Ordre Ecossais des Chevaliers du Saint Temple de Jérusalem

Les origines des tableaux des grades de Maître et de Maître Ecossais (ou Ecossais Vert) de la Maçonnerie Rectifiée de Dresde
Nous nous sommes déjà interrogé sur l'origine des tableaux des quatre premiers grades de la Maçonnerie Rectifiée de Dresde, autre appellation de la Stricte Observance templière; tableaux qui furent repris ultérieurement par le Rite Ecossais Rectifié sans modification aucune. Mais les drapeaux régimentaires de Hanovre et de Hesse-Cassel du XVIIIème siècle semblent ouvrir une autre voie de recherches. Antérieurs à 1751, date à laquelle le baron de Hund et ses associés entreprirent de rédiger les rituels de la Stricte Observance1, leurs emblèmes purent avoir influencé les tableaux des grades, qui sont une spécificité de La Maçonnerie Rectifiée. Les Tapisseries des Eléments et des Saisons Les Tapisseries des Eléments et des Saisons, devaient être réalisées par la manufacture des Gobelins pour les appartements de Louis XIV à Versailles. Le dessin en fut reproduit par le miniaturiste Jacques Bailly (1629 - 1679) sur demande de Colbert et le recueil de gouaches, sur vélin, destiné à la bibliothèque royale, est aujourd'hui conservé à la Bibliothèque nationale de France. Le tableau du grade de Maître aurait pu être inspiré par la devise de la« pièce de l'élément de l'eau », accompagnant la troisième tapisserie des quatre éléments, qui représente deux vaisseaux sur une mer calme, mais non démâtés, aux voilures déployées. Toutefois, la devise n'a pas été reprise puisqu'elle s'applique au roi : « Nusquarn data littora transit» (En aucun lieu il ne franchit les rivages qui lui ont été fixés [par l'Eternel]). Le dessin du tableau du grade d'Ecossais Vert (Lyon) ou Maître Ecossais (Dresde), un lion, «emblème de l'Ecossais », «sous un surplomb rocheux, jouant avec toutes sortes d’instruments mathématiques», est à rapprocher de la devise de la «pièce de l'élément de la terre», accompagnant la quatrième tapisserie des quatre éléments: «Un Lion qui se repose, & ce mot QUIS HUNC IMPUNE LACESSET » (Qui le provoquera impunément ?). Même si aucun instrument de mathématiques n'est figuré ici, la similitude des deux dessins est si frappante qu'on ne peut y voir qu’une même source d'inspiration. Si de telles similitudes ne peuvent être le fruit du hasard, comment les expliquer? Est-il téméraire d’imaginer que le baron de Hund ait pu voir ces tapisseries lorsqu' il se rendit à Versailles en 1743; ou que certains de leurs thèmes qui pouvaient avoir quelque rapport avec la symbolique maçonnique de l'époque aient été repris pour décorer le local de la loge qu'il visita alors - et qu' il s'en soit inspiré pour illustrer les devises des grades de Maître et d'Ecossais Vert. Hypothèse d'autant plus séduisante quand on sait que le tableau du grade de Compagnon, une « pierre cube sur laquelle est posée une équerre», a été visiblement repris de la devise et du dessin de La« pièce de La saison de l'été», accompagnant la deuxième

