LÉGENDES

CROISADES
DEPUIS LES PREMIERS TEMPS JUSQU'A NOS JOURS PAR

J. COLL1N DE PLANCY.

A p p r o u v é p a r S. G. M g r l ' É v ê q u e d'Arras, d e B o u l o g n e e t d e S a i n l - O m e r ,

PARIS
H E N R I P L O N , RUE I M P R I M E U R - É D I T E U R , GMIANClÈnK, S.

Biblio!èque Saint Libère
http://www.liberius.net © Bibliothèque Saint Libère 2008. Toute reproduction à but non lucratif est autorisée.

LEGENDES
» ES

CROISADES.

LÉGENDES
DES

CROISADES.
PRÉAMBULE. — JÉRUSALEM.

O Jérusalem ! l'amour de mon â m e , l'âme de m e s pensées et de m e s d é s i r s , l e s désirs de m o n c œ u r , le cœur de m e s affections et l e s affections de ma y i e , h é l a s ! c'est vous q u e j e cherche. Le P . BOUCHER, pèlerin des saints lieux.

J é r u s a l e m , la p l u s célèbre sans contredit et la plus mystérieuse des cités qui ont brillé sur la t e r r e , était p o u r les H é b r e u x ce q u e Rome est p o u r nous : le centre auguste de leur nationalité religieuse et le point vers lequel ils tournaient leurs c œ u r s pour prier. Tout enfant la ville s a i n t e , chaque a n n é e plus illustre et d'Israël devait avoir fait le voyage d e et tous c e u x qui le*pouvaient allaient y célébrer la Pàque. Là est donc le le plus a n t i q u e des pèlerinages.

C'est dans cette enceinte q u ' a u x j o u r s d ' A b r a h a m , le roi de Salem ou S o l i m e , a u pays des J é b u s é e n s , Melchisédech a n n o n ç a i t le plus adorable de nos m y s tères , en offrant à D i e u , p o u r sacrifice, le pain et le

2

PRÉAMBULE.

v i n . C'est là q u e Jéhova choisit plus tard son s a n c t u a i r e . Là tous les p r o p h è t e s ont raconté cet avenir, écrit depuis d a n s les saints Évangiles. Mais le p e u p l e de Dieu, souvent infidèle, p l u s souv e n t i n g r a t , mérita souvent aussi ces g r a n d s revers q u i t é m o i g n e n t si clairement du g o u v e r n e m e n t t e m porel d e la P r o v i d e n c e . Plus d ' u n e fois la ville de J é r u s a l e m saccagée expia ses trahisons. Elle était relevée et brillante quand le R é d e m p t e u r , qui voulait la sauver, pleura sur elle. Hélas! si n o u s avons été rachetés dans son sein p a r le sacrifice infini q u i r é g é n é r a le m o n d e et nous ouvrit les c i e u x , ce furent ses enfants qui c o m m i r e n t le déicide. Elle d e v a i t expier e n c o r e et plus l o n g u e m e n t . C e p e n d a n t et m a l g r é l'attente du c h â t i m e n t qui était a n n o n c é , les disciples du Christ savaient q u e les voies d e Jérusalem avaient conservé l ' e m p r e i n t e des pas de l'Homme-Dieu, qu'il avait parlé d a n s son temple et d a n s ses s y n a g o g u e s , qu'il avait fait d a n s ses m u r s des miracles q u e les pervers p o u v a i e n t b i e n attribuer à B e l z é b u t h , mais que p e r s o n n e n e pouvait nier. C'est là d o n c q u e se r e n d a i e n t en foule les p r e m i e r s pèlerins d e la c r o i x ; c'est là q u e se réunissaient les a p ô t r e s ; et c'est à Jérusalem q u e s e tint le premier concile, l'an 5 1 , dix-huit a n s après la m o r t d e N o t r e - S e i g n e u r . D i x - h u i t ans plus t a r d , la ville c o u p a b l e , investie p a r les R o m a i n s , subit effroyablement les angoisses q u i lui avaient été p r é d i t e s . Prise, saccagée, d é t r u i t e d e fond en c o m b l e , elle disparut de la t e r r e . Il est peut-être à propos de r e m a r q u e r ici q u ' à la

JÉRUSALEM.

3

vue de cette r u i n e i m m e n s e , Titus, le prince p a ï e n , s'écria : « C'est Dieu qui a expulsé les Juifs; ce n'est pas » moi qui ai v a i n c u ; mes mains n ' o n t été q u e l'in) > strument de la v e n g e a n c e divine. » Mais le Calvaire restait a u x p è l e r i n s ; ils c o n t i n u è r e n t à v e n i r d e toutes p a r t s rechercher d a n s les d é c o m b r e s la Voie d o u l o u r e u s e , le Cénacle, où l'Esprit-Saint s'était d o n n é a u x premiers convives de l'Eucharistie, la colline d e l'Ascension et tous les vestiges du passage d e l'Homme-Dieu. Les p e r s é c u t i o n s , o u v e r t e s p a r N é r o n , s'étendirent bientôt. Mais u n e plus g r a n d e douleur était réservée a u x chrétiens. L ' e m p e r e u r A d r i e n , les confondant a v e c les Juifs, profana les saints l i e u x , en élevant u n e statue de J u p i t e r à la place de la r é s u r r e c t i o n , u n e statue d e V é n u s a u Calvaire, u n e statue d'Antinous à la grotte de B e t h l é e m , et ces infamies n e disparurent e n t i è r e m e n t q u e sous le règne d e Constantin. Ce p r i n c e , d e v e n u c h r é t i e n , fit purifier les lieux s a i n t s , bâtit l'église d u Saint-Sépulcre, établit des sanctuaires à B e t h l é e m , à N a z a r e t h , à H é b r o n ; et q u a n d sainte H é l è n e , son auguste m è r e , eut retrouvé la sainte Croix, ce fut là un concours plus immense q u e jamais. Il devait se succéder sans r e l â c h e , malg r é les obstacles q u e l ' h o m m e ennemi allait susciter encore. Tout le m o n d e sait q u e Julien l'Apostat, en m ê m e temps qu'il essayait d e rétablir le p a g a n i s m e , v o u l u t , trois cents a n s a p r è s la destruction de Jérusa-

4

PRÉAMBULE.

l e m , démentir la prédiction de Jésus-Christ en r e l e v a n t cette cité. On sait aussi comment il n ' y parvint p a s . Une foule d e témoins a u t h e n t i q u e s , p a r m i lesquels À m m i e n Mavcellvn, p a ï e n c é l è b r e , ont constaté q u e les Juifs , qui applaudissaient au projet de l'ap o s t a t , n ' a v a i e n t pas plutôt creusé des fondations, q u e d e s flammes, s'échappant du s o l , dévoraient les travailleurs et leurs m a t é r i a u x . Plusieurs fois et en divers l i e u x , ce prodige se renouvela, et le perfide e m p e r e u r d u t renoncer à sa l u t t e . Ces miracles frappèrent tellement les p e u p l e s , q u e le n o m b r e des pèlerins s'accrut encore désormais avec plus de zèle. T o u t e â m e a r d e n t e voulait visiter le C a l v a i r e , le j a r d i n des Oliviers, l'église d u SaintS é p u l c r e . Or, dans ce coin du m o n d e , le chrétien voyait Dieu partout p r é s e n t . Dès le quatrième siècle, on n o m m e , p a r m i les p è lerins illustres, saint E u s è b e , évêque de C r é m o n e , qui m o u r u t à Bethléem ; saint P o r p h y r e , q u i m o u r u t é v ê q u e de Gaza, en P a l e s t i n e ; saint J é r ô m e , sainte P a u l e , sainte È u s t o c h i e , qui v é c u r e n t a u p r è s de la C r è c h e ; et r a p i d e m e n t le n o m b r e des c h r é t i e n s qui s'imposaient le voyage de Jérusalem devint si g r a n d , q u ' o n fit u n itinéraire à leur u s a g e , et que p o u r e u x des vaisseaux partaient de toutes p a r t s . Il en fut ainsi p e n d a n t le cinquième et le sixième siècle; des habitations s'étaient élevées a u t o u r des saints l i e u x , et b e a u c o u p de c h r é t i e n s , v e n u s là de toutes les contrées du m o n d e , v o u l a i e n t , c o m m e saint J é r ô m e , m o u r i r d a n s la terre du salut. Mais, en 6 1 4 , J é r u s a l e m , qui respirait un p e u , fut

JÉRUSALEM.

5

assiégée p a r les P e r s e s . L'abominable Khosroès I I , leur r o i , détruisit tout p a r le fer et le feu, vendit a u x Juifs les chrétiens ses prisonniers, et leur enleva la sainte Croix. E n n e m i furieux du Christ et vain de ses t r i o m p h e s , il avait j u r é de faire la guerre a u x Romains et de n e leur accorder la paix qu'à condition qu'ils renonceraient à Jésus-Christ p o u r adorer le sol e i l , qui était son dieu. Quelque temps a p r è s , il était vaincu p a r l ' e m p e r e u r Héraclius, et de défaite en défaite il trouvait honteusement la fin de son règne et de sa vie. Héraclius, à son tour, n'accorda la paix à Siroès, successeur du m o n s t r e , q u ' a p r è s qu'on lui eut remis la sainte Croix. Il la r a m e n a à Jérusalem et, traversant pieds nus la Voie douloureuse, il la reporta sur ses épaules à la place vénérée où l'avaient plantée les Juifs le j o u r du g r a n d sacrifice. La c o m m é m o r a tion de ce t r i o m p h e est u n e des fêtes de l'Église {\). Hélas ! cette nouvelle p a i x donnée à Jérusalem ne devait pas être l o n g u e . E n 6321, la Palestine fut conquise par O m a r , l'un des premiers successeurs de Mahomet. Il fit aussitôt bâtir u n e mosquée à la place où s'était élevé le temple de Salomon. Mais il n e tourm e n t a pas les c h r é t i e n s . Ce n e fut q u ' a p r è s sa m o r t , en 6 4 4 , q u e les ignominies et les spoliations vinrent les é p r o u v e r , et q u e les pèlerins furent obligés de payer u n t r i b u t p o u r avoir le droit d e se prosterner au Calvaire.
(1) L'Exaltation de la sainte Croix, 14 septembre.

6

PREMIÈRES LUTTES CONTRE LES SARASINS.

I. PREMIÈRES LUTTES CONTRE LES SARASINS.
E n marchant pour combattre v o s ennemis, q u e leurs chars et leur cavalerie e t leur m u l titude ne v o u s épouvantent pas, puisque Dieu est avec v o u s . Deutéronome, xx.

On lit partout quels furent, d è s ces p r e m i e r s temps de l'islamisme, les succès effrayants des sectateurs de Mahomet. A la fin du septième siècle, ils avaient pied sur la moitié d u m o n d e c o n n u , et ils convoitaient les contrées que Ja Méditerranée b o r n e à tous les Orients. La trahison d ' u n comte Julien, outragé p a r R o d e r i c k , le dernier roi d e s Goths en E s p a g n e , leur ouvrit ce b e a u p a y s ; et Roderick, vaincu en l'an 7 1 4 , le leur livra. Ils devinrent en p e u d ' a n n é e s maîtres d e t o u t e la péninsule I b é r i q u e , à l'exception des A s t u r i e s , où. Pelage se maintint avec q u e l q u e s E s p a g n o l s , qui le p r o c l a m è r e n t leur roi en l'an 7 1 8 . Il c o m m e n ç a a u s sitôt dans ses m o n t a g n e s , p o u r lui et ses s u c c e s s e u r s , ' la p r e m i è r e lutte d e la Croix c o n t r e le Croissant; elle devait d u r e r sept siècles et d e m i . Maîtres de tout le p a y s , hors la ville d'Oviedo et les montagnes des A s t u r i e s , soit a m b i t i o n , soit a r d e u r d e p r o s é l y t i s m e , soit n a t u r e n o m a d e , les S a r a sins v o u l u r e n t aller p l u s loin et p r e n d r e les Gaules. E n l'an 7 2 1 , Z a m a , u n de leurs capitaines, entra d a n s le Midi, prit Narbonne et vint assiéger T o u louse. E u d e s , d u c d ' A q u i t a i n e , le repoussa et le b a t -

PREMIÈRES LUTTES CONTRE LES SARASINS.

7

tit. A b d é r a m e , qui régnait en Espagne sous la suzeraineté du kalife d e D a m a s , comprit qu'il fallait envahir avec plus de forces le pays des F r a n c s , déjà célèbres. Il se mit à la tête d ' u n e nombreuse a r m é e et e n t r a dans la Gascogne. Ses b a n d e s , r e n v e r s a n t tout sur leur p a s s a g e , se dirigeaient vers T o u r s , où ils se promettaient le pillage des riches trésors a m a s sés dans la basilique de Saint-Martin; ils avaient pillé déjà l'église de Saint-Hilaire à Poitiers. On p o r t e à q u a t r e cent mille h o m m e s les troupes qui m a r - * chaient sous A b d é r a m e . Mais Charles-Martel, qui déjà combattait p o u r la foi chez les Frisons b a r b a r e s , avait été averti p a r E u d e s , et il arrivait à g r a n d e s j o u r n é e s à la tête de ses plus vaillants compagnons. Les m u s u l m a n s savaient q u e les F r a n c s , ces fils aînés de l'Église, combattaient vaillamment p o u r elle. Avant m ê m e la conversion de Clovis, ils avaient anéanti les b a n d e s furieuses d'Attila. Depuis, le g r a n d Clovis n'avait cessé de combattre l ' a r i a n i s m e , et ses successeurs a-vaient p o r t é la foi p a r t o u t où ils avaient marché. Les d e u x a r m é e s se r e n c o n t r è r e n t dans les plaines d e Poitiers. Après q u e les F r a n c s , qui n e cédaient j a m a i s , et les Sarasins, qui se croyaient invincibles, se furent observés p e n d a n t sept j o u r s , Charles-Martel d o n n a le signal de la bataille. Elle fut a c h a r n é e et furieuse des d e u x p a r t s . Mais les Francs eurent complètement le d e s s u s ; Charles-Martel tua de sa m a i n A b d é r a m e , et mit ses b a n d e s en pleine d é r o u t e , a p r è s u n long c a r n a g e . Les historiens disent que le chef des Francs n'avait p e r d u que quinze mille h o m -

8

PREMIÈRES LUTTES CONTRE LES SARASINS.

m e s , et que le c h a m p de bataille resta j o n c h é des corps de plus d e trois cent mille Sarasius. Les v a i n q u e u r s , d o n t les ancêtres avaient toujours t r i o m p h é , et qui alors combattaient p o u r la Croix chez les B a t a v e s , poussaient leur cri de g u e r r e : Vive le Christ qui aime les Francs! C'est le d é b u t de la loi salique. Charles-Martel s'en r e t o u r n a , d i t F r é d é g a i r e , chargé d e gloire et de b u t i n . La France était délivrée. A la v é r i t é , les m u s u l m a n s r e p a r u r e n t quelquefois sur n o t r e s o l , principalement d a n s le Languedoc et la P r o v e n c e , mais t i m i d e m e n t , quoique avec u n e persév é r a n c e inouïe. Ils furent toujours b a t t u s ou par Charles-Martel, ou p a r son frère H i l d e b r a n d , ou p a r P e p p i n , son fils, et enfin p a r Gharlemagne. Après cette e x c u r s i o n , retournons à J é r u s a l e m . Le tribut q u ' o n exigeait des pèlerins à leur entrée d a n s la ville sainte, léger d ' a b o r d , devint bientôt pesant-, et c e u x des fidèles qui gardaient les saints l i e u x t o m b a i e n t r a p i d e m e n t sous u n e odieuse tyr a n n i e , q u a n d C h a r l e m a g n e , trop o c c u p é , comme l'avaient été Charles-Martel et P e p p i n , d e ses guerres contre les Frisons et les S a x o n s , qu'ils voulaient a m e n e r à la foi, g u e r r e s qui étaient aussi d e vraies croisades, bien q u e ce n o m ne fût pas n é e n c o r e , q u a n d Charlemagne d é p u t a a u kalife H a r o u n - a l R a s c h i d , le chef s u p r ê m e de l'islamisme à Bagdad , u n e ambassade c h a r g é e de réclamer les franchises d e s chrétiens. Haroun , non pas a d m i r a t e u r d u héros d e l ' O c c i d e n t , c o m m e disent les historiens, car il n ' a d m i r a i t que l u i - m ê m e , mais r e d o u t a n t les armes

PREMIÈRES LUTTES CONTRE LES SARASINS.

9

du grand chef des F r a n c s , ' dont le r e n o m était venu j u s q u ' à lui ( o n le voit d a n s une lettre de Sylvestre II) ( 1 ) , Haroun lui e n v o y a , avec p o m p e , entre de rares p r é s e n t s , les clefs du saint Sépulcre et de la ville de J é r u s a l e m , en lui promettant solennellement de couvrir de sa protection formelle les pèlerins de la Palestine. Depuis l o r s , a u moins p e n d a n t quelques a n n é e s , sous le r è g n e des kalifes de Bagdad et des soudans du Caire, les enfants du Christ p u r e n t e n t r e r dans les saints lieux. Ils avaient repris l à , toutes les fois qu'ils avaient quelques jours de p a i x , un pieux e x e r cice q u e plusieurs croient nouveau et qui remonte a u x p r e m i e r s j o u r s d e l'Église: le Chemin de la Croix. A l'exemple de la sainte Vierge et des p r e miers disciples, les fidèles pratiquaient là cette d é v o t i o n , qui s'y est toujours maintenue (2).
.(1) Gerberti Episû. 107. On voit là que Sylvestre II a été l e premier prédicateur d e l à croisade, u n siècle avant Pierre l'Ermite. (2) Dans l e s relations du dix-septième siècle on trouve des détails qui mentionnent au Via Crucis bien plus de stations que nous n'en faisons. Il est vrai q u e nous n e s o m m e s pas sur les l i e u x . Ainsi dans Jérusalem il y a stations : au Cénacle, à la maison de la sainte Vierge, à la maison de Caïphe, à la maison d'Anne le Pontife, au lieu où NotreSeigneur salua l e s trois Maries, au prétoire de Pilate, à l'arcade de VBcce Homo, au l i e u o ù Pilate abandonna Notre-Seigneur aux Juifs, à la colonne de la Flagellation, à la colonne d'Opprobre, où Notre-Seigneur fut couronné d'épines, couvert d'un lambeau de pourpre et frappé d'un roseau, au lieu où il fut gardé par les s o l d a t s , au lieu où il fut chargé de sa Croix, à la chapelle du Spasme, qui est le lieu où la sainte Vierge vit son divin Fils tomber pour la première fois, au lieu où il parla aux filles de Jérusalem, au lieu o ù il fut aidé par Simon le Cyrénéen, au lieu où il tomba pour la seconde fois, au lieu o ù la sainte femme essuya son visage sur un voile qui en garda l'empreinte, aux lieux où l e s vêtements de Notre-Seigueur furent j o u é s et partagés, où il fut cloué sur la Croix, au

10

PÈLERINAGES AUX SAINTS LIEUX.

II. — PÈLERINAGES AUX SAINTS L I E U X .
P r o s p e r u m iter faciat nobis D e u s salutarium nostrorum.' Itinerarium.

De toutes parts d o n c , chez les chrétiens, c e u x qui a v a i e n t de g r a n d e s faveurs à obtenir ou de g r a n d e s c h u t e s à expier, s'en allaient en pèlerinage a u x saints l i e u x , avec les p i e u x fidèles qui s'y r e n d a i e n t poussés p a r le seul a m o u r du R é d e m p t e u r . P a r m i les pèlerins illustres de ces p r e m i e r s t e m p s , nous citerons saint Silvin, évêque régionnaire d o n t le n o m est compté d a n s la liste des évèques d e Toulouse et dans celle des évêques de T h é r o u e n n e ; il assista au b a p t ê m e de Charles-Martel; saint A r l i e u où il fut élevé en Croix, au l i e u où était le soldat qui l u i perça l e c œ u r d'un coup de lance, à la pierre sur laquelle il fut déposé m o r t , au saint Sépulcre, au lieu où après sa résurrection il apparut à sa sainte Mère, puis à Marie-Madeleine. Le chemin de la V o i e douloureuse a sept cent trente pas. — Il y a encore, pour l e s pèlerins de la terre s a i n t e , à Jérusalem seulement, des stations : à la montagne de l'Ascension, au l i e u o ù Notre-Seigneur fit sa prière après la Cène, au lieu où s'endormirent les trois disciples qui l'accompagnaient, au village de Gethsémani où i l avait laissé l e s h u i t autres, au lieu où il fut pris, au torrent de Cédron où il laissa quatre empreintes de ses p i e d s , à la grotte où saint Pierre pleura son péché, à l'église de Saint-Marc, bâtie à la place o ù les fidèles priaient pour saint Pierre dans l e s l i e n s , au lieu où saint Etienne fut lapidé, au sépulcre vide de la sainte Vierge, au lieu voisin o ù elle apparut à saint Thomas, enfin à la chapelle où sainte Hélène se retirait pour prier, pendant son séjour à Jérusalem. — U n e autre dévotion, q u e n o u s croyons nouvelle aussi, quoiqu'elle ait été pratiquée par sainte Gertrude, par saint Bernard, par saint Bonaventure et par une multitude d'autres s a i n t s , c'est l e culte d u Cœur sacré d e Jésus. Les fidèles qui adoraient la t ê t e couronnée d ' é p i n e s , les pieds et les mains percées de c l o u s , a d o raient aussi le cœur adorable, spécialement à la station d u coup d e lance.

PÈLERINAGES AUX SAINTS LIEUX.

11

c u l p h e , prélat d a n s les Gaules, qui a écrit à son r e t o u r u n e description d e s saints lieux ( 1 ) ; saint W i l i b a l d , é v ê q u e d'Aichstadt en Franconie et l'un des apôtres de l'Allemagne. Une sainte religieuse de sa famille a raconté son v o y a g e . Plusieurs p a r t a i e n t pour expier des crimes. E n 8 6 8 , u n seigneur de la Bretagne française, n o m m é F r o t m o n d , m e u r t r i e r de son oncle et du plus j e u n e de ses frères, n e fut absous q u ' a p r è s avoir fait trois fois Te pèlerinage d e Jérusalem. Les rigueurs contre les chrétiens avaient reparu sous les faibles successeurs d e Charlemagne; au dixième siècle, elles étaient devenues plus violentes q u e j a m a i s ; ce qui n'arrêtait pas encore le zèle des pèlerins pour le saint voyage. Ils partaient avec le bourdon et la p a n e t i è r e ; le suzerain de qui ils d é p e n daient leur donnait u n e c h a r t e ; leurs parents et le clergé de leurs paroisses les conduisaient en procession, priant et b é n i s s a n t , j u s q u ' a u x limites de leur territoire; et ils a l l a i e n t , reçus dans les chât e a u x et l e s . m o n a s t è r e s , h o n o r é s comme serviteurs de Jésus-Christ, respectés c o m m e des êtres consacrés à Dieu, protégés par les chevaliers, e x e m p t s de tous droits de p é a g e . Ils traversaient sans d a n g e r les a r m é e s et les c h a m p s de bataille. Mais en a r r i v a n t dans la Palestine, ils ne pouvaient que très-rarement atteindre le b u t de leurs v œ u x a r d e n t s . En 9 8 6 , le s a v a n t Gerbert, qui devint p a p e d i x sept a n s plus t a r d sous le n o m d e Sylvestre I I , fit par dévotion le voyage de la t e r r e sainte, et dans
(1) Mabillon l'a conservée dans les Acta Benedictorum.

12

PÈLERINAGES AUX SAINTS LIEUX.

u n e lettre p r é c i e u s e , à son r e t o u r , il exposa à l'Eur o p e chrétienne les effrayantes misères des chrétiens en Palestine, et la nécessité déjà comprise p a r Charl e m a g n e d ' u n e croisade contre les b a r b a r e s . E n 101-8, saint P o p p o n , abbé d e S t a v e l o t , m o u r u t en p a i x , a y a n t pu échapper a u x périls du g r a n d pèler i n a g e et revenir chez les siens. En 1 0 5 4 , Lietbert, le saint évêque d e Cambrai, était parti avec trois mille pèlerins de son vaste diocèse; p r e s q u e tous p é r i r e n t , et lui-même s'en revint n a v r é de n'avoir pu mouiller de ses l a r m e s le tombeau de Jésus-Christ. On lit d a n s sa Yie q u e , r e n t r é à C a m b r a i , il p a r c o u rait pieds n u s , toutes les n u i t s , les églises et les cimetières, priant p o u r ses compagnons morts dans Je saint voyage. Dix ans après (en l'an 1 0 6 4 ) , sept mille chrétiens, Français et A l l e m a n d s , s'en allèrent ensemble à Jér u s a l e m . G u i l l a u m e , évêque d ' U t r e c h t ; Sigefroid, évêque d e M a y e n c e ; G u n t h e r , évêque de B a m b e r g ; O t t o n , évêque d e R a t i s b o n n e , et b e a u c o u p d ' a u t r e s seigneurs, des d e u x nations, faisaient partie d e cette t r o u p e . Toigt a cité u n c u r i e u x épisode d e ce g r a n d pèlerinage (1) : « Ces p è l e r i n s , d i t - i l , e u r e n t l'imprudence de. laisser voir en route leurs richesses. P a r t o u t , dans les campagnes et d a n s les villes qu'ils t r a v e r s a i e n t , on accourait p o u r a d m i r e r leur faste. P a r v e n u s d a n s les terres des S a r a s i n s , ils n'étaient qu'à u n e j o u r n é e d e R a m l a , l o r s q u e , la veille de P â q u e s , à trois
(1) J. Voigt, Histoire et v i n . du pape Grégoire VII et de son siècle, ch. m

PÈLERINAGES AUX SAINTS LIEUX.

13

heures de l'après-midi, ils se virent entourés tout à coup d e b a n d e s a r a b e s qui, a u bruit de leur arrivée, s'étaient a r m é e s p o u r les piller. La lutte s'engagea sur-le-champ, et au premier choc beaucoup d e c h r é tiens t o m b è r e n t m e u r t r i s et dépouillés de tout ce qu'ils possédaient. L'évêque d ' U t r e c h t , blessé au bras et à demi-mort, tomba et fut aussitôt dépouillé. Mais comme les chrétiens, se défendant à coups de pierres, repoussaient les ennemis, ses serviteurs l'enlevèrent et l ' e m p o r t è r e n t . On gagna peu à peu un village qui n'était q u ' à quelques pas de la route et que quelques-uns prenaient p o u r Capharnaûm. Là les pèlerins se réfugièrent d a n s u n e cour, close d ' u n e enceinte très-basse et presque en ruines. Elle entourait u n e maison dont l ' a p p a r t e m e n t supérieur était h e u r e u s e m e n t disposé p o u r la défense. L ' a r c h e v ê que de Mayence, l'évêque de Bamberg et leurs e c clésiastiques s'y logèrent; les autres prélats restèrent en b a s . Les laïques se placèrent à l'enceinte, afin de soutenir l'attaque de l'ennemi. » Quoique assaillis de tous côtés par des nuées de t r a i t s , ils firent u n e s o r t i e , se précipitèrent sur les A r a b e s , en d é s a r m è r e n t un g r a n d n o m b r e et les combattirent corps à corps. La nuit vint; les b r i g a n d s , v o y a n t qu'ils avaient affaire à des h o m mes intrépides, investirent la maison afin de réduire par la famine et l'épuisement ceux qu'ils n e p o u vaient e n t a m e r . Ils é t a i e n t , dit-on, au n o m b r e de douze mille h o m m e s . Le lendemain, jour de P â q u e s , assaillis dès l'aube* du j o u r , les pèlerins combattirent jusqu'à trois heures d e l'après-midi, sans avoir p u

14

PÈLERINAGES

AUX

SAINTS

LIEUX.

p r e n d r e ni repos ni n o u r r i t u r e . Le j o u r s u i v a n t , pressés p a r la faim et la fatigue, ils suivirent le c o n seil d'un p r ê t r e , q u i l e u r dit q u e Dieu n ' a v a i t j a m a i s a b a n d o n n é c e u x q u i se dévouaient à lui. Ils envoyèr e n t a u x A r a b e s u n i n t e r p r è t e c h a r g é de d e m a n d e r à capituler. Le chef de ces b a n d e s vint avec l'interp r è t e , a c c o m p a g n é de dix-sept des s i e n s , les plus distingués de sa t r o u p e . Il laissa son fils à la porte a v e c des g a r d e s , afin d ' e m p ê c h e r tout a u t r e d ' e n t r e r . » Il m o n t a , suivi de quelques-uns de ses c o m p a g n o n s , dans la c h a m b r e où étaient l'évêque de Mayence et l'évêque de B a m b e r g . Ce dernier d e m a n d a le libre p a s s a g e , offrant de livrer p o u r cela tout ce q u ' i l avait. Mais l'Arabe, exaspéré d ' u n e résistance qui l'avait arrêté trois j o u r s , répliqua q u e c'était à lui de prescrire des conditions et n o n a u x c h r é t i e n s , et qu'il voulait m a n g e r leur chair et boire l e u r sang. » Tout en p r o n o n ç a n t ces m e n a c e s , il déroulait la b a n d e d'étoffe qui formait son t u r b a n ; il la j e t a a u tour du cou du prélat p o u r l'étrangler. Celui-ci, tout calme et de sang-froid qu'il était, allongea un si solide c o u p de poing d a n s le visage de l'Arabe qu'il l'abattit à ses pieds. Les autres p è l e r i n s , témoins de cette scène, s ' e m p a r è r e n t de ses c o m p a g n o n s et leur lièrent les mains derrière le dos. » A leurs cris effroyables, les chrétiens, qui étaient toujours à l ' e n c e i n t e , s'encouragèrent et a t t a q u è r e n t les postes a r a b e s qui les b l o q u a i e n t , t u è r e n t les uns et m i r e n t en d é r o u t e les autres. Alors c e u x de l ' é tage supérieur d e s c e n d i r e n t , m e n a n t d e v a n t e u x les chefs liés, les e x p o s a n t a u x lieux où les traits t o m -

PÈLERINAGES

AUX

SAINTS LIEUX.

15

baient plus n o m b r e u x , t e n a n t sur leurs têtes le glaive s u s p e n d u et m e n a ç a n t de tuer leurs captifs, si le combat n e cessait sur-le-champ. » A u x supplications d e ces prisonniers, le fils du chef e n n e m i o r d o n n a à sa troupe furieuse de m e t t r e b a s les a r m e s . Presque en ce moment arriva u n m e s sager envoyé p a r c e u x des pèlerins qui étaient p a r v e n u s à g a g n e r Ramla, après avoir été complètem e n t dépouillés. Il annonçait que le g o u v e r n e u r de Ramla, m o y e n n a n t u n e somme convenue, venait a u secours des chrétiens avec de grandes troupes. A cette n o u v e l l e , les Arabes prirent la fuite. » Le secours arriva en effet : les chrétiens livrèr e n t au g o u v e r n e u r leurs captifs et la somme stipul é e ; et ils e n t r è r e n t sans a u t r e m a l h e u r à Ramla. Une escorte leur fut donnée ensuite p o u r les mettre désormais à l'abri des a t t a q u e s ; ils a r r i v è r e n t à J é rusalem. » Mais le n o m b r e des pèlerins était réduit déjà de plus de moitié ; et c e u x qui vivaient encore, dépouillés de t o u t , n e p u r e n t e n t r e r dans Jérusalem, le b u t de tous l e u r s soupirs, q u e s'ils avaient à la main u n e pièce d'or, qu'il fallait payer à la p o r t e ; c e u x qui ne p u r e n t se la p r o c u r e r ne surent q u ' e r r e r misérab l e m e n t a u t o u r des r e m p a r t s de la ville s a i n t e , où reposait le t o m b e a u de leur Sauveur. E n 1 0 7 5 , le g r a n d pape Grégoire YII pressait déjà très-vivement les princes chrétiens à la g u e r r e sainte p r é v u e p a r C h a r l e m a g n e , implorée par Sylvestre IL Il imposait, cette m ê m e a n n é e , le pèlerinage de J é rusalem à l'abominable Censius, qui avait odieuse-

16

PÈLERINAGES AUX SAINTS LIEUX.

m e n t a t t e n t é à sa liberté et à sa vie. Cinquante mille chrétiens se l e v è r e n t ; mais m a n q u a n t de chefs, car les princes chrétiens étaient s o u r d s , ces a p p r ê t s échouèrent. E n 1 0 8 5 , R o b e r t le Frison, a y a n t associé au g o u v e r n e m e n t d e ses États de Flandre son fils aîné, Rob e r t I I , partit pour le saint v o y a g e , à peu près en m ê m e temps que Bérenger I I , comte de Barcelone, F r é d é r i c , comte de V e r d u n , et C o n r a d , comte d e L u x e m b o u r g , à qui le saint pèlerinage était prescrit en expiation , comme il l'avait été à R o b e r t d e Normandie , à Foulques d'Anjou, à F r o t m o n d et à d ' a u tres personnages coupables de m e u r t r e s ou de félonies. A la suite de longues vicissitudes, Robert le Frison et ses compagnons p u r e n t , à force d ' a r g e n t , a d o r e r leur Dieu sur le Calvaire. Us ne revinrent q u ' e n 1 0 9 1 , et R o b e r t ne s'occupa plus q u e de son salut (1). Mais u n de ceux qui l'avaient suivi, un h o m m e que n o u s retrouverons b i e n t ô t , resta dans la v i l l e ; il ne devait en sortir q u e p o u r soulever l ' E u r o p e chrétienne contre le Croissant. C'était Pierre l'Ermite.
(1) Mais il enverra bientôt son fils à la croisade. Il avait v u en Palestine des royaumes à conquérir. Comme il n'était que le second fils du comte de Flandre, Baudouin de Lille, ne pouvant espérer une part d e s fiefs de sa m a i s o n , disait à son père : « Donnez-moi des h o m m e s et des v a i s s e a u x , j'irai b i e n v i t e conquérir u n royaume chez les Sarasins d ' E s pagne. » A son retour, il jugea qu'une conquête était plus facile encore dans la Palestine.

GODEFROID D E BOUILLON.

17

III. — GODEFROID DE BOUILLON.
Maxima debetur puero reverentia.
JUVÉSAL.

Avant d'entrer d a n s les récits de la guerre sainte, il est utile que nous connaissions Godefroid d e Bouill o n , qui en fat le plus éclatant personnage. Eustache I I , comte de B o u l o g n e , qui sortait du sang de Charlemagne p a r Charles le C h a u v e , avait épousé en 1 0 5 7 la pieuse et sainte Ida. Elle descendait de la m ê m e tige par u n autre fils de Louis le Débonnaire. Elle était fille de Godefroid le G r a n d , duc de Lotharingie ; elle était nièce du pape Etienne IX, et alliée à tout ce qu'il y avait de noble et d'illustre à cette é p o q u e . Eustache II partageant la piété de la b o n n e I d a , que l'Église a mise a u r a n g des saintes, sa maison devint le modèle des cours. La bienfaisance et l'aumône étaient son l u x e . Les actions g é n é r e u s e s , les exercices religieux, l'accomplissement de tous les devoirs étaient ses plaisirs. Les sujets du comte Eustache le bénissaient; Dieu le bénit aussi. Il lui donna pour enfants quatre de ces nobles cœurs qui sont la joie et l'honnête orgueil d'un b o n père : trois fils et une fille. Ses trois fils ont été célèbres, et tous trois ont combattu avec gloire sous la bannière de la Croix. L ' a î n é , appelé E u s t a c h e , c o m m e son p è r e , devait hériter de ses d o m a i n e s ; Godefroid, le s e c o n d , portera u n a u t r e sceptre ; B a u d o u i n , le troisième, lui succédera. P r a x è d e , leur s œ u r , devait épouser l'em2

18

GODEFROID DE BOUILLON.

p e r e u r Henri IV, et ce sera p o u r sa piété u n e d u r e épreuve. Ida avait allaité elle-même ses trois fils et sa fille. Un c h r o n i q u e u r r a c o n t e q u ' u n j o u r qu'elle tenait ses trois fils blottis sous son m a n t e a u , leur père lui d e m a n d a ce qu'elle cachait ainsi. Elle répondit en souriant : — T r o i s grands p r i n c e s , dont l'un sera u n noble c o m t e , le second d u c et r o i , le troisième comte et roi. C'était une p r o p h é t i e . Une autre tradition nous dit q u e la pieuse I d a , enceinte de Godefroid, crut voir en songe le fils qu'elle portait assis dans le soleil et resplendissant de gloire (1). D'autres g r a n d s présages a n n o n c è r e n t u n héros en cet enfant. Il était n é en 1 0 6 0 , selon les u n s à Boulogne-surMer, domaine d'Eustache I I , selon d ' a u t r e s à Baizy, château situé à q u a t r e lieues de Bruxelles. On dit encore q u ' e n e n t r a n t dans la vie il avait au b r a s droit u n e m a r q u e qui représentait u n e épée s u r m o n t é e d ' u n e croix. On le n o m m a Godefroid, du n o m de ses d e u x oncles : Godefroid de B o u l o g n e , évêque d e P a r i s , frère de son p è r e , et Godefroid V, d u c de Lot h a r i n g i e , frère de sa m è r e . On r a p p o r t e enfin q u e , frappée d e plusieurs songes qui lui avaient a n n o n c é la g r a n d e u r future de cet enfant, la bonne comtesse priait Dieu à toute h e u r e sur cette j e u n e â m e remise à ses soins. Tant q u e d u r a la p r e m i è r e enfance de Godefroid, sa m è r e n e s'occupa que d e lui inspirer profondé(1) Guillaume de Waha-Melreux, de la Compagnie de Jésus, Herculis christiani Godefredi Bidlionii, lib. I I . Làbores

GODEFROID D E BOUILLON.

19

m e n t les sentiments r e l i g i e u x , qui s o n t , dans tous les états de la société, la base sur laquelle r e p o s e n t les seules v e r t u s solides. Lorsqu'il eut atteint l'âge d e douze a n s , son p è r e , p o u r son éducation s é r i e u s e , choisit, parmi tous les personnages qui l ' e n t o u r a i e n t , non le plus élevé p a r sa naissance, ni le plus brillant par ses h e u r e u x e x ploits, mais celui q u i , p a r ses vertus et son c o u r a g e , pouvait le m i e u x guider l'adolescence du j e u n e prince et lui d o n n e r l'éducation m â l e , pieuse, c h e valeresque et digne du h a u t r a n g qu'il était appelé à occuper. A u x qualités q u e n o u s venons de d i r e , cet homme unissait encore u n e instruction r a r e en ce siècle. C'était P i e r r e , qui d e v a i t plus tard remplir l'univers d e son nom en se faisant le héraut de la croisade. Ce m a î t r e , à la fois bienveillant et g r a v e , sut si bien g a g n e r le c œ u r de son é l è v e , que Godefroid se plaisait plus à recevoir ses instructions qu'à p r e n d r e part a u x frivoles plaisirs des j e u n e s gens de son â g e . L'éducation q u e l'on donnait e n ce temps-là ressemblait sous quelques rapports à celle que subissaient, dans l'ère a n c i e n n e , les j e u n e s Spartiates. La force physique étant alors dans u n chef une nécessité, les exercices du corps passaient généralement a v a n t les travaux de l'esprit; et on était moins étonné de voir un chevalier n e sachant ni lire ni é c r i r e , q u e m a l a droit à se b a t t r e et mal formé a u x fatigues. Cependant Pierre savait faire m a r c h e r de front l'intelligence exercée avec la souplesse d u corps. Godefroid ne faisait q u ' e n t r e r dans sa quatorzième
2 .

20

GODEFROID DE BOUILLON.

année lorsqu'une g u e r r e se déclara e n t r e son oncle Godefroid V, d u c d e Lotharingie, et Robert le Frison, qui envahissait la Hollande. Le père et l'oncle du j e u n e h o m m e le comblèrent de joie en p e r m e t t a n t qu'il fit, d a n s cette expédition, ses premières a r m e s . Ils r a s s u r è r e n t la tendresse de sa m è r e en lui p r o m e t t a n t les m ê m e s soins et la m ê m e surveillance que s'il était encore sous ses y e u x . De p l u s , P i e r r e , son maître c h é r i , l'accompagnait. Dès que Godefroid fut arrivé a u c a m p , il fut armé chevalier. Cette imposante cérémonie ( 1 ) , qui était plus religieuse encore que militaire, en lui imprim a n t l'obligation de n o u v e a u x devoirs, n e fit q u ' a u g m e n t e r sa généreuse bonté envers ses inférieurs et sa simplicité d a n s tous les actes de sa v i e . Sa mère craignait que les m œ u r s qui ont toujours régné dans les camps ne séduisissent le j e u n e prince. Mais son àme forte et pieuse était a r m é e contre tout d é s o r d r e . Loin de s'amollir d e v a n t les m a u v a i s e x e m p l e s , il n ' y vit que le besoin de r e n d r e plus inébranlables encore les principes dans lesquels sa digne m è r e l'avait élevé. Rapportant les succès qu'il o b t e nait à Celui qui tient tout dans sa m a i n , on le voyait chaque j o u r , prosterné devant Dieu, le remercier des bienfaits et des grâces qu'il r é p a n d a i t sur l u i ; et son e x e m p l e , à un âge si t e n d r e , r a m e n a dans la voie plus d'un chevalier qui s'égarait. La carrière qu'il devait parcourir avec t a n t d ' h o n (1) Voyez dans l e s Légendes des vertus théologales et cardinales, cérémonie qui fait un chevalier (légende intitulée Le lit de justice Guillaume le Bon). la de

GODEFROID DE BOUILLON.

21

n e u r s'éclaira p o u r lui p a r u n e victoire. Sa valeur m û r e et son sang-froid intrépide avaient contribué à la bataille qui se livra près de L e y d e , et qui vit la défaite de Robert le Frison. Le duc Godefroid, ce duc q u e Yoigt représente comme le m o d é r a t e u r des PaysBas au onzième siècle, ravi de son noble neveu et n'ayant point d'enfants, le désigna p o u r l'héritier de tout ce dont il pouvait disposer, c'est-à-dire des fiefs féminins, car les autres domaines rentraient sous la main de l ' e m p e r e u r . Ce bon d u c , ayant été assassiné à Anvers p a r u n scélérat qui échappa à toutes les r e c h e r c h e s , Godefroid, âgé alors de seize a n s , fut mis en possession du duché de Bouillon et de tous les biens que son oncle lui avait légués. L ' e m p e r e u r Henri IV, pour récompenser en lui les services qui lui avaient été rendus par sa famille, l'investit en m ê m e temps d u m a r quisat d'Anvers, et s'allia à lui, d e p l u s près encore, en épousant sa s œ u r P r a x è d e , c o m m e déjà nous l'avons dit. La comtesse Mathilde, cette femme h é r o ï q u e , a p , pelée d a n s l'histoire la g r a n d e I t a l i e n n e , était la veuve d u d u c Godefroid V. Elle conçut alors contre son neveu u n e prévention qui s'explique p a r l'attachement que le j e u n e chevalier vouait à l'empereur, dont il n e soupçonnait p a s les c r i m e s , et d o n t la pieuse Mathilde, si fidèlement dévouée au saintsiége, était j u s t e m e n t l'ennemie. Le comte Albert de Namur fut, d i t - o n , encouragé p a r elle à revendiquer les domaines légués à Godefroid. A la tête de ses t r o u p e s , Albert m a r c h a sur le c h â t e a u de Bouillon;

22

GODEFROID

DE

BOUILLON.

cette forteresse, p r e s q u e i m p r e n a b l e , eût servi d e clef à ses É t a t s . Il n e se dissimulait pas les difficultés de l'entreprise. Mais il comptait sur la jeunesse et le peu d ' e x p é r i e n c e de Godefroid. Voyant p o u r t a n t q u e le j e u n e prince s'était renfermé en h â t e dans le c h â t e a u , avec u n e petite escorte, il le fit sommer de le lui l i v r e r , sous peine d e voir tout m e t t r e à feu et à s a n g . Sur le refus net de Godefroid, il se disposa à tenter l'assaut. Mais tout à coup il fut averti q u e des troupes a r r i v a i e n t , amenées p a r P i e r r e , le vaillant et p r é v o y a n t g o u v e r n e u r de Godefroid. Il comprit le d a n g e r de sa position et leva le siège. Peu d'instants a p r è s , la garnison sortit pour s'unir à la petite a r m é e qui s'approchait en h â t e , et les d e u x troupes firent la chasse au comte Albert. Ce d e r n i e r dut r e n d r e grâces à la modération d u prince q u i , après l'avoir b a t t u , s'arrêta sans e n t r e r d a n s ses domaines et lui accorda la p a i x . Nous d e v o n s passer d'autres petits faits d ' a r m e s . L ' e m p e r e u r Henri IV cependant gouvernait si mal et avec tant de tyrannie, qu'il était obligé de soutenir des g u e r r e s continuelles contre ses v a s s a u x . A la fin ses odieuses atteintes a u x droits les plus sacrés de l'Église le firent e x c o m m u n i e r . Ses n o m b r e u x e n n e mis élurent alors p o u r leur e m p e r e u r R o d o l p h e , comte de Rheinsfeld, d u c d e Souabe et beau-frère d e Henri IV, d o n t il avait épousé la s œ u r . C'était en l'an 1 0 7 7 ; et u n e g u e r r e civile s'ouvrit d a n s l ' e m p i r e d'Allemagne p o u r le désoler p e n d a n t trois long u e s a n n é e s , avec des succès et des revers des d e u x p a r t s . Le t y r a n déchu avait appelé a u t o u r de lui tous

GODEFROID DE BOUILLON.

23

ceux q u i lui étaient dévoués. Le j e u n e Godefroid se crut obligé, par son serment e n v e r s son suzerain, q u i était aussi son beau-frère. Il ignorait, dit-on, q u e l'excommunication le dégageait; car avant de p a r t i r , il fit acte de piété en m e t t a n t l'église de Bouillon sous la juridiction de l'abbaye de Saint-Hubert ( 1 ) ; après quoi il rassembla tout ce qu'il put réunir de troupes d a n s ses É t a t s , et se mit e n m a r c h e , n e songeant pas qu'il allait soutenir la bannière d ' u n e n nemi de Dieu et d e l'Église. Il traversa l'Allemagne bouleversée; il rejoignit Henri IV, qui le reçut avec joie et lui confia l'étendard de l'empire. Après trois années de luttes désastreuses, l ' e x c o m m u n i é , se croyant relevé p a r quelques succès achetés c h e r , rassembla toutes ses forces et m a r c h a contre R o d o l p h e , qui était aussi, lui-même, à la tête de son a r m é e . Le 15 octobre 1 0 8 0 , les d e u x e n n e mis se joignirent dans les plaines de Volksheim, en S a x e . La bataille fut engagée a v e c u n a c h a r n e m e n t égal des d e u x côtés. C e p e n d a n t , les troupes de Rodolphe faisaient plier celles de H e n r i , lorsque Godefroid s'élança contre l'ennemi de son suzerain, et n e voyant toujours en lui q u ' u n rebelle, il lui plongea le fer de sa lance dans le c ô t é , au défaut de la cuirasse. Sans ce c o u p , la victoire était gagnée par les a d versaires de Henri IV. On cite c o m m e preuve la d e r -

(1) L'abbaye de Saint-Hubert était alors déjà très-célèbre par l'affluence des fidèles qui s'y rendaient de toutes parts pour révérer les reliques du premier évêque de Liège et obtenir par son intercession la guérison de la plus effroyable des m a l a d i e s , la r a g e , qui ne s'est jamais guérie que là.

24

GODEFROID D E BOUILLON.

nière parole d e Rodolphe, q u i , se sentant blessé m o r tellement, d e m a n d a à ceux qui l'entouraient : — A qui la victoire ? — A v o u s , seigneur, à v o u s , r é p o n dirent toutes les v o i x . — J ' a c c e p t e donc avec joie le sort q u e Dieu m e fait, répliqua Rodolphe; la m o r t est belle a u milieu d'un t r i o m p h e ; et il rendit l'âme (1). Une a u t r e p r e u v e est dans ce fait q u e Henri n e r e s t a pas m a î t r e du champ de bataille. Les chefs d e ses ennemis se réunirent p o u r d o n n e r à Rodolphe u n successeur; et ils élurent H e r m a n de L u x e m b o u r g , qui rallia sur-le-champ les t r o u p e s . Alors enfin, Henri comprit qu'il fallait chercher à sa source la fin de cette g u e r r e . Il se décida d o n c à se r e n d r e à R o m e , non encore p o u r se s o u m e t t r e , mais p o u r forcer le souverain pontife, qu'il avait odieusement t r a h i , à le reconnaître solennellement et à le c o u r o n n e r . Avant d e suivre H e n r i , disons encore u n m o t d u caractère d e Godefroid. Quoique g é n é r e u x et h u main , il avait nécessairement les préjugés de son é p o q u e , préjugés qui vivent encore dans la n ô t r e . Ainsi le duel n e pouvait être p o u r lui q u ' u n e institution légitime. C'était dans les moeurs. Les différends se vidaient p a r le duel chez les peuples qu'il gouvernait. Les d e u x p l a i d e u r s , q u ' o n appelait alors les d e u x c h a m p i o n s , couverts d ' u n e a r m u r e peinte en r o u g e , armis tecti miniatiS; devaient se b a t t r e d a n s
(1) Ceux q u i ont dit q u e Godefroid avait coupé la main avec laquelle Rodolphe avait juré fidélité à Henri I V n'ont admis ce conte que pour faire de l'effet. Les fidèles de Rodolphe, aussitôt qu'ils l'avaient v u blessé, l'avaient enlevé.

GODEFROID D E BOUILLON.

25

u n c h a m p de vingt pieds carrés. Celui qui terrassait son adversaire était r é p u t é innocent; car, p a r u n e persuasion t é m é r a i r e , l'issue d e ces combats était r e g a r d é e comme u n témoignage de la Divinité en fav e u r de l'innocence; d'où leur est venu le nom de jugements de Dieu. Or, un seigneur eut avec Godefroid u n e discussion v i o l e n t e , relativement à des possessions qu'il prétendait devoir lui être remises, et que le j e u n e prince, fort de son droit, tenait à conserver. Tout a r r a n g e m e n t devint impossible. L ' e m p e r e u r l u i - m ê m e , voulant intervenir dans le différend, ne put rien obtenir, et le duel fut résolu. Godefroid, dès qu'il fut dans la lice en présence de son a d v e r s a i r e , se précipita sur lui et lui donna u n coup d e son épée sur son c a s q u e ; mais le casque résista et l'épée fut brisée, d e sorte q u e le p o m m e a u seul resta d a n s la main d u j e u n e p r i n c e . Un cri général s'éleva : la lutte devenait tell e m e n t inégale q u e l'intérêt q u ' o n portait à Godefroid se manifesta h a u t e m e n t . Plus furieux encore à la vue de ce pressant d a n g e r , le j e u n e prince frappa de n o u v e a u son e n n e m i , qui était resté étourdi p a r la violence du premier c o u p , et il le renversa. Mais à ce m o m e n t , le noble caractère du j e u n e héros r e p r i t le d e s s u s ; il laissa la vie à son adversaire.

26

LE SIÈGE DE ROME.

IV. — LE S I È G E DE

ROME.

Taisez-vous sur cette victoire ; Tâchez d'en étouffer l ' h i s t o i r e , Car un jour v o u s en rougirez.
P. NÉLIS.

L ' e m p e r e u r Henri IV partit donc pour R o m e . Il t r a v e r s a rapidement le T y r o l , la L o m b a r d i e , e t , c r o y a n t intimider le p a p e , il mit le siège d e v a n t la ville éternelle. Le pape , c'était Grégoire VII, se r e tira d a n s le château S a i n t - A n g e , mais n e refusa pas d ' e n t r e r en pourparlers a v e c Henri. Celui-ci, loin de c h e r c h e r ainsi à r é p a r e r ou du moins à pallier ses t o r t s , ne travaillait qu'à se procurer des intelligences d a n s la ville. E n m ê m e t e m p s , il déposait le p a p e de sa seule a u t o r i t é , et faisait n o m m e r l ' a n t i p a p e Guibert. Il est assez c u r i e u x q u e ce soit un p r o t e s t a n t , le s a v a n t professeur Voigt, qui a i t , de nos j o u r s , d é fendu et r e l e v é , d a n s u n e histoire consciencieuse, les g é n é r e u x faits du saint p a p e Grégoire VII. Celui q u e Voltaire et sa l i v r é e , c o m m e disait m a d a m e Geoffrin , appelaient le fougueux Hildebrand est r e c o n n u a u j o u r d ' h u i , chez les ennemis mêmes de la p a p a u t é , pour le sauveur de l ' E u r o p e et de la civilisation a u onzième siècle. Dans cette g u e r r e obstinée que l'empereur Henri IV faisait au grand pontife, on remarquait surtout d e u x g u e r r i e r s , unis p a r l'affection, par le courage et p a r le m é r i t e . Tous d e u x étaient loyaux c h r é t i e n s , h o m -

LE SIÈGE DE ROME.

27

m e s d ' é n e r g i e , h o m m e s de cœur et d e d r o i t u r e ; mais ayant fait le serment féodal à H e n r i , l e u r souverain , ils ne voulaient pas croire a u x forfaits dont il était souillé; et campés devant R o m e , chrétiens abusés qu'ils é t a i e n t , ils n e voyaient pas encore que cette g u e r r e devenait i m p i e . Et p o u r t a n t , d a n s la balance qui eût pesé les d e u x b a n n i è r e s , il y a v a i t , d u côté de H e n r i , la débauc h e , la t y r a n n i e , les p e n c h a n t s b a r b a r e s , la hideuse hypocrisie; d u côté d e Grégoire VII, la s a i n t e t é , le droit, la j u s t i c e , la religion , la g r a n d e u r et le progrès. Tandis que l ' e m p e r e u r vendait les dignités de l'Église, trafiquait des a b b a y e s , usurpait tous les pouvoirs et sacrifiait les r e v e n u s de l'empire à d'indignes orgies, le p a p e n e songeait qu'à r e n d r e l'espèce humaine à sa d i g n i t é , q u ' à reconstituer la société p e r d u e , qu'à r a m e n e r q u e l q u e liberté p a r m i les h o m m e s . C'est cet illustre pontife q u i , le premier, avait prêché avec autorité la guerre sainte pour la délivrance de Jérusalem. Il voyait là le g e r m e de tous les grands s e n t i m e n t s ; elle devait affranchir les chrétiens, esclaves ou m a r t y r s dans l'Orient, éclairer dans l'Occident les m a s s e s , expier les c r i m e s , r a m e n e r à la religion ses s p l e n d e u r s , rapprocher les seigneurs de leurs serfs d a n s la communauté des d a n g e r s , renouveler la face d e l ' E u r o p e . Constantinople menacée réclamait depuis longtemps les secours de l'Occident, et p r o m e t t a i t , si on la sauvait des T u r c s , d e sortir d u schisme p o u r r e n t r e r d a n s l'Église r o m a i n e . Cinquante mille guerriers avaient r é p o n d u , comme nous l'avons d i t , à l'ardent appel de Gré-

28

LE SIÈGE D E ROME.

goire. Déjà Jérusalem tressaillait d'allégresse. Mais au lieu d'aller glorieusement délivrer le tombeau de Jésus-Christ, Henri IV avait m i e u x aimé poursuivre ses tyrannies dans l'Occident; et les périls de l'Église r o m a i n e , clouant Grégoire sur son siège, l'avaient e m p ê c h é de recueillir les fruits qu'il avait semés. Le siège de Rome d u r a d e u x a n n é e s . Les troupes d e l ' e m p e r e u r étaient campées d a n s les prairies de N é r o n , devant le fort S a i n t - P i e r r e ; et elles étaient exposées sans cesse à des sorties, à des a t t a q u e s , à des r e v e r s , à des défaites, à des souffrances variées. Les d e u x guerriers d o n t nous avons parlé et q u i , a v e c u n e multitude d ' h o m m e s vaillants, rassemblés sous l'étendard de l ' e m p e r e u r , se p r é p a r a i e n t à l'assaut de R o m e , n e soupçonnaient pas non plus qu'ils seraient bientôt eux-mêmes les exécuteurs d u v œ u s u p r ê m e de ce pontife d o n t ils servaient alors les enn e m i s . Le premier était j e u n e ; il avait vingt-quatre a n s ; noble et b e a u , vaillant et fort, il avait déjà illustré son n o m . C'était Godefroid de Bouillon; l'aut r e , son ami fidèle, âgé d'environ q u a r a n t e a n s , était P i e r r e , son maître. Petit et dépourvu des agrém e n t s extérieurs, il était doué d'une âme a r d e n t e et d ' u n c œ u r formé pour les grandes choses. Le 21 m a r s 1 0 8 4 , a p r è s de longs efforts, u n e large b r è c h e ayant été faite a u x murailles de R o m e , l'ass a u t fut o r d o n n é . Godefroid de Bouillon fut le p r e m i e r , disent les vieilles chroniques, qui mit le pied d a n s Rome par la b r è c h e . Il alla aussitôt o u v r i r à l ' a r m é e de l ' e m p e r e u r la porte de Latran ( 1 ) .
(1) Chroniques du mont Cassin, U T . I I I , ch. L U I . E u e s démentent

LE SIÈGE DE ROME.

29

Mais au milieu de cette triste victoire, qui sans doute n'était pas p o u r lui sans quelque t r o u b l e , il se sentit frappé subitement d ' u n e maladie g r a v e ; et alors, plus éclairé et pressé par une conscience inq u i è t e , il fit le v œ u d'aller, s'il guérissait, e x p i e r a Jérusalem, d e v a n t le t o m b e a u du Christ, les plaies qu'il venait de faire à son Église. P i e r r e , atteint du m ê m e mal et souffrant à côté de l u i , se lia p a r le m ê m e s e r m e n t , sans prévoir plus que Godefroid les desseins de Dieu. Ils avaient fait prisonnier le savant et p i e u x Eudes ou O d o , évêque d'Ostie et cardinal de la sainte Église r o m a i n e , n é au diocèse de Reims, de l'illustre maison de Châtillon-sur-Marne. C'est lui q u i , bientôt élevé au saint-siége sous le nom d'Urbain II, travaillera avec e u x a u g r a n d œ u v r e de la croisade. Au moment d e cette i n v a s i o n , Grégoire VII s'était retiré à Salerne. Il y m o u r u t l'année suivante. L ' e m p e r e u r , maître de R o m e , voulant r é c o m p e n ser les services q u e Godefroid lui avait r e n d u s , l'investit du d u c h é d e Lotharingie. Mais p e u après il répudia P r a x è d e ; et cet outrage fut le p r e m i e r châtiment que subit Godefroid. Il se retira d a n s son duché de Bouillon, y entretint les dispositions belliqueuses de ses sujets, sans prendre p a r t désormais a u x guerres q u e l ' e m p e r e u r continua de soutenir, et se p r é p a r a , , en d o n n a n t à son pays de bonnes et
ainsi ce que disent les historiens postérieurs, que, sans attendre ce dernier a s s a u t , les partisans que Henri avait à Rome ( e t il n'en avait guère) lui ouvrirent la porte de Latran, le 21 mars 1 0 S 4 , et qu'il entra pompeusement dans la ville sainte , accompagné de l'antipape Guibert.

30

LE HÉRAUT D E LA CROISADE.

sages l o i s , à l'exécution d e son v œ u , qui devait l'en tenir éloigné assez longtemps. Pierre l'avait quitté a u x premiers symptômes de leur convalescence, e t , réfugié d a n s u n e r m i t a g e , il y commençait son e x piation , lorsqu'il apprit l'année suivante le d é p a r t des pèlerins qui p a r t a i e n t p o u r Jérusalem, sous la conduite de Robert le Frison. Il se joignit à e u x , c o m m e n o u s l'avons d i t , en l'année 1 0 8 5 , mais il n e r e v i n t pas avec e u x , et sa vie solitaire à Jérusalem lui maintint le nom de Pierre l'Ermite.

V. — LE HÉRAUT DE LA CROISADE.
Il é t a i t , aux y e u x des h o m m e s , d e peu d'apparence ; m a i s Dieu le rendit suffisant. Gesta Dei per Francos.

Plus h e u r e u x q u e Godefroid, retenu en E u r o p e avec ses e m b a r r a s et ses inquiétudes-, Pierre avait d o n c pris e n 1 0 8 5 le bâton de p è l e r i n , e t , remplissant son v œ u , il était parti p o u r la terre sainte. Ses compagnons ne le connaissaient q u e sous le n o m de Pierre l ' E r m i t e , qui lui est resté. Il d é b a r q u a dans la Palestine, où les enfants d u Koran profanaient tous les lieux sanctifiés p a r les mystères de la vie et d e la m o r t de Jésus-Christ. Il vit le Croissant r e m p l a ç a n t la Croix et d o m i n a n t les tours désolées de la ville sainte. Mais il n e se contenta pas de s'être h u milié avec les autres pèlerins devant le t o m b e a u de son D i e u ; malgré le p e u de cas qu'il faisait d e luim ê m e , il crut se sentir appelé.à une h a u t e mission. P e n d a n t q u e c e u x des pèlerins qui avaient p u a d o r e r

LE HÉRAUT D E LA CROISADE.

31

a u x saints lieux regagnaient consolés leur p a t r i e , il d e m e u r a dix ans d a n s la terre sainte, subissant avec joie les ignominies, les injures et l§s mauvais traitem e n t s . Il visita tous les lieux consacrés par les merveilles divines; il p u t m e s u r e r les douleurs des fidèles et les profanations des barbares. Il conçut enfin le ferme projet de parcourir l'Europe, en appelant tous les chrétiens a u x a r m e s . Il exposa son dessein a u vénérable S i m é o n , patriarche de J é r u s a l e m , qui tout d'un coup vit en lui l'instrument destiné p a r Dieu m ê m e à la délivrance. Il l'embrassa en pleur a n t , le bénit avec effusion, et le c h a r g e a , comme messager de D i e u , d'aller appeler à la guerre sainte les enfants de l ' E u r o p e . Avant de quitter Jérusalem pour prêcher la guerre de la Croix, Pierre passa toute u n e nuit en prières dans l'église du Saint-Sépulcre. Là u n e heureuse vision l'encouragea à poursuivre sa résolution généreuse. Notre-Seigneur l u i - m ê m e lui a p p a r u t et lui dit : Levez-vous, partez p r o m p t e m e n t et faites sans p e u r ce qui vous est i n s p i r é , car j e serai avec vous ( 1 ) . Le lendemain m a t i n , il d e m a n d a la bénédiction du p a t r i a r c h e , qui lui d o n n a des lettres pour le s o u v e rain pontife; et il s ' e m b a r q u a s u r - l e - c h a m p . On lit dans son é p i t a p h e , q u e Molanus a c o n s e r v é e , qu'il était prêtre en m ê m e temps qu'ermite (2) ; et on p r é Ci) S u r g e , propera, et quae tibi sunt injiincta intrepidus perage ; ego e a i m t e c u m ero. MOLANUS , Vie du B. Pierre (2) VeneraUUs sacerdos et eremita. l'Ermite.

M o l a n u s , que nous venons de

citer, établit aussi que Pierre l'Ermite et Godefroid de Bouillon étaient tous deux nés en F r a n c e , mais qu'ils habitaient la Belgique. Sa notice

32

LE HÉRAUT D E LA CROISADE.

sume qu'il avait reçu les o r d r e s sacrés à Jérusalem. Il d é b a r q u a en I t a l i e , plein d ' a r d e u r et de foi, a u p r i n t e m p s d e l'année ' 1 0 9 5 , et se dirigea vers Rome, où il alla se jeter aussitôt a u x g e n o u x du p a p e . C'était son ancien prisonnier, l'évêque d'Ostie, m a i n t e n a n t Urbain II. Dès q u e le pape eut e n t e n d u le h é r a u t de la croisade , il confirma les paroles de Siméon, e t , r é p é t a n t comme par inspiration celles de Notre-Seigneur, il le chargea à l'instant d'aller prêcher la g u e r r e sainte. Le messager de D i e u , animé du zèle et de la flamme des p r o p h è t e s , traverse l'Italie, franchit les A l p e s , parcourt l ' A l l e m a g n e , les Pays-Bas et la F r a n c e : il cheminait sans faste, monté sur u n â n e , vêtu de sa r o b e d ' e r m i t e , r u d e et grossière, le corps ceint d ' u n e c o r d e , la tête d é c o u v e r t e , les pieds n u s , n e se c o m p t a n t pour r i e n , mais ne d o u t a n t pas de Celui d o n t il appuyait sa p a r o l e . Dans les cités, dans les l i a m e a u x , sur les places publiques et à la porte des églises, dans les nobles manoirs et sous les toits de c h a u m e , il annonçait a u x chrétiens q u e le m o m e n t était v e n u de délivrer le tombeau d e JésusChrist. Sa parole remuait les c œ u r s . Il racontait, avec u n e poitrine bouleversée de sanglots, les douleurs de la terre s a i n t e , et peignait sous des couleurs énergiques le deuil d e Jérusalem. Les guerriers qui l'entend a i e n t c r o y a i e n t , gémissaient et pleuraient a v e c lui,
est empruntée de Guillaume de T y r , l'historien contemporain d e s croisades. Uterque origine Francus, sed hàbitatione Belga.

LE HÉRAUT D E LA CROISADE.

33

l'interrompaient a u milieu de ses récits d é c h i r a n t s , secouaient leurs a r m e s et m u r m u r a i e n t de frémissantes paroles qui étaient déjà le serment d e combattre. Partout on r e g a r d a Pierre comme l'envoyé du Ciel. On touchait avec respect son vêtement flétri. On s'estimait heureux, de posséder quelques poils de sa p a u v r e m o n t u r e . Une fermentation inouïe gagnait toutes les têtes. Tout ce q u i portait u n c œ u r vaillant avec une â m e chrétienne d e m a n d a i t à m a r c h e r sous la b a n n i è r e de la Croix et à m o u r i r ou vaincre pour la cause de Jésus-Christ. Le p a p e Urbain I I , é m u d e cet élan universel, convoqua sur-le-champ un concile p o u r y décider la guerre de J é r u s a l e m . II se réunit à Plaisance. Quatre mille ecclésiastiques et trente mille laïques s'y rend i r e n t , et l'assemblée se forma dans une plaine. Mais l'Italie, troublée comme l'Allemagne par Henri IV, était froide et insensible. Ce concile ne put rien p r o d u i r e . Urbain en convoqua donc u n autre dans des régions plus zélées, sur le sol des Francs. Le rendez-vous fut d o n n é à Clermont, en A u v e r g n e . L'affluence y fut plus g r a n d e qu'à P l a i s a n c e ; e t , quoique au mois de n o v e m b r e , toutes les plaines qui environnent Clermont devinrent u n camp immense où se pressaient cent mille guerriers.

3

34

CONCILE D E LA CROISADE.

VI. — CONCILE DE LA CROISADE.
Voici la guerre qui va expier t o u s l e s crimes. Discours d'Urbain II.

Le concile p r é l u d a p a r des m e s u r e s de police g é n é r a l e ; la paico de Dieu, qui interdisait les g u e r r e s p a r t i c u l i è r e s , fut proclamée c o m m e loi pour tous. Des a n a t h è m e s furent lancés contre tout h o m m e qui oserait la violer. On déclara s a c r é s , et spécialement sous la tutelle d e Dieu , les orphelins et les v e u v e s , les m a r c h a n d s et les l a b o u r e u r s . Toutes les églises, toutes les c h a p e l l e s , toutes les croix placées a u x carr e f o u r s , furent décrétées solennellement asiles contre la violence (1). La dixième séance du concile, a t t e n d u e d e t o u s , se tint sur la g r a n d e place de C l e r m o n t , a u milieu d ' u n e foule i n n o m b r a b l e . Le p a p e , e n t o u r é d e ses
(!) Sur la paix de D i e u et la trêve du Seigneur : « D'horribles désordres régnaient en ce t e m p s - l à . Il y avait si peu d e respect pour ,les l o i s , que chaque particulier prétendait qu'il lui était permis de se faire justice à l u i - m ê m e par l e s armes. Pour apporter quelque remède à ces e x c è s , les évoques et les barons avaient fait en certains lieux des règlements qui mettaient absolument à couvert des violences les é g l i s e s , les c l e r c s , les r e l i g i e u x , l e s f e m m e s , les laboureurs et les moulins. C'est ce qu'on appelait la paix de Dieu. E n s u i t e , il était défendu d'agir par l e s v o i e s de la violence contre les personnes et les choses non protégées par cette p a i x , depuis le mercredi au soir jusqu'au lundi matin. Ce respect rendu aux jours consacrés par les derniers mystères d e la vie de Jésus-Christ s'appelait la trêve du Seigneur. Le concile de Clermont confirma et sanctionna ces dispositions. Il déclara e x c o m m u n i é s les violateurs de la paix de Dieu ou de la trêve du Seigueur. U s devaient en conséquence être bannis ou punis de mort, selon l a , m e s u r e de leurs méfaits. Les trois conciles qui suivirent celui de Clermont donnèrent l e u r sanction à ces m e s u r e s . » (MAIMBOCRG.)

CONCILE D E LA CROISADE.

35

c a r d i n a u x , s'avança sur l'estrade. Dès qu'on vit à sa droite l'ermite P i e r r e , sous sou p a u v r e v ê t e m e n t , le silence le plus profond domina les masses compactes. Le souverain pontife parla le premier. Son discours nous a été conservé parmi les actes d u concile. C'est le style du t e m p s , hérissé de citations, d ' e x pressions figurées, de locutions de l'époque. Nous en citerons p o u r t a n t quelques b e a u x passages. « Les fils de l'Egypte esclave occupent par la violence le b e r c e a u d e n o i r e salut e t la patrie d e notre Dieu, dit g r a v e m e n t le chef d e l'Église. Ce tombeau, où la m o r t n ' a p u g a r d e r sa victime, est souillé par ceux qui n e doivent ressusciter un jour que pour servir d'aliment au feu éternel. Ainsi, le peuple que le Christ a béni gémit et succombe. Et si les gardiens du Calvaire, si les chrétiens de J é r u s a l e m , concitoyens de l ' H o m m e - D i e u , restent encore a u milieu de tant de m i s è r e s , c'est qu'ils craignent d e laisser sans p r ê t r e s et sans autels u n e terre couverte d u sang de Jésus-Christ. w Malheur sur n o u s , g u e r r i e r s ! p o u r s u i v i t - i l , si nous d e m e u r o n s calmes q u a n d la ville du Seigneur va périr. Que la g u e r r e sainte s'allume donc ! Que ce soit désormais la charité et l'amour de nos frères qui nous entraînent .aux c o m b a t s ! Que cet a m o u r soit plus fort que la m o r t m ê m e , contre les ennemis de Jésus-Christ! Souvenez-vous des victoires de CharlesMartel et de Charlemagne. Yos pères ont sauvé l'Occident du j o u g des Sarasins. Des exploits plus g r a n d s encore vous appellent a u j o u r d ' h u i . Vous qui aimez à c o m b a t t r e , r é j o u i s s e z - v o u s ; voici une g u e r r e que
3.

36

CONCILE D E LA CROISADE.

Dieu m ê m e o r d o n n e . Voici le m o m e n t de m o n t r e r si vous êtes vaillants et c o u r a g e u x . Vous qui vendiez votre b r a s p o u r u n vil salaire, allez m a i n t e n a n t , a r més du glaive dès M a c h a b é e s , défendre la maison d'Israël. Ce n e sont plus les injures des h o m m e s , c'est l'injure d e Dieu lui-même que vous allez v e n g e r . Voici la g u e r r e qui v a e x p i e r tous les crimes et ouvrir a u x braves les portes du ciel. Si vous t r i o m p h e z , les r o y a u m e s de l'Asie seront votre p a r t a g e ; si vous s u c c o m b e z , vous mourrez dans les lieux a u gustes où Jésus-Christ est m o r t , et Dieu n'oubliera p a s c e u x qu'il a u r a vus sous sa b a n n i è r e . » Un frémissement universel agitait l'assemblée. Pierre l'Ermite parla à son tour, d ' u n e voix a r d e n t e et a t t e n d r i e . Il retraça de n o u v e a u la vive p e i n t u r e des outrages faits p a r une race infidèle a u tombeau de Jésus-Christ, les angoisses des c h r é t i e n s , les sacrilèges des m u s u l m a n s . Il r e p r é s e n t a les autels d u Christ e n v a h i s p a r les b a r b a r e s et les vases sacrés profanés d u r a n t les saints offices , les prêtres foulés a u x pieds et b a t t u s d e verges au milieu d e leurs fonctions les plus a u g u s t e s , les fidèles meurtris et abreuvés de sanglantes a v a n i e s , a u x jours surtout où e x p i r a le S a u v e u r , où il d e m e u r a dans le c e r c u e i l , où il se releva d ' e n t r e les m o r t s . . . . Lorsque a u x récits d e ces h o r r e u r s , qui n ' é t a i e n t q u e l'expression n u e de la v é r i t é , Pierre vit l'assemblée tout en p l e u r s , il s'écria : — Eh b i e n , vous tous qui m ' é c o u t e z , q u e répondrez-vous à D i e u , le j o u r du j u g e m e n t , lorsqu'il vous d e m a n d e r a ce que v o u s avez fait d e vos armes ?

CONCILE DE LA CROISADE.

37

Une sourde clameur mêlée de sanglots roulait comme les a p p r o c h e s d ' u n ouragan sur toutes les têtes de la foule i m m e n s e . On ne pouvait distinguer que ces mots : — La guerre 1 la g u e r r e ! — qui éclataient en accents étouffés. Urbain II fit aussitôt u n second discours : « Vous venez d ' e n t e n d r e avec n o u s , mes frères, reprit-il, et nous n e pouvons en parler sans u n e profonde d o u l e u r , p a r combien de calamités, p a r combien de souffrances, p a r combien de cruelles m i sères, nos frères les c h r é t i e n s , m e m b r e s de JésusChrist comme n o u s , à J é r u s a l e m , à Antioche et dans le reste des villes de l'Orient, sont flagellés, sont o p p r i m é s , sont injuriés. Ce sont des frères, sortis du même s e i n , destinés au m ê m e héritage. Ils sont fils comme vous du m ê m e Christ et du m ê m e Dieu. E h bien, dans leurs propres demeures h é r é d i t a i r e s , ils sont faits esclaves p a r des maîtres étrangers. Les uns sont chassés d e leurs maisons et de leurs p a y s , et viennent m e n d i e r chez v o u s . Les a u t r e s , plus malh e u r e u x e n c o r e , sont déchirés de coups et vendus sur leur p r o p r e patrimoine. Ce sang qui se verse est du sang c h r é t i e n , il a été racheté par le sang de Jésus-Christ. Cette chair qui est livrée a u x opprobres et a u x t o u r m e n t s est de la chair c h r é t i e n n e , de la même n a t u r e q u e la chair elle-même de JésusChrist... » Un torrent de voix interrompit le souverain p o n tife. — La g u e r r e ! Dieu le v e u t ! Dieu le v e u t ! — criaient cent mille assistants. — O u i , Dieu le v e u t ! r e p r i t encore Urbain. Dieu

38

CONCILE D E LA CROISADE.

le veut ! Que ce soit donc votre cri de g u e r r e . Dieu le v e u t ! Allez, soldais de Dieu. C'est Dieu qui vous o u v r e la carrière 1 Tous les assistants, d e b o u t , e m p o r t é s , e n t r a î n é s , j u r è r e n t , d a n s un enthousiasme u n a n i m e , d e m a r cher p o u r la délivrance du tombeau d e JésusChrist. Au milieu de ce g r a n d m o u v e m e n t , À d h é m a r , évêque du P u y en Velay, s'avança sur l ' e s t r a d e , et s'approchant du p a p e , le visage r a y o n n a n t , il se mit à g e n o u x , d e m a n d a n t , avec la bénédiction d u SaintP è r e , son congé p o u r aller en t e r r e sainte. N o n seulement Urbain lui accorda cette d e m a n d e , mais il le n o m m a aussitôt vicaire apostolique d e l'expédition. Alors u n des c a r d i n a u x lut à-haute voix u n e formule de confession g é n é r a l e , c o m m e il s'est fait quelquefois p o u r les a r m é e s au m o m e n t d ' u n e bataille. Tout le m o n d e t o m b a à g e n o u x en se frappant la p o i t r i n e , et le souverain pontife , élevant les mains qui d é l i e n t , au n o m du Seigneur J é s u s , donna à tous ceux qui venaient de j u r e r la g u e r r e sainte et qui se repentaient de leurs fautes l'absolution générale. Les g u e r r i e r s , p o u r se reconnaître d é s o r m a i s , s'attachèrent au m ê m e instant- sur l'épaule u n e petite croix de d r a p r o u g e ; ce qui leur fit d o n n e r l e n o m de croisés, et à la guerre qu'ils avaient j u r é e le n o m de croisade. P a r m i les h o m m e s vaillants qui ce jour-là décid è r e n t par acclamation la guerre s a i n t e , on r e m a r quait en majorité immense les enfants de cette vieille

DÉPART DES CROISÉS.

39

Gaule à qui Clovis avait conquis le titre d e tille aînée de l'Église. Ils devaient y briller au premier r a n g . Tous firent bénir par le Saint-Père leurs croix, leurs é p é e s , leurs é t e n d a r d s ; et q u a n d la v o i x d u vicaire de Jésus-Christ eut appelé le regard d e Dieu sur ces a r m e s et sur ceux qui allaient s'en servir pour la défense d e la Croix, les chevaliers r e p r i r e n t à la hâte le chemin d e leur p a y s , et s'en vinrent assembler leurs h o m m e s d ' a r m e s . » Ainsi d o n c , dit Joseph d e Maistre (1) en parlant de Pierre l ' E r m i t e , c'est un simple particulier qui n ' a légué à la postérité q u e son nom de b a p t ê m e , orné du modeste s u r n o m de l ' E r m i t e , q u i , aidé seulement de sa foi et d e son invincible volonté, va soulever l ' E u r o p e , é p o u v a n t e r l'Asie, briser la féodalité, e n noblir les serfs, transporter le flambeau des sciences et changer l ' E u r o p e . »

VII. — DÉPART DES

CROISÉS.

Ce fut lui qui accrut la gloire de son peuple, et son épée était la protection de tout le camp.

Les Machobées.

Ces contrées qui autrefois portaient le n o m de Gaules, et qui sont aujourd'hui la F r a n c e , la Belgique , les P a y s - B a s , les provinces R h é n a n e s , se d i visaient a l o r s , depuis les.invasions n o r m a n d e s , en une m u l t i t u d e de petites principautés. Philippe I était roi cle F r a n c e , mais ne possédait qu'un É t a t peu é t e n d u , de la g r a n d e u r environ de
e r

(1) Vu Pape.

Discours préliminaire.

40

DÉPART DES CROISÉS.

q u a t r e ou cinq de nos départements d ' a u j o u r d ' h u i ; toutes les provinces avaient leurs souverains, ducs ou comtes. Godefroid d e Bouillon était d u c d e Lotharingie. Tous les princes du pays d e s Francs prenaient part à la c r o i s a d e , décidés à y marcher en p e r s o n n e , o u , si des intérêts graves les retenaient d a n s leurs É t a t s , à envoyer sous la bannière de la Croix leurs h o m m e s d ' a r m e s et leurs plus vaillants chevaliers. . Il en était ainsi dans toutes les contrées d o n t les prédications de P i e r r e l'Ermite avaient convoqué les guerriers au concile de Clermont. On n e s'occupait q u e de la croisade. Les plus exaltés p r e n a i e n t les d e vants , partaient en désordre p o u r J é r u s a l e m , armés comme ils p o u v a i e n t , sans chefs et sans g u i d e s . Les m a r c h a n d s , les l a b o u r e u r s , les a r t i s a n s , n e rêvant plus d ' a u t r e avenir, s'élançaient en tumul te vers la P a l e s t i n e , avec u n e croix rouge sur l'épaule. Les femmes mêmes se croisaient. Les b a r o n s et les seig n e u r s , n e s o u p ç o n n a n t pas les d i s t a n c e s , allaient d e v a n t e u x a v e c leurs chiens de c h a s s e , leurs faucons et leurs s e r v i t e u r s , d e m a n d a n t de temps en temps s'ils étaient toujours sur le chemin de Jérusalem , et s'ils n ' y arriveraient p a s bientôt Les brig a n d s et les voleurs de g r a n d s c h e m i n s , qui pullulaient alors, confessaient leurs p é c h é s , et v o u l a i e n t , disaient-ils, les expier en combattant les infidèles. Ce vœu était si g é n é r a l , qu'on ouvrait p a r t o u t les prisons a u x détenus pour dettes et a u x coupables d o n t les délits' pouvaient s'atténuer, dès qu'ils manifestaient le désir de se croiser.

DÉPART DES CROISÉS.

41

Une comète qui p a r u t alors acheva d'échauffer les têtes. On raconta mille prodiges. On disait q u ' o n avait vu l ' o m b r e de Charlemagne exciter les c h r é tiens à m a r c h e r , et ils m a r c h a i e n t ; mais dans ce p r e mier é l a n , « c'était un m é l a n g e bizarre et confus de toutes les conditions et de tous les rangs. Le plus grand n o m b r e allait à p i e d ; quelques cavaliers p a raissaient a u milieu de la multitude ; plusieurs voyageaient m o n t é s sur des chars traînés p a r des bœufs f e r r é s ; d ' a u t r e s descendaient les fleuves d a n s des b a r q u e s . Ils étaient d i v e r s e m e n t v ê t u s , armés de l a n c e s , d ' é p é e s , de j a v e l o t s , de massues de fer. On voyait la vieillesse à côté de l'enfance, l'opulence près de la m i s è r e ; le casque était confondu avec le froc, la m i t r e a v e c l ' é p é e , le seigneur avec les serfs., le maître a v e c les serviteurs. Tous juraient d ' e x t e r miner les S a r a s i n s ; et de toutes p a r t s retentissait le cri de g u e r r e des croisés : — D i e u le v e u t ! Dieu le v e u t (1) 1 » Une des premières troupes qui se réunit en forme d ' a r m é e , et qui s'éleva bientôt au nombre de cent mille c o m b a t t a n t s , partit des bords de la Meuse. Elle était composée d ' h o m m e s de toutes nations. N ' a y a n t point de chef, elle choisit Pierre l ' E r m i t e , q u i , se faisant illusion a u x souvenirs des g u e r r e s auxquelles il avait pris p a r t autrefois, o u plutôt croyant q u e le zèle suffisait à t o u t , eut la faiblesse de consentir à être u n faible g é n é r a l , après avoir été un b r a v e g u e r r i e r et u n h e u r e u x a p ô t r e . Il ne changea ni de v ê t e m e n t ni d e m o n t u r e . Lors( l ) Michaud, Histoire des Croisades, liv. I.

42

DÉPART DES C R O I S É S .

qu'il se vit à la tête cle cette multitude trop n o m b r e u s e , il la divisa en d e u x corps. La p r e m i è r e c o lonne m a r c h a sous les ordres d'un capitaine habile et v a i l l a n t , q u e tous les chroniqueurs n o m m e n t Gauthier Sans avoir, a p p a r e m m e n t parce qu'il n e possédait p a s de domaines. Ce chef, qui avait u n e i n n o m b r a b l e q u a n t i t é de fantassins et huit c h e v a u x s e u l e m e n t , passa le Rhin le 8 m a r s 1 0 9 6 . La seconde colonne r e s t a soumise au c o m m a n d e m e n t d e Pierre et suivit l'autre à quelques jours de distance. Ces d e u x b a n d e s tumultueuses t r a v e r s è r e n t h e u r e u s e m e n t l'Allemagne. Mais chez les Hongrois et chez les Bulgares inhospitaliers, les croisés, c o n traints de recourir à la violence p o u r a r r a c h e r d e s v i v r e s , se virent si cruellement m a l t r a i t é s , q u e des cent mille h o m m e s qui avaient passé le R h i n , le q u a r t à peine arriva à Constantinople, où l ' e m p e r e u r Alexis C o m n è n e , p a r égard pour le prédicateur de la c r o i s a d e , qu'il combla de p r é v e n a n c e s , leur fournit des vivres et des v a i s s e a u x . D'autres m a l h e u r s les attendaient a u delà d u Bosphore. L ' a r m é e q u e conduisait Pierre l'Ermite n'était pas la seule qui se fût engagée i m p r u d e m m e n t . Un prêtre a l l e m a n d , Gotschalk, ayant secondé Pierre en p r ê c h a n t la g u e r r e sainte dans s o n . p a y s , partit sur les p a s des p r e m i e r s c r o i s é s , à la tête de vingt mille h o m m e s , qui se firent massacrer aussi en H o n g r i e . Une a u t r e a r m é e de croisés, F r a n ç a i s , F l a m a n d s et I t a l i e n s , p r e s q u e aussi nombreuse que celle de l ' E r m i t e , partit encore des b o r d s de la M e u s e , corn-

DÉPART DES CROISÉS.

. 45

mandée par d e u x hommes que l'on ne connaît q u e sous les n o m s d'Emicon et Volkmar. Ceux-là, plus grossiers e n c o r e , m a r c h a i e n t au h a s a r d , i g n o r a n t j u s q u ' à la route qu'ils devaient tenir, et dirigés, à ce que l'on a s s u r e , p a r u n e chèvre et u n e o i e , à qui ils supposaient quelque chose d e divin. Dans tous les lieux où ils passaient, ils commençaient la guerre contre les infidèles p a r le massacre des j u i f s , et se montraient sourds à la voix des évêques qui s'opposaient de tout leur, pouvoir à d e telles barbaries. Presque tous ces croisés périrent ayant d'atteindre l'Asie. Il était r é s e r v é a u x guerriers plus sages de r e cueillir les h o n n e u r s de la croisade. Les chefs, r é u nissant leurs chevaliers d a n s des tournois ou d a n s de sérieuses assemblées, avaient fait leurs p r é p a r a tifs a v e c calme. Ce ne fut q u e huit mois après qu'ils avaient pris la croix q u ' o n les vit se mettre en m a r c h e , le 15 a o û t de l'année 1 0 9 6 , jour que le pape leur avait fixé. Leur a r m é e n'avait de ressemblance que le signe avec les trois cent mille croisés q u i , d e v a n t e u x , ensanglantaient les routes qu'ils allaient parcourir. Godefroid de Bouillon avait le p r e m i e r levé sa b a n n i è r e , et toute la chevalerie de F r a n c e * e t de Belgique avait apprêté ses a r m e s . Le besoin d ' e x p i e r sa g u e r r e de Rome rendait Godefroid plus empressé que tout autre au saint v o y a g e . Pour se procurer d e suffisantes ressources, il avait aliéné son comté d e V e r d u n ; il avait vendu a u x habitants de Metz ses droits s u r leur ville, et avait engagé à l'évêque dê Liège son d u c h é de Bouillon. De tous côtés il avait

44

DÉPART D E S CROISÉS.

rassemblé de l'or et des a r m e s . Il p a r t a i t , béni p a r sa pieuse m è r e , q u i devait jouir de ses succès.. Tous les b a r o n s suivaient son e x e m p l e et hâtaient l e u r s a p p r ê t s . Plusieurs se r u i n è r e n t p o u r leur équip e m e n t . On e n vit m ê m e qui se p r o c u r è r e n t p a r le pillage les m o y e n s d'aller c o m b a t t r e les infidèles. Cette a r m é e régulière était composée de q u a t r e v i n g t mille fantassins et de d i x mille c a v a l i e r s , tous s a c h a n t porter leurs a r m e s . Elle avait des chefs nomb r e u x : Godefroid de Bouillon le plus é m i n e n t , ses d e u x frères Eustache et B a u d o u i n , son cousin B a u douin d u Bourg. Puis venaient Hugues de V e r m a n dois, frère d u roi de France Philippe I , Robert de P a r i s , Robert I I , comte de F l a n d r e , appelé la lance et l'épée des c h e v a l i e r s , Robert d e N o r m a n d i e , fils aîné de Guillaume le Conquérant, Baudouin I I , comte d e H a i n a u l , qui s'arrachait à la tendresse de sa j e u n e épouse, Ida de Louvain, le palatin d u Rhin Sigefroid, é p o u x de Geneviève de Brabant ( I ) . Godefroid de L o u v a i n , qui p o r t e r a d a n s la suite le nom d e Godefroid le B a r b u , oncle de ces d e u x f e m m e s , était parti d é j à , et l'on disait qu'il avait rejoint l'armée de Gauthier Sans avoir ( 2 ) . On remarquait aussi Ecko Liauk a m a , - F r é d é r i c Botnia, chevaliers d e la F r i s e , Jean de N a m u r , E t i e n n e , comte de Blois et de Chartres, qui avait a u t a n t de c h â t e a u x que l'on compte de j o u r s d a n s l ' a n , et u n e foule d ' a u t r e s chevaliers (3).
er

(1) Voyez sou histoire parmi les Légendes réelle.

des Femmes

dans

la

vie

(2) Voyez son histoire dans les Légendes des Commandements de VÉglise : « Pèlerinage d'Olivier Lefdale à la recherche de Godefroid le Barbu. » (3) Les principaux chevaliers qui partirent pour la première croisade

DÉPART DES CROISÉS.

45

Ces belles phalanges traversèrent l'Italie et affermirent le saint-siége occupé p a r Urbain II, en r e p o u s fuvent, avec ceux que nous venons de nommer, Guillaume V I , comte d'Auvergne, Gaston I V , vicomte de B é a r n , Roger, comte de Foix, Aimery IV de Rochechouart, Hermand d'Aire, Baudouin de Bailleul, Guilbert de C a m b r a y , le sire d'Estourmel, q u i , selon Orderic V i t a l , entra le premier o u l'un des premiers à Jérusalem ; Rodolphe d'Alost, Josselin de Courtenay, Philippe d'Alençon, Etienne d ' A m b o i s e ,
e r

Pierre

de Craon, Rodolphe d'Alost, Amery I , vicomte d e N a r b o n n e , Gaston de B o r d e a u x , Simon d'Amiens, le comte de Montbéliard, le sire de Lorris, Roger d'Anglure, Engherrand de L i l l e r s , Maupin' de Marolles, Raoul d'Argouges, Jean de Malestroit, Guy de la Trémoille, le sire d e L a m e t h , Guillaume d'Aubigné, Foulques de Cantelou, Adélard d'Estrées, G u i l laume de Forca/quier, Erard d e Percy, Tyrrel, sire de P o i x , Joseph de Etienne Termonde, Raymond I " , vicomte d e Turenne, Bernard de Saint-Valier, Hue de Cauisy, Goethals, sire de M u d e , Baudouin d'Inchy, d'Aumale, Evrard de B r e t e u i l , Isnard de P o n t e v è s , Hugues de Salignac, le sire de la Roche-Bernard, le comte de D i e , le châtelain d e B r u g e s , Jean de Chateaubriand , Raoul, c o m l e deMontfort et de Gael, le vidame de Châlons, Charles de D u r a s , Geoffroy de Charny, C o n o n d e L a m b a l I e , le vicomte de Castellane, Salomon de Maldegbem , Éléazar d e Castries, le sire d e Milly, Gauthier d e C h â t i l l o n , Robert d e Bétlvune, l e sire de Sorel, Girard d'Avesnes, le sire de Clesles , le sire de Maricourt, Raymont d'Hautpoul, Etienne de Goyon, le sire de Clisson, Burchard de ' Comines, Robert de V a r e n n e s , Ulric de Baugé, le sire de V i l l a r s , Robert de Saint-Laud, Jean de Conflans, le comte de Melun, le vicomte de Corbeil, Guillaume V, sire de Montpellier, Gérard de Créquy, Renaud de Moiitauban, Raimbaud, comte d'Orange, le sire de Beaumanoir,Théodore de D i x m u d e , Gontrand d e B r u x e l l e s , Burel d'Estampes, F o u l q u e s de Falaise, Thierry d'Alsace , Matthieu de Montmorency, le sire de Mortemer, Jean d'Yvetot, Philippe de M o n t b e l , Formold d'Ypres, le sire de Grignan, Jean de Murât, Guillaume I I , comte de N e v e r s , le comte d'Harcourt, Manassès de G u i n e s , le sire de la Roche-Guyon , le comte de B e l e s m e , Gouffiers de Lastours , Alard de Varneton, Herbert I I , v i comte de T h o u a r s , Hues de B r a y e , Robert de S a b l é , Bertrand des P o r c e l e t s , H u g u e s V I , c o m t e d e P o l i g n a c , l e comte de B r i e n n e , Hugues de V i e n n e , le baron de la Tour d'Auvergne, Jean le Meingre, dit Boucic a u t , Renaud d e B r i e l , Pierre de N o a i l l e s , Arnold d'Audcnarde, Rasés de L a v a l , Foulques d'Orléans, Rotrou I I , comte du P e r c h e , Bernard Quatrebarbes, le sire de Rieux , Roland de Vassy, Guy de Rochefort, Riou de L o h é a c , Dreux de Mouchy, Alain de R o h a n , le sire de Mâche-

46

DÉPART DES CROISÉS.

sant les partisans d e l'antipape Guibert, qui s'était e m p a r é d e la basilique d e S a i n t - P i e r r e et l'avait pillée ( 1 ) . De R o m e , ils s ' e m b a r q u è r e n t p o u r la D a l m a t i e , a u g m e n t a n t partout leurs forces. Hugues d e Vermandois avait r e ç u , à L u c q u e s , l ' é t e n d a r d d e l'Église de la main d'Urbain H. La partie d e cette a r m é e qui s'était levée d a n s les provinces d u milieu de la Frauce t r a v e r s a aussi les Alpes pour se réunir aux. croisés d'Italie, qui obéissaient à Bohémond, prince de T a r e n t e , fils de Robert Guiscard, à R i c h a r d , prince de Salerne, à T a n c r è d e , d o n t les poètes ont célébré les faits h é r o ï q u e s , à d ' a u t r e s chefs des N o r m a n d s de Sicile, et à R e n a u d d ' E s t é , c h a n t é p a r le Tasse, à qui il doit son r e n o m . R a y m o n d d e Saint-Gilles, comte de T o u l o u s e , s'était fait le chef des provinces méridionales d e la F r a n c e , qui alors obéissaient à divers s o u v e r a i n s . Déjà en E s p a g n e , à-côté du Cid ( 2 ) , R a y m o n d avait
c o u l , Guy d e L u s i g n a a , le sire d e S a i a t - D k i e r , l e sire d e Marbœuf, Gauthier de N i v e l l e , le sire de V i t r é , le sire de Rosny, Gérard, comte d e Roussillon, Philippe de Montgommery, le c o m t e de N e s l e , Hugues de Saint-Omer, le c o m t e de V a u d e m o n t , Roger de Mirepoix, le sire de Nantouillet, Olivier de Mauny, etc. Nous ne donnons pas la dixième partie de ces n o m s illustres. (1) « Nous trouvâmes près de Lucques le pape Urbain, avec lequel s'entretinrent le c o m t e Robert, le comte de Blois, et tous ceux qui le v o u lurent. Nous reçûmes sa bénédiction et nous allâmes à Rome. Lorsque nous filmes entrés dans la basilique de Saint-Pierre, nous trouvâmes les partisans de l'antipape Guibert, q u i , tenant l'épée d'une m a i n , enlevaient de l'autre les offrandes déposées sur l'autel.... » (FOUCBER DE CHARTRES, traduit dans la Bibliothèque des Croisades, de M. Michaud.) (2) R o d r i g u e D i a s , surnommé le C i d , avait é t é , d i t - o n , le plus brave chevalier de son temps. Cet héroïque ennemi des Maures eut été h e u reux de voler à la guerre sainte; mais il était alors chargé d'ans, et il m o u r u t l'année m ê m e du départ des croisés (1096). L'Espagne fournit

DÉPART D E S CROISÉS.

47

rougi son épée du sang des M a u r e s , et dans u n âge m û r il gardait un bouillant courage. Il était .le plus v i e u x et le plus puissant des princes qui avaient pris la croix. On estimait sa l o y a u t é , on appréciait ses talents. Il avait fait le v œ u de mourir dans la terre sainte et de ne jamais r e p r e n d r e le chemin de l'Europe. Il e m m e n a i t quatre-vingt mille croisés. Parmi les prélats qui s'étaient ceints p o u r la délivrance d u tombeau de Jésus-Christ, on r e m a r q u a i t , nous l'avons d i t , A d h é m a r de Monteil, évêque d u Puy. Il était de la maison d ' O r a n g e , célèbre déjà dans les fastes d e C h a r l e m a g n e . Le premier, a u concile de Clermont, il avait.pris la croix, comme on l'a v u , et le p a p e Urbain II l'avait établi légat a p o stolique et chef spirituel d e la croisade. Il devait être p o u r les a r m é e s chrétiennes un soutien et u n modèle (I ) Les cent mille h o m m e s q u e commandait R a y m o n d de Saint-Gilles franchirent les Alpes et rejoignirent les a u t r e s F r a n ç a i s . P e n d a n t q u e ces vastes a r m é e s s'embarquaient en Italie, après avoir délivré le saintsiége et dissipé le parti de Henri IV, et qu'elles v o guaient v e r s Constantinople, Godefroid de Bouillon suivait la route de Pierre l ' E r m i t e . Ce p a r t a g e des chemins était destiné à faire trouver à chaque troupe des vivres en suffisance sur la r o u t e ; il était le résultat d ' u n e correspondance très-active,
peu de chevaliers aux bannières de la Palestine. Elle avait chez e l l e , contre les Sarasins, depuis des siècles d é j à , une croisade permanente. (1) P l u s i e u r s autres prélats, les évoques d'Apt, de Lodève, d'Orange, et l'archevêque de T o l è d e , s'étaient joints aux croisés.

48

DÉPART DES CROISÉS.

e n t r e t e n u e p e n d a n t tout l'hiver entre les princes croisés (1). « Godefroid de Bouillon r é u s s i t , c o m m e on l'avait a t t e n d u de sa p r u d e n c e , à maintenir u n e exacte discipline p a r m i ses g u e r r i e r s i n d é p e n d a n t s ; il se fit ainsi r e s p e c t e r dans les régions qu'il t r a v e r sait^). » Telle était, e n effet, cette discipline que ces grandes troupes n e trouvèrent point d'ennemis j u s q u ' e n Hongrie. Là régnait u n roi b a r b a r e , quoique c h r é t i e n , au moins de n o m , et q u o i q u e fils, mais fils indigne du 'saint roi Ladislas 1 . Il se n o m m a i t Coloman. On savait qu'il avait massacré . u n e partie des p r e m i e r s croisés. Godefroid lui envoya u n e d é p u t a t i o n , c h a r g é e d ' u n e lettre écrite en son nom et au nom des a u t r e s chefs. « Nous sommes é t o n n é s , lui m a n d a i t - i l , q u e , faisant profession du Christianisme, vous ayez e x t e r m i n é , livré a u m a r t y r e et calomnié ensuite les soldats du Dieu vivant. Nous a t t e n d o n s que vous nous e x pliquiez pourquoi de si g r a n d s crimes ont été commis p a r des chrétiens sur d'autres chrétiens. »
er

Le roi Coloman, qui avait entendu parler de l'armée des p r i n c e s , s'excusa sur la nécessité, alléguant qu'il avait laissé passer la colonne de Pierre l ' E r m i t e , et qu'il n'avait tué quelques mille des a u t r e s que parce q u e c'étaient des pillards et des v o l e u r s ; mais qu'il voulait faire alliance avec Godefroid et les chefs
(1) Guillaume de France. de Tyr, liv. I , ch. XVII. Histoire

(2) Simonde de Sismondi, ch. x de la troisième partie de son

DÉPART DES CROISÉS.

49

de son r a n g . Il fèfa les d é p u t é s ; il les renvoya ensuite en compagnie de ses p r o p r e s a m b a s s a d e u r s , m u n i s d'une lettre conçue en ces t e r m e s : « Le roi Coloman au d u c Godefroid et à tous les » chrétiens, salut et affection, sans feinte. » Nous avons appris q u e vous êtes un h o m m e puis» sant et u n prince dans votre p a y s . Nous savons que » tous c e u x qui vous connaissent vous ont trouvé » fidèle; c'est p o u r q u o i n o u s désirons vous voir et » vous connaître aussi. Nous vous engageons donc à » vous r e n d r e sans défiance a u p r è s de nous, au c h â » teau de Liperode. Nous resterons sur l'un et l'autre » bord du fossé; nous nous entretiendrons de tout ce » dont vous vous plaignez et dont vous nous croyez « coupable. » Godefroid accepta l'invitation et se rendit au lieu indiqué, suivi seulement de trois cents hommes à cheval. Il «laissa son escorte au bord du fossé, passa le pont sans crainte et se p r é s e n t a au roi Coloman. Il en reçut l'accueil le plus amical. Un traité fut conclu, en vertu duquel l'armée pouvait traverser librement la Hongrie, pourvu qu'on s'engageât à ne pas dévaster, et qu'on donnât pour s û r e t é des otages. Le chef des croisés offrit son frère Baudouin. Mais celui-ci se refusait à l'acte de d é v o u e m e n t qu'on d e m a n d a i t de l u i , lorsque Godefroid lui p r o posa de c o m m a n d e r à sa p l a c e , décidé à rester luimême auprès de Coloman c o m m e garant des paroles données. Baudouin sentit, avec tous les autres p r i n ces, que Godefroid ne pouvait pas être remplacé à la tête de l'expédition; il se soumit à ce qu'exigeait de
i

50

DÉPART DES CROISÉS.

lui le succès d e l'entreprise. Il alla donc avec sa femme et tous les siens à la cour d e Coloman, q u i le traita d e son m i e u x ; e t , a p r è s le passage paisible de l ' a r m é e , il rejoignit les croisés en Bulgarie ( I ) . Bientôt cette multitude disciplinée entra en bon o r d r e sur les terres d e l'empire g r e c . Mais elle n ' é t a i t q u ' u n e partie des troupes immenses soulevées p o u r la g u e r r e s a i n t e . Anne Comnène dit au livre X de son Alexiados : « On compterait plutôt les grains d e sable » d e la mer, les feuilles des forêts, ou les lueurs » du firmament» q u ' o n n ' e û t pu compter les croisés » chrétiens (2) ».
(1) Les chrétiens avaient u n chant de d é p a r t , dont l'air n'a pas péri. Ce chant était grave et animé. On n'en a conservé que les trois premiers vers : V o i c i la guerre sainte ! D i e u l e v e u t ! Dieu le v e u t ! D i e u le v e u t ! C h r é t i e n s , marchez sans c r a i n t e . . . . Mais ce qui est assez singulier, c'est que cet air, défloré il est v r a i , est d e v e n u l'air de la chanson d e Malbrough (2) M. P . Roger, dans son savant livre La noblesse Croisades, de France aux cherche l e s motifs véritables qui entraînèrent les masses à

Jérusalem. « M. de Chateaubriand et M. Guizot ont v u surtout dans l e s n guerres saintes la conséquence de la lutte engagée depuis quatre siècles » entre le Christianisme et l e s sectateurs de Mahomet. Mais q u e d e causes » vinrent se j oindre à l'antagonisme des d e u x cultes qui se partageaient « alors le monde ! C'est dans l'ensemble de la situation des e s p r i t s , dans » le dédale des m œ u r s féodales, dans les différeuds des princes avec la » papauté, t o u t aussi bien que dans la lutte des deux religions, qu'il faut ii chercher l e s éléments constitutifs des guerres saintes. » — « L e s » h o m m e s font l e s choses profondes avec ignorance, et D i e u , dont ils ii sont les i n s t r u m e n t s , dépose moins souvent ses desseins dans leur esprit » que dans leur situation. « Ces paroles sont de M. Michelet (qui aurait pu dire toujours aussi b i e n ) , Discours à l'Académie. Elles caractérisent l e m o u v e m e n t qui s'accomplit pendant la prédication des croisades : la guerre partout, la force pour seul droit; barons et chevaliers se faisant

LES CROISÉS A CONSTANTIN'OPLE.

51

VIII. — LES CROISÉS A CONSTANTINOPLE.
Timeo Danaos et dona ferentes.
VIRGILE.

Alexis C o m n è n e , qui appelait les croisés à sa d é fense c o n t r e les invasions d e s enfants de M a h o m e t , avait reçu avec joie les débris de l'armée d e Pierre l'Ermite; il l'avait comblé de p r é s e n t s ; il avait fait distribuer de l'argent et des vivres à ses compagnons, et il lui avait conseillé d ' a t t e n d r e l'arrivée des princes pour aller plus loin. Mais Pierre avait été rapidement suivi des autres troupes désordonnées qui signalaient leur passage p a r le pillage et la violence. On les appelait l'écume de l'Occident. Effrayé m a i n tenant de ces bandes n o m b r e u s e s sans discipline et sans frein, Alexis avait conçu de vives alarmes et tremblé sur son v i e u x t r ô n e . II. eût pu se mettre à la tête de la c r o i s a d e ; elle n'avait pas encore de chef, bien que déjà Godefroid en fût l'âme e t , comme dit Guillaume d e Tyr, la colonne (totius eœercitus columna). Mais Alexis m a n q u a de c œ u r , e t , dans la crainte q u e ses propres États ne tentassent les croisés, il en arriva à les a b r e u v e r de d é g o û t s . Tout en leur adressant des compliments perfides, il les faisait a t t a q u e r secrètement sur tous les points.
justice par l'épée ; le laboureur rançonné, les terres livrées au pillage ; nulle garantie contre l'oppression : tel était le temps. « Toules c h o s e s , dit Guillaume de Tyr, allaient dans un si grand désordre , qu'il semblait que le monde penchât vers son déclin. « Ajoutons à ces motifs le sentiment chrétien , qui était alors dans toute son énergie.

i.

52

LES

CROISÉS A

CONSTANTINOPLE.

Hugues d e Vermandois et quelques a u t r e s c h e v a l i e r s , qui étaient en a v a n t des armées r é g u l i è r e s , j e t é s par la t e m p ê t e sur les côtes de l ' É p i r e , a v a i e n t été conduits à Constantinople, où Alexis les retenait en o t a g e s . L'armée des Italiens n'avait rien fait p o u r laver celte insulte. Dès q u e Godefroid d e Bouillon a r r i v a , il en fit d e m a n d e r réparation à l ' e m p e r e u r . Alexis l'ayant refusée, Godefroid, à l ' i n s t a n t , d é clara l'empire pays e n n e m i , occupa militairement les b o u r g a d e s de la T h r a c e , et le m o n a r q u e grec vit ses a r m é e s en déroute se réfugier tremblantes d a n s sa capitale. Godefroid, dans cette circonstance r e m a r q u a b l e , réalisait déjà l'un des plus b e a u x résultats d e s croisades : l'adoucissement de ce préjugé b a r b a r e et m i sérable q u i , créant des nationalités de clocher, parquait les h o m m e s par s e i g n e u r i e s , faisait a u t a n t de races q u e de b a n n i è r e s , et rendait les habitants d ' u n coin d e terre ennemis d u coin de terre voisin. Il avait compris que dans tous les chrétiens il n ' y avait plus q u e des concitoyens et des frères, dont la cause était la m ê m e . Alexis s'épouvanta-, il envoya à Godefroid u n e a m b a s s a d e qui lui promit la liberté des prisonniers aussitôt qu'il serait a u x portes de Constantinople, p o u r v u qu'il j u r â t de protéger la grande cité. Godefroid remit l'épée dans le fourreau, et l ' e m p e r e u r , qui avait si p r o m p t e m e n t appris à le c o n n a î t r e , lui tint sa promesse. Peu après , il dut à Godefroid sa couronne. L'amb i t i e u x B o h é m o n d , qui amenait vingt mille fanlas-

! j ;

;

LES CROISÉS A CONSTANTINOPLE.

53

sins et d i x mille c a v a l i e r s , et qu'on a appelé plus tard l'Ulysse de la c r o i s a d e , ne s'était levé q u e pour conquérir de riches domaines. Peu fier de sa petite principauté de T a r e n t e , il voulait prendre Constantinople et p a r t a g e r l'empire a v e c ses amis. R o b e r t de Paris, ï a n c r è d e , Hugues de V e r m a n d o i s , p r e s q u e tous les autres c h e f s , méprisant Alexis C o m n è n e , étaient disposés à cette c o n q u ê t e facile. Godefroid leur rappela qu'ils avaient pris les armes p o u r délivrer le saint S é p u l c r e , et qu'ils avaient j u r é de ne plus combattre que les infidèles. Son autorité les ramena. 11 avait retrouvé Pierre l'Ermite dans la capitale de l'empire. Plus habile à p e r s u a d e r qu'à c o m m a n der, Pierre le seconda utilement. L ' e m p e r e u r reconnaissant, dans une p o m p e u s e c é r é m o n i e , adopta publiquement Godefroid, le revêtit du m a n t e a u impérial, le fit asseoir à ses c ô t é s , le combla de p r é sents et d ' h o n n e u r s , et déclara qu'il mettait l'empire sous son bouclier. P e n d a n t q u a t r e mois q u e les chefs de la croisade restèrent à Constantinople, a t t e n d a n t les navires que l'on équipait pour leur t r a n s p o r t , Alexis leur fournit p a r s e m a i n e , pour l'entretien de leur a r m é e , neuf boisseaux de monnaie d ' a r g e n t , et a u t a n t d'or et de pierreries q u e d e u x h o m m e s en pouvaient porter. Quand les navires furent p r ê t s pour le d é p a r t de tous ces g u e r r i e r s , Alexis fut atteint d'un nouvel effroi. Tl s'imagina q u e , si les croisés étaient r e p o u s sés p a r les S a r a s i n s , ils r e v i e n d r a i e n t sur lui et divi-

54

L'ES CROISÉS A CONSTAKÏINOPLE.

seraient e n t r e e u x ses dépouilles. Afin de se r a s s u r e r u n p e u , il employa tous ses efforts à obtenir qu'ils lui fissent h o m m a g e . La p l u p a r t des chefs y c o n s e n t i r e n t , séduits p a r de magnifiques présents. Mais, i n d é p e n d a m m e n t des plus g r a n d s sacrifices, l ' e m p e r e u r p a y a cette vanité p a r u u e foule d'humiliations ( 1 ) . Aussi ce fut avec u n e joie profonde qu'il vit s'éloigner à pleines voiles les armées de la Croix. A u printemps de l'année 4 0 9 7 , les chevaliers chrétiens e n t r è r e n t dans les plaines de la Bilhynie. Leur a v a n t - g a r d e était formée de quatre mille h o m m e s , a r m é s de haches et de pioches, qui déblayaient le c h e m i n , et m a r q u a i e n t , p a r des croix plantées de distance en d i s t a n c e , la route que l'armée devait suivre. Dès la première j o u r n é e , ils virent accourir à e u x , du fond d e s bois et des c a v e r n e s , des h o m m e s p r e s q u e n u s , maigres et m o u r a n t de faim; c'étaient les débris d e l ' a r m é e de Pierre l ' E r m i t e . Us r a c o n t è r e n t q u ' u n e première colonne de c h r é t i e n s , après s'être livrée à des excès criminels, avait été massacrée p a r des T u r c s , à l'exception de quelques-uns qui avaient e m b r a s s é la foi de M a h o m e t ; et ce récit fit frémir les croisés. Ils ajoutèrent, en m o n t r a n t sur le chemin d e Nicée un vaste m o n c e a u d'ossements e n t a s s é s , q u e c'était là ce qui restait de l'armée conduite p a r Gauthier Sans avoir. Lui-même, en combattant avec v a i l l a n c e , était tombé percé de sept flèches. L'ermite
(1 ) U n chevalier, en lui faisant h o m m a g e , lui prit le pied et le culbuta. Il s u b i t quelques grossièretés de cette sorte.

LES

CROISÉS

ASSIÈGENT

NICÉE.

55

Pierre, qui, au commencement de ces désastres, dont il n'avait pu voir toute l'horreur, s'était échappé et avait rejoint les princes croisés à Constantinople, pleura sur le sort de ses infortunés compagnons. Godefroid s'arrêta devant le camp désert d e Gauthier. On y voyait encore la pierre qui avait servi d'autel. Le sol qui l'entourait avait été baigné d u sang des prêtres et des femmes massacrés au milieu de leurs prières. Au spectacle de tant de m a l h e u r s , que l'imprévoyance avait c a u s é s , les croisés j u r è r e n t spontanément d'être u n i s ; les chefs formèrent un conseil sans l'avis duquel rien n e pouvait se décider, e t , quoiqu'il y eût là de g r a v e s et d'augustes vieill a r d s , ce fut Godefroid de Bouillon q u i , m a l g r é sa modestie , en eut la présidence.

IX. — LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.
U s prenaient des villes ; et il se faisait que d'autres en avaient le profit. FROISSART.

Après avoir recueilli et consolé les infortunés qui avaient échappé a u x m a s s a c r e s , l'armée, suivant un ordre régulier, marcha en colonnes serrées. Elle a r riva bientôt devant N i c é e , capitale de la Bithynie , siège d e l'empire de R o u m , occupée par les T u r c s , qui de là jetaient sur Constantinople un œil a v i d e . Les Sarasins avaient été longtemps maîtres de la P e r s e , de l ' E g y p t e , de la Syrie et de la Palestine. Les T u r c s , venus d u N o r d , barbares qui p r é t e n daient avoir la m ê m e origine q u e les Frisons et que

56

LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.

les Hongrois, avaient embrassé le m a h o m é t i s m e ; peu après ils s'étaient m e s u r é s avec les S a r a s i n s , leur avaient enlevé plusieurs g r a n d e s c o n t r é e s , et e n t r e a u t r e s , depuis p e u de t e m p s , u n e partie des places i m p o r t a n t e s de la Palestine. Le sultan Kilig-Arslan ( l ' é p é e du lion) c o m m a n dait à Nicée. Trois cent soixante-dix tours protégeaient la double enceinte de cette v i l l e ; le lac A s c a n i u s , qui communiquait avec la m e r d e Marm a r a , alimentait ses larges fossés. Sur les m o n t a g n e s qui l'avoisinaient, Kilig-Arslan avait rassemblé cent mille g u e r r i e r s . L'armée des croisés, qui n ' a v a i t cessé de s'accroître, était forte alors de cinq cent mille fantassins (4) et de cent mille cavaliers. Elle investit Nicée. Chaque nation avait son q u a r t i e r dans les vastes plaines; de h a u t e s tentes tenaient lieu d'églises. Des flottes qui arrivaient tous les j o u r s e n t r e tenaient l ' a b o n d a n c e . Ces h o m m e s , fournis p a r toutes les nations d e l ' E u r o p e , étaient habillés diversement. Les simples cavaliers portaient des casques de fer; ceux des capitaines étaient d'acier ou d'airain ; c e u x des princes étaient revêtus d'une lame d ' a r g e n t . Sur les cottes de m a i l l e s , sur les cuirasses, sur les justaucorps de cuir, recouverts d'écaillés de fer ou d'acier, on voyait flotter des écharpes de toutes les couleurs. Tous avaient la croix ou s u r leur épaule ou s u r leur c a s q u e . La forme de cette coiffure était r o n d e , ou o v a l e , ou aplatie , ou allongée en pain de sucre , et
(1) D e c e s cinq cent m i l l e fantassins, les deux, tiers n'étaient q u e d e s pèlerins.

LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.

57

surmontée d ' o i s e a u x , de p a n a c h e s , de figures biz a r r e s , d'ailes de v a u t o u r ou de quelque g a g e conquis dans un tournoi. Chaque banneret distinguait son é t e n d a r d , éclatant d ' o r et de p o u r p r e , p a r des figures particulières, d e v e n u e s , dit-on, l'origine des armoiries. Les Turcs avaient des a r m u r e s comme celles des E u r o p é e n s , mais plus pesantes ; leurs c h e v a u x étaient bardés de fer. Ceux des croisés étaient cuirassés d'une sorte de treillis s e r r é , tressé d e cordes fort dures,. Les Français avaient g é n é r a l e m e n t des boucliers ronds et p e i n t s , de g r a n d e s l a n c e s , au bois desquelles flottait u n e banderole o r n é e de la c r o i x , de lourdes é p é e s , des haches d ' a r m e s , des poignards ou dagues effilées que l'on appelait miséricordes, ils avaient aussi le fléau , la faux ou lance r e c o u r b é e , la m a s sue , la fronde qui lançait des pierres ou des balles de p l o m b , l'arc, et enfin l'arbalète, que les Orientaux ne connaissaient pas e n c o r e . Us allaient au combat au son des c o r n e t s , des t r o m p e t t e s , des c l a i r o n s , des cornemuses. Us se servaient aussi de c r é c e l l e s , de claquettes de bois ou de fer, et d u t a m b o u r , instrument que les Sarasins avaient introduit en F r a n c e , m ê m e avant CharlesMartel (1). Le premier combat fut présenté p a r dix mille archers t u r c s , qui descendirent des montagnes et attaq u è r e n t le corps d ' a r m é e du comte de Toulouse. Dès que le sultan de Roum vit l'affaire e n g a g é e , il s'é(1) Les tambours des Romains é t a i e n t , à ce qu'on c r o i t , d e la forme des tambours de basque et ne servaient pas à la guerre.

5S

LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.

lança à la tète de cinquante mille h o m m e s . Les croisés ne furent pas effrayés. Godefroid de B o u i l l o n , B a u d o u i n , son f r è r e , Robert de Flandre et le vaillant T a n c r è d e d o n n a i e n t sur tous les points l ' e x e m p l e du courage h é r o ï q u e ; et les défenseurs d e Nicée d u r e n t bien vite reconnaître q u e ce n'étaient plus là les p r e m i e r s soldats de Pierre l'Ermite et de Gauthier S a n s avoir. La mêlée d u r a u n e j o u r n é e p l e i n e , a r d e n t e et sout e n u e des d e u x p a r t s . « On voyait p a r t o u t , dit u n historien des croisades ( 1 ) , étinceler les casques et les épées n u e s . On entendait au loin le choc des cuirasses et les puissants coups de lance qui brisaient les boucliers. L'air retentissait d e cent mille cris effrayants. Les c h e v a u x frémissaient a u x sifflements des flèches; et la t e r r e , couverte de javelots et d e d é b r i s , tremblait sous les pas d e s c o m b a t t a n t s . » Les T u r c s , qui faisaient surtout la guerre p a r e s carmouches , avec des fuites simulées et des r e t o u r s i m p r é v u s , r e c o u r u r e n t avec r a g e , mais inutilement, à tous l e u r s stratagèmes. A la chute du j o u r , c o m plètement v a i n c u s , partout r e p o u s s é s , ils r e g a g n è r e n t , en fuyant, leurs m o n t a g n e s , laissant q u a t r e mille morts sur le champ de bataille. Les croisés, à la voix de l'évêque A d h é m a r , se mirent à g e n o u x aussitôt et e n t o n n è r e n t des cantiques d'actions de g r â c e s , pour remercier Dieu de I e u r p r e mière victoire. M a i s , en m ê m e t e m p s , alliant a u x pieuses coutumes des chrétiens les usages des b a r b a r e s , ou p e u t - ê t r e voulant user de représailles,
( l ) Matthieu d'Édessc.

LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.

59

après avoir enferré leurs m o r t s , ils coupèrent les tètes de leurs ennemis restés sur le t e r r a i n , et les a t tachant a u x gourmettes d e leurs c h e v a u x , ils les rapportèrent au c a m p . Le l e n d e m a i n , mille de ces têtes furent lancées dans la ville par des m a c h i n e s ; mille autres furent envoyées à l'empereur A l e x i s , qui les r e ç u t comme un premier tribut des chevaliers chrétiens. Les Turcs n e reparaissant p l u s , le siège fut poussé avec plus de vigueur. Des g a l e r i e s , surmontées d ' u n double toit de c h a r p e n t e , furent poussées j u s q u ' a u x m u r s , q u e l'on battit en b r è c h e . Des tours mobiles furent construites à u n e telle h a u t e u r , que du sommet on dominait la v i l l e , où les croisés lançaient des javelots enflammés. Des assauts se d o n n è r e n t ; d a n s l'un d ' e u x , Baudouin de Gand p é r i t , et les chrétiens lui t é m o i g n è rent leurs r e g r e t s . Les assiégés versaient des flots d'huile bouillante et de poix allumée sur les g u e r riers qui s'approchaient des murailles, couverts de leurs boucliers ou abrités p a r de grandes claies d'osier garnies de cuir. Dans u n e de ces a p p r o c h e s , u n T u r c , dont la taille était celle d ' u n g é a n t , se p r é s e n t a d e bout sur les r e m p a r t s , défiant tous les chevaliers. Il jeta son bouclier et se mit à lancer a u x chrétiens u n e grêle de pierres pesantes et d e quartiers de r o c , qui semaient la mort d a n s les rangs avancés. En v a i n , les assiégeants prodiguaient leurs flèches; elles n e perçaient pas sa solide a r m u r e . Godefroid irrité s'av a n c e , tenant u n e lourde a r b a l è t e . II vise le cou du fier g é a n t , entre la mentonnière du casque et la cui-

60

LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.

r a s s e ; le trait qu'il tient p a r t , décoché p a r u n e main p u i s s a n t e . Aussitôt le colosse c h a n c e l l e , s ' é b r a n l e et tombe a v e c fracas d u h a u t des m u r s dans les fossés profonds. Ce siège plein d e périls d u r a i t depuis c i n q u a n t e j o u r s , lorsque les chrétiens r e c o n n u r e n t q u e le lac situé a u pied de la ville fournissait toutes les nuits des provisions et des secours a u x Turcs. Une résolulion h a r d i e fut prise. Une foule de chaloupes et de petits bâtiments qui pouvaient contenir chacun cinq u a n t e guerriers furent tirés d e la m e r , hissés s u r des chariots accouplés et transportés en u n e n u i t j u s q u ' a u l a c , q u e les assiégés virent le lendemain couvert d e chrétiens. E n m ê m e t e m p s , on approcha u n e tour, faite p a r un c h a r p e n t i e r l o m b a r d ; elle était à l'épreuve d u feu. Poussée au pied d'un énorme bastion , elle y d e m e u r a sans que l'ennemi put la d é t r u i r e . Les ouvriers qui étaient à couvert à sa base minèrent le bastion, qui s'écroula à g r a n d bruit. L'effroi commençait à g a g n e r la ville. La femme du sultan de R o u m , voulant s'enfuir sur le l a c , fut prise p a r les croisés. Nicée allait se r e n d r e , q u a n d u n e machination ourdie p a r l ' e m p e r e u r Alexis e n leva cette proie a u x E u r o p é e n s (1). Craignant q u e
(1) L'empereur d'Orient était ainsi l'ennemi secret des c r o i s é s , l'empereur d'Occident (Henri I V ) aimait m i e u x , comme o n l'a Seigneur. « Il est sûr q u e , si les deux empereurs d'Orient et d'Occident eussent réuni leurs efforts, ils auraient inévitablement renvoyé dans l e s sables de l'Afrique c e s peuples (les Sarasins et les Turcs), qu'ils devaient craindre et vu,

poursuivre ses ignobles exactions que d'aller délivrer le t o m b e a u d u

LES CROISÉS ASSIÈGENT NICÉE.

Cl

les croisés n e lui devinssent redoutables s'ils possédaient N i c é e , Alexis s'était m é n a g é , à force d ' a r g e n t , des intelligences d a n s la place, q u i , au m o m e n t sup r ê m e , se livra à l u i ; et les étendards de l'empire p a r u r e n t tout à coup sur les tours. Les croisés, furieux d e cette déception, voulaient en tirer v e n g e a n c e . A l e x i s , plus habile à séduire que prompt à c o m b a t t r e , p a r v i n t encore à les apaiser (1). Après quelques j o u r s de r e p o s , l'armée reprit sou voyage p a r d e u x chemins différents; car de si grandes multitudes étaient difficiles à faire subsister.
de voir établis au milieu d'eux. Mais il y avait entre les d e u x empires une jalousie q u e rien ne p u t détruire, et qui se manifesta bien plus pendant les croisades. Le schisme des Grecs leur donnait contre Rome une antipathie r e l i g i e u s e , et celle-là se soutint toujours, m ê m e contre leur propre intérêt. » Le comte FERRAND, Lettres stir l'histoire. « Si les papes avaient eu sur l'empire d'Orient la même autorité qu'ils avaient sur l'autre, non-seulement ils auraient chassé les Sarasins, mais les Turcs encore. Tous les m a u x que ces peuples nous ont faits n'auraient pas e u lieu. Les Soliman, les Amurat, seraient des n o m s inconnus parmi nous. — L e s chrétiens régneraient à Constantinople et dans la Cité sainte. Les Assises d e J é r u s a l e m , qui ne sont plus qu'un m o n u m e n t h i s t o r i q u e , seraient citées et observées aux lieux où elles furent écrites. On parlerait français en Palestine. » J. DE MAISTRE, DU Pape-, liv. in. (1) Sismondi prend un p e u l e parti d'Alexis, et peut-être n'a-t-il pas complètement t o r t , relativement du moins à ses prétentions de souveraineté. Nicée lui, avait appartenu ; il pouvait se figurer que l e s croisés reprenaient o u devaient reprendre cette place pour l u i , d'autant plus qu'ils lui avaient fait h o m m a g e à Constantinople et q u e sans d o u t e , en conséquence de cet hommage féodal, ils lui avaient envoyé l e s têtes de leurs e n n e m i s , trophées de leur première v i c t o i r e , c o m m e on l'a vu plus haut. Ajoutons que l'illustre princesse Anne C o m n è n e , fille d'Alexis, qui a écrit l'histoire de s o n p è r e , est assez h a b i l e , mais quelquefois v r a i e , quoique ennemie d e s c a t h o l i q u e s , c o m m e S i s m o n d i , quand elle défend Alexis et qu'elle expose les torts d e certains chefs grossiers de la croisade.

62

BATAILLE D E DORYLÉE.

X. — BATAILLE

DE

DORYLÉE.

T o u t p é r i s s a i t , mais t o u t fut s a u v é dès qu'il parut. MAIMBOURG.

On était d a n s l'été de l ' a n n é e 1 0 9 7 . Les corps c o m m a n d é s p a r B o h é m o n d , p a r Tancrède et p a r R o b e r t d e Normandie p r i r e n t la g a u c h e ; c e u x qui obéissaient à Godefroid de Bouillon, à Hugues de V e r m a n d o i s , à l'évêque A d h é m a r , au comte de Flandre et à R a y m o n d , se dirigèrent par la d r o i t e . Le 1 j u i l l e t , dès le matin , la colonne de g a u c h e a p e r ç u t des nuages de poussière. Us a n n o n ç a i e n t l ' a p p r o c h e de l'ennemi. Les croisés savaient q u ' u n e a r m é e de Turcs devait les a t t a q u e r . Tout le m o n d e aussitôt p r e n d les a r m e s . Les chrétiens avaient d e v a n t e u x u n e petite r i v i è r e , et derrière e u x u n m a rais couvert de roseaux. Us b a r r i c a d è r e n t leurs flancs avec les chariots et improvisèrent des palissades au moyen des pieux qui soutenaient les tentes dans l e u r s c a m p e m e n t s . On avait mis au centre les p r ê t r e s , les enfants et les femmes. A peine les premiers préparatifs sont terminés que les Turcs paraissent. I m p é t u e u x et h a r d i s , ils font pleuvoir u n e grêle de flèches. On n'était séparé d ' e u x q u e par la petite rivière. Les chevaliers c h r é t i e n s , impatients de se m e s u r e r a v e c u n ennemi qu'ils ont déjà b a t t u , la franchissent en colère et tombent sur les m u s u l m a n s , qui fuient, se dispersent, mais, selon leur c o u t u m e , r e v i e n n e n t bientôt à la c h a r g e , et le combat s'anime
e r

BATAILLE DE DORYLÉE.

63

avec u n e fureur inouïe. A chaque instant on voit les Turcs devenir plus n o m b r e u x ; les soldats d e la Croix n e suffisaient plus à leurs ennemis. Guillaume, frère de T a n o r è d e , est tué ; T a n c r è d e lui-même n'est sauvé que p a r la valeur de B o h é m o n d . Le vaillant Robert de Paris et q u a r a n t e chevaliers qui l'entourent r e çoivent la m o r t . Après u n e longue défense, le camp est p r i s , les femmes sont captives des infidèles. Boh é m o n d , T a n c r è d e , Bobert de Normandie n e peuvent plus soutenir le choc. Tout semble p e r d u , — q u a n d subitement le c o u r a g e des chrétiens se r e l è v e . Us ont vu briller au loin des bannières a m i e s . Les rayons du soleil se reflètent sur les casques et les boucliers de la seconde colonne, qui s'avance au pas de c h a r g e . Godefroid d e Bouillon, Hugues d e Verm a n d o i s , Robert de F l a n d r e , prévenus du péril de leurs frères, accouraient en toute hâte. A la tête de cinquante chevaliers, Godefroid devance ses b a t a i l l o n s ; et sa seule approche j e t t e l'épouvante parmi les infidèles. Le sultan d e R o u m , comptant que Godefroid n'oserait l'attaquer sur ces m o n t a g n e s , l'ait sonner la retraite. Biais les Turcs emmenaient des captifs, et les guerriers francs r e connaissaient l e u r s compagnons mourants sur le champ d e bataille q u e l'ennemi a b a n d o n n a i t . Us poussent leur terrible cri de guerre : Dieu le v e u t ! ils gravissent les r o c h e r s , mettent de nouveau les Turcs e n d é s o r d r e , r e p r e n n e n t les p r i s o n n i e r s , et vengent p a r la mort d e vingt mille infidèles la d é faite d u m a t i n . Le c a m p , les tentes et les trésors de l'ennemi loin-

64

BATAILLE D E DORYLÉE.

b è r e n t d a n s les mains des chevaliers v a i n q u e u r s , qui s'en r e v i n r e n t c h a r g é s de b u t i n , r a m e n a n t des c o u r siers a r a b e s , d o n t ils sentaient tout le prix d a n s ces c o n t r é e s , et des c h a m e a u x , m o n t u r e s pour e u x toutes nouvelles. Les croisés n'avaient p e r d u q u e quatre mille h o m m e s , à q u i on rendit le lendemain les h o n n e u r s fun é r a i r e s , et que l'on r e g a r d a comme des m a r t y r s . A p r è s q u o i , on partagea les robes flottantes, les flèches légères et les sabres recourbés que l'on avait conquis. Cette victoire avait eu lieu dans le voisinage d e Dorylée. E n a v a n ç a n t d a n s ce pays b r û l a n t , au milieu de l ' é t é , les croisés e u r e n t b e a u c o u p à souffrir. Presque tous leurs chevaux p é r i r e n t ; et l'on vit des chefs montés s u r des â n e s , s u r des c h a m e a u x , sur des bœufs,. Les chiens et les c h è v r e s traînaient les b a gages. La soif causa aussi des maladies p a r m i les pèlerins. Une foule d ' a v e n t u r e s varient l'aspect de ces vieux récits. Un j o u r que Godefroid d e Bouillon s'était un peu écarté d a n s u n e forêt où il cherchait d e la fraîc h e u r , il entendit les cris d'un soldat que l'on avait chargé d e ramasser du b o i s , et qui allait succomber, attaqué p a r u n e ourse affamée. Il courut au secours d u soldat, affronta la b ê t e m o n s t r u e u s e , et la tua d ' u n g r a n d coup d ' é p é e . Mais lui-même, grièvement blessé à la cuisse dans cette lutte d a n g e r e u s e , il sentit qu'il perdait son sang et tomba épuisé. Il fallut q u e le sold a t qui lui devait la vie le rapportât sur ses épaules. La t e r r e u r à ce spectacle s'empara de tous les croi-

AVENTURES D E BAUDOUIN. — L E S PIRATES CROISÉS.

65

s e s , qui voyaient d a n s Godefroid leur chef e t leur père. Les soins les plus t e n d r e s lui furent p r o d i g u é s ; des prières publiques furent récitées dans tout le camp pour d e m a n d e r a u ciel la conservation d ' u n chef aimé de tous ; et l'on se r e m i t en m a r c h e , portant le noble p r i n c e d a n s u n e litière, entouré d ' u n e garde attentive.

XI. — AVENTURES DE BAUDOUIN.
LES PIRATES CROISÉS.

S o u s la C r o i x , l'expiation , BRIDAINE.

Quelques jours a p r è s , B a u d o u i n , frère de Godefroid, et le h a r d i T a n c r è d e s'écartèrent avec leurs détachements p o u r aller à la d é c o u v e r t e . Ils enlevèrent a u x Turcs la ville de Tarse. Puis ils se la disputèrent. Baudouin en resta maître p a r la violence, et força T a n c r è d e à chercher d ' a u t r e s conquêtes. Cependant Baudouin disposait de peu de guerriers, et il avait tout à r e d o u t e r des infidèles. Bientôt u n e vive alerte lui fut d o n n é e ; ce fait d e l'histoire, d o n t le fond est i n c o n t e s t é , a été l'objet d'une légende que nous devons r a p p o r t e r , sans en garantir tous les détails : Par u n e chaude soirée d u mois de juillet de l'année 1 0 9 7 , d e u x vaisseaux de l'empereur Alexis Comnène, montés p a r des Grecs de Constantinople, supportaient un r u d e combat en vue des côtes d e la Cilicie. Dix petits bâtiments bons voiliers entouraient les d e u x gros navires. Ces petits bâtiments portaient
5

Gfi

AVENTURES D E BAUDOUIN.

tous à leur a v a n t u n lion grossièrement sculpté et varié d a n s ses a t t i t u d e s . Ils étaient montés p a r des p i r a t e s , qui savaient fuir q u a n d ils n'étaient p a s les p l u s forts, et vaincre lorsqu'ils se décidaient à attaq u e r . D e p u i s dix a n s , ces pirates couraient i m p u n é m e n t les m e r s . Toutes les côtes de la Méditerranée les connaissaient, et quelques villes leur payaient un t r i b u t p o u r avoir le droit de n a v i g u e r en s û r e t é . Ces pirates étaient des F r a n ç a i s , des F l a m a n d s et des B a t a v e s , q u i , a y a n t fait quelque temps le c o m m e r c e et la p ê c h e , avaient, fini p a r trouver qu'il était p l u s c o m m o d e de p r e n d r e q u e d ' é c h a n g e r , et s'étaient mis à é c u m e r la m e r , c o m m e déjà on disait alors. Leur force consistait en q u a t r e ou cinq cents h o m m e s d é terminés , à la fois m a r i n s et soldats, qui d ' u n e main faisaient la m a n œ u v r e et d e l'autre maniaient h a b i l e m e n t la h a c h e d ' a b o r d a g e . Les d e u x vaisseaux grecs portaient u n e troupe plus n o m b r e u s e , qui allait rejoindre les croisés, avec des intentions que nous n e connaissons pas. Ils se d é fendaient de leur m i e u x ; et le combat se trouvait c h a u d e m e n t engagé. Les pirates faisaient j o u e r de g r a n d e s machines qu'ils appelaient la fronde et l'arbalète : c'étaient d ' é n o r m e s bascules, au moyen desquelles ils lançaient a u loin des paniers de cailloux, d e s pièces de bois a r m é e s de fer, et des flèches entourées de résine a r d e n t e . Avec des faux emmanchées à de longues p e r c h e s , ils coupaient les cordages et déchiraient les voiles. Puis ils jetaient des h a r p o n s qui saisissaient le bord du n a v i r e ; et ils l'entraînaient avec e u x .

LES PIRATES CROISÉS.

67

Il y avait une h e u r e que le combat d u r a i t , trèsmeurtrier pour les Grecs, qui se défendaient sur leurs p o n t s , moins funeste a u x p i r a t e s , q u i , d a n s leurs m a n œ u v r e s , s'abritaient au fond de leurs petits bâtiments. Les cordages et les voiles des vaisseaux de l'empereur étaient en p i è c e s , et la moitié de leur équipage hors de c o m b a t . Mais, comme on était près de la c ô t e , ils refusaient de se r e n d r e et cherchaient à gagner l'embouchure d u G y d n u s , q u a n d W i m e r de Boulogne, l'un des chefs des pirates, appela ses plongeurs. Des h o m m e s aussitôt se jetèrent à la m e r , munis d'énormes t a r i è r e s ; d'instant en instant on les voyait reparaître p o u r respirer quelques secondes, puis ils plongeaient d e n o u v e a u autour du plus g r a n d navire g r e c . Au b o u t d'un q u a r t d ' h e u r e , on vit le vaisseau qu'ils avaient percé d e tous côtés faire eau si vivement qu'il s'enfonçait d ' u n e manière sensible. Les Grecs alors se r e n d i r e n t ; les pirates leur d o n n è r e n t la v i e , mais ils p r i r e n t e x a c t e m e n t tout ce q u e portaient les d e u x n a v i r e s ; e t , a v a n t de p e r m e t t r e a u x soldats d'Alexis de g a g n e r le large sur le seul vaisseau qui leur restait, les chefs des corsaires détachèrent trois de leurs b â t i m e n t s , chargés d'aller v e n d r e à la ville voisine les objets qu'ils venaient d e conquérir. C'étaient d e s étoffes, des provisions et des armes. Les pirates détachés d e la flottille r e m o n t è r e n t le Cydnus p o u r aller à T a r s e , qui était à u n e lieue et demie de la mer. Leur surprise fut g r a n d e en apercevant sur les murailles l ' é t e n d a r d de leur pays et
5 .

es

AVENTURES D E BAUDOUIN.

des h o m m e s a r m é s q u i portaient l'habit des F r a n c s . Leur c œ u r endurci palpita a u souvenir de leur p a t r i e . La garnison de T a r s e , qui les avait pris p o u r des Sarasins qu'il fallait c o m b a t t r e , les reconnut en m ê m e temps et leur tendit les b r a s . Ce fut une g r a n d e j o i e ; ils d é b a r q u è r e n t en tumulte. On les conduisît au palais, où dominait u n g u e r r i e r de leur p a y s . C'était B a u d o u i n . Déjà il s'était r e v ê t u de son a r m u r e de fer. Il tressaillit d'allégresse en reconnaissant Z e g h e r , Ghérart et surtout W i m e r d e Boulogne, avec qui a u trefois il avait fait la g u e r r e . Un avis fut e x p é d i é a u x s e p t - a u t r e s n a v i r e s , qui e n t r è r e n t bientôt d a n s le port de Tarse. Baudouin avait fait p r é p a r e r un g r a n d festin pour recevoir les p i r a t e s , tous également étonnés de celte r e n c o n t r e . Ils avaient bien e n t e n d u dire q u e les chevaliers d e l'Occident, a y a n t pris la c r o i x , étaient partis p o u r la conquête de Jérusalem. Mais ils savaient q u e les trois premières a r m é e s avaient péri en c h e m i n . Ils ignoraient q u e de nouvelles p h a l a n g e s , conduites p a r des chefs dont les plus remarquables étaient leurs compatriotes, poursuivaient plus h e u r e u s e m e n t leur pèlerinage h é r o ï q u e . Baudouin leur raconta tout le grand voyage des croisés, leur marche à travers l'empire qu'ils avaient i n t i m i d é , la prise de N i c é e , malgré sa double enceinte, la victoire de Dorylée. Il leur apprit que Godefroid d e Bouillon s'avançait sur Antioche, p e n d a n t q u e l u i , B a u d o u i n , allant à la découverte de quelque p r i n c i p a u t é , s'était e m p a r é de Tarse. Il se m i t e n suite à les exhorter :

LES PIRATES

CROISÉS.

69

— Vous menez mauvaise v i e , leur dit-il ; c e p e n d a n t vous êtes chrétiens comme nous. Il vous faut venir à repentance. Nous sommes ici dans la r e n o m mée ville de T a r s e ; ici est n é le bienheureux apôtre saint P a u l , ici est e n t e r r é le g r a n d prophète Daniel. Que des lieux si sacrés vous touchent! Nous sommes les soldats de Jésus-Christ, et v o u s , nos compatriotes, vous êtes les soldats du diable. Mes frères, poursuivit-il en p l e u r a n t , car alors les plus r u d e s guerriers pleuraient sans h o n t e , a b a n d o n nez le métier de pirates et suivez-nous. Notre b u t est noble et d i g n e ; nous v e n o n s délivrer la patrie du Seigneur. Allez avec mon frère Godefroid à la conquête de J é r u s a l e m , ou suivez ma f o r t u n e , et si vous m'aidez de c œ u r , j e vous ferai gagner d e b o n n e s seigneuries. Les pirates applaudirent e t s e mirent à crier tous : — La croix! la c r o i x ! si nous en sommes dignes. — Elle expiera tous vos p é c h é s , répliqua Baudouin. On apporta a u s s i t ô t , sur de grands p l a t s , des croix de d r a p v e r t , q u e les pirates s'attachèrent à l'épaule. Dès lors ces voleurs de mer, transformés en soldats de la croisade, m a r c h è r e n t sous les é t e n d a r d s de Baudouin, à qui ils r e n d i r e n t d'éminents services, et ceux qui s u r v é c u r e n t a u x hasards de la guerre devinrent de bons chevaliers. Ce renfort permit à Baudouin de laisser d a n s Tarse une g a r n i s o n , et il rejoignit T a n c r è d e . La petite a r m é e de ce chef, lui r e p r o c h a n t de l'avoir dépouillé de T a r s e , attaqua ses chevaliers. Les Italiens, battus

70

AVENTURES DE BAUDOUIN.

p a r l u i , furent un sujet de douleur pour les capitaines de la g u e r r e s a i n t e , et Godefroid de Bouillon, q u a n d son frère r e p a r u t a u c a m p , lui r e p r o c h a d'avoir oublié le s e r m e n t des pèlerins de la Croix. Mais alors Baudouin était ambitieux-, il voulait p o u r l u i - m ê m e u n e principauté. Il fît voir, par la manière h a u t a i n e a v e c laquelle il r e ç u t le blâme d e ses chefs, qu'il a v a i t suivi l'armée p o u r sa fortune personnelle, en m ê m e temps q u e p o u r la délivrance d u SaintSépulcre. La m o r t de sa femme Gondechilde, qui l'avait pieusement accompagné et qui rendit le d e r n i e r soupir à Marésie, n e le r a m e n a pas à des sentiments plus c h r é t i e n s . iVyant appris que le conseil des croisés v o u lait l ' e m p ê c h e r désormais d e s'écarter de l ' a r m é e , il s'en d é t a c h a d e nouveau p e n d a n t la n u i t , à la tête des siens, s'engagea encore d a n s la Cilicie, et s'avança j u s q u ' à É d e s s e , où s'étaient réfugiés tous les h a b i t a n t s chrétiens de la c o n t r é e . Ville autrefois royale ( 1 ) , Édesse n'avait alors la
( l ) Édesse, avant l'ère moderne, avait e u des rois, et tout le m o n d e sait quelque chose de la légende d u roi d'Édesse, contemporain {Voyage du Levant): de Notre-Seigneur. Voici toutefois cette légende, rapportée par Thévenot Abgare, roi d'Édesse, ayant entendu parler des miracles du F i l s de D i e u , lui e n v o y a , d i t - o n , mi peintre h a b i l e , afin d'avoir son portrait. Ce prince était malade d e la l è p r e , et il disait • « Si je puis seulement v o i r l'image de J é s u s , je serai guéri. » Mais l'éclat divin qui brillait sur le visage d u Sauveur empêchait l'artiste d'en copier les traits. Alors le Fils de D i e u , voulant satisfaire à l'ardent désir du roi d'Édesse et r é c o m penser sa f o i , posa son visage sur u n v o i l e , auquel toute sa ressemblance s'imprima aussitôt, et l'envoya au prince. C o m m e les messagers revenaient à Édesse, ils furent poursuivis par des v o l e u r s . Celui qui portait le v o i l e précieux se hâta d e le jeter dans

LES PIRATES CROISÉS.

71

paix q u ' e n se reconnaissant tributaire des Sarasins. Elle était gouvernée p a r un prince g r e c , qui c o m mandait a u n o m d e l ' e m p e r e u r Alexis. Baudouin n'avait pu a m e n e r q u ' u n petit n o m b r e de g u e r r i e r s . Mais tous les chrétiens s'étant déclarés pour l u i , il fut bientôt proclamé p r i n c e d ' É d e s s e , élu par le p e u p l e , qui s'était révolté et avait tué son g o u v e r neur. Il accepta cette fortune. Peu de jours a p r è s il e n leva S a m o s a t e , e t , p a r u n mariage qu'il contracta avec u n e princesse a r m é n i e n n e , il étendit ses possessions j u s q u ' a u T a u r u s . Une partie de la Mésopotamie et les d e u x rives de l ' E u p h r a t e reconnurent son autorité. L'Asie vit alors un chevalier franc régner sans obstacle s u r les plus riches provinces de l'ancien royaume d'Assyrie. Cet a u d a c i e u x coup de m a i n d e Baudouin fut u t i l e , ajoute Michaud (1). La p r i n c i pauté d'Édesse servit à contenir les Turcs et les
un p u i t s , pour le sauver, et gagna promptement la ville. Le lendemain matin, Abgare vint en pompe chercher la précieuse image. Il trouva les eaux du puits accrues jusqu'à ses bords ; le voile surnageait au-dessus. Il le p r i t , le contempla avec adoration, fut aussitôt guéri de sa lèpre et se fit chrétien à l'instant. Tout son peuple suivit son exemple. Les Turcs, au dix-septième siècle (et nous citons le témoignage de Thévenot), attribuaient encore a u x e a u x de ce puits révéré u n grand nombre de miracles. Évagre dit que, la ville d'Édesse étant assiégée par Chosroès, les habitants portèrent ce voile sur l e s remparts ; que les machines des ennemis prirent feu aussitôt et qu'Édesse fut délivrée. La ville garda cette sainte relique jusqu'au jour où elle fut obligée d e l a livrer Rome croit aujourd'hui la posséder. (1) Histoire des Croisades, liv. II. à l'empereur Constantin VIII pour se sauver du pillage. L'église de Saint-Silvestre à

72

SIÈGE D'ANTIOCHE.

S a r a s i n s ; et j u s q u ' à la seconde croisade, ce fut le premier boulevard des chrétiens en Orient.

XII. — LE SIÈGE D'ANTIOCHE.
PH1ROUS ET BOHÉMOND. Via aspera et longa. Gesta Dei per Francos.

Les croisés cependant poursuivaient leur m a r c h e . Mais, a y a n t négligé de laisser des garnisons derrière e u x , ils perdirent bientôt leurs communications avec l'Europe. Ils t r a v e r s è r e n t , p a r u n soleil a c c a b l a n t , les montagnes du T a u r u s , respirèrent un m o m e n t d a n s la S y r i e , repoussèrent plusieurs attaques des T u r c s , p r i r e n t Arthésie ( l ' a n c i e n n e Chalcis), et enfin ils a p e r ç u r e n t A n t i o c h e , cette ville où saint P i e r r e avait s i é g é , où les apôtres avaient laissé tant d e traces a u g u s t e s , ville immense que protégeait l'Oronte, q u e trois lieues de murailles entouraient, hérissées de trois cent s o i x a n t e - q u a t r e tours. Il fallait, p o u r s'approcher d'Antioche, franchir le p o n t de l'Oronte, qu'on appelait le P o n t d e fer, et qui était protégé p a r d e u x tours énormes, revêtues de fer et défendues p a r de vaillants guerriers. Les m u sulmans étaient, des d e u x côtés, rangés en bataille. Le d u c de Normandie et le comte de F l a n d r e s'élancèrent les premiers sur le pont. Ils a t t a q u è r e n t l'enn e m i si vivement que le passage fut enlevé. Les Turcs se replièrent en fuyant sur Antioche, d o n t la forte-

PHIROUS ET BOHÉMOND.

73

resse passait pour i m p r e n a b l e , dont les r e m p a r t s étaient baignés p a r de vastes fossés, par l'Oronte qui était là un g r a n d fleuve, et par de profonds marais. L'émir Accien gardait la place avec vingt-sept mille guerriers. Ce siège p a r u t si difficile, q u ' u n e partie des croisés ne voulait pas q u ' o n l'entreprît. On manquait de machines. Le plus g r a n d n o m b r e des chefs d e m a n daient que l'on attendît les secours promis par l'empereur Alexis. Godefroid de Bouillon pensa que les délais seraient plus favorables a u x musulmans q u ' a u x chrétiens. Il rappela a u x croisés leurs précédents exploits. Il leur fit voir quelle serait leur force lorsqu'ils seraient maîtres d ' A n t i o c h e , et six cent mille pèlerins, dont plus de d e u x c e n t mille portaient des a r m e s , investirent la ville. Les postes, comme d e v a n t Nicée, furent partagés entre les diverses nations qui composaient l'armée de la Croix. Les Français et les Flamands, sous la conduite de leurs chefs, furent placés à l'orient, entre la porte de S a i n t - P a u l et la porte du Chien; les autres guerriers dans la longue distance qui s'étend de la porte du Chien à l'Oronte. On négligea au c o m m e n cement d'investir le côté occidental, que bordait le fleuve ; les assiégés continuèrent de recevoir par là des secours. Dès q u ' o n s'en fut a p e r ç u , Godefroid de Bouillon ayant établi sur l'Oronte un p o n t d e b a t e a u x , la ville fut bloquée enfin de tous côtés. Les Turcs faisaient des sorties i m p r é v u e s , principalement p a r la porte du Chien : les croisés, avec d'énormes fragments de rocher, m u r è r e n t cette porté.

74

SIÈGE D'ANTIOCHE.

Mais au milieu d ' u n e foule d'actions é c l a t a n t e s , l'hiver s ' a v a n ç a , h u m i d e et destructeur. Toutes les calamités qui d é c o u r a g e n t survinrent : la disette, les é p i d é m i e s , les sanglantes rencontres. E n vain d'intrépides excursions a m e n è r e n t dans le camp q u e l q u e s m u l e t s chargés d e v i v r e s ; ces secours fortuits étaient insuffisants. L'armée ne recevait plus rien de l ' E u r o p e . De soixante-dix mille c h e v a u x qui étaient arrivés dev a n t A n t i o c h e , il n ' e n resta bientôt plus q u e d e u x m i l l e , qu'on n e pouvait plus nourrir. Plusieurs chefs d é s e r t è r e n t ; le vicomte de Melun et Pierre l'Ermite lui-même voulaient r e t o u r n e r en E u r o p e . Il fallut toute l'autorité de T a n c r è d e pour les en d é t o u r n e r . Un dernier m a l h e u r frappa les soldats chrétiens : Godefroid, blessé grièvement dans u n c o m b a t , resta m a l a d e sous sa tente. On avait envoyé à l ' e m p e r e u r de Constantinople des messagers qui n e revenaient point. Il faut l i r e , à cette é p o q u e , les v i e u x chroniqueurs et les légend a i r e s . « Un soir, disent-ils, plusieurs chevaliers ent r è r e n t dans la tente de Godefroid m a l a d e . Les communications avec Constantinople étaient r o m p u e s ; les vaisseaux de la Hollande, de la Flandre et d e Gênes n ' a p p o r t a i e n t plus de vivres ; le port de Saint-Siméon, situé à trois lieues d ' A n t i o c h e , n e recevait plus d e navires amis. Le premier guerrier qui entra venait de Laodicée. Échappé de celte ville, que les perfides Grecs avaient surprise pour la r e m e t t r e a u x infidèles, il annonçait que c e u x des pirates croisés à qui Baudouin avait confié la g a r d e de Tarse étaient prisonniers. Un autre chevalier raconta que l'archidiacre de

PHIROUS ET BOHÉMOND.

75

Toul, s'étant retiré la veille avec trois cents pèlerins à quelques milles du c a m p , dans une vallée où il comptait trouver des v i v r e s , venait d'être massacré par les T u r c s , ainsi q u e tous ses compagnons. On apprenait de toutes parts le m e u r t r e des croisés, qui, désertant pour trouver à m a n g e r sous les tentes e n nemies, n'y rencontraient q u ' u n e prompte mort. Ces nouvelles pleines de tristesse et de d o u l e u r , selon l'expression de Guillaume de Tyr, ajoutaient a u sentiment de toutes les calamités q u ' o n éprouvait. « Un autre g u e r r i e r venu de loin p a r u t ; il était encore souillé du sang des batailles. E n le v o y a n t , Robert de Flandre lui d e m a n d a ce qu'il avait fait de S w e n n , que les chroniqueurs appellent S u é n o n . Suénon était un j e u n e et brillant prince, fils du vieux roi de Danemark O l a w , iet frère du roi r é g n a n t Erik III. Sur l'invitation du comte de F l a n d r e , ce prince du N o r d , son allié, avait aussi pris la c r o i x ; il amenait quinze cents guerriers danois. La veille, on avait appris qu'il a r r i v a i t , et des h a u t e u r s du camp on avait a p e r ç u ses bannières à l'horizon. » — Suénon n ' e s t p l u s , messeigneurs, dit l'homme que le comte de F l a n d r e avait interrogé. Hélas! ce noble chevalier, à la stature de g é a n t , à la blonde chevelure, au visage d ' a n g e , au bras si p u i s s a n t , la mort n e l'a pas é p a r g n é . Nous sommes m a u d i t s à cause de nos p é c h é s , et Suénon avait l'âme trop pure p o u r combattre au milieu d e nous. Une j e u n e fille, la princesse F l o r i n e , si pieuse et si s a i n t e , et si renommée p o u r sa b e a u t é et ses g r â c e s , généreuse fille du noble d u c d e Bourgogne et d e Mathilde la

76

SIÈGE D'ANTIOCHE.

B e l l e , F l o r i n e , vous le savez, était fiancée avec le h é r o s d a n o i s . Selon l e u r s v œ u x , le mariage n e devait se célébrer q u e d a n s J é r u s a l e m , après la délivrance d u saint S é p u l c r e . Florine e l l e - m ê m e avait pris la c r o i x . A n i m é e de la m ê m e piété qui brûlait a u c œ u r d e S u é n o n , elle avait voulu p a r t a g e r tous ses d a n g e r s . Elle m a r c h a i t a u p r è s de lui sous la b a n n i è r e du Seigneur. » La nuit d e r n i è r e , p e n d a n t que Suénon reposait et q u e F l o r i n e , encore en p r i è r e s , songeait à Dieu et à l'objet d e ses chastes affections, elle e n t e n d i t u n b r u i t ; elle r e c o n n u t le pas des infidèles; elle courut é p e r d u e à la tente de Suénon : il était déjà trop t a r d , le c a m p danois était investi p a r les Sarasins. II fallut c o m b a t t r e dans les ténèbres et sans espoir de v a i n c r e , c a r le n o m b r e des ennemis était i m m e n s e . A p r è s u n e h e u r e de c a r n a g e , Suénon tomba percé de cent blessures mortelles. L ' a r d e n t e F l o r i n e , a r m é e d e l'épée comme n o u s , n'avait cessé de combattre a u x côtés du chevalier qui devait être son é p o u x . Protégée longtemps par nos efforts, elle s u c c o m b a , q u a n d Suénon pour la dernière fois lui tendit sa m a i n d é faillante, et leur h y m e n est consacré p a r la m o r t . » C'étaient p r e s q u e tous les j o u r s d'aussi lugubres nouvelles. Cependant l'horrible hiver passa. Dès que le temps devint plus d o u x , l'évêque A d h é m a r , qui n e désesp é r a i t pas de sa mission, fit labourer et ensemencer les terres autour du c a m p , pour montrer a u x infidèles q u e les assiégeants comptaient persévérer. Godefroid, guéri de sa b l e s s u r e , avait tout ranimé. Son frère

PHIROUS ET BOHÉMOND.

77

Baudouin, à qui il avait d e m a n d é des s e c o u r s , venait d'envoyer d e l'argent e t d e s grains. On construisit pour l'armée des moulins à v e n t , machines q u e les chrétiens avaient trouvées pour la première fois en Asie. La disette cessa enfin, et l'armée reprit confiance. Sur ces entrefaites, des ambassadeurs d u kalife de l'Egypte se présentèrent d e v a n t les chefs des croisés. Le kalife, sachant, dirent-ils, q u e les chrétiens étaient venus p o u r délivrer J é r u s a l e m , s'obligeait, s'ils voulaient m e t t r e b a s les a r m e s , à relever les églises de la ville sainte et à leur p e r m e t t r e d'y entrer en pèlerins. Mais s'ils allaient plus a v a n t , l u i , le kalife, était prêt à lancer contre e u x tous les h o m m e s armés d e l'Egypte et de l'Ethiopie, et tous les musulmans de l'Asie et de l'Afrique. Ce discours irrita les croisés. Godefroid répondit au nom de tous qu'ils étaient venus pour affranchir Jérusalem, dont les chrétiens voulaient être seuls les gardiens et les m a î t r e s ; qu'ils n e redoutaient ni l'Egypte, n i ses alliés, et qu'ils n e pouvaient faire de traités q u ' a v e c les princes qui j u r a i e n t au nom d e Jésus-Christ. En même temps q u e ces Égyptiens se retiraient, une a r m é e d e vingt mille S a r a s i n s , venus d'Alep et de D a m a s , s'approchait pour secourir Antioche. Elle fut en quelques heures taillée en pièces p a r les guerriers francs et p a r les soldats de Bohémond. Le comte d e F l a n d r e , voulant ajouter u n e d é monstration à la réponse q u e Godefroid venait de faire a u x ambassadeurs de l'Egypte, fit courir après

78

SIÈGE D'ANTIOCHE.

e u x et leur e n v o y a , sur des c h a m e a u x , d e u x cents têtes d'infidèles. D e u x cents au très furent lancées dans la ville assiégée. Peu de j o u r s après , u n e flotte génoise étant entrée dans le p o r t de S a i n t - S i m é o n , des pèlerins, sous la conduite de B o h é m o n d , allèrent recevoir les p r o v i sions q u ' e l l e apportait. Comme ils s'en revenaient c h a r g é s , ils furent attaqués p a r q u a t r e mille musulm a n s qui les épiaient et qui les mirent en d é r o u t e . B o h é m o n d lui-même commençait à fuir. Godefroid, surveillant t o u t , vole à leur secours avec son frère E u s t a c h e et quelques chevaliers à qui il ne dit q u e ces paroles : — Suivez-moi. Il se précipite, Fépée à la m a i n , au milieu des e n n e m i s , et les infidèles tourn e n t le d o s , s'enfuyant vers la ville. A c c i e n , qui la d é f e n d , fait sortir un renfort d'élite p o u r soutenir ces alliés qui lui a r r i v e n t . A l'appel de Godefroid, le n o m b r e des croisés se grossit en même t e m p s . La bataille s'engage plus sérieuse. Godefroid, p a r un m o u v e m e n t h a b i l e , se place de manière à couper à l'ennemi la retraite dans Antioche. Tous les m u s u l m a n s furent massacrés. Ceux qui cherchèrent à fuir, pressés p a r les c h r é t i e n s , se n o y è r e n t dans l ' O r o n t e , a u n o m b r e de d e u x mille. Dans cette j o u r n é e , où la valeur des soldats de la Croix éclata p a r des prodiges, Godefroid faisait voler en éclats les casques et les cuirasses. On lit d a n s les chroniques q u ' u n Sarasin de taille d é m e s u r é e , l'ayant assailli, mit du premier coup son bouclier en pièces. Godefroid, furieux, s'élance sur son gigantesque a d versaire , se dresse sur ses é t r i e r s , e t , laissant tom-

PHIROUS E T

BOHÉMOND.

79

ber avec force sa lourde é p é e , partage le corps d u Sarasin eu d e u x p a r t s , d o n t l'une roule d a n s la poussière, tandis que l ' a u t r e , emportée par son cheval , rentre dans la ville qu'elle épouvante. Les croisés vainqueurs r a m e n è r e n t le soir dans le c a m p , avec leurs provisions s a u v é e s , les c h e v a u x , les armes et les vêtements de soie des infidèles. Le siège néanmoins était toujours sans autres r é sultats, faute de machines. Dans l'intérieur des m u r s , les Turcs se vengeaient de leurs défaites sur les chrétiens qui habitaient Antioche et sur les prisonniers qu'ils pouvaient faire. Un j o u r ils a m e n è r e n t s u r les remparts u n chevalier captif; il se nommait R a y m o n d Porcher; il avait les mains enchaînées. On lui enjoignit d'engager les chefs d e la croisade à le racheter, s'il ne voulait pas q u ' o n lui coupât la t ê t e . R a y m o n d , élevant la v o i x , cria a u x chrétiens : — Ne faites p o u r moi a u c u n sacrifice ; il est bon que je m e u r e . Mais pressez le siège ; cette ville m a u dite ne p e u t plus vous résister longtemps. Restez fidèles à la foi de Jésus-Christ qui est avec vous. Accien, s'étant fait traduire ces paroles, fut étonné d'une telle g r a n d e u r d ' â m e . Il offrit les plus hauts honneurs au chevalier, s'il voulait embrasser la religion de M a h o m e t , la m o r t s'il persistait d a n s sa croyance. Raymond Porcher, pour toute r é p o n s e , se mit à g e n o u x , tourna ses regards vers l'Orient, et fit sa dernière p r i è r e , bénissant Jésus-Christ. On lui trancha la tête. On j e t a ensuite d ' a u t r e s chrétiens dans u n b û c h e r . Mais la ville était tombée à son tour dans u n e d i -

80

SIÈGE D'ANTIOCHE.

sette si profonde, que le fier Accien se vit r é d u i t à d e m a n d e r u n e t r ê v e . Les c h r é t i e n s , abattus p a r d e longues fatigues, l'accordèrent. B a u d o u i n , sur ces entrefaites, e n v o y a d'Édesse quelques s o m m e s d'arg e n t , et on prit d a n s le camp u n peu de r e p o s . 11 y eut des p o u r p a r l e r s entre les Turcs et les croisés. Un A r m é n i e n , nommé P h i r o u s , qui avait abjuré le Christianisme p o u r se ranger sous les étendards de M a h o m e t , et qui commandait trois des tours d ' A n tioche, offrit secrètement alors à Bohémond de lui livrer la ville. Voici comment la chose se passa. P h i r o u s , h o n o r é de la confiance de l'émir, avait avec lui son fils et son f r è r e , apostats comme l u i , et investis de c o m m a n d e m e n t s sous ses o r d r e s . Avant d e c h e r c h e r à g a g n e r son f r è r e , qu'il savait t r è s - d é voué à la cause des T u r c s , il ébranla son fils, lequel entra d a n s ses projets. Sans a d m e t t r e d ' a u t r e s tiers au complot, il descendit le j e u n e h o m m e d a n s le fossé par u n e échelle de cuir et le chargea de faire d e s ouvertures à l'un des chefs croisés. Le j e u n e h o m m e , à la faveur de la n u i t , se présenta a u x portes d u c a m p . On le conduisit à Bohémond. Le prince de Tarante reçut avec joie des propositions qui allaient terminer tant de m a u x . Il r e n v o y a l'émissaire à son père avec de séduisantes p r o m e s s e s , et fit s u r - l e champ rassembler en conseil secret les chefs de la croisade. Ils commencèrent par rejeter les offres de l'Arménien , en disant que la trahison était indigne de leur cause et honteuse pour leur valeur, mais peut-être intérieurement j a l o u x de Bohémond, qui p r é t e n d a i t ,

PHIROUS ET BOHÉMOND.

.

81

s'il gagnait Antioche par s t r a t a g è m e , considérer cette ville comme son domaine. On décida de r e p r e n d r e le siège, en a r r ê t a n t que chacun des chefs c o m m a n d e rait sept j o u r s , et que la ville appartiendrait à celui qui serait de semaine lorsqu'elle se rendrait. * Le c o m m a n d e m e n t d e la première semaine fut donné à B o h é m o n d , e t , dès le lendemain d u conseil secret, on apprit que K e r b o g à , prince d e Mossoul, après avoir ravagé la Mésopotamie, a m e n a i t au s e cours d'Antioche u n e a r m é e q u e l'on disait forte de deux cent mille h o m m e s . De vives alarmes se répandirent d a n s le c a m p . Ceux qui étaient le plus opposés à la proposition du prince de Tarente vinrent le presser d ' e x é c u t e r ce qu'il avait dit. B o h é m o n d , ayant fait prévenir P h i r o u s , osa la nuit suivante monter lui-même à la tour, au moyen de l'échelle de cuir. L'Arménien était prêt. Il livra son fils en otage p o u r s û r e t é de son e n g a g e m e n t . Le jeune h o m m e , arrivé au c a m p , fut présenté a u x chefs. Tout était conduit dans cette affaire avec u n e discrétion e x t r ê m e . B o h é m o n d , qui devenait maître de l'entreprise, voulant inspirer u n e fausse sécurité a u x assiégés, fit sonner les t r o m p e t t e s , déployer les bannières et d o n n a l'ordre de se m e t t r e en m a r c h e , en annonçant p a r t o u t avec bruit qu'on allait à la r e n contre du prince de Mossoul. Cette m a n œ u v r e occupa toute la j o u r n é e . Aussitôt qu'il fut n u i t , les n o m b r e u x corps des armées de la Croix r e ç u r e n t le c o m m a n d e m e n t de faire volte-face, et furent r a m e n é s , dans le plus g r a n d silence, sous les murs d'Antioche. Ils s'arrêtèrent d a n s u n vallon, 6

82

SIÈGE D'ANTIOCHE.

au pied de la tour des TYois-Sœurs, où commandait Phirous, et tous a p p r i r e n t là ce qui se p r é p a r a i t . Un g r a n d orage s'était élevé, mêlé de v e n t et de t o n n e r r e . Les croisés virent dans ce tumulte des élém e n t s u n e m a r q u e certaine d e la protection du c i e l , qui empêchait ainsi les sentinelles de rien e n t e n d r e . Le complot de Phirous allait donc se consommer. Comme l'Arménien n'attendait plus que l'heure c o n v e n u e , le bruit vague d ' u n e trahison se r é p a n d i t tout à coup dans la ville. On en accusait le p e u de chrétiens qui s'y trouvaient. On soupçonnait plus viv e m e n t peut-être les a p o s t a t s , gens en qui on n ' a j a mais une confiance entière. On nommait s o u r d e m e n t Phirous : on disait qu'il entretenait des correspondances avec les croisés. Accien le fit venir et l'interrogea , fixant sur lui un de ces r e g a r d s qui fouillent dans les plus intimes pensées. Le sang-froid de l'Arm é n i e n le sauva. Lui-même proposa avec calme des mesures de s û r e t é . — Il faut c h a n g e r , d i t - i l , tous les gardiens, des tours et mettre a u x fers tous les chrétiens. — C'est ce q u e j e ferai d e m a i n , "répondit l'émir en le r e n v o y a n t . Phirous r e t o u r n a à son p o s t e , plus pressé q u e j a mais d'en finir. Mais son frère n ' é t a i t pas encore prévenu-, et il n e pouvait rien faire sans son concours , parce qu'il commandait la tour voisine de la s i e n n e . Il alla le t r o u v e r . — Vous savez ce qui se p a s s e , lui dit-il. On arrête tous les chrétiens. Demain m a t i n , avant le jour p e u t - ê t r e , tous seront mis à mort. C'est pour moi une

PHIROUS ET BOHÉMOND.

83

vive d o u l e u r ; j e ne puis oublier q u e nous sommes nés dans la m ê m e religion et q u e n o u s avons été leurs frères. — Et c'est u n e raison de plus p o u r les avoir en horreur, répondit froidement l'autre apostat. Depuis que ces croisés sont v e n u s , nous n e vivons que dans les alarmes. Puissent-ils périr tous et les traîtres avec eux ! Le frère de Phirous a v a i t , en disant c e l a , un air si menaçant et si farouche, que l'Arménien vit bien qu'il ne deviendrait jamais son complice. Il n'hésita pas un instant. Se précipitant sur lui avec violence, il lui plongea son poignard d a n s le c œ u r , et jeta aussitôt le cadavre d a n s le fossé. Un peu rassuré a l o r s , il descendit u n e échelle cle cuir. Un émissaire de B o h é m o n d , posté au pied de la tour, monta p o u r s'entendre avec Phirous. — Nous n ' a v o n s q u ' u n e seule r e s s o u r c e , dit l'Arménien, c'est q u e tous les intrépides d e l'armée viennent ici par l'échelle flottante. Dès q u e nous serons en n o m b r e , nous irons ouvrir u n e des portes. Pendant qu'il parlait ainsi, un officier de ronde se présenta tout à coup avec u n e l a n t e r n e . Phirous n'eut que le temps de cacher le croisé sous les coussins du divan. P o u r t a n t son air calme n e laissa rien soupçonner. L'officier loua sa vigilance, e x a m i n a tout avec sa lanterne et ne vit rien. Lorsqu'il se fut r e t i r é , l'Arménien fit descendre l'émissaire, en lui r e c o m m a n d a n t bien de dire à Bohémond q u ' u n e h e u r e de retard p e r d r a i t tout.
6.

S4

LA SAINTE LANCE.

Mais à ce m o m e n t s u p r ê m e , la frayeur s ' e m p a r e des chrétiens. Tous calculent le d a n g e r . Tous s'épouvantent. P e r s o n n e n e veut se h a s a r d e r sur la t r e m b l a n t e échelle. E n vain Bohémond d o n n e l'exemple en m o n t a n t le premier ; en vain il p r i e ; personne n e le suit. Les paroles mêmes de Godefroid de Bouillon n ' e x c i t e n t pas les b r a v e s . R o b e r t de Flandre s'approche a l o r s , suivi d e soixante guerriers d'élite. — Nous irons d o n c , nous a u t r e s , dit-il. Ses soixante compagnons le suivent en silence. L'élan était d o n n é ; u n e foule d e soldats montent i n t r é p i d e m e n t . Dix tours sont en quelques minutes au pouvoir des croisés. Une porte est enfoncée; Godefroid de Bouillon entre dans Antioche au son des t r o m p e t t e s , a u cri de g u e r r e Dieu le veut! La g a r n i son t u r q u e est e x t e r m i n é e , et au point d u j o u r on voit flotter sur les r e m p a r t s la b a n n i è r e r o u g e de Bohémond. Accien, voulant s'enfuir, fut tué p a r un b û c h e r o n qui le r e c o n n u t , et qui apporta a u x chefs des croisés sa tête é n o r m e , a u x oreilles longues et v e l u e s , à la longue b a r b e b l a n c h e .

XIII. — LA SAINTE LANGE. — KERBOGA.
La v i c t o i r e e s t à D i e u . BOSSUET.

La prise d'Antioche eut lieu a u commencement de juin d e l'année 1 0 9 8 , après un siège d e huit mois. Il y avait peu de J O U F S q u e les chrétiens se r e p o -

KERBOGA.

85

saient de leurs longs t r a v a u x ; et ils se réjouissaient de leur t r i o m p h e , q u a n d l'armée d u prince de Mossoul , — forte en effet de d e u x cent mille h o m m e s , — se montra en v u e d'Antioche. Vingt-huit émirs marchaient, a v e c leurs corps d ' a r m é e , sous les ordres de Kerbogâ. Il s'avançait c o m m e u n homme sûr de vaincre. Un d é t a c h e m e n t de chevaliers sortit à la rencontre de ce nouvel e n n e m i . Sans d o u t e qu'ils vendirent chèrement leur v i e , mais a u c u n d ' e u x n e revint. Un n o u v e a u corps d ' a r m é e , qui allait au secours du premier d é t a c h e m e n t , fut obligé de r e n t r e r p r é cipitamment d a n s la v i l l e , investie u n e h e u r e après par les b a n n i è r e s innombrables des musulmans ; et les croisés, d'assiégeants qu'ils étaient la semaine p r é cédente, se trouvèrent tout à coup assiégés, sans avoir eu le temps cle s'approvisionner. Des sorties de tous les j o u r s produisirent alors mille faits héroïques , mais n ' a m e n è r e n t aucun succès; et parmi les c h r é t i e n s , bloqués d a n s u n cercle qui semblait se resserrer à c h a q u e h e u r e , la disette vint de n o u v e a u . Ce fut bientôt la plus hideuse famine. On m a n g e a les c h i e n s , puis les c h e v a u x de bataille, puis les cuirs des b a u d r i e r s et des chaussures. Les chefs partageaient les peines des soldats. On savait que l'empereur Alexis amenait enfin des secours, et on prenait courage. Le comte d e B l o i s , ayant fait u n e percée dans les r a n g s compactes de l'ennemi, trouva le moyen de s ' é c h a p p e r ; il courut à la rencontre de l ' e m p e r e u r , qui s'avançait en effet. Il le pressa d'accélérer sa m a r c h e . Mais Alexis ne v e -

86

LA SAINTE LANCE.

nait que pour p a r t a g e r les victoires des croisés. Dès qu'il apprit la situation d'Antioche, il rebroussa c h e min et s'en r e t o u r n a lâchement dans Constantinople. Le comte d e Blois, d é c o u r a g é , n'osa revenir et r e prit le chemin d e la France. A b a n d o n n é s a i n s i , les croisés, dans leur m i s è r e , ne songeaient plus qu'à mourir. Quelques chefs firent m ê m e offrir à Kerbogâ de lui r e n d r e la v i l l e , s'il leur voulait permettre de s'en r e t o u r n e r d a n s leur p a y s . Le prince de Mossoul se refusa à cette t r a n s a c t i o n , d o n t Godefroid n ' a p p r i t la pensée q u e pour la b l â m e r sévèrement. Car, au milieu de l'abattement g é n é r a l , il y avait encore p a r m i les chrétiens quelques h o m m e s qui conservaient de l'enthousiasme. Godefroid de Bouillon, Robert de F l a n d r e , T a n c r è d e , j u r a i e n t q u e tant qu'il leur resterait soixante c h e v a liers , ils ne r e n o n c e r a i e n t pas à l'espoir d'aller d é l i vrer Jérusalem. On raconta bientôt des visions p r o d i g i e u s e s , qui semblaient a n n o n c e r un terme à t a n t de m a u x . Un déserteur passait à l ' e n n e m i ; il s'en revint d e luim ê m e , disant qu'il avait été a r r ê t é p a r son f r è r e , m o r t dans u n précédent combat. Le fantôme lui avait révélé q u ' à la prochaine b a t a i l l e , tous c e u x qui avaient succombé sous la b a n n i è r e de la Croix se lèveraient de leurs tombes et viendraient combattre d a n s leurs r a n g s . P o u r m e t t r e le comble à ces merveilles, u n bon et saint p r ê t r e marseillais, n o m m é Pierre B a r t h é l e m i , eut u n e révélation plus i m p o r t a n t e . Un m a t i n , il a n n o n ç a , tout é m u , que saint A n d r é s'était m o n t r é à

KERB0GA.

87

lui, en réalité ou en s o n g e , et qu'il lui avait déclaré le lieu où était e n t e r r é e , d a n s l'église vénérée d e Saint-Pierre d ' A n t i o c h e , la lance qui avait percé le côté et o u v e r t le c œ u r de Notre-Seigneur JésusChrist. Le saint apôtre avait ajouté que cette l a n c e , devenue auguste et s a c r é e , d o n n e r a i t la victoire a u x chrétiens. On trouva en effet, a u lieu d é s i g n é , la précieuse relique, a p r è s avoir fouillé assez longtemps. Des épreuves et des miracles signalèrent sa sainteté. L'abattement s'évanouit a l o r s , et tout le monde voulut de n o u v e a u marcher au c o m b a t . L'ermite Pierre fut envoyé à K e r b o g â , à qui il d e m a n d a fièrement, au nom des c h r é t i e n s , s'il souhaitait u n e bataille g é nérale, ou s'il n e préférait pas un combat d ' u n c e r * tain n o m b r e d e chevaliers croisés contre un n o m b r e égal de m u s u l m a n s .
1

Le prince d e Mossoul, souriant de d é d a i n , r é p o n dit qu'il ne traitait pas a v e c des m o u r a n t s . Il renvoya ainsi le p a r l e m e n t a i r e . Toute l ' a r m é e chrétienne se mit d o n c en prières. Un reste d e v i v r e s , que l'on trouva et qui fournit u n repas frugal à tous les g u e r r i e r s , p a r u t un nouveau miracle. Le lendemain m a t i n , 2 9 j u i n , j o u r même où • l'on fête les b i e n h e u r e u x apôtres saint Pierre et saint Paul, cent mille croisés, après avoir tous c o m m u nié, sortirent d'Antioche avec tous les chefs, p r é cédés du p i e u x évêque A d h é m a r , qui portait la cuirasse sous sa robe épiscopale, et a u p r è s de qui marchait R a y m o n d d ' A g i l e s , l'un des historiens d e la croisade, élevant dans ses mains la sainte lance.

SS

LA SAINTE LANCE.

L'armée s'avançait en c h a n t a n t le p s a u m e de la sainte g u e r r e : Eocurgat Deïts : « Que le Seigneur se lève! Que ses ennemis soient dispersés! » Tous ceux qui étaient sans a r m e s priaient à genoux sur les r e m p a r t s . P r e s q u e tous les soldats de la Croix étaient à pied. Les chefs avaient pour m o n t u r e des ânes et des c h a m e a u x . Il ne restait q u ' u n c h e v a l , q u ' o n avait d o n n é à Godefroid de Bouillon. Lorsqu'on annonça au prince de Mossoul que les chrétiens sortaient de la ville, d o n t les tours venaient d'arborer le d r a p e a u noir, il crut qu'ils s'avançaient h u m b l e m e n t pour implorer sa clémence. Mais ses premiers détachements violemment dispersés l'obligèrent bientôt à quitter son j e u d'échecs et à m o n t e r à cheval. II divisa r a p i d e m e n t son a r m é e en quinze bataillons. Les chrétiens, de leur c ô t é , s'étaient p a r tagés en douze c o r p s , sous la protection d e s douze saints a p ô t r e s . Tous ces a r r a n g e m e n t s furent détruits en u n m o m e n t . La mêlée devint subitement g é n é r a l e . La bataille s'engagea sur tous les p o i n t s , avec tant de courage d e la p a r t d ' h o m m e s q u e l'on croyait e x t é n u é s , q u e K e r b o g â , pris de p e u r , envoya à son tour proposer a u x princes chrétiens ce qu'il avait r e fusé la v e i l l e , d'éviter le c a r n a g e en se b o r n a n t à faire combattre des d e u x p a r t s l'élite des g u e r r i e r s . Les croisés à leur tour méprisèrent des offres qui r e doublaient leur confiance. Une petite pluie vint les rafraîchir, en m ê m e temps q u ' u n v e n t assez vif poussait leurs flèches v e r s l ' e n n e m i . Ils r e c o n n u r e n t là encore la protection de Dieu. Godefroid de Bouillon, Robert de F l a n d r e ,

KERBOGA.

89

qu'on s u r n o m m a , à cause de ses exploits d a n s cette grande j o u r n é e , le fils de saint Georges, le comte de Hainaut, Baudouin du B o u r g , T a n c r è d e , tous les capitaines se montraient a u x postes les plus avancés. Ils voyaient tomber autour d ' e u x les plus braves Sarasins. L'armée immense de Kerbogâ fut mise en pleine d é r o u t e . Le prince de Mossoul s'enfuit, laissant sur le champ de bataille cent mille infidèles. Les chrétiens avaient perdu q u a t r e mille h o m m e s . Us trouvèrent dans le camp ennemi des c h e v a u x , d e l'or, des v i v r e s , et quinze mille c h a m e a u x , qu'ils e m m e n è r e n t à A n tioche , encore chargés des cordes et des chaînes q u e le vaincu avait destinées a u x chrétiens. Cette h e u r e u s e victoire fut suivie de quelques jours de r e p o s . . . . Mais nous devons faire r e m a r q u e r q u ' o n a u n e autre version de l'histoire de la sainte lance. Elle fait le chapitre III de la Chronique de l'abbaye d e Saint-André-lez-Bruges, publiée en 1 8 3 9 p a r M. Octave Delpierre. La voici : « Comment l'apôtre saint A n d r é a p p a r u t a u comte de Flandre R o b e r t , et c o m m e n t , p a r son s e c o u r s , les croisés assiégés d a n s Antioche furent délivrés et r e m portèrent la victoire. » Les croisés, r é d u i t s d a n s Antioche à la dernière e x t r é m i t é , n ' e s p é r a i e n t plus en a u c u n secours h u main , q u a n d le Dieu très-bon et très-puissant vint à leur a i d e . » Une n u i t , le glorieux apôtre du Christ, celui qui des premiers suivit les traces d u Fils de Dieu et fut

90

LA SAINTE LANCE,

son fidèle disciple, saint André a p p a r u t au très-noble et invincible p r i n c e le comte Robert de F l a n d r e (fils de Robert le F r i s o n ) , lui révéla le lieu où se trouvait e n t e r r é e , d a n s l'église de Saint-Pierre, la lance avec laquelle le c e n t u r i o n Longin perça le flanc de NotreSeigneur, et lui enjoignit de l'aller p r e n d r e , accompagné des a u t r e s princes chrétiens et de tous les c r o i s é s , ajoutant qu'il devait aussitôt a t t a q u e r les ennemis , qu'il vaincrait infailliblement. » Le comte R o b e r t , à qui cette vision rendit la joie et l ' e s p é r a n c e , se leva au point du j o u r , r e m e r c i a n t du fond du c œ u r le Seigneur tout-puissant et son saint apôtre de la faveur qui lui était faite ( 1 ) . Puis il assembla tous les chefs de l'armée chrétienne et leur exposa ce qui lui était a r r i v é . T o u s , v e r s a n t des larmes de j o i e , ainsi qu'il arrive lorsqu'on é c h a p p e à u n d a n g e r i m m i n e n t , et offrant de sincères actions de grâces a u Très-Haut et à leur fidèle appui l'apôtre saint A n d r é , courent au lieu i n d i q u é , et la t e r r e ayant été c r e u s é e , oii trouva la lance du Christ, ainsi q u e la vision l'avait révélé. » Une g r a n d e confiance se répandit alors d a n s toute la v i l l e ; on ne songea plus qu'à c o m b a t t r e ; et on s'y p r é p a r a avec a r d e u r . Chacun des croisés, plein de dévotion et le c œ u r c o n t r i t , confesse ses p é c h é s , accepte avec joie la pénitence qui lui est i m p o s é e , puis s'avance pour recevoir le précieux corps d e
(1) Dans quelques récits des chroniqueurs on lit que la révélation f u t faite simultanément au comte de Flandre et à Pierre Barthélemi. Dans tous les cas, deux traditions dont le résultat est le m ê m e confirment l e fait.

KERBOGA.

91

Jésus-Christ, ce qui achève de relever leur énergie. Les p r ê t r e s , revêtus de leurs habits s a c e r d o t a u x , célébraient d e tous côtés le service divin, même au milieu des r u e s , et donnaient la bénédiction à tous ces hommes qui volaient au combat. » Il résulta de là p o u r les croisés u n e telle confiance, et u n e telle grâce l e u r fut envoyée d ' e n h a u t , que l'on vit s'élancer courageusement c e u x q u i , la veille, a b a t t u s et c o n s t e r n é s , pouvaient à peine lever leurs y e u x éteints p a r la souffrance, car la fauiine les assiégeait depuis v i n g t - s i x j o u r s . Invoquant donc le secours d i v i n , ils se formèrent en douze bataillons et s'avancèrent vers l ' a r m é e e n n e m i e . Comme ils sortaient de la ville, u n e suaye rosée descendit du ciel et se répandit sur e u x . Us r e c o n n u r e n t là encore u n secours d u Seigneur, p u i s q u e , arrosés de cette légère p l u i e , ils se sentirent doués d'une telle force d e corps et d ' u n e telle vigueur d ' e s p r i t , q u e , durant toute la b a t a i l l e , ils ne ressentirent plus ni la fatigue ni la faim. Ils se précipitaient sur leurs ennemis a v e c l ' a r d e u r et le courage d u lion ; et ils en firent u n tel carnage q u e , d e cette multitude innomb r a b l e , quelques-uns à p e i n e , cherchant leur salut dans la fuite, parvinrent à s'échapper (1).
(1) On lit au chapitre IV de la Chronique que nous v e n o n s d e citer que le comte Robert de Flandre fonda l'abbaye de Saint-André-lez-Bruges en commémoration de cette v i c t o i r e , due à la sainte lance. Le premier récit, qui n e mentionne q u e Pierre Barthélémy, est de, Raymond d'Agiles, l'un des historiens de la croisade, qui écrivait c o m m e témoin des faits et qui porta l u i - m ê m e la sainte lance dans la bataille.— Quoi qu'il en s o i t , cette relique auguste rendit u n service immense aux croisés ; elle les sauva.

92

LA SAINTE LANCE.

Les chefs d e la croisade, ne voyant plus d ' e n n e m i s d e v a n t e u x , se disposèrent bientôt à poursuivre leur marche vers J é r u s a l e m . Ils n'étaient pas encore d é s abusés s u r le c o m p t e d e l'empereur Alexis. Ils lui e n v o y è r e n t H u g u e s de Yermandois et Baudouin d e H a i n a u t , p o u r lui rappeler de nouveau les promesses qu'il avait faites de fournir des secours. Le j e u n e comte de H a i n a u t , attaqué par u n corps de Turcs d a n s les environs de Nicée, ne reparut p l u s , et jamais on n ' a pu savoir sa fin. H u g u e s , s'étant caché d a n s un b o i s , échappa a u x b a r b a r e s . Mais, arrivé à Constantinople, il a b a n d o n n a aussi la cause périlleuse des croisés, et s'en retourna dans son p a y s . Bohémond a y a n t été reconnu prince d ' A n t i o c h e , u n e forte garnison avait été laissée d a n s cette ville, et l'armée s'était éloignée. Une g r a n d e douleur devait la frapper encore. Dans u n e nouvelle épidémie .qui surv i n t , l ' é v ê q u e A d h é m a r , ce chef spirituel de la croisade d o n t l'appui avait soutenu tant de c o u r a g e s , fut emporté tristement. Il m o u r u t sans avoir vu J é rusalem. Plusieurs places furent prises d a n s la r o u t e , et d e nobles prouesses pourraient a g r a n d i r nos récits. L'armée du prince d'Alep fut battue p a r Godefroid de Bouillon. L'émir de Tripoli fut vaincu dans u n e sanglante r e n c o n t r e . Marra fut assiégée. Les h a b i t a n t s , au rapport de Guillaume de Tyr, lançaient du h a u t des r e m p a r t s des flots de b i t u m e enflammé, des tonnes de c h a u x v i v e , des r u c h e s pleines d'abeilles, des m o n c e a u x de pierres et des grêles «de traits. Néanmoins, le comte de F l a n d r e planta l ' é t e n d a r d de la Croix sur les tours de Marra.

KERBOGA.

93

On marcha enfin sur Laodicée, où l'armée des croisés se renforça de plusieurs chevaliers venus d'Angleterre (1). Elle délivra les pirates croisés qui s'y trouvaient captifs. Beaucoup d ' a u t r e s villes furent enlevées ou se s o u m i r e n t ; tout tremblait enfin devant les chrétiens. Ptolémaïs e u t peur et envoya des vivres. Mais en m ê m e temps les chefs qui commandaient d a n s cette ville lâchèrent des colombes qui portèrent à Césarée, attachés à leurs a i l e s , des avis écrits contre les chrétiens. Un de ces innocents messagers, échappé des serres d'un faucon, tomba dans le camp des croisés, qui a p p r i r e n t à connaître leurs prétendus alliés. Us ne s ' a r r ê t è r e n t p o u r t a n t pas d a n s leur projet d'aller en toute hâte à Jérusalem. Ayant pris Lydda et R a m l a , comme ils n'étaient plus qu'à quelques lieues de la ville s a i n t e , des chrétiens de Bethléem vinrent implorer leur secours. Tancrède partit avec trois cents h o m m e s ; e t , à minuit, h e u r e consacrée p a r la naissance du Sauveur, l'étendard de la Croix fut a r b o r é sur Bethléem d é livrée.
(1) L'Angleterre prit peu de part à la première croisade. Guillaume le R o u x , successeur de Guillaume le Conquérant, s'occupait moins de consoler l'Église q u e d'affermir sa tyrannie brutale dans la GrandeBretagne, envahie par son père. Le petit nombre de chevaliers anglais qui vinrent s'unir à Godefroid arrivaient par leur propre v œ u , mais non envoyés par Guillaume.

9-i

JÉRUSALEM DÉLIVRÉE.

XIV. — JÉRUSALEM DÉLIVRÉE.
Ce capitaine qui délivra le t o m b e a u d e Jésus-Christ.... 11 ne dut qu'à sa valeur et à sa sagesse cette conquête g l o r i e u s e , qui lui coûta tant de travaux. L E TASSE.

Le l e n d e m a i n , on aperçut à l'horizon J é r u s a l e m ; et s o i x a n t e mille chrétiens de l'Occident, car le n o m b r e des croisés était m a i n t e n a n t réduit à ce n o m b r e , p u r e n t contempler enfin la cité s a i n t e . Pénétrés d ' u n vif a t t e n d r i s s e m e n t , ils t o m b è r e n t tous à g e n o u x , la tête d é c o u v e r t e , fondant en larm e s , p r i a n t en silence et se frappant la poitrine. Us reprirent ensuite leur marche en continuant d e prier ou en c h a n t a n t d e pieux cantiques. Les chevaliers avaient mis pied à terre. Tous les croisés, a y a n t ôté leurs c h a u s s u r e s , marchaient pieds n u s , et n e foulaient q u ' a v e c recueillement ce sol consacré p a r les pas augustes d e l'Homme-Dieu. L e u r piété a r d e n t e se confondait dans la tendresse et les saints transports. Us pleuraient sur les souffrances de Jésus-Christ, sur ('humiliation du saint S é p u l c r e ; puis ils j u r a i e n t derechef d e n e déposer maintenant les a r m e s q u ' a p r è s avoir vengé la g r a n d e cause de la Croix. Jérusalem, détruite p a r T i t u s , relevée partiellement d e p u i s , était alors, c o m m e on l'a v u , la proie des grossiers enfants d e Mahomet, qui la désolaient d'odieuses profanations. Cette ville formait un carré long, et contenait d a n s son enceinte quatre collines, dont la plus célèbre était le Golgotha ou Calvaire,

JÉRUSALEM DÉLIVRÉE.

95

lieu rendu à jamais vénérable p a r la passion du Sauveur des h o m m e s . L'impératrice Hélène a A a i t fait bâtir sur cette colline l'église d e la Résurrection. Au m o m e n t de l'arrivée des croisés, les musulmans d ' E g y p t e , qui venaient à leur tour d'enlever Jérusalem a u x T u r c s , avaient achevé de fortifier ses remparts d e bastions et de larges fossés. Instruits de l'approche des c h r é t i e n s , ils avaient comblé ou empoisonné les puits et les citernes des environs. C'était le milieu de l'été. L ' a r m é e de la Croix se trouva bientôt exposée à mourir de soif; car les sources étaient taries, le torrent de Cédron d e s s é c h é ; la fontaine de Siloé coulait à p e i n e .
r

L'armée entoura n é a n m o i n s Jérusalem. Le comte de Flandre assit son c a m p au n o r d , entre la porte d'Hérode et la porte Saint-Etienne. Les diverses n a tions se p a r t a g è r e n t le reste du circuit. Godefroid d e Bouillon planta son pavillon e n t r e la porte de Damas et la p o r t e de Jaffa, au lieu m ê m e où s'était élevée la tente de Titus. Quoique les croisés n'eussent ni échelles ni machines, ils commencèrent le siège p a r u n assaut général. Ils comblèrent u n e partie des fossés; p u i s , tandis q u e les uns lançaient des pierres et des javelots sur la ville avec la fronde et l'arbalète, les autres, s'avançant au pied des murailles, couverts de leurs b o u cliers serrés, comme d ' u n e tortue i m p é n é t r a b l e , s'efforçaient d ' é b r a n l e r avec la pioche et le m a r t e a u les remparts et les tours. Les flots d'huile et de poix bouillantes q u i tombaient sur e u x n e les firent p a s reculer. Des pans de muraille s'écroulèrent; on a p -

96

JÉRUSALEM DÉLIVRÉE.

porta la seule échelle d e siège q u e l'armée possédât, et les g u e r r i e r s se plaçant q u a t r e de front, cent d'entre e u x y m o n t è r e n t , étonnant dès ce p r e m i e r j o u r les m u s u l m a n s , qui n e s'expliquaient pas u n tel excès de v a l e u r . Mais n e p o u v a n t être soutenus sur les a u t r e s p o i n t s , les plus avancés se firent e x t e r m i n e r , et l ' a r m é e fut obligée de faire retraite. On se décida à construire des m a c h i n e s . Des d é t a c h e m e n t s envoyés à la découverte ayant t r o u v é du b o i s , tous les b r a s s'employèrent à le m e t t r e en œ u v r e . On fit des b é l i e r s , des catapultes. On traça et on établit des galeries c o u v e r t e s . On p r é p a r a des claies et des fascines. On avait fini p a r découvrir de l'eau à q u e l q u e s lieues d u c a m p , et toute l'armée montrait du courage. De toutes parts c o n t r e les m u r s se dressèrent les a p p r ê t s , parmi lesquels on distinguait trois énormes tours m o b i l e s , solidement construites, qui avaient c h a c u n e trois é t a g e s , et qui s'élevaient plus h a u t q u e les r e m p a r t s de la ville assiégée. Des ponts à bascule étaient d e b o u t au s o m m e t , p r ê t s à s'abattre sur les c r é n e a u x . La plus g r a n d e de ces machines était celle d e Godefroid d e Bouillon. Elle contenait, renfermés dans la chambre inférieure, les n o m b r e u x ouvriers qui la faisaient mouvoir sur ses énormes roues. Les étages supérieurs portaient les g u e r r i e r s . Les parois de cet édifice étaient couvertes de cuir mouillé, qui d e vait opposer d e la résistance à la flamme. Les croisés se p r é p a r è r e n t p a r trois jours d e j e û n e et de prières a r d e n t e s à l'assaut qu'ils méditaient. Le q u a t r i è m e j o u r , l'armée entière fit u n e procès-

JÉRUSALEM

DÉLIVRÉE.

97

sion solennelle a u t o u r de la ville sainte. Tous les chevaliers, les p è l e r i n s , tous les g u e r r i e r s , allaient nu-pieds et la tête découverte. Ils marchaient a u son des timbales et des trompettes. Toutes les pieuses bannières étaient déployées. Tous les p r ê t r e s du camp, vêtus de chapes b l a n c h e s , portaient les images des saints et chantaient des psaumes. De la m o n t a g n e des Oliviers, les regards des croisés p l a n a i e n t - s u r Jérusalem. Les infidèles garnissaient les r e m p a r t s , où ils avaient apporté des croix qu'ils insultaient. — Vous le v o y e z , s'écria Pierre l ' E r m i t e , c'est Jésus-Christ qui expire de n o u v e a u pour n o u s . Toute l ' a r m é e poussa des gémissements, et chacun rentra d a n s ses q u a r t i e r s , l ' à m e remplie d'indignation, Le lendemain m a t i n , avant le lever du soleil, ils préparèrent leurs a r m e s , décidés à ne plus les d é poser. Pendant la n u i t , le comte d e Flandre et Tancrède avaient fait a v a n c e r leurs tours d e v a n t la porte de Damas. L'immense machine d e Godefroid d e Bouillon avait été poussée à vingt pas de la porte SaintÉtienne. Les fossés., sur ce point-là, étaient comblés de fascines et de pierres. On approcha les béliers et les catapultes, et l'attaque s'engagea sous les n u é e s de traits qui pleuvaient des r e m p a r t s . La défense était si acharnée, q u e trois j o u r s et trois nuits se passèrent en combats sans relâche. Mais les efforts des assiégés n'avaient p u détruire les m a c h i n e s . Le jeudi 14 juillet 1 0 9 9 , Godefroid de Bouillon,
7

98

JÉRUSALEM

DÉLIVRÉE.

à la p r e m i è r e h e u r e d u j o u r , ordonna l'assaut sur tous les points. Les catapultes vomirent des pierres sur la v i l l e , les béliers battirent les r e m p a r t s ; les p i o n n i e r s sous des galeries c o u v e r t e s , s a p è r e n t la base d e s t o u r s ; les frondeurs, les a r c h e r s , les a r b a létriers, l a n c è r e n t des balles d e p l o m b , des javelots a r m é s d e pointes de fer, des flèches à c r o c h e t , des m a t i è r e s enflammées. Cent mille voix., formant un h u r l e m e n t si confus qu'il n ' e û t pas permis a u tonn e r r e de se faire e n t e n d r e , excitaient p a r t o u t au c a r n a g e . Les assiégés, à l'aide de quatorze m a c h i n e s fixées sur les r e m p a r t s , rendaient a u x chrétiens les j a v e l i n e s , les traits enflammée, l'huile a r d e n t e , et lançaient le feu grégois, d o n t ils possédaient le terrible secret.
?

Plusieurs des t o u r s , qui avaient coûté t a n t d e p e i n e a u x assiégeants, furent b r û l é e s ou a b a t t u e s ; les croisés virent la n u i t sans pouvoir e n t r e r dans Jérusal e m . Le comte de F l a n d r e en pleurait d e désespoir. La tour d e Godefroid, à moitié démantelée, menaçait r u i n e ; on passa la nuit à la r é p a r e r , et l'assaut fut repris a u x premières lueurs de l'aurore. Le t h é â t r e des plus g r a n d s faits d'armes fut dès lors la tour du prince des croisés, q u ' o n avait solid e m e n t étayée. Godefroid s'y tenait debout, comme la veille, dirigeant tous les m o u v e m e n t s et lançant d e s javelots qui r é p a n d a i e n t la m o r t . Derrière lui était élevée u n e croix d'or, dont l'aspect semblait redoubler la rage des Sarasins. Ils lançaient des pots d e feu et des pierres énormes qui n e p u r e n t la r e n verser.

4

JÉRUSALEM DÉLIVRÉE.

99

Le Tasse n ' a pas introduit sans autorité d e s scènes de magie d a n s ses récits épiques de la Jérusalem délivrée. On lit d a n s R a y m o n d d'Agiles, l'un des h i s toriens de la croisade, que les infidèles employaient fréquemment ces sinistres ressources c o n t r e , les chrétiens. Au m o m e n t grave où nous s o m m e s , ils amenèrent sur les r e m p a r t s d e u x magiciennes, q u i avaient promis de détruire p a r leurs e n c h a n t e m e n t s la croix d'or de Godefroid, qu'elles r e g a r d a i e n t comme son talisman, et de l'obliger ainsi à la r e t r a i t e . Leurs promesses n e furent pas heureuses pour elles, car au m o m e n t où elles faisaient leurs charmes contre le h é r o s , u n e pierre lancée p a r l'une des catapultes de la tour de Godefroid écrasa les d e u x sorcières, et les l i v r a , dit l'historien, à ces m ê m e s démons qu'elles invoquaient. Parmi les hommes vaillants qui entouraient Godefroid sur la p l a t e - f o r m e , le b r a v e M a t h i e u , son écuyer, et b e a u c o u p d'autres tombèrent. L'avantage semblait se m a i n t e n i r encore du côté des Sarasins. Les chrétiens étaient p a r t o u t repoussés, m a l g r é leurs efforts intrépides. Les tours mobiles brûlaient : celle de Godefroid venait de p r e n d r e feu à sa b a s e , q u a n d tout à coup u n e vision prodigieuse frappa l'armée chrétienne. Un brillant chevalier, revêtu d'armes éclatantes, apparaît au sommet du mont d e s Oliviers. Il agite son bouclier b l a n c , sur lequel étincellent trois étoiles; il montre Jérusalem d e la pointe de sa flamboyante épée. Tous les soldats de la Croix le p r e n n e n t pour u n envoyé d u Ciel. Godefroid s'écrie :
7 .

100

JÉRUSALEM DÉLIVRÉE.

— Dieu est p o u r nous ! Et p e n d a n t q u e ceux, qui l'environnent lancent sur les r e m p a r t s u n e grêle de t r a i t s , sentant q u e sa tour allait c r o u l e r , il laisse tomber son énorme p o n t levis sur la m u r a i l l e , et se précipite dans la ville, au milieu d ' u n corps de Sarasins qu'il r e n v e r s e . D e u x frères de T o u r n a y , Ludolphe et Guillaume, le soutiennent. Après ces trois h é r o s , qui p r e n n e n t possession de la ville s a i n t e , Eustache de Boulogne et Baudouin d u Bourg s a u t e n t sur les r e m p a r t s . De tous côtés cet e x e m p l e est suivi. Le comte de F l a n d r e et u n e foule de g u e r r i e r s francs, entrés p a r un chemin s e m b l a b l e , v o n t briser à coups de hache la porte Saint-Étienne. A trois heures de ce j o u r - l à , qui était le v e n d r e d i 15 juillet 1 0 9 9 , l'étendard de la Croix flotte sur J é r u s a l e m , a p r è s trente-neuf j o u r s d e siège. C'était l ' h e u r e m ê m e et le jour de la semaine où JésusChrist était m o r t . Une mêlée terrible eut lieu d a n s toutes les r u e s . Les musulmans et les juifs furent partout massacrés. En b e a u c o u p de l i e u x , disent les c h r o n i q u e s , les croisés avaient du sang j u s q u ' a u x g e n o u x . Les c h r é tiens de Jérusalem, enfin d é l i v r é s , baisaient les mains flétries de Pierre l ' E r m i t e ; on lui faisait bénir les petits enfants, et les vieillards lui criaient : Paradis dans le ciel à l'envoyé de D i e u ! Gloire à l'homme saint qui nous a tenu p a r o l e ! Godefroid, ayant déposé l'épée aussitôt après la v i c t o i r e , s'était r e n d u , pieds nus et sans a r m e s , au saint Sépulcre, où il tomba prosterné dans u n e Ion-

LE ROYAUME DE JÉRUSALEM.

101

gue émotion. Mais, de la p a r t des a u t r e s c h e v a l i e r s , le massacre des Sarasins ne cessa, dit-on, q u ' a u bout d'une s e m a i n e . Les historiens p o r t e n t à soixante-dix mille le n o m b r e des infidèles mis à m o r t d a n s cette grande v e n g e a n c e . .Alors on purifia la ville. On y porta en procession la vraie C r o i x , trésor i n c o m p a rable q u e l'on avait r e t r o u v é . E t le 2 5 j u i l l e t , tous les chefs de la croisade s'assemblèrent p o u r élire un roi qui devait relever le trône de David.

XV. — LE ROYAUME DE JÉRUSALEM.
L'histoire eût eucor TU des faits plus éclatants, Si ce règne d'un jour eût duré plus longtemps.
FRÉDÉRIC II.

Quand les princes croisés se t r o u v è r e n t réunis pour l'élection d ' u n roi de J é r u s a l e m , le c o m t e d e Flandre, R o b e r t , se leva : « Mes compagnons et mes frères, leur dit-il, jamais nous n'avons eu besoin, comme a u j o u r d ' h u i , des conseils d e la sagesse et des divines inspirations. Dans les circonstances o r d i n a i r e s , on aime à voir le sceptre a u x mains du plus habile. Que sera-ce p o u r ce r o y a u m e , qui est encore en si g r a n d e partie a u pouvoir des infidèles? Déjà nous savons q u e l'Egypte menace le trône q u e nous allons élever; et les c h r é tiens qui v o n t habiter Jérusalem n ' a u r o n t p a s des chrétiens p o u r voisinage. Ce peuple a u r a ses e n n e mis à sa porte et ses amis au delà des m e r s . Le roi que nous lui donnerons sera son seul a p p u i . Il faut donc qu'il soit vaillant et b r a v e , et en m ê m e temps

102

LE ROYAUME D E JÉRUSALEM.

p i e u x et h u m a i n . Car, vous le savez, c'est en vain qu'on a triomphé p a r les a r m e s , si l'on n e confie les fruits d e sa victoire à la vertu et à la religion. » Le p r i n c e q u e n o u s allons n o m m e r doit aussi servir d e p è r e à tous c e u x qui ont quitté leur patrie et leur famille pour se vouer à la défense d u t o m b e a u d e Jésus-Christ. Successeur ici de l ' H o m m e D i e u , où. puisera-t-il assez de. v e r t u ? Songez q u e l'Occident tout entier a les y e u x sur notre c h o i x . S'il est f u n e s t e , tous les m a u x q u ' é p r o u v e r a ce r o y a u m e seront, a u x y e u x de nos frères d ' E u r o p e , l'ouvrage de notre i m p r u d e n c e . » Mes compagnons et mes frères, ne pensez pas que j e tienne ce langage p o u r attirer sur moi vos bonnes g r â c e s . Je n'aspire pas à un tel h o n n e u r . Je m ' e x p r i m e d e la s o r t e , au c o n t r a i r e , p a r c e q u e , quand m ê m e vous voudriez m e d o n n e r la c o u r o n n e , je n e l'accepterais pas (1 ), résolu que j e suis de r e t o u r n e r d a n s mon pays de F l a n d r e . Ce que j e vous dis n'est donc que p o u r le b i e n de tous et p o u r notrehonneur commun. » Tous les chefs applaudirent au discours de Robert. Les dix princes les plus recommandables furent chargés d'élire le roi de J é r u s a l e m ; et l'héroïque T a n c r è d e , q u i , d a n s son a d m i r a t i o n , avait adopté Godefroid d e Bouillon p o u r son seigneur, lui ayant donné sa v o i x , tous les a u t r e s le r e c o n n u r e n t pour
(1) C'est à cause de ce passage d u noble discours de Robert que quelques écrivains ont dit qu'on lui avait présenté la c o u r o n n e . d e Jérusalem, avant de l'offrir à Godefroid d e Bouillon. Mais c e s écrivains se sont t r o m p é s .

LE ROYAUME

DE

JÉRUSALEM.

103

le plus d i g n e , et le proclamèrent r o i , a u x acclamations et à la vive joie de toute l'armée chrétienne (4). On le conduisit en t r i o m p h e à l'église d u SaintSépulcre, et ce fut d e v a n t le t o m b e a u de Jésus-Christ qu'il fut i n a u g u r é . Aussi, il n e voulut recevoir ni la c o u r o n n e d'or, ni le s c e p t r e , n i les autres insignes d e la r o y a u t é , dans des lieux o ù , c o m m e il le r e m a r q u a pieusement, le Fils d e Dieu, c o u r o n n é d ' é p i n e s , avait e u pour sceptre un r o s e a u ; et, q u o i q u ' o n lui d o n n â t le titre de r o i , q u e l'histoire lui a c o n s e r v é , il ne prit jamais q u e celui d'avoué o u défenseur d u saint Sépulcre. Il s'occupa, dès le l e n d e m a i n de son é l e c t i o n , d e ramener la justice d a n s les É t a t s qui lui étaient confiés. Il r e p e u p l a Jérusalem e n y appelant tous les chrétiens disséminés d a n s le p a y s . Il rétablit les r e m parts de la ville. Il exerça son a r m é e . Il p r é p a r a des lois. Mais les Sarasins de la Syrie et de la P e r s e lui laissèrent à peine quelques j o u r s de repos. Une nombreuse a r m é e d'infidèles envahit le r o y a u m e naissant. Cette nouvelle, qu'on apprit u n soir, fut annoncée à la lueur des flambeaux. Le lendemain m a t i n , tous les guerriers p r i r e n t leurs armes et sortirent de J é r u s a lem sous la conduite de Godefroid. On portait la vraie Croix à l ' a v a n t - g a r d e .
(1) On lit dans les chroniques d u t e m p s q u e , l e s dix électeurs ayant fait sur chaque prince la plus minutieuse e n q u ê t e , Godefroid de Bouillon fut le seul sur lequel on ne recueillit qu'un concert unanime de louanges, auxquelles ne se mêlait aucun reproche ni aucun blâme.

104

LE ROYAUME D E JÉRUSALEM.

Les f e m m e s , les enfants et les vieillards, restés d a n s la cité sainte avec Pierre l ' E r m i t e , priaient sur les r e m p a r t s , a u son d e toutes les cloches. Les c r o i s é s , à la fin dû j o u r , arrivèrent en face de l ' a r m é e m u s u l m a n e , campée d a n s les plaines d'Ascalon. Le lendemain m a t i n , qui était le 4 4 a o û t , le p a t r i a r c h e de Jérusalem a y a n t béni les c h r é t i e n s , le n o u v e a u roi donna le signal de la bataille. Le son des t a m b o u r s et des trompettes fut couvert aussitôt p a r les cris de joie des croisés, q u i , selon l'expression d ' u n historien du t e m p s , allaient au-devant du péril c o m m e à un j o y e u x festin. L'émir d e Ramla s'était joint à l'armée de Godefroid, décidé à e m b r a s ser u n e religion qui donnait tant de constance. Les chrétiens marchaient sur le camp des Saras i n s , assis dans une plaine qui s'étend j u s q u ' à la m e r , protégé par u n e flotte n o m b r e u s e , et formant u n demi-cercle dans lequel ils comptaient envelopp e r les chevaliers. Les récits c o n t e m p o r a i n s , sans doute e x a g é r é s , élèvent à trois cent mille le nombre des m u s u l m a n s rassemblés là. Le roi de Jérusalem n'avait que vingt mille h o m m e s . Mais il avait cout u m e de ne pas compter ses e n n e m i s . Les croisés s'élancèrent sur les infidèles, q u i , déjà étonnés de voir q u ' u n si petit n o m b r e de guerriers eût osé venir au-devant d ' e u x , se prirent de terreur. Le comte de F l a n d r e , T a n c r è d e , Eustache d e Boul o g n e , Baudouin du B o u r g , c o m m a n d a i e n t , sous les ordres de Godefroid, les différents d é t a c h e m e n t s de l ' a r m é e . Ils repoussaient l'ennemi de toutes p a r t s . Les plus redoutables d e ces infidèles étaient les

LE ROYAUME D E JÉRUSALEM.

105

Éthiopiens, avec leurs h i d e u x visages n o i r s . De leurs fléaux armés de boulets de fer, ils frappaient Je front des c h e v a u x et brisaient les cuirasses et les boucliers. Ils ne firent p o u r t a n t pas reculer les soldats de la Croix; et il fallut b i e n t ô t que les Sarasins prissent la fuite vers la m e r . Godefroid, tombant alors sur leurs bataillons en d é s o r d r e , acheva de les disperser; ils s ' e m b a r q u è r e n t à la h â t e , l a i s s a n t , d i sent les v i e u x historiens, u n e si g r a n d e quantité de morts, q u ' o n n'en put savoir le n o m b r e , et a b a n d o n nant leur camp plein de richesses. Cette victoire fut due s u r t o u t à la résolution h a r die que prit Godefroid d'intimider l'ennemi en m a r chant sans hésiter à sa r e n c o n t r e . Les chrétiens s'en retournèrent triomphants d a n s la ville s a i n t e ; et le grand étendard du p r o p h è t e , qu'ils avaient p r i s , fut suspendu en trophée d e v a n t le sépulcre d e JésusChrist. Le nouvel État paraissant assuré de la p a i x , après une victoire si éclatante, les princes de la Croix p e n sèrent q u e leur v œ u était r e m p l i . Ils firent d o n c leurs adieux à Godefroid, et ils r e p r i r e n t le c h e m i n de l'Europe. Le seul T a n c r è d e ne voulut pas quitter le héros de la guerre sainte, à qui il ne restait q u e trois cents chevaliers pour défendre son j e u n e t r ô n e . Les chroniqueurs ont peint d'une m a n i è r e touchante cette séparation des b r a v e s , à la suite de tant d e périls c o m m u n s . On r e m a r q u a i t dans le nombre de ceux qui espéraient enfin revoir leur p a t r i e , outre les chefs c o n n u s par leurs e x p l o i t s , d'autres bons p e r s o n n a g e s , m a r q u a n t s p a r leurs

106

LE ROYAUME D E JÉRUSALEM.

m a l h e u r s . Telle était la j e u n e comtesse Ida d e L o u v a i n , qui avait fait le v o y a g e d e l'Orient à t r a v e r s mille d a n g e r s , pour c h e r c h e r Baudouin d e H a i n a u t , son é p o u x , q u ' e l l e pleurait et qu'elle n e r e t r o u v a point. Mais elle avait rejoint son frère Godefroid l e B a r b u , délivré p a r Olivier Leefdale d ' u n e captivité qui avait d u r é plus de d e u x ans (1). B e a u c o u p de pèlerins r e m p o r t a i e n t des r i c h e s s e s . D ' a u t r e s , a y a n t vaincu des lions et des t i g r e s , s'en r e t o u r n a i e n t avec des dépouilles dont ils allaient o r n e r l e u r s armoiries. De singuliers récits o n t s e m é des merveilles sur ce d é p a r t . On lit d a n s le Magnum Chronicon Belgicum q u ' u n chevalier n o m m é Geoffroi d e la T o u r , a y a n t u n j o u r aperçu dans u n e forêt u n b e a u lion q u ' u n é n o r m e serpent étouffait, avait volé a u secours du noble animal et tué le s e r p e n t . Le lion r e c o n naissant n ' a v a i t plus quitté son l i b é r a t e u r , l'avait a c c o m p a g n é à Jérusalem, et le suivait fidèlement en tous l i e u x . Lorsqu'il fallut s ' e m b a r q u e r , on n e v o u lait pas recevoir le lion d a n s le navire qui allait p o r ter Geoffroi en E u r o p e . Le chroniqueur ajoute q u e le p a u v r e animal se noya d a n s la mer, en suivant à la n a g e le b â t i m e n t qui le séparait de son m a î t r e . Le r e t o u r des croisés fut regardé en plusieurs pays c o m m e u n miracle, car on avait r é p a n d u à leur sujet les bruits les plus sinistres, et en b e a u c o u p de lieux on n e les attendait plus. Us reparaissaient, p o r t a n t des palmes à la main ; on se mettait à g e ( i ) V o y e z , dans les Légendes des commandements de l'Église, le Pèlerinage d'Olivier Leefdale à la recherche de Godefroid le Barbu.

LE ROYAUME DE JÉRUSALEM.

107

noux devant e u x ; on baisait les mains des g u e r riers qui avaient délivré le t o m b e a u du S e i g n e u r ; on louchait avec respect leurs pieds, qui avaient foulé la terre consacrée. Dans quelques villes, leur r e t o u r fut u n e fête qui n'est pas oubliée e n c o r e . B r u x e l l e s , p a r e x e m ple, célèbre toujours la commémoration du 19 j a n vier de l'an 1 1 0 0 , j o u r où les croisés b r u x e l l o i s , que l'on n'espérait plus revoir, r e p a r u r e n t d a n s leurs familles (1). Eustache, frère de Godefroid, à son r e t o u r d a n s sa patrie, trouva que le comte Henri de L i m b o u r g , son parent, comme lui de la maison des A r d e n n e s , s'était fait investir p e n d a n t son absence d u d u c h é d e Lotharingie et du marquisat d'Anvers. R e v e n u des vanités de ce m o n d e , E u s t a c h e , de l'avis de sa pieuse m è r e , la b o n n e comtesse Ida (2), ne r e v e n d i q u a pas ses fiefs; et n e s'occupant q u e de son salut et d u bonheur de ses sujets, il acheva ses jours d a n s les domaines de ses pères. Une foule de chevaliers imitèrent son a b n é g a t i o n .
(1) C'est en mémoire de cet heureux retour qu'on féte toujours à Bruxelles, le 19 janvier, la Veillée des Dames (Vrouwens avond). Selon les traditions populaires, des qu'on avait appris le retour des croisés, on leur avait préparc u n souper splendide. Après tant de fatigues, l e plaisir de se retrouver chez eux fut très-grand ; et dans la petite fête commémorative qui tous les ans se célèbre en famille, ce s o i r - l à , chez les bons bourgeois de B r u x e l l e s , les f e m m e s ont le privilège d'être maîtresses au logis ; les cloches sonnent toute la soirée en leur honneur. (2) La bienheureuse Ida ne m o u r u t qu'en 11,15.

10S

LE

RÈGNE

DE

GODEFROID

DE

BOUILLON.

XVI. LE RÈGNE DE GODEFROID DE BOUILLON.
Il avait assez v é c u pour sa gloire.
MASCARON.

Godefroid c e p e n d a n t , avec ses trois cents c h e v a l i e r s , s'efforçait de dresser u n e petite a r m é e d'infanterie. Il avait p o u r sujets des E u r o p é e n s , des A r a b e s , des A r m é n i e n s , des Grecs, des Juifs, des pénitents de toutes les nations. Il trouva quelque assistance d a n s l'ordre de Saint-Lazare, religieux qui desservaient les h ô p i t a u x des p è l e r i n s , et qui p r i r e n t l'épée pour la défense du saint Sépulcre délivré. Ce fut alors aussi q u e neuf c h e v a l i e r s , se consac r a n t à la cause s a i n t e , à côté des Hospitaliers de Saint-Jean de J é r u s a l e m , formèrent l'ordre d u T e m p l e , légion de héros qui m a r c h è r e n t si l o n g t e m p s , selon l'expression de saint B e r n a r d , armés d e foi au d e d a n s et de fer a u d e h o r s . Leurs monastères devinr e n t des forteresses, où les moines furent obligés souvent de manier la lance. Les chanoines d u SaintSépulcre , p o r t a n t le casque et la cuirasse , étaient à l'église des hommes de prière et à la g u e r r e des chevaliers. Le r o y a u m e de J é r u s a l e m , composé de la capitale et de quelques villes é p a r s e s , était hérissé d'enclaves occupées p a r les infidèles. Les b a n n i è r e s de Mahomet flottaient au milieu des étendards chrétiens. Godefroid devait conquérir son royaume. Presque p a r t o u t ses a r m e s furent h e u r e u s e s ; il im-

LE

RÈGNE

DE

GODEFROID

DE

BOUILLON.

109

posa des tributs a u x émirs d ' A s c a l o n , de Césarée, de Ptolémaïs. Il traversa le Jourdain et soumit les Arabes qui habitaient l'autre rive. Il m a r c h a ensuite contre Arsur ou Arsouf, ville située entre Césarée et Jaffa, et q u i , frappée d ' u n t r i b u t , depuis la victoire d'Ascalon, refusait de le p a y e r . Au m o m e n t où les tours mobiles s'approchaient des murailles d'Arsouf, l'armée infidèle qui la d é fendait s'avisa d ' u n cruel s t r a t a g è m e . D e u x guerriers chrétiens, L a m b e r t et Gérard d'Avesnes, étaient restés en otages dans cette ville. On les a m e n a sur le rempart le plus exposé. On les attacha à d e u x m â t s , au-devant des pierres et des traits q u e lançaient les assaillants. Gérard d ' A v e s n e s , qui était aimé de Godefroid, se troubla un instant, et supplia le prince de l'épargner, en a b a n d o n n a n t le siège. — Je n e le p u i s , répondit Godefroid avec douleur. Mon frère Eustache lui-même serait à votre p l a c e , que je n e p o u r r a i s , à cause d e l u i , sacrifier les intérêts du r o y a u m e qui m ' e s t confié. Mourez d o n c , brave chevalier, pour le salut de vos frères et la gloire de Jésus-Christ. Ces paroles rendirent à Gérard d'Avesnes le courage du m a r t y r e ; il n e d e m a n d a plus a u x croisés que d'offrir au Saint-Sépulcre, p o u r le salut de son â m e , son cheval d e bataille et ses a r m e s , les seuls biens qu'il laissât. Et aussitôt les pierres et les javelots v o lèrent sur les r e m p a r t s , mais p o u r t a n t en m é n a g e a n t les lieux où étaient attachés les d e u x frères, quoique le feu g r é g e o i s , lancé de l à , brûlât les tours des a s siégeants.

ItO

LE RÈGNE DE GODEFROID DE BOUILLON.

Les infidèles se défendirent si v a i l l a m m e n t , q u e Godefroid se v i t , ce j o u r - l à , obligé à la r e t r a i t e , et h â t o n s - n o u s d e dire q u e L a m b e r t et Gérard d ' A v e s n é s , é p a r g n é s p a r la m o r t , rejoignirent p e u a p r è s le roi l e u r a m i , q u i paya leur r a n ç o n . Les v e r t u s de Godefroid lui donnaient tous les j o u r s a u t a n t d e conquêtes q u e ses armes. Les musulm a n s , frappés de sa r e n o m m é e , venaient le voir de l o i n ; et tout émerveillés de le t r o u v e r sans a p p a r e i l , assis n o n sur u n trône d'or, mais sur u n e botte de p a i l l e , ils faisaient alliance a v e c lui. Parfois, à leur d e m a n d e , il déployait devant e u x sa force e x t r a o r d i n a i r e . Il abattait d ' u n seul coup d'épée la tête d ' u n s a n g l i e r , il fendait en d e u x u n e lourde a r m u r e . Les infidèles admiraient tant de puissance unie à tant de douceur. A l'approche de N o ë l , B a u d o u i n , prince d ' É d e s s e , frère de Godefroid, v i n t le voir, pour fêter a v e c lui la naissance de Notre-Seigneur. Plusieurs autres princes se trouvant à J é r u s a l e m , attirés p a r la même s o l e n n i t é , le roi voulut m e t t r e à profit leur séjour dans la ville sainte. Législateur aussi bien q u e g u e r rier, il rédigea avec e u x et soumit a u x avis des plus sages vieillards ce fameux code des lois féodales, les plus parfaites q u ' o n eût v u e s j u s q u ' a l o r s , q u e l'on appelle les Assises de Jérusalem, parce qu'elles furent arrêtées d a n s les états ou assises tenues alors dans cette v i l l e , sous la présidence de Godefroid deBouillon. Ces lois établissaient les droits de tous et d e chac u n , selon le système féodal. On y trouve le détail

LE RÈGNE D E GODEFROID D E BOUILLON.

111

curieux des forces militaires du r o y a u m e d e Jérusalem. Conformément a u x usages d e son é p o q u e , Godefroid d e Bouillon avait distribué a u x compagnons de ses d a n g e r s les terres c o n q u i s e s , érigées en fiefs à charge d e service militaire. Ainsi, la sainte cité de Jérusalem devait fournir 3 2 8 chevaliers; la baronnie d'Acre, 3 2 9 chevaliers; la baronnie d e N a p l o u s e , 328 c h e v a l i e r s ; les baronnies d'Ascalon, d e Jaffa, de R a m l a , d'Ibelin et d e Mirabel r é u n i e s , 5 0 0 c h e valiers; la b a r o n n i e d e Galilée, 500 c h e v a l i e r s ; la baronnie d e Saiette, Montfort et Césarée, 5 0 0 chevaliers; la seigneurie du Krak et du Montréal, 60 chevaliers ; la seigneurie d u comte Josselin, 50 chevaliers; la seigneurie d'Arsouf (qui n'avait pas résisté à u n e seconde a t t a q u e ) , 320 chevaliers; la seigneurie d e D a r o u , 2 2 0 chevaliers; la seigneurie de B a r u c h , 21 chevaliers. « Les églises et les b o u r g e o i s , q u a n d il y a g r a n d » besoin en la terre d u r o y a u m e de Jérusalem , doi» vent 331 chevaliers. » Ce qui faisait en t o u t , 3,497 chevaliers, c o m m a n d é s p a r le roi ou par le connétable. De p l u s , le patriarche de la sainte cité devait fournir 500 s e r g e n t s ; le chapitre d u S a i n t - S é p u l c r e , 500 ; les a u t r e s é v ê c h é s , abbayes ou m o n a s t è r e s , 4,075. E n joignant à ces hommes d ' a r m e s les servants ou v a r l e t s , les h o m m e s d e poeste (1) ou serfs, les pèlerins et les volontaires, on suppute q u e le roi de Jérusalem pouvait m e t t r e sur pied trente à quarante mille h o m m e s .
(1) H o m m e de poeste (de potestate), q u i est a u pouvoir d'un autre.

112

L E RÈGNE D E GODEFROID D E BOUILLON.

De sages dispositions avaient été p r i s e s , e n r a p p o r t a v e c l'état d e s choses. Pour fixer les h a b i t a n t s d a n s cette t e r r e d e c o n q u ê t e , il avait été établi q u e tout h o m m e q u i aurait occupé u n an et u n j o u r u n e maison o u u n e t e r r e d u r o y a u m e e n serait le p r o priétaire légitime. Une absence de la m ê m e d u r é e lui faisait p e r d r e tous ses droits. On avait institué des cours de j u s t i c e , où chacun était j u g é p a r ses pairs. Les épreuves du fer et du feu y étaient a d m i s e s , ainsi q u e les combats en c h a m p clos, dits j u g e m e n t s de Dieu, qui terminaient si vite les procès ( 1 ) . Ce recueil d e l o i s , qui allait régir le p a y s , fut lu en g r a n d e p o m p e , devant tout le peuple assemblé. Il fut renfermé ensuite dans u n coffre richement s c u l p t é , et déposé d e v a n t le saint S é p u l c r e . Après q u e ce g r a n d devoir eut été r e m p l i , Baudouin reprit le chemin d e sa principauté d'Édesse. Les autres princes s'en r e t o u r n è r e n t dans leurs seigneuries. Godefroid jouissait d e q u e l q u e p a i x , lorsqu'il a p prit q u e T a n c r è d e , qui avait la baronnie de Galilée, était a t t a q u é p a r le prince de Damas. C'était p e n d a n t l'été d e l'an 1 1 0 0 . Il vola à son a i d e ; et son c o n cours dispersa les m u s u l m a n s . Il s'en revenait et ramenait sa part du b u t i n , e s corté d e s voeux et des acclamations du p e u p l e , q u i bénissait ses victoires et sa sagesse. Un émir vint à sa r e n c o n t r e pour lui rendre hommage. Il lui présenta
(1) U n e édition estimée des Assises de Jérusalem a été publiée, de n o s jours, par M. Victor Foucher, avocat général à Rennes.

LE RÈGNE D E GODEFROID D E BOUILLON.

113

des fruits d e la Palestine. Godefroid accepta u n e pomme d e c è d r e ; p e u a p r è s qu'il l'eut m a n g é e , il se sentit m a l a d e . De Joppé ( 1 ) , où il é t a i t , il fallut le transporter à Jérusalem. U n cortège d e chrétiens en pleurs l ' a c compagnait. On supposa qu'il était empoisonné. On l'entoura des soins les plus t e n d r e s ; mais tout fut inutile. Au b o u t d e quelques jours d e souffrances, les extrémités se refroidirent. Les u n s , d i t - o n , r é chauffaient ses pieds s u r leur sein, les a u t r e s c h e r chaient à ranimer ses mains p a r des baisers et des larmes. Rien ne p u t le sauver. D i e u , p e u t - ê t r e , dans sa miséricorde, trouvait qu'il avait expié suffisamment les guerres de sa j e u n e s s e . Il m o u r u t saintement le 1 8 juillet d e l ' a n 1 1 0 0 . Il y avait u n an qu'il régnait, et il était âgé de quarante et un ans.. Ses dernières paroles r e c o m m a n d è r e n t à s e s compagnons l ' u n i o n , la v e r t u , l'amour d e la religion et la défense d e la ville sainte. Son héritage allait être recueilli p a r son frère Baudouin ; et sa dépouille e n (1) Aujourd'hui Jaffa. « Le soir, n o u s jetâmes l'ancre devant Jaffa. C'est une ville bâtie en amphithéâtre, d'un assez triste aspect. Son premier nom était Joppé, et c'est celui q u e l u i donne l'Écriture, q u i en parle souvent. Quelques auteurs profanes o n t prétendu qu'elle fut ainsi appelée de Joppé, fille d'Éole et femme de Céphée. On croit (plus justement) qu'elle est u n e des plus anciennes villes du m o n d e , e t qu'elle doit sa fondation à Japhet, second fils de Noé. Ce fut l à q u e Jonas s'embarqua pour aller à Tharse. H i r a m , roi de Tyr, y faisait arriver l e s vaisseaux chargés de bois et de marbre qu'il envoyait à Salomon pour l a construction du temple. Saint Pierre y demeurait lorsqu'il eut une vision au sujet de Corneille et qu'il ressuscita Tabilhe. Josèphe rapporte que l e s Romains ruinèrent cette ville de fond en comble pendant le siège de Jérusalem. » (Le P . de Géramb, P è l e r i n a g e à Jérusalem). 8

114

RÈGNE DE BAUDOUIN.

sevelie au S a i n t - S é p u l c r e , a u x pieds de la t o m b e r é v é r é e d e son divin Maître.

XVII. — RÈGNE DE

BAUDOUIN.
LAMOTTE.

L e trône agrandira cette âme a m b i t i e u s e .

Suivons donc les annales du royaume d e J é r u salem. B a u d o u i n , le vaillant prince d ' É d e s s e , v e n a n t de n o u v e a u visiter son cher frère Godefroid, et n e s'att e n d a n t g u è r e à la triste nouvelle qui allait déchirer son c œ u r , e n t r a dans Jérusalem a u m o m e n t même où la ville entière pleurait ce h é r o s , d o n t il apprit bientôt la mort funeste. C'était le 19 juillet 4 1 0 0 . Godefroid était mort la veille. Baudouin était escorté d e q u a t r e cents chevaliers et de mille fantassins. Il avait défait en chemin les émirs de Damas et d ' É m è s e . Alors, d a n s ces cont r é e s , il était rare q u ' u n voyage ne devînt p a s une expédition militaire. Après avoir d o n n é bien des larmes à Godefroid, B a u d o u i n , selon ses d r o i t s , se fit proclamer roi de la terre sainte. Il céda à son cousin Baudouin d u Bourg sa principauté d ' É d e s s e , et il commença sans peur un règne qui n e devait être q u ' u n e suite d e combats et n e se passer que d a n s les camps. Ses premiers exploits furent le châtiment des infidèles d u p a y s d ' A s c a l o n , la prise de Ségor, la destruction d e plusieurs b a n d e s a r a b e s , sur lesquelles il

RÈGNE

D E BAUDOUIN.

115

recueillit un g r a n d b u t i n . Moins humble q u e son frère, Baudouin témoigna le désir d'être c o u r o n n é ; mais il n'osa pas célébrer cette pompe à Jérusalem. La cérémonie eut lieu à B e t h l é e m , le 2 5 d é c e m b r e , jour de Noël ( m ê m e a n n é e 1 1 0 0 ) . Fier et satisfait de la possession d'un trône qui p a s sait en ce temps-là pour le plus a u g u s t e , B a u d o u i n , dont on avait pu b l â m e r a u p a r a v a n t l'ambition m o n daine, déploya dès lors sans réserve toutes les vertus généreuses des plus dignes chevaliers c h r é t i e n s , à côté d'une valeur qui ferait de lui u n des plus h é roïques g u e r r i e r s , si l'on recueillait les faits de sa vie si pleine. Comme un j o u r il s'en revenait d ' u n e course contre les infidèles, qu'il avait vaincus au delà du Jourdain, il eut l'occasion de faire voir qu'il était nonseulement vaillant, mais encore bon chevalier. Il regagnait sa capitale à la tête de sa petite armée, lorsqu'il entendit des gémissements qui p a r t a i e n t d'un bois voisin. Il s'avança seul et vit u n e femme arabe dans les douleurs de l'enfantement. A u milieu de la déroute récente des m u s u l m a n s , elle s'était égarée avec u n e esclave, et la frayeur avait h â t é sa délivrance. Quoique ce fût la femme d'un e n n e m i , Baudouin, a r r ê t a n t sa m a r c h e , couvrit cette femme de son manteau et la fit reposer sur des t a p i s . Des fruits et des outres remplies d ' e a u sont apportés p a r ses ordres auprès de ce lit de douleur. On y amène la femelle d ' u n c h a m e a u pour allaiter l'enfant qui vient de n a î t r e , e t , aussitôt q u e la p a u v r e accouchée annonce qu'elle peut supporter le t r a n s p o r t , le roi
8.

116

KÈGNE D E BAUDOUIN.

d e Jérusalem la place sur u n e litière et la fait r e c o n duire à son é p o u x , avec u n e sauvegarde. Celui-là occupait u n r a n g élevé chez les b a r b a r e s . Il v e r s a des larmes d e joie en revoyant sa femme c h é r i e , d o n t il pleurait la p e r t e , et il j u r a en luim ê m e d e n'oublier jamais la générosité d e B a u douin (1). P e u d e temps a p r è s , aidé des pèlerins et d e quelques guerriers qui arrivaient tous les j o u r s d'Occid e n t , le roi de Jérusalem avait repris Arsouf. II s'était e m p a r é cle Césarée, où les chrétiens avaient trouvé de grandes richesses. Vers la fin de l'année 1 1 0 1 , il m a r c h a contre des b a n d e s égyptiennes qui dévastaient les environs de Ramla. Avec trois cents chevaliers et neuf cents h o m m e s de pied contre douze mille infidèles, il fit sonner la charge en disant a u x siens : — Compagnons, songez qu'il n ' y a pas ici de salut pour nous dans la fuite : notre patrie est a u delà des m e r s , et l'Orient n'a pas d'asile pour les vaincus. E n avant ! La p r e m i è r e moitié des chrétiens qui e n t a m a la bataille fut taillée en pièces. Baudouin, d é s o l é , tomba à g e n o u x , pria quelques i n s t a n t s ; p u i s , attachant à sa lance u n e longue banderole blanche qui devait m a r q u e r sa r e t r a i t e , et criant a u x siens de le suivre, il se j e t a parmi les infidèles, les v a i n q u i t , les dispersa , vint rassurer les chrétiens de Jérusalem qui le croyaient p e r d u , et se d o n n a n t à peine le t e m p s de réunir u n e nouvelle t r o u p e , il s'élança a u - d e v a n t
(1) Michaud, Histoire des Croisades, liv. V. Guillaume de Tyr, liv. X.

RÈGNE

DE BAUDOUIN.

117

d'une a u t r e a r m é e égyptienne qui s'avançait entre Ascalon et les m o n t a g n e s de J u d é e . Sans la compter, il livra bataille e n c o r e . Mais cette a r m é e était si n o m b r e u s e , qu'en un moment la poignée d ' h o m m e s que c o m m a n d a i t le roi de Jérusalem fut entourée et massacrée. Baudouin, échappé s e u l , comme p a r m i r a c l e , se cacha dans les hautes b r u y è r e s . Ses ennemis y mirent le feu, et ce fut à travers les plus g r a n d s périls que le prince p a r vint à se réfugier d a n s Ramla. Les Égyptiens aussitôt investirent cette place. Ramla n e p o u v a n t se d é f e n d r e , Baudouin ne d e vait plus a t t e n d r e q u e la m o r t , lorsqu'un étranger se présenta devant lui. C'était l'émir dont il avait sauvé la femme auprès du Jourdain. — Tu t'es montré h u m a i n , lui dit-il. Je braverai tout pour acquitter u n e dette sainte. D e m a i n , les Sarasins seront maîtres d e la ville. Aucun des chrétiens qui l'habitent n e peut échapper a u c i m e t e r r e . Mais toi, si tu v e u x m e s u i v r e , j e sais des chemins qui ne sont point g a r d é s ; avant le j o u r tu seras parmi les tiens. Baudouin hésita u n m o m e n t ; son c œ u r se déchirait en pensant à ses frères qu'il ne pouvait secourir. Il céda pourtant à la nécessité, et suivit son sauveur, qui le conduisit à Arsouf. Le massacre de Ramla, qu'on apprit le lendemain, fit croire de n o u v e a u que Baudouin n'était plus. La grosse cloche de Jérusalem annonçait en m ê m e temps l'approche des Sarasins. Le r o i , p r o m p t comme l ' é clair, reparut alors d a n s la cité effrayée, rassembla

118

RÈGNE D E BAUDOUIN.

tous les chrétiens qui pouvaient porter les a r m e s , e t , sans p r e n d r e u n e h e u r e de r e p o s , se r e t o u r n a contre les É g y p t i e n s , qu'il battit complètement d a n s les plaines d e Jaffa. Il n e r e n t r a à Jérusalem q u ' e n triomp h a t e u r (année 1 1 0 2 ) . Les forces du j e u n e r o y a u m e eussent été vingt fois épuisées sans l'arrivée continuelle de quelques s e cours d ' E u r o p e . Après q u e l'Occident avait su la d é livrance de J é r u s a l e m , u n nouvel enthousiasme s'était élevé et de n o u v e a u x pèlerins s'étaient rassemblés en tumulte sous les bannières de la Croix. « Les p r é dicateurs continuaient à entretenir les peuples des t r a v a u x et des dangers d e leurs frères d ' O r i e n t , et du devoir où ils étaient de les secourir. Les lettres q u ' o n recevait d ' e u x étaient lues dans les c h a i r e s , et les faits d'armes qu'ils avaient accomplis étaient assez brillants p o u r occuper tous les esprits ( 1 ) . » Trois cent mille fidèles, partis d e la F r a n c e , de la L o m b a r d i e , de l'Allemagne et des pays voisins, m a r chant s u r la route de la Palestine, avec l ' i m p r é voyance des premiers compagnons de Pierre l'Ermite et de Gauthier Sans avoir, s'étaient fait, comme e u x , massacrer en partie par les Hongrois et les Bulgares. P a r v e n u s sur les terres d e l'empire g r e c , ils y avaient commis tant d ' e x c è s , qu'Alexis avait été obligé d'envoyer contre e u x n o n - s e u l e m e n t ses gardes et son a r m é e , mais encore des t r o u p e a u x de lions et de l é o p a r d s , s'il faut en croire les récits d'Orderic Vital. Ceux qui échappèrent à tant de d é sastres, a y a n t traversé le K o r a s s a n , prirent A n c y r e ,
( i ) Sismondi, Histoire des Français, 3 partie, c h . x .
e

RÈGNE D E BAUDOUIN.

119

qu'ils s a c c a g è r e n t , et se firent ensuite exterminer par les T u r c s , tellement q u e d i x mille guerriers à peine de ces b a n d e s innombrables a r r i v è r e n t à Jérusalem, Une seconde a r m é e , en 4 I 0 3 , fut mise en pièces auprès de S t a n c o n , d a n s la Galatie ; u n e troisième fut conduite p a r le comte d e Poitiers, G u i l l a u m e I X , priuce illustre comme poëte et t r o u b a d o u r plus e n core que comme g u e r r i e r ; p a r Hugues d e Vermandois, qui s'était croisé d e n o u v e a u p o u r faire taire les blâmes semés sur sa retraite. d'Antioche ; p a r Alain F e r g e n t , d u c de Bretagne ; p a r le margrave d'Autriche; p a r E u d e s , d u c de B o u r g o g n e , qui d e vait mourir en Palestine ; p a r E t i e n n e , c o m t e de Blois et de C h a r t r e s , qui v o u l u t , à l'exemple d e Hugues de V e r m a n d o i s , aller expier dans u n e m o r t glorieuse la honte d'avoir douté des succès d e la croisade ; p a r H e r p i n , vicomte de Bourges ; p a r Hugues de Lusignan ; p a r Henri d e Bourgogne (4 ) , premier
(1) Henri de Bourgogne était allé, vers 1090, en Espagne, pour c o m battre aux côtés du Cid. Le roi de Castille, Alphonse V I , e n 1 0 9 2 , avait récompensé ses services en lui donnant sa fille, dona T é r é s a , avec le gouvernement de P o r t o . Il fut reconnu en 1098 comte souverain d u Portugal, qu'il venait de délivrer des Maures, aidé par les croisés, dont quelques flottilles avaient relâché sur ses côtes. 11 s'occupa de relever la religion dans ses domaines, rebâtit l e s églises, replaça les é v ê q u e s sur l e s sièges d'où, i l s a v a i e n t é t é chassés par l e s m u s u l m a n s , e t , e n 1 1 0 3 , voyant ses États tranquilles, i l v o u l u t prendre aussi sa part des gloires de la Palestine ; il alla rejoindre les soutiens du roi de J é r u s a l e m , quoiqu'il eût alors soixante-huit ans. Il assista à plusieurs batailles et rapporta d e son voyage de précieuses reliques dont il enrichit la cathédrale de Braga. Ce prince mourut à Astorga, en 1 1 1 2 , pleuré de ses sujets. Il avait gagné dix-sept batailles contre les Maures. Son fils Alphonse sera le premier roi de Portugal.

120

RÈGNE

DE

BAUDOUIN.

comte de P o r t u g a l , et p a r plusieurs autres princes r e n o m m é s . La plus g r a n d e partie de ces a r m é e s s'anéantit d a n s la Lycaonie avec ses chefs. P e n d a n t ce temps-là, des troupes de guerriers des Pays-Bas et d u a o r d d e la F r a n c e , conduites par Thierry d ' A l s a c e , connaissant les périls d u voyage et se défiant de l ' e m p e r e u r Alexis, aimaient m i e u x se livrer à la m e r sur d e b o n s n a v i r e s , q u i , en effet, les r e m i r e n t h e u r e u s e m e n t au port de Jaffa. Ce fut avec ces s e c o u r s , si importants au d é p a r t , si frêles à l ' a r r i v é e , q u e Baudouin soutint son r è g n e o r a g e u x , p e n d a n t lequel il n e se passa pas u n e a n née sans q u e la grosse cloche de Jérusalem a n n o n çât a u x habitants alarmés l'approche des Sarasins. E t les guerriers en petit n o m b r e qui p a r v e n a i e n t à m e t t r e le pied sur la terre sainte ne se r a n g e a i e n t pas tous sous les é t e n d a r d s du roi d e J é r u s a l e m . Comme l u i , les autres princes chrétiens n e vivaient que le casque en tête et la cuirasse a u dos. Baudouin du B o u r g , Josselin de Courtenay, Bohémond et Tancrède voulurent en 1104 s ' e m p a r e r de Haran ou Charan, dans la Mésopotamie. Les m u s u l m a n s , s'étant réunis en force, r e m p o r t è r e n t sur les croisés u n e sanglante victoire. Bohémond et T a n c r è d e s'échappèrent seuls avec six chevaliers. Baudouin du Bourg et Josselin d e Courtenay, pris dans la bataille, furent emmenés captifs chez les infidèles. Ce ne fut q u ' a u b o u t de cinq ans q u e le roi de Jérusalem parvint à les r a c h e t e r . Dans cet intervalle, il avait établi avec l ' E u r o p e , au moyen des navires flamands, hollandais et g é -

RÈGNE D E BAUDOUIN.

121

n o i s , un commerce régulier qui affermissait son trôné. E n 4 1 1 0 , vingt j o u r s de siège lui livrèrent Ptolémaïs. Plusieurs a u t r e s places t o m b è r e n t en son pouvoir; Tripoli devint u n e principauté c h r é t i e n n e . Sigur, prince de N o r v è g e , accomplissant u n v œ u , arriva la m ê m e année à Jérusalem. Les chrétiens de la Palestine a d m i r è r e n t la h a u t e stature et l'énorme hache de bataille de ces n o u v e a u x auxiliaires, dont le voyage, d i s a i t - o n , avait d u r é trois a n s . Avec ces vaillants g u e r r i e r s , le roi Baudouin assiégea Sidon, qui ne tint que six semaines. Mais il s'était vainement flatté de l'espoir qu'il les retiendrait. Après cet unique fait d ' a r m e s , Sigur, qui disait n ' ê t r e v e n u qu'en pèlerin, s'en r e t o u r n a d a n s sa froide N o r v è g e , heureux d ' e m p o r t e r u n m o r c e a u d e la vraie Croix que lui avait donné le roi de la Palestine ; portion d'une relique sainte que les croisés regardaient comme le gage constant d e la victoire sur les infidèles, et q u i , durant le règne de B a u d o u i n , toujours à la tête des armées, ne put p r e s q u e j a m a i s être adorée d a n s Jérusalem. C'est vers le temps d u départ d e Sigur q u e , le comte Gervais, seigneur de T i b é r i a d e , a y a n t été surpris par les infidèles et e m m e n é à D a m a s , u n e cléputation vint proposer à Baudouin l'échange de ce p r i sonnier contre Plolémaïs et Jaffa, en ajoutant q u ' u n refus causerait la m o r t de Gervais. Baudouin offrit de grandes sommes p o u r la rançon de ce chevalier. — Quant aux villes q u e vous m e d e m a n d e z , ditil a u x envoyés m u s u l m a n s , j e n e les donnerais pas pour mon frère E u s t a c h e , ni pour tous les princes chrétiens.

122

RÈGNE D E BAUDOUIN.

Le comte Gervais fut tué à coups de flèches p a r les Sarasins. Des traits aussi odieux étaient f r é q u e n t s . Les infidèles c o m p r e n a i e n t fort bien q u ' e n t r e e u x et les croisés c'était u n e lutte à mort et q u e le t r i o m p h e d e la Croix devait éteindre l'islamisme en O r i e n t . Le sultan de Perse et le kalife de B a g d a d , p l u s effrayés d e jour, en j o u r par les p r o g r è s des c h r é t i e n s , se liguèrent en \ \ 1 3 pour reconquérir la Palestine. D'immenses armées se levèrent à leur a p p e l . B a u d o u i n , q u e rien n'intimidait, rassembla ses chevaliers et s'avança fièrement au-devant d e s nouv e a u x ennemis. A la tête de son a v a n t - g a r d e , il se trouva face à face a v e c leurs nombreuses cohortes sur les b o r d s du lac de Génésareth. Il attaqua s a n s hésit e r . Mais la masse compacte des Sarasins b r o y a en u n instant sa petite t r o u p e d e b r a v e s ; et le lac d e m e u r a plusieurs j o u r s teint du sang des c h r é t i e n s . Baudouin du B o u r g , le comte d e Tripoli, le prince d ' A n t i o c h e , qui a m e n a i e n t le principal corps d'arm é e , fort de onze mille h o m m e s et que Baudouin avait eu l'imprudence de n e pas a t t e n d r e , n'osèrent risquer u n e seconde affaire. Us se r e t r a n c h è r e n t sur les h a u t e u r s , p e n d a n t que l'ennemi désolait la cont r é e , ravageait S i c h e m , pillait Naplouse. Jérusalem, tremblant de retomber sous le joug des m u s u l m a n s , avait fermé ses p o r t e s . Baudouin, qui avait encore échappé au c a r n a g e , en se faisant j o u r avec sa lance à travers les e n n e m i s , rendit le courage à son peuple. Il rallia toutes ses f o r c e s , et fit si b o n n e c o n t e n a n c e , que les infidèles n e p u r e n t s'entendre p o u r l'attaquer.

RÈGNE D E BAUDOUIN.

123

Au milieu de cette d é s u n i o n , le prince de Mossoul, l'un de leurs chefs les plus é m i n e n t s , a y a n t été a s sassiné par d e u x Ismaéliens ( 1 ) , ces b a n d e s innombrables de barbares se dispersèrent aussitôt, malgré leur victoire, c o m m e la paille q u e Dieu livre a u x vents. C'est l'expression d'un v i e u x c h r o n i q u e u r . L'année s u i v a n t e , u n e a u t r e a r m é e formidable r e vint de la Perse et d e Bagdad sur la Palestine. L'émir de D a m a s , à qui les musulmans attribuaient une part dans l'assassinat du prince de Mossoul, parce que le m e u r t r e avait été commis dans la ville qu'il commandait, r e d o u t a n t l'approche de ses frères, qui pouvaient le traiter en e n n e m i , fit alliance avec Baudouin et unit ses forces a u x troupes des chrétiens. Devant u n e telle l i g u e , les Sarasins se r e t i r è r e n t sans combat. Trois années de calme survinrent ; et ce fut Baudouin, d o n t la g u e r r e semblait être d e v e n u e l'élément, qui p r i t , en 1 1 1 8 , l'initiative des hostilités. Pensant qu'il donnerait plus de consistance au
(1) Les Ismaéliens, appelés aussi dans l'Orient Assassins, m o t qui a passé dans la langue française, où il exprime le meurtrier qui tue par surprise, étaient une secte fanatique de musulmans qui obéissaient à u n chef redouté, n o m m é dans t o u s l e s récits le Scheik ou V i e u x de la m o n tagne, Scheik ou Vieux signifiant alors seigneur dans sa véritable acception, senior. Le Vieux de la montagne habitait sur les hauteurs de la forteresse imprenable de Massiah. Son aversion profonde pour les Turcs le rendit souvent favorable aux chrétiens qui les combattaient. Il avait soixante mille sujets, dont l e s plus distingnés étaient ses gardes o u fédaïs. En les enivrant d'opium, de haschisch et de plaisirs, dans u n sérail e n chanté, il leur faisait croire qu'ils avaient là u n avant-goût d u paradis de Mahomet, qu'ils pouvaient gagner par une obéissance absolue. S'il leur commandait de mourir, la mort la plus violente ne leur causait aucun effroi. Il l e s envoyait, à travers tous les p é r i l s , poignarder ses ennemis; et ils allaient, fiers d'obéir, heureux de mourir après avoir obéi.

124

RÈGNE D E BAUDOUIN.

r o y a u m e de Jérusalem s'il pouvait c o n q u é r i r l'Eg y p t e et y asseoir des p r i n c e s c h r é t i e n s , il se mit en c a m p a g n e . Il c o m m e n ç a p a r la surprise d e P h a r a m i a , place située à trois j o u r n é e s du Caire. Il la p i l l a ; et il s'en revenait de cette première c o u r s e , c h a r g é d e b u t i n , lorsqu'il tomba malade d e fatigue et d ' é p u i s e m e n t à El-Arisch. Sentant sa fin a p p r o c h e r , il r é u n i t a u t o u r d e lui ses compagnons d ' a r m e s . — Je vais m o u r i r , leur dit-il ; mais n e v o u s en troublez p a s . Vous n e perdez en moi q u ' u n seul h o m m e , et vous avez p a r m i vous plusieurs chefs plus habiles q u e moi. Restez donc u n i s , et accordez-moi u n e dernière faveur .- Ne hissez pas m e s os s u r la terre é t r a n g è r e ; mais emportez-les à Jérusalem et les ensevelissez auprès de c e u x de mon bon frère Godefroid ( 1 ) . . . . Le deuxième roi de Jérusalem expira p e u a p r è s , en désignant pour son successeur Baudouin d u Bourg, son cousin Les guerriers e m p o r t è r e n t son corps et accomplir e n t son v œ u .
(1) D e u x t o m b e a u x , d i t M . de Chateaubriand, se voyaient à Jérusalem, a u pied du saint Sépulcre. L'un était celui de Godefroid de Bouillon, l'autre celui de son frère Baudouin, qui lui succéda. (2) Baudouin du Bourg „fi]s de Hugues de R e t h e l , était n é dans les Ardennes. Quelques-uns disent qu'on l'appelait Baudouin du Bourg parce que son père lui avait donné e n apanage la petite ville d u Bourg, près de la Meuse.

LES

SUCCESSEURS

DE

BAUDOUIN.

125

XVIII. — LES SUCCESSEURS DE BAUDOUIN.
Hélas ! souvent c'est tout qu'un seul h o m m e de moins.
LAFARCUE.

Les enfants de l ' E u r o p e continuaient à venir au secours des chrétiens de l'Asie. La F r a n c e surtout et la Belgique n e perdaient rien de leur a r d e u r . Mais les mobiles a r m é e s que formaient les pèlerins, ardents à secourir, prompts à regagner leur patrie, n'offraient pas toujours au roi de Jérusalem tout l'appui que sa situation difficile eût e x i g é . Il y eut aussi d ' a b o r d contre Baudouin d u B o u r g , qui prit le n o m de Baudouin I I , quelques oppositions, que le b r a v e Josselin de Courtenay parvint à dissiper. E n récompense le n o u v e a u roi de Jérusalem céda à Josselin sa principauté d'Édesse. Peu après son a v è n e m e n t , Baudouin II apprit que le prince d ' A n t i o c h e , b a t t u par les m u s u l m a n s , ne pouvait plus défendre ses r e m p a r t s . Il c o u r u t à son aide avec Josselin. Il trouva Antioche d é p o u r v u e de guerriers et n ' a y a n t plus pour la g a r d e r q u e quelques pauvres moines. Il m a r c h a contre les infidèles, r e tranchés sur les m o n t a g n e s voisines, les dispersa et délivra la contrée. Mais il eut moins d e bonheur en \ \ % % U n corps de T u r c s , sous les o r d r e s de l'émir B a l a c , avait surpris Josselin de Courtenay et l'emmenait prisonnier. Le roi de J é r u s a l e m ; volant à son s e c o u r s , tomba lui-même d a n s u n e embuscade. Balac lui fit partager

126

LES SUCCESSEURS DE BAUDOUIN.

la captivité de Josselin, dans la forteresse d e Kharpout. La désolation de la ville sainte fut g r a n d e lorsqu'on y a p p r i t q u e le roi était dans les fers. Cinquante c h r é t i e n s de l ' A r m é n i e , partis pour le délivrer, p é n é t r è r e n t d a n s la forteresse, sous des h a b i t s de m a r c h a n d s . A y a n t massacré la garnison et remplacé sur les tours les é t e n d a r d s de Mahomet p a r la b a n n i è r e de Jésus-Christ, ils emportaient les trésors de Balac et sortaient avec les deux, p r i n c e s , q u a n d tout à coup ils se virent cernés par les Turcs. Josselin seul trouva moyen de s'échapper. Il fit s e r m e n t de laisser croître sa b a r b e j u s q u ' à ce qu'il eût a m e n é des secours suffisants pour r e n d r e la liberté à ses frères. Mais Balac, a y a n t p é n é t r é dans la f o r t e r e s s e , n ' é p a r g n a que le r o i , dont il espérait u n e g r a n d e r a n ç o n , et fit mettre à m o r t les cinquante A r m é n i e n s . P e n d a n t ce m a s s a c r e , Josselin, a y a n t passé l'Eup h r a t e sur d e u x outres enflées de v e n t , c a r il ne pouvait nager avec sa lourde a r m u r e , était arrivé à Jérusalem. A son a p p e l , les chevaliers s'armèrent et c o u r u r e n t avec lui a u secours d e Baudouin. Ils n e t r o u v è r e n t plus à la place de la forteresse de K h a r p o u t q u e des ruines. Balac était p a r t i avec son prisonnier, qu'il retenait chargé de fers à Charan. On a p p r i t alors q u ' u n e a r m é e égyptienne se rassemblait d a n s les plaines d'Ascalon. Il fallut remettre à u n a u t r e temps la délivrance de B a u d o u i n . E n l'absence du r o i , on nomma régent d u r o y a u m e de Jérusalem Eustache d ' A g r a i n , comte d e Sidon,

LES SUCCESSEURS D E BAUDOUIN.

127

et on marcha contre les Élgyptiens, qui furent vainc u s , dispersés, refoulés dans leurs v a i s s e a u x , puis battus encore sur m e r p a r u n e flotte vénitienne qui venait à l'aide des croisés. Le doge de Venise Michaeli commandait cette flotte. Avec les forces qu'il a m e n a i t , il fut décidé qu'on irait assiéger Tyr. Cette ville fut prise a u bout d'un siège de six m o i s , malgré les efforts de l'émir B a l a c , qui était arrivé à son secours, et qui d a n s u n e rencontre fut tué p a r Josselin, lequel envoya sa tête au camp des croisés. Ce farouche présent y causa tant de j o i e , q u e le comte de Tripoli fit chevalier celui qui l'avait a p p o r t é . Baudouin II profita de cette circonstance p o u r traiter de sa r a n ç o n . Il revint à J é r u s a l e m , releva de son v œ u le fidèle Josselin, qui p u t couper sa longue b a r b e . Quelques victoires signalèrent encore les dernières années de sa vie. E n 1 1 3 1 , s e n t a n t qu'il allait mourir, Baudouin se fit p o r t e r au Saint-Sépulcre, où il e x p i r a dans les bras de sa fille Melisende. Cette princesse avait épousé Foulques d'Anjou, qui succéda à Baudouin IL La décadence d u royaume de Jérusalem m a r c h a vite sous ce r è g n e ; elle fut plus rapide encore sous Baudouin III, fils de Melisende. En 1 1 4 5 , les m u s u l m a n s reprirent É d e s s e , et trente mille chrétiens y périrent. Le fruit des longs travaux de Godefroid et d e ses successeurs allait s'anéantir, après avoir coûté tant de s a n g , lorsque saint B e r n a r d prêcha la seconde croisade g é n é r a l e .

128

RETOUR DES CROISES.

XIX. — RETOUR DES CROISÉS.
C'est absent. le fait d'un brigand, et n o n Lettres de Wazon. d'un p r i n c e , d'envahir par surprise les biens d'un

P a r m i les croisés qui revinrent en E u r o p e a u comm e n c e m e n t d e l'an \ \ 0 0 , on remarquait surtout E u s t a c h e de Boulogne , d o n t nous avons m e n t i o n n é le r e t o u r , le d u c de Normandie et le noble et vaillant comte de F l a n d r e , q u ' o n a appelé Robert de Jérusalem à cause de la g r a n d e p a r t qu'il avait prise à la g u e r r e sainte. On le reçut d a n s ses États en lui p r o diguant mille témoignages de vénération et d ' a m o u r . Mais il reconnut bientôt que chez lui aussi l'absence d u chef avait produit des relâchements et des désord r e s . Si les croisades, en t o u r n a n t vers u n b u t héroïque l'ardeur guerrière de cet â g e , avaient mis u n terme d a n s certaines contrées a u x ravages d e p r o vince à p r o v i n c e , si elles avaient g é n é r a l e m e n t r a p pelé les chrétiens à des sentiments plus h u m a i n s , si elles avaient accoutumé les peuples de Jésus-Christ à ne se considérer enfin q u e comme u n e seule n a t i o n , si p a r des dangers c o m m u n s elles leur avaient appris à se réunir, si elles avaient donné a u x villes l'occasion de regagner des l i b e r t é s , a u x serfs le m o y e n de s'affranchir en p r e n a n t les a r m e s , si elles r a m e n a i e n t quelque civilisation d e l'Orient, avec le goût et l'amour des a r t s , si la première g u e r r e sainte m a r quait l'époque de la renaissance du c o m m e r c e en E u r o p e , — car ce fut dès lors que des compagnies

RETOUR DES CROISÉS.

129

de navigateurs se formèrent dans tous nos ports ; — d'un a u t r e c ô t é , la croisade dépeuplait certaines régions, ou d u moins en enlevait les h o m m e s de cœur, et laissait ainsi les États à la merci d e s ambitieux de toute n a t u r e , q u i profitaient d e l'éloignement d e s braves p o u r s'emparer d e leurs domaines ou pour y semer d e s troubles. On n e lit nulle p a r t q u e Godefroid d e Bouillon, qui était marquis d'Anvers ( 1 ) , eût v e n d u aux. bourgeois d e cette ville leur l i b e r t é , comme il la donna à celle d e Metz. Cependant il est probable q u e cela fut, ou bien ils la r e p r i r e n t . On voit en effet, p e u après le retour des p r e m i e r s croisés, A n v e r s administré p a r d e s échevins élus. Mais en m ê m e t e m p s (et beaucoup d ' a u t r e s villes offrent le m ê m e spectacle) elle n'a plus ni h o m m e s vaillants ni h o m m e s religieux. L'hérétique T a n c h e l i n , en 1 1 0 5 , y v i e n t prêcher publiquement u n e doctrine d e d é b a u c h e -, toute la ville l'écoute. Il s'y fait honorer comme u n prophète et n e rencontre d a n s la populeuse cité q u ' u n seul prêtre c a t h o l i q u e , q u i n e p e u t rien contre lui (2).
(1) l e marquisat d'Anvers appartenant à Godefroid d e Bouillon, cette souveraineté, à sa mort, devait être recueillie par Eustache de Boulogne, son frère, qui, la trouvant usurpée ainsi que le duché de Lotharingie, e t revenu des vanités d u m o n d e , v é c u t dans l a retraite sans réclamer rien. Il est probable q u e Godefroid le Barbu, ramené par Olivier Lefdale, e t que l'on trouve un peu plus tard marquis d'Anvers, n e p u t s e faire reconnaître comme souverain dans cette partie des Pays-Bas qu'en accordant à la ville d'Anvers des immunités et des privilèges qui en firent une commune, o u peut-être e n reconnaissant e t garantissant ces i m munités. (2) Voyez dans les Légendes des sept péchés capitaux Tanchelin l'hérétique. la Légende de

9

130

RETOUR D E S CROISÉS.

Partout les h o m m e s q u i avaient de la foi s'en allaient en Palestine, c o m m e c e u x qui avaient d u courage. A leur r e t o u r , ils se retiraient du m o n d e ; c'était c o m m e s'ils n e fussent pas r e v e n u s . P i e r r e l'Ermite n e r e n t r a dans les Pays-Bas qu'en 1 1 0 2 ; il accompagnait le seigneur de Montaigu, l ' u n des compagnons de Godefroid. Dans les transes d e t e r r e u r qu'il avait éprouvées depuis le j o u r où il était parti à la tête de la première colonne des soldats d e la Croix, il avait toujours promis à Dieu de vivre en reclus aussitôt qu'il aurait remis le pied sur le sol des F r a n c s . Assailli d'une horrible t e m p ê t e , il avait aussi fajt v œ u d e bâtir u n e a b b a y e ; il n e s'occupait plus que de fonder à H u y , d a n s l'évêché de Liège, la maison d e prières de Neuf-Moutiers ( 1 ) , qu'il mit sous le vocable du saint Sépulcre. Il devait vivre l à , longtemps e n c o r e , dans u n e retraite profonde et sainte (2). Ceux qui reparaissaient en E u r o p e a v e c des idées mondaines n'étaient p a s tous assurés de retrouver leurs sujets ou leurs parents disposés à les bien recevoir, et souvent ils rencontraient des ennemis dans leurs anciens voisins. La v e u v e du comte de Hainaut, Ida de L o u v a i n , revenait de l'Orient, qui avait dévoré son époux sans m ê m e lui r e n d r e sa c e n d r e ; elle traversait les A r d e n n e s , se hâtant de revoir le jeune Baudouin III, son fils et son a u t r e affection, lorsqu'elle apprit q u e le comte de Chiny lui avait tendu u n e embuscade. Alors les petits princes faisaient
(1) Monastère neuf. (2) Il mourut en l'an 1 1 1 5 .

RETOUR DES CROISÉS.

131

quelquefois le m é t i e r de voleurs de g r a n d c h e m i n ; ils enlevaient u n passant qu'ils appelaient leur captif, et ils en tiraient rançon s'il avait des d o m a i n e s , ou ils le dépouillaient s'il était m a r c h a n d . Le roi de France Philippe I avait reçu de saint Grégoire VII, ce g r a n d redresseur de torts, u n e admonition sévère, parce q u e , à la h o n t e de sa couronne r o y a l e , il se divertissait quelquefois lui-même avec ses favoris à ces odieux brigandages. I d a , effrayée, se réfugia dans l'abbaye d e Saint-Hubert, qui la p r o t é g e a , la rendit à son fils, et la reconnaissance d e la princesse enrichit les bons religieux.
e r

De tels exemples sont fréquents alors. Le comte de F l a n d r e , dont le nom avait retenti dans toute l ' E u r o p e , était rentré sans obstacle dans ses domaines. Mais il a v a i t , l u i , u n e vieille injure à venger. Nous faisons à ce propos quelques p a s en arrière. Mais ces pas nous a m è n e r o n t à consigner ici comment finit l ' e m p e r e u r Henri IV, que l'on a v u a u début de la carrière de Godefroid de Bouillon. Au m o m e n t où il allait partir p o u r la croisade avec Godefroid de Bouillon, l'empereur Henri IV, saisissant lâchement u n e occasion q u e tous les princes chrétiens respectaient, lui avait s u b i t e m e n t réclamé, et avec le ton de la violence, le pays d ' A l o s t , les Quatre-Métiers, le château de Gand et les îles de la Zélande, contrées sur lesquelles l'empire prétendait, en vertu de vieux d r o i t s , exercer sa suzeraineté. Robert n ' a y a n t pas le temps de vider cette chicane par la voie des négociations, était allé au-devant de 9.

132

RETOUR DES CROISÉS.

l'armée impériale. Il avait harangué les t r o u p e s allem a n d e s ; à sa v o i x , tous les plus braves g u e r r i e r s de Henri IV, a b a n d o n n a n t leurs b a n n i è r e s , avaient pris la c r o i x ; et l ' e m p e r e u r s'était vu contraint à se retir e r p r e s q u e seul dans ses É t a t s . . . Robert alors était p a r t i p o u r J é r u s a l e m , laissant la régence d e la Fland r e à sa femme Clémence et à son fils Baudouin VII ( 1 ) , a u p r è s de qui étaient restés quelques v i e u x capitain e s , qui avaient su g a r d e r du moins les domaines deleur maître. R o b e r t , à son retour glorieux, ne voulut pas laisser impunie la perfide tentative d e l'empereur, renouvelée plusieurs fois sans fruit p e n d a n t qu'il combattait en Palestine. Il lui fallait lutter contre u n ennemi puissant; mais il en avait affronté d e plus redoutables. Après quelques j o u r s d e repos, il m a r c h a sur Cambrai, et il assiégea cette ville, qui a p p a r t e n a i t à l'empereur. Henri IV se h â t a d'accourir. Mais tous les combats qui se livrèrent furent à l'avantage du héros d e la croisade; Cambrai, à la fin de l'année H 0 2 , se rendit à R o b e r t , et u n e p a i x fut signée à L i è g e , a u printemps de l'année suivante. Le saint-siége avait a p p r o u v é cette g u e r r e contre un prince chargé de tous les a n a t h è m e s . Depuis l o n g t e m p s , on l'a v u , la main d u souverain pontife s'était retirée de Henri I V , a b a n d o n n a n t ses États à quiconque pourrait les enlever. On voulut engager alors le comte Robert à réprimer aussi les Liégeois,
(1) Celui qu'on a surnommé Baudouin à la H a c h e , l'une des figures gigantesques du moyen ûge.

RETOUR DES CROISÉS.

133

qui, malgré l'excommunication, continuaient à tenir le parti de l'empereur. Mais Robert hésita à rompre la paix avec des c h r é t i e n s ; il aima m i e u x exhorter les Liégeois que les c o m b a t t r e , et n e pas e n t r e r dans ces cruelles dissensions où les enfants m ê m e s de l'affreux Henri IV avaient pris les armes contre lui. Conrad, son fils a î n é , qu'il avait autrefois créé d u c de Lotharingie , avait le p r e m i e r levé l ' é t e n d a r d de la révolte, et s'était fait c o u r o n n e r roi d'Italie à Milan. Il mourut peu après cet acte de rébellion, p e n d a n t q u e l'empereur, dans u n e diète p u b l i q u e , le faisait déclarer déchu de tous ses d r o i t s , et reconnaissait pour héritier son autre fils H e n r i , en obligeant toutefois ce dernier à jurer sur l'Évangile qu'il d e m e u r e r a i t fidèle à son père. Mais l'excommunié devait recueillir j u s q u ' a u bout les fruits a m e r s de ses iniquités. Cet autre fils, qui fut u n p e u plus t a r d Henri V, impatienté de ne pas recevoir assez tôt la couronne p a t e r n e l l e , parjure à ses s e r m e n t s , prit les armes à son tour, et battit l'empereur son p è r e , qui' se réfugia en Bohême. L à , il avait intéressé quelques princes à sa cause, lorsque, par u n e nouvelle perfidie, son fils s'empara de lui et le contraignit à abdiquer en sa faveur, en le m e n a çant de la m o r t , s'il n e remettait pas p u b l i q u e m e n t , avec l'apparence d u bon g r é , la c o u r o n n e , le sceptre, le globe, l'anneau et les autres m a r q u e s d e l'empire, dont il avait si largement abusé. Après qu'il eut tout o b t e n u , Henri V enferma son père dans une étroite prison. Le vieux t y r a n dépouillé parvint à s'échapper. Il s'enfuit à S p i r e , p a u v r e , à demi n u , m o u r a n t de faim. Il d e m a n d a , pour s u b -

134

RETOUR DES CROISÉS.

sister i n c o n n u , u n e place de chantre d a n s l'église. Il inspirait tant d ' h o r r e u r , et sa d e m a n d e était si sing u l i è r e , p u i s q u e l'Église le rejetait; d ' u n a u t r e c ô t é , on redoutait déjà tellement son fils Henri V, q u ' o n n ' o s a lui d o n n e r ce qu'il sollicitait, et le m a u d i t n ' e u t plus de refuge que Liège, où il fut reçu p a r Otbert, le p r i n c e - é v ê q u e , qui n'oubliait p o u r t a n t p a s q u e ce m o n s t r e n'avait cessé de désoler l'Église du Christ. R e p r e n a n t de l'énergie dans cet accueil, Henri IV écrivit des lettres suppliantes au roi d e F r a n c e et à tous les a u t r e s souverains pour réclamer leur a p p u i . Mais les princes c h r é t i e n s , partout occupés des crois a d e s , n e pouvaient p r e n d r e la querelle d ' u n excomm u n i é , c h a r g é des mépris de l'Europe : toutes les lettres de Henri restèrent sans r é p o n s e . Son fils, ayant découvert son asile, envoya l'ordre a u x Liégeois de lui r e n d r e son prisonnier; e t , sur le refus d ' O l b e r t , Henri V, décidé alors à tirer raison p a r la g u e r r e d e cette rébellion, s'empara du p o n t d e Viset, entre Liège et Maëstricht, et fit avancer ses a r m é e s . Le Limbourg s'était u n i au pays de Liège pour soutenir l'indigne querelle du vieil e m p e r e u r . Des embûches furent dressées h a b i l e m e n t , et l'héritier du L i m b o u r g , W a l e r a m , j e u n e h o m m e q u e Henri IV récompensa en le n o m m a n t d u c d e Lotharingie, p e n d a n t q u e Henri V en investissait Godefroid le B a r b u , W a l e r a m a y a n t attiré les troupes d u plus j e u n e des d e u x e m p e r e u r s dans les défilés, en m a s sacra u n e p a r t i e ; les Liégeois culbutèrent le reste dans la Meuse. Ces avantages relevèrent les affaires

DEUXIÈME GRANDE CROISADE. — SAINT BERNARD.

135

de Henri IV. Cologne, q u e Henri V assiégeait, lui résistait depuis d e u x m o i s , q u a n d son triste père mourut, le 7 a o û t 1 1 0 6 . Le prince-évêque de Liège crut devoir lui donner une dernière m a r q u e d ' a t t a c h e m e n t , tout souillé qu'il était, en se c h a r g e a n t de sa sépulture. Mais cette sépulture d ' u n h o m m e h o r s de l'Église ayant été c o n d a m n é e , le cercueil de Henri IV fut déterré et emporté à S p i r e , où il resta cinq a n s sans h o n n e u r s .

XX. — DEUXIÈME GRANDE CROISADE.
SAINT BERNARD.

D i e u n'oubliera pas c e u x qu'il aura v u s s o u s sa bannière. Discours d'Urbain II.

A travers tous les désordres d u douzième siècle, on voyait de temps en temps la piété ou le repentir rassembler de petites armées qui prenaient la croix et partaient a u secours d e leurs frères d e la P a lestine. Le comte d e F l a n d r e , que nous v e n o n s de quitter, Robert I I , dit de J é r u s a l e m , l'un des plus vaillants compagnons d e Godefroid, était m o r t en l'an \ \ \ \ . Il avait eu p o u r successeur, en 1 1 2 8 , Thierry d'Alsace (1). Les j e u n e s années d e ce prince s'étaient passées d a n s la première c r o i s a d e , où il avait combattu avec é c l a t , sous son oncle Roger de Sicile. Il s'était marié peu après son a v è n e m e n t . Mais,
(1) A Robert n succéda Baudouin V I I , dit Baudouin à la Hache; à celui-là succéda son parent Charles l e B o n ; à Charles le Bon, Guillaume de Normandie; à ce dernier, Thierry d'Alsace.

136

DEUXIÈME GRANDE CROISADE.

a u bout de neuf a n s d ' u n i o n , il avait p e r d u sa p r e mière f e m m e , seul lien qui le "retînt en E u r o p e . Voyant ses É t a t s tranquilles et ses places gardées p a r de bons c a p i t a i n e s , il s'était décidé à faire u n e seconde fois le pèlerinage armé de la terre sainte. Il avait de n o u v e a u pris la croix en 1 1 3 8 , décidé à m a r c h e r sur les g r a n d e s traces de Robert I I ; et il s'était e m b a r q u é , e m m e n a n t avec lui trois cents c h e valiers solidement équipés. Il était arrivé heureusement en Orient, où il avait fait dès les premiers j o u r s de merveilleuses p r o u e s s e s , comme dit O u d e g h e r s t , « tant en Syrie q u ' e n B a r b a r i e , en E g y p t e et au delà du J o u r d a i n , auquel lieu il avait enlevé a u x Turcs u n e forteresse que les historiens n e n o m m e n t pas » , et q u e Guillaume de Tyr n e désigne q u e comme u n formidable repaire de b r i g a n d s , près du mont Galaad, sur les confins de l'ancien territoire des Ammonites. L'arrivée d e Thierry et de sa b r a v e a r m é e avait produit, u n e telle joie à Jérusalem, et tout d ' a b o r d il avait r e n d u de si grands services, q u e Foulques d'Anjou, alors roi de Jérusalem, avait voulu se l'attacher p a r des liens sérieux. Il lui avait d o n n é en mariage sa fille Sibylle, qui était u n e gracieuse p r i n cesse, pleine de hautes vertus et de g r a n d e p i é t é . Foulques, en effet, avait besoin d ' a p p u i ; il avait reçu un r o y a u m e t o u r m e n t é , mais p u i s s a n t ; il d e vait le laisser bientôt penché vers sa r u i n e , d a n s les mains de son fils Baudouin III, enfant. Mais T h i e r r y , rappelé en E u r o p e , n'avait pu rester cette fois q u e d e u x ans sous les b a n n i è r e s d u

SAINT BERNARD.

137

saint Sépulcre. A sa r e n t r é e en F l a n d r e , il avait trouvé é v a n o u i s , du moins en a p p a r e n c e , les partis qui s'étaient soulevés en son a b s e n c e . Il s'occupait d o n c , ainsi qu'il l'avait p r o m i s , d ' u n e nouvelle e x pédition en Orient. Gendre d u roi de Jérusalem, il ressentait plus d ' a r d e u r que jamais p o u r le théâtre de la plus g r a n d e gloire q u ' u n chevalier chrétien pût recueillir alors. Il voulait cette fois e m m e n e r de grandes forces; il recueillait de l ' o r ; il équipait des vaisseaux; il rassemblait des a r m e s ; il levait des hommes et les e x e r ç a i t , l o r s q u ' u n cri de détresse retentit de l'Orient j u s q u ' e n E u r o p e , au commencement de l ' a n n é e \ \ 4 5 . Édesse venait d'être p r i s e ; des multitudes de chrétiens avaient été massacrés d a n s cette ville. Toute la Palestine était dans l ' é p o u v a n t e . Une bulle du pape E u g è n e III proclama aussitôt la deuxième croisade g é n é r a l e , avec toutes les g a r a n t i e s , toutes les faveurs, toutes les indulgences de la p r e m i è r e ; et il chargea saint Bernard de la p r ê c h e r . Ce grand s a i n t , q u e ses v e r t u s , sa piété a r d e n t e , son génie et sa c h a u d e éloquence, ont r e n d u immortel m ê m e a u x y e u x de la gloire h u m a i n e , s'adressa d'abord à Louis VII, roi de F r a n c e , qui se r e p r o - ' chait alors des excès criminels. Ce p r i n c e , g é n é r e u x et bienveillant, d o u x et c o u r a g e u x , était si j a l o u x de son a u t o r i t é , que l'orgueil l'avait entraîné q u e l ques mois a u p a r a v a n t à des e m p o r t e m e n t s qu'il d é plorait avec a m e r t u m e . Se croyant offensé par Thibaut IV, comte de C h a m p a g n e , il avait dévasté ses États, pris d'assaut Vitry, mis cette ville à feu et à

138

DEUXIÈME GRANDE CROISADE.

sang et brûlé m i s é r a b l e m e n t , dans la g r a n d e église, plus de quinze c e n t s personnes qui s'y étaient réfugiées c o m m e d a n s u n asile. Une si terrible action, qui avait inspiré l'horreur p a r t o u t , lui en causait tant à lui-même depuis que sa colère s'était c a l m é e , qu'il c r u t n e pouvoir la réparer q u ' e n p r e n a n t la croix.. Il était d o n c bien disposé lorsque saint B e r n a r d l'appela a u x a r m e s . Il se leva sans hésiter, prit la c r o i x q u e le saint lui offrait au nom d u P a p e , et se l'attacha à l ' é p a u l e . Il alla ensuite recevoir l'oriflamme à Saint-Denis; et on lit dans les chroniques qu'il y contempla avec émotion les portraits de Godefroid d e Bouillon, de T a n c r è d e , d e R a y m o n d de Saint-Gilles, et les batailles d e Dorylée et d'Antioc h e , déjà peintes sur les v i t r a u x d e la basilique. Alors il convoqua à Vézelay tous ses b a r o n s pour la g u e r r e sainte. A la voix d e saint B e r n a r d , tous les chevaliers de la Champagne et de la B o u r g o g n e , du Nord et du Midi, se p r é p a r è r e n t . Partout le saint prédicateur entraînait les c œ u r s vaillants. (c Ne tentez plus, leur disait-il, d'apaiser la colère du Ciel p a r des gémissements stériles. Ne vous couvrez plus d u cilice, mais de la cuirasse et d u bouclier. Le bruit des a r m e s , les d a n g e r s , les t r a v a u x , les fatigues de la g u e r r e , chrétiens, voilà la pénitence que Dieu vous impose. Rachetez vos fautes par des victoires. Que la délivrance des lieux saints soit le fruit de votre repentir. Q u ' u n e sainte colère vous anime au c o m b a t ; que le m o n d e chrétien retentisse

SAINT BERNARD.

139

dé ces paroles d u prophète : — Malheur à celui qui n'ensanglante pas son é p é e ! » Gomme à P i e r r e l ' E r m i t e , la foule répondait à saint B e r n a r d : « Dieu le v e u t ! » Et de toutes p a r t s on se disposait à marcher en Palestine. P e n d a n t q u e saint B e r n a r d , sur u n échafaudage dressé à Vézelay, dans u n e p l a i n e , parlait ainsi, le roi Louis VII était à ses c ô t é s ; des foules immenses d e m a n d a i e n t la c r o i x ; et quoiqu'on en eût apporté u n e très-grande provision, le saint fut obligé de m e t t r e son habit en pièces pour suppléer à l'é.toffe qui m a n q u a i t . L'enthousiasme était si g r a n d , que saint Bernard n ' e n d o n n e q u ' u n e faible idée dans la lettre qu'il écrivit alors a u P a p e : « Vous » avez o r d o n n é , disait-il, j ' a i o b é i , et votre autorité n a rendu m o n éloquence fructueuse. Les villes et » les c h â t e a u x deviennent d é s e r t s , et l'on voit p a r » tout des v e u v e s d o n t les maris sont v i v a n t s . » Après avoir soulevé la F r a n c e , saint B e r n a r d p a r courut l ' A l l e m a g n e , où l ' e m p e r e u r Conrad III se croisa. Les miracles qui accompagnaient partout le saint excitaient l'admiration g é n é r a l e ; et tous les peuples germaniques se c r o i s è r e n t , ainsi que c e u x 'des Pays-Bas. P a r t o u t on envoyait u n e quenouille et des fuseaux a u x princes qui refusaient de se croiser. • Louis VII e t Conrad III se m i r e n t en m a r c h e . Le roi de France avait confié à Suger, a b b é d e SaintDenis, l'administration d e son r o y a u m e . Thierry d'Alsace, qui était p r é p a r é , laissa le g o u v e r n e m e n t de son comté d e Flandre à sa femme Sibylle, qui eût

140

DEUXIÈME GRANDE CROISADE,

m i e u x aimé le s u i v r e ; il lui donna p o u r conseil le sage Roger, p r é v ô t d e Saint-Donat; et il s ' e m b a r q u a l'un des p r e m i e r s avec u n e vaillante a r m é e . P a r m i les chefs illustres qui l'accompagnaient, nous n e cit e r o n s q u e Gilîion de Trazégnies, d o n t n o u s d o n n e r o n s plus loin la singulière légende. Il avait v e n d u a u c o m t e de H a i n a u t , pour les frais de son. e x p é d i t i o n , la ville d ' A t h , dont il était s e i g n e u r ; et il p a r tit à la suite de Thierry. Nous reproduirons aussi la l é g e n d e non moins curieuse de R a o u l , sire de Gréq u y , lequel suivit le roi Louis VII (1 ). La multitude des croisés fut presque aussi grande à la deuxième croisade que lors du d é p a r t de Godefroid de Bouillon; et, chose r e m a r q u a b l e , malgré les tragiques récits et les m a l h e u r s multipliés d e la première e x p é d i t i o n , une foule i m m e n s e de nobles princes et d'illustres dames prirent la croix. Il y eut m ê m e des bataillons d'amazones chrétiennes, entraînées par u n capitaine de leur s e x e , q u ' o n appelait la Dame a u x j a m b e s d'or, à cause d e ses bottines dorées(2). Les prédications de saint Bernard avaient donc
(1) Quelque temps avant la seconde croisade , sous le règne de Foulques d'Anjou, eut lieu l'aventure merveilleuse des trois chevaliers de Saint-Jean, à qui on doit Notre-Dame de Liesse. Voir la quatorzième des • Légendes des saintes images. (2) Ou croit que c'était Sibylle de Bourgogne, fille de l'abominable Guillaume III, comte souverain d e la Franche-Comté, appelée alors comté de Bourgogne. Voir la légende de ce Guillaume, dix-huitième des infernales. Maléfice. rieux intitulé Le château Salves, gai ménestrel. de Frédéric Barberousse à Dôle, Légendes ou le M. Léon Dusillet a publié sur ces personnages u n livre cuChronique du quatorzième siècle, attribuée à Hues de Braye-

SAINT BERNARD.

141

imprimé à l'Occident u n élan immense. Un prédicateur flamand, q u e l'on n e désigne q u e sous le nom d ' A r n o u l d , secondait puissamment les efforts du saint abbé d e Clairvaux. Comme il ne savait d'autre langue q u e le flamand, il était a c c o m p a g n é , hors de son p a y s , d ' u n p i e u x interprète appelé L a m b e r t , qui traduisait a u x W a l l o n s , a u x Liégeois et a u x Ardennais, ses entraînantes e x h o r t a t i o n s . Les ports de la Méditerranée et de l'Océan étaient couverts de nombreux v a i s s e a u x , qui partaient tous les jours avec la croix à leur pavillon. Les plus g r a n d s seigneurs français accompagnaient leur m o n a r q u e : Alphonse, comte de SaintGilles et de Toulouse; Yves I I I , comte de Sôissons; Gui I I , comte de P o n t h i e u ; Guillaume de N e v e r s ; Archambaud VI de Bourbon ; Henri I " , comte palatin de C h a m p a g n e ; Pierre de Courtenay, frère du roi; Robert de F r a n c e , comte de D r e u x ; Geoffroi III de Joinville; Hugues YII de Lusignan; Thibaut de Montmorency; Hugues 1 de Y a u d e m o n t ( l ) ; la reine Éléonore; les évêques de T o u r n a y , d ' A r r a s , de Langres, de Lisieux, u n e foule d ' a u t r e s prélats et grands
e r

(1) Nous pouvons citer encore quelques n o m s , qui ont pris la croix avec Louis VII : Raymond V , v i c o m t e d'Aubusson ; Guillaume V I I I , premier dauphin d'Auvergne; Milon I I , comte de Bar-sur-Seine ; Richard d'Harcourt; Gui et Amaury de Lusignan ; Robert Avenel; Evrard de Breteuil; Guillaume d e Chanaleilles ; Enguerrand I I , sire de Coucy-, Artaud de Chastellux ; Jacques de Mailly ; Geoffroy Martel ; Milon de Plancy ; Guy II, comte de Ponthieu ; Geoffroy Rudel le Troubadour ; Gauthier II de Châtillon; Amédée I I , comte de Savoie; H a m o n de Mayenne ; Hugues de Vaudemont ; Humbert de Coligny; Eustache de Montboissier; le sire de Mesgrigny ; Gui de Thouars ; Renaud, c o m t e d e Tonnerre ; Simon de Vermandois; Eustache de Montboissier, e t c . , etc.

142

CROISADE D E PORTUGAL.

p e r s o n n a g e s , se r é u n i r e n t à Chartres p o u r le d é part ; et l à , d e n o u v e a u , les croix p r é p a r é e s n e suffisant pas a u x d e m a n d e s , saint B e r n a r d déchira e n core n o n - s e u l e m e n t ses h a b i t s , mais c e u x d e ses moines p o u r satisfaire tous les e n r ô l e m e n t s . C'est alors q u e l'on offrit au grand saint d ' ê t r e le chef et le c o m m a n d a n t général de la seconde croisade. Il déclina u n tel h o n n e u r , b o r n a n t sa mission d a n s les limites que le saint-siége lui avait t r a c é e s . Il r e p r é senta en m ê m e temps que ce serait u n e innovation de mauvais p r é s a g e , que de voir u n religieux se mêler de conduire des a r m é e s . Il fut m ê m e dispensé d e faire le pèlerinage de la terre sainte, tant à cause de sa complexion trop faible q u ' à cause d e la nécessité de sa présence en E u r o p e . Et les armées d e la Croix se m i r e n t en m a r c h e . — Nous sommes obligé de nous séparer d'elles quelques instants p o u r un fait qui n'est pas n o n plus sans gloire.

XXI. — C B O I S A D E D E P O R T U G A L .
Le Dieu que nous invoquions nous a exaucés. Psaume IV.

La croisade prêchée p a r saint B e r n a r d produisit plusieurs résultats dans nos contrées. Le saint-siége r e c o m m a n d a n t a u x h o m m e s de c œ u r n o n p a s seulem e n t de délivrer l'Asie, mais encore d ' é t e n d r e les bornes d e l ' E u r o p e catholique, les Saxons et les Danois se croisèrent contre les S l a v e s , encore païens,

CROISADE D E PORTUGAL.

H3

en m ê m e temps que des expéditions chrétiennes avaient lieu en E s p a g n e , en Sicile, en Portugal. Les Espagnols combattaient toujours les Maures, depuis longtemps établis parmi e u x , spoliateurs dont ils ne devaient être délivrés q u e p a r la grande Isabelle. Les Siciliens, si voisins de R o m e , continuaient à expulser d e leur patrie les Sarasins, q u i en occupaient diverses c o n t r é e s ; ils les poursuivaient j u s qu'en Afrique, et remportaient sur e u x de fréquentes victoires, en m ê m e temps que les chrétiens luttaient en Palestine. A u x b o r d s d u T a g e , Alphonse I , comte de Port u g a l , ayant défait cinq rois ou chefs maures qui tenaient le pays avec des forces i m p o s a n t e s , s'était fait proclamer roi. Il fondait u n É t a t dont la durée devait être plus longue que celle d u r o y a u m e de Jérusalem ; aidé d u p e u p l e , dont il assurait les libertés et les franchises, il savait en m ê m e t e m p s captiver l'affection des seigneurs. Mais les Maures, quoique battus plusieurs fois par l u i , d e m e u r a i e n t toujours, par leur n o m b r e et par les places qu'ils o c c u p a i e n t , dominateurs du Portugal. Alphonse cherchait depuis longtemps à s'emparer de Lisbonne, qui était restée a u pouvoir des Maures, et q u i , p a r sa situation, était p o u r lui d'une e x t r ê m e importance. Il assiégeait cette ville en 1 1 4 7 avec tous ses chevaliers; plusieurs mois d'efforts n'avaient amené q u e des é c h e c s ; à chaque assaut, les Portugais repoussés perdaient c o u r a g e , lorsque enfin on a n nonça q u ' u n e flotte de croisés e m b a r q u é s pour l'Orient venait d ' ê t r e amenée p a r les vents d a n s les
e r

144

CROISADE D E PORTUGAL.

bouches du T a g e . Alphonse courut à leur r e n c o n t r e . — C'est Dieu q u i vous a c o n d u i t s , dit-il a u x soldats de la Croix. Les infidèles, que vous alliez c h e r cher en A s i e , sont ici sous vos y e u x . C'est donc ici u n e terre qu'il faut aussi délivrer; a i d e z - n o u s , puisq u e nous s o m m e s vos frères en Jésus-Christ. Vous fonderez u n r o y a u m e chrétien ; vous purgerez u n e patrie c h r é t i e n n e , et de riches possessions r é c o m p e n seront votre valeur. Ces croisés étaient surtout des F r a n ç a i s , des F l a m a n d s et des Brabançons, qui allaient rejoindre Louis VII et Thierry d'Alsace. A r n u l p h e , comte d'Arschot et sénéchal de B r a b a n t , était u n d e leurs chefs. A r n o u l d , le prédicateur flamand, l'auxiliaire de saint B e r n a r d , était avec e u x . — Puisque les ennemis de la Croix sont i c i , dit-il, c'est Dieu qui vous les livre. Les croisés d é b a r q u è r e n t donc et se joignirent au roi de Portugal. Le siège de Lisbonne fut repris a u s sitôt avec une g r a n d e v i g u e u r , e t , malgré la résistance furieuse des M a u r e s , après quatre mois d ' a s sauts et d ' a t t a q u e s , la place fut emportée et les Maures passés a u fil d e l'épée. Les autres places que retenaient les Sarasins furent enlevées r a p i d e m e n t . Le Portugal entier se soumit au roi A l p h o n s e , qui ne se montra pas ingrat. Il donna a u x croisés plusieurs riches d o m a i n e s ; et beaucoup de ces vaillants auxiliaires se fixèrent dans son jeune r o y a u m e , croyant avoir assez fait p o u r la cause de la Croix ( 1 ) .
(1) On peut lire une légende de la croisade de Portugal dans les Légendes des sept péchés capitaux : le Frison au fléau.

LOUIS VII EN PALESTINE.

145

XXII. — L O U I S V I I E N P A L E S T I N E .
L'ardeur fait des conquêtes ; mais la sagesse seule peut l e s conserver. KOTZF.BUE.

Les croisés conduits p a r Louis VII, au n o m b r e de plus de quatre-vingt m i l l e , et l'armée aussi n o m breuse de Conrad III, arrivèrent à Constantinople p a r la route de Godefroid de Bouillon. Ils trouvèrent dans l'empereur Manuel C o m n è n e , petit-fils d ' A l e x i s , u n ennemi aussi fourbe que celui qui avait fait tant de mal a u x p r e m i è r e s armées de l'Occident. L'historien grec Nicétas avoue lui-même q u ' o n égorgeait dans l'empire grec c e u x des croisés qui s'égaraient, q u ' o n mêlait de la c h a u x a u x farines q u ' o n leur v e n d a i t , et qu'on prévenait les musulmans d e leur approche. L'évêque d e L a n g r e s , dont on r e n o m m a i t la sagesse, et avec lui les meilleurs chevaliers voulaient q u ' o n s'emparât d e Constantinople et q u ' o n châtiât les Grecs perfides. Si ce conseil e û t été s u i v i , l'Asie était sauvée. Mais le m o m e n t de cette conquête ne semblait pas v e n u . Les croisés, liés p a r l e u r s v œ u x , n'avaient en v u e que la Palestine. Us regrettèrent plus tard de n'avoir pas adopté l'avis du sage prélat. Les Allemands qui suivaient Conrad III voulurent marcher en avant. Après avoir franchi N i c é e , ils se dirigeaient sur Iconium, capitale de la Lycaonie, lorsque les Grecs qui leur servaient de guides les égarèrent dansles montagnes de la Cappadoce. La moitié des phalanges g e r m a n i q u e s , a b a n d o n n é e ainsi, fut exterminée par les Turcs. Conrad III lui-même fut
10

146

LOUIS VII EN PALESTINE.

blessé de d e u x flèches, et ensuite plus d e trente mille des siens m o u r u r e n t d e faim. Louis V I I , a p p r e n a n t ce désastre et la périlleuse retraite d e s A l l e m a n d s , alfa au-devant de leurs débris et les r a m e n a à Constantinople. Les F r a n ç a i s , plus h e u r e u x et plus h a b i l e s , s'av a n c è r e n t a l o r s , sans se fier a u x Grecs toujours p e r fides. Ils t r o u v è r e n t les Turcs réunis en masses compactes sur les bords d u M é a n d r e . Secondés p a r les F l a m a n d s , ils battirent complètement ces b a n d e s et les jetèrent d a n s le fleuve, qu'ils passèrent ensuite. A ce p a s s a g e , u n seul d ' e n t r e e u x se n o y a , c'était Milon, seigneur d e N o g e n t ; et M a i m b o u r g , en rap~ p o r t a n t cette circonstance, r e m a r q u e ensuite comme u n fait c u r i e u x qu'il n e se noya pareillement q u ' u n seul h o m m e a u passage du R h i n , si célébré p a r les poètes de Louis X I V , et q u e ce seul h o m m e fut lè comte d e N o g e n t . Louis VII b a t t i t encore l'ennemi d e l'autre côté d u fleuve et se couvrit d e gloire d a n s cette j o u r n é e , où il se conduisit en héros et en g r a n d capitaine. Le comte de F l a n d r e et le comte d e Champagne méritèrent les m ê m e s lauriers. Mais d ' a u t r e s t r a v a u x les attendaient non loin de là. Ils traversèrent Laodicée (l'ancienne Diospolis) sur le L y c u s , qu'ils trouvèrent a b a n d o n n é e p a r ses habitants effrayés et ils se dirigèrent vers Satalie. Pour arriver à cette place i m p o r t a n t e , il fallait traverser les monts Cadmus, q u i s'étendaient du Taurus d a n s la Pamphilie au Tmolus dans la g r a n d e Phrygie. Ces monts effroyables n'offraient q u ' u n pas-T

LOUIS VII EN PALESTINE.

14?

sage étroit e n t r e d'horribles escarpements et des abîmes i m m e n s e s . Le sire de Taillebourg et le comte de Maurienne s'étant avancés pour examiner les lieux, il fut décidé q u ' o n franchirait le lendemain ce passage r e d o u t a b l e . Mais les premiers corps, mal instruits des ordres du r o i , passèrent aussitôt et s'en allèrent c a m p e r de l'autre côté de la m o n t a g n e . Les Turcs surveillaient ces m o u v e m e n t s ; ils attaquèrent l'arrière-garde dès qu'ils la v i r e n t engagée dans les défilés. Du h a u t des rochers à pic qui bordaient l e seul p a s s a g e , ils lançaient des pierres énormes qui précipitaient dans l'abîme les h o m m e s et les c h e v a u x . Le r o i , v o y a n t ces d a n g e r s , ne recula p a s ; il grimpa i n t r é p i d e m e n t , avec quelques h o m m e s de c œ u r , sur les crêtes où se dressaient les e n n e m i s , et se jeta i n trépidement parmi e u x . Oubliant sa p r o p r e vie p o u r la foule qui périssait, dit u n chroniqueur, témoin oculaire ( 1 ) , le roi s'était d o n c précipité dans les rangs d è l ' a r m é e m u s u l m a n e , e t , à force de peines et d'efforts, il était parvenu à dégager la multitude des pèlerins. L ' a r m é e française avait à soutenir les attaques d ' u n e n n e m i cent fois s u p é r i e u r en n o m b r e ; l'escorte d u roi périt tout entière dans cette mêlée. Louis, conservant toujours u n c œ u r de r o i , dit la même c h r o n i q u e , s'accroche a u x b r a n c h e s d ' u n arbre et s'élance sur Le h a u t d ' u n e r o c h e . Là les flèches des Turcs viennent frapper inutilement sa cuirasse; d e b o u t sur son r o c h e r , c o m m e s u r u n m u r ou sur U n e t o u r d e g u e r r e , le roi de F r a n c e fait tomber autour de lui les têtes et les b r a s d e c e u x qui
1

(1) Cité par MM. Michaud et Poujoulat, Histoire

des

Croisades.

•10.

14S

LOUIS VII EN PALESTINE.

l'assiègent. Cette j o u r n é e , où de si g r a n d e s choses se mêlèrent à d'affreux désastres, doit être considérée comme la p l u s belle page de la vie de Louis VII. On le croyait m o r t , lorsqu'il r e p a r u t au milieu des s i e n s , qui le reçurent avec d'ardents transports de j o i e . On avait cinquante lieues de chemins affreux à subir p o u r a r r i v e r à Satalie, on n ' y parvint q u ' a p r è s douze j o u r s d e combats et de marches pénibles. Mais Satalie était occupée par les G r e c s , et on n'était p a s encore sorti de l'hiver. Malgré l'étendue de la ville inhospitalière, les pèlerins furent obligés de camper dans la c a m p a g n e , où un très-grand n o m b r e m o u r u r e n t de froid et cle faim : la ville leur était impitoyablement fermée. Louis VII ne p u t obtenir de ces lâches ennemis que des navires pour e m b a r q u e r les croisés, et q u a n d ces bâtiments a r r i v è r e n t , ils étaient insuffisants. Le m o n a r q u e français n ' e m m e n a donc q u ' u n e partie de ses t r o u p e s ; il laissa les a u t r e s sous la c o n duite de l'héroïque Thierry d'Alsace et d ' A r c h a m b a u d de Bourbon ; et quoiqu'il eût remis cinquante marcs d ' a r g e n t au gouverneur de Satalie, qui se disait c h r é t i e n n e , p o u r soigner les m a l a d e s , presque tous ceux qui restèrent là périrent. Après trois semaines de navigation, les troupes françaises arrivèrent à Antioche, où des fêtes les r e posèrent u n peu ; mais le roi était pressé d'accomplir son v œ u . Il gagna donc J é r u s a l e m , où l ' e m p e r e u r Conrad v e n a i t d'arriver en p è l e r i n , accompagné seulement de quelques-uns de ses b a r o n s , h u m b l e s débris de sa vaste a r m é e . Thierry d'Alsace, avec ce qu'il put sauver des

LOUIS VII EN PALESTINE.

149

troupes qui étaient restées à sa g a r d e , vint rejoindre là les d e u x m o n a r q u e s . Le roi Baudouin I I I , fils et successeur de Foulques d ' A n j o u , reçut ces priuces avec g r a n d e joie ; il vit d a n s leur arrivée l'espoir de réparer la perte d ' É d e s s e , qui avait si vivement affligé les chrétiens de l'Occident et soulevé la deuxième croisade. Louis avait conservé u n n o m b r e encore imposant de ses c h e v a l i e r s , et T h i e r r y d'Alsace n'avait pas perdu tous ses F l a m a n d s . Dans u n conseil tenu entre les s o u v e r a i n s , il fut a r r ê t é q u ' o n attaquerait D a m a s . L'armée de la Croix comptait à peine le quart des guerriers partis de l ' E u r o p e . On m a r c h a sur D a m a s , qui était à quarante-cinq lieues d e Jérusalem. Défendue p a r un prince m u s u l m a n , Damas était, à l'orient et au m i d i , protégée de hautes et solides murailles; à l'occident et a u n o r d elle n'avait pour remparts que ses n o m b r e u x j a r d i n s , coupés de fossés en tous s e n s , garnis de petites tours et retranchés à c h a q u e instant d e haies épaisses et de fortes palissades. On résolut d ' a t t a q u e r par là. Il fallut plusieurs jours d e combats opiniâtres pour occuper tous ces j a r d i n s . Les Français et les Flam a n d s , e t , parmi les chrétiens de la Palestine, les templiers et les chevaliers hospitaliers de Saint-Jean, se distinguèrent tous les j o u r s . Le peu d'Allemands qui restaient faisait la r é s e r v e . Le j e u n e roi de Jérusalem combattait dans les premiers r a n g s . « Damas e s t , on le sait, u n e des plus anciennes villes du m o n d e . On s'accorde assez généralement à croire, dit le père de G é r a m b dans son Pèlerinage

150

LOUIS V U EN PALESTINE.

à la terre sainte, q u e Damas fut bâtie p a r H u s , fils d'Aram et petit-fils de S e m . L'historien J o s è p h e l e dit d'une m a n i è r e e x p r e s s e . Hus l'appela A r a m , d u n o m de son p è r e ; elle prit dans la suite celui de D a m a s c u s , s e r v i t e u r d ' A b r a h a m et intendant de sa maison, qui l'avait a g r a n d i e et embellie. » Le m o t Damascus, en hébreu Damenesseck, signifie, selon les i n t e r p r è t e s , sac de sang.. Quelques sav a n t s , s'attachant exclusivement à cette étymologie, ont p r é t e n d u l'expliquer p a r u n e ancienne tradition qui porte q u e ce fut près des lieux où D a m a s fut fondée que Caïn tua son frère Abel.
:

» Damas fut la capitale de la Syrie et de la P h é nicie j u s q u ' à l'époque où Séleucus-Nicanor, a y a n t fait bâtir A n t i o c h e , y transporta le siège de ses É t a t s , c'est-à-dire j u s q u ' à l'an 301 avant, Jésus-Christ. Elle n'avait cessé d'être tributaire d e s Juifs q u ' a p r è s la mort de Salomon. Prise et ruinée plusieurs fois p a r les rois d'Assyrie, elle s'était relevée e t était d e v e n u e p u i s s a n t e , l o r s q u e , à la suite des triomphes r e m p o r tés sur D a r i u s , P.armée d ' A l e x a n d r e en fit la conquête. Lors de la g u e r r e des Romains avec T i g r a n e , Pompée envoya contre elle d e u x de ses lieutenants qui s'en r e n d i r e n t maîtres; elle fut réunie à l'empire. En l'an 6 3 6 de Jésus-Christ, elle fut envahie p a r les m u s u l m a n s , sous le c o m m a n d e m e n t d'Omar. Les kalifes en d e m e u r è r e n t paisibles possesseurs j u s q u ' a u temps des croisades, et en l ' a n n é e 1.148, où nous sommes dans ce récit, elle est assiégée p a r le roi de Jérusalem Baudouin I I I , soutenu de Louis V I I , de Conrad et de Thierry d'Alsace. »

LOUIS T n

EN PALESTINE.

151

Lorsqu'on se fut r e n d u maître des abords de la ville, avant le dernier effort qui devait en ouvrir les p o r t e s , les princes croisés s'assemblèrent; ils b r i guaient tous la possession de D a m a s , l'une d e s plus belles et des plus riches principautés de la Syrie. Chacun sollicitait le suffrage du roi de France et d e l'empereur d'Allemagne, chefs suprêmes de l ' a r m é e . Les d e u x m o n a r q u e s , voulant accorder la ville conquise à celui qui avait r e n d u les plus g r a n d s services, déclarèrent q u e ce b e a u domaine serait la récompense du comte de F l a n d r e , qui n e sollicitait rien. Dès q u e cet a r r ê t fut p r o n o n c é , les rivalités j a louses devinrent d e s i n t r i g u e s , plusieurs princes se retirèrent. Les assiégeants, profitant de ces dissensions , corrompirent p a r d e s présents les principaux chevaliers de la Syrie et de la P a l e s t i n e , qui p r o p o sèrent l'avis funeste de changer les dispositions de l'attaque. < c L'armée c h r é t i e n n e , disaient-ils, dans la position qu'elle occupait, pouvait être surprise et courait le d a n g e r d'être enfermée p a r l ' e n n e m i , sans moyen d e se d é f e n d r e ; il était plus s û r et plus facile d e livrer u n assaut à la ville du côté du m i d i et 4 e l'orient (1 ). » Les chefs quittèrent d o n c les j a r d i n s et la rivière. Aussitôt Damas r e ç u t p a r les j a r d i n s a b a n d o n n é s vingt mille auxiliaires. Les c h a n c e s de la g u e r r e tournèrent ; les assiégeants furent tous les j o u r s r e poussés ; et les princes d'Alep et de Mossoul a r r i vant: e n c o r e , les croisés furent obligés de lever le siège de Damas.
(i) L'auteur des Gestes de Louis VII, cité par M. Michaud, ÏÏT. V I .

152

THIERRY D'ALSACE.

Ainsi les petites passions humaines v e n a i e n t étouffer ce qu'il y avait de grand et de saint d a n s ces nobles g u e r r e s .

X X I I I . — THIERRY
grandes vertus.

D'ALSACE.
S. BERNARD.

La persévérance est le complément d e s '

Le reste de la deuxième croisade générale, qui du moins avait sauvé l'Europe de troubles intérieurs, ne fut plus q u e m a l h e u r s . On ne reprit pas Édesse, et les États chrétiens de la Palestine continuèrent à s'affaisser d a n s leur décadence. Ce fut toutefois dans cette croisade q u e se régularisa l'ordre des t e m pliers, dont les statuts furent l'ouvrage de saint Bern a r d . Nous parlerons plus loin de ces chevaliers célèbres. Tous les princes croisés s'en revinrent épuisés en 11 4 9 . Thierry d'Alsace, qui avait tant fait p o u r soutenir le trône chancelant de Baudouin III, son beaufrère, obtint, a v a n t de partir, u n e récompense solennelle. Le roi et le patriarche de Jérusalem lui accordèrent de leurs saintes reliques la plus a u g u s t e , — le sang adorable de Notre-Seigneur Jésus-Christ, recueilli de la blessure que lui avait faite au côté le coup de lance, et conservé, suivant la tradition fidèle, par Joseph d'Arimathie. Ce sang r é v é r é était enfermé dans u n e fiole| d e cristal, protégée p a r u n cylindre transparent. On le couvrit d'une riche enveloppe de velours lamé d ' o r , e t , dans l'église m ê m e du Saint-Sépulcre, Thierry

P a r t s . Tyi>i>jjr:i ] -h u- i Icii ri 1*1 rm.

THIERRY D'ALSACE.

153

d'Alsace reçut le précieux dépôt des mains d u p a triarche , qui le suspendit à son cou avec des cordons de soie. Les mains mêmes du comte de Flandre n'osaient toucher u n e telle relique. Il s'embarqua entouré de respects, h o n o r é d a n s toute la traversée comme u n autel où Dieu était p r é s e n t , servi à genoux p a r tous ses compagnons , seigneurs ou p r i n c e s , religieux ou chevaliers ; partageant avec l'abbé de Saint-Bertin son dépôt s a c r é , qu'il n'osait garder ni p e n d a n t ses repas ni p e n d a n t son sommeil. Le 1 m a i d e l'an 1 1 4 9 , après la traversée la plus h e u r e u s e , il aperçut les côtes de la F l a n d r e . Son peuple avait appris ses h e u r e u x e x p l o i t s , et à la nouvelle d u r a r e et divin trésor qu'il r a m e n a i t , u n e foule i m m e n s e , accourue à sa r e n c o n t r e , se prosterna d e v a n t lui dès qu'il fut à t e r r e . Le noble comte se dirigea vers Bruges, monté sur u n cheval b l a n c que conduisaient p a r la bride d e u x religieux m a r chant les pieds n u s . Tout le clergé l'accompagnait processionnellement. Le sang de l'Homme-Dieu fut reçu à B r u g e s , le 3 m a i , a u son de toutes les cloches, franchissant les rues pavoisées et bordées partout d e peuple à g e n o u x . On le déposa dans l'église d e SaintBasile. Des chanoines furent institués pour le garder-, et d e p u i s , l'anniversaire de ce jour-là a toujours été à Bruges u n e fête pleine de splendeur (1). On a r e m a r q u é avant nous que Thierry d'Alsace
(1) On éleva aussitôt la magnifique chapelle du Saint-Sang, conservée en b o n état jusqu'à présent. Voyez la description de la fête historiée du Saint-Sang dans les Légendes du Calendrier : Marie-Thérèse à Bruges.
e r

154

THIERRY D'ALSACE.

fut après Louis YII le plus brillant p e r s o n n a g e d e la d e u x i è m e croisade g é n é r a l e ; il en fut aussi le p u i s p e r s é v é r a n t . Il s'était consacré entièrement à cette sainte c a u s e . Aussitôt après qu'il eut rétabli l ' o r d r e d a n s ses É t a t s , il s'occupa d ' u n e q u a t r i è m e e x p é d i tion. Il fit reconnaître Philippe «d'Alsace, son fils, comte d e F l a n d r e , et l'investit de la souveraineté p a r u n e sorte d'abdication : Philippe en était digne.. E n l ' a n n é e 415*7, Thierry reprit d o n c le c h e m i n d e la Palestine avec u n e petite a r m é e ; il e m m e n a i t c e t t e fois Sibylle d ' A n j o u , sa femme chérie, qui b r û l a i t du désir d e revoir son f r è r e , le roi de Jérusalem. Thierry d é b a r q u a au p o r t d e B é r y t e , a u j o u r d ' h u i B e y r o u t h . Son arrivée p a r u t , comme toujours, u n e faveur signalée de la Providence. Quatre a n s a p r è s son d é p a r t de la terre s a i n t e , le roi Baudouin I I I , p a r des efforts i n o u ï s , avait repris Ascalon ; mais d e puis il n'avait éprouvé q u e des r e v e r s . Il venait d ' ê t r e b a t t u p a r N o u r e d d i n , l'un des plus habiles chefs d e l'Orient, et son a r m é e avait été détruite p r è s d u fort de S e p h e t ; le grand maître des templiers et la p l u p a r t des seigneurs de la Palestine étaient prisonniers à Damas. Depuis d e u x a n s , Baudouin III avait épousé u n e nièce d e l ' e m p e r e u r Manuel. On avait espéré q u e cette alliance amènerait a u j e u n e royaume les s e cours des Grecs. Mais ces secours n e venaient j a m a i s . La présence d e Thierry releva les c œ u r s d e s c h r é tiens, et aussitôt Baudouin III reprit l'initiative contre ses e n n e m i s . Les infidèles furent défaits d a n s le comté de Tripoli et d a n s la principauté d'Antioche ;

THIERRY D'ALSACE.

15&

Noureddin fut repoussé, et l ' a r m é e . d e la Croix alla mettre le siège d e v a n t Césarée. Cette ville était vaill a m m e n t d é f e n d u e , T h i e r r y l'enleva cependant. Il fut décidé que cette principauté lui serait d o n n é e , pour prix de ses services et de son courage. Thierry consentait à la tenir sous la suzeraineté detBaudouin; mais les seigneurs r i v a u x , j a l o u x encore de l'éclat que cette a u t r e investiture allait j e t e r sur le prince flamand, p r é t e n d i r e n t q u e Césarée dépendait d'Antioche, et que le devoir féodal la soumettait a u prince de.cette ville. Thierry répondit qu'il n'avait jamais fait h o m m a g e q u ' à des r o i s ; il aima mieux renoncer àiCésarée que de la tenir en arrière-fief et d'être ainsi le. vassal d'un vassal (4). Ces circonstances n e l ' e m p ê c h è r e n t pas de continuer à servir la cause de la Croix. On lui d u t la prise d e l à forteresse de H a r e n c et la défaite du sultan de D a m a s , q u i , a y a n t traversé le Liban pour surprendre les c h r é t i e n s , fut b a t t u dans u n e sanglante m ê l é e , entre le lac d e Génésareth et le J o u r d a i n . Après avoir tout r é p a r é ainsi et affermi, p o u r u n peu «de temps d u m o i n s , le trône de Baudouin III, Thierry d'Alsace laissa en Palestine sa femme Sibylle., qui se (Consacrait .pieusement au soin des m a l a d e s . Il s'en r e v i n t encore en E u r o p e , où il espérait lever de nouvelles troupes ; il y r e n t r a en 4 4 5 9 , n ' a y a n t plus.d'autre soin en ce m o n d e que d'exciter les chrétiens d'Occident à voler a u secours de leurs frères d'Asie. . E n 1 4 6 3 , il reprit p o u r la cinquième fois le c h e (1) Guillaume de Tyr, l i v . XVIII, ch. x v m .

15G

THIERRY D'ALSACE.

min de la terre sainte. Baudouin III était m o r t , v i vement et j u s t e m e n t regretté ; son frère A m a u r y lui succédait, et la d é c a d e n c e du trône de Jérusalem accélérait sa m a r c h e . Noureddin venait d'enlever a u n o u v e a u roi quelques forteresses; il avait fait p r i sonniers le p r i n c e d ' A n t i o c h e , le comte de Tripoli et plusieurs a u t r e s chefs chrétiens. Thierry a r r i v a , c o m m e la dernière fois, à la joie de tout Je p e u p l e chrétien. Mais, malgré les n o u v e a u x secours qu'il a m e n a i t , A m a u r y eut la douleur de se voir e n l e v e r la ville de P a n é a s , située au pied du Liban. Hélas ! à l'exception de T h i e r r y , les princes de l'Europe avaient a b a n d o n n é leurs frères de la terre s a i n t e , et quoiqu'il n ' e û t encore que soixante-trois a n s , épuisé p a r les longues fatigues, Je comte de F l a n d r e n ' é t a i t plus q u e le Nestor des combats. On n e cite d e l u i , dans ce d e r n i e r voyage , a u c u n coup de lance éclat a n t ; sa sagesse et son autorité cicatrisèrent seules les plaies d'Antioche, obtinrent de N o u r e d d i n la lib e r t é d u prince de cette ville, et r a m e n è r e n t q u e l ques j o u r s de sécurité en Palestine. Après d e u x années de séjour dans la terre d u saint S é p u l c r e , Thierry d'Alsace s'en r e t o u r n a , en 1 1 6 5 , dans ses d o m a i n e s , où son fils et son peuple le r e ç u rent comme un saint. Il n ' a v a i t pu r a m e n e r sa chère Sibylle, q u i , sous le voile des veuves c h r é t i e n n e s , l'avait prié de la laisser d a n s le grand hôpital de Jérusalem, où elle soignait les l é p r e u x . L u i - m ê m e se retira à l'abbaye de Guastine p o u r se p r é p a r e r à la mort. Lorsqu'il la sentit qui déjà le saisissait, il se fit porter à Gravelines, qu'il avait bâtie vingt ans auparavant. Là il fit venir ses enfants et leur dit :

THIERRY D'ALSACE.

157

« Je m ' e n vais e n c o r e ; mais celte fois j e n e revien» drai plus en F l a n d r e . Souvenez-vous de moi. Restez « soumise Dieu; soyez justes et doux pour vos sujets, » et notre maison p r o s p é r e r a . » Il prophétisait, c o m m e Dieu l'accorde quelquefois à ses fidèles, car c'est de cette maison que descend la famille impériale d'Autriche. Après avoir dit ces p a r o l e s , il rendit l'esprit, le 4 février 1 1 6 8 , âgé d e soixante-huit ans ; il en avait régné q u a r a n t e . "
1

Reposons-nous u n instant de ces grandes s c è n e s , pour citer quelques mots de la justification de saint Bernard (1 ). Après les revers q u ' o n venait d ' é p r o u v e r , on n ' e n tendait plus que les plaintes et le b l â m e . On s'en prenait à saint B e r n a r d , que l'on traitait de faux prophète, car il avait promis des succès. Ces bruits le pénétrèrent d'une douleur qu'il n e put dissimuler; il se justifia donc d a n s u n e apologie qu'il adressa au pape Eugène III. Il y dit q u e , «s'il faut que les h o m m e s , qui jugent ordinairement des choses p a r les événements, m u r m u r e n t en celte r e n c o n t r e , il aime bien mieux que ce soit contre lui q u e contre Dieu; qu'il se tient h e u r e u x "de ce que Dieu daigne se ser(1) Saint Bernard, « solitaire qui avait lui-même au dehors plus d'occupation que la plupart des h o m m e s n'en auront j a m a i s , consulté de toute la terre, chargé d'une infinité de négociations importantes, pacificateur des États, appelé aux conciles, portant des paroles aux rois, instruisant les évêques, gouvernant un ordre entier, prédicateur et oracle de son temps. » Bourdaloue, Sermon 1« partie. sur la fuite du monde,

158

THIERRY D'ALSACE.

vir de lui c o m m e d ' u n bouclier, en l'exposant à la fureur des langues médisantes et a u x d a r d s e m p o i sonnés des m a l é d i c t i o n s , qu'il reçoit volontiers afin qu'ils n ' a r r i v e n t pas j u s q u ' à Dieu; qu'il ne refuse p a s d ' ê t r e d é s h o n o r é p a r ceux qui le d é c h i r e n t , p o u r v u q u e p a r son p r o p r e déshonneur la gloire de Dieu d e m e u r e à c o u v e r t ; qu'il souhaite d e se pouvoir glorifier a v e c D a v i d , . e n disant comme lui : C'est p o u r l ' a m o u r d e v o u s , mon. Dieu, q u ' o n m ' a chargé d ' o p p r o b r e s , et q u e m o n visage est couvert de honte et d e confusion (psaume LXVIII ) ; qu'il lui est enfin t r è s - g l o r i e u x d'être en cela semblable au Fils de Dieu, qui dit à son P è r e , p a r la voix dit m ê m e prophète .- Les injures et les opprobres que vous font ceux qui vous insultent p a r cet e m p o r t e m e n t sont r e t o m b é s sur m o i . » Moïse, ajoute-t-il, p o u r p e r s u a d e r au p e u p l e d'Israël de sortir de l ' E g y p t e , lui promit solennellem e n t q u e Dieu le conduirait lui-même dans u n pays t r è s - a b o n d a n t où. il serait h e u r e u x . E t c e p e n d a n t ces gens-là p é r i r e n t d a n s les déserts et n e v i r e n t point cette h e u r e u s e terre qui n e fut que pour leurs enfants. Un é v é n e m e n t si contraire à u n e si belle promesse n e se p e u t pas attribuer à la témérité ou à la malice de celui qui la fit, puisqu'il n'agit et n e dit r i e n q u e p a r les o r d r e s de Dieu m ê m e , qui voulut confirmer p a r des miracles ce q u e Moïse disait au peuple de sa p a r t . D'où vient donc q u e le succès de ce voyage fut si m a l h e u r e u x p o u r c e u x qu'il avait tirés:de l'Egypte? C'est, comme tout le monde en c o n v i e n t , q u e ce p e u p l e , d u r a n t ce v o y a g e , fît mille choses contre D i e u ; et l'on n e peut pas dire que la punition

THIERRY D'ALSACE.

159

qu'il exerça fut contre ses promesses, parce que ses promesses, qui v i e n n e n t u n i q u e m e n t de sa b o n t é , n e peuvent jamais préjudicier a u x droits de sa justice. » Il n ' y eut plus q u ' à faire l'application de cet e x e m ple à saint Bernard. Il prêcha la croisade p a r l'ordre de Dieu, pu.sque ce fut p a r l'ordre exprès d u s a i n t siége. Il pronvt qu'elle serait h e u r e u s e , et il le p r o mit de la part d e Dieu. « Si vous m e d e m a n d e z , dit-il encore, quels miracles j ' a i faits pour le p r o u v e r , c'est à quoi je n e dois pas r é p o n d r e ; c'est à v o u s , SaintP è r e , de le faire, selon les choses que vous avez vues et selon celles q u e v o u s avez ouïes. » La conclusion naturelle qu'il tire de ce discours, c'est que le revers se doit attribuer a u x crimes des croisés, et qu'il n'est nullement contre les promesses de Dieu, qui sont conditionnelles, et qui ne p e u v e n t priver sa justice du droit qu'elle a cle les p u n i r ; non plus que la promesse q u e le roi fait à u n de ses sujets de lui donner un office de la couronne n ' e m p ê c h e pas que,, s'il le, trahit a v a n t ce t e m p s - l à , on n e puisse justement 1© faire passer p a r la rigueur des lois. Otton de ï r i s i n g , q u i était de ce voyage avec T e m p è r e u r son f r è r e , avoue qu'il y avait parmi les croisés de très-grands d é s o r d r e s , qui méritaient cette punition. L'armée c h r é t i e n n e était souillée d e tant de vices, qu'il ne faut pas s'étonner s'ils attirèrent la colère de Dieu. Que sera-ce donc si l'on considère qjue les désordres d e s chrétiens d e l'Orient étaient encore plus grands q u e c e u x de cette a r m é e ? Certainement on sera contraint d'avouer q u e , comme la vengeance q u e Dieu v o u l u t tirer de tous ces crimes

160

'

LÉGENDE DU SIRE DE CRÉQUY.

fut t r è s - j u s t e , ce n e p u t être aussi q u ' a v e c u n e e x t r ê m e injustice q u e le monde s'en prit à saint B e r n a r d , qui n'avait fait, en prêchant la c r o i s a d e , q u e ce q u ' o n devait a t t e n d r e de lui. P e u a p r è s cette apologie, saint Bernard était m o r t , en M 5 3 . Des historiens'un p e u légers ont dit q u e S u g e r s'était opposé à la croisade de Louis V I I ; ils ont r é p a n d u ainsi u n e e r r e u r manifeste; Suger n ' a p prouvait pas le départ de son j e u n e roi. Mais comme p r e u v e qu'il était loin de blâmer la sainte g u e r r e , lorsque les seigneurs français revinrent d é c o u r a g é s , Suger les convoqua à Chartres ; et dans u n e grande assemblée il releva si bien les courages a b a t t u s , q u e d i x mille pèlerins armés étaient prêts à le s u i v r e . La m o r t l ' a r r ê t a n t , il exprima vivement a v a n t d e mourir son r e g r e t de ne pouvoir aller secourir la t e r r e sainte.

XXIV. — LÉGENDE DU SIRE DE CRÉQUY ( 1 ) .
Vita, d u k e d o et spes n o s t r a . . . . Salve, Regina.

Le roi Louis le J e u n e , à la voix de saint B e r n a r d , a y a n t pris la croix en \ \ 4 7 , comme on v i e n t de le voir, nul h o m m e d e c œ u r n e se crut dispensé d ' a c courir sous sa bannière. Ducs et c o m t e s , b a r o n s et
• (1) Tirée des vieilles chroniques, des ballades populaires et de la romance du sire de Créquy, œuvre de poésie d'un moine picard du treizième siècle, maladroitement rajeunie au dix-huitième siècle, mais dont M. Lebrun de Charmettes a donné une bonne version e n prose. Ce récit s'appuie encore sur une tradition non interrompue, et assez accréditée pour mériter u n e certaine confiance.-

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

161

chevaliers, tous les j e u n e s seigneurs m a r c h è r e n t avec leurs v a s s a u x ; et u n e armée de quatre-vingt mille hommes se mit en m o u v e m e n t pour la terre sainte. Parmi les p r e u x qui se croisèrent a l o r s , « se vouant à défendre le tombeau de Jésus-Christ», on remarquait à sa bonne m i n e , à son air m a r t i a l , à son illustre n o m , à sa noble origine, le sire Raoul de Créquy. Gérard, son p è r e , comte de Ternoy, vivait encore. Il avait brillé lui-même d a n s les rangs héroïques des compagnons de Godefroid de Bouillon, et il se réjouissait noblement du v œ u de son fils Raoul. En cette m ê m e année — et depuis peu d e m o i s , Raoul de Créquy avait épousé u n e noble d a m e , douce et b e l l e , du pays de Bretagne. Elle était enceinte quand son b a r o n , comme dit la vieille r o mance, se fit enrôler sans son consentement, ce qui était contre l'usage et la coutume. Elle en fut si désolée que rien ne pouvait, raffermir son c œ u r en deuil. Le bon et courtois chevalier faisait de son mieux pour la réconforter p a r de douces et loyales p a r o l e s , la priant de consentir à l'accomplissement de sa sainte promesse. Le vieux sire disait à la d a m e , en l'exhortant de son côté : « Moi a u s s i , en mon jeune t e m p s , j'ai été outre-mer. Je m'étais semblablement croisé sans l'aveu de mon p è r e , et ma b o n n e m è r e s'en troublait fort. Cependant l'un et l'autre furent j o y e u x quand je revins avec h o n n e u r . Certes, d a m e ! votre haron ne peut voir son roi e n t r e p r e n d r e tel pèlerinage et ne pas aller avec lui batailler pour la foi. N'a-t-il pas trente ans? C'est pour tout gentilhomme l'âge des

-11

162

LÉGENDE D U SIRE D E CRÉQUY.

g r a n d e s c h o s e s , et s'il restait dans son m a n o i r , il n ' y amasserait q u e honte et mépris. » La pieuse d a m e à la fin, cédant à l ' h o n n e u r et au d e v o i r , fit taire la révolte de son c œ u r et a g r é a le d é p a r t de son m a r i . Il emmenait Roger et Godefroid, les d e u x plus braves de ses trois frères ; et vingt-sept é c u y e r s le suivaient. Le m o m e n t de la pénible séparation arriva bientôt. La d a m e n e p u t se tenir de pleurer t r è s - a m è r e m e n t , q u a n d Raoul ému lui j u r a pour la dernière fois constance et féauté. Il lui ôta du doigt l ' a n n e a u nuptial qu'elle avait reçu avec tant de j o i e , le r o m p i t en d e u x p a r t s , lui en laissa l'une et prit l'autre : — Cette moitié de l'anneau qui fut béni p o u r notre sainte u n i o n , dit-il, j e la garderai toujours en époux loyal et fidèle; et q u a n d j e reviendrai de m o n pèlerin a g e , j e vous r a p p o r t e r a i ce cher gage de n o t r e foi. Il tenait la dame p a r la main. La conduisant tremb l a n t e à son vieux p è r e , il le conjura de la chérir toujours comme sa fille bien-aimée. Le v i e u x comte le p r o m i t , et il embrassa la dame en p l e u r a n t . Alors le chevalier s'agenouillant devant lui : — Cher sire, mon p è r e , dit-il, p o u r q u e m e s jours loin d e vous soient h e u r e u x , bénissez-moi; et que vos v œ u x et vos prières m'accompagnent en ce saint voyage. Le vieillard étendit les mains sur son fils, et levant les y e u x a u ciel il dit : — Seigneur tout-puissant, bénissez m o n c h e r fils en cette guerre qu'il e n t r e p r e n d p o u r votre n o m 1 Et v o u s , Yierge t r è s - b o n n e , notre d a m e et souveraine,

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

163

soyez son réconfort; protégez-le a u x j o u r s d u p é r i l , et le ramenez sans tache et sans reproche en sa terre natale ! Le vieillard bénit pareillement avec g r a n d e affection ses d e u x autres fils, et il les e m b r a s s a , ainsi que tous les chevaliers qui partaient à leur suite. Le sire de Créquy et ses compagnons s'élancèrent donc sur leurs palefrois a r d e n t s , au son des clairons et des t r o m p e t t e s ; la noble troupe se mit en m a r c h e , précédée d'un h é r a u t qui portait la b a n n i è r e de la Croix. Ils c h e v a u c h è r e n t tant qu'ils rejoignirent l'arm é e , laquelle, étant partie en a v a n t , avait déjà fait quelque chemin. J a m a i s , disent les b a l l a d e s , on n'avait vu si belle a r m é e , si gentille noblesse, si vaillantes troupes. Il faudrait un livre bien g r a n d pour rappeler tous les h a u t s faits qu'ils allaient accomplir; mais nous n e contons ici que l'histoire de Raoul de Créquy. Il avait laissé en tristesse profonde sa femme et son p è r e , et dans ces temps-là on n'avait p a s , comme de nos j o u r s , l'allégement des fréquentes nouvelles. Toutefois le temps suivait son c o u r s , et l'heure vint où la dame de Créquy donna le j o u r à un fils plein de gentillesse, d o n t la v u e consola son c œ u r . Le vieux comte en eut t a n t de j o i e , et sa liesse fut si vive, qu'il reprit u n front serein. Il se h â t a d ' e n voyer au chevalier u n message qui le joignit h e u reusement chez les P a m p h i l i e n s , au port de Satalie, où il venait de relâcher. Raoul de Créquy, a p p r e n a n t qu'il était p è r e d ' u n fils et q u e l'enfant et sa mère étaient en s a n t é , fit g r a n d e fête avec ses amis. Mais
il.

164

LÉGENDE DU SIRE DE CRÉQUY.

son allégresse, hélas! n e devait pas d u r e r l o n g t e m p s . Une r e n c o n t r e eut lieu peu a p r è s entre les soldats de la Croix et les Sarasins. Raoul menait sa b a n n i è r e en a v a n t d e l ' a r m é e . Son a r d e u r l ' e m p o r t a ; il s ' e n gagea d a n s u n passage é t r o i t , suivi seulement d e d e u x petites troupes que commandaient le sire d e Breteuil et le sire de Varennes. Les trois pelotons ensemble d e ces nobles chefs ne formaient en tout q u ' u n e centaine de lances. Les Sarasins, maîtres en g r a n d n o m b r e d u sommet de la m o n t a g n e , gardaient ce passage périlleux. Us décochaient u n e grêle de flèches sur les chrétiens, qui, à g r a n d s coups d ' é p é e , forçaient pas à pas le défilé. Roger et Godefroid, les d e u x frères de R a o u l , avaient succombé au p r e m i e r r a n g , avec vingt de leurs h o m m e s d ' a r m e s , et les chrétiens n e reculaient pas. Quoiqu'ils vissent q u ' à chaque fois qu'ils repoussaient les mécréants leur nombre se doublait aussitôt, ils avançaient. Là furent tués les sires de Breteuil, de V a r e n n e s , de Montgay. Les sires de M a u m e y , de B r i m e u , de B a u r a i n g , d'Esseike, de Mesgrigny, de Sempey, de S u r e s n e s , restèrent parmi les morts. Des écuyers et des pages qui n'avaient pas encore de b a r b e au menton furent couchés dans la poussière. Le sire de Créquy, en h o m m e de grand et h a u t c o u r a g e , n e voulut jamais céder, combattant toujours et invoquant toujours Notre-Dame. N a v r é de blessures, il fut à la fin r e n v e r s é . Quand les sept chevaliers qui restaient seuls avec lui ne le virent plus d e b o u t , ils rebroussèrent chemin et regagnèrent l'armée , où ils p o r t è r e n t la som-

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

165

bre nouvelle de cette défaite. — Alors les infidèles, possesseurs du champ d e b a t a i l l e , dépouillèrent à la hâte les corps des chrétiens. Us vinrent au sire de Créquy gisant parmi les autres m o r t s , mais non encore éteint. Il s'agita aussitôt. — Celui-là est v i v a n t , cria l'archer qui le tenait ; ne l'achevons p a s . Il est le chef de la troupe et sera racheté très-cher. On l'enveloppa dans un m a n t e a u ; on l'emporta au c a m p , où l'on visita ses blessures ; et quoiqu'elles parussent m o r t e l l e s , on mit dessus des onguents et on les b a n d a . Épuisé p a r la perte de son s a n g , le chevalier resta longtemps comme i n a n i m é . Sa jeunesse et sa force prirent p o u r t a n t le dessus ; il revint à la v i e . Mais, en songeant qu'il était esclave des Sarasins, il calcula avec épouvante les grandes misères qu'il allait endurer, bien q u e le partage du butin l'eût fait tomber en la puissance d'un maître qui lui montrait de la bienveillance. Le Sarasin lui donna sa main à baiser. Raoul comprit que cette faveur pouvait adoucir son s o r t ; et se m e t t a n t à g e n o u x , il fit entendre par signes qu'on lui avait e n l e v é , . e n le dépouillant, un petit reliquaire enfermé d a n s u n e bourse avec la moitié d'un a n n e a u , et q u e ce trésor lui était aussi cher que la vie. P a r compassion p o u r sa détresse, son maître ordonna que ces objets lui fussent r e n d u s . Dès qu'il fut à moitié g u é r i , profitant d e l'offre qui lui était faite de se racheter m o y e n n a n t deux cents besants d'or ( 1 ) , Raoul dépêcha u n messager
(1) Cette monnaie était nommée besan ou besant, par corruption de

166

LÉGENDE D U SIRE D E CRÉQUY.

au camp des Français. Ce messager, par m a l h e u r , tomba au milieu des c h r é t i e n s , dans u n m o m e n t où ils faisaient un g r a n d carnage des infidèles; et il fut massacré avec e u x . Les S a r a s i n s , c h a u d e m e n t r e poussés d a n s cette r e n c o n t r e , reculèrent m ê m e en d é s o r d r e j u s q u ' a u lieu où gémissait le prisonnier, q u i , sans d o u t e , d u t espérer un m o m e n t q u e les chrétiens vainqueurs allaient venir r o m p r e ses fers. Mais son maître n'attendit pas les soldats de la Croix; il s'enfuit avec sa famille et ses esclaves; et d a n s sa t e r r e u r il entraîna le p a u v r e chevalier j u s q u ' a u fond de la Syrie. A m e s u r e qu'il s'éloignait davantage d e l'armée française, le sire de Créquy trouvait sa servitude plus pesante et son sort plus affreux. Il écrivit plusieurs lettres. Aucune n e p a r v i n t au camp d u r o i , ni en F r a n c e . Toute l ' a r m é e au contraire le croyait m o r t ; et les premiers messages qui furent expédiés en E u r o p e portèrent à son manoir la nouvelle d e son t r é p a s . Sa d a m e , en l ' a p p r e n a n t , tomba p â m é e . « Jamais depuis ce m o m e n t , dit la ballade, son v i e u x p è r e n e jouit d'une h e u r e d e santé. Le c h a g r i n le conduisit r a p i d e m e n t au cercueil. La d a m e d e Créquy eut bien voulu m o u r i r avec l u i , si elle n ' e û t été nécessaire à l'enfant, dont elle déplorait nuit et jour le m a l h e u r . » Raoul avait laissé en F r a n c e Baudouin son plus j e u n e f r è r e , qui voulait h é r i t e r de ses châtellenies et en dépouiller l'enfant, pour être à sa place seigneur
Byzance, o ù , dans l'origine, elle avait eu cours, du temps d e s e m p e reurs. On croit que le besant d'or valait environ cinquante francs.

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

167

de Créquy et des a u t r e s lieux. Le père de la dame était un seigneur puissant. Mais, demeurant en Bretagne, il se trouvait trop éloigné d'elle pour venir la protéger avec ses h o m m e s . La voyant sans défense, il lui conseillait de p r e n d r e p o u r second m a r i le sire de Renty, noble seigneur q u i , touché de sa sagesse, de ses douces vertus et de sa bonne g r â c e , cherchait à l'avoir pour femme. Elle se refusait, malgré ses peines et ses t o u r m e n t s , à célébrer de secondes noces, pleurant toujours son b a r o n et se b e r ç a n t encore quelquefois de l'espoir qu'elle le reverrait. Plusieurs années passèrent ainsi, longues et amères pour la d a m e , dures et affreuses pour le chevalier. Son m a î t r e , à qui il promettait toujours q u ' o n le r a chèterait, le faisait en a t t e n d a n t servir et travailler. Sa fonction consistait à g a r d e r les b r e b i s , sous les ordres d'un premier b e r g e r qui avait l'intendance de tous les t r o u p e a u x . Tous les j o u r s , a u milieu des champs, il priait, d e m a n d a n t à Dieu et à N o t r e Dame de mettre un terme à ses m a u x , mais supportant avec résignation la douleur de n e recevoir r é ponse à aucune de ses lettres. Sept années d'esclavage avaient pesé sur sa t ê t e , quand le bon maître qu'il avait vint à m o u r i r . Il fut mené au m a r c h é , exposé et v e n d u . On le paya cher, à cause de sa h a u t e taille, et parce q u ' o n d i s a i t : C'est un noble seigneur qui sera r a c h e t é à g r a n d prix. Pour surcroît d'infortunes, il échut à u n maître dur, qui exécrait les c h r é t i e n s , et qui lui fit subir dès les premiers jours toutes sortes de mauvais t r a i tements.

168

LÉGENDE D U SIRE D E CKÉQUY.

— Tu vois bien q u e ta nation t'a a b a n d o n n é , disait-il; renie ta foi, invoque notre p r o p h è t e , et j e te donnerai des c h a m p s , de l'argent et u n e femme. Le sire de Créquy eût mieux aimé mourir, q u e r e noncer d e la sorte à son salut et oublier sa d a m e . E s p é r a n t le dompter, son m a î t r e l'enferma dans u n e vieille tour, le chargea de c h a î n e s , et lui inflig e a des tortures diverses. Cette tour délabrée n ' a vait p a s de toit. Le soleil y dardait toute la j o u r n é e ses rayons enflammés, excepté sur quelques m a r c h e s des m o n t é e s . C'était là que Raoul se réfugiait, lorsq u ' o n lui laissait u n p e u de repos. Il avait des entraves a u x pieds et a u x mains ; et il était a t t a c h é au m u r p a r u n e longue c h a î n e , n e recevant chaque m a tin p o u r nourriture q u ' u n e écuelle d e r i z , u n morceau d e pain noir et u n e j a t t e d'eau. Son maître venait souvent l'appeler, p o u r le p r e s ser de renier sa religion; et sur son refus persévérant, il le faisait battre d ' u n e longue g a u l e , j u s q u ' à ce que le sang ruisselât p a r tout son corps. Il fut martyrisé de la sorte p e n d a n t trois ans, sans que j a m a i s les t o u r m e n t s fissent fléchir sa foi. Après dix années de captivité, n'osant plus c o m p ter sur sa d é l i v r a n c e , il ne souhaitait que la m o r t . Et c e p e n d a n t , lorsqu'un j o u r son maître lui vint dire : Puisque tu demeures chrétien et q u ' o n n e te rachète p a s , — demain, sans a u t r e délai, j e te ferai étrangler, — il n'éprouva p a s seule la joie que lui causait le terme désiré de ses p e i n e s ; u n autre sentiment s'éleva d a n s son triste c œ u r et fit venir à ses y e u x de grosses larmes. Il songea qu'il n e reverrait plus sa

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

169

femme, si a i m é e , et qu'il n'avait j a m a i s encore embrassé son cher enfant. N é a n m o i n s , en chrétien soumis, il fit h u m b l e m e n t sa prière du soir, étouffa ses sanglots, r e c o m m a n d a son âme à D i e u , et supplia Notre-Dame, s'il ne devait plus presser sur son c œ u r les êtres qui lui étaient c h e r s , de les protéger et de les bénir. Il invoqua p o u r son fils orphelin le p a t r o nage du bon saint N i c o l a s , qui veille s u r les enfants chrétiens. E t , se r e m e t t a n t , — p o u r la vie ou la m o r t , entre les mains d e la sainte Vierge, il céda à sa lassitude, s'étendit p a r terre et s'endormit. Dans son s o m m e i l , il lui sembla q u ' u n e dame inconnue, mais dont il avait v u les traits sculptés dans la chapelle de Créquy, se penchait doucement sur lui et faisait tomber ses entraves et ses chaînes. La secousse que lui causait u n tel b o n h e u r l'éveilla. Il vit en effet ses chaînes r o m p u e s à ses pieds. D'abord, croyant rêver e n c o r e , il se frotta les y e u x ; ses mains n'étaient plus a t t a c h é e s ; ses pieds étaient libres; il se leva et marcha pour s'en assurer. Le soleil brillait sur son front et n e le brûlait pas Il regarda autour de l u i , e t , allant de surprise en surprise, il reconnut qu'il se trouvait d a n s un b o i s . . . . Dès qu'il p u t rasseoir ses sens, son p r e m i e r m o u vement fat de tomber à g e n o u x pour remercier Dieu et N o t r e - D a m e d u b i e n - ê t r e tout n o u v e a u qu'il éprouvait. Le sentiment de ce bien-être était si vif, et ses poumons se dilataient d a n s u n air qui leur était si favorable, que le sire de Créquy se d e m a n d a un

170

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

instant si on n e l'avait pas peut-être étranglé d u r a n t son s o m m e i l , et s'il n'était point en p a r a d i s . Mais les oiseaux, qui chantaient, les arbres qui frémissaient a u v e n t , les insectes qui b o u r d o n n a i e n t d a n s l ' h e r b e , tout lui représenta bientôt qu'il était e n c o r e sur la t e r r e . Toutefois, il foulait u n sol plus d o u x ; et il était libre. Libre ! une main bénie l'avait d o n c délivré ? Mais encore était-il loin de son m a î t r e ? Était-il h o r s de sa portée ? Où se trouvait-il ? Comment sortir de ce bois ? Comment r e t o u r n e r en Europe ? Mille craintes inquiètes se dressaient d e v a n t l u i , lorsqu'au bout d ' u n sentier il aperçut u n b û c h e r o n qui coupait d u bois. Il courut à lui. Le b û c h e r o n n ' e u t pas plutôt jeté les y e u x sur Raoul q u e , le p r e n a n t pour un s p e c t r e , et saisi d ' é p o u v a n t e , il s'enfuit à toutes j a m b e s . Le p a u v r e chevalier n ' a v a i t pas p r é v u l'effet qu'il, devait p r o d u i r e . M a i g r e , d é c h a r n é , b r û l é p a r le soleil de l'Afrique, n ' a y a n t p o u r v ê t e m e n t q u ' u n m a u vais sayon sans m a n c h e s , étroit, et qui n e lui descendait pas m ê m e j u s q u ' a u x g e n o u x , a v e c la b a r b e l o n g u e , la tête r a s é e , la peau n o i r e , il avait plutôt l'air effectivement d ' u n fantôme que d'un h o m m e . Il atteignit néanmoins le bûcheron effrayé ; il lui d e m a n d a , en langage de S y r i e , quel c h e m i n il d e vait p r e n d r e ? Le b o n h o m m e , l'entendant p a r l e r , ce qu'il n e croyait pas permis a u x s p e c t r e s , sentit sa p e u r changer de n a t u r e , et pensa q u e la g r a n d e m a i n qui l'avait empoigné pouvait bien a p p a r t e n i r à u n s a u v a g e , ou à q u e l q u ' u n de ces esclaves m a u r e s

LÉGENDE D U STRE D E CRÉQUY.

171

que les croisés ramenaient aussi de la Palestine; et il répondit en français : — Je ne comprends pas ce que vous dites. En ce m o m e n t Raoul de Créquy éprouva la m ê m e sensation que les trois chevaliers d ' E p p e , lorsqu'ils se retrouvèrent d a n s leur pays sans savoir comment ils avaient fait leur r o u t e . — Mon brave h o m m e , dit-il en français et palpitant à chaque s y l l a b e , si je n e rêve p a s , tirez-moi de peine. Dites-moi en quel lieu j e suis. Je me trouve perdu en cette contrée et j e n ' y connais personne. — On appelle ce bois la forêt de Créquy, dit le bûcheron. Elle est sur les marches de Flandre. Mais vous qui m'interrogez, pauvre h o m m e si défait, vous étiez captif sans doute en quelque n a v i r e , que la tempête a u r a naufragé sur les côtes voisines ?... Le chevalier, a u lieu de r é p o n d r e , était tombé la face contre t e r r e ; e t , étendant les bras en c r o i x , il s'écriait : — 0 Dieu tout-puissant ! ô Vierge très-sainte ! notre dame et notre g r a n d a p p u i , notre reine et notre m è r e , p a r quel miracle avez-vous fini ma d é tresse ?... Il se releva e n s u i t e , et dit a u b û c h e r o n , dont il voyait le c œ u r rempli de compassion : — Le v i e u x sire Gérard est-il encore en vie ? La dame de céans et son fils et le j e u n e frère du sire de Créquy sont-ils vivants et en santé ? — Ah! Jésus! vous les connaissez, nos châtelains! dit le bonhomme.- Il y a longues années que le v i e u x sire est trépassé d a n s la douleur, pleurant la mort de

172

LÉGENDE D U SIRE D E CRÉQUY.

ses trois fils aînés. Le seigneur B a u d o u i n , q u i est le plus j e u n e , d e m e u r a n t s e u l , a voulu s ' e m p a r e r d e puis de l'héritage. Il a fait pour cela de g r a n d e s peines à la d a m e de Créquy. Le père de la noble d a m e est vivant encore. Il est venu e x p r è s , de son lointain p a y s de B r e t a g n e , pour la faire consentir à u n n o u v e a u m a r i a g e , qui conserverait l'héritage de l'enfant. Car le sire de Renty a promis d e le bien g a r d e r , comme p a r e n t et autrefois ami de n o t r e d é funt seigneur, à qui Dieu fasse p a i x . Il est puissant en vassaux et en t e r r e s ; et la d a m e n e pouvait mieux choisir. Elle a refusé, n é a n m o i n s , j u s q u ' à ces tempsc i , toute alliance, m ê m e celle-là. Il n ' y a q u e peu de j o u r s qu'on l'a pu décider, dans les intérêts de son fils; et c'est aujourd'hui m ê m e q u ' o n v a la marier, à l'heure de s e x t e . Il y aura a u château g r a n d e et longue fête; on y fera largesse, — e t , assurém e n t , p a u v r e h o m m e , vous y recevrez u n e h o n n ê t e aumône Le chevalier n e disait plus rien. Il suivait le bûcher o n , d a n s la compagnie duquel il arriva b i e n t ô t a u x a b o r d s de son c h â t e a u , qu'il reconnut a v e c transport. Tout y respirait la joie. Les g u e t t e u r s , qui gardaient les tours d u p o n t , voyant le pèlerin dans son état s a u v a g e , l'empêchèrent d'entrer. — Que demandes-tu c é a n s ? lui dirent-ils. D'où viens-tu avec cet air misérable ? Es-tu q u e l q u e m a telot échappé d'esclavage ? — Je suis u n pèlerin revenu d ' o u t r e - m e r , r é p o n dit le chevalier, e t , p o u r affaire t r è s - p r e s s a n t e , il

LÉGENDE DU SIRE DE CRÉQUY.

173

faut que j e parle sur-le-champ à la d a m e de Créquy. — Un h o m m e en tel désarroi ne saurait entrer au c h â t e a u , dirent les g u e t t e u r s ; et personne n e peut parler aujourd'hui à la d a m e de céans. On la pare à l'heure qu'il est pour son m a r i a g e , qui v a se célébrer ce matin au prochain m o n a s t è r e . Attendez-la, si vous v o u l e z , à son p a s s a g e . Le chevalier a t t e n d i t en silence ; e t , peu de temps après, la dame de Créquy, richement p a r é e , assise sur la haquenée d ' h o n n e u r , conduite p a r le sire de Renty, son fiancé , et suivie de tous ses p a r e n t s , à la tête desquels était son p è r e , arrivé depuis p e u pour la cérémonie, descendit sur le p o n t , allant au m o nastère p r o c h a i n , où tout était disposé pour la célébration de son mariage. On voyait u n e teinte profonde de tristesse dans ses y e u x , qui avaient beaucoup pleuré ; et a u x fréquents regards qu'elle jetait sur son jeune fils, on jugeait que l'amour m a t e r n e l avait seul décidé la d é m a r c h e qu'elle allait accomplir. Raoul, maîtrisant son a t t e n d r i s s e m e n t , arrêta la dame sur le pont. — Je v i e n s , noble d a m e , des pays d ' o u t r e - m e r , dit-il. Je vous apporte des nouvelles du sire de Créquy, retenu depuis dix ans dans un très-dur esclavage La d a m e , à ces p a r o l e s , mit pied à t e r r e , t a n t fut grande son émotion. Mais bien v i t e , r e m e t t a n t ses esprits et considérant le p a u v r e h o m m e qui lui p a r lait, elle dit : — Votre r a p p o r t , hélas! n'est pas véritable. Mon baron est tombé m o r t , avec ses frères et ses écuyers,

174

LÉGENDE DU SIRE D E CRÉQUY.

en conduisant sa b a n n i è r e à l ' h o n n e u r . Tous c e u x qui l'avaient suivi p é r i r e n t , excepté s e p t , q u i s'éc h a p p è r e n t par la fuite. — Raoul de Créquy n e périt point alors noble d a m e , car il est devant vos y e u x . Un g r a n d m o u v e m e n t se fit à ces paroles d a n s la foule des assistants. — R e g a r d e z - m o i , reprit le chevalier. Malgré tant d e m i s è r e , et dans un tel d é n û m e n t , reconnaissez votre é p o u x , qui autrefois vous fut si cher. — Je n e le puis c r o i r e , s'écria la dame d ' u n e voix étouffée, à moins que vous n e me donniez d e s marq u e s . Si vous êtes mon m a r i , q u e fîtes-vous en m e quittant p o u r le saint voyage ? — Je rompis en deux votre a n n e a u n u p t i a l ; j e vous en laissai la m o i t i é , et j ' e m p o r t a i l'autre p a r t . Dame 1 le voici, ce gage de n o t r e f o i . . . . Le chevalier avait tiré d e la b o u r s e , où il reposait à côté du petit r e l i q u a i r e , le fragment d e l ' a n n e a u . E n le r e c o n n a i s s a n t , la d a m e s'écria : — Vous êtes mon cher é p o u x ! Yous êtes m o n b a ron tant aimé !. Disant ces p a r o l e s , elle s'était jetée avec transport d a n s les b r a s du p a u v r e chevalier et demeurait suffoquée p a r la j o i e , la surprise et la compassion. Le sire de Renty, p a r e n t et jadis ami de R a o u l , voulait douter encore d ' u n e vérité qui r e n d a i t i m possible son mariage si longtemps désiré. Il y avait lutte dans son c œ u r entre la loyauté et l'intérêt. — C'est la h a u t e taille de Créquy, m u r m u r a i t - i l , mais j e ne reconnais plus son visage.

LÉGENDE D U SIRE DE CRÉQUY.

175

Le père de la dame voyait m i e u x , et il disait : — Je m e rappelle tous ses traits ; j e les r e t r o u v e , quoique les peines l'aient bien changé. Quand nous l'aurons lavé et v ê t u , j e crois que tous le reconnaîtront.... L'enfant, qui avait dix a n s , s'était approché aussi. C'était un noble c œ u r . Il se sentait tout bouleversé à la pensée qu'il pouvait r e t r o u v e r son p è r e . La dame alors, r e p r e n a n t quelque p e u ses esprits, sentit dans sa main la main b r û l a n t e de son j e u n e fils, et elle lui dit : — Voyez, mon fils; voici enfin votre seigneur et père. Venez le saluer à d e u x g e n o u x . Le chevalier ne laissa pas au c h a r m a n t enfant le temps de s'agenouiller ; il le prit dans ses bras et le pressa sur son c œ u r , v e r s a n t sur lui les plus douces larmes qu'il eût jamais r é p a n d u e s . Le bel enfant, sans être effarouché d e la mine étrange de son p è r e , d e ses haillons, de sa tête rasée et de ses traits flétris, lui prodiguait avec effusion les plus tendres caresses et lui disait : — C'est pour vous que m a chère d a m e , ma m è r e , pleurait sans r e l â c h e , répétant toujours : Nous avons tout p e r d u , mon fils, en p e r d a n t votre père ! Les dames et les chevaliers qui entouraient cette grande scène voulaient tous voir Raoul et lui p a r ler. On fit avertir l'abbé du m o n a s t è r e , qui se hâta d'accourir. On r e n t r a a u c h â t e a u , où l e chevalier fut lavé et habillé convenablement à son r a n g . On couvrit d'une toque sa tête r a s é e , et il n e parut plus si sauvage. — C o m m e il disait que ses chaînes étaient

176

LÉGENDE D E GILLION DE TRAZÉGNIES.

restées d a n s le bois où il s'était réveillé, on alla à leur r e c h e r c h e ; et toute l'assemblée v o u l u t , en ce lieu m ê m e , r e n d r e grâces à Dieu et à Notre-Dame. Après q u o i , le b a n q u e t des noces étant t o u t p r ê t , chacun se mit à t a b l e ; et l'on but à la santé de R a o u l , qui dut raconter longuement tout ce qu'il avait souffert et comment il avait été délivré d e l'esclavage et de la mort. Il avait fait prévenir son frère Baudouin , q u i vint a u festin et à qui il p a r d o n n a en loyal c œ u r chrétien tout ce qu'il avait fait d u r a n t sa captivité p o u r e n lever l'héritage de l'enfant. La fête fut longue au château de Créquy ; petits et grands y venaient p o u r voir le chevalier, et tous étaient bien reçus. Il vécut plus d e vingt ans encore avec sa dame fidèle, bâtit un monastère au lieu de son arrivée m i r a c u l e u s e , et fit de grandes largesses, partout a u x e n v i r o n s , à toute chapelle de Notre-Dame.

X X V . — LÉGENDE D E GILLION DE TRAZÉGNIES.
Si on néglige les traditions populaires dans c e s époques d'ignorance,l'histoire n e s e c o m posera que de nomenclatures qui s o n t encore m o i n s certaines que l e s légendes.
MCSAEUS.

P a r m i les chevaliers du Hainaut qui a c c o m p a g n è r e n t le bon comte Thierry d'Alsace, q u a n d saint Bernard eut prêché la seconde croisade, on r e m a r quait Gilles ou Gillion d e Trazégnies, n o b l e et puis-

LÉGENDE D E GILLION D E TRA.ZÉGNIES.

177

sant seigneur, qui avait pris la croix p a r suite d'un vœu intéressé (1). Gillion, grand et b e a u , robuste et fort merveilleusement, était un p r e u x r e n o m m é à la cour d e Hainaut et à la cour d e F r a n c e . Il avait épousé la belle princesse M a r i e , fille du comte d'Ostrevant-, et j a mais, disent les v i e u x r é c i t s , on ne vit plus beau et plus illustre couple. Jamais aussi on n ' e n vit de plus h e u r e u x , du moins p e n d a n t la p r e m i è r e a n n é e de leur union. Mais d e u x ans s'étant écoulés sans q u e Marie eût l'espoir de devenir m è r e , u n nuage triste v i n t troubler la joie de Gillion. Comme il était en son château de Trazégnies, tout dolent et pensif à ce s u j e t , il entra dans sa chapelle ; et priant avec g r a n d e a r d e u r , il fit v œ u de se croiser et de faire le pèlerinage armé de Jérusalem, aussitôt q u e sa chère Marie donnerait les premiers signes qui lui promettraient d ' ê t r e p è r e . Trois mois a p r è s , Marie s'étant r e c o n n u e enceinte, il lui apprit son v œ u . Nonobstant les larmes qui coulèrent en a b o n d a n c e , il se disposa à le remplir. Il se rendit à la cour d e H a i n a u t , vendit a u comte sa ville d'Ath, p o u r se p r o c u r e r de suffisantes r e s sources, équipa u n e troupe convenable à sa dignité, et, s'arrachant a u x t e n d r e s embrassements de sa chère épouse désolée, il p a r t i t , p r o m e t t a n t d e faire
(1) La bibliothèque d'Iéna possède u n manuscrit intitulé Histoire Gilion de Trasignyes et de dame Marie sa femme. de C'est cette histoire

que nous donnons en abrégé. L'auteur l'a écrite pour Philippe le Bon. MM. C. P . Serrure et A. Voisin e n ont publié l'introduction et le dernier chapitre à la suite de leur curieuse édition du Livre primée à Bruxelles en 1836.
4 2

de Baudoyn,

im-

178

LÉGENDE D E GILLI0N DE TRAZÉGNIES.

diligence et d ' ê t r e d e retour p o u r la naissance d e son enfant. Quoiqu'il se mît en m a r c h e en m ê m e temps q u e Thierry d'Alsace, il paraît qu'il ne suivit p a s la m ê m e r o u t e , car il alla d ' a b o r d à R o m e . De là, s'étant emb a r q u é , il parvint h e u r e u s e m e n t au p o r t d e Jaffa, d ' o ù il se rendit sans m é s a v e n t u r e à J é r u s a l e m . A p r è s avoir a d o r é dans les saints l i e u x , visité pieusement le sépulcre d u Sauveur et d o n n é q u e l q u e s b o n s coups d e lance dans les batailles qui se livraient là tous les j o u r s , il crut son v œ u r e m p l i ; et laissant au roi d e Jérusalem ses meilleurs h o m m e s d ' a r m e s , il reprit, a v e c u n e petite escorte, le chemin d e Jaffa, pressé d e revoir sa c h è r e Marie. Mais, en u n lieu sauvage qu'il lui fallut traverser, son passage fut coupé p a r u n parti de Sarasins contre lesquels il n e p u t éviter de se m e s u r e r . Après u n e longue d é f e n s e , c o u v e r t de blessures et d e m e u r é seul sur le c h a m p d e b a t a i l l e , il fut pris et e m m e n é a u Kaire, où le s o u d a n le fit j e t e r dans u n cachot. P e n d a n t qu'il se guérissait l e n t e m e n t , la dame d e Trazégnies accouchait de d e u x b e a u x garçons j u m e a u x , dont l ' u n fut appelé Jean et L'autre Gérard. Gillion, dans sa d o u l e u r , ne se consolait qu'en priant Notre-Seigneur et Notre-Dame, e n q u i il avait espoir. Lorsqu'il fut g u é r i , le soudan lui fit d i r e qu'il d e vait embrasser la religion de Mahomet ou se prépar e r à mourir. Le chevalier répondit qu'il n e serait j a m a i s renégat. Le t y r a n égyptien e n v o y a d o n c trois

LÉGENDE DE GILLION DE TRAZÉGNLES.

179

Sarasins pour le p r e n d r e et l'amener s u r la place des supplices. Gillion avait retrouvé toute sa g r a n d e force; il assomma ses trois b o u r r e a u x et avec e u x le geôlier. P u i s , sortant de son c a c h o t , il vint seul devant le s o u d a n , qui fut très-surpis. La belle Graciane, fille du s o u d a n , ravie de la h a u t e et bonne mine du chevalier, d e m a n d a u n répit à sa mort. Il fut reconduit dans la prison des esclaves ; et le tyran, voulant le m i e u x c o n n a î t r e , le fit se montrer en divers exercices. Gillion l'étonna p a r son adresse à dompter les c h e v a u x les plus rebelles et p a r sa v i gueur à m a n i e r le cimeterre et la l a n c e . Graciane n e l'avait pu voir sans lui p o r t e r intérêt; elle vint le t r o u v e r dans sa p r i s o n , a u x h e u r e s où il était r e n f e r m é , p o u r l'engager à h o n o r e r M a h o m e t , lui promettant d a n s ce cas de g r a n d e s dignités. Gillion ne r é p o n d a i t à de tels conseils q u ' e n parlant à la princesse de Notre-Seigneur J é s u s - C h r i s t , dont il la priait d ' e m b r a s s e r la foi. Sur ces entrefaites, dit la l é g e n d e , le soudan de Damas vint assiéger le K a i r e ; u n e g r a n d e bataille se livra sous les m u r s d e la ville; le soudan fut vaincu et e m m e n é prisonnier. Graciane, effrayée p a r les premiers f u y a r d s , inquiète p o u r son p è r e et ne sachant pas encore tout son désastre, avait fait donner des armes à Gillion, q u i , sortant le soir à la tête d'une petite t r o u p e , m a r c h a droit à la t e n t e du S o u dan de D a m a s , sans éveiller le c a m p , tua le monarque vainqueur, r a m e n a le soudan, et sans se découvrir rentra d a n s sa prison. Le lendemain m a t i n , le t y r a n , voulant connaître
• 1 2 .

180

LÉGENDE DE GILLION DE TRAZÉGNIES.

son libérateur, en d e m a n d a i t des nouvelles à tout le m o n d e , mais personne ne pouvait lui en d o n n e r . Graciane lui a p p r i t alors que c'était Gillion, et elle le fit paraître d e v a n t lui dans l'équipement q u ' i l avait porté la veille. Le m o n a r q u e reconnaissant se sentit tout changé à l'égard de son captif; il l'embrassa et lui d o n n a la l i b e r t é , à condition qu'il le servirait désormais dans ses armées. II prévoyait des événem e n t s et de grands combats qui ne se firent pas attendre. Plusieurs rois et princes sarasins, amis du soudan de Damas que Gillion avait t u é , v i n r e n t bientôt a s siéger plus étroitement la ville du Kaire. Sous la conduite d u chevalier, les armées du soudan restèr e n t p a r t o u t victorieuses; et u n e paix h o n o r a b l e m e n t conquise fut le fruit de la vaillance et de la sage hardiesse d u sire de Trazégnies. Le suzerain d u Kaire le récompensa d e son m i e u x , c a r il le fit son premier ministre. Chéri du p è r e , Gillion était aussi de p l u s en plus l'objet des tendres affections de la fille. Dans l'espoir d'étouffer la passion qu'il avait fait n a î t r e , et d o n t la religion et l ' h o n n e u r lui faisaient u n devoir d e se d é fendre , il déclara à la pauvre princesse égyptienne qu'il était marié en E u r o p e , et que sa foi n e lui permettait p a s , comme a u x m u s u l m a n s , d ' a v o i r plus d ' u n e femme. Cette nouvelle affecta Graciane si r u d e m e n t , qu'elle tomba d a n s un état de langueur qui fit craindre p o u r ses j o u r s . Cependant il y avait plus de trois ans q u e Gillion était parti de son p a y s , où le bruit de sa m o r t s'é-

LÉGENDE D E GILLION D E ÏRAZÉGNIES.

181

tait r é p a n d u f g é n é r a l e m e n t . Mais sa femme ne pouvait se r é s o u d r e | à y croire. Alors arriva au Kaire un certain chevalier A m a u r y , dont nous n e saurions dire l'origine. Ce que nous en savons, c'est qu'il n'avait pu voir impunément les charmes de la d a m e de Trazégnies, et qu'il avait entrepris son voyage dans l'espoir q u ' e n rapportant à la belle. Marie les preuves incontestables de la mort de son é p o u x , il parviendrait à le remplacer auprès d'elle. Poursuivant au Kaire ses actives r e c h e r c h e s , il sollicita u n e audience du premier m i n i s t r e ; et sa surprise fut g r a n d e en reconnaissant Gillion d e Trazégnies lui-même. Jusque-là sa passion avait p u être légitime, si alors il l'eût étouffée. Mais il la conserva, tout en sentant qu'elle devenait criminelle. Il marcha en c o n s é q u e n c e , e t , c h a n g e a n t subitement de système, il prit le ton de la douleur. — C'est vous q u e j e cherchais, dit-il; j e suis porteur de tristes nouvelles. Votre femme Marie est morte en couches avec son enfant. Il espérait de la sorte engager le bon seigneur à contracter d'autres liens qui l'eussent retenu en Egypte. Il s'en fût fait un appui p o u r ses projets. Accablé de ces nouvelles fatales, Gillion se mit à « pleurer en grande a m e r t u m e ; et il fit rester près de lui Amaury, qu'il harcelait de questions. Le déloyal chevalier eût bien voulu repartir pour' mettre à profit sa perfidie, en t r o m p a n t Marie à son tour. Mais d e u x j o u r s a p r è s , u n e nouvelle guerre étant s u r v e n u e , Gillion pria A m a u r y de le suivre. Un

182

LÉGENDE D E GILLION DE TRAZÉGNIES.

chevalier n e pouvait rejeter telle r e q u ê t e . Ils m a r chèrent donc ensemble à la bataille. Le traître A m a u r y reçut là le châtiment de sa félonie : il y fut t u é . Gillion, blessé et renversé de son cheval, fut fait prisonnier et enfermé dans u n fort. Ce fut Graciane qui p a r v i n t à lui procurer la liberté. Elle avait appris la mort de la d a m e de Trazég n i e s ; renaissant à l ' e s p é r a n c e , elle avait recouvré la santé. Gillion ne fut pas insensible à u n e tendresse si constante. Le soudan , vaincu par les sollicitations de sa fille, consentit à leur union, que des fêtes brill a n t e s célébrèrent. La princesse avait embrassé le Christianisme en secret, et dix-sept années passèrent sans que le souvenir de l'Europe vînt troubler la p a i x d e Gillion. Un j o u r , on lui vint dire que d e u x j e u n e s chevaliers c h r é t i e n s , n o u v e l l e m e n t a r r i v é s , d e m a n d a i e n t l ' h o n n e u r d ' ê t r e admis en sa présence. Ils sont introduits-, Gillion est frappé de r e t r o u v e r d a n s l'un d ' e u x le portrait vivant de sa chère M a r i e ; il leur d e m a n d e quel p a y s les a vus naître ; q u e l q u e s paroles expliquent t o u t ; ce sont ses d e u x fils qui l'embrassent. Leur m è r e est v i v a n t e , et fidèle a u souvenir de son é p o u x , qu'elle pleure toujours. A m a u r y seul fut coupable. Mais la tendre G r a c i a n e , p r é sente à cette explication, est tombée sans m o u v e m e n t . Lorsqu'elle revient à la v i e , confiante dans les sentiments d ' h o n n e u r de son é p o u x , elle v e u t le suivre en E u r o p e . Du consentement du s o u d a n , à qui il promet de revenir le défendre s'il lui survient q u e l q u e g u e r r e ,

LÉGENDE D E GILLION D E ÏRAZÉGNIES.

183

le sire de Trazégnies s'embarque avec Graciane, qu'il traite désormais comme sa s œ u r , et avec ses deux fils, qui d é j à , dans d'illustres c o m b a t s , ont fait d'éclatantes prouesses. On arrive à R o m e ; Graciane est b a p t i s é e , ou du moins son baptême est reconnu et béni p a r le souverain pontife; et en continuant de c h e m i n e r , on finit p a r se retrouver dans le Brabant. L à , Gillion prie u n gentilhomme de sa compagnie d'aller annoncer sa v e n u e « à m a d a m e Marie, sa femme. Le gentilhomme partit donc et fit tant qu'il arriva au château de Trazégnies. « Comme h o m m e s a g e , il commença par saluer la dame et lui a n n o n c e r qu'il avait ouï dire que ses deux fils avaient retrouvé Gillion, leur p è r e , et q u ' e n peu de temps ils devaient le r a m e n e r . Il ne voulait pas faire savoir q u e Gillion était si p r è s , parce que autrefois, dit le naïf conteur, femmes sont mortes d e joie. » Quand la d a m e entendit ce m e s s a g e , elle fit grande chère a u gentilhomme, et lui d e m a n d a : — Ne s a v e z - v o u s point s'ils sont en deçà de la mer? — L'envoyé répondit qu'il n e pouvait le d i r e , mais qu'il avait v u u n homme qui leur avait p a r l é . Pendant trois h e u r e s , il laissa la d a m e en cette p r e mière joie. Puis il reprit : — M a d a m e , j e vous dirai m a i n t e n a n t que d e main, après d î n e r , vous recevrez votre mari et vos deux fils d a n s ce château. — A h ! mon a m i , s'écria la d a m e , en est-il ainsi? Et de la g r a n d e joie qu'elle e u t , elle embrassa

184

LÉGENDE D E GILLION DE TRAZÉGNIES.

le gentilhomme. Puis elle fit tendre et parer la m a i son; et elle invita les chevaliers et écuyers ses voisins, avec leurs femmes et leurs filles, à v e n i r l'aid e r le lendemain à fêter son m a r i . Tous v i n r e n t , le c œ u r en liesse. Le j o u r suivant, Gillion arriva avec ses d e u x fils et Graciane. La d a m e de Trazégnies se j e t a au cou de son m a r i et l'embrassa longuement; puis elle baisa ses d e u x fils et Graciane, et fit m e t t r e tout le monde à table. Gillion était assis entre ses d e u x femmes et servi p a r ses d e u x fils. Quand on eut s o u p e , Gillion parla à d a m e Marie, sa femme, et lui dit : — Ma t r è s - c h è r e a m i e , étant captif en E g y p t e , il. me fut dit et attesté p a r le chevalier A m a u r y , que vous étiez morte en c o u c h e s , vous et votre enfant. -De la g r a n d e d o u l e u r q u e j ' e n e u s , j e fis v œ u , p u i s que vous n'étiez plus de ce m o n d e , d e n e jamais r e t o u r n e r dans m o n p a y s . Plus t a r d , j e m e remariai à cette noble d a m e que vous v o y e z , et qui m'avait sauvé la vie. Car sans elle je serais m o r t . Je l'ai fait baptiser à R o m e ; et maintenant elle n ' e s t p o u r moi q u ' u n e s œ u r , à moins que vous n'alliez a v a n t elle de vie à t r é p a s . — S i r e , répondit la d a m e d e Trazégnies après u n moment de silence, puisque vous avez épousé cette d a m e et qu'elle vous a s a u v é , veuillez n e plus m e considérer comme votre femme. Mon désir est de me retirer d a n s u n e a b b a y e , o ù , t a n t q u e j e vivrai, j e prierai Dieu p o u r v o u s . — D a m e , dit Graciane en i n t e r v e n a n t , à Dieu

LÉGENDE D E GILLION D E TRAZÉGNIES.

185

ne plaise q u e j e vous sépare de votre loyal seigneur! E t elle se mit à p l e u r e r ; si bien q u e le lendemain, les d e u x d a m e s , de c o n c e r t , se rendirent ensemble à l'abbaye de l'Olive, où elles se vouèrent au service de Dieu. » Gillion, très-ému, p a r t a g e a alors ses domaines entre ses d e u x fils, et se retira d a n s l'abbaye d e Cambron, où le c o m t e d e Hainaut et ses chevaliers le venaient voir p o u r e n t e n d r e le récit de ses merveilleuses a v e n t u r e s . Un an n e s'était pas écoulé depuis son retour, quand ses d e u x femmes m o u r u r e n t . Il fit élever trois tombes dans l'abbaye de l'Olive, disant q u e l'une des trois était p o u r l u i ; et p e u a p r è s vint u n messager du soudan d u Kaire qui réclamait sa p r o messe; car il était attaqué p a r plusieurs princes sarasins. Le sire d e Trazégnies dit adieu à ses d e u x fils en pleurs, r e t o u r n a au Kaire, reprit le commandement des troupes é g y p t i e n n e s , battit et dispersa les ennemis du s o u d a n . Mais dans la dernière affaire il reçut u n e blessure si g r a v e , q u e tous les soins ne le pouvaient sauver. Quand il r e c o n n u t qu'il lui fallait mourir, il fit promettre au soudan d'envoyer son c œ u r à l'abbaye de l'Olive, où il s'était fait p r é p a r e r un t o m b e a u ; ce que le soudan exécuta fidèlement. — Et l'auteur de La vraie histoire du preux Gilion de Trasignies dit avoir visité les trois tombes ( a u quinzième siècle), avant de commencer à écrire son récit.

186

P H I L I P P E D'ALSACE.

XXVI. — PHILIPPE

D'ALSACE.

Digne fils de son n o b l e père.
METEB.

Philippe d ' A l s a c e , fils de T h i e r r y , n e s'occupa p e n d a n t q u a t r e a n s q u e d'assurer le b o n h e u r de son p e u p l e , p u i s , en 1 1 7 3 , v o y a n t ses É t a t s d a n s le c a l m e , sûr q u ' a u besoin ils seraient protégés par Baudouin d e H a i n a u t , d e v e n u son beau-frère ( 1 ) , il crut qu'il ne pouvait m i e u x honorer la m é m o i r e de son p è r e v é n é r é q u e p a r u n e expédition e n Palestine, contrée où déjà il avait combattu. Confiant d o n c la régence de la F l a n d r e à sa s œ u r Marguerite, qu'il désignait pour son héritière en cas de m o r t , car il n ' a vait pas d ' e n f a n t s , il prit la c r o i x , en cette m ê m e a n n é e , avec le plus g r a n d a p p a r e i l , d a n s l'église de Saint-Pierre de Gand. Comme il allait s ' e m b a r q u e r avec ses chevaliers, il lui fallut s'arrêter pour u n e de ces g u e r r e s étroites, mais sanglantes, qui troublaient cette r u d e é p o q u e . Rob e r t , prévôt d'Aire et chancelier de F l a n d r e , h o m m e que Philippe chérissait, ayant été n o m m é évêque de Cambrai, et s'en allant p r e n d r e possession d e son d i o c è s e , venait d ' ê t r e assassiné auprès d e Condé par les satellites de Jacques d ' A v e s n e s , seigneur trèspuissant du H a i n a u t , qui disait avoir été offensé par lui. Au bruit d e ce m e u r t r e , le comte d e F l a n d r e , résolu à venger son a m i , réclama l'aide d u comte
(1) Il avait épousé Marguerite d'Alsace.

PHILIPPE D'ALSACE.

187

de Hainaut. Les d e u x p r i n c e s , unis d a n s leur c o l è r e , se mirent en m a r c h e contre Jacques d'Avesnes ; ils assiégèrent et prirent. Condé, qu'ils démantelèrent ; ils allaient dépouiller le sire d'Avesnes de ses États dans le Hainaut et le V e r m a n d o i s , lorsque l'archevêque de Reims intervint et réussit à réconcilier Jacques avec ses suzerains. Mais dès qu'ils se furent retirés, le sire d'Avesnes reprit les hostilités, et ne se rendit que q u a n d ses domaines e u r e n t été dévastés par le fer et le feu. Alors s e u l e m e n t , comptant sur la p a i x , Philippe d'Alsace partit p o u r la terre sainte au printemps de l'année 1 1 7 7 , avec Rogier, châtelain de Courtrai, Robert, avoué de B é t h u n e , Hugues d'Oisy , Rasse d e Gavre, Henri deMorselIe, Gérard d e T o u r n a y , Henri, châtelain de B o u r b o u r g , et b e a u c o u p d ' a u t r e s seigneurs flamands et français. Il emmenait u n e armée assez n o m b r e u s e , fournie p a r toutes les cités; ainsi la ville d'Ypres envoyait cinq cents croisés sous la bannière de son châtelain. Tous ces pèlerins armés s'embarquèrent d a n s les ports de la F l a n d r e . Les guerriers que conduisait Philippe a r r i v è r e n t , après une traversée longue et périlleuse, devant Ptolémaïs, appelée plus g é n é r a l e m e n t Saint-Jean d'Acre. Ils d é b a r q u è r e n t là au mois d ' a o û t 1177 , et furent reçus p a r les chrétiens de la Palestine avec les plus vives démonstrations de j o i e . On n'avait pas oublié Thierry d'Alsace. Le roi A m a u r y était m o r t ; son fils Baudouin IV régnait à Jérusalem ; mais ce p r i n c e , à p e i n e en âge de gouverner (il n'avait que dix-sept ans), était d é -

188

P H I L I P P E D'ALSACE.

voré p a r u n e lèpre affreuse qui lui a laissé le triste surnom d e Roi lépreux. Il ne régnait d o n c q u e de n o m . Effrayé p a r les armes m e n a ç a n t e s d e S a l a d i n , soudan d'Egypte, alors le plus r e d o u t a b l e ennemi des c h r é t i e n s , plein d e vénération p o u r le fils de T h i e r r y , et connaissant trop son m a l h e u r e u x é t a t , le j e u n e roi offrit à Philippe l'administration du r o y a u m e d e Palestine. Le comte d e F l a n d r e , modeste comme son p è r e , refusa ces h o n n e u r s , disant qu'il était venu p o u r obéir et n o n pour c o m m a n d e r , pour combattre les infidèles et n o n p o u r g o u v e r n e r la t e r r e sainte. Ce fut R a y m o n d , comte d e Tripoli, d e s c e n d a n t de R a y m o n d d e Saint-Gilles, le c o m p a g n o n de Godefroid, qui accepta cette r é g e n c e . Les chrétiens rêvaient u n e g r a n d e expédition eu E g y p t e ; ils l'avaient déjà tentée et n'avaient essuyé de ce côté-là q u e des r e v e r s . On offrit a u comte de Flandre le c o m m a n d e m e n t général des a r m é e s dans la guerre q u ' o n voulait e n t r e p r e n d r e . Philippe le refusa aussi; il désapprouva l ' e x p é d i t i o n , c o m m e s'il eût prévu les désastres dont l'Egypte était le foyer p o u r les soldats de la Croix. Il pensa avec sagesse qu'il fallait g a r d e r u n e conquête m a l assurée avant de chercher à l ' é t e n d r e ; et, en effet, bientôt on apprit que Saladin a m e n a i t u n e armée formidable s u r la Palestine. La flamme dévastait s u r son passage les ham e a u x et les b o u r g s ; les chrétiens fuyaient partout devant lui. Baudouin I V , t r e m b l a n t , s'enferma d a n s Ascalon. Saladin, qui déjà partageait à ses émirs les villes de

PHILIPPE D'ALSACE.

189

la terre sainte, vint assiéger les croisés. Suivant le conseil de P h i l i p p e , d a n s u n e circonstance aussi d é cisive, les chrétiens firent u n e sortie, livrèrent b a taille et défirent les m u s u l m a n s , dans les mêmes plaines où Godefroid de Bouillon les avait battus déjà. La vraieCroix était encore l ' é t e n d a r d et l'égide des chevaliers. Dans cette j o u r n é e , signalée par de grandes p r o u e s s e s , Saladin fut mis en pleine déroute, son armée e x t e r m i n é e , et l u i - m ê m e obligé d e s'enfuir, seul et sans e s c o r t e , sur un c h a m e a u , à travers le désert. Après cette v i c t o i r e , Philippe a y a n t eu quelques différends avec les t e m p l i e r s , d o n t on pouvait déjà prévoir les tendances d e s p o t i q u e s , se sépara d ' e u x , et se joignant à Bohémond I V , prince d ' A n t i o c h e , il alla mettre le siège devant le fort de H a r e n c , que les infidèles avaient repris. On voit dans quelques chroniques qu'il battit et dispersa les corps de Sarasins venus au secours de cette p l a c e . Mais n ' a y a n t pu l'enlever, attristé d u p e u d'union qu'il r e m a r quait entre les chefs chrétiens d e l ' A s i e , le comte de Flandre jugea p r o m p t e m e n t qu'il n e p o u r r a i t seul sauver la Palestine, et ihse décida à r e g a g n e r l'Europe. Il alla faire ses dévotions à J é r u s a l e m , visita pieusement le tombeau de Sibylle d ' A n j o u , sa digne mère, fit ses pâques de l'année 4 1 7 8 d a n s l'église du Saint-Sépulcre, et reprit le chemin d e ses É t a t s . Oudegherst raconte q u e , dans ce voyage de retour, Philippe d'Alsace, assailli p a r u n e n u é e de Turcs, les tailla en pièces, tua de sa main l e u r chef à la stature énorme et prit son bouclier, qui portait

190

LES

SARASINS

A

JÉRUSALEM.

le lion de sable en c h a m p d ' o r ; d ' o ù sont v e n u e s , ajoute-t-il, les armoiries des comtes de F l a n d r e . Mais ces armoiries paraissent plus a n c i e n n e s .

XXVII. —- LES SARASINS A JÉRUSALEM.
SALADIN. Jérusalem n'est plus la reine des c i t é s .
RACINE,

Athalie.

Les historiens reconnaissent q u e l'infortuné roi Baudouin IV, étant devenu m a j e u r , fit ce qu'il p u t , d a n s les intervalles que lui laissait sa m a l a d i e , pour s'opposer au progrès de Saladin; il eut m ê m e quelquefois de g r a n d s avantages sur l u i ; mais son m a l , qui croissait tous les j o u r s , l'ayant forcé à choisir un h o m m e qui g o u v e r n â t sous son a u t o r i t é , il hésita entre les plus habiles, dont il se défiait. Il maria sa s œ u r Sibylle, v e u v e du m a r q u i s de M o n t f e r r a t , avec Guy de L u s i g n a n , qu'il créa comte d e Jaffa et d'Ascalon, et qu'il déclara g o u v e r n e u r d u r o y a u m e . Il indisposa ainsi les seigneurs qui croyaient avoir des droits à cette d i g n i t é , et il se repentit bientôt luim ê m e d e ce c h o i x , car Lusignan n e se m o n t r a ni habile ni vaillant. II révoqua donc les pouvoirs qu'il lui avait d o n n é s et fit couronner le petit Baudouin V, fils d u premier mariage de Sibylle; mais les choses allaient si m a l , et on avait tant à craindre de S a l a d i n , q u ' o n e n v o y a u n e ambassade en Occident p o u r r é c l a m e r de p r o m p t s secours. Le p a t r i a r c h e partit donc avec les d e u x grands

SALADIN.

191

maîtres du Temple et de l'Hôpital. Ces h o m m e s éminents s'adressèrent au roi de F r a n c e Philippe-Auguste, qui n'avait alors q u e dix-huit a n s , au roi d'Angleterre Henri I I , à qui le pèlerinage de Jérusalem avait été imposé en expiation d u m e u r t r e d e saint Thomas de C a n t o r h é r y , à l ' e m p e r e u r d'Allemagne Frédéric B a r b e r o u s s e , p r e m i e r du n o m , et à d'autres souverains. Tous a c c o r d è r e n t quelques s u b sides et engagèrent leurs sujets à m a r c h e r pour la guerre sainte; mais aucun de ces princes ne p u t quitter ses États embarrassés, e t les envoyés s'en retournèrent affligés et mécontents. On leur a r e p r o c h é d'avoir trop violemment semonce c e u x qu'ils ne d e vaient que prier. Des chroniques o n t blâmé surtout le patriarche Héraclius; mais on oublie trop que la détresse lamentable des chrétiens de la Palestine devait le r e n d r e exigeant et impatient peut-être. Le retour des ambassadeurs d a n s la Palestine jeta tout le m o n d e dans la consternation. L'abandon où se trouvaient les chrétiens de Jérusalem e u t de funestes effets. Un Anglais n o m m é Robert de Saint-Alban, chevalier du T e m p l e , mais m é c h a n t h o m m e , sans religion, sans conscience, sans h o n n e u r , dit Maimbourg, n e voyant plus fortune à faire p a r m i les chrétiens, s'alla r e n d r e à Saladin et lui offrit ses services contre ses frères, lui p r o m e t t a n t de les d é truire et de lui livrer Jérusalem. P o u r lui d o n n e r a s surance d e l à foi qu'il lui jurait, il se fit m a h o m é t a n t . Saladin, qui le connaissait p o u r l ' u n des plus vaillants parmi les c h e v a l i e r s , lui d o n n a sa nièce en mariage et le mit à la tête d ' u n e a r m é e avec laquelle

192

LES SARASINS A JÉRUSALEM.

il fit d'effroyables dévastations dans la Palestine. Mais c o m m e il s'approchait de J é r u s a l e m , qu'il croyait s u r p r e n d r e , le p e u de gens d e g u e r r e qu'il y avait d a n s la ville étant sortis p a r les poternes lorsque le traître n e pensait à rien m o i n s , le s u r p r i r e n t , taillèrent ses g e n s en pièces, et le contraignirent à fuir h o n t e u s e m e n t . Cette petite action consola un p e u Baudouin I V , qui mourut peu de jours a p r è s , âgé de vingt-cinq a n s . Sept mois a p r è s , le petit roi Baudouin V m o u r u t empoisonné.

;

Des partis s'élevèrent alors pour la succession a u t r ô n e . Raymond de Tripoli y p r é t e n d a i t , c o m m e le plus p r o c h e p a r e n t des rois défunts. Mais les g r a n d s du r o y a u m e et les templiers voulaient conserver Sibylle p o u r leur r e i n e ; seulement ils lui d e m a n d a i e n t • de r o m p r e son mariage avec Guy de L u s i g n a n , qu'ils ne trouvaient ni brave ni habile. Sibylle se sépara donc de son m a r i ; après quoi, ayant convoqué les g r a n d s et les t e m p l i e r s , elle les pria de j u r e r qu'ils reconnaîtraient pour leur roi l ' é p o u x qu'elle allait p r e n d r e . Tous le j u r è r e n t , et alors elle déclara qu'elle ne pouvait avoir pour é p o u x , étant chrétienne fidèle, que Guy d e Lusignan. L'assemblée se trouva liée ainsi p a r son serment. Mais tous n e se soumirent p a s . Raymond I I I , comte de Tripoli, descendant d e cet illustre R a y m o n d de Toulouse m o r t en 1 1 0 5 , se sépara des chevaliers de la Croix et se relira dans ses É t a t s . Saladin, instruitde cette r u p t u r e , envoya au comte R a y m o n d u n émissaire chargé d e lui p r o p o s e r , s'il voulait j o i n d r e ses troupes a u x siennes contre Guy

SALADIN.

193

de Lusignan et embrasser sa l o i , de le mettre sur le trône de Jérusalem. Raymond accepta, et ouvrit les chemins de sa principauté. Il avait si bien caché sa trahison que Sibylle lui confia le c o m m a n d e m e n t de l'armée qui allait défendre Tibériade. Il l'exposa dans des défilés où elle p é r i t ; le roi fut p r i s , la vraie Croix t o m b a au pouvoir des Sarasins. Saladin, qui détestait les templiers, fit trancher la tête à tous c e u x qui se trouvèrent p a r m i les prisonniers ; lui-même il tua de sa main R e n a u d de Châtillon (1). Après ces h o r r e u r s , Saladin alla p r e n d r e Ptolémaïs, q u i , n ' a y a n t plus de défenseurs, se rendit et fut complètement é p a r g n é e ; ce qui fut cause q u e , dans l'espoir d ' u n pareil m é n a gement, toutes les p l a c e s , excepté T y r , Ascalon et Jérusalem, se rendirent aussi sans hésiter. Le vainqueur marcha aussitôt d e v a n t Jérusalem , qu'il investit le 1 5 septembre de l'an 1 4 8 7 . Les historiens disent qu'il y avait alors d a n s cette place soixante mille hommes en état de porter les armes. Baléan d'Ibelin les c o m m a n d a i t ; pour donner du cœur a u x b o u r g e o i s , il créa p a r m i e u x plusieurs chevaliers. Les Sarasins furent étonnés du grand nombre d ' h o m m e s armés qu'ils virent sur les m u railles; ils n'assiégèrent pas moins et r e n c o n t r è r e n t d'abord u n e g r a n d e résistance. Plusieurs fois les a s siégés firent des sorties et b r û l è r e n t les machines ennemies. On a r e m a r q u é que d a n s ces sorties la plupart des chrétiens avaient à la main des pelles avec
(1) Chevalier du Temple, qui avait massacré et pillé u n e caravane égyptienne e t avait refusé réparation de ce brigandage.

43

194

LES SARASINS A JÉRUSALEM.

lesquelles ils j e t a i e n t de la poussière a u x y e u x des Sarasins. Mais m a l g r é les pierres et le plomb fondu q u ' o n lançait du h a u t des r e m p a r t s sur les assiég e a n t s , protégés p a r de g r a n d e s targes ( 4 ) , ils min è r e n t si bien t r e n t e mètres des m u r a i l l e s , qu'elles s'écroulèrent. Alors on n ' e n t e n d i t plus dans Jérusalem q u e des cris et des gémissements. L'épouvante fit de ce peuple corrompu un peuple p é n i t e n t ; il r e c o u r u t , dans le d a n g e r , à ce Dieu qu'il offensait sans r e m o r d s q u a n d il n ' a v a i t ou ne voyait rien à c r a i n d r e . On se frappait la p o i t r i n e ; on se prosternait dans les églises et dans les m o n a s t è r e s ; on faisait des processions pieds n u s , mais on ne courait p l u s a u x a r m e s . On proposa divers m o y e n s , d o n t le plus approuvé était p o u r les habitants de sortir tous e n s e m b l e , de faire un dernier effort pour délivrer la cité sainte ou mourir avec h o n n e u r en défendan t la religion ; mais des avis plus sages représentèrent que les ennemis étaient trop bien retranchés pour être forcés dans leur camp et trop n o m b r e u x pour être vaincus ; et il fut reconnu q u e la seule ressource pour obtenir la clémence d u v a i n q u e u r était u n e p r o m p t e soumission. Baléan fut d é p u t é v e r s Saladin. — Je savais b i e n , lui dit le s o u d a n , que vous viendriez me d e m a n d e r la p a i x ; il fallait l'accepter lorsque je l'offrais m o i - m ê m e ; il n'est plus temps de parler de capitulation. J'entrerai dans Jérusalem et je purifierai p a r le sang des chrétiens cette ville sainte q u e vous avez souillée en y entrant p a r le massacre
(1) Vastes boucliers qui couvraient t o u t un homme.

SALACES".

195

de tant de m u s u l m a n s . J'en ai fait le s e r m e n t , et j e ne puis devenir p a r j u r e . Les c h r é t i e n s , lorsqu'on leur rapporta cette r é ponse, tombèrent dans la plus grande désolation; ils prièrent Baléan de retourner a u p r è s du vainqueur et de n e rien négliger pour le fléchir. Baléan sortit de nouveau en parlementaire et offrit à Saladin cent mille bezans d ' o r , qui furent refusés. Il pria alors l'inflexible Sarasin de poser des conditions. Saladin répondit -. On n'accorde pas d e conditions à u n e ville prise. — E h b i e n , dit alors l ' e n v o y é , ne vous en croyez pas encore m a î t r e . Jérusalem ne m a n q u e pas de défenseurs; la p l u p a r t n e combattent pas en cemoment, c r o y a n t à u n e capitulation; ils a t t e n d e n t ; mais dès qu'ils verront que toute espérance est p e r due, vous les trouverez intrépides ; ils b r û l e r o n t leurs maisons, leurs effets, leurs richesses, ils feront périr les cinq mille musulmans qui sont leurs prisonniers; ils se feront tuer t o u s , mais e n v e n d a n t cher leur vie, et J é r u s a l e m , qui est aussi pour vous la ville sainte, ne sera plus q u ' u n monceau de ruines. •—Revenez d e m a i n , dit alors le soudan effrayé; je vais consulter les docteurs d e m a loi sur le serment qui m e lie; jusque-là, j e vous accorde u n e trêve. Les imans consultés r é p o n d i r e n t que Saladin ne violerait pas son serment, s'il obtenait des chrétiens qu'ils se rendissent à discrétion, et qu'alors il leur permît de racheter leur vie à p r i x d ' a r g e n t . Sur cette décision, u n traité se signa le 2 o c t o b r e , anniversaire d u jour où, selon les légendes a r a b e s ,
4 3 .

196

LES SARASINS A JÉRUSALEM.

avait eu lieu le transport de Mahomet dans les sept cieux (1 ) ; les hommes devaient p a y e r pour leur rançon dix b e s a n s , les femmes c i n q , les enfants d e u x ; ceux qui n e pouvaient remplir cette condition étaient v e n d u s c o m m e esclaves (2). Les habitants de Jérusalem, qui avaient tant pleuré pour avoir u n e capitulation, p l e u r è r e n t plus a m è r e m e n t encore lorsqu'ils en reçurent les conditions. Saladin exigea q u e tous les Francs ou chrétiens latins sortissent de la ville, n ' e m p o r t a n t de leurs biens que ce qu'ils en pourraient charger sur leurs épaules. Il n'y voulut laisser q u e les G r e c s , les S y r i e n s , les Arméniens et les Jacobites. On ne vit j a m a i s , dit Maimbourg, de spectacle plus lamentable q u e celui de tant de gens de toutes conditions contraints à quitter la ville sainte que leurs pères avaient si glorieusement conquise et pour laquelle ils n'avaient jamais eu tant de tendresse. On n ' e n t e n d a i t que des g é m i s s e m e n t s , des p l e u r s , des sanglots; tous, en se séparant d u saint Sépulcre, l'arrosaient de leurs larmes et le baisaient pour la dernière fois. Les mères se chargeaient de ceux de leurs enfants qui n'étaient pas encore en état de m a r c h e r . Les h o m m e s robustes portaient sur leurs épaules leurs

(1) Voyez cette légende dans les Légendes

de l'autre

monde.

(2) Marin, Histoire de Saladin, liv. VIII. Cet écrivain, m o r t en 1809, avait publié son Histoire de Saladin en 1758, 2 vol. i n - 1 2 . Séduit par les chroniqueurs orientaux, il est beaucoup trop favorable à Saladin. (Le vrai nom de Marin était Marini). Walter Scott [Richard en Palestine ou le Talisman) a suivi Marini ou Marin dans sa partialité pour les Sarasins.

SALADIN.

197

parents à qui la vieillesse ou la maladie avaient ôté les forces. Le jour fixé pour le d é p a r t étant a r r i v é , on ferma toutes les p o r t e s , excepté celle de D a v i d , p a r i a quelle seule les Latins devaient défiler devant Saladin, assis sur u n trône élevé. Il avait déclaré qu'il n'entrerait dans Jérusalem q u ' a p r è s que tous les Francs en seraient sortis ; et il considérait leur expulsion comme la plus belle partie de son triomphe. Le patriarche, avec tout le clergé , marchait en tête de ce lugubre cortège. La reine Sibylle venait après lui, m e n a n t p a r la main les d e u x petites princesses ses Biles, escortées de tous les s e i g n e u r s ; à leur v u e , Saladin, qui savait être quelquefois bienveillant, descendit de son t r ô n e , il r e ç u t la reine avec r e s p e c t , lui promit la liberté de son mari et lui donna u n e escorte pour la conduire avec sa suite j u s q u ' à Ascalon, où elle voulait se retirer. Le peuple passa ensuite ; en voyant le triste dén û m e n t d e ces infortunés, leur misère et leurs l a r m e s , Saladin p a r u t touché ; et comme il vit que des femmes et des jeunes filles jetaient des cris lamentables en tendant vers son trône des mains suppliantes, il fit arrêter la troupe et d e m a n d a ce que ces infortunées désiraient de lui. Elles r é p o n d i r e n t q u e , pour comble de douleur, elles avaient p e r d u , à la bataille de Tibériade, les u n e s leurs m a r i s , les autres leurs pères, qui p e u t - ê t r e étaient du n o m b r e des captifs, et qu'elles suppliaient le sultan de ne pas les priver d e cet unique appui après la p e r t e de tous leurs biens. Saladin fit rechercher aussitôt les prisonniers que ces

198

LES SARASINS A JÉRUSALEM.

malheureuses r é c l a m a i e n t , les leur r e n d i t , et joignit à cette grâce de généreuses libéralités p o u r soulager leur d é t r e s s e . A côté de cette noble a c t i o n , il est triste d ' o p p o ser les férocités du comte de Tripoli. A y a n t p e r d u tout sentiment d ' h u m a n i t é , avec sa religion qu'il avait r e n i é e , cet h o m m e abominable fit enlever à ces p a u v r e s b a n n i s , aussitôt qu'il les vit d a n s ses É t a t s , tout ce q u e les Sarasins leur avaient l a i s s é , et il les chassa de ses terres. Les malédictions du p a u v r e n e t o m b è r e n t pas en vain sur ce m o n s t r e . Au lieu de lui d o n n e r le trône d e Jérusalem promis à son apostasie, Saladin lui fit savoir qu'il e û t à se retirer de son comté de Tripoli, où il était en h o r r e u r : et le r e n é gat e n t r a , à ce message, d a n s u n transport de r a g e qui l'étouffa tout à coup : digne m o r t d ' u n déserteur de la sainte Église. Après q u e tous les enfants de la vraie foi chrétienne e u r e n t quitté Jérusalem , Saladin y fit son entrée avec p o m p e , au milieu de son a r m é e riche de tant de dépouilles; il était suivi du roi captif, d u g r a n d maître du Temple, des g r a n d s du r o y a u m e et de vingt mille prisonniers qu'il envoya le lendemain à D a m a s . Son premier soin fut d e faire disparaître tous les insignes de la religion c h r é t i e n n e . Les églises furent profanées p a r les soldats, q u i , après les avoir pillées, les changèrent en écuries. Ces b a r b a r e s outragèrent ensuite la sainte Croix et la traînèrent dans les r u e s , depuis le temple j u s q u ' à la tour de David. Mais Saladin défendit que l'on touchât à l'église du " » S a i n t - S é p u l c r e , car les m u s u l m a n s ont toujours ré-

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

199

véré Notre-Seigneur Jésus-Christ, qui est p o u r e u x un grand .et saint prophète ; et il obligea les Syriens à la racheter. Il fit aussi publier u n édit par lequel il défendait d'inquiéter les chrétiens (1) et de rien tenter contre l'église du saint t o m b e a u . « A i n s i , ajoute M a i m b o u r g , J é r u s a l e m , qui avait été si h e u r e u s e m e n t délivrée de la tyrannie des S a rasins par les premiers princes croisés, sous le pontificat d'Urbain I I , et g o u v e r n é e par neuf rois c h r é tiens d u r a n t quatre-vingt-huit ans , depuis Godefroid de Bouillon j u s q u ' à Guy de L u s i g n a n , fut reprise p a r les barbares sous le pontificat d'Urbain III et soumise à Saladin. » Peu de temps a p r è s , la reine Sibylle rendit Ascalon, pour la rançon du roi son é p o u x et d u grand maître des templiers.

XXVIII. — TROISIÈME GRANDE CROISADE.
PHILIPPE-AUGUSTE ET RICHARD COEUR DE L I O N . Cette terre a dévoré ses habitants. Bulle de Grégoire VIII.

Jérusalem était retombée le 2 octobre 4 1 8 7 sous le joug des Sarasins ; dès le mois s u i v a n t , l'Europe chrétienne se montra épouvantée de ce désastre i m mense et des récits d o u l o u r e u x qui l'entouraient. Dans ces vastes calamités, les plus sages et les plus sensés p a r m i les fidèles reconnaissaient u n châtiment de Dieu. Le plus grand n o m b r e des chefs n'avaient
(1) Il n e s'agissait que des chrétiens grecs (schismatiques).

200

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

pris la croix que p o u r conquérir des p r i n c i p a u t é s , et plusieurs au p r i x horrible de l'apostasie. ,Par leurs c r i m e s , leurs dissolutions et leurs l â c h e t é s , plusieurs a u t r e s s'étaient montrés indignes d'habiter la terre sainte. Dès que la nouvelle de la catastrophe eut éclaté s u r l'Europe c h r é t i e n n e , le saint pape Urbain III en m o u r u t de douleur. Son successeur, Grégoire VIII, qui n e devait lui survivre q u e de quelques j o u r s (1), p u b l i a , à la date du 4 des calendes de n o v e m b r e , u n e bulle qui appelait les fidèles à la troisième croisade g é n é r a l e . Quoique appesanti par l'âge et les p e i n e s , le p i e u x a r c h e v ê q u e de T y r , appelé Guill a u m e , comme l'histprien des premières croisades, était v e n u de l'Asie en Occident réveiller les guerriers. « Nous avons a p p r i s , disait dans sa bulle le souverain pontife, nous avons appris avec larmes la sévérité redoutable des j u g e m e n t s que Dieu vient d'exercer sur Jérusalem et la terre sainte. Nous avons été pénétré de douleurs si v i v e s , q u e nous nous sommes écrié avec le Psalmiste : « S e i g n e u r , » les nations ont envahi votre h é r i t a g e , elles ont » souillé votre t e m p l e ; et les corps de vos saints ont » servi de p â t u r e a u x b ê t e s de la terre et a u x oiseaux » du ciel. » » A la suite des dissensions intestines q u e la m é chanceté des hommes avait fait naître dans la terre s a i n t e , Saladin, maître d ' u n e a r m é e formidable, est v e n u fondre sur elle à Fimproviste. Le roi et les é v ê q u e s , les templiers et les hospitaliers m a r (1) Il m o u r u t le 17 décembre, m ê m e année 1187.

PHILIPPE-AUGUSTE E T RICHARD CŒUR DE LION.

201

chèrent à sa r e n c o n t r e , p o r t a n t avec e u x la Croix du Seigneur. Le combat s ' e n g a g e ; nos frères sont vaincus; la sainte Croix tombe entre les mains des e n nemis; le roi est fait p r i s o n n i e r ; les évêques sont massacrés; ceux des chrétiens qui échappent à la mort ne peuvent éviter l'esclavage ; la fuite seule en sauve à peine quelques-uns, qui disent avoir vu périr sous leurs y e u x la totalité des templiers et des hospitaliers » L'archevêque de Tyr achevait ce tableau en racontant les discordes des chrétiens de la P a l e s t i n e , abattus successivement p a r Saladin, et la dernière grande bataille où le reste des soldats de la Croix avait p é r i ; en m o n t r a n t le r o y a u m e de la Palestine s'échappant des faibles mains de Guy de Lusignan ; ce roi captif, après la p e r t e de tonte son a r m é e ; J é rusalem obligée de se r e n d r e ; le tombeau de JésusChrist profané de n o u v e a u p a r les infidèles ; et les croisés n e possédant plus en Asie que T y r , Antioche et Tripoli, qui étaient assiégées. Guillaume, le p i e u x é v ê q u e , alla trouver le roi de France Philippe-Auguste et le roi d'Angleterre Henri 11 ; ces p r i n c e s , d a n s u n m o m e n t de t r ê v e , s'étaient rendus à Gisors. Le comte de F l a n d r e était auprès d ' e u x . « E n a r r i v a n t j u s q u ' à v o u s , leur dit l'évêque de Tyr, j ' a i traversé des champs de c a r n a g e ; et à la porte m ê m e de cette assemblée j ' a i vu d é ployé l'appareil des combats. Quel sang allez-vous donc r é p a n d r e , et pourquoi ces épées d o n t v o u s êtes a r m é s ? Tandis que les infidèles ont envahi le royaume de D i e u , que la Croix de Jésus-Christ est

202

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

traînée avec ignominie d a n s les r u e s d e B a g d a d , tandis qu'on outrage l ' É v a n g i l e , ce traité solennel entre Dieu et les h o m m e s , vous vous battez ici pour d'étroites q u e r e l l e s , vous oubliez ce qu'ont fait vos pères 1 Un royaume chrétien a été fondé par e u x au milieu des nations m u s u l m a n e s . Si vous avez laissé périr leur c o n q u ê t e , venez d u moins délivrer leurs tombeaux. n Les d e u x rois s'embrassèrent et prirent la croix avec Philippe d'Alsace. Mais Henri I I , d o n t la mort était p r o c h a i n e , ne devait pas voir la terre sainte , où il sera remplacé p a r son fils Richard. Il fut décidé que dans cette croisade les Français porteraient la croix r o u g e , les Anglais la croix b l a n c h e , les Belges la croix v e r t e . Et aussitôt un compagnon de Guillaume d e T y r , H e n r i , évêque d ' A l b a n i e , alla p r ê c h e r la g u e r r e sainte dans la Belgique. Jacques d'Avesnes, qui avait des méfaits à e x p i e r , Gérard d ' A v e s n e s , son frère, Otton d e T r a z é g n i e s , p r i r e n t la c r o i x à Sainte-Vaudru de Mons. H e n r i , duc de B r a b a n t , H e n r i , d u c de L i m b o u r g , le j e u n e W a l e r a m d'Arlon, Conon de D u r a s , T h i e r r y , comte de Hochstade et de D a e l h e m , Thierry d e C I è v e s , l'évêque de Cambrai, Raymond I I , vicomte de T u r e n n e , Blondel d'Arras (1), R a d u l p h e , évêque de Liège, Gérard, comte de Looz, Otton, comte de Gueldre, Robert de Saint-Riquier, Michel de H o r n e s , Baudouin de Commines,
(1) Ce fut ce gentilhomme, sujet de Philippe d'Alsace, qui par la suite se rendit si célèbre dans l'histoire de Richard Cœur de Lion, qu'il délivra de sa captivité en Allemagne. Il maniait à la fois l'épée et la v i e l l e ; il était poète et guerrier.

PHILIPPE-AUGUSTE ET RICHARD CŒUR D E LION.

203

et une foule d'autres seigneurs se croisèrent aussitôt. Il n ' y eut pas moins d'élan parmi les chevaliers français: Josselin de M o n t m o r e n c y , É l i e de Noailles, Guy II de D a m p i e r r e , Simon de Joinville, Jacquelin de Maillé, André de B r i e n n e , Hugues I I I , duc de Bourgogne, Henri I I , comte de C h a m p a g n e , Thib a u t , comte de Blois, R e n a u d , comte de Boulogne, Raoul I , comte de C l e r m o n t , Herman de C r é q u y , Raymond Roger, comte d e F o i x , Guillaume de Joig n y , R o t r o u , comte du P e r c h é , le comte d e Ponthieu, H u g u e s , comte de S a i n t - P o l , et u n e foule d'autres avaient pris la croix ( 1 ) . L'ardeur des p r e m i e r s pèlerinages militaires se ralluma-, tout h a b i t a n t d e l'Europe chrétienne fut obligé de fournir le dixième d e son r e v e n u p o u r les frais de la g u e r r e s a i n t e ; on appela ce tribut la dîme saladine, parce q u e le produit en était, destiné à combattre Saladin. On tira des juifs d ' é n o r m e s i m pôts; et de toutes p a r t s des a r m é e s se rassemblèrent. Pour établir quelque discipline p a r m i ces h o m m e s de toute nation qui m a r c h a i e n t au m ê m e b u t , on
e r

(1) Citons encore

Roger

de Ville-d'Avray,

Gilep de

Versailles,

Isnard d'Agout, Hugues d e Bauffrcraont, Guy de Chartres, Guillaume de la Rochefoucauld, Élie de Salignac, Adam de Léon, Drogon d'Amiens, André de V i t r é , Philippe de L é v i s , l e sire d'Anglure, Eudes d e Gonesse, Arnoul d'Estrées, le sire de Bassompierre, Raoul d'Argenteuil, Vauthier de Mauny, Jean I I , comte de V e n d ô m e , A l a i n , vicomte d e R o u a n , Guillaume et Foulques de Quatrebarbes, Hugues de F o u d r a s , Raoul d'Aubigné, Matthieu I I , comte de B e a u m o n t , Juel de D i n a n , Ruaut d e Tonnerre, Jean de Murât, Raould I " , sire de Coucy. Guy d e Craon, Raoul de Mauléon, Bernard de V e r d u n , Guillaume de Amaury de Mbntfort, e t c . , e t c . , etc. Tancarville, Eustache de Montauban, Hugues de T a l a r u , Gaucher d e C h â t i l l o n ,

204

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

publia une loi de police générale dont nous n e citerons q u e les dispositions principales : Celui qui donnait u n soufflet devait être plongé trois fois dans l'eau p r o f o n d e ; celui qui frappait de l'épée perdait la main ; celui qui disait des injures payait autant d'onces d'argent qu'il avait proféré d e mots insul- > t a n t s ; celui qui volait avait la tête rasée ; puis sur u n e m p l â t r e de poix on le couvrait de p l u m e s , et il n e pouvait plus suivre l ' a r m é e ; on jetait à la m e r ou on enterrait vivant le m e u r t r i e r , lié à sa v i c t i m e . F r é d é r i c - B a r b e r o u s s e , l'empereur d ' A l l e m a g n e , p r e m i e r de ce n o m , v a i n q u e u r dans plusieurs bat a i l l e s , prit aussi la c r o i x ; et p e u t - ê t r e , si ce prince ne fût m o r t pour s'être baigné d a n s le C y d n u s , après sa p r e m i è r e victoire sur les Turcs près de Laodicée, eût-il rappelé les hauts faits des premiers croisés. Cependant les rois de F r a n c e et d ' A n g l e t e r r e , qui s'étaient r a l l i é s , différaient leur départ. Jacques d'Avesnes ne les attendit p a s ; il avait rassemblé sept mille g u e r r i e r s ; il s'embarqua avec la plupart d e ses c o m p a g n o n s ; et trente-sept vaisseaux fournis p a r l e comte de Flandre reçurent les premiers bataillons du nord des Gaules. Ils relâchèrent en Sicile, pour se r é u n i r à d'autres F l a m a n d s et a u x braves du Hain a u t , du B r a b a n t , du pays de Liège et du Limbourg, qui arrivaient à Messine. Tous se r e m b a r q u è r e n t p o u r la Syrie sous le c o m m a n d e m e n t de Jacques d'Avesnes. Les Sarasins étaient maîtres de P t o l é m a ï s , qu'on appelle aussi Accon, Acre et Saint-Jean d'Acre. Cette place forte, ce port célèbre semblait a u x c h r ë -

PHILIPPE-AUGUSTE ET RICHARD CŒUR DE LION.

205

tiens la clef de la terre sainte. Guy de L u s i g n a n , remis èn l i b e r t é , était v e n u assiéger Ptolémaïs, à la fin du mois d ' a o û t de l'année 1 1 8 9 , sans prévoir qu'il entreprenait u n siège qui devait d u r e r d e u x ans. Quelques rencontres sans résultat avaient déjà répandu beaucoup de s a n g ; et les soldats de la Croix n'avançaient pas dans leurs t r a v a u x , lorsqu'ils virent arriver la flotte f l a m a n d e , à l'automne de 1 1 8 9 . Ce renfort apporta a u x chrétiens la joie la plus v i v e ; la confiance s'accrut; d ' a u t r e s croisés a r r i v è r e n t de la Champagne, de la ï h u r i n g e , du D a n e m a r k , de l'Angleterre ; on investit Ptolémaïs de tous côtés; on mit de l'ordre dans les dispositions du siège. La r é serve fut confiée a u comte de G u e l d r e , la g a r d e du camp à Gérard d'Avesnes. Saladin était venu au secours de la ville. Ne pouvant y e n t r e r , il attaqua les chrétiens; u n e grande bataille se l i v r a ; les infidèles furent d ' a b o r d si vivement repoussés, que le comte de Bar pénétra jusque dans la tente du s o u d a n . Mais p e n d a n t q u e les croisés pillaient le camp e n n e m i , les musulmans se rallièrent, et revenant à la charge repoussèrent à leur tour les chrétiens. La mêlée devint h o r r i b l e ; Gérard d'Avesnes combattait avec le courage du l i o n ; m a i s , ayant p e r d u son c h e v a l , il ne pouvait plus guider les siens ; u n de ses chevaliers, j e u n e et b r a v e guerrier dont on n'a pas conservé le n o m , lui d o n n a son propre cheval et se jeta a u milieu des infidèles, fier de mourir en sauvant son noble chef. Rien n e se décida après cette j o u r n é e , où les d e u x partis avaient eu des a v a n t a g e s ; les combats tous

206

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

les jours c o n t i n u è r e n t , les chrétiens v a i n q u e u r s le m a t i n , repoussés le soir et r e t o u r n a n t le lendemain à la c h a r g e . On voit les F l a m a n d s et les Français du n o r d dans cette troisième croisade a r m é s avec plus de soin que d a n s la seconde. Les a r c h e r s avaient d e v a n t e u x des b a l i s t a i r e s , qui à l'aide de machines lançaient des n u é e s de flèches; les fantassins, qui ne portaient p a s la cuirasse de fer, avaient une a r m u r e d e cuir sur laquelle les javelots s ' a r r ê t a i e n t ; et les chro* niques r a p p o r t e n t qu'on en vit quelques-uns revenir du combat « chargés de tant de flèches fichées sur » e u x qu'ils ressemblaient à u n e pelote couverte » d'aiguilles ». Ils avaient des boucliers formés de p e a u x de moutons tendues avec leur laine. Les cuirasses de leur cavalerie étaient le plus s o u v e n t un tissu d ' a n n e a u x de fer ou d'écaillés d ' a i r a i n . Les chevaliers avaient remis en h o n n e u r la l a n c e , p e n dant quelque temps négligée pour le sabre ou l'épée à d e u x mains. Chaque nation chrétienne a v a i t sa b a n n i è r e , au h a u t d'une tour de bois que p o r t a i t un grand char. Le c o m m a n d e m e n t général des a r m é e s réunies devant P t o l é m a ï s , en a t t e n d a n t Philippe-Auguste et Richard Cœur de L i o n , a p p a r t e n a i t a l t e r n a t i v e m e n t à Jacques d ' A v e s n e s , a u l a n d g r a v e d e T h u r i n g e et a u comte de C h a m p a g n e . Après de longs r e v e r s , des défaites plus funestes q u e les succès n ' é t a i e n t u t i l e s , et des famines c r u e l l e s , les croisés se t r o u v a i e n t a b a t t u s , s a n s avoir pu p r e n d r e la ville qu'ils assiégeaient, lorsque enfin,

PHILIPPE-AUGUSTE ET RICHARD CŒUR D E LION.

207

dans l'été de 1 1 9 1 , le roi de France arriva avec Philippe d'Alsace, qui amenait un n o u v e a u renfort de Flamands; il avait laissé à Mathilde de Portugal le gouvernement de ses É t a t s . Peu a p r è s , le p o r t de la ville assiégée reçut la flotte d e Richard Cœur de Lion, qui venait de p r e n d r e en passant l'île de Chypre, et d'en faire u n r o y a u m e chrétien (1). Le siège fut repris aussitôt avec plus d ' a c t i v i t é ; les croisés imaginèrent un moyen n o u v e a u p o u r p é nétrer d a n s la ville. Ils é l e v è r e n t , avec des terres rapportées, une colline d ' u n e h a u t e u r p r o d i g i e u s e ; elle dominait les tours de P t o l é m a ï s ; p u i s , la pelle à la m a i n , jetant sans cesse cette terre d e v a n t e u x , ils firent avancer peu à p e u la m o n t a g n e vers les remparts; ils n'en étaient plus séparés q u e par la
(1) Avant de prendre Chypre, Richard s'était arrêté en Sicile avec Philippe-Auguste, qui en partit sans Fattendre. Philippe-Auguste, simple et modeste, était regardé là c o m m e un roi incapable de grandes c h o s e s , tandis que les Siciliens, qui jugent par les s e n s , se prosternaient d e vant Richard Cœur de Lion, lequel s'avançait dans t o u t e la pompe de la magnificence royale. Mais leur admiration ne dura pas longtemps. — Bientôt le monarque anglais se m i t à les piller, à leur parler en maître, et dès lors ils firent des v œ u x pour son départ. Ils ne l'obtinrent qu'à des conditions violentes. Elles feront connaître les richesses d e la Sicile au douzième siècle. « Richard exigea qu'on l u i donnât u n e table d'or d e d o u z e pieds de ii long et d'un pied et demi de l a r g e , u n e tente de soie o ù d e u x cents » guerriers pourraient s'asseoir, quatre-vingts coupes d'argent, quatre» vingts assiettes d'argent, soixante charges de froment, soixante d'orge, » soixante de v i n , deux cents navires armés avec tout leur appareil, et » des vivres pour deux ans. Quelles devaient être l e s ressources d'un » pays à qui on imposait de telles conditions et qui pouvait l e s remplir! » Les choses ont bien changé depuis cette époque ; on vendrait aujour» d'hui Messine, Syracuse et P a l e r m e , qu'on n'en retirerait pas la moitié » des trésors emportés par Richard. » (M. M i c h a u d , Croisades.) Histoire des

208

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

moitié de la distance que parcourt une flèche, q u a n d les musulmans dans une sortie vigoureuse r e p o u s sèrent les travailleurs et coupèrent la colline par un large fossé (1). Ils b r û l è r e n t ensuite avec le feu grégeois les tours et les machines des assiégeants. Mais Saladin se trouvant é p u i s é , il fallut pourtant que Ptolémaïs songeât à capituler. Elle se r e n d i t le 13 juillet 1 1 9 4 . Les chrétiens avaient p e r d u à ce siège soixante mille h o m m e s . Des f e m m e s , comme dans la croisade p r é c é d e n t e , avaient porté l'épée et la l a n c e ; des enfants m ê m e s s'étaient couverts de gloire. C'est à cette époque q u e s'établirent l'ordre militaire des chevaliers teutoniques, et l'ordre religieux d e la Merci ou de la Trinité p o u r le r a c h a t des captifs. Philippe d'Alsace, que signalait sa sagesse autant que son c o u r a g e , était depuis peu de t e m p s parmi les croisés; on le regardait c o m m e l'un des p l u s solides soutiens de la Croix, l o r s q u ' u n e m a l a d i e épidémique l'enleva d e v a n t P t o l é m a ï s ; il fut regretté de t o u s ; et après sa mort, Philippe-Auguste, u n peu d é c o u r a g é , s'en r e t o u r n a en F r a n c e , laissant aux chefs de la g u e r r e sainte d i x mille soldats d e son a r m é e . Les F l a m a n d s r e s t è r e n t sous les o r d r e s de Jacques d'Avesnes. Ils s'avancèrent avec les autres croisés, dont le roi d'Angleterre avait le c o m m a n d e m e n t g é n é r a l , d a n s le p a y s e n n e m i , h a r c e l é s à c h a q u e pas, faisant à peine trois lieues p a r j o u r , et* frappant les cieux du cri d e Richard : — Seigneur, secourez le saint Sépulcre !
(1) M. Michaud, Histoire des Croisades, liv. VIII.

PHILIPPE-AUGUSTE ET RICHARD CŒUR DE LION.

209

Quand les croisés a r r i v è r e n t dans les plaines d'Arsouf, après avoir tourné Césarée, il leur fallut livrer une grande bataille a u x infidèles qui défendaient le passage d'une rivière. A u x soldats ordinaires d e Saladin, ils virent mêlés e n g r a n d n o m b r e des Arabes Bédouins avec leurs boucliers r o n d s , des archers scythes, des Éthiopiens au visage n o i r b a riolé de blanc et de r o u g e ; au milieu de leur musique bruyante étaient des h o m m e s qui n ' a v a i e n t d'autre emploi que celui de pousser de grands h u r l e m e n t s . Les croisés ne se troublèrent pas d e v a n t t a n t d'ennemis effrayants; ils les dispersèrent en suivant leur marche; le roi Richard ne voulait pas q u ' o n attaquât; il avait prescrit à toute l'armée l'ordre de s'avancer en masse compacte. Mais de petites mêlées s'engageant sur quelques p o i n t s , Jacques d'Avesnes s'élança a u x lieux où le péril était le plus g r a n d ; les autres chefs le suivirent bientôt ( 1 ) ; p e u à peu les escarmouches se m ê l è r e n t , et en moins d'une heure la bataille devint g é n é r a l e ; de toutes p a r t s les Sarasins furent repoussés, après u n tel c a r n a g e des deux p a r t s , que les croisés, occupés à p a n s e r leurs blessés, qui étaient n o m b r e u x , ne p u r e n t poursuivre l'ennemi. Quelques émirs profitèrent de cette circonstance pour rallier leurs t r o u p e s ; Saladin, qui fuyait entouré seulement de dix-sept m a m e l u k s , se revit bientôt à la tête de vingt mille h o m m e s ; il r e v i n t à la charge avec fureur. Le combat se ranima si ardent et si serré q u e les guerriers se h e u r t a i e n t corps
(1) Gauthier Vinisauf, l i v . I V , c h . x v m .

U

210

TROISIÈME GRANDE CROISADE.

à corps. Les chevaliers qui entouraient Jacques d'Avesnes moissonnaient tout autour d ' e u x . Le roi R i c h a r d , b l e s s é , n e se retirait point. Jacques d'Avesnes faisait des prodiges de v a l e u r ; il fut attaqué p a r u n Sarasin puissant de force et de taille, qui, d'un violent coup de sa hache é n o r m e , lui coupa u n e j a m b e ; le guerrier, s ' a p p u y a n t aussitôt sur un de ses c o m p a g n o n s , continuait d e soutenir le choc avec sa redoutable épée ; un a u t r e infidèle lui abattit un b r a s ; il tomba m o u r a n t alors en criant : Vengezmoi! Les F l a m a n d s qui l'environnaient se ruèrent avec rage sur l ' e n n e m i , le refoulèrent et le culbutèrent de n o u v e a u ; huit mille Sarasins périrent encore, et u n e seconde victoire, mais s a n g l a n t e , mais achetée p a r u n g r a n d d e u i l , signala cette journée. Lorsqu'on visita le c h a m p du c a r n a g e , ce fut avec u n e profonde d o u l e u r q u e les croisés reconnurent parmi les morts l'intrépide Jacques d ' A v e s n e s , taillé en pièces au milieu d e ses plus b r a v e s compagnons massacrés à ses côtés. Richard le p l e u r a ; et ie lendemain de la b a t a i l l e , le héros fut enseveli à Arsouf, dans l'église de la S a i n t e - V i e r g e ; tous les soldats de la Croix assistèrent en gémissant à ses funérailles. D'autres combats signalèrent cette c r o i s a d e , qui se termina sans a u t r e résultat n o u v e a u q u ' u n e paix entre Saladin et R i c h a r d . E n 1 1 9 2 , les croisés flam a n d s s'en r e v i n r e n t , sous la conduite de Gérard d ' A v e s n e s ; ils r a p p o r t a i e n t les restes de Philippe d'Alsace, guerrier m a g n a n i m e , g r a n d p r i n c e et gén é r e u x législateur. « C'est à ce comte s u r t o u t et à

PHILIPPE-AUGUSTE ET RICHARD CŒUR D E LION.

211

son p è r e , dit M. Lesbroussart (1), q u ' o n doit les libertés flamandes et la création des corps municipaux dans la plupart des villes de la F l a n d r e . Sous ces d e u x p r i n c e s , p a r l'attrait t o u t - p u i s s a n t de la liberté, les villes regorgèrent d ' h a b i t a n t s ; u n e foule d'étrangers y afflua de toutes p a r t s ; ils y apportèrent leur industrie et leur commerce ; p a r t o u t l'activité se déploya; la F l a n d r e devint dès lors u n des États les plus florissants de l'Europe (%). Nous n e pouvons nous dispenser, ajoute le c o m m e n t a t e u r d'Oudegherst, de r a p p o r t e r l'article 4 4 d e sa loi d'amitié, lex amicitiœ, règlement où respire p a r t o u t l'amour de la bienfaisance et d e l ' h u m a n i t é , où il r e c o m m a n d e à tous ceux d ' u n m ê m e lieu d'être amis et de se soutenir l'un l'autre comme frères : « Si la maison d'un » habitant a été b r û l é e , ou s'il s'est a p p a u v r i en se » rachetant d e c a p t i v i t é , c h a q u e concitoyen devra » secourir son ami devenu p a u v r e , et lui donner u n e » pièce d'argent. » Un règlement qui t e n d à unir ainsi tous les citoyens par les liens de la bienfaisance, suffit pour immortaliser u n prince. »
(1) Notes sur tes Annales d'Oudegherst. (2) Mémoires de l'Académie de Bruxelles,

t. II, p. 6 6 5 .

212

UN CONTE SINGULIER DE RICHARD CŒUR DE LION.

XXIX. U N CONTE SINGULIER DE RICHARD C ΠU R DE LION.
Le courage d'un cœur féroce n'a pas droit, à s'appeler bravoure. PIERRE MESSIE .

Nous n'avons pas p u , dans ces rapides t a b l e a u x , exposer les faits hardis de Richard Cœur de Lion, ni parler de son a v a r i c e , de son orgueil e x t r ê m e , de ses cruautés et de ses autres vices. E n p a r t a n t pour la guerre s a i n t e , excommunié pour ses odieuses révoltes contre son p è r e , il rejoignit l'armée de la Croix à Messine, où le roi de Sicile, Guillaume I I , venait de m o u r i r ; il mit la main sur la dot de la v e u v e , qui était p o u r t a n t sa p r o p r e s œ u r , et il ensanglanta la Sicile en la pillant. Il prit en route l'île de Chypre et la d o n n a à Guy de Lusignan, en échange du royaume de Jérusalem qu'il ambitionnait. Arrivé dans les lieux saints, il y r e m p o r t a des victoires sur Saladin, avec qui il fit u n e trêve de trois a n s . Après quoi il s ' e m b a r q u a en 1 1 9 2 pour r e n t r e r en E u r o p e , laissant en Palestine la terreur de son n o m . Elle était m o t i v é e , s'il est v r a i , comme d e sérieux historiens le r a c o n t e n t , q u ' à Jaffa, u n j o u r , avec quatre cents arbalétriers et dix c h e v a u x , il a t t a q u a et mit en fuite quinze mille cavaliers m u s u l m a n s . Ce n'est pas ici le lieu de p o u r s u i v r e son histoire. On sait q u e , traversant les États de Léopold d'Autriche, il fut r e t e n u d e u x ans prisonnier, et qu'il ne revit ses États q u ' e n 1 1 9 4 . Il m o u r u t en 1 1 9 9 , âgé de q u a r a n t e - d e u x a n s .

UN CONTE SINGULIER D E RICHARD CŒUR D E LION.

213

Ce qui nous arrête ici ce n'est pas u n fait, mais un conte sans d o u t e , plutôt q u ' u n e l é g e n d e , que Walter Scott a réveillé dans les préliminaires de son roman intitulé en anglais le Talisman, et traduit pour nous sous le titre d e Richard en Palestine. — Voici l'aventure : Pendant qu'il combattait en Palestine, Richard fut attaqué d'une fièvre si violente q u e ses médecins n e savaient c o m m e n t l'en guérir. Dans cette situation, il sentit un violent désir de m a n g e r d u cochon. Mais comment en t r o u v e r dans un pays dont les habitants avaient cet animal en h o r r e u r ? Ses cuisiniers s'épouvantèrent, car ils savaient que Richard n ' e n tendait pas raison et qu'il n'admettait pas d'excuse. Ils s'adressèrent à u n v i e u x chevalier, qui leur dit : Ni pour or ni p o u r argent vous ne trouverez un cochon dans cette c o n t r é e . Mais qui oserait l'aller dire à Richard? Vous n'avez q u ' u n e ressource : prenez un Sarasin, j e u n e et g r a s , tuez i m m é d i a t e m e n t le scélérat, et faites-le cuire avec force épices et safran. Pour le souper du r o i , vous lui servirez un potage de cet excellent bouillon; il s'endormira dès qu'il l'aura pris; u n e sueur a b o n d a n t e lui surviendra, et il se réveillera frais et dispos. Ce conseil fut suivi. Le roi avala son p o t a g e ; après quoi un écuyer t r a n c h a n t lui découpa des m o r c e a u x , qu'il dévorait si avidement q u e l'on avait peine à le servir. Après avoir b u et m a n g é l a r g e m e n t , il s'endormit; ses serviteurs alors se retirèrent. Une sueur abondante lui vint en effet, et le lendemain matin il s'éveilla si frais et si bien portant qu'il alla sur-

21 J

UN CONTE SINGULIER D E RICHARD CŒUR D E LION.

le-champ repousser u n e attaque des Sarasins. II r e n tra dans sa tente au b o u t de peu de t e m p s ; un chevalier lui délaça son a r m u r e et lui p r é s e n t a , pour le réconforter, du pain trempé dans du v i n . — Ce n'est pas du pain t r e m p é , dit-il, c'est la tête du porc qu'il m e faut. — S i r e , répondit le cuisinier, cette t ê t e , j e n e l'ai pas. — Je te j u r e , dit le r o i , que si tu n e la retrouves tu p e r d r a s la tienne. Le cuisinier effrayé alla chercher la tête du Sarasin, et t o m b a n t à g e n o u x devant R i c h a r d , il lui dit tout tremblant : — S i r e , voilà la t ê t e ! Miséricorde! mon seigneur. Il se rassura en voyant le roi considérer sans h o r r e u r cette b a r b e noire et ces d e n t s blanches : — Q u e diable est ceci? dit-il en riant à g r a n d b r u i t ; la chair d ' u n Sarasin est-e'lle si b o n n e ? Je n e m ' e n serais pas d o u t é . E h b i e n , j e jure q u e j e n e m ' e n ferai pas faute, et que nous ne m o u r r o n s pas d e faim, tant que n o u s pourrons d a n s nos assauts p r e n d r e de ces Maures q u ' o n p e u t c u i r e , rôtir et bouillir, et d o n t la chair est excellente. Maintenant q u e j ' e n ai l ' e x p é r i e n c e , nous en m a n g e r o n s plus d ' u n . Il assiégeait alors u n e ville occupée p a r les Sarasins, q u i , é p o u v a n t é s d u n o m b r e de leurs m o r t s , offraient de se r e n d r e et de p a y e r cent mille besans d'or. Mais Richard voulait p l u s . Saladin envoya alors à Richard des a m b a s s a d e u r s , avec de magnifiques p r é s e n t s , qui devaient l'apaiser. W a l t e r Scott continue le récit en p r e n a n t pour guide E l l i s , l'habile conteur. Les a m b a s s a d e u r s de Saladin étaient d ' i m p o r t a n t s

UN CONTE SINGULIER D E RICHARD CŒUR D E LION.

215

personnages; ils s'acquittèrent de leur mission en témoignant au farouche Richard la plus g r a n d e d é férence. .Richard les reçut avec politesse; et voyant les richesses qu'ils lui offraient : — Que Dieu m e garde, leur dit-il, d'accepter cet or. Partagez-le entre vous. Pour m o i , j ' a i a p p o r t é d a n s mes vaisseaux et mes barques plus d'or et d ' a r g e n t que n ' e n possèdent votre maître et trois potentats comme lui. Je n'ai donc pas besoin de vos trésors. Mais restez avec moi, je vous prie. Nous dînerons e n s e m b l e ; ensuite vous aurez ma réponse. Richard alors d o n n a en secret l'ordre à son sénéchal d'aller choisir dans sa prison les plus distingués d'entre ses captifs, de leur couper la tête, d e donner ces têtes p r o p r e m e n t rasées à son cuisinier, qui d e vait les cuire sur-le-champ et les servir c h a c u n e sur un plat d e v a n t chaque c o n v i v e , sans oublier d'attacher au front de ces têtes les noms de c e u x qui les avaient p o r t é e s . — O n placera devant moi, ajouta-t-il, une de ces t ê t e s , comme étant m o n mets favori. Ces prescriptions horribles furent e x a c t e m e n t suivies. A m i d i , la musique d u camp annonça a u x hôtes de Richard que le dîner était servi. Le roi prit place au h a u t de la t a b l e , et ses convives u n p e u plus bas. Les têtes furent a p p o r t é e s a u son des fifres et des trompettes. Les a m b a s s a d e u r s de S a l a d i n , en voyant ce q u ' o n leur offrait, restèrent quelques instants m u e t s de s t u p e u r . Ils t o u r n è r e n t leurs r e gards vers le r o i , q u i , sans témoigner la m o i n d r e émotion, avalait les m o r c e a u x aussi vite q u e l'écuyer t r a n c h a n t les lui découpait. L'un d ' e u x dit

216

UN CONTE SINGULIER D E RICHARD CŒUR D E LION.

tout bas alors à ses compagnons : — Cet h o m m e est assurément le frère du diable ! Enfin ils a r r ê t è r e n t leurs regards sur les têtes fum a n t e s placées d e v a n t e u x . E n lisant le parchemin qui portait le nom de c h a q u e v i c t i m e , ils s'imaginèr e n t qu'ils allaient avoir le m ê m e sort. Il n ' e n fallait pas t a n t p o u r leur ôter l'appétit. Cependant Richard, d é v o r a n t toujours, les invitait à m a n g e r et à se livrer à la joie. Q u a n d il eut assez joui d e leur t e r r e u r , il d e m a n d a le second service; et feignant d'être surpris d e ce qu'ils n'avaient pas touché au premier, il leur fit des excuses sur l'ignorance où il était de leurs g o û t s ; il les assura d e son respect p o u r leur caractère d ' a m b a s s a d e u r s , et les invita à m a n g e r de la venaison, en leur d o n n a n t un sauf-conduit pour leur r e t o u r . Ces h o m m e s , qui m o u r a i e n t de faim, m a n g è r e n t un p e u de gibier et se disposèrent à partir. Richard leur dit alors : —Consolez votre s o u d a n sur ce q u e vous avez v u . Qu'il n e s'offense pas de la m a n i è r e dont j e vous ai traités. Le repas qui vous a surpris était p r é p a r é p o u r moi et les m i e n s . Dites-lui qu'il n ' a u r a aucun profit à nous couper les vivres. Pas u n d e nous n e souffrira de la faim t a n t que nous p o u r r o n s tuer des Sarasins et les faire cuire. Avec u n Sarasin j e puis n o u r r i r neuf ou dix d e mes bons g u e r r i e r s ; et le roi Richard vous garantit qu'il n ' y a pas de viande qui plaise a u t a n t a u x Anglais. D o n c , tant qu'il y a u r a des Sarasins en S y r i e , nous n e n o u s inquiéterons pas des v i v r e s . . . Voilà le récit, que les historiens traitent d e c o n t e ,

UN CONTE SINGULIER D E RICHARD CŒUR D E LION.

217

avec raison p r o b a b l e m e n t . Mais on a cherché à d é couvrir quelle circonstance avait pu d o n n e r l'idée de faire du féroce Richard u n cannibale et un ogre ; et voici des présomptions : L'armée des croisés était toujours accompagnée d'une multitude confuse de pèlerins et d'aventuriers qui, n ' a y a n t ni feu ni lieu, vivaient de ce qu'ils r e n . contraient, marchaient pieds n u s , et présentaient à leur passage u n spectacle assez triste ; ils faisaient profession d'être sans a r g e n t . Ce sont ces gens-là que les Français appelaient les truands (les g u e u x d'aujourd'hui). Un N o r m a n d , qui avait p e r d u son cheval et qui était réduit à m a r c h e r à p i e d , se mit à la tête des vagabonds de l'armée a n g l a i s e , qui l'acceptèrent volontiers p o u r leur roi. Il prit l'habitude de faire faire halte à ses sujets toutes les fois q u ' o n traversait u n défilé; il les fouillait t o u s , et si l'un de ces misérables se trouvait avoir sur lui u n e pièce de monnaie, il le chassait d e sa tribu et lui ordonnait d'un ton méprisant d'acheter des armes et d'aller combattre. Parmi les Sarasins, ces h o m m e s étaient en horreur, parce q u ' o n était persuadé qu'ils se nourrissaient des corps d e leurs ennemis morts en combattant, supposition qui fut plus d ' u n e fois justifiée. Cependant ces b a n d e s étaient souvent utiles à l'armée. Les t r u a n d s portaient volontiers les bagages; ils allaient à la découverte des fourrages et de l'eau; dans les sièges ils travaillaient à la construction des machines. Par-dessus t o u t , leur v u e répan-

213

QUATRIÈME

GRANDE

CROISADE.

dait la consternation d a n s les rangs des m u s u l m a n s , qui redoutaient moins d e tomber sous les lances des chevaliers que sous les dents des Thafurs. C'est le nom qu'ils avaient chez les Anglais. Or le ménestrel qui a célébré le premier ce terrible festin de Richard Cœur de Lion a pu avoir, à côté d e ces détails, quelques renseignements que nous n e connaissons pas sur la voracité de ce p r i n c e , si violent en tous ses faits.

X X X . — QUATRIÈME GRANDE CROISADE.
L'EMPEREUR HENRI VI.

Si v o u s ne v o u s h â t e z , Seigneur, nous périssons.
TH. CORNEILLE.

Peu après tontes ses victoires en Palestine, Saladin m o u r u t à D a m a s , a u c o m m e n c e m e n t d e février de l'an 1 1 9 3 . Sa maladie n'avait d u r é que douze j o u r s . Un p e u avant sa m o r t , il avait o r d o n n é à l'officier qui portait sa bannière d'attacher à sa h a m p e le simple suaire dans lequel il devait être enseveli, et de crier dans toutes les rues de D a m a s , en le m o n t r a n t au peuple : « V o i l à ce q u e S a l a d i n , vainqueur de l'Orient, emporte de ses c o n q u ê t e s . » Quelques traits de ce g e n r e ont donné à Saladin un g r a n d relief chez les m u s u l m a n s , qui excusent volontiers les férocités. A p r è s la mort de ce c o n q u é r a n t , ses d i x - s e p t fils se p a r t a g è r e n t ses É t a t s . L'un fut sultan d ' E g y p t e ,

L'EMPEREUR HENRI VI.

219

un autre sultan d ' A l e p , un autre sultan d e D a m a s , un autre sultan du K a i r e ; les autres furent princes de Hama, princes d'Émesse, princes de Mésopotamie, princes de l ' Y é m e n , e t c . La circonstance eût été bonne pour les chrétiens de la terre s a i n t e , s'ils n'eussent pas été aussi divisés pour le moins que les successeurs de Saladin. En 1 1 9 2 , avant de quitter la terre s a i n t e , Richard Cœur de Lion avait fait élire le comte de Champagne roi de Jérusalem; c'était Henri I I , dit le J e u n e . Ayant perdu sa première f e m m e , Henri s'était croisé avec Philippe-Auguste et avait épousé en Palestine Isabelle, fille du roi A m a u r y . Mais dans ce r o y a u m e sans capitale, entouré de seigneurs d é s u n i s , il r e g r e t t a i t , comme dit M i c h a u d , son comté de Champagne et ses beaux c h â t e a u x de Troyes et de P r o v i n s . Au lieu d'employer leurs forces à faire respecter la trêve qu'ils avaient obtenue des S a r a s i n s , les princes chrétiens de la Palestine se faisaient la g u e r r e ; les templiers étaient en discorde a r m é e avec les hospitaliers. La voix d u souverain pontife, qui recommandait l'union, n ' é t a i t plus écoutée. On savait ces plaies en E u r o p e ; et les guerriers se pressaient peu d'aller au secours d ' u n pays où tout se dissolvait. Le pape Célestin III essaya de ranimer le feu sacré dans les c œ u r s des p r i n c e s . Il faisait e n t e n d r e clairement que la m o r t d e Saladin ouvrait u n champ plus facile a u x succès et qu'on pouvait r e c o n q u é r i r Jérusalem. Il comprenait qu'il fallait à la tête d e cette nouvelle croisade quelque g r a n d p r i n c e ; il e n gagea Richard Cœur de Lion et Philippe-Auguste à

220

QUATRIÈME GRANDE CROISADE.

repartir pour la terre sainte. Mais ni l'un ni l'autre de ces d e u x rivaux n'osait quitter ses É t a t s , car ils se craignaient l'un l ' a u t r e . Le p a p e , ne voyant plus de secours à espérer ailleurs q u ' e n A l l e m a g n e , s'adressa à l'empereur Henri V I , qui était excomm u n i é pour avoir r e t e n u Richard en prison. H e n r i , qui voulait conquérir la Grande-Grèce, c'est-à-dire Naples et la Sicile, vit de suite q u ' u n e croisade lui d o n n e r a i t les moyens d'accomplir ses p r o j e t s ; il charma les légats du p a p e en p r e n a n t la c r o i x . Comme on l'appelait déjà Henri le Cruel, quoiqu'il n ' e û t que vingt-sept a n s , il fit e n t e n d r e qu'il voulait expier le sang qu'il avait répandu et les iniquités de sa v i e ; il convoqua u n e g r a n d e diète à W o r m s et p r ê c h a lui-même la croisade. Tous les princes et seigneurs allemands se croisèrent à son e x e m p l e . La Belgique s'émut plus vivement encore. Henri I* , d u c de B r a b a n t , et W a l e r a m , fils du d u c de Limbourg, se croisèrent avec a r d e u r . La p l u p a r t de leurs seigneurs se m o n t r è r e n t prêts à les suivre. Tout en annonçant q u ' o n allait en Orient, l'emper e u r fit partir en avant p o u r la terre sainte le d u c de B r a b a n t , le j e u n e prince de L i m b o u r g , l'évêque de Mayence et le duc de S a x e avec leurs g u e r r i e r s . Pour l u i , à la tête de q u a r a n t e mille h o m m e s , il prit la route de l'Italie et s'avança d a n s le pays d e Naples. P e n d a n t que les croisés, e m b a r q u é s à A n v e r s , combattaient pour les intérêts c h r é t i e n s , l u i , l'odieux e m p e r e u r , dévastait les Deux-Siciles p a r le fer et par le feu. C'était en 1 1 9 4 . Il fit d é t e r r e r le corps du roi T a n c r è d e , et p a r u n e barbarie aussi atroce q u ' i n u t i l e ,
r

L'EMPEREUR HENRI VI.

221

il lui fit couper la t ê t e . Il fit crever les y e u x au j e u n e roi fils de T a n c r è d e , le mutila et l'enferma chez les Grisons dans un c a c h o t , où il m o u r u t bientôt des suites de traitements indignes. La mère et les sœurs de ce jeune prince furent envoyées en Alsace et disparurent. Les évoques et les barons qui avaient tenu leur parti périrent dans les supplices. Henri VI ne soumit Naples et la Sicile que par des b o u r r e a u x . Alors ce monstre e x c o m m u n i é , couvert du sang des chrétiens, osa se dire le premier soldat de JésusChrist. Il reprit l ' œ u v r e de la croisade, s'obligea à entretenir u n e a r m é e en Palestine p e n d a n t u n e année, promittrente onces d'or à tous les croisés qui suivraient cette expédition, envoya de tous côtés d e s lettres qui engageaient tous les b a r o n s à m a r c h e r p o u r la guerre sainte. Une troisième a r m é e se forma en Allemagne; elle fut conduite en Syrie par Conrad, chancelier de l'empire, l ' h o m m e qui l'avait aidé dans la honteuse conquête de la Sicile. L'arrivée de ces troupes nombreuses et décidées ranima l'espoir des chrétiens. Mais la situation était devenue plus difficile. Malek-Adhel, frère d e Saladin, avait profité de la désunion de ses n e v e u x p o u r s'emparer de leur h é r i t a g e et réunir sous sa main toutes les possessions d e son frère défunt. Il fallait donc lutter contre u n chef habile. Cependant l'armée du L i m b o u r g , v e n u e a v a n t les autres d a n s la P a l e s t i n e , n e voulant pas a t t e n d r e ses frères du B r a b a n t , d e la Flandre et de l'Allemagne, avait commencé avec u n e i m p r u d e n t e a r d e u r les hostilités. Elle avait été b a t t u e à Naplouse p a r Malek-

222

QUATRIÈME GRANDE CROISADE.

Adliel, qui vint ensuite assiéger Jaffa, place importante située à p e u de distance de Jérusalem. Quoique le roi Richard eût fortifié cette ville à g r a n d s frais, Malek-Adhel l'enleva a u x croisés; vingt mille chrétiens furent passés là a u fil de l'épée et la garnison anéantie. P e n d a n t que les enfants de la Croix pleuraient ce g r a n d r e v e r s , u n e partie de la flotte de Henri de B r a b a n t , commandée par Jacques d'Avesnes ( 1 ) , à qui des chroniques d o n n e n t le titre de maréchal de B r a b a n t , relâcha en P o r t u g a l , à la prière du roi Sanche I , assiégea Sylvès, que des pirates maures occupaient, détruisit cette place forte après u n siège de d e u x m o i s ; e t , se r e m e t t a n t en m e r chargée des présents du m o n a r q u e qu'elle avait d é l i v r é , cette armée a r r i v a , fière de son premier triomphe sur les infidèles, à Ptolémaïs, où les chrétiens commençaient à perdre courage. Les autres navires du Brabant ne tardèrent pas à d é b a r q u e r a u s s i , et les croisés se virent en mesure de r e p r e n d r e l'offensive. Conduits par Henri de Brabant et p a r Jacques d ' A v e s n e s , ils allèrent assiéger B e y r o u t h , ville commerçante et peuplée où tous les prisonniers chrétiens étaient enfermés.
er

:

I \ 1

M a l e k - A d h e l , instruit des dispositions des chevaliers de la Croix, vint au secours de B e y r o u t h . L'ar(1) La famille d'Avesnes a produit beaucoup de guerriers. E n 1184, on célébrait à Krac ou Karac en Syrie le mariage de la jeune Isabelle, sœur de Baudouin IV, roi de Jérusalem. Le château était tout en fête ; on ne s'occupait que de m u s i q u e et de d a n s e s , quand Saladin s'approcha d e nuit, avec un corps n o m b r e u x d e Sarasins, pour l e surprendre. Krac fut sauvé par u n guerrier n o m m é Y v e s d'Avesnes, q u i s e u l arrêta les e n n e m i s , pendant qu'on rompait derrière lui le pont qui devait livrer passage. On ne sait rien de plus sur ce brave.

L'EMPEREUR HENRI V I .

223

mée infidèle et l'armée chrétienne se rencontrèrent entre Tyr et S i d o n , dans u n e plaine que traverse le fleuve Éleuthère. Les Sarasins, étant les plus nombreux, c h e r c h è r e n t à envelopper les croisés, et commencèrent p a r leur couper le chemin de la mer où était la flotte chargée de leurs subsistances. Aussitôt la cavalerie m u s u l m a n e attaqua de tous les côtés. Les chrétiens se formèrent en bataillon carré pour faire face à tous leurs ennemis ; et de toutes parts le combat s'engagea avec valeur. Quoique les Sarasins n e pussent e n t a m e r les rangs serrés des c h r é t i e n s , ils étaient en si g r a n d n o m b r e , que pendant la p r e m i è r e moitié du j o u r la victoire parut ne pouvoir échapper à Malek-Adhel. Mais p o u r tant à la fin le courage indomptable des soldats de Jésus-Christ t r i o m p h a ; le champ de bataille était couvert de morts ; la plupart des émirs avaient succombé ; Malek-Adhel, d o n t les historiens v a n t e n t les dispositions habiles et la vaillance dans cette j o u r n é e , fut blessé et contraint de fuir avec les débris de son armée dispersée. Cette victoire rendit a u x chrétiens toutes les villes d e la Syrie. Laodicée, Giblet, Sidon, revirent les bannières de la Croix; Beyrouth se rendit avec toutes ses richesses; neuf mille prisonniers chrétiens retrouvèrent la liberté ; et le peuple de Dieu fit retentir dans tout l'Orient ses cantiques d'allégresse. Avec les forces imposantes que possédait alors la terre sainte, on eût p u assiéger Jérusalem et la reconquérir; p r e s q u e toutes les autres villes étaient r e n trées au pouvoir des chrétiens. Mais l'hiver s'approchait : on r e m i t l'expédition au p r i n t e m p s .

224

QUATRIÈME GRANDE CROISADE.

P e n d a n t ces hésitations, les Sarasins, qui n e possédaient plus q u e la forteresse de T h o r o n , bâtie sous Baudouin I I , s'y r e t r a n c h è r e n t solidement. On les assiégea enfin, a v e c peu d'ensemble. En a t t e n d a n t l'arrivée de l'empereur Henri VI, qui ne devait pas voir la terre sainte, les ducs de Saxe et de B r a b a n t possédaient alternativement le c o m m a n d e m e n t g é n é r a l . Ils n e pouvaient plus se faire obéir. Henri de B r a b a n t , p a r e x e m p l e , n'obtenait rien que des siens; aussi, quoique des t r a v a u x h a b i l e m e n t faits par des mineurs eussent détruit une partie des m u r s de T h o r o n , quoique la garnison de cette place offrît même de se r e n d r e , il y avait tant de désunion dans l'armée de la C r o i x , les uns voulant u n e prise d'assaut et n o n u n e capitulation, les autres imaginant tous les jours des conditions ou des e n t r a v e s nouvelles, q u ' a p r è s beaucoup de temps p e r d u , les c h r é tiens, a p p r e n a n t q u e Henri de Champagne s'était tué en tombant d ' u n e fenêtre, a b a n d o n n è r e n t s a n s gloire le siège de T h o r o n , et dès lors chaque capitaine ne s'occupa plus q u e de lui-même et de ses soldats. Les temps s'écoulaient, et l'empereur Henri VI, que l'on attendait, ne venait pas. De la Sicile, il s'était installé à N a p l e s , où il savait que les seigneurs lui étaient contraires. Il les dépouilla de leurs b i e n s , qu'il donna à ses Allemands. Ayant appris q u e le comte J o r d a n o , de la famille des princes n o r m a n d s de Sicile, était ou passait p o u r être le chef d'une conspiration qui voulait le faire r o i , il le fit p r e n d r e p a r ses b a n d i t s , qui l'attachèrent nu sur u n trône de fer rougi au feu, le couronnèrent d'un cercle de

L'EMPEREUR HENRI V I .

225

fer enflammé, le lui clouèrent a u front, et le firent mourir dans ce supplice épouvantable. C'était en l'an 1 1 9 6 . Mais ces atrocités eurent u n e fin. L'impératrice Constance, femme de Henri VI, était fille de Roger, p a r conséquent tante de T a n c r è d e , 'du jeune roi immolé et des princesses b a n n i e s ; elle supportait avec h o r r e u r les crimes de son m a r i . Elle voulut enfin v e n g e r sa famille. Elle se mit elle-même à la tête d ' u n e conjuration sérieuse qui devait délivrer sa patrie. Avec les g r a n d s du r o y a u m e , elle s'empara de P a l e r m e et m a r c h a à la rencontre de son mari, dont les b a n d e s allemandes furent vaincues et massacrées à leur tour. Henri renversé m o u r u t , non de poison, comme on l'a d i t , mais d'une rage r e n trée. Il n'avait q u e trente-deux a n s ( 1 1 9 7 ) . Tandis que ces grands événements se passaient en Europe, les Allemands qui se trouvaient en Palestine remportaient encore u n e victoire sur Malek-Adhel, auprès de Jaffa. A m a u r y , successeur de Lusignan dans le r o y a u m e de C h y p r e , venait d'arriver avec quelques renforts, et pour être roi de Jérusalem, il épousait Isabelle, la veuve de Henri de Champagne. A travers les joies de la victoire et les fêtes de ces noces, on apprit la mort de Henri VI. Aussitôt les princes allemands se disposèrent à r e g a g n e r l'Europe. La seule reine d e Hongrie, t e n a n t à son s e r m e n t , resta dans la terre sainte avec ses chevaliers. C'était Marguerite de F r a n c e , s œ u r de Philippe-Auguste, veuve du roi Béla III. Elle était venue avec ses guerriers à la suite des A l l e m a n d s , pour accomplir un
45

226

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

vœu de son mari. Elle mourut peu après à SaintJean d ' A c r e .

XXXI. — CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.
Que penser des Albigeois, lorsqu'on v o i t le comte de Toulouse pousser la barbarie jusqu'à faire catholique ? Histoire de l'Église gallicane, t. X, liv. XXIX. étrangler son propre frère, parce qu'il s'était reconcilié arec l'Église

Nous devons ici nous retirer p o u r quelques moments de la Palestine. D'autres ennemis de la foi font diversion d a n s cette E u r o p e , si épuisée déjà p a r la guerre sainte. Si les h o m m e s de c œ u r et les h o m m e s vaillants combattaient en Orient les ennemis de la foi, les cœurs lâches lui faisaient d a n s l'Occident u n e guerre sourde qui n'était pas moins funeste. Dès le temps de la première c r o i s a d e , des h o m m e s dissolus, voyant la plupart des seigneurs et des évêques a b s e n t s , se r é p a n d a i e n t d a n s les campagnes et d a n s les villes, et semaient d'effroyables e r r e u r s . Anvers en fut infecté p a r T a n c h e l m (1), q u e saint Norbert dévoila, p e n d a n t q u e Pierre le Vénérable combattait les err e u r s de Pierre de B r u y s , qui abattait les églises et brûlait les croix. A r n a u d de Brescia, h o m m e à peu de chose p r è s d a n s la m ê m e doctrine, fut condamné en 1139 p a r le d e u x i è m e concile de L a t r a n . L'er(1) Voyez la Légende de T a n c h e l m , dans les Légendes capitaux. des Péchés

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

227

mite ou moine H e n r i , aussi dissolu q u e T a n c h e l m , fut, pour les désordres qu'il propageait, emprisonné à Toulouse, où il mourut en 1 1 4 5 . Pierre de Valdo établissait en ce m ê m e temps sa secte des pauvres de L y o n , plus connus sous le nom de Vaudois. De toutes ces bandes insurgées se forma u n e confédération énorme qui s'épanouit effrontément dans le midi de la F r a n c e ; on les nomma les Albigeois, parce qu'ils étaient n o m b r e u x s u r t o u t dans le diocèse d'Alby. Mais ils étaient plus n o m b r e u x encore d a n s les diocèses d e T o u l o u s e , de Carcassonne et de Béziers. Ils se déchaînaient d ' u n accord unanime contre le c l e r g é , contre les cérémonies du culte catholique, contre les reliques et les images des saints, contre les indulgences. Ils précédaient en cela Luther. Ils étaient manichéens modifiés, en ce sens qu'ils reconnaissaient un Dieu s u p r ê m e . Mais ils p r é t e n daient q u e , ce Dieu ayant p r o d u i t Lucifer avec tous les Anges, celui-ci s'était révolté pour se r e n d r e i n dépendant, et q u e , chassé du ciel, il avait créé le monde visible et s'était fait l ' a u t e u r du m a l ; q u e , pour le c o m b a t t r e , Dieu avait créé Jésus-Christ, a u teur de l'ordre et de tout b i e n ; q u e , ces d e u x principes étant dans u n e g u e r r e p e r p é t u e l l e , la perfection consiste à résister a u p r e m i e r et à s'unir au second. Mais comment comprenaient-ils cette union? Ils niaient la résurrection de la c h a i r ; ils enseignaient q u e les âmes h u m a i n e s n e sont que des d é mons enfermés dans des corps comme dans u n e prison. Ils condamnaient le m a r i a g e , les sacrements,
4 5 .

22S

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

les cérémonies clu c u l t e , le sacrifice, le p u r g a t o i r e , comme suite de la création attribuée à Lucifer. Ces tristes enseignements eurent tant de succès dans le Midi, qu'on ne pouvait plus citer une ville du Languedoc et de la Provence où ils n ' e u s s e n t u n e société s e c r è t e ; et ces choses avaient lieu soixante ans a v a n t la croisade que nous allons exposer. On essaya d'abord de les r a m e n e r par la parole évangélique. Saint B e r n a r d , venu dans le L a n g u e doc p o u r a r r ê t e r le progrès de cette grande h é r é s i e , entra d a n s la capitale des Albigeois le 28 j u i n \ 1 4 7 . Une foule i m m e n s e , poussée par le désir d'entendre sa p a r o l e , encombra le lendemain la c a t h é d r a l e , à tel point qu'elle ne p u t contenir tous c e u x qui étaient v e n u s . Le saint parla au peuple avec u n e vive é l o q u e n c e ; il démasqua si clairement l'hérésie et lui opposa si dignement la sainteté et la divinité de la foi catholique, qu'il entraîna tous ses a u d i t e u r s ; on n'entendait que ce m u r m u r e : « C'est l'Esprit-Saint qui n o u s parle ! » Lorsqu'il vit ce m o u v e m e n t , il s'écria : « Puisque » vous détestez l'erreur, faites donc p é n i t e n c e , vous » tous qui étiez infectés de l'hérésie; soumettez-vous » à l'Église et levez a u Ciel la main d r o i t e , pour » m a r q u e de votre retour. » Les assistants, la main l e v é e , furent unanimes p o u r s'écrier qu'ils reconnaissaient la p a r o l e de Dieu (4). Mais ce triomphe local n'avait fait q u ' u n léger échec à l'hérésie. Pierre le Vénérable, abbé d e Cluny,
(1) M. P . Roger, La noblesse de Fra?ice aux Croisades, p. 2 8 0 .

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

229

écrivait en cette m ê m e année 1147 a u x évêques d ' E m b r u n , de Die et de Gap : « On a v u , par un » crime inouï chez les c h r é t i e n s , rebaptiser les peu« p l e s , profaner les églises, renverser les autels, » brûler les c r o i x , fouetter les p r ê t r e s , emprisonner » les moines, les contraindre à p r e n d r e des femmes » par les menaces et les t o r t u r e s . . . » Puis, s'adressant a u x hérétiques e u x - m ê m e s , il leur dit : « Après avoir fait u n g r a n d bûcher de croix en» tassées, vous y avez mis le feu; vous y avez fait >icuire de la v i a n d e , vous en avez m a n g é le v e n » dredi s a i n t , en poussant le peuple à en m a n g e r » avec v o u s . . . » Et qu'on n'accuse pas l'Église romaine de précipitation dans ses justes sévérités. P e n d a n t dix-huit ans encore elle se contenta d'envoyer des pasteurs à la recherche des brebis égarées. Enfin, en 1 1 6 5 , un concile tenu à L o m b e r s , bourg situé auprès d'Alby, c o n d a m n a formellenient l'hérésie albigeoise. Le pape Alexandre III envoya des légats à Alby. Ils trouvèrent les églises saccagées, l'évêque d'Alby emprisonné, le comte de Toulouse, R a y m o n d VI, et la plupart des seigneurs du Midi protecteurs de l'hérésie. Elle leur permettait de s'emparer des biens de l'Église et de vivre dans le scandale. Tout le M i d i , à la fin d u siècle, était infecté d'abominables doctrines q u i ramenaient l'humanité à l'.état s a u v a g e ; et les princes temporels laissaient aller. Us ne s'émurent q u e devant les pillages p a r tout répétés, p a r des h o m m e s qui v o u l a i e n t , ce que nous avons vu de nos j o u r s , le socialisme, c'est-

230

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

à-dire tout en c o m m u n et les meilleures p a r t s au plus habile ou au plus fort. Innocent III, élevé au saint-siége en 1 1 9 8 , c o m prit q u ' u n e dissolution effroyable menaçait l'Europe c h r é t i e n n e ; la plaie du midi d e la France avait e n vahi l ' E s p a g n e , le P o r t u g a l , l'Italie, la Suisse et les Pays-Bas. Il envoya aussitôt des commissaires a p o stoliques, investis de tous les pouvoirs spirituels. C'étaient là les avant-coureurs pacifiques d ' u n e véritable croisade, si les démolisseurs des églises, les assommeurs de p r ê t r e s , les pillards incendiaires n e se soumettaient p a s . Saint Dominique, l'un des envoyés du p a p e , combattait l'hérésie partout a v e c u n e éloquence entraîn a n t e , que secondaient u n e vie s a i n t e , u n e angélique m a n s u é t u d e et des miracles incontestés p a r ses ennemis m ê m e s . Mais il était d é b o r d é , et ne pouvait se faire e n t e n d r e partout. Pierre de Castelnau, envoyé comme l u i , n e p o u v a n t r a m e n e r à la foi le comte de Toulouse, q u i était l'appui des rebelles, l'excommunia. Quelques jours a p r è s , le 15 j a n v i e r 1 2 0 8 , il fut assassiné p a r d e u x inconnus à qui il dit en e x p i r a n t : — Que Dieu vous p a r d o n n e comme j e vous p a r d o n n e ; ce qu'il répéta plusieurs fois. C'est alors que le pape Innocent III publia la crois a d e contre les Albigeois. Il exhortait Philippe-Auguste à s'armer p o u r l'Église. Philippe rassembla ses g u e r r i e r s ; il e n donna le c o m m a n d e m e n t à son fils Louis, a p p e l é a u s s i , mais à plus juste titre, Cœur de Lion, à cause d e sa

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

231

valeur et de sa foi i n é b r a n l a b l e , époux de Blanche de Castille et père de saint Louis. Un g r a n d nombre de seigneurs, p r e s q u e tous c e u x qui n'avaient pu prendre part à la cinquième croisade g é n é r a l e , qui nous occupera un peu plus loin, se croisèrent a u s sitôt. Nous n e n o m m e r o n s , parmi les chefs qui marchèrent contre les Albigeois, que les plus éminents : Eudes III, duc de B o u r g o g n e ; Robert, comte d'Alençon; E n g u e r r a n d de Boves; le duc de Bretagne; Gui, comte d ' A u v e r g n e ; le comte de Châlons-surSaône; le comte de P o i t i e r s ; Simon de Montfort; le comte d ' A u x e r r e ; E n g u e r r a n d de Coucy; Gui de Lévis; Bouchard de M o n t m o r e n c y ; le comte de F o rez; le vicomte de M e l u n ; le vicomte de Châteaudun; le vicomte de L a u t r e c ; Matthieu cle Montmor e n c y , le comte de N e v e r s ; le sire de Dunois; le seigneur de Croy; le comte de B a r ; Guillaume, comte de P o n t h i e u ; le sire de Navailles; Roger de Montaut; A r n a u d de Comminges; Hugues de Ravignan; le comte de Saint-Pol; le vicomte d e T u r e n n e ; Raymond de Balaruc, et u n e foule d ' a u t r e s , à la tête de leurs v a s s a u x . Se croisèrent aussi : les archevêques d ' A u c h , de Bordeaux, de B o u r g e s , de N a r b o n n e , de R e i m s , de Rouen et de S e n s , et les évêques d ' A g d e , d ' A g e n , d'Alby, d ' A r r a s , d ' A u t u n , d ' A u x e r r e , de Bazas, de Beauvais, de Béziers, de Cahors, de Carcassonne, de Chartres, de Clermont, de Comminges, de Langres, d e L a o n , de L i m o g e s , de L o d è v e , d e N î m e s , de Noyon, d'Orléans, de Paris, du Puy, de R i e u x ,

232

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

de Rodez, de Saintes, de Senlis, de T o u l , d e Toulouse, de Tournay et d'Uzès. Les intérêts de la foi animaient les c œ u r s fidèles. Les domaines de R a y m o n d , mis en i n t e r d i t , excitaient les ambitieux. On remarquait parmi les chevaliers croisés un h o m m e qui devait les conduire. C'était Simon de Montfort. Il revenait de la Palestine, où il avait fait vaillamment la guerre sainte. 11 avait porté j u s q u ' a lors la croix sur l ' é p a u l e , comme tous les chevaliers voués à la défense du. saint Sépulcre; il la portera désormais sur la p o i t r i n e , ainsi que le prescrivait la présente croisade. L'armée catholique avait fait ses premiers débuts sous le c o m m a n d e m e n t d ' A r n a u d , abbé de Cîteaux et légat du p a p e . Les intérêts de l'Église a y a n t seuls déterminé cette g u e r r e , les seigneurs laïques marchaient volontiers sous les ordres d'un ecclésiastique. Leur premier exploit avait été la prise de Béziers, le réceptacle principal des Albigeois.. Cette place avait été enlevée d'assaut et livrée a u x flammes après un carnage horrible. Des historiens ont dit que soixante mille habitants avaient péri dans ce massacre. Mais jamais Béziers n ' a pu posséder la moitié de ce chiffre ('1).
(1) Les historiens hostiles à l'Église ont répété cette autre assertion q u e , dans le sac de Béziers, l e s croisés ne sachant comment distinguer les catholiques de ceux qui ne l'étaient p a s , le légat du pape leur aurait dit : Tuez-les tous; Dieu connaîtra noblesse ceux qui sont à lui. aux M. P . Roger, a voulu dans son livre de La de France Croisades,

rechercher sur quelle autorité s'appuyait ce récit. « Aucun historien de la croisade n'a rapporté ces paroles. Nous citerons Guillaume de P u y -

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

233

Après la chute de Béziers, Carcassonne se r e n d i t ; le vicomte de Béziers, Raymond-Roger, excommunié comme le comte de Toulouse, fut pris et jeté en prison, et ses domaines donnés à Simon d e Montfort, devenu le chef de la croisade. La prise de Carcassonne fit trembler tous les Albigeois. Le n o m b r e des croisés augmentait en raison de ces premiers succès. Montfort entreprit le siège de L a v a u r , où des masses d'hérétiques s'étaient réfugiés; on a r e m a r q u é que dans ce siège, comme dans d'autres r e n c o n t r e s , les croisés priaient et chantaient des hymnes en combattant. Mais lorsqu'ils étaient vainqueurs, ils devenaient d'autant plus furieux qu'ils avaient subi u n e plus longue résistance : c'est ce qui arriva à L a v a u r . Cette place fut emportée le 3 mai 1 2 1 1 , et presque toute la population fut maslaurens, Pierre de Vaux-Cernay s u r t o u t , dont le fanatique enthousiasme ne se fût pas trouvé embarrassé de ce p r o p o s , quelque cruel qu'il soit. Les Gestes glorieux Barbets, publiée en des Français, traduits et publiés par M. Guizot, dee Albigeois et des Yaudois ou n'en font pas mention. L'Histoire s'applique aussi à VHistoire et à la Guerre des Albigeois,

1 6 4 1 , garde le m ê m e silence. Cette remarque de la guerre des Albigeois, générale en langue r o du Languedoc, de l'histoire

mane, imprimée dans les Preuves

écrite en vers provençaux et que M. Fauriel

a publiée. Par quelle singulière préoccupation l'auteur de ce dernier ouvrage aurait-il pu omettre u n e circonstance aussi remarquable et qui servait si bien son d e s s e i n , puisqu'il s'était particulièrement proposé de dépeindre dans son récit les excès des croisés et les rigueurs de l'Église ?» (La noblesse de France aux Croisades, p. 284.) Eh bien ! ces paroles impitoyables, que M. Villemain appelait un jour « une horrible impiété du fanatisme » , ne se sont trouvées que dans les récits extraordinaires d'un Allemand, Césaire d'Heisterbach, mort en 1240, moine trop pieux et trop doucement bon pour les avoir seulement transcrites ; et on peut reconnaître, si on le Ut, qu'elles ont été intercalées, par un ennemi de l'Église, lorsqu'on a imprimé ses récits en Allemagne.

234

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

sacrée. Montfort trouva là de grandes richesses; il les a b a n d o n n a à u n m a r c h a n d de C a h o r s , n o m m é Raymond de S a l v a g n a c , qui lui avait fourni de fortes sommes p o u r cette g u e r r e . Poursuivant ses succès, Montfort s'empara ensuite d e toutes les places fortifiées du pays T o u l o u s a i n , de l'Agenais et du diocèse de Comminges. Mais on n ' e n avait pas fini avec Raymond de Toulouse : le pape lui avait permis de se justifier dans u n concile, qui se r é u n i t pour cela en 1 2 1 3 . Son obstination ayant r e n d u tout a c c o m m o d e m e n t impossible, on d u t tenter le sort des a r m e s . L'armée de R a y m o n d , secondée p a r celle de Pierre, roi d'Aragon, son ami d é v o u é , et p a r les troupes du comte d e Foix et du comte de Comminges, alla investir Muret. Simon de Montfort se porta aussitôt contre les assaillants, u n e bataille se livra; Pierre d'Aragon y fut t u é , et l'armée de la croisade victorieuse. Raymond de Toulouse s ' é c h a p p a ; il disparut de la contrée : il se rendait secrètement à R o m e , où il voulait faire sa p a i x avec le chef de l'Église. Le légat du saint-siége, n e sachant ce qu'il était d e v e n u , donna les domaines d u fugitif à Simon de Montfort; mais sur l'avis du p a p e Innocent I I I , le concile de Lat r a n (1 ) restreignit ce don au seul domaine d e Toul o u s e , et encore n'était-il que provisoire; car si R a y m o n d d e m e u r a i t , m a l g r é ses protestations h y p o c r i t e s , dans l'hérésie albigeoise, le p a p e voulait q u e son fils, qui était tout j e u n e et dont les disposi(1) Douzième œcuménique. Année 1215.

CROISADE CONTRE LES ALBIGEOIS.

235

tions semblaient promettre un fidèle chrétien , h é r i tât des domaines paternels. Mais le concile avait m a r q u é en m ê m e temps la fin de la croisade ; Montfort se trouva désormais moins bien servi. Il n e p u t p r e n d r e T o u l o u s e , malgré un long siège qui d u r a j u s q u ' e n 4 2 1 8 . Le 25 juin de cette a n n é e , le comte de Montfort, suivant sa c o u t u m e , assistait à la messe. On vint lui dire en toute hâte que les assiégés faisaient u n e sortie avec de grandes forces et que son a r m é e chancelait. — Je ne sortirai p o u r t a n t p a s , r é p o n d i t - i l , que j e n'aie vu le corps de mon Sauveur. E t aussitôt que le prêtre eut fait l'élévation, il se leva en disant : — Allons à la mort pour Celui qui est mort pour n o u s . Il se précipita dans la mêlée, et il combattait vaillamment à la tête de ses soldats, lorsqu'un fragment de roc, lancé p a r u n e m a c h i n e , l'atteignit; il expira aussitôt. Ainsi périt S i m o n , comte de Montfort, le guerrier le plus accompli de cette é p o q u e , et l ' h o m m e historique le plus diversement j u g é , parce q u e les catholiques accueillent avec u n e naïveté souvent imprudente les calomnies qui se p r é s e n t e n t h a r d i m e n t contre e u x et les leurs. « On ne pouvait voir, dit le père Lacordaire ( 1 ) , un plus hardi c a p i t a i n e , ni un plus religieux chevalier q u e le comte de Montfort; et s'il eût joint a u x qualités éminentes qui resplendissaient dans sa personne u n meilleur fonds d e désintéressement et de d o u c e u r , nul des croisés d'Orient
(1) Vie de saint Dominique.

236

CINQUIÈME GRANDE CROISADE.

(si ce n'est Godefroid de Bouillon) n ' a u r a i t surpassé sa gloire... » Peu a p r è s , toutes les villes du Midi égaré se soum i r e n t , mais comme se soumettent les v a i n c u s , en maudissant leurs vainqueurs. Les âmes infectées de l'hérésie conservèrent leur poison et crurent trouver u n e r e v a n c h e de leur défaite en noircissant en toute occasion les faits et les héros de cette croisade. Plus tard, les descendants des Albigeois qui n'étaient pas rentrés sincèrement dans l'Église s'attelèrent aux hérésies calvinistes, ou se maintinrent sans bruit dans quelques centres, comme les Vaudois du Piémont.

XXXII. — CINQUIÈME GRANDE CROISADE.
BAUDOUIN DE FLANDRE.

Et comment les Grecs auraient-ils p u résister à des h o m m e s qui paraissaient c o m m e des anges exterminateurs, c o m m e d e s statues d e bronze, et dont la seule présence répandait la terreur et la mort? NICÉTAS.

E n m ê m e temps que la guerre aux Albigeois, on prêchait toujours ce qui s'appelait spécialement la guerre sainte. Il y avait à Neuilly-sur-Marne, a u p r è s de Paris, u n curé n o m m é F o u l q u e s , qui s'était pris d'un vif intérêt religieux p o u r les chrétiens de la Palestine. Il était simple, mais é l o q u e n t , et on le compare dans quelques récits à Pierre l'Ermite. Le pape Innocent III, à la fin de 1 1 9 8 , lui confia la mission de p r ê c h e r la cinquième croisade générale. 11 se mit à parcourir

BAUDOUIN DE FLANDRE.

237

l'Europe, suscitant partout l'enthousiasme et faisant des prodiges p a r la puissance d e sa parole. Thibaut IV, comte de Champagne, dont le frère avait été roi de J é r u s a l e m , se croisa avec tous ses chevaliers. D'autres princes suivirent cet exemple. Le comte de F l a n d r e et de H a i n a u t , Baudouin I X , prit la croix aussi avec solennité d a n s l'église de Saint-Donat de Bruges. Ses d e u x frères Henri et Eustache se revêtirent du m ê m e signe, ainsi q u e Conon de Béthune, Jean de Neelle, châtelain de Bruges, Raoul de T o u r n a i , Hugues de Lille, Miles de Brabant, et un g r a n d n o m b r e d ' a u t r e s ( I ) . La plupart des barons et des chevaliers, tous c e u x qui n'étaient pas engagés d a n s la lutte d e l'Albigeois, firent serment de partir aussi pour la sainte g u e r r e . Baudouin IX pouvait a t t e n d r e de brillantes destinées; parent ou allié des plus puissants princes de l'Europe, descendant de Charlemagne p a r les femmes, législateur habile et g é n é r e u x , instruit, éclairé, aimant l'étude et les s a v a n t s , écrivant avec grâce et parlant
(1) Basse et Roger d e Gavre, Baudouin de Mérode, Thierry de D i x mude, Renaud de Boulogne, Bertrand de Bourbourg, Liéyin d'Axelle, Thierry de Termonde. Parmi les chevaliers français, on remarquait aussi Geoffroy de Ville-Hardouin, Guy TV de Senlis, Pierre d'Amiens, Jean de Brienne, Pierre de Courtenay, Guillaume de Dampierre, Simon de Joinville, Renaud de Montmirail, Macairede Sainte-Menehould, Renaud d'Aix, Humbert d e Beaujeu, Clérambauld d e Bérulle, le seigneur d e Provins," Hardouin de Maillé, Guillaume d'Arles, Hugues de Grasse, Guignes DU, comte de Forez, Yvain de Trélon, Milon de Verneuil, Etienne, comte d u Perche, Jean de N o y o n , Gervais de Péronne, Gautier de Nemours, Hugues de Lusignan, Y v e s de Laval, Guy de Baugé, Olivier de Clisson, Archambaud de Murât, Guillaume de Nédonchel, Bernard de Morœil, Pierre de Nesle, Olivier de Rochefort, Hugues de Saint-Denis, Jean d e Custine, Philippe de Caulaincourt, Guillaume de Saint-Orner, etc., e t c . , etc.

23S

CINQUIÈME GRANDE CROISADE.

avec éloquence, bien fait et b r a v e , r é v é r a n t la justice et la vérité, cher a u x soldats dont il partageait toutes les fatigues, protecteur du faible, champion de la v e r t u , de la religion e t . d e l'honneur, jeune et déjà couvert de gloire, Baudouin IX apparaît comme le chevalier le pdus brillant et le plus accompli de cette expédition. On le voit, dans les désordres de la conq u ê t e , mériter l'estime des Grecs m ê m e s , qui détestaient et méprisaient tout ce qui venait de l'Occident Avant de partir p o u r le saint v o y a g e , il avait donné à ses peuples des lois sages et g é n é r e u s e s , connues sous le n o m de Charte de l'an 1 2 0 0 . Lorsqu'il avait pris la croix, tous ses chevaliers s'étaient levés pour le s u i v r e ; et sa f e m m e , Marie de C h a m p a g n e , quoique dans la fleur de la j e u n e s s e , s'était croisée elle-même, pour ne pas quitter malgré les longs périls u n époux qu'elle chérissait. Dès le c o m m e n c e m e n t de cette entreprise à laquelle Baudouin IX prenait p a r t , on reconnut la main d'un h o m m e fait pour c o m m a n d e r . De concert avec le comte de C h a m p a g n e , son b e a u - f r è r e , il envoya à Venise six députés chargés de conclure avec cette république un traité qu'il jugeait nécessaire. Il savait tous les d a n g e r s du grand voyage que les chrétiens venaient de r é s o u d r e . Il voulait assurer u n e flotte et des provisions à l'armée c h r é t i e n n e . Henri Dandolo était alors doge de Venise. Après qu'il eut consulté le peuple de sa république c o m m e r ç a n t e , il promit, comme on le d e m a n d a i t , des navires pour le transport de q u a t r e mille cinq cents c h e v a l i e r s , de neuf mille écuyers et d e vingt mille h o m m e s d'infanterie,

BAUDOUIN D E FLANDRE.

239

moyennant u n e somme de quatre-vingt-cinq mille marcs d'argent, que les croisés s'obligeraient à payer. Il ajouta q u e , son pays ne voulant pas rester étranger à la noble entreprise des chevaliers de la Belgique et de la F r a n c e , il armerait pour le compte de la république une flotte de cinquante g a l è r e s , qu'il voulait commander lui-même, quoiqu'il e û t quatre-vingt-dix ans. Le traité se conclut le 4 avril de l'an 1201. Quand il fallut partir, le comte de Champagne, désigné comme chef de l ' a r m é e , m o u r u t presque subitement. Les chevaliers élurent pour le remplacer Boniface, marquis de Montferrat, qui déjà plusieurs fois avait c o m b a t t u les infidèles. Les croisés se d o n nèrent rendez-vous à Venise. Mais la plupart d'entre eux, trouvant le marché fait avec les Vénitiens trop onéreux, m a n q u è r e n t à la promesse qu'ils avaient jurée et s'embarquèrent dans d'autres ports. Jean d e Neelle, qui devait conduire la comtesse de Flandre à Venise, prit lui-même la r o u t e de la Palestine. Baudouin avait laissé le g o u v e r n e m e n t de la Flandre et du H a i n a u t , et la tutelle de ses d e u x filles Jeanne et Marguerite, à son frère Philippe le N o b l e , déjà comte de N a m u r . Lorsqu'il arriva à Venise, accompagné de ses a m i s , de ses v a s s a u x et d'environ dix mille soldats, il se vit dans u n g r a n d e m b a r r a s , car il ne pouvait payer la somme promise au n o m d e tous. Les plus riches et c e u x à qui on avait confié des t r é sors étaient allés p a r u n a u t r e c h e m i n . B a u d o u i n , après avoir donné tout son a r g e n t , vendit son argenterie, ses b i j o u x , ses meubles p r é c i e u x , n e gardant que ses c h e v a u x et ses a r m e s . Les a u t r e s chefs qui

240

CINQUIÈME GRANDE CROISADE.

l'accompagnaient l'imitèrent; et pourtant ils n e p u rent même p a y e r entièrement la moitié d e la somme convenue. Les Vénitiens, qui étaient des mafchands, offrirent.de leur accorder t e r m e , s'ils voulaient les aider à r e p r e n d r e Zara dans la Dalmalie, qui s'était soustraite à la dépendance de leur r é p u b l i q u e , pour se placer sous le patronage du roi de Hongrie. Les croisés acceptèrent avec joie u n e proposition qui leur offrait aussi de la gloire à recueillir. Dandolo prit la croix, s ' e m b a r q u a avec e u x ; et la flotte, montée par des Belges, des Français et des Vénitiens, allait déployer ses voiles, lorsqu'un incident n o u v e a u vint , compliquer les t r a v a u x des croisés. Isaac l ' A n g e , e m p e r e u r de Constantinople, avait u n frère n o m m é Alexis, qui était tombé entre les mains des T u r c s . Il l'avait délivré p a r d e g r a n d s sacrifices. Mais Alexis n ' é t a i t pas plutôt rentré dans Constantinople, qu'il avait ambitionné l ' e m p i r e ; et pour toute reconnaissance de la liberté que lui avait r e n d u e son frère, il l'avait d é t r ô n é , lui avait crevé les y e u x , et s'était assis sur son t r ô n e , où il siégeait d e puis 14 9 5 , sous le nom d'Alexis III. Isaac l'Ange gémissait d a n s u n e étroite prison; mais il avait un fils, n o m m é A l e x i s , comme son o n c l e , et q u ' o n distingue p a r le s u r n o m d'Alexis le J e u n e . Ce p r i n c e , s'étant échappé, cherchait p a r t o u t des secours contre l'usurpateur. Il arriva à Venise en'4 2 0 2 , a u m o m e n t où les croisés levaient leurs ancres p o u r l'expédition d e Zara. Son récit les é m u t d'une compassion génér e u s e ; et l'intérêt qu'il inspira mit u n instant le trouble dans l'armée. Les uns voulaient aller sur-le-champ

BAUDOUIN D E FLANDRE.

24L

le venger; d'autres rappelaient q u e leurs serments les obligeaient à m a r c h e r sans s ' a r r ê t e r vers Jérusalem ; les Vénitiens tenaient à la reprise de Zara. Comme on avait besoin d ' e u x et q u e d'ailleurs tout était préparé pour ce court v o y a g e , on résolut de commencer parla les exploits g u e r r i e r s , tout en p r o m e t t a n t au jeune Alexis des secours prochains. La flotte arriva d e v a n t Z a r a le 1 0 n o v e m b r e 1 2 0 2 ; après cinq j o u r s de s i è g e , cette ville fut prise et pillée. Les chefs de la croisade avaient reçu u n e lettre du pape Innocent III; comme ils présumaient bien qu'elle leur défendait d'oublier le b u t d e leur p è l e r i n a g e , ils ne l 'ouvrirent q u ' a p r è s la c o n q u ê t e de Z a r a . Cette lettre en effet les exhortait à p a r t i r pour la terre sainte, « sans r e g a r d e r à droite ni à g a u c h e ». Néan-r moins le j e u n e Alexis leur p r o m e t t a i t , s'ils consentaient à venir rétablir son p è r e sur le trône d e Constantinople, d ' e n t r e t e n i r p e n d a n t u n a n leur flotte e t leur a r m é e , de leur p a y e r d e u x cent mille marcs d'argent, de les a c c o m p a g n e r avec d i x mille h o m m e s à la guerre s a i n t e , et de faire cesser le schisme qui séparait l 'Église grecque d e l'Église r o m a i n e . Il jurait ces serments sur les É v a n g i l e s . Les croisés, voyant là leur intérêt a v e c l 'intérêt d e la religion, se décidèrent à tenir ce qu'ils avaient fait espérer au j e u n e Alexis. Les Vénitiens devaient avoir la moitié des sommes promises; de p l u s ils r e c e v a i e n t , d i t - o n , de MalekAdhel, de g r a n d e s sommes d ' a r g e n t p o u r détourner les croisés du chemin d e la Palestine. Il fut a r r ê t é p r e s q u e u n a n i m e m e n t q u ' o n irait se4 6

242

CINQUIÈME GRANDE CROISADE.

courir ïsaac l ' A u g e ; et les croisés, oubliant u n peu leurs frères de la t e r r e sainte, devant u n e guerre brillante, c r u r e n t ne se laisser aller q u ' à la générosité. La flotte faisait voile vers Constantinople. Elle rencontra en pleine mer d e u x vaisseaux flamands qui r a m e n a i e n t des pèlerins de la Palestine. Un de ces p è l e r i n s , dont on n ' a pas conservé le n o m , « voyant ses compatriotes allant en g u e r r e , n e put les laisser passer sans les suivre ». Villehardouin, l'un des chefs de cette croisade dont il a écrit la relation, raconte que ce soldat se laissa couler p a r u n e corde du vaisseau où il était dans u n esquif et dit a u x siens : « Je vous a b a n d o n n e tout ce q u i est à moi l à - d e d a n s , et j e m ' e n vais avec ceux-là qui m e semblent gens à faire de b o n n e s conquêtes. » On le reçut comme un brave. On n e parlait q u e de Constantinople. Bientôt on déb a r q u a ; et le 2 3 juin de l'an 4 2 0 3 , laville des Constantins se développa a u x r e g a r d s des croisés, avec son aspect magnifique. Sa double enceinte de murailles, qui entouraient un circuit de sept lieues, la multitude pompeuse d e ses m o n u m e n t s , en faisaient alors la plus somptueuse ville du m o n d e . Mouillée par la mer au n o r d , au m i d i , à l'orient, elle était encore protégée à l'occident p a r u n fossé large et r a p i d e . On comptait dans_son enceinte cinq cents.églises et des palais sans n o m b r e . Plusieurs historiens disent qu'elle renfermait u n million d ' h a b i t a n t s , d o n t d e u x cent mille en état de p o r t e r i e s a r m e s ; et vingt-cinq mille hommes venaient l'assiéger.

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

243

X X X I I I . — LES LATINS A CONSTANTINOPLE.
La victoire ne dépend pas de la grandeur des armées. Machabées, liv. I, c h . m , v. 19.

Dandolo, Baudouin I X , le marquis de Montferrat, le comte de Blois, ces q u a t r e principaux chefs de l'armée, firent déployer tous leurs é t e n d a r d s , r a n gèrent leurs guerriers en a r m e s sur leurs n a v i r e s , traversèrent la Propontide ou mer de M a r m a r a , p a s sant en v u e de Constantinople, dont les r e m p a r t s étaient couverts d'une foule i m m e n s e , et s'arrêtèrent à Chalcédoine, qui était en face de la ville impériale, de l'autre côté du Bosphore. Ils pillèrent cette ville aujourd'hui d é c h u e , et s'établirent dans les jardins de l'empereur. Alexis l ' A n g e , le lâche u s u r p a t e u r , commença dès lors à s'effrayer. Il envoya a u x princes de la croisade u n a m b a s s a d e u r pour les engager p a r des exhortations et p a r des menaces à n e pas a t t a quer Constantinople. Cono.n de B é t h u n e , chargé de répondre a u nom des chefs de l ' a r m é e , dit à l'envoyé d'Alexis III : — Allez dire à votre m a î t r e que la terre où nous sommes, que la ville où il siège ne lui appartiennent pas. C'est l'héritage du prince que vous voyez assis au milieu de n o u s . (Il désignait le fils d'Isaac). S'il veut la p a i x , poursuivit Conon, qu'il descende du trône qu'il a u s u r p é . A u t r e m e n t nous méprisons ses
16.

244

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

menaces c o m m e ses promesses; et nous n ' a v o n s pas le temps d'écouter ses a m b a s s a d e u r s ( I ) . Après ce discours d ' u n e précision éloquente (2) , les chefs des croisés voulant j u g e r si le peuple de Constantinople se déciderait pour le j e u n e A l e x i s , car les tyrannies de l ' u s u r p a t e u r et les insolences de ses courtisans l'avaient, d i s a i t - o n , r e n d u o d i e u x , une galère a r m é e s'avança sous les m u r s de Constantinople. Le j e u n e prince la montait ; l é doge de V e nise, le t e n a n t p a r l a main, le montrait a u x Grecs en leur criant : — Voilà votre souverain. La multitude resta m u e t t e d ' a b o r d ; puis, saisie d ' u n e sorte de fureur, elle c o u r u t piller les maisons des E u r o p é e n s établis d a n s Constantinople. Les croisés virent bien qu'ils ne devaient compter q u e sur leurs lances. Alexis III de son côté courait a u x a r m e s . Il fit sortir un corps n o m b r e u x de t r o u p e s . Q u a t r e - v i n g t s chevaliers suffirent pour disperser ces hommes d é g é n é r é s , qui fuyaient c o m m e des cerfs, disent les historiens m ê m e s de l'empire. Tous les chefs croisés m o n t è r e n t à cheval p o u r t e nir conseil; ils décidèrent q u ' o n irait camper sur-lechamp a u p i e d des m u r s de Constantinople. Toute l'armée se confessa, prit ses a r m e s ; les trompettes sonnèrent le d é p a r t , et la flotte traversa le Bosp h o r e . Cent mille h o m m e s , commandés par Alexis l'Auge en p e r s o n n e , p a r u r e n t bientôt sur la rive o p p o s é e , disposés à repousser les croisés. Mais, en
(1) Villehardouin, liv. III. (2) Facundus inpaucis, dit le père d'Outreman en parlant de Conon de Béthune. Constantinopolis belgica, l i b . I I .

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

245

approchant de la t e r r e , les chevaliers, se j e t a n t dans la mer tout a r m é s , courent a u r i v a g e , suivis de tous leurs soldats; ils gagnent le b o r d sans obstacle et n e trouvent plus u n seul e n n e m i . Toute l'armée de l'usurpateur s'était p o u r ainsi dire évanouie ; le camp impérial, devenu un d é s e r t , fut la proie des croisés. Le lendemain ils a t t a q u è r e n t le fort de Galata, qui dominait le port de Constantinople. Les Grecs qui défendaient cette place firent u n e s o r t i e , et enfin u n e première affaire s'engagea. Le bouillant Jacques d'Avesnes , qui s'était trop a v a n c é , fut blessé si grièvement qu'il fallut l'emporter du champ de bataille. A ce spectacle, les F l a m a n d s , poussant des cris de fureur, s'élancèrent sur l'ennemi avec u n e telle violence qu'ils le dispersèrent au premier choc. Une partie des Grecs, cherchant u n refuge d a n s les n a vires du p o r t , périt sous les flots; les autres s'enfuirent dans la citadelle; les Flamands y e n t r è r e n t avec eux, s'en rendirent maîtres et y plantèrent leur étendard. A cette v u e , la flotte vénitienne s'élança, redoublant de confiance. Il fallait entrer dans le port de Constantinople, fermé p a r u n e chaîne é n o r m e que jamais on n'avait pu r o m p r e . Dandolo avait a r m é la proue de son plus g r a n d vaisseau d ' u n e immense paire de ciseaux d'acier q u i , s'ouvrant et se refermant au m o y e n d ' u n e m a c h i n e , coupa la chaîne : toute la flotte des croisés e n t r a dans le p o r t et s'em- . para des navires grecs. Constantinople frémit en voyant ce qu'elle devait a t t e n d r e de ces hommes qu'elle appelait les b a r b a r e s .

,

246

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

L'armée aussitôt, maîtresse de Galata, résolut d'aller à l'instant assiéger la ville p a r t e r r e . Baudouin IX c o m m a n d a i t l'avant-garde, composée surtout d'arbalétriers et d ' a r c h e r s ; un autre corps m a r chait sous les o r d r e s de Henri de H a i n a u t , frère de Baudouin. A v a n t de battre les murailles, le comte de F l a n d r e , s'avançant au pied des t o u r s , crut devoir u n e dernière fois proposer la paix. Il tenait à la m a i n le j e u n e A l e x i s , qu'il montrait a u x Grecs. — Il est encore t e m p s , leur dit-il, d'éviter les désastres de la guerre. P o u r toute réponse on lança a u x croisés d e s javelots et des p i e r r e s , et les Grecs firent u n e sortie. Mais ils ne p u r e n t entamer la petite a r m é e des croisés. Cependant les c a m p a g n e s étaient couvertes de tant de soldats e n n e m i s , q u e les assiégeants se trouvaient assiégés e u x - m ê m e s . Ces situations se renouvelaient tous les j o u r s , et les croisés, quoiqu'ils n ' e u s s e n t des vivres que p o u r trois s e m a i n e s , ne s'effrayèrent p a s . Armés le j o u r et la n u i t , sous la multitude d e traits dont on les accablait, ils persévéraient à combler les fossés de la ville. Bientôt leurs béliers et leurs catapultes frappèrent les m u r a i l l e s , sans se troubler de l'ennemi qui sur les flancs et par derrière les attaquait de toutes p a r t s , sans reculer d e v a n t les p r o jectiles sans n o m b r e q u e les r e m p a r t s vomissaient sur e u x . Baudouin avait fait construire des tours d e bois et d e u x cent cinquante g r a n d e s machines de g u e r r e qui lançaient des quartiers de roc si é n o r m e s q u e des

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

247

maisons entières en étaient r e n v e r s é e s ; quoiqu'il n'eût q u ' u n e poignée d ' h o m m e s , il assiégeait les murailles dans u n e é t e n d u e de près de trois lieues. C'était lui qui c o m m a n d a i t et dirigeait toute l'attaque. Après dix j o u r s d e t r a v a u x i n o u ï s , décidé à u n assaut g é n é r a l , le 17 juillet d e l'an 1 2 0 3 , il montra à ses chevaliers les r e m p a r t s de Constantinople, en leur disant : — Voilà le chemin de la gloire! Alors toutes les machines s'ébranlèrent en m ê m e temps. Une tour s'étant é c r o u l é e , on planta les échelles; et cent braves m o n t è r e n t sans r e g a r d e r d e v a n t e u x . Mais le feu grégeois ( 1 ) , les poutres et les pierres qu'on leur l a n ç a i t , semèrent la mort d a n s leurs rangs. Quinze seulement p a r v i n r e n t a u h a u t de la tour; ils furent écrasés par le n o m b r e ; treize succombèrent en c o m b a t t a n t ; les d e u x a u t r e s , blessés, furent faits prisonniers. Sur tous les points de l ' a t t a q u e , l'armée de Baudouin faisait des prodiges de valeur. Du côté de la mer, les Vénitiens a t t a q u a i e n t en m ê m e t e m p s . Dandolo avait fait élever sur ses plus gros vaisseaux des tours plus h a u t e s q u e les murailles de la ville assiégée. Des ponts-levis dressés sur ces tours devaient s'abattre sur les r e m p a r t s . Dès que le doge de V e nise apprit que Baudouin avançait, il ordonna a u x siens de le m e t t r e à t e r r e ; u n e partie d e son a r m é e le suit; mille échelles sont plantées contre les m u r s ;
(1) On a beaucoup parlé du feu grégeois, que l'on connaît peu. Yillehardouin, historien de cette guerre à laquelle il prit p a r t , ne parle du feu grégeois que c o m m e d'un feu ordinaire, alimenté de matières b i t u mineuses. Les prodiges du feu grégeois seraient-ils des fables?

248

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

la flotte se déploie en u n e seule ligne c o m m e u n r e m p a r t a n i m é ; tous les ponts-levis s ' a b a t t e n t ; les croisés s'élancent; sur le h a u t des t o u r s , a u p i e d des m u r a i l l e s , d u côté d e la mer dans toute la longueur du port i m m e n s e , du côté de la t e r r e , d a n s u n e é t e n d u e de trois lieues, c'était de toutes p a r t s un combat a c h a r n é . Les hommes de fer (c'est le nom q u e les Grecs donnaient a u x croisés) l ' e m p o r t è r e n t ; l ' é t e n d a r d de Baudouin IX flotta sur u n e t o u r ; déjà la b a n n i è r e de Saint-Marc plantée par les Vénitiens se balançait sur u n e a u t r e . Tout à coup la ville est prise. La flamme dévore le vaste amas de maisons qui a voisine la m e r ; elle fait fuir les v a i n c u s ; elle trace un chemin a u x v a i n q u e u r s . Alexis l ' A n g e , é p o u v a n t é , sort à la tête de soixante bataillons p o u r a t t a q u e r l'armée d e t e r r e , dont le plus petit n o m b r e seulement avait p é n é t r é dans la ville. Dandolo en est i n s t r u i t ; il vole au secours de ses alliés et voit les Grecs déjà mis en fuite. La ville impériale appartient a u x croisés; c'était le 18 juillet. Le pillage c o m m e n c e , p o u r n e s ' a r r ê t e r que le j o u r suivant, à la voix de Baudouin. L'usurp a t e u r s ' e m b a r q u e secrètement et s'échappe. Le lend e m a i n , on tire Isaac l'Ange de sa p r i s o n , on le r e met sur le trône : on couronne avec lui le j e u n e Alexis, qui s'appelle Alexis IV ; les d é s o r d r e s de la g u e r r e s'arrêtent. Villehardouin est envoyé à l ' e m p e r e u r I s a a c : — Les croisés ont r e m p l i leurs p r o m e s s e s , dit-il ; c'est à v o u s m a i n t e n a n t à remplir celles que votre fils a faites en v o t r e n o m . — Vous nous avez si bien s e r v i s , ré-

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

249

pond le vieil e m p e r e u r , que pour vous p a y e r dignement il faudrait vous donner tout l ' e m p i r e . Le j e u n e A l e x i s , qui se trouvait e n t r e le comte d e • Flandre et le doge de Venise, h e u r e u x et fier des acclamations du p e u p l e , touché d ' u n e reconnaissance encore c h a u d e , en renouvela les expressions. Mais q u a n d il fallut tenir ses e n g a g e m e n t s , il en sentit la p e s a n t e u r . Il épuisa ses t r é s o r s , fit fondre les images des saints et paya u n e partie des sommes promises, avec lesquelles les croisés commencèrent par s'acquitter envers la république d e Venise. Pour le r e s t e , Alexis IV pria ses libérateurs d'attendre un p e u , et de rester quelque t e m p s dans ses États; car les Grecs étaient mal soumis, et il craignait de n o u v e a u x troubles. De p l u s , l ' u s u r p a t e u r s'était réfugié à A n d r i n o p l e , où il avait rassemblé une a r mée. Il fallait aller le c o m b a t t r e . Henri de H a i n a u t , frère d e B a u d o u i n , le comte de Saint-Pol et plusieurs chevaliers m a r c h è r e n t avec Alexis IV. A l ' a p p r o c h e des croisés, l e t y r a n s'enfuit vers le mont H é m u s ; Henri de Hainaut n e p u t b a t t r e que son arrière-garde, qu'il dispersa. Il voulait p o u r suivre l ' e n n e m i ; mais A l e x i s , a p p r e n a n t que son oncle faisait sa jonction avec les B u l g a r e s , n'osa pas pousser la guerre plus loin. Il se contenta de recevoir les serments d'Andrinople et s'en revint dans la capitale. On fait u n triste portrait de ce j e u n e p r i n c e , q u i , dit-on, était lâche avec u n e figure farouche. A son retour il p u t r e m a r q u e r facilement q u e quelques excès commis p a r les croisés avaient a m e n é du m é -

2bO

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

contentement p a r m i le p e u p l e . On se plaignit; on dem a n d a justice a u x e m p e r e u r s sans l ' o b t e n i r ; rapidem e n t on méprisa Isaac l'Ange et son fils. Un d e leurs p a r e n t s , un j e u n e prince nommé encore A l e x i s , de la famille des D u c a s , surnommé Murzufïle, « à cause qu'il avait les sourcils joints l'un à l'autre », crut q u ' i l p o u v a i t , d a n s un pays et dans u n temps de r é v o l u t i o n s , se frayer à son tour u n e route vers le t r ô n e . La haine qu'il témoignait pour les croisés lui fit u n p a r t i . On m u r m u r a , on parla de recourir a u x armes ; on s'encouragea à repousser enfin les E u r o péens. Sur ces entrefaites, au printemps de l ' a n n é e \ 2 0 4 , o n vit arriver au c a m p de Baudouin IX u n e d é p u t a tion de chrétiens d e la Palestine, qui v e n a i e n t le prier de poursuivre enfin le saint voyage p o u r lequel il avait pris la croix. Us lui annoncèrent q u e les croisés qui s'étaient e m b a r q u é s à B r u g e s , en m ê m e temps qu'il partait p o u r Venise, étaient arrivés d e puis longtemps à P t o l é m a ï s , où la comtesse d e Fland r e l ' a t t e n d a i t , où les chrétiens de l'Asie soupiraient après l'appui de ses a r m e s . La plupart des croisés voulaient p a r t i r . Mais a u p a r a v a n t les chefs exigeaient qu'Alexis IV tînt ses promesses et qu'il vînt a v e c e u x , comme il en avait pris l'engagement. Murzufïle, qui s'était insinué d a n s les bonnes grâces d ' A l e x i s , lui conseillait de r o m p r e avec les croisés. Dès lors il refusa de les voir. Les chefs mécontents e n v o y è r e n t au palais des députés que le peuple insulta. Ils n ' e n remplirent p a s . leur message avec moins de hardiesse :

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

251

— « Nous v e n o n s , d i r e n t - i l s en paraissant d e vant Alexis , qui les reçut sans les éblouir au milieu de toute la pompe du t r ô n e , nous v e n o n s vous sommer de tenir vos s e r m e n t s , comme n o u s avons tenu les nôtres. Si vous les oubliez, les croisés oublieront aussi qu'ils ont été vos amis et vos alliés. Choisissez donc entre n o t r e amitié qui vous a mis sur le t r ô n e , ou notre haine qui vous en fera descendre (1). » Jamais u n tel langage ne s'était fait e n t e n d r e dans le palais des e m p e r e u r s . Alexis IV en fut si irrité et ses courtisans si furieux qu'ils se sentaient disposés à punir sur-le-cbamp t a n t d'insolence. Mais les députés s'étaient h â t é s d e remonter à cheval et de regagner le camp des croisés, où l'on vit bien que la guerre allait r e n a î t r e . Pendant q u e les princes de la Croix se préparaient à attaquer de n o u v e a u Constantinople, le conseil des deux e m p e r e u r s n e projetait q u e la v e n g e a n c e . N ' o sant pas se m e t t r e en campagne contre leurs e n n e mis, les Grecs décidèrent qu'il fallait b r û l e r la flotte vénitienne. Ils chargèrent dix-sept petits navires de matières combustibles ; et dans la nuit mettant le feu grégeois à ces brûlots, ils les l a n c è r e n t p a r un vent favorable contre la flotte. Mais les croisés veillaient; les Vénitiens et les F l a m a n d s avaient d'habiles mar i n s ; leurs matelots, se j e t a n t dans d e petites b a r q u e s , allèrent a u - d e v a n t des dix-sept navires qui portaient l'incendie, et les saisissant a v e c de longues perches armées de g r a p i n s , les r e m o r q u è r e n t et les tirèrent hors du p o r t , « à la b a r b e m ê m e des Grecs » ; de
(1) Villehardouin, l i v . IV.

252

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

sorte qu'ils en furent délivrés en p e u d ' h e u r e s (1). Les croisés r e c o n n u r e n t toutefois à quel perfide e n nemi ils a v a i e n t affaire. A l e x i s , effrayé de voir qu'il avait é c h o u é , voulut tout r é p a r e r p a r des bassesses ; il fit dire a u x chevaliers qu'ils d e v a i e n t attribuer tout ce q u i s'étaitfait à la fureur d ' u n peuple t u m u l t u e u x ; il les priait dé v e n i r défendre son trône qui s'ébranlait; il leur offrait p o u r d e m e u r e son propre palais. P e u t - ê t r e au r e s t e en ce m o m e n t - l à était-il d e b o n n e foi. Peut-être aussi voulait-il les attirer dans u n piège. Quoi qu'il en soit, Murzuffle, qu'il avait c h a r g é de cette mission, ne l'eut pas plutôt remplie qu'il fit r é p a n d r e des bruits sinistres. Ses agents disaient partout que le j e u n e Alexis allait céder Constantinople a u x guerriers de l'Occident. Tout le peuple se souleva; on ferma les portes de la ville; on c o u r u t à l'église de Sainte-Sophie p o u r élire u n a u t r e e m p e r e u r . La garde impériale était g a g n é e . Murzuffle vole a u p a l a i s , et sous prétexte de soustraire Alexis a u x excès de la p o p u l a c e , il l ' e n t r a î n e , l'enferme d a n s un c a c h o t ; et là il le fait c h a r g e r de chaînes ; puis, après s'être revêtu de la p o u r p r e i m p é r i a l e , il lui fait avaler u n poison qu'il t r o u v e trop lent ; il l'étrangle d e ses p r o pres mains. Alexis IV n'avait r é g n é q u e six mois. Son père I s a a c , a p p r e n a n t cette tragédie, m o u r u t de frayeur, s'il n e fut pas étouffé aussi p a r Murzuffle , que l'histoire accuse de cet a u t r e crime. P o u r s'assurer un trône si c h è r e m e n t a c h e t é , le nouvel e m p e r e u r voulut se défaire également des
(1) Villehardouin, liv. I V .

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

253

chefs de l'armée des croisés. On ignorait au camp tout ce qui venait de se passer. Il envoya dire a u comte de F l a n d r e , au doge de Venise et a u x autres princes, de la p a r t d'Alexis IV, que tous les désordres de Constantinople étaient h e u r e u s e m e n t éteints, et qu'il les priait d e venir au palais où il espérait regagner leur a m i t i é , en leur p a y a n t les sommes qu'il avait promises et qui enfin étaient p r ê t e s . Les bons chevaliers, sans défiance, allaient p a r t i r , lorsque Dandolo, dont la prudence était g r a n d e , leur t é moigna qu'il craignait u n e trahison. P e n d a n t qu'ils tenaient conseil, ils apprirent les forfaits de Murzufïle; la fin cruelle d u j e u n e Alexis leur fit oublier ses torts; ils j u r è r e n t de le v e n g e r . Le lendemain m a t i n , Murzuffle, n ' a y a n t pas de r é ponse, ne songea plus q u ' à se défendre. Revêtu d u manteau i m p é r i a l , il parcourait les rues d e Constantinople u n e massue de fer à la m a i n , et animait tout le peuple à p r e n d r e les a r m e s . Les croisés dans leur c a m p se p r é p a r a i e n t aussi. Mais ils m a n q u a i e n t de vivres. Henri de H a i n a u t , à la tête d ' u n d é t a c h e m e n t , se c h a r g e a d ' u n e expédition qui devait approvisionner l ' a r m é e . Suivant p a r terre les rives d e la m e r Noire ou P o n t - E u x i n , il alla assiéger Philée ou P h i n é e , ville du territoire de Byzance, où u n e partie de la flotte le devait j o i n d r e . Murzuffle profita d u m o u v e m e n t q u e causa ce départ pour tenter u n e seconde fois d'incendier les vaisseaux des croisés. N ' a y a n t pas réussi non p l u s , il chercha à e n t a m e r la guerre qu'il redoutait ; mais il l'entreprit p a r des embuscades. Henri de Hainaut lui

a&4

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

paraissait u n e proie facile. Ce p r i n c e , sans beaucoup d'efforts, s'était r e n d u maître de P h i n é e , qu'il savait remplie de provisions. Après avoir fait un butin considérable, il r e n v o y a i t à ses frères plusieurs vaisseaux chargés d e vivres et s'en revenait par terre a v e c sa petite t r o u p e . Les Grecs, embusqués sur son chem i n , l ' e n t o u r è r e n t bientôt et l'attaquèrent. Les*crois é s , quoiqu'ils eussent chacun dix ennemis à comb a t t r e , ne s'effrayèrent point. E n h a r d i s p a r leurs premiers succès, contre des ennemis qu'ils avaient appris à mépriser, les hommes d e fer se b a t t i r e n t si vaillamment q u ' a u bout d ' u n e h e u r e à peine ils virent leurs ennemis se disperser en d é s o r d r e . Murzuffle, qui les commandait en p e r s o n n e , n e d u t son salut q u ' à la b o n t é de son c h e v a l ; il fuit, a b a n d o n n a n t son bouclier, sa massue et l ' é t e n d a r d de la Vierge q u e les,empereurs faisaient porter devant eux comme u n palladium. Cette conquête et les d e u x victoires de Henri pers u a d è r e n t a u x chrétiens que la p a t r o n n e de Constantinople se déclarait pour e u x . Us d e m a n d è r e n t l'attaque. Murzuffle réparait à la h â t e les fortifications de la ville. Cent mille hommes y travaillaient nuit et j o u r ; il trouvait plus aisément des ouvriers que des soldats. Tout en se p r é p a r a n t à se d é f e n d r e , il fit encore proposer la p a i x a u x croisés; mais il ne put se r é soudre a u x pesantes conditions qu'ils lui imposaient, et d o n t la première était de descendre du trône. Le 8 avril 1 2 0 4 il vit l'armée d'Occident s'approcher de ses r e m p a r t s . Les croisés n e se dissimulaient pas les

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

355

périls de leur e n t r e p r i s e ; ils étaient p e u n o m b r e u x , et ils ne pouvaient a t t e n d r e secours de p e r s o n n e . Mais q u a n d ils l'eussent v o u l u , il leur eût été impossible de r e c u l e r ; leur retraite eût ressemblé à u n e faite. Ils marchèrent donc en avant. S e u l e m e n t , d a n s un conseil qui se tint au m o m e n t où l'on prit les arm e s , les croisés, considérant que Constantinople dans les mains des Grecs n e pouvait m a n q u e r de tomber bientôt au pouvoir des T u r c s , vaillants du moins et b e l l i q u e u x , et q u e les infidèles auraient là le pied en E u r o p e , les croisés décidèrent formellement q u ' u n nouvel e m p e r e u r serajt donné à la vieille Byzance, et que cet e m p e r e u r serait choisi parmi les chevaliers de la Croix. R e g a r d a n t la ville comme déjà c o n q u i s e , ils d é c l a r è r e n t , en se la p a r t a g e a n t , sa législation abolie et remplacée p a r les lois féodales. Puis on commença l ' a s s a u t , en concentrant toutes les forces sur la flotte et tous les efforts du côté de la mer. Les vaisseaux formaient u n e ligne d'une demilieue. Après qu'on eut lancé b e a u c o u p de t r a i t s , on dressa les échelles en cent e n d r o i t s ; mais les Grecs, réunis p a r le danger, combattirent si r u d e m e n t j l a petite a r m é e a s s i é g e a n t e , q u e dans cette [première journée les croisés furent partout repoussés. On passa deux j o u r s à r é p a r e r les vaisseaux et les m a c h i n e s ; le 1 2 avril on donna un nouvel assaut. Les navires marchaient accouplés d e u x à d e u x . Les p i e r r e s , les dards enflammés volaient d e la flotte à la ville ; des p o u t r e s , des r o c s , des fascines p o r t a n t le feu g r é -

256

LES LATINS A CONSTANTINOPLE.

geois tombaient de la ville sur les vaisseaux. Chaque gros n a v i r e , c o m m e au premier s i è g e , avait sa tour surmontée d ' u n p o n t - l e v i s , q u ' o n abattit à u n signal sur les r e m p a r t s de la g r a n d e cité. Les intrépides soldats d e la Croix s'y précipitèrent; d e u x é t e n d a r d s de l'Occident brillèrent bientôt sur d e u x t o u r s ; la ville fut prise de nouveau , non sans des combats sanglants q u i se multipliaient sur toute la ligne de l'att a q u e . Mais le feu ayant été mis encore par u n Alsacien a u x maisons voisines, les Grecs r e c u l e n t ; trois portes sont enfoncées; la cavalerie entre dans la cité, où ne rèsxie plus q u e la t e r r e u r . Murzufïle s'était enfui. Baudouin IX s'empara du camp qu'il trouva dressé d a n s le cirque et passa la nuit sous la tente impériale. Le j o u r s u i v a n t , lorsqu'on apprit que Murzuffle avait d i s p a r u , le peuple s'assembla dans les quartiers que les croisés n'occupaient p o i n t , pour n o m m e r encore u n nouvel e m p e r e u r . Théodore Lascaris fut élu ; il n'osa p r e n d r e p o u r t a n t ni la couronne ni la p o u r p r e . Il voulut réunir des soldats p o u r résister à c e u x qu'il appelait les b a r b a r e s . Il ne trouva p e r s o n n e qui osât le s u i v r e : il fut obligé lui-même de fuir, p e n dant q u e Baudouin I X , Henri de Hainaut et les autres princes croisés s'emparaient des divers quartiers de Constantinople, protégeaient les femmes et g a r a n t i s saient les palais du pillage qui d u r a n t plusieurs jours désola la ville. L'armée triomphante se livra à de coupables d é s o r d r e s ; des églises furent dépouillées, des m o n u m e n t s détruits ; des scènes de scandale et de débauche déshonorèrent les soldats chrétiens. Des

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

257

bronzes précieux furent convertis en m o n n a i e grossière. Heureusement les fêtes de Pâques a r r i v è r e n t , et les devoirs religieux m i r e n t un terme a u délire criminel des croisés. Tous les m o n u m e n t s néanmoins ne p é r i r e n t pas ; le quadrige de bronze et beaucoup d'autres chefsd'œuvre furent emmenés à Venise; p a r m i les d é pouilles de la cité impériale qui vinrent en Belgique, les Flamands de Biervliet apportèrent u n dragon de cuivre doré qui surmontait à Constantinople le dôme de l'église de Saint-Georges, et qui, enlevé à ceux de Biervliet. par les B r u g e o i s , puis a u x Brugeois par les compagnons de Philippe d ' A r t e v e l d e , décore aujourd'hui depuis bien longtemps la flèche du beffroi de Gand.

XXXIV. L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.
Les riveaux de Baudouin, sans mauvaise h u m e u r , l'honoraient tant qu'ils pouvaient.
VlLLEHABDOUIN.

Lorsque les croisés eurent fait le partage d u butin, les chefs se réunirent p o u r élire un e m p e r e u r . Baudouin I X , Henri Dandolo et Boniface, m a r q u i s d e Montiêrrat, furent les trois concurrents entre lesquels on chercha le plus d i g n e . Baudouin IX fnt proclamé, à cause de ses v e r t u s , de son c o u r a g e , de sa jeunesse et d e la valeur d e sa n a t i o n ; et le 16 mai

25S

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

de l'année 4 2 0 4 , l'évêque de Soissons, paraissant avec éclat sur le péristyle du palais impérial, dit a u x croisés et a u p e u p l e d e Constantinople, qui a t t e n daient la décision des électeurs : — Yous avez pour e m p e r e u r B a u d o u i n , comte de Flandre et d e Hain a u t . De. longs cris de joie saluèrent le nouveau monarque. Selon la vieille coutume des enfants de Clovis, on éleva le prince élu sur u n bouclier; on le p o r t a ainsi à la lueur des flambeaux, car il était m i n u i t , dans l'église de Sainte-Sophie, où il fut couronné avec p o m p e , et r e v ê t u d e la p o u r p r e par le légat d u pape Innocent III. Le l é g a t , d e b o u t devant l ' a u t e l , n e prononça ensuite que ces paroles : — Il est digne de r é g n e r . Tous les assistants s'écrièrent aussitôt : Il en est d i g n e , il en est d i g n e , il en est d i g n e ! E t , après celte triple exclamation, d e u x chevaliers lui r e mirent l'épée impériale et l ' i n a u g u r è r e n t , assis sur le trône d'or des e m p e r e u r s . Baudouin IX était â g é d e trente-quatre a n s . Il partagea les provinces de l'empire, érigées en fiefs, à ses compagnons d ' a r m e s . Il donna à Cononde B é t h u n e , à Miles de Brabant et à ses a u t r e s amis les principales dignités de la couronne. Henri Dandolo, créé prince de R o m a n i e , eut le droit de p o r t e r les brodequins de p o u r p r e . Le marquis d e Montferrat fut r e c o n n u roi d e Thessalonique. Tous les chevaliers eurent de vastes seigneuries, que p o u r t a n t il fallait conquérir. Mais le saint-siége, a p p r o u v a n t tout ce q u e les croisés avaient fait, engageait les peuples d e l'Occident à venir soutenir le nouvel empire que

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

35D

fondait Baudouin I X ; les croisés n e doutèrent pas du succès, qui jusque-là ne les avait jamais trahis. Baudouin, quoiqu'il eût reçu la couronne i m p é riale, n'avait pas a b a n d o n n é l'espoir d e s'illustrer aussi dans la Palestine. Dès qu'il eut reçu les serm e n t s , il envoya a u x chrétiens de Ptolémaïs des trophées de ses victoires; et un riche n a v i r e , portant la couronne d ' i m p é r a t r i c e , alla chercher la comtesse de F l a n d r e , que Baudouin voulait faire asseoir auprès de lui sur le trône d e Constantinople. Les croisés de la t e r r e sainte, en a p p r e n a n t l'heureuse fortune des compagnons de Baudouin, se h â tèrent d'accourir presque tous dans l'empire; les templiers et les chevaliers d e Saint-Jean arrivèrent aussi. Mais q u a n d l'empereur alla a u - d e v a n t du vaisseau sur lequel il s'attendait à revoir u n e épouse chérie, il lui fallut tout son courage d ' h o m m e pour supporter le spectacle qui lui était réservé. La comtesse de F l a n d r e , q u e les chagrins d ' u n e longue a b sence avaient r e n d u e malade à Ptolémaïs, n'avait pu apprendre sans la plus vive émotion l'élévation de son époux à l ' e m p i r e ; cette émotion l'avait tuée. Le châtelain de Bruges ne ramenait de cette princesse, qui devait orner la nouvelle cour, q u e sa dépouille mortelle. Baudouin a u désespoir lui fit r e n d r e les honneurs funèbres avec magnificence d a n s l'église de Sainte-Sophie, où il avait été c o u r o n n é peu de temps auparavant. Il j u r a de n e point la r e m p l a c e r ; et après quelques j o u r s donnés à la d o u l e u r , il s'occupa du vaste empire qu'il lui fallait défendre avec moins de vingt mille h o m m e s .
4 7 .

2(iO

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

Le roi des B u l g a r e s , le sultan d'Iconium (Koniah), les e m p e r e u r s d é t r ô n é s Alexis-l'Ange et Théodore Lascaris m e n a ç a i e n t sur tous les points les croisés. Lascaris se faisait reconnaître e m p e r e u r à Nicée. Murzuffle pris fu.t j u g é p a r les chevaliers et précipité d u h a u t d'une colonne; le vieil Alexis, enfermé d a n s u n monastère p a r Lascaris, qui était son gend r e , y m o u r u t oublié. Lascaris, repoussé a v e c le sultan de K o n i a h , se retira p a r m i les T u r c s , mais il n'était pas abattu. Les croisés c e p e n d a n t , encouragés par leurs succès, m a r c h è r e n t à la c o n q u ê t e de leurs principautés. Ceux qui voulaient r e t o u r n e r en E u r o p e vendaient les vastes fiefs q u ' o n leur avait donnés ou les jouaient a u x dés. Baudouin IX p a r c o u r u t les provinces pour y établir son autorité. Il fut reçu en t r i o m p h e dans Andrinople. Il voulait aussi visiter Thessalonique; ce projet inquiéta Boniface, qui s'y o p p o s a , et la g u e r r e se fût élevée e n t r e les d e u x chefs, si Dandolo et les autres princes de la croisade ne fussent i n t e r v e n u s . Le comte de Blois, qui avait pour sa p a r t la B i t h y n i e , battit encore Lascaris. Henri de Hainaut partit avec u n e petite a r m é e p o u r soumettre la P h r y g i e . Les armes de nos pères triomphèr e n t dans les c h a m p s d e Troie; et les F r a n c s virent les Turcs fuir d e v a n t e u x a u x lieux m ê m e s qui avaient été foulés p a r les soldats d ' A l e x a n d r e . Uni a u marquis de Montferrat, Henri délivra la Grèce d e ses tyrans. Les barons chrétiens, qui avaient pris la croix pour conquérir les seigneuries de la Palestine , eurent des fiefs dans le pays des d i e u x d'Ho-

L'EMPIRE LATIN À CONSTANTINOPLE.

2G1

mère. On vit des seigneurs de Corinlhe et d ' A r g o s , des princes d ' A c h a ï e ; Othon de la Roche fut duc d'Athènes et Nicolas de Saint-Omer sire de Thèbes. Tout se soumettait d e v a n t les chevaliers de l'Europe. Malheureusement ils n e surent pas garder leurs conquêtes. La violence qui fonde des trônes ne les soutient p a s ; elle perdit les croisés. Joanice, roi des Bulgares, chef cruel d'un peuple féroce, offrit son amitié à Baudouin I X , qui eut le tort de la d é daigner. Joanice devint son ennemi. Il attira sous ses nombreuses bannières tous les Grecs mécontents et se fit r a p i d e m e n t le chef d'une ligue d ' e x termination. L'orage éclata dans les provinces. Les croisés furent massacrés à A n d r i n o p l e , à Didymotique et dans beaucoup d'autres villes. L'empereur n'en sut rien d ' a b o r d , parce q u ' o n avait r o m p u les communications. Mais bientôt il apprit l'entrée de Joanice sur lés terres de l'empire. Il écrivit à ses comtes d'abandonner leurs domaines conquis et d ' a c courir, comme ils l'avaient j u r é , sous ses d r a p e a u x . Sans les a t t e n d r e , il partit en a v a n t , à la tète de huit mille h o m m e s ; après cinq jours de m a r c h e , il se trouva sous les m u r s d'Andrinople, q u e cent mille Grecs défendaient et que protégeaient des remparts inexpugnables. Le doge de Venise arriva le lendemain avec sept mille Vénitiens; et on commença le siège de la ville. Mais Joanice s'avançait, déployant a u t o u r de lui sa formidable a r m é e , qui m a r c h a i t , détruisant tout par le fer et la flamme. Il était p r é c é d é de hordes tartares auxquelles il avait donné l'ordre d'attirer

26?.

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

les croisés dans u n e embuscade. L é g è r e m e n t armés et montés sur de r a p i d e s coursiers, les Tartares s'élancèrent j u s q u ' a u x premiers postes du c a m p de Baudouin et j e t è r e n t quelques flèches. Les chefs, craig n a n t un piège, avaient défendu q u ' o n sortît des r e t r a n c h e m e n t s . Mais des escarmouches s'étanl engagées, les chevaliers, à qui toute provocation semblait u n affront i n s u p p o r t a b l e , ne songèrent plus à la p r u d e n c e . Baudouin l u i - m ê m e , malgré ses o r d r e s , courut à l ' e n n e m i ; en u n instant l'armée entière sortit au pas de charge. Les Tartares, selon leurs instructions, prirent la fuite. Poursuivis à d e u x lieues d'Andrinople p a r les croisés, ils les attirent entre des forêts, dans u n pays inconnu. Là tout à C o u p se montre l'armée de J o a n i c e ; d e u x cent mille Bulgares entourent les chevaliers; toute retraite leur est coup é e ; u n e horrible bataille s'engage e n t r e des hommes de sang accoutumés a u carnage et des h o m m e s de cœur décidés à mourir. Le comte de Blois succombe un des premiers ; u n e foule de braves croisés trouvent la m o r t ; tous les chefs sont m a s s a c r é s ; Baudouin seul restait encore debout au milieu des débris de ses compagnons expirants. Entraîné par son a r d e u r , il se voit enfin accablé par le n o m b r e ; blessé, hors d'haleine, épuisé, les Bulgares le saisiss e n t , le chargent de chaînes et l ' e n t r a î n e n t devant leur r o i , p e n d a n t que la p r u d e n c e du doge de Venise sauve quelques détachements qui regagnent Constantinople à travers mille périls. Cette bataille a v a i t eu lieu le 1 5 avril 1 2 0 5 . E n a p p r o c h a n t de la capitale, les soldats sauvés

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

263

par le doge d e Venise rencontrèrent Henri de Hainaut qui accourait des provinces de la Grèce pour rejoindre l'armée de son frère. Il tomba dans u n grand désespoir en a p p r e n a n t la défaite des croisés et la captivité de Baudouin. Tous ses chevaliers voulaient qu'on les m e n â t sur-le-champ à l'ennemi, pour venger leur e m p e r e u r . Dandolo leur conseilla de rentrer d'abord à Constantinople, pour examiner les ressources de l'État. L'effroi s'était emparé des E u ropéens, dont la plupart s'embarquaient pour r e t o u r ner dans leur p a y s ; les Grecs, qui n'étaient pas soumis, se réjouissaient en secret. Henri de Hainaut fut nommé régent de l ' e m p i r e , en l'absence de son frère, et on envoya au Pape et a u x princes chrétiens des députés p o u r implorer du secours. Les Grecs des provinces, appuyés par les Bulgares, s'étaient p a r t o u t révoltés; et les croisés dans Constantinople ne voyaient plus a u t o u r d ' e u x que des ennemis. Henri de Hainaut n e resta pas inactif. Il voulut r e p r e n d r e quelques villes; mais les prodiges de valeur qui signalèrent spn courage n e lui donnèrent q u ' u n e gloire stérile, achetée p a r la p e r t e de ses meilleurs chevaliers. Les Bulgares c e p e n d a n t détruisaient tout et semblaient r e g a r d e r tous les h o m m e s comme leur proie. Ils traitaient les Grecs aussi mal q u e les croisés. Si les chevaliers eussent été aussi habiles qu'ils étaient vaillants, au lieu de mépriser les G r e c s , ils eussent pu s'en faire d'utiles auxiliaires. Ils reconnurent u n peu tard l'imprudence de leur c o n d u i t e ; en 1206 ils s'allièrent enfin avec les Grecs que Joanice avait

264

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

tyrannisés ; ils r e p r i r e n t ainsi A n d r i n o p l e , Didymotique et la p l u p a r t des autres villes de la Thrace. Mais le pays était dévasté; Joanice s'unissait à Lasc a r i s , dont les Grecs de Nicée avaient épousé la fort u n e ; m a l g r é les exhortations d u saint-siége, l'Europe n ' e n v o y a i t point de défenseurs, et on n'avait a u c u n e nouvelle de Baudouin. E n vain plusieurs hommes dévoués à Henri avaient parcouru la Bulgarie pour connaître le sort d e l'emp e r e u r ; ils étaient revenus à Constantinople sans avoir rien appris. Un an après la funeste bataille d'Andrinople, le p a p e avait d e m a n d é au roi des Bulgares, qui était c h r é t i e n , la liberté de Baudouin I X ; le barbare s'était contenté de r é p o n d r e que la délivrance d e l'empereur n'était plus au pouvoir des mortels. On n e douta plus de sa m o r t ; on en faisait des récits horribles. Nicétasdit q u e Joanice,'lui ayant fait couper les b r a s et les j a m b e s , l'exposa ensuite d a n s u n e vallée où il devint la proie des loups. On lit dans d'autres chroniques q u e la reine des Bulgares, étant d e v e n u e éprise de Baudouin, lui proposa < de tuer son é p o u x et de s'enfuir avec l u i , s'il voulait la faire impératrice; qu'il rejeta cette offre; que la princesse irritée aigrit contre lui le t y r a n ; que Joanice, qui retenait l'empereur dans u n e d u r e prison, l'ayant fait a m e n e r devant lui d a n s u n grand festin, lui fit couper les mains et les p i e d s , et le fit jeter dans u n lieu désert où il d e m e u r a trois j o u r s à combattre la m o r t , exposé a u x bêtes féroces et aux oiseaux de proie qui le m a n g è r e n t vivant. On ajoutait q u e de son crâne enchâssé dans de l'or le roi

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

265

des Bulgares s'était fait u n e coupe qu'il étalait dans ses fêtes ( 1 ) . Dandolo m o u r u t comme on s'entretenait de ces affreux détails; on apprit aussi q u e le marquis d e Montferrat, roi d e Thessalonique, venait d'être t u é par les Bulgares; et Henri fut proclamé empereur a u milieu d u deuil, le 16 août d e l'an 1 2 0 6 . Tout le m o n d e pleurait d a n s Baudouin, qui n ' a vait régné q u e onze m o i s , u n m o n a r q u e digne d e tant de r e g r e t s ; et en effet, dit Lèbeau dans son Histoire du Bas-Empire : « Aucun d e s princes croisés ne surpassait Baudouin en valeur g u e r r i è r e ; a u c u n ne l'égalait en vertus civiles. D o u x , affable, plein
( 1 ) D'autres racontaient q u e Baudouin était parvenu à briser ses fers et qu'on l'avait v u errant dans l e s forêts d e la Servie. D è s lors b e a u coup de personnes crurent qu'il n'était pas mort. Sous le règne de Jeanne de Flandre, sa fille, un ermite de la forêt de Glançon sur la lisière d u Hainaut présentant l e s traits de Baudouin IX, l e peuple se persuada q u e c'était Baudouin I X . Le solitaire se refusa d'abord a u x hommages qu'on voulut lui rendre. Mais on l'entraîna ; on le montra a u x villes du Hainaut et de la Flandre, qui le reconnurent; les.princesses de Flandre n e voulurent p a s voir e n l u i leur père. E l l e s s'adressèrent a u roi d e France Louis VIII, leur suzerain, qui fit venir le prétendu comte à Péronne. I l était accompagné des ducs de Brabant et de Limbourg, qui soutenaient son identité. Néanmoins Louis VIII l u i fit d e s questions auxquelles on dit qu'il répondit mal ; on publia dès lors q u e le faux comte Baudouin n'était qu'un imposteur qui s'appelait Bertrand de R e i s ; et le pauvre h o m m e , quel qu'il f û t , se v i t pendu à Lille entre deux c h i e n s , e n l'année 1225. C'était dans l e s m œ u r s d u temps. D u reste le vieil auteur de la curieuse et rare chronique de Baudouin IX présente l'ermite comme le vrai Baudouin; et Jeanne de Constantinople, dans ce livre, e s t présentée c o m m e ayant fait pendre son père. Le savant et spirituel père Cahour, de la Compagnie de Jésus, a publié en 1850 son beau livre de Baudouin de Constantinople, ouvrage précieux pour l'histoire e t d'un très-vif intérêt pour tous l e s lecteurs. A la page 1 6 1 , l e père Cahour cite le témoignage de seize chevaliers qui déclarèrent avoir v u l'empereur Baudouin mort sur le champ de b a t a i l l e . . . .

266

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

d ' h u m a n i t é , il n e pouvait voir u n m a l h e u r e u x sans le secourir; il souffrait sans h u m e u r les contradictions et r e n o n ç a i t sans résistance à son p r o p r e avis pour en e m b r a s s e r un meilleur. II aimait les l e t t r e s ; avant son d é p a r t de la F l a n d r e , il avait chargé p l u sieurs p e r s o n n e s instruites de rechercher et d e r é d i ger l'histoire d u pays. » Baudouin IX est souvent appelé dans l'histoire Baudouin de Constantinople, à cause de sa c o n q u ê t e et de son titre d ' e m p e r e u r . On a également d o n n é ce surnom à son frère Henri qui lui s u c c é d a , et m ê m e à ses filles Jeanne et M a r g u e r i t e , q u i , après sa m o r t , r é g n è r e n t sur la F l a n d r e . Henri de Hainaut ou de Constantinople, d e v e n u e m p e r e u r , joignait à toutes les v e r t u s civiles le courage des héros et les plus g r a n d s talents militaires; a u s s i , en dépit des obstacles qui l'entouraient, il sut se m a i n t e n i r ; m a l gré l'exiguïté d e ses forces, il battit toujours ses ennemis. Il avait chassé les Bulgares d'Andrinople ; il les défit encore à Didymotique, les repoussa d'Aquilée, et dispersa l'armée de Lascaris, qui n'avait pas r e noncé à l ' e m p i r e . Il volait, en 1 2 0 7 , au secours de Thessalonique q u e le féroce Joanice assiégeait avec ses B u l g a r e s ; lorsqu'il arriva, l'odieux roi était m o r t et son armée faisait sa retraite. L ' e m p e r e u r la p o u r suivit et la tailla en pièces si complètement qu'il ôta p o u r longtemps a u x Bulgares l'envie de reparaître dans l'empire. II réclama ensuite des L o m b a r d s , qui occupaient Thessalonique, l'hommage féodal ; ces peuples l'ayant

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

267

refusé, l'empereur fit la g u e r r e à leur r é g e n t , qui tenta d'empoisonner Henri. Mais il n'y réussit p a s ; il fut soumis et obligé de s'en retourner en E u r o p e , dépouillé de ses dignités et de ses fiefs pour châtiment de sa félonie. Cependant Lascaris, s'étantfait de n o u v e a u x alliés, s'empara de la province de K o n i a h , prit Héraclée et plusieurs autres places, rassembla derechef une nombreuse a r m é e , et, se j e t a n t d a n s la Cappadoce, força encore l'empereur à la g u e r r e . Henri venait avec toutes ses forces; les d e u x armées étaient en p r é sence, q u a n d les évêques parvinrent à r a p p r o c h e r les deux princes. Moyennant l'abandon de P e r g a m e , de Nicée et de quelques autres villes, Lascaris consentit à faire la p a i x avec Henri, qui lui donna pour épouse sa nièce Marie, fille de sa s œ u r Y o l a n d e , qui avait épousé Pierre de Courtenay, comte d ' A u x e r r e . Peu de temps a p r è s , Henri de Hainaut m o u r u t (1216) après u n règne de d i x ans. Q u e l q u e s - u n s prétendirent qu'il avait été empoisonné. Les Grecs, comme les E u r o p é e n s , le p l e u r è r e n t , à cause de sa justice intègre et de la douceur de son g o u v e r n e ment. Il n e laissait point d ' e n f a n t s ; son frère E u s tache était peu r e m a r q u a b l e . A cause de sa sœur Yolande, les barons élurent pour lui succéder Pierre de Courtenay, son m a r i ; il partit bientôt de son comté d ' A u x e r r e avec cent soixante chevaliers et six mille soldats; il passa p a r R o m e , où le Pape le couronna empereur et Yolande impératrice de Constantinople. Yolande arriva a v e c ses filles d a n s la capitale. Mais Pierre ne vit pas le siège de son em-

2 63

L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

pire; il s'était a d r e s s é , comme Baudouin I X , à la république de Venise pour le transport de sa petite a r m é e . Les Vénitiens lui firent les m ê m e s conditions qu'ils avaient faites a u x premiers croisés. Ils consentirent à fournir les vaisseaux nécessaires pour le passage des soldats de P i e r r e , à condition qu'il les aiderait à r e p r e n d r e la ville de Durazzo ( D y r r a chium) q u e leur avait enlevée Théodore Comnène, l'un des plus g r a n d s ennemis des croisés. Pierre d e Courtenay alla donc assiéger cette place m u n i e de solides r e m p a r t s . Mais n ' a y a n t pas de machines de guerre et ne pouvant attirer les Grecs hors de leurs murailles, après de longs et vains efforts, il fut obligé de lever le siège. Les Vénitiens, p r é t e n d a n t qu'il n'avait pas rempli ses e n g a g e m e n t s , lui refusèrent leurs v a i s s e a u x ; et l ' e m p e r e u r entreprit d'achever sa route par terre. T h é o d o r e , l'ayant attiré d a n s u n défilé, le prit et le retint d a n s u n e r u d e prison où il le fit mourir en 1 2 1 8 . Conon de B é t h u n e , en son a b s e n c e , avait été n o m m é bailli ou régent de Constantinople. Il g o u verna sagement avec Yolande de Hainaut. Mais au mois d ' a o û t de l'année 1 2 1 9 , la bonne impératrice m o u r u t elle-même. Robert d e Courtenay, son fils, lui s u c c é d a ; il n ' a r r i v a que lentement à Constantin o p l e , et fut couronné e m p e r e u r dans la basilique de Sainte-Sophie, le 21 mars 1 2 2 1 . Il n'était p o u r tant pas l'ainé des enfants de la princesse f l a m a n d e ; mais l ' a î n é , P h i l i p p e , avait préféré son paisible comté- de Namur à un empire entouré de t e m p ê t e s . Robert n'avait pas la vigueur de Baudouin et de

LA CROISADE DES ENFANTS.

269

Henri. L'empire latin, d a n s ses mains, marcha vers sa décadence; et il n e commanda guère hors des murs de Constantinople. Après un règne sans gloire, Robert de Courtenay mourut en 1 2 2 8 , laissant l'empiré à son frère Baudouin, qui n'avait, q u e douze ans, et à qui on donna pour tuteur Jean de Brienne.

XXXV. — LA CROISADE DES ENFANTS.
Le cœur des enfante, s'il échappe au joug, ne comprend pas le danger. PLDTARQTJE.

On a reconnu dans tous les temps et partout que ce qui se développe le plus vite dans les enfants, s'ils ont reçu un peu d'éducation chrétienne, c'est le sentiment des g r a n d s devoirs. L'hésitation devant ce qui est noble et digne est souvent fille d ' u n c œ u r qui commence à se c o r r o m p r e . Le c œ u r droit d'un enfant va au b u t qui lui paraît ou g l o r i e u x , ou n o b l e , ou saint. Un des plus r e m a r q u a b l e s exemples de ce que nous énonçons, c'est ce fait singulier qui éclate au treizième siècle et que l'on appelle la Croisade des enfants. C'était en l'année 1 2 1 3 ; le g r a n d p a p e Innocent III appelait a r d e m m e n t les chrétiens à la croisade. Il fallait secourir les e m p e r e u r s latins de J é r u s a l e m , délivrer les chrétiens de la terre s a i n t e , chasser les Maures de l'Espagne et d e s Deux-Siciles, protéger les côtes d e l'Europe menacées p a r les enfants de Mahomet; et plus de la moitié des hommes puissants, en F r a n c e , en A l l e m a g n e , en Angleterre et dans les

270

LA CROISADE DES ENFANTS.

autres pays éclairés p a r la foi, usaient leurs armes dans des guerres i n t e s t i n e s , au lieu de r é p o n d r e au g é n é r e u x appel d u souverain pontife. Alors on vit tout à coup les enfants, au défaut des p è r e s , s'indigner des périls de l'Église et prendre la croix. Ils avaient été soulevés par un j e u n e fanatique h o n g r o i s , moine apostat, qu'on appelait Jacob selon les u n s , Job selon le plus g r a n d n o m b r e , et q u i , ayant e n t r a î n é vingt mille enfants allemands, en leva trente mille d a n s les vieilles Gaules et se fit le g é n é r a l de cette singulière a r m é e . É c h a p p a n t à la vigilance de leurs p a r e n t s , ces enfants, de douze à seize a n s , s'armèrent comme ils p u r e n t , se proclamèrent soldats de Jésus-Christ et se m i r e n t en m a r c h e . C'était en quelque sorte u n mouv e m e n t é p i d é m i q u e , si ce mot peut être permis, à propos d'une si pieuse résolution. E t il est fâcheux que personne n'ait écrit l'histoire de cette g r a n d e manifestation-, car les chroniques ne lui consacrent que quelques lignes. — Une note à u n fait si grave 1 Il est pourtant fait mention d ' e u x d a n s VHistoire du pape Innocent III. On y lit que quinze mille de ces enfants, s'étant mis sous la conduite d'un j e u n e pâtre du village de Cloyes, dans le pays de V e n d ô m e , partirent pour la délivrance des saints lieux, et qu'Innocent, e n a p p r e n a n t ce fait, s'écria enfondant en larmes : « Ces enfants n o u s font honte-, p e n d a n t q u e nous sommes endormis, ils partent j o y e u x au secours de la terre sainte. » Ces cinquante mille enfants croisés, tous d e douze à seize a n s , s'étaient p e r s u a d é , dans leur zèle p i e u x ,

LA CROISADE DES ENFANTS.

271

que, puisque les hommes faits ne sortaientpas de leur torpeur, Dieu voudrait bien se servir des enfants pour délivrer, le saint Sépulcre et reconquérir la sainte Croix. « Rendez-nous, Seigneur Jésus, votre Croix sainte ! » tel était leur cri d e g u e r r e . De jeunes clercs et des enfants nobles faisaient partie de la troupe. Mais des vagabonds se joignirent à e u x , et les excès qu'ils commirent en Allemagne furent cause q u e les petits croisés, mal accueillis partout, périrent p r e s q u e tous de misère et de fatigue. Dans d ' a u t r e s c o n t r é e s , ils furent dépouillés par les voleurs. Des trente mille enfants qui s'étaient enrégimentés en F r a n c e , un assez g r a n d n o m b r e arriva à Marseille p o u r s'embarquer. D e u x bandits qui les avaient suivis, et qui se faisaient passer p o u r d'honnêtes m a r c h a n d s , q u a n d ils n'étaient que des corsaires, — les annales contemporaines ont conservé leurs n o m s peu a v e n a n t s , l'un s'appelait Hugues Lefer et l'autre Guillaume L e p o r e , d e u x insignes scélérats, dit un historien, — l e u r p r o m i r e n t de les passer gratuitement dans la P a l e s t i n e , et les e m b a r q u è r e n t dans sept grands navires. D e u x de ces vaisseaux firent naufrage; les cinq autres a b o r d è r e n t en E g y p t e . Mais aussitôt les d e u x pirates se dévoilèrent : ils p r é t e n dirent qu'il leur fallait les frais du p a s s a g e , et ils vendirent ces p a u v r e s enfants a u x Sarasins. Ils s'étaient élancés dans la c r o i s a d e , décidés à verser leur s a n g p o u r la cause de Jésus-Christ et avides du m a r t y r e : ils en eurent le b o n h e u r ; car,

272

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

fermes dans leur foi, ils moururent presque tous viol e m m e n t , p o u r n e pas renier leur divin Maître. Quelques-uns, n o n moins h e u r e u x , convertirent à la foi chrétienne c e u x qui les avaient a c h e t é s ; et le g r a n d exemple donné p a r ces enfants porta ses fruits. — P e n d a n t qu'ils périssaientglorieusement en E g y p t e , le concile d e L a t r a n , convoqué p a r Innocent III, d é cidait u n e nouvelle croisade g é n é r a l e , où les rois et les g r a n d s d e la terre n e tardèrent pas à v e n g e r ces petits m a r t y r s , q u e nous connaîtrons dans le ciel. Mais du moins leur exemple et peut-être plus encore leurs prières, lorsqu'ils furent devant Dieu, réveillèr e n t leurs pères, qui m a r c h è r e n t à la sixième croisade générale. Leur chef Job n e s'était p a s e m b a r q u é avec e u x . On le retrouvera p e n d a n t les désastres d e la croisade de saint Louis. Presque en m ê m e temps que cette tentative des enfants, la Castille, en croisade p e r m a n e n t e contre les M a u r e s , leur reprenait le fort Magalon, Àlarcos, Calatrava, et leur faisait subir, d a n s les plaines de Tolosa, u n e immense défaite, o ù , d i t - o n , cent mille Sarasins périrent.

XXXYI. — SIXIÈME GRANDE CROISADE.
Ne v o u s laissez pas aller à tous l e s vents et ne suivez pas votre voie a u hasard. Ecclésiastique, V.

Des troubles, à la mort de Henri VI, avaient agité l'empire pour la succession au trône impérial. Deux

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

273

hommes s'étaient fait en m ê m e temps proclamer empereurs et se disputaient le sceptre d e Henri le Cruel : le premier était Philippe de S o u a b e , frère du monarque défunt; il se faisait u n titre de la tutelle du j e u n e Frédéric, fils de Henri V I , enfant de trois a n s , qu'il présentait c o m m e héritier d ' u n e couronne élective; le second était Othon d e B r u n s w i c k , prince saxon. Le duc de B r a b a n t , qui dans cette élection prit le titre de duc de Lorraine et de B r a b a n t , marquis de l'empire romain, s'étant déclaré pour Othon de Brunsw i c k , entraîna dans son parti toute la Belgique, à l'exception du pays de Liège dévoué à Philippe. Othon et H e n r i , après u n siège de quarante j o u r s , forcèrent les portes d ' A i x - l a - C h a p e l l e , où O t h o n , couronné avec p o m p e , célébra ses fiançailles avec Marie de L o u v a i n , fille de Henri I , princesse qu'il ne devait épouser q u e plus tard.
er

Othon, quatrième du n o m , avait beaucoup de partisans. La g u e r r e civile désola d o n c l'Allemagne et l'Italie p e n d a n t onze a n n é e s . Mais Philippe d e Souabe ayant été assassiné en 1 2 0 8 , Othon s'était vu reconnu p a r tous les A l l e m a n d s . Peu a p r è s , il envahit le p a y s de Naples, et m a r c h a n t sur les traces du monstre à qui il succédait, il s ' e m p a r a des États de l'Église et fut e x c o m m u n i é . Dès lors les succès l'abandonnèrent; et l'Allemagne a y a n t élu à sa place Frédéric II, fils de Henri VI, il y eut u n e fois de plus deux e m p e r e u r s . E n l'année 1 2 1 4 , u n e ligue p r e s q u e européenne s'était formée contre Philippe-Auguste, dont la splendeur effrayait ses voisins. Othon IV, q u i voulait de la
18

274

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

gloire, s'unit a u comte de Flandre F e r r a n d , au d u c de B r a b a n t , a u x Anglais; et il se trouva d a n s les Pays-Bas à la tête de cent cinquante mille h o m m e s . Philippe-Auguste n ' e n avait que soixante mille, ayant d û laisser u n e partie de ses forces à son fils, qui, tout en c o m p r i m a n t les Albigeois, arrêtait les Anglais a u x b o r d s de la Loire. Le 25 juillet'au m a t i n , les souverains ligués contre la France se croyaient si sûrs de v a i n c r e , qu'ils se partageaient les États de PhilippeAuguste. Le comte de Flandre devait avoir l'Artois, la Picardie et P a r i s , avec le titre de r o i ; Othon s'appliquait la Champagne et la Bourgogne; le roi d ' A n gleterre les provinces q u e baigne la Loire; les autres princes se disputaient le reste. C'étaient Henri le Guerroyeur, d u c de Brabant, Henri III, duc de Limb o u r g , le comte de Salisbury, qui commandait six mille Anglais, et d ' a u t r e s seigneurs. Les d e u x a r m é e s se r e n c o n t r è r e n t le 2 7 juillet entre Lille et Tournai. Philippe-Auguste m o n t a à cheval et dit a u x siens : « Soldats, l'armée qui n o u s attend est e x c o m m u n i é e ; elle combat pour le pillage; n o u s qui marchons p o u r notre liberté et notre h o n n e u r , Dieu nous fera triompher. » Puis, déposant sur l'autel où l'on venait d e céléb r e r la sainte messe son casque de g u e r r e que surmontait la couronne r o y a l e , il reprit d ' u n e voix forte : « Compagnons, il faut q u e cette c o u r o n n e soit victorieuse a u j o u r d ' h u i . Si vous connaissez dans vos rangs u n plus digne que moi de la p o r t e r , mettez-la

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

275

sur sa t ê t e ; qu'il nous conduise au combat; j e j u r e de lui obéir et j e serai le premier à le suivre. » Toute l'armée tomba à g e n o u x en priant Philippe de la b é n i r ; et Philippe la bénit solennellement, car le sacre lui avait d o n n é ce droit. On sait l'histoire de cette j o u r n é e illustre. Les soixante mille Français m i r e n t en pleine déroute les cent cinquante mille ligués. Othon prit la fuite, le comte F e r r a n d , qui voulait P a r i s , y fut emmené prisonnier. Pour se laver de cette h o n t e , Othon se croisa et partit pour la sixième croisade, ouverte p a r I n n o cent III et continuée par HonoriusIII, son successeur. Le comte de Salisbury avait été tué. Le roi d ' A n g l e terre, vaincu à son tour près de la Loire, et, comme Othon IV, e x c o m m u n i é , prit aussi la croix, et tous deux p a r t i r e n t pour la Palestine. Frédéric 11, le rival d ' O t h o n , se croisa pareillement. Le saint-siége demandait aux guerriers leur c o u r a g e , aux riches leurs a u m ô n e s , a u x villes maritimes leurs vaisseaux, à tous les fidèles leurs efforts et leurs prières. P a r t o u t on s'ébranlait. Ceux qui ne pouvaient se résoudre à partir fournissaient de l'argent ou des a r m e s ; Philippe-Auguste abandonnait a u x croisés le quarantième de ses r e v e n u s . Le roi d'Angleterre en se croisant se réconciliait'avec le saint-siége. Frédéric I I , rival d'Othon, se soutenait en p r e n a n t la croix comme lui. Mais Othon avait p e r d u ses alliés; Frédéric II, au contraire, a p p u y é par Philippe-Auguste, était devenu si puissant qu'il n ' y avait plus que Cologne qui tînt encore p o u r Othon. Henri de B r a b a n t , réconcilié
48.

276

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

avec le roi d e F r a n c e , son b e a u - p è r e , prit le parti de F r é d é r i c , et lui fit ouvrir Cologne (en 1 2 1 6 ) ; Othon, d e v e n u fou, expira peu après d a n s u n accès de frénésie. Les autres princes n e se hâtaient pas d'accomplir u n v œ u qu'ils avaient fait u n i q u e m e n t par politique. Le souverain pontife avait envoyé p a r t o u t d ' a r dents p r é d i c a t e u r s qui appelaient à la guerre sainte. Beaucoup d e vaillants h o m m e s c o u r u r e n t a u x a r m e s . Les Français du Nord et les Belges partirent en 4 2 1 6 , avec quelques A l l e m a n d s ; les ducs de Brabant et de Limbourg, les comtes de Looz et de Juliers e m b a r quèrent leurs a r m é e s ; les b r a v e s du H a i n a u t , d e la F l a n d r e , du Namurois et du pays de Liège se m i r e n t en marche sous le c o m m a n d e m e n t de Gauthier d ' A vesnes, g u e r r i e r dont la famille avait déjà u n si g r a n d éclat en Asie. Les H o n g r o i s , ces mêmes peuples qui cent vingt ans a u p a r a v a n t avaient immolé les p r e miers croisés, convertis alors à la foi de Jésus-Christ, venaient de p r e n d r e la c r o i x , et conduits par A n d r é II leur r o i , ils se joignaient a u x Francs (4). Tous ces guerriers d é b a r q u è r e n t à Ptolémaïs. Ils
(1) Parmi les seigneurs français qui se portèrent à cette croisade, nous ne citerons que Thibaut V, comte de Champagne, Jean de Brienne, Hervé, comte de Nevers, Henri, comte de Rodez, le comte de Forez, Guillaume I I de Joigny, Josselin d e l a Roche-Bernard, Odon d e Viviers, Philippe de Montfort, Henri de Nogent, Jean, sire d'Arcis-sur-Aube, Frédéric de Bourmont, Matthieu II, duc de Lorraine, Guillaume d'Arras, Gilles, sire de Rieux, Jean, comte de Màcon, Henri de Germiny, Gaucher de Chàtillon, Pierre d'Averoult, Pierre Mauclerc, duc deBretagne, Hugues, comte de la Marche, Gillet de Martainville, Herman de Périgord, Raymond IV de Turenne, Odon de Bussy, Érard de Rameru, Renard d e Froissart, Baudouin de Mérode, Garnier de Mauny, e t c . , e t c . , etc.

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

277

apportaient des machines de guerre et des a r m e s . Leur arrivée troubla tellement, les infidèles, q u e d a n s leurs premières excursions ils firent sans combattre une multitude de prisonniers. Ils prirent d'assaut le mont Thabor, qui était u n poste t r è s - i m p o r t a n t ; après quoi Gauthier d'Avesnes se fortifia sur le Carmel. Un n o u v e a u renfort étant v e n u d'Occident l'année s u i v a n t e , on résolut d'aller assiéger Damiette. Il n e faut pas confondre cette place avec la ville de ce n o m qui existe a u j o u r d ' h u i . L'ancienne Damiette était d'une lieue plus a v a n t vers la m e r ; située à un mille de la M é d i t e r r a n é e , sur la seconde embouchure du Nil, cette ville avait du côté du fleuve un double r e m p a r t , et du, côté de la terre trois ceintures de bastions. Une tour é n o r m e , assise a u milieu d u Nil, la protégeait contre les vaisseaux qui descendaient de l'Egypte. Elle était bien m u n i e de provisions, et sa garnison était considérable. Les chrétiens assirent leur camp d a n s les riantes campagnes environnantes. Bientôt des v a i s s e a u x , sur lesquels on avait élevé des galeries avec des ponts-levis et des échelles, s'approchèrent des doubles r e m p a r t s . De grands traits de valeur signalèrent les c o m m e n c e m e n t s de ce siège; les musulmans se défendirent si bien, que les p r e m i e r s chrétiens qui tentèrent l'escalade furent précipités et périrent engloutis d a n s le Nil. On décida que c h a q u e nation avec ses chefs et ses machines aurait son j o u r de c o m b a t . Ceux que commandait Gauthier d'Avesnes, voulant distinguer à la fois leur industrie et leur courage, con-

278

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

struisirent sur d e u x vaisseaux solidement liés ensemble un énorme château de bois, égal en élévation à la haute et vaste tour postée au milieu du Nil. Au sommet de la forteresse flottante, on avait placé un pontlevis qui devait s'abattre avec u n e galerie couverte sur la tour des infidèles. Le 2 4 août, de l'année 4 2 1 8 la m o n s t r u e u s e machine descendit le Nil. Les m a t e lots qui la dirigeaient s'arrêtèrent et j e t è r e n t leurs ancres d e v a n t la tour d u fleuve. Des d e u x côtés on s'apprête à un combat formidable; les chrétiens lancent leurs javelots; les m u s u l m a n s , en masses pressées sur le r e m p a r t , inondent la tour mouvante de feu grégeois. Tout Damiette d ' u n e p a r t , de l'autre toute l'armée chrétienne assemblée sur la r i v e , font des v œ u x a r d e n t s . Mais en u n instant la.machine est en feu; le pont-levis tremble et s'enflamme; les p r e m i e r s croisés qui s'étaient élancés r e c u l e n t , après avoir p e r d u leur b a n n i è r e ; les infidèles triomphent. Bientôt p o u r t a n t , comme p a r un m i r a c l e , le feu grégeois s'éteint; la machine se trouve r é p a r é e ; le pont-levis, ayant sacrifié sa galerie, r e t o m b e encore sur la tour des Sarasins; et les chrétiens s'avancent à découvert, avec des haches d ' a r m e s , des piques, des massues de fer; c'étaient des Liégeois, d e s soldats d u d u c d ' A u t r i c h e , a v e c quelques Frisons. Les premiers e u r e n t bientôt le pied sur les c r é n e a u x d e la tour. Là il fallait repousser à travers mille périls un ennemi d é t e r m i n é . Une partie des Sarasins retirés à l'étage inférieur, saisissaient les soldats de la Croix a v e c des lances à crocs et les précipitaient d ' u n e h a u t e u r prodigieuse dans le fleuve.

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

279

Les historiens citent surtout un j e u n e Liégeois d o n t ils ne disent pas le n o m . Il combattait au p r e m i e r r a n g , un pied sur le pont-levis, l'autre sur la p l a t e forme de la tour e n n e m i e . A ses côtés u n Frison, a r m é d'un fléau à battre le b l é , dispersait u n e poignée d'infidèles et s'emparait de l'étendard j a u n e du sultan. Le Liégeois faisait face à un Sarasin robuste et portait vaillamment de g r a n d s coups, sans vouloir se retirer, malgré les cris de ses c o m p a g n o n s , et sans s'apercevoir q u e , tandis qu'il combattait, un Maure accroupi brisait avec sa hache la faible poutre sur laquelle il marchait. Il sentit le plancher craquer sous ses p a s ; ne voulant pas périr sans r e n d r e sa mort u t i l e , il saisit son h a u t ennemi p a r la j a m b e , l'entraîne et disparaît avec l u i ; et les c h r é t i e n s , se p r é c i p i t a n t , sont maîtres de la grosse tour. Mais la ville tint longtemps e n c o r e ; plusieurs combats a u g m e n t è r e n t la gloire des croisés, sans a m e n e r la fin d'un siège qui devait d u r e r dix-huit mois. Nous ne devons pas oublier u n trait d'héroïsme q u e tous les historiens r a p p o r t e n t . Dans u n e rencontre qui eut lieu sur le Nil, u n vaisseau des templiers fut pris p a r les Sarasins. P e n d a n t q u e les infidèles, du h a u t des murs de Damiette, se réjouissaient de cet a v a n t a g e , les templiers, Français, Belges et A l l e m a n d s , préférant la m o r t à l'esclavage, percèrent le fond d u n a vire. Vainqueurs et vaincus, tout fut englouti. Plusieurs fois, dans des assauts, les chrétiens p a r vinrent a u x c r é n e a u x des r e m p a r t s de D a m i e t t e , sans s'y maintenir. Mais comme ils ne se lassaient point et que tous les j o u r s il arrivait de n o u v e a u x

280

SIXIÈME GRANDE CROISADE.

croisés, le sultan d u Kaire acheva de se troubler et envoya d e m a n d e r la p a i x . Il était si effrayé qu'il offrait d e r e n d r e a u x chrétiens la ville d e Jérusalem e t d e restituer tous les prisonniers faits s u r e u x depuis la m o r t d e Saladin. Les barons et les chevaliers accueillirent a v e c joie ces propositions, qui terminaient la g u e r r e sainte. Mais le cardinal Pelage, qui était le chef s u p r ê m e d e cette c r o i s a d e , la r e p o u s s a ; il voulait tout devoir a u x a r m e s ; il paraissait s û r de r e p r e n d r e la P a l e s t i n e , à laquelle il parlait d e joindre l'Egypte. Jean de B r i e n n e , roi de J é r u s a l e m , qui était alors d a n s le c a m p , n e fut p a s é c o u t é ; et on poursuivit le siège de Damiette. Cette v i l l e , serrée de t r è s - p r è s , était ravagée p a r la famine. Le 5 n o v e m b r e selon les u n s , le 9 selon les a u t r e s , e n l'année 1 2 1 9 , on donna au c o m m e n cement d e la nuit le signal d ' u n g r a n d assaut. Les échelles furent plantées au b r u i t d ' u n violent o r a g e . La ville fut prise sans résistance. Mais elle n'était plus peuplée q u e de cadavres abandonnés d a n s toutes les r u e s . De soixante-dix mille habitants que Damiette avait comptés au commencement du siège, il n ' e n restait debout q u e trois m i l l e , dont la faim avait fait aussi des spectres. Les chevaliers eurent pitié d e ces infortunés, qu'ils respectèrent. Ils trouvèrent d a n s la ville de grandes richesses. Ce fut tout le fruit d e cette croisade. L e cardinal Pelage, refusant d e n o u v e a u la p a i x , marcha sur l'Egypte; mais, mal secondé, il n ' é p r o u v a plus que des r e v e r s . Il fallut bientôt r e n d r e Damiette, accepter des conditions au lieu d'en i m p o -

CROISADE CONTRE LES STADINGS.

281

ser ; et ceux des croisés qui avaient le coeur h a u t placé s'en revinrent a b a t t u s . Si nous avons peu signalé dans cette croisade l'empereur Frédéric I I , digne petit-fils d e l'abominable Henri VI, c'est qu'il, était l'allié des Sarasins plus que le champion de la Croix, et qu'il n e fit rien qui lui conquît gloire, ou h o n n e u r .

XXXVII. — CROISADE CONTRE LES STADINGS.
Iniquité de suivre les conseils impies et de repousser l e s prescriptions de la sagesse divine. S. LÉON, pape.

P e n d a n t tous ces d é b a t s , u n e secte nouvelle de fanatiques faisait des progrès en Allemagne. On les appelait les S t a d i n g s , ce q u e quelques-uns i n t e r p r è tent par « gens de plaisirs » ; mais il est peut-être plus convenable d'expliquer leur nom p a r celui de la ville de Staden, d a n s la basse S a x e , où des Albigeois réfugiés avaient apporté leurs doctrines. Les Stadings passaient leurs jours dans de grossières orgies; ils faisaient des figures de cire qu'ils adoraient; ils consultaient des devins et des sorcières et se vantaient d'être en plein commerce avec le diable; ils l'adoraient d a n s leurs rassemblements n o c t u r n e s . Il va sans dire qu'ils détestaient les sacrements et l'Église. Comme les Albigeois du Midi, ils se m o n traient les ennemis implacables des prêtres et des religieux. Lorsqu'ils le p o u v a i e n t , ils les faisaient mourir dans d'odieuses tortures. Us e x e r ç a i e n t , d e puis quelque temps d é j à , leurs brigandages dans

282

CROISADE CONTRE LES STADINGS.

l'archevêché de B r è m e ; ils incendiaient les églises, pillaient les c a m p a g n e s , massacraient les populations fidèles et se retiraient après leurs excursions d a n s des marais inaccessibles. Plusieurs fois l'archevêque de B r è m e , Gérard de L i p p e , avait tenté sans succès de les détruire. Dans u n e d e r n i è r e bataille qu'il venait de leur l i v r e r , son a r m é e avait été vaincue et dispersée par l e s S t a d i n g s ; son f r è r e , qui la c o m m a n d a i t , avait été pris et mis cruellement à mort. Cette victoire avait r e n d u les brigands plus a u d a c i e u x et plus féroces. Le prélat désolé s'adressa au saint-siége, occupé alors p a r le saint pape Grégoire IX. Grégoire engagea vivement tous les princes souverains de la Germanie inférieure et des Pays-Bas à se croiser contre ces nouv e a u x infidèles. Le j e u n e Henri de B r a b a n t , qui d e vait porter le n o m d e M a g n a n i m e , fils de Henri le Guerroyeur, fut n o m m é chef de cette croisade. Les seigneurs de Malines, de G r i m b e r t , de W e s e m a l e , d e B é t h u n e , Thierry de D i x m u d e , Rasse et A r n o l d d e G a v r e , Gilbert de S o t t e g h e m , Arnould d ' A u d e n a r d e , et beaucoup d ' a u t r e s chevaliers du B r a b a n t , d e la F l a n d r e , du pays de Liège, du Limbourg et des A r d e n n e s , vinrent a v e c leurs guerriers se j o i n d r e au prince de B r a b a n t ; et ils m a r c h è r e n t vers le p a y s de B r è m e , au printemps de l'année 1 2 3 4 . C'était le sire d'Assche qui portait la g r a n d e bannière de H e n r i . Après avoir étudié leurs ennemis p e n d a n t q u e l q u e s j o u r s , les croisés se décidèrent à, les a t t a q u e r s u r - l e - c h a m p . Us c o u v r i r e n t de ponts v o l a n t s et d e vastes claies les marécages coupés d e ruisseaux qu'il

CROISADE CONTRE LES STADINGS.

283

leur fallait franchir, et le 2 6 juin ils se précipitèrent contre les Stadings. Les b r i g a n d s , conduits par trois de leurs chefs, venaient en h u r l a n t à la bataille. Elle s'engagea avec ardeur, avec a c h a r n e m e n t ; tandis que les Brabançons et les Ardennais attaquaient en face, les Flamands et le comte de Clèves cernaient les flancs et les derrières de l'ennemi, qui se trouva entièrement enveloppé. Alors il en fut fait u n g r a n d carnage. Neuf mille p é rirent, selon le récit de Pierre Yan Dieve ( 1 ) ; c'était la moitié de la b a n d e . Le reste fut poussé dans les fanges des marais ou d a n s les flots du W e s e r ; et les Stadings n e laissèrent plus q u ' u n odieux souvenir (2). L'année s u i v a n t e , leur v a i n q u e u r , Henri de Brab a n t , deuxième du n o m , succéda à son père sur u n trône qu'il occupa d i g n e m e n t (3).
( 1 ) D i v œ u s , D e antiquitatibus lib. XX. (2) Voyez, dans les Légendes puissance pour les sortilèges. (3) On l'a surnommé le Magnanime principalement parce q u e , l'empereur Frédéric II ayant été à son tour e x c o m m u n i é , il refusa la c o u ronne impériale que lui offraient les princes électeurs, et resta au milieu de son peuple, dont il avait étendu les libertés et le bien-être. Brabantiœ et rerum Brabanticarum, p. 268,

des Commandements

de l'Église,

d'autres détails sur les Stadings, qui attribuaient à la sainte hostie une

284

FIN D E L'EMPIRE LATIN DE CONSTANTINOPLE.

XXXVIII. FIN DE L'EMPIRE LATIN DE CONSTANTINOPLE.
C'était un trop grand poids pour leurs débiles mains.
MAIRET.

Cependant l'empire fondé p a r Baudouin IX à Constantinople s'écroulait de j o u r en j o u r . Baudouin de C o u r t e n a i , élevé sur le trône latin après la m o r t de son frère R o b e r t , n ' a v a i t que onze ans l o r s q u e , en 4 2 2 8 , on le proclama chef de l'empire. A t t a q u é p a r les Grecs et les B u l g a r e s , ses barons c r u r e n t lui d o n n e r u n appui en lui faisant épouser M a r i e , fille de Jean d e B r i e n n e , roi nominal de J é r u s a l e m , et en confiant à ce v i e u x chef la régence de l'empire latin. Jean de Brienne porta lui-même le titre d ' e m p e r e u r , mais à peu près aussi v a i n e m e n t qu'il avait porté celui de roi de la Palestine. Agé de s o i x a n t e - d i x a n s , longtemps il n e put faire que bien p e u p o u r a r r ê t e r les ennemis du sceptre d o n t la défense lui était c o n fiée. E n 1 2 3 4 le 'roi des Bulgares s'étant ligué a v e c l ' e m p e r e u r g r e c , ces d e u x princes v i n r e n t assiéger Constantinople. Jean de Brienne sentit réveiller son v i e u x sang français. Secondé de ses b a r o n s , il repoussa l'ennemi et délivra la ville.' Un secours d e Vénitiens et de Champenois r a m e n a quelque confiance. Alors Baudouin de Courtenai passa en E u r o p e , d a n s l'espoir d'intéresser les États chrétiens à sa causeLe roi de France Louis IX l'accueillit a v e c u n e bienveillance e x t r ê m e . En récompense de la sainte couronne d'épines dont le j e u n e e m p e r e u r lui fit pré-

FIN D E L'EMPIRE LATIN D E CONSTANTINOPLE.

285

sent, Je m o n a r q u e français lui donna des guerriers et des a r m e s , lui fit r e n d r e ses domaines de la maison de Courtenai et l'aida à reconquérir son comté de Namur, qui était u s u r p é . Après la m o r t de ses f r è r e s , Baudouin était h é r i tier du comté d e N a m u r comme de l'empire de Constantinople. Mais en son a b s e n c e , M a r g u e r i t e , sa quatrième s œ u r , s'en était e m p a r é e . Elle avait épousé Henri de W i a n d e n , m o r t en Palestine; quoique ses titres n e lui donnassent q u e des droits éloignés, l'extrême jeunesse de son frère, qui d'ailleurs était en Asie, avait favorisé sa h a r d i e s s e ; et elle régnait à Namur, non sans avoir éprouvé quelques contestations. Car, en v o y a n t ce b e a u comté presque livré a u premier o c c u p a n t , F e r r a n d de Portugal avait p r é tendu q u e , comme n e v e u d'Yolande p a r sa femme, il avait aussi des droits à ce domaine. Il s'y était p r é senté en a r m e s , et il était le plus fort. Il avait occupé en 1231 le pays entre S a m b r e et Meuse ; il avait pris Floreffe après u n siège très-meurtrier ; mais sentant bien qu'il n'avait pas de titres r é e l s , il avait consenti à terminer cette g u e r r e par u n e transaction. Il avait reçu quelques bailliages voisins d e ses États de Hainaut, et il avait laissé le reste à Marguerite de Courtenai. Ce fut p e u après cette paix que Baudouin arriva de Constantinople, réclamant son héritage. Marguerite, embarrassée et s'accoutumant à la grandeur, chercha des subterfuges. D ' a b o r d elle voulut faire passer son frère p o u r u n imposteur, comme le pauvre ermite q u ' o n avait p e n d u à Lille parce qu'il se disait Baudouin IX. Ce moyen n e réussit pas.

286

FIN DE L'EMPIRE LATIN D E CONSTANTINOPLE.

Louis IX soutenant le j e u n e p r i n c e , le Namurois se déclara aussi p o u r lui. Marguerite céda et se retira dans un monastère. Reconnu souverain du N a m u r o i s , Baudouin poursuivit ses projets d'affermir l'empire de Constantin o p l e . Il e m p r u n t a au roi Louis IX cinquante mille livres parisis hypothéquées sur son comté de N a m u r ; a p r è s cela il passa en Angleterre, où il r e ç u t quelque a p p u i ; il leva p a r t o u t des g u e r r i e r s , et repartit en 1 2 3 9 pour l'Asie, à la tête de soixante mille h o m m e s , parmi lesquels, s'il faut en croire les v i e u x historiens, on comptait trente mille cavaliers. Il e m m e nait plusieurs chefs r e n o m m é s , b e l g e s , français et anglais. Quoiqu'une partie de ses compagnons l'eût quitté en chemin pour p r e n d r e la route de la terre s a i n t e , il arriva pourtant d a n s son empire à la tête d'une force imposante. Il se fit couronner à Sainte-Sophie p a r le patriarche de Constantinople. Mais, a u lieu de m a r c h e r à ses ennemis et de les c o m b a t t r e , il se contenta d'obtenir d ' e u x u n e trêve de d e u x a n s . Jean de Brienne était mort ; Baudouin de Courtenai régna faiblement. En 1 2 4 4 , a y a n t éprouvé d'autres é c h e c s , il parcourut l'Europe de n o u v e a u ; pendant quinze a n s , errant et m a l h e u r e u x , on le vit chercher p a r t o u t des soutiens sans succès; car on n'avait plus en lui a u c u n e confiance. Les chrétiens connaissaient trop les tristes fruits des guerres lointaines. Le peu de zèle qui restait encore pour les pieuses expéditions ne poussait les guerriers que vers Jérusalem. Louis IX

FIN D E L'EMPIRE LATIN D E CONSTANTINOPLE.

287

en 1245 avait pris la Croix ; parmi les seigneurs, les seuls dout l'ardeur eût pu seconder Baudouin se p r é paraient à suivre le roi de F r a n c e ; c'était Guillaume de Dampierre, fils de la comtesse de Flandre Marguerite, qui devait partager la gloire, les périls et la captivité du roi de France et ne revenir de la Palestine que p o u r expirer a u retour sur le sol natal. C'ét a i e n t Guy son frère, le sire de B é t h u n e , et plusieurs seigneurs du Brabant et du pays de Liège. Baudouin p o u r t a n t n e se rebuta pas ; il fut secondé par sa femme. Tandis qu'il poursuivait ses d é m a r ches suppliantes, on voit, en 1 2 4 9 , Marie d e B r i e n n e , comtesse de N a m u r et impératrice de Constantinople, aller j u s q u ' e n Chypre implorer la protection d e Louis IX et de ses chevaliers, loucher les croisés du spectacle de sa m i s è r e , et leur a r r a c h e r des p r o messes que les revers et la mort ne leur permirent pas de t e n i r . Et dans le m ê m e t e m p s , les ennemis de Baudouin de Courtenai profitèrent de son absence pour lui e n lever son comté de N a m u r , qui était gouverné p a r des baillis. Jean d'Avesnes, qui déjà s'était emparé du Hainaut, du vivant de sa m è r e , déclara qu'il confisquait le comté de N a m u r , p r e m i è r e m e n t , parce qu'il en était suzerain et que Baudouin de Courtenai avait négligé de lui en faire h o m m a g e ; en second lieu, parce qu'il l'avait engagé au roi d e France sans son consentement. Guillaume de H o l l a n d e , dont Jean d'Avesnes avait épousé la s œ u r , appuya ces prétentions; et l'usurpateur du Hainaut mit la main sur le p a y s de N a m u r . Baudouin de Courtenai était

288

FIN DE L'EMPIRE LATIN DE CONSTANTINOPLE.

alors r e t o u r n é en Asie ; Louis IX était en Palestine. L'empereur latin décida sa femme à r e v e n i r en E u r o p e . Marie de Brienne arriva d o n c à Paris , où la reine B l a n c h e , qui était régente de F r a n c e en l'absence d e son fils, la reçut avec toutes les m a r q u e s de la plus h a u t e distinction; elle lui remit l'obligation des cinquante mille livres que son mari avait contract é e ; et soutenue p a r la France et p a r le saint-siége, * Marie revint à N a m u r en 1 2 5 3 . Jean d'Avesnes alors céda à Henri I I , comte de L u x e m b o u r g , les droits qu'il s'était faits sur ce comté. Marie, entourée d ' e n n e m i s , régnait avec peine. Durant les désordres p r é c é d e n t s , un g r a n d esprit de licence s'était r é p a n d u d a n s toutes les classes de citoyens. Après l'avoir souffert trop mollement d'abord, elle voulut tout à coup r a m e n e r l'ordre p a r la violence. On m u r m u r a i t déjà des impôts d o n t elle accablait ses sujets, p o u r soulager son m a r i ; elle les a u g m e n t a . Dans u n e émeute on tua son bailli. Les coupables aussitôt furent déclarés criminels d e lèsemajesté. Il s'était formé des conspirations; elles éclat è r e n t . Un bourgeois , secrètement envoyé a u comte de L u x e m b o u r g , lui offrit de lui livrer N a m u r qu'il avait a c h e t é , et l'assura du concours des h a b i t a n t s , s'il voulait se présenter. C'était Henri I I , dit le Grand, ou le B l o n d , fils d'Ermesinde et petit-fils de Henri l'Aveugle. Il était b r a v e , et prétendait avoir des droits a u riche domaine de son g r a n d - p è r e ; il accueillit avec u n e joie immodérée l'ouverture qui lui fut faite, se p r é p a r a sans bruit et entra p a r surprise d a n s Nam u r , la nuit d u 2 4 décembre 1 2 5 6 .

t

FIN D E L'EMPIRE LATIN A CONSTANTINOPLE.

289

L'impératrice, car la comtesse de Namur conservait ce t i t r e , avertie de ce qui se passait, prit la fuite à la h â t e , laissant la garde du château à F r a n c o n , bâtard de W e s e m a e l e , qui jurait de le défendre j u s qu'à la dernière extrémité. Il tint ses serments-, il supporta un siège r i g o u r e u x de plus d e d e u x a n nées, a t t e n d a n t toujours des secours. Marie d e Brienne avait o b t e n u de la comtesse de Flandre et du comte de Champagne quelques soldats; ils n ' o sèrent attaquer le comte de L u x e m b o u r g ; et la petite garnison du fidèle Wesemaele a y a n t m a n g é ses c h e v a u x , le c h â t e a u se r e n d i t le 2 décembre 1 2 5 9 . Maître de la ville et de la forteresse de Namur, le comte Henri de L u x e m b o u r g soumit toute la p r o vince. Baudouin de Courtenai, plus attaché à l'empire d e Constantinople q u ' à son comté de N a m u r , le vendit alors à la comtesse de F l a n d r e , m o y e n n a n t vingt mille livres parisis. Mais ce n e fut q u ' e n 1264 que Guy de Darnpierre le p o s s é d a , p a r u n nouveau traité avec le comte d e L u x e m b o u r g , d o n t il épousa la fille. Après de longs efforts, Baudouin d e Courtenai était parvenu encore à lever u n e a r m é e , qui était partie devant lui p o u r Constantinople, sous la conduite de Jean de B é t h u n e . Il l'avait rejoint. Mais sa cause était p e r d u e . E n l'année 1 2 6 2 , Michel Paléologue lui enleva sa capitale, qui faisait alors tout l'empire. Obligé de s'enfuir p a r mer de Constantinople, n ' e m portant que ses t i t r e s , il ne p u t s'habituer à vivre dépouillé de la p o u r p r e , qui p o u r t a n t l'écrasait. Il trouva moyen d'équiper u n e nouvelle flotte; et il a l 49

290

SEPTIÈME GRANDE CROISADE.

lait partir à la tête d ' u n e dernière croisade p o u r r e p r e n d r e l'empire qu'avait fondé son oncle Baudouin I X , lorsque les désastres de saint Louis en Asie a r r ê t è r e n t ses guerriers. — Baudouin d e Courtenai m o u r u t e n 1 2 7 3 , âgé d e cinquante-six a n s . Nous n ' a v o n s résumé ici ses m a l h e u r s que pour dire la fin d ' u n e dynastie qui s'était levée si glorieuse,

XXXIX. — SEPTIÈME GRANDE CROISADE.
SAINT LOUIS.

Comme on était eu contestation s'il fallait tenir le Roi pour mort," Notre-Seigneur lui rendit la parole; et l a première chose qu'il d i t , ce fut qu'il demanda que la croix d u saint voyage lui fut apportée ; laquelle incontinent l u i apporta l'évêque de P a r i s . E t l e R o i , la recevant très-dignement, se croisa et fit v œ u d'aller contre l e s infidèles.
JOINVILLE.

P e n d a n t q u e les chrétiens divisaient leurs forces e n t r e la P a l e s t i n e , l'empire latin de Constantinople et leurs guerres locales, Gengiskan, l'un des grands dévastateurs de la t e r r e , s'élançait des steppes de la T a r t a r i e , avec des b a n d e s aussi nombreuses et aussi implacables q u e celles qui huit cents a n s a u p a r a v a n t avaient suivi Attila. Mais plus h e u r e u x que le roi des H u n s , Gengiskan avait conquis toute l'Asie, et son empire s'étendait de dix-huit cents lieues de l'orient à l'occident, d e plus de mille d u n o r d a u m i d i , lorsqu'il m o u r u t au milieu de ses triomphes, en 1 2 2 7 ; il avait soixante-six ans et les trois quarts de sa vie

SAINT LOUIS.

291

s'étaient passés d a n s les combats. Il partagea en mourant ses n o m b r e u x États entre ses enfants. Tulikan eut la P e r s e , le Khoraçan et u n e partie de l'Inde. Des populations chassées de la Perse p a r les Tartares vinrent chercher u n asile en E g y p t e . Le sultan, toujours en g u e r r e avec les chrétiens de la Palestine, accueillit ces fugitifs, les incorpora dans ses a r m é e s ; beaucoup de Tartares s'étaient joints à e u x par amour de la vie d ' a v e n t u r e s . Ces b a n d e s sauvages prirent à leur tour J é r u s a l e m , la saccagèrent et massacrèrent encore tous les chrétiens. L'évêque de Beyrouth, à ces affreuses nouvelles, s'embarqua p o u r l'Europe et alla solliciter de n o u veau l'intervention du Saint-Siège. E n considérant les conquêtes sanglantes des T a r t a r e s , qui avaient d é vasté aussi la H o n g r i e , la P o l o g n e , qui menaçaient l'Allemagne et l'Italie, et qui semblaient destinés à envahir tout l'ancien m o n d e , l'Europe s'épouvanta. Tous les souverains envoyèrent a u x chefs de ces hordes des ambassadeurs qui furent tous mal reçus ; et alors on n ' e u t recours qu'à D i e u , en ajoutant a u x litanies qui se récitaient d a n s toutes les églises : A furore Tartarorum libéra nos., Domine (1). En 1 2 4 6 , le pape Innocent IV envoya le franciscain Jean Carpini dans le Kapschak, contrée de la Tartarie, qui s'étend de la Crimée au Volga, pour obtenir de Tuli-kan, l'un des fils de Gengis, qu'il cessât ses ravages dans la R u s s i e , la Pologne et la Hongrie. Saint Louis, peu a p r è s , députa a u x Tar(1) Comme au temps des invasions n o r m a n d e s , o n avait ajouté « Jurore Normannorum.

49s

292

SEPTIÈME GRANDE CROISADE.

lares Guillaume de Ruysbroeck (Rubruquis), c o r d e lier b r a b a n ç o n , d a n s le même dessein; et ces d e u x religieux furent accueillis p a r t o u t . Ils obtinrent m ê m e des conversions. Mais il fallait secourir J é r u salem. Dans u n concile assemblé à Lyon en 1 2 4 5 , le p a p e avait r é c l a m é u n e nouvelle croisade contre les Tartares d e Jérusalem et contre les ennemis de l'empire latin. E n m ê m e temps il avait excommunié solennellement Frédéric I I , qui avait envahi les domaines de l'Église. Mais un an a v a n t ce concile, le saint roi Louis I X , au sortir d ' u n e maladie g r a v e , avait fait v œ u de se croiser. Il était donc p r ê t . Il avait c o n v o q u é lui-même tous les seigneurs ses v a s s a u x . Comme il n'avait pas de m a r i n e , les p r é p a r a tifs furent assez longs. Ce n e fut q u ' a u mois de juin de l'an 1 2 4 7 q u e Louis alla à Saint-Denis recevoir le b o u r d o n d u p è l e r i n , la panetière et l'oriflamme; après quoi il r e n t r a à P a r i s , entendit à Notre-Dame la messe des voyageurs et partit le lendemain pour A i g u ë s - M o r t e s , où il devait s ' e m b a r q u e r avec ses troupes (1).
( i ) Citons quelques noms célèbres qui accompagnèrent saint Louis : Robert de France, c o m t e d'Artois; Charles d e France, comte d'Anjou; Gaston de Béarn ; H u g u e s l e Brun, c o m t e d'Angoulême; Thibaut I V , comte de Champagne et roi de Navarre ; Henri de Créquy ; Guillaume de Dampierre, comte de F l a n d r e ; Raymond V I , comte de F o i x ; H u g u e s , comte de la Marche ; Arnoul III, comte de Guines ; Robert de Grouchy ; Raoul de la Panouze ; Bertrand de Lascases ; l e sire de Joinville ; Baudouin d'Ibelin ; Guillaume I I de B e a u m o n t ; Geoffroy d e Chateaubriand; Hugues de Vaucouleurs ; P o n s V de Polignac; A i m e r i c d e Montalembert ; Matthieu I I , duc de Lorraine ; Ulric de Lescure ; Amblard de la Peyrouse ; Bernard de la Tour d'Auvergne ; Guillaume de Goyon ; le comte de Rethel ;

SAINT LOUIS.

293

La flotte, qui portait l'élite des hommes d e c œ u r de la F r a n c e , mit à la voile le 2 5 a o û t et d é b a r q u a en Chypre le 2 2 s e p t e m b r e . Cette île avait son roi (1) qui, accompagné de ses b a r o n s , r e ç u t au milieu des transports de joie et fêta de son mieux le saint roi Louis et toute sa flotte. Tous lui promirent s p o n t a nément de l'accompagner en P a l e s t i n e , s'il voulait attendre le printemps. Louis IX fit la faute de consentir à ce délai. Le climat et l'oisiveté altérèrent la discipline de son a r m é e et y causèrent des maladies qui la décimèrent. Mais, d a n s ces jours de r e p o s , il e u t le b o n h e u r de rétablir l'union entre les chevaliers du Temple et les hospitaliers, q u e d ' o dieuses rivalités divisaient, et entre les Génois et les Pisans, qui désolaient Ptolémaïs de leurs luttes furieuses. Il apaisa d ' a u t r e s d i s c o r d e s , et au b r u i t d e son nom des chrétiens vinrent l à , des plus lointains p a y s , lui offrir leurs h o m m a g e s . Il r e ç u t m ê m e u n e ambassade du k a n des Mogols q u i , favorable a u x chrétiens, lui offrait de seconder sa croisade. Louis se réjouissait de ce concours. C e p e n d a n t ,
Laurent de Montigny; Guy VI d e Montmorency-Laval; le comte de Vendôme ; Armand de Villars -, Hugues X de Lusignan ; Juhel d e Juigné ; Guillaume d e Yillehardouin ; Renaud d e Voyer, sire d e P a u l m y ; Jean d e Valenciennes ; Robert VII de Béthune ; Roger de Bonald ; W é r i c de Bournonville ; Jacques de Brézé ; Pierre de Courtenai ; Olivier de la Bourdonnaye ; Guillaume de Kergariou ; Raoul de Tournon ; Guillaume de Sévigné; É o n d e Q u é l e n ;

Etienne

d e B e a u x ; Alphonse V , comte de P o i -

tiers; Geoffroy de Sargines; Guillaume Séguier ; Hugues de Noailles ; Eudes de Montreuil; Guillaume de Ségur; Simon de Bombelles; Déodat. de Caylus; Olivier de Carné; Jacques; Gauthier et Jean de Brienne, et une multitude d'autres. (1) Henri de Lusignan, premier du n o m de Henri.

294

SEPTIÈME GRANDE CROISADE.

regrettant ses propres l e n t e u r s , il n e l'attendit p a s ; et à la fin de mai de l'an 1 2 4 8 , la flotte française, composée de d i x - h u i t cents v a i s s e a u x , g r a n d s et p e t i t s , s'élança vers l'Egypte, o ù l'on voulait c o m m e n c e r ila g u e r r e sainte. Le 4 j u i n , octave d e l'Ascension cette année-là, l'armée chrétienne se trouva en v u e d e Damiette. Le rivage était couvert de soldats m u s u l m a n s ; et les b a r o n s voulaient qu'on attendît pour la descente la réunion d e toute la flotte. Mais Louis ne consentit pas cette fois à p e r d r e un instant. Les c h e v a l i e r s , Louis à leur tête, se j e t è r e n t dans les b a r q u e s , l'épée à la main, s a u t è r e n t à la m e r dès qu'elle n ' e u t plus assez de fond et coururent à l ' e n n e m i . La bataille s'engagea aussitôt; la cavalerie m u s u l m a n e fut c o n trainte à r e c u l e r devant les lances des F r a n c s ; p l u sieurs émirs furent tués. A la fin du j o u r l ' e n n e m i prit la fuite et laissa les Français maîtres du rivage. Les croisés, fiers de cette première v i c t o i r e , q u i leur semblait u n h e u r e u x p r é s a g e , passèrent la soirée dans les réjouissances; e t , le lendemain m a t i n , ils s ' a v a n c è r e n t vers Damiette. Agréablement s u r pris de n e r e n c o n t r e r aucun ennemi sur leur r o u t e , ils e n t r è r e n t d a n s la ville tout ouverte et q u ' à leur surcroît de joie ils t r o u v è r e n t a b a n d o n n é e et totalem e n t d é s e r t e . Les premiers arrivés annoncèrent à g r a n d bruit cette b o n n e nouvelle ; toute l ' a r m é e se h â t a d ' e n t r e r . Les évêques croisés c h a n t è r e n t le Te Deum d a n s la grande mosquée „ d o n t ils firent u n e église. Les É g y p t i e n s étaient frappés de t e r r e u r , et p e n -

SAINT LOUIS.

295

dant plusieurs semaines les croisés n e virent a u c u n ennemi. Tous voulaient donc qu'on m a r c h â t en a v a n t . Mais Louis, désirant a t t e n d r e l'arrivée d u comte d e Poitiers, son frère, eut u n e seconde fois le m a l h e u r de p e r d r e un temps p r é c i e u x . Dans le repos, les c h e valiers s'amollirent et dépensèrent en festins et e n folles joies l'argent qu'ils avaient a p p o r t é . Lorsqu'un homme sage leur faisait à ce sujet des représentations, ils répondaient qu'ils auraient bientôt d e riches principautés qui r é p a r e r a i e n t tout. On voit que l'esprit chrétien s'altérait; l'indiscip l i n e , le désordre et la licence s'implantèrent d a n s tous les r a n g s , p e n d a n t q u e N e g h e m - E d d i n , sultan de l'Egypte, rassemblait à Mansourah, place q u i n ' é tait q u ' à cinq ou six lieues de Damiette, toutes les troupes q u e pouvaient lui fournir les diverses p r o vinces de l'Egypte, et q u e d a n s toutes les mosquées on remerciait le Ciel d'avoir mis l'épouvante dans le c œ u r des F r a n c s , car on attribuait leur inaction à la peur. E t les Égyptiens n ' a v a i e n t p a s t o r t , puisque cette inaction d u r a six mois. Le comte d e Poitiers arriva enfin avec de nouvelles troupes. On tint conseil aussitôt p o u r décider entre d e u x propositions. R o b e r t , comte d'Artois et frère de saint L o u i s , voulait q u ' o n a t t a q u â t sur-le-champ le Kaire, la capitale d e l'Egypte; les autres c h e v a liers proposaient d e p r e n d r e d ' a b o r d A l e x a n d r i e , qui offrait moins d e difficultés. L'armée se mit e n m a r c h e le 7 d é c e m b r e ; elle était composée d e soixante mille g u e r r i e r s , d o n t vingt mille chevaliers; elle était s u p e r b e . Une flotte r e m o n t a n t le Nil p o r -

296

SEPTIÈME GRANDE CROISADE.

tait, sous Jes y e u x des troupes, les vivres et les m a chines de g u e r r e . Mais on faisait peu de chemin ; car le 19 on d u t s'arrêter non loin de Mansourah d e v a n t le canal d ' A s c h m o u n , qui est un dérivé du Nil. On passa plusieurs semaines à essayer des p o n t s p o u r le traverser. Les avant-postes du sultan d ' E gypte incommodaient les croisés de leurs flèches et de leur feu grégeois; les cavaliers égyptiens v e n a i e n t m ê m e les harceler dans leurs positions. A y a n t enfin, au b o u t de d e u x m o i s , découvert un g u é , les plus intrépides p a s s è r e n t , e t , sans attendre le corps d ' a r m é e , conduits par le bouillant comte R o b e r t , ils se j e t è r e n t sur le camp des S a r a s i n s , s'en e m p a r è r e n t , e n t r è r e n t dans Mansourah et se mirent à piller cette place. Les S a r a s i n s , qui avaient r e c u l é , selon leur tactique h a b i t u e l l e , dès qu'ils virent l ' a r m é e des croisés dispersée en plusieurs corps et passant successivement le canal d'Aschmoun en confusion et en d é s o r d r e , tombèrent sur la première troupe engagée dans Mansourah et a t t a q u è r e n t en m ê m e temps l'armée chrétienne sur tous les points. La b a taille d u r a toute la j o u r n é e . Le comte d'Artois avait été assommé d a n s M a n s o u r a h , le g r a n d maître d u Temple et p r e s q u e tous ses chevaliers avaient péri avec un g r a n d n o m b r e de vaillants h o m m e s . Mais enfin la victoire restait a u x c h r é t i e n s , qui v i r e n t ce jour-là que la conquête où ils allaient ne serait p a s un jeu. Le lendemain de cette b a t a i l l e , 19 février 1 2 4 9 , les m u s u l m a n s , p a r bandes i n n o m b r a b l e s , se r u è r e n t sur le camp des croisés. Blessés p o u r la p l u -

SAINT LOUIS.

297

part et privés de leurs a r m e s , les Francs se défendirent si vaillamment avec tout ce qui leur tombait sous la m a i n , qu'ils forcèrent leurs ennemis à la r e t r a i t e . Le comte de Poitiers, pris p a r les assaillants, n e fut délivré que p a r les simples p è l e r i n s , qui d u r e n t ce succès à leur n o m b r e . Joinville, historien de cette g u e r r e , dit q u e le roi n e fut sauvé que p a r u n miracle de D i e u , car le feu grégeois b r û l a i t ses v ê t e ments et les harnais de son c h e v a l . « Les F r a n ç a i s , disent les plus célèbres historiens des croisades, eurent toute la gloire de ces d e u x j o u r n é e s , mais les m u s u l m a n s en e u r e n t tout l'av a n t a g e ; car l'armée c h r é t i e n n e , malgré ses v i c toires , n e pouvait plus continuer sa marche sur le Kaire (4). » E n m ê m e t e m p s , le s c o r b u t , la dyssenterie et les fièvres s'abattirent sur le camp désolé des soldats de la Croix; et les chants de g u e r r e avaient fait place aux gémissements des m a l a d e s et a u x pleurs des mourants. Les Sarasins c o n n u r e n t bientôt cette situation lamentable et laissèrent faire les maladies sans intervenir. Mais ils interceptaient et saisissaient tous les navires qui apportaient des secours a u x croisés; et la disette vint achever c e u x q u e les souffrances avaient encore laissés d e b o u t . On fut bien obligé de d e m a n d e r t r ê v e . Neghem-Eddin venait de mourir. Les souverains passent vite chez les m u s u l m a n s . Son fils Almoadan lui succédait. Louis IX lui envoya des propositions de p a i x ; on lui offrait de lui rendre D a m i e t t e , s'il
(1) MM. Michaud et Poujoulat.

298

SEPTIÈME GRANDE CROISADE.

voulait d o n n e r Jérusalem en é c h a n g e . La ville sainte n'était p a s relevée encore des dévastations t a r t a r e s . À l m o a d a n accueillait l'offre, à condition q u e le roi lui-même lui serait d o n n é en o t a g e . Louis I X y c o n sentait. Mais p e r s o n n e d a n s l ' a r m é e n e voulait se s é p a r e r d e lui. La négociation échoua d o n c , et le 5 avril 1 2 4 9 , qui était le lendemain de P â q u e s , on reprit le chemin de Damiette. On e m b a r q u a les femm e s , les enfants, les m a l a d e s ; le r o i , quoique m a l a d e , n e voulut partir q u e le d e r n i e r ; la flottille q u i suivait le Nil et l'armée qui le côtoyait se m i r e n t en marche dès que la n u i t fut v e n u e . Mais les m u s u l m a n s , instruits de ce d é p a r t , s'étaient p r é p a r é s à le troubler. Us remplirent bientôt tout l'espace q u e devaient franchir les c r o i s é s ; et de toutes p a r t s il leur fallut c o m b a t t r e . Cette n u i t ne fut q u ' u n m a s s a c r e ; les b a r q u e s furent prises et les m a l a d e s qu'elles portaient tués ou n o y é s . Joinville, qui s'était e m b a r q u é , allait périr a u s s i , comme il le r a c o n t e , lorsqu'il fut sauvé p a r u n Sarasin, qui le tint embrassé et l'emporta dans u n e galère du sultan en criant : « C'est le cousin d u r o i ! » Q u a n d le j o u r vint éclairer la situation, le petit n o m b r e des chefs restés vivants reconnut qu'ils n ' a vaient plus guère de leur belle armée q u e l ' a r r i è r e g a r d e , qui avait fidèlement escorté et préservé le roi. Cependant Louis, à la fin, avait couru les plus g r a n d s dangers. Voici u n fait q u e rapporte Joinville, et qui mérite ici sa place. Le roi était monté sur u n petit cheval couvert d ' u n e housse de soie. Quand les ennemis virent P a r -

SAINT LOUIS.

299

mée dispersée, ils v i n r e n t donner sur l'arrière-garde, « laquelle se défendit très-bien; et le roi, qui faisait » merveille de frapper, nonobstant sa m a l a d i e , se » mit si a v a n t d a n s la p r e s s e , qu'il fut abandonné » de toute sa g e n t e , et il ne lui d e m e u r a , de tous ses » chevaliers et gens d ' a r m e s , que le bon chevalier » messire Geoffroy de S a r g i n e s , lequel n e le délaissa » j a m a i s , mais défendit le roi plus courageusement » q u ' u n lion, et donnait tant de coups sur les Sara» sins, q u e l'on eût dit que sa force lui était a u g » m e n t é e . Toutes les fois q u e les Sarasins s'appro» chaient du r o i , messire Geoffroy de Sargines se » mettait d e v a n t lui p o u r le couvrir et recevoir les » coups ; et à tous les coups il les déchassait d e des» sus le roi à g r a n d s coups d ' é p é e ; de sorte qu'il fit » tant p a r sa prouesse qu'il l'emmena en dépit des » Sarasins, j u s q u ' à u n e petite ville n o m m é e Cazel, » et là il fut d e s c e n d u et mis a u giron d'une b o u r » geoise qui était de P a r i s . Là il pensa m o u r i r et on » n'attendait plus d e vie en l u i , pour raison de sa » maladie, et aussi de la peine qu'il avait e n d u r é e . » Un instant a p r è s , obligé de se r e n d r e , il fut conduit à M a n s o u r a h , a v e c les g r a n d s v a s s a u x qui se trouvaient encore d e b o u t . De soixante mille combattants qui avaient commencé cette c a m p a g n e , et d'une multitude de pèlerins qui les suivaient, on n e comptait plus q u e d i x mille c h r é t i e n s , prisonniers avec le roi.

300

SAINT LOUIS PRISONNIER.

X L . — SAINT LOUIS PRISONNIER.
Ce Sarasin nons dit q u e , puisque notre Dieu avait tant souffert pour n o u s , nous n e devions pas être m a r r i s , ni n o u s déconforter de souffrir telles persécutions p o u r l'amour
de l u i . JOINVILLE.

On proposa à Louis sa l i b e r t é , s'il voulait r e n d r e Damiette et les a u t r e s villes de la Palestine q u i étaient encore au pouvoir des chrétiens. On lui faisait d'affreuses m e n a c e s , s'il refusait ces conditions. Il répondit avec calme que les villes chrétiennes de la Palestine n e lui appartenaient p a s ; et il d e m e u r a i n é b r a n l a b l e . Cependant on tirait toutes les nuits de l e u r s p r i sons d e u x ou trois cents captifs, à qui on proposait la l i b e r t é , s'ils voulaient renier leur foi. S u r leur refus, on les tuait et on jetait leurs corps d a n s le Nil. Ces faits déchiraient le c œ u r d u r o i , et il avait d'autres douleurs. La reine M a r g u e r i t e , sa f e m m e , était restée à D a m i e t t e , q u e défendaient encore les c h r é t i e n s , mais qui était investie et vivement assiégée; elle venait d'accoucher d ' u n fils, qu'elle avait appelé T r i s t a n , à cause de sa situation d o u l o u r e u s e ; et elle tremblait, si la ville était p r i s e , de tomber en proie a u x émirs m u s u l m a n s . Elle tremblait en m ê m e temps p o u r son é p o u x , qu'elle savait menacé de m o r t ; elle fit donc j u r e r à un v i e u x chevalier, qui était là p o u r sa g a r d e , de lui couper la t ê t e , si les Sarasins p r e n a i e n t D a m a s . Le v i e u x chevalier lui répondit : — M a d a m e , j ' y songeais, et j e le ferai v o l o n t i e r s . . .

