, à la grande satisfaction de Sihanouk, les
progrès sans précédents réalisés par le régime 667. En 1959, poursuivait Phoeun, une
véritable lutte entre deux lignes se serait déroulée au sein du Parti 668. Sans doute
était-ce la conséquence de la décision, prise la même année au Nord-Vietnam, d’ac-
croître la lutte au Sud en commençant par y envoyer individuellement des parti-
sans révolutionnaires originaires du Sud 669. Des Cambodgiens se rendaient compte
que la lutte par les urnes était inutile, les élections étant forcément à la faveur du
pouvoir qui les organisait. Pour fuir la répression, il fallait s’armer. Il n’était toute-
fois pas encore question de renverser Sihanouk par les armes puisqu’il n’était pas
acquis aux intérêts américains de la même manière qu’un Ngô Dinh Diem – à
cause duquel le Bureau du Sud, dont Le Duan, avait dû trouver refuge à Phnom
Penh même en 1957. Sur le plan international, les Vietnamiens voyaient en Siha-
nouk un rempart contre les pro-Américains inconditionnels. Vu du Cambodge, l’in-
fluence américaine était pourtant inquiétante. Depuis que l’accord militaire améri-
cano-cambodgien du 16 mai 1955 avait été signé et que l’OTASE avait « jeté aussi
son ombre sur le Cambodge », le pays était jugé par Pol Pot dépendant sociale-
ment, économiquement, militairement et culturellement des Etat-Unis, bien qu’en-
core indépendant dans d’autres domaines. Aux yeux des Etats-uniens, pourtant, l’a-
doption des principes de coexistence pacifique en 1956 classait le Cambodge du
côté de la Chine. Certes, l’aide économique de la Chine et du bloc soviétique était
alors presque équivalente à celle des Etats-Unis, mais, le 11 avril 1964 et à nou-
veau le 28 avril 1965, deux jours après une manifestation hostile aux Etats-Unis à
Phnom Penh, Sihanouk lui-même avait demandé aux membres de l’OTASE de ne
plus considérer le Cambodge sous « l’ombrelle protectrice » du traité qu’il avait si-
gné 670…
A défaut de rupture, la mise au point générale du 30 septembre fut également
l’occasion d’un remaniement de l’organigramme. Tou Samouth devint officielle-
667
Kiernan, How Pol Pot…, pp.188, 191.
668
Synthèse des confessions de Toch Phoeun alias Phin, par Steve Heder.
669
Bui Tin, 1945-1999, Vietnam, la face cachée du régime, Ed. Kergour, 2000, p.69.
670
« Speech by Pol Pot », S.W.B., BBC, 1 & 4 oct. 1977. Son Sen, 9 octobre 1976, in Heder, Docu-
ment... (N0001500). Etudes cambodgiennes, avril-juin 1965, p.5. Sihanouk s’était vu répondre le 6
mai par le secrétaire général qu’aucune action ne pouvait être entreprise sur le territoire khmer sans
invitation. P. Short, Pol Pot, 2004, p.109.

207
ment secrétaire du Parti, Nuon Chea secrétaire-adjoint et Saloth Sar assistant. Ce
dernier cessa dès lors tout contact régulier avec sa famille. Tous trois formaient le
Comité Permanent du Comité Central, les membres du Comité Central étant no-
tamment Ieng Sary, Keo Meas, Son Ngoc Minh, Sao Phim, et, parmi les membres
suppléants, Prasith et Non Suon 671. La participation de Khieu Samphan à ce
« congrès » est sujette au doute. Samphan manquait d’expérience de terrain même
s’il avait été, jusqu’en 1959, responsable de l’influent Cercle Marxiste Léniniste à
Paris, comme l’avait été Ieng Sary jusqu’à la fin de 1956. Et surtout, il était trop
surveillé en raison de ses activités journalistiques. A l’époque, la monarchie avait
eu la main lourde contre les responsables de journaux de gauche. De plus, de nom-
breux cadres ruraux avaient été victimes de la répression suite à la défection de
Sieu Heng. Dans ce contexte, les responsables urbains, bien que minoritaires, par-
vinrent à des positions importantes (3e, 4e, et 5e rang). Sans doute étaient-ils moins
influencés que les cadres ruraux par le sentiment de popularité dont jouissait Siha-
nouk auprès des paysans après l’obtention de l’indépendance, le rétablissement de
la paix publique, et l’abolition des taxes sur les récoltes du riz.
Indépendamment de sa volonté, le Parti dut s’abriter à l’ombre. Après l’ar-
restation début 1962 de Non Suon, Chou Chet et d’autres, c’est Tou Samouth qui
disparut. Son arrestation est datée diversement de février 1962 par Nuon Chea, du
27 mai 1962 par la République Populaire du Kampuchéa – soit peu avant les élec-
tions auxquelles aucun candidat du Pracheachun ne se présenta – ou du 20 juillet
1962 selon une version révolutionnaire qui rapproche cette date du jour où furent
signés les accords de Genève 672. Les Vietnamiens accusèrent Sihanouk du crime
jusqu’en mai 1978. Sihanouk, bien sûr, démentit, or certaines confessions ren-
forcent l’hypothèse que Samouth fut victime d’une trahison de la part de Sieu Heng
673
. Selon d’anciens révolutionnaires, Samouth aurait été arrêté par la police alors
671
Steve Heder, Documentary evidence linking surviving senior and other leaders of the communist
party of Kampuchea to crimes against humanity…, May 1999, p.25. Vickery, Cambodia 1975-1982,
p.199. Pour Prasith et Non Suon, Kiernan, How Pol Pot…, p.190. Dans son interview du 17 mars
1978 par des journalistes yougoslaves, Pol Pot mentionnait l’existence d’un Comité Permanent du
Comité Central en 1960, et détaillait sa propre ascension : secrétaire-adjoint du Comité Central du
Parti en 1961, Secrétaire intérimaire après l’assassinat de Tou Samouth par l’ennemi en 1962, puis Se-
crétaire élu par le Congrès du Parti en 1963 (S.W.B., Far East, services of the BBC, 24 mars 1978).
672
David Chandler, The Tragedy of…, pp.120-121. En juillet 1962, Sihanouk disait dans un discours
détenir des documents émanant de Tou Samouth au sujet des consignes de vote du Pracheachun.
Pour la version du P.C.K., voir Pol Pot, interview parue dans le Phnom Penh Post, 24 oct. - 6 nov.
1997, p.4, communication de Suong Sikœun du 20 mars 2000, donnant pour date le 21 juillet là où le
Résumé Commenté d’une Histoire du Parti donnait celle du 20 juillet 1962. Henri Locard, Conversa-
tions avec Ieng Sary, Mey Man, Suong Sikœun & Long Norin…, 1999, pp.4-5.
673
Communications personnelles de Chandler et Heder, avril et mai 2001. Sur la disparition de Tou
Samouth, Chandler, The Tragedy…, pp.120-121, Pol Pot..., pp.104-106, 298 n.37, et S. Thion, Srok
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

qu’il allait chercher des médicaments pour sa femme ou son enfant, ou aurait tardé
à déménager à cause de la maladie de sa jeune femme, ce à quoi semble faire allu-
sion Nuon Chea en juillet 1978 devant des communistes danois :
« Nous avons à être particulièrement prudents quand le travail s’est fait dans les
villes. Les cadres peuvent être forcés de partir en coup de vent. Ils ne devraient pas
vivre avec leur famille. Quand ils le font, les choses deviennent plus compliquées.
Cela leur prend plus de temps pour s’échapper. Nous avons eu quelque expérience
amère avec ces choses-là. Après cela, nous avons décidé d’appliquer la discipline du
Parti de manière plus stricte » 674.
Comme la position de Nuon Chea devenait instable après la trahison de son
proche Sieu Heng, c’est Saloth Sar, qui avait rapidement appris le vietnamien et
longuement assisté aux séminaires politiques de Samouth dont il était le secrétaire
de confiance depuis 1954, qui, à la demande de Chea, devint secrétaire intérimaire
du P.T.K. 675. Les 20 et 21 février 1963, lorsque de sérieux troubles agitèrent les mi-
lieux étudiants, un congrès du P.T.K. se tint pour confirmer Saloth Sar – connu sous
le pseudonyme de Pol au sein du Pracheachun – au poste de secrétaire, et ce au
détriment de Sao Phim. Le Comité Permanent se composait donc de Pol Pot, Nuon
Chea (n°2), Sao Phim, Ieng Sary (n°3 ou 4) et Vorn Vet. Quant au Comité Central,
sa composition fut élargie à douze personnes, parmi lesquelles figuraient Prasith
(Chong, exécuté en 1973/1974), Muol Sambath, Mok, Phuong, Son Sen, Son Ngoc
Minh (tout en étant domicilié à Hanoi) 676 et un certain Moong 677. Le nouveau se-
crétaire s’entoura, à n’en point douter, de la plus grande vigilance. Keo Meas, un
des premiers cadres cambodgiens et des plus actifs, trop connu des services de po-
lice, était désormais absent du Comité Central (C.C.). Ya, un autre vétéran Issarak,
demeurait en position d’assistant du C.C.. Dans ses confessions, Toch Phoeun
indique que certains membres du Pracheachun ainsi que des vétérans de la lutte lui
auraient exprimé leur désapprobation sur l’importance qu’auraient pris, en 1963,

khmer, mai 1987 traduit dans Watching Cambodia, White Lotus, 1994. Ben Kiernan maintient la thèse
que Samouth fut éliminé par Pol Pot, ce que ne reprend plus la République Populaire du Kampuchéa
depuis 1981 (c’était alors la position de Pen Sovan, cf. Vickery, Kampuchea, Politics, Economics and
Society, 1986, pp.72, 176, n.17). La façon dont Kiernan déforme les propos de Chandler sur le sujet
nous dissuade d’accorder foi à sa démonstration (Kiernan, Le génocide…1998, p.595).
674
Nuon Chea, op. cit., July 1978, The Journal of Communist Studies, vol. 3, n°1, March 1987, p.29.
675
P. Short, Pol Pot, p.100.
676
Sur Nuon Chea, communication de Steve Heder. Autrement, Kiernan, How Pol Pot…, pp.200-1.
677
Steve Heder l’identifie comme Ma Mâng alias Pang, de Srae Andaung en Kompong Chhnang.
Communiste avant l’indépendance, il maintint, après 1954, l’une des deux bases Issarak de la zone
Sud-Ouest (la deuxième étant celle de Ta Mok). Il fut secrétaire de la zone Sud-Ouest jusqu’à sa mort,
survenue en 1968 des suites d’une fièvre contractée dans les montagnes – le paludisme sans doute –,
et fut remplacé par Ta Mok suivant le choix de Nuon Chea.

209
dans la direction du Parti, des éléments petits-bourgeois inexpérimentés qui ne
connaissaient rien à la lutte armée. Koy Thuon rapporte pour sa part que Keo Meas
et Ya critiquaient Pol Pot pour son égoïsme ou sa qualité de petit-bourgeois. Pour-
tant, la nouvelle ligne du Parti ne semble pas avoir été aventuriste. Koy Thuon
écrivait qu’en 1964, probablement après les premières attaques américaines au
Vietnam, le Comité Central se contentait d’appeler à « préparer [s]es forces :
construire, renforcer et étendre rapidement les forces révolutionnaires afin d’envi-
sager toute éventualité comme celle que les Américains pourraient provoquer un
coup d’Etat et engendrer une guerre d’agression » 678.
Jusqu’à leur départ pour le maquis en 1963 ou en 1967, Pol Pot et ses cama-
rades avaient mené une double activité. Une activité légale de militants démo-
crates, de professeurs et de ministres, et une activité illégale de propagandistes lors
de séminaires secrets. Pol Pot, Hou Yuon et Khieu Samphan avaient recruté surtout
parmi deux catégories : les étudiants désillusionnés par le manque de débouchés
professionnels offerts par les ministères, et les bonzes révoltés par l’arbitraire et la
corruption du régime. Pol Pot stigmatisait le parasitisme des danseuses royales,
l’excès d’impôt, et laissait entrevoir une société où l’impôt aurait disparu car tout le
monde travaillerait. Il critiquait les bonzes qui vendaient leurs sermons en leur po-
sant cette simple question : « le Bouddha vendait-il quoi que ce soit? » 679.
En 1963, le Parti Communiste aurait compté une centaine de membres. Le
Pracheachun, sa couverture légale, aurait compté mille membres et trente mille
sympathisants, essentiellement parmi les étudiants, les professeurs et les journa-
listes 680.
Les dirigeants du P.T.K. menèrent alors une vie itinérante dans l’Est et le
Nord-Est du Cambodge, ce qui leur permit probablement de devenir plus soudés
par leur expérience commune du terrain rural. Le camp de base du Comité Central
était essentiellement situé dans la province de Tay Ninh au Sud-Vietnam. Ce refuge
traditionnel pour les insurgés cambodgiens (Pu Kombor en 1865, Si Vattha en
1885) était aussi la région d’où le F.N.L. avait déclenché la lutte révolutionnaire en
1960 681.

678
Synthèse des confessions de Toch Phoeun et de Koy Thuon par Steve Heder.
679
David Chandler, Pol Pot, op.cit., pp.107-108.
680
Facts and figures about Communism in non-communist countries, janvier 1964 (document non-si-
gné, mais émanant peut-être de l’Intelligent Service).
681
L’Armée Française en Indochine, Paris, Imprimerie Nationale, 1932, pp.72-73.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

L’influence du « Grand bond en Avant » chinois

Les futurs dirigeants du P.C.K., tout le temps qu’ils étaient en ville, suivirent
de très près ce qui était présenté en Chine comme un mouvement de modernisation
économique, bien plus qu’ils ne suivirent les développements de la « Révolution
Culturelle » sept années plus tard. D’après Charles Meyer, Hou Yuon avait effectué
son premier voyage en Chine vers 1958 aux côtés de Sihanouk. A la même période,
Khieu Samphan y était allé à l’occasion d’un congrès de l’Union Internationale des
Etudiants et avait assisté à la campagne des petits fourneaux dans les communes
populaires, sur laquelle il fit un rapport aux membres du Cercle. L’expérience du
« Grand Bond en Avant » lancée pendant l’hiver 1957-1958, attira d’autant plus les
communistes cambodgiens que l’ambassadeur d’URSS avait, comme le racontait
Ieng Thirith, refusé, à la fin des années cinquante, de leur accorder un prêt de dix
mille riels. Le Parti ne semble pas avoir intégré cette expérience lors de sa refonda-
tion clandestine le 30 septembre 1960, mais, plus tard, le conflit sino-soviétique al-
lait bouleverser de manière décisive la géopolitique du monde socialiste.
Et une fois au pouvoir, les hauts responsables du P.C.K. allaient emprunter à
la période du Grand Bond plusieurs slogans politico-économique, à commencer par
l’expression même de Grand Bond en Avant (moha lotploah) qui se muait parfois,
sous le Kampuchéa Démocratique, en bond « prodigieux » (moha lotphloah moha
âhchar). Ils voulaient « déraciner » ou « gravir » (en chinois « déplacer ») les «
montagnes » de l’impérialisme, du féodalisme, et du capitalisme réactionnaire ou
compradores 682. Pol Pot voulait encore lutter, à travers « un régime collectif com-
prenant un système de soutien (phkot phkong) communal », contre plusieurs
contradictions, entre les villes et la campagne, l’industrie et l’agriculture, le travail
intellectuel et le travail manuel, et aussi « entre les travailleurs et les paysans (...),
entre l’infrastructure et la superstructure économique, entre les cadres et les
masses, etc. ». Un article du journal interne du Parti, Drapeau Révolutionnaire,
indiquait que les contradictions avaient été fondamentalement résolues « entre les
cadres à l’intérieur et à l’extérieur du Parti, et les cadres des échelons supérieurs et
inférieurs » même s’il subsistait « encore des contradictions en terme d’autorita-
risme, de militarisme, de bureaucratisme, et des cadres qui ont de meilleures ra-

682
François Ponchaud cite un discours du formateur politique Khèn Pèn – s’agit-il de Khek Pen parti
au maquis en 1967 ? (Cambodge année zéro, réédition Kailash, 1998, p.167). Becker, When the War
was over, p.239, mentionnait en troisième position les capitalistes compradores (il s’agissait au Cam-
bodge d’intermédiaires entre les banques et la population, la plupart du temps d’origine chinoise).
Haing Ngor, op. cit., p.58. Mao parlait parfois d’« enlever » ou de « déplacer » deux montagnes, «
l’impérialisme » et le « féodalisme », (« Comment Yukong déplaça les montagnes », 1945, texte re-
produit dans le Petit Livre rouge au chapitre « Compter sur ses propres forces »). Sur la traduction des
termes chinois, entretien avec Jean-Luc Domenach, 11 avril 2001.

211
tions que le peuple dans une sphère ou une autre, mais ce sont des contradictions
secondaires qui doivent être résolues et qui ne sont pas fondamentales » 683.
La politique chinoise n’était pas utopique de bout en bout. L’idée étaient de
rompre avec une politique de type soviétique qui avait entraîné jusqu’alors des
mécontentements dans les campagnes, de ne plus axer autant la planification sur
l’industrie lourde, d’utiliser l’abondante main d’œuvre dont bénéficiait le pays, de
renforcer les liens entre les masses et les cadres par un travail commun, et de « li-
bérer » les initiatives locales et « l’enthousiasme des masses ». Pour lutter contre la
pauvreté et résoudre le faible niveau de développement des forces productives d’un
point de vue marxiste, la Chine s’était affranchie de l’orthodoxie soviétique et avait
tenté de transformer les rapports de production afin même de stimuler le dévelop-
pement des forces productives. On atteindrait le communisme en faisant sien le slo-
gan « plus, plus vite, mieux et plus économiquement ». En Chine, comme sous le
Kampuchéa plus tard, les cadres étaient censés renforcer leurs liens avec les masses
en participant au travail productif. Mais suivant un même processus, le mouvement
accéléré et vertigineux buta sur la passivité et la falsification des rapports par des
cadres soucieux de préserver leur position. Il en résulta des purges contre les hési-
tants et les retardataires, et un recours supplémentaire à la contrainte 684 .
Les coopératives kampuchéennes finirent par compter plus de milles per-
sonnes puis, officiellement, plus de mille ménages en juillet 1978 – soit presque
autant que les communes populaires du « Grand Bond en Avant » (cinq mille fa-
milles en moyenne), et plus que les coopératives du Nord-Vietnam des années
soixante (cent à deux cents familles) 685. Les coopératives du K.D. comme les com-
munes de Chine, finirent par faire office d’entités administratives. Et sur de nom-
breux points, le mode de vie allait ressembler à celui des communes populaires chi-
noises : propriété collectivisée, travail organisé sur un mode militaire avec des bri-
gades de production, vie sexuelle réglementée, enfants élevés dans des crèches,
confiance mise sur les méthodes traditionnelles de soin du guérisseur (kru en
khmer) comme lors du mouvement des « médecins aux pieds nus » de la Grande
Révolution Culturelle Chinoise, ce qui ne changeait pas grand chose aux soins
traditionnellement prodigués dans les campagnes avant l’arrivée des révolution-

683
« Speech by Pol Pot », op. cit., C/15. Revolutionary Flag, oct.-nov. 1977, « Learning in… », p.9.
684
Jean-Luc Domenach et Philippe Richer, La Chine, Fayard, 1990, pp.144, 146, 147. Domenach,
Chine : l’archipel oublié, Fayard, 1992, p.229.
685
Duiker, Historical Dictionnary of Vietnam, Scarecrow Press, N.J & London, 1989, p.34. Dome-
nach & Richer, La Chine, 1990, pp.152-153 : 4 637 familles en moyenne à la fin de 1958, souvent
une commune par canton, bien que certaines aient pu compter des centaines de milliers d’habitants.
Mention de 5 000 familles dans Bergère, Bianco & Domes, La Chine au XXe siècle, t.II, p.46, Dome-
nach, « La longue marche du communisme chinois », l’Histoire, n°223, juillet-août 1998, p.86.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

naires 686. Mais la collectivisation y fût plus poussée. Selon Jean-Luc Domenach,
au moment du Grand Bond, l’expérience des cantines communales n’a duré
qu’entre quelques mois et deux ans, et uniquement dans le quart des communes
populaires, les autorités communales étaient enclines à accorder des compromis sur
la vie privée afin de réaliser une production massive. Mais la chose n’avait peut-
être pas filtré à l’extérieur. Par ailleurs, quand Pol Pot alla en Chine en 1966, il
n’existait pas non plus de commune modèle destinée à montrer aux étrangers que la
sphère privée pouvait être bannie 687. Nos révolutionnaires pensaient donc à bon
droit dépasser les Chinois, en idée comme en acte, en abolissant l’alimentation fa-
miliale et individuelle.
La direction du K.D. avait-elle en tête, comme cela avait été préconisé par
Mao, Liu Shaoqi et Chen Boda en 1958, d’industrialiser sans urbaniser, en produi-
sant de manière autonome de l’énergie ou de l’acier dans chaque commune ? Il
semble que oui, même si cela ne se manifesta pas par une campagne aussi effrénée.
Ainsi, Drapeau Révolutionnaire écrivait en décembre-janvier 1977-78 qu’il ne fal-
lait pas trop concentrer l’industrie dans les villes au risque de favoriser de nou-
velles contradictions avec la campagne, que la construction de bâtiments supplé-
mentaires n’était pas une priorité, même si des usines nouvelles furent cependant
construites. En octobre-novembre 1977, la ligne d’action concernant l’artisanat et
l’industrie devait être suivie par tout le monde, depuis Phnom Penh jusqu’aux co-
opératives : « Chaque lieu est concerné. Dans l’ancienne société, il était nécessaire
de faire un trajet pour acheter une hache ou une pelle. Maintenant il n’y aura plus
de manque de pelles, parce que celles-ci sont fabriquées partout (...) Si vous ne
faites que tout attendre de Phnom Penh, rien ne sera fait à temps ». Au détour d’une
phrase, il était dit que les magasins artisanaux des coopératives s’étaient efforcés
d’économiser en utilisant « tous les petits bouts de ferraille ». En décembre, le jour-
nal se vantait que chaque coopérative comptait un forgeron pour fabriquer des cou-
teaux et des hachettes. Voilà donc pour l’intention, mais en dehors de quelques
usines remises en marche dans les villes, parfois construites avec l’aide étrangère,
et en dehors d’un fourneau de trente mètres de haut conçu par un directeur de rize-
rie formé plusieurs mois en Chine et qui produisait un acier fragile à partir d’objets
hétéroclites – meubles en fer ou en aluminium, matériel de cuisine 688 –, dans les
686
Mode de vie dans les communes populaires retracé par Kenneth M. Quinn (« Explaining the ter-
ror », in Jackson, Cambodia 1975-1978, pp.224-231) à partir des ouvrages de Schurmann, Ideology
and Organization in Communist China, 1966, et de T. Robinson, Cultural Revolution in China, Ber-
keley, 1971. Philip Short nous a précisé que les familles n’étaient pas séparées dans les brigades, et
que les travailleurs n’étaient pas groupés par âge et par sexe ou installés dans des dortoirs séparés
comme l’affirmait Quinn.
687
Entretiens avec Jean-Luc Domenach, 23 mars et 11 avril 2001.
688
Ong Thong Hoeung, Illusions perdues, version inédite de septembre 2001, p.47.

213
zones rurales, les activités non agricoles se cantonnèrent au niveau de l’atelier ou
de l’artisanat : fabrication de médicaments traditionnels dans les hôpitaux de
districts et les coopératives, tissage, vidage et séchage du poisson, et fabrication de
saumure 689.
L’apparente imprégnation de la politique économique chinoise d’autosuffi-
sance régionale sur l’économie du K.D. ne saurait toutefois être vue comme un as-
sujettissement idéologique. Il existe un simple parallèle historique. Tout comme le
P.C. chinois avait été isolé géographiquement pendant les années à Yenan et après
la rupture avec l’Union Soviétique et le départ des techniciens soviétiques en juillet
1960, le P.C.K. fut isolé financièrement des autres Partis jusqu’en 1970.
Et le raisonnement des Kampuchéens peut se nourrir à d’autres sources. Les
dirigeants voulaient, comme les Chinois mais aussi bien d’autres, rompre avec tout
néocolonialisme économique. Quant aux préjugés sur l’improductivité du
commerce et des transports, Khieu Samphan a pu les développer par lui-même et
non en écho à l’expérience chinoise, puisqu’il n’en fait pas mention dans sa thèse
achevée un an seulement après le début du Grand Bond, et fonde sa pensée sur le
sujet sur Adam Smith.

Premiers départs pour le maquis (1963)

En 1963, les mises en garde contre la gauche s’intensifièrent. Tout débuta à la


faveur d’une crise dans l’enseignement secondaire qui couvait depuis 1958. Les
proviseurs cambodgiens étaient souvent dénués d’autorité, corrompus et avides de
Mercedes. Les cas de favoritisme étaient nombreux et nourrissaient la frustration.
En 1962, l’université n’offrait que cinq cents places pour près de trente cinq mille
collégiens et lycéens. Les premiers incidents eurent lieu au lycée Descartes en no-
vembre 1962. Une campagne de presse fut dirigée contre le gouvernement et celui-
ci n’osa la désavouer. Le 13 février 1963, les élèves du lycée Sisowath, à qui l’on
avait interdit, lors d’une fête, de déployer une bannière souhaitant la « bienvenue »
à leurs « camarades » – terme jugé trop « équivoque » – empêchèrent les profes-
seurs de sortir, et réclamèrent la destitution du proviseur, un ami personnel de Siha-

689
M.-A. Martin, « L’industrie dans le Kampuchéa démocratique », Etudes Rurales, 1983, n°89-90-
91, pp.77-110. Dès septembre 1975, Pin Yathay avait observé un atelier de tissage à Phnom Penh et
des ouvriers « s’affairer » dans l’ancien atelier de réparation de Russey Keo et dont les activités
avaient été « étendu[es] » « à la réparation de tous les engins motorisés » (op. cit., p.127).
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

nouk, pour « incapacité et malhonnêteté ». Le meneur du mouvement était le fils du


sous-secrétaire d’Etat à l’Intérieur. Le 23 février, alors que Sihanouk se trouvait en
Chine, des manifestations d’élèves du secondaire eurent lieu à Siem Reap, d’abord
pour avoir droit à faire du vélo le long des trottoirs, puis contre la mort d’un élève
au commissariat. Deux officiers furent battus à mort, et la police locale, accusée,
ainsi que le Sangkum, d’être pourrie et injuste, dut prendre la poudre d’escampette
dans la forêt voisine. Le ministre de l’Education Nationale et le sous-secrétaire
d’Etat à la Sécurité, venus négocier, furent retenus à l’intérieur des bâtiments sco-
laires. La jeunesse turbulente prit le contrôle de la ville pendant trente-six heures.
Les deux ministres qui avaient perdu la face furent poussés à la démission 690. A son
retour, Sihanouk ne lâcha pas son micro pendant une semaine, laissant entendre
qu’il se retirerait après avoir dissous le Sangkum et le Parlement. Il attribuait
l’instigation des troubles à l’U.E.K. en France et à Keng Vannsak et Son Sen, accu-
sés d’être des partisans de Son Ngoc Thanh – Keng Vannsak, auteur, en 1955, de
poèmes anti-monarchistes imagés, sous le titre Coeur vierge, avait déjà dû démis-
sionner en 1962 de l’Institut National Pédagogique pour activités antimo-
narchiques, et Son Sen, qui y avait également travaillé, avait déjà été muté à Takéo,
loin de la capitale. Au début du mois de mars, la contestation s’étendit aux milieux
ouvriers du secteur public qui exigeaient de meilleurs salaires et des changements
d’horaires de travail. Le Prince y vit la marque de l’influence grandissante d’une
gauche progressiste qui avait su « s’introduire partout avec une incroyable sou-
plesse » et avait su s’acquérir le concours d’une génération montante d’une réelle
valeur. S’élevant contre ces accusations, le Cabinet, avec parmi ses membres Khieu
Samphan et Hou Yuon, voulut remettre sa démission, mais l’Assemblée se refusa à
l’accorder. Dans le même temps, le Parti se réunissait à nouveau, le 21 février ou le
4 mars, et se déclarait parti des travailleurs, mais votait pour une voix parlemen-
taire au socialisme 691.
Le 4 mars 1963, comme pour se couvrir de son voyage en Chine, Sihanouk
publia une liste de trente-quatre éléments « subversifs » ayant tramé de faire tom-
ber le gouvernement. Celle-ci comprenait notamment l’ancien démocrate de
gauche Keng Vannsak, le journaliste Tep Chhieu Keng, des membres de l’Assem-
blée Nationale comme Khieu Samphan, Hou Yuon et Chau Seng, d’autres anciens
étudiants en France comme Ok Sakun, Thiounn Prasith, In « Sakan », Sien An,
Keat Chhon, Chi Kim An, Uch Ven, et Toch Phoeun (signalé en 1957 à l’ambas-
sade de France comme ayant participé à un programme dirigé par l’ambassade so-

690
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°31, culture, sport, enseignement, télégrammes de de
Beausse et rapport de Mr. Berlan, n°112, situation politique, mars 1963, n°20, parti « Pracheachon » ,
14 mars 1963. Short, Pol Pot, p.142.
691
Kiernan, Khmers rouges !, pp.49-50, citant Réalités Cambodgiennes, How…, p.199. Short, Id.

215
viétique pour sonder les opinions des anciens Khmers Vietminh ralliés 692), et seule-
ment trois membres du Comité Central du Parti, à savoir les « professeurs » Ieng
Sary, Saloth Sar, et Son Sen. La liste était divisée en trois section, peut-être par
ordre d’importance. Khieu Samphan et Hou Yuon étaient nommés sur la première
liste, Ieng Sary, Saloth Sar, Thiounn Prasith et Toch Phoeun sur la deuxième, tandis
que Ok Sakun et Chou Chet – arrêté en 1962 en tant que responsable du journal
Pracheachun – l’étaient sur la troisième. Etonnamment, la liste des trente-quatre
était apparue deux semaines après la promotion de Pol Pot, Ieng Sary et Son Sen au
sein du Parti. La vieille garde, objet de surveillance, avait-elle voulu discréditer ces
« petits-bourgeois » ? Trente-deux des personnes vilipendées et désignées à la
vindicte populaire furent convoquées le 7 mars pour une confrontation dans la rési-
dence de Sihanouk – Chou Chet, libéré de prison, avait quitté la ville depuis deux
semaines, et Sar s’était caché quelque part. Au fil des débats, menaces d’emprison-
nement et propositions de former un gouvernement s’étaient succédées. Les re-
belles, à qui l'on proposait des postes gouvernementaux – en dehors de l’Intérieur
et des forces Armées – jugèrent préférable de les refuser. Puis le conclave fut
contraint de voter une motion de confiance au chef de l’Etat « seul capable de diri-
ger le Cambodge ». Aucun participant ne fut maltraité après la convocation. Mais
tous furent soumis à une surveillance près de leur domicile. Seul Sien An fut arrêté
plus tard dans l’année avant d’être libéré en 1966 et de devenir directeur d’un
« magasin d’Etat ». La plupart poursuivirent leurs activités, mais Saloth Sar et Ieng
Sary, repérés pour la première fois par la police, convaincus par Nuon Chea qu’ils
risquaient de compromettre les autres membres du Parti non encore repérés – dont
lui-même – et peut-être rendus vigilants par l’épreuve qu’allait subir la gauche lao-
tienne en avril et en mai – en avril 1963, un ministre du Pathet Lao, Quinim Phol-
sena, fut assassiné, et des ministres Pathet Lao avaient quitté la capitale Vientiane
693
–, décidèrent de partir près d’Ampil à Kompong Cham via Snuol, en mai, ou dès
le 31 mars pour Sar et le 13 avril pour Sary – caché sous des sacs de charbon pen-
dant que son chauffeur payait pour éviter la fouille, comme quoi la corruption avait
parfois du bon, pensait Sary. Son Sen les suivit l’année d’après. En 1965, ils al-
laient être rejoints par leurs épouses Ieng Thirith, Khieu Ponnary (alors membre du
comité rédactionnel du magazine sihanoukiste Kambuja) et Yun Yat, tandis que
Nuon Chea, le numéro 2 du Parti, allait rester basé à Phnom Penh sous une éti-
quette de marchand, non sans leur rendre visite de temps à autres 694.
692
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », 14 juin 1957.
693
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, p.56.
694
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°112, rapport sur la situation politique de mars 1963. D.
Chandler, The Tragedy of …, pp.126-127, 339. Pour l’indication de trois listes, Quinn, The Origins ...,
p.27. Kiernan, How Pol Pot…, pp.203-4 et 242, n.158 pour la liste complète. Becker, Les larmes du
Cambodge, p.107. Short, Pol Pot, 2004, p.144. Khieu Samphan établissait le lieu de la réunion des
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

A partir de 1963, la plupart des membres du Parti, craignant d’être arrêtés,


même pour une courte période, par une police de plus en plus envahissante, répon-
dirent à l’appel du Parti et abandonnèrent la semi-clandestinité urbaine ou la semi-
légalité politique à la campagne pour se réfugier dans la forêt, vers l’Est, ou pour
arpenter le pays. Devant la pression de la police, selon Pol Pot, 90 % des membres
du Comité Central se seraient réfugiés à la campagne en 1963. D’autres cadres par-
tirent pour la France, comme Ok Sakun, militant aux chemins de fer royaux ou
Thiounn Prasith, passé des chemins de fers royaux au Ministère des Travaux Pu-
blics avant d’être assigné par le Parti au recrutement des intellectuels.

La visibilité de la gauche contre vents et marées (1963-1965)

Les plus diplômés d’entre eux continuaient, non sans mal, de manœuvrer à
l’Assemblée Nationale et au service de l’Etat afin de préserver une visibilité popu-
laire et de rallier les intellectuels. En 1963, Chau Seng officia comme ministre de
l’information, et Hu Nim comme vice-président de l’Assemblée Nationale. En mai
1963, Sihanouk lança à Hou Yuon et Khieu Samphan des attaques sur leur in-
compétence et les accusa en particulier de n’avoir applaudi, lors des cérémonies en
l’honneur du départ du président chinois Liu Shaoqi, qu’au moment des numéros
chinois et non pendant les spectacles khmers. Il lança ensuite l’idée d’un référen-
dum où les électeurs des députés « rouges » pourraient voter leur défiance. Prenant
le relais de Sihanouk, des députés de droite déposèrent deux motions de censure.
Hou Yuon fut visé par Douc Rasy, Chan Ban et Kenthao de Monteiro pour son « at-
titude anti-constitutionnelle » lors de ladite soirée artistique. La défiance à son en-
contre fut votée à l’unanimité des soixante quatre votants et, si l’on en croit l’am-
bassade de France, le désavoué fit amende honorable avant d’être remplacé par
Mau Say. Yuon, toujours stigmatisé par Sihanouk, fut à nouveau pris à partie en
juillet 1963 lors d’un Congrès National du Sangkum émaillé d’interpellations à l’é-
vidence « préfabriquées » – selon le terme de l’ambassadeur Jean de Beausse. Ce-
lui-ci notait que « rien n’est plus aisé dans de tels rassemblements, que de flatter les
pires instincts et de discréditer aux yeux de l’opinion des ministres que l’on est
décidé de perdre » 695. Un cambodgien de gauche souligne aussi que ce qui était
censé être un « système de consultation populaire direct », tous les six mois, laissait
la place à des « professionnels peu recommandables qui faisaient chanter les minis-
tères en les menaçant de soulever au congrès des questions embarrassantes, ou

trente-deux à la Présidence du Conseil. Pour le Comité Permanent et les occupations de Nuon Chea,
voir Heder, Documentary evidence… et communication personnelle.
695
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°15, n°113, situation politique, juin, juillet et août 1963.

217
vendaient leurs services malhonnêtes aux politiciens pour les aider à ennuyer ou
écarter leurs adversaires ».696. En général, on peut dire après avoir croisé les témoi-
gnages, que ces congrès sauvaient simplement les apparences d’une monarchie qui,
de l’aveu même de Sihanouk, excluait le multipartisme 697… A la suite de ce
congrès, Samphan fut également contraint de démissionner, « mis en minorité à
propos de la hausse du prix du bifteck », une hausse que des intrigants lui auraient
mis sur le dos. Selon ce que rapporte l’ambassade de France, seules trente quatre
voix se portèrent contre lui au sujet de son incapacité à résorber la hausse des prix.
Le dépositaire de la motion, l’agitateur Nin Nirom, devenu secrétaire d’Etat au
Commerce puis Premier ministre, allait devoir démissionner dès le mois d’août
1963 du fait de sa propre incapacité à résoudre la hausse des prix et de son goût im-
modéré pour les avantages lucratifs que lui conféraient ses fonctions 698.
Il est difficile de dire si Samphan est sincère en affirmant qu’il n’était « pas
motivé par un esprit révolutionnaire », pensait « apporter sa contribution », et « es-
pérait qu’en faisant preuve de loyauté, il recevrait de la compréhension », car le
Parti a pu précisément le charger de rendre réformiste, et donc attirant pour le plus
grand nombre, le point de vue critique du Parti. C’est d’abord par des luttes de
faible ampleur que l’on met le pouvoir au défi et que l’on construit les conditions
d’une mobilisation révolutionnaire. Sa démission a elle-même pu être commandée
par le Parti, six mois après que les dirigeants soient partis au maquis, puisqu’il au-
rait décidé de quitter son poste le 1er juillet alors qu’il avait survécu à une première
procédure de vote de défiance. Hou Yuon, en revanche, aurait, lui, voulu continuer
son action mais fut obligé de partir après un vote de défiance. Son cas illustrerait,
là, la volonté de Sihanouk de couper court à l’expérience gouvernementale de ces
élus de gauche qui voulaient selon lui « grimper l’échelle du Sangkum pour en pro-
voquer la chute » (mars 1962) 699. Le seul « progressiste » épargné par ces remanie-
ments, fut Chau Seng, lequel n’entra jamais dans le maquis.
696
In Sopheap, op. cit., p.44.
697
Le Sangkum, juin 1966, p.4. Selon Bernard Hamel, ex-correspondant permanent de l’agence de
presse Reuters de 1964 à 1975, ces congrès nationaux qui se tenaient tous les semestres durant deux
ou trois jours étaient un simulacre de démocratie directe, où l’ordre du jour était fixé à l’avance par le
Prince, et où aucun des fonctionnaires triés sur le volet pour y participer ne se risquait à émettre la
moindre critique (Hamel, « Le surprenant parcours du prince Sihanouk », Historia n°391, juin 1979,
p.93, entretien du 16 mai 2002). En 1969, Serge Thion a toutefois assisté à un Congrès sur la plaine
du Men (Veal Men) à côté du Palais Royal au cours duquel des gens du peuple avaient reçu la parole.
Dans Des courtisans aux partisans (1971), il indiquait que ces Congrès servaient « d’assemblée
consultative, avec ses séances de brain-storming, quand elles ne s’enlisaient pas dans les règlements
de compte personnels » (Entretien avec S. Thion, 6 juin 2002, Thion et Pomonti, op. cit., p.100).
698
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°15, politique intérieure, 19 décembre 1962, n°113, si-
tuation politique, juin, juillet et août 1963.
699
Kiernan citant Réalités cambodgiennes, 22/03/62, How…, p.197. Chandler, The Tragedy…, p.128.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

Avec le recul, il apparaît que la réaction de Sihanouk n’était dictée que par sa
seule méfiance, tant étaient réformatrices et modérées les idées que défendaient ces
jeunes membres du gouvernement lors des procès-verbaux de divers Congrès Na-
tionaux de 1962. Hou Yuon et Hu Nim déclaraient beaucoup profiter de l’expé-
rience politique de leurs aînés, et jugeaient positive la collaboration entre les jeunes
et les vieilles élites. Hou Yuon entendait réduire la disproportion existant entre la
production et la pesanteur de l’infrastructure, et aussi résoudre les problèmes de l’i-
nadaptation de l’enseignement par un accroissement de la production. Khieu Sam-
phan souhaitait réorienter les investissements vers des secteurs plus productifs.
Chau Seng estimait qu’il n’était pas besoin de généraliser les prières bouddhiques
dans les cours, le bouddhisme faisant déjà partie du programme de l’enseignement
secondaire. En 1964, Hou Yuon avait publié deux cents pages sur « La question co-
opérative » (Pahnyaha Sahakor), adaptées d’une traduction de 1956 de sa thèse ef-
fectuée par un « Comité de Défense de la politique de Neutralité de Sa Majesté »
dont il était membre avec Toch Phoeun, Saloth Chhay et Son Phuoc Tho. Dans ce
texte, précisait Kiernan, « il appelait à un renforcement de la lutte des classes dans
le cadre du régime “ patriotique ” » pour soutenir « la position antiaméricaine de
Sihanouk », et disait textuellement que « les villes ne soutiennent pas les zones ru-
rales, elles grimpent sur leurs épaules » mais que cela « ne signifie pas que les tra-
vailleurs urbains grimpent sur les épaules des paysans » 700. Le Comité de Soutien
de la Neutralité du Cambodge, dont un équivalent existait au Laos, multipliait aussi
les motions en faveur d’un gouvernement d’union nationale et d’une admission des
démocrates et du Pracheachun à l’intérieur du Sangkum 701.
A examiner cette période, il s’avère que ces remaniements ministériels n’é-
taient que la manifestation en haut lieu de l’étouffement intermittent de la liberté
d’expression dans les sphères inférieures de la société. Ce n’était qu’à la suite des
manifestations étudiantes contre l’américanisme de Lon Nol et de Sisowath Sirik
Matak, que des maîtres et des enseignants, et au premier chef Hou Yuon, avaient
été accusés d’ourdir un complot. En mars, un étudiant avait été retrouvé pendu
dans la salle de bain d’un commissariat de police. Cet incident eut autant voire plus
de retentissement que l’assassinat de Nop Bophann en 1959 – celui de Tou Sa-
mouth n’ayant pas été porté à la connaissance du public. De nombreuses manifesta-
tions de protestation s’ensuivirent au cours desquelles la gauche portait ses attaques
non pas contre Sihanouk, mais contre le général Lon Nol, le commandant en chef
des Forces Armées Royales, vice-président du Conseil et ministre d’Etat chargé de
la Défense Nationale, et contre Kou Roun, le chef intransigeant et cupide de la
700
Citation dans Kiernan, Khmers rouges!, pp.200, 208. Autrement, Kiernan, How…, pp.170, 207.
701
Archives du ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon »,
« la subversion au Cambodge », juin-septembre 1956.

219
Sécurité. Assez habilement, la gauche tablait sur les expériences amères de Siha-
nouk avec les Américains pour pouvoir continuer à s’exprimer.
En 1963 paraissait le tri-hebdomadaire Damnœung Thmey (la Nouvelle
Information), qui, probablement parce qu’il était sans intérêt (dixit l’ambassadeur
de France), eut le loisir de durer, jusqu’en décembre 1966. La même année, Ok Sa-
kun lançait Sahamitt (Amitié et Coopération) et Nuth Chhoeum Sochivathor (Sa-
voir vivre, 3500 ex.), un journal qui prit progressivement une teinte anti-impéria-
liste. Le Pracheachun, la branche légale des communistes, disposait alors stricto
sensu de trois journaux : le bi-hebdomadaire Pracheachun, le quotidien Meato-
phum (Patrie, 3600 ex.) et le tri-hebdomadaire Aekapheap (Unité). En comptant la
Dépêche du Cambodge, la presse de gauche en khmer et en français représentait
plus de la moitié des tirages de quotidiens. La gauche vietnamienne du Cambodge
disposait également de son quotidien, Trung lap (Neutre, Neutralité). Un autre jour-
nal, Smardey Khmer (Conscience khmère), avait pu être lancé par Chou Chet en
septembre, juste après que Sihanouk ait rompu les relations diplomatiques avec le
Sud-Vietnam, le 28 août 1963, d’où était supposé avoir été émis une radio clan-
destine tenue par l’opposition de Son Ngoc Thanh « soutenue par la CIA ». A la
moitié de l’année 1964, lorsque régnait un climat d’opposition grandissant vis-à-vis
de l’influence américaine, les communistes lancèrent le journal Chadomuk (Quatre
Faces), qui disparut en 1965, Sihanouk n’ayant pas apprécié sa dénonciation de
l’expropriation des terres. En 1966, le tirage des quotidiens de gauche La Dépêche
du Cambodge et Meatophum était inférieur à celui de deux autres journaux au ton
plus neutre Sochivator (Civilisation) et Souvannaphum (Pays en Or). Meatophum
traduisait directement des articles du journal en langue vietnamienne pro-F.N.L.
Trung Lap 702. Il n’était pas le seul. Plus tard, Ieng Sary dira que les rédacteurs du
Pracheachun, Keo Meas et Non Suon, prenaient pour source le journal du P.C.
vietnamien Nhan Dan (Le Peuple) 703 – on peut d’ailleurs douter qu’il en fût autre-
ment des autres membres qui parlaient vietnamien, Sary lui-même, Ney Saran, et,
dans une bien moindre mesure Nuon Chea.
En février 1965, Sihanouk allait décliner toute responsabilité au cas où des fi-
gures de la gauche seraient lynchées. Il plongeait même carrément dans la politique
de caniveau en disant de Hou Yuon que, « en plus Yuon signifie Vietnamien »...
Malgré les pressions politiques, Khieu Samphan et Hou Yuon allaient rester en ville
jusqu’en 1967. Pendant ce temps, les vrais dirigeants du Parti allaient tenter d’or-
ganiser les premières formes d’un contre-pouvoir solide dans les campagnes.
702
Archives du M.A.E., C.L.V., Cambodge, n°20, parti « Pracheachon », n°22, presse cambodgienne.
Kiernan, How Pol Pot…, pp.192, 195, 199, 205, 215, 229. Facts and figures about Communism…,
janvier 1964 (Intelligent Service ?).
703
Communication de Ieng Sary via Suong Sikœun, août 2000.
UNE CONTESTATION RECUPEREE ET REPRIMEE (1959-1963)

221
CHAPITRE 9

HORS DES VILLES

(1963-1967)

I. Les conditions de vie dans les campagnes.

Les principaux atouts du Cambodge étaient les plantations de caoutchouc si-


tuées sur les terres volcaniques de l’Est et les immenses réserves d’eau douce qui,
d’août à octobre, inondaient la plaine centrale et en faisaient l’un des pays les plus
poissonneux du monde. « Là où il y a de l’eau, il y a du poisson …» assurait le dic-
ton 704. Ses terres étaient peu propices à la riziculture et subissaient les irrégularités
des précipitations. Sous Sihanouk, le pays exportait de deux cents à cinq cent mille
tonnes de riz chaque année. Le rendement moyen était un des plus bas au monde –
0,8 à 1 tonne de paddy par hectare et par an – car les paysans ne sélectionnaient pas
convenablement leurs semences après la récolte et les autorités procédaient peu ju-

704
M-A. Martin, « La politique alimentaire des Khmers rouges », Etudes Rurales, juillet-décembre
1985, n°99-100, p.361. L’économiste Rémy Prud’homme, rapportait que l’ensemble des bonnes terres
(terres rouges, sols argilo-limoneux d’une partie de la province de Battambang), avait été évalué à 1
000 000 d’hectares, soit le 1/5e de la superfice de la plaine centrale et des plateaux cultivés (L’écono-
mie du Cambodge, P.U.F., collection « Tiers-Monde », publications de l’IEDES, 1969, pp.19-20 sur le
climat et l’épisodique « petite saison sèche » de juillet-août, et p.268 pour le tableau des exportations
de riz de 1957 à 1966). Voir aussi Jean Delvert, Le Paysan cambodgien, Paris, La Haye, 1961, Mou-
ton & Co, pp.45, 90-113. La majeure partie des rizières souffrent d’un climat aux précipitations irré-
gulières et tardives, d’être situées sur des sols de sables roses ou blancs surmontant une couche de la-
térite, et dont le peu d’agile est « trop vite durci en sécheresse et trop pâteux en saison des pluies ».
Les carences en protéines étaient, grâce au poisson, moins prononcées que dans la majorité de pays
d’Asie du Sud-Est, comme l’écrit René Dumont, expert de la division d’analyse économique de la
FAO pour le gouvernement Royal Cambodgien, dans un projet de rapport sur Les possibilités de dé-
veloppement de l’économie agraire khmère, au départ des réformes économiques janv.-mai 1964,
pp.2, 10. Martin, Le mal cambodgien…, p.18. Le dicton « Là où il y a de l’eau, il y a du poisson » se
prolonge par « là où il y a de l’argent, il y a des femmes », voire « là où il y a de la terre, il y a des
Chinois ».
HORS DES VILLES (1963-1967)
dicieusement au choix des variétés de riz 705. Une heureuse exception en matière de
rendement était constituée par les terres argilo-limoneuses de la province de Bat-
tambang, mais les divisions sociales y étaient également les plus grandes. Si la na-
ture offrait aux paysans de quoi se nourrir, ceux-ci devaient faire face aux réquisi-
tions de paddy par les militaires, étaient imperceptiblement roulés par des négo-
ciants privés ou publics sur le poids et le prix du riz, et devaient s’endetter périodi-
quement auprès d’usuriers pour subvenir aux dépenses religieuses ou payer les
taxes et autres rétributions qu’entraînait inévitablement tout service sollicité à un
fonctionnaire. Pour toutes ces raisons, les paysans étaient peu incités à accroître la
productivité et poussaient leurs enfants à être fonctionnaires 706.
Dans son discours de septembre 1977, Pol Pot faisait beaucoup de cas de l’en-
richissement des propriétaires fonciers et de la paupérisation générale – un mot
qu’il définissait devant son auditoire juste après l’avoir prononcé. L’exemple qui
servait d’appui à son raisonnement était la situation qui prévalait à Thmar Koul,
dans la province de Battambang, où 90 % des terres étaient supposées appartenir à
quatre ou cinq propriétaires. Ce cas, s’il est permis d’y accorder foi, était peu re-
présentatif de la condition paysanne moyenne y compris dans le seul Nord-Ouest,
où, comme l’indiquait Nguyen Thanh Son en 1950, des propriétaires fonciers pou-
vaient détenir cinquante hectares maximum là où les plus riches propriétaires de
Takeo et Kampot n’en possédaient que dix. Comme l’indiquait Jean Delvert dans
Le Paysan Cambodgien (1961), au terme d’une étude des registres du Cadastre de
1956, la grande propriété n’avait d’importance que dans des régions peu peuplées,
comme dans les srok (districts) de Kompong Trabek, Sangker, et Battambang. Pour
Battambang, les propriétés de plus de 10 ha ne représentaient que 5,5 % de l’en-
semble des rizières, et les fermages étaient modérés. Les 1191 grandes propriétés
du pays (de 20 à plus de 100 ha) étaient de création récente (1920), et la primauté
de la richesse rurale était de nature commerciale. Officiellement, et bien que cer-
taines plantations aient été cédées à des étrangers, les terres du Royaume étaient à
la disposition du peuple moyennant une taxe foncière, voire tout simplement oc-
troyées aux plus déshérités. Aussi, avec une densité de population dix fois infé-
rieure à celle du Vietnam 707, le Cambodge ne connaissait pas de problème agraire
aigu. Dans les régions les plus peuplées, « 90 à 100 % des paysans » étaient pro-
priétaires. 80 % des propriétaires disposaient de moins de deux hectares. Cela

705
Thion et Pomonti, Des courtisans aux partisans, la crise cambodgienne, 1971, p.38, qui ont peut-
être repris les chiffres de la banque internationale pour la reconstruction, en 1969 – une tonne par hec-
tare de riz en moyenne pour tout le Cambodge, le taux le plus bas en Asie (Hildebrand et Porter,
Cambodia, starvation and revolution, Monthly Review Press, London and NY, 1976, p.20).
706
Thion et Pomonti, op.cit., 1971, « pesanteurs paysannes », pp.32-44.
707
Brissé, « Le Cambodge de Norodom Sihanouk », L’année politique et économique, n°220, 04/71.

223
semble peu mais, dans les registres du cadastre, la propriété de l’époux et de l’é-
pouse était parfois séparée. Dans un village cambodgien assez représentatif de la
situation moyenne des paysans, on pouvait observer qu’avec deux hectares, les
paysans avaient de quoi vivre et pouvaient réaliser des surplus à vendre, sauf en cas
de mauvaise saison. Ceux qui ne cultivaient pas assez de riz pour en échanger
cultivaient aussi des légumes, possédaient des arbres fruitiers, des palmiers, pê-
chaient le poisson dans les champs inondés, et élevaient des cochons et des poulets.
D’après Delvert, 35 à 65 % des coolies étaient propriétaires 708.
En 1962, les paysans représentaient les trois-quarts de la population cambod-
gienne. Des statistiques indiquaient alors que 53 % des familles agricoles possé-
daient jusqu’à deux hectares, et 30,7 % moins d’un hectare. Et lorsqu’ils bénéfi-
ciaient d’un à deux hectares (22,3 %), il était possible de se suffire à soi-même
dans les années de bonnes récoltes 709. A la fin des années soixante, plus de 80 %
d’entre eux possédaient leurs terres 710, mais leur sort était bien éloigné de l’image
avantageuse qu’en donnait Sihanouk. Beaucoup étaient assujettis à l’endettement
pendant au moins une partie de l’année et sortaient « lésés » des échanges avec les
commerçants 711. Il n’est cependant guère d’études permettant de savoir la façon
dont ils percevaient leur sort. Une étude récente sur les conflits montre que les pay-
sans ne manquaient pas de terres à défricher, mais évitaient les contacts avec les
autorités administratives dont ils craignaient le zèle à prélever l’impôt sur les
terres, les bœufs, les charrettes, les bicyclettes et la carte d’identité. Ces mêmes au-
torités interdisaient de pêcher le poisson, ou mobilisaient les gens pour des corvées
qui n’étaient pas payées : construction de route, garde de frontière 712. De leur côté,
les déclarations et documents du Parti donnent finalement peu de renseignements
valables sur les desiderata des paysans. Pol Pot mentionnait comment, vers la moi-
tié des années cinquante ou le début des années soixante, au village de Krava, dans
le district de Baray à plus de cinquante kilomètres de Kompong Cham, le Parti
avait réussi à convaincre des femmes de manifester pacifiquement devant la mai-
son du porte-parole du Parlement, afin de réclamer le retour de leurs maris arrêtés
pour avoir protesté contre l’expropriation de leurs terres. Bien que ne connaissant
rien des villes et du Parlement, et n’ayant jamais vu d’automobiles, ces femmes
avaient obtenu gain de cause, ce qui prouvait pour Nuon Chea et Pot l’invincibilité
708
Jean Delvert, Le paysan cambodgien, Paris, La Haye, Mouton & Co, 1961, pp.494-502. May Ebi-
hara, « Revolution and reformulation in (…) », Ablin & Hood, Cambodian agony, pp.18, 48.
709
Phouk Chhay, Le pouvoir politique au Cambodge, 1945-1965, p.82.
710
Rémy Prud’homme, L’économie du Cambodge, op.cit., 1969, p.16.
711
A. Bouteiller, « Monographie de la province de Kandal (Kompong-Speu) », Bulletin de la Société
des Etudes Indochinoises, 1916-1917, n°68, p.240.
712
F. Luco, Entre le tigre et le crocodile, approche anthropologique sur les pratiques traditionnelles
et novatrices de prévention et de gestion des conflits au Cambodge, octobre 2001, pp.37, 44, 48.
HORS DES VILLES (1963-1967)
de la force issue des campagnes 713.
Il existait tout de même des cas extrêmes. L’historien Milton Osborne s’était
rendu compte de visu, en 1966, qu’en dehors des villages modèles de la banlieue de
Phnom Penh, beaucoup de paysans vivaient dans la saleté, atteints de maladies
(malaria, trachomes, pian, tuberculose, maladies vénériennes) et vieillissant préma-
turément à partir de la trentaine d’années. Leur espérance de vie ne dépassait pas
les 45 ans. Les pluies n’étaient pas toujours suffisantes pour assurer sa simple sub-
sistance. Le travail était pénible et nombre de jeunes venaient en chercher en ville,
acceptant même la tâche précaire et usante de conducteur de cyclo-pousse – un cy-
clo-pousse pouvant parfois être partagé par deux conducteurs, l’un pédalant la nuit,
l’autre le jour 714. Bien des paysans espéraient pour leurs enfants la routine du tra-
vail de salariés de l’Etat. En fait, les conditions de vie semblaient varier considéra-
blement d’une région à une autre 715, en fonction de la densité de population, de la
pluviométrie et de l’endettement plutôt que de la quantité de terres possédée. Par
exemple, à Pimuk près de Samlaut – le principal fief des révolutionnaires – expli-
quait un ancien combattant Issarak, « ce n’était pas la superficie de la rizière qui
faisait la différence entre les paysans, c’étaient les dettes ». Ces dettes devaient par-
fois être remboursées en journées de travail, si bien que « certains étaient même de-
venus domestiques ou ouvriers agricoles à vie » 716.
Les paysans manquaient de moyens de stockage de qualité, et étaient malha-
biles en discutant avec le marchand qui se permettait de les gruger sur le poids, la
qualité, ou le paiement. Ils vendaient donc immédiatement leur récolte au cours le
plus bas 717. En sens inverse, le marchand vendait au paysan des biens d’utilisation
courante à des prix ne dépassant pas 10% du prix de détail à Phnom Penh, mais, la
plupart du temps, ces biens étaient fournis à crédit, contre du riz remis plus tard au
moment des récoltes. Or, les taux usuraires pratiqués étaient, selon les sources, de
l’ordre de 5 % par mois soit 60 % par an (Thion et Pomonti), d’un peu plus de
10 % par mois soit 100 % sur une durée de neuf mois (Jean Delvert), de 20 % par
mois soit 240 % par an (Phung Ton), ou encore de 200 à 300 % par an, dont 240 %
dans les centres urbains (Khieu Samphan). Selon Phouk Chhay, des paysans s’en-
dettaient indéfiniment après avoir emprunté pour éduquer leurs enfants, obtenir des
soins médicaux, dépenser au moment des fêtes, ou simplement consommer : « La
713
« Speech by Pol Pot », S.W.B., the Far East, BBC, 4/10/1977, C2/5. Nuon Chea, « Statement of ...
», July 1978, The Journal of Communist Studies, vol. 3, n°1, March 1987, Frank Cass & Co Ltd, p.21.
714
Searching for the Truth, N°1, January 2000, p.17 (pour les deux conducteurs se relayant).
715
Milton Osborne, Before Kampuchea, Preludes to Tragedy, 1979, pp.130-132.
716
Debré, Cambodge, la révolution de la forêt, pp.48, 50.
717
Sam Sok, Le système monétaire cambodgien et son rôle dans le développement du pays, 1954-
1975, thèse de sciences économiques, 1976, p.208. Thion et Pomonti, op. cit., 1971, pp.39, 43.

225
situation était particulièrement pénible dans les régions les plus reculées, où l’usu-
rier était aussi un intermédiaire pour la vente des produits agricoles ou pour l’achat
des articles d’usage courant indispensables au paysan ». Sam Sok expliquait que
les paysans s’endettaient pour financer diverses fêtes religieuses et familiales et
que le boutiquier était lui-même conduit, de son côté, à emprunter à un bailleur de
fonds prêtant sur gage à au moins 3 % par mois 718. D’après l’Office de Crédit
Populaire, en 1952, les 3/4 des sept cent mille propriétaires exploitants s’étaient en-
dettés pour une saison ou plus 719. Jean Delvert remarquait qu’au Cambodge, la ri-
chesse était « commerciale, nullement terrienne » ; la paysannerie était « soumise à
la domination du commerçant, ce qui nui[sai]t à son niveau de vie », tandis que de
nombreux commerçants issus de l’immigration chinoise étaient pauvres en terres.
Les avances à des taux usuraires pouvaient s’expliquer par le fait que lorsque le
commerçant récupérait le riz, son prix avait baissé depuis le moment où il avait
fourni diverses marchandises (tissus, poissons séchés, vaisselle, sel, ...) 720.
Revenant plus tard sur ces problèmes, Khieu Samphan évoquait des taux d’en-
dettement de l’ordre de 100% pour ceux qui empruntaient du paddy au moment des
semailles et le remboursaient à la moisson. A Saang, en Kandal, où il avait été dé-
puté, les paysans vivaient en économie de subsistance et étaient dépourvus du
moindre sens du commerce. Le riz et le poisson subvenaient aux besoins et étaient
échangés contre des sauces, du prahok, de la viande, et un peu d’alcool. Les pou-
lets n’étaient élevés que pour payer les impôts. Et les commerçants chinois accor-
daient des avances au moment des labours. La principale demande des paysans
était d’échapper aux usuriers et à une situation que Samphan nous décrivait comme
celle d’une « mouche tombée dans une toile d’araignée » 721. A un autre interlocu-
teur, Samphan précisait néanmoins que l’usure « n’était pas une cause immédiate
de mécontentements des paysans. Ceux-ci éprouvaient même quelque reconnais-
sance à leurs prêteurs ». A long terme, pourtant, ils risquaient de s’enfoncer dans
les dettes. Lorsque Samphan soulevait l’existence de ces problèmes, il se heurtait
aux Ong Pang et aux Yaukbat, c’est-à-dire, d’une part, aux chefs et représentants
des communautés chinoises auprès de l’administration, et, d’autre part, aux secré-
718
Thion et Pomonti, op. cit., p.39. Jean Delvert, op. cit.,1961, pp.516-517. Thèses respectives en
1954, 1959 (p.48), 1965 (p.49), et 1976 (pp.143, 208).
719
Sam Sok, op. cit., pp.143-4.
720
J. Delvert, Le paysan cambodgien, 1961, pp.498, 509, chapitre XVII « Mainmise commerciale et
niveau de vie » (pp.510-536). Analyse partagée par May Ebihara, « Revolution and reformulation
(…)», op. cit., pp.18-19, 49. May Ebihara décrit aussi comment le mode de production était essentiel-
lement domestique, et comment les poulets et les cochons étaient élevés pour la vente et non l’auto-
consommation. Rémy Prud’homme indique que la valeur des taux variait en raison de la nature de
l’opération, du troc (L’économie du Cambodge, p.221).
721
Entretien avec Khieu Samphan, 14 juillet 2000.
HORS DES VILLES (1963-1967)
taires de l’administration du district ou de la province. L’oppression économique
passait également par l’interdiction administrative de couper du bois et par l’em-
piètement et l'appropriation de fait, de la part d’exploitants rapaces ayant soudoyé
les autorités de la pêche, des domaines publics 722.
En juin 1956 fut créé l’Office Royale de Coopération (O.R.O.C.), à l’initiative
d’un jeune ministre de l’agriculture, le « progressiste » Chau Seng. Le but était d’é-
tablir en milieu rural des coopératives de crédit, de consommation et de production,
et de les approvisionner en moyens financiers et en matériel. Les colons français
avaient déjà établi un Office du Crédit Populaire en 1942 – lui même héritier loin-
tain d’autres offices du même genre – dont le but était jugé excellent par Hou Yuon,
mais dont les avances « n’atteign[ai]ent les masses populaires qu’à travers la filière
des usuriers intermédiaires. Elles ne serv[ai]ent pas la production » 723. Les Cam-
bodgiens qui souhaitaient se lancer dans le commerce manquaient de capital, de sa-
voir-faire organisationnel, ou de savoir technique, et étaient en butte à la solidarité
communautaire des Chinois. Les quatre cents employés de l’O.R.O.C. cherchaient
donc à réduire la marge des intermédiaires, notamment d’origine étrangère, à li-
bérer les paysans de la tutelle des usuriers lorsqu’ils achetaient des produits de
consommation de première nécessité, à former techniquement au commerce et à la
culture les paysans coopérateurs, et à aider les plus pauvres en leur octroyant des
crédits. Mais les crédits n’allaient pas toujours à l’investissement des coopératives,
un certain nombre de coopératives étaient déficitaires, les impayés étaient nom-
breux, les responsables des coopératives de consommation et de crédits détour-
naient de l’argent à leur profit, et les commerçants gardaient dans bien des cas la
faveur des paysans car ils leur fournissaient rapidement et sans formalités, bien
qu’au prix fort, les produits manufacturés dont ils avaient besoin. En effet, comme
le relatait Meach Konn, le délégué Royal à l’OROC au Congrès National de
décembre 1960, les coopératives devaient faire parvenir leurs commandes six mois
avant la date de livraison. En plus, certains coopérateurs s’étaient transformés en
« trafiquants pour tirer de gros profits immédiats, ce qui [était] contraire au but au-
quel ils s[’étaient] assignés pour lutter contre la spéculation ». Le Congrès national
décida alors de faire appel à des experts chinois et yougoslaves pour aider les co-
opératives à fonctionner. Les coopératives « primaires » consacrées à la consom-
mation laissèrent la place à partir de 1961 aux coopératives à fonctions multiples.
Néanmoins, comme l’expliquait encore Meach Konn en janvier 1962, la seule ga-
rantie exigée par l’OROC était « dans la bonne foi de l’emprunteur et la viabilité de
son programme » 724. Aussi, en septembre 1966, Son Sann préconisa d’éviter des
722
In Sopheap, Khieu Samphân, agrandi et réel, 2001-2002, version dactylographiée, pp.65-66.
723
Hou Yuon, La paysannerie au Cambodge et ses projets de modernisation, 1955, p.240.
724
David Steinberg, Cambodia, its people, its society, its culture, 1959, New Haven, p.221-222. Rémy

227
dotations de l’Etat et des avances à fonds perdus qui risquaient de provoquer des
tensions inflationnistes, de suivre l’utilisation des crédits accordés aux agriculteurs
jusqu’à la commercialisation des denrées, et de demander un effort supplémentaire
et gradué aux coopérateurs eux-mêmes en procédant à des augmentations de capi-
taux progressivement 725. Phouk Chhay soulignait pour sa part en 1965, que toutes
les familles n’avaient pas les moyens d’adhérer aux coopératives car il fallait sous-
crire d’abord à des parts 726. Et Serge Thion et Jean-Claude Pomonti avaient souli-
gné l’erreur qu’avait été de confier la gestion de l’OROC et des unions provinciales
de coopératives à des fonctionnaires qui se livraient à un pillage généralisé. Les
paysans n’étaient plus que « le bétail offert à la tonte des prévaricateurs ». Les di-
rigeants des coopératives étaient souvent des paysans riches et des négociants chi-
nois qui détournaient une partie des fonds de diverses manières – par exemple en
achetant des parfums faits à Paris qu’ils revendaient en ville pour leur compte per-
sonnel. En 1968, l’administration s’était contentée de réclamer la restitution d’une
partie des fonds détournés 727.
Khieu Samphan était également d’avis que l’OROC « ne répondait pas à la si-
tuation ». Les produits que le gouvernement vendait à bas prix (tissus, etc.) étaient
achetés par les intermédiaires et « le paysan était toujours hors du circuit ». « Sans
parler des détournements ». Il aurait fallu que les paysans s’organisent entre eux,
en coopératives, en petits groupes, pour acheter ce dont ils avaient besoin (médica-
ments, etc.). A la question de savoir s’il ne fallait pas exercer un effort d’éducation
auprès des paysans – ce dont il parlait dans sa thèse –, Samphan répondit qu’il
« fallait insuffler de la démocratie » chez les paysans, car « l’économie ne peut s’é-
carter de la politique » 728. La perspective de sa thèse était identique. « L’éducation
politique des paysans » devait transmettre aux paysans le courage de se constituer
en associations. « La réduction de la rente foncière ne peut être obtenue que par
l’action des paysans eux-mêmes, soutenus et aidés par le gouvernement (...) Il s’a-
git de briser des peurs séculaires ». Les propriétaires fonciers devaient être orientés

Prud’homme, L’économie du Cambodge, pp.188-190. Le rôle de Chau Seng est mentionné par Gérard
Brissé, « le Cambodge de Norodom Sihanouk », l’Année politique et économique, n°220, 4/1971,
p.11. Sur les détournements, et les coopératives déficitaires, voir le procès-verbal du XIe congrès na-
tional de décembre 1960, et sur le déficit de 63 coopératives de consommation sur 291, ainsi que la
reconnaissance par Samdech Sihanouk que des gérants de coopératives de consommation se compor-
taient en fonctionnaires en mission et se faisaient payer des frais de voyage et de séjour en chambre
d’hôtel, procès-verbal du Xe Congrès National du 27-30/12/60. Compte-rendu du XIIe Congrès natio-
nal, 01/1962 (Archives Nationales du Cambodge, Speeches, accords, congrès, 1960’s).
725
Le Sangkum, septembre 1966, n°14, p.23.
726
Phouk Chhay, Le pouvoir politique au Cambodge, 1945-1965, p.85.
727
Thion et Pomonti, Des courtisans aux partisans, la crise cambodgienne, 1971, pp.41-2.
728
Entretien avec Khieu Samphan, 14 juillet 2000.
HORS DES VILLES (1963-1967)
vers des activités plus profitables et être transformés en « entrepreneurs capitalistes
agricoles ou industriels ». Par quels moyens ? En réduisant la rente grâce à l’action
des paysans, en interdisant l’usure, et en donnant aux propriétaires « des explica-
tions nécessaires pour les aider à saisir la perspective générale qui leur est offerte
par la réforme. Il s’agit là de mesures essentiellement politiques et non seulement “
techniques ” comme on le pense trop souvent » 729.
Les marxistes cambodgiens, comme les Démocrates, avaient soulevé avant Si-
hanouk le problème de l’endettement, certes moins développé que dans les autres
pays d’Indochine, mais poussant tout de même les paysans dans l’impasse à imagi-
ner pour leurs fils une carrière de fonctionnaire. Et ils prônaient des mesures plus
fermes pour contrer la puissance des intermédiaires. Pour Lénine, l’Etat prolétarien
devait se saisir de toutes ses forces du maillon que représentait le commerce
(privé), se rendre maître de l’ensemble de la chaîne et créer le fondement des rap-
ports économiques de la société socialiste, avant de pouvoir supprimer le
commerce et l’échange monétaire 730.
Khieu Samphan escomptait donc, pour lutter contre l’usure, mettre en place
des coopératives au sein desquelles le rendement et les salaires des paysans ne
manqueraient pas de monter en flèche et de réduire le recours aux prêteurs. Hou
Yuon, plus direct dans sa thèse, et peut-être inspiré par l'histoire de la révolution
française, pensait que les disettes avaient pour origine – en plus de la sécheresse,
des inondations et de la mortalité du bétail – « les commerçants de paddy, les gros
propriétaires fonciers, [qui,] en procédant au stockage d’une grande quantité de riz,
peuvent provoquer artificiellement la disette dans le seul but de faire monter le
cours » 731.
Toutes ces pressions économiques alimentaient une oppression sociale parfois
brutale. D’après Samphan, « le féodalisme était moins brutal qu’en Chine, et le ser-
vage en Chine ou au Moyen-Âge en Europe n’avait pas d’équivalent au Cambodge.
Mais c’était quand même le servage. Les paysans endettés vendaient leurs enfants
pour des sommes minimes à des gens hauts placés à Phnom Penh, pour devenir ser-
viteurs à vie », ce qui était, précisait-il, bien différent du travail salarié d’une
femme de ménage en France qui rentrait chez elle chaque soir. Il est avéré qu’à
cette époque, comme à notre époque encore, les domestiques étaient couramment
maltraités. Dans les années soixante, de nombreux étudiants avaient été révoltés

729
Khieu Samphan, L’économie du Cambodge, op. cit., pp.169, 172.
730
Lénine, Œuvres choisies en deux volumes, Editions en langues étrangères, 1954, t.II, deuxième
partie, p.627 (Sur l’importance de l’Or aujourd’hui et après la victoire complète du socialisme).
731
Hou Yuon, op. cit., p.211. Sous la pression populaire, Robespierre accusait en effet les négociants
en blé en termes identiques, alors que les subsistances diminuaient pendant la guerre de 1792-1793.

229
par la persistance de relations d’exploitation proches de l’esclavage. Des affaires
mettant en cause des membres de l’appareil d’Etat avaient été examinées lors de
Congrès Nationaux : une jeune servante d’un proche du général Ngo Hou avait été
violée par son patron et torturée cruellement par la femme de ce dernier. En 1958,
la gouvernante des enfants de Sam Sary – alors ambassadeur à Londres – s’était
plainte à la police britannique d’avoir été battue par ce dernier. L’ambassadeur ré-
torqua sans scrupules qu’il s’agissait là d’une pratique courante au Cambodge, et
confia que la plaignante avait été sa maîtresse et venait de donner naissance à un
enfant. Il semblerait selon certains – vraisemblablement Keng Vannsak – que la
maîtresse n’était autre que Soeung Son Maly, l’ex-amourette de Pol Pot. Le scan-
dale avait abouti au renvoi de Sary de ses fonctions d’ambassadeur 732.
Les problèmes des paysans n’étaient donc pas tant liés à des facteurs géogra-
phiques qu’à des raisons économiques et politiques. Les révolutionnaires étaient les
seuls à vouloir remettre en cause les mécanismes économiques, les complaisances
et les hypocrisies politiques qui empêchaient de régler ces problèmes. Les membres
du parti des dominants, le Sangkum, reconnaissaient bien que les crédits ou les li-
vraisons de marchandises prévus par le gouvernement pour mettre un terme à l’u-
sure étaient lents à obtenir, détournés par les fonctionnaires ou distribués à des res-
ponsables de « coopératives » qui se livraient à de juteux trafics. Mais ils incitaient
les paysans à travailler dans l’espoir de vivre une vie meilleure après la mort 733.
Pour débloquer cette situation, les progressistes exprimaient donc le souhait que les
paysans contrôlent eux-mêmes une partie de l’organisation économique, ce qui de-
mandait évidemment de renverser la situation et de les éduquer à être leurs propres
maîtres, des maîtres responsables.

732
Philipppe Preschez, op. cit.,1961, p.90, Chandler, op. cit., 1991, p.100. P. Short, Pol Pot, 2004,
p.125. D’après Henri Locard, « pour protéger son mari, Madame Sam Sary (In Em) a prétendu à la
presse que c’était elle qui avait battu sa servante ». Communication personnelle de Ong Thong
Hœung, qui avait assisté au Congrès National au moment où l’affaire du viol avait été évoquée (30
décembre 2000). Ces deux histoires avaient révolté Loc Chay, jeune étudiant en médecine, et actuelle-
ment vice-président de l’Association pour le Développement de l’Amitié entre les Jeunesses Fran-
çaises et Khmères. D’après François Ponchaud, après 1970 en France, la femme de Sam Sary avait
récidivé en réduisant pratiquement en esclavage une petite servante du nom de Samon...
733
Procès-verbal du XIe Congrès national, du décembre 1960, procès-verbal du Xe Congrès National,
27-30/12/1960 et compte-rendu du XIIe Congrès, janvier 1962. Archives Nationales du Cambodge,
Speeches, accords, congrès, 1960’s.
HORS DES VILLES (1963-1967)

II. Au contact des « Khmers lœu » ou proto-indochinois du


Nord-Est

Jusqu’en 1963, les futurs dirigeants du K.D. vécurent en ville, bien que le Par-
ti ait eu des antennes dans les campagnes à l’Est et dans le Sud-Ouest, la région ré-
putée la plus pauvre du Cambodge. A partir de cette date, Saloth Sar / Pol, nouvel-
lement nommé secrétaire du Parti, alla se réfugier avec une partie du Comité
Permanent dans l’Est, près de Kompong Cham et même au Sud-Vietnam vers Tay
Ninh, dans les bases du F.N.L.. Jusqu’en 1965-1966, la base du parti cambodgien,
l’Office 100, se déplaça de part et d’autre de la frontière au gré de la situation mi-
litaire. Puis, lorsque Saloth Sar, Keo Meas et d’autres communistes passèrent plu-
sieurs mois à Hanoi et à Pékin, les leaders du Parti s’installèrent pour la première
fois entre seuls Cambodgiens, sur les conseils des Vietnamiens et sous la responsa-
bilité de Ieng Sary et de Nuon Chea, au Nord-Est, dans la province de Ratanakiri,
non loin de bases vietnamiennes, loin des bombardements américains, mais dans
une zone très impaludée. D’autres sections du Parti, dont cinq cents personnes ont
fui la répression et les expropriations de 1967 dans la région de Kompong Cham,
avant de rejoindre les premières zones de repli. Mais les principaux cadres tels que
Saloth Sar et Ieng Sary allaient vivre pendant près de quatre ans auprès des peu-
plades proto-indochinoises d’essarteurs dites Khmers lœu (Khmers d’en haut).
Quelques rappels historiques sont nécessaires avant d’évaluer sérieusement l’in-
fluence que cette expérience a pu exercer sur la politique du Parti.
Les « Khmers lœu » ne sont pas Khmers
Certains ont pensé que Pol Pot s’était forgé au Nord-Est « une idée nouvelle
de pureté de la race khmère, à laquelle s’associe la pureté de la révolution ». Or,
pour autant que les documents le laissent percevoir, l’attachement du nouveau ré-
gime pour ces peuplades s’inscrivit dans le registre de la lutte des classes et non ce-
lui de la pureté raciale : en 1977, le personnel dirigeant jugeait la région de Stung
Traeng « fidèle et bonne parce que pauvre et peuplée de minorités nationales » 734.
D’autre part, d’un point de vue anthropologique, le premier terme de l’expression
Khmer lœu, adoptée par l’administration sihanoukiste à la fin des années cinquante,
est trompeur. Les quelques cinquante mille autochtones du Nord-Est avaient été
mêlés à des « envahisseurs très anciens, refoulés par les Khmers (...) à la périphé-
734
Le Monde du 7 juin 1996, article non signé. Témoignage dactylographié de Laurence Picq, p.235.

231
rie » 735. Quant aux intéressés, ils se désignent encore, par-delà les différences
d’ethnies et de clans, par le terme d’ « ethnie » (choonchiet, abréviation de choon-
chiet piaktek = minorités ethniques), par opposition aux Khmers des plaines 736.
L’Histoire des habitants du Nord-Est n’était pas violente
Qui dit opposition ne dit pas ici affrontements guerriers. Ces régions éloignées
ne faisaient pas à proprement partie du royaume cambodgien. L’entité d’apparte-
nance restait celle du village. Et, d’après les dernières études, la relation de suzerai-
neté n’était pas clairement délimitée, car les échanges de cadeaux entre les rois
Khmers et les grands représentants des aborigènes n’apparaissaient pas, aux yeux
des aborigènes qui fournissaient de la cire, du riz et du sésame, comme déséquilib-
rés. Toutefois, une frange des aborigènes, les Pol ou les Pnong Suoy Preah Ritea
Trop se mettaient provisoirement au service de la Royauté ou lui payaient un tribut
contre sa protection. Et le royaume du Cambodge capturait des esclaves dans les
zones retirées qui refusaient de lui payer un tribut 737. Si l’on en croit certaines
études, de 1601 à 1859, les échanges s’étaient cantonnés au domaine culturel ou
commercial (cadeaux de la Cour royale contre produits précieux et éléphants).
Puis, vers la moitié du XIXe des Stiengs eurent à payer tous les trois ans un tribut
en cire et en riz aux Cambodgiens, aux Laotiens et aux Annamites 738. Les Jorai (ou
Jarai), plus redoutés par les Occidentaux que les autres ethnies (Rhadhés, Mnong),
n’avaient jamais été poursuivis par les chasseurs d’esclaves khmers (si l’on en croit
Charles Meyer qui les fait passer pour d’habiles cavaliers). Les Jorai étaient même,
avec les Stieng, les complices des chasseurs khmers, laotiens et thaïs, et les Mnong
de Mondolkiri se remémorent encore aujourd’hui les incursions des Jarai et les ba-
tailles sanglantes qui les opposèrent à eux 739. Mais finalement, la région Jorai fut
rattachée au Laos en 1893 et à l’Annam en 1904. Le Cambodge, en revanche, de-
vint une terre d’accueil pour les Jorai en 1907, à l’Est de Ratanakiri. Des Cambod-
giens qui étaient poursuivis par la justice se réfugiaient, quant à eux, dans les zones
735
Rémy Prud’homme, L’économie du Cambodge, p.49.
736
Frédéric Bourdier, « De la Sesan à la Srepok : racines et destin des populations indigènes du Nord-
Est du Cambodge (Ratanakiri et Mondolkiri) », Péninsule, n°36, 1998, p.126. Frédéric Bourdier,
docteur en géographie tropicale, met à disposition sur le site internet de l’AUPELF/UREF, son rap-
port de mission sur le thème de l’environnement au Cambodge : « Connaissances et pratiques de
gestion traditionnelle de la nature dans une province marginalisée (Ratanakiri) » (octobre 1994 -
juillet 1995).
737
Conférence de Mathieu Guérin à l’INALCO, 30 mai 2002.
738
Henri Mouhot, Voyages dans les royaumes de Siam de Cambodge et de Laos (1868), Ed. Olizane,
Genève, 1989, chap. XV, p.154.
739
Charles Meyer, « Les mystérieuses relations entre les rois du Cambodge et les "Potâo" des Jarai »
Etudes cambodgiennes, oct.-déc. 1965. F. Bourdier, « De la Sesan à la Srepok (...) » Péninsule, n°36,
1998, p.133. Jacques Dournes, Pötao, Une théorie du pouvoir chez les Indochinois Jorai, 1977.
HORS DES VILLES (1963-1967)
Jorai de l’autre côté de la frontière. Puis des colons cambodgiens s’installèrent dans
ces zones gagnées par l’administration française – la province de Stung Treng pas-
sa sous le « protectorat » français en 1904. Et cette présence préoccupa suffisam-
ment les aborigènes pour que le coutumier Jorai (Toloi Djuat) prévoet d’interdire
de révéler aux Khmers l’implantation des villages et des greniers à riz 740.
Pour ce qui est des relations avec les colons français, les populations du
Nord-Est n’eurent pas de griefs importants à leur égard, jusqu’à ce qu’ils viennent
installer des postes de milices sur le plateau de Mondolkiri. Au départ, les admi-
nistrateurs français n’étaient pas trop exigeants lorsqu’ils venaient prélever des
denrées ou des impôts, en général une fois par an. Puis les prestations et la taxe par
tête passèrent de 4 à 5,65 piastres et les taxes à l’exportation des pirogues, des élé-
phants, du bois, et du paddy finirent par nuire au commerce. Des troubles eurent
lieu avant tout dans l’actuelle province de Mondolkiri près de Kratié, où une insur-
rection Mnong éclata de 1913 à 1915. En 1915, des Jarais avaient également expri-
mé leur colère. Dès lors, les administrateurs furent plus à l’écoute des doléances
des habitants de Stung Treng-Moulapoumok (actuelle Ratanakiri), où les Khmers
étaient d’ailleurs peu nombreux. Dans l’ensemble, les aborigènes étaient moins
soumis aux prélèvements que les Laos et les Khmers, mais la récolte ruineuse de
1912 les obligea à vendre pour payer leurs prestations. En plein famine de 1913, les
précepteurs s’étaient quand même déplacés pour réclamer leur « dû ». Devant les
mécontentements, le Roi décréta en juin 1913 une dispense de la capitation et du
rachat des prestations, et la corvée fut ramenée à une durée de quinze jours par
an 741. La plupart du temps, des incidents opposaient les aborigènes, non directe-
ment aux Français, mais aux subordonnés cambodgiens d’une administration colo-
niale qui avait étendu son influence à des zones jusqu’alors non tributaires des
royautés traditionnelles. Quelques assassinats sanctionnèrent les Français après
qu’ils aient intensifié les combats (Henri Maître en août 1914) ou transgressé cer-
taines interdictions (En 1904, Prosper Odend’hal avait voulu retirer de son fourreau
le sabre sacré du Potao du Feu, une demi-divinité). Dans les années trente, les auto-
rités françaises envoyèrent des troupes et des avions à Mondolkiri soumettre des

740
C. Meyer, « Les mystérieuses relations (...) » et « Kambuja et Kirata », Etudes cambodgiennes,
oct.-déc. 1965 et janv.-mars 1966. Cambodian Commentary, vol. II, n°2, March-april 1962. Sur une
carte dessinée par Meyer, les Mnongs occupaient plus de terrain que les autres ethnies. Frédéric Bour-
dier évaluait en 1994-1995 le nombre de Mnong à Mondolkiri à 19 000 membres, contre 18 000 pour
les Tampuan, 14 000 pour les Jorai, 14 000 pour les Kruong habitant tous Ratanakiri, 5 500 pour les
Brao du Centre-Ouest de Ratanakiri, 14 200 pour les Kuy de l’Ouest de la province de Stung Treng, 4
000 pour les Kraveth, 3 200 pour les Stieng, etc. (op. cit., p.127).
741
Mathieu Guérin, « Essartage et riziculture humide, complémentarité des écosystèmes agraires à
Stung Treng au début du XXe siècle », Aséanie, n°8, décembre 2001, Bangkok, pp.49-50 et communi-
cation personnelle (31/05/ 2002).

233
révoltés, mais ils consentirent à réduire les taxes et finirent par engager des mili-
ciens et des tirailleurs aborigènes 742. La « pacification » des Jorai et des Mnong au-
rait eu lieu respectivement en 1932 et en 1935, cette dernière tribu étant jugée on
ne sait pourquoi « vindicative ». Néanmoins, certains groupes Stieng, Jorai et
Mnong restèrent insoumis jusqu’en 1938 743. Du côté de Ratanakiri, selon un ancien
messager et garde du corps de Pol Pot, la présence française, n’avait guère été pe-
sante, bien que la région ait été marquée, dans les années soixante, sur ses sommets
reculés, par quelques drapeaux bleu blanc rouge comme au Mont mort, village de
Tchaï, Khum de Talaw, ainsi qu’au Mont de la lave Rouge, que dévalaient les
torrents Than Sou et Om Pa. Il n’est cependant pas sûr que Pol Pot en ait eu
connaissance. D’après le même ancien garde du corps, les autorités royales avaient
longtemps laissé vivre les Khmers lœu selon leur vœu. Mais la modernité et sa
conquête économique allaient briser ce statu quo 744.
Premières tensions entre le roi et les provinces périphériques
Peu avant la guerre du Vietnam, l’Etat khmer accentua ses intrusions. Il créa
administrativement les provinces de Ratanakiri et Mondolkiri en 1959 et 1962,
sous le prétexte politique et moralisant de vouloir civiliser « les malheureux indi-
gènes ». A la vérité, l’Etat sihanoukiste, évidemment totalement ignorant des règles
élaborées de gestion forestière de ses habitants, n’était mû que par des objectifs
économiques et des objectifs géostratégiques de peuplement des zones frontalières
et de contrôle des frontières. En 1960, des colons vinrent sur les terres volcaniques
rouges de Labansiek y impliter une plantation de caoutchouc dite Preah Sihanouk.
En 1959-1960, le gouverneur Thung Nhâch avait commis des « brutalités sans
nombre afin de ravir aux montagnards les terres nécessaires à la plantation ». Et, de
l’aveu même de la revue officielle du palais, Kambuja, dans un article signé par un
Français, la responsabilité du développement de Ratanakiri avait été assumée par
les Forces Armées Royales. Les pionniers étaient constitués de militaires retraités
de plus de quarante ans et de paysans venus des régions surpeuplées de Takeo et
Svay Rieng 745. En 1962, selon l’ambassadeur de France, les Cambodgiens se li-
vraient à l’égard des habitants de Mondolkiri et Ratanakiri – qu’ils espéraient pou-
voir convertir au bouddhisme, religion d’Etat – à « mille petites vexations – on est

742
Conférence de Mathieu Guérin à l’INALCO, 30 mai 2002.
743
F. Bourdier, « De la Sesan à la Srepok (...) », Péninsule, n°36, 1998, p.134. C. Meyer, « Kambuja
et Kirata », Etudes cambodgiennes, janv.-mars 1966. Mathieu Guérin nous a conseillé la lecture de
Cambodia under the tricolour, King Sisowath and the Mission civilisatrice, de John Tully, et d’un ar-
ticle d’Albert Marie Maurice consacré à Henri Maître dans les Cahiers d’Asie du Sud-Est (1991).
744
Entretien avec Phi Phoun, 11 juillet 2000.
745
Citation de Ponchaud, Cambodge année zéro, réédition Kailash, p.206. F. Bourdier, op. cit., p.135.
H.L. (en fait, Henri Locard) « Ratanakiri ou la montagne des joyaux », Kambuja, 15 août 1966, p.97.
HORS DES VILLES (1963-1967)
allé jusqu’à leur arracher en les blessant leurs pendentifs, à refuser aux chefs de vil-
lage les armes nécessaires à l’autodéfense dont la France les avait toujours do-
tés [?] » 746. Dans les années soixante, des villages isolés habités par des Brao
avaient été regroupés de force par le gouvernement sur les berges du fleuve Sésan.
Des Tampuan avaient refusé de se soumettre aux contraintes de travail des planta-
tions d’hévéas et s’étaient révoltés 747. En mai 1964, trois représentants de l’ordre
avaient été tués. En mai 1964 et en janvier 1965, suite à une succession d’incidents,
Sihanouk avait visité la région de Ratanakiri, pensant utile de venir avec des faux
bijoux de toutes sortes, pour demander aux habitants de ne plus vivre dispersés afin
que l’administration puisse mieux les « protéger ». A la fin du mois de janvier
1968, il était revenu distribuer personnellement des coupons de tissu et des sarongs
à la population des villages et de la capitale provinciale, Lomphat 748.
Comment le P.C.K. se fit entendre par les habitants du Nord-Est
Sara Colm a reconstitué comment le prélèvement des impôts, la confiscation
des terres en vue d’établir la plantation de caoutchouc d’Etat Preah Sihanouk et la
chasse aux communistes, avaient donné lieu à des méthodes répressives. Les mino-
rités finirent par retourner dans leur univers forestier, attirées par les discours com-
munistes de lutte contre les riches, et appréciant la constante attention des révolu-
tionnaires à leur égard. Pol Pot, Ieng Sary, et leurs femmes, considérés comme des
gens importants (neak thom), se faisaient même porter de temps en temps dans des
hamacs pour leurs déplacements.
Dans les années soixante, la pression du Parti savait rester discrète. Les chefs
traditionnels (les me kroukri) se voyaient adjoindre des hommes de confiance du
Parti, avant d’être progressivement écartés. Les villages étaient réorganisés en uni-
tés (chuk) dirigées par des hommes moins âgés. Dès 1963-1964, le Parti avait en-
voyé des représentants dans la région pour former des groupes armés clandestins,
une tâche confiée aux membres du Comité Central Va et Vi (ce dernier était
membre du Pracheachun, puis membre du Comité Central et secrétaire de la zone
Nord-Est, avant de se suicider en 1978). Des fusils vietnamiens étaient alors obte-
nus en échange de bananes. En 1967, Ieng Sary était rejoint par Pol Pot, puis en
1968 par Son Sen, sa femme, Koy Thuon, et Ney Saran 749. A partir de cette
746
Archives du Ministère des Affaires Etrangères, C.L.V., Cambodge, n°15, politique intérieure, 28
avril 1962, visite dans les Provinces du Nord-Est du Cambodge.
747
Frédéric Bourdier, op. cit., Péninsule, n°36, 1998, pp.128, 136. Mathieu Guérin nous signale que
les Jarai ne travaillaient pas sur les plantations d’hévéa (communication du 10 août 2001).
748
Kiernan, How Pol Pot…, pp.212, 215 (Ney Saran). Kambuja, 15 mars 1968, pp.22-45.
749
Entretien du 11 juillet 2000 avec Phi Phoun, alias Cheam, originaire de Ratanakiri, messager du
Parti de 1963 à 1973, entré aux Jeunesses Communistes en 1967 et au Parti en 1968, chef de l’Office
du ministère des Affaires Etrangères en 1975, chargé de la coordination de la sécurité pour les ambas-

235
période, Pol Pot, Ieng Sary, Hou Yuon et d’autres cadres ou hauts responsables
s’entourèrent de gardes du corps d’origine Jarai (Jorai), Tampuon (Tampuan), Brao
(Brou), Kreung, dont l’obéissance était sans faille, jusqu’à sacrifier leur vie pour
sauver leurs chefs, d’après Ieng Sary 750. Des séminaires de plusieurs jours voire
d’un mois étaient organisés à l’abri des arbres ou des bunkers pour enseigner les
techniques de guerre et la politique. Les slogans appris lors des séminaires poli-
tiques à partir de 1967 étaient « Avec le soutien du peuple, nous avons tout », « Le
peuple est la source de tous les biens », « la classe ouvrière est surexploitée », « la
classe ouvrière et paysanne constitue la force motrice mais il faut aussi rassembler
les autres éléments de la société en tant qu’individus et en tant que classe », «
Prendre le pouvoir est une chose, mais le garder est beaucoup plus difficile », «
Vive le Kampuchéa pacifique, neutre et non-aligné », « Vive le grandiose peuple du
Kampuchéa ». Pol Pot ne disait jamais « khmer », mais « peuple du Kampuchéa »
pour ne pas choquer les minorités. Les membres du Parti apprenaient à se suffire à
eux-mêmes, à s’appuyer sur leurs propres forces, et étaient instruits, via des traduc-
tions orales de Pol Pot du français au khmer, des textes de Marx, Engels, Lénine,
Staline, Mao Tsé Toung (La Guerre populaire). Les « Pensées » de ce dernier ne
furent étudiées qu’à partir de 1972. Au gré des déplacements commandés par la si-
tuation militaire, il fallait quelquefois jeter ou brûler les livres, mais en 1975, Pol
Pot disposait encore de beaucoup de livres. Il enseignait aussi des chansons qu’il
avait composées, par exemple à la gloire des messagers intrépides. Il ne saluait pas
les mains jointes mais serrait les mains des gens à l’occidentale, avec ses mains
fines de « petit-bourgeois écolier ». Après 1967, Pol Pot emprunta les noms de
guerre Pouk, « matelas », puis Pol (après 1979, ce sera Phem). Dans la journée, il
s’enquérait des conditions de vie des paysans, vérifiait le creusement des chausse-
trapes, la fabrication des flèches empoisonnées, ou encore la confection des fusils à
piston 36, les kampleung kap’. Ces fusils étaient formés de pièces détachées ache-
tées par dizaine de tubes dans trois marchés de la région de Ratanakiri tenus par
trois ou quatre commerçants chinois pro-révolutionnaires. Le Parti ne disposait
que d’une centaine de fusils à la fin de 1967. Les soldats se déplaçaient à pied. Ils
étaient effrayés par le bruit des motos des soldats gouvernementaux 751. Et pourtant,
le Nord-Est devint bientôt incontrôlable pour les forces gouvernementales qui
durent faire face à une nouvelle rébellion en 1969 à Ratanakiri, organisée à nou-
veau par le Parti, avec l’appui des socialistes vietnamiens. Dans le maquis et durant

sades et l’état-major, et vice-gouverneur de Phnom Malai lorsque nous l’avons interrogé le 11 juillet
2000 par l’intermédiaire de Suong Sikœun qui faisait office d’interprète. Phi Phoun semble avoir une
étonnante mémoire des dates : la mention de l’arrivée de Koy Thuon en juin 1968 figure aussi dans
les confessions de ce dernier (synthèse réalisée par Steve Heder).
750
Chandler, Pol Pot…, p.302, n.18.
751
Entretien avec Phi Phoun. Le sens du pseudonyme Pouk nous fut donné par Steve Heder.
HORS DES VILLES (1963-1967)
la guerre, le mouvement révolutionnaire aurait aussi recruté avec succès parmi les
Pors (Pears) de la province de Battambang, et les Thaïs habitant le Massif des Car-
damomes 752.
Les bases du Comité Central – d’où Pol Pot était absent en 1969-1970 puisque
parti à Hanoi – étaient situées à Taveng, dans la queue du Naga, au Nord de la ri-
vière Sesan, non loin de la base Vietminh 609, ou à l’Office 5 dans la province ac-
tuelle d’Andong Meas. En novembre 1969, lors d’une opération militaire d’enver-
gure lancée par le colonel Sak Sutsakhan, les forces vietnamiennes, qui avaient
reçu l’ordre de ne pas engager directement le combat avec les forces royales diri-
gées par Lon Nol, auraient fait combattre les Khmers Lœu à leur place 753. L’éche-
lon supérieur (Tnak lœu) allait parfois avoir recours à la contrainte pour faire appli-
quer les tâches transmises aux représentants de chaque village et, en 1975, avant
que les révolutionnaires ne prennent Phnom Penh, cinq mille villageois de Ratana-
kiri décidèrent de se soulever et de fuir vers le Laos et le Vietnam. Des villages en-
tiers de Brao et de Kraveth auraient été décimés avant 1975 754.
Sous le K.D., les cadres des minorités ethniques allaient se voir accorder un
rôle de premier plan, alors qu’ils étaient souvent d’extraction relativement aisée,
comme cela allait être révélé plus tard 755. Cette tendance des mouvements révolu-
tionnaires à s’appuyer à leurs débuts sur les minorités ethniques ou religieuses est
une vieille constante depuis les Bolcheviks jusqu’à l’Armée Zapatiste du Chiapas.
Reste à savoir si ces dernières ont pu influencer la politique du Parti.

