P. 1
Doc Institutionnel

Doc Institutionnel

|Views: 301|Likes:
Published by marsactu

More info:

Published by: marsactu on Jan 17, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

01/20/2014

pdf

text

original

Projet métropolitain

Des réponses aux questions institutionnelles

MISSION INTERmINISTÉRIELLE POUR LE PROJET MÉTROPOLITAIN AIX-MARSEILLE-PROVENCE

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

E

F

Avant-propos
Préparer ensemble la création de la métropole d’Aix-Marseille-Provence
Le travail sur les aspects institutionnels de la création de la métropole d’AixMarseille-Provence a vocation à s’appréhender dans un esprit de partage et d’appropriation par l’ensemble des acteurs concernés. Il s’agit en effet d’un processus qui doit se nourrir d’échanges avec les élus des communes et des intercommunalités ainsi que des options du projet métropolitain. Si la loi fixe un cadre dans lequel cette métropole doit se construire, de nombreuses dispositions laissent le champ ouvert à des discussions et à des décisions politiques locales, notamment en ce qui concerne les modalités d’exercice des compétences au niveau du conseil de la métropole comme au niveau des conseils de territoire, ainsi que les questions relatives à la fiscalité, aux ressources des communes et à la gouvernance. Pour renforcer le dialogue territorial nécessaire à la préparation de la métropole, le processus d’échanges avec les élus, notamment sur ces questions, évolue. Le Premier ministre a ainsi annoncé, à l’occasion de son déplacement à Marseille le 8 novembre 2013, la modification du décret du 16 mai 2013 portant institution d’une mission interministérielle pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence afin que le président de l’Union des maires des Bouches-du-Rhône co-préside, avec le préfet de région, un nouveau conseil paritaire territorial de projets, composé à part égale de maires et de représentants des services de l’État, et désigne par ailleurs les six maires du conseil des élus pré-existant.

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

1

TERRITOIRES
Pourquoi une métropole à Aix-Marseille-Provence ?
Contrairement aux autres aires métropolitaine, le territoire d’AixMarseille-Provence connaît une importante fragmentation institutionnelle, qui constitue un frein à son développement. Par exemple, en matière de transports, dix autorités organisatrices de transport (AOT) ont compétence sur le territoire métropolitain, ce qui rend difficile l’émergence de projets communs et cohérents, alors même que la saturation routière est un fait de la vie quotidienne des habitants de la métropole. Ce territoire connaît par ailleurs de grandes disparités de richesses, alors même qu’un projet structurant pour la métropole rend nécessaire une plus grande solidarité territoriale. En conséquence, le Gouvernement a souhaité accompagner tous les acteurs de ce territoire par la mise en place d’une métropole spécifique à Aix-Marseille-Provence. Il s’agit de lui donner, ainsi que l’a souligné le Premier ministre à Marseille le 8 novembre dernier, « les outils institutionnels et démocratiques qui permettraient de forcer les verrous qui entravent l’action des responsables publics ». C’est l’objet de l’article 30 du projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles 1. Une loi est en effet nécessaire pour prendre en compte les particularités d’Aix-Marseille-Provence, de la métropole du Grand Lyon et de la métropole du Grand Paris, compte tenu des enjeux national et international que représentent ces territoires.

1. Cet article a déjà été voté conforme par l’Assemblée nationale et ne pourra donc plus être modifié.

2

Comment le territoire de la métropole d’Aix-Marseille-Provence a-t-il été défini ?
La situation actuelle
La métropole d’Aix-Marseille-Provence existe déjà dans les faits : pour le citoyen métropolitain, l’emploi, les déplacements, les loisirs et les habitudes de consommation s’organisent autour de l’unité urbaine de Marseille 2. Le périmètre de la future métropole d’Aix-Marseille-Provence a été défini à partir des deux critères suivants : - un critère statistique : l’unité urbaine. Selon la définition de l’INSEE, une unité urbaine est une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu qui compte au moins 2 000 habitants. - un critère institutionnel : l’établissement public de coopération intercommunale (EPCI). Les EPCI, ou intercommunalités, sont des regroupements de communes ayant pour objet l’élaboration de projets communs de développement au sein de périmètres de solidarité. Les communautés urbaines, communautés d’agglomération, communautés de communes et les syndicats d’agglomération nouvelle sont des EPCI à fiscalité propre. La future métropole d’Aix-Marseille-Provence sera également un EPCI à fiscalité propre.

