Journal de marche d'un vieux briscard

° ° °

extraits choisis suivis de

l'Art de la guerre
selon Sun Tzu

° ° °

Transcription Paco Alpi Novembre 2009 □ °°°

Introduction Un document inédit parmi la multitude ce n'est pas ce !ui man!ue " Une traduction de surcro#t " Une de plus $ %t m&me deux si l'on veut''' (e texte n'avait pas lieu d'&tre il est né d'une rencontre de hasard ou de )ortune entre deux écritures précisément datées' *eur étran+e réunion promet !uel!ues )écondes !uestions !ui étran+ement traversent les millénaires pas moins' *a premi,re des environs du -e si,cle avant l',re commune et !ui semble s'avérer le tout premier .anuel de straté+ie militaire de l'/istoire' Anti!ue problémati!ue 0un T1u dicte un discours sur la conduite des troupes mais c'est aussi un cours de bonne +ouvernance 2 en temps de +uerre comme en temps de paix 2 et un asse1 bon exemple de pure propa+ande' 3eux millénaires et demi plus tard reste2t2il !uoi !ue ce soit dont nous ne so4ons dé56 avertis $ Nos strat,+es et nos experts n'ont2ils pas )ait depuis d'excellents pro+r,s $ *a seconde de ces écritures retranscrites ici est un 5ournal ordinaire de campa+ne le carnet de notes impromptues d'un simple soldat modestement intitulé 78ournal de marche7' Tribulations d'un mercenaire vers la )in du 9-:e si,cle de l',re commune' (e cahier ne serait sans doute pas parvenu 5us!u'6 nous s'il n'avait été entre temps collecté par un écrivain de thé;tre semble2t2il avec l'intention d'en tirer la substanti)i!ue moelle pour produire un spectacle vers le milieu du 9-::e si,cle' 3eux textes donc en +uise de sources' 7*'Art de la +uerre7 selon 0un T1u alias 0un<i est un classi!ue une compilation !ui ne comportait 6 l'ori+ine !u'une dou1aine d'articles la version dont nous disposons en compte trei1e' Peut2&tre en man!ue2t2il $ *e 78ournal de marche d'un vieux briscard7 a toutes les chances de devenir avec le temps comme il va un classi!ue 6 son tour' =uel!ues extraits pour preuve' *a vie la mort la +uerre )atalement ces trois th,mes résument la trame banale de la destinée humaine' :ls occupent le terrain et condensent en trois mots l'immense vastitude de nos i+norances' Trois notions simples pourtant' Nous passons la premi,re 6 tenter d'éviter la seconde ou de la retarder et c'est un combat permanent une lutte +i+o+ne un con)lit de tous les instants une +uerre permanente en somme !ui mobilise et +aspille in )ine toute l'éner+ie disponible +i+antes!ue pourtant' Nous voil6 bien''' %tait2il bien nécessaire d'explorer les voies de la +uerre alors !ue nous avons tant de peine 6 vivre ensemble $ %n est2il d'autre $ >ui !uelle autre issue $ □?□?□

@ 2 @

Journal de marche d'un vieux briscard
° ° ° Anon4me du 9-:e si,cle

extraits choisis
Traduction et transcription Paco Alpi

° ° °

@ A @

::

Dans la nuit déjà fraîche

3ans la nuit dé56 )ra#che du début de lBautomne !uand sont )inies les moissons puis les vendan+es de m&me par)ois sBél,ve au loin la )r&le mélopée dBune )lCte de ber+er' (Best une musi!ue rare sans )ioritures lé+,re et lente coupée de temps en temps de silences !uand le 5oueur lointain reprend son sou))le ou cherche lBinspiration parmi les brumes !ui pars,ment lBombre et les collines' >n ne sait rien de sa musi!ue de ses moutons de son histoire et pourtant on entend par)aitement et la )in de lBété et la promesse de lBhiver en !uel!ues notes limpides claires ténues' Puis dans un soupir vient le silence et lBillusion étran+e dBentendre encore cette minuscule mélodie2l6 comme écho au coeur de la nuit et son in)ime messa+e' 3Bharmonie exacte la musi!ue emplit lBespace et )ait sur+ir et na#tre comme un enchantement )u+iti) et subtil au milieu du silence !ui la suit' :l nB4 a rien 6 a5outer ni musi!ue ni paroles ni discussions ni commentaires rien 6 dire ni )aire rien dBautre !uBun immobile mouvement 6 parta+er' Alors sBabolit lBespace in)ini et le temps )ini ce pourrait &tre transe ou libération inouDe délivrance' □ ° ° °

@ E @

::

ue reste!il" dis!moi###

@ =ue reste2il dis2moi !uand il ne reste rien $ @ Fien réponds2tu naDvement' Alors !u'un simple point plus petit !ue rien d,s !u'il se déplacerait d'un micron ou moins m&me d'un ciron comme dit le sieur Glaise permet d'envisa+er l'espace tout entier vide certes mais entier et m&me de le diviser d'un cHté ou de l'autre un au2del6 et un en2deI6 invisible monta+ne !ui sépare les uns et les autres en m4riades de points distincts' :ma+ine ce moment inclus dans ta mémoire vive et disponible tant !u'elle est vive comme le re)let d'autres instants minuscules similaires et di))érents et te voil6 doté de !uel!ues points de vue cela n'est2il pas pensable et peut2&tre possible $ .ais 6 observer la terre et la rivi,re +elées !uand vient l'hiver l'eau !ui se chan+e en +lace et la +laise en roche plus dure !ue +ranit ne vois2tu pas !u'il leur su))irait d'un peu de la chaleur solaire pour reprendre leur aspect habituel et leur )luidité naturelle $ 3e m&me la cire d'une simple bou+ie ne s'est2elle pas consumée pour produire !uel!ue lumi,re en échan+eant sa substance contre chaleur et éner+ie $ Ainsi dans un second temps 5e distin+ue la substance la mati,re des choses et l'éner+ie !ui lui donne )orme' *a mati,re et les )ormes ne sont !ue réceptacle et vecteurs d'éner+ies encha#nées puis libérées rien n'est 5amais immobile d,s lors' 0au) !uel!ues tenaces illusions par)ois' @ 0i tout est mouvant mobile moment me diras2tu toute mati,re en mouvement et toute )orme susceptible de chan+er comment s'4 reconna#tre $ %t comment retrouver le chemin !ui m,ne de la taverne 6 cette auber+e oJ nous avons trouvé +#te et couvert ou récipro!uement $ □ ° ° °

@ K @

::

Dans l'om$re noire" %as l'om$re

3ans l'ombre noire pas l'ombre d'une trace m&me de +risaille n'indi!ue la )in prochaine de la nuit' Aucune lueur ne si+nale la )in possible d'un si pro)ond tunnel' 3ans la pénombre de l'aube d'invisibles étoiles p;liraient la brume +lacée se chan+erait en rosée' *6 rien' Fien !ui permette de distin+uer le haut du bas ni l'est de l'ouest hori1on vide et absent ni l'odeur de la terre ni le murmure de la rivi,re pas m&me d'un ruisseau ni le )riselis du vent sur le sable pas le moindre crissement un in)ini silence' *a moindre vibration minuscule la plus petite pulsation le scintillement 6 peine imperceptible d'une seule étoile le battement double et calme d'un coeur un sou))le un soupir le )rottement doux d'un cra4on !ui e))leure le papier la chute d'une seule +outte d'eau sur le +ravier 2 et ce silence2l6 se briserait +i+antes!ue cra!uement comme la +lace sur l'étan+ !uand vient le printemps comme le chuintement d'un )eu de brindilles !u'un sou))le de vent ranime' Un trait d'encre ou de lumi,re et la lente opalescence !ui monte 6 l'hori1on dessinent un orient douce luminescence dans la nuit d'acier damas!uiné bien brossé' Une simple trace d'ombre dans la nuit p;leur imperceptible et voil6 un saule immense au dessus de l'étan+ oJ pétillent !uel!ues +outtes de lumi,re' 0ans doute les prémices d'une lé+,re rosée' Alors le ciel et la terre se distin+uent se séparent un moineau s'éveille dans l'air )rais du petit matin un mulot )ar)ouille dans les )euilles s,ches la brume !ui s'él,ve de l'étan+ l62 bas dévoile un miroir +ris oJ +lissent des carpes noires vir+ules a+iles )luides et ma5estueuses' 0ous les paupi,res du dormeur une sé!uence somnolente de r&ve prend )orme son+erie impalpable et splendide comme une pulsion de vie éblouissante comme le lever du 5our musi!ue " □ ° ° °

@ L @

::

&ieu' $riscard

=u'un seul trait minuscule caract,re constitue en soi2m&me le si+ne ori+inel de toute distinction de toute détermination n'est pas pour étonner le scribe ou le copiste ni le savant ni le clerc !ui tous les ali+nent prudemment et les compilent avec patience pour 4 décrire le monde incertain et chan+eant !ui nous entoure' Mabuleux +ribouillis' *e trait dessine 6 lui tout seul un chemin' :l dési+ne aussi bien !uand elle vise sa cible la )l,che et sa portée ou l'étalon !uand il mesure l'espace la 5ument attelée et docile cheptel dé56 sous le harnais la )orce sereine ou la puissance m4thi!ue d'un personna+e un dessin et son st4le par)ois un si+ne de reconnaissance' *ettre' (aract,re' Pol4phonie' Pol4sémie' =uand le trait est tiré vient l'heure de )aire les comptes' >u de )aire le point tant est vrai !u'il n'4 a pas loin du trait au point minuscule croisement des +éom,tres et si+ne de recommencement' Premi,re sommation' .ais voil6 dé56 deux traits et le si+ne d'é+alité si puissant !u'il promet l'é!uilibre entre les deux parties la 5ustice en somme au bout d'un chemin !ui n'admet ni l'h4pocrisie ni la tricherie ni l'indiscrétion ni l'é+oDsme' Une é!uitable comptabilité une mesurable é!uité''' 0ans doute encore un r&ve d'impénitent r&veur' 0i au contraire comme )l,ches et 5avelots au combat les traits venaient 6 s'entrecroiser viendrait le temps multiple de la )érocité' A main levée simple salut deux silhouettes en passant se croisent double mouvement !u'adviendrait2il alors $ *a rel,ve $ Fevoil6 donc la dure présente et permanente réalité' □ ° ° °

@ N @

::

(essources

('est une toute petite source minuscule musi!ue sous le )euilla+e' %lle est l6 )ra+ile bouillonnante chaoti!ue elle dévale la colline en chantant' =ui sait si elle parviendra au bout de son chemin''' ('est une minuscule pousse de +l4cine 5eune et vive' 0ous son )euilla+e lé+er !ui sait ce !ui s'4 cache *'innocence de la )leur ou la liane puissante !ui +rimpe 8us!u'au sommet de la tour l'enserre et s'4 )au)ile' ('est 5eune et Ia ne sait pas mais c'est vi) et 5o4eux le rire des en)ants comme vin )rais comme cascade ré5ouit le coeur des hommes et des )emmes !ui les entourent (ette promesse de bonne heure par bonheur !ui la tiendra $ □ ° ° ° :: Jamais ne man)ue l'horizon *

Peut2&tre est2ce de l'absence et du man!ue et du besoin et du vide de l'insondable !ue proviennent toutes ces éner+ies !ui nous animent et nous épuisent tour 6 tour' %t c'est ce sentiment d'un man!ue de clarté avant m&me la pénombre !ui préc,de l'aube !ui est comme source précieuse tou5ours disponible 5amais épuisée' ('est dans la nuit la plus pro)onde et la plus noire !ue devient sensible la saveur essentielle et le prix d'une toute petit lumi,re si in)ime soit2elle' Ainsi d'autres étoiles sous d'autres cieux ou un simple )anal au loin !ui sait' Un premier trait d'encre ou de lumi,re dit2il permet de distin+uer un hori1on de séparer ne serait2ce !u'6 peine le proche et le lointain la terre oJ vont nos pieds et l'inaccessible hori1on !u'une simple li+ne de )ra+ile apparence permet de percevoir' □ ° ° °

@ O @

::

Tout commencement est comme $oule+ersement#

*'éner+ie n'est !ue mouvement !ui trouve son chemin comme l'éclair relie les nua+es et le sol immense con)la+ration !ui devrait inciter 6 la prudence m&me les plus audacieux les plus astucieux des Paulois' *e temps lui2m&me n'est !ue la mesure de l'épuisement de l'éner+ie !ui anime la nature et scande la danse des mondes' Ainsi va le vent des si+nes tourbillonnant' 0ous la brume sombre et lourde !ui couronne l'hori1on dans le lointain comme un obscur +rondement de tonnerre annonce un )ormidable ora+e' 3es éclairs puissants semblent déchirer le ciel labourer la terre il 4 a de !uoi trembler l'air est pesant et moite la plaine )rissonne dans la stupeur' (urieusement c'est peut2&tre ainsi !ue la +raine trouvera son chemin 6 travers le sol sec !uand viendra le temps' =uel!ues +outtes d'eau et minuscule et puissante impulsion d'éner+ie +erme et pousse comme minuscule élan de vie promesse d'arbre et de )ruits rien ne presse' *a moindre )euille de tr,)le en dit démonstration' A moins !ue l'ora+e n'emporte cette étincelle de vie sous des cieux moins cléments en d'autres sols sans ressources oJ l6 elle se perdrait' □ ° ° °

@ 9 @

::

Sim%le %hiloso%hie

@ >J situer la racine invisible des choses et des &tres de leur devenir en !uel lan+a+e décrire ce !ui di))érencie la pomme et la poire le chien du loup lBhomme de son voisin de sa voisine lBanc&tre et lBen)ant le )aible et le puissant la +lace et la pluie la brise et la bise la cendre et le brandon voil6 une !uestion !ui mérite de la prudence et ré)lexion' 8Birais bien 5us!uB6 dire !ue cha!ue instant contient probablement des nuances et variations potentielles !ui induisent des chan+ements et des évolutions des modi)ications imperceptibles mais consé!uentes exactement comme trois +rains de sel dans la soupe contiennent de !uoi lui )ournir saveur et consistance tout autant !ue le lard et le chou lui procurent son +oCt''' *oin de moi lBidée dBaborder ici lBalchimie secr,te et subtile des corps et des substances !ui donnent 6 la vie son +oCt si particulier' .ais 5Birais bien 5us!uB6 avancer !uBen cha!ue instant nous avons liberté autant !ue le +rain de sel de trans)ormer lBinstant suivant en un meilleur moment' (Best peu mais cBest dé56 beaucoup' A moitié plein 6 moitié vide le m&me +obelet mécontente lBinsatis)ait !ui sBen plaint et satis)ait lBhomme content !ui sBen ré5ouit' ''' Tout deux ont bien raison a5oute lBéchanson' Un minuscule et savant )erment trans)orme le 5us de la vi+ne en vin 5o4eux céleste breuva+e puis ce )erment sBépuise et trans)orme le vin en vinai+re aux puissantes vertus di+estives !ui sBen plaindrait $ Ne su))irait2il pas de pro)iter !uand il est temps de cha!ue instant $ □ ° ° °

@ Q0 @

::

Trois hommes sont descendus au' enfers

Trois hommes sont descendus aux en)ers rapporte la (abale selon :saac le chanteur trois &tres humains ont )ait le chemin 5us!u'aux portes de l'en)er' Nul ne saura 5amais tout ce !u'il ont vécu sur ce chemin2l6' @ *e premier n'en est 5amais revenu il était devenu )ou pauvre insensé @ le second est revenu aveu+le et muet insensible ''' le troisi,me est revenu mais il avait et il était chan+é' Trois straté+ies donc pour traverser la vallée de l'absurde et des larmes 2 soit R l'évolution adaptation chan+ement comme roseau 2 soit R l'observation la perception par l'intuition l'usa+e des sens et des émotions des subtiles sensations comme pour s'4 repérer 2 soit R la raison la mesure comme antidote du délire ou de la )olie ''' en est2il d'autres $ Triviales solutions' (han+er d'idée ou d'hori1on de perspective ou de position' >bserver et entendre avant d'a+ir' %n)in se +arder des séduisantes )olies oJ se +aspillent 6 plaisir nos )r&les éner+ies se +arder du )ascinant dan+er de la vacuité de l'inanité de la diatribe 2 triviales banalités certes' 3ont seule la mesure de la raison peut nous proté+er 2 6 condition d'4 travailler' Ainsi le travail serait le mo4en d'échapper 6 l'en)er " .anuel de survie reste2t2il un peu d'eau au )ond de la cruche $ Un verre de vin sinon $ □ ° ° °

@ QQ @

::

,umérologie )uanti)ue

Notation' %ntre le rien !ui préc,de lBunivers et lBunivers !ui en+lobe tout inscrire le temps dBun instant de ré)lexion lBh4poth,se dBune vir+ule dBun soupir dBun sou))le de silence comme celui !ui préc,de la mélodie ou sBins,re entre deux phrases musicales comme une s4ncope' Noter' 3ans lBéchelle des valeurs !ue portent les chi))res commodes ima+es le neu) est 6 la )ois le dernier et le plus lourd il p,se 6 lui seul le cin!ui,me de la somme des dix premiers chi))res laissant aux autres tout ensemble en parta+e les !uatre autres cin!ui,mes' %st2ce la raison du plus )ort $ >u celle du plus )aible la meilleure $ Notule' %st2ce la vir+ule !ui a pris la )orme dBun neu) ou lBinverse $ 3ans la numération la m&me vir+ule introduit la division décimale cBest262dire la possibilité de parta+er en dixi,mes puis en centi,mes milli,mes et ainsi de suite lBunité et ses multiples' *Bespace et le temps les +randeurs et petitesses deviennent ainsi mesurables nBest2ce pas simplement +énial $ Notes' 3e blanche 6 noire 6 croche m&me mouvement de division de soupir 6 silence se scande la pulsation !ui emporte 6 la )ois la danseuse et le musicien' -ibrent les planches' Fésonnent les coeurs dBun m&me mouvement du pied 5us!uBaux l,vres de lBoeil aux doi+ts sou))les emm&lés' .erveilleuses et minuscules impulsions parta+ées' =uadrille' *e carré de deux ouvre une série paire de parta+e é+al tandis !ue le carré de trois découvre dans sa )orme la dimension de la di))érence et sa curieuse puissance dBiné+al parta+e' 3iss4métrie' Nota' Ainsi le neu) est précurseur dBun chan+ement dBune nouvelle dimension dBune nouvelle sé!uence et dans le m&me temps ach,vement dBune série 6 suivre peut2&tre' (han+ement dBéchelle de perspective de dimension' Tout un po,me $ □ ° ° ° @ Q2 @

::

-etits caillou' sur le $ord du chemin

0ur le chemin un petit caillou de rien attend les pas pesants des passants le sabot )erré dBun coursier pressé la roue lourde et lente dBun chariot trop char+é !ui le 5ettera peut2&tre un peu plus loin lBora+e prévisible !ui le bala4era dans une orni,re !ui lBemporte un peu plus bas' 8us!uB6 la rivi,re au torrent !ui dessine sur le sol une pente naturelle linéaire' 0i bien !ue la monta+ne enti,re haute et )i,re aboutira dans !uel!ue temps considérable comme sables sur la +r,ve et m&me poudre et poussi,re 5us!uBau )ond des océans et !uBil 4 a par)ois inversement sur les hauts plateaux calcaires !ui dominent l62 bas le désert les traces visibles de co!uilla+es marins anciens lBAtlantide nBest pas si loin' Plus tard un peu plus tard de sable et de chaux les compa+nons b;tisseurs mélan+eront du mortier comme liant des arches du pont de lBa!ueduc l62haut dans la monta+ne 5uste au dessous dBune immense chute dBun puissant ravin l6 oJ ne passait !uBun petit chemin caillouteux le lon+ dBune vive cascade' *e moindre caillou mérite d,s lors un immense respect et !uel!ue considération pour son chemin passé comme pour son avenir' Trois petits cailloux empilés 6 +auche ou 6 droite indice caché 5uste 6 cHté dBune bi)urcation disent bien des choses au vo4a+eur !ui les remar!ue mais peu le savent' Au revers de l'ima+e un simple silex et bientHt une étincelle vive' □ ° ° °

@ QA @

::

-aisi$le cheminement

=uand donc apprendrons2nous 6 nos en)ants autre loi !ue celle du plus )ort et autre raison !ue celle de soumission aux ordres du plus )ort mais plutHt le plaisir !uBil 4 a cha!ue )ois !ue lBe))ort est dBharmonie comme dans lBorchestre le choeur des instruments $ 0i nous nB4 parvenons dans les )amilles et les villa+es les contrées et les pa4s comment pourrions2nous prétendre 6 autre paix !ue celle des cimeti,res et des ruines sur !uoi nous continuons inlassables 6 construire citadelles et bastions $ *e chemin de lBharmonie se construit pas 6 pas patiemment la vi+ilance et la persévérance nB4 su))isent pas il 4 )aut encore lBaccord pour rechercher lBaccord le désir de plaisir parta+é ce !ui sBappelle lBalliance' (e seraient )ariboles !ue dBima+iner lBalliance comme durable et simple immuable et pérenne' (Best 5ustement sa )ra+ilité !ui )ait son prix' %t !uBelle se plie aux circonstances comme roseau cBest bien ce !ui )ait sa solidité' (e serait tout autant illusion !ue de croire !ue les puissants !ui nous +ouvernent sont les +arants de la paix encore )audrait2il !uBils 4 trouvent intér&t et capital' (apital cheptel m&me racine le savie12vous $ *e lon+ du )leuve tran!uille des 5ardins et des champs minutieusement cultivés des ver+ers et vi+nobles 5udicieusement tenus et )ructueux de paisibles villa+es aux habiles artisans des bour+s aux marchands heureux aux notables cossus un tel pa4sa+e est pourtant lBima+e m&me dBharmonie et de commun pro)it' -isiblement cela ne su))it pas pourtant' :l )audra bien sans doute !ue les douves !ui coulent au pied des )orteresses )inissent un 5our lent et patient travail par e))ondrer ces inutiles murailles' 3ire adieu aux )ronti,res inutiles' □ ° ° °

@ QE @

::

.hemin faisant" enseignements

Ainsi 6 nouveau nos chemins nBétaient !ue repéra+es tel ruisseau o))re des roseaux de lBosier et du saule tel caillou couleur de rouille promet du métal le petit bois cache des )raises des )ramboises des airelles des m4rtilles ou des n,)les des prunes des merises des noix la route )ourmille de traces variables comme les saisons' %t nous échan+ions au hasard des rencontres avec ceux de la route des di1aines de petits messa+es sur lBétat du chemin des +ués et des rivi,res sur le moral des villa+es sur les mouvements de troupes et ainsi les nouvelles du monde' Nous échan+ions aussi des simples dont le catalo+ue est dBexpérience an+éli!ue et )enouil sau+e et +aillet sarriette et romarin lavande et mar5olaine ainsi !ue paniers de noisettes et ch;tai+nes !ue les talus et les bois nous )ournissaient 6 )oison' %t le troc de con)itures de miels de )ruits séchés amandes noix raisins prunes )i+ues de +raines communes rares ou curieuses cardes colo!uintes cour+es potirons nous permettait de varier lBordinaire mais aussi de +a+ner notre droit dBentrer simplement dans bien des villa+es et des )ermes' □ ° ° °

@ QK @

::

D'e'%érience

(omment Ia marche $ *es artisans vous le diront trois mesures de sable deux mesures de chaux une mesure dBeau et voil6 le mortier aussi solide !ue la pierre !uBil reproduit et relie' Trois mesures de charbon deux mesures de salp&tre une mesure de sou)re et voici la poudre et sonne le chant sauva+e et cruel des canons' Un peu de bois poutres et palans trois corda+es de lBar+ile mouillée m&lée de paille en 5uste proportion !uel!ues roches taillées a5ustées contre)ort et muraille' %t ainsi de suite avec de bonnes mesures la sueur et le )er et le )eu par lBart du )or+eron )ormeront lBacier trempé' >u lBar+ile le tamis l'eau le )eu et le tour donneront la cérami!ue la mosaD!ue les pots et poteries oJ nous buvons bon vin cervoise et la soupe ordinaire' (omme lBétain le plomb le cuivre lBar+ent )iniront en vaisselle armures armatures bi5oux monnaies trans)ormations de la mati,re de la terre du minerai et du travail des ouvriers des compa+nons des artisans des marchands' Fien de toutes ces productions constructions opérations outils et ustensiles nBexisterait sans lBaccumulation immémoriale de lBexpérience recueillie puis ensei+née et donnée' 0ans la patiente transmission de +énération en +énération des résultats de chacune des expériences en mesure et proportion' 0ans les précautions dBusa+e 6 prendre sérieusement le )eu la chaux le )er le sou)re et le charbon lBeau m&me brClent et détruisent' *e mur mal monté peut sBécrouler sur le maIon la poudre exploser aux mains de lBarti)icier la poutre écraser le charpentier cha!ue outil peut blesser et tuer' *Bartisan avisé est celui !ui évite et prévient les ris!ues les a4ant découverts dBexpérience' Peut2&tre une recette un catalo+ue de recettes résument2ils toute lBhistoire de nos savoir2)aire''' *Bidée m&me de recette en cuisine comme dans les techni!ues artisanales est dBexpérience reIue' .ais toute expérience depuis les premiers pas du tout petit 5us!uB6 la plus complexe notre propre vie nBexiste vraiment !uB6 la condition de lBavoir vraiment vécue éprouvée in vivo dans le vi) du su5et et non seulement reIue' Ainsi chacun construit son propre chemin sur les traces des autres comme il peut ou comme il veut ne disposant !ue de son propre temps en +uise de monnaie d'échan+e ainsi s'écrit sa propre vie' □ ° ° °

@ QL @

::

Ainsi la %ai'

Ainsi la paix et son environnement mouvant serait de construction et la +uerre de destruction dBévidence tellement banale' (ha!ue villa+e sBéri+e sur les décombres du précédent détruit et les villes sur des charniers en)ouis' NBest2ce l6 de !uoi trembler $ A ce mouvement de renouvellement des habitats et des habitudes les +énérations consacrent une bonne part de leur éner+ie de leurs e))orts de leur temps' *e pa4san le maIon le charpentier man!uent2ils 5amais de travail $ (ertes il leur )aut disposer de bonne terre de bonnes pierres de bonnes poutres de !uel!ues outils de !ualité dBun abri et de nourriture su))isante et dBasse1 de temps' Au pied du mur se voit le maIon' :l leur )audra trouver aussi du sable et de la chaux de lBeau de lBar+ile une carri,re exploitable du bois de !ualité et !uantité su))isantes des ouvriers )orestiers sapeurs carriers terrassiers cantonniers et boulan+ers pour les )ournir main dBoeuvre !uBil )audra bien rétribuer en 5uste retour sans !uoi elle irait voir et chercher pitance ailleurs' (onstruire ou reconstruire un lieu de vie paisible ville ou villa+e )erme maison manoir demeure palais ch;teau ou m&me une simple hutte de ber+er un abri de chantier nBest pas seulement a))aire de coopération bien or+anisée' :l 4 )aut aussi dirons2nous !uel!ue bailleur de )onds' =uel!ues !uestions sur+issent ici' 3BoJ viendront les )onds $ 3e !uelle réserve accumulation précédente de béné)ices ou de !uelle dette !uBil restera 6 devoir rembourser $ 3e !uel parta+e des ressources !u'o))re 3ame nature $ (omment la remercier ou lui restituer ce !ue nous lui empruntons $ %t comment sera en 5uste retour rémunéré le bailleur !ui donne 5ouissance dBune terre ou dBun bien dBun )onds pour un prix et un temps convenu''' Gailleur de )ond r&veur de récoltes mais 6 !uel prix $ Fevoil6 de !uoi utiliser autrement le )ameux ner) de la +uerre li!uidités dont il )aut ima+iner de détourner le cours naturel de lBarmement au b;timent " Stonnant >uroboros le serpent m4tholo+i!ue se mord la !ueue sBempoisonnant et se ré+énérant tout 6 la )ois et dansera 5us!uB6 la )in du monde dit l'anti!ue lé+ende' □ ° ° °

@ QN @

::

Secrets de stratégie

3Bétendards et dBori)lammes dBarmoiries et de drapeaux pavillons )lammes embl,mes et blasons les corps dBarmée 5amais ne man!uent' :ls si+nalent ainsi en )an)are tambours et clairons leurs mouvements leur appartenance et leur puissance' Toute cette décoration nBest pas sans )aire impression sur le bon peuple in!uiet comme sur les éventuels ennemis certes mais lBarmement''' 2 Tou5ours lBarmement )ait dé)aut disait mon ma#tre' 3e réserves et provisions de munitions et puissance de )eu il nBest 5amais trop' (itadelles et bastions )ortins et )orti)ications le bouclier ne su))it 5amais 6 emp&cher la )l,che et le boulet la mitraille et lBobus dBatteindre leur cible 6 terme' 0ur ce terrain 5e nBavais rien 6 ob5ecter' Aucune connaissance sinon lBenvie dBéviter les lieux et territoires de con)lit de +uerre comme tout le monde' %t mon ma#tre était mieux placé pour savoir ou évaluer la portée de son art' 2 Notre métier tout entier est de combattre la +uerre et de +a+ner la paix mais cBest un secret bien +ardé a5outait2il en riant' Puis!ue nous avons tout 6 perdre et la vie de surcro#t au 5eu des armes la +uerre nous est haDssable détestable exécrable' (omme 6 tout humain de bon sens' .ais ces bonnes paroles ne su))isaient pas 6 me convaincre car dans ce cas 6 !ui et 6 !uoi servaient toutes ces vies humaines sacri)iées $ A si+ni)ier !ue le prix de la vie nBest rien !ue le ner) de la +uerre nBest rien dBautre !ue de chair humaine bonne pour les canons $ %t !uBalors le pouvoir la +loire et la puissance sBenracineraient dans la mort et le nombre de morts !ui en résultent''' *'impHt du san+ versé' Toute la science et lBart de la +uerre ne serait2ce !uBinconscience inévitable suite de lBinconsé!uence de la nature humaine $ Par suite de commune et ordinaire )olie r,+nent la +uerre et la mis,re depuis tou5ours ou pres!ue .iséricorde " □ ° ° °

@ QO @

::

Jolis discours

@ Ne cro4e1 pas disait mon ma#tre le vieux briscard dans nos vespérales et nocturnes discussions et débats !ue lBétendard indi!ue seulement la position et lBori+ine du bataillon' :l o))re surtout un commode rep,re pour suivre le mouvement de la troupe évidemment' .ais il dési+ne aussi de mani,re invisible le ciel pour certains et la terre plus sCrement' @ Ne cro4e1 pas a5outait2il !ue le che) est sCrement celui !ui clame en )an)are ses exploits inouDs exhibe sa +loire et ses décorations comme preuve de bravoure et dBhonneur et se trouve obli+é de crier pour se )aire entendre' Non le che) serait plutHt comme en cuisine celui !ui trouve et concocte des recettes prati!ues pour résoudre le probl,me uni!ue de ses hommes si possible R survivre''' Tou5ours savoir oJ est la cantine et la cantini,re " lanIait2il 6 la cantonade' 3ans les coulisses plutHt on peut 5u+er lBarmée 6 ses casernes et ses !uartiers' 0ouvent les +arnisons ne valent pas mieux !ue prison 2 dBailleurs oJ mettrait2on la piétaille des troupiers sinon $ %n prison pauvres trou)ions peut2&tre " /eureusement il 4 a tou5ours aux environs des tavernes accueillantes et !uel!ue distraction' 3ans lBaction la détermination est décisive et lBindécision )atale' >ccis sinon tu seras occis' Tue1 sinon vous sere1 tué' A chances é+ales cela veut dire perdre 6 cha!ue bataille la moitié de ses troupes' *a di))érence sBappelle victoire et elle va précisément 6 celui !ui aura le mieux épar+né la vie de ses hommes' =uand ils ne sont pas enrHlés de )orce et recrutés manu militari les plus pauvres sBen+a+ent parce !uBils sont démunis de tout espérant ainsi trouver pitance' *a solde de trois sous leur o))re alors une chance de +a+ner leur vie contre une chance de la perdre' (Best un pari désespéré comme dirait lBami Glaise' Pour une bonne part cBest donc la )amine !ui nourrit le corps de lBarmée tandis !uB6 son tour la +uerre permet de réduire le nombre des a))amés tout comme les maladies !ui se propa+ent dans les taudis réduisent le nombre des malheureux' Ainsi va la lo+i!ue imparable d'un monde !ui cultive la +uerre et pré),re .ars la rou+e 6 -énus la douce ''' /élas " □ ° ° ° @ Q9 @

::

-a/sages" et mou+ants

@ A observer la démarche de la troupe adverse devine comment elle va' Man)aronne et )ourbue décidée ou décimée alerte et vive ou dé56 épuisée et tu éviteras ainsi bien des peines inutiles dit le vieux soldat ma#tre dBarmes et vo4a+eur dBexpérience' .ais au moment m&me oJ tu crois voir lBennemi cBest lui !ui tBobserve et tente de deviner lui aussi tes )orces et leur état tes )aiblesses et le dé)aut des cuirasses !ue tu crois lui montrer a5outait2il comme une invitation 6 chercher tou5ours dans !uel!ue ima+e ce !ue montrerait son re)let dBun autre point de vue et m&me du point de vue de lBautre' Un autre )leuve de san+ et dBéner+ie dBhumeurs et dBaliments dBair et dBima+es coule dans nos vaisseaux nourrit nos or+anes mobilise nos membres en milliers dBin)lux variables' Nous nBavons !ue lBexpérience pour vivre comment Ia marche et 5us!uBoJ pour tenter dB4 entendre 6 la )ois les ris!ues et les dan+ers et par)ois les en5eux' 0ur le )leuve du temps navi+ation lente' Au bord du canal chemin de hala+e et dé56 sBor+anise lBespace !ue trament les rivi,res de pente naturelle' :rri+ation des champs des ver+ers chevelure capillaire des ruisseaux' 0ur la place du villa+e sBassemble la )oule pour !uel!ue spectacle ou !uel!ue drame cBest 5our de marché ou 5our de 5ustice 5our de )&te ou de deuil !ui sait ce !uBil sortira de cette expérience et !uel e))et béné)i!ue ou né)aste pour les villa+eoises et villa+eois " .ais pas 6 pas chan+e le pa4sa+e +randit la ville sBor+anise la campa+ne en pa4s et province et reculent les )or&ts sous lBe))et de culture' NB4 a2t2il pas l6 sans doute !uel!ue su5et de satis)action $ >u d'in!uiétude peut2&tre $ Maut2il comprendre !ue nos arts nos techni!ues nos pro+r,s pourraient par)ois nous conduire en !uel!ue dan+er inconsidérément $ A lBévidence le +uerrier !uBétait le vieux soldat +rand expert en armements divers mais tou5ours menacé !uBil était par !uel!ue invention plus puissante en avait eu lBidée' □ ° ° °

@ 20 @

::

D0uni+ersel $on sens

Tout petit secret immense trésor R deux &tres des deux sexes se réunissent et cBest ainsi !uBadvient le troisi,me le petit dBhomme' :ncro4able trésor' %tonnante et uni!ue merveille' Ainsi se suivent les +énérations les humains sBassemblent et se rassemblent pour créer et perpétuer la vie' =ui ne le sait $ =uand cette union est 6 la )ois sinc,re et respectueuse )aite dBestime parta+ée nBest2ce pas bonheur plus précieux !ue tout autre richesse $ Aucune autre sa+esse nBest plus nécessaire et utile ni plus pro)itable m&me aux plus petits' Fien nBest plus simple dirait2on il su))irait !ue chacun des deux partenaires suive son penchant naturel spontanément librement puis !ue de cette rencontre poursuivie advienne mutuelle connaissance et usuel respect' Gien sCr cependant !uBil 4 )aille !uel!ue discernement et par)ois !uel!ue persévérance !ue cette union de deux &tres soit )aite de dialo+ue sans exclusive de +énérosité et dBouverture de récon)ort mutuel et récipro!ue 2 nBest2ce pas l6 encore de limpide évidence et dBuniversel bon sens $ Gien sCr encore cet accord de deux &tres repose sur chacun dBeux et ne dure !uBautant !ue chacun dBeux le préserve' (omment pourrait2il en &tre autrement $ 8Bentends bien dBautres ar+uments dBautorité ou de )orce dBintér&t ou de convenance dBarran+ements contournés pour dBobscurs moti)s comment ces unions pourraient2elles durer !uand elles sont )ondées sur lBempire et la soumission $ *'empire domination et soumission source de révolte et rébellion par dé)inition l'ordre en exc,s produit le chaos et inversement' Ainsi peut2on 5u+er les situations aux !uerelles !uBelles produisent''' □ ° ° °

@ 2Q @

::

A %etit matin" grand chemin

@ Maire le point disait2il souvent n'est pas seulement mesurer l'espace et le temps mais aussi savoir s'arr&ter pour se reposer les pieds et admirer l'hori1on' (ar nous étions de )ameux marcheurs piétons de piétaille nous usions nos sabots nos +aloches par)ois nos bottes et souvent la corne de nos talons sans bar+ui+ner' 0i 5e tente maintenant de )aire le point ce n'est ni pour mesurer le chemin parcouru 6 !uoi bon ni pour contempler celui !u'il me reste 6 parcourir mai+re sentier mais pour admirer l'hori1on certes''' 3e l'hori1on nous parvient la lumi,re du 5our d,s petit matin et c'est aussi vers l'hori1on !u'elle dispara#t le soir !uand vient l'heure du repos 2 ainsi )luctue l'éner+ie !ui nous anime de l'aube au crépuscule de la vie' Fien ne para#t plus simple' Pourtant on peut aussi bien dési+ner l'absence de tout si+ne comme la clé et la source du monde ou peut2&tre comme une promesse de vie de sensations et dBémotions multiples de mouvement' (e !ui nous met 5o4eusement en ordre de marche' .ais pas plus !ue Prenade comme dit la chanson ni !ue 8érusalem !uand bien m&me elle serait la cité sacrée de la paix nous n'atteindrons l'hori1on aussi inaccessible !ue la lune ou les étoiles et 5e crois bien !ue mon .a#tre le vieux briscard se mo!uait par avance de mon incurable et insi+ne i+norance' %t nous allions sur les chemins et nous partions de bon matin en chantonnant sans nous soucier du lendemain ni du barda ni de la solde' □ ° ° ° :: 1e soir" %arfois

*e soir par)ois 6 la )in de lBété alors !uB6 lBest commence la nuit une lé+,re brume diaphane se l,ve sur la plaine moite de chaleur' *a brise de mer un peu plus tard apporte et procure douce )ra#cheur tant attendue' *Bheure nBest plus ni au travail ni au vo4a+e le bivouac est tran!uille bientHt les en)ants dormiront r&vant dBun merveilleux pa4s de lait et de miel de rires et de 5eux' □ ° ° ° @ 22 @

::

A l'au$e %arfois

A l'aube par)ois !uand le 5our se l,ve au tout début de l'été et !u'6 l'ouest dispara#t la pleine lune tran!uillement il me souvient d'avoir éprouvé cette étran+e clarté intérieure )aite d'é!uilibre et de bien2&tre de 5ouissance du présent de disponibilité aux choses et aux &tres !ui ressemble si )ort 6 moment de bonheur !ue rien ne trouble' Tout semble promesse de beauté de tendresse de douceurs et de mille richesses' *a brume lé+,re !ui voile l'hori1on au loin va bientHt se lever' Une )ine rosée orne les buissons l'herbe des prés scintille' *a chaleur solaire bientHt bai+nera les blés !ui mCrissent et virent dé56 du vert tendre au blond doux de la moisson' (ha!ue saison cha!ue pa4sa+e o))re ainsi des moments de bonheur et des )&tes remar!uables par leur répétition rassurante par !uoi s'oublie l'envers du décor' *a nature est +énéreuse disait mon ma#tre le vénéré vieux soldat' %lle cro#t et se multiplie elle déborde 6 pro)usion et le monde est plein de merveilles innombrables' *e moindre miracle n'est pas !ue d'année en années 6 cha!ue printemps rena#t toute cette diversité' Fenaissent les primev,res nouvelles promesses de verdure et autres ré5ouissances' (ercle ou spirale danse des saisons .ille illusions )abuleuses passa+,res éphém,res seul demeure l'immuable chan+ement' □ ° ° °

@ 2A @

::

2ille jardins

Tout coule de source l'éner+ie est )lux perpétuel !ui )ournit le mouvement elle 5aillit printani,re comme la lumi,re solaire elle se répand comme semailles et )ournira moissons et récoltes le pain et la pitance en temps voulu et c'est ainsi !ue nous sommes les en)ants d'un c4cle de vie d'un cercle inlassable enlacé d'éner+ies' 0i la nature est +énéreuse 6 pro)usion débordante d'éner+ies pleine de ressources elle est aussi et tout autant )ollement dan+ereuse trop puissante immense et imprévisible parce !u'elle ne conna#t pas ses propres limites !u'elle perpétue aussi bien le bon +rain !ue l'ivraie et !ue le moindre torrent peut devenir au moindre ora+e un )léau dévastateur et détruire d'un seul coup champs et ver+ers )or&ts et chaumi,res' ('est pour!uoi il nous appartient la responsabilité de canaliser les éner+ies de veiller aux débordements de la rivi,re de prévoir les ora+es en proté+eant les récoltes de veiller 6 limiter les ris!ues connus ou inconnus !ui menacent les )o4ers et les vo4a+eurs aussi bien de répartir les ressources et les réserves pour préserver l'avenir' 0imple r,+le de bonne culture c'est262dire de bon sens' =ue nous so4ons d'honn&tes 5ardiniers serait certes l'assurance de disposer de )leurs et de )ruits 6 )oison en suivant simplement les saisons et l'expérience !ui +uide la main' (omment le villa+e oublierait2il !u'il dépend du ver+er du 5ardin du champ de la rivi,re et de la )or&t $ (omment nos bour+s et nos villes oublieraient2elles d'oJ elles viennent $ Pitance' Un mot !ui vient de loin c'est la portion de nourriture la ration destinée 6 la piétaille aux simples piétons !ui vont 6 pied pauvres )antassins comme moinillons piteux 6 !ui l'on )ait pitié le don d'un peu de pain' Une part de vivres 2 pita était le pain en Pr,ce dont on )aisait la soupe !uand il devenait dur hélas' *e contraire de bombance et du bon vivre des bons vivants' %t si le boulan+er )ait pitié ce n'est pas tou5ours 6 cause de son métier''' □ ° ° °

@ 2E @

::

Dans le silence" danse

3ans le silence s'entend par)ois la nuit crier comme un cauchemar et bourdonne la sou))rance en solitude et désespérance' *a déchirure du coeur !uand vient 6 dispara#tre un &tre proche de blessure 6 la +uerre de maladie ou de mis,re de vieillesse ou dBaccident cBest comme contrainte et abandon dBan+oisse insupportable' A ces moments !ui semblent inévitables la parole nous man!ue et lBimpuissance 6 retenir la vie 6 rien chan+er du cours des choses nous paral4se' 0ilence envahi dBamertume' Par respect par devoir par si+ne dBamour ou dBhumilité ou simple miséricorde nous donnons di+ne sépulture 6 tout &tre humain !uelles !ue soient son ori+ine son histoire son ;+e ses cro4ances ses dé)auts m&me' %n si+ne dBhumanité élémentaire' Prennent )in en e))et toute discorde et dissension et le moindre di))érend' *e silence du deuil rassemble 6 lui seul tous les humains les amis et les ennemis dBhier comme ceux de demain' Stran+e silence lourd dBapaisement' .ais si lBimpuissance devant la mort la sou))rance lBin5ustice la mis,re se mani)este en douleur et an+oisse en silence et deuil 2 homma+e +lacial oJ les mots dévoilent leur vanité leur vacuité leur inutilité 2 il reste alors 6 mesurer les responsabilités 6 en trouver les causes pour les chan+er sans !uoi notre douleur et compassion ne seraient !uBapparence vide et )actices' %t sinon mieux vaudrait se taire et )aire silence' 3ans le silence émer+ent ainsi 6 la )ois lBamertume et la )raternité lBé+alité )inale et dé)initive devant la mort et la liberté !ue nous avons de choisir lBoubli ou la mémoire' :nsouciant ou responsable selon notre bon plaisir un m&me silence nous accompa+ne un 5our ou lBautre' Ainsi nous connaitrons un 5our de paix inévitablement''' □ ° ° °

@ 2K @

::

,eu+e nou+elle

Un tout petit sou))le de vent traverse la prairie et caresse les herbes )olles 6 peine sensible et pourtant''' Tout respire' 3e subtils par)ums +uident les abeilles et les arbres se couvriront de )ruits' 3Binvisibles si+nes nous dési+nent en aversion et en s4mpathie partenaires et adversaires au premier re+ard' Nous dispersons des si+naux tout autour de nous sans le savoir' (ha!ue instant est chr4salide cha!ue papillon déploie mille illusions de lumi,re variable plus chato4ant !ue la plus luxueuse des soies' 0ous nos 4eux vibre le monde' Percevoir ses si+nes ou ces si+naux est donc un art subtil' *e moindre détail le plus petit sou))le dBair sont de puissants si+naux' *a plus petite note donne lBaccord ou sonne la dissonance' *e plus petit +rain donne par)ois la plus belle des )leurs ou la pire ortie la mCre savoureuse donne 6 son tour des ronces impénétrables' Ainsi la nature passe2t2elle son temps 6 5on+ler avec la multitude des si+nes dont elle dispose pour composer des con)i+urations dBune in)inie richesse' □ ° ° °

@ 2L @

::

De la contradiction

3e la contradiction et de lBanal4se des contraintes !ui p,sent sur les conditions dBexistence de lBexpérience construire une ar+umentation !ui servira 6 renouveler lBexpérience et 6 en améliorer les résultats ainsi avance la science en silence' *a connaissance proc,de ainsi dBune arborescence dBéchecs dBessais ratés de tentatives avortés et de curieuse persévérance''' 3e la douleur et de lBan+oisse de la sou))rance et de lBimpuissance !uBelle dési+ne il est trop simple de prétendre comme le )ait le vieux briscard vénérable ma#tre dBarmes et pourtant mon ami de prétendre !ue le trépas nous délivre en mettant )in 6 nos malheurs 6 nos mis,res et 6 nos 5ours' Mace 6 la détresse au désarroi comme au coeur de la temp&te navire 6 la dérive ballotté comme )étu par les dé)erlantes bientHt drossé 6 terre par les bourras!ues dans les hurlements du vent voiles déchirées +réement dém;té 5amais les marins nBabandonnent le vaisseau sans avoir tout tenté pour sauver le bateau' *a derni,re tentative cBest de lar+uer lBancre de miséricorde en espérant !uBelle crochera et emp&chera le voilier dBaller 6 la cHte' %t si le bateau ne peut &tre sauvé sBil coule il reste encore 6 tenter de sauver les vies et de mettre 6 lBeau le canot de sauveta+e' Pare 6 virer tout est pa4é' Une main pour le marin l'autre pour le vaisseau' (han+er de cap si besoin' .ais abandonner 5amais' □ ° ° °

@ 2N @

::

-atiente +igilance

0oldat 6 la solde de !ui le pa4ait simple mercenaire en somme sa vie de nomade +uerrier l'avait conduit 6 apprécier l'occasion rare de voir la nature prendre racine plaisir de 5ardinier' (omme antidote au déracinement permanent !u'est l'errance militaire' Un lopin de terre oJ lo+er ses r&ves en somme' Gonne auber+e a bon ver+er dit le dicton' Ainsi miles le soldat veille2t2il sur limes la limite pour préserver la civilité des cito4ens m&me racine !ue civilisation' 0ans cette vi+ilance armée de tous les instants aux bordures et aux con)ins des territoires dont la carto+raphie dé)init par trian+ulation le moindre carré et cha!ue cantonnement peut2&tre 4 aurait2il le ris!ue de débordements de la part des barbares !ui vivent et poussent comme mauvaises herbes au2del6 des )ronti,res " %t en deI6 5us!uBau sein de la plus petite )amille tout autant évidemment''' *a tentation est )orte de démonter en ses parties l'ar+ument puis!u'en retour il pose la barbarie au )ondement de la civilisation ou de la civilité' %tran+e racine dont le )ruit virulent est de dévastations récurrentes d'a+ressions et violences permanentes 6 la )ois ima+inaires et réelles mais tou5ours envahissantes et )atales' 3ans le carré militaire s'ali+nent ordonnées les st,les innombrables mais au pied de chacune d'elles !uel!ues brins d'herbe oubliés' *es oiseaux 4 viennent et s,ment des +raines sauva+es cha!ue été' *a nature ne conna#t pas nos )ronti,res stupides et s'en mo!ue dirait2on' Aussi lo+e2t2elle ses r&ves dans le moindre recoin' □ ° ° °

@ 2O @

::

Attentes

Attendre encore attendre occupe le plus clair du temps et le temps décompte ces 5ours ces heures et ces minutes !ui man!uent d'ici le moment oJ l'attente aura atteint ou trouvé sa )in' (omme une limite indéterminée dont dériveraient nos son+es''' Ainsi l'attente procure2t2elle une bonne dé)inition du métier de soldat R ne passe2t2il pas l'essentiel de son temps 6 attendre !u'6 l'hori1on la partie adverse si+nale sa présence ou !u'au petit matin le clairon sonne l'alerte et !ue vienne ce moment )atal peut2&tre pour le!uel il s'est tant préparé bataille " Alarme " Alerte " Aux armes " A l'assaut " A l'atta!ue " A l'aborda+e " Aux abris " A nous " Au secours " Ah " les voil6 en)in les barbares les ennemis les pirates les sarrasins les étran+ers les ostro+oths les autres certainement tant attendus l'autre camp le prédateur le tra#tre l'in)id,le le )élon lBhéréti!ue 2 les voisins peut2&tre cousins +ermains ultramontains +irondins ou 5acobins ou simples vilains 2 les rou+es !uand on est bleus les noirs !uand on est blancs l'autre parti les revanchards la main +auche !uand on est de la droite les amis d'hier !ui ont re)usé de parta+er notre amitié notre terrain notre point de vue nos visées''' A l'heure oJ viendra cet instant crucial !u'adviendra2t2il $ A !uoi )aut2il s'attendre !uelles seront les )orces en présence et leur état !uel sera leur cible leur ob5ecti) !uels seront leurs armes leurs é!uipements leurs mo4ens matériels et humains et !ui sera leur capitaine leur che) leur t&te $ %t nos )orces alors seront2elles su))isantes $ A la mani,re dont la réponse sera )ournie de )ait 6 ces !uestions vitales correspond possiblement mais c'est 6 véri)ier l'issue du combat 2 le dénouement du con)lit la solution' *a )in de la barbarie $ >u sa victoire )inale $ .ais !ui sont donc les barbares 6 bien re+arder et de plus pr,s $ @ Ne cro4e1 rien !ue vous ne puissie1 véri)ier écrit le vieux soldat asse1 hardiment' □ ° ° °

@ 29 @

::

Sous la chaîne" la trame

3ans les champs le pa4san attend la moisson' *e 5ournalier attend sa pa4e comme le soldat sa solde pour acheter une chemise neuve et remplacer une )ois l'an ses )rus!ues élimées' *'éleveur attend v&la+e et le villa+e aura du lait' *e boulan+er n'avait plus de )arine et reviendra bientHt du moulin sans le!uel pas de pain' Gredouille le chasseur a))amé se contenterait bien d'une truite pochée' A dé)aut dBun saumon ordinaire' Au bord de l'eau le p&cheur +uette le poisson et la lavandi,re surveille le )ils du p&cheur !ui n'a plus chemise propre sur le dos' %n cuisine le che) appelle le marmiton tou5ours un peu lent et le restaurateur prend commande sans savoir encore s'il 4 aura du poisson' A cHté l'auber+iste attend la )&te !ui ram,nera les marchands les saltimban!ues et les bri+ands probablement' *es +endarmes )ont leur tournée' *e bri+adier attend leur retour pour aller )aire sa sieste de deux 6 trois comme 6 l'accoutumée avec une 5olie lavandi,re' (ha!ue métier cha!ue activité cependant conna#t les soucis et les charmes de l'attente le marchand attend le chaland l'acteur attend le spectateur l'auteur le lecteur l'artiste le méc,ne et l'amante l'amant' Fécipro!uement le second attend le premier l'autre l'un pas de rencontre m&me de hasard sans !ue se croisent deux attentes !ui par)ois se répondent comme ber+,re et ber+er' Ainsi va le monde oJ se croisent et se tissent mille attentes et s'échan+ent autant d'histoires le soir 6 la veillée' Gien concr,tement ces attentes et ces r&ves ces désirs et ces besoins dessinent sur le sol une résille de chemins des réseaux rami)iés de voies bien visibles de transport conIues selon les mo4ens véhiculaires pour les marchandises les victuailles les biens les troupes les marchands et les personnes' Patience''' *es mouches et les moucherons les abeilles ou les +u&pes et mille petits insectes i+norent tout de la toile arachnéenne et de sa trame !ue tisse minutieuse l'arai+née' □ ° ° °

@ A0 @

::

.ham% $anal" lieu commun

(omme un cadre 6 l'intérieur du pa4sa+e champ&tre comme promesse de ver+er arborescente consid,re ce champ commun va+ue terrain disponible et ouvert 6 tout et mar!ué de !uatre pierres blanches !ui su))isent 6 indi!uer sa limite' :l s4mbolise la nature de l'attente ses rami)ications et ses croisements peut2&tre en e))et des )orains vont2ils bientHt 4 planter campement' A moins !ue les notables aient choisi d'4 tenir ban!uet''' 3ans cette attente ténue il 4 a sans aucun doute comme une tension une intention l'annonce attenante de !uel!ue chose ou !uel!u'un !ui pourrait arriver une ber+,re et ses moutons un peu de pluie peut2&tre un cort,+e !uelcon!ue de bavards badauds des bri+ands pr&ts 6 en découdre de preux chevaliers et ce champ2l6 se chan+erait en champ de bataille adieu moissons " *e territoire ainsi décrit est une sc,ne mais !ue viennent donc )aire ceux !ui s'4 aventurent 2 un simple promenade au bord de la rivi,re !ui coule en contrebas $ 2 *a cueillette de !uel!ues baies sauva+es !ui poussent dans les haies de buissons $ 2 Fé+ler une mauvaise !uerelle ''' ou s'embourber dans le marais !ui borde en aval la rivi,re et alors appeler au secours " *e champ n'est rien dans tout cela !u'un lieu de hasard et de rencontres oJ chacun viendrait pourtant chercher !uel!ue chose un souvenir peut2&tre un moment de plaisir pour une bonne ou mauvaise raison connue ou inconnue' Un lieu de passa+e en attente de passeur de passant de passé !ui sait $ =u'en pense le champ $ :l attend lui aussi !u'apr,s la moisson 6 l'ombre du saule les oisillons comme ribambelle viennent et reviennent en va+ues virevoltantes s'4 ébattre s'4 nourrir et s'4 reposer' @ .ais H mon coeur entends2tu le chant solaire du rossi+nol " □ ° ° °

@ AQ @

::

&illageoises et +illageois

%st2ce destin ou destinée 5e ne sais mais si tout était dé56 tracé de nos cheminements de nos péré+rinations de nos tribulations la vie n'en perdrait2elle pas du m&me coup toute saveur $ Au loin bati)olent les dauphins )raternels et 5o4eux libres et espi,+les comme moineaux dans le champ' *a )ontaine au milieu du villa+e en rappelle !uel!ue)ois le 5oli souvenir' *es dauphins libres et 5o4eux )raternels et espi,+les +uettent aussi 6 la )ois le re!uin !ui pourrait venir leur disputer la nourriture et le poisson !ui les nourrit sans le!uel ils ne seraient plus ni libres ni 5o4eux mais pauvres h,res a))amés chasseurs bredouilles miséreux cétacés' Fessources' *e m&me territoire )ournit l'herbe et la laine ou l'herbe et le lait selon son usa+e mais pas du lait ni de la laine en !uantités illimitées donc parta+e d'un cHté les moutons de l'autre les veaux mais les deux clans réclament un 5uste acc,s 6 la rivi,re !ue )aire $ S!uilibre' 0i disparaissent les poulpes trop p&chés les dauphins émi+rent ailleurs naturellement car ils se nourrissent des m&mes poulpes !ue les humains' Alors reviennent les re!uins' 3e m&me si les nobles sei+neurs !ui ont droit de chasse dévastent les champs des ser)s et des pa4sans ils auront riches viandes et venaisons mais point de pain' Alors revient le temps des batailles pour con!uérir le territoire voisin !ui a encore du pain' .ais le champ de bataille dévasté ne produit plus de blé reviennent ainsi mis,re et )amine et leur cort,+e macabre 5us!u'6 épuisement des vilains ''' Ganal' *e champ banal est commun le villa+e se le parta+e et c'est +r;ce 6 ce champ !ue vit le villa+e' (ar les )ermiers s'4 rassemblent le 5our du marché pour échan+er leurs produits' *e 5our des vilains était autre)ois le mercredi 5our du marché oJ venaient les pa4sans pour voir du monde et vendre un peu de !uoi acheter du pain' >ctroi' %t !uand le villa+e prosp,re +randit avant d'&tre ville il devient bour+ oJ veillent les bour+eois' 0ur la place du marché une halle des +reniers une auber+e d'industrieux artisans une taverne un mail ont remplacé le champ commun' %t pour s'4 installer les marchands doivent péa+e droit de passa+e au bour+ !ui les accueille les prot,+e et leur permet de vendre leurs marchandises' Police' =uel!ues +ens d'armes veillent aux voleurs' .ais ils i+norent !ui a pris possession du vieux champ commun' Ganal' >4e1 braves +ens " □ ° ° ° @ A2 @

::

-actole

>n dit !ue !uel!ue part loin en Asie du cHté de *4die entre .4sie et (arie oJ vivent les Perses coule en vérité le )leuve Pactole et ses sables d'or !ui )irent la réputation de (résus' .ais d'autres sources tout aussi lointaines et va+ues situent ce )leuve précieux ailleurs en Phr4+ie oJ ré+na le roi .idas connu pour ses oreilles d';ne selon la lé+ende' A moins !ue ce ne soit pour un bonnet !u'il aurait mis pour les cacher' >n dit encore !ue le Pactole n'est pas un )leuve mais une toute petite rivi,re pleine de paillettes !ui se 5ette dans le )leuve /erm,s en Anatolie sur les riva+es de la mer S+ée''' %t dire !ue ces lé+endes incertaines nous )ont tou5ours courir vers ressources et richesses stupides comme .idas inconscients comme (résus a))amés certes mais couverts de sable de poussi,re de poudre et de paillettes' *'étan+ le )leuve le lac ou la rivi,re la moindre petite mare de m&me et la 5o4euse marelle en riante ribambelle se couvrent d'or et de diamants sous le soleil exactement par temps calme et l6 se trouve donc le véritable Pactole ré5ouissant secret !ue mieux vaudrait +arder' □ ° ° °

@ AA @

::

3e'agonales

0ous le r,+ne de 3ame nature cha!ue clan secte tribu dé)end son territoire' *es abeilles dé)endent leur ruche contre la +u&pe intruse et les )ourmis de m&me prot,+ent leur )ourmili,re' Autant !ue )aire se peut' 3e terre natale nous )aisons terroir d'oJ nous tirons culture et territoire d'oJ nous tirons pouvoir et dépendance' %t sur ce terrain nous répandons terreur en duels et disputes en luttes et combats +uerres et batailles en )orts et contre)orts en causes et di))érends incessants con)lits' A+e de )er )ortune des )or+erons' =uel!ue )olie nous emprisonne l'esprit nous empoisonne la vie et )or+e nos )ers alors !u'un peu de courtoisie de diplomatie de civilité ou d'amitié su))irait pour retrouver tran!uillité calme et sérénité' 3eux doi+ts d'humanité' A disperser ainsi et +aspiller nos éner+ies rien 6 +a+ner sinon la terre commune oJ une )osse en)in nous procure éternel repos et sort commun' Ainsi )inirons2nous tous par parta+er en nécessité ce !ue nous avons tou5ours re)usé par or+ueil et )olie 2 une commune terre' Ainsi nous avons destination commune !ue tous nous parta+eons terreau propice aux asticots' Terre commune comme vaisseau perdu dans la nuit' .ais comment pourrions2nous donc enterrer l';+e de )er ses délires et sa )olie +randissante exubérante nul n'a trouvé bonne réponse ni commune sa+esse' A nos petits2en)ants et nos en)ants n'aurions2nous pas désir de raconter une autre histoire celle d'une civilisation 6 peine un peu moins dure et une peu plus durable d'harmonie cultivée $ □ ° ° °

@ AE @

::

-etits calculs sans intér4ts

Une seule part de raison pour cin! parts de )olie telle est l'explication probable des comportements humains' 3ont l'envie l'avidité la 5alousie l'inconsé!uence l'impéritie et le +oCt des illusions des honneurs de la +loire de la )ortune mais aussi celui de la violence et de la possession la cupidité la vanité l'amour du pouvoir de l'ordre et de l'ar+ent et la puissance de tels mots sont !uel!ues exemples' 0ans &tre +rand clerc ni versé dans l'art des calculs au del6 des trois sous !ui me su))isent 6 peine il para#t !ue plus des !uatre cin!ui,mes des richesses ressources et biens pro)itent 6 un cin!ui,me de la population au mieux 2 alors !u'6 l'inverse !uatre cin!ui,mes des +ens se contentent du cin!ui,me restant des richesses ressources et biens 2 et c'est peu dire !ue c'est peu' Une seule part de )olie pour cin! parts de raison ne )ournirait pas )orcément une meilleure solution un cin!ui,me de pauvres pour !uatre2cin!ui,mes de riches serait !uand m&me une lé+,re amélioration' =u'aurions2nous donc 6 perdre 6 repenser le champ commun !ue dé)init le droit commun universel et imprescriptible le droit inaliénable pour chacune et chacun de vivre di+nement décemment' T )audrait2il !uel!ue chan+ement pro)ond !uel!ue mouvement de )ond un temps de chaos pour sortir du chaos ou !uel!ue )olie pour chasser la )olie $ %n (4th,re comme en Thél,me coulent non pas des vins capiteux 6 )lots mais des 5ours tran!uilles de bonne amitié' 0i simple )raternité !u'elle n'a besoin d'abbé' 0i simple é+alité !u'elle produit l'é!uité soit bonne 5ustice' 0i douce liberté !ue serva+e et t4rannie s'en sont )inis' Ah " >ui $ □ ° ° °

@ AK @

::

Discrets indices

A mieux re+arder les petits détails prennent par)ois des proportions in!uiétantes' *a +raine de persil ou de cer)euil 6 ne point la distin+uer de celles de la ci+uU +rande ou petite si proches de )orme peut susciter provo!uer invo!uer de bien noirs pronostics " =uel!ue )umée en discrets volutes l62bas 6 lBhori1on cBest peut2&tre un villa+e une chaumi,re un campement dBa+réables voisina+es mais aussi ce pourrait &tre indice 6 surveiller )eu de )or&t brasier incontrHlé !ue le mistral attise ou la tramontane selon bataille peut2&tre des éléments ou des humains et +rand dan+er 6 lBi+norer' Plus +rave encore la moindre vir+ule en trop ou en moins ima+e minuscule dBune erreur de calcul dBun possible malentendu dBune probable discorde peut déclencher dans la réalité une véritable et san+lante +uerre et des massacres oJ seront sacri)iés des innocents en masse au nom de vérités tellement sacrées !uBelles sBav,rent vraiment mortelles' A mieux observer encore cette lé+,re brise 6 peine sensible comme un bour+eon minuscule comme un sou))le imperceptible soupir silence mousse blanche et so4euse dans le ciel 6 lBhori1on !uBannonce2t2elle $ 0imple murmure bourras!ue ou c4clone $ *Binspiration !ui préc,de la parole un sourire !ui se )orme un élan dont la direction hésite encore lBimpulsion initiale de la danse comme un appel aux musiciens ce temps !ui préc,de le premier temps mise en place dBun décor ébauche dBune es!uisse et voil6 !ue le rideau va se lever comme sB4 attendent les spectateurs patients comme promis' .ais vo4e1 vous2m&mes " □ ° ° °

@ AL @

::

Sauf!conduit sou+erain

@ Allons marchons les en)ants " 3Bétapes en étapes par monts par vaux nous avons sillonné du poids de nos sabots des roues de nos chariots plus de lieues !ue 5amais nBavions ima+iné et creusé des chemins de Goh,me en Fhénanie dB/elvétie en Mlandres dBArtois en Provence dBA!uitaine en Gour+o+ne de (hampa+ne en Greta+ne de Normandie en Picardie de Pasco+ne en (atalo+ne''' %t les ans ont passé sur nous nos compa+nes et compa+nons comme sur les contrées oJ nous cherchions par la vertu de nos tréteaux et de nos 5eux de nos danses et représentations subsistance et renommée' 0altimban!ues' (ontrairement aux apparences nous nBallions 5amais au hasard m&me si les petits bonheurs de la route les détours les tentatives et tentations par les chemins de traverse et les déconvenues ne nous étaient pas inconnus loin de l6' Nous suivions outre les bonnes étoiles une sorte de calendrier !ui nous ramenait aux m&mes saisons dans les m&mes para+es !uand tout allait bien' %t par souci de sécurité notre petit cort,+e comme tout corps mobile se composait de trois chariots et par)ois plus' *Bavant2+arde alerte et vive éclairait la route et recueillait les nouvelles sur son état sur les passa+es 6 +ué sur les obstacles 6 contourner' A lBarri,re cheminaient pr&ts 6 recueillir les marcheurs )ati+ués nos réserves et au mitan de lBé!uipée venaient les plus lents tou5ours les en)ants et les anciens !ui donnaient leur r4thme 6 lBensemble' Nous croisions par)ois de nombreux é!uipa+es vo4a+eurs et marchands compa+nons de la route p,lerins de tout acabit et nous )aisions moins souvent !uBon ne le croit !uel!ues mauvaises rencontres inévitables sur le +rand chemin' Nous avions certes de !uoi répondre mais la prudence et lBexpérience nous permettaient pres!ue tou5ours de traverser sans trop de mal lBencontre des routiers dévo4és' 3irai25e notre méthode $ Fien de plus simple R ces miséreux misérables avaient )aim et nous parta+ions le peu !ue nous avions plus pressés dBo))rir notre propre pain !ue de perdre la vie' %t nous o))rions de m&me volontiers notre aide nos simples pour soi+ner les blessés et les sou))rants nos dons nous servant alors de sauve+arde ou de laisser passer' Ainsi les vo4a+eurs comme les vo4a+euses dépendent2ils de leur savoir2vivre !ue leur ensei+ne précisément le chemin' □ ° ° °

@ AN @

::

.omment 5a marche" en somme 6

Au premier ran+ de toute expérience la prudence' Ainsi nos premiers pas !ui nous m,nent les bras ouverts vers !uel!ue chute et vers la marche verticale de petit dBhomme un peu plus tard' Nos premiers pas nous apprennent 6 marcher par nous2m&me 6 perdre lBé!uilibre vers lBavant pour le retrouver un pas plus loin balancement vertical du corps un pied apr,s lBautre découverte sensible de lBinstabilité )éconde' (e 5eu mobilise lBesprit mais aussi tous les muscles du corps pour vaincre le poids et toutes les sensations dBoreille et de re+ard puis vient le 5o4eux sourire de plaisir !ui accompa+ne la réussite' *es premiers mots suivent la m&me démarche dBessais suivis de résultats médiocres 5us!uBaux premiers échan+es et vient alors encore le sourire parta+é de plaisir !ui accompa+ne le succ,s' 3e 5eux 5o4eux de rires ludi!ues dBessais ratés recommencés dBaméliorations successives se mar!ue et )or+e ainsi le succ,s' Nous apprenons de m&me la liberté et la sérénité de nos erreurs de nos échecs et de nos chutes de leur répétition pour peu !ue nous trouvions le 5uste et instable é!uilibre !ui nous permet dBavancer' Ainsi en va2t2il de nos sa+esses toutes venues dBailleurs et dont nous ne savons rien sans lBexpérience' (ela suppose dBévidence de ne pas se précipiter en ur+ence dans tous les précipices et de ne pas tenter le diable ou le démon !ui sommeille m&me l6 et surtout l6 oJ lBon ne lBattend pas' .ais la persévérance !uand elle est vi+ilante permet bien des avancées et des résultats encoura+eants pour ce !uBils valent sur le chemin arborescent de dame connaissance' Prends donc la peine dBapprendre ce !ui est bien )ait et )ait du bien tout marchera bien et inversement' >J donc conduisent nos pas le moindre caillou du chemin en route par orni,res et )ossés vers la rive la ber+e et le lit de la rivi,re ne le sait pas' .ais nous !ui disposons des voies de lBexpérience et de lBentendement pour les lire nous devrions parvenir pas 6 pas 6 voir au moins comment Ia marche et 5us!uBoJ''' □ ° ° °

@ AO @

::

&o/age" +o/ages

*a vie comme elle est allant venant tout bien pesé %st sans doute le seul bien provisoire !ue nous a4ons 5amais''' %lle est comme un noeud d'in)ormations )ra+iles un réseau de trouvailles et rencontres mailla+e ou tissa+e comme un vo4a+e évidemment' 0i nous la préservons elle prendra soin de nous si nous la malmenons elle nous détruit en retour nous dépendons de notre insouciance ou de notre vi+ilance dans nos relations avec les autres et aussi bien avec nous2m&mes' Ainsi parlait le vieux soldat un sa+e par <oroastre !ue d'autres appellent pour se mo!uer sans doute <arathoustra soit le vieux chamelier des astres !ui marche dans la poussi,re des étoiles et dans la main de la lumi,re dorée en vénérant Ahoura .a1da la divinité des divinités' Ah " /ourra " (ette excellente divinité dispose comme toutes de !ualités in)inies' %lle a la vertu de cultiver la sa+esse et la compréhension elle est bien sCr )aite d'amour et de bienveillance elle voit le bien et le bon d,s !u'il advient et sait donc le 5u+er en bonne 5ustice comme tel en connaissance de cause certes' 0on re+ard est celui de la compassion de la +entillesse de la chaleureuse douceur elle est comme ma+ni)i!ue présent ou splendide présence de belle amitié acte mani)este d'un savoir in)ini mis en oeuvre elle est la vie !ui nous vient de lumi,re et comme le soleil !ui l'accompa+ne' %t pour couronner le tout ce !ui nous pourrions dire d'Ahura .a1da selon <oroastre exoti!ue divinité des temps reculés ne pourrions2nous le dire de toute autre et de la vie elle2m&me !uand elle se )ait 5oie de vivre et aimable 5ouissance' .iséricorde voil6 !ue nous avons le talent de nommer en m&me temps !ue la vie dans ce !u'elle de meilleur tout ce !u'il lui man!ue aussi et !u'6 l'occasion nous révérons comme divinité''' Aimer la vie et toute la vie la sienne comme celle des autres pour !u'elle vous aime en retour 2 ainsi pourrait se résumer le messa+e de bien des sapiences' >n peut en dire autant de la nature et de la terre de la culture et de l'humanité de la science et du pro+r,s de la tradition et de ses vertus de m&me' %n r&ve bien des révérences' *'esprit humain ne man!ue pas d'une divertissante invention en somme' □ ° ° ° @ A9 @

0un T1u

*'AFT 3% *A PU%FF% *es Trei1e Articles

°°°

°°°

@ E0 @

Article I

3e lBévaluation

@ 0un T1u dit R *a +uerre est d'une importance vitale pour l'Stat' ('est le domaine de la vie et de la mort R la conservation ou la perte de l'empire en dépendent V il est impérieux de le bien ré+ler' Ne pas )aire de sérieuses ré)lexions sur ce !ui le concerne c'est )aire preuve d'une coupable indi))érence pour la conservation ou pour la perte de ce !u'on a de plus cher et c'est ce !u'on ne doit pas trouver parmi nous' (in! choses principales doivent )aire l'ob5et de nos continuelles méditations et de tous nos soins comme le )ont ces +rands artistes !ui lors!u'ils entreprennent !uel!ue che)2d'oeuvre ont tou5ours présent 6 l'esprit le but !u'ils se proposent mettent 6 pro)it tout ce !u'ils voient tout ce !u'ils entendent ne né+li+ent rien pour ac!uérir de nouvelles connaissances et tous les secours !ui peuvent les conduire heureusement 6 leur )in' 0i nous voulons !ue la +loire et les succ,s accompa+nent nos armes nous ne devons 5amais perdre de vue R la doctrine le temps l'espace le commandement la discipline' *a doctrine )ait na#tre l'unité de penser V elle est le discours !ui nous inspire une m&me mani,re de vivre et de mourir et nous rend intrépides et inébranlables dans les malheurs et dans la mort' 0i nous connaissons bien le temps nous n'i+norerons point ces deux +rands principes Tin et Tan+ par les!uels toutes les choses naturelles sont )ormées et par les!uels les éléments reIoivent leurs di))érentes modi)ications V nous saurons le temps de leur union et de leur mutuel concours pour la production du )roid du chaud de la sérénité ou de l'intempérie de l'air' *'espace n'est pas moins di+ne de notre attention !ue le temps V étudions le bien et nous aurons la connaissance du haut et du bas du loin comme du pr,s du lar+e et de l'étroit de ce !ui demeure et de ce !ui ne )ait !ue passer'

@ EQ @

8'entends par commandement l'é!uité la bienveillance pour ceux en particulier !ui nous sont soumis et pour tous les humains en +énéral V la science des ressources le coura+e et la valeur la ri+ueur telles sont les !ualités !ui doivent caractériser celui !ui est rev&tu de la di+nité de +énéral V vertus nécessaires pour l'ac!uisition des!uelles nous ne devons rien né+li+er R seules elles peuvent nous mettre en état de marcher di+nement 6 la t&te des autres' Aux connaissances dont 5e viens de parler il )aut a5outer celle de la discipline' Posséder l'art de ran+er les troupes V n'i+norer aucune des lois de la subordination et les )aire observer avec ri+ueur V &tre instruit des devoirs particuliers de chacun des compa+nons subalternes V savoir conna#tre les di))érents chemins par oJ on peut arriver 6 un m&me terme V ne pas dédai+ner d'entrer dans un détail exact de toutes les choses !ui peuvent servir et se mettre au )ait de chacune d'elles en particulier' Tout cela ensemble )orme un corps de discipline dont la connaissance prati!ue ne doit point échapper 6 la sa+acité ni aux attentions d'un +énéral' -ous donc !ue le choix du prince a placé 6 la t&te des armées 5ete1 les )ondements de votre science militaire sur les cin! principes !ue 5e viens d'établir' *a victoire suivra partout vos pas R vous n'éprouvere1 au contraire !ue les plus honteuses dé)aites si par i+norance ou par présomption vous vene1 6 les omettre ou 6 les re5eter' *es connaissances !ue 5e viens d'indi!uer vous permettront de discerner parmi les princes !ui +ouvernent le monde celui !ui a le plus de doctrine et de vertus V vous conna#tre1 les +rands +énéraux !ui peuvent se trouver dans les di))érents ro4aumes de sorte !ue vous pourre1 con5ecturer asse1 sCrement !uel est celui des deux anta+onistes !ui doit l'emporter V et si vous deve1 entrer vous2m&me en lice vous pourre1 raisonnablement vous )latter de devenir victorieux' (es m&mes connaissances vous )eront prévoir les moments les plus )avorables le temps et l'espace étant con5u+ués pour ordonner le mouvement des troupes et les itinéraires !u'elles devront suivre et dont vous ré+lere1 6 propos toutes les marches' -ous ne commencere1 ni ne terminere1 5amais la campa+ne hors de saison' -ous conna#tre1 les )orces et les )aiblesses tant de ceux !u'on aura con)iés 6 vos soins !ue des ennemis !ue vous aure1 6 combattre' -ous saure1 en !uelle !uantité et dans !uel état se trouveront les munitions de +uerre et de bouche des deux armées vous distribuere1 les récompenses avec libéralité mais vi+ilance et mesure et vous n'épar+nere1 pas les ch;timents !uand il en sera besoin' @ E2 @

Admirateurs de vos vertus et de vos capacités les o))iciers +énéraux placés sous votre autorité vous serviront autant par plaisir !ue par devoir' :ls entreront dans toutes vos vues et leur exemple entra#nera in)ailliblement celui des subalternes et les simples soldats concourront eux2m&mes de toutes leurs )orces 6 vous assurer les plus +lorieux succ,s' %stimé respecté chéri des vHtres les peuples voisins viendront avec 5oie se ran+er sous les étendards du prince !ue vous serve1 ou pour vivre sous ses lois ou pour obtenir simplement sa protection' S+alement instruit de ce !ue vous pourre1 et de ce !ue vous ne pourre1 pas vous ne )ormere1 aucune entreprise !ui ne puisse &tre menée 6 bonne )in' -ous verre1 avec la m&me pénétration ce !ui sera loin de vous comme ce !ui se passera sous vos 4eux et ce !ui se passera sous vos 4eux comme ce !ui en est le plus éloi+né' -ous pro)itere1 de la dissension !ui sur+it che1 vos ennemis pour attirer les mécontents dans votre parti en ne leur ména+eant ni les promesses ni les dons ni les récompenses' 0i vos ennemis sont plus puissants et plus )orts !ue vous vous ne les atta!uere1 point vous évitere1 avec un +rand soin ce !ui peut conduire 6 un en+a+ement +énéral V vous cachere1 tou5ours avec une extr&me attention l'état oJ vous vous trouvere1' :l 4 aura des occasions oJ vous vous abaissere1 et d'autres oJ vous a))ectere1 d'avoir peur' -ous )eindre1 !uel!ue)ois d'&tre )aible a)in !ue vos ennemis ouvrant la porte 6 la présomption et 6 l'or+ueil viennent ou vous atta!uer mal 6 propos ou se laissent surprendre eux2m&mes et tailler en pi,ces honteusement' -ous )ere1 en sorte !ue ceux !ui vous sont in)érieurs ne puissent 5amais pénétrer vos desseins' -ous tiendre1 vos troupes tou5ours alertes tou5ours en mouvement et dans l'occupation pour emp&cher !u'elles ne se laissent amollir par un honteux repos' 0i vous pr&te1 !uel!ue intér&t aux avanta+es de mes plans )aites en sorte de créer des situations !ui contribuent 6 leur accomplissement' 8'entends par situation !ue le +énéral a+isse 6 bon escient en harmonie avec ce !ui est avanta+eux et par l62m&me dispose de la ma#trise de l'é!uilibre' Toute campa+ne +uerri,re doit &tre ré+lée sur le semblant V )ei+ne1 le désordre ne man!ue1 5amais d'o))rir un app;t 6 l'ennemi pour le leurrer simule1 l'in)ériorité pour encoura+er son arro+ance sache1 attiser son courroux pour mieux le plon+er dans la con)usion R sa convoitise le lancera sur vous pour s'4 briser' @ EA @

/;te1 vos préparati)s lors!ue vos adversaires se concertent V l6 oJ ils sont puissants évite12les' Plon+e1 l'adversaire dans d'inextricables épreuves et prolon+e1 son épuisement en vous tenant 6 distance V veille1 6 )orti)ier vos alliances au2dehors et 6 a))ermir vos positions au2dedans par une politi!ue de soldats2pa4sans' =uel re+ret !ue de tout ris!uer en un seul combat en né+li+eant la straté+ie victorieuse et )aire dépendre le sort de vos armes d'une uni!ue bataille " *ors!ue l'ennemi est uni divise12le V et atta!ue1 l6 oJ il n'est point préparé en sur+issant lors!u'il ne vous attend point' Telles sont les cle)s straté+i!ues de la victoire mais prene1 +arde de ne point les en+a+er par avance' =ue chacun se représente les évaluations )aites dans le temple avant les hostilités comme des mesures R elles disent la victoire lors!u'elles démontrent !ue votre )orce est supérieure 6 celle de l'ennemi V elles indi!uent la dé)aite lors!u'elles démontrent !u'il est in)érieur en )orce' (onsidére1 !u'avec de nombreux calculs on peut remporter la victoire redoute1 leur insu))isance' (ombien celui !ui n'en )ait point a peu de chances de +a+ner " ('est +r;ce 6 cette méthode !ue 5'examine la situation et l'issue appara#tra clairement' □ °°°

@ EE @

Article II

3e lBen+a+ement
@ 0un T1u dit R 8e suppose !ue vous commence1 la campa+ne avec une armée de cent mille hommes !ue vous &tes su))isamment pourvu des munitions de +uerre et de bouche !ue vous ave1 deux mille chariots dont mille sont pour la course et les autres uni!uement pour le transport V !ue 5us!u'6 cent lieues de vous il 4 aura partout des vivres pour l'entretien de votre armée V !ue vous )aites transporter avec soin tout ce !ui peut servir 6 la maintenance des armes et des chariots V !ue les artisans et les autres services !ui ne sont pas du corps des soldats vous ont dé56 précédé ou marchent séparément 6 votre suite V !ue toutes les choses !ui servent pour des usa+es d'assistance comme celles !ui sont purement pour la +uerre sont tou5ours 6 couvert des in5ures de l'air et 6 l'abri des accidents );cheux !ui peuvent arriver' 8e suppose encore !ue vous ave1 mille onces d'ar+ent 6 distribuer aux troupes cha!ue 5our et !ue leur solde est tou5ours pa4ée 6 temps avec la plus ri+oureuse exactitude' 3ans ce cas vous pouve1 aller droit 6 l'ennemi' *'atta!uer et le vaincre seront pour vous une seule et m&me chose' 8e dis plus R ne di))ére1 pas de livrer le combat n'attende1 pas !ue vos armes contractent la rouille ni !ue le tranchant de vos épées s'émousse' *a victoire est le principal ob5ecti) de la +uerre' 0'il s'a+it de prendre une ville h;te12vous d'en )aire le si,+e V ne pense1 !u'6 cela diri+e1 l6 toutes vos )orces V il )aut ici tout brus!uer V si vous 4 man!ue1 vos troupes courent le ris!ue de tenir lon+temps la campa+ne ce !ui sera une source de )unestes malheurs' *es co))res du prince !ue vous serve1 s'épuiseront vos armes ron+ées par la rouille ne pourront plus vous servir l'ardeur de vos soldats s'épuisera leur coura+e et leurs )orces s'évanouiront les provisions seront consommées et peut2&tre m&me vous trouvere12vous réduit aux plus );cheuses extrémités' :nstruits du pito4able état oJ vous sere1 alors vos ennemis sortiront tout )rais )ondront sur vous et vous tailleront en pi,ces' =uoi!ue 5us!u'6 ce 5our vous a4e1 5oui d'une +rande réputation désormais vous aure1 perdu la )ace' %n vain dans d'autres occasions aure12vous donné des mar!ues éclatantes de votre valeur toute la +loire !ue vous aure1 ac!uise sera e))acée par ce dernier trait'

@ EK @

8e le rép,te R >n ne saurait tenir les troupes lon+temps en campa+ne sans porter un tr,s +rand pré5udice 6 l'Stat et sans donner une atteinte mortelle 6 sa propre réputation' (eux !ui connaissent les vrais principes de l'art militaire ne s'4 prennent pas 6 deux )ois' 3,s la premi,re campa+ne tout est )ini V ils ne consomment pas pendant trois années de suite des vivres inutilement' :ls trouvent le mo4en de )aire subsister leurs armées au dépens de l'ennemi et épar+nent 6 Stat les )rais immenses !u'il est obli+é de )aire lors!u'il )aut transporter bien loin toutes les provisions' :ls n'i+norent point et vous deve1 le savoir aussi !ue rien n'épuise tant un ro4aume !ue les dépenses de cette nature V car !ue l'armée soit aux )ronti,res ou !u'elle soit dans les pa4s éloi+nés le peuple en sou))re tou5ours V toutes les choses nécessaires 6 la vie au+mentent de prix elles deviennent rares et ceux m&me !ui dans les temps ordinaires sont le plus 6 leur aise n'ont bientHt plus de !uoi les acheter' *e prince perIoit en h;te le tribut des denrées !ue cha!ue )amille lui doit V et la mis,re se répandant du sein des villes 5us!ue dans les campa+nes des dix parties du nécessaire on est obli+é d'en retrancher sept' :l n'est pas 5us!u'au souverain !ui ne ressente sa part des malheurs communs' 0es cuirasses ses cas!ues ses )l,ches ses arcs ses boucliers ses chars ses lances ses 5avelots tout cela se détruira' *es chevaux les boeu)s m&me !ui labourent les terres du domaine dépériront et des dix parties de sa dépense ordinaire il se verra contraint d'en retrancher six' ('est pour prévenir tous ces désastres !u'un habile +énéral n'oublie rien pour abré+er les campa+nes et pour pouvoir vivre aux dépens de l'ennemi ou tout au moins pour consommer les denrées étran+,res 6 prix d'ar+ent s'il le )aut' 0i l'armée ennemie a une mesure de +rain dans son camp a4e12en vin+t dans le vHtre V si votre ennemi a cent vin+t livres de )ourra+e pour ses chevaux a4e12en deux mille !uatre cents pour les vHtres' Ne laisse1 échapper aucune occasion de l'incommoder )aites2le périr en détail trouve1 les mo4ens de l'irriter pour le )aire tomber dans !uel!ue pi,+e V diminue1 ses )orces le plus !ue vous pourre1 en lui )aisant )aire des diversions en lui tuant de temps en temps !uel!ue parti en lui enlevant de ses convois de ses é!uipa+es et d'autres choses !ui pourront vous &tre de !uel!ue utilité' *ors!ue vos +ens auront pris sur l'ennemi au2del6 de dix chars commence1 par récompenser libéralement autant ceux !ui auront or+anisé l'entreprise !ue ceux !ui l'auront exécutée' %mplo4e1 ces chars aux m&mes usa+es !ue vous emplo4e1 les vHtres mais auparavant Hte12en les mar!ues distinctives !ui pourront s'4 trouver'

@ EL @

Traite1 bien les prisonniers nourrisse12les comme vos propres soldats V )aites en sorte s'il se peut !u'ils se trouvent mieux che1 vous !u'ils ne le seraient dans leur propre camp ou dans le sein m&me de leur patrie' Ne les laisse1 5amais oisi)s tire1 parti de leurs services avec les dé)iances convenables et pour le dire en deux mots conduise12vous 6 leur é+ard comme s'ils étaient des troupes !ui se )ussent enrHlées librement sous vos étendards' -oil6 ce !ue 5'appelle +a+ner une bataille et devenir plus )ort' 0i vous )aites exactement ce !ue 5e viens de vous indi!uer les succ,s accompa+neront tous vos pas partout vous sere1 vain!ueur vous ména+ere1 la vie de vos soldats vous a))ermire1 votre pa4s dans ses anciennes possessions vous lui en procurere1 de nouvelles vous au+mentere1 la splendeur et la +loire de l'Stat et le prince ainsi !ue les su5ets vous seront redevables de la douce tran!uillité dans la!uelle ils couleront désormais leurs 5ours' *'essentiel est dans la victoire et non dans les opérations prolon+ées' *e +énéral !ui s'entend dans l'art de la +uerre est le ministre du destin du peuple et l'arbitre de la destinée de la victoire' =uels ob5ets peuvent &tre plus di+nes de votre attention et de tous vos e))orts " □ °°°

@ EN @

Article III

3e la victoire et de la dé)aite
@ 0un T1u dit R -oici !uel!ues maximes dont vous deve1 vous &tre pénétré avant !ue de vouloir )orcer des villes ou +a+ner des batailles' Préserver les possessions le bien et tous les droits du prince !ue vous serve1 voil6 !uel doit &tre le premier de vos soins V les a+randir en empiétant sur les ennemis c'est ce !ue vous ne deve1 )aire !ue lors!ue vous 4 sere1 )orcé' -eiller au repos des villes de votre propre pa4s voil6 ce !ui doit principalement vous occuper V troubler celui des villes ennemies ce ne doit &tre !ue pis2aller' .ettre 6 couvert de toute insulte les villa+es amis voil6 ce 6 !uoi vous deve1 penser V )aire des irruptions dans les villa+es ennemis c'est ce 6 !uoi seule la nécessité doit vous en+a+er' %mp&cher !ue les hameaux et les chaumi,res des pa4sans ne sou))rent le plus petit domma+e c'est ce !ui mérite é+alement votre attention V porter le rava+e et dévaster les installations a+ricoles de vos ennemis c'est ce !u'une disette de tout doit seule vous )aire entreprendre' (onserver les possessions des ennemis est ce !ue vous deve1 )aire en premier lieu comme ce !u'il 4 a de plus par)ait V les détruire doit &tre l'e))et de la nécessité' 0i un +énéral a+it ainsi sa conduite ne di))érera pas de celle des plus vertueux personna+es V elle s'accordera avec le (iel et la Terre dont les opérations tendent 6 la production et 6 la conservation des choses plutHt !u'6 leur destruction' (es maximes une )ois bien +ravées dans votre esprit 5e suis +arant du succ,s' 8e dis plus R la meilleure politi!ue +uerri,re est de prendre un Stat intact V une politi!ue in)érieure 6 celle2ci consisterait 6 le ruiner' :l vaut mieux !ue l'armée de l'ennemi soit )aite prisonni,re plutHt !ue détruite V il importe davanta+e de prendre un bataillon intact !ue de l'anéantir' %ussie12vous cent combats 6 livrer cent victoires en seraient le )ruit'

@ EO @

(ependant ne cherche1 pas 6 dompter vos ennemis au prix des combats et des victoires V car s'il 4 a des cas oJ ce !ui est au2dessus du bon n'est pas bon lui2m&me c'en est ici un oJ plus on s'él,ve au2dessus du bon plus on s'approche du pernicieux et du mauvais' :l )aut plutHt sub5u+uer l'ennemi sans donner bataille R ce sera l6 le cas oJ plus vous vous él,vere1 au2dessus du bon plus vous approchere1 de l'incomparable et de l'excellent' *es +rands +énéraux en viennent 6 bout en découvrant tous les arti)ices de l'ennemi en )aisant avorter tous ses pro5ets en semant la discorde parmi ses partisans en les tenant tou5ours en haleine en emp&chant les secours étran+ers !u'il pourrait recevoir et en lui Htant toutes les )acilités !u'il pourrait avoir de se déterminer 6 !uel!ue chose d'avanta+eux pour lui' □ °°° @ 0un T1u dit R :l est d'une importance supr&me dans la +uerre d'atta!uer la straté+ie de l'ennemi' (elui !ui excelle 6 résoudre les di))icultés le )ait avant !u'elles ne surviennent' (elui !ui arrache le trophée avant !ue les craintes de son ennemi ne prennent )orme excelle dans la con!u&te' Atta!ue1 le plan de l'adversaire au moment oJ il na#t' Puis rompe1 ses alliances' Puis atta!ue1 son armée' *a pire des politi!ues consiste 6 atta!uer les cités' N'4 consente1 !ue si aucune autre solution ne peut &tre mise 6 exécution' :l )aut au moins trois mois pour préparer les chariots parés pour le combat les armes nécessaires et l'é!uipement et encore trois mois pour construire des talus le lon+ des murs' 0i vous &tes contraint de )aire le si,+e d'une place et de la réduire dispose1 de telle sorte vos chars vos boucliers et toutes les machines nécessaires pour monter 6 l'assaut !ue tout soit en bon état lors!u'il sera temps de l'emplo4er' @ E9 @

Maites en sorte surtout !ue la reddition de la place ne soit pas prolon+ée au2del6 de trois mois' 0i ce terme expiré vous n'&tes pas encore venu 6 bout de vos )ins sCrement il 4 aura eu !uel!ues )autes de votre part V n'oublie1 rien pour les réparer' W la t&te de vos troupes redouble1 vos e))orts V en allant 6 l'assaut imite1 la vi+ilance l'activité l'ardeur et l'opini;treté des )ourmis' 8e suppose !ue vous aure1 )ait auparavant les retranchements et les autres ouvra+es nécessaires !ue vous aure1 élevé des redoutes pour découvrir ce !ui se passe che1 les assié+és et !ue vous aure1 paré 6 tous les inconvénients !ue votre prudence vous aura )ait prévoir' 0i avec toutes ces précautions il arrive !ue de trois parties de vos soldats vous a4e1 le malheur d'en perdre une sans pouvoir &tre victorieux so4e1 convaincu !ue vous n'ave1 pas bien atta!ué' Un habile +énéral ne se trouve 5amais réduit 6 de telles extrémités V sans donner des batailles il sait l'art d'humilier ses ennemis V sans répandre une +outte de san+ sans tirer m&me l'épée il vient 6 bout de prendre les villes V sans mettre les pieds dans les ro4aumes étran+ers il trouve le mo4en de les con!uérir sans opérations prolon+ées V et sans perdre un temps considérable 6 la t&te de ses troupes il procure une +loire immortelle au prince !u'il sert il assure le bonheur de ses compatriotes et )ait !ue l'Univers lui est redevable du repos et de la paix R tel est le but au!uel tous ceux !ui commandent les armées doivent tendre sans cesse et sans 5amais se découra+er' -otre but demeure de vous saisir de l'empire alors !u'il est intact V ainsi vos troupes ne seront pas épuisées et vos +ains seront complets' Tel est l'art de la straté+ie victorieuse' :l 4 a une in)inité de situations di))érentes dans les!uelles vous pouve1 vous trouver par rapport 6 l'ennemi' >n ne saurait les prévoir toutes V c'est pour!uoi 5e n'entre pas dans un plus +rand détail' -os lumi,res et votre expérience vous su++éreront ce !ue vous aure1 6 )aire 6 mesure !ue les circonstances se présenteront' Néanmoins 5e vais vous donner !uel!ues conseils +énéraux dont vous pourre1 )aire usa+e 6 l'occasion' 0i vous &tes dix )ois plus )ort en nombre !ue ne l'est l'ennemi environne12le de toutes parts V ne lui laisse1 aucun passa+e libre V )aites en sorte !u'il ne puisse ni s'évader pour aller camper ailleurs ni recevoir le moindre secours' 0i vous ave1 cin! )ois plus de monde !ue lui dispose1 tellement votre armée !u'elle puisse l'atta!uer par !uatre cHtés 6 la )ois lors!u'il en sera temps' @ K0 @

0i l'ennemi est une )ois moins )ort !ue vous contente12vous de parta+er votre armée en deux' .ais si de part et d'autre il 4 a une m&me !uantité de monde tout ce !ue vous pouve1 )aire c'est de hasarder le combat' 0i au contraire vous &tes moins )ort !ue lui so4e1 continuellement sur vos +ardes la plus petite )aute serait de la derni,re consé!uence pour vous' T;che1 de vous mettre 6 l'abri et évite1 autant !ue vous le pourre1 d'en venir aux mains avec lui V la prudence et la )ermeté d'un petit nombre de +ens peuvent venir 6 bout de lasser et de dompter m&me une nombreuse armée' Ainsi vous &tes 6 la )ois capable de vous proté+er et de remporter une victoire compl,te' (elui !ui est 6 la t&te des armées peut se re+arder comme le soutien de Stat et il l'est en e))et' 0'il est tel !u'il doit &tre le ro4aume sera dans la prospérité V si au contraire il n'a pas les !ualités nécessaires pour remplir di+nement le poste !u'il occupe le ro4aume en sou))rira in)ailliblement et se trouvera peut2&tre réduit 6 deux doi+ts de sa perte' Un +énéral ne peut bien servir Stat !ue d'une )aIon mais il peut lui porter un tr,s +rand pré5udice de bien des mani,res di))érentes' :l )aut beaucoup d'e))orts et une conduite !ue la bravoure et la prudence accompa+nent constamment pour pouvoir réussir R il ne )aut !u'une )aute pour tout perdre V et parmi les )autes !u'il peut )aire de combien de sortes n'4 en a2t2il pas $ 0'il l,ve des troupes hors de saison s'il les )ait sortir lors!u'il ne )aut pas !u'elles sortent s'il n'a pas une connaissance exacte des lieux oJ il doit les conduire s'il leur )ait )aire des campements désavanta+eux s'il les )ati+ue hors de propos s'il les )ait revenir sans nécessité s'il i+nore les besoins de ceux !ui composent son armée s'il ne sait pas le +enre d'occupation au!uel chacun d'eux s'exerIait auparavant a)in d'en tirer parti suivant leurs talents V s'il ne conna#t pas les )orces et )aiblesses de ses +ens s'il n'a pas lieu de compter sur leur )idélité s'il ne )ait pas observer la discipline dans toute la ri+ueur s'il man!ue du talent de bien +ouverner s'il est irrésolu et s'il chancelle dans les occasions oJ il )aut prendre tout 6 coup son parti s'il ne )ait pas dédomma+er 6 propos ses soldats lors!u'ils auront eu 6 sou))rir s'il permet !u'ils soient vexés sans raison par leurs o))iciers s'il ne sait pas emp&cher les dissensions !ui pourraient na#tre parmi les che)s V un +énéral !ui tomberait dans ces )autes rendrait l'armée boiteuse et épuiserait d'hommes et de vivres le ro4aume et deviendrait lui2m&me la honteuse victime de son incapacité' @ KQ @

@ 0un T1u dit R 3ans le +ouvernement des armées il 4 a sept maux R @ :' :mposer des ordres pris en (our selon le bon plaisir du prince' @ ::' Fendre les o))iciers perplexes en dép&chant des émissaires i+norant les a))aires militaires' @ :::' .&ler les r,+lements propres 6 l'ordre civil et 6 l'ordre militaire' @ :-' (on)ondre la ri+ueur nécessaire au +ouvernement de l'Stat et la )lexibilité !ue re!uiert le commandement des troupes' @ -' Parta+er la responsabilité aux armées' @ -:' Maire na#tre la suspicion !ui en+endre le trouble R une armée con)use conduit 6 la victoire de l'autre' @ -::' Attendre les ordres en toute circonstance c'est comme in)ormer un supérieur !ue vous voule1 éteindre le )eu R avant !ue l'ordre ne vous parvienne les cendres sont dé56 )roides V pourtant il est dit dans le code !ue l'on doit en ré)érer 6 l'inspecteur en ces mati,res " (omme si en b;tissant une maison sur le bord de la route on prenait conseil de tous ceux !ui passent V le travail ne serait pas encore achevé " Tel est mon ensei+nement R Nommer appartient au domaine réservé au souverain décider de la bataille 6 celui du +énéral' Un prince de caract,re doit choisir l'homme !ui convient le rev&tir de responsabilités et attendre les résultats' Pour &tre victorieux de ses ennemis cin! circonstances sont nécessaires R @ :' 0avoir !uand il est 6 propos de combattre et !uand il convient de se retirer' @ ::' 0avoir emplo4er le peu et le beaucoup suivant les circonstances' @ :::' Assortir habilement ses ran+s' .encius dit R X *a saison appropriée n'est pas aussi importante !ue les avanta+es du sol V et tout cela n'est pas aussi important !ue l'harmonie des relations humaines' Y @ :-' (elui !ui prudent se prépare 6 a))ronter l'ennemi !ui n'est pas encore V celui2l6 m&me sera victorieux' Tirer prétexte de sa rusticité et ne pas prévoir est le plus +rand des crimes V &tre pr&t en2dehors de toute contin+ence est la plus +rande des vertus' @ -' Ztre 6 l'abri des in+érences du souverain dans tout ce !u'on peut tenter pour son service et la +loire de ses armes' @ K2 @

('est dans ces cin! mati,res !ue se trouve la voie de la victoire' (onnais ton ennemi et connais2toi toi2m&me V eussie12vous cent +uerres 6 soutenir cent )ois vous sere1 victorieux' 0i tu i+nores ton ennemi et !ue tu te connais toi2m&me tes chances de perdre et de +a+ner seront é+ales' 0i tu i+nores 6 la )ois ton ennemi et toi2m&me tu ne compteras tous tes combats !ue comme le nombre de tes dé)aites' □ °°°

@ KA @

Article I&

3e la mesure dans la disposition des mo4ens
@ 0un T1u dit R Anciennement ceux !ui étaient expérimentés dans l'art des combats se rendaient invincibles attendaient !ue l'ennemi soit vulnérable et ne s'en+a+eaient 5amais dans des +uerres !u'ils prévo4aient ne devoir pas )inir avec avanta+e' Avant !ue de les entreprendre ils étaient comme sCrs du succ,s' 0i l'occasion d'aller contre l'ennemi n'était pas )avorable ils attendaient des temps plus heureux' :ls avaient pour principe !ue l'on ne pouvait &tre vaincu !ue par sa propre )aute et !u'on n'était 5amais victorieux !ue par la )aute des ennemis' 0e rendre invincible dépend de soi rendre 6 coup sCr l'ennemi vulnérable dépend de ce !u'il cause et produit lui2m&me' Ztre instruit des mo4ens !ui assurent la victoire n'est pas encore la remporter' Ainsi les habiles +énéraux savaient d'abord ce !u'ils devaient craindre ou ce !u'ils avaient 6 espérer et ils avanIaient ou reculaient la campa+ne ils donnaient bataille ou ils se retranchaient suivant les lumi,res !u'ils avaient tant sur l'état de leurs propres troupes !ue sur celui des troupes de l'ennemi' 0'ils se cro4aient plus )orts ils ne crai+naient pas d'aller au combat et d'atta!uer les premiers' 0'ils vo4aient au contraire !u'ils )ussent plus )aibles ils se retranchaient et se tenaient sur la dé)ensive' *'invincibilité se trouve dans la dé)ense la possibilité de victoire dans l'atta!ue' (elui !ui se dé)end montre !ue sa )orce est inadé!uate celui !ui atta!ue !u'elle est abondante' *'art de se tenir 6 propos sur la dé)ensive ne le c,de point 6 celui de combattre avec succ,s' *es experts dans la dé)ense doivent s'en)oncer 5us!u'au centre de la Terre' (eux au contraire !ui veulent briller dans l'atta!ue doivent s'élever aux sommets en éner+ie et en mouvement' Pour se mettre en dé)ense contre l'ennemi il )aut &tre caché dans le si+ne de la Terre comme ces veines d'eau dont on ne sait pas la source et dont on ne saurait trouver les sentiers' ('est ainsi !ue vous cachere1 toutes vos démarches et !ue vous sere1 impénétrable'

@ KE @

(eux !ui combattent doivent s'élever 5us!u'aux sommets en éner+ie et en mouvement V c'est262dire il )aut !u'ils combattent de telle sorte !ue l'Univers entier retentisse du bruit de leur +loire' 0a propre conservation est le but principal !u'on doit se proposer dans ces deux cas' 0avoir l'art de vaincre comme ceux !ui ont rempli cette m&me carri,re avec honneur c'est précisément ce 6 !uoi vous deve1 tendre V vouloir l'emporter sur tous et chercher 6 ra))iner dans les choses militaires c'est ris!uer de ne pas é+aler les +rands ma#tres c'est s'exposer m&me 6 rester in)iniment au2dessous d'eux car c'est ici oJ le mieux exc,de le bon sans l'atteindre' Femporter des victoires par le mo4en des combats a été re+ardé de tous temps par l'Univers entier comme !uel!ue chose de bon mais 5'ose vous le dire c'est encore ici oJ ce !ui est au2 dessus du bon est souvent pire !ue le mauvais' Prédire une victoire !ue l'homme ordinaire peut prévoir et &tre appelé universellement expert n'est pas le )a#te de l'habileté +uerri,re' (ar enlever le duvet des lapins en automne ne demande pas +rande )orce V il ne )aut pas avoir les 4eux bien pénétrants pour découvrir le soleil et la lune V il ne )aut pas avoir l'oreille bien délicate pour entendre le tonnerre lors!u'il +ronde avec )racas V rien de plus naturel rien de plus aisé rien de plus simple !ue tout cela' *es habiles +uerriers ne trouvent pas plus de di))icultés dans les combats V ils )ont en sorte de remporter la bataille apr,s avoir créé les conditions appropriées' :ls ont tout prévu V ils ont paré de leur part 6 toutes les éventualités' :ls savent la situation des ennemis ils connaissent leurs )orces et n'i+norent point ce !u'ils peuvent )aire et 5us!u'oJ ils peuvent aller V la victoire est une suite naturelle de leur savoir' Aussi les victoires remportées par un ma#tre dans l'art de la +uerre ne lui rapportaient ni la réputation de sa+esse ni celle d'homme de +rand mérite' =u'une victoire soit obtenue avant !ue la situation ne se soit dé+radée et blo!uée voil6 ce !ue le commun ne comprend pas' ('est pour!uoi l'auteur de la prise n'est pas rev&tu de !uel!ue réputation de sa+acité' Avant !ue la lame de son +laive ne soit recouverte de san+ l'Stat ennemi s'est dé56 soumis' 0i vous sub5u+ue1 votre ennemi sans livrer combat ne vous estime1 pas homme de valeur' Tels étaient nos Anciens R rien ne leur était plus aisé !ue de vaincre V aussi ne cro4aient2ils pas !ue les vains titres de vaillants de héros d'invincibles )ussent un tribut d'élo+es !u'ils eussent mérité' :ls n'attribuaient leur succ,s !u'au soin extr&me !u'ils avaient eu d'éviter 5us!u'6 la plus petite )aute' @ KK @

Sviter 5us!u'6 la plus petite )aute veut dire !ue !uoi!u'il )asse il s'assure la victoire V il con!uiert un ennemi !ui a dé56 subi la dé)aite V dans les plans 5amais un déplacement inutile dans la straté+ie 5amais un pas de )ait en vain' *e commandant habile prend une position telle !u'il ne peut subir une dé)aite V il ne man!ue aucune circonstance propre 6 lui +arantir la ma#trise de son ennemi' Une armée victorieuse remporte l'avanta+e avant d'avoir cherché la bataille V une armée vouée 6 la dé)aite combat dans l'espoir de +a+ner' (eux !ui sont instruits dans l'art de la +uerre cultivent le Tao et préservent les ré+ulations V ils sont donc capables de )ormuler des tacti!ues de victoire' Avant !ue d'en venir au combat ils t;chaient d'humilier leurs ennemis ils les morti)iaient ils les )ati+uaient de mille mani,res' *eurs propres camps étaient des lieux tou5ours 6 l'abri de toute avanie en des lieux tou5ours 6 couvert de toute surprise des lieux tou5ours impénétrables' (es +énéraux cro4aient !ue pour vaincre il )allait !ue les troupes demandassent le combat avec conviction V mais ils étaient persuadés !ue lors!ue ces m&mes troupes demandaient la victoire avec trop d'ardeur il arrivait ordinairement !u'elles étaient vaincues' :ls ne veulent point dans les troupes une con)iance trop aveu+le une con)iance !ui dé+én,re en présomption' *es troupes !ui demandent la victoire sont des troupes ou amollies par la paresse ou timides ou présomptueuses' 3es troupes au contraire !ui sans penser 6 la victoire demandent le combat sont des troupes endurcies au travail des troupes vraiment a+uerries des troupes tou5ours sCres de vaincre' ('est ainsi !ue d'un ton assuré ils osaient prévoir les triomphes ou les dé)aites avant m&me !ue d'avoir )ait un pas pour s'assurer des uns ou pour se préserver des autres' □ °°°

@ KL @

-oici 6 présent les cin! éléments de l'art de la +uerre R @ :' *a mesure de l'espace' @ ::' *'estimation des !uantités' @ :::' *es r,+les de calcul' @ :-' *es comparaisons' @ -' *es chances de victoire' *es mesures de l'espace sont dérivées du terrain V les !uantités dérivent de la mesure V les chi))res émanent des !uantités V les comparaisons découlent des chi))res V et la victoire est le )ruit des comparaisons' ('est par la disposition des )orces !u'un +énéral victorieux est capable de mener son peuple au combat telles les eaux contenues !ui soudain rel;chées plon+ent dans un ab#me sans )ond' -ous donc !ui &tes 6 la t&te des armées n'oublie1 rien pour vous rendre di+ne de l'emploi !ue vous exerce1' 8ete1 les 4eux sur les mesures !ui contiennent les !uantités et sur celles !ui déterminent les dimensions R rappele12vous les r,+les de calcul V considére1 les e))ets de la balance V la victoire n'est !ue le )ruit d'une supputation exacte' *es considérations sur les di))érentes mesures vous conduiront 6 la connaissance de ce !ue la terre peut o))rir d'utile pour vous V vous saure1 ce !u'elle produit et vous pro)itere1 tou5ours de ses dons V vous n'i+norere1 point les di))érentes routes !u'il )audra tenir pour arriver sCrement au terme !ue vous vous sere1 proposé' Par le calcul estime1 si l'ennemi peut &tre atta!ué et c'est seulement apr,s cela !ue la population doit &tre mobilisée et les troupes levées V apprene1 6 distribuer tou5ours 6 propos les munitions de +uerre et de bouche 6 ne 5amais donner dans les exc,s du trop ou du trop peu' %n)in si vous rappele1 dans votre esprit les victoires !ui ont été remportées en di))érents temps et toutes les circonstances !ui les ont accompa+nées vous n'i+norere1 point les di))érents usa+es !u'on en aura )aits et vous saure1 !uels sont les avanta+es !u'elles auront procurés ou !uels sont les pré5udices !u'elles auront portés aux vain!ueurs eux2m&mes'

@ KN @

Une livre surpasse une once' 3ans les plateaux d'une balance la livre l'emporte sur l'once' 0o4e1 6 vos ennemis ce !ue la livre est 6 l'once' Apr,s un premier avanta+e n'alle1 pas vous endormir ou vouloir donner 6 vos troupes un repos hors de saison' Pousse1 votre pointe avec la m&me rapidité !u'un torrent !ui se précipiterait de mille toises de haut' =ue votre ennemi n'ait pas le temps de se reconna#tre et ne pense1 6 recueillir les )ruits de votre victoire !ue lors!ue sa dé)aite enti,re vous aura mis en état de le )aire sCrement avec loisir et tran!uillité' □ °°°

@ KO @

Article &

3e la contenance
@ 0un T1u dit R Pénéralement le commandement du +rand nombre est le m&me !ue pour le petit nombre ce n'est !u'une !uestion d'or+anisation' (ontrHler le +rand et le petit nombre n'est !u'une seule et m&me chose ce n'est !u'une !uestion de )ormation et de transmission des si+naux' A4e1 les noms de tous les o))iciers tant +énéraux !ue subalternes V inscrive12les dans un catalo+ue 6 part avec la note des talents et de la capacité de chacun d'eux a)in de pouvoir les emplo4er avec avanta+e lors!ue l'occasion en sera venue' Maites en sorte !ue tous ceux !ue vous deve1 commander soient persuadés !ue votre principale attention est de les préserver de tout domma+e' *es troupes !ue vous )ere1 avancer contre l'ennemi doivent &tre comme des pierres !ue vous lancerie1 contre des oeu)s' 3e vous 6 l'ennemi il ne doit 4 avoir d'autre di))érence !ue celle du )ort au )aible du vide au plein' *a certitude de subir l'atta!ue de l'ennemi sans subir une dé)aite est )onction de la combinaison entre l'utilisation directe et indirecte des )orces' Use1 +énéralement des )orces directes pour en+a+er la bataille et des )orces indirectes pour emporter la décision !uand elle n'est pas assurée' *es ressources de ceux !ui sont habiles dans l'utilisation des )orces indirectes sont aussi in)inies !ue celles des (ieux et de la Terre et aussi inépuisables !ue le cours des +randes rivi,res' Atta!ue1 6 découvert mais so4e1 vain!ueur en secret' -oil6 en peu de mots en !uoi consiste l'habileté et toute la per)ection m&me du +ouvernement des troupes' *e +rand 5our et les tén,bres l'apparent et le secret V voil6 tout l'art' (eux !ui le poss,dent sont comparables au (iel et 6 la Terre dont les mouvements ne sont 5amais sans e))et R ils ressemblent aux )leuves et aux mers dont les eaux ne sauraient tarir' Mussent2ils plon+és dans les tén,bres de la mort ils peuvent revenir 6 la vie V comme le soleil et la lune ils ont le temps oJ il )aut se montrer et celui oJ il )aut dispara#tre V comme les !uatre saisons ils ont les variétés !ui leur conviennent V comme les cin! tons de la musi!ue comme les cin! couleurs comme les cin! +oCts ils peuvent aller 6 l'in)ini'

@ K9 @

(ar !ui a 5amais entendu tous les airs !ui peuvent résulter de la di))érente combinaison des tons $ =ui a 5amais vu tout ce !ue peuvent présenter les couleurs di))éremment nuancées $ =ui a 5amais savouré tout ce !ue les +oCts di))éremment tempérés peuvent o))rir d'a+réable ou de pi!uant $ >n n'assi+ne cependant !ue cin! couleurs et cin! sortes de +oCt' 3ans l'art militaire et dans le bon +ouvernement des troupes il n'4 a certes !ue deux sortes de )orces V leurs combinaisons étant sans limites personne ne peut toutes les comprendre' (es )orces sont mutuellement productives et a+issent entre elles' (e serait dans la prati!ue une cha#ne d'opérations dont on ne saurait voir le bout tels ces anneaux multiples et entrem&lés !u'il )aut assembler pour )ormer un annulaire c'est comme une roue en mouvement !ui n'a ni commencement ni )in' 3ans l'art militaire cha!ue opération particuli,re a des parties !ui demandent le +rand 5our et des parties !ui veulent les tén,bres du secret' -ouloir les assi+ner cela ne se peut V les circonstances peuvent seules les )aire conna#tre et les déterminer' >n oppose les plus +rands !uartiers de rochers 6 des eaux rapides dont on veut resserrer le lit R on n'emploie !ue des )ilets )aibles et déliés pour prendre les petits oiseaux' (ependant le )leuve rompt !uel!ue)ois ses di+ues apr,s les avoir minées peu 6 peu et les oiseaux viennent 6 bout de briser les liens !ui les retiennent 6 )orce de se débattre' ('est par son élan !ue l'eau des torrents se heurte contre les rochers V c'est sur la mesure de la distance !ue se r,+le le )aucon pour briser le corps de sa proie' (eux2l6 poss,dent véritablement l'art de bien +ouverner les troupes !ui ont su et !ui savent rendre leur puissance )ormidable !ui ont ac!uis une autorité sans borne !ui ne se laissent abattre par aucun événement !uel!ue );cheux !u'il puisse &tre V !ui ne )ont rien avec précipitation V !ui se conduisent lors m&me !u'ils sont surpris avec le san+2)roid !u'ils ont ordinairement dans les actions méditées et dans les cas prévus lon+temps auparavant et !ui a+issent tou5ours dans tout ce !u'ils )ont avec cette promptitude !ui n'est +u,re !ue le )ruit de l'habileté 5ointe 6 une lon+ue expérience' Ainsi l'élan de celui !ui est habile dans l'art de la +uerre est irrésistible et son atta!ue est ré+lée avec précision' *e potentiel de ces sortes de +uerriers est comme celui de ces +rands arcs totalement bandés tout plie sous leurs coups tout est renversé' @ L0 @

Tels !u'un +lobe !ui présente une é+alité par)aite entre tous les points de sa sur)ace ils sont é+alement )orts partout V partout leur résistance est la m&me' 3ans le )ort de la m&lée et d'un désordre apparent ils savent +arder un ordre !ue rien ne saurait interrompre ils )ont na#tre la )orce du sein m&me de la )aiblesse ils )ont sortir le coura+e et la valeur du milieu de la poltronnerie et de la pusillanimité' .ais savoir +arder un ordre merveilleux au milieu m&me du désordre cela ne se peut sans avoir )ait auparavant de pro)ondes ré)lexions sur tous les événements !ui peuvent arriver' Maire na#tre la )orce du sein m&me de la )aiblesse cela n'appartient !u'6 ceux !ui ont une puissance absolue et une autorité sans bornes [par le mot de puissance il ne )aut pas entendre ici domination mais cette )aculté !ui )ait !u'on peut réduire en acte tout ce !u'on se propose\' 0avoir )aire sortir le coura+e et la valeur du milieu de la poltronnerie et de la pusillanimité c'est &tre héros soi2m&me c'est &tre plus !ue héros c'est &tre au2dessus des plus intrépides' Un commandant habile recherche la victoire dans la situation et ne l'exi+e pas de ses subordonnés' =uel!ue +rand !uel!ue merveilleux !ue tout cela paraisse 5'exi+e cependant !uel!ue chose de plus encore de ceux !ui +ouvernent les troupes R c'est l'art de )aire mouvoir 6 son +ré les ennemis' (eux !ui le poss,dent cet art admirable disposent de la contenance de leurs +ens et de l'armée !u'ils commandent de telle sorte !u'ils )ont venir l'ennemi toutes les )ois !u'ils le 5u+ent 6 propos V ils savent )aire des libéralités !uand il convient ils en )ont m&me 6 ceux !u'ils veulent vaincre R ils donnent 6 l'ennemi et l'ennemi reIoit ils lui abandonnent et il vient prendre' :ls sont pr&ts 6 tout V ils pro)itent de toutes les circonstances V tou5ours mé)iants ils )ont surveiller les subordonnés !u'ils emploient et se mé)iant d'eux2m&mes ils ne né+li+ent aucun mo4en !ui puisse leur &tre utile' :ls re+ardent les hommes contre les!uels ils doivent combattre comme des pierres ou des pi,ces de bois !u'ils seraient char+és de )aire rouler de haut en bas' *a pierre et le bois n'ont aucun mouvement de leur nature V s'ils sont une )ois en repos ils n'en sortent pas d'eux2m&mes mais ils suivent le mouvement !u'on leur imprime V s'ils sont carrés ils s'arr&tent d'abord V s'ils sont ronds ils roulent 5us!u'6 ce !u'ils trouvent une résistance plus )orte !ue la )orce !ui leur était imprimée'

@ LQ @

Maites en sorte !ue l'ennemi soit entre vos mains comme une pierre de )i+ure ronde !ue vous aurie1 6 )aire rouler d'une monta+ne !ui aurait mille toises de haut R la )orce !ui lui est imprimée est minime les résultats sont énormes' ('est en cela !u'on reconna#tra !ue vous ave1 de la puissance et de l'autorité' □ °°°

@ L2 @

Article &I

3u plein et du vide
@ 0un T1u dit R Une des choses les plus essentielles !ue vous a4e1 6 )aire avant le combat c'est de bien choisir le lieu de votre campement' Pour cela il )aut user de dili+ence il ne )aut pas se laisser prévenir par l'ennemi il )aut &tre campé avant !u'il ait eu le temps de vous reconna#tre avant m&me !u'il ait pu &tre instruit de votre marche' *a moindre né+li+ence en ce +enre peut &tre pour vous de la derni,re consé!uence' %n +énéral il n'4 a !ue du désavanta+e 6 camper apr,s les autres' (elui !ui est capable de )aire venir l'ennemi de sa propre initiative le )ait en lui o))rant !uel!ue avanta+e V et celui !ui est désireux de l'en emp&cher le )ait en le brisant' (elui !ui est char+é de la conduite d'une armée ne doit point se )ier 6 d'autres pour un choix de cette importance V il doit )aire !uel!ue chose de plus encore' 0'il est véritablement habile il pourra disposer 6 son +ré du campement m&me et de toutes les marches de son ennemi' Un +rand +énéral n'attend pas !u'on le )asse aller il sait )aire venir' 0i vous )aites en sorte !ue l'ennemi cherche 6 se rendre de son plein +ré dans les lieux oJ vous souhaite1 précisément !u'il aille )aites en sorte aussi de lui aplanir toutes les di))icultés et de lever tous les obstacles !u'il pourrait rencontrer V de crainte !u'alarmé par les impossibilités !u'il suppute oJ les inconvénients trop mani)estes !u'il découvre il renonce 6 son dessein' -ous en sere1 pour votre travail et pour vos peines peut2&tre m&me pour !uel!ue chose de plus' *a +rande science est de lui )aire vouloir tout ce !ue vous voule1 !u'il )asse et de lui )ournir sans !u'il s'en aperIoive tous les mo4ens de vous seconder' Apr,s !ue vous aure1 ainsi disposé du lieu de votre campement et de celui de l'ennemi lui2m&me attende1 tran!uillement !ue votre adversaire )asse les premi,res démarches V mais en attendant t;che1 de l'a))amer au milieu de l'abondance de lui procurer du tracas dans le sein du repos et de lui susciter mille terreurs dans le temps m&me de sa plus +rande sécurité' 0i apr,s avoir lon+temps attendu vous ne vo4e1 pas !ue l'ennemi se dispose 6 sortir de son camp sorte1 vous2m&me du vHtre V par votre mouvement provo!ue1 le sien donne12lui de )ré!uentes alarmes )aites2lui na#tre l'occasion de )aire !uel!ue imprudence dont vous puissie1 tirer du pro)it'

@ LA @

0'il s'a+it de +arder +arde1 avec )orce R ne vous endorme1 point' 0'il s'a+it d'aller alle1 promptement alle1 sCrement par des chemins !ui ne soient connus !ue de vous' Fende12vous dans des lieux oJ l'ennemi ne puisse pas soupIonner !ue vous a4e1 dessein d'aller' 0orte1 tout 6 coup d'oJ il ne vous attend pas et tombe1 sur lui lors!u'il 4 pensera le moins' Pour &tre certain de prendre ce !ue vous atta!ue1 il )aut donner l'assaut l6 oJ il ne se prot,+e pas V pour &tre certain de +arder ce !ue vous dé)ende1 il )aut dé)endre un endroit !ue l'ennemi n'atta!ue pas' 0i apr,s avoir marché asse1 lon+temps si par vos marches et contre2marches vous ave1 parcouru l'espace de mille lieues sans !ue vous a4e1 reIu encore aucun domma+e sans m&me !ue vous a4e1 été arr&té conclue1 R ou !ue l'ennemi i+nore vos desseins ou !u'il a peur de vous ou !u'il ne )ait pas +arder les postes !ui peuvent &tre de consé!uence pour lui' Svite1 de tomber dans un pareil dé)aut' *e +rand art d'un +énéral est de )aire en sorte !ue l'ennemi i+nore tou5ours le lieu oJ il aura 6 combattre et de lui dérober avec soin la connaissance des postes !u'il )aut +arder' 0'il en vient 6 bout et !u'il puisse cacher de m&me 5us!u'aux moindres de ses démarches ce n'est pas seulement un habile +énéral c'est un homme extraordinaire c'est un prodi+e' 0ans &tre vu il voit V il entend sans &tre entendu V il a+it sans bruit et dispose comme il lui pla#t du sort de ses ennemis' 3e plus si les armées étant déplo4ées vous n'aperceve1 pas !u'il 4 ait un certain vide !ui puisse vous )avoriser ne tente1 pas d'en)oncer les bataillons ennemis' 0i lors!u'ils prennent la )uite ou !u'ils retournent sur leurs pas ils usent d'une extr&me dili+ence et marchent en bon ordre ne tente1 pas de les poursuivre V ou si vous les poursuive1 !ue ce ne soit 5amais ni trop loin ni dans les terrains inconnus' 0i lors!ue vous ave1 dessein de livrer la bataille les ennemis restent dans leurs retranchements n'alle1 pas les 4 atta!uer surtout s'ils sont bien retranchés s'ils ont de lar+es )ossés et des murailles élevées !ui les couvrent' 0i au contraire cro4ant !u'il n'est pas 6 propos de livrer le combat vous voule1 l'éviter tene12vous dans vos retranchements et dispose12vous 6 soutenir l'atta!ue et 6 )aire !uel!ues sorties utiles' *aisse1 )ati+uer les ennemis attende1 !u'ils soient ou en désordre ou dans une tr,s +rande sécurité V vous pourre1 sortir alors et )ondre sur eux avec avanta+e' A4e1 constamment une extr&me attention 6 ne 5amais séparer les di))érents corps de vos armées'

@ LE @

Maites !u'ils puissent tou5ours se soutenir aisément les uns les autres V au contraire )aites )aire 6 l'ennemi le plus de diversion !u'il se pourra' 0'il se parta+e en dix corps atta!ue1 chacun d'eux séparément avec votre armée toute enti,re V c'est le véritable mo4en de combattre tou5ours avec avanta+e' 3e cette sorte !uel!ue petite !ue soit votre armée le +rand nombre sera tou5ours de votre cHté' =ue l'ennemi ne sache 5amais comment vous ave1 l'intention de le combattre ni la mani,re dont vous vous dispose1 6 l'atta!uer ou 6 vous dé)endre' (ar s'il se prépare au )ront ses arri,res seront )aibles V s'il se prépare 6 l'arri,re son )ront sera )ra+ile V s'il se prépare 6 sa +auche sa droite sera vulnérable V s'il se prépare 6 sa droite sa +auche sera a))aiblie V et s'il se prépare en tous lieux il sera partout en dé)aut' 0'il l'i+nore absolument il )era de +rands préparati)s il t;chera de se rendre )ort de tous les cHtés il divisera ses )orces et c'est 5ustement ce !ui )era sa perte' Pour vous n'en )aites pas de m&me R !ue vos principales )orces soient toutes du m&me cHté V si vous voule1 atta!uer de )ront )aites choix d'un secteur et mette1 6 la t&te de vos troupes tout ce !ue vous ave1 de meilleur' >n résiste rarement 6 un premier e))ort comme au contraire on se rel,ve di))icilement !uand on d'abord du dessous' *'exemple des braves su))it pour encoura+er les plus l;ches' (eux2ci suivent sans peine le chemin !u'on leur montre mais ils ne sauraient eux2m&mes le )ra4er' 0i vous voule1 )aire donner l'aile +auche tourne1 tous vos préparati)s de ce cHté2l6 et mette1 6 l'aile droite ce !ue vous ave1 de plus )aible V mais si vous voule1 vaincre par l'aile droite !ue ce soit 6 l'aile droite aussi !ue soient vos meilleures troupes et toute votre attention' (elui !ui dispose de peu d'hommes doit se préparer contre l'ennemi celui !ui en a beaucoup doit )aire en sorte !ue l'ennemi se prépare contre lui' (e n'est pas tout' (omme il est essentiel !ue vous connaissie1 6 )ond le lieu oJ vous deve1 combattre il n'est pas moins important !ue vous so4e1 instruit du 5our de l'heure du moment m&me du combat V c'est une a))aire de calcul sur la!uelle il ne )aut pas vous né+li+er' 0i l'ennemi est loin de vous sache1 5our par 5our le chemin !u'il )ait suive12le pas 6 pas !uoi!ue en apparence vous restie1 immobile dans votre camp V vo4e1 tout ce !u'il )ait !uoi!ue vos 4eux ne puissent pas aller 5us!u'6 lui V écoute1 tous les discours !uoi!ue vous so4e1 hors de portée de l'entendre V so4e1 témoin de toute sa conduite entre1 m&me dans le )ond de son coeur pour 4 lire ses craintes ou ses espérances'

@ LK @

Pleinement instruit de tous ses desseins de toutes ses marches de toutes ses actions vous le )ere1 venir cha!ue 5our précisément oJ vous voule1 !u'il arrive' %n ce cas vous l'obli+ere1 6 camper de mani,re !ue le )ront de son armée ne puisse pas recevoir du secours de ceux !ui sont 6 l'arri,re !ue l'aile droite ne puisse pas aider l'aile +auche et vous le combattre1 ainsi dans le lieu et au temps !ui vous conviendront le plus' Avant le 5our déterminé pour le combat ne so4e1 ni trop loin ni trop pr,s de l'ennemi' *'espace de !uel!ues lieues seulement est le terme !ui doit vous en approcher le plus et dix lieues enti,res sont le plus +rand espace !ue vous devie1 laisser entre votre armée et la sienne' Ne cherche1 pas 6 avoir une armée trop nombreuse la trop +rande !uantité de monde est souvent plus nuisible !u'elle n'est utile' Une petite armée bien disciplinée est invincible sous un bon +énéral' W !uoi servaient au roi de Tu les belles et nombreuses cohortes !u'il avait sur pied lors!u'il était en +uerre contre le roi de /ou $ (elui2ci avec peu de troupes avec une poi+née de monde le vain!uit le dompta et ne lui laissa de tous ses Stats !u'un souvenir amer et la honte éternelle de les avoir si mal +ouvernés' 8e dis !ue la victoire peut &tre créée V m&me si l'ennemi est en nombre 5e peux l'emp&cher d'en+a+er le combat V car s'il i+nore ma situation militaire 5e peux )aire en sorte !u'il se préoccupe de sa propre préparation R ainsi 5e lui Hte le loisir d'établir les plans pour me battre' @ :' 3étermine les plans de l'ennemi et tu sauras !uelle straté+ie sera couronnée de succ,s et celle !ui ne le sera pas' @ ::' Perturbe2le et )ais2lui dévoiler son ordre de bataille' @ :::' 3étermine ses dispositions et )ais2lui découvrir son champ de bataille' @ :-' .ets2le 6 l'épreuve et apprends oJ sa )orce est abondante et oJ elle est dé)iciente' @ -' *a supr&me tacti!ue consiste 6 disposer ses troupes sans )orme apparente V alors les espions les plus pénétrants ne peuvent )ureter et les sa+es ne peuvent établir des plans contre vous' @ -:' ('est selon les )ormes !ue 5'établis des plans pour la victoire mais la multitude ne le comprend +u,re' Gien !ue tous puissent voir les aspects extérieurs personne ne peut comprendre la voie selon la!uelle 5'ai créé la victoire' @ -::' %t !uand 5'ai remporté une bataille 5e ne rép,te pas ma tacti!ue mais 5e réponds aux circonstances selon une variété in)inie de voies'

@ LL @

(ependant si vous n'avie1 !u'une petite armée n'alle1 pas mal 6 propos vouloir vous mesurer avec une armée nombreuse V vous ave1 bien des précautions 6 prendre avant !ue d'en venir l6' =uand on a les connaissances dont 5'ai parlé plus haut on sait s'il )aut atta!uer ou se tenir simplement sur la dé)ensive V on sait !uand il )aut rester tran!uille et !uand il est temps de se mettre en mouvement V et si l'on est )orcé de combattre on sait si l'on sera vain!ueur ou vaincu' W voir simplement la contenance des ennemis on peut conclure sa victoire ou sa dé)aite sa perte ou son salut' %ncore une )ois si vous voule1 atta!uer le premier ne le )aites pas avant d'avoir examiné si vous ave1 tout ce !u'il )aut pour réussir' Au moment de déclencher votre action lise1 dans les premiers re+ards de vos soldats V so4e1 attenti) 6 leurs premiers mouvements V et par leur ardeur ou leur nonchalance par leur crainte ou leur intrépidité conclue1 au succ,s ou 6 la dé)aite' (e n'est point un présa+e trompeur !ue celui de la premi,re contenance d'une armée pr&te 6 livrer le combat' :l en est telle !ui a4ant remporté la plus si+nalée victoire aurait été enti,rement dé)aite si la bataille s'était livrée un 5our plus tHt ou !uel!ues heures plus tard' :l en doit &tre des troupes 6 peu pr,s comme d'une eau courante' 3e m&me !ue l'eau !ui coule évite les hauteurs et se h;te vers le pa4s plat de m&me une armée évite la )orce et )rappe la )aiblesse' 0i la source est élevée la rivi,re ou le ruisseau coulent rapidement' 0i la source est pres!ue de niveau on s'aperIoit 6 peine de !uel!ue mouvement' 0'il se trouve !uel!ue vide l'eau le remplit d'elle2m&me d,s !u'elle trouve la moindre issue !ui la )avorise' 0'il 4 a des endroits trop pleins l'eau cherche naturellement 6 se déchar+er ailleurs' Pour vous si en parcourant les ran+s de votre armée vous vo4e1 !u'il 4 a du vide il )aut le remplir V si vous trouve1 du surabondant il )aut le diminuer V si vous aperceve1 du trop haut il )aut l'abaisser V s'il 4 du trop bas il )aut le relever' *'eau dans son cours suit la situation du terrain dans le!uel elle coule V de m&me votre armée doit s'adapter au terrain sur le!uel elle se meut' *'eau !ui n'a point de pente ne saurait couler V des troupes !ui ne sont pas bien conduites ne sauraient vaincre' *e +énéral habile tirera parti des circonstances m&me les plus dan+ereuses et les plus criti!ues' :l saura )aire prendre la )orme !u'il voudra non seulement 6 l'armée !u'il commande mais encore 6 celle des ennemis' *es troupes !uelles !u'elles puissent &tre n'ont pas des !ualités constantes !ui les rendent invincibles V les plus mauvais soldats peuvent chan+er en bien et devenir d'excellents +uerriers'

@ LN @

(onduise12vous con)ormément 6 ce principe V ne laisse1 échapper aucune occasion lors!ue vous la trouvere1 )avorable' *es cin! éléments ne sont pas partout ni tou5ours é+alement )orts V les !uatre saisons ne se succ,dent pas de la m&me mani,re cha!ue année V le lever et le coucher du soleil ne sont pas constamment au m&me point de l'hori1on' Parmi les 5ours certains sont lon+s d'autres courts' *a lune cro#t et décro#t et n'est pas tou5ours é+alement brillante' Une armée bien conduite et bien disciplinée imite 6 propos toutes ces variations' □ °°°

@ LO @

Article &II

3e lBa))rontement direct et indirect
@ 0un T1u dit R Apr,s !ue le +énéral aura reIu du souverain l'ordre de tenir la campa+ne il rassemble les troupes et mobilise le peuple V il )ait de l'armée un ensemble harmonieux' .aintenant il doit mettre son attention 6 leur procurer des campements avanta+eux car c'est de l6 principalement !ue dépend la réussite de ses pro5ets et de toutes ses entreprises' (ette a))aire n'est pas d'une exécution aussi )acile !u'on pourrait bien se l'ima+iner V les di))icultés s'4 rencontrent souvent sans nombre et de toutes esp,ces V il ne )aut rien oublier pour les aplanir et pour les vaincre' *es troupes une )ois campées il )aut tourner ses vues du cHté du pr,s et du loin des avanta+es et des pertes du travail et du repos de la dili+ence et de la lenteur V c'est262dire !u'il )aut rendre pr,s ce !ui est loin tirer pro)it de ses pertes m&me substituer un utile travail 6 un honteux repos convertir la lenteur en dili+ence V il )aut !ue vous so4e1 pr,s lors!ue l'ennemi vous croit bien loin V !ue vous a4e1 un avanta+e réel lors!ue l'ennemi croit vous avoir occasionné !uel!ues pertes V !ue vous so4e1 occupé de !uel!ue utile travail lors!u'il vous croit enseveli dans le repos et !ue vous usie1 de toute sorte de dili+ence lors!u'il ne croit apercevoir dans vous !ue de la lenteur R c'est ainsi !u'en lui donnant le chan+e vous l'endormire1 lui2m&me pour pouvoir l'atta!uer lors!u'il 4 pensera le moins et sans !u'il ait le temps de se reconna#tre' *'art de pro)iter du pr,s et du loin consiste 6 tenir l'ennemi éloi+né du lieu !ue vous aure1 choisi pour votre campement et de tous les postes !ui vous para#tront de !uel!ue consé!uence' :l consiste 6 éloi+ner de l'ennemi tout ce !ui pourrait lui &tre avanta+eux et 6 rapprocher de vous tout ce dont vous pourre1 tirer !uel!ue avanta+e' :l consiste ensuite 6 vous tenir continuellement sur vos +ardes pour n'&tre pas surpris et 6 veiller sans cesse pour épier le moment de surprendre votre adversaire' Ainsi prene1 une voie indirecte et divertisse1 l'ennemi en lui présentant le leurre V de cette )aIon vous pouve1 vous mettre en route apr,s lui et arriver avant lui' (elui !ui est capable de )aire cela comprend l'approche directe et indirecte'

@ L9 @

3e plus R ne vous en+a+e1 5amais dans de petites actions !ue vous ne so4e1 sCr !u'elles tourneront 6 votre avanta+e et encore ne le )aites point si vous n'4 &tes comme )orcé mais surtout +arde12vous bien de vous en+a+er 6 une action +énérale si vous n'&tes comme assuré d'une victoire compl,te' :l est tr,s dan+ereux d'avoir de la précipitation dans des cas semblables V une bataille ris!uée mal 6 propos peut vous perdre enti,rement R le moins !u'il puisse vous arriver si l'événement en est douteux ou !ue vous ne réussissie1 !u'6 demi c'est de vous voir )rustré de la plus +rande partie de vos espérances et de ne pouvoir parvenir 6 vos )ins' Avant !ue d'en venir 6 un combat dé)initi) il )aut !ue vous l'a4e1 prévu et !ue vous 4 so4e1 préparé depuis lon+temps V ne compte1 5amais sur le hasard dans tout ce !ue vous )ere1 en ce +enre' Apr,s !ue vous aure1 résolu de livrer la bataille et !ue les préparati)s en seront dé56 )aits laisse1 en lieu de sCreté tout le ba+a+e inutile )aites dépouiller vos +ens de tout ce !ui pourrait les embarrasser ou les surchar+er V de leurs armes m&mes ne leur laisse1 !ue celles !u'ils peuvent porter aisément' -eille1 lors!ue vous abandonne1 votre camp dans l'espoir d'un avanta+e probable 6 ce !ue celui2ci soit supérieur aux approvisionnements !ue vous abandonne1 sCrement' 0i vous deve1 aller un peu loin marche1 5our et nuit V )aites le double du chemin ordinaire V !ue l'élite de vos troupes soit 6 la t&te V mette1 les plus )aibles 6 la !ueue' Prévo4e1 tout dispose1 tout et )onde1 sur l'ennemi lors!u'il vous croit encore 6 cent lieues d'éloi+nement R dans ce cas 5e vous annonce la victoire' .ais si a4ant 6 )aire cent lieues de chemin avant !ue de pouvoir l'atteindre vous n'en )aites de votre cHté !ue cin!uante et !ue l'ennemi s'étant avancé en )ait autant V de dix parties il 4 en a cin! !ue vous sere1 vaincu comme de trois parties il 4 en a deux !ue vous sere1 vain!ueur' 0i l'ennemi n'apprend !ue vous alle1 6 lui !ue lors!u'il ne vous reste plus !ue trente lieues 6 )aire pour pouvoir le 5oindre il est di))icile !ue dans le peu de temps !ui lui reste il puisse pourvoir 6 tout et se préparer 6 vous recevoir' 0ous prétexte de )aire reposer vos +ens +arde12vous bien de man!uer l'atta!ue d,s !ue vous sere1 arrivé' Un ennemi surpris est 6 demi vaincu V il n'en est pas de m&me s'il a le temps de se reconna#tre V bientHt il peut trouver des ressources pour vous échapper et peut2&tre m&me pour vous perdre' Ne né+li+e1 rien de tout ce !ui peut contribuer au bon ordre 6 la santé 6 la sCreté de vos +ens tant !u'ils seront sous votre conduite V a4e1 +rand soin !ue les armes de vos soldats soient tou5ours en bon état'

@ N0 @

Maites en sorte !ue les vivres soient sains et ne leur man!uent 5amais V a4e1 attention 6 ce !ue les provisions soient abondantes et rassemblées 6 temps car si vos troupes sont mal armées s'il 4 a disette de vivres dans le camp et si vous n'ave1 pas d'avance toutes les provisions nécessaires il est di))icile !ue vous puissie1 réussir' N'oublie1 pas d'entretenir des intelli+ences secr,tes avec les ministres étran+ers et so4e1 tou5ours instruit des desseins !ue peuvent avoir les princes alliés ou tributaires des intentions bonnes ou mauvaises de ceux !ui peuvent in)luer sur la conduite du ma#tre !ue vous serve1 et vous attirer vos ordres ou des dé)enses !ui pourraient traverser vos pro5ets et rendre par l6 tous vos soins inutiles' -otre prudence et votre valeur ne sauraient tenir lon+temps contre leurs cabales ou leurs mauvais conseils' Pour obvier 6 cet inconvénient consulte12les dans certaines occasions comme si vous avie1 besoin de leurs lumi,res R !ue tous leurs amis soient les vHtres V ne so4e1 5amais divisé d'intér&t avec eux céde12leur dans les petites choses en un mot entretene1 l'union la plus étroite !u'il vous sera possible' A4e1 une connaissance exacte et de détail de tout ce !ui vous environne V sache1 oJ il 4 a une )or&t un petit bois une rivi,re un ruisseau un terrain aride et pierreux un lieu maréca+eux et malsain une monta+ne une colline une petite élévation un vallon un précipice un dé)ilé un champ ouvert en)in tout ce !ui peut servir ou nuire aux troupes !ue vous commande1' 0'il arrive !ue vous so4e1 hors d'état de pouvoir &tre instruit par vous2m&me de l'avanta+e ou du désavanta+e du terrain a4e1 des +uides locaux sur les!uels vous puissie1 compter sCrement' *a )orce militaire est ré+lée sur sa relation au semblant' 3éplace12vous !uand vous &tes 6 votre avanta+e et crée1 des chan+ements de situation en dispersant et concentrant les )orces' 3ans les occasions oJ il s'a+ira d'&tre tran!uille !u'il r,+ne dans votre camp une tran!uillité semblable 6 celle !ui r,+ne au milieu des plus épaisses )or&ts' *ors!ue au contraire il s'a+ira de )aire des mouvements et du bruit imite1 le )racas du tonnerre V s'il )aut &tre )erme dans votre poste so4e124 immobile comme une monta+ne V s'il )aut sortir pour aller au pilla+e a4e1 l'activité du )eu V s'il )aut éblouir l'ennemi so4e1 comme un éclair V s'il )aut cacher vos desseins so4e1 obscur comme les tén,bres' Parde12vous par dessus tout de )aire 5amais aucune sortie en vain' *ors!ue vous )ere1 tant !ue d'envo4er !uel!ue détachement !ue ce soit tou5ours dans l'espérance ou pour mieux dire dans la certitude d'un avanta+e réel' @ NQ @

Pour éviter les mécontentements )aites tou5ours une exacte et 5uste répartition de tout ce !ue vous aure1 enlevé 6 l'ennemi' (elui !ui conna#t l'art de l'approche directe et indirecte sera victorieux' -oil6 l'art de l'a))rontement' W tout ce !ue 5e viens de dire il )aut a5outer la mani,re de donner vos ordres et de les )aire exécuter' :l est des occasions et des campements oJ la plupart de vos +ens ne sauraient ni vous voir ni vous entendre V les tambours les étendards et les drapeaux peuvent suppléer 6 votre voix et 6 votre présence' :nstruise1 vos troupes de tous les si+naux !ue vous pouve1 emplo4er' 0i vous ave1 6 )aire des évolutions pendant la nuit )aites exécuter des ordres au bruit d'un +rand nombre de tambours' 0i au contraire c'est pendant le 5our !u'il )aut !ue vous a+issie1 emplo4e1 les drapeaux et les étendards pour )aire savoir vos volontés' *e )racas d'un +rand nombre de tambours servira pendant la nuit autant 6 5eter l'épouvante parmi vos ennemis !u'6 ranimer le coura+e de vos soldats R l'éclat d'un +rand nombre d'étendards la multitude de leurs évolutions la diversité de leurs couleurs et la bi1arrerie de leur assembla+e en instruisant vos +ens les tiendront tou5ours en haleine pendant le 5our les occuperont et leur ré5ouiront le coeur en 5etant le trouble et la perplexité dans celui de vos ennemis' Ainsi outre l'avanta+e !ue vous aure1 de )aire savoir promptement toutes vos volontés 6 votre armée enti,re dans le m&me moment vous aure1 encore celui de lasser votre ennemi en le rendant attenti) 6 tout ce !u'il croit !ue vous voule1 entreprendre de lui )aire na#tre des doutes continuels sur la conduite !ue vous deve1 tenir et de lui inspirer d'éternelles )ra4eurs' 0i !uel!ue brave veut sortir seul hors des ran+s pour aller provo!uer l'ennemi ne le permette1 point V il arrive rarement !u'un tel homme puisse revenir' :l périt pour l'ordinaire ou par la trahison ou accablé par le +rand nombre' *ors!ue vous verre1 vos troupes bien disposées ne man!ue1 pas de pro)iter de leur ardeur R c'est 6 l'habileté du +énéral 6 )aire na#tre les occasions et 6 distin+uer lors!u'elles sont )avorables V mais il ne doit pas né+li+er pour cela de prendre l'avis des o))iciers +énéraux ni de pro)iter de leurs lumi,res surtout si elles ont le bien commun pour ob5et' >n peut voler 6 une armée son esprit et lui dérober son adresse de m&me !ue le coura+e de son commandant' Au petit matin les esprits sont pénétrants V durant la 5ournée ils s'alan+uissent et le soir ils rentrent 6 la maison' @ N2 @

.ei Tao Tchen dit !ue matin 5ournée et soir représentent les phases d'une lon+ue campa+ne' *ors donc !ue vous voudre1 atta!uer l'ennemi choisisse1 pour le )aire avec avanta+e le temps oJ les soldats sont censés devoir &tre )aibles ou )ati+ués' -ous aure1 pris auparavant vos précautions et vos troupes reposées et )ra#ches auront de leur cHté l'avanta+e de la )orce et de la vi+ueur' Tel est le contrHle du )acteur moral' 0i vous vo4e1 !ue l'ordre r,+ne dans les ran+s ennemis attende1 !u'il soit interrompu et !ue vous apercevie1 !uel!ue désordre' 0i leur trop +rande proximité vous o))us!ue ou vous +&ne éloi+ne12vous a)in de vous placer dans des dispositions plus sereines' Tel est le contrHle du )acteur mental' 0i vous vo4e1 !u'ils ont de l'ardeur attende1 !u'elle se ralentisse et !u'ils soient accablés sous le poids de l'ennui ou de la )ati+ue' Tel est le contrHle du )acteur ph4si!ue' 0'ils se sauvent sur des lieux élevés ne les 4 poursuive1 point V si vous &tes vous2m&me dans des lieux peu )avorables ne so4e1 pas lon+temps sans chan+er de situation' N'en+a+e1 pas le combat lors!ue l'ennemi déploie ses banni,res bien ran+ées et de )ormations en ran+ impressionnant V voil6 le contrHle des )acteurs de chan+ement des circonstances' 0i réduits au désespoir ils viennent pour vaincre ou pour périr évite1 leur rencontre' W un ennemi encerclé vous deve1 laisser une voie de sortie' 0i les ennemis réduits 6 l'extrémité abandonnent leur camp et veulent se )ra4er un chemin pour aller camper ailleurs ne les arr&te1 pas' 0'ils sont a+iles et lestes ne coure1 pas apr,s eux V s'ils man!uent de tout prévene1 leur désespoir' Ne vous acharne1 pas sur un ennemi aux abois' -oil6 6 peu pr,s ce !ue 5'avais 6 vous dire sur les di))érents avanta+es !ue vous deve1 t;cher de vous procurer lors!ue 6 la t&te d'une armée vous aure1 6 vous mesurer avec des ennemis !ui peut2&tre aussi prudents et aussi vaillants !ue vous ne pourraient &tre vaincus si vous n'use1 de votre part des petits strata+,mes dont 5e viens de parler'

@ NA @

Article &III

3es neu) chan+ements
@ 0un T1u dit R >rdinairement l'emploi des armées rel,ve du commandant en che) apr,s !ue le souverain l'a mandaté pour mobiliser le peuple et assembler l'armée' @ :' 0i vous &tes dans des lieux maréca+eux dans les lieux oJ il 4 a 6 craindre les inondations dans les lieux couverts d'épaisses )or&ts ou de monta+nes escarpées dans des lieux déserts et arides dans des lieux oJ il n'4 a !ue des rivi,res et des ruisseaux dans des lieux en)in d'oJ vous ne puissie1 aisément tirer du secours et oJ vous ne serie1 appu4é d'aucune )aIon t;che1 d'en sortir le plus promptement !u'il vous sera possible' Alle1 chercher !uel!ue endroit spacieux et vaste oJ vos troupes puissent s'étendre d'oJ elles puissent sortir aisément et oJ vos alliés puissent sans peine vous porter les secours dont vous pourrie1 avoir besoin' @ ::' Svite1 avec une extr&me attention de camper dans des lieux isolés V ou si la nécessité vous 4 )orce n'4 reste1 !u'autant de temps !u'il en )aut pour en sortir' Prene1 sur2le2champ des mesures e))icaces pour le )aire en sCreté et en bon ordre' @ :::' 0i vous vous trouve1 dans des lieux éloi+nés des sources des ruisseaux et des puits oJ vous ne trouvie1 pas aisément des vivres et du )ourra+e ne tarde1 pas de vous en tirer' Avant !ue de décamper vo4e1 si le lieu !ue vous choisisse1 est 6 l'abri par !uel!ue monta+ne au mo4en de la!uelle vous so4e1 6 couvert des surprises de l'ennemi si vous pouve1 en sortir aisément et si vous 4 ave1 les commodités nécessaires pour vous procurer les vivres et les autres provisions V s'il est tel n'hésite1 point 6 vous en emparer' @ :-' 0i vous &tes dans un lieu de mort cherche1 l'occasion de combattre' 8'appelle lieu de mort ces sortes d'endroits oJ l'on n'a aucune ressource oJ l'on dépérit insensiblement par l'intempérie de l'air oJ les provisions se consument peu 6 peu sans espérance d'en pouvoir )aire de nouvelles V oJ les maladies commenIant 6 se mettre dans l'armée semblent devoir 4 )aire bientHt de +rands rava+es' 0i vous vous trouve1 dans de telles circonstances h;te12vous de livrer !uel!ue combat' 8e vous réponds !ue vos troupes n'oublieront rien pour bien se battre' .ourir de la main des ennemis leur para#tra !uel!ue chose de bien doux au prix de tous les maux !u'ils voient pr&ts 6 )ondre sur eux et 6 les accabler' @ NE @

@ -' 0i par hasard ou par votre )aute votre armée se rencontrait dans des lieux plein de dé)ilés oJ l'on pourrait aisément vous tendre des embCches d'oJ il ne serait pas aisé de vous sauver en cas de poursuite oJ l'on pourrait vous couper les vivres et les chemins +arde12vous bien d'4 atta!uer l'ennemi V mais si l'ennemi vous 4 atta!ue combatte1 5us!u'6 la mort' Ne vous contente1 pas de !uel!ue petit avanta+e ou d'une demi victoire V ce pourrait &tre une amorce pour vous dé)aire enti,rement' 0o4e1 m&me sur vos +ardes apr,s !ue vous aure1 eu toutes les apparences d'une victoire compl,te' @ -:' =uand vous saure1 !u'une ville !uel!ue petite !u'elle soit est bien )orti)iée et abondamment pourvue de munitions de +uerre et de bouche +arde12vous bien d'en aller )aire le si,+e V et si vous n'&tes instruit de l'état oJ elle se trouve !u'apr,s !ue le si,+e en aura été ouvert ne vous obstine1 pas 6 vouloir le continuer vous courre1 le ris!ue de voir toutes vos )orces échouer contre cette place !ue vous sere1 en)in contraint d'abandonner piteusement' @ -::' Ne né+li+e1 pas de courir apr,s un petit avanta+e lors!ue vous pourre1 vous le procurer sCrement et sans aucune perte de votre part' Plusieurs de ces petits avanta+es !u'on pourrait ac!uérir et !u'on né+li+e occasionnent souvent de +randes pertes et des domma+es irréparables' @ -:::' Avant de son+er 6 vous procurer !uel!ue avanta+e compare12le avec le travail la peine les dépenses et les pertes d'hommes et de munitions !u'il pourra vous occasionner' 0ache1 6 peu pr,s si vous pourre1 le conserver aisément V apr,s cela vous vous déterminere1 6 le prendre ou 6 le laisser suivant les lois d'une saine prudence' @ :9' 3ans les occasions oJ il )audra prendre promptement son parti n'alle1 pas vouloir attendre les ordres du prince' 0'il est des cas oJ il )aille a+ir contre des ordres reIus n'hésite1 pas a+isse1 sans crainte' *a premi,re et principale intention de celui !ui vous met 6 la t&te de ses troupes est !ue vous so4e1 vain!ueur des ennemis' 0'il avait prévu la circonstance oJ vous vous trouve1 il vous aurait dicté lui2m&me la conduite !ue vous voule1 tenir' -oil6 ce !ue 5'appelle les neu) chan+ements ou les neu) circonstances principales !ui doivent vous en+a+er 6 chan+er la contenance ou la position de votre armée 6 chan+er de situation 6 aller ou 6 revenir 6 atta!uer ou 6 vous dé)endre 6 a+ir ou 6 vous tenir en repos' Un bon +énéral ne doit 5amais dire R =uoi !u'il arrive 5e )erai telle chose 5'irai l6 5'atta!uerai l'ennemi 5'assié+erai telle place' *a circonstance seule doit le déterminer V il ne doit pas s'en tenir 6 un s4st,me +énéral ni 6 une mani,re uni!ue de +ouverner' (ha!ue 5our cha!ue occasion cha!ue circonstance demande une application particuli,re des m&mes principes' *es principes sont bons en eux2m&mes V mais l'application !u'on en )ait les rend souvent mauvais' @ NK @

Un +rand +énéral doit savoir l'art des chan+ements' 0'il s'en tient 6 une connaissance va+ue de certains principes 6 une application routini,re des r,+les de l'art si ses méthodes de commandement sont dépourvues de souplesse s'il examine les situations con)ormément 6 !uel!ues schémas s'il prend ses résolutions d'une mani,re mécani!ue il ne mérite pas de commander' Un +énéral est un homme !ui par le ran+ !u'il occupe se trouve au2dessus d'une multitude d'autres hommes V il )aut par consé!uent !u'il sache +ouverner les hommes V il )aut !u'il sache les conduire V il )aut !u'il soit véritablement au2dessus d'eux non pas seulement par sa di+nité mais par son esprit par son savoir par sa capacité par sa conduite par sa )ermeté par son coura+e et par ses vertus' :l )aut !u'il sache distin+uer les vrais d'avec les )aux avanta+es les véritables pertes d'avec ce !ui n'en a !ue l'apparence V !u'il sache compenser l'un par l'autre et tirer parti de tout' :l )aut !u'il sache emplo4er 6 propos certains arti)ices pour tromper l'ennemi et !u'il se tienne sans cesse sur ses +ardes pour n'&tre pas trompé lui2m&me' :l ne doit i+norer aucun des pi,+es !u'on peut lui tendre il doit pénétrer tous les arti)ices de l'ennemi de !uel!ue nature !u'ils puissent &tre mais il ne doit pas pour cela vouloir deviner' Tene12vous sur vos +ardes vo4e12le venir éclaire1 ses démarches et toute sa conduite et conclue1' -ous courrie1 autrement le ris!ue de vous tromper et d'&tre la dupe ou la triste victime de vos con5ectures précipitées' 0i vous voule1 n'&tre 5amais e))ra4é par la multitude de vos travaux et de vos peines attende12vous tou5ours 6 tout ce !u'il 4 aura de plus dur et de plus pénible' Travaille1 sans cesse 6 susciter des peines 6 l'ennemi' -ous pourre1 le )aire de plus d'une )aIon mais voici ce !u'il 4 a d'essentiel en ce +enre' N'oublie1 rien pour lui débaucher ce !u'il 4 aura de mieux dans son parti R o))res présents caresses !ue rien ne soit omis' Trompe1 m&me s'il le )aut R en+a+e1 les +ens d'honneur !ui sont che1 lui 6 des actions honteuses et indi+nes de leur réputation 6 des actions dont ils aient lieu de rou+ir !uand elles seront sues et ne man!ue1 pas de les )aire divul+uer' %ntretene1 des liaisons secr,tes avec ce !u'il 4 a de plus vicieux che1 les ennemis V serve12vous2en pour aller 6 vos )ins en leur 5oi+nant d'autres vicieux' Traverse1 leur +ouvernement seme1 la dissension parmi leurs che)s )ournisse1 des su5ets de col,re aux uns contre les autres )aites2les murmurer contre leurs o))iciers ameute1 les o))iciers subalternes contre leurs supérieurs )aites en sorte !u'ils man!uent de vivres et de munitions répande1 parmi eux !uel!ues airs d'une musi!ue voluptueuse !ui leur amollisse le coeur envo4e12leur des )emmes pour achever de les corrompre t;che1 !u'ils sortent lors!u'il )audra !u'ils soient dans leur camp et !u'ils soient tran!uilles dans leur camp lors!u'il )audrait @ NL @

!u'ils tinssent la campa+ne V )aites leur donner sans cesse de )ausses alarmes et de )aux avis V en+a+e1 dans vos intér&ts les +ouverneurs de leurs provinces V voil6 6 peu pr,s ce !ue vous deve1 )aire si vous voule1 tromper par l'adresse et par la ruse' (eux des +énéraux !ui brillaient parmi nos Anciens étaient des hommes sa+es prévo4ants intrépides et durs au travail' :ls avaient tou5ours leurs sabres pendus 6 leurs cHtés ils ne présumaient 5amais !ue l'ennemi ne viendrait pas ils étaient tou5ours pr&ts 6 tout événement ils se rendaient invincibles et s'ils rencontraient l'ennemi ils n'avaient pas besoin d'attendre du secours pour se mesurer avec lui' *es troupes !u'ils commandaient étaient bien disciplinées et tou5ours disposées 6 )aire un coup de main au premier si+nal !u'ils leur en donnaient' (he1 eux la lecture et l'étude précédaient la +uerre et les 4 préparaient' :ls +ardaient avec soin leurs )ronti,res et ne man!uaient pas de bien )orti)ier leurs villes' :ls n'allaient pas contre l'ennemi lors!u'ils étaient instruits !u'il avait )ait tous ses préparati)s pour les bien recevoir V ils l'atta!uaient par ses endroits )aibles et dans le temps de sa paresse et de son oisiveté' Avant !ue de )inir cet article 5e dois vous prévenir contre cin! sortes de dan+ers d'autant plus 6 redouter !u'ils paraissent moins 6 craindre écueils )unestes contre les!uels la prudence et la bravoure ont échoué plus d'une )ois' @ :' *e premier est une trop +rande ardeur 6 a))ronter la mort V ardeur téméraire !u'on honore souvent des beaux noms de coura+e d'intrépidité et de valeur mais !ui au )ond ne mérite +u,re !ue celui de l;cheté' Un +énéral !ui s'expose sans nécessité comme le )erait un simple soldat !ui semble chercher les dan+ers et la mort !ui combat et !ui )ait combattre 5us!u'6 la derni,re extrémité est un homme !ui mérite de mourir' ('est un homme sans t&te !ui ne saurait trouver aucune ressource pour se tirer d'un mauvais pas V c'est un l;che !ui ne saurait sou))rir le moindre échec sans en &tre consterné et !ui se croit perdu si tout ne lui réussit' @ ::' *e deuxi,me est une trop +rande attention 6 conserver ses 5ours' >n se croit nécessaire 6 l'armée enti,re V on n'aurait +arde de s'exposer V on n'oserait pour cette raison se pourvoir de vivres che1 l'ennemi V tout )ait ombra+e tout )ait peur V on est tou5ours en suspens on ne se détermine 6 rien on attend une occasion plus )avorable on perd celle !ui se présente on ne )ait aucun mouvement V mais l'ennemi !ui est tou5ours attenti) pro)ite de tout et )ait bientHt perdre toute espérance 6 un +énéral ainsi prudent' :l l'enveloppera il lui coupera les vivres et le )era périr par le trop +rand amour !u'il avait de conserver sa vie'

@ NN @

@ :::' *e troisi,me est une col,re précipitée' Un +énéral !ui ne sait pas se modérer !ui n'est pas ma#tre de lui2m&me et !ui se laisse aller aux premiers mouvements d'indi+nation ou de col,re ne saurait man!uer d'&tre la dupe des ennemis' :ls le provo!ueront ils lui tendront mille pi,+es !ue sa )ureur l'emp&chera de reconna#tre et dans les!uels il donnera in)ailliblement' @ :-' *e !uatri,me est un point d'honneur mal entendu' Un +énéral ne doit pas se pi!uer mal 6 propos ni hors de raison V il doit savoir dissimuler V il ne doit point se découra+er apr,s !uel!ue mauvais succ,s ni croire !ue tout est perdu parce !u'il aura )ait !uel!ue )aute ou !u'il aura reIu !uel!ue échec' Pour vouloir réparer son honneur lé+,rement blessé on le perd !uel!ue)ois sans autre ressource' @ -' *e cin!ui,me en)in est une trop +rande complaisance ou une compassion trop douce pour le soldat' Un +énéral !ui n'ose punir !ui )erme les 4eux sur le désordre !ui craint !ue les siens ne soient tou5ours accablés sous le poids du travail et !ui n'oserait pour cette raison leur en imposer est un +énéral propre 6 tout perdre' (eux d'un ran+ in)érieur doivent avoir des peines V il )aut tou5ours avoir !uel!ue occupation 6 leur donner V il )aut !u'ils aient tou5ours !uel!ue chose 6 sou))rir' 0i vous voule1 tirer parti de leur service )aites en sorte !u'ils ne soient 5amais oisi)s' Punisse1 avec sévérité mais sans trop de ri+ueur' Procure1 des peines et du travail mais 5us!u'6 un certain point' Un +énéral doit se prémunir contre tous ces dan+ers' 0ans trop chercher 6 vivre ou 6 mourir il doit se conduire avec valeur et avec prudence suivant !ue les circonstances l'exi+ent' 0'il a de 5ustes raisons de se mettre en col,re !u'il le )asse mais !ue ce ne soit pas en ti+re !ui ne conna#t aucun )rein' 0'il croit !ue son honneur est blessé et !u'il veuille le réparer !ue ce soit en suivant les r,+les de la sa+esse et non pas les caprices d'une mauvaise honte' =u'il aime ses soldats !u'il les ména+e mais !ue ce soit avec discrétion' 0'il livre des batailles s'il )ait des mouvements dans son camp s'il assi,+e des villes s'il )ait des excursions !u'il 5oi+ne la ruse 6 la valeur la sa+esse 6 la )orce des armes V !u'il répare tran!uillement ses )autes lors!u'il aura eu le malheur d'en )aire V !u'il pro)ite de toutes celles de son ennemi et !u'il le mette souvent dans l'occasion d'en )aire de nouvelles' □ °°°

@ NO @

Article I7

3e la distribution des mo4ens
@ 0un T1u dit R

Avant !ue de )aire camper vos troupes sache1 dans !uelle position sont les ennemis mette12vous au )ait du terrain et choisisse1 ce !u'il 4 aura de plus avanta+eux pour vous' >n peut réduire 6 !uatre points principaux ces di))érentes situations'

@ :' 0i vous &tes dans le voisina+e de !uel!ue monta+ne +arde12vous bien de vous emparer de la partie !ui re+arde le nord V occupe1 au contraire le cHté du midi R cet avanta+e n'est pas d'une petite consé!uence' 3epuis le penchant de la monta+ne étende12vous en sCreté 5us!ue bien avant dans les vallons V vous 4 trouvere1 de l'eau et du )ourra+e en abondance V vous 4 sere1 é+a4é par la vue du soleil réchau))é par ses ra4ons et l'air !ue vous 4 respirere1 sera tout autrement salubre !ue celui !ue vous respirerie1 de l'autre cHté' 0i les ennemis viennent par derri,re la monta+ne dans le dessein de vous surprendre instruit par ceux !ue vous aure1 placé sur la cime vous vous retirere1 6 loisir si vous ne vous cro4e1 pas en état de leur )aire t&te V ou vous les attendre1 de pied )erme pour les combattre si vous 5u+e1 !ue vous puissie1 &tre vain!ueur sans trop ris!uer' (ependant ne combatte1 sur les hauteurs !ue lors!ue la nécessité vous 4 en+a+era surtout n'4 alle1 5amais chercher l'ennemi' @ ::' 0i vous &tes aupr,s de !uel!ue rivi,re approche12vous le plus !ue vous pourre1 de sa source V t;che1 d'en conna#tre tous les bas2)onds et tous les endroits !u'on peut passer 6 +ué' 0i vous ave1 6 la passer ne le )aites 5amais en présence de l'ennemi V mais si les ennemis plus hardis ou moins prudents !ue vous veulent en hasarder le passa+e ne les atta!ue1 point !ue la moitié de leurs +ens ne soit de l'autre cHté V vous combattre1 alors avec tout l'avanta+e de deux contre un' Pr,s des rivi,res m&mes tene1 tou5ours les hauteurs a)in de pouvoir découvrir au loin V n'attende1 pas l'ennemi pr,s des bords n'alle1 pas au2devant de lui V so4e1 tou5ours sur vos +ardes de peur !u'étant surpris vous n'a4e1 pas un lieu pour vous retirer en cas de malheur' @ :::' 0i vous &tes dans des lieux +lissants humides maréca+eux et malsains sorte12en le plus vite !ue vous pourre1 V vous ne saurie1 vous 4 arr&ter sans &tre exposé aux plus +rands inconvénients V la disette des vivres et les maladies viendraient bientHt vous 4 assié+er' 0i vous &tes contraint d'4 rester t;che1 d'en occuper les bords V +arde12vous bien d'aller trop avant' 0'il 4 a des )or&ts aux environs laisse12les derri,re vous' @ :-' 0i vous &tes en plaine dans des lieux unis et secs a4e1 tou5ours votre +auche 6 découvert V ména+e1 derri,re vous !uel!ue élévation d'oJ vos +ens puissent découvrir au loin' @ N9 @

=uand le devant de votre camp ne vous présentera !ue des ob5ets de mort a4e1 soin !ue les lieux !ui sont derri,re puissent vous o))rir des secours contre l'extr&me nécessité' Tels sont les avanta+es des di))érents campements V avanta+es précieux d'oJ dépend la plus +rande partie des succ,s militaires' ('est en particulier parce !u'il possédait 6 )ond l'art des campements !ue l'%mpereur 8aune triompha de ses ennemis et soumit 6 ses lois tous les princes voisins de ses Stats :l )aut conclure de tout ce !ue 5e viens de dire !ue les hauteurs sont en +énéral plus salutaires aux troupes !ue les lieux bas et pro)onds' 3ans les lieux élevés m&mes il 4 a un choix 6 )aire R c'est de camper tou5ours du cHté du midi parce !ue c'est l6 !u'on trouve l'abondance et la )ertilité' Un campement de cette nature est un avant2coureur de la victoire' *e contentement et la santé !ui sont la suite ordinaire d'une bonne nourriture prise sous un ciel pur donnent du coura+e et de la )orce au soldat tandis !ue la tristesse le mécontentement et les maladies l'épuisent l'énervent le rendent pusillanime et le découra+ent enti,rement' :l )aut conclure encore !ue les campements pr,s des rivi,res ont leurs avanta+es !u'il ne )aut pas né+li+er et leurs inconvénients !u'il )aut t;cher d'éviter avec un +rand soin' 8e ne saurais trop vous le répéter tene1 le haut de la rivi,re laisse12 en le courant aux ennemis' >utre !ue les +ués sont beaucoup plus )ré!uents vers la source les eaux en sont plus pures et plus salubres' *ors!ue les pluies auront )ormé !uel!ue torrent ou !u'elles auront +rossi le )leuve ou la rivi,re dont vous occupe1 les bords attende1 !uel!ue temps avant !ue de vous mettre en marche V surtout ne vous hasarde1 pas 6 passer de l'autre cHté attende1 pour le )aire !ue les eaux aient repris la tran!uillité de leur cours ordinaire' -ous en aure1 des preuves certaines si vous n'entende1 plus un certain bruit sourd !ui tient plus du )rémissement !ue du murmure si vous ne vo4e1 plus d'écume surna+er et si la terre ou le sable ne coulent plus avec l'eau' Pour ce !ui est des dé)ilés et des lieux entrecoupés par des précipices et par des rochers des lieux maréca+eux et +lissants des lieux étroits et couverts lors!ue la nécessité ou le hasard vous 4 aura conduit tire12vous2en le plus tHt !u'il vous sera possible éloi+ne12vous2en le plus tHt !ue vous pourre1' 0i vous en &tes loin l'ennemi en sera pr,s' 0i vous )u4e1 l'ennemi poursuivra et tombera peut2&tre dans les dan+ers !ue vous vene1 d'éviter'

@ O0 @

-ous deve1 encore &tre extr&mement en +arde contre une autre esp,ce de terrain' :l est des lieux couverts de broussailles ou de petits bois V il en est !ui sont pleins de hauts et de bas oJ l'on est sans cesse ou sur des collines ou dans des vallons dé)ie12 vous2en V so4e1 dans une attention continuelle' (es sortes de lieux peuvent &tre pleins d'embuscades V l'ennemi peut sortir 6 cha!ue instant vous surprendre tomber sur vous et vous tailler en pi,ces' 0i vous en &tes loin n'en approche1 pas V si vous en &tes pr,s ne vous mette1 pas en mouvement !ue vous n'a4e1 )ait reconna#tre tous les environs' 0i l'ennemi vient vous 4 atta!uer )aites en sorte !u'il ait tout le désavanta+e du terrain de son cHté' Pour vous ne l'atta!ue1 !ue lors!ue vous le verre1 6 découvert' %n)in !uel !ue soit le lieu de votre campement bon ou mauvais il )aut !ue vous en tirie1 parti V n'4 so4e1 5amais oisi) ni sans )aire !uel!ue tentative V éclaire1 toutes les démarches des ennemis V a4e1 des espions de distance en distance 5us!u'au milieu de leur camp 5us!ue sous la tente de leur +énéral' Ne né+li+e1 rien de tout ce !u'on pourra vous rapporter )aites attention 6 tout' 0i ceux de vos +ens !ue vous ave1 envo4és 6 la découverte vous )ont dire !ue les arbres sont en mouvement !uoi!ue par un temps calme conclue1 !ue l'ennemi est en marche' :l peut se )aire !u'il veuille venir 6 vous V dispose1 toutes choses prépare12 vous 6 le bien recevoir alle1 m&me au2devant de lui' 0i l'on vous rapporte !ue les champs sont couverts d'herbes et !ue ces herbes sont )ort hautes tene12vous sans cesse sur vos +ardes V veille1 continuellement de peur de !uel!ue surprise' 0i l'on vous dit !u'on a vu des oiseaux attroupés voler par bandes sans s'arr&ter so4e1 en dé)iance V on vient vous espionner ou vous tendre des pi,+es V mais si outre les oiseaux on voit encore un +rand nombre de !uadrup,des courir la campa+ne comme s'ils n'avaient point de +#te c'est une mar!ue !ue les ennemis sont aux a+uets' 0i l'on vous rapporte !u'on aperIoit au loin des tourbillons de poussi,re s'élever dans les airs conclue1 !ue les ennemis sont en marche' 3ans les endroits oJ la poussi,re est basse et épaisse sont les +ens de pied V dans les endroits oJ elle est moins épaisse et plus élevée sont la cavalerie et les chars' 0i l'on vous avertit !ue les ennemis sont dispersés et ne marchent !ue par pelotons c'est une mar!ue !u'ils ont eu 6 traverser !uel!ue bois !u'ils ont )ait des abattis et !u'ils sont )ati+ués V ils cherchent alors 6 se rassembler'

@ OQ @

0i vous apprene1 !u'on aperIoit dans les campa+nes des +ens de pied et des hommes 6 cheval aller et venir dispersés I6 et l6 par petites bandes ne doute1 pas !ue les ennemis ne soient campés' Tels sont les indices +énéraux dont vous deve1 t;cher de pro)iter tant pour savoir la position de ceux avec les!uels vous deve1 vous mesurer !ue pour )aire avorter leurs pro5ets et vous mettre 6 couvert de toute surprise de leur part' %n voici !uel!ues autres aux!uels vous deve1 une plus particuli,re attention' *ors!ue ceux de vos espions !ui sont pr,s du camp des ennemis vous )eront savoir !u'on 4 parle bas et d'une mani,re m4stérieuse !ue ces ennemis sont modestes dans leur )aIon d'a+ir et retenus dans tous leurs discours conclue1 !u'ils pensent 6 une action +énérale et !u'ils en )ont dé56 les préparati)s R alle1 6 eux sans perdre de temps' :ls veulent vous surprendre surprene12les vous2m&me' 0i vous apprene1 au contraire !u'ils sont bru4ants )iers et hautains dans leurs discours so4e1 certain !u'ils pensent 6 la retraite et !u'ils n'ont nullement envie d'en venir aux mains' *ors!u'on vous )era savoir !u'on a vu !uantité de chars vides précéder leur armée prépare12vous 6 combattre car les ennemis viennent 6 vous en ordre de bataille' Parde12vous bien d'écouter alors les propositions de paix ou d'alliance !u'ils pourraient vous )aire ce ne serait !u'un arti)ice de leur part' 0'ils )ont des marches )orcées c'est !u'ils croient courir 6 la victoire V s'ils vont et viennent s'ils avancent en partie et !u'ils reculent autant c'est !u'ils veulent vous attirer au combat V si la plupart du temps debout et sans rien )aire ils s'appuient sur leurs armes comme sur des b;tons c'est !u'ils sont aux expédients !u'ils meurent pres!ue de )aim et !u'ils pensent 6 se procurer de !uoi vivre V si passant pr,s de !uel!ue rivi,re ils courent tous en désordre pour se désaltérer c'est !u'ils ont sou))ert de la soi) V si leur a4ant présenté l'app;t de !uel!ue chose d'utile pour eux sans cependant !u'ils aient su ou voulu en pro)iter c'est !u'ils se dé)ient ou !u'ils ont peur V s'ils n'ont pas le coura+e d'avancer !uoi!u'ils soient dans les circonstances oJ il )aille le )aire c'est !u'ils sont dans l'embarras dans les in!uiétudes et les soucis' >utre ce !ue 5e viens de dire attache12vous en particulier 6 savoir tous leurs di))érents campements' -ous pourre1 les conna#tre au mo4en des oiseaux !ue vous verre1 attroupés dans certains endroits' %t si leurs campements ont été )ré!uents vous pourre1 conclure !u'ils ont peu d'habileté dans la connaissance des lieux' *e vol des oiseaux ou les cris de ceux2ci peuvent vous indi!uer la présence d'embuscades invisibles'

@ O2 @

0i vous apprene1 !ue dans le camp des ennemis il 4 a des )estins continuels !u'on 4 boit et !u'on 4 man+e avec )racas so4e12en bien aise V c'est une preuve in)aillible !ue leurs +énéraux n'ont point d'autorité' 0i leurs étendards chan+ent souvent de place c'est une preuve !u'ils ne savent 6 !uoi se déterminer et !ue le désordre r,+ne parmi eux' 0i les soldats se +roupent continuellement et chuchotent entre eux c'est !ue le +énéral a perdu la con)iance de son armée' *'exc,s de récompenses et de punitions montre !ue le commandement est au bout de ses ressources et dans une +rande détresse V si l'armée va m&me 5us!u'6 se saborder et briser ses marmites c'est la preuve !u'elle est aux abois et !u'elle se battra 5us!u'6 la mort' 0i leurs o))iciers subalternes sont in!uiets mécontents et !u'ils se );chent pour la moindre chose c'est une preuve !u'ils sont ennu4és ou accablés sous le poids d'une )ati+ue inutile' 0i dans di))érents !uartiers de leur camp on tue )urtivement des chevaux dont on permette ensuite de man+er la chair c'est une preuve !ue leurs provisions sont sur la )in' Telles sont les attentions !ue vous deve1 6 toutes les démarches !ue peuvent )aire les ennemis' Une telle minutie dans les détails peut vous para#tre super)lue mais mon dessein est de vous prévenir sur tout et de vous convaincre !ue rien de tout ce !ui peut contribuer 6 vous )aire triompher n'est petit' *'expérience me l'a appris elle vous l'apprendra de m&me V 5e souhaite !ue ce ne soit pas 6 vos dépens' %ncore une )ois éclaire1 toutes les démarches de l'ennemi !uelles !u'elles puissent &tre V mais veille1 aussi sur vos propres troupes a4e1 l'oeil 6 tout sache1 tout emp&che1 les vols et les bri+anda+es la débauche et l'ivro+nerie les mécontentements et les cabales la paresse et l'oisiveté' 0ans !u'il soit nécessaire !u'on vous en instruise vous pourre1 conna#tre par vous2m&me ceux de vos +ens !ui seront dans le cas et voici comment' 0i !uel!ues2uns de vos soldats lors!u'ils chan+ent de poste ou de !uartier ont laissé tomber !uel!ue chose !uoi!ue de petite valeur et !u'ils n'aient pas voulu se donner la peine de la ramasser V s'ils ont oublié !uel!ue ustensile dans leur premi,re station et !u'ils ne le réclament point conclue1 !ue ce sont des voleurs punisse12les comme tels'

@ OA @

0i dans votre armée on a des entretiens secrets si l'on 4 parle souvent 6 l'oreille ou 6 voix basse s'il 4 a des choses !u'on n'ose dire !u'6 demi2mot conclue1 !ue la peur s'est +lissée parmi vos +ens !ue le mécontentement va suivre et !ue les cabales ne tarderont pas 6 se )ormer R h;te12vous d'4 mettre ordre' 0i vos troupes paraissent pauvres et !u'elles man!uent !uel!ue)ois d'un certain petit nécessaire V outre la solde ordinaire )aites2leur distribuer !uel!ue somme d'ar+ent mais +arde12 vous bien d'&tre trop libéral l'abondance d'ar+ent est souvent plus )uneste !u'elle n'est avanta+euse et plus pré5udiciable !u'utile V par l'abus !u'on en )ait elle est la source de la corruption des coeurs et la m,re de tous les vices' 0i vos soldats d'audacieux !u'ils étaient auparavant deviennent timides et crainti)s si che1 eux la )aiblesse a pris la place de la )orce la bassesse celle de la ma+nanimité so4e1 sCr !ue leur coeur est +;té V cherche1 la cause de leur dépravation et tranche12la 5us!u'6 la racine' 0i sous divers prétextes !uel!ues2uns vous demandent leur con+é c'est !u'ils n'ont pas envie de combattre ne les re)use1 pas tous V mais en l'accordant 6 plusieurs !ue ce soit 6 des conditions honteuses' 0'ils viennent en troupe vous demander 5ustice d'un ton mutin et col,re écoute1 leurs raisons a4e124 é+ard V mais en leur donnant satis)action d'un cHté punisse12les tr,s sév,rement de l'autre' 0i lors!ue vous aure1 )ait appeler !uel!u'un il n'obéit pas promptement s'il est lon+temps 6 se rendre 6 vos ordres et si apr,s !ue vous aure1 )ini de lui si+ni)ier vos volontés il ne se retire pas dé)ie12vous so4e1 sur vos +ardes' %n un mot la conduite des troupes demande des attentions continuelles de la part d'un +énéral' 0ans !uitter de vue l'armée des ennemis il )aut sans cesse éclairer la vHtre V sache1 lors!ue le nombre des ennemis au+mentera so4e1 in)ormé de la mort ou de la désertion du moindre de vos soldats' 0i l'armée ennemie est in)érieure 6 la vHtre et si elle n'ose pour cette raison se mesurer 6 vous alle1 l'atta!uer sans délai ne lui donne1 pas le temps de se ren)orcer V une seule bataille est décisive dans ces occasions' .ais si sans &tre au )ait de la situation actuelle des ennemis et sans avoir mis ordre 6 tout vous vous avise1 de les harceler pour les en+a+er 6 un combat vous coure1 le ris!ue de tomber dans ses pi,+es de vous )aire battre et de vous perdre sans ressource'

@ OE @

0i vous ne maintene1 une exacte discipline dans votre armée si vous ne punisse1 pas exactement 5us!u'6 la moindre )aute vous ne sere1 bientHt plus respecté votre autorité m&me en sou))rira et les ch;timents !ue vous pourre1 emplo4er dans la suite bien loin d'arr&ter les )autes ne serviront !u'6 au+menter le nombre des coupables' >r si vous n'&tes ni craint ni respecté si vous n'ave1 !u'une autorité )aible et dont vous ne saurie1 vous servir sans dan+er comment pourre12vous &tre avec honneur 6 la t&te d'une armée $ (omment pourre12vous vous opposer aux ennemis de l'Stat $ =uand vous aure1 6 punir )aites2le de bonne heure et 6 mesure !ue les )autes l'exi+ent' =uand vous aure1 des ordres 6 donner ne les donne1 point !ue vous ne so4e1 sCr !ue vous sere1 exactement obéi' :nstruise1 vos troupes mais instruise12les 6 propos V ne les ennu4e1 point ne les )ati+ue1 point sans nécessité V tout ce !u'elles peuvent )aire de bon ou de mauvais de bien ou de mal est entre vos mains' 3ans la +uerre le +rand nombre seul ne con),re pas l'avanta+e V n'avance1 pas en comptant sur la seule puissance militaire' Une armée composée des m&mes hommes peut &tre tr,s méprisable !uand elle sera commandée par tel +énéral tandis !u'elle sera invincible commandée par tel autre' □ °°°

@ OK @

Article 7

3e la topolo+ie
@ 0un T1u dit R 0ur la sur)ace de la terre tous les lieux ne sont pas é!uivalents V il 4 en a !ue vous deve1 )uir et d'autres !ui doivent &tre l'ob5et de vos recherches V tous doivent vous &tre par)aitement connus' 3ans les premiers sont 6 ran+er ceux !ui n'o))rent !ue d'étroits passa+es !ui sont bordés de rochers ou de précipices !ui n'ont pas d'acc,s )acile avec les espaces libres des!uels vous pouve1 attendre du secours' 0i vous &tes le premier 6 occuper ce terrain blo!ue1 les passa+es et attende1 l'ennemi V si l'ennemi est sur place avant vous ne l'4 suive1 pas 6 moins !u'il n'ait pas )ermé compl,tement les dé)ilés' A4e12en une exacte connaissance pour ne pas 4 en+a+er votre armée mal 6 propos' Fecherche1 au contraire un lieu dans le!uel il 4 aurait une monta+ne asse1 haute pour vous dé)endre de toute surprise oJ l'on pourrait arriver et d'oJ l'on pourrait sortir par plusieurs chemins !ui vous seraient par)aitement connus oJ les vivres seraient en abondance oJ les eaux ne sauraient man!uer oJ l'air serait salubre et le terrain asse1 uni V un tel lieu doit )aire l'ob5et de vos plus ardentes recherches' .ais soit !ue vous voulie1 vous emparer de !uel!ue campement avanta+eux soit !ue vous cherchie1 6 éviter des lieux dan+ereux ou peu commodes use1 d'une extr&me dili+ence persuadé !ue l'ennemi a le m&me ob5et !ue vous' 0i le lieu !ue vous ave1 dessein de choisir est autant 6 la portée des ennemis !u'6 la vHtre si les ennemis peuvent s'4 rendre aussi aisément !ue vous il s'a+it de les devancer' Pour cela )aites des marches pendant la nuit mais arr&te12vous au lever du soleil et s'il se peut !ue ce soit tou5ours sur !uel!ue éminence a)in de pouvoir découvrir au loin V attende1 alors !ue vos provisions et tout votre ba+a+e soient arrivés V si l'ennemi vient 6 vous vous l'attendre1 de pied )erme et vous pourre1 le combattre avec avanta+e' Ne vous en+a+e1 5amais dans ces sortes de lieu oJ l'on peut aller tr,s aisément mais d'oJ l'on ne peut sortir !u'avec beaucoup de peine et une extr&me di))iculté V si l'ennemi laisse un pareil camp enti,rement libre c'est !u'il cherche 6 vous leurrer V +arde12vous bien d'avancer mais trompe12le en pliant ba+a+e' 0'il est asse1 imprudent pour vous suivre il sera obli+é de traverser ce terrain scabreux' @ OL @

*ors!u'il 4 aura en+a+é la moitié de ses troupes alle1 6 lui il ne saurait vous échapper )rappe12le avanta+eusement et vous le vaincre1 sans beaucoup de travail' Une )ois !ue vous sere1 campé avec tout l'avanta+e du terrain attende1 tran!uillement !ue l'ennemi )asse les premi,res démarches et !u'il se mette en mouvement' 0'il vient 6 vous en ordre de bataille n'alle1 au2devant de lui !ue lors!ue vous verre1 !u'il lui sera di))icile de retourner sur ses pas' Un ennemi bien préparé pour le combat et contre !ui votre atta!ue a échoué est dan+ereux R ne revene1 pas 6 une seconde char+e retire12vous dans votre camp si vous le pouve1 et n'en sorte1 pas !ue vous ne vo4ie1 clairement !ue vous le pouve1 sans dan+er' -ous deve1 vous attendre !ue l'ennemi )era 5ouer bien des ressorts pour vous attirer R rende1 inutiles tous les arti)ices !u'il pourrait emplo4er' 0i votre rival vous a prévenu et !u'il ait pris son camp dans le lieu oJ vous aurie1 dC prendre le vHtre c'est262dire dans le lieu le plus avanta+eux ne vous amuse1 point 6 vouloir l'en délo+er en emplo4ant les strata+,mes communs V vous travaillerie1 inutilement' 0i la distance entre vous et lui est asse1 considérable et !ue les deux armées sont 6 peu pr,s é+ales il ne tombera pas aisément dans les pi,+es !ue vous lui tendre1 pour l'attirer au combat R ne perde1 pas votre temps inutilement vous réussire1 mieux d'un autre cHté' A4e1 pour principe !ue votre ennemi cherche ses avanta+es avec autant d'empressement !ue vous pouve1 chercher les vHtres R emplo4e1 toute votre industrie 6 lui donner le chan+e de ce cHté2l6 V mais surtout ne le prene1 pas vous2m&me' Pour cela n'oublie1 5amais !u'on peut tromper ou &tre trompé de bien des )aIons' 8e ne vous en rappellerai !ue six principales parce !u'elles sont les sources d'oJ dérivent toutes les autres' *a premi,re consiste dans la marche des troupes *a deuxi,me dans leurs di))érents arran+ements' *a troisi,me dans leur position dans des lieux bourbeux' *a !uatri,me dans leur désordre' *a cin!ui,me dans leur dépérissement' %t la sixi,me dans leur )uite' Un +énéral !ui recevrait !uel!ue échec )aute de ces connaissances aurait tort d'accuser le (iel de son malheur V il doit se l'attribuer tout entier'

@ ON @

0i celui !ui est 6 la t&te des armées né+li+e de s'instruire 6 )ond de tout ce !ui a rapport aux troupes !u'il doit mener au combat et 6 celles !u'il doit combattre V s'il ne conna#t pas exactement le terrain oJ il est actuellement celui oJ il doit se rendre celui oJ l'on peut se retirer en cas de malheur celui oJ l'on peut )eindre d'aller sans avoir d'autre envie !ue celle d'4 attirer l'ennemi et celui oJ il peut &tre )orcé de s'arr&ter lors!u'il n'aura pas lieu de s'4 attendre V s'il )ait mouvoir son armée hors de propos V s'il n'est pas instruit de tous les mouvements de l'armée ennemie et des desseins !u'elle peut avoir dans la conduite !u'elle tient V s'il divise ses troupes sans nécessité ou sans 4 &tre comme )orcé par la nature du lieu oJ il se trouve ou sans avoir prévu tous les inconvénients !ui pourraient en résulter ou sans une certitude de !uel!ue avanta+e réel de cette dispersion V s'il sou))re !ue le désordre s'insinue peu 6 peu dans son armée ou si sur des indices incertains il se persuade trop aisément !ue le désordre r,+ne dans l'armée ennemie et !u'il a+isse en consé!uence V si son armée dépérit insensiblement sans !u'il se mette en devoir d'4 apporter un prompt rem,de V un tel +énéral ne peut &tre !ue la dupe des ennemis !ui lui donneront le chan+e par des )uites étudiées par des marches )eintes et par un total de conduite dont il ne saurait man!uer d'&tre la victime' *es maximes suivantes doivent vous servir de r,+les pour toutes vos actions' 0i votre armée et celle de l'ennemi sont 6 peu pr,s en nombre é+al et d'é+ale )orce il )aut !ue des dix parties des avanta+es du terrain vous en a4e1 neu) pour vous V mette1 toute votre application emplo4e1 tous vos e))orts et toute votre industrie pour vous les procurer' 0i vous les posséde1 votre ennemi se trouvera réduit 6 n'oser se montrer devant vous et 6 prendre la )uite d,s !ue vous para#tre1 V ou s'il est asse1 imprudent pour vouloir en venir 6 un combat vous le combattre1 avec l'avanta+e de dix contre un' *e contraire arrivera si par né+li+ence ou )aute d'habileté vous lui ave1 laissé le temps et les occasions de se procurer ce !ue vous n'ave1 pas' 3ans !uel!ue position !ue vous puissie1 &tre si pendant !ue vos soldats sont )orts et pleins de valeur vos o))iciers sont )aibles et l;ches votre armée ne saurait man!uer d'avoir le dessous V si au contraire la )orce et la valeur se trouve uni!uement ren)ermées dans les o))iciers tandis !ue la )aiblesse et la l;cheté domineront dans le coeur des soldats votre armée sera bientHt en déroute V car les soldats pleins de coura+e et de valeur ne voudront pas se déshonorer V ils ne voudront 5amais !ue ce !ue des o))iciers l;ches et timides ne sauraient leur accorder de m&me des o))iciers vaillants et intrépides seront 6 coup sCr mal obéis par des soldats timides et poltrons' @ OO @

0i les o))iciers +énéraux sont )aciles 6 s'en)lammer et s'ils ne savent ni dissimuler ni mettre un )rein 6 leur col,re !uel !u'en puisse &tre le su5et ils s'en+a+eront d'eux2m&mes dans des actions ou de petits combats dont ils ne se tireront pas avec honneur parce !u'ils les auront commencés avec précipitation et !u'ils n'en auront pas prévu les inconvénients et toutes les suites V il arrivera m&me !u'ils a+iront contre l'intention expresse du +énéral sous divers prétextes !u'ils t;cheront de rendre plausibles V et d'une action particuli,re commencée étourdiment et contre toutes les r,+les on en viendra 6 un combat +énéral dont tout l'avanta+e sera du cHté de l'ennemi' -eille1 sur de tels o))iciers ne les éloi+ne1 5amais de vos cHtés V !uel!ues +randes !ualités !u'ils puissent avoir d'ailleurs ils vous causeraient de +rands pré5udices peut2&tre m&me la perte de votre armée enti,re' 0i un +énéral est pusillanime il n'aura pas les sentiments d'honneur !ui conviennent 6 une personne de son ran+ il man!uera du talent essentiel de donner de l'ardeur aux troupes V il ralentira leur coura+e dans le temps !u'il )audrait le ranimer V il ne saura ni les instruire ni les dresser 6 propos V il ne croira 5amais devoir compter sur les lumi,res la valeur et l'habileté des o))iciers !ui lui sont soumis les o))iciers eux2m&mes ne sauront 6 !uoi s'en tenir V il )era )aire mille )ausses démarches 6 ses troupes !u'il voudra disposer tantHt d'une )aIon et tantHt d'une autre sans suivre aucun s4st,me sans aucune méthode V il hésitera sur tout il ne se décidera sur rien partout il ne verra !ue des su5ets de crainte V et alors le désordre et un désordre +énéral ré+nera dans son armée' 0i un +énéral i+nore les )orces et )aiblesses de l'ennemi contre le!uel il a 6 combattre s'il n'est pas instruit 6 )ond tant des lieux !u'il occupe actuellement !ue de ceux !u'il peut occuper suivant les di))érents événements il lui arrivera d'opposer 6 ce !u'il 4 a de plus )ort dans l'armée ennemie ce !u'il 4 a de plus )aible dans la sienne 6 envo4er ses troupes )aibles et mal a+uerries contre les troupes )ortes ou contre celles !ui n'ont aucune considération che1 l'ennemi 6 ne pas choisir des troupes d'élite pour son avant2+arde 6 )aire atta!uer par oJ il ne )audrait pas le )aire 6 laisser périr )aute de secours ceux des siens !ui se trouveraient hors d'état de résister 6 se dé)endre mal 6 propos dans un mauvais poste 6 céder lé+,rement un poste de la derni,re importance V dans ces sortes d'occasions il comptera sur !uel!ue avanta+e ima+inaire !ui ne sera !u'un e))et de la politi!ue de l'ennemi ou bien il perdra coura+e apr,s un échec !ui ne devrait &tre compté pour rien' :l se trouvera poursuivi sans s'4 &tre attendu il se trouvera enveloppé' >n le combattra vivement heureux alors s'il peut trouver son salut dans la )uite'

@ O9 @

('est pour!uoi pour en revenir au su5et !ui )ait la mati,re de cet article un bon +énéral doit conna#tre tous les lieux !ui sont ou !ui peuvent &tre le thé;tre de la +uerre aussi distinctement !u'il conna#t tous les coins et recoins des cours et des 5ardins de sa propre maison' 8'a5oute dans cet article !u'une connaissance exacte du terrain est ce !u'il 4 a de plus essentiel parmi les matériaux !u'on peut emplo4er pour un édi)ice aussi important 6 la tran!uillité et 6 la +loire de Stat Ainsi un homme !ue la naissance oJ les événements semblent destiner 6 la di+nité de +énéral doit emplo4er tous ses soins et )aire tous ses e))orts pour se rendre habile dans cette partie de l'art des +uerriers' Avec une connaissance exacte du terrain un +énéral peut se tirer d'a))aire dans les circonstances les plus criti!ues' :l peut se procurer les secours !ui lui man!uent il peut emp&cher ceux !u'on envoie 6 l'ennemi V il peut avancer reculer et ré+ler toutes ses démarches comme il le 5u+era 6 propos V il peut disposer des marches de son ennemi et )aire 6 son +ré !u'il avance ou !u'il recule V il peut le harceler sans crainte d'&tre surpris lui2m&me V il peut l'incommoder de mille mani,res et parer de son cHté 6 tous les domma+es !u'on voudrait lui causer' (alculer les distances et les de+rés de di))iculté du terrain c'est contrHler la victoire' (elui !ui combat avec la pleine connaissance de ces )acteurs est certain de +a+ner V il peut en)in )inir ou prolon+er la campa+ne selon !u'il le 5u+era plus expédient pour sa +loire ou pour ses intér&ts' -ous pouve1 compter sur une victoire certaine si vous connaisse1 tous les tours et tous les détours tous les hauts et les bas tous les allants et les aboutissants de tous les lieux !ue les deux armées peuvent occuper depuis les plus pr,s 5us!u'6 ceux !ui sont les plus éloi+nés parce !u'avec cette connaissance vous saure1 !uelle )orme il sera plus 6 propos de donner aux di))érents corps de vos troupes vous saure1 sCrement !uand il sera 6 propos de combattre ou lors!u'il )audra di))érer la bataille vous saure1 interpréter la volonté du souverain suivant les circonstances !uels !ue puissent &tre les ordres !ue vous en aure1 reIus V vous le servire1 véritablement en suivant vos lumi,res présentes vous ne contractere1 aucune tache !ui puisse souiller votre réputation et vous ne sere1 point exposé 6 périr i+nominieusement pour avoir obéi' Un +énéral malheureux est tou5ours un +énéral coupable''' 0ervir votre prince )aire l'avanta+e de Stat et le bonheur des peuples c'est ce !ue vous deve1 avoir en vue V remplisse1 ce triple ob5et vous ave1 atteint le but'

@ 90 @

3ans !uel!ue esp,ce de terrain !ue vous so4e1 vous deve1 re+arder vos troupes comme des en)ants !ui i+norent tout et !ui ne sauraient )aire un pas V il )aut !u'elles soient conduites V vous deve1 les re+arder dis25e comme vos propres en)ants V il )aut les conduire vous2m&me' Ainsi s'il s'a+it d'a))ronter les hasards !ue vos +ens ne les a))rontent pas seuls et !u'ils ne les a))rontent !u'6 votre suite' 0'il s'a+it de mourir !u'ils meurent mais moure1 avec eux' 8e dis !ue vous deve1 aimer tous ceux !ui sont sous votre conduite comme vous aimerie1 vos propres en)ants' :l ne )aut pas cependant en )aire des en)ants +;tés V ils seraient tels si vous ne les corri+ie1 pas lors!u'ils méritent de l'&tre si !uoi!ue plein d'attention d'é+ards et de tendresse pour eux vous ne pouvie1 pas les +ouverner ils se montreraient insoumis et peu empressés 6 répondre 6 vos désirs' 3ans !uel!ue esp,ce de terrain !ue vous so4e1 si vous &tes au )ait de tout ce !ui le concerne si vous save1 m&me par !uel endroit il )aut atta!uer l'ennemi mais si vous i+nore1 s'il est actuellement en état de dé)ense ou non s'il est disposé 6 vous bien recevoir et s'il a )ait les préparati)s nécessaires 6 tout événement vos chances de victoire sont réduites de moitié' =uoi!ue vous a4e1 une pleine connaissance de tous les lieux !ue vous sachie1 m&me !ue les ennemis peuvent &tre atta!ués et par !uel cHté ils doivent l'&tre si vous n'ave1 pas des indices certains !ue vos propres troupes peuvent atta!uer avec avanta+e 5'ose vous le dire vos chances de victoire sont réduites de moitié' 0i vous &tes au )ait de l'état actuel des deux armées si vous save1 en m&me temps !ue vos troupes sont en état d'atta!uer avec avanta+e et !ue celles de l'ennemi leur sont in)érieures en )orce et en nombre mais si vous ne connaisse1 pas tous les coins et recoins des lieux voisins et 6 l'entour vous ne saure1 s'il est invulnérable 6 l'atta!ue V 5e vous l'assure vos chances de victoire sont réduites de moitié' (eux !ui sont véritablement habiles dans l'art militaire )ont toutes leurs marches sans désavanta+e tous leurs mouvements sans désordre toutes leurs atta!ues 6 coup sCr toutes leurs dé)enses sans surprise leurs campements avec choix leurs retraites par s4st,me et avec méthode V ils connaissent leurs propres )orces ils savent !uelles sont celles de l'ennemi ils sont instruits de tout ce !ui concerne les lieux' 3onc 5e dis R (onnais toi toi2m&me connais ton ennemi ta victoire ne sera 5amais mise en dan+er' (onnais le terrain connais ton temps ta victoire sera alors totale' @ 9Q @

Article 7I

3es neu)s sortes de terrain
@ 0un T1u dit R :l 4 a neu) sortes de lieux !ui peuvent &tre 6 l'avanta+e ou au détriment de l'une ou de l'autre armée' Q° 2° A° E° K° L° N° O° 9° 3es lieux de division ou de dispersion' 3es lieux lé+ers' 3es lieux !ui peuvent &tre disputés' 3es lieux de réunion' 3es lieux pleins et unis' 3es lieux 6 plusieurs issues' 3es lieux +raves et importants' 3es lieux +;tés ou détruits' 3es lieux de mort'

@ :' 8'appelle lieux de division ou de dispersion ceux !ui sont pr,s des )ronti,res dans nos possessions' 3es troupes !ui se tiendraient trop lon+temps sans nécessité au voisina+e de leurs )o4ers sont composées d'hommes !ui ont plus envie de perpétuer leur race !ue de s'exposer 6 la mort' W la premi,re nouvelle !ui se répandra de l'approche des ennemis ou de !uel!ue prochaine bataille le +énéral ne saura !uel parti prendre ni 6 !uoi se déterminer !uand il verra ce +rand appareil militaire se dissiper et s'évanouir comme un nua+e poussé par les vents' @ ::' 8'appelle lieux lé+ers ou de lé+,reté ceux !ui sont pr,s des )ronti,res mais pén,trent par une br,che sur les terres des ennemis' (es sortes de lieux n'ont rien !ui puisse )ixer' >n peut re+arder sans cesse derri,re soi et le retour étant trop aisé il )ait na#tre le désir de l'entreprendre 6 la premi,re occasion R l'inconstance et le caprice trouvent in)ailliblement de !uoi se contenter' @ :::' *es lieux !ui sont 6 la bienséance des deux armées oJ l'ennemi peut trouver son avanta+e aussi bien !ue nous pouvons trouver le nHtre oJ l'on peut )aire un campement dont la position indépendamment de son utilité propre peut nuire au parti opposé et traverser !uel!ues2unes de ses vues V ces sortes de lieux peuvent &tre disputés ils doivent m&me l'&tre' (e sont l6 des terrains clés' @ :-' Par les lieux de réunion 5'entends ceux oJ nous ne pouvons +u,re man!uer de nous rendre et dans les!uels l'ennemi ne saurait pres!ue man!uer de se rendre aussi ceux encore oJ l'ennemi aussi 6 portée de ses )ronti,res !ue vous l'&tes des vHtres @ 92 @

trouverait ainsi !ue vous sa sCreté en cas de malheur ou les occasions de suivre sa bonne )ortune s'il avait d'abord du succ,s' (e sont l6 des lieux !ui permettent d'entrer en communication avec l'armée ennemie ainsi !ue les 1ones de repli' @ -' *es lieux !ue 5'appelle simplement pleins et unis sont ceux !ui par leur con)i+uration et leurs dimensions permettent leur utilisation par les deux armées mais parce !u'ils sont au plus pro)ond du territoire ennemi ne doivent pas vous inciter 6 livrer bataille 6 moins !ue la nécessité ne vous 4 contrai+ne ou !ue vous n'4 so4e1 )orcé par l'ennemi !ui ne vous laisserait aucun mo4en de pouvoir l'éviter' @ -:' *es lieux 6 plusieurs issues dont 5e veux parler ici sont ceux en particulier !ui permettent la 5onction entre les di))érents Stats !ui les entourent' (es lieux )orment le noeud des di))érents secours !ue peuvent apporter les princes voisins 6 celle des deux parties !u'il leur plaira de )avoriser' @ -::' *es lieux !ue 5e nomme +raves et importants sont ceux !ui placés dans les Stats ennemis présentent de tous cHtés des villes des )orteresses des monta+nes des dé)ilés des eaux des ponts 6 passer des campa+nes arides 6 traverser ou telle autre chose de cette nature' @ -:::' *es lieux oJ tout serait 6 l'étroit oJ une partie de l'armée ne serait pas 6 portée de voir l'autre ni de la secourir oJ il 4 aurait des lacs des marais des torrents ou !uel!ue mauvaise rivi,re oJ l'on ne saurait marcher !u'avec de +randes )ati+ues et beaucoup d'embarras oJ l'on ne pourrait aller !ue par pelotons sont ceux !ue 5'appelle +;tés ou détruits' @ :9' %n)in par des lieux de mort 5'entends tous ceux oJ l'on se trouve tellement réduit !ue !uel!ue parti !ue l'on prenne on est tou5ours en dan+er V 5'entends des lieux dans les!uels si l'on combat on court évidemment le ris!ue d'&tre battu dans les!uels si l'on reste tran!uille on se voit sur le point de périr de )aim de mis,re ou de maladie V des lieux en un mot oJ l'on ne saurait rester et oJ l'on ne peut survivre !ue tr,s di))icilement en combattant avec le coura+e du désespoir' Telles sont les neu) sortes de terrain dont 5'avais 6 vous parler V apprene1 6 les conna#tre pour vous en dé)ier ou pour en tirer parti' *ors!ue vous ne sere1 encore !ue dans des lieux de division contene1 bien vos troupes V mais surtout ne livre1 5amais de bataille !uel!ue )avorables !ue les circonstances puissent vous para#tre' *a vue de leur pa4s et la )acilité du retour occasionneraient bien des l;chetés R bientHt les campa+nes seraient couvertes de )u4ards' @ 9A @

0i vous &tes dans des lieux lé+ers n'4 établisse1 point votre camp' -otre armée ne s'étant point encore saisie d'aucune ville d'aucune )orteresse ni d'aucun poste important dans les possessions des ennemis n'a4ant derri,re soi aucune di+ue !ui puisse l'arr&ter vo4ant des di))icultés des peines et des embarras pour aller plus avant il n'est pas douteux !u'elle ne soit tentée de pré)érer ce !ui lui para#t le plus aisé 6 ce !ui lui semblera di))icile et plein de dan+ers' 0i vous ave1 reconnu de ces sortes de lieux !ui vous paraissent devoir &tre disputés commence1 par vous en emparer R ne donne1 pas 6 l'ennemi le temps de se reconna#tre emplo4e1 toute votre dili+ence !ue les )ormations ne se séparent pas )aites tous vos e))orts pour vous en mettre dans une enti,re possession V mais ne livre1 point de combat pour en chasser l'ennemi' 0'il vous a prévenu use1 de )inesse pour l'en délo+er mais si vous 4 &tes une )ois n'en délo+e1 pas' Pour ce !ui est des lieux de réunion t;che1 de vous 4 rendre avant l'ennemi V )aites en sorte !ue vous a4e1 une communication libre de tous les cHtés V !ue vos chevaux vos chariots et tout votre ba+a+e puissent aller et venir sans dan+er' N'oublie1 rien de tout ce !ui est en votre pouvoir pour vous assurer de la bonne volonté des peuples voisins recherche12la demande12la achete12la obtene12la 6 !uel!ue prix !ue ce soit elle vous est nécessaire V et ce n'est +u,re !ue par ce mo4en !ue votre armée peut avoir tout ce dont elle aura besoin' 0i tout abonde de votre cHté il 4 a +rande apparence !ue la disette ré+nera du cHté de l'ennemi' 3ans les lieux pleins et unis étende12vous 6 l'aise donne12vous du lar+e )aites des retranchements pour vous mettre 6 couvert de toute surprise et attende1 tran!uillement !ue le temps et les circonstances vous ouvrent les voies pour )aire !uel!ue +rande action' 0i vous &tes 6 portée de ces sortes de lieux !ui ont plusieurs issues oJ l'on peut se rendre par plusieurs chemins commence1 par les bien conna#tre V allie12vous aux Stats voisins !ue rien n'échappe 6 vos recherches V empare12vous de toutes les avenues n'en né+li+e1 aucune !uel!ue peu importante !u'elle vous paraisse et +arde12les toutes tr,s soi+neusement' 0i vous vous trouve1 dans des lieux +raves et importants rende12vous ma#tre de tout ce !ui vous environne ne laisse1 rien derri,re vous le plus petit poste doit &tre emporté V sans cette précaution vous courrie1 le ris!ue de man!uer des vivres nécessaires 6 l'entretien de votre armée ou de vous voir l'ennemi sur les bras lors!ue vous 4 penserie1 le moins et d'&tre atta!ué par plusieurs cHtés 6 la )ois'

@ 9E @

0i vous &tes dans des lieux +;tés ou détruits n'alle1 pas plus avant retourne1 sur vos pas )u4e1 le plus promptement !u'il vous sera possible' 0i vous &tes dans des lieux de mort n'hésite1 point 6 combattre alle1 droit 6 l'ennemi le plus tHt est le meilleur' Telle est la conduite !ue tenaient nos anciens +uerriers' (es +rands hommes habiles et expérimentés dans leur art avaient pour principe !ue la mani,re d'atta!uer et de se dé)endre ne devait pas &tre invariablement la m&me !u'elle devait &tre prise de la nature du terrain !ue l'on se occupait et de la position oJ l'on se trouvait' :ls disaient encore !ue la t&te et la !ueue d'une armée ne devaient pas &tre commandées de la m&me )aIon !u'il )allait combattre la t&te et en)oncer la !ueue V !ue la multitude et le petit nombre ne pouvaient pas &tre lon+temps d'accord V !ue les )orts et les )aibles lors!u'ils étaient ensemble ne tardaient +u,re 6 se désunir V !ue les hauts et les bas ne pouvaient &tre é+alement utiles V !ue les troupes étroitement unies pouvaient aisément se diviser mais !ue celles !ui étaient une )ois divisées ne se réunissaient !ue tr,s di))icilement' :ls répétaient sans cesse !u'une armée ne devait 5amais se mettre en mouvement !u'elle ne )Ct sCre de !uel!ue avanta+e réel et !ue lors!u'il n'4 avait rien 6 +a+ner il )allait se tenir tran!uille et +arder le camp' %n résumé 5e vous dirai !ue toute votre conduite militaire doit &tre ré+lée suivant les circonstances V !ue vous deve1 atta!uer ou vous dé)endre selon !ue le thé;tre de la +uerre sera che1 vous ou che1 l'ennemi' 0i la +uerre se )ait dans votre propre pa4s et si l'ennemi sans vous avoir donné le temps de )aire tous vos préparati)s s'appr&tant 6 vous atta!uer vient avec une armée bien ordonnée pour l'envahir ou le démembrer ou 4 )aire des dé+;ts ramasse1 promptement le plus de troupes !ue vous pourre1 envo4e1 demander du secours che1 les voisins et che1 les alliés empare12vous de !uel!ues lieux !u'il chérit et il se )era con)orme 6 vos désirs mette12les en état de dé)ense ne )Ct2ce !ue pour +a+ner du temps V la rapidité est la s,ve de la +uerre' -o4a+e1 par les routes sur les!uelles il ne peut vous atteindre V mette1 une partie de vos soins 6 emp&cher !ue l'armée ennemie ne puisse recevoir des vivres barre12lui tous les chemins ou du moins )aites !u'elle n'en puisse trouver aucun sans embuscades ou sans !u'elle soit obli+ée de l'emporter de vive )orce' *es pa4sans peuvent en cela vous &tre d'un +rand secours et vous servir mieux !ue vos propres troupes R )aites2leur entendre seulement !u'ils doivent emp&cher !ue d'in5ustes ravisseurs @ 9K @

ne viennent s'emparer de toutes leurs possessions et ne leur enl,vent leur p,re leur m,re leur )emme et leurs en)ants' Ne vous tene1 pas seulement sur la dé)ensive envo4e1 des partisans pour enlever des convois harcele1 )ati+ue1 atta!ue1 tantHt d'un cHté tantHt de l'autre V )orce1 votre in5uste a+resseur 6 se repentir de sa témérité V contrai+ne12le de retourner sur ses pas n'emportant pour tout butin !ue la honte de n'avoir pu réussir' 0i vous )aites la +uerre dans le pa4s ennemi ne divise1 vos troupes !ue tr,s rarement ou mieux encore ne les divise1 5amais V !u'elles soient tou5ours réunies et en état de se secourir mutuellement V a4e1 soin !u'elles ne soient 5amais !ue dans des lieux )ertiles et abondants' 0i elles venaient 6 sou))rir de la )aim la mis,re et les maladies )eraient bientHt plus de rava+e parmi elles !ue ne le pourrait )aire dans plusieurs années le )er de l'ennemi' Procure12vous paci)i!uement tous les secours dont vous aure1 besoin V n'emplo4e1 la )orce !ue lors!ue les autres voies auront été inutiles V )aites en sorte !ue les habitants des villa+es et de la campa+ne puissent trouver leurs intér&ts 6 venir d'eux2m&mes vous o))rir leurs denrées V mais 5e le rép,te !ue vos troupes ne soient 5amais divisées' Tout le reste étant é+al on est plus )ort de moitié lors!u'on combat che1 soi' 0i vous combatte1 che1 l'ennemi a4e1 é+ard 6 cette maxime surtout si vous &tes un peu avant dans ses Stats R conduise1 alors votre armée enti,re V )aites toutes vos opérations militaires dans le plus +rand secret 5e veux dire !u'il )aut emp&cher !u'aucun ne puisse pénétrer vos desseins R il su))it !u'on sache ce !ue vous voule1 )aire !uand le temps de l'exécuter sera arrivé' :l peut arriver !ue vous so4e1 réduit !uel!ue)ois 6 ne savoir oJ aller ni de !uel cHté vous tourner V dans ce cas ne précipite1 rien attende1 tout du temps et des circonstances so4e1 inébranlable dans le lieu oJ vous &tes' :l peut arriver encore !ue vous vous trouvie1 en+a+é mal 6 propos V +arde12vous bien alors de prendre la )uite elle causerait votre perte V périsse1 plutHt !ue de reculer vous périre1 au moins +lorieusement V cependant )aites bonne contenance' -otre armée accoutumée 6 i+norer vos desseins i+norera pareillement le péril !ui la menace V elle croira !ue vous ave1 eu vos raisons et combattra avec autant d'ordre et de valeur !ue si vous l'avie1 disposée depuis lon+temps 6 la bataille'

@ 9L @

0i dans ces sortes d'occasions vous triomphe1 vos soldats redoubleront de )orce de coura+e et de valeur V votre réputation s'accro#t dans la proportion m&me du ris!ue !ue vous ave1 couru' -otre armée se croira invincible sous un che) tel !ue vous' =uel!ue criti!ues !ue puissent &tre la situation et les circonstances oJ vous vous trouve1 ne désespére1 de rien V c'est dans les occasions oJ tout est 6 craindre !u'il ne )aut rien craindre V c'est lors!u'on est environné de tous les dan+ers !u'il n'en )aut redouter aucun V c'est lors!u'on est sans aucune ressource !u'il )aut compter sur toutes V c'est lors!u'on est surpris !u'il )aut surprendre l'ennemi lui2m&me' :nstruise1 tellement vos troupes !u'elles puissent se trouver pr&tes sans préparati)s !u'elles trouvent de +rands avanta+es l6 oJ elles n'en ont cherché aucun !ue sans aucun ordre particulier de votre part elles improvisent les dispositions 6 prendre !ue m&me sans dé)ense expresse elles s'interdisent d'elles2m&mes tout ce !ui est contre la discipline' -eille1 en particulier avec une extr&me attention 6 ce !u'on ne s,me pas de )aux bruits coupe1 racine aux plaintes et aux murmures ne permette1 pas !u'on tire des au+ures sinistres de tout ce !ui peut arriver d'extraordinaire' 0i les devins ou les astrolo+ues de l'armée ont prédit le bonheur tene12vous2en 6 leur décision V s'ils parlent avec obscurité interpréte1 en bien V s'ils hésitent ou !u'ils ne disent pas des choses avanta+euses ne les écoute1 pas )aites2les taire''' Aime1 vos troupes et procure12leur tous les secours tous les avanta+es toutes les commodités dont elles peuvent avoir besoin' 0i elles essuient de rudes )ati+ues ce n'est pas !u'elles s'4 plaisent V si elles endurent la )aim ce n'est pas !u'elles ne se soucient pas de man+er V si elles s'exposent 6 la mort ce n'est point !u'elles n'aiment pas la vie' 0i mes o))iciers n'ont pas un surcro#t de richesses ce n'est pas parce !u'ils dédai+nent les biens de ce monde' Maites en vous2m&me de sérieuses ré)lexions sur tout cela' *ors!ue vous aure1 tout disposé dans votre armée et !ue tous vos ordres auront été donnés s'il arrive !ue vos troupes nonchalamment assises donnent des mar!ues de tristesse si elles vont 5us!u'6 verser des larmes tire12les promptement de cet état d'assoupissement et de léthar+ie donne12leur des )estins )aites2leur entendre le bruit du tambour et des autres instruments militaires exerce12les )aites2leur )aire des évolutions )aites2leur chan+er de place mene12les m&me dans des lieux un peu di))iciles oJ elles aient 6 travailler et 6 sou))rir'

@ 9N @

:mite1 la conduite de Tchouan Tchou et de Tsao ]ouei vous chan+ere1 le coeur de vos soldats vous les accoutumere1 au travail ils s'4 endurciront rien ne leur coCtera dans la suite' *es !uadrup,des re+imbent !uand on les char+e trop ils deviennent inutiles !uand ils sont )orcés' *es oiseaux au contraire veulent &tre )orcés pour &tre d'un bon usa+e' *es hommes tiennent un milieu entre les uns et les autres il )aut les char+er mais non pas 5us!u'6 les accabler V il )aut de m&me les contraindre mais avec mesure et discernement' 0i vous voule1 tirer un bon parti de votre armée si vous voule1 !u'elle soit invincible )aites !u'elle ressemble au (houai 8en' *e (houai 8en est une esp,ce de +ros serpent !ui se trouve dans la monta+ne de Tchan+ (han' 0i l'on )rappe sur la t&te de ce serpent 6 l'instant sa !ueue va au secours et se recourbe 5us!u'6 la t&te V !u'on le )rappe sur la !ueue la t&te s'4 trouve dans le moment pour la dé)endre V !u'on le )rappe sur le milieu ou sur !uel!ue autre partie de son corps sa t&te et sa !ueue s'4 trouvent d'abord réunies' .ais cela peut2il &tre prati!ué par une armée $ dira peut2&tre !uel!u'un' @ >ui cela se peut cela se doit et il le )aut' =uel!ues soldats du ro4aume de /ou se trouv,rent un 5our 6 passer une rivi,re en m&me temps !ue d'autres soldats du ro4aume de Tu la passaient aussi V un vent impétueux sou))la les bar!ues )urent renversées et les hommes auraient tous péri s'ils ne se )ussent aidés mutuellement R ils ne pens,rent pas alors !u'ils étaient ennemis ils se rendirent au contraire tous les o))ices !u'on pouvait attendre d'une amitié tendre et sinc,re ils coopér,rent comme la main droite avec la main +auche' 8e vous rappelle ce trait d'/istoire pour vous )aire entendre !ue non seulement les di))érents corps de votre armée doivent se secourir mutuellement mais encore !u'il )aut !ue vous secourie1 vos alliés !ue vous donnie1 m&me du secours aux peuples vaincus !ui en ont besoin V car s'ils vous sont soumis c'est !u'ils n'ont pu )aire autrement V si leur souverain vous a déclaré la +uerre ce n'est pas de leur )aute' Fende12leur des services ils auront leur tour pour vous en rendre aussi' %n !uel!ue pa4s !ue vous so4e1 !uel !ue soit le lieu !ue vous occupie1 si dans votre armée il 4 a des étran+ers ou si parmi les peuples vaincus vous ave1 choisi des soldats pour +rossir le nombre de vos troupes ne sou))re1 5amais !ue dans les corps !u'ils composent ils soient ou les plus )orts ou en ma5orité' =uand on attache plusieurs chevaux 6 un m&me pieu on se +arde bien de mettre ceux !ui sont indomptés ou tous ensemble ou avec d'autres en moindre nombre !u'eux ils mettraient tout en désordre V mais lors!u'ils sont domptés ils suivent aisément la multitude' @ 9O @

3ans !uel!ue position !ue vous puissie1 &tre si votre armée est in)érieure 6 celle des ennemis votre seule conduite si elle est bonne peut la rendre victorieuse' :l n'est pas su))isant de compter sur les chevaux boiteux ou les chariots embourbés mais 6 !uoi vous servirait d'&tre placé avanta+eusement si vous ne savie1 pas tirer parti de votre position $ W !uoi servent la bravoure sans la prudence la valeur sans la ruse $ Un bon +énéral tire parti de tout et il n'est en état de tirer parti de tout !ue parce !u'il )ait toutes ses opérations avec le plus +rand secret !u'il sait conserver son san+2)roid et !u'il +ouverne avec droiture de telle sorte néanmoins !ue son armée a sans cesse les oreilles trompées et les 4eux )ascinés' :l sait si bien !ue ses troupes ne savent 5amais ce !u'elles doivent )aire ni ce !u'on doit leur commander' 0i les événements chan+ent il chan+e de conduite V si ses méthodes ses s4st,mes ont des inconvénients il les corri+e toutes les )ois !u'il le veut et comme il le veut' 0i ses propres +ens i+norent ses desseins comment les ennemis pourraient2ils les pénétrer $ Un habile +énéral sait d'avance tout ce !u'il doit )aire V tout autre !ue lui doit l'i+norer absolument' Telle était la prati!ue de ceux de nos anciens +uerriers !ui se sont le plus distin+ués dans l'art sublime du +ouvernement' -oulaient2ils prendre une ville d'assaut ils n'en parlaient !ue lors!u'ils étaient aux pieds des murs' :ls montaient les premiers tout le monde les suivait V et lors!u'on était lo+é sur la muraille ils )aisaient rompre toutes les échelles' Staient2ils bien avant dans les terres des alliés ils redoublaient d'attention et de secret' Partout ils conduisaient leurs armées comme un ber+er conduit un troupeau V ils les )aisaient aller oJ bon leur semblait ils les )aisaient revenir sur leurs pas ils les )aisaient retourner et tout cela sans murmure sans résistance de la part d'un seul' *a principale science d'un +énéral consiste 6 bien conna#tre les neu) sortes de terrain a)in de pouvoir )aire 6 propos les neu) chan+ements' %lle consiste 6 savoir déplo4er et replier ses troupes suivant les lieux et les circonstances 6 travailler e))icacement 6 cacher ses propres intentions et 6 découvrir celles de l'ennemi 6 avoir pour maxime certaine !ue les troupes sont tr,s unies entre elles lors!u'elles sont bien avant dans les terres des ennemis V !u'elles se divisent au contraire et se dispersent tr,s aisément lors!u'on ne se tient !u'aux )ronti,res V !u'elles ont dé56 la moitié de la victoire lors!u'elles se sont emparées de tous les allants et de tous les aboutissants tant de l'endroit oJ elles doivent camper !ue des environs du camp de l'ennemi V @ 99 @

!ue c'est un commencement de succ,s !ue d'avoir pu camper dans un terrain vaste spacieux et ouvert de tous cHtés V mais !ue c'est pres!ue avoir vaincu lors!ue étant dans les possessions ennemies elles se sont emparées de tous les petits postes de tous les chemins de tous les villa+es !ui sont au loin des !uatre cHtés et !ue par leurs bonnes mani,res elles ont +a+né l'a))ection de ceux !u'elles veulent vaincre ou !u'elles ont dé56 vaincus' :nstruit par l'expérience et par mes propres ré)lexions 5'ai t;ché lors!ue 5e commandais les armées de réduire en prati!ue tout ce !ue 5e vous rappelle ici' =uand 5'étais dans des lieux de division 5e travaillais 6 l'union des coeurs et 6 l'uni)ormité des sentiments' *ors!ue 5'étais dans des lieux lé+ers 5e rassemblais mon monde et 5e l'occupais utilement' *ors!u'il s'a+issait des lieux !u'on peut disputer 5e m'en emparais le premier !uand 5e le pouvais V si l'ennemi m'avait prévenu 5'allais apr,s lui et 5'usais d'arti)ices pour l'en délo+er' *ors!u'il était !uestion des lieux de réunion 5'observais tout avec une extr&me dili+ence et 5e vo4ais venir l'ennemi' 0ur un terrain plein et uni 5e m'étendais 6 l'aise et 5'emp&chais l'ennemi de s'étendre' 3ans des lieux 6 plusieurs issues !uand il m'était impossible de les occuper tous 5'étais sur mes +ardes 5'observais l'ennemi de pr,s 5e ne le perdais pas de vue' 3ans des lieux +raves et importants 5e nourrissais bien le soldat 5e l'accablais de bontés' 3ans des lieux +;tés ou détruits 5e t;chais de me tirer d'embarras tantHt en )aisant des détours et tantHt en remplissant les vides' %n)in dans des lieux de morts 5e )aisais croire 6 l'ennemi !ue 5e ne pouvais survivre' *es troupes bien disciplinées résistent !uand elles sont encerclées V elles redoublent d'e))orts dans les extrémités elles a))rontent les dan+ers sans crainte elles se battent 5us!u'6 la mort !uand il n'4 a pas d'alternative et obéissent implicitement' 0i celles !ue vous commande1 ne sont pas telles c'est votre )aute V vous ne mérite1 pas d'&tre 6 leur t&te' 0i vous &tes i+norant des plans des Stats voisins vous ne pourre1 préparer vos alliances au moment opportun V si vous ne save1 pas en !uel nombre sont les ennemis contre les!uels vous deve1 combattre si vous ne connaisse1 pas leurs )orces et )aiblesses vous ne )ere1 5amais les préparati)s ni les dispositions nécessaires pour la conduite de votre armée V vous ne mérite1 pas de commander' 0i vous i+nore1 oJ il 4 a des monta+nes et des collines des lieux secs ou humides des lieux escarpés ou pleins de dé)ilés des lieux maréca+eux ou pleins de périls vous ne saurie1 donner des ordres convenables vous ne saurie1 conduire votre armée V vous &tes indi+ne de commander' @ Q00 @

0i vous ne connaisse1 pas tous les chemins si vous n'ave1 pas soin de vous munir de +uides sCrs et )id,les pour vous conduire par les routes !ue vous i+norere1 vous ne parviendre1 pas au terme !ue vous vous propose1 vous sere1 la dupe des ennemis V vous ne mérite1 pas de commander' *ors!u'un +rand +énéral con!uérant atta!ue un Stat puissant il )ait en sorte !u'il soit impossible 6 l'ennemi de se concentrer' :l intimide l'ennemi et emp&che ses alliés de se 5oindre 6 lui' :l s'ensuit !ue le +rand +énéral en che) ne combat pas des combinaisons puissantes d'Stats et ne nourrit pas le pouvoir d'autres Stats' :l s'appuie pour la réalisation de ses buts sur sa capacité d'intimider ses opposants et ainsi il peut prendre les villes ennemies et renverser l'Stat de l'ennemi' 0i vous ne save1 pas combiner !uatre et cin! tout 6 la )ois vos troupes ne sauraient aller de pair avec celles des vassaux et des )eudataires' *ors!ue les vassaux et les )eudataires avaient 6 )aire la +uerre contre !uel!ue +rand prince ils s'unissaient entre eux ils t;chaient de troubler tout l'Univers ils mettaient dans leur parti le plus de monde !u'il leur était possible ils recherchaient surtout l'amitié de leurs voisins ils l'achetaient m&me bien cher s'il le )allait' :ls ne donnaient pas 6 l'ennemi le temps de se reconna#tre encore moins celui d'avoir recours 6 ses alliés et de rassembler toutes ses )orces ils l'atta!uaient lors!u'il n'était pas encore en état de dé)ense V aussi s'ils )aisaient le si,+e d'une ville ils s'en rendaient ma#tres 6 coup sCr' 0'ils voulaient con!uérir une province elle était 6 eux V !uel!ues +rands avanta+es !u'ils se )ussent d'abord procurés ils ne s'endormaient pas ils ne laissaient 5amais leur armée s'amollir par l'oisiveté ou la débauche ils entretenaient une exacte discipline ils punissaient sév,rement !uand les cas l'exi+eaient et ils donnaient libéralement des récompenses lors!ue les occasions le demandaient' >utre les lois ordinaires de la +uerre ils en )aisaient de particuli,res suivant les circonstances des temps et des lieux' -oule12vous réussir $ Prene1 pour mod,le de votre conduite celle !ue 5e viens de vous tracer V re+arde1 votre armée comme un seul homme !ue vous serie1 char+é de conduire ne lui motive1 5amais votre mani,re d'a+ir V )aites2lui savoir exactement tous vos avanta+es mais cache12lui avec +rand soin 5us!u'6 la moindre de vos pertes V )aites toutes vos démarches dans le plus +rand secret V place12la dans une situation périlleuse et elle survivra V dispose12la sur un terrain de mort et elles vivra car lors!ue l'armée est placée dans une telle situation elle peut )aire sortir la victoire des revers' Accorde1 des récompenses sans vous préoccuper des usa+es habituels publie1 des ordres sans respect des précédents ainsi vous pourre1 vous servir de l'armée enti,re comme d'un seul homme' @ Q0Q @

Sclaire1 toutes les démarches de l'ennemi ne man!ue1 pas de prendre les mesures les plus e))icaces pour pouvoir vous assurer de la personne de leur +énéral V )aites tuer leur +énéral car vous ne combatte1 5amais !ue contre des rebelles' *e noeud des opérations militaires dépend de votre )aculté de )aire semblant de vous con)ormer aux désirs de votre ennemi' Ne divise1 5amais vos )orces V la concentration vous permet de tuer son +énéral m&me 6 une distance de mille lieues V l6 se trouve la capacité d'atteindre votre ob5et d'une mani,re in+énieuse' *ors!ue l'ennemi vous o))re une opportunité saisisse12en vite l'avanta+e V anticipe12le en vous rendant ma#tre de !uel!ue chose !ui lui importe et avance1 suivant un plan )ixé secr,tement' *a doctrine de la +uerre consiste 6 suivre la situation de l'ennemi a)in de décider de la bataille' 3,s !ue votre armée sera hors des )ronti,res )aites2en )ermer les avenues déchire1 les instructions !ui sont entre vos mains et ne sou))re1 pas !u'on écrive ou !u'on reIoive des nouvelles V rompe1 vos relations avec les ennemis assemble1 votre conseil et exhorte12le 6 exécuter le plan V apr,s cela alle1 6 l'ennemi' Avant !ue la campa+ne soit commencée so4e1 comme une 5eune )ille !ui ne sort pas de la maison V elle s'occupe des a))aires du ména+e elle a soin de tout préparer elle voit tout elle entend tout elle )ait tout elle ne se m&le d'aucune a))aire en apparence' *a campa+ne une )ois commencée vous deve1 avoir la promptitude d'un li,vre !ui se trouvant poursuivi par des chasseurs t;cherait par mille détours de trouver en)in son +#te pour s'4 ré)u+ier en sCreté' □ °°°

@ Q02 @

Article 7II

3e lBart dBatta!uer par le )eu
@ 0un T1u dit R *es di))érentes mani,res de combattre par le )eu se réduisent 6 cin!' *a premi,re consiste 6 brCler les hommes V la deuxi,me 6 brCler les provisions V la troisi,me 6 brCler les ba+a+es V la !uatri,me 6 brCler les arsenaux et les ma+asins V et la cin!ui,me 6 utiliser des pro5ectiles incendiaires' Avant !ue d'entreprendre ce +enre de combat il )aut avoir tout prévu il )aut avoir reconnu la position des ennemis il )aut s'&tre mis au )ait de tous les chemins par oJ il pourrait s'échapper ou recevoir du secours il )aut s'&tre muni des choses nécessaires pour l'exécution du pro5et il )aut !ue le temps et les circonstances soient )avorables' Prépare1 d'abord toutes les mati,res combustibles dont vous voule1 )aire usa+e R d,s !ue vous aure1 mis le )eu )aites attention 6 la )umée' :l 4 a le temps de mettre le )eu il 4 a le 5our de le )aire éclater R n'alle1 pas con)ondre ces deux choses' *e temps de mettre le )eu est celui oJ tout est tran!uille sous le ciel oJ la sérénité para#t devoir &tre de durée' *e 5our de le )aire éclater est celui oJ la lune se trouve sous une des !uatre constellations' :l est rare !ue le vent ne sou))le point alors et il arrive tr,s souvent !u'il sou))le avec )orce' *es cin! mani,res de combattre par le )eu demandent de votre part une conduite !ui varie suivant les circonstances R ces variations se réduisent 6 cin!' 8e vais les indi!uer a)in !ue vous puissie1 les emplo4er dans les occasions' @ :' 3,s !ue vous aure1 mis le )eu si apr,s !uel!ue temps il n'4 a aucune rumeur dans le camp des ennemis si tout est tran!uille che1 eux reste1 vous2m&me tran!uille n'entreprene1 rien V atta!uer imprudemment c'est chercher 6 se )aire battre' -ous save1 !ue le )eu a pris cela doit vous su))ire R en attendant vous deve1 supposer !u'il a+it sourdement V ses e))ets n'en seront !ue plus )unestes' :l est au2dedans V attende1 !u'il éclate et !ue vous en vo4ie1 des étincelles au2dehors vous pourre1 aller recevoir ceux !ui ne chercheront !u'6 se sauver' @ ::' 0i peu de temps apr,s avoir mis le )eu vous vo4e1 !u'il s'él,ve par tourbillons ne donne1 pas aux ennemis le temps de l'éteindre envo4e1 des +ens pour l'attiser dispose1 promptement toutes choses et coure1 au combat' @ Q0A @

@ :::' 0i mal+ré toutes vos mesures et tous les arti)ices !ue vous aure1 pu emplo4er il n'a pas été possible 6 vos +ens de pénétrer dans l'intérieur et si vous &tes )orcé 6 ne pouvoir mettre le )eu !ue par dehors observe1 de !uel cHté vient le vent V c'est de ce cHté !ue doit commencer l'incendie V c'est par le m&me cHté !ue vous deve1 atta!uer' 3ans ces sortes d'occasions !u'il ne vous arrive 5amais de combattre sous le vent' @ :-' 0i pendant le 5our le vent a sou))lé sans discontinuer re+arde1 comme une chose sCre !ue pendant la nuit il 4 aura un temps oJ il cessera V prene1 l62dessus vos précautions et vos arran+ements' @ -' Un +énéral !ui pour combattre ses ennemis sait emplo4er le )eu tou5ours 6 propos est un homme véritablement éclairé' Un +énéral !ui sait se servir de l'eau et de l'inondation pour la m&me )in est un excellent homme' (ependant il ne )aut emplo4er l'eau !u'avec discrétion' 0erve12vous2en 6 la bonne heure V mais !ue ce ne soit !ue pour +;ter les chemins par oJ les ennemis pourraient s'échapper ou recevoir du secours' *es di))érentes mani,res de combattre par le )eu telles !ue 5e viens de les indi!uer sont ordinairement suivies d'une pleine victoire dont il )aut !ue vous sachie1 recueillir les )ruits' *e plus considérable de tous et celui sans le!uel vous aurie1 perdu vos soins et vos peines est de conna#tre le mérite de tous ceux !ui se seront distin+ués c'est de les récompenser en proportion de ce !u'ils auront )ait pour la réussite de l'entreprise' *es hommes se conduisent ordinairement par l'intér&t V si vos troupes ne trouvent dans le service !ue des peines et des travaux vous ne les emploiere1 pas deux )ois avec avanta+e'

*a nécessité seule doit )aire entreprendre la +uerre' *es combats de !uel!ue nature !u'ils soient ont tou5ours !uel!ue chose de )uneste pour les vain!ueurs eux2m&mes V il ne )aut les livrer !ue lors!u'on ne saurait )aire la +uerre autrement' *ors!u'un souverain est animé par la col,re ou par la ven+eance !u'il ne lui arrive 5amais de lever des troupes' *ors!u'un +énéral trouve !u'il a dans le coeur les m&mes sentiments !u'il ne livre 5amais de combats' Pour l'un et pour l'autre ce sont des temps nébuleux R !u'ils attendent les 5ours de sérénité pour se déterminer et pour entreprendre'

@ Q0E @

0'il 4 a !uel!ue pro)it 6 espérer en vous mettant en mouvement )aites marcher votre armée V si vous ne prévo4e1 aucun avanta+e tene12vous en repos V eussie12vous les su5ets les plus lé+itimes d'&tre irrité vous eCt2on provo!ué insulté m&me attende1 pour prendre votre parti !ue le )eu de la col,re se soit dissipé et !ue les sentiments paci)i!ues s'él,vent en )oule dans votre coeur' N'oublie1 5amais !ue votre dessein en )aisant la +uerre doit &tre de procurer 6 Stat la +loire la splendeur et la paix et non pas d'4 mettre le trouble la désolation et la con)usion' (e sont les intér&ts du pa4s et non pas vos intér&ts personnels !ue vous dé)ende1' -os vertus et vos vices vos belles !ualités et vos dé)auts re5aillissent é+alement sur ceux !ue vous représente1' -os moindres )autes sont tou5ours de consé!uence V les +randes sont souvent irréparables et tou5ours tr,s )unestes' :l est di))icile de soutenir un ro4aume !ue vous aure1 mis sur le penchant de sa ruine V il est impossible de le relever s'il est une )ois détruit R on ne ressuscite pas un mort' 3e m&me !u'un prince sa+e et éclairé met tous ses soins 6 bien +ouverner ainsi un +énéral habile n'oublie rien pour )ormer de bonnes troupes et pour les emplo4er 6 sauve+arder l'Stat et 6 préserver l'armée' □ °°°

@ Q0K @

Article 7III

3e la concorde et de la discorde
@ 0un T1u dit R 0i a4ant sur pied une armée de cent mille hommes vous deve1 la conduire 5us!u'6 la distance de cent lieues il )aut compter !u'au2dehors comme au2dedans tout sera en mouvement et en rumeur' *es villes et les villa+es dont vous aure1 tiré les hommes !ui composent vos troupes V les hameaux et les campa+nes dont vous aure1 tiré vos provisions et tout l'attirail de ceux !ui doivent les conduire V les chemins remplis de +ens !ui vont et viennent tout cela ne saurait arriver !u'il n'4 ait bien des )amilles dans la désolation bien des terres incultes et bien des dépenses pour Stat 0ept cent mille )amilles dépourvues de leurs che)s ou de leurs soutiens se trouvent tout 6 coup hors d'état de va!uer 6 leurs travaux ordinaires V les terres privées d'un pareil nombre de ceux !ui les )aisaient valoir diminuent en proportion des soins !u'on leur re)use la !uantité comme la !ualité de leurs productions' *es appointements de tant d'o))iciers la paie 5ournali,re de tant de soldats et l'entretien de tout le monde creusent peu 6 peu les +reniers et les co))res du prince comme ceux du peuple et ne sauraient man!uer de les épuiser bientHt' Ztre plusieurs années 6 observer ses ennemis ou 6 )aire la +uerre c'est ne point aimer le peuple c'est &tre l'ennemi de son pa4s V toutes les dépenses toutes les peines tous les travaux et toutes les )ati+ues de plusieurs années n'aboutissent le plus souvent pour les vain!ueurs eux2m&mes !u'6 une 5ournée de triomphe et de +loire celle oJ ils ont vaincu' N'emplo4er pour vaincre !ue la voie des si,+es et des batailles c'est i+norer é+alement et les devoirs de souverain et ceux de +énéral V c'est ne pas savoir +ouverner V c'est ne pas savoir servir Stat

@ Q0L @

Ainsi le dessein de )aire la +uerre une )ois )ormé les troupes étant dé56 sur pied et en état de tout entreprendre ne dédai+ne1 pas d'emplo4er les arti)ices' (ommence1 par vous mettre au )ait de tout ce !ui concerne les ennemis V sache1 exactement tous les rapports !u'ils peuvent avoir leurs liaisons et leurs intér&ts récipro!ues V n'épar+ne1 pas les +randes sommes d'ar+ent V n'a4e1 pas plus de re+ret 6 celui !ue vous )ere1 passer che1 l'étran+er soit pour vous )aire des créatures soit pour vous procurer des connaissances exactes !u'6 celui !ue vous emploiere1 pour la paie de ceux !ui sont enrHlés sous vos étendards R plus vous dépensere1 plus vous +a+nere1 V c'est un ar+ent !ue vous place1 pour en retirer un +ros intér&t' A4e1 des espions partout so4e1 instruit de tout ne né+li+e1 rien de ce !ue vous pourre1 apprendre V mais !uand vous aure1 appris !uel!ue chose ne le con)ie1 pas indiscr,tement 6 tous ceux !ui vous approchent' *ors!ue vous emploiere1 !uel!ue arti)ice ce n'est pas en invo!uant les %sprits ni en prévo4ant 6 peu pr,s ce !ui doit ou peut arriver !ue vous le )ere1 réussir V c'est uni!uement en sachant sCrement par le rapport )id,le de ceux dont vous vous servire1 la disposition des ennemis eu é+ard 6 ce !ue vous voule1 !u'ils )assent' =uand un habile +énéral se met en mouvement l'ennemi est dé56 vaincu R !uand il combat il doit )aire lui seul plus !ue toute son armée ensemble V non pas toute)ois par la )orce de son bras mais par sa prudence par sa mani,re de commander et surtout par ses ruses' :l )aut !u'au premier si+nal une partie de l'armée ennemie se ran+e de son cHté pour combattre sous ses étendards R il )aut !u'il soit tou5ours le ma#tre d'accorder la paix et de l'accorder aux conditions !u'il 5u+era 6 propos' *e +rand secret de venir 6 bout de tout consiste dans l'art de savoir mettre la division 6 propos V division dans les villes et les villa+es division extérieure division entre les in)érieurs et les supérieurs division de mort division de vie' (es cin! sortes de divisions ne sont !ue les branches d'un m&me tronc' (elui !ui sait les mettre en usa+e est un homme véritablement di+ne de commander V c'est le trésor de son souverain et le soutien de l'empire' @ 8'appelle division dans les villes et les villa+es celle par la!uelle on trouve le mo4en de détacher du parti ennemi les habitants des villes et des villa+es !ui sont de sa domination et de se les attacher de mani,re 6 pouvoir s'en servir sCrement dans le besoin' @ 8'appelle division extérieure celle par la!uelle on trouve le mo4en d'avoir 6 son service les o))iciers !ui servent actuellement dans l'armée ennemie' @ Q0N @

@ Par la division entre les in)érieurs et les supérieurs 5'entends celle !ui nous met en état de pro)iter de la mésintelli+ence !ue nous aurons su mettre entre alliés entre les di))érents corps ou entre les o))iciers de divers +rades !ui composent l'armée !ue nous aurons 6 combattre' @ *a division de mort est celle par la!uelle apr,s avoir )ait donner de )aux avis sur l'état oJ nous nous trouvons nous )aisons courir des bruits tendancieux les!uels nous )aisons passer 5us!u'6 la cour de son souverain !ui les cro4ant vrais se conduit en consé!uence envers ses +énéraux et tous les o))iciers !ui sont actuellement 6 son service' @ *a division de vie est celle par la!uelle on répand l'ar+ent 6 pleines mains envers tous ceux !ui a4ant !uitté le service de leur lé+itime ma#tre ont passé de votre cHté ou pour combattre sous vos étendards ou pour vous rendre d'autres services non moins essentiels' 0i vous ave1 su vous )aire des créatures dans les villes et les villa+es des ennemis vous ne man!uere1 pas d'4 avoir bientHt !uantité de +ens !ui vous seront enti,rement dévoués' -ous saure1 par leur mo4en les dispositions du +rand nombre des leurs 6 votre é+ard ils vous su++éreront la mani,re et les mo4ens !ue vous deve1 emplo4er pour +a+ner ceux de leurs compatriotes dont vous aure1 le plus 6 craindre V et !uand le temps de )aire des si,+es sera venu vous pourre1 )aire des con!u&tes sans &tre obli+é de monter 6 l'assaut sans coup )érir sans m&me tirer l'épée' 0i les ennemis !ui sont actuellement occupés 6 vous )aire la +uerre ont 6 leur service des o))iciers !ui ne sont pas d'accord entre eux V si de mutuels soupIons de petites 5alousies des intér&ts personnels les tiennent divisés vous trouvere1 aisément les mo4ens d'en détacher une partie car !uel!ue vertueux !u'ils puissent &tre d'ailleurs !uel!ue dévoués !u'ils soient 6 leur souverain l'app;t de la ven+eance celui des richesses ou des postes éminents !ue vous leur promette1 su))iront amplement pour les +a+ner V et !uand une )ois ces passions seront allumées dans leur coeur il n'est rien !u'ils ne tenteront pour les satis)aire' 0i les di))érents corps !ui composent l'armée des ennemis ne se soutiennent pas entre eux s'ils sont occupés 6 s'observer mutuellement s'ils cherchent récipro!uement 6 se nuire il vous sera aisé d'entretenir leur mésintelli+ence de )omenter leurs divisions V vous les détruire1 peu 6 peu les uns par les autres sans !u'il soit besoin !u'aucun d'eux se déclare ouvertement pour votre parti V tous vous serviront sans le vouloir m&me sans le savoir'

@ Q0O @

0i vous ave1 )ait courir des bruits tant pour persuader ce !ue vous voule1 !u'on croie de vous !ue sur les )ausses démarches !ue vous supposere1 avoir été )aites par les +énéraux ennemis V si vous ave1 )ait passer de )aux avis 5us!u'6 la cour et au conseil m&me du prince contre les intér&ts du!uel vous ave1 6 combattre V si vous ave1 su )aire douter des bonnes intentions de ceux m&mes dont la )idélité 6 leur prince vous sera la plus connue bientHt vous verre1 !ue che1 les ennemis les soupIons ont pris la place de la con)iance !ue les récompenses ont été substituées aux ch;timents et les ch;timents aux récompenses !ue les plus lé+ers indices tiendront lieu des preuves les plus convaincantes pour )aire périr !uicon!ue sera soupIonné' Alors les meilleurs o))iciers leurs ministres les plus éclairés se dé+oCteront leur 1,le se ralentira V et se vo4ant sans espérance d'un meilleur sort ils se ré)u+ieront che1 vous pour se délivrer des 5ustes craintes dont ils étaient perpétuellement a+ités et pour mettre leurs 5ours 6 couvert' *eurs parents leurs alliés ou leurs amis seront accusés recherchés mis 6 mort' *es complots se )ormeront l'ambition se réveillera ce ne seront plus !ue per)idies !ue cruelles exécutions !ue désordres !ue révoltes de tous cHtés' =ue vous restera2t2il 6 )aire pour vous rendre ma#tre d'un pa4s dont les peuples voudraient dé56 vous voir en possession $ 0i vous récompense1 ceux !ui se seront donnés 6 vous pour se délivrer des 5ustes craintes dont ils étaient perpétuellement a+ités et pour mettre leurs 5ours 6 couvert V si vous leur donne1 de l'emploi leurs parents leurs alliés leur amis seront autant de su5ets !ue vous ac!uerre1 6 votre prince' 0i vous répande1 l'ar+ent 6 pleines mains si vous traite1 bien tout le monde si vous emp&che1 !ue vos soldats ne )assent le moindre dé+;t dans les endroits par oJ ils passeront si les peuples vaincus ne sou))rent aucun domma+e assure12vous !u'ils sont dé56 +a+nés et !ue le bien !u'ils diront de vous attirera plus de su5ets 6 votre ma#tre et plus de villes sous sa domination !ue les plus brillantes victoires' 0o4e1 vi+ilant et éclairé V mais montre1 6 l'extérieur beaucoup de sécurité de simplicité et m&me d'indi))érence V so4e1 tou5ours sur vos +ardes !uoi!ue vous paraissie1 ne penser 6 rien V dé)ie12vous de tout !uoi!ue vous paraissie1 sans dé)iance V so4e1 extr&mement secret !uoi!u'il paraisse !ue vous ne )assie1 rien !u'6 découvert V a4e1 des espions partout V au lieu de paroles serve12vous de si+naux V vo4e1 par la bouche parle1 par les 4eux V cela n'est pas aisé cela est m&me tr,s di))icile' @ Q09 @

>n est !uel!ue)ois trompé lors!u'on croit tromper les autres' :l n'4 a !u'un homme d'une prudence consommée !u'un homme extr&mement éclairé !u'un sa+e du premier ordre !ui puisse emplo4er 6 propos et avec succ,s l'arti)ice des divisions' 0i vous n'&tes point tel vous deve1 4 renoncer V l'usa+e !ue vous en )erie1 ne tournerait !u'6 votre détriment' Apr,s avoir en)anté !uel!ue pro5et si vous apprene1 !ue votre secret a transpiré )aites mourir sans rémission tant ceux !ui l'auront divul+ué !ue ceux 6 la connaissance des!uels il sera parvenu' (eux2ci ne sont point coupables encore 6 la vérité mais ils pourraient le devenir' *eur mort sauvera la vie 6 !uel!ues milliers d'hommes et assurera la )idélité d'un plus +rand nombre encore' Punisse1 sév,rement récompense1 avec lar+esse R multiplie1 les espions a4e12en partout dans le propre palais du prince ennemi dans l'hHtel de ses ministres sous les tentes de ses +énéraux V a4e1 une liste des principaux o))iciers !ui sont 6 son service V sache1 leurs noms leurs surnoms le nombre de leurs en)ants de leurs parents de leurs amis de leurs domesti!ues V !ue rien ne se passe che1 eux !ue vous n'en so4e1 instruit' -ous aure1 vos espions partout R vous deve1 supposer !ue l'ennemi aura aussi les siens' 0i vous vene1 6 les découvrir +arde12 vous bien de les )aire mettre 6 mort V leurs 5ours doivent vous &tre in)iniment précieux' *es espions des ennemis vous serviront e))icacement si vous mesure1 tellement vos démarches vos paroles et toutes vos actions !u'ils ne puissent 5amais donner !ue de )aux avis 6 ceux !ui les ont envo4és' %n)in un bon +énéral doit tirer parti de tout V il ne doit &tre surpris de rien !uoi !ue ce soit !ui puisse arriver' .ais par dessus tout et de pré)érence 6 tout il doit mettre en prati!ue ces cin! sortes de divisions' Fien n'est impossible 6 !ui sait s'en servir' 3é)endre les Stats de son souverain les a+randir )aire cha!ue 5our de nouvelles con!u&tes exterminer les ennemis )onder m&me de nouvelles d4nasties tout cela peut n'&tre !ue l'e))et des dissensions emplo4ées 6 propos' Telle )ut la voie !ui permit l'av,nement des d4nasties Tin et Tcheou lors!ue des serviteurs trans)u+es contribu,rent 6 leur succ,s' =uel est celui de nos livres !ui ne )ait l'élo+e de ces +rands ministres " *' /istoire leur a2t2elle 5amais donné les noms de tra#tres 6 leur patrie ou de rebelles 6 leur souverain $ 0eul le prince éclairé et le di+ne +énéral peuvent +a+ner 6 leur service les esprits les plus pénétrants et accomplir de vastes desseins' Une armée sans a+ents secrets est un homme sans 4eux ni oreilles' □ °°° @ QQ0 @

Ta$le des mati8res -remi8re %artie Journal de marche d'un +ieu' $riscard □ 3ans la nuit dé56 )ra#che =ue reste2il dis2moi''' 3ans l'ombre noire pas l'ombre -ieux briscard Fessources 8amais ne man!ue l'hori1on " Tout commencement 0imple philosophie Trois hommes sont descendus aux en)ers Numérolo+ie !uanti!ue Petits cailloux sur le bord du chemin Paisible cheminement □ (hemin )aisant ensei+nements 3'expérience Ainsi la paix 0ecrets de straté+ie 8olis discours Pa4sa+es et mouvants 3Buniversel bon sens A petit matin +rand chemin A l'aube par)ois .ille 5ardins 3ans le silence danse Neuve nouvelle □ 3e la contradiction Patiente vi+ilance Attentes 0ous la cha#ne la trame (hamp banal lieu commun -illa+eoises et villa+eois Pactole /exa+onales Petits calculs sans intér&ts 3iscrets indices 0au)2conduit souverain (omment Ia marche en somme $ □ □ ° ° ° @ QQQ @ -o4a+e vo4a+es

0econde partie l'Art de la guerre selon Sun Tzu Article : Article :: Article ::: Article :Article Article -: □ Article -:: Article -::: Article :9 Article 9 Article 9: Article 9:: □ Article 9::: □ 3e lBévaluation 3e lBen+a+ement 3e la victoire et de la dé)aite 3e la mesure dans la disposition des mo4ens 3e la contenance 3u plein et du vide 3e lBa))rontement direct et indirect 3es neu) chan+ements 3e la distribution des mo4ens 3e la topolo+ie 3es neu)s sortes de terrain 3e lBart dBatta!uer par le )eu 3e la concorde et de la discorde

°°° Pour la seconde partie Traduction Amiot Févision Paco Alpi *icence (reative (ommons Attribution Paternité Pas d'utilisation commerciale (ontact R httpR^^pacoalpi'blo+spot'com^ □ 3écembre 2009 □ °°°

@ QQ2 @

□?□?□ □?□?□ □?□?□

Silence dans les rangs#

3e 7l'Art de la +uerre7 au 78ournal de marche d'un vieux briscard7 un seul et m&me délire' 0oldat du ran+ anon4me chair 6 canon la vie des +uerriers n'a pas +rand prix sans doute pas beaucoup mieux !ue celle des civils pris comme ota+es boucliers monnaie d'échan+e les uns comme les autres simple marchandise sur la sc,ne internationale et sommés d'ac!uiescer aux idéolo+ies et 6 ceux !ui les manipulent' 0uivre avec 0un T1u les théories par)ois expéditives du commandement c'est aussi découvrir les premiers pas d'une ré)lexion exactement s4stémi!ue !ui vise 6 minimiser les ris!ues et les pertes et 6 utiliser plutHt !ue le combat direct l'in)ormation et l'intoxication la propa+ande la manipulation pour atteindre ses ob5ecti)s 2 a2t2on )ait mieux depuis $ 3eux millénaires plus tard les tribulations d'un vieux briscard dont vous pourre1 découvrir !uel!ues extraits donnent 6 percevoir l'errance des mercenaires dans un monde nomade !ui cherche 6 se sédentariser et sans doute 6 enraciner sa ré)lexion et ses connaissances dans l'expérience !ue )ournit de )ait le cheminement' .al+ré l'amertume sensible il s'a+it évidemment de survivre si )aire se peut' A l'aube d'un troisi,me millénaire selon l',re chrétienne un improbable dialo+ue entre ces deux personna+es semble tout 6 )ait possible par del6 la +rande durée !ui les sépare et la distance des lan+ues' *'épo!ue anti!ue des Fo4aumes combattants est certes révolue la )in de la Fenaissance pré2classi!ue de m&me mais !uel!ues similitudes coexistent dans les )aits histori!ues et +uerriers' *a +uerre n'a 5amais cessé elle est le lien universel des relations humaines notre délire commun' %st2ce l'aube ou bien le crépuscule la réponse n'est pas bien sCre' %lle appartient au spectateur aux lectrices et aux lecteurs peut2&tre' A l'avenir !ui se dessine dé56''' □ ° ° ° □?□?□ □?□?□ □?□?□ @ QQA @

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful