P. 1
Culture & Civilisation - L'impact de la Mondialisation sur la Culture Marocaine

Culture & Civilisation - L'impact de la Mondialisation sur la Culture Marocaine

4.5

|Views: 9,541|Likes:
Published by OverDoc

More info:

Published by: OverDoc on Jul 19, 2009
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

05/11/2014

pdf

text

original

Ë g+J_t

LtÉcoleNationalede Coirtmerceet de Gestion - Agadir -

Université Ibn Zohr

L'IMPACT DE LA MONDIALISATION SURLA CULTUREMAROCAINE

Tr"voiI ffictuéVar :
EmelAltuner, Sarra El Khazzar, AmineBalbal, BachirBennani, HichamBelkhair, Taha El Hajarni.

* Én"orf,réJ, M . Sguenfel

Pages

I nt r o d u c t i o n . . . . . . . . . . .......r r ir .r .......
t

' ""3

I- Définition clela mondialisation II- Cultuïe et situationculturelleau Maroc.. mafocaine. III- La mondialisationet l'économie IV- La confrontationdes cultures

"" "4 " "7 ....11 " ""'l'4

.,.19 faceà la monclialisation V- La réactionde marocains Conclusion....... ...... S o urce s ...... "" "24 "'2 5

et la vers marche la mondialisation globalisation, est moderne en pleine L'économie si sont forcéesde suivrecette évolution elles veulentrester les entreprises par de de ne la culture cesse se démarquer ce système Parallèlement, compétitives. de il Toutefois, est pertinent se demander de sa volontérécunente diversitê. est de Quelle à résister cettepression l'économie. de combien tempspouna-t-elle culturelle la Comment diversité au de l'avenir la culture seinde la mondialisation? elle Si globalisant l'économie? aujourd'hui tend de à peut-elle s'imposer la volonté sont-ils culturels Les demain? particularismes qui à toujours lui résister, en sera-t-il armes? sont Si à condamnésdisparaitre?non,quelles leurs dans biendétaillées aurontleursréponses et ces questions biend'autres Toutes lecturel Bonne exposé. notre

'P Qu'est que la mondialisation : ce et il Mondialisationmondialisme et tr MondialisationGlolralisation économique tr AsPect

fl

le AVant 20èmesiècle du tl Débuts 20èmesiècle du moitié 20èmesiècle tr Deuxième tr 21èmesiècle

? Qû'estce cluela mondialisation par historique lequeldes un désigne processus E le termemondialisation politiques voientleur et humaines des structures des individus, activitês aUtantqu'immatériels matériels et mutuelle leurs échanges dépendance de à l'échelle la planète' significatives sur s,accroître desdistances à et des croissante économies contribue en H Elleconsiste I'interdépendance humaines. et des l,expansion échanges desinteractions et sation mondialisme Mondiali dont fragile une que êst H Le mondialisme la croyance nouspartageons planète prenons et mutuellementquenoLls quenousnousrespections exige la survie et humains à I'environnement' soinà tousiesêtres géantes par de est E la fnondialisation I'exploitationcesressources dessociétés démocratiques' ar-ix souvent processus quiéchappent

', ; , . ,iiir'di'.'.".".r"' ' I l1çll;:li$UÈ;Ë.,i,iiiË{,$dd*tqisj4r ,';';;',';,r'i,, '

que tandis la mondialisation de le implique respect la diversité st Le mondialisme tout tout de presque et de presque le ou la exige normalisation l'uniformisation monde.

et mondialisation glolralisation confondent EScertainschercheurs les deux termes:la voientune différencede nature entre H D'autres et qui la dépasserait est globalisation une étape après la mondialisation' des et I'abolition c o nsi ste ra i te n u n e d i sso|utiondesidentitésnationales mondiaux' d'échange au frontières seindes réseaux

Àsp-eçrcçqnpmlque-

des qui économiqr'te' concerneI'ensemble On parle alors de la mondialisation mondiaux' devenus économiques échanges et H desservices desbiens, connaissarlce... ), Bd e s fa cte u rsd e p ro d u cti o ncor r espondant( capital,tr avai|, de clevenus nosjoursplusmobiles'

s'ajoutent: économique à Toutefois I'aspect

et très parfois lointaines de à accès despopulations tbçæcTçultureL variées.

très cultures

mieux se porteront et qui veutque les êtreshumains la planète L-asp-est-ppl.itlqtreq u a n d | emarc l rêmondi al s e r a | ib r e d e c o n s id é r a t io n s é t lr iq u e s , m or a l e s,so ci a |e environnementales. Historique:
H H

bienavantle 13èmesiècle' La routeclela soieexistait o n p e u té g a |e me n td o n ner enexemp|e|er Ôlefonc|am enta|desr outes de sur arabes l'islamisation l'Afrique' comrnerciales ||ye u ta u ssi d e sé ch a n gesentr e|,|ndeet|' |s|amvetslegèntesiÔc|e.

