You are on page 1of 6

2

EVENEMENT

LIBÉRATION MARDI 7 JANVIER 2014

Dieudonné, dans les gradins du théâtre de la Main d’or, à Paris, le 7 juin 2012. PHOTOS CORENTIN FOHLEN. DIVERGENCE

Dieudonné, d’impayable à insolvable
Par DOMINIQUE ALBERTINI, SONYA FAURE et WILLY LE DEVIN

Condamné à des milliers d’euros d’amendes, l’«humoriste» antisémite a mis sur pied un système pour échapper au fisc. De sa maison à sa boîte de production, décryptage d’un montage qui lui permet de narguer l’Etat. Pour l’instant.

D

ans le viseur des pouvoirs publics pour ses saillies antisémites, Dieudonné l’est aussi pour de considérables impayés judiciaires. Un jeu dangereux, qu’il a enclenché depuis déjà plusieurs années et qui pourrait lui coûter très cher. Toutefois, l’homme n’entend pas se rendre aisément et a mis sur pied un savant système, avec pour chef d’orchestre sa compagne.

L’ESSENTIEL
LE CONTEXTE Le ministre de l’Intérieur a publié une circulaire visant à interdire les spectacles de Dieudonné au nom du respect de l’ordre public. L’ENJEU Déjà plusieurs fois condamné pour incitation à la haine, faut-il interdire de scène «l’humoriste» antisémite ?

NOÉMIE MONTAGNE, LES CORDONS DE LA BOURSE Si l’«humoriste» a encore tout le loisir de se produire sur scène, il le doit en premier lieu à sa compagne de 37 ans, avec qui il a plusieurs enfants. Sans elle, ciété, affirme Chrystel Camus, producDieudonné aurait déjà eu affaire depuis trice, qui a travaillé avec lui entre 2012 belle lurette aux agents de Bercy… Il y a et 2013. Il a laissé des ardoises à son nom, encore cinq ans, le «dieudo-business» par exemple au Zénith de Paris : lorsque était en effet l’affaire de la société Bon- j’avais contacté la salle pour y organiser un nie Productions, dont l’agitaspectacle, ils avaient refusé, arteur était lui-même gérant. ENQUÊTE guant d’un impayé de Dans ses derniers comptes of15000 euros.» Laissée en désficiels, publiés en 2009, l’entreprise affi- hérence, cette société laisse la place à chait un maigre bénéfice de 6700 euros. une autre structure, créée en 2009: les Depuis, plus rien. Jusqu’à la radiation du Productions de la plume, dont le preregistre du commerce, en 2013. «Dieu- mier objet est «la production de spectadonné a sciemment laissé mourir cette so- cles et de manifestations culturelles». Une

affaire qui tourne, puisqu’elle a affiché en 2012 un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros pour la production de services (les spectacles), 318 000 euros pour la vente de marchandises, et un bénéfice de 230 000 euros. Une affaire familiale aussi, puisque les deux femmes qui s’en partagent le capital sont Noémie Montagne et sa mère, Josiane Grué – Plume étant par ailleurs le prénom d’une fille de Dieudonné. Ce dernier, en revanche, n’apparaît pas dans les statuts de l’entreprise. «En vertu du principe de séparation, ce qui appartient à la société n’appartient pas à Dieudonné», insiste son avocat, Jacques Verdier. Avant d’ajouter, au risque de la contradiction: «La société est prête à lui reverser une partie des recettes pour qu’il paye ce qu’il doit. Il y aurait un arrangement. A la limite, tout est possible.» L’étanchéité entre Dieudonné et les affaires de sa femme semble donc absolue ou variable selon les intérêts du moment. Dernièrement, Noémie Montagne a déposé auprès de l’Institut national de la propriété intellectuelle la marque «quenelle» dans le domaine de la boisson et des médias, et a créé E-quenelle, société de «conseil en relations publiques

et communication» affichant pour 2012 un bénéfice de 18100 euros. Enfin, son influence n’est pas non plus à négliger au plan éditorial. De nombreuses personnes de son entourage contactées par Libération confirment «l’implication totale du personnage dans la carrière de son mec». L’IRAN ET LA SYRIE, DES SOUTIENS POLITIQUES Dieudonné est un proche revendiqué du régime iranien. Son film l’Antisémite, sorti en 2012, avait ainsi bénéficié de fonds venant directement de l’entourage du président iranien de l’époque, Mahmoud Ahmadinejad. Si une enquête est toujours en cours sur le financement de la liste antisioniste présentée aux européennes de 2009, d’autres investigations pourraient être menées quant à la proximité de Dieudonné avec le régime syrien de Bachar al-Assad. Plusieurs sources diplomatiques rapportent que l’«humoriste» s’est rendu en Syrie en 2006 en compagnie de Frédéric Chatillon, ex-leader du GUD (lire page 7), et organisateur de toutes les manifestations défendant le régime syrien à Paris. Habitué à Suite page 4