SAINT LOUIS PRISONNIER.

301

Mais, grâce a u x Pisans et a u x Génois, à qui Marguerite avait fait p r o m e t t r e de ne p a s a b a n d o n n e r Damiette, cette ville n e fut pas prise. Cependant la captivité de Louis IX se prolongeait; et il était inébranlable d a n s son c a l m e , h e u r e u x d e pouvoir offrir à Dieu ses peines et ses douleurs. Ses gardiens s'étonnaient de sa fermeté, c a r ils n e p a r venaient jamais à le troubler, ni à l'effrayer : — Tu es notre captif et notre e s c l a v e , lui disaientils, et dans nos fers t u nous traites comme si nous étions tes prisonniers. Enfin les négociations se reprirent. On ne d e m a n d a plus au roi que q u a t r e cent mille besans d'or p o u r sa rançon et la reddition de Damiette. — Allez dire à votre m a î t r e , répondit Louis, q u ' u n roi de France ne se rachète pas avec d e l'argent. Je donnerai la s o m m e q u e vous d e m a n d e z p o u r vos prisonniers chrétiens et Damiette p o u r m a rançon. Le traité fut conclu sur ces b a s e s , et le roi partit dans des g a l è r e s , avec les débris de son a r m é e , à la rencontre du s o u d a n . Il l'attendait à S e r e n s a h , entouré de tous les émirs qui le félicitaient comme le sauveur de l'islamisme. Il ignorait qu'il était aussi environné d ' e n n e m i s . Les mamelouks de sa g a r d e , furieux d e savoir q u ' o n avait fait la p a i x sans consulter leurs chefs, décidèrent sa mort. A la suite d ' u n festin, ils envahirent son palais de S e r e n s a h , et p a rurent devant lui avec u n e contenance qui lui fit peur. Il se réfugia d a n s u n e tour de son palais; cette tour était de b o i s , ils y mirent le feu. Le soudan tremblant s'enfuit v e r s le Nil, mais il fut atteint et

302

SAINT LOUIS PRISONNIER.

m a s s a c r é , à la v u e d e la flottille qui portait les Francs ( i ) . Louis I X , alors dans un pavillon que lui avait d o n n é le s u l t a n , vit cette tragédie avec é p o u v a n t e . Quelques instants a p r è s , un émir des m a m e l o u k s p a r u t d e v a n t l u i , tout sanglant et le cimeterre à la main. — Que m e donneras-tu? lui d i t - i l ; j e viens d e te délivrer d'un e n n e m i qui voulait ta perte et la nôtre. Louis ne répondit rien. — Je suis m a î t r e de ta p e r s o n n e , reprit l ' é m i r ; fais-moi chevalier, ou tu es m o r t . — Fais-toi c h r é t i e n , répondit le r o i , et j e te ferai chevalier. É m u de ce calme i n t r é p i d e , l'émir se retira aussit ô t , p e n d a n t q u e d ' a u t r e s chefs d u parti t r i o m p h a n t parcouraient les galères en m e n a ç a n t de m o r t tous les chrétiens qu'elles portaient. L'effroi était si g r a n d d a n s la flottille, q u e tous se confessaient les u n s a u x a u t r e s , n e s'attendant q u ' à mourir. Ils savaient d'ailleurs q u e , d a n s u n conseil q u e tenaient e n t r e e u x les é m i r s , le plus g r a n d n o m b r e décidait qu'il fallait t u e r tous les captifs. Un v i e u x mamelouk leur fit a b a n d o n n e r ce p r o j e t , en leur faisant observer q u e les morts ne p a y a i e n t pas d e r a n ç o n . On r a m e n a donc les prisonniers à Damiette ; Louis rendit cette p l a c e ,
(1) Les mamelouks étaient des Tartares d'origine. Il y avait l e s petits et l e s grands mamelouks, attachés à la garde du sultan. Celui qui venait d e traiter avec saint Louis ne s'occupait que des petits mamelouks ; les grands s'en irritaient, e t , en tuant Almoadan, ils mirent à la place u n de leurs é m i r s .

SAINT LOUIS PRISONNIER.

303

et paya u n e partie des quatre cent mille besans d ' o r . Après q u o i , suivi d e tout ce qu'il avait sauvé d e cette expédition d é s a s t r e u s e , il se r e n d i t à Ptolémaïs, qui appartenait a u x c h r é t i e n s , et q u e l'on appelle aussi Acre ou Saint-Jean d ' A c r e . Il y débarqua le 14 mai 1 3 5 0 . Cependant en Europe on croyait généralement l'Egypte conquise et la Palestine d é l i v r é e . Lorsqu'on sut p a r u n e lettre q u e le saint roi adressait à son peuple de France les m a l h e u r s de cette croisade, ce ne fut p a r t o u t q u e gémissements et douleurs. Tous les peuples chrétiens y prirent p a r t . Le pape I n n o cent IV suppliait le Seigneur d'expliquer le mystère de son c o u r r o u x , afin q u e les fidèles n e fussent p a s scandalisés. Frédéric I I , quoique e x c o m m u n i é , e n voyait u n e a m b a s s a d e au sultan d'Egypte en faveur des chrétiens. Les chevaliers anglais accablaient d e reproches leur r o i , Henri I I I , q u i n'avait pas voulu les conduire à l'aide de leurs frères chrétiens. Louis, d e m e u r é en P a l e s t i n e , envoyait a u Kaire d'autres portions de sa d e t t e , et à c h a q u e envoi on lui ramenait d e s prisonniers, mais ses barons le pressaient d e r e p r e n d r e le chemin d e l ' E u r o p e , p e n d a n t que les chrétiens de Ptolémaïs et des autres villes d e la terre sainte lui disaient q u e son d é p a r t serait leur perte. D e u x cents chevaliers, rachetés p a r lui, revinrent à Ptolémaïs en octobre d e l'année suivante (1251 ) . Ils ramenaient d a n s u n cercueil des restes de Gauthier de Brienne. Il avait été fait prisonnier à la bataille de Gaza. On le conduisit devant Jaffa, d o n t il était seigneur et prince et q u e les Tartares assiégeaient. On

304

LES PASTOUREAUX.

lui offrit sa liberté s'il exhortait les h a b i t a n t s à se rendre-, mais il les supplia de m o u r i r p o u r la foi chrétienne, plutôt q u e de livrer leur p l a c e ; et q u a n d il retournait à sa prison le peuple d u Kaire le massacra. Louis I X , et avec lui tout le p e u p l e de Ptolémaïs, assista à ses funérailles.

XLI. — LES PASTOUREAUX.
Le fanatisme ne v i e n t pas de D i e u .
HIÉROCLÈS,

Les Français, les Espagnols et les Belges gémissaient sur les désastres de la croisade de saint Louis, et priaient p o u r les morts ; les Italiens m u r m u r a i e n t j u s q u ' a u b l a s p h è m e . Marie d e B r i e n n e , impératrice de Constantinople, allait, c o m m e on l'a v u , j u s q u ' e n Orient implorer pour l'empire latin la protection de Louis IX et d e ses chevaliers, les toucher du spectacle de sa misère, et leur a r r a c h e r des promesses q u e la m o r t et les revers devaient les e m p ê c h e r de tenir. La France réclamait son roi. Les chrétiens éplorés le retenaient à P t o l é m a ï s ; et p e n d a n t ces émotions, d'inconcevables démences troublaient en E u r o p e les populations p o u r les dévorer e n c o r e , c o m m e si les épidémies, les g u e r r e s , la famine, la lèpre et la peste n'avaient pas suffi. On se rappelle la croisade des enfants et les deuils innombrables qu'elle avait p r o d u i t s . E n 1 2 5 1 , le chef de cette malheureuse d é m a r c h e , Jacob ou J o b , repar u t dans le nord des Gaules ; il était d e v e n u v i e u x et sa b a r b e blanche n e permettait pas de le reconnaître,

LES PASTOUREAUX.

305

après t r e n t e - h u i t ans qu'il avait passés on n e sait où ; il parcourut d'abord la F l a n d r e , disant p a r t o u t , avec le ton d ' u n p r o p h è t e , que Dieu, p o u r délivrer son saint temple, rejetait les princes et les seigneurs qui étaient en abomination d e v a n t lui ; qu'il appelait les bergers à la guerre sainte et qu'il la leur r e n d r a i t facile. II c o n t i n u a , suivi déjà d ' u n e a r m é e , sa m a r c h e vers P a r i s , grossissant à chaque pas ses bataillons. Comme les b e r g e r s , ayant tout quitté p o u r le suivre, étaient là en majorité, on les appela les p a s t o u r e a u x . Ils portaient devant e u x u n e b a n n i è r e sur laquelle étaient peints u n e croix et au-dessous u n a g n e a u , symbole de Notre-Seigneur. Ils e n t r è r e n t ainsi dans Paris, où Job se mit à crier d a n s tous les carrefours que la sainte Vierge lui avait c o m m a n d é de prêcher la croisade a u x bergers et a u x p a y s a n s , et qu'elle lui avait révélé que c'étaient e u x seuls qui devaient délivrer le saint Sépulcre et r a m e n e r le roi. La reine B l a n c h e , régente d u r o y a u m e en l'absence de saint Louis, fit ce que toute a u t r e eût fait à sa place. Dans les r e v e r s e x t r ê m e s , on s'attache à tout ce qui peut d o n n e r u n e espérance. Se laissant entraîner à l'enthousiasme du peuple de Paris pour cet h o m m e , elle vit avec une certaine joie le nouvel appui a m e n é à une sainte c a u s e ; et elle laissa Job faire ses levées. Mais cet h o m m e , qui se croyait dès lors tout p e r m i s , se mit à p r ê c h e r contre le c l e r g é , contre le p a p e et contre la foi. Il u s u r p a m ê m e le caractère sacerdotal, donnant l'absolution, bénissant ou cassant des m a riages, e t c . , faisant d ' a u t r e s fonctions illicites ou usurpées. E n m ê m e temps on découvrit que des v a 2 0

306

SAINT LOUIS A PTOLÉMAÏS.

g a b o n d s , des voleurs, des e x c o m m u n i é s et des b a n d i t s s'étaient mêlés à sa tumultueuse a r m é e . La reine régente les chassa de Paris. Bientôt les v o l s , les pillages et les m e u r t r e s qu'ils c o m m i r e n t les firent e x c o m m u n i e r e u x - m ê m e s , ou du moins le b r u i t s'en r é p a n d i t ; leur n o m b r e s'élevait à cent mille. Ils tuaient les p r ê t r e s et pillaient les couvents avec frénésie. On d u t leur faire la g u e r r e ; e t , u n b o u c h e r a y a n t tué Job d ' u n coup de h a c h e , la p e r t e d e leur chef les dispersa. Tous c e u x d e leurs b a n d e s qui étaient de simples paysans abusés r e g a g n è r e n t l e u r s p a y s . On traqua les bandits et on les e x t e r m i n a d a n s les environs d e B o u r g e s , comme d e s bêtes fauves. Nous r e v e r r o n s d ' a u t r e s croisés de ce g e n r e a u x premières a n n é e s d u quatorzième siècle.

XLII. — SAINT LOUIS A PTOLÉMAÏS.
Si v o u s daignez m e consoler, Seigneur, soyez béni. Si v o u s v o u l e z m e laisser dans les tribulations, soyez également béni. Imitation de J. C, liv. III, ch. x v n .

Louis I X , à Ptolémaïs, s e n t a n t qu'il n e pouvait rien a t t e n d r e de l'Europe, et n e p o u v a n t se résoudre à quitter les chrétiens de la Palestine entourés de tant d ' e n n e m i s , faisait des appels à l'île de Chypre et à toutes les contrées de l'Orient où les c œ u r s battaient p o u r la foi chrétienne. Il n e lui restait q u e six ou sept c h e v a l i e r s , et ses invitations n ' e n augmentaient p a s le n o m b r e .

SAINT LOUIS A PTOLÉMAÏS.

307

P e n d a n t qu'il attendait des secours qui ne v e n a i e n t pas, ou qui étaient sans valeur, un a m b a s s a d e u r d u Vieux d e la M o n t a g n e , vint le trouver à Ptolémaïs. Le Vieux ou scheik de la Montagne h a b i t a i t , comme on l'a d i t , le mont Massiat. Ses sujets ou plutôt ses séides, enivrés par lui de délices, allaient, à son o r d r e , t u e r les personnages qu'il leur désignait, persuadés q u e , s'ils m o u r a i e n t en lui obéissant, ils allaient tout droit dans le p a r a d i s de Mahomet, dont il leur donnait l ' a v a n t - g o û t . Cet envoyé p a r u t fièr e m e n t , et c o m m e il s'était fait a n n o n c e r , il dit a u roi : — Connaissez-vous m o n maître ? — J'ai e n t e n d u p a r l e r d e l u i , répondit Louis simplement. — P o u r q u o i d o n c , r e p r i t l'émissaire, puisque vous savez ce qu'il est, ne lui avez-vous pas envoyé des présents, comme ont fait le roi de Hongrie, l ' E m p e reur, le soudan de Babylone et les autres princes ? Aucun d ' e u x n'ignore q u e leur vie est en ses m a i n s ; et je suis v e n u vous avertir de faire comme e u x . Le r o i , après l'avoir écouté paisiblement, lui dit de revenir le soir pour recevoir sa réponse. Le g r a n d maître du Temple et le g r a n d maître de l'Hôpital étaient présents à cette seconde audience ; par l'ordre du roi ils obligèrent l'envoyé à répéter ce qu'il avait dit le matin. Après quoi ils le r e m i r e n t encore au lendemain. , L'ambassadeur du scheik des assassins n'était pas accoutumé à ces manières. Mais il fut a u t r e m e n t surpris le lendemain, lorsque les g r a n d s maîtres lui 20.

308

SAINT LOUIS A PTOLÉMAÏS.

dirent q u ' o n n e parlait pas ainsi a u roi d e F r a n c e , et q u e , sans son caractère d ' a m b a s s a d e u r , ils l ' a u r a i e n t j e t é à la m e r . Ils ajoutèrent qu'il eût à revenir d a n s quinze j o u r s faire des excuses au r o i , en lui a p p o r t a n t des p r é s e n t s d e son maître. Le Scheik d e la M o n t a g n e , r e d o u t a n t u n prince qui le craignait si peu, lui renvoya son émissaire a v e c d e s p r é s e n t s singuliers, un j e u d'échecs en cristal, u n éléphant de même m a t i è r e , et comme symboles d ' a l l i a n c e , u n e chemise et un a n n e a u . « De cet a n n e a u , dit l'ambassadeur, n o t r e prince s'allie à vous et veut q u ' a v e c lui vous soyez tout u n , comme sont les doigts d e la main » Louis I X , p a r u n dominicain de sa s u i t e , le frère Yves de Chartres, lui envoya des vases d'or et d'arg e n t , des robes d'écarlate et d e soie. Yves de Chartres raconta à son r e t o u r q u e le scheik r e d o u t é n e m a r chait jamais sans être p r é c é d é d ' u n h é r a u t qui criait: « Faites place à celui qui tient la vie et la m o r t des rois d a n s sa main. » Il ajoute q u e le Vieux de la Montagne était de la secte d'Aly, qu'il r é v é r a i t b e a u coup saint P i e r r e , et q u e , m ê l a n t la métempsycose à ses croyances, il p r é t e n d a i t que le prince des apôtres avait é t ô À b e l , Noé, A b r a h a m , quelques a u t r e s justes insignes et qu'il vivait encore dans u n a u t r e corps saint ici-bas. A travers ces faits, le plus g r a n d chagrin d e saint Louis était toujours de savoir q u e des milliers de croisés prisonniers a v a i e n t , p o u r sauver leur v i e , embrassé la foi m u s u l m a n e . Il envoyait des missionnaires chargés de les r a m e n e r et de les r a c h e t e r . Mais

SAINT LOUIS A PTOLÉMAÏS.

309

quoiqu'il eut défendu, p a r u n e ordonnance formelle, d'insulter les apostats qui rentraient dans l'Église, ces m a l h e u r e u x restaient en Egypte et ne voulaient pas r e v e n i r , dans la crainte de s'entendre appeler renégats. Louis, dans ce séjour, visita les lieux saints, excepté Jérusalem ; il s'était fait cette opinion q u ' u n roi chrétien n e devait e n t r e r d a n s la ville sainte q u ' a p r è s l'avoir délivrée. Il fut trompé tour à tour p a r les princes m u s u l m a n s , q u i lui proposaient des alliances et ne les concluaient jamais. Il faisait fortifier Ptolémaïs, Jaffa, Sidon et Césarée; il travaillait lui-même a u x t r a v a u x pour g a g n e r les indulgences. P e n d a n t qu'on relevait les m u r s de Sidon, les d e u x mille ouvriers qui s'en occupaient furent surpris et massacrés tous p a r des m u s u l m a n s v e n u s de P a n é a s . Louis accourut, et voyant ces d e u x mille morts restés sans sépulture déjà en putréfaction, il prit sur ses épaules un de ces p a u v r e s corps infects, en disant : « Donnons un p e u d e t e r r e a u x ouvriers d e JésusChrist. » Tous ceux qui l'entouraient l'imitèrent, et tous ces morts furent i n h u m é s en un lieu qu'il venait de faire b é n i r . « Quelle victoire pourrait être comparée à cet acte de charité (1 ) ! » C'est p e n d a n t qu'il était à Sidon qu'il eut à s u p porter sa plus g r a n d e d o u l e u r . L à , il reçut la n o u velle, bien triste p o u r l u i , de la m o r t de la reine Blanche, qui avait r e n d u sa grande â m e à Dieu le 1 décembre 1 2 5 2 . Il reprit le chemin de la F r a n c e .
e r

( 1 ) MM. Michaud et Poujoulat.

310

HUITIÈME GRANDE CROISADE.

XLIII. — HUITIÈME GRANDE CROISADE.
SAINT LOUIS A TUNIS.

Tous les saints ont passé par d e r u d e s épreuves et de grandes tribulations, et s'y sont perfectionnés. ils

Imitation,

liv. I , ch. x i n .

Louis I X , r e n t r é dans ses É t a t s , les trouva d a n s u n e situation bien plus h e u r e u s e qu'il n e l'avait e s p é r é : c'était a l o r s , grâce à la sage administration de la reine B l a n c h e , le seul pays de l'Europe qui fût en p a i x . Il semblait que la Providence eût veillé spécialement sur ce r o y a u m e , qu'il n'avait a b a n d o n n é q u e p a r les motifs les plus chrétiens. Il s'occupa d o n c de faire des lois sages; et ses Étahlissements (1) r é g l è r e n t la j u s t i c e , qui cessa d ' ê t r e arbitraire et sans contrôle. Il diminua les i m p ô t s , favorisa l'industrie et les a r t s , encouragea les é t u d e s et fonda des églises et des h ô p i t a u x . E n 1 2 6 9 il donna sa pragmatique sanction (2), qui n e n o u s est p a r v e n u e que surchargée et altérée. Les gallicans ont cité de cette pièce avec quelque fracas un sixième canon qui défend cle payer les sommes que la cour de Rome p o u r r a i t exiger. Mais le p è r e
(1) On donne ce n o m à u n code de l o i s , d'ordonnances, de décrétales et de c o u t u m e s du royaume de F r a n c e , rédigé et publié par saint Louis avant son départ pour la seconde croisade. (2) Ordonnance concernant les choses de l'Église. Si elle n'a pas été s u p p o s é e , elle a été du moins fort altérée après le départ de saint Louis, qui ne devait pas revenir ; ce qui donnait toute liberté en u n temps où l'on n'avait q u e deux ou trois copies manuscrites.

SAINT L O U I S A TUNIS.

311

Daniel n ' e s t pas le seul qui ait vu q u e ces paroles n e sont pas de saint Louis. F l e u r y , quoique gallican, fait observer q u e ce sixième canon m a n q u e d a n s b e a u coup d ' e x e m p l a i r e s . « Dans les autres canons, ajoute» t - i l , il n ' e s t nullement fait mention de la cour d e » Rome -, et on croit q u e ce saint roi n ' y a eu e n v u e » que les entreprises des seigneurs et des juges laïques » sur les bénéfices. » Enfin, le président Hénault doute q u e cette p r a g m a t i q u e soit de saint Louis. Tous les esprits calmes croient qu'elle n'est p a s de lui ( 1 ) . Mais de toutes p a r t s on rapportait à Louis d e tristes nouvelles de la terre sainte, où se reportait tout son amour. Les m a m e l o u k s , q u i , en t u a n t le dernier s o u d a n , s'étaient r e n d u s maîtres d e l ' E g y p t e , se choisirent parmi e u x u n chef i n t r é p i d e . C'était Bibars, premier d e ce nom d a n s l'histoire. Né esclave a u x bords de l ' O x u s , d e v e n u émir et s'étant fait s u l t a n , il jura de suivre les traces de Saladin. S'il n e l'égalait pas e n . g é n i e , il le surpassait en férocité. Il se mit
(1) M. Ancelot, dans sa tragédie de louis IX en Palestine, a cru aussi faire sa cour à la m u l t i t u d e en mettant dans la bouche de saint Louis donnant à son fils ses derniers conseils des paroles hostiles contre la cour d e R o m e , qui avait en l u i u n c œ u r si dévoué : Loin de ta cour l'impie et ses conseils sinistres ! Affermis l e s a u t e l s , honore leurs ministres ; Fils ainé d e l'Église, o b é i s à sa v o i x ; Du pontife romain fais respecter les droits. Rends hommage a u pouvoir qu'il reçut du ciel m ê m e . M a i s , soutenant, m o n fils, l'honneur du d i a d è m e , Si d'une guerre injuste il t'imposait la l o i , R é s i s t e , et sois chrétien sans cesser d'être roi. Ces deux derniers v e r s , qu'on a fort applaudis, sont un mensonge à l'histoire et un outrage à Louis IX, qui n'a jamais p u penser que l e souverain pontife imposât une guerre injuste.

312

HUITIÈME GRANDE CROISADE.

d o n c en devoir d ' e x t e r m i n e r les F r a n c s en Asie. Il prit et saccagea N a z a r e t h , y détruisit la magnifique église dédiée là à la sainte Yierge. Il s ' e m p a r a e n suite d e Césarée e t d ' A r s o u f , d o n t l e s h a b i t a n t s furent tous m a s s a c r é s ou v e n d u s comme esclaves. Il enleva le fort de S e p h e t , où s'étaient retranchés les templiers ; et il les fit égorger t o u s , malgré la capitulation. A p p r e n a n t q u e la Palestine était indignée d e ses a c t e s , il la p a r c o u r u t avec ses m a m e l o u k s , massacrant tous les chrétiens, qu'il voulait, disait-il, exterm i n e r p a r t o u t . Jaffa et Antioche avaient eu le sort des a u t r e s cités. Le comte d e Tripoli, effrayé à son a p p r o c h e , s'était éloigné de cette v i l l e , qui était son d o m a i n e . Bibars lui écrivit insolemment : « Nous » avons tué tous c e u x sur qui tu comptais p o u r g a r » d e r Antioche. Si t u avais v u tes chevaliers foulés » a u x pieds des c h e v a u x , les femmes d e tes sujets » v e n d u e s à l ' e n c h è r e , tes palais en flammes, tes croix » abattues et les feuillets de ton Évangile j e t é s au » v e n t , tu te serais écrié : Plut à Dieu q u e j e fusse » d e v e n u poussière ! » Jamais les chrétiens n'avaient eu d'ennemi plus i m p l a c a b l e ; et jamais la Palestine n'avait été si complètement a b a t t u e . Dans nos c o n t r é e s , on prêchait encore la c r o i s a d e , mais en v a i n ; p e r s o n n e n'osait se h a s a r d e r sur u n e terre dont les habitants étaient plus cruellement traités q u e n e l'avaient été les H é b r e u x avant Moïse. Un seul souverain s'occupait e n c o r e d e s chrétiens de l'Orient : c'était saint Louis. Dès qu'il vit son royaume affermi, tranquille au d e d a n s , respecté au d e h o r s , il fit connaître a u pape

SAINT LOUIS A TUNIS.

313

Clément IV qu'il était prêt de n o u v e a u à se croiser. Le pape hésita à l'encourager. Mais Louis se flattait d'une espérance qui lui était chère. On lui disait q u e le roi de Tunis était disposé à se faire c h r é t i e n ; et il voyait là un immense a p p u i . Le v e n d r e d i 2 3 m a r s 1 2 6 8 , il rassembla un grand p a r l e m e n t , et tenant en main la couronne d'épines de Notre-Seigneur, il e n t r a dans la salle de r é u n i o n , accompagné du légat du saint-siége, et annonça qu'il était décidé à secourir les chrétiens d e l'Orient. Il exhorta aussitôt tous les seigneurs qui l'entouraient à prendre la croix avec lui. Ses paroles entraînèrent les grands cœurs ; et u n e nouvelle croisade fut décidée. Le départ fut fixé a u mois de m a r s d e l'an 4 2 7 0 . C'est p e n d a n t ces d e u x années q u e Louis I X , tout en s'occupant d e s préparatifs g u e r r i e r s , fit les sages lois dont nous avons p a r l é . Les Français devaient avoir p o u r auxiliaires d a n s cette nouvelle expédition u n e troupe d e chevaliers anglais, et avec e u x des guerriers de l ' E s p a g n e , d u Portugal, du pays de Naples et de la Sicile. Avant d e quitter P a r i s , le roi confia l'administration de ses États à Matthieu, a b b é de Saint-Denis, et à Simon de Nesle. Au mois de m a r s 1 2 7 0 , l'armée française partit pour Aigues-Mortes et Marseille, où des vaisseaux génois attendaient les croisés ( 1 ) . Ceux de l ' A r a g o n ,
( l ) Parmi c e u x qui menèrent leurs vassaux à l'expédition de Tunis, nous ne nommerons que le c o m t e d'Artois ; le c o m t e d'Alençon ; Thibaut de Champagne, roi de Navarre ; le comte de Poitiers ; le d u c de Bourgogne Hugues I V ; Jean l e R o u x , d u c de Bretagne; Guillaume de Courtenai; le comte de Ponthieu ; Alphonse e t Jean de Brienne ; Roger, vicomte de Béziers; Guillaume d e D a m p i e r r e , comte de Flandre; Guy III d e L e v i s ;

314

HUITIÈME GRANDE CROISADE.

d u Portugal et de q u e l q u e s autres c o n t r é e s , embar-* qués en a v a n t , se dirigeaient sur la Syrie. Mais le frère d u r o i , Charles d'Anjou, dont les É t a t s d e Sicile étaient voisins de Tunis, proposa de tirer d ' a b o r d s u r ce p a y s où l'on avait en espérance des alliés; on m i t à la voile le M juillet pour les côtes d'Afrique, et trois j o u r s après la flotte arriva en v u e de T u n i s . Les croisés français d é b a r q u è r e n t et assirent leur c a m p au milieu m ê m e des ruines de Carthage. C'était alors une g r a n d e et riche cité q u e Tunis. Mais, avant de s'en a p p r o c h e r , Louis voulut q u e l'on attendît Charles d ' A n j o u , q u i , aussitôt après l'adoption de son avis, était allé en hâte dans ses É t a t s de Sicile, d'où il devait a m e n e r u n e a r m é e et u n e flotte. Cependant le roi fit savoir a u prince m u s u l m a n q u e , s'il se faisait c h r é t i e n , c o m m e on lui en avait d o n n é l'espoir, les croisés d é b a r q u é s sur ses côtes seraient aussitôt ses amis et ses alliés. Le roi africain, à cette proposition, réunit ses troupes et envoya r é p o n d r e à saint Louis qu'il viendrait bientôt c h e r c h e r le b a p t ê m e sur le c h a m p de bataille. Et peu a p r è s cette r é p o n s e , des multitudes d e cavaliers m a u r e s se m o n t r è r e n t autour d u c a m p , en mille petites troupes. Us en agaçaient les a b o r d s et
Humbert de Beaujeu ; Jean, dit Tristan, fils de saint Louis, né à Damiette ; Henri I , comte de Vaudemont ; Sicard, vicomte de Lautrec ; Enguerrand de Bailleul; Ebles V I I , v i c o m t e de Ventadour; Conan, Tristan et Y v o n de Quélen ; le comte de Blois ; Guy VIII de Montmorency ; Guill a u m e III, vicomte de Melun; Robert TV, comte de Braîne; Bertrand H ; de la Tour d'Auvergne; Macé de L y o n s ; Dreux de Mello; Jean, c o m t e de N e v e r s ; Jean II, comte de S o i s s o n s ; Jean I I , c o m t e d e V e n d ô m e , e t c . , e t c . , etc.
e r

SAINT LOUIS A TUNIS.

315

tendaient toutes sortes de pièges, sans oser a t t a q u e r formellement les soldats de la Croix. Les Francs d é daignèrent ces amorces et ne b o u g è r e n t p a s . Mais au bout de quelques j o u r s ils r e c o n n u r e n t q u e tous leurs alentours étaient c i r c o n v e n u s , et q u e le sol où ils s'étaient arrêtés était aride et sans e a u . Tout moyen de s'approvisionner leur était ravi à moins de combattre. Us n ' a v a i e n t q u e des viandes s a l é e s , et la chaleur était étouffante. Dans cette solitude b l o q u é e , les mauvaises fièvres et la dyssenterie s'abattirent sur l'armée française; et le camp fut j o n c h é d e malades. Un p i e u x personnage fit r e m a r q u e r alors que tous les malheurs d o n t les croisades avaient été frappées venaient sans doute de ce que les chefs avaient trop compté sur les secours h u m a i n s , tout en m a r c h a n t pouf la cause de Dieu. Il rappela Godefroid de Bouillon, qui avait dit : « Quand il ne m e resterait q u e soixante c h e v a l i e r s , j'assiégerais Jérusalem. » Il croyait q u e la p r é c é d e n t e croisade avait échoué parce q u ' o n avait compté sur le comte d e Poitiers et sur les secours de C h y p r e , et q u ' o n échouerait là encore en a t t e n d a n t Charles d'Anjou, qui n'arrivait pas. Comme pour justifier ces r e m a r q u e s , on vit mourir de l'épidémie qui avait envahi l ' a r m é e les princip a u x seigneurs. La plupart des soldats étaient malades. Le roi l u i - m ê m e fut atteint. Il continuait n é a n moins à s'occuper d e tous les s i e n s , a u t a n t que le lui permettaient ses forces, qui diminuaient tous les jours. Lorsqu'on apprit qu'il ne pouvait plus quitter le

316

HUITIÈME GRANDE CROISADE.

lit, ce fut un deuil général ; tous les chevaliers et tous les soldats fondaient en larmes. Alors il fit élever un crucifix, d e v a n t son lit, et il donna à son fils ses d e r nières i n s t r u c t i o n s , que l'on a précieusement conservées. Il avait communié trois fois dans sa m a l a d i e . Le 2 4 août, q u a r a n t i è m e jour de son séjour a u c a m p , il sentit qu'il allait mourir ; il se fit mettre s u r la c e n d r e e t , d e m a n d a le saint viatique. Après qu'il l'eut reçu a v e c la foi la plus v i v e , il bénit ses enfants, leur fit ses a d i e u x , et désira être seul avec son confesseur. Il continua de prier. A trois h e u r e s , ce m ê m e j o u r , comme il disait ce verset d ' u n psaume : « Seigneur, j ' e n t r e r a i dans votre maison et j e vous a d o r e r a i d a n s votre saint tabernale, » il rendit l'esprit. Le roi de Sicile arriva au m o m e n t où Louis IX expirait. Il amenait des t r o u p e s . On lui d o n n a u n a n i m e m e n t le c o m m a n d e m e n t de l ' a r m é e . Il attaqua aussitôt les Maures, les battit en plusieurs rencontres et inspira tant d'effroi a u roi de T u n i s , qu'il envoya d e m a n d e r la p a i x . Il se reconnaissait tributaire d u roi d e Sicile; il offrait u n e partie de ses trésors p o u r les frais de la g u e r r e . Une trêve de quinze ans fut conclue. Philippe le H a r d i , fils et successeur de saint Louis, Charles, roi de Sicile, Thibaud, roi de N a v a r r e la signèrent le 31 octobre ( 1 2 7 0 ) , et l ' a r m é e s'en revint aussitôt.

AFFAISSEMENTS. — GENAPPE.

317

XLIV. — AFFAISSEMENTS. — GENAPPE.
Le découragement partout.
VEILÏ.

E n m ê m e temps que ce départ de Tunis, on signalait à Ptolémaïs l'arrivée du prince E d o u a r d , fils du roi d ' A n g l e t e r r e , Henri III, qui amenait a u x chrétiens de la terre sainte trois cents chevaliers; cinq cents croisés v e n u s de la Belgique et d e la Frise se réunirent bientôt à cette petite a r m é e . Ces deux contingents, accueillis par les chevaliers du Temple et de l'Hôpital et p a r les guerriers du p a y s , ne p u r e n t former q u ' u n e troupe de huit à neuf mille combattants. Us n'hésitèrent p o u r t a n t p a s , e t , se lançant contre l ' e n n e m i , a u x environs de P a n é a s , ils r e m portèrent u n e première victoire. Ils reprirent ensuite aux mamelouks la ville de N a z a r e t h , dont ils m a s sacrèrent tous les habitants m u s u l m a n s , qui avaient livré a u x flammes l'église de la sainte Vierge. Mais après ces d e u x r e n c o n t r e s , qui avaient p r o duit du b u t i n , le prince E d o u a r d n'osa pas essayer de nouvelles tentatives. Il approuvait l'idée que les désastres avaient fait n a î t r e , qu'il valait mieux essayer de convertir les m u s u l m a n s q u e les combattre. Il fit faire des ouvertures d a n s ce sens à l'émir de Jaffa. Celui-ci lui envoya u n de ses hommes chargé de lui dire qu'il était disposé à embrasser sa foi. Mais cet émissaire, qui était un des fanatiques du Vieux de la M o n t a g n e , se trouvant seul un instant avec E d o u a r d , se jeta sur lui p o u r le poignarder.

31S

. AFFAISSEMENTS. — GENAPPE.

E d o u a r d , blessé a u front, tua l'assassin; et aussitôt qu'il fut assuré q u e sa blessure n ' é t a i t pas d a n g e r e u s e , il se r e m b a r q u a avec ses chevaliers et s'en r e v i n t chez lui. Il avait fait a u s s i , avant son d é p a r t , u n traité de p a i x a v e c le sultan du K a i r e ; traité qui n e devait pas ê t r e plus observé que celui de Tunis. P e u à p e u les chrétiens allaient disparaître de la t e r r e sainte. Les prédications de la croisade n'avaient plus d'écho et n e touchaient p l u s p e r s o n n e . Kélaoun, successeur de Bibars, assiégea P t o l é m a ï s , q u e son fils détruisit p a r le fer et par le feu. Dans le concile général tenu à Lyon e n \ 2 7 4 , le p a p e Grégoire X r e ç u t des a m b a s s a d e u r s du k h a n des Mogols, qui proposait de s'unir a u x chrétiens contre les m u s u l m a n s . Une si puissante intervention ne put émouvoir les chrétiens lassés. Mais le chef des Mogols n ' e n m a r c h a pas moins sur la Palestine, s'avançant comme l'ami et l'allié des c h r é t i e n s ; il en avait quelques-uns d a n s ses t r o u p e s , et le d r a p e a u de la Croix brillait à côté de ses b a n n i è r e s . Il battit les m a m e l o u k s , s ' e m p a r a de plusieurs villes et entra avec son a r m é e à Jérusalem, où lui-même alla r é v é r e r le tombeau de Jésus-Christ. Et de là il offrit plus vivement encore son alliance a u x princes chrétiens. Mais personne n e se l e v a , et le chef mogol étant mort à D a m a s , tout fut a b a n d o n n é . Les chevaliers du Temple se retirèrent dans l'île d e Rhodes.,Ils s'établirent bientôt dans toute l ' E u r o p e , où ils avaient des biens et des richesses immenses. La mollesse les fit d é g é n é r e r , et ils tombèrent dans le d é s o r d r e .

AFFAISSEMENTS. — GENAPPE.

319

Un peu plus t a r d , l'esprit des croisades se réveille dans le Nord p a r quelques b a n d e s fanatiques d u genre d e s p a s t o u r e a u x . Nous en dirons peu d e chose, car leur histoire n'est pas longue : Une h o r d e d ' a v e n t u r i e r s qui portaient les insignes des croisés parcourait en 1 3 0 9 le nord de l'Europe. On en voyait en F l a n d r e , en Hainaut, e n . B r a b a n t , en Allemagne et en F r a n c e ; ils n ' a vaient ni chefs ni bannières. Dieu, disaient-ils, était leur g é n é r a l . Ils s'étaient levés p o u r reconquérir le royaume de J é r u s a l e m , expédition d o n t ils p r é t e n daient q u e le succès était a s s u r é , mais seulement après qu'ils a u r a i e n t e x t e r m i n é tous les juifs. Les mécontents d u Brabant se joignirent à ces brigands et se mirent à poursuivre les juifs p o u r les assassiner. Les enfants d ' I s r a ë l , effrayés d e cette nouvelle persécution qui les cernait de toutes p a r t s , implorèrent l'appui d u bon d u c Jean II, à qui leurs richesses étaient u t i l e s ; ils lui d e m a n d è r e n t u n refuge contre leurs e n n e m i s . J e a n , à qui les juifs payaient de forts impôts, d é clara qu'il les prenait sous sa p r o t e c t i o n , défendit d'attenter à leur vie, et leur d o n n a p o u r asile le c h â teau de G e n a p p e , où ils s'enfermèrent et dont les murs leur semblèrent u n r e m p a r t plus sérieux q u e les ordres d u prince. Mais aussitôt les aventuriers vinrent les assiéger dans G e n a p p e , sans leur donner le temps de se m u n i r d e provisions, ni d e se fortifier. Les infortunés, en qui la société fanatique d ' a lors reconnaissait à peine des h o m m e s , se défendirent avec le courage d u désespoir. Ils savaient qu'ils

320

LES TEMPLIERS.

ne pouvaient a t t e n d r e des assassins- croisés n i c a p i tulation, n i miséricorde. Us combattaient c o m m e des h o m m e s q u i n ' o n t que ce m o y e n d'éviter u n e m o r t infaillible. Mais les forcenés qui les assiégeaient r e d o u b l a i e n t d ' a r d e u r tous les j o u r s ; tous les j o u r s leur n o m b r e a u g m e n t a i t , malgré les ordres réitérés d u d u c d e B r a b a n t , q u i les faisait sommer d e se disperser. Le château d e Genappe e û t été pris et tous ses hôtes m a s s a c r é s , si Jean e û t oublié q u e les juifs étaient aussi ses sujets. Voyant qu'on méprisait son a u t o r i t é , il m a r c h a avec u n e a r m é e c o n t r e les assassins, dont le plus grand, n o m b r e étaient des é t r a n g e r s . Les juifs respirèrent en voyant d e loin la b a n n i è r e ducale s'avancer contre leurs e n n e m i s . Les assiég e a n t s , attaqués p a r des troupes r é g l é e s , furent bientôt en d é r o u t e ; les soldats d e Jean en i m m o l è r e n t , d i t - o n , la m o i t i é ; le reste s'enfuit tellement é p o u v a n t é , qu'ils n e s ' a r r ê t è r e n t q u ' à A v i g n o n , o ù le pape Clément V blâma sévèrement leurs excès et leur ordonna d e retourner en pénitents d a n s leurs foyers.

XLV. — L E S TEMPLIERS.
C o m m e n t e n u n p l o m b -vil l'or p u r s'est-il changé?
RACINE,

Athalie.

On a vu q u e , vers l'an 1 1 1 8 , q u e l q u e s - u n s d e s p i e u x chevaliers réunis à Jérusalem pour l a défense du saint Sépulcre s'étaient consacrés à la protection des pèlerins q u i venaient a d o r e r là. Us n ' é t a i e n t

LES TEMPLIERS.

321

dans l'origine que neuf, tous F r a n ç a i s , de la suite de Godefroid de Bouillon ; leur chef était Hugues d e Payns ou P a y e n s (1). On les appela les chevaliers d u Temple et plus simplement bientôt les templiers, parce qu'ils habitaient u n e maison bâtie dans le voisinage du temple de Salomon. Dans la suite ils appelèrent Temple toute maison de leur ordre. D'abord, ils n e vivaient que d ' a u m ô n e s , ce qui fit qu'on les désigna aussi sous le n o m d e P a u v r e s de la sainte Cité. En m ê m e t e m p s , d ' a u t r e s nobles c œ u r s s'étaient dévoués a u soin des pèlerins malades-, on les a p p e lait les chevaliers de l'Hôpital, les hospitaliers et e n core les chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, parce que l'hôpital était sous le p a t r o n a g e de saint J e a n . Les templiers r e n d i r e n t , dès leurs d é b u t s , tant et de si éminents services, que les souverains et les seigneurs s'empressèrent de leur donner à F envi des biens considérables. En 1 1 2 8 , a u concile de T r o y e s , saint B e r n a r d leur donna u n e règle. Elle consistait en soixante-douze articles, q u i , e n s u b s t a n c e , leur imposaient les trois v œ u x d e religion : l'habit blanc, l'obligation d e faire maigre q u a t r e j o u r s de la s e maine, de s'abstenir en tout temps de la c h a s s e , d'assister tous les j o u r s à l'office divin. Lorsque le service militaire les en e m p ê c h a i t , ils étaient tenus d'y suppléer p a r des prières qui leur étaient spécifiées. En \ \ 4 6 , le pape Eugène III détermina la
(1) Payns o u P a y e n s , seigneurie de Champagne, et n o n de Picardie, comme le dit Bongars. Ce village existe toujours à trois lieues de Troyes, et garde le souvenir de Hugues.
2 1

322

LES TEMPLIERS.

forme d e l e u r h a b i t , sur lequel ils portaient u n e croix. Cet o r d r e se multiplia r a p i d e m e n t , fit d e t r è s g r a n d e s choses et s'enrichit à tel point q u ' e n 1 3 0 5 , après m o i n s d e d e u x siècles d ' e x i s t e n c e , il possédait en E u r o p e neuf mille seigneuries. D a n s cette opulence qui s'accroissait tous les j o u r s , le d é v o u e m e n t chrétien fit r a p i d e m e n t place à l ' a m b i t i o n , a u x tentations du l u x e , et la corruption gagna l ' o r d r e . Les templiers en v i n r e n t à mépriser leur r è g l e ; ils se r e n d i r e n t i n d é p e n d a n t s des puissances d o n t ils devaient être les s o u t i e n s ; ils se m o n t r è r e n t i n s o l e n t s , séditieux et a v i d e s ; ils e x e r cèrent des b r i g a n d a g e s ; et on vit plusieurs d'entre e u x , qui n ' é t a i e n t entrés d a n s l'ordre q u e p a r des motifs d ' o r g u e i l , apostasier p o u r les richesses et la puissance. L'hérésie albigeoise les infecta. Bientôt on les accusa s o u r d e m e n t de faire entre e u x u n e société secrète pleine d'odieux m y s t è r e s , qui se proposait l'envahissement de l'Europe. On disait q u e , dans leur i n t i m i t é , ils abjuraient la foi chrétienne et p r a tiquaient u n culte souillé de pratiques et d e superstitions a b o m i n a b l e s . La magie, la sorcellerie, l'adoration du diable leur étaient r e p r o c h é e s . Des a v e u x établirent q u e , d a n s les tenues secrètes de leurs c h a p i t r e s , qui avaient lieu de n u i t , on exposait u n simulacre, objet de leur c u l t e , appelé Tête de Bophomet. On en saisit u n e à Marseille, lorsqu'on fit leur p r o c è s , dont nous allons p a r l e r ; et M. de H a m m e r en a retrouvé u n e a u t r e , en 1 8 1 8 , dans le

LES TEMPLIERS.

323

cabinet des antiques du Musée impérial de Vienne. Cette tête dorée p e u t avoir été u n e des divinités primordiales des Égyptiens. Elle posait sur q u a t r e pattes de chat. Les a v e u x de la procédure constatèrent q u e l'être qu'ils conjuraient au moyen d e cette tête entourée d'hiéroglyphes paraissait sous la forme d ' u n chat et leur parlait. Nous r a c o n t o n s ; nous n'expliquons p a s . Philippe le Bel, éclairé p a r des r u m e u r s sinistres, craignit q u e les templiers ne fussent en effet les ennemis de la société et de l'Église. 11 fit r e c h e r c h e r leur conduite et leurs m œ u r s . Sur les révélations de deux criminels détenus d a n s les prisons, et dont l'un était un templier a p o s t a t , il fit a r r ê t e r et i n t e r r o ger plusieurs templiers qui se trouvaient à Paris. Ils avouèrent les abominations dont on accusait l ' o r d r e . —- C'était en l'année 1 3 0 7 . Ce c o m m e n c e m e n t d'enquête j e t a quelque alarme parmi les templiers. Au mois d ' a o û t , le grand maître et plusieurs des p r i n c i p a u x chevaliers s'en plaignirent au P a p e , e t , forts de leur puissance partout assise, ils d e m a n d è r e n t h a r d i m e n t q u e , si on avait un procès à leur faire, on le fît régulièrement. Ils comptaient imposer silence a u x clameurs p a r u n ton si tranchant. Mais Philippe le Bel les prit au mot; et le 13 octobre il fit a r r ê t e r d a n s ses États tous les templiers. Le 1 5 , il assembla le clergé de Paris, fit convoquer le peuple et o r d o n n a q u e l'on rendît compte publiquement des accusations portées contre les chevaliers du Temple. On n e pouvait p r o céder plus loyalement.
2 1 .

324

LES TEMPLIERS.

Les templiers étaient accusés : 1° de renier JésusChrist à leur réception dans l ' o r d r e , et de cracher sur la c r o i x ; 2° d e commettre entre e u x des i m p u retés a b o m i n a b l e s ; 3° d'adorer dans leurs chapitres g é n é r a u x u n e idole à tête dorée et qui avait q u a t r e p i e d s ; 4° de pratiquer la m a g i e ; 5° de s'obliger à un secret impénétrable p a r les serments les plus affreux ( 1 ) . Les d e u x premiers articles furent avoués par cent q u a r a n t e des accusés; trois seulement nièrent tout. Le pape Clément V s'opposa d ' a b o r d a u x poursuites commencées contre ces religieux militaires. Il n ' a u torisa leur continuation q u ' a p r è s avoir interrogé lui-même, à Poitiers, soixante-douze chevaliers, et s'être convaincu p a r leurs a v e u x de la vérité des faits. Il y eut dès lors des commissaires n o m m é s ; des informations se firent dans toutes les g r a n d e s villes. Les bulles du pape furent envoyées à tous les souverains, p o u r les e x h o r t e r à faire chez e u x ce qui se faisait en F r a n c e . Quoique les templiers tinssent à tout ce qu'il y avait de plus g r a n d d a n s les divers É t a t s , partout les accusations élevées contre e u x devinrent si é v i d e n t e s , que p a r t o u t ils furent a b a n d o n n é s . Jacques d e Molay, leur g r a n d m a î t r e , qui d u reste était très-ignorant, avoua à Chinon, le 20 a o û t \ 3 0 8 , les crimes déclarés, et les désavoua à Paris, le 26 d é cembre 1 3 0 9 . Mais le désaveu n e p r o u v e rien. Les confessions avaient été faites librement et sans tortures.
(1) Bergier, Diclionn. de théologie.

LES TEMPLIERS.

325

Par toute l'Europe la vérité était reconnue de tous. Une b u l l e , publiée le 3 avril 1 3 1 2 , au concile de Vienne en D a u p h i n é , déclara l'ordre des t e m pliers aboli et proscrit. Les chevaliers furent dispersés; les principaux chefs condamnés à une prison perpétuelle, après qu'ils auraient fait leur confession p u b l i q u e . Un échafaud fut donc dressé à Paris devant les portes de N o t r e - D a m e . C'est là que Jacques de Molay et u n a u t r e des hauts chevaliers d e vaient faire a m e n d e h o n o r a b l e . Jacques de Molay avait de nouveau confessé la v é r i t é . Au lieu de réitérer l'aveu qu'on attendait en public, dès qu'il fut sur l'échafaud, il rétracta u n e seconde fois sa confession, l'autre chevalier l'imita; et c'est alors q u e Philippe le Bel indigné assembla son conseil, qui condamna ces d e u x g r a n d s coupables à être b r û l é s . Leur supplice eut lieu ce m ê m e j o u r , 4 8 m a r s 4 3 1 4 . On voit que leur procès avait d u r é sept a n s . Si la p a s sion s'en fût m ê l é e , c o m m e on l'a t a n t écrit, il eût marché plus vite. Il n'est pas vrai q u e Jacques de Molay ait ajourné le roi et le p a p e , comme on l'a dit aussi pour p r o duire un effet de t h é â t r e . Lui et ses compagnons infortunés se b o r n è r e n t à invoquer v a i n e m e n t u n e vengeance mystérieuse contre leurs j u g e s . Telle est la vérité sur les templiers. Ajoutons que ni le roi de F r a n c e , ni le p a p e , ni les a u t r e s souverains ne profitèrent de leurs dépouilles, dont une grande partie fut d o n n é e a u x chevaliers de S a i n t Jean ou de l'Hôpital, q u i , n e pouvant plus rien en terre s a i n t e , s'étaient retirés dans l'île de Rhodes

326

CROISADE CONTRE BAJAZET.

sous la conduite de Guillaume de Villaret, leur g r a n d maître. Nous r e t r o u v e r o n s plus loin ces chevaliers.

XLVI. — CROISADE CONTRE BAJAZET.
Si v o u s redoutez un ennemi déclaré, n'attendez pas qu'il entre chez v o u s .
PUFFENDORF.

Sigismond de L u x e m b o u r g , qui devait succéder à l ' e m p e r e u r Venceslas, son frère, avait épousé en 1 3 8 6 la princesse Marie de Hongrie, fille u n i q u e et seule héritière d u roi Louis I . A la m o r t d e ce p r i n c e , en 1 3 9 2 , S i g i s m o n d , en attendant l ' e m p i r e , se t r o u v a roi de Hongrie. Il gouvernait ses É t a t s a v e c q u e l q u e d u r e t é , mais il les défendait avec vaillance. Il avait, trente ans lorsqu'en 1 3 9 6 , menacé p a r Bajaz e t , sultan des T u r c s , il a p p e l a à son aide les chevaliers chrétiens. C'était u n e c r o i s a d e , puisqu'il fallait combattre les infidèles et q u e les T u r c s , sous la c o n duite d e Bajazet, menaçaient de nouveau d ' e n v a h i r l ' E u r o p e . Leur chef, vain et farouche., avait m ê m e a n n o n c é qu'il irait à R o m e , qu'il y ferait m a n g e r l'avoine à son cheval sur le maître-autel d e SaintP i e r r e , et qu'il ne s'arrêterait qu'après avoir r a n g é tous les États chrétiens sous sa domination.
er

Sigismond envoya en F r a n c e et en Belgique u n e ambassade qui fut partout g é n é r e u s e m e n t accueillie. Le roi Charles VI promit d e se mettre à la tête d ' u n e ligue chrétienne contre les Turcs. Les plus b r a v e s chevaliers se m o n t r è r e n t disposés à p r e n d r e la Croix-,

CROISADE CONTRE BAJAZET.

327

Philippe le H a r d i , comte de Flandre et d u c de Bourg o g n e , vit avec plaisir u n e expédition qui devait r é veiller la foi. Il combla d'honneurs et de présents les envoyés hongrois; et il fut décidé aussitôt q u e le prince J e a n , son fils a î n é , serait le chef des croisés de la Bourgogne et d e la F l a n d r e . Un vaillant chevalier flamand, Jean de la G r u t h u s e , devait porter l'étendard du prince. À la tête des chevaliers français, on remarquait Philippe d ' A r t o i s , connétable du r o y a u m e , l'amiral Jean de V i e n n e , Guy d e la Trimouille, le maréchal de Boucicaut, le sire d e Coucy, le comte de la Marc h e , Philippe de Bar et u n e foule d ' a u t r e s ; à la suite de Jean de B o u r g o g n e , le sire de Saimpy, chevalier du H a i n a u t , Guillaume d e R u p e l m o n d e , Baudouin G o e t h a l s , etc. Ces a r m é e s se m i r e n t en marche le 6 avril 1 3 9 6 , se p r o m e t t a n t , après avoir vaincu Bajazet, d'aller délivrer Constantinople, d'y rétablir l'empire latin, de passer ensuite en Palestine et d'y r e p r e n d r e les lieux saints. Après qu'ils e u r e n t h e u r e u s e m e n t traversé l'Allem a g n e , les croisés furent accueillis a v e c h o n n e u r p a r le roi de Hongrie, qui les a t t e n d a i t ; Bajazet ne paraissait pas e n c o r e . — Mais il ne tardera pas à se m o n trer, dit Sigismond. Je le connais et j e sais ses m a nières. Son a r m é e régulière s e r a , selon ses h a b i t u d e s , précédée de nuées de gens à p i e d , qui se r é p a n d r o n t partout sans o r d r e , pour piller et p o u r enlever ceux de nos hommes qui v i e n d r a i e n t à s'écarter. Nous ferons u n e avant-garde pareille, composée de gens d u

32S

CROISADE CONTRE BAJAZET.

p a y s ; nous serons derrière en corps de b a t a i l l e , pour les soutenir et p o u r combattre ensuite l ' a r m é e de Bajazet. Les chevaliers français et flamands s'offensèrent de ces propositions. Ce qui a causé tant d'échecs d a n s toutes ces saintes g u e r r e s , c'est q u e les c h e v a l i e r s , n e c o m p r e n a n t pas la soumission, qui p r o d u i t l'unité et le s u c c è s , voulaient agir chacun à son g r é . — C r o i t - o n , disaient-ils avec un orgueil m a l h e u r e u x , q u e nous soyons v e n u s de si loin p o u r soutenir les milices et m a r c h e r à la suite des gens d e s c o m m u n e s ? Notre coutume n ' e s t pas de d o n n e r a p r è s les a u t r e s , mais de les e n t r a î n e r p a r notre e x e m p l e . Si l'ennemi se p r é s e n t e , rien n e pourra nous e m p ê c h e r de m a r c h e r sur lui. Le roi de Hongrie s'affligea de cette r é s o l u t i o n , qui paralysait d ' a v a n c e la discipline et q u e b l â m a i e n t les v i e u x g u e r r i e r s . Cependant il arma chevalier Jean de Bourgogne , q u ' o n appelait alors le comte de N e v e r s ; et aussitôt Jean de l a G r u t h u s e éleva sa b a n n i è r e . L ' e n n e m i n e paraissant pas e n c o r e , les croisés m a r c h è r e n t en a v a n t ; ils p r i r e n t sur les T u r c s q u e l ques places et s'en allèrent mettre le siège d e v a n t Nicopolis, g r a n d e ville d e la Bulgarie, sur le D a n u b e , alors au pouvoir des Turcs. Cette place très-fortifiée était défendue par u n e solide garnison. Les croisés la c e r n è r e n t pour l'affamer. M a i s o n leur a n n o n ç a b i e n tôt q u ' u n e armée t u r q u e v e n a i t au secours des a s siégés. — Allons voir ces g e n s - l à , dirent aussitôt quelques chevaliers.

CROISADE CONTRE BAJAZET.

329

Une partie de l'armée chrétienne s'avança sous la conduite des sires de Coucy, de Saimpy et de R o y e ; ils attendirent les Turcs dans u n e e m b u s c a d e , leur tuèrent quinze mille h o m m e s et s'en revinrent c h a r gés de b u t i n . Comme ils triomphaient et qu'ils s'abandonnaient aux plaisirs et a u x jouissances du l u x e , on leur dit que Bajazet arrivait en p e r s o n n e , avec son armée immense. D'abord les chevaliers refusèrent de le croire. Quand il n e leur fut plus possible d'en douter, ils levèrent le siège. Mais l'armée turque s'avançait comme un t o r r e n t , débordant de tous côtés. Il fallut se mettre en bataille. Les c h e v a l i e r s , tout brillants d'or et de s o i e , eurent à peine le temps de r e vêtir leurs a r m u r e s ; ils coupèrent les poulaines de leurs souliers ( 1 ) ; pleins encore du vin qu'ils v e naient de b o i r e , ils m o n t è r e n t à c h e v a l , p e n d a n t qu'on déployait les é t e n d a r d s . La première a t t a q u e des chevaliers fut terrible. Elle bouleversa l ' a v a n t - g a r d e de Bajazet, arriva sur l'infanterie t u r q u e , l'enfonça et en fit u n grand carnage. La cavalerie ennemie du centre fut culbutée pareillement, et les chevaliers s'engagèrent à sa poursuite. C'était là q u e Bajazet les attendait. Il fit avancer ses ailes a u bruit des t i m b a l e s , mit en fuite

(1) Les poulaines étaient u n allongement de la pointe du soulier, qui avait un pied, un pied et d e m i , deux pieds, suivant l'importance du personnage; cette pointe avancée se retroussait et s'attachait au-devant d e la jarretière par une petite agrafe d'or. D e cette m o d e bizarre est venue cette expression qui désigne u n personnage considérable : « Il est sur un grand pied dans le m o n d e . »

330

CROISADE CONTRE BAJAZET.

les Hongrois et enveloppa les croisés, d o n t le m a s sacre c o m m e n ç a . On dit que pas u n des soldats chrétiens n e tomba sans avoir e x t e r m i n é dix de ses ennemis. Mais c'est là u n e d e ces exagérations qu'on n e doit j a m a i s p r e n d r e à la l e t t r e . Ce qui est tristement v r a i , c'est q u e des douze mille croisés, français ou b e l g e s , il n ' e n resta d e b o u t que trois c e n t s , qu'on fit prisonniers et q u e l'on conduisit à Bajazet. Le vainqueur e n choisit vingt-cinq, à la tête desquels était Jean d e Bourg o g n e , comme assez g r a n d s seigneurs p o u r p a y e r c h è r e m e n t leur r a n ç o n ; il fit décapiter tous les a u t r e s , en représailles d u massacre q u e les c h r é t i e n s avaient fait de leurs prisonniers avant la bataille. On n ' é p a r g n a que trois d ' e n t r e ces c o n d a m n é s : Philippe P o t , gentilhomme b o u r g u i g u o n , d o n t le courage et le g r a n d c œ u r furent protégés p a r la sainte Vierge ( 1 ) ; Jacques Lmfay, écuyer d u Tournaisis, p a r c e q u e quelques officiers turcs r e c o n n u r e n t dans ce vaillant g u e r r i e r , g r a n d coureur d ' a v e n t u r e s , u n b r a v e q u i , autrefois, avait fait la guerre avec e u x sous T a m e r l a n , roi des T a r t a r e s ; Jacques de Helly, chevalier de l ' A r t o i s , q u i p r é c é d e m m e n t aussi avait combattu d a n s les a r m é e s de T a m e r l a n , tant les chevaliers de ce temps-là allaient chercher de lointaines a v e n t u r e s ( 2 ) , fut é p a r g n é pareillement. Bajazet l'envoya à la cour de Charles VI
(1) Voyez sa légende historique dans les Légendes Le Tournoi de Notre-Dame. (2) M. de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne. des saintes images :

CROISADE CONTRE AMURAT.

331

et à celle d e Philippe le Hardi pour leur porter les nouvelles de leur croisade et leur d e m a n d e r d e u x cent mille ducats de rançon s'ils voulaient revoir les débris de leur chevalerie. Il fallut plusieurs mois pour rassembler cette grosse somme. Elle arriva enfin , et Jean de Bourgogne r e parut dans les États qu'il devait posséder, ne r a p portant d ' u n e si désastreuse expédition que le nom de Jean Sans p e u r , lequel lui avait été donné à cause •de la fière assurance avec laquelle il avait paru devant Bajazet.

XLYII. — CROISADE CONTRE AMURAT II.
Lorsque la grandeur d'un prince semble prête à se déborder et menace d'engloutir l ' u n i v e r s , il est de la prudence de lui opposer des digues et d'arrêter le cours d'un torrent. VOLTAIRE.

Malgré la t e r r e u r qu'inspiraient les T u r c s , u n e nouvelle troupe de chevaliers français osa encore les aller c o m b a t t r e ; on c o m p r e n a i t , c o m m e l'avaient compris dès le c o m m e n c e m e n t Charles Martel et Charlemagne, que refouler ces peuplades féroces, c'était protéger l'Europe c h r é t i e n n e . On annonçait avec effroi que ces r u d e s enfants de Mahomet assiégeaient Constantinople. Une petite armée partit sous le commandement de Boucicaut, qui était reposé à peine de son affreuse captivité ; et ils délivrèrent la capitale de l'empire grec. Pour r e n d r e encore plus de sécurité à Constantinople , il arriva bientôt q u ' u n autre g r a n d peuple non

332

CROISADE CONTRE AMURAT.

moins f a r o u c h e , les Mogols, qui avaient p o u r chef T a m e r l a n , déclara la guerre à Bajazet. Les d e u x a r mées se r e n c o n t r è r e n t , en 1 4 0 2 , d a n s les plaines d ' À n c y r e , en P h r y g i e . A la suite d ' u n e bataille qui d u r a trois j o u r s , Bajazet avait p e r d u son a r m é e et se trouvait prisonnier d'un h o m m e aussi b a r b a r e que lui. Dès lors on prêcha plus que jamais la g u e r r e cont r e les m u s u l m a n s . De tous côtés on pressait les h o m m e s de c œ u r de se croiser. Mais de nouvelles armées ne s'ébranlèrent que lorsqu'on vit l'empire des Turcs se reconstituer et leurs princes r e d e v e n i r m e n a ç a n t s . Soliman I a v a i t succédé à Bajazet; il avait été remplacé très-vite p a r Musa-Chélébi, son f r è r e , puis celui-là avait fait place à Mahomet I , e t , en 1 4 4 2 , c'était A m u r a t l l , qui régnait depuis plus de vingt a n s , et qu'il fallait c o m b a t t r e . Une a r m é e de croisés rassemblée de tous les pays chrétiens s'élança donc sous le c o m m a n d e m e n t de H u n y a d e , vaïvode de Transylvanie, et de Ladislas, roi de Hongrie et de Pologne. Elle se dirigeait sur Constantinople.
er er

Dans la r o u t e , elle eut plusieurs r e n c o n t r e s , signalées p a r d e u x victoires, qui a n i m è r e n t les soldats de la Croix, et qui effrayèrent leurs ennemis. Le sultan A m u r a t , las de sa vie de luttes et d e c o m b a t s , envoya a u x chefs chrétiens des a m b a s s a d e u r s c h a r gés de leur offrir u n e paix a v a n t a g e u s e . Us l'accept è r e n t et signèrent le traité. Mais ils agissaient sans consulter les hommes sages. Quand le légat d u saintsiége apprit ce qui venait d'être fait, il r e p r é s e n t a a u x chevaliers que c'était là u n e faute g r a v e , q u ' o n

C R O I S A D E CONTRE AMURAT.

333

ne devait jamais se confier a u x engagements les plus solennels des m u s u l m a n s , et qu'on perdait l'occasion de rassurer, a u moins de ce c ô t é - l à , l'Europe chrétienne. Les v i e u x chevaliers d o n n è r e n t raison au légat; et dans cette situation, l ' a r m é e chrétienne arriva à W a r n a , en B u l g a r i e , où les Grecs et les Italiens avaient promis d'envoyer à l'armée de la Croix d e u x flottes et des secours. On n ' y trouva pas un vaisseau. Obligés de rester l à , les croisés a p p r i r e n t q u ' A murat I I , dégoûté des g r a n d e u r s , avait laissé son trône à Mahomet I I , son fils encore enfant, et que , décidé à se faire e r m i t e , il s'était retiré à Magnésie, dans cette partie de l'Asie Mineure qui s'appelait a u trefois la Lydie. Us décidèrent aussitôt u n e résolution de violer le t r a i t é , ce qui était u n e faute n o u velle. Mais ils songeaient qu'ils avaient affaire désormais à un prince enfant; ils r e p r i r e n t donc les hostilités. Dès q u e cette nouvelle arriva d a n s la retraite d'Am u r a t , il en sortit avec c o l è r e , j u r a n t d e venger le traité violé ; il arriva bientôt à la tête d ' u n e armée immense. Le légat et le vaillant H u n y a d e p r o p o saient la retraite. Ladislas, s'écriant qu'il voulait vaincre ou mourir, s'élança furieux a u milieu des bataillons o t t o m a n s ; il se dirigeait droit au sultan Amurat. Mais, p e r c é de mille coups, il fut bientôt r e n versé, et sa t ê t e , élevée sur u n e p i q u e , mit en d é route les Hongrois; en u n m o t , ce fut u n e défaite où plus de dix mille croisés perdirent la v i e , et où l'empire des Turcs s'affermit d a v a n t a g e .

334

LES TURCS A CONSTANTINOPLE.

XLYIII. — LES TURCS A CONSTANTINOPLE.
MAHOMET II.

Mahomet n est l'Attila du quinzième siècle. FELLER.

A m u r a t , v a i n q u e u r à W a r n a , reprit g o û t à la vie g u e r r i è r e ; il fit des courses et des dévastations sur les frontières des Hongrois, étendit ses possessions ; et il avait repris le siège de Constantinople lorsqu'il m o u r u t , en 1 4 5 1 . Il avait construit et possédait de redoutables forteresses q u i , à d e u x ou trois lieues de Constantinople, la m e n a ç a i e n t plus q u e jamais et assuraient au besoin la retraite de ses assiégeants. Mahomet I I , qui avait alors vingt et un a n s , continua à fortifier les a p p r o c h e s de la ville qu'il convoitait pour capitale. Constantin D r a c o s è s , fils de Manuel Paléologue, était depuis l'an 1 4 4 9 e m p e r e u r de Constantinople; et A m u r a t II avait contribué à l'asseoir sur ce t r ô n e , en a t t e n d a n t q u e son fils p û t l'y r e m p l a c e r . Mahomet II fit p e n d a n t d e u x ans des préparatifs immenses p o u r se l'assurer. L ' e m p e r e u r g r e c voyait clairement les d a n g e r s qui l'entouraient; il envoyait dans toutes les cours chrétiennes des ambassadeurs chargés de solliciter des secours. Mais on avait eu tant à se plaindre des Grecs, q u e l'enthousiasme des croisades ne se réveilla pas p o u r e u x . Gênes et Ven i s e , qui avaient des comptoirs à Constantinople, envoyèrent quelques t r o u p e s ; elles agissaient en

MAHOMET I I .

335

cela par u n motif intéressé. Le p a p e seul (c'était Nicolas Y) fit p a r t i r , uniquement p o u r la cause de la Croix, une petite troupe. Mais les G r e c s , devant les périls qui les enveloppaient de toutes p a r t s , les Grecs parlaient beaucoup et n'agissaient pas. Avec une population i n n o m b r a b l e , l ' e m p e r e u r ne pouvait pas réunir p l u s d e cinq mille défenseurs. Les moines grecs de leur c ô t é , a p p u y é s p a r G e n n a d i u s , qui était devenu subitement l'adversaire des L a t i n s , criaient dans les r u e s q u e tout était p e r d u si on acceptait les secours des Catholiques; et qu'il valait m i e u x voir à Constantinople le t u r b a n de Mahomet q u e la tiare de Rome. Quelques fanatiques assuraient aussi que la ville ne pouvait pas tomber et q u ' u n ange allait la délivrer. La multitude comptait l à - d e s s u s , et p e r s o n n e , sinon l'empereur, n e s'effrayait t r o p , tandis que Mahomet II voyait a p p r o c h e r l ' h e u r e de son triomphe. Dans les premiers j o u r s du mois d'avril de l'an 1 4 5 3 , la ville de Constantinople se trouva cernée p a r une armée de trois cent mille T u r c s . Leurs m a s s e s , de tous les c ô t é s , couvraient la t e r r e , et le pavillon du sultan était planté devant u n e des portes. Sa flotte innombrable occupait tout le B o s p h o r e . Il proposait une capitulation : il voulait Constantinople, puisqu'il était maître d e toutes les places de l ' e m p i r e ; il offrait à Constantin Dracosès u n e principauté dans le Péloponnèse. Constantin crut qu'il était de son h o n neur de n e pas accepter ces conditions; et se trouvant avec ses cinq mille Grecs et les secours envoyés par le souverain pontife, les Vénitiens et les Génois,

336

LES TURCS A CONSTANTINOPLE.

à la tête d ' u n e garnison de dix. mille h o m m e s , il s'imagina qu'il pouvait défendre sa v i l l e , solidement et p a r t o u t fortifiée. Le p o r t , qui était fermé par d ' é n o r m e s chaînes de fer, n e s'ouvrait q u ' a u x bâtiments qui a m e n a i e n t des vivres ou des secours. Jusqu'à la fin d ' a v r i l , les efforts des Turcs échouèrent. C'est alors q u e Mahom e t résolut de transporter sa flotte d e s e a u x d u Bosp h o r e d a n s le port qui lui était inaccessible. Il fit couvrir d e u x lieues de chemin de planches de s a p i n , enduites d e suif et de graisse, et disposées de m a nière à recevoir les v a i s s e a u x ; il fit tirer du d é t r o i t , à force de machines et de b r a s , quatre-vingts galères et soixante-dix allèges , qui coulèrent sur le lit q u ' o n leur avait p r é p a r é . Tout cet immense travail s'exécuta en p e u de j o u r s ; et un m a l i n , les assiégés v i r e n t , à leur g r a n d e s t u p e u r , u n e flotte entière descendre de la terre d a n s leur port. Les Grecs c e p e n d a n t ne songeaient pas à se rend r e , Constantin se montrant décidé à m o u r i r plutôt q u e d ' a b a n d o n n e r sa capitale. Mais les d a n g e r s g r a n dissaient tous les j o u r s . Le 27 m a i , M a h o m e t , p a r courant tous les r a n g s de son a r m é e , lui a n n o n ç a que dans trois j o u r s Constantinople serait p r i s e , q u e ses soldats en auraient le pillage, qu'ils y feraient u n riche b u t i n , qu'il le jurait par son père A m u r a t et par les quatre mille p r o p h è t e s . D e u x cent mille voix lui répondirent par leur cri de bataille, et l'assaut commença d e tous les côtés à la fois. Il se poursuivit la nuit m ê m e , chaque soldat musulman portant u n flambeau allumé au bout de sa lance. Le 2 9 m a i ,

MAHOMET II.

337

l'empereur ayant été tué sur le r e m p a r t , il n'y eut plus de r é s i s t a n c e , et la ville, en u n clin d ' œ i t , fut remplie de soldats t u r c s , qui massacrèrent quarante mille p e r s o n n e s , et firent soixante mille esclaves. Le pillage, qui s'agitait partout, fit fuir u n nombre plus grand encore des habitants é p e r d u s , de sorte que Mahomet fut obligé de repeupler la ville. Il ne voulut pas détruire les Grecs; il les méprisait trop p o u r les c r a i n d r e . Il leur d o n n a pour p a triarche ce G e n n a d i u s , en qui il voyait l ' a r d e n t ennemi des catholiques. Lorsqu'on apprit en Europe q u e les Turcs r é gnaient à Constantinople,, l'effroi fut général. On reparla d'une croisade, devenue plus difficile que jamais; n é a n m o i n s , on voyait q u e , maîtres de la ville des Constantins, les Turcs ne s'arrêteraient pas là. Ainsi, disait-on p a r t o u t , les infidèles q u e Godefroid de Bouillon et ses successeurs avaient si vaillamment combattus envahissent le m o n d e et se rapprochent de j o u r en j o u r des p a y s soumis à l'Évangile. La terre sainte, où les princes latins avaient relevé la Croix, était retombée sous le joug d u croissant; e t , douleur nouvelle! les bannières de Mahomet flottaient sur les tours de la ville q u e Baudouin avait rendue à l'Église r o m a i n e , et qu'on avait si malheureusement a b a n d o n n é e . Philippe le B o n , duc de Bourgogne et souverain des plus belles contrées de la Belgique et de la Neerlande, sentit son c œ u r oppressé à ces tristes nouvelles; toute sa cour partagea ses sentiments d ' h é roïsme religieux ; et dans u n e réunion où il convoqua
22

338

LES TURCS A CONSTANTINOPLE.

à Lille ses chevaliers, il fit a p p o r t e r u n faisan vivant, orné d'or et de pierreries, sur lequel il proposa u n v œ u qui fut accueilli p a r de g r a n d e s et vives acclamations. Il c o m m e n ç a l u i - m ê m e , m a l g r é son âge a v a n c é , p a r v o u e r « à Dieu, à la très-glorieuse Vierge Marie, » a u x d a m e s et au faisan, q u e , si le roi de F r a n c e , » son seigneur, ou tout a u t r e p r i n c e chrétien voulait » faire la g u e r r e au Grand T u r c et a u x infidèles, il » l'accompagnerait à cette croisade , avec ses cheva» licrs ». Il ajouta : « E t s i , d u r a n t ce v o y a g e , je » puis p a r q u e l q u e m a n i è r e savoir q u e ledit Grand » T u r c a volonté d'avoir affaire avec moi corps à » c o r p s , j e le c o m b a t t r a i , a v e c l'aide d e Dieu tout» puissant et d e sa très-douce M è r e , lesquels j ' a p » pelle toujours à mon a i d e . » Tous les chevaliers é t e n d i r e n t la main s u r le fais a n , p r o m e t t a n t de p r e n d r e la Croix et d e suivre leur p r i n c e , et ajoutant à leur v œ u des clauses particulières-, ce qui est assez fréquent d a n s les chroniques d u m o y e n â g e . L ' u n s'obligeait à n e point se m e t t r e au lit le s a m e d i , l'autre à n e p a s m a n g e r à table le m a r d i , un troisième à n e p a s boire de v i n , d'autres à n e p a s faire tourner la tête à l e u r s chev a u x , à n e porter ni c h a p e r o n s , ni g a n t e l e t s , à se vêtir d e h a i r e s , à n e p r e n d r e a u c u n é b a t , jusqu'à l'accomplissement de leur v œ u , qui est célèbre dans l'histoire sous le n o m d e V œ u d u Faisan. Le roi de France (Charles VII) n e p o u v a n t pas se croiser a l o r s , Philippe le Bon partit p o u r l'Allemagne, au mois de m a r s de l'an 1 4 5 4 . Sur les instances du

MAHOMET I I .

339

saint-siége, u n e diète devait se tenir à Ratisbonne pour la croisade. ÎL'empereur (c'était le lâche et fainéant Frédéric I V ) , insensible à l ' h o n n e u r , matériel et a v a r e , n e voulut pas m ê m e faire les frais d u voyage à R a t i s b o n n e ; et tous les projets chevaleresques s'évanouirent d e v a n t cette avanie. Mais p o u r t a n t les v œ u x étaient faits, et on ne p o u vait pas s'en délier ainsi. P e n d a n t dix a n s , on parla donc toujours de la c r o i s a d e , qui n e cessait d'occuper les esprits. On comprenait q u e , Constantinople prise, Rome était m e n a c é e . Mahomet n e se reposait pas. Il avait j u r é l'extermination des Latins. Ses guerriers faisaient le ravage en A l b a n i e , harcelaient la Hongrie et se p r é p a r a i e n t à l'attaque de Belgrade. En A l b a n i e , ils étaient c o n s t a m m e n t vaincus p a r l'héroïque S c a n d e r b e r g , qu'ils ne p u r e n t jamais d é loger de Croia, sa capitale. Ils a t t a q u è r e n t Belgrade, dont le siège est célèbre. Cette p l a c e , arrosée p a r le Danube et la S a v e , était investie depuis q u a r a n t e jours, q u a n d des secours a r r i v è r e n t , conduits p a r Hunyade, échappé du massacre de W a r n a . Ce g r a n d guerrier m a r c h a i t , a c c o m p a g n é de Jean Capistran, l'un des p r é d i c a t e u r s de la croisade; son éloquence et ses a r d e n t e s prières avaient levé des bataillons de cœurs g é n é r e u x . Le 6 « o û t '1456, Hunyade tomba sur les m u s u l m a n s , leur tua vingt mille h o m m e s , mit le reste de leur a r m é e en fuite, détruisit leur flotte qui couvrait le Danube et la S a v e ; et le sultan, blessé lui-même, se hâta de fuir. Mais il n'était pas pour cela a b a t t u . Les Turcs sont tenaces et se flattent toujours qu'ils a u r o n t demain ce
22.

340

LES TURCS A CONSTANTINOPLE.

qui leur é c h a p p e aujourd'hui. Dans son insatiable envie de s'agrandir toujours, Mahomet répara p r o m p tement ses p e r t e s ; il s'empara facilement d u Péloponnèse et songea ensuite à l'Italie. D e u x a n s a p r è s la délivrance de B e l g r a d e , iEnéas Sylvius Piccolomini, évêque de S i e n n e , q u i , a v e c Jean C a p i s t r a n , avait a r d e m m e n t p r ê c h é la croisade sous le p a p e Calixte III, fut appelé à lui succéder sur le saint-siége. Il prit le nom de Pie I I , et poursuivit l ' œ u v r e des saintes g u e r r e s . Il envoya des légats à tous les princes chrétiens p o u r leur a n n o n c e r les périls dont l'Europe était m e n a c é e . Mais l'Europe était d e v e n u e froide. Enfin, voyant les Turcs maîtres de l'Archipel et de la mer d ' I o n i e , r a v a g e a n t l'Ulyrie et m e n a ç a n t R a g u s e , il adressa u n e exhortation éloquente à tous les fidèles, en leur a n n o n ç a n t qu'il a l lait conduire l u i - m ê m e , a u x frais de l'Église r o m a i n e , u n e a r m é e de croisés contre les m u s u l m a n s . « Nos p è r e s , disait-il, ont p e r d u Jérusalem et » toute l'Asie; nous avons p e r d u la Grèce et p l u » sieurs r o y a u m e s de l ' E u r o p e ; la chrétienté n'est » plus q u e d a n s un coin du m o n d e . En ce péril su» p r ê m e , le p è r e de tous les chrétiens va lui-même » au-devant de l'ennemi. Si la g u e r r e n e convient ni » à la faiblesse des vieillards, ni au caractère d e s » pontifes, q u a n d la religion est sur le point de suc» c o m b e r , qui pourrait nous r e t e n i r ? Suivis de nos » c a r d i n a u x , de la plupart de nos é v ê q u e s , nous » m a r c h e r o n s l'étendard d é p l o y é , avec les reliques » des s a i n t s , avec Jésus-Christ lui-même d a n s son » E u c h a r i s t i e . Quel chrétien refusera de suivre le

MAHOMET I I .

341

» vicaire de D i e u , allant avec son sénat s a c r é , avec » tout le cortège de l'Église, à la défense de l'Église » et de l'humanité ?... » On lui représenta qu'il était chargé d'années et d'infirmités, qu'il n'avait plus q u e peu de jours à vivre, qu'il courait à u n e m o r t p r e s q u e c e r t a i n e . i l répondit : — Qu'importent l'heure et le lieu de m o n trépas, si j e m e u r s pour le p e u p l e chrétien? Dans son e x h o r t a t i o n , q u e toutes les Églises catholiques e n t e n d i r e n t avec é m o t i o n , il indiquait A n cône comme le lieu du rendez-vous. Il accordait la rémission de leurs péchés à tous ceux qui le suivraient ou qui lui e n v e r r a i e n t u n ou d e u x soldats de la Croix; et il eut la joie de voir renaître en ce moment le zèle des premières croisades. De tous côtés il lui arriva des g u e r r i e r s . L'armée de Philippe le Bon n'avait pas oublié son v œ u ; elle arriva à Ancône. Le pape y était avec sa s u i t e , mais épuisé et fort m a l a d e . La flotte allait m e t t r e à la v o i l e , q u a n d il sentit sa fin a p p r o c h e r . — J'ai fait tout ce q u e j ' a i p u j u s q u ' à ce j o u r , dit-il a u x cardinaux qui l ' e n t o u r a i e n t ; p o u r les b r e bis qui m'étaient confiées, j e n ' a i épargné aucune d é marche ; j ' a i offert ma vie p o u r le salut de tous. C'est à vous de finir l ' œ u v r e de Dieu. Sur ces paroles il r e n d i t l ' â m e . La croisade aussitôt se dispersa. Elle n e se reforma plus. Mahomet saccagea les États de S c a n d e r b e r g ; il fit un désert de l'île de N é g r e p o n t ; puis il envoya une armée contre la H o n g r i e , u n e a u t r e sur les côtes de l'Italie, une antre contre l'île de Rhodes.

342

LES CHEVALIERS D E RHODES.

XLIX. — LES CHEVALIERS DE RHODES.
Misère de notre nature amoindrie par la chute ! La faim abattra des cœurs o ù la d é faillance ne pouvait trouver place.
BONGARS.

Depuis la prise de Saint-Jean d'Acre et la p e r t e de la P a l e s t i n e , en 1291 , les chevaliers de Saint-Jean de J é r u s a l e m , n ' a b a n d o n n a n t pas la défense d e la religion, s'étaient réfugiés dans l'île de Chypre. E n 1 3 0 9 , ils s'étaient emparés de l'île de Rhodes et s'y étaient si solidement assis, qu'ils y étaient d e v e n u s la t e r r e u r des infidèles. Mahomet I I , voyant en e u x ses plus redoutables a d v e r s a i r e s , car ils lui avaient fait subir de grandes pertes en m e r , envoya trente g a l è r e s , chargées d e vaillants soldats, qui avaient o r d r e de faire des descentes d a n s tous les l i e u x de l'île les moins d é f e n d u s , d'en enlever les h a b i t a n t s et de p o r t e r partout le fer et la flamme. L'habile p r é voyance du g r a n d m a î t r e , Jean-Baptiste des U r s i n s , fit échouer ce premier a r m e m e n t ; il avait fait retirer les habitants dans tous les forts; et les c h e v a l i e r s , partagés en plusieurs corps d'observation, laissaient d é b a r q u e r les T u r c s , m a i s , u n instant a p r è s , ils tombaient sur eux. Us en. t u è r e n t b e a u c o u p et leur firent u n grand n o m b r e de prisonniers. On prévoyait bien q u e Mahomet n e souffrirait pas u n tel affront et qu'il allait faire de plus sérieuses t e n t a t i v e s . On était en l'an 1 4 7 6 ; Pierre d'Aubusson, qui avait b a t t u les Turcs eu Hongrie et a i l l e u r s , fut

LES CHEVALIERS D E RHODES.

343

élevé à la g r a n d e maîtrise de l'ordre de Rhodes ; il prit d'activés m e s u r e s pour la défense de l'île. Il ferma le port p a r d ' é n o r m e s c h a î n e s , fit remplir les magasins de provisions et de munitions de g u e r r e , r a p p e l a , par u n e citation g é n é r a l e , tous les c h e v a liers qui étaient hors d e l'île. Tous accoururent ; plusieurs s o u v e r a i n s , e n t r e autres Louis X I , notre r o i , envoyèrent des secours en hommes et en a r g e n t ; on a u g m e n t a les fortifications avec toutes les mesures possibles de défense; et Mahomet, qui était a t t e n d u , p a r u t le 2 3 mai de l'an \ 480 devant l'île de Rhodes, à la tête d'une flotte de cent soixante g r a n d s vaisseaux et d'une multitude de petits bâtiments ; il d é barqua u n e a r m é e qui dépassait le chiffre d e cent mille h o m m e s et ouvrit le siège aussitôt. Ce siège dura d e u x m o i s , dont toutes les h e u r e s furent des luttes. Mais toute la puissance des Turcs é c h o u a , et la flotte, qui avait g r a n d e m e n t souffert, se retira avec fureur. Le sultan voulait tenter de plus g r a n d s efforts l'année s u i v a n t e ; la m o r t enfin l ' a r r ê t a , comme il venait d ' e n t a m e r l ' I t a l i e , où ses soldats avaient déjà saccagé Otrante p a r le fer et le feu. On prêchait toujours la croisade. Soliman II assiégeait Rhodes de n o u v e a u en 1 5 2 2 ; mais, décidé à n e pas reculer cette fois, il alla lui-même soutenir ses armées ; et sa persévérance obstinée d é s a r m a par la faim des hommes que les dangers trouvaient i n é b r a n lables. Au b o u t de six mois de siège h é r o ï q u e m e n t soutenu, les chevaliers, m a n q u a n t de tout, se virent réduits à accepter u n e capitulation honorable.

344
e r

CROISADE D'ISABELLE ET

DE

FERDINAND.

Le 1 j a n v i e r \ 5 2 3 , ils sortirent d e R h o d e s , suivis de q u a t r e mille habitants qui avaient d e m a n d é à partager leur r e t r a i t e , et cette troupe d ' h o m m e s de c œ u r se retira avec tous les h o n n e u r s de la g u e r r e . N o u s les r e v e r r o n s bientôt continuant à Malte leur g é n é r e u s e mission.

L. — CROISADE D'ISABELLE ET DE FERDINAND.
I s a b e l l e , aux grâces et aux agréments de son s e x e , joignait la grandeur d'âme d'un h é r o s , la politique profonde d'un m i n i s t r e , les v u e s d'un législateur, les qualités brillantes d'un conquérant, la probité d'un b o n citoyen, l'exactitude du plus intègre magistrat.
DESORHEAUX.

F e r d i n a n d d'Aragon et son héroïque épouse Isabelle de Castille, q u e l'histoire a n o m m é e souvent la g r a n d e Isabelle, n'étaient pas satisfaits de leurs p o s sessions héréditaires; ils voulaient posséder toutes les E s p a g n e s . Pour c e l a , il leur fallait a c h e v e r d ' e n expulser les M a u r e s , qui possédaient encore le beau r o y a u m e de G r e n a d e . Les Sarasins leur fournirent u n e occasion en violant, p a r la prise de Z a h a r a , la trêve qui les laissait en p a i x dans la péninsule Ibérique. Le Roi Catholique se mit en m a r c h e en 1 4 8 2 ; il leur reprit A l h a m a , puis successivement L o x a , Velez-Malaga, Malaga, Baza, A l m é r i a , Guad i x et toutes les autres p l a c e s ; puis il assiégea G r e n a d e , capitale de leur r o y a u m e . Il y eut dans celte c r o i s a d e , qui devait m e t t r e fin

CROISADE D'ISABELLE ET D E FERDINAND.

345

à sept cents ans de l u t t e s , beaucoup d e faits glor i e u x . Nous n ' e n citerons que quelques-uns. Le marquis de C a d i x , ayant surpris Alhama avec u n e poignée d ' h o m m e s , se trouva sur-le-champ investi p a r des troupes nombreuses d e Maures irrités. Il était sans provisions et frémissait à l'idée de se r e n d r e . Il eut le b o n h e u r de faire parvenir à sa femme la nouvelle de cette détresse. Elle n e connaissait q u ' u n h o m m e assez puissant pour délivrer son é p o u x : c'était le d u c de Médina-Sidonia. Mais il était l'implacable ennemi du marquis de Cadix. N'importe 1 elle le savait g é n é r e u x . Elle s'adressa donc à l u i ; et elle l'avait bien j u g é ; car il partit surle-champ de Séville avec u n e vaillante t r o u p e , déliv r a la p l a c e , et n ' e u t plus dans le marquis de Cadix q u ' u n ami dévoué. Durant le siège d e G r e n a d e , les Maures a y a n t brûlé le c a m p chrétien, Isabelle voulut leur p r o u v e r qu'elle n ' a b a n d o n n a i t pas pour cela son e n t r e p r i s e ; et sur-le-champ elle fit bâtir, à la place d u camp d é truit, u n e ville qui existe encore : c'est Santa-Fé. Ce siège de Grenade est célèbre p a r des aventures chevaleresques. Mais on les a enrichies de traits romanesques ou légendaires e m p r u n t é s à Dryd e n , qui était poëte avant tout. Nous n ' e n r e p r o duirons q u ' u n e , qui du moins est de l'histoire. Elle a été racontée avec c h a r m e d a n s un recueil périodique sérieux où n o u s l'empruntons (1) : « P e n d a n t ce siège, les cavaliers m a u r e s venaient
(1) Madame Mathilde Tarweld (Bourdon), Magasin octobre 1856. catholique illustré,

346

CROISADE D'ISABELLE ET DE FERDINAND.

p r e s q u e tous les j o u r s porter des défis à la j e u n e chevalerie e s p a g n o l e , et ces combats ressemblaient plutôt aux. joutes d ' u n tournoi q u ' à des r e n c o n t r e s entre ennemis. Le roi F e r d i n a n d les défendit. » Les Maures essayèrent alors d ' a u t r e s m o y e n s de p r o v o q u e r leurs ennemis. Us s'avançaient q u e l quefois en troupes j u s q u ' a u x lisières d u c a m p et y j e t a i e n t des écrits renfermant u n insultant défi. Ces r o d o m o n t a d e s irritaient les j e u n e s chevaliers, q u e la défense expresse du roi pouvait seule r e t e n i r . » P a r m i les cavaliers m a u r e s , on en citait u n n o m m é Tarfe, connu de tous p a r sa force et son a u d a c e . Un j o u r , il s'approcha du camp e s p a g n o l , e t , laissant ses compagnons en a r r i è r e , il franchit les premières palissades, s'avança au galop de son léger coursier j u s q u ' à la tente r o y a l e , y lança son djérid (1), qui d e m e u r a fixé en t e r r e . Poursuivi a l o r s , mais en v a i n , il r e n t r a sain et sauf dans G r e n a d e . Le djérid portait u n billet a n n o n ç a n t qu'il était destiné à la reine Isabelle. » Un j e u n e chevalier a n d a l o u , n o m m é H e r n a n d o Perez del Pulgar, q u e l'on surnomma l'homme aux exploits, avait été témoin de cette insolence; il voulut v e n g e r la reine Isabelle d'une m a n i è r e digne d'elle. La nuit suivante, il sortit du camp a v e c quinze a u t r e s cavaliers aussi v i g o u r e u x q u ' i n t r é p i d e s , e t , a p p r o c h a n t de la ville avec précaution, il t r o u v a u n e p o t e r n e ouverte sur le D a r r e ; elle était g a r d é e p a r des fantassins presque tous endormis. Il la força, et tandis q u e ses compagnons luttaient avec les g a r d e s ,
(1) Espèce de poignard.

CROISADE D'ISABELLE ET D E FERDINAND.

347

Hernando donna d e l'éperon à son c h e v a l , et s'élança au grand galop dans la ville chérie des rois maures. » Arrivé à la principale m o s q u é e , il mit pied à t e r r e , et s'étant agenouillé devant le p o r t a i l , il d é clara qu'il prenait possession de l'édifice au nom du Dieu t o u t - p u i s s a n t , comme d e v a n t ê t r e consacré à son culte, sous l'invocation de la bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu. E t , en témoignage de ces p a roles, il prit u n e tablette qu'il avait p r é p a r é e et sur laquelle il avait tracé ces mots bénis : Ave, Maria; il la cloua sur la porte de la m o s q u é e , et il reprit le chemin de la p o t e r n e , avec quelques-uns de ses amis qui étaient v e n u s le rejoindre. M On avait d o n n é l ' a l a r m e ; les soldats s'assemblaient de tous côtés, et tout le m o n d e s'étonnait de voir des cavaliers chrétiens parcourir librement la ville. H e r n a n d o continua son chemin à travers la foule, renversant les u n s , tuant les a u t r e s ; il r e g a gna la p o t e r n e et r e t o u r n a au camp avec ses a m i s . » Le l e n d e m a i n , la reine Isabelle voulut voir de plus près la ville de Grenade, si gracieusement assise au milieu de la Vega. Elle s'en a p p r o c h a , escortée par u n e troupe n o m b r e u s e que commandait le m a r quis de Cadix; elle c o n t e m p l a , des h a u t e u r s de Z u bia, la magnifique cité qui allait devenir la conquête de ses armes et de ses prières. Les Grenadins avaient reconnu la reine ou ils l'avaient d e v i n é e ; tout à c o u p , u n e des portes de la ville s ' o u v r i t ; un cavalier m a u r e en sortait, a r m é de p i e d en cap et la visière baissée. A sa devise on r e c o n n u t Tarfe. Mais

348

CROISADE D'ISABELLE ET D E FERDINAND.

quelle fut l'indignation des chrétiens q u a n d ils virent attachée à la q u e u e de son cheval et souillée de poussière cette tablette que H e r n a n d o avait la veille clouée à la porte de la mosquée 1 » H e r n a n d o n'était pas l à , mais il avait un ami qui pouvait dire aussi : Où le Cid n'est pas, c'est moi qui le suis... Garcilasso de la Vega avait vu l'affront fait à la Mère de Dieu; il baissa sa visière, saisit sa l a n c e , courut sur l'infidèle, et après u n combat a c h a r n é , couvert d e sang et de b l e s s u r e s , ils t o m b è r e n t tous d e u x dans la poussière. Tarfe posa son genou sur la poitrine de l'Espagnol, et brandissant son p o i g n a r d , il allait le frapper, lorsque Garcilasso lui p e r ç a le c œ u r d ' u n coup d ' é p é e , à l'instant où il levait le bras. » Le v a i n q u e u r détacha la précieuse t a b l e t t e , la fixa à la pointe de son épée et l'emporta en t r i o m p h e au milieu des acclamations de l'armée. » La mosquée dont H e r n a n d o avait pris possession a u nom de Marie fut, après la prise d e Gren a d e , convertie eu c a t h é d r a l e . E n souvenir d e l ' e x ploit de H e r n a n d o , Charles-Quint lui a c c o r d a , ainsi q u ' à ses d e s c e n d a n t s , le droit d'être e n t e r r é s dans cette église et de s'y asseoir d a n s le c h œ u r p e n d a n t les offices (1). » Grenade fut donc p r i s e , et les Maures chassés e n fin de toutes les E s p a g n e s . Dans presque toutes les campagnes que coûta cette
(1) Le brave Hernando del Pulgar maniait la plume aussi bien que l'épée : il a laissé une histoire estimée de Gonzalve de Cordoue, dont il avait été l'un des compagnons d'armes.

CROISADE DE CHARLES-QUINT.

349

glorieuse e x p é d i t i o n , dit l'historien Y r i a r t e , l'illustre Isabelle se trouva toujours en p e r s o n n e , a n i mant les siens avec u n courage a d m i r a b l e , p o u r voyant a u x besoins de l'armée par les plus sages mesures, prodiguant a u x blessés et a u x malades les plus charitables soins; de sorte q u e , selon l'opinion générale, les succès furent dus surtout à l'héroïne que les difficultés et les périls de tous les jours n'ébranlèrent jamais (1 ) .

LI. — CROISADE DE CHARLES-QUINT.
Les chrétiens ne doivent se réjouir que des victoires qu'ils remportent sur les infidèles. Paroles de Charles-Quint.

Ce p r i n c e , qui n'est pas complètement j u g é , v o u lait expier p a r u n e g u e r r e sainte le sac de R o m e , commis p a r le connétable de Bourbon, sans ordre et contre sa volonté. Dieu lui offrit u n e occasion; et tout à c o u p , en 1 5 3 5 , il annonça u n e croisade, d i sant seulement qu'il se réjouissait d'accomplir enfin le v œ u de Philippe le Bon et de Charles de Bourgogne, ses a ï e u x . Voici l'occasion q u i a m e n a cette belle expédition : Horuk et Chérédin, fils d'un p a u v r e p ê c h e u r de
(1) Le frère Hernand de Talavéra, confesseur de la reine Isabelle, contribua aussi à la conquête par le zèle d e ses exhortations. Un jour que la reine pressait ce v e r t u e u x moine d'accepter un é v ê c h é , il répondit: « Je ne dois être évêque, m a d a m e , que lorsque v o u s aurez Grenade, » et ce fut lui qui, après la victoire complète, occupa le premier le siège archiépiscopal de cette v i l l e .

350

CROISADE D E CHARLES-QUINT.

Mitylène, t r o u v a n t trop misérable le m é t i e r d e leur p è r e , s'étaient faits pirates. Après avoir couru la m e r quelques a n n é e s , les d e u x é c u m e u r s , p a r la terr e u r qu'ils inspiraient et le riche butin qu'ils avaient fait, se v i r e n t à la tête d'une flotte. Horuk en était l'amiral ; son frère Chérédin commandait en second sous ses o r d r e s . Comme ils ne vivaient q u e d ' a v e n t u r e s , le roi ou d e y d'Alger, lequel payait a l o r s , ainsi q u e le roi de T u n i s , un tribut à Charles-Quint, voulant s'affranchir de cette s e r v i t u d e , s'adressa à H o r u k , qui vint aussitôt, entra dans Alger comme allié, étrangla le d e y d a n s u n bain, se proclama souverain du p a y s , et m a r c h a avec quinze cents cavaliers turcs contre les soldats de Charles-Quint, fortifiés dans Oran. Il t r o u v a là le terme d e sa v i e ; il périt avec son d é t a c h e m e n t . Son frère Chérédin ou Hariadan se mit à sa place et se maintint à Alger. Le sultan Soliman II, qui n é cessairement devenait l'ami de tous les ennemis de l ' e m p e r e u r , envoya complimenter Chérédin, le reçut sous sa protection, le n o m m a amiral de ses flottes, général de ses a r m é e s de m e r , et lui fournit des h o m m e s et d e l ' a r g e n t . Chérédin p o r t a i t , comme son frère à qui il succédait, le nom de Barberousse. Ce nom devint de plus en plus formidable. Aidé du s u l t a n , le n o u v e a u roi d'Alger prit Constantine, chassa les Espagnols des côtes d'Afrique, désola les m e r s , remplit ses États d'esclaves c h r é t i e n s , qu'il enlevait en Italie et sur toutes les plages. A u comm e n c e m e n t de l'année 1 5 3 5 , il ravagea la Sicile, qui a p p a r t e n a i t à Charles-Quint, prit T u n i s , e n chassa le

CROISADE DE CHARLES-QUINT.

351

roi Muley A s s a n , et joignit ce r o y a u m e à ses vastes domaines. Muley dépossédé vint implorer le secours de Charles. Remettre u n roi sur son t r ô n e , châtier les e n n e mis de la foi, épouvanter les infidèles, intimider Soliman, délivrer les captifs c h r é t i e n s , se procurer un refuge contre les corsaires sur les côtes de l'Afriq u e , tous ces brillants avantages se présentaient à la fois, c o m m e fruit de l'expédition. Tous voyaient là de la gloire et de l ' h o n n e u r . Charles partit à la tête de cinquante mille h o m m e s , s'embarqua en Ital i e , non pas le 16 juillet comme le dit Robertson, mais dans les p r e m i e r s j o u r s de j u i n . Il débarqua le 16 juin sur la terre d'Afrique, enleva le fort de la Goulette, en a v a n t de T u n i s , et m a r c h a sur cette ville. La relation de cette glorieuse et rapide campagne a été c o n s e r v é e , écrite p a r Charles-Quint lui-même et adressée à sa s œ u r M a r i e , veuve du roi de H o n g r i e , qui gouvernait p o u r lui les P a y s - B a s . Nous donnons ce récit : « Madame m a b o n n e s œ u r , depuis que je vous ai dernièrement écrit la prise de la Goulette, j'allai sur Tunis. Je m e trouvai en plus de difficulté que j e n'avais c r u , p a r c e q u e le roi d ' i c i , q u ' o n a chassé, comme vous savez, et qui s'est v e n u r e n d r e à m o i , s'était fait fort, dès notre a r r i v é e , d ' a m e n e r à lui les Arabes et d e g a g n e r u n g r a n d n o m b r e de gens de cheval, t a n t p a r le moyen des cheiks de ce r o y a u m e que par ses p a r e n t s . II nous assurait aussi que partie de la ville et de ses faubourgs se déclarerait p o u r lui

352

CROISADE DE CHARLES-QUINT.

contre Barberousse. Mais il ne recouvra pas u n seul h o m m e ; et ses sujets n e firent a u c u n e d é m o n s t r a tion en sa faveur. Joignez à cela l'embarras d e p o u r voir pour la r o u t e notre armée de vivres et d ' e a u x d o u c e s , d a n s u n p a y s qui n'a ni r i v i è r e s , ni fontain e s , mais s e u l e m e n t quelques puits en petit n o m b r e , q u e n o s ennemis pouvaient gâter. Ajoutez qu'il n o u s fallait conduire par terre notre artillerie, qui est très-pesante. » Toutefois, considérant q u e , si nous reculions, l e dit Barberousse pouvait avec le temps nous r e p r e n d r e la Goulelte, g r e v e r de nouveau la chrétienté et se r e m e t t r e à désoler mes r o y a u m e s , sujets et pays m a r i t i m e s , p r e n a n t pitié du g r a n d n o m b r e d e c h r é tiens esclaves, et aussi de l'extrême misère du roi de T u n i s , lequel fût d e m e u r é sans espoir de jamais r e n t r e r en son r o y a u m e , songeant quel avantage il y aurait pour n o u s d e chasser d e là Barberousse, qui s'était emparé t y r a n n i q u e m e n t et frauduleusementd ' u n trône u s u r p é , et de le r e n d r e à u n prince qui n'oublierait jamais un si h a u t s e r v i c e , qui s'en tiend r a i t toujours r e d e v a b l e a u x c h r é t i e n s et s u r t o u t à m e s r o y a u m e s et sujets, — j e me décidai à conduire mon a r m é e sous T u n i s , malgré toutes les difficultés. » Je pris route d e l'autre côté de la Goulette, p o u r ê t r e plus à d é c o u v e r t . Je laissais à la Goulette le seig n e u r André D o r i a , avec la charge d e r e m b a r q u e r l'artillerie i n u t i l e , ainsi que tous les canons et b o m b a r d e s que nous avions pris en g r a n d n o m b r e s u r les corsaires, et e n m ê m e temps d'assister m o n a r mée d e vivres et d ' e a u , p a r les m o y e n s qu'il p o u r rait avoir.

CROISADE DE CHARLES-QUINT.

S5Î

» Et le m a r d i 20 de ce mois de j u i l l e t , notre armée se mit en m a r c h e dès le g r a n d m a t i n , avec six gros trains d'artillerie et six trains m o y e n s , qui se conduisaient à b r a s , aussi bien q u e les munitions pour la bataille. Tous nos gens étaient rangés p a r escadrons, avec avant-garde et a r r i è r e - g a r d e . Nous portions des vivres pour cinq j o u r s . » Après q u e nous eûmes c h e m i n é en cet ordre environ sept à huit milles, les ennemis se découvrirent à n o u s ; ils étaient embusqués le long du c h e min, dans des bois d'oliviers. Barberousse lui-même en personne était l à , avec cinq mille Turcs et beaucoup d ' a u t r e s , t a n t Maures q u ' A r a b e s à pied et à cheval, a u n o m b r e de plus de cent mille. Les prisonniers chrétiens nous ont même dit qu'ils étaient cent cinquante mille h o m m e s , dont vingt mille cavaliers. Le dimanche et le lundi p r é c é d e n t s , Barberousse avait passé en r e v u e les A r a b e s ; il avait r e ç u leurs serments et avait contraint tous les Maures à l'accompagner; ce qu'ils avaient fait v o l o n t i e r s , p e n sant qu'ils viendraient aisément à b o u t de mon a r mée. Us avaient a m e n é avec e u x leur artillerie de campagne, s'étaient retranchés de fossés et d e r e m .parts, et n o u s a t t e n d a i e n t de pied f e r m e , sachant bien par où n o u s devions nécessairement passer. Ils avaient eu le t e m p s de choisir la place à l e u r avantage; car n o t r e a r m é e ne pouvait cheminer légère^ ment, à cause de l'artillerie qui se tirait à b r a s . n Dès q u e Barberousse p a r u t d e v a n t n o u s , notre armée en bon o r d r e et au trot m a r c h a contre lin. Après q u ' o n eut tiré quelques coups de canon de
23

354

CROISADE D E CHARLES-QUINT.

p a r t et d ' a u t r e , les arquebusiers se m i r e n t à d o n n e r , les combats d e main à main s ' e n g a g è r e n t ; et la r e n contre devint t e l l e , q u e les gens de B a r b e r o u s s e , quoique disposés à se bien b a t t r e , comme gens qui étaient frais, furent bientôt, p a r la volonté de Dieu, r o m p u s , refoulés et mis en fuite, a p r è s avoir p e r d u u n e partie de leur artillerie. » Us se rallièrent pourtant à u n trait d'arc et r e vinrent à la c h a r g e pour nous r e p r e n d r e leurs can o n s ; mais la vigueur des miens les mit u n e seconde fois en d é r o u t e ; et ils nous laissèrent le terrain. Les nôtres d a n s cette j o u r n é e firent très-bien leur d e voir, nonobstant q u e tous ces g e n s de g u e r r e , tant d e cheval q u e de p i e d , fussent g r a n d e m e n t travaillés de la grosse et e x t r ê m e chaleur, et qu'ils eussent m a r c h é si longtemps en o r d o n n a n c e a v a n t la b a taille. Dans cette rencontre n é a n m o i n s , il n ' y eut de tués p a r m i les ennemis que trois ou q u a t r e mille h o m m e s , la p l u p a r t T u r c s ; il en eût péri bien d a v a n tage si les miens n'avaient é t é , c o m m e j e l'ai d i t , tellement travaillés de la chaleur et d e la soif que plusieurs tant à pied qu'à cheval tombaient d e faiblesse. »11 fallut s'arrêter là. Mon a r m é e , qui n ' a v a i t ' perdu q u e huit hommes et qui ne comptait q u e d e u x blessés, c a m p a pour cette nuit sur le lieu q u e l'ennemi avait a b a n d o n n é . » Le lendemain m e r c r e d i , veille d e la Madeleine ( 2 1 juillet 4 5 3 5 ) , je fis m a r c h e r dès le point du jour m o n a r m é e d a n s le m ê m e o r d r e . Comme j e n'étais plus q u ' à u n mille de T u n i s , j e fus averti q u e Barbe-

CROISADE DE CHARLES-QUJJNT.

355

rousse était allé le soir précédent p r e n d r e gîte sur la montagne v o i s i n e , et que le matin il était venu d e vant le château (ou citadelle) d e ladite c i t é , p e n s a n t y p r e n d r e refuge. Mais les chrétiens captifs, qui étaient enfermés là en très-grand n o m b r e , avaient été p r é v e n u s , q u e l q u e s jours a u p a r a v a n t , q u e Barberousse avait délibéré de les faire tous m o u r i r et b r û l e r ; que pour cela il avait mis de la p o u d r e dans les fossés et les caves de leurs prisons; aussitôt qu'ils apprirent la défaite q u e venaient de subir les infidèles, ils trouvèrent m o y e n , à l'aide de Dieu, de se déchaîner, de sortir de l e u r s cachots, de s ' e m p a r e r du fort; ils en avaient fermé les portes à Barberousse, comme aucuns d'eux m e le vinrent déclarer. » Après avoir connu la chose, j e fis approcher mon a r m é e , et j ' e n t r a i dans ce c h â t e a u , qui fut incontinent saccagé p a r m e s soldats, d u consentement d u roi de T u n i s , lequel voyait que les habitants du lieu ne s'étaient mis en nul devoir envers moi ni envers lui. Là j e fis m e t t r e e n liberté d i x - h u i t à vingt mille captifs, tant de mes sujets q u e d'autres diverses n a tions c h r é t i e n n e s , qui étaient d é t e n u s là depuis p l u sieurs a n n é e s , esclaves enchaînés et enterrés d a n s des prisons, fossés et cachots, d u r e m e n t , i n h u m a i nement et très-cruellement t r a i t é s , en grosse pitié et misère e x t r ê m e . J'y trouvai m ê m e soixante et onze Français (1 ) , que nous avons incontinent fait délivrer
(i) Ce qui parait étonner ici Charles-Quint, c'est que François I " , en dépit de sa dignité de fils aîné de l'Église, s'était allié avec Soliman et avec Barberousse, ces implacables ennemis d e s chrétiens. Il reniait ainsi quatre siècles de luttes et d'exploits des chevaliers français contre les musulmans. Si ce prince dissolu, q u e l'on a tant célébré, s'était ligué

23.

356

CROISADE D E CHARLES-QUINT.

à ]'ambassade du roi de F r a n c e , pour les r e n v o y e r saufs en leur p a y s . Les artilleurs, gens de métier et r a m e u r s , d o n t ledit Barberousse se servait sur m e r ont aussi été délivrés. » Voyant la perte du château jointe à la défaite d e la v e i l l e , le tyran prit son chemin et s'en a l l a , e m m e n a n t avec lui le reste des Turcs et ses autres g e n s . E t c o m m e m ' o n t certifié aucuns d e c e u x qui sont r e v e n u s et l'ont laissé à environ douze milles d'ici, il avait p e r d u et perdait continuellement g r a n d n o m b r e de sa compagnie, à cause de l ' e x t r ê m e chaleur, d u défaut d'eau et d e vivres; et aussi parce q u e les Arabes le poursuivaient et le harcelaient a u t a n t qu'ils p o u v a i e n t ; d e m a n i è r e , d i t - o n , q u e ce Barberousse n'est pas sans danger, tant d e s siens q u e desdits Arabes. » Telles sont les bonnes nouvelles que j e puis vous d o n n e r , p o u r le p r é s e n t , d e s g r a n d e s faveurs qu'il a p l u au Créateur d e nous faire. Je vous prie d'en faire p a r t a u x bons personnages mes v a s s a u x , villes et sujets de p a r d e l à , sachant le plaisir qu'ils a u r o n t à a p p r e n d r e u n e si heureuse v i c t o i r e , n ' a y a n t loisir de leur en écrire a u j o u r d ' h u i , et n e voulant pas r e t a r d e r cette d é p ê c h e . le » Écrit en la cité de Tunis, a u r o y a u m e d'Afrique, 2 3 juillet 1 5 3 5 . Votre bon frère CHARLES (1) ».

avec Charles-Quint contre le protestantisme et contre le croissant, l'hérésie n'eût pas pris pied en France ; elle n'aurait pas saccagé et détruit les plus saints m o n u m e n t s ; la vie d'un million de chrétiens eût été épargnée ; depuis ces deux règnes les m u s u l m a n s seraient repoussés loin de l'Europe $ et l'Allemagne, la Suisse, l'Angleterre et le Nord n'auraient pas déserté l'Église romaine. (1) Cette pièce originale a été publiée par M. Gachard. Nous en avons

CROISADE D E CHARLES-QUTNT.

357

Nous avons rapporté cette p i è c e , m o n u m e n t de simplicité et de m o d e s t i e , dans u n e circonstance qui excita les applaudissements d e toute l ' E u r o p e . Après avoir chassé Barberousse d e sa c o n q u ê t e , CharlesQuint rendit à Muley-Assan le royaume de Tunis ; il stipula avec lui q u ' à l'avenir tous c h r é t i e n s , de quelque nation qu'ils fussent, p o u r r a i e n t circuler librement d a n s ses États et y faire le c o m m e r c e , que tous les chrétiens captifs qui se trouvaient d a n s le p a y s seraient mis en liberté sans r a n ç o n , q u e le roi de Tunis n e souffrirait en son r o y a u m e aucuns pirates ou é c u m e u r s de m e r , q u e ses ports deviendraient le refuge en Afrique des navires espagnols et b e l g e s , et que sa couronne relèverait désormais de l ' e m p e r e u r . Après avoir conclu ce t r a i t é , Charles-Quint revint en E u r o p e , r a m e n a n t à sa suite trente mille esclaves chrétiens délivrés. C'était u n éclat qui effaçait les plus héroïques actions de tous les princes c o n t e m porains. Mais rien n'est fini j a m a i s avec les m u s u l m a n s . Peu d ' a n n é e s après sa défaite, Hariadan-Barberousse reparut à la tête des flottes d u sultan ; il se mit de nouveau à infester les côtes d e l'Italie et des D e u x Siciles. Charles-Quint se ressouvint alors de ses succès à Tunis, et il résolut vivement d'aller châtier les corsaires d a n s Alger, d e v e n u l e u r r e p a i r e . Malheureusem e n t , il crut n'avoir besoin que d e se m o n t r e r . Il s'embarqua en 1 5 4 1 , avec u n e poignée d ' h o m m e s , munis d e vivres. Mais il trouva d a n s le Barberousse
rajeuni l'orthographe, les expressions surannées et les tournures obscu§ res. Nous n'avons rien changé au fond.

358

LES

CHEVALIERS

DE

MALTE.

u n e n n e m i plus formidable qu'il n e l'avait p r é v u . Les habiles dispositions de l'infidèle et ses troupes a g u e r ries et n o m b r e u s e s firent échouer toutes les tentatives d e C h a r l e s , q u i dut quitter l'Afrique, a y a n t p e r d u sa petite armée et sa flotte. Il r e c o n n u t qu'il était venu avec trop de précipitation, t r o p p e u de forces, et u n e présomption funeste. Mais il m é r i t a les éloges d e l'histoire p a r la fermeté et l ' h u m a n i t é qu'il montra d a n s son désastre. Il n e v o u l u t p a r t i r q u ' a v e c les débris d e son a r m é e , qui m a n q u a i t d e t o u t ; et un j o u r q u e son cuisinier avait fait des efforts p o u r servir sa table avec délicatesse et profusion, il bondit et s'écria : — M i s é r a b l e I c o m m e n t v e u x - t u q u e j e boive et q u e j e m a n g e p e n d a n t q u e mes c a m a r a d e s m e u r e n t d e m i s è r e ! A l ' i n s t a n t , il fit enlever tous les plats et les alla distribuer a u x blessés et a u x m a l a d e s .

LU. — LES CHEVALIERS DE MALTE.
Ceux qui s e sont y o u é s à la cause sacrée N e peuvent oublier leur parole j u r é e .
LAFARGUE.

Toujours armés p o u r la g u e r r e sainte et toujours fidèles à leurs v œ u x , les chevaliers de Rhodes c h e r chaient u n sol où ils pussent continuer à combattre* p o u r la Croix. Ils avisèrent l'île de M a l t e , qui offrait des ports et des lieux faciles à fortifier, qui de p l u s , selon l'opinion p u b l i q u e , avait été bénie p a r saint P a u l . Elle appartenait à Charles - Q u i n t , q u e les chevaliers savaient dévoué à l'Église. Ils la lui d e -

LES CHEVALIERS D E MALTE.

359

m a n d è r e n t , et ils l'obtinrent en toute s o u v e r a i n e t é , par u n acte a u t h e n t i q u e q u e confirma le saint-siége, dans u n e bulle datée du 2 5 avril 4 5 3 0 . Ils s'y installèrent le 26 octobre de la m ê m e année, s'y fortifièrent, y r é u n i r e n t leurs galères et reprirent aussitôt leur généreuse mission c o n t r e les pirates musulmans. Us avaient alors p o u r g r a n d maître Philippe de Villiers d e l ' I s l e - A d a m , q u i , sept ans a u p a r a v a n t , s'était vu contraint à a b a n d o n n e r R h o d e s . C'était u n héros chrétien. A sa m o r t , en 4 5 3 4 , on grava sur son tombeau cette épitaphe : Ci-gît la Vertu victorieuse de la Fortune. Au don de l'île d e Malte, Charles-Quint avait joint l'île de Gozzo, qui en était voisine; et dans sa c o n quête d e T u n i s , en 1 5 3 5 , il leur avait donné encore la ville de Tripoli. Mais il n ' y avait à Malte q u e des cabanes, q u e l'on avait fortifiées p a r des murailles et des fossés d ' e n ceinte. Jean de la Valette, élu g r a n d maître en 4 5 5 7 , construisit des forts et des bastions; et il donna tellement la chasse a u x Turcs q u ' e n moins de cinq ans il leur prit plus de soixante vaisseaux. Soliman I I , irrité d e ses succès, j u r a d e se rendre maître de Malte comme il s'était r e n d u maître de Rhodes. Il y e n voya, sous la conduite de M u s t a p h a , son meilleur général, u n e a r m é e de quatre-vingt mille h o m m e s , montés sur cent cinquante-neuf vaisseaux, qui investirent Malte au mois de m a i de l'an 4 5 6 5 . Les chevaliers soutinrent q u a t r e mois u n siège qui fut signalé par des combats d e tous les j o u r s . Mais les Turcs n e parvinrent q u ' à se r e n d r e maîtres de l'île de Gozzo,

360

LES CHEVALIERS D E MALTE.

qu'ils furent m ê m e obligés d ' a b a n d o n n e r ; car les chevaliers semblaient invincibles. Les m u s u l m a n s enfin se r e t i r è r e n t ayant p e r d u trente mille h o m m e s . Les chevaliers étaient aussi fort décimés. D e u x cent soixante' d e ces héros et h u i t mille de leurs soldats a v a i e n t été tués d a n s cette longue l u t t e ; et il n e restait à la ville d e c a b a n e s , dévastée p r e s q u e p a r t o u t , q u e six à sept cents h o m m e s en état d e c o m b a t t r e . La Valette prit g r a n d soin des blessés, sollicita des s e c o u r s , q u e la France surtout lui e n v o y a , et il fonda s u r - l e - c h a m p , au m o n t S c e b e r r a s , u n e ville solidement assise, où la défense fut plus facile. Il en posa la p r e m i è r e pierre le 2 5 mai 1 5 6 6 . P e n d a n t q u e l'on construisait avec activité., Solim a n II envoya u n e nouvelle a r m é e contre les c h e v a liers d e Malte. Mais le g r a n d maître trouva m o y e n de b r û l e r cette flotte; et d a n s la t e r r e u r qu'il inspirait a u x T u r c s , il se disposait à m a r c h e r sur Constantinople , q u a n d il mourut (1568). Soliman e x p i r a p r e s q u e en m ê m e t e m p s . Le successeur de Jean d e la Valette d o n n a à sa ville le n o m de son fondateur; et les g r a n d s maîtres s'empressèrent tous à la fortifier. Les chevaliers d e Malte avaient p e r d u Tripoli. Mais ils d e v a i e n t , plus de d e u x siècles e n c o r e , soutenir la Croix contre les m u s u l m a n s .

LA JOURNÉE D E LÉPANTE.

sei

LUI. — LA JOURNÉE DE LÉPANTE.
Cette immortelle journée brisa l'orgueil o t t o m a n e t détrompa l'univers, qui croyait l e s flottes turques invincibles.
CERVANTES.

C'est dans le livre de d o n Quichotte, partie p r e m i è r e , chapitre 3 9 , q u e l'on p e u t lire ce j u g e m e n t qui n o u s sert d ' é p i g r a p h e . Cervantes avait eu l'honn e u r d ' ê t r e blessé à la bataille de L é p a n t e , qui va nous arrêter u n instant. P e n d a n t que les g u e r r e s funestes de la réforme, dans la seconde moitié d u seizième siècle, déchiraient l ' E u r o p e , les T u r c s , qui s'étaient toujours a v a n c é s , profitaient d e nos troubles et poursuivaient leurs p r o g r è s . Ils avaient pris et saccagé l'île de C h y p r e ; ils menaçaient Venise; et dans l'enivrem e n t de leurs succès ils juraient de n e s'arrêter q u ' a p r è s avoir soumis a u croissant la chrétienté tout entière. Forts des ressources d ' u n empire i m m e n s e , ils avaient de formidables a r m é e s , des flottes n o m b r e u s e s , des munitions et des a r m e s , et plus que tout cela l'audace q u e d o n n e l'habitude de v a i n c r e . Les rois de l ' E u r o p e , d a n s un engourdissement inconcevable, laissaient e n t a m e r de toutes p a r t s les limites de l'empire chrétien. Comme ces Grecs du Bas-Empire qui écoutaient les r h é t e u r s p e n d a n t que Mahomet II bloquait Constantinople, les peuples chrétiens s'occupaient des arguties perfides q u e lançaient les réformateurs, tandis q u e leur pays et leur

362

LA JOURNÉE D E LÉPANTE.

foi étaient m e n a c é s . H e u r e u s e m e n t , il se t r o u v a u n h o m m e assez intelligent pour comprendre le d a n g e r , assez c o u r a g e u x p o u r s'opposer à l ' e n n e m i , assez h u m b l e p o u r savoir q u e Dieu seul sauverait l ' E u r o p e . C'est n o m m e r Pie Y . Ce d i g n e pontife, q u e l'Église honore a u j o u r d ' h u i p a r m i les s a i n t s , et que le m o n d e r e g a r d a i t alors c o m m e l'un des plus g r a n d s p a p e s , convoqua les peuples chrétiens à u n e ligue contre l'ennemi c o m m u n . C'était en 1 5 7 0 , d e u x ans après la m o r t d e la Yalette. Sélim II s'apprêtait à venir p r e n d r e Venise; de là il marchait sur l'Occident, qu'il voulait e n v a h i r ; le péril était i m m i n e n t . Les Vénitiens et le roi d ' E s p a g n e Philippe II répondirent seuls à l'appel d u saint-siége. Les a u t r e s n a t i o n s , plongées d a n s leurs luttes i n t é r i e u r e s , laissèrent e n t e n d r e qu'elles n e feraient rien. Pie V ne se troubla pas d ' u n tel a b a n d o n . II p o u r suivit son noble p r o j e t ; et malgré sa faiblesse, il n e voulut pas qu'on attendît l'arrivée des flottes de S é l i m , mais q u ' o n allât sans p e u r a u - d e v a n t d'elles. La ligue fut signée au mois de mai de l'an 1571 ; le p a p e , qui en était l ' â m e , en fut aussi déclaré le chef. Il n o m m a don Juan d ' A u t r i c h e , frère n a t u r e l d e Philippe I I , généralissime de l'armée c h r é t i e n n e . Cette a r m é e , fournie p a r les États de l'Église, p a r la république de Venise, p a r les provinces d ' E s p a g n e , p a r le comtat d ' A v i g n o n , q u e Pie V avait su m a i n t e nir en p a i x au milieu des troubles qui désolaient le midi de la F r a n c e , p a r la portion des Pays-Bas d e -

LA JOURNÉE D E LEPANTE.

363

m e u r é e fidèle, et p a r quelques Français d é v o u é s , comme il s'en trouve p a r t o u t ; cette a r m é e n'était pas très-nombreuse p o u r affronter la puissance la plus r e d o u t é e . Cependant le saint ponlife enjoignit à don Juan d'Autriche d'en renvoyer tous les h o m m e s de mauvaises m œ u r s , tous les p i l l a r d s , tous les soldats déréglés. C'était là un reflet des Machabées. Pie V espérait avec raison que des troupes c h r é tiennes attireraient p l u s s û r e m e n t le secours de Dieu. Comme on s ' e m b a r q u a i t , le généralissime r e ç u t , avec la bénédiction du souverain pontife, l'étendard sous lequel on devait c o m b a t t r e . Toutes les forces de la ligue du P a p e s'étaient r a s semblées dans l'île de Corfou, qui e s t , comme on sait, à l'embouchure du golfe de Venise. Les navires chrétiens déployèrent leurs voiles et partirent à la r e c h e r c h e de la g r a n d e flotte t u r q u e . Us la t r o u v è r e n t bientôt à l'ancre d a n s le golfe de L é p a n t e , à q u a r a n t e lieues d'Athènes. Le lendemain m a t i n , 7 octobre 1 5 7 1 , les T u r c s , j o y e u x d e la j o u r n é e qu'ils se p r o m e t t a i e n t , se r a n g è r e n t en bataille, d o n n a n t à leur flotte la forme d ' u n croissant, selon leur usage. Leur ligne avait bien plus d ' é t e n d u e q u e celle des c h r é t i e n s , s'ils se fussent disposés dans le m ê m e o r d r e . Mais don Juan rangea au contraire ses vaisseaux de manière qu'ils présentaient la configuration d ' u n e croix. L'avantg a r d e se composait d e galéasses vénitiennes-, l'arr i è r e - g a r d e était c o m m a n d é e p a r le marquis de Sainte-Croix; l'aile droite avait p o u r chef André

364

LA JOURNÉE DE LÉPANTE.

Doria; l'aile g a u c h e obéissait à Augustin B a r b a r i g o ; don Juan d'Autriche était au c e n t r e , secondé p a r Colonna et Yéniéri. Il y avait sur c h a q u e navire des religieux francisc a i n s ; l e u r s exhortations avaient p r é p a r é c h a q u e soldat à c o m b a t t r e généreusement p o u r la cause sainte et à m o u r i r sans peur, car tous étaient r é c o n ciliés a v e c Dieu. Dès q u ' o n eut donné le signal du m o u v e m e n t , les officiers chrétiens dirent à leurs troupes quelques mots d ' u n e courte h a r a n g u e . Tous les soldats se m i r e n t à g e n o u x devant le crucifix; tous p a s s è r e n t à leur cou leur r o s a i r e , c o m m e signe de ralliement dans la mêlée. Ils ne se r e l e v è r e n t q u ' a u m o m e n t où les d e u x flottes se joignirent. Aussitôt, don Juan d ' A u t r i c h e , sur le vaisseau a m i r a l , éleva la b a n n i è r e de la bataille qu'il avait r e çue d u p a p e . Elle portait l'image de la sainte Vierge p r é s e n t a n t son divin Fils. La croix invincible la s u r montait. Un g r a n d c r i , partant de toutes les poitrines c h r é t i e n n e s , salua l'étendard b é n i , qui reçut en m ê m e temps la p r e m i è r e décharge d e l'artillerie t u r q u e . Mais a u c u n projectile n e l'atteignit, ni a l o r s , ni de toute la j o u r n é e . Les m u s u l m a n s , ne doutant pas de la victgjre et sachant bien que cette r e n c o n t r e leur livrait l'Eur o p e , s'ils étaient v a i n q u e u r s , c h a r g è r e n t l'armée chrétienne avec la fureur impétueuse qui les disting u a si longtemps. Tout était p o u r e u x ; ils avaient l ' a v a n t a g e des forces et du n o m b r e ; et le v e n t leur

LA JOURNÉE D E LÉPANTE.

365

était favorable. Mais les soldats c h r é t i e n s , qui c h a n taient VExurgat Deus, ce psaume des saintes b a tailles, n'oubliaient pas de leur côté que le succès est d a n s la main de D i e u ; et t o u s , b r a v a n t la mort qu'ils n e redoutaient p l u s , combattaient en h é r o s . P e n d a n t le vaste fracas de cette g r a n d e b a t a i l l e , ce m ê m e j o u r , 7 o c t o b r e , Pie V, qui ne pouvait p e n ser q u e la r e n c o n t r e e û t lieu si v i t e , travaillait avec les c a r d i n a u x . Tout à coup il se lève ; il ouvre une fenêtre ; il r e g a r d e le ciel un m o m e n t . Qu'y lut-il ? — Il s'écria aussitôt : — Que les affaires cessent 1 Ne songeons plus q u ' à r e n d r e grâces à Dieu de la victoire qu'il vient d e d o n n e r à l'armée chrétienne (1). Les c a r d i n a u x étonnés suivent le p a p e , qui se r e n d à la basilique d e Saint-Pierre. Us se d e m a n d e n t quelle est cette révélation i n s t a n t a n é e , accordée au pieux pontife? Le peuple est bientôt i n f o r m é ; il attribue ce prodige à la sainte V i e r g e , protectrice de la flotte. On chante avec joie ses belles litanies, que Pie V enrichit ce j o u r - l à d'une invocation n o u v e l l e , toujours conservée depuis par les chrétiens reconnaissants : Auxilium chrislianorum! Il donna encore ce m ê m e j o u r à la Vierge sainte le titre de Notre-Dame de la Victoire, et institua pour le 7 octobre la solennité du saint Rosaire, que l'Église célèbre fidèlement (2).
(1) Ce fait a été attesté d e la manière la plus authentique ; et il est rapporté comme incontestable dans le procès de canonisation du saint. Voyez Benoit XIV, De canonisât, sanct., t. I , p. 5 2 4 . (2) Dans beaucoup de l i e u x , cette fête est remise au premier dimanche d'octobre.

366

LA JOURNÉE J)E L É P A N T E .

Ainsi on fêtait à R o m e , p a r des réjouissances p u bliques , u n e bataille qui se livrait à trois cents l i e u e s ; et cette joie n'était pas v a i n e ; les chrétiens étaient vainqueurs en effet. Le vent s'était tourné p o u r e u x tout à coup ; don Juan d'Autriche avait t u é H a l i , qui c o m m a n d a i t la flotte t u r q u e ; et à six h e u r e s d u soir, après douze heures de c o m b a t , les m u s u l m a n s avaient perdu trente mille h o m m e s , d e u x cents navires pris ou coulés à fond par les c h r é t i e n s ; quatre-vingt-dix autres qui avaient échoué étaient livrés aux flammes. Les v a i n q u e u r s r a m e naient encore trois cent soixante-douze pièces d e c a n o n , e t , ce qui était d ' u n bien plus g r a n d p r i x , vingt-cinq mille esclaves chrétiens r e n d u s à la liberté. Les Turcs avaient essuyé à L é p a n t e u n échec dont ils ne devaient plus se relever. Dès l o r s , la t e r r e u r qu'ils imprimaient a u x chrétiens passa de leur côté. Le saint pontife d é c e r n a à don J u a n , l ' h e u r e u x instrument de cette g r a n d e victoire, u n t r i o m p h e à l ' a n t i q u e ; il récompensa magnifiquement sa petite a r m é e de b r a v e s , qui savait bien à qui étaient dus s u r t o u t les lauriers et les couronnes ( 1 ) .
(1) D e u x appréciations de cette grande journée : la première de M. de Bonald; la seconde, de Joseph de Maistre. « Le 7 octobre 1 5 7 1 , fut enfin livré ce combat à jamais célèbre, « l e » plus furieux combat d e m e r q u i s e soit jamais livré. Cette journée » glorieuse pour les chrétiens fut l'époque de la décadence des Turcs. » Elle leur coûta plus que des h o m m e s e t des vaisseaux dont on répare v la perte ; car ils y perdirent cette puissance d'opinion qui fait la prin» cipale puissance des peuples conquérants ; puissance qu'on acquiert » une fois et qu'on ne recouvre jamais. » » Mais cette bataille de Lépante, l'honneur éternel de l'Europe, é p o que de la décadence du croissant, à qui la chrétienté en fut-elle redevable ?

LES CHEVALIERS DES CROISADES.

367

LIV. — LES CHEVALIERS DES CROISADES.
Dieu et l'honneur! Mais où Dieu n'est p a s , l'honneur est bien vague. A D . MCIXER.

Nous avons parlé très-rapidement des chevaliers hospitaliers d e Saint-Jean de Jérusalem et des chevaliers du T e m p l e , ordres simplement charitables dans leur o r i g i n e , car ils c o m m e n c è r e n t leur mission p a r le soin des malades et l'appui des pauvres. Mais au milieu des dangers qui renaissaient tous les jours à J é r u s a l e m , ces h o m m e s , dont la religion avait tant agrandi le c œ u r , n'avaient pu voir les pèlerins combattre tous les jours sans p r e n d r e part à ces luttes. E t , sans cesser d'être religieux, ils étaient p r o m p t e m e n t devenus guerriers. A côté de ces d e u x ordres illustres, qui survécurent à leurs p r e m i e r s n o m s , en d e v e n a n t les chevaliers de Rhodes et ensuite les chevaliers de Malte, repoussés par les ennemis implacables de la Croix, mais ne déposant jamais leurs a r m e s , il s'était fondé d'autres phalanges héroïques q u e nous n'avons p u signaler : en premier l i e u , les chevaliers de SaintLazare. P e u a p r è s la délivrance de Jérusalem, de pieux croisés s'étaient chargés d u soin des l é p r e u x .
Au saint-siége. Le vainqueur de Lépante fut m o i n s don Juan d'Autriche que ce Pie V , dont Bacon a dit : « Je m'étonne q u e l'Église romaine i > n'ait pas encore canonisé ce grand h o m m e . Lié avec le roi d'Espagne et » la république de Venise, il attaqua les Ottomans ; il fut l'auteur et » l'âme de cette glorieuse entreprise qu'il aida de ses conseils, de sou » influence, de ses trésors et de ses armes m ê m e s , qui se montrèrent à » Lépante d'une manière tout à fait digne du souverain pontife. »

368

LES CHEVALIERS DES CROISADES.

Si le g r a n d m a î t r e d e s chevaliers de Saint-Jean p o r tait le titre d e g a r d i e n des pauvres de Jésus-Christ, si les chevaliers appelaient les malades et les p a u v r e s leurs seigneurs, le g r a n d maître d e l ' o r d r e d e Saint-Lazare devait être élu parmi les l é p r e u x m ê m e s , afin qu'il connût parfaitement les misères et les souffrances qu'il devait soulager. Cet o r d r e , a p r è s avoir c o m b a t t u à la fois le mal de la lèpre et les m u s u l m a n s , s'éteignit à la fin du quinzième siècle. Philibert de Nérestan le releva sous Henri I V ; il fut, en 1 6 0 8 , réuni à l'ordre de Notre-Dame d u MontCarmel et brilla sous Louis XIV, mais dès lors comme o r d r e militaire s e u l e m e n t . Nous devons n o m m e r en second lieu les c h e v a liers teutoniques. L e u r o r d r e prit naissance d a n s les m ê m e s besoins. Le c a m p des croisés d e v a n t SaintJean d'Acre, en 1 1 9 0 , était encombré d e m a l a d e s et de blessés. Quelques chrétiens de Brème et de Lubeck se consacrèrent, e u x et leur fortune, a u soulag e m e n t de ces infortunés. Avec les voiles d ' u n vaisseau t e u t o n i q u e , ils établirent u n e vaste tente où ils recueillirent les m a l a d e s ; et le bien qu'ils firent leur acquit, dès l'année s u i v a n t e , la fondation et la consécration de leur o r d r e , p a r le p a p e Célestin III. Ils avaient pris le n o m de frères hospitaliers teutoniques de Notre-Dame d e Sion. La croix noire s'épanouissait sur leur m a n t e a u b l a n c ; a u x angles d e cette c r o i x , Philippe-Auguste les avait autorisés à placer les fleui's de lis. Ils suivaient la règle d e Saint-Augustin. Ils devinrent bientôt militaires, c o m m e les ordres q u i les avaient précédés. Tout d'abord on n e c o m p -

LES CHEVALIERS DES CROISADES.

369

tait dans leurs r a n g s que vingt-quatre chevaliers et sept p r ê t r e s , a u x q u e l s le saint-siége accordait de grands privilèges, entre autres celui de dire la messe avec la cuirasse sur le dos et l'épée a u côté; cela sans doute à cause d e l'obligation qu'ils avaient prise d'assister tous les j o u r s au saint'sàcrifice. Mais leur n o m b r e s'accrut très-vite. Leur troisième grand maître, Henri de B a r t , qui se fit u n n o m , était Alsacien. Le c i n q u i è m e , Henri de H o h e n l o e , combattit avec saint Louis. Lorsque les croisés d u r e n t a b a n d o n n e r la terre sainte, les chevaliers teutoniques, devenus riches et puissants, se retirèrent dans la Hesse. L'empereur Frédéric II leur d o n n a la ville de Marbourg. Les ducs de Mazovie, qui régnaient sur u n e partie d e la Pologne , les appelèrent à leur secours contre les P r u s s i e n s , — idolâtres grossiers qui faisaient le ravage dans leurs É t a t s . Les chevaliers teutoniques m a r c h è rent à la tête de vingt mille h o m m e s . Les Polonais leur avaient promis tout le p a y s qu'ils pourraient conquérir, à condition qu'ils en convertiraient les h a bitants. A la fin d u treizième siècle, ces chevaliers possédaient la P r u s s e , la Livonie, la Courlande et d'autres contrées. Ils bâtirent Marienbourg et plusieurs places fortes. Aussi opulents au moins que les templiers, ils t o m b è r e n t comme e u x d a n s le désordre; plusieurs d ' e n t r e eux se laissèrent entraîner dans l'hérésie albigeoise; ils p a r v i n r e n t à se disculper. Ils d o n n è r e n t p l u s tard d a n s les e r r e u r s de Jean Huss, et n ' e n furent pas éteints. Mais le luthéranisme les absorba.
24

370

LES CHEVALIERS DES CROISADES.

Il serait long d'écrire leur histoire. Après la conquête et la conversion de la Prusse, elle n ' e s t r e m plie q u e de g u e r r e s d'ambition et de c h u t e s h o r s de l'Église. En troisième l i e u , nous devons aussi quelques m o t s a u x chevaliers de la longue croisade soutenue p a r l'Espagne contre les Maures : l'ordre des c h e valiers d ' A l c a n t a r a , fondé en 1 1 7 0 , sous le pape A l e x a n d r e III, p o r t e le n o m de la ville qui leur fut d o n n é e en g a r d e . Leur insigne était la croix verte fleurdelisée. L'ordre de Calatrava doit son nom à u n e forteresse importante conquise sur les Maures et q u e ces chevaliers s'engageaient à défendre. Ils étaient établis là dès l'année 4 1 5 8 , douze ans a v a n t les croisés d'Alcantara, et ils devaient leur institution a u roi de Castille Sanche III. Ils portaient l'habit d e l'ordre de Citeaux. Les chevaliers d e Saint-Jacques d e l'Épée arrivent dans l'histoire en m ê m e temps q u e les chevaliers d ' A l c a n t a r a , e n l'année 1 1 7 0 . Obligés aussi p a r leurs v œ u x à combattre les Maures, les chevaliers de Saint-Jacques furent institués p a r F e r d i n a n d I I , roi de Castille et d e Léon. C'est en Espagne le plus puissant des ordres religieux militaires. Ils avaient pour seconde mission le devoir de protéger les pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle. En 1 6 5 2 , ils ajoutèrent à leurs v œ u x celui d e défendre e n v e r s et contre tous l'immaculée conception d e la sainte Vierge. Leur t e n u e de cérémonie est un manteau b l a n c avec u n e croix rouge sur la poitrine.

GUERRES DITES D E RELIGION.

371

Tous ces ordres g l o r i e u x , chez les peuples c h r é t i e n s , sont remplacés aujourd'hui par des ordres civils ou militaires, qui n'obligent en général p a r aucun engagement envers Dieu, — en exceptant pourtant Ici ordres maintenus à Rome p a r le saint-siége.

LV. — GUERRES DITES DE RELIGION.
La foi a aussi ses domaines et ses droits qu'elle doit défendre. H . ENGELGRAVE.

Nous sommes obligé de reculer à des temps qui ont précédé la victoire de Lépante pour faire place à d'autres ennemis de l'Église contre lesquels il fallut aussi c o m b a t t r e , ennemis qui se présentèrent aussi violents q u e les enfants de M a h o m e t , et non moins redoutables. Nous parlons de ceux qui ont consommé cette déformation qu'on est convenu d'appeler p a r antiphrase la réforme. P e n d a n t tout le moyen â g e , l'Allemagne, obstinée à vouloir l'Italie, n'avait cessé q u ' e n quelques rares instants ses hostilités contre l'Église romaine. Des querelles et des guerres avaient constamment accompagné ces excès. Des prélats i n t r u s , sur le sol g e r m a n i q u e , s'entouraient de p r ê t r e s incapables et de moines Fragiles. Ce qu'on appelle aujourd'hui le rationalisme et le réalisme, doctrines qui ne s'appuient q u e sur la m a t i è r e , s'était m o n t r é déjà sur cette terre a g i t é e ; et des n o v a t e u r s , parmi lesquels il suffit de n o m m e r Jean Huss et Jérôme de P r a g u e , avaient, comme les Albigeois, opposé les hérésies brutales a u x vérités de la sainte Église. On avait pu
24.

372

GUERRES DITES DE RELIGION.

comprimer ces r é b e l l i o n s ; mais elles conservaient leurs a d e p t e s ; et bientôt un homme poussé hors d,es voies de Dieu se leva pour moissonner ce q u e ses précurseurs a v a i e n t semé. C'était Martin L u t h e r . Moine disposé à l'apostasie, dès l'année 1 5 1 6 , dans des thèses publiques il avait laissé poindre le germe des bouleversements qu'il devait implanter. Un an plus t a r d , il entraînait des masses, et en 1 5 1 8 , de l'aveu des historiens, le luthéranisme était déjà u n incendie. E x c o m m u n i é dès l o r s , mais se sentant a p p u y é , il n'en devint q u e plus hardi. S'il n ' e û t eu p o u r lui q u e les simples g e n s , qui ont souvent le c œ u r d r o i t , il n ' e û t pas ainsi triomp h é . Il avait su s'attacher les princes allemands. L'électeur de Saxe et plusieurs autres princes de l ' E m p i r e , a u x q u e l s sa doctrine offrait en proie les biens et les richesses d u clergé et des c o u v e n t s , le protégèrent. L ' e m p e r e u r Maximilien I se mourait sur ces entrefaites (1519) ; et p e n d a n t les d i x mois d'interrègne qui précédèrent l'avènement de CharlesQuint, L u t h e r eut ses coudées franches (1). Lorsqu'en 1521 Charles-Quint le cite à la diète de W o r m s , il est trop tard. Le rebelle est d e v e n u plus maître de l'Allemagne que le j e u n e e m p e r e u r . II a entraîné les princes et les g r a n d s p a r les dépouilles des lieux saints, la partie indigne du clergé par les licences qu'il lui p r é s e n t e , et les âmes bourgeoises p a r un culte sans devoirs.
er

(1) V o y e z , dans les Légendes Carlostad, de Calvin, etc.

infernales,

les légendes de Luther, de

GUERRES DITES DE RELIGION.

373

Il y avait alors, surtout en A l l e m a g n e , dans les hommes consacrés à D i e u , de n o m b r e u x affaissements ; les bénéfices ecclésiastiques, donnés à la faveur et à la courtisanerie, étaient en grand n o m b r e dans des mains trop mondaines. Ces âmes peu élevées voyaient qu'elles pouvaient conserver leurs richesses en désertant l'Église. L'apostasie devint épidémique. Charles-Quint, roi des E s p a g n e s et souverain des Pays-Bas p a r sa naissance, voulait sincèrement r é primer l ' h é r é s i e ; l'inquisition l'avait arrêtée a u x frontières d e l ' E s p a g n e ; elle luttait contre cette r é volte dans les Pays-Bas. Mais le luthéranisme triomphait si l a r g e m e n t dans ce corps peu cohérent q u ' o n appelait l'Empire qu'il eût fallu à Charles-Quint toutes ses forces et de l'aide encore pour éteindre ce vaste foyer. François 1 , s'il eût tenu à sa dignité de catholique comme il tenait à son r e n o m de chevalier, eût p u le seconder dans cette sainte croisade, et r e n d r e la paix à l'Église r o m a i n e . Mais, envieux de Charles-Quint, il lui faisait la g u e r r e , et infidèle à sa foi, il s'alliait avec les T u r c s , ennemis de son rival, car il a v a i t , comme Charles, ambitionné l'Empire, et il s'indignait de s'être vu rejeté.
er

M. le vicomte de Bussierre, d a n s la savante i n t r o duction qu'il a mise en tête de son Histoire de la guerre des paysans, guerre qui s'ouvrit en 1 5 2 4 , examine les causes de ces progrès inouïs du luthéranisme : « De prime a b o r d , dit-il, on est tenté de s'étonner de l'extension rapide q u e prit le système religieux de L u t h e r , système si a b s u r d e et si contraire à l'enseignement chrétien. Mais des causes nombreuses

374

GUERRES DITES DE RELIGION.

favorisèrent le développement de la p r é t e n d u e r é forme. Elle flattait les mauvais p e n c h a n t s de toutes les classes d e la société; elle était u n e bannière a u tour de laquelle pouvaient se grouper toutes les a m bitions, toutes les révoltes, toutes les passions, tous les m é c o n t e n t s . En u n m o t , tout ce qu'il y avait de vicieux dans le monde comptait y t r o u v e r son profit et s'empressa de grossir son a r m é e . » Beaucoup de princes allemands voulaient se r e n d r e i n d é p e n d a n t s de l ' e m p e r e u r ; le luthéranisme était l'expression la plus c o m p l è t e , la plus parfaite, de leur politique étroite et égoïste; ils en firent leur é t e n d a r d . D'ailleurs, les domaines du clergé étaient p o u r e u x u n a p p â t irrésistible. Les Espagnols et les Portugais venaient d e découvrir u n m o n d e n o u v e a u et d'inépuisables mines d'or. Ceux qui n ' a v a i e n t p a s eu le m ê m e b o n h e u r pensèrent y suppléer en pillant les biens de l'Église. De p l u s , la perspective d'être affranchis d'une autorité qui opposait des entraves à leurs goûts et à leurs caprices les séduisait g é n é r a lement. » Une g r a n d e partie du clergé était tombée dans le d é r è g l e m e n t , l'ignorance et l'oubli de ses devoirs. La réforme arrivait à point pour servir d'écoulement à ce que le corps sacerdotal renfermait de plus i m p u r . On peut dire à ce propos q u e Dieu p e r m e t souvent le mal pour en faire sortir un b i e n , en m ê m e temps que pour punir les p r é v a r i c a t e u r s . Les mauvais p r ê tres se marièrent. Au lieu de chercher à se corriger, a u lieu de s'appuyer sur l'Église, seule capable de p o r t e r r e m è d e a u x m a u x de l ' é p o q u e , ils trouvèrent

GUERRES DITES DE RELIGION.

375

plus commode d'affirmer q u e les vices et les abus dont on se plaignait étaient les conséquences inévitables et nécessaires de la condition humaine. Us adoptèrent la nouvelle religion qui lâchait la bride à toutes leurs passions. D'indignes m o i n e s , des nonnes c o r r o m p u e s , fatigués de la règle et du célibat, déclar è r e n t nuls leurs v œ u x et sortirent de leurs couvents pour p r e n d r e des femmes et des m a r i s . Ils devinrent les apôtres d e l'hérésie et s'attachèrent à fanatiser les m a s s e s , en leur inculquant leurs idées sur la liberté chrétienne et sur l'inutilité des œ u v r e s et des e x piations. » Il ne faut pas croire p o u r t a n t q u e tout le corps r e ligieux de l'Allemagne fût d é c h u dans cet abrutissem e n t . Si l'on p e u t compter en ces circonstances les déserteurs d e la cause de D i e u , on compterait aussi beaucoup de noms révérés q u i , dans les contrées g e r m a n i q u e s , ont persévéré d a n s leur foi j u s q u ' a u m a r t y r e ; en sorte que cette c r i s e , en élargissant les enfers, peupla aussi les cieux. Ne croyons p a s non plus à l'ignorance crasse d e s adversaires de la réforme. « L u t h e r a fait de la cari» c a t u r e , dit M. Audin dans la préface de sa belle hisy> toire d e L u t h e r ; n o n , Dieu n ' a pas plus m a n q u é M à son Église au temps d e la réforme, que le talent » à ses défenseurs ; » et en lisant la vie que nous indiquons, on p e u t voir si toute étincelle m a n q u a i t à ces moines catholiques, si Eck est u n théologien sans science, Aléandro un esprit v u l g a i r e , Cajétan u n d i plomate i n h a b i l e , Léon X l'antéchrist prédit p a r les prophètes.

376

GUERRES DITES D E RELIGION.

Mais p o u r s u i v o n s , avec Luther, qui s u p p r i m e les s a c r e m e n t s , les saints et leurs i m a g e s , la sainte m e s s e , le culte de la Vierge t r è s - s a i n t e , plus h a r d i en cela q u e M a h o m e t , qui, dans le troisième chapitre de son K o r a n , n e reconnaît qu'elle et son divin Fils qui aient été i m m a c u l é s , o u , c o m m e il l ' e x p r i m e , qui seuls d a n s l'humanité n'aient pas été infectés de la goutte noire de Satan. Il marchait d o n c ; « et q u a n d ce Samson de la réforme, dit encore M. A u d i n , s'att a q u a , p o u r les renverser, a u x colonnes d u temple c a t h o l i q u e , de n o m b r e u x ouvriers vinrent à son aide : c'étaient Carlstadt, OEcolampade, S c h w e n c k feld et beaucoup d'autres encore ( 1 ) , a u x q u e l s , p o u r récompense , il décernait des couronnes sur la terre et dans le ciel. Mais ces esprits i n d é p e n d a n t s v o u lurent travailler p o u r leur compte et se passer de Luther. Alors survint un incident trop sérieux p o u r p r ê t e r au r i r e . » — Q u i êtes-vous, crie le d o c t e u r , p o u r a n n o n c e r u n autre évangile ? quels sont vos miracles ? où sont les signes q u e vous avez posés d a n s le ciel ? Pas u n n e r é p o n d ; pas u n qui ait seulement, suivant É r a s m e , redressé u n cheval boiteux. Us n e sont pas i n t e r d i t s ; ils d e m a n d e n t à leur tour à Luther : — E t toi, qui t'a envoyé ? à quels signes pouvons-nous reconnaître ta mission? quel miracle as-tu o p é r é ? L u t h e r n ' a pas dit une seule fois : Ephpheta, ouvre-toi. A défaut de signes il a sa g r a n d e colère. Donc il s'irrite, il bondit, il se met à fouiller les livres de ces n o u v e a u x apôtres
(1) Mélanchthon, Osiander, Muncer, Stancar, Swingli en Henri VIII en Angleterre, Calvin en France, e t c . , e t c . , etc. Suisse,

GUERRES DITES D E RELIGION.

377

qu'il pousse pêle-mêle d e v a n t son tribunal; q u ' e n plein prétoire et a u x éclats de rire des assistants il fustige et m a r q u e au front comme Caïn; p u i s , de sa voix de p r o p h è t e , il les chasse en ces mots : Allez au diable, si vous ne vous repentez. Tous m o u r u r e n t dans l'impénitence » Ainsi, voilà l'anarchie dans l'Église de Wittemberg! Les frères de la réforme, allaités de son lait, se maudissant e n t r e e u x et s'appelant l'un l'autre a u x pieds du Juge s u p r ê m e : L u t h e r , p o u r d e m a n d e r compte à Munzer de toutes les âmes qu'il a enivrées de ses poisons; et Munzer, p o u r lui jeter à la face le sang des a n a b a p t i s t e s ; C a r l s t a d t , p o u r accuser L u t h e r d'avoir perverti le Verbe d i v i n ; et Luther, p o u r se moquer des visions de l'archidiacre; Zwingli et OEcol a m p a d e , p o u r expliquer à L u t h e r le sens des paroles de la Cène ; et Luther, p o u r proscrire l'interprétation des Suisses. N'est-ce pas u n singulier spectacle q u e ce d r a m e dont les acteurs sont des moines, des clercs, des prêtres qui ont apostasie? Évangélistes qui se croient illuminés d'en h a u t et se disent anathème ; prophètes et apôtres d u Christ qui se vantent de posséder le critérium de la v é r i t é , et n e s'entendent pas plus entre e u x que les ouvriers de Babel ! . . . » Et c e p e n d a n t le l u t h é r a n i s m e , disons-le e n c o r e , marche effrontément avec ses fondateurs en désaccord. Il avait partout des aides : le plus p u i s s a n t , Ulrich de H u t t e n , cynique de m œ u r s dissolues, attaquait les moines par d'ignobles et impures pasquin a d e s , qui réjouirent les c œ u r s gâtés et c h a r m è r e n t les â m e s salies. Ses écrits a m e n è r e n t cette g r a n d e

378

GUERRES DITES D E RELIGION.

révolte c o n n u e sous le n o m de la guerre des paysans. Luther, qui avait p r ê c h é la révolte contre l'autorité, chaDgea de ton alors et de doctrine en poussant les nobles à t u e r ces n o u v e a u x rebelles. Frédéric de Sickingen fut le chef le plus saillant de ces troubles effroyables. Ce n ' e s t pas ici le lieu de les décrire (1). Commencée en 4 5 2 4 , la guerre des paysans d u r a plus d ' u n e a n n é e , qui vit bien des faits o d i e u x . Munzer périt d a n s cette g u e r r e ; m a i s , en m o u r a n t , il s'était réconcilié avec l'Église catholique. H é l a s ! il avait jeté les fondements de la secte des a n a b a p tistes, q u i , à sa m o r t , s'épanouit et se répandit en Suisse et en Allemagne, excitant p a r t o u t des troubles et des pillages. Sur ce mot de L u t h e r , q u e l ' h o m m e est maître d e tout et ne dépend de p e r s o n n e , on p r ê chait p a r t o u t le c o m m u n i s m e , on proclamait q u e toute propriété est u n v o l , trois siècles avant q u e Brissot et P r o u d h o n affirmassent cette m a x i m e d e bandits. Il y eut donc p a r t o u t des tumultes et des guerres partielles. On voit d a n s les histoires de ces temps les efforts incomplets q u e t e n t è r e n t CharlesQuint et les a u t r e s princes restés catholiques. Tout le monde sentait qu'il fallait u n e réforme; mais on gémissait d e v a n t les outrecuidances de ces h o m m e s q u i , p r e n a n t les devants p a r des voies d é t e s t a b l e s , n'étaieut portés qu'à démolir en se disant réformateurs , et ne faisaient q u e r u i n e r , a b a t t r e et d é truire (2). La vraie r é f o r m e , étudiée depuis l o n g (1) M. le vicomte de Bussierre a publié VHistoire paysans, et 1853. (2) Voyez le règne des Anabaptistes dans l e s légendes et des seize reines de Munster. du Juif errant 1 v o l . in-8°, et VHistoire des Anabaptistes, de la guerre des 1 vol. in-8°, 1852

GUERRES DITES D E RELIGION.

379

temps p a r les p a p e s , se fit enfin a u concile de T r e n t e . P e n d a n t les longues sessions de cette auguste assemb l é e , toute l'Europe était en a r m e s , occupée de ces guerres désolantes que l'histoire appelle les guerres de religion. Toutes les villes des contrées g e r m a n i ques et des vieilles Gaules en furent plus ou moins dévastées-, et les victimes de ces t r o u b l e s , immolées p a r t o u t , se compteraient p a r millions. Tous les édifices religieux furent pillés et saccagés. La France et les Pays-Bas luttèrent cinquante ans et plus pour conserver leur foi. Mais il fallait autre chose q u e des canons et des baïonnettes p o u r r a m e n e r la p a i x . Le protestantisme s'était é l e v é , posé et grandi p a r la parole s u r t o u t , parole m e n t e u s e sans doute ; il fallait que la parole vraie e û t son tour. Le r e m p a r t le plus réel que l ' É glise p û t opposer a u x dissidents fut la Compagnie de Jésus. A r m é e des armes de Dieu, elle arrêta p a r t o u t les invasions de l ' h é r é s i e , et la fit reculer dans tous les l i e u x où elle obtint le droit de la parole. Les j é suites formèrent donc la vraie croisade contre les n o u v e a u x infidèles que le luthéranisme fit pulluler. Aussi, j u s q u ' à nos j o u r s , ils n ' o n t pas cessé u n i n stant , malgré leur sainteté , leurs v e r t u s , leur m a n suétude et leur charité incomparable, d'être en b u t t e a u x haines souvent furieuses des ennemis de l'Église du Christ. C'est à e u x , c'est à leurs p r é d i c a t e u r s , à leurs saints et à leurs m a r t y r s , q u e la France, la Belgique, quelques cantons de l'Allemagne et de la Suisse doivent l ' h o n n e u r d'avoir g a r d é leur foi catholique.

380

DERNIÈRES CROISADES.

LVI. — D E R N I È R E S

CROISADES.
PALM A.

Ces e x p é d i t i o n s , é v i d e m m e n t , ont e u pour elles toute la justice.

Les catholiques avaient p r è s d ' e u x , depuis des siècles, d e s ennemis qu'on n e paraissait pas pouvoir s o u m e t t r e , et avec qui les traités n'étaient q u e des déceptions. C'étaient les corsaires algériens. On a v u q u e , m a l g r é l'alliance des Turcs avec François I , la croisade d e Charles-Quint trouva dans ces États b a r baresques b e a u c o u p de Français esclaves. Louis XIV fit b o m b a r d e r Alger d e u x fois p a r D u q u e s n e , sans obtenir de sécurité pour n o u s . Un troisième b o m b a r d e m e n t , p a r le maréchal d ' E s t r é e s , fut suivi d ' u n traité de p a i x , q u i , au bout de quelques m o i s , se trouva illusoire. Il était réservé à Napoléon I d ' a voir en 1 8 0 0 des garanties plus sérieuses; et si les guerres q u e l'Angleterre lui suscita lui eussent laissé quelque r e l â c h e , il était dans ses projets de p u r g e r la Méditerranée de ces constants ennemis d u n o m chrétien. Cette gloire était providentiellement r é s e r vée à la F r a n c e .
er er

Nous n e p a r l e r o n s pas de la campagne de M o r é e , qui affranchit u n e portion de la Grèce du j o u g des Turcs. Mais l'expédition qui a conquis l'Algérie en 1 8 3 0 est u n e de nos gloires les plus p u r e s ; et ce grand fait n e laissera pas sans u n certain éclat d a n s nos fastes le n o m de Charles X . A la v é r i t é , elle n ' a pas eu la foi chrétienne p o u r motif direct. Ce n ' e n est pas moins u n e croisade, puisqu'elle a relevé les

DERNIÈRES CROISADES.

381

autels d a n s l'Afrique, et reculé plus loin de nous les b a r b a r e s . Sous le r è g n e mal assis de Louis-Philippe, on a craint q u e les A n g l a i s , qui veulent dominer p a r tout et qui nous enviaient avec aigreur ce magnifique a g r a n d i s s e m e n t , ne parvinssent à nous l'enlever p a r quelque procédé diplomatique. Mais la nation française savait par quels sacrifices de sang et d'or elle avait r e n d u cette terre à la civilisation et à la foi, et si cette faute avait été c o m m i s e , les commotions p o pulaires n ' a u r a i e n t pas a t t e n d u 1848 p o u r faire e x pier u n e telle honte. Il restait de cette conquête u n e iniquité à r é p a r e r . Tout le monde sait ici les exploits et la g r a n d e u r d'Abd-el-Kader. Lorsqu'il affermit nos victoires en déposant les a r m e s , il n e se rendit q u ' e n se réservant le droit de se retirer sur u n e terre m u s u l m a n e . Il désignait Alexandrie ou Saint-Jean d ' A c r e . On lui promit formellement cette liberté, en présence d u duc d ' A u m a l e , et de son a v e u ; il offrit, en signe de vasselage et de soumission, son fidèle coursier au prince, et se retira d a n s sa t e n t e . C'était le 21 d é cembre 1 8 4 7 . « Confiant en la parole d e la F r a n c e , Abd-el-Kader s'éloigna de l'Algérie, espérant bientôt revoir cet Orient loin duquel il n e pourrait supporter l'absence d e l à p a t r i e . Mais la F r a n c e (ou plutôt son g o u v e r n e ment) n e ratifia point l'engagement formel de ses lieutenants. Le fils du désert devait languir cinq années sous notre ciel, toujours triste et froid p o u r lui (1). »
( l ) Voyez l'excellente Histoire Drohojowska. de l'Algérie, de madame la comtesse

382

DERNIÈRES CROISADES.

Depuis cinq a n s donc Abd-el-Kader était prisonnier dans le château d ' A m b o i s e , lorsque N a p o léon III, alors président de la République passagère qui nous r a m e n a i t l ' E m p i r e , voulut r é p a r e r u n e t a che au n o m français. Il alla à A m b o i s e , et il a n n o n ç a au prisonnier qu'il était libre. Après u n instant d'émotion v i v e , répondit : Abd-el-Kader

« Monseigneur, vous avez été b o n et g é n é r e u x pour moi. Je vous dois la liberté que d ' a u t r e s m ' a vaient p r o m i s e , que vous n e m'aviez pas p r o m i s e , v o u s , et q u e c e p e n d a n t vous m'accordez. Je v o u s j u r e de n e violer jamais le serment q u e j e vous fais. Je sais q u ' o n vous a dit que je m a n q u e r a i à m e s p r o messes ; vous n e le croyez p a s : j e suis lié p a r la r e connaissance et la parole. Soyez assuré que j e n ' o u blierai pas ce que l'une et l'autre imposent à u n descendant d u prophète et à u n h o m m e de m a r a c e . Je ne v e u x p a s vous le dire seulement de vive v o i x ; je v e u x encore laisser entre vos mains un écrit qui soit p o u r tous u n témoignage du serment q u e j e viens de renouveler. Je vous remets donc cette lett r e ; elle est la reproduction fidèle de mes sentiments. » C'était le 2 0 octobre 1 8 5 2 . Le Prince-Président répliqua qu'il était d ' a u t a n t plus touché de cette d é m a r c h e , qu'il n'avait exigé a u c u n e p r o m e s s e , et qu'il avait d'Abd-el-Kader u n e garantie suffisante dans la connaissance de son caractère.

DERNIÈRES CROISADES.

383

Voici la traduction de l'acte qu'il remit au prince : « Louange au Dieu u n i q u e 1 » Que Dieu continue de donner la victoire à Napol é o n , à Notre-Seigneur, le Seigneur des roisl q u e Dieu lui soit en aide et dirige ses actions ! » Celui qui est actuellement devant vous est l ' a n cien prisonnier que votre générosité a d é l i v r é , et qui v i e n t vous remercier d e vos bienfaits, Àbd-el-Kader, fils de Mahhi-ed-Dên. » Il s'est r e n d u p r è s d e Votre Altesse pour lui r e n d r e grâces d u bien qu'elle lui a fait, et p o u r se r é jouir d e sa v u e ; car j ' e n j u r e p a r Dieu, le maître du m o n d e , vous ê t e s , monseigneur, plus cher à mon c œ u r q u ' a u c u n de c e u x q u e j ' a i m e . Vous avez fait p o u r moi u n acte d o n t j e suis impuissant à vous r e m e r c i e r ; mais qui n'était pas au-dessus d e votre g r a n d c œ u r et de la noblesse de votre origine. Vous n'êtes point de c e u x q u ' o n loue par le mensonge et que l'on trompe p a r l'imposture. » Vous avez cru en m o i , vous n ' a v e z pas ajouté foi a u x paroles de c e u x qui doutaient d e moi ; vous m'avez mis en liberté, et moi j e vous ai j u r é solennell e m e n t , p a r le pacte de Dieu, p a r ses prophètes et ses e n v o y é s , q u e j e n e . f e r a i rien de contraire à la confiance que vous avez mise en m o i , que j e ne m a n q u e r a i jamais à mes p r o m e s s e s , que j e n'oublierai jamais vos bienfaits, q u e j e n e remettrai jamais le pied en Algérie. Lorsque Dieu a voulu q u e j e fisse la g u e r r e a u x F r a n ç a i s , j e l'ai faite ; j ' a i fait parler la p o u d r e a u t a n t que j e l'ai pu ; et q u a n d il a voulu que j e cessasse de c o m b a t t r e , j e me suis soumis à

384

DERNIÈRES CROISADES.

ses décrets et j e m e suis retiré. Ma religion et m a noble origine m e font u n e loi de tenir mes s e r m e n t s et de repousser toute fraude. Je suis chérif ( d e s c e n d a n t du p r o p h è t e ) , et j e ne v e u x pas q u e l'on puisse m'accuser d ' i m p o s t u r e . Comment serait-ce p o s s i b l e , q u a n d v o t r e b o n t é s'est exercée sur moi d ' u n e m a nière si éclatante ? Les bienfaits sont un lien passé a u cou des gens de c œ u r . » Je suis le témoin de la g r a n d e u r de votre e m p i r e , de la force de vos t r o u p e s , de l'immensité des richesses d e la F r a n c e , de l'équité de ses chefs et d e la droiture de leurs actions. Il n'est pas possible d e croire q u e personne puisse vous vaincre et s'opposer à votre v o l o n t é , si ce n ' e s t le Dieu tout-puissant. » J'espère de votre bienveillance et de votre b o n t é q u e vous m e conserverez u n e place dans votre c œ u r , car j ' é t a i s loin, et vous m'avez placé d a n s le cercle de vos intimes. Si j e n e les égale pas p a r m e s serv i c e s , j e les égale au moins p a r l'affection que j e vous p o r t e . » Que Dieu a u g m e n t e l ' a m o u r dans les c œ u r s d e vos amis et la t e r r e u r dans les c œ u r s de vos e n n e m i s l » Je n ' a i plus rien à ajouter, sinon que j e m e c o n fie à votre amitié. Je vous adresse mes v œ u x et vous renouvelle mon serment. » Écrit p a r A b d - e l - K a d e r , b e n M a h h i - e d - D ê n (30 octobre 1 8 5 2 ) . » La campagne de Crimée, qui se termina le 8 s e p t e m b r e 1 8 5 5 par la prise de Sébastopol, n ' é t a i t p a s u n e croisade. Faite de concert avec les A n g l a i s , s é parés d e l'Église, contre les Grecs, ses ennemis d ' u n e

DERNIÈRES CROISADES.

385

a u t r e r a c e , en faveur des T u r c s , dont elle arrêta u n instant la d é c a d e n c e , cette campagne n'avait q u ' u n motif h u m a i n , mais honorable pour la F r a n c e , p u i s qu'elle nous releva des désastres de 4 8 1 2 . S'il est vrai qu'il serait utile et glorieux pour l'Europe c a tholique d e rétablir à Constantinople l'empire latin fondé p a r les croisés au treizième s i è c l e , il serait g r a n d e m e n t d a n g e r e u x q u ' a u x T u r c s , qui s'en vont décrépits, succédassent les Russes, avec leurs schismes sauvages qu'ils appellent orthodoxie. Il en est de la g u e r r e d'Italie, terminée p a r la p a i x d u 1 2 juillet 1 8 5 9 , c o m m e d e la c a m p a g n e d e Crim é e . Elle avait ses raisons politiques, et aussi ses i n tentions chrétiennes. Glorieuse pour la F r a n c e qu'elle a g r a n d i e e n c o r e , elle a p e u t - ê t r e u n p e u gonflé l e s . h o m m e s des États s a r d e s , qui n e savent p a s ce q u e pèsent trop d'envahissements à la fois. Enfin, l'expédition d e Syrie était u n e c r o i s a d e ; et il était b e a u , d a n s ces d e u x dernières a n n é e s , de voir les soldats français, toujours en a v a n t , combattre p o u r la cause chrétienne en C h i n e , en Cochinchine et en Syrie tout à la fois, en m ê m e temps qu'ils protégeaient l'indépendance d u chef s u p r ê m e de l'Église. Si les massacres de Syrie n ' o n t pas été v e n g é s , si les résultats de cette campagne ont été p a ralysés p a r les intérêts matériels des Anglais, la France et son souverain ont recueilli là le p r i x d ' u n e action généreuse. A b d - e l - K a d e r , n'oubliant p a s ses promesses, s'est fait à Damas le protecteur des c h r é tiens , et il e n a sauvé trois mille d u m a r t y r e . Le châtiment des b o u r r e a u x v i e n d r a .
25

CONCLUSION.

LVII.

CONCLUSION.

Le droit d'une juste défense comprend aussi celle de nos alliés civils et spirituels.
GIBBON.

« Les croisades ont été très-diversement a p p r é c i é e s , dit le P . T e r w e c o r e n dans ses Précis historiques. Il faut attribuer la cause de ces divergences d'opinions a u x c h a n g e m e n t s survenus g r a d u e l l e m e n t d a n s l'étude de l'histoire, à la mauvaise foi des p r o testants et des ennemis de Rome dans les discussions h i s t o r i q u e s , à l'empire des préjugés r é p a n d u s d e toutes p a r t s contre l'action d e l'Église. » « Longtemps déchirée p a r les b a r b a r e s du N o r d , dit Joseph de Maistre ( 1 ) , l'Europe se voyait m e n a cée des plus g r a n d s m a u x . Les redoutables Sarasins fondaient sur elle, et déjà ses plus belles provinces étaient a t t a q u é e s , conquises ou entamées. Déjà m a î tres d e la Syrie, de l ' E g y p t e , de la T i n g i t a n e , d e la N u m i d i e , ils avaient ajouté à leurs conquêtes d'Asie et d'Afrique u n e partie considérable de la G r è c e , l ' E s p a g n e , la S a r d a i g n e , la Corse, la Pouille, la Calabre et la Sicile en p a r t i e . Ils avaient fait le siège de Rome et brûlé ses faubourgs. Enfin ils s'étaient jetés sur la F r a n c e , et dès le huitième siècle, c'en était déjà fait de l'Europe c h r é t i e n n e , c'est-à-dire aussi des sciences et de la civilisation, sans le génie d e Charles Martel et de C h a r l e m a g n e , qui a r r ê t è r e n t le torrent. »
(1) Du Pape, liv. III, ch. vu.

CONCLUSION.

387

« Les p a p e s , ajoule-t-il, découvrirent q u e p o u r repousser ou briser sans r e t o u r u n e puissance formidable et e x t r a v a s é e , il n e suffisait pas du tout de se défendre chez s o i , mais qu'il fallait l'attaquer chez elle. Les croisés lancés p a r e u x sur l'Asie d o n n è r e n t a u x soudans d ' a u t r e s idées q u e celle d'envahir ou d'insulter seulement l ' E u r o p e . » Le m ê m e écrivain dit ailleurs : « On objecte q u ' a u cune croisade n ' a réussi. C'est v r a i ; mais toutes ont réussi— » Citons u n court passage de Chateaubriand (Itinéraire de Paris à Jérusalem). « N'apercevoir d a n s les c r o i s a d e s , d i t - i l , que des pèlerins armés qui courent délivrer u n tombeau en P a l e s t i n e , c'est m o n t r e r u n e v u e très-bornée en histoire. Il s'agissait non-seulement de la délivrance de ce tombeau s a c r é , mais encore de savoir qui devait l'emporter sur la t e r r e , ou d ' u n culte ennemi de la civilisation, favorable p a r système à l ' i g n o r a n c e , a u despotisme, à l'esclavage, ou d'un culte qui a fait revivre chez les modernes le génie d e la docte antiquité et aboli la servitude. Il suffit de lire le discours d'Urbain II au concile de Clermont p o u r se convaincre q u e les chefs d e ces entreprises guerrières n ' a vaient pas les petites idées q u ' o n leur s u p p o s e , et qu'ils pensaient à sauver le m o n d e d ' u n e inondation de n o u v e a u x b a r b a r e s . »

FIN

25.

TABLE A L P H A B E T I Q U E .

Abd-el-Kader, 3 8 1 , 3 8 5 . Antioche assiégée, 7 2 . A b d é r a m e , tué par Charles Mar- Arnould, prédicateur de la deuxième t e l , 7. croisade, 1 4 1 . Abgare, roi d'Edesse. Histoire de sa Arsouf assiégée, 1 0 9 . Artésie prise par les croisés, 7 2 . guérison,71. Accien, gouverneur d'Antioche, 79. Ascalon (bataille d'), 1 0 4 , 189. Assassins du V i e u x de la Montagne, Sa mort, 8 4 . Adhémar de Monteil, évoque du 123. P u y , légat apostolique d e la Assises de Jérusalem, 1 1 0 . croisade, 3 8 , 4 7 . Sa m o r t , 9 2 . Aubusson (Pierre d'), grand maître Adrien profane les saints l i e u x , 3. de Rhodes, 3 4 2 . jEnéas Sylvius P i c c o l o m i n i , pape Avesnes (Jacques d'), croisé illustre, Pie I I , 3 4 0 . 204. Agrain (Eustache d'), 1 2 6 . Bajazet. Croisade contre l u i , 326. Albigeois. Leurs excès affreux, 2 2 6 . Baléan d'Ibelin défend J é r u s a l e m , Leur hérésie infecte l e s templiers, 193. Capitale, 196. 3 2 2 , et les teutoniques, 3 6 0 . I Baudouin, frère de Godefroid, prend Alcantara (chevaliers d'), 3 7 0 . Tarse, 6 5 . Prince d'Edesse, 70. Alep (le prince d') battu, 9 2 . Vient à Jérusalem, 110. B o i , 114. Sa m o r t , 124. Alexis Comnène reçoit Pierre l'Erm i t e , 4 2 . S'épouvante, 5 2 . P e r - Baudouin du Bourg, 120. Roi sous fide, 53, 6 1 . Sa lâcheté, 8 6 . le n o m de Baudouin I I , 124. Alexis, fils dTsaac l'Ange, implore Baudouin IV, roi lépreux; 187. le secours des croisés, 240." E m - BaudouinV, roi quelques jours, 190. pereur sous le nom d'Alexis IV, Baudouin I X , comte d e Flandre, 2 4 9 . Perfide, 2 5 1 . Etranglé, 2 5 2 . croisé, 2 3 7 . Son éloge, 238. Se rend à V e n i s e , 239. A ConstanAlgérie devenue française, 3 8 0 . tinople, 2 4 2 . Elu empereur, 2 5 8 . Alphonse I , premier roi de P o r t u Sa m o r t , 2 6 2 . Légende à son s u gal, 1 4 2 . jet, 2 6 4 . Amaury, roi de Jérusalem. Sa mort, 187. Baudouin de Courtenai, empereur, Amurat I I . Croisade contre lui, 289. 3 3 1 . Sa retraite, 3 3 3 . Son re- Bernard (saint) prêche la deuxième tour et ses succès, i b i d . croisade, 137. Sa justification, André (saint) apparaît à Pierre Bar157. Sa m o r t , 160. Chez les Althélemi, 86. Selon une autre chrobigeois, 2 2 8 . nique , au comte de Flandre, 89. Béziers. Massacre de cette ville André II, roi de Hongrie, se croise, expliqué. 2 3 2 . 276. Bibars. Ses cruautés, 3 1 1 . Angleterre (1') a fourni peu de croi- Blanche (lareine), 305. Sa mort, 309. sés, 93. Bohémond, chef croisé, 4 6 . Ambie r

390

TABLE ALPHABÉTIQUE. huitième grande croisade, 3 1 0 ; croisade contre B a j a z e t , 3 2 6 ; contre Amurat II, 3 3 1 ; croisade d'Isabelle et Ferdinand , 3 4 4 ; d e Charles - Q u i n t , 349 ; dernières croisades, 2 8 0 . Croisés. N o m s des principaux. Première croisade : pages 4 4 à 4 6 , et à chaque croisade, e n n o t e s . Damas assiégée par les croisés, 149. Non prise, 1 5 1 . Dame (la) aux jambes d'or, 1 4 0 . Damiette assiégée, 2 7 7 . P r i s e , 2 8 0 . Dandolo, dogede Venise, croisé, 2 3 9 . Beprend Zara, 2 4 1 . Va à Constantinople, 2 4 2 . Prince de R o m a n i e , 2 5 8 . Sa mort, 2 6 5 . D i e u l e v e u t ! cri d e guerre d e s croisés, 37. Dominique (saint) prêche l e s Albigeois, 2 3 0 . Dorylée (bataille de), 6 2 . Ecko-Liaukama, croisé frison, 4 4 . Edesse, ancien royaume, principauté de Baudouin, frère de Godefroid, 70. Edouard, fils de Henri I I d'Angleterre, croisé, 3 1 7 . E m i c o n , chef des croisés, 4 3 . Enfants (croisade des), 2 6 9 . Etablissements d e saint L o u i s , 3 1 0 . Ethiopiens. Leur manière d e c o m battre, 105. Etienne de Blois, chef croisé, 4 4 . Eugène I I I , p a p e , proclame la deuxième croisade générale, 137. Eustache d e Boulogne, chef croisé, 44. Faisan (vœu du), 3 3 8 , 3 4 1 . Ferdinand et Isabelle assiègent Grenade, 3 4 4 . Feu grégeois. Ce que c'était, 2 4 7 Florine, croisée, 75. Sa m o r t , 7 6 . Foulques d'Anjou, quatrième roi de Jérusalem, 127. Foulques, curé de Neuilly, prédicateur de la cinquième c r o i s a d e , 236. Francs (les), vainqueurs d'Attila, 7. Vainqueurs des Sarasins, ibid. Frédéric Barberousse I à l a troisième croisade, 2 0 4 . Frédéric I I , empereur e n m ê m e temps qu'Othon I V , s e c r o i s e , 275. Excommunié, 2 9 2 .
e r

t i e u x , 5 2 . Est reconnu prince d'Antioche, 9 2 . B o p h o m e t , i d o l e mystérieuse d e s templiers, 3 2 2 . B o u c i c a u t , croisé contre Bajazet, 3 2 7 ; contre Amurat I I , 3 3 1 . Bourdon (madame), citée, 3 4 5 . Bouvines (bataille d e ) , 2 7 4 . Calatrava (chevaliers de), 3 7 0 . Carpin (Jean), envoyé du pape aux Tartares, 2 9 1 . Chant d e guerre d e s c r o i s é s , 5 0 . Charlemagne, protecteur des saints l i e u x , 8. Charles Martel, vainqueur des Sarasins, 7. Charles-Quint. Sa croisade contre Alger, 3 4 9 . Son récit, 3 5 1 . Prend Tunis, 3 5 5 . Ne peut prendre Alger, 3 5 8 . Ne peut arrêter le l u théranisme, 372. Chemin de la c r o i x ; antiquité de cette dévotion, 9. Chérédin o u Hariadan , roi d'Alger et de Tunis, 3 4 9 . Chevaliers de R h o d e s , 3 4 2 ; de M a l t e , 3 5 8 ; de Saint - Lazare, 3 9 7 ; t e u t o n i q u e s , 3 6 8 ; d'Alcantara, de Calatrava, et de Saint-Jacques l'Epée, 3 7 0 . Coloman, roibarbarede Hongrie, 48. Concile de la croisade, 34. Conrad I I I , empereur croisé, 1 3 9 . Constantin le Grand purifie les saints lieux, 3. Constantin Dracosès, dernier empereur grec de Constantinople, 3 3 4 . Constantinople assiégée par les croisés, 2 4 3 . Prise, 2 4 8 . Assiégée et prise par Mahomet II, 337. Constantinople (empire latin d e ) , 258. Sa déchéance, 2 8 5 . Créquy (Raoul d e ) ; sa légende, 160. Croisades : première croisade générale, 39 ; deuxième grande croisade, 1 3 5 ; croisade de Portugal, 1 4 2 ; troisième grande croisade, 1 9 9 ; quatrième grande croisade, 218 ; croisade contre les Albigeois, 2 2 6 ; cinquième grande croisade, 2 3 6 ; croisade des enfants, 2 6 9 ; s i x i è m e grande croisade, 2 7 2 ; croisade contre les Stadings, 281 ; septième grande croisade, 2 9 0 ;

TABLE ALPHABÉTIQUE. Frédéric V I , empereur lâche, 3 3 9 . | Frédéric Botnia, croisé frison, 4 4 . Gauthier de Brienne; sa noble m o r t , 303. Gauthier Sans avoir, chef de croisés, 42, 54. Genappe ; retraite des juifs attaqués par des vagabonds faux croisés,
M

391

Henri V I , empereur excommunié ; se croise, 2 2 0 . Ses crimes en Sicile, 2 2 1 . Sa mort, 2 2 5 . Henri de Bourgogne, premier comte de Portugal; ses guerres, 119. Henri II, comte de Champagne, roi de Jérusalem, 2 1 9 . Henri I I , le Magnanime, duc de 319. Brabant, chef de la croisade conGennadius, ennemi des catholiques, tre les Stadings, 2 8 3 . 335. Henri de Hainaut croisé, 227. GuerGeoffroi de la Tour et son lion, rier brave, 2 4 9 , 253. Empereur, 106. 266. Sa m o r t , 267. Gervais, sire de Tibériade ; sa m o r t , Héraclius rapporte la sainte croix, 5. 122. Hernand de Talavéra ( frère) à la Gillion de Trazégnies; sa légende, conquête de Grenade, 349. 186. Hernando Perez del Pulgar; trait Godefroid de Bouillon; ses j e u n e s d'héroïsme, 346. années, 1 7 . Au siège de Rome, Horuk, corsaire qui se fait roi d'Al2 5 . Part pour la première croiger, 3 4 9 . sade, 4 3 . Est blessé, 6 4 , 7 4 . AsHospitaliers o u chevaliers de Saintsiège Jérusalem, 9 5 . Y entre le Jean, 3 2 1 . premier, 100. En est élu roi, 103. Hugues de P a y n s , chef des premiers Va au secours de Tancrède, 112. templiers, 3 2 1 . Sa m o r t , 1 1 3 . Hugues de Vermandois, chef croisé, Godefroid le Barbu, chef croisé, 44. 4 4 . A Constantinople, 52. AbanGotschalk prêche la croisade en Aldonne la croisade, 9 2 . Se croise lemagne, 4 2 . de nouveau, 1 1 9 . Graciane, seconde femme de Gillion H u n y a d e , croisé contre Amurat I I , de Trazégnies, 182. Se retire à 332. Vainqueur des musulmans, l'abbaye de l'Olive, 185. 339. Grecs; leurs perfidies, 2 5 1 . Innocent III, proclame après cinGrégoire VII prêche la croisade, 15. quante ans de patience, la croisade Assiégé dans Rome par Henri IV, contre Jes Albigeois, 2 3 0 . 26. Sa m o r t , 2 9 . Isabelle (la grande) prend Grenade, Grégoire VIII proclame la troisième 348. croisade, 2 0 0 . Ismaéliens (assassins), 123. Grégoire I X conseille la croisade Jaffa ou Joppé, son origine, 1 1 3 . contre les Stadings, 2 8 2 . Jacob ou Job, c h e f des pastoureaux, Grenade prise sur les Maures, 348. 304. Guerre des paysans, 3 7 8 . Jacques de l'Epée (saint) ; ordre de Guerres de religion, 3 7 1 . chevalerie, 3 6 0 . Guillaume d'Utrecht; son voyage Jean Capistran (saint) prêche la à Jérusalem, 12. croisade contre Mahomet II, 3 4 0 . Guillaume IX, comte de Poitiers, croisé, 119. Jean II de Brabant délivre les Juifs, Guy de Lusignan, 190. Assiège 320. Jean de Bicnne, empereur, 2S4. Sa Ptolémaïs, 2 0 5 . Hélène (sainte) découvre la sainte mort, 2 8 6 . croix, 3 . Jean de Namur, chef croisé, 44. Henri IV (l'empereur) assiège R o m e , Jean Sans peu,r croisé contre Bajazet, 2 6 ; ses lâchetés, 1 3 1 ; meurt e x 327. communié, 135. Jérusalem; ses illustrations, 1. I n Henri V , mauvais fils d'un mauvais vestie par les chrétiens, 95. Prise père, 133. et délivrée, 100. Royaume chré-

392

TABLE ALPHABÉTIQUE. Luthéranisme; ses d é b u t s , 3 7 2 . Ses progrès, 3 7 3 . Ses e x c è s , 376. Lydda prise, 9 3 . Magiciennes au siège de Jérusalem, 99. Mahomet II assiège Constantinople, 335. Prend cette ville, 337. Ses succès effrayants, 3 4 1 . Vaincu par les -chevaliers de B h o d e s , 343. Maimbourg, cité, 3 4 . Malek-Adhel, frère d e Saladin, 2 2 1 . Prend Jaffa, 2 2 2 . Vaincu à B e y routh, 2 2 3 ; et ç r è s d e Jaffa, 225. Manuel Comnène, empereur d'Orient, fourbe, 145. Marguerite de Provence à D a m i e t t e , 300. Marguerite de France, sœur de Philippe-Auguste, c r o i s é e , 2 2 5 . Marie d e Champagne, f e m m e d e Baudouin I X ; sa m o r t , 2 5 9 . Marra, assiégée et prise, 9 2 . Maures d'Espagne ; croisade permanente contre e u x , 2 7 2 . Médina-Sidonia (le d u c d e ) ; son noble caractère, 3 4 5 . Melisende, fille de Baudouin I I , 127. Michaéli, doge de V e n i s e , croisé, 127. Michaud (M.), c i t é , 4 1 , 4 6 , 7 1 , 147Michel Paléologue reprend Constantinople, 2 8 9 . Mogols; leur khan offre d e s'unir a u x chrétiens, 318. Molay (Jacques), grand maître d e s templiers, condamné, 3 2 3 . N'a ajourné ni le p a p e , ni le r o i , ibid. Muley-Assan, roi de Tunis, d é p o s sédé, 3 5 1 . Murzuffle, parent d'Alexis TV, 2 5 0 . Perfide, 2 5 2 . Etrangle Alexis IV et se pose empereur, 2 5 3 . S'enfuit, 2 5 6 . Sa mort, 2 6 0 . Nicée, assiégée par l e s croisés, 5 6 . Prise, 60. Nicolas V (le pape) secourt seul Constantinople assiégée par Mahomet II, 335. Omar, maître de Jérusalem, 5. Othon de Brunswick , empereur

t i e n , 101. Prise par Saladin, 1 9 6 . Prise par l e s Tartares, 2 9 1 . Jésuites (les) ; vraie et sainte croisade contre la réforme prétendue, 379. Joanice, roi des Bulgares , 2 6 1 . Sa mort, 267. Joseph d e Maistre, c i t é , 3 9 , 6 1 , 386. Josselin d e Courtenay, 1 2 0 , 125". Juan d'Autriche (don), vainqueur à Lépante, 3 6 4 . Julien l'Apostat v e u t rebâtir Jérusalem, 3. K e r b o g â , prince de Mossoul, 8 1 . I n v e s t i t Antioche, 85. Son i n s o l e n c e , 8 7 . Sa défaite, 89. Kilig-Arslan, sultan de Nicée, 5 6 . KhosroèsII enlève la sainte croix, 5. Ladislas, roi de Hongrie et de P o l o gne, croisé contre Amurat II ; sa mort, 333. Lance (la) qui perça le côté de Notre - Seigneur révélée ; elle sauve les croisés assiégés dans Antioche, 8 7 . Laodicée; prise, 9 3 . Lascaris (Théodore), élu empereur par l e s Grecs, 256. Fait sa paix avec les Latins, 267. Lazare (chevaliers de Saint-) , 3 6 7 . Lefer (Hugues), forban, 2 7 1 . Lépante (victoire de), 3 6 1 . Leporc (Guillaume), forban, 2 7 1 . Libertés communales conquises par les croisades, 129. Lietbert (saint), évêque de Cambrai ; son voyage à Jérusalem, 12. Louis V I I ; ses excès, 137. Prend la croix, 138. A Constantinople, 145. Son héroïsme, 147. Louis VIII croisé contre les Albigeois, 2 3 0 . Louis IX (saint) croisé 290. Son d é part, 2 9 2 . Débarque en Chypre, 2 9 3 . En Egypte, 2 9 4 . Prend D a m i e t t e , ibid. Mansourah, 2 9 6 . D é t r e s s e , 2 9 8 . Est prisonnier, 2 9 9 . Son grand cœur, 3 0 1 . Se rachète, 3 0 1 . Son retour, 3 0 9 . Ses établissements e t sa pragmat i q u e , 3 1 0 . Se croise de nouveau, 3 1 3 . Débarque près de T u n i s , 3 1 4 . Sa mort, 316. Luther; son despotisme, 376.

TABLE ALPHABÉTIQUE.

393

sous le n o m d'Othon I V , 2 7 3 . Ramla prise, 9 3 . S'empare des biens de l'Eglise; Raoul de Créquy, 140. Sa légende, est excommunié, 2 7 3 . Battu par 160. Philippe - Auguste à B o u v i n e s , Raymond d e S a i n t - G i l l e s , chef 275. Se croise, ibid. croisé, 4 6 . Paix (la) de Dieu, 3 4 . Raymond III, comte de Tripoli; sa Pastoureaux; leurs excès, 304. trahison, 1 9 3 . Ses brigandages et Pelage (le cardinal) au siège de Dasa m o r t , 198. miette, 2 8 0 . Raymond Porcher ; son dévouePèlerins des saints l i e u x , 4, 10. ment, 7 9 . Philippe I " , roi de France, 3 3 . Ses Raymond V I , comte de Toulouse, déportements, 1 3 1 . chef des Albigeois, 2 2 9 . Va à Philippe-Auguste prend la croix, Rome, 232. 2 0 2 . En Sicile, 207. A Ptolé- Réforme vraie, par le concile de maïs, ibid. A Bouvines, 2 7 4 . Trente, 3 7 9 . Philippe d'Alsace croisé, 1 8 6 . Sa Rhodes; ses chevaliers, 342. Resagesse e t ses exploits, 189. A poussent les T u r c s , ibid. Les Ptolémaïs, 2 0 7 . Sa m o r t , 2 0 8 . e x t e r m i n e n t , 3 4 3 . Obligés à la Son éloge, 2 1 1 . retraite, 3 4 4 . Philippe le Bel supprime les t e m - Richard Cœur d e l i o n , 202. Prend pliers, 3 2 3 . Chypre, 207- Arrive à Ptolémaïs. Philippe P o t croisé contre Béjazet, 207. Son cri de guerre, 2 0 8 . Un 330. singulier conte sur lui, 2 1 2 . Philippe le Bon se croise, 337, Richard, prince de Salerne, croisé, 341. 46. Phirous livre Antioche, 8 0 . Robert II de Flandre, chef croisé, Pie E T prépare une croisade e t en 4 4 . Trait de courage, 8 4 . Son dise s t le chef, 3 4 0 . Sa m o r t , 3 4 1 . cours pour l'élection du roi de P i e V (saint) ; grandeur d e ce pape ; Jérusalem, 1 0 1 . Ses luttes contre sa croisade, 362. Apprend miraHenri IV, 1 3 3 . culeusement sa victoire, et établit Robert de Normandie, chef croisé, u n e fête pour en conserver le 44. souvenir, 3 6 5 . Robert le Frison, pèlerin de JéruPierre l'Ermite, 16. A u siège de salem, 16. Borne, 28. Pèlerin de Jérusalem, | Robert d'Artois, sa bravoure, 2 9 5 . 30. Prêche la croisade, 3 2 . Au Sa mort, 2 9 6 . concile d e Clermont, 3 6 . Parti Robert de Courtenay, empereur de pour la croisade, 4 1 . A ConstanConstantinople, 268. Sa mort, tinople, 5 3 . Accompagne Gode269. froid de Bouillon, ibid. Est e n - Robert de Paris, chef croisé, 44. v o y é à Kerbogâ, 8 7 . Son heureuse Robert de Saint-Alban, templier fin, 130. apostat, 1 9 1 . Pierre le Vénérable, à propos des Roger (M. Pierre), cité; de sa NoAlbigeois, 2 2 9 . blesse française aux croisades, Pierre de Castelnau (saint), martyr 50 et 232. des Albigeois, 2 3 0 . Ruysbroeck (Guillaume d e ) , envoyé Pierre Barthélemi; sa vision, 86. de saint Louis aux Tartares, Pierre d e Courtenay, empereur de 292. Constantinople, 2 6 7 . Sa mort, Sacré c œ u r d e J é s u s ; son culte re268. m o n t e au premier siècle, 10. Pirates croisés, 6 9 . Saint sépulcre respecté par Saladin, Portugal, royaume fondé par les 198. croisés, 1 4 2 . Saladin battu à Ascalon, 189. Prend Pragmatique sanction de saint Ptolémaïs, 193. Prend Jérusalem, Louis, 3 1 1 . 1 9 6 . Sa m o r t , 2 1 8 .

394

TABLE ALPHABÉTIQUE.

Samosate, prise par Baudouin, 7 1 . Thibaut IV, comte d e Champagne, Sang d e N o t r e - S e i g n e u r d o n n é à croisé, 2 3 7 . Thierry d'Alsace, 152. Apporté à Thierry d'Alsace, croisé, 1 2 0 , 135. Bruges. Chapelle et fête annuelle Part pour la d e u x i è m e croisade, d u Saint-Sang, le 3 mai, 1 5 3 . 139, 148, 1 5 2 . Part de n o u v e a u , Sarasins ; leur invasion en Espagne ; 154. Sa m o r t , 157. i l s entrent dans l e s Gaules, 6 . Thoron, forteresse occupée par les Battus par Charles Martel, 7. Sarasins, 2 2 4 . ^ Chassés après sept cents ans et Titus à la prise de Jérusalem, 3 . plus par Isabelle, 3 4 8 . Trêve du Seigneur, 34. Scanderberg résiste à Mahomet I I , Tripoli (l'émir de) v a i n c u , 9 3 . Truands à la suite des a n n é e s ; ce 339. Sigefroid, palatin du R h i n , chef que c'était, 217. Tulikan reçoit u n e n v o y é d u Pape, croisé, 4 4 . Sigismond, roi d e Hongrie, contre 291. Bajazet, 326. Tunis ; croisade de saint Louis, Sigur, prince de N o r v è g e , croisé, 310. Croisade de Charles-Quint, 121. 349. Simon de Montfort, chef des croisés, T u r c s ; leur origine, 5 5 . Leur m a contre les Albigeois, 2 3 2 . S a m o r t , nière de combattre, 5 8 . 2 3 6 . Calomnié, ibid. Urbain II , 29. Retrouve Pierre Sismondi, cité, 4 8 , 6 1 . l'Ermite, 32. Préside l e concile S o l i m a n l l , assiège et prend R h o d e s , de la croisade, 3 5 . 343. Ursins (J.-B. des), grand maître de Stadings; ce que c'était; croisade Rhodes, 3 4 2 . contre e u x , 2 8 1 . I Valette (Jean de l a ) , grand maître Suénon ou Swenn, croisé danois, j de Malte, 3 5 9 . 75. Veillée des dames ; ce q u e c'est, Suger, régent de France pendant la 107. croisade de Louis V I I , 1 3 9 . Victoire ( N . - D . de la), fête instituée Sibylle d'Anjou, femme de Thierry par saint Pie V en commémoration d'Alsace, 155. d e la victoire de Lépante, 3 6 5 . Sylvestre II, sa lettre sur la désola- V i e u x o u scheik d e la Montagne, tion de la terre sainte, 9. Son 1 1 3 . Son ambassade à saint Louis, voyage à Jérusalem, 1 1 . 307. Syrie (expédition de), 3 8 5 . Villiers de l'Isle-Adam, grand maîTancrède, chef croisé, 46. Son i n tre d e Rhodes, 3 4 3 ; d e M a l t e , fluence, 74. Sou dévouement à 359. Godefroid, 102, 120. Villehardouin, cité, 2 4 7 . Tanchelin à Anvers, 129. V œ u du faisan, 338. Tarse, Maure insolent, 3 4 6 . Volkmar, chef d e croisés, 4 3 . Tasse (le), cité, 99. W a l t e r Scott, cité, 2 1 3 . Templiers; leur naissance, 108 et W i m e r de Boulogne, pirate croisé, 3 2 1 . Leur règle donnée par saint 68. Bernard, ibid. Leur décadence et Yolande, sœur de Henri d e Constanleur procès, 323. Leur supprestinople, 267. sion, 3 2 5 . Y v e s de Chartres, envoyé de saint Louis au V i e u x d e la Montagne, Teutoniques ( c h e v a l i e r s ) , croisés 308. célèbres, 368. Leurs conquêtes, 3 6 9 . Leur décadence, ibid. j Zégher, pirate qui se croisa, 6 8 .

TABLE DES MATIÈRES.

Préambule. Jérusalem 1. Premières luttes contre l e s Sarasins I I . Pèlerinages aux saints lieux III. Godefroid de Bouillon IV. Le siège de Borne V. Le héraut de la croisade V I . Concile de la croisade VII. Départ des croisés VIII. Les croisés à Constantinople IX. L e s croisés assiègent Nicée X. Bataille de Dorylée XL Aventures de Baudouin. Les pirates croisés XII. Le siège d'Antioche. Phirous et Bohémond XIII. La sainte lance. Kerbogà XIV. Jérusalem délivrée XV. Le royaume de Jérusalem XVI. Le règne d e Godefroid de Bouillon X V I I . Règne de Baudouin XVIII. Successeurs de Baudouin XIX. Retour de croisés XX. D e u x i è m e grande croisade. Saint Bernard XXI. Croisade de Portugal XXII. Louis V I I en Palestine XXin. Thierry d'Alsace XXIV. Légende du sire de Créquy XXV. Légende de Gillion de Trazégnies XXVI. Philippe d'Alsace X X V I I . L e s Sarasins à Jérusalem. Saladin XXVIII. Troisième grande croisade. Philippe-Auguste et Richard Cœur d e lion XXIX. U n conte singulier d e Richard Cœur d e lion XXXi Qaatrième grande croisade. L'empereur Henri VI. . .

l 6 10 17 26 30 34 39 51 55 62 65 72 84 94 101 108 114 125 128 135 142 145 152 160 176 186 190 199 212 218

396

TABLE DES MATIÈRES. XXXI. Croisade contre l e s Albigeois 226 236 242 257 269 272 281 284 290 300 304 306 310 317 320 326 331 334 342 344 349 358 361 367 371 380 386

XXXII. Cinquième grande croisade. Baudouin d e Flandre. . . XXXIII. Les Latins à Constantinople XXXIV. L'empire latin à Constantinople XXXV. La croisade d e s enfants XXXVI. Sixième grande croisade. XXXVII. Croisade contre l e s Stadings XXXVIII. Fin de l'empire latin de Constantinople XXXIX. Septième grande croisade. Saint Louis X L . Saint Louis prisonnier XLI. Les Pastoureaux XLII. Saint Louis à Ptolémaïs XLI1I. Huitième grande croisade. Tunis XLrV. Affaissements. XLV. L e s Templiers XLVI. Croisade contre Béjazet XLVII. Croisade contre Amurat II X L V H I . Les Turcs à Constantinople. Mahomet D T XLIX. Les chevaliers de B h o d e s L . Croisade d'Isabelle et de Ferdinand L I . Croisade de C h a r l e s - Q u i n t L U . Les chevaliers de Malte L U I . La bataille de Lépante LIV. Les chevaliers des croisades L V . Les guerres de religion LVI. Dernières croisades LVII. Conclusion Genappe

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful