You are on page 1of 245

Ce document est ext r ai t de l a base de données t ext uel l es Fr ant ext

r éal i sée par l ' I nst i t ut Nat i onal de l a Langue Fr ançai se ( I NaLF)

Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce
des Européens dans les deux Indes. T. 1 [Document électronique] /
[par l'abbé Raynal]
LIVRE 1

p1

I l n' y a poi nt eu d' événement aussi
i nt ér essant pour l ' espece humai ne en
génér al et pour l es peupl es de l ' Eur ope
en par t i cul i er , que l a découver t e
du nouveau monde et l e passage aux
I ndes par l e cap de Bonne- Espér ance. Al or s a
commencé une r évol ut i on dans l e commer ce, dans l a
pui ssance des nat i ons, dans l es moeur s, l ' i ndust r i e
et l e gouver nement de t ous l es peupl es. C' est à
ce moment que l es hommes des cont r ées l es pl us
él oi gnées se sont devenus nécessai r es : l es
pr oduct i ons des cl i mat s pl acés sous l ' équat eur se
consomment dans l es cl i mat s voi si ns du pol e ;
l ' i ndust r i e

p2

du nor d est t r anspor t ée au sud ; l es ét of f es de
l ' or i ent habi l l ent l ' occi dent , et par - t out l es
hommes se sont communi qué l eur s opi ni ons, l eur s
l oi x, l eur s usages, l eur s r emedes, l eur s mal adi es,
l eur s ver t us et l eur s vi ces.
Tout est changé et doi t changer encor e. Mai s
l es r évol ut i ons passées et cel l es qui doi vent sui vr e,
ont - el l es ét é, peuvent - el l es êt r e ut i l es à l a nat ur e
humai ne ? L' homme l eur devr a- t - i l un j our pl us de
t r anqui l l i t é, de ver t us et de pl ai si r s ? Peuvent - el l es
r endr e son ét at mei l l eur , ou ne f er ont - el l es
que l e changer ?
L' Eur ope a f ondé par - t out des col oni es ; mai s
connoî t - el l e l es pr i nci pes sur l esquel s on doi t l es
f onder ? El l e a un commer ce d' échange, d' économi e,
d' i ndust r i e. Ce commer ce passe d' un peupl e à
l ' aut r e. Ne peut - on découvr i r par quel s moyens
et dans quel l es ci r const ances ? Depui s qu' on
connoî t l ' Amér i que et l a r out e du cap, des nat i ons
qui n' ét oi ent r i en sont devenues pui ssant es ;
d' aut r es qui f ai soi ent t r embl er l ' Eur ope, se
sont af f oi bl i es. Comment ces découver t es ont - el l es
i nf l ué sur l ' ét at de ces peupl es ? Pour quoi enf i n
l es nat i ons l es pl us f l or i ssant es et l es pl us r i ches
ne sont - el l es pas t ouj our s cel l es à qui l a nat ur e a
l e pl us donné ? I l f aut , pour s' écl ai r ci r sur ces
quest i ons i mpor t ant es, j et t er un coup d' oei l sur l ' ét at
où ét oi t l ' Eur ope avant l es découver t es dont nous
avons par l é, sui vr e en dét ai l l es événement s dont
el l es ont ét é l a cause, et f i ni r par consi dér er l ' ét at
de l ' Eur ope t el l e qu' el l e est auj our d' hui .
Les peupl es qui ont pol i l es aut r es, ont ét é
commer çant s. I l n' y a que deux j our s que l ' Eur ope
ét oi t sauvage ; à bi en des égar ds, el l e est encor e
bar bar e ; et sans l ' i mmense communi cat i on que
l es hommes ont l es uns avec l es aut r es, el l e l e

p3

ser oi t peut - êt r e t ouj our s. C' est l e commer ce des
égypt i ens et des t yr i ens qui a ci vi l i sé l es gr ecs,
et ceux- ci , en aj out ant à t out es l es connoi ssances,
à t ous l es ar t s qu' i l s avoi ent r eçus, él ever ent l a
r ai son humai ne à un poi nt de per f ect i on dont l a
r ui ne du commer ce et l es r évol ut i ons des empi r es
l ' ont f ai t depui s descendr e. Leur s admi r abl es
i nst i t ut i ons ét oi ent supér i eur es à ce que nous
connoi ssons de mi eux auj our d' hui . Aucune nat i on ;
si l ' on en except e peut - êt r e l es chi noi s, n' avoi t
f ai t aut ant de pr ogr ès que l es gr ecs dans cet t e
par t i e de l a phi l osophi e qui di r i ge l e gouver nement
et l es moeur s. Leur t act i que est encor e pr éf ér ée
à cel l e des r omai ns même. L' espr i t dans l equel
i l s ont f ondé l eur s col oni es, f ai t honneur à l eur
r ai son, à l eur humani t é. I l s ont por t é t ous l es
beaux ar t s à un degr é de per f ect i on au- del à duquel
aucun peupl e ne l es a por t és. I l s ont eu des i dées
j ust es du beau, dans t ous l es genr es. On voi t par
quel ques ouvr ages de Xénophon et d' aut r es écr i vai ns,
qu' i l s avoi ent mi eux l es pr i nci pes du commer ce
que l a pl upar t des nat i ons de l ' Eur ope ne l es ont
auj our d' hui .
Si l ' on f ai t at t ent i on que l ' Eur ope j oui t de t out es
l es connoi ssances des gr ecs, que son commer ce est
i nf i ni ment pl us ét endu, que not r e i magi nat i on
se por t e sur des obj et s pl us gr ands et pl us var i és
depui s l es pr ogr ès de l a navi gat i on, on ser a ét onné
que nous n' ayons pas sur eux l a supér i or i t é l a pl us
déci dée. Mai s i l f aut obser ver que l or sque ce peupl e
connut l es ar t s et l e commer ce, i l sor t oi t ,
pour ai nsi di r e, des mai ns de l a nat ur e, et ét oi t
suscept i bl e de t out es sor t es d' i mpr essi ons, au- l i eu
que l es nat i ons de l ' Eur ope avoi ent l e mal heur
de connoî t r e des l oi x, des gouver nement s, une
r el i gi on excl usi ve et i mpér i euse. Dans l a Gr ece,

p4

l e commer ce t r ouva des hommes ; en Eur ope
i l t r ouva des escl aves. à mesur e que l e commer ce
et l es ar t s nous ont ouver t l es yeux sur l es
absur di t és de nos i nst i t ut i ons, nous nous sommes
occupés à l es cor r i ger , mai s sans oser j amai s r enver ser
ent i ér ement l ' édi f i ce. Nous avons r emédi é à des
abus par des abus nouveaux ; et à f or ce d' ét ayer ,
de r éf or mer , de pal l i er , nous avons mi s dans nos
moeur s pl us de cont r adi ct i ons et d' absur di t és qu' i l
n' y en a chez l es peupl es l es pl us bar bar es. Voi l à
pour quoi , si l es ar t s pénet r ent un j our chez l es
t ar t ar es et l es i r oquoi s, i l s y f er ont des pr ogr ès
i nf i ni ment pl us r api des, qu' i l s n' en peuvent j amai s
f ai r e dans l a Russi e et dans l a Pol ogne.
Les r omai ns, i nst i t ués pour conquér i r , n' ont
pas avancé comme l es gr ecs, l a r ai son et l ' i ndust r i e.
I l s ont donné au monde un gr and spect acl e,
mai s i l s n' ont r i en aj out é aux connoi ssances et aux
ar t s des gr ecs. C' est en at t achant l es nat i ons au
même j oug, et non en l es uni ssant par l e commer ce,
qu' i l s ont augment é l a communi cat i on des
hommes. I l s r avager ent l e monde ; et l or squ' i l s
l ' eur ent soumi s, l e r epos qu' i l s l ui donner ent f ut
une l ét har gi e. Leur despot i sme, l eur gouver nement
mi l i t ai r e oppr i mer ent l es peupl es, ét ei gni r ent
l e géni e, et dégr ader ent l ' espece humai ne.
La bar bar i e s' ét endi t aux conquér ant s eux- mêmes,
apr ès deux l oi x absur des de Const ant i n,
qu' i l est bi en ét onnant que Mont esqui eu n' ai t
pas osé pl acer par mi l es causes de l a décadence
de l ' empi r e. La pr emi er e donnoi t l a l i ber t é à t ous
l es escl aves qui se f er oi ent chr ét i ens. Les gr ands,
pr i vés par cet ar r angement de t out es l eur s r i chesses,
r édui t s à l ' i ndi gence, et , pour ai nsi di r e, à l ' aumône
de ces pr osél i t es, n' eur ent pl us aucun i nt ér êt
à sout eni r l ' ét at dont i l s ét oi ent l ' appui . Un aut r e

p5

édi t déf endi t l e pagani sme dans t out e l ' ét endue
de l ' empi r e, et ces vast es cont r ées se t r ouver ent
couver t es d' hommes qui n' ét oi ent pl us l i és
ent r ' eux, ni à l ' ét at , par l es noeuds sacr és de l a
r el i gi on et du ser ment . Sans pr êt r es, sans t empl es,
sans mor al e publ i que, quel zel e pouvoi ent - i l s
avoi r pour r epousser des ennemi s qui venoi ent
at t aquer une domi nat i on à l aquel l e i l s
ne t enoi ent pl us ?
Aussi l es habi t ant s du nor d qui f ondi r ent sur
l ' empi r e, t r ouver ent - i l s l es di sposi t i ons l es pl us
f avor abl es à l eur i nvasi on. Pr essés en Pol ogne et
en Al l emagne par des nat i ons sor t i es de l a gr ande
Tar t ar i e, i l s venoi ent occuper un moment des
pr ovi nces déj a r ui nées, pour en êt r e chassés par
des vai nqueur s pl us f ér oces qui l es sui voi ent .
Par - t out l es possessi ons ét oi ent i ncer t ai nes, l es
moeur s et l es l oi x sauvages. Comment dans cet
ét at de l ' Eur ope pouvoi t - on conser ver quel que
i ndust r i e, et s' occuper des ar t s ? Les got hs en
Espagne, et l es l ombar ds en I t al i e, f ur ent un peu
pl us écl ai r és, l or sque ar r êt és et gar dés par l es mer s
et par l es mont agnes, i l s se f ur ent af f er mi s dans l eur s
conquêt es ; mai s l eur commer ce ét oi t bi en peu de
chose, et i l s ét oi ent l oi n de cul t i ver l es l et t r es.
Au sept i eme si ecl e, l ' Eur ope ét oi t pauvr e et
sans l umi er es. Ce qu' on di t des r i chesses du r oi
Dagober t et de l a magni f i cence de s él oi , est
f abul eux, comme t out ce qu' on l i t de mer vei l l eux
dans l ' hi st oi r e de l eur t emps ; on s' habi l l oi t de
peaux et d' une l ai ne gr ossi er e ; on i gnor oi t l es
commodi t és de l a vi e. On const r ui soi t , i l est
vr ai , des édi f i ces qui avoi ent de l a har di esse et
de l a sol i di t é, mai s qui ne pr ouvoi ent pas pl us
qu' i l y eût al or s des r i chesses, que du goût . I l ne
f aut ni beaucoup d' ar gent , ni beaucoup de connoi ssance

p6

des ar t s pour él ever des masses de pi er r e avec
l es br as de ses escl aves. Ce qui démont r e sans
r épl i que l a pauvr et é des peupl es, c' est que l es
i mpôt s se l evoi ent en nat ur e ; et même l es
cont r i but i ons que l e cl er gé subal t er ne payoi t à ses
supér i eur s, consi st oi ent en denr ées comest i bl es.
Aucune vi l l e de l ' Eur ope ne f ai soi t al or s ce
commer ce, qui consi st e à t r anspor t er l es pr oduct i ons
d' un peupl e chez un aut r e ; et quand ce genr e
de commer ce est i gnor é, on n' en connoî t guer es
l es aut r es especes.
La super st i t i on domi nant e épai ssi ssoi t l es t énebr es.
Avec des sophi smes et de l a subt i l i t é, el l e
f ondoi t cet t e f ausse sci ence qu' on appel l e t héol ogi e,
et dont el l e occupoi t l es hommes aux dépens
des vr ai es connoi ssances.
Dès l e hui t i eme si ecl e et au commencement
du neuvi eme, Rome, qui n' ét oi t pl us l a vi l l e des
maî t r es du monde, pr ét endi t , comme aut r ef oi s,
ôt er , donner des cour onnes. Sans ci t oyens, sans
sol dat s, avec des opi ni ons, avec des dogmes, on
l a vi t aspi r er à l a monar chi e uni ver sel l e. El l e ar ma
l es pr i nces l es uns cont r e l es aut r es, l es peupl es
cont r e l es r oi s, l es r oi s cont r e l es peupl es. On
ne connoi ssoi t d' aut r e mér i t e que de mar cher à
l a guer r e, ni d' aut r e ver t u que d' obéi r à l ' égl i se.
La di gni t é des souver ai ns ét oi t avi l i e par l es
pr ét ent i ons de Rome, qui appr enoi t à mépr i ser l es
pr i nces, sans i nspi r er l ' amour de l a l i ber t é. Quel ques
r omans absur des et quel ques f abl es mél ancol i ques,
nées de l ' oi si vet é des cl oî t r es, ét oi ent
al or s l a seul e l i t t ér at ur e. El l es cont r i buoi ent à
ent r et eni r cet t e t r i st esse et cet amour du
mer vei l l eux, qui ser vent si bi en l a super st i t i on.
Deux nat i ons changer ent encor e l a f ace de l a
t er r e. Un peupl e sor t i de l a Scandi navi e et de

p7

l a Cher sonese Ci mbr i que, se r épandi t au nor d de
l ' Eur ope, que l es ar abes pr essoi ent du côt é du
mi di . Les uns ét oi ent di sci pl es d' Odi n, et l es
aut r es de Mahomet , deux hommes qui avoi ent
r épandu l e f anat i sme des conquêt es avec cel ui de
l a r el i gi on. Char l emagne sut vai ncr e l es uns, et
r ési st er aux aut r es. Ces hommes du nor d, appel és
saxons ou nor mands, ét oi ent un peupl e pauvr e,
mal ar mé, sans di sci pl i ne, des moeur s at r oces,
poussé aux combat s et à l a mor t par l a mi ser e
et l a super st i t i on. Char l emagne voul ut l eur f ai r e
qui t t er cet t e r el i gi on qui l es r endoi t si t er r i bl es,
pour une r el i gi on qui l es di sposer oi t à obéi r . I l
l ui f al l ut ver ser des t or r ent s de sang, et i l pl ant a
l a cr oi x sur des monceaux de mor t s : i l f ut moi ns
heur eux cont r e l es ar abes conquér ant s de l ' Asi e,
de l ' Af r i que et de l ' Espagne. I l ne put s' ét abl i r
au- del à des Pyr énées.
Le besoi n de r epousser l es ar abes, et sur - t out
l es nor mands, f i t r enaî t r e l a mar i ne de l ' Eur ope.
Char l emagne en Fr ance, Al f r ed Le Gr and en
Angl et er r e, quel ques vi l l es d' I t al i e eur ent des
vai sseaux, et ce commencement de navi gat i on r essusci t a
en peu l e commer ce mar i t i me. Char l emagne
ét abl i t de gr andes f oi r es, dont l a pr i nci pal e ét oi t
à Ai x- La- Chapel l e. C' est l a mani er e de f ai r e l e
commer ce chez l es peupl es où i l est encor e au ber ceau.
Cependant l es ar abes f ondoi ent l e pl us gr and
commer ce qu' on eût vu depui s At henes et Car t hage.
I l est vr ai qu' i l s l e devoi ent moi ns aux l umi er es
d' une r ai son cul t i vée et aux pr ogr ès d' une
bonne admi ni st r at i on, qu' à l ' ét endue de l eur pui ssance
et à l a nat ur e des pays qu' i l s possédoi ent .
Maî t r es de l ' Espagne, de l ' Af r i que, de l ' Asi e
mi neur e, de l a Per se et d' une par t i e de l ' I nde,
i l s commencer ent par échanger ent r ' eux d' une cont r ée

p8

à l ' aut r e l es denr ées des di f f ér ent es par t i es de
l eur vast e empi r e. I l s s' ét endi r ent par degr és
j usqu' aux Mol uques et à l a Chi ne, t ant ôt en
négoci ant s, t ant ôt en mi ssi onnai r es, souvent en
conquér ant s.
Bi ent ôt l es véni t i ens, l es génoi s et l es ar abes
de Bar cel one al l er ent pr endr e dans Al exandr i e l es
mar chandi ses de l ' Af r i que et de l ' I nde, et l es
ver ser ent en Eur ope. Les ar abes, enr i chi s par l e
commer ce et r assasi és de conquêt es, n' ét oi ent
pl us l e même peupl e qui avoi t br ûl é l a bi bl i ot heque
des Pt ol omées. I l s cul t i voi ent l es ar t s et
l es l et t r es, et i l s ont ét é l a seul e nat i on conquér ant e
qui ai t avancé l a r ai son et l ' i ndust r i e des
hommes. On l eur doi t l ' al gebr e, l a chymi e, des
nouvel l es l umi er es en ast r onomi e, des machi nes
nouvel l es, des r emedes i nconnus à l ' ant i qui t é.
La poési e est l e seul des beaux ar t s qu' i l s ayent
cul t i vé avec succès.
Dans l e même t emps, l es suj et s de l ' empi r e gr ec
avoi ent i mi t é l es manuf act ur es de soi e de l ' Asi e ;
et i l s s' ét oi ent ouver t s par Caf f a et par l a mer
Caspi enne, l e commer ce de l ' I nde.
Les génoi s commençoi ent à l e par t ager avec
eux, et même l e commer ce des gr ecs t omboi t
avec l eur empi r e, qui n' opposoi t au f anat i sme
des ar abes que l a pl us l âche bi got er i e. Les
moi nes y r égnoi ent , et l ' emper eur demandoi t par don
à Di eu du t emps qu' i l donnoi t aux soi ns de l ' empi r e.
I l n' y avoi t pl us ni bons pei nt r es, ni bons scul pt eur s,
et l ' on y di sput oi t sans cesse pour savoi r
s' i l f al l oi t honor er l es i mages. Si t ués au mi l i eu
des mer s, possesseur s d' un gr and nombr e d' i sl es,
l es gr ecs n' avoi ent pas de mar i ne. I l s se déf endi r ent
cont r e cel l e d' égypt e et des sar r asi ns par l e f eu
gr égeoi s, ar me vai ne et pr écai r e d' un peupl e

p9

sans ver t u. Const ant i nopl e ne pouvoi t pr ot éger
au l oi n son commer ce mar i t i me ; i l f ut abandonné
aux génoi s, qui s' empar er ent de Caf f a,
dont i l s f i r ent une vi l l e f l or i ssant e.
La nobl esse de l ' empi r e pr i t dans l es f ol l es
expédi t i ons des cr oi sades quel que chose des moeur s
des gr ecs et des ar abes. El l e connut l eur s ar t s
et l eur l uxe ; i l l ui devi nt di f f i ci l e de s' en passer .
Les véni t i ens eur ent un pl us gr and débi t des
mar chandi ses qu' i l s t i r oi ent de l ' or i ent . Les ar abes
eux- mêmes en por t er ent en Fr ance, en Angl et er r e,
et j usqu' en Al l emagne.
Ces nat i ons ét oi ent al or s sans vai sseaux et sans
manuf act ur es ; on y gênoi t l e commer ce, et on
y mépr i soi t l e commer çant . Cet t e cl asse d' hommes
ut i l es n' avoi t j amai s ét é honor ée chez l es
r omai ns. I l s avoi ent t r ai t é l es négoci ant s à peu
pr ès avec l e même mépr i s qu' i l s avoi ent pour l es
hi st r i ons, l es cour t i sans, l es bât ar ds, l es
escl aves et l es gl adi at eur s. Le syst ême pol i t i que
ét abl i dans t out e l ' Eur ope par l a f or ce et l ' i gnor ance
des nat i ons du nor d, devoi t nécessai r ement
per pét uer ce pr éj ugé d' un or guei l bar bar e. Nos
per es i nsensés pr i r ent pour base de l eur s gouver nement
un pr i nci pe dest r uct eur de t out e soci ét é,
l e mépr i s pour l es t r avaux ut i l es. I l n' y avoi t de
consi dér é que l es possesseur s des f i ef s, et ceux qui
s' ét oi ent di st i ngués dans l es combat s. Les nobl es
ét oi ent , comme on sai t , de pet i t s souver ai ns
qui abusoi ent de l eur aut or i t é, et r ési st oi ent à
cel l e du pr i nce. Les bar ons avoi ent du f ast e et
de l ' avar i ce, des f ant ai si es, et f or t peu d' ar gent .
Tant ôt i l s appel l oi ent l es mar chands dans l eur s
pet i t s ét at s, et t ant ôt i l s l es r ançonnoi ent . C' est
dans ces t emps bar bar es que se sont ét abl i s l es
dr oi t s de péage, d' ent r ée, de sor t i e, de passage,

p10

de l ogement s, d' aubai nes, d' aut r es oppr essi ons sans
f i n. Tous l es pont s, t ous l es chemi ns s' ouvr oi ent
ou se f er moi ent sous l e bon pl ai si r du pr i nce ou
de ses vassaux. On i gnor oi t si par f ai t ement l es
pl us si mpl es él ément s du commer ce, qu' on avoi t
l ' usage de f i xer l e pr i x des denr ées. Les négoci ant s
ét oi ent souvent vol és, et t ouj our s mal payés par
l es cheval i er s et par l es bar ons. On f ai soi t l e
commer ce par car avanes ; on al l oi t en t r oupes ar mées
j usqu' aux l i eux où on avoi t f i xé l es f oi r es.
Là, l es mar chands ne négl i geoi ent aucun moyen
de se conci l i er l e peupl e. I l s ét oi ent or di nai r ement
accompagnés de bât el eur s, de musi ci ens
et de f ar ceur s. Comme i l n' y avoi t al or s aucune
gr ande vi l l e, et qu' on ne connoi ssoi t ni l es
spect acl es, ni l es assembl ées, ni l es pl ai si r s
sédent ai r es de l a soci ét é pr i vée, l e t emps des f oi r es
ét oi t cel ui des amusement s, et ces amusement s
dégénér oi ent en di ssol ut i ons, qui aut or i soi ent l es
décl amat i ons et l es vi ol ences du cl er gé. Les
commer çant s f ur ent souvent excommuni és. Le peupl e
avoi t en hor r eur des ét r anger s qui appor t oi ent des
super f l ui t és à ses t yr ans, et qui s' associ oi ent à des
hommes dont l es moeur s bl essoi ent ses pr éj ugés et
son aust ér i t é gr ossi er e.
Les j ui f s, qui ne t ar der ent pas à s' empar er des
dét ai l s du commer ce, ne l ui donner ent pas de
l a consi dér at i on. I l s f ur ent al or s dans t out e
l ' Eur ope ce qu' i l s sont encor e auj our d' hui dans l a
Pol ogne et dans l a Tur qui e. I l s se r endi r ent
nécessai r es aux mar chands ét r anger s et aux nat i ons
eur opéennes. I l s s' enr i chi r ent aux dépens des
chr ét i ens super st i t i eux, qui s' en venger ent par
de cr uel l es per sécut i ons. Le cl er gé décl ar a l ' i nt ér êt
de l ' ar gent , usur ai r e. Cet t e déci si on t héol ogi que
sur un obj et ci vi l et pol i t i que f r appa sur

p11

l ' ét at , en por t ant coup au commer ce. Les j ui f s
pi l l és, per sécut és, pr oscr i t s, i nvent er ent l es l et t r es
de change, qui mi r ent en sûr et é l es débr i s
de l eur f or t une. Le cl er gé décl ar a l e change
usur ai r e, mai s i l ét oi t t r op ut i l e pour êt r e abol i .
Un de ses ef f et s f ut de r endr e l es négoci ant s pl us
i ndépendant s des pr i nces, qui l es t r ai t er ent mi eux,
dans l a cr ai nt e qu' i l s ne t r anspor t assent l eur s
r i chesses dans des pays ét r anger s.
La vani t é donna quel que i ndust r i e aux f r ançoi s
dans l e quat or zi eme si ecl e. L' usage de por t er l eur s
ar moi r i es sur l eur s habi t s f i t f ai r e quel ques pr ogr ès
à l eur s manuf act ur es, par ce que des dr aps
char gés d' ar moi r i es ét oi ent un l uxe qu' on ne pouvoi t
t i r er de l ' ét r anger .
On f abr i quoi t d' assez beaux dr aps en Fl andr e.
On y f abr i quoi t aussi des t api sser i es dont i l en
r est e encor e. El l es pr ouvent combi en l e dessei n et
l a per spect i ve ét oi ent al or s i gnor és. Cependant cet t e
i ndust r i e gr ossi er e at t i r oi t l es mar chands de
l ' Eur ope, et l a Fl andr e devenoi t l ' ent r epôt du
commer ce qui se f ai soi t ent r e Veni se et l es vi l l es
de l a gr ande hanse.
Pl usi eur s vi l l es s' ét oi ent associ ées sur l a mer
Bal t i que et dans l ' Al l emagne. El l es avoi ent obt enu
ou achet é l e pr i vi l ege de se gouver ner par
l eur s l oi x. El l es f i r ent seul es l e commer ce du
nor d, et devi nr ent pui ssant es. D' aut r es vi l l es dans
l e r est e de l ' Eur ope, sans deveni r comme l es
anséat i ques des r épubl i ques i ndépendant es, obt i nr ent
des pr i vi l eges. I l n' y avoi t aupar avant de ci t oyens
que l a nobl esse et l es eccl ési ast i ques. Le r est e ét oi t
escl ave. Mai s on vi t d' abor d se f or mer des cor ps
de mar chands, des cor ps de mét i er ; et ces associ at i ons
acqui r ent du cr édi t , en acquér ant des r i chesses.
Les souver ai ns eur ent besoi n d' el l es, et

p12

l es af f r anchi r ent . I l s l es opposer ent aux bar ons.
On vi t di mi nuer peu à peu l ' anar chi e et l a t yr anni e
f éodal es. Les bour geoi s devi nr ent des ci t oyens,
et l e t i er s- ét at f ut admi s aux assembl ées des peupl es.
Le pr ési dent de Mont esqui eu f ai t honneur à l a
r el i gi on chr ét i enne de l ' abol i t i on de l ' escl avage.
Nous oser ons n' êt r e pas de son avi s. C' est quand
i l y eut de l ' i ndust r i e et des r i chesses dans l e
peupl e, que l es pr i nces l e compt er ent pour quel que
chose. C' est quand l es r i chesses du peupl e
pur ent êt r e ut i l es aux r oi s cont r e l es bar ons,
que l es l oi x r endi r ent mei l l eur e l a condi t i on du
peupl e. Ce f ut une sai ne pol i t i que que l e commer ce
amene t ouj our s, et non l ' espr i t de l a r el i gi on
chr ét i enne, qui engagea l es r oi s à décl ar er
l i br es l es escl aves de l eur s vassaux, par ce que ces
escl aves, en cessant de l ' êt r e, devenoi ent des suj et s.
I l est vr ai que l e pape Al exandr e I i i décl ar a que
des chr ét i ens devoi ent êt r e exempt s de ser vi t ude ;
mai s i l ne f i t cet t e décl ar at i on que pour pl ai r e aux
r oi s de Fr ance et d' Angl et er r e, qui voul oi ent
abai sser l eur s vassaux. La r el i gi on chr ét i enne déf end
si peu l a ser vi t ude, que dans l ' Al l emagne
cat hol i que, en Boheme, en Pol ogne, pays
t r ès- cat hol i ques, l e peupl e est encor e escl ave, sans
que l ' égl i se l e t r ouve mauvai s.
Quel ques ci t oyens, comme J acques Coeur , ét oi ent
pl us pr opr es à f ai r e r espect er l e t i er s- ét at ,
que t out es l es décl ar at i ons des papes. J acques
Coeur eût ét abl i dans l e qui nzi eme si ecl e un commer ce
r i che et sol i de dans l e r oyaume de Fr ance, s' i l
eût ét é sout enu par l e gouver nement cont r e
l ' envi e des cour t i sans et l a sot t i se de ses
conci t oyens. I l avoi t un gr and nombr e de vai sseaux.
Pl us de t r oi s cent s f act eur s condui soi ent son
commer ce en Tur qui e, en Per se, en Af r i que, en
I t al i e et dans

p13

l e nor d. I l ét oi t l e par t i cul i er l e pl us r i che de
l ' uni ver s, et l e pl us ut i l e à sa pat r i e, qui n' aur oi t
pas chassé l es angl oi s sans l e secour s qu' i l
pr odi guoi t à Char l es Vi i . On supposa des cr i mes
à ce gr and homme. Aucun ne f ut pr ouvé. On osa
l e dépoui l l er de ses bi ens et l ' exi l er , pour avoi r
f ai t pr ésent d' un har noi s au sul t an de Babyl one,
et pour avoi r r endu aux sar r asi ns un scél ér at ,
qu' i l s avoi ent r épét é. Ses f act eur s l ui f i r ent de
nouveaux f onds avec l esquel s i l se r et i r a dans l ' i sl e
de Chypr e, où i l acqui t de nouvel l es r i chesses.
Sa r et r ai t e dans cet t e i sl e que possédoi ent al or s
l es véni t i ens, f ut ut i l e à cet t e r epubl i que, que
son commer ce avoi t al l ar mée.
Les beaux j our s de l ' I t al i e ét oi ent à l eur aur or e.
On voyoi t dans Pi se, Gênes, Fl or ence, des
r épubl i ques i nst i t uées par des l oi x sages. Les
f act i ons des guel phes et des gi bel i ns, qui
désol oi ent ces dél i ci euses cont r ées depui s t ant de
si ecl es, s' y ét oi ent enf i n cal mées. Le commer ce y
f l eur i ssoi t , et devoi t bi ent ôt y amener l es l et t r es.
Veni se ét oi t au combl e de sa gl oi r e. Sa mar i ne, en
ef f açant cel l e de ses voi si ns, r épr i moi t cel l e des
mammel us et des t ur cs. Son commer ce ét oi t
supér i eur à cel ui de l ' Eur ope ent i er e. El l e avoi t
une popul at i on nombr euse et des t r ésor s i mmenses.
Ses f i nances ét oi ent bi en admi ni st r ées, et l e
peupl e cont ent . La r épubl i que empr unt oi t des r i ches
par t i cul i er s, mai s par pol i t i que, et non par besoi n
d' ar gent . Les véni t i ens ont ét é l es pr emi er s
qui ayent i magi né d' at t acher l es suj et s r i ches au
gouver nement , en l es engageant à pl acer une par t i e
de l eur s f or t unes dans l e f onds de l ' ét at . Veni se
avoi t des manuf act ur es de soi e, d' or et d' ar gent .
Les ét r anger s achet oi ent chez el l e des vai sseaux :
son or f évr er i e ét oi t l a mei l l eur e et pr esque l a seul e

p14

de ce t emps- l à. On r epr ochoi t aux habi t ant s de
se ser vi r d' ust ensi l es et de vai ssel l e d' or et
d' ar gent . I l s avoi ent cependant des l oi x sompt uai r es ;
mai s ces l oi x per met t oi ent une sor t e de l uxe qui
conser voi t des f onds dans l ' ét at . Le nobl e ét oi t
à l a f oi s économe et sompt ueux. L' opul ence de
Véni se avoi t r essusci t é l ' ar chi t ect ur e d' At henes.
Enf i n, i l y avoi t de l a gr andeur et déj a du goût
dans l e l uxe. Le peupl e ét oi t i gnor ant , mai s l a
nobl esse ét oi t écl ai r ée. Le gouver nement r ési st oi t
avec une f er met é sage aux ent r epr i ses des pont i f es.
siamo veniziani poi christiani, di soi t un
de l eur s sénat eur s. C' ét oi t l ' espr i t du sénat ent i er .
Dès ce t emps i l avi l i ssoi t l es pr êt r es, qu' i l
vaudr oi t mi eux r endr e ut i l es aux moeur s. El l es ét oi ent
pl us f or t es et pl us pur es chez l es véni t i ens que
chez l es aut r es peupl es d' I t al i e. Leur s t r oupes
ét oi ent f or t di f f ér ent es de ces mi sér abl es
condottieri , dont l es noms ét oi ent si t er r i bl es,
et dont l es ar mes l ' ét oi ent si peu. I l r égnoi t de l a
pol i t esse à Véni se ; et l a soci ét é s' y t r ouvoi t moi ns
gênée par l es i nqui si t eur s d' ét at , qu' el l e ne l ' a ét é
depui s que l a r épubl i que s' est méf i ée de l a pui ssance
de ses voi si ns et de sa f oi bl esse.
I l y avoi t l oi n, au qui nzi eme si ecl e, du r est e de
l ' Eur ope à l ' I t al i e. En Fr ance, Loui s Xi venoi t
d' abai sser l es gr ands vassaux, de r el ever l a
magi st r at ur e, et de soumet t r e l a nobl esse aux l oi x.
Le peupl e f r ançoi s, moi ns dépendant de ses
sei gneur s, devoi t dans peu deveni r pl us i ndust r i eux,
pl us act i f et pl us est i mabl e ; mai s l ' i ndust r i e
et l e commer ce ne pouvoi ent f l eur i r subi t ement
dans l e pays qui venoi t de per sécut er J acques
Coeur . Les pr ogr ès de l a r ai son devoi ent êt r e l ent s
au mi l i eu des t r oubl es que l es gr ands exci t oi ent
encor e, et sous l e r egne d' un pr i nce l i vr é à l a

p15

pl us vi l e super st i t i on. Les bar ons n' avoi ent qu' un
f ast e bar bar e. Leur s r evenus suf f i soi ent à pei ne
pour ent r et eni r à l eur sui t e une f oul e de
gent i l shommes désoeuvr és, qui l es déf endoi t cont r e l e
souver ai n et l es l oi x. La dépense de l eur t abl e
ét oi t excessi ve, et ce l uxe sauvage dont i l r est e
encor e t r op de vest i ges, n' encour ageoi t aucun des
ar t s ut i l es. On eut al or s cependant quel que i dée
de navi gat i on. Dor i ol e f i t f ai r e at t ent i on aux
pr of i t s que l es véni t i ens et l es vi l l es anséat i ques
r et i r oi ent des vi ns, des hui l es et des gr ai ns de
Fr ance qu' i l s venoi ent char ger sur l eur s vai sseaux,
et qu' i l s t r anspor t oi ent dans t out e l ' Eur ope. I l n' y
avoi t ni dans l es moeur s, ni dans l e l angage, cet t e
sor t e de décence qui di st i ngue l es pr emi er es cl asses
des ci t oyens, et qui appr end aux aut r es à l es
r espect er . Mal gr é l a cour t oi si e pr escr i t e aux
cheval i er s, i l r égnoi t par mi l es gr ands de l a
gr ossi er et é et de l a r udesse. La nat i on avoi t al or s
ce car act er e d' i nconséquence qu' el l e a eu depui s, et
qu' aur a t ouj our s une nat i on où l es moeur s et l es
mani er es ne ser ont pas d' accor d avec l es l oi x. Les
consei l s du pr i nce donnoi ent des édi t s sans nombr e,
et souvent cont r adi ct oi r es ; mai s l e pr i nce
di spensoi t ai sément d' obéi r . Ce car act er e de
f aci l i t é dans l es souver ai ns a ét é souvent l e r emede
à l a l égér et é avec l aquel l e l es mi ni st r es de Fr ance
ont donné et mul t i pl i é l es l oi x.
L' Angl et er r e, moi ns r i che et moi ns i ndust r i euse que
l a Fr ance, avoi t des bar ons i nsol ent s, des
évêques despot es, et un peupl e qui se l assoi t de
l eur j oug. La nat i on avoi t déj a cet espr i t
d' i nqui ét ude qui devoi t t ôt ou t ar d l a condui r e à l a
l i ber t é. El l e devoi t ce car act er e à l a t yr anni e
absur de de Gui l l aume Le Conquér ant , et au géni e
at r oce de pl usi eur s de ses successeur s. L' abus
excessi f de

p16

l ' aut or i t é avoi t donné aux angl oi s une ext r ême
déf i ance de l eur s souver ai ns. On ne pr ononçoi t
chez eux l e nomde r oi qu' avec cr ai nt e ; et ces
sent i ment s t r ansmi s de r ace en r ace ont ser vi à l eur
f ai r e ét abl i r depui s l e gouver nement sous l equel
i l s ont l e bonheur de vi vr e. Les l ongues guer r es
ent r e l es mai sons de Lancast r e et d' Yor ck avoi ent
ent r et enu l e cour age guer r i er et l ' i mpat i ence de
l a ser vi t ude ; mai s el l es avoi ent ent r et enu l e
désor dr e et l a pauvr et é. C' ét oi ent l es f l amands qui
f abr i quoi ent al or s l es l ai nes de l ' Angl et er r e ; ses
l ai nes, son pl omb, son ét ai n ét oi ent t r anspor t és sur
l es vai sseaux des vi l l es anséat i ques. El l e n' avoi t
ni mar i ne, ni pol i ce i nt ér i eur e, ni j ur i spr udence,
ni l uxe, ni beaux- ar t s. El l e ét oi t de pl us couver t e
d' une mul t i t ude de r i ches couvent s et d' hôpi t aux.
Les nobl es l es moi ns r i ches passoi ent l eur
vi e de couvent en couvent , et l e peupl e d' hôpi t aux en
hôpi t aux. Ces ét abl i ssement s super st i t i eux
mai nt enoi ent l a par esse et l a bar bar i e.
L' Al l emagne, l ong- t emps agi t ée par l es quer el l es
des emper eur s et des papes, et par des guer r es
i nt est i nes, venoi t de pr endr e une assi et t e pl us
t r anqui l l e. La bul l e d' or avoi t r égl é l es dr oi t s du
chef et des membr es de l ' empi r e. Si gi smond avoi t
ét abl i l e cadast r e, et l ' ét at venoi t d' êt r e di vi sé en
cer cl es sous Maxi mi l i en I . L' or dr e avoi t succédé
à l ' anar chi e ; et l es peupl es de cet t e vast e cont r ée,
sans r i chesses, sans commer ce, mai s guer r i er s
et cul t i vat eur s, n' avoi ent r i en à cr ai ndr e de l eur s
voi si ns, et ne pouvoi ent l eur êt r e r edout abl es.
Le gouver nement f éodal y ét oi t moi ns f unest e
à l a nat ur e humai ne, qu' i l ne l ' avoi t ét é dans
d' aut r es pays. En génér al , l es di f f ér ent s pr i nces de
cet t e vast e cont r ée gouver noi ent assez sagement
l eur s ét at s. I l s abusoi ent peu de l eur aut or i t é, et

p17

si l a possessi on pai si bl e de son hér i t age peut
dédommager l ' homme de l a l i ber t é, l e peupl e
d' Al l emagne ét oi t heur eux. C' ét oi t dans l es seul es
vi l l es l i br es et al l i ées de l a gr ande hanse qu' i l y
avoi t du commer ce et de l ' i ndust r i e. Les mi nes
d' Hanovr e et de Saxe n' ét oi ent pas connues. L' ar gent
ét oi t r ar e ; l e cul t i vat eur vendoi t à l ' ét r anger
quel ques chevaux. Les pr i nces ne vendoi ent pas
encor e des hommes. La t abl e et de nombr eux
équi pages ét oi ent l e seul l uxe. Les gr ands et l e
cl er gé s' y eni vr oi ent sans t r oubl er l ' ét at . On avoi t
de l a pei ne à dégoût er l es gent i l shommes de vol er
sur l es gr ands chemi ns. Les moeur s ét oi ent f ér oces ;
et j usques dans l es deux si ecl es sui vant s, l es t r oupes
al l emandes f ur ent pl us cél ebr es par l eur s cr uaut és,
que par l eur di sci pl i ne et l eur cour age.
Le nor d ét oi t encor e moi ns avancé que l ' Al l emagne.
I l ét oi t oppr i mé par l es nobl es et par l es
pr êt r es. Aucun des peupl es qui l ' habi t oi ent n' avoi ent
conser vé cet ent housi asme de gl oi r e que l eur
avoi t aut r ef oi s i nspi r é l a r el i gi on d' Odi n, et i l s
n' avoi ent encor e r eçu aucune des l oi x sages que de
mei l l eur s gouver nement s ont données depui s à
quel ques- uns d' ent r ' eux. Leur pui ssance n' ét oi t
r i en, et une seul e vi l l e de l a gr ande hanse f ai soi t
t r embl er l es t r oi s cour onnes du nor d. El l es r edevi nr ent
des nat i ons apr ès l a r éf or me de l a r el i gi on,
et sous l es l oi x de Fr eder i c et de Gust ave Vaza.
Le si ecl e des r évol ut i ons avançoi t à gr ands pas.
La nat ur e humai ne al l oi t connoî t r e de nouvel l es
l umi er es et l a l i ber t é ; mai s i l devoi t en coût er
des guer r es et des cr i mes.
Les t ur cs n' avoi ent ni l a sci ence du gouver nement ,
ni l a connoi ssance des ar t s, ni commer ce ; mai s
l es j ani ssai r es ét oi ent et sont encor e l a pr emi er e
mi l i ce du monde. Ces compagnons d' un despot e

p18

qu' i l s f ont r espect er et t r embl er , qu' i l s cour onnent
et qu' i l s ét r angl ent , avoi ent al or s de gr ands
hommes à l eur t êt e. I l s r enver ser ent l ' empi r e des
gr ecs, i nf at ués de t héol ogi e, hébét és par l a
super st i t i on. Quel ques habi t ant s de ce doux cl i mat ,
qui cul t i voi ent chez eux l es l et t r es et l es ar t s,
abandonner ent l eur pat r i e subj uguée, et se
r éf ugi er ent en I t al i e ; i l s y f ur ent sui vi s par des
ar t i sans et des négoci ant s. L' ai sance, l a pai x, l a
pr ospér i t é, cet amour de t out es l es gl oi r es, ce
besoi n de nouveaux pl ai si r s qu' i nspi r ent de bons
gouver nement s, f avor i soi ent dans l e pays des anci ens
r omai ns l a r enai ssance des l et t r es, et l es gr ecs
appor t er ent aux i t al i ens pl us de connoi ssances des
bons model es et l ' amour de l ' ant i qui t é. L' i mpr i mer i e
ét oi t i nvent ée ; et si el l e avoi t ét é l ong- t emps
une i nvent i on i nut i l e, t andi s que l es peupl es
ét oi ent pauvr es et sans i ndust r i e, depui s l es
pr ogr ès du commer ce et des ar t s, el l e avoi t r endu
l es l i vr es communs. Par - t out on ét udi oi t , on
admi r oi t l es anci ens ; mai s ce n' ét oi t qu' en I t al i e
qu' i l s avoi ent des r i vaux.
Rome qui pr esque t ouj our s a eu dans chaque
si ecl e l ' espr i t qui l ui convenoi t l e mi eux pour l e
moment , Rome sembl oi t ne pl us cher cher à per pét uer
l ' i gnor ance qui l ' avoi t si l ong- t emps et si bi en
ser vi e. El l e pr ot égea l es bel l es- l et t r es et l es
ar t s, qui doi vent pl us à l ' i magi nat i on qu' au
r ai sonnement . Les pr êt r es l es moi ns écl ai r és savent
que l ' i mage d' un di eu t er r i bl e, l es macér at i ons,
l es pr i vat i ons, l ' aust ér i t é, l a t r i st esse et l a
cr ai nt e, sont l es moyens qui ét abl i ssent l eur aut or i t é
sur l es espr i t s, en l es occupant pr of ondément de l a
r el i gi on. Mai s i l y a des t emps où ces moyens n' ont
pl us que de f oi bl es succès. Les hommes enr i chi s dans
des soci ét és t r anqui l l es veul ent j oui r ; i l s cr ai gnent

p19

l ' ennui , et i l s cher chent l es pl ai si r s avec
passi on. Quand l es f oi r es s' ét abl i r ent , et l or squ' à
ces f oi r es i l y eut des j eux, des danses, des
amusement s, l e cl er gé, qui sent i t que ces di sposi t i ons
à l a j oi e r endr oi ent l es peupl es moi ns r el i gi eux,
pr oscr i vi t ces j eux, excommuni a l es hi st r i ons ;
mai s l or squ' i l vi t que ses censur es n' ét oi ent pas
assez r espect ées, i l changea de condui t e : i l voul ut
l ui - même donner des spect acl es. On vi t naî t r e
l es comédi es sai nt es. Les moi nes de sai nt Deni s,
qui j ouoi ent l a mor t de sai nt e Cat her i ne,
bal ancer ent l e succès des hi st r i ons. La musi que f ut
i nt r odui t e dans l es égl i ses ; on y pl aça même des
f ar ces. Le peupl e s' amusoi t à l a f êt e des f oux,
à cel l e de l ' asne, à cel l e des i nnocent s, qui se
cél ébr oi ent dans l es t empl es, aut ant qu' aux f ar ces
qui se j ouoi ent dans l es pl aces publ i ques. Souvent ,
pour son pl ai si r , on qui t t a l es danses des
égypt i ennes pour l a pr ocessi on de l a s J ean.
Lor sque l ' I t al i e acqui t de l a pol i t esse, et qu' el l e
en mi t dans ses pl ai si r s, l es spect acl es publ i cs, l es
f êt es pr of anes eur ent encor e pl us de décence ; l es
pr êt r es eur ent une r ai son de moi ns de l es censur er ,
et i l s l es t ol ér er ent . I l s avoi ent ét é l ong- t emps
l es seul s hommes qui sussent l i r e ; mai s ce mér i t e
devenu pl us commun, ne l eur donnoi t pl us de
consi dér at i on. I l s voul ur ent par t ager l a gl oi r e de
r éussi r dans l es l et t r es, quand i l s vi r ent que l es
l et t r es donnoi ent de l a gl oi r e. Les papes, souver ai ns
pai si bl es et r i ches dans l a vol upt ueuse I t al i e,
per di r ent de l eur aust ér i t é. Leur cour devi nt
ai mabl e. I l s r egar der ent l a cul t ur e des l et t r es
comme un moyen nouveau de r égner sur l es espr i t s.
I l s pr ot éger ent l es t al ent s : i l s honor er ent l es
gr ands ar t i st es. Raphaël al l oi t êt r e car di nal ,
l or squ' i l mour ut . Pét r ar que eut l es honneur s du

p20

t r i omphe. Ce bon goût , ces beaux ar t s, ces pl ai si r s
nouveaux pouvoi ent n' êt r e pas conf or mes à
l ' espr i t de l ' évangi l e, mai s i l s par oi ssoi ent l ' êt r e
aux i nt ér êt s des pont i f es. Les bel l es- l et t r es
décor ent l ' édi f i ce de l a r el i gi on. C' est l a
phi l osophi e qui l e dét r ui t . Aussi l ' égl i se r omai ne,
f avor abl e aux bel l es- l et t r es et aux beaux ar t s,
f ut - el l e opposée aux sci ences exact es. On cour onna l es
poët es, on per sécut a l es phi l osophes. Gal i l ée eût vu
de sa pr i son l e Tasse mont er au capi t ol e, si ces
deux gr ands géni es eussent ét é cont empor ai ns.
I l ét oi t t emps que l a phi l osophi e et l es l et t r es
ar r i vassent au secour s de l a mor al e et de l a r ai son.
L' égl i se r omai ne avoi t dét r ui t , aut ant qu' i l est
possi bl e, l es pr i nci pes de j ust i ce que l a nat ur e a
mi s dans t ous l es hommes. Ce seul dogme, qu' au
pape appar t i ent l a souver ai net é de t ous l es empi r es,
r enver soi t l es f ondement s de t out e soci ét é, de t out e
ver t u pol i t i que. I l avoi t ét é l ong- t emps ét abl i ,
ai nsi que l ' opi ni on af f r euse, qu' i l est per mi s, qu' i l
est même or donné de haï r , de per sécut er ceux
dont l es opi ni ons sur l a r el i gi on ne sont pas conf or mes
à cel l es de l ' égl i se r omai ne. Les i ndul gences,
especes d' expi at i ons vendues pour t ous
l es cr i mes, et si vous voul ez quel que chose de
pl us monst r ueux, des expi at i ons pour l es cr i mes
à veni r ; l a di spense de t eni r sa par ol e aux
ennemi s du pont i f e, f ussent - i l s de sa r el i gi on ; cet
ar t i cl e de cr oyance où l ' on ensei gne que l e mér i t e
du j ust e peut êt r e appl i qué au méchant ; l a
per ver si t é de l ' i nqui si t i on, l es exempl es de t ous
l es vi ces dans l a per sonne des pont i f es et de l eur s
f avor i s, dans l es hommes sacr és dest i nés à ser vi r
de model e au peupl e : t out es ces hor r eur s devoi ent
f ai r e de l ' Eur ope un r epai r e de t i gr es ou
de ser pent s, pl ut ôt qu' une vast e cont r ée habi t ée
ou cul t i vée par des hommes.

p21

Ce zel e de l a r el i gi on, qui t enoi t l i eu de t out
mér i t e, et qui t ant ôt s' exhal oi t en pr at i ques
mi nut i euses, et t ant ôt en f ur eur s at r oces, avoi t
cependant peu- à- peu t i r é l ' Espagne du j oug des
ar abes. Ses di f f ér ent es pr ovi nces venoi ent de se
r éuni r par l e mar i age de Fer di nand et d' I sabel l e,
et par l a conquêt e de Gr énade. L' Espagne ét oi t
devenue une pui ssance qui s' égal oi t à l a Fr ance même.
Son sol cul t i vé par des mahomét ans qui avoi ent f ai t
par t de l eur i ndust r i e à l eur s vai nqueur s, ét oi t pl us
f er t i l e encor e que cel ui de l a Fr ance. Les bel l es
l ai nes de Cast i l l e et de Leon ét oi ent t r avai l l ées à
Ségovi e. On en f abr i quoi t des dr aps, qui se vendoi ent
dans t out e l ' Eur ope et même en Asi e. Les
ef f or t s cont i nuel s que l es espagnol s avoi ent ét é
obl i gés de f ai r e pour déf endr e l eur l i ber t é, l eur
avoi ent donné de l a vi gueur et de l a conf i ance.
Leur s succès l eur avoi ent él evé l ' ame. Peu écl ai r és,
i l s avoi ent t out l ' ent housi asme de l a cheval er i e
et de l a r el i gi on. Bor nés à l eur péni nsul e, et ne
commer çant guer es par eux- mêmes avec l es aut r es
nat i ons, i l s l es mépr i soi ent , i l s avoi ent cet or guei l
f ast ueux, qui , chez un peupl e comme dans l es
par t i cul i er s, ne va pas avec des l umi er es. C' ét oi t
l a seul e pui ssance qui eut une i nf ant er i e t ouj our s
subsi st ant e ; et cet t e i nf ant er i e ét oi t admi r abl e.
Comme depui s pl usi eur s si ecl es l es espagnol s
f ai soi ent l a guer r e, i l s ét oi ent r éel l ement pl us
aguer r i s que l es aut r es peupl es de l ' Eur ope.
Les por t ugai s avoi ent à peu pr ès l e même car act er e ;
l eur monar chi e ét oi t mi eux r égl ée que l a
Cast i l l e, et pl us f aci l e à condui r e, depui s que,
par l a conquêt e des al gar ves, el l e f ut dél i vr ée des
maur es. Ce pet i t ét at eut quel ques r oi s, qui f ur ent
de gr ands hommes. I l s ét abl i r ent l e bon or dr e
dans l e r oyaume, et sans i nqui ét ude au- dedans ni

p22

sur l es f r ont i er es ; à l a t êt e d' un peupl e act i f ,
génér eux, i nt el l i gent seul ement , ent our é de voi si ns
qui se déchi r oi ent encor e, i l s f or mer ent l e
pr oj et d' ét endr e l eur navi gat i on et l eur empi r e.
J ean I eut pl usi eur s f i l s, qui t ous voul oi ent se
si gnal er . Ce f ut d' abor d par des expédi t i ons en
Bar bar i e. Henr i , l e pl us écl ai r é d' ent r ' eux, conçut
l e pr oj et de f ai r e des découver t es ver s l ' occi dent .
Ce j eune pr i nce mi t à pr of i t l e peu d' ast r onomi e
que l es ar abes avoi ent conser vée. I l ét abl i t à
Sagr es, vi l l e des al gar ves, un obser vat oi r e, où i l f i t
él ever t out e l a nobl esse qui composoi t sa mai son.
I l eut beaucoup de par t à l ' i nvent i on de l ' ast r ol abe,
et sent i t l e pr emi er l ' usage qu' on pouvoi t f ai r e de
l a boussol e, qui ét oi t déj a connue en Eur ope,
mai s dont on n' avoi t pas encor e appl i qué l ' usage
à l a navi gat i on.
Les pi l ot es, qui se f or mer ent sous ses yeux,
découvr i r ent Mader e en 1418. Un de ses vai sseaux
s' empar a des Canar i es deux ans apr ès. Le cap de
Si er r a- Leona f ut bi ent ôt doubl é, et l e Zaï r e
condui si t dans l ' i nt ér i eur de l ' Af r i que j usqu' au
Congo. On f i t dans ces cont r ées des conquêt es f aci l es
et un commer ce avant ageux. Les pet i t es nat i ons
qui l es habi t oi ent , sépar ées par des déser t s
i mpr at i cabl es, ne connoi ssoi ent ni l e pr i x de l eur s
r i chesses, ni l ' ar t de se déf endr e. Ces voyages
donner ent de gr andes espér ances. Les r evenus qu' on
pouvoi t t i r er un j our des côt es de Gui née f ur ent
af f er més. Cet t e cupi di t é pr émat ur ée pr ouve que
l es pr i nces qui f ai soi ent f ai r e ces découver t es,
songeoi ent pl us encor e à augment er l eur s f i nances,
que l e commer ce de l eur s suj et s.
Sous l e r egne de J ean I i , pr i nce écl ai r é, qui l e
pr emi er r endi t Li sbonne un por t f r anc, et f i t
f ai r e une appl i cat i on nouvel l e de l ' ast r onomi e à

p23

l a navi gat i on, des por t ugai s qu' i l avoi t envoyés
doubl er ent l e cap qui est à l ' ext r émi t é de
l ' Af r i que. On l ' appel l a al or s l e cap Des Tempêt es ;
mai s l e pr i nce qui pr évoyoi t l e passage aux I ndes, l e
nomma l e cap De Bonne- Espér ance.
Emmanuel sui vi t l es pr oj et s de ses pr édécesseur s.
I l f i t par t i r en 1497 une f l ot t e de quat r e
vai sseaux, sous l es or dr es de Vasco De Gama . Cet
ami r al , apr ès avoi r essuyé des t empêt es, apr ès
avoi r par cour u l a côt e or i ent al e de l ' Af r i que,
apr ès avoi r er r é sur des mer s i nconnues, abor da
dans l ' I ndost an, pr ès de onze moi s apr ès êt r e
sor t i de l a r ade de Li sbonne.
L' Asi e, dont l ' I ndost an f or me une des pl us r i ches
par t i es, est un vast e cont i nent , qui , sel on l es
obser vat i ons des r usses, sur l esquel l es on a él evé
des dout es r ai sonnabl es, s' ét end ent r e l e
quar ant e- t r oi si eme et l e deux cent sept i eme degr é de
l ongi t ude. Ent r e l es deux pol es, el l e s' ét end depui s
l e soi xant e- di x- sept i eme degr é de l at i t ude
sept ent r i onal e, j usqu' au di xi eme de l at i t ude
mér i di onal e. La par t i e de ce gr and cont i nent compr i se
dans l a zône t empér ée ent r e l e t r ent e- ci nqui eme
et l e ci nquant i eme degr é de l at i t ude, par oî t
pl us él evée que t out l e r est e. El l e est sout enue
t ant au nor d qu' au mi di par deux gr andes chaî nes
de mont agnes qui cour ent pr esque depui s l ' ext r émi t é
occi dent al e de l ' Asi e- Mi neur e, et des bor ds
de l a mer Noi r e, j usqu' à l a mer qui bai gne l es
côt es de l a Chi ne et de l a Tar t ar i e à l ' or i ent .
Ces deux chaî nes sont l i ées ent r ' el l es par d' aut r es
chaî nes i nt er médi ai r es qui sont di r i gées du sud au
nor d. El l es se pr ol ongent t ant ver s l a mer du Nor d
que ver s cel l es des I ndes et de l ' or i ent par des
r ami f i cat i ons él evées comme des di gues ent r e l es l i t s
des gr ands f l euves qui bai gnent ces vast es r égi ons.

p24

Tel l e est l a gr ande char pent e qui sout i ent l a
maj eur e par t i e de l ' Asi e. Dans l ' i nt ér i eur de ce
pays i mmense, l a t er r e br ûl ée par l ' ar deur du
sol ei l , n' est qu' une cendr e f l ui de, qui coul e au gr é
des vent s. On n' y t r ouve aucun vest i ge de pi er r e
cal cai r e ni de mar br e. I l n' y a ni coqui l l es
pet r i f i ées, ni aut r es f ossi l es. Les mi nes mét al l i ques
y sont à l a sur f ace de l a t er r e. Les obser vat i ons du
bar omet r e se j oi gnent à t ous ces phénomenes,
pour démont r er l a gr ande él évat i on de ce cent r e
de l ' Asi e, auquel on a donné dans l es der ni er s
t emps, l e nomde pet i t e Buchar i e.
C' est de l ' espece de cei nt ur e qui envi r onne cet t e
vast e et i ngr at e r égi on que par t ent des sour ces
abondant es et f or t mul t i pl i ées qui coul ent en
di f f ér ent s sens. Ces f l euves qui char i ent sans cesse
à t out es l es ext r émi t és de l ' Asi e des por t i ons de
cet t e masse i népui sabl e de t er r ei n, f or ment aut ant de
bar r i er es cont r e l es mer s qui pour r oi ent gagner l es
côt es, et assur ent à ce cont i nent une consi st ance,
une dur ée, que l es aut r es ne saur oi ent avoi r .
Peut - êt r e est - i l dest i né à l es voi r di spar oî t r e
pl usi eur s f oi s sous l es eaux, avant de souf f r i r
l ui - même aucune at t ei nt e.
Si des mont agnes et des r i vi er es de l ' Asi e,
on passe à ses mer s, i l s' en t r ouver a pl usi eur s. La
Médi t er r anée et l a mer Noi r e qui en bai gnent l es
par t i es occi dent al es, sont t r op connues pour qu' i l
soi t nécessai r e de s' y ar r êt er . I l en est de même
de l a mer Caspi enne. Nous f er ons seul ement
obser ver à l ' égar d de cet t e der ni er e, qu' i l par oî t r oi t
par des obser vat i ons f ai t es sur l e bar omet r e
pendant un an à Ast r acan, et r appor t ées par
M Gmel i n, que sa sur f ace est au- dessous du ni veau
de cel l es de l ' océan et de l a Médi t er r anée. Des
obser vat i ons pl us nombr euses et cont i nuées pl us

p25

l ong- t emps vér i f i er ont t ôt ou t ar d ce f ai t i mpor t ant .
La mer gl aci al e, qui bai gne l es côt es sept ent r i onal es
de l a Si ber i e, est i mpr at i cabl e, sel on
l es r el at i ons des r usses. I l s pr ét endent même
que, quel ques ef f or t s qu' on ai t f ai t j usqu' i ci ,
on n' a pu doubl er l a poi nt e qui est ent r e l es
r i vi er es de Peasi ga et de Lamur a, à cause de l a
gr ande quant i t é de gl aces qui s' y r assembl ent
cont i nuel l ement . I l s di sent aussi que, quoi qu' on soi t
par venu quel quef oi s à doubl er l e cap Szal agi nskoi ,
cependant l e passage qui l e sépar e de l ' Amér i que
est pr esque t ouj our s f er mé par des gl aces,
d' où i l s sembl ent voul oi r concl ur e, qu' on
ne doi t pas espér er de t r ouver j amai s par cet t e
r out e un passage bi en f aci l e ver s l a mer du sud.
Mai s l eur s r el at i ons sont accompagnées de
ci r const ances qui f ont soupçonner que quel que
r ai son pol i t i que l es empêche de publ i er t out ce
qu' i l s savent sur ces mer s.
La mer qui bai gne l es par t i es mér i di onal es de
l ' Asi e, et qu' on appel l e l a mer des I ndes, est
sépar ée, sel on M Buache, de l a gr ande mer du
mi di par une chaî ne de mont agnes mar i nes qui
commence à l ' i sl e de Madagascar , et qui cont i nuant
j usqu' à cel l e de Sumat r a, comme l e démont r ent
l es i sl es, l es bas- f onds et l es r ocher s qui se
t r ouvent dans t out e cet t e ét endue, va r ej oi ndr e
l a t er r e de Di emen et de l a Nouvel l e Gui née. Ce
savant , à qui l a géogr aphi e physi que doi t beaucoup,
consi der e l a mer compr i se ent r e cet t e chaî ne
et l a par t i e mér i di onal e de l ' Asi e, comme di vi sée
en t r oi s gr ands bassi ns, dont l es l i mi t es sont en
ef f et assi gnées par l a nat ur e.
Le pr emi er de ces bassi ns, qui est si t ué à l ' occi dent ,
est cel ui de l ' Ar abi e et de l a Per se. I l
est t er mi né au mi di par cet t e chaî ne d' i sl es qui ,

p26

depui s l e cap Comor i n et l es Mal di ves, s' ét end
j usqu' à l ' i sl e de Madagascar . I l f or me en s' enf onçant
dans l es t er r es, deux gr ands gol phes, l e sei n
Per si que et l a mer Rouge. Le second est l e gol phe
de Bengal e ; l e t r oi si eme est l e gr and ar chi pel ,
qui cont i ent l es i sl es de l a Sonde, l es Mol uques
et l es Phi l i ppi nes : c' est comme un massi f qui
j oi nt l ' Asi e au cont i nent aust r al , l equel sout i ent
l e poi ds de l a mer Paci f i que. Ent r e cet t e
mer et ce gr and ar chi pel , est un bassi n par t i cul i er
f or mé à l ' or i ent par une chaî ne de mont agnes
mar i nes, qui s' ét end depui s l es i sl es Mar i anes
j usqu' à cel l e du J apon. à ces bassi ns, on en peut
j oi ndr e un ci nqui eme f or mé par l a chaî ne des
i sl es qui du nor d du J apon va j oi ndr e l a poi nt e
mér i di onal e de l a pr esqu' i sl e de Kamzat ca, et
qui r enf er me l a mer dans l aquel l e se j et t e l e
f l euve Amur ; mer qui doi t êt r e bi en peu pr of onde,
si , comme on l e r appor t e, l ' embouchur e
de ce f l euve est i mpr at i cabl e par l a gr ande quant i t é
de bambous qui y cr oi ssent .
La mer or i ent al e, qui sépar e de l ' Amér i que
l a mer d' Asi e, n' est pas assez connue pour nous
i nvi t er à pousser pl us l oi n l a descr i pt i on de cet t e
par t i e du monde où l es r i chesses du sol de
l ' i ndust r i e ont de t out t emps at t i r é t ant de peupl es.
Les dét ai l s géogr aphi ques qu' on vi ent de voi r
doi vent suf f i r e ; mai s i l n' en f al l oi t pas moi ns
pour di r i ger et pour f i xer l ' at t ent i on sur ce beau
cont i nent . Ent r ons- y par l ' I ndost an, où l e
commer ce nous appel l e.
Quoi que par l e nomgénér i que d' I ndes or i ent al es,
on ent ende communément ces vast es r égi ons
qui sont au- del à de l a mer d' Ar abi e et du r oyaume
de Per se, l ' I ndost an n' est que l e pays r enf er mé
ent r e l ' I ndus et l e Gange, deux f l euves cél ebr es

p27

qui vont se j et t er dans l es mer s des I ndes
à une di st ance i mmense l ' un de l ' aut r e. Ce l ong
espace est t r aver sé par une chaî ne de haut es
mont agnes, qui l e coupant par l e mi l i eu, va se
t er mi ner au cap Comor i n, en sépar ant l a côt e de
Mal abar de cel l e de Cor omandel .
La nat ur e a t el l ement di ver si f i é l a t empér at ur e
du cl i mat et l ' i nf l uence des él ément s sur ces
deux côt es si voi si nes, que t andi s que l es pl ui es
r egnent sur l ' une, on j oui t sur l ' aut r e d' un t emps
t out - à- f ai t ser ei n. La seul e épai sseur des mont agnes
y sépar e l ' ét é de l ' hi ver .
Comme dans l a pl us gr ande par t i e de l ' I ndost an,
ce n' est pas t ant l e cour s du sol ei l , que ce
sont l es pl ui es qui r egl ent l es sai sons, par l e mot
d' hi ver i l f aut ent endr e seul ement cet t e sai son
de l ' année, où des nuages poussés avec vi ol ence
par l es vent s ver s l es mont agnes, s' y br i sent
et se r ésol vent en pl ui es accompagnées de f r équent s
or ages. Ces eaux f or ment des t or r ent s qui se
pr éci pi t ent , qui gr ossi ssent l es r i vi er es et qui
i nondent l es pl ai nes ; l e ci el est al or s char gé de
vapeur s, et l es nui t s sont d' une obscur i t é af f r euse.
Cet t e sai son n' a d' ai l l eur s r i en de r i gour eux,
et el l e est si peu f r oi de, que c' est l e t emps où
l a pl upar t des f r ui t s par vi ennent à l eur mat ur i t é,
et où l es pl ant es et l es f l eur s ont l e pl us de
f r aî cheur .
La mouçon seche mér i t e bi en mi eux l e nom
d' ét é. Dans t out l e cour s de cet t e sai son, on
découvr e à pei ne un nuage dans l ' at mospher e. Les
vent s de mer et de t er r e r egnent al t er nat i vement ,
l es pr emi er s pendant l e j our , et l es aut r es
pendant l a nui t . Quel ques cal mes succedent par
i nt er val l es, et l e pays est al or s dévor é par des
chal eur s br ûl ant es.

p28

La di ver si t é des sai sons ou mouçons est pl us
r emar quabl e encor e sur l es deux mer s. Tandi s
que l es pl us f i del es bât i ment s voguent sur l ' une
avec une t r anqui l l i t é qui r end pr esque i nut i l e
l a sci ence des pi l ot es, l es vai sseaux l es pl us
sol i dement const r ui t s ne r ési st ent pas sur l ' aut r e
aux af f r euses t empêt es qui l a boul ever sent sans
i nt er val l e. Les navi gat eur s ét r anger s pr évi ennent l es
i nconvéni ent s de cet t e mouçon or ageuse en se
r et i r ant chez eux. Les nat ur el s du pays i nst r ui t s, par
des expér i ences r épét ées, qu' i l n' y a pas de sûr et é,
même dans l es por t s, t i r ent l eur s bât i ment s
à t er r e, et l es met t ent sur des chant i er s ou dans
des ar senaux pour l es conser ver . Cet t e danger euse
sai son dur e au Mal abar depui s l a f i n d' avr i l
j usques dans l e moi s de sept embr e. Les vent s du
sud, qui r egnent pendant ce t emps- l à sur l a côt e
de Cor omandel , y f i ni ssent du 15 au 30 oct obr e,
et f ont pl ace aux vent s du nor d qui y exci t ent
l es mêmes r avages. La mouçon est or di nai r ement
moi ns or ageuse, l or squ' el l e a commencé par des
our agans et de vi ol ent es t empêt es. La possi bi l i t é
ou l ' i mpossi bi l i t é de t eni r l a mer ont d' ai l l eur s
l eur s degr és et l eur s di f f ér ences, sui vant l a
posi t i on des côt es et des par ages. On voi t par - l à
qu' i l f aut aux mei l l eur s obser vat eur s une l ongue sui t e
d' expér i ences pour acquér i r sur l a navi gat i on de ces
mer s, des connoi ssances un peu sûr es.
La phi l osophi e et l ' hi st oi r e se sont l ong- t emps
occupées de ces cont r ées cél ebr es, et l eur s
conj ect ur es ont pr odi gi eusement r ecul é l ' époque de
l ' exi st ence des i ndi ens. En ef f et , soi t que l ' on
consul t e l es monument s hi st or i ques, soi t qu' on
consi der e l a posi t i on de l ' I ndost an sur l e gl obe,
en admet t ant l e mouvement pr ogr essi f de l a mer
d' or i ent en occi dent , on convi endr a que c' est

p29

un des pays de l a t er r e l e pl us anci ennement
peupl é. L' or i gi ne de l a pl upar t de nos sci ences
va se per dr e dans son hi st oi r e. Les gr ecs al l oi ent
s' y i nst r ui r e avant Pyt hagor e. Les pl us anci ens
peupl es commer çant s y t r af i quoi ent pour en r appor t er
des t oi l es, qui pr ouvent l es pr ogr ès de
l ' i ndust r i e chez l es i ndi ens, dans l e t emps que l e
r est e du monde ét oi t encor e déser t ou sauvage.
Les ar abes empr unt er ent l eur s chi f f r es, qu' i l s
nous t r ansmi r ent . En génér al , ne peut - on pas
assur er que l e cl i mat l e pl us f avor abl e à l ' espece
humai ne est l e pl us anci ennement peupl é ? Un
ai r pur , un cl i mat doux, un sol f er t i l e, et qui
pr odui t pr esque sans cul t ur e, ont dû r assembl er
l es pr emi er s hommes. Si l e genr e humai n a pu se
mul t i pl i er , et s' ét endr e dans des cl i mat s af f r eux
où i l a f al l u l ut t er sans cesse cont r e l a nat ur e ;
si des sabl es br ûl ant s et ar i des, des mar ai s
i mpr at i cabl es, des gl aces ét er nel l es ont r eçu des
habi t ant s ; si nous avons peupl é des f or êt s et des
déser t s, où i l f al l oi t se déf endr e des él ément s,
des bêt es f ér oces et de nos sembl abl es ; avec
quel l e f aci l i t é n' a- t - on pas dû se r éuni r dans ces
cont r ées dél i ci euses, où l ' homme, exempt de besoi n,
n' avoi t que des pl ai si r s à desi r er , où j oui ssant
sans t r avai l et sans i nqui ét udes des mei l l eur es
pr oduct i ons et du pl us beau spect acl e de l ' uni ver s,
i l pouvoi t s' appel l er à j ust e t i t r e l ' êt r e par
excel l ence, et l e r oi de l a nat ur e ? Tel l es ét oi ent
l es r i ves du Gange et l es bel l es cont r ées de
l ' I ndost an. Les f r ui t s l es pl us dél i ci eux y
par f ument l ' ai r , f our ni ssent une nour r i t ur e sai ne et
r af r aî chi ssant e, donnent des ombr ages i mpénét r abl es
à l a chal eur du j our . Tandi s que l es especes
vi vant es qui couvr ent l e gl obe ne peuvent subsi st er
ai l l eur s qu' à f or ce de se dét r ui r e ; dans

p30

l ' I nde, el l es par t agent avec l eur maî t r e l ' abondance
et l a sûr et é. Auj our d' hui même que l a t er r e devr oi t
y êt r e épui sée par l es pr oduct i ons de t ant
de si ecl es, et par l eur consommat i on dans des t er r es
ét r anger es, l ' I ndost an, si l ' on en except e un
pet i t nombr e de l i eux i ngr at s et sabl onneux, est
encor e l e pays l e pl us f er t i l e du monde.
Si l e physi que de ces cont r ées f ut un spect acl e
nouveau pour l es por t ugai s, l e mor al ne l eur
par ut pas moi ns ext r aor di nai r e. I l s l es t r ouver ent
habi t ées par pl usi eur s peupl es, dont l a r el i gi on
et l es moeur s ét oi ent di f f ér ent es. Les nat ur el s
du pays, l es i ndi genes, ét oi ent l es descendant s
de ces anci ens br acmanes si f ameux du t emps des
gr ecs, et dont l ' or i gi ne se per d dans l a pl us haut e
ant i qui t é.
Br ama, qui , sel on quel ques i ndi ens, ét oi t un
êt r e f or t él evé au- dessus de l a nat ur e de l ' homme,
et qui , sel on l ' opi ni on l a pl us vr ai sembl abl e, n' est
qu' un êt r e symbol i que qui si gni f i e l a sagesse de
Di eu, f ut l e gr and l égi sl at eur de l ' I nde. C' est à
l ui qu' on at t r i bue ces l i vr es sacr és, dont l ' or i gi nal
s' est per du, mai s dont i l r est e un comment ai r e
dans une l angue ent endue seul ement de quel ques
br ami nes.
Ce l i vr e l eur or donne de cr oi r e un êt r e supr ême,
qui a cr éé une gr adat i on d' êt r es, l es uns
supér i eur s, l es aut r es i nf ér i eur s à l ' homme. I l
l eur or donne de cr oi r e l ' i mmor t al i t é de l ' ame,
l es r écompenses et l es chât i ment s de l ' aut r e vi e,
l a t r ansmi gr at i on des ames. Voi l à l e dogme pr i mi t i f
de l eur r el i gi on.
La mor al e y est exposée non- seul ement par
des pr écept es, mai s aussi par des embl êmes qui
ont ét é chez l e peupl e l ' or i gi ne de l ' i dol ât r i e.
On a per du l ' expl i cat i on de l a pl upar t de ces

p31

al l égor i es. L' i mage en r est e, et el l e est devenue
un obj et de cul t e.
Les br ami nes, qui seul s ent endent l a l angue
du l i vr e sacr é, f ont de son t ext e l ' usage qu' on
a f ai t de t out t emps des l i vr es r el i gi eux. I l s y
t r ouvent t out es l es maxi mes que l ' i magi nat i on,
l ' i nt ér êt , l es passi ons et l e f aux zel e l eur
sugger ent . Ces f onct i ons excl usi ves d' i nt er pr êt es de
l a r el i gi on l eur ont donné sur l es peupl es un
pouvoi r sans bor nes, t el s que doi vent l ' avoi r des
i mpost eur s et des f anat i ques sur des hommes
qui n' ont pas l a f or ce d' écout er l eur r ai son et
l eur coeur .
Depui s l ' I ndus j usqu' au Gange, t ous l es peupl es
r econnoi ssent l e vedampour l e l i vr e qui
cont i ent l es pr i nci pes de l eur r el i gi on, et cependant
f or t peu ont l a même. La pl upar t même
di f f er ent ent r ' eux sur l es pr i nci pes f ondament aux.
L' espr i t de di sput e et d' abst r act i on qui gât a
pendant t ant de si ecl es l a phi l osophi e schol ast i que
dans nos écol es, a f ai t bi en pl us de pr ogr ès dans
cel l es des br ami nes, et mi s beaucoup pl us d' absur di t és
dans l eur s dogmes, que l e mêl ange du
pl at oni sme dans l es nôt r es.
Dans t out l ' I ndost an, l es l oi x pol i t i ques, l es
usages, l es mani er es mêmes f ont par t i e de l a r el i gi on,
par ce que t out vi ent de Br ama, i nt er pr êt e
de l a di vi ni t é.
On pour r oi t cr oi r e que ce Br ama ét oi t souver ai n,
par ce qu' on t r ouve dans ses i nst i t ut i ons r el i gi euses
une i nt ent i on d' i nspi r er aux peupl es une
pr of onde vénér at i on, un gr and amour pour l eur
pays, et qu' on y voi t l ' envi e de cor r i ger l e vi ce
du cl i mat . Peu de r el i gi ons sembl ent avoi r ét é
aussi pr opr es que l a si enne aux pays pour l esquel s
el l es ont ét é i nst i t uées.

p32

C' est de l ui que l es i ndi ens t i ennent ce r espect
pr odi gi eux qu' i l s ont encor e pour l es t r oi s
gr ands f l euves de l ' I ndost an, l ' I ndus, l e Ki st nar s
et l e Gange.
C' est l ui qui a r endu sacr é l ' ani mal l e pl us
nécessai r e à l a cul t ur e des t er r es, et l a vache dont
l e l ai t est une nour r i t ur e si sai ne dans l es pays
chauds.
On l ui at t r i bue l a di vi si on du peupl e en quat r e
cl asses ; l es br ami nes, l es gens de guer r es, l es
l abour eur s et l es ar t i sans. Ces cl asses sont
subdi vi sées.
I l y a di f f ér ent es cl asses de br ami nes. I l s sont
déposi t ai r es de l a r el i gi on, et di sposent de
l ' opi ni on des hommes, qui j ur ent par l a t êt e de ces
pr êt r es, et l eur bai sent l es pi eds.
Les uns vi vent dans l a soci ét é, et sont communément
des f r i ppons. Per suadés que l es eaux du
Gange l es pur i f i ent de t ous l eur s cr i mes, et n' ét ant
pas soumi s à l a j ur i sdi ct i on ci vi l e, i l s n' ont
ni f r ei n, ni ver t u. Seul ement on l eur t r ouve encor e
de cet t e compassi on, de cet t e char i t é si or di nai r e
dans l e doux cl i mat de l ' I nde.
Les aut r es vi vent él oi gnés de l a soci ét é, et
ce sont des i mbéci l l es ou des ent housi ast es l i vr és à
l ' oi si vet é, à l a super st i t i on, au dél i r e de l a
mét aphysi que. On r et r ouve dans l eur s di sput es l es
mêmes i dées que dans nos pl us f ameux mét aphysi ci ens,
l a subst ance, l ' acci dent , l a pr i or i t é,
l a post ér i or i t é, l ' i mmut abi l i t é, l ' i ndi vi si bi l i t é,
l ' ame vi t al e et sensi t i ve : avec cet t e di f f ér ence que
ces bel l es découver t es sont t r ès- anci ennes dans
l ' I nde, et qu' i l n' y a que f or t peu de t emps que
Pi er r e Lombar d, sai nt - Thomas, Lei bni t z,
Mal l ebr anche, ét onnoi ent l ' Eur ope par l a f écondi t é
de l eur géni e, à t r ouver t out es ces r êver i es.

p33

Comme nous avons pr i s cet t e mét hode de r ai sonner
par abst r act i on, des phi l osophes gr ecs
sur l esquel s nous avons bi en r enchér i , on peut
cr oi r e que l es gr ecs eux- mêmes devoi ent ces
connoi ssances r i di cul es aux i ndi ens, à moi ns qu' on
n' ai me mi eux supposer que l es pr i nci pes de l a
mét aphysi que ét ant à l a por t ée de t out es l es
nat i ons, l ' oi si vet é des br ami nes et de nos moi nes
a pr odui t l es mêmes ef f et s en Eur ope et en Asi e,
sans qu' i l y ai t eu d' ai l l eur s aucune communi cat i on.
La cl asse des hommes de guer r e est f or mée
par l es r aj as à l a côt e de Cor omandel , et par
l es naï r s à cel l e de Mal abar . I l se t r ouve ai l l eur s
des peupl es ent i er s, t el s que l es canar i ns et
l es mar at t es, qui se per met t ent cet t e pr of essi on ;
soi t qu' i l s descendent de quel ques t r i bus
or i gi nai r ement vouées aux ar mes, soi t que l e t emps et
l es ci r const ances ai ent al t ér é par mi eux l es
i nst i t ut i ons pr i mi t i ves.
La t r oi si eme cl asse est cel l e de t ous l es hommes
qui cul t i vent l a t er r e. I l y a peu de pays où i l s
mér i t ent pl us l a r econnoi ssance de l eur s
conci t oyens. I l s sont l abor i eux, i ndust r i eux ; i l s
ent endent par f ai t ement l ' usage de di st r i buer l es eaux,
et de donner à l a t er r e br ûl ant e qu' i l s habi t ent ,
t out e l a f er t i l i t é dont el l e est suscept i bl e. I l s sont
dans l ' I nde ce que sont pr esque par - t out l es hommes
de cet ét at : l es pl us honnêt es et l es pl us
heur eux des hommes, l or squ' i l s ne sont ni
cor r ompus, ni oppr i més par l e gouver nement .
La cl asse des ar t i sans se subdi vi se en aut ant
de cl asses qu' i l y a de mét i er s. On ne peut j amai s
qui t t er l e mét i er de ses par ent s ; voi l à pour quoi
l ' escl avage et l ' i ndust r i e s' y sont per pét ués de
concer t , et y ont condui t l es ar t s au pl us haut

p34

degr é où i l s pui ssent at t ei ndr e avec du t r avai l et
de l a pat i ence, sans l e secour s du goût et de
l ' i magi nat i on, qui ne nai ssent guer es que de
l ' émul at i on et de l a l i ber t é.
Out r e ces t r i bus, i l y en a une ci nqui eme,
qui est l e r ebut de t out es l es aut r es. Ceux qui
l a composent , ont l es empl oi s l es pl us vi l s de l a
soci ét é ; i l s ent er r ent l es mor t s, i l s t r anspor t ent
l es i mmondi ces. I l s sont dans une t el l e hor r eur ,
que si l ' un d' eux osoi t t oucher un homme d' une
aut r e cl asse, cel ui - ci a l e dr oi t de l e t uer sur l e
champ. On l es nomme par i as. I l y a dans l e
Mal abar une aut r e espece d' hommes appel l és poul i chi s,
qui sont condamnés à pl us d' oppr obr es
et de mal heur s. I l s habi t ent l es f or êt s, i l s ne
peuvent se bât i r des cabanes, et sont obl i gés
de const r ui r e des ni ds sur des ar br es. Lor squ' i l s
ont f ai m, i l s hur l ent comme des bêt es pour exci t er
l a commi sér at i on des passant s. Al or s l es pl us
char i t abl es des i ndi ens vont déposer du r i z ou
quel qu' aut r e al i ment au pi ed d' un ar br e, et se
r et i r ent au pl us vî t e, pour que l e mal heur eux
af f amé vi enne l e pr endr e, sans r encont r er son
bi enf ai ct eur , qui se cr oi r oi t soui l l é par son
appr oche.
Tout es ces cl asses sont sépar ées à j amai s par
des bar r i er es i nsur mont abl es. El l es ne peuvent
ni se mar i er , ni habi t er , ni manger ensembl e.
Qui conque vi ol e cet t e r egl e, est chassé de l a t r i bu
qu' i l a dégr adée.
Mai s t out change l or squ' i l s vont en pél ér i nage
au gr and t empl e de J agr enat , l e t empl e de l ' êt r e
supr ême. Là, l e br ami ne, l e r aj a ou naï r , l e
l abour eur et l ' ar t i san pr ésent ent ensembl e l eur s
of f r andes, boi vent et mangent ensembl e. C' est
l à qu' on l es f ai t souveni r que l es di st i nct i ons de
l a nai ssance sont d' i nst i t ut i on humai ne, et que

p35

t ous l es hommes sont des f r er es, enf ant s du même
di eu.
Quoi que l es l i vr es sacr és des i ndi ens n' of f r ent
r i en de ce mer vei l l eux qui ébl oui t quel quef oi s dans
l a t héol ogi e gr ecque, l eur myt hol ogi e est aussi
décousue que cel l e de pr esque t ous l es peupl es.
On n' y voi t pas en par t i cul i er l a l i ai son de l eur s
pr i nci pes r el i gi eux, avec ces di ver ses cl asses qui
f ont l a base de l eur gouver nement . Le shast er ,
que quel ques- uns r egar dent comme un comment ai r e
du vedam; d' aut r es comme un l i vr e or i gi nal ,
et dont on vi ent de publ i er un ext r ai t en
Angl et er r e, a j et t é un peu de j our sur cet t e
mat i er e. L' ét er nel , di t ce l i vr e, concent r é dans
l a cont empl at i on de son essence, f or me l a r ésol ut i on
de cr éer des êt r es qui pui ssent par t i ci per à
sa gl oi r e. I l di t , et l es anges f ur ent . I l s
chant oi ent de concer t l es l ouanges du cr éat eur , et
l ' har moni e r égnoi t dans l e ci el , l or sque deux de
ces espr i t s se r évol t er ent , et en ent r aî ner ent
d' aut r es par l eur exempl e. Di eu l es pr éci pi t a dans
un séj our de t our ment s, et ne l es en r et i r a qu' à l a
pr i er e des anges f i del es, et à des condi t i ons qui
l es r empl i r ent de j oi e et de t er r eur . Les r ebel l es
f ur ent condamnés à subi r sous di f f ér ent es f or mes,
dont l a pl us basse des qui nze pl anet t es, des
puni t i ons pr opor t i onnées à l ' énor mi t é de l eur pr emi er
cr i me. Ai nsi chaque ange subi t d' abor d sur
l a t er r e quat r e- vi ngt - sept t r ansmi gr at i ons avant
d' ani mer l e cor ps de l a vache, qui t i ent l e pr emi er
r ang par mi l es ani maux. Ces di f f ér ent es
t r ansmi gr at i ons sont un ét at d' expi at i on ; d' où
on passe à un ét at d' épr euve, c' est - à- di r e, que
l ' ange t r ansmi gr e du cor ps de l a vache dans un
cor ps humai n. C' est l à que l e cr éat eur ét end ses
f acul t és i nt el l ect uel l es, et sa l i ber t é, dont l e bon

p36

ou l e mauvai s usage avance ou r ecul e l ' époque de
son par don. Le sage va se r ej oi ndr e en mour ant
à l ' êt r e supr ême. Le méchant r ecommence son
t emps d' expi at i on.
Ai nsi , sui vant cet t e t r adi t i on du shast er , l a
mét empsycose est un vr ai chât i ment , et l es ames
qui ani ment l a pl upar t des subst ances vi vant es, ne
sont que des êt r es coupabl es. Cet t e opi ni on sur
l a t r ansmi gr at i on des ames n' est pas, sans dout e,
uni ver sel l ement adopt ée dans l ' I nde. El l e aur a
ét é i magi née par quel que dévot mél ancol i que, et
d' un car act er e dur . I l est vr ai sembl abl e que ce
dogme f ut bi en di f f ér ent dans son or i gi ne.
En ef f et , i l est nat ur el de penser que ce ne
f ut d' abor d qu' une i dée f l at t euse et consol ant e pour
l ' humani t é, qui s' accr édi t a f aci l ement dans un
pays, où l es hommes j oui ssant d' un ci el dél i ci eux
et d' un gouver nement modér é, commencer ent
à s' apper cevoi r de l a br i évet é de l a vi e.
Un syst ême, qui l a pr ol ongeoi t au- del à de ses
bor nes nat ur el l es, ne pouvoi t manquer de r éussi r .
I l est si doux à un vi ei l l ar d qui sent échapper
t out ce qu' i l a de pl us cher , d' espér er qu' i l j oui r a
encor e, et que sa dest r uct i on n' est qu' un passage
à une aut r e exi st ence. I l est si consol ant pour
cel ui qui l e per d, de penser qu' en l e qui t t ant ,
i l ne per d pas l e bonheur d' êt r e. En vai n une
r el i gi on myst i que voudr oi t - el l e subst i t uer à cet t e
espér ance, cel l e des pl ai si r s spi r i t uel s et d' une
béat i t ude cél est e : l es hommes pr éf er ent nat ur el l ement
à ces i dées vagues et abst r ai t es l a j oui ssance des
sensat i ons qui ont déj a f ai t l eur bonheur ; et l a
si mpl i ci t é des i ndi ens dut t r ouver pl us de douceur
à vi vr e sur une t er r e qu' i l s connoi ssoi ent , que
dans un monde mét aphysi que, qui f at i gue
l ' i magi nat i on sans l a sat i sf ai r e. C' est ai nsi que l e
dogme

p37

de l a mét empsycose a dû s' ét abl i r et s' ét endr e.
En vai n l a r ai son se r évol t oi t cont r e cet t e i l l usi on ;
en vai n el l e di soi t que, sans l a mémoi r e, i l n' y a
ni cont i nui t é, ni uni t é d' exi st ence, et que l ' homme,
qui ne se souvi ent pas d' avoi r exi st é, n' est pas
di f f ér ent de cel ui qui exi st e pour l a pr emi er e f oi s ;
l e sent i ment adopt a ce que l a r ai son r ej et t oi t .
Heur eux encor e l es peupl es dont l a r el i gi on of f r e
au moi ns des mensonges agr éabl es !
Le shast er a r endu l e dogme de l a mét empsycose
pl us t r i st e, sans dout e pour l e f ai r e ser vi r
d' i nst r ument et de sout i en à l a mor al e qu' i l f al l oi t
ét abl i r . C' est , en ef f et , d' apr ès cet t e t r ansmi gr at i on
envi sagée comme puni t i on, qu' i l expose l es devoi r s
que l es anges avoi ent à r empl i r . Les pr i nci paux
sont l a char i t é, l ' abst i nence de l a chai r des
ani maux, l ' exact i t ude à sui vr e l a pr of essi on de ses
per es. Ce pr éj ugé domi nant sur l equel i l par oî t
que t out es l es sect es sont d' accor d mal gr é l a
di f f ér ence des opi ni ons sur son or i gi ne, n' a d' exempl e
que chez l es anci ens égypt i ens, dont l es i nst i t ut i ons
ont sans dout e avec cel l es des I ndes des r appor t s
hi st or i ques que nous ne connoi ssons pl us. Mai s l es
l oi x d' égypt e, en di st i nguant l es condi t i ons, n' en
avi l i ssoi ent aucune ; au- l i eu que l es l oi x de Br ama,
peut - êt r e par l ' abus qu' on en a f ai t , sembl ent
avoi r condamné une par t i e de l a nat i on à l a doul eur
et à l ' i nf ami e.
I l y a appar ence que l es I ndes ét oi ent pr esque
aussi ci vi l i sées qu' el l es l e sont auj our d' hui , l or sque
Br ama y donna des l oi x. Aussi - t ôt qu' une soci ét é
commence à pr endr e une f or me, el l e se t r ouve
nat ur el l ement di vi sée en pl usi eur s cl asses, sui vant
l a var i ét é et l ' ét endue de ses ar t s et de ses besoi ns.
Br ama voul ut sans dout e donner à ces di f f ér ent es
pr of essi ons une consi st ance pol i t i que, en

p38

l es consacr ant par l a r el i gi on, et en l es per pét uant
dans l es f ami l l es qui l es exer çoi ent al or s, sans
pr évoi r qu' i l empêchoi t par - l à l e pr ogr ès des
découver t es qui pour r oi ent dans l a sui t e donner
l i eu à de nouveaux mét i er s. Aussi , à en j uger
par l ' exact i t ude r el i gi euse que l es i ndi ens ont
même auj our d' hui à obser ver l es l oi x de Br ama,
on peut assur er que, depui s ce l égi sl at eur ,
l ' i ndust r i e n' a f ai t aucun pr ogr ès chez ces peupl es,
et qu' i l s ét oi ent à peu pr ès aussi ci vi l i sés qu' i l s l e
sont auj our d' hui , l or squ' i l s r eçur ent ces
i nst i t ut i ons. Cet t e obser vat i on suf f i r a pour donner une
i dée de l ' ant i qui t é de ce peupl e, qui n' a r i en
aj out é à ses connoi ssances depui s une époque qui
par oî t l a pl us anci enne du monde.
Br ama or donna di f f ér ent es nour r i t ur es pour l es
di f f ér ent es t r i bus. Les gens de guer r e et quel ques
aut r es cast es peuvent manger de l a vénai son
et du mout on. Le poi sson est per mi s à quel ques
l abour eur s et à quel ques ar t i sans. D' aut r es ne se
nour r i ssent que de l ai t et de végét aux. Tous l es
br ames ne mangent r i en de ce qui a vi e. En génér al ,
ces peupl es sont d' une ext r ême sobr i ét é, mai s
pl us ou moi ns ét r oi t e, sel on qu' i l s sont d' une
pr of essi on pl us ou moi ns l abor i euse.
On l es mar i e dès l eur enf ance, et l es f emmes
y sont d' une f i dél i t é i nconnue chez l es aut r es
nat i ons. Quel ques cast es des pl us r él evées ont l e
pr i vi l ege d' avoi r pl usi eur s f emmes. On sai t que
cel l es des br ames se br ûl ent à l a mor t de l eur s
époux. I l sembl e qu' el l es soi ent l es seul es à qui l a
l oi l ' or donne ; mai s d' aut r es f emmes ont voul u l es
i mi t er par une sui t e de ce poi nt d' honneur qui
f ai t par - t out t ant de vi ct i mes. Cet t e di st i nct i on
n' est poi nt , di t - on, de Br ama l ui - même. El l e par oî t
l ' ouvr age de quel que br ami ne, qui a por t é l a j al ousi e

p39

au- del à du t ombeau. Ce car act er e d' une
j al ousi e si cr uel l e et si r echer chée est assez
or di nai r e aux espr i t s super st i t i eux, et aux hommes qui
se f ont un mér i t e essent i el de l ' aust ér i t é des moeur s,
et de ce qu' i l s appel l ent une ext r ême pur et é.
Ces peupl es sont doux, humai ns, et i l s connoi ssent
peu l es passi ons qui nous agi t ent . I l s pr évi ennent
l ' amour , et l ' i gnor ent . Quel l e ambi t i on
peuvent avoi r des hommes dest i nés à r est er dans
l e même ét at ? I l s ai ment l es t r avaux pai si bl es,
ou l ' oi si vet é. On l eur ent end souvent ci t er un
passage d' un de l eur s l i vr es f avor i s : il vaut mieux
être assis que marcher ; il vaut mieux dormir que
veiller ; mais la mort est au-dessus de tout .
Leur t empér ance et l a chal eur excessi ve du cl i mat
af f oi bl i ssent l eur cor ps, et cont r i buent à ét ei ndr e
en eux l es passi ons. I l s n' ont guer es que l ' avar i ce,
passi on des cor ps f oi bl es et des pet i t es ames.
La cast e des gens de guer r e habi t e pl us vol ont i er s
l es pr ovi nces du sept ent r i on, et l a pr esqu' i sl e
n' est guer es habi t ée que par des t r i bus i nf ér i eur es ;
del à vi ent que t ous ceux qui ont at t aqué
l ' I nde du côt é de l a mer ont t r ouvé si peu de
r ési st ance. On doi t f ai r e obser ver à quel ques
phi l osophes, qui pr ét endent que l ' homme est un
ani mal f r ugi vor e, que ces mi l i t ai r es qui mangent
de l a vi ande sont pl us r obust es, pl us cour ageux,
pl us ani més, et vi vent pl us l ong- t emps que l es
hommes des aut r es cl asses, qui se nour r i ssent de
végét aux. Cependant c' est une di f f ér ence assez
const ant e ent r e l es habi t ant s du nor d et ceux du
mi di , pour qu' on ne l ' at t r i bue pas uni quement
aux al i ment s. Le f r oi d d' une par t , l ' él ast i ci t é
de l ' ai r , moi ns de f er t i l i t é, pl us de t r avai l et
d' exer ci ce, une vi e pl us var i ée, donnent pl us de
f ai met de f or ce, de r ési st ance et d' act i vi t é,

p40

de r essor t et de dur ée aux or ganes. La chal eur du
mi di , l ' abondance des f r ui t s, l a f aci l i t é de vi vr e
sans agi r , une t r anspi r at i on cont i nuel l e, une pl us
gr ande pr odi gal i t é des ger mes de l a popul at i on,
pl us de pl ai si r et de mol l esse, un genr e de vi e
sédent ai r e, et t ouj our s l a même ; t out cel a f ai t
qu' on vi t et meur t pl ut ôt . Du r est e, on voi t que
l ' homme, sans êt r e conf or mé par l a nat ur e pour
dévor er l es ani maux, a r eçu l e don de vi vr e dans
t ous l es cl i mat s d' une mani er e anal ogue à l a
di ver si t é des besoi ns qu' i l s f ont naî t r e : chasseur ,
i ct i ophage, f r ugi vor e, past eur , l abour eur , sel on
l ' abondance ou l a st ér i l i t é de l a t er r e.
La r el i gi on de Br ama ét oi t di vi sée, et l ' est encor e
en quat r e- vi ngt - t r oi s sect es, qui convi ennent
ent r ' el l es sur quel ques poi nt s pr i nci paux, ne
di sput ent pas sur l es aut r es, et vi vent en pai x. El l es
y vi vent même avec l es hommes de t out es l es
r el i gi ons, par ce que l a l eur ne pr escr i t pas de
f ai r e des conver si ons. El l e est pl ut ôt excl usi ve. I l s
admet t ent r ar ement des ét r anger s à l eur cul t e, et
c' est t ouj our s avec une ext r ême r épugnance. C' ét oi t
assez l ' espr i t des anci ennes super st i t i ons. On
l e voi t chez l es égypt i ens, l es j ui f s, l es gr ecs
et l es r omai ns. Cet espr i t a f ai t moi ns de r avages
que cel ui des conver si ons ; mai s i l s' oppose
cependant à l a communi cat i on des hommes : c' est
une bar r i er e de pl us ent r e l es peupl es.
En consi dér ant que l a nat ur e a t out f ai t pour
l e bonheur de ces f er t i l es cont r ées, qu' à l a f aci l i t é
de sat i sf ai r e t ous l eur s besoi ns, l es i ndi ens j oi gnent
un car act er e compat i ssant , une mor al e qui
l es él oi gne égal ement de l a per sécut i on et de
l ' espr i t de conquêt es, on ne peut s' empêcher de
r emont er en gémi ssant j usqu' à l a sour ce de cet t e
i négal i t é bar bar e, qui a r éuni dans une par t i e

p41

de l a nat i on l es pr i vi l eges et l ' aut or i t é, et
r assembl é sur l a t êt e du r est e des habi t ant s l es
cal ami t és et l ' i nf ami e. Quel l e est l a cause de cet
ét r ange dél i r e ? N' en dout ons poi nt ; c' est l a même
qui per pét ue sur ce gl obe dépl or abl e l es mal heur s de
t ous l es peupl es. I l suf f i t qu' une nat i on heur euse
et peu écl ai r ée adopt e une pr emi er e er r eur que
l ' i gnor ance accr édi t e, bi ent ôt cet t e er r eur devenue
génér al e va ser vi r de base à t out l e syst ême
mor al et pol i t i que ; bi ent ôt l es penchant s l es pl us
honnêt es vont se t r ouver en cont r adi ct i on avec l es
devoi r s. Pour sui vr e l e nouvel or dr e mor al , i l
f audr a sans cesse f ai r e vi ol ence à l ' or dr e physi que.
Ce combat per pét uel f er a naî t r e dans l es moeur s
l es cont r adi ct i ons l es pl us ét onnant es, et l a nat i on
ne ser a pl us qu' un assembl age de mal heur eux qui ,
passer ont l eur vi e à se t our ment er t our - à- t our , en
se pl ai gnant de l a nat ur e. Voi l à l e t abl eau de t ous
l es peupl es de l a t er r e, si vous en except ez
peut - êt r e quel ques r épubl i ques de sauvages. Des
pr éj ugés absur des ont dénat ur é par - t out l a r ai son
humai ne, et ét ouf f é j usqu' à cet i nst i nct qui r évol t e
t ous l es ani maux cont r e l ' oppr essi on et l a t yr anni e.
Des peupl es i mmenses se r egar dent de bonne
f oi comme appar t enant en pr opr i ét é à un pet i t
nombr e d' hommes qui l es oppr i ment .
Tel s sont l es f unest es pr ogr ès de l a pr emi er e
er r eur , que l ' i mpost ur e a j et t ée ou nour r i e dans
l ' espr i t humai n. Pui ssent l es vr ai es l umi er es f ai r e
r ent r er dans l eur s dr oi t s des êt r es qui n' ont besoi n
que de l es sent i r pour l es r epr endr e. Sages de l a
t er r e, phi l osophes de t out es l es nat i ons, c' est à
vous seul s à f ai r e des l oi x, en l es i ndi quant à vos
conci t oyens. Ayez l e cour age d' écl ai r er vos f r er es,
et soyez per suadés que l a vér i t é est encor e
pl us f aci l e à r epr endr e que l ' er r eur . Les hommes

p42

i nt ér essés par l ' espoi r du bonheur vous écout er ont
avi dement . Des mi l l i ons d' escl aves sont pr êt s à
ext er mi ner l eur s f emmes aux pr emi er s or dr es de
l eur s maî t r es ; i l ne f audr oi t qu' un mot peut - êt r e
pour donner un aut r e obj et à l eur val eur . Révél ez
t ous l es myst er es qui t i ennent l ' uni ver s à l a
chaî ne et dans l es t énebr es, et que s' apper cevant
combi en on se j oue de l eur cr édul i t é, l es peupl es
écl ai r és t ous à l a f oi s vengent enf i n l a gl oi r e de
l ' espece humai ne.
Out r e l es i ndi genes, l es por t ugai s t r ouver ent
encor e dans l ' I nde des mahomét ans : c' ét oi ent
des descendant s d' ar abes, qui avoi ent f ai t dans
ces cont r ées des i ncur si ons ou des ét abl i ssement s.
Les uns se l i vr oi ent aux pl ai si r s du ser r ai l : l es
aut r es, en pl us gr and nombr e, ét oi ent l es f act eur s
des ar abes et des égypt i ens, qui , à l ' ar r i vée
des por t ugai s, se t r ouvoi ent l es maî t r es du
commer ce de l ' I nde. I l s ét oi ent r épandus dans
t out e l ' Asi e et sur l es côt es d' Af r i que. I l s
avoi ent f ondé des col oni es. I l s ét oi ent maî t r es de
pl usi eur s pl aces ; et dans l es vi l l es soumi ses aux
souver ai ns du pays, i l s s' ét oi ent f or t mul t i pl i és,
par ce que l eur r el i gi on per met t ant l a pol i gami e,
i l s se mar i oi ent dans t ous l es l i eux où i l s f ai soi ent
quel que r ési dence. I l s ét oi ent bi en t r ai t és par l es
pr i nces qui voul oi ent avoi r des r el at i ons d' af f ai r es
avec l ' égypt e et avec l ' Ar abi e. C' ét oi ent l es peupl es
l es pl us cor r ompus de l ' or i ent . Ce sont eux que
l es eur opéens appel l ent communément l es maur es
i ndi ens, ou si mpl ement l es maur es.
Ces mahomét ans ar abes, apôt r es et négoci ant s
t out à l a f oi s, avoi ent ét endu l eur r el i gi on, en
achet ant beaucoup d' escl aves, auxquel s i l s donnoi ent
l a l i ber t é, apr ès l es avoi r ci r conci s, et l eur
avoi r ensei gné l eur s dogmes. Leur f i er t é ne l eur

p43

per met t oi t pas de mêl er l eur sang avec cel ui de
ces af f r anchi s, qui f or mer ent avec l e t emps un
peupl e par t i cul i er sur l a côt e de l a pr esqu' i sl e
des I ndes, depui s Goa j usqu' à Madr as. On l es
di st i ngue encor e auj our d' hui sous l e nomde
mapoul és, dans l e Mal abar , et sous cel ui de
choul i as, au Cor omandel . I l s ne savent ni l e
per san, ni l ' ar abe, ni l e maur e, et l eur seul e
l angue est cel l e des cont r ées où i l s vi vent . I l s
sont l a pl upar t l i vr és au commer ce, et ne
pr of essent qu' un mahomét i sme ext r êmement cor r ompu
par l es super st i t i ons i ndi ennes.
L' I ndost an, que l a f or ce a depui s r éuni
pr esqu' ent i ér ement sous un j oug ét r anger , ét oi t
par t agé à l ' ar r i vée des por t ugai s ent r e l es r oi s de
Cambaye, de Del hi , de Decan, de Nar zi ngue
et de Cal i cut , qui compt oi ent t ous pl usi eur s
souver ai ns pl us ou moi ns pui ssant s par mi l eur s
t r i but ai r es. Le der ni er de ces monar ques, pl us connu
sous l e nomde Zamor i n, qui r épond à cel ui
d' emper eur , que par cel ui de sa vi l l e capi t al e,
avoi t l es ét at s l es pl us mar i t i mes, et ét endoi t
sa domi nat i on dans t out l e Mal abar .
Ces avant ages avoi ent r endu Cal i cut l e pl us
r i che ent r epôt de ces cont r ées. Les pi er r es
pr éci euses, l es per l es, l ' ambr e, l ' i voi r e, l a
por cel ai ne, l ' or , l ' ar gent , l es ét of f es de soi e et de
cot on, l ' i ndi go, l e sucr e, t out es sor t es d' épi cer i es,
l es boi s pr éci eux, l es ar omat es, l es beaux
ver ni s, t out ce qui peut aj out er aux dél i ces de
l a vi e, y ét oi t appor t é de t out l ' or i ent . Une
par t i e de ces r i chesses y ar r i voi t par mer ; mai s
comme l a navi gat i on n' ét oi t pas aussi sûr e, aussi
ani mée qu' el l e l ' a ét é depui s, i l en venoi t aussi
beaucoup par t er r e sur des boeuf s ou des él éphant s.
Gama, i nst r ui t de ces par t i cul ar i t és à Mél i nde,

p44

où i l avoi t t ouché, y pr i t un pi l ot e habi l e, et
se f i t condui r e dans l e por t où l e commer ce ét oi t
l e pl us f l or i ssant . I l y t r ouva heur eusement un
maur e de Tuni s qui ent endoi t l a l angue des
por t ugai s, et qui , f r appé des gr andes choses qu' i l
avoi t vu f ai r e à cet t e nat i on sur l es côt es de
Bar bar i e, avoi t pr i s pour el l e une i ncl i nat i on pl us
f or t e que ses pr éj ugés. Ce penchant déci da Mauzai de
à ser vi r de t out son pouvoi r des ét r anger s qui
s' abandonnoi ent à l ui sans r éser ve. I l pr ocur a une
audi ence du Zamor i n à Gama, qui pr oposa une
al l i ance, un t r ai t é de commer ce avec l e r oi son
maî t r e. On ét oi t pr ès de concl ur e, l or sque l es
musul mans r éussi r ent à r endr e suspect un concur r ent
dont i l s r edout oi ent l e cour age, l ' act i vi t é
et l es l umi er es. Ce qu' i l s di r ent de son ambi t i on,
de son i nqui ét ude, f i t une t el l e i mpr essi on
sur l ' espr i t du pr i nce, qu' i l pr i t l a r ésol ut i on
de f ai r e pér i r l es navi gat eur s auxquel s i l avoi t
f ai t d' abor d un si bon accuei l .
Gama, aver t i de ce changement par son f i del e
gui de, r envoya son f r er e sur ses vai sseaux. quand
vous apprendriez, l ui di t - i l , qu' on m' a chargé
de fers, ou qu' on m' a fait périr, je vous défends,
comme votre général, de me secourir ou de me
venger. Mettez sur le champ à la voile, et allez
instruire le roi des détails de notre voyage .
Heur eusement on ne f ut pas r édui t à ces ext r émi t és.
Le Zamor i n n' osa pas ce qu' i l pouvoi t ,
ce qu' i l voul oi t même ; et l ' ami r al eut l a l i ber t é
de j oi ndr e l es si ens. Quel ques r epr ésai l l es exer cées
à pr opos, l ui f i r ent r endr e l es mar chandi ses et
l es ôt ages qu' i l avoi t l ai ssés dans l e Cal i cut ; et
i l r epr i t l a r out e de l ' Eur ope.
On ne peut expr i mer quel l e j oi e son r et our
r épandi t dans Li sbonne. On s' y voyoi t au moment

p45

de f ai r e l e pl us r i che commer ce du monde.
Ce peupl e, aussi dévot qu' avi de, se f l at t oi t en
même- t emps d' ét endr e sa r el i gi on par l a per suasi on
et même par l es ar mes. Les papes, qui ne
manquoi ent pas l ' occasi on d' ét abl i r qu' i l s ét oi ent
l es maî t r es de l a t er r e, donner ent au Por t ugal
t out es l es côt es qu' i l découvr i r oi t dans l ' or i ent ,
et r empl i r ent cet t e pet i t e nat i on de l a f ol i e des
conquêt es.
On se pr ésent oi t en f oul e pour mont er sur l es
nouvel l es f l ot t es dest i nées au voyage des I ndes.
Tr ei ze vai sseaux por t ugai s ar r i ver ent devant Cal i cut ,
sous l es or dr es d' Al var és Cabr al , et r amener ent
au Zamor i n quel ques- uns de ses suj et s
qu' avoi t enl evés Gama. Ces i ndi ens se l ouer ent
des t r ai t ement s qu' i l s avoi ent r eçus ; mai s i l s ne
conci l i er ent pas pour l ong- t emps l ' espr i t du
Zamor i n. Les maur es pr éval ur ent : l e peupl e de
Cal i cut , sédui t par l eur s i nt r i gues, massacr a une
ci nquant ai ne de por t ugai s. Cabr al , pour l es venger ,
br ûl a t ous l es vai sseaux ar abes qui ét oi ent
dans l e por t , f oudr oya l a vi l l e, et del à se r endi t
à Cochi n, et ensui t e à Cananor .
Les r oi s de ces deux vi l l es l ui donner ent des
épi cer i es, l ui of f r i r ent de l ' or et de l ' ar gent , et
l ui pr oposer ent de s' al l i er avec l ui cont r e l e
Zamor i n dont i l s ét oi ent t r i but ai r es. Les r oi s
d' Onor , de Coul an, quel ques aut r es pr i nces, f i r ent
dans l a sui t e l es mêmes ouver t ur es. Tous se
f l at t oi ent d' êt r e déchar gés du t r i but qu' i l s payoi ent
au Zamor i n, de r ecul er l es f r ont i er es de l eur s ét at s,
de voi r l eur s por t s enr i chi s des dépoui l l es de l ' Asi e.
Cet aveugl ement génér al pr ocur a aux por t ugai s dans
t out l e Mal abar une si gr ande supér i or i t é, qu' i l s
n' avoi ent qu' à se mont r er pour donner l a l oi .
Nul souver ai n n' obt enoi t l eur al l i ance, qu' en se

p46

r econnoi ssant vassal de l a cour de Li sbonne,
qu' en souf f r ant qu' on bât î t une ci t adel l e dans sa
capi t al e, qu' en l i vr ant ses mar chandi ses au pr i x
f i xé par l ' acquér eur . Le mar chand ét r anger ne
pouvoi t f or mer sa car gai son qu' apr ès l es por t ugai s,
et per sonne ne navi guoi t dans ces mer s
qu' avec l eur s passepor t s, qu' i l s f ai soi ent payer
f or t cher . Les combat s qu' i l f al l oi t l i vr er
n' i nt er r ompoi ent guer es l eur commer ce. Un pet i t
nombr e d' ent r ' eux di ssi poi ent des ar mées nombr euses.
Leur s ennemi s l es t r ouvoi ent par - t out ,
et par - t out l eur cédoi ent l a vi ct oi r e. Bi ent ôt l es
vai sseaux des maur es, ceux du Zamor i n et de ses
vassaux n' oser ent pl us par oî t r e.
Les por t ugai s, vai nqueur s dans l ' or i ent , envoyoi ent
à t ous moment s des vai sseaux dans l eur
pat r i e pour y por t er des r i chesses et l a r enommée
de l eur s vi ct oi r es. Peu- à- peu l es navi gat eur s de
t ous l es pays de l ' Eur ope appr i r ent l a r out e du
por t de Li sbonne. I l s y achet oi ent l es mar chandi ses
de l ' I nde, par ce que l es por t ugai s, qui l es
al l oi ent cher cher di r ect ement , l es donnoi ent à
un pl us bas pr i x que l es négoci ant s qui l es
r ecevoi ent par des voi es dét our nées.
Pour assur er ces avant ages, pour l es ét endr e
encor e, i l f al l oi t que l a r éf l exi on cor r i geât ou
af f er mî t ce qui n' avoi t ét é j usqu' al or s que l ' ouvr age
du hazar d, d' une i nt r épi di t é br i l l ant e, du bonheur
des ci r const ances. I l f al l oi t un syst ême de
domi nat i on et de commer ce assez ét endu, pour
embr asser t ous l es obj et s ; mai s si bi en l i é, que
t out es l es par t i es du gr and édi f i ce qu' on se
pr oposoi t d' ét abl i r , se f or t i f i assent r éci pr oquement .
Quoi que l a cour de Li sbonne eût pui sé des l umi er es
dans l es r el at i ons qui l ui venoi ent des I ndes,
et dans l e r appor t de ceux qu' el l e y avoi t

p47

char gés j usqu' al or s de ses i nt ér êt s, el l e eut l a
sagesse de donner t out e sa conf i ance à Al phonse
D' Al buquer que, l e pl us écl ai r é des por t ugai s qui
f ussent passés en Asi e.
Le nouveau vi ce- r oi se mont r a pl us gr and
encor e qu' on ne l ' avoi t espér é. I l sent i t qu' i l
f al l oi t au por t ugal un ét abl i ssement que peu de
f or ces pussent déf endr e, qui eût un bon por t , dont
l ' ai r f ût sai n, et où l es por t ugai s, f at i gués du
t r aj et de l ' Eur ope à l ' I nde, pussent r ecouvr er l eur s
f or ces. I l sent i t que Li sbonne avoi t besoi n de Goa.
Goa, qui s' él eve en amphi t héât r e, est si t ué ver s
l e mi l i eu de l a côt e de Mal abar dans une i sl e
dét achée du cont i nent par l es deux br as d' une r i vi er e
qui se j et t e dans l a mer à quel que di st ance
de l a vi l l e, apr ès avoi r f or mé devant l es mur s un
des pl us beaux por t s de l ' uni ver s. On donne à cet t e
i sl e di x l i eues de t our . Dans ce pet i t espace se
t r ouvent des col i nes, des pl ai nes, des boi s, des
canaux, des sour ces d' une eau excel l ent e, une ci t é
super bement bât i e, des bour gs et des vi l l ages
consi dér abl es. On découvr e avant d' ent r er dans l e por t
l es deux péni nsul es de Sal set et de Bar des, qui
l ui ser vent en même- t emps et de r empar t et d' abr i .
El l es sont déf endues par des f or t s bor dés
d' ar t i l l er i e, devant l esquel s doi vent s' ar r êt er t ous
l es vai sseaux qui veul ent moui l l er au por t .
Quoi que Goa f ut moi ns consi dér abl e qu' i l ne
l e devi nt depui s, on l e r egar doi t comme l e post e
l e pl us avant ageux de l ' I nde. I l r el evoi t du r oi
de Decan ; mai s I dal can, auquel i l l ' avoi t conf i é,
s' ét oi t r endu i ndépendant , et cher choi t à s' agr andi r
dans l e Mal abar . Tandi s que l ' usur pat eur ét oi t
occupé dans l e cont i nent , D' Al buquer que se
pr ésent a aux por t es de Goa, l es f or ça, et n' achet a
pas chér ement un si gr and avant age.

p48

I dal can, aver t i du mal heur qui venoi t de l ui
ar r i ver , ne bal ança pas sur l e par t i qu' i l l ui
convenoi t de pr endr e. Du consent ement même de
ses ennemi s, qui y avoi ent pr esque aut ant d' i nt ér êt
que l ui , i l mar cha ver s sa capi t al e avec une
cél ér i t é i nconnue j usqu' al or s dans l ' I nde. Les
por t ugai s, mal af f er mi s dans l eur conquêt e, se vi r ent
hor s d' ét at de s' y mai nt eni r ; i l s se r et i r er ent sur
l eur f l ot t e, qui ne qui t t a poi nt l e por t , et i l s
envoyer ent cher cher des secour s à Cochi n. Pendant
qu' i l s l es at t endoi ent , l es vi vr es l eur manquer ent ;
I dal can l eur en of f r i t , et l eur f i t di r e, que
c' étoit par les armes et non par la faim qu' il
vouloit vaincre . I l ét oi t al or s d' usage dans l es
guer r es de l ' I nde, que l es ar mées l ai ssassent passer
des subsi st ances à l eur s ennemi s. D' Al buquer que
r ej et t a l es of f r es qu' on l ui f ai soi t , et r épondi t ,
qu' il ne recevroit des présents d' Idalcan que
lorsqu' ils seroient amis . I l at t endoi t t ouj our s
des secour s qui ne venoi ent poi nt .
Cet abandon l e dét er mi na à se r et i r er , et à
r envoyer l ' exécut i on de son pr oj et chér i à un
t emps pl us f avor abl e, que l es ci r const ances amener ent
dans peu de moi s. I dal can ayant ét é f or cé
de se met t r e en campagne pour pr éser ver ses
ét at s d' une dest r uct i on t ot al e, D' Al buquer que
f ondi t à l ' i mpr ovi st e sur Goa, qu' i l empor t a
d' embl ée, et où i l se f or t i f i a. Cal i cut , dont l e por t
ne val oi t r i en, et où l es vai sseaux ar abes n' osoi ent
pl us par oî t r e, vi t son commer ce et ses r i chesses
passer dans une vi l l e qui devi nt l a mét r opol e de
t ous l es ét abl i ssement s por t ugai s dans l ' I nde.
Les nat ur el s du pays ét oi ent t r op f oi bl es, t r op
l âches, t r op di vi sés, pour met t r e des bor nes
aux pr ospér i t és de cet t e nat i on br i l l ant e. El l e
n' avoi t à pr endr e des pr écaut i ons que cont r e l es

p49

égypt i ens, et el l e n' en oubl i a, n' en di f f ér a
aucune.
L' égypt e, cet t e mer e de t out es l es ant i qui t és
hi st or i ques, eut comme t out es l es nat i ons des
commencement s couver t s d' obscur i t és, et mêl és de
f abl es. Quel ques f ai t s, échappés à l a conf usi on des
t emps, l ai ssent apper cevoi r cependant de bonne
heur e un peupl e navi gat eur . Les débor dement s
du Ni l , qui , pendant une par t i e de l ' année,
ensevel i ssent sous l es eaux un pays si r i che,
f ami l i ar i ser ent peu- à- peu ses habi t ant s avec un
él ément qui n' i mpose qu' à l ' i magi nat i on de ceux qui
n' y sont pas accout umés. Enhar di s par cet
appr ent i ssage i ndi spensabl e, i l s br aver ent de pl us
gr ands danger s. On r emar que qu' i l s négl i ger ent
d' abor d l a Médi t er r anée, et qu' i l s t our ner ent
pr i nci pal ement l eur s vues ver s l ' océan I ndi en.
Fr appé de l eur act i vi t é, de l eur i nt el l i gence,
et de l a posi t i on d' une r égi on si t uée ent r e deux
mer s, dont l ' une est l a por t e de l ' or i ent , l ' aut r e
de l ' occi dent , Al exandr e f or ma l e pr oj et de pl acer
l e si ege de son empi r e en égypt e, et d' en
f ai r e l e cent r e du commer ce de l ' uni ver s. Pl us
écl ai r é que ne l e sont communément l es conquér ant s,
ce pr i nce ambi t i eux avoi t sent i de bonne
heur e qu' i l n' y avoi t que l e l i en d' un i nt ér êt
commun qui pût uni r l es di f f ér ent s peupl es qu' i l
avoi t subj ugués, et ceux qu' i l se pr oposoi t
d' asser vi r encor e. I l démêl a sans pei ne qu' i l n' y
avoi t pas de l i eu pl us pr opr e à l es f ai r e communi quer
ensembl e, qu' un pays que l a nat ur e sembl e avoi r
at t aché, pour ai nsi di r e, à l a j onct i on de l ' Af r i que
et de l ' Asi e, pour l es l i er avec l ' Eur ope. Sa mor t
pr émat ur ée aur oi t t out - à- f ai t ensevel i ces gr andes
vues, si el l es n' avoi ent ét é sui vi es en par t i e par
Pt ol omée, cel ui de ses l i eut enant s, qui , dans l e

p50

par t age de l a pl us magni f i que dépoui l l e qu' on
connoi sse, s' appr opr i a l ' égypt e.
Sous l e r egne de ce nouveau souver ai n et de
ses pr emi er s successeur s, l e commer ce pr i t des
accr oi ssement s i mmenses. Al exandr i e ser voi t au
débouché des mar chandi ses qui venoi ent de l ' I nde.
On mi t sur l a mer Rouge l e por t de Ber eni ce
en ét at de l es r ecevoi r . Pour f aci l i t er l a
communi cat i on des deux vi l l es, on cr eusa, di sent
quel ques hi st or i ens, un canal , qui par t oi t d' un des
br as du Ni l , et qui al l oi t se déchar ger dans l e
gol f e Ar abi que. Par l e moyen des eaux r éuni es
avec i nt el l i gence, et d' un gr and nombr e d' écl uses
i ngéni eusement const r ui t es, on par vi nt à l ui
donner ci nquant e l i eues de l ongueur , vi ngt - ci nq
t oi ses de l ar ge, et t out e l a pr of ondeur dont
pouvoi ent avoi r besoi n l es bât i ment s de ce t emps- l à.
Ce super be ouvr age, par des r ai sons physi ques
qu' i l ser oi t t r op l ong de dével opper , ne pr odui si t
pas l es avant ages qu' on en at t endoi t , et on l e
vi t se r ui ner i nsensi bl ement .
I l f ut r empl acé aut ant qu' i l ét oi t possi bl e. Le
gouver nement f i t const r ui r e dans l es déser t s ar i des
et sans eau, qu' i l f al l oi t t r aver ser pour se r endr e
de l a mer Rouge à l ' endr oi t où l ' on s' embar quoi t
pour Al exandr i e, des ci t er nes et des hôt el l er i es,
où l es voyageur s et l es car avanes se r eposoi ent
avec l eur s chameaux.
Ces ar r angement s i nt ér i eur s encour ageoi ent de
pl us en pl us l a navi gat i on des I ndes. Quel ques
vai sseaux se bor noi ent à t r ai t er dans l e gol f e avec
l es ar abes et l es abyssi ns. I l y en avoi t qui , apr ès
êt r e ent r és dans l a gr ande mer , descendoi ent
ver s l e mi di l e l ong des côt es or i ent al es de
l ' Af r i que j usqu' à l ' i sl e de Madagascar . Un pl us gr and
nombr e ent r oi t dans l e sei n Per si que, r emont oi t

p51

même l ' Euphr at e pour négoci er avec l es per ses,
pl us encor e avec l es gr ecs, f i xés dans ces r égi ons
depui s l es conquêt es d' Al exandr e. Ceux que l ' amour
du gai n ani moi t pl us pui ssamment , r econnoi ssoi ent
l es embouchur es de l ' I ndus, par cour oi ent
l a côt e de Mal abar , et s' ar r êt oi ent à l ' i sl e
de Ceyl an, connue dans l ' ant i qui t é sous l e nom
de Tapr obane. On en voyoi t , mai s peu, qui
avoi ent l e cour age de f r anchi r l e Cor omandel ,
de pénét r er dans l e Gange, d' y f ai r e l eur s achat s
à Pal ybot r a, l a pl us r i che, l a pl us cél ebr e vi l l e
de l ' I nde.
Cet t e navi gat i on se f ai soi t avec des bât i ment s
sembl abl es à ceux dont on se ser t sur l e Ni l , et
l a chose ne pouvoi t pas êt r e aut r ement . Avant
que l a boussol e et l ' expér i ence eussent appr i s aux
hommes à t r aver ser l a pl ei ne mer à l a f aveur
des vent s, i l s ét oi ent r édui t s à al l er t er r e à t er r e,
à r aser l a côt e de pr ès, à sui vr e t ous l es ci r cui t s
des r i vages : de gr os navi r es aur oi ent échoué à
chaque i nst ant sur l es bas- f onds et sur l es écuei l s.
Cet i nconvéni ent r endoi t l es voyages si l ongs,
qu' i l y en avoi t qui dur oi ent ci nq ans et pl us.
On suppl éoi t à l a pet i t esse des vai sseaux par l e
nombr e, et à l a l ent eur de l eur mar che, par l a
mul t i pl i cat i on des escadr es, dont l es opér at i ons
ne f ur ent j amai s t r oubl ées. I l n' ét oi t pas dans
l e car act er e pol i t i que des i ndi ens d' i nsul t er l es
hommes qui l eur ét oi ent ut i l es, et ces ét r anger s
qui t enoi ent seul s l a cl ef des mer s or i ent al es, n' y
pouvoi ent pas êt r e at t aqués par des ennemi s qui
n' avoi ent pas de por t e pour y ent r er .
Les égypt i ens por t oi ent aux I ndes ce qu' on y
a t ouj our s por t é depui s, de l ' ar gent , des ét of f es
de l ai ne, du f er , du cui vr e, du pl omb, quel ques
pet i t s ouvr ages de ver r er i e. I l s en t i r oi ent

p52

de l ' ébene, de l ' écai l l e, de l ' i voi r e, des t oi l es
bl anches et pei nt es, des soi er i es, des per l es, des
pi er r es pr éci euses, de l a cannel l e, mai s non du
gi r of l e et de l a muscade, qu' on ne connoi ssoi t pas
encor e, enf i n, beaucoup d' ar omat es, et sur - t out
de l ' encens. Ri en n' égal oi t l a f ur eur qu' on avoi t
génér al ement pour ce par f um. I l ser voi t égal ement
au cul t e des di eux, à l a magni f i cence, à l a
vol upt é. Sa cher t é f ai soi t que l es négoci ant s ne
l e vendoi ent j amai s t el qu' i l s l ' avoi ent r eçu, soi t
qu' i l s voul ussent l e per f ect i onner , soi t , comme
i l est pl us vr ai sembl abl e, qu' i l s voul ussent l e
sophi st i quer . Les ouvr i er s empl oyés à ce t r avai l
ét oi ent nuds, pour qu' i l ne f ût pas possi bl e de
f ai r e l e moi ndr e vol ; seul ement on l eur l ai ssoi t
aut our des r ei ns une cei nt ur e dont l e maî t r e
scel l oi t l ' ouver t ur e avec son cachet .
Tout es l es nat i ons qui navi guoi ent dans l a
Médi t er r anée accour oi ent dans l es por t s d' égypt e
pour y achet er l es pr oduct i ons de l ' I nde. La
dest r uct i on de Car t hage et de Cor i nt he mi t l es
égypt i ens dans l ' heur euse nécessi t é d' en expor t er l a
pl us gr ande par t i e eux- mêmes. Leur mar i ne devi nt
consi dér abl e, et i l s pousser ent l eur s voyages
j usqu' à Cadi x. à pei ne pouvoi ent - i l s suf f i r e aux
consommat i ons de Rome, dont l e l uxe avoi t f ai t
des pr ogr ès pr opor t i onnés à ses conquêt es. Eux- mêmes
i l s se l i vr oi ent à des pr of usi ons dont l es
dét ai l s nous par oi ssent r omanesques. Cl éopât r e,
avec qui f i ni t l eur empi r e et l eur hi st oi r e, ét oi t
aussi magni f i que que vol upt ueuse. Ces dépenses
avoi ent si peu absor bé l e bénéf i ce qu' i l s f ai soi ent
dans l e commer ce des I ndes, que l or squ' i l s
eur ent ét é subj ugués et dépoui l l és, l es t er r es,
l es denr ées, l es mar chandi ses, t out doubl a
de pr i x à Rome. Le vai nqueur qui pr i t l a pl ace

p53

du vai ncu, gagnoi t à cet t e communi cat i on cent
pour un, si l ' on s' en r appor t e à Pl i ne. à t r aver s
l ' exagér at i on qu' i l peut y avoi r dans ce cal cul ,
i l est ai sé de voi r quel s pr of i t s on avoi t dû f ai r e
dans un t emps où l es i ndi ens n' ét oi ent guer es
écl ai r és sur l eur s i nt ér êt s.
Tant que l es r omai ns eur ent assez de ver t u
pour conser ver l a pui ssance que l eur s ancêt r es
avoi ent acqui se, l ' égypt e cont r i bua beaucoup à
sout eni r l a maj est é de l ' empi r e, par l es r i chesses
des I ndes qu' el l e y f ai soi t coul er . Out r e l es
pr oduct i ons qu' on en avoi t t i r é de t emps i mmémor i al ,
qu' on en t i r oi t en pl us gr ande quant i t é que
j amai s, on en r eçut quel ques nouvel l es denr ées.
La pl us r emar quabl e f ut l e poi vr e l ong, bl anc
et noi r . Quoi que cet t e épi cer i e ne f l at t ât ni l a
vue, ni l ' odor at , ni l e goût , el l e devi nt
ext r êmement à l a mode, au gr and ét onnement d' un
cél ebr e nat ur al i st e. Son pr i x ét oi t si consi dér abl e,
qu' on s' avi sa de l e f al si f i er .
Cet t e i nf i dél i t é augment a à Const ant i nopl e, l or squ' au
par t age de l a pl us gr ande pui ssance qui eut
j amai s exi st é, l ' égypt e f ut annexée à l ' empi r e
d' or i ent . Cet empi r e eût ét é i nébr anl abl e, si l es
r i chesses pouvoi ent t eni r l i eu de val eur .
Mal heur eusement on n' opposa que des r uses à un ennemi
qui j oi gnoi t l ' ent housi asme d' une nouvel l e r el i gi on
à t out e l a f or ce de ses moeur s encor e bar bar es.
Une si f oi bl e bar r i er e ne pouvoi t pas ar r êt er un
t or r ent qui devoi t s' accr oî t r e de ses r avages. I l
engl out i t au sept i eme si ecl e pl usi eur s pr ovi nces, cel l e
en par t i cul i er dont l a conser vat i on par oi ssoi t l a
pl us i mpor t ant e.
Les gr ecs se consol er ent de ce mal heur , l or squ' i l s
s' apper çur ent que l es guer r es qui avoi ent f ai t
passer l ' égypt e sous l a domi nat i on des sar r azi ns,

p54

avoi ent j et t é l a pl us gr ande par t i e du commer ce
des I ndes à Const ant i nopl e par deux canaux déj a
f or t connus.
L' un ét oi t l e Pont - Euxi n, al or s act i f et peupl é.
On r emont oi t l e Phase d' abor d sur de gr ands
bât i ment s, et ensui t e sur de pl us pet i t s j usqu' à
Ser apana. Del à par t oi ent des voi t ur es qui
condui soi ent en quat r e ou ci nq j our s l es mar chands et
l es mar chandi ses au f l euve Cyr us, qui se j et t e dans
l a mer Caspi enne. à t r aver s cet t e mer or ageuse, on
gagnoi t l ' embouchur e de l ' Oxus, qu' on r emont oi t
j usqu' aupr ès des sour ces de l ' I ndus, d' où l ' on
r epar t oi t char gé des r i chesses de l ' Asi e. Tel l e
ét oi t une des r out es de commer ce et de communi cat i on
ent r e ce gr and cont i nent , t ouj our s r i che de sa
nat ur e, et cel ui de l ' Eur ope, al or s pauvr e et
r avagée par ses pr opr es habi t ant s.
L' aut r e voi e ét oi t moi ns compl i quée. Des bât i ment s
i ndi ens par t i s de di f f ér ent es côt es gagnoi ent
à t r aver s l e gol f e Per si que, l ' Euphr at e, où i l s
déposoi ent l eur car gai son : i l ne f al l oi t qu' un j our
pour l a por t er à Pal mi r e. Cet t e vi l l e, dont l es
r ui nes r espi r ent encor e l ' opul ence, f ai soi t passer
ces mar chandi ses par l es déser t s aux côt es de Syr i e,
et s' ét oi t él evée par ce gr and commer ce à une
pr ospér i t é, que ses f ondement s, j et t és au mi l i eu des
sabl es, ne l ui pr omet t oi ent pas. Lor squ' el l e eut ét é
dét r ui t e par un concour s de causes qui demandent
seul e t out e l ' at t ent i on d' un écr i vai n et des
l ect eur s, l es car avanes, apr ès quel ques var i at i ons,
se f i xer ent à l a r out e d' Al ep, qui , par l e por t
d' Al exandr et t e, poussa l e cour s et l a pent e des
r i chesses j usqu' à Const ant i nopl e, devenue l e mar ché
génér al des pr oduct i ons de l ' I nde.
L' empi r e aur oi t pu, par cet avant age, seul se
sout eni r mal gr é ses mal heur s, r ecouvr er peut - êt r e

p55

son anci enne gl oi r e. I l n' aur oi t f al l u qu' y j oi ndr e
des moeur s, une admi ni st r at i on sage, de l ' économi e,
une gr ande ci r conspect i on ; mai s t out ce qui
conser ve l a pr ospér i t é l ui manquoi t . Cor r ompus
par l es r i chesses pr odi gi euses qu' un commer ce
excl usi f l eur pr ocur oi t , l es gr ecs s' abandonner ent
à une vi e oi si ve, au goût des ar t s, à de vai nes
di scussi ons, à t ous l es pl ai si r s. Bi ent ôt i l s
t r ouver ent au- dessous d' eux de por t er aux aut r es
nat i ons l es mar chandi ses qu' on l eur demandoi t . I l s l es
l i vr er ent à des i t al i ens, qui s' empar er ent peu- à- peu
de cet t e ut i l e navi gat i on. Le gouver nement , aussi
cor r ompu que l es ci t oyens, l ai ssa t omber sa mar i ne,
et ne compt a pl us pour sa déf ense que sur
l es t r ai t és qu' el l e f ai soi t avec des ét r anger s, dont
l es vai sseaux r empl i ssoi ent ses por t s. Ce t r op f oi bl e
appui ne r et ar da pas l a per t e de Const ant i nopl e,
et s' i l f aut t out di r e, l a pr éci pi t a. Les génoi s
f ur ent engl out i s dans l e pr éci pi ce que l eur
avi di t é, l eur per f i di e avoi ent cr eusé. Mahomet
l es chassa de Caf f a, où, dans l es der ni er s t emps,
i l s avoi ent at t i r é l a pl us gr ande par t i e du
commer ce de l ' Asi e.
Les véni t i ens n' avoi ent pas at t endu cet t e
cat ast r ophe pour cher cher l es moyens de l ui r ouvr i r
l a r out e de l ' égypt e. I l s avoi ent t r ouvé pl us de
f aci l i t é qu' i l s n' en espér oi ent d' un gouver nement
f or mé depui s l es der ni er es cr oi sades, comme cel ui
d' Al ger . Les mammel us, qui , à cet t e époque,
s' ét oi ent empar és d' un t r ône dont i l s ét oi ent
l ' appui , ét oi ent des escl aves, t i r és, l a pl upar t , de
l a Ci r cassi e dès l eur enf ance, et f or més de bonne
heur e aux combat s. Un chef et un consei l composé
de vi ngt - quat r e des pr i nci paux d' ent r ' eux, exer çoi ent
l ' aut or i t é. Leur cor ps, que l a mol l esse du cl i mat
aur oi t amol l i nécessai r ement , ét oi t r enouvel l é

p56

t ous l es ans par une f oul e de br aves avent ur i er s que
l ' espér ance de f ai r e f or t une at t i r oi t de t out es par t s.
Ces hommes avi des consent i r ent pour l ' ar gent
qu' on l eur donna, pour l es pr omesses qu' on l eur
f i t , que l eur pays devî nt l ' ent r epôt des mar chandi ses
des I ndes. I l s souf f r i r ent par cor r upt i on ce
que l ' i nt ér êt pol i t i que de l eur ét at aur oi t t ouj our s
exi gé. Les pi sans, l es f l or ent i ns, l es cat al ans,
l es génoi s t i r er ent quel que ut i l i t é de cet t e
r évol ut i on ; mai s el l e t our na si ngul i ér ement à
l ' avant age des véni t i ens, qui l ' avoi ent condui t e.
Tel l e ét oi t l a si t uat i on des choses, l or sque l es
por t ugai s ar r i ver ent aux I ndes.
Ce gr and événement , et l es sui t es r api des
qu' i l eut , causer ent de vi ves i nqui ét udes à Veni se.
La sagesse de cet t e r épubl i que venoi t d' êt r e
déconcer t ée par une l i gue à l aquel l e el l e ne put
r ési st er , et qu' assur ément el l e n' avoi t pas dû pr évoi r .
Pl usi eur s pr i nces, di vi sés d' i nt ér êt , r i vaux de
pui ssance, et qui avoi ent des pr ét ent i ons opposées,
venoi ent de s' uni r cont r e t out es l es r egl es de l a
pol i t i que et du bon sens, pour dét r ui r e un ét at
qui ne f ai soi t ombr age à aucun d' eux ; et ce f ut
Loui s Xi i , cel ui de t ous ces pr i nces qui avoi t l e
pl us d' i nt ér êt à l a conser vat i on de Veni se, qui ,
par l a vi ct oi r e d' Ai gnadel , l a mi t sur l es bor ds de
sa r ui ne. La di vi si on qui devoi t nécessai r ement se
met t r e ent r e de sembl abl es al l i és, et l a pr udence
de l a r épubl i que, l ' avoi ent sauvée de ce danger ,
l e pl us émi nent en appar ence, mai s en ef f et moi ns
gr and, moi ns r éel que cel ui où l a j et t oi t l a
découver t e du passage aux I ndes, par l e cap de
Bonne- Espér ance.
El l e en sent i t t ous l es i nconvéni ent s. El l e vi t
que l e commer ce des por t ugai s al l oi t r ui ner l e
si en, et par conséquent sa pui ssance. El l e f i t j ouer

p57

t ous l es r essor t s que put l ui f our ni r l ' habi l et é de
ses admi ni st r at eur s. Quel ques- uns de ces émi ssai r es
i nt el l i gent s, qu' el l e savoi t par - t out achet er
et empl oyer à pr opos, f i r ent sent i r aux ar abes
f i xés dans l eur pays, et à ceux qui ét oi ent r épandus
dans l ' I nde ou sur l es côt es or i ent al es de
l ' Af r i que, que l eur cause ét oi t l a même que cel l e de
Veni se, et qu' i l s devoi ent s' uni r ent r ' eux, et avec
el l e, cont r e une nat i on qui venoi t s' empar er de l a
sour ce commune de l eur s r i chesses.
Les cr i s de cet t e l i gue ar r i ver ent au soudan
d' égypt e, déj a r évei l l é par l es mal heur s qu' i l
épr ouvoi t , par ceux qu' i l pr évoyoi t . Ses douanes,
qui f or moi ent l a pr i nci pal e br anche de ses r evenus,
par l e dr oi t de ci nq pour cent que l es mar chandi ses
des I ndes payoi ent à l eur ent r ée, et
par cel ui des di x qu' el l es payoi ent à l eur sor t i e,
commençoi ent à ne pl us r i en r endr e. Les banquer out es
que l ' i nt er r upt i on des af f ai r es r endoi t
f r équent es et nécessai r es, ai gr i ssoi ent l es espr i t s
cont r e l e gouver nement , t ouj our s r esponsabl e aux
peupl es des mal heur s qui l eur ar r i vent . La mi l i ce
qu' on payoi t mal , qui cr ai gnoi t d' êt r e pl us mal
payée encor e, se per met t oi t des mut i ner i es pl us
r edout abl es dans l e décl i n de l a pui ssance, que
dans des t emps de pr ospér i t é. L' égypt e ét oi t
égal ement mal heur euse, et par l e commer ce que
f ai soi ent l es por t ugai s, et par cel ui que l eur s
vi ol ences l ' empêchoi ent de f ai r e.
On l ' aur oi t pu r ét abl i r dans son pr emi er ét at
avec une f l ot t e ; mai s l a mer Rouge n' of f r oi t r i en
de ce qu' i l f al l oi t pour l a const r ui r e. Les véni t i ens
l ever ent cet obst acl e. I l s envoyer ent à Al exandr i e
des boi s et d' aut r es mat ér i aux. On l es condui si t
par l e Ni l au Cai r e, d' où i l s f ur ent por t és sur
des chameaux à Suez. C' est de ce por t cél ebr e

p58

qu' on f i t par t i r pour l ' I nde en 1508, quat r e gr ands
vai sseaux, un gal i on, deux gal er es et t r oi s
gal i ot t es.
Les por t ugai s avoi ent pr évu cet or age. Pour l e
pr éveni r , i l s avoi ent songé dès l ' année pr écédent e
à se r endr e maî t r e de l a navi gat i on de l a mer
Rouge, bi en assur és qu' avec cet avant age, i l s
n' aur oi ent pl us à cr ai ndr e, ni l a concur r ence, ni l es
f or ces de l ' égypt e et de l ' Ar abi e. Dans cet t e vue,
i l s avoi ent f or mé l e dessei n de s' empar er de l ' i sl e
de Socot or a, f or t connue dans l ' ant i qui t é sous
l e nomde Di oscor i de, pour l ' abondance et l a
per f ect i on de son al oès. El l e est si t uée dans l e gol f e
de l a mer Rouge, à cent quat r e- vi ngt l i eues du
dét r oi t de Babel mandel , f or mé du côt é de l ' Af r i que
par l e cap de Guar daf u, et du côt é de l ' Ar abi e,
par cel ui de Far t aque.
Tr i st an D' Acugna, par t i du Por t ugal avec un
ar mement consi dér abl e, at t aqua cet t e i sl e. I l f ut
combat t u à sa descent e par I br ahi m, f i l s du r oi
des f ar t aques, souver ai n d' une par t i e de l ' Ar abi e
et de Socot or a. Ce j eune pr i nce f ut t ué dans
l ' act i on. Les por t ugai s assi éger ent , et bi ent ôt
empor t er ent d' assaut l a seul e pl ace qui ét oi t dans
l ' i sl e. El l e f ut déf endue j usqu' à l a der ni er e
ext r émi t é par une gar ni son pl us nombr euse que l a
pet i t e ar mée por t ugai se. Les sol dat s de cet t e
gar ni son ne voul ur ent poi nt sur vi vr e au f i l s de l eur
souver ai n, r ef user ent de capi t ul er , et se f i r ent t uer
j usqu' au der ni er . L' i nt r épi di t é des t r oupes de
d' Acugna ét oi t encor e au- dessus de ce cour age.
Le succès de cet t e ent r epr i se ne pr odui si t pas
l es avant ages qu' on en espér oi t . I l se t r ouva que
l ' i sl e ét oi t st ér i l e, qu' el l e n' avoi t poi nt de por t ,
et que l es navi gat eur s qui sor t oi ent de l a mer Rouge
ne l a r econnoi ssoi ent j amai s, quoi qu' el l e dût êt r e

p59

nécessai r ement r econnue par ceux qui voul oi ent y
ent r er . Aussi l a f l ot t e égypt i enne pénét r a- t - el l e
sans danger dans l ' océan I ndi en. El l e se j oi gni t à
cel l e de Cambaye. Ces deux f or ces r éuni es
combat t i r ent avec avant age l es por t ugai s, af f oi bl i s
par l e t r op gr and nombr e de vai sseaux char gés de
mar chandi ses qu' i l s avoi ent expédi és pour l ' Eur ope.
Le t r i omphe f ut cour t . Les vai ncus r eçur ent
des r enf or t s, et r epr i r ent l a supér i or i t é pour
ne l a pl us per dr e. Les ar mement s qui cont i nuer ent
à par t i r d' égypt e, f ur ent t ouj our s bat t us et
di ssi pés par l es pet i t es escadr es por t ugai ses qui
cr oi soi ent à l ' ent r ée du gol f e.
Cependant comme cet t e pet i t e guer r e donnoi t
t ouj our s de l ' i nqui ét ude, occasi onnoi t quel ques
dépenses, D' Al buquer que cr ut devoi r y met t r e f i n
par l a dest r uct i on de Suez. Mi l l e obst acl es
t r aver soi ent ce pr oj et .
La mer Rouge, qui doi t son nomaux cor aux,
aux madr epor es, aux pl ant es mar i nes qui t api ssent
pr esque par - t out son f ond, et qui l ui donnent
en appar ence cet t e coul eur , a d' un côt é l ' Ar abi e,
de l ' aut r e l a haut e ét hi opi e et l ' égypt e. On l ui
donne si x cent s quat r e- vi ngt l i eues depui s l ' i sl e
de Socot or a j usqu' à l ' i st hme f ameux qui j oi nt
l ' Af r i que à l ' Asi e. Comme el l e est f or t l ongue,
t r ès- ét r oi t e, et qu' el l e ne r eçoi t aucun f l euve dont
l a f or ce pui sse s' opposer à cel l e du f l ux, el l e
par t i ci pe d' une mani er e pl us sensi bl e aux mouvement s
de l ' océan, que l es aut r es mer s médi t er r anées,
si t uées à peu pr ès sous l a même l at i t ude. El l e est
peu suj et t e aux or ages, et ne connoî t pr esque
poi nt d' aut r es vent s que ceux du nor d et du sud,
qui sont pér i odi ques, comme l a mouçon dans
l ' I nde, et qui f i xent i nvar i abl ement l e t emps de
l ' ent r ée et de l a sor t i e. On peut l a par t ager en t r oi s

p60

bandes. Cel l e du mi l i eu est net t e, navi gabl e j our
et nui t sur une pr of ondeur de vi ngt - ci nq à
soi xant e br asses d' eau. Les deux qui bor dent l es
côt es, quoi que pl ei nes d' écuei l s, sont pr éf ér ées par
l es gens du pays, qui , obl i gés de se t eni r au
voi si nage des t er r es à cause de l a pet i t esse de l eur s
bât i ment s, ne gagnent l e gr and canal que l or squ' i l s
cr ai gnent quel que coup de vent . L' at t ent i on qu' ont
l eur s pi l ot es de moui l l er or di nai r ement avant l e
coucher du sol ei l , r end l es acci dent s f or t r ar es.
La di f f i cul t é, pour ne pas di r e l ' i mpossi bi l i t é
d' abor der l es por t s r épandus sur l a côt e, f ai t que
cet t e navi gat i on est t r ès- pér i l l euse pour l es gr ands
vai sseaux, qui ne t r ouvent d' ai l l eur s sur l eur r out e
qu' un nombr e consi dér abl e d' i sl es déser t es, ar i des
et sans eau.
D' Al buquer que, mal gr é ses t al ent s, son expér i ence
et sa f er met é, ne r éussi t pas à sur mont er
t ant d' obst acl es. Apr ès s' êt r e enf oncé bi en avant
dans l a mer Rouge, i l f ut obl i gé de r eveni r sur
ses pas avec sa f l ot t e, qui avoi t souf f er t de
cont i nuel l es i ncommodi t és, et cour u de f or t gr ands
danger s. Une pol i t i que i nqui et e et cr uel l e l ui f i t
i magi ner depui s, des moyens pour ar r i ver à ses
f i ns, qui l ui par oi ssoi ent pl us sûr s. I l voul oi t que
l ' emper eur d' ét hi opi e qui br i guoi t l a pr oduct i on
du Por t ugal , dét our nât l e cour s du Ni l , en l ui
ouvr ant un passage pour se j et t er dans l a mer Rouge.
L' égypt e ser oi t al or s devenue en gr ande par t i e
i nhabi t abl e, peu pr opr e du moi ns au commer ce.
Lui - même i l se pr oposoi t de j et t er dans l ' Ar abi e
par l e gol f e Per si que t r oi s ou quat r e cent s chevaux,
qu' i l cr oyoi t suf f i sant s pour al l er pi l l er Medi ne
et La Mecque. I l pensoi t qu' une expédi t i on de
cet écl at r empl i r oi t de t er r eur l es mahomét ans,
et ar r êt er oi t ce pr odi gi eux concour s de pél er i ns,

p61

l e pl us sol i de appui du commer ce dont i l
cher choi t à ext i r per l es r aci nes.
Des ent r epr i ses pl us sûr es, et qui par oi ssoi ent
pour l e moment pl us i mpor t ant es, l e por t er ent à
di f f ér er l a r ui ne d' une pui ssance dont i l suf f i soi t
d' ar r êt er al or s l a r i val i t é. La conquêt e de
l ' égypt e par l es t ur cs quel ques années apr ès, r endi t
nécessai r es de pl us gr andes pr écaut i ons. Les hommes
pr i vi l égi és, à qui i l f ut donné de sai si r l a chaî ne
des événement s qui avoi ent pr écédé et sui vi l e
passage du cap de Bonne- Espér ance, de por t er
des conj ect ur es pr of ondes sur ceux que l a découver t e
de ce chemi n pr évenoi t , ne pur ent
s' empêcher de l e r egar der comme l a pl us gr ande
époque de l ' hi st oi r e du monde.
L' Eur ope commençoi t à pei ne à r espi r er et à
secouer l e j oug de l a ser vi t ude qui avoi t avi l i ses
habi t ant s depui s l es conquêt es des r omai ns et
l ' ét abl i ssement des l oi x f éodal es. Les t yr ans sans
nombr e, qui oppr i moi ent des mul t i t udes d' escl aves,
avoi ent ét é r ui nés par l e dél i r e des cr oi sades.
Pour sout eni r ces ext r avagant es expédi t i ons, i l s
avoi ent ét é obl i gés de vendr e l eur s t er r es et l eur s
chât eaux, et d' accor der à pr i x d' ar gent à l eur s
vassaux quel ques pr i vi l eges qui l es r appr ochoi ent
enf i n de l a condi t i on des hommes. Al or s l e dr oi t
de pr opr i ét é commença à s' i nt r odui r e par mi l es
par t i cul i er s, et l eur donna cet t e sor t e d' i ndépendance,
sans l aquel l e, l a pr opr i ét é n' est el l e- même
qu' une i l l usi on. Ai nsi l es pr emi er es ét i ncel l es de
l i ber t é qui ai ent écl ai r é l ' Eur ope, f ur ent
l ' ouvr age i nat t endu des cr oi sades, et l a f ol i e des
conquêt es cont r i bua pour l a pr emi er e f oi s au bonheur
des hommes.
Sans l a découver t e de Vasco De Gama, l e f l ambeau
de l a l i ber t é s' ét ei gnoi t de nouveau, et

p62

peut - êt r e pour t ouj our s. Les t ur cs al l oi ent r empl acer
ces nat i ons f ér oces, qui , des ext r émi t és de
l a t er r e, ét oi ent venues r empl acer l es r omai ns,
pour en oppr i mer l a sur f ace ; et à nos bar bar es
i nst i t ut i ons aur oi t succédé un j oug pl us pesant encor e.
Cet événement ét oi t i névi t abl e, si l es f ar ouches
vai nqueur s de l ' égypt e n' eussent ét é r epoussés
par l es por t ugai s dans l es di f f ér ent es expédi t i ons
qu' i l s t ent er ent dans l ' I nde. Les r i chesses de
l ' Asi e l eur assur oi ent cel l es de l ' Eur ope. Maî t r es
de t out l e commer ce du monde, i l s aur oi ent eu
nécessai r ement l a pl us r edout abl e mar i ne qu' on eût
j amai s vue. Quel s obst acl es aur oi ent pu ar r êt er al or s
sur not r e cont i nent ce peupl e conquér ant par l a
nat ur e de sa r el i gi on et de sa pol i t i que ?
L' Angl et er r e se déchi r oi t pour l es i nt ér êt s de
sa l i ber t é, l a Fr ance pour l es i nt ér êt s de ses
maî t r es, l ' Al l emagne pour ceux de l a r el i gi on,
l ' I t al i e pour l es pr ét ent i ons r éci pr oques d' un
t yr an et d' un i mpost eur . Couver t e de f anat i ques et de
combat t ant s, l ' Eur ope ent i er e r essembl oi t à un
mal ade, qui , t ombé dans l e dél i r e, s' ouvr e l es vei nes,
et per d dans sa f ur eur son sang avec ses f or ces. Dans
cet ét at d' épui sement et d' anar chi e, el l e n' aur oi t
opposé aux t ur cs qu' une f oi bl e r ési st ance. Pl us
l e cal me qui succede aux guer r es ci vi l es r end l es
peupl es r edout abl es à l eur s voi si ns, pl us l es t r oubl es
de l a di ssent i on qui l es déchi r e l es exposent à
l ' i nvasi on et à l ' oppr essi on. La condui t e dépr avée du
cl er gé aur oi t encor e f avor i sé l es pr ogr ès d' un
cul t e ét r anger , et nous ser i ons sans r et our dans
l es chaî nes de l ' escl avage. En ef f et , de t ous l es
syst êmes pol i t i ques et r el i gi eux qui af f l i gent l ' espece
humai ne, i l n' en est poi nt qui l ai ssent moi ns de
car r i er e à l a l i ber t é que cel ui des musul mans. Dans
pr esque t out e l ' Eur ope, une r el i gi on ét r anger e

p63

au gouver nement , et qui s' est i nt r odui t e, à
son i nsu, une mor al e r épandue sans or dr e, sans
pr éci si on dans des l i vr es obscur s et suscept i bl es
d' une i nf i ni t é d' i nt er pr ét at i ons di f f ér ent es ; une
aut or i t é en pr oi e aux pr êt r es et aux souver ai ns,
qui se di sput ent t our - à- t our l e dr oi t de commander
aux hommes, des l oi x pol i t i ques et ci vi l es sans
cesse en cont r adi ct i on avec l a r el i gi on domi nant e,
qui condamne l ' i négal i t é et l ' ambi t i on, une
admi ni st r at i on i nqui et e et ent r epr enant e, qui , pour
domi ner avec pl us d' empi r e, oppose cont i nuel l ement
une par t i e de l ' ét at à l ' aut r e par t i e : t out cel a
doi t ent r et eni r dans l es espr i t s une f er ment at i on
vi ol ent e ; et i l n' est pas sur pr enant que, par mi t ant
de mouvement s et de t umul t e, i l s' él eve un cr i de l a
nat ur e qui s' écr i e : l' homme est né libre .
Mai s, sous l e j oug d' une r el i gi on qui consacr e
l a t yr anni e, en f ondant l e t r ône sur l ' aut el , qui
sembl e i mposer si l ence à l ' ambi t i on en per met t ant
l a vol upt é, qui f avor i se l a par esse nat ur el l e en
i nt er di sant l es opér at i ons de l ' espr i t , i l n' y a poi nt
d' espér ance pour l es gr andes r évol ut i ons. Aussi
l es t ur cs, qui égor gent si souvent l eur maî t r e,
n' ont - i l s j amai s pensé à changer l eur gouver nement .
Cet t e i dée est au- dessus de l eur s ames éner vées
et cor r ompues. C' en ét oi t donc f ai t de l a
l i ber t é du monde ent i er ; el l e ét oi t per due, si l e
peupl e l e pl us super st i t i eux, et peut - êt r e l e pl us
escl ave de l a chr ét i ent é, n' eût ar r êt é l es pr ogr ès
du f anat i sme des musul mans, et br i sé l e cour s
i mpét ueux de l eur s conquêt es, en l eur coupant
l e ner f des r i chesses. Al buquer que f i t pl us ; apr ès
avoi r pr i s des mesur es ef f i caces pour qu' aucun
vai sseau ne pût passer de l a mer d' Ar abi e dans l es
mer s des I ndes, i l cher cha à se donner l ' empi r e
du gol f e Per si que.

p64

Au débouché du dét r oi t de Mol l andour , qui
condui t dans ce br as de mer , est si t uée l ' i sl e de
Ger un. C' est sur ce r ocher st ér i l e qu' un conquér ant
ar abe bât i t dans l e onzi eme si ecl e l a vi l l e d' Or muz,
devenue avec l e t emps l a capi t al e d' un r oyaume,
qui , d' un côt é, s' ét endoi t assez avant dans
l ' Ar abi e, et de l ' aut r e dans l a Per se. Or muz avoi t
deux bons por t s ; i l ét oi t gr and, peupl é, f or t i f i é.
I l ne devoi t ses r i chesses et sa pui ssance qu' à sa
si t uat i on ; i l ser voi t d' ent r epôt au commer ce de
l a Per se avec l es I ndes ; et avant l es découver t es
des por t ugai s, l e commer ce de Per se ét oi t pl us
gr and qu' i l ne l ' a ét é depui s, par ce que l es per sans
f ai soi ent passer l es mar chandi ses de l ' I nde en
Eur ope par l es por t s de Syr i e ou par Caf f a. Dans
l es sai sons qui per met t oi ent l ' ar r i vée des mar chands
ét r anger s, Or muz ét oi t l a vi l l e l a pl us br i l l ant e
et l a pl us agr éabl e de l ' or i ent . On y voyoi t des
hommes de pr esque t out es l es par t i es de l a t er r e,
f ai r e un échange de l eur s denr ées, et t r ai t er l eur s
af f ai r es avec une pol i t esse et des égar ds peu
connus dans l es aut r es pl aces de commer ce.
Ce t on ét oi t donné par l es mar chands du por t ,
qui communi quoi ent aux ét r anger s une par t i e de
l eur af f abi l i t é. Leur s mani er es, l e bon or dr e qu' i l s
ent r et enoi ent dans l eur vi l l e, l es commodi t és,
l es pl ai si r s de t out e espece qu' i l s y r assembl oi ent :
t out concour oi t avec l es i nt ér êt s du commer ce à y
at t i r er l es négoci ant s. Le pavé des r ues ét oi t couver t
de nat t es t r ès- pr opr es, et en quel ques endr oi t s
de t api s. Des t oi l es qui s' avançoi ent du haut des
mai sons, r endoi ent l es ar deur s du sol ei l suppor t abl es ;
on voyoi t des cabi net s des I ndes or nés de vases
dor és ou de por cel ai ne, dans l esquel s ét oi ent des
ar br i sseaux et des her bes de sent eur . On t r ouvoi t
dans l es pl aces des chameaux char gés d' eau.

p65

On pr odi guoi t l es vi ns de Per se, ai nsi que l es
par f ums et l es al i ment s l es pl us exqui s. On ent endoi t
l a mei l l eur e musi que de l ' or i ent . Or muz ét oi t
r empl i e de bel l es f i l l es de di f f ér ent es cont r ées
de l ' Asi e, i nst r ui t es dès l ' enf ance dans t ous l es
ar t s qui var i ent et augment ent l a vol upt é. On y
goût oi t enf i n t out es l es dél i ces que peuvent at t i r er
et r éuni r l ' abor d des r i chesses, un commer ce i mmense,
un l uxe i ngéni eux, un peupl e pol i et des
f emmes gal ant es.
à son ar r i vée dans l es I ndes, D' Al buquer que
commença par r avager l es côt es, par pi l l er l es
vi l l es dépendant es d' Or muz. Ces dévast at i ons qui
sont pl us d' un br i gand que d' un conquér ant ,
n' ét oi ent pas en génér al de son goût ; mai s i l se
l es per met t oi t , dans l ' espér ance d' engager à se
pr ésent er d' el l e- même au j oug, une pui ssance qu' i l
n' ét oi t pas en ét at de r édui r e par l a f or ce.
Lor squ' i l cr ut avoi r i nspi r é une t er r eur convenabl e
à ses dessei ns, i l se pr ésent a devant l a capi t al e,
dont i l somma l e r oi de se r endr e t r i but ai r e du
Por t ugal , comme i l l ' ét oi t de l a Per se. Cet t e
pr oposi t i on f ut r eçue ai nsi qu' el l e devoi t l ' êt r e.
Une f l ot t e composée de vai sseaux or muzi ens,
ar abes et per sans, vi nt combat t r e l ' escadr e
D' Al buquer que, qui dét r ui si t t out es ces f or ces avec
ci nq navi r es. L' i ndi en décour agé consent i t que l e
vai nqueur const r ui sî t une ci t adel l e, qui devoi t
égal ement domi ner l a vi l l e et ses deux por t s.
D' Al buquer que, qui connoi ssoi t l e pr i x du
t emps, ne per di t pas un moment pour hât er cet t e
const r uct i on. I l t r avai l l oi t comme l e der ni er des
si ens. Cet t e act i vi t é n' empêcha pas qu' on ne
r emar quât l e peu de monde qu' i l avoi t . At ar , qui
par des r évol ut i ons communes en or i ent , ét oi t par venu
de l ' escl avage au mi ni st er e, r ougi t d' avoi r

p66

sacr i f i é l ' ét at à une poi gnée d' ét r anger s. Pl us
habi l e à mani er l es r essor t s de l a pol i t i que que ceux
de l a guer r e, i l r ésol ut de r épar er par des ar t i f i ces
l e mal qu' i l avoi t f ai t par sa l âchet é. I l sut gagner ,
cor r ompr e, désuni r et br oui l l er si bi en l es
por t ugai s ent r ' eux et avec l eur chef , qu' i l s f ur ent
cent f oi s sur l e poi nt d' en veni r aux mai ns.
Cet t e ani mosi t é, qui f i t un gr and écl at , et qui
augment oi t t ouj our s, l es dét er mi na à se r embar quer
au moment qu' on l es aver t i t qu' i l y avoi t un compl ot
pour l es égor ger . D' Al buquer que, qui s' af f er mi ssoi t
dans l es i dées par l es cont r et emps et par l es
mur mur es, pr i t l e par t i d' af f amer l a pl ace, et
de f er mer l e passage à t ous l es secour s. Sa pr oi e
ne l ui pouvoi t échapper , l or sque t r oi s de ses
capi t ai nes l ' abandonner ent heur eusement avec l eur s
vai sseaux. Pour j ust i f i er l eur déser t i on, i l s
aj out er ent à l a noi r ceur de l eur i nf i dél i t é, cel l e de
char ger l eur génér al des pl us at r oces cal omni es.
Cet t e t r ahi son f or ça D' Al buquer que à r envoyer
l ' exécut i on de son pr oj et au t emps qu' i l savoi t
n' êt r e pas él oi gné, où i l aur oi t à sa di sposi t i on
t out es l es f or ces de sa nat i on. Dès qu' i l f ut devenu
vi ce- r oi , i l r epar ut devant Or muz avec un appar ei l
auquel une cour cor r ompue, un peupl e amol l i ne
se cr ur ent pas en ét at de r ési st er . On se soumi t .
Le souver ai n de l a Per se envoya demander
un t r i but au vai nqueur . D' Al buquer que f i t appor t er
devant l es ambassadeur s des boul et s, des gr enades
et des sabr es. voilà, l eur di t - i l , la monnoie
des tributs que paie le roi de Portugal .
Apr ès cet t e expédi t i on, l a pui ssance por t ugai se
se t r ouva assez sol i dement ét abl i e dans l es gol f es
d' Ar abi e et de Per se, sur l a côt e de Mal abar ,
pour qu' on pût songer à l ' ét endr e dans l ' or i ent
de l ' Asi e.

p67

I l se pr ésent oi t d' abor d à Al buquer que l ' i sl e de
Ceyl an, qui a quat r e- vi ngt l i eues de l ong sur
t r ent e dans sa pl us gr ande l ar geur . El l e ét oi t f or t
peupl ée. Deux nat i ons di f f ér ent es en moeur s, en
gouver nement , en r el i gi on, l ' habi t oi ent . Les bedas,
ét abl i s à l a par t i e sept ent r i onal e de l ' i sl e et
dans l e pays l e moi ns abondant , sont par t agés
en t r i bus, qui se r egar dent comme une seul e f ami l l e,
et qui n' obéi ssent qu' à un chef dont l ' aut or i t é
n' est pas absol ue. I l s sont pr esque nuds : ce
sont l es mêmes moeur s et l e même gouver nement
qu' on t r ouve dans l es mont agnes d' écosse. Ces t r i bus,
uni es pour l a déf ense commune, ont t ouj our s
vai l l amment combat t u pour l eur l i ber t é, et n' ont
j amai s at t ent é à cel l e de l eur s voi si ns. On sai t peu
de chose de l eur r el i gi on, et i l est dout eux qu' el l es
ai ent un cul t e. El l es ont peu de communi cat i on avec
l es ét r anger s. On gar de à vue ceux qui t r aver sent
l es cant ons qu' el l es habi t ent . I l s y sont bi en
t r ai t és et pr ompt ement r envoyés. La j al ousi e des
bedas pour l eur s f emmes, est cause en par t i e de
ce soi n d' él oi gner l es ét r anger s, et ne cont r i bue
pas peu à l es sépar er de t ous l es peupl es. I l s
sembl ent êt r e l es habi t ant s pr i mi t i f s de l ' i sl e.
Une nat i on pl us nombr euse et pl us pui ssant e,
qu' on appel l e l es chi ngul ai s, est maî t r esse de l a
par t i e mér i di onal e. En l a compar ant à l ' aut r e,
nous l ' appel l er i ons une nat i on pol i e. I l s ont des
habi t s et des despot es. I l s ont , comme l es i ndi ens,
l a di st i nct i on des cast es, mai s une r el i gi on
di f f ér ent e. I l s r econnoi ssent un êt r e supr ême, et
ensui t e des di vi ni t és du second, du t r oi si eme or dr e.
Tout es ces di vi ni t és ont l eur s pr êt r es. I l s honor ent
par t i cul i ér ement dans l es di eux du second or dr e un
buddou, qui est descendu sur l a t er r e pour se r endr e
médi at eur ent r e Di eu et l es hommes. Les

p68

pr êt r es de buddou sont des per sonnages f or t
i mpor t ant s à Ceyl an. I l s ne peuvent j amai s êt r e
puni s par l e pr i nce, quand même i l s aur oi ent at t ent é
à sa vi e. Les chi ngul ai s ent endent bi en l a
guer r e. I l s ont su f ai r e usage de l a nat ur e de
l eur pays de mont agnes, pour se déf endr e cont r e
l es eur opéens, qu' i l s ont souvent vai ncus. I l s sont
f our bes, i nt ér essés, compl i ment eur s comme t ous l es
peupl es escl aves : i l s ont deux l angues, cel l e du
peupl e et cel l e des savant s. Par - t out où cet usage
est ét abl i , i l a donné aux pr êt r es et au gouver nement
un moyen de pl us pour t r omper l es hommes.
Les deux peupl es j oui ssoi ent des f r ui t s, des
gr ai ns, des pât ur ages qui abondoi ent dans l ' i sl e.
On y t r ouvoi t des él éphant s sans nombr e, des
pi er r es pr éci euses, l a seul e cannel l e qui ai t j amai s
ét é est i mée. C' ét oi t sur l a côt e sept ent r i onal e et sur
l a côt e de l a pêcher i e, qui en est voi si ne, que se
f ai soi t l a pêche des per l es l a pl us abondant e de
l ' or i ent . Ses por t s ét oi ent l es mei l l eur s de l ' I nde,
et sa posi t i on ét oi t au- dessus de t ant d' avant ages.
Si nous ne nous t r ompons, l es por t ugai s aur oi ent dû
ét abl i r t out e l eur pui ssance dans cet t e i sl e.
El l e est l e cent r e de l ' or i ent . C' est l e passage qui
condui t dans l es r égi ons l es pl us r i ches. Tous l es
navi r es qui vi ennent d' Eur ope, d' Ar abi e et de
Per se, ne peuvent s' empêcher de l ui r endr e hommage,
et l es mouçons al t er nat i ves per met t ent d' y abor der et
d' en sor t i r dans t ous l es t emps de l ' année. Avec peu
de dépenses en hommes et en ar gent , on ser oi t par venu
à l a bi en peupl er , à l a bi en f or t i f i er . Des escadr es
nombr euses, par t i es de t ous l es por t s de cet t e i sl e,
aur oi ent f ai t r espect er l e nomde ses maî t r es dans
t out e l ' Asi e ; et l es vai sseaux qui aur oi ent cr oi sé
dans l es par ages

p69

aur oi ent i nt er cept é l a navi gat i on des aut r es nat i ons.
Le vi ce- r oi n' en j ugea pas ai nsi , et i l ne par ut pas
s' occuper davant age de l a côt e de Cor omandel ,
quoi que pl us r i che que cel l e de Mal abar . Cet t e
der ni er e n' of f r oi t que des mar chandi ses de médi ocr e
qual i t é, beaucoup de vi vr es, un peu de mauvai se
cannel l e, assez de poi vr e et du car damome,
sor t e d' épi cer i e dont l es or i ent aux f ont un
gr and usage. La côt e de Cor omandel f our ni t l es
pl us bel l es t oi l es de cot on de l ' uni ver s. Ses
habi t ant s, l a pl upar t nat ur el s du pays, et moi ns
mêl és d' ar abes et d' aut r es nat i ons, sont l es peupl es
l es pl us doux et l es pl us i ndust r i eux de l ' I ndost an.
D' ai l l eur s, en r emont ant l a côt e de Cor omandel
ver s l e nor d, on t r ouve l es mi nes de Gol conde.
De pl us, cet t e côt e est admi r abl ement pl acée pour
r ecevoi r l es mar chandi ses de Bengal e et d' aut r es
cont r ées.
Cependant D' Al buquer que n' y f i t poi nt
d' ét abl i ssement . Ceux de Sai nt - Thomé et de
Négapat an ne f ur ent f or més qu' apr ès l ui . I l savoi t
que cet t e côt e est dépour vue de por t s, qu' el l e est
i nabor dabl e dans cer t ai ns t emps de l ' année, et
qu' al or s des f l ot t es n' y pour r oi ent pas secour i r des
col oni es. Enf i n, i l pensa qu' ét ant maî t r es de Ceyl an,
ouvr age commencé par son pr édécesseur d' Al meyda,
et por t é depui s à sa per f ect i on, l es por t ugai s
l e ser oi ent du commer ce de Cor omandel , s' i l s
s' empar oi ent de Mal aca. C' est à cet t e conquêt e
qu' i l se dét er mi na.
Le pays, dont cet t e vi l l e ét oi t l a capi t al e, est
une l angue de t er r e f or t ét r oi t e, qui peut avoi r
cent l i eues de l ong. I l ne t i ent au cont i nent que
par l a côt e du nor d, où i l conf i ne à l ' ét at de Si am,
ou pl ut ôt du r oyaume de J ohor , qui en a ét é

p70

démembr é. Tout l e r est e est bai gné par l a mer ,
qui l e sépar e de l ' i sl e de Sumat r a par un canal
connu sous l e nomde dét r oi t de Mal aca.
La nat ur e avoi t pour vu au bonheur des mal ai s ;
un cl i mat doux, sai n et r af r aî chi par l es vent s et
l es eaux sous l e ci el de l a zône t or r i de : une t er r e
pr odi gue de f r ui t s dél i ci eux, qui pour r oi ent suf f i r e
à l ' homme sauvage, ouver t e à l a cul t ur e de t out es
l es pr oduct i ons nécessai r es à l a soci ét é : des boi s
d' une ver dur e ét er nel l e, des f l eur s qui nai ssent à
côt é des f l eur s mour ant es : un ai r par f umé des odeur s
vi ves et suaves, qui s' exhal ant de t ous l es
végét aux d' une t er r e ar omat i que, al l ument l e f eu
de l a vol upt é dans l es êt r es qui r espi r ent l a vi e.
La nat ur e avoi t t out f ai t pour l es mal ai s ; mai s l a
soci ét é avoi t t out f ai t cont r e eux.
Le gouver nement l e pl us dur avoi t f or mé l e peupl e
l e pl us at r oce dans l e pl us heur eux pays
du monde. Les l oi x f éodal es nées par mi l es r ocher s
et l es chênes du nor d, avoi ent poussé des r aci nes
j usques sous l ' équat eur , au mi l i eu des f or êt s et
des campagnes amour euses, où t out i nvi t oi t à
j oui r en pai x d' une vi e qui ne devoi t s' abr éger et
se per dr e que dans l es dél i ces pr opr es à l a
t r ansmet t r e. C' est l à qu' un peupl e escl ave obéi ssoi t
à un t yr an sous l ' anar chi e de pl usi eur s. Le
despot i sme d' un sul t an sembl oi t s' êt r e appesant i sur
l a mul t i t ude, en se di vi sant ent r e l es mai ns des
gr ands vassaux.
Cet ét at de guer r e et d' oppr essi on avoi t mi s l a
f ér oci t é dans t ous l es coeur s. Les bi enf ai t s de l a
t er r e et du ci el ver sés à Mal aca, n' y avoi ent f ai t
que des i ngr at s et des mal heur eux. Des maî t r es
vendoi ent l eur ser vi ce ; c' est - à- di r e, cel ui de l eur s
escl aves, à qui pouvoi t l ' achet er . I l s ar r achoi ent
l eur s ser f s à l ' agr i cul t ur e, pour l es mener à un

p71

br i gandage sur mer et sur t er r e qui l eur convenoi t
mi eux que l e t r avai l . Ce peupl e avoi t conqui s un
ar chi pel i mmense, cél ebr e dans t out l ' or i ent , sous
l e nomd' i sl es Mal ai ses. I l avoi t por t é dans ses
nombr euses col oni es ses l oi x, ses moeur s, ses usages,
et ce qu' i l y avoi t de si ngul i er , l a l angue l a pl us
douce de l ' Asi e.
Cependant Mal aca ét oi t dévenu par sa si t uat i on
l e pl us consi dér abl e mar ché de l ' I nde. Son por t
ét oi t t ouj our s r empl i de vai sseaux. Les uns y
ar r i voi ent du J apon, de l a Chi ne, des Phi l i ppi nes,
des Mol uques, des côt es or i ent al es moi ns él oi gnées ;
l es aut r es s' y r endoi ent de Bengal e, de Cor omandel ,
de Mal abar , de Per se, d' Ar abi e et d' Af r i que.
Tous ces navi gat eur s y t r ai t oi ent ent r ' eux et
avec l es habi t ant s dans l a pl us gr ande sécur i t é.
L' at t r ai t des mal ai s pour l e br i gandage avoi t cédé
à un i nt ér êt pl us sûr que l es succès t ouj our s
vagues, t ouj our s dout eux de l a pi r at er i e.
Les por t ugai s voul ur ent pr endr e par t à ce commer ce
de t out e l ' Asi e. I l s se mont r er ent d' abor d à
Mal aca comme si mpl es négoci ant s. Leur s usur pat i ons
dans l ' I nde avoi ent r endu l eur pavi l l on si
suspect , et l es ar abes, l eur s ennemi s, se donner ent
t ant de mouvement s pour l es r endr e odi eux,
qu' on s' occupa du soi n de l es dét r ui r e. On l eur
t endi t des pi eges, où i l s t omber ent . Pl usi eur s
d' ent r ' eux f ur ent massacr és, d' aut r es mi s aux f er s :
ce qui put échapper , r egagna l es vai sseaux, qui se
sauver ent au Mal abar .
D' Al buquer que n' avoi t pas at t endu cet t e vi ol ence
pour songer à s' empar er de Mal aca. On peut
penser cependant qu' el l e l ui f ut agr éabl e, par ce
qu' el l e donnoi t à son ent r epr i se un ai r de j ust i ce
pr opr e à di mi nuer l a hai ne qu' el l e devoi t
nat ur el l ement at t i r er au nompor t ugai s. Le t emps aur oi t

p72

af f oi bl i une i mpr essi on qu' i l cr oyoi t l ui êt r e
avant ageuse, et i l ne di f f ér a pas d' un i nst ant sa
vengeance. Cet t e act i vi t é avoi t ét é pr évue, et i l
t r ouva en ar r i vant devant l a pl ace, au commencement
de 1511, des di sposi t i ons f ai t es pour l e r ecevoi r .
Un obst acl e, pl us gr and que cet appar ei l f or mi dabl e,
enchaî na pendant quel ques j our s l a val eur
du génér al Chr ét i en. Son ami Ar aûj o ét oi t
du nombr e des pr i sonni er s de l a pr emi er e expédi t i on.
On menaçoi t de l e f ai r e pér i r au moment où
commencer oi t l e si ege. Al buquer que ét oi t sensi bl e,
et i l ét oi t ar r êt é par l e danger de son ami ,
l or squ' i l en r eçut un bi l l et : ne pensez qu' à la
gloire et à l' avantage du Portugal ; si je ne puis
être un instrument de votre victoire, que je n' y
sois pas au moins un obstacle . La pl ace f ut
at t aquée et pr i se apr ès bi en des combat s dout eux,
sangl ant s et opi ni ât r es. On y t r ouva une ar t i l l er i e
nombr euse, des t r ésor s i mmenses, de gr ands magasi ns,
t out ce qui pouvoi t r endr e l a vi e dél i ci euse, et
i l y f ut const r ui t une ci t adel l e pour gar ant i r l a
st abi l i t é de l a conquêt e.
Comme l es por t ugai s se bor ner ent à l a possessi on
de l a vi l l e, ceux des habi t ant s, t ous sect at eur s
d' un mahomét i sme f or t cor r ompu, qui ne voul ur ent
pas subi r l e nouveau j oug, s' enf oncer ent dans
l es t er r es, ou se r épandi r ent sur l a côt e : l ' i nt ér êt
ne l es obl i geant pl us à aucune di ssi mul at i on,
i l s ont r epr i s t out e l a vi ol ence de l eur car act er e.
Ce peupl e ne mar che j amai s sans un poi gnar d, qu' i l
appel l e crid . I l sembl e avoi r épui sé t out e
l ' i nvent i on de son géni e sangui nai r e à f or ger cet t e
ar me meur t r i er e. Ri en de si danger eux que de
t el s hommes avec un t el i nst r ument . Embar qués
sur un vai sseau, i l s poi gnar dent t out l ' équi page

p73

au moment de l a pl us pr of onde sécur i t é. Depui s
qu' on a connu l eur per f i di e, t ous l es eur opéens
ont pr i s l a pr écaut i on de ne se pas ser vi r des
mal ai s pour mat el ot s. Mai s ces bar bar es
enchér i ssant sur l eur s anci ennes moeur s, où l e f or t
se f ai soi t honneur d' at t aquer l e f oi bl e, auj our d' hui
ani més par une f ur eur i nexpl i cabl e de pér i r ou de
t uer , vont avec un bat eau de t r ent e hommes,
abor der nos vai sseaux de quar ant e canons, et
quel quef oi s i l s l es enl event . Sont - i l s r epoussés,
ce n' est pas du moi ns sans empor t er avec eux l a
consol at i on de s' êt r e abr euvé de sang.
Un peupl e, à qui l a nat ur e a donné cet t e i nf l exi bi l i t é
de cour age, peut êt r e ext er mi né, mai s non soumi s
par l a f or ce. I l n' y a que l ' humani t é, l ' at t r ai t
des r i chesses ou de l a l i ber t é, l ' exempl e des
ver t us et de l a modér at i on, une admi ni st r at i on
douce, qui pui ssent l e ci vi l i ser . I l f aut l e
r endr e ou l e l ai sser à l ui - même, avant de f or mer
avec l ui des l i ai sons qu' i l r epousse. La voi e de l a
conquêt e ser oi t peut - êt r e l a der ni er e qu' i l f audr oi t
t ent er : el l e ne f er oi t qu' exal t er en l ui l ' hor r eur
d' une domi nat i on ét r anger e, et qu' ef f ar oucher
t ous l es sent i ment s de l a soci abi l i t é. La nat ur e a
pl acé cer t ai ns peupl es au mi l i eu de l a mer , comme
l es l i ons dans l es déser t s pour êt r e l i br es. Les
t empêt es, l es sabl es, l es mont agnes et l es caver nes,
sont l ' asyl e et l es r empar t s de t ous l es êt r es
i ndépendant s. Mal heur aux nat i ons pol i cées qui
voudr ont s' él ever cont r e l es f or ces et l es dr oi t s des
peupl es i nsul ai r es et sauvages ! El l es devi endr ont
cr uel l es et bar bar es sans f r ui t ; el l es semer ont l a
hai ne dans l a dévast at i on, et ne r ecuei l l er ont que
l ' oppr obr e et l a vengeance.
Apr ès l a pr i se de Mal aca, l es r oi s de Si am, de
Pegu, pl usi eur s aut r es const er nés d' une vi ct oi r e

p74

si f at al e à l eur i ndépendance, envoyer ent à
Al buquer que des ambassadeur s pour l e f él i ci t er , l ui
of f r i r l eur commer ce, et l ui demander l ' al l i ance
du Por t ugal .
Une escadr e dét achée dans ces ci r const ances de l a
gr ande f l ot t e, pr i t l a r out e des Mol uques. Ces
i sl es si t uées pr ès du cer cl e équi noxi al dans l ' océan
I ndi en, sont , en y compr enant , comme on l e sai t
communément , cel l es de Banda, au nombr e de
di x. La pl us gr ande n' a pas douze l i eues de
ci r cui t , et l es aut r es beaucoup moi ns.
On i gnor e comment el l es f ur ent d' abor d peupl ées ;
mai s i l par oî t pr ouvé que l es chi noi s, l es
j avanoi s et l es mal ai s l eur ont donné successi vement
des l oi x. Les habi t ant s ét oi ent au commencement
du sei zi eme si ecl e des especes de sauvages,
dont l es chef s, quoi que décor és du nomde r oi s,
n' avoi ent qu' une aut or i t é bor née et t out - à- f ai t
dépendant e des capr i ces de l eur s suj et s. I l s avoi ent
aj out é depui s peu l es super st i t i ons du mahomét i sme
à cel l es du pagani sme, qu' i l s avoi ent l ong- t emps
pr of essé. Leur par esse ét oi t excessi ve. La chasse
et l a pêche ét oi ent l eur occupat i on uni que, et
i l s ne connoi ssoi ent aucune espece de cul t ur e.
Cet t e i nact i on ét oi t f avor i sée par l es r essour ces
que l eur f our ni ssoi t l e cocot i er .
Le cocot i er est un ar br e, dont l es r aci nes sont
si menues et si peu pr of ondes, que l es vent s l e
r enver sent souvent . Son t r onc, qui s' él eve à l a
haut eur de t r ent e à quar ant e pi eds, est dr oi t ,
d' une gr osseur médi ocr e, et égal dans t out e
sa l ongueur . I l est si spongi eux, que son boi s ne
peut ni ser vi r à l a const r uct i on des navi r es, ni
êt r e empl oyé dans des édi f i ces un peu sol i des. Sa
t êt e se cour onne de di x ou douze f eui l l es l ar ges,
l ongues, épai sses, qui ser vent à f or mer l es t oi t s des

p75

mai sons. De cet t e t ouf f e qui se r enouvel l e t r oi s
f oi s chaque année, sor t ent aut ant de f oi s des
bour geons gr os comme l e br as, à chacun desquel s
on voi t suspendu di x ou douze cocos, qui , avec
l eur s écor ces, ne sont guer es moi ns gr ands que
l a t êt e de l ' homme. La pr emi er e écor ce du coco
est f i l andr euse : on en f abr i que quel ques ét of f es
gr ossi er es et des cabl es pour l es vai sseaux. La
seconde, qui est f or t dur e, f our ni t de pet i t s vases
et des ust ensi l es de ménage. L' i nt ér i eur de cet t e
coqui l l e est t api ssé d' une poul pe bl anche et épai sse,
dont on expr i me au pr essoi r une hui l e qui est du
pl us gr and usage aux I ndes. El l e est assez douce
l or squ' el l e est r écent e ; mai s el l e cont r act e de
l ' amer t ume en vi ei l l i ssant , et al or s el l e n' est bonne
qu' à br ûl er ; l e mar c qui r est e dans l e pr essoi r ,
ser t à nour r i r l es best i aux, l a vol ai l l e, et même l e
pl us bas peupl e dans des t emps de cal ami t é. La
poul pe du coco r enf er me de l ' eau ext r êmement
f r aî che, qui ser t à désal t ér er l e cul t i vat eur et l e
voyageur . Cet t e boi sson est f or t sai ne, mai s d' une
douceur f ade.
En coupant l a poi nt e des bour geons, on en f ai t
di st i l l er une l i queur bl anche, qui est r eçue
dans un vase at t aché à l eur ext r émi t é. Ceux qui
l a r ecuei l l ent avant l e l ever du sol ei l , et qui l a
boi vent dans sa nouveaut é, l ui t r ouvent l e goût
d' un vi n doux. C' est l a manne du déser t . Qui sai t
même si l ' i dée de cel l e- ci n' a pas ét é pr i se dans
des l i vr es pl us or i ent aux que ceux de l ' Ar abi e
ou de l ' égypt e ? L' I nde est , di t - on, l e ber ceau
de beaucoup de f abl es, d' al l égor i es, de r el i gi ons.
Les cur i osi t és de l a nat ur e sont une sour ce f éconde
pour l ' i mpost ur e ; el l e conver t i t des phénomenes
si ngul i er s en pr odi ges. L' hi st oi r e nat ur el l e
d' un pays devi ent sur nat ur el l e dans un aut r e.

p76

Les f ai t s comme l es pl ant es s' al t er ent en s' él oi gnant
de l eur sour ce : l es vér i t és se changent en er r eur s,
et l a di st ance des t emps et des l i eux f ai sant
di spar oî t r e l es causes occasi onnel l es des f ausses
opi ni ons, donne aux mensonges popul ai r es un dr oi t
i mpr escr i pt i bl e sur l a conf i ance des i gnor ant s, et
sur l e si l ence des savant s. Les uns n' osent dout er ,
l es aut r es di sput er .
Quoi qu' i l en soi t des r appor t s qu' i l peut y
avoi r ent r e l a nour r i t ur e des i sr aél i t es et l a
boi sson des i ndi ens, si l a l i queur du coco ne
s' évanoui t pas au sol ei l comme l a manne, el l e ne
t ar de pas à s' ai gr i r et à se conver t i r en un vi nai gr e
f or t ut i l e. Di st i l l ée dans sa pl us gr ande f or ce,
el l e donne une eau- de- vi e t r ès- spi r i t ueuse, et en
l a f ai sant boui l l i r avec un peu de chaux vi ve, on
en t i r e du sucr e de médi ocr e qual i t é, avec l equel
on f ai t des conf i t ur es. Les ar br es, dont on expr i me
cet t e l i queur , ne por t ent aucun f r ui t , par ce
qu' el l e est l e suc dont l es noi x se f or ment et se
nour r i ssent .
I ndépendamment de ce cocot i er r épandu dans
t out es l es cont r ées de l ' I nde, l es Mol uques en
avoi ent un par t i cul i er , qu' on nommoi t Sagu.
Cet ar br e nour r i t l es hommes, non de ses f r ui t s,
qui ne sont que l a super f l ui t é de l a r épr oduct i on,
mai s de son t r onc et de l a subst ance même de sa
vi e. I l vi ent sans cul t ur e dans l es f or êt s, se
mul t i pl i ant de l ui - même par ses gr ai ns et ses
r ej et t ons. I l s' él eve j usqu' à l a haut eur de t r ent e
pi eds, sur une gr osseur d' envi r on si x pi eds. Le
cont our de cet t e ci r conf ér ence est une écor ce épai sse
d' un pouce. L' i nt ér i eur de cet t e écor ce est composé
d' un t i ssu de f i br es l ongues et ent r el assées l es unes
dans l es aut r es. Cet t e doubl e envel oppe cont i ent
une espece de moël l e ou de gomme qui se

p77

r édui t en f ar i ne. L' ar br e, qui ne sembl e cr oî t r e
que pour l es besoi ns de l ' homme, l ui i ndi que
cet t e f ar i ne par une poussi er e f i ne et bl anche dont
se couvr e l a f eui l l e. C' est une mar que cer t ai ne
de l a mat ur i t é du sagu. Les i ndi ens coupent al or s
cet ar br e par l e pi ed, et l e dépecent en t r onçons,
qui sont f endus par quar t i er s, pour en t i r er l a
moël l e ou l a f ar i ne qu' i l s r enf er ment . On dél ai e
cet t e subst ance dans de l ' eau, on l a coul e ensui t e
par une t oi l e qui l ai sse passer l a f ar i ne, et ne
r et i ent que l es f i br es ou l e t i ssu capi l l ai r e. Apr ès
que l ' eau s' est évapor ée, on j et t e l a pât e pl us
compact e dans des moul es de t er r e, où on l a f ai t
sécher ou dur ci r pour des années ent i er es. On
mange l e sagu si mpl ement dél ayé avec de l ' eau,
quel quef oi s cui t et boui l l i . L' humani t é des i ndi ens
r éser ve l a f l eur de cet t e f ar i ne aux vi ei l l ar ds et
aux mal ades. El l e est quel quef oi s r édui t e en une
gel ée bl anche et t r ès- dél i cat e.
Un peupl e ennemi du t r avai l , sobr e, i ndépendant ,
avoi t vécu des si ecl es avec l a f ar i ne de sagu
et l ' eau du cocot i er , quand l es chi noi s, ayant
abor dé par hasar d aux Mol uques dans l e moyen
âge, y découvr i r ent l e gi r of l e et l a muscade, deux
épi cer i es pr éci euses que l es anci ens n' avoi ent pas
connues. Le goût en f ut bi ent ôt ét abl i aux I ndes,
d' où i l passa en Per se et en Eur ope. Les ar abes,
qui t enoi ent al or s dans l eur s mai ns pr esque t out
l e commer ce de l ' uni ver s, n' en négl i ger ent pas une
si r i che por t i on. I l s se j et t er ent en f oul e ver s
ces i sl es devenues cél ebr es, et i l s s' en ét oi ent
appr opr i é l es pr oduct i ons, l or sque l es por t ugai s,
qui l es pour sui voi ent par - t out , vi nr ent l eur ar r acher
cet t e br anche de l eur i ndust r i e. Les i nt r i gues
i magi nées pour f ai r e échouer ces conquér ant s,
n' empêcher ent pas qu' on ne consent î t à l eur

p78

l ai sser bât i r un f or t . Dès ce moment , l a cour de
Li sbonne mi t l es Mol uques au nombr e de ses
pr ovi nces, et el l es ne t ar der ent pas en ef f et à l e
deveni r .
Tandi s que l es l i eut enant s D' Al buquer que
enr i chi ssoi ent l eur pat r i e de pr oduct i ons uni ques, ce
génér al achevoi t de soumet t r e l e Mal abar , qui
avoi t voul u pr of i t er de son absence pour r ecouvr er
quel que l i ber t é. Tr anqui l l e apr ès ses nouveaux
succès dans l e cent r e de ses conquêt es, i l r épr i ma
l a l i cence des por t ugai s ; i l r ét abl i t l ' or dr e dans
t out es l es col oni es ; i l af f er mi t l a di sci pl i ne
mi l i t ai r e, et par ut t ouj our s act i f , pr évoyant , sage,
j ust e, dési nt ér essé, humai n. L' i dée de ses ver t us
avoi t f ai t une i mpr essi on si pr of onde sur l ' espr i t
des i ndi ens, que, l ong- t emps apr ès sa mor t , i l s
al l oi ent à son t ombeau pour l ui demander j ust i ce
des vexat i ons de ses successeur s. I l mour ut à Goa
en 1515, sans r i chesses, et dans l a di sgr ace
d' Emmanuel , auquel on l ' avoi t r endu suspect .
Si l ' on doi t êt r e ét onné du nombr e de ses vi ct oi r es
et de l a r api di t é de ses conquêt es, quel
dr oi t n' ont pas à not r e admi r at i on l es hommes
i nt r épi des auxquel s i l avoi t l ' honneur de commander ?
Avoi t - on vu j usqu' al or s une nat i on avec
aussi peu de pui ssance f ai r e de si gr andes choses ?
I l n' y avoi t pas quar ant e mi l l e por t ugai s sous
l es ar mes, et i l s f ai soi ent t r embl er l ' empi r e de
Mar oc, t ous l es bar bar es d' Af r i que, l es mammel us,
cél ebr e mi l i ce du soudan d' égypt e, l es
ar abes et t out l ' or i ent , depui s l ' i sl e d' Or muz
j usqu' à l a Chi ne. I l s n' ét oi ent pas un cont r e cent ,
et i l s at t aquoi ent des t r oupes, qui , souvent avec
des ar mes égal es, di sput oi ent l eur s bi ens et l eur
vi e j usqu' à l ' ext r émi t é. Quel s hommes devoi ent donc
êt r e al or s l es por t ugai s, et quel s r essor t s

p79

ext r aor di nai r es en avoi ent f ai t un peupl e de
hér os ?
I l y avoi t pr ès d' un si ecl e qu' i l s combat t oi ent
cont r e l es maur es, l or sque l e comt e Henr i de l a
mai son de Bour gogne débar qua en Por t ugal avec
pl usi eur s cheval i er s f r ançoi s, dans l e dessei n
d' al l er f ai r e l a guer r e en Cast i l l e sous l e cél ebr e
Ci d, dont l a r éput at i on l es avoi t at t i r és. Les
por t ugai s l es i nvi t er ent à l es seconder cont r e l es
i nf i del es ; l es cheval i er s y consent i r ent , et l a
pl upar t même s' ét abl i r ent en Por t ugal . L' i nst i t ut i on
de l a cheval er i e, une de cel l es qui ont l e pl us él evé
l a nat ur e humai ne ; cet amour de l a gl oi r e subst i t ué
à cel ui de l a pat r i e ; cet espr i t épur é de l a
l i e des si ecl es bar bar es, né des vi ces mêmes du
gouver nement f éodal , pour en r épar er ou t empér er
l es maux : l a cheval er i e r epar ut al or s sur l es
bor ds du Tage avec t out l ' écl at qu' el l e avoi t eu
dans sa nai ssance en Fr ance et en Angl et er r e. Les
r oi s cher cher ent à l a conser ver , à l ' ét endr e par
l ' ét abl i ssement de pl usi eur s or dr es f or més sur l e
model e des anci ens, et dont l ' espr i t ét oi t l e même ;
c' est - à- di r e, un mêl ange d' hér oï sme, de gal ant er i e
et de dévot i on.
Les r oi s él evoi ent encor e l ' espr i t de l a nat i on par
l a sor t e d' égal i t é, avec l aquel l e i l s t r ai t oi ent
l a nobl esse, et par l es l i mi t es qu' i l s donner ent
eux- mêmes à l eur aut or i t é. I l s assembl oi ent souvent
l es ét at s génér aux. Ce f ut d' eux qu' Al phonse
r eçut l e scept r e apr ès l a pr i se de Li sbonne. Ce
f ut avec eux que ses successeur s donner ent l ong- t emps
des l oi x. Pl usi eur s de ces l oi x ét oi ent pr opr es
à i nspi r er l ' amour des gr andes choses. La nobl esse
ét oi t accor dée à des ser vi ces de di st i nct i on, à
cel ui qui avoi t t ué ou pr i s un génér al ennemi , ou
son écuyer ; à cel ui qui , pr i sonni er chez l es

p80

maur es, avoi t r ef usé de r achet er sa l i ber t é par
l e sacr i f i ce de sa r el i gi on. On l ' ôt oi t à qui conque
i nsul t oi t une f emme, r endoi t un f aux t émoi gnage,
manquoi t de f i dél i t é, ou déguisoit la vérité au
roi .
Les guer r es que l es por t ugai s avoi ent sout enues
pour déf endr e l eur s bi ens et l eur l i ber t é,
ét oi ent en même t emps des guer r es de r el i gi on.
I l s ét oi ent r empl i s de ce f anat i sme f ér oce, mai s
br i l l ant , que l es papes avoi ent r épandu dans l e
t emps des cr oi sades. Les por t ugai s ét oi ent donc
des cheval i er s ar més pour l eur s bi ens, l eur s f emmes,
l eur s enf ant s et l eur s r oi s, cheval i er s comme
eux. C' ét oi ent des cr oi sés, qui combat t oi ent
pour l eur pat r i e. Aj out ez encor e qu' i l s
ét oi ent une pet i t e nat i on, une pui ssance f oi bl e,
et ce n' est que dans l es pet i t s ét at s souvent en
danger , qu' on sent pour l a pat r i e un ent housi asme
que n' ont j amai s connu l es gr ands peupl es qui
j oui ssent de pl us de sécur i t é.
Les pr i nci pes d' act i vi t é, de f or ce, d' él évat i on,
de gr andeur , qui ét oi ent r éuni s à l a f oi s dans
cet t e nat i on, ne se per di r ent pas apr ès l ' expul si on
des maur es. On al l a cher cher ces ennemi s de
l ' ét at et de l a f oi en Af r i que. On eut quel ques
guer r es cont r e l es r oi s de Cast i l l e et de
Leon ; et pendant l es t emps qui pr écéder ent l es
expédi t i ons de l ' I nde, l a nobl esse, él oi gnée des
vi l l es et de l a cour , conser voi t dans ses chât eaux
l es por t r ai t s et l es ver t us de ses per es.
Dès qu' i l f ut quest i on de t ent er des conquêt es
en Af r i que et dans l ' I nde, une passi on nouvel l e
s' uni t à t ous l es r essor t s dont nous venons de
par l er , pour aj out er encor e de l a f or ce au géni e
des por t ugai s. Cet t e passi on, qui devoi t d' abor d
exal t er t out es l es aut r es, mai s anéant i r bi ent ôt
l eur pr i nci pe génér eux, f ut l a cupi di t é. I l s par t i r ent

p81

en f oul e pour al l er s' enr i chi r , ser vi r l ' ét at
et f ai r e des conver si ons. I l s par ur ent dans l ' I nde
pl us que des hommes j usqu' à l a mor t d' Al buquer que.
Al or s l es r i chesses, qui ét oi ent l ' obj et et l e
f r ui t de l eur s conquêt es, cor r ompi r ent t out . Les
passi ons nobl es di spar ur ent avec l e l uxe et l es
j oui ssances, qui ne manquent j amai s d' éner ver l es
f or ces du cor ps et l es ver t us de l ' ame. La f oi bl esse
des successeur s du gr and Emmanuel , l es
hommes médi ocr es qu' i l choi si t l ui - même pour
vi ce- r oi s des I ndes, f i r ent dégénér er peu- à- peu
l es por t ugai s.
Cependant Lopès Soar ez, qui pr i t l a pl ace
d' Al buquer que, succéda à ses pr oj et s. I l abol i t une
cout ume bar bar e ét abl i e dans l e pays de Tr avancor
pr ès de Cal i cut . Ces peupl es consul t oi ent des
sor ci er s sur l a dest i née de l eur s enf ant s. Si l es
devi ns pr omet t oi ent à ces enf ant s une dest i née
heur euse, on l es l ai ssoi t vi vr e : s' i l s l es
menaçoi ent de quel ques gr ands mal heur s, on l es
égor geoi t . Soar ez f i t conser ver ces enf ant s. I l eut à
l ut t er quel que t emps cont r e l es mouvement s dont
sa nat i on ét oi t menacée aux I ndes. Lor squ' i l f ut
dél i vr é de cet t e i nqui ét ude, i l ne songea pl us
qu' à s' ouvr i r l a r out e de l a Chi ne.
Le gr and Al buquer que en avoi t f or mé l e dessei n.
I l avoi t r encont r é à Mal aca des vai sseaux
et des négoci ant s chi noi s, et i l avoi t pr i s l a
pl us haut e i dée d' une nat i on, dont l es der ni er s
mat el ot s avoi ent pl us de pol i t esse, d' égar ds,
d' at t achement aux bi enséances, de douceur et
d' humani t é, qu' i l n' y en avoi t al or s en Eur ope
dans l a nobl esse même, et qu' i l n' y en a peut - êt r e
auj our d' hui . I l i nvi t a l es chi noi s à cont i nuer
l eur commer ce dans Mal aca. I l appr i t d' eux
des dét ai l s sur l a pui ssance, l a r i chesse, l es moeur s

p82

de l eur vast e empi r e, et i l f i t par t de ses
découver t es à l a cour de Por t ugal .
On n' avoi t aucune i dée en Eur ope de l a nat i on
chi noi se. Le véni t i en Mar c- Paul , qui avoi t f ai t
par t er r e l e voyage de l a Chi ne, en avoi t donné
une r el at i on qui avoi t passé pour f abul euse. El l e
ét oi t conf or me cependant à ce que manda depui s
D' Al buquer que. On aj out a f oi à cel l e- ci , et à
ce qu' i l di soi t du r i che commer ce qu' on pour r oi t
f ai r e dans cet t e cont r ée.
Une escadr e par t i t de Li sbonne en 1518, pour
y por t er un ambassadeur . Quand el l e f ut ar r i vée
aux i sl es voi si nes de Cant on, el l e ne t ar da pas
à êt r e ent our ée de vai sseaux chi noi s qui vi nr ent
l a r econnoî t r e. Fer di nand D' Andr éade, qui en
ét oi t l e chef , ne se mi t poi nt en déf ense : i l
se l ai ssa vi si t er t ant qu' on voul ut , i l f i t par t
aux mandar i ns qui commandoi ent à Cant on, du suj et
de son ar r i vée, et i l l eur r emi t l ' ambassadeur ,
qui f ut condui t à Peki n.
Cet ambassadeur r encont r oi t dans sa r out e
des mer vei l l es qui l ' ét onnoi ent à t out moment .
La r égul ar i t é, l a gr andeur des vi l l es, l a mul t i t ude
des vi l l ages, l a beaut é des chemi ns, l a quant i t é
de canaux, dont l es uns sont navi gabl es et
t r aver sent l ' empi r e, et l es aut r es cont r i buent à
l a f er t i l i t é des t er r es : l ' ar t de cul t i ver ces
t er r es, l eur s pr oduct i ons, l ' ar chi t ect ur e si
di f f ér ent e de l a nôt r e, l a si mpl i ci t é dans l es
édi f i ces par t i cul i er s, l a magni f i cence dans l es
édi f i ces publ i cs, l ' ext ér i eur sage et doux des
peupl es, ce commer ce cont i nuel de bons of f i ces dont
l es campagnes, l es gr ands chemi ns donnent l e
spect acl e ; l e bon or dr e au mi l i eu d' un peupl e sans
nombr e et dans un mouvement cont i nuel , qui ent r et i ent
une i ndust r i e t ouj our s en act i vi t é : t out cel a

p83

dut ét onner l ' ambassadeur por t ugai s, accout umé
aux moeur s bar bar es et r i di cul es de l ' Eur ope.
Cet empi r e, bor né au nor d par l a Tar t ar i e
r ussi enne, au mi di par l es I ndes, à l ' occi dent
par l e Thi bet , à l ' or i ent par l ' océan, embr asse
pr esque t out e l ' ext r émi t é or i ent al e du cont i nent
de l ' Asi e. On l ui donne une dur ée sui vi e de
quat r e mi l l e ans, et cet t e ant i qui t é n' a r i en de
sur pr enant . C' est l a guer r e, l e f anat i sme, l e mal heur
de not r e si t uat i on, qu' i l f aut accuser de l a
br i évet é de not r e hi st oi r e, et de l a pet i t esse de
nos nat i ons, qui se sont succédées et dét r ui t es
avec r api di t é ; comme ces t or r ent s pér i odi ques,
qui , se pr éci pi t ant t ous l es ans des mont agnes,
ne l ai ssent que des sabl es et des cai l l oux dans l es
pl ai nes qu' i l s t r aver sent . Mai s l es chi noi s,
enf er més et gar ant i s de t ous côt és par l es eaux et
l es déser t s, ont pu, comme l ' anci enne égypt e,
f or mer un ét at dur abl e. Dès que l es bor ds de l a mer
et l e mi l i eu de l eur cont i nent ont ét é peupl és et
cul t i vés, t out ce qui l es envi r onnoi t , a dû se
r éuni r comme à un cent r e d' at t r act i on, et l es
pet i t es peupl ades er r ant es ou cant onnées, ont dû
s' at t acher de pr oche en pr oche à une nat i on qui
ne par l e pr esque j amai s des conquêt es qu' el l e a
f ai t es, mai s des guer r es qu' el l e a souf f er t es : pl us
heur euse d' avoi r pol i cé ses vai nqueur s, que si
el l e eût dét r ui t ses ennemi s.
Tout ce qu' el l e possede por t e l ' empr ei nt e de
l a cr éat i on, et l es t r aces ant i ques et pr of ondes
de l ' i ndust r i e. Le gl obe y pr ésent oi t ces i négal i t és
que sa sur f ace of f r e dans t out l e cont our de sa
ci r conf ér ence. Les pl ai nes y ont ét é r édui t es
au ni veau par l es t r avaux des hommes, et ne
conser vent que l a pent e qu' exi geoi t l e cour s des
eaux pour l a f aci l i t é des ar r osement s r egar dés

p84

avec r ai son comme un des gr ands moyens de
l ' agr i cul t ur e.
Ce pr emi er des ar t s y est t el l ement subor donné
à l a popul at i on, qu' on ne voi t dans l es champs
ni f ossés ni hai es, et qu' on n' y voi t que peu
d' ar br es même ut i l es : i l s dér ober oi ent t r op de
suc à l a semence des gr ai ns. Comment y t r ouver oi t - on
ces j ar di ns r empl i s de f l eur s, de gazons,
de bosquet s, de j et s d' eau, dont l a vue, r éj oui ssant
des spect at eur s oi si f s, sembl e i nt er di t e au peupl e
et cachée à ses yeux, comme un l ar ci n, qu' on
a f ai t à sa subsi st ance ? Encor e moi ns y
pl ant e- t - on ces par cs et ces f or êt s i mmenses qui
f our ni ssent moi ns de boi s qu' i l s ne dét r ui sent de
guer êt s et de moi ssons par l es bêt es qu' on y
enf er me pour l e pl ai si r des gr ands et l es l ar mes du
peupl e. J amai s un usage si cont r ai r e à l ' espr i t
publ i c et soci al n' aur oi t pu pl ai r e à un mandar i n ;
à un mi ni st r e, à l ' emper eur même. Le char me
de l eur s mai sons de pl ai sance se r édui t à une
si t uat i on heur euse et à des cul t ur es agr éabl ement
di ver si f i ées.
Les côt eaux, que l es eur opéens couvr ent de
vi gnobl es, à l a Chi ne sont f or cés de r appor t er
du gr ai n. Ce n' est pas qu' on n' y connoi sse l a
vi gne ; mai s l e gouver nement cr oi r oi t êt r e bar bar e
de pr i ver l e peupl e de l a denr ée l a pl us
nécessai r e pour pr ocur er une boi sson agr éabl e aux
gens l es pl us r i ches. L' ét at veut mul t i pl i er l es
hommes, et c' est par ce pr i nci pe d' humani t é
qu' i l s' occupe de l a cul t ur e des gr ai ns, à
l ' excl usi on des vi gnes. Les col l i nes d' un bout de
l ' empi r e à l ' aut r e, sont coupées par ét ages du pi ed
j usqu' au sommet , comme un amphi t héât r e f or mé de
t er r asses. El l es mont ent , en se r ét r éci ssant , sépar ées
l es unes des aut r es par une mur ai l l e seche qui

p85

l es sout i ent . On y pr at i que des r éser voi r s où se
r amassent l es eaux de pl ui es et de sour ces. Souvent
même l a r i vi er e qui bai gne l e pi ed de
l a col l i ne en ar r ose l a ci me et l a cr oupe, par un
ef f et de cet t e i ndust r i e, qui , si mpl i f i ant et
mul t i pl i ant l es machi nes, a di mi nué l e nombr e des
br as, et f ai t avec deux hommes ce que mi l l e ne
savent poi nt f ai r e ai l l eur s.
Les mont agnes, qui se r ef usent à l a cul t ur e,
sont couver t es d' ar br es gr ands, f or t s et dr oi t s,
pr opr es à l a char pent e des édi f i ces, à l a const r uct i on
des vai sseaux. Pl usi eur s sont r empl i es de mi nes
de f er , d' ét ai n, de cui vr e, de mer cur e,
d' or et d' ar gent . Ces der ni er es ne sont pl us
expl oi t ées depui s l ong- t emps, soi t qu' el l es ne se
soi ent pas t r ouvées assez abondant es pour payer
l es t r avaux qu' el l es exi geoi ent , soi t qu' on ai t
est i mé l a vi e des hommes pl us que l ' ar gent .
Quant à l ' or , l es chi noi s n' en ont j amai s r ecuei l l i
que ce que l es t or r ent s en r oul oi ent par mi
l e sabl e, et c' est un pr of i t consi dér abl e qui coût e
peu de pei ne.
La mer , qui change de bor ds comme l es r i vi er es
de l i t , mai s dans des espaces pr opor t i onnés
aux masses d' eau ; l a mer , qui f ai t un pas en di x
si ecl es, mai s dont chaque pas f ai t cent r évol ut i ons
sur ce gl obe, couvr oi t aut r ef oi s l es sabl es
qui f or ment auj our d' hui l e Nanki n et l e
Tche- Ki ang. Ce sont l es pl us bel l es pr ovi nces
de l ' empi r e. Les chi noi s ont r epoussé, cont enu,
maî t r i sé l ' océan, comme l es égypt i ens dompt er ent
l e Ni l . I l s ont r ej oi nt au cont i nent des t er r es
que l es eaux en avoi ent sépar ées. I l s l ut t ent encor e
cont r e ce mouvement supér i eur , qui , t enant au
syst ême des ci eux, chasse l a mer d' or i ent en
occi dent . Les chi noi s opposent à l ' act i on de l ' uni ver s

p86

l a r éact i on de l ' i ndust r i e ; et t andi s que l es
nat i ons l es pl us cél ebr es ont secondé par l a f ur eur
des conquêt es l es mai ns dévor ant es du t emps dans
l a dévast at i on du gl obe, i l s combat t ent et
r et ar dent l es pr ogr ès successi f s de l a dest r uct i on
uni ver sel l e par des ef f or t s qui par oî t r oi ent
sur nat ur el s, s' i l s n' ét oi ent cont i nuel s et sensi bl es.
à l a cul t ur e de l a t er r e, cet t e nat i on aj out e,
pour ai nsi di r e, l a cul t ur e des eaux. Du sei n des
r i vi er es, qui , communi quant ent r ' el l es par des
canaux, coul ent l e l ong des vi l l es i nnombr abl es
de l ' empi r e, on voi t s' él ever des ci t és f l ot t ant es
f or mées du concour s d' une i nf i ni t é de bat eaux
r empl i s d' un peupl e qui ne vi t que sur l es eaux,
et ne s' occupe que de l a pêche. L' océan l ui - même
est couver t et si l l onné de ces mi l l i er s de bar ques,
dont l es mât s r essembl ent de l oi n à des f or êt s
mouvant es. Anson r epr oche aux pêcheur s ét abl i s
sur ces bât i ment s de ne s' êt r e pas di st r ai t s un
moment de l eur t r avai l , pour consi dér er son vai sseau,
l e pl us gr and qui j amai s eût moui l l é dans
ces par ages. Mai s cet t e i nsensi bi l i t é pour une
chose qui par oi ssoi t i nut i l e aux mat el ot s chi noi s,
quoi qu' el l e ne f ût pas ét r anger e à l eur pr of essi on,
pr ouve peut - êt r e l e bonheur d' un peupl e qui
compt e pour t out l ' occupat i on, et l a cur i osi t é
pour r i en : l ' une est l ' al i ment de l ' ame, l ' aut r e
n' en est que l a f ai m.
Les chi noi s s' at t achent de pr éf ér ence aux obj et s
de l ' ut i l i t é l a pl us di r ect e. Comme i l s t r avai l l ent
sans cesse l a t er r e, i l s l a f ont t r avai l l er sans
r el âche. Quoi qu' i l s ai ent comme l es aut r es nat i ons
des t er r ei ns bons et mauvai s, i l s suppl éent par - t out
à l a nat ur e par l a cul t ur e. Où l e soc ne suf f i t
pas, l a bêche est empl oyée ; et des si l l ons
pr of ondément cr eusés r écompensent au doubl e l a

p87

pei ne du l abour eur . Les t er r es du nor d pr odui sent
or di nai r ement du bl ed ; cel l es du mi di du r i z,
t out es une abondance pr odi gi euse de l égumes.
Les pr ai r i es ne sont pas en honneur à l a Chi ne.
On y a cal cul é qu' un champ r endoi t aut ant de
pai l l e pour l es best i aux, qu' un pr é de l a même
gr andeur aur oi t f our ni de f oi n ; et l ' on a
concl u qu' i l val oi t mi eux avoi r t r op de bl ed, et
nour r i r quel ques ani maux du super f l u des gr ai ns,
que de l ai sser mour i r de f ai mun seul homme
devant un t as de f our r age. Cependant on él eve
des buf f l es pour l e l abour age ; mai s on a moi ns
de boeuf s et de chevaux que nous. Le boeuf
pour r oi t ser vi r à l a nour r i t ur e des hommes, qui
doi t êt r e consi dér abl e dans un pays où el l e est
pr opor t i onnée à l a gr andeur , à l a cont i nui t é des
t r avaux ; mai s on l a t r ouve dans l e poi sson, l es
l égumes et l es conf i t ur es. Le cheval est commode
pour voi t ur er l es mar chandi ses et l es hommes ;
mai s l es canaux, cr eusés dans t out l ' empi r e
de l a Chi ne, et mul t i pl i és d' un f l euve à l ' aut r e,
r endent l es t r anspor t s et l es voyages d' une f aci l i t é
sur pr enant e. Dans l es vi l l es, l ' emper eur et l es
magi st r at s sont por t és en pal anqui n par des ci t oyens
qui r endent en êt r es l i br es des ser vi ces
d' escl aves. On ne r egar de poi nt comme avi l i ssant e
une f onct i on dont on pour r oi t char ger des ani maux,
mai s dont un homme peut vi vr e. Pour
l e f ai r e subsi st er , t out engr ai s est conser vé, t out
engr ai s est mi s à pr of i t avec une vi gi l ance ext r ême,
et ce qui sor t de l a t er r e f éconde, y r ent r e pour l a
f éconder encor e. Le gr and syst ême de l a nat ur e
qui se r epr odui t dans ses débr i s est mi eux
ent endu, mi eux sui vi à l a Chi ne que dans t ous l es
aut r es pays du monde. On n' y di t pas que l es ci eux
ont ét é f ai t s pour l ' homme ; mai s que l a t er r e

p88

est à son usage, et que cet usage dépend de son
t r avai l .
I l n' y a donc poi nt d' ét at où l ' agr i cul t ur e soi t
aussi f l or i ssant e qu' à l a Chi ne. Cet avant age, l e
pl us gr and dont pui sse j oui r une soci ét é, sor t
de pl usi eur s sour ces égal ement r espect abl es.
La pr emi er e est l e car act er e de l a nat i on l a
pl us l abor i euse que l ' on connoi sse, et l ' une de
cel l es dont l a const i t ut i on physi que exi ge l e moi ns
de r epos. Tous l es j our s de l ' année sont pour
el l e des j our s de t r avai l , except é l e pr emi er
dest i né aux vi si t es r éci pr oques des f ami l l es, et l e
der ni er consacr é à l a mémoi r e des ancêt r es. L' un
est un devoi r de soci ét é, l ' aut r e un cul t e domest i que.
Chez ce peupl e de sages, t out ce qui l i e et
ci vi l i se l es hommes est r el i gi on, et l a r el i gi on
el l e- même n' est que l a pr at i que des ver t us soci al es.
C' est un peupl e mûr et r ai sonnabl e, qui n' a besoi n
que du f r ei n des l oi x pour êt r e j ust e. Le cul t e
i nt ér i eur est l ' amour de ses per es vi vant s ou mor t s ;
l e cul t e publ i c est l ' amour du t r avai l , et l e t r avai l
l e pl us r el i gi eusement honor é, c' est l ' agr i cul t ur e.
On y r éver e l a génér osi t é de deux emper eur s,
qui , pr éf ér ant l ' ét at à l eur f ami l l e, écar t er ent l eur s
pr opr es enf ant s du t r ône, pour y f ai r e asseoi r des
hommes t i r és de l a char r ue. On y véner e l a mémoi r e
de ces l abour eur s, qui j et t er ent l es ger mes
du bonheur et de l a st abi l i t é de l ' empi r e dans l e
sei n f er t i l e de l a t er r e, sour ce i nt ar i ssabl e de l a
r epr oduct i on des moi ssons, et de l a mul t i pl i cat i on
des hommes.
à l ' exempl e de ces r oi s agr i col es, t ous l es emper eur s
de l a Chi ne l e sont devenus par ét at .
Une de l eur s f onct i ons publ i ques est d' ouvr i r l a
t er r e au pr i nt emps avec un appar ei l de f êt e et de
magni f i cence qui at t i r e des envi r ons t ous l es
cul t i vat eur s.

p89

I l s cour ent en f oul e pour êt r e t émoi ns de
l ' honneur sol emnel que l e pr i nce r end au pr emi er
de t ous l es ar t s. Ce n' est pl us comme dans
l es sabl es de l a Gr ece, un di eu qui gar de l es
t r oupeaux d' un r oi : c' est l e per e des peupl es qui , l a
mai n appesant i e sur l e soc, mont r e à ses enf ant s
l es vér i t abl es t r ésor s de l ' ét at . Bi ent ôt apr ès i l
r evi ent au champ qu' i l a l abour é l ui - même, y
j et t er l es semences que l a t er r e demande. Dans
l e même t emps, l es vi ce- r oi s r épet ent dans t out es
l es pr ovi nces l es mêmes cér émoni es en pr ésence
d' une mul t i t ude de l abour eur s. Les eur opéens, qui
ont ét é t émoi ns de ces sol emni t és à Cant on, ne
peuvent en par l er sans at t endr i ssement . I l s nous
f ont r egr et t er que cet t e f êt e pol i t i que dont l e but
est d' encour ager au t r avai l , ne soi t pas subst i t uée
dans nos cl i mat s à t ant de f êt es r el i gi euses, qui
sembl ent i nvent ées par l a f ai néant i se pour l a
st ér i l i t é des campagnes.
Ce n' est pas qu' on doi ve se per suader que l a
cour de Péki n se l i vr e sér i eusement à des t r avaux
champêt r es : l es ar t s du l uxe sont t r op avancés
à l a Chi ne, pour que ces démonst r at i ons ne soi ent
pas une pur e cér émoni e. Mai s l a l oi , qui f or ce l e
pr i nce à honor er ai nsi l a pr of essi on des l abour eur s,
doi t t our ner au pr of i t de l ' agr i cul t ur e. Cet hommage
r endu par l e souver ai n à l ' opi ni on publ i que,
cont r i bue à l a per pét uer ; et l ' i nf l uence de
l ' opi ni on est l e pr emi er de t ous l es r essor t s du
gouver nement .
Cet t e i nf l uence est ent r et enue à l a Chi ne par
l es honneur s accor dés à t ous l es l abour eur s qui
se di st i nguent dans l a cul t ur e des t er r es. Si
quel qu' un d' eux a f ai t une découver t e ut i l e à sa
pr of essi on, i l est appel l é à l a cour pour écl ai r er l e
pr i nce, et l ' ét at l e f ai t voyager dans t out es l es

p90

pr ovi nces pour f or mer l es peupl es à ses mét hodes.
Enf i n, dans un pays où l a nobl esse n' est pas un
souveni r hér édi t ai r e, mai s une r écompense
per sonnel l e : dans un pays où l ' on ne di st i ngue ni l a
nobl esse, ni l a r ot ur e, mai s l e mér i t e, l a pl upar t
des magi st r at s et des hommes, él evés aux pr emi er es
char ges de l ' empi r e, sont choi si s dans des f ami l l es
de l abour eur s, qui l e pl us souvent ont assez
d' ai sances pour donner de l ' éducat i on à l eur s enf ant s.
Ces encour agement s, qui t i ennent aux moeur s,
sont encor e appuyés par l es mei l l eur es i nst i t ut i ons
pol i t i ques. Tout ce qui de sa nat ur e ne peut êt r e
par t agé, comme l a mer , l es f l euves, l es canaux,
est commun, t ous en ont l a j oui ssance, per sonne
n' en a l a pr opr i ét é. La navi gat i on, l a pêche, l a
chasse sont l i br es. Les bi ens sont i ndépendant s
comme l es hommes. I l n' y a ni ser vi t ude r éel l e,
ni ser vi t ude per sonnel l e. Un ci t oyen, qui possede
un champ acqui s ou t r ansmi s, ne se l e voi t pas
di sput er par l es abus t yr anni ques des l oi x f éodal es.
Les pr êt r es mêmes, si har di s par - t out à f or mer
des pr ét ent i ons, ne l ' ont j amai s t ent é à l a Chi ne.
Un peupl e écl ai r é n' aur oi t pas manqué de voi r
un f ou dans un bonze, qui aur oi t sout enu que l es
aumônes qu' i l r ecevoi t ét oi ent une pr ér ogat i ve
i nsépar abl e de son car act er e. Le ci el n' a donné
dans ce pays d' aut r e dr oi t que cel ui du t r avai l
sur l a subsi st ance.
La modi ci t é des i mpôt s acheve d' assur er l es
pr ogr ès de l ' agr i cul t ur e. Tout ce que l es pr oduct i ons
de l a t er r e pai ent à l ' ét at se r édui t depui s
l e di xi eme j usqu' au t r ent i eme du r evenu, sui vant
l a qual i t é du sol . La monar chi e n' a j amai s connu
d' aut r e t r i but . Les chef s ne songent pas à
l ' augment er ; i l s n' oser oi ent combat t r e à ce poi nt
l ' usage et l ' opi ni on, qui f ont t out à l a Chi ne.
Sans dout e,

p91

quel ques emper eur s, quel ques mi ni st r es aur ont
t ent é de changer l ' or dr e à cet égar d ; mai s
comme c' est une ent r epr i se l ongue, et qu' i l n' y
a pas d' homme qui pui sse se f l at t er de vi vr e assez
pour en voi r l e succès, on y aur a r enoncé. Les
méchant s veul ent j oui r sans dél ai , et c' est ce qui
l es di st i ngue des bons ci t oyens. Ceux- ci médi t ent
des pr oj et s, r épandent des vér i t és ut i l es, sans
espér ance de l es voi r eux- mêmes pr ospér er ; mai s
i l s ai ment l es génér at i ons à naî t r e comme cel l e
qui exi st e.
Ai nsi , par des ci r const ances heur euses, l a
Chi ne i gnor e l ' oppr essi on de l ' i mpôt . Des mandar i ns
l es per çoi vent en nat ur e. Sa dest i nat i on
pr évi ent l es i nf i dél i t és. On sai t qu' une par t i e de
cet t e r edevance est empl oyée à l a nour r i t ur e du
magi st r at et du sol dat . Le pr i x de l a por t i on
qu' on en a vendu est por t é dans l e t r ésor de l ' ét at ,
d' où i l ne sor t que pour l es besoi ns publ i cs. Enf i n,
i l en r est e dans l es magasi ns pour l es t emps
de di set t e, où l ' on r end au publ i c ce qu' i l avoi t
comme pr êt é dans l es t emps d' abondance.
Une admi ni st r at i on si si mpl e, si pat er nel l e,
r épand un ai r d' ai sance dans t out l ' empi r e. Les
chi noi s sont bi en nour r i s et vêt us convenabl ement .
Des t oi l es gr ossi er es de cot on, t ei nt es quel quef oi s
en noi r , et pl us souvent en bl eu, f or ment
l ' habi l l ement or di nai r e du bas peupl e. Les
ci t oyens au- dessus sont vêt us de soi e. La l ai ne
est d' un usage assez commun dans l es pr ovi nces
sept ent r i onal es. On n' est pas par venu à en
f abr i quer de beaux dr aps dans un pays où l a soi e
est née et couvr e l es campagnes ; mai s l es ét of f es
or di nai r es de l ai ne ne sont guer es i nf ér i eur es aux
nôt r es.
Au der ni er dénombr ement , l a Chi ne avoi t

p92

59798364 hommes en ét at de por t er l es ar mes,
sans compt er l es mandar i ns et l es bonzes.
I l n' y a poi nt dans l ' uni ver s de r égi on qui cont i enne
aut ant de monde dans l a même ét endue
de t er r ei n. La popul at i on y est si excessi ve, que
l a pol i t i que devr oi t peut - êt r e pr endr e aut ant de
soi ns pour l ' ar r êt er , qu' el l e en pr end ai l l eur s pour
l ' augment er . Les annal es de cet empi r e at t est ent
qu' i l y a peu de mauvai ses r écol t es qui n' occasi onnent
des r évol t es. Les désor dr es que ces émeut es
ent r aî nent ne peuvent qu' accr oî t r e de mi l l e mani er es
l e mal qui l es a f ai t naî t r e. I l se per d beaucoup
de ces subsi st ances qu' on se di sput e l es ar mes
à l a mai n. L' ét at , comme un cor ps soul agé, mai s
af f oi bl i , se t r ouve au sor t i r de ces agi t at i ons
moi ns peupl é qu' i l ne pour r oi t l ' êt r e sans danger .
à l a vér i t é, ce qui r est e d' habi t ant s apr ès l es
massacr es, r epeupl e ai sément dans l es douceur s
d' une pai x qu' aucun voi si n ne t r oubl e ; mai s l a
popul at i on devenant encor e sur abondant e, l ' empi r e
t r op épr i s de son pays, de ses l oi x et de
ses moeur s, pour f onder des col oni es, qui t ôt ou t ar d
dégéner er oi ent en secouant l e j oug, r et ombe dans
l es convul si ons qui r ésul t ent de sa vi gueur même,
et vi t ai nsi dans une f er ment at i on cont i nuel l e.
I l ne f aut pas cher cher ai l l eur s l es causes qui
bor nent à l a Chi ne l es pr ogr ès du despot i sme.
Ces r évol ut i ons f r équent es supposent un peupl e
assez écl ai r é pour sent i r que l e r espect pour l e
dr oi t de pr opr i ét é, que l a soumi ssi on aux l oi x
ne sont que des devoi r s du second or dr e subor donnés
aux dr oi t s i mpr escr i pt i bl es de l a nat ur e, qui
n' a dû f or mer l es soci ét és que pour l es besoi ns de
t ous l es hommes qui l es composent . Lor sque ces
choses de pr emi er e nécessi t é vi ennent à manquer ,

p93

l es chi noi s ne r econnoi ssent pl us une pui ssance
qui ne l es nour r i t pas. C' est l e pouvoi r de
conser ver qui f ai t l e dr oi t des r oi s. Ni l a r el i gi on,
ni l a mor al e ne di ct ent d' aut r es maxi mes à l a
Chi ne.
L' emper eur sai t qu' i l r egne sur une nat i on
qui n' est at t achée aux l oi x qu' aut ant qu' el l es f ont
son bonheur . I l sai t que s' i l se l i vr oi t un moment
à cet espr i t de t yr anni e, ai l l eur s si commun,
des secousses vi ol ent es l e pr éci pi t er oi ent du t r ône.
Ai nsi pl acé à l a t êt e d' un peupl e qui l ' obser ve et
qui l e j uge, i l ne s' ér i ge pas en f ant ôme r el i gi eux
à qui t out est per mi s. I l ne déchi r e pas l e
cont r at i nvi ol abl e qui l ' a mi s sur l e t r ône. I l
est si convai ncu que l e peupl e connoî t ses dr oi t s
et l es sai t déf endr e, que l or squ' une pr ovi nce
mur mur e cont r e l e mandar i n qui l a gouver ne, i l
l e r evoque sans examen, et l e l i vr e à un t r i bunal
qui l e pour sui t s' i l est coupabl e. Mai s f ût - i l
i nnocent , i l ne ser oi t pas r emi s en pl ace. C' est un
cr i me en l ui d' avoi r pu dépl ai r e au peupl e. On l e
t r ai t e comme un i nst i t ut eur i gnor ant qui pr i ver oi t
un per e de l ' amour que ses enf ant s l ui por t ent .
Cet t e nécessi t é où est l e pr i nce d' êt r e j ust e,
doi t l e r endr e pl us sage et pl us écl ai r é. I l est
à l a Chi ne ce qu' on veut f ai r e cr oi r e aux aut r es
pr i nces qu' i l s sont par - t out , l ' i dol e de l a nat i on.
I l sembl e que l es moeur s et l es l oi x y t endent de
concer t à ét abl i r cet t e opi ni on f ondament al e, que
l a Chi ne est une f ami l l e, dont l ' emper eur est l e
chef . Ce n' est pas comme conquér ant , ce n' est
pas comme l égi sl at eur , qu' i l a de l ' aut or i t é ;
c' est comme per e : c' est en per e qu' i l est censé
gouver ner , r écompenser et puni r . Ce sent i ment
dél i ci eux l ui donne pl us de pouvoi r que t ous l es
sol dat s du monde et l es ar t i f i ces des mi ni st r es

p94

n' en peuvent donner aux despot es des aut r es nat i ons.
On ne saur oi t i magi ner quel r espect , quel
amour l es chi noi s ont pour l eur emper eur ,
c' est - à- di r e, pour l e per e, ou comme i l s l e di sent ,
pour l e gr and per e, pour l e per e uni ver sel .
Ce cul t e publ i c est f ondé sur cel ui qui est ét abl i
par l ' éducat i on domest i que. à l a Chi ne, un
per e, une mer e conser vent une aut or i t é absol ue
sur l eur s enf ant s, à quel que âge, à quel que
di gni t é qu' i l s soi ent par venus. Le pouvoi r pat er nel
et l ' amour f i l i al , sont l e r essor t de cet empi r e :
c' est l e sout i en des moeur s ; c' est l e l i en qui uni t
l e pr i nce aux suj et s, l es suj et s au pr i nce, et l es
ci t oyens ent r ' eux. Le gouver nement des chi noi s
est r evenu par l es degr és de sa per f ect i on au
poi nt d' où t ous l es aut r es sont par t i s, et sembl ent
s' él oi gner , au gouver nement pat r i ar chal , qui est
cel ui de l a nat ur e même.
L' empi r e ne passe pas à l ' ai né des pr i nces, mai s
à cel ui que l ' emper eur et l e consei l supr ême des
mandar i ns en j ugent l e pl us di gne. Aussi l ' émul at i on
de l a gl oi r e et de l a ver t u r egne- t - el l e j usques
dans l a f ami l l e i mpér i al e. C' est l e mér i t e
qui br i gue l e t r ône, et c' est par l es t al ent s qu' un
hér i t i er y par vi ent . Des emper eur s ont mi eux ai mé
cher cher des successeur s dans une mai son ét r anger e,
que de l ai sser l es r ênes du gouver nement
en des mai ns f oi bl es.
Les vi ce- r oi s et l es magi st r at s par t i ci pent à
l ' amour du peupl e comme à l ' aut or i t é du monar que.
Le peupl e a même une mesur e d' i ndul gence
pour l es f aut es d' admi ni st r at i on qui l eur échappent ,
comme i l en a pour cel l es du chef de
l ' empi r e. I l n' est pas encl i n aux sédi t i ons, comme
on doi t l ' êt r e dans nos cont r ées. On ne voi t pas à
l a Chi ne un cor ps de nobl esse qui pui sse f or mer

p95

ou condui r e des f act i ons. Les mandar i ns sont des
phi l osophes de l a sect e de Conf uci us, qui ne
t enant poi nt à des f ami l l es r i ches et pui ssant es,
n' ont d' aut r e appui que cel ui que l eur donne l e
t r ône. I l s sont él evés dans une doct r i ne qui
i nspi r e l ' humani t é, l ' amour de l ' or dr e, l a
bi enf ai sance, l e r espect pour l es l oi x. I l s r épandent
sans cesse ces sent i ment s dans l e peupl e, et l ui
f ont ai mer chaque l oi , par ce qu' i l s l ui en mont r ent
l ' espr i t et l ' ut i l i t é. Le pr i nce même ne donne
pas un édi t qui ne soi t une i nst r uct i on de mor al e
et de pol i t i que. Le peupl e s' écl ai r e nécessai r ement
sur ses i nt ér êt s et sur l es opér at i ons du
gouver nement qui s' y r appor t ent . Pl us écl ai r é, i l
doi t êt r e pl us t r anqui l l e.
La super st i t i on qui par - t out ai l l eur s agi t e l es
nat i ons, af f er mi t l e despot i sme, ou r enver se l es
t r ônes : l a super st i t i on est sans pouvoi r à l a Chi ne.
Les l oi x l a t ol er ent ; mai s el l e ne donne j amai s
des l oi x. Pour avoi r par t au gouver nement , i l
f aut êt r e de l a sect e des l et t r es, qui n' admet
aucune super st i t i on. On ne per met pas aux bonzes
de f onder sur l es dogmes de l eur s sect es, l es
devoi r s de l a mor al e, et , par conséquent , d' en
di spenser . La Chi ne est pour t ant r empl i e de ces
hommes vi l s, r évér és de l a popul ace, et mépr i sés
de l a cour ; mai s s' i l s cor r ompent une par t i e
de l a nat i on, ce n' est pas du moi ns cel l e dont
l ' exempl e et l ' aut or i t é i nf l uent sur l es moeur s.
Ri en n' est pl us di f f i ci l e que de l es changer ,
par ce qu' el l es sont i nspi r ées par l ' éducat i on,
peut - êt r e l a mei l l eur e que l ' on connoi sse. On ne se
pr esse poi nt d' i nst r ui r e l es enf ant s avant l ' âge de
ci nq ans. Al or s on l eur appr end à écr i r e, et ce
sont d' abor d des mot s, ou des hi ér ogl yphes, qui
l eur r appel l ent des choses sensi bl es, dont on t âche

p96

en même- t emps de l eur donner des i dées j ust es.
Ensui t e on l eur f ai t appr endr e une sui t e de ver s
qui cont i ennent des maxi mes de mor al e, dont
on l eur mont r e l ' appl i cat i on dans un âge pl us
avancé : on l eur f ai t appr endr e l a phi l osophi e
de Conf uci us. Tel l e est l ' éducat i on des hommes
du peupl e. Cel l e des enf ant s qui peuvent pr ét endr e
aux honneur s commence de même ; mai s
on y aj out e bi ent ôt d' aut r es ét udes, qui ont pour
obj et l a condui t e de l ' homme dans l es di f f ér ent s
ét at s de l a vi e.
Les moeur s à l a Chi ne sont pr escr i t es par l es
l oi x, et mai nt enues par l es mani er es que pr escr i vent
aussi l es l oi x. Les chi noi s sont l e peupl e
de l a t er r e qui a l e pl us de pr écept es sur l es act i ons
l es pl us or di nai r es. Le code de l eur pol i t esse est
f or t l ong, et l es der ni er es cl asses des ci t oyens en
sont i nst r ui t s, et s' y conf or ment comme l es
mandar i ns et l a cour .
Les l oi x de ce code sont i nst i t uées, ai nsi que
t out es l es aut r es, pour per pét uer l ' opi ni on que l a
Chi ne n' est qu' une f ami l l e, et pour pr escr i r e aux
ci t oyens l es égar ds et l es pr évenances mut uel l es
que des f r er es doi vent à des f r er es. Ces r i t es, ces
mani er es r appel l ent cont i nuel l ement aux moeur s.
El l es met t ent quel quef oi s, i l est vr ai , l a cér émoni e
à l a pl ace du sent i ment ; mai s combi en
souvent ne l e f ont - el l es pas r evi vr e ? El l es sont
une sor t e de cul t e qu' on r end sans cesse à l a
ver t u. Ce cul t e f r appe l es yeux des j eunes
gens. I l nour r i t en eux l e r espect pour l a ver t u
même ; et si , comme t ous l es cul t es, i l f ai t des
hypocr i t es, i l ent r et i ent aussi un zel e vér i t abl e.
I l y a des t r i bunaux ér i gés pour puni r l es f aut es
cont r e l es mani er es, comme i l y en a pour j uger
des cr i mes et des ver t us. On puni t l e cr i me par

p97

des pei nes douces et modér ées ; on r écompense
l a ver t u par des honneur s. Ai nsi l ' honneur est
un des r essor t s qui ent r ent dans l e gouver nement
de l a Chi ne. Ce n' est pas l e r essor t pr i nci pal , i l
y est pl us f or t que l a cr ai nt e, et pl us f oi bl e que
l ' amour .
Avec de par ei l l es i nst i t ut i ons, l a Chi ne doi t
êt r e l e pays de l a t er r e où l es hommes sont l e
pl us humai ns. Aussi voi t - on l ' humani t é des chi noi s
j usques dans ces occasi ons où l a ver t u sembl e
n' exi ger que de l a j ust i ce, et l a j ust i ce que de
l a r i gueur . Les pr i sonni er s sont dét enus dans des
l ogement s pr opr es et commodes, où i l s sont bi en
t r ai t és j usqu' au moment de l eur sent ence. Souvent
t out e l a puni t i on d' un homme r i che se r édui t
à l ' obl i gat i on de nour r i r ou de vêt i r pendant
quel que t emps chez l ui des vi ei l l ar ds et des
or phel i ns. Nos r omans de mor al e et de pol i t i que
sont l ' hi st oi r e des chi noi s. I l s ont t el l ement
r égl é l es act i ons de l ' homme, qu' i l s n' ont pr esque
pas besoi n de sent i ment s. Cependant i l s i nspi r ent
l es uns pour donner du pr i x aux aut r es.
L' espr i t pat r i ot i que, ce que l es angl oi s appel l ent
public spirit , cet espr i t , sans l equel l es ét at s
sont des pl eupl ades, et non pas des nat i ons,
est pl us f or t , pl us act i f à l a Chi ne, qu' i l ne l ' est
peut - êt r e dans aucune r épubl i que. C' est une chose
commune que de voi r des chi noi s r épar er l es
gr ands chemi ns par un t r avai l vol ont ai r e, des
hommes r i ches y bât i r des abr i s pour l es voyageur s ;
d' aut r es y pl ant er des ar br es. Ces act i ons
publ i ques, qui r essent ent pl ut ôt l ' humani t é
bi enf ai sant e que l ' ost ent at i on de l a génér osi t é, ne
sont pas r ar es à l a Chi ne.
I l y a des t emps où el l es ont ét é communes ;
d' aut r e t emps où el l es l ' ont ét é moi ns ; mai s l a

p98

cor r upt i on amenoi t une r évol ut i on, et l es moeur s
se r épar oi ent . La der ni er e i nvasi on des t ar t ar es
l es avoi ent changées : el l es s' épur ent à mesur e
que l es pr i nces de cet t e nat i on conquér ant e qui t t ent
l es super st i t i ons de l eur pays, pour adopt er
l ' espr i t du peupl e conqui s, et qu' i l s sont i nst r ui t s
par l es l i vr es que l es chi noi s appel l ent canoni ques.
On ne doi t pas t ar der à voi r t out - à- f ai t r evi vr e
l e car act er e est i mabl e de l a nat i on ; cet espr i t
de f r at er ni t é, de f ami l l e, ces l i ens ai mabl es de
l a soci ét é, qui f or ment dans l e peupl e l a douceur
des moeur s et l ' at t achement i nvi ol abl e aux l oi x.
Cet t e espér ance est due à l ' usage où on est de
n' él ever aux empl oi s que des hommes de l a sect e
des l et t r és, dont l ' uni que occupat i on est de
s' i nst r ui r e des pr i nci pes de l a mor al e et du
gouver nement . Tant que l es vr ai es l umi er es ser ont
honor ées, t ant qu' el l es condui r ont aux honneur s,
i l y aur a dans l e peupl e de l a Chi ne un f onds
de r ai son et de ver t u, qu' on ne ver r a pas dans l es
aut r es nat i ons.
Si l ' on pr enoi t pour l ' ouvr age de l ' ent housi asme
ce t abl eau des moeur s et du gouver nement
d' un peupl e heur eux, i l suf f i r oi t de ci t er un gr and
f ai t qui pr ouver oi t t ous l es aut r es. La popul at i on
n' est - el l e pas l a mesur e de l a sagesse de
l ' admi ni st r at i on, et l a mar que i nf ai l l i bl e de l a
pr ospér i t é d' une nat i on ? La popul at i on est excessi ve
à l a Chi ne. Le r est e de l a t er r e nous of f r e des
cont r ées i mmenses, où l a t yr anni e a ét ouf f é dans
t ous l es t emps l e ger me de l a vi e ; quel ques- unes
qu' el l e a changées en déser t s ; d' aut r es où l ' on
f ai t auj our d' hui des ef f or t s vi ol ent s pour l ever
l es obst acl es qui s' opposent à l a mul t i pl i cat i on :
t ous ces gouver nement s démont r ent l ' excès du
mal . La Chi ne, t r op peupl ée pour nour r i r ses
l abor i eux

p99

habi t ant s, est l e seul pays du monde qui pr ouve
qu' i l peut y avoi r un excès dans l e bi en.
Cependant i l f aut avouer que l a pl upar t des
connoi ssances, f ondées sur des t héor i es un peu
compl i quées, n' y ont pas f ai t l es pr ogr ès qu' on
devoi t nat ur el l ement at t endr e d' une nat i on
anci enne, act i ve, appl i quée, et qui depui s
t r ès- l ong- t emps en t enoi t l e f i l . Cet t e éni gme n' est
pas i nexpl i cabl e. La l angue des chi noi s demande une
ét ude l ongue et péni bl e, qui occupe des hommes
t out ent i er s dur ant l eur vi e. Les r i t es, l es
cér émoni es qui l es f ont mouvoi r , donnent pl us
d' exer ci ce à l a mémoi r e qu' au sent i ment . Leur s
mani er es ar r êt ent l es mouvement s de l ' ame, et
en af f oi bl i ssent l es r essor t s. Tr op occupés des
obj et s d' ut i l i t é, i l s ne peuvent pas s' él ancer dans l a
car r i er e de l ' i magi nat i on. Un r espect out r é pour
l ' ant i qui t é l es asser vi t à t out ce qui est ét abl i .
Tout es ces causes r éuni es ont dû ôt er aux chi noi s
l ' espr i t d' i nvent i on. I l l eur f aut des si ecl es pour
per f ect i onner quel que chose ; et quand on pense
à l ' ét at où on t r ouva chez eux l es ar t s et l es
sci ences, i l y a t r oi s cent s ans, on est convai ncu
de l ' ét onnant e dur ée de cet empi r e.
Un des ar t s que l es chi noi s ont l e moi ns
per f ect i onné, est cel ui de l a guer r e. I l s ont une
mi l i ce i nnombr abl e, mai s i gnor ant e, et qui ne
sai t qu' obéi r : el l e manque de t act i que pl us que
de cour age. Dans l es guer r es cont r e l es t ar t ar es,
l es chi noi s n' ont poi nt su combat t r e, et se sont
f ai t t uer . L' amour pour l eur gouver nement , pour
l eur pat r i e, pour l eur s l oi x, doi t l eur t eni r l i eu
d' espr i t guer r i er ; mai s i l ne l eur t i ent pas l i eu
de bonnes ar mes et de l a sci ence de l a guer r e.
Tel est l ' empi r e de l a Chi ne dont on par l e t ant ,
sans l e connoî t r e assez. Tel i l ét oi t l or sque

p100

l es por t ugai s y abor der ent . I l s pouvoi ent y pr endr e
des l eçons de sagesse et de gouver nement ;
mai s i l s ne penser ent qu' à en t i r er des r i chesses,
et à y r épandr e l eur r el i gi on. Thomas Per ès,
l eur ambassadeur , t r ouva l a cour de Péki n di sposée
en f aveur de sa nat i on, dont l a gl oi r e
r empl i ssoi t l ' Asi e. El l e avoi t l ' est i me des
chi noi s ; et l a condui t e de Fer di nand D' Andr éade,
qui commandoi t l ' escadr e por t ugai se, devoi t encor e
augment er cet t e est i me. I l par cour ut l es côt es de
l a Chi ne, i l y f i t l e commer ce. Lor squ' i l voul ut
par t i r , i l f i t publ i er dans l es por t s où i l avoi t
r el âché, que si quel qu' un avoi t à se pl ai ndr e des
por t ugai s, i l eût à l e décl ar er , et qu' i l en aur oi t
sat i sf act i on. Les por t s de l a Chi ne al l oi ent l eur
êt r e ouver t s : Thomas Per ès al l oi t concl ur e un
t r ai t é, l or sque Si mon D' Andr éade, f r er e de
Fer di nand, par ut sur l es côt es avec une nouvel l e
escadr e. Cel ui - ci t r ai t a l es chi noi s comme depui s
quel que t emps l es por t ugai s t r ai t oi ent t ous l es
peupl es de l ' Asi e. I l bât i t sans per mi ssi on un f or t
dans l ' i sl e de Taman, et del à i l se mi t à pi l l er ou
à r ançonner t ous l es vai sseaux qui sor t oi ent des
por t s de l a Chi ne, et ceux qui y ar r i voi ent . I l
enl eva des f i l l es sur l a côt e, i l f i t des chi noi s
escl aves ; i l se l i vr a au br i gandage l e pl us ef f r éné
et à l a pl us hont euse di ssol ut i on. Ses mat el ot s et
ses sol dat s sui vi r ent son exempl e. Les chi noi s
i r r i t és équi pper ent une f l ot t e nombr euse : l es
por t ugai s se déf endi r ent vai l l amment , et s' échapper ent ,
en se f ai sant j our à t r aver s l a f l ot t e ennemi e.
L' emper eur f i t met t r e Thomas Per ès en
pr i son, où i l mour ut , et l a nat i on por t ugai se f ut
banni e de l a Chi ne pendant quel ques années. Depui s
l es chi noi s s' adouci r ent , et i l f ut per mi s aux
por t ugai s de f ai r e l e commer ce dans l e por t

p101

de Sanci am. I l s y appor t oi ent de l ' or , qu' i l s
t i r oi ent d' Af r i que, des épi cer i es, des Mol uques
et de Ceyl an, des dent s d' él éphant et quel ques
pi er r er i es. I l s en t i r oi ent des ét of f es de soi e de
t out e espece, des por cel ai nes, des ver ni s, des
pl ant es médi ci nal es, et l e t hé, qui est depui s
devenu si nécessai r e en Eur ope aux nat i ons du
nor d.
Les por t ugai s se cont ent oi ent des l oges et des
compt oi r s qu' i l s avoi ent à Sanci am, et de l a
l i ber t é que l e gouver nement de l a Chi ne accor doi t
à l eur commer ce, l or squ' i l s' of f r i t une occasi on
de se pr ocur er un ét abl i ssement pl us sol i de
et moi ns dépendant des mandar i ns qui commandoi ent
sur l a côt e.
Un pi r at e, nommé Tehang- Si - Lao, devenu pui ssant
par ses br i gandages, s' ét oi t empar é de l a
pet i t e i sl e de Macao, d' où i l t enoi t bl oqués l es
por t s de l a Chi ne. I l f i t même l e si ege de
Cant on. Les mandar i ns des envi r ons eur ent r ecour s
aux por t ugai s, qui avoi ent des vai sseaux à
Sanci am; i l s accour ur ent au secour s de Cant on, et
i l s en f i r ent l ever l e si ege. I l s r empor t er ent une
vi ct oi r e compl et t e sur l e pi r at e, qu' i l s pour sui vi r ent
j usques dans Macao, où i l se t ua.
L' emper eur de l a Chi ne, i nf or mé du ser vi ce
que l es por t ugai s venoi ent de l ui r endr e, en eut
de l a r econnoi ssance, et l eur f i t pr ésent de
Macao. I l s accept er ent cet t e gr ace avec j oi e, et i l s
bât i r ent une vi l l e qui devi nt f l or i ssant e. Cet t e
pl ace f ut avant ageuse au commer ce qu' i l s f i r ent
bi ent ôt dans l e J apon.
Ce f ut dans ce t emps qu' une t empêt e j et t a
par bonheur sur l es côt es de ces i sl es un vai sseau
por t ugai s. Ceux qui l e mont oi ent f ur ent accuei l l i s.
On l eur donna t out ce qu' i l f al l oi t pour se

p102

r af r aî chi r et se r adouber . Ar r i vés à Goa, i l s
r endi r ent compt e de ce qu' i l s avoi ent vu, et i l s
appr i r ent au vi ce- r oi qu' une nouvel l e cont r ée f or t
r i che et f or t peupl ée s' of f r oi t au zel e des
mi ssi onnai r es, à l ' i ndust r i e des négoci ant s. Les uns et
l es aut r es pr i r ent l a r out e du J apon.
I l s t r ouver ent un gr and empi r e, qui ne cédoi t
poi nt à cel ui de l a Chi ne par ses r i chesses, par
l a magni f i cence de ses édi f i ces, et par l a f er t i l i t é
de ses t er r es. Les j aponoi s sembl oi ent même pl us
i ndust r i eux que l es chi noi s en beaucoup de
choses. Dans l ' ar t de t r avai l l er l eur s mét aux, et
sur - t out l ' aci er , i l s avoi ent une i nt el l i gence que
l es chi noi s n' avoi ent pas. Leur pol i ce ét oi t à
peu pr ès aussi par f ai t e ; mai s l e gouver nement
et l es moeur s des deux nat i ons ne se r essembl oi ent
pas.
Les gr andes i sl es qui composent cet empi r e, pl acées
sous un ci el or ageux, envi r onnées de t empêt es,
agi t ées par des vol cans, suj et t es à ces
gr ands acci dent s de l a nat ur e qui i mpr i ment l a
t er r eur , ét oi ent r empl i es d' un peupl e que l a
super st i t i on domi noi t . El l e s' y di vi se en pl usi eur s
sect es. Cel l e du si nt os est l a r el i gi on du pays,
l ' anci enne r el i gi on. El l e r econnoî t un êt r e supr ême,
l ' i mmor t al i t é de l ' ame, et el l e r end un cul t e
à une mul t i t ude de di eux, de sai nt s ou de cami s,
c' est - à- di r e, aux ames des gr ands hommes qui ont
ser vi et i l l ust r é l a pat r i e. Le gr and pr êt r e de cet t e
r el i gi on, sous l e nomde Dai r i , gouver noi t l e
J apon. I l ét oi t de l a r ace des di eux ; et en cet t e
qual i t é, i l r egnoi t despot i quement sur ses suj et s.
Emper eur et gr and pont i f e, i l avoi t r endu à quel ques
égar ds, l a r el i gi on ut i l e à ses peupl es ; ce
qui n' est pas i mpossi bl e dans l es pays où l e
sacer doce est uni à l ' empi r e.

p103

Dans ces i sl es ext r aor di nai r ement peupl ées et
peu f er t i l es en pât ur ages, i l ét oi t déf endu par l a
r el i gi on de se nour r i r de l a chai r des ani maux,
et sur - t out de ceux qu' empl oi e l ' agr i cul t ur e.
On ne voi t pas que l a sect e du si nt os ai t eu
l a mani e d' ér i ger en cr i me des act i ons i nnocent es
en el l es- mêmes, mani e si danger euse pour l es
moeur s. Loi n de r epr endr e ce f anat i sme sombr e
et cet t e cr ai nt e des di eux qu' on t r ouve dans pr esque
t out es l es r el i gi ons, l e si nt os avoi t t r avai l l é
à pr éveni r ou à cal mer cet t e mal adi e de
l ' i magi nat i on par des f êt es qu' on cél ébr oi t t r oi s f oi s
chaque moi s. El l es ét oi ent consacr ées à vi si t er
ses ami s, et à passer l e j our en f est i ns et en
r éj oui ssances. Les pr êt r es du si nt os di soi ent que l es
pl ai si r s i nnocent s des hommes ét oi ent agr éabl es à
l a di vi ni t é, et que l a mei l l eur e mani er e d' honor er
l es cami s, c' ét oi ent d' i mi t er l eur s ver t us, et
de j oui r dès ce monde du bonheur dont i l s j oui ssent
dans l ' aut r e. En conséquence de cet t e opi ni on,
l es j aponoi s, apr ès avoi r f ai t l a pr i er e dans
des t empl es, t ouj our s si t ués dans des l i eux
agr éabl es, al l oi ent chez des cour t i sannes, qui
habi t ent des mai sons or di nai r ement bât i es aupr ès des
t empl es. Ces f emmes ét oi ent des r el i gi euses soumi ses
à un or dr e de moi nes qui r et i r oi ent une par t i e
de l ' ar gent qu' el l es avoi ent gagné.
Dans l es pays où l a r el i gi on ne peut r épr i mer
l es excès de l ' amour , c' est peut - êt r e une sagesse
de l e changer en cul t e. Eh ! Quel cul t e que cel ui
où l es hommes, ani més du f eu de l a di vi ni t é,
concour ent , pour ai nsi di r e, à l a sui t e de l a
cr éat i on, en per pét uant ses ouvr ages par l es pl ai si r s
i mmor t el s de l a génér at i on ! Qu' on se f i gur e des
êt r es qui , j oi gnant t out - à- coup dans l ' ef f er vescence
de l ' âge l ' amour à l ' amour , l es i dées de l a

p104

r el i gi on à cel l es de l a passi on, l a pl us vi ve que l e
ci el ai t accor dée aux humai ns, voi ent , sent ent ,
r espi r ent Di eu dans t out es l eur s communi cat i ons,
vont l ' ador er ensembl e, l ' i nvoquer et l ' associ er à
l eur s pl ai si r s, se l e r endr e pal pabl e et sensi bl e
par cet t e ef f usi on des ames et des sens où t out est
myst er e, j oi e et f aveur cél est e. Quel suj et de
r econnoi ssance ét er nel l e enver s l ' êt r e des êt r es,
que d' at t endr e et de r ecevoi r comme un pr ésent
de sa mai n l e pr emi er obj et par qui l ' on goût e
une nouvel l e vi e, l ' épouse ou l ' époux qu' on doi t
chér i r , l es enf ant s qui nai ssent d' une sour ce de
dél i ces où i l s i r ont se r epr odui r e et se per dr e
à l eur t our ? Que de bi ens dont l a r el i gi on pour r oi t
f ai r e des ver t us, et l es r écompenses de l a
ver t u ; mai s qu' el l e pr of ane et dénat ur e, quand
el l e l es r epr ésent e comme un sent i er de cr i mes,
de mal heur s et de pei nes ! Oh ! Que l es hommes
se sont él oi gnés des f ondement s de l a mor al e, en
s' écar t ant des pr emi er s sent i ment s de l a nat ur e. I l s
ont cher ché l es l i ens de l a soci ét é dans des er r eur s
pér i ssabl es et f unest es. Si l ' homme avoi t besoi n
d' i l l usi on pour vi vr e en pai x avec l ' homme, que
ne l es pr enoi t - i l dans l es pl us dél i ci eux penchant s
de son coeur ! Quel mor al i st e, quel l égi sl at eur
subl i me que cel ui qui t r ouver oi t dans l es besoi ns de
l a conser vat i on et de l a r epr oduct i on l es moyens
l es pl us sûr s de mul t i pl i er l es i ndi vi dus, et de l es
r endr e heur eux ! Qu' i l f aut pl ai ndr e l es ames
f r oi des, i nsensi bl es, mal heur euses et dur es à qui ces
consi dér at i ons par oî t r oi ent un dél i r e ou même un
at t ent at !
La chast et é n' ét oi t pas une ver t u dans l a r el i gi on
du si nt os et dans l es moeur s j aponoi ses,
comme el l e l ' est à l a Chi ne. Cependant au J apon
l ' adul t er e ét oi t puni de mor t , et à l a Chi ne i l

p105

n' ét oi t qu' une f aut e l éger e, même aux yeux du
mar i .
La sévér i t é avec l aquel l e on puni ssoi t l ' adul t er e
au J apon, venoi t de l ' espr i t de r i gueur qui
r egne dans t out es l es l oi x de cet empi r e. El l es sont
cr uel l es et sans aucune pr opor t i on ent r e l a f aut e
et l e chât i ment .
L' emper eur , ét ant une per sonne sacr ée, un descendant ,
un r epr ésent ant des di eux, l a pl us l éger e
désobéi ssance à l a moi ndr e de ses l oi x ét oi t r egar dée
comme un cr i me énor me que l es pl us gr ands
suppl i ces pouvoi ent à pei ne expi er . Le coupabl e
même n' ét oi t pas puni seul . On envel oppoi t dans
son chât i ment sa f ami l l e ent i er e.
I l s' ét oi t i nt r odui t au J apon depui s quel ques
si ecl es une aut r e sect e, qu' on appel l oi t cel l e des
bubsdoï st es, du nomde Bubs, son f ondat eur . Son
dogme est à- peu- pr ès l e même que cel ui de l a r el i gi on
du si nt os ; mai s l es bubsdoï st es ador ent de pl us
un ami da, espece de médi at eur ent r e Di eu
et l es hommes. I l s ador ent d' aut r es di vi ni t és
médi at r i ces ent r e l es hommes et ami da. C' est par l a
mul t i t ude de ses pr écept es, par l ' excès de son
aust ér i t é, ses pr at i ques et ses mor t i f i cat i ons, que
cet t e r el i gi on s' est f l at t ée d' obt eni r l a pr éf ér ence
sur l e si nt os.
L' espr i t du bubsdoï sme est t er r i bl e. I l n' i nspi r e
que péni t ence, cr ai nt e excessi ve, r i gor i sme cr uel .
C' est l e f anat i sme l e pl us af f r eux. Les moi nes de
cet t e r el i gi on per suadent à l eur s dévot s de passer
une par t i e de l eur vi e dans l es suppl i ces, pour
expi er des f aut es i magi nai r es : i l s l eur i nf l i gent
eux- mêmes l a pl upar t de ces suppl i ces avec un
despot i sme et une cr uaut é dont l es i nqui si t eur s
d' Espagne pour r oi ent donner l ' i dée, avec cet t e
di f f ér ence que l es moi nes j aponoi s sont eux- mêmes

p106

l es bour r eaux des vi ct i mes vol ont ai r es de l a
super st i t i on, au- l i eu que l es i nqui si t eur s ne sont
que l es j uges des cr i mes et des pei nes dont i l s
ont ét é l es i nvent eur s et l es ar bi t r es. Les moi nes
bubsdoï st es t i ennent cont i nuel l ement l es espr i t s
de l eur s sect at eur s dans un ét at vi ol ent de r emor ds
et d' expi at i ons. Cet t e r el i gi on est si sur char gée de
pr écept es, qu' i l est i mpossi bl e de l es accompl i r .
El l e pei nt l es di eux t ouj our s avi des de vengeance
et t ouj our s of f ensés.
On peut s' i magi ner quel s ef f et s une si hor r i bl e
super st i t i on peut avoi r sur l e car act er e du peupl e,
et à quel degr é d' at r oci t é el l e l ' a condui t . Les
l umi er es d' une sai ne mor al e, un peu de phi l osophi e,
une éducat i on sage, pouvoi ent êt r e l e r emede à
ces l oi x, à ce gouver nement , à cet t e r el i gi on.
à l a Chi ne, on met ent r e l es mai ns des enf ant s
des l i vr es di dact i ques, qui l es i nst r ui sent en dét ai l
de l eur s devoi r s, et qui l eur démont r ent l a ver t u :
aux enf ant s j aponoi s, on f ai t appr endr e par
coeur des poëmes où sont cél ébr ées l es act i ons
de l eur s ancêt r es, où l ' on i nspi r e l e mépr i s de l a
vi e, où l e sui ci de est vant é comme l ' act i on l a
pl us hér oï que. Ces chant s, ces poëmes qu' on
di t pl ei ns d' éner gi e et de gr ace, enf ant ent
l ' ent housi asme. L' éducat i on des chi noi s r egl e l ' ame,
l a di spose à l ' or dr e : cel l e des j aponoi s l ' enf l amme
et l a por t e à l ' hér oï sme. On l es condui t t out e
l eur vi e par l ' i magi nat i on, par l e sent i ment ; et
l es chi noi s par l a r ai son et l es usages. Les
j aponoi s ai ment l ' él oquence et l a poési e. I l s sont
or at eur s, i l s pei gnent vi vement . Les chi noi s
dans l eur s l i vr es cher chent l a vér i t é, i l s ont pl us
de t r anqui l l i t é et de bonheur ; et l e j aponoi s,
avi de de j oui ssances, est t ouj our s pr êt à sacr i f i er

p107

sa vi e. I l sembl e qu' en génér al l es chi noi s t endent
à pr éveni r l a vi ol ence et l ' i mpét uosi t é de
l ' ame ; l es j aponoi s, son engour di ssement et sa
f oi bl esse.
La sect e de Conf uci us avoi t f ai t quel ques pr ogr ès
au J apon par mi l a nobl esse ; mai s l es pr êt r es
du bubsdoï sme et du si nt os ne l ui ét oi ent pas
f avor abl es. I l s ne l e f ur ent pas davant age au
chr i st i ani sme, l or squ' on vi nt l ' y pr êcher . Cependant
l es mi ssi onnai r es f i r ent beaucoup de pr osél i t es,
et l es mar chands un commer ce i mmense.
Les por t ugai s y t r anspor t oi ent l es mar chandi ses
de l ' I nde qu' i l s t i r oi ent de Goa, et Macao l eur
ser voi t d' ent r epôt pour l es mar chandi ses qu' i l s
t i r oi ent de l ' Eur ope. El l es consi st oi ent l a pl upar t
en bagat el l es, qu' achet oi t chér ement un peupl e
r i che et cur i eux de nouveaut és. Aussi empor t oi t - on
t ous l es ans du J apon t r ei ze ou quat or ze mi l l i ons
en or , qui passoi ent en gr ande par t i e à Li sbonne.
Les por t ugai s épousoi ent au J apon de r i ches
hér i t i er es, et s' al l i oi ent aux f ami l l es l es pl us
pui ssant es. I l s commer çoi ent l i br ement dans t ous
l es por t s et dans t out es l es pr ovi nces du r oyaume.
Leur cupi di t é devoi t êt r e sat i sf ai t e, ai nsi que
l eur ambi t i on. I l s ét oi ent l es maî t r es des côt es
de Gui née, de l a Per se, et des deux pr esqu' i sl es
de l ' I nde. I l s r egnoi ent aux Mol uques, à Ceyl an,
dans l es i sl es de l a Sonde, et l eur ét abl i ssement
à Macao l eur assur oi t l e commer ce de l a Chi ne
et du J apon. Les r omai ns, dans l eur pl us gr ande
pr ospér i t é, n' avoi ent pas eu un empi r e beaucoup
pl us ét endu. Au mi l i eu de t ant de gl oi r e, de
t r ésor s et de conquêt es, l es por t ugai s n' avoi ent
pas négl i gé cet t e par t i e de l ' Af r i que si t uée ent r e
l e cap de Bonne- Espér ance et l a mer Rouge, qui
avoi t ét é r enommée dans t ous l es t emps par l a

p108

r i chesse de ses pr oduct i ons. Pl usi eur s r ai sons l es
avoi ent por t és à s' en occuper . Les ar abes s' y
ét oi ent ét abl i s et f or t mul t i pl i és depui s pl usi eur s
si ecl es. I l s y avoi ent f or mé sur l a côt e de
Zanguebar pl usi eur s pet i t es souver ai net és
i ndépendant es, dont quel ques- unes avoi ent de l ' écl at ,
pr esque t out es de l ' ai sance. Ces ét abl i ssement s
devoi ent l eur pr ospér i t é aux mi nes qui ét oi ent dans
l es t er r es. El l es f our ni ssoi ent l ' or et l ' ar gent qui
ser voi ent à l ' achat des mar chandi ses de l ' I nde. Dans
l eur s pr i nci pes, l es por t ugai s devoi ent cher cher à
s' empar er de ces r i chesses, et à l es ôt er à l eur s
concur r ent s. Ces mar chands ar abes f ur ent ai sément
subj ugués ver s l ' an 1508. Sur l eur s r ui nes s' él eva un
empi r e, qui s' ét endoi t depui s Sof al a j usqu' à
Mel i nde, et auquel on donna pour cent r e l ' i sl e de
Mozambi que. El l e n' est sépar ée du cont i nent que
par un pet i t canal , et n' a pas deux l i eues de t our .
Son por t , qui est excel l ent , et auquel i l ne
manque qu' un ai r pl us pur , devi nt un l i eu de r el âche
et un ent r epôt pour t ous l es vai sseaux du vai nqueur .
C' est l à qu' i l s at t endoi ent ces vent s r égl és,
qui , dans cer t ai ns t emps de l ' année, souf f l ent
r égul i ér ement des côt es de l ' Af r i que à cel l es de
l ' I nde, comme dans d' aut r es t emps des vent s opposés
souf f l ent des côt es de l ' I nde à cel l es d' Af r i que.
Tant d' avant ages pouvoi ent f or mer une masse
de pui ssance i nébr anl abl e ; mai s l es vi ces et
l ' i nept i e de quel ques commandant s, l ' abus des
r i chesses, cel ui de l a pui ssance, l ' i vr esse des
succès, l ' él oi gnement de l eur pat r i e avoi ent changé
l es por t ugai s. Le f anat i sme de r el i gi on qui avoi t
donné pl us de f or ce et d' act i vi t é à l eur cour age, ne
l eur donnoi t pl us que de l ' at r oci t é. I l s ne se
f ai soi ent aucun scr upul e de pi l l er , de t r omper ,
d' asser vi r des i dol ât r es. I l s pensoi ent que l e pape,

p109

en donnant aux r oi s de Por t ugal l es r oyaumes
d' Asi e, n' avoi t pas r ef usé à l eur s suj et s l es bi ens
des par t i cul i er s. Tyr ans des mer s de l ' or i ent , i l s
y r ançonnoi ent l es vai sseaux de t out es l es nat i ons.
I l s r avageoi ent l es côt es, i l s i nsul t oi ent l es
pr i nces, et i l s devi nr ent dans peu l ' hor r eur et l e
f l éau des peupl es.
Le r oi de Ti dor f ut enl evé dans son pal ai s,
et massacr é avec ses enf ant s, qu' i l avoi t conf i és
aux por t ugai s.
à Ceyl an, l es peupl es ne cul t i voi ent pl us l a
t er r e que pour l eur s nouveaux maî t r es qui l es
t r ai t oi ent avec bar bar i e.
I l s avoi ent ét abl i l ' i nqui si t i on à Goa, et
qui conque ét oi t r i che devenoi t l a pr oi e des mi ni st r es
de cet i nf ame t r i bunal .
Far i a, envoyé cont r e l es cor sai r es mal ai s, chi noi s
et aut r es, al l a pi l l er l es t ombeaux des emper eur s
de l a Chi ne dans l ' i sl e de Cal ampui .
Souza f ai soi t r enver ser t out es l es pagodes sur
l es côt es de Mal abar , et on égor geoi t i nhumai nement
l es mal heur eux i ndi ens qui al l oi ent pl eur er
sur l es r ui nes de l eur s t empl es.
Cor r ea t er mi noi t une guer r e vi ve avec l e r oi
de Pégu, et l es deux par t i s devoi ent j ur er
l ' obser vat i on du t r ai t é sur l es l i vr es de l eur s
r el i gi ons. Cor r ea j ur a sur un r ecuei l de chansons,
et cr ut él uder un engagement par ce vi l st r at agême.
Nuguès D' Acughna voul ut se r endr e maî t r e de
l ' i sl e de Daman sur l a côt e de Cambaye : l es
habi t ant s of f r i r ent de l ui abandonner , s' i l voul oi t
l eur per met t r e d' empor t er l eur s r i chesses. Cet t e
per mi ssi on f ut r ef usée, et Nuguès l es f i t t ous
passer au f i l de l ' épée.
Di ego De Si l veyr a cr oi soi t dans l a mer Rouge.
Un vai sseau r i chement char gé l e sal ua. Le capi t ai ne

p110

vi nt à son bor d, et l ui pr ésent a de l a par t
d' un génér al por t ugai s, une l et t r e qui devoi t l ui
ser vi r de passepor t . Cet t e l et t r e ne cont enoi t
que ces mot s : je supplie les capitaines des
vaisseaux du roi de Portugal de s' emparer du
navire de ce maure comme de bonne prise . Si l veyr a
s' empar a du navi r e.
Bi ent ôt l es por t ugai s n' eur ent pas l es uns pour l es
aut r es pl us d' humani t é et de bonne f oi , qu' i l s
n' en avoi ent pour l es nat ur el s du pays. Pr esque
t ous l es ét at s où i l s commandoi ent ét oi ent di vi sés
en f act i ons.
I l r égnoi t par - t out dans l eur s moeur s un mêl ange
d' avar i ce, de débauche, de cr uaut é et de
dévot i on. I l s avoi ent l a pl upar t sept ou hui t
concubi nes, qu' i l s f ai soi ent t r avai l l er avec l a
der ni er e r i gueur , et auxquel l es i l s ar r achoi ent
l ' ar gent qu' el l es avoi ent gagné par l eur t r avai l .
I l y a l oi n de cet t e mani er e de t r ai t er l es f emmes
aux moeur s de l a cheval er i e.
Les commandant s, l es pr i nci paux of f i ci er s admet t oi ent
à l eur t abl e une f oul e de ces chant euses
et de ces danseuses dont l ' I nde est r empl i e.
La mol l esse s' ét oi t i nt r odui t e dans l es mai sons et
dans l es ar mées. C' ét oi t en pal anqui n que l es
of f i ci er s mar choi ent à l ' ennemi . On ne l eur t r ouvoi t
pl us ce cour age br i l l ant , qui avoi t soumi s t ant
de peupl es. I l ét oi t devenu di f f i ci l e de f ai r e
combat t r e l es por t ugai s l or squ' i l n' y avoi t pas
l ' appar ence d' un r i che but i n. Bi ent ôt l e r oi de
Por t ugal ne t oucha pl us l e pr odui t des t r i but s que
l ui payoi ent pl us de cent ci nquant e pr i nces de
l ' or i ent . Cet ar gent se per doi t en passant d' eux
j usqu' à l ui . I l r égnoi t un t el br i gandage dans
l es f i nances, que l es t r i but s des souver ai ns, l e
pr odui t des douanes qui devoi t êt r e i mmense,

p111

l es i mpôt s qu' on l evoi t en or , en ar gent , en
épi cer i es sur l es peupl es du cont i nent et des i sl es,
ne suf f i soi ent pas pour l ' ent r et i en de quel ques
ci t adel l es, et l ' équi pement des vai sseaux nécessai r es.
I l est t r i st e d' ar r êt er ses yeux sur l es moment s
du décl i n des nat i ons. Hât ons- nous de par l er de
l ' admi ni st r at i on de DomJ uan De Cast r o, qui
r endi t aux por t ugai s une par t i e de l eur ver t u.
Cast r o ét oi t f or t i nst r ui t pour son si ecl e. I l
avoi t l ' ame nobl e et él evée ; et l a l ect ur e des
anci ens y avoi t ent r et enu cet amour de l a gl oi r e
et de l a pat r i e, si commun chez l es gr ecs et chez
l es r omai ns.
Dès l es pr emi er s t emps de sa sage et br i l l ant e
admi ni st r at i on, Coj è- Sophar , mi ni st r e de Mahmoud,
r oi de Cambaye, sut i nspi r er à son maî t r e
l e dessei n d' at t aquer l es por t ugai s. Cet homme
né, à ce qu' on assur e, d' un per e i t al i en et d' une
mer e gr ecque, ét oi t par venu de l ' escl avage au
mi ni st er e et au commandement des ar mées. I l
s' ét oi t f ai t musul man, i l n' avoi t aucune r el i gi on,
mai s i l savoi t f ai r e usage de l a hai ne que
l e mépr i s des por t ugai s pour l es r el i gi ons du pays
i nspi r oi t au peupl e. I l at t i r a aupr ès de l ui des
of f i ci er s expér i ment és, des sol dat s aguer r i s, de
bons i ngéni eur s, des f ondeur s même qu' i l f i t
veni r de Const ant i nopl e. Ses pr épar at i f s par ur ent
dest i nés cont r e l e mogol ou cont r e l es pat anes ;
et l or sque l es por t ugai s s' y at t endoi ent l e moi ns,
i l at t aqua Di u, s' en r endi t maî t r e, et f i t l e si ege
de l a ci t adel l e.
Cet t e pl ace, si t uée dans une pet i t e i sl e sur l es
côt es de Guazar at e, avoi t t ouj our s ét é r egar dée
comme l a cl ef des I ndes dans l es t emps que l es
navi gat eur s ne s' écar t oi ent pas des côt es, et que

p112

Sur at e ét oi t l e pl us gr and ent r epôt de l ' or i ent .
Depui s l ' ar r i vée de Gama, el l e avoi t ét é
const amment l ' obj et de l ' ambi t i on des por t ugai s, et
el l e ét oi t enf i n t ombée sous l eur domi nat i on du
t emps de Dacughna. Mascar egnas, qui en ét oi t
gouver neur au t emps dont nous par l ons, devoi t
avoi r neuf cent s hommes, et n' en avoi t que t r oi s
cent s. Le r est e de sa gar ni son, par un abus dès- l or s
f or t commun, f ai soi t l e commer ce dans l es vi l l es
de l a côt e. I l al l oi t succomber , s' i l n' eût r eçu de
pr ompt s secour s. Cast r o l ui en f i t passer sous l a
condui t e de son f i l s, qui f ut t ué. Coj è- Sophar l e
f ut aussi , et sa mor t ne r al ent i t pas l e si ege.
Cast r o ét abl i t des j eux f unér ai r es à l ' honneur
de ceux qui ét oi ent mor t s en combat t ant pour l a
pat r i e. I l f i t f ai r e des compl i ment s à l eur s par ent s
de l a par t du gouver nement . I l en r eçut l ui - même
pour l a mor t de son f i l s ai né. Le second de ses
f i l s pr ési doi t aux j eux f unér ai r es, et par t i t
aussi - t ôt pour Di u, comme pour al l er mér i t er l es
honneur s qu' i l venoi t de r endr e à son f r er e. La
gar ni son r epoussoi t t ous l es assaut s, se si gnal oi t
chaque j our par des act i ons ext r aor di nai r es. Aux yeux
des i ndi ens, l es por t ugai s ét oi ent au- dessus de
l ' homme. heureusement, di soi t - on, la providence
avoit voulu qu' il y en eût peu comme des tigres et
des lions, afin qu' ils ne détruisissent pas
l' espece humaine .
Cast r o amena l ui - même un pl us gr and secour s
que ceux qu' i l avoi t envoyés. I l ent r a dans l a
ci t adel l e avec des vi vr es et pl us de quat r e mi l l e
hommes. I l f ut dél i bér é si on l i vr er oi t bat ai l l e. Le
pour et l e cont r e f ur ent di scut és. Gar ci e De Sa,
vi ei l of f i ci er , i mposa si l ence, et di t : j' ai
écouté, il faut combattre . C' ét oi t l ' avi s de
Cast r o. Les por t ugai s mar cher ent aux r et r anchement s,
et r empor t er ent

p113

une gr ande vi ct oi r e. Apr ès avoi r dél i vr é
l a ci t adel l e, i l f al l oi t l a r épar er ; l es f onds
manquoi ent , et Cast r o l es empr unt a en son nom.
I l voul ut , à son r et our dans Goa, donner à son
ar mée l es honneur s du t r i omphe, à l a mani er e
des anci ens. I l pensoi t que ces honneur s ser vi r oi ent
à r ani mer l e géni e bel l i queux des por t ugai s, et
que l e f ast e de cet t e cér émoni e i mposer oi t à
l ' i magi nat i on des peupl es. Les por t es à son ent r ée
f ur ent or nées d' ar cs t r i omphaux ; l es r ues ét oi ent
t api ssées, l es f emmes par ées magni f i quement
ét oi ent aux f enêt r es, et j et t oi ent des f l eur s et des
par f ums sur l es vai nqueur s. Le peupl e dansoi t au
son des i nst r ument s. On por t oi t l ' ét endar d r oyal
à l a t êt e des sol dat s qui mar choi ent en or dr e. Le
vi ce- r oi , cour onné de br anches de pal mi er , ét oi t
mont é sur un char super be ; l es génér aux ennemi s
sui voi ent son char , l es sol dat s pr i sonni er s
mar choi ent apr ès eux. On por t oi t l es dr apeaux qu' on
l eur avoi t enl evés ; i l s ét oi ent r enver sés et
t r aî nant s sur l a poussi er e, on f ai soi t sui vr e
l ' ar t i l l er i e et l es bagages pr i s sur l es vai ncus. Des
r epr ésent at i ons de l a ci t adel l e dél i vr ée et de l a
bat ai l l e gagnée r el evoi ent l a pompe de cet appar ei l .
Ver s, chansons, har angues, f eux de j oi e, r i en ne f ut
oubl i é pour r endr e cet t e f êt e magni f i que, agr éabl e,
i mposant e.
La r el at i on de ce t r i omphe f ut r épandue en
Eur ope. Les pet i t s espr i t s l e t r ouver ent r i di cul e,
et l es bi got s l e t r ouver ent pr of ane. La r ei ne de
Por t ugal di t à cet t e occasi on, que Castro avoit
vaincu en héros chrétien, et qu' il avoit
triomphé en héros payen .
La vi gueur des por t ugai s que Cast r o avoi t r ani mée
ne se sout i nt pas l ong- t emps, et l a cor r upt i on
augment oi t de j our en j our dans t out es l es

p114

cl asses des ci t oyens. Un vi ce- r oi i magi na d' ét abl i r
dans l es vi l l es pr i nci pal es des t r oncs, où t ous l es
par t i cul i er s pouvoi ent j et t er des mémoi r es et l ui
donner des avi s. Un sembl abl e ét abl i ssement
pour r oi t êt r e f or t ut i l e, et r éf or mer l es abus chez
une nat i on écl ai r ée, où i l y aur oi t encor e des
moeur s ; mai s chez une nat i on super st i t i euse et
cor r ompue, quel bi en pouvoi t - i l f ai r e ?
I l ne r est oi t pl us aucun des pr emi er s conquér ant s
de l ' I nde, et l eur pat r i e épui sée par un t r op gr and
nombr e d' ent r epr i ses et de col oni es, ne pouvoi t
l es r empl acer . Les déf enseur s des ét abl i ssement s
por t ugai s ét oi ent nés en Asi e. L' abondance, l a
douceur du cl i mat , l e genr e de vi e, peut - êt r e
l es al i ment s avoi ent f or t al t ér é en eux l ' i nt r épi di t é
de l eur s per es. I l s ne conser ver ent pas assez de
cour age pour se f ai r e cr ai ndr e, en se l i vr ant à
t ous l es excès qui f ont haï r . I l s ét oi ent des
monst r es : l e poi son, l es i ncendi es, l es assassi nat s,
t ous l es cr i mes l eur ét oi ent devenus f ami l i er s. Ce
n' ét oi t pas seul ement des par t i cul i er s qui s' en
r endoi ent coupabl es, l es hommes en pl ace l eur en
donnoi ent l ' exempl e. I l s égor geoi ent l es nat ur el s
du pays ; i l s se déchi r oi ent ent r ' eux. Le gouver neur
qui ar r i voi t , met t oi t aux f er s son pr édécesseur
pour l e dépoui l l er . L' él oi gnement des l i eux,
l es f aux t émoi gnages, l ' or ver sé à pl ei nes mai ns,
assur oi ent l ' i mpuni t é à t ous l es cr i mes.
L' i sl e d' Amboi ne f ut l e pr emi er pays qui se
f i t j ust i ce. Dans une f êt e publ i que, un por t ugai s
sai si t une t r ès- bel l e f emme, et , sans aucun égar d
pour l es bi enséances, i l l ui f i t t ous l es out r ages
possi bl es. Un des i nsul ai r es, nommé Génul i o, ar ma
ses conci t oyens : i l assembl a ensui t e l es por t ugai s,
et i l l eur di t : " pour venger des af f r ont s aussi
cr uel s que ceux que nous avons r eçus de vous,

p115

i l f audr oi t des ef f et s, et non des par ol es.
Cependant , écout ez : vous nous pr êchez un di eu
qui se pl aî t , di t es- vous, dans l es act i ons
génér euses des hommes, et l e vol , l e meur t r e,
l ' i mpudi ci t é, l ' i vr ogner i e sont vos habi t udes ;
t ous l es vi ces i nondent vos coeur s. Nos moeur s
et l es vôt r es ne peuvent s' accor der : l a nat ur e
l ' avoi t pr évu, en nous sépar ant par des mer s
i mmenses, et vous avez f r anchi ces bar r i er es.
Cet t e audace, dont vous osez vous énor guei l l i r ,
est une pr euve de l a cor r upt i on de vos
coeur s. Cr oyez- moi , l ai ssez en pai x des peupl es
qui vous r essembl ent si peu ; al l ez habi t er
chez des nat i ons aussi f ér oces que vous : vot r e
commer ce nous ser oi t pl us f at al que t ous l es
f l éaux dont vot r e di eu pour r oi t nous accabl er .
Nous r enonçons pour t ouj our s à vot r e al l i ance :
vos ar mes sont mei l l eur es que l es nôt r es ;
mai s nous sommes pl us j ust es que vous, et nous
ne vous cr ai gnons pas. Les i t ons sont auj our d' hui
vos ennemi s, f uyez l eur pays, et gar dez- vous
d' y r epar oî t r e. "
ce di scour s, qui , t r ent e ans aupar avant , aur oi t
ent r aî né l a r ui ne d' Amboi ne, f ut écout é avec une
pat i ence qui mont r oi t l e changement des por t ugai s.
égal ement dét est és par - t out , i l s vi r ent se f or mer
une conf édér at i on pour l es chasser de l ' or i ent .
Tout es l es gr andes pui ssances de l ' I nde ent r er ent
dans l a l i gue, et pendant t r oi s ou quat r e ans
f i r ent en secr et des pr épar at i f s. La cour de
Li sbonne en f ut i nf or mée. Le r oi Sébast i en, qui
sans son f anat i sme, aur oi t ét é un gr and r oi , f i t
par t i r pour l ' I nde At aï de, et t ous l es por t ugai s
qui s' ét oi ent di st i ngués dans l es guer r es de
l ' Eur ope.
à l eur ar r i vée, l ' opi ni on génér al e ét oi t , qu' i l
f al l oi t abandonner l es possessi ons él oi gnées, et
r assembl er

p116

ses f or ces dans l e Mal abar et aux envi r ons
de Goa. Quoi que At aï de pensât qu' on avoi t f or mé
un t r op gr and nombr e d' ét abl i ssement s, i l ne
voul ut pas avoi r l ' ai r de l es sacr i f i er .
compagnons, di t - i l , je veux tout conserver ;
et tant que je vivrai, les ennemis ne gagneront
pas un pouce de terrein . Aussi - t ôt i l expédi a
des secour s pour t out es l es pl aces menacées, et f i t
l es di sposi t i ons nécessai r es à l a déf ense de Goa.
Le Zamor i n at t aqua Mangal or , Cochi n,
Cananor . Le r oi de Cambaye at t aqua Chaul ,
Daman, Bachaï m. Le r oi d' Achemf i t l e si ege de
Mal aca. Le r oi de Ter nat e f i t l a guer r e dans l es
Mol uques. Agal achem, t r i but ai r e du Mogol , ar r êt a
l es por t ugai s qui négoci oi ent à Sur at e. La
r ei ne de Gar copa t ent a de l es chasser d' Onor .
At aï de, au mi l i eu des soi ns et des embar r as du
si ege de l a capi t al e, envoya ci nq vai sseaux à Sur at e.
I l s f i r ent r el âcher l es por t ugai s dét enus par
Agal achem. Tr ei ze vai sseaux par t i r ent pour
Mal aca ; l e r oi d' Achemet ses al l i és en l ever ent
l e si ege. At aï de voul ut même f ai r e appar ei l l er l es
vai sseaux qui por t oi ent t ous l es ans à Li sbonne
quel ques t r i but s ou des mar chandi ses. On l ui
r epr ésent a qu' au- l i eu de se pr i ver du secour s des
hommes qui mont er oi ent cet t e f l ot t e, i l f al l oi t l es
gar der pour l a déf ense de l ' I nde. nous suffirons,
di t At aï de ; l' état a besoin, et il ne faut pas
tromper son espérance . Cet t e r éponse ét onna, et
l a f l ot t e par t i t dans l e t emps que l a pl ace ét oi t l e
pl us vi vement pr essée par I dal can. At aï de envoya
des t r oupes au secour s de Cochi n, et des vai sseaux
à Ceyl an. L' ar chevêque dont l ' aut or i t é ét oi t sans
bor ne, voul ut s' y opposer . monsieur, l ui di t
At aï de, vous n' entendez rien à nos affaires ;
bornez-vous à les recommander à Dieu . Les
por t ugai s ar r i vés d' Eur ope

p117

f i r ent à ce si ege des pr odi ges de val eur . At aï de
eut souvent de l a pei ne à l es empêcher de pr odi guer
i nut i l ement l eur vi e. Pl usi eur s, mal gr é ses
déf enses, sor t oi ent en secr et dans l a nui t pour
at t aquer l es assi égeant s dans l eur s l i gnes.
Le vi ce- r oi ne compt oi t pas si absol ument sur
l a f or ce de ses ar mes, qu' i l ne cr ut devoi r
empl oyer l a pol i t i que. I l f ut i nst r ui t qu' I dal can
ét oi t gouver né par une de ses maî t r esses, et qu' el l e
ét oi t au camp. Les f emmes qui se dévouent aux pl ai si r s
des pr i nces ne sont communément que l es escl aves
de l ' ambi t i on, et ne connoi ssent pas l es ver t us
que peut i nspi r er l ' amour . La maî t r esse d' I dal can
se l ai ssa cor r ompr e, et vendi t à At aï de l es
secr et s de son amant . I dal can s' apper çut de l a
t r ahi son, mai s i l ne put découvr i r l e t r aî t r e. Enf i n,
apr ès di x moi s de combat s et de t r avaux, ce
pr i nce, qui voyoi t ses t ent es r ui nées, ses t r oupes
di mi nuées, ses él éphant s t ués, sa caval er i e hor s
d' ét at de ser vi r , vai ncu par l e géni e d' At aï de,
l eva l e si ege, et se r et i r a, l a hont e et l e désespoi r
dans l e coeur .
At aï de vol e sur l e champ au secour s de Chaul ,
assi égé par Ni zamal uc, r oi de Cambaye, qui avoi t
pl us de cent mi l l e hommes. La déf ense de Chaul
avoi t ét é aussi i nt r épi de que cel l e de Goa. El l e
f ut sui vi e d' une gr ande vi ct oi r e qu' At aï de, à l a
t êt e d' une poi gnée de por t ugai s, r empor t a sur une
ar mée nombr euse, et aguer r i e par un l ong si ege.
At aï de mar cha ensui t e cont r e l e Zamor i n,
l e bat t i t , et f i t avec l ui un t r ai t é par l equel ce
pr i nce s' engageoi t à ne pl us avoi r de vai sseaux
de guer r e.
Les por t ugai s r edevenoi ent dans t out l ' or i ent
ce qu' i l s ét oi ent aupr ès d' At aï de. Un seul vai sseau
commandé par Lopès Car asco, se bat t i t pendant

p118

t r oi s j our s cont r e l a f l ot t e ent i er e du r oi d' Achem.
Au mi l i eu du combat , on vi nt di r e au f i l s de Lopès
que son per e avoi t ét é t ué. c' est, di t - i l , un
brave homme de moins, il faut vaincre, ou mériter
de mourir comme lui . I l pr i t l e commandement du
vai sseau ; et t r aver sant en vai nqueur l a f l ot t e
ennemi e, se r endi t devant Mal aca.
On r et r ouvoi t al or s dans l es por t ugai s d' aut r es
ver t us que l eur cour age, t ant est pui ssant sur l es
nat i ons même l es pl us cor r ompues l ' ascendant
d' un gr and homme. Thomas De Sosa venoi t de
f ai r e escl ave une bel l e f emme, pr omi se depui s peu
à un j eune homme qui l ' ai moi t . Cel ui - ci i nst r ui t
du mal heur de sa maî t r esse, al l a se j et t er à ses
pi eds et par t ager ses f er s. Sosa f ut t émoi n de
l eur ent r evue : i l s s' embr assoi ent , i l s f ondoi ent
en l ar mes. je vous affranchis, l eur di t l e
génér al por t ugai s, allez vivre heureux ailleurs .
At aï de mi t de l a r éf or me dans l a r égi e des
deni er s publ i cs, et r épr i ma l ' abus l e pl us nui si bl e
aux ét at s, l ' abus l e pl us di f f i ci l e à r épr i mer . Mai s
ce bon or dr e, cet hér oï sme r enai ssant , ce beau
moment n' eur ent de dur ée que cel l e de son
admi ni st r at i on.
à l a mor t du r oi Sébast i en, l e por t ugal t omba
dans une espece d' anar chi e, et f ut soumi s peu- à- peu
à Phi l i ppe I i . Al or s l es por t ugai s de l ' I nde
cesser ent de se cr oi r e une pat r i e. Quel ques- uns
se r endi r ent i ndépendant s, d' aut r es se f i r ent
cor sai r es, et ne r espect er ent aucun pavi l l on.
Pl usi eur s se mi r ent au ser vi ce des pr i nces du pays,
et ceux- l à devi nr ent pr esque t ous mi ni st r es ou
génér aux, t ant l eur nat i on avoi t encor e d' avant age
sur cel l es de l ' I nde. Chaque por t ugai s ne t r avai l l oi t
pl us qu' à sa f or t une : i l s agi ssoi ent sans zel e et
sans concer t pour l ' i nt ér êt commun. Les I ndes ét oi ent

p119

par t agées en t r oi s gouver nement s, qui ne se
pr êt oi ent aucun secour s, et dont l es pr oj et s et l es
i nt ér êt s devi nr ent di f f ér ends. Les sol dat s et l es
of f i ci er s ét oi ent sans di sci pl i ne, sans subor di nat i on,
sans amour de l a gl oi r e. Les vai sseaux de
guer r e ne sor t oi ent pl us des por t s, ou n' en
sor t oi ent que mal ar més. Les moeur s se dépr aver ent
pl us que j amai s. Aucun chef ne pouvoi t r épr i mer
l es vi ces, et l a pl upar t de ces chef s ét oi ent des
hommes cor r ompus. Les por t ugai s per di r ent enf i n
l eur gr andeur , l or squ' une nat i on l i br e, écl ai r ée
et t ol ér ant e, se mont r a dans l ' I nde, et l eur en
di sput a l ' empi r e.
I l par oî t que dans l e t emps des découver t es
des por t ugai s, l es pr i nci pes pol i t i ques sur l e
commer ce, sur l a pui ssance r éel l e des ét at s, sur l es
avant ages des conquêt es, sur l a mani er e d' ét abl i r
et de conser ver des col oni es, et sur l ' ut i l i t é qu' en
peut t i r er l a mét r opol e, n' ét oi ent poi nt encor e
connus.
Le pr oj et de t r ouver un chemi n aut our de
l ' Af r i que, pour se r endr e aux I ndes, et en
r appor t er des mar chandi ses, ét oi t sage. Les bénéf i ces
que f ai soi ent l es véni t i ens par des voi es pl us
dét our nées, devoi ent exci t er l ' émul at i on des
por t ugai s ; mai s l eur ambi t i on devoi t avoi r des
bor nes.
Cet t e pet i t e nat i on se t r ouvant t out - à- coup
maî t r esse du commer ce l e pl us r i che et l e pl us ét endu
de l a t er r e, ne f ut bi ent ôt composée que de
mar chands, de f act eur s et de mat el ot s, qui
dét r ui soi ent de l ongues navi gat i ons. El l e per di t
ai nsi l e f ondement de t out e pui ssance r éel l e,
l ' agr i cul t ur e, l ' i ndust r i e nat i onal e et l a
popul at i on. I l n' y eut pas de pr opor t i on ent r e son
commer ce et l es moyens de l e cont i nuer .
El l e f i t pl us mal encor e : el l e voul ut êt r e
conquér ant e,

p120

et embr assa une ét endue de t er r ei n qu' aucune
nat i on de l ' Eur ope ne pour r oi t conser ver
sans s' af f oi bl i r .
Ce pet i t pays, médi ocr ement peupl é, s' épui soi t
sans cesse en sol dat s, en mat el ot s, en col ons.
Son i nt ol ér ance ne l ui per mi t pas d' admet t r e
au r ang de ses ci t oyens l es peupl es de l ' or i ent et
de l ' Af r i que, et i l l ui f al l oi t par - t out et à t out
moment combat t r e ses nouveaux suj et s.
Comme l e gouver nement changea bi ent ôt ses
pr oj et s de commer ce en pr oj et s de conquêt e, l a
nat i on, qui n' avoi t j amai s eu l ' espr i t de commer ce,
pr i t cel ui de br i gandage.
L' hor l oger i e, l es ar mes à f eu, l es f i ns dr aps, et
quel ques aut r es mar chandi ses qu' on a appor t ées
depui s aux I ndes, n' ét ant pas à ce degr é de
per f ect i on où el l es sont par venues, l es por t ugai s ne
pouvoi ent por t er que de l ' ar gent . Bi ent ôt i l s s' en
l asser ent , et i l s r avi r ent de f or ce aux i ndi ens ce
qu' i l s avoi ent commencé par achet er d' eux.
C' est al or s qu' on vi t en Por t ugal à côt é de l a
pl us excessi ve r i chesse l a pl us excessi ve pauvr et é.
I l n' y eut de r i ches que ceux qui avoi ent possédé
quel que empl oi dans l es I ndes ; et l e l abour eur ,
qui ne t r ouvoi t pas des br as pour l ' ai der dans
son t r avai l , l es ar t i sans qui manquoi ent d' ouvr i er s,
abandonnant bi ent ôt l eur s mét i er s, f ur ent r édui t s
à l a pl us ext r ême mi ser e.
Quand l e Por t ugal n' aur oi t pas ét é soumi s
à l ' Espagne, i l n' aur oi t conser vé, ni sa r i chesse
r éel l e, ni sa pui ssance. On en a vu l es r ai sons
pr i nci pal es. I l y en a d' aut r es que l a condui t e
mesur ée et r éf l échi e des hol l andoi s va r endr e
ext r êmement sensi bl es.
LIVRE 2


p121

La Ger mani e, à qui l ' Eur ope doi t t ous
l es maux de ses gouver nement s, qui
a t out dét r ui t sans r i en r épar er , qui
sur l es débr i s du despot i sme de l a
r épubl i que r omai ne, a él évé l ' anar chi e
et l a t yr anni e f éodal es : l a Ger mani e, qui ,
apr ès avoi r r ui né l ' empi r e d' un peupl e vai nqueur
du monde, se l ai ssa t r omper , gouver ner et pi l l er par
l es mi ni st r es d' une r el i gi on née sur l es r ui nes de
Rome : l a Ger mani e eut dans l es pr emi er s t emps
sept di eux, qui ét oi ent honor és successi vement un
j our de l a semai ne. Le cul t e qu' on l eur r endoi t f ut

p122

d' abor d f or t si mpl e. L' usage des t empl es, des
i dol es, des l i bat i ons, s' i nt r odui si t peu- à- peu. On
décl ar a sacr ée l a per sonne des pr êt r es : et des
at t ent at s de t ous l es genr es sui vi r ent un pr i vi l ege
si danger eux.
Tout es l es par t i es de ce vast e cont i nent n' ét oi ent
pas gouver nées de l a même mani er e : l e peupl e
avoi t r et enu l ' aut or i t é dans quel ques- unes ; l a
nobl esse s' en ét oi t empar ée dans d' aut r es ; i l y en
avoi t où l ' adr esse et l a f or ce avoi ent pl acé des
r oi s él ect i f s ou hér édi t ai r es. Tel l e ét oi t cependant
l ' hor r eur des ger mai ns pour l a ser vi t ude, que,
sous ces di f f ér ent es const i t ut i ons, i l s avoi ent
conser vé l eur l i ber t é.
I l s n' avoi ent poi nt de dr oi t écr i t ; et l a t r adi t i on
seul e l es i nst r ui soi t de l eur s obl i gat i ons. Les moeur s
r égnoi ent au mi l i eu des l oi x : l a si mpl e équi t é
r égl oi t l es act i ons, et l e bon sens déci doi t l es
di f f ér ends. On pendoi t l es t r aî t r es ; on noyoi t l es
l âches : t ous l es aut r es cr i mes se r achet oi ent par
des amendes au pr of i t de l a soci ét é et des of f ensés.
La pr emi er e ver t u, c' ét oi t l e cour age aux yeux
de cet t e nat i on guer r i er e : el l e mépr i soi t l es
danger s, el l e haï ssoi t l e r epos, et ne pouvoi t
suppor t er l e t r avai l . Accout umée à r egar der comme une
l âchet é, d' obt eni r par des soi ns cont i nuel s ce qu' el l e
pouvoi t empor t er de f or ce, el l e at t aquoi t sans
cesse ses voi si ns. Dans une expédi t i on, l e chef
devoi t vai ncr e ou mour i r , et l es sol dat s j ur oi ent
de ne poi nt sur vi vr e à l eur génér al .
L' i nf ant er i e l ai ssoi t dans ses r angs des vui des,
qui ét oi ent r empl i s par l a caval er i e. Les caval i er s
et l es f ant assi ns char geoi ent ensembl e ; et
l ' agi l i t é des sol dat s égal oi t l a vî t esse des chevaux.
La l ance, une épée cour t e, ét oi ent l es ar mes
of f ensi ves des ger mai ns. Quel ques- uns avoi ent

p123

pour l eur déf ense des cui r asses : t ous, des casques
et des boucl i er s. For més en cor ps d' ar mée, i l s
pr ésent oi ent un f r ont uni , f er me et ser r é. Leur s
escadr ons passoi ent à l a nage l es f l euves l es pl us
r api des sans r ompr e l eur s r angs. I l s commençoi ent l e
combat par une nuée de f l eches et de j avel ot s, et
f ondoi ent t out de sui t e sur l ' ennemi avec une
i mpét uosi t é à l aquel l e on r ési st oi t di f f i ci l ement .
Leur bat ai l l e ét oi t f er mée par un gr and nombr e de
char i ot s qui por t oi ent l eur s f emmes. El l es pansoi ent
l es bl essés, donnoi ent des r af r aî chi ssement s
aux combat t ant s épui sés de f at i gue, r ani moi ent l es
cour ages qui mol l i ssoi ent , et r appel l oi ent souvent
par l eur s di scour s l a vi ct oi r e pr êt e à s' envol er . Un
guer r i er qui per doi t son boucl i er ét oi t excl u des
assembl ées ; et s' i l avoi t eu l e mal heur de f ui r ,
r ar ement t ar doi t - i l à s' en puni r de ses pr opr es
mai ns. La j eunesse d' une ci t é qui ét oi t en pai x
al l oi t cher cher des danger s chez une aut r e. La
gl oi r e du génér al consi st oi t al or s dans l a val eur
et l e nombr e de ceux qui l ' accompagnoi ent .
Les f emmes et l es vi ei l l ar ds ét oi ent char gés
des soi ns domest i ques. La cour se, l a nage, l a
chasse, l a t abl e, pr enoi ent t out l e t emps des
hommes. Le vêt ement des deux sexes ét oi t à peu pr ès
l e même. Pour ne pas gêner l a nat ur e, on l ai ssoi t
l es enf ant s nuds j usqu' à l ' âge de puber t é : une
éducat i on si dur e f or moi t l e cor ps à l a f at i gue. La
t ai l l e des ger mai ns ét oi t haut e, et l eur s membr es
r obust es : i l s r ési st oi ent au f r oi d et à l a f ai m;
mai s i l s ne pouvoi ent suppor t er ni l a soi f ni l a
chal eur .
Le l i en du mar i age ét oi t sacr é par l es moeur s :
i l ne pouvoi t se f or mer ent r e deux per sonnes,
que de l ' aveu de l eur s f ami l l es. L' époux donnoi t
pour dot à son épouse une pai r e de boeuf s sous l e
j oug, un cheval sous l e har noi s, et des ar mes.

