¤ GYPTIENNE LA GNOSE ORIGINELLE E

1

2

¤ GYPTIENNE LA GNOSE ORIGINELLE E
¤ TERNEL PRE ¤ SENT ET SON APPEL DANS L‘ E

¤ E ET EXPLIQUE ¤ E DE NOUVEAU PROPAGE D ’APRES LATABLE D ’ EMERAUDE ET LE CORPUS HERMETICUM DE ' S TRISME ¤ GISTE HERME PAR JAN VAN RIJCKENBORGH

premier tome

deuxie' me e¤ dition revue

1991

ROZEKRUIS PERS ^ HAARLEM ^ PAYS-BAS

3

Traduit du ne¤ erlandais Titre original : de egyptische oergnosis en haar roep in het eeuwige nu

¤ cole Internationale de la Rose-Croix d’Or E Lectorium Rosicrucianum ' ge central Sie Bakenessergracht 11-15 ^ Haarlem ^ Pays-Bas

isbn 90 6732 066 8 ß 1991 Rozekruis Pers, Haarlem, Pays-Bas 4

laissant derrie ¤ sert du passe ¤ dialectique. une tombe. Herme ¤ de la merveilleuse fleur d’or du nouveau Grand. le front orne ' la main le double serpent de feu.ý De cette tombe de la “ tu de l’ habit d’or des Noces de nature ressuscite le Fils. tenant a ¤ pinie ' re renouvele ¤ . reve “ ' s le Trois fois l’a me nouvelle. le pouvoir de penser. l’aspect positif et ne ¤ gatif.Fils des Serpents ßIl a fait de lui. Il a lite ¤ son Pymandre. de magnitrouve ' re lui les ossements de ficence en magnificence. tous ses vains efforts dans le de 5 . uni a ' l’ Esprit. Ainsi s’e ¤ le ' ve-t-il. fluide de la moelle e “ me nouvelle avec la personnaLes cinq points de contact de l’a ¤ transfigure ¤ e apparaissent comme des roses rayonnantes. vivant. C ’est le nouveau Mercure.

' res Table des Matie Avant-Propos I ' sTrisme ¤ giste Herme ' s ^ La triple subLes trois fois trois aspects du disciple d ’ Herme ¤ du nouveau devenir dans la Rose Croix classique ^ La fuite limite en Egypte 13 15 II ¤ meraude LaTable d ’ E Explication 21 III Le Corpus Hermeticum Introduction ^ Pymandre 29 IV V Premier livre : Pymandre 's Pymandre et Herme ¤ de la te “ te et du coeur ^ La purification fondamentale du L‘ unite coeur 46 VI ¤ naire cosmique Place de l’ordre dialectique dans le Septe “ che dans l’univers ^ La Gnose e ¤ gyptienne et la Gnose de Sa ta Mani ^ Le drame de la fusion de l’esprit et de la matie' re ^ La vocation de l’ homme 54 .

il doit cro|“ treý 76 X La bonne fin ' la vie originelle ^ Le cercle de la limite ^ La Le chemin de retour a “ me est rene ¤ e ^ Moisson bonne fin ^ Le signe de l’ homme dont l’a et service ^ L‘extension du champ de la moisson 84 XI Les bienfaits de Pymandre ¤ cessite ¤ d ’inhaler et d’exhaler ^ Le sommeil de l’e ¤ le ' ve gnosNe 's tique ^ L‘ hymne d’ Herme 93 XII La structure du rituel gnostique ' s et le nombre neuf L‘ hymne d ’ Herme 97 XIII ' re astrale dialectique La sphe ¤ le ' ve ^ L‘existence dramatique de la sphe ' re Les dangers pour l’e ¤ flectrice ^ Dangers des re “ ves ^ Une question pressante re 100 XIV ¤ nouer le lien astral De ¤ sir ^ La force a ' te “ te de lion ^ Ne ¤ cessite ¤ d ’un apL‘absence de de prentissage positif ^ La clef du chemin gnostique ^ Le ve¤ ritable ¤ sir du salut de 106 .VII ¤ livrance et re ¤ mission De ¤ conciliation et la semence d ’or de l’immortaLa promesse de re ¤ ^ Sauvetage par le revirement fondamental volontaire de la lite ¤ conciliation vie ^ Le miracle du grand Plan divin de re 63 VIII ¤ de l’ homme La dualite ¤ paration des L‘ homme naturel : une forme apparente ^ La se sexes ^ La cause des anomalies sexuelles ^ La septuple purification du coeur 68 IX Stimuler la naissance de l’Ame immortelle ' re et moi Le royaume de Dieu est au-dedans de vous ^ ßLe Pe ¤ ¤ sommes uný ^ La montee vers le royaume cache ^ L‘erreur capitale ^ ßJe dois diminuer.

XV ¤ tranger au monde Devenir e ¤ rale ^ Le chemin de croix aux roses ^ La nouvelle naissance side “ te ^ La ' poser sa te La nouvelle orientation ^ Plus de place ou ¤ tranger condition d ’e 113 XVI ¤ veil de l’a “ me (I) L‘e Le champ astral gnostique ^ La transfiguration de l’a“ me ^ Le ¤ lixir de vie ^ Les bienfaits de Pymandre ^ Le point nouvel e crucial dans la vie diurne 121 XVII ¤ veil de l’a “ me (II) L‘e ¤ ons ^ Le treizie ' me e ¤ on ^ La ne ¤ cessite ¤ de la La naissance des e sanctification autonome ^ La couronne incorruptible de la gloire 131 ¤ alite ¤ de la libe ¤ ration XVIII Re Couleur et vibration du nouveau champ astral ^ Les deux sortes ' res de la vie dialectique ^ Le franchissede mort hors des sphe ' res ^ L‘ imitation de l’aide gnostique ^ Les garment des barrie ' re ^ Inhaler et exhaler ^ Au-dela ' des limites diens de la frontie de la mort 138 XIX ¤ ducation pratique du penser L‘e ¤ moire ^ La lipika ^ Manque de liberte ¤ de la Le centre de la me ¤ e humaine ^ ßCinq minutes de pense ¤ es inconside ¤ re ¤ es..ý pense ' s de vos pense ¤ es ^ Une question vitale ^ Mettez un gardien aupre ¤ ne ' tre en vous ^ La clef du chemin ^ Comment la Gnose pe ¤ e en mains propres ^ Re “ ves donne 146 XX Le signe du Fils de l’ homme Le pain et le vin : le Saint Graal ^ La double liaison avec le nouveau champ astral ^ La formation du manteau d’or des ' me oeil. la merveilleuse fleur d ’or ^ L‘ intuition Noces ^ Le troisie gnostique ^ Le casque du salut ^ L‘aide du bain de lumie' re astrale gnostique 155 ..

XXI ' re et le consolamentum Le bain de lumie ' re ^ Les a “ mes de ¤ sincarne ¤ es endorLa nature du bain de lumie mies ^ Le consolamentum 163 XXII Vivez du nouveau principe de l’Ame “ me ^ Les trois e ¤ tats du corps astral ^ La perturConscience. a ¤ tique naturel du microcosme ^ L‘ interbation de l’ordre magne “ les ^ L‘e ¤ panouissement de la nouvelle conscience version des po “ me ^ La liaison avec l’ Esprit de l’a 166 ¤ veloppement de la conscience dans le nouveau champ astral XXIII Le de ¤ tat exceptionnel du Corps Vivant de la Jeune Gnose ^ La resL‘e ¤ de l’e ¤ le ' ve ^ Deux cas ^ L‘aide donne ¤ea ' un e ¤ le ' ve de ¤ sponsabilite ¤ ^ Le redressement des a “ mes endormies ^ La moisson et incarne les moissonneurs ^ Le franc-mac ° on agissant et cre¤ ant par lui“ me me “ te d ’or XXIV La salle des Noces : laTe ¤ e des candidats ^ Le royaume des cieux ^ ßLe Pe ' re et moi La pese “ tre qui ne trouvera jamais la force du Paraclet sommes uný ^ L‘e 182 XXV ' me livre : Pymandre a ' Herme 's Deuxie XXVI La vivante connaissance de Dieu ßMon peuple se perd faute de connaissanceý ^ L‘arrogance de la ¤ ologie ^ L‘apparition du mate ¤ rialisme historique ^ L‘ inviolathe ¤ de la ve ¤ rite ¤ ^ L‘essence de Dieu ne se comprend que spiribilite tuellement XXVII L‘ universel amour de Dieu ¤ sent ^ L‘amour dans la vie dialecL‘amour de Dieu est omnipre tique ^ Deux sortes de dialectiques ^ LaTerre sainte ^ Le temps de Dieu et le temps des hommes ^ La mort de Christ nous est vie . vie.

la fant de Dieu ^ ßLa ¤ poser le fardeau karmique ^ Le Plan divin de secours ^ Dieu De ¤ dans la chair manifeste ¤ tincelle d ’esprit ^ L‘ hommeXXIX Devenons silencieux ! ^ L‘atome-e ¤ du coeur et de la te “ te ^ Le larynx ^ L‘ homme Mercure ^ L‘ unite nonuple ^ Les trois temples dans l’ homme ^ Le Saint des Saints ^ ßDevenons silencieux devant le Seigneurý XXX Qu’est-ce que la sagesse ? ¤ de groupe dans la Gnose ^ La re ¤ alite ¤ divine du septie ' me L‘ unite ¤ ^ Le chemin de droite et le chemin de rayon ^ La grande amitie ' re et feu ^ La loi de l’amour universel gauche ^ Lumie Tout est en Dieu 224 Glossaire 232 .' re de notre origine XXVIII Le myste Qu’est-ce que la vie ? ^ Dieu et l’ homme ^ L‘Ame-Esprit est l’en' ou ' est la liberte ¤ý^ “ est l’ Esprit du Seigneur.

dans une profonde angoisse du coeur. eux aussi. tous les chercheurs se ¤ rieux de la ve ¤ rite ¤ libe ¤ ramaine. ce message est le fondement de toute activite ¤ libe ¤ raqu’il ope ¤ riode aryenne qui est la trice. ' ceux qui s’efforCe livre. de par sa nature. dans quelque lieu et sous quelque nom ' re.Avant-Propos ' res que nous C ’est avec une reconnaissance et une joie particulie faisons para|“ tre de nouveau au grand jour l’antique message de la ¤ gyptienne. d’aussi pre ' s que possible. de parcourir le chemin de la ve “ ce a ' lui. maintenant que le monde et l’ humanite ¤ sont Gnose e ¤ s une fois de plus a ' l’un de ces tournants pe ¤ riodiques des arrive grands cycles cosmiques. a ' parcourir ce chetation inte min. Jan van Rijckenborgh . A quelque moment. C ’est donc aussi le cas dans la pe “ tre. cherche de l’ humanite ' e ¤ chapper au circuit fatal de la mort. Gra ' me “ me d’approcher. laquelle pre ¤ cichent encore a ¤ sistiblement les hommes dans les te ¤ ne ' bres insondables de pite irre la nuit cosmique qui tombe sur eux. l’esprit trice sont a ¤ couvrir dans cette oriende l’apprentissage gnostique et de de ¤ rieure s’ils sont appele ¤ s. en tant qu’e ¤ ritable destine ¤ e huCroix d’Or. Il s’adresse a ' ceux qui perc no ° oivent ce qu’a de tragique la mar¤ et. parle directement a ¤ le ' ves de l’Ecole Spirituelle Gnostique de la Rosecent.

nous avons demande ¤ fle ¤ chir au nouveau courant de de ¤ veloppement et de manide re ' s le mois de mai 1956 ^ tre ' s important pour festation qui. pour la plupart. savaient combien le quintuple Les e Corps Vivant de l’Ecole semblait vibrer sous la tension croissante ¤ ve ¤ nements. la Gnose d’Herme ¤ tude approfondie de cette Gnose oriAussi est-il clair qu’une e ginelle est de grande importance pour tous ceux qui cherchent ve¤ ' re de la ve ¤ rite ¤ libe ¤ ratrice. et l’ humanite ¤ le ' ves. e ' chacun de nous montrerait diose ou ' quel camp il appartiendrait. Une de ¤ marcation extre “ mement rea ¤ “t marquable aurait lieu. a ' la moisson de notre e ¤ poque. apre ¤sa ' partir de juin de l’Ecole Spirituelle ^ marquerait nos activite “ me anne ¤ e. nelle. au camp de la Gnose ou clairement a ' celui de la nature ordinaire. C ’est pourquoi ritablement la lumie ¤ ja ' donne ¤ es aux e ¤ le ' ves de nous mettons aujourd’ hui les lec ° ons de ' la disposition de ceux qui sont encore l’Ecole Spirituelle actuelle a ' l’exte ¤ rieurý. Car le grand travail gnostique pour le monde cette me ¤ de ¤ buterait dans les mois a ' venir. Il fallait que l’oecumenisme gnostique fu ¤ . Qui e ¤ tait ou pluto “t leur pre . aux Pays-Bas. mais qui sont appele ¤ s. selon leur e ¤ tat inte ¤ rieur et ßa ¤ paration. Ils prenaient concience de l’e ¤ poque grandes futurs e ¤ poque ou ' nous entrions. a ' nombreux e ¤ aux assistants Lage Vuursche.I ' s Trisme ¤ giste Herme Dans les derniers jours d’avril 1956. un oecume ¤ nisme prenant sa source dans la Gnose origifonde ' sTrisme ¤ giste. lors d’un rassemblement de ¤ le ' ves dans notre Centre de Confe ¤ rence de Re ¤ nova.

en corre ' re de l’Amour plan de la nature. En effet l’Homme ce dans un triple sens. se l’e . Faites-le sans question. grandý ou le ßtrois fois sublimeý. e ¤ lation avec ce de ¤ pouillement sur le Alors. dans la mesure ou ' il triomphe de lumie ¤ gocentrisme. on voit de ¤ quilate ¤ ral. la ve ¤ racite ¤ donne-t-il la preuve par une grande purete ¤ rieux. en re ¤ ponse a ' cette qui est Herme ' la figure d’un sublime envoye ¤ divin. le ßtrois fois C ’est pourquoi Herme ¤ leste est. et parvient a ' ce de ¤ pouillement de lui-me “ me. le ve ' s est appele ¤ ßTrisme ¤ gisteý. a ' saressent et exte voir par une liaison absolue avec l’essence originelle de la Divi¤ .' s Trisme ¤ giste ? On peut songer. il y aspire. Tel est le premier asdes actes libe ¤ tique de la sublimite ¤. nous voulons dire que l’ homme ce ¤ riorise sa religion sous la seule forme ve ¤ ritable. Herme ¤ leste Parlant ici de religion. doit se de ¤ pouiller de tout instinct e ¤ gocentrique. renoncer aux aspirations et aux actions terrestres. il recevra. des rayonnements de lumie ¤. un triangle e ¤ quilate ¤ ral parfait. Car lorsqu’un e ¤ le ' ve rec Le second en est la conse ° oit la ' re d’amour de la Gnose. Car selon la coutume des anmais a ¤ taient symbolise ¤ es par des ciens. dont il sera comble “ me cet amour de Dieu rec “ ce a ' Enfin il rayonnera lui-me ° u gra ¤ pouillement. il soupire et tend vers la perfection. science et art ' s. c ’est C ’est pourquoi nous devons dire : Herme ¤ ritable Homme ce ¤ leste qui a passe ¤ les portes de laTe “ te d’Or. et de ¤ sire e “ tre ainsi un ve ¤ ritable gnostique. Aussi un e ¤ le ' ve sur le chemin qui tend vers cette religion en nite ¤ . ' s est. Religion. forment en lui. il souhaite vivre de cet son e amour. au sens scientifique et au sens de l’art pur. ostensibles. pect herme ¤ quence. par l’amour. a ' condition de ne pas penser a ' un personnage historique. e ¤ vidents. les forces et les manifestations e dieux anthropomorphes. scrupule a ' une se ¤ rie d’envoye ¤ s ce ¤ lestes. divin. Dans cet ¤ ja ' un majestueux triangle amour. Herme ' s. Celui-la ' prouve qu’il est touche ¤ dans tout et un profond se “ tre par le grand amour qui est Dieu . Car celui qui veut recevoir cet amour divin. dans ce seul aspect. Il prouve qu’il est un e ¤ le ' ve sur le chemin par son de ¤ rateurs. absolument sublime : au sens religieux.

tes dans le syste ¤ s de conscience deviennent actiLorsque les nouvelles capacite ¤ se retire a ' l’arrie ' re-plan et la sagesse na|“ t. ' la perfection sur la base de ces trois fois trois asCelui qui arrive a ' sTrisme ¤ giste. comme l’amour. le de ¤ pouillement est une condition abrel de son a solue.Tout d’abord la savoyons luire e ¤ em. cette lumie ' re e ¤ tablit alors avec lui un e ¤ change quotidien. un homme ce ¤ leste. Car le vrai Rose-Croix est un sage par gra ' re. par la mort journalie ' la croix et s’ane ¤ antit ainsi en Je ¤ sus le Seigneur. en oeuvrant pour la libe “ ce diC ’est ainsi que se tient devant nos yeux le mage par gra ' re ou la soeur du Saint Graal. Elle gesse doit na|“ tre du coeur. l’art d’e “ tre vivre ve ¤ ritablement inattaquable comme libe ¤ re ¤ ce ¤ leste . et est. la rose a ' me aspect herme ¤ tique de la sublimite ¤ . l’art de ¤ ritablement en homme libe ¤ re ¤ . l’art de servir. Dieu. le monde et les hommes ¤ ration de l’ humanite ¤. Le ves. l’intellectualite ¤ veille ¤ par cette sagesse constitue le deuxie ' me aspect hersavoir e ¤ tique de la sublimite ¤ . e ¤ claire ¤ vine. doit atteindre la maturite ¤ e par l’e “ tre entier. me “ ce divine. une illumination comme disaient les ancompre ¤ veil de nouvelles ciens.produit un grand changement dans les cinq fluides de l’e¤ tat natu“ me. rayonne ' me aspect herNous voyons clairement maintenant le troisie ¤ ¤ ' metique. Sinon le Fils de l’Homme. par cette vie. est un Herme . un changement de conscience. mie ' res conse ¤ quences remarquables en est une L‘ une des premie ¤ hension accrue. Toutefois. ne peut demeurer dans le syste ' me hula lumie main. si le coeur d’un homme est ouvert et que la lu' re gnostique peut y pe ¤ ne ¤ trer et y faire sa demeure. l’ homme servant. ' re de la Gnose. attache C ’est l’ homme du Golgotha qui. de Bethle ¤ dans le sanctuaire de la te “ te. deuxie ' mement. un e “ tre rene ¤. A cette fin. et troisie ' meve ment. le fre par la sagesse de la Rose-Croix et la force d’amour de la Gnose. nous Dans ce deuxie ¤ galement le triangle e ¤ quilate ¤ ral. qualifie ¤ a ' juste titre d’aspect rosicrucien. C ’est l’e ¤ ¤ ¤ ' ¤ sencapacites de conscience qui etaient deja potentiellement pre ' me mais a ' l’e ¤ tat latent jusqu’a ' ce jour. Celui qui se pects. L‘art envisage ici est l’Art royal : premierement. de la rose du coeur. L‘endoura est la formule de base.

lorsque nous vous par' sTrisme ¤ giste. de la Gnose de tre tous les temps. essaye ¤ de de ¤ couvrir le myste ' re. son de ¤ par l’amour divin et ainsi enflamme ¤ par l’Esprit de est touche Dieu.' vivre de ces neuf aspects et se dirige vers ce but en total don met a ¤ tique. Le candidat. ¤ sent vivant. “ ce a ' la lumie ' re de l’amour. implique logiquement l’ofLa renaissance. C’est la renaissance par l’Esprit Saint. Gra par un savoir intellectuel transmis. Son ane ¤ ' le conduit de Bethleem a Golgotha. mais qu’il s’agit ici d’un pre¤ sent vivant. mais par l’intervention ¤ antissement total en Je ¤ sus le Seigneur du Feu en lui. ¤ montre sa libe ¤ ration par son sacerdoce magique. Il devient un enfant. approchez les myste ' res gra “ ce vous disons : dans le pre ¤ sirez re ¤ elleau revirement total de votre comportement. Durant votre vie vous avez peut-e ' re. il participe a ' la sagesse. ment qu’ils se de 15 . ou un fils de soi va le chemin herme ' s . Re ' l’e ¤ le ¤ vation. vous qui aspirez tellement frande totale de soi. Il de et quotidien. Donc. a ' l’attouchement de la Gnose et aux re ¤ sultats de a ¤ ussite re ¤ side votre marche sur le chemin ! Le secret de votre re avant tout dans une offrande totale. Cet Homme ce ¤d’Herme ' de donc d’une sublimite ¤ triple que la Rose-Croix de leste proce ¤ finit e ¤ galement comme suit : jadis de ' s avoir purifie ¤ le sanctuaire du coeur par 1. apre ¤ pouillement. ayant donc franchi la porte de Bethle¤ em. non 2. efficace 3. si vous de ¤ voilent et s’e ¤ clairent a ' vos yeux. au sens e ¤ fle ¤ chissez a ' cela. C ’est pourquoi nous lumie ¤ sent vivant. sachez que nous ne voulons pas tourlons d’Herme ¤ de l’ humanite ¤ . l’e ¤ tat naturel ordinaire dialectique Dans ce pre ' s clairs : ses forces veulent nous occuper nous parle en termes tre et nous absorber au point que nous arrivions a' penser que rien “ tre cherche ¤ la d’autre n’existe. ¤ vange ¤ lique. il approche l’e ¤ tat d’Homme ce ¤ leste. vers les ner votre regard vers le lointain passe ¤ historiques ou ' le ma|“ tre parlait aux hommes de choses temps pre ' s sages.

Car nous vous le disons. celui qui est par ßHe ¤ sent depuis l’aurore des temps. en effet. Cependant elle est pleinement la part de celui qui. Un auteur fait me “ me allusion a ' des cenvres attribue taines de milliers de rouleaux qui contiendraient la sagesse d’Her' s. touche ' re se de ¤ voile. que le de ¤ le ' ve se ¤ rieux est appele ¤ a ' ßfuir en C ’est pourquoi chaque e ¤ sus. mais pour vous donner un te 16 . pourvu que nous la voyions. par grands instructeurs de l’ humanite ' s Trisme ¤ giste. ce myste ' re est la nature dialectique. Mais le myste ' re qui doit e “ tre de ¤ voile ¤ . qui fut toujours pre laquelle on puisera toujours en tous temps et en tous lieux. et exemple. ce n’est certainement pas pour vous dire : ¤ moignage de la ßVoici la sagesseý. dans cet ouvrage. attache ß la rose a ' la croix. vous e“ tes ¤ par la lumie ' re du myste ' re de sorte que. aussi de Si. tels Pythagore et Platon. ce qui veut dire : sonder profonde ¤Egypteý comme l’enfant Je ' res de la vie ve ¤ ritable. Il n’y a. et a ' seule sagesse. dans votre jeune apprentissage de la Sainte Gnose. ont rec ° u leur connaissance d’Herme ¤ tique est identique a ' la doctrine sapourquoi cette sagesse herme ¤ e orientale.¤ sent de la nature dialectique est repre ¤ sente ¤ dans l’Evangile Le pre ¤ rodeý. qui se manifeste aussi dans le ment les myste ¤ sent. en toute ¤ rite ¤ . a ' laquelle on a puise ¤ . et qui se trouve aussi dans omnipre ¤ . qui s’y est grave ¤ signe ¤ dans l’Evangile comme l’ßEgypteý. Vous comprenez aussi pourquoi l’on parle d’innombrables li¤sa ' Herme ' s.ý ve Si. fondement et synthe sagesse originelle. les forces naturelles d’He ¤ rode s’efforceront le myste ¤ le ¤ ment e ¤ tranger a ' votre nature dialectique avant me “ me de tuer l’e ¤ voilement ne soit total. pourvu que nous y pe ¤ ne ¤pre trions. le Saint Graal existe ! “ tre pourquoi il est dit que beaucoup de Vous comprenez peut-e ¤ . apre ' se de cette troduction la Table d’ Emeraude. qu’une cre ¤ serve ¤ e. dans cette lumie ' re. Cette sagesse n’est pas dans des livres. pour ne citer que celle-la' . nous attirons toutefois votre attention sur ' s vous avoir pre ¤ sente ¤ en inun livre. implante ¤ . le Corpus Hermeticum. Mais tous les livres du monde ne pourraient contenir la same ¤ tique ! Car cette sagesse est d’une nature autre que gesse herme n’importe quel savoir transmis.

en tant que Jeune Fraternite ¤ sent vivant. nous permettent de qu’elles ont endure nous approcher aujourd’ hui de la Gnose. nous ßfuyonsý en Egypte. sagesse qui sera ou deviendra aussi votre partage sagesse du passe ¤ sent vivant. notre ta “ che d’enfants de te Dieu. 17 .¤ . ici et a ' pre ¤ sent. Nous plongeons dans le mys' re afin d’accomplir. Certes. ¤ moignage a ' l’e ¤ preuve de notre expe ¤Nous mettons leur te ¤ s par la Gnose. en tant que rejetons de l’antique rience. nous les saluons avec respect et remercions Dieu ¤ s pre ¤ ce ¤ dentes qui. Touche souche. dans le pre “ tons pas sur Vous comprenez enfin pourquoi nous ne nous arre des parchemins jaunis ou devant des sanctuaires tombe¤ sen ruines. jamais que nous sommes. pour faire de nos jours ce que les anciens dans le pre firent autrefois. par tout ce pour la force d’amour des Fraternite ¤ et souffert pour nous. Cependant n’oublions ¤ Gnostique.

quand elle est utilise ¤ parez. Le Pe ¤ e dans la terre. De la terre il monte au ciel. le feu Se de la terre. puis redescend sur la terre. avec amour. reste immacule ¤ e. Sa force. grande compre ¤ hension et sagesse. C ’est l’entie Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut. de sorte que Ainsi posse ¤ ne ' bres s’e ¤ carteront de vous. prenant en soi la force d’en haut et celle d’en bas. la terre est sa nourrice. C ’est certain. toutes te 18 . me ' re. C ’est vrai. le subtil de ce qui est dur. afin que les miracles de l’ Unique s’accomplissent. et ce qui est en haut comme ce qui est en bas. la lune en est la me ' re. dense et solide. l’air l’a porte ¤ Le soleil en est le pe dans son sein. ' re de tous les talismans du monde est omnipre ¤ sent.II La Table d’ Emeraude ' re ve ¤ rite ¤. ¤ derez-vous la gloire du monde entier. de me “ me tout est ne ¤ de l’ Unique par transmission. “ me que tout fut engendre ¤ de l’ Unique par un seul interDe me ¤ diaire.

le corps intact de notre Pe en grand apparat. la Table d’ Emeraude. Une plaque de bronze. De me ¤ te ¤ de capter. les pierres pre ¤ cieuvert extraordinaire.Elle est la puissante force des forces. R. on trouva le corps intact d’Herme ¤ diatement au temple fune ¤ raire de Ceci nous fait penser imme Christian Rose-Croix. C. de retenir et de re ¤ fle ¤ chir les vibrases ont la proprie 19 . car il e ¤ nonce chaque fois la sagesse de la sie Gnose originelle. ¤ moignage des anciens auCe qui frappe directement dans le te “ tons maintenant. couverte elle aussi de formules de la sagesse universelle. est accompli. ¤ e dans la pierre. LaTable dont il s’agit ici est une pierre tombale couverte peut-e d’inscriptions qui renferment la sagesse transmise des anciens. c ’est qu’il s’agit ici d’une quel nous nous arre ¤ meraude. Ils ne pouvaient l’e ¤ est toujours le me “ me a ' travers les puisque l’Appel de la Fraternite ' cles. fermait cette tombe sous la¤ cit concernant la quelle on trouva. car elle triomphera de ¤ ne ' trera toute chose dense. JeanValentin Andreae et les siens ne furent donc pas des nova“ tre teurs en composant la Fama Fraternitatis. Une e ¤ meraude est une pierre pre ¤ cieuse d’un Table d’e “ me que les me ¤ taux. des cre ¤ le nom d’ Herme ' s le Trois Fois Grand parce que On m’a donne ' de les trois aspects de la sagesse du monde entier. je posse ¤ paration de l’or. et de la me “ me manie ' re. Des le circulent au sujet de cetteTable d’Emeraude que vous connaissez “ tre. Table d’Emeraude.. Sous cette Cette sagesse originelle fut donc grave ' sTrisme ¤ giste. en parfaite analogie avec le re ' re. pierre. et doit l’e “ tre. connu sous Nous vous pre ¤ gendes le nom de Tabula Smaragdina. De lui. Fre ' re C. toute chose subtile et pe ¤e ¤ le monde. ¤ sentons ici un te ¤ moignage des anciens. l’activite ¤ du soleil spiriCe que j ’ai dit de la pre tuel. na|“ tront Ainsi fut cre ¤ ations merveilleuses.

si bien que la ville n’a plus besoin de la lumie du soleil et de la lune dialectiques. une proprie ¤ te ¤ spe ¤sorte de pierre a un caracte cifique. elle aussi. le fondement absolu “ tre entrepris. La Table d’ Emeraude. dans la personnalite 20 . commence par les corps noble et intact d’Herme ' re ve ¤ rite ¤ . sacre ¤ rons superficiellement ce de ¤ but. Ses douze portes. des pierres et des couleurs est fre ¤ quemment applides me ¤ e pour favoriser l’effet de certains rayonnements et en combatque tre d’autres. le commencement. ¤ signe le mot ße ¤ meLa couleur. il est impossible de comprendre la sagesse de la Gnose originelle. ceci pour faire comprendre que tous les rayonne¤ clairants et dispensateurs de force. e ' re ces douze portes. C ’est pourquoi. sont orne exceptionnelles .ý Triple mots : ßC ’est vrai. il nous semble Si nous conside ' fait en de ¤ saccord avec une soquelque peu redondant et tout a ¤ te ¤ objective. L‘auteur ne pouvait-il se contenter de dire : ßLe brie ¤ rite ¤ ý? Non. Chaque me ¤ tal et chaque larise ' re tout a ' fait propre. dit-on. C ’est l’entie confirmation des formules de sagesse que mentionne la pierre ¤ e. le rayonnement que de raudeý indiquent la base. ' la ville nomme ¤ e la Nouvelle Je ¤ rusalem dans l’ApocaSongez a ¤ es de pierres pre ¤ cieuses lypse. la pierre tombale sous laquelle gisait le ' s Trisme ¤ giste. dina est-elle le point de de Sans cette clef. La Bible. entrent par ments salutaires. la force. C ’est ce qu’expliquent les philosophes herme¤ tiques de jadis par l’expression Table d’Emeraude. la science ¤ taux. fait souvent allusion aux pierres pre¤ cieuses. magique d’une teneur tre ¤ rite ¤ dont te ¤ moigne la Table Le premier verset dit que la ve ¤ et le syste ' me microcosd’ Emeraude est. Aussi la Tabula Smaragsans lequel rien ne peut e ¤ part de la philosophie herme ¤ tique. dans l’occultisme par exemple. Chaque pierre et chaque me ¤ par une vibration particulie ' re. il ne le poucontenu concorde absolument avec la ve ' une formule vait pas ! Car cette triple confirmation se rapporte a ' s profonde. C ’est certain.¤ tal est potions et les rayonnements.

d’un besoin infini de ve ¤ rite ¤ . lorsque vous aurez ' votre tour le chemin de l’expe ¤ rience. elle ne peut comme est a ' . n’est vraie pour vous. Ils sont fre ¤ ductions e ¤ leve ¤ es. elle est de ¤ pourvue de tout e ¤ le ¤ment. l’aimera par dessus-tout. ce qui veut pas ? La ve dire qu’un homme qui essaie d’aller un chemin personnel entre ¤ rite ¤ . de la vivifier et de l’affirmer par son propre comportement.' rement confirme ¤ e par l’expe ¤ rience. alors que l’ homme du Nouveau Testament.Vous pouvez chemin et e ¤ moignage de cet homme avoir foi et confiance en la justesse du te devenu mage . elle doit e “ tre la ve ¤ rite ¤ entie ' re. e ¤ culatif . En conse ¤ quence. mique du candidat. toute spe ¤ culation philosotelle aller au-dela ¤ loigne de la ve ¤ rite ¤ . Mais de ' s qu’il s’efforce de s’approcher en conflit avec la ve d’elle. C ’est pourquoi l’ homme de l’Ancien il se libe Testament a toute raison de la craindre et de trembler devant ses jugements. il veut dire tout Quand le disciple d’Herme ' s ne autre chose que l’ homme dialectique. qui l’accomplira. entie ' s dit : ßC ’est vraiý. que vous ne vivriez porterait une ve ¤ rite ¤ en soi ne libe ' re personne mais elle juge . troisie ' mement. Le disciple d’Herme ¤ moigne de la ve ¤ rite ¤ que lorsqu’il a parcouru le parle et ne te ¤ prouve ¤ les valeurs dont il est question. que si vous l’avez La ve ¤ ¤ “ me. ainsi que sophie dialectique est presque entie ¤ ¤ ¤ ' l’a demontre deja si souvent l’Ecole Spirituelle. tre ¤ rite ¤ dont te ¤ moigne le disciple d’Herme ' s est. mais ils sont de ' s. premie ' reLa ve ¤ prouve ¤ e . Que vous apeprouvee vous-me ¤ rite ¤ que vous ne suivriez pas. me ¤ rite ¤ n’a de valeur. si vous la vivez directement. tre 'se ¤ loigne ¤ s de la ve ¤ rite ¤ me “ me. ¤ rite ¤ La seconde affirmation : ßC ’est certainý signifie que la ve ' la mesure de l’expe ¤ rience individuelle . ' re du jugement. C ’est la raison ' mes philosophiques qui se pour laquelle il existe tant de syste ¤ quemment la preuve de contredisent mutuellement.Vous n’ignorez pas que la philophique nous e ' rement spe ¤ culative. ment spe ¤ rite ¤ est entie ' re qu’elle est libe ¤ ratrice. deuxie ' mement. vous direz avec la parcouru a “ me certitude exaltante : C ’est vrai. C ’est seulement quand la ve ßL‘ homme ordinaire de ce monde dit souvent : ßCe qui est vrai 21 . et vous vous rendez compte que.

¤ cessairement vrai pour moi.ý Il existeen pour vous n’est pas ne ¤ de pre ¤ tendues ve ¤ rite ¤ s contradictoires quise bouseffet une infinite ¤ valoir dans le monde. Autrement dit, l’ homme naculent pour pre turel, luttant dans son isolement, suit souvent un chemin ne¤ ces“ me pre ¤ judisaire et vrai pour lui, mais absolument inutile ou me ' re ve ¤ rite ¤ , au sens herme ¤ciable pour un autre. Alors que l’entie ¤e a ' toute l’ humanite ¤ , est valable partout et tique, est destine concerne tous. ' s les premie ' res lignes, la Table d’ Emeraude C ’est pourquoi, de ¤ rite ¤ valable pour tel ou tel nous dit : nous ne parlons pas d’une ve ' ¤ ¤ individu a un moment donne, en tant qu’episode de l’ histoire de ¤ rite ¤ qui doit e “ tre e ¤ prouve ¤ e, qui n’est nullesa vie, mais d’une ve ¤ culative, d’une ve ¤ rite ¤ pleine et entie ' re, c ’esta ' -dire destiment spe ¤ea ' l’ensemble des hommes. C ’est cette ve ¤ rite ¤ triple, entie ' re et ne inattaquable que contient la Table d’ Emeraude. Ensuite il y est dit : ßCe qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut comme ce qui est en bas, afin que les miracles de ¤ de l’ Unique s’accomplissent. De me“ me que tout fut engendre ¤ diaire, de me “ me tout est-il ne ¤ de l’ Unique par un seul interme l’ Unique par transmission.ý ¤ tique Vous reconnaissez dans ces sentences l’axiome herme “ ter car, connu : ßTel en haut, tel en bas.ý Il est bon de s’y arre ¤ ne ¤ ral, cette affirmation absolue semble en d’un point de vue ge ¤ saccord avec la re ¤ alite ¤ . Est-il possible, en effet, de soutenir que de ' gne de la ve ¤ ritable lumie ' re, dans sa gloire et sa divinite ¤ , se prole re jette dans le monde dialectique au point que ce dernier en soit le ¤ moignage ? Au contraire, il y a un immense conflit entre le te ßhautý, la Gnose, et le ßbasý, la nature de la mort. C ’est pourquoi il est indispensable d’approcher l’axiome her¤ tique tout autrement que ne le fait l’ homme dialectique. C ’est me ¤ tations. A l’aide de surtout l’occultiste qui fait de fausses interpre ¤ tique il ta “ che de se dissimuler son propre la philosophie herme 22

¤ sir e ¤ gocentrique. En effet, tout en e ¤ tant axe ¤ sur la royaute ¤ du de ¤ tend suivre les voies de Dieu en assimilant ce qui est moi, il pre ' ce qui est en haut, chose impossible par nature. Partant en bas a de la certitude de rencontrer dans la Table d’ Emeraude la sagesse ¤ terminer imme ¤ diatement par cet axiome parfaite, vous pouvez de ¤ tique qu’il existe, dans la manifestation universelle pre¤ cise ¤herme ment, un grand conflit : le ßbasý n’est pas comme le ßhautý! ¤ quiC ’est la force de la Table d’ Emeraude de nous mettre sans e voque devant l’immense conflit de la manifestation universelle. ¤ , mais aussi pour Non seulement pour en accentuer la gravite ¤ de le transmontrer que l’ homme et le monde ont la possibilite “ tre. Cet axiome herme ¤ tique re ¤ ve ' le l’imcender, oui, qu’il devra l’e portant message de la Tabula Smaragdina. ¤ un jour de la force Tout, dans la manifestation universelle, est ne de Dieu. C ’est pourquoi, cette manifestation ayant maintenant ¤ dans la corruption, elle peut, de par la force divine, ou sombre ¤ lever de nouveau jusqu’a ' retrouver bien dispara|“ tre, ou bien s’e ¤ tat originel. Par cette force, elle peut donc e ¤ galement transfison e gurer. ¤ tique renferme donc et pre ¤ sente le grand mysL‘axiome herme ' re du salut dans une formule scientifique, une the ' se inattate ' la force merveilleuse de l’Esprit quable : si vous vous reliez a ' Pymandre, nom qui signifie ßpasteurý ou ßguide de d’amour, a ¤ rieur ne peut manquer de redevenir e ¤ gal au l’ hommeý, l’infe ¤ superieur. Et la Table d’ Emeraude poursuit : ' re, la lune en est la me ' re, l’air l’a porte ¤ ßLe soleil en est le pe ' re de tous les talisdans son sein, la terre est sa nourrice. Le Pe ¤ sent. Sa force, quand elle est utilimans du monde est omnipre ¤ e dans la terre, reste immacule ¤ e.ý se ' ve formule est une merveille de clarte ¤ . Le texte dit : Il y a Cette bre ' res :le pe ' re du re ' gne naturel et le pe ' re du champ spirituel. deux pe ' gne naturel doit provenir du champ spirituel et e“ tre entretenu Le re 23

par lui. Mais il peut arriver qu’un homme vive purement du re' gne ' gne naturel lui-me “ me est naturel (ce qui est possible parce que le re ¤ quipe ¤ ), et y sombre comple ' tement ; qu’il un champ parfaitement e ¤ laisse ainsi le pe ' re du champ spirituel et l’oublie. L‘ humanite ¤ de du monde dialectique est dans ce cas. C ’est ainsi qu’un conflit ¤ veloppe, car a ' l’instant me “ me ßce qui est en basý n’est plus se de comme ßce qui est en haut.ý Il se produit un durcissement du corps racial, et d’autres cristallisations accompagnent en me“ me ¤ du champ spirituel. temps l’ homme tombe ¤ livrance. Cette possiAussi une solution doit-elle venir : une de ¤ ¤ bilite de delivrance existe car : ' re de tous les talismans du monde est omnipre ¤ sent. Sa ßLe Pe ¤ e dans la terre, reste immacule ¤ e.ýý force, quand elle est utilise ¤ coutez le conseil que vous Si vous voulez utiliser cette force, e donne la Table d’ Emeraude : ¤ parez avec amour, grande compre ¤ hension et sagesse, le feu ßSe de la terre, le subtil de ce qui est dur, dense et solide. De la terre il monte au ciel, puis redescend sur la terre prenant en soi la ¤ derez-vous la gloire force d’en haut et celle d’en bas. Ainsi posse ¤ ne ' bres s’e ¤ carteront de du monde entier, de sorte que toutes te vous.ý Attaquez, dans la force de la Gnose, dans la force du souffle “ tre naturel entier qui est se ¤ pare ¤ du Pe ' re d’amour de Dieu, votre e universel, de l’Esprit. Allez le chemin de l’endoura, le chemin de la grande transfor¤ durant tant d’anne ¤ es par l’Ecole Spirituelle acmation, enseigne ¤ elletuelle. Et vous vaincrez certainement. Celui qui le tente re ment avec la puissante Force des Forces, remportera un jour la victoire. ¤ clare ¤ sur la pre ¤ paraAlors s’accomplit tout ce que la Gnose a de ¤ du soleil spirituel. tion de l’or, l’activite 24

III

Le Corpus Hermeticum

' s nous e “ tre plonge ¤ s dans les formules fondamentales de la saApre gesse de la Table d’ Emeraude, nous nous tournons vers le Corpus ' celle de la Jeune Hermeticum et comparons cette clef des anciens a ¤ rifiant a ' quel point la doctrine, la vie et les direcGnose actuelle.Ve “ tres, nous saurons si la tives des anciens concordent avec les no Jeune Gnose, en prenant l’initiative et en assumant la conduite du grand travail mondial, fonde son droit sur de vraies valeurs ou sur l’illusion. Le Corpus Hermeticum que cette publication nous permet d’approfondir comporte dix-huit livres. Le premier porte le titre ' un dialogue entre Herme ' s et un e “ tre mysde Pymandre. Il a trait a ¤ rieux du nom de Pymandre. te ' s est ici l’ homme ne ¤ de la nature qui a entrepris le cheHerme ¤ ration, qui est passe ¤ par la grotte de la naissance, min de la libe ¤ “ ¤ e. Il tisse le ßmanBethleem, et a donc une ame nouvellement ne ¤ tat de l’a “ me, tandis que le teau d’or des Nocesý, sur la base de cet e ¤ tat de conscience mercurienne, ou herme ¤ tique, nouvel e ' se manifester. De ' s que cette conscience pre ¤ vaut, commence a Pymandre appara|“ t. ' s entre en liaison avec Pymandre en vertu Le disciple d’Herme “ tre. Pymandre est la sagesse de la nouvelle manifestation de son e ¤ sente. Oui, Pymandre est Dieu. Il est la Parole du divine omnipre commencement. Mais il n’est pas la Parole dans son sens universel comme, par exemple, dans le prologue de l’Evangile de Jean : 25

avec Dieu se de Ceci n’a absolument rien de commun avec les pratiques spiri¤ s de ¤ sincarne ¤ es de la sphe ' re re ¤ flectrice. un point de rencontre inle disciple d’Herme ' l’Esprit et la tense. C ’est la radiation la plus haute de la manitique tre festation universelle. une grande force e ¤ lectromagne ¤une force-lumie ' s particulie ' re. vous apprenez que Dieu parle. ' re universelle. Pymandre est la sagesse. ¤ tique. sans aucune exception. la conscience est Herme “ ce a ' l’activite ¤ de ce foyer. que Dieu s’adresse a' ¤ rophante ou a ' quelqu’autre travailleur.Voyez clairement que tout ce qui s’adresse a ' la conscience-moi est. ce ser' s. en tant que Pymandre. a imitation. de ¤ tat de conscience. viteur. de manie ' la conset l’ homme.¤ tait la Paroleý. ¤ tique s’adresse a ' l’Esprit et que le Quand la conscience herme ¤ dans le foyer de la rencontre. le dialogue. Alors. ' s que vous obtenez et e ¤ prouvez sur le chemin quelque Donc. vous entrez en me “ me temps chose du nouvel e ¤ en relation personnelle avec la Divinite. se cre ¤ e un foyer. ou comme ailleurs dans la ßAu commencement e ¤ dans son Bible. L‘ Esprit de ce foyer ' s. le foyer ou conscience se regardent les yeux dans les yeux. Non. une vibration. est Pymandre. mais du fait que le Logos se tourne. cience naturelle. la Parole. une feu de l’Esprit est ainsi allume 26 . tromperie. illusion. capable Quand un homme a acquis la conscience herme ¤ ne ¤ trer. vers ce travailleur. e ¤ prouve et reconna|“ t aussito “ t la de tout pe radiation de l’Esprit. le point. le commerce entre Dieu cent de contrefaire. ce disciple d’Herme ¤ La sagesse omnipresente est un rayonnement. dans laquelle le nom de Dieu est souvent cite sens universel. le commerce vivant entre Dieu et l’ homme. celle-ci ressent. puissamment lumineux. en bien des cas il ne un hie s’agit pas de la Parole divine au sens universel. Herme ° on tre dans la Bible. commence la ßmarche avec Gra Dieuý. et le commerce journalier ¤ veloppe. qui s’effortes des entite ' re ignoble. entre le champ universel de l’Esprit et ' s. le Dieu qui s’adresse a' ' s de fac ' s de ¤ termine ¤ e et tre ' s particulie ' re. Lorsque. la radiation de l’Esprit.

cette rencontre acquiert un caracte ' re que Dieu parle a ' l’ homme. a ' cette lumie ' re.¤ tablit : le disciple d’Herstructure lumineuse de lignes de force s’e ' s rencontre Pymandre. Mais aucun ministre d’aucun culte. Le disciple d’Herme ' s peut. quel il s’e ' re particulier. beaucoup ont cherche ¤ gative a ' partir de leur e “ tre-moi de et cherchent toujours de fac ° on ne ' atteindre cet Horeb. C ’est uniquement de cette manie C ’est cela trouver et entendre ßle nom inexprimableý. Ainsi cette manifestation. a ' l’insucment. une couleur en accord avec le motif pour le¤ le ' ve dans le champ spirituel. et croient qu’il suffit de lire dans ce livre un petit chapitre par jour. par une de la me 27 . avec ze trouver cette parole. qui me ¤ nue ¤ es de ve ¤ ritable compre ¤ hension se re ¤ ve 'Combien pauvres et de ¤ ¤ lent les differentes theologies qui pensent que la parole divine est ' le. vous savez donc combien sont nombreux ceux qui. ¤ e magique re ¤ side dans le coeur de Pourtant la clef de cet apoge ' la Gnose. pe ¤ ne ' tre le disciple. qui me “ tre. tique-magique. cette montagne de l’accomplissela nature. Pour “ ter la rencontre avec Dieu. vous rendez-vous compte du danger Peut-e ¤ ditation mal oriente ¤ e. creusent et fouillent la terre pour dans un livre et qui. une force. il chacun. a ' ¤ ' ¤ sire ¤ vers les siecles. De cette structure de lignes de force me ¤ e. Quand l’ homme ouvre son coeur a ' parcourir le chemin qui conduira a ' la rencontre commence a ' nera a ' l’e ¤ change journalier avec la Divinite ¤. il faut vous-me “ me suivre le chemin fe ' ne en vous jusqu’a ' Pymandre.Vous avez ¤ ja ' lu certaines choses sur le sujet ou en avez entendu sans doute de ' traparler. aucun moyen de nature sacerdotale ne pourra vous faire ßmarcher avec Dieuý. une vibration. d’en parler un peu. Mais il va de soi que ces efforts sont condamne¤ s a ' s et le resteront aussi longtemps que la base de l’effort reste le ce moi. La sagesse de tous les temps nous rapporte que trouver et enten¤ e du de ¤ veloppement gnosdre le nom inexprimable est l’apoge ¤. Ainsi que nous l’avons dit. pour entendre la voix de Dieu. avec Dieu. Cette ainsi forme vibration a un son. ont soupire apres le nom inexprimable et de l’entendre.

nos invocaLorsque nous sommes re ' res ne sont pas destine ¤s a ' e ¤ veiller les forces tions. la se ' re part d’une a “ me pleine d’aspiration. cherchez Dieu non par la me ¤ ditation mais par votre fac “ rete su ° on de vivre. Pour plus de adversaires de ¤ . mais a ' nous accorder avec des sphe la clef vibratoire accessible et supportable du Corps Vivant de la Jeune Gnose. Ne vous enivrez pas de paroles.ý Tout e ¤ curite ¤ . laquelle se trouve sur le chemin. Mais cette conscience jusqu’a ' s que le faux disciple. il le recetout temps. Mais e ¤ tablir de telles liaisons est tiques de la sphe justement le but de ceux qui vous invitent et vous encouragent ¤ pit a ' participer a ' des me ¤ ditations au moyen d’invocations sans re de tous genres. Sivous ne pouvez de ¤ de votre presence actuelle sur le chemin. rituels et prie ' res de la me ¤ ditation mystique. a ' l’e ¤ tat actuel et ve ¤ cu de sa pre ¤ sence qualite ¤ terminer vous-me “ me la qualite ¤ sur le chemin. On y lit en effet : ßDonne“ re dans le ßNotre Pe une base su ¤ le ' ve trouve la ' . par une re ¤ acomportement rayonne a ¤ de vie probante. Le pain spirituel qui lui revient. la douce voixý. Ainsi est-il dit d’Elie. cela engendre toujours des activite provoquant la plupart du temps des liaisons avec les forces dialec' re re ¤ flectrice. vra certainement si la prie ¤ voque souvent la rencontre personnelle du disciple La Bible e ' s avec le champ spirituel. cherche Dieu en me ¤ s et des suites ne ¤ gatives. Lui qui me ¤ lever sur les ailes de dispose de la nouvelle conscience peut s’e ' rencontrer la flamme de l’Esprit. en nous aujourd’ hui notre pain quotidien. C ’est pourquoi nous sommes les ¤ clare ¤ s d’une vie me ¤ ditative prononce ¤ e. allez le chemin ! lite ¤ unis dans nos temples. de* Voir le glossaire. Lui. Donc. Nous voulons dire ' que chaque invocation doit correspondre a ' l’e ¤ tat d’e “ tre. Elle emploie alors l’expresd’Herme sion : ßentendre la voix.* 28 . s’e ¤ lever dans le champ spirituel. Que le nouveau ' travers vous dans vos actes. agissez. vous trouverez toujours ' reý. Cela fait partie du Grand Jeu*. pour quelque raison que ce soit et malgre ¤ de ¤ ditant pour s’unir a ' d’excellentes intentions. a ' la par la ¤ de celui qui appelle.¤ ditation consciente.

expression qui signi¤ lever vers Dieu dans les valeurs acquises du manteau d’or fie s’e des Noces. ßdans son manteauý. vous e ¤ sacre. le livre de vous pre ' dessein pre ¤ sente ¤ ce sujet en de ¤ tail pour Pymandre. la voix vint vers lui. lorsque vous que vous vous pe “ tes sur un terrain vous approchez du Corpus Hermeticum.ý Et ¤ sirait entendre la douce voix. tel Elie. il lorsqu’Apollonius de Tyane de s’enveloppait. 29 .vant la caverne du Mont Horeb : ßVoici. Nous croyons maintenant le terrain suffisamment aplani pour ¤ senter le premier livre du Corpus Hermeticum. Nous avons a ¤ ne ¤ triez avant tout de l’ide ¤ e que.

Oh ! comme je de comprendre !ý ¤ pondit :ßGarde bien dans ta conscience ce que tu 7 Il re 30 . l’e “ tre qui se 5 ßJe suis Pymandre. qui m’appela par mon nom et me dit : inde ¤ sires-tu apprendre 3 ßQue veux-tu voir et entendre et que de et conna|“ tre en ton coeur ?ý 4 ßQui es-tu ?ý lui dis-je.ý re ' lui-me “ me. ßle Nou “ s.ý ¤ sire e “ tre instruit des choses essentielles. 6 Je lui dis : ßJe de ¤ sire saisir leur nature et conna|“ tre Dieu. “ tre immense. Je sais ce que tu de ¤ sires et je suis partout suffit a avec toi. ¤ pondit-il. d’ une ampleur 2 Il me sembla alors voir un e ¤ termine ¤ e. apre d’ une grande fatigue physique.IV Premier livre : Pymandre ¤ fle ¤ chissais aux choses essentielles et que 1 Un jour que je re ¤ mon coeur s’elevait dans les hauteurs. est surpris par un profond sommeil. toutes mes sensa' tement comme tions corporelles s’engourdirent comple ' s une nourriture exage ¤ re ¤ e ou a ' cause chez celui qui.

bruit pareil a ¤ cho. dans une partie de cette lumie ' re.veux apprendre. il changea d’aspect et. que je comparai a ' la voix du feu. ¤ ge ' rete ¤ . 13 Pymandre me dit : ßAs-tu compris ce que signifie cette vision ?ý ¤ pondis-je. sereine et joyeuse. subtil. un 10 Enfin un cri fit e ¤ .ý re 31 . de la terre 11 L‘air. j ’eus une vision infinie . suivait le souffle du feu . il s’e sait suspendu. des 9 Peu de temps apre ¤ ne ' bres effrayantes et lugubres descendirent et tournoye' te ' un serpent. ve¤ he ment et puissant. me rent en spirales sinueuses semblables a ¤ ' ' rent en une sembla-t-il. et contime nuellement mues par le souffle de la Parole qui planait au-dessus d’elles. a ¤ couvert .ý ' l’ instant. tandis qu’elle faisait entendre un ' un ge ¤ missement indescriptible. donna une fe ' s. tout me fut 8 A ces mots. et je t’ instruirai. alors appel inarticule ' re une Parole sainte se re ¤ pandait sur la que de la lumie ¤nature humide et qu’en jaillissait un feu pur. 14 ßJe vais l’apprendre. Puis ces tenebres se transforme ' s’e ¤ leva une nature humide et indiciblement trouble. si e ¤ troitement 12 La terre et l’eau restaient ou “ le ¤ es qu’on ne pouvait les percevoir se ¤ pare ¤ ment. ' elles e ¤ taient. d’ou ¤ fumee comme d’ un feu. par sa le ¤ levait jusqu’au feu de sorte qu’ il y paraiset de l’eau. dont la contemplation me lumie ¤ licite ¤ extre “ me. tout devint une seule de ' re. sortant de la nature humide.

e ¤ tait ainsi parvenu a ' jugue ¤ quilibre.ý dis-je. l’arche commencement sans fin. et connais-la. 15 Alors il me dit : ßCette lumie 'celui qui existait avant la nature humide issue des te¤ ne ¤ mane du Nou “ s. 17 ßComprends-le. c’est la “ s est Dieu le Pe ' re . l’e “ ce a ' la parole de 22 Je distinguai tout ceci dans ma vision gra ¤ Pymandre. tandis que le feu. Nou “ s.ý pas se 18 ßJe te remercie. devenue un lumie ¤ ellement illimite ¤ . c’est moi. si pe “ te. “ sont donc venus les e ¤ le ¤ ments de la nature ?ý deman24 ßDou dai-je. ' ve ton coeur vers la lumie ' re. il me dit encore : “ s la belle forme originelle de 23 ßTu as vu dans le Nou ¤ type.ý 16 ßQue signifie cela ?ý demandai-je. Comme j ’etais tout entier hors de moi. il me regarda quelque temps en face de fac° on ¤ ne ¤ trante que je tremblai a ' son aspect. le principe originel ante ¤ rieur au l’ homme. c’est le Fils bres.ý 19 ßEle 20 A ces mots. et ton Nou ¤ pare ¤ s l’ un de l’autre.ý Ainsi me parla Pymandre. quand il releva la te ' re. ton Dieu. Ce qui en toi voit et entend. je vis dans mon Nou “ s la 21 Puis. La Parole lumineuse qui e de Dieu. ils ne sont Parole du Seigneur. car leur unite ¤ est vie. compose ¤ e de forces innombrables. 32 .' re. investi et submonde re ¤ par une force toute puissante.

enserrant les cercles et 29 Mais le De leur imprimant une rotation rapide. en tant que Dieu du feuet e ¤ a sept Recteurs pour entourer de leurs cercles du souffle. depuis un commencement incours cyclique des cre ¤ ¤ ' determine jusqu’a une fin sans fin.¤ pondit : ßDe la volonte ¤ de Dieu qui. ¤ de l’ Esprit. cette rotation des cercles en30 Selon la volonte ' partir des e ¤ le ¤ ments de ¤ chus. la Parole 27 Sortant aussito ¤ lanc de Dieu s’e ° a vers ce pur domaine de la nature fra|“ che¤ e et s’ unit au De ¤ miurge auquel elle est idenment forme tique. les animaux aquatiproduisit les animaux aile ques. le De ¤ miurge qui. l’ Esprit. la terre et l’eau furent se ¤ pare ¤ es 31 Selon la volonte 33 . fac ' le un monde ordonne ¤ a ' sabeaute ° onna sur ce mode ¤ le ¤ ments propres a ' ce monde et des a “ mes ne ¤ es partir des e de Dieu. cre le monde sensible et le diriger par ce qu’on nomme le Destin. en Lui-me ' re et de la vie. “ t des e ¤ le ¤ ments agissant en bas. des animaux de ¤ nue ¤s gendra. engendra d’ une parole un second de la lumie “ tre spirituel. puisque la fin rejoint le commencement. que simple matie ¤ miurge. source 26 Dieu. n’e ¤ tant plus par la ' donne ' re. ¤ le ¤ ments infe ¤ rieurs de la nature furent-ils aban28 Ainsi les e ¤sa ' eux-me “ mes et prive ¤ s de raison. l’air de raison (car la Parole n’e ¤ s . mit en mouvement le ¤ atures. “ me masculin et fe ¤ minin. uni a ' la Parole. ayant reýc 25 Il me re °u ¤ l’arche ¤ type du monde dans en elle la Parole et contemple ¤ . ¤ de l’ Esprit. l’eau. a ¤ tait plus au milieu d’eux).

ou ' il devait avoir toute liberte ¤ de cre ¤ er. ' re de tous les e “ tres. qui unissait en lui l’ ine¤ 36 De ¤ et toutes les e ¤ nergies des sept Recteurs puisable beaute sous l’aspect de Dieu. a ¤ . propre rang dans la hie ' s qu’ il connut leur essence et prit part a ' leur 34 Or de nature. dont il s’e ¤ prit comme de dra un homme semblable a ' l’ image de son Pe ' re. elle sourit d’amour en voyant se re¤ ter dans l’eau les traits de cette forme merveilleusement fle belle et en apercevant son ombre sur la terre. entrant dans le champ de cre ¤ miurge. ¤ la cre ¤ ation forme ¤e 33 Mais quand l’ homme eut observe ¤ miurge. souverain du monde des e ¤ nue ¤ s de raison. qui est vie et lumie ' re. il du De ' re. et se montra a la nature inferieure dans la belle forme de Dieu. apercevant dans l’eau de la nature le reflet de cette 34 . animaux sauvages et domesmait : quadrupe tiques. la puissance de celui qui re “ tres mortels et des 35 Alors. Pe ' Lui. engen32 L‘ Esprit. Alors. traversa animaux de ¤ sion des sphe ' res. il voulut cre ¤ er a ' son tour et le dans le feu par le De ' ¤ ation Pere le lui permit. Dieu s’e ¤ prit donc en re ¤ alite ¤ de sa propre grande beaute forme et lui livra toutes ses oeuvres. ' s que la nature vit l’ homme. dont il avait de ¤ chire ¤ les la force de cohe ' ¤ voiles. il voulut franchir la limite des cercles et conna|“ tre ' gne sur le feu. reptiles. il e ¤ tait d’ une son propre enfant car. tandis que les Recteurs observa les oeuvres de son fre ¤ prenaient de lui et que chacun d’eux l’associait a ' son s’e ¤ rarchie des sphe ' res. 37 Et lui. l’ homme se pencha.et la terre fit sortir de son sein les animaux qu’elle renfer' des.

a ' la hommes correspondant a ¤ minins. s’ unissant a ' l’ homme. Ce qu’ il voulut. ¤ pris de la Parole !ý e ¤ 41 Pymandre dit : ßCe que je vais te dire est le myste're reste ¤ jusqu’a ' ce jour. a ' stature verticale. l’e ¤ sir e ¤ tait grand.' lui. je suis. La nature. Continue. seul de toutes les cre ¤ atures de la nature. je brýle maintenant 42 Alors je m’e ¤ sir extraordinaire de t’entendre. et tout en e ' re masculin-fe ¤ minin. La nature. il le fit a ' l’ instant et voulut habiter la ¤ e de raison. je t’en d’ un de prie !ý 35 . cache ¤ a une merveille e ¤ tonnante. s’e ¤ prit d’amour pour elle et forme si semblable a ' . je procre te l’ai dit. Donc. bien qu’ immortel et souverain de toutes choses. et iml’ homme est double. qu’ un car le feu de leur de ' pourquoi. a mortel selon l’ homme fondamental. compose¤ e de feu et ¤ lai sept de souffle . elle. caril l’ homme subit ne est soumis au destin.ý 40 Je lui dis : ßO Esprit qui est en moi. recevant vint habiter la forme prive ¤ treignit tout entier et ils ne firent plus enelle son amant. L‘ homme avait en lui. moi aussi. l’essence des sept Recteurs. la nature. ¤ anmoins la condition des mortels. cette domaine supe ¤ tant masculinfe ¤ miforce le tient en esclavage . il de sommeil parce qu’ issu d’ un e ¤ anmoins vaincu par la convoitise des sens et le est ne sommeil.ý fois masculins et fe ¤ criai : ßO Pymandre. et exempt nin parce qu’ issu d’ un Pe “ tre exempt de sommeil. 38 Voila ' savoir mortel selon le corps. tout en provenant d’ un ¤ rieur a ' la force de cohe ¤ sion des sphe ' res. 39 En effet. mit au monde sans de ' l’essence des sept Recteurs.

ý dit Pymandre. fin du cycle et jusqu’au commencement des espe ¤ sirais entendre. Ce cycle 47 Ecoute maintenant ce que tu de ayant pris fin. et de l’e ¤ ther la nature rite reýc ° ut le souffle de vie et engendra les corps selon la forme de l’ homme. certains devenant l’ homme. tandis que celui qui me ¤ sir. le feu porta a ' matula matrice.43 ßFais donc silence.ý ¤ . Aussito “ t Dieu exprima la ma Parole sainte : ßCroissez en accroissement et multipliez en ¤ te ¤ cre ¤e ¤ s et faits. devint a “ me. le moyen du destin et de la force de cohe ¤ tablit la reproduction . la vie devint a “ tres du monde sensible demeure ' rent ainsi jusqu’a ' la les e ' ces. vous tous qui avez e ' “ celui qui possede le Nous sache qu’ il est immortel et que la cause de la mort est l’amour du corps et de ce qui est terrestre. je te le disais. la lumie ' re devint Nou “ s. Et que multitude. comme jusqu’alors a ¤ s selon ces deux genres. “ me et 46 Et l’ homme issu de la vie et de la lumie're. Car tous les animaux qui e ¤ taient par la volonte ' la fois masculins et fe ¤ minins furent. le lien qui unissait toutes choses fut rompu ¤ de Dieu. et tous les e “ tres se multiplie ' rent et e ' ce . continue d’errer aime le corps issu de l’erreur du de 36 .ý re ¤ ne ¤ ration de ces sept premiers hommes 45 ßEh bien ! La ge ' re suivante : la terre fut eut lieu. Et tous esprit . divise “ les et d’autres femelles. et celui qui se reconna|“ t luichacun selon son espe “ me immortel est e ¤ lu entre tous. ßcar je n’ai pas ¤ mon premier discours !ý acheve ¤ pondis-je. la providence unit les couples par 48 Dieu ayant ainsi parle ¤ sion des sphe ' res. l’eau. l’e ¤ le processus de formation. 44 ßJe me tais. de la manie ¤ le ¤ ment ge ¤ ne ¤ rateur.

ras a “ mon Nou “ s.ý re ' ' procede l’ Homme. ßla faute si grave de ceux 49 ßQuelle est donc.ý dans les te ¤ criai-je. ßmaintenant je me souviens et je te 51 ßJe re remercie. est lumiere et vie.ý 54 ßTu as bien compris. lumie l’ homme.ý m’e qui sont dans l’ ignorance pour qu’ ils soient prive¤ s de ¤ ?ý l’ immortalite ¤ fle ¤ chi a ' ce que tu as entendu. de qui 55 ßParce que.¤ ne ' bres et doit souffrir l’expe ¤ rience de la mort.ýLes hommes n’ont-ils donc pas se connaisse lui-me 37 . ßle Pe ' re de toutes choses. dis-moi pourquoi ceux qui sont dans la 52 ßSi tu as re ¤ ritent de mourir.ý mort me “ proce ' de leur corps est l’obscurite ¤ 53 ßParce que la source d’ou lugubre qui a produit la nature humide.ý ¤ pondis-je. de qui proce ' de 56 ßOui. Mais pourquoi celui qui s’est “ me marche-t-il vers Dieu ? comme le dit la reconnu lui-me Parole divine. o “s vie ? Car Dieu a dit : ßQue l’ homme qui posse' de le Nou “ me. Si donc tu sais que tu viens de la vie et de la ' re et que tu es constitue ¤ de ces e ¤ le ¤ ments. 50 ßJe crois que tu n’as pas re “ tre attentif ?ý Ne t’ai-je pas dit d’e ¤ fle ¤ chis. tel est Dieu le Pe ' re. ou ' la mort e ¤ tanche sa tue soif.ý Telles furent les paroles de Pymandre.ý ¤ fle ¤ chi. laquelle a consti¤ le corps dans le monde sensible.ý dis-je. tu retournelumie ' la vie.ý ' re et vie. comment irai-je a ' la 57 ßMais dis-moi encore.

des cupides. bons.“ s ?ý tous le Nou ' ce que tu dis ! Moi. purs et mise¤ ricordieux. ce qui excite leurs sens et les arme ainsi davantage “pour les actions impies en sorte d’aggraver encore leur cha timent. Avant qu’ ils n’abandonnent leur corps a ¤ rente. Pymandre. des 60 Je me tiens loin des insense envieux. Nou “ s. je ne vais 58 ßVeille a que vers ceux qui sont saints. ils me ¤ prisent leurs sens parce qui leur est inhe qu’ ils en connaissent trop bien les activite¤ s. des pervers. exercent sur eux leurs influences . qui les harce ¤e comme Gardien des Portes. des meurtriers et des impies . j ’ interdirai l’entre aux actions mauvaises et honteuses et j ’extirperai les ¤ es impies. celui-ci est d’abord abandonne ¤ au chandu corps mate 38 . des vicieux. ¤ sence leur est une aide vers ceux qui sont pieux . et Le remercient rendent agre par affection filiale et par les chants de louange qui Lui ' la mort. je les ¤ mon vengeur qui les fustige avec l’aiguillon du livre au De feu. c’est en cela que re augmente toujours plus la flamme qui les roussit. je ne permettrai pas que les activite ¤ s du 59 Oui. “ Nou “ s ! Mais apprends-moi encore de quelle manie ' re o ¤ volue le chemin vers le haut. en effet. Aussi la convoitise de ces hommes cherchet-elle sans cesse un plus grand assouvissement et les rendelle ¤ ne ' bres sans que rien ne puisse les rassafurieux dans les te ¤ side leur torture et c’est cela qui sier. corps.ý 61 ßTu m’as instruit sur toutes choses comme je le de¤sirais. Ils se afin qu’ ils connaissent toutes choses a ¤ ables au Pe ' re par leur amour. ma pre ' l’ instant. ide ¤ s. sont dus.ý e ¤ pondit : ßLors du processus de dissolution 62 Pymandre re ¤ riel. “ s. Nou ' lent. moi.

qui de ¤ sormais est hors d’action . au cinquie ' me cercle. ¤ sormais sans force des de ¤ sirs . au-dessus de la huitie ' des hymnes a la louange de Dieu. dont ils les sens corporels retournent a ¤ s desquelles ils feront de nouveau partie et aux activite ¤ greront. devenus puissances a Telle est la bonne fin pour ceux qui posse' dent la Gnose : devenir Dieu. il abandonne la force de cro|“ tre sphe ¤ cro|“ tre . au deuxie ' me cercle. s’abandonnent aux puissances en ordre pre ' leur tour. au troisie' me cercle. au septie ¤ pouille ¤ de tout ce qui provient de la force de cohe ¤64 Ainsi de ' res. ils entrent en Dieu. insolente . de ¤ le ' ve a ' travers la force de cohe ¤ sion des 63 Ainsi l’ homme s’e ' res . Alors ils montent tous ¤ cis vers le Pe ' re. il entre. au sixie ' me cercle. re ' eux. au quatrie ' me l’ illusion de ¤ “ cercle.gement et sa forme visible dispara|“ t . l’ habilete ¤ dans le et de de mal et la ruse devenue impuissante . et. avec tous les e “ tres pre ¤propre. n’ iras-tu pas vers ceux qui en sont dignes ¤ diation. tandis que les pulsions de la passion et du s’ inte ¤ sir retourneront a ' la nature de ¤ nue ¤ e de raison. Dieu pour leur servir de guide. l’audace impie et l’ irre ¤ flexion faite . chanter ensemble ces. tu abandonnes au ¤ mon ton moi ordinaire. et tous se sents il chante des hymnes a ¤ jouissent avec lui de sa pre ¤ sence. la vanite de dominer. par ta me sauve le genre humain ?ý 39 . qui ne peut plus etre satis' me cercle. afin que. au premier cercle. l’attachement aux richesses . le mensonge et ses pie ' ges. dans la huitie ' la louange du Pe ' re. 66 Mais pourquoi tardes-tu maintenant ? Puisque tu as tout reýc ° u de moi. il entend aussi certaines puissan65 Devenu semblable a ' me nature. De ' leurs origines. ne posse ¤ dant plus que sa force sion des sphe ' me nature .

car 70 Quelques-uns se moque ils se trouvaient sur le chemin de la mort. Libe ' re te ¤ ne ¤ breuse et prenez part a ' l’ immortalite ¤ en relumie ' la corruption. s’agenouillant devant moi. de l’ immortalite ' re du soleil presque disparue. cessez de vous vautrer dans la de ¤ “ ensorceles que vous etes par un sommeil animal. ¤ s de la terre. pourquoi vous livrer a ' poursuivis : ßO vous. Car le sommeil du corps e 40 .ý nonýc ° ant pour toujours a ' rent de moi et s’en alle ' rent. se me “ la sous mes yeux aux 67 Pymandre. Je semai en prenant de quelle manie eux les paroles de la sagesse et ils furent abreuve¤ s de l’eau ¤. j ’ inscrivis en moi-me “ me les bienfaits de 72 Quant a ¤ tant comble ¤ . ils se joignirent a ¤ s de la terre. Puis je commenc ' pre “ cher louai le Pe ° ai a ¤ de la Gnose et de la vie tourne ¤e aux hommes la beaute vers Dieu. action de gra ' moi. devenez sobres. de nature de l’ univers et de la vision sublime. donne ¤ bauche. qui vous e “ tes aban68 ßO peuples. ne ' l’ imla mort alors que vous avez le pouvoir de participera ¤ ? Repentez-vous. tous s’en retourne ' rent dans leurs foyers. je remerciai et ' re de toutes choses. Et je 69 Quand ils m’entendirent. Et moi. hommes ne ¤s a ' l’ ivresse.ý ' moi. une joie supre “ me descendit Pymandre et. Je les relevai et me fis le guide du genre humain en leur ap' re ils seraient sauve ¤ s. au sommeil et a ' l’ ignorance de Dieu. ayant ainsi parle ' s lors reve “ tu de force et instruit de la puissances. Mais d’autres. en e ¤ tait devenu la lucidite ¤ sur moi.¤ . vous qui marchez dans l’erreur mortalite ¤ rez-vous de la et acceptez l’ ignorance pour guide. Et. je 71 Le soir venu et la lumie ' remercier Dieu. me suppliaient de les instruire. apre ' s avoir accompli cette les invitai a “ ce.

Tu es saint. la contemplation ve ¤ ritable .“ me . ¤e ¤ tout ce qui existe. toi qui es supe ¤ le ' ves au-dessus de toute louange. par la Parole as cre ' l’ image de qui la nature universelle a e ¤ te ¤ Tu es saint. l’ Etre qui se suffit a ' que j ’ai rec ° u de Pymandre. de l’a ¤ nonce ¤ de la Parole. toi qui t’e ¤ es en Accepte les pures offrandes que la Parole a suscite “ me et en mon coeur tourne ¤ vers toi. la Parole du commencement. Aussi suis maintenant rempli du souffle divin de la ve “ me. 73 Saint est Dieu. j ’apporterai la lumie ' re a ' ceux de ma race qui sont gra ' res. de toutes mes forces et de toute mon a ' Dieu le Pe ' re : hymne de louange a ' re de toutes choses. je crois et te ¤ moidans l’ ignorance. 41 . o “ Pe ' re. Saint est Dieu. le Pe ¤ dont la volonte s’accomplit par ses propres puissances. mon Nou “ me. Tu es saint. une gestation du bien . C ’est ainsi que je lui-me ¤ rite ¤ . mes fre ' re. es saint. l’ homme qui est tien veut se sanctifier Sois loue avec toi : tu lui en as transmis la puissance. peut exprimer le nom. Penche-toi sur moi et remplis-moi de ta force . “ tre connu. et qui est connu de Saint est Dieu qui veut e ceux qui lui appartiennent. seul. toi qui es plus puissant que toutes les puissances. dont le silence. mon a “ Indicible. tes fils. toi a ¤e ¤ e. par cette “ ce. Tu es saint. toi qui. Oui. l’occlusion des yeux. Tu es cre saint. Tu ¤ rieur a ' tout ce qui est. o “ te l’oreille a ' ma prie ' re de ne jamais e “ tre se ¤ pare ¤ de la Pre ' mon e “ tre fondaGnose. le silence. gne par mon sang : je vais vers la Vie et la Lumie ¤. la vraie Connaissance propre a mental. o “ Inexprimable. l’e l’oeuvre fructueuse du salut. cet adressai-je. Tout ceci m’est advenu parce “ s. toi que la nature n’a point forme¤ .

Au point central de cette figuration lui en donnent la possibilite liaison na|“ t une structure de lignes de force : Pymandre se manifeste. Pymandre ' re omnipre ¤ sente. mais nous essaierons. les dispara|“ t. c ’est une flamme jaillissant du champ ¤ alite ¤ vivante appartenant. se dissout dans la lumie 42 . Ne pas suivre cette me ¤ thode ne ¤ cessiterait autres textes d’Herme un travail immense. dans la mesure de nos possibilite ¤ s. cette manifestation se rapporte entie ' rement d’Herme ' l’e ¤ tat d’e “ tre et a ' la force qualitative d’Herme ' s. celui qui est et pourtant n’est que son coeur s’e ' s ne se concentre pas. ainsi e ' s. nous ne suivrons pas verset par versetle ¤ . lorsque Herme ¤ leva. Le feu. Pymandre. “ tre distinct vivant Mais attention ! Pymandre n’est pas un e dans le champ de l’Esprit.V 's Pymandre et Herme ¤ ve ¤ ler. En effet. dans son inte ¤ gralite ¤. une re au champ de l’Esprit. Pymandre appara|“ t. apparut. Ce feu flamboyant est bien le Pymandre ' s. de l’Esprit. a ' s eut re ¤ fle ¤ chi aux choses essentielles et Donc. d’Herme ¤ tat inte ¤ rieur et le changement de sa vie par la transparce que son e ¤ . de l’examitexte cite ner globalement afin de nous faire une repre¤ sentation du livre de ¤ ventuellement que des Pymandre dans son ensemble. ' me chapitre. autant que possible. le disciple Comme nous le disions au troisie ' s entre en liaison avec le champ universel de l’Esprit. Issu de l’Esprit. la sagesse du Pour re Corpus Hermeticum. Mais quand le disciple d’Herme pas sur le champ de l’Esprit pendant quelque temps.

vous vivez par le turel. le corps e ¤ the ¤ rique. entrant et sortant par le foie. ¤ sir a donc le foie comme foyer principal. le type. ce processus est attention a ¤ terminant : il prouve la collaboration ide ¤ ale et indispensable de de “ te et du coeur. nous pe ' me mate ¤ riel par l’interme ¤ diaire du foie. C ’est la raison pour laquelle il faut apprendre a ' conna|“ tre le mystere du coeur. et pourtant ' re. C ’est la collaboration de la te “ te et du coeur qui la te ¤ termine la vie. Ces fordans notre syste ces circulent continuellement. Faites bien chit aux choses essentielles et que son coeur s’e ' cela car.flammes ardentes se dissipent. ¤ de quatre ve ¤ hicules : le Vous savez que l’ homme est compose ¤ riel. par le bassin. le caracte ' re. c ’est qu’Herme ' s re ¤ fle ¤Ce qui nous frappe au de ¤ le ' ve. coeur et pense¤ e sont ¤ s par le sanctuaire du bassin. bref la namine les tendances. et les fluides side ¤ raux coulent parts. pour le disciple d’Herme ' s. de ¤ sirant et pensant tout ce qui est bassin et par le syste du ressort de la nature ordinaire. moment-la ¤ de la nature. Celle-ci nous entoure de toutes celse appelle la forme side ¤ ne ' tre de tous co “ te ¤ s. Car en sont entie tant qu’ homme de cette nature. car il ne fait absolument qu’un avec la lumie ¤ but du texte. Sur le plan de votre e “ tre nagouverne ¤ gralement lie ¤a ' la matie ' re et axe ¤ sur elle. La quaLe corps du de ¤ et la nature des activite ¤ s du coeur et du sanctuaire de la te “ te lite ¤ tat et la nature du corps du de ¤ sir tel que vous concordent avec l’e ' la naissance et tel qu’il s’est forme ¤ ensuite depuis ce l’avez rec °ua '.Toutes les radiations side¤ rales en43 . que ParaPortez surtout votre attention sur le corps du de ¤ rale. le coeur et la te “ te sont esclaves Chez l’ homme ne ¤ sir. le corps du de ¤ sir (ou corps ascorps mate ¤ the ¤ rique tral) et le corps du penser (ou corps mental). sentiment. Ainsi Pymandre est. n’est pas. ture humaine entie ¤ sir.ý Telles sont les paroles de ßTe ' Pymandre. les aptitudes. Le corps e ¤ terconstruit et entretient le corps physique. Toutes les fonctions du coeur et celles de votre mental du de ' rement dirige ¤ es par vos de ¤ sirs. On peut exprimer cela par l’axiome que voici : de “ te et coeur ne sont pas se ¤ parables. le corps du de¤ sir de ' re. inte ' me foie-rate.

qualitativement. le qui est alors la conse ¤ desir du salut. apre ¤ riences. il expe ¤ sire un renouvellement. On ne trouve plus en lui aucune trace de ¤ ritable. Il n’est possible de se ' la Gnose. un coeur d’ homme ne sanctuaire de l’amour. a ' beaucoup pre ' s. qu’il aspire a ' une issue se peut qu’il de ¤ ratrice et que se de ¤ veloppe en lui le de ¤ sir du salut. ¤ le sanctuaire de l’amour. Mais Dans la Gnose. son de ¤ de la nature n’est plus. quand on est parvenu a non dans le foie mais dans le coeur. Ce qui s’agite et bouillonne “ tre naturel. Si quelqu’un s’approche des ment en re ¤ cole spirituelle gnostique. cette asdu de piration au salut. Le coeur de l’ homme n’est plus qu’un antre l’amour ve ¤. Cette recherche d’un renouvellement. par simple curiosite ¤ temples d’une e ¤ rimentale. Et le de ¤ sir le plus e ¤ leve ¤ . mais unique¤ ponse au de ¤ sir du salut. de ' s avoir erre ¤ sans fin sur la pe ¤ nible voie des Si un homme. de perversite 44 . Il peut arrilibe ' saisir et a ' re ¤ aliser en luiver aussi qu’une impulsion le pousse a “ me quelque moyen de sauvetage afin de s’e ¤ lever hors du puits me ¤ pe ¤ rissement. ouverture tique que si le coeur s’ouvre quelque peu a ¤ quence de l’e ¤ tat le plus e ¤ leve ¤ du de ¤ sir. le coeur est appele ¤ re ¤ ditaires et karmiques de toutes soren raison des influences he tes qui agissent en l’ homme depuis l’instant de sa naissance et ¤ terminent ine ¤ vitablement sa vie au cours des anne ¤ es. Il ne peut aller plus haut. soutenue par une conscience grandissante est la ¤ sir la plus e ¤ leve ¤ e dont l’ homme de la nature soit caforme du de pable. Le premier attouchement. en tant qu’e ¤ sir. Or c ’est ' cette limite que la Gnose nous touche. le contact fondamental avec la Gnose. il n’en tirera aucun be ¤ ne ¤ou de fac ° on purement expe ¤ journer avec fruit dans un foyer gnosfice.trent dans le foie en concordance avec l’activite¤ de votre corps du ¤ sir. est le de ¤ sir du de salut : la limite des radiations astrales dialectiques. arrive au point mort sur le plan de la vie naturelle. a toujours lieu par le sanctuaire du coeur. c ’est uniquement le dans son coeur.

¤ vident que l’ homme a fait de son coeur Mais il est clair. ßil me regarda quelque temps en face de fac ¤nue Herme ° on si pe ¤ trante que je tremblai a ' son aspect. qu’il e ¤ de vie pouvant porter a ' juste titre le nom d’amour. dans le Nou “ tre humain originel. L‘amour tel qu’il est envisage “ me essence que la nature dialectique ou ' . lui aussi. C ’est ¤ rables dans une telle situation que parce que nous sommes si mise la Gnose nous touche pour tenter de nous aider dans son e¤ ternel amour.ý ¤ paration du coeur sera acheve ¤ e. dans tous ses asdoit demeurer. Quand la lumie ¤ sirs dispara|“ tra. Les de ¤ sirs du moi et l’insvotre nature pleine de de ¤ gocentrique s’e ¤ teindront comple ' tement. redin’est pas de la me ¤ tat quelconque du de ¤ sir.ý Et au verset 19: ßEle ' ve 17e ' re. ßJeý cherche ßmoný salut. au ' me verset : ßLe Nou “ s est Dieu le Pe ' re. C ’est pourquoi Pymandre dit. Il est donc incontinct e testable que le sanctuaire du coeur doit constituer la grande base pour l’Esprit. a ' la vie noutable est d’ordre supe velle . dans le coeur. il est Dieu.ý contiton coeur vers la lumie ' s. et connais-la. que c ’est dans le sanctuaire du coeur que l’Esprit ¤ parer. Au de ¤ but. il est Esprit.ý ne ' l’e ¤ preuve de ve ¤ rite ¤ : qu’y aura-t-il de ¤ sormais dans le C ’est la ¤ sir ou amour ? sanctuaire de votre coeur. L‘amour ve ¤ risons-le. une possibilite Tout ce qui est au-dessous de cette norme supe¤ rieure d’amour est ¤ tat de de ¤ sir personnel. c ’est Si le coeur e ¤ tait pre “ta ' manifester une force vitale. le principe primordial d’avant le type de l’e ßle commencement sans finý. il appartient a ' la vraie vie. l’amour digne de ce nom. et qu’il doit donc se pre ' cet e ¤ tat supe ¤ rieur. d’e ¤ gocentrisme.ý Et ßa ' ces mots.¤ tait qualifie ¤ jadis de ßsanctuaire de l’amourý. une demande du moi : ßJeý suis dans l’embarras et ßjeý cherche une solution. la ' pects. tout amour est un e ¤ rieur . a est la vie. vous verrez Quand cette pre “ s. le de ¤ sir du un e salut est. il est e ¤ gocentrique rugit en un antre de convoitises ! Le feu de l’instinct e 45 . une ple ¤ nitude de vie. dit Pymandre. la belle forme de l’Homme originel. de ' re fera sa demeure dans le sanctuaire du coeur.ý ¤ ici. La ' ou ' est le coeurý.

vous re ¤ fle ¤coeur renouvele ¤ leve ¤ juschissez aux choses essentielles. de cette humanite “ tes appele ¤sa ' la Gnose. agir. non du moi et sur l’union et la collaboration du coeur et de la te “ te. a ' La Gnose nous conside cause de la condition psychique du sanctuaire du coeur. monde. C ’est pourquoi on nous supporte. sez la ta “ tre vide ¤ des passions de la convoitise et de tout votre coeur doit e 46 . avec ce coeur purifie ¤ et en lui. ' -dire la conscience mercurienne. vouloir. qu’aux champs omnipre ¤ veloppement herme ¤ tique et la vie herme ¤ tique sont fonde ¤s Le de “ te. des patients. de la te ¤ choue sur cette ne ¤ cessite ¤ . est appele ¤ sent meure de l’Esprit. on voit bien le monde sombrer. pensez-y. potentiellement pre ' quel point nous sommes madans l’atome originel.temple du Dieu en nous. c ’est seulement quand le sanctuaire du coeur est purifie¤ En ve ¤ qu’il s’ouvre a ' la lumie ' re et qu’une tout autre mentaet consacre ¤ appara|“ t. Le moi demande : ßQue faire ?ý On tente alors toutes sortes d’expe¤ rien¤ nergie et un dynamisme extraordinaires. On voit bien le chaos et la Le monde e corruption autour de soi . ne na|“ t que dans un c ’est-a ¤ .¤ a ' s’offrir comme delui. il se peut que vous soyez e ¤ sents de l’Esprit. Lorsque. renouvele ' re comme des malades. Le triple pouvoir nouveau du penser. Sentez-vous a ¤ pour que le sanctuaire du ' nous avons sombre lades ? Jusqu’ou coeur. plir sa ta ¤ fle ¤ chirez aux choses essentielles car du coeur vous aussi. soit devenu un tel lieu d’abomination ? ' nouveau son coeur au service de Dieu Celui qui sait vouer a “ te. alors que le coeur. mais du coeur purifie ¤ et de la te “ te. si vous e “ che : purifiez votre coeur. Pour s’ouvrir au grand amour. purifier le sanctuaire de son coeur et de le consacrer a' sa ta ¤ rite ¤ . ces mettant en jeu une e ' s ! Pourquoi ? Parce que l’ homme oublie de mais cela sans succe “ che. en vrai serviteur de l’ humanite ¤ . afin d’e “ tre a ' me “ me de remouvre ensuite le sanctuaire de la te “ che sacerdotale. connaissez et accomplisDonc. vous re ¤ na|“ t la conscience mercurienne. du Dieu en nous. Alors seulement on met le doigt sur les plaies de ce lite ¤. C ’est pourquoi on est si tole¤ rant avec nous. Alors.

de cette sombre caverne. savoir et conna|“ tre d’autre que les choses essentielles ? En tout premier lieu. comme dans un ab|“ me. dans une confusion indescriptible. votre instinct e ¤ motivite ¤. Mais peu apre ¤ ne ' bres effrayancendre et tournoyer.¤ gocentrique. de cet ab|“ me de confusion. Ce qui reste de tour. le disciple d’Herme ' s voit une De ' re puissante et sereine. oui. et commence a ¤ chue. car tout doit commencer par la '. la re ¤ alite ¤ vous concernant voustiel a “ me ? Car si vous ne vous connaissez pas vous-me “ me. comment me vous sera-t-il possible de sonder l’Autre ? ' s ce premier coup de sonde. sinistres et lugubres. Alors vous rencontreEnsuite. Pymandre na|“ t de l’amour divin. les te ¤ sentent l’e ¤ tat d’e “ tre dialectique du candidat. qui apporte une grande joie dans le lumie ' s. quel est le plus essen' conna|“ tre sinon la ve ¤ rite ¤ . sans cesse en mouvement. Des flammes d’un rouge sombre fusent de toutes parts. forme ¤ es de terre et d’eau. la douce voix ¤ sonnera aussi en vous et dira : ßQue veux-tu voir et entendre ? re ¤ sires-tu apprendre et conna|“ tre dans ton coeur ?ý Que de Que voudriez-vous apprendre. elle devra suivre. ¤ ne ' bres sort une Or. a ' la vraie pre ¤ paration. un cri inarticule ' re e ¤ mane une Parole sainte. mais d’un candipre ¤ le sanctuaire du coeur ou tout au moins a dat qui a purifie 47 . s’accordant a ' la lumie ' re re ¤ pandue tout auvoix. conse Si vous allez ce chemin et accomplissez ce travail. entra|“ nez votre coeur. re ¤ side dans la purification du coeur et dans sa totale vie ve ¤ cration. voyons-nous monter pour commencer Ainsi. A cette fin. ¤ instinctive. il voit descoeur. non de la volonte ¤ au point mort. de la me ¤ ritable. e “ te suivra. reAu-dessous. dans une partie de cette lumie ' re. puis l’atmosphe ' re s’accorde a ' la lumie ' re originelle. de la nature de ' re. la te rez Pymandre. Ce qu’Hernon des pulsions de l’ homme arrive ' s doit vous dire avant tout c ’est que la clef de la Gnose. la lumie ¤ ne ' bres humides. des te tes. vrai et de pur dans ces te ' former une atmosphe ' re. de ces noires te ¤ . De cette lumie ¤ ne ' bres s’e ¤ le ' ve de cette nature obscure.

Car ce qui a dormi dans le coeur que la Divinite ¤ ons est re ¤ veille ¤ : le Fils de la Divinite ¤ se manifeste en durant des e nous. De l’union des deux na|“ t la vie nouvelle. c’est moiý. le jour venu. car le coeur est le se ¤ . un vez dans le coeur une lumie “ te d’Or. Ces te ¤ ne ' bres humides de terre et d’eau ont commence ¤ te ¤ mues par le son de la Parole qui e ¤ mane de la lumie ' re et existe e ¤ e vers la lumie ' re. ¤ posse ' de un puissant pouvoir. Pymandre. apre ' re et connaissez-la.ý C ’est Dieu manifeste¤ dans la chair. Et celui-ci donne lui-me ¤ ponse : ßCette lumie ' re. C ’est ainsi ¤ devient un Fils. le champ de lumie ' re et la lumie ' re Fils de la Divinite qui descend. “ merveilleux miracle. Dieu et le Fils. vous sentez les grandioses et mer¤ prouveilleux pouvoirs de la Parole vivante en vous.ý digne. par elle. fait sa demeure dans le coeur. Le champ lumineux de l’Esprit est. la structure de lignes de force de la manifestation universelle. et elle demeure maintenant re dans le coeur du vrai candidat. Mais. ' s avoir vide ¤ votre moi. la Parole tourne ßAs-tu compris cette Parole ?ý demande le Pymandre du Corps “ me la Vivant de la Gnose actuelle. la nature infe renaissance. lorsque Pymandre parle au candidat. parle le moigne . C ’est pourquoi.Vous voyez et e ' re aux puissances innombrables. ßtournez votre coeur vers la lumie Quand vous la reconnaissez. 48 . vous en serez devenu Donc quand. ou transfiguration. tout d’abord. cette lumie ' re.ý lumie Vous voyez et ressentez. cette lumie ' re puissante. Pymandre Le Fils de la Divinite l’appelle la Parole ou la Voix. le Christ qui revient. porte ¤ a ' l’e ¤ quilide l’ordre infe ' re et de la Parole que la bre sous la conduite directe de la lumie ' re fait entendre en nous.¤ a ' le faire. c ’est dans le coeur qu’il se fait entendre et te¤ ¤ jour divin ou ' . ne sont pas distincts l’un de l’autre. o cette flamme divine. Osiris qui revient. par la force lumineuse de la Gnose ne¤ e ¤ rieure engloutie par ce que nous appelons la en vous.Vous voyez le feu rugissant monde vraiment infini : la Te ¤ rieur investi et subjugue ¤ avec force.

et qui est jusqu’a ' cette heure.¤ tique. ¤ rifiez si cette Parole est conforme a ' celle que la Gnose acVe ¤ es. la ve ¤ rite ¤ Ceci. la forme de l’ homme originel. c ’est la Gnose originelle.ý e 49 . le te ¤ moignage concernant tuelle vous adresse depuis des anne l’ homme originel. la Gnose herme ¤ea ' l’ humanite ¤ depuis le commencement. de l’ homme qui ¤ tait. Ceci c ’est la annonce Parole de Pymandre. de l’ homme qui existait ßavant le commencement sans finý.

Pymandre. compose ¤ e de forces innomßJe vis dans mon Nou ¤ ellement illimite ¤ . parvis duquel il se “ s la lumie ' re. celui ' nous aspirons a ve ' s est capable de regarder et dans les que le disciple d’Herme ¤ journe quand il entre dans la ßTe “ te d’Orý. Tu me fais contempler ? Que 50 . e ¤ tait feu. du point de vue du candidat qui approche. celui de l’ homme ce ¤ leste divin. tandis que le brables. Pymandre fait contempler a ' Herme ' s. de l’ humanite ¤ leve ¤ dans le champ spirituel. question Et maintenant monte une question au coeur d’Herme que nous traduirons ainsi selon notre propre terminologie : ¤ grer la nature dialectique dans cette grandiose Comment inte manifestation que Toi. Or il s’ouvre a ' nouveau pour nous si nous avons nite ' me domaine cosmique. Nous affirmons maintenant avec force que cet ordre du monde originel est depuis le commencement. au parvenu a niveau le plus bas. devenue un monde re ¤ par une force toute puissante.ßNous avons parle ¤ de cet aspect. investi et subjugue ' l’e ¤ quilibre. le champ omnipre ¤ sent de l’amour e ¤ ternel. l’ordre du monde ou ' retourner.ý de nouveau part au sixie ' s. et reste l’ordre de l’ huma¤ ce ¤ leste. l’e ¤ actuelle. l’ordre du monde originel e ¤ ritable.VI Place de l’ordre dialectique dans le ¤ naire cosmique Septe Le Livre de Pymandre se poursuit par l’esquisse de la manifesta¤ volution universelle du monde et tion cosmologique originelle.

du brisement. dit ' l’activite un ordre naturel ou ¤ signer cette loi fondamentale. ainsi que nous venons de le dire. dans l’essence de la nature dialectique Ne ' me domaine cosmique. Dans la manifestation universelle diacomme e ' re. ou ' chantier fut e ' il devait travailler aux grandioses projets l’ homme devait agir. C ’est ¤ est appele ¤ fatalite ¤ . Il ne les place pas seulement dans l’ordre d’un monde. briller. un seul laboratoire alchimique immense. un en tant que septie ¤ leve ¤ . Dans l’univers dialectournent sans cesse a tique. Il ' la progression de la leur donne aussi une mission : travailler a manifestation universelle. Les choses vont et viennent et re' leur point de de ¤ part. celle du lectique entie broiement. le septie ¤ montre ¤ depuis longtemps la philosophie gnosComme l’a de ' re doit e “ tre conside ¤ re ¤e tique. ¤ anmoins il faut voir. a ' ses enfants. descendre. en connexion totale avec les six autres doplan grandiose et e maines cosmiques. du monter. car la Divinite ¤ atures. que le monde dia¤ tait envisage ¤ comme un immense chantier cosmique. une transformation incessante de la matie' re a lieu. la nature dialectique tout entie ¤ tant ce chantier. tous les pouvoirs divins qu’elle posses cre ' de elle-me “ me.dois-je penser de l’univers dialectique. il leur offre un gigantesque ' me univers. pour de luctables mouvements cycliques. la C ’est la 51 . nous voyons appara|“ tre une seule loi. Dieu n’appelle pas seulement ses cre ¤ atures a ' la se vie. un ordre supe ¤ rieur. la loi du mouvement cyclique continu. Pymandre re ¤ te ¤ forme ¤ e d’apre ' s le beau type originel du monde. ou destin. ou ¤ cre ¤ atrice confe ' re a ' de la manifestation universelle. essence des ine ¤Pymandre. Un seul grand la progression de l’immense processus de cre ¤ tabli. laboratoire alchimique. lectique e ' le point de vue qu’adopte la Gnose e ¤ gyptienne. A cette fin. de l’ordre dialectique ? ¤ leste en est-il devenu prisonnier et Comment l’ homme ce ¤ grade ¤ au point ou ' il l’est maintenant ? L‘escomment s’est-il de sence de l’origine explique-t-elle la nature dialectique ? Comment cet ordre de nature est-il devenu aussi mauvais ? ¤ pond ainsi : la nature diaA toutes ces questions. point de vue que l’on admet tout de suite quand on sait. par lectique a e ¤ ation.

alors que vous avez le pourquoi vous e ' l’ immortalite ¤ ? Repentez-vous.ý Quelquestalite ° ant pour toujours a ' rent de moi et s’en alle ' rent. alors que la Gnose herme Gnose de Mani. me suppliaient de les instruire. re ¤ alistes comme ils l’e ¤ taient. raiche qu’a ¤ ens. comme nous l’avons son mal actuel. dans livre. en me ¤ ens. Herme ' s. ils se e ' moi.¤ tique. fait nous-me La Gnose de Mani voit le mal ostensible du monde dialectique. intitule ¤ tat d’illumination. quant a ' la nature apparente. Mais d’autres. 69 et 70. qu’elle avait e ¤ rant toutes nos expe ¤ riences dans la nature de la mort. par exemple. Je les relevai et je me fis le guide du genre humain en leur apprenant de quelle manie' re ils 52 . Dans la suite de ses e ¤ crits. ensorcele ¤ s que vous cessez de vous vautrer dans la de “ tes par un sommeil animal !ý Quand ils m’entendirent. La ¤ montrer a ' l’ humanite ¤ que la terre ne cherGnose de Mani veut de ' retenir prisonnier l’ homme qui lutte et qui souffre. s’adresse aux hommes et laisse son nouvel e entendre leur langage : ¤ s de la terre. ne ¤ s de la terre. car ils se trouvaient uns se moque sur le chemin de la mort. dans son satanisme ave “ mes pendant des anne ¤ es. hommes ne ' l’ ivresse. De ' s le premier celui-ci se rapproche beaucoup des Maniche ¤ Pymandre. ' s conside ' re l’intention divine originelle auLa Gnose d’Herme dessus de l’ab|“ me de perdition qu’est notre ordre de nature. devenez sobres. son pour laquelle les Maniche ¤ ¤ maudissaient ce monde mauvais. Et je poursuivis : ßO vous. a ¤ bauche. vous qui pouvoir de participer a ¤ l’ ignorance pour guide. marchez dans l’erreur et avez accepte ¤ rez-vous de la lumie ' re te ¤ ne ¤ breuse et prenez part a ' l’ immorLibe ¤ en renonc ' la corruption.ý joignirent a “ tes-vous livre ¤s a ' la mort. aborde le monde dialectique dans ¤ re ¤ . qui vous e “ tes abandonne ¤s ßO peuples. Ils de claraient qu’il etait impossible que cette nature mauvaise et corrompue v|“ nt de Dieu et ¤ te ¤ cre ¤e ¤ e par Lucifer. aux versets 68. Conside nous acceptons le point de vue de Mani. s’agenouillant devant moi. au sommeil et a ' l’ ignorance de Dieu. mais nous conside¤ rons “ me temps celui d’Herme ' s.

bien que se plac° ant philosophi¤ tique. me “ tre maniche ¤ ens. souvent me ¤ senter le mal tel qu’il appara|“ t de nos jours dans la nature. dans l’intention pre ¤ conc on les accusa d’e ° ue de “ me manie ' re. De temps tielle entre les Maniche “ me. la Gnose actuelle doit a 53 . Nous savons que les Cathares. en France par exemple. Pourtant. contradiction et jusqu’a ¤ riodiquement a ' l’ordre du de semblables controverses sont pe jour. isme exerc °a a ¤ . aucune contradiction. ¤ tisme formule l’e ¤ vidence philosophique. Ainsi. et ils seraient sauve ¤ s de l’eau de l’ immortalite ¤ . Les ennemis ¤ rir par le bu ' res “ cher et l’inanition. dans les milieux de chercheurs. et perC ’est pourquoi il fut tellement redoute ¤ ¤ secute plus mortellement encore que le Catharisme. Maniche ¤ tistes sont fre ' res de la me “ me souche. me ¤ s de vous exposer ce qui pre ¤Nous nous sommes sentis oblige ' de parce qu’il fut un temps ou ' . e ¤ taient oriente ¤ s sur le quement sur un terrain plus herme “ me but que les Maniche ¤ ens.¤ s. Aussi la Gnose herme ¤ tique et la travail de l’ humanite ¤ ens et HerGnose de Mani sont-elles en parfait accord. Les fre des Cathares les firent pe ¤ ens furent martyrise ¤ s et mutile ¤ s de fac et soeurs maniche ° on atroce et inimaginable. ha|« de l’adversaire. Mais il est tout aussi ne ¤ cessaire de rappeler de temps a ' mie ' me domaine cosmique est le grand champ de autre que le septie ¤ ce ¤ leste. dans leur essence. Par cette fac ¤cient a ° on de voir. Le Maniche ¤L‘ Herme ¤ voque une re ¤ alite ¤ re ¤ volutionnaire : l’adieu positif et consisme e ' la nature infe ¤ rieure. pour pre ' la conscience de l’ humanite ¤ sa patrie de luplus clairement a ' re. il est ne ¤ cessaire de mettrel’accent sur en temps. ce ¤ isme et l’Herme ¤ tisme e ¤ taient en on se demandait si le Maniche ' quel point. Et je semai en eux les paroles de sagesse. Ce que les poursuivre et de les exterminer de la me ' ces deux Fraternite ¤ s est indicible. il n’y a aucune diffe¤ rence.ý furent abreuve ¤ ce ' de qu’il n’existe pas de diffe ¤ rence essenIl ressort de ce qui pre ¤ ens et les disciples d’Herme ' s. le Maniche ' son e ¤ poque une grande emprise sur les hommes. Parce que le but e ¤ tait semblable.

Quand que la matie 54 . existe et e ¤ par les sept Recteurs. non scientifique. de ' s qu’une matie ' re. Ils vous envoient ' re et leurs forces. donc vous influencent et s’influenleur lumie cent mutuellement. te ' me solaire. Le destin faut toujours tenir compte des aspects fastes et ne ¤ termine tous vos faits et gestes dans la nature dialectique. vient de la nature. il se cre ¤ e une situation presque intenable. matie ' re et relie a ° on errone ¤ ternel et immuable alors esprit se confondent. appara|“ t alors une activite ¤ raisonnable . se Ceci veut dire que lorsque l’e ' la matie ' re de fac ¤ e. Pymandre parle de sept Recteurs qui entourent de leurs cer¤ ocencles le monde sensoriel.sur terre. Car. Or l’Esprit est e ' re change. un e ¤ le ¤ ment. Vous plac ° ant du point de vue ge ¤ volution des e ¤ toiles et les activite ¤s trique. agit un ensemble de sept forces travaillant de ¤ terminant mutuellement. ' me domaine cosmique. vous savez qu’il Si vous e ¤ fastes. Dans le septie ' mes se subdiviser en syste ' mes de plus nous voyons les grands syste ¤ e en syste ' mes zodiacaux.Vous de “ tes suspendu a ' la toile du destin. qui est soumise a ' un perpe ¤ tuel changement.Vous voyez le soleil. ¤ tincelle lumineuse. se transforme continuellement. comme dans les myriades de syste 'Dans notre syste mes semblables.¤ rations concernant le Poursuivons maintenant nos conside livre de Pymandre. ceux-ci en sysen plus petits : laVoie lacte ' mes solaires. Dans est relie ' re. leurs orbites. enet la matie tra|“ ne ses prisonniers dans la nature de la mort. toutes les maniAu commencement tous les e festations de la nature dialectique devaient demeurer simple ma' re de ¤ pourvue de raison. dit Pymandre. contemplez ainsi la re ' me solaire. la matie ' re. les syste ' mes solaires en syste ' mes plane ¤ taires. l’Esprit. le destin de l’ homme ¤ de la nature. tie ¤ a ' l’esprit. ne “ tes quelque peu verse ¤ en astrologie. Pour de ¤ signer ces forconcert et se de ces. dans l’univers dialectique. la lune et les plane ' tes de ¤du syste crire autour de vous leurs cercles. Ils fixent le sort. Tout ce qui. Tout ce qui existe sur terre est ainsi sous la direction des sept Recteurs. est dirige ¤ le ¤ ments de ¤ chus.

' re entra|“ ne avec elle l’Esprit. Donc constatons que lorsque la vie consdans l’oce ' tement a ' la matie ' re du ciente. pour jouer a ' faire comme son ma|“ tre. ces deux deviennent un la matie ¤ tincelle de lumie ' re. le dominent et l’emportent. mais ce chaque atome de matie ¤ vivante. Cette liaison contre nature engendre une l’e ' re se re ¤ volte et l’esprit ta “ che de se maintecristallisation. comme dans un paradis. leurs activite ¤ s. une cristallisation de la matie ¤ ternel se retrouvet-il prisonnier transformations. Tous les e¤ le ¤ s. La matie nir. l’ homme ce ¤ leste oublia parbeau et respirait la raison supe 55 . cela entra|“ ne toujours souffrance et septie mort. se relie a ' des cier : l’e forces qu’il est absolument incapable de ma|“ triser. Parce que le chantier e ¤ rieure. L‘ humanite ¤ ce ¤ leste devait mais non le droit de s’associer a ' re de telle fac employer la matie ° on que. il y a de la vie et de la force. ¤ leste entra alors comme dans un jardin des merL‘ homme ce veilles. qui. furent confie ¤ s un jour aux cre ¤ atures divines supe ¤ rieures de te ¤ ce ¤ leste. des forces ¤ re ¤ es. Ainsi ce qui est e de souffrances sans fin. il se ¤produit ce que nous appelons une cristallisation. “ t se libe qu’elle rece ¤ cit bien connu de l’apprenti sorPensez. homme moderne. se lie et s’unit comple ' me domaine cosmique. car tout s’oppose alors aux tion. En de votre e ' re. sous ce rapport. vous savez que dans la matie ' re est la vie. Quand l’Esprit essaie de se conserver dans la matie' re. leurs forces et leurs potentialiments de la nature. une humanite ¤ vraiment divine. s’e ¤ veillait a ' la sept Recteurs et pe ¤ tait si merveilleusement vie naturelle. au courant de la recherche scientifique ¤ poque. libe ¤ an de la vie. de la force et de la vie ' lait. Vous. Il essaya de collaborer avec les ¤ ne ¤ tra tout ce qui. C ’est pourquoi (pensez ici a ¤ ce ¤ leste avait le droit d’utiliser la matie ' re dis !) l’ humanite ¤ riel alchimique et de la faire avancer vers son but. au sens n’est pas la vie et la force au sens de l’ humanite ' l’interdiction du Parade l’Esprit. comme mate ' elle. de la nature. au re ¤ le ' ve. active dans l’ humanite le chantier divin. L‘effort de l’Esprit pour se conserver fait na|“ tre une densifica' re. l’Esprit. quelque chose pu ¤ rer en temps voulu. apprenti navigateur.

en ce qui touche la maest double. le syste ¤ divine se lia a ' sa propre cre ¤ ation et a ' ses propres cre ¤ atures. Et l ’ homme ce¤ leste qui avait accepte¤ le jardin des Dieux comme un palais divin y resta emprisonne¤ . il l ’aima et voulut vivre avec elle. commenc ° a avec l’e ¤ leste e ¤ tait masculin-fe ¤ minin et engendrait de luiL‘ homme ce “ ¤ ce ¤ leste engendra d’ellememe. de' s ce moment. Le de ¤ veloplivre de Pymandre embrasse des milliards d’anne ¤ quences eut lieu tre ' s graduellement. l’ humatier. l’ homme essentiel. Mais. les conse¤ quences fatales que ce nous subissons actuellement n’apparaissaient pas encore. alors il advint que la nature. 56 . c ’est-a' phase du de dire la cristallisation dans les profondeurs de la matie' re. Entre la pement de ces conse ¤ but de la fusion et le changement total final. Lorset se conside qu’ il vit sa propre image dans l ’eau.fois sa vraie demeure. histoire universelle qui ¤ volution de ce que l’on appelle les sept races. l’univers en' me solaire entier. avec les sept aspects du syste ' rent non res. se place l’ histoire de la chute de l’ homme. la volonte¤ avait cre¤ e¤ une image de¤ pourvue de raison . Ces sept racesme 'teurs. et immortel selon le principe ce ¤ leste. en concordance totale avec les sept Recme ' me solaire. leste supe ¤ anmoins l’esclave plus noble que son enveloppe. l’ homme C ’est pourquoi. Le ¤ es. e¤ treignit son amant et se confondit entie' rement en lui. seul de toutes les cre ' savoir mortel selon le corps. tie ¤ rables parce qu’il est Ainsi l’immortel endure des douleurs intole ¤ a ' la matie ' re soumise au changement. Bien que le principe ce ¤lie ¤ rieur enfoui en l’ homme dialectique soit plus essentiel. il continua d’agir dans le jardin merveilleux ¤ ra lui-me “ me comme le centre de ces merveilles . peuple seulement la terre mais. ¤ atures sur terre. Ainsi la multitude de l’ humanite “ me sept sous-types. C ’est ainsi que. pas a ' pas. nite Plus tard. un aspect sexuel s’atrophia dans l’ homme tel qu’il ¤ tait devenu et la se ¤ paration des sexes instaura la condition de e l’ homme que nous connaissons aujourd’ hui. ¤ but de la fusion de l’ homme Comprenons cependant qu’au de ¤ leste avec la nature dialectique. il est devenu ne de cette enveloppe. la matie' re. dans leur immense gloire. a ' re. comme les appelle l’Enseignement universel.

consacrez-vous entie ' rement a ' votre lumie vocation. le destin. gra “ ce a ' un e ¤ crit. l’apprend et l’entend gra “ ce a ' sa conscience mercuHerme ¤ moire de la nature. Mais l’ humanite ' s.Vous aussi. Cette manifestation s’accomplira selon le plan de sauvetage gnostique. nous. il faut purifier le sanctuaire du coeur. Songez un instant que l’ humanite ' res et que. et en rienne. Mais avant de pouvoir entreprendre ce processus ¤ parer les eaux en deux en sorte qu’apde sauvetage. voyant de ¤ es que nous venons de vous pre ¤ senter ^ la cosLa suite des ide ¤ tique ^ se retrouve mologie de Pymandre. vous pouvez donc prendre part au ßla semence Je puissant plan de sauvetage. de pouvoir se paraissent le gauche et le droit. Songez aux myriades d’entite¤ s de toutes ces sous-races. si vous faites la se ¤ ne ' bres. entre l’esprit et la matie ' re. 57 .' s devant l’immense histoire de Pymandre place donc Herme ¤ . Ecoutez son cri de qui soupire apre ¤ nonce que la cre ¤ ation entie ' re languit dans jubilation quand il e l’attente de la manifestation des enfants de Dieu. comme une simple graine. Donc. en lisant directement dans la me ¤ filer devant lui le panorama entier de cette histoire. le principe de lumie' re a ¤ te ¤ de ¤ pose ¤! e ¤ tincelle de lumie ' re. un plan si grandiose qu’on ne cesserait jamais d’en ¤ ce ¤ leste originelle cre ¤a parler. Pymandre. Et le processus de votre sauvetage peut ' s rapidement si vous vous consacrez entie ' rement a ' s’accomplir tre ¤ ellement conge ¤ de la nature diavotre vocation. si vous prenez re ¤ paration totale entre la lumie ' re et les lectique. afin que le principe de ' re y reprenne vie. la philosophie herme dans l’Enseignement universel et dans la multiplicite¤ des textes ¤ s. au fond herme ¤ tique de sa parole. jadis la lumie ' re parfaite. Ecoutez-le parSongez a ¤ ¤ ' ' re. entre l’e ¤ ternel et le chante geant. Nous la connaissons. lui. y laisser entrer l’Esprit. sacre ' Paul. Et en elles toutes. ¤ susý. de cette cre ¤ ature divine ler de la creature divine liee a la matie ' s la de ¤ livrance et la libe ¤ ration. de ces sept races-me ' res naquirent les sept races-me d’innombrables sous-races. se cache e ¤ galeL‘e ment en vous comme une faible lueur.

C ’est ici mon commandement : aimez vous les uns les ¤ s. vous de“ me que j’ai garde ¤ les commanmeurerez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements. Ce que je vous commande. Mais je ¤ s amis. nous jugeons souhaitable d’approfondir d’Herme ' ¤ sirent suivre ve ¤ ritablement le encore. Je vous dements de mon Pe ai dit ces choses afin que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite. afin que le Pe vous donne tout ce que vous lui demanderez en mon nom. de cette humanite 58 . parce que je vous ai fait conna|“ tre tout ce vous ai appele ' re. naissent nature dialectique . En introduction citons Jean 15. ensuite cet homme ce ¤ ce ¤ leste. versets 9 a ' 17: ce ' re m’a aime ¤ . Il n’y a pas de plus grand amour autres comme je vous ai aime “ tes mes amis si vous faique de donner sa vie pour ses amis. Demeurez ßComme le Pe dans mon amour. c ’est de vous aimer les uns les autres. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi. de me ' re et que je demeure dans son amour.VII ¤ livrance et re ¤ mission De Avant de poursuivre nos commentaires du livre de Pymandre ' s Trisme ¤ giste.Vous e tes ce que je vous commande. enfin. a l’intention de ceux qui de ¤ livrance. je vous ai choisis et je vous ai envoye ' re liez et portiez du fruit et que votre fruit demeure. que j’ai appris de mon Pe ¤ s afin que vous almais moi. Je ne vous appelle plus serviteurs parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son ma|“ tre.ýSi nous ¤ voque la partie du livre de Pymandre dont nous rappelons ce qu’e ¤ . les conse ¤ quences de ce qui a e ¤ te ¤ dit pre ¤chemin de la de ¤ demment. je vous ai aussi aime ¤ s. nous voyons l’ homme ce ¤ leste appara|“ tre d’abord avons parle ¤ leste s’identifie a ' la dans toute sa gloire .

La semence de la lumie ' re originelle. D ’innombrables porteurs de la ßse¤ susý. qu’une ' il ne subsista plus. pour se maintenir sur le plan de races-me ' la formule de la nature dialecla nature. En effet. ments de la matie ' Dans ce cas. lie ' la loi de cette nature. s’accorde a ¤ descend-il endessous de cette loi. a ' la loi de la matie ' re. Ceci est encore le cas pour ¤ s ou ' l’e ¤ tat latent aussi long' g|“ t la semence a des milliards d’entite ¤ s s’accorderont a ' l’essence de la loi de la natemps que ces entite ¤ sente au ture dialectique. le principe ce ¤ s. doivent. en d’innombrables entite ment ou seule graine de la magnificence originelle des enfants de Dieu. de l’atome originel. demeurer semblables a tique originelle dont ils proviennent. Nous pouvons finalement e ' tes. ¤ leste originel se subdivisa en En d’autres termes. Le nature. La mence Je ' l’e ¤ tat latent. dans leurs formes et leurs e ¤ tats d’e “ tre divers. Cette subdivision se poursuivit jusqu’au momyriades d’entite ¤ s. le micro¤ nature ¤ et se de ¤ sagre ' ge pour retomber a ' l’e ¤ tat d’e ¤ le ¤cosme est de ' re. sante a ¤ rencie ¤ s comme ils le sont des sept Tous les microcosmes. la matie 59 . Celui-ci est devenu impuissant a ' entamer microcosme lui-me ' re et a ' s’en libe ¤ rer.¤ signer comme les populations de l’unisept races qu’on peut de ¤ tablir que tous les havers dialectique. n’en sont pas conscients. en vertu du processus de brisement par le destin. ' s lors on peut de ¤ duire qu’une descente plus profonde dans De la nature dialectique. donc qu’une plus grande diffe¤ renciation de ' re. c ’est non seulement la personnalite¤ introduite a un certain moment dans le microcosme qui meurt. Autrement dit. Nous faisons tous partie de la foule innombrable de ceux qui ne portent plus en eux qu’une seule semence de l’originel. bitants des plane proviennent des sous-races de ces sept races originelles. est impossible. diffe ' res originelles. et elle est totalement impuissemence g|“ t en eux a ' se diviser davantage. la semence demeure pre ¤ ¤ a ' la centre mathematique du microcosme tant que ce dernier. l’Esprit ne peut la semence de la lumie ¤ rencier ni se diffuser quand celui qui le posse ' de est ignose diffe rant de cette possession. mais aussi le “ me. comportement d’une entite alors.

et de ramener au second plan la nature dialectique. En tant que microcosme. voyage de retour vers la patrie de l’origine a ' ce voyage de retour que vous convie l’Ecole SpiriOr c ’est a tuelle. il ¤ compose ¤ . La condition en est la purification du coeur. et retourne. Cet e Si le microcosme descend au-dessous de la loi de la matie' re. ce microcosme peut e ' re pendant une dure ¤ e inconcevable. n’a donc plus de demeure emprisonne ¤ e. vous pouvez. ce principe peut s’e votre vie. le de ¤ but du Il existe une troisie ' partir du nadir. On vous conseille alors de placer ce principe de lumie' re au-dessus de tout dans votre vie. non manifeste ¤ quent. Le sanctuaire du “ tre absolument de ¤ barrasse ¤ de l’emprise des de ¤ sirs. partant de ce nadir. Si. a ' ses origines. la matie ' re retourne a ' la matie ' re et le principe de est de ' re retourne a ' la lumie ' re. tandis gements de la matie ¤ es continuellement de nouvelles personnalite ¤ s. “ tes reste ¤ depuis des e ¤ ons peut-e “ tre dans l’e ¤ tat de neutralite ¤. Vous vous e “ che au se ¤ rieux dans ce monde.¤ e dans un tel microcosme. humanitaire. le principe de ' re en vous redevient vivant et peut me “ me parvenir a ' la renlumie ¤ veille en contre avec Pymandre. le microcosme peut descenPar conse ¤ rialite ¤ . mais ce ¤ vertuerez sera de fac ° on dialectique. endormi. lumie ' me possibilite ¤ : le sauvetage. que sont vivifie ¤ tat est de ¤ signe ¤ comme l’e ¤ tat de neutralite ¤. comme quelqu’un qui prend sa ta 60 . de coeur doit e ¤ ¤ ¤ ' ¤ ¤ l’effrayante degenerescence a laquelle il a ete soumis durant de multiples vies. Si vous entreprenez cette purification du coeur. Quand le principe de lumie' re s’e ¤ . C ’est l’e ¤ tat d’ane ¤ antissement. nous le re ¤ pe ¤ tons. certes. vous vouer au service de votre prochain. il peut oeuvrer aussi au vous et que vous lui offrez un coeur purifie service de vos semblables. vous e ¤ der le principe de parce que vous n’aviez pas conscience de posse ' re. Gra “ ce au contact avec l’Ecole Spirituelle et sous son inlumie ¤ veiller en vous et se manifester dans fluence. une remonte¤ e ne la de “ tre assujetti aux lois des chanse produit pas. jusqu’au point le plus bas de dre jusqu’au nadir de la mate ¤ che ¤ ance dialectique. l’Ecole de la Rose-Croix d’Or. Mais s’il reste latent.

comme on dit. celui du sauvetage. ' ceux qui stimulent de ¤ ja ' l’activite ¤ du principe de luPensez a ' re et vivent dans la purete ¤ de coeur au sens gnostique. la substance corporelle et a comme c ’est le cas pour l’ homme-Pymandre. C ’est ¤ s s’enveainsi qu’il faut parcourir le chemin de retour. Pensez est allume ¤ parer une place que vous pouvez donc. dans la matie Quand nous parlons du ßmanteau d’or des Nocesý et vous in' le tisser. au de ' l’entre ¤ e dans les champs de l’Esprit. le principe de lumie' re ¤ en eux gra “ ce a ' la purete ¤ de coeur des parents. mais vous ne vous manifesterez en tant qu’enfant ' re en vous s’e ¤ veille. La lumie vrer au service de tous. pre ' vos enfants dans les rangs de la Gnose avant me“ me leur naisa ' re e ¤ veille ¤ e dans un e “ tre humain lui permet d’oeusance. rien que par votre vie. un grain de lumie ' re dans un homme existe une petite e 61 . est donc de nature remarLe troisie ¤ leve ¤ e . les entite ¤ hicules d’une substance de plus en plus subtile et loppent de ve ' travers la matie ' re en passant par toutes parcourent ce chemin a les races et sous-races originelles. c ’est le de ¤ but du chemin de retour vers la paquablement e ' la libe ¤ ration trie de l’origine. a ' travers de multiples corporelle. Ce chemin conduira finalement a ¤ tachement complet de toute matie ' re. ' me e ¤ tat. se fixe. il faut encore travailler avec la substance ¤ tapes. Mais avant d’atteindre ce point ultime. En effet. nous envisageons un ve ¤ hicule infiniment subtil vitons a en comparaison de celui de notre personnalite¤ du moment. La dette originelle de la faute et de la chute d’un nomrepre ¤ d’ habitants ce ¤ lestes sera rachete ¤ e du fait qu’une foule bre limite que nul ne peut compter ira grossir leurs rangs. Quel prodige immense s’accomplira alors ! Essayez de vous le ¤ senter. Lorsque mie des enfants naissent dans de telles familles. au long de nombreuses e ¤ tats d’e “ tre. et de Dieu que si le principe de lumie rayonne de vous. Et le principe de lumie ' re adoptera des ve ¤ hicules de e ' re de plus en plus subtile en suivant le chemin de retour matie ' re. a ' l’abandon de totale. dans une gloire toujours plus grande. tant que ¤ tincelle.

Comprenne qui pourra ! ¤ rieux. Des profondeurs de l’enfer l’amour remporte la victoire. aux premiers temps du monde. des hommes ce¤ lestes vont ressusciter de la profondeur de la mort. ayez conscience de posChercheur se ¤ der la semence originelle ! se 62 . l’expiation en be¤ ne ¤ ¤ tion. matie ¤ dicAinsi la dette se change en expiation. celle-ci peut se de ' devenir une divinite ¤ . la croissance en moisson. des hommes ¤ s d’innombrables semences de lumie ' re re ¤ pandues accidivins. par la faute et la qu’a ¤ d’ habitants ce ¤ lestes. Donc. chute d’un nombre originellement limite ' devenir les rangs du peuple de Dieu vont se multiplier jusqu’a ßune multitude que personne ne peut compterý. la benediction en croissance. o “ divin miracle. qui que vous soyez. ne dentellement. sur les champs de la ' re et relie ¤ es a ' eux.¤ velopper selon les lois de l’Esprit jusoriginelle.

plus gran¤ ne ¤ diction que nul ne pouvait soupc diose que jamais. l’e ¤ tincelle d’esprit. ce myste ' re. que le pe¤ che ¤ quences. et il arrivera. et il devra se passer enune intervention puissante est ne core beaucoup de choses auparavant. ¤ ne ¤ diction doit effectivement avoir lieu. du pe ¤ che ¤ et de la bilite ¤ sulter une telle be ¤ ne ¤ diction comme preuve que dette. Mais cette formidable possi¤ . ' comprendre l’essence de son e “ tre naturelest Celui qui arrive a ' me “ me de se libe ¤ rer de sa dualite ¤ et de retourner a ' sa divinite ¤ mis a 63 . puisse re l’Esprit. re ¤ side en ceci que d’une chute. Le syste ¤ . l’ homme seul est double. d’une part. d’autre part.VIII ¤ de l’ homme La dualite ¤ atures de la nature. que l’amour. avec toutes leurs conse ront finalement en une magnificence plus immense. appele ¤ e encore Rose mence de l’immortalite “ tre humain mortel.ý afDe toutes les cre ' me humain comprend. en une be ° onner. Cependant si cette be ¤ cessaire . l’e ¤ ature ayant un tel caracte ' re double. la sefirme Pymandre. la forme naturelle. On ne trouve aucune autre cre C ’est ainsi que la chute des fils originels de Dieu est cause d’une ' re : la semence de l’Esprit s’est diffe ¤ rencie ¤e situation singulie ¤ s mortelles . se changedu commencement. est toujours vainqueur.ý ¤ et la dette De la sorte il peut arriver. et ces myriades d’entite ¤s dans des myriades d’entite ¤ dant la semence divine pourront ensemble faire cro|“ tre le posse ' devenir une ßmultitude que peuple des enfants de Dieu jusqu’a personne ne peut compter. du coeur .

au cours de cet e 64 . tout ceci est un grand prodige : l’inte¤ gration “ te ¤ dramade la nature dans l’ homme avec. cient de sa prison et par conse ¤ che ¤ c ’est. mais que nous sommes prisonniers de cette puissance qu’est l’inconscience. Mais pour la Le disciple d’Herme plupart des hommes. Si vous e ¤ de vous libe ¤celle d’esprit. tout en subissant la de posse condition des mortels parce que soumis au destin . C ’est cela la cons¤ che ¤ telle que l’envisage l’Enseignement universel decience du pe puis le commencement : l’ homme spirituel. C ’est cela la conscience ¤ che ¤ . e “ tre l’esclave. comme il est sugge ¤ che ¤ en ligions. que vous soyez personnellement coupable du pe “ tre ne ¤ de la nature. Mais comme possesseur de la Rose. Il ressort des paroles d’Herme ' s que l’e ¤ le ' ve le du pe comprend. ' s comprend cette situation. “ tes conscient de posse ¤ der une e ¤ tinde l’ homme originel. dans le septie' me do¤ luctable pour toute entite ¤ lie ¤ea ' cette namaine cosmique. doit devenir cons¤ quent de son e ¤ tat d’e “ tre du moment. e ¤ der le pouvoir sur toutes choses. selon le verset 39 du livre de Comprendre son pe “ tre conscient de son immortalite ¤ absolue. Comprenez bien cela si vous e ¤ der une e ¤ tincelle d’esprit. Cependant l’Esprit veut l’expression et la dette qui en re ¤ ve ¤ nement dravaincre. est ine ture. puisque en tant que tel vous ne faite tant qu’e qu’un avec cette nature . le co tique de cette situation : la chute clairement manifeste qui en est ¤ sulte. comprenez que vous avez la possibilite rer. Comprenez cela si vous cient de posse “ tes conscient de votre dualite ¤ : d’une part. ¤ re ¤ dans certaines reIl n’est donc pas exact. et vaincra en se divisant. le cours des choses. autrement “ tre supe ¤ rieur a ' toute la nature dialectique et cependant en dit. d’e “ tre ne ¤ de la nature. que Celui qui est e sans sommeil nous domine . Savoir que le Pe ' re est en nous. comme corollaire. vous avez le pouvoir de ¤ de votre exisdevenir conscient de l’imperfection et de l’absurdite tence ainsi que de votre emprisonnement.“ tes de ¤ ja ' au moins consoriginelle. e d’autre part que vit envous la Rose du coeur de l’ homme ve¤ ritable. conscient Pymandre.

il dit seulement : le nel. l’ homme ve ¤ ride la vie et de la lumie “ “ “ ' ' table devient un etre-ame et grace a la lumiere universelle. forme naturelle posse “ tre vivant. l’e ¤ ther. est bisexuel. ¤ clare Pymandre au verset 41. Et Pymandre l’exprime en disant : ßL‘ homme est issu ' re.ý Lorsque Pymandre parle de l’ homme. il ' -dire un e “ tre sensible dote ¤ d’une a “ me “ s. il envisage l’ homme origi“ tre-esprit. relie ¤ ritable posse ' de un coeur pur. l’eau. Les formes lin ou fe ¤ pare ¤ es sexuellement. C ’est-a devient un Nou ¤ea ' l’Esprit. qu’elle est un e Il y a en vous deux vies : la vie originelle et la vie de la forme naturelle.ý Gra “ ce a ' la vie divine.' qui est offert le pouvoir de rematique. l’e corps. bref. Il L‘ homme ve habite le coeur de la forme naturelle comme un dieu. Il indique ensuite comment la forme naturelle fut engen¤ e par des radiations astrales et e ¤ the ¤ riques de la nature de la dre ¤ e simplement ßle mort. La nature devenue une avec myste ¤ a une merveille e ¤ tonnante. le feu porta a ' maturite ¤ la matrice. au contraire. une conscience a ' elle. en millions de parcelles a devenir enfants de Dieu. exceptionnelle. Quelle erreur ! Erreur qui s’explique du fait que la ' de une vie propre. quoique mascuve ¤ minin du point de vue de sa forme exte ¤ rieure. au l’ homme procre verset 45.ý de ' re reste ¤ cache ¤ jusqu’a ' ce jour. l’ homme divin. et de l’e ° ut le souffle de vie et engendra les corps selon la forme de l’ homme. la forme naturelle. nous le verrons par la suite. Le corps reýc ° ut une apparence humaine. il est le coeur. Ne perdez naturelles. c ’est ce que le monde dialectique a l’ habitude d’appeler ßl’ hommeý. La forme “ le.ý Puis il de ¤ crit. est le ßCe que je vais te dire. Pour le reste. la nature reýc le processus de formation . L‘ homme ¤ ritable. Cette forme naturelle est donc appele corpsý. soit femelle. la naissance de ce processus de formation : ßLa terre fut ¤ le ¤ ment ge ¤ ne ¤ rateur. furent se pas ce fait de vue si vous voulez comprendre ces choses. elle est soit ma 65 . On naturelle est donc unisexuelle .

C ’est pourquoi il est hors de doute que la prolongation de la vie ¤ e signifie en me “ me temps la fin de l’ humanite ¤ entie ' re. vous comprenez que si nous vivions dure ¤ rirait au cours de ce tous 200. de proche. ¤ paration des sexes Mais la forme naturelle montre toujours la se telle que nous la connaissons. l’e ¤ lixir de bles. Gra cette vivification continuelle du microcosme. l’ordre social entier pe temps. pousse 66 . Comment veut-on le prolonger jusqu’a ¤ aliser ? re Eh bien. les pe ' proautres moyens d’information que l’on cherche activement a “ tre a ' me “ me. ¤ riodiques ou Vous avez sans doute appris par les journaux. court tra. que l’on a tant cherche ¤ et que l’on vient de de ¤ couvrir. 300 ou 800 ans. Pourquoi ? Afin que le plan de sauvetage s’accomplisse par l’ex¤ rience continuelle et la naissance continuelle de la forme natupe “ ce a ' ce broiement continu dans la nature de la mort. C ’est dans l’atome que se trouve l’e vie de la forme humaine. il existe toujours ¤ concre ' te de participer de nouveau a ' la vie origiune possibilite nelle. l’administrer a ¤ e de la vie. Mais si vous pensez au de ¤ sordre augmenter ainsi la dure ¤ ' effrayant que l’ homme provoque deja au cours d’une vie d’une ¤ e moyenne de 70 a ' 80 ans. On croit e ¤ lai d’une centaine d’anne ¤ es par exemple. Le fait que notre vie ne soit pas plus lon' l’incapacite ¤ de l’ homme de faire un juste emploi de “ a gue est du ¤ le ¤ ment vie de l’atome. vous savez que l’atome renferme des forces redouta¤ le ¤ ment vie.“ tres-a “ mes masculins et des e “ tres-a “ mes fe ¤ midistingue donc des e nins alors qu’ils ne sont pas distincts du point de vue sexuel. dans un de ' 800 ans la vie humaine. qui dit que ßcelui-ci Diplo ¤ sirera pas vivre plus longtemps que Dieu ne le lui permetne de ¤ par son e ¤ tat naturel. dans un avenir relativement longer la vie. e ' l’ homme par injections et On veut le produire. On veut a ' l’ heure actuelle extraire cet l’e ¤ lixir de vie. envisage Aussi la loi valable pour tout vrai Rose-Croix (pensez ici au “ me de Backstrom) est-elle significative. a' relle.ý Car l’ homme dialectique.

se conna|“ harmonie avec la rose et s’ouvre a ¤ ment la duatra un jour selon sa vraie nature et en sentira profonde ¤ . car elle fait tourner soi. dit ¤ e de la vie est l’indispensable e ¤ cole de l’exPymandre. autrement dit celui dont le sanctuaire du coeur vibre en ' la lumie ' re gnostique. Un type humain de ce genre appara|“ t soit en raison d’un refus du plan de Dieu. conse 67 . Celui qui arrive.toujours le danger de sombrer au-dessous du niveau normal de l’ordre dialectique. mais on recule e ¤ galement devant les corps de l’a ¤ quences de ce refus : vivre dans l’e ¤ tat de vie dialectique. De temps en temps. sont cause de mort. na|“ t une forme naturelle qui grand nombre d’e n’est ni homme ni femme. Ainsi le plan de sauvetage se re ¤ ace qu’ils soient broye “ ce a ' la dure e ¤ cole d’apprentissage de l’expe ¤ rience prolise-t-il gra fonde. a ' la connaissance de soi est ve ¤ -a “ me. exactement comme dans le re ' gne animal et pagation de l’espe ¤ ge ¤ tal. On ne veut refus de la se ¤ vu pour redonner a ' l’ homme le pas accepter le plan de Dieu pre “ me originel. tes les conse ¤ paration des sexes permit le me ¤ lange des sangs et la proLa se ' ce. Or. parmi un des sexes et a “ tres humains. Celui qui demeure conduit sur le chemin de l’ humanite dans le carcan de la forme naturelle continue d’errer dans les te¤ ' bres et ressent la mort comme douloureuse. ¤ paration des sexes a pour fonction d’assurer la naissance La se “ tres naturels. Celui qui progresse a l’ecole de la vie et posse esprit. soit du l’ homme a ¤ paration des sexes et de ses conse ¤ quences. avec toude ¤ quences qui en de ¤ coulent. La se sans interruption la roue de la naissance et de la mort. Ainsi peut-on parcourir le chemin de la connaissance de ¤ paration des sexes en est la condition. par cette voie. et les lite ¤ sirs propres a ' la prison charnelle. et la vie elle-me “ me veille a ' continuelle de nouveaux e ¤sa ' temps. Celui-la ' saura alors que l’amour de la forme naturelle. ne “ tre bon de dire ici quelques mots d’une anomalie Il est peut-e ' toutes les e ¤ poques et qui a trait a ' la se ¤ paration qu’on rencontre a ' ses conse ¤ quences. refus qui entra|“ ne ' travers la matie ' re dans la faute et l’expiation. la traverse ¤ ' ¤ ' de l’a “ meperience.

tout d’abord. produit du rejet de la forme naturelle sans acceptation du chemin de la libe¤ ration. en second lieu. dation et. se sont soi-disant retire ¤ s de la vie pour entrer dans des sie ¤ nature ¤ s eux-me “ mes. vous ne pouvez la refuser qu’en vertu d’une aspiration consciente et d’efforts concrets pour retrouver le corps de “ me. ¤ sirý font allusion Ces mots : ßaimer le corps issu de l’erreur du de ' l’amour de la nature dialectique dont il est question aux versets a ¤ quence l’apparition de la 37 . 38 et 39. a ' ne pas vivre selon leur de ¤ grala gue ' se diriger. Mais si vous ne cherchez pas le chemin qui e ¤ le ' ve. il est encore un as¤ te ¤ souvent mal compris. Pour ceux qui sont sujets a' cette maladie. ou que l’a vous ne vouliez pas le suivre. et que les pulsions hormonales res' elles-me “ mes. de la connaissance de soi. que vous soyez seul ou a ¤ gou ¤ rence. des clo|“ tres se sont de Au sujet du verset 48 du livre de Pymandre. par exemple. en reddition totale de soi.ý Cette parole a e ¤ te ¤ nombre de fois d’errer dans les te ¤ tique comprise comme une mise en garde de la philosophie herme ¤ quences. au cours ' cles.¤ veloppe. Mais ce n’est pas contre le mariage terrestre et ses conse de cela qu’il s’agit ! Il ressort au contraire de la Gnose originelle ¤ paration des sexes et ses conse ¤ quences est une ne ¤ cessite ¤ que la se pour tenir en mouvement la roue de la naissance et de la mort. Et que vous conside ' deux. Il pect que nous devons signaler. cela ne fait aucune diffe de ¤ chapper a ' la forme naturelle conforme ¤ ment au plan qui voudra e ¤ ration. vers le chemin et a ¤ de la nature. Celui “ t pour la nature ou non. car il a e est dit : ßCelui qui aime le corps issu de l’erreur du de¤ sir. Beaucoup d’ hommes qui. le type humain anormal que Ainsi se de nous connaissons comme l’ homosexuel. amour qui a eu pour conse ¤ riez cette assertion forme naturelle mortelle. ayant du dans ou hors du mariage. si la forme naturelle tent totalement identiques a ¤ luctablement un de ¤stagne dans ce feu hormonal. ¤ rison consiste. devra abandonner le monde dialectique luidivin de libe 68 . vous ne pouvez renier la Comme homme ne forme naturelle. continue ¤ ne ' bres. a ' le parcourir diligemment. il se produit ine veloppement contre nature.

ý l’a 69 . telle est la faute qu’incrimine Herme de Pymandre. l’a ¤ Dans ces conditions. nir a ¤ auquel on doit tendre dans la forme naturelle sachez que la purete ¤ du coeur. Alors il est pur en tout. si dans l’avenir on empe“ chait l’ humanite actuelle de suivre le cours de sa nature et. la septuple purification du sancest toujours la purete tuaire du coeur. on re ¤ de l’ordre de secours sombrerait rapidement aucar l’ humanite dessous du niveau des lois de la nature. Dans ces conditions les fonctions hormonales du syste' me humain commencent par changer et le candidat entre dans la sphe' re ' re de croissance de du Biený. condition d’une monte ¤ e vers la libe ¤ ration. la demeure de ' re univerla Rose. le chemin de retour vers le haut. Che ¤ tait l’ homme ve ¤ rien faire le centre de l’existence comme si elle e ' s au verset 48 du livre table. ¤ rite ¤ et perse ¤ ve ¤ rance. la luquand le candidat s’y efforce avec since ' re fait en lui sa demeure. ce serait la fin irre ¤ vocable . comme on tente de le ¤ ussissait a ' prolonger la vie. ¤ rir la forme naturelle. comme l’appelle Pymandre. C ’est pourquoi tout e ¤ ritable du coeur. tendra vers une septuple purification ve Lorsqu’un homme purifie ainsi le sanctuaire de son coeur. dans un certain sens. Sa vie mentale change aussi comple' mie ¤ s se conforment absolutement que sa vie affective et ses activite ' ment a cette septuple purification du coeur. faire. Le sanctuaire du coeur est le miroir de la lumie selle. pour parcourir la voie de me “ me. Le coeur est. Le sanctuaire du coeur est Dieu. la sphe “ me ve ¤ ritable. se confondre entie ' rement avec elle. Si vous comprenez cela et si vous vous demandez comment parve' purifier votre vie.“ me et tout ce qui lui est inhe ¤ rent. Pymandre parle au candi¤ le ' ve se ¤ rieux de la Gnose dat dans le coeur.

En nous. tre ¤ . vous vous rendrez ' vous-me “ me un grand service. que l’ homme dont parlent et te ¤ moignent assez vous en pe ¤ rent de l’Enseignement universel et la Bible est absolument diffe ¤ ne ¤ ral. Ceci n’est bres te ¤ le ' ves de la Gnose actuelle. Notre apparence naturelle est issue des lugusoumise a ¤ ne ' bres qui pre ¤ ce ¤ de ' rent la nature dialectique. Pymandre montre de nouveau la dualite ¤ de l’e “ tre huexpose ¤ pe ¤ ter trop souvent. pour e “ tre la forme corporelle qui passe en ge l’ homme. La forme naturelle entie ' la mort. Nous en pas chose nouvelle pour les e ¤ ment convaincus gra “ ce a ' tout ce qu’enseigne et sommes profonde ¤ montre l’Ecole Spirituelle actuelle. aucun salut pour elle. a Le livre de Pymandre fait ressortir encore une erreur possible ¤ tations ge ¤ ne ¤ rales. aspire a ' la de ¤ liemprisonne vrance. Si vous vous rappelez cela chaque jour. Nous sommes des e ¤ dans la forme naturelle et par elle. “ tres doubles. dans son nous confirmer tout cela. en tant que ne ' re. l’ homme ve ¤ ritable. Nous vivons dans ¤ s d’elle. par conse ¤ quent. et vous ne pourrez jamais main. On ne peut re ¤ ne ¤ trer.IX “ me Stimuler la naissance de l’a immortelle ¤ tique montre qu’il ne faut attendre aucune libe ¤ raLa Gnose herme tion de la forme naturelle. et a ' tort. nous ne faisons la nature de la mort et. Le Pe ' re de toutes choses n’est dans les interpre 70 . est qu’un avec elle. de ' s significatif que la Gnose e ¤ gyptienne vienne Il est pourtant tre ' s significatif e ¤ galement que.

Et quand phe les Parfaits cathares prouvent par leur vie qu’ils ont de¤ couvert le ' re du royaume cache ¤ . De ce fait.ý Et a la forme naturelle. le clerge ¤ de leur e ¤ poque qui. il n’est pas compose ' re. et il est donc toujours possible qu’a d’une perturbation fonctionnelle. te ¤ moigne : ßle Pe ' re et moi sens de la philosophie herme ¤ ologiens de son temps pensent qu’il blassommes un. a ' vous et a ' nous tous donc. ils manquent de foi en euxme “ mes et chacre ¤ e pernicieuse : ßJamais je n’y parcun l’exprime par cette pense ¤ le ' ves sont. Dans cette situation. l’immuatoutes choses est vie et lumie ¤ . il est Dieu. ' ce stade et ne peut. a ¤ de la nature. e ' la suite d’une limitation . il est la vie et la lumie ' re. en entendant parler de ces choses. emprisonne ¤ de vie et de lumie ' re. te ¤ moignent par l’expresmin et du nouvel e sion de leur visage de la plus vive stupe¤ faction et d’une totale in¤ dulite ¤ . gra “ ce a ' unsavoir Celui qui en est encore a ¤ “ obtenu par l’experience. il n’en subsiste rien ou ' s de ¤ grade ¤ . il en ar' l’ hostilite ¤ comme le prouvent aise ¤ ment l’ hisrive facilement a toire de notre Ecole et celle de tout le genre humain. croire en lui-meme perd souvent de cette fac ° on la foi dans l’Ecole Spirituelle. ils n’ont pas encore de ¤effet que. en tant qu’ homme conscient au plement a ¤ tique.ý ¤ le ' ves qui.ý Ces e ¤ tonnement ou leur incre ¤ dulite ¤ prouve en l’apprentissage . faute d’une vie d’expe ¤ . il s’agit d’un e ¤ tat partiel. leur e ¤ riences. il est dit l’ homme ne dans la Bible : ßLe royaume de Dieu (l’ homme divin) est au-dedans de vous. venus trop to “t a ' viendrai. du cheIl y a des e ¤ tat de vie libe ¤ rateur. C ’est pourquoi Je ¤ sus le Seigneur disait a ' juste lumie ' ' ' titre : ßLe Pere et moi sommes un.¤ de vie et de lumie ' re. mais quand il est dit que le Pe ' re de quelque chose de tre ' re. en fait. mais il est vie et turelle . Quand Je ¤ sus. compare ¤ a ' myste 71 . bilite ¤ dans la forme naAinsi en est-il de l’ homme vrai. l’omnipre ¤ sence. ils ne sont pas encouvert ce royaume intime et cache core en mesure de manier la clef de la vie libe¤ ratrice. Autrement dit. Quand un pas forme “ tre est compose ¤ de vie et de lumie ' re. Pensez sim' la Bible. l’incorruptibilite ¤ . cela implique l’absolu.ý les the ' me ou qu’il est fou et le traitent de faible d’esprit.

de ¤ cise ¤ ment par cette de ¤ couverte que beaucoup sont abuC ’est pre ¤ s : ils croient de ¤ ja ' le posse ¤ der. vive et palpite tez que. ¤ ricordieux. frappe ¤ et blesse ¤ par la vie. rience a ¤ en vous et des posvous soyez devenu conscient du royaume cache ¤ s immenses qu’il rece ' le. ont ¤ couvert au cours de leur vie.¤ loigne ¤ de toute vraie compre ¤ hension devient eux. agressif. dans le sibilite ' travers la nature de la parcours dramatique du microcosme a mort. la vie de ce royaume cache ¤ ? ßCar Dieu comment irai-je a ' de le Nou “ s se connaisse luime “ me. comme nous venons de le dire. C ’est dans cette situation que se pose le proble ' me qui fait cache ¤ aussi des milsoupirer des millions d’ hommes et qui en a e¤ gare ' pre ¤ sent : comment libe ¤ rer le royaume inte ¤ rieur en lions jusqu’a ¤ veiller a ' la vie l’ homme ve ¤ ritable ? Comment ensoi ? Comment e ¤ ? trer dans le royaume cache Il y en a des millions qui. cette prise de conscience soit devenue certitude et que ' rement accepte ¤ la pre ¤ sence en vous du royaume vous ayez entie ¤ . je ne vais que vers ceux qui sont saints. au cours de nombreuses existences. l’existence du royaume cache¤ . dit-il a ' Pymandre. question qui est sans nul doute Une question s’e ' me a ' vous aussi : ßDis-moi. ils croient y e “ tre entre ¤ s. violent et pre ¤ le ' ve en Herme ' s. sous les meurtrissures ¤ quences de toutes sortes dues a ' la se ¤ paration de la vie et les conse des sexes. Nous.ý a dit : Que l’ homme qui posse ' “ s qui permet a Autrement dit. Admet' l’inte ¤ rieur du sanctuaire de votre coeur. que par un savoir d’expe¤ ' travers des chemins difficiles. lecteur. bons. ma pre ¤ sence purs et mise ' leur devient une aide afin qu’ ils connaissent toutes choses a l’ instant. a ¤ e et que la Gnose vous touche continuellement par cette vie cache 72 . Supposons encore que. ' la re le Nou “ Pymandre. ßLes hommes n’ont-ils donc pas tous “ s ?ý D ’ou ¤ ponse : ßVeille a ' ce que tu dis ! Moi. c ’est la possession du Nou l’ homme de se conna|“ tre. se Supposez que la Rose du coeur parle fortement en vous. est tellement e ¤ me ¤ dite leur mort. votre proble ' la vieý.ý Supposons un moment. vers ceux qui sont pieux .

d’Or est vrai. a “ ' ¤ rever. on ne peut plus dire que vous parlez valablement. dans cette situation. vous regardez tout simples’est encore passe ¤ .a ' parler et a ' quel vous e “ cher. a mediter sur lui et. et vous ne savez qu’en jacasser. Car. et soit sous ce rapport. et sourire ' celui qui est de ¤ ja ' arrive ¤ .ý et vous croyez e ' une erreur capitale ! Car lorsque vous devenez consC ’est la ¤ . avec Vous passez votre temps.Vous affirmez alors inte ¤jusque dans chaque fibre de votre e rieurement : ßCe que nous enseigne l’Ecole de la Rose-Croix “ tre de ¤ ja ' entre ¤ dans le royaume. Et il faut bien comprendre que le moi de la nature va vivre. vous faites tic-tac comme un re ¤ veil. rien ne En re ¤ ! Inte ¤ rieurement. avec le moi de la nature. le ce ¤ ve ' re dans cette erreur. Et celui qui ne le posse ' de pas encore en arrive encore le posse ' vouloir. raba ¤ rite ¤ que nous disons-la ' . L‘ homme ne ¤ leste. ment triomphe ' triompher de quoi que ce Mais l’ homme de la nature n’a pas a ¤ de la nature doit diminuer. s’il perse 73 . tant tement de vous-me “ tes rempli de tension mystique.. vous ronronnez du conten“ me. C ’est pourquoi nous vous parlons du livre de ' s ! Car sentir le royaume inte ¤ rieur n’est pas Pymandre d’Herme ¤ der. qui a de ¤ ja ' totaleet rire parce qu’il joue a ¤. Et vous en parlez des heures vous e durant avec vos amis. en tant qu’ homme ne ¤ de la nature. Et vous en restez la '. l’interme “ tre. le procient du royaume cache cessus ne fait que commencer. de l’existence dument le tableau imaginaire du royaume cache “ tes devenu conscient. jouer des coudes facilement a ' pousser l’ homme ve ¤ ritable pour se faire un passage . L‘erreur que vous faites est expli“ me temps funeste. en effet ? cable mais en me “ tre-moi ne ¤ de la nature. et ainsi a dans un emprisonnement encore plus grand.. doit cro|“ tre . l’ homme s’enC ’est ainsi que.Vous avez fait dans votre vie une grande de¤ couverte. a ' en la conscience de votre forme naturelle. tel un chat. Que faites-vous.¤ diaire du sanctuaire du coeur. et briller. avec votre e ' che ¤ rir ce royaume. jusque dans votre sang. mais il faut oser la C ’est une dure ve regarder en face. ¤ alite ¤ rien de nouveau n’est encore ne ¤ en vous. l’Autre.

a ' la consmagnifique. de ¤ . comme l’appelle Hertruction. la vie glorieuse. Car celui qui combe est de stimuler en nous la naissance de l’a ' de l’a “ me peut vivre de la lumie ' re et de la vie . Le livre de Pymandre en essentielle. afin que l’a “ me s’ache ' ve avec Pymandre. il faut tout d’abord parvenir a ' la re ¤ alisation de l’a “ me.Telle est la grande erreur d’innomune a brables personnes. ' me ne ¤ de la nature. Il n’est pas facile d’acque ¤ rir faut re “ me au sens de la Gnose. et que s’instaure entre nous ples en tant qu’e ¤ hension pure et sereine. C ’est la grande faute de tous ceux qui. avec la formaLa croissance de l’a 74 . ne sont donne ¤ ricordieux. Ces forces. il peut libe ¤ rer posse Pymandre. Apre ' s le savoir acquis par les expe ¤ riences de la vie. a ' s. nous vous disons : ßconstruisez l’a ser que tout cela n’est que parole. des fluides agissent qui aniDans le syte ment la forme naturelle. du Nou “ s. il te ¤ aliser la naissance de l’a “ me. ¤s a ' ce monde. il ne faut pas penphique. aux bons. ils doivent e ¤ sistances de la nature.gage sur le sentier occulte ou bien vers une mystique naturelle. C ’est de cela qu’il s’agit ! Si nous en parlons ¤ laissant parfois l’aspect philososans cesse dans l’Ecole et si. le posse ¤ der de ¤ ja '! cache ¤ ussite ? Apre ' s cette de ¤ couverte Quel est alors le secret de la re ' la naissance. aux vie. Si vous de ¤ couvrez en vous le royaume. encore lie ' s la premie ' re de ¤ couverte de l’existence du royaume croient. C ’est pourquoi la Gnose conquis sur les re ¤ moigner de cette ne ¤ cessite ¤ et d’expliquer a ' actuelle ne cesse de te ¤ le ' ves la manie ' re de purifier et de sanctifier l’e “ tre entier par la ses e “ me naisse et parvienne a ' la maturite ¤.en de “ meý. la premie ' re ta “ che qui nous inune compre “ me. Cette exigence du chemin est ¤ cessite ¤ absolue. le dieu en lui. Mais “ me immortelle et la conscience de Pymandre. a ' ceux qui sont pieux. proviennent de la nature de la mort. cependant. lorsque nous nous rencontrons dans nosTem“ tres ne ¤ s de la nature. C ’est pourquoi.ý purs et aux mise “ tre Ces bienfaits ne nous tombent pas du ciel. vous devez lui faire me une place en vous. lui donnant la vie et l’y maintenant. C ’est une ne ¤ moigne. reddition de soi. le nouvel e ¤ tat de l’a ¤ s qu’aux ßsaints.

le candidat entre en contact avec tous ceux qui sont ¤ s dans la naissance naturelle. se de ¤ tache lutte ' de vous progressivement.ý ide ¤ faiQue sont ces actions mauvaises et honteuses ? A ce propos. moi. sa force prend la direction en triomphant de Quand l’a tous les liens terrestres et de leurs effets. Comprenez ce que cela a de merveilleux. nous le combattons et.“ me et l’esprit. briller. c ’est de nouveau l’erreur. a ' re. j ’ interdirai ¤ e aux actions mauvaises et honteuses et j ’extirperai les l’entre ¤ es impies. le nouvel e ¤ tat de l’a “ me je ne perßOui. la conscience de Pymandre candidat e lui est directement d’un grand secours de sorte qu’il reconna|“ t et “ t toutes choses. les difficulte ¤ couvrirez alors que tout ce contre quoi vous aviez tant Vous de ¤ et pour quoi vous vous e ¤ tiez donne ¤ tant de peine. le ¤ veille l’a “ me et la fait na|“ tre. le lendemain. des activite ßParce que celles-ci ne lui sont que trop bien connues. exercent mettrai pas que les activite sur eux leurs influences . A l’instant me “ me. de ¤ es morales courantes. il faut d’abord construire l’a “ me vous fera alors franchir toutes vraiment sa vie. Cette interdiction tes-vous surtout des ide 75 .ý dit Pymandre. Nous faisons toujours ' contresens en raison de nos fausses conceptions. et jusqu’au moencore emprisonne ' la mort. La force de l’a ¤ s. par la ' . Quand. il ne fait plus aucun cas ment d’abandonner son corps a ¤ s sensorielles de la forme naturelle. Le verset 59 dit tres nettement : “ s ^ l’Ame-Esprit. Par la qualite ¤ de l’a “ me. descendre. Aujourd’ hui. nous pensons avoir abouti et. tout en vous fera volte-face. C ’est tout a ' un moment donne ¤ . qui les harce ' lent. Et il s’offre au Pe ' reen actes d’amour. sait aussito Par cet amour. vivifions la loi tain trait de caracte dialectique : monter. comme Gardien des Portes. tion de ce foyer entre l’a Pymandre vient en aide au candidat. “ me avant de pouvoir purifier Donc. “ me na|“ t. par un revirement fondamental de sa vie. nous sommes ge “ ne ¤ s par un cerainsi que si. Nou ¤ s du corps.

Le verset 60 met nettement en lumie “ me ne na|“ tra jamais et auquel Pymandre ne pourra d’ homme l’a jamais parler : ¤ s. c’est en cela que re¤ side leur torture et c’est cela qui augmente toujours plus la flamme qui les roussit. de la me ¤ disance. Aussi la impies en sorte d’aggraver encore leur cha convoitise de ces hommes cherche-t-elle sans cesse un plus ' bres grand assouvissement et les rend-elle furieux dans les te¤ ne sans que rien ne puisse les rassasier. des vicieux. des ßJe me tiens loin des insense envieux. se ¤ sastreuses dans le champ de la respiration.' la vie animale ne se rapporte certainement pas en premier lieu a ¤ rer la perverordinaire. des pervers. il faut envisager ici les suites. etc. des sie.ý 76 . Mais en ce qui concerne l’e ¤ le ' ve sur le chesite ¤ rieux et plein d’aspiration. des meurtriers et des impies . des cupides. de la jaloutoujours de ' re. de la critique. de la haine. je les livre au ¤ mon vengeur qui les fustige avec l’aiguillon du feu. de la cole ' re en quel type conflits. min. tout en tenant compte qu’il faut conside ¤ comme un mal. cequi de excite leurs sens et les arme ainsi davantage pour les actions “ timent.

Quand le feu de l‘a ¤ rant. des pervers. un groupe toujours plus puissant de gnosti¤ veloppe. Le feu de l‘a “ me et le mie feu terrestre. De tels e “ tres ont besoin de l‘aißJe les livre au de guillon du feu. Aussi la convoitise de ces hommes cherche-t-elle sans cesse un plus grand assouvissement et les rend-elle furieux dans ¤ ne ' bres sans que rien ne puisse les rassasier. des vicieux. etc.ý ¤ riences ame ' res. des entite ¤ s qui restent cramponchamp de vie comme le no ¤ es a ' la forme naturelle. la luques se de ' re de l‘a “ me se manifeste puissamment. a ' un moment donne ¤ . ne “ me est ne ¤ e. Pymandre de ¤ . parmi eux.: ¤ mon vengeur.Vous l‘avez peut-e “ tre suiTelle est la voie des expe 77 . c’est en cela les te ¤ side leur torture et c’est cela qui augmente toujours plus la que re flamme qui les roussit. ne se supportent pas mutuelle“ me est dans l‘ incapacite ¤ d’agir en puriment. donc l‘ humanite ¤ dialectique ordinaire.X La bonne fin ¤ signe les entite ¤ s dont il se tient e ¤ loiAu verset 60. Il expose quelles conse ¤ quences se produisent quand. d’un rouge sombre. dans un gne “ tre. fiant et libe C ’est pourquoi il parle ainsi des insense¤ s. il ope ' re toujours en cha “ tiant. en sorte d’aggraver encore leur cha“ timent. dit Pymandre. un groupe dont. ce qui excite leurs sens et les arme ainsi davantage pour les actions impies. vivent avec ceux dont l‘a ¤ de milliards d’e “ tres huSupposez ceci : le monde est peuple mains et.

il entre. il abandonne la force de cro|“ tre et de sphe ¤ cro|“ tre . Ce long chemin des expe ¤ ne ' bres n‘a d’autre but que de faire finalement aveugle dans les te triompher l‘ Esprit. sans force des de “ tre satisfaite . avec tous les e “ tres pre ¤ sents. les sens corporels retournent a dont ils feront de nouveau partie et aux activite¤ s desquelles ils ' greront. l‘ illusion de ¤ sormais venues impuissantes . au sixie ' me cercle. il chante des la huitie ' la louange du Pe ' re. cette descente grande lec ° on. au quatrie ' me cercle. il entend aussi certaines puissances. au second cercle. celui-ci ¤ au changement et sa forme visible dispaest d’abord abandonne ¤ mon ton moi ordinaire. devenus Puissances a ' Pe 78 . la vanite ¤ de dominer. ne posse ¤ dant plus que sa force propre. tourneront a ¤ le ' ve a ' travers la force de cohe ¤ sion des Ainsi l‘ homme s’e ' res . qui de ¤ sormais ra|“ t . le chemin de la vie originelle. l‘attachement impie et l‘ irre ' me cercle. au septie ¤ pouille ¤ de tout ce qui provient de la force de cohe ¤ sion Ainsi de ' res. tu abandonnes au De ' leurs origines. aux richesses . et tous se re ¤ jouissent avec lui de sa hymnes a ¤ sence. en ordre pre ¤ cis. tandis que les pulsions de la passion et du de¤ sir res’ inte ' la nature de ¤ nue ¤ e de raison.vie dans votre vie : celui qui n‘a pas appris par la souffrance doit passer par des souffrances toujours plus grandes. vers le a ' re. le mensonge et ses pie ' ges. l‘ habilete ¤ dans le mal et la ruse dede ' me cercle. Jusqu‘a' ce qu‘ il ' la fin des fins il soit mu “ r pour la ne puisse plus le supporter et qu‘a ¤ riences. est hors d’action . Celui qui l‘a compris et sait que la naissance “ me est le premier pas vers le sauvetage peut se demander de l‘a ¤ rieurement le retour dans le re ' gne ensuite ce que comporte ulte ' re du commencement. au cinquie ' me cercle. pre ' eux. Devenu semblable a ' me nature. s’abandonnent aux Puissances et. au premier cercle. chanter ensemble des hymnes au-dessus de la huitie ' la louange de Dieu. dans des sphe ' me nature . Alors ils montent. l‘audace qui ne peut plus e ¤ flexion insolente . de la lumie ' 65 du Pymandre y re ¤ pondent : Les versets 62 a ßLors du processus de dissolution du corps mate¤ riel. au troisie ¤ sirs .

l‘e “ me na|“ t. l‘ancienne forme naturelle commence a ' dispara|“ tre. pour ainsi dire. Ainsi donc. primitivement. ont ne ¤ la formation. rendue inope ¤ crivent ce phe ¤ nome ' ne comme un mais aussi la Pistis Sophia de “ me a ' travers les sept aspects du septie ' me voyage de l‘ homme-a ' me sphe ' re magne ¤ tique. Dans ce processus. Quand l‘a “ me est ne ¤ e et le manpas brusquement dans sa totalite ¤ . ils entrent en Dieu. le ve ¤ hicule de l‘a “ me. la naissance et le maintien de la forme natuassure “ tre neutralise ¤ es. doivent e ¤ es en leur lieu. devient adulte et que sont vivifie ¤s Quand l‘ homme-a ¤ ¤ ¤ les domaines magnetiques correspondants ^ les etats magneti' me domaine cosmique ^ et que rayonne. Ce cercle se rapporte au microcosme. le firmament magne ¤ tique est neutralise ¤ e. de me“ me qu‘a ¤ riel. Ces forces qui. Elle s’e ¤ teint en quelque sorte et est magne ¤ rante. Telle est la bonne fin pour ceux ' dent la Gnose ^ la connaissance de Dieu ^: devenir qui posse Dieu !ý “ me est ne ¤ e et que le corps de l‘a “ me. Dans l‘e“ tre aural. l‘ancien corps de la nature de ¤ cline et teau d’or des Noces tisse ' ¤ dispara|“ t de la vue a un moment donne ^ c ’est le double processus que nous appelons transfiguration ^ mais ses forces subsistent ¤ anmoins temporairement. soit vise a ¤ tiques.leur tour. la forme naturelle ne dispara|“ t la mort ordinaire du corps mate ¤ . la septie ' re lui toutes les forces de l‘ancien e ¤ tat de vie dissous et devenu rie invisible. Quand l‘a ¤ veloppe. Il laisse derdomaine cosmique. Non seulement le Pymandre d’Herme ' s. se de ' Elle se dissout. dans quarante-neuf aspects magne “ tre aural. distincts et observables. nous de ¤ couvrons sept cersyste ' res magne ¤ tiques. correspondant aux sept domaines cles. Chacune de ces sept sphe' res magne ' nouveau en sept aspects. renvoye Dans l‘ Enseignement universel il est question du ßcercle de la limiteý. dissoutes et relle doivent dispara|“ tre. il ya sept fois sept. le ' me magne ¤ tique du microcosme. en conse¤ ques du sixie ¤ tique concordant. 79 . la septie ' me sphe ' re quence. sept sphe ¤ tiques se diintercosmiques.

voit Pymandre. Le disciple me ' s. a “ me nouvellement ne ¤. il l‘entend. Quand la lumie ' re de la Gnose nois attiraient de vous touche. de De me “ me. instruit du grand processus de retour auquel il partid’Herme “ me. cipe lui-me ' pas. Quand les anciens Cathares se re ces. qu‘elle entre en vous et commence son circuit. Il se fond entie ' rement dans ce domaine comme la ßTe ¤ re ¤ e gra “ ce a ' sa force nouvelle propre. La bonne fin. il arrive finalement a ' ce que l‘on Ainsi libe ' me sphe ' re . Alors il avance.ý semble des hymnes a ' voir avec la clairaudience. 80 . a ' un moment donne ¤ . ßla bonne complissement est toujours appele ¤ unissaient pour leurs servifiný. pas a Supposons. dans la Gnose. que vous soyez entre¤ dans ce processus . il entend aussi certaile verset 65 dit : ßDevenu semblable a ' me nature. lecteur. Cette nouvelle perception n‘a rien a ¤ rieure sur laquelle les anciens philosophes chiC ’est l‘ou|“ e inte ¤ ja ' l‘attention. quand il est dit dans un rituel conduise a ' re. a ' la bonne fin. s’e ¤ le ' ve dans toutes les nes a ¤ tat de vie et finalement entre en Dieu. c ’est la premie ' re du sixie ' me domaine appelle la huitie ¤ signe ¤ e dans la terminologie de la Gnose actuelle cosmique.ý vous comprenez de ¤ sormais entie ' rement tous a ¤ tat de vie. chanter ennes Puissances. est que nous parvenions gnostique : ßNotre espoir. notre prie ' la bonne fin.ý Donc. Ainsi donc l‘ homme-a “ me entend les Puisnouveaux selon l‘a ' me nature chanter des hymsances qui sont au-dessus de la huitie ' la louange de Dieu. elle ' savoir la vue influence non seulement la vue mais aussi l‘ou|“ e. C ’est pourquoi de la vie libe ' eux. a ' un moment donne ¤ . est en cette parole. ils se souhaitaient mutuellement : zzzQue Dieu vous ' la bonne fin. la Telle est la bonne fin pour ceux qui posse connaissance qui est de Dieu et en Dieu : devenir Dieu. au-dessus de la huitie ' la louange de Dieu. forces du nouvel e ' dent la Gnose. Il va de soi que le fre ' re ou me “ te d’Or est entie ' rement nanti de sens la soeur qui entre dans laTe “ me.¤ re ¤ de tout l‘ancien. n‘a donc qu‘ une pre ¤ occupation : tout conduire. dans le nouvel e “ me temps un nouveau et glorieux commencement. Cet ac¤ . de “ te d’Orý. et l‘ou|“ e de l‘ homme-a “ me que celui-ci.

un homme dont l‘a “ me est ne ¤ e. ¤ diation. pleins de pense ¤ es ge ¤ culatives e ¤ gocentriques. une lueur. “ r qu‘ il n‘est pas ne Gnose. afin que. Dieu pour leur servir de guide. il est su “ tre quelque notion du royaume inte ¤ rieur. C ’est impossible. comme semblables au ßjeune homme richeý. sans doute en Il a peut-e ¤ sence. Puis je commenc° ai a ' pre “ cher aux Pe ¤ ¤ e vers hommes la beaute de la Gnose et de la vie tourne Dieu. et se complait a ¤ speculer. n‘ iras-tu pas vers ceux qui en sont dignes. Ils sont char¤ s de tre ¤ sors mais ne font rien que s’en re ¤ jouir.ý ' le signe qu‘ il faut retenir avant tout : celui qui est devenu un Voila ' s. les mains jointes et l‘oeil critique. on y trouve nombre Si l‘on parcourt la litte ¤ signer. de de l‘ univers et de la vision sublime. mais cela s’arre “ te la ' . spe Au cas le plus favorable. que l‘on peut de mot. c °a 81 . naissance de l‘a ¤ sonne la parole de Pymandre au verset 66: re ßMais pourquoi tardes-tu maintenant ? Puisque tu as tout rec ° u de moi. Un tel homme est ressent-il la pre ¤ . au verset 67: ' s lors reve “ tu de force et instruit de la nature ßEt moi. S‘ il se contente d’observer. ne peut plus disciple d’Herme rester inactif dans le monde. je remerciai et louai le ' re de toutes choses. sa de ¤ rature mondiale. Parfois ils e ¤ crivent d’e ¤ pais volumes. comme pour Herme ' s. perdu dans ses illusions. Alors pour vous aussi.¤ ja ' fait un premier pas dans la re ¤ alisation de la que vous ayez de “ me. Il est hors de question que cet ¤ es durant a ' surveiller ce que font les homme reste passif des anne autres. ensorcele ¤ de fac ' bloque ° on occulte ou mystique. une clarte ¤ de travail plus ou moins pur avec. par ta me sauve le genre humain ?ý Et plus loin. comment les autres effectuent l‘oeuvre au service de la ¤ selon l‘a “ me. le contenu consiste en quelques pages de ' et la ' . au plein sens du d’ hommes de ce genre. Son moi s’active a' emprisonner ¤ couverte inte ¤ rieure.

pre “ ts au travail. c ’est-a ' -dire une de ¤ livrance directe. sans re ¤ cessite ¤ du service ve ¤ ritable pour due. manches retrousse ' pe ¤ ne ¤ trer dans la fange pour sauver les a “ mes humaines. danger du chemin des expe ¤ ment douloureuses. C ’est aussi pourquoi la ne “ mes est expose ¤ e en de ¤ tail a ' la fin du premier tous les hommes-a ' 71. nous y attaquer avec force. de ¤ libe ¤ re ¤ ment. une vie ac¤ serve et de toute sa force tentive au service de la Gnose. on moissonneurs est extre ' court de travailleurs. au besoin a “ me. sait que le nombre des L‘ homme-a “ mement restreint et que. souvent compose ¤ est-ce pour la libe ¤ ration de l‘ humanite ¤ ? Mais de quelle utilite ¤ cise ¤ ment cela qui compte : nous devons nous mettre Or c ’est pre ¤ es. et peut-e ¤ paules. Il sait aussi quels grands danest toujours a ¤ : danger d’une de ¤ mate ¤ rialisation ne ¤gers menacent l‘ humanite ¤ ¤ ¤ ¤gative. aucune soeur de la Gnose ne souhaitera terme. ces encore plus ame ¤ livrance de l‘ humanite ¤ . guide ¤ par Pymandre. La Gnose oeuvre toujours pour la de ¤ surrection. trique. Aussi la caracte ¤ ristique d’un prend le saint travail sur ses e tel homme est-elle. pe “ me est ne ¤ e ne reste pas a ' C ’est pourquoi un homme dont l‘a observer tranquillement ce qu‘ il adviendra. sur ce terrain. invariablement et quoiqu‘ il en soit.¤ culation. Et tout le reste est pure spe ¤ intelligemment et subtilement re ¤ fle ¤ chi. Ces paroles livre du Corpus Hermeticum. ou si un autre retirera “ tre les marrons du feu . en disant par exemple : ßQu‘ il ' s’enfoncer. soit pour une re ¤ livrance a ' tre ' s long soit pour une chute. Mais aucun fre jamais la chute de quelqu‘ un. autrement dit la de ' re. il va faire de dures expe ¤ riences. c continue donc a °a “ cher d’eslui apprendra !ý Un coeur plein d’amour ne peut s’empe ¤ rer ardemment que cela se passera autrement. conduisant a ' des souffranriences profonde ' res. danger de degenerescence. il se met a ' l‘oeuvre.ý talite ° ant pour toujours a 82 . des versets 68 a ' s adresse ¤ es a ' tous nous de ¤ couvrent les aspects connus d’Herme du travail dans le vignoble de Dieu : ¤ rez-vous de la lumie ' re te ¤ ne ¤ breuse et prenez part a ' l‘ immorßLibe ¤ en renonc ' la corruption. verbiage e ¤ gocenGnose.

cela est bien connu. vous e ' tainement furieux. le chemin des expe ' travers des souffances toujours plus ame ' res. C ’est la raison pour lacoup. un groupe qui entrenent. dans l‘eau de la vraie vie. par beaucoup. raillerie et re ¤ sistance. est un mie ¤ de forces puissantes. sur le chemin de la ¤ riences sans fin.Mais cela. a ¤ . le chemin. Ainsi cro|“ t un champ de ternite ¤ tique gnostique. Dieu soit loue ' forment ensemble la moisson. plonge Aux participants de la Gnose actuelle. Ceux-la ' partir de la base. Ils sont tous admis dans un groupe de ce genre et ils forment en83 . Ainsi tous sont finalement les moyens qui me ¤ s dans l‘e ¤ lixir de sagesse. Aussi prendtite ¤ ritable. Ce groupe constitue une Fraprend. le chemin du cha“ timent mort. Nous le signalons comme nous l‘avons de¤ ja ' s’examifait de nombreuses fois. une Gnose et un Chantier. on ne le veut pas. chez beauC ’est ce qui fait que le disciple d’Herme ¤ dulite ¤ . dans la nature universelle. ide ¤ e qu‘ il che ¤ rit couvert qu‘ il existe en lui un royaume inte ¤ gativement comme le jeune homme riche : ßVotre comportene “ tes en pleine illusion. parce que cela force le lecteur a “ me. Cette en¤ souveraine ne se laisse pas facilement de ¤ tro “ ner. Toutes les possibilite ¤ s de la naprince doue ture dialectique peuvent se manifester en lui et par lui.ý il en sera cerment n‘est pas valable. les hommes-a ' nent a ' la victoire. a ¤ . sans le vouloir. L‘ homme dialectique. pre les aiguillonne si souvent. Quand prend la lumie ' quelqu‘ un dont le moi est tre ' s fort et qui a de ¤nous allons dire a ¤ rieur. ner lui-me On ne veut pas accepter la parole de l‘amour libe¤ rateur de la “ tre ne la comprenons-nous pas Gnose toujours active. le disciple d’Herme 's quelle. Peut-e ' re te ¤ ne ¤ breuse pour la ve ¤ ritable luparce que nous prenons la lumie ' re. Gra “ mes voue ¤sa ' leur ta “ che apprennent les voies et coup. on ne le comprend pas non plus car on ' re te ¤ ne ¤ breuse pour la lumie ' re ve ¤ ritable. pour beaudivine. il y a aussi ceux qui e ¤ coutent et comprenMais. un Corps Vivant qui rayonnement magne ¤ nitude devient quintuple et parvient jusqu‘aux lieux de la ple “ ce a ' ce labeur de beaucoup. incre ¤ cise ¤ ment. on presque toujours la forme naturelle pour l‘ homme ve ' s rencontre.

jusque dans ses plus petites particularite ' la victoire certaine. forme une unite ¤ vime “ me. je les ßLe soir venu et la lumie ' remercier Dieu. jusqu‘a tion pourtant que vous alliez avec nous. voyez. c ’est ainsi que nous e ¤ tendons enres ! Car. indiciblement splendide est ce retour dans nos demeu' res et soeurs. se de ¤ montre a ' nouveau de nos jours dans la Jeune Gnose acme ¤ s. belges. te ¤ moigne dans le Pymandre d’Herpuis des milliers d’anne ' s. Nous aussi nous tuelle. tous s’en retourne ' rent dans leur foyer. sur le plan de l‘a “ me. elles s’en retournent dans leurs foyers. >Pour finir. L‘apprentissage sans d’une e ¤ quences est dangereux pour l‘ inte ¤ resse ¤ l‘acceptation des conse ¤ gative lui fera prendre ine ¤ vitablement le parce que son attitude ne chemin des amertumes de plus en plus grandes : le chemin de la ¤ coutons encore le mort comme l‘appelle Pymandre. Apre ' s avoir accompli cette action de invitai a “ ce. Car lorsque. a ' la fin d’une pre ¤ Conference de l‘ Ecole de la Rose-Croix d’Or. Les fre ' res et soeurs alleleur communaute ¤ dois. ils e ¤ d’ hommes-a “ mes. les participants re¤ tendent chaque fois sur le monde entier tournent chez eux. s’en retournent dans leurs foyers et nombre bre d’entre eux disent : ßQuel dommage de ne pouvoir rester ensemble !ý ¤Mais l‘esprit de Pymandre est dans l‘alle¤ gresse. autrichiens. Un groupe de personnes ne¤ es selon l‘a “ me s’il est disperse ¤ dans le monde entier.ý gra ¤ sur la Gnose doit former.. une Le groupe axe ¤ cohe ¤ rente. hollandais. Combien re jouissant. demeurant intacte ou ' que se trouvent les particiunite “ me. suisses. desemble une Fraternite ¤ es. mands. car c ’est alors seulement que l‘apprentissage conse ¤ cole spirituelle gnostique a un sens. A condiavanc ° ons. apre ' s chacune de vante par le miracle de la force de l‘a ¤ unions. fre 84 . Mais. pants dans le monde. e verset 71: ' re du soleil presque disparue. La Gnose originelle qui. C ’est cela leurs re ¤ cise ¤ ment qui devient libe ¤ rateur. et en tiriez avec nous les ¤ quences. sue ¤ siliens. etc.¤ herme ¤ tique. franc ° ais. de force en force.

mais toujours pour le salut de tous ! 85 . Et nul ne saurait nous re pour la mort.¤ tique de la communaute ¤ des a “ mes sur le semble le champ magne ¤ sister. C ’est pour la vie ou monde entier.

XI Les bienfaits de Pymandre Ainsi donc nous approchons de la fin du premier livre d’Her' s Trisme ¤ giste. est e ¤ claipre ¤e. gra “ me rene ¤ e. Toute l‘ histoire de l‘ humanite¤ . Pymandre. sans cesse renouvele ¤ e. et comment il est emprisonne turelle comme dans un cachot. En un rapide parcours a ' travers cet me ¤ ecrit saisissant nous avons vu de quelle nature est l‘ homme ve¤ ri¤ et encha|“ ne ¤ dans la forme natable. appara|“ t la formation d’une e ¤ cole tre spirituelle gnostique. a ' constater tude et une e ' gne de la Gnose s’e ¤ tend sur le monde entier comme un que le re large champ de moisson. ¤ sente ¤ e sous une forme voile ¤ e dans ce premier livre. ses efforts et ses travaux inintertes choses et envers l‘ humanite ' le. est le protolui-me ¤ re ¤ bien qu‘en possession de sa forme natutype de l‘ homme libe ¤ ¤ ' re de tourelle. comme il le dit au verset 72. Il a inscrit en lui ßles bienfaits de ¤ de la Pymandreý. il s’est charge force incorruptible et incommensurable de l‘ Esprit. Comprenez ¤ e. de l‘ homme-a “ me qui a trouve ¤ son Pymandre. Il e ¤ prouve une grande gratirompus prouvent qu‘ il y reste fide ¤ nergie infinie.e ¤ claire ¤ aussi le chemin de la libe ¤ ration : le devenir du disciple re ' s. Cet homme libere a rempli sa mission envers le Pe ¤ . bien tout cela car une grande magnificence y est renferme ¤ sor qui peut e “ tre d’une valeur pratique pour nous tous. la croissance d’un Corps Vivant s’e¤ tendant “ ce a ' l‘activite ¤ d’un groupe de personnes a ' sur le monde entier. d’Herme ' s sommairement esquisse ¤ e. nous sommes ramene¤ s vers Herme “ me qui. de me “ me qu‘ un Christian Rose-Croix. l‘a 's A la fin de ce premier livre. tre 86 . Enfin.

de pre lorsqu‘elles sont suivies. commettre l‘erreur grossie ' un moment donne ¤ que. une gestation du bien et contemplation ve ¤ nonce ¤ de la Parole. le corps d’un ve ¤ pondre aussi bien a ' l‘assimilation de la homme-Jean donc. ¤ quences d’une telle inhalation sont Le processus et les conse “ me indique ¤ s au verset 72.lumie ¤ de l‘a “ me . leur apoge ¤ coule ¤ e. un jour qui. il est sans force et que les re ¤ ritable qui se tient au service de la Gnose. apre tour. il se produit une pause. le champ du travail. ou assimilation. exhale ¤ qui a travaille ¤ la lumie ' re rec ¤au sens de la Gnose. Celui extre ¤ au service de l‘ Ecole Spirituelle. Aussi le travailleur au service de la Gnose ne doit-il pas ' re de ne ¤ gliger ses pe ¤ riodes de repos. Pymandre. Le corps Gnose. se termine le soir. un repos. ce repos est donc aussi un travail intense. l‘oeuvre fructueuse du salut. doit re ' re rec force qu‘au rayonnement de la lumie ° ue. magnifique sujet pour une contemplation et une re ¤En ve “ te ¤ diurne de l‘apprentissage pratique est de ¤ ja ' tre 's flexion ! Le co ¤ te ¤ souvent question en paroles et en e ¤ crits. il en a e 87 . Cette inhalasormais aller.ý l‘e ¤ rite ¤ . par ondes qui ¤ e et leur fin. elles ont indubitablement des re¤ sultats “ mement salutaires pour les travailleurs dont il s’agit. la force. il rec de reconnaissance pour l‘oeuvre qui a pu e ° oit ' re. alors ßle sommeil du les bienfaits de Pymandre. Pour tous ceux qui se tiennent dans me ¤ cieuses indications sont ici donne ¤ es et. Quand une ont leur commencement. le silence. plein “ tre accomplie. cela va de soi. par exemple. un serviteur de la Gnose s’endort. bien connu . a rayonne ¤ . l‘occlusion des yeux. L‘assimilation des ¤ cessaires a ' l‘exe ¤ cution du travail exige du traforces gnostiques ne ¤ tat du corps absolument diffe ¤ rents vailleur une disposition et un e de ceux requis pour le rayonnement de ces forces. Celui qui a rayonne ° ue peut de ¤ des bienfaits de Pymandre. au sens de la Sinon. il remarquera a ¤ sultats manquent. la corps devient la lucidite ¤ ritable. est comme le re jour. Quand.¤ sume ¤ d’un seul Ce premier livre. une inhalaonde s’est e ' s quoi une nouvelle onde s’e ¤ le ' ve a ' son tion. comble tion.Tout travail au service de la Gnose s’accomplit rythmiquement.

Tu es saint. 88 . et est connu de ceux qui lui Saint est Dieu qui veut e appartiennent. cet hymne de louange a ' toutes mes forces et de toute mon a ' re : Dieu le Pe ' re de toutes choses. dont la volonte sances. Saint est Dieu. durant la moitie ¤ thodiquement. cre ¤. ¤ tudierons notre sujet en partant exclusivement de la Mais nous e “ me nouvellement ne ¤ e. mon “ s. toi a ¤e ¤ e. la Parole du commencement.Mais que sait-on des heures nocturnes de l‘apprentissage ? Que ¤ alisent pendant la nuit les e ¤ le ' ves se ¤ rieux qui ont e ¤ te ¤ capables re “ me ? Peut-on en conna|“ tre quelque de stimuler la naissance de l‘a “ ves ? chose sans tomber dans les habituelles spe¤ culations sur les re * Les explications que nous en donnerons n‘ont aucun rapport avec l‘occultisme. as cre ' l‘ image de qui la nature universelle a e ¤ te ¤ Tu es saint. C ’est ainsi que je suis mainNou ¤ rite ¤ . ¤e ¤ tout ce qui existe. ¤ cessaire que les e ¤ le ' ves de l‘ Ecole Il devient de plus en plus ne ¤ nocSpirituelle comprennent tout cela afin que. le Pe ¤ s’accomplit par ses propres puisSaint est Dieu. Ceux qui veuturne de la vie. de tenant rempli du souffle divin de la ve “ me. Tu es saint. “ tre connu. nous ne nous demanderons pas ce qu‘effectue l‘autre moitie¤ . ¤ de la personnalite ¤ divise ¤ e est endormie dans Quand une moitie le lit. ce qu‘lent suivre la Gnose doivent savoir ce qu‘ Herme ' s a rec “ s afin qu‘eux aussi puissent dire un Herme ° u de son Nou jour : ßTout ceci m‘est advenu parce que j ’ai rec ° u de Pymandre. donc en nous inspirant du vernature de l‘a set 72 du livre de Pymandre. Aussi adressai-je. toi qui. toi que la nature n‘a point forme * Voir Chapitre xiii et suivants. le travail avance me ' s a ve ¤ cu. par la Parole.

par cette gra ' ' j ’apporterai la lumiere a ceux de ma race qui sont dans l‘ igno' res. ¤ rieur a ' tout ce qui est. l‘ homme qui est tien veut se sanctifier avec Sois loue toi : tu lui en as transmis la puissance. o “ Pe ' re. toi qui es supe ¤ le ' ves au-dessus de toute louange. dont le silence. o “ Inexprimable.. toi qui es plus puissant que toutes les puissances. Tu es saint. seul. Oui.Tu es saint. toi qui t’e ¤ es en mon Accepte les pures offrandes que la Parole a suscite “ me et en mon coeur tourne ¤ s vers toi. Tu es saint. je crois et te ¤ moigne par mon rance. tes fils. Penche-toi sur moi et remplis-moi de ta force . peut exprimer le nom. sang : je vais vers la Vie et la Lumie ¤. o “ India cible. mes fre ' re. “ te l‘oreille a ' la prie ' re que je t’adresse de ne jamais e “ tre Pre ¤ pare ¤ de la Gnose. la vraie connaissance propre a ' mon e “ tre se fondamental.ý 89 . “ ce.

Le Pe ' nous et nous touche. Et dans l’Esprit cette perfection vient a ¤ rison. Tout cela jaillit de l’e ¤ sonne neuf fois dans ce chant de louange. remplace¤ doit e ¤ tat ve ¤ hiculaire. vous remarquerez que chacune des neuf adresse a ¤ ne ¤ dictions commence par le mot ßsaintý. l’e “ tre ane ¤ anti et. dans la force de cet attouchement. Dans le Fils. une croix.XII La structure du rituel gnostique Si vous examinez attentivement l’ hymne de louange qu’Herme' s ' Dieu (verset 73 ). de perfection. souvent rappele ¤ dans l’Ecole SpiriOutre le sens de ßgue ¤ e de purete ¤ . Celui qui peut recevoir la force de la perfection la rec° oit ¤ veille dans dans un double but. C ’est le nombre de l’ homme sublime. lui offrant ainsi une nouvelle possibilite ¤ tat de l’e “ tre ne ¤ de la nature. Il est parfait. comme formant une unite ¤ rirý. universel. ayant ressuscite¤ de sa 90 . ouvre son e “ tre au Celui qui ouvre a Parfait. emprisonne ¤ e dans Neuf est le nombre de l’ humanite la forme naturelle qui n’est qu’une apparence d’ homme. part. cet attouchement nous est gue ' la Gnose un coeur purifie ¤ . Saint. le mot ßsaintý contient l’ide ¤ che ¤. muable ßsaintý qui re ¤ ve ¤ ritable. D ’une part. d’absence de pe ' re de toutes choses est saint. mais aussi la croix de la renaissance. qu’il appara|“ t donc be ¤ nonuple. avec tout ce qui l’entrave. D ’autre sable. la croix du de ¤ ternel et imla croix de la transfiguration. tuelle. Ainsi donc la forme naturelle porte par un autre e ¤ clin. cet attouchement e “ tre l’ homme vrai et le pourvoit de la nourriture indispenson e ¤ de vie.

n’oubliez pas que le texte original a. un chant. n’est pas une enfilade de belles une action de gra paroles ronflantes. n’est pas seulement un assemblage de mots ex¤ee ¤ leve ¤ e. le tout s’appuie sur une vie renferme le rituel. d’ou ¤ mane un rayon de lumie ' re qui pe ¤ ne ' tre la terre. rituel tre ' s magique qui. mais que les rituels de la Gnose s’e ¤ le 'primant une pense vent loin au-dessus de tout cela. vous y reconnaissez le symbole du cercle universel. une prie ' re. clairement qu’en pratique. Le nombre neuf de lumie ¤ tisymbolise donc l’ homme universel. pour l’ homme ve “ ce. marque Cependant tout cela n’est pas encore suffisant pour satisfaire a' ¤ but. En quatrie ¤ e par des actes anticipant la victoire finale. C ’est ainsi que. Si vous examinez le chiffre chute et retrouve ' neuf. Le rituel la loi du rituel gnostique. e ¤ forme ¤ par la traduction. cet hymne chante la force dont le nombre neuf est le symbole. Celui qui va le e ' re en lui le royaume de Dieu redevient une colonne chemin et libe ' re dans le temple du cercle de l’e ¤ ternite ¤ . Troisie ¤ pour exprimer en acte ce que puissante impulsion de la volonte ' me lieu.¤ la gloire originelle. pluto ¤ claircissement . Ce n’est encore qu’un de 91 . nante issue du cercle de l’e Si vous examinez une fois encore le texte du verset 73 et cher' retrouver la forme magique du chant de louange herme ¤chez a ¤ te ¤ tique. ceci pour vous montrer qui ne demande pas d’e ¤ ritable. Ce chant de louange est une fession de foi e ' re. derrie ' re un rituel de ce genre. comme toujours. En second lieu. s’exerce une tant. ' re rituelle exprime avant Un chant rituel gnostique ou une prie ¤ e accorde ¤ ea ' l’instant. ces chants et tout une pense ' res sont lie ¤sa ' un e ¤ tat de sentiment accorde ¤ purement a ' l’insprie ' mement. ' re et d’une proCette invocation nonuple est suivie d’une prie ¤ galement nonuples. prie ' travers le nombre neuf. se pre ¤ sente comme une flamme rayona ¤ ternite ¤. un rituel herme ¤ tique de gratitude. par la re¤ pe tion du mot ßsaintý et dans tout ce qui suit. de ¤ ne ¤ cessaire de vous parler surtout de la porte ¤e Nous avons juge “ t que de son texte me “ me gnostique de ce chant magnifique.

92 . d’exprimer la ¤ ponse. en tant que son. un jour. conforme ' -haut sa force et d’en maines auxquels il s’adresse.doit en outre avoir le pouvoir. de pe ¤ ne ¤ trer les dotion. ¤ rons qu’il nous sera permis. de nous plonger Nous espe ¤ ment dans les lois sublimes des prie ' res et ensemble plus profonde des chants rituels gnostiques. rythme et construc¤ ment aux lois mathe ¤ matiques. Le chant de louange d’Herme ' s satisfait a ' rapporter une re ces puissantes conditions.

aussi dans l‘ homme de grandes possibilite ¤ es. une joie supre “ me descendit sur Pymandre et. l‘oeuvre fructueuse du gestation du bien et l‘e salut. le silence. Car le sommeil du corps etait devenu la lucidite ¤ ritable . d’ou d’entre nous. Pense ¤ e tre ' s de ¤ sque nous y soyons comple ¤ able ! Personne n‘aimerait traverser l‘ inconnu sans e “ tre agre ¤ pare ¤ et arme ¤ . et tre ' s nombreux sont qui a pris un chemin ne 93 . moi. d’e Il existe des dangers dans la vie et des processus vitaux dont ¤ sulte que beaucoup ' il re l‘ homme n‘est pas du tout conscient. par ignorance. une l‘occlusion des yeux. a ' savoir celui de la nuit pendant que le corps est endormi. humains. se Nous passons certainement le tiers d’un jour complet dans cet ¤ tat de repos. C ’est la ' un sujet cher a ' celui nocturnes de l‘ homme en ge ¤ gatif ou occulte .XIII ' re astrale dialectique La sphe ' moi. j ’ inscrivis en moi-me “ me les bienfaits de ßQuant a ¤ tant comble ¤ . Il y a ¤ s qui. sans pouvoir y participer avec une conscience e claire. en sommes victimes chaque jour. en e ¤ ¤ de l‘a “ me . ' s nous donne l‘occaCe texte du verset 72 du Pymandre d’Herme ' peu pre ' s inconnue de l‘e ¤ tat de l‘e ¤ le ' ve sion d’expliquer une partie a ¤ rieux. On peut donc dire qu‘ un tiers de notre vie s’e¤ coule sans ' tement pre ¤ sent. Aussi est-il tre ' s important pour l‘e ¤ le ' ve se ¤ rieux pre “ tre instruit sur ce point. restent inemploye Notre intention n‘est certes pas de vous parler des expe¤ riences ¤ ne ¤ ral. la contemplation ve ¤ nonce ¤ de la Parole.

par exemple. il se d’abord du sommeil en ge ¤ . elle aussi. au nes de conscience : deux appartenant surtout au co ¤ the ¤ rique. te ¤ . ¤ sulte de la collaboration organique La conscience dialectique re ' un moment donne ¤ . dans cet ex¤. du moins a “ me est perceptible par son attitude dans la vie. parlons tout Pour vous montrer clairement cet e ¤ ne ¤ ral. car ils permettent souvent de de subconscients les plus profonds. quand. en effet. se divise.a ' la conscience astrale et mentale. chez l‘ homme. au sysde tous les atomes qui appartiennent. Le ¤ tant encore que tre 's e ¤ le ¤ mentaire et imparfaitecorps mental n‘e ¤ .a ' la vie de l‘ homme-a “ me pendant les heures de sommeil du pose ' l‘e ¤ tat d’e “ tre de l‘e ¤ le ' ve se ¤ rieux. durant le jour. la naissance de l‘a ¤ tat d’e “ tre. sans chercher plus loin que. L‘aspect masonnalite ¤ riel de la conscience reste du co “ te ¤ mate ¤ riel. ofceux qui parlent ou e ' rement favorable pour l‘enque “ te dite psyfrent une base particulie ¤ terminer les mobiles chologique. L‘autre aspect de la conscience accompamente gne les corps astral et mental qui quittent le corps au repos. c ’est-a ' -dire qu‘ une partie produit une division de la personnalite ¤ ¤ ' l‘attende la personnalite se retire. a ' l‘au-dela '. sa conscience. C ’est pourquoi l‘on peut dire que la conscience de sommeil de l‘ homme actuel est la conscience astrale. de celui chez qui corps. et deux se rapportant pluto “t corps physique et au corps e “ te ¤ subtil. Quand le sommeil survient. ou 94 . Mais ce qui e chappe souvent a tion des chercheurs.¤ crivent sur ces choses. ¤ duit donc. Ce dernier cas se dans l‘ inactivite ¤ te ¤ exage ¤ re ¤produit. Mais bornons-nous. parfois a ' l‘e ¤ tat latent. parfois dans une semi-activite ¤ . Nous distinguons donc quatre phe ¤ nome 'te “ te ¤ mate ¤ riel. c ’est que cette division s’accompagne e¤ galement d’une division de la conscience. le corps a e ¤ ou lorsqu‘on est extre “ mement nerveux ou tourment fatigue ¤ par de gros soucis. dispo' les quatre agre vie consciente diurne. a ' me de la personnalite ¤ . Les re “ ves. la conscience de sommeil est re ¤ gie presque entie 'ment organise rement par la conscience astrale pendant le sommeil du corps. au co Lorsqu‘ un homme s’endort et que la partie subtile de la per¤ se retire. On en de ' la la vie consciente nocturne n‘est absolument pas comparable a ¤ gats de conscience.

sans contenu ! C ’est vie et de mouvement sans base ve creux et corrompu ! Ce n‘est qu‘ une fac ° ade. que la Cha|“ ne gnostique universelle charge pure et immacule 95 . mais ¤ re ¤ e par les ignorants comme la re ¤ alite ¤ . ¤ riode actuelle.¤ s concentriquement. mais de ni mouvement . On peut dire que toute cette ßvie dans la sphe est une illusion. est perdu. Supposez un instant que la sphe ¤ e. collaborent et sont par conse¤ quent sous se “ le mutuel. Pour une la vision astrale instructive est pour lui tre ¤ pure. la sphe ' re astrale dialectique est pousse ' se projettent les devenue pure est simplement un domaine ou ¤ es. un nouveau une purification de toutes les sphe commencement survient effectivement . quand. au contraire. et que l‘on fera encore. la partie de l‘ humanite ¤ ea ' se manifester a ' nouveau. c ’est bien la sphe ' re astrale. Ce qui ne signifie pas que l‘on ne trouve la' ni vie ' re grouille de vie. S‘ il est un domaine devenue extre ' te qui montre ce qu‘est le niveau de vie de l‘ humade notre plane ¤ actuelle. et qu‘apre' s ' res du monde. a ' ce moment. C ’est pourquoi conside ¤ blouir par la vie astrale dialectique et la regarde celui qui se laisse e comme belle et sublime. nocturne de chaque e ' s importante. axe ¤ e sur le but le plus e ¤ leve ¤ . Quand un nouveau jour de manifestation s’annonce. dans ces condi¤ encore demeure ¤ e dans le domaine tions. la sphe ' re astrale de notre plane ' te est Dans la pe “ mement souille ¤ e et complexe. occultes et ne ' ' re astrale complit la . contro Celui qui sait ce que cela signifie ne deviendra plus victime des mille et une erreurs que l‘on a toujours faites sous ce rapport. Comparez images de certaines ide ' un film utile et instructif. une apparence. Comme la conscience ce domaine a “ tre humain est doue ¤ e de perception astrale. s’acde cas dans les mouvements religieux.Tout ce dont on fait tant nite ¤ gatifs. enseignements et processus. cette vision astrale personnalite ¤ sultat sur la vie active du jour et lui nocturne peut avoir un bon re ¤ rieurement ce qu‘elle doit faire et ne pas permettre de savoir inte faire. cette sphe ¤ ritable. La conscience de nuit est exclusivement astrale. ' re astrale soit.

Ils Ce sont eux. la Fraternite ¤ un danger mortel. Tout ce que nous en avons dit vous concerne donc aussi. re ¤ alite ¤ magnifique. vous vous re ' tes ces forces magnifiques. ment a ¤ e appartenant a ' une conscience de groupe se projette Toute ide ' re astrale.ce champ entier de ses forces et de ses doctrines. se ¤ journent des forces impies qui abulectique. cette magnificence. transmettre leurs impressions astrales a ¤ cise ¤ ment. que les frater¤ s de la sphe ' re re ¤ flectrice y construisirent leurs cha “ teaux de nite “ ¤ ¤ ' ¤ ¤ ¤ lesreve. vous e ' re astrale avec votre conscience nocturne ordidans cette sphe naire. souille sent de toutes les projections pour tromper l‘ humanite¤ . en Mais quand la sphe particulier. Il y a donc actuelde la Rose-Croix l‘appelle ßla sphe ' lement. que les occultistes. Pour aider le chercheur since universelle dut s’engager dans des voies nouvelles. car il est hors de question que vous puissiez vous en tenir simple' l‘e ¤ cart. dans cette sphe ' re astrale diare ¤ e et de ¤ chue. et vous en tireriez profit inte ' re astrale fut souille ¤ e. dans votre conscience de re veille. que pendant le ¤ confortiez de tousommeil. ¤ rieurement. pre “ te d’or et a ' la vie croient. “ tes Reconnaissez bien ces dangers car. tout ce que vous auriez rec ° u. se furent rendus ma|“ tres de ce domaine. de notre organisation. de toutes ces pures images expose¤ es a ' re astrale par la Fraternite ¤ universelle. C ’est pour cette raison que la philosophie dans la sphe ' re re ¤ flectrice. Car. participer au champ de laTe 96 . dans la sphere astrale de la nature de la mort. par exemple. mais en me “ me temps une Ce fait est une re ¤ alite ¤ terriblement dangereuse. nuit apre' s nuit. L‘ instruction du ve “ mement difficile et me “ me s’ave ¤ ra conditions devint alors extre ' re. ce secours. la sphe ' re tes et que d’innombrables iniquite astrale ne put servir plus longtemps de champ d’instruction inte¤ ¤ ritable chercheur dispense ¤ e dans ces rieur. vous rapporteriez avec vous. qui en deviennent souvent victimes. Au votre profit dans la sphe ¤ veil. une image ¤ fle ¤ chie de notre activite ¤ . que les eglises y edifierent leurs pretendues cathedrales ce ¤ s s’y accumule ' rent. sorti avec votre soi astral. Certains ¤ le ' ves sont fortement conscients dans l‘astral et capables de de nos e ' leur conscience de veille.

Dans votre ap' d’une certaine limite. dans de tre ' s nombreux cas. expresse C ’est pourquoi nous posons finalement une question pres' distance de la sphe ' re astrale. ainsi la sphe ' re astrale est comparable a ' films a ¤a “ tre particulier. Si. vous e ¤ veil exactement au me “ me point que la veille. vous restez au point mort. est renvoye ' sa profonde douComme elle lutte alors pour avancer. votre de ¤ sillusion est plus te grande et le temps passe. elle sent. il arrivera. lasante : est-il possible de se tenir a “ tre conside ¤ re ¤ e comme une des liaisons les plus fortes quelle doit e 97 . dans la plupart des cas. Si. un danger Aussi les re ¤ re “ta ' vous encha|“ ner se d’autant plus grand que ceux qui ont inte ¤ sentent a ' vous au travers des images que vous auriez plaisir a ' pre ¤ alise ¤ es. de ¤ rez donc les tribulations de la Pistis Sophia comme les Conside “ tres. ou ' vous allez chaque nuit voir ce que vous un the ' e “ tre un aimez. vous aspirez a ¤ le ' ve mais que vous en soyez encore incapable dans votre bon e conscience de sommeil. prentissage. a ¤ pouille ¤ e de sa force-lumie ' re par leur. Ceci le sera encore plus ¤ ment dans les anne ¤ es qui viennent. La Pistis Sophia arrive aux portes de la Fraternite¤ . “ ves sont-ils.¤ rieure de la Gnose. mais elle vo ¤ e car elle doit tout d’abord accomplir son chemin. le se ¤ jour automatique journalier dans la sphe ' re aspour tout e trale constitue toujours un danger mortel. vous n‘arrivez pas au-dela dans votre conscience de veille. dans votre conscience de veille. vous saurez que ¤ le ' ve. qu‘elle est plus d’une fois de ' s et ses acolytes. Si vous comprenez cela. Authade ¤ tacher de la sphe ' re as' vous ne pouvez vous de Chaque nuit ou “ tes de ¤ pouille ¤ de votre force-lumie ' re et vous vous retrotrale. que toutes les ' re que vous aurez rec forces de lumie ° ues durant le jour vous seront ¤ robe ¤ es pendant la nuit. dans votre comportement. Mais ils s’abusent eux-me “ mes et en reninte dent parfois victimes d’autres avec eux. De me “ me que tous les studios peuvent faire des voir re ' projeter en prive ¤ . vous ¤ clarez positivement a ' l‘e ¤ gard de l‘ Ecole de la Rose-Croix vous de et de la Gnose.Votre sysuvez au re ' me en est seulement plus affaibli.

' re les e ¤ le ' ves de la Gnose Nous allons vous dire de quelle manie ¤ viter ce danger. le danger d’e “ tre chaque nuit de ¤auquel vous n‘e ¤ de votre force-lumie ' re. peuvent e 98 . il est possible de se libe ° ant ¤ chappez pas. et oblige ¤ pouille sans cesse de toujours recommencer. Oui.avec le monde dialectique ? Peut-on jouir du repos nocturne tout ¤ chappant a ' ce danger immense. presque automatique ? en e Oui. comme la Pistis Sophia. C ’est pour cette raison que nous parlons de ¤ rer de ce danger menac ce sujet. c ’est possible.

Si ve 99 . Si donc e ' quelque chose qu’en re ¤ alite ¤ il ne de ¤ sire pas. Supposez que vous ne connaissiez pas l’Ecole Spirituelle et que ' re de vous inte ¤ resser a ' la Gnose en vous disant : l’on vous sugge ¤ fle ¤ chissez-y.XIV ¤ nouer le lien astral De ¤ carter de la sphe ' re astrale de notre champ de Est-il possible de s’e ¤ ' ¤ tat d’e “ tre du quadruple moi vie ? Cela depend entierement de l’e ' de une cerde la nature.ý Si vous n’avez pas. sans exage ¤du sanctuaire de la te ration. La conscience ne retiendra vite et le livre vous ennuiera biento ¤ fle ¤ chissons. lequel est en rapport e ¤ troit avec ce qui e ¤ meut et ce corps du de ¤ e. que dans la quadruple conscience. tent notre pre ¤ sir est le penser du coeur. en ge ¤ ne ¤ ral. la conscience. un homme pense a ¤ re “ t pour cette chose se dissipe rapidequ’il ne veut pas. c ’est la conscience astrale. en d’autres termes par la conscience astrale. C ’est pourquoi l’on peut dire. Cette qualite ¤ se transmet et se manifeste de fac° on taine qualite ¤ gale dans chacun des quatre aspects de la conscience. guide ¤ e. Donc nous ne re ' ¤ ' qu’a ce que nous desirons effectivement. Ce quadruple moi. donc le dans le syste ¤ sir. posse ¤ . Ainsi donc votre vie est domine ¤ cue par le de ¤ sir. votre attention faiblira rieurement. qu’a ce vers quoi se por¤ fe ¤ rence et notre de ¤ sir. un re “ t. une activite ¤ du coeur. inte ¤ßLisez donc ce livre et re ¤ el inte ¤ re “ t pour la Gnose. Aussi le Le de ¤ sir dynamise-t-il tous les pouvoirs du syste ' me. y compris celui de “ te. et que l’on convoite. celle qui donne le ton ' me humain. pas ce que vous avez lu. son inte ment.

lui est impose¤ par son mi“ tre contraire a ' son caracte ' re naturel. Il est certain que. De la sorte. que se tenir en bride et vivre dans la contrainte. dans certaines circonstances. Il peut e montrer parce que. ¤ susceptible de couver dans Parlons aussi d’une certaine hostilite ¤ le ' ve envers l’Ecole Spirituelle. beaucoup vivent en jouant un “ le. ce n’est pas possible ou souhaitable. en l’oclieu et peut-e currence. ils font donc continuellement ' leur vraie nature. s’y nourrira de forsphe ' leur nature re ¤ elle et fondaces et d’images astrales conformes a ¤ mentale. ¤ tat que l’on de ¤ signe. comme le font effectivement la plupart des hommes. par exemple. au reveil. haite Quand quelqu’un ne se montre pas. Et.¤ carter de la sphe ' re astrale de notre champ de vie et de l’on veut s’e ¤ cider d’acque ¤ rir une toutes les illusions correspondantes. “ tre humain sous la Les coutumes de la civilisation tiennent l’e “ tre en proie a ' une violente agitation et ne pas le contrainte. lors du prochain repos du corps. il ne fait. il faut de ¤ sir sur lequel la sphe ' re astrale de la nature ordinaire sorte de de n’ait aucune prise. de ¤ . ou ne va un e pas tarder d’appara|“ tre parce que la conscience astrale de ¤ prouve une opposition naturelle et explil’ homme dialectique e 100 . ou la dissimuler sous un faux maintien. Ils se tiennent dans les limites permises. Cette hostilite ¤ existe. dans sa conscience de ¤ ellement. mais ils ont du “ abandonner ce serait inutile. Beaucoup ont essaye ' s avoir constate ¤ qu’ils obtenaient le contraire du re ¤ sultat souapre ¤. e ¤ veillant par la ' une tension dans la violence a conscience astrale. la conscience astrale prendra en main la conduite de leur vie plus fortement que jamais.Vous comprenez qu’il n’est pas possible de forcer un tel e¤ tat. ils suivent le chero min que leur impose leur milieu. tel qu’il est re que son comportement. Il ne leur restera plus alors qu’une alternative : ou montrer ouvertement leur vraie nature. quand sa vie n’est pas ve ¤ ridique et veille. en ge ¤ ne ¤ ral. la conscience astrale sortant comme d’ habitude dans la ' re astrale ordinaire de notre champ de vie. comme le nonIl s’agit d’un e ¤ sir.

Cette ßforce a 101 . le tral’Ecole et les e ¤ universelle. un de l’Ecole s’immisce trop dans sa vie. vail et neutraliser la moisson de la Fraternite De cette fac ° on. en vertu de sa conscience astrale. par une tendance inne ¤e C ’est la me ¤ou par intention consciente. tombe sous l’influence pre¤ ponde ' re astrale. la ' te “ te de lioný essaye de s’immiscer dans l’Ecole. s’inte ¤ but. Lorsqu’elle donne une directive. pour freiner. une influence karmique. Apre ' s un plus e ¤ temps plus ou moins long. De ce fait. par une tendance inne ' s sensible aux influences gnostiques. alors que. il luttera inte ¤ et pe ' sera. ressentiment. il en conc° oit de l’irritation. en son for inte ¤ rieur. cherche ¤ du changement si indispensable de la conscore rien effectue “ me depuis des anne ¤ es . Mais l’ hostilite¤ grandit ! Car si l’on essaie de tenir en laisse la conscience astrale. il en est encore a primitif. tout tre ¤ le contact avec l’Ecole Spirituelle. “ me chose lorsqu’un e ¤ le ' ve. Me “ me s’il rante d’un groupe ou d’une force de la sphe ' chaque occasion contre n’en est pas conscient. temps contre cette sourde hostilite ' des amis su “ rs qu’il attirera le pour et le contre en se confiant a adroitement dans la conversation. L‘e ¤ le ' ve peut n’en e “ tre pas entie ' rement cable a ' s vaguement du fait qu’un e ¤ tat sanconscient et la ressentir tre guin. de sorte qu’il ait. le pousse vers l’Ecole. parce que. ¤ e. pour parler le langage de la Pistis Sophia. mais il n’a enjeune. fougueux. il est inevitable que ces tensions explosent. et a ' un moment donne ¤ . l’orage e ¤ clate. couve en ¤ envers la Gnose en me “ me temps qu’il lui une certaine hostilite ¤ resse a ' l’Ecole. par exemple. exactement comme dans la sphe ¤ leve ¤ e. cette hostilite ¤ s’exprimera de temps a ' autre par un Au de ¤ plaisir. violent. Il est possible que. concernant le travail par exemple. si possible endommager. par influence karmique ou a' ¤ re ¤ ditaire. d’apre ' s lui. l’ homme naturel sujet. une animosite ¤ .' l’e ¤ gard de la Gnose. des tensions ' re de chaleur la s’accumulent. il est devenu e ¤ le ' ve de l’Ecole cause d’une disposition he Spirituelle. Celle-ci demeure la me ' l’ homme des cavernes. a ' ce cience astrale. ¤ rieurement longEn raison de son apprentissage. il soit vers la Gnose. il est utilise¤ a ¤ le ' ves.

Si nous les laissions faire. notoirement. maintenant. C ’est donc pre ¤ voyante sympaavant tout une question d’intense amour. sont entie' rement do¤ s par la conscience astrale. * Voir De 102 . ouverts a ¤ s pour rayonner dans l’Ecole des fordestructrice. manquer totalement les conse ¤ le ' ve en d’amour. ' cette intervention Il peut arriver aussi que certains. parce que c ’est pre¤ fe pour lui.1984.** ¤ masque ¤ . de pre ¤ cheur en puissance que de ne pas l’admettre dans thie pour le pe l’Ecole. au de ' s instamment a ' l’aptitude minimum indispenstricte de veiller tre ' l’apprentissage. Quand on a rec° u dans la main libe ¤ dane ¤ de pain. plus chaotique et qu’elle est un facteur important du Grand Jeu. avec le temps. on croit conscience astrale beaucoup de ce succe ¤ der la Gnose et l’on s’irrite lorsque l’Ecole ne le reconna|“ t posse pas. C ’est pourquoi. dans ce cas. joue toujours a ¤ rale des pierres pour du pain. La dette karmique dont se charge l’ homme qui lutte contre la ' s lourde. Aussi les travailleurs rec° oivent-ils de la Direction Spiri¤ but de leur travail. une prescription se ¤ re “ t des deux parties que. la sphe ' re astrale de l’inte notre champ de vie devient. l’instruction tuelle de la Rose-Croix d’Or. On leur fournit en fait l’occasion mine ¤ me ¤ dite ¤ e de commettre un pe ¤ che ¤ impardonnable.' te “ te de lioný. l’Ecole subirait ¤ judice . Haarlem. ¤ le ' ve endommage l’Ecole et se charge ainsi Sachant qu’un e ' part d’une lourde dette karmique. soient employe ces astrales ennemies. Par une pitie ¤ de ¤ place ¤ e ou guide ¤ par un sot Gnose est tre humanitarisme. et ensuite ces personnes seraient d’abord un grand pre ¤ chargees d’une faute grave. sable pour l’admission a ¤ ve ' re est d’autant plus dans Sur ce point. le laisser faire serait. mises a ¤ quences subies par l’Ecole. nous disons a' l’e ¤ rable question de quitter l’Ecole rapidement. Rozekruis Pers. on ne peut donc aucunement accepter ou garder dans l’Ecole des hommes qui. qui demeure dans la sphe ' re astrale de la ßforce a ' imiter la Gnose et offre d’une nature de la mort.

se conduisent conforme¤ ' ce qu’ils ont trouve ¤. par un ami ou une connaissance. par la be“ te fe ¤ roce en manie ' en e “ tre libe ¤ re ¤sa ' notre eux. pas me “ me avec l’aide de l’Ecole. rement subordonne “ te peuvent e “ tre exceptionnellement cultive ¤ s : le Le coeur et la te ¤ licatesse du gou “ t et du coeur en ce qui concerne. l’Ecole lui montre le chemin. la de “ te pour ce qui se rapporte a ' la compre ¤ hension insentiment. trouvant. heurter longtemps contre le mur des expe “ tre aide ¤ s. par le soi astral et gra clef n’ouvrira la porte du chemin. s’aider lui-me C ’est seulement quand il va effectivement ce chemin qu’il rec° oit la force. Ces hommes auront encore a ' se astral se ¤ riences douloureuses. spe ¤ cialement dans le astral a son sie “ te et du coeur lui sont entie 'plexus solaire. La clef du chemin de ¤ ration. par votre pe que le soi astral changera . Alors seulement ils pourront e L‘ Ecole Spirituelle n’aide pas en disant : ßVenez donc chez ¤ le ' ve doit commencer par nous ! Alors tout ira bien !ý Chaque e “ me et. ment a ¤ des hommes vivent par le syste ' me foie-rate. mais nous avons le devoir de dire que les hommes qui.¤ envers la Gnose augmente a ' mesure que celle-ci atL‘ hostilite teint son but. c ’est la possibilite ¤ de donner a ' la conscience astrale la libe “ ce a ' lui. avoir cherche ¤ spontane “ me ce chemin et se conduire en concordance. ou ¤ sur vous. maintenant que le feu e ¤ vit si redoutablement. ne peuvent ni ne doivent s’attendre a ¤ poque. L‘ Ecole Spirilui-me tuelle n’a pas besoin de ßchercheurs pour le seul plaisir de chercherý. “ tes pousse ¤ vers l’Ecole Spirituelle Ce n’est pas parce que vous e ' re ou votre me ' re. le rayonnement et l’aide de la Gnose. Mais tant que le soi astral reste emprisonne 103 . Aucune autre une autre direction. et les fonctions de la te ¤ es. parce qu’on s’est apitoye ¤ ment et pousse ¤ par une grande de ¤ tresse. mais de chercheurs qui. la te ¤ dans le tellectuelle. pour ce faire. Le soi ' ge dans le syste ' me foie-rate. Cela semble dur. depuis leur jeunesse. ou parce qu’on a fait appel a' vous. Non. votre soi astral doit. par exemple. c ’est-a 'La majorite dire sous l’impulsion de leurs besoins et instincts naturels. se sont laisse¤ s guider de ' re effre ¤ ne ¤ e par la conscience astrale.

Alors ' tement ! Ce n’est pas sur la base d’une foi vous la voyez concre ¤ culations philosophiques que vous la constatez . Vous pouvez re “ t cette ve ¤ rite ¤ . Il s’eleve au-dessus de son instinct naturel primaire. conscience d’un homme est enracine ¤ blouie par la sphe ' re astrale et son pouvoir de projection. est sans issue. il donne la preuve d’e ¤ ja ' que la mort par rapport aux forces naturelles et comprend de ¤ ' vie dialectique est sans issue. Quand un homme sible de ßvouloirý cet e “ tre arrive ¤ au point s’efforce vers ce but. par nature. ¤ pe ¤ ter cette notion du ne ¤ ant de la vie dialectique. c ’est de ¤ sir du salut prend naissance dans le sanctuaire autres. est toujours tourne ' atteindre. sie ' ge de toutes s’emploie a les lois naturelles. En Le de ¤ sirer sans cesse la satisfaction du moi aux de ¤ pens des fait. vous trouvez confirme ' savoir que le monde seulement ou ne compreniez qu’en partie : a dialectique. un nouveau de ¤ sir na|“ tra : le de ¤ sir du salut. vous de ' l’instant une chose merveilleuse.plexus solaire et que l’ homme n’est. Le vrai de 104 . Ayant de ¤ passe ¤ le couvrez a plan de la nature. mais vous la de vous avez fait monter la conscience astrale dans le coeur. l’apprentissage de l’Ecole Spiricomple tuelle Gnostique est inutile. il faut l’atteindre. ¤Quand vous faites monter le soi astral dans le coeur. vous pouvez l’entenvous pouvez ressasser sans arre ¤ couvrez vousme “ me de ' s que dre redire par un autre. c ’en est fait de cette Mais de illusion. rien d’autre “ tre e ¤ gocentrique mene ¤ par l’instinct de conservation et qu’un e ' tement axe ¤ sur le terrestre. vous le savez dans tout votre e ¤ e dans le syste ' me foie-rate. par conse¤ quent. Et puisque la conscience astrale. pour le ßhausserý dans le coeur. Il est impos¤ tat. L‘ Ecole ne va audevant de quelqu’un. la nature de la mort. elle est e ' s qu’elle est hausse ¤ e dans le coeur. de¤ sire et ¤ e vers convoite toujours quelque chose. ne peut lui tendre une main secourable que s’il prouve qu’il ' arracher le soi astral du plexus solaire. ou selon des spe “ tre ! Aussi longtemps que la non. quelque but a ¤ sir du salut issu du plexus solaire est une impossibilite¤ . n’observant plus le monde a' partir du plexus so¤ ce que vous pressentiez laire mais du coeur. l’instinct qui fait courir apre' s le bonheur dans la vie naturelle et ne fait qu’ un avec elle.

La Gnose vient a' ' re ta “ che est votre rencontre sur votre chemin. peut toujours La sphe “ tre humain. notez le bien. c ’est un de ¤ sir de tout ce qui appartient au domaine dialectique.¤ sir inconnu jusqu’alors. un du coeur . grade 105 . peut toujours lui donner satisfaction contenter l’e ¤ sirs ne s’e ¤ le ' vent pas au-dessus du niveau e ¤ gocentant que ses de trique ordinaire. alors le sauvetage est en vue. C ’est non-de ¤ea ' la consalors seulement qu’une nouvelle direction est donne cience astrale. ' re astrale dialectique. mais votre premie ' d’entreprendre des lors la purification du coeur. Si vous vous de¤ tachez de ce niveau. “ te sauvage en l’ homme. au-dessus du plan de la nature. celui-ci est si endommage ¤ qu’il doit e “ tre re ¤ forme ¤ et purifie ¤ scrupuleusement. abuse du sancconscience astrale situe tuaire du coeur ^ et non moins du sanctuaire de la te“ te ^ et cela si ¤ le ' ve sa conscience astrale dans le sancgravement que lorsqu’il e ¤ et si atrocement de ¤tuaire du coeur. base ¤ sur un rejet. mene ¤ e depuis sa jeunesse parla La be ¤ e dans le plexus solaire.

il est faut donc purifier e ¤ tudier l’e ¤ le ' ve moyen qui peuple pour le moment l’Ecole bon d’e Spirituelle de la Rose-Croix d’Or. la rose du coeur se met a ' parler. il leur Lorsqu’ils s’e ¤ nergiquement leur coeur. au cours d’une vie doQuand. ' s qu’ils peuvent regarder par cette fene “ tre du coeur. Alors qu’ils e ¤ taient s’efforcent d’e ¤ s sur la nature. apre ¤ ' s’e ¤ lever audessus minee par le plexus solaire. celui-ci a e ¤ te ¤ si longtemps asservi et maltraite ¤ dommage ¤ rieure que la vie e ¤ gocentrique du plexus solaire a par la nature infe ¤ ses possibilite ¤ s latentes plus fortement que ne le justineutralise ¤ tat inne ¤ . ils se De rendent compte qu’ils ne trouveront le vrai bonheur inte¤ rieur “ ce au nouvel e ¤ tat ou ' ils que sur une tout autre spirale de vie. ont gravement de ¤ veillent dans le nouveau matin gnostique. En effet. On peut dire que presque tous ¤ lever le soi astral dans le coeur. ils arrivent maintenant jusqu’a ' une fene “ tre axe ' re nouvelle. en ge ¤ ne ¤ ral.XV ¤ tranger au monde Devenir e ' s de tre ' s longues expe ¤ riences. Sous ce rapport. il trouve le sanctuaire du coeur tre ¤ . telle une aurore ' ils voient appara|“ tre une lumie d’ou naissante. De londes e ¤ es de marche tre ¤ buchante a ' travers la nature dialectique gues anne ¤ grade ¤ le sanctuaire de leur coeur. les possibilite ¤s fiait l’e “ tres humains sont plus grandes dans leur jeunesse. Aussi est-il certain que. Enfin la lumie ' re gnossont entre tique fait irruption dans leur sang et provoque dans leur syste' me 106 . Gra ¤ s. l’ homme parvient a ¤ tat naturel infe ¤ rieur en faisant monter dans le coeur le soi de son e ' s gravement enastral conscient.

plus encore me ' re savent qu’ils sont sur le point de perdre bitants de cette sphe leur emprise sur eux. avec toutes les conse ¤ le ' ves sont donc. de la mort. soumis a ' l’intervention des forces de la sphe ' re re ¤leur e “ me qu’en temps normal. Pistis Sophia. Ils cherchent une vie intense 107 . les possibilite¤ s latentes du ¤ re ¤ es et l’ancien e ¤ tat de vie continue de coeur ne sont pas libe “ le important. Son coeur s’eveille et il en tire serieusement les ¤ quences. En ce cas. pure. pour le moment. ils se tiennent devant les portes du treizie ¤ veloppement ne les a pas Cependant l’ancien processus de de ¤ s ! L‘ancienne vie a tout au moins profonde ¤ ment imencore quitte ¤ ses traces dans le sanctuaire du coeur. dans une grande mesure et en vertu de Les e ¤ tat d’e “ tre. Il est donc clair que. Ou. conse ¤ le ' ve la conscience astrale jusque dans son coeur pe ¤L‘ homme qui e ' tre spontane ¤ ment dans les saints domaines de la Fraternite¤ ne gnostique universelle. ¤ le ' ves de l’Ecole Spirituelle cherchent la lumie ' re authenLes e ¤ ment libe ¤ ratrice.de nouvelles impulsions. le ' ils se trouvent. cours de leur vie est alourdi. Celui-ci doit donc prime “ tre purifie ¤ . pour la plupart. sont aux portes d’un processus de de¤ veloppement nou¤ vangile gnostique de la veau. parce que les haflectrice. comme la Pistis Sophia. Cet e ¤ riences que suit l’e ¤ le ' ve en partant de la vie infe ¤chemin des expe ¤ ¤ rieure naturelle. Dans ces conditions. Ce sont donc des hommes. Gra “ ce tique. il est renvoye¤ “t a ' diffe ¤ rents stades pour purifier son coeur d’un grand aussito nombre de souillures. Dans la situation ou “ le. rieur est par la ¤ crite tout entie ' re dans l’e ¤ vangile Cette marche des choses est de ¤ vangile est inspire ¤ par le gnostique de la Pistis Sophia. qui. pour parler le langage de l’e ' me e ¤ on. Mais. la nouvelle direction qu’ils donnent au soi astral conscient reste partielle. Le conflit inte ¤la Gnose et la nature y jouent toutes deux un ro ' continuellement envenime ¤. Tant que le coeur n’est pas devenu pur selon les nore mes de la Gnose. la conscience de jouer un ro ' re astrale de la nature sommeil retourne chaque nuit dans la sphe ¤ quences que cela implique.

fondement d’un tout nouveau type rifie “ me re ¤ pond a ' quatre nouveaux d’ homme. mais nous 3. cette premie re forme de transfi' re Ep|“ tre. le principe renouvelant commencera a constituer le nouveau pouvoir du penser. naissance side ¤ rale et tous les processus C ’est cette nouvelle naissance side 108 . nous serons semblables a ' savons que.' l’e ¤ le ¤ vation de leur conscience dans le coeur. C ’est la substance side ¤ rale ment que cette pure lumie pure. fluides dont de ' Enfin. Jean exprime cet espoir dans la premie ¤ te ¤ manifeste ¤ .9: ßCe que nous serons n’a pas encore e ¤ . parce que nous le verrons tel qu’il est. conforme ¤ ment aux normes de la Gnose. C ’est d’abord la conscience astrale qui doit devenir parfaite. C ’est dans ce but faut rendre pur comme la lumie que celle-ci commence par nous toucher. celui de la nouvelle conscience e ¤ the ¤ rique. de la nouvelle te conscience astrale et de la nouvelle conscience mentale.ý rance en lui se purifie. comme lui-me C ’est pourquoi il faut vous y mettre radicalement. ¤ the ¤ rique et mapuis la conscience mentale et enfin la conscience e ¤ rielle. le corps astral ou corps de re ¤ sir. sur cette base. qu’il chaque e ' re gnostique. Alors se de ¤ . Ce dont il s’agit maintenant c ’est ¤ former entie ' rement le corps side ¤ ral. ils savent inte¤ rieurea ' re existe. la pure force astrale telle qu’elle existe dans la Cha|“ ne gnostique universelle. A la mesure de son nou¤ rieur l’e ¤ le ' ve peut donc avoir l’espoir de re ¤ aliser veau savoir inte ' cette purification indispensable. Il se manifestera ensuite fortement dans les ¤ pend la nouvelle naissance. Voila ' ce que du de ¤ le ' ve doit re ¤ aliser : la transfiguration du soi astral. lorsque cela sera manifeste lui. De la sorte le nouvel e ¤ tat de l’a “ me pre ¤ vaudra dans le sang te et le fluide nerveux. fluides du corps astral. originelle. Le processus entier est de ¤ rale. Ce fondement de l’a principes de conscience : le principe de la nouvelle conscience ma¤ rielle. Quiconque a cette espe¤ “ me est pur. Met¤ roulera le grandiose tez-vous au travail radicalement. Dans le coeur puet magnifique processus dont nous avons parle ¤ na|“ t l’a “ me immortelle. qui parfait la nouvelle ¤ signe ¤ comme la nouvelle conscience. chapitre guration. bien que sans forcer car la contrainte ne provoque que des tensions.

¤ tat de conscience. de monter jusque dans le coeur. en vous. comme afin qu’un jour vous marchiez dans la nouvelle lumie ' re. ternite ¤ moignent de me “ me par leur re ¤ soceux qui luttent dans l’Ecole. La couronne attire l’attention sur le nouvel e ¤ cration de la rose du coeur au grand et saint travail du proLa conse cessus gnostique. mais une ne veut se manifester avec fruit dans l’Ecole de la Jeune Gnose. Lui est dans la lumie ¤ cessaire que votre soi astral Dans ce but. il est tout d’abord ne ' re astrale de la nature de la ne retourne plus. Il Sur pareille base de de faut alors qu’il entre dans le grand chantier du sanctuaire du ¤ ve ¤ rants. la libe ' fond et de toutes vos forces Mais il faut alors vous engager a dans ce processus. au chemin de la Pistis Sophia en nous. C ’est la' la premie 109 . dans l’Ecole Spirituelle. dans la sphe ' re ta “ che. Si donc tout se passe bien pour un e¤ le on peut dire qu’il est venu dans cette Ecole ^ quels que soient les ¤ s lors de son adhe ¤ sion ^ parce que le soi astral consmotifs formule ¤ tait en train de se de ¤ gager du syste ' me foie-rate et. une possibilite ¤ qu’on donc pas seulement une chose de ¤ cessite ¤ pour quiconque nous offre en perspective. par une suite d’actes perse ¤ rale. Ils vous saisissent et cette situation est de plus ' supporter en raison des tensions qu’elle proen plus difficile a ¤ paules. s’est-elle haus¤ e dans le coeur ? Deux mondes alors interviennent envous.ý Toutes les Fraronne queToi. C ’est ce dont te ¤ moigne l’un de nos rituels : ßNous sance side consacrons aujourd’ hui notre rose afin qu’elle devienne une cou“ Gnose. votre voque. pour quiconque veut dominer la violence de ses tensions jusqu’a' ¤ ration. La conscience astrale. la naiscoeur pour y effectuer. il est le bienvenu dans l’Ecole. et aller le chemin qui conduit de Bethle¤ em a ' re. tout cient en lui e en luttant. n’est ¤ sirable. Il faut alors prendre votre croix sur vos e ' Golgotha. tu poseras sur notre te “ te. la nuit. ¤ part. o ¤ s pre ¤ ce ¤ dentes ont utilise ¤ ce rituel.' laquelle nous travaillons tous connexes qui constituent l’oeuvre a ' ve. rose-croix. l’anse cien et le nouveau. Et les candidats se ¤ rieux. te lution et leur effort quotidien. Si vous mort durant le repos du corps.

a ¤sa ' assumer et Nous avons tous nos devoirs et nos responsabilite ' sent lourd sur nos e ¤ paules. le chemin de nuel. certes. dans la prime jeunesse si prometteuse de devez de votre apprentissage gnostique. vie ! Si vous retournez en pense “ tre si forts qu’ils vous subjuguent totavous savez qu’ils peuvent e ¤ sir de la vie libe ¤ re ¤ e. ¤ ment et tandis que vous vous ocTout s’y soumettra spontane ' res. quelles qu’elles soient. arriver devant les portes de la vie ¤ parer pleinement pour cette vie nouvelle afin nouvelle et vous pre “ me en vous. mais nous disons que le grand but va dominer en vous. que plus rien ne comptera. certes. le reste. passe au second plan. Vous aurez. vous en e ¤ s. Ne ne ¤ gligez pas vos devoirs. le chemin logique menant a ¤ sir ? Que n’avez-vous de ¤ sire ¤ dans votre Vous connaissez le de ¤ e vers tous ces de ¤ sirs disparates. ce de ¤ sir e ¤ sonne en vous jour et nuit comme un tintement de cloche contire ' tement. ni seul ni avec d’autres. De me l’effort sur la croissance et sur la situation sociale. en C ’est pourquoi mettez en oeuvre vos nouvelles possibilite ' chaque heure du jour. Quand le soi astral ¤ leve ¤ dans le coeur est rempli du de ¤ sir de la vie nouvelle. Eh bien. quand le de aussi grand et aussi profond.Vous suivez alors. Il ne vivant d’elles. “ me en vous . il est de re ' gle de diriger ce but. Tout le reste passe a l’arriere-plan. Nous ne voulons pas dire. monde de l’a ' remplir encore ici-bas votre ta “ che sociale. est lement. se 110 . la reddition de soi. qui pe Mais lorsque vous comprenez l’importance immense de l’a“ me. vous cuperez de vos besognes journalie “ me et vous e ¤ couterez son chant d’alle ¤entendrez la voix de l’a ' ' gresse. de jour comme de nuit. de me“ me vous 's a ' pre ¤ sent. aussi ne ¤ cescela doit stimuler l’ homme-a saire qu’il soit. devenu adulte.¤ ussissez pendant une ou deux nuits a ' vous de ¤ gager de la sphe ' re re ¤ prouverez l’immense bienfait. pendant la jeunesse. de la Gnose. mais vous orienter de¤ sormais ' rement sur le grand but et mettre votre e “ tre en harmonie avec entie “ me que. directement et concre ' la transfiguration. astrale dialectique. en en tenant compte a faut plus vous laisser entra|“ ner dans le tumulte des occupations ordinaires. parvienne dans le que l’ homme-a “ me. le soi astral se voue entie' rement.

Alors il de ¤ cline.Tel est le nouveau lieu de repos conforme aux ¤ cessite ¤ s de votre marche ascendante. C ’est livre comple “ Pistis Sophia. astral. “ tes dans cet e ¤ tat. il montrera de voies de l’e 111 . “ te quand le soi conscient dans la vie ' reposer sa te Cependant ou nocturne.' tement a ' ßTaoý. que tu chantes les treize chants de la repenainsi. o tance. aucune division de dans la sphe ¤ n’est de ¤ sormais possible. De ' s lors. la conscience de sommeil naturelle. vous e ¤ prouvez la re ¤ aMais ensuite que va-t-il se passer pour vous qui e ¤ de ce qu’il est dit de Je ¤ sus le Seigneur : ßIl n’a nulle place ou “ lite “ teý? reposer sa te Comprenez-vous que cette parole donne une indication magnifique ? L‘ homme ignorant et religieux selon la nature l’e¤ prouve ¤ sus le Seigneur comme une chose terrible. ni entrer ni respirer ' re astrale de la nature de la mort. un nouvrir a ' re astrale pure. dans la sphe ' re astrale de la nature de la mort. que le groupe veau champ de vie. Quand le soi astral ne pe ¤ ne ' tre plus d’une gra ' re astrale de la nature de la mort. Il est encore un autre aspect qu’il convient de mettre en lumie' re. si vous suivez ce processus sans auSi vous e ¤ . en conse ¤ quence le somla personnalite meil normal de la vie dialectique n’a plus lieu. en ce qui concerne le soi vous atteindre. Imaginez donc. n’a plus de place dans la nature de la mort ? Mais c ’est alors que l’ßAutreý va s’ou' vous ! La Jeune Gnose posse ' de un corps de groupe. il s’agit ici ' reposer sa te n’avait pas d’endroit ou “ ce inconcevable. Mais l’ homme qui suit les port avec le de ¤ volution de l’a “ me ne s’arre “ tera pas la ' . cune contrainte de la volonte votre soi astral ne peut plus se plaire. a ' la Gnose. vous de “ tes mort selon la nature. ne pouvant plus meurt et la sphe ¤ laisse. ni vivre. Je “ te ! En re ¤ alite ¤ . une nouvelle sphe attire autour de lui. un lieu d’une grande ne ¤ et purete ¤ ou ¤ ' passer votre vie nocturne en toute su “ rete beaute dans le Corps Vivant de la Gnose. ¤ re ¤ la naissance side ¤ rale qu’en rapJusqu’ici nous n’avons conside ¤ veloppement personnel. si votre de ¤ sir du salut est grand. a ' la rose du coeur.

e ¤ quiliquelque chose de nouveau appara|“ tra.¤ te ¤ s typiques de l’ homme-a “ me. Celui l’inte “ me et la vie de l’a “ me fera re ¤ gner l’orqui place au premier plan l’a ' re. un besoin de servir spontane ¤ et absolu. Il est comme un ment un e “ tre inte ¤ rieur n’a ici-bas aucun lieu de repos. deviendra comme le trille d’un oiseau sur le toit ou le bourdonnement d’une mouche contre la fe“ tre. cette harmonie ne seront plus seulement en vous. La' . si votre Si vous vivez de l’a ¤ sir le plus profond se porte sur l’Ecole et ses buts sublimes. dans votre entourage particulier. En effet l’a tous les aspects possibles. son e “ mes s’est ouverte a ' lui. le silence. mais ¤ maneront aussi de vous. sou“ tre ou bloque ¤ par quelque anxie ¤ te ¤ . l’e ¤ occupiez et qui cre ¤ ait des tensions bre. si votre soi astral est renouvele ¤ . il l’ est re ¤ ellement.Vous vous en de “ me. par exemplus en plus des proprie ple une constante force d’amour impersonnel. l’abandon total de ¤ re “ t personnel. L‘e ¤ tranger sur terre. pleine de magnificence.Tout ce dont vous vous pre s’estompera d’un seul coup. n’entra|“ ne plus de difficulte ¤ . Pour lui : ¤ de l’a “ me .Vous comprenez votre grandiose de l’a prochain. alors de ce silence. car vous e “ tes absorbe ¤ dans la vie de conflit. ne cre ¤ e plus nie ¤ tachez. “ me. le calme. il agit faussement cieux peut-e ¤ rente de la vo “ tre. la Te “ te Mais la grande demeure des a d’Or du Corps Vivant. proscrit. ¤ le ' ve qui se conforme a ' cet apprentissage devient un e ¤ tranger L‘e “ tre transfigure ¤ selon le soi astral ne se sent pas seulesur terre. le nouveau champ astral gnostique. Ce qui ne tient plus que la seconde ou la troisie ' me ou la derne ' re place ne ge “ ne plus. l’occlusion ßLe sommeil du corps devient la lucidite 112 .Vous comprenez aussi son effort et sa lutte quand. ou d’une fac ° on diffe “ me e ¤ tablit l’ harmonie ve ¤ ritable partout ou ' il Celui qui vit de l’a “ me est incite ¤ea ' servir l’ humanite ¤ et cela reve “t passe. aussi bien dans sa dre et l’ harmonie dans son existence entie ¤ e et dans la fac vie sociale ou prive ° on d’assumer quotidiennement ¤ s que dans tout ce qui de ¤ coule encore ses devoirs et responsabilite de sa naissance dans la nature.

le silence. la contemplation ve ¤ nonce ¤ de la Parole. l’oeuvre fructueuse du salut.ý du bien et l’e 11 3 .¤ ritable . une gestation des yeux.

de champ de respiration. un Non. Nous n‘envisageons pas non plus un comportement re¤ volu' la vie sociale et a ' la vie en ge ¤ ne ¤ ral. de lieu ou ¤ le ' ve se sent comme expulse ¤. au sens fondamental de sa de l‘apprentissage doit faire de l‘ele ¤ tranger sur terre. pas davantage que l‘e ¤ rence visa ' -vis de tout ce qui sur terre entra|“ ne une certaine indiffe vit. il n‘existe plus de lieu de repos cette transformation se re ¤ le ' ve dans la nature de la mort. a ' savoir que l‘accomplissement dans nos entretiens pre ¤ ' ve. la partie inte ' elle se retire. repos nocturne. Nous ne voulons certes pas signifier par vie. trouve le repos. tionnaire face a ¤ tat d’e ¤ tranger sur terre est un e ¤ tat fondamental. Il peut arriver qu‘ il traverse une pe ¤ riode. Quand e ¤ alise. dans la nature de la mort. 114 . lorsque. Ceci veut dire que. ou ' l‘ heure du ' il ne trouve pas le sommeil a dure ' s que la fatigue le fait glisser dans le sommeil. par suite de quoi l‘e ¤ le ' ve qui fait monter dans le coeur la conscience astrale Tout e ¤ quent.XVI ¤ veil de l‘a “ me (I) L‘e ¤ Il faut bien comprendre le sens de ce que nous avons expose ¤ ce ¤ dents. de courte vient a ¤ e heureusement. De ¤ se trouve comme devant un la partie subtile de la personnalite ¤ introduite dans le corps parce que le soi astral consmur et est re cient ne trouve pas de champ de vie. pardu coeur. l‘abandon du moi et son de ' cet e ¤ tat. il n‘ y a plus. pour l‘e ¤ rieure subtile de la personnalite ¤ pendant le sommeil. l‘e ¤ tat qui s’instaure par transformation de la personnalite¤ . par une purification continue par un apprentissage conse ¤ vouement au service. un e ' qu‘ il adopte une attitude excentrique a ' l‘e ¤ gard de ce que l‘ Ecole la ¤ tat d’e ¤ tranger appelle la nature dialectique .

en tant que Corps Vivant. le Corps Vivant de l‘ Ecole pos' de. Or ils doivent saplus qui conna|“ tront cette situation particulie voir comment se comporter. de 115 . l‘ame s’enveloppe d’un ve ¤ le ' ve e ¤ taye cette croissance dans sa vie substance astrale. qui comporte de si grands dangers. dans une nouvelle demeure. ¤ que l‘a “ me posse ' de un aspect Nous vous avons clairement montre ' s positif. Quand l‘e ' s de ¤ cide ¤ . il doit e “ me. de me Spirituelle actuelle. dans la substance side “ me destine ¤ea ' tous ceux qui se trouvent comme e ¤ tranmeure de l‘a gers sur terre en raison de la croissance de leur a“ me. sur ¤ thique du le chemin gnostique. un champ astral gnostique pre Alors seulement le candidat concevra pleinement ce que l‘ Ecole ¤ sente pour lui. Spirituelle repre ¤ le ' ves ce lieu de repos que groupe gnostique. l‘ancien dispara|“ t. l‘e ¤ s corporelles peuvent appara|“ tre. il y en a toujours comme un e ' re. Dieu soit loue ¤ . des difQuand. ¤ le ' ves connaissent de ¤ ja ' cet e ¤ tat ou ' l‘on est De nombreux e ¤ tranger sur terre et. comme on en fait si souvent e ¤ talage dans la vie ordinaire. d’une e ¤ sir. tre ' s positif. et qu‘a ' un moment par un comportement tre ¤ il ne peut plus respirer dans la sphe ' re astrale de la nature de donne “ tre recueilli la mort. Ce champ astral respire dans la Gnose ¤ rale originelle. dans cette situation. a astral. entretient pour les e “ ce. C ’est la deuniverselle. une demeure de l‘a ' mesure que se forme le nouveau ve “ tement Remarquez que. existe pour eux. Autrement dit. Il est nourri par le pain de vie astral se de la pure nature gnostique.' une preuve que la personnalite ¤ est en train de changer. Ils doivent savoir qu‘ une demeure ¤ pare ¤ pour eux. Mais comprenez qu‘ il ne s’agit pas. C ’est celui des quatre aspects qui s’exprime le astral tre ¤ but du de ¤ veloppement de l‘a “ me. lui aussi. premier au de ¤ “ “ tement de Au debut de sa croissance. c ’est pourquoi nous en ficulte parlons. un aspect astral. d’une culture astrale. L‘ Ecole. C ’est la ¤ le ' ve ne sait comment agir. plein de gra “ me qu‘ un corps astral plus grand enveloppe le corps phyDe me “ me un corps astral s’e ¤ tend autour du corps de l‘ Ecole sique.

