Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
9
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
INSTALLÉES DEPUIS DES ANNÉES À GHAZA
19
e
JOUR DE RAMADHAN
IFTAR
ALGER 20.09
ORAN 20.21
CONSTANTINE 19.54
ANNABA 19.51
IMSAK
ALGER 3.46
ORAN 4.06
CONSTANTINE 3.35
ANNABA 3.27
RÉUNION DE HAUT NIVEAU DE SOUTIEN AU DIALOGUE INTERMALIEN
Convergence sur la nécessité
d’aboutir à un accord de paix
P. 32
208 MORTS ET 1.500 BLESSÉS
P. 5
P. 5
5
e
SESSION DU COMITÉ BILATÉRAL STRATÉGIQUE ALGÉRO-MALIEN
Sous l’égide de l’Algérie, échange de prisonniers entre le
gouvernement malien et les mouvements du Nord-Mali
COMMUNIQUÉ FINAL
Le Mali disponible pour une solution dans sa région du Nord
La phase initiale du
dialogue intermalien a
débuté hier à Alger où
l’on note, outre la
présence des parties
au dialogue
(gouvernement
malien et les six
mouvements armés
concernés par la crise
dans le Nord-Mali), de
nombreux partenaires
parties prenantes
dans la recherche
d’un règlement
définitif au conflit :
Algérie, Niger,
Burkina Faso, Tchad,
Mauritanie, UA,
CÉDÉAO, ONU, UE et
OCI. C’est dire que la
somme des efforts de
la communauté
internationale incite
à l’optimisme
s’agissant «d’aboutir
à une solution
équilibrée et durable
répondant aux
aspirations de tous»,
comme l’a souligné,
dans son intervention
à l’ouverture de la
rencontre, Ramtane
Lamamra, ministre
des Affaires
étrangères.
ÉDUCATION NATIONALE
Les Assises du secteur
se tiendront à partir
de dimanche
Le Village
des loisirs
ouvre
ses portes
CODE DU TRAVAIL
Les pouvoirs publics
œuvrent dans le sens
d’une mouture consensuelle
PALAIS DES EXPOSITIONS DES PINS-MARITIMES
G 145 demandes de recours de candidats au baccalauréat déposées
P. 5
PP. 3-4
P
h
.

T
.

R
o
u
a
b
a
h
P
h
.

T
.

R
o
u
a
b
a
h
Ph. Wafa
15 familles
algériennes
rapatriées
en Algérie
19 Ramadhane 1436 - Jeudi 17 Juillet 2014 - N°15184 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
DEMAIN À 10H À LA MUTUELLE
GÉNÉRALE DES TRAVAILLEURS DE
LA CONSTRUCTION DE ZÉRALDA
PT : ouverture de l’université d’été
Le Parti des travailleurs organise son université
d’été du 18 au 21 juillet à Zéralda, et le rapport
d’ouverture sera présenté par la secrétaire
générale, M
me
Louisa Hanoune.
2 EL MOUDJAHID
Mét éo
ENSOLEILLÉ
Dalila Boudjemaâ
à Tlemcen
La ministre de l’Aménagement
du territoire et de l’Environne-
ment, Dalila Boudjemaâ, effec-
tuera aujourd’hui une visite de
travail et d’inspection dans la wilaya en vue de s’enqué-
rir de l’état d’avancement des projets liés à l’environne-
ment, réalisés dans le cadre des différents programmes
de développement.
CET APRÈS-MIDI
À 13H
Rencontre autour
du cinéma
Des rencontres de la ministre de
la Culture, Nadia Labidi, avec les
acteurs du monde des arts et de la
culture se dérouleront durant le mois béni. La rencontre
avec les représentants du cinéma aura lieu cet après-midi
à 13h.
Khomri à Oran
Le ministre de la Jeunesse,
Abdelkader Khomri, effectuera
aujourd’hui une visite de travail
dans la wilaya au cours de la-
quelle il inspectera divers projets
et établissements de jeunesse.
CE MATIN À 9H
M
me
Tagabou en visite
dans la capitale
La ministre déléguée auprès de
la ministre du Tourisme et de l’Ar-
tisanat, chargée de l’Arstisanat,
Aïcha Tagabou, effectuera une visite
de travail et d’inspection de projets relevant du secteur.
Necib à Tipasa
Le ministre des Ressources en
eau, Hocine Necib, effectuera, di-
manche 20 juillet, une visite de tra-
vail et d’inspection dans la wilaya
de Tipasa où il s’enquerra de l’état
d’avancement de plusieurs projets.
Jeudi 17 Juillet 2014
CE SOIR ET LE 22 JUILLET
À 22H À L’OREF
Les « After Ftours » de l’ONDA
La salle Ibn Zeydoun de l’OREF abrite,
ce soir, et le 22 juillet à partir de 22h, «les
After Ftours» qui consistent en des specta-
cles animés par la jeune scène musicale al-
gérienne soutenue par l’ONDA.
JUSQU’AU 27 JUILLET AU TNA
Programme culturel
Dans le cadre du mois de Ramadhan, le
Théâtre national algérien Mahieddine-Bach-
tarzi abrite un riche programme culturel :
Ce soir à 22h30, une pièce théâtrale, Si
Merti, d’Abdelwahab Tamahacht, de la coo-
pérative culturelle Afkar oua Founoun d’El-
Eulma.
Demain : monologue, Rihla Madjnouna,
de Bouri Mustapha, produite par l’associa-
tion El-Forsane de Saïda.
Samedi 19 juillet, monodrame, Ouach
E’nsemih, de Lydia Laârini, produite par la
coopérative El-Arini de Batna.
MERCREDI 23 JUILLET À 22H
À LA SALLE IBN ZEYDOUN
Spectacle de flamenco
Dans le cadre des soirées de Ramadhan,
l’AARC organise un spectacle de flamenco
avec le groupe Joaquin Ruiz-Cavana, à la
salle Ibn Zeydoun à Riadh El-Feth.
DEMAIN ET LE 25 JUILLET À 22H
Layali Ramadhan
à Dar Abdellatif
Dans le cadre de la célébration du mois
béni de Ramadhan, l’Agence algérienne
pour le rayonnement culturel organise des
soirées musicales dans les jardins de Dar
Abdellatif.
Demain à 22 h : Sid Ali Dris.
Vendredi 25 juillet à 22 h : l’association
La Cordoba d’Alger.
JUSQU’AU 24 JUILLET À 23H
À LA SALLE IBN KHALDOUN
Arts et Culture : soirées
artistiques
L’établissement Arts et Culture de la wi-
laya d’Alger propose jusqu’au 24 juillet :
Demain : Hocine Lasnami.
Samedi 19 juillet : Salima Fergani.
Dimanche 20 juillet : Akli Yahyaten.
CE SOIR ET LE 19 JUILLET
À SKIKDA, ANNABA, ORAN
CHLEF ET AÏN DEFLA
Programme du Ballet national
À l’occasion du mois de Ramadhan, le
Ballet national se produira :
ce soir à 22 h, à la maison de la Culture
de Chlef.
Le 19 juillet à 22h, à la maison de la Cul-
ture d’Aïn Defla.
JUSQU’AU 25 JUILLET
À PARTIR DE 22H30 DANS
LES SALLES DE L’ONCI
Soirées chaâbi et variétés
Salle El Mouggar : soirées tarab, an-
dalous et chaâbi :
Ce soir : troupe El-Azifetes- Tunisie,
Rym Hakiki.
Demain : troupe Naya - Jordanie
troupe Radia Manel.
Samedi 19 juillet : Aït Djoudi Saâdi,
Hacen Ahres.
Salle Atlas : Layali El-Tourath oua El-
Mouachah :
Ce soir : troupe El-Rayhan - Sétif (el-
monchid Ahmed Mansouri – Émirats arabes
unis).
Demain : troupe El-Aksa - Alger (El-
monchid Kheiri Hatem -Palestine).
Samedi 19 juillet : troupe El-Aridj- La-
ghouat, el-monchid Fadi Tolbi- Alger.
Complexe culturel Abdelouaheb-
Salim - Chenoua - Tipasa :
Ce soir : Abdelkader Khaldi, Hosnia, Ib-
tissam (alhane oua chabab).
Demain : troupe El-Kousoua-Tipasa,
Troupe El-Djazaïr El-Bayda’, lilinchad el-
dini - Alger, el-monchid Abdelouahab Belil,
Alger.
Samedi 19 juillet : troupe Ouled Haoussa
(gnaoui), Mohamed Kahi, Omar Mamach
(kabyle).
Théâtre de Verdure – Casif - Sidi-
Fredj (soirées artistiques variées) :
Ce soir : Gana Meghnaoui (raï), Cheikh
Soltane (staïfi), Rabah Asma (kabyle).
Demain : groupe Forsan Maghnia, Mo-
hamed Hassine, Abdelkader Adda (oranais),
Noureddine Dziri.
Samedi 19 juillet : Nacime Staïfi, Cheb
Redouane (raï), Kamel Chaoui.
Palais des Expositions - Pins-Mari-
times : soirées artistiques variées :
Ce soir : Cheb Zinou (Staïfi), Allilou (ka-
byle), Triana d’Alger.
Samedi 19 juillet : Abasse Righi (ma-
louf), Dalila Brahim (kabyle), groupe
Anouar Ghelizane.
LE 22 JUILLET À L’INSTITUT
CULTUREL ITALIEN
Cycle cinématographique
en plein air
Dans le cadre du mois de Ramadhan,
l’Institut culturel italien inaugure un cycle
cinématographique en plein air (cour de
l’institut) de 4 films italiens, à partir de 22h
(la projection commencera à 22h30).
AGENDA CULTUREL
CE SOIR À 23H
À DAR EL-IMAM
11
e
session du prix
international des récitants
du Coran
Le ministère des Affaires reli-
gieuses et des Wakfs organise la 11
e
session du prix international d’Algérie
des récitants du Coran, et ce du 17 au
24 juillet à Dar El-Imam-El- Mohamadia. Le lancement officiel des ac-
tivités du prix aura lieu, ce soir à 23h.
Activités des partis
JUSQU’AU 7 AOÛT À 9H
À L’USTHB DE BAB EZZOUAR
Portes ouvertes sur les inscriptions universitaires
L’USTHB organise des
portes ouvertes sur l’uni-
versité à l’intention des
nouveaux bacheliers à
partir de 9h, selon le ca-
lendrier suivant :
période des affecta-
tions et des recours en
ligne : du 20 au 26 juillet,
période des inscriptions
définitives : du 2 au 7
août.
CE SOIR À 22H À LA BIBLIOTHÈQUE
NATIONALE D’EL-HAMMA
« Les enjeux de l’histoire
face à la mémoire »
La Bibliothèque nationale d’Algérie organise, ce
soir à 22h à la salle Lakhder-Essaïhi, une conférence-
débat sur le thème : «Les enjeux de l’histoire face à la
mémoire», animée par Dahou Djerbal.
CE SOIR À 22H30
À L’HÔTEL HILTON
Mobilis : signature du contrat
de sponsoring
Mobilis poursuit son accompagnement au
football national et aux clubs de football profes-
sionnels du championnat Mobilis Ligue 1, en
sponsorisant le Nasria de Hussein Dey (NAHD).
La cérémonie de signature du contrat de sponso-
ring aura lieu, ce soir à 22h30 à l’hôtel Hilton.
Au Nord, le temps sera assez chaud et en-
soleillé, notamment vers les régions de l'Ouest
et du Centre avec tendance orageuse vers les
régions de l'intérieur en cours d'après-midi/soi-
rée.
Les vents seront en général faibles à modé-
rés.
La mer sera belle localement, peu agitée
vers leblittoral ouest et centre.
Sur les régions Sud, le temps sera généra-
lement chaud et ensoleillé avec localement
tendance orageuse en cours d'après-midi/soi-
rée vers les massifs du Hoggar/Tassili.
Les vents seront en général faibles à modé-
rés (20/40 km/h), avec localement chasse de
sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (30 - 23°), Annaba (26°- 21°), Béchar
(43° - 28°), Biskra (41° - 26°), Constantine
(32° - 16°), Djelfa (37° - 21°), Ghardaïa (40°
- 27°), Oran (36° - 24°), Sétif (32° - 16°), Ta-
manrasset (38°- 28°), Tlemcen (38° - 23°).
Jeudi 17 Juillet 2014
3 EL MOUDJAHID
Nation
D
e son côté, le ministre malien
des Affaires étrangères, de
l’Intégration africaine et de la
Coopération internationale, qui conduit
la délégation malienne, a tenu à remer-
cier l’Algérie pour toutes les facilités
mises à disposition pour permettre aux
Maliens de travailler pour aboutir à un
accord de paix global et définitif au
Nord-Mali. Il saluera à cette occasion,
les avancées enregistrées dans le cadre
de la mise en œuvre de la démarche al-
gérienne. Il invitera tous les parties et
organisations susceptibles d’apporter
une contribution positive à la crise qui
affecte son pays à ne pas hésiter à faire
part de leurs propositions. Dans ce
cadre, il remerciera les cinq pays du
Sahel présents à la réunion pour leur
engagement aux côtés des Maliens
pour développer les voies et moyens
pour une paix durable au Mali. Il indi-
quera que cette réunion est un « mo-
ment crucial de l’évaluation de la
démarche. Il indiquera que la déléga-
tion malienne qu’il conduit s’est dépla-
cée à Alger avec un « esprit de grande
ouverture et la détermination de cher-
cher toutes les voies possibles pour ar-
river à un accord de paix global et
définitif ».
Tout en rappelant les lignes rouges
que le président malien a fixées au dia-
logue intermalien, il dira que son
gouvernement est disposé à examiner
toutes les options qui permettent de
parvenir à cet accord. Il demandera à
l’Algérie de poursuivre ses efforts
consentis dans le cadre de la recherche
d’une solution politique à la crise à la-
quelle est confronté son pays. Abdou-
laye Diop a également salué, dans son
allocution, le rôle du président de la
République, Abdelaziz Bouteflika, du
gouvernement et du peuple algériens.
«  Il est essentiel dira-t-il, que le Nord-
Mali ne constitue pas une menace pour
le Mali et encore moins pour la sous-
région ». Il faut dessiner une vision et
un avenir commun pour les Maliens et
répondre aux besoins de la population
et leur offrir la prospérité. Dans le sil-
lage de cette intervention, tous les au-
tres intervenants ont souligné la
nécessité d’œuvrer ensemble pour la
paix tout en saluant la démarche algé-
rienne qui constitue à leur avis la solu-
tion la plus idoine pour mettre un terme
à la crise malienne. Dans cet ordre
d’idées, un hommage a été rendu à
l’engagement du président Bouteflika
aux côtés des pays du Sahel. Pour ce
qui est de la crise malienne, dont l’im-
pact affecte non seulement la sous-ré-
gion mais s’étend au-delà de ses
frontières, il est du point de vue large-
ment partagé urgent d’y mettre un
terme, d’autant que la situation tend à
se dégrader de jour en jour, a affirmé
Thomas Pale, ministre délégué burki-
nabé, chargé de la coopération régio-
nale. «  On ne peut pas rester
indifférents », dira-t-il, avant d’indi-
quer qu’il y a nécessité de « conjuguer
les efforts pour capitaliser les expé-
riences acquises », d’autant a-t-il pour-
suivi que la stabilité et la sécurité du
Mali sont indissociables de celles des
autres pays de la région. «Il estimera
que la rencontre officialisant le lance-
ment du dialogue intermalien
«  ouvre une perspective nouvelle pour
le règlement de la crise ». Il émettra le
souhait qu’elle puisse faire avancer « le
dialogue sur la voie de la réconciliation
et de la paix ». Pour le ministre des Af-
faires étrangères et de la Coopération
mauritanien, Ould Teguedi, «il s’agit
aujourd’hui de s’interroger sur le type
d’assistance et d’accompagnement
utile qui doivent être apportés au dia-
logue en cours». Pour son homogue ni-
gérien, Bazoum « il faut continuer à se
retrouver et ce, aussi longtemps qu’il le
faudra pour créer les conditions à
l’amorce du dialogue ». Il estimera que
l’opération humanitaire, sous l’égide
de l’Algérie, d'échange de prisonniers
entre le gouvernement malien et les
mouvements politico-militaires du
Nord-Mali est un gage de bonne vo-
lonté.
Le ministre tchadien des Affaires
étrangères, Faki Mahamat, réitérera
l’engagement de son pays, par devoir
de solidarité, à soutenir le Mali et l’ac-
compagner dans cette phase de son his-
toire. Tout en mettant en garde contre
les dangers d’aggravation de la crise, le
représentant de l’Union européenne a
déclaré que l’UE est attentive à la si-
tuation qui prévaut au Mali, et ce qui
se passe au Sahel ou au Sahara a un
impact direct sur l’Europe.
Il soulignera la disponibilité de
l’UE à accompagner le Mali par une
assistance à même de développer ce
pays. Il précisera que l’UE est prête à
jouer son rôle dans la région. Quant au
représentant spécial de l’Union afri-
caine pour le Mali, il indiquera que
nous avons besoin d’un accord de paix
global et définitif.
Le représentant de l’ONU et chef
de la Minusma estimera de son
côté  qu’« il n’y a pas d’autre choix que
celui de la paix », ajoutant que « seuls
les Maliens peuvent y parvenir, car la
paix ne peut être imposée ».
Nadia Kerraz
Diop : “Le Mali disposé à explorer toutes les options pour une paix durable”
Le ministre malien des Affaires étrangères,
de l’Intégration africaine et de la Coopération
internationale, Abdoulaye Diop, a exprimé mer-
credi à Alger la disposition de son gouverne-
ment à explorer notamment toutes les options
politiques et sécuritaires pour parvenir à une paix
durable au Mali.
"Nous sommes disposés à explorer toutes les
options politiques, économiques institution-
nelles et sécuritaires permettant d'arriver à une
paix durable au Mali", a déclaré M. Diop à l'ou-
verture de la réunion de haut niveau de soutien
au dialogue inter-malien.
Il a ajouté qu'il était venu à Alger avec un es-
prit de "grande ouverture" et de détermination
pour explorer avec "nos frères du nord du Mali"
toutes les voies possibles pour arriver à un ac-
cord global et définitif de la crise malienne.
Le chef de la diplomatie malienne a précisé
que les discussions entre le gouvernement et les
groupes du nord du Mali devraient se faire en
respectant les lignes rouges tracées par le prési-
dent malien Ibrahim Boubacar Keita, notamment
le respect de la souveraineté et l'intégrité territo-
riale du Mali et le caractère républicain et uni-
taire de l'Etat malien.
Il a salué le rôle du président de la Répu-
blique, Abdelaziz Bouteflika, et du gouverne-
ment algérien pour tous les efforts déployés pour
le retour de la paix, la stabilité et la prospérité
au Mali, réitérant sa confiance en l'Algérie et ses
institutions pour ramener la paix dans ce pays.
"Nous saluons l'engagement personnel du prési-
dent Bouteflika, que nous appelons affectueuse-
ment Abdelkader El Mali, pour son appui
personnel dont nous souhaitons qu'il se pour-
suive", a-t-il indiqué.
La réunion de haut niveau de soutien au dia-
logue inter-malien pour le règlement de la crise
dans le Nord de la République du Mali qui s’est
ouverte mercredi à Alger se tient avec la parti-
cipation de l’Algérie, Mali, Niger, Burkina
Faso, Tchad, Mauritanie, UA, Cedeao, ONU, UE
et l’OCI et en présence du haut représentant du
président malien pour le dialogue inter-malien
inclusif, M. Modibo Keita.
Elle intervient (la réunion) au lendemain
d’une opération humanitaire, sous l’égide de
l’Algérie, d'échange de prisonniers entre le gou-
vernement malien et les mouvements politico-
militaires du Nord-Mali. Les six mouvements
concernés par le dialogue inter-malien sont le
Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coor-
dination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la
Coordination des Mouvements et Fronts patrio-
tiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement
national de libération de l'Azawad (MNLA), le
Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA)
et le Mouvement arabe de l'Azawad (dissident).
Les trois premiers mouvements avaient signé
en juin dernier à Alger une plate-forme prélimi-
naire d'entente visant à trouver une solution dé-
finitive à la crise malienne et à travers laquelle
ils ont réaffirmé le plein respect de l'intégrité
territoriale et de l'unité nationale du Mali, rap-
pelle-t-on.
Les trois autres mouvements avaient signé
de leur côté la "Déclaration d'Alger" en juin der-
nier à travers laquelle ils avaient affirmé leur vo-
lonté d'œuvrer à la consolidation de la
dynamique d'apaisement en cours et de s'engager
dans le dialogue inter-malien inclusif et réitéré
leur acceptation de la nécessité de préserver l'in-
tégrité territoriale du Mali.
Engagement à travailler pour une solution à la crise dans le Nord-Mali
Les participants à la réunion de haut niveau
de soutien au dialogue global inter-malien ont
réitéré mercredi à Alger leur engagement à tra-
vailler de concert pour parvenir à une solution
consensuelle capable de mettre un terme à la
crise dans le Nord-Mali.
Intervenant lors de cette réunion, le ministre
délégué chargé de la Coopération régionale du
Burkina-Faso, Thomas Pale a souligné que la
crise actuelle au Mali affecte également l’en-
semble de la sous-région.
“Nous devons mettre tout en œuvre pour re-
nouer le dialogue entre les différentes parties
maliennes », a insisté M. Pale, tout en saluant
la démarche de l’Algérie pour engager les dis-
cussions entre maliens. La stabilité et la sécu-
rité au Mali est indissociable de la stabilité et
de la sécurité dans la région », a-t-il ajouté.
Le ministre mauritanien des Affaires étran-
gères, Ahmed Ould Teguedi a de son côté
exhorté les Maliens à poursuivre leurs efforts
pour parvenir à la paix, en soulignant l’enga-
gement des pays voisins à préserver l’intégrité
territoriale du Mali qui, a-t-il souligné, est une
condition essentielle» pour réaliser la paix dans
ce pays.
Le Niger, représenté par son ministre des
Affaires étrangères Mohamed Bazoum a es-
timé que cette démarche prônée par l’Algérie
crée un climat idéal pour le dialogue au regard
de la situation dans laquelle se trouve actuelle-
ment le Mali».
Le chef de la diplomatie tchadienne a quant
à lui exprimé la disposition de son pays à sou-
tenir le Mali dans la voie du dialogue et de la
réconciliation, tout en saluant l’engagement
des pays de la région pour le succès de ce pro-
cessus.
Pour sa part, le Commissaire à la paix et sé-
curité de l’Union africaine (UA), Smail Cher-
gui, a mis l’accent sur la nécessité d’œuvrer à
réaliser la paix et la stabilité au Mali et sur l’en-
semble du continent africain.
Mme Salamatou Hussaini Suleiman, Com-
missaire en charge des Affaires politiques, Paix
et Sécurité de la Cédéao a également mis l’ac-
cent sur la "nécessité de travailler de concert
pour parvenir à la paix durable», tout en réité-
rant le soutien de son organisation au processus
de dialogue.
Le représentant spécial du Secrétaire général
de l’ONU et chef de la mission onusienne au
Mali (Minusma), Albert Gerard Koenders, qui
a jugé la situation au Mali préoccupante » a
appelé à tout mettre en œuvre pour parvenir à
la paix.
M. Koenders a exprimé le soutien de l’ONU
aux négociations, en rappelant toutefois la né-
cessité d’un cessez-le-feu dans le Nord-Mali.
Un contexte plus que favorable pour l'amorce de la paix au Mali
Le lancement de la phase initiale du dialogue
intermalien inclusif mercredi à Alger, à l'initiative
de l'Algérie, se fait dans un contexte plus que fa-
vorable, qu'il ne l'a jamais été pour parvenir à une
paix et à une stabilisation durable au Mali, ont in-
diqué mardi des représentants internationaux.
Le contexte actuel pour le lancement de la
phase initiale du dialogue inter-malien est plus
que favorable, qu’il ne l'a jamais été, a indiqué le
représentant spécial de l'Union européenne pour
le Sahel, Michel Reveyrand, à l'issue de l'au-
dience que lui a accordée le ministre des Affaires
étrangères, Ramtane Lamamra, en marge des tra-
vaux de la 5e session du Comité bilatéral straté-
gique algéro-malien sur le Nord-Mali.
De son côté, le haut représentant de la mission
de l'Union africaine (UA) pour le Mali et le
Sahel, Pierre Buyoya a indiqué que l'initiative al-
gérienne faisait figure "d'opportunité unique pour
les Maliens afin de se rencontrer pour faire la
paix". "Je suis optimiste que ces pourparlers dé-
bouchent, d'ici quelques semaines, à une paix du-
rable au Mali", a-t-il souligné. Pour sa part, le chef
de la mission de l'Organisation des nations unies
(ONU) au Mali (MINUSMA), Bert Koenders, a
salué l'initiative algérienne d'aider les Maliens à
aboutir à la paix et à la stabilité, soulignant qu'il y
avait une "réelle" volonté du gouvernement et des
groupes armés du Nord d'y parvenir.
La commissaire aux affaires politiques, de la
paix et de la sécurité de la CEDEAO a relevé,
quant à elle, les grands progrès réalisés sous
l'égide de l'Algérie, pour le règlement politique
et pacifique de la crise malienne. Les travaux de
la 5e session du Comité bilatéral stratégique al-
géro-malien sur le Nord-Mali se déroulent à
Alger sous la présidence du ministre des Affaires
étrangères algérien, Ramtane Lamamra, et du mi-
nistre malien des Affaires étrangères, de l’Inté-
gration africaine et de la Coopération
internationale, Abdoulaye Diop. Etaient présents
également côté malien, le ministre malien de l'In-
térieur et de la Sécurité, Sada Samaké, de la Dé-
centralisation et de la Ville, Ousmane Sy, de la
Réconciliation nationale, Zahabi Ould Sidi Mo-
hamed, et celui du Travail, des Affaires sociales
et humanitaires, Amadou Konaté. M. Lamamra
avait indiqué que la phase initiale du dialogue
inter-malien allait débuter le 16 juillet à Alger, en
présence du gouvernement malien et des mouve-
ments armés du Nord-Mali. Le Mouvement arabe
de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peu-
ple de l'Azawad (CPA) et la Coordination des
Mouvements et Fronts patriotiques de résistance
(CM-FPR) avaient signé, en juin dernier, une
plate-forme préliminaire d’entente visant à trou-
ver une solution définitive à la crise malienne et
à travers laquelle ils ont réaffirmé le "plein res-
pect" de l'intégrité territoriale et de l'unité natio-
nale du Mali. Le Mouvement national de
libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil
pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouve-
ment arabe de l'Azawad (MAA) avaient, de leur
côté, signé la "Déclaration d'Alger" à travers la-
quelle ils ont affirmé leur volonté d'œuvrer à la
"consolidation de la dynamique d'apaisement en
cours et de s'engager dans le dialogue inter-ma-
lien inclusif".
RÉUNION DE HAUT NIVEAU DE SOUTIEN AU DIALOGUE INTERMALIEN
Convergence sur la nécessité d’aboutir à un
accord de paix
Quelques heures avant le lancement officiel du dialogue inter-malien, dont la cérémonie s’est ouverte hier à l’hôtel Aurassi, s’est tenue au même
endroit la réunion de haut niveau de soutien à ce dialogue pour le règlement de la crise dans le Nord de la République du Mali, avec la
participation de l’Algérie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad, Mauritanie, UA, Cedeao, ONU, UE et l’OCI. S’exprimant à l’ouverture de
ces travaux, le ministre algérien des Affaires étrangères M. Ramtane Lamamra, s’est félicité de la réunion qui constitue un cadre
de « concertation et de coordination dédié à l’impulsion du dialogue visant à mettre fin à la crise dans le Nord du Mali ».
P
h