p124

Les boeuf s aver t i ssoi ent l a f emme de l a soumi ssi on
qu' el l e devoi t à son maî t r e ; l e cheval , de
l ' obl i gat i on qu' el l e cont r act oi t de par t ager ses
pei nes, l es ar mes, de l a nécessi t é de l e sui vr e à l a
guer r e. Si , mal gr é l a si mpl i ci t é des moeur s et l a
pudeur du sexe, i l se t r ouvoi t un adul t er e, l e mar i ,
auquel seul appar t enoi t l e chât i ment de cet t e
vi ol at i on du cont r at , assembl oi t l es par ent s de
l ' i nf i del l e, l a dépoui l l oi t en l eur pr ésence, l ui
coupoi t l es cheveux, et l a chassoi t de son habi t at i on
à coups de ver ge. Tout es l es af f ect i ons, t ous l es
soi ns des f emmes ét oi ent concent r és dans l ' i nt ér i eur
de l eur s mai sons, par ce que l es secondes noces l eur
ét oi ent i nt er di t es, et qu' on l es puni ssoi t de l a
per t e de l eur s enf ant s comme d' un cr i me.
Les ger mai ns ne connoi ssoi ent pas l a pr opr i ét é
des t er r es. Le magi st r at en di st r i buoi t t ous l es
ans à chaque f ami l l e, sui vant ses besoi ns, et
l es l ot s n' ét oi ent j amai s l es mêmes. Ces échanges
cont i nuel s empêchoi ent des commodi t és, des
embel l i ssement s, qui aur oi ent éner vé l es cor ps,
ou amol l i l es cour ages, et f ai soi ent que l ' i nt ér êt
per sonnel n' ét oi t r i en au pr i x de l a chose publ i que.
Au pr emi er br ui t de guer r e, l a moi t i é des habi t ant s
pr enoi t l es ar mes, l ' aut r e moi t i é cont i nuoi t ses
occupat i ons pai si bl es. Tout changeoi t l a campagne
sui vant e : l e sol dat devenoi t cul t i vat eur , et
l e cul t i vat eur sol dat . De cet t e mani er e l es combat s
n' enf ant oi ent pas l a f ami ne, et l ' agr i cul t ur e
n' avoi t pas l e t emps d' émousser l a val eur .
Les al i ment s des ger mai ns ét oi ent gr ossi er s. Des
vi andes pr esque cr ues et des f r ui t s sauvages
f ai soi ent l eur nour r i t ur e. Ceux qui habi t oi ent l es
bor ds du Rhi n ou de l a Mosel l e buvoi ent du vi n :
l es aut r es ét oi ent obl i gés de se cont ent er d' une
l i queur composée avec du f r oment et avec de

p125

l ' or ge. La t abl e ét oi t l eur pl us gr and pl ai si r : i l s
y passoi ent l es nui t s et l es j our s à s' eni vr er :
c' ét oi t l e t emps qu' i l s choi si ssoi ent pour t r ai t er
l es af f ai r es génér al es, convai ncus que l es boi ssons
f or t es ouvr ent l ' espr i t et l e coeur . Leur s f est i ns
f i ni ssoi ent l e pl us souvent par des quer el l es, qui
ne se t er mi noi ent pas sans ef f usi on de sang.
L' hospi t al i t é des ger mai ns ét oi t sans bor nes.
I l s pr odi guoi ent t out à l ' ét r anger qui l es vi si t oi t .
Lor sque l eur s pr ovi si ons ét oi ent f i ni es, i l s l e
menoi ent chez des voi si ns, où l es car esses, l es
pr of usi ons ét oi ent l es mêmes. Tout ce qu' i l desi r oi t ,
on l e l ui donnoi t avec empr essement ; mai s avoi t - i l
quel que chose de r ar e, on l e l ui demandoi t avec
conf i ance. La génér osi t é mut uel l e n' exi geoi t poi nt
de r econnoi ssance pour des pr ésent s. Tous l es
bi ens ét oi ent t r op vi l s, ou l es ames t r op gr andes
pour at t acher du pr i x, ou même un nom, aux
bi enf ai t s, aux ser vi ces. La l i ber t é se ser oi t
of f ensée de cet t e ombr e de chaî nes.
Le goût du j eu ét oi t ext r ême chez ces peupl es,
au poi nt qu' apr ès avoi r per du t out ce qu' i l s
possédoi ent , i l s se j ouoi ent eux- mêmes. L' i ndépendance
qu' i l s est i moi ent mi l l e f oi s pl us que l a vi e,
ét oi t sacr i f i ée sans bal ancer à cet t e passi on aveugl e.
C' est une des i nconséquences qu' on expl i que
di f f i ci l ement dans l es moeur s des peupl es anci ens.
Des chevaux, des ar mes, des best i aux ét oi ent
t out e l eur r i chesse. Leur commer ce se f ai soi t par
échange. Apr ès avoi r appr i s de l eur s voi si ns l ' usage
de l a monnoi e, i l s pr éf ér er ent encor e quel que
t emps l e vol ume à l a val eur , l e cui vr e à l ' or
et à l ' ar gent . L' usur e l eur par ut t ouj our s odi euse,
par ce qu' i l s t r ouvoi ent i nj ust e d' exi ger un pr odui t
d' une chose qui ne pr odui soi t r i en par el l e- même.
Cet t e opi ni on, r est e pr éci eux d' une heur euse
si mpl i ci t é,

p126

l es mi t à l ' abr i de bi en des mal heur s, dont
l es l oi x l es pl us sages n' ont pas t ouj our s gar ant i
l es nat i ons l es mi eux pol i cées.
Les successi ons passoi ent aux hér i t i er s nat ur el s
sans aucune sor t e de f or mal i t é. Le nombr e des
enf ant s f ai soi t l ' honneur d' une f ami l l e, et l a
st ér i l i t é, son mal heur . Les i ni mi t i és per sonnel l es
devenoi ent communes ent r e par ent s ; mai s el l es
n' ét oi ent pas i mpl acabl es. L' homi ci de même se
r achet oi t par une amende que l es commi ces
éval uoi ent .
La j eunesse s' assembl oi t l es j our s de f êt e, et
dansoi t t out e nue au son d' un f i f r e. El l e saut oi t
avec une adr esse sur pr enant e au mi l i eu des l ances
et des épées. Le br ui t des appl audi ssement s ét oi t
l ' ai gui l l on et l a r écompense de ceux qui se
di st i nguoi ent dans un exer ci ce si pér i l l eux, mai s si
ut i l e.
Chez l es ger mai ns, l es cér émoni es f unebr es
ét oi ent aussi si mpl es que l es pl ai si r s. L' espece de
boi s, dont on f ai soi t l e bucher , di st i nguoi t l es
r angs. On br ûl oi t l e cheval , l es ar mes, l e cadavr e
du mor t . Une but t e couver t e de gazon ét oi t
él evée sur ces cendr es. Les f emmes f ondoi ent en
pl eur s : l es hommes chant oi ent l es ver t us et l es
expl oi t s dont i l s avoi ent ét é l es t émoi ns et l es
compagnons.
Tel s ét oi ent l es usages et l es moeur s qui dur ent
s' ét abl i r dans l ' i sl e que f or me l e Waal et l e
Rhi n, l or sque l es bat t es, dégoût és de l a Hesse,
al l er ent occuper , envi r on un si ecl e avant l ' ér e
chr ét i enne, ce t er r ei n mar écageux, qui n' avoi t poi nt ,
ou qui n' avoi t que peu d' habi t ant s. I l s donner ent
à l eur nouvel l e pat r i e l e nomde Bat avi e.
Le gouver nement f ut un mêl ange de monar chi e,
d' ar i st ocr at i e, de démocr at i e. On y voyoi t un

p127

chef , qui n' ét oi t pr opr ement que l e pr emi er des
ci t oyens, et qui donnoi t moi ns des or dr es que
des consei l s. Les gr ands, qui j ugeoi ent l es pr ocès
de l eur di st r i ct , et commandoi ent l es t r oupes,
ét oi ent choi si s comme l es r oi s dans l es assembl ées
génér al es. Cent per sonnes pr i ses dans l a mul t i t ude
ser voi ent de sur vei l l ant s à chaque comt e, et de
chef aux di f f ér ent s hameaux. La nat i on ent i er e ét oi t
en quel que sor t e une ar mée t ouj our s sur pi ed.
Chaque f ami l l e y composoi t un cor ps de mi l i ce,
qui ser voi t sous l e capi t ai ne qu' el l e se donnoi t .
Tel l e ét oi t l a si t uat i on de l a Bat avi e, l or sque
César passa l es Al pes. Ce génér al bat t i t l es
hel vét i ens, pl usi eur s peupl es des Gaul es, l es bel ges,
l es ger mai ns qui avoi ent passé l e Rhi n, et poussa
ses conquêt es au- del à du f l euve. Cet t e expédi t i on,
dont l ' audace et l e succès t enoi ent du pr odi ge,
f i t r echer cher l a pr ot ect i on du vai nqueur .
Des écr i vai ns, t r op passi onnés pour l eur pat r i e,
assur ent que l es bat aves f i r ent al or s al l i ance avec
Rome ; mai s i l s se soumi r ent , à condi t i on qu' i l s
se gouver ner oi ent eux- mêmes, qu' i l s ne payer oi ent
aucun t r i but , et qu' i l s ser oi ent assuj et t i s seul ement
au ser vi ce mi l i t ai r e. Les hi st or i ens cont empor ai ns
énoncent si f or mel l ement l es condi t i ons du
t r ai t é, qu' i l est i mpossi bl e de se r ef user à l eur
t émoi gnage.
Quoi qu' i l en soi t de cet t e st i pul at i on, César ne
t ar da pas du moi ns à di st i nguer l es bat aves des
peupl es vai ncus et soumi s aux r omai ns. Quand
ce conquér ant des Gaul es, r appel l é à Rome par
l e cr édi t de Pompée, eut r ef usé d' obéi r au sénat :
quand assur é de l ' empi r e absol u que l e t emps
et son car act er e l ui avoi ent donné sur l es r égi ons et
l es auxi l i ai r es, i l at t aqua ses ennemi s en Espagne,
en I t al i e, en Asi e ; ce f ut al or s que r econnoi ssant

p128

l es bat aves pour l es pl us sûr s i nst r ument s
de ses vi ct oi r es, i l l eur accor da l e t i t r e gl or i eux
d' amis et de freres du peuple romain .
I l s se mont r er ent dans l a sui t e encor e pl us di gnes
de cet t e di st i nct i on gl or i euse. Ces br aves al l i és
accompagner ent Dr usus, Ti ber e, Ger mani cus,
t ous l es génér aux r omai ns qui f ur ent envoyés
successi vement pour r épr i mer ou pour soumet t r e
l es ger mai ns. Leur f i dél i t é ét oi t si connue, que
l eur i sl e devi nt l e r endez- vous or di nai r e des ar mées
r omai nes : quel ques nuages, des guer r es ouver t es
même t r oubl er ent une ou deux f oi s cet t e har moni e ;
mai s l es coeur s des deux peupl es se r appr ocher ent ,
pour ne se di vi ser que l or s de l a r évol ut i on
qui changea l a f ace de l ' Eur ope.
Dès que Rome, par venue à un poi nt de gr andeur ,
que nul ét at n' avoi t encor e at t ei nt , où
nul ét at n' est par venu depui s, se f ût r el âchée des
ver t us mâl es, des pr i nci pes aust er es qui avoi ent
posé l es f ondement s de son él évat i on, l or sque ses
l oi x eur ent per du l eur f or ce, ses ar mées l eur
di sci pl i ne, ses ci t oyens l eur amour pour l a pat r i e,
l es bar bar es que l a t er r eur du nomr omai n avoi t
poussés ver s l e nor d, et que l a vi ol ence y avoi t
cont enus, se débor der ent ver s l e mi di : l ' empi r e
s' écr oul a de t ous côt és ; ses pl us bel l es pr ovi nces
devi nr ent l a pr oi e des nat i ons qu' i l n' avoi t j amai s
cessé d' avi l i r ou d' oppr i mer . Les f r ancs en
par t i cul i er l ui ar r acher ent l es gaul es, et l a
Bat avi e f i t par t i e du vast e et br i l l ant r oyaume
que ces conquér ant s f onder ent dans l e ci nqui eme
si ecl e avec t ant de gl oi r e.
La nouvel l e monar chi e épr ouva l es i nconvéni ent s
pr esqu' i nsépar abl es des ét at s nai ssant s, et
t r op or di nai r es encor e dans l es gouver nement s l es
pl us af f er mi s. Tant ôt el l e obéi t à un seul pr i nce,

p129

et t ant ôt el l e gémi t sous l e capr i ce de pl usi eur s
t yr ans. El l e f ut t ouj our s occupée des guer r es
ét r anger es, ou en pr oi e à l a f ur eur des guer r es
domest i ques. Quel quef oi s el l e por t a l a t er r eur chez
ses voi si ns ; et pl us souvent des peupl es venus du
nor d por t er ent l e r avage dans ses pr ovi nces. El l e
eut égal ement à souf f r i r , et de l ' i mbéci l l i t é de
pl usi eur s de ses r oi s, et de l ' ambi t i on dér égl ée de
l eur s f avor i s et de l eur s mi ni st r es. Des pont i f es
or guei l l eux sapper ent l es f ondement s du t r ône,
et avi l i r ent par l eur audace l es l oi x et l a r el i gi on.
L' anar chi e et l e despot i sme se succéder ent avec
une r api di t é qui ét oi t aux pl us conf i ant s j usqu' à
l ' espoi r d' un aveni r suppor t abl e. L' époque br i l l ant e
du r egne de Char l emagne ne f ut qu' un écl ai r .
Comme ce qu' i l avoi t f ai t de gr and ét oi t l ' ouvr age
de son t al ent , et que l es bonnes i nst i t ut i ons n' y
avoi ent poi nt de par t , l es af f ai r es r et omber ent
apr ès sa mor t dans l e cahos d' où el l es ét oi ent
sor t i es sous Pepi n son per e, et pl us encor e sous
l ui . L' empi r e f r ançoi s, dont i l avoi t t r op ét endu l es
l i mi t es, f ut di vi sé. Un de ses pet i t s- f i l s eut en
par t age l a Ger mani e, dont l e Rhi n ét oi t l a
bar r i er e nat ur el l e, et qui , par des di sposi t i ons
bi zar r es, empor t a l a Bat avi e, à l aquel l e l es
nor mands, dans l eur s excur si ons, avoi ent donné depui s
peu l e nomde Hol l ande.
La br anche ger mani que des car l ovi ngi ens f i ni t
au commencement du di xi eme si ecl e. Comme l es
aut r es pr i nces f r ançoi s n' avoi ent ni l a t r anqui l l i t é,
ni l e cour age, ni l es f or ces nécessai r es pour
f ai r e val oi r l eur dr oi t , l es ger mai ns br i ser ent
ai sément un j oug ét r anger ; ceux de l eur nat i on, qui ,
sous l ' aut or i t é du monar que, r égi ssoi ent l es ci nq
cer cl es dont l ' ét at ét oi t composé, choi si r ent un
d' ent r ' eux pour chef : i l se cont ent a de l a f oi et

p130

de l ' hommage de ces hommes pui ssant s, que des
devoi r s pl us gênant s aur oi ent pu pousser à une
i ndépendance ent i er e. Leur s obl i gat i ons se
r édui si r ent au ser vi ce f éodal .
Les comt es de Hol l ande, qui , comme l es aut r es
gouver neur s de pr ovi nce, n' avoi ent exer cé
j usqu' al or s qu' une j ur i sdi ct i on pr écai r e et
dépendant e, acqui r ent à cet t e époque mémor abl e l es
mêmes dr oi t s que t ous l es gr ands vassaux d' Al l emagne.
I l s augment er ent dans l a sui t e l eur s possessi ons
par l es ar mes, par l es mar i ages, par l es
concessi ons des emper eur s, et r éussi r ent avec l e
t emps à se r endr e t out - à- f ai t i ndépendant s de
l ' empi r e. Les ent r epr i ses i nj ust es qu' i l s f or mer ent
cont r e l a l i ber t é publ i que, n' eur ent pas l e même
succès. Leur s suj et s ne f ur ent , ni i nt i mi dés par l es
vi ol ences, ni sédui t s par l es car esses, ni cor r ompus
par l es pr of usi ons. La guer r e, l a pai x, l es i mpôt s,
l es l oi x, t ous l es t r ai t és f ur ent t ouj our s l ' ouvr age
des t r oi s pouvoi r s r éuni s, du comt e, des
nobl es et des vi l l es. L' espr i t r épubl i cai n ét oi t
encor e l ' espr i t domi nant de l a nat i on, l or sque des
événement s ext r aor di nai r es l a f i r ent passer sous l a
domi nat i on de l a mai son de Bour gogne.
Gui l l aume Vi , vi ngt - quat r i eme comt e de Hol l ande,
mour ut en 1417. J acquel i ne, sa f i l l e uni que,
l ui succéda : veuve t r ès- j eune d' un dauphi n,
qui ne l ' avoi t pas r endue mer e, el l e épousa J ean,
duc de Br abant . Comme ce pr i nce n' avoi t ni l e
don de pl ai r e, ni l e t al ent de r egner , ni l a
vol ont é de se l ai sser gouver ner par d' aut r es que par
ses mi ni st r es, l a pr i ncesse s' en dégoût a. Quel ques
f or mal i t és, qui avoi ent manqué à son mar i age,
l ui f i r ent penser , ou di r e, qu' el l e ét oi t l i br e, et
el l e di sposa de sa mai n en f aveur du duc de
Gl ocest r e. L' ambi t i eux angl oi s t r ouva cet engagement

p131

sér i eux t out l e t emps qu' i l put se pr omet t r e
d' en t i r er un ét abl i ssement sol i de : i l per di t
son amour en per dant son espér ance ; et i l
f or ma d' aut r es noeuds. J acquel i ne se vi t al or s
r édui t e à abandonner l ' admi ni st r at i on de ses ét at s à
Phi l i ppe, duc de Bour gogne, son oncl e et son
hér i t i er nat ur el : el l e s' obl i gea même à l ui en
céder l a pr opr i ét é, si el l e se mar i oi t sans son
consent ement . Cet act e, quoi que r at i f i é par ses
suj et s, ne l ' ar r êt a pas. Un par t i cul i er , pour qui el l e
pr i t une passi on vi ol ent e, devi nt son époux : l e
voi l e dont on couvr i t d' abor d ce myst er e, f ut
bi ent ôt l evé, et Phi l i ppe aj out a sur l e champ et
sans cont r adi ct i on à ses possessi ons, l e Hai naul t ,
l a Zel ande, l a Fr i se, l a Hol l ande, quat r e pr ovi nces
qui f or moi ent l ' hér i t age de son i mpr udent e
et mal heur euse ni ece.
La r éuni on ent i er e ou pr esqu' ent i er e des Pays- Bas
r endi t l a mai son de Bour gogne t r ès- pui ssant e.
Les gens écl ai r és, qui cal cul oi ent l es pr obabi l i t és,
pr évoyoi ent que cet ét at f or mé successi vement de
pl usi eur s aut r es ét at s ser oi t d' un gr and poi ds dans
l e syst ême pol i t i que de l ' Eur ope : l e géni e de
ses habi t ant s, l ' avant age de sa si t uat i on, ses
f or ces r éel l es, t out l ui pr ésageoi t un agr andi ssement
pr esque sûr et f or t consi dér abl e. Un événement ,
qui , quoi que t r ès- or di nai r e, conf ond t ouj our s
l ' ambi t i on, déconcer t a des pr oj et s et des espér ances
qui ne devoi ent pas t ar der à se r éal i ser . La l i gne
mascul i ne s' ét ei gni t dans cet t e mai son ; et Mar i e,
son uni que hér i t i er e por t a en 1477 dans l a
mai son d' Aut r i che l e f r ui t de pl usi eur s hasar ds
heur eux, de beaucoup d' i nt r i gues, et de quel ques
i nj ust i ces.
à cet t e époque si cél ebr e dans l ' hi st oi r e, chacune
des di x- sept pr ovi nces des Pays- Bas avoi t

p132

des l oi x par t i cul i er es, des pr i vi l eges f or t ét endus,
un gouver nement pr esqu' i sol é. Tout s' él oi gnoi t
de cet t e uni t é pr éci euse de l aquel l e dépendent
égal ement l e bonheur et l a sûr et é des empi r es et
des r épubl i ques. Une l ongue habi t ude avoi t
f ami l i ar i sé l es peupl es avec cet t e espece de cahos ;
et i l s ne soupçonnoi ent pas qu' i l pût y avoi r
d' admi ni st r at i on pl us r ai sonnabl e. Le pr éj ugé ét oi t si
anci en, si génér al et si af f er mi , que Maxi mi l i en,
Phi l i ppe et Char l es, l es t r oi s pr emi er s pr i nces
aut r i chi ens qui j oui r ent de l ' hér i t age de l a mai son
de Bour gogne, ne cr ur ent pas devoi r ent r epr endr e
de r i en i nnover : i l s se f l at t er ent que quel qu' un
de l eur s successeur s t r ouver oi t des ci r const ances
f avor abl es pour exécut er avec sûr et é ce qu' i l s ne
pouvoi ent pas seul ement t ent er sans r i sque.
Al or s se pr épar oi t en Eur ope une gr ande r évol ut i on
dans l es espr i t s. La r enai ssance des l et t r es,
un commer ce ét endu, l es i nvent i ons de l ' i mpr i mer i e
et de l a boussol e, amenoi ent l e moment où
l a r ai son humai ne devoi t secouer l e j oug d' une
par t i e des pr éj ugés qui avoi ent pr i s nai ssance dans
l es t emps de bar bar i e.
Beaucoup de bons espr i t s ét oi ent guér i s des
super st i t i ons r omai nes : i l s ét oi ent bl essés de l ' abus
que l es papes f ai soi ent de l eur aut or i t é, des t r i but s
qu' i l s l evoi ent sur l es peupl es, de l a vent e
des expi at i ons, et sur - t out de ces subt i l es absur di t és
dont i l s avoi ent char gé l a r el i gi on si mpl e de
J esus- Chr i st .
Mai s ce ne f ur ent pas ces bons espr i t s qui
commencer ent l a r évol ut i on : un moi ne t ur bul ent eut
cet honneur . Son él oquence bar bar e soul eva l es
nat i ons du nor d. Quel ques hommes écl ai r és ai der ent
à dét r omper l es aut r es peupl es. Par mi l es
pr i nces de l ' Eur ope, l es uns adopt er ent l a r el i gi on

p133

des r éf or mat eur s ; d' aut r es se t i nr ent uni s
à Rome. Les pr emi er s ent r aî ner ent assez ai sément
l eur s suj et s dans l eur s opi ni ons : l es aut r es eur ent
de l a pei ne à empêcher l es l eur s d' embr asser l es
opi ni ons nouvel l es. I l s empl oyer ent pl usi eur s
moyens, mai s de pr éf ér ence, ceux de l a r i gueur .
On vi t r enaî t r e l ' espr i t de f anat i sme, qui avoi t
dét r ui t l es saxons, l es al bi geoi s, l es hussi t es.
On r el eva l es gi bet s ; on r al l uma l es bûcher s,
pour y envoyer l es novat eur s.
Aucun souver ai n ne f i t pl us d' usage de ces
moyens que Phi l i ppe I i . Son despot i sme s' ét endoi t
sur t out es l es br anches de sa vast e monar chi e,
et l e zel e de l a r el i gi on y per sécut oi t
par - t out ceux auxquel s on donnoi t l es noms
d' hér ét i ques ou d' i nf i del es. On voul ut ôt er aux
peupl es des pays- bas l eur s pr i vi l eges : on y f i t
mour i r sur l ' échaf aud des mi l l i er s de ci t oyens. Ces
peupl es se r evol t er ent . On vi t se r enouvel l er l e
spect acl e que l es véni t i ens avoi ent donné au
monde pl usi eur s si ecl es aupar avant : un peupl e
f uyant l a t yr anni e, ne t r ouvant pl us d' asyl e sur l a
t er r e, al l er ent l e cher cher sous l es eaux. Sept
pet i t es pr ovi nces au nor d du Br abant et de l a
Fl andr e, i nondées pl ut ôt qu' ar r osées par de gr andes
r i vi er es, souvent submer gées par l a mer , qu' on
cont enoi t à pei ne avec des di gues, n' ayant pour
r i chesses que l e pr odui t de quel ques pât ur ages, et une
pêche médi ocr e, f onder ent une des pl us r i ches et des
pl us pui ssant es r épubl i ques du monde, et l e model e
peut - êt r e des ét at s commer çant s. Les pr emi er s
ef f or t s de l eur uni on ne f ur ent poi nt heur eux ;
mai s si l es hol l andoi s commer cer ent par des déf ai t es,
i l s f i ni r ent par des vi ct oi r es. Les t r oupes
espagnol es qui l es combat t oi ent , ét oi ent l es
mei l l eur es de l ' Eur ope : el l es eur ent d' abor d des

p134

avant ages que l eur f i r ent per dr e peu- à- peu l es
nouveaux r épubl i cai ns : i l s r ési st er ent avec
const ance ; i l s s' i nst r ui si r ent par l eur s f aut es
mêmes et par l ' exempl e de l eur ennemi ; et i l s l e
sur passer ent enf i n dans l a sci ence de l a guer r e. La
nécessi t é de di sput er pi ed à pi ed l e t er r ei n ét r oi t
de l a Hol l ande, f i t per f ect i onner l ' ar t de
f or t i f i er l es pays et l es vi l l es.
La Hol l ande, cet ét at si f oi bl e dans sa nai ssance,
cher cha des ar mes et de l ' appui par - t out où
el l e put en espér er . El l e donna des asyl es aux
pi r at es de t out es l es nat i ons dans l e dessei n de
s' en ser vi r cont r e l es espagnol s ; et ce f ut l à l e
f ondement de sa pui ssance mar i t i me. Des l oi x
sages, un or dr e admi r abl e, une const i t ut i on qui
conser ve l ' égal i t é par mi l es hommes, une excel l ent e
pol i ce, l a t ol ér ance, f i r ent bi ent ôt de cet t e
r épubl i que un ét at pui ssant . En 1590, el l e avoi t
humi l i é pl us d' une f oi s l a mar i ne espagnol e. El l e
avoi t déj a du commer ce, et cel ui qui convenoi t l e
mi eux à sa si t uat i on. Ses vai sseaux f ai soi ent al or s
ce qu' i l s f ont encor e auj our d' hui : i l s se char geoi ent
de mar chandi ses d' une nat i on pour l es
por t er à l ' aut r e. Les vi l l es anséat i ques et quel ques
vi l l es d' I t al i e ét oi ent en possessi on de ces
t r anspor t s : l es hol l andoi s, en concur r ence avec
el l es, eur ent bi ent ôt l ' avant age : i l s l e dur ent à
l eur f r ugal i t é. Leur s f l ot t es mi l i t ai r es pr ot égeoi ent
l eur s f l ot t es mar chandes. Leur s négoci ant s pr i r ent de
l ' ambi t i on, et aspi r er ent à ét endr e de pl us en
pl us l eur commer ce. I l s s' ét oi ent empar és de cel ui
de Li sbonne, où i l s achet oi ent des mar chandi ses
des I ndes, pour l es r evendr e dans t out e l ' Eur ope.
En 1594, l e r oi d' Espagne f i t conf i squer l es ef f et s
des hol l andoi s commer çant s dans ses por t s, et
déf endi t aux por t ugai s t out e cor r espondance

p135

avec eux. Les hol l andoi s cher cher ent d' aut r es
moyens de se pr ocur er l es mar chandi ses de l ' or i ent :
i l sembl e que l e mei l l eur moyen ét oi t d' équi per
des vai sseaux, et de l es envoyer aux I ndes ;
mai s on n' avoi t ni pi l ot es qui connussent l es
mer s d' Asi e, ni f act eur s qui en ent endi ssent
l e commer ce. On cr ai gni t l es danger s d' une l ongue
navi gat i on sur des côt es, dont l ' ennemi ét oi t
l e maî t r e : on cr ai gni t de voi r l es vai sseaux
i nt er cept és dans une r out e de ci nq à si x mi l l e l i eues.
I l par ut pl us r ai sonnabl e de t r avai l l er à découvr i r
un passage à l a Chi ne et au J apon par l es mer s
du nor d. La r out e devoi t êt r e pl us cour t e,
moi ns mal - sai ne et pl us sûr e. Les angl oi s avoi ent
f ai t cet t e t ent at i ve sans succès : l es hol l andoi s
l a r enouvel l er ent , et ne f ur ent pas pl us heur eux.
Pendant qu' i l s ét oi ent occupés de cet t e r echer che,
Cor nei l l e Hour man, mar chand de l eur nat i on,
homme de t êt e et d' un géni e har di , ar r êt é
pour ses det t es à Li sbonne, f i t di r e aux négoci ant s
d' Amst er dam, que s' i l s voul oi ent l e t i r er de
pr i son, i l l eur f er oi t par t d' un gr and nombr e de
découver t es qu' i l avoi t f ai t es, et qui pouvoi ent
l eur êt r e ut i l es. I l s' ét oi t en ef f et i nst r ui t dans
l e pl us gr and dét ai l , et de l a r out e qui menoi t
aux I ndes, et de l a mani er e dont s' y f ai soi t l e
commer ce. On accept a ses pr oposi t i ons ; on paya
ses det t es. Les l umi er es ét oi ent t el l es qu' i l l es
avoi t pr omi ses. Ses l i bér at eur s qu' i l écl ai r a
f or mer ent une associ at i on sous l e nomde compagni e
des pays l oi nt ai ns, et l ui conf i er ent quat r e
vai sseaux pour l es condui r e aux I ndes par l e cap
de Bonne- Espér ance.
Le pr i nci pal obj et de ce voyage ét oi t d' ét udi er
l es côt es, l es nat i ons, l es pr oduct i ons, l es
di f f ér ent s commer ces de chaque l i eu, en évi t ant aut ant

p136

qu' i l ser oi t possi bl e l es ét abl i ssement s des
por t ugai s. Hour man r econnut l es côt es d' Af r i que et
du Br ési l , s' ar r êt a à Madagascar , r el âcha aux
Mal di ves, et se r endi t aux i sl es de l a Sonde. I l y
vi t l es campagnes couver t es de poi vr e, et en achet a,
ai nsi que d' aut r es épi cer i es pl us pr éci euses. Sa
sagesse l ui pr ocur a l ' al l i ance du pr i nci pal souver ai n
de J ava ; mai s l es por t ugai s, quoi que haï s
et sans ét abl i ssement s dans l ' i sl e, l ui susci t er ent
des ennemi s. I l sor t i t vi ct or i eux de quel ques pet i t s
combat s qu' i l f ut cont r ai nt de donner , et
r epar t i t avec sa pet i t e f l ot t e pour l a Hol l ande,
où i l appor t a peu de r i chesses et beaucoup
d' espér ances. I l r amenoi t avec l ui des negr es, des
chi noi s, des mal abar es, un j eune homme de
Mal aca, un j aponoi s, et Abdul , pi l ot e de
Guzar at e, pl ei n de t al ent s, et qui connoi ssoi t
par f ai t ement l es di f f ér ent es côt es de l ' I nde.
D' apr ès l a r el at i on d' Hout man, et l es l umi er es
qu' on devoi t à son voyage, l es négoci ant s
d' Amst er damconçur ent l e pr oj et d' un ét abl i ssement
à J ava, qui l eur donner oi t l e commer ce du
poi vr e, qui l es appr ocher oi t des i sl es où cr oi ssent
des épi cer i es pl us pr éci euses, qui pour r oi t l eur
f aci l i t er l ' ent r ée de l a Chi ne et du J apon, et qui
de pl us ser oi t él oi gné du cent r e de l a pui ssance
qui domi noi t dans l ' I nde. L' ami r al Van- Neck,
char gé avec hui t vai sseaux d' une opér at i on si
i mpor t ant e, ar r i va dans l ' i sl e de J ava, où i l t r ouva
l es habi t ant s i ndi sposés cont r e sa nat i on. On
combat t i t ; on négoci a : l e pi l ot e Abdul , l es
chi noi s, et pl us encor e l a hai ne qu' on avoi t cont r e
l es por t ugai s, ser vi r ent l es hol l andoi s. On l eur
l ai ssa f ai r e l e commer ce ; et bi ent ôt i l s f i r ent
par t i r quat r e vai sseaux char gés d' épi cer i es et de
quel ques ét of f es. L' ami r al , avec l e r est e de sa
f l ot t e,

p137

f i t voi l e pour l es Mol uques, où i l appr i t que l es
nat ur el s du pays avoi ent chassé l es por t ugai s de
quel ques endr oi t s, et qu' i l s n' at t endoi ent qu' une
occasi on f avor abl e pour l es chasser des aut r es. I l
ét abl i t des compt oi r s dans pl usi eur s de ces i sl es :
i l f i t des t r ai t és avec quel ques souver ai ns, et i l
r evi nt en Eur ope char gé de r i chesses.
La j oi e que son r et our causa f ut ext r ême. Le
succès de son voyage exci t a une nouvel l e émul at i on.
I l se f or ma des soci ét és dans l a pl upar t des
vi l l es mar i t i mes et commer çant es des pr ovi nces- uni es.
Bi ent ôt ces associ at i ons t r op mul t i pl i ées se
nui si r ent l es unes aux aut r es par l e pr i x excessi f ,
où l a f ur eur d' achet er f i t mont er l es mar chandi ses
dans l ' I nde, et par l ' avi l i ssement où l a
nécessi t é de vendr e l es f i t t omber en Eur ope. El l es
ét oi ent t out es sur l e poi nt de pér i r par l eur
pr opr e concur r ence, et par l ' i mpui ssance où ét oi t
chacune d' el l es sépar ément de r ési st er à un ennemi
pui ssant qui se f ai soi t un poi nt capi t al de l es
dét r ui r e, l or sque l e gouver nement quel quef oi s pl us
écl ai r é que des par t i cul i er s, vi nt à l eur secour s.
Les ét at s- génér aux uni r ent en 1602 ces di f f ér ent es
soci ét és en une seul e, sous l e nomde compagni e
des gr andes I ndes. Son pr emi er f onds, quoi que
médi ocr e, ét oi t suf f i sant ; et on ét abl i t soi xant e
di r ect eur s pour en f ai r e l a r égi e. La compagni e
eut l e dr oi t de f ai r e l a pai x ou l a guer r e avec
l es pr i nces de l ' or i ent , de bât i r des f or t er esses,
de choi si r l es gouver neur s, d' ent r et eni r des
gar ni sons, et de nommer des of f i ci er s de pol i ce
et de j ust i ce. Les di r ect eur s se r empl acent par
él ect i on : ce sont eux qui déci dent des envoi s
et des r et our s des vai sseaux, et du moment des
vent es, ai nsi que de l a pol i t i que qu' on doi t
avoi r avec l es souver ai ns d' Asi e ; mai s c' est

p138

au nomde l a r épubl i que que se f ont l es t r ai t és,
et c' est à el l e que l es of f i ci er s pr êt ent ser ment .
Cet t e compagni e, sans exempl e dans l ' ant i qui t é,
model e de t out es cel l es qui l ' ont sui vi e,
commençoi t avec de gr ands avant ages. Les soci ét és
par t i cul i er es qui l ' avoi ent pr écédée, l ui
ét oi ent ut i l es par l eur s mal heur s, par l eur s f aut es
mêmes. Le t r op gr and nombr e de vai sseaux qu' el l es
avoi ent équi pés, avoi t donné des l umi er es
sûr es sur t out es l es br anches du commer ce, avoi t
f or mé beaucoup d' of f i ci er s et de mat el ot s, avoi t
encour agé l es bons ci t oyens à ces expédi t i ons
él oi gnées, en n' exposant d' abor d que des gens sans
aveu et sans f or t une.
Tant de moyens r éuni s ne pouvoi ent pas demeur er
oi si f s dans des mai ns act i ves. Le nouveau
cor ps devi nt bi ent ôt une gr ande pui ssance.
Ce f ut un nouvel ét at pl acé dans l ' ét at même,
qui l ' enr i chi ssoi t , et augment oi t sa f or ce
au- dehor s, mai s qui pouvoi t di mi nuer avec l e t emps
l e r essor t pol i t i que de l a démocr at i e, qui est
l ' amour de l ' égal i t é, de l a f r ugal i t é, des l oi x et
des ci t oyens.
Aussi - t ôt apr ès son ét abl i ssement , l a compagni e
f i t par t i r pour l es I ndes quat or ze vai sseaux
et quel ques yacht s, sous l es or dr es de l ' ami r al
War wi ck, que l es hol l andoi s r egar dent comme
l e f ondat eur de l eur commer ce et de l eur s pui ssant es
col oni es dans l ' or i ent : i l bât i t un compt oi r
f or t i f i é dans l ' i sl e de J ava ; i l en bât i t un dans
l es ét at s du r oi de J ohor : i l f i t des al l i ances
avec pl usi eur s pr i nces dans l e Bengal e. I l eut à
combat t r e souvent l es por t ugai s, et i l eut pr esque
t ouj our s l ' avant age. Dans l es l i eux où i l s n' ét oi ent
que commer çant s, i l eut à dét r ui r e l es pr évent i ons
qu' i l s avoi ent données cont r e sa nat i on qu' i l s

p139

avoi ent r epr ésent ée comme un amas de br i gands
ennemi s de t ous l es r oi s, et i nf ect és de t ous
l es vi ces. La condui t e des hol l andoi s et cel l e des
por t ugai s appr i t bi ent ôt aux peupl es d' Asi e l aquel l e
des deux nat i ons avoi t sur l ' aut r e l ' avant age
des moeur s. El l es ne t ar der ent pas à se f ai r e
une guer r e sangl ant e.
Les por t ugai s avoi ent pour eux une par f ai t e
connoi ssance des mer s, l ' habi t ude du cl i mat , et
l e secour s de pl usi eur s nat i ons qui l es dét est oi ent ,
mai s que l a cr ai nt e f or çoi t à combat t r e pour l eur s
t yr ans. Les hol l andoi s ét oi ent ani més par l ' espér ance
de f onder un gr and commer ce sur l es r ui nes
du commer ce de l eur ennemi . I l s se condui soi ent
avec pr éci pi t at i on, avec f er met é. Leur douceur
et l eur bonne f oi l eur conci l i oi ent l es peupl es.
Bi ent ôt pl usi eur s se décl ar er ent cont r e l eur s
anci ens oppr esseur s.
Les hol l andoi s envoyoi ent cont i nuel l ement en
Asi e de nouveaux col ons, des vai sseaux et des
t r oupes, et l es por t ugai s ét oi ent abandonnés à
l eur s pr opr es f or ces. L' Espagne, à qui l e Por t ugal
ét oi t al or s soumi s, en desi r oi t l ' abai ssement , et
j oui ssoi t de ses déf ai t es, comme si el l es n' avoi ent
pas augment é l es moyens des hol l andoi s ses ennemi s.
El l e f i t pl us, dans l a cr ai nt e que l e Por t ugal
ne t r ouvât des r essour ces en l ui - même, el l e
l ui enl evoi t ses hommes qu' el l e envoyoi t en I t al i e,
en Fl andr e, dans l es aut r es pays de l ' Eur ope,
où el l e f ai soi t l a guer r e.
Cependant , l a bal ance f ut l ong- t emps égal e,
et l es succès pl us var i és qu' on ne l ' avoi t pr évu :
l e t emps ar r i va enf i n, où l es por t ugai s expi er ent
l eur s per f i di es, l eur s br i gandages et l eur s cr uaut és.
Al or s se vér i f i a l a pr ophét i e d' un r oi de Per se.
Ce pr i nce ayant demandé à un ambassadeur

p140

por t ugai s, combi en de gouver neur s son maî t r e
avoi t f ai t décapi t er , depui s qu' i l avoi t i nt r odui t
sa domi nat i on dans l es I ndes : aucun, r épondi t
l ' ambassadeur . tant pis, r epl i qua l e monar que ;
sa puissance dans un pays où il se commet tant de
vexations et de barbaries, ne durera pas
long-temps .
En ef f et , l a r évol ut i on de 1740, qui r endi t
au r oyaume de Por t ugal son i ndépendance, sans
r endr e au peupl e sa l i ber t é, ne mi t pas cet ét at
à por t ée de r épar er ses per t es en Asi e, pas même
de s' y déf endr e, et bi ent ôt i l ne l ui r est a de ses
conquêt es que Di u, Macao et Goa ; t ant i l y a de
di f f ér ence ent r e une nat i on qui secoue l e j oug de ses
r oi s, et cel l e qui ne f ai t que changer de maî t r e.
On ne vi t pour t ant pas, dur ant cet t e guer r e,
dans l es hol l andoi s, cet t e t émér i t é br i l l ant e, cet t e
i nt r épi di t é i nébr anl abl e qui avoi ent si gnal é l es
ent r epr i ses des por t ugai s ; mai s on l eur vi t une
sui t e, une per sévér ance i mmuabl e dans l eur s
dessei ns. Souvent bat t us, j amai s décour agés, i l s
r evenoi ent f ai r e de nouvel l es t ent at i ves avec de
nouvel l es f or ces et des mesur es pl us sages. I l s
ne s' exposoi ent j amai s à une déf ai t e ent i er e. Si
dans un combat , i l s avoi ent pl usi eur s vai sseaux
mal t r ai t és, i l s se r et i r oi ent ; et comme i l s ne
per doi ent j amai s de vue l eur commer ce, l a f l ot t e
vai ncue, en se r épar ant chez quel ques pr i nces de
l ' I nde, y achet oi t des mar chandi ses, et r et our noi t
en Hol l ande. El l e y por t oi t à l a compagni e de
nouveaux f onds qui ét oi ent empl oyés à de nouvel l es
ent r epr i ses. Les hol l andoi s ne f ai soi ent pas t ouj our s
de gr andes choses, mai s i l s n' en f ai soi ent pas
d' i nut i l es. I l s n' avoi ent pas cet t e f i er t é, ce poi nt
d' honneur qui ne souf f r ent r i en, et qui avoi ent
f ai t f ai r e aux por t ugai s pl us de guer r es peut - êt r e

p141

que l ' i nt ér êt de l eur gr andeur . I l s sui vi r ent l eur
pr emi er dessei n, sans s' en l ai sser dét our ner par des
mot i f s de vengeance ou des pr oj et s de conquêt e.
I l s cher choi ent en 1607 à s' ouvr i r l es por t s du
vast e empi r e de l a Chi ne. I l s f ur ent at t aqués
par une f l ot t e por t ugai se qui ét oi t à Macao, et
qui l es f or ça de s' él oi gner . Ce mal heur l eur f i t
sent i r l ' i mpor t ance de cet t e pl ace, et i l s
l ' assi éger ent : i l s échouer ent dans cet t e
ent r epr i se ; mai s comme i l s ne per doi ent j amai s l e
f r ui t de l eur s ar mement s, i l s f i r ent ser vi r cel ui
qu' i l s avoi ent di r i gé cont r e Macao à f or mer une
col oni e dans l es i sl es des pêcheur s. Ce sont des
r ocher s qui manquent d' eau dans l e t emps de
sécher esse, et de vi vr es dans t ous l es t emps. Ces
i nconvéni ent s n' ét oi ent pas r achet és par des
avant ages sol i des, par ce que dans l e cont i nent
voi si n, on empêchoi t avec une sévér i t é ext r ême t out e
l i ai son avec ces ét r anger s, qu' on t r ouvoi t danger eux
si pr ès des côt es. Les hol l andoi s ét oi ent dét er mi nés
à abandonner un ét abl i ssement qu' i l s désespér oi ent de
r endr e ut i l e, l or squ' i l s f ur ent i nvi t és en 1624 à
s' al l er f i xer à For mose, avec assur ance que l es
mar chands chi noi s aur oi ent une l i ber t é ent i er e
d' al l er t r ai t er avec eux.
Cet t e i sl e, quoi que si t uée vi s- à- vi s l a pr ovi nce de
Foki en, et à t r ent e l i eues de l a côt e, n' ét oi t pas
soumi se à l ' empi r e de l a Chi ne, qui n' a poi nt
l a passi on des conquêt es, et qui , par une pol i t i que
i nhumai ne et mal - ent endue, ai me mi eux
l ai sser pér i r une par t i e de sa popul at i on, que
d' envoyer l a sur abondance de ses suj et s dans des
t er r es voi si nes. On t r ouva que For mose avoi t cent
t r ent e, ou cent quar ant e l i eues de t our . Ses
habi t ant s, à en j uger par l eur s moeur s et par l eur
f i gur e, par oi ssoi ent descendus des t ar t ar es de l a
par t i e l a pl us

p142

sept ent r i onal e de l ' Asi e, vr ai sembl abl ement l a
Cor ée l eur avoi t ser vi de chemi n. I l s vi voi ent
l a pl upar t de pêche ou de chasse, et al l oi ent
pr esque nuds.
Les hol l andoi s, apr ès avoi r pr i s sans obst acl e
t out es l es l umi er es que l a pr udence exi geoi t ,
j uger ent que l e l i eu l e pl us f avor abl e pour un
ét abl i ssement , ét oi t une pet i t e i sl e voi si ne de l a
gr ande. I l s t r ouvoi ent dans cet t e si t uat i on t r oi s
avant ages consi dér abl es ; de l a f aci l i t é à se
déf endr e, si l a hai ne ou l a j al ousi e cher choi ent à
l es t r oubl er ; un por t f or mé par l es deux i sl es ; l a
f aci l i t é d' avoi r dans t out es l es mouçons une
communi cat i on sûr e avec l a Chi ne, ce qui aur oi t ét é
i mpossi bl e dans quel que aut r e posi t i on qu' on eût
pu pr endr e.
La nouvel l e col oni e se f or t i f i oi t i nsensi bl ement
et sans écl at , l or sque l a conquêt e de l a Chi ne
par l es t ar t ar es, l ' él eva t out - d' un- coup à une
pr ospér i t é qui ét onna t out e l ' Asi e. Ai nsi l es
t or r ent s engr ai ssent l es val l ons de l a subst ance des
mont agnes r avagées. Pl us de cent mi l l e chi noi s,
qui ne voul oi ent pas se soumet t r e au vai nqueur ,
se r ef ugi er ent à For mose. I l s y por t er ent l ' act i vi t é
qui l eur est par t i cul i er e, l a cul t ur e du r i z et du
sucr e, et y at t i r er ent des vai sseaux sans nombr e
de l eur nat i on : bi ent ôt l ' i sl e devi nt l e cent r e de
t out es l es l i ai sons que J ava, Si am, l es
Phi l i ppi nes, l a Chi ne, l e J apon, d' aut r es cont r ées
voul ur ent f or mer : en peu d' années, el l e se t r ouva
l e pl us gr and mar ché de l ' I nde. Les hol l andoi s
compt oi ent sur des pl us gr ands succès encor e, l or sque
l a f or t une t r ompa l eur s espér ances.
Un chi noi s, nommé Fquam, né dans l ' obscur i t é,
s' ét oi t f ai t pi r at e ; par i nqui ét ude et par ses
t al ent s, ét oi t par venu à l a di gni t é de gr and

p143

ami r al . I l sout i nt l ong- t emps l es i nt ér êt s de sa
pat r i e cont r e l es t ar t ar es ; mai s voyant que son
maî t r e avoi t succombé, i l cher cha à f ai r e sa pai x.
I l f ut ar r êt é à Péki n, où on l ' avoi t at t i r é et
condamné par l ' usur pat eur à une pr i son per pét uel l e,
dans l aquel l e on cr oi t qu' i l f ut empoi sonné. Sa
f l ot t e ser vi t d' asyl e à son f i l s Coxi nga, qui j ur a
une hai ne ét er nel l e aux oppr esseur s de sa f ami l l e
et de sa pat r i e, et qui i magi na qu' i l pour r oi t
exer cer cont r e eux des vengeances t er r i bl es, s' i l
r éussi ssoi t à s' empar er de For mose. I l l ' at t aque,
et pr end à l a descent e, l e mi ni st r e Hambr oeck.
Choi si ent r e l es pr i sonni er s pour al l er au f or t
de Zél ande dét er mi ner ses compat r i ot es à capi t ul er ,
ce r épubl i cai n se souvi ent de Régul us ; i l l es
exhor t e à t eni r f er me, et t âche de l eur per suader
qu' avec beaucoup de const ance, i l s f or cer ont
l ' ennemi à se r et i r er . La gar ni son qui ne dout e pas
que cet homme génér eux de r et our au camp ne soi t
massacr é f ai t l es pl us gr ands ef f or t s pour l e
r et eni r : ces i nst ances sont t endr ement appuyées par
deux de ses f i l l es, qui ét oi ent dans l a pl ace :
j' ai promis, di t - i l , d' aller reprendre mes
fers ; il faut dégager ma parole : jamais on ne
reprochera à ma mémoire, que, pour mettre mes jours
à couvert, j' aie appesanti le joug, et peut-être la
mort des compagnons de mon infortune . Apr ès ces
mot s hér oï ques, i l r epr end t r anqui l l ement l a r out e du
camp chi noi s, et l e si ege commence.
Quoi que l es ouvr ages de l a pl ace f ussent en
mauvai s ét at , que l es muni t i ons de guer r e et
de bouche n' y f ussent pas abondant es, que l a
gar ni son f ût f oi bl e et que l es secour s envoyés
pour at t aquer l ' ennemi se f ussent hont eusement
r et i r és, l e gouver neur Coyet f i t une déf ense
opi ni ât r e. For cé au commencement de 1662, de

p144

capi t ul er , i l se r endi t à Bat avi a, où ses
supér i eur s, par une de ces i ni qui t és d' ét at communes
à t ous l es gouver nement s, l e f l ét r i r ent pour ne pas
l ai sser soupçonner que l a per t e d' un ét abl i ssement si
i mpor t ant f ût l ' ouvr age de l eur i nept i e ou de l eur
négl i gence. Les t ent at i ves qu' on f i t pour l e
r écouvr er f ur ent i nut i l es ; et on f ut r édui t dans l a
sui t e à f ai r e l e commer ce à Cant on, aux mêmes
condi t i ons, avec l a même gêne, l a même dépendance
que l es aut r es nat i ons.
I l pour r oi t par oî t r e si ngul i er qu' aucun peupl e
de l ' Eur ope, depui s 1683, que For mose a subi
l e j oug des chi noi s, n' ai t songé à s' y ét abl i r ,
du moi ns aux mêmes condi t i ons que l es por t ugai s
l e sont à Macao ; mai s out r e que l e car act er e
soupçonneux de l a nat i on à l aquel l e cet t e i sl e
appar t i ent , ne per met t r oi t pas d' espér er de sa par t
cet t e compl ai sance, on peut assur er que ce ser oi t
une mauvai se ent r epr i se. For mose n' ét oi t un post e
i mpor t ant , que l or sque l es j aponoi s pouvoi ent
y navi guer , et l or sque ses pr oduct i ons ét oi ent
r eçues sans r est r i ct i on au J apon.
Cet empi r e par oi ssoi t f er mé pour t ouj our s aux
hol l andoi s : i l s désespér oi ent d' y ent r er apr ès l es
t ent at i ves i nut i l es qu' i l s avoi ent f ai t es, l or squ' un
de l eur s capi t ai nes, qui avoi t ét é j et t é par l a
t empêt e sur l es côt es j aponoi ses, l es aver t i t que l es
peupl es ét oi ent bi en di sposés pour eux.
Le gouver nement et l a nat i on ét oi ent l as des
por t ugai s, qui s' ét oi ent r endus odi eux par l eur
avar i ce, l eur or guei l , l eur i nf i dél i t é dans l e
commer ce, et l ' excès de l eur zel e pour l eur
r el i gi on. Quel ques dogmes du chr i st i ani sme, assez
sembl abl es à ceux des bubsdoï st es, et l e même espr i t
de péni t ence dans l es deux r el i gi ons avoi ent donné
des pr osél i t es aux mi ssi onnai r es por t ugai s. Dès

p145

que l es nouveaux chr ét i ens f ur ent nombr eux, i l s
cabal er ent : on commença par l es puni r ; on f i ni t
par l es dét r ui r e.
Depui s un si ecl e, l e gouver nement avoi t changé
au J apon. Le dai r i , souver ai n et pont i f e, avoi t
vu son gr and génér al se soul ever cont r e l ui , et
se f ai r e emper eur . La f ami l l e de cet usur pat eur
s' ét oi t mai nt enue sur l e t r ône, et l e dai r i ,
aupar avant chef de l ' empi r e, n' ét oi t pl us que l e chef
des pr êt r es. Le cubo ou emper eur l aï c l ui r endoi t
des honneur s, sans l ui l ai sser de cr édi t ; et
pour ôt er aux eccl ési ast i ques t out l eur pouvoi r ,
i l cher choi t à f ai r e goût er au peupl e l e t héï sme
et l es dogmes de Conf uci us.
Tandi s qu' i l t r avai l l oi t à di mi nuer l e f anat i sme
de l a r el i gi on nat i onal e, i l voyoi t avec pei ne
i nt r odui r e dans l e J apon une r el i gi on ét r anger e. I l
sent i t que cel l e- ci , soumi se à un pont i f e eur opéen,
devoi t êt r e, t ôt ou t ar d, l ' ennemi de cel l e du
dai r i , et que ce ser oi t pour ses ét at s une sour ce
de di vi si on. I l r ésol ut donc de l ' abol i r : el l e
voul ut se déf endr e, et l ' on f ut r édui t à l a noyer
dans des t or r ent s de sang. Ai nsi , dans un empi r e
despot i que, dès qu' une r el i gi on s' af f oi bl i t , une
aut r e naî t ; et comme l e t héï sme ne peut ent r er dans
l ' espr i t des escl aves que l ' ét at r end mal heur eux,
ni l a t ol ér ance dans l ' ame d' un despot e, i l f aut
nécessai r ement que l ' anci enne ou l a nouvel l e
r el i gi on soi ent ét ei nt es par l e f er ou par l e f eu.
Les por t ugai s, qui avoi ent appor t é l e chr i st i ani sme
au J apon, f ur ent banni s en 1638, et pr i vés à
per pét ui t é d' un commer ce, dont i l s t i r oi ent en
or , même dans l es der ni er es années, onze mi l l i ons
de nos l i vr es. Leur s bénéf i ces avoi ent ét é pl us
consi dér abl es, l or squ' i l s por t oi ent seul s au J apon
des bagat el l es d' Eur ope et des I ndes, que l es
j aponoi s,

p146

nat ur el l ement cur i eux, achet oi ent avec empr essement ,
et que l a vi vaci t é de l eur s desi r s l eur
f ai soi t payer aussi cher qu' on voul oi t .
Les hol l andoi s, qui , depui s quel que t emps,
négoci oi ent en concur r ence avec eux, ne f ur ent pas
envel oppés dans l eur di sgr ace. Comme ces r épubl i cai ns
n' avoi ent pas mont r é l ' ambi t i on de se mêl er
du gouver nement , qu' i l s avoi ent pr êt é l eur
ar t i l l er i e cont r e l es chr ét i ens, qu' on l es voyoi t
en guer r e ouver t e avec l a nat i on pr oscr i t e, que
l ' opi ni on de l eur s f or ces n' ét oi t pas ét abl i e,
qu' i l s par oi ssoi ent r éser vés, soupl es, modest es,
uni quement occupés de l eur commer ce, on l es
t ol ér a. Dans l a sui t e, soi t que l ' espr i t d' i nt r i gue
et de domi nat i on l es ai t sai si s, soi t , comme i l est
pl us vr ai sembl abl e, qu' aucune condui t e ne pui sse
pr éveni r l a déf i ance j aponoi se, i l s ont ét é dépoui l l és
de l a l i ber t é et des pr i vi l eges dont i l s j oui ssoi ent .
Depui s 1741, i l s sont r el égués dans une i sl e
ar t i f i ci el l e, él evée dans l e por t de Nangazaki , et
qui communi que par un pont à l a vi l l e. On désar me
l eur s vai sseaux, à mesur e qu' i l s ar r i vent , et
l a poudr e, l es f usi l s, l es épées, l ' ar t i l l er i e, l e
gouver nai l même, sont por t és à t er r e. Dans cet t e
espece de pr i son, i l s sont t r ai t és avec un mépr i s
dont on n' a poi nt d' i dée, et i l s ne peuvent avoi r
de communi cat i on qu' avec l es commi ssai r es char gés
de r égl er l e pr i x et l a quant i t é de l eur s mar chandi ses.
I l n' est pas possi bl e que l a pat i ence avec
l aquel l e i l s souf f r ent ce t r ai t ement depui s pl us
d' un si ecl e, ne l es ai t avi l i s aux yeux de l a
nat i on qui en est t émoi n, et que l ' amour du gai n
ai t por t é à ce poi nt l ' i nsensi bi l i t é aux out r ages,
sans avoi r f l ét r i l e car act er e.
Les pr i nci pal es mar chandi ses que l es hol l andoi s
por t ent au J apon, sont des dr aps d' Eur ope, des

p147

ét of f es de soi e, des t oi l es pei nt es, du sucr e et des
boi s de t ei nt ur e. Ces ar t i cl es f or moi ent aut r ef oi s
un obj et i mmense. L' année même de l a di sgr ace
de l a compagni e, ses r et our s mont er ent à hui t
mi l l i ons de f l or i ns en or : des ent r aves mul t i pl i ées
ont r édui t par degr és sa pr ospér i t é à r i en.
La car gai son des deux vai sseaux qu' el l e envoi e ne
peut pas êt r e vendue au- del à de ci nq cent s mi l l e
f l or i ns. On l ui donne en payement , onze mi l l e
cai sses de cui vr e, à vi ngt f l or i ns douze sol s l a
cai sse, pesant cent vi ngt l i vr es. Ses f r ai x, en y
compr enant l es pr ésent s et l ' ambassade qu' on envoi e
t ous l es ans à l ' emper eur , mont ent communément
à cent quar ant e mi l l e f l or i ns, et ses bénéf i ces ne
passent guer es cent ci nquant e- ci nq mi l l e ;
de sor t e que, l or sque l a compagni e en a gagné
vi ngt mi l l e, l ' année passe pour heur euse.
Les pl us honnêt es, l es pl us écl ai r és de ceux qui
condui sent l es af f ai r es des hol l andoi s dans l ' I nde,
ont pr oposé souvent et vi vement d' abandonner
une br anche de commer ce si hont euse et si peu
l ucr at i ve. On s' est opi ni ât r ément r ef usé en Eur ope
à ces ouver t ur es. La di r ect i on a t ouj our s espér é,
esper e peut - êt r e encor e, que quel que r évol ut i on
r amener a ces t emps f or t unés, où l ' ar gent qu' el l e
t i r oi t du J apon, met t oi t dans ses mai ns t out es l es
af f ai r es de l ' Asi e.
Les chi noi s, l e seul peupl e ét r anger qui soi t
admi s dans l ' empi r e avec l es hol l andoi s, ne
f ont pas un commer ce pl us ét endu, et c' est
avec l es mêmes gênes. On a pr i s ces pr écaut i ons
cont r e eux, depui s que, par mi l es l i vr es de
phi l osophi e et de mor al e qu' i l s vendoi ent , on a
t r ouvé des ouvr ages f avor abl es au chr i st i ani sme.
Les mi ssi onnai r es eur opéens l es avoi ent char gés à
Cant on de l es r épandr e ; et l ' appas du gai n l es

p148

avoi t dét er mi nés à une i nf i dél i t é, dont l eur nat i on
dépl or er a peut - êt r e t ouj our s l es sui t es.
I l ne ser oi t pas t émér ai r e de pr édi r e que l es
f oi bl es l i ai sons que l es hol l andoi s et l es chi noi s
ont conser vées au J apon, n' aur ont pas une l ongue
dur ée. On peut cr oi r e que ceux qui ont changé
l e gouver nement du pays, et qui y ont ét abl i l e
despot i sme l e pl us absol u que l ' on connoi sse,
r egar der ont t out e communi cat i on avec l es ét r anger s
comme danger euse à l eur aut or i t é. Cet t e conj ect ur e
par oî t d' aut ant mi eux f ondée, que t ous
l es suj et s ont ét é dépoui l l és du dr oi t dont
i l s j oui ssoi ent de sor t i r de l eur pat r i e, l or squ' i l s
l e voul oi ent . La mor t l a pl us vi ol ent e par oî t r oi t
t r op douce pour qui conque oser oi t vi ol er une
l oi qui est devenue l a pr emi er e maxi me, l a maxi me
f ondament al e de l ' empi r e.
Les hol l andoi s n' ét oi ent pas encor e maî t r es du
commer ce du J apon, qu' i l s cher choi ent à s' appr opr i er
cel ui des Mol uques. Les por t ugai s, qui l ' avoi ent
f ai t d' abor d avec un gr and succès, s' ét oi ent
vu f or cés dans l a sui t e à l e par t ager avec
l es espagnol s de Mani l l e, et r édui t s enf i n à l e l eur
céder pr esque ent i ér ement . Les deux nat i ons, t ouj our s
di vi sées, t ouj our s en guer r e, quoi que soumi ses
au même monar que, par ce que l e car act er e
nat i onal est pl us f or t que l e gouver nement , se
r éuni r ent pour combat t r e l es suj et s des
pr ovi nces- uni es. Ceux- ci , sout enus des nat ur el s du
pays, qui n' appr i r ent que depui s à l es cr ai ndr e et
à l es haï r , acqui r ent peu- à- peu l a supér i or i t é. Les
anci ens conquér ant s f ur ent enf i n chassés ver s l ' an
1627 ; et r empl acés par d' aut r es, aussi avi des,
mai s moi ns i nqui et s et pl us écl ai r és.
Aussi - t ôt que l es hol l andoi s se vi r ent sol i dement
ét abl i s aux Mol uques, i l s cher cher ent à

p149

s' appr opr i er l e commer ce excl usi f des épi cer i es,
avant ages que ceux qu' i l s venoi ent de dépoui l l er
n' avoi ent j amai s pu se pr ocur er . I l s se ser vi r ent
habi l ement des f or t s qu' i l s avoi ent empor t és,
l ' épée à l a mai n, et de ceux qu' on avoi t eu
l ' i mpr udence de l eur l ai sser bât i r , pour amener à
l eur pl an l es r oi s de Ter nat e et de Ti dor , maî t r es
de cet ar chi pel . Ces pr i nces se vi r ent r édui t s à
consent i r qu' on ar r achât des i sl es qu' on l ai ssoi t
sous l eur domi nat i on, l e muscadi er et l e gi r of l i er .
Le pr emi er de ces escl aves cour onnés r eçoi t pour
pr i x de ce gr and sacr i f i ce, une pensi on de
t r ent e- deux mi l l e deux cent s ci nquant e f l or i ns ; et l e
second, une d' envi r on si x mi l l e. Une gar ni son,
qui devoi t êt r e de sept cent s hommes, est char gée
d' assur er l ' exécut i on du t r ai t é ; et t el est l ' ét at
d' anéant i ssement où l es guer r es, l a t yr anni e, l a
mi ser e ont r édui t l es peupl es, que ces f or ces
ser oi ent pl us que suf f i sant es, pour l es mai nt eni r dans
cet t e dépendance, s' i l s ne f ai soi ent pas sur vei l l er
l es Phi l i ppi nes, dont l e voi si nage cause t ouj our s
quel ques i nqui ét udes. Quoi que t out e navi gat i on
soi t i nt er di t e aux habi t ant s, et qu' aucune nat i on
ét r anger e ne soi t r eçue chez eux, l es hol l andoi s
n' y f ont qu' un commer ce l angui ssant , par ce qu' i l s
n' y t r ouvent poi nt de moyen d' échange, ni d' aut r e
ar gent que cel ui qu' i l s y envoi ent pour payer
l es t r oupes, l es commi s et l es pensi ons. Ce
gouver nement , l es pet i t s pr of i t s dédui t s, coût e à
l a compagni e, soi xant e- di x mi l l e f l or i ns par an.
El l e se dédommage bi en de cet t e per t e à Amboi ne,
où el l e a concent r é l a cul t ur e du gi r of l e.
L' ar br e qui l e donne a l a f or me et l a f i gur e
du l aur i er : son t r onc est br anchu et r evêt u d' une
écor ce sembl abl e à cel l e de l ' ol i vi er : l es r ameaux
s' ét endent au l ar ge, à l ' ext r émi t é nai ssent des f l eur s

p150

bl anches, qui , en s' assembl ant , f or ment ce que
nous appel l ons un cl ou : c' est sa f i gur e, qui , sans
dout e, l ui a f ai t donner ce nom. Ver s l a t êt e, i l
se sépar e en quat r e, et r epr ésent e une espece de
cour onne à l ' ant i qui t é. Ce f r ui t est d' abor d d' un
ver d pâl e ; ensui t e i l devi ent j aune, pui s r ouge ;
et enf i n d' un br un f oncé, t el que nous l e voyons.
La r écol t e s' en f ai t depui s l e moi s d' oct obr e,
j usqu' au moi s de f évr i er . On secoue f or t ement
l es br anches de l ' ar br e, ou bi en on f ai t t omber
l es cl oux avec de l ongs r oseaux : i l s sont r eçus
dans de gr andes t oi l es pl acées à ce dessei n, et
on l es f ai t secher ensui t e aux r ayons du sol ei l ,
ou à l a f umée des cannes de mambou.
Les cl oux qui échappent à l ' exact i t ude de ceux
qui en f ont l a r écol t e, ou qu' on veut l ai sser sur
l ' ar br e, cont i nuent à gr ossi r j usqu' à l ' épai sseur
d' un pouce : i l s t ombent ensui t e, et r epr odui sent l e
gi r of l i er , qui ne donne des f r ui t s qu' au bout de
hui t ou neuf ans. Ces cl oux, qu' on nomme
mat r i ces, quoi qu' i nf ér i eur s aux cl oux or di nai r es,
ont des ver t us : l es hol l andoi s ont cout ume d' en
conf i r e avec du sucr e ; et dans l es l ongs voyages,
i l s en mangent apr ès l e r epas, pour r endr e l a
di gest i on mei l l eur e ; où i l s s' en ser vent comme
d' un r emede agr éabl e cont r e l e scor but .
Le cl ou de gi r of l e, pour êt r e par f ai t , doi t
êt r e bi en nour r i , pesant , gr as, f aci l e à casser ,
pi quant l es doi gt s quand on l e mani e, d' un goût
chaud et ar omat i que, br ûl ant pr esque l a gor ge,
d' une odeur excel l ent e, et l ai ssant une humi di t é
hui l euse, quand on l e pr esse. La gr ande consommat i on,
s' en f ai t dans l es cui si nes. I l est t el l ement
r echer ché dans quel ques pays de l ' Eur ope, et
sur - t out aux I ndes, que l ' on y mépr i se pr esque t out es
l es nour r i t ur es où i l ne se t r ouve pas. On l e mêl e

p151

dans l es met s, dans l es vi ns, dans l es l i queur s : on
l ' empl oi e aussi par mi l es odeur s. On s' en ser t peu
dans l a médeci ne ; mai s on en t i r e une hui l e qui
y est d' un assez gr and usage.
La compagni e a par t agé aux habi t ant s d' Amboi ne
quat r e mi l l e t er r ei ns, sur chacun desquel s el l e
l eur per met de pl ant er cent vi ngt - ci nq ar br es ;
ce qui f or me un nombr e de ci nq cent s mi l l e
gi r of l i er s ; chacun donne, année commune, au- del à
de deux l i vr es de gi r of l e ; et par conséquent , l eur
pr odui t r éuni s' él eve au- dessus d' un mi l l i on pesant .
Quat r e mi l l i ons, t ouj our s en r éser ve en Eur ope,
et deux mi l l i ons dans l ' I nde, suppl éent aux
mauvai ses r écol t es, r empl i ssent l e vui de que pour r oi t
occasi onner l e nauf r age des vai sseaux, ou l ' avar i ce
des mar chandi ses.
Les di x l i vr es de gi r of l e sont payées au cul t i vat eur ,
deux f l or i ns hui t sol s. La compagni e sol de
avec de l ' ar gent qui l ui r evi ent t ouj our s,
et avec quel ques t oi l es bl eues ou cr ues, t i r ées
de Cor omandel . Ce f oi bl e commer ce aur oi t r eçu
quel que accr oi ssement , si l es habi t ant s d' Amboi ne
et des pet i t es i sl es qui en dépendent , avoi ent
voul u se l i vr er à l a cul t ur e du poi vr e et de
l ' i ndi go, dont l es essai s ont ét é heur eux. Tout
mi sér abl es qu' i l s sont , on n' a pas r éussi à l es
t i r er de l eur i ndol ence, par ce qu' on ne l es a pas
t ent és par une r écompense pr opor t i onnée à l eur s
t r avaux. Si l a compagni e eût ét é pl us j ust e et pl us
écl ai r ée, el l e ser oi t par venue à épar gner l es cent
qui nze mi l l e f l or i ns que l ui coût e l ' ent r et i en de
ses f or t s et de ses gar ni sons, au- del à des pr of i t s
qu' el l e f ai t sur l a vent e de ses mar chandi ses.
L' admi ni st r at i on est un peu di f f ér ent e dans l es
i sl es de Banda, si t uées à t r ent e l i eues d' Amboi ne.
Ces i sl es sont au nombr e de ci nq, deux sont

p152

i ncul t es et pr esque i nhabi t ées : l es t r oi s aut r es
j oui ssent de l ' avant age de pr odui r e seul es dans
l ' uni ver s l a muscade.
Le muscadi er a l a haut eur du poi r i er . Son boi s
est moël l eux, son écor ce cendr ée, et ses br anches
sont f l exi bl es : ses f eui l l es ver t es et l i ssées
cr oi ssent deux à deux sur une même t i ge ; et
r épandent une odeur agr éabl e, quand on l es
f r oi sse. Aux f l eur s sembl abl es à cel l es du cer i si er ,
succede l e f r ui t . I l est de l a gr osseur d' un oeuf , et
a l a coul eur de l ' abr i cot ; sa pr emi er e écor ce est
f or t épai sse, et r essembl e à cel l e de nos noi x qui
sont sur l ' ar br e ; s' ouvr ant de même, dans sa
mat ur i t é, et l ai ssant voi r l a muscade envel oppée
de son maci s. C' est l e t emps de l a cuei l l i r , sans quoi
l e maci s ou f l eur de muscade se dessecher oi t , et
l a noi x per dr oi t cet t e hui l e qui l a conser ve et qui
en f ai t l a f or ce. Cel l e qu' on cuei l l e avant une
par f ai t e mat ur i t é, est conf i t e au vi nai gr e ou au
sucr e, et n' est r echer chée qu' en Asi e.
Ce f r ui t est neuf moi s à se f or mer . Quand
on l ' a cuei l l i , on dét ache sa pr emi er e écor ce,
et on en sépar e l e maci s qu' on l ai sse secher au
sol ei l . Les noi x demandent pl us de pr épar at i on :
el l es sont ét endues sur l es cl ai es, où el l es sechent
pendant si x semai nes à un f eu modér é, dans
des cabanes dest i nées à cet usage. Sépar ées al or s
de l eur coque, el l es sont j et t ées dans de l ' eau
de chaux, pr écaut i on nécessai r e, pour qu' i l ne
s' y engendr e poi nt de ver s.
La muscade est pl us ou moi ns par f ai t e, sui vant
l ' âge de l ' ar br e, l e t er r oi r , l ' exposi t i on et l a
cul t ur e. On est i me cel l e qui est r écent e, gr asse,
pesant e, et qui , ét ant pi quée, r end un suc hui l eux.
El l e ai de à l a di gest i on, di ssi pe l es vent s,
et f or t i f i e l es vi scer es.

p153

La compagni e pai e neuf sol s l a l i vr e de maci s,
et l a noi x un sol un hui t i eme : el l e s' est engagée
à pr endr e à ces condi t i ons, t out ce qu' on l ui
f our ni r oi t .
à l ' except i on de cet t e pr éci euse épi cer i e, l es
i sl es de Banda, comme t out es l es Mol uques,
sont d' une st ér i l i t é af f r euse. On n' y t r ouve l e
super f l u qu' aux dépens du nécessai r e. La nat ur e s' y
r ef use à l a cul t ur e de t ous l es gr ai ns. Le sagu,
qui est l a moël l e d' un ar br e de gr andeur médi ocr e,
y ser t de pai n, comme l a r aci ne de mani oc,
dans l ' Amér i que mér i di onal e : de ses br anches, i l
coul e un j us, qui f ai t l a boi sson or di nai r e des
habi t ant s, et dont l ' usage est agr éabl e et sai n.
Comme cet t e nour r i t ur e ne ser oi t pas suf f i sant e
pour l es eur opéens f i xés dans l es Mol uques, on
l eur per met d' al l er cher cher des vi vr es à J ava, à
Macassar , ou dans l ' i sl e ext r êmement f er t i l e de
Bal i . La compagni e por t e el l e- même à Banda
quel ques mar chandi ses. Cependant l es dépenses de
ce gouver nement excedent de quat r e- vi ngt - ci nq
mi l l e f l or i ns l es bénéf i ces de ce commer ce, et l e
pr odui t des i mposi t i ons.
C' est l e seul ét abl i ssement des I ndes or i ent al es
qu' on pui sse r egar der comme une col oni e eur opéenne,
par ce que c' est l e seul où l es eur opéens
soi ent pr opr i ét ai r es des t er r es. La compagni e
t r ouvant l es habi t ant s de Banda sauvages, cr uel s,
per f i des, par ce qu' i l s ét oi ent i mpat i ent s du j oug,
a pr i s l e par t i de l es ext er mi ner . Leur s possessi ons
ont ét é par t agées à des bl ancs qui t i r ent des i sl es
voi si nes, des escl aves pour l a cul t ur e : ces bl ancs
sont , l a pl upar t , cr éol es, ou des espr i t s chagr i ns,
r et i r és du ser vi ce de l a compagni e. On y voi t
aussi dans l a pet i t e i sl e de Rozegeyn, des bandi t s
f l ét r i s par l es l oi x, ou de j eunes gens

p154

sans moeur s, dont l es f ami l l es ont voul u se
débar r asser : c' est ce qui a f ai t appel l er Banda
l' isle de correction . Le cl i mat en est si
mal - sai n, que ces mal heur eux n' y vi vent pas l ong- t emps.
Une si gr ande consommat i on d' hommes a f ai t t ent er de
t r anspor t er à Amboi ne l a cul t ur e de l a muscade.
La compagni e pouvoi t y êt r e exci t ée encor e par
deux aut r es pui ssant s i nt ér êt s, cel ui de
l ' économi e, et cel ui de l a sûr et é. Les expér i ences
n' ont pas ét é heur euses, et l es choses sont r est ées
dans l ' ét at où el l es ét oi ent .
Pour s' assur er l e pr odui t excl usi f des Mol uques,
qu' on appel l e avec r ai son l es mines d' or de
l a compagni e, l es hol l andoi s ont ét é obl i gés de
f or mer deux ét abl i ssement s, l ' un à Ti mor ,
l ' aut r e aux Cél ebes.
La pr emi er e de ces deux i sl es a envi r on soi xant e
l i eues de l ong sur qui nze ou di x- hui t de l ar ge :
el l e est par t agée ent r e pl usi eur s pet i t s souver ai ns.
Les por t ugai s, qui , du t emps de l eur décadence,
s' y r ef ugi er ent de di ver s endr oi t s, y sont encor e
en gr and nombr e. I l s f ur ent chassés en 1613 de l a
vi l l e de Koupan par l es hol l andoi s, qui y ont
une f or t er esse, avec une gar ni son de ci nquant e
hommes. La compagni e y envoi e t ous l es ans quel ques
gr osses t oi l es, et el l e en r et i r e de l a
ci r e, du car et , du boi s de sandal de médi ocr e
qual i t é, et du cadi ang, pet i t e f eve dont on se
ser t communément dans l es vai sseaux hol l andoi s,
pour var i er l a nour r i t ur e des équi pages. Ces obj et s
r éuni s occupent une ou deux chal oupes expédi ées
de Bat avi a. I l n' y a ni à gagner ni à per dr e dans
cet ét abl i ssement : l a r ecet t e bal ance l a dépense. I l
y a l ong- t emps que l a compagni e aur oi t abandonné
Ti mor , si el l e n' avoi t cr ai nt de voi r s' y f i xer
quel que nat i on act i ve, qui , de cet t e posi t i on
f avor abl e,

p155

t r oubl er oi t ai sément l e commer ce des Mol uques.
Le même espr i t de pr écaut i on l ' a at t i r ée
aux Cél ebes.
Cet t e i sl e, dont l e di amêt r e est d' envi r on cent
t r ent e l i eues, est t r ès- habi t abl e, quoi que si t uée
au mi l i eu de l a zône t or r i de. Les chal eur s y sont
t empér ées par des pl ui es abondant es, et par des
vent s f r ai s. Ses habi t ant s sont l es pl us br aves de
l ' Asi e mér i di onal e : l eur pr emi er choc est f ur i eux ;
mai s i l n' est pas de l ongue dur ée ; et si on r ési st e
à l eur i mpét uosi t é, i l s per dent bi ent ôt cour age. La
l ongueur du cri , l eur ar me f avor i t e, est d' un pi ed
et demi . I l a l a f or me d' un poi gnar d dont l a l ame
s' al onge en ser pent ant : on n' en por t e qu' un à
l a guer r e ; mai s on en a deux dans l es quer el l es
par t i cul i er es. Cel ui qu' on t i ent à l a mai n gauche,
ser t à par er l e coup, et l ' aut r e à f r apper l ' ennemi .
La bl essur e qu' i l f ai t est t r ès- danger euse ;
et un duel se t er mi ne l e pl us souvent par l a mor t
des deux combat t ant s.
Une éducat i on aust er e r end l es habi t ant s de Cél ebes
agi l es, i ndust r i eux, r obust es. Les nour r i ces
sont dans l ' habi t ude de f r ot t er pl usi eur s f oi s l e
j our l es membr es des enf ant s, avec de l ' hui l e, ou
avec de l ' eau t i ede. Ces onct i ons f r équent es ai dent
l a nat ur e à se dével opper avec l i ber t é. On ne manque
j amai s de l es sévr er au bout d' un an, de peur qu' un
pl us l ong usage du l ai t mat er nel n' éner ve l eur
vi gueur . La sui t e des soi ns qu' on l eur donne r épond
à ces pr i nci pes.
Ces peupl es ne r econnoi ssoi ent aut r ef oi s de di eux
que l e sol ei l et l a l une. On ne l eur of f r oi t des
sacr i f i ces que dans l es pl aces publ i ques, par ce
qu' on ne t r ouvoi t pas de mat i er e assez pr éci euse
pour l eur él ever des t empl es. Dans l ' opi ni on de ces
i nsul ai r es, l e sol ei l et l a l une ét oi ent ét er nel s,

p156

comme l e ci el dont i l s se par t ageoi ent l ' empi r e.
L' ambi t i on l es br oui l l a. La l une, f uyant devant l e
sol ei l , se bl essa, et accoucha de l a t er r e : el l e
ét oi t gr osse de pl usi eur s aut r es mondes, qu' el l e
met t r a successi vement au j our , mai s sans vi ol ence,
pour r épar er l a r ui ne de ceux que l e f eu de son
vai nqueur doi t consumer .
Ces absur di t és ét oi ent génér al ement r eçues aux
Cél ebes ; mai s el l es n' avoi ent pas dans l ' espr i t des
gr ands et du peupl e, l a consi st ance que l es dogmes
r el i gi eux ont chez l es aut r es nat i ons. I l y a
envi r on deux si ecl es que quel ques chr ét i ens et
quel ques mahomét ans, y ayant appor t é l eur s
i dées, l e pr i nci pal r oi du pays se dégoût a
ent i ér ement du cul t e nat i onal . Fr appé de l ' aveni r
t er r i bl e dont l es deux nouvel l es r el i gi ons l e
menaçoi ent égal ement , i l convoqua une assembl ée
génér al e : au j our i ndi qué, i l mont a sur un endr oi t
él evé, et l à ét endant ses mai ns ver s l e ci el , et se
t enant debout , i l adr essa cet t e pr i er e à l ' êt r e
supr ême :
gr and Di eu, j e ne me pr ost er ne poi nt à t es
pi eds, en ce moment , par ce que j e n' i mpl or e
poi nt t a cl émence. J e n' ai à t e demander qu' une
chose j ust e, et t u me l a doi s. Deux nat i ons ét r anger es,
opposées dans l eur cul t e, sont venues por t er l a
t er r eur dans mon ame et dans cel l e de mes suj et s.
El l es m' assur ent que t u me puni r as à j amai s, si
j e n' obéi s à t es l oi x : j ' ai donc l e dr oi t d' exi ger
de t oi que t u me l es f asses connoî t r e. J e ne
demande poi nt que t u me r evel es l es myst er es
i mpénét r abl es qui envel oppent t on êt r e, et qui
me sont i nut i l es. J e sui s venu pour t ' i nt er r oger
avec mon peupl e, sur l es devoi r s que t u veux nous
i mposer . Par l e, ô mon Di eu ! Pui sque t u es
l ' aut eur de l a nat ur e, t u connoi s l e f ond de nos
coeur s, et t u sai s qu' i l l eur est i mpossi bl e de
concevoi r

p157

un pr oj et de désobéi ssance ; mai s si t u
dédai gnes de t e f ai r e ent endr e à des mor t el s, si
t u t r ouves i ndi gne de t on essence d' empl oyer l e
l angage de l ' homme pour di ct er des devoi r s à
l ' homme, j e pr ends à t émoi n ma nat i on ent i er e,
l e sol ei l qui m' écl ai r e, l a t er r e qui me por t e, l es
eaux qui envi r onnent mon empi r e, et t oi - même,
que j e cher che dans l a si ncér i t é de mon coeur , à
connoî t r e t a vol ont é et j e t e pr évi ens auj our d' hui
que j e r econnoî t r ai pour l es déposi t ai r es de t es
or acl es, l es pr emi er s mi ni st r es de l ' une ou de
l ' aut r e r el i gi on que t u f er as ar r i ver dans nos por t s.
Les vent s et l es eaux sont l es mi ni st r es de t a
pui ssance ; qu' i l s soi ent l e si gnal de t a vol ont é.
Si , en sui vant l e pl an que j e me pr opose, j e venoi s à
embr asser l ' er r eur , ma consci ence ser oi t t r anqui l l e,
et c' est t oi qui ser oi t l e méchant .
Le peupl e se sépar a en at t endant l es or dr es du
ci el ; et r ésol u de se l i vr er aux pr emi er s
mi ssi onnai r es qui ar r i ver oi ent aux Cél ebes. Les
apôt r es de l ' Al cor an f ur ent l es pl us act i f s, et l e
souver ai n se f i t ci r conci r e avec son peupl e. Le
r est e de l ' i sl e ne t ar da pas à sui vr e cet exempl e.
Ce cont r e- t emps n' empêcha pas l es por t ugai s
de s' ét abl i r aux Cél ebes. I l s s' y mai nt i nr ent , même
apr ès avoi r ét é chassés des Mol uques. La r ai son
qui l es y r et enoi t , et qui y at t i r oi t l es angl oi s,
ét oi t l a f aci l i t é de se pr ocur er des épi cer i es, que
l es nat ur el s du pays t r ouvoi ent l e moyen d' avoi r ,
mal gr é l es pr écaut i ons qu' on pr enoi t pour l es
écar t er des l i eux où el l es cr oi ssoi ent .
Les hol l andoi s, que cet t e concur r ence empêchoi t
de s' appr opr i er l e commer ce excl usi f du
gi r of l e et de l a muscade, ent r epr i r ent en 1660
d' ar r êt er , comme i l s s' expr i moi ent , cet t e
cont r ebande. I l s empl oyer ent , pour y r éussi r , des

p158

moyens que l a mor al e l a pl us r el âchée a en hor r eur ,
mai s qu' une avi di t é sans bor nes à r endus ext r êmement
communs en Asi e. En sui vant sans i nt er r upt i on
des pr i nci pes at r oces, i l s par vi nr ent à chasser
l es por t ugai s, à écar t er l es angl oi s, à s' empar er
du por t et de l a f or t er esse de Macassar : à
cet t e époque, i l s se t r ouver ent maî t r es absol us
dans l ' i sl e, sans l ' avoi r conqui se. Les pr i nces qui
l a par t agent f ur ent r éuni s dans une espece de
conf édér at i on : i l s s' assembl ent de t emps en t emps
pour l es af f ai r es qui concer nent l ' i nt ér êt génér al .
Ce qui est déci dé est une l oi pour chaque ét at .
Lor squ' i l sur vi ent quel que cont est at i on, el l e est
t er mi née par l e gouver neur de l a col oni e hol l andoi se,
qui pr ési de à cet t e di et e. I l écl ai r e de
pr ès ces di f f ér ent s despot es, qu' i l t i ent dans une
égal i t é ent i er e, pour qu' aucun d' eux ne s' él eve
au pr éj udi ce de l a compagni e. On l es a t ous
désar més, sous pr ét ext e de l es empêcher de se nui r e
l es uns aux aut r es ; mai s en ef f et , pour l es met t r e
dans l ' i mpui ssance de r ompr e l eur s f er s.
Les chi noi s, seul s ét r anger s qui soi ent r eçus aux
Cél ebes, y appor t ent du t abac, du f i l d' or , des
por cel ai nes, et des soi es en nat ur e. Les hol l andoi s
y vendent de l ' opi um, des l i queur s, de l a
gomme l acque, des t oi l es f i nes et gr ossi er es. On
en t i r e un peu d' or , beaucoup de r i z, de l a
ci r e, des escl aves et des t i pans. Les douanes
r appor t ent quar ant e mi l l e f l or i ns à l a compagni e.
La di xme du r i z et l es bénéf i ces de son commer ce,
sont beaucoup pl us consi dér abl es. Ces obj et s
r éuni s ne couvr ent pas cependant l es f r ai x
de l a col oni e : el l e coût e soi xant e- qui nze mi l l e
f l or i ns au- dessus. On sent bi en qu' i l f audr oi t
l ' abandonner , si el l e n' ét oi t r egar dée, avec r ai son,
comme l a cl ef des i sl es à épi cer i es.

p159

L' ét abl i ssement f or mé à Bor neo a un but moi ns
i mpor t ant . C' est une des pl us gr andes, et peut - êt r e
l a pl us gr ande i sl e que l ' on connoi sse. Ses
anci ens habi t ant s en occupent l ' i nt ér i eur : l es côt es
sont peupl ées de macassar oi s, de j avans, de mal ai s,
qui ont aj out é aux vi ces qui l eur sont nat ur el s,
une f ér oci t é qu' on r et r ouver oi t di f f i ci l ement
ai l l eur s. Les por t ugai s, qui , en 1526, cher choi ent
à s' y ét abl i r , cr ur ent adouci r un r oi maur e, en
l ui of f r ant quel ques pi eces de t api sser i es à
per sonnages : on pr i t l es f i gur es pour des hommes
enchant és, dont on cr ai gni t l es compl ot s ; et l es
pr ésent s f ur ent r envoyés avec hor r eur , ai nsi que
ceux qui l es of f r oi ent . I l s f ur ent pl us heur eux
dans l a sui t e, si c' est un bonheur d' êt r e r eçu dans
un pays pour y êt r e massacr é. Un compt oi r que
l es angl oi s y f or mer ent quel ques années apr ès,
eut l a même dest i née. Les hol l andoi s, qui n' avoi ent
pas ét é mi eux t r ai t és, r epar ur ent en 1748
avec une escadr e. Quoi que t r ès- f oi bl e, el l e en
i mposa t el l ement au pr i nce qui possede seul l e
poi vr e, qu' i l se dét er mi na à l eur en accor der l e
commer ce excl usi f . Seul ement i l l ui f ut per mi s
d' en l i vr er ci nq cent s mi l l e l i vr es aux chi noi s,
qui , de t out t emps f r équent oi ent ses por t s. Depui s
ce t r ai t é, l a compagni e envoi e à Banj er massi n
du r i z, de l ' opi um, du sel , de gr osses t oi l es.
El l e en t i r e quel ques di amant s, et envi r on si x
cent s mi l l e pesant de poi vr e à qui nze f l or i ns di x
sol s l e cent . Le gai n qu' el l e f ai t sur ce qu' el l e y
por t e, peut à pei ne bal ancer l es dépenses de
l ' ét abl i ssement , quoi qu' el l es ne mont ent qu' à sei ze
mi l l e f l or i ns. Sumat r a l ui pr ocur e des avant ages
pl us consi dér abl es.
Quoi que cet t e i sl e, avant l ' ar r i vée des eur opéens
aux I ndes, f ut par t agée ent r e pl usi eur s
souver ai net és,

p160

t out l e commer ce se r éuni ssoi t à Achem.
Le por t de ce r oyaume ét oi t f r équent é par t ous
l es peupl es de l ' Asi e ; et l e f ut dans l a sui t e par
l es por t ugai s, et par l es nat i ons qui s' él ever ent
sur l eur s r ui nes. On y échangeoi t t out es l es
pr oduct i ons de l ' or i ent , cont r e de l ' or , du poi vr e,
quel ques aut r es mar chandi ses qui abondoi ent dans
ce cl i mat pl us r i che que sai n. Les t r oubl es qui
boul ever ser ent ce f ameux ent r epôt , y f i r ent t omber
t out e i ndust r i e, et en écar t er ent l es navi gat eur s.
Au t emps de cet t e décadence, l es hol l andoi s
i magi ner ent de f or mer des ét abl i ssement s dans
d' aut r es par t i es de l ' i sl e, qui j oui ssoi ent de pl us
de t r anqui l l i t é. Ceux qu' i l l eur f ut per mi s d' avoi r
dans l ' empi r e d' I ndr i pour a sont r édui t s à peu de
choses, depui s que l es angl oi s se sont f i xés sur
l a même côt e. Le compt oi r de J ambi est encor e
moi ns ut i l e, par ce que l es r oi s voi si ns de ce pr i nce
l ' ont dépoui l l é de ses possessi ons. La compagni e se
dédommage de ces mal heur s à Pal i mban, où,
pour t r ent e mi l l e f l or i ns, el l e ent r et i ent un f or t ,
une gar ni son de quat r e- vi ngt hommes, et deux
ou t r oi s chal oupes qui cr oi sent cont i nuel l ement .
On l ui l i vr e t ous l es ans deux mi l l i ons pesant de
poi vr e, à di x f l or i ns et demi l e cent , et un
mi l l i on et demi de cal i n, à vi ngt - hui t f l or i ns
t r oi s quar t s l e cent . Ce pr i x, t out bor né qu' i l
doi t par oî t r e, est avant ageux au r oi qui en donne à
ses suj et s un encor e moi ndr e. Quoi qu' i l pr enne
à Bat avi a une par t i e de l a nour r i t ur e et du
vêt ement de ses ét at s, on est obl i gé de sol der avec
l ui en pi ast r es. De cet ar gent , de l ' or qu' on r amasse
dans ses r i vi er es, i l a f or mé un t r ésor qu' on sai t
êt r e i mmense. Un seul vai sseau eur opéen pour r oi t
s' empar er de t ant de r i chesses ; et s' i l avoi t
quel ques

p161

t r oupes de débar quement , se mai nt eni r dans
un post e qu' i l aur oi t pr i s sans pei ne. I l par oî t bi en
ext r aor di nai r e qu' une ent r epr i se si ut i l e et si
f aci l e n' ai t pas t ent é l a cupi di t é de quel que
avant ur i er .
Une i nj ust i ce, une cr uaut é de pl us ne doi vent
r i en coût er à des peupl es pol i cés, qui ont f oul é
aux pi eds t ous l es dr oi t s, t ous l es sent i ment s de
l a nat ur e, pour s' appr opr i er l ' uni ver s. I l n' y a
pas une seul e nat i on en Eur ope qui n' ai t l es pl us
l égi t i mes r ai sons, pour s' empar er des r i chesses
de l ' I nde. Au déf aut de l a r el i gi on qu' i l n' est pl us
honnêt e d' i nvoquer , depui s que ses mi ni st r es en
ont t r ahi eux- mêmes l e myst er e par une cupi di t é
et une ambi t i on sans bor nes, combi en ne r est e- t - i l
pas encor e de pr ét ext es à l a f ur eur d' envahi r ?
Un peupl e monar chi st e veut ét endr e au- del à des
mer s l a gl oi r e et l ' empi r e de son maî t r e : ce
peupl e est t r op heur eux dans l e cl i mat où l e ci el
l ' a f ai t naî t r e, pour ne pas al l er exposer sa vi e
au bout d' un aut r e monde, et t âcher d' augment er
l e nombr e des f or t unés suj et s qui vi vent sous
l es l oi x du mei l l eur des pr i nces. Un peupl e l i br e
et maî t r e de l ui - même est né sur l ' océan, pour
y r égner : i l ne peut s' assur er l ' empi r e de l a mer ,
qu' en s' empar ant de l a t er r e ; el l e est au pr emi er
occupant ; c' est - à- di r e, à cel ui qui peut en chasser
l es pl us anci ens habi t ant s : i l f aut l es subj uguer
par l a f or ce ou par l a r use, et l es ext er mi ner
pour avoi r l eur s bi ens. L' i nt ér êt du commer ce,
l a det t e nat i onal e, l a maj est é du peupl e
l ' exi gent ai nsi . Des r épubl i cai ns ont heur eusement
secoué l e j oug d' une t yr anni e ét r anger e, i l
f aut qu' i l s l ' i mposent à l eur t our . S' i l s ont br i sé
des f er s, c' est pour en f or ger . I l s haï ssent l a
monar chi e ; mai s i l s ont besoi n d' escl aves. I l s

p162

n' ont poi nt de t er r es chez eux ; comment n' en
pr endr oi ent - i l s pas chez l es aut r es ?
Le commer ce que l a compagni e f ai t à Si ama
t ouj our s ét é en décl i nant . Comme el l e n' y a poi nt
de f or t , el l e n' a pas ét é en ét at de sout eni r l e
pr i vi l ege excl usi f qui l ui avoi t ét é accor dé. Le
r oi , mal gr é l es pr ésent s qu' i l exi ge, l i vr e des
mar chandi ses aux navi gat eur s de t out es l es nat i ons,
et en r eçoi t d' eux à des condi t i ons qui l ui sont
avant ageuses. Seul ement on l es obl i ge de s' ar r êt er
à l ' embouchur e du Menan, au- l i eu que l es
hol l andoi s r emont ent ce f l euve j usqu' à l a capi t al e
de l ' empi r e, où i l s ont t ouj our s un agent . Cet t e
pr ér ogat i ve ne donne pas une gr ande act i vi t é à
l eur s af f ai r es. I l s n' envoi ent pl us qu' un vai sseau
char gé de chevaux de J ava, de sucr e, d' épi cer i es
et de t oi l es. I l s en t i r ent du cal i n, à t r ent e- ci nq
f l or i ns l e cent , de l a gomme- l acque, à vi ngt - si x
f l or i ns, quel ques dent s d' él éphant , à un f l or i n
t r ei ze sol s l a l i vr e, un peu d' or , à quat r e- vi ngt
sept f l or i ns t r oi s quar t s l e mar c. On peut assur er
qu' i l s t i ennent uni quement à cet t e l i ai son par
l e boi s de sapan, qu' i l s obt i ennent à deux f l or i ns
et demi l e cent , et qui l eur est nécessai r e pour
l ' ar r i mage de l eur s vai sseaux. Sans ce besoi n, i l s
aur oi ent r enoncé depui s l ong- t emps à un commer ce
dont l es f r ai x excedent l es bénéf i ces, par ce
que l e r oi , seul négoci ant de son r oyaume, met
l es mar chandi ses qu' on l ui por t e à un t r ès- bas
pr i x. Un pl us gr and i nt ér êt t our na l ' ambi t i on des
hol l andoi s ver s Mal aca.
Ces r épubl i cai ns, qui connoi ssoi ent l ' i mpor t ance
de cet t e pl ace, f i r ent l es pl us gr ands ef f or t s
pour s' en empar er : i l s f ur ent deux f oi s i nut i l es.
Enf i n, s' i l f al l oi t s' en r appor t er à un écr i vai n
sat yr i que, on eut r ecour s à un moyen que l es peupl es

p163

ver t ueux n' empl oi ent j amai s, et qui r éussi t souvent
avec une nat i on dégénér ée. On t ent a l e gouver neur
por t ugai s qu' on savoi t avar e. Le mar ché
f ut concl u ; et i l i nt r odui si t l ' ennemi dans l a
vi l l e, en 1641 ; l es assi égeant s cour ur ent à l ui , et
l e massacr er ent , pour êt r e di spensés de payer l es
quat r e- vi ngt mi l l e écus qui l ui avoi ent ét é
pr omi s. Dans l a vér i t é, l es por t ugai s ne se r endi r ent
qu' apr ès l a déf ense l a pl us opi ni ât r e. Le chef des
vai nqueur s, par une j act ance qui n' est pas de
sa nat i on, demanda à cel ui des vai ncus, quand
i l r evi endr oi t : lorsque vos péchés seront plus
grands que les nôtres , r épondi t gr avement l e
por t ugai s.
Les conquér ant s t r ouver ent une f or t er esse bât i e,
comme t ous l es ouvr ages des por t ugai s, avec
une sol i di t é qu' aucune nat i on n' a depui s i mi t ée,
et un cl i mat f or t sai n, quoi que chaud et humi de ;
mai s l e commer ce y ét oi t t out - à- f ai t t ombé,
depui s que l es exact i ons cont i nuel l es en avoi ent
él oi gné t out es l es nat i ons. La compagni e ne l ' y
a pas r appel l é, soi t qu' el l e y ai t t r ouvé des
di f f i cul t és i nsur mont abl es, soi t qu' el l e ai t manqué
de modér at i on, soi t qu' el l e ai t cr ai nt de nui r e
à Bat avi a. Ses opér at i ons se r édui sent à l a vent e
d' un peu d' opi um, de quel ques t oi l es bl eues et
à l ' achat des dent s d' él éphant , du cal i n, qui l ui
coût e t r ent e- ci nq f l or i ns l e cent , d' un peu d' or ,
qu' el l e pai e quat r e- vi ngt - di x f l or i ns l e mar c.
Ces af f ai r es ser oi ent pl us vi ves, pl us consi dér abl es,
si l es pr i nces ét oi ent f i del es au t r ai t é
excl usi f qu' i l s ont f ai t avec el l e. Mal heur eusement
pour ses i nt ér êt s, i l s ont f or mé des l i ai sons
avec des angl oi s qui f our ni ssoi ent à mei l l eur mar ché
à l eur s besoi ns, et qui achet ent pl us cher l eur s
mar chandi ses. El l e se dédommage un peu

p164

sur ses f er mes et sur ses douanes, qui l ui donnent
cent mi l l e f l or i ns par an. Cependant ces r evenus,
j oi nt s aux bénéf i ces du commer ce, ne suf f i sent
pas pour l ' ent r et i en de l a gar ni son et des
empl oyés : i l en coût e vi ngt mi l l e f l or i ns à l a
compagni e.
Ce sacr i f i ce put par oî t r e l ong- t emps l éger . Avant
que l es eur opéens eussent doubl é l e cap de
Bonne- Espér ance, l es maur es, seul s navi gat eur s dans
l ' I nde, se r endoi ent de Sur at e et de Bengal e à
Mal aca, où i l s t r ouvoi ent l es bât i ment s des
Mol uques, du J apon et de l a Chi ne. Lor sque l es
por t ugai s se f ur ent empar és de cet t e pl ace, i l s
al l er ent eux- mêmes cher cher l e poi vr e à Bant am,
et l es épi cer i es à Ter nat e. Pour abr éger l eur
r et our , i l s i magi ner ent de l es f ai r e par l es
i sl es de l a Sonde, et i l s r éussi r ent . Les
hol l andoi s, devenus possesseur s de Mal aca et de
Bat avi a, se t r ouver ent maî t r es des deux seul s dét r oi t s
connus. I l s y cr oi soi ent dans des t emps de t r oubl e,
et i nt er cept oi ent l es vai sseaux de l eur s ennemi s.
Cet t e posi t i on a cessé d' êt r e r espect abl e, depui s que
l es f r ançoi s, à l a f i n de l a guer r e de 1744, ont
découver t l e dét r oi t de Bal y, et l es angl oi s cel ui
de Lamboc, dans l a der ni er e guer r e. Bat avi a
cont i nuer a t ouj our s d' êt r e l ' ent r epôt d' un commer ce
i mmense ; mai s Mal aca per d l ' uni que avant age
qui l ui donnoi t de l a consi dér at i on.
Sans avoi r pr évu cet événement , l a compagni e,
en même- t emps qu' el l e s' agr andi ssoi t et s' af f er mi ssoi t
dans l ' or i ent de l ' Asi e, songeoi t à s' assur er
de cet t e par t i e de l ' I nde où l es por t ugai s l a
t r aver soi ent encor e, et à l eur enl ever l ' i sl e de
Ceyl an. On peut r emar quer que cet t e nat i on si
écl ai r ée sur l e commer ce, a d' abor d pensé à se
r endr e maî t r esse des pr oduct i ons de pr emi er e et

p165

de seconde nécessi t é, avant de songer aux mar chandi ses
de l uxe. C' est sur l a possessi on des épi cer i es
qu' el l e a f ondé sa gr andeur en Asi e, comme
el l e l ' a f ondée en Eur ope sur l a pêche du har eng.
Les Mol uques l ui f our ni ssoi ent l a muscade
et l e gi r of l e : Ceyl an devoi t l ui donner l a
cannel l e.
Spi l ber g, l e pr emi er de ses ami r aux qui osa
mont r er son pavi l l on sur l es côt es de cet t e i sl e
dél i ci euse, t r ouva l es por t ugai s occupés à
boul ever ser l e gouver nement et l a r el i gi on du pays,
à dét r ui r e l es uns par l es aut r es, l es souver ai ns qui
l a par t ageoi ent , à s' él ever sur l es débr i s des t r ônes
qu' i l s r enver soi ent successi vement . I l of f r i t l es
secour s de sa pat r i e à l a cour de Candi : i l s f ur ent
accept és avec t r anspor t s. vous pouvez assurer vos
maîtres, l ui di t l e monar que, que s' ils
veulent bâtir un fort, moi, ma femme, mes enfants,
nous serons les premiers à porter les matériaux
nécessaires .
Les peupl es de Ceyl an ne vi r ent dans l es hol l andoi s
que l es ennemi s de l eur s t yr ans ; et i l s se
j oi gni r ent à eux. Par ces deux f or ces r éuni es,
l es por t ugai s f ur ent ent i ér ement chassés en 1658,
apr ès une guer r e l ongue, sangl ant e, opi ni ât r e.
Leur s ét abl i ssement s t omber ent t ous ent r e l es mai ns
de l a compagni e, qui l es occupe encor e. à l ' except i on
d' un espace assez bor né sur l a côt e or i ent al e,
où on ne t r ouve poi nt de por t , et dont l e souver ai n
du pays t i r oi t son sel , i l s f or mer ent aut our de
l ' i sl e un cor don r égul i er , qui s' ét endoi t depui s
deux j usqu' à douze l i eues dans l es t er r es.
Les f or t s de J af anapat an, des i sl es de Manar
et de Cal pant i n, ont pour but d' empêcher t out e
l i ai son avec l es peupl es du cont i nent voi si n.
Negumbo, dest i né à cont eni r l e di st r i ct qui pr odui t
l a mei l l eur e cannel l e, a un por t suf f i sant pour

p166

l es chal oupes, mai s qui n' est pas f r équent é, par ce
qu' i l y a une r i vi er e navi gabl e qui condui t à
Kol ombo. Cet t e pl ace, que l es por t ugai s avoi ent
f or t i f i ée avec un soi n ext r ême comme l e cent r e des
r i chesses, est devenue l e chef - l i eu de l a col oni e.
I l est vr ai sembl abl e que, sans l es dépenses qui y
avoi ent ét é f ai t es, l es vi ces de sa r ade aur oi ent
dét er mi né l es hol l andoi s à ét abl i r l eur gouver nement
et l eur s f or ces à Poi nt e De Gal e. On y t r ouve
un por t , dont , à l a vér i t é, l ' ent r ée est di f f i ci l e,
et l e bassi n f or t r esser r é ; mai s qui r éuni t
d' ai l l eur s t out es l es per f ect i ons qu' on peut desi r er .
C' est l à que l a compagni e f ai t ses changement s
pour l ' Eur ope.
Mat ur é l ui ser t à r ecuei l l i r l es caf és et l es
poi vr es, dont el l e a i nt r odui t l a cul t ur e. Ses
f or t i f i cat i ons se r édui sent à une r edout e si t uée sur
une r i vi er e qui ne peut r ecevoi r que des bat eaux.
Le pl us beau, l e mei l l eur por t des I ndes, c' est
Tr i nquemal e : i l est composé de pl usi eur s bayes,
où l es pl us nombr euses f l ot t es t r ouvent un asyl e
sûr . On n' y f ai t poi nt de commer ce ; l e pays
n' of f r e aucune mar chandi se ; i l f our ni t même peu
de vi vr es : i l est gar dé par sa st ér i l i t é. D' aut r es
ét abl i ssement s moi ns consi dér abl es, r épandus sur l a
côt e, ser vent à f aci l i t er l es communi cat i ons, et à
écar t er l es ét r anger s.
Ces sages pr écaut i ons ont mi s dans l es mai ns
de l a compagni e t out es l es pr oduct i ons de l ' i sl e.
Cel l es qui ent r ent dans l e commer ce sont l es
amét i st es, l es saphi r s, l es t opazes, et des r ubi s
t r ès- pet i t s et t r ès- i mpar f ai t s ; ce sont des maur es
venus de l a côt e de Cor omandel , qui , en payant
un modi que dr oi t , l es achet ent , l es t ai l l ent ,
et l es f ont vendr e à bas pr i x, dans l es di f f ér ent es
cont r ées de l ' I nde.

p167

Le poi vr e, que l a compagni e achet e quat r e
sol s l a l i vr e ; l e caf é, qu' el l e ne pai e que deux,
et l e car domome, qui n' a poi nt de pr i x f i xe : l es
nat ur el s du pays sont t r op i ndol ent s, pour que ces
cul t ur es, qui sont t out es d' une qual i t é
t r ès- i nf ér i eur e, pui ssent j amai s deveni r f or t
consi dér abl es.
Une cent ai ne de bal l es de mouchoi r s de pagnes
et de gi mgamps, d' un t r ès- beau r ouge, que l es
mal abar es f abr i quent à J af anapat an, où i l s sont
ét abl i s depui s t r ès- l ong- t emps.
Quel que peu d' i voi r e, et envi r on ci nquant e
él éphant s, on l es por t e à l a côt e de Cor omandel ;
et cet ani mal doux et paci f i que, mai s t r op ut i l e
à l ' homme, pour r est er l i br e dans une i sl e, va
sur l e cont i nent augment er et souf f r i r l es pér i l s
de l a guer r e.
De l ' ar eque, que l a compagni e achet e à r ai son
de ci nq f l or i ns l ' ammonan, et qu' el l e vend di x- hui t
ou vi ngt sur l es l i eux mêmes aux vai sseaux
de Bengal e, de Cor omandel et des Mal di ves,
qui l e pai ent avec du r i z, des gr osses t oi l es, et des
caur i s. L' ar eque, qui cr oî t sur une espece de
pal mi er , est un f r ui t qui n' est pas r ar e dans l a
pl upar t des cont r ées de l ' Asi e, et qui est
t r ès- commun à Ceyl an : i l est ovai r e, et
r essembl er oi t assez à l a dat t e, s' i l n' ét oi t pas pl us
ser r é par l es deux bout s. Son écor ce est épai sse,
l i sse et membr aneuse. Le noyau qu' el l e envi r onne est
bl anchât r e, en f or me de poi r e, et de l a gr osseur d' une
muscade. Lor squ' on l e mange seul , comme l e f ont
quel ques i ndi ens, i l appauvr i t l e sang, i l donne
l a j auni sse : cet i nconvéni ent n' est pas à cr ai ndr e,
l or squ' i l est mêl é avec l e bét el .
Le bét el est une pl ant e qui r ampe et qui gr i mpe
comme l e l i er r e. Ses f eui l l es sont assez sembl abl es
à cel l es du ci t r onni er , quoi que pl us l ongues et pl us

p168

ét r oi t es à l ' ext r émi t é. On l a cul t i ve comme l a
vi gne, et on l ui donne pour l a sout eni r , un pet i t
ar br e, appel l é agat i , sur l equel el l e se pl aî t
si ngul i ér ement . Le bét el cr oî t par - t out et dans t out e
l ' I nde ; mai s i l ne pr osper e vér i t abl ement que dans
des l i eux humi des.
à t out es l es heur es du j our , même de l a nui t ,
l es i ndi ens mâchent et cr achent des f eui l l es de
bét el , dont l ' amer t ume est cor r i gée par l ' ar eque
qu' el l es envel oppent t ouj our s. On y j oi nt
const amment du chunam, espece de chaux br ûl ée f ai t e
avec des coqui l l es. Les gens r i ches y aj out ent
souvent des par f ums qui f l at t ent l eur vani t é ou l eur
sensual i t é.
On ne peut pas se sépar er avec bi enséance,
pour quel que t emps, sans se donner mut uel l ement
du bét el dans une bour se : c' est un pr ésent de
l ' ami t i é qui soul age l ' absence. Per sonne n' oser oi t
par l er à son supér i eur , sans avoi r l a bouche
par f umée de bét el ; i l ser oi t même gr ossi er de
négl i ger cet t e pr écaut i on avec son égal . Si
quel qu' un se pr ésent e par hasar d sans avoi r mâché
du bét el , i l a gr and soi n de met t r e sa mai n devant sa
bouche, pour i nt er cept er t out e odeur désagr éabl e. Les
f emmes gal ant es f ont l e pl us gr and usage du bét el
comme d' un pui ssant at t r ai t pour l ' amour . On
pr end du bét el apr ès l es r epas ; on mâche du
bét el dur ant l es vi si t es ; on s' of f r e du bét el en
s' abor dant , en se qui t t ant t ouj our s du bét el . Si
l es dent s ne s' en t r ouvent pas bi en, l ' est omac
en est pl us sai n et pl us f or t . C' est du moi ns un
pr éj ugé génér al ement ét abl i aux I ndes.
La pêche des per l es est encor e un des r evenus
de Ceyl an. On peut conj ect ur er avec vr ai sembl ance
que cet t e i sl e, qui n' est qu' à qui nze l i eues du
cont i nent , en f ut dét achée dans des t emps pl us

p169

ou moi ns r ecul és, par quel que gr and ef f or t de l a
nat ur e. L' espace qui l a sépar e act uel l ement de l a
t er r e, est r empl i de bas f onds qui empêchent l es
vai sseaux d' y navi guer . Dans quel ques i nt er val l es
seul ement , on t r ouve quat r e ou ci nq pi eds d' eau
qui per met t ent à de pet i t s bat eaux d' y passer . Les
hol l andoi s, qui s' en at t r i buent l a souver ai net é,
y t i ennent t ouj our s deux chal oupes ar mées pour
exi ger l es dr oi t s qu' i l s ont ét abl i s. C' est dans ce
dét r oi t que se f ai t l a pêche des per l es, qui eut
aut r ef oi s un si gr and écl at . Cet t e sour ce de
r i chesses a ét é si f or t épui sée, qu' i l n' est pas
possi bl e d' y r eveni r souvent . On vi si t e, à l a vér i t é,
t ous l es ans l e banc, pour savoi r à quel poi nt i l est
f our ni d' hui t r es ; mai s communément i l ne s' y en
t r ouve assez que t ous l es ci nq ou si x ans. Al or s l a
pêche est af f er mée ; et t out cal cul é, on peut l a f ai r e
ent r er dans l es r evenus de l a compagni e pour
cent mi l l e f l or i ns. I l se t r ouve sur l es mêmes
côt es une coqui l l e appel l ée sj ancos, dont l es
i ndi ens de Bengal e f ont des br acel et s. La pêche
en est l i br e ; mai s l e commer ce en est excl usi f .
Apr ès t out , l e gr and obj et de l a compagni e,
c' est l a cannel l e. La r aci ne de l ' ar br e qui l a donne
est gr osse, par t agée en pl usi eur s br anches, couver t e
d' une écor ce d' un r oux gr i sât r e en dehor s, r ougeât r e
en- dedans. Le boi s de cet t e r aci ne est dur ,
bl anc et sans odeur .
Le t r onc qui s' él eve j usqu' à hui t et di x t oi ses,
est couver t , ai nsi que ses nombr euses br anches,
d' une écor ce d' abor d ver t e et ensui t e r ouge.
La f eui l l e ne r essembl er oi t pas mal à cel l es du
l aur i er , si el l e ét oi t moi ns l ongue et moi ns poi nt ue.
Lor squ' el l e est t endr e, el l e a l a coul eur de f eu :
en vi ei l l i ssant et en sechant , el l e pr end un ver d
f oncé au- dessus, et un ver d pl us cl ai r au- dessous.

p170

Les f l eur s sont pet i t es, bl anches, di sposées en
gr os bouquet s à l ' ext r émi t é des r ameaux, d' une
odeur agr éabl e, et qui appr oche de cel l e du muguet .
Le f r ui t a l a f or me du gl and ; mai s i l est pl us
pet i t . I l mûr i t , pour l ' or di nai r e, au moi s de
sept embr e. En l e f ai sant boui l l i r dans l ' eau, i l r end
une hui l e qui sur nage et qui se br ûl e. Si on l a
l ai sse congel er , el l e acqui er t de l a bl ancheur , de l a
consi st ance, et l ' on en f ai t des bougi es d' une odeur
agr éabl e, mai s dont l ' usage est r éser vé au r oi .
I l n' y a de pr éci eux dans l ' ar br e qui pr odui t
l a cannel l e, que l a seconde écor ce. Pour l ' enl ever
et l a sépar er de l ' écor ce ext ér i eur e, gr i se et
r abot euse, on ne connoî t pas de sai son aussi
f avor abl e que l e pr i nt emps, l or sque l a seve est l a
pl us abondant e. On l a coupe en l ames, on l ' expose au
sol ei l ; et en se sechant , el l e se r oul e comme
nous l a voyons.
Les vi eux cannel l i er s ne donnent qu' une cannel l e
gr ossi er e, dont on ne f ai t poi nt de cas. Pour qu' el l e
soi t bonne, i l f aut que l ' ar br e n' ai t que t r oi s ou
quat r e ans. Le t r onc qu' on a dépoui l l é ne pr end
pl us de nour r i t ur e, mai s l a r aci ne ne meur t poi nt ,
et pousse t ouj our s des r ej et t ons. D' ai l l eur s, l e
f r ui t des cannel l i er s cont i ent une semence qui ser t
à l es r epr odui r e.
La compagni e a des possessi ons, où cet ar br e
ne cr oî t poi nt : on n' en t r ouve que dans l e
t er r i t oi r e de Negumbo, de Kol ombo et de Poi nt e De
Gal e. Les f or êt s du pr i nce r empl i ssent l e vui de
qui se t r ouve quel quef oi s dans l es magasi ns. Les
mont agnes, occupées par l es bédas, en sont r empl i es ;
mai s ni l es eur opéens, ni l es chi ngul ai s n' y
sont admi s ; et pour par t ager l eur s r i chesses,
i l f audr oi t l eur décl ar er l a guer r e.

p171

Comme l es chi ngul ai s, ai nsi que l es i ndi ens du
cont i nent , sont di st r i bués par cast es, qu' i l s ne
s' al l i ent j amai s l es uns avec l es aut r es, et qu' i l s
exer cent t ouj our s l a même pr of essi on, l ' ar t de
dépoui l l er l es cannel l i er s est une occupat i on
par t i cul i er e, et l a pl us vi l e de t out es l es
occupat i ons ; el l e est r éser vée à l a cast e des
chal i as. Tout aut r e i nsul ai r e se cr oi r oi t déshonor é,
s' i l se l i vr oi t à ce mét i er .
La cannel l e, pour êt r e excel l ent e, doi t êt r e
f i ne, uni e, f aci l e à r ompr e, mi nce, d' un j aune
t i r ant sur l e r ouge, odor ant e, ar omat i que, d' un
goût pi quant et cependant agr éabl e. Cel l e dont
l es bât ons sont l ongs, et l es mor ceaux pet i t s, est
pr éf ér ée par l es connoi sseur s. El l e cont r i bue aux
dél i ces de l a t abl e, et f our ni t d' abondant s secour s
à l a médeci ne.
Les hol l andoi s achet ent l a pl us gr ande par t i e
de l a cannel l e des i ndi ens qui l eur sont soumi s :
i l s sont engagés à en r ecevoi r une quant i t é l i mi t ée
du r oi de Candi , à un pr i x pl us consi dér abl e.
L' une compensée par l ' aut r e, el l e ne l eur r evi ent
pas à si x sol s l a l i vr e ; et i l s en expor t ent sept
mi l l e bal l es, chacune de quat r e- vi ngt et quel ques
l i vr es pesant . I l ne ser oi t pas i mpossi bl e aux
vai sseaux qui f r équent ent l es por t s de Ceyl an, de se
pr ocur er l ' ar br e qui pr odui t l a cannel l e ; mai s cet
ar br e a dégénér é au Mal abar , à Bat avi a, à l ' i sl e de
Fr ance, par - t out où i l a ét é t r anspl ant é.
La compagni e cr oyoi t avoi r besoi n aut r ef oi s
de quat r e mi l l e sol dat s bl ancs ou noi r s, pour
s' assur er l es avant ages qu' el l e t i r e de Ceyl an. Ce
nombr e a di mi nué de pl us de moi t i é. Ses dépenses
annuel l es mont ent cependant à onze cent s
mi l l e f l or i ns, et ses r evenus, ses pet i t es br anches
de commer ce, ne r endent pas pl us d' un mi l l i on.
Ce qui manque est pr i s sur l es bénéf i ces i mmenses

p172

que donne l a cannel l e. El l e doi t f our ni r encor e
aux f r ai x qu' occasi onnent l es guer r es qu' on a
de t emps en t emps cont r e l e r oi de Candi ,
auj our d' hui seul souver ai n de l ' i sl e.
Les hol l andoi s ne se di ssi mul ent pas que ces
di vi si ons l eur sont f unest es. Dès qu' el l es
commencent , l es peupl es qui habi t ent l es côt es se
r et i r ent l a pl upar t dans l ' i nt ér i eur des t er r es.
Mal gr é l e despot i sme qui l es at t end, i l s t r ouvent
encor e pl us i nsuppor t abl e l e j oug eur opéen, qui
l es condamne à t r avai l l er , pour une l i vr e de r i z
par j our , pour des ét r anger s, à l es por t er dans
des pal anqui ns dans t ous l eur s voyages, à l eur
dr esser des hut t es dans t ous l es l i eux où i l s veul ent
se r eposer pendant l e j our , ou passer l a nui t .
Les chal i as n' at t endent pas même souvent l es
host i l i t és pour s' él oi gner : i l s pr ennent quel quef oi s
cet t e r ésol ut i on ext r ême, à l a moi ndr e mési nt el l i gence
qu' on r emar que ent r e l e r oi et l a compagni e.
La per t e d' une r écol t e est al or s sui vi e des
dépenses qu' i l f aut f ai r e, des f at i gues qu' i l f aut
essuyer , pour pénét r er , l es ar mes à l a mai n, dans
un pays coupé de t ous côt és par des r i vi er es,
des boi s, des r avi ns et des mont agnes. Ces mal heur s
devi endr oi ent pl us consi dér abl es, si l es nat ur el s
de l ' i sl e ét oi ent secour us par quel que pui ssance
eur opéenne, comme on est assur é qu' i l s l ' aur oi ent
ét é dans l es der ni er s t emps par l es angl oi s,
si des af f ai r es pl us i mpor t ant es n' eussent at t i r é
t out es l eur s f or ces dans l e Bengal e.
Des consi dér at i ons si pui ssant es avoi ent dét er mi né
l es hol l andoi s à avoi r t out es sor t es de
compl ai sances pour l e r oi de Candi . I l s l ui
envoyoi ent t ous l es ans un ambassadeur , char gé de
r i ches pr ésent s. I l s t r anspor t oi ent sur l eur s
vai sseaux ses pr êt r es à Si am, pour y ét udi er l a
r el i gi on qui est

p173

l a même que l a si enne. Quoi qu' i l s eussent conqui s
sur l es por t ugai s l es f or t er esses, l es t er r es qu' i l s
occupoi ent , i l s se cont ent oi ent d' êt r e appel l és par
ce pr i nce : les gardiens de ses rivages . I l s l ui
f ai soi ent encor e d' aut r es sacr i f i ces.
Cependant , des ménagement s si mar qués n' ont pas
t ouj our s ét é suf f i sant s pour mai nt eni r l a pai x :
el l e a ét é t r oubl ée à pl usi eur s r epr i ses. La guer r e,
qui a f i ni l e 14 f évr i er 1766, a ét é l a pl us l ongue,
l a pl us vi ve de cel l es que l a déf i ance et des
i nt ér êt s opposés ont exci t és. Comme l a compagni e
donnoi t l a l oi à un monar que chassé de sa capi t al e
et er r ant dans l es f or êt s, el l e a f ai t un t r ai t é
t r ès- avant ageux. On r econnoî t sa souver ai net é
sur t out es l es cont r ées dont el l e ét oi t en
possessi on avant l es t r oubl es. La par t i e des
côt es qui ét oi t r est ée aux nat ur el s du pays, l ui est
abandonnée. I l l ui ser a per mi s de pel er l a cannel l e
dans t out es l es pl ai nes ; et l a cour l ui l i vr er a l a
mei l l eur e des mont agnes, sur l e pi ed de ci nq
pagodes, pour di x- hui t l i vr es. Ses commi s sont
aut or i sés à ét endr e l e commer ce par - t out où i l s
ver r ont j our à l e f ai r e avant ageusement . Le
gouver nement s' engage à n' avoi r nul l e l i ai son avec
aucune pui ssance ét r anger e, à l i vr er même t ous l es
eur opéens qui pour r oi ent s' êt r e gl i ssés dans
l ' i sl e. Pour pr i x de t ant de sacr i f i ces, l e r oi
r ecevr a annuel l ement l a val eur de ce que l es r i vages
cédés l ui pr odui soi ent ; et ses suj et s pour r ont y
al l er pr endr e, sans r i en payer , l e sel nécessai r e
à l eur consommat i on. Si nous ne nous t r ompons,
l a compagni e pour r oi t t i r er un gr and avant age
d' une posi t i on si heur euse.
à Ceyl an, beaucoup pl us encor e que dans l e r est e de
l ' I nde, l es t er r es appar t i ennent en pr opr i ét é au
souver ai n. Ce syst ême dest r uct eur a eu

p174

dans cet t e i sl e, l es sui t es f unest es qui en sont
i nsépar abl es. Les peupl es y vi vent dans l ' i nact i on
l a pl us ent i er e. I l s sont l ogés dans des cabanes ;
i l s n' ont poi nt de meubl es : i l s vi vent de f r ui t s ;
et l es pl us ai sés n' ont pour vêt ement qu' une pi ece
de gr osse t oi l e qui l eur cei nt l e mi l i eu du cor ps.
Que l es hol l andoi s f assent ce qu' on peut r epr ocher
à t out es l es nat i ons qui ont ét abl i des col oni es
en Asi e, de n' avoi r j amai s t ent é : qu' i l s
di st r i buent des t er r ei ns en pr opr e aux f ami l l es,
el l es oubl i er ont , dét est er ont peut - êt r e l eur anci en
souver ai n ; el l es s' at t acher ont au gouver nement
qui s' occuper a de l eur bonheur ; el l es t r avai l l er ont ,
el l es consommer ont . Pour l es encour ager , i l
ser a ut i l e, peut - êt r e nécessai r e, d' i nvi t er
des eur opéens à accept er dans un des pl us r i ches
sol s que l ' on connoi sse, des possessi ons
qu' i l s f er ont cul t i ver par des escl aves de Mal abar ,
de Ti mor , de Bal y, de Macassar , t ous f or t s,
r obust es et accout umés aux t r avaux des t er r es. Al or s
l ' i sl e de Ceyl an j oui r a de l ' opul ence à l aquel l e
l a nat ur e l ' a dest i née. El l e ser a à l ' abr i des
r évol ut i ons, et en ét at de sout eni r l es ét abl i ssement s
de Mal abar et de Cor omandel , qu' el l e est char gée
de pr ot éger .
Les por t ugai s, dans l e t emps de l eur pr ospér i t é,
avoi ent f or mé à l a côt e de Cor omandel quel ques
ét abl i ssement s médi ocr es. Cel ui de Négapat an l eur
f ut enl evé en 1658 par l es hol l andoi s. I l s' accr ut
successi vement de di x ou douze vi l l ages, qui se
r empl i r ent de t i sser ands. On t r ouva convenabl e
en 1690, d' assur er l eur t r anqui l l i t é par l a
const r uct i on d' un f or t ; et en 1742, l a vi l l e f ut
ent our ée de mur ai l l es. El l es sont l e cent r e où se
r éuni ssent l es t oi l es bl anches, bl eues, pei nt es,
i mpr i mées, f i nes et gr ossi er es, que l a compagni e

p175

t i r e pour sa consommat i on d' Eur ope ou des I ndes
de Bi mi l i pt anan, de Pal i acat e, de Sadr aspat an,
de ses compt oi r s de l a côt e de l a pêcher i e. Ces
mar chandi ses, qui f or ment communément de quat r e
à ci nq mi l l e bal l es, sont por t ées à Nagapat an
sur deux chal oupes f i xées dans ces mer s pour cet
usage.
Les hol l andoi s vendent à l a côt e de Cor omandel
du f er , du pl omb, du cui vr e, du cal i n,
de l a t out enague, du poi vr e, des épi cer i es.
I l s gagnent sur ces obj et s r éuni s ci nq cent s
mi l l e f l or i ns, auxquel s on peut en aj out er quar ant e
mi l l e que pr odui sent l eur s douanes. Les dépenses
de l eur s di ver s ét abl i ssement s mont ent à quat r e
cent s mi l l e f l or i ns, et on peut avancer , sans
cr ai nt e d' êt r e accusé d' exagér at i on, que l e f r et
des vai sseaux absor be l e r est e des bénéf i ces. Le
pr odui t net du commer ce de Cor omandel n' est
donc pour l a compagni e que l e pr of i t qu' el l e
peut f ai r e sur l es t oi l es qu' el l e en expor t e. Son
commer ce dans l e Mal abar l ui est encor e moi ns
avant ageux. I l a commencé à peu pr ès dans l e
même- t emps, et s' est ét abl i aux dépens de l a
même nat i on.
Le mot i f de cet t e nouvel l e ent r epr i se ne par oî t
pas di f f i ci l e à devi ner . Depui s que l es por t ugai s
avoi ent per du Ceyl an, i l s vendoi ent en Eur ope
l a cannel l e sauvage de Mal abar , à peu pr ès sur l e
même pi ed qu' on avoi t t ouj our s vendu l a vér i t abl e.
Quoi que cet t e concur r ence ne put pas dur er ,
el l e donna de l ' i nqui ét ude aux hol l andoi s,
qui or donner ent en 1662 à l eur génér al Vangoens
d' at t aquer Cochi n.
I l avoi t à pei ne i nvest i l a pl ace, qu' i l appr i t
l a r éconci l i at i on du Por t ugal et de sa pat r i e.
Cet t e nouvel l e f ut t enue secr et e. On pr éci pi t a

p176

l es t r avaux, et l es assi égés f at i gués par des assaut s
cont i nuel s, se soumi r ent l e hui t i eme j our . Le
l endemai n, une f r égat e par t i e de Goa appor t a l es
ar t i cl es de l a pai x. Le vai nqueur ne j ust i f i a pas
aut r ement sa mauvai se f oi , qu' en di sant que
ceux qui se pl ai gnoi ent avec t ant de haut eur ,
avoi ent t enu quel ques années aupar avant l a même
condui t e dans l e Br ési l .
à cet t e époque, l es hol l andoi s se cr ur ent sol i dement
ét abl i s dans l e Mal abar . Cochi n l eur par ut
pr opr e à pr ot éger Cananor , Cr anganor et
Coul an, dont i l s venoi ent de f ai r e l a conquêt e,
et l e compt oi r de Por ca, qu' i l s médi t oi ent dès- l or s,
et qu' i l s ont en ef f et f or mé depui s. L' événement
n' a pas r épondu aux espér ances qu' on avoi t
conçues. La compagni e n' a pas r éussi , comme
el l e l ' espér oi t , à excl ur e de cet t e côt e l es aut r es
nat i ons eur opéennes : el l e n' y t r ouve que l es
mêmes mar chandi ses qu' el l e a dans ses aut r es
ét abl i ssement s, et l a concur r ence l es l ui f ai t
achet er pl us cher que dans l es mar chés où el l e
exer ce un pr i vi l ege excl usi f .
Ses vent es se r édui sent à un peu d' al un, de
benj oi n, de camphr e, de t out enague, de sucr e,
de f er , de cal i n, de pl omb, de cui vr e et de
vi f - ar gent . Le vai sseau qui a por t é cet t e médi ocr e
car gai son s' en r et our ne à Bat avi a avec un
char gement de kai r e pour l es besoi ns du por t . La
compagni e gagne au pl us sur ces obj et s, cent
quat r e- vi ngt mi l l e f l or i ns, qui , avec soi xant e mi l l e
que l ui pr odui sent ses douanes, f or ment une masse
de deux cent s ci nquant e mi l l e. Dans l a pl us pr of onde
pai x, l ' ent r et i en de ses ét abl i ssement s l ui coût e
deux cent s t r ent e- deux mi l l e f l or i ns, de sor t e qu' i l
ne l ui en r est e que di x- hui t mi l l e pour l es f r ai x de
son ar mement ; ce qui est évi demment i nsuf f i sant .

p177

La compagni e t i r e du Mal abar , i l est vr ai ,
deux mi l l i ons pesant de poi vr e, qui est por t é sur
des chal oupes à Ceyl an, où i l est ver sé dans l es
vai sseaux qu' on y expédi e pour l ' Eur ope. I l est
encor e vr ai que par ses capi t ul at i ons, el l e ne pai e
que quat r e- vi ngt r oupi es l e candi l de ci nq cent s
l i vr es, que l es aut r es compagni es achet ent
quat r e- vi ngt - di x ou cent , qui coût e même cent vi ngt
aux négoci ant s par t i cul i er s ; mai s l e bénéf i ce qu' el l e
peut f ai r e sur cet ar t i cl e, est pl us qu' absor bé par
l es guer r es sangl ant es dont i l est l ' occasi on.
Ces obser vat i ons avoi ent sans dout e échappé
à Gol oness, di r ect eur génér al de Bat avi a,
l or squ' i l osa avancer que l ' ét abl i ssement de Mal abar
qu' i l avoi t l ong- t emps r égi , ét oi t un des pl us
i mpor t ant s de l a compagni e. " j e sui s si él oi gné
de penser comme vous, l ui di t l e génér al de Mossel ,
que j e souhai t er oi s que l a mer l ' eût engl out i
i l y a pr ès d' un si ecl e. "
avec pl us de l umi er e, on par vi endr oi t peut - êt r e
à l a r endr e ut i l e. I l ne f audr oi t pour y r éussi r
qu' achet er l e poi vr e à un pr i x qui f or çât l es aut r es
nat i ons de r enoncer à ce commer ce. Le bénéf i ce
que l a compagni e f er oi t sur l a quant i t é
pr odi gi euse que l ui f our ni ssent pr esque pour r i en ses
col oni es de l ' est , l a dédommager oi t ampl ement
de ce sacr i f i ce. Par cet t e combi nai son, el l e se
t r ouver oi t seul e ou pr esque seul e en possessi on
d' une épi cer i e, dont l ' usage est devenu génér al
sur l a pl us gr ande par t i e de not r e gl obe.
Quoi qu' i l en soi t de ces spécul at i ons, l es
hol l andoi s s' apper çur ent , au mi l i eu de l eur s succès,
qu' i l l eur manquoi t un l i eu de r el âche, où ceux
de l eur s vai sseaux qui al l oi ent aux I ndes ou qui
en r evenoi ent , pussent t r ouver des r af r aî chi ssement s.
On ét oi t embar r assé du choi x, l or sque

p178

l e chi r ur gi en Van- Ri ebeek pr oposa en 1650 l e
cap de Bonne- Espér ance, qui avoi t ét é mépr i sé
mal - à- pr opos par l es por t ugai s. Un séj our de
quel ques semai nes avoi t mi s cet homme j udi ci eux
en ét at de voi r qu' une col oni e ser oi t bi en
pl acée à cet t e ext r émi t é mér i di onal e de l ' Af r i que,
pour ser vi r d' ent r epôt au commer ce de l ' Eur ope
avec l ' Asi e. On l ui conf i a l e soi n de f or mer
cet ét abl i ssement . Ses vues f ur ent di r i gées sur un
bon pl an. I l f i t r égl er qu' i l ser oi t donné soi xant e
acr es de t er r e à t out homme qui s' y voudr oi t
f i xer . On devoi t avancer des gr ai ns, des best i aux
et des ust ensi l es à ceux qui en aur oi ent besoi n :
de j eunes f emmes, t i r ées des mai sons de char i t é,
l eur ser oi ent associ ées pour adouci r l eur s f at i gues
et l es par t ager . I l ét oi t l i br e à t ous ceux
qui , dans t r oi s ans, ne pour r oi ent pas se f ai r e au
cl i mat , de r eveni r en Eur ope, et de di sposer de
l eur s possessi ons comme i l s l e voudr oi ent . Ces
ar r angement s pr i s, on mi t à l a voi l e.
La gr ande cont r ée qu' on se pr oposoi t de met t r e
en val eur , ét oi t habi t ée par l es hot t ent ot s,
peupl es past eur s, qui ne connoi ssoi ent de bi en que
l eur s t r oupeaux et l eur l i ber t é ; peupl es si mpl es,
à qui l a nat ur e avoi t donné des moeur s assez douces,
l a super st i t i on i nspi r é des cout umes at r oces,
et l ' i gnor ance l ai ssé des usages bar bar es dont on
ne connoi ssoi t pas l ' or i gi ne. I l s ét oi ent comme
t ous l es peupl es past eur s, r empl i s de bi envei l l ance,
et t enoi ent quel que chose de l a mal - pr opr et é
et de l a st upi di t é des ani maux qu' i l s condui soi ent .
La guer r e cont r e l es l i ons et l es t i gr es ét oi t
pr esque l a seul e qu' i l s connussent . I l s avoi ent
i nst i t ué un or dr e, dont on honor oi t ceux qui avoi ent
vai ncu quel qu' un de ces ani maux dest r uct eur s de
l eur s ber ger i es ; et i l s r évér oi ent l eur mémoi r e.

p179

L' apot héose d' Her cul e avoi t eu l a même or i gi ne.
Ri ebeek se conf or mant aux i dées mal heur eusement
r eçues, commença par s' empar er du t er r i t oi r e
qui ét oi t à sa bi enséance, et i l songea
ensui t e à s' y af f er mi r . Cet t e condui t e dépl ut aux
nat ur el s du pays. pourquoi, di t l eur envoyé à ces
ét r anger s, avez-vous semé nos terres ? Pourquoi
les employez-vous à nourrir vos troupeaux ? De
quel oeil verriez-vous ainsi usurper vos champs ?
vous ne vous fortifiez que pour réduire par degrés
les hottentots à l' esclavage . Ces r epr ésent at i ons
f ur ent sui vi es de quel ques host i l i t és, qui
r amener ent l e f ondat eur à des pr i nci pes qui ét oi ent
dans son ame. I l achet a l e pays qu' i l voul oi t occuper
quar ant e- ci nq mi l l e f l or i ns, qu' on paya en
mar chandi ses. Tout f ut paci f i é, et i l n' y a eu nul
t r oubl e depui s.
I l est pr ouvé que l a compagni e a dépensé
depui s vi ngt - t r oi s mi l l i ons de f l or i ns pour él ever
l a col oni e à l ' ét at où el l e est auj our d' hui . Quel ques
dét ai l s f er ont j uger de l ' empl oi de ces pr of usi ons.
On compt e au cap envi r on douze mi l l e eur opéens,
hol l andoi s, al l emands, ou r ef ugi és f r ançoi s.
Une par t i e de cet t e popul at i on est concent r ée
dans l a capi t al e et dans deux bour gs assez
consi dér abl es : l e r est e est di sper sé dans l es
campagnes, et s' ét end j usqu' à cent ci nquant e l i eues
du chef - l i eu de l a col oni e. Le sol sabl onneux des
hot t ent ot s n' est bon que par i nt er val l es ; et l es
col ons ne veul ent se f i xer que dans l es l i eux où
i l s t r ouvent r éuni s l ' eau, l e boi s, un t er r ei n
f er t i l e : t r oi s avant ages qui se t r ouvent r ar ement
ensembl e.
La compagni e t i r oi t aut r ef oi s de Madagascar des
escl aves, qui soul ageoi ent l es bl ancs dans

p180

l eur s t r avaux. El l e a i nt er r ompu cet t e navi gat i on
depui s que l a concur r ence des f r ançoi s a r endu
mauvai s ce commer ce. Les col ons sont r édui t s
auj our d' hui à quel ques mal ai s amenés de l ' I nde
qui se f ont di f f i ci l ement au cl i mat , et qui ne sont
guer es pr opr es aux ouvr ages qu' on en exi ge.
Si l es hot t ent ot s pouvoi ent se f i xer , ce ser oi t
un gr and avant age. Leur car act er e ne per met
pas de l ' espér er . On n' est encor e par venu qu' à
dét er mi ner l es pl us mi sér abl es d' ent r ' eux à un,
deux, t r oi s ans de ser vi ce. I l s sont doci l es ; i l s
se pr êt ent au t r avai l qu' on exi ge d' eux ; mai s,
à l ' expi at i on de l eur engagement , i l s pr ennent l e
bét ai l qu' on est convenu de l eur donner pour
sal ai r e ; i l s vont r ej oi ndr e l eur hor de, et on ne
l es r evoi t que l or squ' i l s ont des boeuf s ou des
mout ons à t r oquer cont r e des cout eaux, du t abac
et de l ' eau- de- vi e. La vi e i ndépendant e et oi si ve
qu' i l s menent dans l eur s déser t s a pour eux des
char mes i nexpr i mabl es : r i en ne peut l es en
dét acher . Un d' eux f ut pr i s au ber ceau : on l ' él eva
dans nos moeur s et dans not r e cr oyance. Ses
pr ogr ès r épondi r ent aux soi ns de son éducat i on.
I l f ut envoyé aux I ndes, et ut i l ement empl oyé
dans l e commer ce. Les ci r const ances l ' ayant r amené
dans sa pat r i e, i l al l a vi si t er ses par ent s
dans l eur cabane. La si mpl i ci t é de ce qu' i l voyoi t
l e f r appa. I l se couvr i t d' une peau de br ebi s, et
al l a r epor t er au f or t ses habi t s eur opéens. je
viens, di t - i l au gouver neur , renoncer pour
toujours au genre de vie que vous m' aviez fait
embrasser. Ma résolution est de suivre jusqu' à
la mort la religion et les usages de mes ancêtres.
je garderai pour l' amour de vous le collier et
l' épée que vous m' avez donnés : trouvez bon que
j' abandonne tout le reste . I l n' at t endi t poi nt de

p181

r éponse : i l se dér oba par l a f ui t e, et on ne l e
r evi t j amai s.
Quoi que l e car act er e des hot t ent ot s ne soi t pas
t el que l es hol l andoi s l e desi r oi ent , l a compagni e
t i r e des avant ages sol i des de sa col oni e. à l a
vér i t é, l a di xme du bl ed et du vi n qu' el l e per çoi t ,
ses douanes et ses aut r es dr oi t s, ne l ui r endent
pas au- del à de cent vi ngt mi l l e f l or i ns.
El l e n' en gagne pas pl us de vi ngt mi l l e sur l es
gr os dr aps, l es t oi l es communes de f i l et de
cot on, sa qui nquai l l er i e, l e char bon de t er r e,
quel ques aut r es obj et s peu i mpor t ant s qu' el l e y
débi t e.
Ses bénéf i ces sont encor e moi ndr es sur soi xant e
l ecr es de vi n r ouge, et quat r e- vi ngt ou
quat r e- vi ngt - di x de bl anc qu' el l e por t e t ous l es ans
en Eur ope. Le l ecr e pese envi r on douze cent s l i vr es.
Deux seul es habi t at i ons cont i guës à Const ance
pr odui sent ce vi n. I l devr oi t ent r er t out ent i er et
à t r ès- bas pr i x dans l es caves de l a compagni e.
Heur eusement l e gouver neur t r ouve son i nt ér êt
à per met t r e que l es cul t i vat eur s ne l e l i vr ent que
mêl é avec cel ui des vi gnes voi si nes. Le vi n si
r enommé qui l eur r est e par cet ar r angement ,
l ' excel l ent vi n pur du cap est vendu deux f l or i ns l a
bout ei l l e aux vai sseaux ét r anger s que l e hasar d
condui t sur ces côt es : i l est or di nai r ement mei l l eur
que cel ui que l a t yr anni e ar r ache, par ce qu' on
n' obt i ent j amai s r i en de bon que de l a vol ont é.
Les dépenses i nsépar abl es d' un si gr and ét abl i ssement
absor bent au moi ns ces pet i t s pr of i t s r éuni s.
Aussi son ut i l i t é a- t - el l e une aut r e base.
Les vai sseaux hol l andoi s qui vont aux I ndes,
ou qui en r evi ennent , t r ouvent au cap un asyl e
sûr , un ci el agr éabl e, t empér é et pur , l es nouvel l es
i mpor t ant es des deux mondes. I l s y pr ennent

p182

du beur r e, des f ar i nes, du vi n, une gr ande
abondance de l égumes sal és pour l eur navi gat i on
et pour l es besoi ns de l eur s col oni es. Les r essour ces
y ser oi ent encor e pl us consi dér abl es, si , par une
avi di t é aveugl e, l a compagni e n' ar r êt oi t
cont i nuel l ement l ' i ndust r i e des col ons. El l e l es
f or ce de l ui l i vr er l eur s denr ées à un pr i x si vi l ,
qu' on l es a vus l ong- t emps hor s d' ét at de se pr ocur er
des vêt ement s, l eur s aut r es besoi ns l es pl us
essent i el s.
Cet t e t yr anni e ser oi t peut - êt r e suppor t abl e, si
ceux qui en sont l a vi ct i me, ét oi ent aut or i sés à
vendr e l e super f l u de l eur s pr oduct i ons aux
navi gat eur s ét r anger s que l a posi t i on et d' aut r es
r ai sons at t i r er oi ent dans l eur s por t s. La j al ousi e
du commer ce, qui est un des pl us gr ands f l éaux qui
af f l i gent l ' humani t é, l es a pr i vés de cet t e
r essour ce : on s' est l ong- t emps f l at t é qu' en r ef usant
cet t e commodi t é aux nat i ons r i val es, on par vi endr oi t
à l es dégoût er des I ndes : l ' expér i ence cont r ai r e n' a
r i en f ai t changer , quoi qu' i l f ût ai sé de voi r que
t out es l es r i chesses qui ent r er oi ent dans l a col oni e,
r evi endr oi ent t ôt ou t ar d à l a compagni e. Le
gouver neur seul a ét é aut or i sé à f our ni r aux
nécessi t és l es pl us ur gent es de ceux qui abor der oi ent
au cap. Cet ar r angement vi ci eux a ét é, comme i l l e
devoi t êt r e, l a sour ce de mi l l e vexat i ons.
I l f aut r endr e j ust i ce à M Tul bach, qui , dans
l e t emps où nous écr i vons, donne des l oi x à cet
ét abl i ssement . Cet homme génér eux a mont r é,
dur ant l a der ni er e guer r e, une humani t é, un
dési nt ér essement dont aucun de ses pr édécesseur s
ne l ui avoi t l ai ssé l ' exempl e. Assez écl ai r é pour
s' él ever au- dessus du pr éj ugé, assez f er me pour
s' écar t er des or dr es absur des qu' i l r ecevoi t , i l a
encour agé l es nat i ons qui t r avai l l oi ent à se
suppl ant er ,

p183

à veni r cher cher des subsi st ances dans sa
col oni e. El l es l es obt enoi ent à un pr i x assez
modér é pour ne se pas r ebut er , et assez f or t
pour t ant pour donner de l ' act i vi t é au cul t i vat eur .
Pui sse ce sage admi ni st r at eur j oui r l ong- t emps de
l a douce sat i sf act i on d' avoi r f ai t l a f or t une de
ses conci t oyens, et de l a gl oi r e d' avoi r négl i gé
l a si enne.
Si l a compagni e adopt e ses vues, el l e sui vr a
l ' espr i t de ses f ondat eur s, qui ne f ai soi ent r i en
au hasar d, et qui n' avoi ent pas at t endu l es
événement s heur eux dont nous avons r endu compt e,
pour s' occuper du soi n de donner un cent r e à
l eur pui ssance. I l s avoi ent j et t é l es yeux sur
l ' i sl e de J ava.
Le peupl e de cet t e i sl e, qui peut avoi r t r oi s
cent s l i eues de t our , se cr oyoi t or i gi nai r e de l a
Chi ne, quoi qu' i l n' en eût pl us ni l a r el i gi on,
ni l es moeur s. Un mahomét i sme f or t super st i t i eux
en ét oi t l e cul t e domi nant . I l y avoi t encor e
dans l ' i nt ér i eur du pays quel ques i dol ât r es, et
c' ét oi ent l es seul s hommes de l ' i sl e qui ne f ussent
poi nt par venus au der ni er degr é de l a dépr avat i on.
L' i sl e, aut r ef oi s soumi se à un seul monar que,
se t r ouvoi t al or s par t agée ent r e pl usi eur s
souver ai ns, qui ét oi ent cont i nuel l ement en guer r e
l es uns avec l es aut r es. Ces di ssent i ons ét er nel l es
avoi ent ent r et enu chez ces peupl es l ' oubl i des moeur s
et l ' espr i t mi l i t ai r e. Ennemi s de l ' ét r anger ,
sans conf i ance ent r e eux, on ne voyoi t poi nt de
nat i on qui par ût mi eux sent i r l a hai ne. C' est l à que
l ' homme ét oi t un l oup pour l ' homme. I l sembl oi t
que l ' envi e de se nui r e, et non l e besoi n de
s' ai der , l es eût r assembl és en soci ét é. Le j avanoi s
n' abor doi t poi nt son f r er e, sans avoi r l e poi gnar d
à l a mai n, t ouj our s en ét at de se déf endr e

p184

d' un at t ent at qu' i l ét oi t t ouj our s pr êt à
commet t r e, et qu' i l avoi t t ouj our s à cr ai ndr e. Les
gr ands avoi ent beaucoup d' escl aves qu' i l s achet oi ent ,
qu' i l s f ai soi ent à l a guer r e, ou qui s' engageoi ent
pour det t es. I l s l es t r ai t oi ent avec i nhumani t é :
c' ét oi ent l es escl aves qui cul t i voi ent l a t er r e,
et qui f ai soi ent t ous l es t r avaux péni bl es.
Le j avanoi s mâchoi t du bét el , f umoi t de l ' opi um,
vi voi t avec ses concubi nes, combat t oi t ou se
r eposoi t . On t r ouvoi t dans ce peupl e beaucoup
d' espr i t ; mai s i l y r est oi t peu de t r aces des
pr i nci pes mor aux. I l sembl oi t moi ns un peupl e peu
avancé, qu' une nat i on dégénér ée. C' ét oi ent des
hommes, qui d' un gouver nement r égl é, ét oi ent
passés à une espece d' anar chi e, et qui se l i vr oi ent
sans f r ei n aux mouvement s i mpét ueux que l a nat ur e
donne dans ces cl i mat s.
Un car act er e si cor r ompu, ne changea r i en
aux vues de l a compagni e sur J ava. L' obst acl e
qu' y pouvoi t met t r e l es angl oi s, al or s en possessi on
d' une par t i e du commer ce de cet t e i sl e, f ut
bi ent ôt l evé. La f oi bl esse de J acques I , et l a
cor r upt i on de son consei l , r endoi ent l es angl oi s si
t i mi des, qu' i l s se l ai sser ent suppl ant er sans f ai r e
des ef f or t s di gnes de l eur cour age. Les nat ur el s
du pays, pr i vés de cet appui , se l ai sser ent asser vi r .
Ce f ut l ' ouvr age du t emps et de l ' adr esse ; mai s i l
f aut l e di r e ; l a per f i di e, l a cr uaut é f ur ent aussi
l es moyens qu' empl oyer ent l es hol l andoi s.
Le gouver nement de l ' i sl e qui avoi t pour uni que
base l es l oi x f éodal es, sembl oi t appel l er l a
di scor de. On ar ma l e per e cont r e l e f i l s, l e f i l s
cont r e l e per e. Les pr ét ent i ons du f oi bl e cont r e l e
f or t , du f or t cont r e l e f oi bl e, f ur ent appuyées
sui vant l es ci r const ances. Tant ôt on pr enoi t l e par t i
du monar que, et t ant ôt cel ui des vassaux. Si
quel qu' un

p185

mont r oi t sur l e t r ône des t al ent s r edout abl es,
on l ui susci t oi t des concur r ent s. Ceux que
l ' or ou l es pr omesses ne sédui soi ent pas, ét oi ent
subj ugués par l a cr ai nt e. Chaque j our amenoi t
quel que r évol ut i on, t ouj our s pr épar ée par l es
t yr ans, et t ouj our s à l eur avant age. I l s se
t r ouver ent enf i n l es maî t r es des post es i mpor t ant s de
l ' i nt ér i eur , et des f or t s bât i s sur l es côt es.
L' exécut i on de ce pl an d' usur pat i on n' ét oi t encor e
qu' ébauchée, l or squ' on ét abl i t à J ava un gouver neur ,
qui eut un pal ai s, des gar des, un ext ér i eur
i mposant . La compagni e cr ut devoi r s' écar t er des
pr i nci pes d' économi e qu' el l e avoi t sui vi s j usqu' al or s.
El l e ét oi t per suadée que l es por t ugai s avoi ent
t i r é un gr and avant age de l a cour br i l l ant e que
t enoi ent l es vi ce- r oi s de Goa ; qu' on devoi t
ébl oui r l es peupl es de l ' or i ent pour mi eux l es
subj uguer ; et qu' i l f al l oi t f r apper l ' i magi nat i on
et l es yeux des i ndi ens, pl us ai sés à condui r e
par l es sens que l es habi t ant s de nos cl i mat s.
Les hol l andoi s avoi ent une aut r e r ai son pour
se donner un ai r de gr andeur . On l es avoi t pei nt s
à l ' Asi e comme des pi r at es, sans pat r i e, sans
l oi x et sans maî t r e. Ce qu' i l s avoi ent di t pour
f ai r e t omber ces cal omni es, n' avoi ent pas r éussi
dans des r égi ons soumi ses au despot i sme, et qui
n' avoi ent , ni ne pouvoi ent se f or mer aucune i dée
d' un gouver nement popul ai r e. I l s pr oposer ent à
pl usi eur s ét at s voi si ns de J ava, d' envoyer des
ambassadeur s au pr i nce Maur i ce d' Or ange.
L' exécut i on de ce pr oj et l eur pr ocur a l e doubl e
avant age d' i mposer aux or i ent aux, et de f l at t er
l ' ambi t i on du st adhouder , dont l a pr ot ect i on
l eur ét oi t nécessai r e pour l es r ai sons que nous
al l ons di r e.
Lor squ' on avoi t accor dé à l a compagni e son

p186

pr i vi l ege excl usi f , on y avoi t assez mal - à- pr opos
compr i s l e dét r oi t de Magel l an, qui ne devoi t
avoi r r i en de commun avec l es I ndes or i ent al es.
I saac Lemai r e, un de ces négoci ant s r i ches et
ent r epr enant s, qu' on devr oi t r egar der par - t out
comme l es bi enf ai ct eur s de l eur pat r i e, f or ma l e
pr oj et de pénét r er dans l a mer du sud par l es t er r es
aust r al es, pui sque l a seul e voi e connue al or s pour
y ar r i ver ét oi t i nt er di t e. Deux vai sseaux qu' i l
expédi a, passer ent par un dét r oi t , qui depui s, a
por t é son nom, si t ué ent r e l e cap de Hor n et l ' i sl e
des ét at s, et f ur ent condui t s par l es événement s
à J ava. I l s y f ur ent conf i squés, et ceux qui l es
mont oi ent , envoyés pr i sonni er s en Eur ope.
Cet act e de t yr anni e r évol t a l es espr i t s déj a
pr évenus cont r e t ous l es commer ces excl usi f s. I l
par ut absur de, qu' au- l i eu des encour agement s que
mér i t ent ceux qui t ent ent des découver t es, un
ét at pur ement commer çant mî t des ent r aves à l eur
i ndust r i e. Le monopol e que l ' avar i ce des par t i cul i er s
souf f r oi t i mpat i emment , devi nt pl us odi eux,
quand l a compagni e donna pl us d' ét endue qu' el l es
n' en devoi ent avoi r , aux concessi ons qui l ui
avoi ent ét é f ai t es. On sent oi t que son or guei l et
son cr édi t augment ant avec sa pui ssance, l es i nt ér êt s
de l a nat i on ser oi ent sacr i f i és dans l a sui t e
aux i nt ér êt s, aux f ant ai si es même de ce cor ps
devenu t r op r edout abl e. I l y a de l ' appar ence
qu' i l aur oi t succombé sous l a hai ne publ i que, et
qu' on ne l ui aur oi t pas r enouvel l é son pr i vi l ege
qui al l oi t expi r er , s' i l n' avoi t ét é sout enu par
l e pr i nce Maur i ce, f avor i sé par l es ét at s- génér aux,
et encour agé à f ai r e t êt e à l ' or age par l a
consi st ance que l ui donnoi t son ét abl i ssement de
J ava.
Quoi que di ver s mouvement s, pl usi eur s guer r es,

p187

quel ques conspi r at i ons ai ent t r oubl é l a t r anqui l l i t é
de cet t e i sl e, el l e ne l ai sse pas d' êt r e assuj et t i e
aux hol l andoi s de l a mani er e dont i l l eur convi ent
qu' el l e l e soi t .
Bant amen occupe l a par t i e occi dent al e. Un
de ses monar ques qui avoi t r emi s l a cour onne
à son f i l s, f ut r appel l é au t r ône par son i nqui ét ude
et par une f act i on pui ssant e. Son par t i pr éval ut
par l a pr ot ect i on que l ui accor der ent l es
hol l andoi s ; mai s i l se t r ouva hor s d' ét at de payer
à ses pr ot ect eur s l es sommes i mmenses auxquel l es
i l s f ai soi ent mont er l es secour s qu' i l s l ui
avoi ent f our ni s pour sout eni r l a guer r e. Cet t e
i mpossi bi l i t é l e f or ça de se met t r e dans l eur
dépendance, en l eur accor dant un commer ce
excl usi f dans ses ét at s. El l e est si ent i er e, qu' un
de ses successeur s f ut envoyé en 1749 en exi l à
Amboi ne, par l es i nt r i gues de sa f emme, qui
obt i nt du consei l de Bat avi a l e scept r e pour un
de ses par ent s qu' el l e espér oi t de gouver ner . Les
peupl es, mécont ent s de cet t e di sposi t i on, se
soul ever ent ; mai s on l es bat t i t . Pour achever
cependant de l es cal mer , on él oi gna l a r ei ne et
son f avor i : on pl aça sur l e t r ône un pr i nce de l a
f ami l l e r oyal e, banni depui s l ong- t emps à Ceyl an.
La compagni e mai nt i ent cet t e aut or i t é avec t r oi s
cent s soi xant e- hui t hommes di st r i bués dans deux
mauvai s f or t s, dont l ' un ser t d' habi t at i on à son
gouver neur , et l ' aut r e de pal ai s au r oi . Cet
ét abl i ssement ne l ui coût e que ci nquant e mi l l e
f l or i ns, qu' el l e r et r ouve sur l es mar chandi ses qu' el l e
y débi t e. El l e a en pur bénéf i ce ce qu' el l e peut
gagner sur t r oi s mi l l i ons pesant de poi vr e, qu' on
s' est obl i gé de l ui l i vr er à douze f l or i ns sei ze
sol s l e cent .
C' est peu de chose, en compar ai son de ce

p188

que l a compagni e r et i r e du pays de Tj er i bon,
qu' el l e a r édui t sans ef f or t s, sans i nt r i gue et sans
dépense. à pei ne l es hol l andoi s s' ét oi ent - i l s
ét abl i s à J ava, que l e sul t an de cet ét at r esser r é,
mai s t r ès- f er t i l e, se mi t sous l eur pr ot ect i on, pour
évi t er l e j oug d' un voi si n pl us pui ssant que l ui . I l
l eur l i vr e annuel l ement mi l l e l ast s de r i z à
t r ent e- hui t f l or i ns hui t sol s l e l ast : chaque l ast
pese t r oi s mi l l e t r oi s cent s l i vr es ; un mi l l i on
pesant de sucr e, dont l e pl us beau est payé si x
f l or i ns quat or ze sol s et demi l e cent : un mi l l i on
deux cent s mi l l e l i vr es de caf é à deux sol s l a
l i vr e ; cent qui nt aux de poi vr e à deux sol s un t i er s
l a l i vr e ; cet t e cul t ur e ne f ai t que de naî t r e ; t r ent e
mi l l e l i vr es de f i l de cot on, dont l e pl us beau n' est
payé que quat or ze sol s l a l i vr e, si x cent s mi l l e
l i vr es d' ar eque à si x f l or i ns l e cent . Quel que
i nj ust es que soi ent ces pr i x, i l s n' ont j amai s mi s
l es ar mes à l a mai n du peupl e de Tj er i bon, l e pl us
doux, l e pl us ci vi l i sé de l ' i sl e. Cent eur opéens
suf f i sent pour l e t eni r dans l es f er s. La dépense de
cet ét abl i ssement ne mont e pas au- dessus de vi ngt
mi l l e ci nq cent s f l or i ns qu' on gagne sur l es t oi l es
qu' on y por t e.
I l est pl us di f f i ci l e de mai nt eni r dans l a dépendance
l ' empi r e de Mat ar an ou de J ava, qui donnoi t
aut r ef oi s des l oi x à t out e l ' i sl e. On cher choi t
l es moyens de l ' asser vi r , l or sque l a mor t de
son souver ai n exci t a l ' ambi t i on de pl usi eur s
concur r ent s. La compagni e f avor i sa l e pl us
i ncapabl e : el l e l e pl aça sur l e t r ône ; el l e choi si t
l e l i eu où i l devoi t f i xer sa cour , et s' assur a de
l ui par une ci t adel l e, par une gar de, qui n' avoi t de
f onct i on appar ent e que cel l e de vei l l er à sa
conser vat i on. Apr ès t out es ces pr écaut i ons, el l e se
f i t un ar t de l ' endor mi r dans l e sei n des vol upt és,

p189

d' amuser son avar i ce par des pr ésent s, de f l at t er
sa vani t é par des ambassades écl at ant es. Depui s
cet t e époque, l e pr i nce et ses successeur s, auxquel s
on a donné une éducat i on convenabl e au r ôl e
qu' i l s devoi ent j ouer , n' ont ét é que l es vi l s
i nst r ument s du despot i sme de l a compagni e. El l e
n' a besoi n pour l e sout eni r que de t r oi s cent s
caval i er s et de quat r e cent s sol dat s, dont
l ' ent r et i en, avec cel ui des empl oyés, coût e t r oi s
cent s quat r e- vi ngt mi l l e f l or i ns.
On est bi en dédommagé de cet t e dépense par
l es avant ages qu' el l e assur e. Les por t s de cet ét at
sont devenus l es chant i er s où l ' on const r ui t t ous
l es pet i t s bât i ment s, t out es l es chal oupes que l a
navi gat i on de l a compagni e occupe. El l e y t r ouve
t out es l es boi ser i es nécessai r es pour ses di f f ér ent s
ét abl i ssement s de l ' I nde, et pour une par t i e des
col oni es ét r anger es. El l e y char ge encor e l es
pr oduct i ons que l e r oyaume s' est obl i gé à l ui l i vr er ;
c' est - à- di r e, ci nq mi l l e l ast s de r i z à vi ngt - quat r e
f l or i ns l e l ast ; t out l e sel qu' el l e demande à
quat or ze f l or i ns hui t sol s l e l ast ; cent mi l l e l i vr es
de poi vr e à neuf f l or i ns douze sol s l e cent ; t out
l ' i ndi go qu' on cuei l l e à un f l or i n et demi l a l i vr e ;
l e cadj ang dont ses vai sseaux ont besoi n, à
t r ent e- hui t f l or i ns hui t sol s l e l ast ; l e f i l de
cot on depui s si x j usqu' à qui nze sol s l a l i vr e,
sui vant sa qual i t é ; l e peu qu' on y cul t i ve de
car damome à un pr i x hont eux.
L' i sl e de Madur e, qui n' est sépar ée des por t s du
Mat ar an que par un canal ét r oi t , est f or cée par
une gar ni son de qui nze hommes d' y l i vr er son
r i z à un pr i x t r ès- f oi bl e. El l e épr ouve ai nsi que l es
aut r es peupl es de J ava, une vexat i on pl us odi euse
encor e. Les commi s de l a compagni e se ser vent de
f ausses mesur es, qui gr ossi ssent l a quant i t é de

p190

denr ées qu' on doi t f our ni r . Cet t e i nf i dél i t é dont
i l s pr of i t ent seul s, n' a pas ét é puni e, et r i en ne
f ai t espér er qu' el l e pui sse l ' êt r e un j our . I l n' y a
dans l ' i sl e de J ava que l e pays de Bal ambour g qui
ne soi t pas exposé à ces i ni qui t és. Les hol l andoi s,
qui l ' ont dédai gné par ce qu' i l ne f our ni ssoi t poi nt
d' obj et de commer ce, n' y ont f or mé aucune l i ai son.
Du r est e, l a compagni e cont ent e d' avoi r di mi nué
l ' i nqui ét ude des j avanoi s, en sappant peu- à- peu
l es mauvai ses l oi x qui l ' ent r et enoi ent , de l es
avoi r f or cés à quel que agr i cul t ur e, de s' êt r e
assur é d' un commer ce ent i ér ement excl usi f , n' a
pas cher ché à acquér i r des pr opr i ét és dans l ' i sl e.
Tout son domai ne se r édui t au pet i t r oyaume de
J acat r a. Les hor r eur s qui accompagner ent l a
conquêt e qu' en f i r ent l es hol l andoi s, et l a t yr anni e
qui l a sui vi t en f i r ent un déser t . I l r est a i ncul t e.
Les deux der ni er s génér aux J mohf f et Mossel ,
f r appés de ce désor dr e, ont cher ché à y r emédi er .
Pour y r éussi r , i l s ont vendu à des chi noi s, à des
eur opéens, pour un pr i x l éger , l es t er r es que
l ' oppr essi on avoi t mi ses dans l es mai ns du
gouver nement . Cet ar r angement n' a pas pr odui t t out
l e bi en qu' on s' en ét oi t pr omi s. Les nouveaux
pr opr i ét ai r es n' ont guer es hasar dé sur l eur s
habi t at i ons que des t r oupeaux, dont i l s t r ouvent un
débi t f aci l e, sûr et avant ageux. On se ser oi t l i vr é
à l a cul t ur e, qui demande pl us de soi ns, d' avances
et de br as, si l a compagni e n' exi geoi t pas qu' on
l ui l i vr e l es denr ées aux mêmes pr i x qu' el l e l es
pai e dans l e r est e de l ' i sl e. Dans l e t emps où
nous écr i vons, t out e l a popul at i on se r édui t à
cent ci nquant e mi l l e escl aves, di r i gés par un
pet i t nombr e d' hommes l i br es. Leur s sueur s
f our ni ssent deux mi l l i ons pesant de caf é, cent

p191

ci nquant e mi l l e l i vr es de poi vr e, vi ngt - ci nq mi l l e
l i vr es de cot on, di x mi l l e l i vr es d' i ndi go, di x
mi l l i ons de sucr e, et si x mi l l e l egger s d' ar eque.
Les deux der ni er s obj et s ont ét é poussés avec pl us
de vi vaci t é que l es aut r es, par ce que l es par t i cul i er s
pouvant l es achet er et l es expor t er , l es pai ent
vi ngt pour cent pl us cher que l a compagni e.
Ces pr odui t s, ai nsi que t ous ceux de J ava,
sont por t és à Bat avi a, bât i e sur l es r ui nes de
l ' anci enne capi t al e de J acat r a.
Une vi l l e qui devenoi t un ent r epôt si consi dér abl e,
a dû s' embel l i r successi vement . El l e est
bi en bât i e. Les mai sons, sans êt r e magni f i ques,
sont agr éabl es, commodes et bi en meubl ées. Ses
r ues sont l ar ges, t i r ées au cor deau, bor dées de
gr ands ar br es, per cées de canaux, et t ouj our s
pr opr es, quoi que l a cr ai nt e d' augment er l a chal eur
par l a r éver bér at i on ai t f ai t pr endr e l e par t i
de ne l es poi nt paver . Tous l es édi f i ces publ i cs
ont de l a gr andeur ; et l a pl upar t des voyageur s
r egar dent Bat avi a comme une des pl us bel l es
vi l l es du monde.
La popul at i on, en y compr enant cel l e des f auxbour gs
et de l a banl i eue, ne passe pas cent mi l l e ames.
Les escl aves en f or ment l a pl us gr ande par t i e.
On y voi t aussi des mal ai s, des j avanoi s, des
macassar s l i br es, assez par esseux, et des chi noi s,
qui exer cent pr esque excl usi vement t ous l es
mét i er s, et condui sent t out es l es manuf act ur es.
I l peut y avoi r di x mi l l e eur opéens. Quat r e mi l l e
d' ent r e eux, nés dans l ' I nde, ont dégénér é à un
poi nt , qu' on a pei ne à cr oi r e. Cet t e ét r ange
dégr adat i on peut êt r e at t r i buée à l ' usage génér al ement
r eçu, d' abandonner l eur éducat i on à des escl aves.
La cor r upt i on de Bat avi a a ét é exagér ée. Les

p192

moeur s n' y sont pas pl us l i br es que dans l es aut r es
ét abl i ssement s que nous avons f or més en Asi e. On
y boi t à l a vér i t é beaucoup ; mai s l e noeud du
mar i age y est f or t r espect é. I l n' y a que des hommes
sans engagement qui se per met t ent d' avoi r des
concubi nes, l e pl us souvent escl aves. Les pr êt r es
avoi ent cher ché à r ompr e l e cour s de ces l i ai sons
t ouj our s obscur es, en r ef usant de bapt i ser l es
enf ant s qui l eur devoi ent l e j our : i l s sont devenus
pl us t r ai t abl es, depui s qu' un char pent i er de l a
compagni e, qui voul oi t que son f i l s eût une r el i gi on,
se mi t en di sposi t i on de l e f ai r e ci r conci r e.
Le l uxe a f ai t pl us de r ési st ance encor e que l e
concubi nage. Les f emmes, qui ont t out es l ' ambi t i on
de se di st i nguer par l a r i chesse des habi t s,
par l a magni f i cence des équi pages, poussent à
l ' excès ce goût pour l ' écl at et pour l e f ast e. El l es
ne sor t ent j amai s qu' avec un cor t ege nombr eux
d' escl aves, t r aî nées dans des char s magni f i ques,
ou por t ées dans des super bes pal anqui ns. Leur s
r obes sont d' un t i ssu d' or ou d' ar gent , ou de beaux
sat i ns de l a Chi ne, avec des r oseaux d' or pour
bor dur e. Leur t êt e est char gée de per l es, de di amant s
et d' aut r es pi er r es pr éci euses. Le gouver nement
voul ut en 1758 modér er ces pr of usi ons, en
pr opor t i onnant l ' ét at au gr ade. Ses r égl ement s
f ur ent r eçus avec mépr i s ; ou on l es él uda, ou on se
soumi t à une amende, et i l ne se f i t aucun changement .
C' eût ét é en ef f et une ét r ange si ngul ar i t é,
que l ' usage des pi er r er i es f ût devenu ét r anger au
pays même où el l es nai ssent , et que l es hol l andoi s
eussent r éussi à r égl er aux I ndes un l uxe
qu' i l s en r appor t ent pour l e r épandr e, ou pour
l ' augment er dans t out e l ' Eur ope.
La chal eur qui devr oi t êt r e nat ur el l ement excessi ve
à Bat avi a, y est t empér ée par un vent de

p193

mer f or t agr éabl e, qui s' él eve t ous l es j our s à
di x heur es, et qui dur e j usqu' à quat r e. Les nui t s
sont r af r aî chi es par des vent s de t er r e, qui t ombent
à l ' aur or e. Peut - êt r e l es vapeur s d' un sol
mar écageux y peuvent - el l es al t ér er l a sal ubr i t é d' un
ci el pur et ser ei n. On n' y voi t pas cependant beaucoup
de mal adi es. La mor t al i t é qui r egne par mi l es
sol dat s et l es mat el ot s, doi t êt r e pl ut ôt at t r i buée
à l a débauche, à l a mauvai se nour r i t ur e et à l a
f at i gue, qu' aux i nt empér i es du cl i mat .
Ri en n' est pl us agr éabl e que l es envi r ons de l a
vi l l e, à une ou deux l i eues. La campagne y est
couver t e de mai sons r i ant es, de bosquet s qui
donnent un ombr age dél i ci eux, de j ar di ns f or t or nés
et de t r ès- bon goût . I l est du bon ai r d' y vi vr e
t out e l ' année ; et l es gens en pl ace ne vont à
Bat avi a que pour l es af f ai r es du gouver nement . Ces
r et r ai t es char mant es devoi ent aut r ef oi s l eur
t r anqui l l i t é à des f or t s pl acés de di st ance en
di st ance, pour ar r êt er l es cour ses des j avanoi s.
Depui s que ces peupl es ont cont r act é l ' habi t ude de
l ' escl avage, ces especes de r edout es ne ser vent que
de quar t i er de r af r aî chi ssement aux r ecr ues qui
ar r i vent , f at i guées par un l ong voyage.
Bat avi a est si t uée dans l ' enf oncement d' une
baye pr of onde, couver t e par pl usi eur s i sl es de
gr andeur médi ocr e, qui r ompent l ' agi t at i on de
l a mer . Ce n' est pr opr ement qu' une r ade ; mai s
on y est en sûr et é par t ous l es vent s et dans t out es
l es sai sons, comme dans l e mei l l eur por t . Le seul
i nconvéni ent qu' on épr ouve, c' est l a di f f i cul t é
d' al l er dans l es gr os t emps à bor d des vai sseaux,
obl i gés de moui l l er à une assez gr ande di st ance.
Les bât i ment s r eçoi vent l es r épar at i ons dont i l s
ont besoi n dans l a pet i t e i sl e de Donr ust , qui ,
quoi qu' él oi gnée de deux l i eues et demi e, est une

p194

de cel l es qui cont r i buent l e pl us à l a bont é de l a
r ade. C' est un excel l ent chant i er , bi en f or t i f i é,
qui n' est j amai s sans t r oi s ou quat r e cent s
char pent i er s eur opéens, et où l a f aci l i t é des
char gement s a f ai t f or mer l es magasi ns de gr osses
mar chandi ses qu' on dest i ne à êt r e expor t ées. Une
r i vi er e assez consi dér abl e, qui , apr ès avoi r f er t i l i sé
l es t er r es et embel l i Bat avi a, se j et t e dans l a mer ,
ser t à l a communi cat i on des vai sseaux avec l a vi l l e,
et de l a vi l l e avec l es vai sseaux. Les al l eges,
qui f or moi ent aut r ef oi s cet t e l i ai son, pouvoi ent
t i r er envi r on douze pi eds d' eau : el l es sont
r édui t es à l a moi t i é. Des sabl es et des i mmondi ces
ont f or mé un banc, qu' on ne peut pas l ai sser accr oî t r e
sans se j et t er dans des embar r as, dans des dépenses
f or t consi dér abl es. L' i mpor t ance de Bat avi a,
ce chef - l i eu des col oni es hol l andoi ses, mér i t e
bi en qu' on s' occupe sér i eusement de t out ce qui
peut sout eni r l ' écl at et l ' ut i l i t é de sa r ade.
El l e est l a pl us consi dér abl e de l ' I nde.
On y voi t abor der t ous l es vai sseaux que l a
compagni e expédi e d' Eur ope pour l ' Asi e ; et à
l ' except i on de ce qui par t di r ect ement de Bengal e
et de Ceyl an, i l s s' y char gent en r et our de t ous
l es obj et s qui f or ment ces r i ches vent es qui nous
causent t ant de sur pr i se et d' admi r at i on.
Les expédi t i ons pour l es di f f ér ent es échel l es
de l ' I nde ne sont guer es moi ns consi dér abl es, l e
sont peut - êt r e davant age. On y empl oi e l es bât i ment s
eur opéens dur ant l e séj our f or cé qu' i l s sont
r édui t s à f ai r e dans ces mer s él oi gnées.
Cet t e doubl e navi gat i on a pour base cel l e qui
l i e t ous l es ét abl i ssement s hol l andoi s avec Bat avi a.
Ceux de l ' est , à r ai son de l eur si t uat i on, de
l a nat ur e de l eur s denr ées et de l eur s besoi ns, y
ent r et i ennent des l i ai sons pl us vi ves que l es aut r es.

p195

I l f aut à t ous des passepor t s. Les bât i ment s
par t i cul i er s qui négl i ger oi ent cet t e pr écaut i on,
i magi née pour empêcher l es ver sement s f r audul eux,
ser oi ent sai si s par des chal oupes qui cr oi sent
cont i nuel l ement dans ces par ages. Lor squ' i l s sont
ar r i vés à l eur dest i nat i on, i l s l i vr ent à l a
compagni e cel l es de l eur s pr oduct i ons dont el l e s' est
r éser vé l e commer ce excl usi f , et vendent l es aut r es
à qui bon l eur sembl e. La t r ai t e des escl aves
f or me une des br anches pr i nci pal es de ce der ni er
commer ce : on en por t e au moi ns si x mi l l e
t ous l es ans des deux sexes à Bat avi a, dest i nés au
ser vi ce domest i que, au t r avai l des t er r es, des
manuf act ur es, et à par t ager l a couche des chi noi s,
qui ne peuvent ni amener , ni f ai r e veni r aucune
f emme de l eur pat r i e.
Ces i mpor t at i ons sont gr ossi es annuel l ement
par cel l es d' une douzai ne de j onques chi noi ses
par t i es d' Aymuy, de Li mpo et de Cant on. Leur
char ge peut val oi r un mi l l i on et demi de f l or i ns :
el l e consi st e en por cel ai nes, en ét of f es de soi e et
de cot on qui se consomment à Bat avi a et dans
l es aut r es col oni es hol l andoi ses ; en soi es écr ues
que l a compagni e achet e, si el l es f or ment un obj et
un peu consi dér abl e : l or squ' i l y en a peu, el l es
sont vendues à ceux qui veul ent l es f ai r e passer à
Macassar , à Sumat r a, où on en f ai t des pagnes
pour l es gr ands : en t hé, dont l a compagni e se
char geoi t aut r ef oi s, mai s qui est abandonné
auj our d' hui aux par t i cul i er s ; i l s l ' envoi ent en
Eur ope, où i l est vendu par l a compagni e, qui r et i ent
quar ant e pour cent pour son dr oi t de f r et : ce
t hé est communément mauvai s, et de l a der ni er e
qual i t é ; en camphr e : l e camphr e est une subst ance
bl anche, t r anspar ent e, vol at i l e, i nf l ammabl e, d' un
goût amer et pi quant ; el l e par oî t composée

p196

d' une t er r e f or t subt i l e, et de f or t peu d' eau :
cel ui qu' on t i r e de Bor néo et de Sumat r a est une
gomme que j et t e l e vi eux camphr i er , dans ces
deux i sl es seul ement . I l est si r ar e et si cher ,
que l es chi noi s et l es j aponoi s, qui l e r egar dent
comme l e pr emi er des r emedes, l ' achet ent j usqu' à
quat r e cent s f l or i ns l a l i vr e. Le camphr e que l es
chi noi s por t ent à Bat avi a, est t i r é des r aci nes de
l ' ar br e qu' on a f ai t boui l l i r dans l ' eau : l es gent i l s
s' en ser vent dans t out e l ' Asi e pour l es f eux
d' ar t i f i ces qui y sont communs, et l es mahomét ans
l e met t ent dans l a bouche de l eur s mor t s l or squ' i l s
l es ent er r ent : on en t r anspor t e en Hol l ande,
l e seul pays de l ' uni ver s où j usqu' i ci on
ai t su l e r af f i ner : i l se r épand del à dans t out e
l ' Eur ope, où i l est empl oyé quel quef oi s dans l a
médeci ne, et t r ès- f r équemment dans l a chi r ur gi e :
mêl é avec de l ' essence de myr r he et d' al oès, i l
est excel l ent pour ar r êt er l e pr ogr ès de l a gangr ene,
l a car i e des os, ou pour dét er ger l es pl ai es.
Les j onques, qui , i ndépendamment des obj et s
dont on a par l é, por t ent deux mi l l e chi noi s
amenés r égul i ér ement à J ava par l ' espér ance d' y
f ai r e f or t une, s' en r et our nent avec des ner f s de
cer f s, et des nageoi r es de r equi n, dont on f ai t
un met s t r ès- dél i cat à l a Chi ne. El l e r eçoi t de
pl us à Bat avi a du t r i pam, dont el l e pr end t ous l es
ans deux mi l l e pi cl es. Chaque pi cl e, qui pese
cent vi ngt - ci nq l i vr es, se vend de si x à vi ngt
f l or i ns, sui vant sa qual i t é. Le t r i pamest une espece
de champi gnon qui a l a f or me d' un cer vel as.
Sa r ondeur et sa noi r ceur déci dent de sa per f ect i on.
I l ne cr oî t qu' à deux pi eds de l a mer sur l es
r oches st ér i l es des i sl es de l ' est et de l a
Cochi nchi ne, d' où i l est por t é à Bat avi a avec ces
ni ds si r enommés dans t out l ' or i ent , qu' on t r ouve

p197

dans l es mêmes l i eux. Le pi cl e de cet t e der ni er e
mar chandi se se vend de sept à quat or ze cent s f l or i ns
et l es chi noi s en empor t ent mi l l e pi cl es. Ces
ni ds, de f i gur e oval e, d' un pouce de pr of ondeur ,
de t r oi s pouces de t our , et du poi ds d' envi r on une
demi - onze, sont l ' ouvr age d' une espece d' hi r ondel l e,
qui a l a t êt e, l a poi t r i ne, l es aî l es d' un beau
bl eu, et l e cor ps d' un bl anc de l ai t . El l e l es
compose de f r ay de poi sson, ou d' une écume
gl uant e que l ' agi t at i on de l a mer f or me aut our
des r ocher s, auxquel s el l e l es at t ache par l e bas
et par l e côt é. Assai sonnés de sel et d' épi cer i es,
c' est une gel ée nour r i ssant e, sai ne et dél i ci euse,
qui f ai t l e pl us gr and l uxe de l a t abl e des or i ent aux
mahomét ans. Leur dél i cat esse dépend de l eur
bl ancheur . Les oi seaux ne sont pas bons, et on se
gar de bi en de se pr i ver du f r ui t de l eur i ndust r i e
en l es pr enant , ou en l es f ai sant pér i r . Les chi noi s
empor t ent aussi du cal i n et du poi vr e, quoi que l a
compagni e s' en soi t r éser vé l ' expor t at i on. Ses
pr i nci paux agent s j ugent , par l eur avant age, que
cet t e ext r act i on n' est nul l ement nui si bl e au cor ps
qui l eur a conf i é ses i nt ér êt s.
Le t r af i c des chi noi s à Bat avi a l eur vaut ,
out r e l es mar chandi ses qu' i l s en expor t ent , une
sol de en ar gent . Cet t e r i chesse est gr ossi e par l es
sommes consi dér abl es que l es chi noi s, ét abl i s à
J ava, f ont passer à l eur s f ami l l es, et par cel l es
qu' empor t ent avec eux ceux qui , cont ent s de l eur
f or t une, s' en r et our nent dans l eur pat r i e, qu' i l s
per dent r ar ement de vue.
Les eur opéens ne sont pas aussi - bi en t r ai t és à
Bat avi a que l es chi noi s. On n' y r eçoi t comme
négoci ant s que l es espagnol s. I l s vi ennent de
Mani l l e avec de l ' or , qui est une pr oduct i on de
l ' i sl e même, avec de l a cocheni l l e et des pi ast r es
appor t ées

p198

du Mexi que. I l s r eçoi vent en échange des
t oi l es pour eux et pour Accapul co, de l a
cannel l e, dont l ' usage du chocol at , qui est génér al
dans l e nouveau monde, a ext r êmement ét endu l a
consommat i on. Depui s que l es angl oi s et l es
f r ançoi s ont pr i s l a r out e des Phi l i ppi nes, l a
pr emi er e br anche de ce commer ce est f or t t ombée :
l a der ni er e a souf f er t de l ' al t ér at i on en 1759.
J usqu' al or s on avoi t l i vr é aux espagnol s l a cannel l e
à un pr i x assez modér é : à cet t e époque, on
voul ut l a l eur vendr e l e pr i x qu' el l e val oi t en
Eur ope. Cet t e nouveaut é mi t de l a f r oi deur ent r e
l es deux col oni es. Les sui t es de cet t e br oui l l er i e
ne nous sont pas connues.
Ce que nous savons, c' est que l es f r ançoi s ne
vont guer es à Bat avi a que pendant l a guer r e. I l s
y pr ennent du r i z et de l ' ar r ak pour l eur s vai sseaux,
pour l eur s ét abl i ssement s, qu' i l s pai ent avec de
l ' ar gent , ou en l et t r es de change.
Les angl oi s s' y mont r ent davant age. Tous
ceux de l eur s vai sseaux qui vont d' Eur ope en
Chi ne, y r el âchent , sous pr ét ext e de r enouvel l er
l eur eau ; mai s en ef f et , pour se déf ai r e de l eur
pacot i l l e, qu' i l s ne vendr oi ent pas au t er me de
l eur voyage. El l e est composée de dr aps, de
qui nquai l l er i e, de mi r oi r s, d' ar mes, de vi n de
Mader e, d' hui l e de Por t ugal , et de beaucoup d' aut r es
choses qu' i l s donnent à bi en mei l l eur mar ché que
l a compagni e. I l s en t i r ent quat r e ou ci nq cent s
mi l l e f l or i ns, qu' i l s empl oi ent à l a Chi ne à se
f ai r e une nouvel l e pacot i l l e. I l s pr éf ér er oi ent d' êt r e
payés avec du poi vr e et du cal i n, sur l esquel s i l s
f er oi ent encor e un bénéf i ce ; mai s l es admi ni st r at eur s
n' osent se per met t r e cet t e i nf i dél i t é, qui f er oi t
du br ui t . D' ai l l eur s, l es chi noi s qui t i ennent en
f er me l es douanes de Bat avi a, ne f avor i ser oi ent

p199

pas vol ont i er s une cont r ebande, dont eux- mêmes
et l es navi gat eur s de l eur nat i on t i r ent de si gr ands
avant ages.
Out r e l es vai sseaux d' Eur ope, on voi t t ous l es
ans à Bat avi a t r oi s ou quat r e bât i ment s angl oi s
expédi és des di f f ér ent es par t i es de l ' I nde. I l s ont
t ent é d' y vendr e de l ' opi umet des t oi l es ; mai s
i l s ont ét é obl i gés de r enoncer à une i mpor t at i on
t r op cont r ar i ée par l es i nt ér êt s par t i cul i er s pour
êt r e souf f er t e. Leur commer ce se bor ne à achet er
du sucr e, qu' i l s r épandent par - t out , et de l ' ar r ak,
dont i l se f ai t une consommat i on i mmense dans
l eur s col oni es. L' ar r ak est une eau- de- vi e f ai t e
avec du r i z, du syr op, du sucr e et du vi n de
cocot i er , qu' on l ai sse f er ment er ensembl e, et
qu' ensui t e on di st i l l e. C' est une des br anches de
commer ce que l ' i ndust r i e des hol l andoi s a enl evé
à l a par esse des por t ugai s. La manuf act ur e de
l ' ar r ak, ét abl i e or i gi nai r ement à Goa, a passé en
gr ande par t i e à Bat avi a.
Cet t e vi l l e l eve sur t out es l es mar chandi ses
qu' el l e l ai sse ent r er ou sor t i r un dr oi t de ci nq pour
cent . Le pr odui t de l a douane est af f er mé hui t cent s
soi xant e- quat r e mi l l e f l or i ns. I l ne f audr oi t pas
j uger de l ' ét endue du commer ce par cet t e r egl e,
qui pour t ant est const amment l a pl us sûr e. Les
gens en pl ace ne pai ent que ce qu' i l s j ugent à
pr opos ; et l a compagni e ne pai e r i en, par ce
qu' el l e se payer oi ent à el l e- même. Quoi qu' el l e soi t
l à, comme ai l l eur s, l e pl us gr and négoci ant de
l ' i sl e, l e gai n qu' el l e f ai t sur l es pr oduct i ons
pr opr es à Bat avi a n' en couvr e pas l es dépenses, qui
mont ent à t r oi s mi l l i ons de f l or i ns.
C' est sans dout e t r op, quoi que l a vi l l e soi t l e
séj our d' un consei l , qui donne des l oi x à t ous l es
ét abl i ssement s de l ' I nde, qui en di r i ge t out es l es

p200

af f ai r es. I l est composé du génér al , du di r ect eur
génér al , de ci nq consei l l er s or di nai r es, et d' un
pet i t nombr e de consei l l er s ext r aor di nai r es, qui
n' ont poi nt de voi x, mai s qui r empl acent l es
consei l l er s or di nai r es mor t s, j usqu' à ce qu' i l en
soi t aut r ement or donné.
C' est l a di r ect i on d' Eur ope qui nomme à ces
pl aces. Qui conque a de l ' ar gent , est par ent ou
pr ot égé du génér al , y peut ar r i ver . Lor sque l e
génér al meur t , l e di r ect eur et l es consei l l er s
or di nai r es l ui donnent pr ovi soi r ement un successeur ,
qui ne manque guer es d' êt r e conf i r mé. S' i l ne
l ' ét oi t pas, i l n' ent r er oi t pl us au consei l ; mai s i l
j oui r oi t de t ous l es honneur s qu' on accor de aux
génér aux r et i r és.
Le génér al r appor t e au consei l t out es l es af f ai r es
de l ' i sl e de J ava, et chaque consei l l er cel l es de
l a pr ovi nce des I ndes qui l ui est conf i ée. Le
di r ect eur a l ' i nspect i on de l a cai sse et des
magasi ns de Bat avi a, qui ver sent dans t ous l es aut r es
ét abl i ssement s. Tous l es achat s, t out es l es vent es
sont de son r essor t . Sa si gnat ur e est i ndi spensabl e
dans t out es l es opér at i ons du commer ce.
Quoi que t out doi ve se déci der dans l e consei l
à l a pl ur al i t é des voi x, i l est r ar e que l e génér al
n' y soi t pas absol u. I l doi t cet t e aut or i t é à l a
pr écaut i on qu' i l pr end de n' y f ai r e ent r er que des
gens médi ocr es, et à l ' i nt ér êt qu' i l s ont de l ui
pl ai r e pour l ' avancement de l eur f or t une et de
l eur s cr éat ur es. Si dans quel que occasi on i l
épr ouvoi t une r ési st ance qui l ui dépl ût t r op, i l
ser oi t l e maî t r e de sui vr e son avi s, en se char geant
de l ' événement .
Le génér al , comme t ous l es aut r es, n' est mi s en
pl ace que pour ci nq ans. Communément i l y r est e
t out e sa vi e. On en a vu aut r ef oi s qui abdi quoi ent

p201

l es af f ai r es pour coul er à Bat avi a des j our s
pai si bl es ; mai s l es dégoût s que l eur donnoi ent l eur s
successeur s ont f ai t r ésoudr e l es der ni er s génér aux
à mour i r dans l eur post e. I l s sont l a pl upar t t r op
âgés pour passer en Eur ope, où i l s l angui r oi ent
d' ai l l eur s dans une obscur i t é qui l es bl esser oi t .
Aut r ef oi s i l s avoi ent une gr ande r epr ésent at i on.
Le génér al J mhof f l a suppr i ma comme i nut i l e et
embar r assant e. Quoi que t ous l es or dr es pui ssent
aspi r er à cet t e di gni t é, aucun mi l i t ai r e n' y est
j amai s par venu, et on n' y a vu que peu de gens
de l oi . El l e est t ouj our s r empl i e par des mar chands,
par ce que l ' espr i t de l a compagni e est pur ement
mer cant i l e. Ceux qui sont nés dans l ' I nde ont
r ar ement assez d' i nt r i gue ou de t al ent pour y
ar r i ver . Le génér al act uel n' est pour t ant j amai s
venu en Eur ope.
Les appoi nt ement s de ce pr emi er of f i ci er sont
médi ocr es. I l n' a que mi l l e f l or i ns par moi s, et
une subsi st ance égal e à sa pai e. La l i ber t é qu' i l a
de pr endr e dans l es magasi ns t out ce qu' i l veut
au pr i x coût ant , et cel l e qu' i l se donne de f ai r e
l e commer ce qui l ui convi ent , sont l a mesur e
de sa f or t une. Cel l e des consei l l er s, est aussi
t ouj our s f or t consi dér abl e, quoi que l a compagni e ne
l eur donne que deux cent s f l or i ns par moi s, et des
denr ées pour une par ei l l e somme.
Le consei l ne s' assembl e que deux f oi s l a semai ne,
à moi ns que des événement s ext r aor di nai r es
n' exi gent un t r avai l pl us sui vi . I l donne t ous l es
empl oi s ci vi l s et mi l i t ai r es de l ' I nde, except é ceux
d' écr i vai n et de ser gent qu' on a cr u pouvoi r
abandonner sans i nconvéni ent aux gouver neur s
par t i cul i er s. Tout homme qui est él evé à quel que
post e, est obl i gé de j ur er qu' i l n' a r i en pr omi s ni
r i en donné pour obt eni r sa pl ace. Cet usage, qui est

p202

f or t anci en, r end l es f aux ser ment s communs, et
ne met aucun obst acl e à l a cor r upt i on.
Tout es l es combi nai sons de commer ce, sans
en except er cel l es du cap de Bonne- Espér ance,
sont f ai t es par l e consei l , et l e r ésul t at en r evi ent
t ouj our s à sa connoi ssance. Les vai sseaux même qui
par t ent di r ect ement de Bengal e et de Ceyl an,
ne por t ent en Eur ope que l es f act ur es de l eur s
car gai sons. Leur s compt es, comme t ous l es aut r es,
se r endent à Bat avi a, où on t i ent l e l i vr e
génér al de t out es l es af f ai r es.
Le consei l des I ndes n' est pas un cor ps i sol é ni
i ndépendant . I l est subor donné à l a di r ect i on qui
subsi st e dans l es pr ovi nces- uni es. Quoi qu' el l e soi t
une dans t out e l a r i gueur du t er me, l e soi n de
vendr e deux f oi s l ' an l es mar chandi ses est par t agé
ent r e l es si x chambr es i nt ér essées dans ce commer ce.
Leur s opér at i ons sont pr opor t i onnées au f onds
qui l eur appar t i ent .
L' assembl ée génér al e qui di r i ge l es opér at i ons de
l a compagni e, est composée des di r ect eur s de t out es
l es chambr es. Amst er damen nomme hui t , l a
Zél ande quat r e, l es aut r es chambr es un chacune,
et l ' ét at un seul . On voi t qu' Amst er damayant l a
moi t i é des voi x, n' a besoi n que d' en gagner une
pour donner l a l oi dans l es dél i bér at i ons où t out
se déci de à l a pl ur al i t é des suf f r ages.
Ce cor ps, composé de di x- sept per sonnes, s' assembl e
deux ou t r oi s f oi s l ' année, pendant si x ans à
Amst er dam, et pendant deux ans à Mi ddel bour g.
Les aut r es chambr es sont t r op peu consi dér abl es
pour j oui r de cet t e pr ér ogat i ve. L' expér i ence
ayant appr i s que l e succès dépendoi t souvent
du secr et , on i magi na un peu apr ès l e mi l i eu
du der ni er si ecl e de choi si r ent r e l es di x- sept
déput és, quat r e des pl us écl ai r és pour l es r evêt i r

p203

du dr oi t de t out r égl er pour l ' Eur ope et pour
l es I ndes, sans l ' aveu de l eur s col l egues, et sans
obl i gat i on même de l es consul t er .
I l est vr ai que l e myst er e de l eur s opér at i ons
et l es sui t es qu' i l a eues ne peuvent pas êt r e
l ong- t emps cachés. Les vai sseaux, qui , à l a f i n de
l ' ét é, r evi ennent en f l ot t e, appor t ent r égul i ér ement
l e bi l an de l ' I nde. On l e compar e à cel ui d' Eur ope.
La bal ance génér al e de l ' ét at de l a compagni e est
t ouj our s r endue publ i que au moi s de mai . Chaque
i nt ér essé sai t combi en on a gagné, ou combi en on
a per du. Le gai n est communément consi dér abl e.
Les pr emi er s f onds de l a compagni e ne f ur ent
que de si x mi l l i ons quat r e cent s ci nquant e- neuf
mi l l e hui t cent s quar ant e f l or i ns. Amst er damen
f our ni t t r oi s mi l l i ons si x cent s soi xant e- quat or ze
mi l l e neuf cent s qui nze ; l a Zél ande, un mi l l i on
t r oi s cent s t r ent e- t r oi s mi l l e hui t cent s
quat r e- vi ngt - deux ; Del f t , quat r e cent s soi xant e et
di x mi l l e ; Rot er dam, cent soi xant e et di x- sept mi l l e
quat r e cent s ; Hor n, deux cent s soi xant e- si x mi l l e
hui t cent s soi xant e- hui t ; Enchui sen, ci nq cent s
t r ent e- si x mi l l e sept cent s soi xant e et qui nze.
Ce f onds se di vi sa par sommes de t r oi s mi l l e f l or i ns,
qu' on nomma act i ons. Leur nombr e f ut de deux
mi l l e cent . Cependant depui s 1692, l es bénéf i ces se
di vi sent en deux mi l l e cent t r ent e. à cet t e époque,
l a compagni e qui avoi t t ouj our s ét é pr ot égée par
l a mai son d' Or ange, et qui avoi t encor e besoi n de
son appui , f i t pr ésent au st adhouder du r evenu
de t r ent e act i ons.
I ndépendamment des sommes i mmenses que l es
act i onnai r es ont r eçues, l es f onds de l a compagni e
ont si f or t augment é, que l es act i ons ont gagné
j usqu' à si x cent s ci nquant e pour cent ; c' est - à- di r e,
qu' une act i on a val u j usqu' à di x- neuf

p204

mi l l e ci nq cent s f l or i ns. El l e en vaut moi ns
act uel l ement .
Ce pr i x, qu' on peut r egar der comme l e vr ai
t her momet r e de l a si t uat i on de l a compagni e, a
souvent var i é. Des combi nai sons pl us ou moi ns
sages, pl us ou moi ns heur euses, des concur r ences
nouvel l es, l es événement s i nsépar abl es d' un commer ce
t r ès- ét endu, l a t r anqui l l i t é ou l es t r oubl es de
l ' I nde, aur oi ent suf f i pour opér er des changement s
assez consi dér abl es. Les di ssent i ons de
l ' Eur ope ont eu cependant une i nf l uence bi en
pl us mar quée.
Quoi que l es r épar t i t i ons qui se f ont sur l e pi ed
de l ' anci en capi t al n' ai ent pas ét é t ouj our s l es
mêmes, on peut l es éval uer une année dans l ' aut r e
à vi ngt pour cent . Un bénéf i ce si consi dér abl e
doi t avoi r beaucoup enr i chi l es pr emi er s pr opr i ét ai r es
des act i ons, l es f ami l l es où el l es se sont
per pét uées ; mai s pour ceux qui l es achet ent
auj our d' hui , i l s r et i r ent r ar ement pl us de t r oi s et
demi de l ' i nt ér êt de l eur ar gent .
Les act i ons se vendent compt ant ou à cr édi t
comme t out es l es mar chandi ses. Les f or mal i t és
se r édui sent à subst i t uer l e nomde l ' achet eur à
cel ui du vendeur sur l es l i vr es de l a compagni e,
seul t i t r e qu' ai ent l es act i onnai r es. L' avi di t é et
l ' espr i t du commer ce, ont i magi né une aut r e
mani er e de pr endr e par t à ce t r af i c. Des hommes,
qui n' ont poi nt d' act i on à vendr e ; des hommes,
qui n' en veul ent pas achet er , s' engagent
r éci pr oquement , l es uns à en l i vr er , l es aut r es à en
r ecevoi r un nombr e dét er mi né, à un pr i x convenu
et à un t emps f i xe. à cet t e époque l ' on f ai t l a
bal ance de ce que l es act i ons ont ét é vendues et
de ce qu' el l es val ent ; on sol de avec de l ' ar gent ,
et l a négoci at i on est f i ni e. Le desi r de gagner ,

p205

l a cr ai nt e de per dr e dans ces spécul at i ons, cause
une gr ande f er ment at i on dans l es espr i t s. On
i nvent e de bonnes ou de mauvai ses nouvel l es ;
on accr édi t e ou on combat cel l es qui se r épandent ;
on cher che à sur pr endr e l e secr et des cour s,
ou on achet e cel ui des mi ni st r es ét r anger s. Ces
di ver s i nt ér êt s ont souvent t r oubl é l a t r anqui l l i t é
publ i que. Les choses ont ét é souvent poussées si
l oi n, que l a r épubl i que s' est vue f or cée de pr endr e
des mesur es pour ar r êt er l ' excès de cet agi ot age.
La pl us ef f i cace a ét é, de décl ar er que t out e
vent e d' act i ons à t er me ser oi t nul l e, à moi ns qu' i l
ne f ût pr ouvé par l es l i vr es de l a compagni e
que l e vendeur , dans l e t emps du mar ché, en ét oi t
pr opr i ét ai r e. Les gens d' honneur ne se cr oi ent
pas di spensés par cet t e l oi de t eni r l eur s
engagement s ; mai s el l e doi t r endr e, et el l e r end en
ef f et ces opér at i ons pl us r ar es.
El l es l e devi endr oi ent encor e davant age, si
l ' ét at des af f ai r es ét oi t bi en connu. I l est démont r é
qu' à l a cl ôt ur e des l i vr es en 1751, l e capi t al
de l a compagni e ne mont oi t aux I ndes qu' à
t r ent e- ci nq mi l l i ons ci nq cent s mi l l e f l or i ns. La
f l ot t e en chemi n pour l ' Eur ope coût oi t neuf mi l l i ons
si x cent s mi l l e f l or i ns, et l es vai sseaux expédi és
pour l ' I nde qui nze cent s mi l l e. On devoi t aux I ndes
sept mi l l i ons de f l or i ns ; et en Eur ope, on ét oi t
en- ar r i er e de onze mi l l i ons deux cent s mi l l e :
par conséquent , l a f or t une de l a compagni e, sans
y compr endr e l es f or t i f i cat i ons, ne s' él evoi t pas
au- dessus de vi ngt - hui t mi l l i ons quat r e cent s mi l l e
f l or i ns.
Dans cet t e somme, t out e f oi bl e qu' el l e ét oi t ,
i l ne se t r ouvoi t que onze mi l l i ons sept cent s mi l l e
f l or i ns en ef f et s commer çabl es, c' est - à- di r e, en
ar gent compt ant , en mar chandi ses et en bonnes

p206

cr éances. Le sur pl us consi st oi t en det t es désespér ées
pour l a val eur d' un mi l l i on et demi de f l or i ns,
en pr ovi si ons de bouche et en boi ssons, pour
quat r e mi l l i ons ; en canons de f ont e pour sept cent s
mi l l e ; en canons de f er , en boul et s et en bal l es,
pour deux cent s ci nquant e mi l l e ; en f usi l s et en
muni t i ons de guer r e, pour neuf cent s mi l l e ; en
ar gent er i e, pour cent mi l l e ; en escl aves pour cent
ci nquant e mi l l e ; en best i aux et en chevaux, pour
cent mi l l e ; en bonnes det t es passi ves, pour t r oi s
mi l l i ons t r oi s cent s mi l l e ; en mar chandi ses
expédi ées de di f f ér ent es cont r ées de l ' I nde pour
Bat avi a, pour ci nq mi l l i ons si x cent s mi l l e. Nos
cal cul s par oî t r ont j ust es à ceux qui voudr ont pr endr e
l a pei ne de l es vér i f i er .
I l r est e à exami ner quel s bénéf i ces avec de si
f oi bl es capi t aux l a compagni e a l e t al ent de f ai r e.
Ses gai ns, aut ant qu' i l est possi bl e de l es sui vr e,
mont ent annuel l ement à douze mi l l i ons sept cent s
mi l l e f l or i ns ; mai s ses dépenses or di nai r es dans
l ' I nde mont ent à neuf mi l l i ons t r oi s cent s mi l l e
f l or i ns, à qui nze cent s mi l l e en Eur ope, et son
di vi dende à sei ze cent s soi xant e- ci nq mi l l e. Par
conséquent i l ne l ui r est e que deux cent s vi ngt - ci nq
mi l l e f l or i ns pour f ai r e f ace aux guer r es, aux
i ncendi es des magasi ns, aux per t es des vai sseaux,
à t ant d' aut r es mal heur s que l a pr udence humai ne
ne peut ni pr évoi r , ni empêcher .
Cet t e posi t i on doi t par oî t r e si peu vr ai sembl abl e
à ceux qui ne voi ent l es choses que de l oi n, que
nous n' aur i ons j amai s osé en gar ant i r l a vér i t é,
si nous n' avi ons sous nos yeux l a cor r espondance
du génér al Mossel , avec l a di r ect i on. Ce négoci ant
habi l e, et l e pl us habi l e peut - êt r e qu' on ai t j amai s
vu dans l ' I nde, ne f ai t mont er qu' à si x cent s
mi l l e f l or i ns ce que nous r édui sons à deux cent s

p207

ci nquant e mi l l e, et i l est accusé par ses supér i eur s
d' exagér at i on.
Qu' on suppose cependant que Mossel n' a r i en
enf l é, t ouj our s ser a- t - i l cer t ai n que l a compagni e
est hor s d' ét at de sout eni r l a moi ndr e dépense
ext r aor di nai r e. De l ' aveu du sage admi ni st r at eur
qui nous ser t pr i nci pal ement de gui de, on doi t
l a r egar der comme un cor ps épui sé, qui ne se
sout i ent que par des cor di aux. C' est , sui vant son
expr essi on, un vai sseau qui coul e bas, et dont l a
submer si on est r et ar dée par l a pompe.
Cet t e si t uat i on désespér ée, qui r édui r a l a
compagni e à pr endr e sur ses capi t aux, ou à di mi nuer
son di vi dende au pr emi er mal heur qu' el l e épr ouver a,
doi t avoi r eu des causes et de gr andes causes.
Nous f er ons nos ef f or t s pour l es démêl er , apr ès
avoi r dével oppé l a mar che de l a pr ospér i t é,
de l a pui ssance, l es pl us si ngul i er es qui ai ent
peut - êt r e j amai s exi st é.
Les hol l andoi s dûr ent l eur s pr emi er s succès
au bonheur qu' i l s eûr ent de s' empar er dans moi ns
d' un demi - si ecl e de pl us de t r oi s cent s vai sseaux
por t ugai s. Ces bât i ment s, dont l es uns ét oi ent
dest i nés pour l ' Eur ope, et l es aut r es pour
di f f ér ent es échel l es de l ' I nde, ét oi ent char gés des
dépoui l l es de l ' Asi e. Ces r i chesses, que l es
équi pages avoi ent l a pr obi t é de ne pas dét our ner à
l eur pr of i t , f or moi ent à l a compagni e des r et our s
i mmenses, ou ser voi ent à l ui en pr ocur er . De cet t e
mani er e l es vent es ét oi ent f or t consi dér abl es, quoi que
l es envoi s f ussent t r ès- médi ocr es.
L' af f oi bl i ssement de l a mar i ne por t ugai se enhar di t
à at t aquer l es ét abl i ssement s de cet t e nat i on, et
en f aci l i t a ext r êmement l a conquêt e. On t r ouva
des f or t er esses sol i dement bât i es, muni es d' une
ar t i l l er i e nombr euse, appr ovi si onnées de t out ce

p208

qu' un gouver nement vai nqueur et de r i ches
par t i cul i er s avoi ent dû nat ur el l ement r assembl er .
Pour j uger sai nement de cet avant age, i l ne f aut que
f ai r e at t ent i on à ce qu' i l en a coût é aux aut r es
peupl es pour obt eni r l a per mi ssi on de se f i xer où
l eur i nt ér êt l es appel l oi t , pour bât i r des mai sons,
des magasi ns, des f or t s, pour acquér i r
l ' ar r ondi ssement nécessai r e à l eur conser vat i on ou
à l eur commer ce.
Lor sque l a compagni e se vi t en possessi on de
t ant de r i ches, de t ant de sol i des ét abl i ssement s,
el l e ne se l i vr a pas à une ambi t i on t r op vast e.
C' est son commer ce qu' el l e voul ut ét endr e, et
non ses conquêt es. On n' eut guer es à l ui r epr ocher
d' i nj ust i ces que cel l es qui sembl oi ent nécessai r es
à sa pui ssance. Le sang des peupl es de l ' or i ent
ne coul oi t pl us comme au t emps où l ' envi e de
se di st i nguer par des expl oi t s guer r i er s, par l a
mani e des conver si ons, par l a vengeance, par l e
poi nt d' honneur et de br i gandage, met t oi ent aux
por t ugai s l es ar mes à l a mai n.
Les hol l andoi s sembl oi ent êt r e venus pl ut ôt pour
venger , pour dél i vr er l es nat ur el s du pays, que
pour l es subj uguer . I l s n' eur ent des guer r es
cont r e eux que pour en obt eni r des ét abl i ssement s
sur l es côt es, et pour l es f or cer à des t r ai t és de
commer ce. à l a vér i t é, ce n' ét oi t pas pour
l ' avant age de ces peupl es, qui y per doi ent même une
gr ande par t i e de l eur l i ber t é ; mai s d' ai l l eur s l es
domi nat eur s pl us humai ns que l es conquér ant s
qu' i l s avoi ent chassés, l ai ssoi ent ces i ndi ens se
gouver ner eux- mêmes, et ne l es cont r ai gnoi ent pas
à changer l eur s l oi x, l eur s moeur s et l eur
r el i gi on.
Par l a mani er e de pl acer , de di st r i buer l eur s
f or ces, i l s sur ent cont eni r l es peupl es que l eur

p209

condui t e l eur avoi t d' abor d conci l i és. à l ' except i on
de Cochi n et de Mal aca, i l s n' eur ent sur l e
cont i nent que des compt oi r s et de pet i t s f or t s.
C' est dans l es i sl es de J ava et de Ceyl an qu' i l s
ét abl i r ent l eur s t r oupes et l eur s magasi ns ; c' est
del à que l eur s vai sseaux sout enoi ent l eur aut or i t é,
et pr ot égeoi ent l eur commer ce dans l e r est e des
I ndes.
I l y ét oi t t r ès- consi dér abl e depui s que l a r ui ne
des ét abl i ssement s por t ugai s avoi t mi s dans l eur s
mai ns l es épi cer i es. El l es ont t r ouvé un débi t pl us
ou moi ns ét endu sui vant l es ci r const ances.
Act uel l ement on vend chaque année cent ci nquant e
mi l l e l i vr es de gi r of l e dans l es I ndes, et t r oi s
cent s ci nquant e mi l l e en Eur ope ; l e pr i x en est
égal ement f i xé dans l es deux mondes à cent sol s
l a l i vr e. Quoi que l es hol l andoi s ne l a pai ent que
quat r e sol s quel ques deni er s l a l i vr e, el l e l eur
r evi ent à quar ant e- t r oi s sol s, à r ai son des f r ai x
et des non- val eur s. L' I nde ne consomme que cent
mi l l e l i vr es de muscade, et l ' Eur ope en consomme
deux cent s et ci nquant e mi l l e. On ne l ' achet e
pas t out - à- f ai t un sol l a l i vr e ; et l es dépenses
nécessai r es l a f ont mont er à vi ngt - ci nq. El l e est
vendue soi xant e- qui nze sol s en deçà du cap,
et ci nquant e- si x seul ement au- del à ; cet t e di f f ér ence
n' i nspi r er a à aucun navi gat eur l a t ent at i on de
nous appor t er de l a muscade, par ce que l es
noi x qu' on r epr end dans l ' Asi e sont mai gr es,
manquent d' hui l es, et se cor r ompent souvent . Di x mi l l e
l i vr es de maci s suf f i sent pour l ' appr ovi si onnement
de l ' I nde, et cent mi l l e pour cel ui de l ' Eur ope.
La l i vr e est payée hui t sol s et un quar t , r evi ent
à ci nquant e- quat r e, et est vendue par - t out cent
vi ngt - hui t . à l ' égar d de l a cannel l e, l a consommat i on
n' excede pas quat r e cent s mi l l e l i vr es en

p210

Eur ope, et ne vas pas dans l ' I nde à deux cent s
mi l l e, qu' on l i vr e pr esqu' ent i ér ement à Mani l l e pour
l ' Amér i que espagnol e. La compagni e l a vend
act uel l ement par - t out cent ci nq sol s l a l i vr e,
quoi qu' el l e ne l ui r evi enne pas à si x. La cannel l e
qu' el l e r ebut e comme t r op gr ossi er e, et qu' el l e ne
pai e pas, est r édui t e en hui l e. On en f ai t des
pr ésent s aux pui ssances de l ' Asi e, qui ne
l ' achet er oi ent pas, et on en vend par mi nous envi r on
vi ngt l i vr es, à vi ngt - ci nq ou t r ent e f l or i ns l ' once.
Son par f umest en même- t emps si f or t et si agr éabl e,
que l ' usage en devi endr oi t commun, peut - êt r e
génér al , si l es hol l andoi s ne l a t enoi ent à un
pr i x si haut , par ce qu' i l l eur est pl us avant ageux
de vendr e en nat ur e cet t e épi cer i e.
Nous ne f i ni r ons pas un ar t i cl e si i mpor t ant ,
sans obser ver qu' à mesur e que l es bénéf i ces de
l a compagni e ont di mi nué, el l e a augment é l e
pr i x des épi cer i es dans l es I ndes et en Eur ope.
Cet t e pr at i que, mauvai se en el l e- même, n' a pas
nui , ou a peu nui à l a vent e du gi r of l e et de l a
muscade, que r i en ne pouvoi t r empl acer . I l n' en a
pas ét é ai nsi de l a cannel l e. La f ausse a pr i s l a
pl ace de l a vér i t abl e dans pl usi eur s mar chés, et
l a décadence de cet t e br anche de commer ce devi ent
t ous l es j our s, devi endr a encor e dans l a
sui t e pl us sensi bl e.
I l n' est r i en que l a compagni e n' ai t t ent é pour
conser ver l e commer ce excl usi f du poi vr e qu' el l e
eut quel que t emps. Ses ef f or t s n' ont pas eu un
succès ent i er ; mai s el l e a r éussi à mai nt eni r une
gr ande supér i or i t é sur ses concur r ent s. El l e en
débi t e encor e par mi nous ci nq mi l l i ons pesant , et
t r oi s mi l l i ons ci nq cent s mi l l e dans l ' I nde. Tout
cal cul f ai t , l a compagni e se l e pr ocur e à di x- hui t
f l or i ns l e cent : el l e nous l e vend ci nquant e,

p211

et depui s vi ngt - quat r e j usqu' à t r ent e- si x aux
asi at i ques.
La pl us gr ande par t i e des af f ai r es de l ' I nde
devoi t t omber nat ur el l ement dans l es mai ns des
hol l andoi s par l a vent e des épi cer i es. La nécessi t é
de l es expor t er l es ai da à s' appr opr i er beaucoup
d' aut r es br anches du commer ce. Avec l e t emps,
i l s par vi nr ent à s' empar er du cabot age de l ' Asi e,
comme i l s ét oi ent en possessi on de cel ui de
l ' Eur ope. I l s occupoi ent à cet t e navi gat i on un gr and
nombr e de vai sseaux et de mat el ot s, qui , sans r i en
coût er à l a compagni e, f ai soi ent sa sûr et é.
Des avant ages si déci si f s écar t er ent l ong- t emps
l es nat i ons qui aur oi ent voul u par t ager l e commer ce
de ces r égi ons él oi gnées, ou l es f i r ent
échouer . Nous r eçûmes l es pr oduct i ons de ce r i che
pays des mai ns des hol l andoi s. I l s n' épr ouver ent
même j amai s dans l eur pat r i e l es gênes ét abl i es
depui s par - t out ai l l eur s. Le gouver nement , i nst r ui t
que l a pr at i que des aut r es ét at s ne pouvoi t ni
ne devoi t l ui ser vi r de r egl es, per mi t const amment
à l a compagni e de vendr e l i br ement et sans
l i mi t at i on ses mar chandi ses à l a mét r opol e. Lor sque
ce cor ps f ut ét abl i , l es pr ovi nces- uni es n' avoi ent
ni manuf act ur es, ni mat i er es pr emi er es pour en
l ever . Ce n' ét oi t donc pas al or s un i nconvéni ent ,
c' ét oi t pl ut ôt une gr ande sagesse, de per met t r e
aux ci t oyens, de l es engager même à s' habi l l er
de t oi l es et des ét of f es des I ndes. Les di f f ér ent s
genr es d' i ndust r i e que l a r évocat i on de l ' édi t de
Nant es pr ocur a à l a r épubl i que, pouvoi ent l ui
donner l ' i dée de ne pl us t i r er de si l oi n son
vêt ement ; mai s l a passi on qu' avoi t al or s l ' Eur ope
pour l es modes de Fr ance, pr ésent ant aux t r avaux des
r ef ugi és des débouchés avant ageux, on n' eut pas
seul ement l a pensée de r i en changer à l ' anci en

p212

usage. Depui s que l a cher t é de l a mai n- d' oeuvr e,
qui est une sui t e nécessai r e de l ' abondance et de
l ' ar gent , a f ai t t omber l es manuf act ur es, et r édui t
l a nat i on à un commer ce d' économi e, l es ét of f es
de l ' Asi e ont ét é pl us f avor i sées que j amai s. On
a sent i qu' i l y avoi t moi ns d' i nconvéni ent à enr i chi r
l es i ndi ens que l es angl oi s ou l es f r ançoi s, dont
l a pr ospér i t é ne saur oi t manquer d' accél ér er
l a r ui ne d' un ét at , qui ne se sout i ent que par
l ' aveugl ement , l es guer r es ou l ' i ndol ence des
aut r es pui ssances.
Une condui t e si sage a r et ar dé l a décadence de
l a compagni e ; mai s cet t e r évol ut i on est enf i n
ar r i vée par un concour s de pl usi eur s causes. La pl us
sensi bl e de t out es a ét é cet t e f oul e de guer r es
qui se sont succédées sans i nt er r upt i on.
à pei ne l es habi t ant s des mol uques ét oi ent r evenus
de l ' ét onnement que l eur avoi ent causé l es
vi ct oi r es des hol l andoi s sur ce peupl e, qu' on
r egar doi t comme i nvi nci bl e, qu' i l s par ur ent
i mpat i ent s du j oug. La compagni e qui cr ai gni t l es
sui t es de ce mécont ent ement , f i t l a guer r e au
r oi de Ter nat e, pour l e f or cer à consent i r qu' on
ext i r pât l e gi r of l e par - t out , except é à Amboi ne.
Les i nsul ai r es de Banda f ur ent t ous ext er mi nés,
par ce qu' i l s ne voul oi ent pas êt r e ses escl aves.
Macassar , qui voul ut appuyer l eur s i nt ér êt s, occupa
l ong- t emps des f or ces consi dér abl es. La per t e de
For mose ent r aî na l a r ui ne des compt oi r s de Tonki n
et de Si am. On f ut obl i gé d' avoi r r ecour s aux ar mes
pour sout eni r l e commer ce excl usi f de Sumat r a.
Mal aca f ut assi égé, son t er r i t oi r e r avagé,
sa navi gat i on i nt er cept ée par des pi r at es.
Négapat an f ut at t aqué deux f oi s. Cochi n eut à
sout eni r l es ef f or t s des r oi s de Cal i cut et de
Tr avancor . Les t r oubl es ont ét é pr esque cont i nuel s
à Ceyl an,

p213

aussi f r équent s et pl us vi f s encor e à J ava, où l ' on
n' aur a j amai s de pai x sol i de, qu' en met t ant un
pr i x r ai sonnabl e aux denr ées qu' on exi ge. On
a eu des démêl és sangl ant s avec une nat i on
eur opéenne, dont l a pui ssance augment e t ous l es j our s
dans l ' I nde, et dont l e car act er e n' est pas l a
modér at i on. Tout es ces guer r es ont ét é r ui neuses,
et pl us r ui neuses qu' el l es ne devoi ent l ' êt r e,
par ce que ceux qui ét oi ent char gés de l es condui r e,
n' y voul oi ent voi r qu' une occasi on de s' enr i chi r .
Ces di ssent i ons écl at ant es ont ét é sui vi es en
beaucoup d' endr oi t s de vexat i ons odi euses. On en
a épr ouvé au J apon, en Chi ne, à Camboge, à
Ar r akan, dans l e Gange, à Achem, à Cor omandel ,
à Sur at e, en Per se, à Bassor a, à Moka, dans
d' aut r es l i eux encor e. On ne t r ouve dans l a pl upar t
des cont r ées de l ' I nde que des despot es, qui
pr éf er ent l e br i gandage au commer ce, qui n' ont
j amai s connu de dr oi t que cel ui du pl us f or t ;
et à qui t out ce qui est possi bl e par oî t j ust e.
Les bénéf i ces que f ai soi t l a compagni e dans l es
l i eux où son commer ce n' ét oi t pas t r oubl é,
couvr i r ent l ong- t emps l es per t es que l a t yr anni e ou
l ' anar chi e l ui occasi onnoi ent ai l l eur s : l es aut r es
nat i ons eur opéennes l ui f i r ent per dr e ce
dédommagement . Leur concur r ence l a r édui si t à
achet er pl us cher , à vendr e mei l l eur mar ché.
Peut - êt r e ses avant ages nat ur el s l ' aur oi ent - i l s mi se
en ét at de sout eni r ces r ever s, si ses r i vaux
n' avoi ent pr i s l e par t i de l i vr er aux négoci ant s
par t i cul i er s l e commer ce d' I nde en I nde. Par l e
commer ce d' I nde en I nde, i l f aut ent endr e l es
opér at i ons nécessai r es pour por t er l es mar chandi ses
d' une cont r ée de l ' Asi e à une aut r e cont r ée de
l ' Asi e ; de l a Chi ne, de Bengal e, de Sur at e,
par exempl e, aux

p214

Phi l i ppi nes, en Per se et en Ar abi e. C' est par l e
moyen de cet t e ci r cul at i on, et par des échanges
mul t i pl i és que l es hol l andoi s obt enoi ent pour
r i en, ou pr esque r i en l es r i ches car gai sons qu' i l s
por t oi ent dans nos cl i mat s. L' act i vi t é, l ' économi e,
l ' i nt el l i gence des mar chands l i br es, chasser ent
l a compagni e de t out es l es échel l es où l a f aveur
ét oi t égal e. Son pavi l l on se mont r a à pei ne dans
des r ades où on voyoi t j usqu' à hui t ou di x vai sseaux
angl oi s.
Cet t e r évol ut i on, qui l ui mont r oi t si bi en l a
r out e qu' el l e devoi t sui vr e, ne l ' écl ai r a pas même
sur une pr at i que r ui neuse en commer ce. El l e avoi t
cont r act é l ' habi t ude de por t er t out es l es mar chandi ses
de l ' I nde et d' Eur ope à Bat avi a, d' où on l es
ver soi t dans l es di f f ér ent s compt oi r s où l a vent e
en ét oi t avant ageuse. Cet usage occasi onnoi t des
f r ai x, une per t e de t emps, dont l ' énor mi t é des
bénéf i ces avoi t dér obé l es i nconvéni ent s. Lor sque
l es aut r es nat i ons se l i vr er ent à une navi gat i on
di r ect e, i l devenoi t i ndi spensabl e d' abandonner
un syst ême, mauvai s en l ui - même, i nsout enabl e
par l es ci r const ances. L' empi r e d' une vi ei l l e
habi t ude pr éval ut encor e ; et l a cr ai nt e que ses
empl oyés n' abusassent de ce changement , empêcha,
di t - on, l a compagni e d' adopt er une mét hode
dont t out l ui démont r oi t l a nécessi t é.
Ce mot i f ne f ut vr ai sembl abl ement qu' un pr ét ext e,
qui ser voi t de voi l e à des i nt ér êt s par t i cul i er s.
L' i nf i dél i t é des commi s ét oi t pl us que t ol ér ée.
Les pr emi er s avoi ent eu l a pl upar t une condui t e
exact e. I l s ét oi ent di r i gés par des ami r aux,
qui par cour oi ent t ous l es compt oi r s, qui avoi ent
un pouvoi r absol u dans l ' I nde, et qui , à l a f i n
de chaque voyage, r endoi ent compt e en Eur ope
de l eur admi ni st r at i on. Dès que l e gouver nement

p215

eut ét é r endu sédent ai r e, l es agent s moi ns
sur vei l l és se r el âcher ent . I l s se l i vr er ent à
cet t e mol l esse, dont on cont r act e si ai sément
l ' habi t ude dans l es pays chauds. On se vi t r édui t à
en mul t i pl i er l e nombr e, et per sonne ne se f i t un
poi nt capi t al d' ar r êt er un désor dr e qui donnoi t aux
gens pui ssant s l a f aci l i t é de pl acer t out es l eur s
cr éat ur es. El l es passoi ent en Asi e avec l e pr oj et de
f ai r e une f or t une consi dér abl e et r api de. Le commer ce
ét oi t i nt er di t . Les appoi nt ement s ét oi ent
i nsuf f i sant s pour vi vr e ; et i l n' ét oi t pas possi bl e
de s' en f ai r e payer dans l ' I nde, sans per dr e
vi ngt - ci nq pour cent . Tous l es moyens honnêt es de
s' enr i chi r ét oi ent ôt és. On eut r ecour s aux
mal ver sat i ons. La compagni e f ut t r ompée dans t out es
ses af f ai r es par des f act eur s qui n' avoi ent poi nt
d' i nt ér êt s à l es f ai r e pr ospér er . L' excès du désor dr e
f i t i magi ner d' al l ouer pour t out ce qui se vendr oi t ,
pour t out ce qui s' achet er oi t , une gr at i f i cat i on
de ci nq pour cent , qui devoi t êt r e par t agée
ent r e t ous l es empl oyés sui vant l eur s gr ades. I l s
f ur ent obl i gés à cet t e condi t i on de j ur er que l eur
compt e ét oi t f i del e. Cet ar r angement ne subsi st a
que ci nq ans, par ce qu' on s' apper çut que l a
cor r upt i on ne di mi nuoi t pas. On suppr i ma l a
gr at i f i cat i on et l e ser ment . Depui s cet t e époque, l es
admi ni st r at eur s mi r ent à l eur i ndust r i e l e pr i x
que l eur di ct oi t l eur cupi di t é.
La cont agi on qui avoi t d' abor d i nf ect é l es compt oi r s
subal t er nes, gagna peu- à- peu l es pr i nci paux
ét abl i ssement s, et avec l e t emps, Bat avi a même.
On y avoi t vu d' abor d une si gr ande si mpl i ci t é,
que l es membr es du gouver nement , vêt us dans l e
cour s or di nai r e de l a vi e comme de si mpl es
mat el ot s, ne pr enoi ent des habi t s décent s que dans
l e l i eu même de l eur s assembl ées. Cet t e modest i e

p216

ét oi t accompagnée d' une pr obi t é si mar quée, qu' avant
1650, i l ne s' ét oi t pas f ai t une seul e f or t une
r emar quabl e ; mai s ce pr odi ge i noui de ver t u
ne pouvoi t dur er . On a vu des r épubl i ques guer r i er es
vai ncr e et conquér i r pour l a pat r i e, et por t er
dans l e t r ésor publ i c l es dépoui l l es des nat i ons.
On ne ver r a j amai s l es ci t oyens d' une r épubl i que
commer çant e amasser , pour un cor ps par t i cul i er
de l ' ét at , des r i chesses dont i l ne l eur r evi ent
ni gl oi r e ni pr of i t . L' aust ér i t é des pr i nci pes
r épubl i cai ns dut céder à l ' exempl e des peupl es
asi at i ques. Le r el âchement f ut pl us sensi bl e dans
l e chef - l i eu de l a col oni e, où l es mat i er es du
l uxe ar r i vant de t out es par t s, l e t on de magni f i cence
sur l equel on cr ut devoi r mont er l ' admi ni st r at i on,
donna du goût pour l es choses d' ét at . Ce goût
cor r ompi t l es moeur s, et l a cor r upt i on des moeur s
r endi t égaux t ous l es moyens d' accumul er
des r i chesses. Le mépr i s même des bi enséances
f ut poussé si l oi n, qu' un gouver neur génér al se
voyant convai ncu d' avoi r poussé l e pi l l age des
f i nances au- del à de t ous l es excès, ne cr ai gni t
poi nt de j ust i f i er sa condui t e en mont r ant un
pl ei n- pouvoi r si gné de l a compagni e.
Pour combl e de mal heur , on n' ét abl i t pas des
r egl es suf f i sant es pour j uger l a condui t e des
admi ni st r at eur s. Cel a n' avoi t poi nt d' i nconvéni ent s
dans l es commencement s de l a r épubl i que, où l es
moeur s ét oi ent pur es, f r ugal es et aust er es. En
génér al , on voi t dans l es ét abl i ssement s hol l andoi s
que l es l oi x ont ét é f ai t es pour des t emps ver t ueux.
I l f al l oi t d' aut r es l oi x pour d' aut r es moeur s.
Le désor dr e aur oi t pu êt r e ar r êt é dans son or i gi ne,
s' i l n' avoi t dû f ai r e l es mêmes pr ogr ès en Eur ope
qu' en Asi e. Mai s comme un f l euve débor dé r oul e
pl us l e l i mon qu' i l ne gr ossi t ses eaux, l es

p217

vi ces qu' ent r aî nent l es r i chesses cr oi ssent encor e
pl us que l es r i chesses mêmes. Les pl aces de
di r ect eur s conf i ées, d' abor d à des négoci ant s habi l es,
t omber ent dans l a sui t e dans des mai sons pui ssant es,
et s' y per pét uer ent avec l es magi st r at ur es qui
l es avoi ent f ai t ent r er . Ces f ami l l es, occupées
de vues de pol i t i que ou de soi ns d' admi ni st r at i on,
ne vi r ent dans l es post es qu' el l es ar r achoi ent à
l a compagni e que l es émol ument s consi dér abl es ; l a
f aci l i t é de pl acer l eur s par ent s, quel ques- unes même
l ' abus qu' el l es pouvoi ent f ai r e de l eur cr édi t . Les
dét ai l s, l es di scussi ons, l es opér at i ons l es pl us
i mpor t ant es de commer ce, f ur ent abandonnées à un
secr et ai r e, qui , sous l e nompl us i mposant d' avocat ,
devi nt l e cent r e de t out es l es af f ai r es. Des
admi ni st r at eur s, qui ne s' assembl oi ent que deux
f oi s l ' année, l e pr i nt emps et l ' aut omne, à
l ' ar r i vée et au dépar t des f l ot t es, per di r ent
l ' habi t ude et l e f i l d' un t r avai l qui demande une
at t ent i on cont i nue. I l s f ur ent obl i gés d' accor der
une conf i ance ent i er e à un homme char gé par ét at
de f ai r e l ' ext r ai t de t out es l es dépêches qui
ar r i voi ent de l ' I nde, et de dr esser l e model e des
r éponses qu' on devoi t y por t er . Ce gui de, quel quef oi s
peu écl ai r é, souvent cor r ompu, t ouj our s danger eux,
j et t a ceux qu' i l condui soi t dans des pr éci pi ces,
ou l es y l ai ssa t omber .
L' espr i t de commer ce est un espr i t d' i nt ér êt , et
l ' i nt ér êt pr odui t t ouj our s l a di vi si on. Chaque
chambr e voul ut avoi r ses chant i er s, ses ar senaux, ses
magasi ns pour l es vai sseaux qu' el l e ét oi t char gée
d' expédi er . Les pl aces f ur ent mul t i pl i ées, et l es
i nf i dél i t és encour agées par une condui t e si vi ci euse.
I l n' y eut poi nt de dépar t ement qui ne se f i t une l oi
de f our ni r comme i l en avoi t l e dr oi t , des
mar chandi ses, en pr opor t i on de ses ar mement s. Ces

p218

mar chandi ses n' ét oi ent pas égal ement pr opr es pour
l eur s dest i nat i ons, et on ne l es vendi t poi nt ,
ou on l es vendi t mal .
Lor sque l es ci r const ances exi ger ent des secour s
ext r aor di nai r es, cet t e vani t é puér i l e, qui cr ai nt de
mont r er de l a f oi bl esse en mont r ant des besoi ns,
empêcha de f ai r e des empr unt s en Hol l ande, où on
n' aur oi t payé qu' un i nt ér êt de t r oi s pour cent . On
en or donna à Bat avi a, où i l coût oi t si x, pl us
souvent encor e dans l e Bengal e, à l a côt e de
Cor omandel , où i l coût oi t neuf , et quel quef oi s
beaucoup davant age. Les abus se mul t i pl i oi ent
de t out es par t s.
Les ét at s- génér aux, char gés d' exami ner t ous l es
t r oi s ans l a si t uat i on de l a compagni e, de s' assur er
qu' el l e se t i ent dans l es bor nes de son oct r oi ,
qu' el l e r end j ust i ce aux i nt ér essés, qu' el l e f ai t
son commer ce d' une mani er e qui n' est pas pr éj udi ci abl e
à l a r épubl i que, aur oi ent pu et dû ar r êt er ce
désor dr e. Quel l e qu' en soi t l a r ai son, i l s ne l ' ont
f ai t en aucun t emps. Cet t e condui t e l eur a f ai t
essuyer l ' humi l i at i on de voi r l es act i onnai r es se
r éuni r pour conf ér er au der ni er st adhouder l a
supr ême di r ect i on de l eur s af f ai r es en Eur ope et
dans l es I ndes, sans pr évoi r l e danger qui pouvoi t
r ésul t er de l ' i nf l uence d' un chef per pét uel de
l ' ét at sur un cor ps r i che et pui ssant . Cependant , à
cet t e époque, l e di vi dende est devenu pl us f or t , et
l e pr i x des act i ons pl us consi dér abl e. Une mor t
pr émat ur ée a f ai t oubl i er l e pl an de r éf or me qui
avoi t ét é dr essé. La nécessi t é l e f er a r epr endr e,
mai s sans dout e avec des pr écaut i ons sages cont r e
l ' abus de l a pui ssance qu' on a cr u devoi r r ecl amer .
On commencer a par abandonner en Asi e t ous l es
ét abl i ssement s qui ne sont pas d' une nécessi t é
i ndi spensabl e, ceux mêmes qui ne sont que d' une

p219

ut i l i t é médi ocr e. I l y aur oi t de l a pr ésompt i on à
l es i ndi quer . La compagni e ne doi t pas manquer
d' admi ni st r at eur s assez écl ai r és pour l a bi en
condui r e dans un obj et de cet t e i mpor t ance.
Dans l es compt oi r s subal t er nes, que l es i nt ér êt s
de son commer ce l a dét er mi ner ont à conser ver ,
el l e dét r ui r a l es f or t i f i cat i ons i nut i l es ; el l e
suppr i mer a l es consei l s, que l e f ast e pl ut ôt que l a
nécessi t é l ui a f ai t ét abl i r ; el l e pr opor t i onner a l e
nombr e de ses empl oyés à l ' ét endue de ses af f ai r es.
Ses col oni es pr i nci pal es même ser ont r éf or mées,
et r éf or mées avec pl us de soi n que l es aut r es,
par ce que l es abus qui s' y sont gl i ssés y ont des
sui t es bi en pl us f unest es. I l f audr oi t sur - t out
congédi er cet t e f oul e d' ouvr i er s, f er mer ces i mmenses
magasi ns qui ser vent aux t r avaux, aux r épar at i ons.
Les mal ver sat i ons des chef s et de ceux qui l eur
sont soumi s sont si consi dér abl es, qu' i l y aur oi t
deux t i er s à gagner à t out exécut er par ent r epr i se.
Ces ar r angement s pur ement i nt ér i eur s en amener ont
de pl us consi dér abl es. La compagni e ét abl i t dès
son or i gi ne des r egl es f i xes et pr éci ses, dont i l
n' ét oi t j amai s per mi s de s' écar t er pour quel que
r ai son, ni dans quel que occasi on que ce pût êt r e.
Ses empl oyés ét oi ent de pur s aut omat es, dont el l e
avoi t mont é d' avance l es moi ndr es mouvement s.
Cet t e di r ect i on absol ue et uni ver sel l e l ui par ut
nécessai r e pour cor r i ger ce qu' i l y avoi t de vi ci eux
dans l e choi x de ses agent s, l a pl upar t t i r és d' un
ét at obscur , et communément pr i vés de cet t e
éducat i on soi gnée qui ét end l es i dées. El l e- même
ne se per met t oi t pas l e moi ndr e changement , et
el l e at t r i buoi t à cet t e i nvar i abl e uni f or mi t é l e
succès de ses ent r epr i ses. Des mal heur s assez f r équent s
qu' ent r aî na ce syst ême ne l ui f i r ent pas abandonner ,
et el l e f ut t ouj our s opi ni ât r ement f i del e

p220

à son pr emi er pl an. Ce n' ét oi ent pas des pr i nci pes
r éf l échi s qui l a gui doi ent , c' ét oi t une r out i ne
aveugl e. Auj our d' hui qu' el l e ne peut pl us f ai r e
i mpunément des f aut es, i l est nécessai r e qu' el l e
r evi enne sur ses pas. I l f aut que, l asse de l ut t er
avec désavant age cont r e l es négoci ant s l i br es des
aut r es nat i ons, el l e se dét er mi ne à l i vr er l e commer ce
d' I nde en I nde aux par t i cul i er s. Cet t e heur euse
nouveaut é r endr a ses col oni es pl us r i ches et pl us
f or t es. El l e- même t i r er a pl us de pr of i t des dr oi t s
qu' on payer a dans ses compt oi r s, qu' el l e n' en
t i r oi t des opér at i ons l angui ssant es d' un commer ce
expi r ant . Tout , j usqu' aux vai sseaux que l eur vét ust é
empêche de r envoyer en Eur ope, doi t t our ner
à son avant age. Les navi gat eur s f i xés dans ses
ét abl i ssement s, ser ont t r op heur eux de pouvoi r s' en
ser vi r dans ces mer s pai si bl es.
Peut - êt r e l a compagni e devr oi t - el l e pousser
sa r éf or me pl us l oi n encor e. Ne l ui convi endr oi t - i l
pas d' abandonner aux par t i cul i er s l e commer ce
des t oi l es dest i nées pour l ' Eur ope ? Ceux qui
sont i nst r ui t s de ses opér at i ons, savent bi en qu' el l e
ne gagne pas au- del à de t r ent e pour cent sur cet
ar t i cl e, qui l ui est t ouj our s vendu chér ement
par ses agent s, quoi qu' i l soi t achet é avec son
ar gent . Qu' on dédui se de ce bénéf i ce l es avar i es,
l ' i nt ér êt de ses avances, l es appoi nt ement s des
commi s, l es r i sques de mer , et on t r ouver a qu' i l
r est e peu de chose. Un f r et de vi ngt pour cent
que l es mar chands l i br es payer oi ent avec pl ai si r ,
ne ser oi t - i l pas pl us avant ageux à l a compagni e ?
Li br e al or s des soi ns, des ent r aves que l ui donne
ce commer ce, el l e ouvr i r oi t son por t de Bat avi a à
t out es l es nat i ons. El l es y char ger oi ent l es
mar chandi ses venues d' Eur ope, l es denr ées que l a

p221

compagni e obt i ent à bas pr i x des pr i nces i ndi ens
avec l esquel s el l e a des t r ai t és excl usi f s, l es
épi cer i es dest i nées pour t out es l es échel l es de
l ' Asi e, où l a consommat i on augment er oi t
nécessai r ement . El l e se ver r oi t bi en dédommagée du
sacr i f i ce qu' el l e f er oi t à l a l i ber t é génér al e du
commer ce, par l a vent e sûr e, f aci l e et avant ageuse des
épi cer i es en Eur ope. La cor r upt i on ser oi t
nécessai r ement ar r êt ée par une admi ni st r at i on si
si mpl e, et l ' or dr e se t r ouver oi t assez sol i dement
ét abl i pour se mai nt eni r avec des soi ns médi ocr es.
La nécessi t é de f ai r e l es ar r angement s i nt ér i eur s
que nous pr oposons, est d' aut ant pl us ur gent e,
que l a compagni e est cont i nuel l ement menacée de
per dr e l a base de sa pui ssance, de se voi r enl ever
l e commer ce des épi cer i es.
I l passe pour const ant qu' on ne t r ouve pl us l e
gi r of l i er qu' à Amboi ne. C' est une er r eur . Avant
que l es hol l andoi s se f ussent empar és des Mol uques
pr opr ement di t es, t out es l es i sl es de cet ar chi pel
ét oi ent couver t es de cet ar br e. On l ' ar r acha,
et on cont i nue d' y envoyer t ous l es ans deux
chal oupes, chacune char gée de douze sol dat s,
dont l a f onct i on se r édui t à l e couper par - t out où
i l r epousse. Mai s out r e l a bassesse de cet t e
avar i ce, qui l ut t e cont r e l a pr odi gal i t é de l a
nat ur e, quel l e que soi t l ' act i vi t é de ces
dest r uct eur s, i l s ne peuvent exécut er l eur s or dr es
que sur l a côt e. Tr oi s cent s hommes occupés
cont i nuel l ement à par cour i r l es f or êt s ne suf f i r oi ent
pas pour r empl i r cet t e commi ssi on dans t out e son
ét endue. La t er r e, r ebel l e aux mai ns qui l a
dévast ent , sembl e s' obst i ner cont r e l a méchancet é
des hommes. Le gi r of l e r enaî t sous l e f er qui
l ' ext i r pe, et t r ompe l a dur et é des hol l andoi s,
ennemi s de t out ce qui ne cr oî t pas pour eux seul s.
Les angl oi s ét abl i s à Sumat r a

p222

ont envoyé i l y a quel ques années à l eur mét r opol e
du gi r of l e f our ni par l es habi t ant s de Bal i , qui
l ' avoi ent t i r é des l i eux où l ' on pr ét end qu' i l
n' en exi st e pl us.
Le muscadi er n' est pas non pl us concent r é à Banda :
i l cr oî t dans l a nouvel l e Gui née et dans l es
i sl es si t uées sur l es côt es. Les mal ai s, qui seul s
ont quel que l i ai son avec ces nat i ons f ér oces, ont
por t é de son f r ui t à Bat avi a. Les pr écaut i ons qu' on
a pr i ses pour dér ober l a connoi ssance de cet
événement , n' ont ser vi qu' à l e const at er davant age ;
et sa cer t i t ude est appuyée sur t ant de t émoi gnages,
qu' i l n' est pl us possi bl e d' en dout er .
Mai s quand on r évoquer oi t en dout e des f ai t s
aussi cer t ai ns ; quand on cr oi r oi t par habi t ude ou
par r évél at i on que l es espagnol s des Phi l i ppi nes
qui ont un si gr and i nt ér êt , une si gr ande f aci l i t é
à se pr ocur er l e gi r of l i er et l e muscadi er , ne
sor t i r ont j amai s de l eur i ndol ence, i l f audr a
t ouj our s qu' on convi enne qu' i l est ar r i vé dans ces
mer s él oi gnées, un événement qui mér i t e une at t ent i on
sér i euse. Les angl oi s ont découver t l e dét r oi t
de Lombok. Cet t e découver t e l es a condui t s à
Saf f ar a, si t ué ent r e l a nouvel l e Gui née et l es
Mol uques. I l s ont t r ouvé dans cet t e i sl e l a même
at t i t ude, l a même t er r e, l e même cl i mat que
dans cel l es où cr oi ssent l es épi cer i es, et y ont
f or mé un ét abl i ssement . Cr oi t - on que cet t e nat i on
act i ve et opi ni ât r e per dr a de vue l e seul obj et
qu' el l e pui sse s' êt r e pr oposé ? Cr oi t - on qu' el l e ser a
r ebut ée par l es obst acl es qu' el l e t r ouver a ? Si l a
compagni e connoi ssoi t si mal l e car act er e de ses
r i vaux, sa si t uat i on cesser oi t d' êt r e équi voque,
el l e ser oi t désespér ée.
I ndépendamment de cet t e guer r e d' i ndust r i e, l es
hol l andoi s en doi vent cr ai ndr e une moi ns

p223

l ent e et pl us dest r uct i ve. Tout , mai s si ngul i ér ement
l a mani er e dont i l s composent l eur s f or ces de mer
et de t er r e, doi t encour ager l eur s ennemi s
à l es at t aquer .
La compagni e a un f onds d' envi r on cent navi r es
de si x cent s à mi l l e t onneaux. Tous l es ans el l e
en expédi e d' Eur ope vi ngt - hui t ou t r ent e, et
en r eçoi t quel ques- uns de moi ns. Ceux qui sont
hor s d' ét at de f ai r e l eur r et our , navi guent dans
l ' I nde, dont l es mer s pai si bl es, si on except e cel l es
du J apon, n' exi gent pas des bât i ment s sol i des.
Lor squ' on j oui t d' une t r anqui l l i t é bi en assur ée, l es
vai sseaux par t ent sépar ément ; mai s pour r eveni r ,
i l s f or ment t ouj our s au cap deux f l ot t es qui
ar r i vent par l es Or cades, où deux vai sseaux de
l a r épubl i que l es at t endent et l es escor t ent j usqu' en
Hol l ande. On i magi na dans des t emps de guer r e
cet t e r out e dét our née pour évi t er l es cr oi si er es
ennemi es ; on a cont i nué à s' en ser vi r en t emps
de pai x pour évi t er l a cont r ebande. I l ne par oi ssoi t
pas ai sé d' engager des équi pages qui sor t oi ent
d' un cl i mat br ûl ant à br aver l es f r i mat s du nor d.
Deux moi s de gr at i f i cat i on sur mont er ent cet t e
di f f i cul t é. L' usage a pr éval u de l a donner , l or s
même que l es vent s cont r ai r es ou l es t empêt es
poussent l es f l ot t es dans l a Manche. Une f oi s
seul ement , l es di r ect eur s de l a chambr e d' Amst er dam
ont voul u essayer de l a suppr i mer . I l s f ur ent sur
l e poi nt d' êt r e br ûl és par l a popul ace, qui , comme
t out e l a nat i on, désappr ouve l e despot i sme de
l a compagni e, et gémi t de son pr i vi l ege excl usi f .
La mar i ne de l a compagni e est commandée par
des of f i ci er s, qui ont t ous commencé par êt r e
mat el ot s ou mousses. I l s sont pi l ot es, i l s sont
manoeuvr i er s ; mai s i l s n' ont pas l a pr emi er e i dée
des évol ut i ons naval es. D' ai l l eur s, l es vi ces de

p224

l eur éducat i on ne l eur per met t ent ni de concevoi r
l ' amour de l a gl oi r e, ni de l ' i nspi r er à l ' espece
d' hommes qui l eur sont soumi s.
La f or mat i on des t r oupes de t er r e est encor e pl us
mauvai se. à l a vér i t é, l es sol dat s déser t eur s
de t out es l es nat i ons de l ' Eur ope, devr oi ent avoi r
de l ' i nt r épi di t é ; mai s i l s sont si mal nour r i s, si
mal habi l l és, si f at i gués par l e ser vi ce, qu' i l s
n' ont aucune vol ont é. Leur s of f i ci er s, l a pl upar t
or i gi nai r ement domest i ques des gens en pl ace, ou
t i r és d' une pr of essi on vi l e où i l s ont gagné de
quoi achet er des gr ades, ne sont pas f ai t s pour l eur
communi quer l ' espr i t mi l i t ai r e. Le mépr i s que l e
gouver nement ent i ér ement mar chand a pour des
hommes voués par ét at à une pauvr et é f or cée,
acheve de l es avi l i r , de l es décour ager . à t out es
ces causes de r el âchement , de f oi bl esse et
d' i ndi sci pl i ne, on peut en aj out er une qui est
commune aux deux ser vi ces de t er r e et de mer .
I l n' exi st e pas peut - êt r e dans l es gouver nement s
l es moi ns l i br es, une mani er e de se pr ocur er des
mat el ot s et des sol dat s, pl us bl âmabl e, que cel l e
dont se ser t l a compagni e depui s f or t l ong- t emps.
Dans t out es l es vi l l es où i l y a une mai son des
I ndes, on t r ouve des gens l e pl us souvent cabar et i er s,
auxquel s l e peupl e a donné l e nomde vendeur
d' ames . Ces scél ér at s par eux- mêmes, dans
l es l i eux où i l s sont f i xés, ou l oi n, et sur l es
f r ont i er es, par des i nst r ument s encor e pl us vi l s
qu' eux, pr essent l es ouvr i er s et l es déser t eur s qu' i l s
t r ouvent de s' engager pour l es I ndes, où on l es
assur e qu' i l s ne saur oi ent manquer de f ai r e une
f or t une r api de et consi dér abl e. Ceux que cet appas
sédui t sont enr ôl és, sans savoi r l e pl us souvent
en quel l e qual i t é, et r eçoi vent de l a compagni e
deux moi s d' avance, qui sont l i vr és à l ' embaucheur .

p225

I l s f or ment à cet t e époque un engagement de
cent ci nquant e f l or i ns, au pr of i t de l eur
séduct eur , char gé par cet ar r angement de l eur
f or mer un équi page qui peut mont er au di xi eme
de cet t e val eur . La det t e est const at ée par un
bi l l et de l a compagni e, qui n' est payé que dans
l e cas où l es débi t eur s vi vent assez l ong- t emps
pour que l eur sol de y pui sse suf f i r e.
Une soci ét é, qui se sout i ent mal gr é ce mépr i s
pour l a pr of essi on mi l i t ai r e, et avec des sol dat s
si cor r ompus, doi t f ai r e j uger des pr ogr ès qu' a
f ai t l ' ar t de l a négoci at i on dans ces der ni er s
si ecl es. I l a f al l u suppl éer sans cesse à l a f or ce par
des t r ai t és, de l a pat i ence, de l a modest i e et de
l ' adr esse ; mai s on ne saur oi t t r op aver t i r des
r épubl i cai ns que ce n' est l à qu' un ét at pr écai r e, et
que l es moyens l es mi eux combi nés en pol i t i que ne
r ési st ent pas t ouj our s au t or r ent de l a vi ol ence et
des ci r const ances. I l f aut que l a compagni e ai t des
t r oupes composées de ci t oyens, et cel a n' est pas
i mpossi bl e. El l e ne par vi endr a pas à l eur i nspi r er
cet espr i t publ i c, cet ent housi asme pour l a gl oi r e
qu' el l e n' a pas el l e- même. Un cor ps est t ouj our s
à cet égar d dans l e cas d' un gouver nement qui ne
doi t j amai s condui r e ses t r oupes que par l es
pr i nci pes sur l esquel s por t e sa const i t ut i on. L' amour
du gai n, l ' économi e, sont l a base de l ' admi ni st r at i on
de l a compagni e. Voi l à l es mot i f s qui doi vent
at t acher l e sol dat à son ser vi ce. I l f aut ,
qu' empl oyé dans des expédi t i ons de commer ce, i l
soi t assur é d' une r ét r i but i on pr opor t i onnée aux
moyens qu' i l empl oyer a pour l es f ai r e r éussi r ,
et que l a sol de l ui soi t payée en act i ons. Al or s
l es i nt ér êt s per sonnel s, l oi n d' af f oi bl i r l e r essor t
génér al , l ui donner ont de nouvel l es f or ces.
Que si nos r éf l exi ons ne dét er mi nent pas l a

p226

compagni e à por t er l a r éf or me dans cet t e par t i e
i mpor t ant e de son admi ni st r at i on, qu' el l e se
r évei l l e du moi ns à l a vue des danger s qui l a
menacent . Si el l e ét oi t at t aquée dans l ' I nde, el l e
se ver r oi t enl ever ses ét abl i ssement s en moi ns de
t emps qu' el l e n' en a mi s pour l es conquér i r sur l es
por t ugai s. Ses mei l l eur es pl aces n' ont ni chemi ns
couver t s, ni gl aci s, ni ouvr ages ext ér i eur s, et
ne t i endr oi ent pas hui t j our s. El l es ne sont j amai s
appr ovi si onnées de vi vr es, quoi qu' el l es
r egor gent t ouj our s de muni t i ons de guer r e. I l n' y
a pas di x mi l l e hommes bl ancs ou noi r s pour l es
gar der , et i l en f audr oi t pl us de vi ngt mi l l e.
Ces désavant ages ne ser oi ent pas compensés par
l es r essour ces de l a mar i ne. La compagni e n' a
pas un seul vai sseau de l i gne dans ses por t s, et
i l ne ser oi t pas possi bl e d' ar mer en guer r e l es
vai sseaux mar chands. Les pl us gr os de ceux qui
r et our nent en Eur ope n' ont pas cent hommes ; et
en r éuni ssant ce qui se t r ouve épar s sur t ous ceux
qui navi guent dans l es I ndes, on ne t r ouver oi t
pas de quoi f or mer un seul équi page. Tout homme
accout umé à cal cul er des pr obabi l i t és ne cr ai ndr a
pas d' avancer que l a pui ssance hol l andoi se
pour r oi t êt r e dét r ui t e en Asi e avant que l e
gouver nement eût pu veni r au secour s de l a compagni e.
Ce col osse d' une appar ence gi gant esque a pour
base uni que l es Mol uques. Si x vai sseaux de
guer r e et qui nze cent s hommes de débar quement
ser oi ent pl us que suf f i sant s pour en assur er l a
conquêt e. El l e peut êt r e l ' ouvr age des f r ançoi s et
des angl oi s.
Si l a Fr ance f or moi t cet t e ent r epr i se, son escadr e,
apr ès s' êt r e r af r aî chi e sur l a côt e du Br ési l ,
gagner oi t par l e cap de Hor n l es Phi l i ppi nes, où
on l ui f our ni r oi t de quoi se r épar er . Del à

p227

el l e f ondr oi t sur Ter nat e, où l es host i l i t és
por t er oi ent l a pr emi er e nouvel l e de son ar r i vée dans
ces mer s. Un f or t sans ouvr ages ext ér i eur s, et
qui peut êt r e bat t u de dessus l es vai sseaux, ne
f er oi t pas une l ongue r ési st ance. Amboi ne, qui
avoi t aut r ef oi s un r empar t , un mauvai s f ossé,
quat r e pet i t s bast i ons, a ét é si souvent boul ever sé
par des t r embl ement s de t er r e, qu' i l doi t êt r e hor s
d' ét at d' ar r êt er deux j our s un ennemi ent r epr enant .
Banda pr ésent e des di f f i cul t és par t i cul i er es.
I l n' y a poi nt de f onds aut our de ces i sl es, et
i l r egne des cour ant s vi ol ent s, de sor t e que si on
manquoi t deux ou t r oi s canaux qui y condui sent ,
on ser oi t empor t é sans r essour ce au- dessous du
vent . Mai s cet obst acl e ser oi t ai sément l evé par
l es pi l ot es d' Amboi ne. On n' aur oi t à bat t r e qu' un
mur sans f ossé ni chemi n couver t , seul ement
déf endu par quat r e bast i ons en mauvai s ét at . Un
pet i t f or t bât i sur une haut eur qui commande l a
pl ace, ne pr ol onger oi t pas l a déf ense de
vi ngt - quat r e heur es.
Tous ceux qui ont vu de pr ès et bi en vu l es
Mol uques, s' accor dent à di r e, qu' el l es ne
t i endr oi ent pas un moi s cont r e l es f or ces qu' on vi ent
d' i ndi quer . Si , comme i l est vr ai sembl abl e, l es
gar ni sons t r op f oi bl es de moi t i é, ai gr i es par l es
t r ai t ement s qu' el l es épr ouvent , r ef usoi ent de se
bat t r e, ou se bat t oi ent mol l ement , l a conquêt e
ser oi t pl us r api de. Pour l ui donner l e degr é de
sol i di t é dont el l e ser oi t di gne, i l f audr oi t
s' empar er de Bat avi a ; ce qui ser oi t moi ns di f f i ci l e
qu' i l ne doi t l e par oî t r e. L' escadr e, avec ceux de ses
sol dat s qu' el l e n' aur oi t pas l ai ssés en gar ni son,
avec l a par t i e des t r oupes hol l andoi ses qui se
ser oi t donnée au par t i vai nqueur , avec hui t ou neuf
cent s hommes qu' el l e r ecevr oi t à t emps des

p228

i sl es de Fr ance et de Bour bon, vi endr oi t sûr ement
à bout de cet t e ent r epr i se. I l suf f i t , pour en êt r e
convai ncu, d' avoi r une i dée j ust e de Bat avi a.
L' obst acl e l e pl us or di nai r e au si ege des pl aces
mar i t i mes, est l a di f f i cul t é du débar quement : r i en
n' est pl us f aci l e à l a capi t al e de J ava. I nut i l ement
l e génér al I mhof f , qui sent oi t cet i nconvéni ent ,
cher cha à y r emédi er , en const r ui sant un f or t
à l ' embouchur e du f l euve qui embel l i t l a vi l l e.
Quand même ces ouvr ages condui t s à gr ands f r ai x
par des gens sans aucun t al ent , aur oi ent ét é por t és
à l eur per f ect i on, on n' aur oi t pas ét é dans une
si t uat i on beaucoup mei l l eur e. La descent e qu' on
aur oi t r endue i mpr at i cabl e dans un poi nt ,
aur oi t ét é t ouj our s ouver t e par pl usi eur s r i vi er es
qui t ombent dans l a r ade, et qui sont t out es
navi gabl es pour des chal oupes.
L' ennemi f or mé à t er r e ne t r ouver oi t qu' une ci t é
i mmense sans chemi n couver t , déf endu par un
r empar t et par quel ques bast i ons bas et i r r égul i er s,
ent our ée d' un f ossé f or mé d' un côt é par une r i vi er e,
et de l ' aut r e par des canaux mar écageux qu' i l ser oi t
ai sé de r empl i r d' eau vi ve : el l e ét oi t pr ot égée
aut r ef oi s par une ci t adel l e ; mai s I mhof f , en
él evant ent r e l a vi l l e et l a pl ace des caser nes
vast es et f or t él evées, i nt er r ompi t cet t e communi cat i on.
On l ui f i t r emar quer apr ès coup cet t e bévue,
et i l n' i magi na r i en de mi eux pour l a r épar er ,
que de dét r ui r e deux demi - bast i ons du f or t
qui r egar doi ent l a vi l l e. Depui s ce t emps- l à,
i l s sont j oi nt s l ' un à l ' aut r e.
Mai s quand l es f or t i f i cat i ons ser oi ent aussi par f ai t es
qu' el l es sont vi ci euses ; quand l ' ar t i l l er i e, qui
est i mmense, ser oi t di r i gée par des gens habi l es ;
quand on subst i t uer oi t Cohor n ou Vauban aux
hommes t out - à- f ai t i nept es, char gés de l a condui t e

p229

des t r avaux, l a pl ace ne pour r oi t pas t eni r ;
el l e aur oi t du moi ns besoi n de quat r e mi l l e hommes
pour se déf endr e, et el l e en a r ar ement pl us de
si x cent s. Aussi l es hol l andoi s ne sont - i l s pas
assez aveugl es pour met t r e l eur conf i ance dans
une gar ni son si f oi bl e : i l s compt ent bi en davant age
sur l es i nondat i ons que des écl uses qui enchaî nent
pl usi eur s pet i t es r i vi er es l es met t ent en ét at
de se pr ocur er . I l s pensent que l es i nondat i ons
r et ar der oi ent l es opér at i ons d' un si ege, et f er oi ent
pér i r l es assi égeant s par l a cont agi on qu' el l es
causer oi ent . Avec pl us de r éf l exi on, on ver r oi t
qu' avant que ces sai gnées n' eussent pr odui t l eur
ef f et , l a pl ace ser oi t empor t ée.
Le pl an de conquêt e que pour r oi t f or mer l a Fr ance
convi endr oi t égal ement aux i nt ér êt s de l a
Gr ande- Br et agne, avec cet t e di f f ér ence, que l es
angl oi s pour r oi ent l ' exécut er en passant par l es
dét r oi t s de Bal i ou de Lombok, apr ès avoi r
commencé par se r endr e maî t r es du cap de
Bonne- Espér ance ; r el âche excel l ent e dont i l s ont
besoi n pour l eur navi gat i on aux I ndes.
Le cap peut êt r e at t aqué par deux endr oi t s : l e
pr emi er est l a baye de l a t abl e, à l ' ext r émi t é de
l aquel l e est si t ué l e f or t . C' est une r ade ouver t e,
où l a vi ol ence de l a mer n' est r ompue que par une
i sl e, où l es exi l és de l a col oni e, quel ques- uns
même de Bat avi a, sont occupés à t uer des chi ens
mar i ns, et à r amasser des coqui l l ages, dont
on f ai t l a chaux. El l e est si mauvai se dans l e
moi s de j ui n, j ui l l et , août et sept embr e, qu' on
y a vu pér i r vi ngt - ci nq vai sseaux en 1722, et sept
en 1736. Quoi que l es commodi t és qu' on y t r ouve l a
f assent pr éf ér er dans l es aut r es sai sons de l ' année
par t ous l es navi gat eur s, i l est vr ai sembl abl e
qu' on n' y t ent er oi t pas l a descent e, par ce que

p230

l es deux côt és du por t sont couver t s de bat t er i es,
qu' i l ser oi t r i squeux, et peut - êt r e i mpossi bl e de
f ai r e t ai r e. On pr éf ér er oi t sans dout e l a baye f al se,
qui , él oi gnée de l a pr emi er e de t r ent e l i eues par
mer , n' est cependant du côt é de t er r e qu' à t r oi s
l i eues de l a capi t al e. Le débar quement se f er oi t
pai si bl ement dans cet asyl e sûr , et l es t r oupes
ar r i ver oi ent sans obst acl e sur une haut eur qui
domi ne l e f or t . Comme cet t e ci t adel l e, d' ai l l eur s
f or t r esser r ée, n' est déf endue que par une
gar ni son de t r oi s cent s hommes, de quat r e cent s
au pl us, on l a r édui r oi t en moi ns d' un j our avec
quel ques bombes. Les col ons di sper sés dans un
espace i mmense, et sépar és l es uns des aut r es par
des déser t s, n' aur oi ent pas l e t emps de veni r à
son secour s. Peut - êt r e ne l e voudr oi ent - i l s pas
quand i l s l e pour r oi ent ? I l doi t êt r e per mi s de
soupçonner que l ' oppr essi on dans l aquel l e i l s
gémi ssent l eur f ai t desi r er un changement de
domi nat i on. La per t e du cap met t r oi t peut - êt r e l a
compagni e dans l ' i mpossi bi l i t é de f ai r e passer aux
I ndes l es secour s nécessai r es à l a déf ense de ses
ét abl i ssement s, r endr oi t au moi ns ces secour s moi ns
sûr s, et pl us di spendi eux. Par l a r ai son cont r ai r e,
l es angl oi s t i r er oi ent de gr andes commodi t és de
cet t e conquêt e, des avant ages même i mmenses ; si
on pouvoi t se dét acher de cet espr i t de monopol e
cont r e l equel l a r ai son et l ' humani t é r ecl amer ent
t ouj our s.
Les col oni es angl oi ses de l ' Amér i que sept ent r i onal e
ont du f er , des boi s, du r i z, du sucr e, cent
obj et s de consommat i on qui manquent t ot al ement
au cap. El l es pour r oi ent l es y por t er , et
r ecevoi r en échange des vi ns et des eaux- de- vi e.
Le t er r ei n de cet t e par t i e de l ' Af r i que est si
pr opr e, et l e cl i mat si f avor abl e à cet t e cul t ur e,

p231

qu' on peut l ui donner une ét endue i mmense :
qu' on ouvr e des débouchés, et on ver r a un espace
de deux cent s l i eues couver t de vi gnes. La t ol ér ance,
l a douceur du gouver nement , l ' espér ance
d' une si t uat i on commode, at t i r er ont des
cul t i vat eur s de t ous l es côt és ; i l s t r ouver ont
ai sément des cr édi t s pour se pr ocur er l eur s escl aves
nécessai r es à t ous l es t r avaux. Bi ent ôt i l s ser ont
en ét at de f our ni r des boi ssons sai nes, agr éabl es,
abondant es à l ' Amér i que angl oi se, et peut - êt r e
que l a mét r opol e el l e- même pui ser a un j our l es
si ennes à l a même sour ce.
Si l a r épubl i que de Hol l ande ne r egar de pas
comme i magi nai r es l es danger s que l ' amour du bi en
génér al des nat i ons nous f ai t pr essent i r pour
son commer ce, el l e ne doi t r i en oubl i er pour l es
pr éveni r : i l f aut qu' el l e ne per de pas de vue que
l a compagni e, depui s son or i gi ne, j usqu' en 1722,
a r eçu envi r on qui nze cent s vai sseaux, dont l a
char ge coût oi t dans l ' I nde t r oi s cent s ci nquant e
et un mi l l i on si x cent s quat r e- vi ngt - t r oi s mi l l e
f l or i ns, et a ét é vendue pl us du doubl e en Eur ope,
qu' en envoyant t r oi s mi l l i ons de f l or i ns dans
l ' I nde, el l e par vi ent à se pr ocur er des r et our s
annuel s de vi ngt mi l l i ons de f l or i ns, dont l e
ci nqui eme au pl us se consomme dans l es
pr ovi nces- uni es ; qu' au r enouvel l ement de chaque
oct r oi , el l e a donné des sommes consi dér abl es à l a
r épubl i que ; qu' el l e a secour u l ' ét at l or sque l ' ét at
a eu besoi n d' êt r e secour u ; qu' el l e a él evé une
mul t i t ude de f or t unes par t i cul i er es qui ont
pr odi gi eusement accr u l es r i chesses nat i onal es ;
enf i n, qu' el l e a doubl é, t r i pl é peut - êt r e l ' act i vi t é
de l a mét r opol e, en l ui pr ésent ant f r équemment
l ' occasi on de f or mer de gr andes ent r epr i ses.
Tout e cet t e pr ospér i t é est pr êt e à s' évanoui r ,

p232

si l e souver ai n n' empl oi e son aut or i t é pour l a
conser ver . I l l e f er a. Cet t e conf i ance est due à un
gouver nement qui a cher ché à ent r et eni r dans son
sei n une mul t i t ude de ci t oyens, et à n' en empl oyer
qu' un pet i t nombr e dans ses ét abl i ssement s él oi gnés.
C' est aux dépens de l ' Eur ope ent i er e que l a
Hol l ande a sans cesse augment é l e nombr e de
ses suj et s : l a l i ber t é de consci ence dont on y
j oui t , et l a douceur des l oi x, y ont at t i r é t ous
l es hommes qu' oppr i moi ent en cent endr oi t s
l ' i nt ol ér ance et l a dur et é du gouver nement .
El l e a pr ocur é des moyens de subsi st ance à
qui conque voul oi t s' ét abl i r et t r avai l l er chez el l e :
on a vu en di f f ér ent s t emps l es habi t ant s du pays
que dévast oi t l a guer r e, al l er cher cher en Hol l ande
un asyl e et du t r avai l .
L' agr i cul t ur e n' y a j amai s pu êt r e un obj et
consi dér abl e, quoi que l a t er r e y soi t cul t i vée
aussi par f ai t ement qu' el l e pui sse l ' êt r e. Mai s l a
pêche du har eng l ui t i ent l i eu d' agr i cul t ur e. C' est
un nouveau moyen de subsi st ance, une écol e de
mat el ot s. Nés sur l es eaux, i l s l abour ent l a mer ;
i l s en t i r ent l eur nour r i t ur e ; i l s s' aguer r i ssent
aux t empêt es, ou i l s appr ennent sans r i sque à
vai ncr e l es danger s.
Le commer ce de t r anspor t qu' el l e f ai t
cont i nuel l ement d' une nat i on de l ' Eur ope à l ' aut r e,
est encor e un genr e de navi gat i on qui ne consomme
pas l es hommes, et l es f ai t subsi st er par
l e t r avai l .
Enf i n, l a navi gat i on qui dépeupl e une par t i e
de l ' Eur ope, peupl e l a Hol l ande. El l e est comme
une pr oduct i on du pays. Ses vai sseaux sont ses
f onds de t er r e, qu' el l e f ai t val oi r aux dépens
de l ' ét r anger .
On connoî t chez el l e l e l uxe de commodi t é ;

p233

i l y est sans r echer che. On y connoî t cel ui de
bi enséance ; i l s' y t r ouve avec modér at i on. La
Hol l ande i gnor e cel ui de f ant ai si e. Un espr i t
d' or dr e, de f r ugal i t é, d' avar i ce même r egne dans
t out e l a nat i on, et i l y a ét é ent r et enu avec soi n
par l e gouver nement .
Les col oni es sont gouver nées par l e même espr i t .
On ne l es peupl e guer es que de l a l i e de l a
nat i on, ou d' ét r anger s ; mai s des l oi x séver es,
une admi ni st r at i on j ust e, une subsi st ance f aci l e,
un t r avai l ut i l e, donnent bi ent ôt des moeur s à ces
hommes r envoyés de l ' Eur ope, par ce qu' i l s n' en
avoi ent pas.
Le même dessei n de conser ver sa popul at i on
pr ési de à son économi e mi l i t ai r e ; el l e ent r et i ent en
Eur ope un gr and nombr e de t r oupes ét r anger es ;
el l e en ent r et i ent dans l es col oni es.
Les mat el ot s hol l andoi s sont bi en payés, et des
mat el ot s ét r anger s ser vent cont i nuel l ement ou sur
ses vai sseaux mar chands, ou sur ses vai sseaux
de guer r e.
Pour l e commer ce, i l f aut l a t r anqui l l i t é au- dedans,
l a pai x au- dehor s. Aucune nat i on, except é l es
sui sses, ne cher che pl us à se mai nt eni r en bonne
i nt el l i gence avec ses voi si ns ; et pl us que l es
sui sses, el l e cher che à mai nt eni r ses voi si ns en pai x.
La r épubl i que conser ve l ' uni on ent r e l es ci t oyens
par de t r ès- bel l es l oi x, qui i ndi quent à
chaque cor ps ses devoi r s, par une admi ni st r at i on
pr ompt e et dési nt ér essée de l a j ust i ce, par des
r égl ement s admi r abl es pour l es négoci ant s.
Pour l e commer ce, i l f aut de l a bonne f oi .
Aucun gouver nement ne l ' assur e comme cel ui de l a
Hol l ande. L' ét at en a dans l es t r ai t és, et l es
négoci ant s dans l es mar chés.

p234

Enf i n, nous ne voyons en Eur ope aucune nat i on
qui ai t mi eux combi né ce que sa si t uat i on,
ses f or ces, sa popul at i on l ui per met t ent
d' ent r epr endr e, et qui ai t mi eux connu ou sui vi l es
moyens d' augment er sa popul at i on et ses f or ces.
Nous n' en voyons aucune, qui , ayant pour obj et un
gr and commer ce et l a l i ber t é, qui s' appel l ent ,
s' at t i r ent et se sout i ennent , se soi t mi eux condui t
pour conser ver l ' un et l ' aut r e.
Mai s combi en ces moeur s sont déj a déchues et
dégénér ées ! Les i nt ér êt s per sonnel s qui s' épur ent
par l eur r éuni on, se sont i sol és ent i ér ement , et
l a cor r upt i on est devenue génér al e. I l n' y a pl us
de pat r i e dans l e pays de l ' uni ver s qui devr oi t
i nspi r er l e pl us d' at t achement à ses habi t ant s.
Quel s sent i ment s de pat r i ot i sme ne devr oi t - on
pas en ef f et at t endr e d' un peupl e qui peut se di r e
à l ui - même : cet t e t er r e que j ' habi t e, c' est moi
qui l ' ai r endue f éconde ; c' est moi qui l ' ai
embel l i e ; c' est moi qui l ' ai cr éée ! Cet t e mer
menaçant e qui couvr oi t nos campagnes, se br i se cont r e
l es di gues pui ssant es que j ' ai opposées à sa f ur eur .
J ' ai pur i f i é cet ai r que des eaux cr oupi ssant es
r empl i ssoi ent de vapeur s mor t el l es. C' est par moi
que des vi l l es super bes pr essent l a vase et l e l i mon
que por t oi ent l ' océan. Les por t s que j ' ai const r ui t s,
l es canaux que j ' ai cr eusés r eçoi vent t out es l es
pr oduct i ons de l ' uni ver s que j e di spense à mon gr é.
Les hér i t ages des aut r es peupl es ne sont que des
possessi ons que l ' homme di sput e à l ' homme ; cel ui
que j e l ai sser ai à mes enf ant s, j e l ' ai ar r aché aux
él ément s conj ur és cont r e ma demeur e, et j ' en sui s
r est é l e maî t r e. C' est i ci que j ' ai ét abl i un
nouvel or dr e physi que, un nouvel or dr e mor al . J ' ai
t out f ai t où i l n' y avoi t r i en. L' ai r , l a t er r e, l e
gouver nement , l a l i ber t é, t out est mon ouvr age.

p235

J e j oui s de l a gl oi r e du passé ; et l or sque j e por t e
mes r egar ds sur l ' aveni r , j e voi s avec sat i sf act i on
que mes cendr es r eposer ont t r anqui l l ement dans
l es mêmes l i eux où mes per es voyoi ent se f or mer
des t empêt es. Que de mot i f s pour i dol ât r er
sa pat r i e ! Cependant i l n' y a pl us d' espr i t
publ i c en Hol l ande : c' est un t out , dont l es par t i es
n' ont d' aut r e r appor t ent r ' el l es que l a pl ace
qu' el l es occupent . La bassesse, l ' avi l i ssement et
l a mauvai se f oi , sont auj our d' hui l e par t age des
vai nqueur s de Phi l i ppe. I l s t r af i quent de l eur
ser ment comme d' une denr ée ; et i l s vont deveni r
l e r ebut de l ' uni ver s, qu' i l s avoi ent ét onné par
l eur s t r avaux et par l eur s ver t us.
Hommes i ndi gnes du gouver nement où vous vi vez,
f r émi ssez du moi ns des danger s qui vous
envi r onnent . Avec l ' ame des escl aves, on n' est
pas l oi n de l a ser vi t ude. Le f eu sacr é de l a l i ber t é
ne peut êt r e ent r et enu que par des mai ns pur es.
Vous n' êt es pas dans ces t emps d' anar chi e, où t ous
l es souver ai ns de l ' Eur ope, égal ement cont r ar i és
par l es gr ands de l eur s ét at s, ne pouvoi ent
met t r e dans l eur s opér at i ons ni secr et , ni
uni on, ni cél ér i t é ; où l ' équi l i br e des pui ssances
ne pouvoi t êt r e que l ' ef f et de l eur f oi bl esse
mut uel l e. Auj our d' hui l ' aut or i t é, devenue pl us
i ndépendant e, assur e aux monar chi es des avant ages
dont un ét at l i br e ne j oui r a j amai s. Que peuvent
opposer des r épubl i cai ns à cet t e supér i or i t é
r edout abl e ? Des ver t us ; et vous n' en avez pl us. La
cor r upt i on de vos moeur s et de vos magi st r at s
enhar di t par - t out l es cal omni at eur s de l a l i ber t é ;
et vot r e exempl e f unest e r esser r e peut - êt r e l es
chaî nes des aut r es nat i ons. Que voul ez- vous que nous
r épondi ons à ces hommes, qui , par mauvai se f oi , ou
par habi t ude, nous di sent t ous l es j our s :

p236

l e voi l à ce gouver nement que vous exal t ez si f or t
dans vos écr i t s ; voi l à l es sui t es heur euses de ce
syst ême de l i ber t é qui vous est si cher e ? Aux vi ces
que vous r epr ochez au despot i sme, i l s ont aj out é
un vi ce qui l es sur passe t ous, l ' i mpui ssance
de r épr i mer l e mal . Que r épondr e ? Ce que
nous venons de di r e. Que l a cor r upt i on des
r épubl i ques a un t er me af f r eux, l e passage de l a
l i cence à l ' escl avage, et qu' enf i n el l es t ombent
pour t ouj our s dans l a cl asse des peupl es soumi s,
dont l a cor r upt i on n' a pl us de t er me. On va voi r
à quel poi nt l ' Angl et er r e est él oi gnée d' un par ei l
danger .
LIVRE 3


p237

On ne connoî t ni l ' époque qui a peupl é l es i sl es
br i t anni ques, ni l ' or i gi ne de l eur s pr emi er s habi t ant s.
Tout ce que l es monument s hi st or i ques l es pl us
di gnes de f oi nous appr ennent , c' est qu' el l es f ur ent
successi vement f r équent ées par l es phéni ci ens, par
l es car t hagi noi s et par l es gaul oi s. Les négoci ant s
de ces nat i ons y al l oi ent échanger des vases de t er r e,
du sel , t out es sor t es d' i nst r ument s de f er et de
cui vr e cont r e des peaux, des escl aves, des chi ens
de chasse et de combat , sur - t out cont r e de l ' ét ai n.
Leur bénéf i ce ét oi t t el à peu pr ès qu' i l s l e
voul oi ent

p238

avec des peupl es sauvages, qui i gnor oi ent égal ement
l e pr i x de ce qu' on l eur por t oi t , l e pr i x de ce qu' i l s
l i vr oi ent .
à ne consul t er qu' une spécul at i on vague, on ser oi t
por t é à penser que l es i nsul ai r es ont ét é l es pr emi er s
hommes pol i cés. Ri en n' ar r êt e l es excur si ons des
habi t ant s du cont i nent ; i l s peuvent t r ouver à
vi vr e, et sur l es combat s en même t emps. Dans l es
i sl es, l a guer r e et l es maux d' une soci ét é t r op
r esser r ée doi vent amener pl us vî t e l a nécessi t é des
l oi x et des convent i ons. Cependant quel l e qu' en soi t
l a r ai son, on voi t génér al ement l eur s moeur s et l eur
gouver nement f or més pl us t ar d, et pl us i mpar f ai t ement .
Tout es l es t r adi t i ons l ' at t est ent en par t i cul i er
pour l a Br et agne.
La domi nat i on r omai ne ne f ut pas assez l ongue, et f ut
t r op di sput ée, pour beaucoup avancer l ' i ndust r i e
des br et ons. Le peu même de pr ogr ès que, pendant
cet t e époque, avoi ent f ai t l a cul t ur e et l es ar t s,
s' anéant i t aussi - t ôt que cet t e f i er e pui ssance se f ut
déci dée à abandonner sa conquêt e. L' espr i t de
ser vi t ude que l es peupl es mér i di onaux de l a Br et agne
avoi ent cont r act é, l eur ôt a l e cour age de r ési st er
d' abor d au r ef oul ement des pi ct es l eur s voi si ns, qui
s' ét oi ent sauvés du j oug, en f uyant ver s l e nor d de
l ' i sl e, et peu apr ès aux expédi t i ons pl us meur t r i er es,
pl us opi ni ât r es et pl us combi nées des br i gands qui
sor t oi ent en f oul e des cont r ées l es pl us sept ent r i onal es
de l ' Eur ope.
Tous l es empi r es eur ent à gémi r de cet hor r i bl e
f l éau, l e pl us dest r uct eur peut - êt r e dont l es
annal es du monde ai ent per pét ué l e souveni r ; mai s
l es cal ami t és qu' épr ouva l a Gr ande- Br et agne
sont i nexpr i mabl es. Chaque année, pl usi eur s f oi s
l ' année, el l e voyoi t ses campagnes r avagées, ses
mai sons br ûl ées, ses f emmes vi ol ées, ses t empl es
dépoui l l és,

p239

ses habi t ant s massacr és, mi s à l a t or t ur e, ou amenés
en escl avage. Tous ces mal heur s se succédoi ent avec
une r api di t é qu' on a pei ne à sui vr e. Lor sque l e pays
f ut dét r ui t , au poi nt de ne pl us r i en of f r i r à
l ' avi di t é de ces bar bar es, i l s s' empar er ent du pays
même. à une nat i on succédoi t une nat i on. La hor de
qui sur venoi t , chassoi t ou ext er mi noi t cel l e qui ét oi t
déj a ét abl i e ; et cet t e f oul e de r évol ut i ons
per pét uoi t l ' i nept i e, l a déf i ance et l a mi ser e. Tout
por t e à penser que, dans ces t emps de décour agement ,
l es br et ons n' avoi ent guer es de l i ai son de commer ce
avec l e cont i nent . Les échanges ét oi ent même si r ar es
ent r ' eux, qu' i l f al l oi t des t émoi ns pour l a moi ndr e
vent e.
Tel l e ét oi t l a si t uat i on des choses, l or sque
Gui l l aume Le Conquér ant subj ugua l a
Gr ande- Br et agne un peu apr ès l e mi l i eu du onzi eme
si ecl e. Ceux qui l e sui voi ent , ar r i voi ent de cont r ées
un peu mi eux pol i cées, pl us act i ves, pl us
i ndust r i euses, que cel l es où i l s venoi ent s' ét abl i r .
Cet t e communi cat i on devoi t r ect i f i er , ét endr e
nat ur el l ement l es i dées du peupl e vai ncu. Si cel a
n' ar r i va pas, i l f aut l ' at t r i buer à l ' i nt r oduct i on du
gouver nement f éodal , qui ét oi t al or s à l a f oi s l ' uni que
f ondement de l a st abi l i t é et des désor dr es de l a
pl upar t des gouver nement s monar chi ques de l ' Eur ope.
Sous ces vi ci euses i nst i t ut i ons, l ' ét at cont i nua
à l angui r . I l ne f ut guer es moi ns t r avai l l é par l es
t r oubl es ci vi l s, qu' i l l ' avoi t ét é aut r ef oi s par l es
i ncur si ons des bar bar es.
Le commer ce ent i er ét oi t ent r e l es mai ns des
j ui f s et des banqui er s l ombar ds, qu' on f avor i soi t
et qu' on dépoui l l oi t , qu' on r egar doi t comme des
hommes nécessai r es, et qu' on f ai soi t mour i r ,
qu' al t er nat i vement on chassoi t et on r appel l oi t . Ces
désor dr es ét oi ent augment és par l ' audace des pi r at es

p240

qui , quel quef oi s pr ot égés par l e gouver nement avec
l equel i l s par t ageoi ent l eur pr oi e, cour oi ent
i ndi f f ér emment sur t ous l es vai sseaux, et en
noyoi ent souvent l es équi pages. L' i nt ér êt de l ' ar gent
ét oi t de ci nquant e pour cent . I l ne sor t oi t
d' Angl et er r e que des cui r s, des f our r ur es, du beur r e,
du pl omb, de l ' ét ai n, pour une somme modi que, et
t r ent e mi l l e sacs de l ai ne, qui r endoi ent annuel l ement
une somme pl us consi dér abl e. Comme l es angl oi s
i gnor oi ent encor e al or s ent i ér ement l ' ar t de t ei ndr e
l es l ai nes, et cel ui de l es met t r e en oeuvr e avec
él égance, l a pl us gr ande par t i e de cet ar gent
r epassoi t l a mer . Pour r emédi er à cet i nconvéni ent ,
on appel l a des manuf act ur i er s ét r anger s, et i l ne
f ut pl us per mi s de s' habi l l er qu' avec des ét of f es de
f abr i que nat i onal e. Dans l e même t emps, on déf endoi t
l ' expor t at i on des l ai nes manuf act ur ées et du f er
t r avai l l é, deux l oi x t out - à- f ai t di gnes du si ecl e
qui l es vi t naî t r e.
Henr i Vi i per mi t aux bar ons d' al i éner l eur s t er r es,
et aux r ot ur i er s de l es achet er . Cet t e l oi di mi nua
l ' i négal i t é qui ét oi t ent r e l es f or t unes des
sei gneur s et cel l es de l eur s vassaux. El l e mi t ent r e
eux pl us d' i ndépendance ; el l e r épandi t dans l e
peupl e l e desi r de s' enr i chi r avec l ' espér ance de
j oui r de ses r i chesses.
Ce desi r , cet t e espér ance ét oi ent t r aver sés par
de gr ands obst acl es. Quel ques- uns f ur ent l evés.
I l f ut déf endu à l a compagni e des négoci ant s
ét abl i s à Londr es, d' exi ger dans l a sui t e l a somme
de soi xant e- di x l i vr es de chacun des aut r es mar chands
du r oyaume qui voudr oi ent al l er t r af i quer aux gr andes
f oi r es des Pays- Bas. Pour f i xer pl us de gens à
l a cul t ur e, on avoi t st at ué que per sonne ne pour r oi t
met t r e son f i l s ou sa f i l l e en aucun appr ent i ssage,

p241

sans avoi r vi ngt schel i ngs de r ent e en f onds de
t er r e : cet t e l oi absur de f ut mi t i gée.
Mal heur eusement on l ai ssa subsi st er en son ent i er
cel l e qui r égl oi t l e pr i x de t out es l es choses
comest i bl es, de l a l ai ne, du sal ai r e des ouvr i er s,
des ét of f es, des vêt ement s. De mauvai ses combi nai sons
f i r ent même aj out er des ent r aves au commer ce. Le
pr êt à i nt ér êt et l es bénéf i ces du change f ur ent
sévér ement pr oscr i t s comme usur ai r es, ou comme pr opr es
à i nt r odui r e l ' usur e. I l f ut déf endu d' expor t er
l ' ar gent sous quel que f or me qu' i l pût êt r e ; et pour
que l es mar chands ét r anger s ne pussent pas l ' empor t er
cl andest i nement , on l es obl i gea à conver t i r en
mar chandi ses angl oi ses l e pr odui t ent i er des
mar chandi ses qu' i l s avoi ent i nt r odui t es en
Angl et er r e. La sor t i e des chevaux f ut pr ohi bée. On
n' ét oi t pas assez écl ai r é pour voi r que cet t e
pr ohi bi t i on f er oi t négl i ger d' en mul t i pl i er , d' en
per f ect i onner l ' espece. Enf i n, on ét abl i t dans t out es
l es vi l l es des cor por at i ons ; c' est - à- di r e, que l ' ét at
aut or i sa t ous ceux qui sui voi ent une même pr of essi on,
à f ai r e l es r égl ement s qu' i l s j uger oi ent ut i l es
à l eur conser vat i on, à l eur pr ospér i t é excl usi ve.
La nat i on gémi t encor e d' un ar r angement si cont r ai r e
à l ' i ndust r i e uni ver sel l e, et qui r édui t t out à une
espece de monopol e.
En voyant t ant de l oi x bi zar r es, on ser oi t t ent é
de penser que Henr i n' avoi t que de l ' i ndi f f ér ence pour
l a pr ospér i t é de son empi r e, ou qu' i l manquoi t
t ot al ement de l umi er es. Cependant i l est pr ouvé
que ce pr i nce, mal gr é son ext r ême avar i ce, pr êt a
souvent sans i nt ér êt s des sommes consi dér abl es à
des négoci ant s qui manquoi ent de f onds suf f i sant s
pour l es ent r epr i ses qu' i l s se pr oposoi ent de f ai r e.
La sagesse de son gouver nement

p242

est d' ai l l eur s si bi en const at ée, qu' i l passe avec
r ai son pour un des pl us gr ands monar ques qui se
soi t assi s sur l e t r ône d' Angl et er r e. Mai s, mal gr é
t ous l es ef f or t s du géni e, i l f aut pl usi eur s si ecl es
à une sci ence avant qu' el l e pui sse êt r e r édui t e
à des pr i nci pes si mpl es. I l en est des t héor i es
comme des machi nes, qui commencent t ouj our s par
êt r e t r ès- compl i quées, et qu' on ne dégage qu' avec
l e t emps par l ' obser vat i on et l ' expér i ence des r oues
par asi t es qui en mul t i pl i oi ent l e f r ot t ement .
Les l umi er es des r egnes sui vant s ne f ur ent pas
beaucoup pl us ét endues sur l es mat i er es qui nous
occupent . Des f l amands, habi t ués en Angl et er r e,
en ét oi ent l es seul s bons ouvr i er s. I l s ét oi ent
pr esque t ouj our s i nsul t és et oppr i més par l es
ouvr i er s angl oi s, j al oux sans émul at i on. On se
pl ai gnoi t que t out es l es pr at i ques al l oi ent à eux,
et qu' i l s f ai soi ent hausser l e pr i x du gr ai n. Le
gouver nement adopt a ces pr éj ugés popul ai r es, et i l
déf endi t à t ous l es ét r anger s d' occuper pl us de deux
hommes dans l eur s at t el i er s. Les mar chands ne f ur ent
pas mi eux t r ai t és que l es ouvr i er s, et ceux même
qui s' ét oi ent f ai t nat ur al i ser , se vi r ent obl i gés
de payer l es mêmes dr oi t s que l es mar chands f or ai ns.
L' i gnor ance ét oi t si génér al e, qu' on abandonnoi t
l a cul t ur e des mei l l eur es t er r es pour l es met t r e en
pât ur age dans l es t emps mêmes que l es l oi x f i xoi ent
à deux mi l l e l e nombr e des mout ons dont un t r oupeau
pour r oi t êt r e composé. Tout es l es l i ai sons d' af f ai r es
ét oi ent concent r ées dans l es Pays- Bas. Les habi t ant s
de ces pr ovi nces achet oi ent l es mar chandi ses
angl oi ses, et l es f ai soi ent ci r cul er dans l es
di f f ér ent es par t i es de l ' Eur ope. I l est
vr ai sembl abl e que l a nat i on n' aur oi t pr i s de
l ong- t emps un gr and essor , sans l e bonheur des
ci r const ances.

p243

Les cr uaut és du duc D' Al be f i r ent passer en
Angl et er r e d' habi l es f abr i cant s, qui t r anspor t er ent
à Londr es l ' ar t des bel l es manuf act ur es de Fl andr es.
Les per sécut i ons que l es r éf or més épr ouvoi ent
en Fr ance donner ent des ouvr i er s de t out e
espece à l ' Angl et er r e. él i sabet h, qui ne savoi t pas
essuyer des cont r adi ct i ons, mai s qui voul oi t l e
bi en et l e voyoi t ; despot e et popul ai r e, écl ai r ée
et obéi e, él i sabet h se ser vi t de l a f er ment at i on
des espr i t s, qui ét oi t génér al e dans ses ét at s
comme dans l e r est e de l ' Eur ope ; et t andi s que
cet t e f er ment at i on ne pr odui soi t chez l es aut r es
peupl es que des di sput es de t héol ogi e, des guer r es
ci vi l es ou ét r anger es, el l e f i t naî t r e en Angl et er r e
une émul at i on vi ve pour l e commer ce et pour l es
pr ogr ès de l a navi gat i on.
Les angl oi s appr i r ent à const r ui r e chez eux l eur s
vai sseaux, qu' i l s achet oi ent aupar avant des
négoci ant s de Lubeck et de Hambour g. Bi ent ôt
i l s f i r ent seul s l e commer ce de Moscovi e par l a
voi e d' Ar changel , qu' on venoi t de découvr i r , et i l s
ne t ar der ent pas à ent r er en concur r ence avec l es
vi l l es anséat i ques en Al l emagne et dans l e nor d.
I l s commencer ent l e commer ce de Tur qui e. Pl usi eur s
de l eur s navi gat eur s t ent er ent , mai s sans f r ui t ,
de s' ouvr i r par l es mer s du nor d un passage aux
I ndes. Enf i n, Dr ake, St epens, Cawendi sh, et
quel ques aut r es, y ar r i ver ent , l es uns par l a mer
du sud, l es aut r es en doubl ant l e cap de
Bonne- Espér ance.
Le f r ui t de ces voyages f ut assez gr and pour
dét er mi ner en 1600 l es pl us habi l es négoci ant s
de Londr es à f or mer une soci ét é. El l e obt i nt un
pr i vi l ege excl usi f pour l e commer ce de l ' I nde.
L' act e qui l e l ui donnoi t , en f i xoi t l a dur ée à
qui nze ans. I l y ét oi t di t , que si ce pr i vi l ege

p244

par oi ssoi t nui si bl e au bi en de l ' ét at , i l ser oi t
abol i , et l a compagni e suppr i mée, en aver t i ssant
l es associ és deux ans d' avance.
Cet t e r éser ve dut son or i gi ne au chagr i n qu' avoi ent
t émoi gné r écemment l es communes d' une concessi on
par ei l l e. La r ei ne ét oi t r evenue sur ses pas, et
avoi t par l é dans cet t e occasi on d' une mani er e di gne
de ser vi r de l eçon à t ous l es souver ai ns.
" messi eur s, di t - el l e aux membr es de l a chambr e
char gés de l a r emer ci er , j e sui s t r ès- t ouchée de
vot r e at t achement et de l ' at t ent i on que vous
avez de m' en donner un t émoi gnage aut hent i que.
Cet t e af f ect i on pour ma per sonne vous avoi t
dét er mi nés à m' aver t i r d' une f aut e qui m' ét oi t
échappée par i gnor ance, mai s où ma vol ont é n' avoi t
aucune par t . Si vos soi ns vi gi l ant s ne m' avoi ent
découver t l es maux que mon er r eur pouvoi t pr odui r e,
quel l e doul eur n' aur oi s- j e pas r essent i e, moi qui
n' ai r i en de pl us cher que l ' amour et l a conser vat i on
de mon peupl e ? Que ma mai n se desseche t out - à- coup,
que mon coeur soi t f r appé d' un coup mor t el , avant
que j ' accor de des pr i vi l eges par t i cul i er s, dont mes
suj et s ai ent à se pl ai ndr e. La spl endeur du t r ône
ne m' a poi nt ébl oui e au poi nt de me f ai r e pr éf ér er
l ' abus d' une aut or i t é sans bor nes à l ' usage d' un
pouvoi r exer cé par l a j ust i ce. L' écl at de l a r oyaut é
n' aveugl e que l es pr i nces qui ne connoi ssent pas
l es devoi r s qu' i mpose l a cour onne. J ' ose penser qu' on
ne me compt er a poi nt au nombr e de ces monar ques.
J e sai s que j e ne t i ens pas l e scept r e pour mon
avant age pr opr e, et que j e me doi s t out e ent i er e
à l a soci ét é qui a mi s en moi sa conf i ance. Mon
bonheur est de voi r que l ' ét at a pr ospér é j usqu' i ci

p245

par mon gouver nement , et que j ' ai pour
suj et s des hommes di gnes que j e r enonçasse
pour eux au t r ône et à l a vi e. Ne m' i mput ez
pas l es f ausses mesur es où l ' on peut m' engager ,
ni l es i r r égul ar i t és qui peuvent se commet t r e
sous mon nom. Vous savez que l es mi ni st r es
des pr i nces sont t r op souvent condui t s par des
i nt ér êt s par t i cul i er s, que l a vér i t é par vi ent
r ar ement aux r oi s ; et qu' obl i gés dans l a f oul e
des af f ai r es qui l es accabl ent , de s' ar r êt er
sur l es pl us i mpor t ant es, i l s ne saur oi ent t out
voi r par eux- mêmes. "
l es f onds de l a compagni e ne f ur ent d' abor d
que de t r oi s cent s soi xant e- neuf mi l l e hui t cent s
quat r e- vi ngt - onze l i vr es ci nq schel i ngs st er l i ngs.
L' ar mement de quat r e vai sseaux qui par t i r ent
dans l es pr emi er s j our s de 1601, en absor ba une
par t i e. On embar qua l e r est e en ar gent et en
mar chandi ses.
Les pr emi er s ét abl i ssement s que cet t e soci ét é
f i t dans l es I ndes, se f or mer ent du consent ement
des nat i ons. El l e ne voul ut pas f ai r e d' abor d
des conquêt es. Ses expédi t i ons ne f ur ent que l es
ent r epr i ses de négoci ant s humai ns et j ust es.
El l e se f i t ai mer ; mai s cet amour ne l ui val ut
que quel ques compt oi r s, et ne l a mi t pas en ét at
de sout eni r l a concur r ence des nat i ons qui se
f ai soi ent cr ai ndr e.
Les por t ugai s et l es hol l andoi s possédoi ent de
gr andes pr ovi nces, des pl aces bi en f or t i f i ées et
de bons por t s. Ces avant ages assur oi ent l eur
commer ce cont r e l es nat ur el s du pays et cont r e de
nouveaux concur r ent s ; i l s f aci l i t oi ent l eur s
r et our s en Eur ope, i l s l eur donnoi ent l es moyens
de se déf ai r e ut i l ement des mar chandi ses qu' i l s
por t oi ent en Asi e, d' obt eni r à un pr i x honnêt e cel l es

p246

qu' i l s voul oi ent achet er . Les angl oi s, au cont r ai r e,
dépendant s du capr i ce des sai sons et du peupl e,
sans f or ce et sans asyl e, ne t i r ant l eur s f onds
que de l ' Angl et er r e même, ne pouvoi ent f ai r e
un commer ce avant ageux. I l s sent i r ent qu' on
acquér oi t di f f i ci l ement de gr andes r i chesses sans
de gr andes i nj ust i ces, et que pour sur passer ou même
bal ancer l es nat i ons qu' i l s avoi ent censur ées,
i l f al l oi t i mi t er l eur condui t e.
Le pr oj et de f ai r e des ét abl i ssement s sol i des, et
de t ent er des conquêt es, par oi ssoi t au- dessus
des f or ces d' une soci ét é nai ssant e ; et el l e se
f l at t a qu' el l e ser oi t pr ot égée, par ce qu' el l e ét oi t
ut i l e à l a pat r i e. Ses espér ances f ur ent t r ompées.
El l e ne put r i en obt eni r de J acques I , pr i nce
f oi bl e, i nf ect é de l a f ausse phi l osophi e de son
si ecl e, bel espr i t , subt i l et pedant , pl us f ai t
pour êt r e à l a t êt e d' une uni ver si t é que d' un
empi r e. La compagni e, par son act i vi t é, sa
per sévér ance, l e bon choi x de ses of f i ci er s et de
ses f act eur s, suppl éa au secour s que l ui r ef usoi t
son souver ai n. El l e bât i t des f or t s, el l e f onda
des col oni es aux i sl es de J ava, de Poul er on,
d' Amboi ne et de Banda. El l e par t agea ai nsi avec
l es hol l andoi s l e commer ce des épi cer i es, qui ser a
t ouj our s l e pl us sol i de de l ' or i ent , par ce que son
obj et est devenu d' un besoi n r éel . I l ét oi t encor e
pl us i mpor t ant dans ce t emps- l à, par ce que l e l uxe
de f ant ai si e n' avoi t pas f ai t al or s en Eur ope l es
pr ogr ès qu' i l a f ai t s depui s, et que l es t oi l es des
I ndes, l es ét of f es, l es t hés, l es ver ni s de l a
Chi ne n' avoi ent pas l e débi t pr odi gi eux qu' i l s
ont auj our d' hui .
Les hol l andoi s n' avoi ent pas chassé l es por t ugai s
des i sl es où cr oi ssent l es épi cer i es, pour y
l ai sser ét abl i r une nat i on, dont l a pui ssance
mar i t i me,

p247

l e car act er e et l e gouver nement r endoi ent l a
concur r ence pl us r edout abl e. I l s avoi ent des
avant ages sans nombr e sur l eur s r i vaux ; de
pui ssant es col oni es, une mar i ne exer cée, des
al l i ances bi en ci ment ées, un gr and f onds de
r i chesses, l a connoi ssance du pays, et cel l e des
pr i nci pes et des dét ai l s du commer ce. Tout cel a
manquoi t aux angl oi s, qui f ur ent at t aqués par l a
r use et par l a f or ce. I l s succomboi ent , l or sque
quel ques espr i t s modér és cher cher ent en Eur ope,
où l e f eu de l a guer r e ne s' ét oi t pas communi qué,
des moyens de conci l i at i on. Le pl us bi zar r e f ut
adopt é par un aveugl ement dont i l ne ser oi t pas
ai sé de t r ouver l a cause.
Les deux compagni es si gner ent en 1619 un t r ai t é,
qui por t oi t que l es Mol uques, Amboi ne et Banda
appar t i endr oi ent en commun aux deux nat i ons : que
l es angl oi s aur oi ent un t i er s, et l es hol l andoi s
l es deux t i er s des pr oduct i ons dont on f i xer oi t l e
pr i x : que chacun cont r i buer oi t à pr opor t i on de
son i nt ér êt à l a déf ense de ces i sl es : qu' un
consei l composé de gens expér i ment és de chaque
côt é r égl er oi t à Bat avi a t out es l es af f ai r es
du commer ce : que cet accor d gar ant i par l es souver ai ns
r espect i f s dur er oi t vi ngt ans ; et que s' i l
s' él evoi t dans cet i nt er val l e des di f f ér ends
qui ne pussent pas êt r e accommodés par l es deux
compagni es, i l s ser oi ent déci dés par l e r oi de l a
Gr ande- Br et agne et l es ét at s- génér aux des
Pr ovi nces- Uni es. Ent r e t out es l es convent i ons
pol i t i ques dont l ' hi st oi r e a conser vé l e souveni r ,
on en t r ouver oi t di f f i ci l ement une pl us
ext r aor di nai r e. El l e eut l e sor t qu' el l e devoi t avoi r .
Les hol l andoi s n' en f ur ent pas pl ut ôt i nst r ui t s
aux I ndes, qu' i l s s' occuper ent des moyens de
l a r endr e nul l e. La si t uat i on des choses f avor i soi t

p248

l eur s vues. Les espagnol s et l es por t ugai s avoi ent
pr of i t é de l a di vi si on de l eur s ennemi s pour
s' ét abl i r de nouveau dans l es Mol uques. I l s
pouvoi ent s' y af f er mi r , et i l y avoi t du danger
à l eur en donner l e t emps. Les commi ssai r es angl oi s
convi nr ent de l ' avant age qu' i l y aur oi t à l es
at t aquer sans dél ai ; mai s i l s aj out er ent qu' i l s
n' avoi ent r i en de ce qu' i l f al l oi t pour y concour i r .
Leur décl ar at i on qu' on avoi t pr évue f ut enr égi st r ée ;
et l eur s associ és ent r epr i r ent seul s une expédi t i on
dont i l s se r éser ver ent t out l e f r ui t . I l ne
r est oi t aux agent s de l a compagni e de Hol l ande qu' un
pas à f ai r e pour met t r e t out es l es épi cer i es ent r e
l es mai ns de l eur s maî t r es, c' ét oi t de chasser l eur s
r i vaux d' Amboi ne. On y r éussi t par une voi e bi en
ext r aor di nai r e.
Un j aponoi s, qui ét oi t au ser vi ce des hol l andoi s
dans Amboi ne, se r endi t suspect par une cur i osi t é
i ndi scr et e. On l ' ar r êt a, et i l conf essa qu' i l
s' ét oi t engagé avec l es sol dat s de sa nat i on à
l i vr er l a f or t er esse aux angl oi s. Son aveu f ut
conf i r mé par cel ui de ses camar ades. Sur ces
déposi t i ons unani mes, on mi t aux f er s l es aut eur s
de l a conspi r at i on, qui ne l a dément i r ent pas, qui
l a conf i r mer ent même. Une mor t hont euse t er mi na
l a car r i er e de t ous l es coupabl es. Tel est l e
r éci t des hol l andoi s.
Les angl oi s n' ont j amai s vu dans cet t e accusat i on
que l ' ef f et d' une avi di t é sans bor nes. I l s ont
sout enu qu' i l ét oi t absur de de supposer que di x
f act eur s et onze sol dat s ét r anger s ai ent pu f or mer
l e pr oj et de s' empar er d' une pl ace, où i l y avoi t
une gar ni son de deux cent s hommes. Quand même ces
mal heur eux aur oi ent vu l a possi bi l i t é de f ai r e
r éussi r un pl an si ext r avagant , n' en aur oi ent - i l s
pas ét é dét our nés par l ' i mpossi bi l i t é d' êt r e secour us

p249

cont r e l es f or ces ennemi es, qui l es aur oi ent
assi égés de t out es par t s. I l f audr oi t , pour r endr e
vr ai sembl abl e une par ei l l e t r ahi son, d' aut r es pr euves
qu' un aveu des accusés ar r aché à f or ce de t or t ur es.
El l es n' ont j amai s donné de l umi er es que sur l e
cour age ou l a f oi bl esse de ceux qu' un pr éj ugé
bar bar e y condamnoi t . Ces consi dér at i ons,
appuyées de pl usi eur s aut r es à peu pr ès aussi
pr essant es, ont r endu l e r éci t de l a conspi r at i on
d' Amboi ne si suspect , qu' el l e n' a ét é r egar dée
communément que comme un voi l e dont s' ét oi t
envel oppée une avar i ce at r oce.
Le mi ni st er e de J acques I , et l a nat i on, occupés
al or s de subt i l i t és eccl ési ast i ques, et de l a
di scussi on des dr oi t s du r oi et du peupl e, ne
s' apper çur ent poi nt des out r ages que l e nomangl oi s
r ecevoi t dans l ' or i ent . Cet t e i ndi f f ér ence pr escr i voi t
une ci r conspect i on qui dégénér a bi ent ôt en f oi bl esse.
El l e ne pouvoi t qu' augment er dur ant l e débor dement
des di ssent i ons ci vi l es et r el i gi euses qui
i nonder ent t out l ' ét at de sang, qui y ét ouf f er ent
t ous l es sent i ment s, t out es l es l umi er es. De
pl us gr ands i nt ér êt s f i r ent oubl i er t ot al ement l es
I ndes ; et l a compagni e oppr i mée, décour agée,
n' ét oi t pl us r i en au moment de l a mor t i nst r uct i ve
et t er r i bl e de Char l es I .
Cr omwel , i r r i t é que l es hol l andoi s eussent ét é
f avor abl es aux mal heur eux St uar ds, et donnassent
un asyl e aux angl oi s qu' i l avoi t pr oscr i t s ;
i ndi gné que l a r épubl i que des Pr ovi nces- Uni es
af f ect ât l ' empi r e des mer s ; f i er de ses succès,
sent ant ses f or ces et cel l es de l a nat i on à
l aquel l e i l commandoi t , voul ut l a f ai r e r espect er
et se venger . I l décl ar a l a guer r e à l a Hol l ande.
De t out es l es guer r es mar i t i mes, dont l ' hi st oi r e
ai t f ai t ment i on, c' est l a pl us savant e, l a pl us
i l l ust r e

p250

par l a capaci t é des chef s et l e cour age des sol dat s,
l a pl us f éconde en combat s opi ni ât r es et meur t r i er s.
Les angl oi s eur ent l ' avant age, et i l s l e dur ent
à l a gr andeur de l eur s vai sseaux, que l e r est e de
l ' Eur ope a i mi t ée depui s.
Le pr ot ect eur qui donna l a l oi ne f i t pas pour l es
I ndes t out ce qu' i l pouvoi t . I l se cont ent a d' y
assur er l a l i ber t é du commer ce angl oi s, de f ai r e
désavouer l e massacr e d' Amboi ne, et de pr escr i r e
des dédommagement s pour l es descendant s des
mal heur euses vi ct i mes de cet t e act i on hor r i bl e. On
ne f i t nul l e ment i on dans l e t r ai t é des f or t s que
l es hol l andoi s avoi ent enl evés à l a nat i on dans l ' i sl e
de J ava et dans pl usi eur s des Mol uques. à l a
vér i t é, l a r est i t ut i on de l ' i sl e de Poul er on f ut
st i pul ée ; mai s l es usur pat eur s, secondés par l e
négoci at eur angl oi s qui s' ét oi t l ai ssé cor r ompr e,
sur ent si bi en él uder cet ar t i cl e qui pouvoi t et
devoi t l eur donner un concur r ent pour l es épi cer i es,
qu' i l n' eut j amai s d' exécut i on.
Mal gr é ces négl i gences, dès que l a compagni e eut
obt enu du pr ot ect eur l e r enouvel l ement de son
pr i vi l ege, et qu' el l e se vi t sol i dement appuyée par
l ' aut or i t é publ i que, el l e mont r a une vi gueur , que
ses mal heur s passés l ui avoi ent f ai t per dr e. Son
cour age s' accr ut avec l ' ext ensi on qu' on donnoi t à ses
dr oi t s.
Le bonheur qu' el l e avoi t en Eur ope l a sui vi t
en Asi e. El l e y r epr i t avec succès l e commer ce
qu' el l e avoi t ouver t aut r ef oi s dans l e gol f e
Per si que, de l a mani er e que nous al l ons di r e.
Tandi s que l ' angl oi s l ut t oi t avec désavant age
cont r e l es hol l andoi s dans l es Mol uques, i l
ét oi t at t aqué sur l a côt e de Mal abar par l es
por t ugai s. Ses succès cont r e une nat i on qui avoi t
passé j usqu' al or s dans l ' espr i t des or i ent aux pour

p251

i nvi nci bl e, l ui donner ent un t r ès- gr and écl at .
Le br ui t de ses vi ct oi r es pénét r a j usqu' en Per se,
où r egnoi t al or s Abas I , sur nommé Le Gr and. Ce
pr i nce avoi t conqui s l e Kandahar , pl usi eur s pl aces
i mpor t ant es sur l a mer Noi r e, une par t i e de l ' Ar abi e,
et chassé l es t ur cs de l a Géor gi e, de l ' Ar méni e,
de l a Mésopot ami e, de t ous l es pays qu' i l s avoi ent
conqui s au- del à de l ' Euphr at e. Ces avant ages l ui
avoi ent donné assez d' aut or i t é pour abai sser l es
gr ands, et pour r épr i mer l ' i nsol ence de l a mi l i ce,
en possessi on de di sposer du t r ône sui vant son
capr i ce. Un despot i sme peut - êt r e pl us absol u qu' en
aucune cont r ée de l ' Asi e, r empl aça cet t e anar chi e.
Le gr and Abas sut al l i er à ce gouver nement oppr esseur
quel ques vues d' ut i l i t é publ i que. Une col oni e
d' ar méni ens, t r ansf ér ée à I spahan, por t a au cent r e
de l ' empi r e l ' espr i t de commer ce, l ' abondance, et des
ar t s i nconnus aux per sans. Le sophi s' associ oi t
l ui - même à l eur s ent r epr i ses, et l eur avançoi t des
sommes consi dér abl es, qu' i l f ai soi t val oi r dans
l es mar chés l es pl us r enommés de l ' uni ver s. I l s
ét oi ent obl i gés de l ui r emet t r e l es f onds aux t er mes
convenus ; et s' i l s l es avoi ent accr us par l eur
i ndust r i e, i l l eur accor doi t quel que r écompense.
Les por t ugai s, qui s' apper çur ent qu' une par t i e
du commer ce des I ndes avec l ' Asi e et avec l ' Eur ope
al l oi t pr endr e sa di r ect i on par l a Per se, y mi r ent
des ent r aves. I l s ne souf f r oi ent pas que l e per san
achet ât des mar chandi ses ai l l eur s que dans l eur s
magasi ns. I l s en f i xoi ent l e pr i x ; et s' i l s l ui
per met t oi ent d' en t i r er quel quef oi s du l i eu
de l a f abr i cat i on, c' ét oi t t ouj our s sur l eur s
vai sseaux, et en exi geant un f r et et des dr oi t s
énor mes. Cet t e t yr anni e r évol t a l e gr and Abas,

p252

qui , i nst r ui t du r essent i ment des angl oi s, l eur
pr oposa de r éuni r l eur s f or ces de mer à ses f or ces
de t er r e pour assi éger Or muz. Cet t e pl ace f ut
at t aquée par l es ar mes combi nées des deux nat i ons,
et pr i se en 1622, apr ès deux moi s de combat s. Les
conquér ant s s' en par t ager ent l e but i n qui f ut
i mmense, et l a r ui ner ent ensui t e de f ond en combl e.
à t r oi s ou quat r e l i eues del à ét oi t dans l e
cont i nent un por t nommé j usqu' al or s Gombr on,
et depui s Bender - Abassi . La nat ur e ne par oi ssoi t
pas l ' avoi r dest i né à êt r e habi t é. I l est si t ué
au pi ed de mont agnes excessi vement él evées, qui
en f ont un des l i eux de l ' uni ver s l es pl us ét ouf f és.
On y r espi r e un ai r embr asé qui dévor e sans j amai s
exci t er de t r anspi r at i on. Des vapeur s mor t el l es
s' él event cont i nuel l ement des ent r ai l l es de
l a t er r e. Les campagnes sont noi r es et ar i des,
comme si l e f eu l es avoi t br ûl ées. Les eaux de
sour ce ou de ci t er ne y sont aussi amer es que cel l es
de l a mer . Mal gr é ces i nconvéni ent s, l ' avant age
qu' i l avoi t d' êt r e pl acé à l ' ent r ée du gol f e, l e
f i t choi si r par l e monar que per san, pour ser vi r
d' ent r epôt au gr and commer ce qu' i l se pr oposoi t
de f ai r e aux I ndes. Les angl oi s f ur ent associ és
à ce pr oj et . On l eur accor da une exempt i on
per pét uel l e de t ous l es dr oi t s, et l a moi t i é du
pr odui t des douanes, à condi t i on qu' i l s
ent r et i endr oi ent cont i nuel l ement au moi ns deux
vai sseaux de guer r e dans l e gol f e. Cet t e pr écaut i on
par ut essent i el l e pour r endr e vai n l e r essent i ment
des por t ugai s, dont l a hai ne ét oi t encor e r edout abl e.
à cet t e époque, Bender - Abassi , qui n' avoi t ét é
j usqu' al or s qu' un vi l hameau de pêcheur s, devi nt
une vi l l e f l or i ssant e. Les angl oi s y por t oi ent l es
épi cer i es, l e poi vr e, l e sucr e de l ' or i ent , l e f er

p253

et l e pl omb d' Eur ope. I l s aj out er ent depui s à
l eur s car gai sons l es dr aps que l a Per se r ecevoi t
aupar avant de l eur compagni e de Tur qui e. Le
bénéf i ce qu' i l s f ai soi ent sur ces mar chandi ses
ét oi t f or t gr ossi par un f r et excessi vement cher
que l eur payoi ent l es ar méni ens, qui r est oi ent encor e
en possessi on de l a pl us r i che br anche du commer ce
des I ndes.
Ces négoci ant s, peut - êt r e l es pl us i nt el l i gent s
de l ' uni ver s, avoi ent ent r epr i s depui s l ong- t emps
l e commer ce des t oi l es. I l s n' avoi ent ét é suppl ant és
ni par l es por t ugai s, qui n' ét oi ent occupés que de
pi l l age, ni par l es angl oi s et l es hol l andoi s,
dont l es épi cer i es avoi ent f i xé t out e l ' at t ent i on.
Ces deux der ni er es nat i ons avoi ent si peu por t é
l eur s r egar ds sur ces pr éci euses manuf act ur es,
qu' i l s n' avoi ent poi nt f or mé d' ét abl i ssement dans
l es cont r ées où l a nat ur e avoi t comme f i xé cet t e
heur euse i nvent i on de l ' i ndust r i e et de l ' ar t .
Peut - êt r e en avoi ent - el l es ét é dét our nées par
l ' i mpossi bi l i t é de sout eni r l a concur r ence d' un
peupl e égal ement r i che, i ndust r i eux, act i f , économe.
Les ar méni ens f ai soi ent al or s ce qu' i l s ont
t ouj our s f ai t depui s. I l s passoi ent aux I ndes ; i l s
y achet oi ent du cot on, i l s l e di st r i buoi ent aux
f i l euses ; i l s f ai soi ent f abr i quer l es t oi l es sous
l eur s yeux ; i l s l es por t oi ent à Bender - Abassi ,
d' où el l es passoi ent à I spahan. Del à el l es se
di st r i buoi ent dans l es di f f ér ent es pr ovi nces de
l a monar chi e, dans l es ét at s du gr and- sei gneur ,
et j usqu' en Eur ope, où on cont r act a l ' habi t ude
de l es appel l er per ses, quoi qu' i l ne s' en soi t j amai s
f abr i qué ai l l eur s qu' à l a côt e de Cor omandel .
En échange des mar chandi ses qu' on por t oi t à l a
Per se, el l e donnoi t l es pr oduct i ons de son cr u
ou l e f r ui t de son i ndust r i e.

p254

Le mar oqui n, qui ét oi t t ouj our s appr êt é avec
de l a chaux. On se ser voi t de sel et de noi x de
gal e, au- l i eu de t an, dont l ' usage ét oi t i nconnu
aux per sans.
Le chagr i n, f ai t avec l a peau de l a cr oupe d' âne.
Au- l i eu de l a gr ai ne de mout ar de empl oyée ai l l eur s
pour l e gr ai ner , on se ser voi t de l a gr ai ne de casbi n.
Les br ocar ds d' or d' un pr i x supér i eur à t out ce
qu' ont pr odui t l es pl us cél ebr es manuf act ur es. Aut our
du mét i er qui ser voi t à l a f abr i que de ces gr andes
pi eces d' ét of f e, ci nq ou si x hommes f ai soi ent
r oul er vi ngt - ci nq ou t r ent e navet t es à l a f oi s.
De ces l abyr i nt hes de l ' i ndust r i e sor t oi ent des
r i deaux, des por t i er es et des car r eaux magni f i ques.
Les t api s, qu' on a depui s si bi en i mi t és en
Eur ope, et qui ont ét é l ong- t emps un des pl us
r i ches meubl es de nos appar t ement s.
Les t ur quoi ses, qui ét oi ent pl us ou moi ns par f ai t es,
sui vant l es mi nes dont on l es t i r oi t . El l es
ent r oi ent aut r ef oi s dans l a par ur e de nos f emmes.
La l ai ne des Car amani e, qui r essembl oi t beaucoup
à cel l e de Vi gogne. El l e ét oi t empl oyée avec
succès dans l es manuf act ur es de chapeaux, et dans
quel ques ét of f es. Les chevr es qui l a donnent ,
ont cel a de par t i cul i er , que l eur t oi son t ombe
d' el l e- même au moi s de mai .
Le poi l de chevr e, l a soi e, l ' eau r ose, l es gommes
pour l a médeci ne, l es r aci nes pour l es t ei nt ur es,
l es dat t es, et pl usi eur s sor t es de f r ui t s, enf i n,
l es chevaux et mi l l e aut r es choses, dont l es unes
se vendoi ent dans l es I ndes, et l es aut r es ét oi ent
por t ées en Eur ope.
Quoi que l es hol l andoi s f ussent par venus à

p255

s' appr opr i er t out l e commer ce de l ' Asi e or i ent al e,
i l s ne vi r ent pas sans j al ousi e ce qui se passoi t
en Per se. I l l eur par ut que l es pr i vi l eges dont
l eur r i val j oui ssoi t dans l a r ade de Bender - Abassi ,
pouvoi ent êt r e compensés par l ' avant age qu' i l s
avoi ent de posséder une pl us gr ande quant i t é
d' épi cer i es, et i l s ent r er ent avec l ui en
concur r ence.
Leur commer ce s' ét abl i t d' abor d sur un syst ême
peu l ucr at i f . I l s ét oi ent obl i gés de déposer l eur
car gai son dans l es magasi ns du pr i nce, qui l eur
donnoi t en échange des mar chandi ses du pays.
Peu- à- peu on bai ssa si f or t l e pr i x de l eur s denr ées,
on haussa si f or t l e pr i x de cel l es du monar que,
qu' i l s per doi ent consi dér abl ement . Cet t e oppr essi on
f i ni t dur ant l es guer r es ci vi l es d' Angl et er r e. I l s
concl ur ent al or s avec l a cour d' I spahan un t r ai t é,
qui por t oi t que l a compagni e de Hol l ande pour r oi t
f ai r e ent r er t ous l es ans dans l ' empi r e pour un
mi l l i on de mar chandi ses, qui , l i br es de t ous dr oi t s,
ser oi ent vendues où et à qui el l e voudr oi t ; et que
si el l e en por t oi t davant age, el l e payer oi t pour l e
sur pl us l es dr oi t s accout umés. Pour pr i x du sacr i f i ce
qu' on l ui f ai soi t , el l e s' obl i gea d' achet er t ous l es
ans du gouver nement si x cent s bal l es de soi e cr ue
de deux cent s sei ze l i vr es chacune, à r ai son de ci nq
cent s ci nquant e f l or i ns l a bal l e ; ce qui ét oi t l e
doubl e du pr i x de l a soi e dans t out e l a Per se. Mai s
el l e se dédommageoi t avec l es par t i cul i er s des per t es
qu' el l e f ai soi t avec l a cour . Le r et our des angl oi s
que l es f r ançoi s ne t ar der ent pas à sui vr e, f ut
cause qu' on l es ménagea moi ns. Bi ent ôt l es t r oi s
nat i ons épr ouver ent des vexat i ons pl us odi euses,
pl us dest r uct i ves l es unes que l es aut r es. Le t r ône
f ut cont i nuel l ement occupé par des t yr ans

p256

ou des i mbéci l l es, dont l es cr uaut és et l es
i nj ust i ces af f oi bl i ssoi ent l es l i ai sons de l eur s suj et s
avec l es aut r es peupl es. L' un de ces despot es ét oi t
si f ér oce, qu' un gr and de l a cour di soi t : que
toutes les fois qu' il sortoit de la chambre du
roi, il tâtoit sa tête avec ses deux mains, pour
voir si elle étoit encore sur ses épaules .
Lor squ' on annonçoi t à son successeur que l es t ur cs
envahi ssoi ent l es pl us bel l es pr ovi nces de l ' empi r e,
i l r épondoi t f r oi dement : qu' il s' embarrassoit peu
de leurs progrès, pourvu qu' ils lui laissassent
sa ville d' Ispahan . I l eut un f i l s si bassement
l i vr é aux pet i t es pr at i ques de sa r el i gi on, qu' on
l ' appel l oi t par dér i si on, le moine ou le prêtre
Hussein : car act er e moi ns odi eux peut - êt r e pour
un pr i nce, mai s bi en pl us danger eux pour ses peupl es
que cel ui d' i mpi e ou d' ennemi des di eux. Sous ces
vi l s souver ai ns, l es af f ai r es devenoi ent t ous l es
j our s pl us l angui ssant es à Bender - Abassi . Les
aghuans l es r édui si r ent à r i en.
Ces aghuans sont un peupl e du Kandahar , pays
mont ueux, si t ué au nor d de l ' I nde. On l es a vus
t ant ôt soumi s aux mogol s, t ant ôt aux per sans, et l e
pl us souvent i ndépendant s. Ceux qui n' habi t ent pas
l a capi t al e vi vent sous des t ent es, à l a mani er e des
t ar t ar es. Le maî t r e, l es escl aves, l es chevaux et l e
bét ai l y sont mêl és ensembl e. Leur usage est d' avoi r
l es j ambes et l es br as nuds. I l s sont pet i t s et mal
f ai t s, mai s ner veux, r obust es, adr oi t s à t i r er de
l ' ar c, à mani er un cheval , endur ci s aux f at i gues.
Leur mani er e de combat t r e est r emar quabl e. Des
sol dat s d' él i t e, par t agés en deux t r oupes, f ondent
d' abor d sur l ' ennemi , n' obser vant aucun or dr e,
et ne cher chant qu' à f ai r e j our à l ' ar mée qui l es
sui t . Dès que l e combat est engagé, i l s se r et i r ent

p257

sur l es f l ancs et à l ' ar r i er e- gar de, où l eur f onct i on
est d' empêcher que per sonne ne r ecul e. Si quel qu' un
qui t t e son r ang et se di spose à l a f ui t e, i l s
t ombent sur l ui l e sabr e à l a mai n, et l e f or cent
de r epr endr e son r ang. Un de ces br aves apper cevant
un sol dat bl essé qui voul oi t se r et i r er pour se f ai r e
panser , l ' obl i gea de r ej oi ndr e son dr apeau :
combats de la main gauche, l ui di t - i l , si tu
ne peux te servir de la droite, et si tu perds aussi
la main gauche, sers-toi de tes dents pour mordre
l' ennemi .
Ver s l e commencement du si ecl e, on vi t ces hommes
f ér oces sor t i r de l eur pat r i e, se j et t er sur l a
Per se, dont i l s avoi ent br i sé l e j oug, y por t er
par - t out l e f er et l a dest r uct i on, et f i ni r par l ui
donner des f er s en 1722. Le f anat i sme per pét ue
l es hor r eur s dont i l s se sont soui l l és dans l e cour s
de l a conquêt e. Un zel e dévor ant pour l es
super st i t i ons des t ur cs, une aver si on i nsur mont abl e
pour l a sect e d' Al i , l eur f ont massacr er de sang
f r oi d des mi l l i er s de per sans. Dans l e même- t emps,
l es pr ovi nces où i l s n' avoi ent pas pénét r é, sont
r avagées par l es r usses, l es t ur cs et l es t ar t ar es.
Thamas- Koul i kan r éussi t à chasser de sa pat r i e t ous
ces br i gands, mai s en se mont r ant pl us bar bar e qu' eux.
Sa mor t vi ol ent e devi ent une sour ce nouvel l e de
cal ami t és. L' anar chi e aj out e aux cr uaut és de l a
t yr anni e. Un des pl us beaux empi r es du monde n' est
pl us qu' un vast e ci met i er e ; monument à j amai s hont eux
de l ' i nst i nct dest r uct eur des hommes sans pol i ce, mai s
sui t e i névi t abl e des vi ces du gouver nement despot i que.
Le despot e est un pât r e i gnor ant et sauvage, qui
mut i l e et gar de des t r oupeaux pour l a vor aci t é des
l oups.
Dans cet t e conf usi on de t out es choses, l es angl oi s
sont l es seul s qui osent concevoi r quel ques

p258

espér ances. Voyant l eur commer ce avec l a Per se
r ui né du côt é des I ndes, i l s i magi nent de l ui
ouvr i r un nouveau cour s par l a mer Caspi enne,
dont l es bor ds avoi ent ét é un peu moi ns dét r ui t s
que l e r est e de l a monar chi e.
Cet t e i dée n' ét oi t pas t out - à- f ai t nouvel l e. à pei ne
l es angl oi s eur ent découver t Ar changel , qu' i l s
hasar der ent de por t er à t r aver s d' i mmenses cont r ées
quel ques mar chandi ses dans l a Per se. Ces expér i ences
r épét ées à pl usi eur s r epr i ses, et à des époques
t r ès- él oi gnées l es unes des aut r es, r éussi r ent si
peu, qu' on ne f ut pas t ent é de l es r epr endr e, l or s
même qu' on y ét oi t i nvi t é par des pl us gr andes
f aci l i t és, et par l es sol l i ci t at i ons de Pi er r e I .
Ce pr i nce avoi t conqui s en 1722 quel ques pr ovi nces
sur l es bor ds de l a mer Caspi enne, et en par t i cul i er ,
cel l e de Ghi l an, où cr oî t l a mei l l eur e soi e. I l
pensa qu' i l ne pouvoi t t i r er un mei l l eur par t i de
ses usur pat i ons, que d' en f ai r e une écol e, où ses
suj et s pussent appr endr e l e négoce des angl oi s, comme
ses sol dat s avoi ent appr i s l a guer r e à l ' écol e des
suédoi s. On se r ef usa à ses i nst ances, dont on pr évi t
l e peu de sol i di t é. En ef f et , l ' i mpér at r i ce Anne
r endi t en 1734 à l ' i mpér i eux Thamas- Koul i kan des
pr ovi nces dont l es chal eur s humi des avoi ent f ai t
l e t ombeau des moscovi t es.
Pour pouvoi r se l i vr er à ce commer ce avec quel que
espér ance de succès, i l f al l oi t r éuni r l es vol ont és
des souver ai ns de Per se et de Russi e. Un angl oi s,
nommé El t on, en vi nt à bout . Ses compat r i ot es,
ent r aî nés par l ' espr i t de per suasi on qu' i l avoi t
souver ai nement , ne bal ancer ent pas à adopt er ses
vues. Avec l es secour s qu' i l s l ui donner ent , i l
const r ui si t des bât i ment s dest i nés à t r anspor t er
en Per se par l a mer Caspi enne l es mar chandi ses
angl oi ses qui devoi ent ar r i ver par Pét er sbour g

p259

et par l e Vol ga. Ce pr oj et , quoi que compl i qué,
aur oi t pu r éussi r , si cel ui qui en ét oi t l ' aut eur
ne l ' eût r ui né l ui - même. La gr andeur des vai sseaux
qu' i l avoi t bât i s, donna de l a j al ousi e aux r usses,
et i l l ' augment a en se l i vr ant à Koul i kan, qui
voul oi t avoi r une f l ot t e pour s' assur er l ' empi r e
et l es bor ds de l a mer Caspi enne. Le t i t r e d' ami r al ,
dont i l f ut honor é, l ' ébl oui t sans dout e, et
l ' empêcha de voi r que, par ces nouveaux l i ens, i l
al i énoi t l a Russi e, dont i l n' avoi t pas moi ns besoi n
que de l a cour de Per se pour l e succès du pr oj et
qu' i l avoi t f or mé. Comme on ne put l es dét acher
des i nt ér êt s du monar que per san, l a Moscovi e r évoqua
t ous l es pr i vi l eges qu' el l e avoi t accor dés. El l e
déf endi t l e passage de ses ét at s aux car avannes
angl oi ses. Ai nsi t omba cet t e gr ande ent r epr i se qui
ent r aî na l a r ui ne d' un gr and nombr e de per sonnes.
El t on l ui - même en f ut l a vi ct i me. Les per sans,
dont l a f aveur avoi t exci t é l a j al ousi e, l e
massacr er ent apr ès l a mor t du t yr an qui l ' avoi t chér i .
Cet t e r évol ut i on f ut un gr and suj et de t r i omphe
pour l a compagni e angl oi se des i ndes or i ent al es.
El l e s' ét oi t vi vement opposée, ai nsi que cel l e de
Tur qui e, au commer ce de Per se par l a voi e de
Russi e. Les r essor t s concer t és qu' el l es avoi ent
f ai t j ouer n' avoi ent pas r éussi à r endr e f avor abl e
à l eur s monopol es l e par l ement , où l a quest i on avoi t
ét é vi vement débat t ue. Les événement s l es
débar r asser ent de l a concur r ence, l eur r endi r ent
l a t r anqui l l i t é. El l es t r avai l l er ent avec une
nouvel l e chal eur , chacune de son côt é, à pousser
l eur s avant ages. Cel l e des I ndes, quoi qu' el l e n' eût
pl us de concur r ent , voyoi t son commer ce de Per se
r édui t à l a vent e de ci nq cent s bal l es de l ai ner i e,
de deux cent s mi l l i er s de f er et

p260

d' aut ant de pl omb. Ces obj et s r éuni s ne l ui r endoi ent
que ci nq à si x cent s mi l l e r oupi es payées en ar gent .
Une si gr ande l angueur l a dét er mi na à al l er comme
ses r i vaux cher cher à Bassor a l es débouchés que
Bender - Abassi l ui r ef usoi t .
Bassor a est une gr ande vi l l e bât i e par l es ar abes
dans l e t emps de l eur pl us gr ande pr ospér i t é,
qui nze l i eues au- dessous de l a j onct i on du Ti gr e
et de l ' Euphr at e, et à une di st ance égal e du
gol f e Per si que, où ces f l euves se débouchent . Ses
mur s d' ar gi l e f or ment une gr ande encei nt e, qui
r enf er me beaucoup de j ar di ns, de t er r es même
l abour abl es. Les mai sons y sont bât i es de br i que cui t e
au sol ei l . On l eur donne peu de j our pour l es r endr e
pl us f r aî ches, et el l es ont t out es des t er r asses,
sur l esquel l es on couche au gr and ai r pendant l es
nui t s d' ét é. Ci nquant e mi l l e ames f or ment l a
popul at i on de Bassor a. Ce sont des ar abes, auxquel s
se sont j oi nt s envi r on qui nze cent s ar méni ens et un
pet i t nombr e de f ami l l es de di f f ér ent es nat i ons, que
l ' espoi r du gai n y a at t i r ées. Son t er r i t oi r e abonde
en gr ai ns, en r i z, en f r ui t s, en l égumes, en cot on,
et sur - t out en dat t es. Les mout ons y sont excel l ent s,
et l ' on a l a même at t ent i on pour l eur s bel l es r aces,
que pour cel l e des chevaux. Le cl i mat est sai n,
et l es gr andes chal eur s y sont agr éabl ement
t empér ées par l es vent s du nor d qui souf f l ent assez
r égul i ér ement dur ant l es ar deur s de l a cani cul e.
I l n' y pl eut j amai s en ét é, et i l n' y pl eut que
r ar ement dans l ' hi ver . Cel ui de Bassor a ser oi t
pour nous un pr i nt emps dél i ci eux. Sa posi t i on
l ' expose à deux gr ands i nconvéni ent s. Lor sque l es
r i vi er es s' enf l ent , et que r ompant l eur s di gues,
el l es f ont du déser t qui n' est pas él oi gné de l a vi l l e
une espece de mer , i l s' él eve de cet t e vast e pl ai ne
des exhal ai sons mal i gnes, qui r empl i ssent

p261

l a pl ace de f i evr es danger euses. Le déser t occasi onne
un désagr ément pl us or di nai r e. Le vent qui passe
sur ces sabl es br ûl ant s amene une poussi er e hor r i bl e.
El l e se l eve pr esqu' avec l e sol ei l , qu' el l e dér obe
à l a vue, change l e j our en une espece de cr épuscul e,
f at i gue hor r i bl ement l es yeux, pénet r e dans l es
appar t ement s l es mi eux f er més, et ne t ombe que ver s l e
soi r . Le ci el , qui n' est j amai s char gé de nuages,
devi ent al or s d' une beaut é f r appant e.
Le por t de Bassor a, où l es navi r es de t out e
gr andeur t r ouvent un asyl e sûr et commode, devi nt ,
comme ses f ondat eur s l ' avoi ent pr évu, un ent r epôt
cél ebr e. Les mar chandi ses d' Eur ope y ar r i voi ent
par l ' Euphr at e, qui n' est qu' à quat r e j our nées
d' Al ep, et cel l es des I ndes et de l a Chi ne, par
l a mer . La t yr anni e des por t ugai s i nt er r ompi t cet t e
communi cat i on. El l e se ser oi t r ouver t e dans l e
t emps de l eur décadence, si ce mal heur eux pays
n' avoi t ét é per pét uel l ement l e t héât r e des
di vi si ons des ar abes, des per sans et des t ur cs.
Ces der ni er s, devenus possesseur s pai si bl es, ont
pr of i t é des mal heur s de l eur s voi si ns pour y
r appel l er l e commer ce. Les af f ai r es qui se
t r ai t oi ent à Bender - Abassi , se f ont mai nt enant
à Bassor a, qui a r ecouvr é son écl at et son i mpor t ance.
Ce changement ne s' est pas f ai t sans di f f i cul t é.
Les gens du pays ne voul oi ent d' abor d r ecevoi r
l es eur opéens avec l eur s vai sseaux que dans l a
r i vi er e. I l s pr évoyoi ent que si ces ét r anger s
avoi ent l a per mi ssi on de se f i xer dans l a vi l l e, on
ne pour r oi t pas l eur f ai r e l a l oi , et qu' i l s
gar der oi ent dans l eur s magasi ns ce qu' i l s n' aur oi ent
pas pu vendr e pendant une mouçon, pour s' en déf ai r e
pl us ut i l ement dans un aut r e t emps. à ces r ai sons

p262

d' une avi di t é mal ent endue, se j oi gnoi ent des
pr i nci pes de super st i t i on. On al l éguoi t que Bassor a
ét ant un l i eu sacr é par mi l es mahomét ans, un l i eu
r empl i de t ombeaux de sai nt s et de mar t yr s, i l
ne convenoi t pas que l es i nf i del es y f i ssent l eur
séj our . Ce pr éj ugé par ut ar r êt er quel que t emps l e
pacha de Bagdad. On soupçonna qu' i l voul oi t de
l ' ar gent . Les nat i ons l ui en donner ent successi vement ,
et i l l eur f ut per mi s de f or mer des compt oi r s,
de l es décor er même de l eur s pavi l l ons.
Les r évol ut i ons sont si f r équent es en Asi e, qu' i l
est i mpossi bl e que l e commer ce y soi t aussi sui vi
qu' i l l ' est en Eur ope. Ces événement s j oi nt s au
peu de communi cat i on qu' i l y a par t er r e et par mer
ent r e l es di f f ér ent s ét at s, doi vent occasi onner de
gr andes var i at i ons dans l ' abondance et dans l a val eur
des denr ées. Bassor a, t r ès- él oi gnée par sa si t uat i on
du cent r e des af f ai r es, doi t se r essent i r pl us
qu' aucune aut r e pl ace de cet i nconvéni ent . Cependant ,
en r appr ochant l es t emps, on peut , sans cr ai nt e de
s' él oi gner beaucoup de l a pl us exact e vér i t é, éval uer
à ci nq mi l l i ons de r oupi es l es mar chandi ses qui y
ar r i vent annuel l ement par l e gol f e. Les angl oi s y
ent r ent pour douze cent s mi l l e, l es hol l andoi s pour
hui t , et l es f r ançoi s pour si x ; l es maur es, l es
bani ans, l es ar abes pour l e r est e.
Les car gai sons de ces nat i ons sont composées de r i z,
de sucr e, de moussel i nes uni es, r ayées et br odées
de Bengal e, d' épi cer i es de Ceyl an et des Mol uques,
de gr osses t oi l es bl anches et bl eues de Cor omandel ,
du car damome, du poi vr e, du boi s de sandal , de
pl anches de boi s de t ek de Mal abar , d' ét of f es d' or
et d' ar gent , de t ur bans, de chal es, d' i ndi go de
Sur at e ; de per l es de Bahar em, et du caf é de Moka ;
du f er , du pl omb,

p263

de dr aps d' Eur ope. Quel ques ar t i cl es moi ns
i mpor t ant s vi ennent de di f f ér ent s endr oi s.
Quel ques- unes de ces pr oduct i ons sont por t ées sur
de pet i t s bât i ment s ar abes ; mai s l a pl upar t
ar r i vent sur des vai sseaux eur opéens, qui y
t r ouvent l ' avant age d' un f r et consi dér abl e.
Les mar chandi ses se vendent t out es ar gent compt ant .
El l es passent par l es mai ns des gr ecs, des j ui f s
ou des ar méni ens, qui sont l es agent s or di nai r es
de t ous l es mar chés. On empl oi e l es bani ans à
changer l es sequi ns et l es aut r es monnoi es cour ant es
en especes pl us est i mées dans l es I ndes. I l est
r ar e qu' on ai t à se pl ai ndr e de l eur f i dél i t é, de
l eur zel e, de l eur i nt el l i gence.
Tr oi s canaux s' of f r ent pour déboucher l es di f f ér ent es
pr oduct i ons r éuni es à Bassor a. I l en passe l a
moi t i é en Per se, qui y est por t ée par des car avanes,
par ce que dans t out l ' empi r e i l n' y a pas un seul
f l euve navi gabl e. La consommat i on s' en f ai t dans
l es pr ovi nces sept ent r i onal es un peu moi ns mal t r ai t ées
que l es mér i di onal es. El l es f ai soi ent d' abor d
l eur s payement s avec des pi er r er i es que l e pi l l age
de l ' I nde avoi t r endues ext r êmement communes.
Dans l a sui t e, el l es eur ent r ecour s à l eur s
ust ensi l es de cui vr e, que l ' abondance de l eur s mi nes
avoi ent f or t mul t i pl i ées, et dont l eur s besoi ns l es
obl i geoi ent de se déf ai r e. Enf i n on en est venu
à l ' or et à l ' ar gent , qu' une l ongue t yr anni e avoi t
enf oui s, et qui sor t ent t ous l es j our s des ent r ai l l es
de l a t er r e. Si on ne l ai sse pas aux ar br es qui
f our ni ssent l es gommes et qui ont ét é coupés, l e
t emps de cr oî t r e ; si l es chevr es qui donnoi ent
de si bel l es l ai nes ne se mul t i pl i ent pas ; si l es
soi es qui suf f i sent à pei ne au peu de manuf act ur es
qui r est ent en Per se, cont i nuent à êt r e r ar es ;
si cet ét at ne r enaî t

p264

de ses cendr es, l es mét aux s' épui ser ont , et
i l f audr a r enoncer à cet t e br anche de commer ce.
Le second débouché est pl us assur é. I l se f ai t
par Bagdad, par Al ep, et par t out es l es vi l l es
i nt er médi ai r es, dont l es négoci ant s vi ennent f ai r e
l eur s achat s à Bassor a. Le caf é, l es t oi l es, l es
chal es, l es épi cer i es, l es aut r es mar chandi ses qui
pr ennent cet t e r out e, sont payées avec de l ' ar gent ,
de l ' or , des dr aps f r ançoi s, des noi x de gal l e, de
l ' or pi ment , qui ent r e dans l es coul eur s, et dont l es
or i ent aux f ont un gr and usage pour épi l er l eur poi l .
Un aut r e débouché beaucoup moi ns consi dér abl e,
c' est cel ui du déser t . Les ar abes voi si ns de
Bassor a vont t ous l es ans à Al ep dans l e pr i nt emps,
pour y vendr e de j eunes chameaux. On l eur conf i e
communément pour deux cent s mi l l e r oupi es de
moussel i nes, dont i l s se char gent à t r ès- bon mar ché.
I l s r evi ennent dans l e moi s de sept embr e, et
r appor t ent pour payement des dr aps du Languedoc, des
ét of f es de soi e et de cot on, f or t connues sous l e
nomde bour r e d' Al ep, du cor ai l , de l a qui nquai l l er i e,
quel ques ouvr ages de ver r e et des gl aces de Veni se.
Ces mar chandi ses ar r i vent sur deux ou t r oi s cent s
vi eux chameaux, qui por t ent out r e cel a l ' eau et l es
vi vr es nécessai r es à l eur s conduct eur s, qui vont
t ouj our s à pi ed. Les empi r es l es mi eux pol i cés n' of f r ent
pas de voi e pl us sûr e. Les car avanes ar abes ne sont
j amai s t r oubl ées sur cet t e r out e, où on ne t r ouve ni
vi l l e ni vi l l age. Les ét r anger s mêmes ne l e ser oi ent
pas, s' i l s avoi ent l a pr écaut i on de se f ai r e
accompagner d' un membr e de chacune des t r i bus qu' i l s
doi vent r encont r er . Cet t e sûr et é j oi nt e à l a cél ér i t é
et au bon mar ché, f er oi t uni ver sel l ement pr éf ér er
l e chemi n du déser t à cel ui de

p265

Bagdad, si l e pacha de l a pr ovi nce, qui a ét abl i
des péages en di f f ér ent s endr oi t s de son
gouver nement , ne pr enoi t des pr écaut i ons ext r êmes
pour l ' empêcher . Ce n' est qu' en sur pr enant l a
vi gi l ance de ses l i eut enant s, qu' on par vi ent à
char ger l es ar abes de quel ques mar chandi ses de
peu de vol ume.
I ndépendamment de ces expor t at i ons, i l se f ai t à
Bassor a et dans son t er r i t oi r e une assez gr ande
consommat i on, sur - t out de caf é. Ces obj et s sont
payés avec des dat t es, des per l es, de l ' eau- r ose
et des f r ui t s secs. On y aj out e des gr ai ns, l or squ' i l
est per mi s d' en l i vr er à l ' ét r anger .
I l n' est pas dout eux que l e commer ce dont i l s' agi t
i ci ne gr ossî t consi dér abl ement , si on voul oi t l e
débar r asser des ent r aves qui l e gênent . Les
mahomét ans, auxquel s l eur r el i gi on et l eur s l oi x
déf endent t r ès- sévér ement l e pr êt à i nt ér êt , ont
nat ur el l ement du penchant pour l es af f ai r es. Ce
goût est cont i nuel l ement t r aver sé par l es vexat i ons
qu' i l s épr ouvent par - t out , si ngul i ér ement dans l es
l i eux él oi gnés du cent r e de l ' empi r e. Les ét r anger s
ne sont guer es moi ns oppr i més par des commandant s,
qui t i r ent de l eur s br i gandages l ' avant age de
se per pét uer dans l eur s post es, et souvent de
conser ver l eur t êt e. Si cet t e soi f i nsat i abl e de l ' or
pouvoi t se cal mer quel quef oi s, el l e ser oi t bi ent ôt
r évei l l ée par l a r i val i t é des nat i ons eur opéennes,
qui ne t r avai l l ent qu' à se suppl ant er , et qui ne
cr ai gnent pas d' empl oyer pour y r éussi r l es moyens
l es pl us dét est abl es. On vi t en 1748 un exempl e
f r appant de cet t e odi euse j al ousi e.
Monsi eur l e bar on de Knyphausen condui soi t l e
compt oi r hol l andoi s de Bassor a avec un succès
ext r aor di nai r e. Les angl oi s se voyoi ent à l a vei l l e

p266

de per dr e l a supér i or i t é qu' i l s avoi ent acqui se dans
cet t e pl ace, ai nsi que dans l a pl upar t des échel l es
de l ' I nde. La cr ai nt e d' un événement qui bl essoi t
égal ement l eur s i nt ér êt s et l eur vani t é, l es r endi t
i nj ust es. I l s ani mer ent l e gouver nement t ur c cont r e
une i ndust r i e qui l ui ét oi t ut i l e, et f i r ent r ésoudr e
l a conf i scat i on des mar chandi ses et des r i chesses
de l eur r i val .
Le f act eur hol l andoi s qui , sous l es occupat i ons
d' un mar chand, cachoi t l ' ame d' un homme d' ét at , pr end
sur l e champ son par t i en homme de géni e. I l se
r et i r e avec ses gens et l es débr i s de sa f or t une
à l a pet i t e i sl e de Kar r ek, si t uée à qui nze l i eues
de l ' embouchur e du f l euve, s' y f or t i f i e, et en
ar r êt ant l es bât i ment s ar abes et i ndi ens char gés
pour l a vi l l e, f or ce l e gouver nement à l e dédommager
des per t es qu' i l l ui a causées. Bi ent ôt l a r éput at i on
de son i nt égr i t é, de sa capaci t é at t i r e à son i sl e
l es ar mat eur s de Bouher , por t voi si n de Per se, l es
négoci ant s même de Bassor a, et l es eur opéens qui
y vont t r af i quer . Cet t e nouvel l e col oni e voyoi t
augment er t ous l es j our s sa pr ospér i t é, l or squ' el l e
f ut abandonnée par son f ondat eur . Le successeur de
cet habi l e homme n' a pas mont r é l es mêmes t al ent s.
I l s' est l ai ssé chasser de sa pl ace ver s l a f i n de
1765 par l e cor sai r e ar abe Mi r mahana. La compagni e
a per du un post e i mpor t ant , et pour pl us d' un mi l l i on
de f l or i ns en ar t i l l er i e, en vi vr es et en
mar chandi ses.
Cet événement a dél i vr é Bassor a d' une concur r ence
qui commençoi t à l ui dépl ai r e ; mai s i l l ui en est
sur venu une aut r e bi en pl us r edout abl e. C' est
cel l e de Mascat e.
Mascat e est une vi l l e de l ' Ar abi e si t uée sur l a
côt e occi dent al e du gol f e Per si que. Le gr and
Al buquer que

p267

s' en empar a en 1507, et i l en r ui na l e commer ce
qu' on voul oi t concent r er t out ent i er à Or muz.
Lor sque l es por t ugai s eur ent per du ce pet i t r oyaume,
i l s voul ur ent r appel l er l es af f ai r es dans Mascat e,
dont i l s ét oi ent r est és l es maî t r es. Leur s ef f or t s
f ur ent i nut i l es, et l es navi gat eur s pr i r ent l a r out e
de Bender - Abassi . On cr ai gnoi t l es haut eur s
des anci ens t yr ans de l ' I nde, et per sonne ne
voul oi t se f i er à l eur bonne f oi . Le por t ne voyoi t
ar r i ver de vai sseaux que ceux qu' i l s y condui soi ent
eux- mêmes. I l n' en r eçut même pl us d' aucune nat i on,
apr ès que ces maî t r es i mpér i eux en eur ent ét é
chassés en 1648. Leur or guei l l ' empor t ant sur l eur
i nt ér êt , l eur ôt a l ' envi e d' y al l er eux- mêmes ;
et i l s ét oi ent encor e assez pui ssant s pour empêcher
qu' on y ent r ât , ou qu' on en sor t î t .
Le décl i n ent i er de l eur pui ssance i nvi t a l ' habi t ant
de Mascat e à cet t e même pi r at er i e, dont i l avoi t
ét é si souvent l a vi ct i me. I l f i t des descent es sur
l es côt es de ses anci ens ennemi s, et ses succès
l ' enhar di r ent à at t aquer l es pet i t s bât i ment s maur es
ou eur opéens qui f r équent oi ent l e gol f e Per si que ;
mai s i l f ut chât i é si sévér ement de ses br i gandages
par pl usi eur s nat i ons, par l es angl oi s en par t i cul i er ,
qu' i l f ut f or cé d' y r enoncer . La vi l l e t omba al or s
dans une obscur i t é que l es t r oubl es i nt ér i eur s et des
i nvasi ons ét r anger es f i r ent dur er l ong- t emps.
Le gouver nement ét ant enf i n devenu pl us r égul i er
dans Mascat e et dans t out l e pays soumi s à son i man,
ses mar chés ont r ecommencé à êt r e f r équent s ver s
l ' an 1749. Tout annonce qu' i l s l e ser ont t ouj our s
de pl us en pl us.
Son por t , f or mé par des r ocher s f or t él evés, of f r e
un asyl e sûr . La vi l l e est suf f i samment f or t i f i ée.
Les chal eur s excessi ves n' empêchent pas qu' i l ne

p268

t ombe t out es l es nui t s une f or t e r osée qui
r af r aî chi t l a t er r e, et qui l a r end f er t i l e. I l n' est
poi nt de peupl e dans l ' or i ent dont on ai t l oué si
génér al ement l a pr obi t é, l a t empér ance et l ' humeur
soci al e. On n' ent end j amai s par l er d' i nf i dél i t é
dans l e commer ce, qu' i l n' est pas per mi s de f ai r e
apr ès l e coucher du sol ei l . La déf ense de boi r e du
vi n et des l i queur s f or t es est si f i dél ement obser vée,
qu' on ne se per met pas seul ement l ' usage du caf é. Les
ét r anger s de quel que r el i gi on qu' i l s soi ent , n' ont
besoi n ni d' ar mes ni d' escor t es pour par cour i r
sans pér i l t out es l es par t i es de ce pet i t ét at . Ces
moeur s aust er es sont bi en pr opr es à i nspi r er de l a
conf i ance aux négoci ant s. Aussi n' ont - el l es pas ét é
pl ut ôt connues, qu' on a vu accour i r des i ndi ens, des
per sans, des t ur cs, des ar méni ens, des ar abes de
di ver s endr oi t s.
Le pays consomme par l ui - même du r i z, des t oi l es
bl eues, du f er , du pl omb, du sucr e, quel ques
épi cer i es qu' i l pai e avec de l a myr r he, de l ' encens,
de l a gomme ar abi que et un peu d' ar gent . Cependant
cet t e consommat i on ne ser oi t pas suf f i sant e pour
at t i r er l es vai sseaux, si Mascat e, pl acée assez
pr ès de l ' ent r ée de l a mer Per si que, n' ét oi t un
excel l ent ent r epôt pour l e f onds du gol f e. Tout es
l es nat i ons commer çant es commencent à l e pr éf ér er
à Bassor a, par ce qu' i l abr ege l eur voyage de t r oi s
moi s, qu' on n' y épr ouve aucune vexat i on, que l es
dr oi t s y sont r édui t s à un et demi pour cent , payés
même par l ' achet eur , qui , ét ant sur l es l i eux,
obt i ent pl us de r abai s de cet t e t axe que l e négoci ant
ét r anger . I l f aut , à l a vér i t é, por t er ensui t e l es
mar chandi ses à Bassor a, où l a douane exi ge t r oi s
pour cent ; mai s l es ar abes navi guent à si bon
mar ché sur l eur s bat eaux, i l s ont une t el l e adr esse

p269

pour f r auder l es dr oi t s, en cachant l es mar chandi ses
f i nes dans l es vi l l ages, et en ne mont r ant que l es
gr osses, qu' i l y aur a t ouj our s de l ' avant age à
f ai r e l es vent es à Mascat e. D' ai l l eur s, l es dat t es,
l e mei l l eur et l e pl us abondant pr odui t de Bassor a,
qui se gât ent souvent sur des gr ands vai sseaux,
dont l a mar che est l ent e, ar r i vent avec une cél ér i t é
ext r ême sur des bât i ment s l éger s au Mal abar et dans
l a mer Rouge. Une r ai son par t i cul i er e dét er mi ner a
t ouj our s l es angl oi s, qui t r avai l l ent pour l eur
compt e, à pr at i quer Mascat e. I l s y sont exempt s
des ci nq pour cent qu' i l s sont obl i gés de payer à
Bassor a, comme dans t ous l es aut r es l i eux où l eur
compagni e a f or mé des ét abl i ssement s.
El l e n' a pas songé à se f i xer dans l ' i sl e de Bahar em,
et nous i gnor ons pour quoi . Cet t e i sl e, si t uée
dans l e gol f e Per si que, a souvent changé de maî t r e.
El l e passa sous l a domi nat i on des por t ugai s avec
Or muz, dont el l e r ecevoi t des l oi x. Ces conquér ant s
l a per di r ent dans l a sui t e, et el l e épr ouva depui s
un gr and nombr e de r évol ut i ons. Thamas- Koul i kan
l a r endi t à l a Per se, à qui el l e avoi t appar t enu.
Un pl an pl us ét endu occupoi t ses vei l l es. I l voul oi t
r égner sur l es deux mer s dont i l possédoi t quel ques
bor ds ; mai s s' ét ant apper çu qu' au- l i eu d' ent r er
dans ses vues, ses suj et s l es t r aver soi ent , i l
i magi na, par une de ces vol ont és t yr anni ques qui ne
coût ent r i en aux despot es, de por t er ses suj et s
du gol f e Per si que sur l a mer Caspi enne, et ses
suj et s de l a mer Caspi enne sur l e gol f e Per si que.
Cet t e doubl e t r ansmi gr at i on l ui par oi ssoi t pr opr e
à r ompr e l es l i ai sons que ces deux peupl es avoi ent
f or mées avec ses ennemi s, et à l ui assur er , si non
l eur at t achement , du moi ns l eur f i dél i t é. Sa mor t

p270

anéant i t ses gr ands pr oj et s, et l a conf usi on où
t omba son empi r e pr ocur a à un ar abe ent r epr enant l a
f aci l i t é de s' empar er de Bahar em, où i l r egne encor e.
Cet t e i sl e f or t cél ebr e par sa pêche des per l es,
dans l e t emps même qu' on en t r ouvoi t à Or muz, à
Kar r ek, à Kesche, dans d' aut r es l i eux du gol f e, est
devenue bi en pl us i mpor t ant e, depui s que l es aut r es
bancs sont épui sés, sans que l e si en ai t essuyé
une di mi nut i on sensi bl e. Cet t e pêche commence en
avr i l , et f i ni t en oct obr e. El l e est r enf er mée dans
l ' espace de quat r e ou ci nq l i eues. Les ar abes, l es
seul s qui s' y l i vr ent , vont coucher chaque nui t dans
l ' i sl e ou sur l a côt e, à moi ns que l es vent s ne l es
empêchent de gagner l a t er r e. Aut r ef oi s i l s payoi ent
t ous un dr oi t à des gal i ot es ét abl i es pour l e r ecevoi r .
Depui s l e der ni er changement , i l n' y a que l es
suj et s habi t ant s de l ' i sl e qui ai ent cet t e soumi ssi on
pour l eur schei k, t r op f oi bl e pour l ' obt eni r des
aut r es.
Le pr odui t annuel de l a pêche est est i mé un mi l l i on
et demi de r oupi es. Les per l es i négal es passent l a
pl upar t à Const ant i nopl e et dans l e r est e de l a
Tur qui e. Les gr andes y ser vent à l ' or nement de l a
t êt e, et l es pet i t es sont empl oyées à des br oder i es.
I l y a vi ngt ans qu' on a commencé d' en envoyer de cet t e
espece en Chi ne, où el l es se sont bi en vendues. Les
per l es par f ai t es n' aur oi ent pas pr ocur é l e même
bénéf i ce. El l es doi vent êt r e r éser vées pour Sur at e,
d' où el l es se r épandent dans t out l ' I ndost an. On
ne doi t pas cr ai ndr e d' y en voi r di mi nuer l e pr i x ou
l a consommat i on. Ce l uxe est l a pl us f or t e passi on
des f emmes. Les pl us pauvr es en por t ent au moi ns
aux or ei l l es, et l es r i ches en ont encor e aux
nar i nes. La super st i t i on augment e l e débi t de

p271

cet t e super f l ui t é. I l n' est poi nt de gent i l qui ne
se f asse un poi nt de r el i gi on de per cer au moi ns une
per l e à son mar i age. Quel que soi t l e sens myst ér i eux
de cet usage chez un peupl e où l a mor al e et l a
pol i t i que sont en al l égor i es, et où l ' al l égor i e
devi ent r el i gi on, cet embl ême de l a pudeur vi r gi nal e
est ut i l e au commer ce des per l es. Cel l es qui n' ont
pas ét é nouvel l ement f or ées ent r ent dans l ' aj ust ement ,
mai s ne peuvent pas ser vi r pour l a cér émoni e du
mar i age, où on veut au moi ns une per l e neuve. Aussi
val ent - el l es const amment vi ngt - ci nq, t r ent e pour cent
de moi ns que cel l es qui ar r i vent du gol f e où el l es
ont ét é pêchées.
Ent r e ce r i che gol f e et un aut r e pl us cél ebr e encor e,
s' avance l ' Ar abi e, l ' une des pl us gr andes
peni nsul es du monde connu. El l e a pour l i mi t e au
nor d l a Syr i e, l e Di ar bek et l ' I r ak- Ar abi ; au
mi di l ' océan I ndi en ; au l evant l e sei n Per si que ;
au couchant l a mer Rouge, qui l a sépar e de
l ' Af r i que. On l a di vi se communément en t r oi s
r égi ons : l ' Ar abi e pét r ée, l ' Ar abi e déser t e et
l ' Ar abi e heur euse ; noms anal ogues au sol de chacune
de ces cont r ées.
L' Ar abi e pét r ée est l a pl us occi dent al e et l a
moi ns ét endue des t r oi s Ar abi es. à l ' except i on de
quel ques espaces assez bor nés et assez r ar es, on
n' y t r ouve par - t out que des r ocher s. L' Ar abi e
déser t e est r empl i e de pl ai nes ar i des, de monceaux
de sabl e que l es vent s él event , et qu' i l s di ssi pent ,
de mont agnes sans ver dur e coupées de pr éci pi ces.
Les pui t s et l es f ont ai nes y sont si r ar es, que l eur
possessi on a ét é dans t ous l es si ecl es une occasi on
de di sput es et de guer r es. L' ar abi e heur euse doi t
moi ns ce t i t r e i mpor t ant à sa f er t i l i t é, communément
médi ocr e, qu' au voi si nage des st ér i l es

p272

cont r ées qui l ' envi r onnent . Tout es ces r égi ons,
quoi qu' exposées à des chal eur s f or t vi ves,
j oui ssent d' un ci el const amment pur , const amment
ser ei n.
Tous l es monument s at t est ent que ce pays ét oi t
peupl é dans l a pl us haut e ant i qui t é. On cr oi t que
l es pr emi er s habi t ant s sont venus de l a Syr i e et
de l a Chal dée. Ri en ne nous appr end en quel
t emps i l s ont commencé à êt r e des peupl es pol i cés,
ni si l eur s l umi er es l eur sont venues des I ndes,
ou s' i l s l es ont acqui ses. I l par oî t que l e
sabéi sme a ét é l eur r el i gi on avant même qu' i l s ai ent
eu commer ce avec l es peupl es de l a haut e Asi e. I l s
ont de bonne heur e des i dées él evées de l a di vi ni t é.
I l s r endoi ent un cul t e aux ast r es comme à des cor ps
ani més par des espr i t s cél est es. Leur r el i gi on n' a
ét é ni at r oce, ni absur de ; et quoi que suscept i bl es
de ces ent housi asmes subi t s si communs chez l es
peupl es mér i di onaux, i l ne par oî t pas que l e
f anat i sme l es ai t i nf ect és j usqu' au t emps de
Mahomet . Les ar abes du déser t avoi ent un cul t e pl us
gr ossi er . Pl usi eur s ont ador é l e sol ei l , et
quel ques- uns l ui ont i mmol é des hommes. I l y a une
vér i t é qui se pr ouve par l ' ét ude de l ' hi st oi r e et
par l ' i nspect i on du gl obe de l a t er r e. Les r el i gi ons
ont t ouj our s ét é cr uel l es dans l es pays ar i des,
suj et s aux i nondat i ons, aux vol cans ; et el l es ont
t ouj our s ét é douces dans l es pays que l a nat ur e a
bi en t r ai t és. Tout es por t ent l ' empr ei nt e du cl i mat
où el l es sont nées.
Lor sque Mahomet eut ét abl i une nouvel l e r el i gi on
dans sa pat r i e, i l ne l ui f ut pas di f f i ci l e de
donner du zel e à ses sect at eur s, et ce zel e en f i t
des conquér ant s. I l s por t er ent l eur domi nat i on des
mer s de l ' occi dent à cel l es de l a Chi ne, et des
Canar i es aux i sl es Mol uques. I l s y por t er ent

p273

aussi l es ar t s ut i l es qu' i l s per f ect i onnent . I l s
f ur ent moi ns heur eux dans l es beaux ar t s, où i l s
mont r er ent du géni e, mai s r i en de ce goût que l a
nat ur e a donné quel que t emps apr ès aux peupl es
qui se sont f ai t s l eur s di sci pl es.
Peut - êt r e l e géni e, enf ant de l ' i magi nat i on qui
cr ée, appar t i ent - i l aux pays chauds, f éconds en
pr oduct i ons, en spect acl es, en événement s
mer vei l l eux, qui enf l amment l ' ent housi asme ; t andi s
que l e goût qui choi si t et moi ssonne dans l es
champs où l e géni e a semé, sembl e conveni r davant age
à des peupl es sobr es, doux et modér és, qui vi vent
sous un ci el heur eusement t empér é. Peut - êt r e
aussi ce même goût , qui ne peut êt r e que l e f r ui t
d' une r ai son épur ée et mûr i e par l e t emps,
demande- t - i l une cer t ai ne st abi l i t é dans l e
gouver nement , mêl ée d' une cer t ai ne l i ber t é dans l es
espr i t s, un pr ogr ès i nsensi bl e de l umi er es, qui
donnant une pl us gr ande ét endue au géni e, l ui f ai t
sai si r des r appor t s pl us j ust es ent r e l es obj et s,
et une pl us heur euse combi nai son de ces sensat i ons
mi xt es qui f ont l es dél i ces des ames dél i cat es.
Ai nsi l es ar abes, pr esque t ouj our s poussés en des
cl i mat s br ûl ant s par l a guer r e et l e f anat i sme,
n' eur ent j amai s cet t e t empér at ur e de gouver nement
et de si t uat i on qui f or me l e goût . Mai s i l s
appor t er ent dans l e pays de l eur s conquêt es l es
sci ences qu' i l s avoi ent comme pi l l ées dans l e cour s
de l eur s r avages, et t ous l es ar t s nécessai r es
à l a pr ospér i t é des nat i ons.
Aucun peupl e de l eur s t emps n' ent endi t l e commer ce
comme eux. Aucun peupl e n' eut un commer ce aussi
vast e. I l s s' en occupoi ent dans l e t emps même de l eur s
conquêt es. De l ' Espagne au Tunqui n, i l s avoi ent
des négoci ant s, des manuf act ur es, des ent r epôt s ; et
l es aut r es peupl es, ceux du

p274

moi ns de l ' occi dent , t i r oi ent d' eux, et l es l umi er es,
et l es ar t s, et l es denr ées ut i l es aux commodi t és,
à l a conser vat i on et à l ' agr ément de l a vi e.
Quand l a pui ssance des cal i phes commença à décl i ner ,
l es ar abes, à l ' exempl e de pl usi eur s nat i ons qu' i l s
avoi ent soumi ses, secouer ent l e j oug de ces pr i nces,
et l e pays r epr i t peu- à- peu l ' anci enne f or me de son
gouver nement , ai nsi que ses pr emi er es moeur s. à cet t e
époque, l a nat i on di vi sée en t r i bus, comme aut r ef oi s,
sous l a condui t e de chef s di f f ér ent s, r et ombe
t out - à- f ai t dans son car act er e, dont l e f anat i sme
et l ' ambi t i on l ' avoi ent f ai t sor t i r .
Les ar abes, avec une pet i t e t ai l l e, un cor ps mai gr e,
une voi x gr êl e, ont un t empér ament r obust e, l e poi l
br un, l e vi sage basané, l es yeux noi r s et vi f s, une
physi onomi e i ngéni euse, mai s r ar ement agr éabl e.
Ce cont r ast e de t r ai t s et de qual i t és qui par oi ssent
i ncompat i bl es, sembl e s' êt r e r éuni dans eux pour
en f ai r e une nat i on si ngul i er e, dont l a f i gur e et
l e car act er e t r anchent assez f or t ement ent r e l es
t ur cs, l es af r i cai ns et l es per sans, dont i l s sont
envi r onnés. Gr aves et sér i eux, i l s at t achent de l a
di gni t é à l eur l ongue bar be, par l ent peu, sans
gest es, sans s' i nt er r ompr e, sans se choquer dans
l eur s expr essi ons. I l s se pi quent ent r ' eux de l a
pl us exact e pr obi t é, par une sui t e de cet i nt ér êt
soci al , qui f ai t qu' une nat i on, une hor de, un cor ps
s' est i me, se ménage, se pr éf er e à t out l e r est e de
l a t er r e. Pl us i l s conser vent l eur car act er e
phl egmat i que, pl us i l s sont r edout abl es dans l a
col er e qui l es en f ai t sor t i r . Ce peupl e a de
l ' i nt el l i gence et même de l ' ouver t ur e pour l es
sci ences ; mai s i l l es cul t i ve peu, soi t déf aut
de secour s, ou même de besoi ns, ai mant mi eux souf f r i r
sans dout e l es maux

p275

de l a nat ur e, que l es pei nes du t r avai l . Les ar abes
de nos j our s n' ont aucun monument de géni e, aucune
pr oduct i on de l eur i ndust r i e qui l es r ende
r ecommandabl es dans l ' hi st oi r e de l ' espr i t humai n.
Leur passi on domi nant e, c' est l a j al ousi e, t our ment
des ames ar dent es, f oi bl es, oi si ves à qui l ' on
pour r oi t demander , si c' est par est i me ou par
mépr i s d' el l es- mêmes qu' el l es sont méf i ant es. C' est
des ar abes, di t - on, que pl usi eur s nat i ons de l ' Asi e,
de l ' Af r i que, de l ' Eur ope même, ont empr unt é l es
vi l es pr écaut i ons que cet t e odi euse passi on i nspi r e.
Aussi - t ôt que l eur s f i l l es sont nées, i l s
r appr ochent par une sor t e de coût ur e l es par t i es
que l a nat ur e a sépar ées, et ne l ai ssent l i br e
que l ' espace qui est nécessai r e pour l es écoul ement s
nat ur el s. Les chai r s adher ent peu- à- peu, à mesur e
que l ' enf ant pr end son accr oi ssement , de sor t e
qu' on est obl i gé de l es sépar er par une i nci si on
l or sque l e t emps du mar i age est ar r i vé. On se
cont ent e quel quef oi s d' y passer un anneau. Les
f emmes sont soumi ses comme l es f i l l es à cet usage
out r ageant pour l a ver t u. La seul e di f f ér ence est
que l ' anneau des f i l l es ne peut s' ôt er , et que cel ui
des f emmes a une espece de ser r ur e, dont l e mar i
seul a l a cl ef . Cet t e pr at i que connue dans t out es
l es par t i es de l ' Ar abi e, est pr esque génér al ement
r eçue dans cel l e qui por t e l e nomde pét r ée.
Tel l e est l a nat i on en génér al . La di f f ér ent e
mani er e de vi vr e des peupl es qui l a composent ,
a dû j et t er nécessai r ement dans l eur car act er e
quel ques si ngul ar i t és di gnes d' êt r e r emar quées.
Le nombr e des ar abes qui habi t ent l e déser t , peut
mont er à deux mi l l i ons. I l s sont par t agés en un gr and
nombr e de hor des, pl us ou moi ns nombr euses, pl us
ou moi ns consi dér abl es ; mai s

p276

t out es i ndépendant es l es unes des aut r es, ai nsi que
de t out e pui ssance ét r anger e. Leur gouver nement est
si mpl e. Un chef hér édi t ai r e, assi st é de quel ques
vi ei l l ar ds, t er mi ne l es di f f ér ends, puni t l es
coupabl es. S' i l est hospi t al i er , humai n et j ust e,
on l ' ador e. Est - i l f i er , cr uel , avar e, on l e met en
pi eces, et on l ui donne un successeur de sa f ami l l e.
Ces peupl es campent dans t out es l es sai sons, i l s
n' ont poi nt de demeur e f i xe, et i l s s' ar r êt ent dans
t ous l es l i eux où i l s t r ouvent de l ' eau, des f r ui t s,
des pât ur ages. Cet t e vi e er r ant e a pour eux des char mes
i nexpr i mabl es, et i l s r egar dent l es ar abes sédent ai r es
comme des escl aves. I l s vi vent du l ai t , de l a chai r
de l eur s t r oupeaux. Leur s habi t s, l eur s t ent es, l eur s
cor dages, l es t api s sur l esquel s i l s couchent , t out
se f ai t avec l a l ai ne de l eur s br ebi s, avec l e poi l
de l eur s chevr es et de l eur s chameaux. C' est
l ' occupat i on des f emmes dans chaque f ami l l e ; et
dans t out l e déser t , i l n' y eut j amai s un ouvr i er .
Ce qu' i l s consomment de t abac, de caf é, de r i z, de
dat t es, est payé par l e beur r e qu' i l s por t ent sur l a
f r ont i er e, par pl us de vi ngt mi l l e chameaux qu' i l s
vendent annuel l ement vi ngt r oupi es au moi ns par t êt e.
Ces ani maux si ut i l es en or i ent ét oi ent condui t s
aut r ef oi s en Syr i e. I l s ont pr i s l a pl upar t l a r out e
de Per se, depui s que l es guer r es cont i nuel l es y en
ont mul t i pl i é l e besoi n, et di mi nué l ' espece.
Comme ces obj et s ne sont pas suf f i sant s pour se
pr ocur er l es choses qui l eur manquent , i l s ont i magi né
de met t r e à cont r i but i on l es car avanes que l a
super st i t i on mene dans l eur s sabl es. La pl us nombr euse,
qui va de Damas à La Mecque, achet e l a sûr et é
de son voyage par un t r i but de

p277

cent bour ses, auquel l e gr and- sei gneur s' est soumi s,
et qui , par d' anci ennes convent i ons, se par t age
ent r e t out es l es hor des. Les aut r es car avanes
s' ar r angent seul ement avec l es hor des sur l e
t er r i t oi r e desquel l es i l l eur f aut passer .
I ndépendamment de cet t e r essour ce, l es ar abes de l a
par t i e du déser t qui est l e pl us au nor d, en ont
cher ché une aut r e dans l eur s br i gandages. Ces
hommes si humai ns, si f i del es, si dési nt ér essés
ent r ' eux, sont f ér oces et avi des avec l es nat i ons
ét r anger es. Hôt es bi enf ai sant s et génér eux sous l eur s
t ent es, i l s dévast ent habi t uel l ement l es bour gades
et l es pet i t es vi l l es de l eur voi si nage. On l es
t r ouve bons per es, bons mar i s, bons maî t r es ;
mai s t out ce qui n' est pas de l eur f ami l l e, est l eur
ennemi . Leur s cour ses s' ét endent souvent f or t l oi n,
et i l n' est pas r ar e que l a Syr i e, l a Mésopot ami e,
l a Per se en soi ent l e t héât r e.
Les ar abes qui se vouent au br i gandage, s' associ ent
avec l es chameaux pour un commer ce ou une guer r e dont
l ' homme a t out l e pr of i t , et l ' ani mal l a pr i nci pal e
pei ne. Comme ces deux êt r es doi vent vi vr e ensembl e,
i l s sont él evés l ' un pour l ' aut r e. L' ar abe f or me
son chameau dès l a nai ssance aux exer ci ces et aux
r i gueur s qu' i l doi t suppor t er t out e sa vi e. I l
l ' accout ume à t r avai l l er beaucoup, et à consommer peu.
L' ani mal passe de bonne heur e l es j our s sans boi r e,
et l es nui t s sans dor mi r . On l ' exer ce à pl i er ses
j ambes sous l e vent r e, pour l ai sser char ger son dos
de f ar deaux qu' on augment e i nsensi bl ement , à mesur e
que ses f or ces cr oi ssent par l ' âge et par l a f at i gue.
Dans cet t e éducat i on si ngul i er e, dont i l par oî t
que l es r oi s se ser vent quel quef oi s pour mi eux dompt er
l es peupl es, à pr opor t i on qu' on doubl e ses t r avaux,
on di mi nue sa subsi st ance. On l e f or me

p278

à l a cour se par l ' émul at i on. Un cheval ar abe est
l e r i val qu' on pr ésent e au chameau. Cel ui - ci , moi ns
pr ompt et moi ns l éger , l asse à l a f i n son vai nqueur
dans l a l ongueur des r out es. Quand l e maî t r e et l e
chameau sont pr êt s et dr essés pour l e br i gandage,
i l s par t ent ensembl e, t r aver sent l es sabl es du déser t ,
et vont at t endr e sur l es conf i ns l e mar chand ou l e
voyageur pour l es pi l l er . L' homme dévast e, massacr e,
enl eve, et l e chameau por t e l e but i n. Si ces
compagnons de f or t une sont pour sui vi s, i l s hât ent
l eur f ui t e. Le maî t r e vol eur mont e son chameau f avor i ,
pousse l a t r oupe, f ai t j usqu' à t r oi s cent s l i eues
en hui t j our s, sans déchar ger ses chameaux, ni l eur
donner qu' une heur e de r epos par j our , avec un
mor ceau de pât e pour t out e nour r i t ur e : souvent i l s
passent t out ce t emps- l à sans boi r e, à moi ns qu' i l s
ne sent ent par hasar d une mar e à quel que di st ance
de l eur r out e ; al or s i l s doubl ent l e pas, et
cour ent à l ' eau avec une ar deur qui l es f ai t boi r e
en une seul e f oi s pour l a soi f passée et pour l a
soi f à veni r . Tel est cet ani mal , si souvent cél ébr é
dans l a bi bl e, dans l ' al cor an et dans l es r omans
or i ent aux.
Ceux des ar abes qui habi t ent l es cant ons où l ' on
t r ouve quel ques mai gr es pât ur ages et un sol pr opr e
à l a cul t ur e de l ' or ge, nour r i ssent des chevaux,
qui sont l es mei l l eur s que l ' on connoi sse. De t ous
l es pays du monde, on cher che à se pr ocur er de ces
chevaux, pour embel l i r et r épar er l es r aces de cet t e
espece ani mal e, qui , dans aucun l i eu de l a t er r e,
n' a ni l a vî t esse, ni l a beaut é, ni l ' i nt el l i gence
des chevaux ar abes. Les maî t r es vi vent avec eux comme
avec des domest i ques, sur l e ser vi ce, sur l ' at t achement
desquel s i l s peuvent compt er ; et i l l eur ar r i ve
ce qui est commun

p279

à t ous l es peupl es nomades, sur - t out à ceux qui
t r ai t ent l es ani maux avec bont é, l es ani maux et l es
hommes pr ennent quel que chose de l ' espr i t et des
moeur s l es uns des aut r es. Ces ar abes ont de l a
si mpl i ci t é, de l a douceur , de l a doci l i t é ; et l es
r el i gi ons di f f ér ent es qui ont r égné dans ces cont r ées,
l es gouver nement s dont i l s ont ét é l es suj et s ou
l es t r i but ai r es, ont al t ér é bi en peu l e car act er e
qu' i l s avoi ent r eçu du cl i mat ou des habi t udes.
Les ar abes f i xés sur l ' océan i ndi en et sur l a mer
Rouge, ceux qui habi t ent ce qu' on appel l e l ' Ar abi e
heur euse, ét oi ent aut r ef oi s un peupl e doux, amour eux
de l a l i ber t é, cont ent de son i ndépendance, sans
songer à f ai r e des conquêt es. I l s ét oi ent t r op
at t achés au beau ci el sous l equel i l s vi voi ent , à une
t er r e qui f our ni ssoi t pr esque sans cul t ur e à l eur s
besoi ns, pour êt r e t ent és de domi ner sous un aut r e
cl i mat , dans d' aut r es campagnes. Mahomet changea
l eur s i dées ; mai s i l ne l eur r est e pl us r i en de
l ' i mpul si on qu' i l l eur avoi t donnée. Leur vi e se
passe à f umer , à pr endr e du caf é, de l ' opi umet du
sor bet . Ces pl ai si r s sont pr écédés ou sui vi s de
par f ums exqui s qu' on br ûl e devant eux, et dont i l s
r eçoi vent l a f umée dans l eur s habi t s, l égér ement
i mpr egnés d' une asper si on d' eau- r ose.
Avant que l es por t ugai s eussent i nt er cept é l a
navi gat i on de l a mer Rouge, l es ar abes avoi ent pl us
d' act i vi t é. I l s ét oi ent l es agent s de t out l e commer ce
qui se f ai soi t par cet t e voi e. Aden, si t ué à
l ' ext r émi t é l a pl us mér i di onal e de l ' Ar abi e sur
l a mer des I ndes, en ét oi t l ' ent r epôt . La
si t uat i on de son por t qui l ui pr ocur oi t des
l i ai sons f aci l es avec l ' égypt e, l ' ét hi opi e,
l ' I nde et l a Per se, en avoi t f ai t pendant pl usi eur s
si ecl es un des

p280

pl us f l or i ssant s compt oi r s de l ' Asi e. Qui nze ans
apr ès avoi r r ési st é au gr and Al buquer que, qui
voul oi t l e dét r ui r e en 1513, i l se soumi t aux
t ur cs, qui n' en r est er ent pas l ong- t emps l es maî t r es.
Le r oi d' Yemen qui possede l a seul e por t i on de
l ' Ar abi e qui mér i t e d' êt r e appel l ée heur euse,
l es en chassa, et at t i r a t out es l es af f ai r es à
Moka, r ade de ses ét at s, qui n' avoi t ét é j usqu' al or s
qu' un vi l l age.
El l es f ur ent d' abor d peu consi dér abl es. La myr r he,
l ' encens, l ' al oès, l e baume de La Mecque, quel ques
ar omat es, quel ques dr ogues pr opr es à l a médeci ne,
f ai soi ent l a base de ce commer ce. Ces obj et s, dont
l ' expor t at i on cont i nuel l ement ar r êt ée par des dr oi t s
excessi f s, ne passe pas auj our d' hui t r oi s cent s mi l l e
r oupi es, ét oi ent dans ces t emps- l à pl us r echer chés
qu' i l s ne l ' ont ét é depui s ; mai s ce devoi t êt r e
t ouj our s peu de chose. Le caf é f i t bi ent ôt apr ès
une gr ande r évol ut i on.
Le caf i er vi ent or i gi nai r ement de l a haut e ét hi opi e,
où i l a ét é connu de t emps i mmémor i al , où i l est
encor e cul t i vé avec succès. M Lagr enée de
Mezi er es, un des agent s l es pl us écl ai r és que l a
Fr ance ai t j amai s empl oyés aux I ndes, a possédé
de son f r ui t , et en a f ai t souvent usage. I l l ' a
t r ouvé beaucoup pl us gr os, un peu pl us l ong, moi ns
ver d, et pr esque aussi par f umé que cel ui qu' on a
commencé à cuei l l i r dans l ' Ar abi e ver s l a f i n du
sei zi eme si ecl e.
On cr oi t communément qu' un mol l ach, nommé Chadel y,
f ut l e pr emi er ar abe qui adopt a l e caf é, dans l a vue
de se dél i vr er d' un assoupi ssement cont i nuel qui ne
l ui per met t oi t pas de vaquer convenabl ement à ses
pr i er es noct ur nes. Ses der vi ches l ' i mi t er ent . Leur
exempl e ent r aî na l es gens de l oi . On ne t ar da pas à
s' apper cevoi r

p281

que cet t e boi sson pur i f i oi t l e sang par une douce
agi t at i on, di ssi poi t l es pesant eur s, égayoi t
l ' espr i t ; et ceux mêmes qui n' avoi ent pas besoi n de
se t eni r évei l l és, l ' adopt er ent . Des bor ds de l a
mer Rouge, i l passa à Médi ne, à La Mecque, et ,
par l es pél er i ns, dans t ous l es pays mahomét ans.
Dans ces cont r ées, où l es moeur s ne sont pas aussi
l i br es que par mi nous, où l a j al ousi e des hommes
et l a r et r ai t e aust er e des f emmes r endent l a soci ét é
moi ns vi ve, on i magi na d' ét abl i r des mai sons publ i ques,
où on di st r i buoi t l e caf é. Cel l es de Per se devi nr ent
bi ent ôt des l i eux i nf ames, où de j eunes géor gi ens,
vêt us en cour t i sannes, r epr ésent oi ent des f ar ces
i mpudi ques, et se pr ost i t uoi ent pour de l ' ar gent .
Lor squ' Abas I i eut f ai t cesser des di ssol ut i ons
si r évol t ant es, ces mai sons f ur ent un asyl e honnêt e
pour l es gens oi si f s, et un l i eu de dél assement pour
l es hommes occupés. Les pol i t i ques s' y ent r et enoi ent
de nouvel l es, l es poët es y r éci t oi ent l eur s ver s, et
l es mal l ahs y débi t oi ent des ser mons, qui ét oi ent
or di nai r ement payés de quel ques aumônes.
Les choses ne se passer ent pas si pai si bl ement à
Const ant i nopl e. On n' y eut pas pl ut ôt ouver t des
caf és, qu' i l s f ur ent f r équent és avec f ur eur . On n' en
sor t oi t pas. Le gr and mupht i désespér é de voi r l es
mosquées abandonnées, déci da que cet t e boi sson ét oi t
compr i se dans l a l oi de Mahomet , qui i nt er di t l es
l i queur s f or t es. Le gouver nement , qui ser t souvent
l a super st i t i on dont i l est quel quef oi s l a
vi ct i me, f i t aussi - t ôt f er mer des mai sons qui
dépl ai soi ent si f or t aux pr êt r es, char gea même l es
of f i ci er s de pol i ce de s' opposer à l ' usage de cet t e
l i queur dans l ' i nt ér i eur des f ami l l es. Un penchant
décl ar é t r i ompha de t out es ces sévér i t és. On cont i nua
de boi r e du caf é ; et même l es l i eux où i l

p282

se di st r i buoi t , se t r ouver ent bi ent ôt en pl us gr and
nombr e qu' aupar avant .
Au mi l i eu du der ni er si ecl e, l e gr and- vi si r Kupr ol i
se t r anspor t a dégui sé dans l es pr i nci paux caf és de
Const ant i nopl e. I l y t r ouva une f oul e de gens
mécont ent s, qui , per suadés que l es af f ai r es du
gouver nement sont en ef f et cel l es de chaque par t i cul i er ,
s' en ent r et enoi ent avec chal eur , et censur oi ent avec
une har di esse ext r ême l a condui t e des génér aux et des
mi ni st r es. I l passa del à dans l es t aver nes où l ' on
vendoi t du vi n. El l es ét oi ent r empl i es de gens
si mpl es, l a pl upar t sol dat s, qui , accout umés à
r egar der l es i nt ér êt s de l ' ét at comme ceux du pr i nce
qu' i l s ador oi ent en si l ence, chant oi ent gai ement ,
par l oi ent de l eur s amour s, de l eur s expl oi t s guer r i er s.
Ces der ni er es soci ét és qui n' ent r aî noi ent poi nt
d' i nconvéni ent , l ui par ur ent devoi r êt r e t ol ér ées ;
mai s i l j ugea l es pr emi er es danger euses dans un ét at
despot i que. I l l es suppr i ma, et per sonne n' a ent r epr i s
depui s de l es r ét abl i r . Ce r égl ement , qui ne s' ét end
pas pl us l oi n que l a capi t al e de l ' empi r e, n' y a
pas di mi nué l ' usage du caf é, en a peut - êt r e ét endu
l a consommat i on. Tout es l es r ues, t ous l es mar chés
en of f r ent de t out f ai t ; et i l n' y a poi nt de mai son
où on n' en pr enne au moi ns deux f oi s l e j our . Dans
quel ques- unes même, on en ver se i ndi f f ér emment à
t out e heur e, par ce qu' i l est d' usage d' en pr ésent er
à t ous ceux qui ar r i vent , et qu' i l ser oi t égal ement
gr ossi er de ne l e poi nt of f r i r , ou de l e r ef user .
Dans l e t emps pr éci sément qu' on f er moi t l es caf és
à Const ant i nopl e, i l s' en ouvr oi t à Londr es. Cet t e
nouveaut é y f ut i nt r odui t e en 1652 par un mar chand,
nommé édouar d, qui r evenoi t du l evant . El l e se
t r ouva du goût des angl oi s ; et

p283

t out es l es nat i ons de l ' Eur ope l ' ont depui s adopt ée,
mai s avec une modér at i on i nconnue dans l es cl i mat s
où l a r el i gi on a pr oscr i t l e vi n.
L' ar br e qui pr odui t l e caf é, cr oî t dans l e t er r i t oi r e
de Bet el f agui , vi l l e de l ' Yemen, si t uée à di x
l i eues de l a mer Rouge, au mi l i eu d' un sabl e ar i de,
qui , dans l e t emps du gr os vent , obscur ci t l ' ai r
aut ant ou pl us qu' un br oui l l ar d épai s. à deux l i eues
de ses mur ai l l es, commencent des t er r es l abour ées
l ' espace de t r oi s l i eues. On t r ouve ensui t e des
mont agnes qui cour ent du nor d au sud. C' est sur
ces mont agnes et dans l es val l ées qu' el l es f or ment ,
qu' est cul t i vé l e caf é dans une ét endue de ci nquant e
l i eues de l ong sur qui nze et vi ngt de l ar ge. I l n' a
pas égal ement par - t out l e même degr é de per f ect i on.
Cel ui qui cr oî t sur l es l i eux él evés est pl us pet i t ,
pl us ver d, pl us pesant , et pr éf ér é génér al ement .
On compt e en Ar abi e douze mi l l i ons d' habi t ant s,
qui l a pl upar t f ont l eur s dél i ces du caf é. Le bonheur
de l e pr endr e en nat ur e est r éser vé aux pl us r i ches.
La mul t i t ude est r édui t e à l a coque et à l a pel l i cul e
de cet t e pr éci euse f eve. Ces r est es mépr i sés l ui
f or ment une boi sson assez cl ai r e, qui a l e goût du
caf é, sans en avoi r ni l ' amer t ume ni l a f or ce. On
t r ouve à vi l pr i x ces obj et s à Bet el f agui , qui est
l e mar ché génér al . C' est - l à aussi que s' achet e t out
l e caf é, qui doi t sor t i r du pays par t er r e. Le r est e
est por t é à Moka, qui en est él oi gné de
t r ent e- ci nq l i eues, ou dans l es por t s pl us voi si ns
de l a Haya ou d' Oudeda, d' où i l est condui t sur
de l éger s bât i ment s à J edda. Les t ur cs l e vont
pr endr e dans l a der ni er e de ces pl aces, et t ous l es
aut r es peupl es dans l a pr emi er e.
L' expor t at i on du caf é peut êt r e éval uée à

p284

douze mi l l i ons ci nq cent s ci nquant e mi l l e l i vr es
pesant . Les compagni es eur opéennes ent r ent dans
ces achat s pour un mi l l i on et demi ; l es per sans
pour t r oi s mi l l i ons et demi ; l a f l ot t e de Suez
pour si x mi l l i ons et demi ; l ' I ndost an, l es
Mal di ves et l es col oni es ar abes de l a côt e
d' Af r i que pour ci nquant e mi l l i er s, l es car avanes
de t er r e pour un mi l l i on.
Comme l es caf és enl evés par l es car avanes et par l es
eur opéens sont l es mi eux choi si s, i l s coût ent de
sei ze à di x- sept sol s t our noi s l a l i vr e. Les
per sans, qui se cont ent ent des caf és i nf ér i eur s, ne
pai ent l a l i vr e que de douze à t r ei ze sol s. El l e
r evi ent aux t ur cs à qui nze ou sei ze sol s, par ce que
l eur s car gai sons sont composées en par t i e de bon et
en par t i e de mauvai s caf é. En r édui sant l e caf é à
quat or ze sol s l a l i vr e, qui est l e pr i x moyen, son
expor t at i on annuel l e doi t f ai r e ent r er en Ar abi e
hui t mi l l i ons sept cent s quat r e- vi ngt - ci nq mi l l e
l i vr es, ou t r oi s mi l l i ons si x cent s soi xant e mi l l e
quat r e cent s onze deux t i er s de r oupi es. Cet ar gent
ne l ui r est e pas ; mai s i l l a met en ét at de payer
ce que l es mar chés ét r anger s ver sent de l eur s
pr oduct i ons dans ses por t s de J edda et de Moka.
Moka r eçoi t de l ' Abyssi ni e des mout ons, des dent s
d' él éphant , de l a ci vet t e et des escl aves.
Quel ques- uns de ces mal heur eux r est ent dans l e pays,
d' aut r es sont por t és dans l ' I ndost an ; peu passent
à Const ant i nopl e, où on ne l es t r ouve pas assez
di f f or mes pour l es f ai r e eunuques. De l a côt e or i ent al e
de l ' Af r i que, i l vi ent de l ' or , des escl aves, de
l ' ambr e, de l ' i voi r e ; du gol f e Per si que, des dat t es,
du t abac, du bl ed ; de Sur at e, une quant i t é i mmense
de gr osses t oi l es, peu de bel l es ; de Bombay et de
Pondi cher y, du f er ,

p285

du pl omb, du cui vr e, qui ont ét é por t és d' Eur ope ;
de Mal abar , du r i z, du gi ngembr e, du poi vr e, du
saf r an d' I nde ; du Cai r e, du car damome, des
pl anches même ; des Mal di ves, du benj oi n, du boi s
d' ai gl e, du poi vr e que ces i sl es se sont pr ocur é par
des échanges ; du Cor omandel , quat r e ou ci nq cent s
bal l es de t oi l es pr esque t out es bl eues. La pl us
gr ande par t i e de ces mar chandi ses qui peuvent êt r e
vendues deux mi l l i ons et demi de r oupi es, ou si x
mi l l i ons cent mi l l e l i vr es, t r ouve sa consommat i on
dans l ' i nt ér i eur du pays. Le r est e, sur - t out l es
t oi l es, se di st r i bue dans l ' Abyssi ni e, à Socot or a
et à l a côt e or i ent al e de l ' Af r i que.
Aucune des af f ai r es qui se t r ai t ent à Moka, ai nsi
que dans t out l ' Yemen, à Sanan même, sa capi t al e,
n' est ent r e l es mai ns des nat ur el s du pays. Les
avani es, dont i l s sont cont i nuel l ement menacés
par l e gouver nement , l es empêchent même de s' y
i nt ér esser . Tout es l es mai sons de commer ce sont
t enues par des bani ans de Sur at e ou de Guzar at e,
qui ne manquent j amai s de r egagner l eur pat r i e
aussi - t ôt que l eur f or t une est f ai t e. I l s cedent
al or s l eur s ét abl i ssement s à des négoci ant s de l eur
nat i on, qui di spar oi ssent à l eur t our , pour êt r e
r empl acés par d' aut r es.
Aut r ef oi s l es compagni es eur opéennes qui ont l e
pr i vi l ege excl usi f de commer cer au- del à du cap de
Bonne- Espér ance, avoi ent ét abl i des agent s à Moka.
Mal gr é une capi t ul at i on sol emnel l e qui avoi t f i xé
à deux et un quar t pour cent l es dr oi t s qu' on devoi t
payer , i l s y épr ouvoi ent de ces vexat i ons si
communes en Asi e. Le gouver neur de l a pl ace, l e
pl us souvent escl ave, l eur ext or quoi t des sommes
consi dér abl es, qui l ui ser voi ent à achet er l a f aveur
de ceux qui ent our oi ent l e pr i nce

p286

ou cel l e du pr i nce même. Cependant l es bénéf i ces
qu' i l s f ai soi ent sur l es mar chandi ses d' Eur ope
qu' i l s débi t oi ent , sur l es dr aps spéci al ement , l eur
f ai soi ent dévor er t ant d' humi l i at i ons. Lor sque l e
Cai r e s' avi sa de f our ni r ces di f f ér ent s obj et s, i l
ne f ut pas possi bl e de sout eni r sa concur r ence, et
on r enonça à des ét abl i ssement s f i xes.
Le commer ce se f i t par des vai sseaux par t i s d' Eur ope
avec l e f er , l e pl omb, l e cui vr e, l ' ar gent nécessai r e
pour payer l e caf é qu' on voul oi t achet er . Les
subr ecar gues, char gés de ces opér at i ons, t er mi noi ent
t out es l es af f ai r es à chaque voyage. Ces expédi t i ons
d' abor d assez nombr euses et assez ut i l es t omber ent
successi vement . Les pl ant at i ons de caf é, f or mées
par l es nat i ons eur opéennes dans l eur s col oni es,
f i r ent di mi nuer égal ement et l a consommat i on, et l e
pr i x de cel ui d' Ar abi e. à l a l ongue, ces voyages
ne donner ent pas assez de bénéf i ces pour sout eni r l a
cher t é des expédi t i ons di r ect es. Al or s l es compagni es
d' Angl et er r e et de Fr ance pr i r ent l e par t i d' envoyer ,
l ' une de Bombay, et l ' aut r e de Pondi cher y, des
navi r es avec des mar chandi ses d' Eur ope et des I ndes
à Moka. Souvent même el l es ont eu r ecour s à un
moyen moi ns di spendi eux. Les angl oi s et l es f r ançoi s,
qui navi guent d' I nde en I nde, vont t ous l es ans
dans l a mer Rouge. Quoi qu' i l s s' y déf assent
avant ageusement de l eur s mar chandi ses, i l s n' y
peuvent j amai s f or mer une car gai son pour l eur r et our .
I l s se char gent pour un modi que f r et du caf é des
compagni es, qui l e ver sent dans l es vai sseaux qu' el l es
expédi ent de Mal abar et de Cor omandel pour l ' Eur ope.
La compagni e de Hol l ande qui i nt er di t l es ar mement s
à ses suj et s, et qui ne f ai t poi nt el l e- même
d' expédi t i on pour l e gol f e Ar abi que, est pr i vée de
l a par t qu' el l e pouvoi t

p287

pr endr e à cet t e br anche de commer ce. El l e y a r enoncé
à une br anche bi en pl us r i che, c' est cel l e de J edda.
J eadda est un por t si t ué ver s l e mi l i eu du gol f e
Ar abi que, à vi ngt l i eues de l a vi l l e sai nt e. Le
gouver nement y est mi xt e. Le gr and- sei gneur et l e
scher i f de La Mecque en par t agent l ' aut or i t é et l e
pr odui t des douanes. Ces dr oi t s sont de hui t pour
cent pour l es eur opéens, et de t r ei ze pour t out es
l es aut r es nat i ons. I l s se pai ent t ouj our s en
mar chandi ses, que l es admi ni st r at eur s f or cent l es
négoci ant s du pays d' achet er f or t cher . I l y a
l ong- t emps que l es t ur cs, qui ont ét é chassés
d' Aden, de Moka, de t out l ' Yemen, l ' aur oi ent
ét é de J edda, si l ' on n' avoi t cr ai nt qu' i l s se
l i vr assent à une vengeance qui aur oi t mi s f i n aux
pél ér i nages et au commer ce.
Sur at e envoi e t ous l es ans t r oi s vai sseaux à J edda.
I l s sont char gés de t oi l es de t out es l es coul eur s,
de chal es, d' ét of f es mêl ées de cot on et de soi e,
souvent enr i chi es de f l eur s d' or et d' ar gent . Leur
vent e pr odui t di x mi l l i ons de l i vr es, ou quat r e mi l l i ons
cent soi xant e- si x mi l l e si x cent s soi xant e- si x et deux
t i er s de r oupi es. I l par t pour l a même dest i nat i on
deux, et l e pl us souvent t r oi s vai sseaux de Bengal e ;
l ' un appar t i ent aux f r ançoi s, et l es deux aut r es
aux angl oi s. Ce sont l es mar chands l i br es des deux
nat i ons qui l es expédi ent . Aut r ef oi s l eur s
compagni es s' y i nt ér essoi ent ; auj our d' hui ces
mar chands n' ont pour associ és que l es ar méni ens. On
peut éval uer ces car gai sons r éuni es à sept mi l l i ons
deux cent s mi l l e l i vr es, ou à t r oi s mi l l i ons de
r oupi es. El l es sont composées de r i z, de gi ngembr e,
de saf r an, de sucr e, qui ser t de l est aux vai sseaux,
de quel ques ét of f es de soi e, et d' une quant i t é
consi dér abl e

p288

de t oi l es, l a pl upar t communes et l es aut r es f i nes.
Ces vai sseaux, qui peuvent ent r er dans l a mer Rouge
depui s l e commencement de décembr e j usqu' à l a f i n de
mai , t r ouvent à J edda l a f l ot t e de Suez.
El l e est or di nai r ement composée de quat or ze ou
qui nze navi r es char gés de bl ed, de r i z, d' oi gnons,
de f eves, d' aut r es menus gr ai ns et de boi s, pour l a
subsi st ance de l ' Ar abi e pét r ée, qui est d' une
st ér i l i t é ext r ême. I l s por t ent pour l ' Asi e de l a
ver r ot er i e de Veni se, du cor ai l et du car abé, dont
l es i ndi ens f ont des col l i er s et des br acel et s. Ces
obj et s sont si peu consi dér abl es, qu' on peut di r e
que l es égypt i ens f ont l eur s achat s avec de l ' or
et de l ' ar gent , mai s moi ns d' ar gent que d' or . Ar r i vés
ensembl e en oct obr e, i l s s' en r et our nent ensembl e
en f évr i er avec si x mi l l i ons ci nq cent s mi l l i er s
pesant de caf é, et pour sept mi l l i ons de l i vr es en
t oi l es ou en ét of f es. Quoi qu' i l s n' ai ent que deux
cent s l i eues à f ai r e pour r egagner l eur por t , i l s
empl oi ent à cet t e navi gat i on deux moi s, par ce
qu' i l s sont cont r ar i és par l e vent du nor d qui r egne
cont i nuel l ement dans cet t e mer . Leur i gnor ance est
t el l e, que, mal gr é l ' habi t ude où i l s sont de j et t er
l ' ancr e t out es l es nui t s, i l s se r egar dent comme
heur eux l or squ' i l s ne per dent que l e si xi eme de l eur s
vai sseaux. Qu' on j oi gne à ces per t es l a cher t é des
ar mement s, l es dr oi t s excessi f s qu' i l f aut payer à
Suez, l es vexat i ons i névi t abl es dans un gouver nement
oppr esseur de t out e i ndust r i e, et l ' on sent i r a que,
dans l a si t uat i on act uel l e des choses, l a l i ai son
de l ' Eur ope avec l ' I nde par cet t e voi e est
i mpr at i cabl e.
Les mar chandi ses ar r i vées de Sur at e et de Bengal e,
que l a f l ot t e t ur que n' empor t e pas, sont consommées
en par t i e dans l e pays, et achet ées

p289

en pl us gr ande quant i t é par l es car avanes qui se
r endent t ous l es ans à La Mecque.
Cet t e vi l l e a t ouj our s ét é cher e aux ar abes. I l s
pensoi ent qu' el l e avoi t ét é l a demeur e d' Abr aham,
et i l s accour oi ent de t out es par t s dans un t empl e
dont on l e cr oyoi t l e f ondat eur . Mahomet , t r op
adr oi t pour ent r epr endr e d' abol i r une dévot i on
si génér al ement ét abl i e, se cont ent a d' en r ect i f i er
l ' obj et . I l banni t l es i dol es de ce l i eu r évér é,
et i l l e dédi a à l ' uni t é de Di eu. Pour augment er
même l e concour s d' ét r anger s dans une ci t é qu' i l
dest i noi t à êt r e l a capi t al e de son empi r e, i l
or donna que t ous ceux qui sui vr oi ent sa l oi s' y
r endi ssent une f oi s dans l eur vi e, sous pei ne de
mour i r en r épr ouvés. Ce pr écept e ét oi t accompagné
d' un aut r e qui doi t f ai r e sent i r que l a super st i t i on
seul e ne l e gui doi t pas. I l exi gea que chaque
pél er i n, de quel que pays qu' i l f ût , achet ât
et f î t béni r ci nq pi eces de t oi l e de cot on, pour
ser vi r de suai r e t ant à l ui , qu' à t ous ceux de
sa f ami l l e, que des r ai sons val abl es aur oi ent
empêchés de f ai r e ce sai nt voyage.
Cet t e pol i t i que devoi t f ai r e de l ' Ar abi e l e cent r e
d' un gr and commer ce, l or sque l e nombr e des
pél er i ns s' él evoi t à pl usi eur s mi l l i ons. Le zel e
s' est si f or t r al ent i , sur - t out à l a côt e d' Af r i que,
dans l ' I ndost an et en Per se, à pr opor t i on de
l ' él oi gnement où ces pays sont de La Mecque, qu' on
n' y en voi t pas pl us de cent ci nquant e mi l l e. Ce
sont des t ur cs pour l a pl upar t : i l s empor t ent sept
cent s ci nquant e mi l l e pi eces de t oi l e, de di x
aunes de l ong chacune, sans compt er ce que pl usi eur s
d' ent r ' eux achet ent pour r evendr e. I l s sont
i nvi t és à ces spécul at i ons par l ' avant age qu' i l s
ont en t r aver sant l e déser t , de n' êt r e pas écr asés
par l es douanes et vexat i ons qui r endent r ui neuses
l es

p290

échel l es de Suez et de Bassor a. L' ar gent de ces
pél er i ns, cel ui de l a f l ot t e, cel ui que l es ar abes
ont t i r é de l a vent e de l eur caf é, va se per dr e dans
l es I ndes. Les vai sseaux de Sur at e, du Mal abar ,
de Cor omandel , du Bengal e, en empor t ent t ous
l es ans pour si x mi l l i ons de r oupi es, et pour
envi r on l e hui t i eme de cet t e somme en mar chandi ses.
Dans l e par t age que l es nat i ons commer çant es
de l ' Eur ope f ont de ces r i chesses, l es angl oi s
sont par venus à s' en appr opr i er l a por t i on l a pl us
consi dér abl e.
Les succès qu' i l s avoi ent dans l es gol f es Per si que
et Ar abi que l es encour ager ent à pousser l eur
commer ce au Mal abar , à l a côt e de Cor omandel ,
dans l e Gange et à l a Chi ne. I l manquoi t à l eur
f or t une de pénét r er au J apon : i l s l e t ent er ent
en 1672 ; mai s l es j aponoi s, i nst r ui t s par l es
hol l andoi s que l e r oi d' Angl et er r e avoi t épousé
l a f i l l e du r oi de Por t ugal , ne voul ur ent pas
r ecevoi r l es angl oi s dans l eur s por t s. L' of f i ci er
qui avoi t ét é char gé de cet t e t ent at i ve dél i cat e,
demanda, si , apr ès l a mor t de cet t e pr i ncesse, l es
vai sseaux de sa nat i on ser oi ent admi s dans l ' empi r e :
ne l' espérez pas, l ui di t - on, les ordres de
l' empereur sont comme la sueur qui ne rentre plus
dans le corps lorsqu' elle en est sortie .
Mal gr é cet t e cont r ar i ét é, l a compagni e vi t
cr oî t r e ses pr ospér i t és j usqu' en 1682. à cet t e
époque, ses act i ons gagnoi ent deux cent s soi xant e
pour cent ; et quoi qu' el l e eut di st r i bué des
di vi dendes f or t consi dér abl es, son f onds même, apr ès
l e payement de ses det t es qui mont oi ent à ci nq
cent s mi l l e l i vr es st er l i ngs, devoi t êt r e encor e
d' un mi l l i on ci nq cent s mi l l e l i vr es. L' espoi r de
donner pl us d' ét endue, pl us de sol i di t é à ses
af f ai r es l a f l at t oi t agr éabl ement , l or squ' el l e se vi t

p291

ar r êt ée par une r i val i t é que ses pr opr es succès
avoi ent f ai t naî t r e.
Les négoci ant s échauf f és par l a connoi ssance des
gai ns qu' on f ai soi t dans l ' I nde, r ésol ur ent d' y
navi guer . Char l es I i , qui n' ét oi t sur l e t r ône
qu' un par t i cul i er vol upt ueux et di ssi pat eur , l eur
en vendi t l a per mi ssi on, t andi s que d' un aut r e côt é
i l t i r oi t de l a compagni e des sommes consi dér abl es
pour l ' aut or i ser à pour sui vr e ceux qui ent r epr enoi ent
sur son pr i vi l ege. Une concur r ence de cet t e nat ur e
devoi t dégénér er , et dégénér a en ef f et bi ent ôt
en br i gandage. Les angl oi s, devenus ennemi s,
cour oi ent l es uns sur l es aut r es avec un achar nement ,
une ani mosi t é, qui l es décr i er ent dans l es mer s
d' Asi e. J acques I i , despot e et f anat i que, mai s
l e pr i nce de son si ecl e qui ent endoi t l e mi eux
l e commer ce, ar r êt a ce désor dr e ; mai s i l n' ét oi t
pas si ai sé de changer l es moeur s dont i l
avoi t ét é l a sour ce. Les agent s de l a compagni e,
que l ' espr i t de r api ne avoi t gagnés, i nt er cept er ent
sans r ai son même appar ent e l es vai sseaux de
Sur at e. Cet t e odi euse pi r at er i e engagea une
guer r e doubl ement r ui neuse, et par l es dépenses
qu' el l e ent r aî na, et par l ' i nt er r upt i on t ot al e des
af f ai r es dans l es r i ches et vast es ét at s de
l ' I ndost an.
Ces t r oubl es n' ét oi ent pas cal més, l or sque l a
r évol ut i on ar r i vée en Angl et er r e en 1688 ar ma
l ' Eur ope ent i er e. Les événement s de ces t r op
sangl ant es, t r op cél ebr es di vi si ons sont assez
connus ; mai s l ' on i gnor e que, dans l e cour s des
host i l i t és, l es ar mat eur s f r ançoi s enl ever ent à
l a Gr ande- Br et agne quat r e mi l l e deux cent s
bât i ment s mar chands, qui f ur ent éval ués t r ent e
mi l l i ons st er l i ngs, et que l a pl upar t des vai sseaux
qui r evenoi ent des I ndes se t r ouver ent compr i s
dans cet t e f at al e l i st e.

p292

Ces dépr édat i ons f ur ent sui vi es d' une di sposi t i on
économi que qui devoi t accél ér er l a r ui ne de l a
compagni e. Les r éf ugi és f r ançoi s avoi ent
por t é en I r l ande et en écosse l a cul t ur e du l i n,
du chanvr e. Pour encour ager cet t e nouvel l e br anche
d' i ndust r i e, on cr ut devoi r pr oscr i r e l ' usage des
t oi l es des I ndes, except é l es moussel i nes et
cel l es qui ét oi ent nécessai r es au commer ce d' Af r i que.
Un cor ps déj a épui sé pouvoi t - i l r ési st er à un
coup aussi i mpr évu, aussi accabl ant ?
La pai x, qui devoi t f i ni r t ant de mal heur s, y
mi t l e combl e. I l s' él eva dans l es t r oi s r oyaumes
un cr i génér al cont r e l a compagni e. Ce n' ét oi t
pas sa décadence qui l ui susci t oi t des ennemi s ;
el l e ne f ai soi t que l es enhar di r . Ses pr emi er s pas
avoi ent ét é cont r ar i és. Dès 1615, quel ques pol i t i ques
avoi ent décl amé cont r e l e commer ce des I ndes
or i ent al es. I l s l ' accusoi ent d' af f oi bl i r l es
f or ces naval es par une gr ande consommat i on d' hommes,
et de di mi nuer sans dédommagement l es expédi t i ons
pour l e l evant et pour l a Russi e. Ces cl ameur s,
quoi que cont r edi t es par des hommes écl ai r és,
devi nr ent si vi ol ent es ver s 1618, que l a compagni e
se voyant exposée à l ' ani mosi t é de l a nat i on,
s' adr essa au gouver nement . El l e l e suppl i oi t
d' exami ner l a nat ur e de son commer ce, de l e
pr ohi ber , s' i l ét oi t cont r ai r e aux i nt ér êt s de
l ' ét at ; et s' i l l ui ét oi t f avor abl e, de l ' aut or i ser
par une décl ar at i on publ i que. Le t emps n' avoi t
qu' assoupi cet t e opposi t i on nat i onal e ; et el l e se
r enouvel l a avec une vi vaci t é ext r ême à l ' époque
qui nous occupe. Ceux qui ét oi ent moi ns r i gi des
dans l eur s spécul at i ons consent oi ent qu' on f î t l e
commer ce des I ndes ; mai s i l s sout enoi ent qu' i l
devoi t êt r e ouver t à t out e l a nat i on. Un pr i vi l ege
excl usi f l eur par oi ssoi t un at t ent at mani f est e cont r e
l a l i ber t é.

p293

Sel on eux, l es peupl es n' avoi ent ét abl i un
gouver nement qu' en vue de pr ocur er l e bi en génér al ;
et on y por t oi t at t ei nt e, en i mmol ant par d' odi eux
monopol es l ' i nt ér êt publ i c à des i nt ér êt s par t i cul i er s.
I l s f or t i f i oi ent ce pr i nci pe f écond et i ncont est abl e,
par une expér i ence assez r écent e. Dur ant l a r ebel l i on,
di soi ent - i l s, l es mar chands par t i cul i er s, qui
s' ét oi ent empar és des mer s d' Asi e, y por t er ent l e
doubl e des mar chandi ses nat i onal es qu' on demandoi t
aupar avant ; et i l s se t r ouver ent en ét at de donner
l es mar chandi ses en r et our à un pr i x assez bas
pour suppl ant er l es hol l andoi s dans t ous l es mar chés
de l ' Eur ope. Ces r épubl i cai ns habi l es, cer t ai ns de
l eur per t e, si l es angl oi s condui soi ent pl us
l ong- t emps l eur s af f ai r es dans l es pr i nci pes d' une
i ndépendance ent i er e, f i r ent i nsi nuer à Cr omwel
par quel ques per sonnes qu' i l s avoi ent gagnées, de
f or mer une compagni e excl usi ve. I l s f ur ent secondés
dans l eur s menées par l es négoci ant s angl oi s qui
f ai soi ent al or s l e commer ce, et qui se pr omet t oi ent ,
pour l ' aveni r , des gai ns pl us consi dér abl es,
l or sque devenus seul s vendeur s, i l s donner oi ent l a
l oi aux consommat eur s. Le pr ot ect eur , t r ompé par
l es i nsi nuat i ons ar t i f i ci euses des uns et des aut r es,
r enouvel l a l e monopol e, mai s pour sept ans
seul ement , af i n de pouvoi r r eveni r sur ses pas, s' i l
se t r ouvoi t qu' i l eût f ai t un mauvai s par t i .
Ce par t i ne par oi ssoi t pas mauvai s à t out l e
monde. I l ne manquoi t pas de gens qui pensoi ent que
l e commer ce des I ndes ne pouvoi t r éussi r qu' à
l ' ai de d' un pr i vi l ege excl usi f ; mai s pl usi eur s
d' ent r ' eux sout enoi ent que l a char t r e du pr i vi l ege
act uel n' en ét oi t pas moi ns nul l e, par ce qu' el l e
avoi t ét é accor dée par des r oi s qui n' en avoi ent
pas l e dr oi t . I l s r appel l oi ent pl usi eur s act es de
cet t e nat ur e cassés par l e par l ement sous édouar d
I i i ,

p294

sous Henr i I v, sous J acques I , sous d' aut r es
r egnes. Char l es I i avoi t , à l a vér i t é, gagné un
pr ocès de cet t e nat ur e à l a cour des pl ai doyer s
communs, mai s sur une r ai son si puér i l e, qu' el l e
devoi t décr i er à j amai s l es pr ét ent i ons des
monar ques usur pat eur s. Ce t r i bunal avoi t osé di r e :
que le prince devoit avoir l' autorité d' empêcher
que tous les sujets ne pussent commercer avec les
infideles, dans la crainte que la pureté de leur
foi ne s' altérât .
Quoi que l es par t i es dont on a par l é eussent des
vues par t i cul i er es, opposées même, i l s se r éuni ssoi ent
t ous dans l e pr oj et de r endr e l e commer ce l i br e,
de f ai r e annul er du moi ns l e pr i vi l ege de l a
compagni e. La nat i on en génér al se décl ar oi t
pour eux ; mai s l e cor ps at t aqué l eur opposoi t ses
par t i sans, l es mi ni st r es, t out ce qui t enoi t à l a
cour , qui f ai soi t el l e- même cause commune avec l ui .
Des deux côt és on empl oya l a voi e des l i bel l es, de
l ' i nt r i gue, de l a cor r upt i on. Du choc de ces
passi ons, i l sor t i t un de ces or ages dont l a vi ol ence
ne se f ai t guer es sent i r qu' en Angl et er r e. Les
f act i ons, l es sect es, l es i nt ér êt s se heur t er ent
avec i mpét uosi t é. Tout , sans di st i nct i on de r ang,
d' âge, de sexe, se par t agea. Les pl us gr ands
événement s n' avoi ent pas exci t é pl us d' ent housi asme.
La compagni e, pour appuyer l a chal eur de ses
déf enseur s, of f r i t de pr êt er à l ' ét at sept cent s mi l l e
l i vr es st er l i ngs, à condi t i on qu' on l ui l ai sser oi t
son pr i vi l ege. Ses adver sai r es of f r oi ent deux
mi l l i ons pour l e f ai r e r évoquer .
Les deux chambr es devant qui ce gr and pr ocès
s' i nst r ui soi t , se décl ar er ent pour l es par t i cul i er s.
I l l eur f ut per mi s de f ai r e ensembl e ou sépar ément
l e commer ce de l ' I nde, ou d' en t r anspor t er l e
dr oi t à qui i l s voudr oi ent : i l s s' associ er ent , et

p295

f or mer ent une nouvel l e compagni e. L' anci enne
obt i nt l a per mi ssi on de cont i nuer ses ar mement s,
j usqu' à l ' expi r at i on t r ès- pr ochai ne de sa char t r e.
Ai nsi l ' Angl et er r e eut à l a f oi s deux compagni es
des I ndes or i ent al es aut or i sées par l e par l ement ,
au- l i eu d' une seul e ét abl i e par l ' aut or i t é r oyal e.
Depui s cet t e époque, l e dr oi t d' accor der des
pr i vi l eges excl usi f s, de l es l i mi t er , de l es ét endr e,
de l es anéant i r , est r est é aux r epr ésent at i ons de l a
nat i on.
On vi t al or s ces cor ps aussi ar dent s à se dét r ui r e
r éci pr oquement , qu' i l s l ' avoi ent ét é à s' ét abl i r .
L' un et l ' aut r e avoi ent goût é l es avant ages qui
r evenoi ent du commer ce, et se r egar doi ent avec
cet t e j al ousi e, cet t e hai ne que l ' ambi t i on et
l ' avar i ce ne manquent j amai s d' i nspi r er . Leur
di vi si on qu' on soupçonna l es hol l andoi s de
f oment er , peut - êt r e sur l ' uni que f ondement qu' i l s
avoi ent i nt ér êt à l e f ai r e, se mani f est a par de gr ands
écl at s en Eur ope, et sur - t out aux I ndes. Les
deux soci ét és se r appr ocher ent enf i n, et f i ni r ent
par uni r l eur s f onds en 1702. Depui s cet t e époque,
l es af f ai r es de l a compagni e f ur ent condui t es avec
pl us de l umi er es, de sagesse et de di gni t é. Les
pr i nci pes du commer ce qui se dével oppoi ent de pl us
en pl us en Angl et er r e i nf l uer ent sur son
admi ni st r at i on, aut ant que l e per met t oi ent l es
i nt ér êt s de son monopol e. El l e amél i or a ses anci ens
ét abl i ssement s. El l e en f or ma de nouveaux. Le
bonheur qu' el l e avoi t de n' avoi r j amai s manqué à ses
engagement s, l ui donnoi t un cr édi t pl us ét endu que
ses besoi ns. Ce qu' une pl us gr ande concur r ence l ui
ôt oi t de bénéf i ces, el l e cher choi t à se l e pr ocur er
par des vent es pl us consi dér abl es. Son pr i vi l ege
ét oi t avec moi ns de vi ol ence, depui s qu' i l avoi t
r eçu l a sanct i on des l oi x, et obt enu l a pr ot ect i on
du par l ement .

p296

Quel ques di sgr aces passager es t r oubl er ent ses
pr ospér i t és. Les angl oi s avoi ent f or mé en 1702
un ét abl i ssement dans l ' i sl e de Pul ocondor e,
dépendant e de l a Cochi nchi ne. Leur but ét oi t de
pr endr e par t au commer ce de ce r i che r oyaume j usqu' al or s
t r op négl i gé. Une sévér i t é out r ée r évol t a sei ze sol dat s
macassar s, qui f ai soi ent par t i e de l a gar ni son.
Dans l a nui t du 3 de mar s 1705, i l s mi r ent l e f eu
aux mai sons du f or t , et massacr er ent l es eur opéens,
à mesur e qu' i l s sor t oi ent pour l ' ét ei ndr e. De
quar ant e- ci nq qu' i l s ét oi ent , t r ent e pér i r ent de
cet t e mani er e, l e r est e t omba sous l es coups des
nat ur el s du pays, mécont ent s de l ' i nsol ence de
ces ét r anger s. La compagni e per di t par cet
événement l es dépenses que l ui avoi t coût é son
ent r epr i se, l es f onds qui ét oi ent dans son compt oi r ,
et l es espér ances qu' el l e avoi t conçues.
Les mal heur s qu' el l e épr ouva en 1719 à Sumat r a,
eur ent des sui t es moi ns f unest es. Cet t e gr ande
i sl e f ut f r équent ée par l es angl oi s dès l eur ar r i vée
aux I ndes ; mai s ce ne f ut qu' en 1688 qu' i l s s' y
f i xer ent . I l s chasser ent l es hol l andoi s de Bencoul i ,
vi l l e consi dér abl e de l a côt e occi dent al e, bât i e
sur une baye l ar ge et commode, et s' ét abl i r ent à
l eur pl ace. Les conquér ant s t r ouver ent des
i nsul ai r es por t és à t r ai t er avec eux ; et ces
di sposi t i ons f ur ent d' abor d sagement cul t i vées. Une
condui t e si mesur ée ne dur a pas l ong- t emps. Les
agent s de l a compagni e ne t ar der ent pas à se l i vr er
à cet espr i t de r api ne et de t yr anni e que l es
eur opéens por t ent si génér al ement en Asi e. I l
commença à s' él ever al or s ent r ' eux et l es nat ur el s
du pays quel ques nuages. I l s gr ossi r ent peu- à- peu.
La déf i ance et l ' ani mosi t é ét oi ent ext r êmes,
l or squ' on vi t sor t i r de t er r e à quel ques mi l l es
l es f ondement s d' une f or t er esse. Les angl oi s
pouvoi ent avoi r ét é dét er mi nés à cet t e

p297

ent r epr i se pour s' él oi gner d' un l i eu mar écageux et
si mal - sai n, qu' i l s l e r egar doi ent comme l eur
t ombeau. On n' en j ugea pas ai nsi . Ses habi t ant s,
dans l es di sposi t i ons où i l s ét oi ent , cr ur ent que
c' ét oi t un moyen i magi né pour appesant i r , pour
ét er ni ser l eur s f er s, et i l s pr i r ent l es ar mes. Tout
l e pays se j oi gni t à eux. En moi ns de r i en, l e f or t ,
t ous l es édi f i ces de l a compagni e f ur ent r édui t s en
cendr es, l es angl oi s, bat t us, et obl i gés de
s' embar quer avec ce qu' i l s pur ent empor t er d' ef f et s.
Leur pr oscr i pt i on ne f ut pas l ongue. La cr ai nt e
de r et omber sous l e j oug de l ' i mpi t oyabl e hol l andoi s,
qui ét oi t en f or ce sur l a f r ont i er e, l es f i t
r appel l er . I l s t i r er ent de l eur s désast r es l ' avant age
de pouvoi r achever sans cont r adi ct i on l e f or t
Mal bor oug, où i l s sont encor e.
Ces t r oubl es ét oi ent à pei ne appai sés, qu' i l s' en
él eva de nouveaux dans l e Mal abar et dans d' aut r es
cont r ées. Comme i l s t i r oi ent t ous l eur sour ce de
l ' avar i ce et de l ' i nqui ét ude des empl oyés de l a
compagni e, el l e r éussi t à l es f i ni r , en abandonnant
l es pr ét ent i ons i nj ust es qui l es avoi ent f ai t
naî t r e. De pl us gr ands i nt ér êt s f i xer ent bi ent ôt
son ambi t i on. L' Angl et er r e et l a Fr ance ent r er ent
en guer r e en 1744. Tout es l es par t i es de l ' uni ver s
devi nr ent l e t héât r e de l eur s di vi si ons. Dans l ' I nde,
comme ai l l eur s, chaque nat i on dével oppa son
car act er e. Les angl oi s, t ouj our s ani més de l ' espr i t
de commer ce, at t aquer ent cel ui de l eur s ennemi s,
et l e dét r ui si r ent . Les f r ançoi s, f i del es à l eur
passi on pour l es conquêt es, s' empar er ent du
pr i nci pal ét abl i ssement de l eur s concur r ent s. Les
événement s f i r ent voi r l equel des deux peupl es avoi t
sui vi une di r ect i on pl us sage. Cel ui qui ne s' ét oi t
occupé que de son agr andi ssement , t omba dans une
i nact i on ent i er e, t andi s que l ' aut r e, pr i vé du

p298

cent r e de sa pui ssance donnoi t pl us d' ét endue à
ses ent r epr i ses.
L' épui sement d' une compagni e, et l a r i chesse de
l ' aut r e, par où f i ni r ent l es host i l i t és, ai dent
à expl i quer t out ce qui sui vi t . On sai t que l es
deux nat i ons ent r er ent comme auxi l i ai r es dans l es
démêl és des pr i nces de l ' I nde ; on sai t que peu
apr ès el l es r epr i r ent l es ar mes pour l eur s pr opr es
i nt ér êt s ; on sai t qu' avant l a f i n des t r oubl es, l es
f r ançoi s se t r ouver ent chassés du cont i nent et des
mer s d' Asi e. Leur mauvai se condui t e dur ant cet t e
guer r e, l a bonne pol i t i que de l eur s ennemi s, eur ent
sans dout e l a pr i nci pal e i nf l uence dans cet t e
r évol ut i on ; mai s el l es ne f i r ent pas t out . Ceux
qui osent r emont er aux causes él oi gnées et pr i mi t i ves
des gr andes scenes qui f ont l e sor t du monde, ont
bi en sent i que l es pr ospér i t és passées des angl oi s
l eur donnoi ent des f aci l i t és pour se bi en condui r e,
t andi s que l a si t uat i on gênée de l eur s r i vaux l es
met t oi t dans l ' i mpossi bi l i t é de f ai r e i mpunément
aucune f aut e. Quoi qu' i l en soi t de l a j ust esse de
cet t e r éf l exi on, i l est cer t ai n qu' à l a der ni er e pai x,
l a compagni e angl oi se s' est t r ouvée en possessi on
de l ' empi r e dans l e Bengal e, sur l a côt e de
Cor omandel et au Mal abar .
Le Mal abar , pr opr ement di t , n' est que l e pays
si t ué ent r e l e cap Comor i n et l a r i vi er e de
Nel i cer am. Cependant , pour r endr e l a nar r at i on pl us
cl ai r e, en nous conf or mant aux i dées pl us
génér al ement r eçues en Eur ope, nous appel l er ons
de ce nomt out l ' espace qui s' ét end depui s
l ' I ndus j usqu' au cap Comor i n. Nous y compr endr ons
même l es i sl es voi si nes, en commençant par l es
Mal di ves.
Les Mal di ves f or ment une l ongue chaî ne d' i sl es,
dont l es pl us sept ent r i onal es sont à cent ci nquant e

p299

l i eues du cap Comor i n, l a t er r e f er me l a pl us
voi si ne. Les nat ur el s du pays en compt ent douze mi l l e,
dont l es pl us pet i t es n' of f r ent que des monceaux
de sabl es submer gés dans l es haut es mar ées, et
l es pl us gr andes n' ont qu' une t r ès- pet i t e
ci r conf ér ence. De t ous l es canaux qui l es sépar ent ,
i l n' y en a que quat r e qui pui ssent r ecevoi r des
vai sseaux. Les aut r es sont si peu pr of onds, qu' on y
t r ouve r ar ement pl us de t r oi s pi eds d' eau. On
conj ect ur e, avec f ondement , que t out es ces
di f f ér ent es i sl es n' en f ai soi ent aut r ef oi s qu' une,
que l ' ef f or t des vagues et des cour ant s, ou quel que
gr and acci dent de l a nat ur e, aur a di vi sé en
pl usi eur s por t i ons.
I l est vr ai sembl abl e que cet ar chi pel f ut
or i gi nai r ement peupl é par des hommes venus de
Mal abar . Dans l a sui t e, l es ar abes y passer ent , en
usur per ent l a souver ai net é, et y ét abl i r ent l eur
r el i gi on. Les deux nat i ons n' en f ai soi ent pl us
qu' une, l or sque l es por t ugai s, peu de t emps apr ès
l eur ar r i vée aux I ndes, l a mi r ent sous l e j oug.
Cet t e t yr anni e dur a peu. La gar ni son qui en t enoi t
l es chaî nes f ut ext er mi née, et l es Mal di ves
r ecouvr er ent l eur i ndépendance. Depui s cet t e époque,
el l es sont soumi ses, comme t out l e r est e de l ' or i ent ,
à un despot e, qui t i ent sa cour à Mal e, et qui a
abandonné t out e l ' aut or i t é aux pr êt r es. I l est l e
seul négoci ant de ses ét at s.
Une par ei l l e admi ni st r at i on et l a st ér i l i t é du
pays qui ne pr odui t que des cocot i er s, empêchent
l e commer ce d' y êt r e consi dér abl e. Les expor t at i ons
se r édui sent à des caur i s, du poi sson et du kai r e.
Le kai r e est l ' écor ce du cocot i er , dont on f ai t
des cabl es, qui ser vent à l a navi gat i on dans l ' I nde.
Nul l e par t i l n' est aussi bon, aussi abondant qu' aux

p300

Mal di ves. On en por t e une gr ande quant i t é avec
des caur i s à Ceyl an, où ces mar chandi ses sont
échangées cont r e des noi x d' ar eque.
Le poi sson, appel l é dans l e pays compl emasse,
est séché au sol ei l . On l e sal e, en l e pl ongeant dans
l ' eau de l a mer à pl usi eur s r epr i ses. I l est
di vi sé en f i l et s de l a gr osseur et de l a l ongueur
du doi gt . Achemen r eçoi t t ous l es ans deux
car gai sons, qu' i l pai e avec de l ' or et avec du
benj oi n. L' or r est e dans l es Mal di ves, et l e
benj oi n est envoyé à Moka, où i l ser t à achet er
envi r on t r oi s cent s bal l es de caf é nécessai r es
à l a consommat i on de ces i sl es.
Les caur i s sont des coqui l l es bl anches et
l ui sant es, gr osses comme l e bout du pet i t doi gt .
La pêche s' en f ai t deux f oi s l e moi s, t r oi s j our s
avant l a nouvel l e l une, et t r oi s j our s apr ès. El l e
est abandonnée aux f emmes, qui ent r ent dans l ' eau
j usqu' à l a cei nt ur e pour l es r amasser dans l es
sabl es de l a mer : on en f ai t des paquet s de
douze mi l l e. Ce qui ne r est e pas dans l a ci r cul at i on
du pays, ou qui ne va pas t r ouver l es hol l andoi s,
passe dans l e Gange. I l sor t t ous l es ans de ce
cél ebr e f l euve un gr and nombr e de bât i ment s qui
vont por t er du sucr e, du r i z, des t oi l es, quel ques
aut r es obj et s moi ns consi dér abl es aux Mal di ves,
et qui se char gent en r et our de caur i s pour
envi r on t r oi s cent s mi l l e r oupi es. Une par t i e se
di sper se dans l e Bengal e, où i l ser t de pet i t e
monnoi e. Le r est e est enl evé par l es eur opéens, qui
ne saur oi ent s' en passer dans l eur commer ce
d' Af r i que. I l s pai ent l a l i vr e si x sol s de Fr ance,
l a vendent depui s douze j usqu' à di x- hui t dans l eur
mét r opol e, et el l e vaut en Gui née j usqu' à t r ent e- ci nq.
Le r oyaume de Tr avancor , qui s' ét end du cap Comor i n
aux f r ont i er es de Cochi n, n' ét oi t aut r ef oi s

p301

guer es pl us opul ent que l es Mal di ves. I l est
vr ai sembl abl e qu' i l ne dut qu' à sa pauvr et é l a
conser vat i on de son i ndépendance, l or sque l es
mogol s s' empar er ent de Madur é. Le per e du monar que
act uel donna à sa cour onne pl us de di gni t é qu' el l e
n' en avoi t eue. C' ét oi t un homme de gr and sens.
Un de ses voi si ns l ui avoi t envoyé deux
ambassadeur s, dont l ' un avoi t commencé une har angue
pr ol i xe que l ' aut r e se di sposoi t à cont i nuer .
ne soyez pas long, la vie est courte, l ui di t ce
pr i nce avec un vi sage aust er e. De déser t eur s
f r ançoi s et por t ugai s, i l f or ma un pet i t cor ps de
t r oupes, qui , dur ant l a pai x, f ai soi ent l e ser vi ce
dans l a ci t adel l e de Cor at e, avec aut ant de
r égul ar i t é qu' on en t r ouve dans nos pl aces f or t es,
et dont i l se ser vi t heur eusement dans l a guer r e
pour ét endr e ses possessi ons. L' i nt ér i eur de son
pays gagna à ses conquêt es ce qui ar r i ve r ar ement .
I l s' y ét abl i t des manuf act ur es gr ossi er es de cot on,
qui t r ouver ent d' abor d un débouché à Tut ucor i n chez
l es hol l andoi s, et qui depui s se sont por t ées chez
l es angl oi s d' Anj i ngue.
I l s' est f or mé deux ét abl i ssement s eur opéens dans l e
Tr avancor . Cel ui que l es danoi s ont à Col eche
n' est qu' une assez pet i t e l oge d' où i l s pour r oi ent
cependant t i r er r égul i ér ement deux cent s mi l l i er s
de poi vr e. Tel l e est l eur i ndol ence ou l eur pauvr et é,
que, depui s di x ans, i l s n' y en ont achet é qu' une
f oi s, et encor e une t r ès- pet i t e quant i t é.
Le compt oi r angl oi s d' Anj i ngue a quat r e pet i t s
bast i ons sans f ossés, et une gar ni son de cent
ci nquant e hommes bl ancs ou noi r s. I l est si t ué sur
une l angue de t er r e sabl onneuse, à l ' embouchur e
d' une pet i t e r i vi er e qui est bar r ée l es t r oi s
quar t s du t emps par des sabl es. Son al dée est
f or t peupl ée,

p302

et r empl i e de mét i er s. Cet ét abl i ssement est pl us
ut i l e en génér al aux agent s de l a compagni e qui y
achet ent pour l eur compt e, du poi vr e, de l a gr osse
cannel l e, du t r ès- bon kai r e, qu' à l a compagni e même,
qui n' en t i r e que ci nquant e mi l l i er s de poi vr e, et
quel ques t oi l es de peu de val eur .
Cochi n ét oi t f or t consi dér abl e, l or sque l es
por t ugai s ar r i ver ent dans l ' I nde. I l s s' empar er ent
de cet t e pl ace, dont i l s f ur ent chassés depui s par
l es hol l andoi s. Le souver ai n en l a per dant avoi t
conser vé ses ét at s, qui , dans l ' espace de vi ngt - ci nq
ans, ont ét é envahi s successi vement par l e
Tr avancor . Ses mal heur s l ' ont r édui t à se r éf ugi er
sous l es mur s de son anci enne capi t al e, où i l
subsi st e d' envi r on si x mi l l e r oupi es, qu' on s' est
obl i gé, par d' anci ennes capi t ul at i ons, à l ui donner
sur l e pr odui t de ses douanes. On voi t dans l e même
f auxbour g une col oni e de j ui f s i ndust r i eux et bl ancs,
qui ont l a f ol l e pr ét ent i on de s' y êt r e ét abl i s au
t emps de l a capt i vi t é de Babyl one, mai s qui
cer t ai nement y sont depui s t r ès- l ong- t emps. Une
vi l l e ent our ée de campagnes t r ès- f er t i l es, bât i e
sur une r i vi er e qui r eçoi t des vai sseaux de ci nq
cent s t onneaux, et qui f or ment dans l ' i nt ér i eur du
pays pl usi eur s br anches navi gabl es, devr oi t êt r e
nat ur el l ement f l or i ssant e. S' i l n' en est pas ai nsi , on
n' en peut accuser que l e géni e oppr esseur du
gouver nement .
Ce mauvai s espr i t est pour l e moi ns aussi sensi bl e
à Cal i cut , dont l ' or i gi ne eut quel que chose
d' assez si ngul i er , si on s' en r appor t e à
d' anci ennes t r adi t i ons. El l es di sent que l or sque
l es ar abes commencer ent à s' ét abl i r aux I ndes,
dans l e hui t i eme si ecl e, l e souver ai n de Mal abar
pr i t un goût si vi f pour l eur r el i gi on, que,

p303

peu cont ent de l ' embr asser , i l r ésol ut d' al l er f i ni r
ses j our s à La Mecque. I l par t agea ses ét at s aux
pr i nces de sa f ami l l e, à condi t i on qu' i l s
r econnoî t r oi ent pour l eur zamor i n ou l eur emper eur
cel ui d' ent r ' eux auquel i l l ai ssoi t l e t er r i t oi r e
où i l s' embar quoi t , et sur l equel on bât i t Cal i cut ,
qui donna son nomà t out l e pays. Ces l i ens se sont
r ompus successi vement ; mai s l e chef - l i eu de
l ' empi r e a du moi ns conser vé son i ndépendance. Tout es
l es nat i ons y sont r eçues ; mai s aucune n' y domi ne.
Le souver ai n qui l ui donne auj our d' hui des l oi x
est br ame. C' est pr esque l e seul t r ône de l ' I nde
occupé par cet t e pr emi er e des cast es. On en voi t
r égner ai l l eur s de moi ns di st i nguées. I l y en a même
de si obscur es sur l e t r ône, que l eur s domest i ques
ser oi ent déshonor és et chassés de l eur s t r i but s,
s' i l s s' avi l i ssoi ent j usqu' à manger avec l eur s
monar ques. Pr esque par - t out l es br ames, déposi t ai r es
de l a l i t t ér at ur e ai nsi que de l a r el i gi on du pays,
sont empl oyés par l es r aj as comme mi ni st r es ou comme
secr et ai r es.
Tout l e Cal i cut est mal admi ni st r é, et sa capi t al e
pl us mal encor e. El l e n' a ni pol i ce, ni f or t i f i cat i ons.
Son commer ce, embar r assé d' une i nf i ni t é de dr oi t s,
est pr esqu' ent i ér ement dans l es mai ns de quel ques
maur es l es pl us cor r ompus, l es pl us i nf i del es de
l ' Asi e. Un de ses pl us gr ands avant ages est de
r ecevoi r par l a r i vi er e de Beypour , qui n' en est
él oi gnée que de deux l i eues, l e boi s de t ek, qui se
t r ouve en abondance dans l es pl ai nes et sur l es
mont agnes voi si nes.
Les possessi ons de l a mai son de Col ast r y, voi si nes
de Cal i cut , ne sont guer es connues que par l a
col oni e f r ançoi se de Mahé, qui r enaî t de ses
cendr es ; et par l a col oni e angl oi se de Tal l i cher y,
qui n' a épr ouvé aucun mal heur . Cet t e der ni er e

p304

a un f or t f l anqué de quat r e bast i ons sans f ossés,
une gar ni son de t r oi s cent s eur opéens, de ci nq
cent s ci payes, une popul at i on d' envi r on qui nze
mi l l e habi t ant s. La compagni e, à qui el l e
appar t i ent , en t i r e annuel l ement t r oi s mi l l i ons
pesant de poi vr e.
à l a r éser ve de quel ques pr i nci paut és qui mér i t ent
à pei ne d' êt r e nommées, l es ét at s dont on vi ent
de par l er f or ment pr opr ement t out l e Mal abar ,
cont r ée pl us agr éabl e que r i che. On n' en expor t e
guer es que des ar omat es, des épi cer i es. Les pl us
consi dér abl es sont l e boi s de sandal , l e saf r an
d' I nde, l e car damome, l e gi ngembr e, l a f ausse
cannel l e et l e poi vr e.
Le sandal est un ar br e de l a gr andeur du noyer . I l
por t e un f r ui t i nut i l e, qui ne r essembl e pas mal
aux cer i ses. Son boi s, pl us par f ai t au Mal abar
qu' ai l l eur s, si l ' on en except e l e Canar a, où i l
est supér i eur encor e, est r ouge, j aune ou bl anc. On
t i r e des deux der ni er es especes une hui l e dont on
se f r ot t e l e cor ps à l a Chi ne, aux I ndes, en
Per se, dans l ' Ar abi e et l a Tur qui e. On l e br ûl e
aussi en pet i t s mor ceaux dans l es appar t ement s, où
i l r épand une odeur douce et sal ut ai r e. On en f ai t
encor e des casset t es qui communi quent un par f um
agr éabl e à ce qu' el l es r enf er ment . Le sandal r ouge
est moi ns est i mé, et n' est guer es d' usage que dans
l a médeci ne.
Le saf r an d' I nde, que l es médeci ns appel l ent
cur cuma, est une pl ant e dont l es f eui l l es r essembl ent
à cel l es de l ' el l ébor e bl anc : sa f l eur est d' une
t r ès- bel l e coul eur de pour pr e, ses f r ui t s sont
comme nos chât ai gnes, des hér i ssons dans l esquel s
l a semence r onde comme des poi s est r enf er mée. Sa
r aci ne, qui est amer e, et qu' on a l ongt emps
r egar dée comme apér i t i ve, ét oi t empl oyée

p305

aut r ef oi s pour l a guér i son de l a j auni sse. Les
i ndi ens s' en ser vent pour t ei ndr e en j aune, et el l e
ent r e dans l ' assai sonnement de pr esque t ous l eur s
met s.
Le car damome est une gr ai ne qui ent r e dans l a pl upar t
des r agoût s i ndi ens. Sa r épr oduct i on se f ai t sans
qu' on seme et sans qu' on pl ant e. I l suf f i t , apr ès
l a sai son des pl ui es, de met t r e l e f eu à l ' her be
qui l ' a pr odui t e. Souvent on l a mêl e avec l ' ar eque
et l e bét el ; quel quef oi s on l a mâche apr ès. La
pet i t e, et l a pl us est i mée, est cel l e qui se
t r ouve dans l e t er r i t oi r e de Cananor . La médeci ne
s' en ser t pr i nci pal ement pour ai der l a di gest i on,
et pour f or t i f i er l ' est omac.
Le gi ngembr e est une pl ant e dont l a r aci ne est
bl anche, t endr e, et d' un goût pr esqu' aussi pi quant
que l e poi vr e. Les i ndi ens s' en ser vent pour
di mi nuer l ' i nsi pi di t é nat ur el l e du r i z, qui f ai t
l eur nour r i t ur e or di nai r e. Cet t e épi cer i e mêl ée
avec d' aut r es, donne aux met s qu' el l e assai sonne
un goût f or t qui dépl aî t souver ai nement aux
ét r anger s. Cependant ceux des eur opéens qui ar r i vent
en Asi e sans f or t une, sont f or cés de s' y
accout umer . Les aut r es s' y habi t uent par compl ai sance
pour l eur s f emmes, nées l a pl upar t dans l e pays.
Là, comme ai l l eur s, i l est pl us f aci l e aux hommes
de pr endr e l es goût s et l es f oi bl es des f emmes,
que de l es en guér i r . Peut - êt r e aussi que l e cl i mat
exi ge cet t e mani er e de vi vr e.
On t r ouve de l a f ausse cannel l e, connue en Eur ope
sous l e nomde cassa lignea , à Ti mor , à J ava,
à Mi ndanao ; mai s cel l e qui cr oî t sur l a côt e
de Mal abar est f or t supér i eur e. Si el l e ét oi t un
peu moi ns épai sse, et que ses bât ons f ussent un
peu pl us l ongs, on l a di st i nguer oi t di f f i ci l ement
de l a vér i t abl e. I l ne f aut pour en obt eni r

p306

l es mêmes ef f et s, qu' en empl oyer une pl us gr ande
quant i t é. Son hui l e a l a même odeur , l e même
goût ; mai s el l e est moi ns cl ai r e. Les hol l andoi s
désespér ant de pouvoi r ext er mi ner l es ar br es
r épandus dans l es f or êt s qui l a pr odui sent ,
i magi ner ent dans l e t emps de l eur pr épondér ance au
Mal abar , d' exi ger des souver ai ns du pays qu' i l s
r enonçassent au dr oi t de l es dépoui l l er de l eur
écor ce. Cet engagement , qui n' a j amai s ét é bi en
r empl i , l ' est encor e moi ns depui s que l a pui ssance
qui l ' avoi t di ct é a per du t out e sa f or ce, et qu' el l e
a augment é l e pr i x de l a cannel l e de Ceyl an. Cel l e
de Mal abar peut f or mer auj our d' hui un obj et de
deux cent s mi l l e l i vr es pesant . La moi ndr e par t i e
passe en Eur ope, où des mar chands peu f i del es l a
vendent pour bonne : l e r est e se di st r i bue dans
l ' I nde, où el l e se vend vi ngt à vi ngt - ci nq sol s
l a l i vr e, quoi qu' el l e n' en ai t coût é que si x. Ce
commer ce est t out ent i er ent r e l es mai ns des angl oi s
l i br es. I l doi t augment er , mai s j amai s i l n' appr ocher a
de cel ui du poi vr e.
Le poi vr i er est un ar br i sseau, dont l a r aci ne est
pet i t e, f i br euse et f l exi bl e ; el l e pousse une
t i ge, qui , pour s' él ever , a besoi n d' un ar br e ou d' un
échal as. Son boi s a des noeuds sembl abl es à ceux de
l a vi gne ; et quand i l est sec, i l r essembl e
par f ai t ement au sar ment . Ses f eui l l es, dont l ' odeur
est f or t e et l e goût pi quant , ont l a f i gur e oval e ;
mai s ver s l ' ext r émi t é el l es di mi nuent et se
t er mi nent en poi nt e. Du bout on, des f l eur s qui sont
bl anches, sor t ent t ant ôt au mi l i eu, t ant ôt à
l ' ext r émi t é des br anches, de pet i t es gr appes sembl abl es
à cel l es du gr osel l i er . Chacune cont i ent depui s
vi ngt j usqu' à t r ent e gr ai ns de poi vr e. On l e cuei l l e
communément en oct obr e, et on l ' expose au sol ei l
sept ou hui t j our s. Al or s ce f r ui t , qui avoi t ét é

p307

ver d d' abor d, et r ouge ensui t e, dépoui l l é de sa
pel l i cul e, devi ent t el que nous l e voyons. Le pl us
gr os, l e pl us pesant et l e moi ns r i dé, est l e
mei l l eur .
Le poi vr i er se pl aî t dans l es i sl es de J ava, de
Sumat r a, de Ceyl an, mai s pl us par t i cul i ér ement
sur l a côt e de Mal abar . On ne l e seme poi nt , on
l e pl ant e, et l e choi x des r ej et t ons demande une
at t ent i on sér i euse. I l ne donne du f r ui t qu' au
bout de t r oi s ans. La pr emi er e année de sa
f écondi t é et l es deux qui sui vent , sont si abondant es,
qu' i l y a des ar bust es qui pr odui sent j usqu' à si x
ou sept l i vr es de poi vr e. Les r écol t es vont ensui t e
en di mi nuant , et l ' ar bust e dégéner e avec une t el l e
r api di t é, qu' i l ne r appor t e pl us r i en à l a douzi eme
année.
La cul t ur e du poi vr i er n' est pas di f f i ci l e. I l suf f i t
de l e pl acer dans des t er r es gr asses, et d' ar r acher
avec soi n, sur - t out l es t r oi s pr emi er es années,
l es her bes qui cr oi ssent en abondance aut our de sa
r aci ne. Comme l e sol ei l l ui est t r ès- nécessai r e,
on doi t , l or sque l e poi vr i er est pr êt à por t er
du f r ui t , él aguer l es ar br es qui l ui ser vent
d' appui , af i n que l eur ombr e ne nui se pas à ses
pr oduct i ons. Apr ès l a r écol t e, i l convi ent de
l ' émonder par l e haut . Sans cet t e pr écaut i on, on
aur oi t beaucoup de boi s et peu de f r ui t .
L' expor t at i on du poi vr e, qui f ut aut r ef oi s t out e
ent i er e ent r e l es mai ns des por t ugai s, et que l es
hol l andoi s, l es angl oi s, l es f r ançoi s se par t agent
act uel l ement , peut s' él ever dans l e Mal abar à di x
mi l l i ons pesant . à di x sol s l a l i vr e, c' est un obj et
de ci nq mi l l i ons. I l sor t du pays en d' aut r es
pr oduct i ons pour l a moi t i é de cet t e somme. Ces
vent es l e met t ent en ét at de payer l e r i z qu' i l
t i r e du gange et du Canar a, l es gr osses t oi l es que l ui

p308

f our ni ssent l e Mayssour et l e Bengal e, di ver ses
mar chandi ses que l ' Eur ope l ui envoi e. La sol de
en ar gent n' est r i en ou peu de chose.
Le Canar a, cont r ée l i mi t r ophe du Mal abar
pr opr ement di t , avoi t aut r ef oi s pl us de r i chesses.
C' ét oi t un gr eni er de r i z pr esqu' i népui sabl e. Le
pays est bi en déchu, depui s qu' i l a subi l e j oug
d' Ayder al i kan, sol dat de f or t une, qui a usur pé l e
t r ône de Mayssour , et qui vi ent de por t er l e
r avage dans l e Car nat e. Le commer ce de cet ét at
qui se f ai soi t l i br ement à Mangal or , sa capi t al e,
a ét é concent r é t out ent i er dans l es mai ns du
conquér ant , qui ne l i vr e ses denr ées qu' à ceux
qui l ui por t ent des ar mes, de l a poudr e, t out es
sor t es de muni t i ons de guer r e. On n' a except é de
cet t e l oi que l es por t ugai s, aut r ef oi s maî t r es
de cet t e pr ovi nce, et qui y ont t ouj our s conser vé
une l oge, qui , seul e, nour r i t Goa.
Le commer ce qui a f ai t sor t i r Veni se de ses l agunes,
Amst er damde ses mar ai s, avoi t f ai t de Goa l e
cent r e des r i chesses de l ' I nde, l e pl us f ameux
mar ché de l ' uni ver s. I l n' est pl us r i en, et l a
super st i t i on, l es aut odaf és, l es moi nes ét ouf f ent
j usqu' au desi r de son r ét abl i ssement . Dépoui l l é de
t ant de f er t i l es pr ovi nces, qui r ecevoi ent
aveugl ément ses l oi x, i l ne l ui est r est é que l a
pet i t e i sl e où i l est si t ué, et l es deux péni nsul es
qui f or ment son por t . Les ennemi s qui l ' ent our ent l e
pr i vent de t out e communi cat i on avec l e cont i nent , et
l a voi e de l a mer est l a seul e qui l ui soi t ouver t e.
Deux f r égat es qu' i l est encor e en ét at d' ar mer ,
assur ent ses l i ai sons avec Macao, Di u et l e
Mozambi que, uni ques monument s de son anci enne
gr andeur .
Macao l ui envoi e t ous l es ans deux pet i t s navi r es
char gés de por cel ai nes, d' aut r es mar chandi ses

p309

r ebut ées à Cant on par l es compagni es eur opéennes,
et qui appar t i ennent l a pl upar t aux mar chands
chi noi s. Ces bât i ment s se char gent en r et our
de cot on de Sur at e et des par t i es de car damome,
de boi s de sandal , de saf r an d' I nde, de gi ngembr e
et de poi vr e, que l a f r égat e qui cr oi se au sud a
pu r ecuei l l i r sur l a côt e. Cel l e qui a sa di r ect i on
au nor d, por t e à Sur at e une par t i e de l a car gai son
de l a Chi ne, et y pr end quel ques t oi l es dont
i l va achever l e char gement à Di u.
Cet t e pl ace, qui , aut r ef oi s ét oi t r egar dée comme
l a cl ef de l ' I nde, est si t uée à l ' ent r ée du
gol f e de Cambaye, dans une i sl e qui a t r oi s mi l l es
de l ong sur un demi - mi l l e de l ar ge, et qui t i ent
par un pont à l a t er r e- f er me. El l e n' eut pas ét é
pl ut ôt conqui se par l es por t ugai s, que son por t , qui
est excel l ent pour des vai sseaux de si x cent s
t onneaux, l es pl us gr ands qu' on ar mât al or s, ser vi t
de r et r ai t e à l eur mar i ne mi l i t ai r e, et devi nt l e
cent r e de t out l e r i che commer ce de Guzar at e. Sa
décadence commença à l a même époque, eut l es mêmes
causes que cel l e des aut r es ét abl i ssement s. Un
événement par t i cul i er l a pr éci pi t a en 1670. Les
ar abes de Mascat e s' appr ocher ent de l ' i sl e pendant
l a nui t sur de pet i t s bât i ment s, débar quer ent , à l a
f aveur des t énebr es, dans un l i eu couver t , et
s' appr ocher ent de l a vi l l e où i l s ent r er ent sans
obst acl e, quand à l a poi nt e du j our on ouvr i t l es
por t es. Les por t ugai s qui t omber ent dans l eur s mai ns,
f ur ent massacr és, et l es vai sseaux char gés des
dépoui l l es de l a vi l l e. Le gouver neur de l a ci t adel l e
aur oi t pu chasser ces bar bar es avec son canon ; mai s
i l n' osa s' en ser vi r dans l a cr ai nt e d' encour i r
l ' excommuni cat i on, dont un pr êt r e i mbéci l l e et
f anat i que l e menaçoi t , si quel que boul et por t oi t
sur une chose sai nt e. Cet t e i nact i on

p310

i nspi r a aux ar abes une conf i ance dont i l s f ur ent
puni s. Des escl aves, à qui on avoi t pr omi s l a
l i ber t é qui donne l e cour age, f ondi r ent sur eux,
et en f i r ent une hor r i bl e boucher i e. Ceux qui
échapper ent s' enf ui r ent avec l eur but i n. L' or guei l ,
l a t yr anni e et l es vexat i ons ont t ouj our s empêché
Di u, mal gr é ses avant ages nat ur el s, de se r el ever
de cet t e i nf or t une. Le Mozambi que n' a pas ét é
pl us heur eux.
Cet t e i sl e, que l es por t ugai s conqui r ent sur l es
ar abes au commencement du sei zi eme si ecl e, est
si t uée sur l a côt e or i ent al e de l ' Af r i que, à une
demi - l i eue de l a t er r e- f er me. El l e a quat r e mi l l es
de t our , un por t excel l ent , et des f or t i f i cat i ons
que l es hol l andoi s ont at t aquées pl usi eur s f oi s
sans pouvoi r l es pr endr e. Son empi r e, quoi que pl us
r esser r é qu' i l ne f ut aut r ef oi s, s' ét end encor e sur
l e cont i nent depui s Sof al a j usqu' à Mél i nde. La
nat ur e a pl acé dans ce gr and espace l e f l euve de
Senna, pour f aci l i t er l es communi cat i ons ent r e
l ' océan et l ' i nt ér i eur d' un pays si r i che. Ces
avant ages sont per dus pour l a nat i on qui l es possede.
Au- l i eu d' ét abl i r avec l es af r i cai ns un commer ce
consi dér abl e qui devi endr oi t l a sour ce d' un bonheur
commun, el l e se bor ne à l eur ar r acher par des moyens
odi eux quel que i voi r e, quel ques escl aves, un peu de
poudr e d' or . Un vai sseau ar r i vé d' Eur ope se char ge
de ces mi nces obj et s pour Goa. Du r ebut des
mar chandi ses de l a Chi ne, de Guzar at e et
des compt oi r s angl oi s, i l y f or me une car gai son,
qu' i l va di st r i buer au Mozambi que, au Br ési l , à l a
mét r opol e.
Tel est l ' ét at de dégr adat i on où sont t ombés dans
l ' I nde l es har di s navi gat eur s qui l a découvr i r ent ,
l es i l l ust r es guer r i er s qui l a subj uguer ent .
Le t héât r e de l eur gl oi r e, de l eur opul ence

p311

est devenu cel ui de l eur r ui ne et de l eur oppr obr e.
Leur si t uat i on n' est pas pour t ant aussi désespér ée
qu' on pour r oi t l e cr oi r e. Ce qui l eur r est e
d' ét abl i ssement s ser oi t pl us que suf f i sant pour l eur
r edonner une gr ande par t aux af f ai r es de l ' Asi e.
Cet t e r évol ut i on doi t êt r e l ' ouvr age de l a
phi l osophi e, de l a l i ber t é. Que l es por t ugai s
connoi ssent l eur s i nt ér êt s, que l eur s por t s j oui ssent
d' une f r anchi se ent i er e, que ceux qui s' y f i er ont
t r ouvent une égal e sûr et é pour l eur s pr éj ugés et pour
l eur f or t une ; l es i ndi ens, oppr i més par l eur
gouver nement , l es eur opéens, gênés par l e monopol e
de l eur s compagni es s' y r endr ont en f oul e. Bi ent ôt
un pavi l l on oubl i é depui s l ong- t emps, r edevi endr a
r espect abl e. La dest r uct i on des angr i as r end l e
changement que nous pr oposons f aci l e.
Au nor d de Goa, commença à se f or mer , i l y
a pr ès d' un si ecl e, une pui ssance, dont per sonne ne
pr évi t l es accr oi ssement s. Le f ondat eur s' appel l oi t
Conagi Angr i a. Ceux qui ont écr i t qu' i l ét oi t
né mahomét an, et qu' i l s' ét oi t f ai t gent i l ,
i gnor oi ent que l es i ndi ens ne r eçoi vent j amai s de
pr osél i t e, et qu' i l n' aur oi t ét é admi s dans aucune
cast e. I l ser vi t d' abor d comme sol dat sous un de
ces gouver neur s i ndépendant s, al or s si mul t i pl i és,
et qui ne domi noi ent que sur un t er r i t oi r e
suf f i sant à l a subsi st ance de l a gar ni son de l eur
f or t er esse. Ce pet i t despot e por t a si l oi n l es
excès de son avar e i nj ust i ce, qu' i l f ut massacr é par
ses t r oupes, qui déf ér er ent l e commandement à
Angr i a. Le nouveau chef , devenu par cet t e
r évol ut i on possesseur de l a pet i t e i sl e de
Sever ndr oog, où i l y avoi t un por t , const r ui si t un
l éger bât i ment avec l equel i l se f i t pi r at e. I l
n' at t aqua d' abor d que des bat eaux maur es ou i ndi ens,
qui , sans êt r e ar més, t r af i quoi ent sur cet t e côt e.
Ses succès,

p312

son expér i ence, l es avent ur i er s que l a r éput at i on
de son cour age et de sa génér osi t é at t i r oi t aupr ès
de l ui , l e mi r ent en ét at d' ent r epr endr e de pl us
gr andes choses. I l se f or ma un ét at qui s' ét endoi t
quar ant e l i eues l e l ong de l a mer , et qui s' enf onçoi t
j usqu' à vi ngt et t r ent e mi l l es dans l es t er r es,
sel on l a di sposi t i on des l i eux et f aci l i t é de l a
déf ense. Ce f ur ent cependant ses opér at i ons naval es
et cel l es de ses successeur s qui f i r ent l e pl us de
br ui t . Maî t r es de l a côt e, ces pi r at es at t aquoi ent
i ndi f f ér emment t ous l es pavi l l ons. Out r e un gr and
nombr e de bât i ment s médi ocr es, i l s enl ever ent même
aux nat i ons eur opéennes l es pl us gr os vai sseaux ;
l e darby et l a restauration aux angl oi s ;
l e Jupiter aux f r ançoi s ; aux hol l andoi s,
t r oi s vai sseaux à l a f oi s, dont l e pl us gr and
avoi t ci nquant e canons.
La pol i t i que angl oi se f ut déconcer t ée par ces
événement s. El l e avoi t d' abor d vu avec j oi e l es
pr emi er s br i gandages qui devoi ent met t r e dans ses
mai ns l a pl us gr ande par t i e du commer ce et t out e
l a navi gat i on, par ce que ses navi r es ét oi ent pl us
f or t s et mi eux équi pés que ceux du pays. Cet
avant age di mi nua, l or sque l es bât i ment s de Bombay,
qui t r af i quoi ent à l a côt e, f ur ent i nsul t és, l eur
car gai son pi l l ée, et l es mat el ot s f ai t s pr i sonni er s.
La pr écaut i on qu' on pr i t de n' al l er pl us qu' en
convoi , ét oi t t r ès- cher e, et se t r ouva i nsuf f i sant e.
Les vai sseaux d' escor t e f ur ent souvent i nqui ét és,
et quel quef oi s pr i s. Ces dépr édat i ons dét er mi ner ent
en 1722, l a compagni e à j oi ndr e ses f or ces à cel l es
des por t ugai s, qui avoi ent de sembl abl es i nj ur es à
venger , pour dét r ui r e l e r epai r e de ces pi r at es.
L' expédi t i on f ut hont euse et mal heur euse. Cel l e
qu' ent r epr i r ent deux ans apr ès l es hol l andoi s avec
sept vai sseaux de guer r e et deux

p313

gal i ot es à bombe, ne r éussi t pas mi eux. Enf i n, l e
mar at e à qui l es angr i as r ef usoi ent un t r i but qu' i l s
l ui avoi ent l ong- t emps payé, convi nt d' at t aquer
l ' ennemi commun par t er r e, t andi s que l es angl oi s
l ' at t aquer oi ent par mer . Cet t e combi nai son eut un
succès compl et . La pl upar t des por t s et des f or t er esses
f ur ent enl evés dans l a campagne de 1755. Ger i at s,
l a capi t al e, succomba l ' année sui vant e ; et sa
r eddi t i on anéant i t pour j amai s un ét at qui n' exi st oi t
que de l ' i nf or t une publ i que. Mal heur eusement , de
ses débr i s s' augment a l a pui ssance mar at e, qui n' ét oi t
déj a que t r op r edout abl e.
Ce peupl e, l ong- t emps r édui t à ses mont agnes, s' est
ét endu peu- à- peu ver s l a mer , occupe auj our d' hui
l e vast e espace qui est ent r e Sur at e et Goa, et
menace égal ement ces deux gr andes vi l l es. I l est
cél ebr e à l a côt e de Cor omandel ver s Del hy et
sur l e Gange, par ses excur si ons, par ses
br i gandages ; mai s son poi nt cent r al , l a masse de
ses f or ces et sa demeur e f i xe, sont au Mal abar .
L' espr i t de r api ne qu' i l por t e dans l es cont r ées
qu' i l ne f ai t que par cour i r , i l l e per d dans l es
pr ovi nces qu' i l a conqui ses. On peut pr édi r e que
Bacaï m, Chaul , Dabul , t ant d' aut r es l i eux si
l ong- t emps oppr i més par l a t yr anni e por t ugai se,
r edevi endr ont quel que chose occupés par l es
mar at es. La dest i née de Sur at e est encor e pl us
i mpor t ant e.
Cet t e vi l l e f ut l ong- t emps l e seul por t par l equel
l ' empi r e mogol expor t oi t ses manuf act ur es, et
r ecevoi t ce qui ét oi t nécessai r e à sa consommat i on.
Pour l a cont eni r et pour l a déf endr e, on i magi na
de const r ui r e une ci t adel l e, dont l e commandant
n' avoi t aucune aut or i t é sur cel ui de l a vi l l e ; on
avoi t même l ' at t ent i on de choi si r deux gouver neur s

p314

qui ne f ussent pas de car act er e à se r éuni r pour
l ' oppr essi on du commer ce. Des ci r const ances
f âcheuses donner ent nai ssance à un t r oi si eme
pouvoi r . Les mer s des I ndes ét oi ent i nf ect ées de
pi r at es, qui i nt er cept oi ent l a navi gat i on, et qui
empêchoi ent l es dévot s musul mans de f ai r e l e
voyage de La Mecque. Le mogol cr ut l e chef d' une
col oni e de Caf r es qui s' ét oi t ét abl i à Raj apour ,
pr opr e à ar r êt er l e cour s de ces br i gandages, et
i l l e choi si t pour son ami r al . On l ui assi gna pour
sa sol de annuel l e, t r oi s l acks de r oupi es, qui
devoi ent êt r e pr i s sur l es r evenus du pays. Cet t e
somme n' ayant pas ét é exact ement payée, l ' ami r al
s' empar a du chât eau, et du chât eau i l oppr i moi t l a
vi l l e. Tout al or s t omba dans l a conf usi on, et
l ' avar i ce des mar at es, t ouj our s i nqui et e, devi nt pl us
vi ve que j amai s. Depui s l ong- t emps ces bar bar es
qui avoi ent ét endu l eur s usur pat i ons j usques aux
por t es de l a pl ace, r ecevoi ent l e t i er s des
i mposi t i ons pour qu' i l s ne t r oubl assent pas l e
commer ce qui se f ai soi t dans l ' i nt ér i eur des t er r es.
I l s s' ét oi ent cont ent és de cet t e cont r i but i on t out
l e t emps que l a f or t une ne l eur avoi t pas pr ésent é
des avant ages pl us consi dér abl es : l or squ' i l s vi r ent
l a f er ment at i on des espr i t s, i l s ne dout er ent pas
que dans sa f ur eur quel qu' un des par t i s ne l eur ouvr î t
l es por t es, et i l s s' appr ocher ent en f or ce des
mur ai l l es. Le commer ce, qui se voyoi t t ous l es
j our s à l a vei l l e d' êt r e pi l l é, appel l a à son
secour s l es angl oi s en 1759, et l es ai da à
s' empar er de l a ci t adel l e. L' avant age de l a t eni r
sous l eur gar de, ai nsi que l ' exer ci ce de l ' ami r aut é,
l eur f ur ent assur és par l a cour de Del hy,
avec l es r evenus at t achés aux deux post es. Cet t e
r évol ut i on a r endu l e cal me à Sur at e ; mai s
Bombay, qui l ' avoi t f ai t e, a acqui s un nouveau
degr é de consi dér at i on, de r i chesse et de pui ssance.

p315

Cet t e pet i t e i sl e, si t uée à di x- neuf degr és de
l at i t ude, n' a pas pl us de vi ngt mi l l es de
ci r conf ér ence. Les por t ugai s, qui s' en ét oi ent
empar és peu apr ès l eur ar r i vée aux I ndes, l a
donner ent en 1662 en dot à l ' i nf ant e de Por t ugal ,
qui épousoi t Char l es I i , r oi d' Angl et er r e. Ce
pr i nce l a céda à l a compagni e, qui ne put r éussi r
de l ong- t emps à l a r endr e f l or i ssant e. Per sonne ne
voul oi t se f i xer dans un pays si mal - sai n, qu' i l
ét oi t passé en pr over be que deux moissons à
Bombay étoient la vie d' un homme . On at t r i buoi t
cet t e cor r upt i on de l ' ai r à l a mauvai se qual i t é
des eaux, à l a si t uat i on des t er r es basses et
mar écageuses, à l a puant eur du poi sson qu' on
empl oyoi t au- l i eu de f umi er pour engr ai sser l es
pi eds des ar br es. Ces pr i nci pes de dest r uct i on
f ur ent cor r i gés l e pl us qu' i l f ut possi bl e, et
l a col oni e par vi nt avec l e t emps à avoi r quel que
sal ubr i t é. La popul at i on augment oi t à mesur e que
l es causes de mor t di mi nuoi ent , et on compt e
auj our d' hui ci nquant e mi l l e i ndi ens nés dans l ' i sl e,
ou at t i r és par l a douceur du gouver nement .
Quel ques- uns s' occupent de l a cul t ur e du r i z ; un
pl us gr and nombr e de cel l e des cocot i er s qui couvr ent
l es campagnes, et l es aut r es ser vent à l a navi gat i on
et à d' ut i l es t r avaux qui se mul t i pl i ent t ous l es
j our s.
Bombay ne f ut d' abor d r egar dé que comme un por t
excel l ent , qui , en t emps de pai x, ser voi t de r el âche
aux vai sseaux mar chands qui f r équent oi ent l a côt e de
Mal abar , et , dur ant l a guer r e, d' hi ver nage, aux
escadr es que l e gouver nement enver r oi t dans l ' I nde.
C' ét oi t un avant age t r ès- pr éci eux dans des mer s où l es
bonnes r ades sont f or t r ar es, et où l es angl oi s n' en
ont pas d' aut r es. L' ut i l i t é de cet ét abl i ssement a
beaucoup augment é depui s ; l a compagni e en a f ai t
l ' ent r epôt

p316

de t out son commer ce au Mal abar , à Sur at e, dans
l es gol f es de Per se et d' Ar abi e. Sa posi t i on y
a at t i r é des mar chands angl oi s qui en ont augment é
l ' act i vi t é. La t yr anni e des angr i as sur ce
cont i nent y a poussé quel ques bani ans, mal gr é
l ' él oi gnement que des hommes qui ne boi vent poi nt
de l i queur s spi r i t ueuses, doi vent avoi r pour un
séj our où l es eaux ne sont pas pur es ; enf i n l es
t r oubl es de Sur at e y ont f ai t passer quel ques
r i ches maur es.
L' i ndust r i e et l es f onds de t ant d' hommes avi des de
f or t une, ne pouvoi ent pas êt r e oi si f s. On a t i r é du
Mal abar des boi s de const r uct i ons et du kai r e pour
l es cor dages. Des par si s, venus de Guzar at e, l es
ont mi s en oeuvr e. Les mat el ot s du pays, di r i gés
par des chef s eur opéens, se sont t r ouvés en ét at
de condui r e l es vai sseaux. C' est Sur at e qui
f our ni t l es car gai sons, par t i e pour son compt e,
et par t i e pour l e compt e des négoci ant s de Bombay.
I l en par t t ous l es ans deux pour Bassor a, une pour
J edda, une pour Moka, et quel quef oi s une pour l a
Chi ne. Tout es ces car gai sons sont d' une r i chesse
i mmense, ont f ai t di r ect ement de l a col oni e des
expédi t i ons moi ns consi dér abl es.
Cel l es de l a compagni e en par t i cul i er sont pour l es
compt oi r s qu' el l e a f or més depui s Sur at e j usqu' au
cap Comor i n, et où l es r oupi es de Bombay qui ont
r empl acé cel l es de Sur at e sur t out e l a côt e et dans
l ' i nt ér i eur du pays, l ui assur ent un avant age de
ci nq pour cent sur t out es ses nat i ons r i val es ; el l es
en f ont aussi pour Bassor a, pour Bender - Abassi ,
pour Syndi , où ses ét abl i ssement s ont pour but
pr i nci pal l a vent e de ses dr aps ; t r ei ze ou
quat or ze cent s bal l es suf f i sent à l eur consommat i on :
ses l i ai sons avec Sur at e l ui

p317

sont pl us ut i l es : cet t e pl ace l ui achet e beaucoup
de f er et de pl omb, quel ques ét of f es de l ai ne, et
l ui f our ni t pour ses r et our s une gr ande quant i t é de
manuf act ur es.
Aut r ef oi s l es vai sseaux expédi és d' Eur ope se
r endoi ent à l ' échel l e, où i l s devoi ent t r ouver l eur
char gement ; i l s s' ar r êt ent auj our d' hui à Bombay.
Ce changement doi t son or i gi ne à l ' avant age qu' a
l a compagni e d' y r éuni r sans f r ai x t out es l es
mar chandi ses du pays, depui s que, r evêt ue de l a
di gni t é d' ami r al du gr and mogol , el l e est obl i gée
d' avoi r une mar i ne sur l a côt e.
Nous n' exami ner ons pas si l es émol ument s at t achés
à cet t e di gni t é et à cel l e de gar di en de l a
ci t adel l e de Sur at e, suf f i sent aux dépenses qu' el l es
ent r aî nent . On en peut dout er : i l n' est pas même
bi en déci dé que ces deux pl aces ai ent r endu
mei l l eur e l a si t uat i on pol i t i que des angl oi s ; à l a
vér i t é, el l es l es met t ent en ét at de chasser t ous
l es eur opéens de Mal abar ; mai s aussi el l es ont
ext r êmement ai gr i cont r e eux l es mar at es qui sont
à por t ée de l eur nui r e de pl usi eur s mani er es.
Ces bar bar es ont pr i s sur l es por t ugai s l ' i sl e
de Sal set e, qui a vi ngt - si x mi l l es de l ong, et hui t
ou neuf de l ar ge : el l e est d' une abondance
ext r ême ; et avec peu de cul t ur e, el l e f our ni t t out
ce que peut pr odui r e l a t er r e ent r e l es t r opi ques.
On l a r egar doi t comme l e gr eni er de Goa : el l e
n' est sépar ée de Bombay que par un canal ét r oi t
et guéabl e dans l es eaux basses. Les possesseur s
act uel s ét oi ent si convai ncus, i l y a quel ques
années, de l a f aci l i t é qu' i l s t r ouver oi ent à
s' empar er de Bombay, qu' en voyant ent our er l es
f or t i f i cat i ons de f ossés, i l s di soi ent avec
ar r ogance : laissons-les faire, nous ne sommes pas
à présent

p318

dans le cas de rompre avec les anglois ; mais si
cela arrivoit, nous remplirons dans une nuit
leurs fossés avec nos pantoufles . Cet t e
pl ai sant er i e, qui pouvoi t avoi r al or s quel que
f ondement , n' en a pl us depui s que l ' i mpor t ance de
Bombay a dét er mi né ses possesseur s à y aj out er
beaucoup d' ouvr ages, et à y j et t er une gar ni son
nombr euse. Les mar at es eux- mêmes en sont per suadés ;
mai s i l s pensent pouvoi r r ui ner cet ét abl i ssement
sans même l ' at t aquer ; i l s n' ont pour cel a,
di sent - i l s, qu' à l ui r ef user des vi vr es à Sal set e, et
à l ' empêcher d' en t i r er du cont i nent . Ceux qui
connoi ssent bi en l es di sposi t i ons des l i eux, t r ouvent
l a chose t r ès- pr at i cabl e, sur - t out dans l a mauvai se
mouçon.
Enf i n depui s l a f aut e, peut - êt r e f or cée, qu' on
a f ai t e de r emet t r e aux mar at es t ous l es por t s
des angr i as, ces bar bar es augment er ent t ous l es
j our s l eur mar i ne ; déj a i l s ont r édui t l es hol l andoi s
à ne navi guer qu' avec l eur s passe- por t s, qu' i l s
se f ont payer f or t cher . Leur ambi t i on augment er a
avec l eur pui ssance, et i l n' est pas possi bl e qu' à
l a l ongue l eur s pr ét ent i ons et l es pr ét ent i ons des
angl oi s ne se choquent .
Si nous osi ons hasar der une conj ect ur e ; nous
ne cr ai ndr i ons pas de pr édi r e que l es agent s de
l a compagni e ser ont l es aut eur s de l a r upt ur e.
I ndépendamment de l a passi on commune à t ous l eur s
par ei l s d' exci t er des t r oubl es, par ce que l a
conf usi on est f avor abl e à l eur cupi di t é, i l s sont
r ongés du dépi t secr et de n' avoi r eu aucune par t
aux f or t unes i mmenses qui se sont f ai t es au
Cor omandel , et sur - t out dans l e Bengal e. Leur
avar i ce, l eur j al ousi e, l eur or guei l même l es
por t er ont à pei ndr e l es mar at es comme des voi si ns
i nqui et s, t ouj our s pr êt s à f ondr e sur Bombay, à

p319

exagér er l a f aci l i t é de di ssi per ces avent ur i er s,
pour vu que l ' on soi t en f or ce, à vant er l ' avant age
de pi l l er l eur s mont agnes r empl i es de t r ésor s de
l ' I ndost an qu' i l s y accumul ent depui s un si ecl e.
La compagni e, accout umée au r ôl e de conquér ant ,
et qui n' a pl us un besoi n ur gent de ses t r oupes
dans l e Gange, adopt er a un pl an qui l ui pr ésent er a
une augment at i on de r i chesses, de gl oi r e et de
pui ssance. Si ceux qui cr ai gnent cet espr i t
d' ambi t i on, r éussi ssoi ent à l a dét our ner de cet t e
nouvel l e ent r epr i se, el l e y ser oi t f or cément engagée
par ses empl oyés ; et quel que f ut l ' événement de
cet t e guer r e pour ses i nt ér êt s, i l ser oi t t ouj our s
f avor abl e à ceux qui l ' y aur oi ent ent r aî née. Ce
mal heur est moi ns à cr ai ndr e sur l es côt es de
Cor omandel et d' Or i xa, qui s' ét endent depui s l e
cap Comor i n j usqu' au Gange.
Les géogr aphes et l es hi st or i ens di st i nguent
t ouj our s ces deux r égi ons occupées par deux peupl es
dont l a l angue, l e géni e, l es habi t udes ne se
r essembl ent poi nt . Cependant , comme l e commer ce
qui s' y f ai t est à peu pr ès l e même, et qu' i l s' y
f ai t de l a même mani er e, nous l es dési gner ons sous
l e nomgénér al de Cor omandel . Les deux côt es ont
d' aut r es t r ai t s de r essembl ance ; sur l ' une et sur
l ' aut r e on épr ouve depui s l e commencement de mai
j usqu' à l a f i n d' oct obr e, une chal eur excessi ve,
qui commence à neuf heur es du mat i n, et qui ne f i ni t
qu' à neuf heur es du soi r . El l e est t ouj our s t empér ée
dur ant l a nui t par un vent de mer qui vi ent du
sud- est ; l e pl us souvent même on j oui t de cet
agr éabl e r af r aî chi ssement dès l es t r oi s heur es
apr ès- mi di : l ' ai r est moi ns embr asé, quoi que t r op
chaud l e r est e de l ' année. Les pl ui es sont pr esque
cont i nuel l es dans l es moi s de novembr e et de décembr e :
un sabl e t out - à- f ai t

p320

ar i de couvr e cet t e i mmense pl age dans l ' espace de
deux mi l l es, et quel quef oi s seul ement d' un mi l l e.
Pl usi eur s r ai sons f i r ent d' abor d négl i ger cet t e
r égi on par l es pr emi er s eur opéens qui ét oi ent passés
aux I ndes. El l e ét oi t sépar ée par des mont agnes
i naccessi bl es de Mal abar , où ces har di s navi gat eur s
t r avai l l oi ent à s' ét abl i r . On n' y t r ouvoi t pas l es
ar omat es et l es épi cer i es qui f i xoi ent pr i nci pal ement
l eur at t ent i on ; enf i n l es t r oubl es ci vi l s en avoi ent
banni l a t r anqui l l i t é, l a sûr et é et l ' i ndust r i e.
à cet t e époque, l ' empi r e de Bi snagar , qui donnoi t
des l oi x à ce gr and pays, s' écr oul oi t de t out es
par t s. Les pr emi er s monar ques de ce bel ét at avoi ent
dû l eur pouvoi r à l eur s t al ent s. On l es voyoi t à l a
t êt e de l eur s ar mées en t emps de guer r e. Dur ant l a
pai x, i l s di r i geoi ent l eur s consei l s, i l s vi si t oi ent
l eur s pr ovi nces, i l s admi ni st r oi ent l a j ust i ce. Une
pr ospér i t é t r op const ant e l es cor r ompi t . I l s
cont r act er ent peu- à- peu l ' habi t ude de se mont r er
r ar ement aux peupl es, de se f ai r e r endr e des honneur s
di vi ns, d' abandonner l e soi n des af f ai r es à l eur s
génér aux et à l eur s mi ni st r es. Cet t e condui t e
pr épar oi t l eur r ui ne. Les gouver neur s de Vi sapour ,
de Car nat e, de Gol conde, d' Or i xa se r endi r ent
i ndépendant s sous l e nomde r oi s. Ceux de Madur é, de
Tanj aour , de Mayssour , de Gi ngi , et quel ques
aut r es, usur per ent aussi l ' aut or i t é souver ai ne, mai s
sans qui t t er l eur s anci ens t i t r es de Nai ck. Cet t e
gr ande r évol ut i on ét oi t encor e r écent e, l or sque l es
eur opéens se mont r er ent sur l a côt e de Cor omandel .
Le commer ce avec l ' ét r anger y ét oi t al or s peu de
chose ; i l se r édui soi t aux di amant s de Gol conde,
qui passoi ent par t er r e à Cal i cut , à Sur at e, et
del à à Or muz, ou à Suez, d' où i l s se r épandoi ent

p321

en Eur ope et en Asi e. Mazul i pat am, l a vi l l e l a
pl us r i che, l a pl us peupl ée de ces cont r ées, ét oi t
l e seul mar ché qu' on connût pour l es t oi l es. Dans
une gr ande f oi r e qui s' y t enoi t t ous l es ans, el l es
ét oi ent achet ées par des bât i ment s ar abes et mal ai s,
qui f r équent oi ent sa r ade, et par des car avanes
qui y venoi ent de l oi n ; ces t oi l es avoi ent l a
même dest i nat i on que l es di amant s.
Le goût qu' on commençoi t à pr endr e par mi nous pour
l es manuf act ur es de Cor omandel , i nspi r a l a
r ésol ut i on de s' y ét abl i r à t out es l es nat i ons
eur opéennes qui f r équent oi ent l es mer s des I ndes :
el l es n' en f ur ent dét our nées ni par l a di f f i cul t é
de f ai r e ar r i ver l es mar chandi ses de l ' i nt ér i eur
des t er r es qui n' of f r oi ent pas un f l euve navi gabl e,
ni par l a pr i vat i on t ot al e des por t s dans des mer s
qui ne sont pas t enabl es une par t i e de l ' année, ni
par l a st abi l i t é des côt es, l a pl upar t i ncul t es
et i nhabi t ées, ni par l a t yr anni e de l ' i nst abi l i t é
du gouver nement . I l s penser ent que l ' i ndust r i e
vi endr oi t cher cher l ' ar gent ; que l e Pegu f our ni r oi t
des boi s pour l es édi f i ces, et l e Bengal e des gr ai ns
pour l a subsi st ance ; que neuf moi s d' une navi gat i on
pai si bl e ser oi ent pl us que suf f i sant s pour l es
char gement s ; qu' i l n' y aur oi t qu' à se f or t i f i er
pour se met t r e à couver t des vexat i ons des f oi bl es
despot es qui oppr i moi ent ces cont r ées.
Les pr emi er es col oni es f ur ent ét abl i es sur l es
bor ds de l a mer : quel ques- unes dur ent l eur
or i gi ne à l a f or ce : l a pl upar t se f or mer ent du
consent ement des souver ai ns : t out es eur ent un
t er r ei n t r ès- r esser r é. Leur s l i mi t es ét oi ent f i xées
par une haye de gr os al oès et d' aut r es pl ant es épi neuses
par t i cul i er es au pays, ent r emêl ées de cocot i er s et
de pal mi er s : el l e ét oi t i mpénét r abl e à l a caval er i e,
" éé
d' un accès t r ès- di f f i ci l e à l ' i nf ant er i e, et
ser voi t de déf ense cont r e l es i ncur si ons subi t es.
Avec l e t emps, on él eva des f or t i f i cat i ons pl us
sol i des. La t r anqui l l i t é qu' el l es pr ocur oi ent et
l a douceur du gouver nement mul t i pl i er ent en peu
de t emps l e nombr e des col ons. L' écl at et
l ' i ndépendance de ces ét abl i ssement s bl esser ent pl us
d' une f oi s l es pr i nces dans l es ét at s desquel s i l s
s' ét oi ent f or més ; mai s l eur s ef f or t s pour l es
anéant i r f ur ent i nut i l es. Chaque col oni e vi t
augment er ses pr ospér i t és sel on l a mesur e des
r i chesses et de l ' i nt el l i gence de l a nat i on qui
l ' avoi t f ondée.
Aucune des compagni es qui exer cent l eur pr i vi l ege
excl usi f au- del à du cap de Bonne- Espér ance,
n' ent r epr i t l e commer ce des di amant s : i l f ut
t ouj our s abandonné aux négoci ant s par t i cul i er s ;
et avec l e t emps, i l t omba t out ent i er ent r e l es
mai ns des angl oi s ou des j ui f s et des ar méni ens,
qui vi voi ent sous l eur pr ot ect i on : auj our d' hui i l
est peu de chose. Les r évol ut i ons ar r i vées dans
l ' I ndost an ont écar t é l es hommes de ces r i ches
mi nes, et l ' anar chi e dans l aquel l e est pl ongé ce
mal heur eux pays, ne per met pas d' espér er qu' i l s
s' en r appr ochent . Tout es l es spécul at i ons de
commer ce à l a côt e de Cor omandel se r édui sent à
l ' achat des t oi l es de cot on.
On y achet e des t oi l es bl anches, dont l a f abr i cat i on
n' est pas assez di f f ér ent e de l a nôt r e, pour que
ses dét ai l s pui ssent nous i nt ér esser ou nous
i nst r ui r e. On y achet e des t oi l es i mpr i mées, dont l es
pr océdés d' abor d ser vi l ement copi és en Eur ope,
ont ét é depui s si mpl i f i és et per f ect i onnés par not r e
i ndust r i e ; on y achet e enf i n des t oi l es pei nt es
que nous n' avons pas ent r epr i s d' i mi t er . Ceux qui
cr oi ent que l a cher t é de not r e mai n- d' oeuvr e nous a
seul e empêchés d' adopt er

p323

ce genr e d' i ndust r i e, sont dans l ' er r eur : l a
nat ur e ne nous a pas donné l es f r ui t s sauvages et
l es dr ogues qui ent r ent dans l a composi t i on de ces
br i l l ant es et i nef f açabl es coul eur s, qui f ont l e
pr i nci pal mér i t e des ouvr ages des I ndes ; el l e
nous a sur - t out r ef usé l es eaux qui l eur ser vent
de mor dant , et qui bonnes à Pondi cher y, sont
par f ai t es à Madr as, à Pal i acat e, à Mazul i pat am,
à Bi bl i pat an.
Les i ndi ens ne sui vent pas par - t out l a même mét hode
pour pei ndr e l eur s t oi l es, soi t qu' i l y ai t des
pr at i ques mi nuci euses par t i cul i er es à cer t ai nes
pr ovi nces, soi t que l es di f f ér ent s sol s pr odui sent
des dr ogues di f f ér ent es pr opr es aux mêmes usages.
Ce ser oi t abuser de l a pat i ence de nos l ect eur s
que de l eur t r acer l a mar che l ent e et péni bl e des
i ndi ens dans l ' ar t de pei ndr e l eur s t oi l es. On di r oi t
qu' i l s l e doi vent pl ut ôt à l eur ant i qui t é qu' à l a
f écondi t é de l eur géni e. Ce qui sembl e aut or i ser
cet t e conj ect ur e, c' est qu' i l s se sont ar r êt és dans
l a car r i er e des ar t s sans y avoi r avancé d' un seul
pas depui s pl usi eur s si ecl es ; t andi s que nous l ' avons
par cour ue avec une r api di t é ext r ême, et que nous
voyons avec une émul at i on pl ei ne de conf i ance
l ' i nt er val l e i mmense qui nous sépar e encor e du t emps.
à ne consi dér er même que l e peu d' i nvent i ons des
i ndi ens, on ser oi t t ent é de cr oi r e que, depui s un
t er me i mmémor i al , i l s ont r eçu l es ar t s qu' i l s
cul t i vent des peupl es pl us i ndust r i eux ; mai s quand
on r éf l échi t que ces ar t s ont un r appor t excl usi f
avec l es mat i er es, l es gommes, l es coul eur s, l es
pr oduct i ons de l ' I nde, on ne peut s' empêcher de voi r
qu' i l s y sont nés.
Une chose qui pour r oi t sur pr endr e, c' est l a modi ci t é
du pr i x des t oi l es où l ' on f ai t ent r er

p324

t out es l es coul eur s ; el l es ne coût ent guer es pl us
que cel l es où i l n' en ent r e que deux ou t r oi s. Mai s
i l f aut obser ver que l es mar chands du pays vendent
à l a f oi s à t out es l es compagni es une quant i t é
consi dér abl e de t oi l es, et que dans l es assor t i ment s
qu' i l s f our ni ssent , on ne l eur demande qu' une pet i t e
quant i t é de t oi l es pei nt es en t out es coul eur s,
par ce qu' el l es ne sont pas f or t r echer chées en Eur ope.
Quoi que t out e l a par t i e de l ' I ndost an, qui s' ét end
depui s l e cap Comor i n j usqu' au Gange, of f r e
quel ques t oi l es de t out es l es especes, on peut di r e
que l es bel l es se f abr i quent dans l a par t i e or i ent al e,
l es communes au mi l i eu, et l es gr ossi er es à l a
par t i e l a pl us occi dent al e. On t r ouve des
manuf act ur es dans l es col oni es eur opéennes et sur
l a côt e. El l es devi ennent pl us abondant es à ci nq
ou si x l i eues de l a mer , où l e cot on est pl us
cul t i vé, où l es vi vr es sont à mei l l eur mar ché. On y
f ai t des achat s qu' on pousse t r ent e et quar ant e
l i eues dans l es t er r es. Des mar chands i ndi ens
ét abl i s dans nos compt oi r s, sont t ouj our s char gés de
ces opér at i ons.
On convi ent avec eux de l a quant i t é et de l a qual i t é
des mar chandi ses qu' on veut . On en r egl e l e pr i x
sur des échant i l l ons, et on l eur donne en passant
l e cont r at , l e quar t ou l e t i er s de ce qu' el l es
doi vent coût er . Cet ar r angement t i r e son or i gi ne
de l a nécessi t é où i l s sont eux- mêmes de f ai r e par
l e mi ni st er e de l eur s associ és ou de l eur s agent s
r épandus par - t out , des avances aux ouvr i er s, de l es
sur vei l l er pour l a sûr et é de ce capi t al , et d' en
di mi nuer par degr é l e f onds, en r et i r ant
j our nel l ement l es t oi l es à mesur e qu' el l es sont
ouvr ées. Sans ces pr écaut i ons, on ne ser oi t j amai s
sûr de r i en dans un gouver nement t el l ement

p325

oppr esseur , que l e t i sser and n' est j amai s en ét at ,
ou n' ose pas par oî t r e en ét at de t r avai l l er pour
son compt e.
Les compagni es qui ont de l a f or t une ou de l a
condui t e, ont t ouj our s dans l eur s ét abl i ssement s,
une année de f onds d' avance. Cet t e mét hode l eur
assur e, pour l e t emps l e pl us convenabl e, l a
quant i t é de mar chandi ses dont el l es ont besoi n, et de
l a qual i t é qu' el l es l e desi r ent ; d' ai l l eur s, l eur s
ouvr i er s, l eur s mar chands qui ne sont pas un i nst ant
sans occupat i on, ne l es abandonnent j amai s.
Les nat i ons qui manquent d' ar gent et de cr édi t , ne
peuvent commencer l eur s opér at i ons de commer ce qu' à
l ' ar r i vée de l eur s vai sseaux : el l es n' ont que ci nq
ou si x moi s au pl us pour l ' exécut i on des or dr es
qu' on l eur envoi e d' Eur ope. Les mar chandi ses sont
f abr i quées, exami nées avec pr éci pi t at i on ; on est
même r édui t à en r ecevoi r qu' on connoî t pour
mauvai ses ; et qu' on aur oi t r ebut ées dans un aut r e
t emps. La nécessi t é de compl ét er l es car gai sons et
d' expédi er l es bât i ment s avant l e t emps des our agans,
ne per met pas d' êt r e di f f i ci l e.
On se t r omper oi t en pensant qu' on pour r oi t dét er mi ner
l es ent r epr eneur s du pays à f ai r e f abr i quer pour l eur
compt e, dans l ' espér ance de vendr e avec un bénéf i ce
convenabl e à l a compagni e à l aquel l e i l s sont
at t achés. Out r e qu' i l s ne sont pas l a pl upar t assez
r i ches pour f or mer un pr oj et si vast e, i l s ne
ser oi ent pas sûr s d' y t r ouver l eur pr of i t . Si des
événement s i mpr évus empêchoi ent l a compagni e qui l es
occupe de f ai r e ses ar mement s or di nai r es, ces
mar chands n' aur oi ent nul débouché pour l eur s t oi l es.
L' i ndi en, dont l a f or me du vêt ement exi ge d' aut r es
l ar geur s, d' aut r es l ongueur s que cel l es des t oi l es
f abr i quées pour

p326

nous, n' en voudr oi t pas, et l es aut r es compagni es
eur opéennes se t r ouvent pour vues ou assur ées de
t out ce que l ' ét endue de l eur commer ce exi ge, de
t out ce que l es f acul t és l eur per met t ent d' achet er .
La voi e des empr unt s, i magi née pour l ever cet
embar r as, n' a pas ét é et ne pouvoi t pas êt r e ut i l e.
C' est l a cout ume dans l ' I ndost an, que cel ui qui
empr unt e donne une obl i gat i on par l aquel l e i l
s' engage à payer au cr éanci er l a somme empr unt ée
avec l es i nt ér êt s. Pour que cet act e soi t
aut hent i que, i l doi t êt r e si gné au moi ns de t r oi s
t émoi ns, et que l ' on y ai t mar qué l e j our , l e moi s,
l ' année où l ' on a r eçu l ' ar gent , et combi en on a
pr omi s d' i nt ér êt par moi s. Si l e débi t eur n' est pas
exact à r empl i r ses engagement s, i l peut êt r e ar r êt é
par l e pr êt eur au nomdu gouver nement . On ne l e met
pas en pr i son, par ce qu' on est bi en assur é qu' i l ne
pr endr a pas l a f ui t e. I l ne se per met t r oi t même pas
de manger ni de boi r e sans en avoi r obt enu l a
per mi ssi on de son cr éanci er .
Les i ndi ens di st i nguent t r oi s sor t es d' i nt ér êt s ;
l ' un qui est péché, l ' aut r e qui n' est ni péché ni
ver t u, un t r oi si eme qui est ver t u ; car c' est ai nsi
qu' i l s s' expr i ment . L' i nt ér êt qui est péché, est de
quat r e pour cent par moi s ; l ' i nt ér êt qui n' est ni
péché ni ver t u, est de deux pour cent par moi s ;
l ' i nt ér êt qui est ver t u, est d' un pour cent par
moi s. I l s pr ét endent que ceux qui n' exi gent pas
davant age, pr at i quent un act e d' hér oï sme, et i l s
par l ent de cet t e mani er e de pr êt er comme d' une espece
d' aumône. Quoi que l es nat i ons eur opéennes qui sont
r édui t es à empr unt er , j oui ssent de cet t e f aveur , on
sent bi en, sans que nous en aver t i ssi ons, qu' el l es n' en
peuvent pr of i t er sans se pr éci pi t er ver s l eur r ui ne.

p327

Le commer ce ext ér i eur du Cor omandel n' est poi nt
dans l es mai ns des nat ur el s du pays, seul ement
dans l a par t i e occi dent al e des mahomét ans, connus
sous l e nomde Chal i as ; i l s f ont à N