von Zastrow (ai t). Deux drapeaux des régiments du Hanovre Electoral. von Ottel en 1761. «sous un abri rocheux» du grade de Maître Ecossais regarde à senestre et non à dextre. un lion couché sur un tertre. l'un un rocher entouré d'eau. la position du lion. La devise: «Tu ne cede malis » (Tu ne cèdes pas à l’infortune) est extraite de I'Enéide (6. & et à redresser (c'est nous qui soulignons) les mauvaises coustumes qui s'y estaient introduittes. avec un motif central peint au naturel qui représente un navire. Le drapeau régimentaire. En 1768. puis von Goldacker en 1761. porte au centre un motif représentant un rocher émergeant de l'eau. au XVIIIème siècle. Trois familles « régimentaires » membres de la Stricte Observance . vers 1770. toutes voiles dehors. un navire aux voiles déployées devant une falaise. signifiée. celui de Maître Ecossais (version de Dresde) ou d'Ecossais Vert (version de Lyon). il suffit de superposer les deux dessins. ils reprenaient le blason de cette principauté de la Confédération germanique : D’azur. et de démâter le navire après avoir essuyé une forte tempête. portent. 95) de Virgile. et avec un ciel étoilé. comme motif central peint au naturel. Le tout est couronné d'une couronne royale. à fond vert. La devise est : « ln Deo conservatio mea » (En Dieu est ma conservation). disposées régulièrement] ayant pour mot Dirigit obliqua. Le second régiment fut créé en 1702 pour le prince Adolph von Mecklcmburg-Strelitz. l'autre. Le drapeau régimentaire. par les nuages. Une source d’inspiration du tableau 4ème grade. sur le premier drapeau. à fond rouge. devant une falaise. de supprimer rocher et fa laise. assailli par le vent et la foudre. de Cheusses en 1746. celui de Maître. Le premier régiment fut créé en 1741 sous le nom de von Bourdon. En 1770. mais sa représentation peut être considérée comme identique.tapisserie des quatre saisons: « Une Equaire [posée sur un mur aux pierres apparentes. von Dreves en 1757. il est incorporé au régiment l-A dont il devient le second bataillon 1-B. au lion burelé d'argent et de gueules. serait à rechercher du côté du régiment de Hanovre créé en 1665 sous le nom de Cellische Liebregiment (Libregiment du duc de Celle). Dans le haut une banderole avec ces mots : « Vigilantia vincit » (La vigilance vainc). repris tel quel par Je Rite Ecossais Rectifié. » Les drapeaux des régiments de Hanovre et de Besse-Cassel Une autre source d’inspiration pourrait être les drapeaux des régiments de Hanovre et de Hesse-Cassel. von Sporken en 1741. battu par les flots. il incorpora le régiment de La Chevalerie qui devient son second bataillon. Quant aux drapeaux des régiments de Hesse-Cassel. Après avoir intégré l'armée de Hanovre. le vent et la foudre. von Wrangel en 1742. von Diepenbroick en 1709. Le drapeau régimentaire est à fond jaune. il prend successivement les noms de ses colonels : von Bemstorf en 1693. Certes. lampassé et couronné d’or. Il prit ensuite les noms de von Brunck en 1745. porte. puis de von Esstorf en 1759 jusqu'en 1776 où il est amalgamé avec le régiment 12-A (von Scharhorst) dont il devient le second bataillon. von Rhoeden en 17 17. Il prit successivement les noms de ses colonels : Knobel en 1708. Pour reconstituer le tableau du 3ème grade. sous un ciel nuageux. armé. Pour marquer le soin & l'application de sa Majesté à reformer les abus de son Estat.

coadjuteur et successeur éventuel à la grande maîtrise de la VIIe Province. on connaît au moins deux membres influents au sein de 1'Ordre. qui peuvent apparaître complémentaires. Il prit le nom de Eques a Sole et conclut. sans doute. Le prince Charles. Il fut nommé. C'est lui qui. et la branche écossaise de l'Ordre du Temple.B. lors du Convent de Kohlo (4-24 juin 1772). Eques a Leone Quiescente. il n'est pas étonnant qu'il faille rechercher du côté des régiments des Etats de l'ancienne Confédération germanique une source d'inspiration.) du Convent de Wilhelmsbad en 1 782.C.or nous savons qu' il fut le Prétendant Charles-Edouard Stuart . avait juré de faire subir à l’imposteur Gugomos le même sort qu'à Johnson.Faute de posséder la liste complète des membres de la Stricte Observance à partir de 1751. lui aussi. Superior Ordinis et Protector pour le Hanovre Electoral et le Mecklemburg. Charles. le régime des C. Surtout quand on sait le rôle des familles princières d'Allemagne dans le développement de la Stricte Observance. Procurator Generalis OEconomicus. le 3 septembre 1 779. Mais les coincidences sont plus que troublantes. il devait être reconnu comme Protecteur des Loges Unies de l'Electorat de Hanovre et du duché de Mecklemburg. ne purent que s'inspirer d'emblèmes et symboles figurés ici ou Là.S. maréchal héréditaire de Thuringe. en 1767. la Stricte Observance était représentée par Georges de Mecklemburg-Strelitz. Eques a Leone Resurgente. Maître Provincial du Grand Prieuré d'Allemagne de la VIIIe Province .à l'origine des grades chevaleresques. jamais l'affirmer. le major-général Georges.2 En guise de conclusion (provisoire) Avec les Tapisseries du Roi et les drapeaux des régiments de Hanovre ct de Hesse-Cassel. reçu dans l'Ordre en 1764. Il était également Maître en Chaire des Trois aigles. Sachant que la Stricte Observance a deux sources : la Franc-Maçonnerie anglaise des trois premiers grades. des principautés de Munster. avait été reçu. fut nommé. Le 13 décembre 1780. le baron de Botzelaer. Waldeck et Hildesheim. Socius Amicus Ordinis sous le nom de Eques a Pallio Purpureo. à entrer dans l'Ordre Intérieur. en 1777. le rôle des familles princières et des militaires dans le développement de 1 'Ordre est assez connu pour comprendre une interpénétration ayant donné à la Stricte Observance les caractéristiques que nous lui connaissons. la même année. Estce à dire qu'elles furent bien à l'origine des tableaux des 3ème et 4ème grades de la Maçonnerie Rectifiée de Dresde.B. lieutenant-général de GrandeBretagne et gouverneur de Hanovre. Les «inventeurs » des grades allégoriques de l'Ordre. détermina. puis du Rite Ecossais Rectifié ? Nul ne pourra. De plus. près d'elle. en 1779. Il échangea avec Jean-Baptiste Willermoz une abondante correspondance et rejoignit. duc de Mecklemburg-Strelitz. fut reconnu comme Grand Commandeur du Chapitre Saint-Poelten. En Autriche. Quant à La famille de Hesse-Cassel. . le Grand Maître de la Grande loge des Pays-Bas. tout en gardant le fonds traditionnel de la Maçonnerie de métier anglo-saxonne et de la Maçonnerie « écossaise » dont le grade de Maître Ecossais est le haut grade le plus anciennement connu. dont la patente fut signée par l'Eques a Sole Aureo . duc de Mecklemburg-Strelitz. Eques a Septem Sagittis. Celui du ministre d'Etat von Bernstorf dont on sait seulement que sa veuve accueillit à Weimar. Le landgrave Frédéric de Hesse Cassel. Christophe Bode.C. au nom des Templiers hollandais. trois noms ressortent. fut Grand Maître Provincial anglais pour le cercle de la Haute-Saxe. et. convoqué par le duc Charles. nous avons deux sources possibles d'inspiration. Au Couvent de Berlin (9-19 octobre 1773).S. Préfet honoraire de Templin. dont Wilhelm Marschall von Biebers tein. Eques a Lilio Convallium. Il devait passer au système des Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte (C. une alliance avec le Directoire de Brunswick. De la famille princière de Mecklemburg-Strelitz.

Nantes. René Le Forestier. d'autres sources d'inspiration ! P. 1999. Paris. à leur tour.Mais la discussion reste ouverte. Souhaitons que d'autres historiens puissent affiner ce que nous avons écrit ct découvrent. G-A 1 La Franc-Maçonnerie templière el ses grades allégoriques (du XV!II' siècle à nos jours). éditions Opéra. p. 2 Cf. La Franc-Maçonnerie templière et occultiste. 83-90. Aubier-Montaigne. . 1970.