Le 20èmesiècle:

de produits d'éclranges H L'industrialisation Permet le développement des flux de matières entraÎne tandisque la ccllonisation manufacturés, vers les depuis colonies I'Europe' premières

expression troru" sa pretnière le cependant, mondialisme Et A cetteépoque des avecla fondation Internationales' Les-Déhrts-du20ènnesle-clemondiaux' des à croissantel'égard échanges méfiance par E sontmarqués Une du au pays sur eux-mêmes détriment le entraÎnant repli de nombreux sation' de processus mondiali dans douanières le barrières alors des El La plupart paysimposent d'importantes leur butde Protéger économie

alors s'inscrit La de E Relancedu processus mondialisatiort. mondialisation oNu' Banque internationales, plutÔt dans la création d'organisations de des produits la FMI mondiale, ou GATT,ainsique dansla géneralidation le en des culture États-Unis, particulier cinérna' j i La msl-dja-lsation-all2lltm-e-sjàcle 21èmesiècleest la du de F La grandenouveauté la rnondialisation début dt-t (Tlc) : et de miseen placecletechnologies l'lnformation de la communication GSM' Visioconférence, Internet, multimédia, que les autant individus les touclre la â E Avecl,accès ces outils, mondialisation Étatsou lesentreprises,

S3!i gùii:gfme|tg-f

irilcerir,* *æu

oo cv^ftun{Ie ffi,o*": HH -ç*{tuîe et,^rituûtien
'r Différentes Marocaines communautés t

Différentescomm unautés marocaines chaque riche et culturel civilisationnel et diversifié, d'un patrimoine Le Marocdispose contribuantainsi à la culture et a I'héritage règion possède ces particularités civilisationnel. de l'initiative on marocaine, va prendre sur un Afin de vousdonner aspect la culture pratiquée un et au existantes Maroc,les religions les vous présenter coiïmunautés vont affronter et culturelle socialeau Marocpuisqu'elles aperçuétalésur la situation la mondialisation. . communautés par les on commencera dêfinir différentes venusdu nord qui marocains ont peupléle pays sont des populations Les premiers . trois sous-groupestarifit(rif), tachlhit on et de i,estappeléberbère, peu distingué atlas)' (moyen tamazight antiatlaset souss), (haut,

pratiquées Religions

la I'islam, langue ils siècle apportèrent qu'a n'arrivèrent la fin du septième Lesarabes les arabes arabe, qui était l'une des plus avancêe.Aujourd'hui et la civilisation de entre2O etTO% la population' selonles estimations représentent

mais d'un faible commeles juif, les sub sahariens ll ya trienautrecommunautês qui règne au I'islamest la religion la En pourcentage. se qui concerne religion, ainsiau Malik, fondepar I'imam de est marocain sunnite ritesmalikite L'islam Maroc. des 6 et de est MarocI'islam une religion l'état, le roi Mohamed est le commandeur sont des citoyens les Apres I'islamvient le judaÏsme, juifs marocains croyants. apparlsentiers,Cela veut dire que l'état marocainleur a mênreétablitun espace pas ne leur du au juridique conforme percept judaTsme, nombre clépasse les 5000.ll 24000catholique' et ya aussile catholisme au Marocil ya environs mal une et faux et entretradition modernité, semblant varimensonge, religion Coincé son cherche identité' le assumé, marocain un le présenté Maroc comme une oasis de stabilité, mélange On a longtemps les un et de harmonieux tradition de modemité, payscapabled'absorber influences Les plaquettes et pour les fondredans un grand tout équilibré original. externes Maisest ce vrai? leursplusbeauxslogans. théorie on touristiques faitde cette : l'écartculturel et aujourd'hui, rendentpluscompliqué s'affichent Les contraclictions de libération parole'Cala concepts.de et aux attachement traditions, les nouveaux .Hachemtyal, engendreun seul résultat:le Maroc est un pays schizophrène le cheznousplusqu'ailleurs oui casablancais: c'estvraique nousavions psycSiatre d'esprit' de uneimpression dislocation d'unité d'absence sentiment par marqué la Une de est La schizophrénie une destruction la personnalité. maladie le notresociétéa exactement de de de déconnection la réalité, I'absence l'identité: on question laquelle a c'est la fameuse .et mèmeproblème le plusclaireexemple est un arabe le de répondjamaiset on se contente la réponseofficielle: marocain la point final. Pourtant, réalitéest loin de coller à cette définition' musulman, juives, andalouses' africaines, berbères, les oublier composantes comment pas ne de c'estun paysou la majorité la population comprend la langue Le résultat officiél un dans quotidiennement le joumaltélévisé. paysoù l'hymne utilisé officielle est chantésansêtrecomPris.