Le P.C.K. s’est–il inspiré du mode de vie des « montagnards » ?


Avant cette rencontre, les révolutionnaires s’étaient inspirés d’un certain
nombre d’habitudes paysannes (entraide, troc) tout en ayant pour projet de les ré-
éduquer vers moins d’individualisme. Ils voulaient déjà s’appuyer sur eux pour en-
cercler les villes et renverser aisément une bourgeoisie métissée de souche essen-
tiellement étrangère que ces paysans au teint sombre haïssaient 756. Et certains ont
avancé l’hypothèse que Pol Pot, qui avait gardé des contacts avec l’intellectuel
Keng Vannsak jusqu’en 1963, a pu intégrer à son projet ses théories sur la démo-

752
Roel Burgler, op. cit., p.292, renvoyant à Craig Etcheson, The rise and demise ..., 1984, p.85.
753
Sara Colm, « Pol Pot : the secrets 60’s, building the “people’s war” among the tribal communities
», P. Penh Post, April 24 - May 7, 1998, vol. 7, n°8, pp.14-15. Selon M. Guérin, la version de Sutsa-
khan doit être prise avec précaution.
754
F. Bourdier, op. cit., p.136.
755
Communication personnelle de Suong Sikœun, 20 février 2001.
756
Voir leurs thèses et les paroles de Rath Samoeurn vers 1952, selon François Debré, op. cit., p.85.

237
cratie villageoise primitive pré-hindoue et pré-urbaine, théories nourries de lectures
d’orientalistes français et de Jean-Jacques Rousseau 757.
D’après Thiounn Mumm, interrogé par Henri Locard, la révolte des « Khmers
rouges » était basée « sur un principe égalitariste inspiré des sociétés des ethnies du
Nord-Est du Cambodge qualifiées par les marxistes de "communisme
primitif" » 758. Sans doute les révolutionnaires ont-il découvert ce qu’ils étaient ve-
nus chercher chez les paysans : la simplicité de leur mode de vie, une main
d’œuvre qui tiendrait la croissance du pays entre ses mains, et une force de combat
contre le gouvernement. Par ailleurs, ces peuplades, avaient peut-être l’avantage
d’ignorer le bouddhisme et les lois modernes du marché 759. Ieng Sary aurait ainsi
dit au cours d’un séminaire en 1976 que les Khmers lœu n’étaient pas orientés vers
le commerce et avaient développé en eux la haine de classe. Dans l’esprit des révo-
lutionnaires, ils n’étaient toutefois pas totalement ingénus puisque les Vietnamiens
les avaient déjà « travaillés » avant eux 760.
D’ailleurs, comme l’on noté des anthropologues, en plus de pratiquer le troc,
certains aborigènes utilisaient la monnaie avant même l’époque du « protectorat »
et des piastres, en usant notamment de barres de fer laotiennes. Et s’il est vrai que
l’économie de marché était d’introduction très récente au Nord-Est, les populations
qui y vivaient – et qui pratiquaient le troc ou commerçaient en piastres avec
d’autres peuplades au début du XXe siècle – ne sauraient être prises, comme cela
est trop souvent le cas, pour des nomades vivant en parfaite communauté 761. Elles
étaient et sont bien « plutôt des semi-sédentaires, voire en certains endroits des
quasi sédentaires », car la mobilité qui les caractérise est « limitée à l’intérieur d’un
espace défini, soumise à l’approbation des génies de la forêt et du conseil des an-
ciens du village », a observé le docteur en géographie tropicale Frédéric Bourdier
au terme d’une recherche menée au milieu des années quatre-vingt dix à Ratanaki-
ri, auprès de diverses ethnies et notamment des Tampuan, l’ethnie majoritaire de la
province. Ce n’est que poussés par la nécessité que des villages entiers décident de
se déplacer, après épuisement des terres alentours, généralement tous les dix ou
quinze ans, ou en raison de circonstances exceptionnelles (guerres, épidémies,
pression allogène, etc.) 762. On ne saurait non plus dire, comme Henri Mouhot à
propos des Stiengs, que chaque individu, hormis quelques esclaves, avait son
757
Serge Thion, Watching Cambodia, pp.168-170 ou « Shoul Pol Pot sit alone in Trial », Le Temps Ir-
réparable, 3 juillet 1997, http://aaargh.vho.org/fran/revue.html (Thion avait lu la thèse de Keng
Vannsak, Recherche d’un fonds culturel khmer, 1971, disparue de la Sorbonne).
758
Henri Locard, Deux utopistes khmers en France : Thiounn Mumm & Vandy Kaonn, p.49.
759
Thion, Watching Cambodia, 1994, p.169. Prud’homme, L’économie du Cambodge, op. cit., p.49.
760
Kiernan, How Pol Pot…, p.274. « Travaillé » est l’expression de Suong Sikœun.
761
Guérin, « Essartage (…) », Aséanie, n°8, 12/2001, pp.41, 48, et conférence à l’INALCO, 30/5/02.
HORS DES VILLES (1963-1967)
champ, au sens où il en aurait été l’absolu propriétaire. Dans cette région, le mode
de culture traditionnel y est l’essartage plus que la cueillette, et même la culture iti-
nérante sur brûlis. A Ratanakiri, nous a confié un ancien habitant de cette région,
les cendres servaient d’engrais à la culture du riz de montagne et du sésame, et les
villageois chassaient les coqs sauvages, les singes, les cerfs, les paons, les daims,
les bœufs sauvages et les porcs-épics ; ils vivaient aussi de pêche, de cueillette et
d’artisanat, si bien que 50% des ressources étaient d’origine locale 763.
Pour ce qui est de l’organisation du travail, la structure productive était et est
toujours l’œuvre de la famille monogame nucléaire ou élargie : une étude de
Jacqueline Matras-Troubetskoy sur les Brao l’attestait pour 1967-1968. En 1994-
1995, la gestion familiale ou par lignage a lieu sur un parcellaire collectif chez les
Kraveth, les Phnom et la plupart des Brao, et sur des lopins familiaux généralement
isolés chez les Jorai et les Tampuan, dont l’habitat est plus condensé. Les familles
Kraveth entretiennent à tour de rôle un champ commun délimité par des barrières
de protection et contenant des pièges pour petits mammifères, mais chaque famille
– ou plutôt chaque épouse – est propriétaire de ses animaux domestiques. Les par-
celles regroupées sur un défrichement collectif, plus soumises à l’érosion que les
lopins séparés par la forêt, ne sont pas exploitées plus de trois ans. Bien entendu,
l’entraide apporte à ce mode d’exploitation des modulations, tout comme la
« dispersion périodiquement réitérée du groupe familial dans ses champs », qui
peut durer plus de la moitié de l’année, et qui est « propice au maintien de l’harmo-
nie au sein du groupe familial et social plus élargi » 764.

Si l’on se penche sur les conditions de l’habitat, on constatera que dans les
villages tampuan reculés d’Andong Mias, le clan se réunit encore dans de vastes
maisons, où les repas sont en général partagés, bien que chaque famille dispose de
ses réserves de riz et de son âtre à l’intérieur de ses cloisons, et que certains

762
Le défrichement s’effectue à l’intérieur de territoires laissés en usufruit par les ancêtres et les es-
prits à qui une cérémonie est dédiée avant tout défrichement. Les diverses tribus ne se considèrent
donc pas comme propriétaires de terres qui appartiennent aux esprits de la forêt et ne sont cultivées
que durant une période limitée. Les parcelles défrichées sont élargies tous les ans ou tous les deux
ans, puis abandonnées au bout de trois à cinq ans. Après quoi les habitants retournent sur ces terres
qui appartiennent au finage villageois, car en dehors de ce territoire, le monde est peuplé d’êtres sur-
naturels (voir Frédéric Bourdier, rapport d’une mission de recherche sur le thème de l’environnement
au Cambodge : « Connaissances et pratiques de gestion traditionnelle de la nature dans une province
marginalisée (Ratanakiri) » (octobre 1994 - juillet 1995), 62 p., site internet de l’AUPELF/UREF.).
763
Entretien avec Phi Phoun alias Cheam, 11 juillet 2000 (traduction de Suong Sikœun).
764
F. Bourdier, « Connaissances et pratiques de gestion traditionnelle de la nature (…) (Ratanakiri) ».
Jacqueline Matras-Troubetskoy, Un village en forêt, l’essartage chez les Brous du Cambodge, 1984.

239
couples mariés bénéficient de leur propre maison. Une étude de 1972 sur les tribus
Jorai entre le Vietnam et la province de Ratanakiri indiquait, certes, que leurs mai-
sons (Sang) ne comportaient pas de cloisons intérieures, que certaines d’entre elles
pouvaient servir de dortoir pour les gens de passage, mais que seuls les villages du
« clan » Hödrung comportaient des maisons communes, et que les hommes conso-
lidaient parfois la clôture de leur propre champ – et la parité n’était pas de mise, les
hommes travaillant beaucoup moins que leurs femmes. Le village était d’ailleurs
structuré avec les riches et les fondateurs d’un côté, à l’Est, et les pauvres et les
nouveaux venus de l’autre côté, à l’Ouest. Une aristocratie existait également, bien
qu’elle fût d’expression plutôt que de commandement 765.
Malgré les contacts avec les Vietnamiens, ceux que l’on appelle improprement
les « montagnards », puisqu’ils habitaient généralement à basse altitude, n’avaient
pas été totalement rendus réceptifs aux idées révolutionnaires, comme cela transpa-
raît d’une déclaration de Ieng Sary à des intellectuels rééduqués dans le camp de
Bœng Trabek en 1978, alors qu’il évoquait ses premiers contacts avec les « Khmers
lœu » :
« J’ai vécu avec les montagnards, je me suis habitué à leurs coutumes. Au début, j’é-
tais choqué par leur vie primitive, mais j’ai pensé qu’il ne fallait pas les brusquer, ne
pas les éduquer à notre manière. Il fallait d’abord s’intégrer à eux, puis, peu à peu,
leur faire connaître l’hygiène, mais pour cela il faut faire comme eux ; s’ils ne s’ha-
billent pas, nous non plus, nous ne pouvons pas nous habiller ; s’ils se scient les
dents, nous devons nous les scier aussi » 766.
Ieng Sary semble s’être heurté au rude caractère de certaines de ces tribus. On
était loin du mythe rousseauiste du « bon sauvage » qui avait bercé ces anciens mi-
litants communistes. En 1974, Ieng Sary disait à un diplomate français de ses
amis : « Au contact des paysans, nous avons dû réapprendre tout ce que nous
avions appris à Paris » 767. Comme des révolutionnaires l’ont signalé à Charles
Meyer, ils durent tout réapprendre « sur ce que pensait et souhaitait le paysan cam-
765
Jacques Dournes, La culture Jörai, catalogue du Musée de l’homme, 1972, supplément au t.XII, 2
d’Objets et Mondes, revue du Musée de l’Homme, pp.12-19, 27. Dournes indiquait que les Sang com-
portaient des ouvertures très réduites vers l’extérieur pour dissuader les voleurs, mais F. Bourdier
nous a émis l’idée que le vol n’existait pas et que les petites ouvertures visaient à faire baisser ceux
qui entraient en signe d’humilité (communication du 1/08/2001).
766
« La révolution khmère rouge: un phénomène khmer? », Cambodge année zéro, réédition Kailash
p.281. en anglais dans Karl D. Jackson, Cambodia 1975-1978, Rendez-vous with Death, 1989, p.160.
Une affirmation d’un ancien cadre du P.C.K. ayant étudié à Paris, et non confirmée par les ethno-
logues spécialistes des populations du Nord-Est (Mathieu Guérin, Frédéric Bourdier), semble être un
exemple d’arrogance culturelle des gens des plaines à l’égard des habitants des plateaux : une cou-
tume de ces derniers aurait été de tuer le premier né, fruit probable d’une relation non maritale.
767
François Ponchaud, « La révolution khmère rouge: un phénomène khmer? », p.9.
HORS DES VILLES (1963-1967)
bodgien » 768. On peut penser que les changements introduits dans les schémas éla-
borés à Paris proviennent du constat que la docilité des paysans n’était que relative,
et que les méthodes « hardies » de ralliement des paysans (voir la thèse de Khieu
Samphan) ne pouvaient être maintenues sans provoquer le rejet du Parti du Peuple.
Il ne fallait pas brusquer le vivier de la révolution, comme le laissait entendre un
principe matérialiste classique rappelé dans le Récapitulatif d’une histoire
commentée du parti rédigé dans la région Est : « La théorie suit la pratique » 769.
Après 1975, des communistes de la dernière heure attirés par des positions de pou-
voir allaient refaire les mêmes erreurs et tomber victimes des purges. Il a probable-
ment fallu du temps avant d’assimiler non seulement la validité mais la traduction
dans la pratique des méthodes de libération ou de recrutement que les communistes
chinois et vietnamiens avaient mis sur pied, et notamment des recommandations de
Mao en 1947, dont certaines règles de discipline se retrouvent dans les douze com-
mandements révolutionnaires diffusés pendant la guerre, tels qu’ils furent rapportés
par les réfugiés des zones du FUNK :
« 3 – Le peuple tu respecteras, sans porter atteinte à son intérêt, sans toucher à ses
biens, ni à ses plantations, en t’interdisant de voler ne serait-ce qu’un seul piment, en
te gardant de prononcer la moindre parole offensante à son égard.
4 – Au peuple tu demanderas pardon si tu as commis quelque faute à son égard. Si tu
as lésé l’intérêt du peuple tu restitueras (...).
10 – Envers le peuple des ouvriers et des paysans, envers toute la population, tu te
feras très humble » 770.
Ieng Sary se mit probablement à apprécier à sa juste valeur ce qu’il avait déjà
parcouru de Mao à Paris, comme ce passage de La nouvelle démocratie :
« La tactique révolutionnaire du P.C. est toujours de tirer parti des situations autori-
sées par les lois publiques et les coutumes sociales. Par des moyens raisonnables,

768
Entretien avec Charles Meyer du 8 juin 1998.
769
Karl D. Jackson editor, Rendez-vous with Death, Annexe A, p.261. Patrice de Beer, op. cit., p.48.
En 1976, les Statuts du Parti parleront du « principe d’unifier la théorie et la pratique ».
770
Ponchaud, op. cit., pp.146-147. Jean Morice, Cambodge, du sourire à l’horreur, France-Empire
1977, p.383. Ly Heng et Françoise Demeure, Cambodge, le sourire bâillonné, Anako Editions, 1992,
p.311. David Chandler a retrouvé une liste de « Principes moraux en douze points » dans un docu-
ment de 1971 intitulé « Moralité des combattants révolutionnaires » (The Tragedy of Cambodian
History, p.209). Les trois grandes règles de discipline et les huit recommandations de Mao d’octobre
1947 sont : « 1) Obéissez aux ordres dans tous vos actes. 2) Ne prenez pas aux masses une seule ai-
guille, un seul bout de fil 3) Remettez tout butin aux autorités ». « 1) Parlez poliment 2) Payez honnê-
tement ce que vous achetez 3) Rendez tout ce que vous empruntez 4) Payez ou remplacez tout ce que
vous endommagez 5) Ne frappez pas et n’injuriez pas les gens 6) Ne causez pas de dommages aux ré-
coltes 7) Ne prenez pas de libertés avec les femmes 8) Ne maltraitez pas les prisonniers » (Le Petit
Livre rouge de Mao, chap. XXVI).

