P. 1
1450_em26082014

1450_em26082014

|Views: 1,245|Likes:
Published by elmoudjahid_dz

More info:

Published by: elmoudjahid_dz on Aug 25, 2014
Copyright:Traditional Copyright: All rights reserved

Availability:

Read on Scribd mobile: iPhone, iPad and Android.
download as PDF, TXT or read online from Scribd
See more
See less

11/25/2014

pdf

text

original

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.

43 — 55
e
Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €
50
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
L’ouverture du second Front
un chapitre méconnu de l’histoire
de la Révolution
25 AOÛT – 30 SEPTEMBRE 1958
Les documents d'état civil
peuvent être retirés de n’importe
quelle commune 
RAPPEL DU MINISTÈRE
DE L’INTÉRIEUR ET DES COLLECTIVITÉS
LOCALES :
P. 7
P. 3
P. 4
P. 5
Une instance
de fetwa pour
promouvoir
les crédits
conformes
à la chariaa
LE MINISTRE DES AFFAIRES
RELIGIEUSES L’A ANNONCÉ
P. 4
Les assises de
l'enseignement
professionnel
en octobre
M. NOUREDINE BEDOUI :
P. 4
Un cadre
d’échanges
et de
partage
d’expériences
SALON NATIONAL DE LA CÉRAMIQUE
ET DU VERRE
P. 32
Une stratégie
nationale
englobant
toutes les
activités
juvéniles
LE MINISTRE DE LA JEUNESSE
À BOUMERDÈS
P. 4
L’année 2015
verra
la livraison
des centres
anticancer
LE MINISTRE DE LA SANTÉ
À ANNABA
P. 6
CHAMPIONNATS NATIONAUX :
Tous les matchs reportés
APRÈS LE DÉCÈS D’EBOSSÉ
Tizi-Ouzou
profondément
consternée par
la perte tragique
de sa coqueluche
PP. 30-31
ISRAËL POURSUIT
SES CRIMES :
2.124
PALESTINIENS TUÉS
l Les Palestiniens préparent une initiative pour la fin
de l'occupation
SOUS LA PRÉSIDENCE DU CHEF DE L’ÉTAT
Réunion aujoud’hui du Conseil des ministres
Le Conseil des ministres se réunit aujourd’hui sous la présidence du président de la
République, Abdelaziz Bouteflika. Le Conseil des ministres examinera une dizaine de
projets de loi relatifs à plusieurs secteurs, notamment économiques et sociaux. Le projet
de loi de finances pour 2015 ainsi que le projet de loi portant règlement budgétaire pour
l’année 2012 seront également examinés.
L’Algérie et la France
échangent leurs vues
sur le dialogue intermalien
VISITE DE TRAVAIL DE M
me
LE GAL
4
e
RÉUNION MINISTÉRIELLE DES PAYS VOISINS DE LA LIBYE
L’Algérie appelle les antagonistes
libyens à faire prévaloir le langage
de dialogue et de consensus
L’Algérie a réitéré hier au Caire, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, son appel
aux antagonistes libyens à faire prévaloir le langage de dialogue et de consensus et à s’éloigner de « tout conflit
dévastateur qui pourrait anéantir les fondements de l’Etat ainsi que l’unité et la souveraineté de la société libyenne ».
P. 3
l L’Algérie
et la Libye
pour une
action rapide
en faveur
d’une
solution
politique qui
préserve
l’unité de la
Libye
l Selon le parquet de la République près le
tribunal de Tizi-Ouzou : la mort du joueur
due à un traumatisme causé par un objet
contondant
30 Choual 1436 - Mardi 26 Août 2014 - N°15216 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287
L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E
2 EL MOUDJAHID
MÉTÉO
ENSOLEILLÉ
JUSQU’AU 28 AOUT
Journées
d’information sur
l’éducation
nationale
Le ministère de l’Educa-
tion nationale organise des
journées d’information re-
groupant l’ensemble des
chefs de centres de forma-
tion et les chefs de service
de formation des wilayas.
**************************************
LE 1
er
SEPTEMBRE A 14H
A LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE
D’EL-HAMMA
Rencontre
sur le patrimoine
La ministre de la Culture,
M
me
Nadia Labidi, continue
son cycle de rencontres avec
les acteurs du monde des arts
et de la culture.
Le débat avec les représen-
tants du patrimoine musical
aura lieu le 1
er
septembre à
14h.
Au Nord, le temps sera relativement chaud
et ensoleillé, notamment vers les régions de
l’intérieur avec localement cellules orageuses
isolées en cours d’après-midi/soirée.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés.
La mer généralement belle localement peu
agitée.
Sur les régions sud, le temps sera généra-
lement chaud et ensoleillé avec localement
activité pluvio-orageuse en cours d’après-
midi/soirée vers l’extrême Sud, les massifs
du Hoggar/Tassili et la Saoura.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés avec localement chasse de sable.
Températures (maximales-minimales) pré-
vues aujourd’hui :
Alger (34° - 22°), Annaba (32°- 23°), Bé-
char (42° - 28°), Biskra (39° - 28°),
Constantine (38° - 19°), Djelfa (34°- 19°),
Ghardaïa (44° - 29°), Oran (34° - 21°),
Sétif (34° - 20°), Tamanrasset (36°- 22°),
Tlemcen (37° - 22°).
CET APRES-MIDI A 17 H AU CAMP
INTERNATIONAL DES SMA
Conférence de presse
Le camp international des SMA abritera cet après-
midi à 17 heures une rencontre de presse avec les re-
présentants de NADA et le DG de LG sur la
présentation du camp d’été des droits des enfants à Ta-
manrasset du 20 au 31 août.
CE MATIN A 10 H A ANNABA
UGCAA : « Le marché des articles
scolaires »
L’Union générale des commerçants et ar-
tisans algériens organise une conférence sur
le thème  :  «  Le marché des articles sco-
laires » ce matin à 10 heures en son siège
sis 2 rue Tinjoub.
AUJOURD’HUI A EL TARF
Caravane d’information
sur le secteur du travail
La caravane d’information sur les activi-
tés du secteur du Travail, de l’Emploi et de
la Sécurité sociale se trouve jusqu’à demain
dans la wilaya d’El Tarf :
Aujourd’hui : place cité FLN – centre-
ville El Kala, de 10 à 22 h ;
La cérémonie officielle de clôture de la
caravane du littoral Est aura lieu demain à la
place cité FLN à partir de 18 h.
Mardi 26 Août 2014
CE MATIN A 10 H A L’UGCAA
« Le rôle des auto-écoles dans la réduction
des accidents »
L’Union générale des commer-
çants et artisans algériens et la Fé-
dération nationale des auto-écoles
organisent une conférence sur le
thème «  Le rôle des auto-écoles
dans la réduction des accidents »
en présence de M. Mohamed La-
zouni président de l’Association
nationale pour la sécurité routière,
ce matin à 10 heures à l’UGCAA –
40/42 rue Larbi-Ben-M’hidi.
CET APRES-MIDI A 14H AU THEATRE
REGIONAL KATEB-YACINE DE TIZI-OUZOU
Pièce théâtrale pour enfants
La générale de la pièce
théâtrale pour enfants inti-
tulée Nour Barek, produite
par le théâtre régional
Kateb-Yacine de Tizi-
Ouzou, texte Nawel Mes-
saoudi et mise en scène par
Ihab Mustapha, aura lieu
cet après-midi à 14h au
théâtre régional Kateb-Ya-
cine de Tizi-Ouzou.
*************************************************
DU 31 AOUT AU 6 SEPTEMBRE A 14 H
A L’ESPLANADE DE LA GRANDE-POSTE
« Le musée dans la rue »
Le musée public national du Bardo organise la deuxième édition
de « Le Musée dans la rue » du 31 août au 6 septembre de 14 à 19
heures à l’esplanade de la Grande-Poste. Alger accueillera cette
année 14 musées nationaux.
*************************************************
JUSQU’AU 31 AOUT
A PARTIR DE 22 H, AU
THEATRE DE PLEIN
AIR DE SIDI FREDJ
Soirées du Casif
L’Office national de la culture
et de l’information, en collabo-
ration avec l’EPTV, l’ENRS et la
Société de gestion touristique
des hôtels de Sidi-Fredj, orga-
nise des soirées avec la participation de grandes stars de la chanson
internationale, arabe et algérienne.
AGENDA CULTUREL
CE MATIN A 9H 30 A L’HOTEL
MERCURE
Conférence de presse du SG de l’OIE
et du président de la CGEA
A l’occasion de la tenue de la rencontre entre les
opérateurs économiques de l’Organisation internatio-
nale des employeurs (OIE) et les opérateurs de la
Confédération générale des entreprises algériennes
(CGEA) une conférence de presse sera animée à l’hô-
tel Mercure, conjointement par le président de la
CGEA, M. Habib Yousfi et le SG de l’OIE, M. Brent.
H. Wilton.
LE 30 AOUT A 9 H A BORDJ
BOU-ARRERIDJ
Séminaire sur la Constitution
Le parti Voix authentique organise le 30
août à 9 h, à la salle El Bachir El Ibrahimi, un
séminaire national sur La Constitution.
LES 26, 27 ET 28 AOUT A EL HAMIZ
« Le rôle des institutions sociales dans
la préservation de la sécurité »
Sous le haut patronage
du ministre d’Etat, ministre
de l’Intérieur et des Collec-
tivités  locales, la DGSN
organise avec la coordina-
tion de l’Université arabe
Nayef des sciences de sé-
curité, une conférence
scientifique sur le
thème : « Le rôle des insti-
tutions sociales et des asso-
ciations civiles dans la
préservation de la sécu-
rité » au siège de la direc-
tion des unités républicaines de sécurité d’El Hamiz.
Le général Major Abdelghani Hamel DG de la DGSN
présidera l’ouverture de la conférence ce matin à 9 h.
DU SAMEDI AU JEUDI DE 8 H A 16 H
Hadj : dépôt des demandes de visas
pour la wilaya d’Alger
Le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales informe
les citoyennes et citoyens de la wilaya d’Alger concernés par le pè-
lerinage aux Lieux saints de l’islam, que le dossier de demande de
visa s’effectue au niveau de la salle prévue à cet effet sise rue du
Docteur Saâdane (à proximité de la salle Ibn-Khaldoun).
Pour ce faire, les concernés sont appelés à fournir un dossier
constitué d’un passeport biométrique électronique, d’un livret Hadj
2014, deux photos d’identité avec fond blanc, une copie de reçu de
versement du pécule spécial hadj et acte de mariage ou tout autre
document d’état civil attestant de la relation d’accompagnateur
pour les femmes âgées de moins de 45 ans.
3
EL MOUDJAHID
Nation
Mardi 26 Août 2014
«
L
es frères en Libye et, plus précisément
les forces civiles nationales, se trou-
vent face à une réelle épreuve qui
consiste à relever les défis dangereux qui me-
nacent l’avenir du pays », a indiqué M. La-
mamra dans une allocution, lors de la séance
d’ouverture de la 4e réunion ministérielle des
pays voisins de la Libye. « Les antagonistes
n’ont d’autre choix que celui d’adopter le lan-
gage de dialogue et de consensus tout en se pré-
munissant contre la confrontation et le conflit
dévastateurs qui pourraient, s’ils venaient à se
poursuivre avec la même ampleur, anéantir les
fondements de l’Etat ainsi que l’unité et la sou-
veraineté de la société libyenne, a-t-il affirmé,
avant d’estimer important d’« éteindre ce feu
qui ne brûle pas seulement dans les réservoirs
d’hydrocarbures, mais qui pourrait s’étendre
aux cœurs et esprits des gens dans les diffé-
rentes régions de la Libye ».
« L’Algérie, consciente de la gravité de la
situation que traverse le peuple libyen frère »,
avait d’ores et déjà mis en garde contre les dif-
férends politiques et les conflits armés qui dé-
chirent ce pays, a-t-il encore souligné.
A ce propos, le chef de la diplomatie algé-
rienne a précisé que l’Algérie « n’a de cesse
d’appeler les parties et forces libyennes à mettre
fin à la violence sous toutes ses formes, et à ré-
gler leurs différends par le dialogue et le
consensus tout en s’éloignant de la confronta-
tion et en recourant à leur parlement élu » afin
de « prendre les dispositions nécessaires à une
réconciliation nationale désormais impérative
et mettre en place des institutions crédibles et
efficaces en vue de préserver la souveraineté,
l’indépendance et l’intégrité territoriale de la
Libye et de rejeter toute ingérence dans ses af-
faires internes ».
L’Algérie « estime important la consolida-
tion de la concertation à même de renforcer la
coordination entre les pays voisins et il s’agit là
d’une démarche qui en appelle à la conjugaison
des efforts pour aider l’Etat libyen et les forces
nationales à faire prévaloir l’intérêt suprême du
peuple libyen en cette conjoncture critique de
son histoire », a-t-il poursuivi.
Cette démarche tend également à « amorcer
un dialogue national libyen auquel prendront
part tous les nationalistes libyens qui rejettent
la violence et le terrorisme et croient en l’unité
nationale et la démocratie comme moyen pour
l’édification des institutions de l’Etat sur la base
de la citoyenneté et de l’égalité des droits et de-
voirs ».
Ainsi, l’Algérie soutient tous les efforts ainsi
que les démarches et initiatives libyennes visant
à « lancer un dialogue national, à mettre fin à
la fitna et à renforcer les fondements des insti-
tutions de l’Etat et du processus démocratique
dans un climat de sécurité et de stabilité ».
D’autre part, M. Lamamra a qualifié les pro-
pos du président de la séance d’ouverture du
Parlement libyen de « lueur d’espoir » car prô-
nant, a-t-il dit, la coopération avec les pays voi-
sins, appelant à adopter un « dialogue rassem-
bleur » entre tous les antagonistes.
Concernant le soutien international en fa-
veur de la Libye qu’il a qualifié d’ « indispen-
sable » et requérant la conjugaison d’efforts
individuels et collectifs, il a affirmé que « nos
partenaires doivent mesurer le rôle pivot devant
être reconnu à notre groupe, dans le sens où il
constitue le premier maillon où s’identifient to-
talement les intérêts suprêmes de la Libye et où
est écartée toute intervention étrangère ».
Dans le même contexte, le ministre des Af-
faires étrangères a indiqué que les réunions ré-
gulières tenues par les Etats voisins après celles
d’Alger, de Malabo et de Tunis, « reflètent (...)
le souci des Etats voisins quant à la consolida-
tion de la coordination et de la coopération pour
faire face à ces dangers et aider les frères li-
byens à sortir du cycle de la violence en faisant
prévaloir le dialogue ».
Il a ajouté, enfin, que la réunion du Caire in-
tervenait au moment où la Libye traversait un
moment critique qui « ne sert ni les attentes ni
les sacrifices du peuple libyen qui aspire à la
stabilité, à la sécurité, à la paix, au développe-
ment, à la liberté, à la dignité et à l’édification
des institutions constitutionnelles de l’Etat ».
4
e
RÉUNION MINISTÉRIELLE DES PAYS VOISINS DE LA LIBYE
L’Algérie appelle les antagonistes libyens à faire
prévaloir le langage de dialogue et de consensus
L’Algérie a réitéré hier au Caire, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, son appel aux
antagonistes libyens à faire prévaloir le langage de dialogue et de consensus et à s’éloigner de « tout conflit dévastateur qui
pourrait anéantir les fondements de l’Etat ainsi que l’unité et la souveraineté de la société libyenne ».
Le ministre des Affaires étrangères Ramtane
Lamamra a examiné, au Caire, avec son homo-
logue tunisien Moundji Hamdi les différents
aspects de la coopération algéro-tunisienne
ainsi que la situation régionale notamment en
Libye. Les deux parties réunies en marge de la
réunion des pays voisins de la Libye ont salué
les relations entre l'Algérie et la Tunisie carac-
térisées par une convergence de vues concer-
nant les différentes questions régionales et
internationales, notamment la crise libyenne et
les moyens de la résoudre sur la base d'un dia-
logue national inclusif qui aboutira à une récon-
ciliation nationale à même de préserver l'unité
et la souveraineté de la Libye loin de l'ingérence
étrangère", a indiqué hier un communiqué du
ministère des Affaires étrangères. M. Lamamra
a reçu, par ailleurs, le ministre soudanais des
Affaires étrangères Ali Ahmed Korti avec le-
quel il a examiné "la situation dans le monde
arabe ainsi que l'ordre du jour de la réunion des
pays voisins de la Libye, outre les relations al-
gero-soudanaises et les moyens de les renfor-
cer".
ALGERIE-TUNISIE
Le MAE évoque avec son homologue tunisien
la coopération bilatérale et la situation régionale
Le ministre des Affaires étrangères, Ram-
tane Lamamra, a examiné, hier au Caire, avec
son homologue égyptien, Sameh Chokri, les
voies et moyens à même d'inciter les belligé-
rants libyens à adhérer à un dialogue national
inclusif pour parvenir à une solution politique
consensuelle qui permette à la Libye de re-
couvrer paix et stabilité. M. Lamamra a tenu
une séance de concertations avec le chef de
la diplomatie égyptienne dans le cadre de la
coordination et de la concertation entre les
deux pays, au cours de laquelle ils ont abordé
la situation en Libye et les moyens de préser-
ver l'unité de ce pays loin de toute ingérence
étrangère, indique un communiqué du minis-
tère des Affaires étrangères. Le ministre des
Affaires étrangères se trouve en Egypte pour
prendre part à la 4e réunion ministérielle des
pays voisins de la Libye qui s'est tenue hier
au Caire. Lors de cet entretien, les deux res-
ponsables ont passé en revue "les derniers dé-
veloppements enregistrés sur la scène arabe,
notamment la situation en Libye, en Irak et
en Syrie". La rencontre a, en outre, permis
"d'examiner les meilleurs moyens d'inciter
les belligérants libyens à adhérer à un dia-
logue national inclusif pour parvenir à une
solution politique consensuelle qui permette
à la Libye sœur, de recouvrer sécurité et sta-
bilité et de préserver son unité, sa souverai-
neté et son intégrité territoriale loin de toute
ingérence étrangère". "Les efforts visant à
mettre fin à l'agression israélienne contre la
bande de Ghaza et les moyens de mobiliser
les efforts pour le soutien du peuple palesti-
nien dans sa lutte pour recouvrer ses droits lé-
gitimes" ainsi que "les développements de la
crise en Syrie et la situation politique en Irak"
ont également été examinés.
SITUATION EN LIBYE
Lamamra examine avec son homologue égyptien les moyens d'aboutir
à une solution politique consensuelle
VISITE DE TRAVAIL DE M
me
LE GAL EN ALGÉRIE
L’Algérie et la France échangent leurs vues sur le dialogue intermalien
Le ministre délégué, chargé des Af-
faires maghrébines et africaines,
Abdelkader Messahel, et la conseil-
lère Afrique à la présidence fran-
çaise, Hélène Le Gal, ont échangé
hier leurs vues sur le processus de
dialogue intermalien en cours, a in-
diqué un communiqué du ministère
des Affaires étrangères. « Les deux
responsables ont échangé leurs vues
sur le processus de dialogue inter-
malien en cours et sur la contribution
que les deux pays peuvent apporter
pour aider les parties maliennes à
parvenir à un accord global qui bali-
serait la voie à une solution défini-
tive et durable à la crise multidimen-
sionnelle que connaît le Mali », a
précisé la même source. M. Messa-
hel et Mme Le Gal ont réaffirmé leur
attachement à une solution dans le
cadre de l’unité et de l’intégrité du
pays, et sont convenus de poursuivre
et d’approfondir leur concertation,
note le communiqué.
Les deux parties ont également
passé en revue la situation qui pré-
vaut en Libye et ses répercussions
sur la sécurité et la stabilité de la ré-
gion. La visite de travail de Mme Le
Gal en Algérie, au cours de laquelle
elle a eu une séance de travail avec
M. Messahel, consacrée à la situa-
tion en Afrique, particulièrement au
Sahel, en Libye et en Centrafrique,
entre dans le cadre des consultations
régulières entre l’Algérie et la
France, est-il précisé.
L'Algérie et la Libye ont mis en avant, hier
au Caire, "l'importance d'une action rapide" en
faveur d'une solution politique consensuelle
qui préserverait l'unité et la stabilité de la
Libye, a indiqué un communiqué du ministère
des Affaires étrangères. Le ministre des Af-
faires étrangères, Ramtane Lamamra, et le mi-
nistre libyen des Affaires étrangères et de la
Coopération internationale, Mohamed Abde-
laziz, ont souligné "l'importance d'une action
rapide susceptible d'impulser les efforts en fa-
veur d'une solution politique consensuelle qui
préserverait l'unité, la stabilité et l'intégrité ter-
ritoriale de la Libye et répondrait aux aspira-
tions du peuple libyen à la sécurité, à la paix
et au développement". M. Lamamra s'est en-
tretenu avec le ministre libyen en marge de la
réunion des ministres des Affaires étrangères
des pays voisins de la Libye qui s'est tenue
hier au Caire. Le ministre libyen a présenté lors
de cette rencontre un "exposé sur les dévelop-
pements de la situation politique et sécuritaire
dans son pays, exprimant sa profonde préoc-
cupation quant à la détérioration de la situation
sécuritaire en Libye, et son souhait que les
pays voisins de la Libye puissent jouer un rôle
positif et dans les plus brefs délais afin d'en-
courager les libyens à entamer un dialogue na-
tional global", souligne le communiqué. A
l'ouverture des travaux de la 4ème réunion mi-
nistérielle des pays voisins de la Libye, M. La-
mamra avait prononcé une allocution dans
laquelle il avait souligné que "les frères en
Libye et, plus précisément les forces civiles
nationales, se trouvent face à une réelle
épreuve qui consiste à relever les défis dange-
reux qui menacent l'avenir du pays". "Les an-
tagonistes n'ont d'autre choix que celui
d'adopter la voie du dialogue, loin de toute
confrontation et conflits dévastateurs qui pour-
raient, s'ils venaient à se poursuivre avec la
même intensité, attenter aux fondements de
l'Etat, à son unité et à sa souveraineté", a-t-il
affirmé, soulignant l'impératif d"'éteindre ce
feu qui brûle les réservoirs d'hydrocarbures et
qui pourrait consumer les cœurs et esprits des
Libyens". "L'Algérie, consciente de la gravité
de la situation que vit le peuple libyen frère
avait, auparavant, mis en garde contre les dif-
férends politiques et les conflits armés qui dé-
chirent ce pays", a-t-il encore souligné.
L'Algérie et la Libye pour une "action rapide" en faveur d'une solution politique
qui préserve l'unité de la Libye
EL MOUDJAHID 4
Mardi 26 Août 2014
Nation
OUVERTURE DU SALON NATIONAL DE LA CÉRAMIQUE ET DU VERRE
Un cadre d’échanges et de partage
d’expériences
«C
’est juste une réflexion.
Nous avons présenté un
rapport au ministère des
Finances pour le maintien de
cette  caisse d’aide aux artisans, parce
qu’elle  sert  ce secteur que nous es-
timons sensible, et qui, de surcroit, a
toujours besoin de l’accompagne-
ment de l’Etat algérien », a souligné
la ministre, lors de l’ouverture du
Salon national de la céramique et du
verre. La ministre était accompagnée
de ses collègues, la ministre déléguée
auprès du ministre du Tourisme, char-
gée de l’Artisanat, Mme Aïcha Taga-
bou, du ministre de la Formation
professionnelle, Noureddine Bedoui
et de la ministre de la Culture,  Mme
Nadia Labidi.
Elle a fait savoir, par ailleurs, pour
ce qui est des problèmes rencontrés
par les artisans relatifs  à la matière
première (l’argile blanche et rouge),
que le dossier de la production de
l’argile blanche en Algérie est «  en
cours d’étude » et qu’une réflexion se
concentre également sur « l’exploita-
tion des carrières  » existantes dans
quelques régions. « Les artisans ren-
contrent réellement des problèmes
pour ce qui concerne l’argile utilisée.
Nous essayons de trouver les mé-
thodes efficaces pour la production
de l’argile en Algérie. On sait que
c’est un problème dont souffrent les
artisans, surtout pour ce qui concerne
l’argile blanche qui n’est pas produite
en Algérie mais importée,  mais on
fait tout pour trouver des solutions
susceptibles de nous permettre de la
produire localement  », a précisé la
ministre, en soulignant, que l’argile
rouge existant en Algérie, et  qui est
utilisée pour la production des usten-
siles de maison «  ne pose pas pro-
blème » parce qu’elle est disponible
chez nous.   
Concernant la promotion du pro-
duit algérien à l’étranger, Mme Zer-
houni, a noté, que l’Etat algérien,  par
le biais du ministère, organise des
manifestations, des salons (natio-
naux, régionaux et locaux), notam-
ment des salons internationaux,
auxquels, chaque année, l’Algérie
participe avec certains artisans qui
confectionnent  des produits de haute
qualité. «  La participation aux salons
internationaux demande des artisans
qualifiés qui exposent  des produits
de haute gamme pour contribuer ef-
ficacement à la promotion de la pro-
duction artisanale algérienne à
l’étranger, notamment pour répondre
à la demande étrangère », dit-elle,  en
citant l’exemple de la participation
algérienne dernièrement au Salon in-
ternational de Lisbonne (Portugal)
« où le stand algérien a suscité un
grand intérêt et une belle réussite ».
Promouvoir le produit algérien à
l’étranger
La ministre a précisé dans la
même optique,  qu’à  chaque fois que
l’occasion des salons internationaux
se présente, de nouveaux artisans y
prendront part pour « se faire connaî-
tre et faire connaître la qualité du pro-
duit algérien  » qui s’améliore
d’année en année sur le  plan qualita-
tif, affirme la ministre, pour ce qui
concerne, les couleurs, les formes et
même les produits utilisés. « Il faut
préciser que ces artisans, en particu-
lier, les jeunes, ont suivi des forma-
tions qualifiantes dans les centres de
formation, la Chambre de l’artisanat
et des métiers. Ils se sont même diri-
gés vers les agences de fourniture
spécialisées en la matière, ANSEJ,
ANGEM et la CNAC.  Tout cela té-
moigne que le système mis en place
par le gouvernement pour la forma-
tion des jeunes et des artisans dans la
production artisanale par le biais des
centres de formation marche bien et
elle est en voie de développement »,
argumente Mme Zerhouni, en ajou-
tant que les jeunes, aujourd’hui, se di-
rigent vers les mécanismes de finan-
cement mis en place par l’Etat algé-
rien pour   financer leurs projets.
« Cette opération est réussie et les ré-
sultats sont là. On le constate bien
dans ce salon où les artisans ont ex-
cellé dans la fabrication de leurs pro-
duits ».
Pour ce qui est de l’enveloppe fi-
nancière d’aide attribuée par l’Etat
aux artisans, la ministre a précisé que
« les choses ne fonctionnent pas de la
sorte » et que « la priorité actuelle-
ment est que les artisans se dirigent
vers  les mécanismes de financement
proposés par la tutelle, à travers les
circuits de  l’ANSEJ, L’ANGEM et
la CNAC ». Par ailleurs, et pour ce
qui est des revenus du secteur, la mi-
nistre a affirmé que la priorité actuel-
lement est «  la création de postes
d’emploi, la création d’une produc-
tion artisanale, fournir également
l’opportunité aux  jeunes de se for-
mer, les insérer professionnellement
pour leur permettre de faire de l’arti-
sanat un gagne- pain ». 
« Pour ces raisons,  l’Etat est clé-
ment avec ces jeunes concernant l’al-
lègement des impôts  », précise
t-elle.  L’organisation de ce salon, qui
dure jusqu’au 30 du mois en
cours,  rentre dans le cadre de l’exé-
cution du programme promotionnel
de l’année 2014. C’est une manifes-
tation nationale thématique qui re-
groupe des artisans qualifiés venant
des quatre coins du pays afin de pré-
senter leurs réalisations et de partager
leurs expériences avec les amoureux
de l’authenticité algérienne. Ce salon
permet, également, aux artisans de
participer au concours national de
l’artisanat qui aura lieu le mois de no-
vembre prochain, à l’occasion de la
Journée nationale de l’artisan.  
Kafia Aït Allouache
La ministre du Tourisme et de l'Artisanat, Mme Nouria Yamina Zerhouni, a annoncé, hier, qu’un rapport a été déposé au niveau du ministère
des Finances pour lever le gel touchant la caisse d’aide prodiguée à la corporation des artisans.
NOUREDINE BEDOUI :
« Les assises de l'enseignement professionnel
en octobre prochain »
Les zssises de l'enseignement professionnel, qui déci-
deront des grandes orientations du secteur et des différents
modes de formation, auront lieu en octobre prochain, a
annoncé hier à Alger le ministre de l'Enseignement et de
la Formation professionnels, Nouredine Bedoui.
"Les assises vont donner au secteur ses grandes orien-
tations, lesquelles seront soumises à qui de droit pour
prendre les décisions adéquates", a déclaré le ministre à
l'APS, en marge du Salon national de la céramique d'art
et du verre. Le ministre, qui répondait à une question re-
lative au baccalauréat professionnel, a souligné que ce
dernier "mène directement à évoquer le secteur de l'en-
seignement professionnel".
"Nous n'avons aucun complexe d'évoquer le Bac pro-
fessionnel, toutefois, il ne faut pas que le ministère décide
à lui seul du mode de formation", a-t-il expliqué, préci-
sant que la question sera examinée lors des assises.
Le ministre a, par ailleurs, indiqué que le défi de son
département pour les prochaines années est de "donner à
la formation et l'enseignement professionnels la place qui
leur sied, pour mettre la qualification à niveau".
L
e ministre des Af-
faires religieuses
et des Wakfs, Mo-
hamed Aïssa, a annoncé
hier à Alger la création
prochaine d'une instance
de fetwa pour édicter des
fetwas permettant à la
jeunesse de bénéficier de
crédits dans le cadre de
la charia.
Lors d’une rencontre
organisée par l’instance
légale unifiée d’Al Ba-
raka Bank, le ministre a
souligné qu’un conseil
de fetwa est en prépara-
tion et sera habilité à
édicter des fetwas. Il a invité, pour ce faire, les
experts activant dans des banques à l’étranger
à associer leurs efforts dans cette instance en
espérant que ces orientations auront un effet
quant au règlement des problèmes de la société
conformément à la charia. Il a ajouté que les Al-
gériens cherchent des solutions conformes à la
charia, afin d’intégrer la jeunesse dans le pro-
cessus de production, du travail et dans la so-
ciété entière.
Selon le ministre, l’instance légale unifiée
d’Al Baraka Bank a des références dans le do-
maine de la finance islamique et conseille les
banques publiques algériennes de se rappro-
cher davantage de la jeunesse afin de bénéficier
de crédits, sans porter atteinte à leur foi reli-
gieuse. M. Aïssa souhaite également que ces
conseils du fiqh ne soient pas exploités pour
justifier l’économie parallèle et il a souligné
que les ulémas sont habilités à donner des ins-
tructions afin que l’activité bancaire ne vise pas
le gain, mais l’obéis-
sance au Créateur.
Le ministre a indi-
qué qu’il y a lieu de
faire la distinction entre
les impôts et les taxes
ainsi que la participa-
tion dans la prise en
charge sociale, notam-
ment des veuves, des
orphelins et des divor-
cées.
De son côté, Moha-
med El Mamoun El Ka-
cimi El Hassan,
président de l’instance
légale d'Al Baraka
Bank en Algérie, a sou-
ligné que l’islam n’est pas une entrave au dé-
veloppement et que ses préceptes sont
applicables dans le pays et que grâce à l’exé-
gèse, il est possible de résoudre les problèmes
actuels. Quant à M. Ahmed Mahieddine, mem-
bre de l’instance du groupe Al Baraka et son
directeur de recherche en Arabie saoudite, il a
souligné que la banque a des filiales dans 18
pays et gère un portefeuille de 8 milliard de dol-
lars. Enfin, le directeur général d’Al Baraka
Bank en Algérie, Mohamed Seddik Hafidh, a
souligné que l’institution veille au respect des
lois algériennes, mais que s’il y a une contra-
diction entre le gain et la chariaa, il préfère ap-
pliquer les principes de cette dernière.
Des chercheurs dans le domaine de la fi-
nance islamique ont aussi exposé leurs expé-
riences dans ce domaine, en mettant l'accent sur
la moralisation de la société et l'application des
préceptes religieux en référence aux pratiques
anciennes relatées par des penseurs arabes.
LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES L’A ANNONCÉ
Une instance de fetwa pour promouvoir
les crédits conformes à la chariaa
P
h
.

:

B
i
l
l
e
l
L’
année 2015 sera
celle de la santé
pour la wilaya
d’Annaba avec la livraison
d’une panoplie de projets
en cours de réalisation, a
annoncé hier le ministre
de la Santé, de la Popula-
tion et de la Réforme hos-
pitalière, M. Abdelmalek
Boudiaf, à la faveur de sa
visite dans cette wilaya.
Parmi ces projets, figurent
le centre anti-cancer
(CAC) et 14 polycliniques
implantées à travers le ter-
ritoire de la wilaya. Ces in-
frastructures vont
permettre une amélioration
sensible de la couverture médicale, a soutenu
le ministre, signalant au passage que la wilaya
de Annaba est en passe de devenir un pôle de
santé avec le lancement à El Bouni des travaux
d’un centre hospitalier universitaire d’une ca-
pacité d’accueil de 500 lits avec un service des
urgences médicales de 150 lits. Un hôpital de
240 lits est également prévu dans la nouvelle
ville de Draa Errich actuellement en chantier ,
a fait savoir le ministre qui a annoncé égale-
ment la livraison des CAC de Tlemcen, de Sidi
Bel-Abbes et de Tizi Ouzou. M. Abdelmalek
Boudiaf a entamé sa visite de travail à partir de
la commune de Oued Aneb où il a inspecté le
chantier de réalisation d’une polyclinique d’un
coût global de plus de huit millions de dinars.
Sur place, le ministre a ordonné à l’entreprise
à laquelle ont été confiés les travaux de ce pro-
jet de prendre les dispositions nécessaires pour
rattraper le retard et être au rendez-vous des dé-
lais prévus. Il s’est
rendu ensuite à Che-
taibi pour visiter
l’établissement hos-
pitalier public (EHP )
qui remonte à la pé-
riode coloniale.
D’une capacité de 60
lits, cette infrastruc-
ture assure des pres-
tations de qualité aux
populations de la ré-
gion ouest de la wi-
laya et même celles
issues des localités
relevant de la wilaya
de Skikda. Présidant
une séance de travail
à l’issue de sa tournée
qui a englobé également la commune de Ber-
rahal, le ministre a appelé à l’informatisation
immédiate des structures de santé pour laquelle
l’Etat a réservé 2,6 milliards de dinars. Il a an-
noncé, d’autre part, que 200 centres de produc-
tion de médicaments seront opérationnels d’ici
2016 à l’échelle du pays pour couvrir 65 pour
cent de la demande. S’agissant des Unités de
suivi médical (UDS), le ministre a estimé qu’il
est impératif que celles-ci couvrent les trois pa-
liers de l’enseignement. La formation du per-
sonnel médical, toutes disciplines confondues,
doit être un leitmotiv, dans la perspective
d’améliorer les prestations médicales. Elle doit
concerner aussi bien le secteur public que privé,
a insisté le ministre, faisant remarquer que l’an-
née 2015 verra l’élaboration de la carte sani-
taire, de la loi sanitaire et du projet de
l’établissement hospitalier public.
B. Guetmi
LE MINISTRE DE LA SANTÉ À ANNABA
L’année 2015 verra la livraison
des centres anticancer
Mardi 26 Août 2014
5 EL MOUDJAHID
Nation
Le secrétaire général de l’Union nationale des
étudiants algériens (UNEA) a appelé hier à Oran
à relever le défi de réussir la rentrée universi-
taire.
A l’issue des travaux de l’université d’été,
clos hier après-midi à la résidence universitaire
des garçons d’Es-Senia, Abdelatif Omar Boudiaf
a également annoncé l’ouverture prochaine
d’ateliers et de conférences-débats pour une ré-
évaluation du système Licence-Master-Doctorat
(LMD) et autres réflexions prospectives.
Abordant le dossier des œuvres universi-
taires, il a déploré que "des budgets conséquents
octroyés par l’Etat au ministère de l’Enseigne-
ment Supérieur et de la Recherche scientifique
ne profitent pas assez aux étudiants". Plusieurs
recommandations ont été faites par les adhérents
de ce syndicat, qui se veut le prolongement de
l’ex-Union générale des étudiants musulmans al-
gériens (UGEMA), portant, entre autres, sur la
consécration du dialogue avec les instances uni-
versitaires et l’amélioration des conditions de vie
des étudiants à l’intérieur des résidences univer-
sitaires. L’invité de cette septième et dernière
journée l’Université d’été, M. Moussa Benha-
madi, ex-ministre des Télécommunications a es-
timé que l’université ne doit pas se limiter à
délivrer des diplômes, mais doit jouer un rôle et
apporter des solutions aux problèmes de la so-
ciété qualifiant l’université de "locomotive de
la société".
"Il faut que l’étudiant ait une réflexion pros-
pective et soit porteur d’un idéal", a-t-il ajouté
rappelant la relation entre l’université et la so-
ciété. Les participants au nombre de 600 délé-
gués issus de 37 bureaux de différentes
universités et centres universitaires du pays, se
sont félicités des travaux des ateliers de cette 25
e
édition, marqués par un programme riche et
varié et des débats et des conférences de haut
niveau abordant les droits de l’Homme et la réa-
lité de la jeunesse algérienne, le travail syndical
au sein du mouvement estudiantin et la re-
cherche scientifique.
Une campagne de don de sang a été égale-
ment organisée à cette université d’été, ont sou-
ligné les organisateurs.
Un regroupement régional des res-
ponsables des bureaux de wilayas dans
l'Ouest de l'Union générale des travail-
leurs algériens (UGTA) s'est tenu au-
jourd’hui à Oran avec pour objectif de
formuler des propositions dans le cadre
de l'avant-projet de Code du travail.
"Cette initiative a pour but de contri-
buer à l'enrichissement du Code du tra-
vail", a précisé le secrétaire national
chargé des relations sociales à l'UGTA,
Achour Telli, qui a présidé la rencontre
à la salle de conférences du siège Aval
de la compagnie pétrolière nationale
Sonatrach.
Le regroupement d'Oran donne le
ton à un cycle de rencontres similaires
prévues à Skikda pour la région Est
(demain mercredi), à Laghouat pour le
Sud et le Sud-Ouest (31 août) et à Alger
pour les wilayas du Centre (2 septem-
bre), a fait savoir M. Telli.
Selon le même responsable, une
autre séance de travail est également
programmée le 3 septembre prochain à
Alger, réunissant les représentants des
trente fédérations nationales UGTA de
l'ensemble des secteurs économiques.
Cette opération initiée par le secré-
taire général de l'UGTA, Abdelmadjid
Sidi Saïd, vise à "recueillir et à synthé-
tiser les propositions recueillies au ni-
veau de chaque région et de la réunion
des fédérations sectorielles, et ce, à l'ef-
fet de l'élaboration d'une plateforme na-
tionale de propositions", a expliqué
M. Telli.
L'élaboration de cette plate-forme
est escomptée avant la fin du mois de
septembre prochain, a-t-il fait savoir à
l'issue de ce premier regroupement ré-
gional où les intervenants ont insisté,
en substance, sur la consolidation des
articles relatifs aux droits des salariés.
Les entreprises nationales sont
disposées à accroître et dévelop-
per leurs capacités de production
afin d'améliorer leur contribution
à la réalisation du programme pu-
blic du BTPH pour peu que les
pouvoirs publics garantissent les
conditions nécessaires à l'amélio-
ration de leur environnement, no-
tamment l'accès au financement,
ont affirmé des professionnels du
secteur. L'outil national, capable
de réaliser actuellement les bâti-
ments de taille moyenne (5 à 7
étages), pourra prendre en charge
des projets de grande envergure à
condition de bénéficier de facili-
tations, notamment l'accès au fi-
nancement, a assuré à l'APS,
Salim Gasmi, président de l'Union
nationale des entrepreneurs du bâ-
timent (UNEB).
Au nombre de 35.000 PME
opérant dans le secteur du BTPH,
ces entreprises sont aujourd'hui
confrontées aux contraintes liées
à leur financement et à l'applica-
tion effective du programme na-
tional de mise à niveau bloqué au
stade de diagnostic, a-t-il fait re-
marquer. M. Gasmi a appelé, à ce
titre, les pouvoirs publics à éva-
luer les résultats de ce programme
entamé en 2010 et qui reste, selon
lui, limité au stade de diagnostic.
Ce programme "n'a pas réussi à
aider les entreprises du BTPH à
recevoir des aides financières et à
bénéficier des formations et d'as-
sistances techniques nécessaires",
a-t-il déploré, rappelant que 43%
des entreprises concernées acti-
vent dans la construction. L'entre-
prise algérienne a besoin d'outils
de production et de méthodes de
gestion modernes pour réduire les
délais de réalisation et améliorer
la qualité des constructions, a sou-
ligné le président de l'UNEB.
Pour Abdelkrim Selmane, consul-
tant en BTPH, l'outil national de
réalisation "ne dispose pas de
moyens appropriés pour réaliser
une grande partie du programme
national de logements".
Développer l'outil national
de production
Selon lui, même les entreprises
les plus dotées de moyens hu-
mains et matériels ne peuvent pas
prendre en charge plus de 3.000 à
3.500 logements par an en raison
de leur moyens de réalisation qui
restent limités comparativement
aux capacités modernes et énergé-
tiquement efficients dont dispo-
sent les entreprises étrangères.
"On ne blâme pas les entre-
prises algériennes qui, auparavant,
réalisaient des projets pour l'Etat
mais ne recevaient pas à temps
leurs dus et, pratiquement, ne pou-
vaient pas se développer et acqué-
rir les moyens appropriés pour des
projets de grande envergure", a-t-
il indiqué. Les problèmes aux-
quels font face ces entreprises
portent surtout sur le manque de la
main d'œuvre qualifiée ainsi que
des matériaux de construction, a-
t-il ajouté. Ceci dit, si tous les
moyens sont réunis et les paie-
ments de situation se font à temps,
l'entreprise algérienne pourrait
prendre en charge de 30 à 40% des
projets inscrits, a-t-il estimé.
S'agissant des projets confiés
aux entreprises étrangères, cet ex-
pert juge que ces dernières ne sont
pas en mesure de les réaliser
toutes seules sans recourir à leurs
homologues algériennes (privées
et publiques) dans le cadre de par-
tenariats ou de contrats de sous-
traitance.
De son côté, Arezki Herbi de la
Confédération générale du patro-
nat du BTPH (CGPBTPH), estime
que pour la réalisation d'infra-
structures de base, les entreprises
algériennes "ont pris de l'enver-
gure et peuvent désormais faire
face au programme notamment
dans le secteur de l'hydraulique".
M. Herbi a relevé avec satisfac-
tion la dynamique de développe-
ment que connaît l'entreprise
algérienne ces dernières années,
affirmant que les entrepreneurs
ont également commencé à mo-
derniser leur outil de travail en
important de nouveaux équipe-
ments comme les centrales à
béton, les camions malaxeurs et
les coffrages métalliques pour réa-
liser les projets actuels.
Toutefois, les problèmes des
PME qui activent dans le BTPH,
de l'avis du représentant de cette
confédération qui compte plus de
6.000 entreprises adhérentes em-
ployant quelques 80.000 travail-
leurs, se résument aux lenteurs de
paiement des travaux supplémen-
taires, ce qui, a-t-il poursuivi, "pé-
nalise financièrement ces
entreprises".
E
n effet, désormais tout ci-
toyen désirant retirer son
acte de naissance, n’est pas
dans l’obligation de s’adresser
aux services de sa commune de
résidence.
Il peut retirer ses documents
d’état civil partout ailleurs en Al-
gérie auprès de toute autre com-
mune du territoire national.
Cette décision est venu après
avoir constaté «l’affluence parti-
culière enregistrée, lors de ce ren-
dez-vous, au niveau des services
d'état civil pour le retrait des dif-
férents documents administratifs»,
indique le ministère de l’Intérieur
et des Collectivités locales dans
un communiqué, «toute personne
désirant retirer des documents
d'état civil peut se présenter à
n'importe quelle commune sans
avoir à se déplacer à la commune
de naissance», lit-on dans le
même communiqué.
Cette action s’inscrit dans le
cadre de la stratégie du départe-
ment de Belaiz, visant l’améliora-
tion de la prestation de
l’administration de l’état civil à
l’échelle nationale. Finie donc la
contrainte de se rendre obligatoi-
rement dans sa commune natale
pour se faire livrer ce document
exigé dans tout dossier qu’un ci-
toyen doit constituer.
Le département de Tayeb Be-
laiz précise que «les citoyens peu-
vent bénéficier des mêmes
facilités auprès des annexes muni-
cipales», «tout citoyen pourrait re-
tirer son acte de naissance (n°12),
où qu’il soit en Algérie», a-t-on
ajouté. Soulignant que «tous les
moyens humains nécessaires ont
été mobilisés», le ministère de
l’Intérieur et des Collectivités lo-
cales, précise dans le même docu-
ment qu'un dispositif spécial a été
mis en place pour «assurer la
continuité des prestations admi-
nistratives des services d'état civil
au niveau des APC et leurs an-
nexes». Il y a lieu de rappeler que
pas moins de 1.541 communes du
pays sont interconnectées et liées
à la base de données domiciliées
au niveau du ministère de l’Inté-
rieur.
Sihem Oubraham
RAPPEL DU MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR ET DES COLLECTIVITÉS LOCALES
Les documents d'état civil peuvent être
retirés de n’importe quelle commune
Pour faciliter la vie aux citoyens, en prévision de la rentrée scolaire et universitaire, le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales
rappelle à l’ensemble des citoyens «la possibilité de retirer les documents d'état civil de n'importe quelle commune».
ENRICHISSEMENT DU CODE DU TRAVAIL
Premier regroupement régional
de l'UGTA à Oran
UNEA
Objectif : réussir la prochaine rentrée universitaire
BTPH
L'entreprise algérienne en mesure de réaliser une grande partie
du programme public
6 EL MOUDJAHID
Nation
Mardi 26 Août 2014
«
I
l est question d'un cessez-le-
feu temporaire qui permet-
trait d'ouvrir les points de
passage aux frontières, de laisser
passer l'aide humanitaire et le ma-
tériel de reconstruction, les sujets
contestés seraient discutés dans un
mois", a expliqué un de ces respon-
sables à l'AFP. "Nous sommes dis-
posés à accepter, mais nous
attendons la réponse israélienne à
cette proposition", a-t-il ajouté sous
le couvert de l'anonymat. Les Egyp-
tiens pourraient inviter Israéliens et
Palestiniens à reprendre les discus-
sions sous 48 heures, selon un autre
responsable palestinien. "Des ef-
forts sont en cours pour parvenir à
un accord", a confirmé à l'AFP un
porte-parole du Hamas à Ghaza,
Sami Abou Zouhri. Le porte-parole
du Jihad islamique, deuxième force
dans la bande de Ghaza et autre par-
ticipant palestinien aux discussions
compliquées menées depuis plu-
sieurs semaines sous les auspices
égyptiens, Daoud Shihab, a néan-
moins prévenu que "la réussite des
contacts qui ont été pris dépend de
la prise en compte ou non des exi-
gences palestiniennes". Mark
Regev, un porte-parole du Premier
ministre israélien Benjamin Neta-
nyahu, s'est gardé de tout commen-
taire, se contentant de répéter la
position de principe selon laquelle
Israël ne négociait pas tant que les
tirs de roquettes palestiniens conti-
nuaient. "Cette position n'a pas
changé", a-t-il dit. Depuis des se-
maines, l'Egypte est impliquée dans
les tentatives d'instaurer une trêve.
Un premier cessez-le-feu accepté
par les deux parties a volé en éclats
au bout de quelques heures le 1
er
août. Un deuxième cessez-le-feu
accepté par les Israéliens et les Pa-
lestiniens entré en vigueur le 11
août a tenu neuf jours, pendant les-
quels les Egyptiens ont essayé au
Caire de convaincre les belligérants
de souscrire à une trêve prolongée.
Mais ces négociations indirectes ont
échoué sur des exigences apparem-
ment inconciliables : la garantie de
leur sécurité pour les Israéliens, la
levée du blocus israélien pour les
Palestiniens. Les Egyptiens avaient
pourtant proposé de différer à un
mois les pourparlers sur les sujets
de discorde les plus ardus. Israé-
liens et Palestiniens ont donc re-
commencé à échanger frappes aé-
riennes et tirs de roquettes et de
mortiers le 19 août. Depuis, 104 Pa-
lestiniens ont été tués, ainsi qu'un
enfant israélien de quatre ans. Qua-
tre Palestiniens, dont une mère et
son fils de trois ans, sont morts hier
dans deux frappes aériennes israé-
liennes distinctes, ont indiqué les
secours palestiniens.
L'armée israélienne a indiqué
avoir ciblé au moins 16 objectifs, et
affirmé que 39 roquettes avaient été
tirées hier, depuis la bande de
Ghaza. Aucune victime n'a été rap-
portée. Deux mosquées à Beit Ha-
noun dans le nord de la bande de
Ghaza et dans la ville de Ghaza ont
été détruites par les frappes israé-
liennes, ont relaté des témoins.
L'opération "Bordure protectrice"
lancée le 8 juillet par Israël s'est tra-
duite par 2.124 morts palestiniens,
selon les secours locaux. Environ
70% sont des civils et au moins 480
des enfants, dit l'Onu. Cette agres-
sion continuera "jusqu'à ce qu'elle
ait atteint son objectif (...) cela peut
prendre du temps", a prévenu di-
manche Benjamin Netanyahu, et Is-
raël est prêt à poursuivre ses
opérations même après la rentrée
scolaire lundi prochain, a-t-il dit. En
Cisjordanie, un adolescent Palesti-
nien blessé vendredi par des soldats
israéliens lors d'une manifestation
de solidarité avec Ghaza est décédé
hier, selon des sources médicales et
sécuritaires. La victime, Hassan
Achour (14 ans), a été blessée par
balles à l'abdomen lors d'une mani-
festation dans le nord de la Cisjor-
danie occupée, à Beit Furik près de
Naplouse. Plusieurs manifestations
de soutien ont été organisées en
Cisjordanie depuis le début le 8 juil-
let de l'opération israélienne contre
le Hamas dans la bande de Ghaza.
Dans certains cas, l'armée israé-
lienne a réagi en ouvrant le feu,
selon des responsables des services
de sécurité palestiniens. Au moins
20 Palestiniens ont été tués en Cis-
jordanie depuis le 8 juillet, selon
des chiffres de l'Onu.
R. I.
Israël poursuit ses crimes
2.124 Palestiniens tués
L'Egypte mobilise ses forces pour faire cesser les hostilités entre Israël et le Hamas qui ont encore fait quatre morts dans la bande
de Ghaza hier, veille du 50
e
jour de guerre. Le Caire, voisin et médiateur habituel des conflits israélo-palestiniens, est ainsi en train
de soumettre une nouvelle proposition de cessez-le-feu dans l’agression qui a fait plus de 2.124 morts depuis le 8 juillet,
a-t-on appris auprès de responsables palestiniens.
50
e
JOUR DE L’AGRESSION ISRAÉLIENNE CONTRE GHAZA
Les Palestiniens préparent une initiative pour la fin de l'occupation
DRONE ISRAÉLIEN ABATTU EN IRAN
Téhéran annonce qu'il va armer
les Palestiniens
L'Iran a annoncé hier son intention d'"accélérer l'armement" des Palesti-
niens en représailles à l'envoi d'un drone d'espionnage israélien abattu selon
Téhéran dans son espace aérien. "Nous allons accélérer l'armement de la Cis-
jordanie et nous nous réservons le droit de donner toute réponse" à l'envoi de
ce drone abattu alors qu'il s'approchait du site d'enrichissement d'uranium de
Natanz (centre), a déclaré le général Amir-Ali Hajizadeh, le commandant des
forces aérospatiales des Gardiens de la révolution, selon leur site officiel Se-
pahnews.com. Les Gardiens, l'armée d'élite de la République islamique, ont
affirmé dimanche avoir abattu un "drone furtif d'espionnage du régime sioniste
qui tentait d'approcher la zone nucléaire de Natanz.
Mohammed al-Khatib sait qu'il met
sa vie en danger chaque fois qu'il prend
le volant pour parcourir les routes de
Ghaza et approvisionner en eau potable
les réfugiés palestiniens dans la bande
de Ghaza. A 23 ans, il a déjà vécu deux
guerres contre Israël, celles de 2008-
2009 et de 2012. Mais il n'a jamais as-
sisté à un tel déferlement de violences,
de bombes et de morts, dit-il. "Dès que
je conduis, j'ai peur, j'ai les nerfs à vif",
confie le chauffeur dans le hangar de la
petite usine de dessalement alors que
les bombardements israéliens grondent
au loin. Son chargement est précieux.
90% de l'eau du robinet n'est plus po-
table à Ghaza. L'eau de mer dessalée
est devenue une ressource de première
nécessité pour les habitants de cette en-
clave, en particulier les réfugiés. Mal-
gré la demande, l'usine a du mal à
fonctionner. Les chauffeurs ne se bous-
culent pas pour prendre la route car les
véhicules de transport sont des cibles
fréquentes de l'aviation israélienne.
Mohammed al-Khatib est épuisé par la
tâche et la fatigue nerveuse. "Parfois je
vais livrer une maison et je découvre
qu'elle a été bombardée", explique t-il.
"Par exemple la famille Mata... je viens
régulièrement remplir le réservoir d'eau
de leur maison. Un jour, j'y suis allé, et
il n'y avait plus de maison". Les frappes
ne sont pas seulement le lot de son quo-
tidien professionnel. Trois de ses amis
ont été tués et plusieurs blessés. D'ha-
bitude, lui et les siens vivent à huit dans
sa maison du nord de Ghaza, mais au-
jourd'hui 30 de ses proches y ont trouvé
refuge. Des camions viennent chaque
matin faire le plein d'eau et s'en vont
ensuite faire la tournée des écoles et
des maisons du nord et du centre de la
bande de Ghaza. Les routes sont acci-
dentées, parfois même défoncées de
cratères percés par les bombes. Selon
l'organisation caritative Oxfam, un tiers
des 1,8 million de Palestiniens de
Ghaza sont aujourd'hui privés d'eau po-
table. Dans les quartiers les plus dévas-
tés de Ghaza, comme celui de
Chajayia, l'eau ne coule qu'une ou deux
heures par jour dans les robinets.
POUR ALIMENTER LA POPULATION EN EAU POTABLE
Les chauffeurs de Ghaza défient
la mort chaque jour
La direction palestinienne se prépare à exiger à la
communauté internationale de fixer une date butoir
pour la fin de l'occupation israélienne des Territoires
palestiniens, a indiqué hier un responsable.
La direction palestinienne est "prête à s'adresser
au Conseil de sécurité de l'Onu pour mettre fin à l'oc-
cupation" israélienne, a affirmé Wassel Abou Yous-
sef, un haut responsable de l'Organisation de
libération de la Palestine (OLP). Le ministre du Tra-
vail, Ahmad al-Majdalani, a également indiqué que
la direction palestinienne "œuvrait en vue de la tenue
d'une conférence internationale pour mettre au point
un calendrier pour la fin de l'occupation", a-t-il af-
firmé. La révélation d'une telle initiative survient en
pleine agression israélienne contre la bande de
Ghaza. Les Palestiniens menacent déjà d'adhérer à la
Cour pénale internationale (CPI) qui permettrait d'en-
gager une action légale contre des responsables israé-
liens sur le déroulement des opérations dans la bande
de Ghaza.
D
R
ISMAIL REDOUANE, MEMBRE DU BUREAU POLITIQUE
DU HAMAS ET ANCIEN MINISTRE PALESTINIEN DES WAKFS :
« Le Hamas pose des conditions
pour un cessez-le-feu »
Le siège du parti Mouvement de
la Société pour la Paix (MSP) a
abrité, hier après-midi, une confé-
rence de presse animée par la délé-
gation palestinienne présidée par
Dr. Ismail Redouane, membre du
bureau politique du HAMAS et an-
cien ministre palestinien des
Wakfs. Ont pris également part à
cette rencontre présidée par M. Ab-
derrezak Mokri, président du MSP,
M. Ali Baraka, membre du bureau
politique du Hamas.
Lors de son allocution, Le D
r
Is-
mail Redouane a, de prime abord,
tenu à adresser un message de re-
merciements et de reconnaissance
à l’Algérie pour son soutien indé-
fectible à la cause palestinienne.
« Nous saluons le soutien indéfec-
tible de l’Algérie à la cause pales-
tinienne et l’appui du Président
Bouteflika et du peuple algérien au
peuple palestinien, à travers le sou-
tien politique et financier. Nous sa-
luons également la solidarité
exprimée par les formations poli-
tiques algériennes ainsi que les ef-
forts des médias algériens. A ces
derniers, nous disons, persévérez
car la bataille est une bataille mé-
diatique, par excellence». Evo-
quant la rencontre avec M.
Abdelaziz Belkhadem, ministre
d’Etat et conseiller à la présidence
de la République, ce cadre du
Hamas et ancien ministre des
Wakfs la qualifiera de «positive».
Le D
r
Ismail Redouane, et après
voir présenté la situation actuelle à
Ghaza, a déclaré : «La résistance se
porte bien». Par ailleurs et au sujet
du cessez-le feu, le conférencier
soulignera qu’il «n’y aura pas de
cessez-le-feu sauf dans deux cas ;
le premier c’est lorsque l’ancienne
proposition puisse être respectée et
le second c’est celle d’adhérer à
une nouvelle proposition. En fait,
la 2
e
possibilité concerne l’annonce
d’un cessez-le-feu sur la base de
quatre points essentiels, à savoir :
l’arrêt de l’agression israélienne,
l’arrêt du blocus israélien, l’ouver-
ture des passages et la reconstruc-
tion de Ghaza. Ce n’est que dans
ces cas là qu’on peut annoncer un
cessez le feu et entrer ensuite dans
les détails », a affirmé le D
r
Ismail
Redouane. Le conférencier relè-
vera dans ce contexte que «la résis-
tance a démystifié des théories
surfaites sur une pseudo invincibi-
lité de l’armée sioniste». Par ail-
leurs, Ismail Redouane a évoqué la
situation difficile que vit le peu-
ple palestinien, notamment à
Ghaza, soumise depuis des an-
nées à un blocus féroce et à une
agression armée des plus bar-
bares. Aussi, Il mettra en exergue
le fait que «c’est l’occupation qui
est responsable de la guerre et de
ses crimes de guerre». La situa-
tion est «difficile» et les chiffres
parlent d’eux-mêmes  : «Nous
avons 2.200 Chahid et pas moins
de 11.000 blessés. Il ya eu 70
mosquées qui ont été complète-
ment détruites par les bombarde-
ments, 160 le sont partiellement.
Pour ce qui est des habitations,
pas moins de 40.000 unités sont
tombées en ruines. Dimanche,
une autre étape a commencé, celle
de la destruction des tours ; l’opé-
ration a visé Bordj Eddhafer. L’on
parle de la destruction de 6 hôpi-
taux, de 4 universités et de 150
écoles. Des massacres ont eu lieu
au niveau de 3 écoles réservées à
l’hébergement des familles. A si-
gnaler, aussi, nous avons un
manque flagrant en électricité, en
eau potable, en médicaments et
équipements médicaux, en es-
sence…. . Cela dit, les Palestiniens
unis font preuve de patience et de
résistance devant cette situation dé-
sastreuse qui se produit au vu et au
su du monde entier. Pour notre part,
nous continuerons la résistance et
nous ne permettrons jamais à l’oc-
cupant de réaliser, via les négocia-
tions, des objectifs qu’il n’a pu
atteindre par l’agression».
Soraya Guemmouri
P
h

