P. 1
KT Brenne 9 Le Bapteme 1994

KT Brenne 9 Le Bapteme 1994

|Views: 2|Likes:
Published by ΦΧΦΠ
Catechisme par correspondance 1
Catechisme par correspondance 1

More info:

Published by: ΦΧΦΠ on Feb 27, 2014
Copyright:Attribution Non-commercial

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

02/24/2015

pdf

text

original

Quand un bébé vient au monde, le jour de sa naissance, il est vivant.

Il remue les bras et les jambes, il crie, il crie même très fort. Il est bien vivant. Mais il n'a pas en lui la vie de Dieu, la vie surnaturelle. C'est un petit garçon ou une petite fille, l'enfant de ses parents, ce n'est pas un enfant de Dieu. C'est comme le rosier sauvage, qu'on appelle un églantier. C'est un arbuste qui donne de petites fieurs, les églantines, mais pas de belles roses comme il y en a dans les jardins. Mais si on le greffe, il pourra avoir des roses Eh bien, Jésus a inventé une greffe pour nous, c'est le BAPTEME, le sacrement de Baptême. Au moment de notre baptême, ce qui a été greffé en nous, c'est la vie divine de Jésus, la vie de Dieu Lui-même. Le Baptême est le premier des sacrements. Si nous ne sommes pas baptisés nous ne pouvons en recevoir aucun autre, car le Baptême est un sacrement qui efface le péché originel, nous fait naître à la vie surnaturelle et nous fait chrétiens, enfants de Dieu et de l'Eglise.

Le Baptême est un sacrement, c'est-à-dire un signe sensible et sacré institué par Jésus-Christ pour produire la grâce. Vous avez peut-être déjà assisté à un Baptême : la marraine tient le petit enfant devant le prêtre. Celui-ci prend de l'eau et la fait couler sur le front du bébé en prononçant ces paroles : "Pierre, ou Marie, ou Sébastien,™ je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit" Ce sont les paroles mêmes de Jésus à ses disciples : "Allez, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit" L'eau employée doit être de l'eao naturelle : eau de source (du robinet), de pluie, de rivière, de mer. A l'église, le prêtre se sert de l'eau qui a été bénite solennellement le Samedi-Saint On y mêle un peu d'huile des catéchumènes et un peu de Saint Chrême. Mais dans le cas de nécessité on peut employer toute eau naturelle, quand même elle ne serait pas bénite. Enfin l'eau doit toucher la peau, et pas seulement \ss cheveux. Le signe sensible et sacré se compose donc : de l'eau versée sur celui qu'on baptise (MATIERE) des paroles prononcées en même temps par celui qui administre le sacrement (FORME).

pas les suites du péché originel qui sont : l'ignorance, les mauvaise tendances (tendances au péché, colère, paresse...), les maladies et la mort. Le Bon Dieu a voulu qu'elles restent pour ecercer notre vertu et nous faire mériter le Ciel. Vous comprenez alors pourquoi nous devons travailler, prier, être vigilants et lutter courageusement : nous avons tous en nous des tendances au mal qui nous viennent du péché originel. Mais rappelons-nous que le Baptême nous donne la grâce sacramentelle qui est le droit d'obtenir les grâces actuelles qui nous seront nécessaires pour lutter contre les tentations et garder notre vie surnaturelle. Si un adulte, ou un enfant ayant l'âge de rais(Hi, reçoit le Baptême, tous ses péchés et même les peines dues aux péchés sont effacés de sorte que s'il mourrait, il irait aussitôt au Ciel. Les peines dues aux péchés sont les peines que nous devons subir en ce monde ou en l'autre pour expier nos péchés pardonnes. Le Baptême efface le péché originel, nous fait naître à la vie surnaturelle et nous fait chrétiens, enfants de Dieu et de l'Eglise. Il nous fait chrétiens, c'est-à-dire membres de ia grande famille de JésusChrist, en imprimant en notre âme un caractère ineffaçable. Saint Augustin dit"Par le Baptême, le chrétien est marqué comme la brebis qui porte le signe de son propriétaire." Il nous rend enfants de Dieu, notre Créateur et notre Maître ; quelle grande dignité pour nous que d'être les enfants du Rm des rois ! Et quel bonheur que de pouvoir dire : "Notre Père qui êtes aux deux." Il nous rend enfants de l'Eglise, de cette société toute-puissante établie par Notre-Seigneur pour Le continuer sur la terre. Et parce que nous sommes enfants de l'Eglise, nous avons le droit de recevoir les sacrements qui nous aident à aller au Ciel, et nous avons le devoir d'aimer l'Eglise notre Mère.

Le MINISTRE ORDINAIRE est le prêtre. Mais en cas de nécessité (danger de mort par exemple), toute personne peut et doit baptiser ; toute personne, même un juif ou un païen à condition qu'il ait l'intention de faire ce que fait l'Eglise et s'il n'y a pas d'autre personne présente qui puisse donner le Baptême.

Effets du Sacrement de Baptême
Le Baptême efface le péché originel ; c'est son premier effet. Vous vous rappelez ce qu'est le péché originel Nos premiers parents, par orgueil, désobéirent au Bon Dieu. Ils perdirent tout aussitôt la grâce sanctifiante, la vie de Dieu en eux ; ils furent condamnés à la souffrance et à la mort et ils se sentirent désormais attirés par le péché. Depuis lors, tous les hommes, excepté la Sainte Vierge, naissent privés de la grâce et soumis aux mêmes misères qu'Adam et Eve. Le Baptême efface donc le péché originel et nous donne la vie surnaturelle (la grâce sanctifiante). Toute la Sainte Trinité vient habiter dans notre âme, en l'ornant de toutes les vertus et des dons surnaturels. Elle vient faire de notre âme sa demeure, son tabernacle. Toutefois, le Baptême n'efface

Le Baptême est absolument nécessaire pour être sauvé.
Un jour, Notre-Seigneur reçut la visite de Nicodème, qui était venu Le trouver la nuit, par crainte des Pharisiens. Ce Juif pieux Lui demanda ce qu'il feîlait faire pour être sauvé. Jésus lui répondit : "Si quelqu'un ne naît pas de nouveau, il ne peut entrer dans le royaume des deux." Et Nicodème, très étonné, de répondre : "Mais comment faire pour renaître ? Est-ce possible ?" Jésus lui expliqua alors : "En vérité, je vous le dis, si quelqu'un ne renaît de l'eau et de l'Esprit-Saint, il ne peut entrer dans le royaume des deux." Par ces paroles, Notre-Seigneur déclara l'absolue nécessité du Baptême

pour être sauvé. Pour cette raiscMi, l'Eglise prescrit dans canonique "Les enfants doivent être baptisés le plus tôt obligation rigoureuse pour les parents de faire baptiser le (dans les 8 jours) leurs enfants car si ceux-ci mouraient entrer au Ciel ; ils seraient privés de Dieu dans les Limbes,

le Code de droit possible." Il y a plus vite possible ils ne pourraient pour toujours.

Il y a deux cas où le Baptême de l'eau peut être remplacé : par le Baptême de sang et par le Baptême de désir. Le Baptême de sang : Lorsque, dans une persécution, une personne meurt pour sa foi avant d'avoir pu être baptisée, elle est sauvée. Elle a sacrifié sa vie pour Notre-Seigneur, elle a souffert volontairement pour son amour, aussi va-t-elle tout droit au Ciel quand même elle ne serait pas baptisée. Le Baptême de désir : Quand on aime Dieu par-dessus toutes choses et qu'on a le désir de recevoir le Baptême, on peut être sauvé. Ainsi Saint Ambroise espérait le salut du jeune Valentinien qui était mort assassiné avant d'avoir reçu le Baptême. On ne peut pas dire qu'il avait le Baptême de sang, car ce n'était pas par haine de la foi que ses assassins l'avaient tué, mais bien le Baptême de désir : grand était son désir de recevoir ce sacrement. Bien qu'on distingue trois Baptêmes, il n'y a cependant qu'un seul sacrement Seul le Baptême de l'eau imprime le caractère et donne les grâces sacramentelles. Nous verrons dans la prochaine leçon les cérémonies du Baptême et les engagements que nous y avons pris.

«
« *

1.

Quels est le premier et le plus nécessaire de tous les sacrements ? Le premier et le plus nécessaire de tous les sacrements est le Baptême. Qu'est-ce que le Baptême ? Le Baptême est un sacrement qui efface le péché originel, nous donne la vie surnaturelle, et nous fait chrétiens, c'est-à-dire disciples de JésusChrist, enfants de Dieu et de l'Eglise.

2.

CatâcHIsme par- Oor-r-esBC>orkciar»o« N — O - de RAT'IVIA — Ar»r»*« CEEDITION - © SFSPX. S»»m-Mich«l-«n-Bpenn«. FRANCE. JuHlrt 19S8. -Dépôt légal" 2ème trimestre 1992 - tSBN n"2-907W>it-OO-8

Ç

LE

RETIT

MESSAGER

Jésus, ayant été baptisé, s o r t i t aussitôt Tnors de l ' e a u . Et v o i c i que l e s Cieux l u i f u r e n t o u v e r t s , e t i l v i t l ' E s p r i t de Dieu q u i d e s c e n d a i t comme une colombe, e t q u i v i n t s u r L u i . E t v o i c i qu'une v o i x du c i e l d i s a i t : " C e l u i - c i e s t mon F i l s bien-aimé, en q u i j ' a i mis mes complaisances." P u i s Jésus f u t c o n d u i t p a r l ' E s p r i t dans l e désert pour y être tenté p a r l e d i a b l e . Le Baptême de S a i n t Jean n'était pas un sacrement. C'était une cérémonie de pénitence q u i a v a i t pour b u t de d i s p o s e r l e s hommes à r e c e v o i r l e pardon de l e u r s péchés. Jésus s'y soumet pour m o n t r e r q u ' i l v i e n t pour prendre s u r L u i l e s péchés des hommes e t e x p i e r , s o u f f r i r , s a t i s f a i r e pour eux à l a j u s t i c e d i v i n e . Jésus s'est humilié pour nous en se m e t t a n t au rang des pécheurs, e t I I s'est humilié e n s u i t e jusqu'à l a mort de l a Croix. "Le Seigneur s'est fait b a p t i s e r , d i t S a i n t A u g u s t i n , non parce q u ' i l eût b e s o i n d'être purifié, mais a f i n de p u r i f i e r l e s eaux au c o n t a c t de sa C h a i r sans t a c h e e t de l e u r communiquer a i n s i l a v e r t u de nous p u r i f i e r e n s u i t e . " Ce jour-là, Jésus donna à l ' e a u , p a r l e c o n t a c t de son Corps très s a i n t , l e p o u v o i r d ' e f f a c e r l e péché ; I l i n s t i t u a a i n s i l e Sacrement de^ Baptême e t , après sa résurrection. I l imposa aux hommes l ' o b l i g a t i o n de l e r e c e v o i r quand I l d i t : " A l l e z . . . Enseignez t o u t e s l e s n a t i o n s , l e s b a p t i s a n t au nom du Père, e t du F i l s , e t du S a i n t - E s p r i t . "
•>'< •>•< >•<

En ces jours-là, JeanB a p t i s t e v i n t , prêchant dans l e désert de Judée, e t d i s a n t : " F a i t e s pénitence, c a r l e royaume des c i e u x e s t proche." C'est l u i q u i a été désigné par l e prophète Isaîe, l o r s q u ' i l d i t : "Voix de c e l u i q u i c r i e dans l e désert : Préparez l e chemin du Seigneur, rendez d r o i t s ses s e n t i e r s . " Jean a v a i t un vêtement de p o i l s de chameau e t une c e i n t u r e de c u i r a u t o u r de ses r e i n s ; e t sa n o u r r i t u r e était des ^ s a u t e r e l l e s e t du m i e l sauvage. A l o r s t o u t Jérusalem, e t toute l a Judée, e t t o u t l e pays des e n v i r o n s du J o u r d a i n v e n a i e n t à l u i ; e t ils étaient baptisés par l u i dans l e J o u r d a i n , c o n f e s s a n t l e u r s péchés... Et i l d i s a i t : "Moi, j e vous baptise dans l'eau, pour la pénitence ; mais C e l u i q u i d o i t v e n i r après moi e s t p l u s p u i s s a n t que m o i , e t j e ne s u i s pas d i g n e de p o r t e r ses sandales. L u i , i l vous b a p t i s e r a dans l ' E s p r i t - S a i n t e t dans l e f e u . I l a son van ( 1 ) dans sa main, e t i l n e t t o i e r a son a i r e ( 2 ) ; e t i l amassera son blé dans l e g r e n i e r , mais i l brûlera l a p a i l l e dans un f e u q u i ne s'éteindra pas." A l o r s Jésus-Christ v i n t de l a Galilée au J o u r d a i n , auprès de Jean, pour être baptisé par l u i . Mais Jean l'écartait en d i s a n t : "C'est moi q u i d o i s être baptisé p a r Vous, e t Vous venez à moi !" Mais Jésus, répondant, l u i d i t : "Laisse f a i r e maintenant ; car c'est a i n s i qu'il convient que nous accomplissions t o u t e j u s t i c e ( 3 ) . " A l o r s Jean l e l a i s s a faire.

APPRENONS : J. LOnSQU'ON NE PEUT ETRE BAPTISE,

L E

BAPTEME PEUT-IL ETRE REMPLACE ?
OLU, lofuqu'on ne ptut êixe. baptUé, le. Baptêmz pzut êJjiz implaci pan. £ e maxtyie., qu'on appdUiz Baptême de ^ang, ou pan. an pcui^cUt amoat de f i e u , qu'on appelle Baptêmz de dé^ix.

2. QUELLE EST LA MATIERE PU BAPTEME ? la
matlèxz du Baptême, eàt l'zau natwtdULd qu'on veA^ie i>uK la tête de celui qu'on baptise, en oô^ez grande quaniUXé poux qu'elle coule.

3. QUELLE EST LA FORME VU BAPTEME ?
La iome. du Baptême e^t celle-c : "Je te baptUe au nom du PèAC e t du fiti> et du Saint-EàpJiit." ( 3 ) t o u t e j u s t i c e : t o u t ce q u i e s t j u s t e e t s a i n t , t o u t ce q u i correspond à l a volonté de Dieu ; o r c'était l a volonté de Dieu que l e Messie fût bapt isé.

NOTES : ( 1 ) van : i n s t r u m e n t d ' o s i e r en forme de c o q u i l l e , pour a g i t e r l e g r a i n e t en chasser l e s poussières. ( 2 ) a i r e : l i e u où l ' o n b a t l e g r a i n .

MOÏSE

CstJi±te)

Etant donc partis de Socoth, i l s campèrent à Etham, à l'extrémité du désert. E t l e Seigneur m a r c h a i t devant eux pour l e u r m o n t r e r l e chemin, p a r a i s s a n t d u r a n t l e j o u r en une colonne de nuée, e t pendant l a n u i t en une colonne de f e u , pour l e u r s e r v i r de g u i d e l e j o u r e t l a n u i t . Jamais l a colonne de nuée ne manqua de paraître devant l e peuple pendant l e j o u r , n i l a colonne de f e u pendant l a n u i t . Et l e Seigneur parla à Moïse e t l u i d i t : " D i t e s aux e n f a n t s d'Israël : Q u ' i l s r e t o u r n e n t e t q u ' i l s campent devant P h i h a h i r o t h , . . . s u r l e b o r d de l a mer..." Les e n f a n t s d'Israël f i r e n t ce que l e Seigneur l e u r a v a i t ordonné. Et l ' o n v i n t d i r e au r o i des E g y p t i e n s que l e peuple a v a i t p r i s l a f u i t e . A l o r s l e coeur du Pharaon e t de ses s e r v i t e u r s f u t changé à l'égard du peuple e t i l s d i r e n t : "Qu'avons-nous f a i t en l a i s s a n t a l l e r l e s Israélites, a f i n q u ' i l s ne nous f u s s e n t p l u s a s s u j e t t i s ?" Il f i t donc préparer son char e t i l p r i t avec l u i t o u t son peuple (sa garde r o y a l e ) . I l emmena a u s s i s i x c e n t s chars d'élite e t t o u t ce q u i se t r o u v a de chars de g u e r r e dans l ' E g y p t e , avec l e s c h e f s de t o u t e l'armée. Les E g y p t i e n s p o u r s u i v a n t donc l e s Israélites q u i étaient en a v a n t , et marchant sur leurs traces, l e s a t t e i g n i r e n t campés s u r l e b o r d de l a mer. Lorsque l e Pharaon f u t proche, l e s e n f a n t s d'Israël, l e v a n t l e s yeux e t a p e r c e v a n t l e s E g y p t i e n s derrière eux, f u r e n t s a i s i s d'une grande c r a i n t e . . . Et i l s d i r e n t à Moïse : "Peut-être n'y a v a i t - i l p o i n t de sépulcres en Egypte e t c'est pour c e l a que vous nous avez amenés

ici, afin que nous mourions dans l e désert... I l v a l a i t beaucoup mieux que nous f u s s i o n s l e u r s e s c l a v e s que de m o u r i r dans ce désert". Moïse répondit au peuple : "Ne c r a i g n e z p o i n t , demeurez fermes e t considérez l e s m e r v e i l l e s que l e Seigneur d o i t f a i r e a u j o u r d ' h u i ; c a r ces Egyptiens que vous voyez devant vous, vous ne l e s v e r r e z p l u s j a m a i s . Le Seigneur combattra pour vous". Le Seigneur d i t e n s u i t e à Moïse : " D i t e s aux e n f a n t s d'Israël de se m e t t r e en r o u t e . Et vous, élevez v o t r e verge e t étendez v o t r e main s u r l a mer, e t d i v i s e z - l a , a f i n que l e s e n f a n t s d'Israël marchent à sec au m i l i e u de l a mer." A l o r s l'ange de Dieu, q u i m a r c h a i t devant l e camp des Israélites, a l l a derrière eux, e t en même temps l a colonne de nuée, q u i t t a n t l a tête du p e u p l e , se m i t a u s s i derrière, e n t r e l e camp des E g y p t i e n s e t l e camp d'Israël, e t l a nuée était ténébreuse d'une p a r t ( e l l e était sombre du côté des E g y p t i e n s ) , e t de l ' a u t r e éclairait l a n u i t ( d u côté des Israélites), en s o r t e que l e s deux armées ne p u r e n t s'approcher dans t o u t l e temps de la nuit. Moïse ayant étendu sa main sur l a mer, l e Seigneur l ' e n t r o u v r i t en f a i s a n t s o u f f l e r un vent v i o l e n t e t brûlant pendant t o u t e l a n u i t , e t i l l a sécha, e t l'eau f u t divisée en deux. E t l e s e n f a n t s d'Israël marchèrent à sec au m i l i e u de l a mer, ayant l ' e a u à d r o i t e e t à gauche, q u i l e u r s e r v a i t comme d'un mur. Et l e s E g y p t i e n s , marchant après eux, se m i r e n t à l e s p o u r s u i v r e au m i l i e u de l a mer, avec t o u t e l a c a v a l e r i e du Pharaon, ses chars e t ses chevaux. (à s u i v r e ) .

REEDITION - (

SFSPX. Saml-Michel-en-Brenne. FRANCE. Juillet 1988. "Dépôt légal' 2ème trimestre 1992 - ISBN n°2-907ltO«-00-ï

CATECHISME PAR CORRESPONDANCE Abbaye S a i n t M i c h e l S a i n t M i c h e l en Brenne 36290 MEZIERES

N" D'INSCRIPTION : AGE : NOM ET PRENOM :

^ '

POUR MA VIE : -Nous sommes des t a b e r n a c l e s de Dieu; Dieu h a b i t e réellement dans nos âmes^c'est p o u r q u o i j e d o i s r e s p e c t e r mon corps e t mon âme en évitant l e péché. -Nous fêtons l ' a n n i v e r s a i r e de n o t r e naissance t e r r e s t r e q u i nous donne d'être l ' e n f a n t de nos p a r e n t s , mais i l f a u d r a i t fêter l ' a n n i v e r s a i r e de n o t r e n a i s s a n c e à l a grâce q u i nous donne d'être e n f a n t de D i e u j c'est beaucoup p l u s i m p o r t a n t . Ce jour-là j e p e n s e r a i à b i e n r e m e r c i e r l e Bon Dieu de c e t t e grande grâce, e t j e r e n o u v e l l e r a i ma p r o f e s s i o n de f o i en récitant avec a t t e n t i o n l e "JE CROIS EN DIEU..." "Nous p o r t o n s s u r nous des s c a p u l a i r e s , des médailles, e t nous croyons, à j u s t e t i t r e , posséder des trésors ; mais nous p o r t o n s en nous l e Dieu v i v a n t , l e C i e l , l e b u t unique de t o u t e s choses, l a suprême Réalité, e t nous n'y pensons pas...! Nous Le perdons de vue..."

"RECONNAIS, O CHRETIEN, TA DIGNITE." (parole de Saint Léon, Pape)
Appréciation : La leçon e s t - e l l e sue ? très b i e n bien assez b i e n passablement mal pas du t o u t

Leçon 9

1. Quel e s t l e premier des sacrements ?

2. Qu'est-ce que l e Baptême ?

3. Qu'est-ce que l e péché o r i g i n e l ?

4. Combien f a u t - i l de choses pour f a i r e un sacrement ? L e s q u e l l e s ? (Pour chaque chose donner l'exemple dans l e Baptême)

ui l^c ^1 •

CATECHISME PAR CORRESPONDANCE Abbaye S a i n t M i c h e l S a i n t M i c h e l en Brenne 36290 MEZIERES 1. Lors du Baptême de Notre-Seigneur Est-ce v r a i ?

N° D'INSCRIPTION : AGE : NOM ET PRENOM : nous avons une m a n i f e s t a t i o n de l a S a i n t e Trinité, Q

'I
Il M o n t r e z - l e nous :

ûû H «I c'i "Jo l"^.
V*

2. Quel r a p p o r t y voyez-vous avec v o t r e p r o p r e Baptême ?

3. Au moment où l e danger a t t e i g n a i t son p o i n t c u l m i n a n t (dans l ' h i s t o i r e de Moïse), a l o r s que l e peuple était désespéré, Moïse ne douta pas e t , pas un s e u l i n s t a n t sa

c o n f i a n c e ne f u t ébranlée. E c r i v e z i c i l e s b e l l e s p a r o l e s que Moïse prononça pour encourager l e peuple, e t g r a v e z - l e s b i e n dans v o t r e coeur. Soulignez l a phrase q u i exprime l e p l u s sa grande c o n f i a n c e

^1 Ù| ïi aï

^

«g

4. Dessinez l a scène q u i se passa e n s u i t e .

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->