241
profitables et systématiques, le P.C. doit faire progresser pas à pas la révolution, car
aucun succès ne peut être atteint à la suite d’actions faites sans plan et conduites par
hasard » 771.
La première tâche consista à se faire accepter. Les paysans locaux souffraient
chaque année d’une pénurie de sel — le manque d’iode engendrant le goitre — que
ne palliait pas l’utilisation traditionnelle des cendres de courges, ou de condiments
à base de litsea, d’amarante, ou d’une composée. Pol Pot introduisit alors un bud-
get servant à acheter du sel. Les révolutionnaires échangeaient le sel acheté et stoc-
ké contre du riz ou du sésame noir, ce qui résolut le problème de façon satisfai-
sante. L’argent servit aussi à payer les membres du Parti, 15 riels pour les jeunes
recrues, 30 riels pour les cadres locaux, et 40 riels pour les femmes et les filles, car
on estimait qu’elles avaient consenti à plus de sacrifices en abandonnant leur fa-
mille (à titre de comparaison, un ouvrier de la plantation de caoutchouc Preah Siha-
nouk, à Labansiek, recevait officiellement 30 riels par jour de salaire de base en
août 1966, et recevait apparemment son riz gratuitement). Grâce à l’argent, les an-
ciens essarteurs dits « Khmers lœus », dont certains possédaient leurs propres plan-
tations, pouvaient aussi satisfaire de nouveaux besoins comme d’acheter des bicy-
clettes 772. Le Parti développa les liaisons économiques et établit une économie sec-
torielle. Des campagnes pour chercher des rotins ou des écorces furent lancées, et
des négociations eurent lieu avec les cinq commerçants chinois que comptait Rata-
nakiri, jusqu’à ce que ces derniers soient enlevés par les Américains en 1970.
Tandis que les fonctionnaires de Sihanouk ne rentraient en contact avec les
minorités qu’en cas de problème, les révolutionnaires vivaient et travaillaient à côté
d’elles. Et après avoir leur avoir suffisamment montré la distinction entre les
Khmers « royaux » des plaines et les Khmers « révolutionnaires » 773 , ces derniers
tentèrent de corriger quelque peu les habitudes de ces peuplades sédentaires semi-
itinérantes aux mœurs plutôt joyeuses (à lire Frédéric Bourdier).

Loin d’avoir été pris d’« illumination » (François Ponchaud) ou d’avoir été
inspirés par la vie « spartiate » de ces tribus semi-nomades (Marie-Alexandrine
Martin), les dirigeants du P.C.K. ont voulu améliorer leurs conditions de vie et faire
passer leurs principes moyennant certaines concessions.
771
Mao, La nouvelle démocratie, 1951, p.24 (« La révolution chinoise et le P.C. chinois », 12/1939).
772
Entretien avec Phi Phoun alias Cheam, ex-messager du Parti, 11 juillet 2000. Kambuja, 15 août
1966, pp.97-98. Pour les condiments, Jacques Dournes, La culture Jörai, p.55.
773
Entretien avec Phi Phoun. Entretien avec Suong Sikœun, 23 août 2000.
HORS DES VILLES (1963-1967)

243
CHAPITRE 10

L’INFLUENCE DE LA CHINE (1966-1967)

I. Pol Pot en Chine


Les relations des communistes cambodgiens avec la Chine démarrèrent par la
visite de Saloth Sar alias Pol Pot à Pékin en 1966. Ce séjour d’environ trois ou
quatre mois, de février à avril ou mai, jusqu’à son retour vers septembre 1966 à Tay
Ninh 774, faisait suite à un séjour de neuf mois au Vietnam entamé en juin 1965 775.
Pol Pot allait y revenir quelques semaines après le coup d’Etat contre Sihanouk, en
mars 1970, toujours en provenance de Hanoi – mais avant même que Pham Van
Dong n’y arrive le 21 mars 776 – avant de retourner au Nord-Est du Cambodge en
mai. D’après Ieng Thirith, le principal avantage du premier voyage de Sar avait été
« que Pékin était informée qu’il existait un Parti cambodgien indépendant et pas
simplement une branche khmère du Parti Communiste Indochinois » 777. Dans un
discours d’octobre 1966, le ministre des Affaires Etrangères, Chen Yi, racontait
qu’un cambodgien était apparu soudainement à une réception, déclarant que les
Chinois étaient l’ami numéro un du Cambodge, et qu’il se sentait fier et voulait re-
venir après la Révolution Culturelle 778 – une expression qui n’avait sans doute pas
encore pris le sens d’un mouvement de masse. Dès son retour, Pol Pot renomma le
Parti des Travailleurs du Kampuchéa « Parti Communiste du Kampuchéa », un
nom avant-gardiste dont il ne préféra pas informer ses homologues vietnamiens et
cambodgiens de Hanoi, et qui ne fut officiellement adopté par un Congrès du Parti

774
S. Heder estime qu’il partit en mai et retourna à Tay Ninh via la Rép. Démocratique du Vietnam et
le Laos en septembre 1966 (communication du 11/09/2001). P. Short nous indique que d’après Ieng
S., le Congrès se tint deux mois après le retour de Pol Pot, et que celui-ci a donc dû partir de Pékin en
avril 1966 (entretien du 7/09/2001).
775
Chandler, Pol…, pp.120, 127, 145. Les données de Heder sur la durée et les dates sont identiques.
776
Liu Shaoqi Nianpu, Vol. 3, p.356 (Nous remercions Philip Short pour cette source).
777
Elizabeth Becker, When the war was over, p.121 (Paris, p.114).
778
Quinn, The Origins…, p.36, citant Gurtov, The Cultural Revolution …, Berkeley, 1971, p.15.
L’INFLUENCE DE LA CHINE (1966-1967)

qu’en juillet 1971779. En 1966, Pol Pot aurait dit : « Notre Cambodge doit se sépa-
rer complètement du Viêt-nam et des Soviétiques » 780.
En Chine, Pol Pot assista aux balbutiements de la « Révolution Culturelle » –
une phase prévue par Lénine après la révolution politique et économique –, c’est-à-
dire aux premières critiques théoriques ou attaques pratiques contre le vieil art, le
vieux monde, mais sans doute pas aux exhortations à laisser agir les masses (lan-
cées le 3 juillet dans le Quotidien du Peuple), à bombarder l’état-major, à se rebel-
ler et à attaquer les Quatre Vieilleries (en août). Il n’a pas non plus assisté aux
écueils auxquels cette voie allait rapidement mener : fouilles à domicile, affronte-
ments entre divers groupes de Gardes rouges, professeurs, intellectuels ou res-
ponsables du Parti malmenés sur la place publique ou tués en tant que « contre-ré-
volutionnaires » ou « révisionnistes ». Sur un plan théorique, Pol prit sans doute
connaissance de l’allocution de Lin Biao publiée en septembre 1965 qui préconisait
aux révolutions du tiers-monde de suivre leur propre voie et de faire encercler les
villes capitalistes par les régions rurales. Il a pu aussi rapporter quelques exem-
plaires en français des Citations de Mao, connues plus tard sous le Titre Le Petit
Livre Rouge. Ces extraits des pensées de Mao avaient d’abord été éditées en 1961
pour l’armée, puis en mai 1964 à destination d’un large public avant d’être enfin
célébrées pour être mises en pratique partout le 9 octobre 1966 à l’appel du général
Xiao Hua, porte-parole de Lin Biao. En mai 1965 Lin Biao allait réorganiser l’ar-
mée en supprimant tous les grades et les signes distinctifs, chose que l’on retrouva
dans l’armée kampuchéenne où seule l’ancienneté dans le mouvement était prise en
compte. En mai, une nouvelle équipe radicale de la Révolution Culturelle était
constituée avec Chen Boda, Jiang Quing, Kang Sheng et d’autres. Par une circu-
laire interne du 16 mai 1966, le Comité Central déclencha la Grande Révolution
Prolétarienne Culturelle dans le but d’éliminer les ennemis politiques au sein du
Parti, de « combattre et écraser ceux qui détiennent des postes de direction mais se
sont engagés dans la voie capitaliste », d’attaquer le « petit nombre des droitiers
antipartis et antisocialistes » infiltrés dans le Parti, tout en promouvant la produc-
tion. Il est vrai que le Comité Central ne rendit cette politique officielle et publique
qu’après une session du 1er au 12 août 1966, mais il n’est pas à exclure que Sar sui-
vit chez lui avec retard le cours des événements – mais indirectement, comme nous
le verrons. En juin-juillet 1966 le pouvoir décida aussi la fermeture des universités
et des instituts d’enseignement supérieur, et certains slogans proches des idées du
P.C.K. contre « l’intérêt personnel et matériel », et en faveur des « rouges » dotés
de plus d’ardeur politique que les « experts » eurent également cours vers cette
époque – tandis qu’en 1957-1958, Deng Xiaoping et Mao insistaient sur la capacité
779
Kiernan, How Pol Pot…, p.328.
780
Chandler, Pol Pot, p.210, d’après la confession de Keo Meas.

245
des cadres à être « à la fois rouges et experts », même si Mao critiquait les excès de
l’expertise en URSS. Pour être de bons cadres, les intellectuels chinois devaient
alors passer par l’expérience de la production. Malgré la reprise en main du mouve-
ment par l’armée en automne 1967 et la réaffirmation de la primauté du Parti en
1971, la fin de la Révolution Culturelle ne fut officiellement annoncée qu’en août
1977 781. On ne s’étonnera donc pas d’apprendre qu’en septembre 1976, au Kampu-
chéa, des intellectuels rééduqués à l’usine allaient entendre lors de séminaires qu’il
fallait être « rouge d’abord, expert ensuite » 782.

II. Les effets de la Révolution Culturelle sur la scène politique


phnom-penhoise
Entre février 1967 et avril 1968, et surtout en juillet-octobre 1967, le ministère
des Affaires Etrangères chinois adopta « une diplomatie de gardes rouges ». Il se
mit à attiser l’agitation révolutionnaire sur tous les continents avec une vigueur
nouvelle depuis l’échec encouru en Malaisie au milieu des années cinquante. A la
fin des années soixante, le Petit Livre rouge était diffusé en trente-trois langues 783.
Au Cambodge, on remplaça l’ancien ambassadeur bourgeoisement vêtu Chen Chu
Liang par une nouvelle équipe en col Mao 784. Des films révolutionnaires furent dif-
fusés à Phnom Penh 785 et radio Pékin émit en khmer. Toutefois, jamais la moindre
œuvre idéologique ni jamais le moindre discours de Mao ne furent traduits en
khmer par les Chinois, pas même le Petit Livre rouge, une exception notable en
Asie comme ailleurs. Seul Hu Nim avait commencé à traduire des textes de Mao à
partir de leur version française 786.
En fait, l’influence chinoise s’exerça avant tout sur la jeunesse. En mai 1967,
781
Sur certains aspects théoriques de la Révolution Culturelle, Chandler, The Tragedy of …, p.149 et
Pol Pot, pp.120 et 127. Lazlo Ladany, The Communist Party of China and Marxism 1921-1985, A
Self-Portrait, C. Hurst & Company, London, 1988, pp.234, 242, 277, 297-298. J.-L. Domenach et P.
Richer, La Chine, Fayard, 1990, pp.150, 254-270. Bergère, Bianco, Domes, La Chine au XXe siècle…,
Fayard, 1990, pp.60-64. Hua Linshan, Les années rouges, Seuil, 1987, pp.73-108. Domenach, Chine :
l’archipel oublié, Fayard, 1992, pp.259-261. C. et J. Broyelle, Apocalypse Mao, Grasset, 1980,
pp.110-111 (fermeture des établissements d’enseignements datée du 13 juin 1966). Le Livre noir du
communisme, 1997, pp.567-577 (p.574, établissements d’enseignement fermés le 23 juillet 1966).
Pour la lutte contre les intérêts personnels et matériels, Quinn, « Explaining the terror », in Jackson,
Cambodia 1975-1978, p.227.
782
Ong Thong Hoeung, Illusions perdues, version inédite de septembre 2001, p.43.
783
J.-L. Domenach et P. Richer, La Chine, Fayard, 1990, pp.229 et 233-234. Entretien avec P. Short.
784
Entretien avec Gérard Brissé, 6 mai 2001.
785
Charles Meyer, Derrière le sourire khmer, 1971, p.13.
786
Communication personnelle de Steve Heder, 2 novembre 2000. Sur le Petit Livre Rouge, voir aussi
Chandler, The Tragedy of..., p.347, n.33 et Voices from S-21, p.163.
L’INFLUENCE DE LA CHINE (1966-1967)

Sihanouk fustigea des « activités subversives » menées par des Sino-Khmers dans
l’Association d’Amitié Khméro-chinoise (A.A.K.) et dans plusieurs écoles. La
presse accusa l’ambassade de Chine de financer abondamment écoles et journaux
chinois, l’A.A.K. ainsi que l’Association Générale des Etudiants Khmers
(AGEK) 787. Beaucoup d’étudiants étaient alors attirés par la Révolution Culturelle
Chinoise (R.C.C.). L’auteur d’une thèse sur la parasitologie chez les enfants hospi-
talisés en 1968, fut séduit par les idées de la revue en français Chine Nouvelle, qui
montrait ce que les crèches des communes populaires apportaient en santé aux pe-
tits chinois. Avant de partir en France en 1973, il avait mesuré l’importance de la
mortalité des enfants au Cambodge et constaté que les soins reçus dépendaient de
leur appartenance à une des quatre couches de la société cambodgienne (supé-
rieure, moyenne-supérieure, moyenne, et pauvre) 788.
De janvier à mars 1967, des manifestations d’élèves de diverses écoles dans le
pays donnèrent lieu à des violences, les jeunes ayant tendance à « se faire justice
eux-mêmes » jusqu’à calciner des voitures 789. Le 28 juin 1967, les locaux et l’im-
primerie du quotidien Khmer Ekareach dirigé par Sim Var avaient été saccagés,
après que celui-ci eût taxé des gens d’« enfants de pagode » (kmeng vatt) 790.
A l’occasion du 1er mai 1967 et à l’instigation de la très active AGEK, quinze
mille étudiants et écoliers s’étaient réunis dans des pagodes et des lycées pour pro-
tester contre l’assassinat présumé de Khieu Samphan et de Hou Yuon – après la
disparition de Hu Nim le 7 ou le 9 octobre 1967, des bruits persistants couraient sur
la façon dont ils auraient été exécutés : en 1970, un représentant de la République
à l’ONU et un expert français faisaient état assez publiquement de la manière dont
les trois « fantômes » avaient été exécutés : l’un brûlé par de l’acide (Khieu Sam-
phan 791) et les deux autres enterrés jusqu’au cou et écrasés par un bulldozer. Les
étudiants manifestaient en brandissant Le Petit Livre rouge et des habitants de la
circonscription électorale de Khieu Samphan vinrent à l’Assemblée Nationale ré-
clamer qu’on leur rende leur député mort ou vif. L’AGEK n’était pourtant pas d’o-
787
K.M. Quinn, The Origins…, pp.39-44 citant Gurtov, The Foreign Ministry and Foreign Affairs in
the Chinese Cultural Revolution in Robinson’s The Cultural Revolution in China, p.344, Roger M.
Smith, Cambodia : between Scylla and Charybdis, in Asian Survey, 8/1/1968, p.75, et Leifer, « Rebel-
lion or Subversion in Cambodia», in Current History, 02/1969. Judy Stowe indique qu’en 1966-1967,
la région de Hanoi était aussi submergée de propagande émanant de Chine : « l’ambassade chinoise à
Hanoi aurait tenté d’organiser des manifestations de la population locale contre l’ambassade sovié-
tique » (« “Révisionnisme” au Vietnam », à paraître dans Communisme en 2001, p.17).
788
Entretien avec Loc Chay, de l’Association A.D.A.J.F.K., 18 décembre 2000.
789