:

H
a
m
m
a
d
i
Nation
EL MOUDJAHID 7
Mardi 26 Août 2014
25 AOÛT - 30 SEPTEMBRE 1958
L’ouverture du second Front,
un chapitre méconnu de l’histoire de la Révolution
Combien d’Algériens savent que le 25 août 1958 est une date phare de notre glorieuse Révolution ? Sans doute peu. Le FLN est pourtant
le premier mouvement de libération à avoir porté une révolution armée sur le territoire ennemi. Les jeunes générations ignorent pour beaucoup
cette étape cruciale de la guerre d’Algérie qui a pourtant changé le cours de l’histoire de l’Algérie. On parle ici de l’ouverture en France
du second front de la révolution de Novembre 54.
«L
e 25 août 1958 reste pour moi
une date à graver par des lettres
d’or dans le parcours de la lutte
menée par la communauté algérienne émi-
grée en plein cœur du territoire ennemi. Je
compare cette date à celle du 20 août 1955,
jour de l’offensive du Nord-Constantinois
menée par Zighout Youcef. Il était devenu
nécessaire de faire doter la fédération du
FLN en France d’une organisation paramili-
taire pour passer du stade de militantisme à
celui de l’action armée », a expliqué Daho
Djerbal, historien et enseignant universitaire,
lors d’une conférence qu’il a animée hier, à
la médiathèque Amara de Chéraga (Alger),
à l’occasion de la célébration du 56
e
anniver-
saire de l’ouverture du second front. Une dé-
marche qui s’est soldée à la fin des
opérations, le 30 septembre de la même
année, moins de 40 jours plus tard, par 242
attaques qui ont pris pour cible 181 objectifs
économiques situés aux six coins de l’Hexa-
gone, 56 actions de sabotage qui ont touché
différentes installations et équipements, 82
morts et enfin 188 blessés.
« L’objectif était clair. Il fallait cibler les
points névralgiques de l’économie française
pour l’affaiblir et épargner les populations
civiles pour ne pas donner une image de bar-
bares ou de criminels. Seuls les personnalités
politiques connues pour leur hostilité et leur
haine envers l’Algérie, les harkis et les offi-
ciers supérieurs de l’armée et de la police
françaises sont ciblés.
Les commandos de choc se sont surtout
attaqués à des objectifs stratégiques comme
les raffineries de carburant, les usines, les
voies de communications entre voies ferrées
et routes, les équipements militaires et le ma-
tériel aéronautique et d’autres cibles impor-
tantes.
Et le moins que l’on puisse dire est que
ces opérations ont été une grande réussite sur
le double plan psychologique et militaire et
l’objectif a été atteint dans la mesure où les
renforts militaires que la France a prévu
d’envoyer en Algérie ont changé de cap et
les responsables français ont préféré sécuri-
ser leurs sites stratégiques », a assuré le
conférencier qui a précisé que ces actions ont
pris fin le 30 septembre. Pour la simple rai-
son qu’une sauvage répression s’est abattue
et des représailles terribles ont ciblé la com-
munauté algérienne et même maghrébine de
France. Le but donc était d’alléger le dispo-
sitif militaire qui étouffait la résistance en
Algérie et de desserrer l’étau sur les maquis
algériens qui ont été à ette période acculés
de toutes part par l’armée française.
L’OS émigration sur les traces de l’OS
de Belouizdad
Mais comment et par qui s’est décidée
l’initiative d’ouvrir un second front ? Il y a
eu d’abord la création de quelques comman-
dos de choc qui menaient des actions spora-
diques mais néanmoins spectaculaires. On
pense plus particulièrement au célèbre atten-
tat du 29 mai 1957, au stade de Colombes de
Paris, qui a vu un farouche partisan de l’Al-
gérie française, le député Ali Chekka, abattu
par un jeune fidai algérien, Mohamed Ben-
saddouk.
La finale de la coupe de France était à
peine terminée que le « traître » à la cause
algérienne est froidement abattu non loin du
président français, René Coty, qui a assisté
au sacre de Toulouse face à Angers sur le
score de 6 buts à 3.
Un coup d’éclat qui reste malheureuse-
ment méconnu et peu médiatisé en Algérie,
52 ans après notre indépendance, d’autant
plus que le héros Bensaddouk est toujours en
vie.
Quelques mois plus tard, les dirigeants du
FLN ont décidé de passer à une étape supé-
rieure en instruisant la fédération du FLN de
créer l’Organisation spéciale (l’OS) comme
du temps du PPA dans les années 40 et réflé-
chir à des actions qui ont pour but d’instaurer
un climat d’insécurité en France. La fédéra-
tion du FLN de France cibla et identifia une
douzaine de militants intègres pour les en-
voyer dans un camp d’entraînement au
Maroc. « Sur place, ils ont appris tous les ru-
diments de l’action armée et le maniement
des armes et des explosifs.
Ils sont devenus du coup aguerris et rom-
pus à l’action militaire, ce explique que dès
leur retour en France, ils étaient aptes à ces
actions et accomplissaient exploit après ex-
ploit bien que les opérations de l’OS fussent
délicates et compliquées car ça se passait en
territoire ennemis », a relevé Daho Djerbal.
SAM
SELON LE MOUDJAHID MOHAMED ARRAD :
Le budget du GPRA financé à 80% par la Fédération
de France du FLN
Le budget du Gouvernement
provisoire de la République algé-
rienne (GPRA) était financé à hau-
teur de 80% par la Fédération de
France du Front de libération na-
tionale, a affirmé, hier à Tizi-
Ouzou, le moudjahid Mohamed
Arrad, membre de l’ Association
nationale des moudjahidine de
cette structure, baptisée Wilaya VII
historique.
"Le budget du GPRA était ali-
menté, de 1958 à 1962, à concur-
rence de 80% par la Fédération de
France du FLN, grâce aux cotisa-
tions émanant de travailleurs et
commerçants, émigrés de l’époque
en France.
La Fédération finançait aussi di-
rectement les wilayas historiques",
a indiqué Mohamed Arrad lors
d’une rencontre de moudjahidine,
organisée à la maison de la culture,
en commémoration du 56
e
anniver-
saire de l’ouverture en France, par
les dirigeants de la Révolution, du
second front de la lutte armée de li-
bération nationale.
Evoquant la date phare du 25
août 1958 dans le cheminement de
la Révolution de Novembre, lors
d’une conférence intitulée "Apport
de la Fédération du FLN de France
à la Révolution algérienne", l’inter-
venant a rappelé que "c’est Abane
Ramdane qui a confié au militant
Omar Boudaoud, lors du Congrès
de la Soummam du 20 Août 1956,
la mission de porter le combat libé-
rateur sur le sol ennemi, afin de
desserrer l’étau sur les maquis in-
térieurs et donner une plus grande
audience à la Révolution".
Durant cette conférence, pré-
sentée en présence du moudjahid
Ould Hammou Brahim, président
de l’Association nationale des
moudjahidine de la Fédération du
FLN en France, M. Arrad a souli-
gné que "la Fédération du FLN
outre-mer, dont la mise sur pied
coïncidait avec le retour du général
de Gaulle au pouvoir et du débat de
la question algérienne à l’ONU, a
été d’un apport indéniable dans le
pourvoi de l’Algérie en armes pour
la reconquête de son indépendance,
dans le financement de la Révolu-
tion et dans la mobilisation de
l’émigration nationale, en faisant
face à la police française et ses sup-
plétifs contre-révolutionnaires".
Il a évoqué également des "ac-
tions commando" menées sur le sol
français contre des objectifs stra-
tégiques et économiques, en appli-
cation des directives des dirigeants
de la Révolution.
D'autres moudjahidine ont in-
sisté, dans leurs interventions, sur
le "devoir d’une transcription cor-
recte de l’histoire de la Révolution
pour sa transmission, sans falsifi-
cation, aux générations futures.
L’histoire de la Révolution al-
gérienne est insuffisamment ensei-
gnée dans nos écoles, alors qu’elle
est étudiée de par le monde entier
comme un modèle de référence", a
estimé, à cet égard, Ait Ahmed Si
Ouali, officier de l’Armée de libé-
ration nationale (ALN).
En commémoration de cet évé-
nement historique, les moudjahi-
dine se sont recueillis à la
mémoire des martyrs à la place du
17 Octobre 1961 du centre -ville de
Tizi-Ouzou où a été déposée une
gerbe de fleurs.
FRONT DU CHANGEMENT
Appel au dialogue et au consensus pour atteindre
le changement démocratique escompté
Le président du Front du Changement,
Abdelmadjid Menasra, a appelé, hier à Bou-
merdès, à la nécessité d’adopter la voie "du
dialogue et du consensus" entre le pouvoir et
l’opposition pour atteindre le changement
démocratique escompté. Dans son allocution
d’ouverture de l’université d’été des cadres
de son parti, organisée sous le slogan "La
mutation démocratique, responsabilité de la
société, du pouvoir et de l’opposition", M.
Menasra a estimé que la voie du dialogue et
du consensus représente la solution "la plus
sûre". Il a, en outre, affirmé que le change-
ment imposé par le pouvoir "n’est pas cor-
rect" et celui "provoqué par la base peut être
violent", d’où la nécessité, a-t-il dit, d’opter
pour l’esprit de concertation". Le président
du Front du changement a, d’autre part, in-
diqué que le changement démocratique "a
beaucoup tardé en Algérie, subi plusieurs
avortements et a fait face à plusieurs obsta-
cles", estimant qu’il est " nécessaire, au-
jourd’hui, de poursuivre cette mutation
démocratique, car les dangers sont nom-
breux aussi bien sur les plans intérieur que
régional".
Sur un autre registre, M. Menasra a salué
la "ténacité de la résistance à Ghaza et son
triomphe", rappelant que l’Algérie est son
peuple sont toujours solidaires de la cause
palestinienne. L’université d’été du Front du
changement, qui se poursuit durant trois
jours, enregistre la participation de plus de
500 cadres du parti. Des personnalités poli-
tiques nationales et des présidents de forma-
tions politiques ont assisté à son ouverture.
Nation
EL MOUDJAHID 8
Mardi 26 Août 2014
LUTTE CONTRE LA FIÈVRE APHTEUSE
ALGER
18 foyers
enregistrés
Le nombre de foyers de fièvre aphteuse dans
la wilaya d'Alger est passé de 6 à 18 depuis la
mi-août courant tandis que 4.015 bovins ont été
vaccinés depuis l'apparition de la maladie, a in-
diqué hier l'inspecteur vétérinaire de la wilaya,
Yousfi Abdelhalim.
Les foyers découverts depuis l'apparition de
la maladie à la fin juillet dernier dans la wilaya
d'Alger s'élèvent à 18 répartis sur 13 communes
à savoir Chéraga, Souidania, Aïn Benian,
Rouiba, Saoula, Sidi Moussa, Mhalma, Bordj
el Kifan, Douéra, Tessala el Merdja, Réghaia et
Rahmania, a précisé M. Yousfi dans une décla-
ration à l'APS.
292 bovins atteints par la fièvre aphteuse ont
été abattus dans des abattoirs de la wilaya d'Al-
ger, a-t-il ajouté affirmant qu'aucun cas de
contamination n'est à signaler parmi le cheptel
ovin.
Le nouveau bilan de l'inspection vétérinaire
de la wilaya a fait ressortir une hausse des cas
d'incidence d'autant que les chiffres enregistrés
à la mi-août courant font état de 6 foyers à tra-
vers 6 communes (Aïn Benian, Rouiba, Ze-
ralda, Saoula, Sidi Moussa et Chéraga) en plus
de l'abattage de 30 bovins contaminés.
M. Yousfi a, en outre, insisté sur la nécessité
pour les éleveurs et agriculteurs de faire preuve
de responsabilité et de contacter immédiate-
ment les services de l'inspection vétérinaire ou
un médecin vétérinaire en cas de suspicion
d'une contamination parmi leur cheptel. La pre-
mière opération d'indemnisation des éleveurs,
dont le cheptel bovin a été touché par la fièvre
aphteuse, a été lancée, dimanche à Mostaga-
nem, par le ministre de l'Agriculture et du Dé-
veloppement rural, Abdelouahab Nouri. "Les
titres de paiement sont à même de réconforter
ces éleveurs et leur permettre de reprendre de
leur activité", a indiqué le ministre. Félicitant
tous les intervenants dans le secteur au niveau
local pour la prise en charge de cette maladie
animale, M. Nouri a insisté sur le respect des
mesures édictées, déclarant qu'"il faut prendre
des mesures préventives et respecter la cam-
pagne de vaccination pour éradiquer ce virus
qui se propage rapidement et qui risque de ter-
rasser le cheptel bovin".
Le ministre a appelé, au passage, à maîtriser
l'opération de vaccination pour la réouverture
des marchés à bestiaux, rassurant que la viande
écoulée sur le marché ne constitue aucunement
un danger pour la santé du consommateur.
"Nous n'avons aucun manque en vétéri-
naires", a affirmé, d'autre part, M. Nouri, indi-
quant que 10.000 vétérinaires publics et privés
sont mobilisés pour cette opération de vaccina-
tion. Il a également révélé que 1.600.000 bovins
ont été vaccinées depuis la fin de l'année 2013.
DJELFA
Découverte
d’un nouveau foyer
Un nouveau foyer de l’épidémie de fièvre
aphteuse a été découvert, ces deux derniers
jours à Djelfa, a-t-on appris hier de l’inspecteur
vétérinaire de la wilaya.
Le nouveau foyer a été localisé à Ain El
Kerma, dans la commune de Birine (130 km au
nord du chef-lieu de la wilaya), a ajouté M.
Bencherik Mustapha, précisant que la maladie
a touché un bovin qui a été égorgé conformé-
ment aux procédures préventives mises en
place à cet effet.
Il s’agit du cinquième foyer d’épidémie de
fièvre aphteuse découvert dans cette wilaya. La
maladie n’a cependant pas contaminé des têtes
ovines et caprines, a-t-il soutenu, soulignant
que les services concernés poursuivent leur
campagne de sensibilisation et d’orientation en
direction des éleveurs.
Les services vétérinaires s’attellent actuelle-
ment à mettre en œuvre le plan de vaccination
d’urgence des bovins au niveau des localités où
l’épidémie a été enregistrée, ainsi que les loca-
lités avoisinantes aux wilayas touchées par
cette maladie.
La wilaya de Djelfa a bénéficié, à ce titre,
d’un quota de 5.000 vaccins. Une équipe de 33
vétérinaires est mobilisée pour assurer la mise
en œuvre de ce plan de vaccination préventive.
Réception d’un nouveau quota
de vaccins à Batna
C
ette quantité s’ajoute
aux 9.000 doses de vac-
cin réceptionnées en
août courant par la wilaya pour
lutter contre la propagation du
virus de la fièvre aphteuse,
alors que l’opération de vacci-
nation se poursuit normale-
ment depuis plusieurs
semaines à travers les com-
munes de la wilaya, a-t-il sou-
ligné.
L'objectif, selon ce respon-
sable, est de toucher tout le
cheptel bovin que compte la
wilaya, afin d’éradiquer cette
épidémie, quoique la priorité
soit accordée, conformément
aux instructions de la tutelle,
au cheptel bovin laitier, au
nombre de 50.000 têtes.
La distribution de cette nou-
velle dotation ciblera les com-
munes limitrophes de la wilaya
de Sétif et d'Oum El-Bouaghi,
où 13 foyers de cette maladie
qui a touché 77 vaches ont été
détectés chez des éleveurs ac-
tivant dans ces localités, a sou-
ligné M. Boughrara, précisant
que la fièvre aphteuse "est sur
le point d'être maîtrisée à
Batna".
Parallèlement à cette vacci-
nation, une vaste campagne de
sensibilisation et de prévention
contre cette maladie a été lan-
cée en direction des éleveurs et
maquignons, a indiqué ce res-
ponsable.
RELIZANE
Vaccination de plus de 12.000 bovins
Plus de 12.000 bovins ont été vaccinés
contre la fièvre aphteuse dans la wilaya de
Relizane, a-t-on appris hier du directeur
des services agricoles (DSA), Abdelkader
Kettou.
6.000 doses de ce vaccin ont été récep-
tionnés hier s'ajoutant à 17.000 autres dont
a bénéficié, à deux reprises, la wilaya du-
rant les semaines passées et qui ont été re-
mises aux services vétérinaires de la
wilaya.
La priorité a été accordée dans l'opéra-
tion de distribution aux daïras proches du
seul foyer où s'est déclaré la maladie, à
Zemmoura, au sud de la wilaya, a-t-il
ajouté, signalant que 14.000 têtes de bovins
ont été vaccinées dans cette région.
Le même responsable a rappelé que la
campagne de vaccination a été lancée sitôt
le premier foyer de la maladie déclaré dans
la wilaya le 11 août courant et a ciblé tout
le bétail dans la région sud.
Il a également affirmé que les mesures
de prévention prises dont celles de ferme-
ture des marchés de bétail et de nettoiement
des étables ont empêché l'extension de
l'épidémie. La wilaya de Relizane recense
plus de 50.000 bovins dont 20.000 vaches
laitières, selon la même source qui a indi-
qué que les campagnes de sensiblisation sur
les risques de cette maladie se poursuivent
notamment dans les zones limitrophes aux
wilayas de Chlef, Mostaganem et Tiaret.
MÉDÉA
Caravane de prévention à travers
les principaux bassins laitiers
Une caravane de sensibilisa-
tion et de prévention contre la
fièvre aphteuse sillonne, depuis
dimanche dernier, les princi-
paux bassins laitiers de la wi-
laya de Médéa afin de rappeler
aux éleveurs les consignes sa-
nitaires à suivre pour faire face
à cette maladie et leur expliquer
les modalités d’indemnisation,
a-t-on appris hier auprès de la
DSA.
Cette caravane, composée
de cadres de l’inspection vété-
rinaire de la DSA, de représen-
tants de la chambre agricole et
de la Caisse régionale de mu-
tualité agricole (CRMA), a
marquée, une première halte
dans la daira d’El-Azzizia (90
km au nord-est de Médéa), où
une rencontre d’information a
été organisée sur place au profit
des éleveurs relevant de cette
daira, l’une des plus affectée
par cette maladie. Des explica-
tions ont été fournies aux éle-
veurs et petits exploitants
agricoles, issus des communes
d’El-Azzizia, Maghraoua et
Mihoub sur la maladie et les
dispositions préventives à pren-
dre afin de protéger leur cheptel
et éviter ainsi d’éventuels
risques d’infection.
Cette halte a été mise à pro-
fit pour informer ceux touchés
par cette maladie des modalités
d’indemnisation mises en
place par les pouvoirs publics
pour compenser les pertes su-
bies. Une action de sensibilisa-
tion et de prévention similaire a
eu lieu, hier, dans la daira
d’Ouamri (33 km à l’ouest de
Médéa), considérée comme
l’un des grands bassins laitiers
de la région ouest de la wilaya,
qui n’a enregistré, pour l’ins-
tant, qu’un un seul cas de fièvre
aphteuse.
Des dizaines d’éleveurs,
issus des dairas de Médéa, Si-
Mahdjoub et de Ouamri, ont as-
sisté à la rencontre
d’information et de sensibilisa-
tion, animée par les cadres de
l’inspection vétérinaire de la
DSA et des représentants de la
CRMA. Les éleveurs présents
à cette rencontre ont insisté sur
la nécessité de mettre à leur dis-
position des quantités suffi-
santes de vaccins, eu égard au
nombre important du cheptel
bovin qui existe dans ces ré-
gions, et l’accélération de la
campagne de vaccination à tra-
vers les communes relevant de
ces trois dairas, "seul moyen",
ont-ils soutenu, de préserver
leur cheptel et empêcher tout
risque de propagation de la ma-
ladie.
La direction des services agricoles (DSA) de la wilaya de Batna vient de réceptionner un quota
supplémentaire de 3000 doses de vaccin anti-aphteux, a indiqué hier l’inspecteur vétérinaire
auprès de la DSA, Messaoud Boughrara.
EL MOUDJAHID
Nation
9
Mardi 26 Août 2014
BISKRA
4 morts et 2 blessés
dans une collision
Quatre personnes ont trouvé la mort et 2 autres ont été blessées
dans un accident de la circulation survenu dimanche passé, dans la
wilaya de Biskra, a-t-on appris le lendemain auprès de la protection
civile.
Il s’agit d’une collision entre un camion semi-remorque et un vé-
hicule léger survenue sur la RN3 dans la commune d’Oumache, a
précisé la même source. Les quatre victimes décédées étaient à bord
du véhicule, les deux autres blessées, le conducteur du camion et son
accompagnateur, ont été évacués vers l’hôpital Bachir Benasser du
chef-lieu de wilaya, pour des soins urgents, a ajouté la même source.
Une enquête a été ouverte par les services compétents afin de dé-
terminer les circonstances exactes de cet accident.
TIZI-OUZOU
700 ha de couvert
végétal détruits
700 ha de couvert végétal ont été détruits par 73 incendies enre-
gistrés depuis le début du mois d’août dans la wilaya de Tizi-Ouzou,
selon un bilan provisoire établi par les services de la conservation
locale des forêts. Selon ce bilan, 24 départs de feux ont parcouru
plus de 100 ha de forêt, 30 incendies ont parcouru 160 ha de maquis,
13 autres ont ravagé près de 200 ha d’autres couverts végétaux.
D’autres feux ont, quant à eux, touché des plantations d'arbres frui-
tiers, principalement des oliviers et figuiers, détruisant une superfi-
cie globale de 250 ha. Plusieurs localités ont été touchées par ces
départs de feux, notamment Makouda, Ain Zaouia, Yakouran, Mekla,
Idjeur, Yakourane et Azeffoune. B. A.
BATNA:
Sit-in de plusieurs
dizaines d’anciens
appelés du service
militaire devant le
siège de la wilaya
Plusieurs dizaines d’anciens ap-
pelés du service militaire de la wi-
laya de Batna ont observé lundi un
sit-in devant le siège de la wilaya
pour protester contre le non satisfac-
tion de leurs revendications, a-t-on
constaté. Mobilisés après leur ser-
vice militaire entre 1995 et 1999
pour prêter main-forte aux forces de
sécurité, ces anciens soldats venus
des quatre coins de la wilaya, ont
tenu ce sit-in pour réclamer des
droits en matière de logement et de
retraite, notamment, "une reconnais-
sance de leur travail durant la décen-
nie noire".
Certains ex-appelés, approchés
par l’APS, ont expliqué que "leurs
revendications ne sont pas encore
satisfaites, telles qu’une pension
mensuelle, et la priorité au loge-
ment et au travail ", ainsi que "plu-
sieurs autres points" qu’ils jugent
importants. " Ce n'est pas nouveau,
nous manifestons depuis mai 2011,
et une plate-forme de revendica-
tions portant notamment sur la re-
connaissance et la considération de
notre travail durant la décennie
noire a été envoyée au président Ab-
delaziz Bouteflika en avril 2012",
ont souligné ces protestataires.
Les anciens appelés du service
militaire de Batna tiennent réguliè-
rement ce genre de sit-in devant le
siège de la wilaya afin de faire pres-
sion sur les autorités appelées, selon
eux, à satisfaire leurs doléances.
"Nous sommes décidés à aller
jusqu'au bout de nos actions de pro-
testation pour arracher nos droits
assurent les protestataires.
TLEMCEN
Saisie de 1.200 chardonnerets
et de 410 kg de déchets de cuivre
La brigade mobile des Douanes de Tlemcen a saisi dimanche passé
1.200 chardonnerets et 410 kilos de déchets de cuivre dans deux opéra-
tions distinctes, a-t-on appris hier dans un communiqué émanant de la di-
rection régionale des Douanes algériennes.
Les volatiles étaient transportés à bord d’un véhicule de transport uti-
litaire intercepté lors d’un barrage dressé près de la zone de Sidi Senoussi,
une localité relevant de la daïra de Bensekrane, a-t-on ajouté.
La brigade des Douanes de Akid-Abbès (Maghnia) a réussi, pour sa
part, durant la même journée, la saisie de 410 kilos de déchets de cuivre
près de la localité de sidi El Mechouar (Maghnia), a-t-on indiqué de
même source.
La cargaison, devant être livrée à des contrebandiers, était transportée
à bord d’un véhicule de transport de moyen tonnage, a-t-on ajouté
signalant que la valeur totale de la "marchandise" et des véhicules
saisis est estimée à 1.713.000 DA, alors que l'amende s'élève à 19.230.000
DA.
LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ
Une bande encagoulée mise
hors d’état de nuire à Alger
Une bande constituée de cinq
individus encagoulés qui s'adon-
naient au vol et aux agressions à
Alger a été mise hors d’état de
nuire par la Brigade de recherche
et d'intervention (BRI) le 21 août,
a indiqué hier la sûreté nationale
dans un communiqué.
Les faits remontent au 10 août
quand un citoyen a saisi les ser-
vices de la division ouest de la po-
lice judiciaire d'Alger pour un
dépôt de plainte contre trois indivi-
dus encagoulés accusés de viola-
tion de domicile, d'agression et de
vol à main armée, a précisé le com-
muniqué de la sûreté nationale.
"La bande des encagoulés s'est
introduite dans son domicile et elle
lui a exigé de lui remettre son ar-
gent et tous les objets de valeur
qu'il possède.
Comme il a résisté, ils lui ont
asséné plusieurs coups de cou-
teaux, le laissant baignant dans son
sang avant de s'emparer de tout
objet de valeur", a-t-on indiqué de
même source, précisant que "la
victime a été dépossédée de la
somme de 700.000 DA et de plu-
sieurs objets de valeurs".
Suite à l'enquête et après un re-
levé des empreintes sur les lieux du
crime, la BRI a réussi à identifier
et à arrêter un des présumés au-
teurs, un jeune de 34 ans répondant
aux initiales (A.A.), résident dans
la wilaya de M'sila, à 260 km en-
virons au sud-est d'Alger.
Il a reconnu son implication
dans cette affaire aux côtés de son
frère (A. S.).
La poursuite des investigations
a abouti à l'arrestation des trois au-
tres individus composant la bande
des encagoulés et qui ont reconnu
les faits dont ils sont accusés, a-t-
on souligné.
Les cinq présumés auteurs de
l'agression ont été présentés hier
devant le procureur de la Répu-
blique, conclut le communiqué de
la sûreté nationale.
DGSN - UNIVERSITÉ ARABE NAYEF DES SCIENCES DE LA SÉCURITÉ
Le rôle des instances sociales
dans la préservation de la sécurité 
Sous le patronage du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, la Direction générale de la sûreté nationale
organise trois jours durant, du 26 au 28 août prochain, un colloque international scientifique portant sur « Le rôle des instances
sociales et des associations civiles dans la préservation de la sécurité ».
C
ette rencontre scientifique
d’envergure internationale
sera organisée au siège de la
Direction des unités républicaines
de sécurité à El Hamiz en partena-
riat avec l'université arabe Nayef
des sciences de sécurité (Arabie
saoudite).  
Des participants experts en ma-
tière de sécurité de l’université
Nayef arabe des sciences sécuri-
taires (NAUSS), des autres pays
arabes, des universités algériennes,
des représentants de ministères et
des associations civiles participe-
ront à ce colloque scientifique.
L’ouverture de cette rencontre
scientifique sera présidée par le gé-
néral-major Abdelghani Hamel, di-
recteur général de la DGSN. Le
DGSN sera accompagné du prési-
dent de la NAUSS, M. Abderrah-
mane Ibn Ibrahim El-Chaar.
La conférence scientifique
s’inscrit dans le cadre de la straté-
gie annuelle de la DGSN dans la
consolidation du partenariat avec
les universités et les organisations
sociales afin de travailler étroite-
ment pour intensifier l’activité de
la sensibilisation du citoyen en ma-
tière de prévention et de sécurité.
Pour rappel, la collaboration
entre les deux institutions arabes
remonte à plusieurs années déjà.
En 2005, ils ont organisé, à Alger,
un séminaire sur la coopération in-
ternationale dans le domaine de la
lutte contre le trafic de drogue. En
juin 2012 également, les experts de
la DGSN ont pris part à la réunion
des responsables des publications
sécuritaires arabes, portant sur le
rôle de l’information sécuritaire
dans la sensibilisation du citoyen,
qui s’est tenu à l’université Nayef
d’Arabie saoudite. En février der-
nier, les représentants de la DGSN
ont pris part à une conférence à
l’université Nayef sur le thème
« La presse sportive est-elle l’une
des causes de la violence dans les
stades ? »
Un aperçu général sur les acti-
vités de NAUSS, ses activités in-
ternationales occupent une place
fondamentale au sein de l'univer-
sité arabe Nayef des sciences de la
sécurité (NAUSS). Depuis la créa-
tion de cet institut il y a près de
trente ans, les nombreuses activités
internationales ont contribué à for-
mer le personnel arabe de sécurité
en l’initiant aux dernières connais-
sances dans ce domaine.
Ces activités se présentent sous
différentes formes telles que des
conférences académiques, des sé-
minaires et des colloques, des pro-
grammes de formation,
expositions, édition et distribution
de livres, thèses, revues et articles,
visites officielles et protocoles
d'entente et de coopération.
Les activités internationales ont
lieu partout dans le monde et sont
essentielles à l'actualisation des ob-
jectifs de l'université en lui donnant
une plus grande profondeur dans
son travail et sa recherche. NAUSS
a participé à plus de sept cent
conférences internationales sur le
thème de la sécurité et a publié plus
de cinq cent travaux académiques
en sciences de la sécurité, qui sont
disponibles au niveau internatio-
nal, et a signé environ cent trente
protocoles d'entente et de coopéra-
tion avec les organisations régio-
nales et internationales et les
institutions universitaires.
Parmi ses prochaines sorties,
l'université arabe Nayef des
sciences de sécurité organisera un
forum du 2 au 4/11/2014 en colla-
boration avec la Direction générale
de la gendarmerie en Jordanie. Les
participants viendront de différents
pays arabes.
Le forum vise à examiner l'effet
des changements régionaux sur les
crimes modernes, et à coopérer
dans le travail afin de trouver les
moyens et les technologies pour les
combattre. Il se penchera égale-
ment sur la façon de renforcer les
capacités en matière de sécurité
dans le traitement de ces crimes.
Le forum fournira une plate-forme
efficace pour l'échange d'idées
entre les participants.
Mohamed Mendaci
10
Mardi 26 Août 2014
EL MOUDJAHID
Economie
L’
indice brut des prix à la
consommation au niveau
de la ville d’Alger a enre-
gistré, pour le mois de juillet 2014,
une légère hausse de 0,1 % compa-
rativement au mois précédent.
Les statistiques publiées par
l’Office national des statistiques
(ONS) rappellent, à ce propos, que
le même mois de juillet 2013 s’est
caractérisé par une variation néga-
tive de l’ordre de (-0,4% par rap-
port à juin de la même année. Cette
tendance positive, jugée très en
deçà de celle relevée le mois pré-
cédent (+1,8%), s’explique par les
évolutions des prix selon les caté-
gories de produits, relève l’office.
Les biens alimentaires ont ob-
servé une variation de -0,8% géné-
rée essentiellement par le
fléchissement des prix des produits
agricoles frais (-1,9%) alors que les
prix des produits alimentaires in-
dustriels ont subi une variation de
+0,4%. Les conclusions de l’en-
quête indiquent que les prix des
produits manufacturés ont affiché
une hausse modérée de 0,3% et que
ceux relatifs aux services augmen-
tent de 2,1%. Au titre des varia-
tions saisonnières, l'indice des prix
à la consommation a enregistré,
pour le mois de juillet, une hausse
de 0,8% par rapport au mois précé-
dent. Au mois de juillet 2014, et
par rapport au même mois de l’an-
née 2013, l’évolution des prix à la
consommation s’élève à +3,3%.
Dans le même contexte, le
rythme d'inflation annuel surveillé
sur la période allant d’août 2013 à
juillet 2014/août 2012 à juillet
2013, s’est établi à +1,5%. Par ca-
tégories de produits des produits
alimentaires, l’évolution des prix
révèle que ceux des biens alimen-
taires ont enregistré une variation
négative de (-0,8%) en juillet 2014
par rapport au mois précédent qui
s’est caractérisé par une hausse re-
lativement importante, soit
(+3,6%).
Cette tendance est la résultante
de la baisse des prix des produits
agricoles frais (-1,9%), selon les
résultats de l’enquête. Les prix des
produits alimentaires industriels
ont observé une hausse modérée de
0,4%. En juillet 2014 et par rapport
à la même période de 2013, le ni-
veau moyen des prix des biens ali-
mentaires ont connu une
croissance de 3,9% avec (+5,1%)
pour les produits agricoles frais et
(+2,7%) pour les produits alimen-
taires industriels. Sur un autre cha-
pitre, l’analyse fait ressortir que les
prix des produits manufacturés ont
enregistré une variation de (+0,3%)
en juillet 2014 par rapport à juin de
la même année.
Les services, par contre, ont été
caractérisés par une croissance de
(2,1%). Conclusion, en juillet 2014
et par rapport à juillet 2013, le ni-
veau moyen des prix des produits
manufacturés se sont situés à
(+1,9%), alors que celui des ser-
vices a évolué de (4,6%). L'indice
national des prix à la consomma-
tion, précisent les experts de
l’ONS, «est établi sur la base de
l’observation des prix effectuée au-
près d'un échantillon de 17 villes et
villages représentatifs des diffé-
rentes régions du pays», et que ce
dernier «permet essentiellement de
disposer d'indicateurs d'évolution
des prix de détail sur l'ensemble du
territoire national, permettant ainsi
une analyse comparative de l'évo-
lution des prix entre Alger et les
autres régions du pays». Concer-
nant le mois de juillet 2014, les sta-
tistiques de l’ONS indiquent que
l’indice général des prix à la
consommation, au niveau national,
a enregistré une hausse de 0,5%
par rapport au mois de juin 2014 et
que les prix des biens alimentaires
ont connu une variation de
(+0,4%). Pour la ville d'Alger, le
champ d'observation est constitué
de 11 secteurs géographiques, à sa-
voir, Bab-El-Oued, Alger-Centre,
El-Biar, Belcourt, El-Harrach, Bir
Mourad-Rais, El Mouradia, El Ma-
dania, Kouba, Hussein-Dey, Ain
Benian.
D. Akila
PÉTROLE
Les prix en
baisse en Asie
Les prix du pétrole étaient
en baisse hier en Asie sur
fond de renchérissement du
dollar après des propos de la
présidente de la Réserve fédé-
rale Janet Yellen évoquant la
possibilité d'un relèvement
anticipé de taux directeur aux
Etats-Unis.
Le baril de "light sweet
crude" (WTI) pour livraison
en octobre cédait 16 cents, à
93,49 dollars, tandis que le
baril de Brent de la mer du
Nord pour la même échéance
perdait 19 cents, à 102,10
dollars.
Le dollar s'est nettement
renforcé ces derniers temps,
réduisant l'attractivité du baril
libellé en monnaie américaine
pour les investisseurs munis
d'autres devises.
Le dollar s'élevait à 104,19
yens hier matin, son niveau le
plus élevé depuis janvier, et
l'euro se situait à 137,50 yens.
Dans un discours à la confé-
rence de Jackson Hole (Wyo-
ming, centre-ouest des
Etats-Unis), Janet Yellen a es-
timé vendredi que le marché
de l'emploi américain n'était
pas "encore totalement remis"
tout en avertissant que si les
progrès s'accéléraient, une
hausse des taux plus rapide
interviendrait.
Cette hausse pourrait in-
tervenir au milieu de l'exer-
cice 2015, selon l’United
Overseas Bank de Singapour
qui juge le discours de la pa-
tronne de la Fed assez "neu-
tre".
Le baril de "light sweet
crude" avait perdu 31 cents
vendredi sur le New York
Mercantile Exchange
(Nymex) pour s'établir à
93,65 dollars. A Londres, le
Brent avait terminé à 102,29
dollars sur l'Intercontinental
Exchange (ICE), en baisse de
34 cents.
L'euro baissait fortement hier face
au dollar, le billet vert profitant de
propos tenus en fin de semaine par la
présidente de la Réserve fédérale
(Fed) Janet Yellen sur la possibilité
d'une hausse de taux anticipée aux
Etats-Unis.
La monnaie européenne valait
1,3204 dollar hier matin contre
1,3241 dollar vendredi soir. Elle
baissait aussi face à la monnaie nip-
pone, à 137,56 yens contre 137,60
yens vendredi, tandis que le dollar
progressait face à la devise japo-
naise, à 104,18 yens contre 103,87
yens. La dirigeante de la Fed a estimé
vendredi que le marché de l'emploi
américain n'était pas "encore totale-
ment remis" tout en avertissant que si
les progrès s'accéléraient, une hausse
des taux plus rapide interviendrait.
Cette remarque a amené les inves-
tisseurs à estimer que les taux pour-
raient remonter plus tôt qu'anticipé
actuellement par les acteurs du mar-
ché, en particulier si le marché du
travail commence à s'améliorer plus
rapidement, a indiqué un analyste de
IG Securities.
De son côté, le Crédit Agricole a
estimé dans une note aux investis-
seurs que le billet vert "pourrait mar-
quer une brève pause dans les
prochains jours", mais qu'il devrait
rester orienté à la hausse dans l'ave-
nir. Une hausse des taux rendrait le
dollar plus rémunérateur et donc plus
attrayant pour les investisseurs, ce
qui explique que le billet vert ait été
propulsé par les propos de Mme Yel-
len. Côté européen par contre, de
nombreux investisseurs s'attendent à
ce que la BCE mette en place de nou-
velles mesures pour lutter contre
l'anémie de la croissance et les pres-
sions déflationnistes dans la région.
De telles mesures pèseraient sur la
valeur de la monnaie unique euro-
péenne. De son côté, la livre britan-
nique montait face à l'euro à 79,74
pence pour un euro, et baissait face
au billet vert à 1,6559 dollar pour une
livre. La devise suisse montait face à
la monnaie unique européenne, à
1,2094 franc suisse pour un euro,
mais reculait face au dollar, à 0,9159
franc suisse pour un dollar.
Le WEF (Forum économique mondial), qui a
institué le célèbre forum de Davos en Suisse, et
la Confédération industrielle de l'Inde vont orga-
niser en novembre un sommet économique, selon
un communiqué publié à Genève. Cette réunion,
qui devrait rassembler quelque 800 participants,
se tiendra à New Delhi du 4 au 6 novembre pro-
chain. Le thème du "Sommet économique de
l'Inde" sera "la redéfinition de la coopération
entre les secteurs public et privé pour un nouveau
commencement". Cette réunion sera la "première
opportunité pour les participants d'interagir avec
le nouveau gouvernement indien issu des der-
nières élections", indique le WEF. Le camp
conservateur, mené par le Premier ministre natio-
naliste hindou Narenda Modi, a remporté les élec-
tions législatives au printemps, et a ainsi mis fin
à dix ans de pouvoir du Parti du congrès.
Le moral des entrepreneurs alle-
mands s'est replié à 106,3 points en
août après 108 points en juillet, soit
un plus bas depuis juillet 2013, alors
que les analystes tablaient sur une
baisse moins prononcée, à 107
points, a annoncé hier l'institut Ifo
qui le compile.
Un indice supérieur à 100 signi-
fie qu'une majorité d'entreprises se
montre plutôt optimiste. Toutefois,
l'Ifo ne cesse de décliner depuis mai,
l'humeur des entrepreneurs étant af-
fectée par les tensions géopolitiques
qui dominent l'actualité et par le pas-
sage à vide de l'économie allemande
au deuxième trimestre, au cours du-
quel son produit intérieur brut (PIB)
a reculé de 0,2%, selon un chiffre
provisoire.
"Les entreprises ont été à nou-
veau moins satisfaites de leur situa-
tion actuelle", a commenté l'institut
Ifo dans le communiqué. "Elles sont
également plus sceptiques que le
mois précédent à l'égard des pers-
pectives pour leurs activités",
ajoute-t-il, estimant que "l'économie
allemande perd de la vigueur". La
composante du baromètre Ifo qui
mesure la situation actuelle des en-
treprises est passée de 112,9 points
en juillet à 111,1 points en août, tan-
dis que la composante évaluant les
attentes à six mois a chuté de 103,4
points à 101,7 points.
Dans le détail, le moral des en-
treprises du secteur manufacturier a
atteint en août son plus bas niveau
depuis juillet 2013, relève l'institut.
"De moins en moins d'impul-
sions sont attendues du côté des ex-
portations", selon l'Ifo. Dans le
commerce de gros, les entrepreneurs
sont devenus pessimistes sur leurs
perspectives, pour la première fois
en un an, tandis que l'ambiance
dans le commerce de détail s'est net-
tement dégradée. Seuls les profes-
sionnels du bâtiment se montrent un
peu plus optimistes qu'en juillet.
INDICE DES PRIX À LA CONSOMMATION
Légère hausse en juillet, selon l’ONS
L’indice général des prix à la consommation, pour le mois de juillet 2014, au niveau national, a enregistré une hausse
de 0,5% par rapport au mois de juin 2014
ALLEMAGNE
Dégradation du climat des affaires, selon l’institut IFO
LE FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL SE DÉROULERA EN INDE, DU 4 AU 6 NOVEMBRE 2014
Redéfinir la coopération entre les secteurs public et privé
CHANGES
L'euro chute face au dollar sur les marchés
asiatiques
11
Mardi 26 Août 2014
EL MOUDJAHID
Régions
JIJEL
Les travaux de transfert des
eaux de Boussiaba ont atteint
un taux d’avancement de 75 %
Les travaux de réalisation du projet de transfert des
eaux du barrage de Boussiaba (El Milia, sud-est de
Jijel) ont atteint un taux d’avancement global de près de
75%, a-t-on appris auprès du directeur en charge du
projet, précisant que les travaux de la pose de conduites
ont, pour leur part, atteint un taux de 55%. Les ouvrages
constituant le transfert sont situés dans la commune
d’El Milia, entre le barrage de Boussiaba au nord et le
barrage de Beni Haroun (Mila) au sud. Les travaux
consistent en la réalisation d’une station de traitement
d’une capacité de 80.000 m
3
jour, de 6 stations de pom-
page, de 9 réservoirs et la pose de 30.216 mètres li-
néaires de conduites de différents diamètres. Le
transfert des eaux du barrage de Boussiaba vers celui de
Beni Haroun est dimensionné pour un débit de 3,3
m
3
/seconde. Le volume moyen annuel transféré sera de
80 hm
3
réparti sur la retenue de Beni Haroun avec 40
hm
3
, 22 hm
3
pour l’AEP d’El Milia et 18 Hm
3
pour la
zone industrielle de Bellara. Ce projet dont l’achève-
ment des travaux est prévu pour le mois de juin 2015,
permettra l’alimentation en eau potable de plus de
120.000 habitants répartis dans six communes, à savoir
El Milia, Ouled Yahia, Settara, Ghebala, Sidi Maarouf
et Ouled Rabah.
CONSTANTINE
La meilleure récolte
de céréales
des 5 dernières années
La wilaya de Constantine a réalisé durant la saison agri-
cole 2013/2014 la meilleure récolte céréalière des cinq
dernières années avec une production de 1,607 million
de quintaux, a-t-on appris hier du directeur des services
agricoles, Yacine Ghediri. Cette récolte, qui dépasse lé-
gèrement celle de la saison précédente (1,563 million de
quintaux), a permis à la wilaya d’atteindre les objectifs
retenus dans ses contrats de performances, en dépit des
dommages causés sur 643 hectares de champs par des
pluies diluviennes, des chutes de grêlons et des incen-
dies, a souligné ce responsable. La production 2014 a
été obtenue sur 66.900 hectares (100 hectares de plus
qu’en 2013) et se compose de 1,083 million de quintaux
de blé dur, 412.779 de quintaux de blé tendre, 99.798 de
quintaux d’orge et 11.885 de quintaux d’avoine, selon
la même source. Ain Abid s’est classée première com-
mune céréalière de la wilaya avec 337.719 de quintaux,
a ajouté M. Ghediri qui a qualifié de "réussie" cette der-
nière saison. Soixante-deux moissonneuses batteuses de
la CCLS (Coopérative de céréales et légumes secs) et
363 de particuliers ont été mobilisées durant la cam-
pagne de moisson-battage, en plus de 15 points de
stockage totalisant une capacité de 1,2 million de DA, a
indiqué M. Ghediri.
LAGHOUAT
Transport urbain : diagnostic
du réseau de la ville
Un diagnostic de la situation actuelle du réseau du
transport urbain de la ville de Laghouat sera lancé pro-
chainement, a-t-on appris dimanche auprès des respon-
sables de la direction locale des transports (DT).
Cette opération, qui sera menée en étroite collaboration
avec les secteurs concernés, s’inscrit dans le cadre d’un
programme visant l’actualisation du plan du transport
urbain de la commune du chef-lieu, dans l’objectif
d’améliorer ces prestations, a-t-on précisé. Ce diagnos-
tic général du réseau du transport urbain permettra la
détection du déficit ou de saturation au niveau de
chaque ligne, a indiqué la même source. Il est prévu
dans ce cadre une dotation des bus pour chaque ligne
exploitée, en vue d’assurer un équilibre entre les quar-
tiers de cette agglomération en matière du transport ur-
bain, a-t-on révélé. Cette action vise non seulement la
prise en charge des préoccupations des citoyens, notam-
ment les résidents dans les nouveaux centres urbains,
mais aussi de mettre ces moyens de transport au diapa-
son de l’expansion urbaine et la croissance démogra-
phique que connaît la ville de Laghouat. Le transport
urbain dans cette ville vient d’être renforcé récemment
par la création d’un établissement public doté d’un parc
roulant constitué d’une quinzaine de bus, ayant permis
la couverture de différentes dessertes du chef lieu, et
également la création de nouveaux postes d’emploi per-
manent au profit des jeunes. Le parc de la wilaya de La-
ghouat dispose actuellement de 256 bus de différentes
catégories, assurant les dessertes intercommunales, en
plus de 170 et 204 véhicules assurant les lignes de
transport rural et urbain.
De nouvelles infrastructures éduca-
tives seront réceptionnées dans la wi-
laya de Biskra, au titre de la rentrée
scolaire 2014-2015, a-t-on appris lundi
auprès des services de la wilaya.
Il s’agit de 3 lycées prévus dans les
communes de M’lili, d’El Ghrous et de
Biskra, de 2 CEM en réalisation dans
les localités de Doucen et de Mekhadma
et de 33 classes d’extension pour les pa-
liers du secondaire et du primaire, a
précisé la même source. Ces structures
d’enseignement éducatif permettront
d’augmenter les capacités d’accueil des
élèves et de prévenir le problème de sur-
charge des classes, selon la même
source.
Des efforts sont actuellement
consentis par la commission de wilaya
chargée des préparatifs de la rentrée
scolaire avec la collaboration des ser-
vices techniques pour le raccordement
de ces infrastructures aux réseaux
d’électricité, d’eau potable et d’assai-
nissement, ajoute la même source, fai-
sant savoir que 18 autres lycées sont en
cours de réalisation.
La wilaya de Biskra dispose actuel-
lement de 450 établissements scolaires
répartis sur l’ensemble des communes
de la wilaya dont 42 lycées, a-t-on sou-
ligné de même source.
BISKRA
De nouveaux établissements scolaires pour la rentrée
Une grande affluence de
visiteurs de différentes caté-
gories sociales a été enregis-
trée lundi à l’exposition du
livre qu’abrite la maison des
jeunes de la capitale d’Ahag-
gar.
Cette manifestation cultu-
relle organisée par la maison
des jeunes en coordination
avec la bibliothèque «El-Ris-
sala», englobe une centaine
de titres dans divers do-
maines notamment, scienti-
fiques, religieux, juridiques,
et économiques.
Les enfants accompagnés de leurs
parents, trouvent aussi leur compte
avec plusieurs ouvrages éducatifs et cul-
turels exposés à travers les stands
L’exposition vise à encourager la lec-
ture chez les citoyens de cette wilaya
de l’extrême Sud du pays, et à offrir
également un espace d’accès au
livre pour les différents lectorats,
selon les organisateurs.
Ce rendez-vous culturel qui
se poursuivra après la rentrée
scolaire et universitaire, est une
occasion également pour les
écoliers, et les étudiants, a-t-on
signalé.
La grande majorité des visi-
teurs rencontrés par l’APS, se
déclarent extrêmement «satis-
faites» de l’organisation de ce
type des manifestations qui
contribueront à promouvoir les
capacités culturelles chez les déférentes
couches sociales, et agrémenter le pay-
sage culturel local la veille de la nou-
velle rentrée sociale.
TAMANRASSET
Vif engouement à l’exposition du livre
L
a présente édition est
placée sous le signe de
« la place des produits
du terroir dans le patrimoine
», selon le président de l’as-
sociation organisatrice de
cette manifestation cultu-
relle, M. Tahar Boukhenoufa,
qui a par ailleurs souligné
que « cette thématique sera
reflétée par une programma-
tion variée, à travers une ex-
position des produits du
terroir, de l'artisanat et un
mini- salon de la créativité
dédié aux jeunes ». Selon les
organisateurs de cet événe-
ment, « la fête de la figue
s'impose aujourd'hui comme
un carrefour des métiers et
des arts de la montagne et un
forum pour poser les vérita-
bles questions sur la poli-
tique de développement de
ces zones ».
Outre la promotion de ce
produit du terroir, cette fête
ambitionne également de
promouvoir le tourisme dans
ce beau village par l’organi-
sation d’une balade à travers
les allées du village pour
faire découvrir l’aspect au-
thentique du village kabyle.
Plusieurs activités sont au
programme de cette 8ème
édition de la fête de la figue,
dont une exposition de diffé-
rentes variétés de figues, pro-
duits à base de figues, art
culinaire, miel, fromage et
autres produits artisanaux,
notamment la poterie, tapis,
bijoux, vannerie, céramique,
projection vidéo sur « le fi-
guier en Turquie » et « le fi-
guier en Kabylie », randon-
née au mont de Tizebert sur
le col de Chellata, une balade
avec l’artiste, une visite du
village, ainsi que des specta-
cles de danses, chants et
clowns.
La figue fraîche qui, jadis,
était considérée comme «le
fruit du pauvre » de par son
abondance à travers toutes
les régions de la Kabylie,
n’est désormais plus ce fruit
succulent dont se régalaient
les familles les plus dému-
nies et ce, à cause du rétrécis-
sement drastique des espaces
réservés à la culture de la
figue dans pratiquement
toutes les régions de la wi-
laya, outre les incendies qui
détruisent chaque été des
milliers de figuiers.
A présent, beaucoup de
citoyens ne peuvent se per-
mettre une once de figue, vu
son prix dépassant de loin
celui de beaucoup de fruits
exotiques, à l’instar de la ba-
nane,...
Selon les anciens, « lakh-
rif» est une occasion offerte
par Dieu à tout le monde,
pauvres et riches, de se réga-
ler des fruits du terroir, en
l’occurrence «Tibakhssi-
cine» (figue) et « Lkermous
» « Figue de barbarie », qui
étaient produites en abon-
dance dans toutes les locali-
tés. Durant cette saison, tout
le monde pouvait manger à
satiété ces deux fruits au goût
des plus succulents, alors que
de nos jours, ces fruits ne
sont plus offerts gracieuse-
ment.
Le village Lemsella, dont
la population est estimée à
quelque 650 âmes, dont une
grosse partie vit en dehors du
village, notamment à l’étran-
ger, veut ressusciter cette cul-
ture ancestrale de la figue en
évoquant chaque année, et
ce, depuis quelques années,
ce fruit, qui constituait jadis
la source principale de reve-
nus pour la majorité des vil-
lageois qui veillaient
attentivement à l’entretien de
leurs figuiers.
Bel. Adrar
TIZI-OUZOU
La figue à l’honneur
au village Lemsella
Le village Lemsella, commune d’Illoula Oumalou, une cinquantaine de kilomètres à l’est
du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, abritera les 4, 5 et 6 du mois de septembre prochain
les festivités de la 8ème édition de la fête de la figue, organisée par l’association culturelle locale
Tighilt, a annoncé le comité directeur de cette association.
12
Mardi 26 Août 2014
EL MOUDJAHID
Monde
ATTENTAT-SUICIDE CONTRE UNE MOSQUÉE CHIITE EN IRAK
11 morts et 32 blessés
C
es combats interviennent au
moment où les autorités
ukrainiennes ont affirmé
que les forces gouvernementales
combattaient une colonne de blin-
dés venue de Russie dans la région
de Marioupol, à environ 90 kilo-
mètres au sud de Donetsk. Une an-
nonce qui, si elle était confirmée,
laisserait transparaître un risque de
prise en tenailles de l'armée ukrai-
nienne dans ce secteur. Ouverte il
y a encore quatre jours, la route
conduisant à Marioupol était cou-
pée par les combats hier. "Vous
pouvez essayer de passer si vous
avez neuf vies", ironise au dernier
barrage séparatiste un combattant
prorusse qui explique que la zone
a été bombardée le matin même.
Les rebelles de Donetsk ont an-
noncé avoir lancé une contre-of-
fensive et affirment avoir avancé
vers le sud le long de cette route.
L'état-major de l'opération mili-
taire menée par Kiev dans l'Est a
de son côté reconnu hier une "aug-
mentation de l'action de l'ennemi",
mais il affirme que les forces
ukrainiennes "continuent de tenir
les positions occupées" et ont in-
fligé des "pertes importantes" aux
insurgés.
Le dernier barrage séparatiste
sur la route, à une quinzaine de ki-
lomètres au sud de Donetsk, n'a
pas bougé depuis quatre jours. Un
des enjeux de la bataille en cours
semble la ville d'Olenivka, à 25 ki-
lomètres au sud de Donetsk. Le
"Premier ministre" de Donetsk,
Alexandre Zakharchenko, a dit di-
manche avoir bon espoir de re-
prendre rapidement cette petite
ville, dont un quartier a déjà été
touché par un tir de lance-ro-
quettes multiple Grad le 18 août,
sans qu'il soit possible de dire qui
en est l'auteur.
Par ailleurs, Moscou va en-
voyer un deuxième convoi huma-
nitaire et en a informé Kiev, a
indiqué hier le ministre russe des
Affaires étrangères Sergueï La-
vrov, quelques jours après l'entrée
sur le territoire ukrainien d'un pre-
mier convoi controversé. "Nous
avons envoyé hier une note offi-
cielle au ministère ukrainien des
Affaires étrangères indiquant notre
intention d'envoyer un nouveau
convoi humanitaire", a annoncé le
ministre lors d'une conférence de
presse. M. Lavrov a précisé que la
"liste détaillée" de la cargaison des
camions du convoi avait été four-
nie à Kiev, avec la note.
"Nous espérons que les malen-
tendus qui ont eu lieu lors du pas-
sage du premier convoi seront pris
en compte et qu'il n'y aura plus de
retards artificiels", a indiqué le mi-
nistre.
"Nous aimerions négocier les
conditions pour l'envoi du convoi
sur la même route, avec la même
participation des gardes-frontières
et des douaniers ukrainiens aussi
vite que possible", a-t-il déclaré,
ajoutant que la Russie était prête à
une "coopération étroite avec la
Croix-Rouge".
R. I.
Onze personnes ont été tuées
dans un attentat-suicide contre une
mosquée chiite dans l'est de Bagh-
dad hier, ont annoncé des respon-
sables de la sécurité et médicaux.
L'attentat, qui a également fait 32
blessés, s'est produit trois jours
après une attaque ayant fait 70
morts contre une mosquée sunnite
au nord-est de la capitale, qui a ra-
vivé les tensions confessionnelles
et entraîné des heurts entre sunnites
et chiites.
Aucun lien n'a pour l'instant été
clairement établi entre les deux at-
taques. Par ailleurs, les forces
kurdes peshmergas, appuyées par
l'aviation irakienne, ont réussi à re-
prendre trois villages au nord-est
de Baghdad aux éléments de l'Etat
islamique (EI) hier et ont repoussé
deux assauts dans une autre région,
ont annoncé des responsables.
Hier, les forces kurdes, soute-
nues par l'aviation irakienne, ont
repris aux insurgés trois villages de
la région de Jalawla, dans la pro-
vince de Diyala (est), ainsi que
l'une des routes principales utili-
sées par les insurgés pour le trans-
port, et acheminé du matériel et des
vivres, a annoncé un général pesh-
merga. Plus au nord, les insurgés
ont lancé deux attaques contre la
ville de Touz Khourmatou, à 175
km au nord de Baghdad.
Les forces kurdes, soutenues là
aussi par l'aviation irakienne, ont
repoussé les deux assauts menés
dans la nuit de dimanche à lundi
puis hier matin, selon des respon-
sables.
UKRAINE
Combats à l'artillerie au sud
de Donetsk
TROUBLES EN LIBYE
Le Parlement désigne un
nouveau chef d'état-major
Le Parlement libyen a désigné tard
dimanche un nouveau chef d'état-
major, après avoir annoncé son
intention de donner à l'armée les
moyens de mettre au pas les milices
armées qui contrôlent des pans entiers
du pays. "Le colonel Abdel Razzak
Nadhouri a été choisi par 88 des
parlementaires sur les 124 présents et a
été promu au rang de général", a
indiqué le porte-parole du Parlement
Mohamed Toumi dans la nuit de
dimanche à lundi, cité par l'AFP.
Parallèlement, le groupe armé Ansar
Asharia, classé "terroriste" par les
Etats-Unis et les autorités libyennes, a
appelé les autres milices du pays à
rejoindre ses rangs. Ansar Asharia,
bien implanté à Benghazi, deuxième
ville de Libye à 1.000 km à l'est de
Tripoli, dont il contrôle 80%, a
particulièrement adressé son appel à
"Fajr Libya" (Aube de la Libye),
regroupant les miliciens de Misrata
(est de Tripoli) et ses alliés dans l'ouest
du pays.
ATTAQUE DE BOKO
HARAM AU NIGERIA
Des milliers
de personnes fuient
au Cameroun
Le groupe islamiste armé Boko Haram
a lancé hier une nouvelle attaque
contre une ville du nord-est du
Nigeria, Gamboru Ngala, provoquant
la fuite de milliers d'habitants vers le
Cameroun voisin, selon des
témoignages recueillis par l'AFP.
Plusieurs groupes de militants
islamistes lourdement armés ont
attaqué de manière coordonnée à
l'aube une base militaire et un poste de
police, entraînant d'intenses combats,
selon des habitants. "Beaucoup d'entre
nous se sont enfuis vers le Cameroun à
cause de l'attaque de Boko Haram", a
témoigné pour l'AFP un habitant de la
ville. "De fortes détonations ont éclaté
à exactement 05h30 (04h30 GMT) au
poste de police principal de la ville et
dans la base militaire à l'extérieur de la
ville", a précisé Hamisu Lawan, qui
s'est enfui à Fotokol, ville
camerounaise de l'autre côté de la
frontière.
PRÉSIDENTIELLE
AFGHANE
Obama appelle les deux
candidats à finaliser
les négociations sur un
gouvernement d'unité
Le président américain Barack Obama
a appelé les deux candidats à la
présidentielle afghane à conclure un
accord pour un gouvernement d'unité
nationale quel que soit le vainqueur de
la présidentielle. M. Obama a eu des
discussions séparées vendredi avec
Ashraf Ghani ainsi qu'avec Abddullah
Abdullah, les deux adversaires dans la
course à la succession du président
afghan Hamid Karzai, selon la porte-
parole du Conseil de sécurité
nationale, Caitlin Hayden. Il a salué
l'engagement des deux candidats à
former un gouvernement d'unité
nationale et à accepter les conclusions
de l'audit des votes du deuxième tour
visant à départager les deux candidats,
a fait savoir la porte-parole.
MOZAMBIQUE
Signature d'un cessez-le-
feu entre la Renamo
et le gouvernement
Un cessez-le-feu a été signé dimanche
entre le gouvernement mozambicain
et la rébellion de la Renamo dans la
perspective des élections du 15
octobre, mettant fin à deux ans de
conflit, a indiqué un responsable de la
Renamo. "Un cessez-le-feu a été
signé" même si tous les problèmes
n'ont pas été réglés entre les deux
camps, a indiqué le négociateur en
chef de la Renamo, Saimon Macuiane.
Le cessez-le-feu est effectif depuis
22H00 (20H00 GMT) dimanche, a-t-il
précisé. "Nous sommes entrés dans
une nouvelle ère pour le pays", le
cessez-le-feu étant "un pas important
vers une réconciliation nationale et
une paix durable", s'est félicité M.
Macuiane.
Des combats à l'artillerie entre rebelles prorusses et forces loyalistes ukrainiennes étaient en cours
hier au sud du bastion séparatiste de Donetsk, dans l'Est du pays, ont rapporté des journalistes de l'AFP.
L'EI accusé de "nettoyage ethnique
et religieux" par l'Onu
La Haut-Commissaire de l'Onu aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a
accusé hier les jihadistes de l'Etat islamique (EI) de mener un "nettoyage
ethnique et religieux" en Irak, et a appelé à juger les responsables des éven-
tuels crimes contre l'humanité. "De graves et horribles violations des droits
de l'Homme sont commises chaque jour par l'Etat islamique en Irak et au
Levant(EIIL) et des groupes armés associés. Ils ciblent systématiquement
les hommes, femmes et enfants en fonction de leur appartenance ethnique,
religieuse ou sectaire et mènent impitoyablement un nettoyage ethnique et
religieux dans les régions sous leur contrôle", a déclaré Mme Pillay, dans
un communiqué.
Le président français François Hollande
a demandé à son Premier ministre Manuel
Valls de former un nouveau gouvernement
qui sera présenté aujourd’hui, a annoncé
hier la présidence française. "Le chef de
l'Etat lui a demandé de constituer une
équipe en cohérence avec les orientations
qu'il a lui-même définies pour notre pays",
indique la présidence dans un communiqué.
M. Hollande "a reçu ce matin le Premier mi-
nistre", a précisé le communiqué. "Manuel
Valls a présenté au président de la Répu-
blique la démission de son Gouvernement".
La présidence française souligne que la
composition du nouveau gouvernement
"sera annoncée dans la journée d’au-
jourd’hui". Le ministre français de l'Econo-
mie, Arnaud Montebourg, avait été
sévèrement rappelé à l'ordre dimanche par
l'entourage de M. Valls, qui juge inaccepta-
bles ses critiques virulentes contre la poli-
tique économique du gouvernement. "On
considère qu'une ligne jaune a été franchie
dans la mesure où un ministre de l'Econo-
mie ne peut pas s'exprimer dans de telles
conditions sur la ligne économique du gou-
vernement et sur un partenaire européen
comme l'Allemagne", avait déclaré à l'AFP
un membre de l'entourage de M. Valls.
CONFLIT SYRIEN
541 morts dans les
combats entre l'armée
et l'Etat islamique
Plus de 500 soldats syriens et éléments de l'Etat islamique (EI)
sont morts depuis mardi dernier dans les combats à l'aéroport mi-
litaire de Tabqa, dans la province de Raqa (nord), a indiqué di-
manche l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
"170 soldats syriens parmi lesquels des officiers et sous-officiers
ont été tués dimanche dans l'offensive qui a permis à l'Etat isla-
mique de prendre l'aéroport de Tabqa", selon l'Observatoire sy-
rien des droits de l'Homme (OSDH), cité par l'AFP. L'OSDH qui
a fait état plus tôt de 25 soldats tués dans les combats, a précisé
que dans les rangs des éléments de l'EI, 346 hommes armés ont
péri depuis mardi soir, portant à 541 le bilan total des morts en
six jours. Les éléments de l'Etat islamique se sont emparés dans
la journée de l'aéroport de Tabqa, dernière zone contrôlée par l'ar-
mée syrienne dans la province de Raqa. D’autre part, un ressor-
tissant américain, Peter Theo Curtis, enlevé il y a deux ans par la
branche d'Al-Qaïda en Syrie, a été libéré dimanche, a annoncé le
secrétaire d'Etat John Kerry, dans un communiqué. Le jeune
Américain, présenté comme un chercheur originaire du Massa-
chusetts (nord-est) par une source américaine, avait été kidnappé
par le Front Al-Nosra, mais son enlèvement avait été gardé secret.
Sa libération a été facilitée par l'Onu et s'est produite dimanche
sur le plateau du Golan à 18H40 locales où il a été remis à des
Casques bleus, ont indiqué les Nations unies.
R. I.
FRANCE
Le président Hollande demande au Premier
ministre de former un nouveau gouvernement
Brèves…
13 EL MOUDJAHID
Société
Mardi 26 Août 2014
SAISON ESTIVALE À ORAN
Grand rush sur la plage de Madagh
INTERNET
Les Algériens très branchés
A chaque saison estivale, la
plage de Madagh, située dans la
commune de Ain El Kerma (ouest
d’Oran), réputée pour être la plus
belle et la plus propre plage dans la
wilaya, enregistre un grand rush
d'estivants. Cette affluence s'est
accentuée après que cette station
balnéaire se soit adjugée, pendant
plusieurs années, la première place
au concours de la plus belle plage,
initié par la wilaya en collaboration
avec l’Assemblée populaire de wi-
laya (APW) et la Direction du tou-
risme, dans le cadre du programme
de la saison estivale visant à inci-
ter les communes côtières à offrir
les meilleures conditions de repos
et de tourisme balnéaire. Avec cette
consécration, la plage de Madagh,
surplombée de monts offrant un
paysage féerique, est devenue la
destination la plus attractive dans
la wilaya. S’étendant sur 600 mè-
tres linéaires, soit sur un site éco-
logique réparti géographiquement
entre les wilayas d’Oran et Ain Té-
mouchent, cette plage se distingue
par son fin sable d’or et la propreté
de ses eaux, souligne un membre
d'une association de protection de
l’environnement. Elle se situe en
contrebas d’une montagne verdâtre
et une forêt attractive offrant aux
familles et à leurs enfants des
moyens de loisirs et de divertisse-
ment dont des randonnées à dos de
chevaux ou en calèches.
Beauté de dame nature
En se rendant à cette station bal-
néaire, l'estivant est fasciné par la
beauté de dame nature, avant d'être
invité à l'entrée par une exposition
de produits artisanaux, laissant ap-
paraître une touche artistique. En
plus des monts et de la forêt envi-
ronnants, la plage de Madagh
abrite des sites archéologiques re-
montant à l’ère phénicienne, in-
dique le responsable de l’Office
national de gestion et d'exploitation
des biens culturels d’Oran.
L’homme préhistorique avait taillé
dans les rochers des montagnes
verdâtres trois grottes, nonobstant
des vestiges, dont un cimetière re-
montant à l’ère mérinide, les mau-
solées du saint patron Sidi
Boulanouar et Lalla Khadra, fait
remarquer M. Ourabah Massinissa,
soulignant que ces sites nécessitent
d'être mis en exergue par les auto-
rités de la wilaya en conférant une
dimension de pôle touristique à la
plage de Madagh, très fréquentée
par les estivants. La région de Ma-
dagh, où l’histoire se mêle à l’air
marin et à l'air pur de la montagne
et de la forêt verdoyante et où les
conditions de repos et de sécurité
sont disponibles, enregistre quoti-
diennement un grand flux d’esti-
vants locaux et des wilayas de
l’intérieur du pays, notamment Sidi
Bel-Abbès, Relizane, Tiaret, Mas-
cara et Ain Témouchent, selon le
président de l’APC d'Ain El
Kerma, qui indique que la partie
"Madagh 2" est fermée pour des
travaux de réalisation d’un abri de
pêche. Cette affluence est le fruit
d'une bonne préparation de la sai-
son estivale et des mesures prises
pour combler certains déficits rele-
vés ces dernières années dont la
dotation en douches, souligne M.
Zidane Houari. Pour leur part, des
estivants, interrogés par l’APS,
sont unanimes à dire que Madagh
est une plage pour familles par ex-
cellence, en comparaison avec
d'autres plages du littoral oranais
qui offrent, toutefois, les condi-
tions nécessaires de repos, de sé-
curité, de surveillance et de
transport.
Une plage pour familles
par excellence
Dans ce cadre, Abdelkader, ac-
compagné de son épouse, estime
que la propreté des eaux de cette
plage et la beauté du site environ-
nant lui paraissent semblables aux
atouts qui font la notoriété des îles
Caraïbes ou Hawai. Sur un autre
plan, le rush des estivants sur la
plage de Madagh a incité les auto-
rités communales à concrétiser
plusieurs projets, dont ceux desti-
nés à l'aménagement artistique
d'allées de palmiers et à la réalisa-
tion d’un deuxième parking sur
une superficie de 5.000 mètres car-
rés qui s'ajoute à un premier cou-
vrant un hectare. Mieux encore,
pour la première fois, cette plage a
été dotée de l'éclairage public grâce
à l'acquisition de deux transforma-
teurs électriques de 60 kilovolts
chacun, fait remarquer le P/APC
d'Ain El Kerma. Pour veiller au
repos et à la sécurité des estivants,
deux postes de la Gendarmerie na-
tionale et de la Protection civile ont
été équipés afin de leur permettre
d'assumer leur mission dans les
meilleures conditions, ajoute M.
Zidane. En outre, la réception d'un
chemin vicinal de 7 km reliant la
commune d'Amria (Ain Témou-
chent) à Ain El Kerma, à travers le
village de Sidi Bakhti, permettra
d’attirer davantage d'estivants vers
la plage de Madagh, surtout de la
wilaya de Sidi Bel-Abbès, en plus
du chemin reliant la commune de
Boutlélis et le village précité, sur
12 km. D'autre part, la forte af-
fluence sur cette plage a contribué
à l’emploi de plus de 60 jeunes
saisonniers et à renflouer les
caisses de la commune d'Ain El
Kerma, considérée comme l’une
des plus pauvres collectivités de la
wilaya en termes de budget. Dans
ce sens, des rentrées de plus de 3
millions de DA ont été enregis-
trées cette saison, révèle le maire,
soulignant qu'une telle recette n’a
pas été réalisée "depuis belle lu-
rette". Ces rentrées proviennent de
la location des parkings pour voi-
tures, de locaux et de solariums,
dans le cadre de la concession
selon la loi en vigueur, opérations
supervisées par la Direction du tou-
risme. Lors d'une virée dans cette
plage, des estivants affirment à
l'APS que le prix de location de pa-
rasols est à la portée des familles.
Ceux qui ne louent pas de parasols
se voient contraints de s'installer
derrière les rangs cédés en conces-
sion. A ce propos, l’une des esti-
vantes relève qu'une telle situation,
loin de l'eau, les empêche de sur-
veiller leurs enfants barbotant dans
l'eau. "Cela nous inquiète", sou-
tient-elle. D'autre part, les atouts
dont dispose la plage de Madagh
lui valent un statut de pôle touris-
tique par excellence, voire une at-
traction d'investisseurs du pays et
étrangers qui, fascinés par sa situa-
tion géographique et la beauté de
son site, sont intéressés pour
concrétiser des
projets, notamment d’hôtels et de
villages touristiques. L’APC d'Ain
El Kerma œuvre, dans ce sens, à
orienter les investisseurs intéressés
par ce genre de projets touristiques
vers les services concernés, selon
le président d’APC. Au sujet de
l’aménagement de zones d’expan-
sion touristique (ZET), piloté par
la Direction du tourisme de la wi-
laya d’Oran, M. Zidane souligne:
"Nous voulons une bonne planifi-
cation d’exploitation de cette plage
afin de préserver son aspect qui est
à l’origine du grand flux des esti-
vants." Pour promouvoir cette ré-
gion en pôle touristique, l'autorité
communale compte présenter une
demande pour concrétiser un projet
d’aménagement de "Madagh zéro"
qui se trouve à l’entrée de "Ma-
dagh 1". Cette plage relevant de la
commune est très prisée par les ci-
toyens, en dépit de la baignade in-
terdite. Ce projet permettra
l'extension de la bande côtière de
la même longueur que "Madagh
1" pour que son littoral s'étende sur
1.200 mètres linéaires. Elle vise
également l’aménagement d’accès
menant à la plage Madagh, après la
présentation de la première phase
du plan directeur d’aménagement
urbain (PDAU) de la commune
d'Ain El Kerma. Il est question de
la réalisation d’un nombre de pro-
jets dont des terrains de proximité,
d'aires de jeux et de locaux pour les
produits dont la région est célèbre,
et par conséquent relancer le tou-
risme dans cette plage. Par ailleurs,
l’APC réfléchit, en collaboration
avec la Direction du tourisme et
des services compétents, sur les
voies et moyens permettant de
concrétiser certains projets, dont
celui de création d’un camp d’été
dans cette zone, selon les normes
en vigueur, pour empêcher la pol-
lution provenant des eaux usées.
Le projet de réalisation d'une au-
berge de jeunes par la Direction de
la jeunesse et des sports sur une su-
perficie de 15.000 mètres carrés
entre la plage de Cap Blanc et Ma-
dagh aura également un impact sur
l'affluence, se réjouit-on.
Facebook, Twitter et Whatsapp sont devenus
plus qu’un hobby pour les Algériens qui dé-
couvrent désormais les vertus d’internet, qui
est entré dans nos mœurs et nos pratiques de
tous les jours. Il faut dire aussi que les nou-
velles offres des opérateurs de téléphonie
mobile en Algérie, pour la 3G, attirent de
plus en plus d’accros, notamment les jeunes
qui tiennent à profiter pleinement des avan-
cées enregistrées dans le domaine des tech-
nologies de communication. En effet, la
concurrence est rude et les trois opérateurs
se lancent dans une véritable course pour ac-
caparer la plus grosse part du marché natio-
nal. Le choix est dur pour l’abonné avec
toute la gamme des offres aussi bien pour
internet que pour les appels téléphoniques,
que ne cessent de proposer Mobilis, Djezzy
et Ooredoo. Des connexions, à hauts débits
et pour toutes les bourses, ne laissent point
indifférent, notamment en cette saison esti-
vale. Les points de vente de Mobilis, au ni-
veau de la Grande Poste, et ceux de Djezzy
et d’Ooredoo de Bab El Oued ne connais-
sent pas de répit. De longues chaînes se for-
ment quotidiennement pour mettre la main
sur la « précieuse » clé internet, optimisant
ainsi leurs forfaits qui passent de 750 Mo à
1 Go pour 1.000 DA pour Ooredoo, valable
30 jours, en plus des forfaits déjà existants.
L’offre du premier opérateur de téléphonie
mobile en Algérie, lancée récemment et qui
permet aux usagers des taxis de surfer sur le
web ou encore l’entrée en lice de Djezzy
avec « amigo, speed jour et mois » font à
coup sûr le bonheur des amateurs du « vir-
tuel ». Toutes ces offres, ont contribué, à la
« démocratisation » de la connexion inter-
net, considérée, il y a quelques années,
comme un luxe. Avec la 3G, le nombre des
usagers d’internet a sensiblement augmenté.
La toile est ainsi parvenue à être un moyen
de rapprochement, en plus du fait qu’elle
permet de transmettre l’information, en un
clic.
Samia D.
Le téléphone mobile et internet envahissent de plus en plus nos foyers, nos rues et même nos moyens de transport. Il ne se passe un jour
sans croiser des jeunes et moins jeunes, l’oreille collée à leur téléphone ou carrément « transportés » dans un autre monde, notamment
avec l’apparition des smartphones et autres portables ultrasophistiqués qui permettent de naviguer, d’être au fait de l’actualité,
ou tout simplement de rester en contact avec ses copains.
15 EL MOUDJAHID
Culture
Mardi 26 Août 2014
T
rès apprécié par le pu-
blic, Djamel Laroussi a
entamé son tour de
scène avec du gnawi avant de
troquer son goumbri contre une
guitare et interpréter ses succès
comme "étoile filante" en assu-
rant, comme à son habitude, le
show avec sa virtuosité à la
guitare mais aussi avec une ses-
sion percussion qui a ravi le pu-
blic très nombreux à la salle
Ibn Zaydoun. Avec son show
très dynamique et ses musi-
ciens de haut niveau, l’artiste a
offert à son public un moment
de magie, vite écourté pour
cause de densité du pro-
gramme. Avec son blues et
rock très puissant, le bluesman
algérien Karim Albert Kook a
fait découvrir au public, avec
un simple trio batterie, guitare
et basse, la puissance et la per-
fection technique des specta-
cles à l’américaine. Sa voix
rauque idéale pour cette mu-
sique et sa dextérité à la guitare
ont permis à Karim Albert
Kook qui a déjà fait le tour des
scènes européennes, en plus
d’une tournée aux Etats-Unis,
de côtoyer les plus grands
bluesman à l’instar de BB
King. Après une dizaine d’an-
nées d’absence des scènes al-
gériennes, le bluesman a
interprété de grands classiques
de blues américain comme
"Got my mojo working" ou
"Dust my broom" avant de re-
venir à son dernier album "Bar-
bès city limit blues" avant de
quitter la scène, au grand dam
de ses fans qui ont regretté son
absence de la scène algérienne
et une apparition si courte.
Dans un registre complètement
différent le rappeur sénégalais
Didier Awadi, initialement pro-
grammé pour le 28 août, avait
lui aussi réussi à séduire le pu-
blic avec son rap accompagné
d’une véritable orchestration
musicale alliant le hip-hop, le
reggae et rythmes et sonorités
africaines. Cette soirée a égale-
ment été marquée par le pas-
sage sur scène de la jeune
troupe "Targuit" fondée en
2012 autour d’un métissage
entre le jazz, la musique
contemporaine et la musique
traditionnelle algérienne, ainsi
que par celui de la chanteuse
"Iness" et de la troupe "Tar-
baât" qui a revisité des clas-
siques de la chanson kabyle et
du chaâbi. Cependant, les spec-
tateurs comme les artistes à
l’affiche ont regretté de voir
une programmation aussi
"chargée, modifiée à la der-
nière minute, ne permettant
pas plus de 40 minutes de
scène à chaque artiste", alors
que ces têtes d’affiches de-
vraient "animer des concerts
entiers et à l’esplanade" pour
en faire profiter un maximum
de mélomanes, de l’avis de plu-
sieurs spectateurs. Inauguré le
16 août, le Festival culturel in-
ternational "l’été en musique"
se poursuivra jusqu’au 30 du
mois en cours avec encore une
vingtaine d’artistes à l’affiche
dont Souad Asla, les groupes
"El Dey" et "Freeklane", le rap-
peur français "La fouine" et la
diva du raï Chebba Zahouania.
FESTIVAL INTERNATIONAL «L’ÉTÉ EN MUSIQUE»
Djamel Laroussi et Karim Albert
Kook assurent le show
Le public algérois avait rendez-vous dimanche soir avec deux grands noms algériens du blues, du jazz et de la
world music, lors d’une soirée artistique animée, entre autres, par Djamel Laroussi et Karim Albert Kook. Se
produisant pour le compte du 4
ème
Festival international "l’été en musique" qui se tient à l’Office Ryad el Feth
à Alger depuis le 16 août, Djamel Laroussi a ouvert cette soirée qui a vu défiler sur scène six formations
différentes de divers horizons musicaux.
Le long métrage de fiction "Cer-
tifié Halal" du réalisateur algérien
Mahmoud Zemmouri sera projeté au
38e Festival des films du monde
(Ffm) qui se tient jusqu'au 1
er
sep-
tembre à Montréal (Canada), indi-
quent les organisateurs sur le site
Internet de la manifestation. Réalisée
en 2014, cette septième œuvre du ci-
néaste algérien figure dans la section
"Regards sur le cinéma du monde",
une des six catégories hors compéti-
tion du Festival qui propose des films
de quatre continents dans" l'esprit
d'ouverture sur le monde" caractéris-
tique du Ffm, selon les organisateurs.
Coproduit par l'Algérie, la Belgique
et la France, "Certifié Halal" est une
"comédie de mœurs" sur le thème des
mariages arrangés et de l'égalité des
sexes avec l'acteur et humoriste fran-
çais né en Algérie, Smaïn, et l'actrice
française Hafsia Herzi dans les pre-
miers rôles. Né en 1946 à Boufarik
(Blida) et établi en France, Mahmoud
Zemmouri est entre autres l'auteur de
"100 % Arabica" (1997) et de "Beur
blanc rouge" (2006). Egalement ac-
teur depuis 1977, il s'est notamment
fait connaître en jouant avec l'humo-
riste français Coluche dans "Tchao
Patin" (1983). Créé en 1977, le Ffm
de Montréal propose chaque année
des films de plus de quatre-vingt pays
dans l'objectif d’encourager la diver-
sité culturelle et la compréhension
entre les peuples", selon ses organi-
sateurs. Environ 350 films sont pro-
grammés pour cette 38e édition qui
s'est ouverte le 21 août après des se-
maines d'incertitude sur la tenue du
Festival à cause de problèmes finan-
ciers, avaient rapporté des médias ca-
nadiens.
38
e
FESTIVAL DES FILMS DU MONDE (FFM)
Certifié Halal , de Mahmoud
Zemmouri, sélectionné
DÉCÈS DU RÉALISATEUR
RICHARD ATTENBOROUGH
Un monument
du cinéma
britannique
Endossant les
casquettes d'acteur,
de producteur et de
réalisateur et raflant
sur son passage une
ribambelle de ré-
compenses, Richard
Attenborough, dé-
cédé à 90 ans, était
une figure aimée et
admirée du cinéma
britannique. De son
premier rôle dans le
film de guerre
"Ceux qui servent en mer" à "Jurassic Park"
de Steven Spielberg, en passant par la réali-
sation du multi-oscarisé "Gandhi" et son in-
terprétation dans le film noir "Brighton
Rock", il a dominé le cinéma britannique au
cours d'une longue et fructueuse carrière.
Membre de la Chambre des Lords, il menait
une activité caritative continue, notamment
en tant qu'ambassadeur de l'Unicef. Il était
également président de l'Académie royale des
arts dramatiques et président d'honneur à vie
du club de football de Chelsea. Il a épousé sa
femme Sheila à 21 ans, et a vécu dans la
même demeure située dans le sud-ouest de
Londres cinq décennies durant. Mais la vie
d'Attenborough a aussi été marquée par la tra-
gédie, notamment lorsque l'un de ses trois en-
fants, Jane Holland, et sa petite-fille Lucy
périssent dans un tsunami en Asie du sud-est.
Il a avoué ne s'être jamais vraiment remis de
ces pertes. Né à Cambridge en août 1923, Ri-
chard Attenborough fait ses débuts en 1942
dans "Ceux qui servent en mer", hommage de
David Lean et de Noel Coward à la Royal
Navy pendant la guerre, et joue dans plus de
60 films en 50 ans de carrière. Il devient un
visage familier du cinéma joyeux et pince-
sans-rire d'après-guerre, même s'il se dis-
tingue davantage dans des rôles sombres,
incarnant, notamment le méchant Pinkie dans
l'adaptation de 1947 du roman de Graham
Greene "Brighton Rock". Il suscite l'intérêt
de Hollywood et obtient des seconds rôles
dans des films comme "La Grande Evasion"
de John Sturges et "Le Vol du Phoenix" de
Robert Aldrich. Il se met à la production,
créant sa propre société avec Bryan Forbes
pour faire "Le Silence de la colère" et d'autres
films faisant la part belle au réalisme social
comme "La Chambre indiscrète".
En 1962, Attenborough est approché par
un associé de la famille de Gandhi pour réa-
liser un film sur la vie du fondateur de l'Inde
indépendante. Bien qu'il n'ait aucune connais-
sance du sujet ou de l'Inde, il rencontre Pandit
Nehru et sa fille Indira Gandhi l'année sui-
vante. Deux décennies seront nécessaires à la
réalisation du projet. En 1980, Attenborough
est en mesure de le financer, et "Gandhi" de-
vient son plus grand succès. Sorti en 1982,
le film est couronné de huit Oscars, dont ceux
du meilleur film, du meilleur metteur en
scène et du meilleur acteur pour Ben Kings-
ley, cinq Golden Globes, cinq Baftas (du nom
de l'Académie britannique des arts, de la té-
lévision et du cinéma), et est acclamé dans le
monde entier. Anobli par la Reine, Attenbo-
rough continue sa carrière d'acteur, ne s'in-
terrompant que pour réaliser "Un Pont trop
loin" (1977) et "Magic" (1978), avec Anthony
Hopkins. Si "Gandhi" n'est pas son premier
passage derrière la caméra, il n'est pas non
plus son dernier, Attenborough réalisant le
plus léger "Chorus Line" (1985), avant de re-
venir à un sujet plus grave avec le biopic "Le
Cri de la liberté" sur le militant anti-Apar-
theid Steve Biko. Il fait un flop avec "Cha-
plin" (1992). Attenborough redevient acteur
pour Steven Spielberg dans le blockbuster
"Jurassic Park" et sa suite. Après avoir at-
teint l'âge de 80 ans, il ralentit son rythme de
travail, écrit ses mémoires "Entirely up to
you, darling" ("Cela ne dépend que de toi,
chérie"). Vers la fin de sa vie, il s'installe dans
une maison de retraite avec Sheila, qui sera
restée son épouse pendant sept décennies.
FESTIVAL NATIONAL
DE LA MUSIQUE ACTUELLE
À GUELMA
Le groupe El Dey
et le chanteur Abdou
Skikdi émerveillent
le public
Le groupe El Dey et le
chanteur Abdou Skikdi,
ont émerveillé samedi
soir le public guelmi lors
de la quatrième soirée
du festival national de la
musique actuelle. Les
chanteurs du groupe ont
interprété plusieurs nou-
velles chansons, appré-
ciées par le public
nombreux composé de
familles et de jeunes. Le
chanteur Abdou Skikdi
a également plu à l’assistance, créant une ambiance
animée sur les gradins du stade municipal Ali-
Abdou de Guelma, bondés de jeunes qui ont dansé
au rythme de "I’habalhoum Bache Yalhgouna" une
des ses dernières chansons de l'album 2014. A son
tour, Cheb Kellal de la wilaya de Guelma, a rapi-
dement conquis le public amoureux la chanson sé-
tifienne. Le public, présent en force depuis
l’ouverture du festival le 20 août dernier, aura
droit durant l’avant-dernière soirée à un programme
algérien, animé par la troupe Triana
d'Alger, Amine TGV et l’artiste kabyle Rabah
Asma. A signaler que la totalité des recettes de la
neuvième édition du Festival national de la musique
actuelle qui sera clôturée le 25 du mois en cours,
sera versée au profit du peuple palestinien de
Ghaza.
17 EL MOUDJAHID 16EL MOUDJAHID
Mardi 26 Août 2014
Eté 2014
FRAGMENTS DE MÉMOIRE PLURIELLE
O
n ne peut être ainsi de
nos jours sans savoir
que sur plus de 1.600
km de côtes (*), le littoral algé-
rien étale non seulement une
grande diversité de paysages,
mais avec, entre autres, une suc-
cession de plages qui, pour la
plus grande majorité d’entre
elles, partagent leurs sites avec
des lieux saints renommés.
Dans ce vaste décor qui, en
de nombreux sites côtiers,
confine aux premiers matins du
monde, les lieux saints sont sys-
tématiquement situés près des
rivages, souvent dans des petites
criques. Ils ajoutent au caractère
mystique qu’a toujours revêtu le
bord de mer, du fait de la pro-
preté de l’eau marine et de la
source d’eau douce qui coule à
proximité de la presque totalité
des plages.
Aussi l’image du sable d’or
s’étendant à perte de vue sur
fond de ciel bleu et de mer azur
scintillant des rayons du soleil,
cohabite-t-elle quasiment, tou-
jours, avec l’image de la koubba
du marabout qui, non loin de la
plage, veille jalousement sur
elle. Il va sans dire aussi que,
dans la tradition musulmane, les
plages ont souvent été considé-
rées comme des lieux d’inter-
cession vis-à-vis des saints. Il
faut savoir à ce titre, que l’islam
a pris le parti d’islamiser nom-
bre de ces endroits. C’est d’ail-
leurs la raison pour laquelle
nous trouvons beaucoup de sites
côtiers — plages et autres lieux
— placés sous le vocable du
saint patron du marabout, de la
koubba ou de la zaouïa, en l’oc-
currence à proximité des mos-
quées des villages et localités
maritimes les plus proches.
De ce fait avéré, on retiendra
que le littoral algérien a, au
cours des siècles derniers, ac-
cueilli un certain nombre de
saints personnages — des
hommes et des femmes —qui y
avaient élu domicile et qui
étaient connus pour leur grande
piété et leur profonde dévotion,
ainsi que pour les miracles et les
prodiges qu’ils accomplissaient.
Qualités et exploits qui leur
avaient valu le respect et toute
la considération de la popula-
tion.
Celle-ci les vénérait à un
point tel qu’après leur décès elle
érigeait, autour des mausolées
où sont inhumées leurs dé-
pouilles, des «zaouïas» desti-
nées à perpétuer leur mémoire
et à célébrer les exceptionnels
mérites et les hauts faits et
gestes par lesquels ils (ou elles)
s’illustrèrent de leur vivant.
Il ne faut pas être surpris par
le fait que les noms de beaucoup
de plages commencent par Sidi,
quelques fois par Lalla ou
Yemma. C’est le signe qu’un
saint (ou une sainte) a littérale-
ment béni les lieux, les entou-
rant de bienfaits qui rendent les
sites plus attrayants.
Du reste, les longues proces-
sions de voitures venant souvent
de loin et se dirigeant vers une
plage n’amènent pas seulement
des estivants à la recherche des
plaisirs de la mer. Ce sont aussi
des visiteurs attirés par les lé-
gendes et autres récits concer-
nant ces sites chargés d’histoire,
d’émotion et de mystères.
On observera, dès lors, que
l’histoire, le mythe et la légende
des saints — et autres habitants
séculaires de ces sites — sont
jalousement entretenus, voire
conservés dans ces lieux de mé-
moire collés aux plages et à la
mer. L’imaginaire collectif dans
notre pays a ainsi vite considéré
ces saints éponymes de la mer
comme des protecteurs contre
tel mal ou telle maladie, contre
tel mauvais sort ou tel intrus
malveillant, etc. Ce qui n’est
pas du tout inexact, loin s’en
faut.
(*) Le dernier cadastre en
date indique 1.622 km de litto-
ral, au lieu des 1.280 km jusque
là établis.
K. B.
Plage Sidi
Ghiles,
Monsieur
le « tigre »
A
peine a-t-on dépassé la pointe rouge,
qu’on arrive déjà devant le phare de
l’îlot élevé sur les restes d’un fort très
ancien. Ce promontoire avait reçu, autrefois,
le nom du marabout salutaire, Sidi Ali El-
Fekki qui avait fait l’objet de culte et de vé-
nération par la population locale.
Sitôt l’îlot contourné, un énorme goulet
s’ouvre devant le passage du visiteur et le di-
rige à l’intérieur de la grande darse, d’où
l’on aperçoit, juste en face, et un peu vers
l’est, le célèbre marabout Sidi Brahim El-
Ghobrini qui domine majestueusement la
mer ce qui ajoute à nos yeux son charme in-
dicible. Ce qui veut dire qu’avant de quitter
Cherchell, il ne faut pas manquer d’aller voir
le marabout de Sidi Brahim El Ghobrini, à
l’entrée de la ville, à droite et en retrait de la
route en venant de Tipasa.
Deux coupoles blanches le signalent à
l’attention du visiteur à travers un charmant
ensemble d’édifices algériens du XVIIIe siè-
cle : deux pavillons reliés par un péristyle à
arcades ouvert sur la mer, deux koubbas pro-
tégeant les tombeaux du marabout et de sa
famille (les Ghobrini jouèrent un rôle émi-
nent à Cherchell sous l’administration
turque) ; quelques tombes décorées de stèles
de marbre gravées et découpées en forme de
palmettes ; enfin dans un angle de la courette
dallée, un vieux puits à la margelle usée par
le frottement des cordes, mais où l’on puise
toujours l’eau.
Le parfum des orangers, des figuiers, du
jasmin baigne ce petit coin, avant-goût à
coup sûr du paradis. «Remarquez, monsieur,
les abords d’un marabout sont toujours par-
fumés», affirmera le gardien des lieux.
Il lui reste, à ce visiteur, à se réjouir des
paysages environnants. Le massif du Dahra
est constitué par une série de pics et de
monts au relief compliqué, présentant ici des
parois rocheuses, ailleurs des pentes boisées,
partout des habitations essaimées sur des
crêtes secondaires. Qui préfère les vigno-
bles, les terres opulentes, les orangeraies
parfumées protégées par des rideaux de
hauts cyprès, doit alors contourner les Dahra
par l’est en empruntant les routes en direc-
tion de Nador, Hadjout, Mouzaia, Blida.
La mer, lieu mystique intemporel
A l’image de tous les pays qui ont un littoral, l’imaginaire de la mer s’est très tôt fixé dans notre pays. Tous les récits
et légendes sur – ou en relation avec — la mer sont immanquablement inclus entre ces deux bornes, celle des origines
et celle des temps ultimes.
Sidna Youchaâ, la plage voisine de Gha-
zaouet par la côte, enchantera à coup sûr les
amateurs de solitude et les visiteurs du mara-
bout qui a donné son nom au village qui, par
ailleurs, est distant d’une dizaine de kilomè-
tres de Nedroma.
En plein centre du village une mosquée
abrite, en effet, la tombe d'un saint du nom
juif de Youchaâ ou Ya'chwa, celui-là même
que la Bible traduit en « Josué ». Il fut un
grand personnage, un géant de l'histoire et
aussi, dit la légende, un géant de la race hu-
maine.
Sa tombe s'allongeait sur une dizaine de
mètres avant que l’aménagement des lieux ne
la réduise à des proportions plus humaines.
Le fkih qui surveille bénévolement le lieu le
considère comme saint au même titre que les
saints musulmans. Mais les Juifs des envi-
rons et de tous les pays le considèrent comme
un important prophète (Ennabi Youchaâ).
Les habitués de la mosquée, dépositaires
des traditions locales, en donnent la généalo-
gie. Il s’agirait de Josué, fils de Noun comme
dit dans la bible, descendant d’Ephraïn par
Joseph, Jacob, Isaac et Abraham(Sidna Ibra-
him). Pour les gens du pays et de nombreux
pèlerins, Youchaâ serait bien le successeur de
Moïse. A la suite des persécutions sous les
Pharaons, il serait venu jusqu'ici. Cela se se-
rait passé il y a trente-sept siècles. Ce qui
coïncide avec l'exode.
La légende lui attribue d’avoir judaïsé cer-
taines tribus de l’Afrique du Nord. Consta-
tant que les populations de l'époque
pratiquaient le paganisme, il leur enseigna le
monothéisme et les lois hébraïques. Certaines
de ces populations acceptèrent et en firent
leur religion, mais sans prosélytisme, d'où
l'effet limité de son expansion.
Sidna Youchaâ serait donc enterré dans
une mosquée sur la plage éponyme, située à
égale distance de deux caps, les caps Tarsa à
Ghazaouet (ouest) et Noé à Honaine (est), si-
tuée également à une dizaine de kilomètres
au nord de Nedroma, dans la wilaya de Tlem-
cen. Sa Koubba a toujours fait l'objet, depuis
des siècles, de pèlerinages à l'occasion des
fêtes juives.
La plage Sidna Youchaâ,
un site enchanteur
Sidi Lakhdar Benkhlouf
le poète du XVI
e
siècle
Sidi Lakhdar Benkhlouf, le gar-
dien du Dahra, est le poète le plus
populaire de son époque (XVIe siè-
cle).
Sa généalogie, il la tient, dit-on,
de Saquiet El Hamra, mais sa fa-
mille s’est établie dès le XVIe siècle
chez les Maghraoua, qui est une
tribu berbère que Marmol place
dans les montagnes de Medjeher
près de Mazagran et Mostaganem,
entre l’oued Habra et le Chélif.
Né en 1479 pour mourir en 1585,
Il aura vécu 125 ans et Six mois
comme il le dit dans son poème tes-
tament : «J’ai vécu 125 ans bien
comptés / Et j’ai ajouté après cet
âge, six mois. »
Considéré comme l’un des sept
gardiens de la ville de Mostaganem,
il est connu et apprécié dans tout le
Maghreb grâce à sa poésie. Il a écrit
des milliers de vers où il raconte
parfois sa vie et ses aventures, mais
systématiquement la gloire du pro-
phète.
On le surnomma Meddah Erras-
soul, le laudateur du prophète. Il a
vulgarisé la poésie populaire, le
Chiir el melhoun, et fait connaître
les grands maîtres du genre comme
El Maghraoui, El Mejdoub, En Ned-
jar, Sidi Maàmar et beaucoup d’au-
tres.
A 50 ans, il alla au pèlerinage à
Tlemcen chez Sidi Boumediène.
Dans sa qacida testament, il nous in-
forme : «Du huitième siècle j’ai
passé quelques années / Les temps
changent et l’ordre des choses se
renverse / J’ai achevé avec l’aide du
Qoreïchite (le prophète) le 9e siè-
cle». Dans son poème épique rela-
tant la bataille de Mazagran qui s’est
déroulée contre les Espagnols le 26
aout 1558, Sidi Lakhdar disait : «Si
tu avais vu ce qui s’est passé / Dans
cette nuit de combat / Ne manquait
que le père des deux Hassan / De la
Kouba de Bouasria, patron de la
ville / Jusqu’à la direction de la
Kibla, dispersés, / L’ennemi fuyait
la teneur du combat / Hurlant à qui
voulait l’entendre / Et les têtes s’en-
volaient comme des têtes de mou-
tons».
Le palmier de Sidi Lakhdar
Ben Khlouf
Sidi Lakhdar ben Khlouf a planté
un palmier qui a dépéri aussitôt. Ses
disciples ont donc demandé l’auto-
risation d’arracher la souche. Le
maître a prédit et a dit alors : «Le
Maghreb connaîtra mon nom à tra-
vers mes louanges au prophète, on
connaîtra ma tombe grâce à ce pal-
mier que vous dites mourant. Il nous
survivra et aura la forme tourmentée
des époques à venir».
E
l M
o
u
d
ja
h
id
/P
u
b
d
u
2
6
/0
8
/2
0
1
4
Publicité
Dellys, le marabout
de Sidi Khaled
On sait que les lieux saints sont tellement vé-
nérés qu’il est excessivement rare qu’un vol y
soit commis, bien que la plupart soient sans gar-
diens, ouverts à tout venant, et contiennent des
objets de nature à tenter la cupidité des habi-
tants, tels qu’étoiles, instruments de musique,
bougies, ustensiles de cuisine, voire même pro-
visions. Le marabout de Sidi Khàled, près de
Dellys, servit longtemps ainsi d’entrepôt : les
Dellysiens y venaient en bateau (car il est situé
au bord de la mer) apporter du sel et y laissaient
une mesure vide ; les Kabyles des hauteurs voi-
sines descendaient de la montagne, prenaient le
sel et, en échange, remplissaient la mesure
d’orge ou de blé que les Dellysiens venaient
rechercher à leur tour…
Le pèlerinage de Sidi Boubekeur à Yemma Gouraya
On raconte que de son vivant, Sidi Bou-
bekeur organisait souvent des pèlerinages
pour les pèlerins jusqu’à Yemma Gouraya
à Bejaia. Dans cette région on organisait
des regroupements qui réunissaient plu-
sieurs confréries. Les voyages organisés
périodiquement pouvaient s’étaler, pour
chacun d’entre eux, sur plusieurs mois.
En cours de route, Sidi Boubekeur acti-
vait énormément. Il organisait les popula-
tions, leur expliquait la religion, réglait les
conflits. Parmi les lieux où il marquait des
escales, on peut citer Djemaà Saharidj,
Oued Aissi, Tala Amrane, etc.
Un jour, de retour de pèlerinage, en
compagnie de l’un de ses fils, Sidi M’hend
Ouamar Chérif et de ses disciples, et en ar-
rivant à Lemghira, il tomba malade. Etant
donné la gravité de son état, on a voulu le
transporter jusqu’à sa demeure à Cheurfa ;
mais Sidi Boubekeur refusa et demanda
aux présents de l’enterrer sur les lieux s’il
venait à mourir, arguant que «la terre tout
entière appartient à Dieu ».
Quelques jours plus tard, Sidi Boube-
keur succomba à sa maladie et rendit l’âme
à Lemghira, alors qu’il était en plein ac-
complissement de sa mission. Conformé-
ment à ses vœux, il est enterré dans cette
localité et un mausolée a été érigé à sa mé-
moire. A ce jour les responsables de la
zaouia de Cheurfa (construite en 1930) et
d’autres citoyens visitent son mausolée et
s’y recueillent à chaque fête de l’Achoura,
où des cérémonies religieuses sont organi-
sées sur les lieux.
Page animée
par Kamel Bouslama
A
sept kilomètres à l’ouest de
Cherchell, la plage Sidi
Ghiles s’étale sur une bande
côtière qui descend en pente douce
vers la mer avec, au sud, des mame-
lons étagés coiffés de calottes de pins
et de lentisques.
Sidi Ghiles, c’est un village (ex-
Novi) qui aujourd’hui tient son nom
d’un saint inconnu, venu, en son
temps, s’établir au bord de l’oued
avoisinant.
Du point de vue historique, l’ap-
pellation en question repose sur deux
versions racontées par les habitants
du village.
La première parle d’un homme in-
connu venu s’établir au bord de
l’oued. Dans le Coran, il est souvent
question d’allégories, de métamor-
phoses d’êtres humains en animaux.
D’après la légende, ce personnage
mystérieux avait un pouvoir surnatu-
rel qui lui permettait de prendre l’ap-
parence d’un tigre. Il fut appelé
«Ghiles» qui en est la traduction en
kabyle. Le lieu fut ainsi appelé Sidi
Ghiles (Monsieur le Tigre).
La seconde version évoque trois
pieux personnages intemporels arri-
vés de Kabylie, Sidi Abdelah Nedjari,
Lalla Mesguida et Sidi Ghiles. En rai-
son de leur vie ascétique et charitable
ils furent, à leur mort, élevés au rang
de marabouts et enterrés sur les lieux.
Aujourd’hui on reconnaôt tou-
jours le mausolée à coupole blanche
abritant le tombeau sur la route de la
briqueterie au bord de l’oued.
Plage Sidi Brahim El Ghobrini, un charme indicible
Lorsqu’on quitte «Hadjeret-ennous» (la pierre du milieu) — en direction de l’est — pour Cherchell par la mer, on aperçoit
aussitôt la position de la vieille cité maurétanienne, située à 14 km du village.
18
Mardi 26 Août 2014
EL MOUDJAHID
Santé
Une réunion de l'OMS au Bénin reportée
L
e Japon s'est dit prêt hier à
fournir un traitement expé-
rimental mis au point par
une entreprise nippone pour lutter
contre le virus Ebola dont la pire
épidémie jamais enregistrée frappe
quatre pays d'Afrique de l'Ouest.
"Notre pays est disposé à livrer le
médicament en coopération avec le
fabricant si l'Organisation mon-
diale de la santé (OMS) en fait la
demande", a déclaré le secrétaire
général du gouvernement, Yoshi-
hide Suga, cité par la presse.
Il n'existe actuellement aucun
vaccin ou antiviral homologué
contre le virus Ebola, qui figure
parmi les plus contagieux et mor-
tels chez l'homme dont il peut pro-
voquer la mort en quelques jours.
Face à la gravité de l'épidémie ac-
tuelle, la pire depuis la découverte
du virus il y a une quarantaine d'an-
nées, la communauté médicale in-
ternationale a cependant approuvé
mi-août l'emploi de traitements
non homologués. Le médicament
japonais est appelé favipiravir (ou
"T-705"). Il est commercialisé sous
le nom Avigan par Toyama Chemi-
cal, filiale du spécialiste des tech-
niques de l'image FujiFilm
Holdings. Par rapport au ZMapp, il
présente l'avantage d'avoir été ho-
mologué en mars au Japon en tant
qu'antiviral contre la grippe et est
actuellement en phase de tests cli-
niques aux Etats-Unis.
Son administration sous forme
de comprimés peut également faci-
liter le traitement dans des zones
aux infrastructures médicales
limitées.
"Avant même que l'OMS ne
prenne une décision, nous sommes
prêts à répondre aux demandes in-
dividuelles (de travailleurs médi-
caux, NDLR) sous certaines
conditions s'il s'agit d'un cas ur-
gent", a souligné M. Suga.
Le groupe japonais, connu pour
ses appareils photo mais qui a aussi
une activité importante dans le do-
maine médical (radiographie et en-
doscopie, notamment), a indiqué
avoir reçu des demandes de l'étran-
ger, sans préciser combien ni de
quels pays. Le virus Ebola se pro-
page par contact direct de fluides
corporels, comme le sang, de per-
sonnes infectées présentant les
symptômes de la maladie.
L'épidémie actuelle, "la plus im-
portante et la plus sévère" depuis la
découverte en 1976 de ce virus, a
déjà fait au moins 1.427 morts,
dont 624 au Liberia, d'après le der-
nier bilan de l'OMS. Les autres
pays touchés sont la Sierra Leone,
la Guinée et plus marginalement le
Nigeria.
Une réunion des ministres africains de la
Santé sous l'égide de l'OMS, prévue début sep-
tembre au Bénin, a été reportée sine die en rai-
son de l'épidémie d'Ebola, a-t-on annoncé à
Cotonou dimanche.
Des délégations venant de 47 pays, dont ceux
touchés par l'épidémie, devraient participer à
cette rencontre, la 64
e
session des ministres de
la Santé du comité régional de l'OMS pour
l'Afrique, du 1
er
au 5 septembre. "Cette impor-
tante rencontre est reportée après consultation
avec les responsables de l'Organisation mon-
diale de la Santé", a déclaré le ministre béninois
des affaires étrangères Nassirou Arifari Bako,
cité par la presse.
En décidant du report de cette rencontre, les
autorités béninoises "voudraient contribuer à la
prise des mesures préventives dans le cadre de
la veille sanitaire globale et de la prudence né-
cessaire en pareille circonstance", a expliqué le
ministre. Le Bénin, où aucun cas de fièvre
Ebola n'a été détecté, a déployé une série de me-
sures de contrôle à ses frontières, notamment
avec son grand voisin le Nigeria, où la fièvre
hémorragique a tué cinq personnes. Plus de
1.400 personnes sont mortes dans l'épidémie,
selon le dernier bilan de l'OMS.
EPIDÉMIE EBOLA
Le Japon prêt à fournir un traitement expérimental
L'épidémie actuelle, "la plus importante et la plus sévère" depuis la découverte en 1976 de ce virus, a déjà fait
au moins 1.427 morts, dont 624 au Liberia.
Une étude sur l'impact des radia-
tions de la catastrophe de Fukus-
hima a montré que 103 enfants et
adolescents de la région, âgés de
moins de 18 ans au moment de
l'accident, avaient développé un
cancer de la thyroïde confirmé par
chirurgie ou supposé, mais sans
établir pour autant le lien avec le
désastre atomique. Des tests ont été
effectués sur près de 300.000
jeunes de la province de Fukus-
hima (nord-est) par un comité de
suivi de la santé des habitants. Le
nombre de cancers confirmés après
une intervention chirurgicale s'éta-
blit désormais à 57. Les 46 cas res-
tants ne sont pas encore sûrs à
100% mais la probabilité est très
élevée. Un autre adolescent a été
opéré mais le nodule prélevé était
bénin. La proportion d'enfants de
la province de Fukushima atteints
est donc de l'ordre de 30 pour
100.000, mais il n'y a pas de base
référentielle existante pour cette ré-
gion, ce qui empêche d'en déduire
qu'il y a une hausse due à l'accident
atomique de mars 2011. Les spé-
cialistes mandatés par les autorités
préfectorales tendent à penser que
ces cancers ne sont pas directement
liés à ce désastre. "On peut diffici-
lement établir un lien de cause à ef-
fets mais il faut néanmoins conti-
nuer les examens, car la proportion
de découverte de tumeurs aug-
mente avec l'âge, même en temps
normal", a déclaré le professeur
Shunichi Suzuki de l'université de
médecine de la préfecture de Fu-
kushima, lors de la présentation
des résultats de l'étude dimanche
après-midi. Cet avis est entre au-
tres fondé sur des données compa-
ratives, notamment dans le cas de
la catastrophe de Tchernobyl, en
1986 en Ukraine. Toutefois, les pa-
rents des enfants concernés ne peu-
vent s'empêcher de penser que la
cause est bel et bien l'exposition
aux rayonnements (et notamment à
l'iode 131) lors des premiers jours
suivant le sinistre. La thyroïde est
une éponge à iode (matière pre-
mière pour la fabrication des hor-
mones thyroïdiennes), en
particulier chez l'enfant en crois-
sance. Cette glande est donc parti-
culièrement vulnérable aux
émissions d'iode 131 radioactif, en
cas d'accident nucléaire. C'est
pourquoi l'on recommande alors
l'absorption d'iode stable afin de
rassasier et même saturer au préa-
lable la thyroïde. Toutefois, dans le
cas de Fukushima, cette mesure n'a
pas été prise.
IMPACT DES RADIATIONS AU JAPON
Plus de 100 cas de cancer de la thyroïde confirmés
L'American Heart Association (AHA), une or-
ganisation influente dédiée à la santé cardiovas-
culaire, a lancé un appel hier pour une stricte
réglementation des cigarettes électroniques dont
l'interdiction de vente aux mineurs et une limi-
tation des publicités visant les jeunes. L'AHA
estime que ces cigarettes qui contiennent de la
nicotine devraient être soumises aux mêmes
cadre réglementaire que le tabac. "Au cours des
cinquante dernières années, la cigarette a fait
vingt millions de morts et nous sommes ferme-
ment engagés à empêcher l'industrie du tabac de
créer une nouvelle génération de fumeurs ayant
une dépendance à la nicotine", déclare Nancy
Brown, présidente de l'American Heart Asso-
ciation dans un communiqué. "De récentes
études sont préoccupantes. Elles indiquent que
les cigarettes électroniques inciteraient les
jeunes à consommer des produits traditionnels
du tabac", ajoute-t-elle. "Ces observations trou-
blantes ont contribué à convaincre l'AHA que
les cigarettes électroniques doivent être forte-
ment réglementées, faire l'objet d'études appro-
fondies et être étroitement surveillées", explique
Nancy Brown. "Il est essentiel de rigoureuse-
ment examiner l'impact à long terme de cette
nouvelle technologie sur la santé publique, les
maladies cardiovasculaires et les accidents vas-
culaires cérébraux et leurs effets plus particuliè-
rement sur les adolescents", souligne le D
r
Aruni
Bhatnagar, professeur de médecine à l'Univer-
sité de Louisville, le principal auteur de ces re-
commandations publiées dans Circulation, la
revue de l'AHA. Cette association cite entre au-
tres pour justifier l'interdiction de vente aux mi-
neurs, une étude publiée cette année dans le
Journal of the American Medical Association,
Pedriatrics auprès de 40.000 collégiens et ly-
céens. Ces derniers considèrent que ces produits
de haute technologie, accessibles et pratiques,
permettent de fumer surtout dans des lieux où
c'est interdit. L'AHA recommande des lois
strictes pour réduire le marketing et les publici-
tés qui ciblent les jeunes. L'AHA est aussi op-
posée à l'utilisation d'arômes dans ces
cigarettes. L'AHA cite une récente étude parue
dans le journal Pediatrics montrant que l'expo-
sition des adolescents aux publicités pour les ci-
garettes électroniques a augmenté de 250% de
2011 à 2013, touchant 24 millions jeunes.
L'American Heart Association presse aussi la
FDA (Food and Drug Administration) de fina-
liser les réglementations fédérales d'ici la fin de
l'année prévenant que "tout délai supplémen-
taire aura des conséquence sur la santé pu-
blique". L'AHA souligne le manque de preuves
montrant que les cigarettes électronique peuvent
aider un fumeur à renoncer au tabac. La FDA a
proposé en avril de réglementer les cigarettes
électroniques, en interdisant notamment leur
vente aux mineurs. L'Agence propose que les
fabricants obtiennent auprès de l'agence une au-
torisation pour la mise sur le marché de leurs
produits. Il s'agit du premier cadre réglemen-
taire sur les cigarettes électroniques aux États-
Unis, un marché de près de deux milliards de
dollars dans le pays.
CIGARETTES ÉLECTRONIQUES
L'American Heart Association pour une stricte réglementation
LIBERIA
Décès
d'un médecin
traité au
sérum
expérimental
Un médecin libérien traité
avec un sérum expérimental
américain au Liberia après
avoir été contaminé par le
virus Ebola est décédé, a
annoncé hier le ministre
libérien de l'Information
Lewis Brown.
Le D
r
Abraham Borbor est
mort dans la nuit de dimanche
à hier (lundi), a précisé M.
Brown, cité par l'AFP. "Il
montrait des signes de progrès
mais il a finalement rendu
l'âme.
Le gouvernement regrette
cette perte et présente ses
condoléances à la famille",
a-t-il ajouté.
Deux autres praticiens soignés
avec ce sérum, le ZMapp,
"sont toujours sous traitement
et il y a des signes d'espoir", a
indiqué le ministre.
L'Organisation mondiale de la
Santé (OMS) avait fait état le
21 août de "l'amélioration
significative", de l'état d'un
médecin et d'un infirmier
traités au ZMapp au Liberia,
ajoutant qu'un autre médecin
se portait mieux, mais restait
dans un état grave.
Le Liberia avait obtenu la
livraison le 13 août par les
Etats-Unis pour ces trois
praticiens de doses du
ZMapp, administré à deux
Américains qui ont été
déclarés guéris la semaine
dernière, ainsi qu'à un prêtre
espagnol, décédé le 12 août.
Tous trois avaient été
contaminés au Liberia. Les
très faibles quantités
disponibles du ZMapp, qui
n'avait jamais été testé
auparavant sur des humains,
sont épuisées, selon le
laboratoire qui le produit.
Mardi 26 Août 2014
Vie religieuse
- Dohr.........….............12h50
- Asr.............................16h31
- Maghreb....................19h28
- Icha…………………20h51
Mercredi 1
er
Dou El Qiâda
Chawal 1435 correspondant au 27
août 2014 :
- Fedjr........................04h43
- Chourouq.................06h15
Horaires des prières de la journée du mardi 29 Chawal 1435
correspondant au 26 août 2014 :
28
EL MOUDJAHID
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
aucapital social de50.000.000DA
20, ruedelaLiberté, Alger
Téléphone: 021.73.70.81
Présidente-Directricegénérale
delapublication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone: 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LAREDACTION
Téléphone: 021.73.99.31
Fax: 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rueLarbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, placedu 1
er
Novembre: Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rueCondorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siègedelawilaya
RueMebarkiaSmaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison delapresseAmir Benaïssa
ImmeubleLeGarden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, ruedelaLiberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
CitéMohamedBoudiaf (ex-2.000logts)
Bâtiment 3, 1
er
étage, Nouvelleville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, placeKairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : MaisondelaPresse
RueSenouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA:
CitéAttafi Belgacem(FaceàlaPoste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toutepublicité, s’adresser
àl’AgenceNationaledeCommunicationd’Editionet
dePublicité“ANEP”
ALGER : 1, avenuePasteur
Tél. : (021) 73.76.78- 73.71.28- 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59- Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rueMohamedKhemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04- Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours delaRévolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, ruedelaLiberté, Alger : Tél./Fax : 02173.56.70
ABONNEMENTS
Pour lessouscriptionsd’abonnements, achatsdejournaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, ruedelaLiberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
AgenceCPA Che-Guevara- Alger
Comptedinarsn° 102.7038601- 17
AgenceBNA Liberté
- Dinars: 605.300.004.413/14
- Devises: 605.310.010078/57
CptesBDL - AgencePort Saïd
- Dinars: 005.00107.400.2478620.28
- Devises: 005.00107.457.2478620.28
Editépar l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siègesocial : 20, ruedelaLiberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL“SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL“SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL“TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..
J.H., TS en froid industriel et
climatisation, 03 ans d’exp. comme
opérateur, cherche emploi dans une
entreprise étatique ou privée.
Tél. : 0559 61.97.63
——0o0——
J. H., TS en électrotechnique, 4
ans d’exp., maîtrise toutes les
installations électriques et postes
transformateurs, cherche emploi dans
le domaine
Tél. : 0561 24.36.74
——0o0——
J.H., résidant à Alger, 2 ans
d’expérience comme agent
polyvalent montage climatiseur +
plomberie + électricité + montage de
faux plafonds.
Tél. : 0770 24.42.59
——0o0——
J. H., 27 ans, cherche emploi
comme démarcheur, distributeur
ayant une expérience de 2 ans.
Tél. : 0551 97-96-32
——0o0——
J. H., 24 ans, habitant Alger,
licencié en allemand, cherche emploi
comme agent administratif.
Tél. : 0552 49-01-04
——0o0——
J. H., 27 ans, habitant Alger,
licencié en droit + CAPA avocat + 3
ans d’expérience désire travailler
dans son domaine ou autres.
Tél. : 0552 49-01-04
——0o0——
Homme, avec expérience
spécialité mécanique poids lourds,
cherche emploi.
Tél. : 0780 76.21.61
——0o0——
J.H., 29 ans, réside à Alger, diplômé en
électricité bâtiment, 2 ans d’expérience
comme agent polyvalent (montage de
faux-plafonds, parquets, revêtement
mural, montage climatiseurs, plombier).
Mob : 0550 05-06-50
El Moudjahid/Pub du 26/08/2014
Demandes d’emploi
Vie pratique
ANEP 203307 du 26/08/2014
El Moudjahid/Pub du 26/08/2014
El Moudjahid/Pub
PERDU-TROUVÉ
SPA/IVPP sise Route de BOUCHAOUI-
OULED FAYET, décline toute responsabilité
quant à l’utilisation frauduleuse d’une griffe
rectangulaire au nom de M
lle
OUSSOUAS
SALIMA, agent de recouvrement, perdue
depuis le 22 /07/2014.
Nous déclinons toute responsabilité
quant à son utilisation
CONDOLÉANCES
C’est avec une vive émotion et une
grande tristesse que la Société de
Distribution de l’Electricité et du Gaz
d’Alger (SDA) a appris le décès
de  REBAH AHMED
Ex-Chef d’équipe Exploitation Electricité
à la Direction de la Distribution
d’El Harrach / District de Ain Taya.
En cette pénible et douloureuse
circonstance, le Président-directeur
général M. Merouane CHABANE et
l’ensemble du personnel de la SDA
adressent à la famille du défunt leurs
sincères condoléances et l’assurent de
leur profonde sympathie.
Que Dieu  accorde au défunt Sa
Miséricorde et l’accueille en Son Vaste
Paradis.
ANEP 141772 du 26/08/2014 ANEP 203306 du 26/08/2014 El Moudjahid/Pub
29
Mardi 26 Août 2014
EL MOUDJAHID
Sports
U
ne partie du Comité exécutif de
la Confédération africaine de
football (CAF) sera renouvelée le
mardi 7 avril 2015 lors de la 37
e
assem-
blée générale ordinaire programmée au
Caire en Egypte, a annoncé dimanche
passé la CAF. Outre l'élection d'une par-
tie du Comité exécutif de la CAF, il en
sera de même pour deux sièges de repré-
sentants du continent africain au Comité
exécutif de la FIFA. En effet, le mandat
du président de la FAF Mohamed Raou-
raoua et de l'Ivoirien Jacques Anouma au
Comité exécutif de la FIFA en tant que
représentants de l'Afrique expire en
2015, selon la même source.
Le patron de la FAF a été élu au co-
mité exécutif de la FIFA le 23 février
2011 à Khartoum (Soudan) lors de l'as-
semblée générale élective de la CAF.
Raouraoua a récolté 39 voix suivi
d'Anouma (35 voix).
Les noms des candidats doivent être
soumis par leur Fédération nationale et
envoyés au secrétariat général de la CAF
par courrier recommandé/express, et la
date de clôture pour la réception des can-
didatures au secrétariat général de la
CAF au Caire est le 6 janvier 2015. Les
candidatures ont été ouvertes le 23 août
2013 par le biais d'une circulaire du se-
crétaire général de la CAF adressée à
toutes les 54 associations membres de la
CAF.
Le comité exécutif de la CAF vali-
dera ensuite les candidatures reçues lors
de sa réunion qui sera prévue après le
délai de réception des candidatures, pré-
cise l'instance africaine.
COMITÉ EXÉCUTIF CAF ET FIFA
Election le 7 avril prochain
au Caire
Liste des membres du comité
exécutif de la CAF et FIFA dont le
mandat expire en 2015
Comité exécutif FIFA : Mohamed Raouraoua
(ALG), Jacques Anouma (CIV)
Comité exécutif de la CAF :
Zone Nord : Tarek Bouchamaoui (TUN)
Zone Ouest A : Almamy Kabele Camara (GUI)
Zone Ouest B : Kwesi Nyantakyi (GHA)
Zone Centre : Omari Constant (RDC)
ZoneCentre-Est : Leodegar Tenga (TAN)
Zone Sud : Kalusha Bwalya
COUPE ARABE DES NATIONS
(U-17)
Résultats
du tirage au sort
Résultats du tirage au sort de la Coupe
arabe des nations des moins de 17 ans de
football (20 octobre-2 novembre 2014) ef-
fectué hier à Doha (Qatar) :
Groupe A :
Qatar (pays hôte), Bahreïn, Mauritanie,
Djibouti
Groupe B :
Irak, Soudan, Arabie saoudite, Palestine
Les deux premiers de chaque groupe se
qualifieront pour les demi-finales prévues le
jeudi 30 octobre 2014, tandis que la finale
aura lieu le 2 novembre.
MONDIAL FÉMININ U20
(FINALE)
L'Allemagne sacrée
devant le Nigeria 1 à 0
L'équipe de football féminine d'Allemagne,
catégorie des U20, s'est imposée sur le score
d'un but à zéro face au Nigeria, en finale du
Mondial-2014, disputé dimanche à Montréal.
Un sacre obtenu après prolongations et un peu
contre le cours du jeu, car ce sont les jeunes ni-
gérianes qui avaient dominé la majeure partie
des débats. Mais l'efficacité a été beaucoup plus
du côté allemand, notamment, de l'avant-centre
Lena Petermann, qui a repris victorieusement
un joli centre en retrait à la 98
e
minute. Un but
qui a suffi au bonheur des jeunes allemandes
qui, comme leurs glorieux compatriotes mascu-
lins au Brésil, en juillet dernier, remportent le
Mondial-2014 de football. Une cruelle désillu-
sion pour le Nigeria, qui a réussi un parcours
sans faute jusqu'à cette finale. Comme en 2010,
les Nigérianes se sont inclinées en finale contre
les Allemandes.
JEUX OLYMPIQUES
DE LA JEUNESSE (ATHLÉTISME)
L'Algérien Bouziane termine
6
e
en finale du 3.000 m
L'athlète algérien Tawfik Bouziane a pris la
6
e
place de l'épreuve du 3.000 m, lors de la fi-
nale disputée dimanche à Nanjing en Chine,
pour le compte des 2
es
jeux Olympiques de la
jeunesse (JOJ-2014), à quatre jours de la clô-
ture. Engagé aux côtés de sept autres athlètes
dans le stade olympique de Nanjing, Bouziane
a franchi la ligne d'arrivée en 8:18.98, réalisant
néanmoins sa meilleure performance de l'an-
née. Le titre olympique de la jeunesse de
l'épreuve est revenu à l'Ethiopien Atomsa Ke-
jelcha (7:56.20), suivi du Burundais Thierry
Ndikumwenayo (8:06.05) et du Kényan Koech
Moses (8:06.33). En finale du 10.000m marche,
l'Algérien Bouras Djaber a été disqualifié
(faute technique), dans une épreuve ayant re-
groupée 15 coureurs dont deux ont abandonné
la course en cours de route. Le podium est re-
venu, respectivement, au Japonais Onogawa
Minoru (42:03.64), devant le Russe Saraikin
Vladislav (42:10.95) et le Mexicain Chana Noel
Ali (42:14.11). Pour sa part, l'Algérienne Noura
Kherroubi s'est contentée de la 5
e
position en fi-
nale "B" (regroupant les éliminées du tour pré-
cédent) de l'épreuve du 3000m dames.
Kharroubi a enregistré 10:11.15. De leur côté,
Yousra Arar (hauteur) et Yasser Triki (longueur)
n'ont pas pris part à la finale "B" de leurs
concours (comptant pour le classement seule-
ment).
SPORTING LISBONNE
Leicester City propose
9 millions d'euros pour Slimani
Le nouveau
promu en
Premier League
anglaise de
football,
Leicester City,
est revenu à la
charge en ce
début de
semaine pour
l'éventuel
recrutement de
l'international
algérien du
Sporting
Lisbonne, Islam
Slimani, en
formulant une
nouvelle offre
de 9 millions
d'euros au club lisboète, a annoncé dimanche le journal A
Bola. Les clubs étrangers intéressés par le recrutement de
l'ancien avant-centre du CR Belouizdad (Ligue 1
algérienne de football) ont arrêté leurs premières
enchères à seulement 7 millions d'euros.
Ce qui n'a pas vraiment emballé le Sporting, surtout que
la cote de Slimani a considérablement grimpé après son
bon rendement lors de la dernière Coupe du monde au
Brésil.
Leicester City est donc le 1
er
club à pousser l'offre aussi
loin, ce qui pourrait augmenter ses chances d'engager
l'international algérien (26 ans), dont le contrat actuel
expire en juin 2017. Le Sporting Portugal était, certes,
déterminé à ne pas transférer ce joueur pour moins de 12
millions d'euros, mais certains évènements récents
pourraient l'inciter à le céder finalement pour beaucoup
moins que cela. Slimani a jugé, en effet, que le montant
de sa clause libératoire était trop exorbitant, au point de
décourager tous les clubs qui souhaitent l'engager.
Un mécontentement qu'il n'a pas manqué de faire
ressentir à ses actuels employeurs, jusqu'à les faire
remonter sérieusement contre lui. Ces derniers étaient
tellement irrités par le comportement de l'Algérien qu'ils
ont affirmé avoir considéré son attitude comme "un
manque de respect envers le club".
C'est ainsi qu'ils ont décidé de le sanctionner en le
rétrogradant en équipe de "réserve". Ce n'est qu'une
semaine plus tard, après avoir présenté des excuses
officielles que Slimani a été autorisé à réintégrer le
groupe professionnel, hier.
Leicester City semble, cependant, vouloir profiter du
climat qui reste relativement tendu entre le Sporting
Lisbonne et son international algérien pour réussir une
bonne affaire, en recrutant Slimani pour seulement 9
millions d'euros. Soit, trois de moins que la somme
exigée initialement par les dirigeants portugais. Les
négociations dans cette perspective sont en cours, selon A
Bola, et pourraient aboutir incessamment.
3
e
TOURNOI INTERNATIONAL
« LOVATS HANDBALL CUP 2014 » EN SUISSE
Les Verts décrochent la 3
e
place
L'équipe nationale messieurs de
handball a terminé troisième du 3
e
tournoi « Lovats Handball Cup
2014 » qui a été organisé par le
club suisse d’Yverdon-les-Bains les
24 et 25 Août courant. En effet, les
Verts se sont imposé, avant-hier,
face aux Suisses du club Fortitudo
Gossau sur le score de 21 buts à 15
lors d’une rencontre disputée en 2X
20mn, à la demande des organisa-
teurs afin de ménager les joueurs
fatigués par une compétition non-
stop. Lors de cette confrontation,
les protégés de Zeguelli Reda ont
produit un beau jeu, histoire de bien
terminer cette compétition amicale.
En matinée, la formation algé-
rienne a fait match nul face à celle
Initia Hasselt de Belgique (30- 30).
Lors de ce tournoi remporté par les
Belges de Wacker Thun aux dépens
des Finlandais aux tires des 7 m
après que le nul a sanctionné le
temps réglementaire (25-25). Ayant
été très efficace, Berkous Mes-
saoud a remporté le trophée du
meilleur buteur.
Pour la suite du séjour en Suisse,
les Verts auront à effectuer des
séances de préparation et de récu-
pération ainsi que des rencontres
amicales devant des équipes de
clubs du championnat suisse. Le re-
tour de la délégation algérienne est
prévu pour vendredi prochain dès
14 heures après qu’ils aient été
reçus par le consul d’Algérie.
L'athlète jamaïcain, Usain Bolt, a décidé de mettre fin à sa saison 2014
et ne participera pas à la réunion de Zurich, finale de la Ligue de diamant,
ont annoncé dimanche les organisateurs suisses. "Après ses 9 sec 98 à Var-
sovie la nuit dernière (samedi), Usain Bolt a décidé de mette fin à sa saison
2014 et ne disputera pas le 100 m de la finale de la Ligue de diamant à
Zurich", affirme le directeur de la réunion de Zurich, Patrick Magyar. "Le
corps d'Usain Bolt a produit des performances formidables au cours de
l'année dernière.
Mais ce n'est qu'un corps et non une machine. Si un athlète de son ni-
veau et son entraîneur estiment qu'il a besoin de plus de repos, nous n'al-
lons certainement pas la remettre en question et nous soutenons
complètement cette décision", explique Magyar.
Samedi soir à Varsovie, Bolt a couru le 100 m en 9 sec 98/100, soit la
meilleure performance mondiale de tous les temps en salle. L'homme le
plus rapide du monde, double recordman du monde en individuel, (9 sec58
au 100 m et 19 sec19 au 200 m), qui a prévu de prendre sa retraite en 2017,
disputera ses derniers jeux Olympiques à Rio de Janeiro en 2016.
ATHLÉTISME
Forfait au meeting de Zurich, Usain Bolt
met fin à sa saison 2014
HANDBALL
LIGUE DE DIAMANT
(MEETING DE BIRMINGHAM)
Record d'Europe sur 2 miles
pour Mohamed Farah
L'athlète britannique Mohamed Farah
a été à domicile la grande attraction à Bir-
mingham en réalisant en 8 min 7 sec 85 un
record d'Europe sur le 2 miles, dimanche
au meeting de Birmingham, 12
e
étape de la
Ligue de diamant d'athlétisme. L'auteur
des doublés olympique, du monde et d'Eu-
rope sur 5000 et 10.000 m efface donc un
record vieux de 36 ans que détenait son
compatriote Steve Ovett depuis ses 8 min
13:51 à Londres en 1978.
30 EL MOUDJAHID
Sports
Mardi 26 Août 2014
SELON LE PARQUET DE TIZI OUZOU
La mort du joueur due à un traumatisme
causé par un objet contondant
La mort du joueur "est due à un traumatisme causé par un objet contendant et tranchant provoquant une hémorragie interne", a indiqué hier un
communiqué du parquet de la République près le tribunal de Tizi-Ouzou, citant les résultats préliminaires de l’autopsie accomplie par le médecin
légiste. Selon le document, le procureur de la République de la même institution judiciaire, qui a été informé le 23 du mois par la police judiciaire de la
mort du joueur, "a ordonné l’ouverture d’une enquête", l’instruisant "d’exploiter tous les moyens légaux, tels que les enregistrements audiovisuels, afin
d’identifier le ou les mis en cause et les traduire en justice". "Le Parquet a également instruit la police judiciaire de diligenter une enquête sur les
circonstances qui ont permis aux mis en cause de se procurer des pierres ou tout autre projectile et de les lancer sur les joueurs", a ajouté le communiqué.
A
près les formalités nécessaires, le
corps de l’attaquant sera transporté à
Douala sa ville natale. Il est attendu
qu’une délégation de la JSK fasse le dépla-
cement à Douala pour assister aux funé-
railles d’Ebossé et présenter ses
condoléances à sa famille. Mohand-Chérif
Hannachi a déjà eu au téléphone le frère aîné
d’Ebossé, Alex Ndjongo, établi en France. Il
lui a confirmé entre autre la nouvelle du
décès de son frère cadet, propagée sur le Net
quelques instants après l’annonce de sa mort.
La direction de la JSK a décidé, dans un
élan de solidarité, de verser à la famille
d’Ebossé tous les salaires du joueur jusqu’à
la fin de son contrat. La FAF, de son côté,
versera une indemnité de 100.000 dollars.
Un geste de soutien que le club kabyle et la
première instance du football national ont
tenu à manifester. Le décès d’Albert Ebossé
ne sera pas sans conséquence sur l’avenir de
la JSK. Celle-ci risque carrément l’exclusion
de toutes les compétitions nationales et in-
ternationales.
D’autant que le président de la CAF, Issa
Hayatou, lors d’une lettre adressée à la FAF,
où il présentait d’abord ses condoléances à
la famille sportive algérienne après le décès
d’Albert Ebossé, a demandé à ce que des
sanctions exemplaires soient prises. Cela va
jusqu’à l’exclusion du club kabyle de toutes
les compétitions pour une durée qui reste à
déterminer.
Le club kabyle et les officiels du match
ont été, à ce propos, auditionnés, hier, par la
commission de discipline au siège de la
Ligue de football professionnel lors d’une
réunion extraordinaire présidée par Mahfoud
Karbadj.
Les dirigeants de la JSK ont assuré qu’ils
sont convoqués en tant que témoins dans
l’affaire, mais cela n’empêchera pas d’éven-
tuelles sanctions.
En attendant, les joueurs de la JSK refu-
sent de reprendre les entraînements. Ils se di-
sent encore sous le choc.
A. Benrabah
BROOS (ENTRAÎNEUR DE LA JSK) :
“Mon avenir ? J’y réfléchis encore !”
Le décès d’Albert Ebossé, tué par une pirre lancée des tribunes
samedi, après la défaite face à l’USMA laissera incontestablement
des séquelles dans la maison kabyle. Joueurs et staffs sont encore
sous le choc. Au point où Broos aurait fait savoir à ses proches
qu’il songeait à résilier son contrat. « J’y pense encore. Je n’ai en-
core rien décidé, mais il est clair que ça cogite dans ma tête »,
s’est-il contenté de dire, ce qui laisse planer le doute sur son avenir
à la JSK.
KERRAR (ATTAQUANT DE LA JSK) :
“J’ai mal, très mal pour Ebossé !”
De son côté, l’attaquant irakien, Mohannaed Kerrar est en-
core sous le choc. Kerrar qui jouait son premier match à Tizi-
Ouzou n’est pas près de digérer la tragédie de samedi dernier.
« J’ai mal, très mal pour Ebossé. Je suis terrassé par le chagrin.
C’est dur d’accepter la perte d’un coéquipier de cette façon.
Personnellement, je ne le connais que depuis quelques se-
maines, mais tout le monde au club loue ses qualités morales
et sportives. C’est une terrible epreuve pour nous tous. Je suis
de tout cœur avec sa famille ».
YESLI (MILIEU DE LA JSK) :
“Je prends ma valise et je rentre chez moi”
« C’est une terrible tragédie pour nous tous. Je n’en revient
toujours pas. Personnellement, je préfère prendre ma valise et
rentrer chez moi, plutôt que de risquer ma vie sur le terrain.
C’est une catastrophe. Nous perdons plus qu’un coéquipier au-
jourd’hui. Franchement, j’aurais du mal à me relever d’un tel
drame ». A. B.
LE WALI DE TIZI-OUZOU RASSURE :
« Toute la lumière sera faite
sur cet acte condamnable »
Le wali de Tizi-Ouzou, Abdelkader Bouaz-
ghi, a assuré que « les services compétents sont
mobilisés pour que toute la lumière soit faite sur
cet acte condamnable, d’arrêter les auteurs et de
procéder à leur traduction devant la juridiction
compétente » et ce, conformément aux instruc-
tions du ministre de l’Intérieur, ordonnant l’ou-
verture d’une enquête, selon un communiqué de
la cellule de communication de la wilaya posté
sur le site de cette dernière.
Le wali de Tizi-Ouzou a également assuré «
la grande famille de la JSK de son soutien et de
sa disponibilité pour les accompagner dans ces
moments difficiles pour que de tels actes dou-
loureux et condamnables ne se reproduisent plus
», lit-on encore dans ce communiqué. Par ail-
leurs, Abdelkader Bouazghi a présenté ses sin-
cères condoléances à la famille du défunt, aux
dirigeants et aux supporters de la JSK et à toute
la famille sportive nationale, tout en dénonçant
le comportement de certains supporters qui
continuent à ternir l’image du sport dont l’ob-
jectif est le fair-play. Ebossé a succombé
quelques minutes après son transfert au CHU
Nedir-Mohamed dans un état critique après
avoir été blessé grièvement blessé par un projec-
tile lancé à partir d’une tribune des supporters
située près du tunnel menant vers les vestiaires.
Evacué en urgence au CHU jouxtant le stade,
l’attaquant vedette de la JSK n’a pas pu être
sauvé par le personnel médical qui s’est forte-
ment mobilisé pour le maintenir en vie. Tout a
été fait pour sauver la vie d’Ebossé a assuré le
directeur général du CHU Nedir-Mohamed,
Abbes Ziri. La triste nouvelle de la mort de l’at-
taquant camerounais s’est propagée comme une
traînée de poudre. Juste après l’annonce de la
mort d’Ebossé, des centaines de supporters ont
pris d’assaut le service des urgences du CHU
Nedir-Mohamed pour lui rendre un vibrant hom-
mage et témoigner de ses qualités sportives et
humaines. Les supporters n’arrivaient toujours
pas à croire qu’un tel acte puisse être commis
par un supporter de la JSK. La mort d’Ebossé,
nouvelle star adulée par les vrais supporters de
la JSK, a plongé tout le monde dans la tristesse
à Tizi-Ouzou et ailleurs. Les dirigeants et co-
équipiers de la victime ne pouvaient pas retenir
leurs larmes en apprenant la mort de celui qui
venait, quelques minutes auparavant, d’inscrire
le seul but de leur équipe face à l’USMA qui l’a
emporté sur un score de 2 buts à 1. Ils étaient là
complètement abattus par cette fin tragique.
Consternés par ce drame, les autorités locales,
civiles et militaires, à leur tête le wali de Tizi-
Ouzou, se sont déplacées au pavillon des ur-
gences de Nedir-Mohamed, pour s’enquérir de
la situation et prendre les décisions qui s’impo-
sent.
Bel. Adrar
G
Le regrettable incident survenu à la fin du match
ayant opposé la formation kabyle aux Usmistes
interpelle les acteurs footballistique surtout qu’il
s’inscrit en porte-à-faux avec les valeurs de l’Algérie et
de nos traditions sportives. Un incident qui souille
l’image de marque d’une équipe nationale qui a brillé de
mille feux et suscité l’admiration des fans de la balle
ronde du monde entier.
Pouvoirs publics, dirigeants des instances du football,
présidents de clubs et entraîneurs sont systématiquement
interpellés pour trouver un traitement de choc à cette vio-
lence. On ne peut continuer dans ce sillage et tolérer les
comportements antisportifs aux effets contraires à la mo-
rale et à l’éthique. Le phénomène a certainement pris des
proportions alarmantes pour que sa maîtrise soit une vé-
ritable problématique face au laxisme du commun des
acteurs sans aucune exception d’ailleurs et à l’anarchie
prévalant au niveau de la majorité des formations. Des
formations otages des pseudo-comités de supporters et
évoluant au gré des humeurs, c’est-à-dire à la faveur des
résultats enregistrés. La responsabilité est générale dans
la mesure où les règles les plus élémentaires de notion de
professionnalisme soient ignorées. Nos stades sont deve-
nus des arènes et des espaces d’exhibition de la force et
de la violence dans toutes ses formes.
Ne fallait-il pas commencer par la moralisation de cette
discipline gérée par des personnes totalement étrangères
au domaine et exerçant parfois des activités fondamenta-
lement incompatibles avec l’esprit du sport ? Ces per-
sonnes ont par la force des choses et du contexte occupé
les devants de la scène pour imposer un rythme et faire
rêver ces jeunes supporters de trophées et de titres sans
pour autant évoquer l’expression de la formation, ni rele-
ver le sens du fair-play ou rappeler les vertus de la pra-
tique sportive dans la solidarité et le rapprochement de la
jeunesse. Une forme d’excitation et de conditionnement
de tout un environnement parfois entretenu par une cer-
taine presse en mal de sensation.
Aux grands maux, les grands remèdes, comme dit
l’adage et il est impératif devant l’urgence signalée de
prendre des mesures draconiennes pour sauver le sport-
roi et réhabiliter les marques et repères d’une galerie al-
gérienne applaudissant autrefois les belles phases de jeu
et saluant l’exploit du plus performant. Les anciens se
souviennent encore de cet accueil réservé à chaque fois à
l’équipe visiteuse et à l’admiration des prouesses de ses
talents. Même ses supporters étaient invités à partager un
repas ou un sandwich, histoire de vivre ensemble une
passion, tisser des relations et marquer une solidarité.
Condamnable à plus d’un titre, cet incident qui a plongé
tout le peuple algérien dans la consternation et qui porte
un sérieux coup à la réputation et à la notoriété de notre
pays…
A. Bellaha
Mettre le holà
31 EL MOUDJAHID
Sports
Mardi 26 Août 2014
APRÈS LE DÉCÈS D’EBOSSÉ
Tizi-Ouzou profondément consternée
par la perte tragique de sa coqueluche
La population de Tizi-Ouzou est profondément consternée par la mort d’Albert Ebossé, joueur camerounais
de la JS Kabylie, survenue suite à une blessure à la tête causée par un projectile lancé depuis les gradins,
samedi soir à la fin du match JSK-USM Alger (1-2).
CHAMPIONNATS NATIONAUX
Tous les matchs reportés
«
J
e suis encore sous le
choc suite à ce drame
qui a frappé le meilleur
buteur du championnat natio-
nal de football de la saison pas-
sée, acteur principal de la
deuxième place arrachée par la
JSK, qualificative à la cham-
pion’s league africaine à la-
quelle il avait hâte de prendre
part, pour procurer des mo-
ments de joie aux supporters
des Canaris, selon les termes
de l’entretien qu’’il a accordé,
juste avant sa mort à la presse
spécialisée", a déclaré à l’APS
Lyes Aouiche, journaliste
sportif, rencontré dimanche au
CHU de Tizi-Ouzou. "Je gar-
derai du défunt l’image d’un
joueur qui a toujours mouillé le
maillot pour honorer les cou-
leurs de la JSK. C’est une fin
cruelle et inimaginable de la
coqueluche des supporters des
Vert et Jaune qui l’ont vite
adopté. D’ailleurs, ce géné-
reux enfant de l’Afrique qui ne
lésinait pas sur l’effort pour ho-
norer son contrat, le leur ren-
dait bien en se mettant même à
apprendre le kabyle", té-
moigne encore le journaliste.
Le secrétaire général de la
ligue de wilaya du football,
Salem Klari, estime que "la
ligne rouge est franchie". Il y a
eu mort d’homme dans un
stade où le fair-play est censé
triompher sur toutes autres
considérations. Pour qu’il n’y
est jamais plus ça, ce drame
doit interpeller les instances
concernées pour sévir, quitte à
aller s’il le faut jusqu’à la sus-
pension du championnat natio-
nal, le temps de trouver des so-
lutions aux scènes de violence
survenant sur nos stades", a-t-
il observé. "N’étant plus de ce
monde, Ebossé ne prendra ja-
mais sa petite fille dans ses
bras, née il y a à peine deux
jours dans le lointain Came-
roun", a déploré M. Klari.
Lahcène Aziz, ancien président
du comité des supporters de la
JSK, insiste aussi pour des me-
sures de prévention de la vio-
lence dans les stades, tel que
"l’installation de caméras de
surveillance et le renforcement
des forces de l’ordre". Impres-
sionné par le déluge de projec-
tiles qui se sont abattus sur la
pelouse lors de cette rencontre
tragique, l’interlocuteur s’est
interrogé sur la provenance de
ces projectiles dans un lieu,
"devant être soumis à une
stricte surveillance, d’autant
plus que les scènes de violence
ne sont pas rares dans nos
stades", a-t-il souligné. Devenu
une scène de crime où la police
s’affaire, le stade du 1
er
-No-
vembre est demeuré fermé au
public, a-t-on constaté dans la
journée de dimanche passé.
"Lâche, scandaleux, terrifiant,
abominable. Un crime bête et
gratuit" sont, entre autres, les
qualificatifs revenant souvent
dans les discussions sur les
places publiques de Tizi-
Ouzou, pour exprimer la
condamnation de cet acte cri-
minel. Suite à ce douloureux
événement, le wali de Tizi
Ouzou a assuré l’opinion pu-
blique, dans un communiqué, "
de la mobilisation des services
compétents pour que toute la
lumière soit faite sur cet acte
condamnable, d’arrêter les au-
teurs et de procéder à leur tra-
duction devant la juridiction
compétente.
Tous les matchs des cham-
pionnats d'Algérie profession-
nel et amateur, prévus les 29
et 30 août prochains, sont re-
portés à une date ultérieure en
signe d'hommage à l'attaquant
camerounais de la JS Kabylie
Albert Ebossé, décédé samedi
après avoir été mortellement
atteint par un projectile, a an-
noncé dimanche soir la Fédé-
ration algérienne de football
(FAF). " L'ensemble des
matchs des championnats des
ligues professionnel et ama-
teur, toutes catégories confon-
dues programmés sur
l'ensemble du territoire natio-
nal pour le week-end du 29 et
30 août sont suspendus et dif-
férés à une date ultérieure, en
signe d'hommage au joueur
Albert Ebossé tragiquement
décédé et également en pro-
testation aux agissements ir-
responsables de certains
énergumènes qui entretiennent
la violence dans les stades qui
a atteint des proportions inac-
ceptables", a indiqué la FAF
sur son site internet. Cette dé-
cision a été prise par le prési-
dent de l'instance fédérale,
Mohamed Raouraoua qui a
consulté les membres du Bu-
reau fédéral, précise-t-on de
même source. La FAF, avec
son Bureau fédéral et les mem-
bres de son assemblée géné-
rale, a annoncé "étudier
prochainement d'autres me-
sures plus coercitives qui peu-
vent entraîner l'exclusion du
club fautif de toute compéti-
tion".
Dans le même registre,
l'instance fédérale et la Ligue
de football professionnel
(LFP) ont décidé d'octroyer
une indemnité d'un montant de
dix millions de dinars
(100.000 dollars) à la famille
du joueur camerounais de 24
ans. Il a été décidé également
d'un commun accord avec la
JSK, que tous les salaires
d'Ebossé soient intégralement
versés à sa famille jusqu'à l'ex-
piration de son contrat avec le
club kabyle, conclut le com-
muniqué de la FAF. Albert
Ebossé, de son vrai nom Albert
Dominique Ebossé Ndjongo
Dika, a été touché mortelle-
ment par un projectile lancé
depuis les tribunes du stade du
1
er
-Novembre de Tizi-Ouzou à
l'issue de la défaite de la JSK
face à l'USM Alger (2-1) sa-
medi soir en match comptant
pour la 2
e
journée du cham-
pionnat d'Algérie de Ligue 1.
Il a été transporté d'urgence au
Centre hospitalo-universitaire
(CHU) de Tizi-Ouzou où il a
succombé à ses blessures.
SEPP BLATTER (PRÉSIDENT DE LA FIFA) :
"Intolérable qu'un spectateur provoque la mort d'un joueur"
Le président de la Fédération internationale de football (FIFA) Joseph Blatter
a qualifié hier d'"intolérable" le fait qu'un spectateur provoque la mort d'un
joueur, suite au décès de l'attaquant de la JS Kabylie Albert Ebossé atteint
par un projectile lancé depuis les tribunes du stade du 1
er
-Novembre de Tizi-
Ouzou, samedi soir à la fin du match face à l'USM Alger en championnat.
"Intolérable qu'un spectateur provoque la mort d'un joueur. Stop à la vio-
lence. Mes pensées émues aux proches d'Albert Ebossé. RIP", écrit dans son
message de condoléances le président de la FIFA sur son compte Twitter. La
Fédération algérienne de football (FAF) a décidé dimanche soir de suspendre
tous les matchs des championnats d'Algérie professionnel et amateur, prévus
les 29 et 30 août prochains, à une date ultérieure en signe "d'hommage à l'at-
taquant camerounais de la JS Kabylie Albert Ebossé".
ES Sétif-USM Bel-Abbès décalé
La rencontre ES Sétif-USM Bel-Abbès comptant pour la 2
e
journée du championnat Mobilis
de Ligue1, programmée ce mardi 26 août, a été renvoyée à une date ultérieure. Ce match qui
devait se jouer samedi a été reporté en raison de la participation des Sétifiens à la Ligue des
champions d'Afrique
Plus jamais ça
dans nos stades !
G
Nos stades sont devenus, d’année en
année, le lieu privilégie de violences en
tout genre. Ce qui inquiète le plus, c’est le
côté récurrent du phénomène. En effet, en dépit
des mesures prises par ceux qui sont chargés de
lutter contre ce genre de dépassements, la violence
ne recule pas. Sournoise, elle se cache pour mieux
sauter comme l’ont dit, car jusqu’ici, notre foot-
ball a été plus ou moins épargné, puisque nos dif-
férents championnats se sont déroulés dans de très
bonnes conditions. Cela a même fait la fierté de
nos responsables sportifs, notamment la Ligue de
football professionnel et son président Mahdoud
Kerbadj. Certes, par le passé, on a assisté à des
dérapages répréhensibles comme les dépassements
qu’ont vécus le stade de Saïda entre le MCS et
l’USMA. Le joueur de l’USMA, Abdelkader Laï-
faoui, a failli trépasser suite à des coups de cou-
teau de la part d’un supporter du MCS.
Ces violences sont restées isolés, sans trop de gra-
vité. C’est ce qui a eu pour effet de faire baisser la
garde à ceux qui ont pour mission de lutter contre
le phénomène. Voilà qu’il refait irruption pour
semer la douleur, la souffrance au sein de toute la
famille sportive nationale qui a condamné l’acte
qui a eu pour conséquence le décès d’Albert
Ebossé. Le monde du football reste sous le coup de
la stupeur. Les amoureux de la balle ronde, mais
aussi les responsables, les dirigeants de tous les
clubs ne comprennent pas pourquoi un tel geste
qui a ôté la vie à un joueur pétri de qualité que la
Fecafoot a prévu de convoquer en équipe natio-
nale du Cameroun. C’est une première où un
joueur étranger soit victime d’un tel acte de la
part de supporters. C’est ce qui a rendu cet inci-
dent encore plus grave. De plus, le joueur est
considéré comme le meilleur atout de la JSK en
attaque. Pourquoi a-t-on agit ainsi ? On ne com-
prend pas sauf que la bêtise humaine n’a pas de
logique, ni de bon sens. Elle agit aveuglément sans
penser aux conséquences qui peuvent en découler.
Les responsables algériens ont décidé d’arrêter les
championnats nationaux professionnels ainsi que
le championnat national amateur. A cause de la
bêtise humaine, nos sportifs sont ainsi pénalisés,
puisque la LFP vient de décider d’arrêter jusqu’à
nouvel ordre des championnats nationaux.
Cela ne peut qu’accroître le désœuvrement de nos
jeunes qui profitent le plus souvent du déroule-
ment de matchs pour s’extérioriser, exulter en fai-
sant sortir tous ce qu’ils ont dans les tripes. On
aimerait ne plus revoir de telles scènes de violence.
Hamid Gharbi
LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE
ES Sétif (ALG) - TP Mazembe (RDC)
en demi-finale
La formation algérienne de l'ES Sétif affrontera l'équipe congolaise de TP Ma-
zembe en demi-finale de la Ligue des champions d'Afrique de football, à l'issue de la
sixième et dernière journée de la phase de groupes disputée samedi et dimanche. Se-
cond du groupe B avec 10 points, l'ES Sétif accueillera le TP Mazembe, leader du
groupe A, lors du match aller prévu entre le 19 et le 21 septembre prochain à Sétif
avant de se rendre à Lubumbashi pour la manche retour qui aura lieu entre le 26 et
le 28 septembre prochain.
L'ES Sétif connaît bien le TP Mazembe qu'il a affronté la saison dernière en phase
de poules de la Coupe de la Confédération de football. Les Congolais ont remporté
le match aller (4-2) alors que la manche retour à Sétif s'est soldée sur un score de pa-
rité (1-1). L'autre demi-finale de la Ligue des champions 2014 mettra aux prises l'AS
Vita Club (RD Congo) au CS Sfaxien (Tunisie). Le match aller aura lieu à Sfax et le
retour à Kinshasa. La finale aller est programmée (25-26 octobre) et retour (31 octo-
bre-1-2 novembre 2015).
Dans
la lucarne
Une minute de silence sera observée au Came-
roun le 31 août lors de tous les matchs de Ligue 1
de football, en hommage à l'attaquant de la JS Ka-
bylie Albert Ebossé, touché samedi par un projectile
lancé des tribunes du stade du 1
er
-Novembre de Tizi
Ouzou lors du match face à l'USM Alger, a annoncé
hier le Syndicat national des footballeurs camerou-
nais (SYNAFOC).
"La Ligue de football professionnel du Came-
roun (LFPC) a décidé qu'une minute de silence sera
observée ce dimanche 31 août lors des rencontres
de la 27
e
journée de Ligue 1", a annoncé le syndicat
dans un communiqué.
CAMEROUN
Une minute de silence
dans les stades
D E R N I E R E S
PÉTROLE
Le Brent
à 107.97
dollars
MONNAIE
L'euro à 1.375 $
ALGÉRIE-DJIBOUTI
Agrément à la nomination du
nouvel ambassadeur de Djibouti
Le gouvernement algérien a donné son agrément à la nomi-
nation d’Ayeid Mousseid Yahia, en qualité d'ambassadeur extra-
ordinaire et plénipotentiaire de la République de Djibouti, avec
résidence à Paris, auprès de la République algérienne démocra-
tique et populaire, a indiqué hier le ministère des Affaires étran-
gères dans un communiqué.
LIGUE ARABE
Le Parlement prend part aux
travaux de l'atelier "travail
des jeunes filles"
Le Parlement prend part les
26 et 27 août courant à l'atelier
" travail des jeunes filles" or-
ganisé par le Parlement arabe
au siège de la Ligue arabe au
Caire (Egypte), a indiqué hier
un communiqué de l'Assem-
blée populaire nationale
(APN).
Le Parlement sera repré-
senté par la députée à l'APN,
Faïza Bouhama.
L'organisation de cet ate-
lier vient "couronner les efforts
de préparation d'une confé-
rence générale autour des
questions de la femme arabe à
la lumière des défis de l'heure"
et vise à dégager un "docu-
ment arabe des droits de la
femme dans le monde arabe",
a ajouté le communiqué.
Au menu de cette rencon-
tre, deux séances, la première
consacrée à la présentation et
examen des volets des "droits
politiques et économiques de
la femme arabe" tandis que la
seconde sera destinée à la pré-
sentation et examen des "droits
de la femme arabe à l'éduca-
tion, à la culture, à l'informa-
tion et aux soins".
Le journaliste Hocine Djebrane
sera inhumé demain à Paris
Le journaliste algérien Ho-
cine Djebrane, décédé dernière-
ment à Paris à l'âge de 82 ans,
sera inhumé demain dans la ca-
pitale française, a-t-on appris au-
près de ses proches. Hocine
Djebrane, considéré comme
l'une des meilleures plumes de
la presse en Algérie, a entamé sa
carrière professionnelle à Radio
Télé Luxembourg (RTL), avant
de rentrer en Algérie après l'in-
dépendance où il occupa succes-
sivement les postes de rédacteur en chef au quotidien El
Moudjahid, de directeur de l'information à Algérie Presse Ser-
vice (APS) et de secrétaire général de rédaction au quotidien
Liberté. Le défunt a également enseigné à l'école de journa-
lisme d'Alger et occupé le poste de conseiller du ministre de
l'Information et de la Culture, feu Mohamed Seddik Benyahia,
durant les années 1970. En cette douloureuse circonstance, le
ministre de la Communication, Hamid Grine, présente à la fa-
mille du défunt et à l'ensemble de la corporation de la presse,
ses sincères condoléances, tout en les assurant de sa compas-
sion et de sa profonde sympathie.
FÊTE NATIONALE DE L’URUGUAY
Le Président Bouteflika
félicite le Président José
Mujica Cordano
Le Président de la Répu-
blique, Abdelaziz Boute-
flika, a adressé un message
de félicitations au Président
de la République Orientale
de l'Uruguay, José Mujica
Cordano, à l'occasion du
189
e
anniversaire de l'indé-
pendance de son pays. "Au
moment où votre pays célè-
bre le 189
e
anniversaire de
son indépendance, il m'est
agréable de vous adresser, au
nom du peuple et du gouver-
nement algériens ainsi qu'en
mon nom personnel, nos
chaleureuses félicitations auxquelles je joins mes meilleurs
vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et
de prospérité pour le peuple uruguayen ami", a écrit le Prési-
dent Bouteflika dans son message.
"Je voudrais, en cette occasion, vous faire part de ma pleine
disponibilité à œuvrer avec vous au développement des rela-
tions d'amitié, de coopération et de concertation entre nos deux
pays, au bénéfice mutuel de nos deux peuples", a ajouté le Chef
de l'Etat.
CULTURE
"Le Musée dans la rue" de retour à Alger
Les musée nationaux
d'Algérie se donnent ren-
dez-vous du 31 août au 06
septembre à Alger pour la
seconde édition de la mani-
festation "Le Musée dans la
rue", a annoncé hier, le
Musée public national du
Bardo. Une quarantaine de
chapiteaux seront installés
sur l'esplanade de la
Grande Poste d'Alger et
proposeront aux visiteurs de
"découvrir les différentes
orientations et missions des
institutions muséales répar-
ties sur le territoire natio-
nal", a indiqué le Musée du
Bardo dans un communi-
qué. Organisée par les quatorze mu-
sées nationaux algériens (en
collaboration avec la direction de la
Culture d'Alger et l'Assemblée po-
pulaire communale d'Alger Centre),
cette manifestation vise à "rappro-
cher le public au plus près des mu-
sées et de leurs différentes activités
liées au patrimoine matériel et im-
matériel", a-t-on ajouté de même
source. Parallèlement, les organisa-
teurs annoncent l'ouverture de onze
ateliers consacrés notamment à la
poterie, l'habitat, la mosaïque, la
peinture et le tissage. Ces ateliers,
gracieusement ouverts, seront enca-
drés et "animés quotidiennement
par un personnel spécia-
lisé relevant des musées
nationaux".
La première édition
avait vu la participation
des sept musées d'Al-
ger, de l'Ecole natio-
nale de conservation et
restauration des biens
culturels, le Centre Arts
et culture du Bastion 23
et le musée des Arts et
des traditions popu-
laires de Médéa. Des
spécialistes (plasticiens
et préhistoriens)
avaient, par exemple,
fait découvrir dans le
cadre d'ateliers les tech-
niques de la calligraphie arabe ainsi
que les outils utilisés par l'homme
préhistorique pour réaliser gravures
et bijoux. Cette première initiative
de sensibilisation à "la culture du
musée"- encore faiblement répan-
due de l'avis des spécialistes- avait
attiré un nombreux public.
Le coordinateur de l'ONU contre
le virus Ebola, le Dr David Na-
barro, a mis en garde lundi en
Sierra Leone contre le maintien
de la suspension des liaisons aé-
riennes avec les pays touchés
en soulignant que la lutte
contre l'épidémie en Afrique
de l'Ouest pourrait prendre six
mois.
Lors d'une conférence de
presse à Freetown, le Dr David
Nabarro a déploré la suspension
par de nombreuses compagnies
aériennes de leurs liaisons avec les
pays touchés, une mesure qui, selon
lui, rend le travail de la mission
onusionne "beaucoup plus difficile",
voir "pas possible". Il a relevé que
"la décision compréhensible de cer-
taines compagnies aériennes de ne
plus desservir Freetown, Monrovia
ou Conakry avait eu un énorme im-
pact sur la capacité de l'ONU à
acheminer du personnel et du ma-
tériel".
"La
lutte pour vaincre Ebola n'est pas
une bataille, mais une guerre, qui
exige que tout le monde travaille en-
semble, dur et efficacement. J'asso-
cie à ma compréhension une très
ferme requête à tous de nous aider à
trouver le moyen de continuer à
avoir des compagnies aériennes des-
servant ces capitales pour que nous
puissions faire correctement notre
travail", a-t-il ajouté. "Nous tra-
vaillons sur des mesures exception-
nelles sur six mois pour maîtriser
rapidement la maladie," a-t-il in-
diqué", soulignant que "l'épidé-
mie d'Ebola avance encore
dans beaucoup d'endroits du
pays".
Le directeur adjoint de l'Or-
ganisation mondiale de la santé
(OMS) pour la sécurité sani-
taire, le Dr Keiji Fukuda, a pour
sa part réaffirmé que l'OMS ne
"soutenait aucun embargo aérien gé-
néral, tout en reconnaissant les
craintes éprouvées par les gens".
"Les pilotes et les autres personnels,
de même que passagers ont en gé-
néral un très faible risque de conta-
mination par Ebola", a-t-il rappelé.
Selon le dernier bilan de l'Organisa-
tion mondiale de la santé (OMS) ar-
rêté au 20 août, le virus Ebola a fait
1.427 morts sur 2.615 cas recensés
en Afrique de l'Ouest.
LE MINISTRE DE LA JEUNESSE À BOUMERDÈS
Une stratégie nationale englobant
toutes les activités juvéniles
"L
a finalité recherchée par
cette stratégie est de
permettre l’organisa-
tion, l’encadrement et la pérennisa-
tion des activités juvéniles", a
expliqué le ministre, en marge de la
cérémonie de clôture de la session
de colonie de vacances des enfants
de Ghardaia, qu’il a présidée à la
cité universitaire de jeunes filles de
Corso.
M. Khomri a fait observer, à
cette occasion, que les colonies de
vacances "occupent une place im-
portante dans la stratégie nationale
des activités juvéniles, au vu des
avantages qu’elles présentent en
matière d’éducation des jeunes gé-
nérations". Il a assuré, à cet égard,
que le secteur "veillera, dans le
cadre de cette stratégie, au renfor-
cement des capacités de camping
dans le but de promouvoir la mobi-
lité et les échanges de jeunes entre
les wilayas, et ce durant les périodes
des vacances scolaires".
"Les colonies de vacances revê-
tent une grande importance dans
l’épanouissement de la jeunesse al-
gérienne, en ce sens qu’elles consti-
tuent un espace privilégié pour faire
connaissance et nouer des liens", a
souligné le ministre, qui s’est réjoui
des conditions d’accueil au niveau
des camps de vacances organisés,
cet été, par le ministère de la Jeu-
nesse à travers les wilayas côtières
du pays. Plus de 250.000 jeunes ont
été pris en charge au niveau de ces
camps, a-t-il estimé.
Evoquant les jeunes de Ghardaia,
M. Khomri a affirmé qu’ils "sont
capables de faire beaucoup en ma-
tière d’apaisement de la situation et
de préservation de l’ordre public
dans leur région", tout en les exhor-
tant à "assumer leurs responsabili-
tés en cette conjoncture que traverse
cette région, dont la sauvegarde de
la stabilité est indissociable de la sé-
curité nationale". Le ministre a re-
levé que "la situation s’améliore de
plus en plus" au niveau de cette wi-
laya. Dans son message à la jeu-
nesse algérienne, qu’il a qualifié de
"facteur immunitaire de l’unité de
l’Algérie", le ministre a invité les
jeunes à veiller à l’unité du pays et
à sa stabilité, en adoptant une atti-
tude consensuelle". La cérémonie
de clôture de cette colonie de va-
cances a donné lieu à la distribution
de cadeaux et de fournitures sco-
laires aux jeunes vacanciers.
Le secteur de la jeunesse s’attelle à mettre au point une stratégie nationale englobant toutes
les activités juvéniles à l’échelle nationale, a annoncé, hier à Boumerdes, son premier
responsable, Abdelkader Khomri.
OMS
La "guerre" contre l'Ebola pourrait prendre six mois

You're Reading a Free Preview

Download
scribd
/*********** DO NOT ALTER ANYTHING BELOW THIS LINE ! ************/ var s_code=s.t();if(s_code)document.write(s_code)//-->