Ce qui changera avec la métropole
Elle sera créée au 1er janvier 2016 à partir de la fusion en une seule des six intercommunalités qui comprennent au moins une commune dans l’unité urbaine de Marseille. Il s’agit bien de mettre l’organisation institutionnelle en cohérence avec les réalités du territoire. Les six intercommunalités qui seront fusionnées constituent un ensemble cohérent regroupant, fin 2013, 90 communes et 1,8 million d’habitants.

2. Ainsi qu’en atteste l’ensemble des données retraçant le vécu de ce territoire et que l’a récemment confirmé une analyse de l’INSEE (INSEE Etudes PACA, Analyse, n° 34, octobre 2013 : http://www.insee.fr/fr/insee_regions/provence/themes/analyse/ana34/ana34.pdf ).

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

3

LE PÉRIMÈTRE DE LA MÉTROPOLE AIX-MARSEILLE-PROVENCE

93 communes 3 173 km 1 833 090 habitants 735 500 emplois
2

SÉNAS MALLEMORT ALLEINS EYGUIÈRES LAMANON VERNEGUES LAMBESC

CHARLEVAL LA ROQUE D’ANTHÉRON

(Insee)

CA SALON-ÉTANG DE BERRE-DURANCE 138 990 HAB AURONS
SALON-DE-PROVENCE PÉLISSANNE

LA BARBEN GRANS

MIRAMAS

CORNILLONCONFOUX

LANÇON-PROVENCE COUDOUX

ISTRES SAINT-CHAMAS

LA FARELES-OLIVIERS

SAN OUEST PROVENCE
99 776 HAB

VELAUX BERRE-L’ÉTANG

ROGNAC

FOS-SUR-MER PORT-SAINT-LOUISDU-RHÔNE

SAINT-MITRELES-REMPARTS PORTDEBOUC

VITROLLES

ST-VICTORET MARIGNANE CHÂTEAUNEUFLES-MARTIGUES GIGNAC-LA-NERTHE

CA PAYS DE MARTIGUES
70 273 HAB
MARTIGUES

LE ROVE ENSUÈSLA-REDONNE

SAUSSET- CARRYLES-PINS LE-ROUET

Commune rejoignant les EPCI en 2014 ou 2015 CA Communauté d’Agglomération CU Communauté Urbaine SAN Syndicat d’Agglomération Nouvelle 10 km

4

SAINT-ESTÈVEDE-JANSON ROGNES

PERTUIS

SAINT-PAULLES-DURANCE

LE PUYSAINTE-RÉPARADE

PEYROLLESEN-PROVENCE MEYNARGUES

JOUQUES

SAINTCANNAT VENELLES ÉGUILLES

CA PAYS D’AIX-EN-PROVENCE
363 684 HAB
ST-MARCJAUMEGARDE BEAURECUEIL AIX-EN-PROVENCE LE THOLONET

VAUVENARGUES

VENTABREN

ST-ANTONINSUR-BAYON CHÂTEAUNEUFLE-ROUGE

PUYLOUBIER

MEYREUIL

ROUSSET

BOUC BEL-AIR CABRIÈS

FUVEAU GARDANNE (2014) GREASQUE (2014) BELCODÈNE PEYNIER TRETS

SAINT-MAXIMINLA-SAINTE-BAUME

LES PENNES MIRABEAU SEPTÈMESLES-VALLONS

SIMIANE COLLONGUE

MIMET ST-SAVOURNIN CADOLIVE PEYPIN LA BOUILLADISSE AURIOL

LA DESTROUSSE

SAINTZACHARIE

PLAN DE CUQUES

ALLAUCH

CU MARSEILLE PROVENCE MÉTROPOLE 1 049 461 HAB
MARSEILLE LA PENNESUR-HUVEAUNE

CA PAYS D’AUBAGNE ET DE L’ÉTOILE ROQUEVAIRE 105 119 HAB PLAN D’AUPS
(2015) AUBAGNE GÉMENOS

CUGES-LES-PINS CARNOUX-EN-P. ROQUEFORTLA-BEDOULE

CASSIS

CEYRESTE

LA CIOTAT

BANDOL

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

5

GOUVERNANCE
Comment la métropole s’articule-t-elle avec les autres échelons institutionnels et qu’apporte-t-elle de plus ?
La future métropole d’Aix-Marseille-Provence sera une intercommunalité qui se substituera aux six intercommunalités qui existent aujourd’hui sur son territoire. Elle n’est pas un échelon supplémentaire par rapport au paysage institutionnel existant. Au contraire, la fusion de six intercommunalités pour n’en créer qu’une seule – la métropole d’Aix-Marseille-Provence – est un exemple de simplification institutionnelle qui permet par ailleurs d’assurer la cohérence entre l’institution et la réalité des territoires qu’elle rassemblera. Les six intercommunalités préexistantes sont hétérogènes au regard des compétences qu’elles exercent : elles comprennent un syndicat d’agglomération nouvelle (SAN), une communauté urbaine et quatre communautés d’agglomération. Les principales compétences des communes, du Conseil général et du Conseil régional resteront inchangées par la création de la métropole, des ajustements seront néanmoins nécessaires. La commune reste le socle de l’intercommunalité : les intercommunalités sont des groupements de communes qui permettent de mutualiser des compétences que les communes seules ne peuvent pas toujours assumer ; par ailleurs, les élus de la métropole seront issus des élections municipales. Certaines des compétences aujourd’hui exercées par des communes seront transférées à la métropole : dans ce domaine, la préparation de la métropole permettra d’identifier leurs modalités d’exercice, au niveau du conseil de la métropole comme des conseils de territoire. Par ailleurs, la création de la métropole d’Aix-Marseille-Provence permettra de faire émerger un interlocuteur de poids pour la programmation de financements de grands investissements dans le cadre de la contractualisation avec l’État, le Conseil régional et l’Union européenne. Donner au territoire métropolitain une organisation institutionnelle à la bonne

6

échelle sera, dans ce cadre, un atout pour le développement et pour l’attractivité d’Aix-Marseille-Provence. C’est là un lien important, dans le processus de préparation de la métropole, entre le volet institutionnel et le projet pour le territoire.

Comment la métropole d’Aix-Marseille-Provence tiendra-t-elle compte de la spécificité des territoires qui la composent ?
La future métropole d’Aix-Marseille-Provence se distingue des autres métropoles qui résulteront du projet de loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles par la grande dimension de son territoire et par son caractère polycentrique. Pour tenir compte de ces caractéristiques et afin de permettre l’expression des enjeux stratégiques et de gestion dans les territoires, le projet de loi prévoit la création de conseils de territoire qui assurent que chaque compétence est gérée au bon niveau : c’est le principe de subsidiarité. Le conseil de territoire est une instance de déconcentration de l’exercice des compétences de la métropole. Dans ses grandes lignes, le conseil de la métropole tiendra un rôle central pour définir la stratégie, la coordination générale et fixer les règles de programmation d’ensemble des compétences. En revanche, pour des raisons de proximité et d’optimisation, l’exercice de nombreuses compétences a vocation à être délégué par le conseil de la métropole aux conseils de territoire. Les limites géographiques des conseils de territoire seront fixées par décret en Conseil d’État en tenant compte des solidarités géographiques préexistantes. Un des grands enjeux de la préparation institutionnelle de la métropole consiste donc à travailler avec les élus pour étudier les modalités d’exercice des compétences au niveau des conseils de territoire.

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

7

Comment les représentants de la métropole seront-ils choisis ?
Rappel du cadre national
Au moment des élections municipales de mars 2014, un nouveau mode de désignation des conseillers communautaires entrera en vigueur au niveau national : le fléchage. L’électeur désignera le même jour sur le même bulletin de vote les élus de sa commune et ceux de l’intercommunalité. Pour les communes de 1000 habitants et plus, cela signifie que les conseillers communautaires seront élus au suffrage universel direct via un système de fléchage dans le cadre des élections municipales. Pour les communes de moins de 1000 habitants, les conseillers communautaires seront les membres du conseil municipal désignés dans l’ordre du tableau.

Conséquences pour la métropole d’Aix-Marseille-Provence
En mars 2014, les conseillers communautaires des six intercommunalités du territoire métropolitain seront élus selon les mêmes règles qu’au niveau national. La création de la métropole d’Aix-Marseille-Provence interviendra au 1er  janvier 2016, entre deux élections municipales. Les règles applicables sont celles prévues en cas de fusion d’intercommunalités. Ainsi, pour chaque commune : - si le nombre de conseillers communautaires est le même que le nombre de conseillers de la métropole, les conseillers communautaires élus en 2014 seront les conseillers de la métropole en 2016 pour cette commune ; - si le nombre de conseillers communautaires est supérieur au nombre de conseillers de la métropole, le conseil municipal procèdera à un vote en son sein parmi ses conseillers communautaires élus en 2014 pour déterminer ses conseillers de la métropole en 2016 ; - si le nombre de conseillers communautaires est inférieur au nombre de conseillers de la métropole, les conseillers communautaires élus en 2014 demeureront conseillers de la métropole en 2016 et le conseil municipal élira en son sein les conseillers de la métropole complémentaires. Les élections municipales et communautaires de 2014 détermineront donc en partie la composition du conseil de la métropole en 2016.

8

COMPÉTENCES
Quelles seront les compétences de la métropole ?
Les compétences obligatoires de la métropole d’Aix-Marseille-Provence sont récapitulées dans le tableau ci-après 3. L’exercice de la plupart de ces compétences peut être délégué aux conseils de territoires à l’exception de celles fixées à l’article 30 du projet de loi, qui portent sur la stratégie, sur la coordination générale et sur les règles de leur programmation. À ces compétences s’ajoutent la possibilité pour l’État, le Conseil régional et le Conseil général de transférer par convention des compétences à la métropole. De ces compétences, seule la gestion des routes départementales sur le territoire métropolitain devra être transférée automatiquement à la métropole en l’absence d’une convention dans un délai fixé par la loi.

Quel sera le processus de détermination de la répartition des compétences ?
La métropole d’Aix-Marseille-Provence exercera de plein droit l’ensemble des compétences de la métropole de droit commun récapitulées dans le tableau ci-après. Elle exercera par ailleurs, au moment de sa création, les autres compétences des actuelles intercommunalités. Ainsi, la période de préparation institutionnelle entre 2014 et 2016 permettra, sur cette base : - de dresser l’inventaire, dans chacune des six intercommunalités concernées, de l’ensemble des compétences exercées et des modalités d’exercice de ces compétences ; - d’identifier le meilleur niveau d’exercice des compétences : au niveau métropolitain pour les compétences stratégiques, au niveau du conseil de territoire pour les compétences déléguées par le conseil de la métropole et au niveau de la commune pour les quelques compétences, aujourd’hui intercommunales, qui ne sont pas des compétences obligatoires de la métropole, et qui n’ont peut-être pas vocation à être exercées par cette dernière.
3. Sous réserve des modifications éventuellement apportées par le Parlement à l’article 31 du projet de loi, s’agissant des métropoles de droit commun.

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

9

Les compétences de la métropole
1. DÉVELOPPEMENT ET AMÉNAGEMENT ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET CULTUREL
- création, aménagement et gestion des zones d’activité industrielle, commerciale, tertiaire, artisanale, touristique, portuaire ou aéroportuaire - actions de développement économique, participation au copilotage des pôles de compétitivité et au capital des sociétés d’accélération du transfert de technologies - construction, aménagement, entretien et fonctionnement d’équipements culturels, socio-culturels, socio-éducatifs et sportifs d’intérêt métropolitain - promotion du tourisme, dont la création d’offices de tourisme - programme de soutien et d’aides aux établissements d’enseignement supérieur et de recherche, en tenant compte du schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation

2. AMÉNAGEMENT dE L’ESPACE MÉTROPOLITAIN
- SCOT et schéma de secteur, PLU, opérations d’aménagement d’intérêt métropolitain, valorisation du patrimoine naturel et paysager, constitution de réserves foncières - organisation de la mobilité, création aménagement et entretien de voirie, signalisation, abris de voyageurs, parcs et aires de stationnement et plan de déplacements urbains - création aménagement et entretien des espaces publics dédiés à tout mode de déplacement urbain - participation à la gouvernance et à l’aménagement des gares sur le territoire métropolitain - établissement, exploitation, acquisition et mise à disposition d’infrastructures et de réseaux de télécommunications

3. POLITIQUE LOCALE dE L’HABITAT
- PLH - politique du logement, aides financières au logement social, actions en faveur du logement social, actions en faveur du logement des personnes défavorisées - amélioration du parc immobilier bâti, réhabilitation et résorption de l’habitat insalubre - aménagement, entretien et gestion des aires d’accueil des gens du voyage

4. POLITIQUE dE LA VILLE
- dispositifs contractuels de développement urbain, de développement local et d’insertion économique et sociale - dispositifs locaux de prévention de la délinquance et d’accès au droit

5. GESTION dES SERVICES d’INTÉRÊT COLLECTIF
- assainissement et eau, dont eau pluviale - cimetières et sites cinéraires d’intérêt métropolitain, crématoriums - abattoirs, abattoirs marchés et marchés d’intérêt national - services d’incendie et de secours - service public de défense extérieure contre l’incendie

6. PROTECTION ET MISE EN VALEUR dE L’ENVIRONNEMENT ET POLITIQUE dU CAdRE dE VIE
- gestion des déchets ménagers et assimilés - lutte contre la pollution de l’air - lutte contre les nuisances sonores - contribution à la transition énergétique - soutien aux actions de maîtrise de la demande d’énergie - élaboration et adoption du plan climat-énergie territorial - concession de la distribution publique d’électricité et de gaz - réseaux de chaleur ou de froid urbains - infrastructures de charge à l’usage des véhicules électriques - gestion des milieux aquatiques et prévention des inondations - autorité concessionnaire de l’État pour les plages

10

Dans le cadre de ce travail collectif, certaines compétences exercées par les intercommunalités mais qui ne relèvent pas obligatoirement de la métropole pourront être rétrocédées aux communes avant le 1er janvier 2016 si cela leur paraît pertinent.

FISCALITÉ
Quelles seront les conséquences fiscales de la création de la métropole pour les particuliers et pour les entreprises ?
Un des enjeux de la préparation de la future métropole est la mise en évidence de ses conséquences fiscales. Ce travail permettra d’éclairer les élus sur leurs différentes options et sur les décisions qu’ils auront à prendre avant et après la création de la métropole. La mission interministérielle pour le projet métropolitain Aix-MarseilleProvence n’a pas vocation à se substituer aux choix que prendront les élus des intercommunalités actuelles ou de la future métropole. Cependant, elle contribuera aux analyses et aux expertises nécessaires pour permettre le bon déroulement du processus. Il s’agit de donner, aux habitants et aux élus, un éclairage complet sur les conséquences fiscales de la création de la métropole d’Aix-Marseille-Provence. Le principe de base est le suivant : la création de la métropole n’a pas pour effet ni de créer de nouveaux impôts, ni d’empiéter sur les décisions fiscales que prennent les collectivités, notamment les communes. La fiscalité de la métropole correspondra aux règles habituelles de la fiscalité des intercommunalités. Ainsi, la création de la métropole aura pour effet de rapprocher les taux d’imposition déterminés par les seules intercommunalités. Ce rapprochement pourra s’étaler sur une durée allant jusqu’à 12 ans, sous certaines conditions, si les élus prennent des décisions en ce sens.

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

11

Taxe d’habitation, taxes foncières sur les propriétés bâties et non bâties
La création de la métropole n’a pas d’effet sur la part communale de ces trois taxes, votée par les communes. Elle n’a de conséquence que sur la part intercommunale. La métropole pourra maintenir des taux différenciés entre les territoires des anciennes intercommunalités pendant une durée de 12 ans. Compte tenu des écarts de taux relativement faibles entre les territoires concernés, cela se traduira par un ajustement très progressif – à la hausse comme à la baisse – sur la période considérée.

