P. 1
1169_em04112013

1169_em04112013

|Views: 1,639|Likes:
Published by elmoudjahid_dz

More info:

Published by: elmoudjahid_dz on Nov 03, 2013
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/27/2013

pdf

text

original

L’ambassadeur du Maroc exprime les regrets de son gouvernement

VIOLATION DU CONSULAT GÉNÉRAL D’ALGÉRIE À CASABLANCA
30 Dhou El Hidja 1434 - Lundi 4 Novembre 2013 - N°14966 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

P. 5

Un numéro d’identification national pour remplacer les documents administratifs
LUTTE CONTRE LA BUREAUCRATIE

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
SECTEUR DE LA SANTÉ

Un diagnostic et des priorités

LE MINISTRE DE L’EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA SÉCURITÉ SOCIALE

P. 8

Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a annoncé, hier à Mostaganem, au cours d’une conférence de presse, en marge de la cérémonie d’installation du nouveau wali qu’un numéro d’identification national sera attribué à chaque Algérienne et Algérien, «pour servir en lieu et place de tous les documents». P. 7

Institutionnalisation des demandes d’emploi et lutte contre le travail informel « Tous les vaccins sont disponibles »

LE DG DE L’INSTITUT PASTEUR ALGÉRIE LE CONFIRME :

P. 8

EXAMEN DU PROJET DE LOI DE FINANCES 2014

Djoudi répond aux interrogations des députés
« Seulement 6% déposés auprès d'institutions financières à l’étranger »
n MICHELIN-ALGÉRIE n GESTION DES RÉSERVES DE CHANGES :

P. 8

Photos : Nacéra I.

L'État fera valoir son droit de préemption
OUVERTURE DU 5e FESTIVAL DE LA CHANSON SÉTIFIENNE

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

Un espace dédié au « sraoui » et aux jeunes talents

AHMED CHÉBARAKA, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE NATATION, INVITÉ DU FORUM SPORTS D’EL MOUDJAHID :

P. 30

Ph. Wafa

« L’athlète doit être prioritaire »

P. 7

P. 16

2

Mét éo

EL MOUDJAHID

ENSOLEILLÉ

PREMIER JOUR DE MOHARRAM 1435
Le premier jour du mois de Moharram 1435 de l’Hégire est fixé au mardi 5 novembre, a annoncé le ministère des Affaires religieuses, sur la base de l’observation des croissants des mois lunaires à travers le territoire national et des données scientifiques et astronomiques. La fête de l’Achoura sera célébrée jeudi 10 Moharram 1435 de l’Hégire correspondant au 14 novembre 2013. A cette occasion, le ministère appelle les donateurs à «se mobiliser en faveur du Fonds de la Zakat» et les invite «à déposer leurs dons dans les comptes courants postaux de cette structure» au niveau de chaque wilaya.

Mardi 5 novembre

Au Nord, le temps sera généralement ensoleillé, devenant voilé à localement nuageux sur les régions Centre et Est à partir de l’après-midi avec quelques pluies orageuses en cours de soirée et dans la nuit. Les vents seront de secteur Ouest modérés à assez forts, notamment près des côtes. La mer sera agitée à forte. Sur les régions Sud, le temps sera généralement voilé sur le sud-ouest, et partout ailleurs temps ensoleillé. Les vents seront variables faibles à modérés (20/30 km/h). Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui : Alger (25°-14°), Annaba (29°-13°), Béchar (27°-16°), Biskra (27°-16°), Constantine (24°-9°), Djanet (27°-13°), Djelfa (23°-10°), Ghardaïa (29°-16°), Oran (24°-14°), Sétif (22°-8°), Tamanrasset (26°-12°), Tlemcen (25°-12°).

Le Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historique organise, en marge de la 18e édition du Salon international du livre, un colloque portant sur L’Afrique dans les littératures et les arts. A cette occasion, les promoteurs de cette rencontre organisent une conférence de presse, ce matin à 10 heures, au Centre de presse d’El Moudjahid. *********************************************************

L’Afrique dans les littératures et les arts

CE MATIN A 10 H

Le Forum Economie d’El Moudjahid reçoit mercredi 6 novembre à 10 heures, le président du Conseil national consultatif pour la promotion de la PME/PMI, M. Zaïm Bensaci. La conférence-débat portera sur la situation du secteur de la PME et les perspectives de développement économique à la lumière des recommandations de la 15e tripartite.

Le président du Conseil national consultatif pour la promotion de la PME/PMI invité du forum Economie

MERCREDI 6 NOVEMBRE A 10 H

1er JOUR DE L’AN DE L’HÉGIRE 1435
Le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité Sociale rappelle que conformément aux dispositions de la loi n° 63-278 du 26 juillet 1963 modifiée et complétée, fixant les fêtes légales, la journée du mardi 5 novembre 2013 coïncidant avec le 1er jour de l’an de l’hégire 1435 est chômée et payée pour l’ensemble des personnels des institutions et administrations publiques, services concédés, collectivités locales, entreprises commerciales, industrielles, artisanales et agricoles, y compris pour les personnels payés à l’heure ou à la journée. Toutefois, en ce qui concerne les travailleurs exerçant sous le régime du travail posté, ces derniers sont tenus d’assurer la continuité du service selon l’organisation du travail mis en place par l’employeur.

La journée de mardi chômée et payée

L’Ecole nationale supérieure de Science politique organise aujourd’hui 4 novembre à 10 h, une conférence sur le thème : «Le redéploiement géostratégique américain» animée par M. Benyakhou Bendoukha, ancien attaché militaire à Washington.

Conférence sur le redéploiement stratégique américain

LUNDI 4 NOVEMBRE A 10 H A L’ENSSP

CET APRES-MIDI A 14 H AU STAND DU BRITISH COUNCIL
L’ambassadeur britannique à Alger, M. Martyn Roper, animera cet après-midi à 14 h au stand du British Council du salon international du livre, une conférence de presse sur les relations bilatérales et la promotion de la langue anglaise en Algérie.

Conférence sur les relations bilatérales Grande-Bretagne - Algérie

CET APRES-MIDI A 14 H AU CCI
Le Centre culturel islamique organise cet aprèsmidi à 14 h en son siège, 12 rue Ali Boumedjel, une conférence sous le thème «l’émigration du Prophète Mohammed : leçons et positions», animée par le professeur Kacem Belhadj.

Conférence sur l’émigration du Prophète Mohammed 

Activités des partis
CE MATIN A 10 H AU SIEGE DU PARTI

Le bureau politique du Parti des Travailleurs se réunit en session ordinaire aujourd’hui. Le rapport d’ouverture sera présenté par Mme Louisa Hanoune, Secrétaire générale du Parti des Travailleurs, ce matin à 10 h, au siège national du parti.

PT : réunion en session ordinaire

M. Mohammed Tahmi ministre de la Jeunesse et des Sports, a reçu hier, M. Sami Machhour Faiz El Madjali, président du Haut Conseil de la Jeunesse du Royaume de Jordanie. Au cours de cette audience, les deux parties ont passé en revue l’état des relations bilatérales ainsi que les voies et moyens de les renforcer dans les domaines de la jeunesse, notamment dans le cadre d’échanges de jeunes.

Tahmi reçoit le président du Haut Conseil de la Jeunesse de Jordanie

Le Forum des chefs d’entreprise organise mercredi 6 novembre à 9 h au siège, 69, lotissement Benhaddadi, Cheraga, une rencontre sur le thème «Le système normatif algérien, état des lieux et perspectives». Il s’agira à cette occasion de susciter la réflexion sur la relance industrielle et économique qui verra la participation des responsables des organismes et administrations concernées par ce secteur. demain à partir de 14 h, au stand de l’ENAG. Salon du Livre d’Alger le mercredi 6 novembre 2013. La presse et le public sont cordialement invités. ***********************************

« Le système normatif algérien, état des lieux et perspectives »

MERCREDI 6 NOVEMBRE A 9 H AU FCE

AGENDA CULTUREL
CET APRES-MIDI A 14H AU STAND C 39 …

Abdelkrim Tazaroute dédicacera son ouvrage Elles, des voix algériennes, cet après-midi à 14 h au pavillon central (stand C 39).

Abdelkrim Tazaroute dédicace Elles, des voix algériennes

Mahmoud Belaïd dédicacera son livre Nourriture d’hier, malbouf d’aujourd’hui, cet après-midi à la librairie générale d’El Biar à partir de 14 h. ***********************************

Vente-dédicace de Mahmoud Belaïd

… A LA LIBRAIRIE GENERALE D’EL BIAR

DEMAIN A PARTIR DE 14 H AU STAND DE L’ENAG…

… AU STAND CASBAH EDITIONS …
Le Salon international du livre d’Alger, stand Casbah-Editions abritera cet après-midi à 14 h une ventedédicace de trois auteurs : Karim Younès qui dédicacera son livre Aux portes de l’avenir, vingt siècles de résistance, cinquante ans d’indépendance, Omar Chaalal, pour son livre Le proscrit et Ali Bencherirat pour son livre La pratique des droits de l’homme en Algérie de 1830 à 1962.

Vente-dédicace

Notre confrère et écrivain Kaddour M’Hamsadji signera son essai intitulé A quoi sert le livre ? demain à partir de 14 h au stand de l’ENAG. De même, il signera Le Coq du bûcheron, un conte fantastique pour enfants, le mercredi 6 novembre à partir de 14 h 30 au stand de Casbah éditions. Ce jeune auteur de 17 ans signera La proie des mondes, son premier roman dans le genre littéraire dit «fantasy», Lundi 4 Novembre 2013

Kaddour M’hamsadji dédicace À quoi sert le livre ?

La librairie Kalimat abritera samedi 9 novembre à 14 h 30 une vente-dédicace de Mme Djanina Messali-Benkelfat qui signera son livre Une vie partagée avec Messali Hadj, mon père, paru aux Editions Lazhari Labter et aux Editions Hibr.

Vente-dédicace de Mme Djanina Messali

SAMEDI 9 NOVEMBRE A 14 H 30 A LA LIBRAIRIE KALIMAT…

A 15 H A LA LIBRAIRE EL IJTIHAD
La librairie El Ijtihad abritera samedi 9 novembre à 15 h une vente-dédicace du livre Le camp des oliviers ,parcours d’un communiste algérien, de William Sportisse, paru aux éditions el Idjtihad.

… Anys Mezzaour signe La proie des mondes

Vente-dédicace

EL MOUDJAHID

D

Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a apporté, hier, les réponses aux questions et interrogations soulevées par les 123 députés et les six présidents des groupes parlementaires, lors du débat général du projet de loi de finances et de budget pour 2014, en séance plénière présidée par Mohamed Larbi Ould Khelifa, président de l’Assemblée populaire nationale. L’intervention du ministre des Finances a été précédée par les réponses des ministres du Développement industriel et de la Promotion de l’investissement, Amara Benyounes, du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Benmeradi, et du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf.
projet de loi de finances pour 2014 apporte une plus large visibilité des grands choix économiques et financiers qui sont articulés dans le cadrage macro- économique et financier, se traduisant dans la diversification des activités dans le secteur hors hydrocarbures. Ce qui a permis au ministre des Finances de mettre l’accent sur les mécanismes de maîtrise des taux d’inflation, d’agir sur le déficit public et de rationalisation dans les dépenses publiques tout en agissant sur les mesures de diversification de l’économie nationale par les investissements publics, des créneaux créateurs de possibilités d’emploi, de richesse et, par conséquent, de plus de développement économique, de rendement dans l’agriculture et autant d’amélioration dans les offres des prestations de services. Des objectifs précisés dans les orientations du gouvernement qui entrent dans le cadre du développement durable et de l’amélioration des conditions de travail et de vie des citoyens. cadre de la vérification des ressources de financement de l’exécution de la loi de finances. À propos des réserves du Fonds de régulation, le ministre avance le chiffre de 7.000 milliards de dinars pour 2014, un volume susceptible d’assurer la couverture de nos besoins en réserves pour plus de quatre années. Concernant l’économie nationale dans sa globalité, elle s’appuie sur les recettes de la fiscalité ordinaire et celles des exportations des hydrocarbures. Sur les raisons de la baisse enregistrée par le dinar, le ministre a précisé qu’entre le prix du dinar et la baisse de son taux de change en devise, cela est une procédure isolée effectuée par les autorités concernées et entrant dans le cadre de la réévaluation du taux de change par rapport aux taux de change des autres monnaies étrangères. Autrement dit, c’est une simple décision de régulation et d’équilibre qui exprime la situation des taux de change sur les marchés des monnaies et des réserves. Concernant la maîtrise du taux d’inflation, l’État a fourni d’importants efforts de soutien des prix subventionnés des produits de base et l’élargissement de ce soutien en 2012 aux huiles alimentaires, au lait et aux céréales dans le but de préserver le pouvoir d’achat des familles algériennes, sans oublier, bien entendu, les prix subventionnés du gaz et de l’électricité. D’où l’importance accordée au Fonds de régulation dans l’allègement des charges financières des ménages. Réduction de 20% des importations alimentaires L’effort de l’État dans la maîtrise des importations se manifeste dans l’intérêt accordé à l’agriculture et le soutien apporté aux fellahs, ce qui s’est traduit par une baisse, de décembre 2012 à septembre 2013, de plus de 10% des importations en produits alimentaires. La question de diversification des ressources de financement se fait sur plusieurs plans et niveaux, selon les opportunités d’investissement qui se présentent et selon les parties concernées. Les paramètres financiers et économiques qui ont été établis dans le projet de la loi de finances et de budget pour 2014 ont privilégié les dispositifs d’encouragement et de promotion des mécanismes de développement économique et social pour réduire le chômage, créer les fondements nécessaires à l’encouragement de la croissance économique par des petites et moyennes entreprises susceptibles d’aider et de stimuler les efforts de développement durable et équilibré. Le ministre a ajouté que ces engagements de l’État ont permis, durant ces dernières années, d’améliorer les indicateurs sociaux et économiques de prise en charge des besoins des citoyens dans tous les domaines, avec des pourcentages importants en termes d’amélioration de la santé, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ou de l’amélioration du taux d’occupation par logement. Il est clair, comme l’a souligné Karim Djoudi, qu’au plan global de la politique économique, le

Djoudi répond aux interrogations des députés
APN : EXAMEN DU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

Nation

3

Réserves du Fonds de régulation : plus de 4 ans de couverture Aux interrogations concernant les indicateurs économiques sur lesquels a été établi le projet de loi, le ministre détaille les facteurs de renforcement du fonds de régulation des réserves, de protection des dépenses publiques devant d’éventuels changements et fluctuations des prix des hydrocarbures, tout en prospectant d’autres réserves en ressources afin de garantir le seuil des équilibres financiers des budgets pour sortir du cycle annuel d’élaboration d’une loi de finances complémentaire et de ne recourir au FRR qu’à titre exceptionnel. En effet, selon Djoudi, l’Algérie qui a établi l’exécution de son programme national sur la base de fi-

ans ses réponses, le ministre des Finances a avancé les grandes orientations du programme du gouvernement, s’arrêtant aux dispositifs contenus dans le projet de la loi de finances pour 2014, en débat depuis lundi dernier, qui constitueront la traduction des objectifs essentiels. Ces objectifs se rapportent à la poursuite des efforts d’exécution du programme national d’investissement public en vue de créer et de consolider l’équilibre régional en termes d’infrastructures de base dans le but d’améliorer les conditions de vie et de travail des populations, de l’emploi des jeunes, de la protection de la production nationale, de l’allègement et de la facilitation des procédures bureaucratiques, du renforcement des procédures de contrôle fiscale et d’assainissement du commerce extérieur, le soutien de l’État au logement, poursuite de la baisse de la pression fiscale et l’amélioration de la sécurité sociale. Ces orientations nécessitent la préservation de la politique des équilibres financiers et l’investissement productif créateur de richesse et d’emploi.

Ph : Nacera

nancement interne, sans recourir au prêt extérieur, a anticipé sur toutes les considérations des impacts de crises économiques ou financières mondiales en réglant par anticipation le problème de son endettement extérieur. Au sujet de la gestion du FRR, le ministre a affirmé que le fonctionnement et l’organisation du Fonds se fait dans la transparence avec les méthodes de contrôle strict conformément aux dispositions régissant la règlementation de l’exécution de la loi de finances. En plus de ces dispositions, des orientations ont été transmises aux inspections générales des finances visant le contrôle et le déroulement en cours de la gestion des fonds spéciaux, y compris le FRR. Pour plus de sécurité et de contrôle, il existe un contrôle a priori qui s’effectue de façon annuelle par le Conseil de la comptabilité dans le

GESTION DES RÉSERVES DE CHANGES

« Seulement 6% déposés auprès d'institutions financières à l’étranger »

Collecte de plus de 20% de recettes ordinaires En réponse à des préoccupations soulevées lors du débat, le ministre des Finances a soutenu qu’au sujet de la réforme fiscale locale, les efforts de modernisation se poursuivent, étant un souci permanent pris en charge par des commissions spécialisées dans le but de créer une meilleure répartition des recettes et d’efforts de solidarité nationale, expliquant que le taux de déficit des communes avoisine le zéro. L’efficacité des services, notamment de la direction centrale de la fiscalité, a permis d’augmenter à 20%, les recettes fiscales. Un grand effort a été opéré dans la lutte contre l’invasion fiscale. La même situation caractérise la réforme du système bancaire et financier pour une meilleure stabilisation des finances et des performances de banques dans le développement avec l’amélioration des conditions d’octroi de crédits aux investisseurs dans divers créneaux. Un volume qui a progressé pour atteindre, à moyen et long termes, environs 33%. Des résultats positifs ont été réalisés par les banques à ce sujet. Concernant l’accord AlgérieUnion européenne, le ministre des Finances a expliqué les raisons ayant motivé son gel depuis des années au sujet des questions en relation avec le dossier de démantèlement douanier et de protection de la production nationale. Le texte de loi dont l’examen s’est achevé hier sera soumis au vote, mardi 12 novembre, lors d’une séance plénière. Houria Akram

Ph : Nacéra

L'État fera valoir son droit de préemption sur la société
MICHELIN-ALGÉRIE
Le ministre des Finances, Karim Djoudi, a affirmé hier que l'État algérien fera valoir son droit de préemption sur la société de fabrication de pneumatiques Michelin-Algérie, acquise récemment par le groupe Cevital. En marge des réponses des ministres aux interventions des députés, lors des débats du projet de loi de finances pour 2014 à l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Djoudi a souligné que l'État a décidé de faire valoir son droit de préemption sur l'entreprise Michelin-Algérie, fermée par la société mère en France. Après la décision du groupe Michelin de fermer ses autres usines en Colombie et en France, l'usine qui a cessé ses activités et licencié près de 460 travailleurs, a fermé ses portes. "L'enjeu concerne l'immobilier, car nous allons pratiquer le droit de préemption pour récupérer les terrains, en vue d'y effectuer nombre d'investissements", a déclaré le ministre. Le ministre n'a pas dévoilé l'offre présentée par le gouvernement pour pratiquer ce droit, affirmant que les concertations avec la partie française sont toujours en cours. "Il est fort possible que des fabricants de pneumatiques s'intéressent au marché algérien. Nous leur accorderons toutes les facilités nécessaires à l'investissement", a-t-il ajouté. Le ministre du Développement industriel et de la Promotion de l'investissement, Amara Benyounes, a indiqué que l'État a le droit de préemption vu le coût très bas de la transaction entre le groupe Cevital et la société Michelin. Les deux parties ont fixé le montant de la transaction concernant le terrain qui a abrité l'usine MichelinAlgérie à Bachdjarrah (Alger), dont la superficie est de près de 15 hectares, à 1,7 milliard DA, selon M. Benyounes qui estime que ce prix "est bien loin de la réalité du marché".

En réponses à des députés au sujet de la gestion des fonds de réserves de l’Algérie, le ministre des Finances a affirmé que seulement 6% des avoirs de l'Algérie en devises étrangères sont déposés auprès d'institutions financières à l'étranger, auprès des institutions financières, dont 23% de ces avoirs le sont auprès des banques commerciales, notamment européennes, ainsi qu’auprès de la Réserve fédérale américaine (FED) et des institutions multilatérales. Karim Djoudi a souligné, à ce titre, que la Banque d’Algérie a adopté une méthode de gestion de ces avoirs en diversifiant les monnaies de dépôt selon les zones géographiques des banques et la nature des investissements. M. Djoudi a rappelé que la chute de la parité du dinar par rapport aux devises étrangères est due, entre autres, au différentiel du taux d’inflation entre l’Algérie et le reste du monde. La Banque d’Algérie gère le taux de change en prenant en compte la valeur du dinar par rapport aux monnaies des autres pays. Elle œuvre à anticiper sur les éléments influant sur les équilibres des finances locales.

Lundi 4 Novembre 2013

4

L

a violation des locaux du consulat algérien à Casablanca est "une preuve qui vient s'ajouter au registre du Maroc en matière de non-respect du droit international après avoir longtemps affiché son non-respect du droit international humain à travers les violations flagrantes des droits du peuple sahraoui, comme en témoignent les institutions internationales des droits de l'homme, a déclaré M. Ksentini à l'APS. Il a précisé, à ce propos, que la campagne menée par le Maroc contre l'Algérie depuis le dernier sommet d'Abuja "vise à saper les démarches de règlement de la question du Sahara occidental dans le cadre des principes et résolutions des Nations unies alors que les faiseurs de décisions au Maroc tentent d'entraîner l'Algérie dans ce conflit dont les parties sont bien établies, à savoir le Royaume du Maroc et le Front Polisario". D'autre part, M. Ksentini a souligné que la campagne marocaine contre l'Algérie est "une tentative de brouiller les cartes dans les efforts visant à trouver une solution juste à la question sahraouie sur la base des décisions onusiennes, d'autant plus qu'elle intervient, a-t-il dit, après la tournée de l'envoyé spécial onusien dans la région et la revendication internationale de protéger les droits humains dans les terri-

Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de protection des droits de l'homme (CNCPPDH), Farouk Ksentini, a affirmé, hier à Alger, que la violation des locaux du consulat général d'Algérie à Casablanca (Maroc) était une "preuve supplémentaire du non-respect par Rabat des lois et usages internationaux".

« Une preuve de non-respect des lois et usages internationaux » par Rabat
M. KSENTINI, PRÉSIDENT DE LA CNCPPDH :

Nation

EL MOUDJAHID

VIOLATION DU CONSULAT ALGÉRIEN AU MAROC

L

e Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) a qualifié, hier, dans un communiqué, de "provocations irresponsables" la violation du consulat général d'Algérie à Casablanca (Maroc). Le CNASPS a déclaré, à ce sujet, qu’"au moment où le peuple algérien commémore le 59e anniversaire de la glorieuse Révolution de Novembre 1954, l'Algérie ne cesse de subir les provocations irresponsables du Royaume du Maroc." "Il s'agit de déboires répétés, de la cécité politique de sa diplomatie (Maroc) et de son incohérence" a-t-on ajouté dans ce communiqué. Le CNASPS a qualifié, en outre, la campagne politio-médiatique du Maroc contre l'Algérie "d'attaques traîtresses

« Une provocation irresponsable »
et de vociférations du Makhzen" qui sont, a-t-il affirmé, "des voix hurlantes partisanes contre l'Algérie et de l'agressivité gratuite d'une certaine presse marocaine". "La politique d'obstruction du Maroc, l'appel du roi à la mobilisation lors de son dernier discours, a poussé le Makhzen et ses relais à porter atteinte aux symboles de l'Algérie, à l'emblème national", a souligné le Comité qui a ajouté que l'acte contre le Consulat algérien à Casablanca est une "violation des Conventions diplomatiques internationales". Pour le CNASPS, "l'entêtement et l'intransigeance de la force coloniale marocaine" font que le Maroc "n'est pas disposé à se conformer à la légalité internationale et à coopérer avec les instances onusiennes". Il s'agit, a-t-on souligné dans ce communiqué, "d'obs-

COMITÉ NATIONAL ALGÉRIEN DE SOLIDARITÉ AVEC LE PEUPLE SAHRAOUI :

toires sahraouis, dont la demande de Washington de confier le dossier à ce sujet à la MINURSO. Il a appelé, enfin, la communauté internationale à examiner la violation des locaux du

consulat algérien à Casablanca, conformément au droit international sur la protection des missions internationales et diplomatiques et leurs locaux.

Des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) issus de plusieurs partis politiques ont dénoncé hier la profanation de l’emblème national et la violation du consulat général d’Algérie à Casablanca (Maroc) qui ont coïncidé avec la célébration du 59e anniversaire de la glorieuse Révolution de Novembre. Dans une déclaration à l’APS, le député Noureddine Essed, du parti du Front de libération nationale (FLN), a indiqué que la profanation du drapeau national et la violation des locaux du consulat général d’Algérie au Maroc constitue “un dépassement grave” contre un des symboles de l’Etat algérien. Il a appelé les autorités marocaines à “assumer leurs responsabilités” dans la protection du consulat général d’Algérie, souhaitant que l’individu qui a commis cet acte “n’ait pas été poussé à le faire”. Il a précisé, en outre, que cette violation traduit “une inconscience politique” qui ne sert nullement les intérêts des deux pays d’autant plus que les Algériens et les Marocains sont des “frères”, qualifiant la position diplomatique algérienne de “raisonnable et pondérée”. Evoquant la question du Sahara occidental, M. Essed a souligné que la position de l’Algérie est “claire et immuable” car elle s’est de tout temps référée au principe du droit des peuples à l’autodétermination. Pour sa part, le président du groupe parlementaire de l’Alliance de l’Algérie Verte (AAV), Youcef Khebaba, a déploré ces “évènements suc-

« Un dépassement grave et  inadmissible »

DES PARLEMENTAIRES ALGÉRIENS DÉNONCENT :

L

a communauté algérienne établie dans plusieurs villes du Maroc à célébré, samedi soir, le 59e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1er Novembre 1954, à l’ambassade d’Algérie à Rabat dans une atmosphère familiale. Très nombreux, les Algériens établis à Rabat, Salé, Kenitra, Fès, Meknès et Tanger ont tenu à répondre présents à l’invitation de l’ambassadeur, M. Ahmed Benyamina, pour célébrer leur fête nationale qui constitue un jour sacré pour chaque Algérien mais aussi

La communauté algérienne célèbre l’évènement à l’ambassade d’Algérie à Rabat
une date pour les retrouvailles entre familles et compatriotes. Après avoir écouté l’hymne national, l’assistance a eu droit à une mémorable soirée musicale animée par le chanteur Samir Toumi accompagné de son orchestre et de son frère aîné Rachid, formé par la prestigieuse association de musique andalouse "El-Mossilia". Un formidable tour de chant représentant tous genres musicaux des différentes régions d’Algérie (chaabi, rai, andalou, hawzi, malouf, kabyle, sétifien, sahraoui, chaoui, etc.) a été offert par l’orchestre entraînant les femmes à pousser des youyous et une partie des invités à rejoindre la piste pour danser durant plus de deux heures de spectacle. La députée à l’Assemblée populaire nationale (APN), Amira Slim, élue de la zone trois (Maghreb, Machrek, Afrique, Asie et Océanie) a tenu à marquer sa présence pour fêter avec la communauté algérienne l’anniversaire du déclenchement de la lutte pour la Libération nationale. L’ambassade d’Algérie

1er NOVEMBRE

tacles dressés par le Maroc et ses alliés devant la création d'un mécanisme de surveillance et de protection des droits de l'homme sous l'égide de l'ONU, au Sahara occidental occupé". Qualifiant cette situation d'"immorale", le CNASPS a condamné "vigoureusement cette provocation" (violation du consulat d'Algérie à Casablanca). Cet acte illustre une "panique évidente, l'incohérence et l'irresponsabilité caractérisées des hautes autorités marocaines", a estimé le Comité. Le CNASPS a rappelé, dans ce cadre, que "l'Algérie fidèle à son histoire continuera à assumer ses responsabilités afin que prévale le règlement dicté par la légalité internationale, consacrant le droit à l'autodétermination du people du Sahara occidental".

La direction nationale de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) a fermement condamné, hier dans un communiqué, l’acte “ignoble et irresponsable” qui a visé vendredi le consulat général d’Algérie à Casablanca (Maroc) à travers la profanation de l’emblème national. “L’UGTA tient à exprimer sa ferme condamnation de l’acte ignoble et irresponsable qui a visé le drapeau national au consulat général d’Algérie à Casablanca”, indique le communiqué signé par le secrétaire général, Abdelmadjid Sidi Saïd. “Au nom des travailleuses et des travailleurs, l’UGTA rejette avec la plus grande vigueur les atteintes aux symboles de la glorieuse Révolution de Novembre 1954, date historique et chère aux Algériennes et aux Algériens, fidèles aux martyrs de cette Révolution populaire exemplaire à travers le monde”, a ajouté la même source. Pour le syndicat, “il n’est ni concevable ni acceptable de tenter de nourrir une quelconque animosité entre les deux peuples algérien et marocain. Bien au contraire, la sagesse recommande d’agir pour renforcer la solidarité au niveau de la région entre les travailleurs du Maghreb.”

Un acte “ignoble”

UGTA

cessifs” qui ont marqué les relations entre les deux pays voisins qui partagent une histoire commune, estimant que la position des autorités marocaines était “hâtive et indigne d’un Etat voisin” et basé sur des “motifs fallacieux”. A ce propos, il a relevé que la position de l’Algérie à l’égard de la question sahraouie était “claire et constante” car liée au droit des peuples à l’autodétermination. Il a qualifié le “rassemblement” devant le consulat d’Algérie à Casablanca d’‘‘inadmissible” car constituant une “violation des lois et usages internationaux” d’autant plus que, a-t-il dit, la question concerne deux pays frères liés par des “relations solides”. Il a ajouté également que la profanation de l’emblème national est un “acte grave” qui porte atteinte à “la mémoire et la dignité du peuple algérien”, appelant les autorités marocaines à “présenter des excuses’’. Le député Lakhdar Benkhallaf, du Front pour la Justice et le développement (FJD), a pour sa part, dénoncé la violation de la sacralité de l’emblème national qualifiant d’‘‘irresponsable” cet acte “qui a profondément blessé les Algériens”. Par ailleurs, M. Benkhallaf a appelé le Maroc à dissocier la question du Sahara occidental de ses relations avec l’Algérie car ce dossier est géré par les Nations unies qu’il a appelées à “accélérer l’autodétermination du peuple sahraoui”, seul peuple encore colonisé en Afrique.

Lundi 4 Novembre 2013

à Rabat avait organisé, jeudi dernier, une cérémonie officielle à l’occasion de la célébration de la fête nationale, en présence du corps diplomatique accrédité à Rabat. La fête nationale est également célébrée par le consulat général de Casablanca pour réunir les Algériens établis notamment dans les villes de Casablanca, Agadir et Marrakech et par le consulat d’Oujda pour la communauté nationale habitant Oujda, Ahfir et Taza.

EL MOUDJAHID

L
L

e ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a affirmé, hier à Mostaganem, que la violation du Consulat général d’Algérie à Casablanca était «une grave atteinte aux usages du droit international». Au cours d’une conférence de presse, organisée en marge de la cérémonie d’installation du nouveau wali de Mostaganem, le ministre a déclaré que cette violation était «une grave atteinte à un symbole sacré pour tous les Algériens, en l’occurrence l’emblème national, arraché et profané». M. Belaïz a émis le vœu

« Une grave atteinte aux usages du droit international »
que «l’enquête annoncée par le Maroc révèle qu’il s’agit d’un acte isolé et qu’il n’existe aucune implication de près ou de loin des autorités marocaines et que le jeune impliqué assume ses responsabilités» et «c’est alors que les choses reprendront leur cours normal», a-t-il ajouté. Le ministre a également indiqué que «parmi les questions sacrées pour les peuples maghrébins est la construction d’un Maghreb arabe uni, car tous les facteurs nous unissent et rien ne nous sépare». «Nous continuerons à vouer le respect au peuple marocain», a-t-il dit.

VIOLATION DU CONSULAT GÉNÉRAL D’ALGÉRIE À CASABLANCA LE MINISTRE DE L’INTÉRIEUR :

Nation

5

L’ambassadeur du Maroc exprime les regrets de son gouvernement

e secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), Amar Saïdani a condamné, hier à Alger, l’agression contre le siège du Consulat d’Algérie à Casablanca et la profanation de l’emblème national affirmant que cette action «n’honore pas le Maroc». L’Algérie et le Maroc sont «deux pays frères mais l’incident du Consulat d’Algérie et la profanation de l’emblème national, un symbole de souveraineté, n’honorent pas le Maroc», a tenu à préciser M. Saï-

Une « action qui n’honore pas le Maroc »
AMAR SAIDANI :
(PT), Louisa Hanoune. M. Saïdani a appelé au calme car la situation actuelle dans les pays du voisinage, a-t-il dit, n’est favorable ni à l’Algérie ni au Maroc.

L

es récentes sorties politiques du souverain marocain Mohamed VI «traduisent le désarroi d’un homme et l’échec d’un système de gouvernance» où le Roi reconnaît que le dossier du Sahara occidental «traverse un moment pénible», a indiqué le technocrate marocain Ahmed Benseddik. «En réalité, le discours du Roi du 10 octobre (devant le Parlement marocain) reconnaît à demi-mot le déficit de vision stratégique diplomatique au Maroc et l’absence de la diplomatie préventive», a écrit M. Benseddik dans une contribution publiée sur le site électronique lakome.info. Selon lui, les millions de dollars dépensés par le Palais royal et ses organes sans aucun

Les récentes sorties politiques du Roi Mohamed VI « traduisent l’échec d’un système de gouvernance »
AHMED BENSEDDIK, TECHNOCRATE MAROCAIN
contrôle parlementaire, pour s’attirer la sympathie de certains lobbies aux Etats-Unis et ailleurs «n’ont pas été très rentables», a-til affirmé. Il a souligné que le «Roi Mohamed VI sait très bien que dans la question du Sahara occidental, comme tous les autres domaines «dont le Palais monopolise la gestion, les parlementaires sont réduits à de simples applaudisseurs». «Après chaque discours du Roi, ils se précipitent devant les caméras pour en saluer le caractère historique et exceptionnel et ânonner que leurs partis sont mobilisés derrière Sa Majesté le Roi pour appliquer ses hautes directives», a-til ajouté. «Les élites politiques, dont les députés et les partis, de par leur «béni-oui-ouisme» et leur silence, le populisme et l’indigence intellectuelle de certains de leurs leaders, portent une lourde responsabilité dans cette tragi-comédie dont l’enjeu n’est autre que l’unité nationale», a-t-il encore fait remarquer. Revenant sur la question du Sahara occidental, M. Benseddik a affirmé que les derniers développements de ce dossier sur le plan mondial «ont de quoi inquiéter Rabat, puisque les pressions se font de plus en plus fortes pour trouver une issue à ce conflit qui a trop duré». «Si le Maroc s’accroche à une seule solution, à savoir le plan d’autonomie, le rapport Tannock voté le 22 octobre par le Parlement européen cite, dans son paragraphe 99, le mot an-

dani lors d’une conférence de presse conjointe avec la secrétaire générale du parti des travailleurs

Pour sa part, Mme Hanoune a indiqué que le PT s’est mis d’accord avec le FLN sur la nécessité de calmer la situation car «la tension n’est pas dans

Louisa Hanoune : « la tension n’est pas dans l’intérêt des deux peuples »

l’intérêt des deux peuples, des forces étrangères pouvant détourner la situation à d’autres fins». La SG du PT a, en outre, réitéré la position de l’Algérie au sujet du Sahara occidental. Il s’agit «d’une position constante, l’Algérie ne constitue pas une partie au conflit et le dossier de la question sahraouie est entre les mains des Nations unies», a-t-elle dit. Le SG du FLN a rencontré samedi la secrétaire générale du PT, Mme Louisa Hanoune dans le cadre du dialogue avec la classe politique, a rappelé M. Saïdani.

glais self-determination (auto-détermination) à trois reprises», a-til précisé. M. Benseddik a noté que «la propagande officielle marocaine s’en est «félicité de ce rapport», tout en omettant de relever que, selon le texte, le Parlement européen se dit gravement préoccupé par le récent rapport du rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et condamne les violations des droits de l’Homme dont sont victimes les femmes sahraouies qui se manifestent, notamment par du harcèlement et des violences sexuelles». Ahmed Benseddik est un technocrate marocain ayant rompu son allégeance envers le Roi Mohamed VI. Il est directeur exécutif du «1200e anniversaire de la fondation de Fès».

L’ambassadeur du Maroc, Abdallah Belkaziz, a exprimé hier à Alger, les «regrets» de son gouvernement suite à la violation du Consulat général d’Algérie à Casablanca et la profanation de l’Emblème national, qu’il a qualifiées d’«acte inadmissible», apprendon auprès du ministère des Affaires étrangères. «L’ambassadeur du Royaume du Maroc, M. Abdallah Belkaziz, a été convoqué, cet après-midi (dimanche), au siège du ministère des Affaires étrangères où il lui a été rappelé la demande pressante formulée, vendredi dernier, auprès du Chargé d’Affaires de son ambassade pour obtenir le plus rapidement possible les explications circonstanciées sur la violation inacceptable des locaux consulaires algériens à Casablanca et la profanation impardonnable de l’Emblème national, le jour même de la célébration du déclenchement de la glorieuse Révolution du 1er Novembre», a précisé la même source dans une déclaration à l’APS. A cette occasion», l’ambassadeur a exprimé les regrets de son gouvernement et a indiqué que le ministre des Affaires étrangères du Royaume du Maroc s’est entretenu avec l’ambassadeur d’Algérie à Rabat le jour même de la violation de l’enceinte consulaire algérienne pour ‘’condamner cet acte inadmissible’’», a précisé le ministère. Selon la même déclaration, «il a été rappelé à l’ambassadeur que l’Algérie n’accorde pas de crédit à la thèse de l’ ‘’incident isolé’’ et encore moins au ‘’fait divers’’, et ce sur la base d’une analyse rigoureuse des éléments visuels de preuve entourant le double forfait perpétré par un individu faisant partie d’un groupe de manifestants hostiles à l’Algérie et à ses hauts responsables». «Dans ce contexte, les autorités algériennes demandent à être associées, selon une forme appropriée et conformément à la pratique internationale, à l’enquête pour déterminer les faits et s’assurer que les suites appropriées ont été engagées à la suite de cet incident particulièrement grave», a indiqué la même source. «Il a été également fait observer à l’ambassadeur, Belkaziz, que les autorités marocaines ont, en vertu de l’Article 31 de la Convention de Vienne sur les relations consulaires, l’obligation spéciale de prendre les mesures nécessaires pour protéger les locaux consulaires et empêcher qu’ils ne soient envahis et que la paix du poste consulaire ne soit troublée ou sa dignité amoindrie», a ajouté le ministère. Le ministère des Affaires étrangères, qui «souligne toute la responsabilité du gouvernement marocain dans la création du climat de tension et d’escalade qui prévaut actuellement, réaffirme la nécessité d’une prise de position claire et sans équivoque de sa part quant à l’impératif du respect des symboles de l’Etat algérien en toutes circonstances», a conclu le ministère dans sa déclaration.

SELON LE COMITÉ BELGE DE SOUTIEN AU PEUPLE SAHRAOUI

L

La demande de l’Algérie d’élargir le mandat de la Minurso aux droits de l’homme « met le Maroc en difficulté »
demande émise jusqu’à présent notamment par des ONG et autres représentants de la société civile internationale qui soutiennent la cause sahraoui, était, selon Mme Teuwen, «facile à écarter par le Maroc», mais le fait qu’elle soit maintenant appuyée officiellement par l’Algérie «rend plus difficile au Maroc de maintenir sa position de ne pas vouloir entendre de l’élargissement du mandat de la Minurso», a-t-elle estimé. Pour elle, le Maroc «se considère comme le meilleur élève de la classe en matière de droits de l’Homme et croit qu’il n’a plus besoin de contrôle», d’où sa réaction à la position de principe de l’Algérie rappelée à Abuja lors de la Conférence africaine de solidarité avec la cause sahraouie tenue du 28 au 30 octobre, a-t-elle fait observer. Elle a jugé «courtes» les

a demande de l’Algérie d’élargir le mandat de la Minurso pour permettre aux Nations unies de jouer pleinement leur rôle en matière de surveillance des droits de l’Homme au Sahara occidental occupé, «met le Maroc en difficulté», selon le Comité belge de soutien au peuple sahraoui. «L’Algérie, un pays qui a un poids au Maghreb, en appuyant les propositions de la société civile et des organisations non gouvernementales internationales, d’élargir le mandat de la Minurso au Sahara occidental pour contrôler la situation des droits de l’Homme dans les territoire occupés, met le Maroc en difficulté», a indiqué à l’APS la secrétaire générale du Comité belge de soutien au peuple sahraoui, Hilt Teuwen, jointe hier par téléphone. Cette

durées des missions et des visites des rapporteurs spéciaux dans les territoires sahraouis occupés, en estimant qu’avec la mise en place d’un mécanisme onusien chargé des droits de l’Homme, «les choses seraient beaucoup plus claires sur ce que le Maroc a toujours révélé à propos de l’amélioration de la situation des droits de l’Homme» au Sahara occidental. Mme Teuwen a, par ailleurs, estimé que le Maroc a réagi en tant que «partie prenante d’un conflit avec l’Algérie, pourtant la communauté internationale sait que la question du Sahara occidental est entre le Front Polisario, en tant que représentant légitime du peuple sahraoui, et le gouvernement marocain», ajoutant que «le Maroc essaye toujours d’y impliquer l’Algérie

L

Les autorités marocaines répriment une manifestation pacifique
BOUJDOUR OCCUPÉE
les richesses maritimes de la région a été consacrée, sachant que la population de cette ville souffre de marginalisation et de pauvreté sans bénéficier des richesses de son pays». «Les manifestants font partie des marginalisés sahraouis titulaires de diplômes et des activistes dans le mouvement associatif des jeunes de Boujdour rejetant les politiques et les plans coloniaux», a ajouté la même source. Cette intervention s’est soldée par plusieurs blessés parmi les participants et l’arrestation de l’un deux avant d’être libéré. Pour réprimer cette manifestation, les autorités d’occupation ont mobilisé des dizaines de voitures d’intervention rapide et des forces auxilliaires. Elles ont également fait venir des citoyens marocains pour participer au festival, selon la même source. Par ailleurs, une manifestation pacifique a été organisée jeudi dernier dans la ville d’El Ayoun occupée pour dénoncer la décision injuste relative au transfert arbitraire du cadre sahraoui Tayeb Sayad vers une ville marocaine. Ont participé à cette manifestation pacifique des activistes dans le mouvement associatif, des syndicalistes et des cadres sahraouis scandant des slogans soutenant Tayeb Sayad et d’autres dénonçant les campagnes de transfert arbitraire et la politique d’expulsion des cadres sahraouis sans motif juridique.

es autorités marocaines ont réprimé, samedi soir, une manifestion pacifique organisée par des dizaines de citoyens sahraouis devant la préfecture de Boujdour occupée pour protester contre l’organisation, dans cette ville, d’un festival financé par les recettes des richesses maritimes de la région, a indiqué l’agence de presse sahraouie (SPS). Citant le ministère des Territoires occupées et des communautés, SPS précise que les citoyens ont dénoncé à travers cette manifestation «les tentatives de l’occupant visant à effacer l’identité sahraouie à travers l’organisation à Boujdour d’un festival illégal pour lequel une enveloppe de plus de 120 millions de dh de recettes générées par

Lundi 4 Novembre 2013

6

Le transport du courrier sera réglementé
POSTE
« L’ensemble des intervenants, qui se sont réunis cette semaine, ont constaté qu’une concurrence déloyale à tous les niveaux du marché (collecte, acheminement, distribution) pénalise fortement les opérateurs du secteur », ont-ils indiqué à El Moudjahid.

Nation

EL MOUDJAHID

C

ette réunion de concertation organisée au siège de l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT), avait pour principal objectif de poser les jalons d’une coopération interministérielle de grande échelle. Une coopération qui concerne entre autres, les départements de l’intérieur et des collectivités locales, la défense nationale, la poste et les technologies de l’information et de la communication, les transports, le commerce. Axée sur « le problématique du transport illégal du courrier et des colis postaux » cette réunion a été présidée par le directeur de la Poste, M. Khaled Hammouche, les représentants du ministère de la Poste et des Technologie de l’information et de la communication, ceux du ministère du Commerce, du Centre national du registre du commerce, de la direction générale de la sûreté nationale, ainsi des représentants du commandement de la gendarmerie nationale, de l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications, de l’Union nationale algérienne des transporteurs et enfin, de l’Union nationale algérienne des chauffeurs de taxis, d’EMS Champion, TESLIM EXPRESS. Contactée, hier, notre source a expliqué que lors des débats, « il a été constaté, par l’ensemble des intervenants, qu’il existe un déficit réglementaire entraînant la délivrance par la CNRC d’un registre du commerce pour le transport du courrier et des colis postaux sans passer préalablement par une au-

C

omme chaque année, la marine nationale propose des centaines d’offres d’emploi dans de nombreuses spécialités scientifiques, techniques, opérationnelles, administratives, dans les métiers de la restauration, de la santé, etc. Quel que soit le niveau scolaire, de la 3e au baccalauréat, aux diplômés des instituts de formation professionnelle, des jeunes hommes et femmes dont l’âge varie entre 17 et 30 ans peuvent rejoindre les équipages de la marine nationale. Le ministère de la Défense nationale, dont dépend la marine nationale, est l’un des principaux recruteurs de l’Etat avec l’embauche des centaines de jeunes militaires et civils chaque année.   C’est ainsi que le ministère de la Défense nationale, pour ses différentes structures, à l’instar de celui du commandement des forces navales, a lancé hier, à travers les colonnes de différents médias, un avis de recrutement national. Un recrutement qui se fera par le biais de concours et tests professionnels. Les jeunes retenus seront embauchés en qualité de PCA « employés civils contractuels » et cela dans plusieurs spécialités. En effet, selon l’avis de recrutement une large palette de postes et de métiers est proposée, les forces navales font aussi bien appel à des archivistes, techniciens en audiovisuel et cameramen, à des ouvriers manœuvres, qu’à des relieurs d’art, mécani-

Le commandement des forces navales recrute
EMPLOI

torisation de l’ARPT ». Rappelant qu’« il existe beaucoup de transporteurs illégaux de courriers et de colis postaux », les participants à la réunion ont indiqué que «  le manque de coordination entre la police de la poste, la DGSN et le CGN  », résulte que « certains opérateurs autorisés par l’ARPT

utilisent le canal de l’informel  ». Après l’analyse profonde de la situation, les responsables ont tracé une feuille de route dans la perspective de parer à ce problème qui pénalise fortement les opérateurs du secteur au profit de l’informel. Ainsi, parmi les mesures préconisées, figure en premier lieu, l’« intro-

duction de l’expression « préalable à l’inscription au registre du commerce » dans le texte réglementaire régissant l’activité de transport du courrier et des colis postaux », a-t-on appris. Il s’agit aussi de « Sensibiliser les transporteurs de voyageurs quant à l’illégalité du transport du courrier et des colis postaux qu’ils effectuent à présent et mener une campagne de sensibilisation à l’adresse des clients sur la réglementation régissant le transport du courrier et des colis postaux », a-t-on ajouté. Selon les membres de la réunion « l’appui de la police et de la gendarmerie nationales doit être renforcé à la police de la Poste ». Par ailleurs, « une circulaire ministérielle doit être émise, interdisant aux transporteurs des voyageurs le transport du courrier et des colis postaux ». Il y a lieu également de prendre des dispositions pour « inciter les opérateurs à reconquérir le marché  », a-t-on conclu. Pour rappel, plusieurs opérateurs du courrier postal activant légalement se sont plaints, depuis longtemps, à l’ARPT du fait que certains chauffeurs de taxis et de bus interwilayas font la collecte, l’acheminement et la distribution du courrier et colis, à titre commercial au service de personnes physiques et morales », a-t-on expliqué. Une situation qualifiée de «déloyale» par les professionnels du secteur, mais considérée comme «très efficace», «rapide» et «moins coûteuse» par les citoyens qui y ont recours. Sihem Oubraham

L

SÉMINAIRE SUR LES SYSTÈMES DE DÉTECTION : ARCHITECTURES ET TECHNOLOGIES

a 6e édition séminaire sur les systèmes de Détection : Architectures et Technologies (DAT) aura lieu du «17 au 19 février 2014, au niveau du Cercle National de l’Armée à Alger», note l’école militaire polytechnique sur son site. Lancée en 2000, cette manifestation est devenue un espace privilégié réunissant des spécialistes issus du monde industriel ainsi que des chercheurs. Des plénières sur les récentes innovations, des présentations en sessions orales, sont inscrites au programme. A propos de l’objectif de ce séminaire, le même site souligne qu’il s’agit d’« une opportunité d’échange de connaissances et d’expériences entre chercheurs et industriels issus de divers horizons ». Cette rencontre vise, aussi, à offrir une «occasion

La 6e édition aura lieu en février 2014 à Alger
d’interaction entre les aspects théoriques et pratiques, afin d’avoir une meilleure coopération scientifique et technique et d’investir de nouveaux axes de recherche». Une dizaine de thématiques ont été retenues, tel le «traitement radar», la «conception des systèmes d’antennes et Radiofréquence», l’«interopérabilité des systèmes», la «cryptographie et codage de l’information». Les spécialistes auront, dans leurs interventions, à créer une synergie entre la recherche scientifique civile et militaire. Entre autres objectifs du «Dat’2013», on retient la consolidation des acquis résultants des précédentes éditions de ce séminaire, promouvoir et encourager les travaux de recherche dans les domaines technologiques. Le séminaire représente, aussi, une opportunité pour les chercheurs nationaux, civils et militaires, de se rencontrer et de faire connaître leurs travaux dans les domaines qui concernent la défense aérienne du territoire, initier une synergie qui dynamise une coopération pérenne entre laboratoires et structures nationales de recherche. La rencontre est, d’autre part, une occasion pour amener les scientifiques et les chercheurs nationaux à exercer dans un espace de travail et d’échange qui intensifierait les travaux de développement, dans les domaines de la recherche appliquée. Enfin, le séminaire aspire à lancer des projets de recherche fédérateurs pour les besoins opérationnels de la défense aérienne mettant à contribution l’ensemble des

cien naval, cuisinier, tôlier soudeur, aléseur de machine, serrurier aluminium, électricien bâtiment, agent d’usinage, maquettiste, agent opérateur des transmissions, conducteur auto et conducteur d’engin… et des centaines de postes disponibles dans les commandements des forces navales existant au niveau de 13 wilayas en l’occurrence

Alger-Centre, Jijel, Bejaia, Annaba, Skikda, El Kala, Azzefoun (dans la wilaya de TiziOuzou), Oran, Mostaganem, Tlemcen, Ghazaouet, Ain Témouchent, Ténès, Cherchell et  Boumerdès. Il y a lieu de retenir que le ministère de la Défense nationale offre tous les métiers nécessaires à l’accomplissement des missions dé-

volues à chacune des armées. Il est aujourd’hui toujours possible à un jeune, quel que soit son niveau, d’obtenir un premier contrat, et de faire carrière par le biais de la formation et de la promotion interne. La Défense nationale continue ainsi de jouer un rôle d’intégrateur social au profit des jeunes les moins qualifiés. Chacun peut avoir accès à une formation et à un métier offrant des perspectives professionnelles valorisantes. La démarche du département de la défense est de promouvoir auprès de l’ensemble des jeunes, et particulièrement ceux issus de milieux modestes dans le cadre du plan égalité des chances, les valeurs portées par l’institution, les responsabilités rapidement confiées, les perspectives de promotion sociale qu’assurent les capacités de formation continue et la stabilité professionnelle. Ces jeunes sont recrutés sur concours comme pour tout emploi de la fonction publique, toutefois, le ministère exige des candidats la nationalité algérienne,   l’aptitude pour l’exercice de la fonction postulée, comme conditions d’admission. Pour la constitution des dossiers à fournir,  les intéressés doivent contacter les unités de leur région. L’affectation dans l’emploi se fait selon les besoins du ministère, mais aussi en fonction du classement des lauréats, de leurs compétences et de leurs vœux. Kafia Ait Allouache

compétences nationales. Par ailleurs il convient de rappeler que lors de la 4e édition de ce séminaire, le général Ammar Amrani, commandant des forces de défense aérienne du territoire, avait indiqué que la tenue d’une telle rencontre «confirme l’attention accordée par le ministère de la Défense nationale au sujet de la recherche scientifique et du développement technologique, vu l’importance que revêt ce sujet». Affirmant que «la maîtrise des technologies est synonyme de souveraineté», le général Amrani a relevé que «la science et la maîtrise des technologies représentent un moyen de bâtir une armée moderne capable à faire face aux défis». Fouad Irnatene

Lundi 4 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

L

ors de la cérémonie d'installation du nouveau wali de Mostaganem, M. Belaïz a abordé le rôle des commissions de wilaya chargées de résoudre les problèmes des citoyens. Ces futures structures regrouperont toutes les catégories de la société, dont des présidents d'APC, des chefs de daïra, des représentants de comités de quartiers et des journalistes, a-t-il ajouté. Le ministre a, en outre, mis l'accent sur la nécessité d'améliorer l'accueil des citoyens et être à leur écoute en ouvrant les portes et les canaux, rappelant que "l'Administration est faite pour servir le citoyen". M. Belaïz a annoncé, à ce propos, que l'inspection générale du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales dépêchera périodiquement des émissaires pour contrôler et évaluer le travail des walis, des élus locaux, et s'enquérir du bon fonctionnement des services administratifs. Concernant l'investissement, le ministre a insisté sur la construction

Le ministre d'État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a insisté, hier à Mostaganem, sur la nécessité d'impliquer le citoyen dans le processus de développement local et de libérer les initiatives individuelles.
"d'une économie alternative aux hydrocarbures", appelant tous les Algériens porteurs d'initiatives à investir dans tous les domaines, à condition de respecter les lois de la République. M. Belaïz a ajouté, par ailleurs, que son département ministériel se fixe, comme priorité, de renforcer la sécurité par l'application stricte des lois de la République, tout en rappelant que l'État a mobilisé des moyens humains et mis des structures à disposition afin d'assurer la sécurité et la stabilité

M. Belaïz insiste sur l'implication du citoyen dans le processus de développement local
INSTALLATION DES NOUVEAUX WALIS DE MOSTAGANEM ET DE CHLEF
et davantage de protection des biens et des personnes. Le ministre a appelé, dans ce sens, le citoyen à contribuer à la sécurité des personnes et des biens qui est un devoir de citoyenneté. M. Ahmed Maabed a été installé nouveau wali de Mostaganem en remplacement de M. Hocine Ouaddah, désigné wali de Constantine, dans le cadre du mouvement dans le corps des walis opéré par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika.

Nation

7

L

e ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a invité, hier à Chlef, les citoyens à s’impliquer davantage dans la lutte contre toutes les formes de criminalité. M. Belaïz, qui intervenait lors de la cérémonie d’installation officielle du nouveau wali de Chlef, M. Abou Bakr Seddik Boussetta, a déploré, à cet égard, le “négativisme” et “la passivité” d’une partie de la société, expliquant qu’il est “inconcevable que des citoyens ne réagissent pas devant un crime, une agression, un vol et tout autre phénomène qui nuit à la société”. “Aujourd’hui,

Le ministre de l’Intérieur invite les citoyens à s’impliquer davantage dans la lutte contre toutes les formes de criminalité
notre souhait est de voir le citoyen vivre dans un climat de paix et de sécurité de jour comme de nuit et où qu’il soit, chez lui, sur son lieu de travail, au marché ou dans la rue”, a-t-il souligné, insistant sur la contribution du citoyen pour consacrer cette situation, en l’estimant “nécessaire”, voire “impérative”. Par ailleurs, le ministre a appelé les citoyens à s’impliquer davantage dans le développement de l’économie nationale, soulignant que “toutes les portes leur sont ouvertes et que tout individu désirant investir pourra le faire dès maintenant”, pourvu, a-t-il dit, “qu’il respecte les lois de la République”. L’État est disposé à accompagner et à assister les investisseurs, a-t-il affirmé dans ce sens, indiquant que le travail accompli par son département ministériel a permis de cerner les contraintes qui se dressaient devant les investisseurs. “La stabilité, la paix sociale et la sécurité étant actuellement une réalité, il est de notre devoir de nous orienter davantage vers la relance de l’économie nationale, en optant pour l’investissement dans les différents créneaux générateurs de richesse”, a soutenu le ministre. S’agissant des contraintes liées à la constitution des dossiers administratifs, il a

Le ministre d’État, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Tayeb Belaïz, a annoncé, hier à Mostaganem, qu’un numéro d’identification national sera attribué à chaque Algérienne et Algérien, "pour servir en lieu et place de tous les documents". "Un numéro d’indentification national sera attribué à l’avenir à

Un numéro d’identification national pour remplacer les documents administratifs
chaque Algérienne et Algérien pour servir en lieu et place de tous les documents", a annoncé le ministre au cours d’une conférence de presse, en marge de la cérémonie d’installation du nouveau wali de Mostaganem. M. Belaïz a également fait part de la réduction du nombre des documents administratifs exigés

pour l’établissement des permis de conduire, des passeports et autres documents. "La carte nationale d’identité suffira à elle seule", a-t-il précisé. Le ministre a en outre annoncé que la durée de validité du passeport et de la carte nationale d’identité sera prolongée à plus de 5 ans.

L’

évaluation du déroulement de la rentrée scolaire 2013-2014 et la lutte contre le phénomène des cours particuliers font l’objet, depuis hier, d’une réunion par visioconférence entre les cadres du ministère de l’Éducation nationale et les directeurs de wilaya. Cette réunion qui s’étalera sur deux journées et qui évite aux participants des déplacements au niveau du siège du ministère de tutelle à Alger a également regroupé les représentants des partenaires sociaux (syndicats et associations des parents d’élèves). L’objet visé par cette rencontre est d’analyser la situation scolaire actuelle marquée par une grève de deux semaine à l’appel du Conseil national autonome des professeurs de l’enseignement secondaire et technique (CNAPEST), et par l’appel au débrayage de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (UNPEF) pour le 25 novembre, tout en répertoriant les lacunes à combler et les axes à renforcer pour assurer une scolarité normale et sans désagréments tout au long des trois trimestres de l’année en cours. Il s’agit, selon les participants, de discuter de toutes les entraves qui menacent, pour la énième fois, le cursus des élèves et le bon déroulement de la rentrée scolaire, telles que le manque d’infrastructures, la surcharge des classes, la surcharge des programmes, la violence scolaire, le manque de transport scolaire, la mal répartition des vacances scolaires, etc. Selon les partenaires sociaux, le début de l’année scolaire en cours a connu quelques perturbations, notamment en ce qui concerne le manque flagrant d’encadrement

La rentrée scolaire en visioconférence
pédagogique et administratif, et ce malgré les concours de recrutement organisés le mois d’août dernier et programmés pour le mois en cours. Selon le ministre de l’Éducation nationale, le manque d’enseignants est «globalement» comblé au niveau national, citant, notamment, des cas de lycées où le taux est «d’un enseignant pour 17 élèves», ce qui correspond aux normes internationales. Toutefois, il a relevé l’existence de «déséquilibres» au niveau local du fait de l’importance de la superficie de l’Algérie, déplorant ainsi que dans certaines zones, il est «difficile» de disposer d’enseignants dans certaines matières. Dans le même sens et concernant les départs à la retraite à l’âge de 60 ans, le ministre précise qu’«une dérogation sera accordée pour maintenir des enseignants dans certaines filières dans des wilayas où la relève n’est pas assurée». Concernant le déficit d’enseignants en langues étrangères, qui est un «problème national», notamment en ce qui concerne l’anglais et l’allemand, il y a lieu, pour les responsables du secteur, de renforcer les effectifs par la formation. S’agissant de la surcharge des classes, le ministère insiste sur les efforts incessants pour la réception des établissements qui sont en cours de réalisation afin d’éviter la surcharge des classes et améliorer la qualité de l’enseignement.  La réception, cette année, de 462 établissements scolaires, dont 254 écoles, 99 collèges d’enseignement moyen (CEM) et 109 lycées, ont permis de réduire la surcharge au niveau des classes. L’allégement du poids du cartable scolaire, avec le lancement d’une circulaire pour ins-

ÉDUCATION NATIONALE

indiqué qu’ils (les dossiers administratifs) “seront allégés à hauteur de 30 à 50%”, ajoutant que son département ministériel accorde une importance capitale à l’accueil du citoyen à quelque niveau qu’il soit, aussi bien au sein des Assemblées élues (APC et APW) qu’au niveau des daïras et des wilayas. L’autre volet sur lequel le ministre a insisté, à l’occasion, a trait à l’amélioration du cadre de vie du citoyen. À ce titre, il a mis l’accent sur la nécessité, pour les APC, de prendre en charge sérieusement ce volet afin de permettre au citoyen de vivre dans un cadre agréable et sain.

taurer un emploi du temps afin de permettre à l’élève de transporter les affaires et les livres utilisés dans une journée, et ce en attendant la dotation des classes de casiers où les élèves pourront mettre leurs affaires et manuels scolaires, qu’ils n’auront plus à transporter quotidiennement.

Lundi 4 Novembre 2013

Une formule pour lutter contre le phénomène des cours particuliers S’agissant de l’allégement des programmes, M. Baba Ahmed a indiqué qu’il est envisagé de revoir le volume horaire de chaque matière au lieu de la suppression de matières, comme proposé par les associations de parents d’élèves. «Une commission nationale des programmes travaille dans ce sens», a-t-il soutenu, ajoutant qu’«il existe un projet de texte relative au Conseil national des programmes, lequel a plus de prérogatives pour apporter les changements nécessaires aux programmes et au volume

horaire». La deuxième journée de la réunion par visioconférence sera consacrée au dossier relatif aux cours particuliers qui sera au centre des discussions entre le premier responsable du secteur et les 51 directeurs de wilaya. Il faut relever que le ministre de l’Éducation nationale compte lancer une large opération de concertation avec tous les acteurs du secteur afin de dégager la meilleure formule permettant de lutter contre ce phénomène. La première mesure prise dans ce cadre est l’élaboration d’une circulaire ministérielle pour interdire aux responsables administratifs des établissements scolaires et aux inspecteurs de l’éducation de dispenser des cours de soutien privés et payants aux élèves. Une autre instruction ministérielle a été également adressée et généralisée, mercredi dernier, aux enseignants leur interdisant de donner des cours particuliers aux élèves de façon obligatoire. Il faut noter que le recours du ministère à la sensibilisation sur la gravité de ce phénomène dans le milieu scolaire intervient avec l'appui des parents d'élèves. «La circulaire en question vise aussi à sensibiliser les enseignants sur les conséquences néfastes engendrées par le fait d’obliger leurs élèves de prendre des cours de soutien chez eux contre une somme d’argent», souligne le ministre dans plusieurs occasions, tout en indiquant que «la dispense de cours de soutien particuliers sur la base de la demande des élèves et de leurs parents est une chose positive, mais quand ils sont imposés par les enseignants, dans un esprit de profit, ils engendrent un impact négatif sur l’élève et son rendement scolaire». Sarah SOFI

8

M. Boudiaf établit un diagnostic et des priorités
SANTÉ
Le diagnostic établi sur la santé, l’approvisionnement en médicaments, la mauvaise gestion ou encore l’image reflétée par l’état des CHU, ont constitué l’essentiel des réponses du ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, qui a présenté hier une feuille de route destinée à apporter les solutions adéquates aux dysfonctionnements d’un secteur malade de ses structures, de sa gestion et, partant, de la qualité des prestations aux malades.
lence de production des médicaments nouvellement innovés. L’Etat accorde d’autre part un grand intérêt au secteur de la santé en encourageant la production des médicaments génériques. Sur le plan de l’amélioration de la santé, le ministre annonce de nouvelles opérations citant des centres hospitaliers en projets, au moment où d’autres sont réceptionnés en plus des opérations de jumelage avec des établissements de santé des autres secteurs, pour garantir la prise en charge des malades sans oublier le côté en rapport avec la formation et la spécialisation, des nouvelles dispositions sont attendus dans la formation du personnel paramédical, la spécialisation des médecins… L’amélioration de l’accueil est également une préoccupation du ministre qui a requis une feuille de route transmise à tous les centres hospitaliers dans tous les domaines : prise en charge, disponibilité, propreté, ainsi que la création des moyens de maintenance des matériels médicaux pour répondre immédiatement aux doléances exprimées. Houria A.

Nation

EL MOUDJAHID

TRAVAIL ET SÉCURITÉ SOCIALE

Institutionna-

L

a stratégie du nouveau ministre de la Santé s’articule autour d’un plan d’action sur plusieurs volets englobant l’ensemble des wilayas et comprenant des mesures urgentes et des mesures structurelles profondes à moyen terme. Concernant l’approvisionnement et la disponibilité des médicaments, un problème récurrent qui se caractérise par un manque de produits et la désorganisation du marché, le ministre avance les moyens financiers dégagés afin que la pharmacie centrale (PCH) et l’Institut Pasteur puissent approvisionner les pharmacies et mettre largement les produits à la disposition des citoyens pour éradiquer le phénomène de pénurie qui revient périodiquement. A ce titre, le gouvernement a pris la décision de mobiliser un fonds spécial devant permettre de répondre à toutes les demandes exprimées en médicaments d’où qu’elles proviennent. Dans ce cadre, de nouveaux mécanismes ont été introduits pour faciliter la distribution des stocks et l’approvisionnement ainsi que l’organisation des services pour régler

lisation des demandes d’emploi

Ph. Nacera I.

T

ous les vaccins sont "disponibles" au niveau de l’Institut Pasteur Algérie (IPA), a confirmé à l’APS, hier à Alger, le directeur général de cet institut, le Pr Kamel Kezzal. "Tous les vaccins sont disponibles au niveau de l’Institut Pasteur d’Algérie, et il n’y aura plus de pénurie", a indiqué le Pr Kezzal, soulignant que l’IPA dispose de 3,7 millions de doses de vaccins, une quantité devant couvrir la période s’étalant jusqu’au mois de février prochain. Le Pr Kezzal, qui s’exprimait en marge des 22es journées pharmaceutiques nationales, a précisé qu’un fournisseur s’est engagé à livrer à l’IPA, 3 millions de doses avant la fin de l’année 2013. Il a également précisé que ce même fournisseur a déjà livré 1,9 million de doses qui sont disponibles à Pasteur, en attendant un autre quota de 1,1 million de doses pour le mois de décembre prochain. Il a ajouté qu’un laboratoire a déjà livré, en octobre dernier, 700.000 doses, ce qui

« Tous les vaccins sont disponibles »
représente un total général de 3,7 millions de doses. Le Pr Kezzal a expliqué que les pénuries enregistrées par le passé avec les vaccins du DTC Hib (diphtérie, tétanos, coqueluche et haemophilus) étaient dues à la "défaillance d’un fournisseur, pour des raisons de qualité et pas de production". Il a précisé que le fournisseur a remboursé l'IPA plus de 2 millions d’euros. Évoquant le "léger retard" enregistré dans la vaccination des nourrissons, notamment, le Pr Kezzal a indiqué que cette situation "n’influera pas sur le côté préventif, car il y a des périodes de rattrapage qui sont en cours pour tous les vaccins". Par ailleurs, il a appelé à une "meilleure coordination" intrawilaya au niveau des réseaux de la santé, soulignant, à ce propos, que l’IPA a créé une cellule de veille chargée de servir les produits aux établissements de santé et de veiller aussi à ce que le produit soit "bien surveillé et conservé". Pour 2014, le DG de l’Institut Pas-

LE DG DE L’INSTITUT PASTEUR ALGÉRIE LE CONFIRME :

définitivement le problème dont ont beaucoup souffert les citoyens durant ces deux dernières années, notamment les malades atteints de cancer. Ces améliorations ont été réalisées lors des dernières visites d’inspection effectuées dans les différentes wilayas. Actuellement, l’effort est axé sur l’amélioration de la gestion des produits pharmaceutiques au sein des structures internes de santé publique, parallèlement à la mise en

place des mécanismes de maîtrise permanente des besoins des établissements en médicaments et autres produits de santé. Il est également question de promouvoir la production nationale dans le but de couvrir les besoins du marché en produits fabriqués en Algérie, d’autant plus que le ministère est en voie de finaliser un mémorandum d’accord avec un partenaire américain visant à la création d’un pôle d’excel-

D

COOPÉRATION DANS LE SECTEUR DES TRANSPORTS

L

e renforcement de la coopération dans le domaine des transports était hier au centre d’entretiens entre le ministre des Transports, Amar Ghoul, et l’ambassadeur, chef de la délégation de l’Union européenne en Algérie (UE), Marek Skolil. Les deux parties ont souligné à cette occasion leur engagement de promouvoir le partenariat « géostratégique » dans le cadre du nouveau programme des transports, indique un communiqué du ministère. M. Ghoul a salué à cet effet « la contribution de l’UE en faveur du secteur des transports ». Un travail, a-t-il dit, nécessaire et devant accompagner un programme de développement d’envergure aussi bien pour la voie ferrée pour la modernisation et l’électrification d’environ 12.500 kilomètres que pour le tramway». «Nous avons besoin de l’assistance technique et de

M. Ghoul s’entretient avec l’ambassadeur de l’UE

teur a affirmé que les consolidations ont été effectuées au mois de juin dernier, ce qui permet de disposer en quantités suffisantes de toutes les prévisions pour tous les vaccins. Par ailleurs, le Pr Kezzal, qui a été désigné DG de l’IPA en septembre dernier, a annoncé qu’un laboratoire de haute sécurité pour tous les virus émergents sera mis en place à l’Institut, ainsi qu’un laboratoire de diagnostic pour tous les malades au niveau de l’antenne du Ruisseau de l’IPA, à Alger. Le conseil scientifique de l’IPA a été également relancé, a-t-il dit, de même qu’il y a eu l’adoption de l’organigramme officiel de l’Institut par le conseil d’administration de l’IPA. Le Pr Kezzal, qui a été président d'honneur de la Fédération algérienne des donneurs de sang, a été décoré récemment de la médaille et du diplôme du mérite international du sang, sur proposition de la Fédération internationale des organisations de donneurs de sang.

l’expérience de l’Europe en matière d’exploitation et de gestion mais aussi dans les domaines de sécurité, d’entretien et de prévention routière», a-t-il soutenu. De son côté, M. Skolil a souligné l’importance «du nouveau plan des transports qui s’étale sur 48 mois et dont l’objectif est la modernisation des transports

notamment urbain». Les deux parties ont évoqué par ailleurs la coopération bilatérale dans le domaine des transports, et examiné le dernier bilan du programme du secteur portant sur les transports aérien, routier et maritime ainsi que la stratégie de prévention routière.

Lundi 4 Novembre 2013

La plateforme académique de la recherche scientifique dans le domaine aéronautique a été consolidée, hier à Oran, par la signature d’une convention de coopération entre l’Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf (USTO-MB) et l’Université nationale technique de l’Ukraine. «Cet accord entre les deux établissements d’enseignement supérieur algérien et ukrainien a pour objectif d’impulser une nouvelle dynamique à la coopération scientifique bilatérale dans le domaine de l’aéronautique», a indiqué à l’APS le Professeur Bachir Imine, directeur du Laboratoire d’aéronautique et systèmes propulsifs (LASP) de l’USTO-MB. Le choix de l’Université ukrainienne s’explique par le fait que «cet établissement est un centre d’excellence de rayonnement international tant dans le domaine de la formation qu’en matière de recherche», a précisé le Pr Imine.

Partenariat universitaire algéro-ukrainien

AÉRONAUTIQUE

ans sa réponse aux questions des députés, le ministre de l’Emploi, du Travail et de la Sécurité sociale, Mohamed Benmeradi, a réaffirmé la détermination du gouvernement à lutter contre le chômage dans le cadre de la politique de soutien à l’emploi et à la formation des cadres et de la main-d’œuvre spécialisée aux activités économiques. Dans ce cadre, le ministre parle de l’amélioration des dispositifs d’insertion professionnelle et de formation des jeunes pour leur offrir des possibilités d’emploi et de création de leurs propres entités économiques en attendant le retour de la croissance à des taux conséquents. Le ministre du Travail qui a plaidé en faveur du plan d’action mis en place depuis 2008 pour lutter contre le chômage et apporter des réponses aux primo-demandeurs d’emploi, notamment parmi la catégorie des diplômés universitaires, a affirmé que le taux de chômage qui était de 25,4% en 2007 parmi les universitaires a été réduit à moins de 15% en 2011 par le biais de l’ANSEJ, la CNAC et des dispositifs d’aide à l’insertion. La tendance baissière continue alors que de nouvelles mesures ont été annoncées par le Premier ministre pour améliorer la gestion du marché de l’emploi caractérisé par le manque de main-d’œuvre qualifiée, par la faiblesse dans l’adaptation des entreprises aux nouveaux environnements économiques ou encore l’interférence entre les attributions des départements, comme celui du travail et celui de la solidarité nationale. C’est à juste titre que le Premier ministre a annoncé à partir de Sétif des mesures innovantes en vue de rendre performants les dispositifs de soutien et d’aide à l’emploi en évoquant l’institutionnalisation des demandes des postes de travail et la généralisation à toutes les wilayas dans le but d’offrir des chances égales aux demandeurs d’emploi. Il est également question de revoir les délais de réponses aux demandes de recrutement en les ramenant à trois jours au lieu de 21 jours, de faciliter la gestion des demandes et de réduire le temps des dépôts en attende de six à trois mois. Le ministère du Travail, qui est également appelé à effectuer plus de contrôle sur le circuit des postes de travail non déclarés pour lutter contre le travail informel, compte revoir le dispositif des aides à l’emploi destinées aux entreprises en intégrant le droit de formation à l’employeur au profit des employés du dispositif. Houria A.

Ph. Nacera I.

EL MOUDJAHID

SALON INTERNATIONAL DE LA PÊCHE ET DE L’AQUACULTURE A ORAN

L

es organisateurs soulignent qu’en plus des pays habitués à ce rendez-vous économique (France, Espagne, Italie, Japon et Mauritanie), ce Salon accueillera cette année de nouveaux participants, à savoir, la Corée du sud, l’Argentine, la Guinée Bissau et la Libye. Placée sous le slogan, «Ensemble vers une pêche responsable, économique et intégrée», le SIPA2013 regroupera des professionnels du secteur (pêcheurs, aquaculteurs...) mais également des opérateurs économiques publics et privés, nationaux et étrangers, des banques, des compagnies d’assurances, des instituts de recherche et les dispositifs de soutien à l’emploi des jeunes. Le SIPA-2013 qui se tient dans un contexte riche en activités, visant le renforcement de la stratégie du gouvernement pour un développement durable de l’économie de la pêche et de l’aquaculture, mettra en évidence, notent les organisateurs, la démarche intersectorielle adoptée par le secteur et formalisée à travers la feuille de route «Strat-E-Said» ainsi que la réorganisation des activités du secteur à travers la création de filières et le développement du dialogue et de la concertation avec les professionnels. Le Salon a pour objectifs de fidéliser les professionnels et les opérateurs du secteur, de promouvoir les activités liées à la pêche et à l’aquaculture et de prendre connaissance des avancées techniques et technologiques au niveau mondial. En fait, la manifestation représente une «réelle opportunité pour les opérateurs et professionnels du secteur de prendre connaissance des avancées techniques et technologiques dans les domaines de la pêche et de l’aquaculture en vue

C’est sous le haut patronage du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, que se tiendra du 6 au 9 novembre à Oran, la 5e édition du Salon international de la pêche et de l’aquaculture (SIPA-2013). Pas moins de 90 exposants issus d’une dizaine de pays prendront part à cette manifestation organisée par la Chambre algérienne de la Pêche et de l’Aquaculture en partenariat avec le centre des conventions d’Oran.

90 exposants attendus

Nation

9

de les intégrer à leurs activités pour en améliorer les performances  ». Sont notamment inscrits au programme, des

L

A

ctivité à très fort potentiel en termes de création d’emplois et de richesses, la pêche artisanale suscite l’intérêt des pouvoirs publics qui comptent l’organiser et la valoriser à travers une stratégie nationale visant à moderniser et à intégrer ce créneau dans l’économie nationale. Sur le plan économique et social, la pêche artisanale est une activité qui génère plus d’emplois, mais elle n’a, jusqu’à présent, pas été convenablement prise en charge au niveau politique en raison, notamment de la non organisation des professionnels activant souvent dans des zones enclavées, estime Hamid Benderradji, chargé des relations extérieures au ministère de la Pêche et des Ressources halieutiques. D’après les chiffres du ministère 100 embarcations d’environ 4,80 mètres de longueur, peuvent employer jusqu’à 300 personnes sans compter l’impact induit sur les ménages subsistant de cette activité et la localité enclavée qui l’a comme seule richesse économique. Cette activité artisanale qui fait travailler quelque 22.000 professionnels occupant 60 à 70% de la flottille nationale. Après l’échec des premières tentatives de développement de la pêche artisanale menées dans les années 1990, dues à une mauvaise préparation des projets envisagés, les pouvoirs publics comptent cette fois-ci revenir à la charge par «une stratégie bien conçue» en y associant des experts nationaux et internationaux, et «surtout en écoutant et en intégrant les premiers concernés, à savoir les pêcheurs», selon M. Benderradji. La relance de cette activité est prévue dans la feuille de route adoptée par le secteur de la

Stratégie nationale pour valoriser la pêche artisanale

e ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid-Ahmed Ferroukhi, a indiqué, hier, qu’il n’y avait «pas d’effondrement des stocks» de pêche s’appuyant sur les dernières évaluations faites sur les petits pélagiques. «La ressource est là. Il n’y a pas d’effondrement des stocks», a rassuré le ministre sur les ondes de la Radio nationale. Ce constat s’appuie sur les dernières évaluations de la ressource effectuée par le bateau de recherche algérien «Grine Belkacem», qui réalise deux recensements par an, a expliqué M. Ferroukhi sans donner de chiffres sur le stock évalué. Sur une biomasse estimée à 600.000 tonnes, le stock pêchable ne dépasse pas les 220.000 tonnes/an. Mais l’Algérie ne produit, en moyenne, que 110.000 tonnes annuellement. Pour préserver cette ressource et répondre à la demande croissante de poisson, les pouvoirs publics misent sur l’aquaculture qui devrait assurer une production de 70.000 à 80.000 tonnes par an dans les cinq prochaines années. «Au niveau mon-

Le stock des ressources halieutiques n’est pas effondré
dial, un poisson sur deux provient de l’aquaculture. Chez nous, il y a des possibilités de développer l’aquaculture marine», a affirmé le ministre, soulignant la nécessité d’»accompagner les opérateurs qui veulent investir dans ce domaine». A propos du prix de la sardine qui fait souvent l’objet de spéculation, M. Ferroukhi a expliqué que la disponibilité de cette espèce de poisson sur le marché répondait au principe de l’offre et de la demande, lequel tient compte des périodes d’abondance et de baisse. La production du poisson bleu augmente durant la période allant de juin à novembre. Les prix de la sardine s’affichent, alors entre 200 et 250 DA. Le ministre a souligné que le programme de réhabilitation des ports et d’abris de pêche, pour lequel le gouvernement a dégagé une enveloppe financière de 7 milliards de dinars, allait contribuer à améliorer la production qualitativement et quantitativement. «Un travail est mené actuellement en collaboration avec le ministère du Commerce pour améliorer les circuits de com-

rencontres autour des dispositifs d’accompagnement et de financement des activités lancées par les jeunes.

A signaler, également, trois forums thématiques seront animés en marge de cette manifestation: le premier portera sur le nouveau

système d’accompagnement des investissements dans la pêche et l’aquaculture, le second concernera le nouveau programme de développement de l’aquaculture et le troisième s’intéressera à la pêche artisanale, souligne M. Farid Naït Djoudi coordinateur du Salon. Et d’ajouter : « Il est prévu également une réunion du groupe technique du projet FAO-Copemed sur la pêche des petits pélagiques dans la mer d’Alboran ». Des portes ouvertes sur la recherche seront organisées au port d’Oran où les visiteurs pourront découvrir le bateau de recherche «Grine Belkacem» et son équipe de recherche. Rendez-vous est donc donné du 6 au 9 novembre au Centre de Ccnventions d’Oran, un joyau architectural de dimension internationale, à même de donner un cachet particulier à cette édition. Soraya G.

mercialisation de ces produits», a-t-il indiqué. Concernant le thon rouge, M. Ferroukhi a souligné que l’Algérie est parvenue cette année, pour la première fois, à pêcher la totalité de son quota par le pavillon national. Le quota de l’Algérie pour la pêche au thon rouge en 2013 a été fixé à 143,83 tonnes (1,073 %) sur les 13.400 allouées par la 18ème réunion extraordinaire de la Cicta avec une allocation supplémentaire et temporaire de 100 tonnes/an au titre des années 2013 et 2014 en vue des révisions futures. Une délégation ministérielle algérienne participera à la prochaine réunion de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (Cicta), prévue du 16 au 26 novembre 2013 en Afrique du Sud, afin de négocier le quota de l’Algérie. La Cicta réunit l’UE, les Etats-Unis, le Canada, le Japon, plusieurs pays méditerranéens dont l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, l’Egypte, et la Syrie, ainsi que le Mexique, la Norvège, l’Islande et le Brésil.

pêche en 2012 dans le cadre du nouveau Système d’accompagnement des investissements dans la pêche et l’aquaculture (SAIPA) impliquant les différents dispositifs d’aide à l’emploi de jeunes. Ce créneau a fait l’objet de discussions en mai dernier, entre les responsables du secteur et ceux du PNUD qui ont abouti à un projet de coopération portant sur la formulation d’une stratégie nationale de développement de la pêche artisanale dont l’accord a été signé dimanche dernier. Il est prévu dans ce cadre la mobilisation d’une équipe d’experts nationaux et internationaux pour mener, pendant une année, des enquêtes, des recensements et un audit afin d’identifier l’environnement socioéconomique de l’exercice de la pêche artisanale. «Cette stratégie sera suivie d’un plan d’actions qui intègrera l’organisation des professionnels et l’amélioration de leurs

connaissances, l’élaboration d’un système de financement adapté à leur activité et, pourquoi pas, aller vers l’installation d’un système mutualiste, et ce, en se basant sur les expériences menées par d’autres pays tel que le Japon», a expliqué M. Derradji. Il s’agit aussi d’impliquer les autorités locales dans cette stratégie afin de créer des micro activités économiques au niveau des zones de pêche enclavées. Le développement durable de la pêche artisanale suscite aussi un véritable intérêt au niveau régional et international, notamment en Méditerranée. Dans les deux rives, cette pêche est caractérisée par une grande diversité et représente des valeurs et des modes de

Donner à la pêche artisanale la place qui lui revient en Méditerranée

Lundi 4 Novembre 2013

vie différents d’un pays à l’autre. Les pays membres de la Commission générale des pêches en Méditerranée et en mer Noire (CGPM) ont convenu, lors d’une réunion en mai dernier à Split (Croatie), de l’importance de cette activité qui devrait faire l’objet d’une attention particulière. Cette commission, en collaboration avec la FAO, organisera le premier symposium régional sur la pêche artisanale en Méditerranée et en mer Noire du 27 au 30 novembre à Malte. «L’Algérie participera en force à cette rencontre pour défendre ses intérêts en tant que pays important en matière de pêche dans la région et sur lequel il faudra compter à l’avenir», a indiqué M. Benderradji. Cette participation permettra aussi à l’Algérie de «consolider sa place au sein de la CGPM dont elle membre depuis 1966 et de peser de tout son poids pour améliorer le niveau de vie des pêcheurs algériens et méditerranéens», a-t-il ajouté. Lors de ce symposium, le premier du genre, les pays des deux rives de la Méditerranée et ceux de la mer Noire discuteront des problèmes auxquels fait face la pêche artisanale et tenteront de lui donner la place qui lui revient au moment où le secteur de la pêche traverse une crise générale due notamment à la surexploitation des ressources et aux changements climatiques. Outre l’échange des expériences, les participants vont réfléchir sur des mécanismes d’aide au développement de cette activité et jeter les bases d’une plateforme au sein de laquelle les parties prenantes pourraient être directement impliquées et participer à la gestion de la pêche artisanale.

EL MOUDJAHID

L

a cérémonie de lancement s’est déroulée en présence du directeur général de l’ANEM, M. Mohamed Tahar Chaâlal et les membres de l’UE. S’exprimant en marge de la cérémonie de lancement de cette formation, M. Mohamed Tahar Chaâlal a fait savoir que «nous avons fait déjà des efforts de réhabilitation et de modernisation de nos structures, mais pour améliorer une prestation d’une structure, il est nécessaire de faire des efforts pour améliorer les capacités des employés, notamment les cadres et les managers». Selon lui, il y a une nouvelle vision en termes de gestion de la ressource humaine. A partir de 2006-2008 a-t-il précisé «le gouvernement a déployé beaucoup d’efforts.» Parce que cette ressources humaine a besoin d’une formation continu et le renforcement de capacité notamment en management l’accueil et la communication. Il a ajouté que «nous essayons à travers cette formation de mettre à niveau nos cadres afin d’atteindre de bons résultats en ce qui concerne les services qui ont des relations directes ou indirectes avec notre agence ». Eu égard au grand nombre de demandeurs d’emploi et des entrePh : Louiza.M

La formation des cadres du secteur de l’emploi entrant dans le cadre de convention de financement du projet d’appui au secteur de l’emploi en Algérie PASEA, signée entre le Gouvernement Algérien et l’Union Européenne a été lancée hier au niveau du Centre de la Mutuelle des matériaux de construction à Zéralda.

Lancement de la formation des cadres de l’emploi
ACCORD D’ASSOCIATION ALGÉRIE - UE

Economie
(PASEA) a pour objectif a-t-il fait savoir, entres autres de «contribuer à la modernisation du système d’information, la professionnalisation des personnels et le développement du système d’information stratégique performant opérationnel». A une question relative au nombre des demandeurs d’emplois enregistrés durant cette année au niveau de l’ANEM, il a souligné que «le nombre enregistré l’année passée qui est un million est presque similaire à celui de cette année». Il y a lieu de souligner que la durée prévue pour ces formations est de 25 mois et concernent les managers, les statisticiens, les informaticiens, les conseillers à l’emploi, les analystes, les formateurs, et les chargés de la communication ; elle sera organisée sur six sites différents : Alger, Tipasa, Oran, Tizi-Ouzou, Ghardaïa et Annaba, pour toucher 2.920 cadres de l’ANEM, dont 400 managers, 100 informaticiens, 60 statisticiens, 300 animateurs de zone de libre accès, 800 conseillers aux employeurs et 600 conseillers aux demandeurs d’emploi. Ait Ziane Makhlouf

11
15e RÉUNION MINISTÉRIELLE DU FPEG

L

L

es prévisions de production, toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) pour 2013/2014 ont été revues à la hausse étant relevées de 10 millions de tonnes, ce mois d’octobre, soit une production globale de l’ordre de 1.940 millions, en hausse de 8 % d’une année sur l’autre. La hausse de la demande étant de 5 % /an, « les inventaires devraient se redresser de 39 millions de tonnes à leur plus haut niveau en quatre ans d’ici à la fin de 2013/14, souligne le dernier rapport du conseil international des céréales. Selon ce dernier, «les prévisions d’échanges mondiaux sont relevées de 3 millions de tonnes», pour atteindre 273 millions, dépassant ainsi le record de 2010/11. Aussi, «les gains des prix du blé au cours du mois écoulé s’expliquent par les inquiétudes pour la récolte en Argentine et dans la région mer

Les prévisions de production pour 2013/2014 estimées à 1.940 millions de tonnes
Noire» relève l’analyse du CIC qui indique que « toutefois, la production de blé devrait se redresser de 6 % d’une année sur l’autre en 2013/14 et que les stocks de clôture devraient enregistrer une hausse de 7 millions de tonnes, pour atteindre 182 millions, un chiffre inférieur au niveau observé en 2011/12. Le rapport ajoute que «les prévisions de production mondiale de blé en 2013/2014 ont été majorées de 4 millions le mois dernier», soit 696 millions de tonnes supplémentaires, traduisant une hausse de 6 % d’une année sur l’autre, «avec un redressement marqué dans la région de la CEI». Une utilisation accrue de blé dans l’alimentation humaine et animale «devrait gonfler la consommation mondiale de 2 % à 690 millions et les stocks de fin de campagne sont évaluées à 182 millions, en hausse de 7 millions d’une année sur l’autre. Les

prises qui offrent des postes d’emploi au niveau des agences, l’ANEM a-t-il encore ajouté «a accordé un intérêt aux deux parties cadres et travailleurs, en vue de développer les capacités de leurs cadres à travers cette formation continue ». A une question de savoir si le recrutement en Algérie se fait seulement à travers l’ANEM, il a répondu que «selon la loi 04/19 les recrutements doivent se faire à travers notre organisme, mais il y a des recrutements qui sont faits en dehors de l’ANEM». Cette formation qui s’inscrit dans le cadre du Projet d’appui au secteur de l’emploi en Algérie

MARCHÉ INTERNATIONAL DES CÉRÉALES

e ministre de l’Energie et des Mines, Youcef Yousfi, participe aux travaux de la 15e réunion ministérielle du Forum des pays exportateurs de gaz (FPEG) qui se tient à Téhéran, a indiqué hier, un communiqué du ministère. Les pays membres du FPEG évalueront lors de cette réunion ordinaire les développements récents du marché mondial du gaz. Au programme des travaux figure également l’examen des questions organiques et organisationnelles du Forum, précise-t-on de même source. La 14e réunion ministérielle du FPEG s’est tenue en novembre 2012 à Malabo en Guinée Equatoriale. Le FPEG a tenu deux réunions au sommet, le premier à Doha (Qatar) en 2011 et le second à Moscou (Russie) en juillet 2013. Ces réunions au sommet ont traduit la volonté des membres du Forum à défendre «le rôle fondamental» des contrats de long terme de gaz naturel dans le financement des projets d’infrastructures à grande échelle en amont et en aval de l’industrie du gaz et en prévoyant des solutions mutuellement acceptables pour la sécurité de la demande et de l’offre. L’accent a été mis sur la nécessité de renforcer le Forum en tant que plateforme pour définir et faire avancer les positions des pays membres sur les défis et les questions des marchés internationaux de gaz. Créé en 2001, ce Forum regroupe les principaux pays exportateurs de gaz, à savoir l’Algérie, la Russie, l’Iran, le Qatar, la Guinée Equatoriale, le Nigeria, Trinidad et Tobago, la Libye, l’Egypte, la Bolivie et le Venezuela, ainsi que le Sultanat d’Oman. D’autres pays en sont observateurs. Il s’agit de la Norvège, des Pays-Bas et du Kazakhstan. Les pays du Forum détiennent les deux tiers (2/3) des réserves mondiales de gaz, 40 % de la production mondiale de gaz et 60 % des exportations gazières. Ils contrôlent en outre 38 % des exportations de cette ressource via des gazoducs et 85 % du gaz liquéfié.

M. Yousfi à Téhéran

prévisions d’échanges mondiaux pour 2013/14 sont relevées de 1 million de tonnes à 142 millions, ce qui représente une modeste hausse sur l’an dernier car la demande de la Chine et de l’Egypte compense les replis observés ailleurs». Les prévisions de récolte pour la même période en ce qui concerne le maïs ont été relevées de 5 millions de tonnes ce mois-ci

soit un record de 948 millions, sachant que les stocks devraient se redresser à 152 millions, leur plus haut niveau en 13 ans. Une importante demande à l’exportation accompagnée d’inquiétudes concernant les récoltes est soulignée en raison des conditions climatiques qui ont prévalu dans les pays potentiellement producteurs notamment le Vietnam, «alors que

les prix en Thaïlande se sont encore repliés du fait d’un intérêt acheteur limité et des pressions exercées par des stocks volumineux en intervention». La production de riz devra, néanmoins afficher «une hausse de 1 % d’une année sur l’autre en 2013/2014, avec des stocks mondiaux de clôture qui devraient grimper pour la neuvième année consécutive». Aussi, la «demande à l’exportation a, en partie, dopé les prix du soja ce mois-ci, mais les gains ont été plafonnés par les bons progrès de la moisson et des rendements satisfaisants aux Etats-Unis, ainsi qu’une amélioration récente des conditions météo en Amérique du Sud». La récolte mondiale de soja est appelée à grimper de 4 % d’une année à l’autre en 2013/14, «avec une hausse de 12 % des stocks cumulés». D. Akila

Lundi 4 Novembre 2013

14

L'opposition et les islamistes tunisiens au pouvoir ont, après leur échec samedi, jusqu'à aujourd’hui midi pour s'accorder sur le nom d'un futur Premier ministre indépendant pour sortir la Tunisie d'une profonde crise politique nourrie par les violences terroristes.

Le choix du Premier ministre reporté à aujourd’hui
TUNISIE

Monde

EL MOUDJAHID

P

arallèlement, face à la recrudescence des attaques attribuées à des groupes armés, la présidence a prolongé, hier, jusqu'à "fin juin 2014" l'état d'urgence en vigueur depuis la révolution de janvier 2011. Sur le plan politique, "le délai pour annoncer le nom du chef de gouvernement est fixé à lundi midi" 11H00 GMT, a indiqué le syndicat UGTT, principal médiateur de la crise, sur sa page officielle Facebook. Selon le service de presse de l'organisation, les négociations doivent reprendre aujourd’hui vers 08H00 GMT. Le "dialogue national" entamé le 25 octobre était censé déboucher samedi sur la nomination de la personnalité indépendante appelée à succéder au Premier ministre islamiste, Ali Larayedh, et conduire la Tunisie vers des élections à la tête d'un gouvernement apolitique. Mais les négociateurs ne parviennent pas à départager deux candidats : Mohamed Ennaceur, 79 ans, soutenu par l'opposition, et Ahmed Mestiri, 88 ans, soutenu par Ennahda. Il s'agit de vétérans de la politique, ayant été ministres sous la présidence de Habib Bourguiba, le père de l'indépendance. L'opposition juge M. Mestiri trop faible physiquement et craint qu'Ennahda cherche à contrôler indirectement le gouvernement. "Ennahda veut quitter le pouvoir par la porte et revenir par la fenêtre", a lancé dans la nuit de samedi à dimanche Hamma Hammami, un dirigeant de la coalition de gauche Front populaire. "Ils veulent nommer quelqu'un pour prendre les décisions à sa place", a-t-il ajouté, estimant que M. Mestiri n'avait pas la forme physique pour "travailler quatorze heures par

jour". "Nous considérons que Mestiri est l'homme de la situation. Il est à égale distance de tout le monde", a estimé à contrario, un porte-parole d'Ennahda, Zied Laadhari. Ces

La présidence tunisienne a annoncé hier la prolongation de l'état d'urgence en vigueur depuis la révolution de janvier 2011 à juin 2014, a rapporté l'agence d'information TAP. "Le président de la République, Moncef Marzouki, a prorogé l'état d'urgence sur le territoire de la République jusqu'à la fin du mois de juin 2014, d'un décret présidentiel n°300 en date du 2 novembre 2013", selon un com-

L'état d'urgence prolongé jusqu'à fin juin 2014

négociations visent à résoudre un profond conflit politique paralysant le pays et exacerbé par l'assassinat fin juillet du député d'opposition, Mohamed Brahmi.

muniqué de la présidence, rapporté par la TAP. Pour la première fois depuis le soulèvement qui a renversé Zine El Abidine Ben Ali, deux sites touristiques ont été ciblés mercredi : l'un a été visé par un attentat suicide qui n'a pas fait de victime et l'autre par une tentative déjouée à temps. Durant le seul mois d'octobre, neuf gendarmes et policiers ont été tués dans des affrontements.

La Russie a déclaré samedi dernier que l'ex-consultant du service de l'Agence de la sécurité nationale américaine (NSA), Edward Snowden, est libre de coopérer avec l'Allemagne, ont rapporté les médias. "M. Snowden doit respecter les lois russes puisqu'il est sur le territoire russe, mais qu'il est libre de rencontrer qui que ce soit", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. "Personne ne le garde ici. Il n'est pas tenu en captivité ici", a-t-il ajouté. Le député de l'opposition allemande, Christian Stroebele, qui a rencontré Snowden jeudi à Moscou, avait affirmé que ce dernier était prêt à aider Berlin dans son enquête sur l'éventuel espionnage américain sur l'Allemagne. "J'ai hâte de parler avec vous dans votre pays (...) et vous remercie pour vos efforts pour faire respecter le droit international qui nous protège nous tous", a affirmé M. Snowden cité par la presse, dans une lettre adressée à Mme Merkel, au Parlement allemand et aux procureurs fédéraux allemands. Il a par ailleurs indiqué que le gouvernement américain continue à traiter le dissentiment comme défection et cherche à criminaliser les discours politiques. Pour M. Peskov, les matériaux obtenus par les médias allemands n'ont pas été diffusés à partir de la Russie.

Moscou : « Snowden doit respecter les lois du pays »
RUSSIE-SNOWDEN

L'armée congolaise a lancé hier une nouvelle offensive contre les derniers bastions des rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) alors que les négociations entre les deux belligérants semblent piétiner de nouveau à Kampala. L'attaque contre les positions rebelles sur les hauteurs cernées depuis plus de trois jours par les Forces armées de la RDC (FARDC) aux confins de l'Ouganda et du Rwanda a commencé vers 10h00 (08h00 GMT) et était toujours en cours vers 12h45 (10h45 GMT), selon deux journalistes de l'AFP présents à Ntamugenga, tout près des combats. "Nous sommes en train de pilonner Mbuzi..., après l'artillerie vient l'infanterie", a indiqué par téléphone à

Nouvelle offensive contre les derniers bastions du M23
RD CONGO

Un officier du renseignement blessé
Un officier du renseignement yéménite a été grièvement blessé hier dans un attentat à l'explosif à Aden, principale ville du sud du Yémen, a indiqué une source au sein des services de sécurité. "Une bombe placée dans la voiture du colonel Fayçal Ghenim a explosé au moment où l'officier a pris place dans le véhicule, garé devant sa maison" pour se rendre à l'aéroport d'Aden où il est affecté, a ajouté la même source, cité par l'agence AFP. Les attaques visant des officiers de la police et de l'armée se sont intensifiées ces derniers mois au Yémen, principalement dans les provinces du sud et de l'est, et sont généralement attribuées par les autorités à Al-Qaïda.

ATTENTAT À L'EXPLOSIF À ADEN (YÉMEN)

l'AFP le général, Lucien Bahuma, commandant de la 8e région militaire congolaise, qui couvre la province du Nord-Kivu. Joint par

téléphone le porte-parole civil de la rébellion, Amani Kabasha, a déclaré au contraire que la situation n'avait "pas beaucoup changé".

"Nous sommes dans les collines, nous attendons la signature d'un accord... il ne faut pas croire que nous sommes finis", a-t-il ajouté. Le M23 a été mis en déroute par l'offensive lancée le 25 octobre par les FARDC dans la province du Nord-Kivu. Depuis la prise mercredi, de leur fief politique, Bunagana, les rebelles sont retranchés sur quelques collines proches de cette localité à la frontière avec l'Ouganda, à 80 km au nord de Goma, la province du Nord-Kivu. Les irréductibles du M23 — entre deux cents et trois cents combattants selon les estimations — sont retranchés à près de 2.000 mètres d'altitude sur les hauteurs verdoyantes de Mbuzi, Runyonyi et Chanzu.

Lundi 4 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

ASSASSINAT DE DEUX JOURNALISTES DE RFI AU NORD DU MALI

L’assassinat par balle, samedi, des deux journalistes français de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, enlevés le jour même à Kidal au nord du Mali par un groupe armé qui les avaient emmenés en dehors de la ville avant qu’ils ne soient retrouvés morts par l’armée française à une douzaine de kilomètres de Kidal, a suscité une vague de condamnations et de réprobation tant en France qu’au sein de la communauté internationale.

Vive condamnation

Monde

15

L

e Conseil de sécurité des Nations unies a “fermement condamné” cette exécution des deux journalistes qui étaient en reportage en vue de réaliser des émissions spéciales sur le Mali devant passer sur RFI les 7 et 8 novembre. Dans un communiqué diffusé tard dans la journée de samedi, les membres du Conseil de sécurité ont “exprimé leurs condoléances aux familles des victimes”, ainsi qu’au gouvernement français. “En accord avec le droit international humanitaire, les journalistes, professionnels des médias et personnes associées engagées dans des missions professionnelles dangereuses dans des zones de conflit armé sont généralement considérés comme des civils et doivent être respectés et protégés en tant que tels”, a souligné le communiqué, demandant à “toutes les parties” impliquées dans un conflit de respecter ces obligations. Le Conseil de sécurité a également demandé au Mali d’enquêter “rapidement” sur cette affaire et de “traduire les responsables devant la justice”. Hier, sur Radio France Internationale ( RFI), le président de la Commission européenne, M. José Manuel Barroso, a dénoncé “l’assassinat barbare” de deux envoyés spéciaux de cette radio dans le nord du Mali, samedi. “C’est un assassinat barbare, nous avons reçu la nouvelle avec tristesse et indignation”, a déclaré sur RFI, le responsable européen. Il a rendu, à cette occasion, hommage au travail de RFI qui fait “un grand effort pour couvrir la réalité dans

maliennes dans leur lutte contre le terrorisme et leurs efforts pour restaurer pleinement et durablement l’autorité de l’État, l’ordre et la sécurité sur l’ensemble du territoire”.

La FIJ appelle les journalistes à “redoubler de vigilance”
Pour sa part, la Fédération internationale des journalistes (FIJ) a appelé les journalistes présents au Mali. “La FIJ appelle les journalistes maliens et les correspondants de la presse internationale dans le pays à redoubler de vigilance et mettre en place des protocoles de sécurité efficaces”, selon un communiqué de cette fédération, la plus vaste organisation de journalistes au monde, représentant 600.000 professionnels dans plus de 100 pays. “La FIJ s’indigne de l’assassinat”, a souligné la FIJ. Dans un communiqué, elle a estimé que “les nouvelles autorités maliennes ont la nécessaire obligation de mener une enquête pour arrêter les coupables, mais surtout de renforcer la sécurité au nord du pays pour que les journalistes du Mali et d’ailleurs puissent continuer à s’y rendre pour faire leur travail dans la sérénité au nom du droit du public à l’information”. Peu après une réunion de crise hier matin à l’Elysée avec le président François Hollande, le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a indiqué que la sécurisation autour de la zone de Kidal allait “être accrue”. Synthèse R. I.

Le groupe de suivi appelle à la mise en œuvre du dialogue inclusif
MALI
l'opérationnalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne, à travers le processus de Nouakchott, lancé en mars 2013". Il a noté avec "satisfaction", la tenue de "réunions régulières des chefs des services de renseignements et de sécurité, ainsi que celles des ministres concernés", considérant que ce processus est "complémentaire à d'autres efforts des pays de la région, y compris ceux des pays du champ". Les participants ont encouragé la poursuite du processus de Nouakchott et son renforcement, et appelé les partenaires internationaux à apporter le "soutien nécessaire". La réunion a été l'occasion de procéder à un échange de vues avec les autorités maliennes sur les voies et moyens pour "consolider les progrès accomplis en vue de relever les défis auxquels le pays fait face". La réunion a également discuté de la sécurité globale, de la situation humanitaire et des développements de la situation dans la région du Sahel, à la lumière des dernières initiatives prises par les parties prenantes concernées.

les zones de conflits, notamment l’Afrique qui est si proche de nous”. “Cet effort de rapporter la vérité aussi près du fait que possible, cela nous renforce dans notre conviction de lutter contre le terrorisme”, a-t-il ajouté dans cette interview téléphonique. “L’Union européenne est aux côtés de la France, de la communauté internationale et des autorités maliennes pour rétablir l’ordre et la sécurité dans le Mali (...) Ce genre d’assassinats nous rappelle notre devoir : tout faire pour lutter contre le terrorisme”, a-t-il

Le secrétaire d'État américain John Kerry a affirmé, hier au Caire, que les États-Unis étaient déterminés à "continuer à travailler" avec le gouvernement par intérim en Égypte, appelant à des élections "libres et justes et qui incluent tout le monde". Il s'agit de la première visite au Caire du responsable américaine depuis la destitution par l'armée, le 3 juillet, du président Mohamed Morsi. L'armée, qui a installé de nouvelles autorités, a promis des élections législatives et présidentielle d'ici mi-2014. "Nous nous engageons à travailler ensemble et à poursuivre notre coopération avec le gouvernement par intérim", a affirmé M. Kerry, lors d'une conférence de presse au Caire aux côtés de son homologue

« Washington continuera à travailler avec Le Caire »
JOHN KERRY EN ÉGYPTE :
égyptien Nabil Fahmy. "Nous avons de nombreux sujets sur lesquels travailler et le ministre (Fahmy) et moi avons discuté ce matin en toute franchise des questions et des défis auxquels nous faisons face ensemble", a-t-il ajouté. Il a en outre affirmé vouloir dire aux Égyptiens "aussi clairement et fortement que possible dans les termes les plus clairs que les États-Unis sont les amis des Égyptiens et de l'Égypte, et que nous sommes un partenaire". Revenant sur le gel partiel récent de l'aide américaine — 1,5 milliard de dollars par an dont 1,3 milliard d'aide militaire —, il a estimé que "les relations américano-égyptiennes ne peuvent être résumées à l'assistance".

déclaré. De son côté, la chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a exprimé, dès samedi soir, sa “profonde tristesse” et a promis que l’UE continuerait à soutenir les autorités du pays dans leur lutte contre le terrorisme. “Ce crime ne doit pas rester impuni”, a poursuivi le porte-parole de Mme Ashton , tout en adressant ses “pensées aux familles de ces nouvelles victimes du terrorisme dans la région du Sahel et du Sahara”. L’Union européenne entend poursuivre, “avec détermination, son appui aux autorités

Le groupe de soutien et de suivi sur la situation au Mali a souligné l'importance de la mise en œuvre "rapide" du dialogue inclusif et du processus de réconciliation dans ce pays. Le groupe, qui a tenu sa sixième réunion samedi à Bamako, a exhorté les autorités maliennes à "accélérer le processus de réconciliation, avec le soutien des partenaires internationaux". Les participants à cette réunion ont réitéré également "l'importance que revêt la mise en œuvre intégrale de l'accord préliminaire de Ouagadougou du 18 juin 2013 pour assurer le rétablissement effectif de l'autorité de l'État dans le nord du Mali". Le groupe de soutien a félicité l'Union africaine (UA) pour son action "en vue du renforcement de la coopération sécuritaire et de

Le roi jordanien Abdallah II, dont le pays accueille près de 600.000 réfugiés syriens, a réitéré hier son appel à une action rapide de la communauté internationale, affirmant que leur présence "épuise" les ressources du royaume. "La Jordanie accueille près de 600.000 réfugies syriens, ce qui épuise les ressources limitées et augmente la pression sur nos infrastructures", a déclaré le roi, à l'ouverture d'une nouvelle session du Parlement jordanien. "Si la communauté internationale n'agit pas rapidement pour nous aider à supporter ce fardeau, je répète que la Jordanie va prendre les mesures pour protéger ses intérêts et son peuple", a ajouté Abdallah II. La Jordanie accueille près de 600.000 réfugiés syriens, principalement dans le nord

Le roi Abdallah II réitère son appel à l'aide
RÉFUGIÉS SYRIENS EN JORDANIE
du pays, notamment dans le camp de Zaatari, qui abrite plus de 130.000 personnes. Amman a appelé à l'aide à plusieurs reprises pour alléger le fardeau que représente l'afflux de réfugiés dans le pays, qui souffre déjà d'un manque chronique d'eau et d'électricité. Le poids des réfugiés se fait également sentir sur les secteurs du logement et de l'éducation. Récemment, les autorités ont annoncé leur intention d'organiser le marché du travail afin de fournir des emplois aux Jordaniens et d'expulser près de 6.000 travailleurs syriens "illégaux". Selon des chiffres officieux, plus de 160.000 Syriens travaillent en Jordanie, alors que le chômage touche environ 14% de la population.

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré hier qu'il n'était "pas optimiste" sur les négociations nucléaires, mais soutenait l'équipe de négociateurs iraniens. "Je ne suis pas optimiste à propos des négociations", a déclaré M. Khamenei, lors d'un discours devant des écoliers et des étudiants. Il a cependant ajouté que "personne ne devait affaiblir les négociateurs, qui ont

L'ayatollah Khamenei affiche son soutien à ses négociateurs
NUCLÉAIRE IRANIEN
une mission difficile", selon son site officiel Khamenei.ir. Si les négociations aboutissent, "tant mieux, si elles n'aboutissent pas, cela voudra dire que le pays doit s'appuyer sur ses propres forces", a déclaré encore M. Khamenei. "Nous ne devons pas faire confiance à un ennemi qui nous sourit. Les Américains nous sourient et disent qu'ils veulent négocier, mais, dans le même temps, ils di-

sent que toutes les options sont sur la table", a-t-il affirmé, en ajoutant que les États-Unis ne pourront "rien faire" contre l'Iran. L'Iran et les pays du groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine et Allemagne), qui ont repris à la mi-octobre les négociations nucléaires, doivent se retrouver jeudi et vendredi à Genève pour les poursuivre.

Lundi 4 Novembre 2013

16

AHMED CHÉBARAKA, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE NATATION, INVITÉ DU FORUM SPORTS D’EL MOUDJAHID :

Le nouveau président de la Fédération algérienne de natation, Ahmed Chébaraka, qui nous a honorés de sa présence pour animer le Forum sports d’El Moudjahid, est un grand champion de la natation algérienne, et notamment dans la discipline du water-polo.

« L’athlète doit être prioritaire par rapport à l’adhérent »

Sports

EL MOUDJAHID

A

ujourd’hui, il est devenu, depuis le mois de mars 2013, le nouveau président de la Fédération algérienne de natation. Il a l’ambition de donner un souffle nouveau à cette discipline. Il sait plus que tous, que sa discipline de prédilection, la natation, n’est pas au mieux de sa forme actuellement, mais il espère secouer au plus vite le cocotier. «Je remercie le journal El Moudjahid, le doyen des journaux, pour m’avoir donné cette opportunité très importante pour m’exprimer. Il faut admettre que l’histoire de la natation algérienne remonte à la période coloniale. On avait eu beaucoup de grands champions qui ont concouru sous le drapeau français en cette période. C’était des sportifs et en même temps des moudjahidine. Pour la plupart, ils étaient tous des champions qu’on appelait champions nord-africains, comme Belhadj, Bachagha, Si Saïd, Guermiche… La Fédération de natation a été créée en 1963 par le très connu Mustapha Larfaoui et d’autres collaborateurs comme Zidane Ferhat, Laoubi, Djaoud, Chanderli (toujours en vie)… Elle a toujours été présente. Elle a commencé à connaître ses jours de gloire avec seulement trois piscines : Sidi M’cid (Constantine), Skikda et Alger. Celle d’Oran existait, mais elle était en travaux. Il y avait aussi les piscines de Relizane, d’El Kettani et celle du stade du 20-Août.» Il est certain qu’on ne peut avoir de performances sans l’objet de l’entraînement qu’est la piscine. À cet effet, le premier responsable de la Fédération algérienne de natation dit : «La natation est une discipline qui court vite. Pour cela, on doit s’entraîner plus que plusieurs disciplines. Un athlète qui fait la compétition doit s’entraîner au moins 7 heures par jour. Ce qui n’est pas le cas actuellement.» Y a-t-il un problème d’élite ? À cette question, l’intervenant répond : «L’élite est aujourd’hui en travaux, en reconstruction. J’ai personnellement sillonné les régions du pays pour m’enquérir de la situation avec les responsables des différentes ligues. On est en train de constater que les piscines existantes ne sont pas utilisées rationnellement. Malheureusement, il y a lieu de dire qu’elles ne sont pas utilisées comme il se doit. Elles ne sont pas exploitées par nos performants. Ce qui fait mal aujourd’hui demeure le fait que les adhérents ou les extra, comme on les appelle, passent avant nos athlètes. Ce qui ne peut leur permettre de réaliser leur programme de travail. Ils s’entraînent à la place des performants, et cela n’est pas normal. Ailleurs, les athlètes peuvent s’entraîner à n’importe quel moment de la journée. Certains disposent même de clés pour s’entraîner au moment qu’ils

choisiront eux-mêmes. Il faut dire qu’il n’y a pas photo. L’athlète doit utiliser le bassin comme il l’entend. Ce qui n’est pas le cas de nos jours. Il faut que les choses changent à l’avenir. Aujourd’hui, elle est devenue une discipline de luxe. Néanmoins, elle exige beaucoup de travail. Pour avoir une médaille, on doit travailler 12 heures/jour. On est loin du compte, à cause de ce problème récurent entre adhérent et athlètes. Notre élite rencontre d’énormes difficultés dans toutes les catégories.» Y a-t-il assez de piscines ? « Il n’y a pas beaucoup de piscines. Toutefois, l’État est attentif pour la construction de nouvelles piscines. On a créé les équipes de waterpolo pour relancer la discipline. On a voulu aussi lancer la natation synchronisée. Néanmoins, on n’a pas de piscines adaptées. Et cette situation ne fait que nos pénaliser. On a mis comme objectif pour nos poloïstes 2020. On doit travailler avec les moyens du bord.» Il est évident que nos prédécesseurs avaient donné la primauté à l’élitisme à outrance. Cette politique ne semble pas bénéficier de l’adhésion de notre invité. Il dit : « Il faut dire que le véritable travail de fond n’a pas été effectué. On ne peut aller loin avec une telle politique, même si je n’incrimine personne. On est contre l’élitisme. On veut travailler avec la base qui est vraiment l’avenir de la discipline. On ne peut travailler avec un groupe de cinq ou six éléments au détriment de la base. Cela ne peut pas marcher. On ne peut faire de l’élitisme avec un seul nageur qui peut réaliser 49 secondes. Ailleurs, ils sont plus de 60 qui peuvent faire ce résultat. Actuellement, ils sont plus de 1.500 qui font la compétition sur 5.000 licenciés. Là, il faut dire que nous rencontrons beaucoup de difficultés pour assurer les entraînements de nos athlètes. On avait eu une discussion avec le ministre de la Jeu-

nesse et des Sports pour mettre deux clubs par piscines et non pas 11 clubs, comme c’est le cas de nos jours. Il faut dire qu’avec deux clubs par piscine, on peut faire de la qualité. Aujourd’hui, malheureusement, on est en train de faire tout simplement du commerce. Plus on inscrit d’adhérents, plus on gagne de l’argent. Un couloir revient à 25 millions. Et cela est très pénible pour une discipline qui peut apporter 32 médailles, puisqu’il y a 32 épreuves. On est en train de faire du bricolage.» Les clubs sont en train de faire de leur mieux, mais ils sont confrontés aux mêmes problèmes. Parmi, ceux qui émergent, on peut citer l’USMA, l’OCA, l’ASPTT…Comme l’avait affirmé Sayoud, chargé du développement à la FAN, «les clubs n’ont pas de siège. Le GSP qui appartient à Sonatarch n’a pas sa piscine propre. Il est obligé de payer ses entraînements et l’utilisation de la piscine. La piscine appartient à Sonatrach.» Il est évident que la FAN d’Ahmed Chébaraka ne peut viser de médailles à court terme. Elle ne peut le faire que durant une période au moins de sept ans. C'est-à-dire 2020. «Ce n’est pas possible de faire un travail probant et efficace en un laps de temps très court», avait ajouté

Ahmed Chébaraka. Concernant l’arrivée de l’entraîneur brésilien, le président de la FAN affirme que celui-ci avait vu les installations algériennes. «Il a été émerveillé. Il n’a pas compris comment avec une telle infrastructure, on ne peut pas former des champions. Il a aimé la piscine de Sonatrach. Il est même resté bouche bée. Il est reparti chez lui, mais il est fort possible qu’il revienne bientôt pour finaliser. Il est favorable pour un travail à long terme. Par exemple, les Japonais sont en train de travailler pour 2024. Ils ont choisi l’équipe suivant les conditions requises, morphologie… On verra une autre équipe d’ici cette échéance. Il faut, avec le MJS qui aide énormément les petites fédérations, faire en sorte d’aider les petites disciplines, à l’instar de la natation. on l’a sollicité à plusieurs reprises. Il est vraiment à notre écoute. Avec son aide, nos athlètes pourront bénéficier de plus de temps dans leur préparation. Pour les officiels, ils sont en nombre suffisant. Néanmoins, on prévoit de les envoyer en formation pour qu’ils améliorent leurs connaissances.

PORTRAIT

L'Algérie prendra part aux championnats d'Afrique de natation junior (garçons et filles), prévus du 28 novembre au 1er décembre prochain à Lusaka en Zambie, avec 18 nageurs, dont 7 filles, a annoncé, hier, Aziz Hamiche, le directeur technique de la Fédération algérienne de natation (FAN). La délégation algérienne se déplacera à Lusaka, quatre jours avant la compétition, soit le 24 novembre, afin de s'acclimater, d'autant plus que la température dans ce pays africain est élevée durant cette période, a indiqué Aziz Hamiche. Sur les chances de la sélection nationale dans ce rendez-vous continental, le DTN a précisé que l'objectif

L’Algérie présente avec 18 nageurs, dont 7 filles, à Lusaka
CHAMPIONNATS D'AFRIQUE JUNIOR

Medjahed Nessima, le talent à l’état pur

Notre priorité demeure les infrastructures et la formation.» Les jeunes nageurs auront pour objectif les championnats d’Afrique prévus à Lusaka, à partir du 24 novembre. «On ne prévoit pas de grandes performances, mais avec Medjahed, Majda, on peut monter sur le podium. Ils seronyt 18 atlètes, dont 7 filles», avait affirmé Hammiche, le nouveau DTN de la FAN. Il faut dire que la piscine appartient à Sonatrach. «On ne peut que lui demander de nous aider. Elle ne peut aller contre sa volonté. Elle a donné la priorité à ses travailleurs et adhérents. Néanmoins, les dirigeants de cette entreprise sont très compréhensifs. Ils nous ont accordés des créneaux. On ne peut que les remercier. Il faut dire qu’on a été confronté à certains problèmes comme à Chlef où un particulier hautement placé avait refusé l’accès à la personne parce qu’il n’y ait beaucoup de personnes qui passent devant lui», avait déploré Mohamed Chébaraka. Le président de la FAN avait sillonné 18 Ligues de wilaya. Il compte continuer à visiter les autres ligues restantes. «C’est mieux de communiquer avec elles et savoir leurs besoins. Il y a certaines d’entre elles qui nous ont affirmé qu’elles n’ont jamais vu de président auparavant. Pour le Sud, il y a quelques ligues comme Tamanrasset, Aïn Salah, Ghardaïa, Laghouat et bien d’autres qui commencent à activer. C’est une très bonne chose pour nous et pour la discipline. Il faut dire que la scolarité des athlètes nous pose des problèmes face à l’intransigeance de certains directeurs d’établissement.» Le président de la Fédération algérienne de natation, Ahmed Chébaraka, a conclu son intervention en affirmant que ces pérégrinations à travers le pays «vont permettre d’avoir un meilleur éclairage sur la discipline, mais aussi des attentes de la famille de la natation. Il faut que notre discipline a souffert de l’oubli, mais aussi de de l’absence manifeste de contact. On ne sait pas qui fait quoi. On doit conjuguer nos efforts pour permettre à la Natation Algérienne qui a donné beaucoup de champions à l’Algérie de récidiver et d’offrir plein de médailles à notre pays qui en a bien besoin». Il faut dire que nos nageurs, tels qu’Iles, Boutaghou, Kebbab, Addadi, Sarah Abderrahmane, Kenza Bennaceur… ont fait le bonheur de cette discipline. Avec l’application d’une politique courageuse et avec l’aide des pouvoirs publics, on peut atteindre sans problème les sommets. Hamid Gharbi

Ph : Wafa

diffère d'un nageur à un autre. "Certains de nos nageurs ont des chances de monter sur le podium, alors que d'autres vont participer pour se forger en se frottant à des nageurs de niveau supérieur", a expliqué le DTN. M. Hamiche a précisé que le choix des nageurs a été fait selon des critères "bien définis". "An début, le choix s'était porté sur des athlètes qui ont réalisé les minima pour ces championnats. Mais les organisateurs ont insisté sur l'augmentation du nombre de participants, ce qui nous a permis de retenir le maximum de nageurs qui vont ainsi se mesurer aux meilleurs nageurs de la catégorie, notamment sudafricains et égyptiens", a-t-il conclu.

Lundi 4 Novembre 2013

Ph : Wafa

Elle avait commencé la natation à Mostaganem, sa ville natale, en 2003. Aujourd’hui, à 14 ans, elle arrive à faire des merveilles en réalisant des performances dignes des grandes championnes. Elle est spécialisée en nage libre et en papillon. Sur 50 m, nage libre, elle réalisé 27’’, alors qu’EN papillon, elle en a fait 30’’. Sur 100 m, nage libre, elle a réalisé 1’01’’ et sur 100m papillon, 1’10’’. Il est clair que ces chronos sont de l’apanage des grandes stars. H. G.

EL MOUDJAHID

La bonne affaire de cette 10e journée, disputée hier, est à mettre à l'actif du CS Constantine qui, en battant le CRB par la plus petite des marges sur un penalty transformé par Bezzaz en première mi-temps, a pris les commandes en solo, avec deux points d'avance sur le duo ESS-JSK.

Les Constantinois en solo
LIGUE 1 (10e JOURNÉE)

Sports

17

I

l faut dire que le plus grand perdant du jour reste incontestablement l'ESS qui s'est fait battre nettement à Béjaïa devant le team local sur le score de 2 à 0 avec des buts de Yaya et Semani. Par cette défaite, les Sétifiens font du surplace. Le MCA aussi a été battu à Bordj Bou Arréridj. Il laisse ainsi trois précieux points leur filer entre les doigts. Il faut dire que Yahia Chérif avait failli répondre au but de Bendahmane sur coup franc, mais le juge de touche avait levé son drapeau pour signifier un hors-jeu. L’arbitre refuse, pour en ne sait quelle raison, un but valable au MC Alger. Du coup, les poulains de Geiger se font stopper net après deux victoires d'affilée. La JSK, qui recevait le RCA, le nouveau promu avait souffert avant de l'emporter sur un but de l'ex-joueur de la JSM Chéraga, Chibane, en fin de première période. Par ce résultat, les Canaris se hissent à la deuxième place en compagnie de l'ESS. À Béchar, l'équipe locale n'a pas laissé l'occasion lui échapper en battant les Béjaouis sur le score de deux à zéro sur un doublé d'Aoudou. Les Bécharois ont bien géré leur match. Les Béjaouis ont fait montre d’une certaine ineffica-

Résultats
MCE Eulma - MC Oran 2-1 JS Saoura - JSM Béjaïa 2-0 USM Harrach - ASO Chlef 0-0 CS Constantine - CR Belouizdad 1-0 CABB Arreridj - MC Alger 1-0 JS Kabylie - RC Arbaâ 1-0 USM Alger - CRB Aïn Fakroun 1-0 MO Béjaïa - ES Sétif 2-0
Classement
1 . CS Constantine 2 . ES Sétif - . JS Kabylie 4 .MC Alger 5 .USM Alger - . RC Arbaâ 7 . JS Saoura 8. ASO Chlef 9 . CR Belouizdad --. MC El-Eulma 11. MC Oran 12. USM El-Harrach --. CABB Arrèridj --. MO Bejaia 15. JSM Bejaia --. CRB Aïn Fakroun Pts 20 18 18 17 16 16 15 14 13 13 12 11 11 11 5 5 J 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10 10

L’USMA n’a pas gagné depuis sa victoire dans le derby algérois face au MC Alger sur le score de 1 à 0. Depuis, elle a enchaîné plusieurs contre-performances qui ont failli avoir raison de la patience de Courbis. La presse nationale avait même annoncé l’éventualité de son départ de la barre technique. On avait même parlé de la «piste» marocaine avant que l’intéressé ne démente l’information. Aujourd’hui, l’USMA est parvenue à renouer avec le succès quoiqu’il faille dire qu’il fut très difficile à concrétiser. Il aura suffi d’une domination assez nette pour voir le Malgache du MC Alger, Andréa, sur un corner battre, le gardien Boultif à la 26’. Ce but, cependant, n’était pas suffisant pour assurer le succès. Car les poulains de Saïd Hammouche ont fourni une très bonne seconde mi-temps. Les locaux doivent saluer comme il se doit leur gardien Zemmamouche qui les a sauvés de situations autrement plus périlleuses. Malgré le forcing des visiteurs, l’USMA tiendra bon à sa victoire qui vient au bon moment, lui permettant

Les Usmistes renouent avec le succès
USMA 1 - CRBAF 0

cité aux avant-postes. L'ASO continue ses bons résultats. Il est venu à El-Mohammadia accrocher une très bonne équipe de l'USMH. Cette dernière n'avait pas apprécié l'arbitrage qui lui aurait enlevé deux penaltys. Il faut dire que les Jaune et Noir n'ont rien fait pour marquer. Leur domination assez

nette était presque inutile du fait que les attaquants sont restés muets. Bon réveil des Usmistes qui renouent avec la victoire, même s'ils ont rencontré les pires peines pour venir à bout du CRB Aïn-Fekroun. Le but d'André s'est avéré très précieux. Ce joueur, il faut bien le dire, était incertain au dé-

part. Heureusement que Courbis l'avait fait jouer, sinon l'USMA n'aurait jamais réussi à l'emporter. En match avancé, comme on le sait, le MCEE avait battu, 2 à 1, le MCO, une équipe capable du meilleur comme du pire. On a scoré à onze reprises. Hamid GHARBI

Le MOB déroule, la JSMB coule

Q

ainsi de désamorcer la «crise» qui couvait depuis quelques semaines déjà. L’USMA revient ainsi à 5 points du leader, le CS Constantine. Il faut admettre que Courbis a bien fait d’apporter une certaine fraîcheur à son équipe en faisant jouer plusieurs jeunes comme Baï-

teche, Frioui, Rabti, Chetal… Toujours est-il, il a réussi à gagner avec les jeunes. Aux autres clubs de faire comme lui. Malgré le risque qu’il a encouru, on peut dire qu’il a réussi son pari. HAMID G.

Le Tunisien Kouki, nouvel entraîneur ?
CABBA
Le CABBA tient la piste d’un éventuel successeur de Rachid Belhout. Comme nous l’avions déjà indiqué ici même, celui-ci pourrait être un étranger. Un Tunisien pour être précis. À en croire des médias tunisiens, le CABBA a sondé Nabil Kouki. Ce dernier qui a coaché sur le banc du Club Africain avant d’être remercié en milieu de saison dernière a indiqué au micro de Shems FM qu’il était «en négociations très avancées avec le CABBA». Le club bordjien qui compte déjà un joueur tunisien en son sein semble avoir jetté son dévoulu sur le jeune technicien tunisien, connu aussi pour avoir coaché le CS Sfaxien. Kouki a été invité à Bordj pour assister au match CABBA-MCA (1-0), sans doute pour se faire une idée sur le club et les conditions de travail avant de finaliser, éventuellement. A. B.

La sélection algérienne de handibasket (messieurs) a remporté le 4e Championnat d'Afrique, grâce à sa victoire contre l'Afrique du Sud sur le score de 66 à 56, en finale disputée samedi à Luanda (Angola). C'est le second titre africain pour l'équipe algérienne après celui obtenu en 2009 face à la même Afrique du Sud. Grâce à cette nouvelle consécration africaine, l'équipe algérienne est qualifiée pour le Mondial prévu en Corée en 2014. Le directeur technique national, Zoubir Aïssaoui, n'a pas caché sa satisfaction après cette brillante victoire en finale pour une équipe algérienne en veilleuse depuis 2010 et qui n'a repris son activité, il y a 4 mois seulement. "C'était un match très difficile qu'on a pris en main dès le premier quart temps. On a réussi à maintenir la cadence jusqu'a la fin de la partie. C'est une consécration méritée et le fruit de quatre mois de travail d'un groupe de joueurs qui a tenu à marquer le retour du handibasket algérien sur la scène africaine", a indiqué Aïssaoui à l'APS. De son côté, l'entraîneur national Mohamed Tahar Kisrane a estimé que c'est "un titre mérité" au vu du travail effectué depuis 4 mois seulement. "On a réussi à conserver notre titre et assuré une seconde participation au Mondial. Il nous reste beaucoup à faire pour représenter dignement le continent africain au Mondial-2014", a t-il déclaré.

L'Algérie bat l'Afrique du Sud (66-56) et conserve son titre
CHAMPIONNAT D'AFRIQUE HANDIBASKET

ui l’eut cru ! La JSMB, vice champion il y a deux ans, est dernier de la Ligue 1. Le club phare de Béjaïa n’a toujours pas goûté aux joies d’un succès. Alors que le tout Béjaïa s’attendait à un sursaut d’orgueil hier à Béchar, la JSMB s’est inclinée presque logiquement face à la JSS locale (2-0). Pas de quoi spéculer sur la situation d’une équipe qui va de mal en pis. L’arrivée de Kamel Djabour, avec tout l’enthousiasme affiché, ne change rien à la situation. Le technicien franco-algérien met cela sur le dos d’une «préparation catastrophioque», mais le mal est aussi dans la qualité de l’effectif. Il faut l’avouer, la JSMB n’a pas recruté. Du moins qualitativement. Il y a eu des arrivées, mais la politique de miser sur des joueurs «d’en bas» a montré toute ses limites. Preuve en est, la JSMB a fait au mieux un nul à domicile et perdu pratiquement tous ses matches à l’extérieur. Cette défaite à Béchar sonne comme celle de trop pour l’équipe béjaouie, condidate en puissance à la relégation. Il s’en dira que la saison est encore longue, c’est vrai, mais à ce rythme, il y a très peu d’espoir pour que la situation change, à moins d’une révolution au mercato. Le groupe doit être renforcé. Qualitativement, cela s’entend. Puis, Djabour pourra mettre à profit la trêve hivernale pour refaire la préparation, si besoin est. Vu la remontée spectaculaire du MOB, il y a de quoi y croire. Ce dernier est complètement métamorphosé depuis l’arrivée d’Abdelkader Amrani. Les Crabes ont réussi le pari pourtant incertain de faire tomber le leader à domicile. Un net 2-0 qui renseigne, si besoin est, sur l’audace ou plutôt l’assurance prise par les coéquipiers de Berrefane depuis quelque temps. La victoire face au CRB a semble-t-il fait prendre conscience au groupe de ses réelles capacités. Tous les joueurs interrogés pendant la semaine ont déclaré vouloir «rééditer la performance face au CRB», comme si c’était une référence en la matière. Quoi qu’il en soit, le pari a été réussi et le MOB s’approche petitement de l’objectif que s’était tracé Abdelakder Amrani à son arrivée, consistant à «récolter 18 points au minimum d’ici à la fin de la phase aller». L’ex-entraîneur de la JS Saoura est conscient que l’objectif principal est de jouer le titre. Amrani en est déjà à sept points en quatre matches. Ce qui est un exploit en soi, compte tenu du départ très difficile de l’équipe sous la houlette de Mourad Rahmouni. Le parcours du MOB devrait servir d’exemple à la JSMB. Aujourd’hui, tout reste possible. Mais dans deux moins, rien ne le garantit. A.Benrabah

Lundi 4 Novembre 2013

EL MOUDJAHID
Page animée par Mourad Bouchemla

Détente -TV
Mots FLÉCHÉS
Nº 3555
PARENT ———————————— CÉRÉALE ———————————— NE DONNE RIEN

21

Mots CROISÉS
Nº 3555
1
I

2

3

4

5

6

7

8

9

10

II

III

IV

REJETAIS ————————————— CANTON DE SUISSE ————————————— EN MUSIQUE

V

VI

RÉSINEUX ————————————— UN CONSEIL ————————————— CHEMINEÉS
REFUS ENFANTIN ————————————— DISIPLINE MATHÉMATIQUE —————————————— CROCHET

VII

VIII

IX

X

Définitions
HORIZONTALEMENT
I-Un hold.up en argot-Laisse tomber. II-Mettrait bout à bout. III-Crie fort. IV-Mot concernan un lien informatique-Bernée-En crise.V-Deux en poupe-Drain pour un blessé. VI-Écouter-Possessif. VII-Mesure de Chine-Désert de rocailles-Mamelle de vache. VIII-Grimpera. IX-Tyraniserai.X-Noir de fumée

RÉGION DE FRANCE ———————————— DIVISION DU JAPON ———————————— COURS DE L’EUROPE

CHARGÉ D’EAU ————————————— PÂTÉ DE MAISON ————————————— DRAP MORTUAIRE D’UN GRAIN CULINAIRE ————————————— ISSUS ————————————— PLANTE POTAGÈRE
PROTECTION EN FER ————————————— EN CRIANT ————————————— PERSONNEL ————————————— EN CRISE

ÉPAISSIR UNE SAUCE ————————————— NOM DE ROSE ————————————— FONDAMENTAUX ———————————— PLANTE PIQUANTE

VERTICALEMENT
1-Vieilles voitures. 2-Telle une fumeé-Petite attention de bèbè. 3-Ote le cuir chevelu-Hurlement. 4-Personnel-Écume les mers. 5-Pas luiCorrigé de nouveau.6-Font partie du conseil municipale-Station. 7-Réaliseés-diplôme d’études canadien.8-Liquide-Battra la mesure. 9-Genre musical-Serai en accord. 10-Durais.
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1 2
A C R
EMPLOI DE POSTIER ————————————— EN FER ————————————— QUI SALISSENT POIL ————————————— DONNA DES COUP DE SABOT ——————————————— TABLE DE BOUCHERIE

3
S

4
S

5
E

6

7
C

8
E

9 10
D

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

C
A

E

Grille
3. Véritable
33. Annihiler

3555

Mot CACHÉ
F

C
A
L

O
I

L
L

E
L

R
E
E

A
U

I
S

T
E

B

15 . Éclisses

S

E N S O R
T R I

I

E L P O U

S E

S E T T I
I

T E R E

R

E

E

U

C

R
N

6. Embourber 34. Nyctalope 11. Cautériser
12 . Jeanfoutre

20. Propergol
22 . Vomissure

V C A S

I

S M E E R R A

Q U E

I
O

P
B
I
S O U C
R

P

S
R
E
L U

E

T

O

35 . Accidente 36. Chat-huant
37 . Gauchiste

E C O U V R A N T A N C R R C A R N I

T O N N E M
L L O N B
I

E

I
R

S
G
A

A
P
I
R

I
S
A I S

23 . Porte-vent 24 . Rémunérer 25 . Thaïlande

V O R E V E R M
E S S S S

L
E
T

13. Pétrissage
14. Paraffiner

C

J

P

P C S

I I

L C

E O P M F D O P P

A T E

D
E

E

38. Blatérer 39. Jaïnisme

T A E E A L O G R E P O R A U A T R E R U B L D E

H L O R F I
T

E U S
R

R E

R
A

A
I

16. Plafonneur 17. Moutonnier
18 . Filtration

M O V O A U L

S

I

P

40. Commodité 27 . Triplette
41. Attrapade

T N R A T N E V E T R O E F I S
I F R E R E N U M E F E D N A L I E T T I I

T E B

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1 2
O

29 . Caténaire 30 . Dévoltage 1. Sensoriel

R R O O R N E

3
U R

4
S E
S

5
I

6
N
U

7

8
B

9
L

10
E
S

19. Désengager

42 . Surhausse 43. Episseras 7. Couvrant 8. Cretonne 9. Carnivore 10. Vermillon

E R O S

I

A H T I
R T

N N A G R
S I I

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

C

21. Horrible 26. Deux-roues 28. Sang-froid 31. Surchoix 32 . Rayonnage

U S

T L O O N E

B N N T A

T A N E R

T A C L E
S I I I S

G A

H
A
N

F

S
T E

A R B

I E R

V
A

I

A
L
I

2 . Poussette 4 . Castrisme 5. Erratique

U E R G E E G A G L O V E X R E E R P X X H C R U R R A Y O N N A N E A N N O N Y C T A L O L E A C C E S I

D E U E O E N

S

H R R N R G H
I I I
L S E R F T E O I E

A

G

E
N

T
A
N T

R

E
S

M
E

E

R

E
L

D E N T E R N S
S M E

N
C E
T

I
L E

O
R
T

T
I
E

E
U

S

E

E

T

E

HOSTILITÉ ENVERS LA FRANCE

U C H A T H U A U T G A U C H

B L A T E R E R O B C O M M O D S U R H A U
I S U E E

J P

A I

D E A T T

R A P A D E D

E
S

R

R
U

U
L

A
L

C U R

I

L
S

O

I

E

SOLUTION PRÉCÉDENTE : FLUORESCEINE

E R A

S

•08h00: Bonjour d'Algérie (direct) •09h30 : Yamachi fel layle (24) •10h05 : La mer méditerranée •10h30 :Les règles d'angelo (05) •10h50 : Canal foot ''rediff'' •12h00 : Journal en français + météo •12h25: Tous mes enfants (35+36) •13h50 : Zamen el barghoute (04) •14h35 : C'est son show ''rediff'' •16h20 : Takder tarbah •17h00 : 52 Chrono (direct) •18h00 : Journal en Amazigh •18h25 : Yamachi fel layle (25 et fin) •19h00 : Journal en français + météo •19h30 : Khali el bir beghtah (06) •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Questions d'actu (direct) •21h45 : Zahoua •23h05 : Après octobre, novembre •00h00 : Boucle en Français

LUNDI

S é l e c t i o n 52 CHRONO

Télévision
17h00

Emission sportive Présentée par : Mokhtar Hammani Réalisée par : Amal Benbatouche Une émission sportive hebdomadaire qui traite toute l'actualité sportive de la semaine, à l'exception du football. Reportages, portraits, ainsi que des résultats et commentaires sont au menu de 52 Chrono.
20h45

QUESTIONS D’ACTU
Une émission-débat avec la participation d’un panel d’invités de divers horizons qui auront à commenter et à décrypter en direct des sujets d’actualité.
Lundi 4 Novembre 2013

28
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du lundi 30 Dou El-Hidja 1434 correspondant au 4 novembre 2013 :
- Dohr.........….............12h32 - Asr.............................15h26 - Maghreb................... 17h51 - Icha……...……....... 19h11
Mardi 1er Moharram 1435 correspondant au 5 novembre 2013 :

CONDOLEANCES
Le président du Directoire, M. Arab Saïd, ainsi que l’ensemble des cadres et travailleurs de la SGP Etudes et engineering «GENEST SPA», profondément touchés par le décès du père de leur collègue M. BENELKADI Abdelaziz, cadre à la SGP GENEST, présentent à ce dernier ainsi qu’à sa famille, leurs sincères condoléances et les assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Puisse Dieu, le ToutPuissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et Lui nous retournons.

Vie pratique

son domicile à Batna. On le voyait courageux combattre la mort.

Il nous a laissés là, tous étourdis, ne sachant que dire ni que faire. La consternation emplissait nos êtres. Pourtant, vous êtes tous la dernière fois — sans lui… baume adoucissant. Votre présence en ces moments était une consolation, tel un

C'est par un beau matin d'octobre qu’il a tiré sa révérence en

REMERCIEMENTS

EL MOUDJAHID

- Fedjr........................05h48 - Chourouk.................07h15

Mlle TAMER Ouahiba, présidente de  l’Association Enfance Abandonnée, très peinée par la disparition du professeur

CONDOLEANCES
Jeanine NadjiaBelkhodja

venus dans ce moment si inhabituel où nous étions réunis — pour

reçues lors du décès de son enfant cher et regretté

C'est pour toutes ces marques de sympathie et de soutien

moudjahida, militante de la cause nationale et membre du CNES, présente, à cet effet, ses condoléances les plus attristées à son époux, sa famille, ses amies et tous les moudjahidine et moudjahidate en leur souhaitant une très longue vie. Que Dieu accueille la défunte en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
El Moudjahid/Pub du 04/11/2013

parents et alliés, et devant l'incapacité de pouvoir répondre aussi venus nombreux lui témoigner compassion et consternation.

individuellement qu'elle l'aurait voulu, tient à remercier l’ensemble Elle le fait également pour celles et ceux encore plus nombreux

que la famille du chahid Mostefa Benboulaïd de Batna,

Khaled Benboulaid Architecte

de ses amis, voisins, partenaires, concitoyens, officiels et d’autres qui, de loin car empêchés d'y être, avaient pu trouver les mots surmonter ce douloureux évènement imprescriptible.

nécessaires et chaleureux, utiles et apaisants pour l'aider à

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA

EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

vous demande de joindre pieusement vos prières à la sienne pour que Dieu le Tout-Puissant puisse, accorder Clémence et Miséricorde à Khaled et l'accueille en Son Vaste Paradis.
El Moudjahid/Pub du 04/11/2013

Toute émue par cet élan de fraternité, la famille Benboulaïd

Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Naâma Abbas
Rédacteurs en chef

El Moudjahid/Pub

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 BEJAIA : Bloc administratif, rue de la Liberté. Tél/Fax : 034.22.10.13 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial : 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28 Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIA) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 Est : SARL “SODIPRESSE” : Tél-fax : 031 92.73.58

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

CONDOLEANCES
Le président du Directoire, M. Arab Saïd, ainsi que l’ensemble des cadres et travailleurs de la SGP Etudes et engineering «GENEST SPA», profondément touchés par le décès du frère de leur collègue M. BENMOULOUD ZineEddine, cadre dirigeant à la SGP GENEST, présentent à ce dernier ainsi qu’à sa famille, leurs sincères condoléances et les assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde sympathie. Puisse Dieu, le ToutPuissant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et Lui nous retournons.

ANEP 548784 du 04/11/2013

«A Dieu nous appartenons à Lui nous reviendrons.»

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTÈRE DES RESSOURCES EN EAU

Agence Nationale des Barrages et Transferts

El Moudjahid/Pub

Conformément aux dispositions de l'article 44 du décret présidentiel n°10/236 du 07 octobre 2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, l'Agence Nationale des Barrages et Transferts informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national restreint n°21/2013 ayant pour objet «Travaux de déforestation de la cuvette du barrage Tabellout, dans la wilaya de Jijel», lancé par l'Agence Nationale des Barrages et Transferts, est déclaré infructueux.
Société d’Hygiène Ménagère & Corporelle de l’Algérois

Avis d'infructuosité
Groupe ENAD

ANEP 548607 du 04/11/2013

France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

El Moudjahid/Pub

ANEP 548785 du 04/11/2013

El Moudjahid/Pub

Conformément à la procédure des marchés en vigueur, l'entreprise ENAD Shymeca informe l'ensemble des soumissionnaires concernés que l'avis d'appel d'offres national n°10/Shy/DC/2013 relatif à l'acquisition de flaconnage en PEHD 0,9 L, est déclaré Infructueux. Motif : Réception d'une seule offre. A titre de rappel, les quantités de cet appel d'offres ouvert sont comme ci-après: 1er lot : 3.000.000 de flacons jaunes 0,9 L à anse destinés au conditionnement du gel détartrant. 2e lot : 6.000.000 de flacons blancs 0,9 L destinés au conditionnement de l'eau de Javel.
ANEP 310444 du 04/11/2013

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ Appel d’offres national ouvert
N°10/Shy/DC/2013

EPE-Shymeca-Spa 146, rue Hassiba Ben-Bouali- Belouizdad - Alger Tél. : 021 66.36.04/021 66.55.65—Fax : 021 66.24.10

Enadshymeca-com@hotmail.fr NIF : 0998 16000 3152 78

Lundi 4 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

Quand le second emploi s’impose
COMPORTEMENTS
Une entrée tonitruante. De plus en plus de personnes optent, en effet, pour cette alternative en vue d’améliorer leurs situations sociale et financière.

Société

29

L’

heure n’est plus à l’apathie, du moins pour une certaine catégorie de personne. Après les heures légales et officielles, commencent une autre vie où il n’y a point de place à l’indolence. Ils sont nombreux, en fait à s’adonner à une autre activité pour faire face aux vicissitudes de la vie. Quand le salaire ne suffit plus à satisfaire son train de vie, il est temps de se pencher sur les solutions adéquates pour compléter ses revenus. Aujourd’hui, la longue et interminable liste des frais et des charges, ajoutées à la cherté de la vie et les besoins de confort et de bien-être, dictés par les mutations de la société, poussent bien des pères de familles, qui peinent, à joindre les deux bouts ou encore de jeunes désireux de s’affirmer et de préparer un avenir doré. Si, il y a quelques années, ce phénomène était quasiment inexistant et se limitait aux seuls enseignants qui donnaient des cours de soutien aux élèves, ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque des salariés, des employés réguliers et permanents, des retraités, des jeunes et moins jeunes ainsi que des femmes trouvent en cette pratique le moyen le mieux indiqué pour réaliser leurs objectifs. Chauffeurs, agents de sécurité, électriciens, plombiers, pâtissiers et bien d’autres créneaux font des clins d’œil aux Algériens. Qu’il soit à domicile ou à l’extérieur, trouver une deuxième occupation est devenue pour certains plus qu’indispensable pour arrondir leurs fins du mois. C’est ce que nous dira, Djamila, institutrice, versée, depuis deux années, à la faveur de cours de perfectionnement dans la pâtisserie qu’elle avait appris dans une école spécialisée, près de chez elle. « Depuis que j’ai opté pour ce

3.720 personnes inscrites aux cours d’alphabétisation Quelque 3.720 personnes
NAAMA
suivent les cours d’alphabétisation, au titre de l’année scolaire 2013-2014, à travers la wilaya de Naâma, a-t-on appris hier auprès de l’antenne locale de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement pour adulte (ONAEA). Plus de 60% des inscrits sont en zones rurales et 2.218 apprenants sont inscrits en premier niveau et 1.512 autres en deuxième niveau, encadrés par 174 enseignants dont 83 encadreurs universitaires, a indiqué le responsable de l’antenne de l’ONAEA, Smail Zaidi. La femme représente 90% des inscrits aux classes d’alphabétisation, notamment au niveau des classes d’enseignement du Coran, à travers les zones rurales et enclavées, à l’instar des bourgades relevant de la commune de Sfissifa telles que Talla, Ouzeght, Oulkak et Fertassa, et les localités de Tirkount et Belhandjer dans la commune de Ain-Sefra. L’antenne de l’ONAEA poursuit son programme de sensibilisation, en collaboration avec des partenaires tels que les directions de l’action social (DAS), de la formation professionnelle et des affaires religieuses, afin d’accueillir le plus grand nombre d’analphabètes, en sus de l’organisation de session de formation au profit des formateurs sur l’adaptation des programmes aux attentes des apprenants. Concernant les difficultés rencontrées, l’ONAEA les résume en l’absence de classes, le départ de certains encadreurs et le retard dans le début effectif des cours dans les zones rurales vu que la majorité des inscrits sont des agriculteurs, d’où un certain manque d’assiduité aux cours. Des entraves qui n’ont pas freiné la volonté des responsables locaux qui consentent beaucoup d’efforts dans ce cadre, en collaboration avec le mouvement associatif et les différents secteurs, notamment celui de l’éducation, ce qui a permis de faire reculer le taux d’analphabétisme de 24% à 17 % lors des cinq dernières années, dans la wilaya de Naâma. APS

Avant-hier, à Tizi-Ouzou, les services de la gendarmerie nationale ont récupéré 33 faux billets de banque en coupures de 100 dollars US. Le pactole en question leur a été remis par un citoyen qui a reçu cet argent suite à une transaction de change effectuée avec deux personnes non identifiées qui demeurent en fuite. A Bejaia, et agissant sur renseignements, les gendarmes de la brigade de Beni Mansour ont interpellé au centre-ville un ressortissant africain en situation irrégulière et saisi en sa possession un matériel et des produits chimiques servant de la confection de billets de banque. Une liasse de papiers et des produits servant à la contrefaçon de billets de banque ont été découvert à bord d’une voiture. Idem à Bordj Bou-Arréridj où les éléments de la gendarmerie nationale ont saisi lors d’un point de contrôle sur le chemin de wilaya n°1, reliant El-Hamadia à El-Anceur, un lot de papiers et des pro-

Les services de sécurité traquent les faussaires
TRAFIC DE FAUSSE MONNAIE

créneau, je ne chôme plus et les commandes affluent », avant d’ajouter que ses problèmes financiers qu’elle avait traînés jusque-là, ont disparu à jamais. Mourad, agent de sécurité dans une entreprise privée, lui aussi a opté pour cette solution. Il termine sa journée à 14h. « Je travaille la matinée, je transforme mon véhicule en taxi, l’après-midi, pour se faire un peu plus d’argent. » Mourad qui à quatre enfants à charge va jusqu’à dire que son

deuxième job lui permet de répondre aux besoins de sa famille et même d’avoir des projets. Aujourd’hui, chercher un second emploi est un phénomène qui suscite de plus en plus d’engouement chez nous. Les mutations économiques et sociales qu’a connues la cellule familiale n’a fait qu’encourager le recours à cette pratique, devenue parfois inévitable. Samia D.

duits servant à la contrefaçon de billets de banque à bord d’une voiture. Le conducteur avait refusé d’obtempérer aux injonctions de s'arrêter avant que sa folle course ne prenne une destination tragique et se renverse après que le chauf-

feur ait perdu le contrôle de son 4x4. La fouille de la voiture a permis à la découverte d’une caisse renfermant des papiers et des produits servant à la contrefaçon de billets de banque. Non loin de Bordj Bou-Arréridj, à Bouira et à

Bejaia plus exactement, on retiendra l’arrestation de deux ressortissants africains qui se trouvaient en situation irrégulière en possession de matériel et de produits chimiques servant à la contrefaçon de billets de banque. Il est à rappeler que lors des six premiers mois de l’année 2013, les gendarmes ont saisi plus de 2.200 fausses coupures, pour la majorité en monnaie nationale, et procédé à l’arrestation de plus de 70 individus. En 2012, les services de sécurité ont traité 102 affaires et récupéré plus de 2.100 fausses coupures, qu’elles soient en monnaie nationale ou en devises, notamment l’euro. Au final, l’on a enregistré l’arrestation de 220 personnes impliquées dans ce trafic. Les statistiques des services de sécurité placent Alger, Ain-Temouchent et Bordj Bou Arréridj comme étant les wilayas les plus touchées par le trafic de la fausse monnaie en 2012. S. A. M.

Lundi 4 Novembre 2013

30

OUVERTURE DU 5e FESTIVAL DE LA CHANSON SÉTIFIENNE
Ce festival de la chanson porté par l’écho du «sraoui» bien de Sétif, dans sa richesse et son authenticité, déchire le silence et ne laisse point indifférent ce public nombreux qui réagit par de vibrants youyous et des ovations à n’en plus finir.

Un espace dédié au «sraoui» et aux jeunes talents
dans cette formidable ambiance de la chanson sétifienne et de ce festival qui m’a valu l’an dernier des sueurs froides avant l’envol puisque j’ai participé au grand concours de «Alhan oua Chabab» et je me suis classé à la seconde place. Heureux aujourd’hui de voler de mes propres ailes mais je n’oublierai jamais que c’est dans cette salle que j’ai fait mon premier casting», nous confiera-t-il entre deux rencontres. Dans son intervention, M. Idriss Boudiba, directeur de la culture, commissaire de ce festival, ne manquera pas de revenir sur ce festival «qui a connu, en effet, bien des avancées depuis contribuant, une fois encore, à la préservation et la valorisation de ce riche patrimoine. Un festival qui sera également marqué par la présence de plusieurs invités d’honneur, des artistes qui se sont distingués dans la chanson sétifienne et continuent à l’impulser à la dimension qu’elle mérite», ajoutant avant l’ouverture de ce festival au nom du wali : «Nous voulons au-delà de l’émergence de nouveaux talents impulser à la chanson sétifienne une dimension nationale et pourquoi pas arabe.» Il remerciera par la même la ministre de la Culture et le wali pour «l’intérêt accordé à ce genre de manifestations qui contribuent à ancrer ce formidable patrimoine de la région dans les esprits et consolider la richesse de notre culture et tout ce qu’elle recèle de secrets». Le générique de ce festival, porté par l’écho du «sraoui» bien de Sétif, dans sa richesse et son authenticité, déchire le silence et ne laisse point indifférent ce public nombreux qui réagit par de vibrants youyous et des ovations

Culture

EL MOUDJAHID

S

ublime ! Le mot n’est pas trop fort pour qualifier la cérémonie qui a marqué l’ouverture de la 6e édition du Festival de la chanson sétifienne, ouverte samedi en début de soirée à la maison de la culture Houari-Boumediene, en présence du wali Mohamed Bouderbali, du président de l’APW, de la représentante de la ministre de la Culture et l’ensemble des autorités locales et des cadres du secteur de la culture. Dans une salle parée de ses plus beaux atours pour accueillir l’événement, la première de cette 6e édition s’est, en effet, déroulée dans uns salle comble en présence de nombreuses familles de la cité de Aïn Fouara, mais aussi beaucoup de jeunes et moins jeunes adeptes de la chanson sétifienne, venus de tous les coins de cette wilaya pour assister à cette grande fête et, dans l’ambiance extraordinaire qui a prévalu, marquer leur attachement à un genre authentique de notre patrimoine. Une sixième édition qui aura été et sera particulièrement différente des précédentes à en juger par le nombre important de jeunes — 76 pour être précis — qui ont défilé devant le jury depuis trois mois pour laisser place à 24 jeunes talents en herbe sélectionnés. Ces derniers mesureront de nouveau leur talent durant ces huit jours, aspirant à décrocher le titre qui avait été remporté à l’issue de l’édition précédente par le jeune Bacha Amir, que nous avons rencontré dans les coulisses de ce festival, visiblement heureux d’aller à la rencontre de ses anciens amis. « Je suis là pour encourager à mon tour tous ces jeunes et me retremper

à n’en plus finir. Sétif émergeait en effet de ses profondeurs pour nous faire rêver dans le rappel infini d’une histoire sans fin, le sraoui porteur du message d’amour, d’amitié et l’écho de la révolution glorieuse de Novembre émergeait en effet de ses cendres pour être porté au plus haut de sa dimension sétifienne authentique. Place sera ensuite laissée à une grande opérette réalisée par Touffik Mezaache, une mosaïque qui dessinera les contours et le parcours de la chanson sétifienne à travers les âges. Dans une figure El machina el kahla (le train noir d’antan) dégageant à pleins poumons sa fumée noire et s’étirant comme un serpent, nous emportera pour nous raconter les affres du colonialisme dont les séquelles encore ou-

vertes. Tant de citoyens algériens qu’elle emportera pour la dernière fois, ne laissant que pleurs et tristesse éternelle d’une mère qui chante le fils, la fille ou l’époux qu’elle ne reverra plus jamais. Belle et combien émouvante Lamria rechantera dans sa m’laia revêtue au moment où un vibrant hommage est rendu à Mohamed Benchaib, le pionnier de la chanson sétifienne, et un autre à Saïd Mehentel dans son éternelle interprétation de Ya Rabi Sidi chanté par la voix sublime d’une femme que portera le son d’une guitare dans l’émotion forte qui emporte cette salle et l’emportera encore lorsque cette voix féminine surgira encore avec Tayara safra, cet avion qu’une mère saignant de larmes implorera d’épar-

gner son fils, l’unique, tombé au champ d’honneur à la fleur de l’âge. Que d’histoires contées et mille fois racontées par le chant sétifien que viendront à leur tour interpréter dans la fierté de Novembre et la joie de l’indépendance, les bien connus Samir Staïfi qui enflammera la salle avec Farh Elila, Bekakchi El Khier chantant les fontaines de Sétif et interprétant Stif amer lahrar et Tchier Abdelghani qui chantera l’exode El Ghorba de tous ces Algériens qui reviendront au pays un jour vivants ou morts et enterrés par d’autres gens. Ces trois chanteurs ne manqueront pas de nous dire : «Nous participons à ce festival pour aider les jeunes, les encourager mais aussi leur demander de préserver ce patrimoine dans toute sa splendeur.» Dans un décor en son et en couleur, la soirée se prolonge. Cinq anciens artistes chanteurs sétifiens sont honorés. Et cerise sur le gâteau, Fella Ababsa, invitée d’honneur, se produira à son tour pour couronner cette merveilleuse première soirée : «Je suis chez moi, je suis très contente en attendant de faire un grand récital ici. C’est un hommage que je rends donc ce soir à la chanson sétifienne et sans me vanter je vous dirai que je fais partie, moi et ma sœur Naïma, des premiers artistes à avoir mis en valeur la chanson sétifienne et chaouis. Alors tant que Dieu nous prête vie, je donnerai cet amour que j’eus pour la culture et l’art algériens et je donnerai aussi le meilleur de moi à cette jeune génération.» Une première soirée dont Aïn Fouara se souviendra. F. Zoghbi

Le bédéiste mostaganémois Adlène Bakhli a remporté, samedi, à Aïn Témouchent, le premier prix de la 3e édition du Festival national de la bande dessinée (FNBD). Ce jeune artiste a été distingué par le jury du festival pour la qualité de son scénario et de ses dessins. Le second prix est revenu au jeune Djihad Khalfallah de la wilaya de Biskra, alors que le 3e prix a été attribué au jeune Bousli Mahmoud de la wilaya de Constantine. Un quatrième prix, introduit sur proposition du comité d’organisation, a été décerné à Dallil Yazid de Birtouta (Alger), non seulement pour la qualité de ses dessins, mais, surtout, pour son âge (15 ans). « C’est le plus jeune participant au 3e FNBD », a souligné le président du comité. Pour les membres du jury, la participation de cette édition a été meilleure que celle des deux précédentes éditions, au point où neuf bédéistes sur les 32 participants, dont quatre filles, prétendaient aux trois prix en jeu», a-t-on indiqué. Entre autres recommandations émises par les membres du jury, on

Le bédéiste Adlène Bakhli remporte le premier prix

3E ÉDITION DU FESTIVAL NATIONAL DE LA BANDE DESSINÉE À AIN TEMOUCHENT

retient la création d’une revue de bande dessinée où seront publiés les meilleures planches et dessins du festival, outre l’encouragement des participants par la mise sur pied d’ateliers à travers le pays. Abritée par la salle du Petit Théâtre d’Aïn Témouchent, la cérémonie de clôture s’est déroulée en présence des participants venus de 23 wilayas, ainsi que des autorités locales. L’objectif du FNBD est la découverte de jeunes talents et l’intensification des échanges d’expériences entre les jeunes. Cette manifestation, organisée par l’Office des établissements de la jeunesse (ODEJ) de la wilaya d’Aïn Témouchent sous le parrainage du ministère de la Jeunesse et des Sports, était placée cette année sous le slogan «Mon environnement : mon adresse, ma responsabilité». Outre l’exposition des dessins, deux conférences sur la bande dessinée figuraient au programme, en plus d’un atelier libre pour enfants en vue de détecter de jeunes talents et les encadrer, rappelle-t-on.

Un cocktail musical des différentes régions de l’Algérie profonde a marqué, vendredi dernier, l’ouverture de la 6e édition du Festival national de la musique et de la chanson chaouies à la maison de la culture de Khenchela. Les troupes Massinissa de chant chaoui, Tahaggar de chant targui ainsi que des groupes des wilayas de Khenchela, de Tamanrasset et de Tizi Ouzou ont animé le concert inaugural de ce festival placé sous le slogan «Chanson et Identité». Coïncidant avec la célébration du 59e anniversaire du déclenchement de la Révolution, cette première soirée a également été marquée par un spectacle chorégraphique Es-

Un cocktail musical de l’Algérie profonde
OUVERTURE DU FESTIVAL DE LA CHANSON CHAOUIE À KHENCHELA

sada (l’écho) animé par les troupes participantes sous les sons de la gasba et du bendir et de la troupe des cuivres des jeunes Scouts musulmans le long de l’artère principale de la ville sous les applaudissements du public. Des troupes des wilayas de Souk

Ahras, Tébessa, Batna, Oum El Bouaghi, Biskra et Khenchela se disputeront les prix de ce festival dont l’ouverture a également donné lieu à la distinction de plusieurs troupes pour leur rôle dans la préservation du patrimoine musical de la région des Aurès, de Kabylie et du Sud algérien. La commissaire du festival a, par ailleurs, indiqué, lors de l’ouverture, que le chant révolutionnaire «sera aussi à l’honneur durant cette édition, avant d’ajouter que l’autre objectif de cette manifestation est également de répertorier et de classifier ce patrimoine. L’authenticité est liée à l’identité culturelle, historique et civilisationnelle».

Lundi 4 Novembre 2013

EL MOUDJAHID

SILA

Croisé au cours de ventes-dédicaces organisées au stand des éditions Barzakh, où les auteurs Amine Zaoui et Samir Toumi signaient leurs dernières parutions, l’auteur, au beau milieu de la foule grandissante de visiteurs du Salon, s’est entretenu avec nous quelques minutes autour de sa participation samedi dernier à une table-ronde sur l’écriture théâtrale. Né en 1968 à Relizane, dans l’Ouest algérien, ce romancier pas comme les autres avait entamé des études de mathématiques avant de se convertir au journalisme. Grand féru de littérature avec une écriture novatrice et réfléchie, il a auparavant publié aux éditions Barzakh « Zarta », « Bavardages du seul » et « Archéologie du chaos amoureux ». Comme reporter intrépide en l’occurrence aux journaux Liberté et El Watan, il s’est rendu à deux reprises en Irak, en pleine guerre, une expérience qu’il a relatée dans un récit poignant intitulé « Les six derniers jours de Baghdad » ainsi que dans « Journal d’un voyage de guerre ».
Parlez-nous de votre présence ici au Salon international du livre d’Alger ? Aujourd’hui, j’interviens dans un débat avec Aziz Chouaki et Habib Tengour autour de l’écriture théâtrale. On discutera des enjeux de l’écriture dramaturgique confrontée à la fiction romanesque et à l’intérêt des romanciers au théâtre. Avez-vous une nouvelle publication en Algérie ? Hélas non ! Je viens de sortir un ouvrage dans une maison d’édition française qui s’appelle « Aldante » laquelle avait déjà collaboré sur mon dernier roman « Archéologie du chaos amoureux » avec les éditions algériennes Barzakh. Ce livre que je vais essayer de présenter ici sous le titre « Le point de vue de la mort » ne figure pas dans cette foire du livre et pour cause, je n’avais pas assez d’exemplaires sur moi. Ce livre repose sur un texte dramatique qui a été monté par le metteur en scène Khair-Eddine Lardjam, qui travaille dans la compagnie Ladjouad qui s’inspire beaucoup du répertoire d’Alloula. Cette pièce a été montée cette année et a été jouée au Festival d’Avignon et j’espère qu’elle sera représentée ici au théâtre de Béjaïa et celui d’Oran. Vous résidez en France ? Non, je vis une situation assez particulière dans la mesure où je suis la plupart du temps en Algérie et que mon œuvre est représentée à l’étranger. Et c’est justement de cette problématique que l’on va débattre maintenant, à savoir, comment se fait-il qu’il y ait tant d’auteurs qui sont célébrés un peu partout dans le monde et dont on ne connaît pas les écrits ici, à l’instar de Aziz Chouaki qui va intervenir dans un moment avec moi. En fait, la question se pose pour tous les procrètes, un peu plus légères qui permettent au public de renouer avec la chose théâtrale, donc pourquoi pas dans stand-up, des one man shows, des petites lectures ou des mises en espace et non pas justement juste de grosses productions au TNA, alors que le vide se fait sentir à côté. Comment expliquez-vous cet attrait pour le théâtre alors que vous êtes connu comme romancier et poète ? Non, j’ai toujours été intéressé par l’expression dramaturgique, j’ai quand même une dizaine de pièces à mon actif, j’écris depuis une douzaine d’années. Mais c’est un peu ça le paradoxe, ma famille d’ailleurs l’a constaté. Tu écris aussi du théâtre ! Et bien oui ! Cet art m’attire beaucoup, on a joué à l’étranger, notamment au Caire, à Dakar et l’on va jouer bientôt à Berlin et même à New York où j’ai été invité récemment, mais malheureusement pas encore dans mon pays. Quelle langue utilisez-vous pour votre théâtre ? En fait, j’écris en fonction des compagnies, mais il m’est arrivé en 2009 de faire des lectures de rue, dans des espaces publics ici en Algérie. J’ai par exemple joué en kabyle à Bejaïa, en oranais à Oran. La langue pour moi, ce n’est pas du tout un problème, parce que si vous travaillez avec des comédiens russes, vous allez jouer dans leur langue. Pour moi, c’est la dramaturgie qui compte, ce n’est pas uniquement la langue au sens strictement linguistique. Et dans le domaine littéraire, vous avez des projets de nouveaux romans ? Ah oui ! Là je travaille sur un très grand chantier qui s’appelle « L’anti-livre ». C’est un projet que j’ai entamé il y a deux ans et je vais justement en parler au cours de cette table-ronde. Ce livre est un roman comme n’importe quel livre que vous achèteriez en librairie, l’histoire du livre est celle d’une rébellion contre son propre auteur. Le livre va raconter un peu l’envers de cette histoire en dénonçant en quelque sorte ce que raconte son auteur et en mettant à nu sa propre histoire, celle à travers laquelle l’écrivain est passé pour écrire ce livre. Donc le narrateur c’est vraiment le livre lui-même qui va partir au pilon pour être détruit parce que, à la base, ce projet est sur un autre matériau, celui des livres que l’on détruit, et lui, au moment où il va mourir, il va raconter sa vraie vie et c’est une manière pour moi de raconter l’envers de la littérature, à savoir la vraie vie. C’est aussi une manière de revenir à titre personnel sur des événements de ma propre vie que je n’ai jamais jusqu’ici livrés dans mes romans. Qu’est-ce que vous pensez de l’atmosphère qui règne dans ce Salon ? Personnellement, je suis d’abord épaté par l’affluence. C’est un espace où il y a une vraie mixité sociale et j’apprécie énormément qu’il y ait autant de monde. Disons que le pari est gagné, dans la mesure où l’on a réussi à en faire un événement populaire. Par contre, j’aurai juste souhaité au niveau programmation des choses un peu plus vivantes. Je veux dire, qu’il n’y ait pas juste des débats et des expositions, j’aurai aimé qu’il y ait un peu plus de musique et des lectures théâtralisées, que l’on sorte un peu de l’image de l’écrivain qui vient parler de sa splendeur, alors que tout le monde attend de lui un avant-gout de son livre, une performance de lecture par exemple. Entretien réalisé par Lynda Graba

« Raconter l’envers de la littérature, la vraie vie »

RENCONTRE AVEC LE ROMANCIER ET JOURNALISTE MUSTAPHA BENFODIL

Culture

31

Un syndicat des comédiens de théâtre et de cinéma de wilaya vient d'être créé à Oran et placé sous l'égide de l'UGTA, a annoncé samedi le secrétaire général de ce syndicat et homme de théâtre, M. Mohamed Belfadhel. " Ce syndicat a été créé le 28 octobre dernier, à l'issue d'une assemblée générale constituante qui a regroupé des comédiens et des hommes de la culture de la wilaya d'Oran ", a précisé M. Belfadhel lors d'une conférence de presse. "L'objectif de cette organisation est de structurer les comédiens, les hommes de théâtre et les cinéastes et toutes les autres professions liées au champ culturel opérant à Oran pour défendre leurs intérêts matériels et moraux", a t-il ajouté. Le chargé de l'organisation du syndicat, le comédien Tayeb Ramadane a expliqué, pour sa part, que le syndicat "œuvrera à organiser le marché du travail dans la wilaya d’Oran, devenue ces derniers temps un centre d’in-

Défense des intérêts matériels et moraux de la famille artistique
térêt pour les metteurs en scène et cinéastes". "Le syndicat est appelé à être un intermédiaire entre le comédien et les producteurs en fournissant à ces derniers une fiche contenant le CV de chaque comédien appelé à être distribué dans un projet artistique" at-il ajouté. Cette organisation "qui veillera également à la préservation des intérêts du comédien", selon ses initiateurs, sera également "un lien entre le ministère de la Culture et le comédien pour faciliter l’accès aux aides à la production". 80 comédiens de théâtre et du cinéma ont déjà adhéré à ce syndicat qui a reçu des échos favorables des artistes d'autres wilayas. "Il compte entreprendre des démarches auprès de la caisse de mutualité pour faire adhérer les membres afin qu’ils puissent bénéficier des avantages offerts", at-on encore indiqué en précisant qu' "une convention sera également signée avec deux avocats-conseils".

CRÉATION À ORAN DU SYNDICAT DES COMÉDIENS DE THÉÂTRE ET DE CINÉMA DE WILAYA

Ph : Billal

cessus de diffusion de la culture, je ne parle pas seulement du théâtre, il y a aussi l’art contemporain, la littérature, la musique et le cinéma. Autant pour ce dernier on assiste à un certain frémissement qui arrive avec la nouvelle vague des jeunes auteurs, notamment dans le format du court-métrage, autant pour le théâtre on constate une certaine stagnation ; cet art est empêtré dans une espèce de mécanique assez lourde, et personnellement, je milite pour des formes un peu plus dis-

Coup d'envoi de la manifestation “semaine de la lecture”
La manifestation, "semaine culturelle de la lecture" a été lancée samedi à la bibliothèque principale de lecture publique "Mohammed-Dib" de Tlemcen, dans une ambiance festive créée par des enfants venus des quatre coins de la wilaya. Le programme de cette manifestation, organisée à l'initiative de la bibliothèque en collaboration avec la direction de la culture, comporte une exposition de livres sur l'histoire de la glorieuse guerre de libération et ses héros, outre des ateliers de dessin, de travaux manuels, de calligraphie arabe, d’arts plastiques et des séances de lecture avec la participation d'élèves des écoles de la région. Les activités programmées sont encadrées par des pédagogues et psychologues qui présenteront des conférences sur la lecture et les moyens nécessaires pour développer l'amour de la lecture chez l’enfant. Cette manifestation coïncidant avec les festivités du 59ème anniversaire du déclenchement de la révolution du 1er Novembre 1954, constitue une opportunité pour faire découvrir aux jeunes visiteurs les étapes de la lutte du peuple algérien pour le recouvrement de son indépendance ainsi que les figures historiques nationales, a-t-on souligné.

ELLE A ÉTÉ LANCÉE SAMEDI À TLEMCEN

Lundi 4 Novembre 2013

Pétrole Le Brent à 105.91 dollars

L

e premier festival du genre qui regroupe la production cinématographique des pays maghrébins a vu le jour grâce aux efforts conjugués du ministère de la Culture et des cinéastes professionnels avec sa toute première édition inaugurée hier soir sous les applaudissements des spectateurs. L’ouverture de cet important événement culturel a eu lieu à la salle El Mougar en présence du ministre des Affaires étrangères, M. Ramtane Lamamra, et de Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture qui ont évoqué tous deux les objectifs de cette manifestation dans leurs allocutions respectives. Le ministre des AE a mis en avant l’idée de la construction d’un grand Maghreb dont les pays œuvreraient de concert et ce malgré certaines divergences ou difficultés à l’unification permanente et sans relâche des liens fraternels et historiques qui consolident dans un même socle le patrimoine et l’histoire maghrébine. Avancer dans une direction commune en offrant un espace unique pour l’essor et le développement de la culture cinématographique dans un échange et un partage des compétences dans ce domaine, tel était le souhait exprimé par M. Lamamra. Pour sa part la ministre de la Culture, après un bref historique sur la naissance du 7e art dans les pays du Maghreb a affirmé que l’ouverture de ce festival permet

Le premier festival du genre qui regroupe la production cinématographique des pays maghrébins a vu le jour grâce aux efforts conjugués du ministère de la Culture et des cinéastes professionnels avec sa toute première édition inaugurée hier soir sous les applaudissements des spectateurs.

Un espace propice à l’essor de la culture cinématographique

OUVERTURE OFFICIELLE DU 1er FESTIVAL D’ALGER DU CINÉMA MAGHRÉBIN

Monnaie L'euro à 1.349 dollar

D E R N I E R E S

FÊTE NATIONALE DE TONGA

Demain, c’est Awal Mouharram, le premier jour de l’an hégirien 1435. Une journée fériée, que le peuple algérien célèbre chaque année, selon ses us et coutumes. Le calendrier musulman qui se décline en 12 mois lunaires commence par celui de Moharrem, un des quatre mois sacrés de l’année, avec Radjab, Dhoul Qaâda et  Dhoul Hidja, au cours desquels les tribus arabes s’interdisaient de faire la guerre entre elles, et ce, bien avant l’avènement de l’islam. En effet, les Arabes observaient une trêve dans leurs conflits, au cours du mois de Moharrem, et les croyants appelés à ne pas se faire du mal entre eux. Au lieu de prendre exemple du calendrier grégorien, le quatrième calife de l’islam, Omar Ibn El-Khettab (qu’Allah l’agrée), a choisi l’année de l’émigration de Sidna Mo-

Awal Mouharram 1435, c’est demain !
hamed (QSSSL), de La Mecque vers Médine, soit 622 après Jésus-Christ, comme point de départ du nouveau calendrier hégirien, avec Moharrem comme premier mois. Durant ce mois sacré, il est recommandé aux musulmans de multiplier les bonnes œuvres, et de célébrer le dixième jour, appelé Achoura, en observant le jeûne. En effet, le jeûne fait partie des bonnes actions que le Prophète (QSSSL) a l’habitude de conseiller aux croyants pour expier leurs fautes et se rapprocher de Dieu. Dans un hadith rapporté par l’imam Mouslim, d’après Abou Horaïra, Sidna Mohammed (QSSSL) a dit : « Le meilleur jeûne, en matière de rétribution divine, après celui du Ramadhan, est celui accompli les neuvième et dixième jours de Moharrem.»

CALENDRIER MUSULMAN

un nouvel espoir pour la mise en valeur de ce cinéma qui a longtemps peiné à sortir des arcanes. Elle a ensuite appelé à l’ouverture de toutes les salles de projection

qui assureront un avenir plus florissant au cinéma algérien. L. Graba

La 7e édition de la manifestation ARTifariti a débuté, hier dans la wilaya de Boujdour (camp des réfugiés sahraouis), sous le slogan «Intifadha de l’art», avec la participation d’artistes représentant plusieurs pays. La ministre sahraouie de la Culture, Mme Khadidja Hamdi, a présidé l’ouverture de cette manifestation, organisée en collaboration avec l’association des amis du peuple sahraoui de la ville espagnole de Séville, et à laquelle prennent part des artistes venus

Ouverture de la 7e édition au Sahara occidental

«MANIFESTATION ARTIFARITI»

Une quantité de 10 kg de corail brut destinée à la contrebande a été saisie, ces dernières 24 heures, par les éléments de la sûreté de daïra d’El Eulma dans la wilaya de Sétif, a indiqué hier à l’APS une source sécuritaire. «Cette saisie a été opérée à la suite de l’exploitation d’informations faisant état de la présence d’individus au comportement suspect qui ont été par la suite identifiés comme étant des membres d’un réseau international de contrebande de corail», a in-

10 kg de corail destinés à la contrebande saisis

d’Algérie, des Etats-Unis, de GrandeBretagne, du Venezuela, du Mexique, d’Espagne, ainsi que des créateurs sahraouis. Cette manifestation, qui s’étale sur une semaine, verra l’organisation d’ateliers de travail encadrés par des professeurs et spécialistes des pays participants. Cette édition sera marquée par l’inauguration, mardi prochain, de l’école sahraouie des arts, a indiqué la ministre sahraouie, précisant que les participants approuveront le lancement d’un réseau international d’appui de l’école sahraouie.

SÉTIF

L’Algérie a condamné hier «avec la plus grande fermeté» l’assassinat de deux reporters de Radio France Internationale (RFI) dans le nord du Mali, qualifiant cet acte de «crime ignoble». «C’est avec une profonde consternation que nous avons appris l’assassinat odieux des deux reporters de Radio France Internationale (RFI). Nous condamnons avec la plus grande fermeté ce crime ignoble et nous présentons nos sincères condoléances aux familles et aux proches des deux victimes ainsi qu’au gouvernement français», a déclaré à l’APS le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani. «L’Algérie se tient résolument aux côtés du gouvernement malien et de la communauté internationale et elle réaffirme sa détermination à lutter sans relâche contre le terrorisme et le crime organisé», a ajouté le porte-parole du MAE.

Alger condamne fermement

ASSASSINAT DE DEUX REPORTERS FRANÇAIS DANS LE NORD DU MALI

Sur le plan des traditions culinaires, les familles algériennes ont l’habitude de célébrer l’événement en préparant des plats spéciaux, à base de pâtes généralement, et selon les différentes régions du pays. À Alger, par exemple, Moharrem est fêté avec  de la « Rechta », un plat préparé avec du poulet, des pois chiches et des navets ou des courgettes. En Kabylie, un bon couscous au poulet fait l’affaire, alors que la « Trida » est le plat servi dans la région est du pays. En cette heureuse circonstance, les familles du Sud-Est dégustent la célèbre «  chakhchoukha  », tandis que le plat appelé « seffa », un couscous au raisin secs et au miel, est recommandé à l’ouest du pays. Bonne fête pour tous. Mourad A.

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a présenté hier, au nom du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et en son nom personnel, ses condoléances à l’ambassadeur de Pologne en Algérie Michal Radliki suite au décès de l’ancien Premier ministre polonais Tadeusz Mazowiecki. «J’ai appris avec tristesse et affliction le décès de l’ancien Premier ministre de la République de Pologne, Tadeusz Mazowiecki, et en cette pénible circonstance je vous adresse au nom du Président de la République, Son Excellence Abdelaziz Bouteflika et en mon nom personnel, mes condoléances les plus attristées ainsi qu’à la famille du défunt et aux gouvernement et peuple polonais ami», a écrit M. Sellal sur le registre de condoléances. «Avec la disparition de Tadeusz Mazowiecki, la Pologne perd un politique chevronné qui a voué sa vie au service de son pays et contribué avec vigueur à la consolidation des relations bilatérales entre l’Algérie et ce pays», a encore écrit M. Sellal. «En m’inclinant devant la mémoire du défunt, je vous réitère mes vives condoléances et toute ma compassion en cette pénible épreuve», a-t-il conclu. L’ancien Premier ministre polonais, Tadeusz Mazowiecki, est décédé lundi dernier à Varsovie à 86 ans.

Sellal présente les condoléances de l’Algérie

DÉCÈS DE L’ANCIEN PREMIER MINISTRE POLONAIS TADEUSZ MAZOWIECKI

a adressé un message de félicitations au Roi de Tonga, Tupou VI, à l’occasion de la célébration de la fête nationale de son pays. «Au moment où votre pays célèbre sa fête nationale, il m’est agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations accompagnées de mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vousmême, de progrès et de prospérité pour votre peuple», a écrit le Chef de l’Etat dans son message. «Je tiens, en cette heureuse occasion, à vous réitérer ma disponibilité à œuvrer, avec Votre Majesté, à la promotion des relations entre nos deux pays», a ajouté le Président Bouteflika.

Le Président Bouteflika félicite le Roi Tupou VI Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika,

Ph : Nacéra

RÉUNION DE CONSULTATION SUR LES MODALITÉS DE MISE EN PLACE DU CARIC

Le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel, représentera l’Algérie à la réunion restreinte de consultations sur les modalités de mise en place de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises (CARIC), qui aura lieu à Pretoria (Afrique du Sud) lundi et mardi, au niveau des chefs d’Etat et de gouvernement, a indiqué hier le porteparole du ministre des Affaires étrangères, Amar Belani. Cette réunion, à laquelle sont appelés à prendre part les Etats membres de l’Union africaine qui ont ex-

M. Messahel à Pretoria

SESSION EXTRAORDINAIRE DE LA LIGUE ARABE SUR LA SYRIE

primé un engagement pour la mise en place de la Capacité africaine de réponse immédiate aux crises «s’inscrit dans le cadre du suivi de la décision relative à la CARIC, adoptée par le sommet de l’UA en mai 2013 à Addis-Abeba», a précisé M. Belani dans une déclaration à l’APS. L’Algérie et un certain nombre de pays africains avaient au cours de ce sommet apporté leur soutien à la création de la CARIC dont l’initiative avait été portée par l’Afrique du Sud, a rappelé la même source.

diqué la même source, soulignant que «cette prise importante est la première du genre dans la wilaya de Sétif.» Quatre personnes ont été arrêtées «au moment où elles s’apprêtaient à livrer ces 10 kg de corail à un ressortissant étranger en vue de leur exportation frauduleuse», a encore indiqué la même source, soulignant que l’enquête suit son cours pour déterminer d’éventuelles complicités.

traordinaire du Conseil de la Ligue arabe, prévue dimanche au Caire et consacrée aux développements de la crise syrienne et aux préparatifs de la conférence dite de «Genève2», par son ambassadeur auprès de la Ligue arabe, Nadir Larbaoui. «Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, étant retenu à Alger pour suivre les développements liés aux relations algéro-marocaines, l’Algérie sera représentée par son ambassadeur auprès de la Ligue arabe, Nadir Larbaoui, aux travaux de la session extraordinaire du Conseil de la Ligue, prévue ce jour au Caire et qui sera consacrée aux développements de la crise syrienne et aux préparatifs de la conférence dite de Genève-2», a indiqué dans une déclaration à l’APS le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani.

L’Algérie sera représentée par son ambassadeur L’Algérie sera représentée aux travaux de la session ex-

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->