You are on page 1of 1

,

TROIS "OESTIONS
••••

Olivier Ihl Djre~tcL, ge
L l,l,'S" •. ~. ~ ~d C;J 'JOl't", J .( ;•••... ,

'd'

j
1

"L'inflation pétitionnaire tue son efficacité"
• y a-I-il de plus en plus de pétitions organisées par
les citoyens ? "Non, la pétition est un genre de prise de parole très ancien qui a connu son apogée à la Révolution française, Les grands pétitionnaires correspondent aux grandes périodes: 1789,1880, la veille de Seconde Guerre Mondiale, Et depuis quelques années, elle resurgit. On prend à partie les
1

1

pouvoirs en les invitant à prendre un enjeu local. Il s'agit là d'un phénomène lié à démocratie locale. Il y a deux genres de pétitions: la populaire par le nombre avec un répertoire d'actions collectives pour susciter un intérêt. Et il Y a celle fondée sur la notoriété et là ce qui importe c'est d'obtenir la signature de personnalités afin d'influencer l'opinion publique", • Comment peut-on expliquer le choix de ce mode d'expression? "Ce genre fleurit sur les pathologies de la démocratie participative. Cela correspond à des prOblèmes de riverains, des choses localisées qui ont du mal à se faire entendre, Cette manière de faire entendre une voix qui n'est pas entendue par ailleurs, c'est la traduction des difficultés à agréger les attentes sociales, C'est une démarche plus immédiate, plus incisive. La façon dont on va en parler est importante, c'est là que le processus est en jeu et cela peut même donner lieu à des décisions de loi, On peut se demander si cette forme moderne ne rejoint pas la supplique ou la doléance de l'Ancien Régime". • Ont-elles un réel impact, surtout si elles sont de plus en plus nombreuses ? "II est évident que l'inflation pétitionnaire tue "efficacité même de la pétition, Il reste que si elle bien organisé, elle peut avoir une incidence sur le processus de décision plJblique, Elle va trouver des points d'appui dans la société, C'est un élément de démocratie directe, un droit reconnu à "échelle européenne",
Propos recueillis