You are on page 1of 1
e& uneintevention du Vert de gnac Gérard Chausset, le mai- assens, Jean-Piere Turon, a a& hier « pour information » nt le consell de CUB que la gues années l'association “rans'CUB & la Communauté ur baine au sujet du contrat de ‘concession dévolu a la Lyonnaise Trans'CUBaurait établ que, dansle mission eau et assainissement prix de Yeau facturé & Fusager de- -suspendu voici un mois Yauit puis 1991, la Lyonnaise aurattfxé, mandé par ses soins un cabi- avec faval de a CUB, un tauxderé- chargé détudier le cout de munération du capital investi & jet le périmétre du service de 12,5%, quand le tauxactuel est de |déleguéala lyonnaise depuis 4,5.%. . Une déclaration tts courte, luxe e’explications. Un expert attendu. Le litige est estareplcer danse bras acuelemert pendant devant la gut oppose deus de low cour administrative d'appel do te beG CTUALITE EN GIRONDE nal administratif en date du 15 juin 2000, association JB revenait, hier, devant administrative d'appel & elle demande d’annuler at de concession du ser- reau a la Lyonnaise des ta CUB en date du 27 © 1991. \tentieux existant entre munauté urbaine, la e et association ‘res une partie & trois ban- ur d'un dossier juridico- "t aussi volumineux et technique, éboutée par le tribu- er 7 Comment savoir si, es charges qu’elle sup- 1 fait des responsabili- iiincombaient, la Lyon- fait payer eau aux de la CUB plus cher aurait da? Car finalement, audela des moyens de droit’ utilisés par ‘Trans‘CUB a Tappui de sa re quéte, est bien Ia critique ma- Jeure adressée au délégataire du service public de Veau et, par ri cochet, a la CUB censée avoir sa- rif les intéréts des Bordelais. Ce qui, on sen doute, est forme! Jement dénié par I'une et V'au- tre Au nom du droit, par les in terprétations qu'il va faire, Varrét de la cour vatil oui ou non laisser perdurer une situa tion inique, ou vatil, au contrai- re, affirmerle droit des usagers a lune gestion du service public conforme a leurs intéréts? >; Cest en ces termes que Denis ‘Teisseire, Yancien président de ‘Trans'CUB, a situé Fenjeu de son action devant la justice adminis- tative, avant d'évoquer les in- croyables découvertes » qu'il au rait faites comme ela multiplication par 3 ou 4 des bénéfices de la Lyonnaise sur les tente ans de la concession... Tians'CUB a récemment réciamé la nomination d'un expert judiciaire& la cour Ceest dalleurs dans la perspective de voir éventuellement cet expert rnommé que la CUB, selonles expl- cations lapidaires du maire de Bas- sens hier, auait préf6€ surseoir au travail de son propre cabinet d‘au- dit, dont le résultat était pourtant attendu a la fin du premier semes- ‘ue de cette année. Pourquoi tant de mystres 7 ‘A Trans(CUB, on laisse entendre ix de l'eau : la CUB suspend son propre cabinet d’audit qu‘au moment de négocier fave- ‘nantau contrat de concession avec la Lyonnaise en décembre 1997, la ‘CUB aurait sous-estimé le taux de rémunération de 12,5 96 pour re- caller & a balsse le prix de Veau facturé a usager. Une chose est sire: le torchon brt- le entre Trans CUB et ce cabinet audit, dans lequel figure M* Thi Une procédure pour diffamation esten cours entre Yavocatet'sso- ation Trans CUB. PDL Boos 2oos JR ADMINISTRATIVE D’‘APPEL . Trans’CUB réattaque le contrat oncession de l'eau passé par la CUB avec la Lyonnaise devant la cour d’appel 2 contrat de l'eau contesté Evaluations contestées. Mais, ‘comme plaidera M: Noyer, quel intérét la CUB auraitelle eu a gé- rer le contrat en dépit du bon sens? «On peut discuter de certai- nes approximations, d'oit les contrats quinquennatx de reca- rage par rapport aux données prévisionnelles, Mais on ne saurait soutenir que les sommes en jeu ont été onctionnées indiment >» argu- mente Yavocat, pour qui «I'ap- arence mathématique de Tar. gumentation du requérant est fondée sur des approximations et des évaluations erronées qui disqualifient la procédure enga- gee. ‘On est dans le domaine des extrapolations gratuites » pour. suit M' Noyer, qui assure que «la CUB joue Ja transparence » et qu’elie est préte 4 lui fournir les résultats d'un audit si les juges estiment utile d’en avoir connaissance. Rejet. Patrick Du Fau de la Mo- the (le comptable expert de ‘Trans'CUB), résume sa vision des choses en affirmant qu’«une partie des fonds provenant des usagers a été détournée du ser. vice de eau vers le budget géné ral de la CUB» Ce contre quoi s'inscrit le bi tonnier Tonnet qui estime que «Ja Lyonnaise n’a pas trompé la CUB» comme 'a démontré I'as- sociation Service public 2000 (proche de PAssociation des mai- res de France) dans son rapport de 1997. Il indique que Ja Lyon- aise supporte «un déficit de tuésorerie sur 1a durée du contrat», Et souligne que les prix de Teau sont, renégociés tous les cing ans entire la CUB et son délégataie. Le commissaire du gouverne ‘ment a, pour sa part, au terme d'une analyse détaillée, admis la recevabilité du requérant mais rejeté ses arguments de fond et de forme. L'arrét est en délibéré.