L’ESSENTIEL : L’HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA GUERRE D’ALGERIE

Dates : Novembre 1954 : « Toussaint rouge », début de la guerre d’Algérie 1958 : censure de La Question, d’Henri Alleg Mars 1962 : accords d’Evian Juillet 1962 : indépendance de l’Algérie 1966 : La Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo (1e diffusion en France en 1970) 1968 : amnistie des généraux putschistes et de tous les ex-membres de l’OAS 1975 : Chroniques des années de braise de Mohammed Lakhdar-Hamina 1982 : inauguration du « flambeau des martyrs » en Algérie 1991 : La gangrène et l’oubli de Benjamin Stora 1999 : reconnaissance par le Parlement français d’une « guerre » d’Algérie 2000 : les généraux Massu et Aussaresses reconnaissent officiellement l’usage de la torture en Algérie 2002 : inauguration du monument national de la guerre d’Algérie par Jacques Chirac 2005 : loi française sur les « effets positifs de la colonisation » 2006 : le président algérien Bouteflika demande à la France de présenter ses excuses officielles à l’Algérie 2012 : lors d’une visite officielle en Algérie, François Hollande reconnaît les « souffrances » infligées à l’Algérie par la colonisation Personnages clés : Charles De Gaulle, Houari Boumediene, Benjamin Stora, Mohamed Harbi Notions clés : histoire, mémoire, amnistie, commémoration, nostalgérie

SUJETS POSSIBLES : L’HISTORIEN ET LES MEMOIRES DE LA GUERRE D’ALGERIE
Composition : lecture historique des mémoires, vous vous appuierez sur l’étude faite en cours (seconde guerre mondiale ou guerre d’Algérie) ; à partir de l’exemple vu en cours (guerre d’Algérie ou seconde guerre mondiale), vous vous demanderez si le travail de l’historien doit être indépendant des mémoires (sujet guidé p 76-77) ; la mémoire des violences de la guerre d’Algérie ; guerre d’Algérie, guerre des mémoires ; les Etats français et algériens face à la mémoire de la guerre d’Algérie ; les Français face aux mémoires de la guerre d’Algérie depuis 1962 Etude critique de document(s) : p 78

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful