Sous-thème 2 Comment le

budget de l’Etat permet-il
d’agir sur l’économie ?

Science Economique

Thème 5 – Régulations et déséquilibres
économiques
Le programme officiel
Regardez un
reportage
d’euronews
ici
Questions:
1. Quel est l’objectif du gouvernement pour le budget 2013? Pourquoi?
2. Comment compte-t-il y arriver?
3. Cet objectif semble-t-il atteignable ? Pourquoi ?
4. Quelles critiques sont faites sur ce budget ?

Partie I - Sensibilisation
Partie II – Analyse
Questions :
. Distinguez production marchande et production non marchande.
L’Etat-est-il le seul agent à produire des services non marchands ?
Rappel – Distinction production marchande et
non marchande
Production marchande
Production non marchande Production non marchande
Production non marchande Production non marchande Production marchande
1. Indiquez pour chaque logo, la nature de la production.
Exercice d’application
I – Les dépenses publiques et leur évolution
A- la structure des dépenses publiques en 2012
Cliquez ici pour
analyser l’animation
du journal Le Monde
Questions :
1. Quels sont les trois principaux postes de dépenses prévus pour l’année 2012 ?
Que traduisent-ils ?
2. Quels sont les postes dont les dépenses baisseront le plus ?
3. Quelles sont les données qui traduisent les effets de la décentralisation ?

B – L’évolution de la structure des dépenses
publiques en France depuis 1960
9
Questions :
1. Quelle est la
part des
dépenses
publiques
dans le PIB
en 1960 ?
2. Quelle est
son
évolution
entre 1960 et
2010?
3. Quelles sont
les parts qui
ont le plus
augmenté?
II – Les recettes publiques et leur évolution
A- la structure des recettes publiques en 2012
Cliquez ici pour
analyser l’animation
du journal Le Monde
Questions :
1. Quelle est la principale recette de l’Etat?

B – Les prélèvements obligatoires et leur évolution
La notion de prélèvements obligatoires fut à l’origine définie par l’Organisation de coopération et de
développement économiques (OCDE) comme recouvrant l’ensemble des "versements effectifs opérés par
tous les agents économiques au secteur des administrations publiques (élargi en Europe aux institutions de
l’Union européenne), tel qu’il est défini en comptabilité nationale, dès lors que ces versements résultent,
non d’une décision de l’agent économique qui les acquitte, mais d’un processus collectif de décisions
relatives aux modalités et au montant des débours à effectuer, et que ces versements sont sans
contrepartie directe".
En pratique, les prélèvements obligatoires recouvrent en France, d’une part, les impôts (incluant les
taxes) , d’autre part, certaines cotisations sociales : les cotisations sociales "effectives" (réellement
versées) obligatoires reçues par les administrations publiques. Les cotisations sociales volontaires, comme
les cotisations sociales, même obligatoires, versées à d’autres organismes que des administrations
publiques, ne sont pas des prélèvements obligatoires.
Les cotisations sociales sont des prélèvements effectués sur les salaires affectés aux dépenses de
Sécurité sociale. En revanche, les impôts directs et indirects sont prélevés sur des bases très diverses
(revenus, patrimoine, biens et services, société...) et leur produit n’est en principe pas affecté à une
dépense prédéterminée.
Source : http://www.vie-publique.fr/decouverte-institutions/finances-
publiques/approfondissements/prelevements-obligatoires-france-pays-occidentaux.html
Questions :
1. Quelles sont les 4 principales caractéristiques qui permettent de définir les prélèvements obligatoires ?
2. Quels sont les 2 types de prélèvements obligatoires ? Sont-ils prélevés sur les mêmes bases ?

1 – Définition des prélèvements obligatoires
2 – La structure des prélèvements obligatoires en
2010
Questions :
1. Quel est le principal prélèvement obligatoire ? A quelle administration est-il
affecté ? Que cela traduit-il ?
2. L’Etat et les APUL (administrations publiques locales ) ont-ils la même
structure de prélèvements obligatoires ?
15
2 – La structure des prélèvements obligatoires en
2010
Questions :
1. Quel est le taux de prélèvement obligatoire en France en 2010
2. Quelle est l’administration qui perçoit la part la plus élevée ?


3 – L’évolution des prélèvements obligatoires
entre1960 et 2010 en France

16
Questions :
1. Opérez un calcul montrant comment évolue le taux de prélèvement en
France entre 1960 et 2010
2. Périodisez cette évolution .
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : impact sur les
quantités échangées (1/3)
Une taxe sur un produit réduit les quantités échangées. De
plus, le prix perçu par le vendeur et le prix payé par
l’acheteur sont différents. Mais, que la taxe soit payée par
le producteur ou le consommateur, son impact sur les
quantités échangées et les prix, est identique

Exemple : On suppose que la durée de vie d’une voiture est de un
an. Son prix est de 10 000 €. Mais il y a une taxe à payer de
10%, soit 1000 €.

Que cette taxe soit payée par l’acheteur (sous forme de vignette
au service des impôts) ou par le vendeur sur ces recettes,
l’équilibre de marché est identique.

LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : impact sur les
quantités échangées (2/3)
1. Taxe payée par le consommateur
La taxe rend l’achat de voiture plus cher, cela va déplacer la
courbe de demande vers la gauche pour tout niveau de prix.
Elle réduit donc les quantités vendues et réduit donc le prix
proposé par les vendeurs

Prix
10 000 €
Quantités
Montant de la
taxe 1000 €
Prix reçu par
les vendeurs
9 500 €
Prix payé par
les acheteurs
10 500€
O
D
D
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : impact sur les
quantités échangées (3/3)
2. Taxe payée par les vendeurs
La taxe rend la production plus cher pour tout niveau de prix, la
courbe d’offre se déplace vers la droite. Elle réduit donc les
quantités vendues mais ne modifie pas les prix payé et reçu
Prix
10 000 €
Quantités
Taxe payée par les vendeurs
Prix payé par
les acheteurs
10 500€
Montant de la
taxe 1000 €
Prix reçu par
les vendeurs
9 500 €
O
D
D
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : Le coût des taxes
(1/3)
Une taxe réduit la quantité achetée et fournit un revenu à l’état

Prix
Taille de la taxe
Quantités
Prix reçu par
les vendeurs
Recette de la taxe
Prix payé par
les acheteurs
O
D
Recette de la
taxe
Quantités
échangées
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : Le coût des taxes
(2/3)
Mais une taxe réduit le bien-être des acheteurs et des vendeurs.
Mais elle engendre aussi une perte de bien-être général
Prix
Quantités
Coût d'une taxe en terme de bien-être
Prix payé par
les acheteurs
Prix reçu par
les vendeurs
O
D
A
B
D
C
E
F
Q
0
Q
1
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : Le coût des taxes
(3/3)
Effet d’une taxe sur le bien-être des agents
Une réduit le surplus total car elle réduit les quantités échangées,
ce qui limite les recettes de l’état et privent des agents de
gains à l’échange

Perte de
Sans taxe avec taxe surplus
Acheteur A + B + C A B + C
Vendeur D + E + F F D + E
Etat 0 B + D
Total A + B + C +
D + E + F
A + F + B + D C + E
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : incidence fiscale (1/3)
Il est équivalent de taxer les acheteurs ou les vendeurs, mais le
coût d’une taxe n’est pas supporté de la manière par
acheteurs et vendeurs. Le report du poids de d’une taxe sur
les acheteurs ou les vendeurs dépendra des élasticités de
l’offre et de la demande. Et ceci quelque soit l’agent qui
verse effectivement la taxe.

La charge de la taxe est supportée par le côté du marché qui
présente la plus faible élasticité-prix
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : incidence fiscale (1/3)
Exemple : Taxe sur le tabac
Le coût de la taxe est en grande partie supportée par le
consommateur. Son surplus diminue fortement
comparativement à la baisse de surplus des producteurs



Prix
Quantités
Prix reçu par
les vendeurs
Demande peu élastique et offre très élastique
Taxe sur le tabac payée par les vendeurs
Prix payé par
les acheteurs
O
D
A
B
D
C
E
F
Q
0
Q
1
LEA Licence 1 : Cours de M. LEMIALE et Mme
MARTIN
3.2. Taxes et impôts : incidence fiscale (1/3)
Exemple : Offre peu élastique et demande très élastique
La taxe est supportée par le producteur puisqu’il ne peut pas
modifier rapidement sa quantité produite
Prix
Quantités
Taxe avec offre peu élastique et demande très élastique
Prix payé par
les acheteurs
Prix reçu par
les vendeurs
O
D
A
B
D
C
E
F
Q
0
Q
1
pour voir la vidéo
dessine-moi l'éco : l'Etat
et sa dette cliquez ici
Questions :
1. Définissez la notion de solde primaire, quelle est la différence entre le déficit
public et le déficit primaire?
2. Si l’Etat connaît un déficit public, comment peut-il le financer ?
III – Rappel : déficit public et dette
publique
III – Rappel : déficit public et dette
publique
pour voir la vidéo
dessine-moi l'éco : l'Etat
et sa dette cliquez ici
Questions :
1. Quelles conditions doivent être réunies pour que la dette publique devienne
insoutenable ?
2. Qu’appelle t-on l’effet boule de neige ?
Conclusion
Cliquez ici pour
calculer votre
budget pour la
France à partir
du jeu proposé
par le Figaro

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful