-Introduction : Les spirochètes sont des longues bactéries fines de forme hélicoïdale avec plusieurs tours de spires doté

de filament axial leurs conférant une mobilité typique selon 3 mouvements : translation, rotation et flexion. Se sont des Gram -, anaérobies, anaérobies facultatif ou aérobies, chimiohétérotrophes utilisent comme source de carbone : les glucides, les acides aminés. GC% varie entre 27% ET 65%. Habitat : sols humides, eaux douces riches en sulfures, eaux salées, ou vivent en association à des animaux. Borrelia est l'un des principaux genres de Borrelia. 2-Caractères généraux du genre Borrelia : Grandes par rapport à d’autres bactéries spiralés : 4 à 30 µm de long, 0,2 à 0,5µm de large. Ont très peut de spires peu profondes et irrégulières (3 à 12). Gram-, Chimio-organotrophes utilisent comme source de carbone les glucides. Elles peuvent prendre une forme kystique sous l’effet des antibiotiques. Renferme un chromosome linéaire et de nombreux plasmides circulaires et linéaires. GC% moyen : 28,6%. La transmission nécessite la présence du réservoir (rongeurs, oiseaux) et de l’arthropode vecteur (tiques, poux). 3-Classification : Phylum : PROCARYOTES Classe: SPIROCHAETES Ordre : SPIROCHETALES Famille : SPIROCHAETACEAE Genre : Borrelia Espèces : Borrelia burgdorferi: transmise par les tiques et provoque la maladie de lyme. Borrelia recurrentis: transmise par les poux et provoque la fièvre récurrente. 4-Diagnostic : A-Les signes cliniques : . Le diagnostic repose principalement sur les signes cliniques et les éléments d’anamnèse (éléments liés au vecteur). Il est habituellement évoqué chez un patient piqué par une tique en région d'endémie s’accompagnant de lésions cutanées (érythème chronique migrant) ou d'acrodermite atrophiante, mais aussi lors de signes neurologiques (méningite lymphocytaire, méningoencéphalite ou névrite), ou encore troubles de la conduction cardiaque. B-Le diagnostic direct : Le diagnostic direct est presque impossible en raison des difficultés de culture, même sur milieu spécifique (BSKII).

Dans le cas des fièvres récurrentes, l'examen direct d'un frottis de sang ou LCR après coloration (MGG) est quelquefois positif pendant la période fébrile: il s'agit d'un spirochète mince et long (de 8 à 30 µm x 0,2 à 0,5 µm). La sensibilité peut être augmentée en utilisant des techniques de fluorescence à l’acridine orange et en concentrant les globules rouges. Enfin, plus récemment, le diagnostic par PCR est possible chez l’hôte et dans les poux. C-Le diagnostic indirect : Le diagnostic sérologique indirect est obtenu soit par immunofluorescence indirecte (IFI) soit par ELISA . Ces réactions ont une spécificité médiocre, en particulier à la phase initiale. La technique par Western-blot permet de caractériser une réponse anticorps à divers antigènes (OspC, flagelline....) de taille différente: 18 à 93 kDa (igM, IgG). Cette dernière technique est plus sensible et spécifique que l'IFI ou l'ELISA, donc indiquée lors d'un faux-négatif, ou pour la confirmation d'un positif. 5-La maladie de Lyme La maladie de Lyme (ou Borreliose de Lyme) est une infection bactérienne, zoonose, répandue mondialement et transmise à l’homme par piqûre de tiques. A-Contamination : La bactérie responsable est borrelia burgdorferi qui a été isolée chez diverses espèces de tiques du genre Ixodes ricinus et de puces, de mammifères domestiques (chiens, chevaux, bétail) et sauvages (écureuils, cerfs). On soupçonne même quelques insectes volants. Les activités conduisant à des contacts avec les tiques représentent le principal facteur de risque de survenue de la maladie : travaux agricoles, promenades en forêt. B-Symptômes et complication de la maladie La forme de la borréliose de Lyme se traduit par un discret syndrome grippal, presque constant, avec des somnolences, une fébricule, des céphalées, arthralgies, douleurs articulaires, des troubles digestifs et des ganglions proches de la lésion cutanée peuvent être associés traduisant la dissémination de la bactérie dans l’organisme. La maladie présente des similitudes avec la syphilis, notamment en ce qui concerne son évolution en trois phases : B-1-La phase primaire, précoce localisée : Elle est limitée au point d’inoculation. Le classique érythème chronique migrant (EM) est considéré comme pathognomonique. B-2-La phase secondaire, précoce disséminée : On a pu observer des manifestations neurologiques, rhumatologiques, dermatologiques, cardiaques et ophtalmologiques.

B-3-La phase tertiaire, tardive :elle se signale par des manifestations dermatologiques, neurologiques et articulaires C-Traitement : Les molécules actives utilisées en pratique clinique appartiennent à 3 classes : les betalactamines (penicilline G, amoxicilline, céfuroxime-axétil, ceftriaxone), les cyclines (doxycycline) et les macrolides (erythromycine, azithromycine).

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful