You are on page 1of 7

LA RÉPLICATION DE L’ADN

I. GÉNÉRALITES. Lors de la division cellulaire, quand une cellule-mère donne deux cellules-filles, il est essentiel que l’ADN présent dans les cellules-filles soit la copie identique de l’ADN présent dans la cellule-mère. Cette copie de l’ADN est indispensable réaliser avant la mitose !ou division cellulaire" on parle de réplication de l’ADN. #réalablement toute division cellulaire, la quantité d’ADN est multipliée par deux. Les mécanismes de réplication conditionnent donc le déroulement de la division cellulaire. II. LA RÉPLICATION DE L’ADN CHEZ LES PROCARYOTES. $$.%. Les caractéristiques &énérales. La réplication est tout d’abord dite semi-conservatrice !'eselson et (ta)l, %*+,". Ceci si&nifie que sur les deux brins d’ADN, on a tou-ours un brin d’ADN qui provient d’un des deux brins de l’ADN parental et un brin nouvellement formé. A c)aque réplication, les deux brins d’ADN parental se séparent, c)acun de ces deux brins sert de matrice pour la s.nt)èse d’un brin complémentaire. $$./. Les éléments nécessaires la réplication de l’ADN. La réplication de l’ADN nécessite0 - 1out d’abord, une matrice d’ADN constituée par un brin parental. - La présence de nucléotides propres l’ADN, c’est- -dire contenant du /’-désox.ribose, des bases A, 1, 2 et C et sous forme de nucléosides trip)osp)ates0 dA1#, d11#, dC1# et d21# !on écrit souvent pour les dénommer dN1#". - La présence de nombreux en3.mes que nous verrons plus loin. - La présence de certains ions !cations bivalents0 '& /4, ce cation est indispensable pour la réplication de l’ADN". $$.5. Les mécanismes de l’initiation de la réplication. $$.5.%. Notion de réplicon. L’unité d’ADN o6 se produit la réplication est appelée le réplicon. Ce réplicon a une ori&ine o6 est initiée la réplication et une terminaison o6 est arr7tée la réplication. L’ADN bactérien constitue lui seul un réplicon. A partir d’un point d’initiation, la réplication peut pro&resser soit de manière unidirectionnelle, soit de manière bidirectionnelle. C)e3 les procar.otes, partir d’une ori&ine de la réplication !ou oeil de réplication", la réplication pro&resse dans les deux sens. 8n compare souvent cette pro&ression de la réplication dans le sens bidirectionnel un oeil qui s’a&randit -usqu’ que la réplication s’ac)ève. $$.5./. $nitiation de la réplication. C)e3 9. coli, il existe au niveau de l’ADN bicaténaire une ori&ine unique de la réplication appelée 8riC. Le locus 8riC est constitué d’une séquence de /:+ paires de bases. Cette séquence contient en tandem - trois séquences nucléotidiques presque identiques constituées de 13 nucléotides c)acunes !séquences de t.pe 2A1C1N11N1111". - quatre sites de liaison comportant un motif de 9 paires de bases pour une protéine appelée dnaA ou protéine d’initiation de la réplication , codée par le &ène dnaA. Des copies multiples de la protéine dnaA vont s’associer avec l’ADN l’ori&ine de la réplication. Ces liaisons nécessitent de l’A1#. Cette étape est indispensable à la transformation localisée de l’ADN double brin en ADN simple brin . Ces complexes vont ensuite fixer l’ADN hélicase !ou protéine dna;", codée par le &ène dna;. L’ADN )élicase va catal.ser le déroulement de la double )élice d’ADN en présence d’A1#, ce qui définira la future fourc)e de réplication. <ne protéine appelée dnaC est indispensable cette étape. 9lle sera ensuite rel=c)ée après fixation de la protéine dna; la fourc)e de réplication. Deux )élicases se lient la ré&ion 8riC, une )élicase pour c)acun des brins d’ADN. Les brins séparés de l’ADN sont stabilisés sous forme simple brin &r=ce la fixation de protéines appelées ! "pour # sin$le strand bindin$ %&' Ces protéines ((; emp7c)ent les deux brins d’ADN de se réapparier. #uis, il se formera rapidement un complexe appelé primosome entre l’)élicase et une en3.me appelée primase !ou protéine dna2" qui s.nt)étise une amorce d’A>N. Après s.nt)èse de l’amorce d’A>N !*%/ nucléotides", l’ADN pol.mérase $$$ s’insère au niveau de la fourc)e de réplication, elle utilise

$$. l’en3.nucléotidique.drol.mérases $ et $$$ impliquées dans la réplication de l’ADN présentent plusieurs fonctions en+*matiques0 .mérase $$$ allon&e cette amorce d’A>N mais pour s.nt)èse d’un brin nouveau d’ADN dans le sens +’ à5’ par copie au niveau de cette boucle. les fra&ments d?8Da3aDi ont c)e3 (' coli une lon&ueur mo.nt)étise le brin avancé et les fra&ments discontinus sur le brin retardé.nt)étisés.enne de une deux Db. des fra&ments d’ADN sont ainsi s. La réplication n’est pas identique entre les deux brins d’ADN. la pro&ression de la réplication se fait dans le sens +’ à5’ en utilisant comme modèle le brin d’ADN orienté dans le sens +’ à5’.. sur l’un des brins la réplication s’effectue de manière continue.me. la boucle est défaite et une nouvelle est reformée au niveau de l’ouverture de la fourc)e de réplication.ser les amorces d’A>N la place de l’en3. Binalement.mérase $$$ permet la s.. La copie du brin d’ADN parental nécessite l’intervention d’une amorce d’A>N s. G. .nt)èse d’une c)aJne d’ADN sans amorce par contre.mérase $$$ possède deux sites actifs qui seront capables de s. Dans ces conditions. Cette en3. on parle de brin retardé. $$..:. l’ADN pol.nt)étiser les nouveaux brins d’ADN au niveau de la fourc)e de réplication.ser la réplication est appellé réplisome' $$. C)aque fra&ment est s.nt)étisé dans le sens +’à5’.mérase $.me s.me >NAse G sont comblées par une ADN pol.nt)étiser le brin complémentaire d’ADN.’à3’ !activité de réparation de l’ADN".se et remplacement des amorces d’A>N. encore appelés fra&ments d’8@AAA@$.mérase $. L’intervention de l’ADN-pol. Les ADN pol. 9n effet.I.sées par l’intervention d’une en3. (ur le brin retardé. Cette complication apparente est liée au fait que les ADN pol.mérase $$$. Les amorces d’A>N seront ensuite détruites et ).+. Après la s. les fra&ments d’ADN deviennent conti&us et sont soudés les uns aux autres par l’intervention d’une en3. #our donner une idée plus concrète sur la réplication. l’intervention de la primase et de l’ADN pol.mérase $$$ comporte %E pol.peptides !/H+ sous unités protéiques".mérase $$$ s. $l faut remarquer que l’ADN pol.l’amorce d’A>N pour commencer la s. L’ADN pol.drol. Nécessité d’amorces d’A>N. La m7me en3. elles sont tout fait capables allon&er une c)aJne de nucléotides. des petits fra&ments d’ADN sont s. alors que sur l’autre brin elle s’effectue de manière discontinue. $$.nt)étise une amorce de * %/ nucléotides. La discontinuité de la réplication entre les deux brins d’ADN. Le complexe de protéines qui se déplace le lon& de l?ADN pour catal.mérase $ peut ). on parle de brin avancé. le brin modèle correspondant de l’ADN est orienté de manière anti-parallèle 5’ à+’.1out d’abord une fonction pol*mérasique qui permet la constitution de la c)aJne pol.me >NAse G.drol. #uis. (ur le brin avancé.nt)étise un brin complémentaire partir de l’extrémité 5’-8G libre de l’amorce d’A>N en utilisant l’ADN comme matrice !sens +’ à5’". L’ADN pol.me s. L?)oloen3.mérases $ et $$$. La fourc)e de réplication se déplace une vitesse estimée environ %EEE nucléotides par seconde 5F de&rés. la >NAse G.me a-oute un nucléotide l’extrémité 5’ 8G d’un acide nucléique.me qui est une DNA-li$ase.mérase $$$. $l est important de comprendre que le brin qui sert de matrice de lecture pour la constitution du brin retardé doit former une boucle autour d’un des deux sites actifs de l’ADN pol. 9lles seront remplacées par des fra&ments d’ADN.nt)èse de l’ADN.nt)étisée &r=ce une A)N pol*mérase ou primase. Les lacunes en&endrées par l’en3. $$.F.ne fonction e-onucléasique . Binalement. intervention de l’ADN pol.nt)étisés sur le brin retardéC de manière discontinue.me d?ADN pol.mérases sont incapables de commencer la s. >emarques &énérales sur les fonctions des ADN pol. .nt)èse d’ADN sur le brin retardé. 8n voit donc que l’allon&ement discontinu de ce brin retardé se fait dans le sens de la propa&ation de la réplication.

A l’extrémité +’. La réplication de l’ADN c)e3 les eucar. III. LA RÉPLICATION DE L’ADN CHEZ LES EUCARYOTES.mérase delta. Cette dernière fonction est très intéressante. <ne protéine spécifique appelée 1us peut se lier aux sites de terminaison. La protection des extrémités des c)romosomes des eucar.me particulière appelée télomérase. L’intervention d’une en3.La pol.mérase epsilon.otes fait donc intervenir une en3. Définition.%. $$.%. Les sites de terminaison ne travaillent que dans une seule direction. Cette pol.pe 112222 !retrouvées c)e3 un proto3oaire cilié0 /étrah*mena" ou 11A222 !retrouvées c)e3 l’Gomme".otes.mérasiques".ne fonction e-onucléasique 3’à.mérase alp)aLprimase s..otes est assurée par une en3. 8n connait mal les c)an&ements subis par les nucléosomes au cours de la réplication de l’ADN eucar. LES TÉLOMÈRES.La pol. 9nfin.otes. Ce mécanisme capital est appelé fonction d’édition des ADN pol*mérases et permet donc la correction d’erreurs au cours de la réplication.mérase béta. 0e probl1me ma2eur lors de la réplication de l’ADN est l’élimination potentielle de l’amorce d’A)N la plus e-terne ce qui pourrait entra3ner un raccourcissement de l’ADN à chaque c*cle de réplication . $l existe plusieurs sites de terminaison dans le &énome bactérien !au moins I sites de terminaison ou sites ter". Cette en3.otes.mérase alp)aLprimase. $N.5. . $ls sont formés par des séquences répétitives d’ADN. 9n présence d’un défaut d’appariement. La replication se fait en de nombreux points d’initiation.mérases plus important que c)e3 les procar.mérase est localisation mitoc)ondriale. . Les caractéristiques &énérales.*. Cette pol.au cellulaire. Des amorces d’A>N sont nécessaires. Caractéristiques particulières. La pol. Les amorces d?A>N sont détruites par la >Nase G. 9lle est &énéralement bidirectionnelle. 1erminaison de la réplication. $$$. elle est discontinue entre les deux brins d’ADN.mérases c)e3 les eucar.mérases béta ou alp)a.mérase &amma.mérase est impliqué dans l?initiation de la réplication !Mprimin&M". la réplication de l’ADN des extrémités c)romosomiques !ou télomères" commence 7tre connue de manière plus approfondie. $N. IV. antiparallèle et dans le sens +’à5’. Les télomères constituent les extrémités des c)romosomes eucar.La pol. bien que codée par un &ène du no. Cette liaison arr7te la protéine dna. $$$.me spécifique0 la télomérase. Les lacunes formées sont comblées par les pol. 8n connait au moins + ADN pol. 9lle fait intervenir un nombre d’ADN pol. on retrouve des copies répétées de séquences de t. Cette réplication est é&alement complémentaire. un seul site de terminaison est utilisé au cours d’un tour de réplication.ote.otes. .me est capable de vérifier le dernier nucléotide mis en place.’. . L?ADN simple brin au cours de la réplication est stabilisé par des protéines correspondant aux protéines ((./. .La pol. A l’extrémité 5’ des c)romosomes.otes. on a les séquences complémentaires ric)es en c. du colibacille. l’en3. $$$..otes est tout fait comparable la réplication de l’ADN c)e3 les procar. . !)élicase". elle enlève ce dernier nucléotide !propriété exonucléasique 5’ à+’" et insère le nucléotide correct !propriétés pol.me spécifique0 la télomérase. De nombreuses protéines interviennent comme facteurs de réplication.tosine.La pol.mérases des eucar. <ne protéine appelée #CNA !Mproliferatin& cell nuclear anti&enM" intervient.me a-oute des séquences spécifiques en 5’ d’un brin d’ADN. Kuelques caractéristiques des ADN pol. La réplication de l’ADN l’extrémité des c)romosomes eucar. 9n effet./.nt)étise les amorces d?A>N.

nt)étisé 5’à+’" La télomérase possède une matrice qui lui est propre et qui est une matrice d’A)N. une translocation conduit un mouvement de la télomérase0 5’ brin parental 4 télomérase AACCCCAAC !+’" 112222112222112222112GGGTTGGGGTTG !5’" AACCC +’ brin tardif incomplet !nouvellement s. une primase interviendrait avec s.nt)èse d’une amorce d’A>N par copie de l’extrémité 5’. 9lle constitue le télom1re.mérase allon&erait la c)aJne partir de l’amorce d’A>N.nt)étisée. +’ 5’ séquences télomères ric)es en 2 séquences télomères ric)es en C 4 amorce d’A>N 5’ +’ .nt)étisé" $l .nt)étisé" #uis.nt)étiser le brin télomère complémentaire ric)e en C. #uis l’ADN pol. a s.nt)étisé" <ne répétition de motifs0 112222 est s. Binalement.nt)étisé" La télomérase peut poursuivre ce mouvement de translocation0 5’ brin parental 4 télomérase AACCCCAAC !+’" 112222112222112222112GGGTTGGGGTTGGGGTTG !5’" AACCC +’ brin tardif incomplet !nouvellement s. elle va se fixer l’extrémité 5’0 5’ brin parental 4 télomérase AACCCCAAC !+’" 112222112222112222112 !5’" AACCC +’ brin tardif incomplet !nouvellement s. une li&ase assurerait la soudure finale. #our s.nt)èse d’ADN face la matrice d’A>N0 5’ brin parental 4 télomérase AACCCCAAC !+’" 112222112222112222112GGGTTG !5’" AACCC +’ brin tardif incomplet !nouvellement s.La télomérase va se positionner +’ l’extrémité 5’ du brin d’ADN selon le sc)éma suivant0 5’ !brin parental +’à5’" 112222112222112222112 AACCC 5’ +’ brin tardif incomplet !nouvellement s.

Après plusieurs réplications.Après ).se de l’amorce d’A>N 5’ +’ L’activité des télomérases est très réduite ou nulle dans les cellules normales en culture.drol. les télomères ric)es en C sont lé&èrement plus courts 5’ séquences télomères ric)es séquences télomères ric)es en C après ). l’activité est au&mentée. #ar contre dans les cellules cancéreuses.se de l’amorce d’A>N ! que les télomères ric)es en 20 +’ en 2 ". les c)romosomes perdent leurs télomères et deviennent instables.drol. .