P. 1
Energie nucléaire en Corée du Sud 2008

Energie nucléaire en Corée du Sud 2008

|Views: 219|Likes:
Published by sylvre

More info:

Published by: sylvre on Aug 27, 2009
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

09/06/2009

pdf

text

original

– L’énergie nucléaire en Corée du Sud

-

20/08/2008

© MINEIE - DGTPE

L énergie nucléaire en Corée du Sud
20 août 2008
© MINEIE – DGTPE
Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001

Etat des lieux

Un secteur en croissance constante

La production d'électricité d'origine nucléaire en Corée du sud a débuté en 1978. Actuellement, il existe 20 centrales nucléaires en opération sur quatre sites : KORI (4), Youngwang (6), Uljin (6) et Wosung (4) avec une capacité En 2008, deux centrales sont en cours de totale de production de 17 716 MW. Ces usines représentent 39 % de la capacité de production totale d’électricité coréenne et devraient atteindre construction à KORI (Sin Kori 43,4% à l’horizon 2020. Le facteur de charge en 2007 s’établit autour de 1&2). 92%.
Un retard d’une à deux années est estimé dans la réalisation de ces projets.

Nom

Unité No #1 #2 #3 #4 #1 #2 #1 #2

Shin-Kori

ShinWolsong
Six autres centrales sont planifiées pour une entrée en exploitation entre septembre 2011 et septembre 2016 : Sin Wosung 1&2 ; Sin Kori 3&4 ; Sin Uljin 1&2.

ShinUlchin

Capacité (MW) 1,000 1,000 1,400 1,400 1,000 1,000 1,400 1,400

Entrée en service 2010 2011 2013 2014 2011 2012 2015 2016

Reactor Type OPR1000 APR1400 OPR1000 APR1400

Entrée en fonction des réacteurs actuellement en construction (Source KAERI)

La Corée dispose de 4 réacteurs d'origine canadienne (Candu) de 700MWe et 14 réacteurs à eau pressurisée (deux réacteurs de 950 MWe ont été construits par Framatome -Ulchin 1 et 2 en 1980 et 1981-, les autres sont de conception Westinghouse de 600 à 1000 MWe). La Corée a aussi développé sa propre technologie avec des les réacteurs OPR1000 (optimized power reactor) et APR1400 (advancede power reactor).

Organisation
Les activités nucléaires en Corée sont encadrées par deux acteurs principaux, sous la tutelle du MEST (Ministry of Educational Science and Technology) et du MKE (Ministry of Knowledge and Economy) : L’AEC (Atomic Energy Commission), Le NSC (Nuclear Safety Commission)

Les structures décisionnelles
En 1985, le gouvernement coréen a décidé de mettre en œuvre la politique d’indépendance énergétique nationale, répartissant les rôles parmi les organisations nucléaires suivants : • KH P (Korea Hydro and Nuclear Power) a pour principale mission d’assurer la sécurité des centrales nucléaires, de leur fonctionnement et de leurs équipements. • La société DOOSA , est chargée de fournir les équipements industriels pour les centrales. KOPEC (Korea Power Engineering Company) est la société d’ingénierie nucléaire, qui a notamment dessiné les 14 réacteurs de technologie coréenne. KOPEC est aussi à l’origine de la conception d’une quarantaine de centrales thermiques classiques
É C O O M I Q U E DE SEOUL

M I S S I O

© MINEIE - DGTPE


Les autres acteurs :

KPS (Korea Plant Service & Engineering) est l’entreprise de services (entretien, décontamination, inspection, etc…) des centrales nucléaires en service en Corée KAERI (Korea Atomic Energy Research Institute), est responsable de la R&D en matière de fission thermonucléaire, sous la tutelle du MOST K FC (Korea Nuclear Fuel Corporation) est le principal fournisseur de combustible nucléaire coréen. La capacité nominale de production de KNFC est de 400t/an pour le combustible REP, et de 400t/an pour le combustible CANDU. Des extensions des capacités sont envisagées pour accompagner le développement du parc nucléaire local. Le retraitement du combustible usé n’est pas autorisé.


KINS (Korea Institute of Nuclear Safety : autorité de sûreté)


KNEF (Korea Nuclear Energy Foundation : traite des questions liées à l'acceptation du public) NETEC (Nuclear Environment Technology Institute : branche R&D de KHNP) KBSI (Korea Basic Science Institute : responsable de la R&D en matière de fusion thermonucléaire)

Répartition des principaux acteurs du nucléaire coréen (Source : OCDE)

Consommation

Croissance prévisible de la part du nucléaire

La consommation d’énergie en Corée du Sud n’a cessé de croître parallèlement à l’industrialisation du pays, fondée sur des secteurs très La capacité électrique de la consommateurs tels que la sidérurgie, la pétrochimie, le ciment… Cette Corée du Sud s’élève à 65,5 GW demande a été multipliée par quatre en 20 ans, pour atteindre 234 millions de en 2007 TEP (Tonnes Equivalent Pétrole) en 2007, faisant de la Corée le 11ème pays consommateur d’énergie au monde. Depuis 1970, la capacité électrique de la Corée a doublé pratiquement tous les 10 ans. La part du nucléaire progresse régulièrement au fur et à mesure de La part totale du nucléaire dans la mise en service de nouvelles centrales (atteignant les 40% en 2007). la production électrique du pays L’énergie d’origine hydraulique est marginale en raison de l’absence de cours passerait de 40% à 55,7% en d’eau approprié. Les centrales thermiques fournissent 58,7 % de la 2030. production. En 2008, le gouvernement coréen a annoncé son intention de construire 8 nouvelles centrales nucléaires qui s’ajouteraient aux 20 centrales déjà existantes et aux 8 en cours de construction. L’objectif permanent est de réduire la dépendance énergétique du pays, dont 97% des énergies sont importées.

Perspectives

Des prétentions nucléaires affichées
La situation énergétique de la Corée se caractérise par la pauvreté en ressources fossiles, le choix du nucléaire, le besoin d’assurer la sécurité des approvisionnements et place croissante des énergies renouvelables. Ces contraintes conditionnent la politique énergétique, axée sur deux priorités :

M I S S I O

É C O

O M I Q U E
- 2 -

DE

SEOUL

© MINEIE - DGTPE

• Les experts de l’AIE estiment que …

Maintient de la sécurité énergétique en réduisant le taux de dépendance pétrolière (au profit du gaz naturel), en développant les projets de production d’hydrocarbures contrôlés par des entreprises coréennes. Promotion de l’efficacité énergétique de l’économie en continuant d’encourager la restructuration et la modernisation de l’industrie.

…la croissance coréenne de L’option du nucléaire répond à ces deux préoccupations sous réserve d’un la consommation d’énergie évoluera autour de 1,8 % par certain nombre d’améliorations : Construire les centrales sans dérapage de temps an entre 2010 et 2030. Prolonger la durée de vie des centrales existantes Améliorer l’efficacité de la R&D dans le secteur de l’énergie (nucléaire et autre) Explorer les possibilités d’exportation de centrales nucléaires./. Ces orientations, sont susceptibles d’offrir des opportunités d’affaires, non seulement pour les fournisseurs reconnus tels qu’Alstom ou Areva, mais aussi pour des PME françaises (maintenance et sécurité). Nos entreprises peuvent s’appuyer sur les accords de coopération existants : • Accords CEA / KIER (Korea Institute for Energy Research) et CEA / KIST (Korea Institute for Science and Technology). Ils couvrent le domaine des Nouvelles Technologies de l’Energie (photovoltaïque, piles à combustibles, production et stockage de l’hydrogène, ...) Accord Cadre CEA / KAERI de 1997, renouvelé en avril 2002. Il couvre les domaines de la production et de l’utilisation des radioisotopes, l’exploitation et l’utilisation des réacteurs de recherche, la gestion des accidents graves, le démantèlement des installations nucléaires, la technologie du cycle du combustible nucléaire, les réacteurs à métaux liquides,