:

W
a
f
a
4 EL MOUDJAHID
Nation
Jeudi 17 Juillet 2014
COMMUNIQUÉ FINAL
Le Mali disponible pour une solution dans sa région du Nord
Le Mali a réitéré sa "pleine disponibilité"
à œuvrer de bonne foi avec les mouvements
du nord du pays à la recherche d’une solution
globale et définitive à la crise qui y prévaut,
lit-on dans le communiqué final algéro-ma-
lien, rendu public hier, au terme de la 5
e
ses-
sion du Comité bilatéral stratégique
algéro-malien sur le Nord-Mali. "Tout en rap-
pelant l’importance qu’attachent les hautes
autorités maliennes au règlement de la crise
dans le septentrion malien, la partie malienne
a réitéré sa pleine disponibilité à œuvrer de
bonne foi avec les mouvements du Nord à la
recherche d’une solution globale et définitive
à cette crise", a précisé le communiqué
conjoint, signé par les ministres des Affaires
étrangères des deux pays, Ramtane Lamamra
(Algérie) et Aboulaye Diop (Mali). En outre,
la partie malienne a, selon la même source,
renouvelé sa confiance en l’Algérie pour
"mener à bien" cette phase du dialogue inter-
malien et l’a encouragée à poursuivre l’effort
de "transparence" et de "coordination"
qu’elle a engagé avec ses partenaires. La réu-
nion de haut niveau de soutien au dialogue
intermalien pour le règlement de la crise dans
le Nord de la République du Mali se déroule
actuellement à Alger avec la participation de
l’Algérie, Mali, Niger, Burkina Faso, Tchad,
Mauritanie, UA, CÉDÉAO, ONU, UE et
OCI. À la même occasion, la partie algé-
rienne a informé la partie malienne du résul-
tat des concertations qu’elle a engagées avec
les partenaires bilatéraux et multilatéraux du
Mali et de leur "pleine" mobilisation pour ac-
compagner "utilement" le processus de dia-
logue intermalien envisagé. La 5
e
session du
Comité bilatéral stratégique algéro-malien
sur le Nord-Mali constitue un aboutissement
des efforts "persévérants" déployés, notam-
ment par l'Algérie pour le règlement de la
crise malienne, avait indiqué, la veille, M.
Lamamra. À la faveur de la 5
e
session de leur
Comité bilatéral stratégique, l’Algérie et le
Mali ont échangé sur les défis à la paix et à
la sécurité régionale, a ajouté le communi-
qué, précisant qu’à cet égard, les deux pays
ont réitéré leur "volonté de continuer à œu-
vrer en commun" afin de les relever (les
défis) pour le bien des deux pays et de l’en-
semble des pays de la sous-région. L’Algérie
et le Mali sont, également, convenus de
continuer, à travers le Comité, de traduire "la
volonté politique" des deux chefs d’État de
bâtir une "relation spéciale basée sur un par-
tenariat stratégique entre les deux pays". La
5
e
session du Comité bilatéral stratégique al-
géro-malien sur le Nord-Mali "constitue à la
fois un aboutissement et un point de départ.
Un aboutissement des efforts persévérants
qui n'ont pas cessé depuis le 19 janvier der-
nier, lorsque le Président de la République,
Abdelaziz Bouteflika, et le Président malien,
Ibrahima Boubacar Keita, ont créé ce comité,
chargé d'encadrer et de lancer ces efforts de
l'Algérie, tendant à contribuer au lancement
du dialogue intermalien inclusif", avait indi-
qué M. Lamamra. Cette session a également
été un cadre pour les deux parties qui ont
échangé les vues sur l’organisation de la
phase initiale du dialogue intermalien et ex-
primé leur satisfaction pour les "progrès en-
registrés dans les préparatifs engagés de part
et d’autre en vue du lancement de cette phase
dans les meilleures conditions", lit-on, par
ailleurs, dans le communiqué conjoint. La
réunion de haut niveau de soutien au dialogue
intermalien, qui se déroule actuellement à
Alger, se tient au lendemain d’une opération
humanitaire, sous l’égide de l’Algérie,
d'échange de prisonniers entre le gouverne-
ment malien et les mouvements politico-mi-
litaires du Nord-Mali.
Consensus pour tourner la page
La phase initiale du dialogue inclusif in-
termalien a été officiellement lancée hier à
Alger. Outre les parties maliennes, sont pré-
sents aux travaux l’Algérie, le Niger, le Bur-
kina Faso, le Tchad, la Mauritanie, l’UA, la
Cedeao, l’ONU, l’UE et l’OCI. La délégation
malienne, conduite par le ministre des Af-
faires étrangères, Abdelouya Diop, et les re-
présentants des six mouvements signataires
de la Déclaration d’Alger et de la plate-forme
d’Alger, à savoir le Mouvement national de
libération de l'Azawad (MNLA), le Haut
conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et
le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA)
d’une part, et le Mouvement arabe de l'Aza-
wad (MAA), la Coordination pour le peuple
de l'Azawad (CPA) et la Coordination des
Mouvements et Fronts patriotiques de résis-
tance (CM-FPR) d’autre part, ont ainsi en-
tamé le premier pas devant les conduire à
des négociations devant aboutir à la signature
d’un accord de paix global et définitif,
comme souhaité par les pays de la région et
l’ensemble de la communauté internationale
qui encouragent les deux parties à œuvrer en-
semble pour le bien-être du Mali. A l’adresse
des représentants des trois mouvements si-
gnataires de la plate-forme d’Alger ayant pris
place dans la salle, le MAE malien leur dira
dans son allocution d’ouverture : « Puisque
nous ne sommes plus en guerre, que nous
sommes ici à Alger en partenaires et que nous
avons la responsabilité historique de
construire ensemble la paix, la consolider, la
formaliser, alors donnons-nous la main. » Il
ajoutera que l’espoir est que dans quelques
jours « ce face-à-face finira par un côte à côte
pour bâtir dans un horizon proche le Mali de
nos espérances, cette fois-ci la main dans la
main et définitivement ». Il saluera égale-
ment, au nom du président Ibrahim Bouba-
car Keita, « la décision historique des frères
des mouvements du Nord du Mali d'inscrire
leurs actions dans le cadre du dialogue en vue
de la recherche d'une paix durable". Pourtant,
il aura fallu beaucoup de doigté pour le mi-
nistre algérien des Affaires étrangères, qui a
présidé la cérémonie pour éviter de froisser
les susceptibilités des parties maliennes. A
preuve, la procédure protocolaire retenue
pour la séance, puisqu’il a fallu la segmenter
en trois parties. Mais cela n’était pas pour dé-
stabiliser M. Lamamra dont le seul souci,
partagé par la communauté internationale, est
de parvenir au lancement des négociations
pour l’entame du dialogue intermalien. Le
MAE malien soulignera le secours inestima-
ble de la communauté internationale, tout en
estimant qu’elle sera encore nécessaire pour
aider à consolider la paix et la sécurité afin
de reconstruire le pays détruit par une guerre
fratricide, et la solidarité agissante des pays
voisins. M. Diop rappellera que, dans un
souci de règlement global et définitif de la
crise du Nord-Mali, « les autorités maliennes
ont engagé depuis longtemps tout un proces-
sus de facilitation et de consultations ». Il es-
timera qu’« il faut éviter de laisser aux
générations futures un lot de ressentiments et
de haine qui sera la preuve accablante de
notre incapacité collective à mettre un terme
aux problèmes dont souffrent les Maliens. »
Pour lui, le gouvernement et les mouvements
maliens ont « l’obligation et les moyens »
de parvenir à la paix pour mettre un terme à
cet épisode douloureux.
Les représentants des mouvements du
Nord du Mali ont souligné la volonté de par-
venir à une paix négociée. Ils ont souhaité
que cette rencontre soit le point de départ de
négociations sincères et crédibles qui puis-
sent parvenir à un accord global et définitif.
Nous ne sommes pas des va-t-en-guerre, a af-
firmé Oumaiga au nom des mouvements si-
gnataires de la plate-forme d’Alger. Selon lui,
les mouvements sont porteurs de revendica-
tions légitimes et justes des aspirations de
l’Azawad. Il dira exhorter les uns et les autres
à travers les actes et paroles à tourner la page
de la haine et à ouvrir celle de l’amour entre
toutes les communautés. Il réitérera sa dispo-
nibilité à entamer des négociations crédibles
et sincères à travers une feuille de route bien
élaborée et consensuelle.
Nadia Kerraz
5
e
SESSION DU COMITÉ BILATÉRAL STRATÉGIQUE ALGÉRO-MALIEN
Sous l’égide de l’Algérie, échange de prisonniers entre
le gouvernement malien et les mouvements du Nord-Mali
Une opération humanitaire d'échange de prisonniers entre le gouvernement malien et les mouvements politico-militaires du Nord-Mali a été réalisée sous
l'égide de l'Algérie, a annoncé, mardi à Alger, le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra.
«
U
ne opération humanitaire
d'échange de prisonniers
entre le gouvernement
malien et les mouvements politico-
militaires du Nord-Mali a été réa-
lisée sous l'égide de l'Algérie", a
indiqué, dans une déclaration à
l'APS, M. Lamamra, en marge des
travaux de la 5
e
session du Comité
bilatéral stratégique algéro-malien
sur le Nord-Mali. Cette opération,
qui a fait l'objet "d'intenses"
consultations entre l'Algérie et les
différentes parties maliennes, est
intervenue à la veille du lancement
de la phase initiale du dialogue in-
termalien inclusif, a ajouté M. La-
mamra.
Cette opération consistait en la
libération, par les mouvements du
Nord du Mali, de 45 personnes
(entre civils et militaires) relevant
du gouvernement malien et 42
membres et sympathisants maliens
des mouvements politico-mili-
taires. "Nous nous réjouissons que
cette opération soit intervenue au
cours du mois sacré de Ramadhan
et à la veille de l'ouverture des né-
gociations sur l'avenir du Mali", a-
t-il indiqué. Le chef de la
diplomatie algérienne a salué le
professionnalisme de tous les ca-
dres algériens qui ont participé à la
conception et la conduite de cette
opération, en particulier ceux ap-
partenant à l'Armée nationale po-
pulaire (ANP) et des services de
sécurité. Les travaux de la 5
e
ses-
sion du Comité bilatéral straté-
gique algéro-malien sur le Nord-
Mali se déroulent à Alger sous la
présidence du ministre algérien des
Affaires étrangères, Ramtane La-
mamra, et du ministre malien des
Affaires étrangères, de l’Intégra-
tion africaine et de la Coopération
internationale, Abdoulaye Diop.
Étaient présents également côté
malien, les ministres maliens de
l'Intérieur et de la Sécurité, Sada
Samaké, de la Décentralisation et
de la Ville, Ousmane Sy, de la Ré-
conciliation nationale, Zahabi Ould
Sidi Mohamed, et celui du Travail,
des Affaires sociales et humani-
taires, Amadou Konaté. M. La-
mamra avait indiqué que la phase
initiale du dialogue intermalien al-
lait débuter le 16 juillet à Alger, en
présence du gouvernement malien
et des mouvements armés du Nord-
Mali.
Le Mouvement arabe de l'Aza-
wad (MAA), la Coordination pour
le peuple de l'Azawad (CPA) et la
Coordination des Mouvements et
Fronts patriotiques de résistance
(CM-FPR) avaient signé, en juin
dernier, une plate-forme prélimi-
naire d’entente visant à trouver une
solution définitive à la crise ma-
lienne et à travers laquelle ils ont
réaffirmé le "plein respect" de l'in-
tégrité territoriale et de l'unité na-
tionale du Mali. Le Mouvement
national de libération de l'Azawad
(MNLA), le Haut conseil pour
l'unité de l'Azawad (HCUA) et le
Mouvement arabe de l'Azawad
(MAA) avaient, de leur côté, signé
la "Déclaration d'Alger" à travers
laquelle ils ont affirmé leur volonté
d'œuvrer à la "consolidation de la
dynamique d'apaisement en cours
et de s'engager dans le dialogue in-
termalien inclusif".
P
h
o
t
o
s

:

W
a
f
a
Jeudi 17 Juillet 2014
5 EL MOUDJAHID
Nation
L
e nombre de demandes de re-
cours de candidats au Bacca-
lauréat session 2014, relevant
des erreurs ou des anomalies dans
leurs relevés de notes, s’élève à 145
requêtes à l’échelle nationale, a no-
tamment indiqué mardi dernier Mme
Nouria Benghebrit, ministre de
l’Education nationale.
L’invitée du forum « Liberté » a
expliqué qu’une cellule a été installée
à l’Onec pour étudier les demandes
de recours enregistrées. Écartant
l’idée d’une deuxième correction,
Mme Benghebrit a précisé que le re-
cours « consiste à vérifier les reports
de notes et non en une deuxième cor-
rection des copies d’examen ».
Selon toujours la même responsa-
ble «  une deuxième correction des
copies demeure  impossible  et
même  impensable  », vu le «  surdi-
mensionnement  » médiatique du
nombre réel des demandes de recours
et « le manque de précisions sur les
démarches d’un recours ».
Parmi les erreurs ou les anomalies
à prendre en considération dans les
relevés de notes des candidats
concernés, le ministère de tutelle in-
siste sur les notes identiques obtenues
dans la totalité des matières ou dans
les matières essentielles ainsi que la
note éliminatoire (00/20) évaluant
l'épreuve de l'éducation sportive qui
n’est en aucun cas conforme à celles
obtenues lors de l'examen de cette
discipline programmée le 7 mai der-
nier, bien avant les épreuves écrites
qui ont eu lieu entre le 1
er
et le 05
juin.
Évoquant le taux national de réus-
site au Bac de la présente session qui
est de 45,01%, la première
responsable du secteur es-
time que « si les résultats des
examens de fin des cycles
primaire et moyen étaient
bons, ceux du baccalauréat
sont loin d'être satisfai-
sants ». Elle a fait remarquer
que ce taux « est en deçà des
attentes et des objectifs tra-
cés par la réforme de l’édu-
cation nationale, mise en
œuvre depuis 2003 ». Elle a
précisé que ce taux est
«loin» d'atteindre l'objectif
de 70% de réussite tracé à
l'horizon 2015, malgré « la
dynamique des réformes».
Évoquant les motifs de la baisse
des résultats scolaires, la ministre a
cité, entre autres, « les conditions de
scolarisation dans plusieurs régions,
une formation défaillante des ensei-
gnants et une instabilité enregistrée
au sein du système éducatif », a-t-elle
souligné.
Afin de remédier à cette situation,
Mme Benghebrit préconise « des
mesures organisationnelles pour ac-
compagner la scolarité des élèves afin
d’atteindre ce but tracé par la réforme
du système éducatif. »
«  Le ministère de l'Éducation
veille, dans le cadre de la stratégie na-
tionale de développement du système
éducatif, à promouvoir la formation
des enseignants, notamment les nou-
veaux diplômés  », a-t-elle indiqué
tout en rappelant « le recrutement de
24.000 nouveaux enseignants à la
prochaine rentrée scolaire. Ces nou-
veaux enseignants seront soumis à
une évaluation durant la période al-
lant du 15 au 30 août », a-t-elle pré-
cisé.
D’autres mesures organisation-
nelles y sont prévues, selon la pre-
mière responsable du secteur qui cite
entre autres, la généralisation du sys-
tème des cours de soutien à tous les
élèves des classes d'examen, en col-
laboration avec les walis, les collec-
tivités locales, et le réaménagement
des programmes scolaires.
Satisfecit pour le déroulement
des examens de fin d’année
Toutefois, la ministre s’est félici-
tée du bon déroulement des examens
de fin d’année scolaire relevant des
différents paliers scolaires.
Répondant à une question liée aux
priorités du programme du secteur de
l’Éducation nationale, Mme Benghe-
brit a longuement insisté sur trois ac-
tions importantes, à savoir la refonte
pédagogique qui exige l’implication
des cadres en dehors du secteur de
l’éducation pour connaître leurs vi-
sions et approches dans le domaine,
la professionnalisation de
l’ensemble des acteurs du
système éducatif et la bonne
gouvernance constitue dés-
ormais un aspect central de
l’agenda du ministre.
Toujours dans ce même
cadre et parmi les objectifs
tracés par son secteur afin
d’assainir le système éduca-
tif et réussir sa réforme,
dont la mise en œuvre a été,
selon la ministre, « pertur-
bée par un certain nombre
de paramètres et souffert
d’un manque de communi-
cation  », Mme Benghebrit
évoque le respect du temps de l’en-
seignement, la validation des pro-
grammes ainsi que l’élimination du
seuil qu’elle qualifie d’acte « anti-pé-
dagogique  ». La ministre n’a pas
omis de soulever dans ce même ordre
d’idées, la question de la lutte contre
les disparités de l’enseignement, par-
ticulièrement dans les régions du Sud
et des hauts plateaux, affirmant qu’
« il ne sera plus toléré que les élèves
du Sud et des hauts plateaux soient
privés de l’enseignement des langues
étrangères et des mathématiques  »,
rappelant, par ailleurs, le projet de
construction de plus de 6.000 loge-
ments de fonction dans les régions du
sud du pays.
En réponse à une question sur la
situation des logements de fonction
occupés encore par des enseignants
qui ne sont plus en activité, Mme
Benghebrit a souligné que ce do-
maine «  nécessite un assainissement
important et lourd », ajoutant qu’une
enquête est menée dans ce sens tout
en veillant à ce qu’il n’y ait pas d’in-
justice.
A propos des assises nationales
sur l'éducation prévues dimanche et
lundi prochains, la ministre a indiqué
que cette rencontre représente la der-
nière étape d’évaluation de la réforme
du système éducatif par l’étude de
près de 400 propositions émanant des
différentes rencontres organisées au-
paravant au niveau des wilayas. « Il
sera procédé à l'évaluation des ré-
formes et à une révision des pro-
grammes scolaires », souligne-t-elle
tout en estimant que « le processus de
réforme du système éducatif, lancé en
2003, a été mis en œuvre sans cohé-
rence ni coordination ».
Elle a indiqué que les travaux des
assises se dérouleront à travers cinq
conférences et huit ateliers théma-
tiques avec une moyenne de cinq
communications par atelier. Mme
Benghebrit n’a pas manqué de préci-
ser que les débats «  porteront sur
l’ensemble des questions et pro-
blèmes que connaît le secteur de
l’Éducation et ne laisseront aucune
catégorie en souffrance marginali-
sée  ». Concernant les perturbations
que connaît le secteur de l'éducation
chaque année en raison des grèves, la
ministre a affirmé que « la prochaine
année scolaire se déroulera dans un
climat de stabilité, après que le minis-
tère eut répondu favorablement à la
majorité des revendications soumises
par les syndicats et qui faisaient l'ob-
jet de discorde  » ajoutant que «  la
nouvelle politique du ministère
consiste à impliquer davantage ses
partenaires sociaux ».
Sarah Sofi
Le ministre du Travail,
de l’Emploi et de la Sécu-
rité sociale, Mohamed El
Ghazi, a présidé, hier, une
séance de travail pour pré-
senter le projet préliminaire
de la loi du travail dans sa
nouvelle mouture, en pré-
sence des partenaires so-
ciaux membres de la
tripartite.
Ont pris part à cette réu-
nion, le secrétaire général
de l’Union générale des tra-
vailleurs algériens, ainsi
que les présidents de
l’Union nationale des entre-
preneurs publics (UNEP),
la Confédération algérienne du patronat (CAP),
la Confédération nationale du patronat algérien
(CNPA), la Confédération des industriels et des
producteurs algériens (CIPA), le Forum des chefs
d’entreprise FCE, l’Association des femmes chefs
d’entreprise (SEVE), l’Union nationale des inves-
tisseurs (UNI), et la Confédération générale du
patronat du secteur du bâtiment et des travaux pu-
blics et de hydraulique (CGPBTPH), ainsi que le
directeur général de la Fonction publique et des
cadres centraux du ministère.
Dans son allocution d’ouverture, le ministre a
précisé que ce projet a été conçu sur la base de
l’objectif du gouvernement « qui vise à l’actua-
lisation de la législation nationale du travail, afin
de répondre aux enjeux et aux défis découlant des
changements qu’a connus l’Algérie ». Le ministre
a souligné également que « le nouveau projet qui
vient en réponse aux exigences du développement
social et économique du pays, répond au souci de
l’Algérie de conformer sa législation avec les en-
gagements internationaux, notamment en ce qui
concerne les conventions ratifiées dans le cadre
de l’organisation internationale du travail.
Le ministre a réitéré la volonté des pouvoirs
publics à atteindre un large consensus dans l’éla-
boration de la nouvelle loi sur le travail, à travers
le dialogue social, qui s’est consacré par les réu-
nions de la tripartite et qui a été couronné par la
signature du pacte écono-
mique et social pour le déve-
loppement, et qui reflète le
haut degré de maturité et de
perspicacité dans le traite-
ment des questions relatives
au développement écono-
mique et social.
De son côté, le Secrétaire
général de l'Union générale
des travailleurs algériens, M.
Abdelmadjid Sidi Saïd a
salué cette initiative, souli-
gnant l'implication de la
Centrale syndicale dans ce
dialogue afin de parvenir à
une mouture consensuelle
de la nouvelle loi sur le tra-
vail. Une loi qui s’adapte avec les changements
économiques actuels, tout en préservant les acquis
qui ont été réalisés jusqu’ici au profit du monde
du travail en Algérie.
Les chefs et les représentants des organisa-
tions syndicales et du patronat ont, pour leur part,
exprimé leur volonté de participer au débat autour
du projet proposé dans le but de parvenir à un
consensus, « qui permettra d’élaborer une nou-
velle législation du travail susceptible de définir
les droits et les obligations de chaque partie, et à
assurer la stabilité nécessaire dans le monde du
travail, ce qui permettra d'atteindre un équilibre
entre les aspirations et les intérêts des différentes
parties du processus de production ».
Durant la même séance de travail, et après
avoir présenté les grandes lignes du projet préli-
minaire de la nouvelle loi du travail, un délai a été
convenu pour l’examen du document au niveau
de chaque organisation et la préparation d'obser-
vations et de propositions qui seront soumises par
la suite, à une commission technique, composée
de représentants des parties de la tripartite, qui
sera installée par décision du ministre.
La commission sera chargée de l’élaboration
du projet dans sa formule consensuelle finale qui
sera présentée au gouvernement, conformément
aux procédures.
Salima Ettouahria
D’une capacité pouvant atteindre 6.000
personnes, le village des loisirs d’Alger est
désormais accessible au grand public à titre
gratuit pour pratiquer diverses activités de
distraction tels le bowling, le VTT, le tram-
poline, le roller, le dessin, la moto cross ou
encore les jeux de société. « Ce n’est que le
début d’un ambitieux programme élaboré par
notre département dans le cadre du plan quin-
quennal du président de la République », a
lancé le ministre de la Jeunesse qui a procédé
dans la soirée d’avant-hier à l’inauguration
de ce méga espace, situé sur le site du Palais
des expositions des Pins Maritimes.
Abdelkader Khomri considère que ce vil-
lage « constitue une excellente opportunité
pour les citoyens, qu’ils soient enfants, jeunes
ou adultes, pour s’assurer des moments de
détente et de distraction en ces temps mar-
qués, selon lui, par le retour de la paix après
de douloureux moments vécus en Algérie «
... » Les loisirs sont devenus aujourd’hui une
nécessité et quoi de mieux qu’un tel espace
pour accompagner cette dynamique et cette
joie de vivre ensemble retrouvées ces der-
niers temps par les Algériens », a-t-il affirmé,
en présence de plusieurs membres du gouver-
nement ainsi que du wali d’Alger.
Le village des loisirs qui fermera ses
portes le 30 août prochain, et qui a connu déjà
une forte affluence au premier jour de son ou-
verture, propose une panoplie d’activités et
de loisirs à même de combler ses hôtes, et ses
espaces comportent plusieurs axes. Il s’agit
des activités artistiques, scientifiques, spor-
tives et de détente. Dans la « Houma Artis-
tique », des ateliers de peinture et de dessin,
de fabrication de masques et des activités ar-
tisanales comme la céramique et la poterie
sont au programme. Pour la « Houma Arts
lyriques  », les organisateurs ont prévu des
troupes de chants folkloriques, de chansons
chaâbi, une chorale de 1000 enfants et des es-
paces jeunes talents chanteurs, sans oublier
un tournoi Hip Hop. Pour les arts plastiques,
il y aura notamment du dessin, de la peinture
et autres activités artisanales telles la céra-
mique et la poterie traditionnelle.
Au chapitre interactivité, les jeux de so-
ciété et les jeux électroniques attireront cer-
tainement les jeunes et les moins jeunes
tandis que pour le créneau scientifique, l’at-
traction sera sans doute l’activité dédiée à
l’observation astronomique. Pour la détente,
les citoyens auront l’embarras du choix entre
par exemple la pétanque, la course de sac, le
parcours d’obstacles, la piscine pour enfants,
les rollers ou encore le tir à l’arc.
Pour les adeptes du sport, ils y trouveront tout
l’équipement nécessaire pour faire le skate-
board, le trampoline, le foot à six, le baby-
foot ainsi que du VTT et du roller.
Le village des loisirs propose même des
espaces culinaires et autres pour la projection
de films.
SAM
PALAIS DES EXPOSITIONS DES PINS MARITIMES
Le Village des loisirs ouvre ses portes
CODE DU TRAVAIL
Les pouvoirs publics œuvrent dans
le sens d’une mouture consensuelle
ÉDUCATION NATIONALE
Les assises du secteur se tiendront à partir
de dimanche
G 145 demandes de recours de candidats au baccalauréat déposées
P
h

:

T
.

R
o
u
a
b
a
h
6
Jeudi 17 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Nation
E
n prévision de cet ordre du
jour, les quatre commissions
spécialisées au niveau du
Conseil de la nation ont entamé, au
début de la semaine, une série
d’audition des différents départe-
ments concernés par les textes de
loi en question.
C’est ainsi que la commission
des affaires administratives et juri-
diques avait reçu, dimanche der-
nier, le ministre d’État, ministre de
l’Intérieur et des Collectivités lo-
cales, Tayeb Belaïz, pour une pré-
sentation des motifs du projet de
loi, ainsi que sur les nouvelles me-
sures apportées à la loi de 1970 re-
lative à l’état civil.
Lors de sa présentation du texte
de loi qui a été approuvé par les dé-
putés de l’APN, le ministre de l’In-
térieur a évoqué, parmi les
nouvelles mesures, la prolongation
de la validité des extraits d’acte de
naissance et la possibilité de les dé-
livrer au niveau de n’importe
quelle commune, grâce à la créa-
tion d’un registre national informa-
tisé de l’état civil. Il a en outre
avancé la suppression du délai de
validité de l’acte de décès et de la
prolongation des délais d’inscrip-
tion des extraits d’actes de nais-
sance et de décès dans les registres
d’état civil dans les wilayas du
Sud. Il cité d’autres mesures qui
ont été introduites dans le nouveau
texte de loi relative à l’état civil,
précisant que le président de l’As-
semblée populaire communale est
autorisé à attribuer la qualité d’of-
ficier d’état civil à ses adjoints et
aux délégués communaux chargés
de la gestion des annexes adminis-
tratives de la commune, conformé-
ment au nouveau texte de loi qui
prévoit le relèvement à 19 ans de
la majorité, pour sa mise en confor-
mité avec le code civil. Le ministre
a enfin répondu aux préoccupa-
tions et observations des membres
de la commission sur les disposi-
tions contenues dans le texte de loi.
La réunion de travail s’inscrit dans
le cadre de l’élaboration par la
commission du rapport prélimi-
naire de la loi pour sa présentation
en séance plénière.
La commission de l’agriculture
et du développement rural du
Conseil de la nation, qui a tenu une
réunion de travail, présidée par Ab-
derrahmane Ayad Ziad, président,
a entendu un exposé des motifs du
texte de loi présenté par la ministre
de l’Aménagement du territoire et
de l’Environnement, Dalila Boud-
jemaâ. La ministre a évoqué, entre
autres dispositions, celles entrant
dans la préservation des ressources
biologiques contre l’exploitation il-
légale et le pillage.
La ministre a indiqué, lors de
cette rencontre qui s’est déroulée
en présence du ministre des Rela-
tions avec le Parlement, Khelil
Mahi, qu’une instance nationale
des ressources biologiques a été
créée consacrant la préservation, la
gestion et la valorisation des res-
sources biologiques. Les membres
de la commission œuvrent actuel-
lement à l’élaboration du rapport
préliminaire de la loi relative aux
ressources biologiques qui sera
présentée à l’examen en séance
plénière devant les membres parle-
mentaires.
Pour sa part, la commission
l’éducation, de la formation, de
l’enseignement supérieur et de la
recherche scientifique et des af-
faires religieuses a reçu le ministre
de la Formation et de l’Enseigne-
ment professionnels, Nouredine
Bedoui, qui a présenté un exposé
des motifs du texte de loi relative à
l’apprentissage. Lors de cette réu-
nion, le ministre a insisté sur les
nouvelles mesures de la loi qui ten-
dent à développer le mode de for-
mation par l'apprentissage, à
répondre au mieux aux besoins des
entreprises en matière de res-
sources humaines et à assurer une
meilleure insertion des diplômés
dans le monde du travail.
Dans le cadre de l’examen du
projet de loi relative au service na-
tional, la commission permanente
du Conseil de la nation en charge
de la défense nationale a entendu
hier le représentant du gouverne-
ment qui a présenté les nouvelles
dispositions de la loi sur le service
national.
Le texte de loi, qui est en exa-
men au niveau de la commission
pour établissement du rapport pré-
liminaire avant son examen en
séance plénière, comprend d’im-
portes mesures, dont la réduction
du délai du service national de 18
à 12 mois, l’abrogation de l’article
7 portant obligation de présenter la
carte militaire pour pouvoir préten-
dre à un emploi et la comptabilisa-
tion de la période du service
national dans la retraite anticipée
ou proportionnelle.
Houria A.
CONSEIL DE LA NATION
Examen hier en commission
de la loi sur le service national
Le Conseil de la nation reprendra, dimanche prochain, ses travaux en séances plénières consacrées à la présentation au débat général,
de quatre projets de loi avant la séance de vote. Il s’agit du projet de loi amendant et complétant l'ordonnance n° 70-20 relative à l’état civil,
du projet de loi relative aux ressources biologiques, du projet de loi amendant et complétant la loi n° 81-07 relative
à l'apprentissage et, enfin, du projet de loi relative au service national.
Reprise des travaux à l'APN
en séance plénière
Les travaux de l'Assemblée populaire nationale reprennent au-
jourd’hui.
Huit questions sont programmées, dont deux adressées au Premier
ministre, Abdelmalek Sellal, deux au ministre des Finances, deux au
ministre des Transports et enfin deux au ministre des Ressources en
eau.
INCIDENTS
DE GHARDAÏA
Trois
personnes
écrouées pour
détention
d’armes
blanches
Trois individus, présumés impliqués
dans les échauffourées récurrentes qu’a
connues Ghardaïa dernièrement, ont été
écroués, mardi, par le juge d’instruction
près le tribunal de Ghardaïa, a-t-on ap-
pris hier d’une source judiciaire locale.
Ces trois personnes, arrêtées dans un
barrage de contrôle routier, ont été incul-
pées pour "détention d’un arsenal
d’armes blanches utilisées dans les
échauffourées", a précisé la source à
l’APS ajoutant qu’un autre individu a bé-
néficié de la liberté provisoire. Au total,
quatre personnes avaient été interpellées,
dans un contrôle routier de routine, en
possession de frondes, de tire boulettes,
de morceaux de fer rond, ainsi que de
couteaux et de sabres, a précisé la même
source. Des armes blanches fabriquées
traditionnellement par des jeunes ont été
utilisées dans les heurts qu’a connus
Ghardaïa depuis le début de l’année en
cours.
COMMISSION DE L’ÉDUCATION DE L’APW D’ALGER
Inspection des établissements scolaires
de Chaïbia à Ouled Chebel
Trois écoles primaires et un CEM
devraient être ouverts à la prochaine
rentrée scolaire à la nouvelle cité de
Chaïbia, qui compte quelque 20.000 ha-
bitants, dans la commune d’Ouled Che-
bel, à l'extrême sud de la wilaya d'Alger,
tandis qu'un lycée est réalisé à 70%, a-
t-on constaté hier.
Il ne manque que les équipements
pédagogiques (chaises, tables, ta-
bleaux... ), pour que les écoles primaires
et le CEM de la cité des 3.216-Loge-
ments de Chaïbia soient opérationnels
dès la rentrée scolaire, prévue le 7 sep-
tembre.
Inaugurée le 21 juin, la cité des
3.216-Logements de Chaïbia a été occu-
pée dans sa totalité en une semaine, dans le
cadre de la distribution progressive de 25.000
logements sociaux locatifs aux familles is-
sues des sites précaires de la wilaya d'Alger.
Une délégation de l'Assemblée populaire
de wilaya (APW), conduite par le président
de la commission de l'éducation de l'assem-
blée, Mohamed Tahar Dilmi, a inspecté les
cinq infrastructures et a, entre autres, exigé à
ce que le chantier du lycée soit renforcé afin
que l'infrastructure soit opérationnelle dès la
prochaine rentrée scolaire.
Le lycée de Chaïbia, d'une capacité de
1.000 places pédagogiques, est réalisé à 70%,
et sa livraison est programmée pour le 25
août, ont assuré les responsables du chantier
à la délégation de l'APW, accompagnée du
wali déléguée de Birtouta, Fatma-Zohra Raïs,
et du directeur de l'éducation d'Alger-Ouest,
Abdelouahab Guellil.
Les élus de l'APW ont affiché leur scepti-
cisme quant à la livraison du lycée, dont le
quartier à tant besoin, dans des "délais aussi
courts", soit un peu plus d'un mois pour ache-
ver les 30% de travaux restants.
M
me
Raïs a toutefois tenu à les assurer de
la faisabilité de cet engagement. "Le lycée
sera prêt pour la prochaine rentrée scolaire.
Nous veillons à cela. Quant à l'équipement
des cinq établissements, il est acquis et il sera
distribué dès l'installation des directeurs", a-
elle dit. Les trois écoles primaires totalisant
36 classes vont ouvrir leurs portes
en septembre à 1.500 élèves de
Chaïbia, soit une moyenne de 41
élèves par classe, alors que le
CEM (16 classes) pourra accueillir
800 élèves, contre 1.000 pour le
lycée en chantier, a précisé, de son
côté, M. Guellil.
Interrogé sur une éventuelle
surcharge de classes dans le cycle
primaire, dans un quartier qui
compte près de 20.000 habitants, le
directeur de l'éducation d'Alger-
Ouest n'a pas exclu le recours au
système de la double vacation
comme une des solutions possibles
à y apporter.
À l'issue de sa visite d'inspection, la délé-
gation de l'APW a déploré, selon M. Dilmi,
"le non-respect des normes pédagogiques"
dans la réalisation de ces établissements, no-
tamment en ce qui concerne l'absence d'une
salle de réunion pour les enseignants, et la
réalisation de terrains de sport en matico, un
matériau réputé dangereux pour les sportifs
en cas de chute.
Elle a également vivement critiqué le re-
cours "injustifié" au plan-type qui a fait que
toutes les écoles de la cité des 3.216-Loge-
ments de Chaïbia se ressemblent sur le plan
de la conception, "sans tenir compte de la
disposition générale du quartier qui, lui, est
bien réfléchi", d'après M. Dilmi.
7
EL MOUDJAHID
Nation
Jeudi 17 Juillet 2014
CHU DE BAB EL OUED
Nouvelle unité consacrée
aux urgences pédiatriques
FORTE CANICULE
ANNONCÉE
Le ministère de
la Santé appelle
aux précautions
nécessaires
Le ministère de la Santé, de
la Population et Réforme hospi-
talière a réitéré hier, son appel à
la population la plus vulnérable
pour prendre les précautions né-
cessaires permettant d'éviter la
forte canicule annoncée. Le mi-
nistère a relevé, à cet effet, l'im-
portance de la fermeture des
volets et des rideaux des façades
des logements exposées au soleil,
du maintien des fenêtres fermées
tant que la température extérieure
est supérieure à la température in-
térieure et de boire suffisamment,
et ce, tout en évitant les boissons
très sucrées ou à forte teneur en
caféine. Il est également impéra-
tif d'éviter de sortir aux heures les
plus chaudes, de prendre dans la
mesure du possible plusieurs
douches par jour et éviter les ac-
tivités extérieures (sports, jardi-
nage...).
La même source avertit que
dans le cas où certaines symp-
tômes surgissent, dont les maux
de tête, l'envie de vomir, une soif
intense, une confusion mentale
et une peau anormalement
chaude, rouge et sèche, il est im-
portant d'appeler les secours
(Samu et protection civile).
Le ministère de la Santé a pré-
cisé que la population la plus vul-
nérable est constituée d’enfants
en bas âge, des personnes âgées,
des femmes enceintes et des ma-
lades chroniques.
Inspirées du saint Coran, les bonnes
traditions suivies par les moudjahidine
ont permis à la Révolution de Novembre
de remporter des victoires et d’affirmer sa
suprématie. Telle est la conclusion à la-
quelle sont arrivés les professeurs d’uni-
versité Bachir Madini et Tayeb Boussaâd,
hier, lors de la conférence-débat qu’ils ont
animé conjointement au centre culturel is-
lamique d’Alger, dans le cadre des festi-
vités de commémoration du 52
e
anniversaire de l’indépendance nationale.
Imam enseignant de formation et
cadre au CCI, M. Moussa Zerrouk, a pré-
senté une communication centrée sur les
grandes batailles des musulmans, durant
le mois sacré de Ramadhan, en citant
celle, célèbre, de Badr, dont aujourd’hui
c’est l’anniversaire.
Dans ce cadre, le conférencier a souli-
gné que le mois de Ramadhan est celui
des victoires des musulmans, dans l’his-
toire, en rappelant à cet égard la conquête
de la Mecque et d’Ammouria (Turquie),
la bataille d’Ain Djalout en Palestine
(1260), et autres conquêtes de Salahed-
dine El Ayoubi. Se référant ensuite à la
sourate El Anfal, l’imam Moussa Zerrouk
a rapporté quelques conditions garantis-
sant le succès dans ce domaine, et citer la
foi, les invocations, la volonté et la déter-
mination, l’unité des rangs, notamment.
Lui succédant, le P
r
Bachir Madini, a
tenu d’abord à exprimer sa solidarité avec
le peuple palestinien, à Ghaza, victime
des bombardements sauvages israéliens,
ces derniers jours, avant de déplorer le
peu d’intérêt marqué par les chercheurs
universitaires pour les aspects spirituels
de la glorieuse Révolution de Novembre.
Le conférencier est ensuite remonté aux
sources du Mouvement national algérien,
au lendemain de la Première Guerre mon-
diale, précisément, pour faire part de
l’émergence du courant assimilationniste
algérien, à sa tête Ben Touhami, et les ef-
forts menés par l’Emir Khaled pour le
faire évoluer en revendiquant l’égalité
entre les Algériens et les Français, les li-
bertés, histoire de donner une vraie di-
mension spirituelle au parti. Ensuite, le
petit-fils de l’Emir Abdelkader a rallié le
camp réformateur avant d’entrer à
l’Etoile nord Africaine (ENA) pour pour-
suivre son action politique. Le conféren-
cier a ensuite mis l’accent sur le
mouvement réformateur musulman et la
création de l’association des savants mu-
sulmans algériens, à sa tête cheikh Abdel-
hamid Benbadis, qui a participé à la
préparation du terrain à la Révolution de
Novembre, au même titre que le PPA. le
P
r
Madini a rappelé que lors des manifes-
tations populaires du 8 mai 1945, en Al-
gérie, qui se sont transformées en
massacres odieux de la population civile,
les algériens sont sortis des mosquées. La
plupart des membres du groupe des 22
sont issus des «écoles libres» de l’asso-
ciation des Ulémas, a-t-il ajouté. La Pro-
clamation de Novembre porte aussi des
signes de l’attachement du peuple algé-
rien à sa religion, a-t-il poursuivi avant de
citer quelques exemples comme les mots
de passe (Khaled et Okba) choisis pour
son déclenchement, la terminologie utili-
sée (djihad, chouhada, moudjahidine) et
autres invocations utilisées. Quant au P
r
Tayeb Boussaâd, de l’université de Blida,
il est entré directement dans le vif du sujet
en citant des versets coraniques, mettant
en exergue le lien entre la foi en Dieu
Tout-Puissant et la victoire du musulman.
Evoquant ensuite la lutte de Libération
nationale, le conférencier a rappelé l’atta-
chement profond des moudjahidine à l’is-
lam ainsi que les hautes qualités morales
qui les caractérisent. Il a rappelé que
nombre de héros de la résistance popu-
laire algérienne sont issus des zaouïas
(Emir Abdelkader, Cheikh Aheddad,
Bouamama, Fadhma N’soumeur, etc.) et
les jugements rendus par les tribunaux de
la Révolution s’inspiraient de la chariaâ.
D’autres exemples de la dimension reli-
gieuse dans la révolution de Novembre
dans les domaine militaire, économique
et social ont été cités également par le
conférencier avant de permettre aux orga-
nisateurs d’instaurer un débat dans la
salle.
Mourad A.
PRIX NATIONAL DES MÉDIAS
La radio algérienne
et l'UNICEF à Alger lancent
l'édition 2014
La radio algérienne et le bureau de l'UNICEF à
Alger, lancent l'édition 2014 du Prix national des
médias qui récompense les meilleurs produits, pu-
bliés entre le 20 juillet et le 15 octobre 2014, qui
traitent de la situation des enfants en Algérie et les
défis auxquels ils font face, est-il indiqué dans un
communiqué rendu public hier. Selon le communi-
qué conjoint, l'édition 2014 est marquée par l'inté-
gration d'une nouvelle catégorie, à savoir l'affiche,
qui verra la récompense de la meilleure affiche en
lien avec la thématique et qui sera imprimée et lar-
gement diffusée au niveau nationale. Le thème re-
tenu pour le Prix national des médias dans son
édition 2014, est le 25
e
anniversaire de la Conven-
tion relative aux droits de l'enfant : réalisations et
défis, qui coïncident avec la date du 20 novembre.
Cette date constitue une opportunité pour mettre en
évidence les réalisations en matière de droits de
l'enfant, et ce qui reste à faire, a souligné la même
source. Les soumissions sous la forme d'un repor-
tage, un essai, un éditorial, un documentaire, des
témoignages ou une série de reportages sur un seul
sujet, doivent être adressées au bureau de l'Unicef
Algérie avant le 15 octobre, a précisé le communi-
qué. Les prix, "non-financiers", seront attribués pour
six catégories différentes : TV, radio, presse écrite
et en ligne (basé sur web), photographie, caricature
et affiche.
La pertinence et l'importance du sujet choisi, la
qualité et l'originalité de la démarche journalistique
ainsi que la profondeur et la précision de l'enquête
sont parmi les critères fondamentaux de sélection
que les jurés vont considérer. D'autres critères tels
que les efforts impliqués dans l'histoire, son impact
positif, l'objectivité et l'impartialité seront tout aussi
pris en considération par le jury composé de pro-
fessionnel des médias d'un représentant de l'Unicef
et les ambassadeurs de l'Unicef en Algérie. Les pos-
tulants au Prix des médias devront en outre, respec-
ter les normes le plus élevées de journalisme, dont
la clarté d'expression, la précision, l'équité et le strict
respect des lignes directrices d'éthique dans les rap-
ports sur les questions relatives aux enfants et dans
le respect de la Convention relative aux droits de
l'enfant.
Le centre hospitalo-universitaire de Bab El Oued, Lamine Debaghine vient de se doter d’une nouvelle unité
entièrement consacrée aux urgences pédiatriques. Elle a été inaugurée hier, dans la matinée par le directeur général,
Barr Rabah en présence de l’encadrement de l’hôpital et des enfants patients.
M.
Barr a déclaré qu’«il
s’agit là d’une nouvelle
unité rattachée au ser-
vice de pédiatrie, déjà existant.»
D’une superficie de 122 m
2
cette
nouvelle structure est composée de
2 salles d’attente, 4 boxes de
consultation et d’une salle d’aéro-
sol dotée de six postes et une salle
de soins. Il a expliqué que «l’hôpi-
tal reçoit une moyenne de 450 ur-
gences par jour, notamment durant
la saison estivale. Dans ce sens et
dans le cadre du projet d’établisse-
ment, la priorité a été donnée pour
l’enfant et la prise en charge des ur-
gences médico chirurgicales pédia-
triques.» Et d’ajouter  : «Nous
avons prévu l’ouverture dans
quelques mois d’un Centre national
d’oncologie pédiatrique et d’un ser-
vice de chirurgie pédiatrique, et
d’un service de neurochirurgie pé-
diatrique. La vision de notre CHU
va dans le sens de la prise en charge
de l’enfant cancéreux y compris
dans la phase du développement du
plateau technique et de la préven-
tion.» En ce qui concerne les ur-
gences pour adultes, M. Barr a
indiqué que «trois blocs de salles
opératoires ont été ouverts au ni-
veau de la chirurgie et de neurolo-
gie dédié uniquement à l’urgence
avec l’ouverture d’un laboratoire
pour tous les paramètres d’ur-
gence.»
Le directeur général du CHU de
Bab El Oued, Lamine-Debaghine a
estimé dans cette optique que «la
réussite de la prise en charge des ur-
gences médicales c’est la réussite
de l’organisation sanitaire et de tout
un système de santé qui doit être
basé sur l’information et la commu-
nication.»
Le CHU Bab El Oued est orga-
nisé en 790 lits. Il a une vocation
nationale par les nombreuses spé-
cialités existantes, la plupart, de
pointe. Les missions du Centre
Hospitalo-universitaire se résument
en quatre tâches essentielles, à sa-
voir, les soins généraux et haute-
ment spécialisés, la Formation
médicale et paramédicale, la re-
cherche scientifique et l’explora-
tion spécialisée (Centre national de
radiologie, médecine nucléaire et
un centre de référence toxicolo-
gique). De son coté, le chef de ser-
vice pédiatrie, Abdennour Laraba,
a déclaré que «les capacités d'ac-
cueil du nouveau service permet-
tront d'exercer dans de meilleures
conditions et de répondre à la de-
mande des patients, notamment en
cas d'épidémie. M. Laraba a estimé
que «le système national de santé
doit consacrer une place importante
aux urgences.»
Wassila Benhamed
RÉVOLUTION DE NOVEMBRE
Conférence-débat sur les traditions
inspirées du Coran
P
h
.
 
N
e
s
r
i
n
e

T
.
P
h
.
 
L
o
u
i
s
a

M
.
8
EL MOUDJAHID
Nation
Jeudi 17 Juillet 2014
Plusieurs nouveaux projets d’in-
frastructures relevant des services de
la sûreté nationale ont été lancés,
mercredi, dans plusieurs communes
d’Oran et ce à l’occasion de la jour-
née nationale de la police.
Le wali d’Oran, Abdelghani Zaa-
lane, accompagné du Chef de la sû-
reté de wilaya, a procédé à la pose de
la première pierre de plusieurs infra-
structures de proximité entre siège de
sûreté urbaine et de daïra, une base de
vie pour la police des frontières à Es-
Sénia ainsi qu’un programme de 12
logements de fonction au profit d’une
unité aérienne de la sûreté nationale
à El kerma. A cette occasion, le wali
s’est enquis de l’état d’avancement
de travaux de projets socioculturels
dont le futur siège des services de la
santé et un centre d’activités cultu-
relles et sportives à Bir El Djir. Ces
chantiers sont en cours de réalisation
et doivent améliorer les conditions
d’exercice de la mission du policier.
"Tout le programme de la direction
générale de la sûreté nationale a été
lancé dont les huit nouveaux projets
qui viennent d’être lancés au-
jourd’hui", a souligné le chef de
l’exécutif de la wilaya, lors de sa vi-
site, ponctuée d’entretiens avec les
représentants d’entreprises de réali-
sation, et qui a insisté sur la qualité
des travaux et respect des délais de
réalisation.
Ce programme de réalisation de
33 infrastructures de la DGSN a été
qualifié d’important et doit renforcer
les capacités de lutte contre la crimi-
nalité et la protection des biens et des
personnes au niveau des différentes
agglomérations et quartiers, comme
l’a rappelé le wali, à l’issue de sa vi-
site. Selon le directeur de l’adminis-
tration locale, ce programme
d’infrastructures initié est estimé, à
près de 2 milliards de dinars.
SÉTIF
Parricide en plein
Ramadhan
Les gendarmes de la brigade de Maoklane (Sétif) ont présenté
devant le Procureur de la République près le tribunal de Bougaa, le
nommé (L.A) âgé de 45 ans, pour meurtre avec préméditation, dont
a été victime son père âgé de 72 ans.
Il a été placé sous mandat de dépôt, a-t-on appris auprès de la
Cellule de communication du Commandement de la gendarmerie
nationale. Rappelons que suite à un différend familial survenu à la
commune de Maoklane, le mis en cause a porté plusieurs coups de
bâton à son père à l'intérieur du domicile parental, lui occasionnant
des blessures mortelles à la tête, ajoutera notre source.
M. M.
Lors de constatations d'un accident de la circulation
routière survenu sur l'autoroute Est-Ouest, à la commune
de Oued-Rhiou (Relizane), les gendarmes du peloton de
sécurité routière ont récupéré quatre vingt trois kg de kif
traité, dans l'habitacle d'un véhicule de marque BMW,
impliqué dans l'accident, a indiqué la Cellule de commu-
nication du Commandement de la gendarmerie nationale.
Le conducteur dudit véhicule a pris la fuite avant l'arrivée
des gendarmes sur les lieux. Une enquête est ouverte par
la Section de recherches de Gendarmerie nationale de
Relizane pour identifier le transporteur de la marchandise
prohibée, sa provenance mais aussi l’implication d’un
réseau spécialisé, si réseau il ya.
Dans une autre affaire et agissant sur renseignements,
les gendarmes de la Section de r
echerches de Batna ont interpellé à la cité Bouakal,
commune de cette wilaya, une personne en possession
de 51 comprimés de psychotropes, un gramme de kif
traité et un couteau.
M. M.
On peut dire que le mois de rama-
dhan de cette année est le mois le plus
meurtrier. A la deuxième semaine (du
8 au 14 juillet 2014), les routes ont
fait pas moins de 88 morts sans
compter les 933 blessés. Pis encore,
au fil des jours le nombre de décès ne
cesse de connaître une hausse verti-
gineuse et le comportement des auto-
mobilistes sur nos routes n’a
enregistré aucun changement. De ce
fait, le nombre de morts depuis le
début du mois sacré a sensiblement
connu une courbe ascendante.
Chiffre à l’appui, les statistiques
rendues public par les services de la
protection civile et de la gendarmerie
nationale indique que durant les jour-
nées du 14 et 15 juillet dernier, il a été
recensé 115 accidents ayant causé le
décès de 41 personnes et des bles-
sures de différentes gravités à 206 au-
tres comprenant également des
femmes et des enfants, soulignent les
cellules de communication du Com-
mandement de la gendarmerie natio-
nale et de la direction générale de la
protection civile dans un communi-
qué. Pour les services de la gendar-
merie nationale, durant les journées
du 14 et 15 juillet 2014, 81 accidents
de la circulation routière (24 mortels
et 57 corporels), ont été constatés par
les unités de la gendarmerie nationale
à travers vingt et une wilayas du
pays. Les accidents ont engendré le
décès de 27 personnes, des blessures
à 160 autres et des dégâts matériels
importants à 123 moyens de locomo-
tion impliqués. Selon la protection ci-
vile, plusieurs accidents de la
circulation ont été enregistrés durant
cette période dont 14 les plus mor-
telles ayant causé le décès à 14 per-
sonnes sur les lieux d’accidents et 46
autres blessées, traitées et évacuées
vers les structures hospitalières par
nos secours. Le bilan le plus lourd a
été enregistre au niveau de la wilaya
de Mila avec 2 personnes décédées et
4 autres blessées, suite à une collision
entre deux véhicules légers, survenue
sur la RN 05, commune de Tadje-
nente. Les principales causes de ces
catastrophes routières sont selon nos
sources, l’excès de vitesse, les dépas-
sements dangereux, les manœuvres
dangereuses, le non respect des pan-
neaux de signalisation, la circulation
à gauche, le non respect de la dis-
tance de sécurité et l’insouciance des
piétons qui eux aussi ne respectent
point les règles les plus élémentaires
de sécurité.
Mohamed Mendaci
ACCIDENTS DE LA ROUTE
41 morts et 206 blessés en deux jours
SÛRETÉ NATIONALE
Lancement à Oran de plusieurs nouveaux projets
d’infrastructures
L
a région de Hammam
Melouane (35 km à l’est
de Blida), est devenue
aujourd'hui, une année après le
séisme (5,1 degrés Celsius sur
l'échelle de Richter) l'ayant se-
couée un 17 juillet, un vérita-
ble chantier à ciel ouvert.
Dans une déclaration à
l’APS, à la veille du 1
er
anni-
versaire de cette catastrophe
naturelle, le président de l’As-
semblée populaire communale
de Hammam Melouane
(P/APC), Ahmed Aniche, a si-
gnalé la réhabilitation, en
cours, de nombreuses structures en-
dommagées suite au séisme, dont
deux écoles primaires à Hammam
Melouane et Tahamoulte, dont la ré-
ception est prévue à la prochaine ren-
trée scolaire 2014-2015. La même
période verra la réception du CEM
Chérifi Mohamed, destinataire d’une
opération de reconstruction et d'équi-
pement pour une enveloppe de 100
millions de dinars, a-t-il ajouté, avant
de faire état du lancement, au courant
de la semaine prochaine, des travaux
de reconstruction du centre postal et
de l’école coranique, qui ont été to-
talement détruits. Plus de 650 fa-
milles destinatrices d’aides rurales.
Selon cet édile, un total de 655 fa-
milles ont reçu des aides rurales ac-
cordées par l’Etat, suite à la prise de
mesures d’urgence par les autorités
locales, en coordination avec le mi-
nistère de l’Habitat et de l’Urba-
nisme, en vue de la réfection de leurs
habitations endommagées par le
séisme. Ces familles ont "immédiate-
ment entrepris la reconstruction de
leurs demeures ayant subi des dom-
mages siglés en rouge", a souligné M.
Aniche, ajoutant que de nombreuses
familles ont déjà reçu la deuxième
tranche des aides, suite au parachève-
ment des travaux de la première
tranche, parallèlement à une cinquan-
taine d’aides rurales supplémentaires,
dont les bénéficiaires ont reçu les dé-
cisions y afférentes. M. Aniche a, en
outre, fait part d’une procédure d’ac-
célération de la délivrance des actes
de propriété des terres au profit des
habitants du camp colonial de Meg-
taa Lezreg, au nombre de 270 fa-
milles, en vue de les rendre éligibles
aux aides rurales accordées
par l’Etat. Une trentaine de
familles de ce camp ont déjà
reçu leurs actes de propriété,
a-t-il assuré. Des quotas de
logements d’importance pour
résorber l’habitat précaire.
D’importants programmes de
logements ont été destinés à
la commune de Hammam
Melouane, suite au séisme du
17 juillet 2013. La source a
notamment cité une centaine
d’unités publiques locatives
(LPL) pour la cité El Djedid,
théâtre actuellement de la réa-
lisation d’une centaine d’autres loge-
ments, avec un taux d’avancement
estimé à 80 %. Un quota similaire
d’aides à la construction rurale a été
inscrit à l’actif de la même commune,
dont 50 au profit de Megtaa Lezreg
et le reste pour la cité El Djebsia,
alors qu’une centaine d’autres aides
ont été destinées à la cité Tahamoulte.
Ces projets, ajoutés à d’autres
opérations en cours dans les secteurs
de l’hydraulique, des travaux publics
et du tourisme, sont susceptibles de
contribuer, de façon significative, à
l’amélioration des conditions de vie
des habitants de la région, connue
pour ses paysages féeriques et ses
eaux thermales, qui ont fait sa répu-
tation auprès des touristes et visi-
teurs, a estimé M. Aniche.
UNE ANNÉE APRÈS LE SÉISME 
Hammam Melouane, un véritable
chantier à ciel ouvert A
près les différentes
visites d’inspec-
tion et de travail,
effectuées par le wali
d’Alger, Abdelkader
Zoukh, celui-ci a insisté
sur la nécessité de donner
une nouvelle image à la
capitale, en utilisant tous
les espaces abandonnés
pour édifier des infra-
structures qui peuvent
vraiment servir au bien-
être citoyen. En quelques
mois, la willaya d’Alger a
pu bénéficier des diffé-
rents espaces et autres terrains de sports dont un certain nombre est en voie de
réalisation. Ces lieux de détente et de divertissement apportent ainsi une bouffée
d’oxygène aux habitants de la capitale qui souffraient jusque là d’un manque
criant en ce genre de structures. Il est à noter que ces nouveaux espaces étaient
il y a quelques mois des aires de décharges d’ordures ménagers et lieux insalu-
bres qui ternissaient l’image d’Alger la blanche.
Pour y remédier et rendre à Alger son lustre d’antan, le premier responsable
de la willaya a installé des comités sous le slogan «Alger la blanche» qui veillent
– d’après M. Zoukh — à embellir les différents quartiers d’Alger à travers une
meilleure occupation des espaces et une meilleure gestion de la ville comme la
collecte des ordures ménagères, etc. Cette opération a permis de recruter plus
7.000 agents en deux mois.
Les quartiers populaires prioritaires
Le manque de terrain pour mettre en œuvre ces ambitieux programmes, n’a
pas empêché les services de la willaya à songer à créer des aires de jeux destinés
aux enfants et aux jeunes. Parmi les communes qui ont bénéficié d’un nombre
important de terrains de proximité, on peut citer la commune d’Oued Koriche.
Cette dernière est
connue par ses terrains qui ont été mal exploités, comme ceux se trouvant
au niveau des quartiers de Scoto et Triolet. Ces quartiers ont bénéficié de dizaine
d’aires de jeux. En outre et sur un autre chapitre, instruction a été donnée aux
P/APC de mobiliser les services d’hygiène et assainissement pour une meilleure
propreté de la ville. Pour cela des moyens matériels ont été octroyés aux APC
qui ont des ressources financières limités.
D’après M. Zoukh et le directeur des ressources en eau, le nombre d’espaces
de divertissement est en nette croissance, et cela revient à la récupération des
terrains qui n’étaient pas exploités d’un côté et des terrains sur lesquels ont été
bâtis des habitations précaires Dans ce cadre, il est à noter que plus de 45.000
famille ont bénéficié d’un logement lors de ces deux derniers mois, au niveau
des différentes communes de la capitale, comme Baraki, Heraoua, Birkhadem
et Birtouta… La «propagation» des habitats précaires au niveau de la capitale,
a empêché la continuité des projets, comme la réalisation du stade de proximité
de Birkhadem.
Par ailleurs, et pour ce qui concerne le délai de réalisation de ces différents
projets, comme les espaces de divertissement, le wali d’Alger a rassuré lors
d’une de ses sortie de travail et d’inspection, qu’avant de mettre en œuvre n’im-
porte quel projet, ce dernier est assujetti à une étude préliminaire effectuée par
des spécialistes et des experts dans des différents domaines. Dans le même
contexte, le premier responsable de la wilaya a souligné que dans la prochaine
phase, les services de la wilaya vont s’impliquer plus profondément au niveau
des différents quartiers de la capitale qui vont faire l’objet eux aussi des opéra-
tions d’embellissement et de lifting. Dans un autre cadre, le directeur des res-
sources en eau relevant de la wilaya, avait déclaré à la presse, que le climat de
cette saison permet aux entrepreneurs qui ont pris en charge des projets, d’avan-
cer la cadence pour concrétiser rapidement ces nouveaux projets.
Hichem Hamza
UNE NOUVELLE IMAGE POUR LA CAPITALE
Alger fait sa mue
OUED R’HIOU
Saisie de 85 kg de kif traité à bord d'un véhicule
impliqué dans un accident
9
Jeudi 17 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Economie
L
a coopération entre l’Algérie et l’Ita-
lie a connu une dynamique remar-
quable. En effet, après la visite d’une
importante délégation économique
d’hommes d’affaires italiens, récemment à
Alger, c’est au tour d’une forte délégation
d’opérateurs économiques algériens d’effec-
tuer une visite à Rimini en Italie du 21 au 27
septembre 2014. Ce qui confirme que les
deux parties veulent hisser leur coopération
au rang de partenariat stratégique. Ainsi,
lors de sa visite à Alger, la ministre italienne
du Développement économique, Federica
Guidi, a exprimé la volonté de son pays de
renforcer le partenariat avec notre pays, no-
tamment dans le domaine industriel qui re-
présente, selon elle, «  un intérêt
particulier ».
Le Premier ministre, M. Sellal a réaf-
firmé également son souhait de voir les par-
tenariats développés entre les communautés
d’affaires des deux pays. Selon la Chambre
de commerce et d’industrie (CACI) organi-
satrice de cette mission économique, ce dé-
placement entre dans le cadre de la tenue du
24
ème
Salon international des Technologies
et Fournitures pour l’Industrie de la Céra-
mique et de la Brique « Tecnargilla 2014 »,
prévu du 22 au 26 septembre 2014 à Rimini.
En marge de la tenue dudit salon rassem-
blant les entreprises et hommes d’affaires al-
gériens et étrangers activant dans l’industrie
de la céramique et des briques, des rencon-
tres d’affaires B2B seront organisées. La
Caci a fait savoir par ailleurs que des me-
sures de facilitation seront accordées aux
entreprises algériennes participant à ce
voyage d’affaires, notamment la prise en
charge de l’hébergement (03 nuitées), les
services d’interprétariat pour les réunions
B2B, le transport local. En plus de cela, lors
de ce voyage d’affaires, la CACI organisera
une visite guidée au salon « Tecnargilla
2014 » au profit de la délégation. Il faut rap-
peler que cette manifestation, dont la der-
nière édition a rassemblé un grand nombre
d’exposants, constituera un espace privilé-
gié en matière d’innovation technologique
et de tendances pour les industries de la cé-
ramique et de la brique et permettra la pré-
sentation de nouveaux produits dans ces
filières.
Aït Ziane Makhlouf
COOPÉRATION
Une délégation d’hommes d’affaires
algériens à Rimini en Italie
Le développement économique passe inéluctablement par la valorisation et le renforcement du partenariat.
Conscient de cette situation, notre pays ne cesse de déployer des efforts tant avec les pays industrialisés
qu’avec ceux en voie de développement en vue de renforcer ses liens de coopération et de partenariat dans
tous les domaines. L’espace méditerranéen, avec le voisinage de plusieurs pays
développés sur la rive nord, offre de belles opportunités de coopération dans tous les secteurs.
DE JANVIER À JUILLET
L’Algérie a importé
plus de 284.000
tonnes de produits
d’origine animale
L
es importations algériennes de bétail et de pro-
duits d’origine animale lors des sept premiers
mois de 2014 ont atteint 284.560 tonnes dont
190 tonnes ont été refoulées aux frontières pour non-
conformité aux règles d’hygiène vétérinaire et alimen-
taire, apprend-on auprès du Ministère de l’Agriculture
et du Développement Rural.
Le sous-directeur du contrôle vétérinaire au minis-
tère, Ali Abda, a précisé à l’APS que le refus d’entrée
au territoire national a été opposé à 166 tonnes de
viande bovine congelée et 24 tonnes de foie d’ovin
congelé depuis janvier dernier. Il a fait état également
du refoulement de 2.025 tonnes de poudre de lait et de
35.900 dindes et 115.088 poussins ainsi que 21,36
tonnes de foie de bovin frais en 2013. Les quantités
de produits animaliers introduites sur le territoire na-
tional suite aux analyses et au contrôle vétérinaire à
travers les ports sont évaluées à 419.628 tonnes en
2013 alors que les quantités refoulées étaient de l’or-
dre de 150.000 unités de volaille et 2.046 tonnes de
divers produits animaliers pour non-conformité.
En ce qui concerne la viande bovine congelée im-
portée, la même source a indiqué qu’elles s’élèvent à
31.540 tonnes et 11.011 tonnes de viande fraîche
contre 48.936 de viande congelée et 15,870 tonnes de
viande fraîche en 2013. Selon le ministère de l’Agri-
culture, les quantités de viande rouge importées à par-
tir du port d’Alger sont de 9.903,43 tonnes de janvier
à juin dernier. La quantité de viande ovine congelée
importée par l’Algérie à juillet dernier a atteint 1.791
tonnes et 807 tonnes de viande fraîche contre 1.680
tonnes de viande congelée et 1.146 tonnes de viande
fraîche l’an dernier.
Par ailleurs, les quantités de lait destiné à la
consommation ont atteint 12.605 tonnes et 196.461
tonnes pour la transformation entre janvier et juillet
contre respectivement 18.831 et 243.105 tonnes en
2013 pour les deux postes. Les quantités de lait pour
enfants importées ont été de l’ordre de 6.425 tonnes
de janvier à juillet contre 16.174 tonnes en 2013 selon
la direction qui a évalué les quantités de poisson im-
portées à 8.978 tonnes sur les sept premiers mois de
2014 contre 22.998 tonnes en 2013.
Il y a eu aussi l’importation de 46.611 bovins en
2014 dont 20.182 génisses et 25.178 veaux destinés à
l’engraissement et 1.251 destinés à l’abattage. En
2013, quelque 73.901 bovins ont été importés dont
36.215 génisses et 30.506 veaux d’engraissement et
7.180 bêtes d’abattage, selon les données du minis-
tère.
PÉTROLE
Les prix rebondissent
sur les marchés
européens
Les prix du pétrole rebondissaient hier en
cours d’échanges européens, après avoir plongé à
un plus bas en trois mois et demi la veille à Lon-
dres, soutenus par de bonnes données écono-
miques chinoises. A Londres, le baril de Brent de
la mer du Nord pour livraison en août, dont c’est
le dernier jour de cotation, valait 106,21 dollars
en fin de matinée, en hausse de 19 cents par rap-
port à la clôture de mardi. A New York, le baril de
«light sweet crude» (WTI) pour la même
échéance gagnait 70 cents, à 100,66 dollars. «Sur
le front macroéconomique, des données chinoises
robustes ont soutenu le marché pétrolier, augmen-
tant les espoirs d’un rebond de la demande pétro-
lière asiatique», expliquait un analyste chez le
courtier Sucden. La Chine, deuxième consomma-
teur mondial de brut, a vu sa croissance écono-
mique accélérer légèrement au deuxième
trimestre à 7,5% sur un an, selon des chiffres of-
ficiels publiés hier. Ce rebond des cours du brut
mercredi intervenait après trois semaines de
baisse quasiment ininterrompue, principalement
dues à l’apaisement des inquiétudes sur l’offre pé-
trolière en Irak et en Libye. «Le marché a trop ra-
pidement retiré la prime de risque liée aux
combats en Irak et aux incertitudes sur l’offre pé-
trolière libyenne», estimaient les économistes de
Commerzbank, jugeant que «ces risques sont loin
d’avoir disparu». Enfin, les investisseurs atten-
daient mercredi le rapport du département améri-
cain à l’Energie (DoE) sur les stocks pétroliers
américains qui, selon les analystes, auraient reculé
de 2,6 millions de barils la semaine dernière, tan-
dis que les stocks d’essence et de produits distillés
(dont le gazole et le fioul de chauffage) auraient
respectivement progressé de 700.000 barils et 2
millions de barils. Une baisse des stocks de brut
est habituellement bien reçue par le marché, les
investisseurs y voyant un signe de vigueur de la
demande énergétique aux Etats-Unis, premier
consommateur mondial de brut.
El Moudjahid/Pub ANEP 134096 du 17/07/2014
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT
N°111/2014/A1
Le Ministère de la Défense nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de
: Travaux de remise en état du réseau moyen tension à BLIDA.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de
la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sise à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars
algériens (5.000,00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte
Nº51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- une copie légalisée du registre du commerce de la société,
- une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles, entreprise
spécialsée en électricité ;
- une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être
scindées en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière-commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (techniques et financières) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national restreint
Nº111/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la
date limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours égale
à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
Publicité
GAZ NATUREL COMPRIMÉ-CARBURANT
Ouverture prochaine
de la première station à Rouïba
La Société nationale de transport et de commercialisation des produits pétroliers
(Naftal) lancera «très prochainement» à Rouïba la première station du Gaz naturel com-
primé-carburant (GNC-C) au niveau national, a-t-on appris auprès de l’entreprise. «Le
GNC-C sera mis sur le marché très prochainement, sa première station sera opération-
nelle très bientôt à Rouïba. Nous sommes au stade final du lancement», a indiqué Dja-
mel Cherdoud, directeur de la communication à Naftal en marge de la 5e édition des
portes ouvertes sur l’entreprise à Alger. Il a expliqué que le GNC-C est un gaz similaire
au GPL-C (gaz de pétrole liquéfié-carburant) précisant que c’est un gaz naturel propre,
car plus écologique, et moins cher par rapport aux autres combustibles. M. Cherdoud
a souligné que ces deux produits (GNC-C et GPL-C) sont disponibles «en abondance»
en affirmant que Naftal poursuit ses efforts pour la promotion du gaz naturel en carbu-
rant pour ses avantages économiques et écologiques. Naftal possède déjà une expé-
rience dans la commercialisation du GNC-C dans le transport en commun puisqu’une
station de remplissage de GNC-C a été réalisée par l’entreprise au profit de l’ETUSA
(Etablissement de transport urbain et suburbain d’Alger) parallèlement à la conversion
d’une centaine de bus de cette entreprise, selon lui.
Le nombre de demandeurs d'emploi
recrutés dans plusieurs secteurs d'activités
dans la wilaya d'Alger est de 16.523 per-
sonnes, qui ont été insérées dans le
monde du travail en 2014 sur les 86.594
demandeurs d’emploi recensés sur une
offre de 26.287 postes de travail, a-t-on
appris mercredi auprès du ministère du
Travail, de l'Emploi et de la Sécurité so-
ciale. Ces chiffres ont été enregistrés du-
rant la période s'étalant entre le 1
er
janvier
et le 30 juin 2014 dans 11 agences locales
d'emploi de la wilaya d'Alger", a précisé
la même source. Il s'agit des agences lo-
cales de l’emploi d’Ain Benian, Ain
Naâdja, Alger sud, Bab El-Oued, Bab Ez-
zouar, Birtouta, El Harrach, Hussein-Dey,
Rouiba, Sidi Moussa et Zéralda, précise
la même source. L'agence de Bab Ezzouar
a enregistré le plus grand nombre de de-
mandes d'emploi avec 10.469 demandes
et avait contribué au recrutement de 1.681
personnes, a relevé le ministère. Ces
agences utilisent différentes formules de
recrutement dont le dispositif d'aide à
l'insertion professionnelle (DAIP), le
contrat aidé (CTA), ainsi que les contrats
à durée déterminée ou indéterminée
(CDD) et (CDI) afin de faire face au
nombre grandissant des demandeurs
d'emploi, a expliqué la même source.
Ainsi, 1.781 personnes ont été insérées
dans le monde du travail dans le cadre du
dispositif d'aide à l'insertion profession-
nelle (DAIP) contre 2.890 dans le cadre
du contrat aidé (CTA), a précisé la même
source, ajoutant que 16.523 autres per-
sonnes ont été recrutées dans le cadre des
contrats à durée déterminée ou indétermi-
née (CDD) et (CDI), a indiqué la même
source.
ALGER
Plus de 16.000 insertions
professionnelles en 2014
11 EL MOUDJAHID
Régions
Jeudi 17 Juillet 2014
MARSAT BEN M’HIDI
Des projets pour améliorer
les services touristiques
La plage Marsat Ben M’hidi, située à 125 km du chef-
lieu de la wilaya de Tlemcen, dans la zone frontalière al-
géro-marocaine, se transforme, à chaque saison estivale,
en une destination touristique drainant de millions d’esti-
vants. Dès le début de juillet, des familles algériennes ve-
nant de différentes wilayas et de l’étranger affluent à
Marsat Ben M’hidi pour profiter de ses plages au sable
d’or, notamment Moscarda-1 et Moscarda-2.
Dénicher une chambre d’hôtel ou une maison à louer,
une tente aux centres de camping sans une réservation
préalable de plusieurs mois relève de l’impossible, esti-
ment des estivants. Les statistiques de la Protection civile,
qui veille à la sécurité et la surveillance des plages, indi-
quent que la moyenne d’affluence des estivants sur les
plages de Marsat Ben M’hdi varie entre 5 et 6 millions par
an. Cette ruée a des répercussions sur la disponibilité des
sites d’hébergement, entraînant une flambée des prix de
location.
L’habitant saisit cette aubaine pour louer sa maison ou
son logement à des prix astronomiques, donnant le tournis.
Pour améliorer l’hébergement des estivants et veiller à leur
bien-être, la commune de Marsat Ben M’hidi a déployé
des efforts, notamment pour renforcer le réseau d’AEP,
avec la réalisation d’un forage à Boukanoune et raccorder
la ville au réseau du gaz naturel, épargnant aux estivants
et habitants, les peines des bonbonnes de gaz butane. Une
foire économique et commerciale se tient tout au long de
la saison estivale, pour mettre à la disposition des esti-
vants, toutes les denrées alimentaires et autres produits né-
cessaires à leur séjour.
Des espaces de vente de produits d’artisanat, notam-
ment des poteries de la région de Bider, accueillent des
touristes désirant garder un souvenir de leur passage dans
cette région d’une beauté incomparable. Par ailleurs, la
plage de Marsat Ben M’hidi a été retenue, en 2008, comme
plage-pilote parmi 14 autres sites du littoral national dans
le cadre de la concrétisation du schéma d’orientation de
développement touristique à l’horizon 2025. La direction
du tourisme a programmé plusieurs projets pour renforcer
les capacités du parc hôtelier, dont un village d’excellence
touristique à Moscarda d’une capacité de 800 lits.
Ce parc comprend un hôtel haut standing cinq étoiles,
des bungalows haut gamme, des villas, en plus des sites
récréatifs, des espaces de repos, des restaurants, en plus de
la mise en valeur des sites naturels pittoresques de la ré-
gion. Par ailleurs, la plage de Port Say a bénéficié d’un
nouvel abri de pêche d’une capacité d’accueil de 194 ba-
teaux, dont 65 petits métiers, deux sardiniers, 3 palangriers
et 124 plaisanciers.
Cette infrastructure, réalisée dans une région disposant
d’un patrimoine halieutique important, permettra de boos-
ter l’activité économique locale. En plus de ces pro-
grammes touristiques prometteurs, de nouveaux projets
routiers sont en cours de réalisation dans cette zone fron-
talière dans le but d’améliorer le trafic, surtout en été où
la densité de la fluidité est en hausse engendrant des acci-
dents. Parmi ces projets, figure la voie côtière reliant dans
son premier tronçon les villes de Marsat Ben M’hdi à Gha-
zaouet, sur une distance de 58 km, selon le responsable de
la direction des travaux publics.
Le projet, lancé en février 2013, a été subdivisé en qua-
tre tranches afin d’accélérer la durée de réalisation fixée à
24 mois. Le deuxième projet concerne le dédoublement de
la RN 7 entre Maghnia et Marsat Ben M’hidi, sur une dis-
tance de 60 km et d’un coût de 10 milliards de dinars. Ce
projet devra contribuer à une meilleure fluidité de la cir-
culation et de lutter contre des points noirs, et réaliser une
pénétrante à l’autoroute Est-Ouest, a-t-on ajouté de même
source.
TLEMCEN
Pas moins de 25 projets d’investis-
sement dans le domaine touristique sont
en cours de réalisation hors des zones
d’expansion touristique(ZET) dans la
wilaya d’Aïn Témouchent, a-t-on ap-
pris, lundi, du directeur du tourisme et
de l’artisanat. Ces investissements fai-
sant partie d’un total de 39 projets ins-
crits par le secteur renforceront les
capacités d’accueil de la wilaya avec
2.945 lits supplémentaires et généreront
629 nouveaux postes d’emploi, a pré-
cisé Larbi Mecheri, signalant que les au-
tres projets sont soit non lancés, au
nombre de six, ou n’ont pas obtenu l’ac-
cord nécessaire.
La wilaya d’Aïn Témouchent a en-
registré, cette année, l’apport de 534 lits
supplémentaires avec la réception d’un
nouvel hôtel de 44 lits à Beni Saf et un
village touristique en lieu et place de
l’ancienne base de vie de la centrale
électrique de Terga. S’agissant des in-
vestissements demandés au niveau des
ZET de la wilaya, Larbi Mecheri a rap-
pelé que 103 dossiers ont été présentés
devant le comité d’assistance pour la lo-
calisation et la promotion des investis-
sements et de la régulation foncière
(CALPIREF). Celui-ci a donné son ac-
cord préliminaire pour 27 dossiers, alors
que 54 sont encore à l’étude.
Cette dynamique permettra à la wi-
laya de résorber ses déficits en matière
de structures d’accueil et d’héberge-
ment, sachant qu’elle reçoit pas moins
de 8,5 millions d’estivants par saison
touristique. Au nombre de dix, ces ZET
sont implantées respectivement, à Ma-
dagh 1 et 2, Bouzedjar, Sbiaât, Sassel,
Hammam Bouhadjar, Terga, Chatt El-
Hillal, Rachegoune et El-Wardania Ma-
louze. «Sur ces dix ZET, deux sont bien
avancées, notamment celle de Bouzed-
jar qui compte sur une zone aménagea-
ble de 120 hectares, dont 13 ha relevant
du secteur privé nécessitant un transfert
de propriété à l’échelon central. Sur un
total de 14 dossiers transmis pour cette
ZET, seulement deux ont reçu l’accord,
car implantés sur des terrains relevant
du secteur public et pouvant être réglés
au niveau local», a-t-on expliqué, ajou-
tant que pour les 12 dossiers restants, il
faut attendre l’opération de transfert de
propriété devant être effectuée par le
ministère de tutelle.
Il est à rappeler que la ZET de Bou-
zedjar, d’une superficie totale de 240 ha,
a enregistré l’adoption par l’APW de
son plan d’aménagement touristique
(PAT) et fait l’objet de la promulgation
d’un décret exécutif.
La seconde zone avancée est celle de
Hammam Bouhadjar, où sur les 21 dos-
siers en étude, 11 ont reçu un accord
préliminaire et attendent leur implanta-
tion par les services des domaines.
AÏN TÉMOUCHENT
TOURISME
25 projets en cours hors zones d’expansion touristique
Neuf forages sont
en cours de réalisation
dans la commune
d’Aïn Ouessara, à une
centaine de km au nord
de Djelfa, en vue de
l’amélioration de l’ali-
mentation en eau pota-
ble (AEP) dans cette
collectivité locale, a-t-
on appris, hier, auprès
de la direction de l’hy-
draulique de la wilaya.
Ces forages, répartis
sur les zones ouest et
est de cette localité,
sont en voie d’achève-
ment, alors que le taux
d’alimentation en énergie élec-
trique des réalisations, au niveau
du bassin El-Birine, est estimé à
60%, a ajouté la même source, si-
gnalant également deux projets de
réalisation de deux forages en
phase d’appels d’offres. Deux ré-
servoirs d’une capacité globale de
2.500 m
3
d’eau sont pré-
vus au profit de la même
localité, parallèlement à
l’installation en cours
des équipements de rac-
cordement de ces forages
aux réservoirs d’eau. Le
taux d’avancement de
l’opération est estimé à
95% concernant trois fo-
rages. L’AEP dans la
commune d’Aïn Oues-
sara est actuellement as-
surée par neuf (9)
forages, avec un débit de
220 L/S, et des réservoirs
d’une capacité globale de
9.900 m
3
d’eau. Les be-
soins en la matière sont estimés à
15.000 m
3
supplémentaires d’eau,
selon la même source.
DJELFA
AÏN OUESSARA
Réalisation de 9 forages pour améliorer l’AEP
Les travaux des routes frontalières
de la wilaya de Tindouf, entamés
depuis quelques années par le sec-
teur des travaux publics, connais-
sent un avancement, avec la
réalisation de trois axes, a-t-on ap-
pris hier auprès des services de la
direction des travaux publics. Trois
routes, totalisant un linéaire de 300
km, ont été déjà réalisées dans ce
cadre, dont celle reliant Tindouf à
la frontière mauritanienne, avec
une enveloppe de plus d’un (1)
milliard DA, a révélé le chef de
service des routes.
Le montant alloué prévoit la réali-
sation d’un axe goudronné sur 73
km à partir du point kilométrique
(PK) 75, et de 32 km entre Hassi-
Abdellah vers la région de Daya
El-Khadra, en plus d’un passage
inférieur sur une distance de 90
mètres, sur le même axe routier, a-
t-il précisé. Un financement de
plus de 1,2 milliard DA a été éga-
lement réservé, sur plusieurs pro-
grammes de développement entre
2005 et 2009, pour la réalisation de
120 km du projet de la route fron-
talière Tindouf-Merkala Oum El-
Achar, en allant vers la frontière
marocaine, une route qui était,
avant 2005, une piste frontalière, a-
t-il ajouté. Plus de 60 km ont été
réalisés, en deux tranches, de la
troisième route frontalière, entre la
RN-50 et la région de Hassi El-
Beida, qui entre dans la cadre du
programme quinquennal 2010-
2014 avec une enveloppe de 900
millions DA. Une route qui était
également une piste frontalière
avant 2010, signale le même res-
ponsable.
TINDOUF ROUTES FRONTALIERES
Avancement dans
les travaux
L’espoir d’une prochaine
réhabilitation
Sur le versant nord-ouest du mont du Zaccar, niché en son pied, le centre psychopédagogique
de Sidi Medjahed relevant de la commune de Ben-Allel.
L
oin de la route, loin des yeux, un
mouroir pour les pensionnaires
malgré la présence et le dévoue-
ment des agents, malheureusement à la
formation inadaptée. C’est que ce centre
a été détourné de sa fonction originelle
et se trouve pour l’heure abritant une
soixantaine de pensionnaires handica-
pés lourds et déficients mentaux. Nous
n’en pouvons plus a avoué le directeur
de ce centre à M
me
Mounia Meslem Si
Amer, la ministre de la Solidarité natio-
nale, de la Famille et de la Condition de
la femme qui y était en visite d’inspec-
tion et de travail.
Un centre géré par le département de
la Solidarité, alors que ses pensionnaires
requièrent une prise ne charge directe
du secteur de la santé.
Une soixantaine de pensionnaires,
enfermés pour certains le temps de la vi-
site, errant sur la courette pour d’autres,
«les cas les moins agressifs», une insup-
portable odeur d’urine que peinait à
masquer les détergents monte au nez.
Des lits alignés. Des femmes et des
hommes, abandonnés à leur triste sort.
Aucune visite depuis leur placement, un
seul mineur au milieu de ces adultes la
démission parentale est totale avec ce
sentiment de soulagement de s’être dé-
barrassé d’un lourd fardeau, un fardeau
qui reste cependant un être humain et
qui se trouve être le fruit de leurs en-
trailles. Des cas de placement judiciaire
sont également observés. Des jeunes er-
rant sur les routes et présentant des trou-
bles mentaux y sont derechef
acheminés. «Nous en avons reçu 11 en-
fants par décisions judiciaires, mais le
juge sait-il que nous ne sommes pas
adaptés pour recevoir ce genre de ma-
lades ?» Mêmes des familles aisées re-
noncent à reprendre leur malade. Côté
prise en charge médicale, c’est un psy-
chiatre exerçant à titre privé qui, béné-
volement et à titre humanitaire, vient
une fois par semaine pour voir les pen-
sionnaires. C’est le D
r
Bouregaâ, il tra-
vaillait auparavant avec nous, mais
depuis qu’il s’est installé à son propre
compte, il ne nous a pas lâchés, ex-
plique le directeur du centre.
En 1997, le centre a vécu un terrible
drame. De retour après une journée de
travail, onze agents, entre paramédicaux,
agents d’entretien et administratifs sont
lâchement assassinés dans un faux bar-
rage. Un choc pour toute la région et des
malades laissés à l’abandon, mais vite,
très vite, la conscience professionnelle
et l’humanisme des autres agents ont re-
pris sur la peur. Cependant, note-t-on
jusqu’à l’heure, aucun poste n’a été
pourvu. La ministre de la Solidarité na-
tionale s’est engagée à prendre attache
avec le secteur de la santé pour une meil-
leure prise en charge de ce centre.
A. M. A.
AÏN DEFLA
CENTRE PSYCHOPÉDAGOGIQUE DE SIDI MEDJAHED (BEN-ALLEL)
EL MOUDJAHID 13
Jeudi 17 Juillet 2014
Monde
9
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
208 morts et 1.500 blessés
Israël a demandé hier à 100.000 habitants du nord de la bande de Ghaza d'évacuer leur domicile, un appel qui n'a
pas entraîné d'exode massif bien que l'armée ait intensifié ses bombardements après l'échec d'une tentative de trêve.
CUBA-RUSSIE
Vers la réouverture de l'œil de Moscou
à la Havane
La Russie va rouvrir une station d'écoutes à Cuba,
utilisée pendant la Guerre froide pour espionner les
Etats-Unis, a annoncé hier le quotidien russe Kommer-
sant, quelques jours après la visite du président Vladi-
mir Poutine sur l'île. Moscou et La Havane ont donné
leur "accord de principe" pour rouvrir la base de
Lourdes, dont l'activité était gelée depuis 2001, ont in-
diqué plusieurs sources au sein du gouvernement russe,
citées par Kommersant. "Les accords ont été finalisés
lors de la visite du président Vladimir Poutine à La Ha-
vane vendredi dernier", a indiqué le quotidien. Située à
une vingtaine de kilomètres au sud de La Havane et à
250 kilomètres des côtes américaines, la base avait été
fermée en 2001 par la Russie, en accord avec sa nou-
velle politique de rapprochement des Etats-Unis, après
les attentats du 11 septembre. Cette annonce intervient
alors que la Russie manifeste à nouveau ces dernières
années son intérêt pour l'Amérique latine et Cuba, et
alors que la crise ukrainienne a provoqué la pire crise
entre Russes et Occidentaux depuis la fin de la Guerre
froide.
MAROC
1.120 Marocains et 2.000 autres
d'origine marocaine combattent avec l’EII
Plus de 1.120 Marocains et environ 2.000 d'origine
marocaine ont rejoint l'organisation terroriste de l’Etat
islamique en Irak et au Levant (EIIL), a annoncé le mi-
nistre de l'Intérieur marocain Mohammed Hassad, évo-
quant des menaces d’attaques terroristes contre le
royaume. "Un total de 1.122 marocains sont affiliés à
des organisations terroristes en Irak et en Syrie, aux
côtés d'autres ressortissants européens d'origine maro-
caine dont le nombre est estimé à 2.000 personnes", a
révélé mardi, M. Hassad devant le parlement précisant
que 128 Marocains ont fait l'objet d'enquêtes dès leur
retour au Maroc. Il a ajouté que ces combattants maro-
cains occupaient des postes de commandement au sein
de l'EIIL
GUERRE EN BOSNIE
L'Etat néerlandais civilement responsable
de la mort de plus de 300 musulmans
à Srebrenica
L'Etat néerlandais est civilement responsable de la
mort de plus de 300 hommes et garçons musulmans à
Srebrenica pendant la guerre en Bosnie, a décidé la jus-
tice hier. "L'Etat est responsable de la perte subie par
les proches des hommes qui ont été déportés par les
Serbes de Bosnie depuis les bâtiments du Dutchbat à
Potocari dans l'après-midi du 13 juillet 1995", a déclaré
à La Haye la juge Larissa Elwin. "Dans l'après-midi du
13 juillet, le Dutchbat n'aurait pas dû laisser partir les
hommes de leurs bâtiments", a également affirmé la
juge, soulignant que les soldats néerlandais "auraient
dû tenir compte de la possibilité que ces hommes se-
raient victimes de génocide". "On peut affirmer avec
suffisamment de certitude que si le Dutchbat avait per-
mis à ces hommes de rester sur place, ils seraient restés
en vie", a-t-elle ajouté. Les juges n'ont pas néanmoins
donné raison aux plaignantes, mères des victimes, sur
le reste de leurs accusations. Même si les soldats néer-
landais auraient dû dénoncer directement les crimes de
guerre, l'Etat néerlandais ne peut en être tenu responsa-
ble car une telle action n'aurait pas entraîné "une inter-
vention militaire directe de l'ONU" et n'aurait donc pas
empêché le génocide.
Brèves…
C
onformément à la mise
en garde du Premier mi-
nistre israélien Benjamin
Netanyahu, l'armée a augmenté
ses frappes sur l'enclave pales-
tinienne, au 9
e
jour de son opé-
ration visant à faire cesser les
tirs de roquettes sur Israël. Une
quarantaine de raids ont été
menés durant la nuit selon l'ar-
mée, qui a visé en particulier les
maisons de quatre responsables
du Hamas, dont l'ancien minis-
tre de la Santé Fathi Hammad et
le député Ismail al-Ashqar, à Ja-
balia (nord). Hier, onze Palesti-
niens ont été tués dans une série
de frappes israéliennes, essen-
tiellement dans le sud de la
bande de Ghaza. Quatre mem-
bres d'une même famille, dont
un enfant de 10 ans et une
femme de 65, figurent parmi les
victimes. Alors que son opéra-
tion a fait 208 morts et plus de
1.500 blessés dans l’enclave pa-
lestinienne, en grande majorité
des civils, l'armée israélienne a
appelé à l'aube quelque 100.000
habitants du nord à quitter les
lieux avant 8h00 (5h00 GMT)
en prévision de bombardements
massifs. Des journalistes sur
place n'ont constaté aucune
fuite massive des habitants des
zones concernées, dont beau-
coup soulignaient n'avoir nulle
part où aller sur ce petit terri-
toire parmi les plus densément
peuplés de la planète. "Ils lar-
guent ces tracts depuis leurs
avions pour dire aux gens ordi-
naires d'évacuer. Mais où de-
vons-nous aller? Mieux vaut
rester et mourir dans nos mai-
sons", s'est exclamé Fasel Has-
san. "Où doit-on se réfugier?
Les écoles ? Elles sont pleines",
a-t-il poursuivi. L'Agence de
l'ONU pour l'aide aux réfugiés
palestiniens (UNRWA) a indi-
qué en début de semaine ac-
cueillir quelque 17.000 réfugiés
dans ses établissements sco-
laires.
La France propose une mis-
sion européenne d'aide fronta-
lière aux points de passage entre
Ghaza et Israël, a annoncé hier
le chef de la diplomatie fran-
çaise, Laurent Fabius. "L'Eu-
rope est prête à faire des choses,
notamment à travers ce qu'on
appelle Eubam, c'est-à-dire des
forces qui pourraient contrôler
les passages entre Ghaza et Is-
raël", a déclaré le ministre à la
radio France Culture. "Les pays
arabes ont dit leur soutien, et
puis il faudrait obtenir l'accord
des cinq membres permanents
du Conseil de sécurité", a ajouté
Laurent Fabius.
R. I.
CRISE UKRAINIENNE
Kiev demande à l'UE de sanctionner
Moscou, les contacts avec les
rebelles dans l'impasse
Kiev a engagé une of-
fensive diplomatique pour
obtenir l'adoption hier à
Bruxelles de nouvelles
sanctions contre la Russie,
accusée de soutenir les sé-
paratistes armés dans l'Est
alors qu'une tentative de
pourparlers avec ces der-
niers a échoué la veille. Le
ministère ukrainien des
Affaires étrangères a de-
mandé l'adoption de sanc-
tions sectorielles dite de
"phase 3" pour "s'opposer
à l'agression russe" et le
président Petro Poro-
chenko a souligné lors de
multiples contacts directs
et téléphoniques avec les
Occidentaux que "des
combattants et des armes"
continuaient toujours d'ar-
river de Russie dans l'Est
où le conflit a fait plus de
600 morts en trois mois.
Les efforts diplomatiques
menés par l'Allemagne et
la France pour trouver une
solution pacifique à la
crise ukrainienne sem-
blent dans l'impasse.
Des pourparlers via
une visioconférence entre
les médiateurs et les insur-
gés prévus mardi n'ont fi-
nalement pas eu lieu, le
groupe de contact (OSCE,
Ukraine, Russie) accusant
les séparatistes d'être res-
ponsables de cet échec.
"Cela montre le manque
de bonne volonté de la
part des séparatistes pour
engager des discussions
substantielles sur un ces-
sez-le-feu mutuellement
acceptable", a indiqué le
groupe dans un communi-
qué publié hier sur le site
de l'OSCE. Interrogé par
l'AFP à Donetsk, chef-lieu
de l'insurrection prorusse,
un porte-parole des insur-
gés s'est refusé à tout
commentaire.
SYRIE
Le président Assad prête serment pour
un troisième septennat
Bachar al-Assad a été investi hier président pour un troisième septennat,
lors d'une cérémonie au palais présidentiel à Damas. Il a prêté serment sur le
Coran devant les députés réunis en session extraordinaire et en présence de
plus d'un millier d'invités, alors que le pays est ravagé par trois ans de guerre
qui ont fait plus de 170.000 morts. "Syriens, des années ont passé depuis que
certains ont crié 'liberté'", a-t-il dit en entamant son discours d'investiture, en
référence à l'opposition et à la rébellion qui luttent pour sa chute depuis mars
2011. "Ils ont voulu une révolution, mais vous avez été les vrais révolution-
naires. Je vous félicite pour votre révolution et votre victoire", a-t-il lancé à
l'adresse de ses partisans. "Ceux qui ont été déboussolés voient clair aujourd'hui
(...) les visages monstrueux se sont dévoilés, le masque de la liberté et de la ré-
volution est tombé", a-t-il ajouté. Le président Assad, réélu le 3 juin, a prêté
serment alors que son armée progresse face aux rebelles depuis un an.
El Moudjahid/Pub ANEP 134094 du 17/07/2014
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT
N°110/2014/A1
Le Ministère de la Défense nationale lance un avis d’appel d’offres national restreint en vue
de : Travaux de remise en état de la climatisation centrale à BOUFARIK / BLIDA.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de
la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sise à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars
algériens (5 000,00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte
Nº51/730 0000 109 001 09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- d’une copie légalisée du registre de commerce de la société,
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles,
entreprise spécialisée en climatisation.
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (techniques et financières) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale Des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la
mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national restreint
Nº110/2014/A1
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la
date limite de dépôt des offres fixée à 45 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours
égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
Publicité
Jeudi 17 Juilllet 2014
15
SOIRÉE DE VARIÉTÉ AU PALAIS DE LA CULTURE
MOUFDI-ZAKARIA
Riche métissage de plusieurs
genres musicaux
Lors d’une soirée organisée en
plein air, au grand hall du palais de
la Culture, Didine Karoum a ouvert
le bal en reprenant une chanson de
Mohamed El-Badji dédiée à la Pa-
lestine, dont la bande Ghaza subit
une agression d’une rare bestialité
de la part de l’armée israélienne
d’occupation. «L’artiste est plus
sensible que quiconque, et j’ai inter-
prété d’emblée Palestine dans le but
de rendre hommage au peuple pa-
lestinien combattant, ainsi que pour
réitérer le soutien des Algériens à
cette cause», a-t-il noté. Il a en-
chaîné avec des chansons simples et
souples, à l’instar de Bouya hnini,
tab qalbi mén koulét lala, Yamna,
ou encore Hna khir mélhih. L’artiste
s’est dit "concentré" sur l’animation
des soirées et des fêtes de mariage
avant de préparer un nouvel album
qui portera sur le qsid chaâbi. En
outre, il a manifesté sa grande joie
de voir l’organisation de beaucoup
de soirées musicales et de tant d’ac-
tivités culturelles. De son côté, la
vedette de la chanson chaouie, Ha-
cène Dadi, a enflammé la scène.
Dans une ambiance chaleureuse,
animée par les applaudissements
synchronisés des familles venues en
masse, il a enchaîné chanson après
chanson en touchant différents
styles, notamment le style dit «zen-
dali », sur lequel certains n’ont pas
hésité à exhiber leur talent de dan-
seur. Hacène Dadi s’est dit
"confiant" sur l’avenir de la chanson
chaouie, à l’aune de l’avènement de
plusieurs nouveaux genres musi-
caux. «La musique chaouie est celle
du patrimoine, il est impossible
qu’elle soit oubliée un jour. Elle est
écoutée partout dans le monde, et
j’ai fait d’elle des salles pleines à
l’étranger, il faut que les nouveaux
jeunes travaillent avec beaucoup de
rigueur pour y parvenir», a-t-il indi-
qué, à l’issue du concert.
Kader Bentounès
TLEMCEN
Le public découvre
la jeune chanteuse
libanaise Nadine Barouky
Le public tlemcénien a été merveilleu-
sement surpris de découvrir, durant la soi-
rée de lundi, la jeune chanteuse libanaise
Nadine Barouky, lors d’un récital animé
à la maison de la Culture Abdelkader-Al-
loula. Le public très attentif a été convié
à un véritable voyage dans le temps pour
se retrouver dans l’ambiance de l’âge d’or
de la musique arabe et orientale. La jeune
artiste, diplômée de l’Institut supérieur de
musique du Liban, a également dédié une
chanson à l’Algérie intitulée Algérie ma
bien-aimée. "Cette chanson, je l’ai com-
posée en hommage à l’Algérie, pays que
j’ai découvert l’année dernière, à
Constantine, à l’occasion du festival du
malouf. J’étais agréablement surprise de
découvrir la grandeur de ce pays et de son
peuple", a-t-elle confié à l’APS. Elle a
ajouté que "le public algérien est très
classe et connaisseur. Il apprécie énormé-
ment la musique orientale". Les soirées de
Ramadhan à Tlemcen sont très animées
en cette seconde quinzaine du mois béni,
où de nombreuses stars de la chanson al-
gérienne animent quotidiennement, au pa-
lais de la culture et à la maison de la
Culture de Tlemcen, des soirées musi-
cales qui attirent la foule. Meriem Benal-
lal, Rym Hakiki, Abdelkader Chaou et
d’autres vont défiler sur les scènes de
Tlemcen, à la grande joie de leurs fans et
des familles qui saisissent ces opportuni-
tés pour passer d’agréables moments dans
une ambiance festive et conviviale.
KHENCHELA
Une soirée andalouse
mémorable
La chanson andalouse a merveilleuse-
ment résonné, lundi soir à la maison de la
Culture Ali-Souai de Khenchela, lors
d’une soirée musicale animée par la
troupe de Khenchela et une association de
Batna, a-t-on constaté. Les animateurs de
cette soirée ont gratifié le nombreux pu-
blic, durant plus de deux heures, d’un flo-
rilège de chansons andalouses interprétés
par de jeunes (et de moins jeunes) chan-
tres de cette musique savante. Selon des
spectateurs rencontrés au sortir de la salle,
les deux formations ont parfaitement
réussi leur sortie puisqu’elles ont plongé
l’assistance, composée essentiellement de
familles, dans cette ambiance musicale
authentique que seuls le malouf et le
haouzi, largement répandus à Constan-
tine, Blida, Tlemcen et Alger, savent
créer. Cette soirée artistique animée dans
le cadre des "soirées de Mascula" (ancien
nom romain de la ville de Khenchela,
ndlr) s’inscrit dans le cadre du programme
culturel spécialement concocté pour le
mois béni de Ramadhan. Ces soirées ar-
tistiques organisées deux à trois fois par
semaine sont animées par des troupes ar-
tistiques locales et d’autres invitées de
plusieurs régions du pays, a-t-on précisé.
AÉROPORT
INTERNATIONAL D’ORAN
Les voyageurs accueillis
avec des dattes et du lait
Les voyageurs en provenance de
Lyon et de Paris ont été agréablement
surpris, mardi soir, par l’accueil qui leur
a été réservé à leur arrivée à l’aéroport in-
ternational Ahmed-Ben-Bella d’Oran, par
les éléments de la 2
e
brigade de la police
des frontières. Ces voyageurs qui ont dé-
barqué respectivement à Oran entre 20
heures et 20h30 ont été conviés à rompre
leur jeûne avec les éléments de la PAF qui
leur offert dattes, lait, boissons et autres
collations. Cette initiative s’inscrit dans
les traditions de la police aux frontières,
et vise à consolider les liens avec les
membres de la communauté nationale éta-
blie à l’étranger, notamment en cette pé-
riode du mois de Ramadhan, synonyme
de solidarité, de générosité et d’entraide,
a expliqué le commissaire principal Ab-
delmadjid Belaggoune, chef de la 2
e
bri-
gade de la PAF à l’aéroport international
d’Oran. Cette cérémonie s’est déroulée
dans une ambiance conviviale et a permis
d’alléger, un tant soi peu, la fatigue du
voyage. Les 139 passagers en provenance
de Paris et les 130 autres venus de Lyon
se sont montrés satisfaits par toutes les
marques de bienveillance et d’attention
dont ils ont fait l’objet, en débarquant
dans le hall d’arrivée. La surprise était en-
core plus grande pour les voyageurs qui
n’ont pas foulé le sol du pays natal depuis
des années.
Biskra, reine des Ziban… Deglet Nour, reine des dattes
Biskra, la reine des Ziban, est le chef-
lieu d’une région qui possède l'une des plus
belles palmeraies du pays, voire de la pla-
nète : précisément celle de Tolga, bourgade
notoirement connue pour sa fameuse variété
de dattes, la Deglet Nour.
Et puisque nous sommes à Tolga et
qu'on parle de cette datte de renommée
mondiale, autant dresser le portrait de celui
que l'on considère, dans le Sud algérien,
comme «le plus humain des arbres» : le pal-
mier-dattier (phœnix dactylifera).
Hé oui, à Tolga comme à Aïn-Benoui
(station agricole expérimentale à la sortie
ouest de Biskra), on aime à répéter que le
palmier-dattier doit être traité comme un
être humain. « N'a-t-il pas une tête que l'on
ne peut couper sans qu'il meure ? Des mem-
bres qui ne repoussent pas ?» On l'aime de si bien
répondre à ce que l'on fait pour lui. Non seule-
ment, dit-on, il nourrit ceux qui le soignent, mais
il rend le bien pour le mal : «Jetez-lui une pierre,
il vous envoie des dattes.» De la variété Deglet
Nour plus exactement. On le préserve, en certains
cas, du mauvais œil, en suspendant à son tronc
un crâne de dromadaire, un tibia de mulet, une
vieille marmite trouée. Celui qui s'obstine à mal
produire est menacé symboliquement : on fait
semblant de se préparer à le couper.
On ne se décide donc à abattre un palmier que
s'il est vraiment malade, irrécupérable ou cassé
par le vent. Car il parti-
cipe à l'amour des
hommes et à la louange à
Dieu. Le murmure du vent dans ses palmes,
observe-t-on, est une glorification du Maître des
mondes. Certains sont sacrés, marabouts, ornés
de chiffons votifs, encensés. Quand on abat un
palmier mâle, on place sur les femelles voisines,
ses épouses, quelques unes de ses feuilles pour
atténuer leur chagrin. Ces amoureux sont ombra-
geux ; pour atténuer les crises de jalousie, — sans
doute aussi pour des raisons plus techniques —
on prend soin d'espacer les plants de cinq à dix
mètres.
Particulièrement au printemps qui, dans
l'oasis, est rempli d'un travail joyeux, sous
le signe de l'amour cosmique qui épanouit
les fleurs et fait tourner les étoiles. Cet
amour cosmique est rattaché au principe
unique de la piété musulmane : «La prière
et le salut d'Allah sur notre Prophète Mo-
hamed, chante-t-on en cœur. Palmier, tu es
le palmier d'Allah. Je cherche un refuge au-
près du Seigneur des mondes contre Satan
le lapidé. Le palmier est le palmier du Sei-
gneur...Ô Dieu ! Féconde-le et fais-le fruc-
tifier. Dans ta générosité ne le frustre
pas de tes dons... Fais-moi vivre,
mon Dieu, pour que je puisse manger
de ses fruits !»
Aussi strictement adapté à l'oasis
que le chameau au désert, le palmier
est également étrange et archaïque.
Avec ses espèces d'écailles, ses fûts cy-
lindriques immobiles et ses touffes
échevelées, il a quelque chose d'antédiluvien, de
«carboniférien». Ses feuilles tamisent la lumière
éclatante du soleil d'une façon qui n'appartient
qu'à elles seules. Il est mâle (doukar) et femelle
(nakhla) comme l'homme. Il a un cœur. Ses
palmes ne repoussent pas plus qu'un membre
coupé. Il n'est adulte et ne donne des fruits que
vers la dixième-douzième année.
K. Bouslama
BÉJAÏA
Animation non-stop
Chaque soirée de Ramadhan
vaut son spectacle dans la ville de
Béjaïa où l’esplanade de la maison
de la Culture est transformée en une
grande scène de liesse et où des cen-
taines de familles viennent se bous-
culer pour prendre place dans une
ambiance conviviale et au rythme
musical des différentes troupes qui
se succèdent sur le plateau érigé en
cette circonstance. Une place par-
faitement aménagée qui s’avère trop
exigüe pour contenir tout ce monde
qui afflue des quatre coins de la wi-
laya et des wilayas limitrophes. Im-
possible de trouver un petit coin
pour garer sa voiture. Toutes les
ruelles sont bondées de véhicules et
les gardiens de parking se frottent
les mains de cette aubaine. Pour
agrémenter ces soirées, des ven-
deurs viennent chaque soir proposer
des produits : cacahuètes grillées,
kalb louz, thé, boissons fraîches,
glaces. Les couples sont très nom-
breux à profiter de cet air frais et en
pleine étoile, sous les grands feux
de projecteurs alors que la scène où
évolue les artistes est parfaitement
quadrillée par des jeux de lumières
et une sonorisation assourdissante.
Les nuits ramadhanesques de Béjaïa
ont une particularité qui renoue
chaque année avec ces moments
d’animation que l’on voit que rare-
ment durant l’année. M
me
Gaoua, la
dynamique directrice de la maison
de la Culture, veille au grain et sou-
ligne que «la majorité des familles
ici présentes sont des habituées de
la maison de la Culture. Elles ne ra-
tent aucun spectacle, et avant le Ra-
madhan, elles sont venues me voir
pour me demander de leur organiser
des soirées en plein air. Je ne fais
qu’exaucer leurs vœux, et, franche-
ment, depuis quinze jours, c’est de
l’animation non-stop et tout le
monde est satisfait». Hamid, un
chanteur chaâbi de Béjaïa, dit :
«C’est une excellente initiative.
Vous savez, un chanteur local attend
avec impatience ces galas pour se
faire connaître et aussi pour qu’on
travaille un peu, car, à part les fêtes
de mariage, nous chômons toute
l’année.»
M. Laouer
LUCARNE
Dans une ambiance festive des soirées nocturnes de la saison estivale, et coïncidant avec le mois de Ramadhan,
un concert de variété a été organisé mardi soir, au palais de la Culture Moufdi-Zakaria d’Alger, animé par les
chanteurs Didine Karoum, Hacène Dadi et Taous Arhab.
P
h
.
 
:

B
i
l
l
e
l
A
braha l’épargna et se fit guider
par lui sur le chemin. Il arriva
ainsi à Al-Tâ’if. Cette ville, qui
se trouvait sur la route de La Mecque,
était habitée par la tribu des Thaqîf.
L’un des chefs de cette tribu vint vers
Abraha et lui dit : «Grand roi, nous
sommes tes esclaves obéissants. Il n’y
a pas de différend entre nous. Tu
cherches le sanctuaire de la Ka’ba, qui
se trouve à La Mecque, et non notre
sanctuaire à nous, qui est celui d’al-Ut.
Si tu le veux, nous pourrons te donner
un guide pour te conduire jusqu’à La
Mecque».
Al-Ut était une idole vénérée par
les Arabes. C’était, dit-on, un grand ro-
cher blanc sculpté. Les Arabes ve-
naient de partout pour le visiter et
l’implorer. Les gens de Thaqîf en
avaient fait un rival de la Ka’ba. Ils lui
avaient construit une demeure entou-
rée d’une cour et recouverte d’étoffes.
Ils en avaient fait un sanctuaire, qu’ils
comparaient à celui de la Ka’ba. Dans
son enceinte, ils avaient interdit de
couper des arbres ou de chasser des
animaux et ils accordaient aux gens
une sauvegarde qu’ils comparaient à
celle en vigueur dans l’enceinte de la
Ka’ba.
Thaqîf se conduisait d’ailleurs vis-
a-vis d’al-Ut comme Quraysh vis-a-vis
de la Ka’ba. Ceux qui revenaient à
Al-Tâ’if après un voyage se dirigeaient
d’abord vers le sanctuaire d’Al-Ut,
tour naient autour, s’adressaient à
l’idole et la remerciaient de sa protec-
tion, avant de rentrer chez eux.
Al-Ut était surmontée d’un dais que
les gens de Thaqîf empor taient avec
eux lorsqu’ils partaient en guerre. Ils
le posaient alors là où se rassemblait
l’armée et les crieurs invoquaient à
haute voix le nom d’Al-Ut, afin d’en-
courager les soldats à se battre jusqu’à
la mort en l’honneur de leur idole.
Selon la rumeur, cette idole était fémi-
nine.
Abraha accepta l’offre de Thaqîf et
emmena avec lui un de leurs hommes
pour le guider vers La Mecque. Mais
l’homme mourut peu après et fut en-
terré sur place. Sa tombe allait par la
suite être maudite.
Cependant un éclaireur abyssin,
qu’Abraha avait envoyé à cheval en
direction de La Mecque, trouva sur son
chemin un grand troupeau de cha-
meaux. Il s’en empara et l’amena aus-
sitôt à Abraha. Ce troupeau comprenait
deux cents chameaux apparte nant à
‘Abd al-Muttalib. Les Mecquois s’en
émurent et certains d’entre eux voulu-
rent entraîner les autres au combat
contre Abraha. Mais les chefs se dirent
qu’ils n’avaient pas les moyens de se
mesurer à lui et qu’Abraha les vain-
crait, à n’en pas douter, comme il avait
vaincu les Arabes qui l’avaient déja af-
fronté. Ils préférèrent s’abstenir et
abandonner à Abraha le troupeau.
De son côté, Abraha appela un de
ses hommes et le dépêcha à La
Mecque en lui disant:
«Va à La Mecque et demande à voir
le seigneur de cette ville. Quand tu le
trouveras» dis-lui ceci : « Le roi vous
assure qu’il n’est pas venu pour vous
faire la guerre, mais seulement pour
détruire le sanctuaire. Si vous ne vous
opposez pas à lui, il ne tient pas à ver-
ser votre sang». S’il t’apparaît que les
Mecquois ont renoncé à se battre, ra-
mène avec toi quelques-uns de leurs
chefs.
L’émissaire se rendit à La Mecque
et demanda à voir le seigneur de
Quraysh. On lui indiqua ‘Abd al-Mut-
talib. Il alla le voir et lui transmit le
message d’Abraha. ‘Abd al-Muttalib
lui dit :
«Par Dieu, nous ne voulons pas
faire la guerre au roi. Nous n’en avons
pas les moyens. La Ka’ba est le sanc-
tuaire de Dieu. Si Dieu désire protéger
Son sanctuaire, Il le fera. S’Il laisse la
voie libre à Abraha, par Dieu, nous ne
pourrons nous y opposer».
Alors l’émissaire lui dit :
«Viens donc avec moi chez le roi.
Il m’a ordonné de t’amener à lui».
Abd al-Muttalib prit quelques af-
faires et partit, accompagné de plu-
sieurs de ses fils, à la rencontre du roi.
Ce dernier le reçut avec de grands
égards et tint à ce qu’il s’assît, non au-
dessous de lui mais à ses côtés.
Comme il lui répugnait, cependant, de
le faire monter sur le lit royal, il des-
cendit de son trône, s’assit sur un tapis
et invita ‘Abd al-Muttalib à faire de
même. Puis il dit à son interprète :
«Demande-lui ce qu’il veut».
Lorsque l’interprète eut traduit la
question du roi, ‘Abd al Muttalib ré-
pondit :
«Je demande au roi qu’il me rende
les deux cents chameaux qu’il m’a
pris».
La réponse lui ayant été traduite,
Abraha dit :
«Tu m’as plu lorsque je t’ai vu,
mais tu m’as déçu lorsque je t’ai en-
tendu. Tu viens me parler de quelques
têtes de bétail que je t’ai prises et tu ne
me dis rien du sanctuaire qui abrite ta
religion et celle de tes ancêtres. J’en-
tends le détruire et tu ne t’en soucies
pas?»
Abd al-Muttalib répondit :
«Je suis le maître de mes cha-
meaux. Quant au sanctuaire, il a un
maître qui saura le défendre».
«Il ne pourra pas le défendre contre
moi».
«Ce sera entre toi et lui. Mais je
veux qu’on me rende mes chameaux!»
Abraha ordonna que ses chameaux
lui fussent rendus. Alors ‘Abd al-Mut-
talib tenta de tirer profit des bonnes
dispositions du roi. Il lui dit :
«Le tiers de la fortune de Quraysh
serait à toi, si tu renonçais à détruire la
Ka‘ba et que tu rentrais dans ton pays.
Abraha refusa.
Abd al-Muttalib revint vers les
siens et les informa qu’Abraha avait
rejeté son offre. Sachant que l’armée
abyssine s’apprêtait à entrer dans La
Mecque, il leur conseilla de quitter la
ville et de se réfugier dans les mon-
tagnes environnantes. Quraysh suivit
son conseil, se dispersa sur les hau-
teurs et attendit la suite.
La nuit commença, pour les Abys-
sins, sous le signe d’une malédiction.
Les étoiles se firent de plus en plus in-
quiétantes, semblant se rapprocher des
soldats pour leur dire des choses qu’ils
ne comprenaient pas et qui les tour-
mentaient. Le guide arabe de l’armée
s’enfuit pour se réfugier dans le sanc-
tuaire. Les tribus qui s’étaient ralliées
à Abraha brisèrent leurs lances et leurs
sabres et implorèrent Dieu de leur par-
donner. Puis la nuit s’avançant, un
froid terrible s’abattit sur les Abyssins,
qui épuisa leurs forces et brisa leurs
volontés. Ils durent, cependant, se
lever avant l’aube pour obéir aux or-
dres d’Abraha, qui exigeait de les voir
entrer dans La Mecque au matin.
Ils placèrent l’éléphant en première
ligne, l’orientèrent vers la ville et ten-
tèrent de le faire avancer. L’éléphant
refusa. Ils se mirent à le battre comme
ils purent. Il les défia en se vautrant
dans le sable. Le jour pointait. Ils eu-
rent l’idée de ruser avec l’éléphant,
plutôt que de chercher à le forcer.
Ils vinrent près de ses oreilles et lui di-
rent : «Nous te jurons devant Dieu que
tu ne vas plus à La Mecque». Il battit
des oreilles, comme pour leur signaler
qu’il les entendait et les prenait au mot.
Puis il s’ébroua et se mit debout. Ils
l’orientèrent vers le Yémen et il reprit
sa marche avec joie. Ils voulurent alors
l’amener à faire demi-tour et à repren-
dre la direction de La Mecque. Il s’ar-
rêta net et se coucha ànouveau dans le
sable.
Ils lui jurèrent encore qu’ils ne le
pousseraient pas vers la ville.
Il se redressa et s’élança vers le sud.
Mais lorsqu’ils tentèrent de le ramener
vers La Mecque, il se recoucha et ne
bougea plus.
Le soleil venait de se lever. Les
Abyssins virent alors foncer sur eux
une nuée d’oiseaux noirs, que certains
appelèrent des sauterel les, si nom-
breux qu’ils finirent par voiler le ciel.
Chacun de ces oiseaux portait trois
cailloux, un dans son bec et un dans
chaque patte. Ils s’élançaient par
vagues sur les soldats, lâchaient leurs
cailloux et faisaient place aux vagues
suivantes. Tous les cailloux attei-
gnaient leurs cibles et les soldats tom-
baient les uns après les autres, leur
ventre se déchirait, leurs os se rom-
paient.
Alors Abraha sut qu’il n’entrerait
pas dans La Mecque. Il rebroussa che-
min. Mais certains des cailloux
l’avaient atteint et commençaient à
ronger son corps. Achacune des étapes
de son retour, un de ses membres se
putréfiait. Lorsqu’il arriva au Yémen,
sa poitrine se fendit, puis son ventre et
il mourut.
Cette année, appelée par les Arabes
l’année de l’Élephant, fut celle où na-
quit Muhammad ibn ‘Abd Allâh ibn
‘Abd al-Muttalib.
(Suite et fin)
(Source  : Mahmoud Hussein - Al Sira. Le
Prophète de l’Islamraconté par ses compagnons,
éd. Pluriel, 2013)
17
Jeudi 17 Juillet 2014
16EL MOUDJAHID EL MOUDJAHID
L
orsquel’onévoqueTaghit (90km
ausudduchef lieudelawilayade
Béchar), c’est indubitablement le
potentiel touristiquequerenfermecette
régionqui nousvientàl’esprit: gravures
rupestres, tourismechez l’habitant, ski
sur dunedesable, etc.…). Mais Taghit,
c’est aussi leberceau de deux zaouïas
(Zaouïa«El Fougania»etZaouïa«Ettah-
tania») et dont l’historiqueremontevers
le XVI siècle. A l’instar des autres
zaouïasdupaysetduMaghrebArabequi
ont érigé des zaouïas, considérées
comme unédificereligieux musulman,
dontlamissionpremièreestdepréserver
l’identiténationale, cesdeuxzaouïas, ac-
tuellementgéréespar desassociationslo-
cales, ont pratiquement vu le jour à la
mêmepériode. Elles tirent tout d’abord
leur nomdeleur position géographique,
par rapport àlalocalitédeTaghit ,elle-
même, entouréedevillages satellites et
disséminés comme Barrebi, Brika et
Bakhti. C’est donc vers le XVI siècle,
queSidi BrahimBenMohamed, venant
deSeguiet El Hamraet pour qui les au-
tochtones vouaient unrespect immense,
décidades’installer àTaghit jusqu’àsa
mort et quesonfils, Sidi Boubekeur hé-
ritadesapositionsociale et bien-sûr de
soninfluence, encontrepartiedel’ensei-
gnement des pratiques religieuses qu’il
dispenser auxhabitantsdecetterégion.
Maisc’estenvérité, sonsuccesseur,
Sidi Abdelmalek Boungabqui fondala
Zaouïa«El Fougania», quedirigeaaprès
samort, sononcleSi Tahar et qui ende-
vint lecheikh. Les petits enfants defeu
Sidi Abdelmalek Boungab, trop jeunes
alorspour diriger unetellestructurereli-
gieuse musulmane pédagogique, pour-
suivirent leurs études àFiguig(Maroc),
sous leprotectorat duSultanduMaroc
(qui lesy emmenaàl’issuedeson pas-
sage à Taghit), avant de revenir eux-
mêmes diriger cette zaouïa, en
collaboration avec une Djemâa. La
zaouïaEl Fouganiaadopteunedoctrine
identiqueàcelledelaKerzaziaetZiania,
dont les principes fondamentaux repo-
sent sur lerenoncement aux biens dece
mondeet clairement exprimédans son
DIKR et sonOUERD.
Lasecondezaouia, nonmoinsimpor-
tante et située, donc, en contre bas de
Taghit, tireégalement sonnomdesapo-
sitiongéographiqueet par opposition à
savoisine, lazaouiaEl Fougania. C’est
lequatrièmefils deSidi Othmane, Sidi
M’Hammed, déjàinstalléàIgli etdontla
réputationflatteuses’étaitbienrépandue
au-delàdecetteville, qui fitconstruirela
ZaouiaEttahtania, aprèsquelespopula-
tions lui proposèrent des’installer et de
se marier chez eux. Sidi M’Hammed
n’avait pasdeDIKR propreàlui et c’est
l’undesesdescendants, Si Embarek, en
voyage à Ouazane, qui en rapporta le
Dikr desTAYBA, qui prêchel’élévation
del’âmeversDieu, ainsi quelajusticeet
l’équité. LazaouïaEttahtaniaentretient
égalementdebonnesrelationsavec celle
deKerzaz, deKénadsaet d’Ouazane.
Deuxzaouïasqui évoluentàl’opposé
d’une même ville, Taghit, érigée avec
unemultitudedevillages, lelongd’une
faille creusée par l’oued Zouzfana, et
dontlesdoctrinesœuvrentpourtantpour
unprincipeidentique: lapurificationde
l’âme et son rapprochement vers le
Créateur.
Ramdane BEZZA
BECHAR
Taghit et ses Zaouïas
LES ANCÊTRES DU PROPHÈTE MOHAMMED (QSSSL)
A
ïchaadit: LeProphète
(sur lui labénédiction
etlapaix) entraunjour
chez moi et dit :
«Avez-vous dequoi man-
ger?»
«Non, lui dis-je.»
«Alors, jejeûne, ditlePro-
phète(sur lui labénédictionet
lapaix)»
L'abstinence :
C'est éviter tout ce qui
rompt lejeûne, c'est-à-direle
boire, lemanger et lerapport
sexuel.
La durée d'abstinence :
C'esttoutelajournée, dela
pointedel'aubeaucoucher du
soleil. S'abstenir la nuit et
manger le jour n'est pas du
jeûner.
Dieudit :
«Observez leJ eûnejusqu'àlanuit».
(Coran, 2- LaVache- 187)
Actes louables du jeûne (Sunna)
Il est louablede:
1- Hâter larupturedujeûnedèslecoucher dusoleil.
LeProphète(QSSSL) adit :
«Onnecessed'êtredanslabonnevoietantqu'ons'empressederom-
preleJ eûne». (RecueilsdeBoukhari et Mouslim).
Anasadit : «LeProphète(sur lui laprièreet lapaix) atoujoursac-
compli laprièreduMaghreb(pendant Ramadan) aprèsavoir rompule
jeûne, mêmepar unegorgéed'eau». (Recueil deTirmidy)
2- Romprelejeûne, avantlaprièreduMaghrebpar desdattessinon
par del'eau.
Il estsouhaitablequelenombredesdattessoitimpair : troisoucinq
ousept.
Anasadit : «LeProphète(sur lui labénédictionet lapaix) rompait
lejeûneenprenant des dattes avant deprier, sinonquelques gorgées
d'eau. (Recueil deTirmidy)
3- Invoquer Dieuaumoment delarupturedujeûne.
LeProphète(QSSSL) lefaisait endisant :
«Seigneur ! C'est pour Toi quej'ai jeûné.J 'ai rompumonjeûneen
goûtant deTonbien.Veuilleagréer notreœuvre».
«Tues Celui qui entendtout, dont laScienceest infinie». (Recueil
d'AbouDaoud).
IbnOmar disait : «Par Tamiséricordequi s'étendàtoutechose, je
T'imploredepardonner mesfautes». (Recueil d'IbnMaja).
4- Lerepasdefindenuit. (Sahour ouSouhour).
C'est celui qu'onprendaprèsminuit avec l'intentiond'accomplir le
jeûne.
LeProphète(QSSSL) adit : «Cequi distinguenotrejeûnedecelui
desgensduLivre, c'est lerepasdefindenuit (souhour)». (Moslim).
«Prenez lesouhour, il est toutebénédiction».(RecueilsdeBoukhari
et Mouslim).
5- Retarder l'heuredecerepasjusqu'àlafindelanuit.
«LA VOIE DU MUSULMAN»
COMMENT ROMPRE
LE JEÛNE
Par Aboubaker Djaber El-Djazaïri,
enseignant à l'Université islamique de Médine
NDLR :
Cette rubrique
renferme des versets
coraniques. Prière
de préserver ces pages
de toute souillure.
(VIII)
(VIII)
Hadith Qodsi
Le Messager d’Allah (que la paix et le salut
d'Allah soient sur lui) a dit : «Allah ne regarde pas
votre aspect, mais il regarde ce que renferme
votre cœur et ce que vous accomplisse».
Rapporté par Mouslim
——0o0——
Le Messager d’Allah (que la paix et le
salut d'Allah soient sur lui) a dit : «Celui dont les
œuvres ne sont pas complètes ne pourra pas
faire appel à la noblesse de sa famille pour les
compléter».
Rapporté par Mouslim
A
prèsavoir quittésonétat desacralisation, lepè-
lerin demeure à la Mecque jusqu'au huitième
jour deDhouEI-Hijja. Là, il reprendrasonétat
desacralisationetrejoindraArafatenpassantpar Minen
oùil arriveraleneuf dumois, pour legrandregroupe-
ment obligatoire. Unefois àArafat, il suffit aupèlerin
d'êtreassisoumêmeétendudanslavalléepour quesa
haltesoit considéréecommevalable. Eneffet, l'ascen-
sionsur lamontagneconnuesouslenomdela«Mon-
tagne de la miséricorde» à Arafat n'est pas une
obligationpour queles gens s'y bousculent et mettent
leur vieendanger.
Pour quelahaltedupèlerinsoit considéréecomme
valable, il suffit seulement àcelui-ci d'êtreprésent à
n'importequelleheureduneuvièmejour, del'aprèsmidi
àl'aubedudixièmejour. Cependant, il estpréférablede
retarder cettehaltejusqu'àunepartiedelanuit. Lere-
groupement àArafat est l'undes plus importants rites
dupèlerinage.
Sonimportanceest tellequeleMessager deDieua
dit: «Lepèlerinagec'estArafat». C'estunregroupement
où s'exprimelaferveur religieuselaplus sincèreoù,
l'homme, prendvraiment consciencedesafaiblesseet
desonbesoindeDieuet où, lavanitédelaviematé-
rielleapparaît leplus.
Encejour béni, lessouvenirsdupasséilluminentles
âmesdespèlerinstelleunelumièreéblouissanteet leur
font revivrelascèneoù leMessager deDieu (qsssl)
s'adressait àleurs ancêtres enles exhortant àêtresin-
cèresdansleur foi etàrespecter lesdroitsdeDieuetles
droitsdeshommes.
C'est cejour-là, quelaRévélationduciel s'acheva
etqueceversetfutrévélé: «Aujourd'hui, j'ai parachevé
pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon
bienfait. Et j'agréel'islamcommereligionpour vous».
(Cor., 5.5, V.3).
Le regroupement à Mozdalifa
Après avoir terminésahalteàArafat, lepèlerinse
dirigeversMozdalifamentionnéedansleCoranpar le
terme«lerepèresacré». Ledixièmejour, il estàMinen
pour legrandsacrifice. C'est làaussi qu'il doit jeter les
sept cailloux de«LaKa’ba» qu'il recueilleralàoù il
veut. Il accompliraégalement leritedurasageoudela
coupuredes cheveux et procéderaausacrifices'il est
tenudelefaireavant d'effectuer lacircumambulation
deladispersion«Tawâf EI-Ifâdha».
Lepèlerinpeut choisir decommencer par n'importe
quel ritedanslamesureoùleMessager deDieu(qsssl)
interrogé, àcesujet, avaitrépondu: «Faitescommevous
l'entendezsansaucuneobjection». Il estcependantpré-
férablepour lui deretarder leritedelacircumambula-
tiondeladispersionaprèslesacrificedel'offrandeoù
sedérouleleritedelalapidation.
Le rite de la lapidation
Lejet decailloux, engénéral, n'est pasuneobliga-
tionqui entraînelanullitédupèlerinageencas dedé-
laissement. Cependant, il estrecommandé, voireexigé,
danslalapidation"d'El-Aqaba" celle-làmême
qu'onaccomplit unefois lors dudixième
jour, tandis qu'il
resteconsidérécomme«sunna»lerestedesautresjours.
Lalapidationest unactesymboliquepar lequel le
pèlerinexprimesavolontéderejeter lespenchantsma-
léfiques del'âme, gestequ'il renouvelleplusieurs fois
pour montrer sadéterminationàcesujet. Encettecir-
constanceexceptionnelle, lespèlerinsdoiventexploiter
l'occasiondeseretrouver ensemblepour seconcerter
sur cequi les intéresseaulieu
de spéculer sur des
légendes sans fonde-
mentconcernantlalapi-
dationetsoninstitution.
Le regroupement à Arafat
X - L’année de l’Eléphant
PÈLERINAGE
19
EL MOUDJAHID
Sciences & Technologies
Jeudi 17 Juillet 2014
Au sortir du domicile, vers 9 heures
du matin, le grognement perceptible
de l’agent de nettoyage du quartier
en réponse au « bonjour ! » habituel
nous donne le « La ». D’habitude
jovial et très entreprenant, celui-ci,
le regard mauvais, remet son balai
sur sa carriole et s’en va balayer le
trottoir d’en face en marmonnant.
Le taxi hélé s’arrête à 50 mètres
plus loin et derrière sa vitre à peine
entrouverte nous signifie qu’il
n’avait qu’une seule destination, à
prendre ou à laisser… Le trajet fut
silencieux, entrecoupé de soupirs et
de vociférations contre la vie, le
monde, l’Etat…
Au siège de la mairie, les quelques
administrés agglutinés déjà au gui-
chet discutent des horaires d’ouver-
ture des guichets et de la
nonchalance du préposé. Après une
vingtaine de minutes dans la queue,
l’agent de l’APC se pointe en trai-
nant savate, jette son sachet-couffin
sous le bureau et s’installe feignant
un nettoyage annuel de sa pape-
rasse. Pas encore le moindre regard
à travers l’hygiaphone. Un vieil
homme appuyé sur sa canne et ser-
rant fort son carnet de famille dans
sa main tremblante risque un petit
toussotement brisant le silence pe-
sant, les yeux rouges par manque de
sommeil de l’agent le mitraillent, il
retient sa respiration. Une jeune
femme commence à tambouriner
sur son cartable, les regards inqui-
siteurs se tournent vers elle, elle
claque les doigts, l’officier d’état
civil se lève brusquement et va «
chercher les sceaux dans le bureau
du maire ». Il est 11 heures, la ten-
sion est à son maximum et personne
n’a encore reçu son document. Une
heure après, se frayant un chemin
dans la bousculade généralisée que
les agents de l’ordre peinent à cal-
mer, nous sortons sans avoir déposé
le « dossier », il y manquait une
pièce…
Dehors, sur le trottoir, entre les ca-
gettes des vendeurs à la sauvette, un
gardien de parking tabassait copieu-
sement un automobiliste qui avait
osé contester le prix du stationne-
ment, on ne conteste pas pendant le
Ramadhan, on paye !
A chaque coin de rue, des voix
s’élèvent, des coups de klaxons rai-
sonnent, des mots, des gestes, on
baigne dans l’incivilité. Jeûneurs ou
barbares ?
Nous contournons alors le boulan-
ger, le boucher et le légumier, nous
évitons le bus et le tramway et nous
nous éloignons du bureau de poste
et de l’agence de l’opérateur télé-
phonique, il ne reste qu’à rentrer
chez soi le couffin sous le bras.
L’épouse et les enfants, vous
voyant rentrer les mains vides com-
mentent les effets négatifs du jeûne
sur « certaines personnes » et vous
laissent aller choir à l’ombre bercé
par les bruits de la cuisine et enivré
par les effluves qui s’en dégagent.
En attendant l’Adhan du Ftour.
Cette irritabilité pathologique de
nos concitoyens est décuplée pen-
dant le Ramadhan et toutes les
études menées par des spécialistes
s’accordent à disculper le seul fait
de jeûner, bien que le sevrage des
psychostimulants tels le café, le
tabac et tant d’autres addictions
provoquent souvent une furie in-
contrôlable. Mais où est donc pas-
sée la part de la foi ?
Hypoglycémie quand tu nous tiens
!
Kamel Morsli
SÉCURITÉ INFORMATIQUE :
Comment construire
un mot de passe sûr ?
La majorité d’entre nous utilisent des mots
de passe pour leurs comptes de messagerie
ou de réseaux sociaux « faibles », faciles à
déflorer ou, pire, choisissent le même code
secret pour plusieurs comptes. Du gâteau
pour les pirates informatiques. Il existe
néanmoins une méthode simple pour sécu-
riser ses comptes avec des mots de passe
plus élaborés, donc difficiles ou impossi-
bles à trouver. Les quelques astuces propo-
sées par des organismes de sécurité
informatiques permettent de donner du fil
à retordre aux fouineurs. Recette.
D’après le Cnil, « de nombreuses dé-
marches de notre vie quotidienne passent
désormais par Internet et par la création de
comptes sur les différents sites. Nombre de
ces espaces privatifs contiennent des infor-
mations confidentielles qui ne doivent pas
être rendues disponibles à des personnes
non habilitées.
Une étude de 2013 portant sur 100 sites a
révélé que 87% des acteurs de l’e-com-
merce acceptent encore des mots de passe
"basiques" comme "123456", « azerty » ou
"motdepasse", qui sont les premiers que les
pirates informatiques vont essayer de taper.
17 % des internautes utilisent leur date de
naissance.
Un bon mot de passe doit être suffisamment
long, et faire au moins huit caractères. Il
doit être composé d’au moins 3 types de ca-
ractères différents parmi les quatre types de
caractères existants (majuscules, minus-
cules, chiffres et caractères spéciaux). Il ne
doit pas avoir de lien avec son détenteur
(nom, date de naissance…). »
Des moyens mnémotechniques permettent
de créer des mots de passe complexes, tels
que:
- ne conserver que les premières lettres des
mots d’une phrase ; par exemple, la phrase
« un Utilisateur d’Internet averti en vaut
deux » correspond au mot de passe
1Ud’Iaev2.
- en mettant une majuscule si le mot est un
nom (ex : Utilisateur) ;
- en gardant des signes de ponctuation
(ex : ’) ;
- en exprimant les nombres à l’aide des
chiffres de 0 à 9 (ex : Un ->1).
Avoir 4 ou 5 mots de passe différents pour
tous ses comptes n’est pas suffisant, idéa-
lement, il faudrait utiliser des mots de
passes différents pour tous ses comptes. Il
faudrait donc avoir un mot de passe spéci-
fique pour chaque compte important (ex :
compte mail, banque, etc.), et surtout ne pas
l’utiliser pour un autre compte. Ainsi, en
cas de compromission du mot de passe, les
autres comptes ne seront pas compromis.
En effet, supposons que vous utilisiez le
même mot de passe pour votre compte de
messagerie et votre compte de réseau so-
cial. Si votre fournisseur de réseau social
est victime d’une fuite de données compre-
nant vos moyens d’authentification, une
personne mal intentionnée pourrait les uti-
liser pour non seulement accéder à votre
compte de réseau social mais aussi pour ac-
céder à votre messagerie.
De plus, une fois l’accès à votre messagerie
obtenu, il deviendra possible de voir la liste
des messages d’inscriptions à vos comptes
sur différents sites (si vous ne les avez pas
supprimés de votre boîte). Il sera ainsi pos-
sible de connaître certains de vos identi-
fiants de compte et d’utiliser la fonction
d’oubli de mots de passe pour en prendre le
contrôle.
Peut-on faire une liste de ses mots de
passe ?
Oui, mais pas n’importe comment :
- ne stockez pas vos mots de passe dans un
simple fichier texte stocké sur votre ordi-
nateur ou sur internet ;
- ne vous envoyez pas vos propres mots de
passe sur votre messagerie personnelle ;
- supprimez systématiquement les mes-
sages qui vous sont envoyés par messagerie
lors de la création de vos comptes, surtout
s’ils contiennent votre identifiant et/ou
mots de passe ;
- configurez les logiciels pour qu’ils ne se
"souviennent" pas des mots de passe choi-
sis ou, au moins, définissez un mot de passe
principal, ou « mot de passe maître » qui
permet de débloquer (ou non) leur utilisa-
tion.
RECHERCHE
Une « super banane » contre la malnutrition
Les carences en vitamines A tuent chaque année
entre 650 000 et 700 000 enfants dans le monde
et au moins 300 000 autres perdent la vue. Ce
manque de vitamines A est dû à des problèmes
de malnutrition et touche en particulier les pays
pauvres. Pour faire face, des chercheurs austra-
liens ont mis au point une banane génétiquement
modifiée dopée en vitamine A. Selon Rfi, les
premiers essais cliniques de ce fruit OGM vien-
nent d'être autorisés aux États-Unis. Avec une
possible mise en culture à des fins commerciales
prévue en 2020.
Les chercheurs la surnomment « Super Banane
». C'est une banane génétiquement modifiée
pour avoir une très forte concentration en caro-
tène, ce pigment orange qu'on retrouve dans les
carottes et que notre corps transforme en vita-
mine A. Ce super fruit, toujours selon Radio
France internationale, est le fruit de recherches
débutées il y a neuf ans. Des scientifiques aus-
traliens ont voulu travailler sur un des aliments
les plus répandus dans la région des Grands Lacs
en Afrique, région particulièrement touchée par
les problèmes de carence en vitamine A.
La banane génétiquement modifiée vient en tout
cas de recevoir l'autorisation pour être testée sur
l'homme aux Etats-Unis. Les résultats de ces es-
sais devraient être connus à la fin de l'année. En
cas de feu vert pour la culture commerciale, l'Ou-
ganda pourrait commencer la culture commer-
ciale de cette banane en 2020.
L'initiative s'est attirée les faveurs du magnat de
l'informatique Bill Gates. Le fondateur de Mi-
crosoft a contribué à hauteur de 10 millions de
dollars au projet de recherche. Par contre, les mi-
litants anti OGM s'y opposent fortement. Ils y
voient un moyen de répandre les aliments géné-
tiquement modifiés sous couvert de lutte contre
la faim.
PATHOLOGIE
Incivilités : hypoglycémie quand tu nous tiens !
Le constat commence aux bureaux des plaintes de la Sureté nationale et aux guichets des urgences des hôpitaux.
Des milliers de rixes enregistrés et des centaines de blessés admis. Chaque année, durant le Ramadhan, le moindre
regard, coup de klaxon, bousculade… se transforme en bataille rangée. L’irritabilité se généralise et le mois
sacré a toujours bon dos. Les manques et les sevrages sévissent et provoquent des altercations démesurées.
En cause, l’hypoglycémie soutiennent les médecins ; la grande méconnaissance des préceptes du jeûne insistent
les imams. Réalité ou caricature ? Tour dans l’arène…
La faune et la flore de Méditerranée
parmi les plus riches au monde,
sont aussi les plus menacées, selon
une étude publiée récemment et
rapportée par Rfi. Ce recensement
de la vie marine rassemble des
études de centaines de scientifiques,
qui relèvent la dégradation des ha-
bitats, la surpêche, et l'augmenta-
tion des espèces invasives favorisée
par le réchauffement climatique.
« Cette mer est l'une des plus étu-
diées au monde. Et pourtant, alors
que les évaluations précédentes fai-
saient état de 8.000 à 12.000 es-
pèces , ce recensement de la vie
marine en répertorie désormais
quelque 17.000 ... et estime que
bien d'autres restent à découvrir : pour chaque
espèce marine connue de la science, il y en a
quatre à découvrir, affirment les experts... »
« Les impacts des activités humaines sont pro-
portionnellement plus importants dans la Médi-
terranée que dans les autres mers du monde »,
écrit ce rapport. L'explication? Son histoire - une
région habitée depuis des millénaires - et sa géo-
graphie - une mer quasiment fermée.
Les mammifères marins, comme les cachalots et
les dauphins, ont déjà payé un lourd tribut. Et
certaines espèces emblématiques, comme le
phoque moine de Méditerranée, ont quasiment
disparu. Parmi la liste de menaces,« la dégrada-
tion et la perte de l'habitat est la plus répandue
aujourd'hui », écrivent les experts, citant comme
causes « le développement des côtes » du bassin
méditerranéen ou encore la pollution. La sur-
pêche est la seconde menace pour la biodiversité,
et devrait croître encore dans les 10 prochaines
années, indique le rapport.
Mais la particularité de la Méditerranée est la
présence particulièrement importante d'espèces
invasives, « un facteur crucial qui va continuer à
modifier la biodiversité » : venues d'autres mers,
elles sont estimées à plus de 600, soit 4% du total
des espèces recensée. Ces espèces exogènes, «
dont le nombre a augmenté ces dernières décen-
nies », ont été principalement transportées en
Méditerranée par bateaux, via l'eau utilisée
comme ballast, par le Canal de Suez, mais aussi
le détroit de Gibraltar.
Et le rapport de rappeler que « la dispersion de
la méduse américaine depuis le Liban jusqu'à
l'Espagne en 2009 a provoqué de
grandes inquiétudes en raison de
son impact connu sur les écosys-
tèmes et zones de pêche ». Des es-
pèces, comme l'huître ou la
palourde japonaises, ont aussi été
volontairement introduites avec le
développement de l'aquaculture. «
Les fermes à huîtres sont devenues
de véritables portes d'entrées dans
les eaux côtières » pour toute une
série d'algues, soulignent les ex-
perts.
Et le réchauffement climatique va
encore accentuer le phénomène.
Une mer plus chaude va attirer de
nouvelles espèces tropicales, et
leurs populations déjà présentes en
Méditerranée vont migrer vers de nouvelles
zones, qui pour l'heure ne leur sont pas favora-
bles, écrit le rapport, qui décrit un phénomène de
« tropicalisation ». Sans aucun doute « une me-
nace » pour la biodiversité, mais aussi une nou-
velle richesse dans certaines zones, écrivent les
experts.
Mais « de manière générale, l'établissement d'es-
pèces exogènes d'origine tropicale pourrait en-
traîner la perte du caractère particulier des
communautés méditerranéennes. » Et les cher-
cheurs de conclure qu'il « est nécessaire de dé-
velopper une vaste analyse des initiatives à
prendre en matière de conservation pour préser-
ver la biodiversité méditerranéenne », ajoutant
que cette mer peut devenir, à ce sujet, « un mo-
dèle pour les océans du monde ».
BIODIVERSITÉ
La Méditerranée victime du développement
Jeudi 17 Juillet 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h54
- Asr.............................16h45
- Maghreb....................20h09
- Icha……...……....... 21h45
Vendredi 20 Ramadhan 1435
correspondant au 18 juillet 2014 :
- Fedjr........................03h56
- Chourouq.................05h43
Horaires des prières de la journée du jeudi 19 Ramadhan 1435
correspondant au 17 juillet 2014 :
29 EL MOUDJAHID
Vie pratique
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1
er
Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPAChe-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNALiberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
ANNIVERSAIRE
Le 12 juillet 2014,
notre petit cœur
Adem Benchadi
a soufflé sa 2
e
bou-
gie. A cette occasion,
mamie, djedou, papa
et aâmou te souhai-
tent un heureux anni-
versaire et que toutes
les prochaines années soient rem-
plies de santé et de bonheur.
Longue vie petit cœur.
Famille Benchadi
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
FELICITATIONS
Les familles Chemlal et Mostepha
de Kouba sont très heureuses d’an-
noncer la brillante réussite de leur
fille
Aïcha Lina Mostepha
à l’examen d’entrée en première
année moyenne (ex-6
e
). Elles lui sou-
haitent d’autres succès à l’avenir et
remercient ses professeurs qui l’ont
accompagnée et aidée à obtenir ce
résultat.
Bravo Lina !
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
FELICITATIONS
A l’occasion de la réussite à
l’examen du baccalauréat de
MAALEM Fatima-Zohra
son oncle Mohamed et son épouse
la félicitent pour sa brillante réussite
dans cette épreuve et lui souhaitent
d’autres succès dans sa vie. Tu as
remplis de joie le cœur de ta famille
et de tes proches.
Bravo Fatima !
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
CONDOLEANCES
Le président, les cadres, les magistrats ainsi que
l'ensemble du personnel administratif de la Cour des
comptes, profondément affectés par le décès de
Monsieur DJILALI SAIAH Ahmed, directeur d'études
à la Cour des Comptes, présentent à toute sa famille
leurs sincères condoléances et l'assurent en cette
douloureuse circonstance de leur profonde sympathie.
Qu'Allah Le Tout-puissant accorde au défunt Sa Sainte
Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis.
«A Allah nous appartenons et à Lui nous
retournons.»
El Moudjahid/Pub ANEP 134710 du 17/07/2014
CONDOLEANCES
Le Président-Directeur général de la Compagnie AIR
ALGERIE, les Cadres Supérieurs, les Partenaires
Sociaux et l'Ensemble du personnel, très affectés par le
décès de Monsieur Barache Ahmed, père de Monsieur
Barache Nacereddine, Commandant de bord, lui
présentent ainsi qu'à toute sa famille leurs condoléances
les plus sincères et les prient de trouver à travers ce
message l'expression de toute leur sympathie en cette
douloureuse circonstance.
Puisse Dieu Le Tout-Puissant accorder au défunt Sa
Sainte Miséricorde et l'accueillir en Son Vaste Paradis.
« A Allah nous appartenons et à Lui nous
retournons»
El Moudjahid/Pub ANEP 134820 du 17/07/2014
CONDOLÉANCES
Le Ministre des Affaires étrangères, le Ministre Délégué chargé des Affaires
Maghrébines et Africaines, le Secrétaire Général et l’ensemble du personnel du
Ministère des Affaires Etrangères, très affectés par le décès de la mère de leur
collègue Monsieur HAMADOU MOHAMED SAIS, lui présentent ainsi qu’aux
membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible
circonstance de leur profonde compassion.
Ils prient Dieu Le Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde.
«A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»
ANEP 134861 du 17/07/2014
El Moudjahid/Pub
DECES
Les familles Raïs, Benani, parents
et alliés, ont la douleur de faire part
du décès de leur cher et regretté
RAIS Nour-Eddine
survenu à Genève le 12 juillet 2014
L’arrivée de la dépouille mortelle
est prévue aujourd’hui, 17 juillet 2014
à 15h30, à l’Aéroport Houari-
Boumediene.
La levée du corps se fera au
domicile mortuaire, demain vendredi
18 juillet 2014, à 12h30, sis Coop. El
Moustakbal villa n°40 Zonka-
Birkhadem.
L’enterrement aura lieu au
cimetière de Sidi M’hamed - Belcourt.
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
J. FILLE, licence en marketing,
maîtrise l’outil informatique, cherche
emploi.
E-mail : maroua_Sondra@outlook.fr
Tél.: 07 99 36 77 87
——0o0——
J.H., résidant à Alger 2 ans
d’expérience comme agent polyvalent
montage climatiseur + plomberie +
électricité + montage de faux plafonds.
Tél.: 0770. 24.42.59
Demandes d’emploi
El Moudjahid/Pub du 17/07/2014
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE L'ENERGIE ET DES MINES
MANADJIM EL DJAZAIR - MANAL
Entreprise Nationale du Marbre ENAMARBRE
S.P.A au capital social de 345.000.000 DA
18, rue Mahmoud-BOUZABRA SKIKDA 21000 - ALGERIE
Email :enamarbremarches@yahoo.fr
NIF 099921014235639
Avis d'attribution provisoire de marché
Conformément aux dispositions des articles 49 alinéa 2 du décret présidentiel
n°10-236 du 07/10/2010, modifié et complété par le décret présidentiel 12-23 du
18 janvier 2012, portant réglementation des marchés publics, l'Entreprise
Nationale du Marbe informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à
l'avis d'appel d'offres national et international ouvert n°04/ENAMARBRE/2014
relatif à la fourniture de la PDR et consommables pour haveuse korfmann, paru
aux quotidiens El Khabar, El Moudjahid le 13-04-2014 et le BOMOP, qu'à
l'issue de l'analyse de l'offre retenue et suite aux critères prévus dans le cahier
des charges, le lot indiqué ci-dessous est provisoirement attribué comme suit :
Conformément à l’article 114 du même décret, il est accordé aux
soumissionnaires contestataires éventuels de ce choix un délai de dix (10) jours
à compter de la première parution de cet avis dans la presse nationale ou le
BOMOP, pour introduire leurs recours près de la commission des marchés de
l'entreprise conformément à l’article 125 alinéa 15 du décret présidentiel n°10-
236 du 07/10/2010, modifié et complété par le décret présidentiel 12-23 du 18
janvier 2012, les soumissionnaires intéressés de prendre connaissance des
résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques et financières sont
invités à se rapprocher du service contractant au plus tard 03 jours à compter de
la 1
er
publication de cet avis dans la presse nationale ou le BOMOP
N° lot
01
Désignation
PDR et consomma-
bles pour haveuse
korfmann
Soumissionnaire
retenu
BENETTI
MACCHINE
Notes Note globale
95/100
Montant en
Euro
195.000,00
Observation
Offre économi-
quement la plus
avantageuse
Technique
70/75
Financière
25/25
30 EL MOUDJAHID
Sports
Jeudi 17 Juillet 2014
Conformément aux dispositions de l'article 32 de la procédure interne de passation de commandes, contrats
et marchés, (PR-INF/PCCM 001 version 00 du 20 février 2013), l'entreprise INFRAFER informe l'ensemble
des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres national et international restreint
n°13/SDA/DTC/2013, ayant pour objet la Fourniture de 13 414 kits de soudure aluminothermique pour
rail UIC 54 intercalaire 25 mm, nuance normale avec accessoires, paru dans les quotidiens nationaux EL
MOUDJAHID et ECHOUROUK, que suite à la décision de la commission d'évaluation des offres, le marché
est attribué provisoirement à :
Conformément aux dispositions de l'article 34 de la procédure interne de passation de commandes, contrats et marchés
de l'entreprise INFRAFER (PR-INF/PCCM 001 version 00 du 20 février 2013), tout soumissionnaire qui conteste ce choix peut
introduire un recours auprès de la Commission Interne des Marchés de l'entreprise dans un délai de dix (10) jours à compter
de la première parution du présent avis dans les quotidiens nationaux.
Conformément aux dispositions de l'article 33 de la procédure interne de passation de commandes, contrats et marchés,
tous les soumissionnaires intéressés de prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques
et financières sont invités à se rapprocher du Bureau des marchés au plus tard trois (03) jours à compter de la première
parution de cet avis.
ANEP 202719 du 17/07/2014 El Moudjahid/Pub
AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DES TRANSPORTS
Entreprise Publique Économique de Réalisation d'infrastructures Ferroviaires
EPE - INFRAFER - SPA
NIF : 09999116000770512
Nº du pli Soumissionnaire
Note
technique
sur 100 pts
Note
financière
sur 100 pts
Note totale
Montant de
l’offre en CFR
Port Algérien
Montant de l’offre
en DA équivalent :
1€ =107,8523 DA
Délai OBS
pli Nº 01
RAILTECH
INTERNATIONAL
70 100 79
701 651,14
Euros
75 674 689,25 Six (06)
mois
Offre la mieux-
disante
Conformément aux dispositions de l'article 32 de la procédure Interne de passation de commandes, contrats
et marchés, (PR-INF/PCCM 001 version 00 du 20 février 2013), l'entreprise INFRAFER informe l'ensemble
des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'Appel d'Offres National Restreint N°01/SDT/DR/2014, ayant
pour objet l'étude d'exécution des travaux de renouvellement de voie, ballast, appareils de voie et
travaux connexes sur la ligne ferroviaire souk Ahras El Kouif, paru dans les quotidiens nationaux EL
MOUDJAHID et ECHOUROUK, que suite à la décision de la commission d'évaluation des offres, le marché
est attribué provisoirement à :
Conformément aux dispositions de l'article 34 de la procédure interne de passation de commandes, contrats et marchés
de l'entreprise INFRAFER (PR-INF/PCCM 001 version 00 du 20 février 2013), tout soumissionnaire qui conteste ce choix peut
introduire un recours auprès de la Commission Interne des Marchés de l'entreprise dans un délai de dix (10) jours à compter
de la première parution du présent avis dans les quotidiens nationaux.
Conformément aux dispositions de l'article 33 de la procédure interne de passation de commandes, contrats et marchés,
tous les soumissionnaires intéressés de prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques
et financières sont invités à se rapprocher au Bureau des marchés au plus tard trois (03) jours à compter de la première
parution de cet avis.
ANEP 202718 du 17/07/2014 El Moudjahid/Pub
AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHE
REPUBLIQUE ALGÉRIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DES TRANSPORTS
Entreprise Publique Économique de Réalisation d'infrastructures Ferroviaires
EPE - INFRAFER - SPA
NIF : 09999116000770512
Nº du pli Soumissionnaire
Note
technique
sur 100 pts
Note
financière
sur 100 pts
Note
totale
Montant de
l’offre en DA en
TTC
Délai d’exécution OBS
pli Nº 03
SYSTRA ALGERIE
SARL
100 100 100 26 952 822,00
63 jours travaillés
86 jours calendaires
Offre la mieux
disante
Publicité
BALLON D'OR DU
MONDIAL 2014
Messi objet d'un coup
"marketing ?"
Le Ballon d'Or du
Mondial-2014, récom-
pensant le meilleur
joueur du tournoi, at-
tribué dimanche der-
nier, à Lionel Messi, a
soulevé une vague de
contestations dans le
monde du foot, d'au-
cuns comme Diego
Maradona fustigeant
un coup "marketing"
orchestré par Adidas,
partenaire du trophée.
"Messi ? Je lui donne-
rais le ciel si je le pou-
vais. Mais ce n'est pas juste, lorsque quelqu'un remporte un
prix qu'il n'aurait pas dû gagner, simplement à cause d'un plan
marketing", a déploré Maradona à la télévision argentine au
lendemain de la finale de la Coupe du monde perdue par l'Al-
biceleste contre l'Allemagne (1-0 a.p.). A travers ces propos,
le "Pibe de Oro", champion du monde en 1986 et que Messi
n'a pu rejoindre dans la légende des joueurs sacrés, a pointé
du doigt le rôle présumé de l'équipementier allemand Adidas
dont le nom est accolé au trophée de Ballon d'Or du Mondial.
Car les cinq dernières éditions ont consacré cinq joueurs sous
contrat avec la marque aux trois bandes: Zinédine Zidane
(1998, 2006), Oliver Kahn (2002), Diego Forlan (2010) et
Messi (2014). Dans les faits, c'est le Groupe d'étude technique
(TSG) de la Fifa pour la Coupe du Monde, composé de 13
membres parmi lesquels d'anciens joueurs ou entraîneurs (dont
Gérard Houllier), qui a décerné le prix. Pourtant, dans le rè-
glement Fifa du Mondial-2014, le chapitre 46, alinéa 11c, sti-
pule que "le Ballon d'Or sera décerné au meilleur joueur de la
compétition finale sur la base du vote des journalistes accré-
dités pour l'événement et des supporteurs. Un Ballon d'Argent
et un Ballon de Bronze seront également remis au deuxième
et au troisième meilleurs joueurs". En l'occurrence l'Allemand
Thomas Müller et le Néerlandais Arjen Robben. La Fifa, in-
terrogée ce changement des conditions d'attribution des Bal-
lons d'Or, d'Argent et de Bronze du Mondial, a expliqué avoir
souhaité aligner les modes de vote de ce prix sur ceux du Gant
d'Or et du Meilleur jeune joueur du Mondial déjà décernés par
le TSG.
Messi embarrassé
Le président de la Fédération internationale Joseph Blatter
lui-même n'avait pas feint son étonnement après la désignation
de Messi. "Je dois être diplomate ou vous dire la vérité ? J'ai
été moi-même surpris de voir Messi désigné meilleur joueur",
avait-il affirmé, nuançant quelque peu son propos par la suite:
"mais si vous regardez bien le début du tournoi, il a été décisif
et l'Argentine est arrivée en finale grâce à ses buts". De fait,
le numéro 10 argentin a marqué quatre buts, tous en phase de
groupes, et donné une passe décisive pour le but d'Angel Di
Maria en prolongation contre la Suisse en 8e de finale (1-0).
Ensuite, son manque d'impact a été manifeste en quart contre
la Belgique (1-0), en demi-finale contre les Pays-Bas (4-2
t.a.b., 0-0 a.p.) et surtout en finale où il a manqué une franche
occasion de but. En accréditant la théorie de Maradona, d'au-
tres joueurs sponsorisés par Adidas, et pas des moindres, au-
raient pu être honorés à la place de Messi. En premier lieu
Müller, finalement récompensé du Ballon d'Argent, ou un
autre champion du monde comme Manuel Neuer, voire le Co-
lombien James Rodriguez, brillant jusqu'en quart de finale. Or,
il se trouve que Neuer s'est vu décerner le Gant d'Or du meil-
leur"" gardien du tournoi et que James a reçu le Soulier d'Or
pour ses six buts, meilleur total de la compétition. Il apparaît
que Messi s'est surtout vu attribuer un lot de consolation avec
ce Ballon d'Or du Mondial. Un trophée individuel qu'il a été
gêné de recevoir, peut-être conscient de ne pas avoir été le
meilleur joueur du tournoi. Surtout juste après l'échec en finale
de sa quête du seul titre manquant à son immense palmarès.
"La vérité, c'est que cela ne m'intéresse pas, à ce moment pré-
cis", a-t-il dit. Au final, cette distinction, aussi embarrassante
pour celui qui l'a reçue que pour l'instance qui l'a attribuée,
pourrait conduire la Fifa à revoir à l'avenir ses conditions d'at-
tribution, ne serait-ce que pour plus de transparence.
QATAR SC
Halliche s’engage pour trois
saisons
C’est fait. Rafik Halliche s’est officiellement engagé
pour les trois prochaines saisons avec le Qatar SC. A Doha
depuis le début de semaine en compagnie de son agent, le
défenseur international algérien a été présenté dans la nuit
de mardi à mercredi à la presse, après avoir passé la tradi-
tionnelle visite médicale et le protocole de signature de
contrat. Le joueur de 27 ans, qui disposait de plusieurs of-
fres, notamment au Portugal et en Espagne (espagnol de
Barcelone) a préféré finalement tenter l’expérience du
Qatar, sans doute plus avantageuse sur le plan financier.
Par ailleurs, pour l’aspect sportif, Halliche bénéficiera
d’une place de titulaire a part entière dans sa nouvelle for-
mation et aura sans nul doute plus de temps de jeu. Ce qui n’était pas le cas dans les
formations Européennes ou il avait évolué ses dernières saisons, à l’image du Ben-
fica Lisbone, CD Nacional ou encore Fulham. «J’ai opté pour un pays arabes, malgré
les contacts avec les clubs Européens, dont je disposais. Le niveau du championnat
du Qatar est relativement bon. De plus le club a de grandes ambitions sportives», a
déclaré Halliche a la presse après avoir signé son contrat d’engagement. Pour sa
part, le manager de Qatar SC Abdoullah Al Moulla a souligné : «Halliche est un
grand acquis pour le club. Il va beaucoup apporter au Qatar SC. Nous avons pris la
décision de renforcer l’équipe avec de grands joueurs lui permettant de jouer les
premiers rôles. D’autres stars vont suivre dans les jours à venir». Le désormais ex-
joueur de l'Academica de Coimbra et rentré a Alger, après la signature de son contrat.
Il rejoindra, cependant sa nouvelle équipe, ce week end, en Italie ou elle effectue
un stage de préparation en prévision des échéances à venir. R. M.
FC PORTO
Brahimi s’engage pour 8,5 millions d’euros
C’est désormais officiel. Yacine Brahimi s’est engagé, hier avec le club de division Une portugais,
le FC Porto. Il rejoint, ainsi, l’autre international algérien, Nabil Ghilas.
L
e joueur s’est rendu mardi soir au Por-
tugal, accompagné du manager, David
Lasaracina, pour finaliser les derniers
détails du contrat. Après avoir exigé la
somme de 15 millions d’euros pour la libé-
ration de sa coqueluche, désigné meilleur
dribleur de la Liga espagnole la saison der-
nière, le club Andalous du FC Grenade a fi-
nalement accepté de revoir à la baisse le
montant du transfert, sous la pression du
joueur qui veut absolument briller avec un
grand club Européen disputant régulièrement
la ligue des Champions ou l’Europa Ligue.
L’international algérien, auteur d’une
prestation très appréciable au Mondial brési-
lien, sera donc joueur du FC Porto pour les
cinq prochaines saisons. Le montant du
transfert a été fixé à 8,5 millions d’euros.
Formé au Stade rennais, le natif de «Panam»
a rejoint le club espagnol durant la saison
2012-2013 où il a rapidement brillé. Il était
lié au FC Grenade jusqu’en 2017.
Sa clause libératoire était fixée à 15 mil-
lions d’euros. "Les médias portugais s’en-
flamme déjà pour la venue de ce joueur de
24 ans. La presse spécialisée ne tarit pas
d’éloge à l’ égard de Brahimi. On parle d’une
« machine pour renforcer le milieu du FC
Porto ». Les différents chroniqueurs spécia-
lisés, n’hésitent pas à louer les qualités tech-
niques du joueur algérien et son talent,
estimant que le FC Porto a réalisé un grand
coup sur le marché des transferts. En évo-
quant sa polyvalence tant au milieu de terrain
que sur les couloirs et en attaque.
La présentation du défenseur Hollandais,
Indi Martins, qui a signé le même jour au
profit du club portugais, ou encore le trans-
fert de l’ttaquant du FC Barcelone, Christian
Tello, sont passés au second plan. La nou-
velle star du FC Porto ayant focalisé tous les
regards. L’indemnité pour sa libération a été
fixée à 50 millions d’euros, pour rappel.
R. M.
AJACCIO
Mostefa dans le viseur
du club turc de
Gaziantepspor
Le milieu de ter-
rain de l'équipe algé-
rienne de football,
Mehdi Mostefa, en fin
de contrat avec son an-
cien club, l'AC Ajaccio
(Ligue 2 française),
pourrait atterrir pro-
chainement dans le
club turc de Gazian-
tepspor, croit savoir
mardi le site italien
spécialisé CalcioNews. L'international algérien de
30 ans était annoncé initialement à l'AS Saint-
Etienne (France), mais sa cote a grimpé après son
Mondial au Brésil, suscitant les convoitises d'autres
équipes. Mostefa aurait même été proposé, par le
biais de certains intermédiaires, à la formation ita-
lienne de Cesena, qui espère renforcer son milieu de
terrain par un ou deux nouveaux joueurs. La piste la
plus sérieuse pour Mostefa, en ce moment, reste ce-
pendant Gaziantepspor qui évolue en super division.
ALLEMAGNE-ARGENTINE
La Mannschaft critiquée par des médias allemands
pour s'être moquée des Argentins
Plusieurs médias allemands ont critiqué
hier, la Nationalmannschaft, championne du
monde, pour avoir interprété lors des célé-
brations du titre mardi à Berlin une danse
moquant les adversaires argentins vaincus en
finale (1-0 après prolongation). Mimant des
Argentins courbés, comme par le désespoir
et le poids de la défaite, six joueurs de
l'équipe (Mario Götze, Miroslav Klose, Toni
Kroos, André Schürrle, Shkodran Mustafi et
Roman Weidenfeller) ont chanté : "Ainsi
marchent les Gauchos, les Gauchos mar-
chent ainsi". Puis se relevant bien droits et
fiers, ils ont continué : "Ainsi marchent les
Allemands, les Allemands marchent ainsi".
"La danse des Gauchos était de mauvais
goût (...) Subitement, la modestie allemande
a disparu dans le triomphe", a écrit le quoti-
dien berlinois Tagesspiegel. "Leur joie ne
leur suffit pas, ils éprouvent seulement un
plaisir complet en faisant souffrir un peu les
tristes vaincus (...)
Ils n'avaient pas de mauvaise intention,
c'est certain", a estimé le journal, "mais ils
ont prouvé que dans le football il n'y a pas
seulement des crétins, il y a aussi des ‘mé-
gacrétins’". "La fête à la Porte de Brande-
bourg se transforme en gigantesque but
contre son camp. Avec une mauvaise mo-
querie (...) Les champions du monde alle-
mands ternissent l'image d'une nation ou-
verte et tolérante", a critiqué le Frankfurter
Allgemeine Zeitung. C'est "sans respect", a
aussi jugé le quotidien Tageszeitung. Le
sujet a provoqué un débat sur les réseaux so-
ciaux, une partie des Allemands défendant
une blague sans méchanceté de la part des
joueurs et dénonçant une forme d'autoflagel-
lation typiquement allemande, alors que
d'autres exprimaient leur déception voire
leur honte. Le quotidien Die Welt tentait de
faire la part des choses : "C'est vrai que cette
scène n'était pas très élégante. Mais enfin, il
ne faut quand même pas exagérer".
31
Jeudi 17 Juillet 2014
EL MOUDJAHID
Sports
Publicité
Vers un match
amical
Algérie-Real Madrid
Dans l’optique de l’attribu-
tion des droits marketing et de
publicité de la FAF et de l’EN à
Mobilis, une source crédible
nous a révélé, que la venue an-
noncée du Real Madrid en Algé-
rie pour y livrer un match amical
face à un adversaire à détermi-
ner, suite au protocole d’accord
signé entre l’opérateur de télé-
phonie mobile Mobilis et le Real
Madrid, pourrait aboutir sur une
rencontre amicale entre la sélec-
tion nationale et les «Me-
rengues».
Un accord doit-être conclu
entre Mobilis et la FAF à cet
effet. La date sera convenue en
commun accord entre les trois
parties (FAF, Mobilis et le Real
Madrid).
Une information qui, si elle
venait à être confirmée dans les
jours à venir, ravira les incondi-
tionnels des Verts. Qui ne vou-
drait pas assister à une telle
affiche ?
La rencontre pourrait avoir
lieu au nouveau stade d’Oran,
s’il sera près d’ici-là, croit-on
savoir. Affaire à suivre…
M.-A.A.
L’équipe nationale junior d’athlétisme
s’envolera demain vendredi à destination
d’Eugène aux Etats-Unis pour disputer du 22
au 27 juillet en cours, les championnats du
monde avec l’ambition pour les 11 athlètes
dont trois filles qualifiés, d’améliorer leurs
performances individuelles.
En stage bloqué depuis le 4 juillet à
Ouled Fayet (Alger), les sélectionnés dont
trois filles s’entraînent, en dépit du jeûne
d’arrache-pied, pour être au top niveau le
jour ‘’J’’. A raison de deux séances par jour,
dont une avant le ftour et l’autre en nocturne,
les mondialistes font de leur mieux pour
aménager leurs organismes, tout en travail-
lant sérieusement. C’est d’ailleurs à quoi
s’attellent leurs entraîneurs qui tentent d’ar-
river avec leurs protégés avec le maximum
d’atouts aux championnats du monde amé-
ricains. Les places de finalistes seront très
chères et très dures à arracher dans cette
compétition mondiale et c’est pour cette rai-
son que la direction des jeunes talents, la di-
rection technique nationale tout comme les
différents techniciens ne tablent que sur deux
à trois places.
«Nous pensons que deux ou trois de nos
représentants pourraient aller en finale» a in-
diqué le DTN, M. Ahmed Boubrit qui nous
a précisé que Ali Messaoudi sur le 3000 m
steeple, Takieddine Hedeili sur le 1.500 m et
Sid Ali Khedim sur le 400 m / haies ont des
chances d’être par les huit finalistes ».
Le DTN qui a expliqué ces pronostics par
les bons résultats réalisés par ces athlètes
n’écarte pas l’éventualité de voir d’autres se
transcender à l’image de la championne
d’Algérie du cross-country Hadjer Soukhal
sur le 3.000 m steeple, une épreuve dont elle
a battu le record national, en 10mn35sec
79/100 lors du championnat national “open’’
du 25juin dernier.
Il a aussi précisé que Hedeili est accrédité
d’un bon chrono de 3mn44sec80/100 sur le
1.500 m, alors que Messaoudi a réalisé
8mn43sec87 sur le 3000 m steeple. Pour sa
part, la jeune espoir Dihya Haddar,
contrainte au repos durant plus de deux
mois, l’examen du BAC oblige, semble re-
venir a son niveau, selon son entraîneur,
Farid Berbaine. «Je pense que Dihya est en-
train de rattraper son retard, notamment
mental après son succès avec brio à son exa-
men» nous a-t-il dit en soulignant que «la
phase actuelle est axée sur l’aspect psycho-
logique et la récupération ainsi que l’aspect
de la sensation de la compétition». Concer-
nant les conditions de préparations, il a
avoué qu’elles sont bonnes et le plus impor-
tant reste dans cette phase compétitive, le
volet psychologique de l’athlète».
A défaut… améliorer leurs performances
A défaut de qualifications dans les séries,
nos juniors auront comme mission dans cette
compétition de profiter de la concurrence en
place pour au moins améliorer leurs perfor-
mances individuelles.
« Ils doivent profiter de la rude concur-
rence et de la participation des plus forts
pour tenter de faire de leurs mieux et battre
leurs record » nous a dit un technicien. Sur
ce sujet, il est à signaler la participation du
cadet Yasser Mohamed-Tahar Triki au
concours du saut en Longueur avec l’espoir
de terminer en bonne position.
Ce cadet qui avait remporté le champion-
nat national de la langueur devant les séniors
avait amélioré, le 28 mai dernier, lors des
jeux africains des jeunes à Gaborone (Bots-
wana) le record national de l’épreuve de sa
catégorie avec un bon de 7,63 m.
Même si cette performance semble loin
des meilleurs au monde, Triki aura beau-
coup à apprendre lors de ce rendez-vous en
prévision des jeux olympiques des jeunes
prévus fin aout prochain en Chine.
Enfin, il y a lieu de noter que la déléga-
tion sera conduite par M. Achour Chouki,
chargé de l’organisation sportive à la FAA.
Les athlètes qualifiés
Ali Messaoudi, Hadjer Soukhal, Faycal
Doucen (3.000 m steeple), Dihiya Haddar,
Sid Ali Khedim (400 m/haies), Takeiddine
Hedeil (1.500 m et 800 m), Ahmed Slimane,
Djamel Mahbali (10.000 m), Ryma Chenah
(1.500 m), Yasser Mohamed Tahar Triki
(longueur), Mahmoudi Hammoudi (100 m).
M. Ghyles
C
ela du fait que le contrat
d’exclusivité qui lie l’actuel
sponsor Ooredoo à la FAF
pour ledit secteur prend fin inces-
samment. Selon, le communiqué
publié sur le site de la FAF, les
droits sont répartis selon les lots sui-
vants :
Lot n° 01 : Droits marketing et pu-
blicitaires de la FAF et de ses
équipes nationales A, A’, Olym-
pique, U20, U17 et féminine en
qualité de Partenaire Officiel,
Lot n° 02 : Droits marketing et pu-
blicitaires individuels des joueurs
de l’équipe nationale A,
Lot n° 03 : Droits marketing et pu-
blicitaires de la compétition Coupe
d’Algérie,
Lot n° 04 : Droits marketing et pu-
blicitaires sur les événements insti-
tutionnels de la Fédération
algérienne de football,
Lot n°05 : Droits marketing et pu-
blicitaires sur les tenues des arbi-
tres.
Comme indiqué sur le communiqué
de la FAF, les soumissionnaires doi-
vent déposer leurs offres sous pli
ferme avec la mention «Soumission
droits FAF/EN, ne pas ouvrir» au
plus tard le 4 août 2014 à 16 heures
au siège de l’instance fédérale.
Les soumissionnaires ont la possi-
bilité :
- De faire une offre financière glo-
bale détaillée (lot par lot) pour l’en-
semble des cinq lots.
- De faire une offre financière pour
un seul ou plusieurs lots.
Selon, des sources crédibles, l’opé-
rateur de téléphonie national histo-
rique Mobilis, qui s’investit
énormément dans l’ensemble des
secteurs qui servent l’intérêt su-
prême du pays, de la jeunesse et du
sport, est en pôle position pour for-
muler la meilleure offre possible,
qui lui permettra de s’adjuger les
droits marketing et de publicité liés
à l’image de marque de la Fédéra-
tion algérienne de football. Comme
annoncé à plusieurs reprises par le
PDG de Mobilis, Saâd Damma,
l’opérateur de téléphonie mobile
publique ne ménagera aucun effort
pour devenir le sponsor majeur de
la FAF et de l’EN. «Mobilis a tou-
jours agit dans le seul intérêt du
pays et des Algériens. Nos investis-
sements se font ici au pays pour ser-
vir et faire profiter uniquement les
Algériens. Mobilis s’investit à fond
dans le domaine du sport en général
et le football en particulier. Nous
mettrons le moment venu, les
moyens nécessaires pour que l’EN
ne manque de rien. Mobilis fera le
nécessaire pour devenir le sponsor
majeur de l’EN de football» avait-
il affirmé, à chaque fois que l’occa-
sion lui été donnée, lors des
nombreuses conférences de presse
qu’il a animées. Les prochains jours
nous en diront davantage à ce pro-
pos. A rappeler que Mobilis a ac-
compagné s’est totalement investit
en prenant en charge des supporters
algériens au Mondial au Brésil et
s’est totalement chargé de la prise
en charge de l’ensemble des fans al-
gériens après la qualification histo-
rique des Verts au second tour de la
Coupe du monde. A rappeler que
Mobilis est aussi le sponsor exclusif
de la Ligue 1 et 2 de football.
Mohamed-Amine Azzouz
El Moudjahid/Pub ANEP 134658 du 17/07/2014
Le Ministère de la Défense nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert
en vue de :
G Travaux d’aménagement des magasins à CHLEF.
G Travaux de réfection d’un bloc à CHLEF.
G Travaux d’aménagement d’un préau pour VHL à HARCHOUNE / CHLEF.
G Travaux de réfection en TCE à OUED SLY / CHLEF.
G Travaux de réfection d’un mur de clôture à LABIADH MEDJADJA / CHLEF.
G Travaux de rénovation réseau d’éclairage extérieur à LABIADH MEDJADJA / CHLEF.
G Travaux de réalisation d’un mur de clôture à TAOUGRITE / CHLEF.
G Travaux de réfection réseau électrique intérieur à TAOUGRITE / CHLEF.
Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :
PREMIERE REGION MILITAIRE
Sis à : Route de Cheffa - Blida
Pour retirer les cahiers des charges contre paiement de la somme de cinq mille dinars
algériens (5 000.00) DA, pour les sociétés de droit algérien, au compte Nº51/730 0000 109 001
09 008 ouvert auprès de la Trésorerie publique - Wilaya de BLIDA.
Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :
- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité,
- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission,
- d’une copie légalisée du registre de commerce de la société,
- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelle,
(Catégorie 01 et plus) entreprise en TCE.
- d’une copie originale du bon de versement de la somme citée ci-dessus.
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1 - Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges,
2 - Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
charges.
Les offres (techniques et financières) contenues dans (02) enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale Des Finances de la Première Région Militaire
Bureau d’Administration des Cahiers des Charges
BP Nº64 A / Terre 01 / Blida
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :
Soumission à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national restreint
Nº118/2014/C2
Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la
date limite de dépôt des offres fixée à 40 jours à compter de la première date de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180 jours
égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE
PREMIÈRE RÉGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT N°118/2014/C2
DROITS DE MARKETING ET DE PUBLICITÉ
Mobilis en pole position pour devenir
sponsor majeur de la FAF et de l’EN
La Fédération algérienne de football a lancé un avis d’adjudication des droits marketing et de publicité ciblant les
annonceurs du secteur de la téléphonie mobile et fournisseur de services mobiles, pour la période 2015-2019.
ONZE ALGÉRIENS QUALIFIÉS AUX CHAMPIONNATS DU MONDE JUNIOR D’ATHLÉTISME
La FAA table sur 2 à 3 places de finalistes
P
h
.

A
.

H
a
m
m
a
d
i
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 106.45
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.360 $
UNION PARLEMENTAIRE ARABE
L'Algérie à la 21
e
session
extraordinaire au Caire
Le président de l'Assem-
blée populaire nationale
(APN), Mohamed Larbi
Ould Khelifa, prendra
part, aujourd’hui, au siège
de la Ligue arabe (Caire),
à la 21
e
session extraordi-
naire de la conférence de
l'Union parlementaire
arabe, avec, à l'ordre du
jour, un seul point lié à
l'agression israélienne
contre la Palestine, a indi-
qué, hier, un communiqué de cette institution. M.
Ould Khelifa, qui conduira une délégation parle-
mentaire, devra prononcer, en séance plénière, une
allocution pour "dénoncer l'escalade israélienne fé-
roce à l'encontre du peuple palestinien sans dé-
fense", précise le communiqué. Il appelle "la
communauté internationale à assumer ses respon-
sabilités dans la protection des Palestiniens qui su-
bissent les conséquences de son silence et de sa
passivité à l'égard des violations israéliennes répé-
tées du droit humanitaire international et de la
convention de Genève". "Le président de l'APN
devra également exhorter les parlementaires arabes
à agir de toute urgence afin d'exercer des pressions
sur Israël dans les fora internationaux pour l'amener
à cesser ses agressions abjectes contre la bande de
Ghaza et à se conformer aux termes de la trêve
conclue en novembre 2012". À cette occasion, "M.
Ould Khelifa réitèrera la pleine solidarité de l'Al-
gérie, peuple et gouvernement, avec le peuple pa-
lestinien, ainsi que sa position immuable quant à la
poursuite de la mobilisation et du soutien de sa
cause juste en vue de lui permettre de recouvrer son
droit légitime à l'établissement d'un État indépen-
dant, avec El-Qods Echarif pour capitale", conclut
le communiqué.
CONSEIL DE LA LIGUE ARABE
Réunion de consultation
sur la Libye
Le conseil de la Ligue arabe au niveau des dé-
légués a tenu, hier, une réunion consultative sur la
situation en Libye à la demande du secrétaire gé-
néral de la Ligue arabe. Lors de cette réunion, l'en-
voyé spécial de la Ligue arabe, Nasser Al Qidwa,
a présenté les résultats de sa dernière visite en
Libye et de ses contacts avec les différentes parties
libyennes pour le règlement de la crise dans ce
pays. Les participants à la réunion ont insisté sur
l'importance de la concertation pour garantir au
peuple libyen, sécurité et stabilité. Ils ont également
souligné qu'une vision arabe commune s'imposait
pour aider le peuple libyen à recouvrer la sécurité
et la stabilité des institutions. L'ambassadeur de
l'Algérie au Caire et son délégué permanent auprès
de la Ligue arabe, Nadir Larbaoui, a déclaré avoir
présenté, avec le délégué tunisien, lors de cette réu-
nion, un exposé sur les résultats de la réunion de
Tunis des pays du voisinage libyen, tenue di-
manche et lundi derniers. Les participants à la réu-
nion ont été unanimes à dire que la responsabilité
incombait, en premier lieu, aux Libyens, pour trou-
ver une solution consensuelle à la crise libyenne,
et, en deuxième lieu, aux pays voisins. Les partici-
pants ont exprimé leur soutien aux résultats de la
dernière réunion de Tunis, dont l'accord sur la créa-
tion d'une commission de sécurité présidée par
l'Algérie et d'une commission politique présidée
par l'Égypte, ainsi que l'accord sur la tenue d'une
réunion des pays voisins en Égypte, en août 2014.
TIZI OUZOU
Grève générale à Beni Zmenzer
pour exiger la libération
d’un citoyen enlevé
Alma, chef-lieu de la commune de Beni Zmen-
zer (11 km environ au sud de Tizi Ouzou), a été pa-
ralysé, hier, par une grève générale, organisée à
l'appel de la cellule de crise de cette localité pour
exiger la libération, "sans conditions", d'un citoyen,
enlevé lundi dernier, a-t-on constaté. Tous les com-
merces ont baissé rideau en signe de solidarité avec
la famille de la victime, alors que des citoyens de
la commune ont commencé à affluer, en début
d’après-midi, vers le domicile de la famille victime
pour prendre part à une caravane de recherche qui
devait sillonner la région et exiger la libération sans
conditions de l’otage. Des citoyens de Beni Zmen-
zer ont indiqué à l’APS qu’ils sont déterminés à
maintenir ce mouvement de mobilisation et de so-
lidarité pour "dénoncer ce nouvel enlèvement d’un
des leurs". G. Amar, un ancien émigré de 67 ans, a
été enlevé, lundi, alors qu’il travaillait dans son
champ. Depuis, sa famille est sans nouvelle de lui,
a-t-on appris de ses proches.
SOLIDARITÉ AVEC LA PALESTINE
Lancement prochain d’une campagne de collecte de sang au profit des Ghazaouis
Une campagne de collecte de
sang sera lancée prochainement
au profit des habitants de la
bande de Ghaza, qui continuent à
subir les agressions israéliennes,
a annoncé mercredi à Alger la
présidente du Croissant rouge al-
gérien (CRA), Saida Benhabilès.
Invitée du forum du quotidien
«DK News», Mme Benhabilès a
indiqué que «cette campagne est
initiée par le CRA en coordina-
tion avec la Fédération algé-
rienne des donneurs de sang
(FADS), du ministère de la santé,
de la population et de la reforme
hospitalière et de l’ambassade de
Palestine à Alger». L’opération
de collecte de sang sera lancée
dans les prochaines 48 heures,
au terme des réunions et contacts
lancés par le CRA avec les par-
ties concernées, a-t-elle souli-
gné. La présidente du CRA a
affirmé qu’elle rencontrerait
l’ambassadeur palestinien à
Alger, en vue de déterminer les
besoins des habitants de Ghaza et
d’organiser d’autres opérations
d’aides notamment l’envoi de
médicaments et d’équipements
médicaux. Le président de la
FADS, Gherbi Kaddour a indi-
qué que son organisation lance-
rait des appels au don de sang
dans les différents medias, dans
le cadre de cette campagne.
Le conseiller à l’ambassade de
Palestine à Alger, Haithem
Amairi a salué pour sa part «le
soutien indéfectible» de l’Algérie
au peuple palestinien, soulignant
l’importance de cette opération
en pareilles circonstances.
Au sujet des déplacés venus des
pays du Sahel vers les régions du
sud du pays, en raison de la si-
tuation qui prévaut dans cette ré-
gion, Mme Benhabilès a rappelé
les efforts fournis par les autori-
tés algériennes pour la prise en
charge de cette catégorie. A cet
effet, la présidente du CRA a re-
levé quelques «difficultés» dans
la prise en charge de ces déplacés
qui quittent souvent les centres
d’accueil situés dans certaines
wilayas du sud. Elle a en outre
annoncé l’organisation de camps
d’été dans les wilayas côtières
au profit de ces déplacés en vue
de leur assurer bien-être et loisirs
et les soumettre aux examens
médicaux, tout en les sensibili-
sant à la nécessité de retourner
dans leurs pays. Elle a évoqué
les aides offertes par le CRA aux
habitants du Nord-Mali, annon-
çant l’envoi prochainement d’au-
tres aides dont des denrées
alimentaires et des médica-
ments.
SAHARA-OCCIDENTAL
Le président sahraoui examine avec
le représentant spécial de l’ONU
la question du référendum
Le Président sah-
raoui et Secrétaire gé-
néral du Front
Polisario, Mohamed
Abdelaziz, a passé en
revue hier avec le re-
présentant spécial du
Secrétaire général de
l’ONU pour le Sahara
occidental, l’Allemand
Wolfgang Weisbrod-
Weber, la question de
l’organisation d’un re-
ferendum au Sahara
occidental et la mise en
oeuvre des résolutions
des Nations-unies rela-
tives à la décolonisa-
tion, rapporte l’agence
de presse sahraouie
(SPS).
Citant le coordona-
teur sahraoui avec la
mission des Nations
Unies pour l’organsa-
tion d’un référendum
au Sahara occidental
(Minurso), M’hammed
Kheddad, la même
source a indiqué que
les entretiens entre les
deux parties ont porté
sur «la principale mis-
sion des Nations unies
qui consiste en l’orga-
nisation d’un referen-
dum au Sahara Occi-
dental et la mise en
oeuvre des résolutions
des nations unies rela-
tives à la décolonisa-
tion».
M. Kheddad a sou-
ligné la nécessité pour
les «Nations unies
d’assumer leurs res-
ponsabilités concer-
nant la protection des
droits de l’Homme au
Sahara Occidental et
d’ouvrir la région aux
organisations interna-
tionales».
INSTALLÉES DEPUIS DES ANNÉES À GHAZA
15 familles algériennes
rapatriées en Algérie
Les 61 personnes concernées ont rendu un hommage particulier
aux autorités algériennes mais aussi aux services consulaires qui leur ont facilité la tâche
pour aller au Caire, avant de rejoindre Alger.
C’
est à 18h30 que
l’avion de la compa-
gnie Air Algérie
transportant les 61 Algériens
installés à Ghaza, constituant 15
familles, a atterri à l’aéroport
Houari-Boumediène, accueillis
par MM. Abdelaziz Cherif Be-
nali et Abdelkrim Touahria, res-
pectivement porte-parole du
ministère des Affaires étran-
gères et directeur de la protec-
tion de la communauté
algérienne établie à l’étranger.
Des pères de familles, des ma-
mans, mais également des petits
bambins dont une partie est née
en Palestine. « Ce n’est pas une
fuite, on veut vivre longtemps
pour mieux assister nos frères
palestiniens.» Dans la bouche
de Mouman Abou Hamad, 32
ans, né d’un père palestinien et
d’une mère algérienne, installé
à Ghaza depuis 12 ans, ces mots
prennent tout leur sens. Partagé
entre la joie de regagner son
pays natal et la tristesse de lais-
ser les Palestiniens subir le joug
d’un colonialisme « inhumain »,
le fils de  Tébessa promet de
poursuivre son soutien jusqu’à
l’indépendance de Ghaza et de
tous les territoires de la Palestine. «Là-bas,
c’est infernal», avoue-t-il dans un arabe im-
peccable. Il se rappelle des bombardements
meurtriers qui ont « failli coûter la vie à plu-
sieurs Algériens.» Ce retour en Algérie le
soulage. Malgré le temps qui presse, il tient
à rendre un vibrant hommage aux responsa-
bles de l’ambassade algérienne au Caire.
« Ils ont fait un travail irréprochable, extra-
ordinaire», témoigne-t-il avant d’aller s’as-
seoir après des nuits blanches passées à
Ghaza.
De son côté, Sabrina Abou helal, 17 ans,
lauréate au BAC 2014, a reconnu que le
risque de mourir sous les bombardements is-
raéliens était quotidien. «Plusieurs fois par
jour, on se disait c’est notre tour. Mais Dieu
a voulu qu’on soit toujours vivants», raconte
-t-elle, les yeux embués de larmes. Cette ado-
lescente d’une grande beauté compte pour-
suivre ses études en Algérie et servir la cause
palestinienne. Son rêve : devenir journaliste.
« Je veux être comme vous, aller à Ghaza et
raconter aux lecteurs, en allant jusqu’aux pe-
tits détails, ce qu’endure la population gha-
zaouie. C’est terrible.» Epuisée, elle s’appuie
sur son petit frère, né lui à Ghaza. Pendant
ce moment de témoignages, les
journalistes se bousculent ainsi que
les photographes, les flashs crépi-
tent. Partout, des visages angé-
liques. Sabrina Jamal El Ghoul, 15
ans, a quitté l’Algérie depuis sa ten-
dre enfance mais y revient toutes les
années. Pour elle, les souffrances re-
lèvent du passé. Place à l’espoir de
voir la justice divine, dit-elle, triom-
pher. «Que Dieu allège les souf-
frances des Palestiniens, ceux de
Ghaza notamment. Que le colon
soit puni.» Les mots semblent lui
échapper. Des témoignages sont ap-
portés et des hommages rendus aux
responsables algériens ayant tout
fait pour rapatrier ces familles qui
ont vécu, cette semaine, des jour-
nées cauchemardesques. Des va-et-
vient dans tous les sens.   Les
responsables des services sécuri-
taires ont veillé au bon déroulement
de cette opération. Fortement solli-
cité par les journalistes présents,
Abdelaziz Cherif Benali, porte-pa-
role du ministère des Affaires étran-
gères a affirmé que
« ce n’est pas la première fois que
l’Algérie procède à la protection de
ses enfants qui vivent dans des
zones de guerre ou de crise.» Quant
aux 61 personnes rapatriées hier, il
a mis en relief le martyre qu’elles ont enduré
et les conditions difficiles dans lesquelles
elles vivaient. Il rappelle le rôle de l’ambas-
sade d’Algérie au Caire, précisant, d’autre
part, que s’agissant des familles habitant loin
d’Alger, l’Etat a pris toutes ses dispositions.
Quant à M. Touahria, il a axé sa brève inter-
vention sur les facilitations accordées à ces
familles. « Même pour ceux ne disposant pas
de passeport ou si ce document a expiré, les
autorités algériennes ont tout réglé», se féli-
cite -t-il.
Fouad Irnatene
P
h
.

T
.

R
o
u
a
b
a
h
EDUCATION
Journée d’information pour la
présentation d’un état
récapitulatif des revendications
des partenaires du secteur
Une journée d’information a été organisée hier par le mi-
nistère de l’Education pour la présentation d’un état récapi-
tulatif des 26 revendications formulées par les partenaires
et approuvées le 6 juillet en cours.
« En consécration du dialogue permanent avec tous les
syndicats agréés, une journée d’information a été organisée
sous l’égide de la ministre de l’Education, Nouria Benghe-
brit, pour la présentation d’un état récapitulatif des revendi-
cations formulées par les partenaires», précise un
communiqué du ministère de l’Education.
Ces revendications « ont été approuvées et consacrées
par la circulaire interministérielle n° 004 du 06 juillet 2014
portant satisfaction de 26 revendications à mettre en appli-
cation dans les prochains jours », ajoute le communiqué.