Cotisation foncière des entreprises
Cette fiscalité est déjà entièrement intercommunale. Les mêmes règles de rapprochement s’appliquent, également sur 12 ans. Il convient de souligner que le projet dont se dotera la future métropole a pour objet de créer de la richesse et des emplois qui auront pour conséquence d’envisager une amélioration du rendement fiscal à moyen terme, même à taux inchangé.

Versement transport
La métropole aura également à décider du taux du versement transport (VT), destiné à financer les transports publics (fonctionnement et investissement). Là encore, les textes prévoient la possibilité d’un mécanisme de lissage sur un maximum de 5 ans.

Taxe d’enlèvement des ordures ménagères
Contrairement aux précédents exemples, il n’y a pas d’obligation d’unifier les taux de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (TEOM) sur l’ensemble du territoire métropolitain. Le conseil de la métropole aura la possibilité de déterminer un zonage de la TEOM et pourra, s’il le souhaite, maintenir les taux actuellement pratiqués et le zonage actuel, s’il correspond à un niveau de service rendu.

12

FINANCES
Quels seront les grands enjeux financiers de la future métropole ?
La future métropole d’Aix-Marseille-Provence doit relever deux défis : dégager des marges de manœuvre pour se donner les moyens de financer un projet métropolitain ambitieux ; maîtriser ses ressources pour maintenir son efficacité. Par ailleurs, le processus de construction de la métropole devra donner à ses communes membres de la visibilité sur leurs ressources. Outre les marges de manœuvre que le changement d’échelle des intercommunalités du territoire métropolitain rendra possible, le Premier ministre a confirmé le 8 novembre 2013 que l’État accompagnerait la création de la métropole par une augmentation de la dotation générale de fonctionnement intercommunale, à hauteur de 50 millions d’euros.

Dégager des marges de manœuvre pour se donner les moyens de financer un projet métropolitain ambitieux
Des richesses inégalement réparties Le territoire de la métropole montre des disparités de richesse entre les six intercommunalités qui le composent actuellement. Le potentiel fiscal (indicateur permettant de comparer la richesse fiscale des collectivités ou de leurs groupements les unes par rapport aux autres) varie du simple au quintuple selon les intercommunalités, différence qui s’explique notamment par l’implantation de grandes entreprises à l’ouest de l’Etang de Berre :
Potentiel fiscal 2013 (€/habitant) CU Marseille Provence Métropole CA du Pays d’Aix-en-Provence CA Salon Etang de Berre Durance (Agglopole)
Source : DGCL 2013

412,8 747,6 627,2 470,3 2212,4 1680,1 646

CA du Pays d’Aubagne et de l’Etoile SAN Ouest Provence CA du Pays de Martigues Métropole Aix-Marseille-Provence

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

13

potentiel de développement pour l’ensemble du territoire Un Le potentiel de développement de la future métropole d’Aix-Marseille-Provence s’apprécie notamment au regard de deux critères : sa capacité d’investissement et l’encours de la dette par habitant. Pour ce qui concerne l’investissement, le tableau ci-dessous récapitule les dépenses d’investissement pour les six intercommunalités du territoire métropolitain.
Dépenses d’investissement (milliers €) CU Marseille Provence Métropole CA du Pays d’Aix-en-Provence CA Salon Etang de Berre Durance (Agglopole) CA du Pays d’Aubagne et de l’Etoile SAN Ouest Provence CA du Pays de Martigues Métropole Aix-Marseille-Provence (8 principales communautés urbaines*) 343 754 73 300 18 622 16 593 66 075 5 944 524 288 (2 776 312) Dépenses d’investissement par habitant (€) 328 202 134 158
Source : DGFiP 2012

662 85 289 (426)

Les situations des six intercommunalités métropolitaines sont disparates en matière d’investissement. La création de la métropole d’Aix-MarseilleProvence permet de constituer un ensemble plus solide et doit faciliter la mise en cohérence des investissements. Un autre indicateur de la capacité de développement des collectivités et de leurs groupements est leur niveau d’endettement. En effet, les règles relatives aux budgets des intercommunalités leur interdit d’emprunter pour financer les dépenses de fonctionnement. À cet égard, les taux d’endettement par habitant des intercommunalités sont récapitulés ci-après.

* CU Lyon (1 302 232 habitants), CU Lille (1 125 549), CU Marseille (1 049 461), CU Bordeaux (721 744), CU Toulouse (711 763), CU Nantes (597 936), Métropole de Nice (531 897), CU Strasbourg (475 579)

14

Encours de la dette (milliers €) CU Marseille Provence Métropole CA du Pays d’Aix-en-Provence CA Salon Etang de Berre Durance (Agglopole)
Source : DGFiP 2012

Dette par habitant (€) 1 407 160 128 124 2 287 288 993 (1 182)

1 476 813 58 316 17 768 13 082 228 191 20 221 1 814 391 (7 703 651)

CA du Pays d’Aubagne et de l’Etoile SAN Ouest Provence CA du Pays de Martigues Métropole Aix-Marseille-Provence (8 principales communautés urbaines*)

Dans ce domaine également, les situations des six intercommunalités du territoire métropolitain sont contrastées mais la création de la métropole d’Aix-Marseille-Provence permet de faire émerger un ensemble soutenable avec des marges de manœuvre accrues. En outre, la dette par habitant de la future métropole se situe à un niveau inférieur à la moyenne des huit principales communautés urbaines nationales. Par ailleurs, la dette des intercommunalités n’est pas assimilable à la dette des communes : il n’y a pas de vase communiquant entre les dettes des communes et celles de leurs groupements. C’est seulement en cas de rétrocession d’une compétence intercommunale à une commune que la dette liée à la compétence transférée serait également rétrocédée à la commune.

Maîtriser ses ressources pour garantir son efficacité
Les six intercommunalités concernées par la création de la future métropole d’Aix-Marseille-Provence représentent un budget de fonctionnement important et environ 9 000 agents. L’anticipation de la métropole devra permettre de préparer une présentation unique et comparable des budgets des intercommunalités préexistantes afin de donner aux futurs élus de la métropole l’ensemble des outils dont ils auront besoin. En matière de ressources humaines, l’article 34 du projet de loi dispose que « les agents conservent, s’ils y ont intérêt, le bénéfice du régime indemnitaire qui leur était applicable ainsi que, à titre individuel, les avantages acquis […].
PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

15

Les agents non titulaires de droit public conservent, à titre individuel, le bénéfice des stipulations de leur contrat ». En toute hypothèse, la création d’une entité unique doit permettre de réaliser à terme des économies d’échelles et des mutualisations qui auront un impact positif au plan financier.

Donner aux communes de la visibilité sur leurs ressources
Les ressources fiscales et les dotations de l’État au profit des communes ne sont pas modifiées par la fusion des six intercommunalités dont elles sont membres pour créer la métropole d’Aix-Marseille-Provence. Pour ce qui concerne les transferts financiers entre les intercommunalités et les communes, deux principales ressources sont concernées : les attributions de compensation et les dotations de solidarité. Les attributions de compensation déjà acquises par les communes lors de la création des six intercommunalités préexistantes à la métropole ne sont pas remises en cause par la création de celle-ci ; seuls les nouveaux transferts de compétences feront l’objet de commissions locales d’évaluation des charges transférées. Les dotations de solidarité communautaires seront versées par la métropole aux communes dans des conditions identiques à celles décidées par les actuelles intercommunalités. Les critères de répartition de ces dotations ne pourront être modifiés par le conseil de la métropole qu’à la majorité des deux-tiers.

16

Ouvrage édité par la Mission interministérielle pour le projet métropolitain Aix-Marseille-Provence Conception éditoriale : À vrai dire la ville Conception graphique : Flgraf Impression : Azur Offset Décembre 2013

PROJET MÉTROpOLITAIN Des réponses aux questions institutionnelles

C

PRÉFET DeS BOUCHeS-DU-RHÔNe

PROJET MÉTROpOLITAIN

MISSION INTERmINISTÉRIELLE

Aix/Marseille/Provence

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->