j]';;;niir;t*lllllt*tkhin*L*Lr

*,u'-

"

! luw

"r''i1r'

i II

Dansnotrevie quotidienne' pas ne Allonsplusloin,le problème S'arrête à I'identité' en décalageavec la nous n,avonsaucunmal à trouverdes proposcomplètement gangsters pieux, des prostituées vérité. ll est ainsi passible de croiser des do des royalistes, chauffeurs taxi qui luttentcontre des moralisatrices, communistes propresur eux et la des musulmans, pollqeurs des de la ceinture sécurité, marxistes listeest longue. qui de la pensécettecohérence Au finalnoussommebiendanscettedisqualification est le proprede la schizoPhrénie' le textile, le ou par, nous avonsune économie tout est prioritaire: tourisme, D,autre I'off-shoring et encorune "' les le l'artisanat, social, grandschantiers' l'agricUlture, fois,la listeest longue' I'irrstabilité' engendre et clairs assumé de de cette absence cohérence, choisir

Aperçuétalésur la situationculturelleet sociale
et Tradition religion: : tout le mondes'accroche à laquelle une Dansse grandflou, il restetoutefois valeur est Le de indissociable la religion. discourstraditionnel elle-même la tradition, par la réalitédes même s'il est, encor une fois, battu en brèche omniprésent, et le collectif passéest glorifié' le Dansnotreinconscient quotidiens. comportements commeune chosea priorinégative' est changement Perçu de il qu'ila changé<tbedélti> y'a forcérnent la négativité Quandon dit a quelqu'un une à Alors, on se s'autorise aimer ou à déclareraimer dans cette expression. en chose,que si elle semble accordavecla tradition' il ya un véritablemanque Dans le domaineculturelcette attitudeest caricaturale: En à incapacité assumersa différence' sous produitde une d,autonotrrie, profonde de mentiron finitpar croire et le il cetteattitude, ya bierrévidement mensonge â force

jusqu'au de se perdre même force donner autres de point aux soi â â sonmensonge, de attendent nous. ce qu'ils des en La se dêlirantes multiplient. viesexuelle marocains est les Ducoup, situations jamais prière quf pères familles ne loupent la du de De vivant. braves un exemple n'est L'important pas ce de filles. des autour lycées jeunes et vendredi qui rodent infiltré s'estégalement du ainsila culture paraître qu'onfait maisce qu'onmontre; et est à pratique et religieuSe puisI'islam réduit un codevestirnentaire dansnotre profonds. et alimentaire vidéde sesprincipes selon ont religieux étéréaménagés notre est toujours, là. Lesinterdits L'incohérence, friande ce genre de est de La goûtet nosintérêts. période ramadan particulièrement le de s'arrêtent boirependant moissacré Les collective. buveurs de schizophrénie pourla pourchâabane, optent d'autres de s'arrêtent boireun rnoisavant, certains du de durêesymbolique 40 jours.La loi marocaine coup est non seulement de de I'interdiction consommer Elle mais aussiinapplicable. prévoit inappliquée fatales. Contradiction de pour alors I'alcool lesmusuimans quelpermet le vendre. tient notresystème et tout c'estdéfautdans notresociété notreèulture, Malgré ntailsil tientdr: bout,car l'étatde instable debout, est peUtêtre err êqirilibre il délire: la de conscience notre si qu'on schizophrénie vie est gUérissableon prend doit de f:rise conscience êtreréelle.

l0

AW.,*cçine: et If I -T,*monffiçfisution f'ftcomowis
économtque' 1. Lacroissance d'agriculture. 2. Lesecteur d'industrie. 3. Le secteur touristique' 4. Lesecteur

le débat au Maroc et ailleurs'Les est La rnondialisation de plus en plus dans désormais'la et acteurséconomiques, sociauxintègrent analysesdes différents incontournable' commeunedonnée mondialisation le Maroi a lancë de actuelde la mondialisation l'économie, En effetdans le contexte a v e c s u c c è sp |u si e u rsch a n ti e rsder éfor mevisant|.accé|ér ationdelacr oiss anc e d'emplois' ainsique la création économique défispour pour releverde nouveaux plus d'efforts le cependant, pays doit déployer économique' le renforcer taux de croissance de la a mondiale souligné nécessité du Dansson rapport 30 mai 2006,la banque avecun taux de performante' commerciale sur mettrerapidement piedune logistique moyende 8,7o/o an' Par progression depuisplus de vingt continue une progression du Les exploitations Marocaffichent par les accordsde librenotamment s'expliquent ans, ces chiffresencourageants en 2OO4' en avecl'unionEuropêenne 1996et les Etats-Unis signés échange

1 ) C r o i s s a n ceé co n o mi q u e : 91 sur devragénérer, la période2004-2013' milliards de L,accéiération la croissance d e D H d e P l B a d d i ti o n n e |,ce q u edevr aitinduir e440' 000emp|ois. L ' u r g e n c ee stré e l l e ,l 'i n té g ra ti onduMar ocsur l' échiquier inter nationalacc él èr el es rapportsde la banque mondialeattestede cette aussi les différents processus, mêmeurgence.
ll

: i,dtrLùriitu

iJ.i

i . t

coursepour la réaliser le A traversla voie souveraine, Maroca pris le pas de maissûrement' rapidement par la mise en route de La croissanceéconomiquepassera nécessairement pa| en ênergétique pa$sant politique De réformes. la justice,â la nouvelle plusieurs dansle qr-ri été recensés ont les de la modernisation I'administration, pointsnégatifs de La on Mondiale été prisen compte' modernisation de rapport la Banque dernier en devrala positionner tantque facilitateur' I'administration

2 ) S e c t e u r d 'i n d u stri e : récentau Maroc (depuisles années1970) est L,industrialisation un phénonrène d'usines' le qui de grâcea l,intervention l'état a permis développement et sont: l'agro-alimentaire les de secteurs procluction les Aujourd'hui, principaux de matériaux construction' a I'impact été a été agro-arimentaire misesousre signede ra varorisation, L,incrustrie à de prèsde 6000emplois de à estimé prèsde 3 milliard DH de PIBavecla création 2013. l'horizon de des produits la mer a connuune forte la la Pendant mêmepériode, transformation à devrase chiffrer 3 milliard sa années, valorisation depuisdéjà plusieurs croissance directs' emplois 35.000 induisant de DH de PIBadditionnels un représente fort potentielpour le Maroc' Enfln,le contenuculturelde I'artisanat de par l'élargissement la gommedes ses on c'estpourquoi a diversifier opportunités par I'habillement en à allantde la décoration la bijouterie passant artisanaux produits sur de distribution le marché des de et les accessoires même l,amérioration circuits un du secteurdu tourisme' enjeu réel de à localpermettra cetteactivité suivrecelle et de DH de PIB additionnels pour un tel secteurqui devraitassurer4 milliards emPlois. nouveaux 23.000 3) Secteur d'ag riculture: L , a g r i cu |tu re a co n n u d ,i mpor tantesmutationsauniveaum écanisation'tl ti | i s ati on d , e n g ra i sch i mi q u e se ti rri tationm oder nedepuislesannées197O- Cequi apr ov oqué u n e a ug me n ta ti o n d e sp ro ductionsagr icoles,sansoublier que|eMar oc es t des exportateurs agrumes' l'un maintenant despremiers

l,) IL

elle Marocaine' représente de majeur l'économie est En plus,l'agriculture un secteur d 1 l s e l o n e sa n n ée s 2 à 2 j o /o u P IB ' une mise à niveaUde son économiepour faire face aux Le Maroc ambitionne par le biais d'une et de exigences la croissance aux dêfis de la rnondialisation effi agriculture caceet compétitive. margesde progrèset de Ce secteura en effet devant lui de très importantes des de la sous-exploitation lessources en développemerlt, raison notamment concrétiser par une disponibles, sol-l développementpeut éventuellement de maximale la sur baséenotamment une valorisation de amélioration la proc,luctivité selon les types production de en ressource eau et grâce à une amélioration la des dontinantes régions' et climatiques lesvocations les d,exploitation, risques 4) Secteur du tourisme: avec géographique l'Europe la culturel, proximité le le Le climat, paysage, patrimoine au d'atouts niveau donneau Marocautant française de de mêmel'usage la langue et du une préservation patrimoine ce touristique, qui nécessite du développement bonnegestion. Lrne du plB. La valeurajoutée à à contribue la hauteurde7,go/o la formation cette activité prés de est international estiméà 12 nrilliard DH' L'étattire par générée le tourisme emPlois. de 600.000 actionson été menéespour tenterd'assainir annéesde nombreuses ces dernières des hÔtels' et de compagnes classement de contrÔle touristique: l,environnement du de compagne sensibilisation public' touristiques)), miseen placede <brigades

1a l .l

[es H\/- f"" coryfontation ru{t',ns' :
1- Postulats. 2- Hypothèses. politiques. cultures 3- Deux des 4- Laclassification cultures.

1) Postulats: Pour d'esprits. dansbeaucoup encré est de L'universalité la culture un paradigme puisse être que et de il certains, est diffiCile concevoir, mêmec,l'imaginer, l"'Autre" au a de Cetteméconnaissancesonvoisin fomenté fil autrement. et différent penser interagir. doivent deuxcultures lorsque récurrente du tempsune incompréhension qui les permaneht accentue difficultés d'un en Noussommes présence chocculturel ne les temps, entreprises sontpas Dans ensembles. le mème à desindividus vivre en elles Bienau èontraire, se situent sociétal. par épargnées ce dysfonctionnement prendla formed'un et de pleinmilieu cettezonede turbulences, leurgouvernance culturelles. cavités entre Cloison deux c'est septum, dired'Une si compétencesellesdésirent des doit l,entreprise développer nouvelles Dorénavant, au de La humains. rencontre deux cultures sein d'un ces anrrihiler problèmes parole geste, ou Chaque ne économiqUe doitpasètrepriseà la légère. organisme dans et en qu'on pelrtremettre question quel'ondoitrelire he est attitude un axiome présentes les entre cultures dosage un d'établir savant ll culturei. s'agit soncontexte au peuvent fairebonménage de ou Deux dansI'entreprise. cultures rnodes gestion est équilibre préservé. un si entiié toutefois certain seind'une

r4

2) l-lypothèses: ll pas négliger' faut qu'il de un représente maillon I'entreprise ne faut La culture et jamais qui des I'ensemble facettes la composent ne à la toujours regarder travers de visionefficace sa structure' si ni faired,impasse la survoler on veutavoirune avant car une parfaitement curture. ir s'agit de ir Toutefois,est trèsdifficire décoder et de d'interprétation contexte' question toutd'une et ceux deux culturelle, blocsse fontface: ceuxqui la vivent Lorsd'unerencontre avecles doit de L'interprétationla culture doncêtreen adéquation qui l'observent. ne étrangère unevaleur Unenorme' n'est divergence admise' AUcune deuxpartis. par que si elle est interprétée le par et peut être acceptée appliquée un pays quelque comme locale' de culture dans cle personnel l'entreprise, les catégories la qu'elle locaux, res seron canons soit il faut qu'eile crédibre chosede respectabre. avant du incarnation canonlocal' De la mêmefaçon' une nouvelle symbolise voir il culture, fautd'abord le sensqu'en à étrangère notre une d,interpréter situation doit,pourcela'faireune êtude ou L',observateurle manager les donne intéressés. local dansle microcosme poury en puisinterne se fondant de externe la culture, pour modede pensée son l1 son culturellement projet. doitêvacuer propre adapter par décodê le biais qu'il de de celui soninterlocuteur aurapréalablernent s,irrrprêgner de en locaux fonction lescanons cas En de sonvis-à-vis. aucun il ne fautdéchiffrer plus sont autrement sociales car personnelles. les logiques ces interprétations ll clu management' arrive les que complexes ne le supposent grandsprincipes et confrontationprovoque rors s'opposent d'une curtureiles que souvent deuxentités quantà leur à prendre sur des hésitation protagonistes I'orientation une certaine ou versla modernité tendre pas ne Les comportement. individus savent s'ilsdoivent res adopter caractéristiques Doivent-irs traditionneiles. vareurs dansreurs se confiner en de pensées pensant dans se ou dominante bien claustrer leurchamp de la cUlture I'importance D'oÙ et en en ? qu,il triomphera(ex.étude suède, slovénie en suisse)' si Mènre les à associês urreculture' et du de l'identité, symbolique, desstèrêotypes la le tendentà prendre pas sur la modernité' confusion valeurstraditionnelles d'interprétation' les et des dansl'esprit individus entretient problèmes demeure de d'universalité la du postulat par vont ces problèmes êtrerenforcés la négation Le de lesformes sociétés' à qui est La culture. culture un caméléon s'adapte toutes
l5

dans tient qu'anthropologique, une place irnportante tant historique contexte, à si de ll d'une l'évaluation culture. estdifficile la caractériseron veutcoller la réalité, sa veut paramètres. uneentreprise imposer culture Si de carelledépend plusieurs elle nationales, des triompher cultures en quel en n'importe coindu globe la faisant des laisse Car locales. I'Histoire et du doittenircornpte contexte des spécificités et C'estellequi fomente d'unesociété. culturels dans indélébiles les traits traces à étantsoumisparallèlement Ces derniers locaux. les entretient particularismes pas n'explique tout.ll ne fautpas car de subjective I'Homme, la culture I'interprétation axiome. son à particulièrementle dos,et rendre I'Homme véritable sur toutluimettre

ture---une-enlreprlae."
Ped'lribarne une de ses usinesau Marocà Casablanca. a La sociétéSgs-Thomson implanté met en place une de performances I'usine,l'entreprise Surprisedes excellentes de les conditions ce succès au regard son rendement étude afin d'élucider marocaines' par à exceptionnel rapport ces consceurs TQM de de qui principal ressort cetteétudeest I'instauration la démarche L'élément Jugéepar de à affectée toutesles composantes I'usine. (Total eualityManagement) être au le marocaine, TQM s'avère avecla mentalité commeantinomique les experts philosophie de Le florissant. TQM est avanttout une nouvelle un contraire succès travail.Elle repose sur la mise en place de valeurscommunesà I'entreprise dans le s'investissent Les d'entreprise". individus sous le terme"culture regroupée par On travailcar ils se sententconcernés I'entreprise. est passé d'un systèlnede où d'école policière" un monded'apprentissage, à et commissariat de "suryeillance pédagogie, partage, respect, confiance, égalité, se mêlent commUnication, de de intégrante la vie des employés le Dorénavant, TQM faitpartie responsabilité... de en jUsqu'â devenir Uneréférence termesde valeur, norme. en I'usine du formel.Les conditions pas le Toutefois, TQM ne fonctionne que par son aspect entre les valeutsissuesdu TQM et les succês résidentdans le rapprochement à aU C'estcetteidentification sacréqui inciteles Marocains préceptes l'lslam. de

t6

quelque chosecleculturel' quelque chosede norrnal, vivrele TQM commequelque chosede religieux.

3) Deux cultUres Politiques: n'est La d'uneculture. vision de définition de , est intéressant se poserra question la est vue commeI'universalité)' pas la mêmesi l'on se situeen France(où la cUlture ou sociétal)' si on est dans à correspond I'individualisme (la ou en Allemagne culture le ll fautdoncavanttoutdéterminer ou le campdes sociologues desanthropologues' nationale' politique' de dans lequelon se situe'Parle-t-on culture général contexte ? d'entreprise"' culture judiciaire, rêgionale, T o u t e s c e s d o n n é e se n tre ti e n n entlacom plexitêd' unecultur e,r enfor céepa r l a d'une I'on évoqueI'unité Lorsque de question l'unitéet du champd'interprétation' sur le cheminde la sémantique de culture,il faut faire attention ne pas s'êgarer à cettenotion'une culture â du maisse préoccuper sensparticulier dorrner formelle, rnais réalités' de pas dans le fait d'accorder la valeuraux mêmes ne rassemble ils ce d'ans à cluoi donnent qui cer']x s'opposent le définit terrainsur lequels'affrontent des n'estpas le conformisme idées'mais la termes, culture de la valeur.En d,autres Une mème chose sur différents des valeurscommunes' cle un échange sentiments dans un pays' La cultureest donc est diversité' différemment peut être regardée repose sur I'axiomede base de la variété.ce rejet français du "culturalisme" d'une irréversible déterminisme sur de primauté l'actionet de I'intentionnalité le culture.

des cultures: 4) La classification de un définir champ : peut-on est que La question l'ondoitse poser la suivante ? universelle en et des classification cultures ainsi faireunecartographie (géographle' typologie ltne selon certaine les de permet classer cultures si la théorie une formellement' vision I'interdit nous la langue...), réalité social, système politique,
t7

En la du (au structuraliste sensLevi-straussien terme)en axiomatise complexité. et elle danslequel évolue, du dépend milieu culturelle ou valeur norme chaque effet, qui de l'idiosyncrasielesentoure. la en est de Si cettevisionmicroscopique la culture imposs,ible, revanche, vision permet d'établir certainescatégoriesoù zones culturelles macroscopique ou anglo-saxonne ou européenne asiatique, de Ainsi, homogènes. on parle culture au et au latine...Des classifications niveauidiomatique idiolectique, niveau peuvent des constituer poiitique institutionnel ou au ou historique génétique, niveaU partielle cultures. des points à solide uneclassification d'encrage

la t( )