¤ chapper aux tenDans la vie dialectique on essaie sans cesse d’e ¤ sir en constituant une sorte d’e ¤ thique, e ¤ thique que sions du de ' se par exemple. Dans l‘ Ecole Spirituelle, l‘e ¤ le ' ve l‘on nomme asce ' se, ni e ¤ thique sur le plan astral, mais il accomplit n‘exerce ni asce ni plus ni moins qu‘ une transfiguration astrale. ¤ thique dans laSi quelqu‘ un se comporte selon une certaine e ' rement a ' l‘aise ou se sent quelque quelle il ne se trouve pas entie ¤ tranger, en se soustrayant a ' cette discipline, il retrouve imme ¤peu e diatement sa vraie place. Par exemple quand il s’est conforme¤ ¤ e aux coutumes d’un certain milieu, il retourne toute une journe ' “ me, en cas de besoin, ensuite a ses habitudes personnelles et me ' rement contraires. Dans l‘e ¤ le ' ve s’acadopte des habitudes entie ' fait diffe ¤ rent, c ’est-a ' -dire la transfigucomplit un processus tout a “ tre astral, processus qui annonce le de ¤ veloppement ration de son e du nouveau pouvoir de penser. Nous signalons en passant que, lorsque l‘ Ecole aborde certains ¤ alisation approche. Ainsi tout ce qui pre ¤sujets, le moment de la re ' de invite ceux qui s’engagent dans un apprentissage se ¤ rieux a ' ce ' l‘accomplissement. La ßchambre haute des actes les menant a ¤ pare ¤ e, et la voix de la Jeune Fraternite ¤ Gnostique appelle : est pre ßEntrez, dans les conditions requises ! ¤ leve ¤ dans le coeur la consAdmettons un instant que vous ayez e ¤ le ' ve se ¤ rieux, dynamique et cience astrale et que vous soyez un e ¤ ve ¤ rant, qui ne recule donc pas devant les conse¤ quences perse “ me na|“ t contraignantes et ne cherche pas de compromis. Alors l‘a dans votre coeur et si vous progressez dans la purification du coeur “ me nouvellement ne ¤ e prenne de l‘expansion, le nouafin que l‘a “ tement astral se de ¤ ploie.Votre personnalite ¤ se distingue de ¤veau ve ' s que sormais remarquablement de celle de vos semblables. De ¤ rieusement dans l‘apprentissage, la transfiguvous vous lancez se ¤ diatement et vous arrivez au moment criration commence imme ¤ fini tique que nous avons de ¤ tranger au monde. A ce stade, votre par l‘expression : devenir e ¤ ja ' remarquablement de celle structure corporelle se distingue de 116

de vos semblables du monde dialectique. Sur le plan astral votre ¤ a inde ¤ niablement de nouveaux besoins vitaux. personnalite ¤ le ' ves de la Jeune Gnose Il y a de nombreuses preuves que les e ressentent nettement ces nouveaux besoins. C ’est la' une des causes principales de l‘augmentation progressive du nombre de parti' nos confe ¤ rences. Sous la pousse ¤ e de leur e “ tre, ces e ¤ le ' ves cipants a cherchent le contact avec les foyers, les Temples et leurs compa' ce contact peut-il le mieux se produire gnons d’apprentissage. Ou ¤ jour dans nos Centres de confe ¤ rence ? si ce n‘est pendant un se Si vous comprenez tout cela, vous pouvez savoir si vous ressen¤ ja ' vous-me “ me ces nouveaux besoins vitaux sur le plan astral, tez de ¤ sir de votre e “ tre entier se porte de ¤ ja ' vers ce nouvel e ¤ lixir de si le de ¤ rieusement : ai-je une tendance a ' ne laisser vie. Interrogez-vous se ¤ rence sans y assister ? passer aucune confe Jusqu‘ ici l‘ Ecole pourvoit, par les services de Temple et les ¤ rences, a ' ces besoins de nourriture astrale. Mais a ' mesure confe ¤ le ' ves accomplissent la transfiguration astrale, le besoin que les e ¤ rale va croissant. Or le champ astral de la Jeune de nourriture side Gnose peut pleinement satisfaire cette demande pressante. Il ne suffit donc pas que, dans votre conscience dite diurne, vous soyez avec nous dans l‘ un de nosTemples, ou dans d’autres ¤ s. Mais, conforme ¤ ment au de ¤ veloppement du tralieux consacre ¤ galement ne ¤ cessaire que, durant le sommeil du corps, vail, il est e ' s que vous en e “ tes capable, vous soyez avec nous, par la consde “ me, dans les domaines consacre ¤ s de la Jeune cience de veille de l‘a Gnose. ' s lors vous comprendrez, en lisant le sublime passage du De ¤ rusalem (chap. 21 et 22) livre de l‘Apocalypse sur la nouvelle Je “ me nouvellement ne ¤ e, ni jour ni nuit : qu‘ il n‘existe plus, pour l‘a ' re. elle vit de fac ° on ininterrompue dans la lumie Les besoins vitaux, sur le plan astral, augmentent rapidement ¤ le ' ves : leur vie se de ¤ place nettement dans chez la plupart de nos e ¤ e. Ainsi donc surgit la question pe ¤ remptoire : la direction indique comment entrer dans ce nouveau champ astral, dans ce nouveau ¤ ne ¤ ficier de cette grande gra “ ce ? Corps de l‘ Ecole ? Comment be 117

Eh bien, pour participer au champ astral gnostique de l‘ Ecole ¤ riez inte ¤ rieurement de Spirituelle, il faut que vous vous libe la routine de chaque jour, de ce qui constitue la vie ordinaire de ¤ de la nature, que toute votre vie diurne se tienne sous l‘ homme ne “ me.Votre vie diurne doit e “ tre un apprentissage ve ¤ cu, le signe de l‘a ¤ de fac ¤ quente, un don du moi applique ° on conse ¤ niable amour au service des autres, une manifestation de l‘ inde “ me ve ¤ ritable pour l‘ humanite ¤ , dans la non-lutte absolue. de l‘a ¤ ment dans votre conscience Vous ne graverez jamais trop profonde ' res de toutes sorte, les irritations, que les conflits habituels, les cole sautes d’ humeur et autres dispositions semblables, ane¤ antissent ¤ difie en vous de la nouvelle conscience astrale. tout ce qui s’e ¤ absoAussi une vie sans conflit, sans lutte est-elle une ne¤ cessite lue. ¤ ja ' par elle-me “ me une gra “ ce Une vie diurne de ce genre est de ' l‘a “ me la possibilite ¤ de cro|“ tre. C ’est une attiimmense et offre a ' votre maintien objectif dans le monde tude hautement propice a ¤ de la nature. Dans cette attitude objective, en tant qu‘ homme ne ¤ agir, aux choses vous passez outre, en les percevant mais sans re que vous admiriez tant autrefois, auxquelles vous accordiez votre ¤ serve attention et qui vous agitaient au plus haut point. Cette re ¤ rence, elle est due a ' la naissance de l‘a “ me noun‘est pas de l‘ indiffe velle. Si vous voyez une personne faire des choses stupides ou affreuses, vous pouvez faire le pharisien, opposer orgueil ou indiffe¤ rence, en vous disant : ßHeureusement que je ne suis pas comme c ° a ! ou bien : ßJe ne veux pas avoir affaire avec cette personne ! ou encore : ßQue m‘ importe ! Mais vous pouvez aussi percevoir l‘autre objectivement, ¤ rieurement a ' sa faiblesse et lui envoyer tout compatir inte “ me. Ainsi, non seulement vous ne vous associez l‘amour de votre a ' son erreur (comme vous le faisiez dans l‘autre cas), mais vous pas a “ me. De la sorte vous le soutenez par le rayonnement de votre a aidez d’ heure en heure vos compagnons d’apprentissage, en e¤ clai-

118

¤ tat rant leur marche sur le chemin souvent rocailleux menant a' l‘e “ me vivante. d’a ¤ ne ¤ dictions d’une vie diurne ainsi Celui qui conna|“ t les be ¤ galement le comportement du rene ¤ selon conduite comprend e “ me : sans rien voir apparemment, sans re ¤ agir a ' rien, laissant l‘a ' s actif. Il conna|“ t les be ¤ ne ¤ dictout glisser sur lui, il est pourtant tre ¤ pe ' ter inte ¤tions d’une telle conduite et, sans nul doute il peut re ' s: rieurement, le soir venu, les paroles d’Herme “ me les bienfaits de Pymandre et, en e ¤ tant ßJ‘ inscris en moi-me ¤ “ comble, une joie supreme descend sur moi. “ me est conscient, a ' chaque moment du jour, L‘ homme quivit de l‘a ¤ et de l‘ ineffable amour de la Gnose. Si vous e “ tes de la grande bonte ¤ selon l‘a “ me et participez a ' la Gnose, rien ne peut vous arriver; ne personne ne peut rien contre vous ; aucun cheveu de votre te“ te ne ' un champ peut tomber au sens des paroles de la Bible. Participer a ' n‘existent pas les divisions de la nature dialectique, ou ' il de vie ou ¤ , ou ¤ le ' vent pas les flammes ardentes de la ' ne s’e n‘ ya nulle inimitie ¤ prouver une haine, de la critique, du conflit et de la calomnie, fait e “ me ont te ¤ moijoie sans limite, joie dont de nombreux hommes-a ¤ a ' travers l‘ histoire de l‘ humanite ¤. gne “ me est ne ¤ e ache ' vera sa journe ¤ e de cette Tout homme dont l‘a ' re. Quand, apre ' s avoir accompli votre ta “ che journalie ' re, manie ' vous allez gou “ ter le repos de la nuit, vous regagnez la chambre ou ¤ es et conside ¤ rations ne s’arre “ tent plus aux il est bon que vos pense nombreux aspects du monde dialectique, car ce monde est tou' la tristesse et assaille toujours une affliction, il dispose toujours a ¤ de la nature. Arrive ¤ a ' la fin de votre journe ¤ e, inscrijours le moi ne vez en vous les bienfaits de Pymandre ; laissezvous traverser par le ¤ ne ¤ diction gnostique, de sorte qu‘ une joie courant intense de la be “ me dans ces moments ou ' vous avez, en pure vous emplisse, me ¤ d’ hommes ne ¤ s de la nature, toutes sortes de raisons de qualite vous tourmenter ou de vous plaindre. Si l‘ homme se met ainsi en harmonie avec le salut vivant de la 119

voila ' ce qui arrive : apre ' s avoir fait rite “ te pendant des heures et ressasse ¤ ses griefs toute la journe ¤ e. il la te ¤ puise ¤ .Vous favoriserez ainsi la conscience “ me. ressurgit me ¤ prouve de nouveau la bru “ lure de ce mal. autrement dit. de son pre ¤ tendu ennemi. L‘expe ¤ veille toujours tel pend . ¤ . donc l‘e ¤ veil de l‘a “ me dans le champ qui lui est destine ¤ et de l‘a ¤ ¤ ' ¤ ¤ ¤ “ prepare. tel il se la personne contre laquelle il est irrite ¤ veille le lendemain ! Corporellement. sur le monde dialectique . me “ me de fac N‘entrez pas dans le sommeil avec le moi axe ° on ¤ solument innocente. Un homme tourmente ¤ veille avec eux ! Or c ’est lui-me “ me qui sur mes soucis et je me re ¤ e cette situation. plus ou moins rempli de vitalite ¤ moire l‘ image de l‘ennemi. c ’est sa fausse orientation qui le retient pricre sonnier de ses soucis ! Si vous vous endormez dans la vibration ¤ veillez dans cette me “ me vibration. Le sommeil du corps fant. C ’est la une verite evidente par elle-meme comme un ¤ sur l‘a “ me. Le sommeil lui et il e 120 . Mais au premier sursaut de sa bli. vous vous re ¤ termine ¤ e vous place. tournez-vous re “ me. e ¤ es de me ¤ contentement et de chagrin a ' propos de toutes ses pense ¤ . pendant le sommeil. c ’est l‘orientation.Gnose. Le profit e ¤ norme et la grande signification que ciente et l‘e ' s tout ce qui pre ¤ ce ' de. vers l‘a vous y parviendrez sans peine. non sans avoir une fois de plus passe ¤ en revue s’endort. il est plus ou moins re¤ tare ¤ . entie ¤ de l‘a “ me . il s’endormira alors comme un en' rement oriente ¤ sur la lumie ' re. la vibration du soi astral ¤ rience nocturne entie ' re en de ¤lorsque le corps s’endort. rend l‘a “ me consaxiome : celui qui s’endort oriente ¤ veille. vous le comprenez apre Ce qui importe. dans le champ astral gnostique. celui qui sait cela sait aussi que l‘on se re ¤ vous dira : ßJe m‘endors que l‘on s’endort. Or tel il s’endort. dans un orientation de milieu analogue et vous sortez de ce sommeil exactement dans la “ me vibration. et si sa respiration participe de ce rythme paisible de joie intime et de reconnaissance. l‘a “ me s’e ¤ veille devient alors la lucidite dans son monde propre. me ¤ et pense avoir des raisons d’e “ tre irSi quelqu‘ un est tourmente ¤ contre quelqu‘ un d’autre. Si vous vivez journellement de l‘a “ me et dans l‘a “ me. Une du soi astral. cela renferme.

de ' s que vous vous e “ me. le matin suivant. vous serez oriente rez d’une grande reconnaissance. j’adopterai telle ou telle attitude. celle-ci va d’elleme “ me vers la endormez en orientation sur l‘a “ mes. comme un tre¤ sor. ¤ tabli. Le semblable attire le semblable. l‘a ¤ sur l‘a “ me et vous vibreavant de vous endormir. l‘a“ me se ¤ diatement dans le champ astral de l‘ Ecole. il est certain que. sous le signe du service aux autres. le soir venu. de souhaiter. et que c ’est vous qui tenez dans ve ¤ veloppement gnostique. Quoi qu‘ il en soit. Il recevra des ¤ rieurs. vers le champ astral gnostique. mais d’accomplir l‘acte. d’autres a a ¤ veille ¤ es.¤ quelque vitalite ¤ . pre ¤ pare ¤ e pour lui. Alors. Toute votre journe “ me. le Corps celle-ci la voie de la demeure des a Vivant de l‘ Ecole Spirituelle. transfiguration s’acce Il nous semble que vous devez bien comprendre maintenant la ¤ rite ¤ incontestable de tout cela. Dans votre sommeil. De' s le re “ta ' la lutte. de vigilance correspondant a ' son niveau de un e croissance. Le combat recommence. il se dit : ßAujourd’ hui. Elle y est imdemeure des a ¤ diatement dans l‘e ¤ tat de conscience de veille qui correspond a ' me ¤ veloppement. s’est charge ¤ de vitalite ¤ . ne vous interrogez pas anxieusement : ßCe soir. et du fait me “ me le processus de la pouvoirs nouveaux. elle le rapson de porte avec elle dans le corps. le corps s’est re ¤ le ' ve est pre “t a ' faire progresser le nouveau comportement vers l‘e toujours plus de magnificence. je ferai ayant restitue ¤ veil il ceci. Il recevra la force non seulement de penser. suis-je suffisamment oriente tourmentez pas sur la question de savoir si vous appliquez la ¤ thode.Tout ce qu‘elle expe ¤ rimente ainsi. Le point crucial doit se situer dans votre vie juste me ¤ e devrait se passer sous le signe de diurne. et Entre-temps. supe ¤ le ¤ rera. “ me pour tous. d’autres le sont plus ou moins. Vous tenez dans vos vos mains votre de 121 . Celui qui s’endort oriente ¤ sur l‘a “ me ouvre a ' a “ mes. Or jamais on ne est donc pre ' re de l‘ hostilite ¤ de cette manie ' re-la ' ! La me “ me loi s’applique se libe ' l‘activite ¤ libe ¤ ratrice. je dirai cela. dans retrouvera imme ¤ tat de lucidite ¤ . Certaines Ce niveau de croissance n‘est pas le me “ mes sont mu ' peine “ res. en ¤ sur l‘a “ me ? Ne vous m‘endormant. Cependant.

ce n‘est pas un enthousiasme passager.mains votre propre destin. si vous vous e ' une vie ve ¤ ritablement oriente ¤ e sur l‘a “ me. mais dans la Gnose c ’est lui qui gouverne son destin. Dans la nature dialectique. La ' est la clef de votre salut. Il vous demande seulement de vivre de prie ¤ sur l‘a “ me. Le chemin de la Gnose ne comporte pas de me ' comprendre. Ce n‘est pas une joie ordinaire. oriente ¤ leSi vous voyez clairement devant vous tout cela. ni d’exercices respiratoires ou autres. Quand on a ve blie plus jamais. qui comble entie 122 . ¤ thodes pe ¤ nibles. on ne l‘oumable. l‘ homme est le jouet du destin souverain . si vous vivez vez jusqu‘a “ me est ne ¤ e. nue. une fe¤ licite ' rement l‘e ¤ le ' ve se ¤ rieux. ni difficiles a ' res sans nombre. C ’est une joie permanente. vous inscrirez vous aussi comme un homme dont l‘a dans votre coeur les bienfaits de Pymandre et accueillerez ¤ veil de l‘a “ me avec une joie inexpril‘ heure quotidienne de l‘e ¤ cu une fois pareille expe ¤ rience. comme un timide rayon de soleil sortant ¤ contid’un ciel nuageux.

de la personnalite¤ subtre ' re astrale sans correspondre tile de l‘ homme et entre dans la sphe 123 .Tout ce qui vient. la nuit. une gestasion des yeux. les pense ¤ es. sentiments et volonte ¤ ne ¤ rale de l‘ humanite ¤ actuelle. ou pluto ¤ journe pendant la nuit dans la sphe ' re astrale de la nal‘ homme se ¤ ¤ ' re spe ¤ cifique. concerne des aspects du de ¤ le ' ve si nouveaux qu‘ il est bon de revenir tout d’abord un insd’e ¤ ja ' e ¤ te ¤ dit. pendant le sommeil du ' se Nous posions la question : ou ¤ pare de la personnalite ¤ . ture dialectique et nous en avons etudie le caracte ' re astrale a un grand pouvoir plastique . que fait-elle au corps. l‘oeuvre fructueuse du salut. Nous parlions de la signification du tant sur ce qui a de ' me verset du livre de Pymandre d’Herme ' s. Etant donne ¤ la sirs. ou ' il est dit : 72e ¤ tait devenu la lucidite ¤ de l‘a “ me .XVII ¤ veil de l‘a “ me (II) L‘e ' fait en rapport avec ce qui Le sujet que nous allons traiter. tion du bien . il est clair que la sphe “ mement souille ¤ e et complexe. l‘occlußLe sommeil du corps e ¤ ritable . qu‘elle est totalement devenue extre ' re astrale est illusoire et funeste pour la vie gnostique. La matie ' s magne ¤ tique. le silence. tout a “ ¤ veloppement de l‘e ¤ tat vient d’etre dit. de ¤La sphe ¤ s s’y inscrivent. l‘e ¤ journe. et le pouvoir de la conduite ge ' re re ¤ flectrice d’imprimer forme et vie a ' tout ce qui s’y prosphe ' re astrale de la nature dialectique est jette. la contemplation ve ¤ nonce ¤ de la Parole. la partie qui se se “ t que lui arrive-t-il ? Nous avons vu que cours de la nuit.

Et a ' la place on avec la nature de celle-ci est simplement ane ' la nature de la sphe ' re rec ° oit la substance astrale correspondant a ¤ vangile de la Pistis Sophia. ¤ coulent des conse ¤ quences importantes et l‘e ¤ le ' ve De ce fait de ¤ rieux ressentira l‘exigence de se soustraire a ' la sphe ' re astrale de se la nature de la mort. la sculptent. Ce sont les projections des courants constamment sphe ¤ es et de ¤ sirs humains. Si nous constatons que.. Les e ¤ ons sont des forces astrales. Cette de ¤ possession a donc lieu normalement sphe ¤ le ' ves de ' s qu‘ ils confient leur corps au chaque nuit pour tous les e sommeil. que celle-ci est continuellement de ' re astrale de la vie ordinaire est pleine de forces impies La sphe ¤ es par ce qu‘on appelle les e ¤ ons. la peignent. lorsque nous y entrons durant la nuit. C ’est pourquoi. Cette notion va nous permettre de comprendre la relation ¤ ons avec la sphe ' re astrale. sphe Supposez que nous nous formions mentalement une certaine image et que nous convenions de la conserver pendant des an¤ es. vivifie ¤ ons. nous subissons chaque fois l‘ influence fu- 124 . des e ¤ ¤ es au cours de tre ' s longues des activites astrales. autrement dit les forces navivifie turelles. par exemple. qui se sont forme ¤ riodes et sont devenues puissantes. Ce sont. projections a ' tel point entretenus des pense ¤ es qu‘elles finissent par dominer et gouverner l‘ humanite¤ . que nos poe ' re dont se forme un e ¤ on dans la tent.Vous voyez alors la manie ' re astrale. les pe ¤ es et des de ¤ sirs humains qui ont e ¤ te ¤ si longprojections des pense temps nourries qu‘elles ont fini par devenir vivantes dans la ' re astrale.. dans l‘e ¤ pouille ¤ e de sa force-lumie ' re. dont la force cro|“ t sans cesse parce qu‘ ils sont continuelCes e ¤ pouillent de leur force-lumie ' re lement nourris par les hommes. que nous l‘ inculquions a ' nos enfants et que nous la pre ¤ senne ' tous ceux qui l‘admettent. Supposez encore que nos artistions a ' tes la chantes la dessinent. de ¤ s gnostiquement qui entrent dans la tous les hommes oriente ' re astrale. ¤ on signifie litte ¤ ralement : dure ¤ e non mesurable du Le mot e temps. on dit astrale.¤ anti.

Comment ? “ r pour Eh bien. est le type de l‘e ' la matie ' re dont il atcomme pierre. a coeur. une fois libe ¤La seconde consiste en ce que les e ¤ s de la sphe ' re astrale de la nature de la mort. Mais. C ’est pourquoi nous pre¤ ciune de sions plus haut que la clef du chemin gnostique se trouve dans la ¤ de donner une autre direction a ' la conscience astrale. la question se pose : comment arriver a' s’en ¤ rer ? Comment se prote ¤ ger contre ces influences ? libe ' la premie ' re conse ¤ quence. lorsque nous de ¤ livrance. dur le plexus solaire. nous le re “ tre-moi. apre ' s une succession d’expe ¤ riences dans le microlong. qui s’agrippe et s’accroche a ' s un temps plus ou moins tend monts et merveilles. ¤ ve ¤ rer. du syste ' me foierate monter le principe central de notre e jusque dans le coeur. jusque dans le ' il sie du moi. dirigent de ' s lors. dans la cela . possibilite mais ceci au moyen du soi astral conscient. on n‘ y parvient que si l‘on est suffisamment mu ' re. Voila ¤ le ' ves se ¤ rieux. quand la vie nous bloque finalement dans la matie ¤ couvrons que celui qui vit sur la nature de la mort. Nous voici donc. la partie subtile de leur personnalite¤ vers ' n‘existent pas les souillures et les danun autre champ astral ou ¤ cite ¤ s. avec nous serions incapables de perse ¤ faite certaine en perspective.Vous serez d’accord avec nous que ce sont des exigengers pre ¤ le ¤ mentaires auxquelles aucun e ¤ le ' ve ne peut e ¤ chapper. il faut tout d’abord. ¤ dans le syste ' me foie-rate. Ce serait un combat. faire Pour y parvenir. si nous le faisions pendant quelques jours. un leurre. ¤ pe ¤ tons. tout apprentissage gnostique est. tout d’abord. tout simplement.neste de ce champ. devant l‘exigence de donner une ' notre conscience astrale. C ’est en arligne horizontale n‘a aucune issue vers la de ' comprendre cela que l‘on fait monter le principe central rivant a ' partir du syste ' me foie-rate ou ' ge. On ne peut en cela se autre direction a forcer. dans L‘ homme dont le moi est centre “ tre naturel e ¤ gocentrique. souvent apre 125 . se contraindre . Si l‘on ces e n‘ y satisfait pas. re pendant leur sommeil.

ment il commence a ¤ sir. Des millions d’ hommes se tiennent devant cette porte. l‘apprentissage dans une Ecole Spirivatisme et d’e ' me “ me d’e ¤ lever sa conscience tuelle est inutile. depuis des sie ' cles. De la Sophia. ne suffit pas ! “ me alors le soi astral se ¤ journe la nuit dans la sphe ' re astrale Me de la nature de la mort . une aspiration vers la ve ¤Un nouveau de ¤ ritable liberation jaillit ensuite du soi astral. millions de ¤ sir commun. Car le de ¤ sir du salut.Tant qu‘ il vit par ' me foie-rate et prouve que sa vie n‘est qu‘ un bloc de conserle syste ¤ gocentrisme. dans un circuit sans fin. Seul celui qui est a ¤ passe son instinct naturel primaire. il doit y Nous comprenons donc que. dans l‘e ¤ vangile gnostique de la Pistis mais. C ’est ce que les textes ¤ s nomment le de ¤ sir du salut. unis par un de ¤ on. que les e ¤ crits gnostiques nomment le treizie ' me semble un e ¤ on. c ’est gra coeur du soi astral conscient. et le lendemain. Seul ce de ¤ sir ouvre le coeur de sacre ' la Gnose. Aussi une activite ¤ sir du salut est en dynamique doit-elle prouver que le feu du de 126 . il en surgit tellement de¤ ¤ de sa force-lumie ' re que le de ¤ sarroi sera plus grand que japouille ' vient que. jusqu‘ ici inconnu.¤ dans la nature de la ' il se sent bloque cosme. des ¤ sirent. une vie vraiment libe ¤ ratrice. elle chante sans cesse des chants de repentance. a ¤ sire vraiment cette avoir aussi sanctification du soi. si l‘e ¤ le ' ve arrive a ' la porte d’un tout nouvel e ¤ tat coeur est touche “ ce au de ¤ sir du salut qui re ¤ sulte de la monte ¤ e dans le de vie. Celui qui de “ me l‘ impossanctification ne fera-t-il pas tout son possible et me ¤ autonome sible pour y parvenir ? C ’est logique. Entre ce treizie ' me e ¤ on et l‘ homme qui aspire et soupire. le moment arrive ou ' il acquiert la conscience que son existence tourne en mort. que son de sans plus. tandis homme flambe de plus en plus. ' co “ te ¤ du de ¤ sir du salut. ou rond. Son soi astral dans le coeur de cherche une demeure dans le sanctuaire du coeur et alors seule' voir le monde tel qu‘ il est en re ¤ alite ¤. a ' la lumie ' re du Saint Graal : si la rose du l‘ homme a ¤ e. e ¤ tablit une interaction gra “ ce a ' laquelle le feu du de ¤ sir de cet s’e ¤ . ont eux aussi cre ¤e ¤ enCes millions. est toujours plus attise ¤ sarroi grandit continuellement. sans perspective.

¤ gatif. s’e ¤ le ' ve. l‘e ¤ tat jours cette activite ° ant.train de nous purifier. C ’est l‘abandon dont la progression a lieu entie 127 . A co “ te ¤ du de ¤ sir du salut. De' s que ce nouvel e “ me pe ¤ ne ' tre en nous. au fluide nerveux. ' ce que doit e “ tre la quatrie ' me e ¤ tape. un nouveau pouvoir appara|“ t. se purifie effectivement. en reddition de soi. avec tout son e “ tre. d’agir sur soi. C ’est du coeur de l‘ homme que part tou¤ autonome. avec tout ce que cela implique. il faut s’engager me “ me et c ’est gra “ ce a ' la naissance de dans la sanctification de soi-me “ me. jusqu‘a ' cette du de “ me avec toutes ses conse ¤sanctification par la naissance de l‘a quences. ¤ veloppement indique ¤. ¤ ritable il faut d’abord s’engager soique pour atteindre le salut ve “ me. Un etre-a ¤ tat qui. de ' s que ces nouvelles influences astrales a font irruption en nous. a' co ¤ sir du salut. de ' s son apparition. certes. de sanctifier et de puride la mort . a “ trelement dans les organes de l‘ intelligence. cependant. il ressort qu‘ il met le candidat devant la ne ' me foie-rate jusque dans le de faire monter le soi astral du syste ¤ tat naturel . et se manifeste e ¤ gasang. que cette sanctification s’acl‘a complira. ce qui me ' ne a ' la fier son coeur et sa vie entie “ me. une force “ tre entier et influence tous nos pounouvelle circule dans notre e voirs humains ordinaires. troisie ' re. deuxie ' mement. par conse de vie entier. Or si nous examinons encore une fois le de ¤ cessite ¤ : premie ' rement. le vacarme ne groupes qui crient au secours et ne font que prier pour soutenir n‘ importe quelle cause dialectique. Celui qui. naissance de l‘a “ me est tout d’abord la naissance d’un Cette naissance de l‘a “ “ “ me est en premier lieu un e “ tre astral. coeur. influenc ¤ quent. se communique imme ¤ diatement au e ' la se ¤ cre ¤ tion interne. nouvel etre astral. pe ¤ nible. Nous comprenons par la ' rememt en nous. C ’est pourquoi l‘ Ecole de la Rose-Croix ne cesse de “ te ¤ parler de l‘ indispensable purification du coeur. Comprenez bien. ce qui permet de surmonter l‘e ¤ velopper le de ¤ sir du salut et de de ¤ couvrir le ne ¤ ant de la nature de de ' mement. de ces Vous connaissez.

Non. A un moment donne meme. nous mourons a ' la sphe ' re astrale suit le nouveau de ¤ “ de la nature de la mort. les conse ¤ der une a “ me et de le de ¤ montrer au La condition est de posse ¤ea ' un apprentiscours de la vie diurne .¤ quent. Un corps side ¤ ral nouvellement e ¤ quipe ¤ se macommence a ¤ sirs disparaissent totalement. me “ me apre ' s sa ta “ che entie ' re. plac ° ant re ' la nature ordinaire. Tout homme dont l‘a “ me est ne ¤ e doit placer feste l‘a ' rement sa vie dans la sphe ' re de l‘a “ me. nous n‘ y ' s. une vie ¤ e par l‘ inde ¤ niable amour de l‘ humanite ¤ que manidiurne porte “ me ve ¤ ritable. c ’est pour chacun ¤ sent. a ' ces nouvelles possibilite ¤ s en nous. si toutefois nous voulons utiliser les bonnes clefs et en tirer ¤ quences. nous n‘ y trouvons pas de place pour notre nouavons plus acce veau soi astral. donc sans se complaire. le nouvel e ' cro|“ tre. ainsi pre 128 . dans le pre entrer. Cela signifie vellement ne ¤ solument le soi naturel a ' l‘arrie ' replan. en s’endormant. la nouvelle a “ me. Dans ce cas. l‘a “ tre astral. syste ¤ matique. ¤ pare ¤ s. de la conduite de notre vie a ' l‘a “ me nouconse ¤ e. La vibration. une demeure de liberte ¤ ou ' nous pouvons de nous. aux aspects journalie de la nature dialectique. ¤ ce ¤ dentes avaient surtout pour but de vous Nos explications pre ¤ clairer sur l‘existence d’une demeure de ce genre pre ¤ pare ¤ e pour e la Jeune Gnose par l‘effort de beaucoup. C ’est ainsi que ßle sommeil du corps ¤ de l‘a “ me. Ceux qui. nifeste et les anciens de ¤ ja ' tre ' s engage ¤ e car. de l‘attente d’une de¤ lid’une spe vrance tardive ou proche dans l‘avenir. Il ne s’agit donc pas ¤ culation sur un salut futur. Alors le nouveau champ astral du Corps Vivant ' nous : l‘e ¤ tranger des chemins terrestres est accueilli s’ouvre a dans sa nouvelle demeure. nous ne que. a ' mesure que se pourla transfiguration est de ¤ veloppement. l‘orientation du soi devient la lucidite ¤ termine toute la vie nocturne et celle astral lorsqu‘on s’endort de du jour suivant. mais laissions nous laissions plus aller a “ me re ¤ gner sur toute notre vie. au service du prochain dans l‘oubli de soi. une vie diurne consacre sage pratique. Dans ces conditions. entrent dans le nouveau champ astral.

lequel accrues. 129 . avec une force et une e ¤ vidence toujours e ¤ veil de l‘a “ me. que le sommeil du corps signifie l‘e ¤ ritable et un nouveau de ¤ veloppement. suscite la contemplation ve ¤ par l‘apparition de la nouvelle conscience que la Bible couronne nomme ßla couronne incorruptible de la gloire.¤ prouveront chaque jour.

l‘e savez sans doute que nous parlons de la Rose-Croix d’Or et que nous chantons la fleur d’or merveilleuse. pre ¤ sente une e ¤ chelle vibratoire La substance side 130 . dans les chapitres pre ¤ ce ¤Vous avez e ¤ d’un champ astral de la nature de la dents. ¤ clat de l‘a “ me rene ¤ e. se prote ¤ geant mutuellement de diffe ¤ rentes fapourtant se c ° ons. Que l‘or. le ¤ -a “ me. celui du “ tre Corps Vivant de l‘ Ecole Spirituelle actuelle. Pensez ¤ que aux peintures des primitifs. C ’est pour rappeler cette ve¤ rite ¤ a ' ces deux couleurs : le violet notreTemple de Renova est consacre et l‘or. nous ayons parle mort et d’un champ astral nouvellement constitue¤ . de ce domaine ou “ me rene ¤ e. a ¤ lange ¤ de violet. sa nature et sa vibration.XVIII ¤ alite ¤ de la libe ¤ ration La re Le champ astral du CorpsVivant de la Jeune Gnose se reconna|“ t ' sa couleur et a ' sa vibration. en ce qui ¤ clat. Pour traduire au mieux sa couleur. un violet gea aux reflets d’or. Non d’un violet roudisons qu‘ il est jaune d’or me “ tre ou bleua “ tre mais d’un violet soutenu. est admise pour un cours de vie nouveau. ou astrale.Vous penserez autrement quand vous saurez qu‘ il s’agit ici d’une question de vibration. ¤ te ¤ e ¤ tonne ¤ peut-e “ tre que. spe ¤ cifique.Vous jugiez peute par trop terrestre de voir ces champs proches l‘ un de l‘autre et ¤ pare ¤ s. soit associe ¤ a ' la reconcerne son e naissance fait partie d’une connaissance tre' s ancienne. Le violet pur est la couleur de fond du nouveau spectre. C ’est pourquoi vous L‘or est la couleur. la fleur ' l‘a spectre de l‘ humanite d’or merveilleuse. ¤ rale.

la vibration est si affaiblie. entra|“ ne l‘autre. ont des longueurs dants. elle est touche ¤ quence plus e ¤ leve ¤ e que la vibration ordinaire. Le passage du premier champ dans nous appelons l‘ homme-a ' me domaine cosmique dans le sixie ' me. un ralentissement de la vibration vitale.5 cm a ayant les plus courtes longueurs d’onde. La fre ¤ quence la plus haute possible dans le champ de vie diatant . C ’est logique. dans le septie ' 700. les possibilite ' rent une certaine vitalite ¤ qui concorde avec cette vibration confe ¤ tat. Ce sont de vibrations environ par seconde a ¤ s par l‘ Enseignement universel. alors le re ¤ sultat est les limites du septie toujours la dissolution. la ¤ limination.5 cm environ. ' s que ces limites de vibration et de longueur d’onde sont de ¤De ¤ es dans le sens ne ¤ gatif. du septie infailliblement la transfiguration. il entre dans ce domaine supe¤ rieur et sixie acquiert immanquablement une nouvelle forme. L‘e ¤ quence la plus basse correspond au rouge e ¤ clades couleurs. le broiement. la fre ' l‘ indigo. celle de ce que “ me. les vibrations les plus rapides d’onde de 6. les formes et activite ¤ s astrales du septie 'nome ¤ chelle vibratoire se manifeste aussi par me domaine cosmique. va de 450. Une personnalite ¤ s’affaiblit-elle. est entretenu par Quand une personnalite “ ' laquelle ses ve ¤ hicules demeurent une vibration constante grace a ¤ s dont dispose la personnalite ¤ lui concentriques. en bref. alors et maintient la vie en e a lieu. d’apre ' 4. personnalite ' . l‘expulsion. le brisement. Voila ¤ e par un champ de vibration Dans l‘autre cas. ¤ . en direction du ' me domaine cosmique. C ’est la mort par e ces limites dans le sens positif.000 milliards.000 milliards qui. un microcosme. avons-nous dit. De ' s qu‘ un homme de ¤ passe mort.' me domaine cosmique. A ¤ . Les rayonnements corresponlectique correspond a ' s l‘ Enseignement universel. si ralentie que la un moment donne ¤ ne peut plus se maintenir dans le corps et meurt. donc quand survient un phe ¤ nome ' ne passe de ralentissement ou d’affaiblissement qui fait franchir vers le bas ' me domaine cosmique. la cause de la mort du corps. Il s’agit d’une fre 131 . quelques-uns des chiffres donne ¤ chelle vibratoire se manifestent les phe ¤Entre les limites de cette e ' nes du plan astral. donc vers le haut.

A un moment donne ¤ . la mort par renaissance . sa fre ' autre. Cette augmentation de la fre ¤ quence vibratoire autemps a dessus de la norme dialectique entra|“ ne un changement de nature “ tre aural. bru 132 . est donc une ne ¤ sultat est la mort par e ¤ limination . et il faut vous en re Vivant agit en sorte qu‘ il semble parfois s’offrir lui-me“ me au danger. deux sortes de mort. dans ces domaines. Si elle s’inte ' gre a ' ce champ. donc e ¤ galement de la personnalite ¤. le champ astral du Corps Pourtant. en pense ¤ e. vous pouvez vous relongueur d’onde et augmentez la fre ¤ senter les domaines cosmiques qui s’e ¤ le ' vent au-dessus du pre ' me. Imaginez ce que nous voulons dire en pensant a' une flamme “ lerait plus faiblement par moqui. pour l‘ homme. le re dans l‘autre cas.¤ pondre. Dans le premier cas. de l‘e ¤ .000 milliards de vibrations dont la limite infe par seconde. si elle y re ¤ agit positived’y re ¤ quence vibratoire augmente progressivement de ment. vous diminuez plus encore la quatre centime ¤ quence. il est. la seconde n‘a lieu qu‘ une seule fois et quand vous ' . Mais quelle difference ! La premiere se re ¤ naires et re ¤ sulte de l‘encha|“ nement a ' la roue de la naissence mille et de la mort . ¤ jouir. le facteur sixie ¤ tat se de ¤ veloppe dont la notion temps dispara|“ t et un nouvel e ¤ ternite ¤ donne un aperc d’e ° u. mourez de cette mort-la ¤ sente le nouveau champ astral Vous comprenez donc ce que repre de l‘ Ecole Spirituelle. ' s ce qui pre ¤ ce ' de. la transfiguration. pour une cause quelconque. du microcosme. dans son esl‘ Ecole Spirituelle se prote sence la plus profonde. et dont la longueur d’onde la plus courte confine a' ' tres. A un moment donne ¤ cessite ¤. C ’est un champ de concentration de sub¤ quences vibratoires ' sont maintenues des fre stance astrale ou ¤ rieure de ¤ passe 800. transfiguration. vous comprenez e ¤ galement qu‘ un D‘apre ¤ ral dont la fre ¤ quence vibratoire et les longueurs d’onchamp side ¤ passent ceux du septie ' me domaine cosmique est inaccesdes de ' un e “ tre de ce domaine-la ' . Si. inattaquable. ¤ antissement hors des sphe ' res de la vie dialecdeux sortes d’ane ¤ ' ¤ pe ' te depuis des tique. vous vous e ¤ levez dans la vie e ¤ ternelle. la En d’autres termes. Le nouveau champ astral de sible a ' ge donc lui-me “ me .

quelques l‘affaiblissement de la fre ¤ tents. que ' la rencontre du pe ' lerin. candidats inaptes. et par suite de tiatique ^ ce qu‘ il est en effet ^ a ¤ quence vibratoire envisage ¤ e. Un champ astral gnostique. les vila pese ¤ es a ' leur ancienne intensite ¤ . les rayonnements de la Gnose. la mise a ' l‘e ¤ preuve . Cela explique pourquoi la Bible dit. Mais vient alors sionne ¤ e des candidats. mais un ralentissement de la fre¤ quence des d’un pauvre pe 133 . en de nombreux passages. ils sont trouve ¤ s trop force-lumie ¤ gers et doivent quitter le sanctuaire. le Toutes ces fluctuations des vibrations du nouveau champ astral ' donner a ' ceux qui en sont dignes. les limites du septie ' me domaine cosmique sont franconse chies. et Christian Rose-Croix est de ¤ sillupousser aux premie ¤ au plus haut point quand il s’en aperc° oit. intentionnellement. champ de l‘espace-temps. incompe ¤ sente ¤ dans Les Noces Alchimiques de ChrisCeci nous est repre ¤ tents n‘ont que trop tendance a ' se tian Rose-Croix.¤ quence lumineuse diminuerait pe ¤ riodiquements et dont la fre ' ment. descendent dans le champ de vie dialectique. tent pour entrer dans le sixie ¤ crivent. suivant des lois pe ¤ quence vibratoire et des modifications corresponnution de sa fre dantes dans les longueurs d’onde de ses rayonnements. en effet. en profimaine cosmique et avides de s’e ' me domaine cosmique. dans le ¤ sulte que beaucoup d’ hommes. Si ' un temple ininous comparons le nouveau champ de vibrations a ' un moment donne ¤ . une dimiautre. Par ¤ quent. Les Noces Alchimiques de Christian Rose-Croix . autrement dit. l‘occasion d’entrer dans les saints lieux du renouvellement. par Ainsi appara|“ t une situation telle que nous la de exemple. La brations du temple sont ramene ¤ quence vibratoire s’e ¤ le ' ve de nouveau et l‘on reconna|“ t alors fre ceux qui ne sont pas de la maison. N‘ imaginez pas le Seigneur de laVie va a ¤ ne ¤ rable marchant a ' la rencontre en l‘occurrence un personnage ve ' lerin. entrent dans le sanctuaire. Ces incompe ' res places. du nouveau champ astral donc. qui en ont bedoivent servir a soin. Incapables de supporter cette ' re en raison de leur e ¤ tat d’e “ tre. provoque de temps a ¤ riodiques. Il en re vivant aux limites vibratoires les plus hautes du septie' me do¤ loigner de ces barrie ' res.

une place pour tous ceux qui peuvent venir. dans une certaine mesure. tie ¤ pre ¤ ce ¤ dente. Il est utile pour vous que ßJe m‘en vais vous pre 134 . Ses membres assument la fonction de ßgardiens de la fron' re. tire ¤ parer une place. ¤ gnostique de l‘espace-temps pre ¤ pare. ' -dessus parce que. dans les domaines subtils de la sphere reflectrice. que mathe¤ matipouvons repre ¤ coulera que tous ceux qui suivent. avec des re ¤ senter.vibrations lumineuses qui enveloppent le candidat et le haussent dans le nouveau champ de vie. Sans doute comprenez-vous maintenant la grande offrande faite au monde par la Gnose et ses serviteurs. Sans cesse une Fraternite en offrande d’amour avons-nous dit. il avait accepte ¤ la ta “ che de Patriarche de la Fraternite nous attendre. Notre fre ' re et ami Antonin Gadal. a ' re la magie dialectique. la magie Nous insistons la ' imiter l‘oeuvre de salut de la dialectique cherche beaucoup a ' l‘aide de la musique par exemple. dans l‘ intention d’emprisonner pour ainsi ¤ s. toujours plus haut dans le champ des ' re universelle. dans le monde. avec des intentions de ¤ ' ¤ nees. de les accueillir dans un dire les groupes qui y sont rassemble ¤ termichamp de vibration et de les hausser. Mais il en de ' cause de nent ensuite. e ¤ tait l‘ un de ces gardiens. Quand un homme ¤ passe vers le haut la limite du septie ' me champ de vibration. Ces gardiens n‘avancent pas avec le groupe auquel ' re pour l‘amour de ceux qui ils appartiennent. le de ' me domaine cosmique. on fait entendre ' ope En divers temples ou ¤ quence s’e ¤ le ' ve graduellement pour certains sons dont la fre s’abaisser ensuite. qui vienquement. seront incapables d’effectuer la liaison a ¤ parera leurs vibrations et lonl‘ab|“ me incommensurable qui se ¤ de ¤ cesseurs. Aussi une Fratergeurs d’onde de celles de leurs pre ¤ gnostique s’emploie-t-elle constamment a ' maintenir la liainite son. Cha|“ ne gnostique universelle. ils restent en arrie viennent ensuite. ce n‘est pas pour une stagnation : il septie avance toujours plus loin. Ainsi nous comprenons ces paroles du Sei¤ es de l‘ Evangile de Jean : gneur. Il vibre toujours plus lumivibrations de la lumie ¤ sultats que nous ne neusement et plus puissamment.

a ' savoir dans le septie ' me domaine cosmique. permet d’exister dans deux monsi vous posse ' sa ' pre ¤ sent. en des de vertu de votre naissance dans la nature et.je m‘en aille. e ¤ mane de noumate veau un rayonnement consolateur. est envoye ¤ agit positiveveau temple de l‘ initiation gnostique. En outre. Celui qui re ' cette impulsion. en vertu de votre renaissance. pour tous ceux qui cherchent since' ¤ ration. mais si je m‘en vais. cela signifie donc que. afin que. pendant la nuit. de ce temple imment adapte ¤ riel initiatique de Fre ' re Christian Rose-Croix. secourable. emmene ¤ par le courant frande journalie ' l‘ inte ¤ rieur du temple gnostique et rec d’inhalation a ° oit ainsi la 1 35 . chaque e Quand on parle du champ astral du Corps Vivant de la Jeune Gnose. L‘ Evangile de Jean confirme ceci par ces paroles : ¤ et que je vous aurai pre ¤ pare ¤ une ßLorsque je m‘en serai alle ' je place. et l‘est toujours. le champ astral du Corps Vivant de la Jeune Gnose. Quand sera ' re. je reviendrai et vous prendrai avec moi afin que la' ou suis. de ve ¤ ral entretenu par les gardiens de la frontie ' re e ¤ met un Le champ side ¤ a ' tous les candidats. je vous l‘enverrai. tout puissant. Car si je ne m‘en vais pas. il rendra te ¤ moignage de moi. une impulsion sanctifiante. a ' tous ceux qui aspirayonnement accorde ' s’e ¤ lever et s’y efforcent re ¤ ellement. sortir du de ¤rayonnement. de ' s qu‘ il s’endort. le consolateur ne viendra pas vers vous. une radiation as¤ e du noutrale. une place est de nouveau pre ¤ pare ¤ e. ¤ es par la science gnostique Comprenez ces indications donne ' du salut ! Comprenez que cette sainte science fut applique¤ e a ¤ poque. fortifiante. “ tre compare ¤ a ' un double mouveCe double processus peut e ment d’expiration et d’inspiration. Chaque jour. dans le temple de l‘ initiation de Christian Rose-Croix. qui collabore avec elle dans une fide ' le ofment a ' re est. ils puissent. vous soyez aussi. ¤ dez l‘a “ me nouvelle. saisis par ce rent a “ ce a ' la liaison obtenue. entie ' rerement la libe ¤ea ' nous et a ' notre e ¤ poque. qui. gra dale de la nature dialectique. l‘esprit venu le consolateur que je vous enverrai de la part du Pe ¤ rite ¤ qui vient du Pe ' re.

Mais pour pre ¤ venir et empe “ cher commerce vivant e ' re re ¤ flectrice. departenait a meure. un qui ont les ve ¤ tait possible. A plus forte raison. charge ¤ de force pure gra pour continuer sa progression sur le chemin. Il a franchi les frontie ' res interne du sixie de la mort. obtient une a “ me Donc celui qui. Nous vous disons cela pour vous ¤ ne ¤ trer du fait qu‘ une tristesse quelconque au moment de la pe ¤ place ¤ e si vous vivez votre apprentissage de fac° on se ¤mort est de rieuse et si les parents ou amis qui s’en vont en ont fait autant. ¤ rieux. l‘ impe ¤ rissable. La tristesse qui l‘accompagne. ni encore atteint compris cette magnifique possibilite “ mes cette rayonnante re ¤ alite ¤ . Entre ces deux types d’ hommes un les posse commerce vivant est possible. alors que l‘essentiel. Habitant externe du persiste e ' me domaine cosmique. “ me avec le champ astral gnostique est de plus en la liaison de l‘a ' e “ tre indissoluble.“ ce de se re ¤ veiller. “ mes. n‘existent plus. l‘ homme-a “ me encore sur toute atteinte de la sphe 136 . dans le champ astral de la Jeune Gnose. il est en me “ me temps habitant septie ' me domaine cosmique. par un apprentissage se ' res de la mort ! Que peut-il bien ennouvelle. de plus en plus forte jusqu‘a ¤ galement pendant la vie diurne. franchit les frontie ' la core lui arriver ? Dans ce cas. La mort dans la nature n‘est donc plus. envahissant qu‘elle laisse derrie Ainsi le Corps Vivant de la Jeune Gnose comprend des hom“ mes sans ve ¤ hicules dialectiques et des hommes-a “ mes qui mes-a ' dent encore. une telle eux-me ¤ le ' ves de l‘ Ecole Spiritristesse est absolument superflue entre e tuelle. une se ' re elle. mais simplement de ¤ livre ¤ de ce qui apmort du ve ' la nature. et elle plus intime. alors que leurs parents survivants ¤ s sous un grand chagrin parce qu‘ ils n‘ont pas encore sont courbe ¤ libe ¤ ratrice. et le vide tances. dans ces circons¤ paration. ceux Nous disions qu‘entre les deux types d’ hommes-a ¤ hicules dialectiques et ceux qui ne les ont plus. le lendemain matin. vivent d’une belle jeunesse. le microcosme n‘est pas vide¤ a ¤ hicule mate ¤ riel. Nous connaissons des exemples frappants de fre' res et de soeurs de l‘ Ecole Spirituelle qui. De cette manie' re.

Ils ne se font conna|“ tre que comme rayonnement. jusqu‘a ' l‘e ¤ tat d’a “ me terre doit parvenir jusqu‘a ¤ veille ¤ e. nous accompagnent et nous envoient ' re. leur lumie 137 . tous ' nous travaillons ensemble au service de l‘ humanite La ' res et soeurs de la Cha|“ ne Universelle qui nous ont pre ¤ ce ¤ de ¤s les fre nous entourent sans cesse.' la lucidite ¤ de l‘a “ me. de ' ou ¤ . Car les hommes-a “ mes qui ont de ¤ ja ' abandonne ¤ leur corps e ¤physique ne peuvent plus se rendre visibles dans la sphe' re mate ' cause des diffe ¤ rences de vibration et de longueur d’onde rielle a ¤ ja ' indique ¤ es.

cet ensemble de cellules ce nombreux et merveilleux pouvoirs. a de Le cerveau humain. la lipika. se projette dans le cerveau et tient les cellules ce ¤ tat de ¤ termine ¤ . Ce serait souhaitable pourtant. si bien qu‘a ' la sortie. de la naLa re ¤ pendent a ' leur ture et de l‘orientation personnelles. de nature me “ me tre ' s divergente. non plus entie ¤ tat d’e “ tre actuel. mais impossible dans notre e ¤ ceptivite ¤ aux impressions de ¤ pend. ques du septie ¤ seau magne ¤ tique. Quand vous e dans un service deTemple. lesquelles de ¤ tat du syste ' me magne ¤ tique. C ’est particulie ' resions a ¤ moire.XIX ¤ ducation pratique du penser L‘e ¤ re ¤ brales. disions-nous. vivifie ¤ lors de la naisseau de points magne ¤ seau de points magne ¤ tisance naturelle. ment a ¤ intime. en particulier celui que nous ¤ moire. Or la mesure et le caracment le cas pour le centre de la me ' re de la re ¤ ceptivite ¤ aux impressions de ¤ pendent entie ' rement de la te “ tes re ¤ unis nature et de l‘orientation personnelles. il est certain que vous n‘e¤ coutez pas “ me manie ' re et que les impressions rec tous de la me ° ues ne sont “ mes pour tous. une forte liaison entre les divers Il existe donc une affinite 138 . parfois de nombreuses impres' la fois. La lipika est le re ¤tour de l‘e ¤ tiques de l‘e “ tre aural. ou ¤ sentes toutes les influences ' sont pre Ce re ¤ re ¤ brakarmiques. appelons la me ¤ re ¤ brales ont le pouvoir de recevoir et de Toutes les cellules ce conserver certaines impressions. Toutefois il ne se projette pas seuleles dans un e ' l‘ inte ¤ rieur mais aussi a ' l‘exte ¤ rieur. La lipika est donc le re ' me cercle de l‘e “ tre aural. dans la sphe ' re astrale. vous ne serez pas pas les me ' rement accorde ¤ s.

' re astrale de la nature de la mort. La personnalite ¤ humaine qu‘abritent les sept cavite ¤e a ' la maturite ¤ posse ' de donc un mental en accord avec la arrive ¤ re ¤ brales. La mentalite ¤ est donc en parsphe ¤ ' ' fait equilibre avec le caractere de la sphere astrale de la nature de la mort. d’autre part. et l‘activite ¤ et la volonte ¤ veille ¤ e dans ces cellules ope ' re a ' son tour sur l‘organe ou ' ainsi e ' ge la volonte ¤ . la flamme du mental. orientation fortement concentre¤ e dans la me Or. Elle ope ' re alors sur les cellules ce ¤ re ¤ brales. la pense ¤ . Cette flamme est alimente ¤ e par les sept foyers ce ¤ s ce ¤ re ¤ brales. Lorsque. dans le sanctuaire de la te ¤ rieur. se trouve aussi dans le sanctuaire “ te le pouvoir de la volonte ¤ . de la pense ¤e flamme. personnelle. durant la vie diurne. C ’est donc toujours la pense ¤ e qui de ¤ tera ¤ sir ou la volonte ¤ . une En outre. L‘ Enseignement Univermine ou actionne le de ' tous les candidats sur le chemin ce se ¤ rieux aversel donne donc a 1 39 . bru “ le un feu. pendant le sommeil du contro ¤ humaine se divise. Autrement dit. venant du champ astral. C ’est un phe brales sont. c ’est un centre de volonte ¤ rende la te ¤ galement une forte concentration de radiations astrales fermant e “ lent dans la rayonnant comme un feu. On peut donc dire que la sphe ¤ cialement quelques-uns de ses aspects. avec celle de la lipika et avec la nature des cellules ce ' re astrale de la nature ordinaire. d’une part. et la personnalite ¤ aspects et forces de la sphe ' me magne ¤ tique est humaine. la personnalite ¤ journent dans le domaine astral. et spe “ lent la pense ¤ e humaine. forces ou e ¤ ons. que le corps astral et le corps. C ’est ainsi que la volonte ¤ ou le de ¤ sir sont porte ¤s sie ' agir ou a ' ne pas agir. Par suite. il est tout a' pouvoir du penser se ¤ re ¤ brales soient charge ¤ es uniquefait normal que les cellules ce ' l‘e ¤ tat d’e “ tre de ment des forces et influences correspondant a ¤ nome ' ne logique puisque les cellules ce ¤ re ¤l‘ homme. sous l‘ influence de l‘orientation ¤ moire. relie “ te.' re astrale. le syste ¤ a ' la fois a ' la sphe ' re astrale et au cerveau. toutes deux prote ¤ raux. deux feux bru “ te : la flamme de la pense ¤ e et celle de la volonte ¤ . ou champ des rayonnements side ¤ e jaillit toujours avant le de ¤ sir Chez l‘ homme normal. du penser infe ¤ re ¤ brale ordinaire. outre le pouvoir mental.

le penser doit se modifier. Avant que le syste ' me de l‘ homme qui asvoir annihiler le de ¤ rieur ne change. de ¤ es. N‘avions-nous pas raison de dire que celui contro “ le pas ses pense ¤ es. vous vous rendriez compte des pense “ tes entre ¤ dans leTemple et y avez pris ' vous e depuis le moment ou ¤ es ge ¤ ne ¤ rales.Vous sentez parfois le feu du de ' des actions que vous de ¤ plorez . S‘ il y avait des instruments pour enregistrer la production de votre men¤ es qui ont e ¤ te ¤ les vo “ tres tal. pire au domaine supe “ ler ses pense ¤ es. sa mentalite ¤ . des ide ¤ es tre ' s diffe ¤ rentes et sourement. chez l‘ homme Mais qui est ce ßil ? C ’est l‘e ' ge dans le syste ' me foie-rate. Il L‘ homme moyen n‘est pas capable de contro ¤ fle ¤ chir. Cet e “ tremoi pense ordinaire. Mais. un e ¤ le ' ve de l‘ Ecole Spirituelle. monter en vous. Celui qui ne contro “ le pas ses pense ¤ es. le de ¤ sir. au sens ve “ tes re ¤ unis dans unTemple. Parole facile a ' retenir et dont la nuler le travail de cinq anne ¤ ne laisse rien a ' de ¤ sirer : l‘e ¤ le ' ve doit veiller sur ses pense ¤ es. pense sans re “ tre-moi. Il vous pousse a ¤ .. avant le de ¤ sir. par exemple. donc l‘e ¤ entie ' re est dirige ¤ e par les influences astrales et garla personnalite ¤ e dans un e ¤ tat de ¤ termine ¤ . qui ne change pas de mentalite ¤. Ces pense ¤ terminent la volonte ¤ .. sie ¤ es sont en parfait e ¤ quilibre avec comme au hasard. des e ¤ caniquement. Les rouagnons. la vous regrettez beaucoup ce qui est arrive ¤ e avait jailli ! pense ¤ teindre la pense ¤ e errone ¤ e avant de pouC ’est pourquoi il faut e ¤ sir.¤ es inconside ¤ re ¤ es peuvent antissement : ßCinq minutes de pense ¤ es. en particulier sur vos compaplace . clarte ¤ touffe les pense ¤ es fautives avant qu‘elles n‘allument Il faut qu‘ il e ¤ sir ou de la volonte ¤ la convoitise. droit de se croire. ce sont des pense ¤ clairs de pense ¤ es que vous avez laisse ¤ passer. qui ne contro “ tre re ¤ ellement un e ¤ le ' ve ? ne doit pas croire e 140 . celui qui. actes. les l‘orientation naturelle et de ¤ tat sanguin et l‘e ¤ tat d’e “ tre entier. inte vent surprenantes en ce lieu vous agitent et se bousculent. mais. n‘a pas le celui qui ne transforme pas ses pense ¤ ritable. en silence exte ¤ rieuVous e ¤ rieurement. Dans le mental. sans aucun ges de votre cerveau tournent me “ le de votre part.

Il s’agit maintenant de savoir comment ¤ server notre syste ' me. Vous prouveriez ainsi qu‘en une occasion d’e “ tre. il s’ habille comme le prescrit la mode . quelle est votre attitude inte ¤ sentent-elles pour vous une simple donne ¤ e the ¤ orique. il se met en sce ' ne avec les meilleures intentions du e ¤ mentale. en ge ¤ ne ¤ ral. vous prendriez alors notre exhortation simplement comme ¤ tude scientifique. monde. Ceci dit. certes. qui repre ' ¤ vous laisse completement indifferent ? Ou bien ' me ainsi pre ¤ sente ¤ e ¤ veille-t-il en vous un inte ¤ re “ t proce proble ¤ sir inte ¤ rieur ardent d’atteindre ce but rapidefond ? Avez-vous le de ment et d’entrer en relation avec le nouveau champ de vie ? Vous ¤ ressant de conna|“ tre la pourriez aussi trouver qu‘ il est.¤ unis dans un Temple avec des pense¤ es diverses. assez bien et assez vite. il ad' gle opte dans toutes les situations un comportement selon la re ¤ tablie . et endes influences de la sphe trer. Mais la purete n‘ y est pas. le re ¤ seau Nous vous avons explique 141 . rien n‘est encore en train de changer dans votre e¤ tat d’e ¤ comment la sphe ' re astrale. la proprete ¤ mentale. au milieu de cette violente tempe“ te astrale que doit s’effectuer le travail ! Nous nous comportons en cela sui¤ bourgeoise. En fait. ¤ fle ¤ chir a ' votre propre re ¤ action sur le sujet. veuillez re ¤ riez du champ asLorsque nous disons : ßIl faut que vous vous libe tral de la nature de la mort et que vous vous reliiez au champ astral ¤ rieure ? Nos paroles de la vie nouvelle. assez bien et assez vite. inte ¤ quences d’un se ¤ jour dans une autre sphe ' re asnature et les conse trale . corresponRe ' votre e ¤ tat d’e “ tre naturel. nous pouvons pre ' re astrale de la nature dialectique. ¤ ici que quelques aspects concernant le Nous n‘avons donne sujet qui nous occupe. dans le rayon d’action du nouveau champ astral. vant les funestes habitudes de la civilite ¤ mais extre “ mement grossier et tout a ' l‘ homme n‘est pas civilise fait primitif ! Certes. fait. “ tre autrement puisque votre mentalite ¤ Comment pourait-il en e ¤ rive de la sphe ' re astrale ? Or c ’est au milieu de ces tourbillons de de radiations astrales. vous provoquez un tourbillon de dant a radiations astrales chaotiques alors que vous paraissez si paisibles.

combien donc. ces activite ¤ s de la pense ¤ e et de la volonte ¤ ne faible. Pourquoi ? Eh bien. notre corps. Aussi faut-il s’efforcer de transformer cet organisme pour donner ' notre nature une autre direction. Ils font irruption dans le syste ' me et parvenir que de l‘exte ' la mentalite ¤ une autre direction. l‘ homme est emprisonne ¤ sirs et ses nature de la mort ! Comment se fait-il donc que ses de ¤ es aillent vers la Gnose ? Comprenez-vous que la question pense que nous soulevons est une question vitale ? C ’est une question ¤ fle ¤ chir aux incidences de la vie gnostique. c ’est que.¤ tiques de notre e “ tre aural. notre volonte ¤ . me “ me veau champ astral. disions-nous. le cerveau. si vous aspirez a ' participer au nouprofond a ¤ sir a de ¤ ja ' donne ¤ une impulsion. Le coeur s’ouvre aux radiations de la 142 . tal. par la nature ordinaire. notre mende points magne ¤ . che ¤ montre ¤ ci-dessus combien l‘e “ tre entier. notre de ¤ sir. alors votre situation est re “t pleine de promesses. que de re ¤ re “ t vivant. est sous la conduite de la nature de la mort. e ¤ veille ardemment votre inte ¤participation a “ t. en effet. notre sang. s’expliquent certainement pas par votre e Des influences indubitablement non dialectiques vous ont tou¤. si vous portez un inte¤ re ' la Gnose et au salut. est asservi a ' la sphe ' re astrale . Celle-ci. ' me “ me d’introduire en vous Or seule une telle conscience est a des influences gnostiques. si un de ¤ sir fervent e ¤ mane de vous. comment l‘ensemble est le terrain d’une constituent une unite ¤ rie de processus intervenant les uns sur les autres. since ' re. ardent pour la Gnose ne s’explique Un inte pas. a ' dans ses activite ¤ dans la commencer par la vie mentale. Si vous reconnaissez donnent a ¤ tant la vo “ tre cette situation nouvelle. vitale. en effet. du syscomme e ' me foie-rate. vous e “ tes en train de faire monter votre conscience te dans le coeur. Nous vous avons de ¤ s. agissant se comme l‘assemblage des rouages d’un organisme complexe. notre vie. si ce de ' la volonte ¤ . a ' me de l‘entre ¤ e dans le nouveau champ astral et de la Si le proble ' la vie astrale divine. a ¤ tat naturel ordinaire. Mais comment viennent ¤ es et sentiments non dialectiques ? Ils ne peuvent alors les pense ¤ rieur.

dans votre propre sys' me. a selle. Celui qui n‘en est pas encore capable doit attendre que la 143 . ni du sang de la nature. ni de la lipika. lorsque la Gnose pe ¤ s’eveillent en vous. Si cela vous est impossible. a ' la Cha|“ ne gnostique univernouveau champ astral. ce ne sera l‘ homme et lui confe ¤ clair de pense ¤ e. la clef du chemin. cache ¤ ne ' tre en vous. le cours de vos anciennes pense¤ es mesure d’arre provenant du soi astral. se pressent vers le sanctuaire Gnose. contro ¤ ja ' dit. Or vous avez le devoir d’utiliser ce nouveau pouvoir. vous ni de la sphe ¤ couter la voix de l‘a “ me. Celles-ci se me “ te par la voie de la petite circulation et influencent votre de la te ' concevoir des penmental de telle fac ° on que vous commencez a ¤ es qui ne correspondent pas au plan horizontal de la vie ordise ¤ ne ' tre dans le syste ' me de naire. Au de ¤ but. conforme ¤ ment a ' l‘exirez ainsi contro gence de cette nouvelle influence. et leur donner une direction tout autre. la voix de Dieu. mais de Dieu. les pense ¤ es pre ¤ ce ' dent la volonte ¤ . ¤ couvrez en vous-me “ me la preuve que vous Maintenant vous de ¤ jouissez-vous avec nous car vivez ou non de tout cela. Car.“ lent au sang. vous le re tement.Vous e “ tes relie ¤ au pouvez e ' la Gnose. “ me si vous n‘en e “ tes qu‘au tout premier commencement. C ’est ainsi que la Gnose pe ' re un nouveau pouvoir. vous obtiendrez le d’attaquer votre mentalite “ le de votre volonte ¤ . ce que nous vous avons dit . de votre marche sur le chemin de la gue son. de vos convoitises. “ le de vos pense ¤ es est le commencement de votre Donc le contro ¤ ripropre sanctification. Rien ne change en vous. d’ou ¤ sultera un choc de la vo' re sans doute qu‘ un e ¤ . qui ne naissent ni du karma. ' re astrale. par exemple. afin me ¤ . conforme aux exigences du chemin. mais vous n‘en retirez aucun profit. quand des pense ¤ es Ainsi.Vous pournous l‘avons de “ ler e ¤ galement vos activite ¤ s. vous e “ tes en te “ ter. Si vous y re ¤ ussissez. puis une impulsion du de ¤ sir permettant de saisir le salut lonte ¤ dans la Gnose. re vous avez alors dans vos propres mains. vous acceptez intellectuellement. Avec ce nouveau pouvoir. de vos de ¤ sirs. Si oui. ¤ pe ¤ tez peut-e “ tre exaccertes.

il brise les liens entre le syste ' re astrale. Celui qui purifie ses pense ¤ es brise les liens rer en vous-me ' me de la personnalite ¤ et la lipika . de la vie de ment vous pourrez parler. de jalousie. gra “ vous-meme.Vous avez de ¤ ja ' rec vous avez de ° u le nouveau pouvoir. l‘a 144 . a “ me dans le nouveau champ astral. vous vous e¤ loi' re gnez chaque jour davantage de la nature de la mort et de sa sphe astrale. annulent les re ¤ sulse tats de l‘apprentissage. Alors seuleIl ne s’agit que de l‘employer de fac ° on conse ' bon droit et avec fruit. probite ¤ absolue du penser. Mais si conscience du syste ¤ dez ce nouveau pouvoir et ne l‘ utilisez pas. d’entrer dans la vie noule de ¤ sir est-il since ' re ?ý Si votre re ¤ ponse est un oui assure ¤. de pense ¤ es de ¤ pourvues d’amour. Ces liens font de nous. de veau commence. votre corps astral tranfigure rapidement. nous nous libe ¤ rons de cette influence fuqui a pe neste. des arlequins puisqu‘ ils nous poussent a' agir conforme ' re astrale. velle ? Ce de ¤ ja ' commence ¤ . ¤ ellement Posez-vous encore une fois cette question : zzzAi-je re ¤ sir fervent d’approcher de la Gnose. quelque chose de noufac ° on. Entrez dans le chemin de la libe ¤ es. Reconnaissez-en l‘ immense pense ¤ part de la re ¤ volution a ' ope ¤importance puisque c ’est le point de de “ me.' me foie-rate soit monte ¤ e dans le coeur. dans la force de la Gnose commenc ° ons a ¤ ne ¤ tre ¤ en nous. Les forces gnostiques entrent dans votre syste' me. Entre-temps. de haine. le coeur s’ouvre de plus en plus . Aussi pen' l‘avertissement : cinq minutes de pense¤ es inconssez sans cesse a ¤ re ¤ es. C ’est l‘e ' laquelle nous devons nous soumettre dans l‘ Ecole Spil‘ intellect a ¤ ration : purification des rituelle. selon notre e “ tre naavec la sphe ¤turel. cinq minutes de penide ¤ es pleines de critique. ¤ quente. ¤ ducation du penser est une ne ¤ cessite ¤ Dans ces conditions l‘e ¤ ducation de pour tous ceux qui veulent aller le chemin. quand nous ment aux impulsions de la sphe ' changer notre mental. vous envous posse dommagez le processus de votre propre apprentissage. Or. De cette ' s le de ¤ but de votre apprentissage. ainsi “ ce a ' cette offrande de votre nouveau pouvoir se renforce et.

¤ tez pas des re “ ves de nature Pour finir. a ' certaines choses sans importance. re ¤ sultent du fait cette inquie ¤ ¤ ¤ que. que vous avez re “ ve ¤ me ¤ e. N‘accordez aucune attendivers re ' vos re “ ves. me “ me s’ils vous semblent importants. Eh bien. tre ' s absorbe ¤ . les cellules cerebrales se dechargent de ce ¤ le jour. Toute la journe ¤ . N‘ayez pas participe ¤ tude. Enfermeztion a “ tre intime. Beaucoup de re “ ves. effectivevous dont l‘a ment. sinon tous. de la magnificence qui vous attend dans le nouveau champ astral. et spe ¤ cialement dans le centre de la qu‘elles ont accumule ¤ moire. Les cellules ce ¤que vous vous e ¤ brales surcharge ¤ es se de ¤ chargent pendant la nuit et provoquent re “ ves. et rapidement vous verrez les dans le silence de votre e ce qu‘ il faut en penser et en attendre. mentalement. “ me est de ¤ ja ' ne ¤ e ! Ensuite nous parlerons. ceci encore : ne vous inquie dialectique qui pourraient vous faire croire que vous n‘avez pas ¤ au nouveau champ astral pendant la nuit. de sorte occupe “ tes endormi extre “ mement fatigue ¤ .¤ de vous de ¤ montrer que vous tenez entie ' reNous avons essaye ment dans vos mains ce commencement. confuse et fragmentaire. elles se de¤ “ ves qui se rapportent. Si vous avez une forte imagination. par exemple. alors les et que. en raison de votre position sociale. entrez donc. 145 . Ne vous en inquie ¤ tez pas. de fac 's chargent et provoquent les re ° on tre ' vos fantasmes du jour. a ¤ e vous avez e ¤ te ¤ tre 's Un autre exemple encore. dans la journe ¤ aller un peu. vous vous soyez laisse cellules se chargent fortement. pendant la nuit. Quand le corps dort.

l’eau pre “ ne de Dieu et de l’agneau. a ' ceux donc qui de ¤ sirent recevoir a ¤ le ¤ ment nourricier ce pra “ na divin. il s’efforce entoure de son amour le joyau pre ' bien son apprentissage avec de ¤ vouement et perse ¤ ve ¤de mener a rance. Le sanctuaire de son coeur s’ouvre maintenant pour l’assi“ na gnostique. dans la phase du Quand l’e ¤ au chapitre pre ¤ ce ¤ dent. les deux forces magiquement pre¤ pare ' tous ceux qui de ¤ sirent en vivre. Sinon en e 146 . a ' travers tous les La Fraternite ' reý. nier pe ¤ es Ils offrent. avec une grande joie. qui jaillit du tro ¤ tats concentre ¤ s magiquement pre ¤ pare ¤ s. Ils continueront a ' lerin franchisse la frontie ' re du nouvel e ¤ tat de vie. le Saint Graal. en d’autres termes. ¤ du Saint Graal est un sacerdoce qui se manifeste La Fraternite dans tous les groupes gnostiques pour transmettre a' ceux qui sont “ ts a ' le recevoir et a ' en vivre le pra “ na divin.Vous comprenez que comme e “ tre humain tout entier y l’on en vive et s’en nourrisse quand l’e aspire parce qu’il en a besoin. sous du fleuve de la vie. temps. redisons-le. Le candidat qui rec° oit ce pain ¤ prouverait-il le besoin ? prouve donc qu’il en vit. l’eau de la vie.XX Le signe du fils de l’ homme ¤ le ' ve se trouve. et commencement dont nous avons parle ¤ cieux dans son coeur. et il va vivre journellement des pre¤ milation du pra parations gnostiques magiques connues comme le pain et le vin ou. deux e ¤ du Saint Graal est constitue ¤ e. par ceux que l’on appelle ßles gardiens de la frontie ' res et soeurs qui attendent que tous les hommes finispar ces fre ' attendre jusqu’a ' ce que le dersent par arriver.

l’ homme vivant dans le corps de la nature.22): ßEt il me montra un fleuve d’eau de la vie. puissent le repre ¤ ritable service vous e “ tre nourriture et pain de la vie et le vin du ve ' s maintenant et jusque dans l’e ¤ ternite ¤ . divin concentre ' re gnostique a e ¤ veille ¤ la rose dans son coeur ouLa double lumie ' me en sont impre ¤ gne ¤ s avec vert et tous les fluides vitaux du syste ¤ quences dont nous avons de ¤ ja ' parle ¤ . Elle embrase le champ de respiration dans le sanctuaire de la te et commence la transfiguration du corps astral. comprenez qu’il s’agit ici du double Graal : le pra “ ¤ ¤ en tant que nourriture et le prana en tant qu’element salvateur. est devenu un hommea“ me. est double. Apre ' s s’e “ tre toutes les conse ¤ un chemin par le coeur et le sang. Donc quand vous lisez dans l’Apodu de calypse (chap. Amen. Le pain On peut aussi recevoir ce pra du Saint Graal nourrit l’ homme d’une fac° on mystique nouvelle.ý le moinconside ' s rapidement ou ¤ au nouveau champ as' il sera relie ment arrive tre tral de l’Ecole Spirituelle. sans cesse jaillissant. de “ tre humain qui commence a ' vivre de ce double courant L‘e ¤ . Quand. elle aussi. Ceux qui sont donc capables de recevoir le Graal dans son double aspect vont le chemin ¤ vouement et du service. la lumie ' re fait irruption fraye “ te. Si le candidat se ¤ more sans cesse l’avertissement : ßCinq minutes de pense¤ es reme ¤ re ¤ es peuvent de ¤ truire le travail de cinq anne ¤ es. on vous parle de ces “ tes confronte ¤ .ý breuvage. dans unTemple de la Jeune Gnose. ¤ a ' la vie nouvelle. lim“ ne de Dieu et de pide comme du cristal provenant du tro “ na l’agneauý. vivant hors de ce corps. le champ de resdu violet du sixie 147 . ¤ rieur du champ astral du Nous vous avons dit que l’aspect exte ¤ sente comme un champ couleur d’or nuance ¤ Corps Vivant se pre ' me domaine cosmique. avec ce saint sacerforces saintes. vous aussi. Eh bien.“ na de vie en tant que vin. Le vin repre ¤ sente l’aspect mal’ homme voue ' co “ te ¤ de la mystique nouvelle du parfait de ¤ vouement se gique : a trouve la magie nouvelle du service total. Cette liaison. et l’autre avec l’ homme nocturne. en ' re du Saint Graal : l’une s’effectue concordance avec le myste avec l’ homme diurne. vous e ' ce moment-la ' par ceux qui le doce et le Saint Graal vous est offert a ¤ sentent comme dans la prie ' re : ßFre ' res et soeurs.

de tisser ce ve 148 . ¤ . nuageuse. ce phe ¤ le ' ve est touche ¤ par la Gnose Or. ¤ de son caracte ' re. Sur le tout e ¤ tincellent les violace autres couleurs du spectre ordinaire.ý l’or e Ce rayonnement couleur d’or est l’aspect qu’acquiert le corps astral du candidat en train de changer. C ’est pourquoi il est une e comme un livre ouvert pour l’observateur capable de percevoir ¤ nome ' ne. en nuances de toutes sortes comme les rides d’une nappe d’eau. L‘ homme ordinaire. volition active de ¤ termine dans son champ de respiration de ¤ tincelle de couleur correspondante. par exemple. pre ¤ sente une forme astrale vague. ce champ rec° oit une et si celui-ci commence a autre nuance.piration de celui qui avance positivement dans le double proces' re gnostique se pare biento “ t de cette couleur d’or. Celui qui avance positivement ' la vie. au sens de la Gnose.18) : ßJe te conseille d’acheter de moi de ¤ prouve ¤ par le feu. ce a ' la qualite ¤ sire a ' l’instant. tout ce qu’il de ¤ sir. de son orientation et. Lorsque le soleil brille et ¤ ge ' rement la surface de l’eau. se pressent ces de lumie “ te et enveloppent le corps tel vers le haut dans le sanctuaire de la te ¤ galement comprendre la parole un manteau d’or. sus de la lumie de ce rayonnement d’or du prana de vie. se me “ lent au sang. si son ve “ tement. resur le chemin menant a ¤ s astrales du champ astral du Corps Vivant. qui approche donc de la Gnose. afin que tu deviennes riche.3. Il devient d’une magnifique couleur d’or. si le champ de respiration de l’e ' vivre de ce contact. Ces forc ° oit les qualite ' re pe ¤ ne ' trent le coeur. Vous pouvez donc vous imaginer un peu comment ces nuances ¤ du corps astral de scintillent dans la forme rouge violace l’ homme. quoi il pense. d’un rouge cultive ¤ . qu’un petit souffle de vent agite le ¤ tincelles de toutes couleurs miroitent et semblent glisser sur des e l’eau. L‘observateur ne fait donc pas attention aux paroles et aux attitudes ' voir si elle est en train. Ceci vous fait e de l’Apocalypse (chap. Chaque pense ¤ e. cerne ¤ e d’un ovale bleu pastel. effectived’une personne mais cherche a “ tement d’or. Ces diverses nuances montrent de quoi il se pre¤ occupe. De la' vient que la Bible parle du manteau d’or des Noces.

de meme que le vert trouble de celui qui attend aide et salut ¤ thers ordinaires. rie qui va le chemin. la Le signe du fils de l’ homme appara|“ t. que le pra “ na ment ne ¤ ne ' tre en lui pour se me “ ler aux fluides vitaux et atteint le de vie pe “ te. Il ne s’agit pas d’une expression mystique mais d’un fait observable scientifiquement. recouvre toute la calotte cra ' le signe du fils de l’ homme dont parle l’Apocalypse au C ’est la chapitre 7 . du sommet jusqu’au front. le signe d’une a fleur d’or merveilleuse que nous chantons dans nosTemples. nomme le troisie “ nienne. Quand l’e ¤ le ' ve ouvre son coeur a ' la Gnose.' prendre re ¤ ellement cette magnifique ment astral commence a “ tre aural dispara|“ t. ¤ le ' ve commence a ' Le signe du fils de l’ homme annonce que l’e “ tement de l’a “ me et qu’une liaison s’envelopper dans le nouveau ve ¤ tablie entre lui d’une part. ment dans l’e Le champ de respiration de l’ homme dialectique ordinaire est ca¤ rise ¤ . le rouge de la vie tre ' “ tiere. et le nouveau champ asdirecte s’est e ¤ ja ' une liaison entre le tral du CorpsVivant d’autre part. pre “ me rene ¤ e. ' s important. par des e ¤ tincellements de couleurs varacte ¤ es. cette flamme ardente. avons-nous dit. mais maintenant un lien di¤ veloppe entre ce champ et le sanctuaire de la te “ te. entre rect se de ce champ et la rose d’or. Ce signe de feu. toutes ces nuances de couleurs infe¤ rieures dispa' s oriente ¤ e sur la maraissent : par exemple. signe que l’on se pre ' me oeil. que l’e ¤ le ' ve perse ¤ ve ' re et place un gardien ausanctuaire de la te ' s de ses pense ¤ es. Quand on conscouleur d’or et si le bleu de l’e ¤ nome ' ne. un signe de feu flamboyant Ensuite. Chez l’ homme gnostique. de la vie sur la ligne horizontale et le violet des e ¤ loigne d’un tel e ¤ le ' ve et il ne reste plus que le rayonneTout cela s’e ment d’or. oriente ¤. Il y avait de champ astral gnostique et son coeur. C ’est le signe de l’a“ me nouvelle¤ e. “ te le signe du fils de l’ homme est donc Celui qui porte sur la te 149 . et ceci est tre ¤ sente sur le front et au sommet de la te “ te. changeant sans cesse. le ve “ tement aural semble se fondre comple ' tetate ce phe ¤ clat d’or du manteau des Noces. alors cette flamme se manifeste rapidement.

6 ) tandis que la tiquement ßle casque du salutý (Ephe ¤ tique le de ¤ nomme ßPymandreý. l’ homme. car le centre du troisie ¤ e pine ¤ ale. une vision continue dans le monde de l’a “ me s’af^ se de ¤ ne ' bres n’aveuglent donc plus l’a “ me e ¤ veille ¤ e. Mais tout comme la de ¤ ge ¤ ne ¤ rescence e ¤ ritable se manifeste dans la nature diade ce qui fut originel et ve lectique sous divers aspects. devenu conscient de son origine et de sa destine ' la Gnose et. firme.¤ . un homme relie ¤ au salut e ¤ ternel. Les cavaliers militaires por“ te un casque orne ¤ d’un grand panache : c ’est l’image tent sur la te ¤ ge ¤ ne ¤ re ¤ e du casque du salut. Lors des ce ' l’occasion de re ¤ ceptions princie ' res. Que voyons-nous en ce qui concerne le sanctuaire du coeur ? On se tapisse la poitrine de plusieurs rangs de de¤ corations. en totale reddition de soi. de l’antique sagesse d’un passe ¤ re ¤ volu. Cet ensemble est appele ¤ myspartie du cerveau nomme ¤ siens. min du retour dans l’e ¤ tude quand nous vous Ne vous laissez pas gagner par l’inquie ¤ sultat final et glorieux du processus gnostique de montrons le re 150 . tructible avec le salut vivant existe e ' me oeil ^ autre nom de la fleur d’or merveilleuse Lorsque le troisie ¤ veloppe. cette antique sagesse a toujours ¤ te ¤ le partage de l’ humanite ¤ . Chap. signes ¤ et de me ¤ rite. Aucunes te ¤ e intuition gnostique. philosophie herme On a toujours su ces choses . certains portent sur la te “ te a ¤ un tas d’ornements imposants qui comme signe de leur dignite ¤ tisations et repre ¤ sentations insense ¤ es du casque sont des concre du salut. gnement de la de ¤ savait encore quelles richesses incorruptialors que l’ humanite bles le sanctuaire du coeur rayonne lumineusement quand ¤ e. par exemple gique.Voila ' qui est a ' la fois risible et trade ¤ re ¤ monies re ¤ unissant des autorite ¤ s. va le cheouvre son coeur a ¤ ternelle patrie. Ce lien indesun homme sauve ¤ galement dans sa vie de veille. est appele “ me et l’e ¤ closion de la nouvelle raison. C ’est la ' une caricature de l’antique enseide dignite ¤ livrance. c ’est aussi le cas pour l’antique sagesse concernant le casque du salut. la nouvelle conssion de l’a ' me oeil est relie ¤ a ' la cience correspondante. C ’est a ' la fois la viCette vision.

lors du sommeil du corps.¤ sultat comme dans un la sanctification. arrive. Dans le nouveau champ astral. Non. il ne s’agit que de lucidite ¤ au sens de jeunesse d’e ¤ . sous une forme e “ tement astral couleur d’or. Mais il y a beaucoup plus. dans le nouveau champ as“ tre aide ¤ et conduit plus loin. des dons les plus hauts que puisse offrir le Corps Vivant. la luQuand le nouveau centre s’e ' miere de la Gnose rayonne. ils ne sont pas encore a ' des nouveaux-ne ¤ s et la Bible les qualifie sont comparables a “ mes endormiesý. et purete Quand les nouveaux candidats entrent dans le champ astral du “ me rene ¤ e. donc avec le corps astral corresponCorps Vivant. elles sont inondees des forces-lumiere du Saint Graal. le savoir qui ravissement des sens pour posse ' parcourir ce chemin du salut !ý comble de joie : ßJe commence a ¤ le ¤ menSi vous placez chaque jour devant vos yeux les exigences e taires du chemin. d’un e ¤ tat encore d’une vie de l’a ¤ veil re ¤ el. au sens d’une de ¤ livrance de l’illusion de la matie ' re. ces a “ mes d’ßa ¤ es sous un rayonnement intense. la fleur merveilleuse. s’est re 151 . le casque du salut. sommeil du corps devient la lucidite examinons maintenant la vie nocturne de l’ homme. assidu sage. C ’est pourquoi. l’a ' me “ me de re ¤ agir sensoriellement. la avec le troisie ¤ alise ¤ e en me “ me temps. de bonne foi. de veau champ astral du Corps Vivant. Au de ¤ but il ne s’agit pas tral pour y e “ me re ¤ ellement consciente. le casque du salut se constitue. ¤ tablit derrie ' re l’os frontal. re D ’ailleurs les serviteurs travaillant dans le nouveau champ as“ mes nouvellement ne ¤ es apre ' s les heures tral ne quitteront pas ces a de la nuit. car la liaison du nouveau champ astral avec la rose d’or. le ¤ le ¤ mentaire. En conse ¤ainsi que le nouveau ve ¤ a ' ce saint travail de tis“ ment occupe quence. un fil vous lie au nousoyez convaincu que. d’y satisfaire. le candidat. Il est bon de regarder ce re ¤ der. ' s ce premier stade. se montre signe du Fils de l’Homme. Gra “ ce a ' ce liaison avec Pymandre. Ils dant. ' me oeil. sur cette base. si vous vous efforcez. Vous ' re aura de grands et merveilleux comprenez que ce bain de lumie ¤ sultats. Le ¤ de l’a “ me. Dans leur juve ¤sont donc place ¤ ¤ ' nile purete.

a de ' re qui a baigne ¤ du biený selon l’expression de Pymandre. ce qu’il fera sans aucun doute. l’ Etre qui se suffit a ' lui-me “ me. dans cette situation. C ’est ainsi que je suis maintenant rempli du souffle divin ¤ rite ¤ . il ne sait ni quand. mon “ s. Cela n’est pas encore possible parce que l’a ¤ veille ¤ e. “ me encore Or il peut arriver que.ý mon a 152 . le candidat rec ° oit les impulsions inscrites dans le corps ¤ rieurement gra “ ce a ' l’actiastral par l’intuition gnostique ou inte ¤ du corps astral. La lumie “ me poursuit certaines fins auxquelles le candidat. ou bien en vertu d’une ment a ' ni avec qui. Aussi adressai-je. Ces impulsions touchent la te “ te. s’e ' re du salut qu’elle a rec de la lumie ° ue dans le nouveau champ as“ me n’est pas entral. soit d’agir conforme¤ de ' une de ¤ cision prise ante ¤ rieurement. embrassant ces ve ' s s’e ¤ crit : Herme ßTout ceci m’est advenu parce que j ’ai rec ° u de Pymandre. les grands pre“ tres du renouvellement aideront les candidats jour et nuit. de toutes mes forces et de toute de la ve “ me. le coeur et le vite sang . la Parole du commenceNou ment. cet hymne de louange a ' Dieu le Pe ' re. ne se rappelle rien toute jeune. conversation qu’il a eue. elles donnent souvent au candidat l’impression soit de re¤ couvrir ce qu’il savait depuis longtemps. sans interruption. core e ¤ ja ' pour effet ßune gestation quoiqu’encore inconsciemment. Pymandre. veille du corps. ni ou ' re les ve ¤ rite ¤ s du verset 72 du livre de En approchant de cette manie ¤ rite ¤ s. Il n’en reste pas moins que cette expe ¤ rience ve ¤ cue. vous comprenez pourquoi. Aux moments propices.courant intuitif continu. une a ¤ veillant du sommeil physique. dans la vie de l’a ¤ agir. doit re ' re a pour re ¤ sultat de graver des impressions Ce bain de lumie fortes dans le nouveau corps astral en formation.

dans le nouveau champ astral. le savoir universel en images et symboles. tout ce qui est ne ¤ cessaire a ' son moment donne ¤ et imprime ¤ dans son devenir est. pendant le sommeil. De quelle nature est lement ne ' re ? ce bain de lumie ' de un pouvoir d’assimilaVous savez qu‘ un champ astral posse tion plastique.XXI ' re et le consolamentum Le bain de lumie Il ya deux aspects sur lesquels nous voulons attirer votre attention ' propos du chapitre pre ¤ ce ¤ dent. Tout ce qui importe a' un ¤ pour le candidat. L‘on peut donc dire que ce champ astral renferme l‘ Enseignement universel. ' res astrales du champ de respiration circulent autour Les matie ' travers le corps. la philosophie gnostique. toutes les nuances du processus du ¤ le ' ves. Les forces astrales sor¤ le ' vent autour du corps pour revenir dans le corps tant du foie s’e 153 . projete ' re. Nous avons de ¤ crit cette circulation du corps et a ¤ Un homme nouveau vient* dans notre livre intitule Le foie joue en ceci un rÆÆle important. L‘e ¤ le ' ve se re ¤ veille corps astral au cours de ce bain de lumie ¤ grave ¤ dans son ve “ tement asdonc avec le message de la Fraternite tral. Il s’agit tout d’abord du bain de a ' re que reÆÆoit. La Cha|“ ne gnostique entie ' re salut qui importent pour les e se communique donc en se projettant dans le nouveau champ astral de l‘ Ecole Spirituelle. l‘a “ me nouvellumie ¤ e non encore e ¤ veille ¤ e et consciente. Pour cette raison la Cha|“ ne gnostique universelle projette dans le champ astral de l‘ Ecole Spirituelle tous les aspects. Ces empreintes ont aussi un effet pendant la journe¤ e. toutes les forces du chemin.

la Fraternite pour vous et avec vous. d’ou “ me avec le ' une liaison plus directe de l‘a lumie champ de l‘ Ecole Spirituelle. dormies afin de les e ' s de la Tout ce qui est possible est fait pour vous faciliter l‘acce ' re astrale gnostique. nous attirons votre attention sur les ßa ayant perdu le corps physique par la mort. Cet imtique . aux forces de ' re gnostiques. a ¤ seau de grottes avec leurs significations diverses est une mense re * Jan van Rijckenborgh 154 . Il est clair que les impulsions communique ¤ es au apre ' re dans la sphe ' re astrale de corps astral lors du bain de lumie ' un moment donne ¤ . l‘ Ecole Toutefois. et les pre ¤ servera d’une noutique.' s leur circuit. “ mes endormiesý Enfin. activite ¤ qui favorise l‘avancement sur le une activite chemin ainsi que l‘ouverture du centre de l‘ intuition. par exemple. si c ’est tant soit ¤ du Saint Graal oeuvre chaque jour peu possible. le centre du signe du Fils de l‘ Homme. a ' eux. ce qui contribuera a ' re. tel qu‘ il bles d’agir dans laTe ¤ en caracte ' res symboliques dans la substance astrale de la est grave “ te d’Or ne saurait agir de faÆÆon libe ¤ ratrice que si des travailTe ¤ s sont capables de se charger de projeter intense¤ ment leurs exerce ¤ rateurs dans le corps astral des a “ mes encore endes symboles libe ¤ veiller. le centre de la rose d’or. Il s’ensuit le plus souvent l‘ intelligence et se transmettent a ¤ concordante. Celles-ci sont progres' re du champ astral gnossivement admises dans le bain de lumie ' les e ¤ veiller. Pensez. comme ce fut toujours le cas pour chaque Fraternite * ' la montagne sacre ¤ e d’Ussat. pour que ce merveilleux travail re doit disposer d’un groupe toujours croissant de travailleurs capa“ te d’Or. dans la sphe ¤ gnosVivant. L‘aspect exte ¤ rieur du Corps Vivant de sphe ' le de ce qui se manifeste dans la sphe ' re l‘ Ecole est un reflet fide ' re astrale du Corps astrale du nouveau champ de vie. Soyez certain que. les organes de l‘ Ecole Spirituelle touchent. velle immersion dans la matie ¤ ussisse. L‘ Enseignement Universel.

en tant que membres de trez le privile la Maison de Dieu. ayant abanQuel privile ¤ le corps terrestre et s’e ¤ tant adapte ¤ au nouveau champ asdonne ' de. Pour les e ' ils doivent abandonner le corps terrestre. faire partie de la multitude qui peuple le nou' res de la mort. peuvent y travailler activement ! En raison de ce qui pre¤ ce ¤ ve ¤ ler que. tral. ' l‘ instar des Fraternite ¤ s pre ¤ ce ¤ dentes. a “ ce au sacrement du Consolamentum. et si vous ' nous l‘avons de apprentissage se vous engagez pleinement dans le processus de sanctification. au sens ou ¤ fini. gra ' re ou soeur dans le nouLe Consolamentum confirme tout fre ¤ le ' ves se ¤ rieux qui approchent du moveau champ de vie.' le des diffe ¤ rents caracte ' res symboliques qui se manifescopie fide ' re astrale du Corps Vivant. Pour ceux-la ' . nous mettrons bientÆÆt fin. 155 . le Consolamenment ou “ tre relie ¤ au nouveau champ astral du tum apporte la certitude d’e “ tre admis. tent dans la sphe ¤ rons ardemment que vous reconna|“ C ’est pourquoi nous espe ' ge exceptionnel de pouvoir. si vous perse ¤ ve ¤ rez dans un il nous est permis de vous re ¤ rieux. a ' toutes les incertitudes que vous auriez encore e ¤ ventuellement. la mort n‘est donc Corps Vivant et d’y e ¤ le ¤ vation joyeuse hors de cette valle ¤ e de plus rien d’autre qu‘ une e larmes qu‘est notre terre. veau champ astral et d’avoir ainsi franchi les frontie ' ge exceptionnel aussi pour ceux qui.

tels les chevaux et quelques chiens. dans la qu‘ il ope ¤ nome ¤ nale. c ’est-a ' dire vivre le syste ' re a ' partir du point central de ce syste ' me. Il y a. comment cette vie s’y acquelle manie ¤ sultats. re ' la vie consciente de l‘a “ me e ¤ veille ¤ e et demandez-vous comment a ¤ cette conscience se developpe dans le nouveau champ astral. les chevaux. de ' re elle s’y manifeste. il est presque comple' ¤ riorise ¤ comme chez l‘ homme. le principe animateur s’y rattache et vibre en ¤ rieurement. ce dernier et les divers ve ¤ hicules du corps ne sont pas tout a ' iorise fait concentriques . vie et a La conscience appara|“ t quand le principe animateur qui fait ' me du candidat est tout a ' fait inte ¤ riorise ¤ . Pensons en l‘occurrence au monde ve ¤ des espe ' ces animales ne posse ' dent insectes. La plupart des animaux vivent par ce que l‘on appelle l‘esprit-groupe. il faut d’abord nous former une Pour re “ me. mais agit de l‘exte ¤ rieur.XXII “ me Vivez du nouveau principe de l‘a ¤ fle ¤ chissez maintenant A partir de ce que nous venons de dire. Chez quelques espe ' ces animales supe ¤partie exte rieures. les chiens et les hommes pe 156 . Or il cipe animateur n‘est pas inte ne peut pas yavoir de conscience dans une manifestation vitale de ¤ ge ¤ tal et a ' celui des ce genre. le principe animateur n‘est qu‘en partie inte¤ r¤ . La grande majorite “ eme pas un principe animateur individuel. complit et quels en sont les re ¤ pondre a ' ces questions. de nombreux syste ' mes vitaux dont le prinnature phe ¤ riorise ¤ . Si l‘e ¤ volution de ces estement inte ' ces animales progressait. ¤ tat demi-consD‘autres animaux connaissent une sorte d’e cient. juste image des notions : conscience. Dans ce cas.

la mort intervient et l‘organisme. ne cipe a ¤ compose. diffe “ la relation entre l‘ame et l‘organisme. Quand le ve tionne pas normalement. ainsi que la formation de socie¤ te ¤ le ' bre Jonathan Swift. Il se produirait ce que de nombreux auteurs ont suppose sible au cours de l‘ histoire : la manifestation d’animaux pensants.“ me plan du point de vue de leur e ¤ tat natuse retrouveraient sur le e ¤ posrel. l‘activite ¤ de la brale naturelle telle qu‘on la constate chez l‘ homme ne nature. Reportez-vous simplement au ce ¤ te ¤ de teur des Voyages de Gulliver. une sorte Le ve 157 . toutes sortes de difficulte¤ s corporelles ¤ the ¤ rique est apparaissent. tout au moins l‘activite ¤ ce ¤ re ¤concentriques. ende veloppant comme un manteau le corps physique et son double ¤ the ¤ rique. pensent et vivent comme les hommes.. devient possible. a ' ses formes et phe ¤ node l‘a ' nes. etc. ¤ s d’anivivant consciemment. C ’est ainsi que l‘on distingue divers e ¤ tats de ment inte ¤ rences provoque ¤ es par conscience. Lorsque le fil qui relie ce prinvivifie ' l‘organisme se rompt. Celui-ci introduit continuellement dans l‘organisme e ¤ hicule e ¤ the ¤ rique ne foncune quadruple force vitale. e ¤ hicule astral est e ¤ galement compose ¤ d’atomes . de l‘animation. ¤ de cellules et Le corps physique est un organisme constitue ' de un corps d’atomes. La question est de savoir si le ¤ hicules sont concentriques ou seuleprincipe animateur et les ve ment en partie. l‘aumaux. Il vit et demeure en vie parce qu‘ il posse ¤ the ¤ rique. L‘ensemble corps physique et double e ¤ par un principe animateur. Ainsi constate-t-on que pouvant plus se maintenir. Notre recherche nous montre donc que le principe “ me est de beaucoup supe ¤ rieur a ' la vie. d’un corps physique et de son double e ' teLa conscience na|“ t lorsque le principe animateur est comple ¤ riorise ¤ . se de “ ce a ' la collaboration d’un principe animateur. on peut l‘associer au ve ¤ hicule astral de la personnalite ¤ . Gulliver entre dans une socie chevaux qui agissent. de demi-conscience. la vie appara|“ t gra ¤ the ¤ rique. me “ me ? Il est de nature astrale (ou siQu‘est donc le principe de l‘a ¤ rale) . Si ¤ riorise ¤ e et les ve ¤ hicules de la personnalite ¤ sont l‘animation inte ¤ mentale.Tout de ¤ pend du principe de l‘a “ me.

Chez la plupart des humains. trois Ce corps astral comporte trois e ¤ s vibratoires diffe ¤ rentes. au-dessus. Une sphe ' re astrale. correspondant aux trois sphe rique et astrale. e ¤ the ¤rique et astrale. les deux autres ne¤ gative¤ hicule astral correspond au syste ' me ment. Le pÆÆle positif du ve ¤ cialement au foie. vous voulez vous engager dans un nouveau En tant qu‘a ' la re ¤ alisation commencement. rate. une sphe ¤ journe pendant la nuit. l‘e “ tre humain est anime ¤ par En tant qu‘entite un soi astral dont la composition atomique s’explique entie' rement par la nature de la mort. Dans l‘ Ecole Spirituelle. le corps astral de l‘ homme se ¤ tats. spe ' la te “ te et au coeur. Si vous y parvenez. nous pouvons extraire les ¤ es suffisantes pour une approche claire de notre sujet. Mais en raison des circonstances 158 . tandis que les deux e ¤ tats ne ¤ gatifs foie-rate. unite Dans la vie dialectique (faites attention ici afin de comprendre plus clairement la transfiguration !) l‘ un de ces trois e¤ tats de nature astrale fonctionne positivement. susceptibles ne ¤ termine ¤ es de faÆÆon scientifique. ' re e ¤ the ¤ rique entoure le corps mate ¤ riel de la terre . trois degre ¤ s de densite ¤ . Celui qui vous anime depuis votre naissance est de structure dialectique. ¤ sir d’acque ¤ rir dans la Jeune Gnose. la caracte ¤ ristique fondaL‘e mentale de la vie de tous les hommes dialectiques. si samment l‘activite ' ce que vous voulez. Il ya donc des atomes de nature mate ¤ rielle. et la vie des sentiments et des pense ¤ tat ainsi de ¤ crit est l‘e ¤ tat de base. Ceci veut dire que vous aspirez a d’un nouveau principe astral. de ¤ ne ¤ e de la nature. vous sentirez que ce de ¤ veloppevous arrivez a ¤ anmoins d’e “ tre ment a d’immenses incidences. De cette courte introduction. Il y est attire ¤. donc ne¤ s de la nature. correspondent a ' ge de la conscience est donc centralise ¤ dans le syste ' me foiele sie ¤ es s’y accorde. plus noble que les atomes e ¤ riels. C ’est dans cette dernie ' re que puis. e ¤ the ¤ques et mate ' res mate ¤ rielle.¤ the ¤ rid’atomes de nature plus subtile. donne “ me rene ¤ e. ce qui nous rassemble est le de “ me dont nous voulons stimuler puisun nouveau principe de l‘a ¤ dans notre microcosme.

le nouveau principe de 159 . nous le re ' me foie-rate. Il est donc prie mordial pour un apprentissage positif que le candidat parvienne a' ¤ aliser la transfiguration de l‘a “ me. ne “ ce a ' ce changement. certains parviennent. en cherchant cette pirant intense ' re avec perse ¤ ve ¤ rance. Comment re ¤ alise-t-il cela ? En asconscience du syste ¤ ment a ' la lumie ' re libe ¤ ratrice. comme nous l‘avons dit. la porte du coeur s’ouvre aussitÆÆt a ' la du salut. a quand celle-ci chante ses treize chants de repentance et voyage a' travers les divers domaines de la nature de la mort. Gra ' cette aspiration. c ’est la ' le merveilleux tandis qu‘appara|“ t une possibilite ¤ qu‘ un autre principe de l‘a “ me et le plus important : la possibilite ¤ veloppe. c ’est que vous e “ tes en train d’e ¤ lerecherche de la lumie “ ce a ' ce de ¤ sir ver dans le coeur le centre de conscience naturel. il en est exactement. a ' cette perturbation de l‘ordre magne ¤Gra tique. par exemple. De ¤ lever sa consdu processus vital ordinaire. il est dit qu‘elle ¤ le ' ve se ¤ rieux de l‘ Ecole Spirien perturbe l‘ordre. ' l‘e ¤ vangile gnostique de la Pistis Sophia : Pensez. C ’est ainsi que l‘e tuelle perturbe le principe naturel qui l‘anime et le fait vivre. l‘emprise du monde astral de la nature de la mort s’affaiblit ¤ nouvelle. en e ¤ levant dans le coeur le centre de parvient. au Si l‘e ¤ but.Telle est la clef de la re ¤ ussite sur re le chemin. Celui qui parvient a' e ' cience jusqu‘au coeur n‘ouvre pas seulement la porte du coeur a ' re gnostique mais provoque en e “ me temps un changela lumie ¤ tique du soi astral. a' faire ' me foie-rate dans le monter le centre de leur conscience du syste ' s le de ¤ but cela provoque de ¤ ja ' une perturbation notoire coeur. cette Ve ' re. de ce que nous avons dit d’une plante ou d’un animal : de aussi longtemps que le principe astral. celui qui est entre ¤ dans le coeur et y a surgisse et se de ¤ veille ¤ le bouton de rose de son sommeil de mort. lumie ¤ rifiez en vous-e “ me si vous connaissez cette aspiration. Il y ¤ pe ¤ tons. Si oui. ¤ le ' ve suit la voie de l‘a “ me rene ¤ e. a ' re de la Gnose. le principe animent de la polarisation magne mateur naturel qui jusqu‘alors gouvernait sa vie.de la vie. L‘ordre du centre positif du foie et du centre lumie ¤ gatif du coeur est perturbe ¤.

il s’agit donc. de ¤ fini par ces paroles de Je ¤ sus le Seigneur : ßJe ferai en ser cet e ¤ sus signifient que le centre vous ma demeure. il y a une e ¤ norme diffe ¤ rence Cependant. ¤ tats. Il ya bien alors un nouveau prin“ me qui ope ' re et s’agite en nous. tandis que sion : le pÆÆle positif s’est e ¤ gatif se trouve dans le syste ' me foie-rate. suivez le principe de l‘a “ me que vous posse ¤ dez de ¤ ja ' . Dans l‘e ' me foie-rate et le pÆÆle turel. Alors. qui nous contraint a ' toucipe de l‘a tes sortes de comportements. De e “ me e ¤ tait au centre des ve ¤ hicules. vous velle force de l‘a vivrez !ý ' re ¤ aliSi vous le faites. Dans l‘e ¤ tat nouveau. entre ces deux e ¤ tat ancien. ¤ le ' ve. Si vous re ¤ alisez le pÆÆle ne “ me. un jour. par l‘offrande de lui-e “ me. vive d’une vie conforme aux normes du nouvel ¤ tat de l‘a “ me. le nouveau comportement vous aidera a ¤ tat. sa totale collaboration pour que l‘e au service de tous. nouvelle influence de “ me en formation. de e “ me doit-il en e “ tre du noua “ veau principe de l‘ame. elle aussi. ne sont pas encore concentriques. comme ce fut toujours le cas dans la Gnose. donc non ressentie. le pÆÆle positif se trouvait dans le syste ¤ gatif dans la te “ te et le coeur. s’e vivra. L‘a “ me ne coÆÆncide pas encore avec celui des autres ve ¤ ja ' la vie . d’une vie consciente au sens gnostique. 160 . dans l‘ Ecole de la Rose-Croix d’Or. mais la nouvelle conscience manque encore parce que le centre du nouveau principe de l‘a“ me ¤ hicules. alors la cette interversion et vivez de la nouvelle force de l‘a ¤ panouira et l‘a “ me e ¤ veille ¤e nouvelle conscience. l‘e ¤ tat naen raison de l‘ interversion des pÆÆles. La majorite ¤ de nos e ¤ le ' ves sont touche ¤ s et marque ¤s e ' re. A ce moment l‘a “ me du renouvelleavec celui des autres ve “ me que l‘ancienne ment fait sa demeure dans le candidat. la nouen soyez conscients ou non. non consciente.“ me et les autres ve ¤ hicules. il l‘a n‘ ya pas de nouvelle conscience. Dieu soit loue ¤. de fait. le C ’est pourquoi l‘on insiste continuellement. Aussi l‘ Ecole leur dit-elle sans rela “ che : ßQue vous par la lumie “ me. il y a interverne ¤ leve ¤ dans la te “ te et le coeur. mais encore incontrÆÆd’une nouvelle vie de l‘a ¤ e.ý Ces paroles de Je “ me immortelle doit finir par coÆÆncider du nouveau principe de l‘a ¤ hicules.

un retournetique suppose donc en e ' Marie.“ me avec laquelle il est possible de vivre Il faut donc dire que l‘a ' un ve ¤ hicule astral de dans le nouveau champ astral se rapporte a ¤ e. chez les e ¤ ons de la nature. retrouve la vie fondamentale de l‘origine. Pensez ici a ¤ sus. est lui aussi cipe astral de l‘ homme. une conversion. ßElle se retournaý et vit Je ¤ dans l‘ombre jusqu‘a ' pre ¤ sent le fait que le prinNous avons laisse ¤ hicule astral. de qui il est e ¤ crit : ment. l‘e “ tre-a “ me. l‘a “ me retourne ¤ e. gure ¤ part rendant possible la ve ¤ ritable e ¤ volution. Mais l‘a “ me transfimonde astral e ¤ e. Dans ce nouvel e ¤ tat de l‘a “ me. mais exclusivecune liaison de l‘a ment avec l‘ Esprit. le ve ¤ a ' une source dont il vit. la loi sainte et universelle : celui qui renouvelle l‘a “ me De la trouve et rencontre l‘ Esprit. verselle. le devenir e ¤ ternel. Se tourner vers la lumie ' re gnospolarisation totalement inverse “ me temps un revirement. il n‘ y a plus aulution e “ me avec les e ¤ ons de la nature. 161 . qui e la liaison avec le Pymandre du commencement redevient effec¤ jadis est de nouveau re ¤ tabli et l‘ Esprit se mative. Dans cet e ¤ tat. relie ¤ de la nature cette source se trouve dans le Chez l‘ homme ne “ me. avec la force originelle de la manifestation uni¤ veille et confe ' re la vie. nifeste par la voie du principe de l‘a ' . ce qui fut brise “ me immortelle. l‘e ¤ voseul point de de ¤ ternelle. dont il se nourrit.

la terre sainte de l’origine. l’image du monde champ de vie du sixie ¤ rente. par sa ' me domaine cosmique . Toutefois leur nature que ceux du septie ¤ quence vibratoire est plus e ¤ leve ¤ e et ils ont par conse ¤ quent des fre ¤ te ¤ s tout autres. C ’est une terre tout autre. se distingue. ou ' l’ homme mental du commencement.XXIII ¤ veloppement de la conscience dans Le de le nouveau champ astral Le nouveau champ astral de l’Ecole Spirituelle de la Rose-Croix ¤ laTe “ te d’Or. est en liaison. si nous pouvons l’appeler ainsi. Or c ’est toujours avec insistance que nous parlons du champ astral de l’Ecole Spirituelle. Nous insistons afin de montrer clairement qu’il s’agit d’une ' me domaine cosconcentration de substance astrale du septie ¤ quence beaucoup plus e ¤ leve ¤e mique. champ appele ¤ rieure. du champ astral du Corps Vivant. avons-nous dit. mais ayant une fre que celle du monde astral de la nature de la mort qui nous entoure. le champ fondachamp astral du sixie ' l’Esprit se manifeste. peut re ¤ d’atomes exactement de me “ me Ce champ astral est constitue ' me domaine cosmique. que l’univers est tout autre. Ainsi vous pouvez imaginer que. C ’est la ' le monde astral dialectique par une vibration supe ' me domaine cosmique. Cette enclave. l’Esprit se manifeste nature. du d’Or. c ’est une sphe ' re de vie qui n’a rien a ' les entite “ voir avec la notre. ou ¤ ellement vivre avec l’Esprit. certes. et que pour est totalement diffe ¤ s de notre nature. dans le proprie ' me domaine cosmique. avec le sixie 162 .

jusqu’au plus profond de l’ab|“ me s’il le faut. gra ¤ ussit. les Fraterni¤ s gnostiques pre ¤ ce ¤ dentes. c ’est-a ¤ the ¤ rique sacre ¤ . ¤ cessaire qu’il y ait des hommes qui aspiD ’autre part. du champ e ¤ rielles diffe ¤ rentes de celles saintes nourritures. Ils s’yaccrochent. c ’est le champ de l’a Jeune Gnose attire autour d’elle alors qu’elle se manifeste encore pleinement dans la nature de la mort. Le Corps Vivant de l’Ecole Spirituelle se manifeste donc dans deux domaines cosmiques : d’une part. D ’autre part. ce grand effort collectif re extraordinaire. les forces cosmiques du sixie “ ce a ' elles. le re ¤ sultat sera groupe consciente. et s’identifier a cosmiques ?ý Deux facteurs l’expliquent. sphe ýComment. pour ainsi ' me domaine. il est ne ' la de ¤ livrance. il existe dans l’uni¤ manant du vers qui nous entoure une force de rayonnement e ' me domaine cosmique.ý demanderez-vous. ce que l’on nomme du feu astral pur. re ¤ alisent la transment aux saintes me figuration. dans la nature de la mort. gine. Ceux qui y travaillent attirent vers le bas. une force de rayonnement de l’orisixie ' -dire une force de rayonnement venant de l’Esprit. dans malheureux perdus. jusque dans les domaines les la mesure ou ' re astrale. conforme ¤rent a ¤ thodes gnostiques de jadis. en liaison de ment. et des forces mate les que nous connaissons ici-bas. des hommes qui. Pensez ici a ' la corde avec laquelle Chrisse hissent gra ¤ pe ¤ rissetian Rose-Croix se haussa jusqu’en haut du puits du de “ ce au rassemblement de beaucoup. Il s’agit d’une situa“ me-esprit que la tion exceptionnelle.donc dans le champ astral du Corps Vivant. dans un e ¤ tat qui correspond a ' la plus hauts de la sphe ' re astrale du sixie ' me domaine cosmique. Si. parce que l’amour ¤ ne ' tre jusqu’au milieu de l’enfer pour aider et servir les divin pe ¤ le ' ve. au cours d’un tel processus. dire. c ’est une certitude. D ’une part. ce Corps Vivant s’e ' cela nous est possible. ge 163 . En effet. ßun champ peut-il se manifes' deux domaines ter de faýc ° on si exceptionnelle. a ' partir de la base. En outre. offrent leur aide te ¤ ne ¤ reuse.

Comme dinaire.‘ pas a 164 . Posse ¤ der la conscience de sible que lorsque l’a “ me est donc encore autre chose que de participer au corps astral. entrer dans le nouveau champ astral de l’Ecole et y participer. C ’est pour les e ' l’extre “ me de rendre les possibilite ¤ s toujours plus forcer jusqu’a ¤ tant un domaine de l’a “ me. le grandes. liaison nous assurant finaleavec le sixie ¤ gration totale dans le sixie ' me ment un retour complet. que la nouvelle conscience n’est pos“ me est inte ¤ riorise ¤ e. ioriser l’a 3. ne tarde ' venir. tandis que ceux qui n’ont pas commence¤ ce ' -me “ me en-dehors. Il s’agit ici d’un processus d’extension et d’accomplissement signifiant une liaison de plus en plus intime ' me domaine cosmique. En effet le champ astral e “ me et l’e ¤ tat de l’a “ me se confondent entie ' rement.' de ce corps astral extraorEh bien. La mission l’a ' l’e ¤ le ' ve est donc triple : qui incombe a 1. alors. Si le groupe et ses participants vont leur ¤ ment aux directives de la Gnose universelle. gra nous ne manquerons pas de conna|“ tre des manifestations encore plus merveilleuses. l’a autre chose que de former une cellule du Corps Vivant de l’Ecole. ¤ voluer le nouvel e ¤ tat de Le but de l’apprentissage est donc de faire e “ me jusqu’a ' l’obtention de la conscience de l’a “ me. par une nouvelle vie de l’a “ me dans son propre syste ' me vital. une inte domaine cosmique. “ me toujours plus dynamique. Il champ de l’a ¤ s dans le processus est donc clair que tous ceux qui sont engage “ me participent dans la me “ me mesure au noudu revirement de l’a veau champ astral. entretenu par la force d’a ¤s cette force s’amplifie sans cesse. ¤ tat du champ astral de Or tenez bien compte du fait que l’e ' fait aux qualite ¤ s d’a “ me des e ¤ le ' ves qui l’Ecole correspond tout a ¤ le ' ves une raison de plus de s’efl’entretiennent. inte ¤ r2. l’Ecole de la Jeune Gnose posse “ me libe ¤ re ¤ e dans l’Ecole. elle fait na|“ tre des possibilite toujours plus grandes. en outre. finalement obtenir la conscience de l’a“ me qui. chemin conforme “ ce aux possibilite ¤ s de notre ve “ tement de lumie ' re collectif. revirement restent par la Rappelez-vous.

que l’e ¤ quilibre du syste ' me nerveux automatique un peu repose ¤ tabli. s’emtes sortes de repre “ lent jusqu’a ' devenir une pelote inextricable. Cela provoque des re ¤ sentations et de situations qui. de se libe ¤ rer de la sphe ' re zontale qu’il est tre astrale dialectique. aussi longtemps que le pro¤ riorisation de l’a “ me nouvelle n’est pas accompli. maines et aspects inte ¤ s. il y a me “ ve mais encore bien plus de de ¤ sarroi et souvent du vrai dans un re ' re. les pe ¤ riodes de sommeil se divisent en Chez l’e ' re partie de la nuit.“ me peut. un me ' re astrale de l’Ecole et de celle de la nature ordivenant de la sphe “ ves mi-gnostiques. de ne leur accorder au¤ cessaire . Nous vous conseillons fortedence en ce qui concerne vos re ment de n’y attacher aucune importance. entre le champ astral de l’Ecole et l’e ¤ le ' ve reA la fin du repos nocturne. le corps s’est De ¤ . C ’est pourquoi vous devez observer la plus grande prude mise “ ves. au de ¤ but. est aide l’Ecole pendant le sommeil du corps. Souvenezvous en. entrer en communicaTrisme tion vivante avec l’Esprit. cune attention. De la sorte. encore vidialectique. dans le dormeur. midialectiques. un contact aura lieu. devenir un serviteur dans tous les do¤ rieurs du Corps Vivant de la Jeune Gnose. l’e ¤ le ' ve se ¤ journe trois parties : dans la premie ' re astrale de la nature de la mort. La vie diurne est pardans la sphe ¤ e. toutes deux e ¤ le ' ves de A titre d’exemple. ' s que. comme Herme 's Celui qui est devenu conscient selon l’a ¤ giste. partie de la nuit. l’autre l’a perdu par la mort. dans les premie ' res heures de sommeil. imaginez deux entite l’Ecole Spirituelle : l’une est toujours en possession de son corps ' re. si c ’est utile et ne 165 . La premie ¤ e autant que possible par le champ astral de vante ici-bas. l’e ' la limite de la sphe ' re astrale orditourne le plus souvent jusqu’a ¤ lange d’impressions naire. en ge ¤ ne ¤ ral. ¤ le ' ve moyen. s’entretenir avec Pymandre. si pleine d’occupations dirige ¤ es sur la ligne horifois si anime ' s difficile. pendant la seconde est plus ou moins re ¤ le ' ve. Alors surgit. tounaire. Il cessus d’inte est certain qu’elle sera maintenue dans ce champ pendant quelques heures de la nuit. dans la troisie' me partie.

La situation est ¤ e. En ce cas. le nouveau potencosme dans la matie “ me de ¤ ja ' acquis ne se perd pas. Une a “ me non encore e ¤ veille ¤ e est. Il reste grave ¤ dans l’e “ tre tiel de l’a ¤ e. ¤ le ' ve de notre exemple. Le nouveau pouvoir de l’a ' ce qu’il soit parfaitement centralise ¤ dans l’e ¤ le ' ve et que jusqu’a “ me non e ¤ veille ¤ e ne peut donc pas celui-ci puisse l’employer. en ce sens qu’une nouvelle immersion du micro' re devra suivre. La pe ¤ riode la pe d’unification avec le champ astral du Corps Vivant s’allonge. ne Mais admettons que la nouvelle a ¤ veille ¤ e.' tement. ce vous comprendrez plus tard concre ¤ ventuellement de vrai. par la mort. il n’est entre ¤ double ve qu’en partie dans le processus du changement. progresse de force en force. Dans cet e¤ tat. bien qu’elle n’ait aural comme un centre de force. l’autre sur le nouveau champ de vie. l’entite champ de vie. Ce ¤ hicule astral n’est pas encore polarise ¤ . La vie passe 166 . Si son corps par la mort. quoiqu’en formation. la situation est e “ me est de ¤ ja ' e ¤ veille ¤ e avant le de ¤ part du corps. En fait. ¤ du corps physique et quand un microcosme. est vide ¤ the ¤ rique. par naalors plus complique “ me en devenir est inactif ture. L‘a encore agir et c ’est pourquoi il faut prendre soin d’elle. Toutefois. inactive. le ¤ et devenu un ve ¤ hicule imcorps astral parfaitement bien polarise mortel. et que le corps meure. Les ¤ cartent jusqu’a ' ce que la liaison avec la sphe ' re astrale limites s’e du Corps Vivant dure pendant tout le repos du corps. Or. Or il peut arriver que l’orientation astrale dialectique se mon¤ est perdue pour le nouveau tre la plus forte. il subsiste un ve ¤ hicule astral de nature de son double e ' s complexe. ils sont deux : l’un oriente ¤ astralement tre sur la nature dialectique. qu’ils contenaient e “ me. par l’expe ¤ rience. A mesure que se poursuit le processus de revirement de l’a ¤ riode me ¤ diane de l’expe ¤ rience nocturne s’e ¤ tend. le ¤ ce ¤ de ¤ est attire ¤ dans deux directions : le champ astral de la nade ture dialectique et celui de l’Ecole Spirituelle. “ me. tout est tre ' s siml’a “ ' ple : l’ homme-ame qui possede le manteau d’or des Noces. comme c ’est le cas chez beaucoup d’e ¤ le 'soit pas encore e ves de l’Ecole Spirituelle. prive ¤ de En ce qui concerne le second e ¤ videmment diffe ¤ rente.

que soit encore trop jeune. mais qu’a ¤ le ' ve soit axe ¤ si parfaitement sur la vie nouvelle et sur la reddil’e ' rement de ¤ voue ¤ a ' tion de soi de l’ homme-Jean. que l’aide apporte ¤ e ne re ¤ ussus remarquable. Ce processus est sou¤ tachement. Il peut arriver aussi. ces po “ les s’intervertissent . le po “ le ne ¤ gatif au syste ' me positif correspond au coeur et a foie-rate. Le 167 . Cette sensation de lun’e ' re s’affaiblira peu a ' peu. Au cours de te “ me nouvelle. En arrivant dans laTe“ te d’Or. il ressentira la conscience astrale dialectique plus importante. a sisse pas. ¤ que la conscience de l’a “ me est en reNous vous avons explique lation avec une nouvelle polarisation du corps astral. Or e l’Ecole ne concorde pas avec cette conscience astrale. sensation d’une lumie ¤ prouvera rien : il n’y a que la lumie ' re. qu’il soit si entie ¤ le l’Ecole. Dans ce cas. qu’il rejette en principe la nature dialectique malgre ¤ s d’a “ me pre ¤ sentes. par exemple. “ me nouvelle est e ¤ videmment polarise ¤ entie ' reLe corps de l’a ment comme le grand champ astral de l’Ecole Spirituelle. trop peu de ' co “ te ¤ de cela le gain acquis soit relativement infime. parce qu’il se de ¤ veloppera un procesmie ' moins. le po “ le la formation de l’a ' la te “ te.¤ te ¤ l’occasion d’un sauvetage n’a pas e ¤ te ¤ tout a ' fait sans be ¤ ne ¤pas e ' la nouvelle personnalite ¤ qui se manifesfice : l’acquis profitera a tera dans le microcosme. que la nouvelle a“ me ¤ veloppe ¤ea ' la mort du corps. et c ’est souvent le cas. server autant que possible d’influences ge “ me du de ¤ funt soit encore axe ¤ ea ' Supposons. Tous les fre ' res tenu dans l’Ecole par un service de de ¤ s ici-bas ta “ chent d’inciter le de ¤ funt a ' rejoindre le et soeurs reste ' re et de le pre ¤champ astral de l’Ecole au moyen de la force-lumie “ nantes. que l’a quatre-vint-dix-pour cent sur la nature dialectique et a' dix pour cent sur l’astral nouveau. il ne percevra donc rien. cependant. comme une ¤ tant donne ¤ que le champ astral de conscience de veille. l’a “ me est certainepeu de qualite ment admise dans le nouveau champ de vie. le po ' me foie-rate et le po “ le ne ¤ gatif dans la te “ te et le coeur. il aura la ' re aveuglante. Dans l’e¤ tat “ le positif du corps astral est centralise ¤ dans le sysdialectique.

pousse ¤ rissable qui va chercher. pour le sauver. cou ' s peu de temps. Ainsi dresse ¤ e par ces courants polaires. ici. perdu. Cette ope ration est effectuee par les tra“ te d’Or. C ’est le travail vouer a ¤ rieur. autrement dit la sphe' re astrale du ' me domaine cosmique. ' l’a en tre ¤ veille ¤ e. Au moment me “ me ou “ me est redresse ¤ e. fre ' res et soeurs a ' qui il est permis de se vailleurs de la Te ' cette ta “ che au service de tous leurs amis. si ce travail de redressement re ¤ ussit. l’a “ me nouvelle. travail qui demande toujours plus de servidu Temple inte teurs. Une nouvelle immersion dans la nuit. On voit souvent cela se produire ' tement par l’extension des bras. C ’est la dernie ¤ qui va dispara|“ tre. ment vivifie ' ¤ ¤ ¤ est a l’instant eveillee. il va de soi plissent et qu’un nombre croissant d’entite¤ s est attire ¤ cessaires. a donc une polarisation oppose ¤e a ' sixie ' me domaine cosmique. volontairement. que les granges se remmoisson et que la moisson est rassemble ¤ . que de nombreux moissonneurs sont ne ¤ le ' ve-t-elle pour finir : ßqu’adSans doute une autre question s’e 168 . Le miracle granelle est parfaitement e ¤ re ¤ de la roue de la naisdiose est accompli : le microcosme est libe ' re manifestation d’une personsance et de la mort.champ astral du Corps Vivant. Ce qui. vivante. la nalite ¤ cessaire . Ces courants de la Te ¤ ¤ nuellement entretenus. les jambes en didirection du po ¤ e. la te “ te exactement dans la concre “ le positif du champ en question. forterection oppose ¤ e. au service de Je Il faut cependant comprendre que les courants polaires du champ astral de l’Ecole Spirituelle n’agissent pas automatique“ te d’Or doivent e “ tre e ¤ veille ¤ s et contiment. parfaitement consciente. A mesure que les travailleurs s’en vont dans le champ de la ¤ e. consciente. ce qui est l’amour impe ¤ sus-Christ notre Seigneur. peut se re ¤ aliser la ' “ te e tique. dans le monde dialecl’a ¤ ventuellement des anne ¤ es de lutte. dresse courants polaires de ce champ. L‘ancien etat de “ me s’e ¤ teint en me “ me temps. celle du champ astral du septie “ me endormie introduite dans le champ astral du Corps ViL‘a ¤ e par les forts vant est pour ainsi dire tendue toute droite. a ' moins que l’a “ me dont il mort et l’ horreur n’est plus ne ¤ e par s’agit ne redescende plus tard.

ý Comprenez cet appel a ¤ ritier du salut. agissant par lui-me “ me. prenez sans tarder possession de votre he¤ ritage ! he 169 . Si vous vous savez enfants de Dieu. s’unit a “ tre humain. par lui-me “ mes vivantes. est une radiation. qu’une a “ te d’Or du CorpsVivant Gnostique. comme dans un e ¤ clair. un co-constructeur dans la demeure des a ¤ ' Nous esperons ardemment que cette explication contribuera a ¤ serve ¤ a ' tous dans la vous donner une vision claire du salut re Gnose. en liaison avec l’EsElle entre aussito prit. avec son Pymandre. l’Esprit. en une fracdans laTe ' elle et tous deux ne font plus qu’un.“ me e ¤ veille ¤ e par les courants polaires du champ astral vient-il de l’a gnostique ?ý “ t. De' s “ me est e ¤ veille ¤ e et se dresse dans le nouveau champ astral. A tion de seconde. cre ¤ ant partir de ce moment l’e “ me. devient au plus haut sens du mot un franc-mac° on. L‘ Esprit. ßA tous ceux qui l’acceptent. lui aussi. il donne le pouvoir de redevenir ' la vie.

XXIV “ te d’Or La salle des Noces : la Te ¤ de la manie ' re dont la conscience de l’ homNous avons parle “ ¤ meame se developpe dans le nouveau champ astral. Nous ne prendrons pas en conside ¤ ja ' quitte ¤ le corps terrestre ou qu’il se serve encore du ve ¤ hiait de ¤ ' ¤ ¤ ¤ ' cule dialectique. pe ¤ ne 'L‘a tre dans le saint espace du Temple sublime de l’initiation gnos“ te d’Or. des impulseulement. Pymandre et Herme ' s sont re ¤ unis. Dans ce champ d’actichamp de base de la vie humaine ve ¤ . dans le champ astral de l’Ecole. dans son existence au sein de la matie “ me. sions pour la manifestation de l’a “ me pre ¤ pare ¤ e. y enastral de l’Ecole ou qu’il ne puisse. en effet. donc de l’e ¤ le ' ve qui est attire ¤ et admis. qu’il ait deja penetre entierement dans le champ “ me endormie. comme a trer que quelques heures chaque jour. Approentre l’Esprit et l’a “ me se manifeste fondissons maintenant la fac ° on dont la vie de l’a dans le champ astral de l’Ecole. gra “ ce a ' sa transfigural’a “ te d’Or du tion astrale. le Temple de l’initiation de notre Pe ' re Fre ' re tique : la Te ¤ quence vibratoire diminue C. dans laTe ¤ ration le fait qu’il CorpsVivant. condition qui lui donnera ' re. le l’ homme-a ¤ ritable. l’unite ¤ brise ¤ e est re ¤ tablie vite “ me . de celui qui va le cheReprenons l’exemple de l’e min de la reddition de soi et de son corollaire. la naissance de “ me. dans ce champ de l’a “ me. qui entre dans le nouveau champ astral. ¤ le ' ve se ¤ rieux. C ’est un Temple dont la fre ' la limite extre “ me des vibrade temps en temps pour s’accorder a 170 . R. C. comment “ me est conduit a ' l’e ¤ veil dans le jardin des dieux.

lence a ¤ sentez-vous cette salle des Noces. qu’il y a toujours des convives qui ne posse ¤ s directement. par les paraboles bibliques sur ce sujet et les infor¤ es dans Les Noces Alchimiques de Christian Rosemations donne ' dent pas le ve “ teCroix. “ ce aux vibrations de nature spe ¤ ciale qui sont mýrs le ressentent gra dont nous venons de parler et qui se manifestent dans l’espace il¤. Toutefois cette grotte baigne ressentez que froideur et obscurite dans l’espace du champ astral gnostique. ni dans des salles grandio' s’e ques d’ou ses. laTe “ te d’Or.Vous comprenez que ces e ' rement sur la re ¤ alite ¤ et que cette histoire se ques reposent entie ¤ pe ' te toujours. mais la salle ¤ andes Noces de la Gnose est en fait un espace illimite¤ . soit pese ¤ s et ment nuptial. blanches et or. Ceux qui sont pre“ ts. la grande De “ te des Noces Alchimiques commence. parfois. puis eux aussi expulse ¤ s sans pre ¤ judice du jugetrouve ¤ pisodes apparemment romanesment. ressenti ne ¤ organique. C ’est ainsi qu’a ' notre e ¤ poque. ¤ e d’un groupe qui s’approche. pensez a dans lequel serait admis le candidat. comme dans la dans le monde dialectique. Quand vous entrez dans la moins comme une totalite ¤ draleý d’Ussat-Ornolac. Ils sont soit renvoye ¤ s trop le ¤ gers. fe Vous savez. courants qui sont. comme un ¤ formant ne ¤ anmoins une totalite ¤ organique et ne espace illimite ' la sublimite ¤ telle qu’on la conc faisant aucune concession a ° oit ' vous n’entrez pas. comme diffe 171 . limite ' un champ sphe ¤ rique Si vous voulez une comparaison. afin de rendre possible la traverse ' s que cette salle des Noces est remplie de convives. R. le champ Repre astral de l’Ecole. vous ne voyez qu’une grotte et ne ßCathe ¤ . De sembla¤ sentations sont peut-e “ tre utiles et significatives. sous les vou ¤ drales e ¤ the ¤ ri“ tes d’immenses cathe sphe ¤ lancent tours et coupoles. La ' re re ¤ flectrice.tions de la nature dialectique. Il n’est pas question de tout cela. ceux qui font viore ' la ve ¤ rite ¤ sont rejete ¤ s de la salle des Noces. bles repre dans le monde astral ordinaire pour quelquesuns . Dans ce champ apparaissent ¤ tiques polaires de nature totalement de puissants courants magne ¤ rente du champ astral dialectique. C. comme pour une sorte d’accueil. leTemple de l’initiation de C.

si elle et son ve ment d’or des Noces. entre modestement. diame ¤ tralement oppose ¤sa ' ceux du champ nous l’avons explique ¤ est la porte de ¤ cisive astral dialectique. vous e “ tes ici vous aussi ?ý leur question : ßAinsi. Se donner des airs est de la mystification. la gra “ ce de Dieu m’a fait entrer.ý Mais tous ces ßfre ' s que commence la pese ¤ e. ce disparaissent. fre ¤ pond : ßOui. l’illusion e ¤ tat d’e “ tre ne peut satistoute mystification cesse. plein de reconnaisance d’avoir pu passer tout juste la porte. mais nous ajoutions : a ' moins que. c ’est-a ' -dire admis en ce lieu ! Aussi de ' s que les courants polaires s’intensifient. de riches et de pauvres . Aux premie de rois. Car ce redressement s’e “ me n’est possible que si celle-ci est en harmonie avec ce de l’a ¤ hicule satisfont a ' l’e ¤ tat organique du ve “ techamp. d’empereurs. Mais de ' s que vous passez la porte des Myste ' res.. Ce champ d’espace illimite ' res gnostiques . gra “ me qui y pe ¤ ne ' tre est redresse ¤ e et trale qui traverse ce champ.¤ . Si quelqu’un ne fait que parler de la ve ¤ rite ¤ peut se relier a ¤ vince ¤ de ce mais ne la met pas en pratique. de nobles et de roturiers. C ’est pourquoi aucune mystification ne peut plus avoir lieu ¤ rite ¤ dans l’espace du nouveau champ de vie : seul celui qui est ve ' la ve ¤ rite ¤ . fre ' res. l’a ¤ le ' ve. ' res places s’assoient au de ¤ but un grand nombre R. Dans le champ ¤ s par l’illusion . Mais pour ceux qui ßre 172 . C. il est absolument e champ. le comportement de beaucoup d’en“ tre e ¤ leve ¤ et la plupart font du vacarme pour dix. R. de barons. nous sommes entoure ¤ gare. tre eux est loin d’e Lorsque C. C ’est ainsi que se confirment dans la pratique ¤ cits et le ¤ gendes. a' ' re Rose-croix. ils lui rient au nez quand. ces soi-disant fre' res de ¤ sistent a ' tous les poidsý.. et de l’existence ordinaire. voici quelques explications : “ ce au courant polaire de nature asNous vous avons dit que. Pour le comprendre. de princes. C. moi e ¤ galeil re ' resý n’ont fait aucun effort pour e “ tre ment. Celui dont l’e faire aux exigences du passage sera incapable de se maintenir ¤sa ' une fre ¤ quence vibraquand les courants polaires seront porte toire plus haute. celui qui peut y entrer ne devient pas des Myste libre. les saints re Rappelez-vous ce qui arrive dans leTemple de l’initiation de C. il est libre.

et pe confond jamais avec la nature dialectique dont elle se tient a' ¤ cart. dans cette ßvalle ¤e La seule chose que nous posse de larmesý. est e prit. L‘existence dans la nature dialectique suit une voie de peine. Pourtant. remplit ¤ sence l’espace du monde de l’a “ me. l’Esprit du Consolateur. ' l’aide d’exemples pris dans de souffrances et de chagrin. le domaine des de l’a “ me que Je ¤ sus-Christ dit de lui-me “ me : hommes-Christ. enfant de la Diviqui est ainsi re ¤ . En effet l’espace entier de laTe “ te d’Or en nite ¤ galement rempli de la radiation de l’Estant qu’espace astral. nous sommes uný. peut le dire lui aussi car le suscite ¤ et illumine ¤ par la Divinite ¤ . Celui fiante. il est impossible de faire aucune comparai“ te d’Or. un devenir conscient. l’ homme fait des expe mal. La ' . Dieu et le monde de l’a “ me. C ’est une force sanctifiante et gue¤ force-lumie “ me. Esprit et champ entier est embrase ' re et Fils. redressement de l’a ' travers l’e ¤ ternite ¤. est l’Esprit du Paraclet. la ' re du Saint-Esprit. Dieu. lectique jusque dans l’e 173 . Il signifie en outre une vie nouvelle.“ me repre ¤ sente un e ¤ veil. sont parfaitement Ame. Pe un. A cause de la vie dialectique re ¤ riences et cre ¤ e lui-me “ me l’illusion du cela. de nous conduire hors du monde diaramener a ¤ tat d’a “ me vivante. ¤ rience nous apprend. L‘ Esprit (a' bien distinguer du Saint-Esprit). Elle ne se mique. un voyage a Le candidat est conduit jusque-la' par une force gnostique sancti¤ risseur. Qu’est-ce que l’Esprit ? Cela ne peut s’expliquer. du Paraclet. enfant de l’Esprit. et la Bible nous le confirme. du sixie ' me domaine cosrissante qui vient du monde de l’a ¤ ne ' tre dans le septie ' me domaine cosmique. De me ' re. son avec le champ de l’Esprit de laTe ¤ dions ici-bas. a la nature dialectique. du Gue ¤ veille ¤ se retrouve fils nouveau-ne ¤ . Aussi. que dans L‘expe ' gne la se ¤ paration d’avec l’Esprit. de me “ me l’ homme-a “ me resßMoi et le Pe ¤ . la force du Saint-Esprit. cette force existe et a pour seule ta “ che de nous l’e ' la Maison du Pe ' re. rapatrie ¤ dans la Te “ te d’Or. Aussi ce monde de sa sainte pre “ me est-il associe ¤ au Royaume des Cieux. le Logos universel.

ý ' ce Royaume des Cieux. amour parfait.¤ oloAussi vous pouvez comprendre pourquoi les milieux the ¤ ricaux et sectaires. 174 . ou ' ve “ me et l’Esprit se fondent dans une unite ¤ parfaite en vertu de la l’a “ me e ¤ prouve la ve ¤ rite ¤ de la parole manifestation de l’Esprit. mais le plus petit dans le Royaume des Cieux est plus grand que lui. conscient et lucide. Le candidat qui entre dans ce “ me-esprit. Maintenant vous comprenez la justesse des paroles de Je¤ sus le Seigneur concernant Jean-Baptiste : ßParmi ceux qui sont ne¤ s de la femme. l’imitation de Je “ me introduite par l’Esprit du Paraclet. que vous e “ tes appele ¤ . omniscience. car je vis et vous vivrez aussi. vous me ' . dans le nouveau champ de vie. Encore un peu de temps et le monde ne me verra plus . unite ¤ absolue sans aucune notion de division. vous conna|“ trez verrez . aucun n’est plus grand que Jean. participant de l’ordre spirichamp devient un homme-a ¤ tuel originel de Jesus-Christ. champ qui est e ¤ absolue. immortalite ¤ . En ce jourla ' re. le champ de l’Esprit. cette a de Jean. cherchent le Saint-Esprit maisne le giens. l’Esprit de Par contre. chaque fois. ce Vous sentiriez le champ de l’unite ¤ ternite ¤ . a ' ce re ' gne qui existe ici. ¤ de l’a “ me et de l’Esprit. que vous e “ tes en moi et que je suis en que je suis en mon Pe vous. car l’Esprit du Paraclet agit dans tous les foyers vous est dispense et dans l’ensemble du Corps Vivant de la Jeune Gnose. 14. dans la Maison Si vous pouviez vous e ' re ßaux nombreuses demeuresý. dans Or c ’est a ¤ sent vivant. l’a ¤ rite ¤ . consunite ciemment et intelligemment. une bonte ¤ spatiale infinie pourtant ressentie organiquement. de ¤ aliser le Royaume de Dieu sur la terre ne trouvera Celui qui veut re “ me en parlant vertueusement de jamais la force du Paraclet. mais vous. cle ¤ nichent un fantoche spirite. je viendrai a' vous. et toute l’aide ne ¤ cessaire le pre ¤ e. vous verriez et sentide notre Pe ¤ de vous expliquer de fac riez ce que nous avons essaye ° on simple. 18 -20 : ßJe ne vous laisserai pas orphelins . trouvent jamais et. me ¤ sus-Christ.ý ¤ lever.

Vers le travail auquel la Gnose nous convie. C ’est pourquoi nous dirigeons nos pas. ßIl s’agit du pre Il s’agit du maintenant d’aujourd’ hui.¤ sent vivant.ý 175 .

et l’essence du devenir est la vie et la mort.XXV ' me livre : Pymandre a ' Herme 's Deuxie “ Herme ' s Trisme ¤ giste. mon fils.ý l’ ide ' s : ßOn parle beaucoup de tous co “ te ¤ s de l’ univers 2 Herme et de Dieu. Veux-tu m’e ¤ clairer. le temps et le vers. l’e ¤ ternite ¤ . mais les opinions se contredisent de sorte que ¤ rite ¤ . la be ¤ ternite ¤ est l’ immuabilite ¤ . l’e ¤ ternite ¤ fait le monde. telle est l’action de Dieu . l’e 176 . ¤ atitude et la 5 L‘essence de Dieu est le bien. o “ Ma|“ tre ? je ne distingue pas la ve ¤ ve ¤ leras. Je te dirai aussito ¤ e. c’est-a devenir. le monde fait 4 Dieu fait l’e le temps. o “ t ce qui me vient a ' je vais t’apprendre. l’essence de l’e sence du monde est l’ordre . et retiens bien ce que 1 ßFais silence. la permanence et l’ immortalite ¤ ternite ¤ . le temps fait le devenir.ý ¤ ternite ¤ . “ me sont la force active et re ¤ ve ¤ latrice de 6 L‘ Esprit et l’a ¤ . le beau. la de ¤ naturation et le retour a ' la perfection. le monde. le rapport entre Dieu et l’ uni' -dire : Dieu.ý Je ne croirai que ce que tu me re 3 ßApprends donc. l’essence du temps est le changement . l’essagesse .

ý l’e ¤ ternite ¤ fait du monde un ordre en pe ¤ ne ¤ trant la matie ' re 13 L‘e ¤ . qui n’a pas eu de commencement. le temps s’accomplit dans le monde meut dans l’e ¤ volue dans le temps.ý entie 11 ßMais qu’est-ce que la sagesse de Dieu ?ý ¤ atitude. aussi bien dans le ciel que ¤ rents de nature . telle est l’acsance. et rien ne sera jamais. car l’e ¤ anti parce que l’e ¤ ternite ¤ enveloppe le monde jamais ane ' rement.telle est l’action du monde . la proprie tion du devenir. et le devenir e 9 Dieu est donc l’origine de toutes choses . la croissance et la de¤ crois¤ te ¤ . le monde est dans l’e ¤ ternite ¤. le monde se 8 Tandis que l’e ¤ ternite ¤ . 14 Il y a le devenir et le temps. le beau. sur la terre. mais est en devenir continuel sous l’action de l’e¤ ternite C ’est pourquoi rien de ce qui est dans le monde ne pe¤ rira ¤ ternite ¤ est incorruptible. la be ¤ ternite ¤ . ¤ ternite ¤ repose autour de Dieu. 7 Ainsi l’e le temps est dans le monde et le devenir est dans le temps. Le devenir de la matie ' re de permanence et d’ immortalite ¤ pend de l’e ¤ ternite ¤ comme l’e ¤ ternite ¤ elle-me “ me de ¤ pend de de Dieu. L‘oeuvre de 10 L‘e ¤ ternite ¤ est le monde. ¤ ternite ¤ est en Dieu. mais ils sont diffe 177 . la vertu totale et 12 ßElle est le bien. telle est l’action du temps . l’e ¤. dans le ciel. Son essence est ¤ ternite ¤ et le monde est Sa matie ' re. l’e ¤ ternite ¤ est la force potentielle de Dieu.

la nature. ils sont ils sont immuables et impe ¤ rissables. l’a “ me est 16 Dieu est dans le Nou ' re et toutes ces choses existent par l’e ¤ terdans la matie ¤. qui englobe tous les corps. ¤ ternite ¤ maintient tout cela. en effet.¤ rissables . cette vie vaste et parfaite qu’est le 18 Exte ¤ rieurement. car tu t’e ¤ card’ ici-bas ou d’en haut soit semblable a ¤ rite ¤ : rien. sur la terre. monde avec. toutes les cre ¤ atures vivantes. inte dure immuablement en haut dans le ciel. ¤ rieurement. soit par ce qu’on nomme 19 L‘e le destin. par une a “ me pe ¤rieurement. changeants et pe “ me de l’e ¤ ternite ¤ . ne crois pas que quelque chose 21 C ’est pourquoi. au Dieu unique et universel. et a' quoi ne peut se comparer rien d’ humain ni de divin. une ame vivifiant tout l’ univers. monde. l’e ¤ ternite ¤ est l’a “ me du 15 Dieu est l’a “ me de la terre. et enveloppe ¤ ¤ ¤ ¤ ¤ “ netree de conscience-esprit. la providence. 178 . le Nou “ s est dans l’a “ me . penetree de Dieu. Herme ' Dieu. est rempli inte¤ ¤ exte ¤ rieurement. ' s. nite 17 Ce grand corps. et le ciel est l’a “ s . la force active re ¤ ¤ et revelatrice de Dieu. tandis qu’en bas sur la terre. n’est semblable a ' l’ Incomterais de la ve parable. soit de quelque fac° on ' re maintenant ou dans l’avenir. elle tique a produit les changements du devenir. 20 Dieu. dont la force potentielle l’emporte sur tout. est Dieu. Celui qui qu’on le conside ¤ alise tout cela par son activite ¤ . toujours iden' elle-me “ me.

hormis Dieu. ni dans le 24 Aussi n’existe-t-il nulle part d’ inactivite “ tre que ce soit. 29 Vois aussi les sept mondes fondamentaux. Qui. ce n’est pas suffi¤e ¤ des e “ tres : il les prend aussi sous sant pour Lui d’avoir cre sa garde. sinon le cosmos entier le serait aussi. ¤ . 25 Tout doit e ¤ ateur vit en toutes ses cre ¤ atures. et Il ne cre ¤ e pas en l’ une dans l’ une d’elles se ¤ e toutes. qui concerne le cre “ tre cre ¤e ¤ selon l’ influence propre a ' chaque lieu. mais le feu nulle part. Il ne demeure pas 26 Le Cre ¤ pare ¤ ment. un ordre e ¤ ternite ¤ . d’elles seulement. la lumie ' re est remplissent ensemble l’e partout. Vois. ne crois pas non plus qu’ Il partage avec quiconque Sa force potentielle. forme¤ s selon ¤ ternel et qui. de l’ immortalite ¤ er ? Dieu n’est pas 23 Que pourrait-Il faire d’autre que cre inactif. est cre¤ ateur de la ¤ et du changement ? vie. ' tes yeux et conside ' re 28 Vois par moi le monde qui s’offre a “ me combien il est beau : un corps pur et incoren toi-me ¤ rieurement jeune et robuste. aussi bien en ce qui concerne le createur qu’en ce ¤e ¤. chacun suivant son propre cours. inte ne cesse de cro|“ tre. et dont la force ruptible. 30 Car l’amour ainsi que la fusion des contraires et des dis' re qui rayonne par la semblances sont devenus la lumie 179 .22 Ainsi. mais Il les cre 27 Puisqu’ Il est une force toujours active. Inactivite ¤ est un mot monde ni en quelqu’e ¤ vide. car tout est empli de Dieu.

¤ ve ¤ latrice de Dieu, le Cre ¤ ateur de tout bien, Seigneur force re et Prince de l’ordre entier des sept mondes.

31 Vois la lune, qui court en avant de tous les mondes, instrument de la croissance naturelle, transformant la matie' re d’ ici-bas.
¤ tablie comme base 32 Vois la terre au centre de l’ univers, e ' re et gardienne de tout de ce monde magnifique, nourricie ce qui vit sur elle. “ tres immortels 33 Remarque l’ innombrable multitude des e et la grande foule des mortels, et vois la lune de¤ crire son orbite entre mortels et immortels. “ me, tous les e “ tres sont mus selon leur 34 Tout est plein d’a propre nature, certains dans le ciel, certains sur la terre. “ tre a ' droite ne vont pas a ' gauche ; ceux Ceux qui doivent e “ tre a ' gauche ne vont pas a ' droite ; ceux qui qui doivent e “ tre en haut ne vont pas en bas ; ceux qui doivent doivent e “ tre en bas ne vont pas en haut. e “ tres aient e ¤ te ¤ engendre ¤ s, je n’ai plus besoin 35 Que tous ces e ¤ Herme ' s ; ce sont des de te le montrer, mon bien-aime ' dent une a “ me et ils sont mus. corps, ils posse “ tres, cependant, ne peuvent former une unite ¤ 36 Tous ces e sans quelqu’ un qui les assemble. Il faut donc que celui-ci “ tre absolument unique. existe ! Et il doit e

37 Car, puisque les mouvements sont diffe¤rents et multiples, et que les corps aussi sont dissemblables, alors qu’ il y a une seule vitesse qui leur est impose¤ e collectivement, il ne ¤ ateurs. peut y avoir deux ou plusieurs cre

180

¤ de l’ordre ne serait pas mainte38 S‘ il y en avait plus, l’ unite nue et la jalousie na|“ trait au sujet du plus puissant. ¤ ateur pour les e “ tres chan39 Suppose qu’ il y ait un second cre ¤ sir de cre ¤ er geants et mortels, celui-ci serait pris du de “ tres immortels, et de me “ me le cre ¤ ateur des imaussi des e ¤ er aussi des e “ tres mortels. mortels voudrait cre

40 En outre, supposez qu’ il y ait deux cre¤ateurs, alors qu’ il y ' re et d’autre part l’a “ me, auquel des a d’ une part la matie ¤ deux attribuer la creation ? Et si tous deux y pourvoyaient, qui en aurait la plus grande part ?
' re et 41 Sache que tout corps vivant est compose¤ de matie “ me, tant l’ immortel que le mortel, tant celui qui est d’a ¤. pourvu de raison que celui qui en est prive

42 Tous les corps vivants sont anime¤ s. Tout ce qui est sans ' re, tandis que l’a “ me seule, cause de la vie n’est que matie ¤ ateur. Le Cre ¤ ateur des vie, demeure entre les mains du Cre ¤ ateur de la vie ; donc aussi, immortels est donc aussi le Cre “ tres vivants, les mortels. celui des autres e
¤ e l’ immortalite ¤ 43 Comment celui qui est immortel et qui cre ¤ erait-il pas aussi tout ce qui appartient aux ne cre vivants ? ¤ e tout cela, c’est clair. 44 Qu’ il existe donc quelqu’ un qui cre ¤ vident, car l’a “ me est une, la vie Qu’ il soit unique, c’est e ' re est une.ý est une, la matie ¤ ateur ?ý 45ßQui, alors, est ce Cre ' Dieu seul 46ßQui, sinon le Dieu Unique ! A qui d’autre qu’a ¤ ation des e “ tres vivants, anime ¤ s ? C ’est pourrevient la cre
181

quoi Dieu est unique.ý

47 Il y a vraiment de quoi rire : alors que tu reconnais qu’ il y a un seul monde, un seul soleil, une seule lune et une seule nature divine, tu penserais que Dieu est multiple ?
¤ e toutes choses. D’ailleurs, quoi 48 Donc c’est Dieu qui cre ¤ tonnant a ' ce que Dieu cre ¤ea ' la fois la vie, l’a “ me, l’ imd’e ¤ et le changement, alors que tu effectues mortalite “ me tant d’actes diffe ¤ rents ! toime

49 Car tu vois, tu parles, tu entends, tu perc° ois les odeurs, tu “ tes, tu ta “ tes, tu marches, tu penses, tu respires. Ce n’est gou donc pas un autre qui voit, un autre qui entend, un autre encore qui parle, qui marche, qui pense et qui respire ! “ tre qui fait tout cela. C ’est un seul e
¤ s divines ne sont pas non plus se ¤ para50 Eh bien, les activite “ me que si tu cessais d’accomplir bles de Dieu ; car de me ¤ s, tu ne serais plus un e “ tre vivant, de toutes tes activite “ me si Dieu cessait d’accomplir ses activite ¤ s, il ne serait me plus Dieu. ¤ montre ¤ qu’aucun e “ tre ne peut exister dans l’ inac51 S‘ il est de ¤,a ' plus forte raison Dieu ! tivite ¤ ellement quelque chose que Dieu n’eu “ t pas 52 S‘ il existait re ¤e ¤ , Il serait imparfait. Puisque Dieu n’est pas inactif cre ¤ ateur de toutes mais, au contraire, parfait, ainsi est-Il le Cre choses. ¤ coutes encore un peu, o “ Herme ' s, tu comprendras 53 Si tu m’e ' savoir faire certainement que Dieu n’a qu’ un seul but : a na|“ tre tout ce qui est en devenir, tout ce qui est devenu ¤ , et tout ce qui deviendra dans l’avenir. dans le passe
182

¤ . C ’est cela le beau, c’est 54 Telle est la vie, mon bien-aime cela le bien, c’est cela Dieu.

55 Si tu veux comprendre tout ceci par ta propre expe¤rience, vois ce qui se passe en toi quand tu veux engendrer. Toutefois, quand il s’agit de Dieu, l’acte d’engendrer n’est pas “ me : Dieu, a ' coup su “ r, n’e ¤ prouve aucune joie perceple me tible et personne ne collabore avec Lui.
' rement seul, Il est toujours immanent 56 Puisqu’ Il agit entie “ me ce qu’ Il engendre, aussi dans ses oeuvres et Il est Lui-me ¤ ateur que cre ¤ ation. Car si ses cre ¤ atures e ¤ taient se ¤bien cre ¤ ¤ ¤ parees de Lui, elles s’effondreraient et periraient inelucta¤ e. blement parce que la vie s’en serait retire

57 Mais puisque tout vit et que la vie est une, Dieu est, certes, unique. D’autre part, puisque tout, dans le ciel comme sur terre, est vivant et que la vie est unique en ¤e ¤ e par Dieu est elle-me “ me Dieu ; tout vient a ' tout, la vie cre la vie donc par les oeuvres de Dieu et la vie est l’ union de “ me et de l’esprit. l’a
' la mort, elle n’est pas la destruction des e¤ le ¤ ments 58 Quant a ¤ s, mais la rupture de leur unite ¤. rassemble ¤ ternite ¤ est l’ image de Dieu ; le monde est 59 Ainsi l’e ¤ ternite ¤ ; le soleil est l’ image du monde et l’ image de l’e l’ homme l’ image du soleil.

60 Quant au changement, l’ homme ordinaire l’appelle mort parce que le corps se dissout et que la vie se retire dans l’ invisible.
¤ clare, donc, mon bien-aime ¤ Herme ' s, que les e “ tres 61 Je te de ' re sont simplement transqui disparaissent de cette manie
183

Il serait sans forme ! Et s’ Il e semblable au monde. Il ne les garde pas en63 Le monde posse ¤ es en lui-me “ me. une partie du monde passe dans l’ informe “ tre ane ¤ antie. et la disparition est renouvelCar la rotation est re lement. ¤ volution. Lui aussi. ¤ fle ¤ chis encore plus profonde ¤ ment et comple ' tement a ' ce 68 Re “ me que l’ homme ne peut vivre sans que je t’ai dit : de me 184 . une seule 66 Il n’ y a qu’ une seule forme propre a forme que les yeux corporels ne peuvent percevoir. mais se transforme dans les formes ferme et par les formes. omniforme. ' de toutes les formes. Mais s’ Il n’avait qu’ une seule ¤ rieur au forme ? Alors Il serait sous ce rapport infe monde ! ¤ cider ? Car notre conception de Dieu ne peut 65 Donc que de ¤ senter de lacune ! pre ' Dieu.¤ s : chaque jour. visible. une forme incorporelle. qui manifeste toutes les formes par les corps. ¤e ¤ omniforme. mais nullement pour e ¤ side la souffrance du monde : les rota62 C ’est en ceci que re tions et les disparitions dans ce que l’on nomme la mort. ¤ tonne pas qu’ il puisse exister une forme incorpo67 Ne t’e ' la parole que tu prononces ! Il en est ainsi relle : pense a ¤ lever des peintures : on y voit les c|“ mes des montagnes s’e ¤ alite ¤ elles sont lisses et haut dans le ciel alors qu’en re plates. comment 64 Donc puisque le monde est cre ¤ ateur ? Nous ne pouvons dire qu’ il soit alors sera son Cre ¤ tait.

de me ' tout est en effet la vie et le mouvement de Dieu : accorder a le mouvement et la vie. car un lieu est mate ¤ riel et immobile. Tel la vie. les choses apparaissent de tout autre fac° on. ni la re ¤ volution du ciel. mais comme ment. ordonne a ' ton a “ me 72 Re d’aller aux Indes. chose au-dela 185 . me pas besoin d’ailes pour le faire. ni le feu du soleil. le plus rapide et le plus puissant. ce qui suit : hension particulie 70 Tout est en Dieu . instantane ¤73 Ordonne-lui d’aller vers l’oce ' un autre. ordonne ¤ an et elle y sera. de s’e ¤ lever jusqu’au ciel . ¤ fle ¤ chis aussi d’apre ' s toi-me “ me . ni l’e ¤ toiles . dans l’ incorporel. cher. elle n’aura 74 Ordonne-lui. ' celui qui renferme tout en soi. en sillonnant tous les espaces. et que rien n’est plus rapide ni plus puissant que lui. elle ni les corps des e ¤ le ' vera dans son vol jusqu’au dernier corps ce ¤ leste. Rien ne peut l’en empe“ ¤ ther. s’e “ me si tu voulais percer la vou “ te de l’ univers et contem75 Me ' . “ tre aborde ¤ es avec une compre ¤69 Certaines choses doivent e ' re. si elle s’ y trouvait de “ me. tu le peux. et elle y sera plus vite que tu ne l’as ¤. par exemple. non en voyageant d’ un lieu a ¤ ja '.“ me Dieu ne peut vivre sans cre ¤ er le bien. et ce qui mine occupe une place quelque part est sans mouvement . si du moins il existe quelque pler ce qui est au-dela ' du monde. non cependant comme en un lieu de¤ ter¤ . comprends 71 En pensant a avant tout que rien n’est capable de circonscrire l’ incorporel. Il est l’ incirconscrit.

je ne saurais m’e ¤ te ¤ . Alors tu comprendras Dieu. que tu es mort et au-dela ' la fois dans ta consmort. Si tu peux embrasser tout cela a ¤ ve ¤ nements. ni ce que je seraiý.¤ tu posse ' des ! Et si 76 Vois quelle puissance. quelle rapidite toi. ¤ galer a ' Dieu. Dieu ne le pourrait donc pas ? 77 Aussi conc ° ois Dieu ainsi : tout ce qui est. du sec et de l’ humide . je crains la mer. imagine que tu es partout “ me temps : sur la terre. de ¤ passe tous les 79 Cro|“ s jusqu’a ¤ le ' ve-toi au-dessus de tous les temps . lieux. avec Dieu ? 186 . que en me ¤e ¤ . tu peux tout cela. dans la mer. vieillard . que tu tu es encore incre ' de la es adolescent. cience : temps. qu’as-tu a ' je ne sais pas ce que j ’ai e faire. de les arts. “ me prisonnie ' re dans le corps. deviens l’e¤ tercorps. alors. tu ne peux le comprendre : 78 Si tu ne peux t’e car seul le semblable comprend le semblable. si tu 83 Mais si tu gardes ton a l’abaisses en disant : ßje ne comprends rien. la nature de tout ce qui vit. rien. 81 Monte plus haut que toute hauteur. dans l’air. les sciences. e ¤ nite. ¤ : du feuet 82 Rassemble en toi les sensations de tout le cre¤ e de l’eau. consi80 Pe ' re-toi comme immortel et capable de tout comprendre. qualite ¤ s et quantite ¤ s. Il le renferme ¤ tant ses pense ¤ es : le monde. que tu es dans le sein maternel . je ne puis ¤ lever jusqu’au ciel. ¤ ne ' tre-toi de la pense ¤ e que rien ne t’est impossible . descends plus bas que toute profondeur. e alors tu comprendras Dieu. ' e “ tre de grandeur immense. en lui comme e l’ univers. Lui-me “ me.

me “ s. tu le ' toi. a “ me parmi les incorporels . le jour ou la nuit. sur l’eau ou la terre. “ tre capable de conna|“ tre le divin. soit que me tu veilles ou te reposes.ý le reste de la me 187 . c’est que Dieu se manifeste ' travers toutes ses cre ¤ atures. ' le 86 Diras-tu maintenant : ßDieu est invisible ?ý Qui se re¤ ve ¤e ¤ afin que tu Le connaisses a ' plus que Dieu ? Il a tout cre ¤ atures. je devais te le de ¤ voiler. le merveilleux. tant que tu aimes le corps et que tu es “ me est de ne pas conna|“ tre le mauvais. l’Ame-Esprit. Conside ' re Tout ceci. Partout. rencontreras en chemin. soit que tu parles ou que tu te taises : car il n’est rien qu’ il ne soit. le 88 Car rien n’est invisible. o “ me manie ' re et tu ne t’e ¤ gareras pas.¤ elle84 Car tu ne peux rien saisir par la pense¤e de ce qui est re ment beau et bien. Le vice supre divin. se re ¤ ve ' le dans la contemplation Nou ¤ atrice. vivante et Dieu se manifeste dans son activite¤ cre “ Trisme ¤ giste. partout il se fera conna|“ tre a “ me la ' et au moment ou ' tu ne l’attendras point . durant ton voyage. en avoir la 85 Mais e ¤ et le puissant espoir constitue la voie directe vers volonte le bien. une voie facile. travers toutes ses cre 87 Le magnifique.

mes se disent the ¤ sultats obtenus. un entretien entre Pymandre et Herme ¤ entie ' rement sur l‘essence de Dieu et sur la question de tien dirige savoir comment l‘on peut conna|“ tre et comprendre l‘essence et les oeuvres de Dieu. Chaque jour ont lieu des pre ' me et objectif. doivent conna|“ tre et comprendre vent appele ' re a ' tous.ainsi que les opinions et conceptions Vu les re totalement contradictoires des innombrables courants religieux. l‘essence supre“ me ' de. A tout prendre. oui. comprend. en effet. la connaissance de Dieu a-t-elle toujours notre Pe ¤ te ¤ l‘objectif du vrai gnostique. De cette connaissance se de¤ duit e tout le reste. Des milliers d’ homdes rituels ayant Dieu pour the ¤ ologiens. qu‘en fait on ne peut aucunement parler de connaissance a' ce propos. oui. qu‘elle est indispensable. entrelivre. Aussi. Vous conviendrez qu‘ une telle connaissance est du plus haut ¤ re “ t.XXVI La vivante connaissance de Dieu ' me livre du Corpus Hermeticum devant lequel nous Le deuxie allons maintenant vous placer. Ceux qui veulent aller le chemin dont toute existence proce ¤ dans l‘essence supre “ me. ceux qui se sade retour tel qu‘ il est trace ¤ sa ' la filiation divine. comme le premier ' s Trisme ¤ giste. ces 188 . il appara|“ t que la connaissance humaine de Dieu est affligeante. Nous entendons par inte ßDieuý. la source de toutes choses. ces belles paroles. Elles l‘ invoquent et l‘adorent dans les termes mystiques les ¤ dications et sont ce ¤ le ¤ bre ¤s plus beaux. ces livres pieux. ¤ te ¤ s religieuses naturelles ont la bouche pleine de Les socie Dieu.

A travers les sie ¤ couvert ce fait. On niait consciemment et positivede Dieu. he ¤ crits. de la re ¤ alite ¤ et de l‘origine et s’efforÆÆait de se frayer un de la ve ' l‘ humanite ¤ fut. fe ¤ rocite ¤ . ajoute chers. afin que privaient pas de de ' s eux ne puissent en prendre connaisceux qui viendraient apre ' ques anciennes disse ¤ mine ¤ es dans le sance. a ' leur autorite ¤ outrecuise re ' rent l‘oppression : cruaute ¤ . tortures. dans la mesure du possible. me ¤la me ' thode qui consistait a mutiler fondamentalement le contenu des ¤ crits authentiques. On garde ces e ¤ crits ques de nombreuses Fraternite ' re des verrous solides. cette erreur qui n‘a fait qu‘augmenter le de ¤ ni ont de ¤ gation de Dieu. innombrables sont ceux qui. ne sait finalement rien de litte ¤ ellement. Ou bien aussi parce qu‘on en escompte un be riel. cache ¤ s.¤ s des religions naturelles ne sont qu‘ imitation et ne signiactivite ¤ . on de ¤ thode employe ¤ e par certaines institutions religieuses. C ’est ainsi qu‘elle porte dans son coeur des dans les saints e ¤ s alte ¤ re ¤ s. la ne ment ce que la masse religieuse croyait devoir affirmer de Dieu. comme nous. Bien des bibliothe ' lent. que l‘ humanite ¤ lit beaucoup de mensonges C ’est ainsi. ¤ couvrit ensuite que les soi-disant Pe ' res de l‘ Eglise ne se On de ¤ rober et de cacher les e ¤ crits originels. De la sorte. qui se met a ' e ¤ tudier la fient rien. ¤ couvrit e ¤ galement le raffinement de Au cours des temps. ¤ niait aussi l‘autorite ¤ arrogante avec laquelle les the ¤ ologiens On de disaient : ßC ’est ainsi et pas autrement. cachots et autres tourments diaboliques. afin que le contenu en demeure inderrie ¤ ne ¤ fice mate ¤connu. de pre ¤ cieux documents authentimonde entier rece ¤ s gnostiques. apparemment les dogmes des Pe ¤ las. C ’est un oce ¤ an de mots ou ' l‘on se ce qu‘ il veut savoir re ¤ ologie sans fondement. mutile ¤ s. Celui qui se tourne de ce cÆÆte ¤ rature mondiale dans ce domaine. chemin jusqu‘a ¤ et passe ¤ au crible.ý Alors on commenÆÆa a' ¤ volter contre les eccle ¤ siastiques qui. et une the ' cles. perd. l‘e ¤ crit mutile ¤ alte ¤ rait profonde ¤e ¤ rite ¤ par l‘ impression fausse qu‘ il suscitait et justifiait ment la ve ' res de l‘ Eglise. bu 'dante. un dogmatisme. On fonda une classe d’autorite ¤ s relicontrÆÆle 189 . C ’est ainsi que tout ce qui e ¤ manait textes sacre ¤ rite ¤ .

¤ las. Il y a peu de temps encore. ment a ¤ antissement. ces autorite ¤ s exerÆÆaient en the une grande influence sur la masse. qu‘ il n‘ yavait pas de Mais ceux qui ont vu. conse ¤ remonte donc Que celui qui pose la question de la culpabilite ' ceux qui se sont jadis e ¤ rige ¤ s en pre “ tres. ¤ de faÆÆon dialectiquement raffiMais tout ce qui est organise ¤ e pour para|“ tre honne “ te et authentique trouve sa fin. sur ce point aussi. a ' l‘athe ¤ isme.¤ ra des titres. Il s’ensuivit l‘apparition du mate ¤ rialisme avec les ide ¤ clin si e ¤ pouvantable. Qui de la trahison. car la ve 190 . la grande imposture. Cela s’applique aussi aux chercheurs de notre mate ¤ rer totalement de l‘ illusion transmise et temps. un de ¤ e de sang demeurait la ' ou ' le maque. en effet. la grande trahison. On institua des docteurs gieuses auxquelles on confe ¤ ologie. au cours des sie ¤ sentants de la religion. En effet ! Ainsi espe ¤ quences des fautes retournent-elles a ' leurs auteurs. au cours des temps. aux re ¤ sultats si effrayants historique . laissant au voies de Dieu. et chercher eux-e ¤ rite ¤ est impe ¤ rissable et indescherche vraiment trouvera. he ¤ es en cours. en eccle ¤ glige ' rent d’en te ¤ moigner. vraie connaissance de Dieu chez les repre ¤ taient pas pour autant oblige ¤ s de tomber dans l‘athe ¤ isme et le n‘e ¤ rialisme. L‘ humanite ¤ actuelle marche encore courbe ¤ e sous ses lonte ¤ quences. une tra|“ ne ¤ rialisme historique avait pose ¤ le pied et fait triompher sa vote ¤ . Comme nous l‘avons dit. sa fin ine ¤ luctable. Et la les conse ¤ rite ¤ des tra|“ tres reste avec l‘e ¤ pouvantable he ¤ ritage. comme l‘a dit un jour un the ¤ ologien parlant en de ¤ sL‘athe ¤ re ¤ . est une des factures impaye ¤ es de l‘e ¤ glise. en autorite ¤ s sur la jusqu‘a ¤ siastiques pre ¤ tendant conna|“ tre Dieu et suivre les masse. Car celui qui pre ¤ fe ' re la mort a ' la vie son propre ane trouvera. mais ne “ tres humains. innombrables sont ceux qui ont de¤ couvert. re ¤ sultat de la coupure radicale Ils en vinrent. poste ' cles. contraire couler le sang d’innombrables e ¤ isme. la mort. Ils peuvent se libe “ mes la connaissance divine. conforme ¤ne ' la loi de base de la nature dialectique.

C ’est un dogme derrie cher. le monde. Le the cier Dieu de tout ce qu‘ il doit subir et souffrir dans le monde dialectique. le myste ¤ lucide ¤. ne se re nous dit pas qu‘on doive le prier. Car. le second livre herme ¤ par ses oeuvres et ses activite ¤ s. a ' seul homme. au monde de l‘a me. ¤ sus le Seigneur dit : ßPersonne n‘a jamais vu Dieu. la source de toutes choses. comme re ¤humaine. ¤ tique. peut pe “ tre : ßNous n‘en avons pas Beaucoup d’ hommes diront peut-e ¤ grand chose ! L‘ humanite ¤ parle depuis des sie 'encore remarque ¤ nome ' nes de la cre ¤ ation : le monde. ou 191 . mais le Si Je Fils de l‘ homme nous l‘a fait conna|“ treý. le temps et cles des divers phe ¤ tudie. invi' re lequel la the ¤ ologie aime a ' se casible. il ne signifie pas par la' “ tre que la possession particulie ' re d’un que la Gnose ne peut e ' la Gnose. peuvent tes les sciences. le remercier et l‘ honorer dans ¤ ologien n‘a que trop porte ¤ l‘ homme a ' remerles chapelles. jusqu‘a ' la ple ¤ nitude divine. de dire que Dieu est inconnaissable. e ¤ e au deuxie ' me livre du Corpus HermetiLa philosophie expose ¤ leve ¤ du cum. au contraire. Il est faux. mais que tout homme qui retourne a “ l‘origine de la descendance humaine divine. comme be compense ou comme expiation. elle les e ' excellent tant de doctes chercheurs. ßDieuý.Toule devenir. libe ' rera la ve ¤ rite ¤ . dit-il. avec ses attributs et ses oeuvres. ner la ve ¤ rite ¤ . elle n‘arre “ te pas d’e ¤ crire sur le sujet. ' re divin est redevient un enfant de Dieu. et a fait l‘e ¤ ternite ¤ . Pour celui-la' . ne terme. dont l‘auteur fut un tel enfant de Dieu au sens e ¤ sume pas a ' un vague dogmatisme sur Dieu. ßest. dit le prologue du ¤ tique. n‘est-il pas vrai que rien n‘arrive sans la ¤ de notre Pe ' re ce ¤ leste ? Or il est absurde d’imputer a ' la divolonte ¤ quences engendre ¤ es par l‘ ignorance rection divine toutes les conse ¤ ne ¤ diction ou comme cha “ timent. comme on le pre ¤Qui veut la ve tend dans ce monde.“ che sans espoir que d’essayer d’emprisontructible. Guide ¤ ne ¤ trer jusqu‘a ' l‘ Etre divin. nous e ¤ claire sur la La philosophie herme ' maniere de conna|“ tre parfaitement Dieu. on temps et le devenirý. C ’est une ta ¤ rite ¤.

Seul l‘ homme-a “ me rene ¤ renconsite trera son Pymandre. mais tout cela ne nous a encore apporte divine . et que l‘ Esprit et l‘a ' me n‘est aborde ¤ que dans le Dieu. ¤ couvre la ' Seul l‘ homme qui va le chemin de la renaissance et de ¤ concilie avec lui. temps. ' s que l‘ Esprit redevient ainsi vivant dans les e “ tres. Etablir et imprimer dans l‘ homme cette monstrueuse ¤ commis contre doctrine est le plus grand crime qui ait jamais e¤ te ¤ l‘ humanite. C ’est pourquoi ce proble ¤ tique. apre ' s que le premier. son esprit jadis perdu.ý ¤ ponse a ' cela. signale-t-elle a ¤ de la renaissance de l‘a “ me. tant que l‘ Esprit nous fait de ' rement absorbe ¤ s par la nature de la mort. monde. si c ’est possible. la connaissance re vient vers le candidat qui suit le chemin et qui rencontre. connaissance de Dieu leur est re 192 . le Corpus Hermeticum de ¤ clare. En re que l‘on ne peut comprendre l‘ Etre divin autrement que spirituel“ me constituent la force re ¤ ve ¤ latrice de lement. ' l‘ instar de la Aussi l‘ Ecole Spirituelle de la Rose-Croix d’Or. et se re ' pe ¤ ne ¤ trer la connaissance de Dieu. son double spirituel. l‘ homme-moi. au contraire. exsecond livre herme ¤ ve ¤ latrice de Dieu. la De ¤ ve ¤ le ¤ e. les divisions sont toujours plus grandes. ¤ cre ¤ te ¤ que la Une question se pose : qu‘en a fait le monde ? Il a de ¤ e dialectique. celui qui est au-dessus de tous et en tous. la vivante image spirituelle de qu‘a l‘origine. plique comment la Gnose. la conscience mortelle. en tant “ me rene ¤ e. nous ne troumes entie verons rien de ce qui est de l‘ Esprit. L‘e “ tre ' rit et devient apte a mu ainsi devenu un fils de Dieu au vrai sens du mot aura le droit de ' re. e ¤ tait pense l‘ Esprit. au verset 6. son Pymandre. Pymandre. C ’est conna|“ tre le Pe ¤ faut. a ' l‘ homme e ¤ gare ¤ la ne ¤ cesGnose de tous les temps. devebien e ¤ aucune connaissance nir. tant que nous sompourquoi.“ tre re ¤ unies sous les rubriques : e ¤ ternite ¤ .

de comprendre le deuxie ' s. est l‘ Esprit universel. sur cette base. le temps fait le devenir. celle du nite temps est le changement . permament. le beau. invariable. avonsnous dit. L‘essence de Dieu est le ¤ atitude et la sagesse . dont ¤ mane que le bien. est a 'e “ me de son avec le champ de l‘ Esprit et trouve ¤ ¤ ¤ penetrer la veritable connaissance de Dieu. le temps et le devenir : ¤ ternite ¤ . en qui rien d’autre n‘existe. aussi bien en force e ¤ ternite ¤ sont par euxqu‘en pouvoir. celle du monde est l‘ordre . la be 193 . manifeste le L‘e ¤ atitude et la sagesse. le temps. le A cet effet. me ' re ¤ fle ¤ chir sur Dieu. le monde. qui a obtenu de nouveau la liaiSeul l‘ homme dont l‘a ¤ son Pymandre. nous allons avoir a monde. l‘e ¤ ternite ¤ fait le monde.XXVII L‘ universel amour de Dieu “ me est ne ¤ e. la be ¤ est l‘ immuabilite ¤ . en tant que Dieu. c ’est-a ' -dire l‘amour univerbien. la be ¤ atitude et la sarien d’autre n‘e gesse. le devenir. le beau. On peut dire que Dieu et l‘e “ mes. l‘e ¤ ternite ¤ .ý La manifestation universelle comprend cinq manifestations : ¤ ternite ¤ . l‘essence de l‘e ¤ terbien. le beau. e ¤ ternite ¤ en tant qu‘expression initiale de Dieu. Dieu. Effor' me livre d’Herc ° ons-nous. et l‘essence du devenir est la vie et la mort. immuable. le monde fait ßDieu fait l‘e le temps. l‘e source. Ce qui provient de cette source originelle des choses est ¤ ternel.

par le devenir. il cherche a ¤ veloppe dans l‘amour gou ' te et propage le bonheur que ce qui se de le plus haut. perpe “ me longuement. le plus exquis. ¤ ternite ¤ qui L‘amour universel de Dieu est omnipre¤ sent. l‘e ¤ rez une certaine re ¤ ceptivite ¤ de l‘a “ me. et vous pourriez les saisir. de la e “ me fac omnipre ° on que le parfum des roses ou que la ' re remplirait un espace. dans votre existence pre ¤ ¤ different de l‘etat dialectique. A partir de la ' e ¤ lever jusqu‘a ' lui-e “ me. Ce sont des valeurs qui ne peuvent avoir de fin. L‘e ¤ ternite ¤ est ici. qui est de Dieu. la connaissance totale. le plus beau et finalement se perde en194 . cherche toujours a ' d’e donner forme. Son but le plus haut est le devenir. ne les associez jamais a ¤ ternite ¤ . omnipre ¤ sente. C ’est pour cette raison que nous disons dans ' res : ßL‘amour doit se propager. afin naissance. Ce ¤ sent est e ¤ ternite ¤ dans le sens de permanence et d’immuabilite ¤ pre ¤ tuelle. C ’est quelque chose qui n‘a rien a ' voir vez de manie avec le monde dialectique. Aussi bonnes. aux valeurs immenses. Dans l‘e ¤ nitude de rayonneenglobe tout. sel. le bonheur supre universelle. ou ' cette lumie ter un point de cet espace ou pas. l‘amour existe comme une ple ¤ terment. Il n‘est pas possible de se repre ¤ senlumie ' re. comme un champ embrassant tout. aussi merveilleuses “ me que vous paraissent les conditions. la be ¤ sents. Le bien. N‘ imaginez pas l‘e ¤ comme lointaine. C ’est ainsi que Dieu emplit la manifestation universelle.ý L‘amour universel. vous le Si vous acque ¤ diatement. C ’est un e ¤ tat absolument l‘ instant. en parler e “ me. donc e ¤ galement l‘amour nite universel. Dieu ¤ ternite ¤ et celle-ci contient les valeurs que l‘on peut de ¤engendre l‘e signer dans leur ensemble comme l‘amour. les situations et les relae ' l‘amour universel de tions dialectiques.“ me. C ’est quelque chose de tout autre. puissant et omnipre¤ sent. vous l‘e ¤ prouvous obtenez quelque chose de la vraie vie de l‘a ' re absolue. les obtenir et y participer a' ¤ sente.Vous comprendrez en e “ me temps comprendrez imme qu‘ un tel champ de l‘ Esprit. c ’est sa raison l‘ une de nos prie “ tre. le beau. a un but. ¤ atitude et la sagesse sont. dans l‘e ¤ ternite ¤. mais de ' s que On peut en parler. ne serait ' ce parfum.

' rement dans l‘amour de Dieu, ceci a ' des fins que nous ne sautie ¤ tat d’e “ tre. rions saisir dans notre e ' prendre forme C ’est parce que l‘amour de Dieu cherche a ' re ou d’une autre que l‘e ¤ ternite ¤ produit le monde, d’une manie ' sTrisme ¤ giste, au verset 13: dit Herme

¤ ternite ¤ fait du monde un ordre, en pe ¤ ne ¤ trant la ßL‘e ' re d’ immortalite ¤ et de permanence. Le devenir de la matie ' re de ¤ pend de l‘e ¤ ternite ¤ comme l‘e ¤ ternite ¤ elle-e “ me matie ¤ pend de Dieu.ý de
¤ potentiellement des valeurs e ¤ ternelles Chaque atome est charge ¤ ¤ ¤ du Logos. De l‘eternite, donc, se developpe l‘espace. Dans l‘espace se trouve la substance originelle, et de la substance originelle se forment les constellations et aussi le monde. Ne commettez pas l‘erreur de penser ici au monde dialectique. ¤ n‘est pas la terre telle que nous la connaissons, Le monde envisage ¤ s et sa mise ' re. Non, il s’agit de la Terre sainte avec ses calamite dont parlaient les gnostiques ; la Terre sainte en tant que partie ¤ leve ¤ s jusqu‘au monde de l‘e ¤ tat de l‘ univers divin : ceux qui sont e “ me vivante peuvent en contempler la splendeur. Il est clair d’a ¤ conna|“ t un ordre, des lois ; qu‘ il qu‘ un univers ainsi manifeste ¤ pondre a ' cet ordre, a ' certaines lois de rayonnement pour doit re progresser et atteindre le grand but. C ’est ainsi que l‘essence du monde est l‘ordre, un ordre en rapport parfaitement harmonieux avec le Logos. ' de un tel ordre, accorde ¤ sur le grand tout, Chaque monde posse afin de ne pas perturber la loi qui les lie tous les uns aux autres. ¤ tabli dans son ordre proNous comprenons qu‘ un monde ainsi e pre dispose aussi de son propre temps. Chaque monde a un temps ' lui ; chaque monde est l‘expression d’un processus qui doit e“ tre a accompli. L‘objectif d’une loi, ou d’un ordre, est de conduire un certain ¤ veloppement a ' bonne fin. Ici-bas, une loi sert souvent a ' garder de ' l‘ inte ¤ rieur de certaines limites. Mais dans la vie quelque chose a 195

' l‘accomplissement de universelle, une loi vise directement a ¤ ternel. Si l‘amour divin doit, en vertu de son essence, se l‘amour e “ tre, alors le monde et le partager parce que c ’est sa raison d’e ' atteindre cet objectif. L‘essence du temps de ce monde servent a ¤ quent, le changement. temps est, par conse “ tre tre ' s bien conna|“ tre l‘essence du changeVous croyez peut-e “ tre ment. Mais ne vous leurrez pas ! Cette notion, elle aussi, doit e ¤ e sur le plan spirituel. Dans la Bible il est comprise et aborde dit :ßIl y a un temps pour Dieu, et il y a un temps pour les hommes.ý Il faut donc distinguer deux sortes de temps. Lorsqu‘on ¤ ve ¤ neparle du temps de Dieu, l‘ homme religieux croit que des e ments se produisent dans notre vie et que des processus s’accomplissent dans notre temps sous l‘ influence de forces et de pouvoirs ¤ rieurs, forces et pouvoirs que nous ne tenons pas en mains. exte Quand, soudain, se manifestent dans notre temps, parfois ¤ ve ¤ nements incompre ¤ hensibles ou comme des explosions, des e ¤ visibles, les e “ mes milieux religieux parlent du temps de impre “ ce a ' ces fac ¤ ologien enseigne Dieu. C ’est gra ° ons de voir que le the ¤ signation d’une part, et la peur d’autre part ; aux postulants la re ¤ signation dans la souffrance, peur du cha “ timent, peur de l‘ irre ¤re ¤ diable. me ¤ , en ve ¤ rite ¤ , par des lois de Cependant, l‘ univers est gouverne rayonnement. Elles effectuent des changements pe¤ riodiques afin “ me, soit finalement re ¤ alise ¤ e et que la vie unique, qui est l‘amour e ' dire, le plus que soit ainsi atteint le but de l‘amour divin, c ’est-a haut devenir de l‘ homme : l‘ incarnation de la Parole au sens supe¤ rieur. Le but du devenir, le principe de la naissance, c ’est la vie. Il doit donc yavoir un temps divin dont l‘essence est le changement progressif par quoi l‘ un passe dans l‘autre, toujours plus haut, avanc ° ant de force en force et de magnificence en magnificence. Il s’agit donc de deux sortes de natures dialectiques : celle que nous connaissons, avec son changement, son issue, qui est la ' la fin d’une vie temporaire, avec son zzzmonter, briller, mort a descendre.ý Mais il y a aussi une nature dialectique herme¤ tique, 196

qui ne peut se comprendre que spirituellement et concerne le pro¤ ternel. cessus du devenir e On peut prouver facilement que cette dialectique existe, qu‘ un ' ne pas a ' la mort et dont l‘essence est le temps existe qui ne me ¤ met sa lumie ' re, les rayons changement. Quand le soleil brille et e lumineux qui nous touchaient hier ne sont pas les e“ mes que ceux qui nous parviennent aujourd’ hui. Les rayons d’ hier ont atteint ' -dire votre e “ tre ; ils ont agi sur vous, du moins si leur but, c ’est-a ¤ tiez re ¤ ceptifs ; les rayons lumineux d’ hier ont donc plonge ¤ vous y e en vous, sont morts, ont disparu, se sont dissous en vous ; et aujourd’ hui de nouveaux rayons lumineux vous parviennent. Si vous prenez cet exemple comme un symbole gnostique, vous ' re de la Gnose, elle aussi, meurt en nous chaque savez que la lumie ' s avoir atteint son but : le changement. Gra “ ce a ' cette lujour apre ' re qui s’offre sans cesse, une vie s’accomplit par le changemie ¤ ternel, de force en force, de magnifiment continuel, un devenir e cence en magnificence. C ’est pourquoi Pymandre dit : ßL‘essence du devenir est la vie.ý ' ce processus, qui ne conna|“ t pas ou ne Celui qui s’oppose a “ me tombera toujours veut pas prendre le chemin du devenir de l‘a sous l‘emprise dialectique de la nature de la mort. C ’est la mort et non la vie qui deviendra son partage.Telle n‘est pas la nature dialectique dont parle Pymandre ; ce n‘est pas la dialectique divine, ¤ antissement. mais celle de la nature de la mort, de l‘ane C ’est pourquoi le candidat ne triomphe que par le Christ. ' re de la nature de Dieu, uniqueC ’est uniquement par la lumie ' re de l‘e ¤ tat d’a “ me vivante que la vie s’accomplit. ment par la lumie ' re de la Gnose rayonne sans cesse. C ’est la lumie ' re La lumie ' re du soleil universel. Elle s’offre sans interuniverselle, la lumie ' re dialectique. ruption, tout comme s’offre la lumie C ’est pourquoi il est dit que l‘offrande du Christ, la mort du “ tez aucune attention aux exe ¤ ge 'Christ, nous est vie. Si vous ne pre ¤ ologiques, vous le comprenez parfaitement. La lumie ' re de ses the ¤ ternite ¤ . Elle s’offre en nous chaque jour; elle Christ est de toute e

197

meurt en nous pour la transformation de notre e“ tre entier. Qui' elle participe a ' la dialectique herme ¤ tique. conque s’ouvre a

198

vous en comprendrez peut-e “ tre les asl’avons fait ante pects. Fondamentalement. ' un certain nombre de personnes : ßQu’estce Si l’on demande a ¤ ponses tre ' s divergenque la vie ?ý on obtiendra sans doute des re ¤ e de philosophes a spe ¤ cule ¤ sur ce tes. a ¤e fondamentale et la vraie nature de la vie. l’essence du temps est le changement. l’essence du monde est l’ordre. le phe ¤ nome ' ne vital que nous repre ¤ senne conside tons. n’est la naissance de la personnalite 199 . mais simplement ¤ te ¤ . Car il dit : l’action de devenir. En effet une foule bigare ' ' ' ' theme au cours des sie cles. L‘ intention tre' s voile ' s Trisme ¤ giste est de nous rendre intelligible le myste ' re d’Herme de notre origine. comme un tout en soi. conse ¤ quadruple. L‘ intention du Corpus Hermeticum est de nous faire voir en ' savoir la cause profondeur la relation qui existe entre ces aspects. l’action de na|“ tre est une particu¤ . la proprie ¤ te ¤ d’une autre vie. l’essence du devenir est la vie et la mort.ý ¤ nume ¤ ration herme ¤ tique comme nous Si vous examinez cette e ¤ rieurement.XXVIII ' re de notre origine Le myste ¤ est l’ imßL‘essence de Dieu est le bien. la comme une certaine proprie ¤ quence d’une existence de ¤ termine ¤ e. dit la Gnose. l’essence de l’e¤ ternite ¤ muabilite. Re ¤ ponse singulie ' re ! Il en ressort que la Gnose herme ¤ tique larite ' re pas notre vie. comme autonome. Or il est a peu pres certain qu’aucune ¤ ponses ni aucune de leurs opinions ne concordent avec de leurs re celle de Pymandre.

une situation particulie ' re. la vie me ¤ . une ge ¤ ne ¤ ration. l’a Pymandre. le trois fois de Dieu. afin que finisse par se un e ¤ tat divin. Ce noyau de vie est. Notre personnalite ¤ te ¤ . L‘a ' s Trisme ¤ giste. l’a “ me unie a ' Pymandre est appele ¤ e Mercure. Pe ' re et Fils. ßDieu-en-moiý. Pymandre et Herme ' s. plus puissante. Pymandre et “ s et l’a ou est anime ' s. Ce principe central a e ¤ te ¤ anime ¤. L‘a “ me est la Herme ' re. traverse l’e “ ce au changement jusqu’a ' la naissance. l’e “ me. en flamme d’esprit. ¤ s de ce Pourquoi la vie de l’Esprit engendre-t-elle des proprie¤ te ¤ te ¤ s servent a ' amplifier la vie. la forme de l’Esprit. C ’est ainsi que vous devez concevoir que la vraie ¤ rite ce nom. Herme 200 . puis de l’e ¤ ternite ¤ passe par l’espacetemps Bien. ce devenir et parvient gra ¤ te ¤ s ne vise a ' rien d’autre qu’a ' une extension. c ’est la vie qu’envisage Pymandre. de ¤ signation qui symbolise l’e ¤ pagrand. mais l’e ¤ tat de nos conside “ me vivante. Avec Pymandre.ý ßL‘ Esprit et l’a “ me-esprit est le seul noyau de vie. la seule vie qui me vie de l’Esprit. plus glorieuse. une manifestation de la vie ve ¤ part de Que le lecteur se souvienne bien ici que le point de de ¤ rations n’est pas notre e ¤ tat naturel. sont Dieu.la vie de Dieu . Le Nou “ me sont donc un. entre la proprie ¤ n’est qu’une donc entre Dieu et l’ homme. rien d’autre qu’une proprie ¤ ritable. au verset 6 du deuxie “ me sont la force active et re ¤ ve ¤ latrice de Dieu. le Nou ¤ tincelle d’esprit.¤ te ¤ . Esprit et a “ me de lumie ' re forme l’enfant ne font qu’un. Cette e ¤ te ¤ s particulie ' res. car seule l’a “ me vivante est capable de compre ¤ henl’a sion spirituelle. immense des proprie ¤ panouissement de l’Esprit en pouvoirs. Celui dont l’a “ me est comple ' tement lumie ¤ e peut parler du ßChrist-en-moiý. une procre ¤ ation. une manifestation de la vie proprie unique. a ' la rendre plus genre ? Ces proprie ¤ volution vers la grande. vertu de sa nature. de la lumie ' re devenue rene “ me. e ¤ volution qui part du manifestation de proprie ¤ ternite ¤ . l’esprit et l’a “ me forment Dieu. et qu’il existe une relation intime ¤ te ¤ qu’est le phe ¤ nome ' ne vital et cette vie me “ me . la “ s. manifester la gloire de l’e ' me livre : C ’est pourquoi il est dit.

C ’est pourquoi l’a ¤ tincelle d’esprit posse ' de cette proprie ¤ te ¤ qu’est l’a “ me. l’a “ me. 3. Ce qui plie sous la contrainte n’est jamais au¤ rieur. c ’est la lila liberte ¤ . la rinthiens 2. verset 17: ßLa ¤ . alors l’ hommea “ me conse ' devenir un esprit vivifiant. Lorsque l’Esprit devient lumie' re. doit continuer a ' se manifester. “ me de l’origine. La re ¤ . De ' re. C ’est pour' est l’Esprit. la force-lumie ¤ clater. Il n’y a jamais de contrainte dans l’Esprit. En effet. une concentration de quelque chose. de ' s que le Pe ' re a engendre ¤ le ter. C ’est pourquoi Tout ceci concerne l’ homme-a ¤ ternite ¤ est la permanence. ' s que l’Esprit devient lumie ' re. le Fils. doit progresser jusqu’a ¤ doit poursuivre sa manifestation. Si duit. devient a ¤ quent. L‘a force en vue de la manifestation . C ’est pourquoi berte “ me doit. car la ' ou ' est la liberte ¤ . ce n’est qu’un point de concentration. Cela ne peut jathentique car cela ne vient jamais de l’inte “ tre l’Esprit. quelque chose se proDonc. un moyen pour atteindre un but. “ tre la parole extraite de l’Ep|“ tre aux CoVous connaissez peut-e ' ou ' est “ est l’Esprit du Seigneur. Pourtant la manifestation de l’ homme-a “ me doit immortalite “ me par progresser.nouissement de la nouvelle conscience dans la plus grande des magnificences. le principe de l’Esprit. Fils. chap. dans la liberte ¤ . L‘a “ me est une possibilite ¤ . continuer a ' se manifester pour de ¤ monl’a trer ce qui l’anime. la mais e 201 . Celui qui est anime ¤ par quelque chose doit le manifesnotre a ' s que l’Esprit devient Lumie ' re. ce qui est anime “ le dans C ’est pourquoi nous disons aussi que quelque chose bru “ me. lorsque le Pe ' re engendre le Fils. pour re jamais un but en soi. l’action de l’e “ lante maintenant ! Comment est-il possible que cet Question bru “ me soit tombe ¤ dans l’e ¤ tat mortel. l’immortalite ¤. le donc l’e processus doit progresser et rien ne peut l’arre“ ter.ý La vie de l’Esprit. L‘e ¤ ternite ¤ est permanence. l’e ¤ tat infernal qui est homme-a le sien ? ¤ ponse est relativement simple. de “ me est un de ¤ sir permanent essentiel. Etre anime ¤ par quelque chose n’est donc Un feu doit e “ me bru ¤ aliser “ le pour se manifester.

telle est l’action du du monde . l’amour divin. me ¤ d’annuler ce Aussi est-il magnifique d’avoir la possibilite ¤ ricordieuse Lumie ' re de la karma dans la rayonnante et mise ¤ s personnellement a ' cette dette et deGnose. elle manifeste ce de ' . s’assein inte 202 . le principe de la liberte ¤ quoi. le chantier alchimique. Or l’Esprit de ¤ gral. qui l’anime. dans l’univers du septie ' me domaine cosmique. Douleur et souffrance sont les conse ¤ quences des innomme “ me ou que brables erreurs que vous avez commises vous-me ¤ s qui ont ve ¤ cu auparavant dans votre commirent les personnalite microcosme. accourt a ¤ confortant de savoir qu’il est possible de se de ¤ charN‘est-il pas re ger du fardeau karmique entier en entreprenant de suivre ve¤ rita¤ claire la parole suivante blement le chemin gnostique ? Ce fait e ' me livre : du deuxie ' la perfection et la de ¤ naturation. le jardin des dieux. Donc. la croissance et la de ¤ te ¤ . La ' il est possible elle a la liberte ¤ cro|“ tre la totalite ¤ des processus. Du point du vue du microcosme. si l’a “ me. C ’est pourquoi la Gnose. stimule ¤ e.' tement. l’omniscience. soutenue par l’e ¤ tincelle d’esprit. la proprie “ me-esprit est envoye ¤ e en liberte ¤ dans le septie ' me domaine cosL‘a mique. gui¤ e. Si nous restions lie ¤ che ¤ s entasse ¤ s dans notre mivions expier le fardeau entier des pe ' cles.ý temps . telle est l’action ßLe retour a ¤ croissance. toute la souf¤ prouvez est de ¤ cha|“ ne ¤ e et entretenue par vousfrance que vous e “ me. C ’est cet immense fardeau de dettes que l’on ap¤ a ' la roue doit neutraliser conforpelle karma et que l’ homme lie ¤ ment au principe de liberte ¤. La ¤ absolue de se redresser ou de pe ¤ rir. fondamentalement et concre est maintenu dans la manifestation universelle. telle est l’action du devenir. par son impulsion dynamique. le dessublime. Donc chaque de faire cro|“ tre ou de “ me-esprit peut prouver son autonomie. manifester son e ¤ tat a ¤ tient le plan divin. toute la douleur. crocosme au cours des sie ' notre aide. notre situation serait sans espoir. afin que.

de donner un nom a ' toutes les cre ¤ atures. L‘ Esprit est e¤ ternel. donc de ¤ terminer si main comme une proprie ¤ ristiques de la naissance prouvent que des incidents les caracte ont surgi au cours du processus ^ ou bien que le grand oeuvre al¤ ussi. et ce qui l’anime a pour re rizontale. tout s’accomplit dans la liberte¤ . une force. en charge d’autres termes. la ligne hol’animent . est un instrument. sance naturelle. une proprie ¤ te ¤ de l’a “ me-esprit originelle ! Il dans son e “ me en lui. On parvient alors socie a ' la re ¤ alisation de soi inte ¤ grale. l’Es“ me qui lui est lie ¤ e se conduit de manie ' re fauprit est parfait. la nature de la mort. Or l’a “ me tive par rapport au grandiose ide “ me qui pe ' che doit mourir. dit la Bible. Le processus de conservation dialectique intervint 203 . a vivantes. nalite ¤ tat naturel. une marque. ce qui a rompu la liaison notre microcosme a me avec Pymandre. Celleci est enl’instrument. a ¤ te ¤ que nous nommons la personnalite ¤. la liaison se brise. en tant que personnaire dans la nature de la mort. Saisissez-vous quelque chose de l’immense Plan de Dieu pour le ¤ ? monde et l’ humanite ¤ rer la personnalite ¤ de chaque e “ tre huOn peut donc conside ¤ te ¤ de l’a “ me-esprit. En vertu de sa nais¤ volue certainement pas vers le but de l’a “ me. Si l’a ¤ al. il n’y eut plus d’a “ mes C ’est pourquoi. L‘e ¤ . Ce sont des forces tout autres qui ¤ sultat la matie ' re. un instrument complet afin de d’abord une personnalite ¤ montrer et de re ¤ pandre le grand Plan divin. la dialectique. il est utile d’insister sur notre e¤ tat d’e “ tre humain. mais on ne peut soutenir qu’il soit. la liaison avec l’Esprit.' l’Esprit. il n’e “ me qui enveloppait originellement l’e ¤ tincelle d’esprit dans L‘a ¤ suse ¤ de sa liberte ¤ . Se servir de cette proprie ¤ s de l’a “ me-esprit. ' un moment donne ¤ . qui ope ' re dans sa personnalite ¤ .ý dit sans esprit devient mortelle : ßL‘a la Bible sous forme d’avertissement. Car le nom est une force. chimique a re “ tre ordiSous ce rapport. mais elle y a bien une a ne s’explique pas par l’Esprit. est une des capacite ¤ e dans le septie ' me domaine cosmique pour se procurer voye ¤ ide ¤ ale. C ’est pourquoi de l’ homme adamique qui entra dans le Paradis des Dieux fut ¤ .

L‘a “ me a toujours le pouvoir de se pour reme diviser ou de se multiplier.ý du Seigneur. Ainsi il est clair que le processus natu¤ a ' une a “ me mortelle d’e ¤ veilrel de conservation offre la possibilite “ me originelle a ' la renaissance et par ler. Pymandre brillera de nouveau au coeur du micro' l’a “ me herme ¤ tique. C ’est cela la que l’Ecole Spirituelle actuelle appelle le Plan divin de l’ordre de secours. Mais comme l’a“ me e ¤ ¤ ¤ ' Dieu.¤ dier a ' cette situation. que l’a dans l’endoura pour rendre possible. Sous l’influence des plus longtemps que l’a cosmocrators. en etait une vivante propriete. l’a ' de re ¤ tablir la liaison avec l’Esprit. sur lequel les fautes sont efface Si quelqu’un retrouve la base originelle. le moi. Et l’e crocosme. “ me originelle a me ¤ suse ¤ de sa liberte ¤ . Ne vous arre “ tez donc pas a ' vos tendances primaires et a ' l’e 204 . avec originelle. mais montrer le chemin de retour. il prouve de nouveau que ßla ' ou “ est l’Esprit l’e ' est la liberte ¤ . Aussi voyez comme il est logique que notre personnalite¤ soit “ me pe ¤ cheresse. le ¤ es. doive de ¤ pe ¤ rir devenue mortelle . Ainsi sera “ sa cosme et parlera en tant que Nou ¤ ¤ ¤ ¤ termine l’egarement et reparee la faute originelle. avec Pymandre. le monde de l’a“ me. le re Pymandre. chemin de la transfiguration. par la voie de l’endoura. L‘a “ me vivait alors beaucoup et l’a “ me mortelle actuelle. par la ' elle est morte en L‘a ¤ tait issue de tant qu’expression de l’Esprit. laquelle de ¤ ge ¤ ne ¤ ra progressivement jusqu’a ' l’e ¤ tat d’aulite ¤ tincelle d’esprit s’endormit dans le coeur du mijourd’ hui. C ’est la raison pour laquelle il ne faut pas trop s’attarder sur les fautes de l’ homme actuel. elle continua a vivre et prit ¤ er une personnalite ¤ . par la renaissance de l’a“ me ¤ tablissement de la liaison avec l’Esprit. de ¤ tat d’ homme-a “ me. A mesure que les comme objectif de se cre ' res a “ mes s’e ¤ carte ' rent du chemin. la liaison entre l’Esprit premie “ me se rompit graduellement. la ¤ garement ne devient qu’un incident dans le cadre de Ainsi l’e ¤ ternite ¤ . elle eut ainsi l’occasion de se former une personna¤ .

¤ solument le vos inclinations fautives. a ¤ ritablement ßDieu manifeste ¤ dans la chair. jusqu’a ¤ coulera fera voir et ressentir que esprit. soi. rencontrer et suivre le dieu en Toute a ¤ rir et ce ¤ le ¤ brer cette Gnose demande. a “ me et prit. ¤ ne ' tre jusqu’a ' la Gnose. Alors celui qui a pu acque ' s : ßParle-moi maintenant de la sagesse de Dieu. jusqu’a ' Apprenez donc que celui qui pe ' se transformer au long du chemin la connaissance de Dieu. suivez dynamiquement et re chemin de la transfiguration et vous annulerez toutes vos fautes. est ve “ me rene ¤ e doit de ¤ couvrir. Qu’esttel Herme ce que la sagesse de Dieu ?ý 205 . aura a ' devenir une proprie ¤ te ¤ de l’a “ mede la transfiguration.ý corps. La connaissance qui en de ¤ de l’a “ me-esprit fait retourner directement a ' l’Eschaque qualite ' la Source primordiale et que l’ensemble Esprit.

dans la premie ¤ le ' ves : ßAppliquez-vous au silence. nous jugeons bon de vous donner un conseil. les explicaNous avons approfondi. dans les chapitres pre ' s. vers Dieuý.ý e 206 . Et Herme ' s re ¤Ainsi parle Pymandre au de pond : “ te ¤ s de l’ univers et de Dieu.ý ¤ but du deuxie ' me livre. et ßMon “ me se tourne. et retiens bien ce que je ßFais silence. la parole de Pymandre.XXIX Devenons silencieux “ Herme ' s Trisme ¤ giste. l’expose Pymandre commence en disant : ßFais silence !ý La Bible fait ¤ quemment mention de ce silence tre ' s particulier. ßOn parle beaucoup et de tous co mais les opinions se contredisent. Veux-tu m’e ¤ clairer. est important que tout candidat comprenne inte ' comme Hermes. le conseil avec lequel Pymandre ouvre ¤ qu’il adresse a ' Herme ' s. Pensez aux fre Psaumes : ßParlez en vos coeurs et soyez silencieuxý. tandis que ' re Ep|“ tre aux Thessaloniciens. o vais t’apprendre. Puisqu’il tions que donne Pymandre aux questions d’Herme ¤ rieurement. silencieuse. de sorte que je ne distingue ¤ rite ¤ .ý que tu me re ¤ ce ¤ dents. o “ Ma|“ tre ? Je ne croirai que ce pas la ve ¤ ve ¤ leras. conseille a ' ses Paul. puis a ' la parole saisissante a d’Esa|« e : ßJe me tairai et regarderai dans ma demeureý.

aussi devons-nous les conside ¤ e. e ¤ le ' ve le sanctuaire de la la sagesse divine. une parfaite du coeur et de la te ¤ luctable. dans l’e s’agitent et bouillonnent les convoitises. e ¤ quilibre ¤ et ouvert. la volonte ¤ . en venez souvent a ¤ tat habituel d’impurete ¤ naturelle ^ Si le coeur reste dans son e ¤ . Cette circula¤ phalique e ¤ tablit un circuit sanguin particulier entre le tion ce “ te. Le coeur de notre Le silence de ¤ co|« ncide a ' peu pre ' s avec le centre de notre micropersonnalite cosme. les angoisses. de l’Esprit avec l’a “ me. exigence ine ¤ es ne sont ni justes ni libres. Sivotre coeur est inquiet. a ' la nature ce qui est le cas quand on est accorde 207 . vos pense ¤ . l’ homme a ' qui s’offre qui s’e ¤ quent. vos organes sensoriels ne Quand le coeur est angoisse “ tes incapable fonctionnent ni justement ni normalement. a Vous savez ce qu’est la petite circulation du sang. Le concept ßHerme ¤ veille dans la nouvelle conscience. le grand point de rencontre initial de la Gnose avec ¤ le ' ve.Vous e de voir et de juger sainement les hommes et les choses. pour l’e ¤ le ' ve sur le chemin. te ' ve Mais il est impossible d’accomplir cette vocation si l’e¤ le ' ouvrir son coeur a ' l’Esprit dans le silence. le coeur est le lieu ou ' Toutefois. coeur et la te ¤ rer toujours dans leur relation. Dans l’e l’ homme n’est rien moins que silencieux ! ' s et devenir digne de vous appeler Si vous voulez suivre Herme ' Hermes. ou Mercure. de Pymandre avec Herme ' s. En ce point central. l’e ¤ tat humain naturel. le sentiC ’est pourquoi. tiraille ¤ . ta “ che qui vise a ' rendre le coeur cherchent ve ' le rendre parfaitement calme. les reactions et la comprehension.¤ signe un certain e ¤ tat du coeur. les pas¤ tat d’e “ tre ordinaire. pur. et vous ' la critique. La te “ te et le coeur sont donc absolument un . une identite “ te est. en ce qui concerne la pense ¤ ¤ ¤ ¤ ment et l’activite. il faut que le silence s’instaure dans votre ' sý ou ßMercureý de ¤ signe l’ homme coeur. par conse “ te a ' la hauteur de sa sublime vocation. et qui. l’atomee¤ tincelle d’esprit. n’apprend d’abord a ¤ aliser le silence du coeur est une ta “ che confie ¤ea ' tous ceux qui Re ¤ ritablement la Gnose. nous rencontrons la rose. de tout son e “ tre. avec tout ce que cela implique. le coeur de sions divergentes.

cette proprie ¤ te ¤ repre ¤ sente duit de l’a donc une incarnation du plan qui est dans l’Esprit et qui se mani“ me en tant qu’impulsion de l’Esprit. Car l’essence de la nature de la mort est toujours le ¤ clatent. jusqu’a ' pre ¤ sent. rassemble en elle l’Esprit. Comme telle. le corps. de devenir pur. afin de pouvoir ve ¤ ritablement comprendre. un prophilosophie herme “ me-esprit. a ' “ rete Dans le syste ¤ au chakra de la gorge. et alors seulesensoriels fonctionneront tout a ¤ couter ! ment vous serez capable d’e ' res et les soeurs de la Gnose originelle avaient l’ habitude Les fre ¤ cessite ¤ . Ainsi e ' agir de fac ¤ e. C ’est pourquoi parce que le temps n’e ' ce sujet que l’ homme dialectique abuse du lail suffit de dire a ¤ agir aux tensions accumule ¤ es. Par suite cette feste dans l’a ¤ te ¤ . la personnalite ¤ tique. Le larynx est un orrynx pour re ¤ gane createur. tenir des conversations sans fin qui n’ont aucun contenu essentiel ou qui sont extre“ mement scabreuses. ¤ ritablement e ¤ couter. de ce chakra et de sa ve ¤ ritable fonction parle ¤ tait pas mu “ r pour le faire. donc de bien de la mort ^ il est impossible d’e comprendre.ý afin de pouvoir ve ¤ humaine est. C ’est pourquoi vous devez voir clairement aux de ¤ cessite ¤ pour le coeur de devenir silencieux. les organes ment la te ' fait autrement. qui forment alors une tri-unite 208 . Nous n’avons jamais savoir le larynx. Cette re ¤ action se fait toujours charger de l’exce ¤ pens des autres. la ne Si vous rendez votre coeur pur et silencieux. dans le syte ' me coeur-te “ te de l’ homme ordichaos. constituent pour l’ homme des moyens de se de¤ ' s de ses tensions. ou personnification. l’a “ me et proprie ¤. vous rendez e¤ gale“ te libre pour le ro “ le auquel elle est appele ¤ e.“ tre vraiment attentif. Aussi au de ¤ but de de se signaler les uns aux autres cette ne ¤ unions faisaient-ils entendre cette parole : leurs re ßSoyons silencieux devant le Seigneur. naire. Parler continuellement. de grandes tensions qui le poussent a ° on errone ' me coeur-te “ te est situe ¤ e une soupape de su ¤. une proprie ¤ te ¤ du microcosme. relie ¤ . a ' la lumie ' re de la Nous l’avons dit.

demeure. puis¤qu’un appel sort continuellement de cette rose vers l’e“ tre inte ¤ sert de sable le vrai sphinx silencieux. le corps. pourquoi le nombre neuf est appele Dans le corps apparaissent aussi trois sanctuaires. Dans le corps. Le temple faite harmonie. plein d’agitations astrales.Dans l’Esprit sont contenues. Il en re ¤ sulte l’exte donc trois fois trois aspects ou neuf aspects . outre sa nature propre. chacun selon son e ¤ a ' re ¤ gler et a ' entretenir tous les processus nabiologique est appele ¤ . le sanctuaire de l’a ' me foie-rate. Nous comprenons ainsi l’ homme nonuple appara|“ t a ¤ le nombre de l’ humanite ¤. du temple biologique vers de le temple du coeur. le coeur. refle ' s au coeur Puisque le coeur du microcosme correspond a' peu pre biologique et que. le coeur. l’Esprit se refle ' te . devant le Seigneur. Dans de l’a “ me. Dans ces conditions. se projette vers l’a ¤ rieur. le le syste sanctuaire du corps. la rose. rieur afin de sauver du de ¤ pe ' te sans cesse a ' ses e ¤ le ' ves de l’on comprend pourquoi l’Ecole re ¤ placer le centre de leur vie biologique. que nous appelons le temple biologique. prisonnier. et la proprie ¤ te ¤ . turels de la personnalite ¤ place vers le biologique. L‘a “ me doit e “ tre la luLe temple du coeur est le temple de l’a 209 . le coeur ne saurait devenir silencieux devant la Gnose. selon la nature de l’a “ me et de l’Esprit. l’ homme-dieu en nous . les trois deviennent un. le coeur et la te ¤ un processus de cristallisavoyons appara|“ tre dans la personnalite tion . qui sont ap¤sa ' honorer la ve ¤ ritable tri-unite ¤ humaine : pele “ te doit e “ tre le sanctuaire de l’Esprit . comme c ’est le cas chez la plu“ te y sont subordonne ¤ s et nous part des hommes. dans ce coeur microcosmique. il ne fait que ¤ ter la lutte pour l’existence. le veilleur silencieux. ' nos yeux. Ces trois temples doivent collaborer en par¤ tat et sa vocation. la te “ me . vers la nature diaSi l’orientation se de lectique sur la ligne horizontale. “ me. la nature “ me et la nature de cette proprie ¤ te ¤ qu’est le corps. et l’ homme ancien. qui s’ache ' ve toujours par la mort. devient un chaos et l’in¤ gler la vie ordinaire tellect n’est capable de fonctionner que pour re naturelle et animale.

le coeur doit ce ¤Cela ne signifie aucunement que le temple biologique sera de ¤ de son e ¤ clat. au contraire ! Si le temple de l’a “ me redevient pouille ' re. ' s le re ¤ tablissement de l’a “ me s’effectue la liaison avec l’EsApre ¤ ne ¤prit vivant. sa renaissance. Baigne ' re de lumie ' re. la parole : Devenons silencieux devant le Seigneur ! Que nos coeurs fassent volte-face ! ¤ et qu’il se re ¤ chauffe dans ' le Saint est cache Ouvrons l’autel ou ' re du soleil ! la lumie ¤ solument fin au service qui a lieu dans le sanctuaire Mettons re ¤ le ¤ brons-le positivement dans le coeur ! biologique et ce ' re du salut afflueront en Si vous y parvenez. le Roi. tous les processus biologiques y trouveront leur compte. Enfin c ’est la re¤ ge ¤ te ¤ . celui de la te “ te. Elles rempliront tout votre e ¤ tendra autour de vous. de cet instrument qu’est la personration totale de cette proprie ¤. tel un champ de respiration. un rejeton : la liaison vie na|“ tra alors pour nous. lumie “ me temps la porte du Saint des Saints. Ce commencement. Du tronc abattu de l’arbre de myste ¤ s de la nature. doit e “ tre de ¤ livre ¤ situe ' re de l’a “ me. la confrontation avec Pymandre. Alors seulement pourra commencer le grand oeuvre sera re ¤ ation. L‘a “ me doit devenir le Fils du Pe ' re. C ’est pourquoi mie ¤ le ¤ brer a ' nouveau son Bethle ¤ em. de l’Esprit. les ondes de lumie “ tre et un manteau de lumie ' re vous. la personnalite ¤ sera conduite jusqu’a ' la transfisphe guration. dans son sens profond. sanctuaire supe C ’est pourquoi doit retentir en nous continuellement. replace ¤ sur son tro “ ne dans le et.' re de Christ. nalite L‘ un de nos rituels dit de ce processus : ßC ’est le seul et unique ' re que nous pre ¤ sente la Gnose. conduit par la lumie ¤ rieur.ý de la recre “ tre ce ¤ le ¤ bre ¤. c ’est dans le coeur qu’il doit e 210 . La ' . leTemVous ouvrirez en me ¤ rieur. nouvelle s’e ¤ e dans cette immense tel le manteau d’or des Noces. ple supe ' res gnostiques est Nous constatons donc que la clef des myste ¤ e dans le coeur. qui est l’Esprit. de la sagesse. ne ¤ tablie.

afin que l’ homme nonuple de l’origine ressuscite de la tombe de la nature.' s y avoir e ¤ tabli le centre de votre vie. 211 . Dans cette purete le grand oeuvre s’accomplira. Ouvrez donc votre coeur. apre ' re limpide puisse y enRendez pur votre coeur. afin que la lumie ¤ . Soyons silencieux devant le Seigneur. cette silencieuse limpidite ¤. cette harmonie. trer.

matie ' res et forces sont trans-fore ¤ es continuellement.ý ßQu’est-ce que la sagesse ? ¤ atitude. le beau. la sagesse et l’activite ¤. et la Gnose herme ¤ ponse fait surgir dans notre esprit la figure d’Apollonius de re ¤ sus : ßJ‘ai rappele ¤ mon Fils Tyane. me ¤ dification.XXX Qu’est-ce que la sagesse ? ¤ rite ¤! ßQu’est-ce que la sagesse ?ý Question classique. universel. la vertu totale et l’e ¤ terElle est le bien. la be ¤.ý manence et d’ immortalite ' me et treizie ' me versets signalent ici le fait que la saLes douzie ¤ e inde ¤ fectiblement a ' la substance origigesse divine est aussi lie ' chaque atome. proviennent ces proprie ¤ te ¤ s que sont. nite ¤ ternite ¤ fait du monde un ordre. a ¤ . en ve ' s envisage la sagesse qui est le fondeDans sa question. dont il est dit ainsi que de Je d’Egypte. le soleil nelle. Abraxas et ses quatre e ¤ manations. Herme ¤ tique re ¤ pond. d’apre ' s Herre ' s. Cette ment de la vie universelle . De la matie ¤ side lui-me “ me. par suite de quoi la personnalite ¤ est soume 212 . dont naissent l’amour. les personnalite ¤ s. la volonte ' re originelle. en pe ¤ ne ¤ trant la matie ' re de perL‘e ¤ . ou ' Dieu est contenu dans chaque atome. nous voyons se produire un Dans ce processus d’e ¤ change de forces et d’e ¤ le ¤ ments .

est une absurdite ¤. de groupe par contrainte. elle parvienne a ' l’e ¤ quilibre parfait jusqu’a “ me. dans cet temps et le devenir se confondent. ainsi que l’en' mes totalitaires de l’e ¤ glise et de l’e ¤ tat. a ' une glorification continue. esprit. nite ¤ re ¤ e herme ¤ tiqueQue. nous fait comprendre pourquoi nous parlons. et enveloppe ¤ ne ¤ tre ¤ e de Dieu. Dieu et sa cre ¤ tat d’e “ tre. avec l’a “ me“ s et l’a avec le Nou “ tre entier se trouve alors dans l’immuabilite ¤. vue dans la inse ' re de la Gnose. Nous lisons en effet au verset 17: ßCe grand corps qui englobe tous les corps est rempli inte¤ rieure¤ exte ¤ rieurement. la mosa|« que d’or des a “ mes libres. formant non pas un troupeau. l’e ¤ ature. avec Pymandre et Herme ' s. lumie ¤ e. Alors Dieu est dans le Nou “ s. Si vous conside ¤ rez que le champ de l’Esfonde “ me et le champ de la subtance originelle sont prit. le ßje suisý si L‘existence cloisonne ¤ ristique de l’occidental surtout. non pas. sont contraires a' la nature caracte du Logos. Dieu et la creature forment une unite. le monde. s’unissent. l’unite ¤ de la re ¤ alite ¤ divine du Septie ' me Rayon.ý En d’autres mots. pe l’ univers. mise a ' ce que. dans l’Ecole Spirituelle Gnostique de la ¤ de groupeý. finalement. l’unite ¤ de la en liberte ' re. donc. l’individualisme exacerbe ¤ . mais l’unite ¤ totale. une unite ¤ avons parle ¤ de la ve ¤ ritable intelligence. vous comprenez imme ¤ diatement que. L‘e ¤ ternite ¤ . le Ainsi voyons-nous comment Dieu. l’a “ me est dans la matie ' re. d’ßunite ¤ ment cette notion. et la re 21 3 . et a ' la mavisagent les syste ' re dont le ßGrand Jeuý s’efforce de l’organiser. par une a “ me pe ¤ ne ¤ tre ¤ e de ment. la se ¤ paration.' un changement perpe ¤ tuel. une a “ me vivifiant tout conscience-esprit. et tout cela a ' travers l’e ¤ terdans l’a ¤. comme nous en nie ¤ dans notre livre De ¤ masque ¤ . la manifestation universelle est une unite¤ de groupe magnifique. la division. dans la manifestation universelle conside ¤ ¤ ment. Essayons de pe ¤ ne ¤ trer proRose-Croix d’Or. le champ de l’a ¤ parables. le Nou “ s est e “ me. l’unite ¤ lumie ¤ alite ¤ de la septuple lumie ' re parfaite.

Cette des lois de rayonnement. aussi bien L‘ homme gnostique libe “ te ¤ droit qu’avec ceux qui sont du co “ te ¤ gauavec ceux qui sont du co “ tre savez-vous ce qu’on envisage par la '. Mais pratiquement universelle qui gouverne l’e ¤ rons se ¤ pare ¤ s de rien ni de personne. que monde. a ' tout ce qui Dieu s’adresse aussi a 214 . lisons-nous au verset 30. C ’est pourquoi nous ne tendons pas vers une fraternite¤ au sens ¤ troit du terme. ¤ loigne ¤ s de tous ceux qui Fondamentalement. Car tout nous ne nous conside ¤ absolue. Dans la lumie ' re. ¤ pe ¤ rissement du moi. tous les contrastes et toutes les dissemblances s’unissent et se fondent ensemble dans l’amour. nous aspirons au grand amour dont parle Je ¤ sire franchir la porte des Myste ' res gnostiques. le cre des sept domaines cosmiques. unite ' re est toute en tous. Le chemin de gauche est sance de l’a ¤ carte de Dieu. mocratie . une fraternite ¤ que. C ’est pourquoi l’amour de et tous constituent une unite ' tout ce qui est inharmonieux. dans ce monde. la ¤ actuelle. mais dans une unite ¤ de tout en tous doit devenir. nous sommes e ' la loi vont le chemin de gauche. dit le verset 34. Peut-e Le chemin de droite est celui de qui cherche Dieu positivement. Seigneur et Prince de l’ordre entier Dieu. puisque nous nous adaptons a ¤ tat d’a “ me vivante. selon leur propre nature. une notion dont vous ne pouvez que tre' s difficilement vous former maintenant une image exacte.Vous savez qu’il existe des lois cosmiques de rayonnement . pour chaque e ¤ le ' ve de l’Ecole unite Spirituelle Gnostique. de l’aveuglecelui de qui s’e ment et de l’illusion. et par l’action de La lumie ¤ ateur de tout bien. par les rythmes tous les e ¤ supe ¤ rieure. le chemin de l’erreur. il est A celui qui de ¤ de contempler cette nouvelle et puissante image du donne ¤ ne ¤ tre ¤ d’a “ me . est la loi du quelle la Jeune Gnose veut pleinement re ' me rayon. et a ' laloi de rayonnement qui a pouvoir sur l’ humanite ¤ pondre. le chemin du de “ me et de la libe ¤ ration finale. de voir en particulier que tout est pe “ tres sont mu “ s. de la naisconsciemment. che. on nomme de ¤e ¤ sus-Christ. ¤ re ¤ sait que cette unite ¤ existe. rayon qui veut nous conduire dans la ve ¤ ritable septie ¤ de groupe.

Il ne l’abandonne jamais. la loi aussi du septie Corps Vivant de la Jeune Gnose.¤ vie de la loi universelle. Cette loi de rayonnement. le feu. la loi de la ve ¤ ritable unite ¤ de groupe. Car il n’y a qu’une seule loi de cohe ¤ sion. l’amour unique. chaque chose et “ tre. elle pe ' re. gne l’ homme sur tous ses chemins. constituent ensemble une unite ¤ . Mais ment a ' cette lumie ' re “ leront a ceux qui resteront en disharmonie se bru ¤ qui devient alors un feu. cette haine et ces dantude des proble 215 . un seul ordre de rayonnement supe¤ rieur. afin que tout et tout-puissant prouve sa pre ' rent finalement sous la douce caresse de la lumie ' re. aussi de ¤ ge ¤ ne ¤ re ¤ soit-il. est le tourment de ce “ me amour. lisons-nous. Celui qui perturbe la cohe sion fonda¤ quences de cette perturbation qu’il attire mentale subit les conse “ me. ßque tout corps vivant est compose ' re et d’a “ me. e ¤ prouveront sa fe ¤ licite ¤ . ne peut e ¤ laisse rien ni personne. c ’est Abraxas. tant l’ immortel que le mortel. loi de l’amour universel qui ne de ' ce qui se passe dans notre partie du monde : la multiSongez a ' mes. Ceux qui s’adapteront harmonieuse' la loi de l’amour e ¤ ternel. dans ce re ' gne. ces dans le grand re “ tre converti. une loi leurs diffe unique. Ce qui. Finalement.ý On demandera maintenant : cette intervention divine a-t-elle ¤ ne ' tre la nature lieu en tout et en tous au sens absolu ? Oui. tous les re ' gnes naturels. avec les conse ¤ quences le vivante entie ' res infernales. l’angoisse de la masse. tout ce qui plus lointaines . ¤ tique fait une C ’est pour cette raison que la philosophie herme ' re et le feu. y compris donc les sphe est horreur et venin. la loi du sur lui-me ' me rayon. dans sa force. Mais dans ce feu.ý dit le verset 41. corrige ¤ . jusqu’a ¤ ge ¤ ne ' re. puise des possibilite ¤ s et des forchaque e ' gne septuple de l’a “ me. tous se libe ¤ de ßSache. celui-ci se re ' re l’amour de Dieu ? Les rayonnements. tant celui qui matie est pourvu de raison que celui qui en est prive¤ . La lumie ' re est la douce chadistinction entre la lumie leur de l’amour divin . Il accompade ' ce que. pensez-y bien. le soleil universel enfoui en tout et en tous. donc par ce tourment. gue ¤ ri que par la est inharmonieux. l’amour me ¤ sence et son activite ¤ . sous Comment ope ¤ rents aspects.

vous ne pouvez faire inte ¤Royaume. pour de votre but. un seul Toutefois il n’y a en re “ me. a ' Jacob Wasserdans la litte mann dans son magnifique ouvrage Christian Wahnschaffe. ' des figures comme le Bouddha qui refusait de tuer Songez a ' ¤ ature.ý Mais de ' s que vous vous e ¤ levez dans la lumie ' re. C ’est pourquoi Siegfried lutte contre le dragon . pour des raisons pra¤ terminer clairement tiques. il n’y a qu’une seule solution : la force de l’amour. au moment pre ¤ quences de l’amour divin. Il faut bien.gers effrayants ! Pensez-vous que la violence. les e “ tres qui ont besoin pour pouvoir servir. pour discerner votre chemin. de la haine. Songez. c ’est l’e rend invincibles. jusqu’a la plus infime cre ¤ . une ta “ che mie ¤ . le sang et les larmes soient une solution ? Non. le re ¤ tablissement de l’ harLe sauvetage de tout ce qui a sombre monie universelle n’est possible que par l’amour. c ’est pourquoi Herme' s pose le ¤ pe ¤ e que manie Siegfried tout pied sur le serpent sifflant. monde et de l’ humanite ¤ alite ¤ qu’une seule Nature. Cet amour doit donc descendre jusqu’au bas-fond de la chute ¤ cis. Les magnifiques conse ¤ montre ¤ es par maints auteurs porte tout. L‘e ' s n’est pas l’e ¤ pe ¤ e de la violence. transformer le feu en lumiere. vous savez alors que l’ordre de nature que nous appelons nature de la mort n’est pas non plus sans espoir. En tant qu’ homme-a rieurement aucune distinction. partant vers la ßlumie ' ' de cette lumiere. par exemple. de la comme Herme ¤ pe ¤ e du feu de l’amour divin. faire la distinction et dire : ßJe me tourne vers la lu' re. Il faut d’abord entrer dans la lumie ' re et. Si vous comprenez cela. Nous distinguons dans l’Ecole de la Rose-Croix d’Or la nature de la mort et la nature de la vie. avec toutes les conse ¤magnifique vous attend : servir l’ humanite quences que cela entra|“ ne. qui d’aide. Nous sommes force¤ s de faire ¤ tat de cette distinction parce que nous devons tenir compte d’un e ' vous tourner de la manifestation du ßfeuý fait. qui les menace et de la mort . le feu de l’amour divin. et vous apprendre a ' reý. au service du ¤. furent reconnues et de ¤ rature mondiale. 216 .

' faire la se ¤ paration. non a ¤ termine ¤ toutefois. nul ne comprend mieux et ne saisit ¤ livre ¤ de la nature de la mort . Partant de ce point de vue. se de de feu ? ¤ flexions plus hardies qui Mais entrons maintenant dans des re surgissent de la connaissance de Dieu et conside¤ rons tous les as¤ senceý. le brasier qui consume l’infe¤ rieur afin ¤ ploient les ailes du nouvel oiseau que. l’a L‘ univers entier.Tout cela forme une unite¤ est plein d’a “ me. pects de la notion d’ßomnipre ¤ galement votre Nous savons que ßtout est en Dieuý. ' Herme ' s aux versets 72 a ' 74. car un lieu. Cependant. dit Pymandre pas dans un lieu de ¤ riel et immobile. l’a intelligente. vous agissez comme les Si vous continuez a ' me livre d’Herme ' s: gens ordinaires. est en me “ me temps une conscience d’omnipre ¤ sence. a “ me et corps forment une tri-unite ¤ . le brasier du tourment. tous subi dans notre vie la bru le brasier de la purification. ' l’Esprit. perdue en Dieu. l’ homme ordinaire l’appelle mort. dit le verset 71. ßa ' ton ßOrdonne. uniC ’est pour cela que le microcosme re versel. Esprit. dit le verset 60 du deuxie ßLe changement. Et nous avons vu que le au verset 70. ou “ me et de conscience-esprit. universel. donc e “ me rene ¤ e ^ si vous la posse ¤ dez de ¤ ja ' . ce qui veut dire que la conscience de l’a ¤ ment. conside ¤ re ¤e de groupe.ý ' re devienne feu. isole ¤ ge ¤ ne ¤ re ¤ est omnipre ¤ sent. parce que le corps se dissout et que la vie se retire dans l’ invisible. en tant qu’unite ¤ nous fait de ¤ sent. Ceci l’a ¤ couvrir que le microcosme re ¤ ge ¤ ne ¤ re ¤ . plus rapide. nul davantage que celui qui est de “ me-esprit re ¤ ge ¤ ne ¤ re ¤ e est plus n’est plus rapide et plus puissant . est omnipre “ me et le corps vivent en unite ¤. n’est-il pas merveilleux que la lumie ¤ devienne lumie ' re ? N‘avonsnous pas afin que ce qui est consume “ lure du feu. plus puissante que tout. est mate “ me et la personnalite ¤ libe ¤ re ¤ e sont des proprie ¤ te ¤ s de corps de l’a “ me-esprit. ßTout est en Dieuý. de ce feu consumant.ý dit Pymandre a 217 .

ordonne-lui me “ me de s’e ¤ lever jusqu’au ciel : elle ne n’aura pas besoin d’ailes pour le faire.“ me d’aller aux Indes.Vous vous retenez “ me en bas.ý dans son vol jusqu’au dernier corps ce ¤ sire cette liberte ¤ absolue. Ce pouvoir Aussi. vous-me ¤ sence. a ' condition e ¤ videmment qu’il pourra l’empe ¤. ni les cher. ni l’e ¤ toiles : en sillonnant tous les espaces. ni le feu du soleil. il repose en vous. parcoure le chemin exige ¤ dez. vous l’avez de ¤ ja ' . elle sera accorde ¤ e. seulement d’universalite ¤ . Rien ne A qui de “ cher de l’acque ¤ rir. Libe ¤ rez votre a “ me et Portez vos regards dans l’omnipre ¤ aliserez en vous-me “ me la toute-puissance divine. Vous e “ tes encore trop cramvous ne l’avez pas encore employe ¤ aux choses ordinaires.ý ßJ‘ai rappele 218 . elle s’e¤ le ' vera corps des e ¤ leste le plus e ¤ loigne ¤ . Rien ne peut l’en empe“ ¤ ther. ni la re ¤ volution du ciel. de la Lumie ¤ mon Fils d’Egypte. et elle y sera plus vite que tu ne l’as a ¤ .Vous avez les yeux encore trop fixe¤ s ponne sur les images apparentes du plan horizontal. et elle y sera instantaordonne ¤ ment. Ordonne-lui d’aller vers l’oce ¤ an. Alors un jour il sera dit de vous aussi : Gnose. Libe ¤ rez vous re ¤ en parcourant le chemin de la en vous le pouvoir d’universalite ' re. comprenez quel pouvoir vous posse ¤ .

219 .