LIBÉRATION MARDI 7 JANVIER 2014


ÉDITORIAL
Par ÉRIC DECOUTY

3

Combattre
Les haines rances que mâche depuis des années l’humoriste dévoyé Dieudonné dans le huis-clos de son théâtre parisien ne sont pas tolérables. Le cancer qui métastase dans ses spectacles, sur Internet et les réseaux sociaux doit être éradiqué. Mais ce n’est pas en lui interdisant de se produire sur scène que le gouvernement et la société tout entière se débarrasseront d’un fléau qui prospère sur la victimisation et se plaît en martyr. C’est par la démonstration inlassable de l’ignominie de ses propos que Dieudonné doit être combattu. Par l’explication que son antisionisme revendiqué ne dissimule rien d’autre que son antisémitisme, celui de la réécriture du Protocole des sages de Sion et du pseudo-complot international ourdi par les Juifs. Par l’affirmation qu’il n’est que l’expression – prétendument drôle – des théories nauséabondes d’Alain Soral, son mentor et héritier d’Edouard Drumont ou Jules Guérin au début du siècle dernier. Mais la révélation sans fin du visage de la haine dissimulée derrière le masque sinistre du pitre est vaine sans la force du droit. Si Dieudonné use de la loi protectrice de 1881 sur la «liberté de réunion», les textes sur l’incitation à la haine, sur l’injure ou la diffamation envers les Juifs doivent être appliqués sans relâche. Et plus qu’une circulaire visant une interdiction aléatoire de ses spectacles, le gouvernement doit faire tomber tous les faux nez qui lui ont permis d’échapper, jusqu’ici, aux sanctions et veiller à ce que les décisions de justice soient exercées immédiatement. Car si Dieudonné doit pouvoir continuer à faire le clown antisémite, il doit payer pour chacun de ses délits.

REPÈRES

LA «QUENELLE»
Ce geste a été popularisé par Dieudonné dans des spectacles à partir de 2009. L’humoriste en fait alors l’exégèse à Libération : «L’idée de glisser ma petite quenelle dans le fond du fion du sionisme est un projet qui me reste très cher.» La Licra a vu dans ce geste «un salut nazi inversé», ce qui lui vaut une plainte déposée par Dieudonné qui sera examinée à Paris le 14 janvier.

Le ministère de l’Intérieur a publié hier une circulaire qui détaille aux préfets les moyens de droit à leur disposition.

Le petit guide de l’interdiction selon Valls L
a circulaire de Manuel Valls a été envoyée à tous les préfets hier. Elle les encourage, ainsi que les maires, à interdire les spectacles de Dieudonné partout où il passera. Le préfet de Nantes, où l’humoriste est attendu jeudi, doit se prononcer cet après-midi. Celui de Lyon a laissé entendre qu’il interdirait une date en juin et le maire de Bordeaux Alain Juppé veut interdire le spectacle du 26 janvier. Depuis des années, beaucoup l’ont tenté –peu ont réussi. Si les maires et les préfets peuvent toujours prendre un arrêté d’interdiction d’un spectacle en raison de «risque de troubles sérieux à l’ordre public», Dieudonné, lui, l’a promis : il contestera toute interdiction auprès du juge administratif. C’est la procédure de «référé-liberté» : le juge a quarante-huit heures pour rendre sa décision. Jusqu’à présent, il a presque toujours donné raison à Dieudonné. Prudence. A chaque fois, il a dû trancher: à quel moment le risque de trouble à l’ordre public est-il si important qu’il nécessite de limiter les libertés fondamentales d’expression et de réunion? «Une petite commune a bien réussi à interdire Dieudonné, mais c’est parce qu’elle n’avait que deux policiers à sa disposition, rappelle Anne Baux, présidente de l’Union syndicale des magistrats administratifs. Perpignan avait argué des rivalités entre ses communautés, le juge n’a pas estimé le risque suffisant.» Car le tribunal est (heureusement) prudent sur l’interdiction a priori. «Pour interdire un spectacle avant même qu’il ait lieu, il faut être sûr que l’humoriste reproduira à la seconde près ses propos. C’est d’autant plus compliqué avec Dieudonné qui utilise l’improvisation», explique l’avocat Emmanuel Pierrat. Avec sa circulaire, Valls espère faire tourner la jurisprudence, dont il pousse la lecture assez loin. Primo : pas la peine d’attendre le show pour le constater, «il ne fait aucun doute que dans les spectacles de Dieudonné sont prononcés des propos antisémites», explique-t-on à Beauvau. «Il a été condamné pénalement à neuf

LIBERTÉ D’EXPRESSION
En 1933, l’arrêt Benjamin fixe la jurisprudence sur la liberté d’expression: alors que des émeutes perturbent les conférences d’un certain Benjamin, le Conseil d’Etat donne toute sa portée à la liberté de réunion, consacrée par les lois des 30 juin 1881 et 28 mars 1907. Les juges administratifs ont limité les mesures de police, notamment celles justifiées par le maintien de l’ordre public.

«Dieudonné est un petit entrepreneur de haine. Face aux mots de haine qu’il utilise, il fallait réagir.»
Manuel Valls ministre de l’Intérieur, au micro de RTL, le 31 décembre

65000
C’est, en euros, le montant des amendes que Dieudonné doit au fisc après les sept condamnations pour propos antisémites que la justice lui a infligées.

dans les années 90, le maire de cette commune de l’Essonne avait décidé d’interdire un spectacle de «lancer de nain», alors que l’organisateur était le nain lui-même. «Le Conseil d’Etat a donné raison au maire, considérant que la protection de la personne humaine pouvait être constitutive de l’ordre public, décrypte le professeur de droit Serge Slama. C’est l’un des arrêts les plus contestés de la doctrine administrative: d’habitude, l’ordre public est matériel. Ici, le juge y introduit une dimension morale. C’est risqué : chaque maire a sa conception de la morale…» Bras de fer. La circulaire de Valls et la multiplication des interdictions qui sont à prévoir vont-elles faire changer la jurispruDieudonné l’a promis: dence ? «Je ne suis il contestera toute interdiction pas sûre que la lecauprès du juge administratif. ture de Manuel Valls tienne devant un trireprises. C’est donc un récidiviste. bunal, prévient Anne Baux. De Il ne s’agit pas de dérapages plus, le ministre de l’Intérieur n’a ponctuels.» Pour preuve, des po- pas le droit de créer du droit : ses liciers ont assisté aux représen- circulaires n’ont aucune valeur jutations ces derniers jours et acté ridique.» L’affaire risque donc de que des propos antisémites tourner au bras de fer entre Valls étaient à chaque fois répétés. et Dieudonné: le premier espère Secundo : le trouble public qui qu’à force d’émoi national et justifierait l’interdiction n’est préfectoral, le juge considérera plus constitué par les consé- que le trouble à l’ordre public est quences des propos antisémites décidément devenu trop grand. (le risque de bagarres générali- Le second se réjouira sans doute sées), mais par l’atteinte à la di- – quelle que soit l’issue juridignité humaine en tant que telle. que– que l’Etat mette toutes ses «C’est le sens de l’arrêt Morsang- forces dans sa bataille contre lui. sur-Orge», plaide le ministère : S.F. (avec F.Ta. et W.L.D.)

4

EVENEMENT

MARDI 7 JANVIER 2014

faire prospérer ses affaires via les réseaux d’extrême droite, Chatillon est aussi une articulation entre Dieudonné et les skinheads.
Suite de la page 2

AVOCATS EXPERTS EN DROIT FISCAL Infligées pour injures raciales et incitations à la haine, les amendes poursuivant Dieudonné s’accumulent. Dues aussi bien au Trésor public –65000 euros d’amendes accumulées dont 37290,52 exigibles sur le champ– qu’aux plaignants comme la Licra, qui attend environ 25000 euros en dommages, intérêts et frais de représentation. Mais jusqu’à aujourd’hui, les uns et les autres ont échoué à recouvrer ces sommes. Le comédien serait insolvable. Pauvre Dieudonné ! «Il a l’intention de payer, mais pas les moyens, explique Me Verdier. Il est même prêt à organiser un grand spectacle pour payer l’intégralité de ses amendes. A condition, bien sûr, que Manuel Valls ne l’empêche pas de travailler.» Mais l’avocat d’ajouter: «Après, quand on n’a pas envie de payer ses amendes, on ne les paye pas, c’est tout.» Voici encore un peu d’eau apportée au moulin de Valls. Après s’être déclaré favorable à l’annulation des représentations de Dieudonné, le ministre de l’Intérieur semble décidé à le viser au portefeuille : «Il faut mobiliser l’ensemble des services de l’Etat pour que Dieudonné soit obligé de payer ses amendes.» Autrement dit, l’Etat tentera de prouver que l’intéressé s’est bel et bien rendu coupable «d’organisation frauduleuse de l’insolvabilité», définie par le code pénal. Un délit puni de trois ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende. Dieudonné a-t-il procédé à un tel escamotage? Jusqu’ici, en tout cas, les huissiers chargés par la Licra de saisir ses actifs ont toujours fait chou blanc. «Il semble n’avoir aucun élément de solvabilité à son nom», explique Alain Jakubowicz, le président de la Licra. Le seul compte en banque que nous ayons trouvé était débiteur de 2 100 euros. Une société qui lui avait versé des fonds a affirmé n’avoir plus aucun rapport avec lui. Idem pour sa maison d’édition, ce qui semble indiquer qu’il a renoncé à ses droits d’auteurs. Nous avons voulu faire saisir les parts de sa société Bonnie Productions: il nous a été répondu que Dieudonné n’était pas salarié de la société, dont il détenait pourtant 245 parts. En juin 2009, enfin, nous avons voulu procéder à une saisie de mobilier à son domicile de Saint-Lubin. Mais il a refusé de répondre à l’huissier.» Pour semer l’administration, Dieudonné a également dû disparaître d’un certain nombre d’organismes, chargés notamment de la collecte de ses droits d’auteurs et d’interprètes. Ainsi, l’«humoriste» est démissionnaire de la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) et ne possède aucun droit à la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). En France, l’adhésion à ces sociétés de gestion collective n’est ni obligatoire ni indispensable. Toutefois, selon Emmanuel Pierrat, avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle, «la première raison de fuir ces organismes est bien souvent la soustraction au fisc». Un soupçon si partagé que Dieudonné est aujourd’hui au centre de plusieurs procédures judiciaires. Il y a évidemment les amendes impayées –ou presque, Bercy ayant réussi à lui arracher 600 euros en deux fois, prélevés d’auto-

rité sur un compte en banque courant 2010 et fin 2011 ! Mais l’étape ultime de ce bras de fer pourrait être la prison. En effet, le Trésor public pourrait se retourner vers le parquet de Paris pour solliciter une «contrainte judiciaire», une mesure qui permet à un juge d’application des peines de convertir les amendes non payées en jours de prison. Bercy ne l’a pas encore réclamé, mais cela pourrait ne pas tarder, selon une source proche du dossier. Dieudonné risquerait alors de se retrouver à l’ombre pour une poignée de mois – ce qui, selon un entretien récemment accordé à un site belge, n’aurait rien pour lui déplaire… Seconde procédure : la plainte avec constitution de partie civile déposée par la Licra. Désespérant de recevoir un jour les dommages et intérêts auxquels Dieudonné avait été condamné, l’association avait déposé une première plainte pour «organisation frauduleuse d’insolvabilité». Celle-ci avait été classée par le parquet en 2012 – «faute d’éléments suffisants à l’époque», dit aujourd’hui l’institution. La Licra a donc récidivé, mais en se constituant partie civile, et un juge d’instruction a été nommé il y a plusieurs mois. Enfin, le parquet de Paris a lancé des investigations sur le patrimoine du comédien. Elles pourraient connaître de nouveaux développements ces jours-ci. Quant au parquet de Chartres –qui ne souhaite pas réagir dans la presse –, il a déjà ouvert une enquête contre Dieudonné pour «organisation d’insolvabilité et blanchiment». LES PRODUITS DÉRIVÉS S’il est bien difficile de croire à la fable d’un Dieudonné indigent, c’est que celui-ci est au centre d’un commerce prospère. Ses représentations au théâtre de la Main d’or à Paris ou en région affichent complet, avec des tarifs approchant la quarantaine d’euros. Sur son site Dieudosphère (actuellement hors ligne), on peut acheter les DVD de ses spectacles ainsi que de nombreux produits dérivés, du mug au parapluie, en passant par les coques de portable. «Dieudonné est avant tout un trublion qui communie avec ses fans et qui leur vend des babioles, déclare une source du renseignement intérieur. Les spectateurs arborent souvent des stickers en sortant de la salle. C’est un boutiquier.» SA PROPRIÉTÉ DE SAINT-LUBIN Pour éponger de considérables impayés fiscaux –près de 890000 euros-, Dieudonné avait en effet été contraint de mettre aux enchères sa propriété de Saint-Lubin-de-la-Haye (Eure-etLoir). Un domaine de 1,5 hectare faisant office à la fois de domicile, de lieu de travail et de siège social pour les Productions de la plume. A cette occasion, déjà, Dieudonné avait lancé un premier «appel aux prêts». «Ils pensent nous tenir avec cette merde», s’exclamait-il dans une vidéo, brandissant un billet de 5 euros avant d’y mettre feu dans un «geste révolutionnaire». Et d’affirmer avoir reçu 350 000 euros de la part de ses supporteurs, promettant de les rembourser grâce aux recettes de ses spectacles. Mais ce sont finalement les Productions de la plume qui avaient renchéri in extremis et emporté le morceau pour 551 000 euros. • Ni Dieudonné ni son entourage n’ont répondu aux sollicitations de «Libération».

Au tribunal de Paris en 2004,
PHOTO THOMAS COEX . AFP

Vendredi, devant le théâtre de la Main d’or, à Paris. PHOTO BENOÎT GRIMBERT

Après sa rencontre avec l’ex-

Conférence de presse de la liste antisioniste (européennes de 2009). B.HORVAT. AFP

Avec Jean-Marie Le Pen au Bourget en 2006. PHOTO LIONEL CHARRIER . MYOP

Annonce de sa candidature

MARDI 7 JANVIER 2014

4

EVENEMENT

Après son duo à succès avec Elie Semoun dans les années 90, Dieudonné va adopter des positions de plus en plus «borderline». Jusqu’à franchir la ligne.

L’«humour extrême» a viré à l’extrémisme
après l’annulation de son spectacle par l’Olympia.

E

président iranien Ahmadinejad.

F. GUILLOT . AFP

n évoquant le cas Dieudonné avec Guy Semoun, avec qui il va former un duo fameux. gée, avec bouffées parano afférentes (ça n’est Bedos, voici une dizaine de jours, ce der- La paire fonctionne sur un ton déjà (gentiment) sans doute pas un hasard si son premier onenier tenait d’abord à préciser combien il grinçant, fondé sur une opposition souvent man-show s’intitule Tout seul), que le comél’avait trouvé «très doué et très drôle»… à ses physique entre le grand Noir lourdaud et le petit dien se forge une réputation de plus en plus débuts. Peu soupçonnable de collusion avec Juif excité. Avec Kad et Olivier, ou Eric et douteuse. l’engeance frontiste, l’humoriste (enfin, le plus Ramzy, le tandem participe alors du renouveau Beauf. A partir de 1997, il signe pas moins vrai des deux) racontait aussi comhumoristique des années 90, oscillant d’une quinzaine de spectacles, tournant (bien ment, après un premier dérapage à la PROFIL entre loufoquerie pure et stigmatisation au-dessus de la moyenne) à presque une créatélé, il avait souhaité aider Dieudonné, des travers de la société. Mais en 1997, tion par an. Les plus fameux se nomment Coqui se retranchait encore à l’époque derrière un Elie et Dieudonné se séparent, pas en très bons corico ! ou le Divorce de Patrick et, à Bobino «malentendu». Bedos, lui-même en froid avec termes, sur fond de différends artistiques et fi- comme au Casino de Paris et en province, on certains médias dans les années 70, avait ainsi nanciers. Quelques tentatives de rapproche- s’y presse pour entendre un humour, certes éprouvé une certaine solidarité confraternelle ment auront lieu par la suite (Dieudonné décla- borderline, mais tolérable : des histoires de pour l’individu, ce sentiment se volatilisant au beauf qui préfère suivre un match de moment où Dieudonné demandait à Jean-Ma- A partir de 1997, Dieudonné signe pas foot plutôt que l’accouchement de sa rie Le Pen d’être le parrain d’un de ses enfants. femme, d’agent d’entretien alcoolo, xémoins d’une quinzaine de spectacles, Nourrice. «Doué» et «drôle» : associés au nom nophobe et dépressif, de gendarme tournant à presque une création de Dieudonné M’bala M’bala, ces épithètes nostalgique de la torture en Algérie… par an. sonnent aujourd’hui pour le moins bizarre à Misogyne, radin, corrompu, pleutre… l’oreille. Pourtant, force est d’admettre que le La galerie de portraits qu’investit Dieupersonnage ne manquait pas de talent. Ban- rant encore en 2008: «Avec Elie, je suis sûr qu’on donné avec une aisance parfois inquiétante délieusard (Fontenay-aux-Roses dans les Hauts- refera un truc ensemble») avant que Semoun, qui clenche encore des rires dans la salle. Y comde-Seine) né d’un père camerounais expert- a longtemps gardé de l’affection pour son com- pris quand, adepte d’un «humour extrême», il comptable et d’une mère bretonne sociologue, père, ne se résigne à jeter l’éponge («trop em- s’autoflagelle en «négro» qui pue. Mais Dieudonné n’a que 14 ans quand il passe briè- poisonné et surtout trop raciste»). dès 2004, le personnage se radicalise, multivement une tête au Cours Simon, où il déclame Embrayant en solo, jusqu’à larguer les amarres pliant les prises de position équivoques et les du Ionesco. Le virus de la comédie, il dit le de la manière que l’on sait, Dieudonné ne vannes à l’emporte-pièce. Il va trop loin… et tenir d’une nourrice, mais aussi de Coluche, chôme pas. On le voit un peu au cinéma, où il en remet une couche, puis une autre, puis enPierre Desproges, Louis de Funès ou, plus tard, est, par exemple, Caius Céplus dans Asté- core une autre… Et finit, une bonne fois pour Albert Dupontel. rix&Obélix: mission Cléopâtre d’Alain Chabat, toute, par quitter la rubrique «culture» pour, A peine le temps d’exercer le métier de vendeur ou un proctologue chez Valérie Lemercier d’esclandres en procès, ne plus concerner que de voitures et Dieudonné met enfin le pied à (le Derrière). Mais c’est bien sur scène, vite ap- les pages «société». l’étrier après avoir rencontré en terminale Elie préhendée sous la forme d’une citadelle assiéGILLES RENAULT

Dieudonné n’est que locataire du théâtre parisien où il donne tous ses spectacles. Il pourrait bientôt en être délogé par la société immobilière qui en est propriétaire.

La Main d’or, un QG en sursis I
nstallé dans un passage du XIe arrondissement parisien, le théâtre de la Main d’or est le quartier général de Dieudonné depuis 1999, le point de ralliement de ses fans les plus fidèles (lire pages 6-7). Rares sont les soirées où cette salle de 250 places n’affiche pas complet. Mais pour combien de temps encore? Contrairement à l’idée commune, l’agitateur n’est pas le propriétaire de la Main d’or, mais un simple locataire. Les véritables maîtres des lieux sont les trois gérants d’une société civile immobilière parisienne. Et ils souhaitent que Dieudonné vide les lieux dès que possible. L’information a d’abord été livrée par Jean-Claude Elfassi, un paparazzo en lutte ouverte contre Dieudonné. Samedi, celui-ci publie un article sur son blog affirmant avoir trouvé les propriétaires du théâtre – “juifs”, précise-t-il– et les avoir convaincus d’en évacuer l’occupant en exploitant une faille dans le bail : celui-ci serait établi au nom de Bonnie Productions, une société dont Dieudonné était le gérant, mais qu’il a depuis laissé dépérir. «Jamais rencontré». Identifié par Libération sur la base du cadastre parisien, l’un des propriétaires du théâtre confirme ces inre-t-il. C’était un investissement comme nous en avons fait d’autres dans Paris. Nous ne savions d’ailleurs même pas de qui il s’agissait, et nous ne l’avons jamais rencontré.» Depuis, cependant, les associés semblent avoir ouvert un journal: «Comme nous n’avons aucune affinité avec ce monsieur, dont nous avons constaté les débordements, «Comme nous n’avons aucune nous sommes en affinité avec ce monsieur […], train d’étudier les nous sommes en train d’étudier possibilités léles possibilités légales de mettre gales de mettre fin à son bail. Cefin à son bail.» lui-ci est en règle, L’un des propriétaires du théâtre de la Main d’or et il n’y a jamais tentions, tout en réclamant eu de problèmes avec le loyer.» Quel l’anonymat. «Nous avons acheté ce serait alors le motif de la rupture? théâtre en 2011 dans le cadre de Mystère. «Nous étudions la quesnotre activité immobilière», racon- tion avec nos avocats. Tout se fera te-t-il. Déjà dans l’intention d’en dans le respect du droit.» expulser Dieudonné, comme l’af- L’homme aurait cependant emfirme Elfassi ? «Pas du tout, assu- ployé un langage des plus fermes

aux européennes en mai 2009. PHOTO L TROUDE

devant Jonathan-Simon Sellem, journaliste du magazine juif JSS News, qui l’a également rencontré et rapporte ce propos : «Dieudonné, si on peut l’envoyer dans la Lune, on le fera.» «Nouveau dossier». Un programme qui fait bondir Sanjay Mirabeau, l’un des avocats de l’humoriste : «Mais il est à Dieudonné le théâtre, on ne peut pas le déloger.» Puis, mieux renseigné: «En effet, il n’est que locataire. Cela va faire un nouveau dossier à gérer. En tout cas, il n’y a jamais eu de souci de voisinage ou de tapage. Mais si on lui dit de partir dans les règles, il le fera.» Un coup dur qui s’ajouterait aux menaces d’interdiction de ses spectacles par arrêtés préfectoraux, comme le souhaite Manuel Valls (lire page 3) : Internet serait alors la dernière scène de Dieudonné.
D.Al., W.L.D. et S.M.

6

EVENEMENT

LIBÉRATION MARDI 7 JANVIER 2014

Rencontre, à la sortie du spectacle parisien, avec le public de Dieudonné, qui défend son «humour noir», malgré la dérive antisémite.

A la Main d’or, les fans «rient de tout»

V

endredi, 20 heures, au théâ- février. Il aime l’ambiance «très rapprotre de la Main d’or à Paris chée, super sympa, familiale» de la Main (XIe arrondissement): la foule d’or. se presse pour la première A chaque représentation ou presque, la représentation de la soirée du spectacle salle est pleine à craquer. Les derniers de Dieudonné, le Mur, 250 personnes au arrivés, pas rebutés par le prix des plabas mot, avant une deuxième séance, ces (38 euros pour 1 h 10 de spectacle), tout aussi pleine, à 22 heures. Et ce, trois s’installent sur les marches des escasoirs par semaine. L’homme remplit les liers. La foule est tout proche du comisalles. On vient au spectacle en couple, que, acquise à sa cause. Pris à témoin entre potes. Sur la façade, cette inscrip- – «Vous allez finir en prison, comme tion taguée par des opposants : «Les moi!» –, les spectateurs applaudissent. enfants syriens remercient les amis de Ils ont entre 25 et 35 ans. Des hommes, Dieudonné, Hezbollah, Assad, mais aussi pas mal de femPoutine.» Une fois son billet REPORTAGE mes, black-blanc-beur. «Sa en poche, avant de rejoindre façon de dénigrer tout le la salle, il faut traverser le «couloir des monde, de dire “Ferme-là !”, ça me fait quenelles». On y voit une succession de marrer», raconte Mehdi, 29 ans. Techfans réalisant ce geste «antisystème» nicien aérien en Suisse, il est allé voir popularisé par l’artiste, qui devant une le Mur en septembre: «Dieudonné répond «Shoah Bakery» en Israël, qui à côté de aux accusations qu’on lui fait et les tourne François Hollande… en dérision.» Rien de choquant selon lui. Quel est ce public qui vient et revient à «Crétins». L’emballement médiatique la Main d’or ? «Des gens qui vont voir récent pourrait attirer un nouveau puDieudonné [pour] entendre casser du blic de curieux non-initiés, là où les Juif», comme l’a affirmé l’avocat Arno «historiques» connaissent son œuvre Klarsfeld samedi ? Ou des «écervelés in- sur le bout des doigts. Le Divorce de Pacultes qui pensent pour la plupart que le trick, les sketchs sur le cancer et les mot “antisioniste” est une marque d’in- Pygmées sont vus comme des sommets. secticide», comme l’a écrit Stéphane Et, oui, Dieudonné s’est moqué, un jour Guillon dans Libération ? ou l’autre, de tout le monde. «Il ne fait Rien à voir, clament les supporteurs de pas des sketchs sur ce que tu as mangé, il l’ancien comparse d’Elie Semoun. De- le fait sur les communautés, sur les banvant le théâtre, aux journalistes, ils ne lieues, et il incarne toujours des gros conparlent pas. Seulement des phrases de nards, des abrutis, analyse Vincent, soutien lâchées à la volée. Mais, au 31 ans, animateur social à Paris. C’est des logorrhées antisémites. Cela l’incalme, nous en avons rencontré plu- une manière de rire des crétins, il grossit quiète: «Je veux bien qu’on blague sur la sieurs. Ils développent leur pensée et le trait là où ça fait mal.» Shoah, je le faisais avant de voir ses specleur soutien apparaît plus nuancé. Mais dans ses derniers spectacles, et tacles, mais si ça tourne en affrontements César, 31 ans et commercial à Paris, suit particulièrement dans le Mur, ce sont communautaires, ça fait chier.» Anar et Dieudonné «depuis sa période avec les Juifs qui en prennent surtout pour antifa, à gauche de la gauche, Vincent Elie». La première fois qu’il l’a vu, en leur grade. Lorsqu’au milieu de son ne comprend pas non plus le rapprovrai, «cela devait être en 2005 ou 2006, show, «Dieudo» incarne Alain Jaku- chement avec le FN. «Là, j’avoue, ça dans un Zénith». Puis, il est devenu un bowicz, le président de la Licra, il de- m’a fait mal au derche», dit-il. fidèle de la Main d’or. «Il a toujours été vient tout à coup sérieux et l’insulte co- Ces nouvelles amitiés ne dérangent pas pour moi le plus grand comique en termes pieusement. Cette obsession dérange tout le monde. Christophe (1), 22 ans, artistiques, explique-t-il. Il n’y en a certains de ses premiers admirateurs. est membre d’Egalité et Réconciliation, aucun autre qui me fait autant marrer.» l’association de l’essayiste Accro à «l’humour noir», il estime que «Dieudonné est contre d’extrême droite Alain Soral l’humoriste a longtemps «tapé sur toutes la hiérarchisation de la souffrance (lire ci-contre). Pour lui, Dieules communautés. Dans un de ses specdonné «s’est rendu compte des peuples et l’échelle mémorielle, tacles, c’est vraiment la “Nouvelle Star” qu’il s’était fait arnaquer par la de la victime : un Indien d’Amérique, un et c’est sur ça qu’il dégueule.» gauche. Alors que quand il est Nord-Coréen et, évidemment, un Juif». Ce Nicolas la trentaine, professeur des écoles allé voir Le Pen dans sa maidiscours d’un Dieudonné s’attaquant à son, il ne s’est pas fait pendre, tout le monde, au moins au départ, est «Je suis antireligion, et anticommunauta- au contraire». Il pense «qu’il est entré répété à l’envi. «J’apprécie avec lui la riste à la base, mais là il commence à aller dans un combat politique par l’humour. possibilité de rire de tout. On n’est pas trop loin», reconnaît César. «Il s’est un Il a créé un nouveau truc, un peu comme dans le politiquement correct de la télé», peu perdu dans son trip anti-Israël, juge Beppe Grillo en Italie. Il défend des idées ajoute Nicolas (1), la trentaine, profes- Vincent. Au bout d’un moment, on a tout en continuant à faire marrer les seur des écoles dans l’est de la France. compris que c’était un Etat facho et que gens». Fidèle, il a assisté à tous les derniers Dieudonné est du côté des rebeus, ça va.» Les admirateurs sont partagés quant au spectacles, et prévoit d’aller voir le Mur Dans son travail, il côtoie des gamins sens véritable de ces «idées». Le sketch dès qu’il aura le temps, sans doute en qui peuvent, sans trop réfléchir, répéter chez Fogiel en 2003, où le comédien ap-

paraît déguisé en Juif orthodoxe faisant le salut nazi ? Ils le trouvent souvent mauvais, mais ne voient «pas le problème». De plus, «Dieudonné n’est pas avec Robert Faurisson [condamné pour négationnisme, ndlr], espère César. Il l’invite pour montrer l’absurdité de ses propres propos par rapport à ceux d’un vrai négationniste». Nicolas, lui, ne «savait pas qui était ce monsieur [Faurisson]. Ça m’a permis de le connaître et de voir qu’il disait des choses odieuses». A ses yeux, ça n’est que de la «provoc». Il poursuit, plus sérieux : «Dieudonné est contre la hiérarchisation de la souffrance des peuples et l’échelle mémorielle, et c’est sur ça qu’il dégueule. Il combat le deux poids, deux mesures: une agression contre un musulman, ça va être monté en négatif, alors que sur un Juif, ça sera différent.» Antisioniste. Dans les discussions, si ce n’est la main d’un «lobby juif», celle d’une «influence supérieure» n’est jamais loin. «Des mecs se sont fait tabasser pour avoir fait une quenelle [allusion à un récent fait divers à Lyon]. Si c’était arrivé à un petit David Bensoussan, la réaction médiatique n’aurait pas été la même», soutient Christophe.

Devant le théâtre de la Main d’or, à Paris, vendredi.
PHOTOS BENOIT GRIMBERT

LIBÉRATION MARDI 7 JANVIER 2014

EVENEMENT

7

Skins, FN, négationnistes, suprémacistes… Le comédien évolue au cœur d’une nébuleuse d’extrême droite.

Tous les fascismes mènent à Dieudonné
L
e 26 décembre 2008 : un homme de puis la liste antisioniste, à votre service, sans 79 ans monte sur la scène du Zénith pa- jamais le moindre remerciement», regrette risien, à la fin du spectacle de Dieu- alors Alain Soral. Il fustige, avec son madonné, J’ai fait l’con. C’est Robert Faurisson, chisme habituel, des «petites crises de nerfs, ancien professeur de lettres à la fac de Lyon, très féminines, très contre-productives et danmaintes fois condamné pour négationnisme. gereuses en ce moment, alors que Valls est La mise en scène révolte : le régisseur de chargé de tout faire pour nous séparer». Dieudonné, en pyjama de déporté bardé Prison. Depuis quelques mois, un autre red’une étoile jaune, remet à Faurisson le prix présentant de l’extrême droite est de retour de «l’infréquentabilité et de l’insolence». Quel- dans l’entourage de Dieudonné. Il s’agit de ques jours plus tard, l’humoriste savoure son Serge Ayoub, leader de la mouvance skincoup, cette «bombe médiatique artisanale de head en France. S’il semble que «Batskin» ma fabrication». «Le mec [Faurisson, ndlr] est ne se soit jamais vraiment brouillé avec l’husympa, on s’est bien amusé», conclut-il. Ce moriste, leurs rapports ont quelque peu pâti jour-là, la fine fleur de l’extrême droite est de l’inimitié née à la fin des années 2000 enprésente dans la salle. Il y a Jean-Marie tre Soral et Ayoub. L’essayiste a un temps doLe Pen, président du FN, Frédéric Chatillon, micilié son association Egalité et Réconciliaex-leader du mouvement étudiant extrémiste tion au Local, l’ancien bar des skins, situé au GUD, ou encore Alain de Benoist, un des fon- 92, rue de Javel à Paris, mais fermé depuis cet dateurs du Grece, un club de réflexion défen- été pour cause de «dissolution administrative» dant une Europe blanche. (c’est-à-dire par décret signé en Conseil des Ces liens entre Dieudonné et l’extrême ministres) suite à l’affaire Clément Méric. droite, désormais affichés au grand jour, se C’est d’ailleurs autour de ce fait divers, qui concrétiseront en 2009 avec l’élaboration d’une liste «antisioniste» «Comme je suis diabolisé et pour les élections européennes. Mais boycotté comme lui, fatalement ça ils sont en réalité plus anciens. En novembre 2006, l’histrion s’invite à crée une solidarité.» la fête des Bleu Blanc Rouge en ré- Alain Soral essayiste nationaliste proche du FN gion parisienne, avant la présidentielle. A l’été 2007, il fait baptiser sa troisième a coûté la vie à l’étudiant antifasciste en juin fille, Plume, par l’abbé traditionaliste Phi- dernier, que s’est opéré le rabibochage entre lippe Laguérie. Le Pen est choisi comme Dieudonné et Ayoub. Alors que ce dernier parrain. enchaînait les plateaux télé pour établir un Machisme. A la même époque, l’essayiste cordon sanitaire entre son mouvement, Troinationaliste Alain Soral jouit encore de quel- sième Voie, et Esteban Morillo, l’agresseur de que influence au sein du FN. Dieudonné le Clément Méric, Dieudonné a volé à son sefréquente depuis quelques années déjà. «On cours en lui offrant quelques minutes d’une s’est rencontré en 2003, avec Dieudonné, ra- interview vidéo pathétique. contait l’intéressé à BFM en décembre. On De l’autre côté du spectre, Dieudonné est s’est tout de suite assez bien entendu. Comme aussi proche de Kémi Seba, le fondateur de je suis diabolisé et boycotté comme lui, fatale- la tribu Ka, groupe suprémaciste noir dissous ment ça crée une solidarité», continuait-il, en 2006. Après de la prison pour incitation parlant du «résistant Dieudonné». Entre les à la haine raciale, l’activiste est devenu chrodeux, les liens semblent étroits. Sur son site, niqueur pour un talk-show sénégalais. Egalité et Réconciliation, Soral ne manque «Dieudonné M’bala M’bala est mon frère et ami pas une occasion de soutenir le «comique», depuis maintenant dix ans», raconte Seba dont il partage l’antisionisme et un rapport dans un de ces derniers messages sur sa page trouble aux régimes syrien et iranien. Facebook. «Bien que nous ayons des désacEn réalité, leurs relations se sont quelque peu cords idéologiques profonds – lui est pour le tendues ces derniers temps. Le site commu- brassage des peuples et moi pour l’enracinenautaire juif JSS News a récemment révélé un ment–, il a toujours été là pour moi», explique échange de mails acerbes entre l’ancien celui qui prône une séparation raciale. «Dieumembre du FN et la compagne du comédien, donné a inventé une nouvelle forme de résisNoémie Montagne. En cause, le dépôt par tance», s’enthousiasme-t-il. Et c’est pour cette dernière d’une marque «quenelle» à cela qu’il annonce lui envoyer «ses soldats l’Institut national de la propriété intellec- pour le protéger». tuelle. «Nous nous mettons régulièrement deW.L.D., S.M. et Q.Gi.

«Sur Patrick Cohen, c’est de l’humour noir qui me fait marrer», s’amuse César. «C’est un sketch, pas un discours hitlérien», ajoute Mehdi. «Quand je vois Patrick Cohen, je me dis les chambres à gaz… dommage.» Cette «plaisanterie», qui a déclenché une plainte de Radio France, fait son effet, tous les soirs, à la Main d’or. «C’est sûr que les blagues sur les Juifs sont devenues un fonds de commerce pour Dieudonné, admet Mehdi. Après, pour moi il n’est pas antisémite, mais antisioniste, c’est-à-dire contre un courant politique proche de l’extrême droite en Israël. Ça n’est pas un crime, non ?»

Lors du spectacle, Dieudonné estime que d’un côté du «mur», il y a «Hollywood, le show-business, les médias, la merde» ; de l’autre, «les ronces, les cailloux, la liberté, nous». L’agitation actuelle risque de renforcer ce sentiment «d’eux contre nous». Pour Nicolas, qui a longuement hésité à témoigner auprès d’un journal jugé partisan, «la menace d’interdiction, c’est très grave. On touche aux principes mêmes de la liberté d’expression et de la démocratie». (1) Les prénoms ont été modifiés.
QUENTIN GIRARD et SYLVAIN MOUILLARD

!"#$%!"#$%&%'()
&'()*%+',!"#$%
&-)./-',012%"(%0/',$'0,&'.34567#'08,"+2%'++',9%+%0/#', $',(:;21(1<%'8,$.,&-7'(1))'9'+/,$.#"=(','/,$',(:;+'#<%'

>!*+,*-!0.#!"#$!'/,>,0.%7#','+,7%$-1,0.#,# #8,(%='#"/%1+ #,'/," ) 219