\/-

f."

r1action [ee ffi"'-cri",o

f'ce

à fo

nonûalhttioni

1- Sondages 2- Lesmondialistes 3- Lesantimondialistes 4- Lesaltermondialistes

de qui il estprimordial ceux ceuxquisontpourla mondialisation, pour ll ya d'abord sont d'autres parles paysriches' tel le mettre planen application qu'ila ete décidè qu'on complète son et la contre mondialisationespèrent annulation complètement ceuxqui sont pourune mondialisation et finalement nomeles antimondialistes; qu'on nome les humanistes' de un qui différente respecte ensemble valeurs altermondialistes.

1 - So n d a g e s:

à courantdans le jargon économique' A l,heureou ce mot est devenutout à fait à qui échappe cetteforceglobalisante' où l,heure il n'y a plusun seulpaysau monde pournotreproprepays' ce on peutse demander qu'ilen est ou de I'existence non du à sur effectués le forum <casafree> propos Les sondages jusqu'à lorsqu'une ont marocaine, montré sur de danger la mondialisation la société et que 34% pensentque la de 60% sont d'accordsur son existence, rnajorité est monclialisation sansdanger'

l9

s-allee-c-a!0

D Oui
E NoN

tr Sansavis

Z - L e smo n d i a l i ste s:

souvent diverses des suscite réactions pourles paysdéveloppés,mondialisation la les qui L'ignorance, est mèrede toutes dU de déroulant l'ignorance phénomèrre. peurs de touslesexcès. et >, la International Hebdo pour( Maroc qui pourGabriel un Banon, journaliste écrivit plusde la raveparty tenais Alegre à Porto des réunion altermondialistes première plus tiennent successifs rassemblements Et de quedu séminaire Davos. queleurs cohérente' politique que mobilisation espagnole d'une deI'auberge

z0

d

;r

Mondial par le sommetde Davos,le ForumEconomique Notonsque l'on signifie est ce Suisse), dernier une a Davos(unecommune (FEM)qui a lieuhabituellement la pour améliorer situation et politiques de chefsd'entreprises d'hommes rencontre entre les plus de un en économique fournissant environnernent collatroration de puissant se monde. sont d'après le français Alain Madelin (homme politique Les altermondiatistes du maaisme à Ia français, née à Pais en 1946) le recyctagedes orphelins causes' de rccherche nouvelles qui des des la revendiquent stérilité propositions antimondialistes, Les mondialistes une de eux sontd,après incapables proposer alternative. Que c'est une qu'ir n'y a pas rieu de craindrela mondialisation. lls concluent et qu'ellesera se qu'onen pour de opportunité développement les pays pauvres, fera. le un mondialistes des paysen voiede développement certains est Le Maroc d'après car c'est un de les mieuxplacêpour recevoir effetsbênéfiques la mondialisation' urr pourétablir étatde poritiqùe qu'ir étaten coursde démocratisation, a une voronté qui autantd'atouts d'un droit,en plusd'unelibreentreprise, code d'investissement, qui internationaux â de lui permettent prétendre une placedans tout les organismes du pour vontse multiplier I'encadrement phénomène' une le planétaire, Marocdoit poursuivre à Pourse préparer cetteguerreéconomique sans oublierla mise en placed'un control mise a niveaude son outil industriel, des internationales produits' qualité dignede ce nomet la miseauxnormes de Alorsle Marocaurapoursa partgagnéla bataille la mondialisation'

4t .Ll

3- Les antirnondialistes:

utilisépour décrirele mouvement est Antimondialisation le terme générique et au à la d'opposition mondialisation "néolibéralisme"] Pour se anti-G8, sont rendusen ltalieen juillet2OO1. inanifestants 200.000 <le et de nomment sommet I'injusticede la misère>. ce combattre qu'ils est de le Le frontdu refusexigeentreautreI'effacement la detteextérieure, Maroc (pour du financier; ce quiestde de sur dedans, le refus I'absolutismecapital en plein sontpassés dansle monde qui de la pauvreté résulte cet étatde fait,les miséreux 90.) des de au 70 de au de 200millions début année à plus 2 milliards cours années plans les ont un comme chômage connu picdepuis fameux le la Au Maroc, pauvreté par mondiale. structureis imposés le FMIet la Banque d'ajustement les et que le rnarché détruit petites moyennes mondialisé certain ll est aujourd'hui la supporter concurrence les de Privées protection, PMEquine peuvent entreprises. se sUr régulièrement le carreau, quifaitque se transnationauxretrouvent desgéants au se de desrnillions travailleurs retrouvent chÔrnage. et d'après faceà la domination le contrÔle eux, constituent les Donc antimondialistes un de capable constituer frontuni pour qu'exercent marchés, seulmouvement le les arrière. à les obliger paysriches fairemachine

: 4-Les a ltermondialistes de désigneun mouvement la sociétécivile qui contestele L'altermondialisation plus Url et de libéral ia mondialisation revendique modede développement modèle la de commeles droits l'homme, culture, et de soucieux I'homme de l'enVironnement, et la la durable, démocratie, militarisationla paix. le développement

22

tout quise altermondialiste tient lesans est Mondial) unforum Social Le FSM(Forum saufcetteannéeà do dansl'étatde Rio Grande sul, au Brésil' à PortoAlegre à qui s'estdéroulé de et Bamako en Inde en 2004 (le Forumpolycentré 2006 du au Bamako, Mali, 19 au23Janvier') but ll est monde possible>'a filoUr defairerencontrer <Un slogan: autre Aveccomme une transformation du citoyennes mondeentierpour élaborer des organisations du sociale monde. la contre mondialisation de (groupe Rabat Maroc d'ATTAC interne le D'après bulletin est Maroc possible>' pourtitre<Unautre ayant libérale), social sur de germe mettre piedun Forum avril que fl s'avère lorsqu'en 2002,I'idée au être sembrait irréalisable r'idée de portoAregre, de dans Marocain, rarignée cerui > I'impossible exigeons ( réalistes' du Maisen fonction bonprincipe soyons Maroc. au du 20 au 22 décembre a et ilsse sontmisau travail le Forum belet bieneu lieu' de tellement demandes ll de de centreinternational la jeunesse Bouznika.y a eu de les toutes demandes et ont d'accueii étêdépassées que,hêlas, quelescapacités de venant tousles Plus n'ont participation paspu êtresatisfaites. de 500participants' ont diversifiés jetéles res sociaux prirs res représentant mouvements du coins Maroc, au Maroc' altermondialiste d'unmouvement bases pour (L'Association la taxation ATTAC l'organisation intégra que c,estainsi le Maroc qui et financières pourI'aideaux citoyens) est une organisation des transactions 38 dans maintenant environ pays. en née altermondialiste en France lggg et existant mouvements une était initialde I'association d'introduire taxe sur les L'objectif et la afin de décourager spéculation, dont le produit de internationaux capitaux et écologique social' de des financerait projets développement Autriche' Australie' Argentine' dans38 pays: Andorre, Attacétaitprêsente En2003, costa Rica'cÔte chili,colombie, cameroun, Angleterre, Brèsil, Bolivie, Belgique, lrlande' Flongrie' Grèce' France, Finlande, Espagne, Allemagne, Danemark, d'lvoire, Paraguay' Norvège, Pays-Bas, Mexique, Maroc, Luxembourg, Jersey, Japon, Italie, uruguay' Tunisie, suède, sénégal, suisse, QUébec, Portugal, Pologne, Pérou,

.LJ

des des rangues' du marchéet ra Margré mondiarisation 'internationarisation ne sontpas Çulturels ' de gestion" ' les particularismes et des modèles institutions petità petit vontse réfugier res Bienau contraire, individus vouésà ra disparition. et leurparticularité' ce dans quifaitleuridentité plus d'autant et curture*es s'yrattacher des connaitre racrnes de a L,homme besorn étrangère' parunepuissance se lorsqu'il sentmenacé

7'I

Ë,uur"es:
(N'581p14', N"475p24) International MarocHebdo
I

diplomatique Le Monde Le Matin le Aujourd'hui Maroc 2005 du d'ATTAC 10 novembre Communiqué Africatime.com JeunesduMaroc.com 2005) (édition 14 Novembre du du Gazette Maroc Casafree.com Wil(ipedia.org project-syndicate.org jeunesdumaroc.com/article552.html 2005 du du La gazette lJlaroc 14 novembre 2001) (édition 31janvier du L'Humanité 2006) (N'243édition novembre 12 TelQuel

(Philippe d'lribarne) gérer les et - Culture civilisation, pardelà frontières 1o' 59 Hors-série (La mondialisation>,trimestre Economiques, - Alternatives 2004.
2006 en Présenté novembre

25

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->