Enfin, la Corée s’efforce de promouvoir son savoir-faire nucléaire à l’étranger : -

-

Au Vietnam, un accord intergouvernemental propose une assistance technique sud-coréenne par la mise en place d’une industrie nucléaire, En Indonésie, un accord récent fait suite à un MOU de 2001 sur une étude de faisabilité pour un réacteur de 330 MW, Des accords de coopération existent avec l’Inde, Un réacteur de 1000 MW fait l’objet d’un démarchage intensif auprès des autorités nucléaires chinoises.

Enjeux
La Corée du Sud s’interdit à ce jour tout retraitement et enrichissement de ses combustibles usés.

Le stockage des déchets
Le choix du premier site de stockage de déchets nucléaires de faible et moyenne intensité a fait l’objet de polémiques pendant près d’une décennie. Une décision a été prise en 2006 en faveur de la ville de Kyongju moyennant des compensations financières généreuses : subvention de 300 MUSD ainsi qu’une commission à la tonne stockée, évaluée à 8,5 MUSD par an. • Le premier appel d’offre pour 100 000 tambours a été attribué à une société suédoise • Il semble cependant qu’un certain nombre de difficultés rencontré sur ce contrat puissent aujourd’hui ouvrir de nouvelles opportunités
É C O O M I Q U E
- 3 -

M I S S I O

DE

SEOUL

© MINEIE - DGTPE

à d’autres opérateurs. La capacité totale du site se situe à 800 000 tambours. L’entreposage des combustibles usés, fortement radioactifs, est localisé autour des centrales avec une saturation des sites qui devra être atteinte en 2017. Hors l’option d’un retraitement à l’étranger, l’alternative réside donc la mise au point de solutions de retraitement. La Corée explore actuellement la technologie dite de la « voie sèche » (décalcination, pyrolyse et électrolyse…) par opposition au procédé « voie humide » (procédés chimiques utilisant des solvants etc.), adoptée par les spécialistes français.

Site
Evénement UBIFRA CE Colloque franco-coréen : Technologies Innovantes et Partenariats dans le ucléaire Civil (du 7 au 9 octobre 2008) Contact : seoul@missioneco.org

Kori Yonggwang Ulchin Wolsong Total Liens utiles

Capacité de stockage (tonne) 2,253 2,684 2,327 9,155 16,419

Volume accumulé (tonne) 1,562 1,383 1,079 4,790 8,814

Année de saturation 2016 2016 2017 2017 -

Echéance de saturation des sites de stockage (Source KH P)

Pour en savoir plus...
Ministry of Knowledge and Economy (MKE) www.mke.go.kr Ministry of Educational Science and Technology http://www.mest.go.kr Korea uclear Fuel Corporation (K FC) http://www.knfc.co.kr/eng/

Korea Hydro and uclear Power (KH P) http://www.khnp.co.kr/index_en.jsp Korea Electric Power Corporation (KEPCO) http://www.kepco.co.kr/eng/ Korea Plant Service & Engineering (KPS) http://www.kps.co.kr/eng/ Korea Atomic Energy Research Institute (KAERI) http://www.kaeri.re.kr/engnew/
Auteur : Mission Économique de Séoul Adresse : Samheung Bldg. 8th Fl., 705-9, Yeoksam-dong, Gangnam-gu, 135-711, Seoul, Corée du Sud CORÉE DU SUD Rédigée par : Soufiane DAHBI Revue par : Richard KWIATEK Date de parution : Août 2008 Version originelle : Août 2008

Copyright Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse de la Mission Economique (adresser les demandes à seoul@missioneco.org). Clause de non-responsabilité La ME s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, elle ne peut en aucun cas être tenue responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l’étude et l’analyse de cas particuliers.

M I S S I O

É C O

O M I Q U E
- 4 -

DE

SEOUL

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->