COVER

Cécile Massart

COVER ––– 30 studies to interpret the terrestrial landscape that covers sites of nuclear waste and dismantled nuclear plants. ––– 1 glossary for 10 markers developing on this surface, features on the grid and architectural elements. ––– 10 years taking photographs of diverse archaeological sites in Mexico, Morocco, India and Turkey, but also of environments marked out by their radioactivity. ––– 1 set of materials, basis for investigation and graphic research, so that reality and imagination give support to both facts and emotions. ––– The markers: these are from now on at the disposal of generations who will follow, and they will remain contemporaneous of the sites of nuclear waste. ––– The grid: reveals the desire to inscribe the evidence of nuclear presence, so that the signs become elements of communication, a persistent reality still understood in the future. ––– The memory: emphasises that at present the global society is powerless facing a novel form of danger and way of life. ––– The question: is recurring in my solitary work because if the beauty of the world is threatened by numerous criteria, I have to introduce to it an imperative for generosity of spirit. C. M.

2

COVER ––– 30 études pour lire le paysage terrestre, celui de la couverture des sites de déchets radioactifs, des installations nucléaires démantelées. ––– 1 lexique pour 10 marqueurs évoluant sur cette surface, traits sur la trame et éléments d’architecture. ––– 10 années pour réaliser des photos sur des sites archéologiques divers, au Mexique, au Maroc, en Inde et en Turquie, mais aussi des environnements que singularise leur radioactivité. ––– 1 matériau pour 1 base d’enquête et de recherche plastique où réalité et imaginaire soutiennent preuves et émotions. ––– Les marqueurs : ils sont désormais à la disposition des générations qui vont nous suivre et resteront les contemporains des sites de déchets radioactifs. ––– La trame : elle dit la volonté d’inscrire les signes du nucléaire, de les multiplier, d’en faire les éléments d’une communication dans le temps à venir et d’une actualité incessante. ––– La mémoire : elle souligne que présentement la société globale est impuissante devant une nouvelle forme de danger et de vécu. ––– La question : elle se répète dans un travail en solitaire, car si la beauté menacée du monde jouit de l’apport de nombreux critères, encore faut-il que j’introduise ici un impératif de générosité. C. M.

3

Catherine de Braekeleer *
For nearly fifteen years, Cécile Massart has developed work centred on one of the most singular memorials to our consumer society: nuclear waste and its legacy. The artist has always dissociated this unique subject from any current issue or catastrophic event in order to treat it essentially as a contemporary testament to a new form of timelessness. If the subject treated has remained unchanged, the way it is dealt with has evolved profoundly over the years. A first period of descriptive research, centred on nuclear waste and its identification, was followed by a veritable quest all over the word looking for nuclear sites: the visual translation of archival work moved from computer language to a more poetic and symbolic approach as these off-limits sites were gradually discovered. Cécile Massart’s fascination with the world of nuclear energy is closely linked to the elusive and non-physical nature of radioactivity, as well as its influence on the world’s future: its power of destruction, of course, but also the feeling of terror and dread that the word evokes in the human imagination. At the end of the seventies, the artist created a series of engravings called Ondes. Himmler récepteur écoute, in which she turned her attention to some of history’s chaotic events and developed research into sound waves in a first attempt to illustrate the invisible graphically. The eighties corresponded to a new stage founded on computer language. The series Pixel and Graph based on work involving the line and dot, the primary unit of any picture, brought with it considerations of another kind of memory: computer storage. In 1994, when watching a television programme about a storage site for nuclear waste and the processes used there to define visually the radioactivity levels of the waste, she realised that they used a graphic palette similar to her own: Cécile Massart struck up a resonance with this world. For more than ten years she then concentrated on a new cycle of research called Un site archivé pour alpha, bêta, gamma a recurring title for all her works, reports or exhibitions. As Cécile Massart explored numerous sites, first in Europe, later in Brazil and India, and finally in Rokkasho, Japan, she gradually modified the way she regarded these sites. After paying particular attention to the identification and archiving of the waste itself, the artist has since concentrated on the sites where radioactive waste is stored: isolated places, camouflaged and deliberately programmed to gradually fade from sight. Cécile Massart’s approach has been radically modified since the discovery of Rokkasho. This storage site is built on an ancient site where Mongolian and Chinese ethnic groups lived ten thousand years ago. Their artefacts are stored in containers brought to the surface and kept in the town’s museum, while the radioactive waste is buried in the ancient dwelling place. All the artist’s work devoted to this site may be seen as a journey of exploration, a mythical story in which the shadow of Hades, as well as that of one of the gods or heroes of the elemental tales, is hinted at. Every technique used – photography, engraving, digital picture – refers to a translocational movement, pointing to a reality that no longer exits, a memory of waste buried for all eternity. In Cover, Cécile Massart is turning to the architectural covering of radioactive sites hidden in anonymous neighbourhoods. The artist wants to make them visible and identifiable and lend them credibility. Strangely enough, through the graphic and visual means used in Cover – what covers and is visible – Cécile Massart revives the tradition of a certain type of funereal architecture, especially the 18th Century one imagined by the visionaries Ledoux and Boullée. At that time the dead were relegated to peripheral cemeteries gradually transformed into rural sites filled with monuments built both to receive familial mementoes and to inspire civic respect. The due regard given to ancestors assumes a different importance in a society that allots them a specific place in the order of the new world initiated by the Revolution: sites are granted to them where everyone according to his convictions and desires can meditate in front of memorials evoking their past actions. This order of things seems reversed in the extant radioactive sites since the waste is hidden and its existence denied. But the objective of Cécile Massart’s work is to create a specific identity for them, just as the 18th Century architects did for the deceased. To achieve this objective, she draws from an archetypal iconography and develops a range of shapes and symbolic signs – circle, angle, cone –, intended to give monumentality to these anonymous tombs of a new type. In this way, the artist not only makes perceptible what is supposed to be hidden, she also imagines a graphic architecture highlighting a system of values one wanted to ignore, just as Ledoux and Boullée tried to assert in their utopian projects. For nearly fifteen years, Cécile Massart has endeavoured to develop work centred on the location and identification of radioactive presence. This stage in her work is now followed by a new approach: to sublimate these sites that she tries to mark for all eternity.

*

4

Director of the Centre de la Gravure et de l’Image imprimée of the French Community of Belgium.

Catherine de Braekeleer *
Depuis près de quinze ans, Cécile Massart développe un travail centré sur une des mémoires les plus spécifiques de notre société de consommation : le déchet nucléaire et son devenir. Sujet unique que l’artiste a toujours maintenu en dehors de toute actualité brûlante ou d’événement catastrophique pour l’aborder avant tout comme un témoignage actuel d’une nouvelle forme d’intemporalité. Si le sujet traité reste immuable, la façon de l’aborder a profondément évolué au fil de ces nombreuses années. À une première période de recherches graphiques centrées sur le déchet et son identification, succède une véritable quête à travers le monde, à la recherche de sites radioactifs : travail d’archiviste dont la traduction plastique passe d’un langage informatique à une approche plus poétique et symbolique au fil de l’apprivoisement de ces lieux bannis. La fascination de Cécile Massart pour le monde du nucléaire est étroitement liée au caractère insaisissable et immatériel de la radioactivité, autant qu’à son pouvoir sur le devenir du monde : pouvoir de destruction, bien sûr, mais aussi d’effroi ou de terreur que ce mot engendre dans l’imaginaire collectif. Dès la fin des années 1970, dans une série d’estampes intitulée Ondes. Himmler récepteur écoute, l’artiste se penche sur certains chaos de l’histoire et développe une recherche sur les ondes sonores, première amorce de traduction graphique de l’invisible. Les années 1980 correspondent à une nouvelle démarche fondée sur le langage informatique. Les séries Pixel Story et Graph, basées sur un travail sur la ligne et le point, unité première de toute image, accompagnent une réflexion sur un autre type de mémoire : le stockage informatique. En 1994, la vision d’une émission télévisée sur un site de stockage de déchets radioactifs et sur les procédés employés pour marquer visuellement la radioactivité des résidus lui fait découvrir l’utilisation d’une palette graphique identique à la sienne : Cécile Massart entre en résonance avec cet univers. Un nouveau cycle de recherches l’occupe durant plus de dix ans, rythmé par le titre récurrent de tous ses travaux, reportages ou expositions : Un site archivé pour alpha, bêta, gamma. Au fil des nombreux sites étudiés, en Europe d’abord, au Brésil et en Inde ensuite, et enfin à Rokkasho au Japon, Cécile Massart modifie la nature du regard qu’elle porte sur ces lieux. Après s’être attachée au marquage et à l’archivage des déchets eux-mêmes, l’artiste développe un travail sur les sites où sont conservés ces résidus radioactifs : lieux isolés autant que camouflés dans une programmation volontaire d’un effacement progressif. La démarche de Cécile Massart se modifie radicalement à l’occasion de la découverte de Rokkasho.
*

Ce lieu de stockage est installé sur un ancien site où vécurent, il y a dix mille ans, des ethnies mongoles et chinoises, dont les artefacts sont placés dans des containers remontés à la surface et rangés dans le musée de cette ville alors que les déchets radioactifs sont enfouis à la place de cet ancien lieu de vie ! L ’ensemble des œuvres de l’artiste qui traitent de ce site peut être vu comme un parcours initiatique, un récit mythique dans lequel l’ombre de Hadès autant que des dieux ou héros des récits fondateurs se profilent en filigrane. Chaque technique utilisée : photo, gravure, image numérique, renvoie à un mouvement de transfert, révélateur d’une réalité disparue, mémoire de déchets enfouis pour l’éternité. Dans Cover, Cécile Massart se penche, cette fois, sur la couverture architecturale de ces sites radioactifs cachés dans des périphéries insoupçonnées. L ’artiste veut les rendre visibles et identifiables, leur donner des lettres de noblesse. Curieusement, à travers les propos graphiques et plastiques qu’elle initie dans Cover – ce qui couvre et est visible –, Cécile Massart renoue avec une certaine forme d’architecture funéraire, en particulier, celle du XVIIIe siècle, rêvée par les visionnaires Ledoux et Boullée. À l’époque, les morts sont relégués dans des cimetières périphériques qui se transforment en sites agrestes peuplés de monuments aptes à accueillir la mémoire familiale ainsi que le respect civique. Le respect accordé aux ancêtres prend une place différente dans la société qui leur consacre un lieu précis dans l’ordre du monde nouveau initié par la Révolution ; des sites leur sont attribués où chacun, suivant ses convictions et ses désirs, pourra se recueillir devant des monuments qui rappellent leurs actions passées. Si l’ordre des choses semble inversé dans les sites radioactifs actuels, car ils dissimulent et nient les déchets, le travail de Cécile Massart a pour but de leur créer une identité propre de la même manière que les architectes du XVIIIe siècle l’ont fait pour les défunts. Pour ce faire, elle puise dans une iconographie archétypale et développe un répertoire de formes et de signes symboliques – cercle, angle, cône… – destinés à donner une monumentalité à ces tombeaux anonymes d’un nouveau type. De cette manière, l’artiste, non seulement rend lisible ce qui devait être occulté mais aussi imagine une architecture graphique faisant apparaître au grand jour un système de valeurs qu’on voulait méconnaître, tout comme Ledoux et Boullée tentaient de l’affirmer dans leurs projets utopiques. Durant près de quinze ans, Cécile Massart s’est attachée à développer un travail centré sur le repérage et l’identification des présences radioactives : à une œuvre de collecte succède aujourd’hui une démarche de sublimation de ces sites qu’elle tente de marquer pour l’éternité.

Directrice du Centre de la Gravure et de l’Image imprimée de la Communauté française de Belgique.

5

Yves Depelsenaire *
Cécile Massart, archeologist of the present

On seeing military vehicles passing through Paris destined for the front in the first World War, Picasso jumped for joy, because he recognised in the camouflage materials the style and palette of cubist painting. This story is not just funny, it is also very significant in terms of the profound changes then taking place in the relationship between art and technology. There is no suggestion of camouflage in the perspectives that Cécile Massart tries to develop, even though we should not forget that it is through “the art of war” that the equivalence of matter and energy found its first applications. The sites where nuclear waste is stored are indeed the scenes of an entirely new conundrum in human history: the time needed for their decontamination cannot be measured on any existing scale. We know now that civilisations perish. Maybe ours will be remembered as the one that produced, as the result of human industry, an unprecedented kind of fossil, this indestructible waste. This waste is at present multiplying. It needs such a complex treatment that it has given birth to a new industry

and sites that have become identified with black holes in the imagination. Cécile Massart felt concern. She listed the sites. She visited a number of them in Europe, Brazil, and Japan. She recognised in them the basis of an ethical challenge, and, for about ten years, she has modestly been putting her art at the service of this archaeology of the present. Without either naivety or gloom-mongering. What has she let herself in for? A great deal one thinks, having seen how she has struggled untiringly to gain unlikely authorisations, to drag simple information out of those in charge, to obtain the right to take photographs, and to convince the sceptics. Thank God no obstacle has discouraged her and she has scorned mockery. Tomorrow she will be considered to be the artist who, having tuned in to the times, has managed to reintroduce into the debate on scientific techniques the dimension of an enlightened passion, and who, facing these black holes, has given us the first words in a vocabulary that we had been lacking.

6

* Yves

Depelsenaire is psychoanalyst and author of numerous essays connecting philosophy, art, litterature and politics.

Yves Depelsenaire *
Cécile Massart, archéologue du présent

En voyant passer dans Paris des véhicules militaires destinés au front pendant la première guerre mondiale, Picasso avait fait des bonds de joie, car il reconnaissait dans les procédés de camouflage utilisés pour ceux-ci le style et la palette de la peinture cubiste. L ’anecdote n’est pas seulement cocasse, elle est très significative des changements profonds qui s’opèrent alors dans les relations de l’art et de la technique. Il ne s’agit pas de camouflage dans les perspectives que Cécile Massart s’efforce de mettre en œuvre, même s’il ne convient pas d’oublier que c’est à travers « l’art de la guerre » que l’équivalence de la matière et de l’énergie a trouvé ses premières applications. Les lieux où se stockent les déchets nucléaires sont, en effet, le théâtre d’une question inédite dans l’histoire humaine : le temps nécessaire à leur décontamination n’est pas mesurable à l’échelle de celle-ci. Nous savons à présent que les civilisations sont mortelles. Peut-être retiendra-t-on essentiellement de la nôtre qu’elle fut celle où surgit de l’industrie humaine, tel un fossile d’un genre nouveau, ce reste indestructible.

Ces déchets se sont à présent multipliés. Ils nécessitent un traitement si complexe qu’ils ont donné naissance eux-mêmes à une industrie nouvelle et à des sites qui s’identifient à des trous noirs dans l’imaginaire. Cécile Massart s’en est alarmée. Elle les a recensés. Elle en a visité un certain nombre, européens, brésiliens ou japonais. Elle y a reconnu le lieu d’une tâche éthique, et depuis une dizaine d’années a mis modestement son art au service de cette archéologie du présent. Sans candeur ni catastrophisme. Que va-t-elle faire dans cette galère ? Beaucoup l’ont pensé, à la voir se démener inlassablement pour gagner des autorisations improbables, pour arracher de simples informations, pour obtenir le droit de faire des photographies, pour convaincre les sceptiques. Dieu merci, nul obstacle ne l’a découragée et elle a fait fi des railleries. Elle sera demain considérée comme l’artiste qui, à l’écoute de son temps et de sa spire, a su réintroduire dans la considération de la technique scientifique la dimension d’un désir éclairé et qui, face à ces trous noirs, nous a donné les premiers mots d’un vocabulaire qui nous faisait défaut.

* Yves

Depelsenaire est psychanalyste et auteur d’essais sur les connexions entre philosophie, art, littérature et politique.

7

Éric Clémens *
The Stakes at Play

— Why exhibit nuclear waste? What is this all about? An arch? In aid of what archive? Haven’t all the archai and the archi, all the way from archaic to archduke, caused enough devastation? Don’t we know enough about propositions turning into impositions: a noisy frenzy draping History in its magniloquent Memory? Better a silent burial. —Well actually, not quite: the game is still on, not as long as we are around. In the face of a speechless, powerless, suicidal forgetting, art’s gesture leads to some adjustment in the presentation! It is a question of taking in, of outwitting here and now the games of the real, however much they may elude us — and nuclear, in this case, denotes this dangerously ‘enucleated’ real at its most elusive. If there is the slightest chance that our violence should cause less of a mess, it has to reside in the inscription that brings our wandering back into play. No erasure, no covering-up, no misrepresentation: a marking-out of what is at stake, at play, a site that is a citation to appear… — … For the judgment of history! A sanctimoniousness, or even a muffled green religiosity, whose invocations have only ever served as the thinnest of veils for the return of the repressed of pacifism and naturalism. — Of course. But what is at stake in the death drive sited to appear lies precisely in not repressing anything, and through that very gesture, through that inscribed analysis monumentally reopening the play of desire, life and death

drives intertwined, their game foiled and played again. Insi(s)ting: citing and situating that, an id that impinges upon the play of the world within the play of the real, thereby transforming those trapped old words that would have said: upon the misadventures of history within the laws of nature. — This gibberish only obfuscates the simplest things with needless complications. The only problem is how to store the radioactive waste from nuclear installations with all due care. — Cécile Massart doesn’t merely pose a problem requiring a solution: she calls into question, another meaning of play, in bringing into play! What is actually simple is grasping the stakes of the game, of the bringing back into play which is our chance — our chance of an existence and a history on the — artistic — condition that the threatening insensible and the sharing of another perception shall be made sensible… Impinging upon the play of the real, the mobility of its infinite joints and breaks, in this case on the radioactivity of its nuclear energy, in turn mobilises the double game of writing, “engraving on the surface”, “strokes on the screen”, “institutions of marks”… — So that the archive shall not disappear, leaving us blind in the face of the free play of the uncontrollable, the immaterial and the invisible, the other play of a proposition without imposition, an art, markedly becomes our demand — an architecture!

*

8

Eric Clémens is a philosopher and a writer.

Éric Clémens *
L ’enjeu

— Pourquoi exhiber des déchets nucléaires ? De quoi s’agit-il ? D’une arche ? Pour quelle archive ? Les archai et les archi, d’archaïque à archiduc, n’ont-ils pas suffisamment provoqué de désastres ? N’en savons-nous pas encore assez des commencements qui furent des commandements : fureurs bruyantes qui drapent l’Histoire de sa grandiloquente Mémoire ? Mieux vaut l’enterrement en silence. — Eh bien non : les jeux ne sont pas faits, ne le sont jamais tant que nous existons. Face à l’oubli muet, impuissant, suicidaire, le geste de l’art pousse à l’ajustement dans la présentation ! Ici, maintenant, il s’agit de doubler les jeux du réel qui nous échappent – et nucléaire, en l’occurrence, désigne au plus insaisissable ce réel dangereusement « dénoyauté ». La moindre chance que nos violences fassent moins d’histoires n’est-elle pas dans l’inscription qui remet en jeu nos errances ? Pas d’effacement, de camouflage ou de travestissement, mais un tracement des enjeux, un site qui soit une citation à comparaître… — … Pour un jugement du tribunal de l’histoire ! Un moralisme, sinon une religiosité écologiste feutrée, dont les invocations n’ont jamais servi que de cache-sexe aux retours des refoulés du pacifisme et du naturalisme ! — À coup sûr. Mais l’enjeu de la pulsion de mort citée à comparaître tient justement à ne rien refouler et par ce

geste même, cette analyse inscrite, monumentalement, à rouvrir le jeu du désir, pulsions de vie et de mort entrelacées, déjouées et rejouées. Insi(s)ter : citer et situer ça, ça qui touche au jeu du monde dans le jeu du réel (ce qui transforme les vieux mot piégés, lesquels auraient dit : aux avatars de l’histoire dans les lois de la nature). — Charabia qui masque de complications inutiles les choses les plus simples. Le seul problème est de stocker avec suffisamment de précautions les déchets radioactifs des installations nucléaires. — Cécile Massart ne pose pas un problème qui demande une solution : elle met en question, autre sens du jeu : dans la mise en jeu ! Le simple est de comprendre l’enjeu du jeu, de cette remise en jeu qui est notre chance – notre chance d’existence et d’histoire à condition artistique de rendre sensible pour tous l’insensible menaçant et le partage d’une autre perception… Toucher au jeu du réel, à la mobilité de ses brisures infinies, ici à la radioactivité de son énergie nucléaire, mobilise à son tour le double jeu de l’écriture, « gravures à la surface », « traits sur la trame », « institutions de marques »… — Pour que l’archive ne disparaisse pas, nous laissant aveugles face au libre jeu de l’immaîtrisable, de l’immatériel et de l’invisible, l’autre jeu d’un commencement sans commandement, un art, devient notre exigence marquante : une architecture !

*

Eric Clémens est philosophe et écrivain.

9

Cécile Massart

Cécile Massart is a visual artist using engraving, painting, computer graphics, binding, video, sculpture and creating artist’s books. Drawing teacher, then studied engraving at the Académie d’Ixelles and at the Académie Goetz in Paris. Later on she travelled and met artists in various workshops throughout Europe. She taught engraving at the Académie d’Ixelles between 1977 and 1989 and during ten years she took part in intensive research in the field of engraving (1972 to 1982). She was in charge of the projects of the group Missing Ink from 1980 to 1989 and she ran a workshop on Copy Art at the Center Inter de Recerca Grafica in Callela, Spain, in 1985. Later, fascinated by the pixel, she developed a series of works under the titles Graph and Pixel Story (until 1994). During 10 years, she taught at the École supérieure des Arts plastiques et visuels in Mons and later at the ENSAV-La Cambre in Brussels. She is also co-founder of the Art School of Loulé in Portugal and has founded the Carré publishing house. In 1994, she started wondering about the problems of nuclear waste sites and their identification in Europe and the world. The resulting work appeared under the title Un site archivé pour alpha, bêta, gamma. Determined to fight against the idea of camouflaging the storage sites for nuclear waste, she intends – through her work as an artist – to make those in charge of the sites and of the dismantled nuclear plants aware of the necessity to identify them clearly in order to give future generations who will live in such an environment a signal to pass on for hundreds of years. The artist has started developing specific “markers” for these sites. She has works in numerous private and public collections.

10

Cécile Massart

Cécile Massart est artiste plasticienne et pratique gravure, peinture, infographie, reliure, vidéo, sculpture, photographie, livres d’artiste. Professeur de dessin, elle étudie la gravure à l’Académie d’Ixelles et à l’Académie Goetz à Paris. Son parcours est jalonné de rencontres, de voyages avec des artistes dans différents ateliers à travers l’Europe. Elle enseigne la gravure de 1977 à 1989 à l’Académie d’Ixelles et participe pendant une dizaine d’années à d’intenses recherches dans le domaine de la gravure (1972 à 1982). Elle gère les projets du groupe Missing Ink de 1980 à 1989 et anime, en 1985, un atelier de Copy Art au Center Inter de Recerca Grafica à Callela, en Espagne. Ensuite le pixel passionne Cécile Massart qui réalise une série d’œuvres sous les titres de Graph et de Pixel Story jusqu’en 1994. Pendant 10 ans, elle dispense des cours à l’École supérieure des Arts plastiques et visuels à Mons, puis à l’ENSAV- La Cambre à Bruxelles. Elle est aussi co-fondatrice de l’École d’art de Loulé, au Portugal, et fondatrice des Éditions du Carré. En 1994, elle s’interroge sur le problème des sites de déchets radioactifs et leur identification en Europe et dans le monde. Ses travaux sont repris sous le titre Un site archivé pour alpha, bêta, gamma. Déterminée à lutter contre l’idée de camouflage des sites de déchets radioactifs, elle entend sensibiliser par le biais de son travail d’artiste les responsables qui gèrent les sites et les installations nucléaires démantelées à l’idée de les identifier radicalement pour donner aux générations futures qui vivront dans cet environnement, un signal à transmettre, à relayer pendant des centaines d’années. L ’artiste entame une recherche de « marqueurs » spécifiques à ce domaine. Ses œuvres sont présentes dans de nombreuses collections privées et publiques.

11

Ouvrage publié avec le soutien du Forum nucléaire belge, du ministère de la Communauté française de Belgique, section des Arts plastiques, et avec la collaboration de l’École des arts d’Ixelles. Conception graphique : La Lettre volée et Manuela Dechamps Otamedi Traductions anglaises: Mia Van Geem et Geoffrey Paddle Dépôt légal : Bibliothèque royale de Belgique 2e trimestre 2009 – D/2009/5636/3 ISBN 978-2-87317-345-6 © 2009 La Lettre volée (http://www.lettrevolee.com) Achevé d’imprimer sur les presses de l’imprimerie Pauwels à Bruxelles en juin 2009.