You are on page 1of 299

Aut eur Bonnet , Char l es ( 1720- 1793

)
Ti t r e [ La] pal i ngénési e phi l osophi que, ou I dées sur l ' ét at
passé et sur l ' ét at f ut ur des êt r es vi vant s : ouvr age
dest i né à ser vi r de suppl ément aux der ni er s écr i t s de
l ' aut eur et qui cont i ent pr i nci pal ement l e pr éci s de ses
r echer ches sur l e chr i st i ani sme / par Char l es Bonnet
Publ i cat i on Num. BNF de l ' éd. de Par i s : I NALF, 1961- .
Repr od. de l ' éd. de Genève : C. Phi l i ber t et B. Chi r ol ,
1769
Descr i pt i on 818 Ko
Col l ect i on Fr ant ext ; N486- 488
Not es Document numér i sé en mode t ext e.
Le document or i gi nal cont i ent [ ca 343] p.
Domai ne Phi l osophi e occi dent al e moder ne
I dent i f i ant N087659



[La] palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur
l'état futur des êtres vivants [Document électronique] : ouvrage
destiné à servir de supplément aux derniers écrits de l'auteur et
qui contient principalement le précis de ses recherches sur le
christianisme / par Charles Bonnet

PREFACE

pV

Mon l i br ai r e de Coppenhague r éï mpr i moi t
mon essai analytique sur les facultés de
l' ame ; i l me demandoi t des additions :
j e l es l ui avoi s r ef usées : el l es aur oi ent ét é
un espèce de vol que j ' aur oi s f ai t à ceux qui
avoi ent achet é l a pr emi èr e édi t i on. J e m' ét oi s
donc dét er mi né à l es publ i er dans un
nouvel ouvr age, qui ser oi t comme un
supplément à mes der ni er s écr i t s ; et
c' est cet ouvr age que j e donne auj our d' hui au
publ i c.
La cr ai nt e de r endr e l es vol umes t r op gr os ne
m' a pas per mi s d' y i nsèr er
pV1

quel ques pi èces que j e pour r ai publ i er
un j our , et qui r oul ent sur des
suj et s de métaphysique et d' histoire
naturelle .
On t r ouver a à l a t êt e de cet t e nouvel l e pr oduct i on
deux pet i t s écr i t s, qui avoi ent déj a par u dans
l a pr éf ace de ma contemplation de la nature :
ce sont ces extraits raisonnés que j ' ai
moi - même f ai t s de l ' essai analytique et des
considérations sur les corps organisés .
I l m' a par u que j e devoi s l es r epr odui r e i ci ,
par ce qu' i l s sont pr opr es à écl ai r ci r
di ver s endr oi t s de ces ouvr ages, et à f ai r e
mi eux sent i r l a l i ai son des principes


- 2 -
pV11

et l ' enchaî nement des conséquences . J ' y ai
mènagé des titres particuliers qui manquoi ent
à l a pr éf ace de l a contemplation , et qui
ét oi ent absol ument nécessai r es pour met t r e pl us de
di st i nct i on dans l es suj et s, et l es r et r acer
pl us f or t ement à l ' espr i t .
L' écr i t psychologique dont ces extraits
sont i mmédi at ement sui vi s, est
t out neuf . I l est pr i nci pal ement dest i né à
f aci l i t er l ' i nt el l i gence des principes
que j ' ai exposés dans l ' essai analytique ;
à mont r er l' application de ces pr i nci pes
aux cas particuliers ; et à éxer cer
l ' ent endement dans une r echer che si di gne
des pl us pr of ondes médi t at i ons de l ' êt r e
pensant . Le mor ceau sur l ' association
des idées m' aur oi t f our ni f aci l ement l a
mat i èr e d' un gr os l i vr e. J e me sui s r enf er mé
dans l ' espace ét r oi t de quel ques pages. Ma sant é
l ' éxi geoi t . Le l ect eur i nt el l i gent sçaur a dével opper
mes i dées, et en t i r er une mul t i t ude
pV111

de conséquences que j e n' ai pas même
i ndi quées.
Si apr ès qu' on aur a un peu médi t é cet écrit
et l ' analyse abrégée , on n' ent end
pas mi eux mon l i vr e sur l' ame ; si l ' on se
mépr end encor e sur mes pr i nci pes et sur l eur
appl i cat i on ; ce ne ser a pl us assur ément par ce
que j e ne me ser ai pas expl i qué assés, ni d' une
mani èr e assés cl ai r e et assés pr éci se. J amai s
peut - êt r e aucun écr i vai n de philosophie
rationnelle ne s' ét oi t pl us at t aché que
moi à met t r e dans cet t e bel l e par t i e de
nos connoi ssances, cet t e net t et é, cet t e
pr éci si on, cet enchaî nement dont el l e ne sçaur oi t
se passer , et dont quel ques ouvr ages cél ébr es sont
t r op dépour vus. J ' ai pr i é qu' on voul ût bi en
compar er mon t r avai l à cel ui des aut eur s qui
m' ont pr écédé, et j e l e demande encor e.
Au r est e ; on j uge ai sément , que depui s
p1X

envi r on vi ngt - sept ans que j e ne cesse poi nt de
composer pour l e publ i c, j ' ai eu des occasi ons
f r équent es de m' occuper de l a méchanique du
style en génér al , et de cel l e du st yl e
philosophique en par t i cul i er . J ' ai donc médi t é
souvent sur l es signes de nos i dées, sur
l ' empl oi de ces si gnes, et sur l es ef f et s nat ur el s
de cet empl oi . J ' ai r econnu bi ent ôt que ce suj et
n' avoi t poi nt ét é cr eusé ou anat omi sé aut ant qu' i l
mér i t oi t de l ' êt r e, et qu' i l avoi t avec l es
pr i nci pes de l a sçi ence psychologique
des l i ai sons secr et t es, que l es mei l l eur s
écr i vai ns de rhétorique ne me par oi ssent pas


- 3 -
avoi r apper çues. J e ne me l i vr er ai pas i ci à cet t e
i nt ér essant e di scussi on : el l e éxi ger oi t des
dét ai l s qui me j et t er oi ent f or t au del à des bor nes
d' une pr éf ace.
L' essai d' application de mes principes
psychologiques , est avec l es écr i t s qui l e
pr écèdent , une sor t e d' introduction
pX

à l a palingénésie philosophique . En
commençant à t r avai l l er à cet t e palingénésie ,
j ' ét oi s bi en él oi gné de découvr i r t out e l ' ét endue
de l a car r i èr e qu' el l e me f er oi t par cour i r . J e ne
me pr oposoi s d' abor d que d' appl i quer aux
animaux une de ces i dées psychol ogi ques, que
j e m' ét oi s pl u à dével opper en t r ai t ant de l a
personnalité et de l ' état futur de
l ' homme : essai analyt chap xxi v.
I nsensi bl ement l e champ de ma vi si on s' est
aggr andi : j ' ai apper çu sur ma r out e une i nf i ni t é
de choses i nt ér essant es, auxquel l es j e n' ai pu
r ef user un coup- d' oei l , et ce coup- d' oei l m' a
découver t encor e d' aut r es obj et s.
Enf i n ; apr ès avoi r mar ché quel que t ems au mi l i eu
de cet t e campagne r i ant e et f er t i l e, une
per spect i ve pl us vast e et pl us r i che s' est of f er t e
à mes r egar ds ; et quel l e per spect i ve encor e !
Cel l e de ce bonheur à venir que Di eu
pX1

r éser ve dans sa bont é à l ' homme mor t el .
J ' ai donc ét é condui t par une mar che aussi neuve
que phi l osophi que à m' occuper des fondemens
de ce bonheur ; et par ce qu' i l s r eposent
pr i nci pal ement sur l a r évél at i on, l ' examen
logique de ses preuves est devenu l a par t i e
l a pl us i mpor t ant e de mon t r avai l . J e n' ai
annoncé qu' une esquisse : pouvoi s- j e annoncer
pl us, r él at i vement à l a gr andeur du suj et et à l a
médi ocr i t é de mes connoi ssances et de mes t al ens !
Ma pr i nci pal e at t ent i on dans cet t e esquisse ,
a ét é de ne r i en admet t r e d' essent i el qu' on pût
me cont est er r ai sonnabl ement en bonne phi l osophi e.
J e ne sui s donc par t i que des f ai t s l es mi eux
const at és, et j e n' en ai t i r é que l es r ésul t at s
l es pl us i mmédi at s. J e n' ai par l é ni
d' évidence ni de démonstration :
pX11

mai s ; j ' ai par l é de vraisemblances et de
probabilités . J e n' ai supposé aucun
incrédule : l es mot s d' incrédule et
d' incrédulité ne se t r ouvent pas même dans
t out e cet t e esquisse . Les objections de
di ver s genr es, que j ' ai di scut ées, sont nées du
f ond de mon suj et , et j e me l es sui s pr oposées à
moi - même. J e n' ai poi nt t ouché du t out à
l a controverse : j ' ai voul u que mon esqui sse
pût êt r e l ue et goût ée par t out es


- 4 -
l es soci ét és chr ét i ennes. J e me sui s abst enu
sévér ement de t r ai t er l e dogme : j e ne devoi s
choquer aucune sect e : mai s ; j e me sui s un peu
ét endu sur l a beaut é de l a doctrine .
J e n' ai pas appr of ondi égal ement t out es l es pr euves ;
mai s, j e l es ai i ndi qué t out es, et j e me sui s
at t aché par pr éf ér ence à cel l es que f our ni ssent l es
miracles .
Les l ect eur s que j ' ai eu sur - t out en
pX111

vue, sont ceux qui doutent de bonne
f oi , qui ont t âché de s' écl ai r er et de f i xer
l eur s dout es ; de r ésoudr e l es obj ect i ons, et qui
n' y sont pas par venus. J e ne pouvoi s ni ne devoi s
m' adr esser à ceux dont l e coeur a cor r ompu
l ' espr i t .
Dans l a mul t i t ude des choses que j ' ai eu à
exposer , i l s' en t r ouve beaucoup qui ne
m' appar t i ennent poi nt : comment aur oi s- j e pu ne
donner que du neuf dans une mat i èr e qui est
t r ai t ée depui s sei ze si écl es par l es pl us
gr ands hommes, et par l es pl us sçavans écr i vai ns ?
J e n' ai donc aspi r é qu' à découvr i r une méthode
pl us abr égée, pl us sûr e et pl us phi l osophi que de
par veni r au gr and but que j e me pr oposoi s.
J ' ai t âché d' enchaî ner t out es mes pr oposi t i ons
si ét r oi t ement l es unes aux aut r es, qu' el l es ne
l ai ssassent ent r ' el l es aucun
pX1V

vui de. Peut - êt r e cet enchaî nement a- t - i l ét é moi ns
dû à mes ef f or t s, qu' à l a nat ur e de mon plan .
I l ét oi t t el que j e pr évoyoi s assés, que mes i dées
s' enchaî ner oi ent d' el l es- mêmes l es unes
aux aut r es, et que j e n' aur oi s qu' à me l ai sser
condui r e par l e f i l de l a médi t at i on.
On compr end que cet t e esquisse ne pouvoi t
êt r e mi se à l a por t ée de t ous l es or dr es de
l ect eur s. J e l ' ai di t : j e l a dest i noi s à ceux qui
doutent de bonne f oi , et en génér al l e peupl e
ne doute guèr es. Une mét hode et des
pr i nci pes un peu phi l osophi ques ne sont pas f ai t s
pour l ui , et heur eusement i l
n' en a pas besoi n.
Qu' i l me soi t per mi s de l e r emar quer : l a pl upar t
des aut eur s que j ' ai l us, et j ' en ai l u beaucoup ;
m' ont par u avoi r deux déf aut s essent i el s : i l s
par l ent sans cesse d' évidence et de
démonstration ,
pXV

et i l s apost r ophent à t out moment ceux qu' i l s
nomment déïstes ou incrédules . I l ser oi t
mi eux d' annoncer moi ns ; on i nspi r er oi t pl us de
conf i ance, et on l a mér i t er oi t davant age. I l ser oi t
mi eux de n' apost r opher poi nt l es incrédules :
ce sont eux qu' on veut écl ai r er et per suader ;
et l ' on commence par l es i ndi sposer . S' i l s ne


- 5 -
ménagent pas t ouj our s l es chr ét i ens ; ce n' est
pas une r ai son pour l es chr ét i ens de ne pas l es
ménager t ouj our s.
Un aut r e déf aut , que j ' ai apper çu dans pr esque
t ous l es aut eur s que j ' ai ét udi és et médi t és, est
qu' i l s dissertent t r op. I l s ne sçavent pas
r esser r er assés l eur s r ai sonnemens ; j e voul oi s
di r e, l es comprimer assés. I l s l es af f oi bl i ssent
en l es di l at ant , et donnent ai nsi pl us de pr i se
aux obj ect i ons. Quel quef oi s même i l l eur ar r i ve de
mêl er à des ar gumens sol i des, de pet i t es
r éf l éxi ons hétérogènes , qui l es i nf i r ment . La
pai l l e
pXV1

et l e chaume ne doi vent pas ent r er dans l a
const r uct i on d' un t empl e de mar br e él evé à l a
vér i t é.
Le dési r de pr ouver beaucoup, a por t é encor e
di ver s apologistes , d' ai l l eur s t r ès
est i mabl es, à donner à cer t ai nes consi dér at i ons
une val eur qu' el l es ne pouvoi ent r ecevoi r en
bonne logique .
J e n' ai r i en négl i gé pour évi t er ces déf aut s :
j e ne me f l at t e pas d' y avoi r t ouj our s r éüssi . J e
pouvoi s peu : j e ne sui s pas r est é au dessous du
poi nt où j e pouvoi s at t ei ndr e. J ' ai concent r é
dans ce gr and suj et t out es l es pui ssances de mon
ame. J e n' ai pas nombré l es ar gumens : j e l es
ai pesés , et à l a bal ance d' une logique
éxact e. J ' ai souhai t é de r épandr e sur cet t e
i mpor t ant e r echer che t out l ' i nt ér êt dont
el l e ét oi t suscept i bl e, et qu' on avoi t t r op
négl i gé. J ' ai appr opr i é mon st yl e aux di ver s
obj et s que j ' avoi s à pei ndr e
pXV11

ou pl ut ôt l es t ei nt es de ces obj et s ont passé
d' el l es- mêmes dans mon st yl e. J ' ai senti et
dési r é de f ai r e sentir . J ' ai vi sé à une
ext r ême pr éci si on, et en m' ef f or çant d' y at t ei ndr e,
j ' ai f ai t en- sor t e que l a cl ar t é n' en souf f r î t
j amai s. J e n' ai poi nt af f ect é une ér udi t i on qui
ne me convenoi t pas : i l est si f aci l e de
paroître ér udi t et si di f f i ci l e de l' être :
j ' ai r envoyé aux sources ; on l es connoî t .
Les vr ai s phi l osophes me j uger ont : si j ' obt i ens
l eur suf f r age, j e l e r egar der ai comme une
r ecompense gl or i euse de mon t r avai l : mai s ; i l
est une r ecompense d' un pl us haut pr i x à l aquel l e
j ' aspi r e, et cel l e- ci est i ndépendant e du
j ugement des hommes.
à Gent hod, pr ès de Genève l e 19 de mai , 1769.

ESSAI APPLIC. PRINCIPES PSYCH.

p117

I nt r oduct i on.


- 6 -
J e me bor ne i ci à un seul éxempl e : i l suf f i r a
pour f ai r e j uger de l ' appl i cat i on qu' on pour r oi t
f ai r e de mes pr i nci pes à un gr and nombr e d' aut r es
cas. Ce ser a même par une appl i cat i on à un pl us
gr and nombr e de cas qu' on j uger a mi eux de
l a vr ai sembl ance de ces pr i nci pes. Une hypot hèse
est d' aut ant pl us pr obabl e, qu' el l e expl i que
pl us heur eusement un pl us gr and nombr e de
phénomènes. Ceux de mes l ect eur s qui se ser ont
r endus mes pr i nci pes f ami l i er s, n' aur ont pas
de pei ne à f ai r e l es appl i cat i ons dont j e par l e.
J e sui s f or t i nt ér essé dans cet éxer ci ce de l eur
ent endement , pui sque c' est de l eur s ef f or t s que
j e doi s at t endr e l a per f ect i on d' un syst ême que
j e n' ai pu qu' ébaucher .
p118

Du r appel des i dées par l es mot s.
L' ost r aci sme ét oi t un banni ssement de
di x ans i nt r odui t par l es at héni ens cont r e
l es ci t oyens que l eur s r i chesses ou l eur
cr édi t r endoi ent suspect s. On écr i voi t l e
nomdu coupabl e sur des coqui l l es, et c' est
de l à que l ' ostracisme t i r oi t sa dénomi nat i on :
l e mot gr ec ostracon si gni f i e coquille . Le
nombr e des suf f r ages devoi t excéder cel ui de 600.
J ' ai l u aut r ef oi s ce t r ai t d' hi st oi r e, et j e
n' en ai r et enu aut r e chose si non que
l ' ostracisme ét oi t un banni ssement de di x ans,
auquel on condamnoi t l es ci t oyens t r op accr édi t és.
J e r el i s par hazar d ce t r ai t d' hi st oi r e, et
j ' ai un l eger souveni r de l ' avoi r l u. Cependant
si l ' on m' avoi t demandé l ' or i gi ne du mot
ostracisme , j e n' aur oi s pu l ' i ndi quer .
p119

J e veux appr of ondi r un peu ce pet i t f ai t ,
et l ui appl i quer mes pr i nci pes
psychologiques pour mi eux j uger de l eur
pr obabi l i t é.
J ' ai admi s que t out es nos i dées t i r ent l eur
or i gi ne des sens , et j ' en ai di t l a r ai son,
par agr aphes 17, 18. J ' ai pr ouvé que l a mémoire
t i ent au corps , par agr aphe 57, et que l e
rappel des i dées par l a mémoi r e t i ent aux
déterminations que l es obj et s i mpr i ment aux
fibres des sens, et qu' el l es conser vent .
Par agr aphes 58, 59 et sui vans. J ' ai mont r é
enf i n, que chaque i dée doi t avoi r dans l e
cer veau des f i br es qui l ui soi ent appr opr i ées
et au j eu desquel l es l e rappel de l ' i dée ai t
ét é at t aché. Par agr aphes 78, 79 et sui vans.
I l me suf f i t d' avoi r r appel l é ces pr i nci pes
génér aux ; j e vi ens à l eur appl i cat i on au cas
que j e me pr opose d' anal yser i ci .
p120

J ' avoi s r et enu l e mot ostracisme ; j e me
r appel l oi s f or t bi en que c' ét oi t un bannissement


- 7 -
de dix ans . J e me r appel l oi s encor e qu' i l ne
por t oi t que cont r e l es ci t oyens t r op accr édi t és.
Le f ai sceau de f i br es approprié au mot
ost r aci sme avoi t donc conser vé l es déterminations
que l a l ect ur e du mot l ui avoi t i mpr i mées.
Mai s, si ce mot ne r évei l l oi t r i en dans l ' espr i t ,
i l ser oi t vui de de sens. Af i n donc que j ' aye
l ' i dée que l ' i nst i t ut i on l ui a at t aché, i l
f aut nécessai r ement qu' i l r évei l l e chez moi l ' i dée
de bannissement .
Cet t e i dée de bannissement ne suf f i r oi t pas
même pour me donner l e sens compl et du mot ,
par ce qu' el l e ser oi t t r op vague ; car
l ' ostracisme n' est pas l e synoni me de
bannissement : t out banni ssement n' est pas un
ost r aci sme.
L' ostracisme r évei l l e donc chez moi l ' i dée
d' une espèce particulière de banni ssement , et
si ma mémoi r e n' est pas t out à f ai t i nf i dèl e,
el l e dét er mi ner a l ' i dée à un banni ssement de
dix ans .
p121

Le f ai sceau de f i br es auquel est appr opr i é
l e mot ostracisme , ébr anl er a donc l es f ai sceaux
auxquel s sont appr opr i és l es mot s bannissement
de dix ans .
Mai s, ces mot s bannissement de dix ans ser oi ent
eux- mêmes vui des de sens, s' i l s ne r évei l l oi ent
pas conf usément dans l ' espr i t l ' i dée d' une sor t e
de pei ne, et cel l e d' un cer t ai n espace de tems .
Les f ai sceaux appr opr i és aux mot s banni ssement de
di x ans, ébr anl ent donc à l eur t our pl us ou
moi ns f oi bl ement d' aut r es f ai sceaux auxquel s
t i ennent l es mot s ou l es signes r epr ésent at i f s
de peine et de tems .
Les f ai sceaux appr opr i és à ces der ni er s mot s
pour r ont ébr anl er de même d' aut r es f ai sceaux
auxquel s t i endr ont quel ques images ou quel ques
i dées analogues à ce que ces mot s sont dest i nés
à représenter .
J e me r appel l e donc t r ès di st i nct ement , que
l ' ostracisme est un bannissement de dix ans .
J e me r appel l e encor e que ce banni ssement ne
por t oi t dans son i nst i t ut i on que cont r e l es
citoyens trop accrédités .
p122

Les f ai sceaux appr opr i és aux mot s bannissement
de dix ans t i ennent donc encor e à d' aut r es
f ai sceaux auxquel s sont at t achés l es mot s
citoyen et accrédité . Ceux- ci r évei l l ent
quel ques uns de l eur s analogues et c.
Mai s ; pour quoi l e mot ostracisme ne me
r appel l oi t - i l pas l es mot s coquille, athéniens,
suffrages ?
I l est t r ès cl ai r que l es f i br es appr opr i ées
à ces di f f ér ens mot s n' avoi ent poi nt per du l es
déterminations que l a l ect ur e de ces mot s l eur


- 8 -
avoi t i mpr i mées, et que l a r épét i t i on assés
f r équent e des mêmes sons avoi t dû nat ur el l ement
f or t i f i er . I l n' est pas moi ns cl ai r que ces
mot s avoi ent cont r act é dans mon cer veau une
mul t i t ude de l i ai sons di ver ses, sui vant
l ' empl oi que j ' avoi s eu occasi on d' en f ai r e soi t
en conver sant , soi t en écr i vant .
J ' ai mont r é en pl usi eur s endr oi t s de mon
l i vr e, que l es l i ai sons qui se f or ment ent r e
nos i dées de t out genr e en supposent de par ei l l es
ent r e l es f i br es sensi bl es de t out genr e.
Nos i dées de t out genr e t i ennent à des signes
p123

qui l es représentent . Ces si gnes sont pour
l ' or di nai r e des mots . Ces mot s sont r appel l és
par l a mémoire . I l est bi en démont r é que
l a mémoi r e a un siége pur ement physique .
Des acci dens pur ement physiques l a dét r ui sent :
on per d t ot al ement l e souveni r des mot s ;
on oubl i e sa l angue mat er nel l e. La conservation
des mot s ou des si gnes de nos i dées par l a
mémoire , t i ent donc à des causes physiques .
Ces causes peuvent - el l es êt r e aut r e chose que
l' organisation et l' arrangement des
f i br es du cer veau ?
Si not r e ame n' a l ' i dée d' un obj et que par
l ' act i on de cet obj et sur l es f i br es sensi bl es
qui l ui sont appr opr i ées, i l est bi en nat ur el ,
que l e rappel de cet t e i dée par l a mémoi r e
ou sa reproduction , dépende de l a même cause
qui en avoi t occasi onné l a pr oduct i on.
I l f aut donc que nos f i br es sensibles de t out
genr e soyent or gani sées et ar r angées de mani ér e
dans l e siége de l' ame , qu' el l es r et i ennent
pendant un t ems pl us ou moi ns l ong l es
déterminations qu' el l es ont r eçuës de l ' act i on
pl us ou moi ns r éï t ér ée de l eur s obj et s, et
qu' el l es pui ssent cont r act er ent r ' el l es des
l i ai sons
p124

en ver t u desquel l es el l es pui ssent s' ébr anl er
r éci pr oquement .
Pour que des f i br es sensi bl es de même genr e
ou de genr es di f f ér ens pui ssent s' ébr anl er
réciproquement , i l f aut de t out e nécessi t é
qu' el l es communi quent l es unes aux aut r es
immédiatement ou médiatement .
L' ébr anl ement dont i l s' agi t est une impulsion
communi quée : af i n que cet t e i mpul si on se
pr opage d' une f i br e à d' aut r es f i br es, i l est
bi en évi dent qu' i l f aut ou que l a f i br e muë
t i enne i mmédi at ement aux f i br es à mouvoir ,
ou qu' el l e y t i enne par quel que chose
d' i nt er médi ai r e qui r eçoi ve l ' i mpul si on et l a
t r ansmet t e.
J e me sui s beaucoup ét endu dans l es chapi t r es xxi i
et xxv sur cet t e communication des f i br es


- 9 -
sensi bl es et sur ses ef f et s. J ' ai donné l e nomde
chaînons à ces par t i es, quel l es qu' el l es
soi ent , par l esquel l es j e conçoi s que l es f i br es
sensi bl es de di f f ér ent es espèces ou de di f f ér ens
genr es t i ennent l es unes aux aut r es, et agi ssent
l es unes sur l es aut r es.
p125

J ' ai supposé que ces chaî nons ét ant dest i nés
à t r ansmet t r e l e mouvement et un cer t ai n
mouvement d' un f ai sceau à un aut r e f ai sceau ou
si mpl ement d' une f i br e à une aut r e f i br e, avoi ent
r eçu une st r uct ur e r él at i ve à cet t e i mpor t ant e
f i n. J e n' ai pas ent r epr i s de dévi ner cet t e
st r uct ur e ; l ' ent r epr i se eut ét é vai ne ; j e me
sui s bor né à en consi dér er l es ef f et s, et à m' assur er
de l eur cer t i t ude.
J ' ai cr u cet t e cer t i t ude, par ce qu' el l e m' a
par u r i gour eusement pr ouvée. Non seul ement
une sensat i on nous r appel l e une sensat i on
de même espèce ; un son, par éxempl e, nous
r appel l e un aut r e son, une coul eur nous r appel l e
une aut r e coul eur ; mai s nous épr ouvons
encor e qu' un son nous r appel l e une coul eur .
Le son t i ent à des f i br es de l ' ouïe , l a
coul eur t i ent à des f i br es de l a vuë : l es
f i br es de l ' ouï e et cel l es de l a vuë communi quent
donc ent r ' el l es.
Le même r ai sonnement s' appl i que aux aut r es
sens : l es f i br es de t ous l es sens
communi quent donc l es unes aux aut r es.
Si l a mémoire d' un mot t i ent aux
déterminations
p126

que l es f i br es appr opr i ées à ce mot
ont cont r act ées, l e r appel d' un mot par un
aut r e mot , doi t t eni r essent i el l ement aux
déterminations que l es chaînons qui l i ent
l es deux f ai sceaux aur ont cont r act ées et conser vées.
J ' ai exposé dans l e chapi t r e i x mes pr i nci pes
sur cet t e habitude que l es f i br es
cont r act ent , sur l a mani èr e dont el l e s' enr aci ne
ou s' af f oi bl i t . J ' y sui s r evenu dans l e chapi t r e
xxi i .
Les l i ai sons que l e mot ostracisme avoi ent
cont r act ées dans mon cer veau avec l e mot
coquille ; cel ui - ci avec l e mot athéniens ;
ce der ni er avec l e mot suffrages ; ces
l i ai sons, di s- j e, s' ét oi ent pr esque ent i ér ement
ef f acées, et j e ne pouvoi s me r appel l er l ' or i gi ne
de l ' ostracisme .
Le f ai sceau appr opr i é au mot ostracisme ,
ne pouvoi t donc ébr anl er l e f ai sceau appr opr i é
au mot coquille , ou s' i l l ' ébr anl oi t , ce
n' ét oi t poi nt assez f or t ement pour f ai r e sur mon
ame une i mpr essi on sensi bl e, et qui l ui soumi t ,
en quel que sor t e, l e t r ai t d' hi st oi r e dont i l
s' agi t .


- 10 -
p127

Le chaînon ou l es chaînons qui l i ent l es
deux f ai sceaux avoi ent donc per du l es
déterminations en ver t u desquel l es l es deux
f ai sceaux s' ébr anl oi ent aut r ef oi s r eci pr oquement .
I l en al l oi t de même du f ai sceau appr opr i é
au mot coquille r él at i vement à ceux auxquel s
t enoi ent l es mot s athéniens, suffrages, et c.
J e ne me f l at t e pas d' avoi r r ésol u ce pet i t
pr obl ême psychol ogi que ; j e ser ai sat i sf ai t si
j ' ai f our ni quel que moyen de l e r ésoudr e. J e
l ui ai appl i qué des pr i nci pes qui m' ont par u
pl us pr obabl es que ceux qu' on avoi t adopt és
j usqu' à moi ; cet t e appl i cat i on ai der a à j uger
du degr é de cet t e pr obabi l i t é.
Mai s de combi en de l i ai sons di ver ses l e même
mot n' est - i l pas suscept i bl e ! à combi en de
mot s t r ès di f f ér ens l e mot de coquille ne
peut - i l poi nt r épondr e sui vant l a nat ur e du
di scour s ou l e but qu' on se pr opose en l ' empl oyant !
I l f aut donc que l e f ai sceau appr opr i é à ce
mot soi t suscept i bl e de cet t e mul t i t ude de
l i ai sons di ver ses, qu' i l t i enne par l a cul t ur e de
l ' espr i t à une f oul e d' aut r es f ai sceaux, et que
l e mouvement pui sse se pr opager de ce f ai sceau

p
28

à t el ou t el f ai sceau avec l a pr éci si on et
l a cél ér i t é qu' éxi ge l a pensée ou l a sui t e du
di scour s.
Quel l e mer vei l l euse composi t i on ceci ne suppose- t - i l
poi nt dans cet or gane admi r abl e qui est
l ' i nst r ument i mmédi at des opér at i ons de
not r e ame ! Quel ser oi t not r e r avi ssement
si l a méchani que de ce chef - d' oeuvr e du
t out - pui ssant nous ét oi t dévoi l ée ! Nous
cont empl er i ons dans cet or gane un pet i t
monde, et s' i l appar t enoi t à un l ei bni t z, ce
pet i t monde ser oi t l ' abr égé de l ' uni ver s.
p129

Sui t e du r appel des i dées par l es mot s.
Quel l e que soi t l a par t i e du cer veau qui
est l e si ège de l ' ame ou l ' i nst r ument i mmédi at
de ses opér at i ons, on ne peut s' empêcher
d' admet t r e qu' i l est quel que par t dans
l e cer veau un or gane qui r éüni t l es i mpr essi ons
de t ous l es sens, et par l equel l ' ame
agi t ou par oî t agi r sur di f f ér ent es par t i es de
son cor ps.
Nous voyons cl ai r ement que l ' act i on des
obj et s ne se termine pas aux sens extérieurs .
L' act i on du son ne se t er mi ne pas au
tambour , cel l e de l a lumière , à l a
rétine . I l est des nerfs qui pr opagent ces
di f f ér ent es i mpr essi ons j usqu' au cer veau. Ceux
qui apr ès avoi r per du l e poi gnet , sent ent encor e


- 11 -
l eur s doi gt s, nous mont r ent assès, que l e siège
du sent i ment n' ét oi t pas où i l par oî ssoi t êt r e.
L' ame ne sent donc pas ses doi gt s dans l es
doi gt s- mêmes :
p130

el l e n' est pas dans l es doi gt s. El l e n' est
pas non pl us dans l es sens extérieurs .
Nous sommes f or t peu écl ai r és sur l a st r uct ur e
i nt i me du cer veau. L' anat omi e se per d dans ce
dédal e t énébr eux. El l e voi t l es ner f s de t ous l es
sens y conver ger ; mai s, l or s qu' el l e
veut l es sui vr e dans l eur cour s, i l s l ui
échappent , et el l e est r édui t e à conj ect ur er , ou à
t ât onner .
Nous devons donc r enoncer à dét er mi ner
pr éci sément quel l e est l a par t i e du cer veau qui
const i t ue l e siège de l' ame . Un anat omi st e
cél èbr e pr océdant par l a voye d' exclusion , a
pr ét endu que l e si ège de l ' ame ét oi t dans l e
corps calleux , par ce que t out es l es expér i ences
qu' i l a t ent ées l ui ont par u pr ouver , que
cet t e par t i e est l a seul e qui ne pui sse êt r e
bl essée ou al t ér ée, que l es f onct i ons de l ' ame n' en
souf f r ent pl us ou moi ns.
Un aut r e anat omi st e a cont r edi t ce r ésul t at ,
p131

et a ent r epr i t d' ét abl i r sur d' aut r es expér i ences,
que l e siège de l' ame ser oi t pl ut ôt dans l a
moëlle allongée . I l pr odui t en sa f aveur
des f ai t s qui sembl ent f or t déci si f s. J e n' en
ci t er ai qu' un seul : on connoi t des ani maux
qui n' ont poi nt de corps calleux ; l e pi geon,
par éxempl e, n' en a poi nt , à ce qu' assur e cet
anat omi st e, et nous ne r ef user ons pas une ame au
pi geon.
Quoi qu' i l en soi t de cet t e quest i on sur l e
siège de l' ame , i l est bi en évi dent , que t out
l e cer veau n' est pas pl us l e si ège du sentiment ,
que t out l ' oei l n' est l e si ège de l a vision .
Mai s ; s' i l ne nous est pas per mi s de pénét r er
dans l e secr et de l a méchani que du cer veau, nous
pouvons au moi ns ét udi er l es ef f et s qui r ésul t ent
de cet t e méchani que, et j uger ai nsi de l a cause
par ses ef f et s.
p132

Nous sçavons que nous n' avons des i dées qu' à
l ' ai de des sens ; ceci est une vér i t é que
l ' expér i ence at t est e. L' expér i ence nous appr end
encor e que nos i dées de t out genr e s' enchaî nent
l es unes aux aut r es, et que cet enchaî nement
t i ent en der ni er r essor t aux l i ai sons que l es
f i br es des sens ont ent r ' el l es.
I l s' ensui t donc que l es di ver s sens dont
nous sommes doués ont quel que par t dans l e cer veau
des communications secr et t es, en ver t u
desquel l es i l s peuvent agi r l es uns sur l es aut r es.


- 12 -
La par t i e où ces communi cat i ons s' opèr ent
est cel l e qu' on doi t r egar der comme l e siège
de l' ame . El l e est l e sens interne .
Cet t e par t i e est donc, en quel que sor t e,
l ' abrégé de t ous l es sens, pui s qu' el l e l es
r éüni t t ous.
Mai s, c' est encor e par cet t e par t i e que l ' ame
agi t sur son cor ps, et par son cor ps sur t ant
d' êt r es di ver s. Or , l ' ame n' agi t que par l e
mi ni st èr e des nerfs : i l f aut donc que l es
ner f s de t out es l es par t i es que l ' ame r égi t ,
p133

ai l l ent about i r à cet t e or gane que nous r egar dons
comme l e si ège immédiat du sentiment et
de l ' action . C' est dans ce sens que j ' ai di t ,
que cet or gane si pr odi gi eusement composé, ét oi t
une neurologie en mi gnat ur e.
On voi t assès par t out ce que j e vi ens d' exposer ,
qu' i l i mpor t e f or t peu à mes pr i nci pes,
de dét er mi ner pr éci sément quel l e est l a par t i e
du cer veau qui const i t ue pr opr ement l e siège
de l' ame . I l suf f i t d' admet t r e avec moi qu' i l
est dans l e cer veau un l i eu où l ' ame r eçoi t
l es i mpr essi ons de t ous l es sens et où el l e
dépl oye son act i vi t é. J ' ai mont r é que cet t e
supposi t i on n' est pas gr at ui t e, pui squ' el l e
découl e i mmédi at ement de f ai t s qu' on ne sçaur oi t
r evoquer en dout e.
Tout es nos i dées sont représentées par des
signes . Ces si gnes sont naturels ou
artificiels .
Les si gnes naturels sont des i mages, des
sons i nar t i cul és ou des cr i s, des gest es, et c.
Les si gnes artificiels sont des f i gur es ou
des car act èr es, des sons ar t i cul és ou des mot s,
p134

dont l ' ensembl e et l es combi nai sons f or ment l a
parole ou l e langage .
Les mot s agi ssent donc sur l e cer veau par
l a vuë ou par l ' ouïe , ou par t out es l es
deux ensembl e.
Ai nsi l es mot s ostracisme, coquille, athéniens,
ont dans l e cer veau des f i br es qui l eur
cor r espondent , et si ces mot s n' ont ét é que
prononcés , ces f i br es ne r épondr ont qu' à
l ' or gane de l ' ouïe . S' i l s ont ét é écrits
et prononcés , i l s r épondr ont à l a f oi s à
l ' or gane de l a vuë et à cel ui de l ' ouïe .
Les mot s dont i l s' agi t pour r ont donc êt r e
rappellés égal ement par des f i br es de l a vuë
ou par des f i br es de l ' ouïe .
Et comme nous avons pr ouvé que l es f i br es
de t ous l es sens sont l i ées l es unes aux
aut r es, i l ar r i ver a que l a vuë du mot ostracisme
r évei l l er a l e son de ce mot , et que l e son du
mot r évei l l er a de même l ' i dée des lettres qui


- 13 -
l e r epr ésent ent .
J e nommer ai f ai sceaux optiques ceux qui
p135

t i ennent aux sens de l a vuë , et f ai sceaux
auditifs ceux qui appar t i ennent aux sens de
l ' ouïe .
Les mot s ostracisme, coquille, athéniens
t i ennent donc à l a f oi s dans mon cer veau à
des f ai sceaux optiques et à des f ai sceaux
auditifs . I l s t i endr ont pl us aux uns qu' aux
aut r es, sui vant que ces mot s aur ont af f ect é pl us
souvent ou pl us f or t ement l a vuë ou l ' ouïe .
Nous sommes donc achemi nés à admet t r e dans l e
siége de l' ame un doubl e systême
représentatif des signes de nos i dées. Les
f i br es à l ' ai de desquel l es nous r ai sonnons, et
que j ' ai nommées intellectuelles , par ce qu' el l es
ser vent aux opér at i ons de l ' ent endement , sont
donc des dépendances de l a vuë et de l ' ouïe .
I l est si ngul i er que l ' expér i ence vi enne encor e
pr ouver ceci . On peut avoi r épr ouvé, qu' une
l ongue médi t at i on f at i gue l ' or gane de l a vuë .
C' est au moi ns ce que j ' ai épr ouvé pl us d' une
f oi s, et si l ' or gane de l ' ouïe n' épr ouve pas
l a même f at i gue, c' est , sans dout e, qu' i l est
moi ns dél i cat . C' est ce f ai t assez r emar quabl e
que j ' avoi s i ndi qué dans l e par agr aphe 851.
p136

Ceux de mes l ect eur s qui pour r oi ent avoi r
ét é choqués des expr essi ons de fibres
intellectuelles compr ennent mi eux à pr ésent
dans quel sens j ' ai empl oyé ces expr essi ons. I l
est bi en évi dent , que j e n' at t r i bue pas à
l' entendement ce qui ne convi ent qu' au
cerveau . J ' ai peut - êt r e mi eux ét abl i qu' aucun
aut eur dans ma pr éf ace et ai l l eur s, l es gr andes
pr euves de l' immatérialité de not r e ame, et
j e m' ét oi s expl i qué assez cl ai r ement dans ce
par agr aphe 851. Mai s, l a pl ûpar t des l ect eur s
l i sent t r op r api dement : mon l i vr e demandoi t à
êt r e un peu ét udi é.
à Gent hod, pr ès de Genève,
l e 6 de j ui l l et 1766.
p137

Sur l ' associ at i on des i dées en génér al .
Les pr i nci pes que j e vi ens d' appl i quer à un
cas par t i cul i er du rappel des idées par les
mots , peuvent s' appl i quer f aci l ement à
l ' association des idées en génér al .
Un obj et fort composé agi t à l a f oi s ou
successi vement sur un gr and nombr e de f i br es
sensibles de di f f ér ens ordres .
En ver t u des déterminations que cet obj et
i mpr i me à ces f i br es, el l es acqui er r ent une
t endance à s' ébr anl er l es unes l es aut r es, d' une
mani èr e r él at i ve à cel l e dont l ' obj et agi t sur


- 14 -
el l es.
Si donc une ou pl usi eur s de ces f i br es vi ennent
à êt r e ébr anl ées, par quel que mouvement
i nt est i n du cer veau ou par quel qu' obj et pl us
ou moi ns anal ogue, t out es l es aut r es f i br es
p138

cor r espondant es ser ont ébr anl ées, et r et r acer ont
à l ' ame cet ensemble d' i dées, que l ' obj et
composé y avoi t exci t é par son act i on sur l es
f i br es.
Ai nsi , pl us l es f i br es ébr anl ées ser ont nombr euses
et mobi l es ; pl us el l es aur ont de di sposi t i on à
r et eni r l es déterminations i mpr i mées ;
pl us l ' ébr anl ement communi qué ser a f or t et
r épèt é ; et pl us l es i dées qui se r et r acer ont dans
l ' ame aur ont de cl ar t é et de f or ce.
Pl us ces i dées aur ont de cl ar t é et de f or ce
et pl us el l es i nf l uer ont sur l ' éxer ci ce des
f acul t és i nt el l ect uel l es et des f acul t és cor por el l es.
Un êt r e qui posséde pl usi eur s sens , est donc
suscept i bl e d' un pl us gr and nombr e d' i mpr essi ons
diverses .
Et si l e même obj et agi t à l a f oi s et pui ssamment
sur tous l es sens de cet êt r e ; s' i l
l es ébr anl e dans l e r appor t qui const i t uë l e
pl ai si r ; l ' ame ser a ent r ai née ver s cet obj et ;
l a volonté s' appl i quer a f or t ement à l ' i dée
t r ès complèxe et t r ès vi ve qu' i l y exci t er a.
p139

Non seul ement l a vol ont é ser a dét er mi née
par l a pr ésence actuelle de l ' obj et ; el l e l e
ser a encor e par l e si mpl e souvenir de cet
obj et .
Ce souveni r ser a d' aut ant pl us dur abl e, d' aut ant
pl us vi f , d' aut ant pl us i ncl i nant ; que
l ' obj et aur a agi pl us f or t ement , pl us l ongt ems
ou pl us f r équemment sur t ous l es sens ou sur
pl usi eur s sens .
En conséquence des liaisons or i gi nel l es qui
sont ent r e t ous l es sens, et que l es ci r const ances
f or t i f i ent ; un mouvement communi qué à un sens
ou si mpl ement à quel ques f i br es d' un sens, se
pr opage à l ' i nst ant aux aut r es sens ou à pl usi eur s
des aut r es sens ; et l ' i dée t r ès complèxe
at t achée à ces di ver ses i mpr essi ons à peu pr ès
si mul t anées, se r évei l l e dans l ' ame avec pl us ou
moi ns de vi vaci t é ; l e desir s' al l ume, et
pr odui t t el l e ou t el l e sui t e d' act i ons.
Appl i quès ces pr i nci pes génér aux aux obj et s
de l ' avarice , de l a gloire , de
l' ambition et de t out es l es gr andes passions :
appl i quez- l es
p140

sur t out aux obj et s de l a volupté , pl us
i mpul si f s et pl us sol l i ci t ans encor e chez l a
pl ûpar t des hommes ; et vous expl i quer ès


- 15 -
psychologiquement l es pr i nci paux phénoménes
de l ' humani t é.
C' est sur ces pr i nci pes si si mpl es, si f éconds,
si l umi neux que j ' essayer oi s d' él ever l ' i mpor t ant e
t héor i e de l ' association des idées . J ' en ai
j et t é l es f ondemens dans l es chapi t r es xxv et
xxvi de mon essai analytique sur l' ame ,
auxquel s j e r envoye. D' aut r es médi t at i ons, et l es
ménagemens que ma sant é éxi ge, ne me per met t ent
pas de me l i vr er act uel l ement à ce t r avai l
i nt ér essant , qui f our ni r oi t seul à un traité de
morale en f or me, et que j ' ai souvent songé à
composer .
C' ét oi t un sembl abl e t r ai t é que j ' avoi s dans
l ' espr i t , l or sque j e composoi s, i l y a neuf ans
l e par agr aphe 821 de mon essai analytique , et
que j e
p141

m' expr i moi s ai nsi . " j e ne f i ni r oi s poi nt , si
j e voul oi s i ndi quer t out ce qui r ésul t e de
l ' associ at i on des i dées. Un bon t r ai t é de mor al e
devr oi t avoi r pour obj et de dével opper l ' i nf l uence
des i dées accessoires ou associ ées en mat i èr e
de moeur s et de condui t e. C' est i ci qu' i l f aut
cher cher l e secr et de per f ect i onner l ' éducat i on.
J e pour r oi s bi en m' occuper un j our d' un suj et si
i mpor t ant et qui a t ant de l i ai son avec l es
pr i nci pes de cet t e anal yse. "
t el l e est l a nat ur e de l a volonté , qu' el l e
ne peut se déterminer que sur des motifs .
J e cr oi s l ' avoi r assez pr ouvé dans l es chapi t r es
xi , xi i , xi x de mon essai analytique . J ' ai
r appel l é l es pr i nci pal es pr euves de cet t e gr ande
vér i t é dans l ' ar t i cl e xi i de mon analyse
abrégée .
La sci ence des moeur s ou l a morale doi t donc
avoi r pour but de f our ni r à l a volonté des
motifs assès pui ssans pour l a di r i ger
const amment ver s l e vrai bien .
Ces motifs sont t ouj our s des idées que l a
mor al e pr ésent e à l ' ent endement , et ces i dées
p142

ont t ouj our s l eur siége dans certaines fibres
du cer veau.
La mor al e f ai t donc l e mei l l eur choi x de
ces i dées ; el l e l es di spose dans l e mei l l eur
or dr e ; el l e l es associ e, l es enchaî ne, l es
grouppe dans l e r appor t l e pl us di r ect à son
but .
Pl us l es i mpr essi ons qu' el l e pr odui t ai nsi sur
l es fibres appr opr i ées à ces i dées sont f or t es,
dur abl es, har moni ques, et pl us l e j eu de ces
f i br es a d' i nf l uence sur l ' ame.
Cet t e act i on des f i br es appr opr i ées aux vrais
biens ser a donc d' aut ant pl us efficace ,
qu' el l e l ' empor t er a d' avant age sur cel l e des
f i br es appr opr i ées aux plaisirs sensuels .


- 16 -
Et par ce que l a quantité du mouvement dépend
du nombr e des par t i es muës à l a f oi s, et de l a
vi t esse avec l aquel l e el l es sont muës ;
pl us i l y aur a de f i br es appr opr i ées aux vrais
biens qui ser ont ébr anl ées à l a f oi s, pl us
el l es l e ser ont avec f or ce ; et pl us l es i dées
qu' el l es r et r acer ont à l ' ame i nf l uer ont sur l es
déterminations de sa vol ont é.
p143

C' est par l a liaison que l a mor al e sçai t
met t r e ent r e t ous l es principes , qu' i l s se
r évei l l ent l es uns l es aut r es dans
l' entendement . Or qui di t un principe ,
di t une notion générale , qui envel oppe une
mul t i t ude d' i dées particuliéres .
La notion générale est donc at t achée dans l e
cer veau à un faisceau principal , qui cor r espond
à une mul t i t ude de pet i t s f ai sceaux et de f i br es,
qu' i l ébr anl e à l a f oi s ou pr esqu' à l a f oi s.
Ce sont aut ant de pet i t es f or ces, qui conspi r ent
à pr odui r e un ef f et génér al . Le r ésul t at moral
de cet ef f et physique , est une cer t ai ne
détermination de l a vol ont é.
L' objet d' une passion n' aur oi t pas une si
gr ande f or ce, s' i l agi ssoi t seul : mai s ; i l est
enchaî né à une f oul e d' aut r es obj et s, dont i l
r évei l l e l es i dées, et c' est du rappel de ces
i dées associées qu' i l t i r e sa pr i nci pal e f or ce.
L' or est bi en l ' obj et i mmédi at de l a passi on
de l ' avare : mai s ; l ' avar e n' amasse pas
de l ' or pour l e si mpl e pl ai si r d' en amasser .
p144

Ce mét al l ui r epr ésent e l es valeurs , dont i l est
l e signe . I l ne j oui t pas act uel l ement de ces
valeurs ; mai s, i l se pr opose t ouj our s d' en
j oui r , et i l en j oui t en i dée. I l f ai t de son or
t out es sor t es d' empl oi s i magi nai r es, et l es mi eux
assor t i s à ses goût s et à sa vani t é. I l n' oubl i e
poi nt sur t out de se compar er t aci t ement à ceux
qui ne possèdent pas ses r i chesses. De l à naî t
dans son ame une cer t ai ne i dée d' i ndépendance
et de supér i or i t é, qui l e f l at t e d' aut ant pl us
que t out son ext ér i eur annonce moi ns.
L' or t i ent donc dans l e cer veau de l ' avar e
à un faisceau principal , et ce f ai sceau est
l i é à une f oul e d' aut r es, qu' i l ébr anl e sans cesse.
à ces f ai sceaux subor donnés ou associés sont
at t achées l es i dées de maisons ,
d' équipages , d' emplois , de dignités ,
de crédit , et c. Et c. Et combi en de f ai sceaux
ou de fascicules t i ennent encor e au f ai sceau
appr opr i é au mot crédit !
Si l a mor al e par venoi t à subst i t uer à l ' i dée
domi nant e de l ' or cel l e de libéralité ou
de bénéficence ; si el l e associ oi t f or t ement
à cet t e i dée t out es cel l es des plaisirs et des


- 17 -
distinctions réelles at t achées à l a bénéf i cence ;
si el l e pr ol ongeoi t
p145

cet t e chaî ne d' i dées, et qu' el l e y pl açât pour
der ni er chaî non l e bonheur à venir ; si enf i n,
el l e ébr anl oi t si pui ssamment t ous l es f ai sceaux
et t out es l es f i br es appr opr i ées à ces
i dées, que l eur mouvement l ' empor t ât en i nt ensi t é
sur l e j eu des f i br es appr opr i ées à l a
passion ; si , di s- j e, l a mor al e opér oi t t out
cel a, el l e t r ansf or mer oi t l ' avare en homme
libéral ou bienfaisant .
Cet t e faculté qui r et i ent et enchaî ne l es
i dées ou l es images des choses, qui l es
r epr odui t de son pr opr e f ond, l es ar r ange, l es
combi ne, l es modi f i e, por t e l e nom
d' imagination .
I l est assés évi dent que l ' imagination déci de
de t out dans l a vi e humai ne. Le gr and secr et de l a
mor al e consi st er a donc à se ser vi r habi l ement de
l ' i magi nat i on el l e- même, pour di r i ger pl us sûr ement
l a vol ont é ver s l e vrai bien . Tel est l e
pr i nci pal but des promesses et des menaces
qui ét ayent l a pl us subl i me de t out es l es mor al es.
Le cr éat eur du genr e humai n pouvoi t seul en êt r e
l e l égi sl at eur , par ce qu' i l connoi ssoi t seul
l e f ond de son ouvr age.
p146

La mor al e philosophique pui ser a donc son ar t
et ses ensei gnemens dans l a nature de
l ' homme et ses rélations . El l e en dédui r a sa
destination , et envi sager a t out es ses
facultés , comme des instrumens , qu' el l e
doi t met t r e en val eur , per f ect i onner de pl us en
pl us, et r endr e aussi convergens qu' i l est
possi bl e ver s l a gr ande et nobl e fin de son
êt r e.
Chaque faculté a ses loix , qui l a
subordonnent aux aut r es f acul t és, et
déterminent sa mani èr e d' agi r . J ' ai f or t
dével oppé cel a dans mon essai . La gr ande loi
de l ' i magi nat i on est cel l e- ci : l or s que deux ou
pl usi eur s mouvemens ont ét é exci t és à l a f oi s ou
successi vement dans l ' organe de l a pensée, si
un de ces mouvemens est r epr odui t de nouveau, t ous
l es aut r es l e ser ont , et avec eux l es idées qui
l eur ont ét é at t achées.
Tout es l es sciences et t ous l es arts
r eposent sur cet t e loi : que di s- j e ! Tout l e
syst ême de l ' homme en dépend.
La sci ence gi t dans l ' enchaînement des
vér i t és, et cet enchaî nement est - i l aut r e chose
p147

que l ' association des mouvemens dans
l ' organe immédiat de l a pensée ?
Les pl ai si r s des beaux-arts dépendent t ous


- 18 -
des comparaisons que l ' ame f or me ent r e l es
di ver ses sensat i ons ou l es di ver s sent i mens que
l eur s obj et s f ont naî t r e chès el l e : ces
compar ai sons dépendent el l es- mêmes de
l ' association des sent i mens : pl us i l y a de
sent i mens associés , pl us ces sent i mens sont
vi f s, var i és, har moni ques, et pl us l a somme des
pl ai si r s qu' i l s exci t ent , s' accr oî t .
Si l es régles générales , l es sentences , l es
maximes , et c. Pl ai sent t ant à l ' espr i t , c' est
sur t out par ce qu' el l es envel oppent un gr and
nombr e d' i dées particuliéres , que
l ' expérience et l a réfléxion ont
associées et que l a régle ou l a
maxime réveille aussi - t ôt ; et c.
On est ét onné quand on vi ent à anal yser
t out es l es i dées que l a r éf l éxi on, l a coût ume,
l ' opi ni on, l e pr éj ugé ont associ ées ensembl e
et at t achées à un seul mot . Les mot s de
patrie , de vertu, de point-d' honneur en
sont des éxempl es f r appans, qu' i l suf f i t
d' i ndi quer . J ' ai anal ysé l e pr emi er dans mon
essai par agr aphe 264.
p148

L' opinion ne r égent e l e monde, que par l es
i dées associées . Les or at eur s et l es ar t i st es
sçavent bi en ceci .
Tout est l i é dans l a nat ur e ; t ous l es êt r es
t i ennent l es uns aux aut r es par di ver s rapports .
à ces r appor t s naturels , déj a si mul t i pl i és,
si di ver si f i és, se j oi gnent l es r appor t s
d' institution , que l ' espr i t a f or més, et qui ne
sont ni moi ns nombr eux ni moi ns di ver si f i és. La
sci ence universelle est l e syst ême général
de ces rapports .
I l n' est donc r i en d' isolé ou de
solitaire dans l a nat ur e : l e cerveau ,
dest i né à pei ndr e à l ' ame l a nat ur e, a donc ét é
organisé dans un r appor t di r ect à l a nat ur e.
I l y a donc ent r e l es f i br es sensibles du
cer veau des r appor t s
p149

ou des liaisons anal ogues à cel l es qui
uni ssent l es di ver s obj et s de l a nat ur e.
L' act i on des obj et s sur l e cer veau dét er mi ne
l ' espèce des mouvemens et l ' ordre
sui vant l equel i l s t endent à se pr opager . Pl us l e
nombr e de ces mouvemens associés est gr and,
pl us i l s sont var i és, di st i nct s ; pl us i l s
r epr ésent ent f i dél ement l a nat ur e, et pl us i l y a
de connoissances dans l ' i ndi vi du.
J e cour s r api dement sur l a sur f ace des choses :
un t or r ent m' ent r ai ne : j e découvr e une
per spect i ve i mmense : j e voudr oi s l a cr ayonner ;
l e t ems et l es f or ces me manquent : j e sui s
r édui t à en ébaucher gr ossi ér ement l es pr emi er s
t r ai t s : l e l ect eur i nt el l i gent f i ni r a cet t e


- 19 -
ébauche, et i l en ver r a naî t r e l a gr ande
théorie de l' association des idées .
p150

Sur l ' associ at i on des i dées chez l es ani maux.
Le cerveau des ani maux a ét é aussi organisé
dans un r appor t à l a nat ur e : mai s, i l
n' a pas ét é appel l é à r epr ésent er , comme cel ui
de l ' homme, l a nat ur e ent i èr e. I l n' en r epr ésent e
que quel ques par t i es, et l es par t i es qu' i l pei nt
à l ' ame avec l e pl us de net t et é et de vi vaci t é
sont cel l es qui ont un r appor t di r ect à l a
conversation et à l a propagation de
l ' ani mal .
I l est évi dent que pl us l es sens sont
mul t i pl i és dans un ani mal , et pl us i l a de
sensat i ons et de sensat i ons di ver ses. I l se f or me
donc dans son cer veau un pl us gr and nombr e
d' associations d' idées .
Pl us l e nombr e de ces associations s' accr oî t ,
et pl us l ' instinct de l ' ani mal se dével oppe,
s' ét end, se per f ect i onne. La domesticité et
l ' éducation sont ce qui mul t i pl i e et f or t i f i e
l e pl us l es associations des i dées dans l a
t êt e de
p151

l ' ani mal . C' est par el l es que l ' instinct
sembl e t oucher à l a r ai son, et qu' i l l ' ét onne.
Un or gane uni que peut avoi r ét é const r ui t
avec un t el ar t , qu' i l suf f i t seul à donner à
l ' ani mal un gr and nombr e d' i dées, à l es di ver si f i er
beaucoup, et à l es associer f or t ement
ent r ' el l es. I l l es associera même avec d' aut ant
pl us de f or ce et d' avant age, que l es f i br es qui
en ser ont l e siège se t r ouver ont uni es pl us
ét r oi t ement dans un or gane uni que.
La trompe de l ' él éphant en est un bel
éxempl e, et qui écl ai r ci r a admi r abl ement bi en
ma pensée. C' est à ce seul i nst r ument , que
ce nobl e ani mal doi t sa supér i or i t é sur t ous l es
aut r es ani maux ; c' est par l ui qu' i l sembl e t eni r
l e mi l i eu ent r e l ' homme et l a br ut e. Quel pi nceau
pouvoi t mi eux que cel ui du pei nt r e de l a nat ur e
expr i mer t out es l es mer vei l l es qu' opèr e cet t e
sor t e d' or gane uni ver sel !
" cet t e trompe , di t - i l , composée de membr anes,
p152

de ner f s et de muscl es, est en même t ems un membr e
capabl e de mouvement , . . . et c. "
p154

l ' él oquent hi st or i en de l ' él éphant r éüni t ensui t e
sous un seul poi nt de vuë l es di ver s ser vi ces
que ce gr and ani mal r et i r e de sa
t r ompe. " l e t oucher , cont i nue- t - i l , est cel ui de
t ous l es sens qui est l e pl us r él at i f à l a


- 20 -
connoi ssance ; . . . et c. "
voi l à donc l a méchani que par l aquel l e un
gr and nombr e d' i dées di f f ér ent es peuvent
p155

s' associ er dans l e cer veau d' un ani mal , à l ' ai de
d' un seul or gane : t el s sont l es pr i nci paux
ef f et s de cet t e admi r abl e associ at i on. Not r e
i l l ust r e aut eur i nsi st e avec r ai son sur cet t e
vér i t é psychologique ; que l' éléphant est privé,
ainsi que tous les autres animaux, de la
puissance de réfléchir . Cet t e puissance
suppose l ' usage des signes par l esquel s nous
généralisons nos i dées. L' él éphant n' a poi nt
l ' usage de par ei l s si gnes. J e ne t r ouve pas que l es
écr i vai ns de mét aphysi que qui me sont connus,
ayent pr i s l a pei ne de bi en anal yser ceci . I l ne
me sembl e pas qu' i l s ayent bi en sai si l a vr aye
not i on de l a r éf l éxi on. Qu' i l me soi t per mi s de
r appel l er i ci ce que j ' ai di t l à- dessus dans l es
par agr aphes 260, 261 de mon essai analytique .
" l a r éf l éxi on est donc en génér al , l e r ésul t at
de l ' attention que l ' espr i t donne aux
i dées sensibles , qu' i l compar e et qu' i l r evêt
de signes ou de t er mes qui l es r epr ésent ent .
" ai nsi l or sque l ' espr i t se r end at t ent i f aux
effets qui r ésul t ent de l ' activité d' un
obj et , i l dédui t de ces ef f et s par l a réfléxion ,
l a not i on des pr opr i ét és de l ' obj et .
p156

Cet t e not i on est une i dée réfléchie . L' i dée
sensible ne pr ésent e à l ' espr i t qu' un cer t ai n
mouvement , un changement de f or me, de pr opor t i ons,
d' ar r angement dans cer t ai nes par t i es ; et c.
L' espr i t t i r e de t out cel a par une abst r act i on
intellectuelle l ' i dée r éf l échi e des
pr opr i ét és.
On voi t à pr ésent , que si l ' él éphant pouvoi t
r evêt i r de signes ou de termes chacune
des i dées que sa trompe l ui t r ansmet ; s' i l
pouvoi t r epr ésent er par de sembl abl es signes ce
qu' i l abstrairoit de chaque i dée sensible ;
s' i l pouvoi t compar er par l e même moyen l es i dées
qu' i l aur oi t ai nsi abstraites ; on voi t ,
di s- j e, que l a sphèr e de ses i dées s' ét endr oi t de
pl us en pl us ; que l eur s associations se
f or t i f i er oi ent par l es si gnes même, en même t ems
qu' el l es se mul t i pl i er oi ent et se di ver si f i er oi ent .
Bi ent ôt l ' él éphant di sput er oi t l ' empi r e à l ' homme,
et l ' instinct ser oi t t r ansf or mé en raison .
Cet t e t r ansf or mat i on est i mpossi bl e dans l ' ét at
pr ésent des choses : i ci sont l es bar r i èr es
i nsur mont abl es que l ' aut eur de l a nat ur e a pl acé
ent r e l ' instinct et l a raison : mai s,
peut - êt r e ces bar r i èr es ne subsi st er ont - el l es pas
p157

t ouj our s : peut - êt r e vi endr a- t - i l un t ems où


- 21 -
el l es ser ont enl evées, et où l ' él éphant at t ei ndr a
à l a sphèr e de l ' homme. Cet t e i dée, qui peut
par oî t r e un peu har di e, mér i t e bi en que j e l a
dével oppe, et c' est ce que j e vai s essayer de
f ai r e dans l ' écr i t sui vant .
AVERTISSEMENT

p161

Lor sque l ' i dée i nt ér essant e d' une r est i t ut i on
f ut ur e des ani maux s' of f r i t à mon espr i t , j e cr us
que son exposi t i on occuper oi t à pei ne une f eui l l e
de ces opuscules , et j e n' i magi nai pas
l e moi ns du monde qu' el l e me condui r oi t
i nsensi bl ement à r emani er pr esque t ous mes
pr i nci pes sur Di eu, sur l ' univers, sur
l ' oeconomie de l ' homme , sur cel l e des
animaux , sur l ' origine des êt r es
organisés , sur l eur accroîssement ,
sur l eur s reproductions , et c.
Cet écr i t est donc devenu peu à peu une sor t e de
supplément à mes t r oi s der ni er s ouvr ages. Si
l e l ect eur veut
p162

me sui vr e avec aut ant de f aci l i t é que de
pl ai si r dans ces nouvel l es médi t at i ons, i l
consul t er a t ouj our s l es endr oi t s de ces ouvr ages
auxquel s j ' ai ét é obl i gé de l e r envoyer assez
f r équemment . I l voudr a bi en ne me j uger qu' apr ès
m' avoi r l u at t ent i vement d' un bout à l ' aut r e, et
avoi r médi t é un peu sur l a nat ur e de mes pr i nci pes,
sur l eur enchaî nement , sur l a l i ai son des
conséquences avec ces pr i nci pes, et sur l ' har moni e
de l ' ensembl e.
Si l e l ect eur m' accor de cet t e gr ace, j e pui s
espér er qu' i l ne l ui par oî t r a pas que j ' aye choqué
l es r égl es d' une sai ne l ogi que, et abusé de l a
per mi ssi on de conj ect ur er en psychologie et en
physique .
Quoi que cet écr i t , un peu si ngul i er , soi t devenu
beaucoup pl us vol umi neux que j e ne l e pensoi s, j e
di r ai cependant , que j ' y ai concent r é mes
p163

i dées l e pl us qu' i l m' a ét é possi bl e : souvent
même i l est ar r i vé que j e l es ai si mpl ement
i ndi quées pl ut ôt qu' anal ysées. I l f al l oi t bi en
d' ai l l eur s l ai sser quel que chose à f ai r e à
l ' espr i t du l ect eur : peut - êt r e néanmoi ns l ui
aur ai - j e l ai ssé t r op à f ai r e : i l me l e
par donner a d' aut ant pl us vol ont i er s, que j ' aur ai
pr ésumé pl us f avor abl ement de sa pénét r at i on.
I l r econnoî t r a ai sément , que si j ' avoi s t r ai t é à
l a mani èr e de cer t ai ns écr i vai ns, l es suj et s si
f éconds et si di ver s qui se sont pr ésent és à ma
médi t at i on, j ' aur oi s enf ant é pl usi eur s gr os
vol umes, et noyé mes pensées dans un dél uge de mot s
et de choses i nci dent es.


- 22 -
J e ne l e di ssi mul er ai poi nt : j ' ai t r avai l l é
cet t e nouvel l e pr oduct i on aut ant qu' aucun de
mes aut r es ouvr ages. J e me sui s t ouj our s at t aché
à appr opr i er mon st yl e aux di f f ér ens suj et s, et à
l ui donner l e degr é de cl ar t é, de pr éci si on
et d' i nt ér êt dont j ' ét oi s capabl e. C' est
p165

à ceux qui possèdent ces mat i èr es et qui se sont
occupés de l a composition , à j uger d' un
t r avai l que j e soumet s, sans r eser ve, à l eur s
l umi èr es et à l eur di scer nement .
AVANT-PROPOS

L' exi st ence de l ' ame des bêt es est un de ces
dogmes phi l osophi ques qui ne r eposent que sur
l ' analogie . Les r appor t s de si mi l i t ude que
nous découvr ons
p166

ent r e l es or ganes des ani maux et l es nôt r es, et
ent r e l eur s act i ons et cel l es que nous pr odui sons
dans des ci r const ances par ei l l es, nous por t ent
à penser qu' i l est dans l ' ani mal un pr i nci pe
d' act i on, de sent i ment et de vi e anal ogue à cel ui
que nous r econnoi ssons au dedans de nous.
Nous ne pouvons même nous déf endr e d' un cer t ai n
sent i ment qui nous ent r aî ne comme mal gr é nous à
admet t r e que l es bêt es ont une ame . Le
phi l osophe l ui - même ne r ési st e pas pl us à ce
sent i ment que l e vul gai r e, et j e ne sçai s si
l ' i nvent eur de l ' automatisme des br ut es ne s' y
l ai ssoi t pas ent r aî ner quel quef oi s.
p167

J ' ai assés di t et r épèt é dans mes t r oi s der ni er s
ouvr ages, que j e ne r egar doi s l ' éxi st ence de l ' ame
des bêt es que comme probable ; mai s, i l f aut
conveni r que cet t e pr obabi l i t é va, au moi ns,
j usqu' à l a pl us gr ande vr ai sembl ance. J e ne
ni er ai poi nt , qu' avec beaucoup de subt i l i t é
d' espr i t on ne pui sse expl i quer méchaniquement
t out es l es opér at i ons des br ut es. J e ne l e
t ent er oi s pas néanmoi ns, par ce qu' i l me
par oî t r oi t assés peu phi l osophi que de donner l a
t or t ur e à son espr i t pour t r ouver des
expl i cat i ons méchaniques , t out es pl us ou moi ns
f or cées, t andi s qu' on r end r ai son de t out de l a
mani èr e l a pl us si mpl e, l a pl us heur euse, en
accor dant une ame aux br ut es.
Des t héol ogi ens et des phi l osophes est i mabl es en
consent ant d' admet t r e que l es bêt es ont une ame,
n' ont pas voul u accor der que cet t e ame sur vécût
à l a dest r uct i on du cor ps de l ' ani mal . I l s ont
j ugé que l a r évél at i on ser oi t t r op i nt ér essée dans
cet t e sor t e de cr oyance phi l osophi que,
p168


- 23 -

et i l s ont accumul é sur ce suj et des obj ect i ons
qui ne me par oî ssent pas sol i des.
Pour quoi i nt ér esser l a r évél at i on dans une
chose où i l sembl e qu' el l e nous a l ai ssé une
pl ei ne l i ber t é de penser ? J e l e di soi s dans l e
par agr aphe 716 de mon essai analytique : " on a
sout enu l ' anéant i ssement de l ' ame des bêt es,
comme si l e dogme de l ' i mmor t al i t é de not r e ame
ét oi t l i é à l ' anéant i ssement de cel l e des bêt es.
I l ser oi t bi en à dési r er qu' on n' eut j amai s mêl é
l a r el i gi on à ce qui n' ét oi t poi nt el l e. "
j ' espèr e donc que l es ami s si ncèr es de l a
r el i gi on et du vr ai voudr ont bi en me par donner ,
si j ' essaye auj our d' hui de mont r er qu' i l est
possi bl e qu' i l y ai t un état futur r eser vé aux
ani maux. Cet t e t ent at i ve ne sçaur oi t dépl ai r e
aux ames sensi bl es et qui dési r ent qu' i l y ai t l e
pl us d' heur eux qu' i l est possi bl e. Combi en l es
souf f r ances des bêt es ont - el l es de quoi i nt ér esser
cet t e sensi bi l i t é r ai sonnabl e qui est l e car act èr e
l e pl us mar qué d' un coeur bi en f ai t ! Combi en
l ' opi ni on que j ' ose cher cher à j ust i f i er
s' accor de- t - el l e avec l es haut es i dées qu' un
phi l osophe chr ét i en se f or me de l a bont é supr ême !
Le 15 de mar s 1768.
PARTIE 1

p169

I dées sur l ' ét at f ut ur des ani maux.
Hypot hèse de l ' aut eur ;
f ondemens de cet t e hypot hèse.
J e suppose qu' on se r appel l e ce que j ' ai
exposé sur l ' état futur de l ' homme dans l e
chapi t r e xxi v de mon essai analytique ,
par agr aphes 726, 754, et dans l e chapi t r e xi i i , de
l a par t i e i v de ma contemplation . Peut - êt r e
ser a- t - i l mi eux encor e que mon l ect eur pr enne
l a pei ne de r el i r e l es endr oi t s que j e vi ens de
ci t er .
p170

Pl us on ét udi e l ' or gani sat i on des gr ands ani maux,
et pl us on est f r appé des t r ai t s nombr eux de
r essembl ance qu' on découvr e ent r e cet t e
or gani sat i on et cel l e de l ' homme . I l n' y a
pour s' en convai ncr e qu' à ouvr i r un t r ai t é
d' anatomie comparée .
Où ser oi t donc l a r ai son pour quoi l a r essembl ance
se t er mi ner oi t pr éci sément à ce que nous en
connoi ssons ? Avant qu' on se f ût éxer cé en
anat omi e comparée , combi en ét oi t - on i gnor ant
sur l es r appor t s de l ' or gani sat i on des ani maux
avec cel l e de l ' homme ! Combi en ces r appor t s se
sont - i l s mul t i pl i és, dével oppés, di ver si f i és l or sque
l e scal pel , l e mi cr oscope et l es i nj ect i ons sont
venus per f ect i onner t out es l es br anches de
l ' anat omi e ! Combi en peuvent - el l es êt r e


- 24 -
per f ect i onnées encor e ! Que sont nos connoi ssances
anat omi ques aupr ès de cel l es que de nouvel l es
i nvent i ons pr ocur er ont à nos descendans !
Qu' i l me soi t donc per mi s d' i nsér er de t out ceci ,
que l es ani maux peuvent avoi r avec l ' homme
d' aut r es t r ai t s de r essembl ance dont nous ne nous
dout ons pas l e moi ns du monde. Par mi ces t r ai t s
qui nous demeur ent voi l és,
p171

ne s' en r encont r er oi t - i l poi nt un qui ser oi t
r él at i f à un état futur ?
Quel l e di f f i cul t é y aur oi t - i l à concevoi r ,
que l e vér i t abl e siége de l' ame des bêt es est
à peu pr ès de même nat ur e que cel ui que l a
sui t e de mes médi t at i ons m' a por t é à at t r i buer
à not r e ame ? J e r evi ens à pr i er mon l ect eur
de consul t er l à- dessus l es passages de mes
deux ouvr ages, que j ' ai déj à ci t és.
Si l ' on veut bi en admet t r e cet t e supposi t i on
uni que, l ' on aur a l e f ondement physique d' un
état futur r éser vé aux ani maux. Le pet i t
cor ps organique et indestructible, vrai
si ège de l ' ame, et l ogé dès l e commencement dans l e
cor ps gr ossi er et destructible , conser ver a
l ' animal et l a personnalité de l ' ani mal .
Ce pet i t cor ps organique peut cont eni r une
mul t i t ude d' or ganes, qui ne sont poi nt dest i nés
à se dével opper dans l ' ét at pr ésent de not r e
gl obe, et qui pour r ont se dével opper l or s qu' i l
aur a subi cet t e nouvel l e r évol ut i on à l aquel l e
i l par oî t appel l é. L' aut eur de l a nat ur e t r avai l l e
aussi en pet i t qu' i l veut , ou pl ut ôt l e gr and et
l e pet i t ne sont r i en par r appor t
p172

à l ui . Connoi ssons- nous l es der ni er s t er mes
de l a di vi si on de l a mat i èr e ? Les mat i èr es
que nous j ugeons l es pl us subt i l es l e sont - el l es
en ef f et ? L' ani mal cul e vi ngt - sept mi l l i ons de
f oi s pl us pet i t qu' un ciron , ser oi t - i l l e
der ni er t er me de l a di vi si on organique ?
Combi en est - i l pl us r ai sonnabl e de penser qu' i l
n' est que l e der ni er t er me de l a por t ée act uel l e
de nos mi cr oscopes ! Combi en cet i nst r ument
pour r a- t - i l êt r e per f ect i onné dans l a sui t e !
L' ant i qui t é aur oi t - el l e devi né cet ani mal cul e ?
Combi en est - i l d' ani mal cul es que nous n' avons
gar de nous- mêmes de dévi ner , et à l ' égar d desquel s
cel ui - ci est un él éphant ! Cet ani mal cul e, qui
nous par oî t d' une si ef f r oyabl e pet i t esse, a
pour t ant une mul t i t ude d' or ganes : i l a un
cer veau, un coeur ou quel que chose qui en t i ent
l i eu : i l a des ner f s, et des espr i t s coul ent
dans ces ner f s : i l a des vai sseaux, et des
l i queur s ci r cul ent dans ces vai sseaux : quel l e- est
l a pr opor t i on du cer veau, du coeur au r est e du
cor ps ? Quel l e- est l a pr opor t i on de ce cer veau
si ef f r oyabl ement pet i t à une de ses par t i es


- 25 -
const i t uant es ? Combi en de f oi s un gl obul e des
espr i t s est - i l cont enu dans une de ces par t i es ?
Cet ani mal cul e j ouï t de l a vuë : quel l es sont
l es di mensi ons de l ' i mage que l es
p173

obj et s pei gnent au f ond de son oei l ? Quel l e
est l a pr opor t i on d' un t r ai t de cet t e i mage à
l ' i mage ent i èr e ? La l umi èr e l a t r ace, cet t e
i mage : quel l e est donc l a pet i t esse pl us
ef f r oyabl e encor e d' un gl obul e de l umi èr e, dont
pl usi eur s mi l l i ons ent r ent à l a f oi s, et sans se
conf ondr e, dans l ' oei l de l ' ani mal cul e !
I l est assès r econnu par l es pl us habi l es
physi ci ens, que not r e gl obe a ét é aut r ef oi s
t r ès di f f ér ent de ce qu' i l est auj our d' hui . Tout e
l a géogr aphi e physique dépose en f aveur de
cet t e vér i t é : j ' abandonner oi s mon suj et , si
j ' ent r oi s l à- dessus dans quel que dét ai l .
I nf i r mer oi t - on l e t ext e sacr é de l a genèse ,
si l ' on avançoi t que l a création décr i t e par
Moyse, est moi ns une véritable cr éat i on, que
l e r eci t assès peu ci r const anci é des degr és
successi f s d' une gr ande r évol ut i on que not r e gl obe
subi ssoi t al or s, et qui ét oi t sui vi e de l a
pr oduct i on de cet t e mul t i t ude d' êt r es di ver s qui l e
peupl ent auj our d' hui ? Cet t e i dée i ngéni euse
d' un sçavant angl oi s ne suppose poi nt du
p174

t out l ' éternité du monde : l a sai ne
phi l osophi e ét abl i t comme l a r évél at i on
l ' éxi st ence d' une pr emi èr e cause intelligente ,
qui a t out pr éor donné avec l a pl us pr of onde
sagesse. L' i dée que j ' i ndi que i ci t end si mpl ement
à r ecul er à un t er me i ndéf i ni l a naî ssance de not r e
gl obe. Moyse a pu ne décr i r e dans l ' ouvr age des
si x j our s, que l es phénomènes ou l es
appar ences, t el l es qu' el l es se ser oi ent of f er t es aux
yeux d' un spect at eur pl acé al or s sur l a t er r e.
Peut - êt r e même que cet t e sor t e de gradation
dans l e t r avai l des si x j our s, ne cont r i buoi t pas
peu à accr oî t r e l e pl ai si r des i nt el l i gences qui
cont empl oi ent cet t e r évol ut i on de not r e pl anèt e :
el l e met t oi t au moi ns un cer t ai n ordre dans l es
phénomènes, et l ' or dr e pl ai t t ouj our s à
l ' intelligence .
Not r e gl obe pouvoi t avoi r subi bi en d' aut r es
r évol ut i ons qui ne nous ont pas ét é r évél ées. I l
t i ent à t out l e systême astronomique ,
et l es l i ai sons qui uni ssent ce gl obe aux aut r es
cor ps cél est es, et en par t i cul i er au sol ei l et
aux comèt es, peuvent avoi r ét é l a sour ce de
p175

beaucoup de r évol ut i ons, dont i l ne r est e
aucune t r ace sensi bl e pour nous, et dont l es
habi t ans des mondes voi si ns ont eu peut - êt r e
quel que connoi ssance. Ces mêmes l i ai sons


- 26 -
pr épar er ont , sans dout e, de nouvel l es r évol ut i ons,
cachées encor e dans l ' abî me de l ' aveni r .
Le gr and apôt r e des hébr eux nous annonce une
r évol ut i on f ut ur e, dont l e feu ser a l e
pr i nci pal agent , et qui donner a à not r e monde une
nouvel l e f ace. I l ser a, en quel que sor t e, cr éé de
nouveau, et cet t e nouvel l e cr éat i on y i nt r odui r a
un nouvel or dr e de choses, t out di f f ér ent de cel ui
que nous cont empl ons à pr ésent .
Ri en ne démont r e mi eux l ' éxi st ence de
l ' i nt el l i gence supr ême, que ces rapports si
nombr eux, si var i és, si i ndi ssol ubl es qui l i ent si
ét r oi t ement t out es l es par t i es de not r e monde, et
qui en f ont , pour ai nsi di r e, une seul e et gr ande
machi ne : mai s, cet t e machi ne n' est el l e- même aux
yeux d' une phi l osophi e subl i me, qu' une pet i t e r ouë
dans
p176

l ' i mmense machi ne de l ' uni ver s. J ' ai t ent é
d' esqui sser ces rapports dans cet t e
contemplation de la nature que j e publ i ai en
1764 ; combi en cet t e ébauche si f oi bl e, si
mesqui ne r end- el l e i mpar f ai t ement l a beaut é et l a
gr andeur de l ' or i gi nal !
En ver t u de ces rapports qui enchaî nent t out es
l es pr oduct i ons de not r e gl obe l es unes aux aut r es
et au gl obe l ui - même, i l y a l i eu de penser , que l e
systême organique , auquel t ous l es aut r es
syst êmes particuliers se r appor t ent comme à l eur
fin , a ét é or i gi nai r ement cal cul é sur ces
r appor t s.
Ai nsi , ce pet i t corps organique , que j e
suppose êt r e l e véritable siège de l ' ame des
bêt es, peut avoi r ét é pr éor donné dès l e
commencement dans un r appor t dét er mi né à l a
nouvel l e r évol ut i on que not r e gl obe doi t subi r .
Un phi l osophe n' a pas de pei ne à compr endr e, que
Di eu a pu cr éer des machi nes organiques que l e
f eu ne sçaur oi t dét r ui r e, et si ce phi l osophe
suppose que ces machi nes sont const r ui t es avec l es
él émens d' une mat i èr e
p177

éthérée ou de quel qu' aut r e mat i èr e anal ogue,
i l aur a pl us de f aci l i t é encor e à concevoi r l a
conser vat i on de sembl abl es machi nes.
I l est donc possi bl e que l ' animal se conser ve
dans ce pet i t cor ps indestructible auquel
l ' ame demeur e uni e apr ès l a mor t . Les di f f ér ent es
l i ai sons qu' i l sout enoi t avec l e cor ps gr ossi er ,
et en ver t u desquel l es i l r ecevoi t l es i mpr essi ons
du dehor s, pr odui soi ent dans l es f i br es qui sont l e
si ège de l a mémoire , des déterminations
dur abl es, et ces dét er mi nat i ons const i t uent l e
f ondement physi que de l a personnalité de
l ' ani mal . C' est par el l es, que l ' état futur
conser ver a pl us ou moi ns de l i ai sons avec
l ' état passé , et que l ' ani mal pour r a sent i r


- 27 -
l ' accr oî ssement de son bonheur ou de sa per f ect i on.
J e ne r épét er ai poi nt i ci ce que j ' ai exposé
t r ès en dét ai l sur l a personnalité de
l ' homme et des animaux dans mon essai
analytique chap i x, xxi v, xxv. J e ne r evi endr ai
pas non pl us à t out ce que j ' ai exposé sur
l ' admi r abl e méchanique de l a mémoi r e dans l e
chap xxi i : j e compt e t ouj our s de par l er à des
l ect eur s de cet ouvr age, et à des l ect eur s
i nt el l i gens qui s' en sont appr opr i és l es pr i nci pes
et l es conséquences.
p178

J e l es l eur ai r et r acé en r accour ci dans
l ' analyse abrégée que j ' ai pl acée à l a t êt e
de ces opuscules , et dans mon pet i t écr i t sur
l e rappel des idées par les mots .
On n' a pas vu sans ét onnement dans l e chapi t r e
i x du t ome i de mes considérations sur les
corps organisés , et dans l es chap vi i i , i x, x,
de l a par t i e vi i de ma contemplation de la
nature , l es ét r anges r évol ut i ons que l e
poulet subi t depui s l e moment où i l commence
à deveni r vi si bl e, j usqu' au moment où i l se mont r e
sous sa vér i t abl e f or me. J e ne r et r acer ai pas i ci
ces r évol ut i ons : i l me suf f i r a de r appel l er à
mon l ect eur , que l or sque l e poul et commence à
deveni r vi si bl e, i l appar oî t sous une f or me qui se
r appr oche beaucoup de cel l e d' un t r ès pet i t ver .
Sa t êt e est gr osse, et à cet t e t êt e t i ent une
mani èr e d' appendi ce ext r êmement ef f i l é. C' est
pour t ant dans cet appendi ce, si sembl abl e à l a
queuë d' un pet i t ver , que sont cont enus l e t r onc et
l es ext r êmi t és de l ' ani mal . Tout cel a est ét endu
en l i gne dr oi t e et sans mouvement . Le coeur ne
par oî t d' abor d qu' un poi nt br un, où l ' on apper çoi t
de pet i t s mouvemens t r ès pr omt s, al t er nat i f s et
cont i nuel s. Le coeur se mont r e ensui t e sous l a
f or me si ngul i èr e
p179

d' un demi - anneau, si t ué à l ' ext ér i eur du cor ps.
I l r evêt . . . mai s, j ' al l oi s f ai r e sans m' en
apper cevoi r l ' hi st oi r e du poulet .
Si l ' i mper f ect i on de not r e vuë et de nos
i nst r umens nous per met t oi ent de r emont er pl us
haut dans l ' or i gi ne du poul et , nous l e t r ouver i ons,
sans dout e, bi en pl us dégui sé encor e. Les
di f f ér ent es phases sous l esquel l es i l se mont r e
à nous successi vement , peuvent nous f ai r e
j uger des di ver ses r évol ut i ons que l es cor ps
or gani sés ont à subi r pour par veni r à cet t e
der ni èr e f or me par l aquel l e i l s nous sont connus.
J e di s en génér al l es corps organisés ; car l es
plantes ont aussi l eur s r évol ut i ons ou
l eur s phases et nous en sui vons à l ' oei l
quel ques- unes.
Tout ceci nous ai de à concevoi r l es nouvel l es
f or mes que l es ani maux r evêt i r ont dans cet état


- 28 -
futur , auquel , j e conj ect ur e, qu' i l s sont
appel l és. Ce pet i t cor ps organique par l equel
l eur ame t i ent act uel l ement au cor ps gr ossi er ,
r enf er me déj a, comme dans un i nf i ni ment pet i t , l es
él émens de t out es l es par t i es qui composer ont ce
cor ps nouveau sous l equel l ' ani mal se mont r er a dans
son état futur .
p180

Les causes qui opér er ont cet t e r évol ut i on de not r e
gl obe dont par l e l ' apôt r e, pour r ont opér er en même
t ems, l e développement pl us ou moi ns accèl ér é
de t ous l es ani maux concent r és dans ces points
organiques , que j e pour r oi s nommer des
germes de restitution .
J ' ai assès f ai t sent i r dans mon essai
analytique combi en l ' organisation i nf l uë
sur l es opér at i ons de l ' ame. On se bor ner a, si l ' on
veut , à ne consul t er l à- dessus que l es ar t i cl es
xv, xvi , xvi i de l ' analyse abrégée . De t out
ce que j ' ai di t sur ce suj et psychologique ,
l ' on t i r er a cet t e conséquence phi l osophi que ; que
l a perfection de l ' ani mal dépend pr i nci pal ement
du nombr e et de l a por t ée de ses sens . I l est
d' aut ant pl us animal , qu' i l a un pl us gr and
nombr e de sens , et des sens pl us exqui s.
C' est par l es sens, qu' i l ent r e, comme l ' homme,
en commer ce avec l a nat ur e : c' est par eux qu' i l
se conser ve, se pr opage et j ouï t de l a pl éni t ude
de l ' êt r e.
Pl us l e nombr e des sens est gr and, et pl us
i l s mani f est ent de qual i t és sensibles à
l ' ani mal .
p181

Pl us l es sens sont exqui s, et pl us l ' i mpr essi on
de ces qual i t és est vi ve, compl et t e, dur abl e.
La st r uct ur e et l e nombr e des membres , l eur
apt i t ude à se pr êt er aux i mpr essi ons var i ées
des sens, l ' appr opr i at i on de l eur j eu à ces
di ver ses i mpr essi ons, l a mani èr e dont i l s
s' appl i quent aux di f f ér ens cor ps et l es t our nent
au pr of i t de l ' ani mal , sont une aut r e sour ce
f éconde de l a perfection organique .
Quel l e énor me di st ance sépar e l ' huitre du
singe ! Cel l e- l à sembl e r édui t e au sens du
toucher , et ne sçai t qu' ouvr i r et f er mer son
écai l l e. Cel ui - ci a t ous l es sens de l ' homme
et par vi ent à l ' i mi t er .
Si l a sagesse ador abl e qui a pr ési dé à l a
f or mat i on de l ' uni ver s a voul u l a pl us gr ande
per f ect i on de t ous l es êt r es sentans , ( et
comment dout er de cet t e vol ont é dans l a bont é
supr ême ! ) el l e aur a pr éf or mé dans ce pet i t cor ps
i ndest r uct i bl e, vr ai si ège de l ' ame des bêt es, de
nouveaux sens, des sens pl us exqui s, et des
membres appr opr i és à ces sens. El l e aur a
appr opr i é
p182


- 29 -

l es uns et l es aut r es à l ' état futur de not r e
gl obe, et cet ét at , à l ' état futur des
ani maux.
Un phi l osophe ni er a- t - i l , que l ' ani mal ne
soi t un êt r e perfectible , et per f ect i bl e dans
un degr é i l l i mi t é ? Donnès à l ' huitre l e
sens de l a vuë dont el l e par oî t pr i vée, et
combi en per f ect i onner ès- vous son êt r e ! Combi en
ne l e per f ect i onner i ès- vous pas davant age en donnant
à cet ani mal si dégr adé un pl us gr and nombr e
de sens , et des membres r él at i f s ! Quel l es
r ai sons phi l osophi ques nous i mposer oi ent
l ' obl i gat i on de cr oi r e que l a mort est l e t er me
de l a dur ée de l ' animal ? Pour quoi un êt r e
si perfectible ser oi t - i l anéant i pour t ouj our s,
t andi s qu' i l possède un pr i nci pe de
perfectibilité dont nous ne sçaur i ons assi gner
l es bor nes ? I ndépendamment de ce pet i t cor ps
indestructible que j e suppose, l ' ame , que
nous ne pouvons nous empêcher d' accor der aux bêt es,
n' est - el l e pas par son immatérialité hor s de
l ' at t ei nt e des causes qui opèr ent l a dest r uct i on
du cor ps gr ossi er ? Ne f audr oi t - i l pas une
vol ont é positive du cr éat eur pour qu' el l e
cessât d' êt r e ? Découvr ons- nous
p183

des r ai sons sol i des pour quoi i l l ' anéant i r oi t ? Ne
découvr ons- nous pas pl ut ôt dans son i mmense
bont é des mot i f s de l a conser ver ?
Mai s ; si cet t e ame a besoi n d' un cor ps or gani sé
pour cont i nuer à éxer cer ses f onct i ons, i l me
sembl e pl us r ai sonnabl e de penser que ce cor ps
éxi st e déj à en pet i t dans l ' ani mal , que de
supposer que Di eu en cr éer a un nouveau pour
l es besoi ns de cet t e ame. Ceux qui ont un peu
ét udi é mes considérations sur les corps
organisés sçavent avec quel ar t mer vei l l eux
t out es l es pr oduct i ons organiques de l a nat ur e
ont ét é pr épar ées de l oi n par son di vi n aut eur ,
et quel l es sont l es loix par l esquel l es
sa sagesse amène t ous l es êt r es vi vans au degr é
de per f ect i on qui est pr opr e au monde qu' i l s
habi t ent act uel l ement .
Rappel l er ai - j e i ci à mon l ect eur l ' envel oppement
de l a pet i t e pl ant e dans sa gr aî ne, l ' emboî t ement
du papi l l on dans l a cheni l l e, et l a concent r at i on
de t out es l es par t i es du poul et dans un poi nt
vi vant ? J e doi s supposer qu' i l a t ous ces f ai t s
pr ésens à l ' espr i t . Si
p184

cel a n' ét oi t poi nt , j e l e pr i er oi s de r el i r e l es
chapi t r es i x et x du t ome i de mes corps
organisés , ou l es par t i es vi i et i x de ma
contemplation .
On compr end de r est e par t out ce que j e vi ens de
cr ayonner , qu' i l ne f audr oi t pas s' i magi ner , que


- 30 -
l es ani maux aur ont dans l eur état futur l a
même f or me, l a même st r uct ur e, l es mêmes par t i es,
l a même consi st ence, l a même gr andeur que nous
l eur voyons dans l eur ét at act uel . I l s ser ont al or s
aussi di f f ér ens de ce qu' i l s sont auj our d' hui , que
l ' ét at de not r e gl obe di f f ér er a de son ét at
pr ésent . S' i l nous ét oi t per mi s de cont empl er dès
à pr ésent cet t e r avi ssant e scène de mét amor phoses,
j e me per suade f aci l ement , que nous ne pour r i ons
r econnoî t r e aucune des espèces d' ani maux qui nous
sont auj our d' hui l es pl us f ami l i èr es : el l es
ser oi ent t r op t r avest i es à nos yeux. Nous
cont empl er i ons un monde t out nouveau, un ensembl e
de choses dont nous ne sçaur i ons nous f ai r e
act uel l ement aucune i dée. Réüssi r i ons- nous à
dévi ner l es habi t ans de l a l une, à nous pei ndr e
l eur s f i gur es, l eur s mouvemens,
p185

et c. ? Et quand nos t él escopes ser oi ent assés
per f ect i onnés pour nous l es découvr i r , l eur
t r ouver i ons- nous i ci - bas des analogues ?
Si nous par t ons t ouj our s de l a supposi t i on de ce
pet i t cor ps éthéré qui r enf er me i nf i ni ment
en pet i t t ous l es or ganes de l ' ani mal futur ,
nous conj ect ur er ons que l e corps des ani maux
dans l eur nouvel ét at , ser a composé d' une mat i èr e,
dont l a rareté et l ' organisation l e
met t r ont à l ' abr i des al t ér at i ons qui sur vi ennent
au cor ps grossier et qui t endent cont i nuel l ement
à l e dét r ui r e de t ant de mani èr es di f f ér ent es.
Le nouveau cor ps n' éxi ger a pas, sans dout e,
l es mêmes réparations que l e cor ps actuel
éxi ge. I l posséder a une méchani que bi en supér i eur e
à cel l e que nous admi r ons dans ce der ni er .
I l n' y a pas d' appar ence que l es ani maux
propagent dans l eur état futur ; mai s,
si l ' i magi nat i on se pl ai soi t à y admet t r e une
sor t e de propagation à nous ent i èr ement
i nconnue, j e di r oi s que l es sources de cet t e
pr opagat i on éxi st er oi ent déj à dans l e pet i t cor ps
éthéré .
p186

Cependant , si l ' on y r éf l échi t un peu, on
t r ouver a, que des êt r es- mi xt es appel l és à cet t e
sor t e d' immortalité , ne par oî ssent pas
devoi r se pr opager apr ès y êt r e par venus. I l est
au moi ns bi en évi dent , que l es di f f ér ent es espèces
de propagations , que nous connoi ssons, et qui
sont pr opr es à l ' ét at actuel de not r e monde,
ont pour f i n pr i nci pal e de donner aux espèces
une i mmor t al i t é dont l es individus ne peuvent
j ouï r .
avril 1768.
PARTIE 2

p187


- 31 -

sui t e des i dées sur l ' ét at f ut ur des ani maux.
Comment l ' ani mal peut s' él ever à une pl us gr ande
per f ect i on.
Nous comparons ent r ' el l es nos idées de t out
genr e : nous l es mul t i pl i ons et l es di ver si f i ons
ai nsi pr esque à l ' i nf i ni . Nous r evêt ons nos i dées
de signes ou de termes qui l es r epr ésent ent :
nous l es r epr ésent ons encor e par des sons
articulés , dont l ' assembl age et l a
combi nai son const i t uent l a parole ou l e
langage .
p188

Par ces admi r abl es opér at i ons de not r e espr i t ,
nous par venons à généraliser t out es nos i dées,
et à nous él ever par degr és aux notions l es
pl us abstraites et l es pl us subl i mes.
La parole par oî t êt r e l e car act èr e qui
di st i ngue l e pl us l ' homme de l a bête . Le
vul gai r e qui l a pr êt e si l i bér al ement aux ani maux,
l a l eur r ef user oi t , s' i l ét oi t capabl e de r éf l échi r
sur de par ei l s suj et s. I l cr oi t bonnement que
l e per r oquet parle , par ce qu' i l pr of èr e des
sons articulés ; mai s, l e vul gai r e ne sçai t pas,
que parler n' est poi nt si mpl ement proférer
des sons articulés ; c' est sur t out lier
à ces sons l es idées qu' i l s sont dest i nés à
représenter . Or , qui ne voi t à pr ésent , que l e
per r oquet auquel on peut ensei gner si f aci l ement
à pr ononcer des mot s mét aphysi ques, ne sçaur oi t
lier à ces mot s l es i dées abstraites dont
i l s sont l es signes ?
J ' ai exposé en r accour ci dans l es chapi t r es xi v,
xv, xvi de mon essai analytique t out ce qui
concer ne ces bel l es opér at i ons de not r e espr i t
par l esquel l es i l par vi ent à généraliser ses
i dées. J ' ai mont r é assés en dét ai l en quoi consi st e
l a méchanique des abstractions de t out
genr e. J ' ose me f l at t er , que ceux de mes
p189

l ect eur s qui posséder ont à f ond ces chapi t r es,
t i endr ont f or t ement l es pl us gr ands pr i nci pes
de l a psychologie et de l a logique . J e me
sui s un peu ét endu sur l e langage des bêtes dans
l es chapi t r es xxvi i et xxvi i i de l a par t i e xi i de
ma contemplation .
C' est l a mémoire qui est char gée du dépôt
des mots . C' est el l e encor e qui lie l es
i dées aux mot s qui en sont l es si gnes. Cent et
cent expér i ences démont r ent que l a mémoi r e a ét é
at t achée au corps . Nous obser vons qu' el l e
dépend beaucoup de l ' âge, de l a di sposi t i on
act uel l e des or ganes, et de cer t ai ns pr océdés
pur ement physiques . Des acci dens subi t s
l ' af f oi bl i ssent , et même l a dét r ui sent ent i èr ement .
Les annal es de l a médeci ne sont pl ei nes de f ai t s
qui ne const at ent que t r op ces vér i t és assés


- 32 -
humi l i ant es.
Nous ne sçaur i ons dout er l e moi ns du monde, que
l es ani maux ne soi ent doués de mémoire . Que
de pr euves, et de pr euves var i ées pl usi eur s
espèces ne nous donnent - el l es poi nt d' une mémoi r e
dont nous admi r ons l a f i dél i t é et l a t énaci t é !
C' est même sur cet t e mémoi r e que r epose
pr i nci pal ement l ' éducat i on que nous
p190

par venons à donner à ces espèces, et qui dével oppe
et per f ect i onne à un si haut poi nt t out es l eur s
qual i t és nat ur el l es.
L' éléphant , l e chien , l e cheval en
sont des éxempl es f r appans. Nous accoût umons ces
espéces si doci l es à l i er cer t ai nes act i ons à
cer t ai ns mot s que nous l eur f ai sons ent endr e :
nous l es di r i geons ai nsi par l e seul secour s de
l a voi x, et nous l eur commandons comme à des
domest i ques f i dèl es à éxécut er pr ompt ement nos
vol ont és.
Mai s, cet t e f acul t é d' associer cer t ai ns
mouvemens à cer t ai ns sons est r esser r ée chez
ces ani maux dans des bor nes f or t ét r oi t es, et
l eur di ct i onnai r e est t ouj our s f or t cour t . I l s
ont bi en des sensat i ons de di f f ér ens genr es ; l eur
mémoi r e en conser ve l e souveni r : i l s comparent
j usqu' à un cer t ai n poi nt ces sensat i ons, et de ces
compar ai sons pl us ou moi ns mul t i pl i ées naî t un ai r
d' i nt el l i gence, qui t r ompe
p191

des yeux peu phi l osophi ques. Mai s ; i l s ne
par vi ennent poi nt à généraliser , comme nous,
l eur s i dées : i l s ne s' él évent poi nt aux notions
abstraites : i l s n' ont poi nt l ' usage de l a
parole .
" l ' usage des si gnes artificiels , di soi s- j e
dans l e par agr aphe 268 de mon essai analytique ,
est f or t r esser r é chez l es animaux . On l es
accoût ume bi en à lier une cer t ai ne act i on, un
cer t ai n obj et , à un cer t ai n son, à un cer t ai n
mot ; mai s i l s ne par vi ennent poi nt à
généraliser l eur s i dées. S' i l s y par venoi ent ,
l es opér at i ons de chaque espèce ne ser oi ent pas
si uni f or mes, et l es castors d' auj our d' hui
ne bât i r oi ent pas comme ceux d' aut r ef oi s.
" l es animaux , di soi s- j e encor e dans l e
par agr aphe 270, ont comme nous, des i dées simples
et des i dées concrettes , s' i l s ne
génér al i sent poi nt , comme nous, l eur s i dées, si
l es opérations des i ndi vi dus de chaque
espèce sont uniformes , ce n' est pas pr éci sément
par ce que l es animaux manquent de signes :
l es signes ne donnent pas l a faculté
d' abst r ai r e ; i l s ne f ont que l a per f ect i onner .
Mai s, l a f acul t é d' abst r ai r e t i ent à
l ' attention . L' at t ent i on est une modification
de


- 33 -
p192

l ' act i vi t é de l ' ame, et cet t e act i vi t é est de sa
nat ur e indéterminée ; i l l ui f aut des motifs
pour qu' el l e se dépl oye. Si l ' aut eur de l a nat ur e
a voul u que l a sensibilité des ani maux f ut
rélative à ce que demandoi t l a conservation
de l eur êt r e ; l eur attentivité , ( j e pr i e que
l ' on me passe ce mot ) aur a ét é r enf er mée dans l es
l i mi t es de l eur s besoi ns. I l s aur ont ét é r endus
capabl es de f or mer des abst r act i ons sensibles ,
et i l s n' aur ont pu s' él ever aux not i ons. "
j ' ai f ai t voi r en pl usi eur s endr oi t s de l ' ouvr age
que j e vi ens de ci t er , et dans l ' analyse
abrégée , que l ' éxercice de t out es l es
f acul t és de not r e ame dépend pl us ou moi ns de
l ' organisation . Not r e cerveau a donc ét é
or gani sé dans un r appor t di r ect à ces mer vei l l euses
opér at i ons de not r e espr i t par l esquel l es i l
s' él éve gr aduel l ement j usqu' aux i dées l es pl us
généralisées ou l es pl us abstraites .
La mul t i pl i ci t é et l a di ver si t é pr odi gi euses
d' i dées qui naî ssent des di f f ér ent es opér at i ons
de not r e espr i t , peuvent nous f ai r e j uger de
p193

l ' ar t ét onnant avec l equel l ' organe immédiat
de nos pensées a ét é const r ui t , et du nombr e
pr esqu' i nf i ni de pi èces, et de pi èces t r ès var i ées
qui ent r ent dans l a composi t i on de cet t e
sur pr enant e machi ne, qui i ncor por e, pour ai nsi
di r e, à l ' ame d' un sçavant l ' abr égé de l a nat ur e.
Nous sommes donc achemi nés à penser , que
l ' or gani sat i on du cer veau des ani maux, di f f ér e
essent i el l ement de cel l e du cer veau de l ' homme.
Nous ne r i squer ons guèr es de nous t r omper en
j ugeant de l a per f ect i on r él at i ve des deux
machi nes par l eur s opér at i ons. Combi en l es
opér at i ons du cer veau de l ' homme sont - el l es
supér i eur es à cel l es du cer veau de l a br ut e !
Combi en l a raison l ' empor t e- t - el l e sur
l ' instinct !
Ret r acer ai - j e i ci ce t abl eau de l ' humani t é,
que j ' ai essayé de cr ayonner dans l a par t i e i v
de ma contemplation de la nature ?
Revi endr ai - j e encor e à f ai r e sent i r , combi en
l ' amour du mer vei l l eux avoi t sédui t ces écr i vai ns
qui ont at t r i bué aux ani maux une intelligence
qui
p194

ne convi ent qu' à l ' homme, par ce qu' i l est l e
seul êt r e sur l a t er r e, qui pui sse s' él ever aux
abst r act i ons intellectuelles . On voudr a bi en
consul t er sur une mat i èr e si phi l osophi que,
l es par agr aphes 774, 775, 776, 777 de mon essai
analytique , et l es chapi t r es i , xi x, xxi i ,
xxv, xxvi i de l a par t i e xi de ma contemplation ,
et l es chapi t r es xi i , xxxi i , xxxi i i du même


- 34 -
ouvr age.
Si l ' on médi t e ces chapi t r es aut ant qu' i l s
demandent à l ' êt r e, on r econnoî t r a, j e m' assur e,
qu' on ne s' ét oi t pas f ai t des i dées assés
j ust es de cet instinct , qu' on s' ét oi t t r op pl u
à ennobl i r . L' esprit philosophique , qui
sembl e si r épandu auj our d' hui , est beaucoup pl us
r ar e qu' on ne pense : c' est qu' i l ne consi st e
poi nt dans des i dées assés vagues, à demi
di gér ées, et r evêt ues d' un appar ei l mét aphysi que,
qui ne sçaur oi t en i mposer à des t êt es vr ai ment
mét aphysi ques. L' esprit philosophique consi st e
pr i nci pal ement dans l ' analyse des f ai t s, dans
l e di scer nement de ces f ai t s, dans l eur s
compar ai sons, dans l ' ar t d' en t i r er des conséquences,
de l es enchaî ner l es unes aux aut r es, et
de s' él ever ai nsi à des pr i nci pes qui ne soi ent
p195

que des r ésul t at s nat ur el s des f ai t s l es mi eux
obser vés.
I l par oî t donc, que l e cer veau de l a br ut e
est une machi ne i ncompar abl ement pl us si mpl e
que l e cer veau de l ' homme. La const r uct i on des
machi nes animales a ét é cal cul ée sur l e
nombr e et l a di ver si t é des ef f et s qu' el l es devoi ent
pr odui r e, r él at i vement à l a pl ace qui ét oi t assi gnée
à chaque espèce dans l e syst ême de
l ' animalité . Le cer veau du singe , beaucoup
moi ns composé que cel ui de l ' homme , l ' est
i ncompar abl ement davant age que cel ui de l ' huitre .
Un géni e un peu har di , et qui sçai t mani er ses
suj et s avec aut ant d' ar t que d' agr ément , a cr u
f ai r e un pas t r ès phi l osophi que, en découvr ant
que l e cheval ne di f f ér e de l ' homme que
par l a botte . I l l ui a par u, que si l es pi eds
du cheval , au l i eu d' êt r e t er mi nés par une cor ne
i nf l éxi bl e, l ' ét oi ent par des doi gs soupl es, ce
quadr upède at t ei ndr oi t bi ent ôt à l a sphèr e de
l ' homme. J e dout e qu' un phi l osophe, qui aur a un peu
appr of ondi
p196

l a nat ur e de l ' ani mal , appl audi sse à l a découver t e
de cet aut eur i ngéni eux, dont l e mér i t e per sonnel
ne doi t poi nt êt r e conf ondu avec l es opi ni ons. I l
n' avoi t pas consi dér é, qu' un animal quel conque
est un systême particulier , dont t out es l es
par t i es sont en rapport ou harmoniques
ent r ' el l es. Le cerveau du cheval r épond à sa
botte , comme l e cheval l ui - même r épond à l a
pl ace qu' i l t i ent dans l e syst ême organique . Si
l a botte du quadr upède venoi t à se conver t i r
en doi gt s f l éxi bl es, i l n' en demeur er oi t pas
moi ns i ncapabl e de généraliser ses
sensations ; c' est que l a botte
subsi st er oi t dans l e cer veau : j e veux di r e, que
l e cer veau manquer oi t t ouj our s de cet t e
admi r abl e or gani sat i on qui met l ' ame de l ' homme


- 35 -
à por t ée de généraliser t out es ses i dées. Et
si l ' on voul oi t , que l e cer veau du cheval subi t un
changement pr opor t i onnel à cel ui de ses pi eds,
j e di r oi s que ce ne ser oi t pl us un cheval ;
mai s, un aut r e quadrupède auquel i l f audr oi t
i mposer un nouveau nom.
Le changement pr odi gi eux que t out ceci
supposer oi t dans l ' or gani sat i on de l ' ani mal ,
s' opér er a pour t ant un j our , si mes i dées sur
p197

l ' état futur des ani maux sont vr ayes. J e
sui s bi en él oi gné de l es donner pour t el l es ;
mai s, j e pr ésent e aux yeux de mon l ect eur une
per spect i ve ét endue et var i ée, et que l ' espr i t
phi l osophi que ne dédai gner a pas de cont empl er .
I l a déj à pénét r é t out ce qu' i l me r est e à di r e ;
car l es pr i nci pes que j ' ai posés sont f éconds en
conséquences.
PARTIE 3

p198

Sui t e des i dées sur l ' ét at f ut ur des ani maux.
Aut r es consi dér at i ons sur l a per f ect i on f ut ur e de
l ' ani mal .
Réponses à quel ques quest i ons.
Si , comme j e l e di soi s, un phi l osophe ne peut
dout er , que l ' animal ne soi t un êt r e t r ès
perfectible ; s' i l est dans l e car act èr e de
l a souver ai ne bont é de voul oi r l ' accr oî ssement
du bonheur de t out es ses cr éat ur es ;
p199

si cet accr oî ssement est i nsépar abl e de cel ui de
l a per f ect i on corporelle et de l a per f ect i on
spirituelle : si enf i n, nous ne découvr ons
aucune r ai son sol i de pour quoi l a mort ser oi t
l e t er me de l a vi e de l ' animal ; ne
sommes- nous pas f ondés à en i nsér er , que l ' ani mal
est appel l é à une perfection , dont l es
pr i nci pes organiques éxi st oi ent dès l e
commencement , et dont l e dével oppement est r éser vé
à l ' état futur de not r e gl obe ?
I l est assur ément t r ès possi bl e, que ce qui
manque act uel l ement au cer veau gr ossi er de
l ' ani mal , pour qu' i l par vi enne à généraliser
ses i dées, éxi st e déj à dans ce pet i t cor ps
éthéré , qui est l e vér i t abl e si ège de l ' ame.
Ce pet i t cor ps peut r enf er mer l ' abr égé d' un
systême organique t r ès composé, anal ogue à
cel ui auquel l ' homme doi t i ci - bas sa supr ême
él évat i on sur t ous l es ani maux.
Le développement pl us ou moi ns accèl ér é de ce
syst ême or gani que f er a r evêt i r à l ' ani mal un
nouvel êt r e. Non seul ement ses sens actuels
ser ont per f ect i onnés ; mai s, i l est possi bl e
qu' i l acqui er r e encor e de nouveaux sens, et
avec eux de nouveaux pr i nci pes de vi e et


- 36 -
p200

d' act i on. Ses per cept i ons et ses opér at i ons
se mul t i pl i er ont et se di ver si f i er ont dans un
degr é i ndéf i ni .
L' ét at où se t r ouver a al or s not r e gl obe, et
qui ser a éxact ement r él at i f à cet t e gr ande
mét amor phose de l ' ani mal , l ui f our ni r a une
abondant e sour ce de pl ai si r s di ver s, et de quoi
per f ect i onner de pl us en pl us t out es ses f acul t és.
Pour quoi cet t e perfectibilité de l ' ani mal ,
ne compor t er oi t - el l e poi nt qu' i l s' él evât enf i n
j usqu' à l a connoi ssance de l ' aut eur de sa vi e ?
Combi en l a bont é i nef f abl e du gr and êt r e l e
sol l i ci t e- t - el l e à se mani f est er à t out es l es
cr éat ur es sent ant es et i nt el l i gent es ! Pour quoi . . .
mai s, i l vaut mi eux que j e l ai sse aux ames
sensi bl es à f i ni r un t abl eau que l a
bi enveui l l ance uni ver sel l e se pl aî t à cr ayonner ,
par ce qu' el l e ai me à f ai r e l e pl us d' heur eux qu' i l
est possi bl e.
Les l i ai sons que l e cor ps indestructible
soût enoi t avec l e cor ps périssable , assur er ont
à l ' ani mal l a conser vat i on de son identité
personnelle . Le souvenir de son état
passé l i er a cet
p201

ét at avec l ' état futur : i l compar er a ces
deux états , et de cet t e compar ai son naî t r a
l e sent i ment de l ' accr oî ssement de son bonheur .
Ce sent i ment ser a l ui - même un accr oî ssement de
bonheur ; car c' est êt r e pl us heur eux encor e que
de sentir qu' on l ' est d' avant age.
I l est bi en évi dent , que si l ' ani mal par venoi t
à son nouvel ét at sans conser ver aucun
souvenir du précédent , ce ser oi t par
r appor t à l ui - même un êt r e t out nouveau qui
j ouï r oi t de cet ét at , et poi nt du t out l e même
êt r e ou l a même personne . I l ser oi t , pour
ai nsi di r e, cr éé de nouveau.
L' anci enne et i ngéni euse doct r i ne de l a
métempsycose ou de l a t r ansmi gr at i on des ames
n' ét oi t pas aussi phi l osophi que qu' el l e a par u
l ' êt r e à quel ques sect at eur s de l ' ant i qui t é :
c' est qu' une gr ande ér udi t i on n' est pas t ouj our s
accompagnée d' un gr and f ond de bonne phi l osophi e.
J ' ai di t , qu' i l ét oi t assés pr ouvé que l a
mémoire a son siège dans l e cor ps : une
ame qui t r ansmi gr er oi t d' un cor ps dans un aut r e
n' y conser ver oi t donc aucun souveni r de son
ét at précédent . J e me bor ne à r envoyer
l à- dessus aux ar t i cl es xv, xvi , xvi i , xvi i i
p202

de l ' analyse abrégée . J ' ai mont r é en un gr and
nombr e d' endr oi t s de mes corps organisés et de
ma contemplation , qu' i l est t r ès pr obabl e, que
t ous l es cor ps organisés pr ééxi st ent t r ès en


- 37 -
pet i t dans des germes ou cor puscul es
organiques . I l est donc bi en vr ai sembl abl e que
l es ames y pr ééxi st ent aussi . J uger oi t - on
pl us phi l osophi que d' i nf user à poi nt nommé une ame
dans un ger me, t andi s que cet t e ame aur oi t pu
êt r e uni e à ce ger me dès l e commencement , et par
un act e uni que de cet t e vol ont é ador abl e, qui
appelle les choses qui ne sont point, comme si
elles étoient ?
I l me par oî t donc, que l a métempsycose n' a
pu êt r e admi se que par des hommes qui ne s' ét oi ent
pas occupé du psychologique des
êtres-mixtes . La phi l osophi e rationnelle
n' ét oi t pas née l or sque Pyt hagor e t r anspor t a ce
dogme des I ndes dans l a Gr èce.
J e me sui s beaucoup ar r êt é dans ma
contemplation à consi dér er cet t e mer vei l l euse
gradation
p203

qui r ègne ent r e t ous l es êt r es vi vans, depui s l e
lychen et l e polype , j usqu' au cédre et
à l ' homme . Le mét aphysi ci en peut t r ouver
dans l a loi de continuité l a r ai son de cet t e
progression ; l e nat ur al i st e se bor ne à
l ' ét abl i r sur l es f ai t s. Chaque espèce a ses
caractères pr opr es, qui l a di st i nguent de
t out e aut r e. L' ensembl e de ses car act èr es const i t ue
l ' essence nominale de l ' espèce. Le nat ur al i st e
r echer che ces car act èr es ; i l l es ét udi e, l es
décr i t , et en compose ces sçavant es
nomenclatures , connues sous l es noms de
botanique et de zoologie . C' est en
s' ef f or çant à r anger t out es l es pr oduct i ons
organiques en classes , en genres et
en espèces , que l e nat ur al i st e s' apper çoi t que
l es divisions de l a nat ur e ne sont poi nt
tranchées comme cel l es de l ' ar t ; i l obser ve,
qu' ent r e deux cl asses ou deux genr es voi si ns, i l
est des espèces mi t oyennes, qui sembl ent
n' appar t eni r pas pl us à l ' un qu' à l ' aut r e, et qui
dér angent pl us ou moi ns ses di st r i but i ons
méthodiques .
La même pr ogr essi on que nous découvr ons
auj our d' hui ent r e l es di f f ér ens or dr es d' êt r es
or gani sés, s' obser ver a, sans dout e, dans l ' ét at
f ut ur de not r e gl obe : mai s, el l e sui vr a d' aut r es
p204

pr opor t i ons, qui ser ont dét er mi nées par l e degr é
de perfectibilité de chaque espèce.
L' homme , t r anspor t é al or s dans un aut r e
séj our pl us assor t i à l ' émi nence de ses f acul t és,
l ai sser a au singe ou à l ' éléphant cet t e
pr emi èr e pl ace qu' i l occupoi t par mi l es ani maux
de not r e pl anét e. Dans cet t e r est i t ut i on
uni ver sel l e des ani maux, i l pour r a donc se t r ouver
chés l es singes ou l es éléphants des
Newt ons et des Lei bni t zs ; chés l es castors ,


- 38 -
des Per r aul t s et des Vaubans, et c.
Les espèces l es pl us i nf ér i eur es, comme l es
huitres , l es polypes , et c. Ser ont aux
espèces l es pl us él evées de cet t e nouvel l e
hi ér ar chi e, comme l es oiseaux et l es
quadrupèdes sont à l ' homme dans l ' hi ér ar chi e
act uel l e.
Peut - êt r e encor e qu' i l y aur a un pr ogr ès
cont i nuel et pl us ou moi ns l ent de t out es l es
espèces ver s une per f ect i on supér i eur e ; ensor t e
que t ous l es degr és de l ' échel l e ser ont
cont i nuel l ement var i abl es dans un r appor t
dét er mi né
p205

et const ant : j e veux di r e, que l a mutabilité
de chaque degr é aur a t ouj our s sa r ai son dans
l e degr é qui aur a pr écédé i mmédi at ement .
Mal gr é t ous l es ef f or t s de nos épigénésistes
moder nes, j e ne voi s pas qu' i l s ayent l e moi ns
du monde r éüssi à expl i quer méchaniquement l a
pr emi èr e f or mat i on des êt r es vi vans. Ceux qui ont
l u avec quel qu' at t ent i on mes deux der ni er s
ouvr ages, et en par t i cul i er l es chapi t r es
vi i i , i x, x, xi de l a par t i e vi i de ma
contemplation , n' ont pas besoi n que j e l eur
r appel l e l es di f f ér ent es pr euves que l ' hi st oi r e
nat ur el l e et l a physi ol ogi e nous f our ni ssent de l a
prééxistence des êt r es vi vans.
Mai s ; si t out a ét é préformé dès l e
commencement ; si r i en n' est engendré ; si ce
que nous nommons i mpr opr ement une génération ,
n' est que l e pr i nci pe d' un développement , qui
r endr a vi si bl e et pal pabl e, ce qui ét oi t
aupar avant i nvi si bl e et i mpal pabl e ; i l f aut de
deux choses l ' une, ou que l es germes ayent ét é
or i gi nai r ement emboîtés l es uns dans l es
aut r es, ou qu' i l s ayent ét é or i gi nai r ement
disséminés dans t out es l es par t i es de l a
nat ur e.
p206

J e n' ai poi nt déci dé ent r e l ' emboîtement et
l a dissémination : j ' ai seul ement l ai ssé
ent endr e que j ' i ncl i noi s ver s l ' emboî t ement . J ' ai
di t , qu' i l me par oî ssoi t une des pl us bel l es
vi ct oi r es que l ' ent endement - pur ai t r empor t é sur
l es sens. J ' ai mont r é, combi en i l est absur de
d' opposer à cet t e hypot hèse des cal cul s qui
n' ef f r ayent que l ' i magi nat i on, et qu' une r ai son
écl ai r ée r édui t f aci l ement à l eur j ust e val eur .
Mai s ; si t ous l es êt r es organisés ont ét é
pr éf or més dès l e commencement , que devi ennent
t ant de mi l l i ar ds de ger mes, qui ne par vi ennent
poi nt à se dével opper dans l ' ét at pr ésent
de not r e monde ? Combi en de mi l l i ar ds de ger mes
de quadr upèdes, d' oi seaux, de poi ssons, de
r ept i l es, et c. Qui ne se dével oppent poi nt , qui
pour t ant sont or gani sés avec un ar t i nf i ni , et à


- 39 -
qui r i en ne manque pour j ouï r de l a pl éni t ude de
l ' êt r e, que d' êt r e f écondés ou d' êt r e conser vés
apr ès l ' avoi r ét é ?
Mon l ect eur a déj à devi né ma r éponse : chacun de
ces ger mes r enf er me un aut r e ger me i mpér i ssabl e,
qui ne se dével opper a que dans
p207

l ' ét at f ut ur de not r e pl anèt e. Ri en ne se per d
dans l es i mmenses magazi ns de l a nat ur e ; t out y a
son empl oi , sa f i n, et l a mei l l eur e f i n possi bl e.
On demander a encor e, que devi ent ce ger me
i mpér i ssabl e, l or sque l ' ani mal meurt , et
que l e cor ps gr ossi er t ombe en poudr e ? J e ne
pense pas, qu' i l soi t f or t di f f i ci l e de r épondr e
à cet t e quest i on. Des ger mes i ndest r uct i bl es
peuvent êt r e di sper sés, sans i nconvéni ent , dans
t ous l es cor ps par t i cul i er s qui nous envi r onnent .
I l s peuvent séj our ner dans t el ou t el cor ps
j usqu' au moment de sa décomposi t i on ; passer
ensui t e sans l a moi ndr e al t ér at i on dans un aut r e
cor ps ; de cel ui - ci dans un t r oi si éme ; et c. J e
conçoi s, avec l a pl us gr ande f aci l i t é, que l e
ger me d' un él éphant peut se l oger d' abor d dans une
mol écul e de t er r e, passer de l à dans l e bout on
d' un f r ui t ; de cel ui - ci , dans l a cui sse d' une
mi t t e ; et c. I l ne f aut pas que l ' i magi nat i on
qui veut t out pei ndr e et t out pal per , ent r epr enne
de j uger des choses qui sont uni quement du r essor t
de l a r ai son, et qui ne peuvent êt r e apper çues
que par un oei l phi l osophi que.
p209

Le r épét er ai - j e encor e ? Combi en est - i l f aci l e,
que des ger mes, t el s que j e l es suppose, br avent
l es ef f or t s de t ous l es él émens et de t ous l es
si ècl es, et ar r i vent enf i n à cet ét at de
per f ect i on auquel i l s ont ét é pr édest i nés par
cet t e sagesse pr of onde, qui a enchaî né
l e passé au pr ésent , l e pr ésent à l ' aveni r ,
l ' aveni r à l ' ét er ni t é !
I l y aur a cet t e di f f ér ence ent r e l es ani maux
qui ne ser ont poi nt nés sous l ' oeconomi e
pr ésent e de not r e monde et ceux de même espèce
p210

qui y aur ont vécu ; que l es pr emi er s nai t r ont ,
pour ai nsi di r e, table rase sous l ' oeconomi e
f ut ur e. Comme l eur cer veau n' aur a pu r ecevoi r
aucune i mpr essi on des obj et s ext ér i eur s, i l ne
r et r acer a à l ' ame aucun souvenir . El l e ne
compar er a donc pas son ét at présent à un
ét at passé qui n' aur a poi nt éxi st é pour el l e.
El l e n' aur a donc poi nt ce sent i ment de
l ' accr oî ssement du bonheur , qui naî t de l a
compar ai son dont j e par l e. Mai s ; cet t e table
rase se conver t i r a bi ent ôt en un r i che
t abl eau, qui r epr ésent er a avec pr éci si on une
mul t i t ude d' obj et s di ver s. à pei ne l ' ani mal


- 40 -
ser a- t - i l par venu à l a vi e, que ses sens
s' ouvr i r ont à une i nf i ni t é d' i mpr essi ons dont l a
vi vaci t é et l a var i ét é accr oî t r ont sans cesse ses
pl ai si r s, et met t r ont en val eur t out es ses
f acul t és.
PARTIE 4

p211

Appl i cat i on aux pl ant es.
J ' ai r assembl é dans l a par t i e x de ma
contemplation , l es t r ai t s si nombr eux, si
di ver si f i és, si f r appans qui r appr ochent l es
plantes des animaux , et qui sembl ent ne
f ai r e des unes et des aut r es qu' une seul e cl asse
d' êtres organisés . J e me sui s at t aché à
démont r er combi en i l est di f f i ci l e d' assi gner l e
caractère qui di st i ngue essent i el l ement l e
végétal de l ' animal , et combi en l a
l ogi que du nat ur al i st e doi t êt r e sévèr e dans une
r echer che aussi dél i cat e. Cel a m' a condui t à un
éxamen assés appr of ondi du caractère qu' on a
coût ume de t i r er de l a faculté de sentir . J ' y
ai f ai t passer
p212

en r evuë sous l es yeux de mon l ect eur ces
cur i euses expér i ences que j ' ai décr i t es en dét ai l
dans mon l i vr e sur l' usage des feuilles dans
les plantes , et qui par oî ssent i ndi quer , que
l es végét aux éxer cent des mouvemens spontanés
r él at i f s à l eur s besoi ns et aux ci r const ances.
J e n' ai pas ent r epr i s de pr ouver , que l es
pl ant es sont douées de sentiment : j ' aur oi s
choqué moi - même cet t e l ogi que éxact e que j ' essayoi s
d' appl i quer à mon suj et . J ' ai assés i nsi nué,
que t ous ces mouvemens, si di gnes de l ' at t ent i on
de l ' obser vat eur , peuvent dépendr e d' une
méchani que secr et t e et t r ès si mpl e. Mon
i magi nat i on n' ét oi t pas f ai t e pour t out
animaliser , comme cel l e de l ' i ngéni eux
aut eur du r oman de la nature . J ' ai donc
t er mi né mon éxamen en ces t er mes.
" l e l ect eur j udi ci eux compr end assés, que
j e n' ai voul u que f ai r e sent i r , par une f i ct i on,
combi en nos j ugemens sur l ' i nsensi bi l i t é des
pl ant es sont hazar dés. J e n' ai pas pr ét endu
p213

pr ouver , que l es pl ant es sont sensibles ;
mai s j ' ai voul u mont r er qu' i l n' est pas pr ouvé
qu' el l es ne l e sont poi nt . "
si donc i l n' est poi nt pr ouvé que l es plantes
ne sont pas sensibles , i l est possible
qu' el l es l e soient ; et s' i l est possi bl e
qu' el l es l e soi ent , i l l ' est encor e, que l eur
sensibilité se dével oppe et se per f ect i onne
d' avant age dans un aut r e ét at .
J e l e di soi s dans l ' ouvr age que j e vi ens de


- 41 -
ci t er : " nous voyons l e sent i ment décr oî t r e
par degr és de l ' homme à l ' or t i e ou à l a moul e ;
et nous- nous per suadons qu' i l s' ar r êt e l à, en
r egar dant ces der ni er s ani maux comme l es moi ns
par f ai t s. Mai s i l y a peut - êt r e encor e bi en des
degr és ent r e l e sent i ment de l a moul e et cel ui de
l a pl ant e. I l y en a, peut - êt r e, encor e
d' avant age ent r e l a pl ant e l a pl us sensi bl e et
cel l e qui l ' est l e moi ns. Les gr adat i ons que nous
obser vons par t out , devr oi ent nous per suader cet t e
phi l osophi e : l e nouveau degr é de beaut é qu' el l e
par oî t aj oût er au syst ême du monde, et l e pl ai si r
qu' i l y a à mul t i pl i er l es êt r es sent ans, devr oi ent
encor e cont r i buer à nous l e
p214

f ai r e admet t r e. J ' avouer oi s donc vol ont i er s
que cet t e phi l osophi e est f or t de mon goût .
J ' ai me à me per suader que ces f l eur s qui par ent
nos campagnes et nos j ar di ns d' un écl at t ouj our s
nouveau, ces ar br es f r ui t i er s dont l es f r ui t s
af f ect ent si agr éabl ement nos yeux et not r e pal ai s,
ces ar br es maj est ueux qui composent ces vast es
f or êt s que l es t ems sembl ent avoi r r espect ées, sont
aut ant d' êt r es sent ans qui goût ent à l eur mani èr e
l es douceur s de l ' éxi st ence. "
j ' aj oût oi s i mmédi at ement apr ès : " nous avons vu
qu' on ne t r ouvoi t dans l a pl ant e aucun or gane
pr opr e au sent i ment : mai s si l a nat ur e a dû f ai r e
ser vi r l e même i nst r ument à pl usi eur s f i ns ; si
el l e a dû évi t er de mul t i pl i er l es pi éces, c' est
assur ément dans l a const r uct i on de machi nes
ext r êmement si mpl es, t el que l ' est l e cor ps d' une
pl ant e. Des vai sseaux que nous cr oyons dest i nés
uni quement à condui r e l ' ai r ou l a sève, peuvent
êt r e encor e dans l a pl ant e l e siège du
sent i ment ou de quel qu' aut r e f acul t é dont nous
n' avons poi nt d' i dée. Les nerfs de l a pl ant e
di f f ér ent , sans dout e, aut ant de ceux de l ' ani mal ,
que l a st r uct ur e
p215

de cel l e- l à di f f ér e de l a st r uct ur e de cel ui - ci . "
mon l ect eur ser a mi eux pl acé encor e pour j uger de
ceci , s' i l pr end l a pei ne de r el i r e en ent i er
l es chapi t r es xxx et xxxi de cet t e par t i e x de
l ' ouvr age. Si apr ès cet t e l ect ur e, i l demeur e
convai ncu, comme j e l e sui s, que l ' insensibilité
des pl ant es n' est poi nt du t out démont r ée ; j e l ui
demander oi s, si dans l a supposi t i on qu' el l es sont
douées d' une cer t ai ne sensibilité , j e ne
pour r oi s pas l eur appl i quer ce que j e vi ens
d' exposer sur l a r est i t ut i on f ut ur e des ani maux ?
Dans l a supposi t i on dont i l s' agi t , choquer oi s- j e
l a bonne phi l osophi e, en admet t ant que l a
plante est aussi un êt r e t r ès perfectible ?
En ef f et ; combi en est - i l f aci l e, que l a
sensibilité l a pl us r esser r ée, l a pl us
i mpar f ai t e s' ét ende, se dével oppe, se per f ect i onne


- 42 -
par l e si mpl e accr oî ssement de per f ect i ons des
or ganes, et sur t out par l ' i nt er vent i on de
nouveaux or ganes !
Si l a pl ant e est sensible , el l e a une ame ,
qui est l e pr i nci pe du sent i ment ; car l e sent i ment
p216

ne sçaur oi t appar t eni r à l a seul e organisation .
La pl ant e ser a donc un être-mixte .
Découvr ons- nous quel que r ai son sol i de pour quoi
l ' ame de l a pl ant e ser oi t dépour vue de t out e
espéce d' activité ? Par t out où nous
par venons à démêl er des t r ai t s de
sensibilité , nous par venons aussi à y démêl er
des mouvemens cor r espondans. I l est nat ur el
qu' un être-mixte suscept i bl e de plaisir et
de douleur pui sse r echer cher l ' un et f ui r
l ' aut r e. Mai s ; si sa sensibilité est t r ès
f oi bl e, ses pl ai si r s et ses doul eur s ser ont aussi
t r ès f oi bl es, et l es mouvemens qui cor r espondr ont
à ces di f f ér ent es i mpr essi ons, l eur ser ont
pr opor t i onel s.
J e ne r echer cher ai poi nt quel est l e siège de
l' ame dans l a plante : j e ne connoi s aucun
moyen de par veni r à cet t e découver t e. Les
physi ci ens qui ont l e pl us ét udi é l a st r uct ur e
des pl ant es sçavent assés combi en l eur anatomie
est encor e i mpar f ai t e. J e l e f ai soi s r emar quer au
commencement du chap xxvi de l a par t i e x de ma
contemplation . " i l n' est pas aussi f aci l e,
di soi s- j e dans cet endr oi t , de
p217

compar er l es pl ant es et l es ani maux dans l eur s
formes intérieures ou l eur structure ,
qu' i l l ' est de l es compar er dans l eur s formes
extérieures . Nous pouvons j uger de cel l es- ci
sur un si mpl e coup d' oei l ; i l f aut t ouj our s une
cer t ai ne at t ent i on, et souvent l e secour s de
di ver s i nst r umens pour j uger de cel l es- l à. Nous
pénét r ons, ce sembl e, pl us di f f i ci l ement dans
l ' i nt ér i eur d' une pl ant e, que dans cel ui d' un
ani mal . Là, t out par oî t pl us conf ondu, pl us
uni f or me, pl us f i n, moi ns ani mé. I ci t out par oî t
se démêl er mi eux, soi t par ce que l a f or me, l e
t i ssu, l a coul eur et l a si t uat i on des di f f ér ent es
par t i es y pr ésent ent pl us de var i ét és, soi t par ce
que l e j eu des pr i nci paux vi scèr es y est t ouj our s
pl us ou moi ns sensi bl e. Le mi cr oscope, l e scal pel
et l es i nj ect i ons qui nous condui sent si l oi n
dans l ' anat omi e des ani maux, r ef usent souvent de
nous ser vi r , ou ne nous ser vent qu' i mpar f ai t ement
dans cel l e des pl ant es. I l est vr ai aussi que
cet t e par t i e de l ' oeconomi e or gani que a ét é
moi ns ét udi ée que cel l e qui a l es ani maux
pour obj et . La st r uct ur e de ces der ni er s nous
i nt ér essoi t davant age par ses r appor t s avec cel l e
de not r e pr opr e cor ps. "
p218


- 43 -

j e me bor ner ai donc à di r e, que si l a plante
a une ame , cet t e ame a un siège r él at i f à
l a nat ur e particulière de cet être-mixte .
Ce siège , quel qu' i l soi t , peut r enf er mer
un germe impérissable , qui conser ver a l ' être
de l a pl ant e et l e f er a sur vi vr e à l a dest r uct i on
de ce cor ps vi si bl e et pal pabl e, qui est l ' obj et
act uel des cur i euses r echer ches du bot ani st e et
du physi ci en. Ar r êt er ons- nous t ouj our s nos
r egar ds sur ce qui f r appe nos sens ? La r ai son du
phi l osophe ne per cer a- t - el l e poi nt au del à ?
Si l ' êt r e de l a plante , a ét é at t aché à un
ger me incorruptible , ce ger me peut r enf er mer ,
comme cel ui de l ' animal , l es élémens de
nouveaux or ganes, qui per f ect i onner ont ,
dével opper ont et ennobl i r ont l es f acul t és de cet
êt r e. J e ne pui s di r e à quel degr é i l s' él éver a
dans l ' échel l e de l ' animalité : i l me suf f i t
d' apper cevoi r l a possi bi l i t é de cet t e él évat i on,
et par el l e un accr oî ssement de beaut é dans l e
r ègne or gani que.
En génér al ; on a beaucoup de pei ne à se
p219

per suader l a possi bi l i t é que l es pl ant es soi ent
des êt r es sentans . Comme el l es ne changent
j amai s de pl ace, et que l eur s f or mes n' ont
r i en de commun avec cel l es des ani maux qui
nous sont l es pl us connus, i l n' y a pas moyen
de cr oi r e qu' el l es pui ssent par t i ci per un peu à
l ' animalité . Le moyen, en ef f et , de
soupçonner quel que r appor t en ce genr e ent r e une
violette et un papillon , ent r e un
poirier et un cheval !
Nous ne j ugeons or di nai r ement des êt r es que
par des compar ai sons assés gr ossi ér es. Nous
l es compar ons de gr os en gr os dans l eur f or me
et dans l eur st r uct ur e, et si cet éxamen
super f i ci el ne nous of f r e aucun t r ai t de
si mi l i t ude, nous ne nous avi sons guèr es d' en
soupçonner .
Cependant , combi en éxi st e- t - i l d' espèces
d' ani maux qui , pendant t out l e cour s de l eur
vi e, ne changent pas pl us de pl ace que l es
pl ant es ! Combi en en est - i l dont l es mouvemens
ne sont ni pl us var i és ni pl us spontanés en
appar ence, que l e sont ceux de quant i t é de
pl ant es, que j ' ai décr i t s et f ai t admi r er dans
mon l i vr e sur l' usage des feuilles ! Enf i n ;
combi en
p220

est - i l d' espèces d' ani maux dont l a f or me et l a
st r uct ur e ne r essembl ent pas l e moi ns du monde
à ce modèl e i magi nai r e que nous nous f or mons
de ce qu' i l nous pl aî t de nommer un animal !
Si l ' on a un peu médi t é ces considérations
philosophiques au sujet des polypes , qui f ont


- 44 -
l a mat i èr e des t r oi s der ni er s chapi t r es de l a
par t i e vi i i de ma contemplation , l ' on
compr endr a mi eux t out ce que j e ne f ai s qu' i ndi quer
i ci . Ces chapi t r es r enf er ment une espèce de
logique à l ' usage du nat ur al i st e, et qui me
par oî ssoi t l ui manquer .
J e passe sous si l ence l es séxes, t ant ôt
r éüni s, t ant ôt sépar és, et ces admi r abl es
reproductions de di f f ér ens genr es, qui
r appr ochent si f or t l e végétal de l ' animal .
J ' ai r envoyé mon l ect eur sur t out cel a et sur bi en
d' aut r es t r ai t s d' analogie t out aussi
f r appans, à mon parallèle des plantes et des
animaux. Contemp. par t x.
ôt ons à un ani mal peu connu t ous l es moyens de
nous mani f est er qu' i l est un animal :
pr i vons- l e de t ous ses membr es ; r édui sons- l e
p221

aux seul s mouvemens qui se f ont dans son
i nt ér i eur ; comment devi ner oi t - on al or s sa
vér i t abl e nat ur e ? I l est une f oul e d' ani maux
qui se dégui sent aut ant à nos yeux, et qui ne
peuvent êt r e r econnus que par l es obser vat eur s
l es pl us at t ent i f s et l es pl us i ndust r i eux. Quel
n' est poi nt aussi l e dégui sement de cer t ai nes
pl ant es ! N' a- t - i l pas f al l u t out e l a sagaci t é
des bot ani st es pour s' assur er de l a vér i t abl e
nat ur e des moisissures , des lychens , des
champignons , des truffes , et c.
Les pl ant es ne ser oi ent - el l es donc poi nt dans
l e cas de ces ani maux beaucoup t r op dégui sés pour
que nous pui ssi ons l es r econnoî t r e ? C' est
une r éf l éxi on que j e f ai soi s dans l e chap xxx
de l a par t i e x de ma contemplation .
" l ' expr essi on du sent i ment , di soi s- j e, est r él at i ve
aux or ganes qui l e mani f est ent . Les pl ant es sont
dans une ent i èr e i mpui ssance de nous f ai r e
connoî t r e l eur sent i ment , ce sent i ment est
ext r êmement f oi bl e, peut - êt r e, sans vol ont é et
sans dési r , pui sque l ' i mpui ssance où el l es sont de
nous l e mani f est er , pr ovi ent de l eur or gani sat i on,
et qu' i l y a l i eu de penser , que l e degr é de
per f ect i on spirituelle r épond au degr é de
per f ect i on corporelle . "
p222

mai s ; ce que nous avi ons r egar dé j usqu' i ci
comme animal est un t out unique . Un
singe , un éléphant , un chien sont bi en
des composés : ces composés sont bi en f or més de
l ' assembl age d' une mul t i t ude de pi èces t r ès
di f f ér ent es ent r ' el l es : mai s, ces pi èces ne sont
pas aut ant d' animaux : el l es concour ent
seul ement par l eur r éüni on et par l eur s r appor t s
di ver s à f or mer ce t out individuel que nous
nommons un animal . Ces pi èces sépar ées de l eur
t out ne l e r epr ésent ent poi nt en pet i t ; el l es ne
peuvent poi nt reproduire ce t out .


- 45 -
La plante a ét é const r ui t e sur un t out aut r e
modèl e. Un arbre n' est un t out unique que
dans un sens mét aphysi que. I l est r éel l ement
composé d' aut ant d' ar br es et d' ar br i sseaux, qu' i l
a de br anches et de r ameaux. Tous ces ar br es et
t ous ces ar br i sseaux, sont , pour ai nsi di r e, gr ef f és
l es uns aux aut r es, sont al i ment és l es uns par
l es aut r es, et t i ennent ai nsi à l ' ar br e pr i nci pal
par une i nf i ni t é de communi cat i ons. Chaque ar br e,
secondai r e, chaque ar br i sseau, chaque
sous- ar br i sseau a ses or ganes et sa vi e pr opr es :
i l est l ui - même,
p223

un pet i t t out individuel , qui r epr ésent e pl us
ou moi ns en r accour ci l e gr and t out dont i l f ai t
par t i e.
Ceci est pl us éxact qu' on ne l ' i magi ner oi t d' abor d.
Chaque br anche, chaque r ameau, chaque
ramuncule , et même chaque f eui l l e sont si bi en
des ar br es en pet i t , que dét achés du gr and ar br e,
et pl ant és en t er r e avec cer t ai nes pr écaut i ons, i l s
peuvent y végét er par eux- mêmes et y f ai r e de
nouvel l es pr oduct i ons. C' est que l es or ganes
essent i el s à l a vi e, sont r épandus dans t out l e
cor ps de l a pl ant e. Les mêmes or ganes essent i el s
qu' on découvr e dans l e t r onc d' un ar br e, on l es
r et r ouve dans l es br anches, dans l es r ameaux et
même j usques dans l es f eui l l es.
Un ar br e est donc une pr oduct i on or gani que
beaucoup pl us si ngul i èr e qu' on ne l e pense
communément . I l est un assembl age d' une
mul t i t ude de pr oduct i ons or gani ques subor données,
l i ées ét r oi t ement l es unes aux aut r es, qui
par t i ci pent t out es à une vi e et à des besoi ns
communs, et dont chacune a sa vi e, ses besoi ns
et ses f onct i ons pr opr es. Un ar br e est ai nsi
une sor t e de société organique , dont t ous l es
p224

i ndi vi dus t r avai l l ent au bi en commun de l a
soci ét é, en même t ems qu' i l s pr ocur ent l eur bi en
par t i cul i er .
Cel ui qui a f ai t l ' ar br e aur oi t pu f ai r e éxi st er
à par t chaque br anche, chaque r ameau, chaque
f eui l l e : i l en aur oi t f ai t ai nsi aut ant d' êt r es
i sol és et di st i nct s. I l a pr éf ér é de l es r éüni r
dans l e même assembl age, dans une même soci ét é,
de l es assuj et t i r l es uns aux aut r es pour
di f f ér ent es f i ns, et sans dout e que l es besoi ns
de l ' homme et ceux des ani maux ent r oi ent dans ces
f i ns.
Si donc l ' ar br e est doué d' un cer t ai n degr é de
sentiment , chacun des pet i t s ar br es dont i l
est composé aur a aussi son degr é de
sentiment , comme i l a sa vi e et ses besoi ns
pr opr es.
I l y aur a donc dans chacun de ces pet i t s ar br es un
siège du sent i ment , et ce si ège r enf er mer a


- 46 -
un ger me i ndest r uct i bl e, dest i né à conser ver l ' êt r e
du végét al , et à l e r est i t uer un j our sous une
nouvel l e f or me.
I l est possi bl e que l' état futur de not r e
gl obe ne compor t e poi nt cet t e r éüni on de pl usi eur s
p225

t out s i ndi vi duel s dans un même assembl age
or gani que, et que chacun de ces t out s
soi t appel l é al or s à éxi st er à par t , et à
éxer cer sépar ément des f onct i ons d' un t out aut r e
genr e et beaucoup pl us r el evées que cel l es qu' i l
éxer ce auj our d' hui .
Mai s ; comme l a f acul t é loco-motive ent r e
pour beaucoup dans l a per f ect i on des êt r es
or gani sés et sent ans, si l a pl ant e est douée de
quel que sensibilité ; si el l e est un êt r e
perfectible ; i l y a l i eu de penser , que dans
son nouvel ét at , el l e pour r a se t r anspor t er d' un
l i eu dans un aut r e au gr é de ses desi r s, et
opér er à l ' ai de de ses nouveaux or ganes des
choses dont nous ne pouvons nous f or mer
aucune i dée.
PARTIE 5

p226

Appl i cat i on aux zoophyt es.
Tandi s que l a t r oupe nombr euse des nomencl at eur s
et des f ai seur s de règles générales pensoi t
avoi r bi en car act ér i sé l ' animal , et l ' avoi r
di st i ngué éxact ement du végétal ; l es eaux
sont venuës nous of f r i r une pr oduct i on or gani que,
qui r éüni t aux pr i nci pal es pr opr i ét és du
végétal , di ver s t r ai t s qui ne par oî ssent
conveni r qu' à l ' animal . On compr end que j e
par l e de ce f ameux polype à bras , dont l a
découver t e a t ant ét onné l es physi ci ens, et
pl us embar assé encor e l es mét aphysi ci ens.
à l a sui t e, ont bi ent ôt par u beaucoup d' aut r es
espèces d' ani maux, de cl asses et de genr es
p227

di f f ér ens, l es uns aquatiques l es aut r es
terrestres , et dans l esquel s on a r et r ouvé avec
sur pr i se l es mêmes propriétés .
Ce sont ces pr opr i ét és, qui ont f ai t donner à
pl usi eur s de ces ani maux l e nomgénér al de
zoophytes : nomassés i mpr opr e ; car i l s ne
sont poi nt des animaux-plantes ; i l s sont ou
par oî ssent êt r e de vr ai s ani maux ; mai s, qui ont
pl us de r appor t s avec l es pl ant es, que n' en ont
l es aut r es ani maux.
J e me copi er oi s moi - même, et j e sor t i r oi s de mon
suj et , si j e r et r açoi s i ci en abr égé l ' hi st oi r e
du polype . J e m' en sui s beaucoup occupé dans
mes considérations sur les corps organisés
et dans ma contemplation de la nature .
D' ai l l eur s, qui i gnor e auj our d' hui , que l e moi ndr e


- 47 -
f r agment du pol ype peut deveni r en assés peu de
t emps un pol ype par f ai t ? Qui i gnor e que l e pol ype
met ses pet i t s au j our , à peu pr ès comme un ar br e
y met ses br anches ? Qui i gnor e enf i n, que cet
i nsect e
p228

si ngul i er peut êt r e greffé sur l ui - même ou sur
un pol ype d' espèce di f f ér ent e, et t our né et
r et our né comme un gand ?
On sçai t encor e, que pendant que l e polype-mère
pousse un rejetton , cel ui - ci en pousse
d' aut r es pl us pet i t s ; ces der ni er s en poussent
d' aut r es encor e, et c. Tous t i ennent à l a mèr e
comme à l eur t r onc pr i nci pal , et l es uns aux
aut r es comme br anches ou comme r ameaux. Tout cel a
f or me un ar br e en mi gnat ur e, l a nour r i t ur e que
pr end un r ameau passe bi ent ôt à t out l ' assembl age
or gani que. La mèr e et l es pet i t s sembl ent donc ne
f ai r e qu' un seul t out , et composer une espèce
si ngul i èr e de soci ét é ani mal e, dont t ous l es
membr es par t i ci pent à l a même vi e et aux mêmes
besoi ns.
Mai s ; i l y a cet t e di f f ér ence essent i el l e
ent r e l ' arbre végétal et l ' arbre animal ;
que dans l e pr emi er , l es br anches ne qui t t ent
j amai s l e t r onc, ni l es r ameaux l es br anches ; au
l i eu que dans l e second, l es br anches et l es
r ameaux se sépar ent d' eux- mêmes de l eur sujet ,
vont vi vr e à par t , et donner ensui t e naî ssance
à de nouvel l es végét at i ons par ei l l es à l a pr emi èr e.
p229

L' ar t peut f ai r e du pol ype une hydre à
pl usi eur s t êt es et à pl usi eur s queuës, et s' i l
abbat ces t êt es et ces queuës, el l es donner ont
aut ant de pol ypes par f ai t s. L' i magi nat i on
f éconde d' Ovi de n' avoi t pas ét é j usques- l à.
Ce n' est qu' acci dent el l ement qu' i l ar r i ve
quel quef oi s au pol ype de se par t ager de l ui - même
par mor ceaux : mai s, i l est une f ami l l e nombr euse
de t r ès pet i t s pol ypes, qui f or ment de j ol i s
bouquet s, dont l es f l eur s sont en cl oche, et qui se
pr opagent en se par t ageant d' eux- mêmes. Chaque
cl oche se f er me, pr end l a f or me d' une ol i ve, et se
par t age sui vant sa l ongueur en deux ol i ves pl us
pet i t es, qui pr ennent ensui t e l a f or me de cl oche.
Tout es l es cl oches t i ennent par un pédi cul e ef f i l é
à un pédi cul e commun. Tout es se di vi sent et se
soûdi vi sent successi vement de deux en deux,
et mul t i pl i ent ai nsi l es f l eur s du bouquet . Les
cl oches se sépar ent d' el l es- mêmes du bouquet ,
et chacune va en nageant se f i xer ai l l eur s, et y
pr odui r e un nouveau bouquet .
D' aut r es espèces de t r ès pet i t s polypes se
pr opagent de même en se par t ageant en deux ;
p230

mai s, d' une mani èr e di f f ér ent e de cel l e des


- 48 -
pol ypes à bouquet , dont j e vi ens de par l er .
Voi l à une ébauche bi en gr ossi èr e des pr i nci paux
t r ai t s qui car act ér i sent quel ques espèces de
pol ypes d' eau douce. Ceux de mes l ect eur s qui
n' aur ont pas une i dée assés net t e de l eur hi st oi r e,
pour r ont consul t er l e chap xi du t ome i de mes
corps organisés , et l es chapi t r es xi , xi i , xi i i ,
xv de ma contemplation , par t vi i i .
S' i l n' est pas démont r é que l es plantes sont
absol ument pr i vées de sentiment , i l l ' est bi en
moi ns encor e que l es polypes n' en soi ent poi nt
doués. Nous y découvr ons des choses qui par oî ssent
se r éuni r pour const at er l eur sensibilité . Tous
sont t r ès vor aces, et l es mouvemens qu' i l s se
donnent pour sai si r ou engl out i r l eur pr oye,
sembl ent ne pouvoi r conveni r qu' à de vér i t abl es
ani maux.
Mai s ; si l es pol ypes sont sensibles , i l s ont
une ame , et s' i l s ont une ame quel l e f oul e de
di f f i cul t és naî t de l a supposi t i on que cet t e
ame éxi st e ! J ' ai mont r é dans l e chapi t r e i i i ,
p231

du t ome i i de mes corps organisés , et dans
l a pr éf ace de ma contemplation , page xxi x
et c. à quoi se r édui sent pr i nci pal ement ces
di f f i cul t és, et j ' ai essayé l e pr emi er d' en donner
des sol ut i ons conf or mes aux pr i nci pes d' une sai ne
phi l osophi e.
En r ai sonnant donc sur l a supposi t i on si nat ur el l e,
que l es pol ypes sont au nombr e des êt r es sentans ;
nous admet t r ons, que l ' ame de chaque pol ype a ét é
l ogée dès l e commencement dans l e germe dont l e
cor ps du pet i t ani mal t i r e son or i gi ne.
J ' ai eu soi n d' aver t i r , qu' i l ne f al l oi t pas
pr endr e i ci l e mot de germe dans un sens t r op
r esser r é, et se r epr ésent er l e germe comme un
pol ype r édui t ext r êmement en pet i t , et qui n' a
qu' à se dével opper pour se mont r er t el qu' i l
doi t êt r e. J ' ai pr i s l e mot de germe dans un
sens beaucoup pl us ét endu, pour t out e
préformation organique dont un polype peut
r ésul t er comme de son principe immédiat .
contemplation. pr éf pag xxi x.
p232

J ' ai aver t i encor e, que l ' analogie ne nous
écl ai r oi t poi nt sur l a vér i t abl e nat ur e des
pol ypes à bouquet , et j ' en ai di t l a r ai son
i bi d par t vi i i chap xvi . Ces pol ypes ont ét é
const r ui t s sur des modèl es qui ne r essembl ent
à r i en de ce que nous connoi ssons dans l a nat ur e.
On di r oi t qu' i l s occupent l es pl us bas degr és de
l ' échel l e de l ' animalité . Nous ne nous y
mépr endr ons pas néanmoi ns, et nous pr ésumer ons
qu' i l peut éxi st er des ani maux bi en moi ns
animaux encor e, et pl acés beaucoup pl us bas
dans l ' échel l e.
On découvr e dans di f f ér ent es sor t es


- 49 -
d' infusions , à l ' ai de des mi cr oscopes, des
cor puscul es vi vans, que l eur s mouvemens et l eur s
di ver ses appar ences, ne per met t ent guèr es de ne pas
r egar der comme de vr ai s ani maux. Ce sont l es
patagons de ce monde d' i nf i ni ment - pet i t s, que
l eur éf f r oyabl e pet i t esse dér obe t r op à nos sens
et à nos i nst r umens. C' est même beaucoup que nous
soyons par venus à apper cevoi r de l oi n l es
pr omont oi r es de ce nouveau monde, et à ent r evoi r
au bout de nos l unet t es quel ques uns des peupl es
qui l ' habi t ent . Par mi ces at omes ani més, i l en est
pr obabl ement , que nous j uger i ons bi en moi ns
animaux
p233

encor e que l es pol ypes, si nous pouvi ons pénét r er
dans l e secr et de l eur st r uct ur e, et y cont empl er
l ' ar t i nf i ni avec l equel l ' aut eur de l a nat ur e a sçu
dégr ader de pl us en pl us l ' animalité sans l a
dét r ui r e. On voudr a bi en consul t er ce que j ' ai
exposé sur ces dégradations de l ' ani mal i t é,
chap xvi , par t vi i i de l a contemplation .
J e ne pui s di r e où r ési de l e siège de l ' ame
dans l e pol ype à br as ; bi en moi ns encor e dans
l es pol ypes à bouquet , et dans ceux qui l eur
sont anal ogues. Combi en l ' or gani sat i on de ces
pet i t s ani maux, qui sembl ent n' êt r e qu' une gel ée
épai ssi e, di f f ér e- t - el l e de cel l e des ani maux,
que l eur gr andeur et l eur consi st ence soumet au
scal pel de l ' anat omi st e !
Mai s ; si l es pol ypes ont une ame , i l f aut
que cet t e ame r eçoi ve l es i mpr essi ons qui se
f ont sur l es di ver s poi nt s du cor ps auquel el l e
est uni e. Comment pour r oi t - el l e pour voi r aut r ement
à l a conser vat i on de son cor ps ? Ser oi t - i l donc
absurde de penser , qu' i l est quel que par t
dans l e cor ps du pol ype, un or gane
p234

qui communi que à t out es l es par t i es, et par
l equel l ' ame peut agi r sur t out es l es par t i es ?
Cet or gane, quel ques soi ent sa pl ace et sa
st r uct ur e, peut en r enf er mer un aut r e, que nous
consi dér er ons comme l e véritable siège de
l ' ame, que l ' ame n' abandonner a j amai s, et qui
ser a l ' i nst r ument de cet t e régénération future ,
qui él éver a l e pol ype à un degr é de per f ect i on
que ne compor t oi t poi nt l ' état présent
des choses.
En si mpl i f i ant de pl us en pl us l ' or gani sat i on
dans l es êt r es animés , l e cr éat eur a r esser r é
de pl us en pl us chés eux l a f acul t é de sentir ;
car l es l i mi t es physi ques de cet t e f acul t é sont
t ouj our s dans l ' or gani sat i on. Si donc l ' on suppose,
que l e pol ype a ét é r édui t au seul sens du
toucher , son ame ne pour r a épr ouver que l es
seul es sensations at t achées à l ' éxer ci ce de ce
sens. Et si l e pol ype est en même t ems pr i vé de l a
f acul t é loco-motive , son toucher


- 50 -
s' appl i quant par cel a même à un nombr e de cor ps
beaucoup pl us pet i t et à des cor ps beaucoup moi ns
di ver si f i és, ses sensat i ons ser ont bi en moi ns
nombr euses et bi en
p235

moi ns var i ées que cel l es des pol ypes doués de
l a f acul t é de se mouvoir .
Mai s ; si l e siège de l ' ame du pol ype r enf er me
l es él émens de nouveaux organes et de nouveaux
sens , cet t e ame épr ouver a par l eur dével oppement
et par l eur mi ni st èr e de nouvel l es sensat i ons,
et des sensat i ons d' un nouvel or dr e, qui
r ecul er ont l es l i mi t es de sa f acul t é de sentir ,
et ennobl i r ont de pl us en pl us l ' êt r e du pol ype.
J e l ' ai di t ; c' est sur t out par l e nombr e et l a
per f ect i on des sens , que l ' ani mal est l e pl us
animal . I l l ' est d' aut ant pl us qu' i l sent
d' avant age, et i l sent d' aut ant pl us, que ses
or ganes sont pl us mul t i pl i és et di ver si f i és.
PARTIE 6

p236

I dées sur l ' ét at passé des ani maux :
et à cet t e occasi on sur l a cr éat i on, et sur
l ' har moni e de l ' uni ver s.
J ' ai t ouché au commencement de cet écr i t , à une
gr ande r évol ut i on de not r e gl obe, qui pour r oi t
avoi r pr écédé cel l e que l ' aut eur sacr é de l a
genèse a si nobl ement décr i t e. J e n' ai pas i ndi qué
l es r ai sons qui r endent
p237

cet t e r évol ut i on pr obabl e, et qui doi vent nous
por t er à r ecul er beaucoup l a naî ssance de not r e
monde. Ce dét ai l i nt ér essant m' aur oi t mené
t r op l oi n, et m' aur oi t t r op dét our né de mon
obj et pr i nci pal .
Ceux qui se sont un peu occupés de l a théorie
de la terre , sçavent qu' on t r ouve par t out
sur sa sur f ace et dans ses ent r ai l l es des amas
i mmenses de r ui nes, qui par oî ssent êt r e cel l es
d' un anci en monde, dont l ' état di f f ér oi t ,
sans dout e, par bi en des car act èr es de cel ui du
monde que nous habi t ons.
Mai s ; i l n' est pas nécessai r e d' avoi r beaucoup
médi t é sur l a t héor i e de l a t er r e, pour se
per suader que Moyse ne nous a poi nt décr i t l a
pr emi èr e cr éat i on de not r e gl obe, et que son
hi st oi r e n' est que cel l e d' une nouvel l e
r évol ut i on que l a pl anèt e avoi t subi , et dont
ce gr and homme exposoi t t r ès en r accour ci l es
t r ai t s l es pl us f r appans ou l es pr i nci pal es
apparences .
Gr aces aux bel l es découver t es de l ' ast r onomi e
moder ne, on sçai t qu' i l est des pl anèt es, dont l a
gr andeur sur passe pl usi eur s cent ai nes


- 51 -
p238

de f oi s cel l e de not r e t er r e. On sçai t encor e
que cet t e pet i t e pl anèt e que nous habi t ons et qui
nous par oî t si gr ande, est un mi l l i on de f oi s pl us
pet i t e que l e sol ei l aut our duquel el l e ci r cul e.
On sçai t enf i n, que l es ét oi l es, qui ne nous
par oî ssent que des poi nt s l umi neux, sont aut ant de
soleils , sembl abl es au nôt r e, et qui écl ai r ent
d' aut r es mondes, que l eur pr odi gi eux él oi gnement
dér obe à not r e vuë.
Qu' on r éf l échi sse un peu mai nt enant sur
l ' i mmensi t é de l ' uni ver s ; sur l ' ét onnant e
gr andeur de ces cor ps qui r oul ent si maj est ueusement
dans l ' espace ; sur l eur nombr e pr esqu' i nf i ni ;
sur l es di st ances énor mes de ces sol ei l s, qui
ne nous l es l ai ssent apper cevoi r que comme des
poi nt s ét i ncel l ans dont l a voût e azur ée est
par semée, et qu' on se demande ensui t e à soi - même
ce qu' est l a t er r e au mi l i eu de cet t e gr ai ne de
sol ei l s et de mondes ? Ce qu' est un gr ai n de mi l
dans un vast e gr eni er et moi ns encor e.
Si apr ès s' êt r e f or t ement pénét r é de l a gr andeur
de l ' uni ver s et de l a magni f i cence de l a cr éat i on,
l ' on vi ent à l i r e avec r éf l éxi on l e pr emi er
chapi t r e de l a genèse , on se convai ncr a de
pl us en pl us de l a vér i t é de cet t e opi ni on
p239

phi l osophi que, que j e soumet s i ci au j ugement
du l ect eur écl ai r é.
Dieu dit qu' il y ait des luminaires dans
l' étenduë, afin d' éclairer la terre ; et il fut
ainsi. Dieu donc fit deux grands luminaires,
le plus grand pour dominer sur le jour ; le
moindre pour dominer sur la nuit. Ce fut le
quatriéme jour.
quand on a quel ques not i ons du syst ême des ci eux,
on sent assés, combi en i l est peu pr obabl e que l a
t er r e ai t ét é cr éée avant l e sol ei l , auquel el l e
est si mani f est ement subor donnée. I l ser oi t
super f l u de s' ét endr e sur ceci . Ce n' est donc
pr obabl ement i ci qu' une si mpl e apparence . Dans
ce r enouvel l ement de not r e gl obe, l e sol ei l
n' apparut que l e quat r i ème j our .
Dieu fit aussi les étoiles. Il les mit dans
l' étendue pour éclairer la terre. i l est bi en
évi dent , que Moyse compr end i ci sous l a
dénomi nat i on génér al e d' étoiles , l es ét oi l es
errantes ou l es planètes .
p240

Dieu fit donc le quatrième jour l es ét oi l es
et l es pl anèt es, et i l l es f i t pour éclairer la
terre . Quoi ! La sagesse supr ême aur oi t f ai t
des mi l l i ar ds de gl obes i mmenses de f eu, des
mi l l i ar ds de soleils pour écl ai r er . . . que
di r ai - j e ? Un gr ai n de poussi èr e, un at ome.
Conçoi t - on que si Moyse eût connu ce qu' ét oi ent


- 52 -
l es ét oi l es et l es pl anèt es, i l eut di t ;
Dieu fit aussi les étoiles , et qu' i l eût
aj oût é si mpl ement , pour éclairer la terre ?
Ce n' est donc encor e i ci qu' une pure apparence .
L' hi st or i en sacr é ne décr i voi t poi nt l a cr éat i on
des ci eux ; mai s, i l t r açoi t l es di ver ses pér i odes
d' une r évol ut i on r enf er mée dans l es bor nes
ét r oi t es de not r e pet i t e pl anèt e.
Ce ser oi t choquer aut ant l e sens commun, que l e
r espect dû à l ' écr i t ur e, que de pr ét endr e i nf i r mer
l ' aut hor i t é de Moyse, pr éci sément par ce qu' i l n' a
pas par l é l a l angue de Coper ni c. I l par l oi t une
pl us bel l e l angue encor e : i l annonçoi t l e pr emi er
au genr e humai n l ' unité et l ' éternité du
gr and êt r e. I l pei gnoi t sa puissance avec l e
pi nceau du chér ubi n : Di eu dit ; que la lumière
soit ;
p241

et la lumière fut . I l s' él ançoi t d' un vol
r api de ver s l a cause pr emi ér e et ensei gnoi t aux
hommes l e dogme si i mpor t ant et si phi l osophi que,
de l a création de l' univers . Le pl us anci en et
l e pl us r espect abl e de t ous l es l i vr es, est aussi
l e seul qui commence par ces expr essi ons dont l a
si mpl i ci t é r épond si bi en à l a si mpl i ci t é de cet
acte unique , qui a pr odui t l ' uni ver sal i t é des
êt r es : au commencement Dieu créa les cieux et
la terre .
Une seul e chose ét oi t essent i el l e au pl an de
l ' hi st or i en de l a cr éat i on ; c' ét oi t de r appel l er
l ' uni ver s à son aut eur , l ' effet , à sa cause.
Cet hi st or i en l ' a f ai t ; et l ' at hée l ' admi r er oi t ,
si l ' at hée ét oi t phi l osophe. Cet hi st or i en n' ét oi t
pas appel l é à di ct er au genr e humai n des cahi er s
d' ast r onomi e ; mai s, i l ét oi t appel l é à l ui t r acer
en gr and l es pr emi er s pr i nci pes de cet t e t héol ogi e
subl i me, que l ' ast r onomi e devoi t enr i chi r un j our ,
et dont i l ét oi t r eser vé à l a mét aphysi que de
démont r er l es gr andes vér i t és. Tout ce qu' i l y a de
beaut é et d' él évat i on dans l a mét aphysi que moder ne
p242

est concent r é dans cet t e pensée ét onnant e, j e sui s
cel ui qui est .
J e pui s donc sans manquer au r espect qui est dû
à t ant de t i t r es au pr emi er des aut eur s sacr és,
supposer que l a création de not r e gl obe a
pr écédé d' un t ems i ndéf i ni , ce renouvellement
dont l a genèse nous pr ésent e l es di ver s
aspect s. La sagesse qui a pr ési dé à l a f or mat i on
de l ' uni ver s, n' a r évèl é aux hommes que ce que l eur
r ai son n' aur oi t pu découvr i r par el l e- même, ou
qu' el l e aur oi t découver t t r op t ar d pour l eur
bonheur , et el l e a abandonné aux pr ogr ès de
l ' i nt el l i gence humai ne t out ce qui ét oi t envel oppé
dans l a sphèr e de son act i vi t é.
La phi l osophi e nous donne l es pl us haut es i dées de
l ' univers . El l e nous l e r epr ésent e comme l a


- 53 -
col l ect i on systêmatique ou har moni que de t ous
l es êt r es cr éés. El l e nous appr end qu' i l n' est un
systême , que par ce que t out es ses pi éces
s' engr aî nant , pour ai nsi di r e, l es unes dans l es
aut r es, concour r ent à pr odui r e
p243

ce t out unique , qui dépose si f or t ement
en f aveur de l ' uni t é et de l ' i nt el l i gence de l a
cause pr emi ér e.
Comme r i en ne sçaur oi t éxi st er sans une raison
suffisante ; c' est une conséquence nécessai r e
de ce gr and pr i nci pe, que t out soi t lié ou
harmonique dans l ' uni ver s. Ai nsi , r i en n' y
est sol i t ai r e ou sépar é ; car s' i l éxi st oi t un êt r e
absol ument isolé , i l ser oi t i mpossi bl e
d' assi gner l a raison suffisante de
l ' éxi st ence d' un t el êt r e. Et i l ne f audr oi t pas
di r e, que Di eu a voul u l e cr éer isolé ;
par ce que l a vol ont é di vi ne ne peut el l e- même se
dét er mi ner sans raison suffisante , et qu' i l n' y
en aur oi t poi nt pour cr éer un êt r e, qui ne
t i endr oi t absol ument à r i en, et pour l e cr éer avec
t el l es ou t el l es dét er mi nat i ons par t i cul i èr es.
L' éxi st ence et l es dét er mi nat i ons par t i cul i èr es
de chaque êt r e, sont t ouj our s en r appor t à
l ' éxi st ence et aux dét er mi nat i ons des êt r es
cor r espondans ou voi si ns. Le pr ésent a ét é dét er mi né
par l e passé ; l e subséquent , par l ' ant écédent . Le
pr ésent dét er mi ne l ' aveni r . L' har moni e universelle
est ai nsi l e résultat de
p244

t out es l es har moni es particulières des êt r es
coéxistans et des êt r es successifs .
Une force r épanduë dans t out es l es par t i es
de l a cr éat i on, ani me ces gr andes masses
sphér i ques, dont l ' assembl age compose ces di ver s
syst êmes solaires , que nous ne par venons poi nt
à dénombr er , et dont nous ne découvr ons que l es
foyers ou l es sol ei l s.
En ver t u de cet t e f or ce, not r e sol ei l agi t sur l es
pl anèt es et sur l es comèt es du systême auquel
i l pr ési de. Les pl anèt es et l es comèt es agi ssent
en même t ems sur l e sol ei l et l es unes sur l es
aut r es. Not r e syst ême sol ai r e agi t sur l es
systêmes voi si ns : ceux- ci f ont sent i r l eur
act i on à des systêmes pl us él oi gnés ; et cet t e
f or ce, qui l es ani me t ous, pénét r e ai nsi de
syst ême en syst ême, de masse en masse, j usqu' aux
ext r êmi t és l es pl us r ecul ées de l a cr éat i on.
Non seul ement t ous l es syst êmes et t ous l es
gr ands cor ps d' un même syst ême, sont harmoniques
ent r ' eux ; i l s l e sont encor e dans l e r appor t à
l a coordination et aux dét er mi nat i ons
p245

des di ver s êt r es qui peupl ent chaque monde
pl anét ai r e.


- 54 -
Tous ces êt r es, gr adués ou nuancés à l ' i nf i ni , ne
composent qu' une même échelle , dont l es degr és
expr i ment ceux de l a per f ect i on corporelle et
de l a per f ect i on intellectuelle , que r enf er me
l ' uni ver s.
L' univers est donc l a somme de t out es l es
per f ect i ons r éüni es et combi nées, et l e si gne
représentatif de l a per f ect i on souver ai ne.
Un phi l osophe qui aur a médi t é pr of ondément
sur ces obj et s subl i mes, pour r a- t - i l j amai s
admet t r e, que Di eu a cr éé l ' uni ver s pi èce apr ès
pi èce ? Qu' i l a cr éé l a t er r e dans un t ems ; l e
sol ei l dans un aut r e ? Qu' i l a f ai t un j our
une ét oi l e ; pui s un aut r e ? Et c. L' i nt el l i gence
supr ême qui embr asse d' une seul e vuë l ' uni ver sal i t é
des choses opér er oi t - el l e successivement comme
l es nat ur es f i ni es ? Cet t e vol ont é ador abl e, qui
appelle les choses qui ne sont point, comme si
elles étoient, pouvoi t - el l e ne pas réaliser
t out par un act e unique ? El l e a di t ; et
l ' uni ver s a ét é.
p246

Comme i l ser oi t de l a pl us gr ande absur di t é de
supposer , que dans l a pr emi èr e f or mat i on des
ani maux, Di eu a commencé par cr éer l e coeur , pui s
l es poûmons, ensui t e l e cer veau ; et c. J e ne pense
pas, qu' i l f ut moi ns absur de de supposer , que dans
l a f or mat i on de l ' uni ver s, Di eu a commencé par
cr éer une pl anèt e, pui s un sol ei l ; ensui t e une
aut r e pl anèt e ; et c. Ser oi t - ce donc qu' on
i magi ner oi t que l ' uni ver s ser oi t moi ns
harmonique , j ' ai pr esque di t , moi ns organique
qu' un animal ?
J e n' af f i r mer ai pas, qu' au pr emi er i nst ant de l a
cr éat i on, t ous l es cor ps cél est es ét oi ent
pr éci sément di sposés l es uns à l ' égar d des aut r es,
comme i l s l e sont auj our d' hui . Cet t e di sposi t i on
pr i mi t i ve a pu souf f r i r bi en des changemens par une
sui t e nat ur el l e des mouvemens de ces cor ps et de
l a combi nai son de l eur s f or ces. Mai s ; l a sagesse
di vi ne a pr évu et appr ouvé ces changemens ; comme
el l e a pr évu et appr ouvé ce nombr e pr esqu' i nf i ni de
modi f i cat i ons di ver ses, qui naî ssent de l a st r uct ur e
ou de l ' or gani sat i on pr i mi t i ves des êt r es pr opr es
à chaque monde.
Tout es l es pi èces de l ' uni ver s sont donc
p247

contemporaines . La vol ont é ef f i cace
a réalisé par un seul act e, t out ce qui pouvoi t
l ' êt r e. El l e ne crée pl us ; mai s, el l e
conserve , et cet t e conservation ser a, si
l ' on veut , une cr éat i on continuée .
Comme l es cor ps or gani sés ont l eur s phases ou
l eur s r évol ut i ons par t i cul i èr es ; l es mondes ont
aussi l es l eur s. Nos l unet t es par oî ssent nous en
avoi r découver t dans quel ques- uns de ces gr ands
cor ps qui pendent au f i r mament . Not r e t er r e a donc


- 55 -
eu aussi ses révolutions . J e ne par l e pas de ces
r évol ut i ons pl us ou moi ns gr aduel l es qui s' opèr ent
de si ècl es en si ècl es, par l e concour s de
di f f ér ent es causes : ces sor t es de r évol ut i ons
ne sont j amai s que partieles ou l ocal es. De ce
nombr e sont l es di ver s changemens qui peuvent
sur veni r et qui sur vi ennent à not r e gl obe par
l ' i nt er vent i on de l a mer , des vol cans, des
t r embl emens de t er r e, et c. J e par l e de ces
r évol ut i ons générales d' un monde, qui en
changent ent i èr ement l a f ace, et qui l ui donnent un
nouvel êt r e. Tel l e a ét é cet t e r évol ut i on de not r e
pl anèt e que Moyse a consacr é dans ses annal es.
p248

J e pr ens i ci l a t er r e au t ems du cahos , à
ce t ems où, sel on l e t ext e sacr é, elle étoit
sans forme et vuide . J e suppose t ouj our s
que Moyse ne nous a pas décrit l a pr emi èr e
cr éat i on de l ' uni ver s, et j ' ai i ndi qué l es
f ondemens de cet t e supposi t i on. J e pui s donc
admet t r e sans absur di t é, que l a t er r e avoi t éxi st é
sous une aut r e f or me, avant ce t ems où l ' hi st or i en
sacr é l a r epr ésent e comme vuide ; c' est - à- di r e,
comme dépour vue, au moi ns en appar ence, de t out e
pr oduct i on.
Mai s ; si l a t er r e éxi st oi t avant cet t e époque,
on m' accor der a f aci l ement , qu' i l n' est pas pr obabl e,
qu' el l e f ût al or s absol ument nuë, absol ument
dest i t uée de pr oduct i ons ; en un mot , un vast e et
ar i de déser t : ser oi t - el l e sor t i e ai nsi des mai ns
du cr éat eur ? La sagesse aur oi t - el l e f ai t une boul e
t out e nuë, uni quement pour l a f ai r e r oul er aut our
du sol ei l , et r éf l échi r un peu de l umi èr e à
d' aut r es pl anèt es ? J e m' assur e, qu' on pr éf ér er a de
supposer avec moi , que l a t er r e ét oi t al or s, comme
auj our d' hui , enr i chi e d' une i nf i ni t é de pr oduct i ons
di ver ses, assor t i es à cet
p249

ét at primitif qu' el l e t enoi t i mmédi at ement de
l a création .
Nous i gnor ons pr of ondément l es causes soi t
intérieures , soi t extérieures qui ont pu
changer l a f ace de ce pr emi er monde, l e f ai r e
passer par l ' ét at de cahos , pour l e r est i t uer
ensui t e sous une f ace t out e nouvel l e. En qual i t é de
planète , l a t er r e f ai t par t i e d' un gr and
syst ême pl anet ai r e ; l a pl ace qu' el l e y occupe a
pu l ' exposer à des r encont r es qui ont i nf l ué pl us
ou moi ns sur son oeconomi e or i gi nel l e. El l e
pouvoi t r enf er mer dans son sei n, dès l e
commencement , des causes pr opr es à modi f i er ou à
changer pl us ou moi ns cet t e oeconomi e.
Ce changement ent r oi t dans l e pl an de cet t e
sagesse ador abl e qui a pr éf or mé l es mondes dès l e
commencement , comme el l e a pr éf or mé l es pl ant es
et l es ani maux.
Mai s ; si l a vol ont é di vi ne a cr éé par un seul


- 56 -
act e l ' uni ver sal i t é des êt r es, d' où venoi ent ces
pl ant es et ces ani maux, dont Moyse nous décr i t
l a pr oduct i on au
p250

t r oi si éme et au ci nqui éme j our du r enouvel l ement
de not r e monde ?
Abuser oi s- j e de l a l i ber t é de conj ect ur er , si
j e di soi s, que l es pl ant es et l es ani maux qui
éxi st ent auj our d' hui , sont pr ovenus par une sor t e
d' évolution nat ur el l e des êt r es or gani sés, qui
peupl oi ent ce pr emi er monde sor t i i mmédi at ement des
mai ns du cr éat eur ?
J e vai s dével opper ma pensée. Le l ect eur écl ai r é
voudr a bi en ne me j uger que sur l a chaî ne ent i èr e
des i dées que l ui pr ésent e cet écr i t .
Dans ce pr i nci pe si phi l osophi que, que l a
cr éat i on de l ' univers est l ' ef f et i mmédi at
d' un act e uni que de l a vol ont é ef f i cace ;
i l f aut nécessai r ement que cet t e vol ont é ai t
pl acé dès l e commencement dans chaque monde, l es
sour ces des r épar at i ons de t out genr e,
qu' éxi geoi ent l es révolutions que chaque
monde ét oi t appel l é à subi r .
Ai nsi , j e conçoi s que Di eu a pr éf or mé
or i gi nai r ement l es pl ant es et l es ani maux dans
p251

un r appor t dét er mi né aux di ver ses r évol ut i ons
qui devoi ent sur veni r à not r e monde en conf or mi t é
du pl an génér al que sa sagesse avoi t conçu de t out e
ét er ni t é.
L' i nt el l i gence pour qui i l n' y a ni passé ni
aveni r , par ce que t ous l es si écl es sont pr ésens à
l a f oi s devant el l e ; l ' i nt el l i gence pour qui l a
t ot al i t é des choses coéxi st ant es et des choses
successi ves n' est qu' une si mpl e unité ; cet t e
i nt el l i gence, di s- j e, aur oi t - el l e at t endu que l es
événemens l ' i nst r ui si ssent de ce qu' éxi geoi ent l a
conser vat i on et l a per f ect i on de son ouvr age ?
Le propre de l ' i nt el l i gence est d' ét abl i r des
rapports ent r e t out es l es choses. Pl us ces
r appor t s sont nombr eux, var i és, conspi r ans ; pl us
l a fin est nobl e, gr ande, él evée, et pl us i l y
a d' i nt el l i gence dans l ' aut eur de ces choses.
La r ai son ét er nel l e est essent i el l ement t out
harmonie . El l e a i mpr i mé cet august e car act èr e
à t out es ses oeuvr es. Tout es sont harmoniques
ent r ' el l es ; t out es l e sont à l ' uni ver s ent i er ;
t out es conspi r ent , conver gent
p252

à l a gr ande, à l a subl i me f i n, l e bonheur génér al ,
l e pl us gr and bonheur possi bl e de t ous l es êt r es
sent ans, et de t ous l es êt r es i nt el l i gens.
Ces vast es cor ps qui composent l es syst êmes
solaires n' ont pas ét é cr éés pour eux- mêmes ;
i l s n' ét oi ent que des amas i mmenses de mat i èr es
br ut es, i ncapabl es de sent i r l e bi enf ai t de l a


- 57 -
cr éat i on. I l s ont ét é cr éés pour l es êt r es sent ans
et pour l es êt r es i nt el l i gens qui devoi ent l es
habi t er , et y goût er chacun à sa mani èr e l es
douceur s de l ' éxi st ence.
I l f al l oi t donc que l es mondes f ussent en r appor t
l es uns avec l es aut r es ; que chaque monde f ut en
r appor t avec l es êt r es qui devoi ent l e peupl er ,
et que ces êt r es eux- mêmes f ussent en r appor t avec
l e monde qu' i l s devoi ent peupl er .
L' uni ver s est donc, en quel que sor t e, tout d' une
piéce : i l est un au sens l e pl us
phi l osophi que. Le gr and ouvr i er l ' a donc f or mé
d' un seul jet .
p253

La terre , cet t e par t i e infinitésimale de
l ' uni ver s, n' a donc pas r eçu dans un t ems, ce
qu' el l e ne possédoi t pas dans un aut r e. Au même
i nst ant qu' el l e f ut appel l ée du néant à l ' êt r e,
el l e r enf er moi t dans son sei n l es pr i nci pes de t ous
l es êt r es or gani sés et ani més, qui devoi ent l a
peupl er , l ' embel l i r , et modi f i er pl us ou moi ns sa
sur f ace.
J ' ent ens i ci par l es principes des êt r es
or gani sés, l es germes ou cor puscul es pr i mi t i f s
et or gani ques, qui cont i ennent t r ès en r accour ci
t out es l es par t i es de l a plante ou de
l ' animal f ut ur s.
J e conçoi s donc que l es germes de t ous l es
êt r es or gani sés, ont ét é originairement
const r ui t s ou cal cul és sur des rapports
déterminés aux di ver ses révolutions que
not r e pl anèt e devoi t subi r .
Ai nsi , en supposant , qu' el l e ét oi t appel l ée
à subi r t r oi s gr andes r évol ut i ons, j ' admet t r oi s
que l es ger mes des êt r es or gani sés cont enoi ent
dès l ' or i gi ne des choses, des pr i nci pes de
r épar at i on, éxact ement cor r espondans à ces t r oi s
r évol ut i ons.
p254

Si l ' on voul oi t admet t r e un pl us gr and nombr e
de r évol ut i ons ant ér i eur es à ce cahos dont
par l e l e t ext e sacr é ; j ' admet t r oi s aussi un
nombr e de principes de réparation éxact ement
pr opor t i onnel .
Ces principes ser ont donc t ouj our s des
germes , et ces ger mes aur ont ét é r enf er més
or i gi nai r ement l es uns dans l es aut r es.
Ne supposons que t r oi s r évol ut i ons. La t er r e vi ent
de sor t i r des mai ns du cr éat eur . Des causes
pr épar ées par sa sagesse f ont dével opper de t out es
par t s l es ger mes. Les êt r es or gani sés commencent
à j oui r de l ' éxi st ence. I l s ét oi ent pr obabl ement
al or s bi en di f f ér ens de ce qu' i l s sont
auj our d' hui . I l s l ' ét oi ent aut ant que l e pr emi er
monde di f f ér oi t de cel ui que nous habi t ons. Nous
manquons de moyens pour j uger de ces di ssembl ances,
et peut - êt r e que l e pl us habi l e


- 58 -
p255

nat ur al i st e qui aur oi t ét é pl acé dans ce pr emi er
monde, y aur oi t ent i ér ement méconnu nos pl ant es et
nos ani maux.
Chaque i ndi vi du soi t végétal , soi t animal ,
r enf er moi t donc un ger me indestructible par l es
causes qui devoi ent dét r ui r e l e cor ps grossier
de l ' i ndi vi du, et encor e par cel l es qui devoi ent
dét r ui r e l e pr emi er monde et l e conver t i r en
cahos .
Nous i gnor ons pr of ondément quel l es ont ét é l es
causes nat ur el l es qui ont dét r ui t l e pr emi er monde ;
comment et j usqu' à quel poi nt el l es ont agi sur l e
gl obe. I l ne nous r est e aucun monument cer t ai n d' une
si haut e ant i qui t é. Les di ver s f ai t s que l a
géogr aphi e physique r ecuei l l e sur ce suj et si
t énébr eux, l oi n de l ' écl ai r ci r un peu, n' of f r ent au
physi ci en que des quest i ons i nt er mi nabl es. Tout
ce que nous sçavons, et que nous appr enons de l a
genèse , c' est qu' au t ems du cahos , not r e
gl obe ét oi t ent i ér ement couver t d' eau, et qu' au
second jour, Dieu dit ; que les eaux
p256

qui sont au dessous des cieux soyent rassemblées
en un lieu, et que le sec paroîsse, et il fut
ainsi . L' hi st or i en du second monde aj oût e dans
son st yl e nobl e et conci s : et Dieu nomma le
sec, terre ; et l' amas des eaux, mer ; et Dieu
vit que cela étoit bon .
Nous ne sçavons donc poi nt , si l e pr emi er monde
avoi t ét é conver t i en cahos par un déluge
ou si ce dél uge n' ét oi t poi nt pl ut ôt l ' ef f et de l a
cause ou des causes qui avoi ent opér ées l a
r évol ut i on. Nous n' avons poi nt d' hi st or i en de ce
pr emi er monde.
Quoi qu' i l en soi t ; t ous l es êt r es or gani sés qui
peupl oi ent l e pr emi er monde f ur ent dét r ui t s, au
moi ns en appar ence, et t out f ut conf ondu dans cet
abî me d' eau qui couvr oi t l a t er r e.
On ent r evoi t assés pour quoi j e di s que l es êt r es
or gani sés du pr emi er monde, ne f ur ent dét r ui t s
qu' en apparence : i l s se conser vér ent dans ces
ger mes i mpér i ssabl es, dest i nés dès l ' or i gi ne des
choses à peupl er l e second monde.
p257

Le cahos se débr oui l l e : l es eaux se sépar ent
des cont i nens. la terre pousse son jet : elle
produit des herbes et des arbres portant leur
semence en eux-mêmes. Les eaux produisent en
abondance les poissons et les grandes baleines.
les oiseaux volent sur la terre vers l' étenduë des
cieux. La terre produit des animaux selon leur
espèce, le bétail, les reptiles.
ai nsi , par une sui t e des l oi x de l a sagesse
ét er nel l e, t out r epr end un nouvel êt r e. Un aut r e
or dr e de choses succède au pr emi er : l e monde est


- 59 -
r epeupl é, et pr end une nouvel l e f ace : l es ger mes
se dével oppent : l es êt r es or gani sés r et our nent à
l a vi e : l e r ègne or gani que commence une seconde
pér i ode, et l a f i n de cet t e pér i ode ser a cel l e du
second monde, de ce monde dont l ' apôt r e a di t ;
qu' il est réservé pour le feu, et auquel
succéderont de nouveaux cieux et une nouvelle
terre .
J e l e r épèt e ; not r e monde peut avoi r subi bi en
d' aut r es r évol ut i ons avant cel l e à l aquel l e i l doi t
son ét at act uel . Le r ègne or gani que pour r oi t donc
avoi r subi une sui t e de r évol ut i ons
p258

paralléles , et avoi r conser vé const amment
cet t e sor t e d' unité , qui f ai t de chaqu' espèce
un t out uni que, et t ouj our s subsi st ant ; mai s,
appel l é à r evêt i r de pér i odes en pér i odes de
nouvel l es f or mes ou de nouvel l es modalités .
Ces r évol ut i ons mul t i pl i ées aur ont modi f i é de pl us
en pl us l a f or me et l a st r uct ur e pr i mi t i ves des
êt r es or gani sés, comme el l es aur ont changé de pl us
en pl us l a st r uct ur e ext ér i eur e et i nt ér i eur e du
gl obe. J e l ' ai di t ; j e me per suade f aci l ement , que
si nous pouvi ons voi r un cheval , une poul e, un
ser pent sous l eur pr emi èr e f or me, sous l a f or me
qu' i l s avoi ent au t ems de l a cr éat i on, i l nous
ser oi t i mpossi bl e de l es r econnoî t r e. La der ni èr e
r évol ut i on appor t er a, sans dout e, de bi en pl us
gr ands changemens et au gl obe l ui - même et aux
di ver s êt r es qui l ' habi t ent .
L' ant i qui t é du monde pour r oi t êt r e beaucoup pl us
gr ande que nous ne sçaur i ons l ' i magi ner . I l n' est
pas bi en déci dé encor e, si l ' écliptique ne
t end pas cont i nuel l ement à s' appr ocher de
l ' équateur . Des obser vat i ons dél i cat es ont
par u pr ouver à un gr and ast r onome,
p259

que l ' obl i qui t é de l ' écl i pt i que di mi nue d' une
minute dans un si ècl e : ensor t e, que pour
ar r i ver de l ' obl i qui t é act uel l e à sa conf usi on
avec l ' équat eur , i l l ui f audr oi t pl us de cent
quar ant e mi l l e ans. En sui vant t ouj our s l a
même pr opor t i on, et en supposant 60 minutes
ou un degré pour si x mi l l e ans, ce cer cl e
aur oi t empl oyé deux mi l l i ons cent soi xant e mi l l e
ans à f ai r e l e t our ent i er en passant par l es
pol es. Et qui pour r oi t pr ouver qu' i l n' a pas f ai t
déj à pl usi eur s r évol ut i ons ent i èr es ?
J e suppr i me i ci cer t ai ns f ai t s d' hi st oi r e
nat ur el l e, qui sembl ent concour i r avec ces pr ésompt i ons
ast r onomi ques à donner au monde une pr odi gi euse
ant i qui t é ; j e voul oi s di r e une ef f r oyabl e
ant i qui t é.
I l ser oi t peu r ai sonnabl e, d' al l éguer cont r e cet t e
ant i qui t é du monde, l a nouveaut é des peupl es, cel l e
des sci ences et des ar t s, et t out l ' appar ei l de l a
chr onol ogi e sacr ée. J e sui s i nf i ni ment él oi gné de


- 60 -
voul oi r i nf i r mer l e moi ns du monde cet t e
chr onol ogi e : j e sçai s qu' el l e est l a baze l a pl us
sol i de de l ' hi st oi r e anci enne : mai s,
l ' i nf i r mer oi s- j e, en avançant
p260

qu' el l e n' est que cel l e d' une r évol ut i on
par t i cul i èr e de not r e monde, et qu' el l e ne pouvoi t
s' ét endr e au del à. S' i l y avoi t des ast r onomes
dans l a pl anèt e de Vénus ou dans cel l e de
Mars avant l a r évol ut i on dont i l s' agi t , i l s
ont pu sçavoi r quel que chose des r évol ut i ons
ant ér i eur es. Nous- mêmes nous en ser ons
pr obabl ement i nst r ui t s, quand nous ser ons i nt r odui t s
dans cet heur eux séj our pour l equel nous sommes
f ai t s, et ver s l equel doi vent t endr e nos dési r s l es
pl us vi f s. C' est - l à, que nous l i r ons dans l ' hi st oi r e
des mondes, cel l e de l a pr ovi dence ; que nous
cont empl er ons sans nuages l es mer vei l l es de ses
oeuvr es, et que nous admi r er ons cet t e sui t e
ét onnant e de r évol ut i ons ou de mét amor phoses, qui
changent gr aduel l ement l ' aspect de chaque monde
et di ver si f i e sans cesse l es décor at i ons de
l ' uni ver s.
Si Di eu est immuable ; si ce qu' i l a voul u,
i l l e veut encor e et l e voudr a t ouj our s ; s' i l
a cr éé l ' uni ver s par un seul act e de sa vol ont é ;
s' i l n' y a poi nt de nouvel l e cr éat i on ; si t out
est r évol ut i on, dével oppement , changement de
f or mes ; si Di eu a voul u de t out e ét er ni t é cr éer
l ' uni ver s ; . . . j e sui s
p261

éf f r ayé. . . mes sens se gl acent . . . j e m' ar r êt e. . .
j e r ecul e d' ef f r oi . . . j e sui s sur l e bor d du pl us
épouvant abl e abî me.
. . . ô ét er ni t é ! ét er ni t é ! Qui as pr écédé
l e t ems, qui l ' engl out i r as comme un gouf f r e ; qui
absor bes l es concept i ons de t out es l es
i nt el l i gences f i ni es. . . ét er ni t é ! Un f oi bl e
mor t el , un at ome pensant ose t e nommer , et t on
nomest t out ce qu' i l connoî t de t oi .
Qui pour r oi t ni er , que l a pui ssance absol ue ai t pu
r enf er mer dans l e pr emi er ger me de chaque êt r e
or gani sé l a sui t e des ger mes cor r espondans aux
di ver ses r évol ut i ons que not r e pl anèt e ét oi t
appel l ée à subi r ? Le mi cr oscope et l e scal pel ne
nous mont r ent - i l s pas l es génér at i ons emboî t ées
l es unes dans l es aut r es ? Ne nous mont r ent - i l s
pas l e bouton ménagé de l oi n sous l ' écor ce, l e
pet i t ar br e f ut ur r enf er mé dans ce bout on ; l e
papillon , dans l a chenille ; l e poulet ,
dans l ' oeuf ; cel ui - ci dans l ' ovaire ?
Nous connoi ssons des
p262

espèces qui subi ssent un assés bon nombr e de
métamorphoses , qui f ont r evêt i r à chaque
i ndi vi du des f or mes si var i ées, qu' el l es par oî ssent


- 61 -
en f ai r e aut ant d' espèces di f f ér ent es. Not r e
monde a ét é appar emment sous l a f or me de ver ou de
cheni l l e : i l est à pr ésent sous cel l e de
chr ysal i de : l a der ni èr e r évol ut i on l ui f er a
r evêt i r cel l e de papi l l on.
J ' admet s donc, comme l ' on voi t , un
parallélisme par f ai t ent r e l e syst ême
astronomique et l e syst ême organique ;
ent r e l es di ver s états de l a t er r e, consi dér ée
comme planète ou comme monde , et l es
di ver s états des êt r es qui devoi ent peupl er
ce monde.
Ce par al l él i sme me par oî t t out aussi nat ur el ,
que cel ui que nous obser vons ent r e l e
développement , et l es di ver s degr és de
température , qui l ' accèl ér ent , l e r et ar dent ou
l e suspendent . Voyés comment l ' évolution et l a
propagation des pl ant es et des ani maux ont ét é
enchaî nées aux vi ci ssi t udes pér i odi ques des
saisons . Tout est gr adat i on, r appor t , cal cul
dans l ' uni ver s, et c' ét oi t t r ès phi l osophi quement ,
que l e Pl at on de l a Ger mani e appel l oi t l ' aut eur
de l ' uni ver s, l ' ét er nel géomèt r e.
PARTIE 7

p263

I dées de Lei bni t z.
Obser vat i ons sur ces i dées.
J ugement sur ce phi l osophe.
Tel est en r accour ci l e poi nt de vuë sous l equel
j e me pl ai s à consi dér er l ' uni ver s : t el l e est l a
vast e et i nt ér essant e per spect i ve que j e vi ens
d' ouvr i r aux yeux du l ect eur phi l osophe. Cet écr i t ,
que j e consacr e à l ' accr oî ssement des pl ai si r s l es
pl us nobl es de l a r ai son humai ne, ser a, si l ' on
veut , une espèce de l unet t e à l ongue vuë, avec
l aquel l e
p264

mon l ect eur ai mer a, sans dout e, à cont empl er
l ' i mmensi t é et l a beaut é des oeuvr es du
t out - pui ssant . Combi en dési r er oi s- j e, que l es
ver r es de cet t e l unet t e, eussent ét é t r avai l l és
par une mei l l eur e mai n ! J ' aur ai au moi ns t r acé
l a const r uct i on de l ' i nst r ument : des opt i ci ens
pl us habi l es l e per f ect i onner ont .
Pl us j e m' ar r êt e à cont empl er cet t e r avi ssant e
per spect i ve, et à par cour i r ces t r ésor s
i népui sabl es d' i nt el l i gence et de bont é ; et pl us
j e m' ét onne que des phi l osophes, si capabl es de
s' él ever au dessus des opi ni ons communes, ayent pu
sout eni r un i nst ant l ' anéant i ssement des ani maux.
Combi en cet t e opi ni on est - el l e peu f ondée en bonne
phi l osophi e ! Combi en est - el l e mesqui ne ! Combi en
r esser r e- t - el l e cet t e bont é ador abl e, qui comme
un f l euve i mmense, t end à i nonder de bi ens t out es
l es cr éat ur es vi vant es !
J e ne f er ai poi nt à un aut eur anonyme, l e r epr oche


- 62 -
que j e vi ens de f ai r e à quel ques écr i vai ns,
peut - êt r e moi ns phi l osophes que l ui ; mai s, moi ns
har di s et pl us ci r conspect s. J e
p265

par l e de l ' aut eur d' un essai de psychologie ,
qui par ut en 1755, et dont l e st yl e souvent t r op
r api de et t r op conci s, a pu dér ober à bi en des
l ect eur s des pr i nci pes, dont j ' ai pr of i t é dans
quel ques- uns de mes écr i t s, et que j ' ai t âché de
met t r e dans un j our pl us l umi neux. Si j amai s cet
aut eur publ i e une seconde édi t i on de son l i vr e,
j e ne sçaur oi s assés l ' exhor t er à en r et oucher
avec soi n di ver s endr oi t s, qui ne m' ont pas par u
éxact s, et dont i l ser oi t t r op f aci l e d' abuser .
La phi l osophi e et l a bi enveui l l ance uni ver sel l e
de cet aut eur ne l ui per met t oi ent pas d' admet t r e
l ' anéant i ssement des br ut es. I l s' est él evé avec
vi vaci t é cont r e cet t e opi ni on et a même i nsi nué
t r ès cl ai r ement cet t e restitution future des
ani maux, dont j e me sui s occupé dans cet écr i t . J e
doi s t r anscr i r e i ci ses pr opr es t er mes.
" l ' ent endement des bêt es, mai nt enant si
p267

r esser r é, s' ét endr a peut - êt r e quel que j our . . . et c. "
l a mét aphysi que subl i me du gr and Lei bni t z, ne
pouvoi t manquer de l ui per suader l e dogme
phi l osophi que de l a survivance de t out es l es
ames ; et l eur uni on per pét uel l e à des cor ps
organiques : aussi a- t - i l sout enu ouver t ement
l ' un et l ' aut r e en di ver s endr oi t s de ses écr i t s :
mai s ; i l s' en f aut beaucoup, qu' i l se soi t
expl i qué aussi di ser t ement que not r e psychol ogue
sur l a restitution et l e perfectionnement
f ut ur s des ani maux. J e pr i e qu' on me passe ce mot
de perfectionnement ; i l r end ma pensée.
J e sui s dans l ' obl i gat i on de met t r e i ci sous l es
yeux de mes l ect eur s quel ques passages de
Lei bni t z, qui l es ai der ont à j uger de ses
p268

pr i nci pes sur cet t e bel l e mat i èr e, du degr é de
dével oppement qu' i l l eur avoi t donné, et du
poi nt dont i l ét oi t par t i . D' ai l l eur s, comme l ' on
pour r oi t soupçonner , que j ' ai pui sé chés ce gr and
homme l a pl ûpar t de mes i dées sur l ' ét at passé
et futur des ani maux, i l ser a bon qu' on pui sse
compar er sa mar che avec l a mi enne, ses pr i nci pes
avec l es mi ens, et j uger de l eur s di f f ér ences.
" quel ques phi l osophes, di t - i l , n' ont poi nt osé
admet t r e l a subst ance et l ' i ndest r uct i bi l i t é des
ames des bêt es. . . et c. "
p269

j e par l er ai bi ent ôt de l ' ef f et de l a moralité
à l ' égar d de l a restitution future de l ' homme.
Mai s ; qu' i l me soi t per mi s de r el ever i ci en


- 63 -
passant , l ' i l l ust r e mét aphysi ci en, dont j e
t r anscr i s l es par ol es. Ne l ai sse- t - i l poi nt t r op
ent endr e, que l a conservation de l a per sonnal i t é
suppose l a conscience réfléchie ? Ne devoi t - i l
pas di st i nguer i ci deux sor t es de personnalité ?
J ' avoi s f ai t cet t e di st i nct i on phi l osophi que dans
mon essai analytique . " i l f aut , avoi s- j e di t ,
di st i nguer deux sor t es de personnalité : l a
pr emi èr e est cel l e qui r ésul t e si mpl ement de l a
liaison que l a réminiscence met ent r e
l es sensat i ons antécédentes et l es sensat i ons
subséquentes , en ver t u de l aquel l e l ' ame a
l e sent i ment des changemens d' ét at par l esquel s
el l e passe. "
" l a seconde espèce de personnalité est cet t e
p270

per sonnal i t é réfléchie ; qui consi st e dans ce
r et our de l ' ame sur el l e- même, par l equel sépar ant
en quel que sor t e de soi ses pr opr es sensat i ons,
el l e réfléchit que c' est el l e qui l es éprouve ,
ou qui l es a éprouvées . L' êt r e qui posséde
une t el l e per sonnal i t é appel l e moi ce qui est
en l ui qui sent ; et ce moi s' i ncor por ant ,
pour ai nsi di r e, à t out es l es sensat i ons, se l es
approprie t out es, et n' en compose qu' une même
éxistence . "
j ' aj oût oi s ; " on pour r oi t nommer improprement
dite , l a pr emi ér e espèce de personnalité ,
par opposi t i on à cel l e de l a seconde espèce ; et
cet t e per sonnal i t é improprement dite , par oî t
conveni r aux animaux , et même à ceux qui sont
l e moi ns él evés dans l ' échel l e. "
j e di soi s encor e, en r el evant une er r eur du
psychol ogue que j ' ai ci t é ci - dessus ; " en vai n l e
singe seroit-il éleve à la sphère de l' homme ,
s' i l ne conser voi t aucun sent i ment de son pr emi er
ét at : ce ne ser oi t pl us l e
p271

même êt r e, ce ser oi t un autre êt r e. I l
en ser oi t de même de nous si l a mort r ompoi t
t out e l i ai son ent r e not r e ét at terrestre et
cet ét at gl or i eux auquel nous sommes appel l és. "
j e r emar quer ai enf i n, que l a mani èr e dont Lei bni t z
s' expr i me i ci sur l ' ame des bêt es, ne donne pas
l i eu de penser qu' i l eut dans l ' espr i t ce
perfectionnement que j ' ai cr u pouvoi r admet t r e.
I l cont i nuë : " ce mal ent endu sur l a di f f ér ence de
l ' indestructibilité et de l ' immortalité
des ames, . . . et c. "
p272

j e f er ai obser ver i ci , qu' i l ne s' agi t pas dans mes
i dées, de l a simple conservation des ames ; mai s,
qu' i l y est sur t out quest i on de l a
perfectibilité et du perfectionnement futur
de t ous l es êtres-mixtes . Quand Lei bni t z
compar e i ci l a conser vat i on ou l a durée des


- 64 -
ames à cel l e des atomes , i l me sembl e qu' i l
r est e t r op au dessous du poi nt où ses pr i nci pes
devoi ent nat ur el l ement l e condui r e. I l est bi en
cl ai r qu' un atome , non pl us qu' une ame , ne
sçaur oi ent êt r e anéantis que par l a même
pui ssance qui l es a cr éés. Ceci devi ent pl us
évi dent encor e, quand on n' admet dans l a nat ur e,
avec not r e phi l osophe, que des subst ances
absol ument simples ; car des subst ances éxempt es
de t out e composition , ne peuvent êt r e
décomposées ou dét r ui t es par aucune
cause seconde.
" or , comme j ' ai me des maxi mes qui se
soût i ennent , . . . et c. "
p274

j ' ai du pl ai si r à voi r not r e gr and mét aphysi ci en
adopt er si cl ai r ement une préformation
organique et une prééxistence cor r él at i ve
des ames . S' i l eut connu t out es l es découver t es
moder nes qui sembl ent concour i r à ét abl i r cet t e
admi r abl e pr éf or mat i on, avec quel empr essement ne
s' en ser oi t - i l pas sai si pour ét ayer son bel
édi f i ce ! I l avoi t embr assé avi dement l es opi ni ons
d' Har t soeker et de Levenhoeck sur l es
animalcules spermatiques , par ce qu' i l y
r et r ouvoi t cet t e préorganisation qui
f avor i soi t son harmonie universelle .
C' est avec f ondement , qu' i l i nsèr e de cet t e
pr éor gani sat i on, que ce que nous appellons
génération d' un animal, n' est qu' une
transformation et une augmentation . Les
t r ansf or mat i ons si r emar quabl es du poulet , l ui
aur oi ent donc par u une démonst r at i on r i gour euse
de cet t e gr ande vér i t é. I l admet t oi t d' ai l l eur s
l ' emboîtement des germes l es uns dans l es
aut r es. I l s' expl i que l ui - même t r ès net t ement sur
ce poi nt , dans cet t e excel l ent e pr éf ace qu' i l a
mi se à l a t êt e de sa théodicée , et que j e ne
pui s t r op exhor t er mon l ect eur à l i r e et à médi t er ,
comme l e mei l l eur abr égé de dévot i on phi l osophi que
et chr ét i enne. " l e méchani sme, di t - i l dans cet t e
pr éf ace, suf f i t pour pr odui r e l es cor ps or gani ques ;
. . . et c. "
p275

not r e phi l osophe ét oi t t r op conséquent , pour
ne pas admet t r e l a prééxistence des ames dans
l es t out s or gani ques, dès qu' i l admet t oi t l a
pr éf or mat i on de ces t out s. I l a donc r ai son
d' aj oût er ; ainsi, puisque le même corps étoit
déjà organisé, il est à croire qu' il étoit déjà
animé, et qu' il avoit la même ame . C' est
encor e une conséquence t r ès nat ur el l e que cel l e
qu' i l t i r e ensui t e de l a pr ééxi st ence des cor ps
or gani sés et de l eur s ames : de même , di t - i l ,
que je juge vi ce ver sa de la conservation de
l' ame, lorsqu' elle est créée une fois, que
l' animal est conservé aussi, et que la mort


- 65 -
apparente n' est qu' un enveloppement .
Nous ne voyons poi nt i ci , ce que Lei bni t z a
ent endu par cet enveloppement , qui const i t ue,
sel on l ui , l a mort apparente . J ' ai eu
aut r ef oi s une i dée, qui me par oî t se r appr ocher
p276

de l ' enveloppement leibnitien , que j e ne
connoi ssoi s pas al or s. J e vai s l ' exposer en
r accour ci : el l e ser vi r a, si l ' on veut , de
comment ai r e au t ext e f or t obscur de not r e aut eur .
J ' ai donné dans l es hui t pr emi er s chapi t r es de
mon l i vr e des corps organisés mes pr emi èr es
médi t at i ons sur l a génération et sur l e
développement . J ' ét oi s j eune encor e l or sque j e
me l i vr oi s à ces médi t at i ons. J e sui voi s mon obj et
à l a l ueur des f ai t s que j ' avoi s r assembl és et que
j e compar oi s. Les découver t es hallériennes sur
l e poulet n' avoi ent pas ét é f ai t es, et ce sont
pr i nci pal ement ces découver t es qui m' ont val u l es
connoi ssances l es pl us éxact es, et qui en
conf i r mant pl usi eur s de mes anci ennes i dées, m' ont
donné l i eu de pénét r er pl us avant dans un des pl us
pr of onds myst èr es de l a nat ur e.
J ' avoi s d' abor d posé pour pr i nci pe f ondament al ,
que r i en n' ét oi t engendré ; que t out ét oi t
or i gi nai r ement préformé , et que ce que nous
nommons génération n' ét oi t que l e si mpl e
p277

développement de ce qui pr ééxi st oi t sous une
f or me i nvi si bl e et pl us ou moi ns di f f ér ent e de
cel l e qui t ombe sous nos sens.
J e supposoi s donc, que t ous l es cor ps or gani sés
t i r oi ent l eur or i gi ne d' un germe , qui cont enoi t
t r ès en pet i t l es élémens de t out es l es par t i es
organiques .
J e me r epr ésent oi s l es él émens du ger me comme l e
fond primordial sur l equel l es mol écul es
alimentaires al l oi ent s' appl i quer pour
augment er en t out sens l es di mensi ons des par t i es.
J e me f i gur oi s l e ger me comme un ouvr age à
rézeau : l es él émens en f or moi ent l es mailles :
l es mol écul es al i ment ai r es en s' i ncor por ant dans
ces mai l l es t endoi ent à l es aggr andi r , et
l ' apt i t ude des él émens à gl i sser l es uns sur l es
aut r es l eur per met t oi t de céder pl us ou moi ns à
l a force secr et t e qui chassoi t l es mol écul es
dans l es mai l l es et f ai soi t ef f or t pour l es ouvr i r .
J e r egar doi s l a l i queur fécondante , non
seul ement comme un f l ui de t r ès act i f , t r ès
pénét r ant ; mai s encor e comme un f l ui de
alimentaire , dest i né à f our ni r au ger me sa
pr emi èr e
p278

nour r i t ur e, une nour r i t ur e appr opr i ée à l a f i nesse
et à l a dél i cat esse ext r êmes de ses par t i es.
J e pr ouvoi s cet t e qual i t é nour r i ci èr e de l a l i queur


- 66 -
f écondant e par l es modi f i cat i ons consi dér abl es
qu' el l e occasi onne dans l ' i nt ér i eur du mulet .
J e pensoi s donc, que l a l i queur f écondant e ét oi t
t r ès hétérogène , et qu' el l e cont enoi t une
i nf i ni t é de mol écul es r él at i ves à l a nat ur e et
aux pr opor t i ons des di f f ér ent es par t i es du ger me.
J e pl açoi s ai nsi dans cet t e l i queur l e pr i nci pe de
l ' évolution du t out or gani que, et des
modifications pl us ou moi ns mar quées qui l ui
sur venoi ent par une sui t e du concour s des séxes .
J ' excl uoi s donc t out e f or mat i on nouvelle :
j e n' admet t oi s que l es ef f et s i mmédi at s ou médi at s
d' un organisme préétabli , et j ' essayoi s de
mont r er comment i l pouvoi t suf f i r e à t out .
" à par l er éxact ement , di soi s- j e ar t 83 ; l es
él émens ne f or ment poi nt l es cor ps or gani sés :
i l s ne f ont que l es dével opper , ce qui s' opèr e par
l a nutrition . L' or gani sat i on pr i mi t i ve
p279

des ger mes dét er mi ne l ' ar r angement que l es
at omes nour r i ci er s doi vent r ecevoi r pour deveni r
par t i es du t out or gani que.
" un sol i de non- or gani sé est un ouvr age de
marquetterie , ou de pi èces de r appor t . Un
sol i de or gani sé est une ét of f e f or mée de
l ' ent r el acement de di f f ér ens f i l s. Les f i br es
élémentaires avec l eur s mailles , sont l a
chaîne de l ' ét of f e ; l es at omes nour r i ci er s qui
s' i nsi nuent dans ces mai l l es sont l a trême . Ne
pr essés pour t ant pas t r op ces compar ai sons. "
sur ces pr i nci pes, qui me par oî ssoi ent pl us
phi l osophi ques que ceux qui avoi ent ét é adopt és
j usqu' à moi ; j ' ét oi s venu à envi sager l a mort
comme une sor t e d' enveloppement , et l a
résurrection , comme un second développement ,
i ncompar abl ement pl us r api de que l e pr emi er .
Voi ci l a mani èr e assés si mpl e et assés cl ai r e
dont j e concevoi s l a chose. J e consi dér oi s l e
t out or gani que, par venu à son par f ai t accr oî ssement ,
comme un composé de ses par t i es originelles
ou élémentaires , et des mat i èr es étrangères
que l a nutrition l eur avoi t associ ées pendant
t out e l a dur ée de l a vi e.
p280

J ' i magi noi s que l a décomposition qui sui t l a
mort , ext r ai soi t , pour ai nsi di r e, du t out
or gani que, ces mat i èr es ét r angèr es que l a nut r i t i on
avoi t associ ées aux par t i es const i t uant es,
primitives et indestructibles de ce t out :
que pendant cet t e sor t e d' ext r act i on, ces par t i es
t endoi ent à se r appr ocher de pl us en pl us l es
unes des aut r es ; à r evêt i r de nouvel l es f or mes,
de nouvel l es posi t i ons r espect i ves, de nouveaux
ar r angemens ; en un mot , à r eveni r à l ' ét at
primitif de germe et à se concent r er
ai nsi en un poi nt .
Sui vant cet t e pet i t e hi pot hése, qui me sembl oi t


- 67 -
t out e à moi , j ' expl i quoi s assés heur eusement en
appar ence, et d' une mani èr e pur ement physique l e
dogme si consol ant et si phi l osophi que de l a
résurrection . I l me suf f i soi t pour cel a de
supposer qu' i l éxi st oi t des causes naturelles ,
pr épar ées de l oi n par l ' aut eur bi enf ai sant de not r e
êt r e, et dest i nées à opér er l e développement
r api de de ce t out or gani que caché sous l a f or me
i nvi si bl e de ger me, et conser vé ai nsi par l a
sagesse pour l e j our de cet t e gr ande mani f est at i on.
Une obj ect i on sai l l ant e, et à l aquel l e j e
p281

n' avoi s poi nt d' abor d songé, vi nt dét r ui r e en
un moment t out ce syst ême, qui commençoi t à me
pl ai r e beaucoup : c' ét oi t cel l e qui se t i r oi t des
hommes qui ont ét é mutilés ; qui ont per du l a
t êt e, une j ambe, un br as, et c. Comment f ai r e
ressusciter ces hommes avec des membr es que l eur
germe n' aur oi t pl us ? Comment l eur f ai r e
r et r ouver cet t e t êt e où j e pl açoi s l e siège
de l a personnalité ?
I l me r est oi t bi en l a r essour ce de supposer , que l e
germe dont i l s' agi t r enf er moi t une aut r e
tête , pr épar ée en ver t u de l a pr esci ence
di vi ne : mai s, cet t e t êt e aur oi t l ogé une aut r e
ame ; el l e aur oi t const i t ué une aut r e personne ,
et i l s' agi ssoi t de conser ver l a personnalité
du pr emi er individu .
J e n' hési t ai donc pas un i nst ant à abandonner une
hypot hèse, que j e n' aur oi s pu sout eni r qu' à
l ' ai de de supposi t i ons qui aur oi ent choqué pl us
ou moi ns l a vr ai sembl ance. La nat ur e est si
si mpl e dans ses voyes, qu' une hypot hèse per d
de sa pr obabi l i t é à pr opor t i on qu' el l e devi ent
pl us compl i quée.
Bi ent ôt apr ès, des médi t at i ons pl us appr of ondi es
p282

sur l ' oeconomi e de not r e êt r e, m' ouvr i r ent une
nouvel l e r out e, qui me condui si t à des i dées pl us
pr obabl es sur l e physique de l a résurrection .
Ce sont ces i dées que j ' ai exposées en dét ai l dans
l e chapi t r e xxi v de mon essai analytique , et
f or t en abr égé dans l e chapi t r e xi i i de l a par t i e
i v de ma contemplation .
Ceux de mes l ect eur s, qui aur ont un peu médi t é
ces i dées, convi endr ont sans pei ne, qu' el l es
n' ont r i en de commun avec cet enveloppement
dont par l e Lei bni t z. I l est mani f est e qu' i l
l ' oppose au développement ou à ce qu' i l nomme
une augmentation dans l e t out or gani que
préformé . Or , un cor ps or gani sé est di t se
développer , quand t out es ses par t i es
s' ét endent en t out sens par l ' intus-susception
de mat i èr es étrangères . Ce cor ps ne peut donc
êt r e di t s' envelopper , que l or s qu' i l r evi ent à
son pr emi er ét at , en se cont r act ant , en se
r epl i ant sur l ui - même ou aut r ement .


- 68 -
Mon hypot hèse n' admet , comme l ' on sçai t , aucune
sor t e d' enveloppement . El l e suppose que l e
corps futur , l ogé dès l e commencement dans l e
cor ps gr ossi er ou terrestre , est l e vér i t abl e
p283

siège de l ' ame. J e ne pui s assés m' ét onner
qu' un i nt er pr êt e t r ès moder ne de Lei bni t z l ui
ai t at t r i bué une hypot hèse qu' i l ne pouvoi t avoi r ,
pui squ' el l e r eposoi t en der ni er r essor t sur une
découver t e qui n' avoi t pas ét é f ai t e en son t ems.
C' est ce qu' on ver r a pl us en dét ai l dans une l et t r e
que j ' ai écr i t e sur ce suj et aux aut eur s de l a
bibliothèque des sciences , qu' i l s ont publ i ée
dans ce j our nal , et que j ' ai cr u devoi r i nsér er
dans ces opuscules .
Mai s ; sui vons un peu pl us l oi n not r e i l l ust r e
mét aphysi ci en : i l pour sui t ai nsi . " apr ès avoi r
ét abl i un si bel or dr e, . . . et c. "
p285

not r e aut eur se décl ar e donc i ci pl us ouver t ement
encor e en f aveur de l ' hypot hèse de l ' emboîtement
des germes . Sa r ai son ne s' ef f r ayoi t poi nt des
cal cul s par l esquel s on ent r epr end de combat t r e
cet emboî t ement , et cet t e r ai son ét oi t cel l e du
pr emi er mét aphysi ci en et du second mat hémat i ci en
du si écl e. I l pensoi t que t out es l es ames avoi ent
t ouj our s pr ééxi st é dans une manière de corps
organisé ; et son gr and pr i nci pe de l a raison
suffisante l ui per suadoi t qu' el l es demeur er oi ent
uni es apr ès l a mor t à un t out or gani que : n' y
ayant point d' apparence , di soi t - i l , que dans
l' ordre de la nature il y ait des ames
entièrement séparées de tout corps . Mai s ; i l
ne s' ét oi t poi nt expl i qué sur l a nat ur e de ce
cor ps futur , sur son lieu , sur ses
rapports avec l ' anci en cor ps, et c. On voi t
même par ce qui a ét é di t ci - dessus, qu' i l
par oî ssoi t cr oi r e que ce ser oi t l e même cor ps ;
mai s concentré ou enveloppé . ce que nous
appellons génération, avoi t - i l di t ,
p286

n' est qu' une augmentation ; la mort apparente
n' est qu' un enveloppement .
J e ne f er ai aucune r emar que sur ce
parallélisme de l a nature et de l a grace ,
par l equel not r e aut eur ent r epr enoi t d' expl i quer
phi l osophi quement l e péché originel . Ce poi nt
de t héol ogi e n' ent r e pas dans mon pl an. On peut
consul t er l à- dessus l a i r e par t i e de l a
théodicée .
I l y a dans l e passage que j ' éxami ne, un endr oi t
qui me sur pr endr oi t , si j e connoi ssoi s moi ns l a
mani èr e de phi l osopher de l ' aut eur . il a de la
peine à concevoir, qu' il y ait un moyen naturel
d' élever une ame sensitive au degré d' ame
raisonnable . I l par oî t pr éf ér er d' admet t r e ;


- 69 -
que Dieu a donné la raison à cette ame par une
opération particulière, ou si l' on veut, par une
espéce de transcréation .
J ' ai empl oyé pr esque t out mon essai analytique
à mont r er comment un êt r e, d' abor d si mpl ement
sensitif ou sent ant , peut s' él ever par des
moyens naturels à l a qual i t é d' êt r e
raisonnable ou pensant . On pour r a ne consul t er
que l es chapi t r es xv, xvi , xxv, xxvi .
p287

J ' aur oi s pr i s avec Lei bni t z l ' i nver se de l a
quest i on, et j e l ui aur oi s demandé, si quand
son ame aur oi t ét é l ogée dans l a t êt e d' un l i maçon,
el l e y aur oi t enf ant é l a théodicée ? La nat ur e
des or ganes, l eur nombr e, l a mani èr e dont i l s sont
mi s en j eu par l es obj et s, par l es ci r const ances,
et sur t out par l ' éducat i on dét er mi nent donc
naturellement l e dével oppement , l ' éxer ci ce
et l e per f ect i onnement de t out es l es f acul t és de
l ' ame. L' ame du gr and Lei bni t z uni e à l a t êt e
d' un l i maçon en aur oi t - el l e moi ns ét é une ame
humaine : en aur oi t - el l e moi ns possédé ces
admi r abl es f acul t és qui se sont dével oppées avec
t ant d' écl at dans l es par t i es l es pl us
t r anscendant es de l a mét aphysi que et des
mat hémat i ques ? I l ne me r est e pl us r i en à di r e
sur ce suj et , apr ès t out ce que j ' ai exposé si au
l ong dans l es ar t i cl es xv, xvi , xvi i , xvi i i de mon
analyse abrégée .
Pour quoi donc r ecour i r i ci , avec not r e aut eur , à
une opération particulière de Dieu ou à une
espèce de transcréation , qui est l a chose du
monde l a pl us obscur e ? I l avoi t l ui - même si bi en
di t ; qu' il ne paroîssoit pas raisonnable, que
tout se fit dans l' homme par miracle par rapport
à son ame .
p288

Combi en ceci est - i l si mpl e ! Combi en est - i l
évi dent ! Une ame sensitive , comme l a nomme
Lei bni t z, est une ame qui n' a que de pur es
sensations : une ame raisonnable opèr e
sur ses sensat i ons, et en dédui t par l a r éf l éxi on
des notions de t out genr e. La pr emi èr e enf ance
n' est - el l e pas un ét at de pure animalité , pour
me ser vi r encor e des t er mes de l ' aut eur ? Et
pour t ant n' est - i l pas t r ès vr ai , que l ' homme
s' él ève, par des moyens purement naturels aux
connoi ssances l es pl us subl i mes de l ' êt r e
intelligent ? N' appr éci ons- nous pas l ' ef f i cace
de ces moyens ? N' en f ai sons- nous pas chaque
j our l a pl us sûr e et l a pl us heur euse appl i cat i on ?
L' ef f et ne cor r espond- i l pas i ci à sa cause
naturelle ? L' ét at de l ' ame n' est - i l pas
éxact ement r él at i f à cel ui des or ganes ? Tandi s
que l es or ganes sont encor e d' une f oi bl esse
ext r ême, comme i l s l e sont dans l e foetus ,
l ' ame n' a que des sensat i ons f oi bl es, conf uses,


- 70 -
passagér es : el l e en acqui er t de pl us vi ves, de
pl us cl ai r es, de pl us dur abl es à mesur e que l es
or ganes se f or t i f i ent . D' où i l est f aci l e de j uger
combi en l es sensat i ons doi vent êt r e sourdes
et t r ansi t oi r es dans l ' ét at de germe . On peut
même concevoi r un t ems où l a f acul t é sensitive
est absol ument sans éxer ci ce ; car i l y a i ci des
p289

degr és à l ' i ndéf i ni , depui s l ' i nst ant de l a
création j usqu' à cel ui de l a conception ,
et depui s cel l e- ci j usqu' à l ' ét at de l a pl us
gr ande per f ect i on.
Si donc l ' homme peut passer par des moyens
purement naturels , de l ' ét at si abj ect de
si mpl e animal , à l ' ét at si r el evé d' êt r e
intelligent ; pour quoi des moyens sembl abl es ou
anal ogues ne pour r oi ent - i l s él ever un j our l a
br ut e à l a sphèr e de l ' homme ?
I l ne ser oi t pas phi l osophi que d' obj ect er , que
l ' ame de l ' homme envel oppoi t dès son or i gi ne des
f acul t és qui r endoi ent son él évat i on possible ,
et qu' i l n' en est pas de même de l ' ame de l a
brute . Cr oi r a- t - on que l ' ame d' un i mbéci l l e
n' envel oppoi t pas l es mêmes f acul t és ? Si l ' on
voul oi t chi caner l à- dessus, j e me r et our ner oi s
aussi - t ôt , et j e demander oi s, si un coup de
mar t eau donné sur l e cr âne d' un sçavant , et qui l e
t r ansf or me subi t ement en i mbéci l l e, enl éve à son
ame ces bel l es f acul t és qu' el l e éxer çoi t un moment
aupar avant ?
I l éxi st oi t un assés gr and ouvr age mét aphysi que
p290

de Lei bni t z, qui ét oi t demeur é l ongt ems caché dans
l a bi bl i ot héque d' Hanovr e, et que nous devons au
zèl e et aux soi ns écl ai r és de Mr Raspe, qui l ' a
publ i é en 1765. J e veux par l er des nouveaux
essais sur l' entendement humain . J e n' en
ci t er ai que quel ques passages, qui suf f i r ont pour
achever de f ai r e connoî t r e à mes l ect eur s l es i dées
et l a mani èr e de l ' aut eur . I l s y r et r ouver ont l a
même doct r i ne sur l es ames , qui a ét é ét abl i e
dans l a théodicée .
L' aut eur pr ésent e dans son avant-propos un
t abl eau de ses i dées sur l ' uni ver s, sur l ' homme,
sur l es ames, et sur di ver s aut r es poi nt s
i nt ér essans de phi l osophi e r at i onnel l e. Tout cel a
mér i t e f or t d' êt r e l u et médi t é : i l y r ègne par
t out cet ai r d' or i gi nal i t é que not r e excel l ent
mét aphysi ci en sçavoi t si bi en donner aux suj et s
qu' i l mani oi t . La sui t e de ses pensées
l ' achemi nant à par l er de l ' uni on per pét uel l e des
ames à des cor ps or gani ques, i l s' expr i me ai nsi .
p291

" j e cr oi s avec l a pl upar t des anci ens, que t ous
l es géni es, t out es l es ames, t out es l es subst ances
si mpl es cr éées, sont t ouj our s j oi nt es à un cor ps,


- 71 -
et qu' i l n' y a j amai s des ames qui en soi ent
ent i èr ement sépar ées. J ' en ai des r ai sons a
priori . "
Lei bni t z ai moi t à f ai r e r evi vr e l es opi ni ons des
anci ens, et à l es met t r e en val eur : mai s, el l es
pr enoi ent ent r e ses mai ns une f or me si nouvel l e,
qu' on peut di r e avec vér i t é, qu' apr ès qu' i l l es
avoi t t r avai l l ées, ce n' ét oi ent pl us l es opi ni ons
des anci ens. Son cer veau ét oi t un moul e admi r abl e
qui embel l i ssoi t et ennobl i ssoi t t out es l es f or mes.
I l f ai soi t bi en de l ' honneur à l ' anci enne écol e
en l a par ant ai nsi de ses pr opr es i nvent i ons, et
on se t r omper oi t beaucoup, si l ' on pensoi t qu' el l e
avoi t vu di st i nct ement t out ce que l a si ngul i èr e
bonhomi e de not r e aut eur l e por t e à l ui at t r i buer ,
soi t dans ses nouveaux essais , soi t dans sa
théodicée .
Ces r ai sons a priori , dont i l s' agi t dans ce
passage, et que Lei bni t z n' énonce pas, ét oi ent
t i r ées de son pr i nci pe de l a raison suffisante .
On sçai t qu' i l r ej et t oi t l ' influence
p292

physique et l es causes occasionnelles , et
qu' i l l eur avoi t subst i t ué sa f ameuse harmonie
préétablie : hypot hèse aussi neuve,
qu' i ngéni euse, et qui aur oi t suf f i seul e pour
i mmor t al i ser ce pui ssant géni e. En ver t u de cet t e
hypot hèse, l ' ame et l e cor ps sont unis sans
agir r éci pr oquement l ' un sur l ' aut r e. Tout es
l es per cept i ons de l ' ame naî ssent de son pr opr e
f ond, et sont r epr ésent ées physiquement par l es
mouvemens cor r espondans du cor ps, comme ces
mouvemens sont r epr ésent és idéalement par l es
perceptions cor r espondant es de l ' ame. I l en
est de même des volitions , des désirs ; l e
cor ps est mont é, comme une machi ne, pour y
sat i sf ai r e, i ndépendamment de t out e act i on de l ' ame
sur l ui .
Et comme dans cet t e hypot hèse, l es per cept i ons
ne pouvoi ent t i r er l eur origine du cor ps, et
qu' i l f al l oi t pour t ant que chaque per cept i on eut sa
raison suffisante , Lei bni t z pl açoi t cet t e
raison dans l es mouvemens cor r espondans du
cor ps : i l s n' en ét oi ent donc pas l a cause
efficiente ; mai s, i l s en ét oi ent l a
cause éxigeante .
I l ent r oi t ai nsi dans l e pl an de l ' uni ver s,
p293

qu' i l y eût une certaine ame, qui r épondi t
par ses per cept i ons et par ses vol i t i ons, aux
mouvemens d' un certain cor ps, et qu' i l y eût
un certain cor ps qui r épondi t par ses
mouvemens aux per cept i ons et aux vol i t i ons d' une
certaine ame.
J e ne f ai s i ci qu' esqui sser gr ossi èr ement cet t e
bel l e hypot hèse : j e pour r ai l ' exposer ai l l eur s
avec pl us d' ét enduë et de cl ar t é.


- 72 -
Repr enons not r e aut eur : i l cont i nue en ces t er mes.
" on t r ouver a qu' i l y a cel a d' avant ageux dans ce
dogme, . . . et c. "
p294

l ' aut eur r appel l e i ci en passant , un de ses
pr i nci pes f avor i s, cel ui de continuité ; qui
n' est , à par l er éxact ement , qu' une conséquence du
pr i nci pe pl us génér al de l a raison suffisante :
car , si r i en ne se f ai t sans raison suffisante ,
l ' ét at actuel de t out êt r e cr éé, doi t avoi r sa
raison dans l ' ét at qui a précédé
i mmédi at ement ; cel ui - ci , dans un aut r e encor e,
et ai nsi en r emont ant par degr és sensi bl es ou
i nsensi bl es j usqu' à l a pr emi èr e origine de
l ' êt r e.
p295

Not r e phi l osophe admet t oi t donc comme une maxi me
génér al e, que rien ne s' opéroit par saut dans la
nature ; que t out y ét oi t gradué ou nuancé
à l ' i nf i ni . I l j ust i f i oi t cet t e maxi me par un gr and
nombr e d' éxempl es pui sés dans l a physi que et dans
l a géomét r i e. El l e l ' i nspi r oi t en quel que sor t e,
l or s qu' i l pr édi soi t , qu' on découvr i r oi t un j our
des êt r es, qui par rapport à plusieurs propriétés,
par éxemple, celles de se nourrir, ou de se
multiplier, pourroient passer pour des végétaux
à aussi bon droit que pour des animaux . On peut
voi r l e dét ai l de cet t e si ngul i èr e pr édi ct i on dans
l ' ar t i cl e 209 de mes considérations sur les corps
organisés . J ' ai f or t dével oppé cet t e loi si
uni ver sel l e des gradations , dans l es par t i es
i i , i i i , i v de ma contemplation de la nature :
j e l ' ai pr ésent ée sous un aut r e poi nt de vuë dans
l e chapi t r e xvi i de l a par t i e vi i i du même ouvr age.
Cet t e l oi de continuité r égi t l e monde idéal ,
comme l e monde physique : l ' harmonie
préétablie de not r e aut eur l e suppose
nécessai r ement ; pui sque, sui vant cet t e hypot hèse,
l es per cept i ons doi vent t ouj our s naî t r e l es unes
des aut r es, et du f ond même de l ' ame. Ai nsi , chaque
ét at de l ' ame a sa raison dans l ' ét at
p296

qui a précédé i mmédi at ement : chaque per cept i on
dér i ve d' une per cept i on antécédente , et donne
l i eu à une per cept i on subséquente . Tout es l es
per cept i ons sont ai nsi enchaî nées par des noeuds
secr et s ou appar ens ; et cel a même f our ni t une des
pl us f or t es obj ect i ons cont r e l ' harmonie
préétablie , comme j e pour r ai l e mont r er
ai l l eur s.
L' ét at de l ' ame dans l e cor ps développé ,
t enoi t donc à l ' ét at qui avoi t pr écédé ; cel ui - ci ,
t enoi t en der ni er r essor t à l ' ét at de germe ,
et c. L' ét at de l ' ame apr ès l a mort , t i ent donc
encor e à l ' ét at qui a pr écédé, et c. Tous l es ét at s
sont donc i ci explicables l es uns par l es


- 73 -
aut r es, par ce qu' i l s dépendent t ous l es uns des
aut r es.
C' ét oi t par cet t e doct r i ne si mét aphysi que, que
Lei bni t z combat t oi t l es écol es et l es
espr i t s- f or t s. I l compar oi t t r ès bi en l a
conservation de l ' ani mal apr ès l a mort , à
l a conser vat i on du papi l l on dans l a cheni l l e :
mai s ; i l s' en f aut beaucoup qu' i l eut appr of ondi
cet t e compar ai son aut ant qu' el l e l e mér i t oi t , et
qu' i l en eut t i r é l e mei l l eur par t i . J e l e pr ouver ai
bi ent ôt .
p297

I l compar oi t encor e l a conser vat i on des idées
apr ès l a mor t , à ce qui se passe dans l e
sommeil ; et cet t e compar ai son pr ésent e un côt é
t r ès phi l osophi que, auquel l e sauveur du monde
sembl e f ai r e al l usi on, en compar ant l ui - même l a
mort au sommeil .
J e me f ai s un devoi r de r emar quer à ce suj et ,
et ce devoi r est cher à mon coeur ; que l a pi ét é
de not r e aut eur , aussi vr aye qu' écl ai r ée, ne
l ai ssoi t échapper aucune occasi on de r endr e au
phi l osophe par excel l ence l ' hommage l e pl us
r espect ueux, et l e pl us di gne d' un êt r e
i nt el l i gent . I l ci t oi t avec compl ai sance j usqu' aux
moi ndr es par ol es de ce di vi n maî t r e, et y découvr oi t
t ouj our s quel que sens caché, d' aut ant pl us beau,
qu' i l ét oi t pl us phi l osophi que. Le passage que j e
comment e, nous en f our ni t un éxempl e r emar quabl e :
j e pour r oi s en al l éguer bi en d' aut r es. J e me
bor ne à r envoyer encor e une f oi s à l ' admi r abl e
pr éf ace de l a théodicée . Cel ui qui se pl ai soi t
à découvr i r dans l ' évangi l e une phi l osophi e si
haut e, ét oi t une encyclopédie vi vant e, et un
des pl us pr of onds géni es qui ayent j amai s par u
sur l a t er r e. J e pr i e ceux qui n' ont ni l es
l umi èr es ni l e géni e de ce gr and
p298

homme, et qui ne possèdent pas au même degr é que
l ui l ' ar t de dout er phi l osophi quement , de se
demander à eux- mêmes, s' i l l eur si ed bi en apr ès
cel a d' af f ect er de mépr i ser l ' évangi l e, et de
s' ef f or cer d' i nspi r er ce mépr i s à t out l e
genr e- humai n ?
" aussi ai - j e di t , cont i nue Lei bni t z, qu' aucun
sommei l ne sçaur oi t dur er t ouj our s. . . et c. "
p299

en t ent ant ci - dessus, d' expl i quer l ' enveloppement
leibnitien, j ' ai mont r é combi en i l di f f ér e
de mon hypothèse sur l ' état futur de
l ' homme et sur cel ui des ani maux. Mai s, comme
Lei bni t z n' avoi t di t qu' un mot sur cet
enveloppement dans sa théodicée , on
pouvoi t r ai sonnabl ement dout er , s' i l at t achoi t à
ce t er me l es i dées qu' i l par oî t r enf er mer , et que
j ' ai cr u devoi r at t r i buer à l ' aut eur . I l me sembl e


- 74 -
mai nt enant , que l e passage que j e vi ens de
t r anscr i r e, ne l ai sse pl us aucun dout e sur ce
poi nt . Lei bni t z y par l e du dérangement des
organes visibles : i l di t , qu' aucun
dérangement ne peut détruire tous les organes,
priver l' ame de tout son corps organique, effacer
toutes les traces précédentes . C' ét oi t donc
bi en du cor ps actuel , du cor ps visible et
pal pabl e que Lei bni t z par l oi t dans sa
théodicée , et dont i l di soi t que l a mort
apparente ét oi t un enveloppement . I l
conf i r me l ui - même cet t e i nt er pr êt at i on dans un
aut r e endr oi t de l ' avant-propos de ses
nouveaux essais , page 22, l or sque r éf ut ant
l ' opi ni on des car t ési ens sur l a destruction des
ames des bêt es, i l l eur r epr oche d' avoir été
embarrassés sans sujet de ces ames ; faute,
aj out e- t - i l en par ent hèse, de s' aviser de
la conservation de l' animal réduit en petit .
p300

Ces expr essi ons réduit en petit , ne sont pl us
équi voques, et j ' avoi s bi en r ai sonné sur
l ' enveloppement de mon aut eur . I l n' avoi t donc
poi nt i magi né un germe indestructible , l ogé dès
l e commencement dans l e cer veau visible ; i l
n' avoi t poi nt consi dér é ce germe comme l e
véritable siège de l ' ame ; i l n' y avoi t poi nt
f ai t r ési der l a personnalité . Son i nt er pr êt e
moder ne ne l ' avoi t donc pas assés ét udi é, quand
i l l ui at t r i buoi t mon hypothèse , et qu' i l
m' exposoi t ai nsi à passer aupr ès du publ i c pour l e
pl agi ai r e de cet i l l ust r e écr i vai n.
Si Lei bni t z avoi t eu dans l ' espr i t mon
hypothèse , se ser oi t - i l j amai s expr i mé comme
i l l ' a f ai t dans l es passages que j ' ai t r anscr i t s ?
p301

J e ne di r ai pas t r op, si j ' avance, qu' on ne
sçaur oi t expl i quer physiquement par son
enveloppement , de quel que mani èr e qu' on
l ' ent ende, l a conservation du moi ou de l a
personnalité . Ce ser oi t t r ès vai nement qu' on se
r et r ancher oi t à sout eni r , que l a mémoire est
t out e spirituelle : l or s- même qu' une f oul e de
f ai t s bi en const at és, ne pr ouver oi ent pas que cet t e
f acul t é a son si ége dans l e cerveau ; i l
f audr oi t t ouj our s qu' i l y eut dans l e cerveau
quel que chose qui cor r espondi t aux perceptions
et aux volitions de l ' ame, et en par t i cul i er ,
aux per cept i ons que l a mémoi r e spirituelle y
r et r acer oi t : aut r ement l ' harmonie-préétablie
t omber oi t , et son aut eur ne ser oi t pl us conséquent
à l ui - même.
I l se ser voi t i ngéni eusement de l a mét amor phose
p302

de l a chenille en papillon , pour r endr e
r ai son de l a conservation de l ' animal


- 75 -
apr ès l a mort . I l avoi t appr i s du cél ébr e
Swammer daml e secr et de cet t e métamorphose , et
ne l ' avoi t pas assés médi t ée, comme j e l ' ai
r emar qué pl us haut . Ce n' est pas l e cor ps
visible de l a chenille , qui se conver t i t en
papillon : c' est un aut r e cor ps or gani que,
d' abor d i nvi si bl e, qui se dével oppe dans cel ui de l a
chenille . J ' ai cr ayonné cet admi r abl e
développement dans l es chapi t r es v, x, xi , xi i ,
de l a par t i e i x de l a contemplation de la
nature , et i l peut m' êt r e per mi s d' aj oût er , que
j e sui s l e pr emi er qui ai f ai t voi r en quoi
consi st e pr éci sément l e moi ou l a personne
dans l es i nsect es qui se mét amor phosent . J e l ' ai
exposé assés au l ong dans l es par agr aphes 714, 715,
716 et sui vans de mon essai analytique , et f or t
en r accour ci chapi t r e xi v, par t i x de l a
contemplation .
J e ne voi s donc que mon hypothèse , qui pui sse
expl i quer physiquement ou sans aucune
i nt er vent i on miraculeuse, la conservation du
personnage ou de la souvenance, comme
s' expr i me i ci l ' aut eur , et qui r end l ' homme
susceptible de recompenses et de châtimens . J e
p303

sui s néanmoi ns bi en él oi gné de penser , que
mon hypot hèse sat i sf asse à t out es l es di f f i cul t és :
mai s ; j ' ose di r e, qu' el l e me par oî t sat i sf ai r e au
moi ns aux pr i nci pal es : par éxempl e ; à cel l es
qu' on t i r e de l a di sper si on des par t i cul es
const i t uant es du cor ps par sa dest r uct i on ;
de l a vol at i l i sat i on de ces par t i cul es, de l eur
i nt r oduct i on dans d' aut r es cor ps soi t végét aux,
soi t ani maux ; de l eur associ at i on à ces cor ps ;
des ant r opophages ; et c. , et c. J e ne pui s
m' ét endr e i ci sur t out es ces choses : l e l ect eur
i nt el l i gent me compr end assés.
Dans l e cor ps de ses nouveaux essais ,
Lei bni t z r epr end çà et l à l es pr i nci pes qu' i l
avoi t posés dans l ' avant-propos sur
l ' immatérialité de l ' ame des bêt es, et sur l a
survivance de l ' ani mal : mai s, i l n' y aj oût e
r i en d' essent i el , et t out ce qu' i l en di t r evi ent
pour l e f ond à ce que j ' ai t r anscr i t ci - dessus
d' apr ès l ' avant-propos et l a théodicée .
J e ne doi s pour t ant pas omet t r e de r appor t er
un passage du l i vr e i i , chapi t r e xxvi i , sur
l ' identité , qui achéver a de démont r er que
l ' aut eur n' avoi t poi nt eu l ' i dée de ce germe
p304

indestructible , qui f ai t l a baze de mon
hypot hèse, et que j ' ai essayé d' appl i quer à t ous l es
êtres organisés dans ce nouvel écr i t .
" i l n' y a poi nt , di t - i l , de
transmigration . . . et c. "
ces mot s, partie du précédent, n' ont pas
besoi n de comment ai r e : ceux de développement


- 76 -
et d' enveloppement qui l es sui vent , l es
dét er mi nent suf f i samment . I l s l e sont encor e par
cel ui de fluxion .
Au r est e ; on voi t i ci que l ' aut eur r ej et t oi t
t out e espèce de métempsycose ; i l l ' at t aque
ai l l eur s pl us di r ect ement .
p305

En voi l à assés, ce me sembl e, pour f ai r e
j uger des pr i nci pes de Lei bni t z sur l es ames ,
sur l a mort , sur l a conservation de
l ' ani mal , et pour mont r er en quoi ces pr i nci pes se
r appr ochent , et en quoi i l s s' él oi gnent de ceux
qui me sont pr opr es. I l ser oi t i nf i ni ment à
dési r er , que cet excel l ent mét aphysi ci en eut
t ouj our s mi s dans ses i dées cet t e anal yse, cet
enchaî nement , cet t e cl ar t é, cet t e pr éci si on, cet
i nt ér êt si nécessai r es aux mat i èr es de
mét aphysi que, déj à si séches, si obscur es et si
r ebut ant es par el l es- mêmes. I l avoi t dans sa t êt e
t ant de choses, qu' el l es sor t oi ent en f oul e, j ' ai
pr esque di t t umul t uai r ement , à mesur e qu' i l
composoi t . Anecdot es, pr over bes, i mages, al l usi ons,
compar ai sons, ci t at i ons f r équent es, di gr essi ons
mul t i pl i ées ; t out cel a coupoi t pl us ou moi ns l e
f i l du di scour s. Une mul t i t ude de pr oposi t i ons
i nci dent es venoi t of f usquer l a pr oposi t i on
pr i nci pal e, qui ne pouvoi t êt r e t r op él aguée. On a
sur t out à r egr et t er dans ses ouvr ages
mét aphysi ques, que l es di scussi ons l es pl us
phi l osophi ques et l es pl us i nt ér essant es, soi ent
si f r équemment i nt er r ompues par des di gr essi ons
sur des suj et s t r op
p306

ét r anger s, et assés souvent de t héol ogi e
scholastique , qu' i l s' ef f or ce quel quef oi s
d' al l i er avec sa subl i me mét aphysi que. En l i sant
son admi r abl e théodicée , on cr oi t êt r e dans une
vast e f or êt où l ' on a t r op négl i gé de pr at i quer
des r out es. L' aut eur ne se per d j amai s l ui - même
au mi l i eu de cet t e conf usi on de choses ; mai s,
l e l ect eur , qui n' a pas sa t êt e, se per d souvent ,
et ne sçai t ni d' où i l vi ent ni où i l va.
I l ét oi t , en quel que sor t e possédé de l ' espr i t
de conci l i at i on, et c' ét oi t , pour l ' or di nai r e, ce
qui l e j et t oi t dans ces di gr essi ons, auxquel l es
on r egr et t e qu' i l se soi t l i vr é si f aci l ement , et
qui cont r ast ent t ant avec l a mét hode phi l osophi que.
I l voul oi t accor der t out es l es sect es, t ous l es
t héol ogi ens, t ous l es phi l osophes, et i l n' ét oi t
j amai s pl us sat i sf ai t que l or s qu' i l avoi t
r encont r é quel que poi nt de conci l i at i on. I l l ui
ar r i ve souvent dans sa théodicée et dans
ses nouveaux essais d' abandonner l e f i l d' un
pr i nci pe mét aphysi que pour cour i r apr ès quel que
vi eux doct eur , dont i l anat omi se l a pensée. I l se
r épèt e t r op, pr éci sément par ce qu' i l di sser t e t r op.


- 77 -
Sa mar che r essembl e quel quef oi s à cel l e d' un
pendul e, qui osci l l e aut our d' un poi nt .
p307

Est - i l besoi n que j e l e di se ? Cet t e pet i t e
cr i t i que ne t end pas l e moi ns du monde à di mi nuer
l a j ust e admi r at i on que Lei bni t z doi t i nspi r er à
t ous ceux qui sont capabl es de l e médi t er aussi
pr of ondément qu' i l mér i t e de l ' êt r e. I l est l e pèr e
de l a mét aphysi que transcendante , et si l ' on
peut di r e du géni e qu' i l crée , j amai s géni e
n' a pl us créé que cel ui de Lei bni t z.
10 juin, 1768.
PARTIE 8

p308

conci l i at i on de l ' hi pot hèse de l ' aut eur sur
l ' ét at f ut ur des ani maux, avec l e dogme de l a
r ésur r ect i on.
Pr i nci pes f ondament aux de l a r el i gi on nat ur el l e
et de l a r el i gi on r évél ée.
Doi s- j e cr ai ndr e d' avoi r al l ar mé l es ames pi euses,
en cher chant à ét abl i r l e nouveau dogme
phi l osophi que de l a restitution et du
perfectionnement futurs de t ous l es êt r es
or gani sés et ani més ? Aur oi s- j e donné ai nsi l a
pl us l égèr e at t ei nt e à un des dogmes l es pl us
p309

i mpor t ans de l a f oi , à cel ui de not r e pr opr e
résurrection ? I l me t ar doi t d' en veni r à une
di scussi on qui i nt ér esse égal ement l a r el i gi on
et l a phi l osophi e. I l ne me ser a pas di f f i ci l e
de mont r er en peu de mot s, combi en l es al l ar mes
qu' on pour r oi t concevoi r sur ce suj et , ser oi ent
dest i t uées de f ondement .
Le dogme sacr é de not r e résurrection r epose
pr i nci pal ement sur l ' imputabilité de nos
act i ons ; cel l e- ci sur l eur moralité . I l est
dans l ' or dr e de l a souver ai ne sagesse, que
l ' obser vat i on des loix naturelles condui se
t ôt ou t ar d au bonheur , et que l eur
i nobser vat i on condui se t ôt ou t ar d au malheur .
C' est que l es l oi x nat ur el l es sont l es
résultats de l a nature de l ' homme et de
ses rélations di ver ses.
L' homme est un être-mixte : l ' amour du
bonheur est l e pr i nci pe uni ver sel de ses act i ons.
I l a ét é cr éé pour l e bonheur , et pour un
bonheur r él at i f à sa qual i t é d' être-mixte .
I l ser oi t donc cont r e l es loix ét abl i es, que
p310

l ' homme pût êt r e heureux en choquant ses
rélations , pui squ' el l es sont f ondées sur sa
pr opr e nature , combi née avec cel l e des aut r es
êt r es.


- 78 -
La vi e présente est l e pr emi er anneau d' une
chaî ne qui se per d dans l ' éternité . L' homme
est immortel par son ame , subst ance
indivisible ; i l l ' est encor e par ce germe
impérissable auquel el l e est uni e.
En annonçant au genr e- humai n l e dogme de l a
résurrection , cel ui qui est la
résurrection et la vie , l ui a ensei gné, non
si mpl ement l ' immortalité de l' ame , mai s encor e
l ' immortalité de l' homme .
L' homme ser a donc ét er nel l ement un
être-mixte ; et comme t out est lié dans
l ' uni ver s, l ' ét at présent de l ' homme
détermine son ét at futur .
La mémoire , qui a son siège dans l e
cer veau,
p311

est l e f ondement de l a personnalité . Les noeuds
secr et s qui l i ent l e ger me impérissable avec
l e cer veau périssable , conser vent à l ' homme
l e souvenir de ses ét at s passés . I l pour r a
donc êt r e recompensé ou puni dans l e
r appor t à ses ét at s passés . I l pour r a
comparer l e j ugement qui ser a por t é de ses
act i ons, avec l e souvenir qu' i l aur a conser vé
de ces act i ons.
Cet êt r e qui f ai t l e bien ou l e mal , et
qui en conséquence du bien ou du mal qu' i l
aur a f ai t , ser a recompensé ou puni ; cet
êt r e, di s- j e, n' est pas une certaine ame ; i l
est une cer t ai ne ame uni e dès l e commencement à un
certain corps , et c' est ce composé qui
por t e l e nomd' homme .
Ce ser a donc l ' homme tout entier , et non
une certaine ame ou une partie de l ' homme,
qui ser a r ecompensé ou puni . Aussi l a r évél at i on
décl ar e- t - el l e expr essément , que
p312

chacun recevra selon le bien ou le mal qu' il aura
fait étant dans son corps .
Le dogme de l a résurrection suppose
nécessai r ement l a permanence de l ' homme ;
cel l e- ci , une liaison secr et t e ent r e l ' ét at
futur de l ' homme et son ét at passé .
Cet t e l i ai son n' est poi nt arbitraire ; el l e
est naturelle . L' homme f ai t partie de
l ' univers . La par t i e a des rapports au
tout . L' uni ver s est un syst ême i mmense de
rapports : ces r appor t s sont dét er mi nés
r éci pr oquement l es uns par l es aut r es. Dans un t el
systême , i l ne peut r i en y avoi r
d' arbitraire . Chaque état d' un êt r e
quel conque est dét er mi né naturellement par
l ' ét at antécédent ; aut r ement l ' ét at
subséquent n' aur oi t poi nt de raison de
son éxi st ence.
Les r ecompenses et l es pei nes à venir ne


- 79 -
ser ont donc pas arbitraires ; pui squ' el l es
ser ont l e résultat naturel de l ' enchaî nement
de l ' ét at futur de l ' homme avec son ét at
passé .
p313

L' aut eur de l ' essai de psychologie , qui n' a
peut - êt r e pas ét é médi t é aut ant qu' i l demandoi t
à l ' êt r e, a sçu r emont er i ci au pr i nci pe l e pl us
phi l osophi que. " l a mét aphysi que, di t - i l , voi t l a
r el i gi on comme une maî t r esse r ouë dans une
machi ne. . . et c. "
p314

l ' homme peut êt r e dirigé au bonheur par des
loix , par ce qu' i l peut l es connoître et
l es suivre . I l peut l es connoître , par ce
qu' i l est doué d' entendement : i l peut l es
suivre , par ce qu' i l est doué de volonté .
I l est donc un être-moral , pr éci sément par ce
qu' i l peut êt r e soumi s à des l oi x ; l a moralité
de ses act i ons est ai nsi l eur subordination à
ces l oi x.
L' entendement n' est pas l a si mpl e faculté
d' avoi r des perceptions et des sensations .
I l est l a f acul t é d' opérer sur ces per cept i ons
et sur ces sensat i ons, à l ' ai de des signes ou
des t er mes dont i l l es r evêt . I l f or me des
abstractions de t out genr e, et généralise
t out es ses i dées.
L' ent endement dirige l a volonté ou l a
f acul t é de choisir , et l a vol ont é dirigée
par l ' ent endement est une vol ont é réfléchie .
La vol ont é va au bi en réel ou apparent .
L' homme n' agi t qu' en vuë de son bonheur ;
mai s, i l se méprend souvent sur l e bonheur .
La faculté par l aquel l e i l éxécute ses
vol ont és particuliéres est l a liberté .
p315

Les actions de l ' homme, qui dépendent de
sa vol ont é réfléchie peuvent l ui êt r e
imputées , par ce que cet t e vol ont é est à lui ,
et qu' i l agi t avec connoissance .
Cet t e imputation consi st e essent i el l ement dans
l es suites naturelles de l ' obser vat i on ou de
l ' i nobser vat i on des l oi x ou de l a per f ect i on et
de l ' i mper f ect i on morales , en conséquence de
l ' or dr e que Di eu a ét abl i dans l ' uni ver s.
Cet ordre n' a pas t ouj our s son ef f et sur l a
t er r e ; l a vertu n' y condui t pas t ouj our s au
bonheur , l e vice , au malheur . Mai s ;
l ' immortalité de l ' homme pr ol ongeant à
l ' i nf i ni son éxi st ence, ce qu' i l ne reçoit pas
dans un t ems, i l l e r ecevr a dans un aut r e, et
l ' or dr e r epr endr a ses dr oi t s.
L' homme, l e pl us perfectible de t ous l es
êt r es t er r est r es, ét oi t encor e appel l é à un état
futur par l a supér i or i t é- même de sa


- 80 -
per f ect i bi l i t é. Sa const i t ut i on or gani que et
i nt el l ect uel l e a r épondu dès son or i gi ne, à cet t e
der ni èr e et gr ande fin de son êt r e.
p316

I l n' y a poi nt de moralité chés l es
animaux , par ce qu' i l s n' ont poi nt
l ' entendement . I l s ont une volonté , et i l s
l ' éxécutent ; mai s, cet t e vol ont é n' est
dirigée que par l a faculté de sentir . I l s
ont des idées ; mai s, ces i dées sont pur ement
sensibles . I l s l es comparent et jugent ;
mai s, i l s ne s' él évent poi nt j usqu' aux notions
abstraites .
Pr éci sément par ce que l es act i ons volontaires
des ani maux ne sont poi nt morales , el l es ne
sont poi nt suscept i bl es d' imputation .
Comme i l s ne peuvent observer ni violer
des l oi x qu' i l s i gnor ent , i l s ne peuvent êt r e
recompensés ni punis dans l e r appor t à
ces l oi x.
Si donc l es ani maux ét oi ent appel l és à un
état futur , ce ne ser oi t poi nt du t out sur l es
mêmes f ondemens que l ' homme ; pui sque l eur
nature et l eur s rélations di f f ér ent
essent i el l ement de cel l es de l ' homme.
Mai s ; par ce que l es ani maux ne sont poi nt des
êt r es moraux , s' ensui t - i l nécessai r ement
qu' i l s ne soi ent poi nt suscept i bl es d' un
accr oî ssement
p317

de perfection ou de bonheur ? Par ce
que l es ani maux ne nous par oî ssent poi nt
auj our d' hui doués d' entendement , s' ensui t - i l
nécessai r ement que l eur ame soi t absol ument
pr i vée de cet t e bel l e f acul t é ? Par ce que l es
ani maux n' ont à pr ésent que des i dées pur ement
sensibles , s' ensui t - i l nécessai r ement qu' i l s ne
pour r ont pas s' él ever un j our à des notions
abstraites , à l ' ai de de nouveaux or ganes et de
ci r const ances pl us f avor abl es ?
L' enf ant devi ent un êt r e pensant par l e
dével oppement de t ous ses or ganes, par
l ' éducat i on et par l es di ver ses ci r const ances qui
cont r i buent à dével opper et à per f ect i onner
t out es ses f acul t és cor por el l es et i nt el l ect uel l es.
Soupçonner i és- vous que cet enf ant , qui est encor e
si au- dessous de l ' ani mal , per cer a un j our dans
l es abî mes de l a mét aphysi que ou cal cul er a l e
r et our d' une comét e ? Les i nst r umens dont son ame
se ser vi r a pour éxécut er de si gr andes choses,
éxi st ent déj a dans son cer veau ; mai s, i l s n' y
sont pas encor e dével oppés, af f er mi s, per f ect i onnés.
Les ani maux sont auj our d' hui dans l ' ét at
d' enfance ; i l s par vi endr ont
p318

peut - êt r e un j our à l ' ét at d' êt r es pensans ,


- 81 -
par des moyens anal ogues à ceux qui ennobl i ssent
i ci - bas t out es l es f acul t és de not r e êt r e.
Ne cher chons poi nt à i nt ér esser l a f oi dans des
r echer ches pur ement phi l osophi ques, qui ne
sçaur oi ent l ui por t er l a pl us l égèr e at t ei nt e. La
vr aye pi ét é est écl ai r ée et n' est j amai s
super st i t i euse. Tâchons de nous f or mer l es pl us
haut es i dées de l a bont é di vi ne, de l a gr andeur
et de l ' uni ver sal i t é de ses vuës ; combi en nos
concept i ons l es pl us subl i mes ser ont - el l es encor e
au dessous de l a r éal i t é ! Cel ui , sans la
permission du quel un passereau ne tombe point
en terre, n' a pas oubl i é l es passer eaux dans
l a di st r i but i on pr ésent e et f ut ur e de ses
bi enf ai t s. Le pl an de sagesse et de bont é que son
i nt el l i gence a conçu pour l a pl us gr ande
per f ect i on des êt r es t er r est r es, envel oppe depui s
l e moucheron , et peut - êt r e encor e depui s l e
champignon , j usqu' à l ' homme .
L' opi ni on commune, qui condamne à une mor t
p319

ét er nel l e t ous l es êt r es or gani sés, à l ' except i on
de l ' homme, appauvr i t l ' uni ver s. El l e pr éci pi t e
pour t ouj our s dans l ' abî me du néant , une mul t i t ude
i nnombr abl e d' êt r es sent ans, capabl es d' un
accr oî ssement consi dér abl e de bonheur , et qui en
r epeupl ant et en embel l i ssant une nouvel l e t er r e,
éxal t er oi ent l es per f ect i ons ador abl es du cr éat eur .
L' opi ni on pl us phi l osophi que, que j e pr opose,
r épond mi eux aux gr andes i dées que l a r ai son se
f or me de l ' uni ver s et de son di vi n aut eur . El l e
conser ve t ous ces êt r es, et l eur donne une
per manence qui l es soust r ai t aux r évol ut i ons des
si ècl es, au choc des él émens et l es f er a
sur vi vr e à cet t e cat ast r ophe génér al e qui changer a
un j our l a f ace de not r e monde.
PARTIE 9

p320

Réf l éxi ons sur l ' excel l ence des machi nes
or gani ques.
Nouvel l es découver t es sur l es r epr oduct i ons
ani mal es.
De t out es l es modi f i cat i ons dont l a matière
est suscept i bl e ; l a pl us nobl e est , sans dout e,
l ' organisation . C' est dans l a st r uct ur e de
l ' animal , que l a souver ai ne i nt el l i gence se
pei nt à nos yeux par l es t r ai t s l es pl us f r appans,
et qu' el l e nous r évêl e, en quel que sor t e, ce
qu' el l e est . Le cor ps d' un ani mal est un pet i t
syst ême par t i cul i er , pl us ou moi ns composé, et qui ,
p321

comme l e gr and syst ême de l ' uni ver s, r ésul t e
de l a combi nai son et de l ' enchaî nement d' une
mul t i t ude de pi èces di ver ses, dont chacune pr odui t
son ef f et pr opr e, et qui conspi r ent t out es ensembl e


- 82 -
à pr odui r e cet ef f et général , que nous nommons
l a vie . Nous ne suf f i sons poi nt à admi r er cet
ét onnant appar ei l de r essor t s, de l evi er s, de
cont r epoi ds, de t uyaux di f f ér emment cal i br és,
r epl i és, cont our nés, qui ent r ent dans l a
const r uct i on des machi nes organiques .
L' i nt ér i eur de l ' i nsect e l e pl us vi l en appar ence,
absor be t out es l es concept i ons de l ' anat omi st e l e
pl us pr of ond. I l se per d dans ce dédal e, dès qu' i l
ent r epr end d' en par cour i r t ous l es dét our s. Qu' on
ne cr oye pas que ceci soi t l e moi ns du monde
éxaggér é : j e pr i e ceux de mes l ect eur s qui
possédent l ' ét onnant e chenille de l ' habi l e et
pat i ent Lyonet , d' en par cour i r l es pl anches
avec r éf l éxi on, et de j uger . J e r envoye à ce que
j ' ai di t sur cet ouvr age uni que, dans l ' ar t i cl e
xi v du tableau de mes considérations .
J e vi ens de compar er l e cor ps de l ' ani mal à une
machi ne : l a pl us pet i t e fibre , l a moi ndr e
fibrille , peuvent êt r e envi sagées el l es- mêmes
comme des machi nes i nf i ni ment pet i t es,
p322

qui ont l eur s f onct i ons pr opr es. La machi ne
ent i èr e, l a gr ande machi ne r ésul t e ai nsi de
l ' ensembl e d' un nombr e pr odi gi eux de machinules ,
dont t out es l es act i ons sont conspi r ant es ou
conver gent ver s un but commun.
Mai s ; combi en l es machi nes organiques
sont - el l es supér i eur es à cel l es que l ' ar t sçai t
i nvent er , et auxquel l es nous l es compar ons !
Combi en l a st r uct ur e de l ' i nsect e l e moi ns
él evé dans l ' échel l e, l ' empor t e- t - el l e encor e sur
l a const r uct i on du pl us beau chef - d' oeuvr e en
hor l oger i e !
Un seul t r ai t suf f i r oi t pour f ai r e sent i r l a
gr ande pr éémi nence des machi nes animales sur
cel l es de l ' ar t : l es unes et l es aut r es s' usent
par l e mouvement ; el l es souf f r ent des déper di t i ons
j our nal i èr es : mai s, t el l e est l ' admi r abl e
const r uct i on des pr emi èr es, qu' el l es r épar ent
sans cesse l es per t es que l e mouvement per pét uel
de l eur s di ver s r essor t s l eur s occasi onnent .
Chaque pi èce s' assimile l es mol écul es qu' el l e
r eçoi t du déhor s, l es assuj et t i t , l es di spose,
l es ar r ange de mani èr e à l ui conser ver l a f or me,
l a st r uct ur e, l es pr opor t i ons et l e j eu
p323

qui l ui sont pr opr es, et qu' éxi ge l a pl ace
qu' el l e t i ent dans l e t out or gani que.
Non seul ement chaque pi èce d' une machi ne
animale r épar e l es per t es que l es mouvemens
i nt est i ns l ui occasi onnent ; el l e s' ét end encor e
en t out sens par l ' i ncor por at i on des mol écul es
ét r angèr es que l a nut r i t i on l ui f our ni t : cet t e
ext ensi on qui s' opèr e gr aduel l ement , est ce que
l e physi ci en nomme évolution ou
développement .


- 83 -
Le développement suppose dans l e t out or gani que
une cer t ai ne méchani que secr et t e et f or t sçavant e.
En s' ét endant gr aduel l ement en t out sens, chaque
pi èce demeur e essent i el l ement en grand ce
qu' el l e ét oi t aupar avant très en petit . I l f aut
donc que ses par t i es intégrantes soi ent
f açonnées et di sposées l es unes à l ' égar d des
aut r es avec un t el ar t , qu' el l es conser vent
const amment ent r ' el l es l es mêmes r appor t s, l es
mêmes pr opor t i ons, l e même j eu, en même t ems que
de nouvel l es par t i cul es intégrantes sont
associ ées aux anci ennes.
p324

La pl us f i ne anat omi e ne pénèt r e poi nt dans
ces pr of ondeur s. Les i nj ect i ons, l e mi cr oscope,
et moi ns encor e l e scal pel ne sçaur oi ent nous
dévoi l er l es mer vei l l es que r ecèl e l e secr et de
l a nutrition et du développement . Nous ne
pouvons j uger i ci de l ' i nconnu que par ce pet i t
nombr e de choses connues, dont nous sommes
r edevabl es aux der ni er s pr ogr ès de l a
physiologie .
Cet t e sci ence, l a pl us bel l e, l a pl us pr of onde
de t out es l es sci ences naturelles , pr odui t
à nos yeux l e sur pr enant assembl age des or ganes
r él at i f s au gr and ouvr age de l a nutrition ,
et nous f ai t ent r evoi r l ' assembl age bi en pl us
sur pr enant encor e des or ganes qui éxécut ent l es
sécrétions de di f f ér ens genr es. Nous ne
r evenons poi nt de l ' ét onnement où nous j et t e cet
amas i mmense de t r ès- pet i t s t uyaux, bl ancs,
cyl i ndr i ques, gr oupés et r epl i és de mi l l e et
mi l l e mani èr es di f f ér ent es, dont t out es l a
subst ance du f oye, de l a r at e, des r ei ns est
f or mée. Nous sommes pr esque éf f r ayés, quand nous
venons à appr endr e que l es tubules qui ent r ent
dans l a composi t i on d' un seul r ei n, mi s bout à bout ,
f or mer oi ent une l ongueur de
p325

di x mi l l e t oi ses. Quel i nt ér essant , quel
super be spect acl e ne nous of f r i r oi t poi nt cet
assembl age si mer vei l l eux de t ant de mi l l i ons,
que di s- j e ! De t ant de mi l l i ar s de tubules ou
de f i l t r es pl us ou moi ns di ver si f i és, si nos
sens et nos i nst r umens ét oi ent assés par f ai t s
pour nous dévoi l er en ent i er l e méchani sme et
l e j eu de chacun d' eux, et l es r appor t s qui l es
enchaî nent t ous à une f i n commune !
Quel l es i dées cet t e seul e découver t e anat omi que
ne nous donne- t - el l e poi nt de l ' or gani sat i on de
l ' ani mal , de l ' i nt el l i gence qui en a conçu l e
dessei n, et de l a pui ssance qui l ' a éxécut é ! Qu' est
donc l ' ani mal l ui - même, si une de ses par t i es, qui
ne par oî t pas néanmoi ns t eni r l e pr emi er r ang
dans son i nt ér i eur , est déj à un abî me de mer vei l l es !
J ' ai de si gr andes i dées de l ' or gani sat i on de
l ' ani mal , que j e me per suade sans pei ne, que s' i l


- 84 -
nous ét oi t donné de pénét r er dans l a st r uct ur e
i nt i me, j e ne di s pas d' un de ses organes ; j e
di s seul ement , d' une de ses fibres , nous l a
t r ouver i ons un pet i t t out organique t r ès
composé, et qui nous ét onner oi t
p326

d' aut ant pl us, que nous l ' ét udi er i ons davant age.
Quel ne ser oi t poi nt sur t out not r e ét onnement ,
si nous pouvi ons obser ver aussi di st i nct ement
l es élémens d' une f i br e sensible , l eur
ar r angement r espect i f , l ' ar t avec l equel i l s
j ouent l es uns sur l es aut r es, que nous obser vons
l es di f f ér ent es pi èces d' une hor l oge ; l eur
engr aî nement et l eur j eu ! On peut voi r ce que j ' ai
di t l à- dessus dans l ' ar t i cl e x de mon analyse
abrégée , en r endant r ai son du physique de
l ' i magi nat i on et de l a mémoi r e.
Que ser oi t - ce donc encor e, si nous pouvi ons sai si r
d' une seul e vuë l e syst ême ent i er des f i br es
sensibles , et cont empl er , pour ai nsi di r e,
à nud l a méchani que pr of onde et l es opér at i ons
secr et t es de cet or gane universel auquel l ' ame
est i mmédi at ement pr ésent e, et par l equel el l e est
uni e au monde cor por el ! " assur ément , di t t r ès- bi en
cet anonyme que j ' ai déj a ci t é, . . . et c. "
p327

un aut r e t r ai t qui r el ève beaucoup aux yeux
de l a r ai son, l ' excel l ence des machi nes
organiques , c' est qu' el l es produisent de
l eur pr opr e f ond des machi nes sembl abl es à el l es,
qui per pét uent l e modèle et l ui pr ocur ent
l ' i mmor t al i t é. Ce qui a ét é r ef usé à l ' individu
a ét é accor dé ai nsi à l ' espèce : el l e est une
sor t e d' unité t ouj our s subsi st ant e, t ouj our s
r enai ssant e, et qui of f r e sans al t ér at i on aux
si écl es sui vans, ce qu' el l e avoi t of f er t aux
si écl es pr écédens, et ce qu' el l e of f r i r a encor e aux
si écl es l es pl us r ecul és.
p328

Quel que soi t l a mani ér e dont s' opèr e cet t e
r epr oduct i on des êt r es vi vans ; quel que syst ême
qu' on embr asse pour t âcher de l ' expl i quer ; el l e
n' en par oî t r a pas moi ns admi r abl e à ceux qui
ent r e- voyent au moi ns l ' ar t pr odi gi eux qu' el l e
suppose dans l ' or gani sat i on, et dans l es di ver s
moyens qui l ' éxécut ent chés l e végétal et chés
l ' animal , et dans l es di f f ér ent es
espèces de l ' un et de l ' aut r e. Ai nsi , soi t que
cet t e r epr oduct i on dépende de germes
pr ééxi st ans ; soi t qu' on veui l l e qu' i l se f or me
j our nel l ement dans l ' i ndi vi du procréateur de
pet i t s t out s sembl abl es à l ui ; l a conser vat i on de
l ' espèce dans l ' une et l ' aut r e hypot hèse n' en ser a
pas moi ns un des pl us beaux t r ai t s de l a
per f ect i on du méchanisme organique . Et s' i l
ét oi t possi bl e, que l es seul es l oi x de ce


- 85 -
méchani sme pussent suf f i r e à f or mer de nouveaux
t out s i ndi vi duel s, i l ne m' en par oî t r oi t que pl us
admi r abl e encor e.
J e f er oi s un t r ai t é d' anat omi e, si j ' ent r epr enoi s
i ci de décr i r e cet t e par t i e du méchani sme or gani que,
qui a pour der ni èr e f i n l a r epr oduct i on des êt r es
vi vans : j ' ét onner oi s mon l ect eur en met t ant sous
ses yeux ce gr and appar ei l d' or ganes si composés, si
mul t i pl i és,
p329

si var i és, si har moni ques ent r ' eux, qui conspi r ans
t ous au voeu pr i nci pal de l a nat ur e, r épar ent
ses per t es, r enouvel l ent ses pl us chèr es
pr oduct i ons, et l a r aj euni ssent sans cesse.
Si l e dével oppement des cor ps or gani sés ou
l eur si mpl e accr oî ssement ne peut qu' êt r e l ' ef f et
de l a pl us bel l e méchani que ; combi en cet t e
méchani que doi t - el l e êt r e pl us bel l e encor e,
l or s qu' el l e n' est poi nt bor née à pr ocur er
si mpl ement l ' ext ensi on gr aduel l e des par t i es en
t out sens, et qu' el l e s' él ève j usqu' à pr ocur er
l a régénération compl et t e d' un membr e, ou d' un
or gane, et même l ' ent i èr e réïntégration de
l ' ani mal !
I ci , s' of f r ent de nouveau à mes r egar ds ces
f ameux zoophytes , qui m' ont t ant occupé dans
mes deux der ni er s ouvr ages, et sur l esquel s
encor e j ' ai j et t é un coup d' oei l dans cel ui - ci .
J e ne r et r acer ai donc pas i ci l es di ver s
phénomènes
p330

que pr ésent ent l a r égénér at i on et l a
mul t i pl i cat i on du pol ype à bras , et cel l es de
quel ques aut r es i nsect es de l a même cl asse ou de
cl asses di f f ér ent es : mai s, j e ne pui s m' empêcher
de di r e un mot de reproductions pl us
ét onnant es encor e, et que l a sagaci t é d' un
excel l ent obser vat eur vi ent de nous découvr i r .
On sçai t que l a st r uct ur e du polype est d' une
ext r ême si mpl i ci t é, au moi ns en appar ence.
Tout son cor ps est par semé ext ér i eur ement et
i nt ér i eur ement d' une mul t i t ude de t r ès pet i t s
gr ai ns, l ogés dans l ' épai sseur de l a peau, et
qui sembl ent f ai r e l es f onct i ons de vi scèr es ;
car , l es mei l l eur s mi cr oscopes n' y découvr ent
r i en qui r essembl e l e moi ns du monde aux vi scèr es
qui nous sont connus. Le cor ps
p331

l ui - même n' est qu' une mani èr e de pet i t sac, d' une
consi st ence pr esque gél at i neuse, et gar ni pr ès de
son ouver t ur e, de quel ques menus cor dons, qui
peuvent s' al l onger et se cont r act er au gr é du
pol ype, et ce sont ses bras . I l n' a poi nt
d' aut r es membr es, et on ne l ui t r ouve aucun
organe , de quel que espèce que ce soi t .
J e ne décr i s pas l e polype ; j e ne f ai s


- 86 -
qu' ébaucher ses pr i nci paux t r ai t s ; mai s, i l est si
si mpl e, que c' est pr esque l ' avoi r décr i t . Quand
on songe à l a nat ur e, et à l a si mpl i ci t é d' une
par ei l l e or gani sat i on, l ' on n' est pl us aussi
sur pr i s de l a r égénér at i on du polype , et de
t out es ces ét r anges opér at i ons qu' une mai n habi l e
a sçu éxécut er sur cet i nsect e si ngul i er . J ' ai
sur t out dans l ' espr i t cet t e opér at i on par
l aquel l e on l e retourne comme l e doi gt d' un
gand, et qui ne l ' empêche poi nt de cr oî t r e, de
manger et de mul t i pl i er . Si même on l e coupe par
mor ceaux, pendant qu' i l est dans un ét at si peu
nat ur el , i l ne l ai sse pas de r enaî t r e, à son
or di nai r e, de bouture , et chaque bout ur e mange,
cr oî t et mul t i pl i e. J e l e r emar quoi s dans mes
corps organisés , ar t i cl e 273 : " un pol ype
coupé, r et our né, r ecoupé, r et our né encor e, ne
pr ésent e qu' une r épét i t i on de l a
p332

même mer vei l l e, si à pr ésent c' en est une au sens
du vul gai r e. Ce n' est j amai s qu' une espèce de
boyau qu' on r et our ne et qu' on r ecoupe : i l est vr ai
que ce boyau a une t êt e, une bouche, des br as,
qu' i l est un vér i t abl e ani mal ; mai s l ' i nt ér i eur
de cet ani mal est comme son ext ér i eur , ses vi scèr es
sont l ogés dans l ' épai sseur de sa peau, et i l
r épar e f aci l ement ce qu' i l a per du. I l est donc
apr ès l ' opér at i on ce qu' i l ét oi t aupar avant . Tout
cel a sui t nat ur el l ement de son or gani sat i on ;
l ' adr esse de l ' obser vat eur f ai t l e r est e. Le pl us
si ngul i er , pour nous, est donc qu' i l éxi st e un
ani mal f ai t de cet t e mani èr e : nous n' avi ons pas
soupçonné l e moi ns du monde son éxi st ence, et quand
i l a par u, i l n' a t r ouvé dans not r e cer veau aucune
i dée anal ogue du r égne ani mal . Nous ne j ugeons
des choses que par compar ai son : nous avi ons pr i s
nos i dées d' animalité chés l es gr ands ani maux,
et un ani mal qu' on coupe, qu' on r et our ne, qu' on
r ecoupe et qui se por t e bi en, l es choquoi ent
di r ect ement . Combi en de f ai t s, encor e i gnor és, et
qui vi endr ont un j our dér anger nos i dées sur des
suj et s, que nous cr oyons connoî t r e ! Nous en
sçavons au moi ns assés pour que nous ne devi ons êt r e
p333

sur pr i s de r i en. La sur pr i se si ed peu à un
phi l osophe ; ce qui l ui si ed est d' obser ver , de
se souveni r de son i gnor ance, et de s' at t endr e à
t out . "
j e m' ét oi s en ef f et , attendu à tout : aussi
ai - j e ét é peut - êt r e moi ns sur pr i s que bi en
d' aut r es des nouveaux pr odi ges, que nous devons
aux bel l es expér i ences de Mr l ' abbé Spal l anzani ,
et qu' i l s' est empr essé obl i geamment à me
communi quer en dét ai l , depui s t r oi s ans, dans ses
i nt ér essant es l et t r es. I l a voul u me l ai sser l e
pl ai si r de penser , que l es i nvi t at i ons que j e l ui
avoi s f ai t es, de s' at t acher par t i cul i èr ement aux


- 87 -
reproductions animales , n' avoi ent pas peu
cont r i bué à ses découver t es. Ce que j e sçai s
mi eux ; c' est qu' aucun physi ci en n' avoi t poussé
aussi l oi n que l ui , ce nouveau genr e d' expér i ences
physiologiques , ne l es avoi t éxécut ées et
var i ées avec pl us d' i nt el l i gence, et ne l es avoi t
ét endues à des espèces aussi él evées dans l ' échel l e
de l ' animalité .
Tout l e monde connoi t l e l i maçon de jardin ,
nommé vul gai r ement escargot : mai s ; t out l e
monde ne sçai t pas que l ' or gani sat i on de
p334

ce coqui l l age est t r ès composée, et qu' el l e se
r appr oche par di ver ses par t i cul ar i t és t r ès
r emar quabl es, de cel l e des ani maux que nous
j ugeons l es pl us par f ai t s. J e ne f er ai qu' i ndi quer
quel ques- unes de ces par t i cul ar i t és : mon
pl an ne me condui t poi nt à t r ai t er des
reproductions animales : j e ne veux que f ai r e
sent i r par ces r epr oduct i ons, l ' excel l ence des
machi nes organiques .
Sans êt r e i ni t i é dans l es secr et s de l ' anat omi e,
on sçai t , au moi ns en gr os, qu' un cerveau est
un or gane ext r êmement composé ou pl ut ôt un
assembl age de bi en des or ganes di f f ér ens, f or més
eux- mêmes de l a combi nai son et de
l ' ent r el acement d' un nombr e pr odi gi eux de f i br es,
de ner f s, de vai sseaux, et c. La tête du
l i maçon posséde un vér i t abl e cerveau , qui se
di vi se, comme l e cer veau des gr ands ani maux, en
deux masses hémi sphèr i ques, d' un vol ume
consi dér abl e, et qui por t ent l e nomde lobes .
De l a par t i e i nf ér i eur e de ce cer veau sor t ent
deux nerfs pr i nci paux ; de l a par t i e supér i eur e
en sor t ent di x, qui se r épandent dans t out e l a
capaci t é de l a t êt e : quel ques- uns se par t agent
en pl usi eur s br anches. Quat r e de ces ner f s ani ment
l es quat r e cornes du
p335

coqui l l age, et pr ési dent à t ous l eur s j eux. On
peut s' êt r e amusé à cont empl er l es mouvemens
si var i és de ces t uyaux mobi l es en t out sens,
que l ' ani mal f ai t r ent r er dans sa t êt e et qu' i l
en f ai t sor t i r quand i l l ui pl ai t . On n' i magi ne
poi nt combi en l es deux gr andes cornes sont une
bel l e chose : on connoi t ce point noi r et
br i l l ant qui est à l ' ext r êmi t é de chacune : ce
poi nt est un véritable oeil . Pr enés ceci au
pi ed de l a l et t r e, et n' al l és pas vous r epr ésent er
si mpl ement une cornée d' i nsect e. L' oei l du
l i maçon a deux des pr i nci pal es tuniques de
not r e oei l ; i l en a encor e l es t r oi s humeurs ,
l ' aqueuse , l a cristalline , l a vitrée :
enf i n, i l a un nerf optique , et ce ner f est de
l a pl us gr ande beaut é. J e passe sous si l ence
l ' appar ei l des muscles dest i nés à opér er l es
di ver s mouvemens de l a t êt e et des cor nes.


- 88 -
J ' aj oût er ai seul ement , que l e l i maçon a une
bouche , et que cet t e bouche est r evêt ue de
lèvres , gar ni es de dents , et pour vue d' une
langue et d' un palais . Tout e cet t e
anat omi e f er oi t seul e l a mat i èr e d' un pet i t
vol ume. Si mon l ect eur me demandoi t un gar ant
de t ant et de si cur i euses par t i cul ar i t és
anat omi ques, i l me suf f i r oi t , j e pense, de
nommer l ' aut eur cél ébr e de l a bible de la
nature .
p336

Cr oi r a- t - on à pr ésent , que ces cornes du
l i maçon, qui sont de si bel l es machi nes d' opt i que,
se r égénèr ent en ent i er , l or squ' on l es mut i l e ou
même qu' on l es r et r anche ent i èr ement ? I l n' est
pour t ant r i en de pl us vr ai que cet t e
régénération : el l e est si par f ai t e, si
si ngul i ér ement compl et t e, que l ' anat omi e l a pl us
éxact e ne découvr e aucune di f f ér ence ent r e l es
cor nes r epr odui t es, et cel l es qui avoi ent ét é
mut i l ées ou r et r anchées.
C' est déj à, sans dout e, une assés gr ande
mer vei l l e, que l a r epr oduct i on ou même l a si mpl e
r épar at i on de sembl abl es l unet t es : mai s ; ce
qui est t out aussi vr ai , sans êt r e l e moi ns du
monde vr ai sembl abl e, c' est que t out e l a tête
du l i maçon, cet t e t êt e qui est l e si ège de t out es
l es sensat i ons de l ' ani mal , et qui , comme nous
venons de l e voi r , est l ' assembl age de t ant
d' or ganes di ver s, et d' or ganes, l a pl ûpar t si
composés ; t out e cet t e t êt e, di s- j e, se r égénèr e,
et si on l a coupe au l i maçon, i l en r ef ai t une
nouvel l e, qui ne di f f ér e poi nt du t out de
l ' anci enne.
p337

En décr i vant dans mes deux der ni er s ouvr ages l a
r égénér at i on du ver-de-terre , et cel l e de ces
vers d' eau douce que j ' ai mul t i pl i és en l es
coupant par mor ceaux ; j ' ai f ai t r emar quer , que l a
par t i e qui se r epr odui t , se mont r e d' abor d sous l a
f or me d' un pet i t bout on, qui s' al l onge peu à peu,
et dans l equel on découvr e t ous l es r udi mens des
nouveaux or ganes. I l n' en va pas de même dans l a
r égénér at i on de l a tête du l i maçon : cet t e
r égénér at i on sui t des l oi x bi en di f f ér ent es.
Quand l a t êt e de ce coqui l l age commence à se
r égénér er , l es di ver ses par t i es qui l a composent
ne se mont r ent pas t out es ensembl e : el l es
appar oî ssent ou se dével oppent l es unes apr ès l es
aut r es, et ce n' est qu' au bout d' un t ems assés
l ong, qu' el l es sembl ent se r éüni r , pour f or mer ce
t out si composé, qui por t e l e nomde tête .
Cet t e découver t e est si bel l e, si neuve, et
p340

el l e a exci t é t ant de dout es, que j e ne pui s
r ési st er à l a t ent at i on de l a r acont er un peu


- 89 -
pl us en dét ai l .
Quel quef oi s, i l n' appar oî t d' abor d sur l e col
ou l e t r onc de l ' ani mal , qu' un pet i t globe ,
qui r enf er me l es él émens des petites cornes ,
de l a bouche , des lèvres et des dents .
D' aut r ef oi s on ne voi t par oî t r e d' abor d qu' une
des grandes cornes , gar ni e de son oeil :
au- dessous, et dans un endr oi t écar t é, on apper çoi t
l es pr emi er s t r ai t s des lévres .
Tant ôt on n' obser ve qu' une espèce de noeud ,
f or mé par t r oi s des cor nes : t ant ôt on découvr e
un pet i t bouton , qui ne r enf er me que l es
lévres : t ant ôt l a tête se mont r e en
ent i er , à l a r éser ve d' une ou de pl usi eur s cor nes.
En un mot ; i l y a i ci une f oul e de var i ét és,
qu' on t r ai t er oi t de bi zar r er i es, s' i l y avoi t
dans l a nat ur e de vr ai es bi zar r er i es. Mai s ;
l e phi l osophe n' i gnor e pas, que t out s' y f ai t
par des loix const ant es, qui se di ver si f i ent
pl us ou moi ns sui vant l es suj et s, et dont t el l es
ou t el l es r epr oduct i ons sont l es r ésul t at s
i mmédi at s.
Mal gr é t out es ces var i ét és dans l a r égénér at i on
de l a t êt e du l i maçon, cet t e r égénér at i on si
sur pr enant e s' achêve en ent i er , et l ' ani mal commence
à manger sous l es yeux de l ' obser vat eur . Si
apr ès cel a on pouvoi t f or mer
p341

l e moi ndr e dout e sur l ' intégrité de l a
r égénér at i on, j e l e di ssi per oi s en aj oût ant ; que
l a di ssect i on de l a t êt e reproduite , y démont r e
t out es l es par t i es similaires et
dissimilaires qui composoi ent l ' anci enne.
Le limaçon est bi en un col osse, en compar ai son
du polype : l ' anat omi e y découvr e bi en une
mul t i t ude d' or ganes dont l e pol ype est pr i vé ;
cependant , l e l i maçon ne nous par oî t pas encor e
assés él evé dans l ' échel l e de l ' animalité :
i l nous r est e t ouj our s j e ne sçai s quel l e
di sposi t i on à l e r egar der comme un ani mal
imparfait : nous l e pl açons vol ont i er s t out
pr ès de l ' insecte ; et ce voi si nage qui ne l ui
est poi nt avant ageux, di mi nuë un peu, à nos yeux, l a
mer vei l l e de sa régénération . S' i l nous
par oi ssoi t pl us animal , i l nous ét onner oi t
davant age : j e l ' ai di t ; nous ne j ugeons des
êt r es que par compar ai son, et nos compar ai sons
sont pour l ' or di nai r e f or t peu phi l osophi ques.
Nous ser i ons donc beaucoup pl us ét onnés d' appr endr e,
qu' i l éxi st e une sor t e de pet i t
p342

quadrupède , const r ui t à peu pr ès sur l e
modèl e des pet i t s quadr upèdes qui nous sont l es
pl us connus, et qui se r égénèr e pr esque en ent i er .
Ce pet i t quadr upède est l a salamandre aquatique ,
déj à cél èbr e chés l es nat ur al i st es anci ens
et moder nes, par un gr and pr odi ge, qui n' avoi t


- 90 -
d' aut r e f ondement que l ' amour du mer vei l l eux,
et que l ' amour du vr ai a dét r ui t dans ces
der ni er s t ems : on compr end, que j e par l e du
pr ét endu pr i vi l ège de vi vr e au mi l i eu des f l ammes.
La salamandre , j ' ai pr esque hont e de l e di r e,
est si peu f ai t e pour vi vr e dans l e f eu, qu' i l est
démont r é auj our d' hui par l es expér i ences de
Mr Spal l anzani , qu' el l e est de t ous l es ani maux
cel ui qui r ési st e l e moi ns à l ' excès de l a chal eur .
Les insectes n' ont poi nt d' os ; mai s, i l s
ont des écailles qui en t i ennent l i eu. Ces
écai l l es ne sont pas r ecouver t es par l es chai r s,
comme l es os ; mai s, el l es r ecouvr ent l es
chai r s. La coquille du l i maçon, subst ance
pi er r euse ou cr ust acée, r ecouvr e aussi ses chai r s,
et ce car act èr e est un de ceux qui sembl ent l e
p343

r appr ocher l e pl us des i nsect es. I l y a cependant
quant i t é d' i nsect es, dont l e cor ps est pur ement
char nu ou membr aneux. I l en est d' aut r es qui sont
pr esque gél at i neux : à cet t e cl asse appar t i ent
l a nombr euse f ami l l e des polypes .
La salamandre a, comme l es quadr upèdes,
de vér i t abl es os , qui sont r ecouver t s, comme
chés eux, par l es chai r s. El l e a de vér i t abl es
vertèbres , des mâchoires , ar mées d' un
gr and nombr e de pet i t es dents f or t ai guës, et
ses jambes ont à peu pr ès l es mêmes os
qu' on obser ve dans cel l es des quadrupèdes
pr opr ement di t s. El l e a un cerveau , un coeur ,
des poûmons , un estomac , des intestins ,
un foye , une vésicule du fiel , et c.
On voi t bi en, que mon i nt ent i on n' est poi nt i ci
de décr i r e l a sal amandr e en nat ur al i st e. Ce pet i t
ouvr age n' appar t i ent pas pr opr ement à l ' hi st oi r e
nat ur el l e : j e ne veux que donner une l égèr e i dée
de ces nouveaux pr odi ges, que l ' oeconomi e ani mal e
vi ent de nous of f r i r .
p344

J ' aj oût er ai si mpl ement , que l a salamandre
par oî t se r appr ocher par sa f or me et par sa
st r uct ur e du lézard et du crapaud . El l e
n' est pas pur ement aquatique ; el l e est
amphibie ; el l e peut vi vr e assez l ongt ems hor s
de l ' eau.
Si l ' on a j et t é un coup d' oei l sur un squelette
ou sur une pl anche d' ostéologie qui l e
r epr ésent e, on aur a acqui s quel que not i on de l a
f or me et de l ' engr aî nement admi r abl es des
di f f ér ent es pi èces osseuses qui l e composent .
L' essent i el de t out cel a se r et r ouve dans l a
salamandre . Sa queuë , en par t i cul i er , est
f or mée d' une sui t e de pet i t es vertèbres
t r avai l l ées et assembl ées avec l e pl us gr and ar t .
Mai s ; ces pi èces, quoi que mul t i pl i ées, ne sont pas
l es seul es qui ent r ent dans l a const r uct i on de
l a queuë . El l e pr ésent e encor e à l ' éxamen


- 91 -
de l ' anat omi st e un épiderme , une peau , des
glandes , des muscles , des vaisseaux
sanguins , une moëlle spinale .
Nommer si mpl ement t out es ces par t i es, c' est
déj à donner une assés gr ande i dée de l ' or gani sat i on
de l a queuë de l a sal amandr e : aj oût er ,
p345

que t out es ces par t i es déchi quet ées, mut i l ées
ou même ent i èr ement r et r anchées, se r épar ent , se
consol i dent , et même se r égénèr ent en ent i er , c' est
avancer un f ai t , déj a f or t ét r ange. Mai s ; des
par t i es mol l es ou pur ement char nuës peuvent avoi r
de l a f aci l i t é à se r épar er , à se r égénér er : que
ser a- ce donc, si l ' on peut assur er , que de
nouvel l es vertèbres r epar oî ssent à l a pl ace
de cel l es qui ont ét é r et r anchées ? Que ser a- ce
encor e, si ces nouvel l es vertèbres ,
r et r anchées à l eur t our , sont r empl acées par
d' aut r es ; cel l es- ci , par de t r oi si émes, et c. Et
si cet t e r epr oduct i on successi ve de nouvel l es
vertèbres par oî t t ouj our s se f ai r e avec aut ant
de f aci l i t é, de r égul ar i t é, de pr éci si on, que
cel l e des par t i es molles et qui doi vent
demeur er t el l es ?
Mai s ; combi en l a r égénér at i on des jambes de
l a sal amandr e, est - el l e pl us ét onnant e que cel l e
de sa queuë ; si t out ef oi s nous pouvons encor e
êt r e ét onnés, apr ès l ' avoi r t ant ét é ! J e pr i e
qu' on veui l l e bi en ne poi nt oubl i er , qu' i l s' agi t
i ci d' un pet i t quadrupède , et non si mpl ement
d' un ver ou d' un insecte . J ' ai
p346

gr and i nt ér êt à écar t er i ci de l ' espr i t de mes
l ect eur s, t out e i dée d' i nsect e. I l y a t ouj our s
quel qu' i dée d' i mper f ect i on envel oppée dans
cel l e- l à. Quoi que l a di vi si on des ani maux en
parfaits et en imparfaits , soi t l a chose
du monde l a moi ns phi l osophi que ; el l e ne l ai sse
pas d' êt r e assés nat ur el l e et t r ès commune. Or ,
dès qu' on par l e d' un ani mal imparfait , l ' espr i t
est déj à t out di sposé à l ui at t r i buer ce qui
choque l e pl us l es not i ons communes de
l ' ani mal i t é ; i l cr oi r a de cet ani mal , t out ce
qu' on voudr a l ui en f ai r e cr oi r e, et l e cr oi r a
sans ef f or t : t émoi n l ' opi ni on si anci enne et si
r i di cul e, que l es insectes naî ssent de l a
pour r i t ur e : eut - on j amai s f ai t naî t r e de l a
pour r i t ur e, j e ne di s pas un él éphant , un cheval ,
un boeuf ; j e di s seul ement un l i évr e, une
bel et t e, une sour i s ? Pour quoi ? C' est qu' une
sour i s, comme un él éphant , est un ani mal r éput é
parfait , et qu' un ani mal parfait ne doi t
pas naî t r e de l a pour r i t ur e.
La sal amandr e est donc un ani mal parfait ,
à l a mani èr e dont l a sour i s en est un pour l e
commun des hommes. La sal amandr e est aussi bi en
un quadrupède que l e crocodile . Ses


- 92 -
jambes sont gar ni es de doigts ar t i cul és
et f l éxi bl es ;
p347

l es ant ér i eur es en ont quat r e ; l es post ér i eur es,
ci nq. Ent endés au r est e, par l a j ambe, l a
cuisse , l a j ambe proprement dite , et l e
pied .
Tout l e monde sçai t , qu' une jambe est un
t out or gani que, composé d' un nombr e t r ès
consi dér abl e de par t i es osseuses, grandes,
moyennes, petites ; et de par t i es molles
t r ès di f f ér ent es ent r ' el l es. Une jambe est
r evêt ue ext ér i eur ement et i nt ér i eur ement d' un
épiderme , d' une peau , d' un tissu
cellulaire . El l e a des glandes , des
muscles , des artères , des veines ,
des nerfs . Ceux qui possédent un peu
d' anat omi e sçavent de pl us, qu' une glande , un
muscle , une artère sont f or més de l a
r éüni on ou de l ' ent r el acement d' un gr and nombr e de
f i br es et de vai sseaux pl us ou moi ns dél i és,
di f f ér emment combi nés, ar r angés, r epl i és,
cal i br és.
Les jambes de l a sal amandr e of f r ent t out ce
gr and appar ei l de par t i es osseuses et de
par t i es molles . Pour exci t er d' avant age
l ' admi r at i on de mon l ect eur , i l ne ser a pas
nécessai r e que j ' en f asse un dénombr ement éxact ,
et t el que l ' anatomie comparée l e f our ni r oi t .
I l suf f i r a
p348

que j e di se d' apr ès l ' habi l e obser vat eur qui me
ser t de gui de ; que l e nombr e des os des quat r e
j ambes est de quatre-vingt-dix-neuf .
Mai nt enant , ne pr endr a- t - on poi nt pour une
f abl e ce que j e vai s di r e ? Si l ' on coupe l es
quat r e jambes de l a sal amandr e, el l e en
r epousser a quat r e nouvel l es, qui ser ont si
par f ai t ement sembl abl es à cel l es qu' on aur a
r et r anchées, qu' on y compt er a, comme dans
cel l es- ci , quatre-vingt-dix-neuf os.
On j uge bi en que c' est pour l a nat ur e un gr and
ouvr age, que l a r epr oduct i on compl et t e
de ces quat r e j ambes, composées d' un si gr and
nombr e de par t i es, l es unes osseuses, l es aut r es
char nuës : aussi ne s' acheve- t - el l e qu' au bout
d' envi r on un an dans l es sal amandr es qui ont
pr i s t out l eur accr oi ssement . Mai s ; dans l es
pl us j eunes, t out s' opèr e avec une cél ér i t é si
mer vei l l euse, que l a r égénér at i on par f ai t e des
quat r e j ambes, n' est que l ' af f ai r e de peu de
j our s.
p349

Ce n' est donc r i en ou pr esque r i en pour une
j eune sal amandr e, que de per dr e ses quat r e
jambes , et encor e sa queue . On peut même


- 93 -
l es l ui r ecouper pl usi eur s f oi s consécut i ves, sans
qu' el l e cesse de l es r epr odui r e en ent i er . Not r e
excel l ent obser vat eur nous assur e, qu' i l a vu
j usqu' à six de ces reproductions successives,
où il a compté six-cent-quatre-vingt-sept os
reproduits . I l r emar que à cet t e occasi on ; que
l a force reproductive a une si gr ande éner gi e
dans cet ani mal , qu' el l e ne par oî t poi nt di mi nuer
sensi bl ement apr ès pl usi eur s r epr oduct i ons,
puisque la dernière s' opère aussi promptement
que les précédentes .
Une aut r e pr euve bi en r emar quabl e de cet t e
gr ande f or ce de r epr oduct i on, c' est qu' el l e se
dépl oye avec aut ant d' éner gi e dans l es sal amandr es
qu' on pr i ve de t out e nour r i t ur e, que dans cel l es
qu' on a soi n de nour r i r .
Ce n' est pl us l a pei ne que j e par l e de l a
r égénér at i on des par t i es molles , qui r ecouvr ent
p350

l es os des j ambes. On pr ésume assés qu' el l e
doi t s' opér er pl us f aci l ement encor e que cel l e des
par t i es dures ou qui doi vent l e déveni r . On ne
ser a donc pas f or t sur pr i s d' appr endr e ; que si
l ' on obser ve avec l e mi cr oscope l a circulation
du sang dans l es j ambes reproduites , on l a
t r ouver a pr éci sément l a même que dans l es j ambes
qui n' ont souf f er t aucune opér at i on. On y di st i nguer a
net t ement l es vai sseaux qui por t ent l e sang du
coeur aux ext r êmi t és, et ceux qui l e
r appor t ent des ext r êmi t és au coeur .
Lor s que l a r epr oduct i on des jambes commence
à s' éxécut er , on apper çoi t à l ' endr oi t où une
j ambe doi t naî t r e, un pet i t cone gél at i neux,
qui est l a j ambe el l e- même en mi gnat ur e, et dans
l aquel l e on démêl e t r ès bi en t out es l es
articulations . Les doigts ne se mont r ent
pas t ous à l a f oi s. D' abor d l es j ambes
r enaî ssant es ne par oî ssent que comme quat r e pet i t s
cones poi nt us. Bi ent ôt on voi t sor t i r de par t et
d' aut r e de l a poi nt e de chaque cone, deux aut r es
cones pl us pet i t s, qui
p351

avec l a poi nt e du pr emi er sont l es él émens de
t r oi s doigts . Ceux des aut r es doi gt s
appar oi ssent ensui t e.
Si l ' ent i ér e r égénér at i on d' un t out or gani que
aussi composé que l ' est l a j ambe d' un pet i t
quadr upède, est une chose t r ès mer vei l l euse ; ce
qui ne l ' est pas moi ns, et qui l ' est peut - êt r e
davant age, c' est qu' en quel qu' endr oi t qu' on coupe
une j ambe, l a r epr oduct i on donne const amment une
par t i e égale et semblable à cel l e qu' on a
r et r anchée. Si donc l ' on coupe l a j ambe à l a
moi t i é ou au quar t de sa l ongueur , i l ne se
r epr odui r a qu' une moi t i é ou qu' un quar t de j ambe ;
c' est - à- di r e, qu' i l ne r enaî t r a pr éci sément que ce
qui aur a ét é r et r anché. écout ons l ' aut eur l ui - même :


- 94 -
" si au l i eu, di t - i l , de r et r ancher du cor ps de l a
sal amandr e l es j ambes t out es ent i èr es. . . et c. "
p352

nous avons vu, que l a sal amandr e a des mâchoires ,
et qu' el l es sont gar ni es d' un gr and nombr e de
pet i t es dents f or t ai guës. Chaque mâchoi r e est
f or mée par un os ellyptique , auquel el l e doi t
sa f i gur e, ses pr opor t i ons et sa consi st ence. On y
obser ve de pl us di ver s cartilages et di ver s
muscles , des artéres , des veines , des
nerfs , et c. Tout cel a se r épar e, se r égénér e
avec l a même f aci l i t é, l a même pr ompt i t ude, l a
même pr éci si on, que l es extrêmités : mai s ;
nous sommes si f ami l i ar i sés à pr ésent avec t ous
ces pr odi ges, qu' i l s n' en sont pr esque pl us pour
nous. La sal amandr e en a, sans dout e, bi en d' aut r es
à nous of f r i r , pl us ét r anges encor e ; que nous
ne soupçonnons poi nt , et que l a sagaci t é de son
hi st or i en nous dévoî l er a peut - êt r e quel que j our .
p353

J ' ai cr ayonné f oi bl ement l es bel l es découver t es
de Mr Spal l anzani , d' apr ès l e pr éci s qu' i l nous en
a donné l ui - même dans son programme . Que de
nouvel l es l umi èr es n' avons- nous poi nt à at t endr e
du gr and ouvr age, dont ce programme n' est
qu' une si mpl e annonce ! Combi en l a somme des vér i t és
physiologiques s' accr oî t r a- t - el l e par l es
pr of ondes r echer ches du sçavant et sage di sci pl e
de l a nature !
le 21 de juillet 1768.
PARTIE 10

p354

nouvel l es consi dér at i ons de l ' aut eur sur l es
r epr oduct i ons ani mal es.
Nous venons d' assi st er à un gr and spect acl e :
nous avons cont empl é quel ques unes des pl us
br i l l ant es décor at i ons du r ègne or gani que. Ce ne
sont en ef f et pour nous, que de si mpl es
décor at i ons ; car l es machi nes ou l es r essor t s qui
l es éxécut ent , demeur ent cachés der r i èr e une t oi l e
i mpénét r abl e à nos r egar ds. J ' ai t ent é de soul ever
un peu cet t e t oi l e, et j ' ai r acont é dans mes deux
der ni er s ouvr ages, ce que j ' ai ent r evu.
p355

La nat ur e ne m' a poi nt par u f or mer un t out
or gani que, à l a f açon d' une ar doi se ou d' un
cr i st al ; j e veux di r e, par l ' apposition
successi ve de quant i t é de mol écul es, pl us ou moi ns
homogènes, à une pet i t e masse dét er mi née et
commune. Un t out or gani que quel conque ne m' a poi nt
sembl é un ouvr age d' ébéner i e, f or mé d' une
mul t i t ude de pi èces de rapport , qui ont pu
éxi st er à par t l es unes des aut r es et êt r e r éüni es


- 95 -
en des t ems di f f ér ens l es unes aux aut r es. J ' ai
cr u voi r qu' une t êt e, une j ambe, une queuë ét oi ent
composées de par t i es si mani f est ement enchaî nées
ou subor données l es unes aux aut r es, que
l ' éxi st ence des unes supposoi t essent i el l ement l a
coéxi st ence des aut r es. J ' ai cr u r econnoî t r e, par
éxempl e, que l ' éxi st ence des ar t èr es supposoi t
cel l e des vei nes ; que l ' éxi st ence des unes et
des aut r es supposoi t cel l es du coeur , du cer veau,
des ner f s, et c.
Des obser vat i ons éxact es ont concour u avec l e
r ai sonnement pour me per suader l a pr ééxi st ence
si mul t anée des par t i es di ver ses qui ent r ent
dans l a composi t i on du t out or gani que. Ces
obser vat i ons m' ont découver t pl usi eur s de ces
par t i es sous des f or mes, sous des pr opor t i ons
p356

et dans des posi t i ons si di f f ér ent es de l ' ét at
nat ur el , que j e l es aur oi s ent i èr ement méconnues,
si l eur évol ut i on n' avoi t peu à peu mani f est é à
mes yeux l eur vér i t abl e f or me, et ne l eur avoi t
donné un aut r e ar r angement . J ' ai r econnu encor e,
que l ' ext r ême t r anspar ence, comme l ' ext r ême
pet i t esse, l a f or me et l e l i eu des par t i es,
cont r i buoi t égal ement à l es dér ober à mes yeux.
J ' ai donc mi eux compr i s encor e, qu' i l n' y a
poi nt de conséquence l égi t i me de l ' i nvi si bi l i t é
à l a non- éxi st ence, et ce que j ' avoi s t ouj our s
soupçonné, m' a par u écr i t de l a mai n même de l a
nat ur e dans un bout on ou dans un oeuf .
J ' ai donc t i r é de t out ceci une concl usi on
génér al e, que j ' ai j ugée phi l osophi que ; c' est
que l es t out s or gani ques ont ét é or i gi nai r ement
préformés , et que ceux d' une même espèce
ont ét é r enf er més l es uns dans l es aut r es, pour
se dével opper l es uns par l es aut r es ; l e pet i t ,
par l e gr and ; l ' i nvi si bl e, par l e vi si bl e.
J e n' ai poi nt pr ét endu, que cet t e préformation
p357

f ut identique dans t out es l es espèces : j e
sçavoi s t r op combi en l ' i nt el l i gence supr ême a pu
var i er l es moyens qui condui sent à l a même
fin . Tout e l a nat ur e at t est e des f i ns
générales et des f i ns particulières :
mai s ; el l e at t est e aussi que l es moyens qui
l eur sont r él at i f s ont ét é i ndéf i ni ment
di ver si f i és. " j e ne pr ét ens poi nt , di soi s- j e dans
l a pr éf ace de ma contemplation , pr ononcer sur
l es voyes que l e cr éat eur a pu choi si r pour
amener à l ' éxi st ence di ver s t out s or gani ques ;
j e me bor ne à di r e, que dans l ' or dr e act uel de nos
connoi ssances physi ques, nous ne découvr ons aucun
moyen r ai sonnabl e d' expl i quer méchaniquement
l a f or mat i on d' un ani mal , ni même cel l e du moi ndr e
or gane. J ' ai donc pensé, qu' i l ét oi t pl us conf or me
aux f ai t s, d' admet t r e au moi ns comme t r ès pr obabl e,
que l es cor ps or gani sés pr ééxi st oi ent dès l e


- 96 -
commencement .
I l est en ef f et t r ès vr ai sembl abl e, que
différentes par t i es d' un t out or gani que, se
r égénér ent par des moyens différens . La di ver si t é
p358

des par t i es éxi geoi t , sans dout e, cet t e di ver si t é
cor r él at i ve des moyens. I l est assés appar ent ,
que l es par t i es similaires n' ét oi ent pas
f ai t es pour se r égénér er pr éci sément comme l es
par t i es dissimilaires .
Ceci n' est pas même si mpl ement vr ai sembl abl e :
c' est un f ai t que l ' obser vat i on ét abl i t .
L' écorce d' un ar br e, l a peau d' un ani mal
se r égénèr ent par des filamens gél at i neux, qui
sont comme l es élémens d' une nouvel l e écor ce
ou d' une nouvel l e peau. Ces filamens ne
r epr ésent ent pas en pet i t l ' ar br e ou l ' ani mal ;
i l s ne r epr ésent ent en pet i t que cer t ai nes
par t i es similaires de l ' ar br e ou de l ' ani mal ;
j e veux di r e, des f i br es corticales ou des
f i br es charnuës , qui par l eur évolution
f or mer ont une nouvel l e écorce ou une nouvel l e
peau .
Mai s ; l es branches ou l es rejettons d' un
ar br e, l a tête ou l a queuë d' un
ver - de- t er r e sont r epr ésent és en pet i t dans un
bouton végét al ou ani mal . Ce bout on cont i ent
act uel l ement en r accour ci l ' ensembl e des par t i es
intégrantes qui const i t uent l e t out or gani que
particulier .
p359

L' ar br e ou l ' ani mal entiers , l e t out
or gani que général , est r epr ésent é en pet i t dans
une graîne ou dans un oeuf .
Une graîne ou un oeuf n' est pr opr ement
que l ' arbre ou l ' animal concent r é et
r epl i é sous cer t ai nes enveloppes . I l est
pr ouvé que l es pet i t s des vivipares sont
d' abor d r enf er més dans un oeuf , et qu' i l s
en sor t ent dans l e vent r e de l eur mèr e. On
connoi t des ani maux qui sont à l a f oi s
vivipares et ovipares .
J ' ai exposé t out cel a f or t en dét ai l dans mes
considérations sur les corps organisés . J e
r envoye sur t out aux ar t i cl es 179, 180, 181,
244, 245, 253, 254, 306, 315. Si l ' on pr end l a
pei ne de consul t er ces di ver s ar t i cl es, on pr endr a
une i dée pl us net t e de ces di f f ér ent es sor t es de
régénérations ou de reproductions , qu' i l
me suf f i t i ci d' i ndi quer .
J ' apper çoi s bi en des choses dans l es cur i euses
découver t es de Mr Spal l anzani , qui par oî ssent
conf i r mer l es pr i nci pes que j ' ai
p360

adopt és sur l es reproductions animales , et que
j ' ai exposés dans mes der ni er s écr i t s. Par


- 97 -
éxempl e ; ce petit globe qui r enf er me l es
él émens des petites cornes , de l a bouche ,
des lévres et des dents du l i maçon ;
cet t e espèce de noeud f or mé par t r oi s des
cor nes ; ce pet i t bouton qui ne cont i ent que
l es lévres ; t out cel a donne assés à ent endr e,
que l es par t i es intégrantes de l a t êt e du
l i maçon, pr ééxi st ent sous l es di f f ér ent es
f or mes de globe , de noeud , de bouton ,
et qu' i l en est à peu pr ès i ci comme de quel ques
aut r es r epr oduct i ons soi t végétales , soi t
animales que j ' ai décr i t es. La pr i nci pal e
di f f ér ence ne consi st e peut - êt r e que dans l es
tems ou l a manière de l ' évolution .
Nous avons vu qu' i l ar r i ve souvent , que l es
di ver ses par t i es qui composent l a t êt e du l i maçon,
n' appar oî ssent que l es unes apr ès l es aut r es, et
dans un or dr e pl us ou moi ns var i abl e : mai s ; ceci
peut dépendr e de causes ou de ci r const ances
ét r angèr es à l a préformation .
Nous avons r emar qué encor e, que l es jambes de
l a sal amandr e se mont r ent d' abor d
p361

sous l a f or me d' un petit cone gél at i neux, qui
n' est que l a j ambe el l e- même en mi gnat ur e,
et qu' i l en est de même des doigts à l eur
pr emi èr e appar i t i on. Ce cone qui est une
j ambe t r ès en r accour ci , et où l ' on démêl e
néanmoi ns t out es l es articulations ; ces
cones beaucoup pl us pet i t s qui sont des doi gt s,
ne sembl ent - i l s pas assés anal ogues au bouton
végét al ou au bouton ani mal ?
Et si ce qui se r epr odui t dans l a j ambe de l a
sal amandr e, est t ouj our s égal et sembl abl e à ce
qui en a ét é r et r anché, n' est - ce poi nt qu' i l éxi st e
dans t out e l ' ét endue de l a j ambe, des germes ,
qu' on pour r oi t nommer réparateurs , et qui ne
cont i ennent pr éci sément que ce qu' i l s' agi t de
r empl acer ?
I l f aut même, qu' i l y ai t un cer t ai n nombr e de
ces germes dans chaque poi nt de l a j ambe ou
aut our de ce poi nt ; pui sque si l ' on coupe
pl usi eur s f oi s l a j ambe dans l e même poi nt , el l e
r epr odui r a const amment ce qui aur a ét é r et r anché.
J ' ai r appel l é à dessei n dans l a par t i e v de cet
écr i t , une r emar que i mpor t ant e que j ' avoi s
p362

f ai t e ai l l eur s sur l e mot germe . On ent end
communément par ce mot , un corps organisé réduit
extrêmement en petit ; ensor t e que si l ' on
pouvoi t l e découvr i r dans cet ét at , on l ui
t r ouver oi t l es mêmes par t i es essent i el l es, que
l es cor ps or gani sés de son espèce of f r ent t r ès en
gr and apr ès l eur évolution . J ' ai donc f ai t
r emar quer , qu' i l est nécessai r e de donner au mot
de germe une si gni f i cat i on beaucoup pl us
ét endue, et que mes pr i nci pes eux- mêmes supposent


- 98 -
mani f est ement . Ai nsi , ce mot ne dési gner a pas
seul ement un cor ps or gani sé réduit en petit ;
i l dési gner a encor e t out e espèce de
préformation originelle, dont un tout organique
peut résulter comme de son principe immédiat .
I l convi ent que j e dével oppe ceci un peu pl us,
pui sque l ' occasi on s' en pr ésent e, et que l e suj et
l ' éxi ge. J e pr i e mon l ect eur d' écar t er
p363

pour un moment de son espr i t l ' i dée d' un cer t ai n
corps organisé pour ne r et eni r que cel l e d' une
simple fibre .
Une fibre , t out e si mpl e qu' el l e peut par oî t r e,
est néanmoi ns un tout organique , qui se
nour r i t , cr oî t , végèt e. J e r et r anche une de
ses ext r êmi t és, et en peu de t ems el l e r epr odui t
une par t i e égal e et sembl abl e à cel l e que j ' ai
r et r anchée.
Comment peut - on concevoi r que s' opèr e cet t e
reproduction ? J e di s, qu' i l n' est pas
nécessai r e de supposer , que l a par t i e qui se
r epr odui t , pr ééxi st oi t dans l a f i br e sous l a f or me
d' un ger me proprement dit , où el l e ne di f f ér oi t
de l a par t i e r et r anchée que par sa pet i t esse, sa
dél i cat esse et l ' ar r angement de ses mol écul es
const i t uant es : en un mot ; i l n' est pas
nécessai r e de se r epr ésent er l a par t i e qui se
r égénér e comme concent r ée ou r epl i ée sous l a f or me
de globe , de noeud , de bouton , et c. I l
suf f i t de supposer , qu' i l pr ééxi st e aut our de l a
coupe de l a f i br e principale une mul t i t ude
de points organiques ou de fibrilles , qui
sont comme l es élémens de l a par t i e qui doi t
êt r e r epr odui t e.
p364

En r et r anchant l ' ext r êmi t é de l a f i br e,
j ' occasi onne une dér i vat i on des sucs nour r i ci er s
ver s ces points organiques ou ver s ces
fibrilles , qui en pr ocur e l ' évolution .
J e conçoi s donc, que l a par t i e qu' i l s' agi t
de r epr odui r e, peut r ésul t er du dével oppement
et de l a r éüni on des f i br i l l es en un t out
or gani que commun . On sçai t qu' une fibre ,
qu' on nomme simple , est composée el l e- même
d' une mul t i t ude de fibrilles ; cel l es- ci sont
composées à l eur t our d' une mul t i t ude de
molécules , pl us ou moi ns homogènes, qui sont
l es élémens premiers de l a f i br e ; l es
fibrilles en sont l es élémens secondaires .
Mai s ; i l ne se r epr odui t pr éci sément dans l a
fibre , que ce qui en a ét é r et r anché.
J ' essayer oi s de r endr e r ai son de ce f ai t , en
supposant , que l es él émens réparateurs ou
régénérateurs pl acés dans l es di f f ér ens
poi nt s de l a f i br e, ont une ductilité ou une
expansibilité r él at i ve à l a pl ace qu' i l s
occupent ou éxact ement proportionnelle à l a


- 99 -
por t i on de l a f i br e, qu' i l s sont dest i nés à
r empl acer .
Ai nsi , en admet t ant , par éxempl e, sei ze
p365

par t i es dans l a f i br e principale , et en
supposant qu' on l a coupe t r ansver sal ement dans l e
mi l i eu de sa l ongueur ; l es élémens ou
fibrilles l ogés aut our de l a coupe ou de
l ' ai r e de l a f i br e aur ont r eçu un degr é
d' expansi bi l i t é or i gi nel l e, t el qu' en se
dével oppant , i l s f our ni r ont une l ongueur de
8 par t i es ; c' est - à- di r e, qu' i l s r est i t uer ont à
l a fibre une par t i e pr éci sément égal e et
sembl abl e à cel l e qu' el l e avoi t per due.
Le degré de duct i l i t é ou d' expansi bi l i t é de
l a fibre ou des fibrilles , par oî t devoi r
dépendr e en der ni er r essor t de l a nat ur e, du
nombr e et de l ' ar r angement r espect i f des
élémens , et du r appor t secr et de t out cel a à
l a force qui t end à chasser l es sucs
nour r i ci er s dans l es mai l l es de l a f i br e et à
écar t er l es él émens. Cet écar t a un terme , et
ce t er me est cel ui de l ' accroîssement .
Et par ce que si l ' on coupe l a fibre dans l a
par t i e nouvellement reproduite , i l se
r epr odui r a encor e une par t i e par ei l l e à cel l e
qu' on aur a r et r anchée ; i l est nat ur el d' en
i nsér er , que l es él émens secondaires sont
f or més eux- mêmes d' élémens , que j e nommer oi s
du troisiéme ordre
p366

et c. J ' admet t r oi s ai nsi , aut ant d' ordres
primitifs et décroîssans d' él émens, qu' i l y a
de reproductions possibles : car , comme j e l ' ai
souvent r épét é ; j e ne connoi s aucune méchani que
capabl e de f or mer act uel l ement l a moi ndr e
fibre . J e me r epr ésent e t ouj our s une si mpl e
f i br e comme un pet i t t out t r ès or gani sé. J ' ai
di t ci - dessus, par t i x, l es r ai sons qui me
per suadent , que ce t out est bi en pl us composé
qu' on ne l ' i magi ne. La conj ect ur e que j e vi ens
d' i ndi quer sur sa reproduction , aj oût e
beaucoup encor e à cet t e composi t i on, et nous
f ai t sent i r pl us f or t ement , qu' une si mpl e fibre
d' un cor ps or gani sé quel conque, est pour nous
un abî me sans f ond.
Appl i quons ces conj ect ur es à l a r égénér at i on
d' une membrane , d' un muscle , d' un
vaisseau , d' un nerf , pui squ' i l s ne sont
t ous que des r épét i t i ons de fibres et de
fibrilles . Ces f i br es et ces f i br i l l es sont
l i ées l es unes aux aut r es par des filets
t r ansver saux, qui r enf er ment par ei l l ement l es
él émens des nouveaux f i l et s appr opr i és aux
régénérations , et c.
On ent r evoi t , que l ' ar r angement or i gi nel
p367


- 100 -

et r espect i f des f i br es et des f i br i l l es ; l a
mani èr e dont el l es t endent à se dével opper en
conséquence de cet ar r angement ; l ' i négal i t é
pl us ou moi ns gr ande de l ' évol ut i on en di f f ér ent es
f i br i l l es ; l a di ver si t é des t ems et des degr és
de l eur endur ci ssement , peuvent dét er mi ner l a f or me
et l es pr opor t i ons de l a par t i e qui se r égénèr e.
El l es peuvent encor e êt r e pr édét er mi nées par bi en
d' aut r es moyens physi ques, dont j e ne sçaur oi s me
f ai r e aucune i dée ; mai s, qui supposent t ous une
préordination organique , et une pr éor di nat i on
t el l e, que l a par t i e qui se r égénèr e act uel l ement
en soi t l e résultat immédiat .
C' est à l ' ai de de sembl abl es pr i nci pes, que
j e t ent e de me r endr e r ai son à moi - même de l a
régénération d' un t out or gani que similaire .
Mai s ; quand i l est quest i on d' expl i quer l a
reproduction d' un t out or gani que dissimilaire ,
i l me par oî t , que j e sui s dans l ' obl i gat i on
phi l osophi que d' admet t r e, que ce t out
pr ééxi st oi t dans un ger me proprement dit , où
i l ét oi t dessi né t r ès en pet i t et en ent i er .
J ' admet s donc, qu' une tête , une queuë , une
jambe pr ééxi st oi ent or i gi nai r ement sous l a
f or me de
p368

germe , dans l e gr and t out or gani que où
el l es ét oi ent appel l ées à se dével opper un j our .
J e consi dèr e ce t out comme un t er r ei n, et ces
ger mes comme des gr aî nes semées dans ce t er r ei n,
et ménagées de l oi n pour l es besoi ns f ut ur s de
l ' ani mal .
Ai nsi , j e ser oi s por t é à penser , qu' i l éxi st e
au moi ns quat r e genres pr i nci paux de
préformations organiques .
Le pr emi er genr e est cel ui qui dét er mi ne l a
r égénér at i on des composés similaires ; par
éxempl e ; d' une écorce , d' une peau , d' un
muscle , et c. J e di s, qu' à par l er à l a r i gueur ,
ces sor t es de composés ne pr ééxi st ent pas dans
un germe , qui l es r epr ésent e éxact ement en
pet i t : mai s, i l s se forment par l e
dével oppement et l ' ent r el assement d' une mul t i t ude
de filamens dél i és et gél at i neux, qui
appar t i ennent à l ' anci en t out , qui l es nour r i t et
l es f ai t cr oî t r e en t out sens. Ces filamens
ne sont pas pr opr ement des germes
d' écorce , des germes de peau , et c. ; mai s,
i l s sont de pet i t es par t i es constituantes ou
l es élémens d' une écorce , d' une peau ,
et c. Qui n' éxi st e pas encor e, et qui devr a son
éxi st ence à l ' évol ut i on compl et t e
p369

et à l ' ét r oi t e uni on de t ous l es filamens . Si
néanmoi ns on voul oi t r egar der comme un germe ,
chacun de ces filamens pr i s à par t , ce ser oi t


- 101 -
un ger me improprement dit ; car , i l ne
cont i endr oi t que des par t i cul es similaires , et
ne r epr ésent er oi t , pour ai nsi di r e, que l ui - même.
I l ser oi t , en quel que sor t e, à l a nouvel l e
écorce ou à l a nouvel l e peau , ce que
l ' unité est au nombre . C' est ce que j ' ai
voul u expr i mer ci - dessus, en dési gnant l es
principes de ces f i l amens par l es t er mes de
points organiques . I l y a peut - êt r e dans
cer t ai ns ani maux des cl asses l es pl us i nf ér i eur es ;
par éxempl e dans l es polypes , des organes
d' une st r uct ur e si si mpl e, que l a nat ur e par vi ent
à l es former par une sembl abl e voye. On ne
peut pas di r e, à par l er éxact ement , que ces
organes pr ééxi st oi ent tout formés dans
l ' ani mal ; mai s, i l f aut di r e, que l es élémens
organiques dont i l s devoi ent r ésul t er ,
éxi st oi ent or i gi nai r ement dans l ' ani mal , et que
l eur évolution est l ' ef f et nat ur el de l a
dér i vat i on des sucs, et c.
Sui vant ces pr i nci pes, chaque par t i e similaire ,
chaque fibre , chaque fibrille por t e en
soi l es sour ces de réparation r él at i ves aux
di f f ér ent es
p370

per t es qui peuvent l ui sur veni r , et quel l e i dée
cet t e mani èr e d' envi sager un tout organique
ne nous donne- t - el l e poi nt de l ' excel l ence de
l ' ouvr age et de l ' i nt el l i gence de l ' ouvr i er !
I l y a pl us ; nous avons vu ci - dessus, qu' i l f aut
nécessai r ement , que chaque fibre , chaque
fibrille soi t or gani sée avec un ar t si
mer vei l l eux, qu' el l e s' assimile l es sucs
nourriciers dans un r appor t di r ect à sa
st r uct ur e particulière et à ses f onct i ons
propres ; aut r ement l a fibre ou l a
fibrille changer oi t de structure en se
dével oppant , et el l e ne pour r oi t pl us s' acqui t t er
des fonctions auxquel l es el l e est dest i née.
Son organisation primitive est donc t el l e
qu' el l e sépar e, pr épar e et ar r ange l es mol écul es
alimentaires , de mani èr e qu' i l ne sur vi ent ,
à l ' or di nai r e, aucun changement essent i el à sa
méchani que et à son j eu.
Le second genre de préformation que j e
conçoi s dans l es t out s organiques , est cel ui
par l equel une par t i e intégrante , comme une
tête ,
p371

une queuë , une jambe , et c. Par oî t se
régénérer en ent i er . J e di s paroît , par ce
que dans mes pr i nci pes, i l n' y a pas pl us de
vraye r égénér at i on, que de vraye
génér at i on. J e ne me ser s donc i ci du mot de
régénération , que pour dési gner l a si mpl e
évolution de par t i es prééxistentes , et qui
en se dével oppant r empl acent cel l es qui ont ét é


- 102 -
r et r anchées ou que des acci dens ont dét r ui t es, et c.
Qu' on r éf l échi sse un peu pr of ondément sur ce que
j ' ai di t de l ' or gani sat i on de l a t êt e du
limaçon ; sur cel l e de son cer veau, de ses
cor nes, de ses yeux, de sa bouche ; qu' on médi t e
par ei l l ement sur l a st r uct ur e des mâchoi r es, des
j ambes et de l a queuë de l a salamandre ; qu' on
se demande ensui t e à soi - même, s' i l est pr obabl e,
que t ant de par t i es dissimilaires , l es unes
char nuës, l es aut r es car t i l agi neuses, l es aut r es
osseuses, l i ées ent r ' el l es par des r appor t s si
nombr eux, si compl i qués, si di ver s, et qui
f or ment par l eur assembl age un t out si compl et , si
har moni que, si composé et pour t ant si
éxact ement un : qu' on se demande, di s- j e, s' i l
est l e moi ns du
p372

monde pr obabl e, que t ant de par t i es di f f ér ent es
si admi r abl ement or gani sées, si mani f est ement
subor données l es unes aux aut r es, se forment
ou s' engendr ent sépar ément , pi èce apr ès pi èce, par
une sor t e d' apposition ou par une voye
pur ement méchanique , pl us ou moi ns anal ogue
à l a crystallisation , et i ndépendant e de
t out e préformation originelle ?
Un t r oi si éme genre de préformation qu' i l me
sembl e qu' on doi t admet t r e, est cel ui qui
dét er mi ne l a reproduction si mul t anée d' un
nombr e pl us ou moi ns consi dér abl e de par t i es
intégrantes d' une pl ant e ou d' un ani mal .
Tel l e est , par éxempl e, cet t e préformation
en ver t u de l aquel l e l es br anches d' un ar br e
se reproduisent . Chaque br anche est d' abor d
l ogée dans un bouton , qui est une sor t e de
graîne ou d' oeuf . Tout es l es par t i es de
cet t e br anche y sont envel oppées, concent r ées,
pl i ées et r epl i ées avec un ar t , qu' on admi r e
d' aut ant pl us, qu' on l ' obser ve de pl us pr ès. Cet t e
br anche est bi en un ar br e en mi gnat ur e ; mai s,
cet ar br e n' est pas aussi compl et que cel ui que
r enf er me l a graîne : cel l e- ci , cont i ent non
seul ement
p373

l a pet i t e t i ge et ses br anches ; el l e cont i ent
encor e l a radicule : l e bouton ne
r enf er me que l a plumule ou l a pet i t e tige ,
et c. J ' ai expl i qué ceci pl us en dét ai l dans l es
ar t i cl es 180, 181, 182, 255 de mes
considérations sur les corps organisés .
Ce que l a reproduction d' une branche est à
un arbre , l a reproduction d' une partie
antérieure ou d' une partie postérieure
l ' est , en quel que sor t e, à un ver-de-terre . Une
par t i e antérieure de cet i nsect e se mont r e
d' abor d sous l a f or me d' un t r ès pet i t bouton ,
qui par oî t assés anal ogue au bout on végétal .
Ce bout on ne r enf er me pas seul ement une tête


- 103 -
avec t out es l es par t i es qui l a const i t uent ; i l
r enf er me encor e une sui t e d' anneaux et un
assembl age de viscères qui ne f ont pas par t i e
de l a t êt e ; mai s, qui l ' accompagnent et qui se
dével oppent avec el l e. On obser ve à peu pr ès l a
même chose dans l a r epr oduct i on de l a par t i e
antérieure de cer t ai ns vers d' eau douce .
J e ne f ai s qu' i ndi quer i ci quel ques éxempl es
p374

par t i cul i er s : i l s suf f i r ont pour f ai r e ent endr e
ma pensée. Si j e m' ét endoi s d' avant age, cet
écr i t devi endr oi t un t r ai t é d' hi st oi r e nat ur el l e,
et mon pl an ne l e compor t er oi t poi nt : j e passe
donc sous si l ence bi en des choses que j e pour r ai
dével opper ai l l eur s.
Enf i n ; un quat r i éme genre de préformation ,
est cel ui auquel l e cor ps or gani sé entier doi t
son origine .
Les t r oi s pr emi er s genres , comme on vi ent
de l e voi r , ont pour f i n pr i nci pal e l a conser vat i on
et l a r éï nt égr at i on de l ' individu : ce
quat r i éme genre a pour f i n l a conser vat i on de
l ' espéce .
Une pl ant e, un ani mal sont dessi nés en
mi gnat ur e et en entier dans une graîne ou
dans un oeuf . Ce que l a gr aî ne est à l a
plante , l ' oeuf l ' est à l ' animal . J e
r envoye i ci à mon parallèle des plantes et des
animaux , par t x, chapi t r e i i , i i i de l a
contemplation . L' on n' oubl i er a pas ce que j ' ai
di t pl us haut , que l es pet i t s des vivipares
sont d' abor d r enf er més dans des envel oppes
anal ogues à cel l es de
p375

l ' oeuf : on connoî t l es ovaires des
vi vi par es. I l f aut encor e que j e r envoye i ci aux
chapi t r es x et xi , de l a par t vi i de l a
contemplation .
On ne doi t pas néanmoi ns i nsér er de ceci , que
chés t out es l es espèces d' animaux , l es
pet i t s sont d' abor d r enf er més sous une ou pl usi eur s
enveloppes ou dans des oeufs : ce ser oi t
t i r er une conséquence t r op génér al e de f ai t s
par t i cul i er s. L' aut eur de l a nat ur e a r épandu par
t out une si gr ande var i ét é, que nous ne sçaur i ons
nous déf i er t r op des concl usi ons générales .
Combi en de f ai t s nouveaux et i mpr évus sont venus
dét r ui r e de sembl abl es concl usi ons, qu' une l ogi que
sévèr e aur oi t désavouées ! Nous i gnor ons quel est
l ' ét at du polype avant sa naî ssance ; mai s,
nous sçavons au moi ns que l or squ' i l se mont r e sous
l a f or me d' un pet i t bout on, ce bout on ne r enf er me
poi nt un pet i t pol ype, et qu' i l est l ui - même ce
pol ype, qui n' a pas achevé de se dével opper . Nous
sçavons encor e qu' i l éxi st e une aut r e espèce de
polype qui s' of f r e à sa
p376


- 104 -

naî ssance sous l ' appar ence t r ompeuse d' un cor ps
oviforme , qui n' est pour t ant que l e pol ype
l ui - même t out nud, mai s pl us ou moi ns dégui sé.
Les pol ypes à bouquet sont d' aut r es except i ons
bi en pl us si ngul i èr es encor e, et qui nous
convai nquent de pl us en pl us de l ' i ncer t i t ude, pour
ne pas di r e de l a f ausset é, de nos concl usi ons
génér al es. Les ani mal cul es des infusions nous
f our ni r oi ent beaucoup d' aut r es except i ons, et i l
est t r ès pr obabl e que ce qu' on a pr i s chés eux
pour des oeufs , n' en ét oi t poi nt .
J e l ' ai r épèt é pl us d' une f oi s dans mes der ni er s
écr i t s : nous t r anspor t ons avec t r op de conf i ance
aux espèces l es pl us i nf ér i eur es, l es i dées
d' animalité que nous pui sons dans l es
espèces supér i eur es. Si nous r éf l échi ssi ons
pl us pr of ondément sur l ' i mmense var i ét é qui
r ègne dans l ' uni ver s, nous compr endr i ons
combi en i l est absur de de r enf er mer ai nsi l a
nat ur e dans l e cer cl e ét r oi t de nos f oi bl es
concept i ons. J e décl ar e donc, que t out ce
p377

que j ' ai exposé ci - dessus sur l es di ver s genr es
de préformations organiques , r egar de
pr i nci pal ement l es espèces qui nous sont l es pl us
connues ou sur l esquel l es nous avons pu f ai r e des
obser vat i ons éxact es et sui vi es. J e f ai s
pr of essi on d' i gnor er l es loix qui dét er mi nent l es
évol ut i ons de cet t e f oul e d' êt r es
microscopiques , dont l es mei l l eur s ver r es ne
nous appr ennent guèr es que l ' éxi st ence, et qui
appar t i ennent à un aut r e monde, que j e nommer oi s
l e monde des invisibles .
Au r est e ; on compr end assés, par ce que j ' ai
exposé, que l es t r oi s pr emi er s genres de
pr éf or mat i ons organiques peuvent se t r ouver
r éüni s dans l e même sujet , et concour i r à sa
pl ei ne réïntégration .
à l ' égar d de l a force ou de l a puissance
qui opèr e l ' évolution des par t i es préformées ,
j e ne pense pas qu' i l soi t besoi n de r ecour i r à
des qual i t és occultes . I l me sembl e que
l ' i mpul si on du coeur et des vaisseaux est
une cause physique qui suf f i t à t out . Si
l ' impulsion s' af f oi bl i t
p378

beaucoup aux ext r êmi t és ou dans l es der ni èr es
r ami f i cat i ons, i l est t r ès cl ai r qu' el l e ne s' y
anéant i t pas. D' ai l l eur s, l es par t i es préformées
qu' i l s' agi t de f ai r e dével opper en t out sens,
sont d' une t el l e dél i cat esse, que l a pl us l égèr e
i mpul si on des l i queur s peut suf f i r e à l eur s
pr emi er s dével oppemens. à mesur e, que ces par t i es
cr oi ssent , el l es se f or t i f i ent et l ' i mpul si on
augment e, et c.
Dans l es i nsect es qui n' ont pas un coeur


- 105 -
proprement dit , i l y a t ouj our s quel que maî t r e
vai sseau ou quel qu' aut r e organe qui en t i ent
l i eu. On voi t à l ' oei l ce maître vaisseau
éxer cer avec beaucoup de r égul ar i t é ses bat t emens
al t er nat i f s dans de t r ès pet i t es por t i ons de
cer t ai ns vers d' eau douce , coupés par mor ceaux ;
et ces por t i ons devi ennent bi ent ôt des ver s
complets . J ' ai vu t out cel a et l ' ai décr i t .
Les pl ant es se dével oppent comme l es ani maux : i l
y a chés cel l es- l à, comme chés ceux- ci , un pr i nci pe
secr et d' impulsion , qui
p379

se r et r ouve dans chaque par t i e, et qui pr ési de
à l ' évolution .
I l est pr ouvé que l ' irritabilité est l e
pr i nci pe vital dans l ' ani mal . C' est
l ' irritabilité qui est l a vér i t abl e cause des
mouvemens du coeur . Nous i gnor ons encor e l e
pr i nci pe vital de l a pl ant e : peut - êt r e y en
a- t - i l pl usi eur s subor donnés l es uns aux aut r es.
PARTIE 11

p380

Réf l éxi ons sur l es nat ur es pl ast i ques.
Nouvel l es consi dér at i ons de l ' aut eur sur
l ' accr oi ssement , et sur l a pr ééxi st ence du ger me.
Dans un t ems où l a bonne physi que ét oi t encor e au
ber ceau, et où l es espr i t s n' ét oi ent pas
f ami l i ar i sés avec une l ogi que un peu r i gour euse,
on r ecour oi t à des ver t us occultes , à des
natures plastiques , à des ames
p381

végétatives pour expl i quer t out es l es
pr oduct i ons et r epr oduct i ons végét al es et ani mal es.
On char geoi t ces natures ou ces ames du
soi n d' organiser l es cor ps ; on i magi noi t
qu' el l es ét oi ent l es ar chi t ect es des édi f i ces
qu' el l es habi t oi ent , et qu' el l es sçavoi ent l es
ent r et eni r et l es r épar er . Nous nous ét onnons
auj our d' hui qu' un Redi , ce gr and dest r uct eur des
pr éj ugés de l ' anci enne écol e, et qui avoi t
démont r é l e pr emi er l a f ausset é des génér at i ons
équivoques , eut r ecour s à une ame végétative
pour r endr e r ai son de l ' or i gi ne des ver s qui
vi vent dans l ' i nt ér i eur des f r ui t s et de bi en
d' aut r es par t i es des pl ant es. I l sembl e qu' i l
devoi t l ui êt r e t r ès f aci l e, apr ès avoi r découver t
l a vér i t abl e or i gi ne des ver s de l a vi ande, de
conj ect ur er que ceux des f r ui t s avoi ent l a même
or i gi ne, et qu' i l s pr ovenoi ent aussi d' oeuf s
déposés par des mouches. Mai s, i l n' avoi t pas ét é
donné à cet Her cul e de t er r asser t ous l es
monst r es de l ' écol e. On ne par vi ent guèr es à
secouer t ous l es pr éj ugés, même dans un seul genr e.
Quand un géni e heur eux s' él éve un peu au- dessus
de son si ècl e, i l r et i ent t ouj our s quel que chose


- 106 -
du si écl e qui l ' a pr écédé, et de cel ui dans l equel
i l vi t . Ses er r eur s et ses mépr i ses sont un t r i but
qu' i l paye
p382

à l ' humani t é, et qui consol e de sa supér i or i t é
l es ames vul gai r es. Souvent l e vr ai n' est sépar é
du f aux que par une chaî ne d' at omes, et chose
ét r ange ! Cet t e chaî ne équi vaut pour l ' espr i t
humai n à cel l e des cor del i èr es. Kepl er , l e cél èbr e
ast r onome Kepl er , qui avoi t découver t l es deux
cl ef s du ci el et l es avoi t l i vr ées au gr and
Newt on, n' y ét oi t poi nt l ui - même ent r é. Tout ce
que sa phi l osophi e sçut f ai r e, f ut de pl acer dans
l es cor ps cél est es des i nt el l i gences ou des ames
char gées d' en di r i ger l es mouvemens. Newt on, pl us
heur eusement né et doué d' un géni e pl us
phi l osophi que, se ser vi t mi eux des f ameuses cl ef s,
pénét r a dans l e ci el , en chassa l es i nt el l i gences
rectrices , et l eur subst i t ua deux pui ssances
pur ement méchaniques , dont l a mer vei l l euse
éner gi e suf f i t à t out , et auxquel l es t ous l es ast r es
sont demeur és aveugl ément soumi s.
Lor s qu' on ne connoi ssoi t poi nt encor e l es
ét onnant es r epr oduct i ons du polype , on
connoi ssoi t au moi ns cel l es des pat t es et des
j ambes de l ' écrevisse . Un i l l ust r e nat ur al i st e,
qui s' en ét oi t beaucoup occupé, en avoi t i nst r ui t
en 1712 l e monde sçavant , et en avoi t
p383

donné une expl i cat i on t r ès phi l osophi que.
Un aut r e physi ci en cél ébr e n' avoi t poi nt voul u
adopt er cet t e expl i cat i on, et t r op f r appé, sans
dout e, d' une mer vei l l e qu' i l n' avoi t poi nt
soupçonnée, i l pr éf ér a de r enouvel l er dans l e
xvi i i me si ècl e l es vi si ons du xvi i me. " i l ne put
concevoi r , di t son hi st or i en, que cet t e
r epr oduct i on de par t i es per duës. . . et c. "
ce physi ci en, qui avoi t apper çu, l e pr emi er l es
f ameux ani mal cul es spermatiques , ne manqua
pas de char ger l es nat ur es plastiques du soi n
de l es f or mer , et c. C' ét oi t une si ngul i èr e physi que
que l a si enne, et dont i l ne r ougi ssoi t poi nt .
" i l cr oyoi t , que dans l ' homme, l ' ame raisonnable
donnoi t
p385

l es or dr es, . . . et c. "
ce sage ai mabl e dont j e vi ens de t r anscr i r e
l es par ol es, connoi ssoi t bi en l a nat ur e humai ne,
et nous en a l ai ssé dans ses écr i t s i mmor t el s des
pei nt ur es, qu' on ne se l asse poi nt de cont empl er .
I l avoi t r ai son de di r e, qu' il n' y a point
d' idée de la philosophie ancienne qui ait été
assés proscrite pour devoir desespérer de
revenir dans la moderne . Une opi ni on f or t
accr édi t ée par quel ques cél ébr es physi ol ogi st es
de nos j our s, j ust i f i e cet t e r éf l éxi on. Comme i l s


- 107 -
n' ont sçu découvr i r aucune cause méchanique du
mouvement per pét uel du coeur , i l s ont pl acé dans
l ' ame l e pr i nci pe secr et et t ouj our s agi ssant de
ce mouvement . Sui vant eux, l ' ame éxer ce bi en
d' aut r es f onct i ons méchani ques et dont el l e ne se
dout e pas l e moi ns du monde : en un mot ; el l e est
dans l e cor ps or gani sé ce que cer t ai ns
phi l osophes anci ens pensoi ent que l ' ame
universelle ét oi t dans l ' uni ver s. Un gr and
anat omi st e, qui est en
p386

même t ems un excel l ent obser vat eur , et qui en
cet t e qual i t é posséde l ' ar t si di f f i ci l e
d' expér i ment er , a dét r ui t depui s peu cet t e chi mèr e
pneumatologique et f ai t pour l a physiologie
ce que Newt on avoi t f ai t pour l ' astronomie .
I l a subst i t ué à une cause pur ement mét aphysi que,
une cause pur ement méchanique , et dont un gr and
nombr e de f ai t s vus et r evus bi en des f oi s, l ui
ont démont r é l ' éxi st ence, l ' éner gi e et l es ef f et s
di ver s.
Mon dessei n n' est poi nt d' ent r er i ci dans aucune
di scussi on sur l es natures plastiques : el l es
ont t r op occupé des phi l osophes, qui aur oi ent
mi eux empl oyé l eur t ems à i nt er r oger l a nat ur e
el l e- même par des obser vat i ons et des
expér i ences bi en f ai t es. J e doi s l ai sser au
l ect eur j udi ci eux à choi si r ent r e l es
expl i cat i ons que j ' ai données des r epr oduct i ons
organiques , et cel l es auxquel l es l es par t i sans
des ames formatrices et rectrices ont eu
r ecour s.
Ce sont des choses t r ès commodes en physi que,
p387

que des ames . El l es sont t ouj our s pr êt es
à t out éxécut er . Comme on ne l es voi t poi nt , qu' on
ne l es pal pe poi nt et qu' on ne l es connoî t guèr es,
on peut l es char ger avec conf i ance de t out ce qu' on
veut ; par ce qu' i l n' est j amai s possi bl e de
démont r er qu' el l es n' opér er ont pas ce que l ' on
veut . On at t ache communément à l ' i dée d' ame
cel l e d' une subst ance t r ès active et
cont i nuel l ement act i ve : c' en est bi en assés pour
donner quel que cr édi t aux ames : l a di f f i cul t é
du physique f ai t l e r est e.
Que penser oi t - on d' un physi ci en, qui pour expl i quer
l es phénomènes l es pl us embar r assans de l a nat ur e,
f er oi t i nt er veni r l ' act i on i mmédi at e de l a
pr emi ér e cause ? N' éxi ger oi t - on pas de l ui qu' i l
démont r ât aupar avant l ' i nsuf f i sance des causes
physiques ? Si l ' on y r egar de de pr ès, on
r econnoî t r a, que l es par t i sans des causes
métaphysiques en usent assés comme ce
physi ci en. Par ce qu' i l s ne découvr ent pas d' abor d
dans l es l oi x du méchani sme or gani que de quoi
sat i sf ai r e aux phénomènes, i l s r ecour ent à des
pui ssances immatérielles , qu' i l s met t ent en


- 108 -
oeuvr e par t out où l e méchani sme l eur par oî t
i nsuf f i sant . J e l e di soi s
p388

i l n' y a qu' un moment : comme l ' on ne sçaur oi t
cal cul er ce que l es ames peuvent ou ne
peuvent pas, on suppose f aci l ement qu' el l es
peuvent au moi ns t out ce que l e pur méchani sme
ne peut pas. Cet t e mani èr e si commode de
phi l osopher f avor i se mer vei l l eusement l a par esse
de l ' espr i t , et di spense du soi n péni bl e de f ai r e
des expér i ences, d' en combi ner l es r ésul t at s, et
de médi t er sur ces r ésul t at s. Si cet t e sor t e de
phi l osophi e pr enoi t j amai s dans l e monde, el l e
ser oi t l e t ombeau de l a bonne physi que.
Et qu' on n' obj ect e pas, que nous ne connoi ssons
pas mi eux l es forces des cor ps, que cel l es
des espr i t s ; car i l y a une di f f ér ence i mmense
ent r e pr ét endr e sçavoi r ce que l a f or ce d' un cor ps
est en elle-même , et pr ouver par des
expér i ences que cet t e f or ce appar t i ent à ce cor ps,
et qu' el l e est l a cause ef f i ci ent e de t el ou de
t el phénomène. Aut r e chose est di r e ce que
l ' irritabilité est en soi , et démont r er par
une sui t e nombr euse d' expér i ences var i ées,
qu' el l e est pr opr e à l a f i br e musculaire ,
et qu' el l e est l a vér i t abl e cause des mouvemens
du coeur . I l y a de même une di f f ér ence énor me
ent r e pr ét endr e mont r er ce que
p389

l a force qui opèr e l ' évolution est
en soi , et se bor ner si mpl ement à ét abl i r
par des f ai t s bi en const at és, qu' i l y a une
évol ut i on de par t i es préformées . Newt on, l e
sage, l e pr of ond Newt on ne cher choi t poi nt ce que
l ' attraction ét oi t en el l e- même ; i l se
bor noi t modest ement à pr ouver qu' i l éxi st oi t une
t el l e force dans l a matière , et que l es
phénomènes cél est es ét oi ent des r ésul t at s pl us ou
moi ns génér aux de l ' act i on de cet t e f or ce, combi née
avec cel l e d' une aut r e f or ce, aussi physique
qu' el l e.
La mani èr e dont s' opèr e l ' accroîssement des
cor ps or gani sés est assur ément un des poi nt s
de l a physi que organique l es pl us di f f i ci l es,
l es pl us obscur s, et où l e mi ni st èr e d' une ame
végétative met t r oi t l e pl us l ' espr i t à son
ai se. J e ne cher choi s pas à y met t r e l e mi en,
l or sque j e t ent oi s, i l y a envi r on 20 ans, de
pénét r er l e myst èr e de l ' accr oî ssement ou que
j ' essayoi s au moi ns de me f ai r e des i dées un
peu phi l osophi ques de l ' ar t secr et qui l ' éxécut e.
J ' ai t r acé l ' ébauche de ces i dées dans l e
chapi t r e i i du t ome i de mes considérations sur
les corps organisés . J e l es ai un peu pl us
dével oppées dans l e chapi t r e vi du même vol ume,
p390


- 109 -

et j ' en ai donné l e r ésul t at génér al dans
l ' ar t i cl e 170. J e l es ai pr ésent ées sous un aut r e
poi nt de vuë, en t r ai t ant de l a réminiscence
dans l e chapi t r e i x de mon essai analytique
par agr aphes 96, 97, et c. Enf i n ; j e l es ai
cr ayonnées de nouveau dans l e chapi t r e vi i , de l a
par t vi i de ma contemplation de la nature .
Si on l i t avec at t ent i on l es endr oi t s que j e
vi ens d' i ndi quer , on y ver r a, que j e suppose
par t out un fond primordial , dans l equel l es
at omes nourriciers s' i ncor por ent ou
s' incrustent , et qui détermine par
l ui - même l ' ordre sui vant l equel ces at omes
s' i ncr ust ent et l ' espèce d' at omes qui doi vent
s' i ncr ust er .
J e pr ésuppose par t out , que ce f ond primordial
pr ééxi st e dans l e germe . J e f ai s envi sager
l es solides de cel ui - ci comme des ouvr ages
à rézeau , d' une f i nesse et d' une dél i cat esse
ext r ême.
J e f ai s ent r evoi r , que l es élémens composent
l es mailles du r ézeau, et qu' i l s sont f ai t s et
ar r angés de mani èr e, qu' i l s peuvent s' écar t er pl us
ou moi ns l es uns des aut r es, et se pr êt er ai nsi à
l a force qui t end cont i nuel l ement à
p391

chasser l es at omes nour r i ci er s dans l es mai l l es,
et à l es y i ncor por er .
J e n' ai pas r epr ésent é ces élémens comme
de pet i t s cor ps par f ai t ement simples ou comme
des él émens premiers . J ' ai assés donné à
ent endr e, qu' i l s ét oi ent composés eux- mêmes de
cor ps pl us pet i t s. J e ne devoi s pas r emont er pl us
haut ; j e me sui s ar r êt é sur t out aux él émens
dérivés ou sécondai r es, que j ' ai supposé f or mer
l es mai l l es ou l es por es du t i ssu or gani que.
Pour si mpl i f i er mon suj et , j ' ai appl i qué ces
pr i nci pes génér aux à l ' accr oî ssement d' une
simple fibre , et j ' ai t âché de f ai r e concevoi r
l ' ar t secr et par l equel cet t e f i br e conser ve sa
nat ur e pr opr e et ses f onct i ons t andi s qu' el l e
cr oî t .
En esqui ssant ai nsi mes i dées sur
l ' accroîssement en génér al , j e n' i magi noi s
pas que l ' expér i ence l es conf i r mer oi t un j our ou
que du moi ns el l e l es r endr oi t beaucoup pl us
pr obabl es. Tout est si enchaî né dans l ' uni ver s,
qu' i l est bi en nat ur el , que nos connoi ssances,
qui ne sont au f ond que des r epr ésent at i ons pl us
ou moi ns f i dél es de di f f ér ent es par t i es de
p392

l ' uni ver s, s' enchaî nent , comme el l es, l es unes
aux aut r es. Aur oi t - on soupçonné que pour essayer
de r endr e r ai son de l a réminiscence , i l f al l ut
r emont er j usqu' à l a méchani que qui pr ési de à
l ' accr oî ssement des f i br es ? Aur oi t - on de même


- 110 -
soupçonné, que des r echer ches sur l a st r uct ur e
des os et sur cel l e de di ver s corps marins ,
nous condui r oi ent à découvr i r , au moi ns en par t i e,
l e secr et de l a nat ur e dans l ' accroîssement
de t ous l es cor ps or gani sés ?
Un excel l ent anat omi st e, à qui nous devons des
découver t es i nt ér essant es sur di ver s poi nt s de
physiologie , a démont r é, que l es os sont
f or més or i gi nai r ement de deux subst ances, l ' une
membraneuse , l ' aut r e tartareuse ou
crétacée . I l a pr ouvé, que c' est à cet t e
der ni èr e que l ' os doi t sa dur et é : i l a t r ouvé
l e secr et de l a sépar er de l ' aut r e, et en l ' en
sépar ant , i l a r amené l ' os à son ét at pr i mi t i f
de membrane . I l a pl us f ai t encor e ; i l a
r endu à l ' os devenu membr aneux, sa pr emi èr e
dur et é. Pouvoi t - on
p393

mi eux sai si r l a mar che de l a nat ur e, et n' est - ce
pas de cet anat omi st e, pl ut ôt que de
Tour nef or t , qu' on peut di r e, qu' il a surpris
la nature sur le fait ?
Une découver t e en engendr e une aut r e : l e
monde i nt el l ect uel a ses générations , comme
l e monde physi que, et l es unes ne sont pas pl us
de vrayes génér at i ons que l es aut r es.
L' espr i t découvr e par l ' attention l es i dées
qui pr ééxi st oi ent , pour ai nsi di r e, dans d' aut r es
i dées. à l ' ai de de l a réfléxion , i l dédui t
d' un f ai t actuel l a possibilité d' un aut r e
f ai t anal ogue, et conver t i t cet t e possi bi l i t é
en act ual i t é par l ' expérience . Ai nsi , quand
un habi l e homme t i ent une vér i t é, i l t i ent l e
pr emi er anneau d' une chaî ne, dont l es aut r es
anneaux sont eux- mêmes des vér i t és ou des
conséquences de quel ques vér i t és. Not r e cél ébr e
anat omi st e
p394

r éf l échi ssant sur l a st r uct ur e des os, conj ect ur a
que cel l es des coquilles pouvoi t l ui êt r e
anal ogue, et i magi na d' appl i quer à cel l e- ci l es
expér i ences qu' i l avoi t si heur eusement éxécut ées
sur ceux- l à. Voi ci l e pr éci s, sans dout e t r op
déchar né, de ces cur i euses découver t es.
Deux subst ances ent r ent dans l a composi t i on des
coquilles , comme dans cel l e des os .
La pr emi èr e subst ance est pur ement animale
et parenchymateuse . El l e conser ve son
car act èr e pr opr e, aussi l ongt ems que l a coqui l l e
subsi st e, et même l or s qu' el l e est devenue
fossile .
La seconde subst ance est pur ement terreuse
ou crétacée . El l e est sur t out t r ès abondant e
dans l es coqui l l es l es pl us dur es et l es pl us
compact es. C' est uni quement à cet t e subst ance,
que l a coqui l l e doi t sa dur et é. I l en est donc i ci
pr éci sément comme dans l es os .


- 111 -
Le mi cr oscope démont r e que l e tissu de l a
subst ance parenchymateuse est f or mé d' une
mul t i t ude pr esqu' i nf i ni e de t ubes capillaires
r empl i s d' ai r .
p395

Ce parenchyme est une expansi on du
cor ps- même de l ' animal : i l est cont i nu aux
f i br es t endi neuses des ligamens , qui at t achent
l ' ani mal à l a coqui l l e. C' est encor e ai nsi , que
l e parenchyme des os est cont i nu aux
f i br es ligamenteuses des l i ens qui l es uni ssent
l es uns aux aut r es.
Ces f i br es ligamenteuses des coqui l l es sont
ent r el acées de vaisseaux blancs , qui l eur
por t ent l a nour r i t ur e.
L' organisation de l a subst ance
parenchymateuse of f r e de gr andes var i ét és dans
di f f ér ent es espèces de coqui l l es.
En génér al ; el l e par oî t composée de fibres
simples , por euses ou à rézeau , f or mées
el l es- mêmes d' une sor t e de gomme , qui a t ous
l es car act èr es de l a soye , et qui n' en di f f er e
qu' en ce que dans son pr i nci pe, el l e est char gée
d' une quant i t é consi dér abl e de par t i cul es
terreuses , dest i nées à incruster chaque
f i br e.
On obser ve, que l es var i ét és du t i ssu
parenchymateux peuvent se r édui r e à deux
genres principaux , qui ont sous eux bi en des
espèces .
p396

Le i er genre est l e pl us simple . I l est
composé de f i br es qui f or ment par l eur
assembl age des bandelettes réticulaires ,
di sposées par couches l es unes sur l es aut r es.
Le 2 d genre est f or t composé , et pr ésent e
un spect acl e i nt ér essant . I ci l es bandelettes
sont hér i ssées d' une quant i t é pr odi gi euse de
pet i t s poils soyeux , ar r angés en di f f ér ens
sens, et qui f or ment une sor t e de velouté .
Dans quel ques espéces, ces pet i t s poils
composent de j ol i es aigrettes .
Les r i ches couleurs des coqui l l es r ési dent
dans l a subst ance parenchymateuse , devenue
terreuse par l ' incrustation . C' est l a
terre qui se char ge i ci des par t i cul es
colorantes , comme dans l es os . On sçai t ,
que l a r aci ne de garance r ougi t f or t ement l es
os des ani maux qui s' en nour r i ssent ; l a
subst ance t er r euse ou crétacée qui i ncr ust e
l a subst ance membraneuse de l ' os, r et i ent l a
couleur . On sçai t encor e, combi en de vér i t és
nouvel l es cet t e col or at i on des os a i nt r odui t
dans l a physiologie . On
p397

peut voi r dans l e vme mémoi r e de mon l i vr e sur


- 112 -
l' usage des feuilles dans les plantes,
l ' appl i cat i on que j ' ai essayé de f ai r e de cet t e
expér i ence à l a col or at i on du corps ligneux
anal ogue aux os .
Les par t i cul es colorantes dont l es sucs
nourriciers des coqui l l ages sont i mpr égnés,
sont déposées sépar ément dans l es lamelles du
rézeau membr aneux que l a subst ance terreuse
i ncr ust e peu à peu. Par cet t e i ncr ust at i on, ces
l amel l es modifient di ver sement l a l umi èr e.
I magi ner oi t - on que pour pr odui r e ces bel l es
coul eur s changeantes de l a nacre , i l n' a
f al l u à l a nat ur e que pl i sser , r epl i sser ou même
chi f f onner cet t e membr ane di aphane et l ust r ée,
qui const i t ue l a subst ance animale ou
parenchymateuse ? C' est à aussi peu de f r ai x
qu' el l e a sçu dor er si bi en cer t ai ns i nsect es. I l
n' ent r e pas l a pl us pet i t e par cel l e d' or dans
cet t e r i che par ur e : une peau mi nce et br une
appl i quée pr opr ement sur un f ond bl anc, en f ai t
t out l e myst èr e. I ci , comme ai l l eur s, la
magnificence est dans le dessein, et l' épargne
p398

dans l' éxécution . Font enel l e aj oût oi t ,
que dans l es ouvr ages des hommes, l' épargne
étoit dans le dessein et la magnificence dans
l' éxécution : mai s, nos cuirs dorés , où
i l n' ent r e pas non pl us l a moi ndr e par cel l e d' or ,
mont r ent que nous sçavons au moi ns dans cer t ai ns
ar t s, i mi t er l a sage oeconomi e de l a nat ur e.
L' analogie , qui égar e assés souvent l e
physi ci en, n' a pas égar é cel ui dont j e cr ayonne
l es i nt ér essant es découver t es. Apr ès avoi r pénét r é
avec t ant de sagaci t é et de succès l ' admi r abl e
or gani sat i on des coquillages , i l a ét endu
avec l e même succès ses expér i ences à di ver ses
espèces de corps marins . Les pores , l es
madrepores , l es millepores , l es coraux ,
et c. Ont ét é soumi s à ses sçavant es r echer ches.
I l a obser vé par t out à peu pr ès l e même
méchani sme. I l a r econnu que t out es ces
p399

pr oduct i ons, qui of f r ent à l ' oei l de si agr éabl es
et de si nombr euses var i ét és, " sont des massi f s ou
des gr ouppes, . . . et c. "
i l a r econnu encor e, que t ous ces cor ps mar i ns,
aussi bi en que l es coquilles d' oeuf , l es
crustacés , l es bélemnites , l es
glossopètres , l es piquans d' oursin , et c.
Sont
p400

aut ant d' incrustations animales f or mées
essent i el l ement sur l e même modél e que cel l es des
os et des coquilles .
Enf i n ; i l n' a pu se l asser d' admi r er
l ' organisation de l a subst ance animale


- 113 -
de t out es ces pr oduct i ons. On peut en pr endr e une
l égèr e i dée par cel l e des coquilles .
C' est de cet habi l e académi ci en l ui - même,
que j e t i ens des connoi ssances si neuves et si
i nt ér essant es. El l es avoi ent f ai t l a mat i èr e
d' un beau mémoi r e qu' i l avoi t l u à une r ent r ée
publ i que de l ' académi e r oyal e des sci ences, et
el l es avoi ent f ai t aussi cel l e de quel ques- unes
de nos l et t r es. En s' empr essant obl i geamment à
me l es communi quer , i l avoi t bi en voul u m' écr i r e,
qu' el l es l ui par oi ssoi ent conf i r mer pl ei nement
mes pr i nci pal es i dées sur l ' accroîssement ,
et m' i nvi t er à r epr endr e et à pousser pl us l oi n
mes médi t at i ons sur ce gr and suj et .
p401

J e ne di ssi mul er ai poi nt , que j ' ai ét é
ext r êmement f l at t é de cet t e conf or mi t é de mes
i dées avec l es déci si ons de l a nat ur e el l e- même,
et j e ne pr ésumoi s pas d' avoi r aut ant appr oché
du vr ai . On j uger a mi eux encor e de cet accor d,
si j e t r anscr i s i ci quel ques pr oposi t i ons
de not r e académi ci en, qui sont comme l es
r ésul t at s de ses obser vat i ons, et si on pr end l a
pei ne de l es compar er avec ce que j ' ai exposé
dans l e chapi t r e vi i de l a par t i e vi i de l a
contemplation de la nature .
I l admet l a prééxistence des germes des
coqui l l ages. I l l es déf i ni t , des êtres parfaits
qui contiennent en mignature le corps organisé
qui en doit naître avec toutes ses parties
essentielles .
I l di t , qu' il y a une gradation insensible dans
l' accroîssement .
que l' accroîssement se fait par développement.
que le développement est une suite de
l' incorporation des atomes nourriciers qui
s' insinuent dans les pores ou dans les mailles
des fibres élémentaires de la substance animale,
et qui les
p402

étendent et les aggrandissent peu à peu en tout
sens.
qu' à cette extension succède bientôt
l' endurcissement de ces fibres par
l' interposition de la substance terreuse qui les
pénètre et les incruste.
j ' achever ai de dével opper mes i dées sur
l ' accroîssement , en j oi gnant i ci au pr éci s des
découver t es de Mr Her i ssant , quel ques r emar ques
qu' el l es m' ont donné l i eu de f ai r e, et dont j e
l ui ai f ai t par t dans une de mes l et t r es.
I l est à pr ésent pl us que pr obabl e, que
l ' accroîssement des cor ps or gani sés se f ai t
par une sor t e d' incrustation . Le t i ssu
parenchymateux est ce f ond primordial ,
que j e supposoi s const amment dans mes médi t at i ons,


- 114 -
et même dans mes pr emi èr es médi t at i ons. On peut
l e voi r dans l es chapi t r es i i et vi du
p403

t ome i de mes considérations sur les corps
organisés .
Le t i ssu parenchymateux des os, cel ui des
coqui l l es nous r epr ésent ent ce fond primordial
sur l equel l a nat ur e t r avai l l e par t out , et
qu' el l e r empl i t peu à peu de mat i èr es ét r angèr es.
Un mor ceau de coeur de chêne dépose dans l a
machi ne de Papi n une subst ance terreuse .
Le f ond du vase est gar ni d' une subst ance
gél at i neuse : ce qui par oî t pr ouver que l e bois
est f or mé d' une terre f i ne et l égèr e, l i ée par
une sor t e de glu ou de gelée végét al e.
Cet t e terre que l e boi s dépose, est , sans
dout e, anal ogue au tartre ou à l a subst ance
crétacée des os. Mr Her i ssant a démont r é,
que ce tartre est l i é à l a subst ance
cartilagineuse ou membraneuse par une
sor t e de gelée ou de mucus . C' est cet t e
subst ance membraneuse et son mucus qui
se di gèr ent dans l ' est omac du chi en ; l a subst ance
tartareuse ou crétacée est r ej et t ée, et on
l a r et r ouve dans l es excr émens.
p404

Si l a machi ne de Papi n n' agi ssoi t pas t r op
f or t ement ; si el l e ne dét r ui soi t pas t out e l a
conf or mat i on or gani que, l e f ond cortical du
végét al , anal ogue au car t i l age ou au t i ssu
membraneux de l ' ani mal , subsi st er oi t
pr obabl ement . I l f audr oi t i ci un dissolvant ,
qui n' agî t que sur l a subst ance t er r euse, et l ' on
r amèner oi t ai nsi l e bois à son ét at pr i mi t i f
d' écor ce ou de membrane . Le végét al croît
comme l ' ani mal . Si donc nous par veni ons à ext r ai r e
l es mat i èr es étrangères du f ond primordial
où el l es sont incrustées , nous r amèner i ons
l e cor ps or gani sé à son ét at primitif . J e l e
di soi s expr essément à l a f i n de l ' ar t i cl e 170 de
mes considérations .
Nous l ' avons vu ci - dessus : l a subst ance
animale des coqui l l es est f or mée de
bandelettes ou de couches membraneuses . Ces
couches s' i ncr ust ent successi vement . La pl us
ext ér i eur e f or me appar emment l ' extérieur de
l a coqui l l e. Sous cet t e pr emi èr e couche r eposent
une mul t i t ude d' aut r es couches, qui
s' i ncr ust er ont à
p405

l eur t our , et épai ssi r ont l a coqui l l e. Ceci
ser oi t anal ogue au t r avai l de l ' écorce dans
l es ar br es, et à cel ui du perioste dans l es
os .
Le t i ssu parenchymateux se pr ol ongeant dans
l es i négal i t és ou l es pr ot ubér ances pl us ou moi ns


- 115 -
sai l l ant es de cer t ai nes coqui l l es, f our ni t de même
par ses couches à l ' accr oî ssement et à
l ' endur ci ssement de ces pr ot ubér ances.
J ' avoi s donc commi s une er r eur sur l es
coquillages , chapi t r e xxi , par t i i i de l a
contemplation , et cet t e er r eur , j e l ' avoi s
commi se d' apr ès f eu mon i l l ust r e ami Mr De
Reaumur : j ' avoi s di t " qu' i l est t r ès sûr qu' i l
y a des coqui l l es, qui cr oî ssent par
juxtaposition ; qu' el l es se f or ment des sucs
pi er r eux qui t r ansudent des por es de l ' ani mal ;
que son cor ps en est r éel l ement l e moul e, " et c.
Des expér i ences équi voques avoi ent t r ompé
Mr De Reaumur : l a coquille ne cr oî t poi nt
par apposition ou par transudation ; el l e
n' est poi nt moulée sur l e cor ps de l ' ani mal ;
mai s, el l e est une par t i e essent i el l e du cor ps
p406

de l ' ani mal . El l e est , en quel que sor t e, au
coqui l l age, ce que l es os sont aux gr ands
ani maux.
I l y a donc cet t e di f f ér ence essent i el l e ent r e
l ' accr oî ssement par apposition et cel ui par
intussusception , que dans cel ui - ci
l ' apposition se f ai t sur un f ond primordial
organique , et que dans cel ui - l à el l e s' opèr e
i mmédi at ement ou par l e simple contact des
mol écul es. L' expér i ence a démont r é encor e cet t e
vér i t é à Mr Her i ssant . Lor s qu' i l a soumi s l es
concrétions des gout t eux à l ' act i on de son
dissolvant , i l n' a eu apr ès l a di ssol ut i on
aucun r ési du organique : t andi s qu' un f r agment
d' os ou de coquille exposé à l ' act i on
de ce même di ssol vant y l ai sse un r ési du vr ai ment
organique : l e tartre est ext r ai t et l e
parenchyme subsi st e en ent i er .
Chaque par t i e du végét al ou de l ' ani mal a une
organisation qui l ui est propre , d' où
r ésul t ent ses fonctions .
p407

Cet t e or gani sat i on est durable . El l e demeur e
essent i el l ement l a même dans t ous l es poi nt s de l a
dur ée de l ' êt r e. El l e est essentiellement t r ès
en gr and, ce qu' el l e ét oi t aupar avant t r ès en pet i t .
La par t i e s' assimile donc l es sucs nour r i ci er s
dans un rapport direct à son or gani sat i on et
conséquemment à ses f onct i ons.
Nous i gnor ons l e secr et de l ' assimilation .
Mai s nous concevons en génér al qu' el l e dépend
de l a dégradation pr opor t i onnel l e du cal i br e
des vai sseaux et de l ' affinité des mol écul es
nour r i ci èr es avec l es élémens du f ond
primordial .
L' incrustation des os et des coquilles
est une sor t e d' i mi t at i on gr ossi èr e de ce qui se
passe dans l a nutrition et l ' accroîssement
des par t i es l es pl us f i nes et l es pl us dél i cat es


- 116 -
d' un végét al ou d' un ani mal .
Non seul ement l e calibre des vai sseaux
dét er mi ne pl us ou moi ns l es sécrétions ; mai s
l es proportions var i ées des mailles des
di f f ér ens rézeaux doi vent encor e i nf l uer et sur
l es sécr ét i ons
p408

et sur l ' ar r angement des mol écul es nour r i ci èr es.
Les pl us gr ands calibres , l es mai l l es l es
pl us l ar ges admet t ent l es mol écul es l es pl us
gr ossi èr es, et en par t i cul i er l a terre . I l y a
pr obabl ement une f or t e attraction ent r e ces
mol écul es et l es f i br i l l es auxquel l es el l es doi vent
s' uni r . De l à cet t e dureté , pr opr e aux par t i es
osseuses , aux par t i es crustacées et c.
Les pl us pet i t s calibres , l es mailles l es
pl us f i nes n' admet t ent , sans dout e, que t r ès peu de
terre et beaucoup de mol écul es pl us f i nes sont
i nt r odui t es et i ncor por ées. De l à cet t e dél i cat esse
pr opr e aux par t i es l es pl us mol l es.
La glu végét al e et l a glu ani mal e sont l e
lien nat ur el de t out es l es par t i es soi t
primordiales , soi t étrangères . Cet t e gl u
mér i t e l a pl us gr ande at t ent i on : el l e est , sans
dout e, l e pr i nci pal f ond de l a mat i èr e
assimilative ou nutritive des pl ant es et
des animaux .
Les découver t es de Mr Her i ssant sur l es pores ,
l es madrepores , l es coraux , et c.
p409

Nous écl ai r ent beaucoup sur l a vér i t abl e nat ur e
de t out es ces pr oduct i ons mar i nes ; on peut
même di r e qu' el l es nous l a dévoi l ent ent i èr ement .
Mr De Reaumur nommoi t l e corail un
polypier ; comme on nomme un ni d de guêpes un
guêpier . Cet t e i dée ét oi t t r ès f ausse, et a
ét é pour t ant génér al ement adopt ée d' apr ès cet
i l l ust r e nat ur al i st e. Moi - même j e ne me sui s pas
expr i mé éxact ement sur ce suj et dans l ' ar t i cl e
188 de mes considérations : j ' y ai aussi
adopt é l e mot t r ès équi voque de polypier : j e
m' en sui s encor e ser vi chapi t r e xvi i par t vi i i de
ma contemplation . Mon cél èbr e
p410

ami et par ent Mr Tr embl ey, ne s' y est poi nt
mépr i s, et j e r egr et t e qu' i l n' ai t pas publ i é
ses obser vat i ons sur l e corail . On sçai t ,
que ce sont ses admi r abl es découver t es sur l e
polype , qui ont mi s l es nat ur al i st es sur l es
voyes de pénét r er l a vér i t abl e or i gi ne des coraux
et de t ous l es cor ps marins de l a même cl asse.
Le corail n' est donc poi nt un polypier ; i l
n' est poi nt l e nid de cer t ai ns polypes ;
mai s, i l f ai t r éel l ement cor ps avec l es polypes
qui concour ent à sa f or mat i on. Chaque pol ype t i ent
par des pr oduct i ons membr aneuses ou gél at i neuses


- 117 -
à son espèce d' envel oppe. Ces pr oduct i ons
s' incrustent bi ent ôt d' une sor t e de tartre
ou de craye , et s' endur ci ssent peu à peu.
J e pr i e qu' on r emar que bi en que l ' espèce
d' enveloppe dont j e par l e, n' est que l e
polype l ui - même, qui dans son or i gi ne, est
ent i èr ement gél at i neux. Cet t e envel oppe est
pr obabl ement composée d' un t r ès gr and nombr e
de couches, qui s' i ncr ust ent , et s' endur ci ssent
successi vement . Les pol ypes du corail
mul t i pl i ent , comme t ant d' aut r es, par rejettons :
p411

ces r ej et t ons en poussent eux- mêmes d' aut r es
pl us pet i t s. Tous demeur ent i mpl ant és l es uns
sur l es aut r es, et t ous t i ennent à un t r onc
pr i nci pal , qui n' est aut r e chose que l e pr emi er
pol ype générateur . De l à cet t e f or me
branchuë qui est pr opr e au corail , et qui a
cont r i bué à l e f ai r e pr endr e pour une plante
marine .
Au r est e ; t out es l es expér i ences de Mr Her i ssant ,
me donnent l i eu de penser , que l es coquilles
et t out es l es subst ances anal ogues, sont composées
en t r ès- gr ande par t i e d' air et de terre .
On n' a pour s' en convai ncr e qu' à consi dér er cet t e
quant i t é de vai sseaux pl ei ns d' ai r que not r e
sçavant académi ci en a découver t s dans l e
parenchyme , et l a mul t i t ude de bulles , qui
se sont él evées des mor ceaux de coqui l l e, qui
t r empoi ent dans l e di ssol vant . Qu' on se r appel l e
i ci l es bel l es expér i ences de Mr Hal es sur l e
dégui sement de l ' air et sur son i ncor por at i on
aux di f f ér ent es subst ances. I l a démont r é que
pl usi eur s subst ances ne sont que l es deux t i er s ou
l es t r oi s quar t s d' ai r condensé. Quel l e
p412

pr of onde méchani que que cel l e qui éxécut e cet t e
assimilation , ou si l ' on ai me mi eux, cet t e
incorporation de l ' ai r aux subst ances
or gani ques ! Quel ar t que cel ui qui opèr e l a même
chose sur l a lumière ; car i l est pr obabl e que
l a l umi èr e ent r e aussi dans l a composi t i on des
cor ps or gani sés ! Nous ne pouvons pas espér er de
per cer j usqu' à des i nf i ni mens- pet i t s d' un t el
or dr e : c' est déj à beaucoup que nous soyons
par venus à ent r evoi r l e r ol l e que l ' ai r et l a
l umi èr e j ouent i ci . I l est vr ai sembl abl e, que
c' est sur - t out en isolant l es par t i cul es
élémentaires de ces deux f l ui des, que l es
or ganes l es pl us dél i és du t out or gani que opèr ent
l ' i ncor por at i on dont i l s' agi t .
p413

Les i dées que j e vi ens de dével opper , me condui sent
à une concl usi on génér al e : nous appr enons de l a
physi ol ogi e, qu' i l n' est aucune par t i e or gani que,
qui ne soi t r evêt uë ext ér i eur ement et


- 118 -
i nt ér i eur ement du tissu cellulaire ou
parenchymateux . I l est si uni ver sel l ement
r épandu qu' i l embr asse l e syst ême ent i er des
f i br es. On peut donc l e r egar der comme l e
pr i nci pal i nst r ument de l ' accr oî ssement . C' est
dans ses mailles ou dans ses por es, var i és
pr esque à l ' i nf i ni , que se f ont l es di ver ses
incrustations ou i ncor por at i ons, qui
dét er mi nent l e degr é de consi st ence,
l ' accr oî ssement et l es
p414

modi f i cat i ons l es pl us essent i el l es de chaque
par t i e. Mai s ; l ' incorporation des mol écul es
alimentaires suppose l eur séparation d' une
masse commune, l eur pr épar at i on ou l eur
assimilation . Le t i ssu cellulaire est donc
un or gane sécrétoire : i l a ét é const r ui t
dans un r appor t di r ect aux di ver ses f onct i ons
qu' i l devoi t éxer cer , et dont l a nutrition et
l e développement dépendoi ent essent i el l ement .
Les mailles ou l es cellules de ce t i ssu
r enf er ment donc des conditions r él at i ves à
ces i mpor t ant es f i ns. Que de choses, et de choses
i nf i ni ment i nt ér essant es se dér obent i ci à not r e
f oi bl e vuë ! Comment l a mat i èr e alimentaire
est - el l e por t ée au tissu cellulaire ? Comment
y est - el l e r eçue, sépar ée, él abor ée ? Comment l es
mol écul es sépar ées et él abor ées sont - el l es
incorporées au tissu ? Comment
p415

opèr ent - el l es son extension en t out sens ?
Comment ar r i ve- t - i l qu' en se déposant dans l es
mai l l es de chaque par t i e organique , ces
mol écul es n' al t èr ent ni sa st r uct ur e ni ses
pr opor t i ons ? Tout es nos l umi èr es physi ol ogi ques
et t ous l es secour s de l ' ar t ne suf f i sent poi nt
pour écl ai r ci r l es t énébr es épai sses qui couvr ent
i ci l e t r avai l de l a nat ur e, et ce ser oi t bi en
vai nement que nous t ent er i ons de l e devi ner . I l
sembl e que nous ne soyons pas f ai t s pour pénét r er
ces pr of onds myst èr es de l ' oeconomi e or gani que :
i l s n' ont pas assés de pr opor t i on avec nos
f acul t és act uel l es.
J e l e di soi s dans l e chapi t r e i x de mon essai
analytique sur l' ame , par agr aphe 103, en
exposant mes i dées sur l e physique de l a
réminiscence :
p416

" l or sque nous voul ons sai si r l a nat ur e t andi s
qu' el l e est occupée à l ' i mpor t ant ouvr age de
l a nutrition ou du développement , el l e se
couvr e de nuages épai s qui l a dér obent à nos
r egar ds ; et pl us nous t ent ons d' avancer , pl us
ces nuages sembl ent s' épai ssi r . Nous avons beau
r ecour i r aux i mages, aux compar ai sons, aux
hypot hèses, nous ne par venons poi nt à nous f ai r e


- 119 -
une i dée net t e de son t r avai l . Nous sommes donc
r édui t s à nous cont ent er des not i ons génér al es qui
par oî ssent r ésul t er des f ai t s qu' i l nous est
per mi s d' obser ver ; et ce sont ces not i ons dont
j e vi ens de donner un pr éci s. "
j e ne sçaur oi s f i ni r cet t e par t i e, sans di r e
un mot d' une découver t e i mpor t ant e de
Mr Spal l anzani , qui concour t avec cel l es sur
l e poulet à ét abl i r l a prééxistence du
ger me à l a fécondation . I l a compar é l es oeuf s
de gr enoui l l es non-fécondés à ceux qui
l ' avoi ent ét é, et quoi qu' i l aye poussé l a
compar ai son
p417

j usques dans l es pl us gr ands dét ai l s, i l n' a pu
découvr i r l a pl us l égèr e di f f ér ence ent r e l es
uns et l es aut r es.
De cet t e compar ai son est sor t i e une aut r e vér i t é,
i nconnue aux nat ur al i st es qui s' ét oi ent l e pl us
occupés des grenouilles . Mr Spal l anzani a
découver t que ce qu' i l s avoi ent pr i s dans cet t e
espèce d' amphi bi e pour de vér i t abl es oeufs ,
est l ' ani mal l ui - même r epl i é et concent r é ; ensor t e
que l a gr enoui l l e est pl ut ôt vivipare ,
qu' ovipare .
Là- dessus, not r e habi l e obser vat eur f ai t ce
r ai sonnement : " l es oeuf s qui n' ont point
été fécondés ne di f f ér ent en quoi que ce soi t
des oeuf s fécondés ; . . . et c. "
p418

bi en des années avant l es découver t es sur l e
poulet , et par conséquent avant cel l es sur
l es pr ét endus oeufs des grenouilles , j e
m' ét oi s expr i mé ai nsi : " on veut j uger du t ems où
l es par t i es d' un cor ps or gani sé ont commencé
d' éxi st er , par cel ui où el l es ont commencé de
déveni r sensi bl es. On ne consi dér e poi nt que l e
r epos, l a pet i t esse et l a t r anspar ence de
quel ques- unes de ces par t i es, peuvent nous l es
r endr e i nvi si bl es, quoi qu' el l es éxi st ent
r éel l ement . "
l e poulet et l a grenouille se r éüni ssent
donc pour déci der l a f ameuse quest i on, si l e
germe appar t i ent au mâle ou à l a
femelle ou à t ous l es deux ensemble . On
sçai t , qu' on avoi t di sput é pendant bi en des si écl es
sur cet t e quest i on, et l ' on connoî t l es di ver ses
hypothèses auxquel l es el l e avoi t donné
nai ssance. On n' avoi t gar de de soupçonner , que
pour pénét r er l e secr et de l a nat ur e, i l ne f al l ut
qu' éxami ner un oeuf de poul e ou l e fray des
gr enoui l l es. On avoi t donc di scour u pendant des
si écl es sur un poi nt de physi ol ogi e, que
p419

quel ques j our s d' obser vat i on aur oi ent pu déci der :
mai s ; l es hommes aur ont t ouj our s pl us de


- 120 -
di sposi t i on à di scour i r , qu' à obser ver et à
expér i ment er . Le cél ébr e i nvent eur de l a
méthode de phi l osopher , l e gr and Descar t es,
s' i l est besoi n de l e nommer , avoi t - i l soupçonné,
que pour anatomiser l a l umi èr e, i l ne f al l ut
qu' en f ai r e t omber un r ayon sur un prisme ou
obser ver une bulle de savon ? I l connoî ssoi t
l e pr i sme et l a bul l e de savon ; mai s, i l l ui
manquoi t l es yeux du pèr e de l ' optique .
J ' ai sui vi aussi l oi n qu' i l m' a ét é possi bl e,
l es di ver s t r ai t s d' analogie que nous of f r ent
l es végét aux et l es ani maux : j ' ai compar é
ent r ' eux pl usi eur s de ces t r ai t s, et j ' ai cr u
pouvoi r en t i r er cet t e conséquence que l e ger me
du végét al prééxiste à l a fécondation ,
comme cel ui de l ' ani mal . J ' ai mont r é l a gr ande
r essembl ance qui est ent r e l a graîne et
l ' oeuf . L' anat omi e d' une féve ou d' un
pois démont r e, que l a plantule qui y est
l ogée en
p420

ent i er , f ai t cor ps avec ses enveloppes . Les
vaisseaux t r ès dél i és qui se r ami f i ent dans l a
subst ance farineuse par t ent du ger me ou de l a
plantule . J e sui s par venu à injecter ces
vai sseaux par une sor t e d' i nj ect i on nat ur el l e, qui
l es r endoi t t r ès sensi bl es. Or , si l a graine
est à l a pl ant e, ce que l ' oeuf est à
l ' ani mal , ne s' ensui t - i l pas, que si l a gr aî ne
pr ééxi st e à l a fécondation , l a plantule
y prééxiste aussi ?
I l sembl e donc, qu' i l ne s' agi sse pl us, que
de s' assur er de cet t e prééxistence de l a gr aî ne
pour êt r e cer t ai n que l e germe y pr ééxi st e
par ei l l ement . J ' i nvi t e mes l ect eur s à s' en assur er
eux- mêmes par une obser vat i on l a pl us si mpl e et
l a pl us f aci l e, et que j e ne sçache pas néanmoi ns
qui eut encor e ét é f ai t e. J e l a doi s à un
excel l ent obser vat eur , dont
p421

l es yeux ont sçu découvr i r des vér i t és pl us
cachées. I l a t r ès bi en vu, et m' a f ai t voi r t r ès
di st i nct ement l es siliques du pois , avant
l ' épanoui ssement de l a f l eur , ou ce qui r evi ent
au même, avant que l es poussières fécondantes
eussent pu agi r . Une l oupe médi ocr e suf f i soi t pour
f ai r e découvr i r dans ces siliques l es grains ,
qui y ét oi ent r angés à l a f i l e : j e par venoi s sans
pei ne à l es démêl er et même à l es compt er .
Si , pour i nf i r mer ces bel l es pr euves que l es
nouvel l es découver t es, et en par t i cul i er cel l es
sur l e poulet , nous f our ni ssent de l a
prééxistence du ger me à l a fécondation ;
on r ecour oi t à l a supposi t i on qu' une par t i e du
ger me est f our ni par l e coq, l ' aut r e par t i e par l a
poul e, et que l es deux par t i es ou l es deux corps
p422


- 121 -

de l ' embr yon se greffent l ' un à l ' aut r e dans
l ' act e de l a génér at i on ; si , di s- j e, on r ecour oi t
à une par ei l l e supposi t i on, l ' on di r oi t l a chose
du monde l a pl us i mpr obabl e. Mai s ; pour sent i r
f or t ement l ' excès de cet t e i mpr obabi l i t é, i l f aut
pr endr e l a pei ne de descendr e dans l e dét ai l et
dans l e pl us gr and dét ai l . I l f aut se r epr ésent er ,
si on l e peut , ce qu' est un systême vasculeux ,
ce qu' est un systême nerveux : i l f aut
r éf l échi r un peu pr of ondément sur l a pr odi gi euse
composition de l ' un et de l ' aut r e. I l f aut ,
sur - t out , n' oubl i er poi nt , que par mi l es mi l l i er s
et peut - êt r e l es mi l l i ons de vai sseaux de di f f ér ens
or dr es qui composent l e systême vasculeux , i l
n' en est pas un seul qui ne soi t accompagné d' un
nerf , et que l a di st r i but i on des ner f s, comme
cel l e des vai sseaux, of f r e des var i ét és
pr esqu' i nf i ni es. Qu' on se demande apr ès cel a, si
cet t e greffe , qu' on suppose si gr at ui t ement
i ci , est t ant soi t peu pr obabl e.
J e pour r oi s obj ect er encor e. . . mai s, en vér i t é,
ne ser oi t - ce pas me déf i er t r op de l a pénét r at i on
et du di scer nement de mon l ect eur , que
d' ar gument er davant age cont r e une supposi t i on,
qui n' a pas même en sa f aveur ,
p423

l e pl us pet i t ai r de vr ai sembl ance. D' ai l l eur s
j e ne doi s pas oubl i er que j e ne f ai s poi nt
act uel l ement un t r ai t é de l a génération , et j e
ne l ' ai déj a que t r op oubl i é. J e pr i e donc
ceux de mes l ect eur s qui souhai t er ont de
pousser pl us l oi n cet éxamen i nt ér essant , de
consul t er pr i nci pal ement l es chapi t r es i x et x du
t ome i de mes considérations , et l es
chapi t r es vi i i , i x, x, xi , xi i de l a par t i e vi i
de ma contemplation .
à Genthod près de Genève, le 21 de septembre
1768.
PARTIE 12

p3

Ce qu' est un ani mal
aux yeux
de l ' aut eur .
I mper f ect i on
et bor nes nat ur el l es
de nos connoi ssances.
Conséquence ;
que ce monde n' a pas ét é f ai t
pr i nci pal ement pour l ' homme.
Si l ' on a bi en sui vi l e f i l de mes médi t at i ons
sur l a per f ect i on organique , on aur a
conçu de haut es i dées de l a st r uct ur e de
l ' animal , et l ' on se ser a, en quel que sor t e,
pénét r é de l a gr andeur du suj et . J ' en sui s moi - même
si f or t ement pénét r é, que j e ne f er ai


- 122 -
p4

pas di f f i cul t é de di r e, que si un ange nous
dévoi l oi t en ent i er l a méchani que d' une si mpl e
fibre et t ous l es r ésul t at s i mmédi at s et médi at s
de cet t e méchani que, nous acquer r i ons par ce
seul t r ai t des connoi ssances pl us r el evées de
l ' or gani sat i on de l ' ani mal , que par t out es l es
découver t es de l a physiologie moder ne. C' est
que l ' ext r ême ét onnement que nous causer oi t
l a sçavant e const r uct i on de cet t e f i br e si si mpl e,
si peu organisée en appar ence, nous f er oi t
ai sément j uger de cel ui où nous j et t er oi t
l a vuë di st i nct e et complette d' un viscère ,
d' un organe , et sur - t out cel l e de l ' ensemble
de t ous l es or ganes ou du syst ême entier de
l ' ani mal .
Cependant , quand nous connoî t r i ons à f ond
t out ce gr and appar ei l d' or ganes r él at i f à
l ' état actuel de not r e monde, j e me per suade
que nous ne connoî t r i ons encor e que l ' écor ce
ou l es envel oppes de l ' ani mal . Pr enés ce mot
d' enveloppe dans son sens pr opr e et
physiologique ; car , sui vant mes i dées, t out
cel a ne ser oi t poi nt l ' animal . I l ne ser oi t pas
pl us l ' ani mal , que l a chenille n' est l e
papillon .
p5

J ' ai assés mont r é dans l es pr emi èr es par t i es
de cet écr i t , combi en i l est vr ai sembl abl e,
que l es ani maux sont appel l és à r evêt i r un
j our un aut r e état , qui per f ect i onner a et
ennobl i r a t out es l eur s f acul t és. J ' ai assés f ai t
sent i r , que l es moyens physiques de ce
perfectionnement peuvent éxi st er act uel l ement
dans l ' ani mal , et qu' i l s ont pu y éxi st er dès l e
commencement des choses. On compr end
que j e veux par l er de ce germe impérissable
auquel , j e conçoi s que l ' ame est uni e, et
qu' el l e ne doi t poi nt abandonner . C' est cet t e
ame uni e de t out t ems à ce cor ps i nvi si bl e,
qui const i t ue, dans mon hypot hèse, l a vér i t abl e
personne de l ' ani mal . Tout l e r est e
n' en est donc que l ' écor ce, l ' envel oppe ou l e
masque .
Ai nsi , un chi en, un cheval , un cer f , et c.
Ne sont poi nt cet t e t êt e, ce cor ps, ces j ambes,
ces yeux, ces or ei l l es, et c. Que nous voyons,
que nous pal pons et que nous di sséquons :
t out cel a n' est , à mes yeux, qu' un
f our r eau, un habi t , ou comme j e vi ens de l e
di r e, un masque , qui nous cache l a personne ,
et ne nous l ai sse apper cevoi r que ses act i ons.
p6

Af i n donc que nous pussi ons acquér i r une
not i on complette de l ' ani mal , i l f audr oi t que
l ' ange, dont j e par l oi s i l n' y a qu' un moment ,


- 123 -
f i t t omber l e masque, et qu' i l nous mont r ât à
découver t l ' êt r e que l a nat ur e a si
bi en dégui sé. Quel s ne ser oi ent poi nt al or s
not r e sur pr i se et not r e r avi ssement ! Combi en
cet t e mét amor phose nous par oî t r oi t - el l e pl us
ét onnant e que t out es cel l es de l a f abl e ! Mai s ;
t r ès pr obabl ement not r e sur pr i se ser oi t muet t e ;
non seul ement par ce qu' el l e ser oi t ext r ême ;
mai s, sur - t out , par ce que nous manquer i ons de
t er mes pour expr i mer ce qui s' of f r i r oi t à
not r e vuë. Nous ser i ons à peu pr ès dans l e
cas d' un homme qui ser oi t t r anspor t é dans l e
monde de Venus : quand cet homme posséder oi t
t out l e di ct i onnai r e encyclopédique , i l
est bi en pr obabl e qu' i l ser oi t encor e dans
l ' i mpui ssance de décr i r e ce qu' i l découvr i r oi t
dans ce monde- l à.
Que ser oi t - ce enf i n, si l ' ange nous dévoi l oi t ,
en même t ems, t ous l es rapports secr et s
du cor ps aupar avant i nvi si bl e de l ' ani mal avec
son cor ps gr ossi er , et s' i l nous mani f est oi t
encor e t ous l es r appor t s du pr emi er avec l ' état
futur de not r e monde ! La t êt e d' un moucher on
p7

devi endr oi t ai nsi pour nous une bi bl i ot hèque où
nous l i r i ons i nf i ni ment pl us de choses et
de choses i ncompar abl ement pl us i nt ér essant es
et pl us r el evées, que t out ce que
r enf er ment l es pl us r i ches col l ect i ons de
phi l osophi e et d' hi st oi r e nat ur el l e.
Quand j e consi dèr e, que l e l i eu que nous
occupons n' est qu' un poi nt dans l ' espace ; que
not r e vi e n' est qu' un i nst ant dans l a dur ée ;
quand j e r éf l échi s pr of ondément sur l es bor nes
ét r oi t es de nos f acul t és ; sur l ' i mper f ect i on de
nos mét hodes et de nos i nst r umens ; sur l a
l ent eur de nos mouvemens et de t out es l es
opér at i ons soi t de not r e cor ps, soi t de not r e
espr i t ; sur l a pet i t esse, l e l i eu ou
l ' él oi gnement d' un nombr e pr esqu' i nf i ni d' obj et s
qui sont ai nsi hor s de l a por t ée de nos sens et
de nos mei l l eur s i nst r umens ; sur l a nat ur e, l a
mul t i pl i ci t é et l a compl i cat i on des r appor t s
qui l i ent t ous ces obj et s ; quand, di s- j e, j e
r éf l échi s pr of ondément sur t out es ces choses,
et sur une mul t i t ude d' aut r es choses qui en
dépendent ; j e ne pui s m' empêcher de penser ,
que ce monde que nous habi t ons, n' a pas ét é
f ai t pr i nci pal ement pour nous. I l me par oî t
p8

pl us phi l osophi que de pr ésumer , que not r e t er r e
est un l i vr e que l e gr and êt r e a donné à l i r e à des
i nt el l i gences qui nous sont f or t supér i eur es,
et où el l es ét udi ent à f ond l es t r ai t s
i nf i ni ment mul t i pl i és et var i és de son
ador abl e sagesse. J e conçoi s, qu' i l est
d' aut r es i nt el l i gences beaucoup pl us


- 124 -
él evées, qui possédent à f ond des l i vr es
i ncompar abl ement pl us ét endus et pl us di f f i ci l es,
et dont cel ui - ci n' est qu' une page ou pl ut ôt
un par agr aphe.
J e n' ent r epr endr ai pas i ci de mont r er en
dét ai l combi en nos connoi ssances de t out genr e
sont i mpar f ai t es : ce ser oi t l a mat i èr e d' un t r ès
gr and ouvr age, et d' un ouvr age t r op au- dessus
de mes f or ces. I l suf f i r oi t , ce me sembl e,
pour se convai ncr e de l ' ext r ême i mper f ect i on
de t out es nos sci ences et de t ous nos ar t s de
par cour i r ces vast es compi l at i ons
qu' on publ i e de t ems en t ems sous l es di ver s
t i t r es de bibliothèques , de dictionnaires ,
d' encyclopédie , et c. On n' i magi ner a pas, sans
dout e, que des ouvr ages si vol umi neux, ne
soi ent pl ei ns que de vérités ; mai s on penser a,
qu' i l s cont i ennent avec l e pet i t nombr e de nos
connoi ssances certaines et de nos connoi ssances
p9

probables , l e gr and nombr e des opinions et
des r êves de t ous l es t ems et de t ous l es l i eux.
Si quel que chose peut f ai r e par donner aux aut eur s
d' avoi r consacr é dans l eur s r ecuei l s ces
sçavant es chi mèr es, c' est l a consi dér at i on qu' el l es
peuvent ser vi r à l ' hi st oi r e de l ' espr i t - humai n.
I l nous manque un bilan éxact de nos
connoi ssances : l e l i vr e qui l e donner oi t ,
ser oi t l e pl us pr éci eux de t ous l es l i vr es ; i l
ser oi t aussi l e pl us di f f i ci l e à éxécut er . I l
f aut une pr odi gi euse j ust esse d' espr i t pour
donner à chaque chose son j ust e pr i x, et sur - t out
pour appr éci er l es probabilités en t out genr e.
Les corps agi ssent l es uns sur l es aut r es par
di f f ér ent es forces . Ces forces ne nous sont
connuës que par quel ques- uns de l eur s effets .
Le physi ci en obser ve ces effets , et l e
mat hémat i ci en l es cal cul e ; mai s, ni l ' un ni l ' aut r e
ne connoi ssent l e moi ns du monde l es causes
qui opèr ent ces effets .
Le physi ci en obser ve une i nf i ni t é de mouvemens
dans l a nat ur e : i l connoî t l es loix générales
du mouvement ; i l connoî t encor e l es loix
particulières des mouvemens de cer t ai ns
p10

cor ps : l e mat hémat i ci en él ève sur ces
l oi x des théories qui embr assent depui s l es
mol écul es de l ' ai r ou de l a l umi èr e, j usqu' à
Sat ur ne et ses l unes. Mai s, ni l e physi ci en
ni l e mat hémat i ci en ne sçavent l e moi ns du
monde ce que l e mouvement est en soi .
I l n' est pas dout eux, que l e magnétisme ,
l ' électricité , l a chaleur ne t i ennent à
des fluides t r ès subt i l s : une f oul e de f ai t s
nous assur ent de l ' éxi st ence de ces fluides , et
nous en découvr ent l es loix : une mul t i t ude
d' expér i ences nous en mani f est ent l es opér at i ons et


- 125 -
l es j eux di ver s : et pour t ant que connoi ssons- nous de
l a nat ur e intime de ces fluides ? Ri en du t out .
Nous sçavons que l es corps sont f or més
d' élémens ou de par t i cul es primitives :
nous sçavons encor e qu' i l est di f f ér ens ordres
d' él émens : nous sçavons enf i n, au moi ns par l e
r ai sonnement , que de l a nat ur e, de l ' ar r angement ou
de l a combi nai son des élémens , r ésul t ent l es
di ver s composés , dont l es nomenclatures nous
donnent l e f ast ueux cat al ogue : mai s ; que
connoi ssons- nous de l a nat ur e intime des él émens,
de l eur arrangement ou de l eur s combi nai sons ?
Ri en du t out .
p11

Quel l e n' est donc poi nt l ' i mper f ect i on de nos
connoi ssances sur l es composés , t andi s que nous
i gnor ons pr of ondément l e secr et de l eur formation !
Le chymi st e se vant er oi t - i l de l e connoî t r e ? I l
cr oi t décomposer l es mixtes ; i l ne f ai t que
l es di vi ser gr ossi ér ement : i l démol i t un bât i ment ,
et nous mont r e un t as de r ui nes. A- t - i l per cé j usques
dans l ' intérieur , dans l a subst ance même
de ces mat ér i aux ent assés ? Et combi en de ces
mat ér i aux qui échappent à ses sens et à ses
i nst r umens ! Combi en en est - i l qu' i l méconnoi t
ent i èr ement par ce qu' i l s sont t r op dégui sés !
On a di sséqué l es plantes , l es animaux , et si
l ' on veut , l a lumière : on a anal ysé l ' air :
en connoi ssons- nous mi eux l a st r uct ur e intime
des pl ant es et des ani maux ? En sçavons- nous mi eux
ce qu' un gl obul e de l umi èr e, une mol écul e d' ai r sont
en eux- mêmes ? En possédons- nous mi eux l e vér i t abl e
secr et de l a composition d' un r ayon sol ai r e ?
Le pl us habi l e physi ci en pour r oi t - i l nous di r e
pr éci sément pour quoi un r ayon rouge est moi ns
réfrangible qu' un r ayon violet ? Pour r oi t - i l
p12

nous di r e encor e comment l es sept r ayons
colorés se r éüni ssent pour f or mer un r ayon
principal ? Pour r oi t - i l nous di r e enf i n, quel
est l e principe de cet t e pr odi gi euse cél ér i t é de
l a l umi èr e, qui l ui f ai t par cour i r 33 mi l l i ons de
l i euës en 7 ou 8 mi nut es ? Et combi en de quest i ons
particuliéres , qui sont envel oppées dans ces
quest i ons générales , et que l a physi que moder ne
ne r ésout poi nt !
L' excel l ent analyste de l ' ai r connoi ssoi t - i l mi eux
l e f ond de l a méchani que de ce f l ui de, que l e gr and
anal yst e de l a l umi èr e ne connoi ssoi t l e secr et de
l a composi t i on d' un r ayon coloré ? Si on avoi t
demandé à ce pr of ond anal yst e de l ' ai r , comment
ét oi ent f ai t es l es par t i cul es intégrantes de ce
f l ui de ; d' où l ui venoi t ce pr odi gi eux ressort ;
comment - i l per doi t son élasticité, comment - i l
l a r ecouvr oi t ; comment - i l t r ansmet t oi t t ous
l es tons ? Que pense- t - on qu' i l aur oi t r épondu


- 126 -
à t out es ces quest i ons ?
I nt er r ogés cet excel l ent physi ci en qui
p13

s' est pl u à appr of ondi r l a f or mat i on de l a glace ,
et à ét udi er l es j eux de l a nat ur e dans ce
phénomène si commun et si i nt ér essant : demandés- l ui
si ses pr of ondes r echer ches l ui ont découver t l e
vér i t abl e secr et de cet t e formation , et s' i l
sçai t pr éci sément pour quoi l es filets de l a
gl ace tendent à s' assembl er sous un angl e de
60 degr és ? I l vous r épondr a modest ement qu' i l n' a
l à- dessus que de pur es conj ect ur es, et que cet t e
tendance si ngul i èr e dépend, sans dout e, de la
structure intime des particules intégrantes de
l' eau et de la matière éthérée élastique qui les
pénètre . I l f i ni r a par vous di r e, qu' i l f ai t
pr of essi on d' i gnor er comment est f ai t e une
molécule d' eau ou une particule d' éther .
La physi que moder ne, cet t e physi que qui nous par oî t
si per f ect i onnée, ne peut donc pas même nous
appr endr e comment se f or me un si mpl e f i l et de
gl ace ni comment deux de ces f i l et s se
r éüni ssent sous un cer t ai n angl e. Nous appr end- el l e
mi eux comment se f or me un sel , un cristal ?
Les Mal pi ghi , l es Gr ew, l es Swammer dam, l es
Mor gagni , l es Hal l er ne nous ont mont r é que l a
pr emi èr e super f i ci e des pl ant es et des ani maux ; et
cet t e super f i ci e
p14

éxi geoi t pour t ant t ous l es t al ens et t out e
l a sagaci t é de ces gr ands maî t r es pour êt r e bi en
vuës : quel l e i nt el l i gence, quel l e capaci t é, quel s
moyens ser oi ent donc nécessai r es pour at t ei ndr e à l a
seconde super f i ci e ! Et ce ne ser oi t encor e
qu' une superficie ! Nous autres anatomistes,
di soi t avec aut ant d' espr i t que de vér i t é un des
mei l l eur s scr ut at eur s de l a nat ur e ; nous sommes
comme les crocheteurs de Paris, qui en connoissent
toutes les ruës jusqu' aux plus petites et aux
plus écartées ; mais qui ne sçavent pas ce qui se
passe dans les maisons.
cet habi l e homme avoi t r ai son : l ' anat omi st e voit
des vaisseaux , des nerfs , des glandes ,
des muscles , des viscères , et c. Et i l ne
sçai t pas seul ement comment est f ai t e une
simple fibre . à f or ce de r echer ches et
d' expér i ences i l par vi ent à s' assur er de l ' éxi st ence
d' une pui ssance i nvi si bl e qui ani me t out l e
syst ême musculaire ; i l nomme cet t e pui ssance
l ' irritabilité ; i l sçai t que c' est par el l e que
l a f i br e musculaire se cont r act e, et c' est l à
t out
p15

ce qu' i l en connoi t de cer t ai n. I l i gnor e donc aussi
pr of ondément ce que cet t e pui ssance est en soi ,
que l ' ast r onome i gnor e ce que l ' attraction est


- 127 -
en elle-même .
Demandés au pl us sçavant des anat omi st es, s' i l sçai t
pr éci sément comment s' opér ent l es sécrétions ?
comment sont f ai t s l es organes qui l es
éxécut ent ? comment se f or me un globule de
sang, une gout t e de bile , de lait ou de
lymphe ? Si cet anat omi st e est aussi modest e
que sçavant , i l r épondr a par un je n' en sçais rien .
Lui demander és- vous apr ès- cel a, s' i l sçai t ce
que sont pr opr ement l es esprits-animaux ? Quel
est l a st r uct ur e intime des organes qui l es
pr épar ent ou qui l es f i l t r ent ? comment i l s sont
pr épar és ou f i l t r és ? comment i l s agi ssent ?
comment sont const r ui t s l es canaux
i nf i ni ment dél i és qui l es condui sent aux di f f ér ent es
par t i es du cor ps ? comment i l s y sont condui t s
avec t ant de cél ér i t é, de j ust esse et de f or ce ?
à t out es ces quest i ons, et à mi l l e aut r es sembl abl es,
l e sage anat omi st e r épondr oi t encor e par un je n' en
sçais rien .
Qu' on y pr enne gar de néanmoi ns : un cor ps organisé
quel conque est un systême dont t out es
p16

l es pi èces sont si ét r oi t ement enchaî nées ent r ' el l es,
que l ' i gnor ance absol uë sur l a pl us pet i t e pi èce,
doi t nécessai r ement r épandr e de l ' obscur i t é sur t out
l e syst ême. Par une conséquence nat ur el l e de ce
pr i nci pe ; si nous connoi ssi ons à f ond comment
est f ai t e une simple fibre ; comment cet t e f i br e
se nour r i t ; comment el l e s' assimile ou
s' i ncor por e l es mol écul es alimentaires ; comment
el l e croît par cet t e i ncor por at i on ; si , di s- j e,
nous possédi ons à f ond cel a, nous connoi t r i ons,
comment le corps entier se nourrit, croît ou
végète, et nous résoudrions facilement une foule de
problêmes anatomiques.
C' est ainsi, que l' obscurité impénétrable, qui
enveloppe les él émens des corps, se répand
sur toute la nature, et ne nous la laisse voir
que comme une grande éni gme , dont les philosophes
cherchent vainement le mot depuis trois mille ans.
Et que dirai-je du plus profond de tous les mystères
que renferme la création terrestre, l' uni on de
l' ame et du corps ! Que sçavons- nous de cer t ai n
sur cet t e union si ét onnant e ?
i 17
deux pet i t s f ai t s, dont , à l a vér i t é, nous dédui sons
bi en des conséquences, mai s, qui ne nous écl ai r ent
poi nt du t out sur l e comment de l a chose. Nous
sçavons, à n' en pouvoi r dout er , qu' à l ' occasi on
du mouvement d' un cer t ai n ner f , l ' ame a une cer t ai ne
sensat i on. Nous sçavons encor e t r ès cer t ai nement ,
qu' à l ' occasi on d' une cer t ai ne sensat i on, l ' ame
a une cer t ai ne vol i t i on, qui est accompagnée d' un
cer t ai n mouvement dans une ou pl usi eur s par t i es de
son cor ps. Mai s ; sçavons- nous t ant soi t peu
comment l ' ébr anl ement d' un cer t ai n ner f f ai t
naî t r e ou occasi onne dans l ' ame une cer t ai ne
sensat i on, et comment à l ' occasi on d' une cer t ai ne


- 128 -
vol i t i on i l s' exci t e un cer t ai n mouvement dans une
ou pl usi eur s par t i es du cor ps ? L' ame, t ouj our s
pr ésent e à son cor ps, ne sçai t pas l e moi ns du monde,
comment el l e l ui est présente . El l e a un
sent i ment t r ès cl ai r de son éxistence ou de son
moi ; el l e sçai t t r ès bi en ce qu' el l e n' est pas,
et i gnor e pr of ondément ce qu' el l e est . El l e voi t ,
ent end, goût e, pal pe, meut , et n' a pas l a pl us
l égèr e connoi ssance du secr et de t out es ces
opér at i ons. El l e ne connoi t pas mi eux ce cer veau
sur l equel el l e opèr e ou par oî t opér er , qu' el l e ne
connoi t l e fond de son
p18

êt r e. Tout ce qu' el l e voi t , ent end, goût e,
pal pe l ui par oî t hors d' elle , et un r ai sonnement
t r ès si mpl e l a convai nc que t out cel a se passe
en elle . Les géni es pui ssans qui ont t ent é, dans
ces der ni er s t ems, de pénét r er ce myst èr e, nous ont
ét onnés par l a si ngul ar i t é ou l a har di esse de
l eur s i nvent i ons, et ne nous ont poi nt du t out
i nst r ui t s.
Voi l a déj à bi en des t r ai t s f r appans de not r e
i gnor ance : combi en d' aut r es t r ai t s pour r oi s- j e
en r assembl er , qui ne par oî t r oi ent pas moi ns
f r appans ! Ce gl obe que nous habi t ons, sur l equel
nous voyageons ou pl ut ôt nous r ampons ; ce gl obe
dont nous décr i vons si pompeusement l a super f i ci e,
et dans l equel nous pr at i quons avec l e doi gt de
pet i t s t r ous, qu' i l nous pl ai t d' appel l er de
profondes mines ; ce gl obe sur l equel s' él èvent
çà et l à de pet i t es excr oi ssances que nous nommons
des montagnes , dont à f or ce de trigonométrie
nous avons l a gl oi r e de mesur er l ' él évat i on, et dont
apr ès bi en des t r avaux, nous par venons à dét acher
quel ques pet i t s grains , ou f r agmens, que nous
nommons d' énor mes blocs de pierre ; ce gl obe
dont nous dét er mi nons avec t ant de pr éci si on l a
f i gur e,
p19

l es di mensi ons, l e l i eu, l es mouvemens, et sur
l equel nous f ai sons t ant et de si bel l es r echer ches ;
ce gl obe, di s- j e, dont nous modi f i ons l a sur f ace
de mi l l e et mi l l e mani èr es, et que nous cr oyons
bonnement êt r e f ai t t out expr ès pour nous, l e
connoi ssons- nous mi eux que ses pr i nci pal es
pr oduct i ons ? Avons- nous per cé j usques dans ses
ent r ai l l es ? Nous sommes- nous pr omenés aut our de
son cent r e ? Avons- nous pénét r é dans ce cent r e même ?
Pouvons- nous di r e ce qu' i l r enf er me ? Sçavons- nous
où r ési de ce f ond per manent de chal eur , i nhér ent à
l a t er r e, i ndépendant de l ' act i on du sol ei l , et
qui pr évi ent l ' engour di ssement génér al ? Nous
sommes- nous i nt r odui t s dans l es l abor at oi r es de l a
nat ur e ? L' avons- nous sur pr i se dans l e t r avai l ?
Avons- nous découver t comment el l e f or me l es
mét aux, l es mi nér aux, l es pi er r es pr éci euses ?
Sçavons- nous comment el l e pr épar e ces mat i èr es


- 129 -
i nf l ammabl es, dont l ' embr asement pl us ou moi ns subi t ,
ébr anl e pr esque en un i nst ant de si gr ands
cont i nens ? Tout es ces choses et une i nf i ni t é d' aut r es
qui en sont des dépendances nat ur el l es, demeur ent
ensevel i es pour nous dans une nui t i mpénét r abl e, et à
pei ne connoi ssons- nous l ' épiderme de not r e gl obe.
p20

Nous voyons t r ès bi en, que cet épi der me est composé
de couches à peu pr ès par al l èl es, de di f f ér ens
gr ai ns, t ant ôt hor i zont al es, et t ant ôt pl us ou moi ns
i ncl i nées à l ' hor i zon. Nous par venons assés f aci l ement
à dénombr er cel l es de ces couches qui sont à not r e
por t ée, à l es car act ér i ser , à l es mesur er , à
décr i r e, au moi ns de gr os en gr os, l es di ver ses
pr oduct i ons qu' el l es r enf er ment , à assi gner l ' or i gi ne
de quel ques- unes : mai s ; est - ce l à connoître
l ' épi der me de not r e gl obe ? Découvr ons- nous t out
cet épi der me ? Ce que nous en découvr ons n' est au
pl us que l a pr emi èr e pel l i cul e, qui est f or mée
de ces couches que nous décr i vons et que nous
dénombr ons avec t ant de compl ai sance et de dét ai l .
Sçavons- nous néanmoi ns, comment ces di ver ses
couches ont ét é f or mées ? Sommes- nous en ét at
d' assi gner précisément l es t ems, l a mani èr e,
l es pr ogr ès et t out es l es ci r const ances de l eur
f or mat i on ? Sommes- nous par venus à nous démont r er
à nous- mêmes l a véritable origine de ces
gr ands amas de coquillages et d' aut r es corps
marins , qu' on r encont r e si f r équemment dans ces
couches ? Avons- nous sur ces obj et s i nt ér essans
pl us que des conjectures ?
p21

Ces conj ect ur es ne se cont r edi sent - el l es poi nt l es
unes l es aut r es ? Ne cont r edi sent - el l es poi nt l es
f ai t s ?
Mai s ; pour quoi m' ar r êt er oi s- j e pl us l ongt ems
à mont r er combi en nos connoi ssances sur l a
structure de not r e gl obe, sont i mpar f ai t es : à
quoi bon i nsi st er davant age sur ces menus dét ai l s
et sur cent aut r es de même genr e ? Avons- nous l a
moi ndr e connoi ssance de ce qu' ét oi t not r e gl obe avant
cet t e révolution , qui l ui a f ai t r evêt i r l a
f or me que nous l ui voyons auj our d' hui ? Sçavons- nous
ce qu' ét oi t ce cahos qui a pr écédé l a naî ssance
ou pl ut ôt l a renaîssance des choses ? Que di r ai - j e
enf i n ? . . . connoi ssons- nous l es r appor t s secr et s qui
l i ent l ' ordonnance de not r e gl obe à ce gr and
systême astronomique , dont i l f ai t par t i e ?
J e l e di soi s ai l l eur s : i l est un monde des
invisibles ; j e n' ent ens pas par ce mot , l e
monde des esprits : j ' ent ens cet assembl age
d' êtres organisés , que l eur ef f r oyabl e pet i t esse
met hor s de l a por t ée de nos sens et de nos
p22

i nst r umens l es pl us par f ai t s. Si on supposoi t , que
l ' animalcule 27 mi l l i ons de f oi s pl us pet i t


- 130 -
qu' un ciron , est l e der ni er t er me de not r e vuë
microscopique , j e di r oi s, qu' i ci ser oi ent l es
l i mi t es du monde visible . Mai s ; où est l e
phi l osophe qui ne conçoi ve t r ès- bi en, que cet
animalcule peut êt r e une baleine pour beaucoup
de ces êt r es qui habi t ent l e monde des invisibles ?
J e ne veux pas néanmoi ns écr aser l ' i magi nat i on sous
l e poi ds i mmense de cet t e sor t e d' infini :
j e ne veux que per suader à l a r ai son, des choses qui
sont f ai t es uni quement pour el l e. Pouvons- nous di r e
que nous connoi ssi ons l ' animalcule dont i l
s' agi t ? Nous sçavons qu' i l éxi st e ; nous avons
apper çu quel ques- uns de ses mouvemens ; i l s nous ont
par u spontanés , et c' est à quoi se r édui t t out e
not r e connoi ssance. Mai s ; nous a- t - i l ét é donné
de découvr i r l es di ver s r essor t s qui f ont mouvoi r
cet at ome vi vant ? Pouvons- nous per cer dans l es
abî mes de son or gani sat i on ; cont empl er à nud l e
syst ême ent i er de ses vaisseaux , de ses nerfs ,
de ses viscères , et c. ? Cet animalcule se
pr opage : pouvons- nous assi gner au j ust e l e r appor t
de sa gr andeur à cel l e de ses
p23

pet i t s ? Que di s- j e ! Connoi ssons- nous l es
pr opor t i ons sous l esquel l es ces pet i t s éxi st oi ent ,
l or s que l ' animalcule l ui - même ne f ai soi t que
de naî t r e ? Et que ser a- ce encor e que cet t e
pet i t esse déj à si pr odi gi euse, quand nous voudr ons
r emont er pl us haut dans l ' or i gi ne de cet t e espèce
d' animalcules ! N' oubl i ons poi nt sur - t out
qu' el l e t i ent encor e au monde visible , pui sque
nous pouvons au moi ns l ' apper cevoi r à l ' ai de de nos
mei l l eur s mi cr oscopes : que penser ons- nous donc de
ces espèces, i ncompar abl ement pl us dégr adées, et à
l ' égar d desquel l es, cel l e- ci est une baleine ?
Ces r éf l éxi ons me r appel l ent f or t ement à ces
germes , dont t ous l es êt r es or gani sés t i r ent
l eur or i gi ne, et qui composent l a par t i e l a pl us
consi dér abl e de ce monde d' infiniment petits ,
qui ne peut êt r e apper çu que par l es yeux de l a
r ai son. Si l es f ai t s l es mi eux const at és ; si l es
r ai sonnemens l es pl us l ogi ques, concour ent à ét abl i r
une préformation organique ; i l f aut que l es
êt r es vivans ayent éxi st é dès l e commencement
des choses ; ou i l f audr oi t di r e, qu' i l y a eu un
t ems dans l equel r i en d' organisé n' ét oi t , et
qu' i l est venu un
p24

t ems où quel que chose d' organisé a commencé
d' êt r e, par l a ver t u d' une cer t ai ne méchanique
à nous i nconnuë.
J e ne r evi endr ai pl us à combat t r e ces hypot hèses
pur ement méchaniques qu' on a i magi nées pour
essayer de r endr e r ai son de l a pr emi èr e or i gi ne des
êt r es vi vans : l e l ect eur j udi ci eux convi endr a sans
pei ne, que l es déci si ons l es pl us cl ai r es et l es
pl us mul t i pl i ées de l a nat ur e ne l eur sont poi nt


- 131 -
f avor abl es.
Mai s ; ces germes que nous pr éf ér ons d' admet t r e ;
ces ger mes qui doi vent êt r e aussi anci ens que
l ' uni ver s ; ces ger mes où l ' organique va
s' abî mer dans une si épouvant abl e pet i t esse ;
ces ger mes, di s- j e, l es connoi ssons- nous t ant soi t
peu ? Pouvons- nous déci der s' i l s ont ét é
emboîtés or i gi nai r ement l es uns dans l es aut r es,
ou s' i l s ont ét é disséminés , à l a nai ssance du
monde, dans t out es l es par t i es de l a nat ur e ? S' i l
est des r ai sons qui r endent l ' emboîtement
pl us pr obabl e que l a dissémination ;
p25

si l ' emboî t ement est l a loi de l a nat ur e ;
pouvons- nous di r e que nous soyons f ai t s pour
cont empl er à découver t ces di ver s or dr es d' infinis ,
t ouj our s décr oi ssans, abî més l es uns dans l es
aut r es, et qu' un dével oppement , pl us ou moi ns l ent ,
t end cont i nuel l ement à r appr ocher des f r ont i èr es du
monde visible ? Sçavons- nous comment
s' opèr ent l es premiers accr oî ssemens de ces
points vivans , et quel l e est l a pr ogr essi on que
sui vent ces accr oî ssemens dans l es di f f ér ens
ordres de ces points organiques ?
J e m' ar r êt e : j ' en ai di t assés pour l e but que j e
m' ét oi s pr oposé : mai nt enant , j e pr i e mon l ect eur
de peser t out es ces r éf l éxi ons, d' anal yser t out es
ces quest i ons aut ant qu' i l en ser a capabl e, et de
me di r e apr ès cel a, s' i l est pr obabl e que ce monde
ai t ét é f ai t principalement pour nous ? J e
veux néanmoi ns supposer pour quel ques momens, que
nous sommes l es pr i nci paux obj et s de l a cr éat i on
terrestre . Dans cet t e supposi t i on, r et r anchons
l ' homme de dessus l a t er r e : i l n' y a pl us de
cont empl at eur des oeuvr es du t out - pui ssant : c' est
en vai n que l es t r oi s r ègnes ét al ent ces t r ésor s de
sagesse et de bont é
p26

que not r e cont empl at eur admi r oi t , et qui él evoi ent
son ame à l a sour ce ét er nel l e de t out e per f ect i on.
Les ani maux dans l esquel s l e sent i ment est l e pl us
dével oppé, j oui ssent , i l est vr ai , du bi enf ai t de l a
cr éat i on ; mai s, i l s ne peuvent réfléchir sur
ce bi enf ai t et r emont er à l ' aut eur du bi enf ai t . Tout e
l a nat ur e est un t empl e, et i l n' y a pl us d' ador at eur
dans ce t empl e : l es ani maux, comme l es pl ant es, n' en
sont que de pur s or nemens ; l a di vi ni t é y est sans
cesse pr ésent e, et i l n' y a pl us de sacr i f i cat eur qui
l ui por t e l es hommages de t out es l es cr éat ur es.
Rét abl i ssons l ' har moni e terrestre ; r est i t uons
à l a chaî ne son maî t r e chaî non ; r endons l ' homme
à not r e monde, et i l s' y t r ouver a des yeux pour en
cont empl er l es beaut és, un coeur pour l es sent i r ,
et une bouche pour l es cél ébr er .
Mai s ; ces beaut és que l ' homme peut cont empl er ,
et qu' i l cont empl e dans l es sent i mens pr of onds
d' admi r at i on, de r espect et de gr at i t ude qu' el l es


- 132 -
l ui i nspi r ent , ne sont que l a pl us pet i t e par t i e
de cel l es que not r e monde r enf er me.
p27

L' homme n' habi t e que dans l es parvis l es pl us
ext ér i eur s de ce t empl e où i l ador e l e gr and- êt r e.
I l ne l ui est poi nt per mi s de pénét r er dans l e
sanctuaire , bi en moi ns encor e dans l e saint
des saints . Que sont néanmoi ns l es beaut és que
r enf er ment l es parvis , en compar ai son de cel l es
qui écl at ent de t out es par t s dans l e sanctuaire
et sur - t out dans l e saint des saints ! J e pui s
di r e, avec vér i t é, que l ' homme est à l ' égar d
de ces par t i es si cachées de l a cr éat i on terrestre ,
ce que l es ani maux sont à l ' égar d des par t i es qu' i l
l ui est per mi s de cont empl er .
Quoi donc ! I l n' y aur oi t poi nt de spect at eur pour
cont empl er l es pl us bel l es par t i es de l a cr éat i on
terrestre , pour en admi r er l a magni f i que
or donnance, pour en ét udi er l es r appor t s di ver s, en
sai si r l ' ensembl e, l a pr ogr essi on, l a conver gence,
et s' él ever par cet t e échel l e de mer vei l l es j usqu' au
t hr ône de cel ui qui est ?
Assur ément not r e monde a ét é f ai t pr i nci pal ement pour
des i nt el l i gences, d' un or dr e t r ès él evé, et dont
l es f acul t és subl i mes peuvent en embr asser l ' oeconomi e
ent i èr e, et
p28

l es f ai r e j ouï r de l a pr ésence august e de l ' ét er nel .
C' est à de t el l es i nt el l i gences qu' i l a ét é donné
de cont empl er l es r évol ut i ons de not r e gl obe,
beaucoup mi eux que nous ne cont empl ons dans
l ' hi st oi r e l es r évol ut i ons des empi r es. Ce sont ces
i nt el l i gences qui par cour r ent , sans s' égar er , l es
t énébr eux dédal es de l a nat ur e, et qui s' enf onçant
dans ses abî mes l es pl us pr of onds, y pui sent
sans- cesse de nouvel l es vér i t és et de nouveaux mot i f s
d' éxal t er l es per f ect i ons ador abl es de l ' êt r e des
êt r es. Tandi s qu' un Lei bni t z t ent e de dévi ner
l ' har moni e universelle ou qu' un Hal l er essaye
de pénét r er l es myst èr es de l ' or gani sat i on, ces
i nt el l i gences sour i ent , et ne voyent dans ces gr ands
phi l osophes que des hot t ent ot s à t al ens, qui t ent ent
de découvr i r l e secr et d' une mont r e.
PARTIE 13

p29

Sui t e du même suj et .
Aut r es éxempl es.
Ce que ser oi t
l a sci ence par f ai t e.
Vér i t abl e dest i nat i on
de l ' homme
i ci - bas.
à t out es l es r éf l éxi ons que j ' ai pr ésent ées dans
l a par t i e pr écédent e, on m' obj ect er a, sans dout e,
qu' i l n' est pas i mpossi bl e, que l ' i nt el l i gence


- 133 -
humai ne, se per f ect i onne assés dans l a sui t e des
âges, pour per cer enf i n ces myst èr es, qui nous
par oî ssent auj our d' hui i mpénét r abl es. On me r envoyer a
à ce que j ' ai
p30

di t moi - même dans mes considérations , l or sque
médi t ant sur l es pr ogr ès de l ' espr i t humai n, j e
m' énonçoi s ai nsi . " voyés l es pr ogr ès de l a physi que
et de l ' hi st oi r e nat ur el l e depui s l a r enaî ssance
des l et t r es : combi en de vér i t és i nconnues aux
anci ens, et de conséquences sûr es à dédui r e de ces
vér i t és ! On ne sçaur oi t di r e quel l es sont l es
bor nes de l ' i nt el l i gence humai ne en mat i èr e
d' expér i ence et d' obser vat i on ; par ce qu' on ne
sçaur oi t di r e ce que l ' espr i t d' i nvent i on peut ou
ne peut pas. L' ant i qui t é pouvoi t - el l e devi ner l ' anneau
de Sat ur ne, l es mer vei l l es de l ' él ect r i ci t é, cel l es
de l a l umi èr e, l es ani mal cul es des i nf usi ons, et c. ?
L' i nvent i on de quel ques i nst r umens nous a val u
t out es ces vér i t és : et ne pour r a- t - on pas un j our
l es per f ect i onner , ces i nst r umens, et en i nvent er
de nouveaux, qui por t er ont nos connoi ssances f or t
au- del à du t er me où nous l es voyons auj our d' hui ? "
j e r épèt e encor e à pr ésent ce que j e di soi s al or s :
j e sui s même per suadé, que nous t ouchons à des
découver t es, dont nous ne sçaur i ons
p31

nous f ai r e aucune i dée, et qui r ecul er ont beaucoup
l es l i mi t es de nos connoi ssances act uel l es. Que
ne pouvons- nous pas nous pr omet t r e de ces l unet t es
acromatiques , qui éxer cent depui s quel que t ems
l es pl us sçavans physi ci ens, et l es pl us habi l es
ar t i st es ! Combi en d' aut r es i nst r umens ne pour r a- t - on
poi nt per f ect i onner ! Combi en de nouvel l es machi nes,
de nouveaux pr océdés, de nouvel l es combi nai sons ne
pour r a- t - on poi nt i nvent er , qui l ai sser ont nos pl us
gr ands physi ci ens bi en l oi n der r i èr e ceux qui aur ont
l e bonheur de découvr i r ces moyens nouveaux que
nous ne soupçonnons pas même ! L' ant i qui t é pouvoi t - el l e
mi eux dévi ner nos ver r es de t out e espèce que l es
mer vei l l es de t out genr e qu' i l s nous ont découver t ?
Pouvoi t - el l e soupçonner ces i nst r umens de
méchanique et de chymie auxquel s nous avons
dû t ant de vér i t és, qui l ui ét oi ent i nconnues ?
Pouvoi t - el l e dévi ner ce gr and nombr e de procédés
et de combi nai sons, qui ont si f or t accr u de nos j our s
l a somme de ces vér i t és ? Le t ems n' ét oi t pas venu
où l ' ar t d' obser ver et d' expér i ment er devoi t écl ai r er
l e monde et pr endr e l a pl ace de cet t e vai ne
scholastique , qui domi noi t t r op dans ces si écl es
de t énèbr es.
p32

Mai s ; combi en de myst èr es, qu' i l est t r ès- évi dent que
nous ne par vi endr ons j amai s i ci - bas à pénét r er ,
par ce qu' i l s n' ont aucune proportion avec l ' ét at
pr ésent de nos f acul t és ! J e doi s dével opper ma


- 134 -
pensée par quel ques éxempl es.
Un corps quel conque est un composé de
par t i es. Ces par t i es sont el l es- mêmes des composés
de par t i es pl us pet i t es : cel l es- ci sont f or mées de
par t i es pl us pet i t es encor e, et nous i gnor ons où
cel a se t er mi ne.
I l est néanmoi ns t r ès cer t ai n qu' i l y a un terme
à cet t e dégr adat i on. Nos mi cr oscopes ont
pr odi gi eusement mul t i pl i é i ci l es termes ou l es
degr és ; et nous concevons à mer vei l l e l a possi bi l i t é
d' une beaucoup pl us gr ande per f ect i on de ces
i nst r umens, et par l à un accr oî ssement t r ès
consi dér abl e dans l e nombr e des termes ou des
degr és dont nous par l ons.
Supposons mai nt enant que nos mi cr oscopes ayent
acqui s t out e l a per f ect i on qu' i l s peuvent
r ecevoi r : en ver r i ons- nous mi eux ces der ni er s
élémens dans l esquel s t ous l es corps vont
enf i n


se r ésoudr e ? N' est - i l pas aussi cl ai r que l e j our
en pl ei n mi di , que ces élémens doi vent êt r e des
subst ances absol ument simples , et des
subst ances absol ument simples peuvent - el l es
j amai s deveni r l ' objet de not r e connoi ssance
intuitive ?
Quand on di t , que l es corps sont f or més d' at omes
insécables , on ne di t que des mot s : c' est que
l or s qu' i l s' agi t de r endr e r ai son de l ' ét enduë
matérielle , i l n' est poi nt per mi s en bonne
phi l osophi e, de se bor ner à des atomes ; car ces
at omes sont eux- mêmes de l ' ét enduë matérielle ,
et l a raison de cet t e étenduë ser oi t ai nsi
dans l ' ét enduë ; ce qui n' expl i quer oi t r i en du t out .
Et ce ne ser oi t pas choquer moi ns l a bonne phi l osophi e,
que de soût eni r , que di eu a cr éé des at omes
insécables , dont i l a f or mé l es corps :
c' est que Di eu n' a pu actualiser que ce qui
ét oi t possible , et i l f audr oi t t ouj our s r endr e
r ai son pour quoi l ' ét enduë matérielle ét oi t
possible .
Si on pr end l a pei ne d' appr of ondi r ces pr i nci pes
génér aux, on r econnoî t r a avec l ' i nvent eur
p34

des f ameuses monades , que l ' ét enduë matérielle
n' est qu' un pur phénomène , une si mpl e appar ence,
r él at i ve à not r e mani èr e d' apper cevoi r .
On compr endr a mi eux cet t e doct r i ne abst r ai t e, quand on
aur a l u et médi t é cet t e esquisse du
leibnitzianisme que j ' ai i nsér ée dans ces
opuscules .
I l s' ensui t donc de ces pr i nci pes, que nous ne sommes
poi nt f ai t s pour apper cevoi r l es corps t el s
qu' i l s sont en eux- mêmes ou dans l eur réalité .
Si nous pouvi ons pousser l ' analyse j usqu' aux
él émens premiers , l e phénomène de l ' ét enduë
di spar oî t r oi t ent i èr ement pour nous, et nous


- 135 -
n' apper cevr i ons pl us que des êt r es simples , si
des êt r es simples peuvent êt r e apperçus .
Ai nsi t out e l a nat ur e n' est pour nous qu' un gr and
et magni f i que phénomène, un j eu admi r abl e d' opt i que,
un syst ême r égul i er d' appar ences ; car ces appar ences
sont dét er mi nées par l es l oi x l es pl us sages, et ce
sont uni quement ces l oi x qu' i l nous est donné de
connoî t r e,
p35

et sur l esquel l es nous f or mons ces bel l es théories ,
qui const i t uent l e f ond l e pl us pr éci eux de nos
connoi ssances naturelles .
I l est donc de l a pl us gr ande évi dence, que nous
n' apper cevons que l es derniers r ésul t at s des
premiers pr i nci pes. Tout ce qui est au- del à de
ces r ésul t at s est couver t des pl us épai sses t énébr es.
I l nous est per mi s de cont empl er l es décor at i ons ;
mai s, l a vuë des machi nes nous est i nt er di t e.
Sans r emont er néanmoi ns aux pr i nci pes premiers
des cor ps, à ces pr i nci pes qu' on peut nommer
métaphysiques ; j e me bor ner ai à demander , si nous
pouvons espér er de découvr i r j amai s à l ' ai de de nos
mei l l eur s ver r es, l es par t i cul es primitives
ou l es él émens physiques de ces composés ,
que nous j ugeons l es pl us si mpl es ou l es pl us
homogènes. Ver r ons- nous j amai s au mi cr oscope l es
par t i cul es élémentaires d' une mol écul e de
terre , d' un gr ai n de sel , d' une l amel l e
d' or , d' une gout t e d' eau , et c. ?
Par vi endr ons- nous j amai s à obser ver aussi
di st i nct ement l a f or me, l es pr opor t i ons, l ' ar r angement
et l es combi nai sons di ver ses de ces
p36

par t i cul es élémentaires , que nous obser vons l es
composés qui en sont l es derniers résultats .
J e l e demande encor e ; par vi endr ons- nous j amai s à
cont empl er l es par t i cul es constituantes de ces
fluides , qui sont l es pr i nci paux agens de l a
nat ur e ? Nos i nst r umens ser ont - i l s un j our assés
per f ect i onnés pour nous dévoi l er l e secr et de l a
composi t i on du f l ui de magnétique , du f l ui de
électrique , de l ' air , du f eu élémentaire ?
La lumière , qui j oue un si gr and r ôl e dans not r e
monde, et sans l aquel l e i l éxi st er oi t à pei ne pour
nous ; l a l umi èr e, qui pénèt r e i nt i mément t ous l es
cor ps, et qui s' uni t pr obabl ement à l eur s par t i cul es
i nt égr ant es ; l a l umi èr e qui met not r e ame en
commer ce avec t out e l a nat ur e ; cet t e l umi èr e, di s- j e,
qui nous écl ai r e sans cesse, l a ver r ons- nous j amai s
el l e- même ? Nous ser a- t - i l j amai s accor dé i ci - bas
de découvr i r l es par t i cul es intégrantes d' un
r ayon rouge , et d' apper cevoi r ce qui l es di st i ngue
de cel l es d' un r ayon violet ? Cont empl er ons- nous
j amai s i ci - bas l es j eux var i és de l a l umi èr e, comme
nous cont empl ons ceux d' une ger be d' eau ou d' une
cascade ? Qui ne sent poi nt , que pour voir l a


- 136 -
l umi èr e el l e- même, i l f audr oi t qu' i l éxi st ât un
f l ui de
p37

qui f i t à son égar d ce qu' el l e f ai t à l ' égar d des
cor ps gr ossi er s, quand el l e nous l es r end vi si bl es ?
I l ne suf f i r oi t pas même qu' i l éxi st ât un t el
f l ui de, i l f audr oi t encor e que nous eussi ons des
organes qui l ui f ussent appr opr i és, et qui
f ussent assés sensi bl es pour nous en t r ansmet t r e
l es i mpr essi ons ; car l es f i br es l es pl us dél i cat es
de not r e oei l ser oi ent à l ' égar d de ce f l ui de
d' énor mes cabl es qui n' en sent i r oi ent pas l e moi ns
du monde l ' act i on.
Pour que nous apper cevi ons l es obj et s, i l ne suf f i t
poi nt qu' i l s nous r éf l échi ssent l a l umi èr e ; i l
f aut encor e qu' i l s nous l a r éf l échi ssent en assés
gr ande quant i t é pour f ai r e sur nos yeux une i mpr essi on
sensi bl e. Nos ver r es en r assembl ant un pl us gr and
nombr e de r ayons et en l es r assembl ant sous un cer t ai n
angl e, suppl éent j usqu' à un cer t ai n poi nt à l a
f oi bl esse de not r e vuë. Mai s, s' i l éxi st e des cor ps
d' une si ef f r oyabl e pet i t esse, qu' i l s ne pui ssent
r éf l échi r à l a f oi s qu' un seul r ayon, comment l es
mi cr oscopes l es pl us par f ai t s pour r oi ent - i l s nous l es
f ai r e découvr i r ?
Tel l e est appar emment l a r ai son pour quoi l es
par t i cul es primitives ou élémentaires des
composés
p38

nous demeur er ont t ouj our s i nconnuës i ci - bas.
Tel l es sont l es bor nes naturelles , qui ont ét é
pr escr i t es dans ce monde à not r e connoi ssance
intuitive , et au- del à desquel l es l e r ai sonnement
t ent er oi t vai nement de per cer .
" ô ! Que l e spect acl e ser oi t i nt ér essant ; ô ! Que
not r e cur i osi t é ser oi t agr éabl ement f l at t ée, s' i l
nous ét oi t per mi s de pénét r er j usques à ces pr i nci pes.
Un nouveau monde se dévoi l er oi t à nos yeux ; l a
nat ur e devenue t r anspar ent e ne cél er oi t pl us sa
mar che : ses at t el i er s et ses l abor at oi r es ser oi ent
ouver t s. I ci nous l a ver r i ons assembl er l es
pr i nci pes du mét al . Là nous l a ver r i ons pr épar er
l ' i ncar nat de l a r ose. Pl us l oi n nous sui vr i ons son
j eu dans l es mer vei l l es de l a l umi èr e ou de
l ' él ect r i ci t é. Ai l l eur s nous l ' obser ver i ons t r acer
l es pr emi er s t r ai t s d' une pl ant e ou d' un ani mal .
ét onnés à l a vue de cet admi r abl e ouvr age, nous
ne nous l asser i ons poi nt de cont empl er l a
di ver si t é i nf i ni e de pr épar at i ons, de combi nai sons,
et de mouvemens par l esquel s i l est condui t
i nsensi bl ement à sa per f ect i on.
Espr i t s cél est es qui avés assi st é à l a
p39

cr éat i on de not r e monde, vous j oui ssés de ces
pl ai si r s ! Nous vous l es envi ons, vous ne nous
envi és poi nt l es nôt r es : pl us f avor i sés que nous du


- 137 -
maî t r e de l a nat ur e, vous pénét r és ce qui nous
échappe et vous voyés l es ef f or t s que nous f ai sons
pour r amper d' une vér i t é à une aut r e, comme nous
voyons ceux que f ai t un si nge pour i mi t er l ' homme. "
l a f oi bl esse ou pl ut ôt l a gr ossi èr et é de nos sens
et l es i mper f ect i ons nécessai r es de nos i nst r umens,
ne sont pas l es seul es bor nes naturelles qui
ayent ét é pr escr i t es sur l a t er r e à not r e
connoi ssance intuitive . Not r e const i t ut i on
physique en r enf er me d' aut r es, qu' i l ne
nous est pas pl us per mi s de f r anchi r . J e m' expl i que.
J e di soi s, que l ' i nt ér i eur de not r e gl obe
ne nous est poi nt ou pr esque poi nt connu, et
j e l ' ai assés f ai t sent i r . Quand i l y aur oi t
quel que par t une l ar ge r out e, qui condui r oi t
p40

dans ses ent r ai l l es l es pl us pr of ondes et j usques dans
son cent r e, pour r i ons- nous pr of i t er de cet t e r out e
et y pénét r er un peu pr of ondément pour y ét udi er à
not r e ai se l a st r uct ur e i nt er ne de ce gl obe ?
Respi r er i ons- nous l i br ement à une l i eue de
pr of ondeur , et ne ser i ons- nous pas ét ouf f és, si nous
ent r epr eni ons de pousser un peu pl us l oi n ? Et que
ser oi t cet t e pr of ondeur r él at i vement au rayon
entier ? Une qui nze- cent i éme. Nos poûmons
ayant ét é const r ui t s sur des r appor t s dét er mi nés à
une cer t ai ne densi t é de l ' ai r , nous sommes
nécessai r ement r enf er més dans l es l i mi t es de cet t e
densi t é, et ces l i mi t es sont f or t ét r oi t es.
I l ne nous est donc pas pl us possi bl e de
connoî t r e l ' i nt ér i eur de not r e pl anèt e, qu' i l ne
nous l ' est de connoî t r e à f ond l ' i nt ér i eur de l a
moi ndr e des pr oduct i ons qui couvr ent sa sur f ace.
Nous r encont r ons par - t out des abî mes, et
nous i gnor ons quel s sont l es pl us pr of onds :
nous ne pouvons pas pl us f onder l e ciron , que
l e gl obe de l a t er r e. Oser ons- nous pr ésumer
encor e, que nous sommes l es pr emi er s
obj et s de l a cr éat i on terrestre ?
p41

Nous cont empl ons dans l ' hi st oi r e l a naî ssance,
l ' él évat i on et l a chut e de ces anci ens
empi r es, qui n' éxi st ent pl us que dans ces
monumens qu' el l e nous conser ve : nous- nous pl ai sons
à sui vr e assi dument dans des f eui l l es hebdomadai r es
l es di ver s changemens qui sur vi ennent aux di f f ér ens
ét at s qui par t agent not r e Eur ope :
nous goût ons un secr et pl ai si r à obser ver
du f ond de not r e cabi net l es i nt r i gues
des cour s, l es négoci at i ons des mi ni st r es, l es
mar ches des génér aux, l es r évol ut i ons du
commer ce, l es pr ogr ès des sci ences et des
ar t s, et pour ai nsi di r e, l ' accr oî ssement de
l ' espr i t humai n : nous f or mons sur t out cel a
une sui t e de r éf l éxi ons, que nous génér al i sons
pl us ou moi ns, sur l aquel l e nous r epassons de
t ems en t ems avec compl ai sance, et que nous


- 138 -
ser i ons t ent és de r egar der comme des mémoires
pour servir à l' histoire de l' esprit humain :
mai s, ces mémoi r es cont i ennent - i l s des connoi ssances
pl us par f ai t es que cel l es que nous avons de l a
st r uct ur e de not r e gl obe et de ses pr oduct i ons ?
Que découvr ons- nous de ce gr and spect acl e
p42

qu' of f r e l e monde moral ? Connoi ssons- nous
mi eux l es causes qui dét er mi nent l es mouvemens
du coeur et de l ' espr i t , que nous ne
connoi ssons cel l es qui dét er mi nent l es mouvemens
des cor ps ? En un mot ; l e monde moral
nous est - i l mi eux connu que l e monde physique ?
Demandés au mor al i st e l e pl us pr of ond, s' i l
sçai t précisément comment l e coeur humai n est
f ai t ? Ce que sont l es i ncl i nat i ons, l es af f ect i ons,
l es passi ons ? Ce qui l es di st i ngue essentiellement
l es unes des aut r es ? comment el l es se
dével oppent , se nour r i ssent , se f or t i f i ent , se
combat t ent , se r epr i ment , s' ent r ' ai dent ? comment
el l es agi ssent sur l a vol ont é dans chaque cas
par t i cul i er ? comment l e t empér ament , l es
al i mens, l e genr e de vi e, l e chaud, l e f r oi d,
l e sec, l ' humi de i nf l uent sur l ' ame ? comment
t el l e ou t el l e ci r const ance donnée aj oût e à cet t e
i nf l uence, l a di mi nue ou l a modi f i e ? comment
l ' espr i t apper çoi t , j uge, r ai sonne, agi t ?
comment l ' ent endement dét er mi ne l a vol ont é,
cel l e- ci , l a l i ber t é ? D' où vi ent que l ' homme est
souvent si di f f ér ent de l ui - même, si pl ei n de
cont r adi ct i ons, si pet i t , si gr and, si f oi bl e,
si f or t ? Ce qu' est cet t e sor t e d' instinct que
l ' homme sembl e par t ager avec l a br ut e ? comment
p43

i l se combi ne avec l a r ai son et di ver si f i e
ses ef f et s ? Si ce mor al i st e, comme j e l e suppose,
a beaucoup appr of ondi son suj et , et
s' i l est aussi sage que pr of ond, i l avouer a sans
pei ne, qu' i l n' a sur t out cel a que des à peu
près ou des conj ect ur es pl us ou moi ns
pr obabl es, et i l aj out er a, que l a science de
l ' homme est , à son avi s, l a pl us i mpar f ai t e de t out es.
Combi en ce j udi ci eux phi l osophe aur oi t - i l
r ai son ! Est - i l dans l a nat ur e un l abyr i nt he
pl us t or t ueux et pl us obscur que l e coeur humai n ?
Est - i l un abî me pl us pr of ond ? Qui peut
par cour i r , sans s' égar er , l es nombr eux dét our s
de ce l abyr i nt he ? Qui peut sonder ces pr of ondeur s ?
" qui peut sépar er ces l umi èr es et ces ombr es
r éüni es dans not r e cahos ? Le di eu
qui est en nous. "
voyés combi en d' excel l ens t r ai t és nous possédons
en mat i èr e de physi que, d' hi st oi r e nat ur el l e,
d' oeconomi e, d' ar t s, et c. Et nous
n' avons poi nt encor e de systême t ant soi t peu
compl et de morale . " peut - i l , cet homme
p44


- 139 -

qui ensei gne aux pl anèt es l es cer cl es qu' el l es
doi vent décr i r e, . . . et c. "
l ' espèce humai ne, consi dér ée dans ses gr andes
par t i es, par oî t assés const ant e et uni f or me ;
mai s, dès qu' on descend dans l e dét ai l , l es
var i ét és se mul t i pl i ent pr esque à l ' i nf i ni , et on
vi ent bi ent ôt à penser , que pour avoi r un
systême un peu compl et de morale , i l
f audr oi t , en quel que sor t e, avoi r l a mor al e de chaque
i ndi vi du, compar er ent r ' el l es t out es ces mor al es
particulières , et en dédui r e des résultats
pl us ou moi ns génér aux, qui ser oi ent comme l es
pr emi er s élémens du systême .
p45

Qu' obser vons- nous dans nos sembl abl es ?
Quel ques- unes de l eur s act i ons ext ér i eur es : et
ces act i ons, que sont - el l es ? De simples effets .
Pouvons- nous assi gner l es véritables causes de
ces ef f et s ? Lor sque nous pl açons ces causes
dans l ' ambi t i on, dans l ' amour de l a gl oi r e ou
dans quel qu' aut r e passi on, r emont ons- nous
aux premiers pr i nci pes de ces ef f et s mor aux ?
Ce ne sont encor e que des effets , que nous
pr enons pour des causes . Et ces ef f et s,
sommes- nous assés habi l es pour en f ai r e une
anal yse éxact e, et l es décomposer j usques dans
l eur s der ni er s él émens ?
Lor sque Bel l e- I sl e pr oj et t e de dépoui l l er
l ' hér i t i èr e magnani me des césar s, et que
l ' ambi t i on d' un seul homme embr ase l ' Eur ope
ent i èr e, nous- nous ét onnons qu' une si pet i t e
cause pui sse pr odui r e de si gr ands ef f et s ; nous
sui vons l e pl us l oi n qu' i l nous est possi bl e l a
chaî ne de ces ef f et s ; nous admi r ons cet t e
ét r ange concat énat i on d' événemens, qui naî ssans
l es uns des aut r es, r empl i ssent sans i nt er r upt i on
cet t e scène t r agi que, et nous f i ni ssons
par de l ongs r ai sonnemens sur ce qu' une pet i t e
p46

passi on d' un t r ès pet i t i ndi vi du peut dans l e
monde pol i t i que. Mai s ; r emont ons- nous
assés haut dans nos sçavant es spécul at i ons ?
Qu' i l y a l oi n encor e du poi nt où nous nous
ar r êt ons, à cel ui où i l f audr oi t at t ei ndr e pour
sai si r l e pr emi er chaî non de cet t e l ongue et
mal heur euse chaî ne ! Quel ques f i br es, pl us
dél i ées que l a cent - mi l l i oni ème par t i e d' un
cheveu, qui se sont ébr anl ées un peu t r op
f or t ement dans l e cer veau de Bel l e- I sl e, sont
ce pr emi er chaî non que nous n' apper cevons
pas ; et combi en de chaî nons i nt er médi ai r es
que nous n' apper cevons pas non pl us !
Voi l à néanmoi ns ce qu' i l f audr oi t voir pour
j ouï r pl ei nement du gr and spect acl e que pr ésent e
l e monde moral . J e ne di s pas assés ;
i l f audr oi t voir encor e ce qui a mi s ces f i br es


- 140 -
en mouvement , et i ci commence une aut r e
chaî ne i mper cept i bl e, qui se pl i ant et se r epl i ant
sans- cesse sur el l e- même, se pr ol onge à
l ' i ndéf i ni . Sommes- nous f ai t s pour j ouï r ai nsi
p47

de ce spect acl e ? Nous qui en sai si ssons à pei ne
l es par t i es l es pl us sai l l ant es, et qui nous
per dons si f aci l ement dans l a f oul e des dét ai l s !
Si l ' homme ne peut pénét r er l e f ond de son êt r e ;
s' i l ne connoi t pas mi eux ses sembl abl es,
qu' i l ne se connoi t l ui - même ; quel
ser a donc l e spect at eur des mer vei l l es l es pl us
cachées de l ' humani t é ? La pl us bel l e, l a
pl us r i che, l a pl us ét onnant e par t i e du monde
moral ser oi t - el l e donc sans cont empl at eur ?
La souver ai ne i nt el l i gence ét al er oi t - el l e
dans ce saint des saints de l a cr éat i on
terrestre l es i mmenses t r ésor s de son
ador abl e sagesse, t andi s qu' i l n' y aur oi t poi nt
d' yeux pour l es admi r er et d' i nt el l i gence capabl e
de sai si r l ' ensembl e de ce mer vei l l eux syst ême ?
Nous cont empl ons l es secousses du monde
politique , comme nous cont empl ons cel l es du
monde physique . Nous voyons des mat i ér es
combust i bl es s' enf l ammer , des gouf f r es s' ouvr i r ,
des vol cans vomi r des t or r ens de f l ammes,
des vi l l es s' écr oul er sur l eur s f ondemens, l a
mer se r épandr e sur l es t er r es, des i sl es sor t i r
p48

de son sei n, de vast es cont i nens s' ébr anl er , l e
gl obe ent i er f r émi r , et nous n' apper cevons
poi nt l a pr emi èr e ét i ncel l e qui al l ume dans l es
ent r ai l l es de l a t er r e ces pr odi gi eux embr asemens ;
nous ne découvr ons poi nt l e pet i t cai l l ou qui en
se dét achant d' une voût e sout er r ai ne pr odui t cet t e
ét i ncel l e ; nous i gnor ons l a cause qui
dét ache ce cai l l ou, l a cause de cet t e
cause, et que n' i gnor ons- nous poi nt encor e !
Ces i nt el l i gences à qui i l a ét é donné
de découvr i r l e j eu secr et des f i br es l es
pl us dél i ées d' un cer veau, voyent par t i r cet t e
ét i ncel l e ; que di s- j e ! Découvr ent l e pet i t
cai l l ou et t out e l a chaî ne dont l e cai l l ou et
l ' ét i ncel l e ne sont que deux chaî nons.
Les sensat i ons, l es i dées, l es af f ect i ons,
l es passi ons sont l es élémens du monde moral ;
non l es él émens premiers , mai s l es él émens
dérivés ; et nous ne connoi ssons pas mi eux ces
él émens, que nous ne connoi ssons ceux du monde
physique . J e par l e i ci d' une connoi ssance
complette , et poi nt du t out de ces à peu
près , qui ne sçaur oi ent j amai s const i t uer une
véritable sci ence.
p49

S' i l est en cosmologie un pr i nci pe aussi
f écond que cer t ai n, c' est cel ui de cet t e liaison


- 141 -
uni ver sel l e qui enchaî ne t out es l es par t i es de
l a nat ur e. Pl us on ent r e dans l e dét ai l , et
pl us on découvr e de ces chaî nons qui uni ssent
t ous l es êt r es.
La cosmologie est l a sci ence du monde.
El l e est l a r epr ésent at i on symbolique du
monde. La cosmol ogi e parfaite ser oi t donc cel l e
qui r epr ésent er oi t éxact ement t out es l es par t i es
de l a nat ur e et l eur s rapports di ver s,
dans un dét ai l qui ne l ai sser oi t r i en échapper .
Mai s ; pui sque t out es l es par t i es de l a nat ur e
sont enchaî nées ensembl e, et que cel l es
qui nous par oî ssent l es pl us isolées t i ennent à
d' aut r es par des r appor t s secr et s ; i l s' ensui t ,
que l a cosmol ogi e parfaite ser oi t cel l e qui
cont i endr oi t une mét hode nécessaire ; j e veux
di r e, une mét hode t el l e qu' on passer oi t t ouj our s
d' une pr oduct i on à une aut r e par un enchaî nement
si éxact ement cor r espondant à cel ui de l a nat ur e,
que t out aut r e enchaî nement
p50

ne l a r epr ésent er oi t pas avec l a même f i dél i t é.
J ' i magi ne donc, que comme dans l a géomét r i e,
on conçoi t que l e point pr odui t par
son mouvement l a ligne ; cel l e- ci , l a
surface ; cet t e der ni èr e, l e solide ;
i l y a de même dans l a nat ur e une mét hode cachée qui
expr i me éxact ement sa mar che, et qui en est l a
r epr ésent at i on idéale .
C' est cet t e mét hode, que sai si ssent ces
i nt el l i gences supér i eur es pour qui pr i nci pal ement
not r e monde a ét é f ai t . El l es découvr ent ai nsi
l a raison pr ochai ne de l a manière , du
lieu et du tems de chaque êt r e.
Qui ne voi t que nos mét hodes l es pl us
par f ai t es ne sçaur oi ent appr ocher de cel l e- l à,
et que t out es sont pl ei nes de l acunes, de saut s,
d' i nver si ons ?
J e sui s obl i gé de r envoyer i ci à di ver s endr oi t s
de ma contemplation de la nature .
Consul t és en par t i cul i er l es chapi t r es i i i , vi i ,
de l a par t i e i ; l es chapi t r es i i , x, xi , xi i i
p51

de l a par t i e i i ; l es chapi t r es xvi , xvi i de l a
par t i e vi i i ; l e chap xxxi v de l a par t i e x.
Mai s ; not r e monde t i ent à t out l e systême
planétaire dont i l f ai t par t i e ; ce syst ême
t i ent aux syst êmes voi si ns ; ceux- ci sont l i és à des
syst êmes pl us él oi gnés, et l e même enchaînement
que nous apper cevons ent r e l es êt r es terrestres
r égne ai nsi dans t out e l ' ét enduë de l ' univers .
I l est donc une mét hode nécessaire universelle
qui r epr ésent e au nat ur el l ' uni ver s ent i er ,
et qui en est comme l' esquisse symbolique .
" ai nsi l a ceinture que se f i l e une cheni l l e,
a ses r appor t s à l ' uni ver s, comme l ' anneau
de Sat ur ne. Mai s, combi en de pi èces di f f ér ent es


- 142 -
i nt er posées ent r e l a cei nt ur e et l ' anneau,
et ent r e Sat ur ne et l es mondes de Syrius !
Si l ' uni ver s est un t out , et comment
en dout er apr ès t ant et de si bel l es
pr euves d' un enchaî nement uni ver sel ? La
cei nt ur e de l a cheni l l e t i endr a donc aussi
p52

aux mondes de Syr i us. Quel l e i nt el l i gence
que cel l e qui sai si t d' une seul e vuë cet t e
chaî ne i mmense de r appor t s di ver s, et qui
l es voi t se r ésoudr e t ous dans l' unité et
l ' uni t é dans sa cause ! "
" un même dessei n génér al embr asse t out es
l es par t i es de l a cr éat i on. Un gl obul e
de l umi èr e, une mol écul e de t er r e,
un gr ai n de sel , une moi si ssur e, un pol ype,
un coqui l l age, un oi seau, un quadr upéde, l ' homme
ne sont que di f f ér ens t r ai t s de ce
dessei n, qui r epr ésent e t out es
l es modi f i cat i ons possi bl es de l a mat i èr e de
not r e gl obe. Mon expr essi on est t r op au
dessous de l a r éal i t é : ces pr oduct i ons di ver ses
ne sont pas di f f ér ens t r ai t s du même dessei n ;
el l es ne sont que di f f ér ens poi nt s
d' un t r ai t uni que, qui par ses ci r convol ut i ons
i nf i ni ment var i ées, t r ace aux yeux du chér ubi n
ét onné, l es f or mes, l es pr opor t i ons
et l ' enchaî nement de t ous l es êt r es t er r est r es.
Ce t r ai t uni que cr ayonne t ous l es mondes,
l e chér ubi n l ui - même n' en est qu' un poi nt ,
et l a mai n ador abl e qui t r aça ce
p53

t r ai t , posséde seul e l a mani èr e de l e décr i r e. "
si ces i nt el l i gences auxquel l es i l a ét é
donné de connoître not r e monde, ne
connoissent que ce seul monde ; i l est évi dent , que
mal gr é l a gr ande supér i or i t é de l eur s f acul t és,
i l est une mul t i t ude de choses dont l a raison
l eur échappe : c' est que l a raison de ces choses
est dans l e systême général , qu' el l es ne
peuvent embr asser .
Mai s ; si ces i nt el l i gences connoissent
encor e d' aut r es mondes, et si ces mondes sont
ceux qui ont l e pl us de r appor t s avec l e nôt r e ;
el l es peuvent découvr i r ai nsi l a raison
d' un beaucoup pl us gr and nombr e d' êt r es
particuliers . Ces di ver s mondes sont aut ant de
l i vr es, qui ser vent à l ' expl i cat i on l es uns des
aut r es, et qui f ont par t i e de cet t e i mmense
bi bl i ot hèque de l ' uni ver s, que l e pr emi er des
chér ubi ns ne se f l at t e pas d' épui ser .
Les connoi ssances de t out genr e, ne se per f ect i onnent
p54

que par l es comparaisons que l ' espr i t
ét abl i t ent r ' el l es. Pl us l ' espr i t connoit ,
pl us i l compare . Pl us ses connoi ssances sont


- 143 -
parfaites , pl us ses compar ai sons sont
éxactes . Les connoi ssances réfléchies
dér i vent or i gi nai r ement des connoi ssances
intuitives . Pl us l es connoi ssances intuitives
sont cl ai r es, compl et t es, ét endues, pl us l es
connoi ssances réfléchies sont di st i nct es,
adéquates, uni ver sel l es.
Pui s donc que l e raisonnement r epose
essent i el l ement sur l ' observation , quel l e ne
doi t pas êt r e l a per f ect i on de l a mét aphysi que et de
l a l ogi que des i nt el l i gences qui l i sent not r e
monde et l ' i nt er pr êt ent par l es mondes auxquel s i l
a l e pl us de r appor t s !
Est - i l nécessai r e que j e l e f asse r emar quer ?
Tout ce que j e vi ens d' exposer sur l ' i mper f ect i on
et sur l es bor nes nat ur el l es de nos connoi ssances,
ne t end poi nt à f avor i ser un scepticisme
uni ver sel , qui ser oi t l a dest r uct i on de t out e
phi l osophi e. J e n' ai voul u qu' i ndi quer
p55

quel l es sont l es connoi ssances auxquel l es nous
ne sçaur i ons espér er d' at t ei ndr e i ci - bas.
En appr of ondi ssant l a nat ur e de nos f acul t és,
on r econnoî t , qu' el l es ont un r appor t
pl us di r ect à nos besoi ns physiques et
moraux , qu' à nos pl ai si r s intellectuels . El l es
par oî ssent pl us f ai t es pour nous condui r e à ce degr é
de bonheur auquel nous pouvons espér er de
par veni r sur l a t er r e, que pour sat i sf ai r e
cet t e i nsat i abl e et ar dent e cur i osi t é qui nous
pr esse sans cesse.
Ce que nous connoi ssons des êt r es corporels ,
suf f i t à nos besoi ns physiques : ce que nous
connoi ssons des êtres-mixtes , suf f i t à nos
besoi ns moraux . J e ne par l e que du
nécessaire : l e superflu nous ser a accor dé
un j our . Quand nous connoî t r i ons à f ond l a nat ur e
de cer t ai ns corps , en r et i r er i ons- nous de pl us
gr ands ser vi ces dans l es di ver s cas où nous l es
appl i quons avec l e pl us de succès ? Quand nous
connoî t r i ons à f ond l a mani èr e d' agi r de
l a rhubarbe en ser oi t - el l e un tonique pl us
pui ssant pour not r e est omac ? Quand nous
sçaur i ons à f ond comment sont f ai t es l es
mol écul es du fluide magnétique , nos boussoles
p56

nous condui r oi ent - el l es pl us sûr ement d' un bout du
monde à l ' aut r e ?
Ne connoi ssons- nous pas assés des aut r es hommes
pour en t i r er l es ser vi ces l es pl us
essent i el s, et pour l eur r endr e t ous ceux dont
nous sommes capabl es ? J e l e demande encor e ;
une connoi ssance pl us par f ai t e du coeur - humai n
ser oi t - el l e pour nous un bi en réel ? Ne
nous f er oi t - el l e poi nt épr ouver beaucoup pl us
de pei nes que de pl ai si r s ?
J e me bor ne à quel ques éxempl es, pour


- 144 -
f ai r e ent endr e ma pensée : j e t ouche à un suj et
i népui sabl e ; j e doi s cr ai ndr e de m' engager
t r op avant . J e sçai s que si nous possédi ons
une théorie parfaite , not r e pratique l e
ser oi t aussi . Mai s ; pr enons gar de, que nous ne
ser i ons pl us al or s des hommes ; nous ser i ons
des êt r es d' un or dr e pl us él evé, et l a souver ai ne
sagesse a voul u pl acer sur l a t er r e
des êt r es t el s que nous. El l e a voul u
y pl acer des hommes et non des anges :
mai s, el l e a pr éor donné dès l e commencement
l es moyens qui él éver ont un j our
l ' homme à l a sphèr e de l ' ange.
p57

Tout est harmonique dans chaque monde :
l ' uni ver s ent i er est l ui - même t out harmonie .
Les f acul t és corporelles et l es f acul t és
spirituelles de l ' homme sont en r appor t di r ect
avec ce monde où i l devoi t passer l es pr emi er s
i nst ans de sa dur ée. La perfection de ses
f acul t és spirituelles dépend en der ni er r essor t
de l a perfection de ses f acul t és corporelles .
Pour accr oî t r e l a per f ect i on des pr emi èr es, i l
f audr oi t accr oî t r e l a per f ect i on des der ni èr es.
Mai s ; si l es f acul t és corporelles de l ' homme
ét oi ent per f ect i onnées sans que r i en changeat
dans l ' oeconomi e pr ésent e de not r e monde,
cet accr oî ssement de per f ect i on devi endr oi t un
suppl i ce pour l ' homme.
écout ons avec quel l e nobl esse et quel l e pr éci si on
l e poët e phi l osophe a sçu expr i mer
cet t e vér i t é cosmol ogi que. " l e bonheur de
l ' homme, ( que l ' or guei l ne l e cr ût - i l ai nsi ! )
n' est pas de penser ou d' agi r au del à de
l ' homme- même, . . . et c. "
p59

not r e dest i née act uel l e est de ne voi r que
l a super f i ci e des êt r es, de r amper d' un f ai t à
un aut r e f ai t , d' anal yser ces f ai t s, de l es
compar er ent r ' eux, et d' en t i r er quel ques r ésul t at s
pl us ou moi ns i mmédi at s : voi l à not r e vér i t abl e
sçi ence. Ce que nous pouvons connoî t r e
l e mi eux ce sont l es effets : i l s ét oi ent
aussi ce qu' i l nous i mpor t oi t l e pl us de connoî t r e.
Les effets sont l es loix de l a nat ur e,
et c' est sur ces l oi x que nous f ondons nos
r ai sonnemens l es pl us sol i des.
Si nous ne connoi ssons pas l a nat ur e i nt i me
de cet t e f or ce secr et t e qui est l e pr i nci pe du
mouvement per pét uel du coeur ; nous sçavons
p60

au moi ns que l e coeur se meut , que l e
sang ci r cul e, et l ' ar t de guér i r r epose sur
ce f ai t . Si nous i gnor ons ce que l a pesanteur
est en soi , nous connoi ssons au moi ns
quel ques- uns de ses pr i nci paux effets , et l es


- 145 -
pl us bel l es par t i es de not r e physi que s' él èvent
sur cet t e base.
I l ne f aut qu' avoi r un peu ét udi é l a nat ur e,
pour êt r e convai ncu, que l a moi ndr e
de ses pr oduct i ons pour r oi t consumer en ent i er
l a vi e du nat ur al i st e l e pl us l abor i eux.
Swammer dama f ai t un in folio sur l e poû ,
et i l pensoi t ne l ' avoi r qu' esqui ssé. Le
ver-de-terre va f our ni r à l ' émul e de
l ' obser vat eur hol l andoi s, l a mat i èr e d' un assés
gr os vol ume. J e l e di soi s ai l l eur s : l ' aut eur
de l a nat ur e a mar qué du sceau de son i mmensi t é
t out es ses oeuvr es.
Nous sommes sur - t out appel l és à êt r e vertueux ,
par ce que nous sommes appel l és à êt r e
p61

heureux , et qu' i l n' est poi nt de bonheur sol i de
sans l a ver t u. Mai s, l a vertu suppose
essent i el l ement l a connoissance : nous avons donc
r eçu l e j ust e degr é de connoi ssance, qui cor r espondoi t
à l a gr ande f i n de not r e êt r e. Sçachons j ouï r avec
r econnoi ssance du peu que nous connoi ssons : nous en
sçavons assés pour êt r e sages, et poi nt assés pour
êt r e vai ns.
" homme soi s donc humbl e dans t es espér ances. . . et c. "
le 11 de novembre 1768.
PARTIE 14

p62

pr i nci pes et conj ect ur es
sur l a
l i ai son et l a nat ur e
des
deux oeconomi es
chez l es ani maux.
Pensées
sur
l ' ame des bêt es
et sur
l e mat ér i al i sme.
Penser ons- nous donc à pr ésent , que nous
connoi ssi ons l ' animal , cet t e par t i e l a pl us
i nt ér essant e de l a cr éat i on t er r est r e ; nous, qui
connoi ssons à pei ne l es gr osses pi èces de sa
p63

char pent e ? Nous ne découvr ons de son oeconomi e
terrestre , que ce qui est en pr opor t i on
avec nos f acul t és et nos i nst r umens, et son
oeconomi e future nous est ent i èr ement voi l ée.
C' est quel que chose cependant , que l a r ai son
conçoi ve au moi ns l a possi bi l i t é de cet t e
di spensat i on future , et que l es conséquences
l égi t i mes qu' el l e t i r e des per f ect i ons di vi nes,
r endent cet t e di spensat i on pr obabl e.
Un t r ai t de l umi èr e j ai l l i t du sei n de ces t énébr es,
et l a r ai son se pl ai t à l e r ecuei l l i r ,


- 146 -
par ce qu' el l e sai si t avi dement t out ce qui t end
à aggr andi r ses vues, et à l ui donner de pl us
haut es i dées de l a cr éat i on et de l a bont é supr éme.
Mai s ; cet at t r i but ador abl e que nous
nommons bont é dans l a cause pr emi ér e, est
pr opr ement cet t e souver ai ne sagesse qui
a t out préordonné pour l e pl us gr and bonheur
des êt r es sentans et des êt r es intelligens .
La sagesse agi t par des loix conf or mes à sa
nat ur e. Ces l oi x sont l es r ègl es i mmuabl es de
sa vol ont é. Une de ces
p64

l oi x éxi ge que l ' ét at antécédent d' un êt r e
dét er mi ne son ét at subséquent : c' est que si
l ' ét at subséquent d' un êt r e n' ét oi t pas dét er mi né
par l ' ét at qui a pr écédé immédiatement , i l n' y
aur oi t aucune raison suffisante de l ' éxi st ence
de cet ét at subséquent .
La vol ont é di vi ne ne sçaur oi t êt r e
el l e- même cet t e raison suffisante , par ce qu' i l
est cont r e l a nature de l a volonté de se
dét er mi ner sans motif .
Or , comment l a vol ont é di vi ne pouvoi t - el l e
êt r e déterminée à f ai r e succéder
l ' ét at b à l ' ét at a, si l ' ét at a ne r enf er moi t
r i en qui dét er mi nât , par lui-même, l ' éxi st ence
de l ' ét at b ? Si t out aut r e ét at avoi t pu êt r e
également choisi , comment l a vol ont é di vi ne
aur oi t - el l e pu se déterminer ent r e t ant
d' ét at s di ver s, qui , dans cet t e supposi t i on,
pouvoi ent égal ement succéder à l ' ét at a ?
J e ne f ai s que r appel l er ces pr i nci pes génér aux
p65

sur l a nature de l a volonté : j e l es ai
suf f i samment dével oppés dans mon essai
analytique , chap xi i et xi x.
I l sui t donc de ces pr i nci pes, que l ' état présent
des ani maux, r enf er me des choses qui
dét er mi ner ont , par elles-mêmes, l eur état futur.
ai nsi , chaqu' i nst ant de l a dur ée des ani maux
est dét er mi né par l ' i nst ant qui pr écède.
L' i nst ant act uel dét er mi ne, à son t our , l ' i nst ant
qui sui t . Cet t e chaî ne se pr ol onge de l a même
mani èr e au- del à de ce t er me que nous nommons
i mpr opr ement l a mort , et l a personnalité
se conser vant t ouj our s par l es moyens
physiques pr éor donnés, f or me cet t e sor t e
d' unité per manent e, qui const i t ue l e moi de
l ' i ndi vi du.
Le changement qui sur vi endr a aux ani maux
dans l ' oeconomi e future , ser a donc t el qu' i l s
r et i endr ont pl us ou moi ns de l ' oeconomi e
précédente . Les deux oeconomies sont l i ées
dès à pr ésent , par des noeuds qui nous sont
i nconnus, et i l n' y aur a poi nt pr opr ement de
saut dans l e passage de l ' une à l ' aut r e.
p66


- 147 -

La const i t ut i on actuelle de l ' ani mal ; j e di s
sa const i t ut i on organique et psychologique
r enf er me donc des par t i cul ar i t és secr et es, qui sont
l e f ondement de l a liaison de cet t e
const i t ut i on avec cel l e qui doi t l ui succéder .
Si l a bont é supr éme a voul u l e pl us
gr and bonheur possible de t ous l es êt r es
vi vans, el l e a voul u appar emment que chaqu' êt r e
vi vant pût sent i r l ' accroîssement de son
bonheur ; car , comme j e l e di soi s ai l l eur s, c' est
êt r e pl us heur eux encor e que de sent i r qu' on
l ' a ét é moi ns, et qu' on l ' est d' avant age. L' êt r e
vi vant qui passer oi t à un ét at pl us heur eux, sans
conser ver aucun souvenir de son ét at
précédent , ne ser oi t poi nt , par r appor t à l ui ,
l e même êt r e, par ce qu' i l ne ser oi t poi nt ,
par r appor t à l ui , l a même personne .
La personnalité dans chaqu' i ndi vi du t i ent
essent i el l ement à l a mémoire des ét at s
ant écédens. J e par l e t ouj our s de l a personnalité
r él at i vement
p67

au sentiment que chaque i ndi vi du a de son moi .
La mémoire t i ent el l e- même aux déterminations
que cer t ai nes f i br es du cer veau cont r act ent et
qu' el l es conser vent .
Af i n donc que chaqu' être-mixte conser ve
dans un aut r e ét at , par des voyes naturelles ,
l e sentiment de sa pr opr e per sonnal i t é, i l f aut
nécessai r ement que son ame demeur e uni e à une
machi ne organique , qui conser ve l es i mpr essi ons
des ét at s antécédens , ou au moi ns quel ques- unes
de ces i mpr essi ons.
I l f aut donc encor e par une conséquence l égi t i me,
que cet t e machi ne organique à l aquel l e l ' ame
demeur e uni e apr ès l a mort , r et i enne
quel ques- uns de ces rapports qu' el l e sout enoi t
avec l ' ancienne machi ne dont el l e est sépar ée.
Ces rapports doi vent êt r e d' aut ant pl us
mul t i pl i és et di ver si f i és, que l ' ani mal posséde un
pl us gr and nombr e de sens et de sens pl us
exqui s, et que ces sens ont ét é af f ect és pl us
p68

souvent , pl us f or t ement , par pl us d' obj et s
di f f ér ens.
Mai nt enant , j e pr i e mon l ect eur de se r et r acer à
l ui - même ces t r ai t s f r appans d' i ndust r i e ; j ' ai
pr esque di t d' i nt el l i gence, que nous
of f r ent l es ani maux, et que j ' ai cr ayonnés
dans l es par t i es xi et xi i de ma contemplation
de la nature . J ' ai mont r é combi en
ces pr océdés i ngéni eux dépendent de
l ' organisation . J ' ai consi dér é l e cor ps de
l ' ani mal comme une sor t e d' instrument ou de
métier , dest i né à éxécut er avec pr éci si on et
du pr emi er coup l es di ver s pr océdés r él at i f s à l a


- 148 -
conser vat i on de l ' i ndi vi du ou à cel l e de l ' espèce.
Mai s ; j ' ai f ai t voi r , en même t ems, qu' i l est
pr obabl e qu' une ame est pr ésent e à ce métier ;
qu' el l e épr ouve par son mi ni st èr e des sensat i ons
pl us ou moi ns var i ées, pl us ou moi ns agr éabl es,
qui i nf l uent à l eur t our sur l es mouvemens de
l a machine .
Ces pr océdés qui nous sur pr ennent t ant dans
p69

l es ani maux ; ces pr océdés que nous r acont ons
avec t ant de compl ai sance, que nous embel l i ssons
peut - êt r e t r op, et qui nous sembl ent supposer
un r ayon de cet t e l umi èr e qui br i l l e
dans l ' homme ; ces pr océdés, di s- j e, bi en
médi t és par l e phi l osophe, peuvent l ui ai der
à j uger , des choses ét onnant es que chaqu' espèce
pour r oi t éxécut er dans des genr es pl us ou
moi ns anal ogues, si t out es l es f acul t és
pr opr es à l ' espèce acquer r oi ent un pl us gr and
degr é de per f ect i on.
On voi t assés, que j e ne veux poi nt du t out
i nsi nuer i ci , que ce que chaqu' espèce éxécut e
dans l ' oeconomi e pr ésent e, el l e l ' éxécut er a encor e
dans l ' oeconomi e à veni r . J e ne veux poi nt i nsi nuer ,
par éxempl e, que l ' araignée , l ' abeille ,
l e castor éxécut er ont sous l a nouvel l e
oeconomi e, l es mêmes ouvr ages que nous admi r ons
auj our d' hui . Si l ' on a bi en sai si l es
i dées que j ' ai exposées dans l es pr emi èr es
par t i es de cet t e palingénésie , on compr endr a que
j e sui s f or t él oi gné de supposer d' aussi gr ands
rapports ent r e l es deux oeconomi es.
J e veux si mpl ement i nsi nuer , que l a const i t ut i on
actuelle de ces ani maux i ndust r i eux,
p70

r enf er me des choses que nous ne pouvons dévi ner ,
et qui ont des r appor t s pl us di r ect s à
l ' oeconomi e future , qu' à l ' oeconomi e
présente . Ce sont ces préordinations
secr et t es qui se mani f est er ont dans un aut r e ét at ,
qui donner ont naî ssance à de nouveaux pr océdés f or t
supér i eur s à ceux qui ét onnent l e nat ur al i st e.
Ces nouveaux pr océdés ne r essembl er ont , sans dout e,
pas pl us aux anci ens, que l es i nvent i ons sur pr enant es
de Sébast i en n' ont r essembl é à cel l es de son
enf ance.
J e conçoi s donc, comme j e l e di soi s ai l l eur s,
qu' i l est dans chaqu' ani mal un fond préordonné
d' or gani sat i on, d' où naî t r a un j our l e
perfectionnement de t out es ses f acul t és, et
qui dét er mi ne dès à pr ésent l a pl ace qu' i l
occuper a dans l a nouvel l e oeconomi e.
p71

Ne pr ésumons pas néanmoi ns, que l ' adr oi t e
et vi gi l ant e araignée ser a pl acée dans cet t e
oeconomi e au dessus de l ' ane , qui nous par oî t


- 149 -
si st upi de. " ne nous mépr enons poi nt .
Les t r ai t s br i l l ans d' i nt el l i gence que quel ques
i nsect es nous of f r ent , nous sur pr ennent , par ce
que nous ne nous at t endi ons pas à l es t r ouver
dans des ani maux, que nous j ugi ons à pei ne
capabl es de sent i r . Not r e i magi nat i on
s' échauf f e ai sément sur ces agr éabl es
nouveaut és, et nous donnons bi ent ôt à ces
i nsect es pl us de géni e qu' i l s n' en ont r éel l ement .
Nous éxi geons, au cont r ai r e, beaucoup des gr ands
ani maux, appar emment
par ce que nous l eur voyons une st r uct ur e
pl us r essembl ant e à l a nôt r e : aussi sommes- nous
f or t por t és à l es dégr ader , dès qu' i l s ne
r empl i ssent pa not r e at t ent e. I l en est
cependant , dont l ' espr i t ne se mani f est e pas
par des t r ai t s, pour ai nsi di r e, sai l l ans,
mai s par un gr and nombr e de pet i t s t r ai t s
peu sensi bl es, qui r éüni s, f or ment une somme
d' i nt el l i gence supér i eur e à cel l e de l ' i nsect e
l e pl us i ndust r i eux. "
p72

l ' âne est pl acé dans l ' oeconomi e pr ésent e
f or t au dessus de l ' araignée , et i l conser ver a
dans un aut r e ét at l a pr éémi nence qu' i l a sur
el l e. La perfection de l ' ani mal doi t se
mésur er par l e nombr e et l a per f ect i on de ses
sens ; l a por t ée de l ' instinct dépend en
der ni er r essor t de ces deux condi t i ons. L' âne
a l es mêmes sens que l ' homme ; et si son
toucher par oî t f or t obt us, i l en est , pr obabl ement
dédommagé par l es qual i t és pl us émi nent es
de ses aut r es sens . C' est par ses
sens que l ' ani mal est en commer ce avec l a
nat ur e. Pl us l e nombr e de ses sens est
gr and ; pl us ses sens sont exqui s, et pl us i l
connoî t d' objets et de qualités de
chaqu' obj et . Pl us l es sens d' un ani mal se
r appr ochent de ceux de l ' homme, et pl us l es
sensat i ons de cet ani mal sont nombr euses et
di ver si f i ées. Pl us l ' ani mal a de sensat i ons,
et de sensat i ons di ver ses, et pl us i l compare .
Pl us i l compare , et pl us son instinct s' ét end
et se per f ect i onne. L' âne a donc un pl us gr and
nombr e de sensat i ons et des sensat i ons pl us
di ver ses, que l ' araignée . I l connoî t bi en
pl us d' obj et s ; i l compar e d' avant age ; i l t i ent
p73

à l a nat ur e par pl us de l i ens. Les f acul t és
de son ame déj à pl us ét enduës, pl us dével oppées,
se per f ect i onner ont pr opor t i onnel l ement dans
l ' oeconomi e future .
Beaucoup des pr océdés l es pl us i ndust r i eux
des ani maux, ont auj our d' hui pour pr i nci pal e
f i n l a conservation de l ' espèce. Si l es ani maux
ne doi vent poi nt propager dans l ' oeconomi e
à venir , i l est bi en évi dent , que l eur


- 150 -
const i t ut i on organique ne r enf er mer a al or s
aucune de ces déterminations r él at i ves à l a
propagation de l ' espèce. Mai s ; aux pr océdés
dont i l s' agi t , succèder ont d' aut r es pr océdés,
qui ser ont en r appor t di r ect avec l e nouvel
ét at des ani maux, et avec l ' ét at cor r espondant du
gl obe. Le gr and t abl eau de l ' ani mal i t é ser a changé,
et pr ésent er a des scènes bi en pl us i nt èr essant es
que t out es cel l es que nos nat ur al i st es y cont empl ent
à pr ésent .
p74

J e r epr endr ai i ci un pr i nci pe, qui ne me
ser a pas cont est é par ceux qui ont beaucoup
médi t é sur l es per f ect i ons de l ' êt r e
supr éme : c' est que sa vol ont é t end
essent i el l ement au bien et au pl us gr and bi en.
Cet t e sagesse ador abl e qui a appel l é
à l ' éxi st ence l ' uni ver sal i t é des êt r es, par ce
qu' i l ét oi t de sa nat ur e de f ai r e des
heur eux, et l e pl us d' heur eux qu' i l ét oi t
possi bl e ; cet t e sagesse a voul u, sans dout e,
l a pl us gr ande per f ect i on possible de t out es
ses cr éat ur es. Et si son pl an éxi geoi t
que l es êt r es sentans , qui habi t ent une cer t ai ne
pl anèt e, passassent successi vement par
di ver s degr és subor donnés de per f ect i on, el l e
a pr éét abl i , dès l e commencement , l es moyens
dest i nés à accr oî t r e de pl us en pl us
l a somme de l eur per f ect i on, et à l ui donner
enf i n t out e l ' ext ensi on que l eur nat ur e peut
compor t er .
De ce pr i nci pe si consol ant et si f écond,
mon coeur se pl ai t à t i r er une conséquence,
qui par oî t en découl er nat ur el l ement : c' est
que l es ani maux par venus à une aut r e oeconomi e
p75

dépoui l l er ont l eur s qual i t és mal f ai sant es,
et ne r et i endr ont de l eur anci enne oeconomi e,
que l es qual i t és dont l e perfectionnement
s' accor der a avec cet ét at pl us r el evé,
pour l equel i l s aur ont ét é or i gi nai r ement f ai t s.
Non ; dans l es vuës de cet t e i mmense
bont é qui se mani f est e à nous par des
t r ai t s si var i és, si nombr eux, si t ouchans,
l a der ni èr e dest i nat i on du tigre n' ét oi t poi nt
de s' abbr euver de sang, et de vi vr e de car nage.
Sa cr uaut é est , pour ai nsi di r e, ét r angér e à ce
qui const i t uë pr opr ement l e fond de
son êt r e : el l e t i ent uni quement à son t empér ament
act uel ou à cet t e envel oppe gr ossi èr e qu' i l doi t
dépoui l l er , et qui n' est en r appor t di r ect
qu' avec l ' ét at pr ésent de not r e gl obe.
Mai s ; l ' ame du tigre a des puissances
ou des f acul t és qui t ouchent d' assés pr ès
à l ' intelligence , et qui ne sont pas l i ées
i ndi ssol ubl ement à ses qual i t és mal - f ai sant es.
Son instinct est déj a f or t dével oppé : ses


- 151 -
sens l ui donnent une mul t i t ude de per cept i ons
et de sensat i ons di ver ses, qu' i l compar e pl us ou moi ns.
p76

L' évolution f ut ur e du pet i t cor ps organique ,
auquel j e suppose que son ame demeur e uni e,
dépl oyer a t out es ces puissances qui sont , à
pr ésent , comme concent r ées ou envel oppées et
él éver a l e tigre au r ang des êt r es pensans .
Le r edout abl e ani mal ser a ai nsi métamorphosé ,
et apr ès cet t e mét amor phose par oî t r a un nouvel
ani mal , qui r essembl er a moi ns encor e au pr emi er ,
que l e papillon ne r essembl e à l a chenille .
J ' ai di t dans l ' avant - pr opos de cet t e
palingénésie , que l e dogme phi l osophi que de
l ' éxi st ence de l ' ame des bêtes r eposoi t
pr i nci pal ement sur l ' analogie , et j ' ai
i ndi qué en quoi consi st e i ci l ' analogie .
J e me per suade de pl us en pl us, que si l ' on
n' avoi t poi nt i nt ér essé l a r el i gi on dans cet t e
mat i èr e pur ement phi l osophi que, on aur oi t cédé
pl us vol ont i er s aux pr euves anal ogi ques et à cel l es
de sent i ment , et on ne se ser oi t pas él evé
avec t ant de chal eur cont r e l a survivance de
l ' ame des bêt es.
I l est même assés si ngul i er que des phi l osophes
qui n' ét oi ent poi nt cartésiens , et qui
p77

admet t oi ent l ' éxi st ence de l ' ame des bêt es,
ayent sout enu que cet t e ame pér i ssoi t à l a
mor t de l ' ani mal , pr éci sément par ce que cet t e
ame n' ét oi t pas une ame humaine .
J e ne pui s t r op l e di r e : ce qui ser oi t démont r é
vrai en bonne phi l osophi e, ser oi t démont r é
vrai en bonne t héol ogi e. J ' ent ens
par l a bonne théologie cet t e r el i gi on august e,
qui est el l e- même l a philosophie l a pl us
subl i me et l a mi eux appr opr i ée aux besoins de
l ' homme.
Si l es bêt es ont une ame , cet t e ame est aussi
indivisible , aussi indestructible par l es
causes secondes que cel l e de l ' homme : c' est
qu' une subst ance simple ne peut êt r e ni
divisée ni décomposée . L' ame des
bêt es ne peut donc périr que par
l ' anéantissement ; et j e ne voi s pas, que
l a r el i gi on annonce en t er mes expr ès cet
anéantissement : mai s ; j e voi s qu' el l e éxal t e
l es i mmenses t r ésor s de l a bont é di vi ne.
Les pr euves analogiques de l ' éxi st ence de
l ' ame des bêt es, par oi ssent d' aut ant pl us f or t es,
qu' on l es appr of ondi t davant age. I l ne
f aut pas s' en t eni r i ci à quel ques t r ai t s ; i l
p78

f aut en r assembl er et en compar er l e pl us qu' i l
est possi bl e. Si une sai ne phi l osophi e ét abl i t
sol i dement que l a matière ne peut penser ,


- 152 -
l ' homme n' est pas t out matière ; i l est un
être-mixte ; i l est l e résultat de l ' uni on
de deux substances . Les ani maux dont
l ' organisation se r appr oche t ant de cel l e de
l ' homme ; l es ani maux dont l es pr océdés i mi t ent si
bi en cer t ai ns pr océdés de l ' homme, ne ser oi ent - i l s
donc que de purs automates ? Les phi l osophes,
qui par des mot i f s l ouabl es, ont
sout enu l ' automatisme des br ut es, n' avoi ent - i l s
poi nt à cr ai ndr e qu' on ne se ser vi t de l eur s
ar gumens subt i l s pour déf endr e l ' automatisme
de l ' homme ?
Ce n' est poi nt du t out que j e cr oye, que
si l ' on pouvoi t démontrer l ' automatisme de
l ' homme, l a r el i gi on ser oi t en pér i l : j e
n' ai pas f ai t di f f i cul t é de l e di r e ; j e ne me
f ai s aucune pei ne de l e r épèt er : quand i l ser oi t
p79

vrai que l ' homme t out ent i er n' est que
matière , i l n' en ser oi t pas moi ns appel l é à
êt r e heureux ou malheureux dans une aut r e
vi e, r él at i vement à l a nature de ses actions .
L' aut eur de l ' uni ver s qui conserve
l ' uni ver s l ui - même, cet t e gr ande machi ne si
pr odi gi eusement composée , manquer oi t - i l de
moyens pour conserver l ' homme pur ement
matériel ? Mai s ; l es phi l osophes dont j e par l e,
ont ét é bi en él oi gnés de compr endr e ceci ; et
i l en est encor e qui cr oi r oi ent que t out ser oi t
per du, si on démont r oi t une f oi s l ' automatisme
de l ' homme ou ce qui r evi ent au même, que t out
l ' homme n' est que pur organisme .
On a donc pr i s l a quest i on par l e côt é l e
moi ns phi l osophi que : on a f ai t dépendr e l es
espér ances de l ' homme d' une chose dont el l es
ne dépendoi ent poi nt . On a sout enu
l ' éxi st ence de l ' ame humaine , par ce que
l ' homme est un être moral , et qu' un êt r e mor al
doi t êt r e recompensé ou puni . I l f al l oi t
admet t r e l ' éxi st ence de l ' ame humaine , par ce
qu' en bonne phi l osophi e on ne sçaur oi t r endr e
r ai son, sans el l e, de t ous l es phénomènes
p80

de l ' homme, et en par t i cul i er du sentiment si
cl ai r et si si mpl e qu' i l a de son moi . I l
f al l oi t pr ouver l ' éxi st ence de l ' ame humaine
par l es consi dér at i ons f r appant es que pr ésent ent
l es propriétés de l a matière , compar ées avec
l es facultés de l ' homme. Voi l à ce que j ' ai
essayé de f ai r e dans l a pr éf ace de mon essai
analytique et en d' aut r es endr oi t s du l i vr e ;
et voi l à ce qui devoi t empêcher de me r anger par mi
l es matérialistes . Mai s ; l a pl upar t des l ect eur s
l i sent du pouce ; i l s ont vu que j e par l oi s souvent
de fibres et de mouvemens de f i br es ; i l
ne l eur en a pas f al l u davant age pour êt r e per suadés
que j ' ét oi s matérialiste . J e l eur par donne de


- 153 -
t out mon coeur l a pr éci pi t at i on de l eur j ugement et
j e me bor ne à l es r envoyer encor e à mon l i vr e.
Les écr i vai ns qui ont beaucoup l oué l ' excel l ent
Locke sur ce qu' i l n' avoi t poi nt osé déci der
que l a matière ne pût pas penser ,
n' avoi ent - i l s dans l ' espr i t et dans l e coeur
que de cél ébr er l a modest e r eser ve du sage ? Le
dout e
p81

de cet homme i l l ust r e ne f l at t oi t - i l poi nt en
secr et une des opi ni ons f avor i t es de ces
écr i vai ns ? Et cet t e opinion l ' ont - i l s
envi sagée sous l e même poi nt de vuë que l ' aut eur
de l ' essai analytique ? Les phi l osophes doi vent
êt r e l es bi enf ai t eur s du genr e- humai n, i l s l e sont
t out es l es f oi s qu' i l s dét r ui sent des pr éj ugés
dangereux . Mai s ; ser oi t - ce un pr éj ugé
dangereux que de cr oi r e que l a matière ne
peut pas penser ? Ne ser oi t - i l poi nt d' une t r op
mal heur euse f aci l i t é d' abuser du sent i ment
cont r ai r e ? Lor sque l es phi l osophes ent r epr ennent
de dét r ui r e ce qu' i l s nomment des préjugés ,
i l ser oi t t r ès convenabl e qu' i l s l eur
subst i t uassent des choses d' une ut i l i t é équi val ent e.
I l ne f aut pas que l e philosophe r essembl e à l a
mor t qu' on pei nt ar mée d' une f aul x : mai s, si l e
phi l osophe peut quel quef oi s êt r e r epr ésent é ar mé
d' une f aul x, i l doi t au moi ns por t er dans l ' aut r e
mai n une truelle .
J e ne sçai s si l ' on ne pour r oi t poi nt pr ouver par
un ar gument assés di r ect l ' éxi st ence de
l ' ame des bêtes : cet ar gument r epose
essent i el l ement
p82

sur l a proportion que nous obser vons ent r e
l es effets et l es causes . Ce n' est pas
i ci l e l i eu d' anat omi ser l a quest i on mét aphysi que
et dél i cat e, s' il est des causes .
Quel que sent i ment qu' on embr asse l à- dessus,
i l demeur er a t ouj our s vr ai qu' i l est dans l a
nat ur e un ordre en ver t u duquel cer t ai nes
choses pr écédent const amment d' aut r es choses.
Nous donnons l e nomde causes à ces
choses qui pr écédent , et nous nommons effets
cel l es dont el l es sont i mmédi at ement sui vi es.
J ' admet s cet ordre de l a nat ur e comme une
loi universelle dont j ' i gnor e pr of ondément
l e comment , et j e r egar de cet t e l oi
comme universelle , par ce qu' el l e ne se dément
j amai s ou que du moi ns on ne l ' a j amai s vu
se dément i r . " t out es nos t héor i es de causes
et d' effets , di soi s- j e, de mon essai
analytique se bor nent au f ond à connoî t r e
l ' ordre dans l equel l es choses se succèdent ;
ou l es rapports sui vant l esquel s l ' éxistence
ou l es modifications des unes, par oi ssent
déterminées par l ' éxistence ou l es


- 154 -
modi f i cat i ons des aut r es. Ai nsi quand ce que nous
nommons agent dans l a nat ur e, ne l e ser oi t
poi nt ; quand l a r él at i on des causes et des
ef f et s ne ser oi t qu' une appar ence, un phénomène
p83

r él at i f à not r e mani èr e de voir et de
concevoir ; l ' or dr e ou l a succession des
choses n' en ser oi t pas moi ns r éel l e, i nvar i abl e,
et n' en f our ni r oi t pas un f ondement
moi ns sol i de à t ous nos r ai sonnemens. "
voi ci donc l ' ar gument qui s' of f r e act uel l ement
à mon espr i t en f aveur de l ' ame des bêtes .
Si j e me sui s ser vi pl usi eur s f oi s d' un
cer t ai n bât on pour f r apper un chi en, i l ar r i ver a
que si j e l e l ui mont r e, même d' assés
l oi n, i l s' enf ui r a en cour ant et qu' i l par cour a
un t r ès gr and t er r ei n pour évi t er l e coup qu' i l
cr oi t l e menacer . Or , quel l e pr opor t i on y
a- t - i l ent r e l es rayons qui , par t i s du bât on,
vont f r apper l a rétine du chi en, et l es
mouvemens si consi dér abl es et si l ongt ems
cont i nués qu' i l se donne pour évi t er l e coup ? Un
cer t ai n mot que j ' aur oi s pr ononcé avec une
cer t ai ne i nf l éxi on de voi x, aur oi t pr odui t sur
l ' ani mal des ef f et s anal ogues.
J e n' i gnor e pas, que l es par t i sans de
l ' automatisme des br ut es r epl i quer ont , que
l a machi ne a ét é const r ui t e avec un t el ar t , que
l a pl us pet i t e i mpul si on dans une de ses par t i es,
peut suf f i r e pour exci t er dans d' aut r es
p84

par t i es l es pl us gr ands mouvemens. Mai s ;
combi en cet t e r éponse est - el l e subt i l e ! Combi en
est - el l e vague ! Combi en est - el l e peu pr opr e à
per suader cet automatisme qu' on s' obst i ner oi t
vai nement à déf endr e ! Combi en l ' hypot hése
d' un pr i nci pe sentant et actif , di st i nct
de l a mat i èr e, expl i que- t - el l e pl us si mpl ement ou
pl us heur eusement t ous l es phénomènes ! Combi en
est - el l e par cel a même pl us phi l osophi que !
J ' ai donc di t , pl us pr obabl e.
PARTIE 15

p85

Essai d' appl i cat i on
de l ' i r r i t abi l i t é
aux pol ypes, et c.
Nouveaux êt r es
mi cr oscopi ques.
Réf l éxi ons à ce suj et .
Du dr oi t de l ' homme
sur l es ani maux.
L' homme mor al .
Le polype a par u d' abor d f avor i ser beaucoup
l ' opi ni on de l ' automatisme des br ut es.
Un ani mal , dont chaque mor ceau devi ent


- 155 -
l ui - même un ani mal par ei l au pr emi er , ne
sembl e pas devoi r appar t eni r à l a cl asse des
p86

êtres-mixtes . Comment l ' ame d' un t el
ani mal pour r oi t - el l e êt r e divisée ? Comment
pour r oi t - el l e se r et r ouver entière dans chaque
mor ceau ? Comment ces mor ceaux, encor e i nf or mes
ou dans l esquel s l a régénération n' a pas
achevé de se f ai r e, mont r ent - i l s l es mêmes
i ncl i nat i ons que l ' ani mal ent i er ?
Le polype peut êt r e greffé sur l ui - même,
ou sur un pol ype de son espèce. Peut - on
greffer des ames ? Que devi ent donc
l ' ame du sujet , ou cel l e de l a greffe ?
Quel est i ci l e siège de l a personnalité ?
En r ef endant l e polype d' une cer t ai ne mani èr e,
on en f ai t une hydre à pl usi eur s têtes :
y a- t - i l une ame individuelle dans chacune de
ces têtes ? Y a- t - i l i ci aut ant de
personnes di st i nct es que de têtes ?
Tout es ces quest i ons, et une f oul e d' aut r es
que l e polype f ai t naî t r e, par oi ssent , au
pr emi er coup- d' oei l , aut ant d' éni gmes
i ndéchi f f r abl es.
p87

J e n' ai pas l a pr ésompt i on i nsensée
de pr ét endr e l es avoi r déchi f f r ées.
Mai s ; j ' ai essayé de poser quel ques pr i nci pes
physiques et psychologiques , qui m' ont
sembl é pr opr es à r épandr e une f oi bl e l ueur dans ces
épai sses t énèbr es. On t r ouver a l ' exposi t i on
de ces pr i nci pes et l eur appl i cat i on aux cas
l es pl us embar r assans, dans l e chapi t r e i i i du
t ome i i de mes corps organisés . Peut - êt r e
aur oi s- j e mi eux f ai t de ne poi nt t ent er de sonder
ces pr of onds myst èr es ; mai s j ' avouer ai
i ngénument , que mon but ét oi t pr i nci pal ement
de mont r er au moi ns, que l a découver t e
du polype ne f avor i se pas l e moi ns du
monde l e matérialisme . Si l ' on veut bi en
médi t er mes pr i nci pes, et se r endr e at t ent i f
à l eur enchaî nement et à l eur s conséquences
nat ur el l es, j e me f l at t e qu' on ne j uger a pas
que j ' aye dér ai sonné sur cet t e t énébr euse
mat i èr e. J e ne sçai s même, si on ne ser a pas
un peu sur pr i s que j ' aye pu me r endr e assés
cl ai r pour f ai r e ent endr e f aci l ement ma pensée.
J e n' ai eu i ci d' aut r e gui de que mes pr opr es
médi t at i ons, et t out mon mér i t e n' a
consi st é qu' à ne poi nt abandonner l e f i l , à
l a vér i t é f or t dél i é, que j ' avoi s en mai n.
p88

" j e ne f i ni r oi s poi nt , di soi s- j e en commençant
cet t e expl i cat i on, si j e voul oi s r éf ut er t ous
l es mauvai s r ai sonnemens dont l e pol ype a ét é l e
suj et ou l ' occasi on : peu de gens sçavent se f ai r e


- 156 -
des i dées net t es sur cet t e mat i èr e abst r ai t e ; i l
en est même qui t r ai t er oi ent vol ont i er s de t émér ai r e
qui conque oser oi t en pr omet t r e de t el l es. J e ne
pr omet s r i en ; mai s j e vai s exposer si mpl ement
l es pr i nci pes que mes médi t at i ons m' ont f our ni s. "
j ' aur oi s pu f aci l ement donner des expl i cat i ons
pur ement méchaniques de t ous ces phénomènes
aussi nouveaux qu' embar r assans : j e
me ser oi s même débar r assé ai nsi de pl us
gr andes di f f i cul t és. Mai s, j ' aur oi s cr u choquer
d' aut r es phénomènes, qui sembl ent at t est er que
l e polype n' est pas une si mpl e machine
organique .
Cependant , pour mont r er à mon l ect eur ,
que j ' ai envi sagé mon suj et sous l e pl us de
f aces qu' i l m' a ét é possi bl e, j e hazar der ai i ci
une sol ut i on méchanique : j e ne l a donne que
p89

comme une si mpl e conj ect ur e, ou pl ut ôt comme
un si mpl e doute .
J ' ai r acont é dans l a par t i e i i de mon
traité d' insectologie , publ i é à Par i s, en 1745,
obs xi v, l es mouvemens si r emar quabl es que
se donnoi ent des mor ceaux de cer t ai ns vers
d' eau douce , que j ' ai mul t i pl i és de
bouture . J ' ai di t , que des ver s de cet t e
espèce, auxquels j' avois coupé la tête, alloient
en avant à peu près comme si rien ne leur eut
manqué ; qu' ils sembloient chercher à se cacher ;
qu' ils sçavoient se détourner à la rencontre de
quelque obstacle, etc. . En r appel l ant ce f ai t
dans l ' ar t i cl e 285 de mes considérations sur les
corps organisés , j ' ai aj out é ce qui sui t .
" ceux de mes l ect eur s qui ont l u l es
beaux mémoi r es de Mr De Hal l er sur
l ' irritabilité , ent r evoyent déj à ce qu' on peut
di r e pour t âcher à r ésoudr e l a di f f i cul t é dont
i l s' agi t i ci . On sçai t que l ' irritabilité est
p90

cet t e pr opr i ét é de l a f i br e musculaire en
ver t u de l aquel l e el l e se cont r act e d' el l e- même,
à l ' at t ouchement de t out cor ps, soi t
sol i de soi t f l ui de. C' est par el l e, que l e
coeur , dét aché de l a poi t r i ne, cont i nue
quel que t ems à bat t r e. C' est par el l e,
que l es i nt est i ns sépar és du bas- vent r e, et
par t agés en pl usi eur s por t i ons, comme nos
ver s, cont i nuent pendant un t ems, à éxer cer
l eur mouvement péristaltique . C' est par
el l e enf i n, que l es membr es de quant i t é d' ani maux,
cont i nuent à se mouvoi r apr ès avoi r
ét é sépar és de l eur t r onc. Di r a- t - on que
ces por t i ons d' i nt est i ns, qu' on voi t r amper
sur une t abl e comme des ver s, sont mi ses
en mouvement par une ame qui r ési de dans
l eur s membr anes ? Admet t r a- t - on aussi une
ame dans l a queuë du l ezar d, pour r endr e


- 157 -
r ai son des mouvemens si vi f s et si dur abl es
qu' on y obser ve apr ès qu' on l ' a coupée ?
Voudr a- t - on encor e que ce soi t une
ame l ogée dans l ' ai gui l l on de l a guêpe,
qui l e dar de au déhor s, assés l ongt ems apr ès
que l e vent r e a ét é sépar é du cor cel et ?
Assur ément ces f ai t s sont bi en aussi si ngul i er s
et aussi embar r assans, que ceux que j ' ai
r appor t és dans l e passage ci t é ci - dessus :
p91

qui ne voi t pour t ant que l es uns et l es aut r es
ne sont que l es r ésul t at s d' une méchanique
secr et t e ? Mr De Hal l er a pr ouvé,
que l e coeur , sépar é de l a poi t r i ne, cesse
de bat t r e, dès qu' on pur ge l es vent r i cul es
du peu de sang qu' i l s r enf er moi ent encor e :
l ' irritabilité , cet t e f or ce dont l a nat ur e
nous est i nconnuë, n' agi t pl us al or s ; r i en
ne l ' exci t e. C' est donc par l es cont r act i ons
que l ' at t ouchement d' un cor ps ét r anger ,
pr odui t dans l es f i br es muscul ai r es de
nos ver s, dans cel l es des por t i ons d' i nt est i ns,
dans cel l es de l a queuë du l ézar d,
et c. Que s' opèr ent ces mouvemens qui nous
par oi ssent volontaires , et qui ne sont pour t ant
que pur ement machinaux . La machi ne est mont ée
pour l es éxécut er , et el l e l es éxécut e dès qu' el l e
est mi se en j eu. "
j e suppose à pr ésent , qu' on n' a pas oubl i é,
que l e cor ps du polype a l a f or me d' un
pet i t boyau . Quand on par t age ce boyau
t r ansver sal ement dans l e mi l i eu de sa l ongueur ,
l a moitié postérieure est un boyau pl us
p92

cour t . Ce boyau est aveugle ; j e veux di r e,
qu' i l n' est ouver t que par son bout ant ér i eur .
Si l ' on pr ésent e à ce bout ant ér i eur quel que
pr oye ; par éxempl e, un pet i t ver vi vant ,
l e boyau f er a ef f or t pour l ' engl out i r , et i l y
par vi endr a peu à peu, et c.
Voi l à donc une moitié de pol ype, non
régénérée, qui par oî t avoi r l es mêmes
i ncl i nat i ons qu' un pol ype parfait , et
s' acqui t t er d' une de ses f onct i ons l es pl us
essent i el l es.
Que f aut - i l donc penser de l ' ame du polype ,
et du siége qu' el l e y occupe ? Ne di r oi t - on
pas, que cet t e ame r ési de uni ver sel l ement dans
t out l e cor ps ?
J e convi ens sans pei ne, que l a di f f i cul t é
est t r ès gr ande : mai s, est - el l e absol ument
i r r ésol ubl e ? L' irritabilité ne f our ni r oi t - el l e
poi nt un moyen de l a r ésoudr e ? I l est démont r é,
que t out l e cor ps du polype est t r ès
irritable . Cet t e moitié de pol ype qui
dévore des pr oyes, et qui n' est éxact ement
que l a moi t i é i nf ér i eur e d' un pet i t sac char nu ou


- 158 -
pl ut ôt gélatineux ; cet t e moitié , di s- j e,
ne ser oi t - el l e poi nt irritée par l ' at t ouchement
et par l ' agi t at i on de l a
p93

pr oye ? Les mouvemens que cet t e irritation
occasi onner oi t dans l es bor ds de l ' ouver t ur e du
sac, ne condui r oi ent - i l s poi nt par une sui t e
nat ur el l e du jeu des par t i es, à cet t e opér at i on
que nous nommons l a déglutition ? à l ' égar d
de l a digestion , el l e n' a r i en du t out
d' embar r assant et l ' on voi t assés qu' el l e peut
se r édui r e, comme bi en d' aut r es f onct i ons vitales ,
à un pur méchanisme .
C' est donc pr opr ement l a déglutition qui
est i ci l e poi nt l e pl us di f f i ci l e à expl i quer .
Mai s ; qu' on y pr enne gar de ; i l n' est sûr ement
pas pl us di f f i ci l e à expl i quer , que l es
mouvemens du coeur d' un gr and ani mal ,
apr ès que ce muscle si i r r i t abl e a ét é sépar é
de l a poi t r i ne. L' espèce de f acul t é locomotive
dont j oui ssent des mor ceaux d' i nt est i ns,
coupés r écemment , sembl ent bi en pl us embar r assans
encor e, et s' expl i quent pour t ant de l a
mani ér e l a pl us heur euse, par l e seul secour s
de l ' irritabilité . J ' i nvi t e mon l ect eur à
r el i r e avec at t ent i on ce passage de mes corps
organisés , que j e t r anscr i voi s i l n' y a qu' un
p94

moment . I l ne f aut pas accr oî t r e l es di f f i cul t és
en accr oi ssant l e mer vei l l eux.
I l ne ser oi t pas même i mpossi bl e, que l e
polype t out ent i er , ne f ût qu' un cor ps or gani sé
simplement irritable . L' ext ensi on si
consi dér abl e de ses bras , pour r oi t n' êt r e qu' un
r el achement ext r ême de ces par t i es. L' at t ouchement
des pr oyes pour r oi t y exci t er des cont r act i ons, au
moyen desquel l es ces br as ou ces f i l s si dél i és,
s' ent or t i l l er oi ent aut our de l a pr oye, se
r accour ci r oi ent de pl us en pl us, et por t er oi ent
cet t e pr oye à l a bouche. Cel l e- ci
épr ouver oi t des cont r act i ons ou des mouvemens
anal ogues. La pr oye ser oi t engl out i e, di gér ée,
et l e r ési du r ej et t é par l e même méchanisme .
Cet t e appl i cat i on de l ' irritabilité au
polype , me f ai t naî t r e quel ques r éf l éxi ons
sur l a vitalité . Nous obser vons des
gradations dans l es t r oi s régnes . La nat ur e
ne passer oi t - el l e poi nt des êt r es or gani sés
inanimés aux
p95

êt r es or gani sés animés , par des êt r es si mpl ement
vitaux ; j e veux di r e, par des êt r es
organisés si mpl ement irritables ? Dans ces
êt r es mitoyens , l ' irritabilité const i t uer oi t
seul e l e principe de l a vie . L' act i on
cont i nuel l e des liquides sur l es solides


- 159 -
irritables i mpr i mer oi t à ces der ni er s l es
di ver s mouvemens qui car act ér i ser oi ent cet t e sor t e
de vie . Ce ser oi t de cet t e vie dont l e
pol ype j oui r oi t au moi ns t andi s qu' i l demeur er oi t
mutilé . El l e appar t i endr oi t peut - êt r e
encor e à quant i t é d' aut r es espéces de polypes ,
qui par oi ssent des animaux beaucoup pl us
dégui sés ; t el s que l es pol ypes à bouquet ,
l es pol ypes en nasse , ceux en entonnoir ,
ceux des infusions , et bi en d' aut r es êt r es
or gani sés microscopiques .
p96

Quoi que l e monde microscopique ne nous
soi t pas pl us connu que l es terres-australes
de not r e gl obe, nous en connoi ssons cependant
assés pour concevoi r l es pl us gr andes
i dées des mer vei l l es qu' i l r ecèl e, et pour êt r e
pr of ondément ét onnés de l a var i ét é pr esqu' i nf i ni e
des modèl es sur l esquel s l ' animalité a
ét é t r avai l l ée. Les voyageur s qui ont côt oyé
l es r i ves de ce monde microscopique y
ont découver t des habi t ans, dont l es f i gur es,
l es habi l l emens et l es pr océdés ne r essembl ent
à r i en de t out ce qui nous ét oi t connu. I l s
n' ont pas même t ouj our s t r ouvé des t er mes
pour expr i mer cl ai r ement ce qu' i l s apper cevoi ent
au bout de l eur s l unet t es. I l l eur
est ar r i vé, en quel que sor t e, ce qui ar r i ver oi t
à un habi t ant de l a t er r e, qui ser oi t
t r anspor t é dans l a l une : comme i l manquer oi t
d' i dées analogues , i l ser oi t pr i vé de ces
t er mes de comparaison qui ai dent à pei ndr e l es
obj et s.
Le polype à bras nous avoi t déj a beaucoup
ét onné par ses r essembl ances avec l a plante
et par l a si ngul ar i t é de sa st r uct ur e. Nous
p97

n' i magi ni ons pas qu' i l éxi st oi t bi en d' aut r es
ani maux de l a même cl asse, beaucoup pl us
t r avest i s encor e, et dont nous n' aur i ons j amai s
devi né l es f or mes et l a mul t i pl i cat i on.
Les polypes dont j e par l e, sont un des gr ands
pr odi ges du monde microscopique : i l s ont
ét é nommés des pol ypes à bouquet , et cet t e
dénomi nat i on r end heur eusement l eur s appar ences
ext ér i eur es. J e l es ai décr i t s f or t au l ong
dans mes deux der ni er s ouvr ages, d' apr ès
l e sage et cél ébr e obser vat eur qui nous
l es a f ai t connoî t r e. On peut se cont ent er
de consul t er l e chapi t r e xi de l a par t i e vi i i
de ma contemplation de la nature . J ' ai encor e
décr i t d' apr ès l ui , d' aut r es espèces de
pol ypes microscopiques , qui n' of f r ent pas des
par t i cul ar i t és moi ns ét r anges, ni moi ns pr opr es
à per f ect i onner l a logique du nat ur al i st e.
Si cet excel l ent obser vat eur qui a enr i chi
l ' hi st oi r e nat ur el l e de vér i t és si neuves et si


- 160 -
i mpr évuës, cédoi t enf i n aux pr essant es i nvi t at i ons
que j e ne cesse de l ui f ai r e de publ i er
l a suite de ses découvertes , l e publ i c y
t r ouver oi t
p98

de nouveaux suj et s d' admi r er l a pr odi gi euse
f écondi t é des voyes de l a nat ur e,
et d' appl audi r à l a sagaci t é et à l a mar che
j udi ci euse de son hi st or i en. I l ne r egar der a
pas comme une t r ahi son, si j e sai si s l ' occasi on
qui se pr ésent e de f ai r e connoî t r e aux nat ur al i st es,
un des habi t ans l es pl us si ngul i er s de
ce monde microscopique , où not r e obser vat eur
a f ai t des voyages si heur eux et si i nst r uct i f s.
J ' ai eu même l a sat i sf act i on de
f ai r e avec ce nouvel argonaute un de ces
voyages dont j e t r anscr i r ai i ci l a r él at i on,
t el l e que j e l ' ai écr i t e i mmédi at ement apr ès
mon r et our : l a voi ci .
Les r ui sseaux, l es mar es, l es ét angs
f our mi l l ent dans cer t ai ns t ems d' une mul t i t ude
d' espèces di f f ér ent es de t r ès pet i t s polypes
et d' êt r es microscopiques , qui n' ont poi nt
encor e de nom. Une f eui l l e, un br i n d' her be,
un f r agment de boi s pour r i t i r é au hazar d du
f ond d' un r ui sseau, et mi s dans un poudrier
p99

pl ei n d' eau, est un pet i t monde pour l ' obser vat eur ,
qui sçai t l e voi r . Mr Tr embl ey m' a mont r é au
mi cr oscope, l e 12 de novembr e, 1765, un de ces
êt r es i nvi si bl es à l ' oei l nud, et sans nom , dont
j e vai s t âcher de donner une i dée d' apr ès ce que
j ' ai vu moi - même, et d' apr ès ce que Mr Tr embl ey
m' en a r appor t é.
Cet êt r e microscopique ne r essembl e pas mal
à un t r ès pet i t tube , et j e l ui donner oi s
vol ont i er s l e nomde tubiforme . I l est f or t
t r anspar ent . à l ' or di nai r e, i l est f i xé par une
de ses ext r êmi t és sur quel qu' appui . L' aut r e
ext r êmi t é se t er mi ne quel quef oi s en poi nt e
mousse ; d' aut r ef oi s el l e sembl e coupée net ;
on cr oi t même y apper cevoi r une ouver t ur e,
comme ser oi t cel l e d' un t ube capillaire .
p100

Cet êt r e si ngul i er est or di nai r ement i mmobi l e ;
i l l ui ar r i ve cependant de t ems en t ems
de se bal ancer ou de vibrer assés l ent ement .
I l f ai t pl us ; i l vi ent à se dét acher de l ' appui ,
et à nager de côt é et d' aut r e, t ant ôt dans
une posi t i on per pendi cul ai r e, t ant ôt pl us ou
moi ns obl i que à l ' hor i zon, quel quef oi s hor i zont al e,
sans qu' on pui sse découvr i r comment i l
éxécut e de par ei l s mouvemens. S' i l r encont r e
dans sa cour se l e t r anchant d' une f eui l l e
ou quel que f i l , même t r ès dél i é, on l e
voi t , avec sur pr i se, s' y f i xer par une de ses


- 161 -
ext r êmi t és, s' y i mpl ant er comme une quille .
Son adhér ence à l ' appui , dont l a mani èr e
nous est i nconnuë, est assés f or t e, pour qu' i l
soi t en ét at de r ési st er aux mouvemens qu' on
i mpr i me à l ' appui ou à l ' eau.
Mr Tr embl ey qui avoi t obser vé ces tubiformes ,
i l y avoi t pl us de 20 ans, mai s,
qui n' avoi t pu al or s l es ét udi er , a découver t
dans l ' aut omne de 1765, une de l eur s mani ér es
de multiplier , et j e l ' ai obser vée moi - même
à son mi cr oscope. Voi ci en abr égé,
comment l a chose se passe.
On apper çoi t dabor d l e l ong du tubiforme ,
p101

un t r ai t f or t dél i é, qui sembl e l e par t ager par
l e mi l i eu sui vant sa l ongueur . Ce t r ai t se
r enf or ce de pl us en pl us ; i l par oî t pl us pr of ond,
pl us t r anché ; enf i n, i l par oî t doubl e.
On r econnoî t que cet t e appar ence d' un doubl e
t r ai t , est pr odui t e par l a division act uel l e
de deux moitiés l ongi t udi nal es du tubiforme .
On s' en assur e en cont i nuant d' obser ver : on
voi t l es deux moi t i és t endr e cont i nuel l ement à
se sépar er l ' une de l ' aut r e. Tandi s qu' el l es sont
encor e par al l él es ou appl i quées l ' une à l ' aut r e,
l e tubiforme par oî t ampl i f i é ; son di amèt r e est
doubl e ou à peu pr ès, de cel ui d' un tubiforme
qui ne multiplie pas act uel l ement . Bi ent ôt
l e par al l él i sme cesse ; l es deux moi t i és
commencent à s' écar t er l ' une de l ' aut r e, t ant ôt
par l ' ext r êmi t é supér i eur e, t ant ôt par l ' i nf ér i eur e.
La sépar at i on s' accr oî t peu à peu, et
l e t ubi f or me sembl e s' ouvr i r comme un
compas . Lor s qu' i l est ent i èr ement ouver t ,
on voi t deux tubiformes , i ncl i nés l ' un à
l ' aut r e, comme l es j ambes d' un compas , et qui
sont encor e uni s par une de l eur s ext r êmi t és.
Cet t e division nat ur el l e s' achêve au bout de
quel ques heur es.
Si l ' on compar e cet t e mani èr e de multiplier
p102

des tubiformes avec cel l e des pol ypes à
bouquet , on l eur t r ouver a de gr ands r appor t s.
Mai s ; l a pr emi ér e di f f ér e de l a seconde par
une par t i cul ar i t é essent i el l e : l e pol ype à
bouquet se cont r act e avant que de se par t ager ;
et l e tubiforme ne par oî t poi nt du t out se
cont r act er avant que de se di vi ser .
On compr end bi en, que chaque moitié du
tubiforme , qui vi ent de se par t ager , et qui
est devenuë el l e- même un tubiforme par f ai t ,
peut se par t ager à son t our , et el l e se par t age
en ef f et .
De ces divisions nat ur el l es et successi ves
nai ssent des grouppes pl us ou moi ns nombr eux
de tubiformes : aussi ces êt r es si ngul i er s
sont - i l s f or t mul t i pl i és dans l es eaux.


- 162 -
Par mi ces tubiformes on en r emar que de
beaucoup pl us cour t s l es uns que l es aut r es ;
ce qui por t er oi t à soupçonner , qu' i l s se
divisent encor e transversalement .
p103

J ' aj out er ai , que l es grouppes qu' i l s composent ,
m' ont par u r évei l l er dans l ' espr i t l ' i mage
de cer t ai nes concrétions sal i nes ou cr yst al l i nes.
Mr Tr embl ey m' a mont r é au mi cr oscope
d' aut r es êt r es aquat i ques, dont l a f i gur e
i mi t e ext r êmement en pet i t cel l e du taenia .
J ' ai di st i ngué assés net t ement deux espèces de
ces êt r es : peut - êt r e néanmoi ns ne sont - ce l à
que de pur es variétés . Quoi qu' i l en soi t ; l a
pr emi èr e espèce, qui m' a par u f or t l ongue,
al l oi t en s' ef f i l ant ver s une de ses ext r êmi t és.
J ' y apper cevoi s çà et l à des t r ai t s t r ansver saux,
assés espacés, et qui ne r essembl oi ent
pas mal aux incisions annul ai r es de cet t e
espèce de taenia , que j ' ai nommée à anneaux
longs . J e n' ai r emar qué aucun mouvement
p104

dans cet t e sor t e de taenia microscopique .
L' aut r e espèce m' a par u f or t cour t , et beaucoup
pl us appl at i e. Les t r ai t s transversaux
ét oi ent si ser r és, si r appr ochés l es uns des aut r es,
qu' i l s sembl oi ent se conf ondr e. Ces êt r es
n' avoi ent qu' une demi t r anspar ence ; et
on j uge bi en qu' on ne découvr oi t poi nt ent r e
l es t r ai t s t r ansver saux cet t e sor t e de t r avai l ,
qui se f ai t beaucoup r emar quer dans cet t e
espèce de taenia , dont j ' ai donné l a
descr i pt i on. On pour r oi t conj ect ur er avec quel que
vr ai sembl ance, que l e taenia microscopique se
mul t i pl i e en se di vi sant transversalement ou par
anneaux.
J ' ai di t en par l ant des tubiformes , qu' i l s
se par t agent sans se contracter . Mr Tr embl ey
a obser vé un aut r e êt r e microscopique ,
qui mul t i pl i e en se par t ageant de l a même
mani èr e. I l r essembl e assés à l a navette d' un
t i sser an. I l est por t é sur un pédicule comme
l es cloches d' un pol ype à bouquet . I l
p105

se di vi se par l e mi l i eu, sui vant sa l ongueur ;
ensor t e qu' apr ès cet t e di vi si on nat ur el l e, on
voi t deux navettes sur un même pédi cul e.
Chaque navette abandonne ensui t e l e pédi cul e
et va s' ét abl i r ai l l eur s.
Tous ces êt r es microscopiques sont d' une
pet i t esse qui ne nous per met guèr es que de nous
assur er de l eur éxi st ence, et qui nous l ai sse
dans de pr of ondes t énèbr es sur l eur vér i t abl e
nat ur e. Nous ne sommes un peu f ondés à
l es j uger des animalcules , que sur l ' analogie
de l eur multiplication avec cel l e des pl us


- 163 -
gr ands pol ypes à bouquet .
à pr opos des pol ypes à bouquet , Mr Tr embl ey
m' en a f ai t voi r au mi cr oscope,
qui m' ont par u d' une pet i t esse pr odi gi euse : on
pour r oi t l es compar er à un amas de t r ès pet i t s
gr ai ns de crystal . I l s en ont t out l ' écl at .
Quel l e f oul e de mer vei l l es ne r ecèl ent donc
poi nt une mar e ou un r ui sseau, et combi en
l ' échelle des êt r es or gani sés est - el l e
ét enduë ! Combi en nos connoi ssances, sur l e
régne animal , et en génér al , sur l e systême
organique , sont - el l es i mpar f ai t es ! J e ne l ' ai
pas di t encor e
p106

assés. Combi en est - i l ut i l e que nous- nous
pénét r i ons f or t ement du sent i ment de not r e
i gnor ance, pour êt r e pl us r eser vés à pr ononcer
sur l es voyes de l ' aut eur de l a nat ur e !
Mon l ect eur me per met t r a de l e
r envoyer i ci à ces considérations philosophiques
au sujet des polypes , qui occupent l es t r oi s
der ni er s chapi t r es de l a par t i e vi i i de ma
contemplation de la nature , et qui sont ,
comme j e l ' ai di t , une espèce de logique à
l ' usage du nat ur al i st e.
Quand on n' a pas obser vé soi - même l a
nat ur e, on se l i vr e f aci l ement aux pr emi èr es
i dées qui s' of f r ent à l ' espr i t , sur cer t ai nes
pr oduct i ons qui par oi ssent s' él oi gner beaucoup
de cel l es qu' on connoi t l e pl us. C' est ai nsi
qu' un physi ci en, qui n' aur oi t j amai s vu de
polypes ni aucun de ces êt r es microscopiques
dont j e vi ens de par l er , admet t r oi t ai sément
que ces êt r es sont si mpl ement irritables . Cet t e
hypot hèse l ui pl ai r oi t même d' aut ant pl us,
qu' el l e l ui par oî t r oi t pl us commode. Mai s ;
si ce physi ci en venoi t une f oi s à obser ver ces
p107

di f f ér ens êt r es et t ous ceux qui l eur sont
anal ogues ; s' i l l es ét udi oi t l ongt ems ; s' i l
sui voi t avec soi n l es pr océdés et l es mouvemens
di ver s, par l esquel s i l s sembl ent pour voi r à
l eur conser vat i on ; j e dout e qu' i l hési t ât
beaucoup à l es r anger par mi l es animaux .
p108

J e ne pr ononcer ai poi nt néanmoi ns sur l a
nature de ces êt r es mi cr oscopi ques, et sur
cel l e de quant i t é d' aut r es êt r es qui par oi ssent
s' en r appr ocher pl us ou moi ns. Le t er me
t r ès génér al d' êtres par l equel j e l es dési gne,
i ndi que assés que j e ne veux poi nt déci der
de ce qu' i l s sont ou ne sont pas. Mai s ;
j ' avouer ai que j ' aur oi s pl us de penchant à l es
r egar der comme de vér i t abl es animaux .
p109


- 164 -

Nous ne sçaur i ons assi gner l e point pr éci s
où f i ni t l ' échel l e de l ' animalité . Nous avons
vu dans l a par t i e i v de cet t e palingénésie ,
qu' i l n' est poi nt du t out démont r é que l es
plantes soyent absol ument insensibles : si
el l es ne l ' ét oi ent poi nt en ef f et , l ' échelle
de l' animalité se pr ol onger oi t f or t au del à
du poi nt où nous pr ésumi ons qu' el l e f i ni ssoi t .
La nat ur e est comme cet t e image que pr ésent e
l e
p110

prisme : t out y est nuancé à l ' i ndéf i ni . " nous
t r açons des l i gnes sur cet t e i mage, di soi s- j e
en t er mi nant mon parallèle des plantes et des
animaux ; et nous appel l ons cel a f ai r e
des genres et des classes . Nous
n' apper cevons que l es t ei nt es domi nant es, et
l es nuances dél i cat es nous échappent . Les
plantes et l es animaux ne sont que des
modifications de l a mat i èr e organisée . I l s
par t i ci pent t ous à une même essence , et
l ' at t r i but distinctif nous est i nconnu. "
en ef f et ; pour que nous pussi ons assi gner l e
point pr éci s où l ' échel l e de l ' animalité
expi r e, i l f audr oi t que nous pussi ons prouver ,
qu' i l éxi st e une organisation , qui r épugne
essentiellement à t out e union avec une
ame ou un pr i nci pe immatériel et sentant .
Et pour que nous pussi ons prouver cel a, i l
f audr oi t que nous connussi ons à f ond t out es l es
modifications de l a subst ance matérielle
organique , et t out es cel l es de l a subst ance
immatérielle sentante . J e ne di s pas assés ;
i l f audr oi t encor e
p111

que nous connussi ons l a nat ur e intime des
deux substances .
Supposons qu' un habi l e nat ur al i st e pr ét ende
avoi r découver t un car act èr e distinctif de l a
pl ant e et de l ' ani mal : supposons que ce
caractère est t r ès mar qué : ne r est er oi t - i l pas
t ouj our s l a pl us gr ande i ncer t i t ude sur son
universalité . Ne f audr oi t - i l pas que ce
nat ur al i st e eût f ai t l e dénombr ement l e pl us éxact
de t out es l es espèces de plantes et de t out es
l es espèces d' animaux , pour qu' i l pût êt r e
sûr de l a réalité de ce caractère ? Et où
ser oi t l e nat ur al i st e aussi sage qu' i nst r ui t , qui
oser oi t se f l at t er de connoî t r e t out es l es
espèces des êtres organisés ?
Nous ne sçavons pas mi eux où f i ni t
l ' organisation , que nous ne sçavons où f i ni t
l ' animalité . Nous ne connoi ssons poi nt l a
limite qui sépar e l ' accr oî ssement par
ntussusception de l ' accr oî ssement par
opposition . Mai s ; nous ent r evoyons assés,


- 165 -
qu' une sor t e d' apposition i nt er vi ent dans l e
pr emi er , pui s qu' i l r ésul t e essent i el l ement de
l ' application successi ve de mat i èr es ét r angèr es
à un f ond primordial.
p112

ces deux mani èr es de croître ont
donc quel que chose de commun : el l es ne sont
donc pas f or t él oi gnées l ' une de l ' aut r e. Le
végétal par oi ssoi t bi en aussi él oi gné de
l ' animal , l or sque l e polype est venu
l es r appr ocher . Est - i l i mpossi bl e qu' on découvr e
un j our quel que pr oduct i on qui r appr ocher a de
même l e végétal du minéral ,
l ' intussusception de l ' apposition ?
J e ne veux ni organiser t out ni animaliser
t out : mai s, j e ne veux pas qu' on s' i magi ne
que ce qui ne par oî t poi nt or gani sé, n' est
poi nt du t out organisé , et que ce qui ne par oî t
poi nt ani mal , n' est poi nt du t out animal .
Si donc nous ne découvr ons aucune r ai son
phi l osophi que de bor ner l ' échel l e de l ' animalité
à t el l e ou t el l e pr oduct i on ; s' i l est t r ès
r ai sonnabl e de ne pr ét endr e poi nt r enf er mer l a
nat ur e dans l ' ét r oi t e capaci t é de not r e cer vel et ;
s' i l est aussi sat i sf ai sant que r ai sonnabl e
de penser que l es êt r es sentans ont ét é l e
pl us mul t i pl i és qu' i l ét oi t possi bl e ; nous
pr éf ér er ons
p113

d' admet t r e, que t ous ces êt r es mouvans , qui
peupl ent l e monde microscopique sont doués
de vi e et de sent i ment . Et si nous
admet t ons encor e, au moi ns comme pr obabl e, que
l a mai n ador abl e qui l es a f or més,
l es dest i ne à une beaucoup pl us
gr ande per f ect i on, l e t abl eau de l ' animalité
s' embel l i r a de pl us en pl us, et nous of f r i r a l a
per spect i ve l a pl us r avi ssant e, et l a mi eux
pr opor t i onnée aux i dées subl i mes que nous devons
nous f or mer de l a supr éme bi enf ai sance.
Comment un phi l osophe, dont l e coeur est
aussi bi en f ai t que l ' espr i t , ne se pl ai r oi t - i l
poi nt à consi dér er ces nombr euses f ami l l es
d' ani maux r épanduës dans t out es l es par t i es
de not r e gl obe, comme aut ant d' ordres
di f f ér ens d' intelligences subalternes ,
dégui sées pour un t ems sous des f or mes t r ès
di f f ér ent es de cel l es qu' el l es r evêt i r ont un
j our , et sous l esquel l es el l es dépl oyer ont
ces admi r abl es f acul t és, dont el l es ne nous
donnent à pr ésent que de f oi bl es i ndi ces ?
Le moi ndr e des êt r es microscopiques devi ent
ai nsi à mes yeux un êt r e pr esque r espect abl e :
ma r ai son se pl ai t à per cer cet t e écor ce qui
cache sa vér i t abl e nat ur e,
p114


- 166 -

et à cont empl er dans cet êt r e, si chét i f
en appar ence, l es l i bér al i t és i nf i ni es de l ' êt r e
des êt r es.
Lor squ' on ét udi e l a nature de l ' homme,
on ne t ar de pas à découvr i r , que cet êt r e si
excel l ent a des rapports de di ver s genr es
avec t ous l es êt r es qui l ' envi r onnent .
De ces rapports , comme d' une sour ce f éconde,
découl e l ' i mpor t ant e t héor i e des loix naturelles
de l ' homme.
Les loix naturelles sont donc l es résultats
des rapports que l ' homme sout i ent avec l es
di ver s êt r es : déf i ni t i on pl us phi l osophi que
que cel l es de l a pl upar t des j ur i sconsul t es et
des mor al i st es.
L' homme par vi ent par sa raison à l a
connoissance de ces rapports di ver s. C' est
en ét udi ant sa pr opr e nature et cel l e des êt r es
qui l ' envi r onnent , qu' i l démêl e l es liaisons
qu' i l a avec ces êt r es et que ces êt r es ont avec
l ui .
p115

Cet t e connoissance est cel l e qu' i l l ui i mpor t e
l e pl us d' acquér i r , par ce que c' est uni quement
sur el l e que r epose son vér i t abl e bonheur .
Ce ser oi t l a chose l a pl us cont r ai r e à l a
nat ur e, que l ' homme pût êt r e véritablement
heur eux, en vi ol ant l es loix du monde qu' i l
habi t e. C' est que ce sont ces loix mêmes
qui peuvent seul es conserver et
perfectionner son êt r e.
L' homme assuj et t i à ces loix par son cr éat eur ,
aspi r er oi t - i l donc, en i nsensé, au pr i vi l ége
d' êt r e intempérant i mpunément , et
pr ét endr oi t - i l changer l es rapports ét abl i s ent r e
son estomac et l es alimens nécessai r es à sa
conser vat i on ?
I l y a donc dans l a nat ur e un ordre préétabli ,
dont l a fin est l e pl us gr and bonheur
possible des êt r es sentans et des êt r es
intelligens .
L' êt r e intelligent et moral connoî t cet
ordre et s' y conf or me. I l l e connoî t d' aut ant
mi eux, qu' i l est pl us intelligent . I l s' y
conf or me avec d' aut ant pl us d' éxact i t ude, qu' i l
est pl us moral .
p116

La moralité consi st e donc essent i el l ement dans
l a conformité des j ugemens et des act i ons de
l ' homme avec l ' ordre établi , ou ce qui r evi ent
au même, avec l ' état des choses .
L' état des choses est pr opr ement l eur nature
particulière et l eur s rélations .
L' homme moral en user a donc à l ' égar d de
chaqu' êt r e, r él at i vement à l a nature pr opr e
de cet êt r e et à ses rapports .


- 167 -
L' homme choquer oi t donc l a moralité s' i l
t r ai t oi t un êt r e sentant comme un êt r e
insensible , un animal comme un caillou .
Le droit naturel , qui est l e syst ême des
loix de la nature , s' ét end donc à t ous l es
êtres avec l esquel s l ' homme a des rapports .
Ce droit embr asse donc dans sa sphèr e, l es
subst ances inanimées , comme l es subst ances
animées . I l ne l ai sse aucune action de
l ' homme dans une indétermination pr opr ement
di t e. I l l es régit t out es. I l ne r ègl e pas
moi ns l a conduite de l ' homme à l ' égar d d' un
atome
p117

brut ou d' un at ome vivant , qu' à l ' égar d de
son semblable .
L' homme vraiment moral t âcher a donc de
ne r i en f ai r e dont i l ne pui sse se r endr e r ai son
à l ui - même. Tout es ses actions ser ont pl us
ou moi ns réfléchies . Moi ns l ' homme est
intelligent et moral et pl us i l pr odui t
de ces actions , qu' i l l ui pl ai t de nommer
indifférentes .
Concevons donc, que pl us un êt r e intelligent
est parfait , et moi ns i l pr odui t de ces
actions , qu' on peut nommer indifférentes .
I l y a, sans dout e, quel que par t dans l ' uni ver s,
des êt r es intelligens si parfaits ; j e
di r ai si réfléchis , que l eur s moi ndr es actions
ont un but et l e meilleur but .
Voi l a une f oi bl e esqui sse d' un droit de la
nature , qui n' est pas pr éci sément cel ui qu' on
a cout ume d' ensei gner dans l es écol es : mai s,
pour quoi r est er au dessous de son suj et , et
l i mi t er l ' êt r e de l ' homme, dont l a sphèr e
envel oppe l a nat ur e ent i èr e ?
Si ce droit l i e l ' homme aux moi ndr es
substances ,
p118

comme à l ui - même et à ses sembl abl es,
quel l e mul t i t ude de liaisons n' ét abl i t - i l
poi nt ent r e l ' homme et son cr éat eur ! Combi en
ces l i ai sons annoncent - el l es l ' excel l ence de
l ' homme et sa supr ême él évat i on sur t ous l es
ani maux ! " envel oppés des pl us épai sses t énébr es,
l es ani maux i gnor ent l a mai n qui l es
a f or més. I l s j oui ssent de l ' éxistence et
ne sçaur oi ent r emont er à l ' aut eur de l a
vi e. L' homme seul s' él ève à ce di vi n
pr i nci pe, et pr ost er né aux pi eds du t r ône
de Di eu i l ador e dans l es sent i mens de l a
vénér at i on l a pl us pr of onde et de l a pl us
vi ve gr at i t ude, l a bont é i nef f abl e qui
l ' a cr éé. "
l ' homme, enr i chi de l a connoi ssance de l a
nat ur e et de cel l e de son di vi n aut eur ,
pui ser a dans ces connoi ssances subl i mes


- 168 -
p119

des pr i nci pes i nvar i abl es de condui t e, qui
di r i ger ont t out es ses act i ons au but l e pl us
r ai sonnabl e et l e pl us nobl e.
L' homme, appel l é par l a pr éémi nence de
ses f acul t és, à domi ner sur t ous l es êt r es
t er r est r es, ne vi ol er a poi nt l es loix
fondamentales de son empi r e. I l r espect er a
l es dr oi t s et l es pr i vi l éges de chaqu' êt r e. I l
f er a du bi en à t ous, quand i l ne ser a f or cé de
f ai r e du mal à aucun. I l ne ser a j amai s
tyran ; i l ser a t ouj our s monarque .
Le scept r e du domi nat eur des êt r es t er r est r es
ser a donc un scept r e de j ust i ce et d' équi t é.
I l éxer cer a en monarque son dr oi t de
vi e et de mor t sur l es ani maux. I l ne l es
f er a poi nt souf f r i r sans r ai son, et abr éger a
l eur s souf f r ances, l or s qu' i l ser a obl i gé de l es
i mmol er à ses besoi ns, à sa sur et é ou à son
i nst r uct i on. Humai n et bi enf ai sant par
pr i nci pes, aut ant que par sent i ment , i l adouci r a
l eur ser vi t ude, modér er a l eur t r avai l , soul ager a
l eur s maux, et n' endur ci r a j amai s son
coeur à l a voi x t ouchant e de l a compassi on.
I l ne r egar der a poi nt comme une act i on pur ement
indifférente d' écr aser un moucheron , qui
p120

ne l ui f ai t et ne peut l ui f ai r e aucun mal .
Comme i l sçai t , que ce moucher on est un
êt r e sensible qui goût e, à sa mani èr e, l es
douceur s de l ' éxi st ence ; i l ne l e pr i ver a poi nt de
l a vi e par pl ai si r , par capr i ce ou sans r éf l éxi on :
i l r espect er a en l ui l a mai n qui l ' a f or mé, et
n' abuser a poi nt de sa supér i or i t é sur
un êt r e que son souf f l e pour r oi t dét r ui r e.
J e l ' ai di t ; l ' homme intelligent et moral se
conf or me à l a nature et aux rélations des
êt r es. I l ne l es conf ond poi nt , quand i l
peut l es di st i nguer , et i l s' appl i que à l es
di st i nguer . Ai nsi , dès que l ' expér i ence et l e
r ai sonnement l ui r endent pr obabl e, que t el ou
t el êt r e est doué de sentiment , i l en agi t à
l ' égar d de cet êt r e, conf or mément aux rapports
nat ur el s que l a sensibilité met ent r e l ' homme
et t ous l es êt r es, qui par t i ci pent , comme
l ui , à cet t e nobl e pr ér ogat i ve. I l est homme ;
t out ce qui r espi r e peut i nt ér esser son humani t é.
I l est un êt r e moral ; l es j ugemens
de sa r ai son écl ai r ée sont pour l ui des loix ,
par ce qu' i l s sont l es r ésul t at s de l a connoi ssance
qu' i l a de l ' ordre ét abl i . I l est ai nsi
à l ui - même sa pr opr e loi : et quand i l n' aur oi t
p121

poi nt de supér i eur , i l n' en demeur er oi t pas
moi ns soumi s aux l oi x de l a r ai son.
J e l e di soi s encor e : l ' homme moral ne se


- 169 -
per met que l e moi ns d' act i ons indifférentes ou
machinales qu' i l est possi bl e. I l agi t l e pl us
souvent en vuë de quel que motif , et ce mot i f
est t ouj our s assor t i à l a nobl esse de son êt r e.
La pl upar t de ses act i ons sont réfléchies ,
par ce qu' i l l es compar e sans cesse aux loix
de l ' ordre . I l ne se f ai t poi nt une r écr éat i on
de dét r ui r e des êtres organisés ; i l n' ar r ache
pas une f eui l l e, un br i n d' her be sans quel que
mot i f que sa r ai son appr ouve. C' est ai nsi
appar emment qu' en usoi t cet êt r e si mor al ,
l ' est i mabl e Des Bi l l et t es. " l e bi en publ i c,
l ' ordre , di t son i l l ust r e hi st or i en, t ouj our s
sacr i f i és sans scr upul e, . . . et c. "
p122

un t el homme ne se j ouoi t poi nt ,
sans dout e, de l a vi e de l ' i nnocent moucher on.
Combi en ne ser oi t - i l pas à souhai t er ,
aj out er ai - j e avec l ' hi st or i en, que l ' ordre ou
l e bi en génér al f ut t ouj our s ai mé avec l a même
super st i t i on !
Les ani maux sont des l i vr es admi r abl es où
l e gr and êt r e a r assembl é l es t r ai t s l es pl us
f r appans de sa souver ai ne i nt el l i gence.
L' anat omi st e doi t ouvr i r ces
l i vr es pour l es ét udi er et connoi t r e mi eux sa
pr opr e st r uct ur e : mai s ; s' i l est doué de cet t e
sensi bi l i t é dél i cat e et r ai sonnée qui car act ér i se
p123

l ' homme moral , i l ne s' i magi ner a poi nt en
l es f eui l l et ant qu' i l f eui l l et t e une ardoise .
J amai s i l ne mul t i pl i er a l es vi ct i mes mal heur euses
de son i nst r uct i on et ne pr ol onger a l eur s
souf f r ances au- del à du but l e pl us r ai sonnabl e
de ses r echer ches. J amai s i l n' oubl i er a un
i nst ant , que t out ce qui est doué de vi e et
de sensi bi l i t é a dr oi t à sa commi sér at i on.
J e pr oposer ai i ci pour modèl e à t ous l es
anat omi st es, ce cél èbr e scr ut at eur de l a nat ur e
à l a sagaci t é et au bur i n duquel nous
devons l e mer vei l l eux traité anatomique de l a
chenille ; ouvr age i mmor t el dont nous n' avi ons
pas même soupçonné l a possi bi l i t é, et
que j e r egar de comme l a pl us bel l e pr euve de
f ai t de l ' éxi st ence d' une pr emi ér e cause
i nt el l i gent e. Avec quel pl ai si r et quel
ét onnement ne l i t - on poi nt ces mot s à l a page
xi i i de l a pr éf ace ! " comme j e ne me sui s
pr oposé de publ i er qu' un si mpl e t r ai t é
d' anat omi e, l ' on ne doi t pas s' at t endr e à t r ouver
i ci de gr ands dét ai l s physi ol ogi ques ; . . . et c. "
p124

si Gél on stipuloit pour l' humanité quand
i l i nt er di soi t aux car t hagi noi s vai ncus,
l es sacr i f i ces humai ns ; Lyonet stipuloit
pour l' animalité quand i l t r açoi t ai nsi


- 170 -
l es devoi r s de l ' anat omi st e, en se pei gnant si
naï vement l ui - même.
Cet t e qual i t é de l ' ame, que nous nommons
l a sensibilité est un des pl us pui ssans
r essor t s de l ' êt r e social . C' est el l e qui r end
à l a soci ét é universelle l es ser vi ces l es pl us
pr ompt s, l es pl us sûr s, l es pl us nécessai r es.
El l e dévance l a réfléxion , t ouj our s un peu
t ar di ve, et suppl ée à pr opos à l a l ent eur de
cel l e- ci .
p125

L' homme, de t ous l es êt r es t er r est r es l e
pl us social , a donc un gr and i nt ér êt à cul t i ver
l a sensibilité , pui squ' el l e f ai t par t i e de ce
bel assor t i ment de qual i t és, qui const i t ue
l ' êt r e moral . Mai s ; i l ne per met t r a poi nt
qu' el l e dégénér e en f oi bl esse et qu' el l e dégr ade
son êt r e.
L' homme r i squer oi t de cor r ompr e bi ent ôt
ses moeur s, s' i l se f ami l i ar i soi t t r op avec l es
souf f r ances et l e sang des ani maux. Cet t e
vér i t é mor al e est si sai l l ant e, qu' i l ser oi t
super f l u de l a dével opper : ceux qui sont char gés
par ét at de di r i ger l es hommes, ne l a
per dr ont j amai s de vuë. J e r egar der oi s l ' opi ni on
de l ' automatisme des bêt es, comme
une sor t e d' hér ési e phi l osophi que, qui devi endr oi t
danger euse pour l a soci ét é, si t ous ses
membr es en ét oi ent f or t ement i mbus. Mai s,
i l n' est pas à cr ai ndr e, qu' une opi ni on, qui
f ai t vi ol ence au sent i ment , et qui cont r edi t
sans cesse l a voi x de l a nat ur e, pui sse êt r e
génér al ement adopt ée. Cel ui qui a f ai t
l ' homme pour domi ner sur l es ani maux,
sembl e avoi r voul u pr éveni r par cet t e voi x
secr et e l ' abus énor me de sa pui ssance, et avoi r
ménagé aux mal heur eux suj et s un accès au
p126

coeur du monar que, l or s qu' i l est sur l e
poi nt de déveni r despot e.
Si mon hypot hèse est vr aye, l a souver ai ne
bont é aur oi t beaucoup pl us f ai t encor e
pour ces i nnocent es vi ct i mes des besoi ns
t ouj our s r enai ssans d' un maî t r e souvent
dur et i ngr at . El l e l eur aur oi t r éser vé
l es pl us gr ands dédommagemens dans cet état
futur , dont l a pr obabi l i t é par oî t accr oî t r e à
mesur e qu' on appr of ondi t l es consi dér at i ons
phi l osophi ques sur l esquel l es el l e r epose, et
que j e me sui s pl u à exposer en dét ai l dans cet
écr i t . La bi enveui l l ance uni ver sel l e me l ' a
di ct é, et j e m' est i mer oi s heur eux, si j ' avoi s
r éüssi , au gr é de mes dési r s, à i nspi r er à t ous
mes l ect eur s cet t e bi enveui l l ance.
le 9 décembre 1768.
PARTIE 16



- 171 -
p127

i dées
sur
l ' ét at f ut ur
de
l ' homme.
Pr i nci pes
pr él i mi nai r es.
La nat ur e de l ' homme.
Si l es ani maux par oi ssent appel l és à j oui r
dans un aut r e ét at d' une per f ect i on pl us
r el evée, quel l e ne doi t pas êt r e cel l e qui est
r eser vée dans une aut r e vi e à cet êt r e, qui
n' est animal que par son cor ps, et qui par
son i nt el l i gence t ouche aux nat ur es supér i eur es !
p128

L' homme est un être-mixte : i l r ésul t e de
l ' uni on de deux subst ances. L' espèce particuliére
de ces deux subst ances, et si l ' on veut encor e,
l a manière dont el l es sont uni es,
const i t uent l a nature pr opr e de cet êt r e, qui
a r eçu l e nomd' homme , et l e di st i nguent de
t ous l es aut r es êt r es.
Les modifications qui sur vi ennent aux deux
subst ances, par une sui t e des di ver ses ci r const ances
où l ' êt r e se t r ouve pl acé, const i t uent
l e caractère pr opr e de chaqu' individu de
l ' humani t é.
L' homme a donc son essence , comme t out
ce qui est ou peut êt r e. I l ét oi t de t out e
ét er ni t é dans l es i dées de l ' ent endement
di vi n, ce qu' i l a ét é, l or s que l a vol ont é
ef f i cace l ' a appel l é de l ' ét at de si mpl e
possible à l ' être .
Les essences sont immuables . Chaque chose
est ce qu' el l e est . Si el l e changeoi t
essentiellement , el l e ne ser oi t pl us cet t e
chose : el l e ser oi t une aut r e chose essent i el l ement
di f f ér ent e.
p129

L' ent endement di vi n est l a r égi on
ét er nel l e des essences . Di eu ne peut
changer ses i dées, par ce qu' i l ne peut
changer sa nat ur e. Si l es essences dépendoi ent
de sa vol ont é, l a même chose pour r oi t êt r e cet t e
chose, et n' êt r e pas cet t e chose.
Tout ce qui est ou qui pouvoi t êt r e éxi st oi t
donc d' une mani èr e déterminée dans
l ' ent endement di vi n. L' act i on par l aquel l e
Di eu a actualisé l es possibles ne
pouvoi t r i en changer aux déterminations
essentielles et idéales des possibles .
I l éxi st oi t donc de t out e ét er ni t é dans
l ' ent endement di vi n un certain êt r e possible ,
dont l es déterminations essentielles
const i t uoi ent ce que nous nommons l a nature


- 172 -
humaine .
Si , dans l es i dées de Di eu, cet êt r e
ét oi t appel l é à durer ; si son éxi st ence se
pr ol ongeoi t à l ' i nf i ni au del à du t ombeau ; ce
ser oi t t ouj our s essentiellement l e même êt r e
qui dureroit ou cet êt r e ser oi t dét r ui t et
un aut r e l ui succèder oi t : ce qui ser oi t cont r e
l a supposi t i on.
p130

Af i n donc que ce soi t l ' homme , et non un
aut r e êt r e, qui dure ; i l f aut que l ' homme
conserve sa propre nature , et t out ce qui l e
di f f ér enci e essentiellement des aut r es
êtres-mixtes .
Mai s ; l ' essence de l ' homme est suscept i bl e
d' un nombr e i ndéf i ni de modifications di ver ses,
et aucune de ces modi f i cat i ons ne peut changer
l ' essence . Newt on encor e enf ant ét oi t
essentiellement l e même êt r e, qui cal cul a
depui s l a r out e des pl anèt es.
De t ous l es êt r es t er r est r es, l ' homme est
i ncont est abl ement l e pl us perfectible .
L' hot t ent ot par oî t une br ut e, Newt on, un ange.
L' hot t ent ot par t i ci pe pour t ant à l a
même essence que Newt on ; et pl acé dans
d' aut r es ci r const ances, l ' hot t ent ot aur oi t pu
deveni r l ui - même un Newt on.
Si l a consi dér at i on des at t r i but s di vi ns, et
en par t i cul i er de l a bont é supr ême f our ni t
des r ai sons pl ausi bl es en f aveur
de l a conservation et du perfectionnement
f ut ur s des animaux , combi en ces r ai sons
acqui ér ent - el l es
p131

pl us de f or ce, quand on l es appl i que à l ' homme ,
cet êt r e intelligent , dont l es f acul t és
émi nent es sont déj à si dével oppées i ci - bas, et
suscept i bl es d' un si gr and accr oi ssement ;
à l ' homme enf i n, cet êt r e moral , qui
a r eçu des loix , qui peut l es connoî t r e,
l es obser ver ou l es vi ol er !
Non seul ement nous pui sons dans l a cont empl at i on
des at t r i but s di vi ns de f or t es pr ésompt i ons en
f aveur de l a permanence et du perfectionnement
des animaux ; mai s, nous en pui sons encor e dans
l a nature même de ces êtres-mixtes . Nous
voyons évi demment qu' i l s sont t r ès perfectibles ,
et nous ent r evoyons l es moyens naturels qui
peuvent l es conser ver et l es per f ect i onner . Combi en
est - i l donc vr ai sembl abl e, que l ' homme ,
l e pl us per f ect i bl e de t ous l es ani maux, ser a
conservé et perfectionné !
Mai s ; pui sque cet êt r e qui par oî t si
mani f est ement appel l é à dur er et à accr oî t r e en
per f ect i on, est essentiellement un être-mixte ,
p132


- 173 -

i l f aut que son ame demeur e uni e à un
corps : si cel a n' ét oi t poi nt , ce ne ser oi t pas
un être-mixte , ce ne ser oi t pas l ' homme ,
qui dureroit et qui ser oi t perfectionné . La
permanence de l ' ame ne f er oi t pas l a
permanence de l ' homme : l ' ame n' est pas
tout l ' homme ; l e cor ps ne l ' est pas non pl us :
l ' homme r ésul t e essent i el l ement de l ' union
d' une certaine ame à un certain cor ps.
L' homme ser oi t - i l décomposé à l a mort ,
pour êt r e recomposé ensui t e ? L' ame se
sépar er oi t - el l e ent i èr ement du cor ps, pour êt r e
uni e ensui t e à un aut r e cor ps ? Comment
conci l i er oi t - on cet t e opi ni on commune avec
l e dogme si phi l osophi que et si subl i me, qui
suppose que l a vol ont é ef f i cace a
créé t out et conserve t out par un act e
unique ?
Si l es obser vat i ons l es pl us sûr es et l es
mi eux f ai t es, concour ent à ét abl i r , que cet t e
vol ont é ador abl e a préformé l es
êt r es or gani sés ; si nous découvr ons à l ' oei l
une préformation dans pl usi eur s espéces ;
p133

n' est - i l pas pr obabl e que l ' homme a ét é
préformé de mani ér e que l a mort ne dét r ui t
poi nt son êt r e, et que son ame ne cesse poi nt
d' êt r e unie à un corps organisé ?
Comment admet t r e en bonne mét aphysi que,
des act es successifs dans l a vol ont é
i mmuabl e ? Comment supposer que cet t e
vol ont é qui a pu préordonner t out par
un seul acte , i nt er vi ent sans cesse et
immédiatement dans l ' espace et dans l e t ems ?
Cr ée- t - el l e d' abor d l a chenille , pui s l a
chrysalide , ensui t e l e papillon ?
Cr ée- t - el l e à chaqu' i nst ant de nouveaux germes ?
I nf use- t - el l e à chaqu' i nst ant de nouvel l es ames
dans ces ger mes ? En un mot ; l a gr ande Machi ne
du monde ne va- t - el l e qu' au doi gt et à l ' oei l ?
Si un ar t i st e nous par oî t d' aut ant pl us
intelligent , qu' i l a sçu f ai r e une machine
qui se conser ve et se meut pl us l ongt ems par
el l e- même ou par l es seul es f or ces de sa
méchani que,
p134

pour quoi r ef user i ons- nous à l ' ouvr age
du supr ême ar t i st e une pr ér ogat i ve
qui annoncer oi t si haut ement et sa pui ssance
et son i nt el l i gence i nf i ni es ?
Combi en est - i l évi dent , que l ' aut eur de
l ' uni ver s a pu éxécut er un peu en gr and pour
l ' homme , ce qu' i l a éxécut é si en pet i t pour
l e papillon et pour une mul t i t ude d' aut r es
êt r es or gani sés, qu' i l a j ugé à pr opos de f ai r e
passer par une sui t e de mét amor phoses apparentes ,


- 174 -
qui devoi ent l es condui r e à l eur ét at de per f ect i on
terrestre ?
Combi en est - i l mani f est e, que l a souver ai ne
pui ssance a pu unir dès l e commencement
l ' ame-humaine à une machi ne i nvi si bl e,
et i ndest r uct i bl e par l es causes secondes, et
unir cet t e machine à ce corps grossier ,
sur l equel seul l a mort éxer ce son empi r e !
Si on ne peut r ef user r ai sonnabl ement de
r econnoî t r e l a possibilité d' une t el l e
préordination , j e ne ver r oi s pas pour quoi on
pr éf ér er oi t d' admet t r e, que Di eu i nt er vi ent
immédiatement dans l e t ems, qu' i l cr ée un
nouveau cor ps or gani sé, pour r empl acer cel ui que
p135

l a mort dét r ui t , et conser ver ai nsi à
l ' homme sa nat ur e d' être-mixte .
I l ne suf f i r oi t pas même, que Di eu créât un
nouveau cor ps ; i l f audr oi t encor e que l e
nouveau cerveau qu' i l créeroit cont i nt
l es mêmes déterminations qui const i t uoi ent dans
l ' anci en l e siége de l a personnalité ;
aut r ement ce ne ser oi t pl us l e même êt r e qui
ser oi t conservé ou restitué .
La personnalité t i ent essent i el l ement à l a
mémoire : cel l e- ci t i ent au cerveau ou à
cer t ai nes déterminations que l es fibres
sensibles cont r act ent et qu' el l es conser vent .
J e cr oi s l ' avoi r assés pr ouvé dans mon essai
analytique , et dans l ' analyse abrégée
de l ' ouvr age. Qu' on pr enne l a pei ne de r éf l échi r
un peu sur ces pr euves, et j e me per suade, qu' on l es
t r ouver a sol i des. On peut même se bor ner
à r el i r e l e peu que j ' ai di t l à- dessus dans l a
par t i e i i de cet t e palingénésie , page 189.
J e doi s êt r e di spensé de r epr odui r e sans cesse
p136

l es mêmes pr euves : j e pui s supposer que mes
l ect eur s ne l es ont pas t ot al ement oubl i ées.
Pui s donc que l a mémoire t i ent au cerveau ,
et que sans el l e i l n' y aur oi t poi nt pour
l ' homme de personnalité , i l est t r ès évi dent ,
qu' af i n que l ' homme conser ve sa pr opr e
personnalité ou l e souvenir de ses
états passés , i l f aut , comme j e l e di soi s dans
mon essai analytique , qu' i l i nt er vi enne l ' un
ou l ' aut r e de ces t r oi s moyens :
" ou une act i on immédiate de Di eu sur
l ' ame ; j e veux di r e, une révèlation
intérieure :
" ou l a création d' un nouveau cor ps, dont
l e cerveau cont i endr oi t des fibres pr opr es
à r et r acer à l ' ame l e souvenir dont i l
s' agi t :
" ou une t el l e préordination , que l e cer veau
actuel en cont î nt un aut r e, sur l equel
l e pr emi er f i t des i mpr essi ons dur abl es, et qui f ut


- 175 -
dest i né à se dével opper dans une aut r e vi e. "
j e l ai sse au l ect eur phi l osophe à choi si r ent r e
p137

ces t r oi s moyens : j e m' assur e, qu' i l
n' hési t er a pas à pr éf ér er l e der ni er , par ce
qu' i l l ui par oî t r a pl us conf or me à l a mar che
de l a nat ur e, qui pr épar e de l oi n t out es ses
pr oduct i ons, et l es amène par un développement
pl us ou moi ns accèl ér é à l eur ét at de perfection .
L' ame- humaine, unie à un cor ps organisé ,
devoi t r ecevoi r par l ' intervention ou à
l ' occasion de ce corps , une mul t i t ude
d' impressions di ver ses. El l e devoi t sur - t out
êt r e aver t i e par quel que sent i ment i nt ér i eur , de
ce qui se passer oi t dans di f f ér ent es par t i es de
son cor ps : comment aur oi t - el l e pu aut r ement
pour voi r à l a conser vat i on de cel ui - ci ?
I l f al l oi t donc qu' i l y eût dans l es di f f ér ent es
par t i es du cor ps, des organes t r ès
dél i és et t r ès sensibles , qui al l assent
r ayonner dans l e cerveau , où l ' ame devoi t
êt r e présente à sa manière , et qui
l ' aver t i ssent de ce qui sur vi endr oi t à l a par t i e
à l aquel l e i l s appar t i endr oi ent .
Les nerfs sont ces or ganes : on connoî t
p138

l eur dél i cat esse et l eur sensi bi l i t é. On sçai t
qu' i l s t i r ent l eur origine du cerveau .
I l y a donc quel que par t dans l e cerveau
un or gane universel , qui r éüni t , en quel que
sor t e, t out es l es impressions des di f f ér ent es
par t i es du cor ps, et par l e mi ni st èr e duquel
l ' ame agit ou paroît agi r sur di f f ér ent es
par t i es du cor ps.
Cet or gane universel est donc pr opr ement
l e siége de l' ame .
I l est i ndi f f ér ent au suj et qui nous occupe,
que l e siége de l ' ame soi t dans l e corps
calleux ; dans l a moëlle allongée ou dans
t out e aut r e par t i e du cerveau . J e l e f ai soi s
r emar quer dans l ' essai analytique , et dans
l a contemplation de la nature . J ' y ai i nsi st é
encor e dans l ' écr i t sur le rappel des idées par
les mots : j ' ai di t dans cet écrit :
" quoi qu' i l en soi t de cet t e quest i on sur l e
siége
p139

de l' ame : i l est bi en évi dent , que t out l e
cer veau n' est pas pl us l e si ége du sentiment ,
que t out l ' oei l n' est l e si ége de l a vi si on. . .
i l i mpor t e f or t peu à mes pr i nci pes, de
dét er mi ner pr éci sément quel l e est l a par t i e du
cer veau qui const i t ue pr opr ement l e siége de
l' ame . I l suf f i t d' admet t r e avec moi
qu' i l est dans l e cer veau un l i eu où l ' ame
r eçoi t l es i mpr essi ons de t ous l es sens et où


- 176 -
el l e dépl oye son act i vi t é. "
quel l e que soi t donc l a par t i e du cer veau
que l ' anat omi e envi sage comme l e siége de
l ' ame, i l demeur er a t ouj our s t r ès pr obabl e,
que cet t e par t i e, qu' on peut voi r et
t oucher , n' est que l ' ext ér i eur , l ' écor ce ou
l ' enveloppe du véritable siége de l ' ame.
Les der ni èr es extrêmités des filets
nerveux , l a mani èr e dont ces filets
sont di sposés et dont i l s agi ssent dans cet
organe universel , ne sont pas des choses
qui pui ssent t omber sous l es sens de
l ' anat omi st e et deveni r l ' obj et de ses
obser vat i ons ou de ses expér i ences.
Ai nsi , cet t e par t i e du cer veau que l ' anat omi e
r egar de comme l e siége de l ' ame, el l e
ne l a connoî t à peu pr ès poi nt , et i l n' y a
p140

pas l a moi ndr e appar ence qu' el l e l a connoi sse
j amai s i ci - bas. C' est cet t e partie , qui
pour r oi t r enf er mer l e germe de ce nouveau cor ps,
dest i né dès l ' or i gi ne des choses, à per f ect i onner
t out es l es f acul t és de l ' homme dans
une aut r e vi e. C' est ce germe , envel oppé
dans des t égumens pér i ssabl es, qui ser oi t l e
véritable siége de l ' ame- humai ne, et qui
const i t uer oi t pr opr ement ce qu' on peut nommer
l a personne de l ' homme. Ce cor ps
gr ossi er et t er r est r e, que nous voyons et que
nous pal pons, n' en ser oi t que l ' ét ui ,
l ' enveloppe ou l a dépoui l l e.
Ce germe , pr éf or mé pour un état futur ,
ser oi t impérissable ou i ndest r uct i bl e par l es
causes qui opér ent l a di ssol ut i on du cor ps
terrestre . Par combi en de moyens di ver s
et naturels , l ' aut eur de l ' homme
n' a- t - i l pas pu r endr e impérissable ce
germe de vi e ? N' ent r evoyons- nous pas assés
cl ai r ement , que l a matière dont ce germe
a pu êt r e f or mé, et l ' art i nf i ni avec l equel
el l e a pu êt r e organisée , sont des causes
naturelles et suffisantes de conser vat i on ?
La cél ér i t é pr odi gi euse des pensées et des
p141

mouvemens de l ' ame ; l a cél ér i t é des
mouvemens cor r espondans des or ganes et des membr es,
par oi ssent i ndi quer que l ' i nst r ument immédiat
de l a pensée et de l ' act i on, est composé d' une
matière , dont l a subt i l i t é et l a mobi l i t é
égal ent t out ce que nous connoi ssons ou que nous
concevons de pl us subt i l et de pl us act i f dans
l a nat ur e.
Nous ne connoi ssons ou nous ne concevons
r i en de pl us subt i l ni de pl us act i f , que
l ' éther , l e feu élémentaire ou l a
lumière . ét oi t - i l i mpossi bl e à l ' aut eur
de l ' homme , de const r ui r e une machi ne


- 177 -
organique avec l es élémens de l ' éther
ou de l a lumière et d' unir pour t ouj our s
à cet t e machine une ame-humaine ?
Assur ément aucun phi l osophe ne sçaur oi t
di sconveni r de l a possibilité de l a chose :
sa pr obabi l i t é r epose pr i nci pal ement , comme
j e vi ens de l e di r e, sur l a célérité
pr odi gi euse des opérations de l ' ame et
sur cel l e des mouvemens cor r espondans du
corps .
Les i mpr essi ons des obj et s se pr opagent en
un i nst ant i ndi vi si bl e des ext r êmi t és du cor ps
au cer veau par l e mi ni st èr e des nerfs . On
a cr u pendant l ongt ems, que l es nerfs vibroient
p142

comme l es cordes d' un i nst r ument de
musi que, et on expl i quoi t par ces vibrations
l a pr opagat i on i nst ant anée des i mpr essi ons.
Mai s, l ' apt i t ude à vibrer suppose
l ' élasticité , et on a r econnu que l es nerfs
ne sont poi nt élastiques . I l y a pl us ; i l est
pr ouvé, que t ous l es cor ps organisés sont
gélatineux avant que d' êt r e sol i des : l es ar br es
l es pl us dur s, l es os l es pl us pi er r eux, n' ont
ét é d' abor d qu' un peu de gelée épai ssi e : on
conçoi t même un t ems où i l s pouvoi ent êt r e
pr esque fluides . Quant i t é d' ani maux r est ent
pur ement gélatineux pendant t out e l eur vi e :
l es polypes de di f f ér ent es cl asses en sont
des éxempl es, et t ous ces polypes sont d' une
sensibilité exqui se. Comment admet t r e des
cordes élastiques dans des ani maux si mol s ?
Pui s donc que l es nerfs ne sont poi nt
élastiques , et qu' i l est des ani maux qui sont
t ouj our s d' une mol l esse ext r ême, i l f aut que l a
pr opagat i on instantanée des i mpr essi ons
s' opèr e par l ' i nt er vent i on d' un fluide
ext r êmement subt i l et act i f , qui r ési de dans l es
nerfs , et qui concour e avec eux à l a
pr oduct i on de t ous l es phénomènes de l a
sensibilité et de l ' activité de l ' ani mal .
p143

C' est ce fluide qui a r eçu l e nomde
fluide nerveux ou d' esprits-animaux , et que
l e cer veau est dest i né à sépar er de l a masse des
humeur s.
J e l e di soi s d' apr ès mon i l l ust r e ami l e
Pl i ne de l a Sui sse : " l e cer veau du poulet
n' est l e hui t i ème j our qu' une eau t r anspar ent e
et sans dout e or gani sée. Cependant l e f oet us
gouver ne déj a ses membr es ; pr euve nouvel l e et
bi en sensi bl e de l ' éxi st ence des esprits-animaux ;
car comment supposer des cor des él ast i ques dans une
eau t r anspar ent e ? "
di ver s phénoménes de l ' homme et des ani maux,
ont par u i ndi quer , que l es esprits-animaux avoi ent
quel qu' anal ogi e avec l e fluide électrique


- 178 -
ou l a lumière : c' est au moi ns l ' opi ni on
d' habi l es physi ci ens. I l s ont cr u apper cevoi r
dans l ' homme et dans pl usi eur s ani maux des
par t i cul ar i t és r emar quabl es, qu' i l s
ont r egar dées comme des si gnes non équi voques
de l ' analogie des esprits-animaux avec
l a mat i èr e électrique .
p144

J e n' ent r er ai pas dans cet t e di scussi on ; el l e
ser oi t assés i nut i l e, et me condui r oi t t r op l oi n.
I l doi t me suf f i r e d' avoi r i ndi qué l es r ai sons
pr i nci pal es, qui r endent t r ès pr obabl es l ' éxi st ence,
l a subt i l i t é et l ' éner gi e des esprits-animaux .
Ce sont ces esprits qui ét abl i ssent un
commer ce cont i nuel et r éci pr oque ent r e l e
siége de l ' ame et l es di f f ér ent es par t i es du
cor ps.
Les nerfs eux- mêmes i nt er vi ennent sans dout e
dans ce commerce . Nous ne sçavons
poi nt comment i l s se t er mi nent dans l e cerveau .
Nous ne connoi ssons poi nt comment sont f ai t es
l eur s ext r êmi t és l es pl us tenues : l a mat i èr e
dont el l es sont f or mées pour r oi t êt r e d' une
subt i l i t é dont nous n' avons poi nt d' i dées, et
pr opor t i onnée à cel l e de cet t e mat i èr e dont j e
suppose que l e véritable siége de l ' ame
est composé.
Quoi qu' i l en soi t ; i l demeur e t ouj our s
cer t ai n, que nous n' avons des i dées sensibles
que par l ' i nt er vent i on des sens , et que l a
faculté qui conserve ces idées et qui
l es retrace à l ' ame, t i ent essent i el l ement
à l ' organisation du
p145

cer veau ; pui sque l or sque cet t e or gani sat i on
s' al t èr e, ces i dées ne se r et r acent pl us ou ne
se r et r acent qu' i mpar f ai t ement .
Si donc l ' homme doi t conser ver sa
personnalité dans un aut r e état ; si cet t e
personnalité dépend essent i el l ement de l a
mémoire ; si cel l e- ci ne dépend pas moi ns
des déterminations que l es objets i mpr i ment
aux f i br es sensibles et qu' el l es r et i ennent ;
i l f aut que l es fibres qui composent l e
véritable siége de l ' ame par t i ci pent à ces
déterminations , qu' el l es y soi ent durables ,
et qu' el l es l i ent l ' état-futur de l ' homme
à son état passé .
Si l ' on n' admet pas cet t e supposi t i on phi l osophi que,
i l f audr a admet t r e, comme j e l e r emar quoi s,
que Di eu créera un nouveau corps pour
conser ver à l ' homme sa pr opr e personnalité ou
qu' i l se révèlera i mmédi at ement à l ' ame .
J e r envoye i ci à ce que j e di soi s de mon
hipothèse , pages 302 et 303 de ces opuscules .
Tel s sont t r ès en r accour ci l es pr i nci pes
et l es conj ect ur es que l a r ai son peut f our ni r


- 179 -
p146

sur l ' état futur de l ' homme, et sur l a
liaison de cet ét at avec cel ui qui l e pr écéde.
Mai s ; ce ne sont l à encor e que de si mpl es
pr obabi l i t és ou t out au pl us de gr andes
vr ai sembl ances : peut - on pr ésumer qu' un j our l a
r ai son pousser a beaucoup pl us l oi n, et qu' el l e
par vi endr a enf i n par ses seul es f or ces, à s' assur er
de l a certitude de cet état futur r eser vé
au pr emi er des êt r es t er r est r es ?
Nous avons deux manières naturelles de
connoî t r e ; l ' intuitive et l a réfléchie .
La connoi ssance intuitive est cel l e que nous
acquér ons par l es sens , et par l es di ver s
instrumens qui suppl éent à l a f oi bl esse de nos
sens.
La connoi ssance réfléchie est cel l e que nous
acquér ons par l es comparaisons que nous
f or mons ent r e nos i dées sensibles , et par l es
résultats que nous dédui sons de ces compar ai sons.
Pour que not r e connoi ssance intuitive pût
p147

nous condui r e à l a certitude sur cet état
futur r eser vé à l ' homme, i l f audr oi t que nos
sens ou nos instrumens nous démont r assent
dans l e cerveau une préorganisation
mani f est ement et di r ect ement rélative à cet
état : i l f audr oi t que nous pussi ons cont empl er
dans l e cerveau de l ' homme l e germe d' un
nouveau cor ps, comme l e nat ur al i st e cont empl e
dans l a cheni l l e l e germe du papi l l on.
Mai s ; si ce germe du cor ps futur éxi st e
déj à dans l e cor ps visible ; si ce germe
est dest i né à soust r ai r e l a véritable personne
de l ' homme à l ' act i on des causes qui en dét r ui sent
l ' enveloppe ou l e masque ; i l est bi en
évi dent , que ce germe doi t êt r e f or mé d' une
mat i èr e pr odi gi eusement dél i ée, et t el l e à peu
pr ès que cel l e de l ' éther ou de l a lumière .
Or est - i l l e moi ns du monde pr obabl e, que nos
i nst r umens ser ont un j our assés per f ect i onnés pour
met t r e sous nos yeux un cor ps or gani sé f or mé
des élémens de l ' éther ou de ceux de l a
lumière ? J e pr i e mon l ect eur de se r appel l er
i ci ce que j ' ai exposé sur l ' imperfection et les
bornes naturelles de nos connoissances
p148

dans l es par t i es xi i et xi i i de cet t e
palingénésie .
Not r e connoi ssance réfléchie dér i ve
essent i el l ement de not r e connoi ssance intuitive :
c' est t ouj our s sur des i dées pur ement sensibles
que not r e espr i t opèr e l or s qu' i l s' él ève aux
notions l es pl us abstraites . J e l ' ai
mont r é t r ès en dét ai l dans l es chapi t r es xv et xvi de
mon essai analytique . Si donc not r e


- 180 -
connoi ssance intuitive ne peut nous condui r e
à l a certitude sur l ' état futur de l ' homme ;
comment not r e connoi ssance réfléchie nous y
condui r oi t - el l e ? La r ai son t i r er oi t - el l e une
conclusion certaine de prémisses probables ?
Si nous f ai sons abst r act i on du cor ps, pour
nous en t eni r à l ' ame seul e, l a chose n' en
demeur er a pas moi ns évi dent e : une subst ance
simple pour r oi t - el l e j amai s deveni r
l ' objet immédiat de not r e connoi ssance
intuitive ? L' ame peut - el l e se voir
et se palper el l e- même ? Le sent i ment
intime qu' el l e a de son moi , n' est
pas une connoi ssance intuitive ou directe
qu' el l e ai t d' el l e- même ou de son moi : el l e
n' acqui er t l a conscience métaphysique
ou l ' apperception
p149

de son êt r e, que par ce r et our qu' el l e
f ai t sur el l e- même l or s qu' el l e épr ouve quel que
per cept i on, et c' est ai nsi qu' el l e sçai t
qu' el l e éxiste . J e l e di soi s ar t 1 de mon
analyse abrégée : " comment acquér ons- nous
l e sent i ment de not r e pr opr e éxi st ence ? N' est - ce
pas en r éf l échi ssant sur nos pr opr es sensat i ons ?
Ou du moi ns nos pr emi ér es sensat i ons ne sont - el l es
pas l i ées essent i el l ement à ce sent i ment qu' a
t ouj our s not r e ame, que c' est el l e qui l es épr ouve,
et ce sent i ment est - i l aut r e chose que cel ui de son
éxi st ence ? "
not r e connoi ssance réfléchie nous démont r e
t r ès bi en, qu' une subst ance simple ne peut
pér i r comme une subst ance composée ou pl ut ôt
el l e nous démont r e, que ce que nous nommons
substance composée , n' est poi nt une
vr aye substance , et qu' i l n' y a de vr ayes
subst ances, que l es êt r es simples dont l es
composés sont f or més. Mai s ; not r e
connoi ssance réfléchie peut - el l e nous démont r er
r i gour eusement que l ' ame ne pér i sse poi nt à l a
mort ou qu' i l n' y ai t poi nt pour l ' ame une
p150

mani èr e de cesser d' êt r e ou de sent i r , qui l ui
soi t pr opr e ? Une par ei l l e démonst r at i on
n' éxi ger oi t - el l e pas une connoi ssance parfaite
de l a nat ur e intime de l ' ame et de ses
rapports à l ' union ?
Not r e connoi ssance réfléchie nous mont r e
t r ès cl ai r ement , que l ' éxer ci ce et l e dével oppement
de t out es l es f acul t és de l ' ame humaine
dépendent pl us ou moi ns de l ' organisation ,
et cet t e vér i t é psychologique est encor e,
à di ver s égar ds, du r essor t de not r e connoi ssance
intuitive : car nos sens et nos i nst r umens
nous découvr ent beaucoup de choses
pur ement physiques , qui ont une gr ande
i nf l uence sur l es opérations de l ' ame.


- 181 -
Nous ne sçavons poi nt du t out ce que l ' ame- humai ne
est en soi ou ce qu' el l e est en qual i t é
d' esprit pur . Nous ne l a connoi ssons
un peu que par l es pr i nci paux effets de son
union avec l e cor ps. C' est pl ut ôt l ' homme
p151

que nous obser vons, que l ' ame-humaine .
Mai s ; nous dédui sons l égi t i mement de
l ' obser vat i on des phénomènes de l ' homme,
l ' éxi st ence de l a subst ance spirituelle qui
concour t avec l a subst ance matérielle à l a
pr oduct i on de ces phénomènes.
Ai nsi , l ' ame- humai ne est , en quel que sor t e, un
être rélatif à un aut r e être auquel el l e
devoi t êt r e unie . Cet t e union ,
i ncompr éhensi bl e pour nous, a ses loix , et
n' est poi nt arbitraire . Si ces loix
n' avoi ent pas eu l eur fondement dans l a
nature des deux substances , comment
l a souver ai ne l i ber t é aur oi t - el l e pu i nt er veni r
dans l a cr éat i on de l ' homme ? J e pr i e mon
l ect eur de l i r e et de médi t er l e par agr aphe 119
de mon essai analytique .
Not r e connoi ssance intuitive et not r e
connoi ssance réfléchie ne peuvent donc nous
f our ni r aucune pr euve démonst r at i ve de l a
certitude d' un état futur r éser vé à
l ' homme. J e par l e de pr euves t i r ées de l a
nature même de
p152

cet êt r e. Mai s ; l a r ai son, qui sçai t appr éci er
l es vr ai sembl ances, en t r ouve i ci ,
qu' el l e j uge d' une gr ande f or ce, et sur l esquel l es
el l e ai me à i nsi st er .
Si l a r ai son essayoi t de dédui r e de l a
consi dér at i on des per f ect i ons de Di eu,
et en par t i cul i er de sa j ust i ce et de sa
bont é, des conséquences en f aveur d' un
état futur de l ' homme ; j e di s, que ces
conséquences ne ser oi ent encor e que probables .
C' est que l a r ai son ne peut embr asser l e
systême entier de l ' uni ver s, et qu' i l ser oi t
possible , que ce systême r enf er mât des
choses qui s' opposassent à l a permanence de
l ' homme. C' est encor e que l a r ai son ne peut êt r e
parfaitement sûr e de connoî t r e éxactement
ce que l a j ust i ce et l a bont é sont dans l ' êt r e
supr ême.
J e ne dével opper ai pas act uel l ement ces
pr oposi t i ons : ceux qui ont r éf l échi mûr ement
sur cet i mpor t ant suj et , et qui sçavent j uger
de ce que l a l umi ér e naturelle peut ou ne
peut pas, me compr ennent assés, et c' est à
eux seul s que j e m' adr esse.
p153

On se t r omper oi t néanmoi ns beaucoup, et


- 182 -
on me f er oi t l e pl us gr and t or t , si l ' on pensoi t ,
que j ' ai dessei n d' af f oi bl i r i ci l es pr euves
que l a r ai son nous donne de l ' éxi st ence d' une
aut r e vi e. J e veux si mpl ement f ai r e sent i r
f or t ement , que ces pr euves, quoi que t r ès
f or t es, ne sçaur oi ent nous condui r e dans cet t e
mat i èr e, à ce qu' on nomme en bonne l ogi que,
l a certitude morale . Qui est pl us di sposé
que j e l e sui s à sai si r et à f ai r e val oi r
ces bel l es pr euves, moi qui ai osé en empl oyer
quel ques- unes pour essayer de mont r er qu' i l
n' est pas i mpr obabl e, que l es animaux - mêmes
soi ent appel l és à une aut r e oeconomi e !
J e di r ai pl us ; ces pr ésompt i ons en f aveur
d' une oeconomi e f ut ur e des ani maux, r endent
pl us f r appant es encor e l es pr euves que
l a r ai son nous donne d' un état futur de
l ' homme. Si l e pl an de l a sagesse di vi ne
embr asse j usqu' à l a r est i t ut i on et au
per f ect i onnement f ut ur s du vermisseau , et
peut - êt r e encor e j usqu' à cel ui du lychen ; que
p154

ne doi t - i l poi nt r enf er mer pour cet êt r e qui
domi ne avec t ant de supér i or i t é et de gr andeur
sur t ous l es ani maux !
Supposons qu' i l nous f ût per mi s de voi r
j usqu' au f ond dans l a t êt e d' un animal , et
d' y démêl er net t ement l es él émens de ce
nouveau corps dont nous concevons si
cl ai r ement l a possibilité : supposons que nous
découvr i ssi ons di st i nct ement dans ce nouveau
corps bi en des choses qui ne nous par ussent
poi nt du t out rélatives à l ' oeconomie
présente de l ' ani mal ni à l ' état présent de
not r e gl obe ; ne ser i ons- nous pas t r ès f ondés à
en dédui r e l a certitude ou au moi ns l a t r ès
gr ande pr obabi l i t é d' un état futur de l ' ani mal ?
Et ce gr and accr oi ssement de pr obabi l i t é à l ' égar d
de l ' animal , n' en ser oi t - i l pas un pl us
consi dér abl e encor e en f aveur de l ' état futur
de l ' homme ?
Nous aur i ons donc ou à peu pr ès cet t e
certitude morale qui nous manque, et que nous
dési r ons ; si not r e connoi ssance intuitive
pouvoi t per cer l e f ond de l ' organisation
de not r e êt r e, et nous mani f est er cl ai r ement ses
rapports di ver s à un état futur . Mai s ;
n' est - i l pas évi dent , que dans l ' ét at pr ésent des
p155

choses, not r e connoi ssance intuitive ne sçaur oi t
pénét r er j usques- l à ? Af i n donc que not r e mani èr e
naturelle de connoî t r e par intuition pût
nous dévoi l er ce gr and myst èr e, i l ser oi t
nécessai r e que nous acqui ssi ons de nouveaux
organes ou de nouvel l es facultés . Et si not r e
connoi ssance intuitive changeoi t à un t el poi nt ,
nous ne ser i ons pl us pr éci sément ces mêmes


- 183 -
hommes que Di eu a voul u pl acer sur l a
t er r e ; nous ser i ons des êt r es f or t supér i eur s,
et nous cesser i ons d' êt r e en rapport avec
l ' ét at actuel de not r e gl obe. J e sui s
encor e obl i gé de r envoyer i ci à ce que j ' ai di t
des bornes naturelles de nos connoissances dans
l a par t i e xi i i de cet t e palingénésie .
L' aut eur de not r e êt r e ne pouvoi t - i l donc
nous donner cet t e certitude morale , l e gr and
obj et de nos pl us cher s dési r s, sans changer
not r e const i t ut i on présente ? La supr ême
sagesse aur oi t - el l e manqué de moyens
pour nous appr endr e ce que nous avons t ant d' i nt ér êt
à sçavoi r , et à sçavoi r avec cer t i t ude ?
J e conçoi s f aci l ement , qu' el l e a pu l ai sser
i gnor er aux animaux l eur destination future :
i l s n' aur oi ent pl us ét é des animaux , s' i l s
avoi ent connu ou si mpl ement soupçonné cet t e
destination :
p156

i l s aur oi ent ét é des êt r es d' un or dr e
pl us r el evé, et l e pl an de l a sagesse éxi geoi t
qu' i l y eût sur l a t er r e des êt r es vi vans,
qui f ussent bor nés aux pur es sensat i ons,
et qui ne pussent s' él ever aux notions abstraites .
Mai s ; l ' homme , cet êt r e intelligent et
moral ét oi t f ai t pour por t er ses r egar ds au del à
du t ems, pour s' él ever j usqu' à l ' êt r e des êt r es
et y pui ser l es pl us haut es espér ances. La
sagesse ne pouvoi t - el l e se pr êt er aux ef f or t s et aux
dési r s l es pl us nobl es de l a r ai son humai ne, et
suppl éer par quel que moyen à l a f oi bl esse
de ses l umi ér es ? Ne pouvoi t el l e f ai r e t omber
sur l ' homme mor t el un r ayon de cet t e l umi er e cél est e
qui écl ai r e l es i nt el l i gences supér i eur es ?
Cet t e bel l e r echer che, l a pl us i mpor t ant e
de t out es cel l es qui peuvent occuper un phi l osophe,
ser a l ' obj et de l a par t i e sui vant e.
le 27 de décembre 1768.
PARTIE 17

p157

sui t e des i dées
sur
l ' ét at f ut ur
de
l ' homme.
Esqui sse
des
r echer ches phi l osophi ques
de l ' aut eur
sur l a r évél at i on.
Les mi r acl es.
I l me sembl e que j ' ai assés pr ouvé dans l a
par t i e pr écédent e, que not r e connoi ssance
naturelle ne sçaur oi t nous condui r e à l a
certitude morale sur l ' état futur de l ' homme.


- 184 -
p158

C' est t ouj our s en ver t u du rapport ou de l a
pr opor t i on d' un obj et avec nos f acul t és, que
nous par venons à sai si r cet obj et , et à opér er
sur l es i dées qu' i l f ai t naî t r e. Si cet t e
pr opor t i on n' éxi st e poi nt , l ' obj et est hor s de
l a sphèr e de nos f acul t és, et i l ne sçaur oi t
par veni r naturellement à not r e connoi ssance.
Si l ' obj et ne sout i ent avec nos f acul t és que
des r appor t s él oi gnés ou i ndi r ect s, nous ne
sçaur i ons acquér i r de cet obj et qu' une
connoi ssance pl us ou moi ns probable : el l e ser a
d' aut ant pl us probable que l es rapports
ser ont moi ns él oi gnés ou moi ns i ndi r ect s. I l f aut
t ouj our s pour apper cevoi r un obj et , qu' i l y ai t
une cer t ai ne pr opor t i on ent r e l a l umi ér e qu' i l
r éf l échi t , et l ' oei l qui r assembl e cet t e l umi èr e.
Mai nt enant , j e me demande à moi - même,
si sans changer l es facultés de l ' homme,
i l ét oi t impossible à l ' aut eur de l ' homme,
de l ui donner une certitude morale de sa
dest i nat i on future ?
J e r econnoi s d' abor d, que j e ser oi s de l a
pl us absur de t émér i t é, si j e déci doi s de l ' i mpossi bi l i t é
de l a chose ; car i l ser oi t de l a pl us
p159

gr ande absur di t é qu' un êt r e aussi bor né, aussi
chét i f que j e l e sui s osât pr ononcer sur ce que
l a pui ssance absol ue peut ou ne peut pas.
Por t ant ensui t e mes r egar ds sur cet assembl age
de choses, que j e nomme l a nature ,
j e découvr e que cet assembl age est un syst ême
admi r abl e de rapports di ver s. J e voi s
ces rapports se mul t i pl i er , se di ver si f i er ,
s' ét endr e, à mesur e que j e mul t i pl i e mes
obser vat i ons. J e m' assur e bi ent ôt que t out se
passe dans l a nature conf or mément à des
loix const ant es, qui ne sont que l es
résultats naturels de ces rapports qui
enchaî nent t ous l es êt r es et l es di r i gent à une
fin commune.
I l est vr ai , que j e n' apper çoi s poi nt de l i ai son
nécessaire ent r e un moment et l e moment
qui l e sui t , ent r e l ' act i on d' un êt r e et cel l e
d' un aut r e êt r e, ent r e l ' ét at act uel d' un êt r e
et l ' ét at qui l ui succèder a i mmédi at ement , et c.
Mai s ; j e sui s f ai t de mani èr e, que ce
que j ' ai vu ar r i ver t ouj our s, et que ceux qui
p160

m' ont pr écédé ont vu ar r i ver t ouj our s, me
par oî t d' une certitude morale . Ai nsi , i l ne
me vi ent pas dans l ' espr i t de dout er , que l e
sol ei l ne se l ève demai n, que l es bout ons des
ar br es ne s' épanoui ssent au pr i nt ems, que l e
f eu ne r édui se l e boi s en cendr es, et c.
J e convi ens que mon jugement est i ci pur ement


- 185 -
analogique ; pui squ' i l est t r ès évi dent
que l e contraire de ce que j e pense qui
ar r i ver a, est t ouj our s possible . Mai s, cet t e
si mpl e possibilité ne sçaur oi t l e moi ns du
monde cont r ebal ancer dans mon espr i t ce nombr e
si consi dér abl e d' expériences const ant es
qui f ondent i ci ma croyance analogique .
I l me sembl e que j e choquer oi s l e sens commun ,
si j e r ef usoi s de pr endr e l ' analogie
pour gui de dans des choses de cet t e nat ur e.
p161

J e mèner oi s l a vi e l a pl us mi sér abl e ; j e ne
pour r oi s même pour voi r à ma conser vat i on :
car si ce que j e connoi s des alimens dont j e
me sui s t ouj our s nour r i , ne suf f i soi t poi nt pour
f onder l a certitude où j e sui s que ces
alimens ne se conver t i r ont pas t out d' un coup
et à pr opos de r i en, en vér i t abl es poisons ;
comment pour r oi s- j e hazar der d' en manger encor e ?
J e sui s donc dans l ' obl i gat i on t r ès r ai sonnabl e
d' admet t r e, qu' i l est dans l a nat ur e un
cer t ai n ordre constant , sur l equel j e pui s
ét abl i r des jugemens , qui sans êt r e des
démonstrations , sont d' une t el l e probabilité
qu' el l e suf f i t à mes besoins .
Mes sens me mani f est ent cet ordre : ma
f acul t é de réfléchir m' en découvr e l es
résultats l es pl us essent i el s.
L' ordre de la nature est donc, à mes yeux,
l e résultat général des rapports que
j ' apper çoi s ent r e l es êt r es.
J e r egar de ces rapports comme invariables ,
par ce que j e ne l es ai j amai s vu et qu' on ne
l es a j amai s vu var i er naturellement .
p162

J e dédui s r ai sonnabl ement de l a cont empl at i on
de ces rapports l ' éxistence d' une
pr emi ér e cause i nt el l i gent e : c' est que
pl us i l y a dans un tout , de parties et de
par t i es variées qui concour ent à une fin
commune, et pl us i l est probable que ce
tout n' est poi nt l ' ouvr age d' une cause aveugle .
J e ne dédui s pas moi ns r ai sonnabl ement de
l a progression des êt r es successifs l a
nécessité d' une pr emi ér e cause : c' est que j e
n' i gnor e pas, que dans une série quel conque,
i l doi t t ouj our s y avoi r un premier terme ,
et qu' un nombr e act uel l ement infini est une
cont r adi ct i on : c' est encor e que chaqu' êt r e
successi f ayant sa raison dans cel ui qui l e
pr écède ; ce der ni er , dans un aut r e encor e, et c.
I l f aut que l a chaî ne ent i èr e, qui n' est que
l ' assemblage de t ous ces êtres successifs ,
aî t hor s d' el l e une raison de son éxistence .
Ce n' est pas que j ' apper çoi ve une liaison
nécessaire ent r e ce que j e nomme une cause
et ce que j e nomme un effet : mai s ; j e sui s


- 186 -
obl i gé de r econnoî t r e que j e sui s f ai t de mani ér e,
que j e ne pui s admet t r e qu' une chose est ,
p163

sans qu' i l y ai t une raison pour quoi el l e est ,
et pour quoi el l e est comme elle est et non
autrement .
J e t i ens pour nécessaire t out ce qui est et
qui ne pouvoit pas ne pas être ni être
autrement . Or , j e voi s cl ai r ement , que l ' ét at
actuel de chaque chose n' est pas nécessaire ;
pui sque j ' obser ve qu' i l varie sui vant cer t ai nes
loix . J e conçoi s donc cl ai r ement , que chaque
chose pour r oi t êt r e autrement qu' el l e n' est ;
j e nomme cel a contingence , et j e di s, que
dans ma maniére de concevoir , chaque chose
est contingente de sa nat ur e.
J e cr oi s pouvoi r i nf ér er encor e de cet t e
contingence , qu' i l est une r ai son ét er nel l e
qui a déterminé , dès l e commencement , l es
ét at s passés , l ' ét at actuel , et l es
ét at s futurs de chaque chose.
Mai s ; quand j e par l e de contingence , c' est
sui vant ma mani èr e t r ès i mpar f ai t e de voir et
de concevoir l es choses. I l me par oî t bi en
cl ai r , que si j e pouvoi s embr asser l ' univers
ent i er ou l a totalité des choses, j e connoî t r oi s
pour quoi chaque chose est comme el l e est et
p164

non aut r ement : j ' en j uger oi s al or s par ses
rapports au tout , de l a même mani èr e
pr éci sément qu' un méchani ci en j uge de chaque
pi èce d' une machine . J e concl ur oi s donc,
que l ' univers l ui - même est comme i l est ,
par ce que sa cause ne pouvoi t êt r e autrement .
Cependant i l n' en demeur er oi t pas moi ns
vr ai , que chaque pièce de l ' uni ver s, chaqu' êt r e
particulier , consi dér é en lui-même , aur oi t
pu êt r e autrement . La r ai son que j ' en
découvr e, est que chaqu' êt r e particulier n' ét oi t
poi nt déterminé en t out sens par sa propre
nature . Tout es ses déterminations n' ét oi ent
pas nécessaires , au sens que j ' ai at t aché à
ce mot . I l ét oi t suscept i bl e d' une mul t i t ude de
modifications di ver ses, et j ' en obser ve
pl usi eur s qui se succèdent dans t el ou t el êt r e
particulier .
I l n' en est pas de même, à mes yeux, des
vérités que j e nomme nécessaires : j e ne
pui s pas di r e de ces vérités ce que j e vi ens
de di r e des êt r es particuliers . Les vér i t és
nécessaires sont déterminées par l eur
propre nature : el l es ne peuvent êt r e que
d' une seul e mani èr e : c' est dans ce sens
mét aphysi que, que l es vérités
p165

géometriques sont nécessaires , et qu' el l es


- 187 -
excl uent t out e contingence . El l es ét oi ent
telles de t out e ét er ni t é dans cet t e
i nt el l i gence nécessai r e, qui ét oi t l a région
de t out e vérité .
Si l es loix de la nature r ésul t ent
essent i el l ement des rapports qui sont ent r e
l es êt r es ; si ces rapports , consi dér és
en eux-mêmes , ne sont pas nécessaires ;
i l me par oî t , que j e pui s en dédui r e l égi t i mement ,
que l a nature a un l égi sl at eur . La lumiére
ne s' est pas donné à el l e- même ses propriétés ,
et l es loix de sa réfraction et de sa
réfléxion r ésul t ent des rapports qu' el l e
sout i ent avec di f f ér ens cor ps soi t liquides ,
soi t solides .
J e m' expr i mer oi s donc d' une mani èr e f or t
peu éxact e, si j e di soi s, que les loix de la
nature ont appropriés les moyens à la fin :
c' est que l es loix de la nature ne sont que de
simples effets , et que dans mes i dées, des
effets supposent une cause , ou pour
m' expr i mer
p166

en d' aut r es t er mes, l ' éxi st ence actuelle d' une
chose, suppose l ' éxi st ence rélative d' une aut r e
chose, que j e r egar de comme l a raison de
l ' actualité de l a pr emi ér e.
Si l a nat ur e a r eçu des loix , cel ui qui
l es l ui a i mposées a, sans dout e, l e
pouvoi r de l es suspendr e, de l es modi f i er ou
de l es di r i ger comme i l l ui pl ai t .
Mai s ; si l e l égi sl at eur de l a nat ur e
est aussi sage que pui ssant , i l ne suspendra
ou ne modifiera ses loix , que l or squ' el l es
ne pour r ont suf f i r e, par elles-mêmes, à
r empl i r l es vuës de sa sagesse. C' est que
l a sagesse ne consi st e pas moi ns à ne pas
mul t i pl i er sans nécessi t é l es moyens , qu' à
choi si r t ouj our s l es meilleurs moyens, pour
par veni r à l a meilleure f i n.
J e ne pui s dout er de l a sagesse du l égi sl at eur
de l a nat ur e, par ce que j e ne pui s dout er
de l ' i nt el l i gence de ce l égi sl at eur . J ' obser ve
que pl us l es l umi ér es de l ' homme s' accr oi ssent , et
pl us i l découvr e dans l ' uni ver s de t r ai t s d' une
i nt el l i gence f or mat r i ce. J e r emar que
p167

même avec ét onnement que cet t e i nt el l i gence
ne br i l l e pas avec moi ns d' écl at dans l a
st r uct ur e du pou ou du ver - de- t er r e, que dans
cel l e de l ' homme ou dans l a di sposi t i on et l es
mouvemens des cor ps cél est es.
J e conçoi s donc que l ' i nt el l i gence
qui a ét é capabl e de f or mer l e pl an i mmense
de l ' uni ver s, est au moi ns l a pl us par f ai t e
des i nt el l i gences.
Mai s ; cet t e i nt el l i gence r ési de dans


- 188 -
un êt r e nécessai r e : un êt r e nécessaire
est non seul ement cel ui qui ne peut pas ne pas
être ; i l est encor e cel ui qui ne peut pas
être autrement . Or , un êt r e dont l es
perfections ser oi ent susceptibles
d' accr oi ssement , ne ser oi t pas un être
nécessaire , pui squ' i l pourroit être autrement .
J ' i nf ér e donc de ce r ai sonnement ,
que l es per f ect i ons de l ' êt r e nécessai r e
ne sont pas susceptibles d' accr oi ssement
et qu' el l es sont absolument ce qu' el l es sont .
J e di s absolument , par ce que j e ne pui s
concevoi r des degrés dans l es per f ect i ons
de l ' êt r e nécessai r e. J e voi s t r ès cl ai r ement ,
qu' un êt r e borné peut êt r e déterminé
p168

de plusieurs maniéres , pui sque j e conçoi s t r ès
cl ai r ement l a mutation possible de ses
bornes .
Si l ' êt r e nécessai r e posséde une
i nt el l i gence sans bornes , i l posséder a
aussi une sagesse sans bornes ; car l a
sagesse n' est pr opr ement i ci que
l ' intelligence el l e- même, en t ant qu' el l e
se pr opose une fin et des moyens r él at i f s
à cet t e f i n.
L' i nt el l i gence cr éat r i ce n' aur a
donc r i en f ai t qu' avec sagesse : el l e se ser a
pr oposé dans l a cr éat i on de chaqu' êt r e l a
meilleure f i n possible , et aur a
pr édét er mi né l es meilleurs moyens pour par veni r
à cet t e f i n.
J e sui s un êt r e sentant et intelligent : i l
est dans l a nat ur e de t out êt r e sent ant et
i nt el l i gent de voul oi r sent i r ou éxi st er
agréablement , et voul oi r cel a, c' est s' aimer
soi - même. L' amour de soi-même , ne di f f ér e donc
pas de l ' amour du bonheur . J e ne pui s me
di ssi mul er , que l ' amour du bonheur ne soi t l e
pr i nci pe universel de mes act i ons.
Le bonheur est donc l a gr ande fin de mon
p169

êt r e. J e ne me sui s pas f ai t moi - même ;
j e ne me sui s pas donné à moi - même ce pr i nci pe
uni ver sel d' act i on : l ' aut eur de mon
êt r e qui a mi s en moi ce pui ssant r essor t ,
m' a donc cr éé pour l e bonheur .
J ' ent ends en génér al par l e bonheur , t out
ce qui peut cont r i buer à l a conservation et au
perfectionnement de mon êt r e.
Par ce que l es obj et s sensibles f ont sur moi
une f or t e i mpr essi on, et que mon i nt el l i gence
est t r ès bor née, i l m' ar r i ve f r équemment de
me mépr endr e sur l e bonheur , et de pr éf ér er
un bonheur apparent à un bonheur réel .
Mon expér i ence j our nal i èr e, et l es r éf l éxi ons
qu' el l e me f ai t naî t r e, me découvr ent mes mépr i ses.


- 189 -
J e r econnoi s donc évi demment , que pour obt eni r
l a f i n de mon êt r e, j e sui s dans l ' obl i gat i on
ét r oi t e d' obser ver l es loix de mon êt r e.
J e r egar de donc ces loix , comme l es moyens
naturels que l ' aut eur de mon êt r e a choi si
pour me condui r e au bonheur . Comme el l es
p170

r ésul t ent essent i el l ement des rapports que j e
sout i ens avec di f f ér ens êt r es, et que j e ne
sui s poi nt l e maî t r e de changer ces rapports ;
j e voi s mani f est ement que j e ne pui s vi ol er
pl us ou moi ns l es loix de ma nat ur e
particulière , sans m' él oi gner pl us ou moi ns de
ma vér i t abl e fin .
L' expér i ence me démont r e, que t out es mes
f acul t és sont r enf er mées dans cer t ai nes
limites nat ur el l es, et qu' i l est un terme
où f i ni t l e plaisir et où commence l a
douleur . J ' appr ens ai nsi de l ' expér i ence, que
j e doi s r égl er l ' exercice de t out es mes
f acul t és, sur l eur portée nat ur el l e.
J e sui s donc dans l ' obl i gat i on phi l osophi que
de r econnoî t r e, qu' i l est une sanction naturelle
des l oi x de mon êt r e ; pui sque j ' épr ouve un mal
l or sque j e l es viole .
Par ce que j e m' ai me moi - même, et que
j e ne pui s pas ne poi nt désirer d' êt r e
heureux ; j e ne pui s pas ne poi nt désirer
de cont i nuer d' êt r e. J e r et r ouve ces désirs dans
mes sembl abl es, et si quel ques- uns par oi ssent
souhai t er l a cessat i on de l eur êt r e, c' est
pl ut ôt l e
p171

changement de l eur êt r e, que l ' anéantissement ,
qu' i l s souhai t ent .
Ma r ai son me r end au moi ns t r ès pr obabl e,
que l a mort ne ser a pas l e terme de l a
dur ée de mon êt r e. El l e me f ai t ent r evoi r des
moyens physiques préordonnés , qui peuvent
pr ol onger mon humanité au- del à du t ombeau.
El l e m' assur e que j e sui s un êt r e perfectible
à l ' i ndéf i ni : el l e me f ai t j uger par l es
pr ogr ès cont i nuel s que j e pui s f ai r e ver s l e
bon et l e vr ai dans mon ét at présent , de
ceux que j e pour r oi s f ai r e dans un aut r e ét at
où t out es mes f acul t és ser oi ent per f ect i onnées.
Enf i n ; el l e pui se dans l es not i ons l es pl us
phi l osophi ques qu' el l e se f or me des at t r i but s
di vi ns et des loix naturelles , de
nouvel l es consi dér at i ons qui accr oi ssent beaucoup
ces di f f ér ent es probabilités .
Mai s ; ma r ai son me découvr e en même
t ems, qu' i l n' est poi nt du t out dans l ' or dr e
de mes f acul t és actuelles , que j ' aye sur l a
p172

survivance de mon êt r e, pl us que de si mpl es


- 190 -
probabilités .
Cependant ma r ai son el l e- même me f ai t
sent i r f or t ement , combi en i l i mpor t er oi t à mon
bonheur , que j ' eusse sur mon état futur pl us
que de simples probabilités ou au moi ns une
somme de pr obabi l i t és t el l e qu' el l e f ût équi val ent e
à ce que j e nomme l a certitude morale .
Ma r ai son me f our ni t l es mei l l eur es pr euves
de l a souver ai ne i nt el l i gence
de l ' aut eur de mon êt r e : el l e dédui t t r ès
l égi t i mement de cet t e i nt el l i gence, l a
souver ai ne sagesse du gr and êt r e.
Sa bont é ser a cet t e sagesse el l e- même
occupée à pr ocur er l e pl us gr and
bi en de t ous l es êt r es sentans , et de t ous l es
êt r es intelligens .
Cet t e sagesse ador abl e ayant f ai t
ent r er dans son pl an l e syst ême de l ' humanité ,
p173

a voul u, sans dout e, t out ce qui pouvoi t
cont r i buer à l a pl us gr ande perfection de
ce systême .
Ri en n' ét oi t assur ément pl us pr opr e à pr ocur er
l a pl us gr ande per f ect i on de ce syst ême,
que de donner aux êt r es qui l e composent ,
une certitude morale de l eur état futur ,
et de l eur f ai r e envi sager l e bonheur dont i l s
j ouï r ont dans cet état , comme l a sui t e ou l a
conséquence de l a perfection morale qu' i l s
aur ont t âché d' acquér i r dans l ' état présent .
Et pui sque l ' ét at actuel de l ' humanité ne
compor t oi t poi nt , qu' el l e pût par veni r à se
convai ncr e par l es seules forces de l a r ai son,
de l a certitude d' un état futur , i l ét oi t ,
sans cont r edi t , dans l ' or dr e de l a sagesse, de
l ui donner par quel qu' aut r e voye une assurance
si nécessai r e à l a perfection du systême
moral .
Mai s ; par ce que l e pl an de l a sagesse
éxi geoi t appar emment , qu' i l y eût sur l a t er r e
des êt r es i nt el l i gens, mai s t r ès bor nés,
t el s que l es hommes ; el l e ne pouvoi t pas
changer l es facultés de ces êt r es pour l eur
p174

donner une certitude suf f i sant e de l eur
destination future .
I l f al l oi t donc que l a sagesse empl oyât
dans cet t e vuë un moyen , t el que sans
êt r e r enf er mé dans l a sphèr e actuelle des
f acul t és de l ' homme, i l f ut cependant si bi en
appr opr i é à l a nature et à l ' exercice l e
pl us r ai sonnabl e de ses f acul t és, que l ' homme
pût acquér i r par ce moyen nouveau l e degré
de cer t i t ude qui l ui manquoi t , et qu' i l dési r oi t
si vi vement .
L' homme ne pouvoi t donc t eni r cet t e certitude
si dési r abl e, que de l a mai n même de


- 191 -
l ' aut eur de son êt r e. Mai s ; par quel l e
voye par t i cul i ér e, l a sagesse pouvoi t - el l e
convai ncr e l ' homme raisonnable des gr andes
vuës qu' el l e avoi t f or mées sur l ui ? à quel
signe l ' homme raisonnable pouvoi t - i l
s' assur er que l a sagesse el l e- même parloit ?
J ' ai r econnu que l a nat ur e a un l égi sl at eur ;
et r econnoî t r e cel a, c' est r econnoî t r e en même
t ems que ce l égi sl at eur
p175

peut suspendr e ou modifier à son gr é l es loix
qu' i l a données à l a nat ur e.
Ces loix sont donc, en quel que sor t e, l e
langage de l ' aut eur de l a nat ur e ou l ' expr essi on
physique de sa vol ont é.
J e conçoi s donc f aci l ement , que l ' aut eur
de l a nat ur e a pu se ser vi r de ce langage ,
pour f ai r e connoî t r e aux hommes avec certitude
ce qu' i l l eur i mpor t oi t l e pl us de sçavoi r
et de sçavoi r bi en, et que l a r ai son seul e ne
f ai soi t guèr es que l eur i ndi quer .
Ai nsi , par ce que j e voi s évi demment , qu' i l
n' y a que l e l égi sl at eur de l a nat ur e,
qui pui sse en modifier l es loix ; j e me cr oi s
f ondé r ai sonnabl ement à admet t r e qu' i l a parlé ;
l or sque j e pui s m' assur er r ai sonnabl ement que
cer t ai nes modifications f r appant es de ces loix
ont eu l i eu, et que j e pui s découvr i r avec évi dence
l e but de ces modifications .
Ces modifications ser ont donc pour moi des
signes particuliers de l a volonté de
l ' aut eur de l a nat ur e à l ' égar d de l ' homme .
p176

J e pui s donner un nom à ces sor t es de
modifications , ne f ût - ce que pour i ndi quer l es
changemens qu' el l es ont appor t és à l a mar che
ordinaire de l a nat ur e : j e pui s l es nommer
des miracles , et r echer cher ensui t e quel l es
i dées j e doi s me f ai r e des miracles .
J e sçai s assés qu' on a cout ume de r egar der
un miracle comme l ' effet d' un act e
immédiat de l a t out e- pui ssance, opér é dans l e
tems , et r él at i vement à un cer t ai n but moral .
J e sçai s encor e, qu' on r ecour t communément
à cet t e i nt er vent i on immédiate de l a
t out e- pui ssance, par ce qu' on ne j uge pas qu' un
miracle pui sse êt r e r enf er mé dans l a
sphère des loix de l a nature .
Mai s ; s' i l est dans l a nature de l a sagesse ,
de ne poi nt multiplier l es actes sans
nécessité ; si l a vol ont é ef f i cace a pu pr odui r e
ou préordonner par un act e unique t out es
ces modifications des l oi x de l a nat ur e, que j e
nomme des miracles ne ser a- t - i l pas au moi ns
t r ès pr obabl e qu' el l e l ' aur a f ai t ?
p177


- 192 -

Si l a sagesse ét er nel l e qui n' a
aucune rélation au tems , a pu pr odui r e
hors du tems l ' universalité des choses,
est - i l à pr ésumer qu' el l e se soi t r eser vé d' agi r
dans l e tems , et de met t r e l a mai n à l a machi ne
comme l ' ouvr i er l e pl us borné ?
Par ce que j e ne découvr e poi nt comment un
miracle peut êt r e r enf er mé dans l a sphère
des l oi x de l a nat ur e, ser oi s- j e bi en f ondé à en
concl ur e, qu' i l n' y est poi nt du t out r enf er mé ?
Pui s- j e me per suader un i nst ant que j e connoi sse
à f ond l es loix de la nature ? Ne voi s- j e
pas évi demment , que j e ne connoi s qu' une t r ès
pet i t e par t i e de ces loix , et que même
cet t e partie si pet i t e, j e ne l a connoi s
qu' imparfaitement ?
Comment donc oser oi s- j e pr ononcer sur ce
que l es loix de l a nat ur e ont pu ou
n' ont pas pu opér er dans l a mai n du
l égi sl at eur ?
I l me sembl e que j e pui s, sans t émér i t é,
al l er un peu pl us l oi n : quoi que j e soi s un
p178

êt r e ext r êmement bor né, j e ne l ai sse pas d' ent r evoi r
i ci l a possibilité d' une préordination
r él at i ve à ce que j e nomme des miracles .
Des médi t at i ons assés pr of ondes sur l es facultés
de mon ame , m' ont convai ncu, que
l ' éxer ci ce de t out es ces f acul t és dépend pl us
ou moi ns de l ' ét at et du j eu des organes . I l
est même peu de vér i t és qui soi ent pl us génér al ement
r econnues. J ' ai assés pr ouvé, que
l es perceptions , l ' attention ,
l ' imagination , l a mémoire , et c. Ti ennent
essent i el l ement aux mouvemens des fibres sensibles ,
et aux déterminations par t i cul i èr es que l ' act i on
des obj et s l eur i mpr i me, qu' el l es conser vent pendant
un t ems pl us ou moi ns l ong, et en ver t u desquel l es
ces fibres peuvent r et r acer à l ' ame l es
idées ou l es images des obj et s.
C' est une l oi fondamentale de l ' union de
l ' ame et du cor ps, que l or sque certaines
f i br es sensibles sont ébr anl ées, l ' ame
épr ouve certaines sensat i ons : r i en au monde
n' est pl us
p179

const ant , pl us i nvar i abl e que cet ef f et . I l
a t ouj our s l i eu, soi t que l ' ébr anl ement des
fibres pr ovi enne de l ' action même des
obj et s, soi t qu' i l pr ovi enne de quel que mouvement
qui s' opér e dans l a partie du cer veau qui est
l e si ége de t out es l es opér at i ons de l ' ame.
Si une f oul e d' expér i ences démont r e que
l ' imagination et l a mémoire dépendent
de l ' organisation du cer veau, i l est par
cel a même démont r é, que l a reproduction ou l e


- 193 -
rappel de t el l e ou de t el l e i dée, dépend
de l a reproduction des mouvemens dans l es
f i br es sensibles appropriées à ces idées .
Nous représentons t out es nos idées par des
signes d' institution , qui af f ect ent l ' oeil
ou l ' oreille . Ces signes sont des
caractères ou des mots . Ces mots sont
lus ou prononcés : i l s s' i mpr i ment
donc dans l e cerveau par des fibres de l a
vuë ou par des fibres de l ' ouïe .
Ai nsi , soi t que l e mouvement se r epr odui se
dans des f i br es de l a vuë ou dans des f i br es
p180

de l ' ouï e, l es mots at t achés au j eu de ces
f i br es ser ont égal ement r appel l és à l ' ame ,
et par ces mot s, l es idées qu' i l s sont dest i nés
à représenter .
J e ne pui s r ai sonnabl ement pr ésupposer que
t ous mes l ect eur s possédent , aussi bi en que
moi , mes pr i nci pes psychologiques ; j e sui s
donc obl i gé de r envoyer ceux qui ne l es possédent
pas assés, aux endr oi t s de mes ouvr ages que
j e ci t oi s i l n' y a qu' un moment . I l s f er ont
bi en sur - t out de r el i r e avec at t ent i on mon
écr i t sur le rappel des idées par les mots,
et sur l' association des idées en général , que
j ' ai i nsér é dans ces opuscules .
Dès que j e me sui s une f oi s convai ncu par
l ' expér i ence et par l e r ai sonnement , que l a
production et l a reproduction de t out es
mes i dées t i ennent au jeu secr et de cer t ai nes
fibres de mon cer veau ; j e conçoi s avec l a
pl us gr ande f aci l i t é, que l a sagesse supr ême a
pu préorganiser , au commencement des choses,
certains cerveaux , de mani ér e qu' i l s' y
t r ouver oi t des fibres dont des déterminations
et l es mouvemens par t i cul i er s, r épondr oi ent ,
dans un
p181

t ems mar qué, aux vuës de cet t e sagesse ador abl e.
Qui pour r oi t dout er un i nst ant , que si nous
ét i ons l es maî t r es d' ébr anl er , à not r e gr é,
certaines fibres du cer veau de nos sembl abl es ;
par éxempl e, l es f i br es appropriées aux mots ,
nous ne r appel l assi ons, à vol ont é, dans l eur ame,
t el l e ou t el l e suite de mot s, et par cet t e
sui t e une suite cor r espondant e d' idées ?
Répét er ai - j e encor e que l a mémoire des mots
t i ent au cer veau, et que mi l l e acci dens, qui
ne peuvent af f ect er que l e cer veau, af f oi bl i ssent
et dét r ui sent même en ent i er l a mémoire des
mots ? Rappel l er ai - j e ce vi ei l l ar d vénér abl e,
dont j ' ai par l é dans mon essai analytique ,
qui avoi t , en pl ei ne vei l l e, des
suites nombr euses et var i ées de visions ,
absol ument indépendantes de sa volonté ,
et qui ne troubloient j amai s sa raison ?


- 194 -
Répét er ai - j e, que l e cerveau de ce vi ei l l ar d
ét oi t une sor t e de machine d' optique , qui
éxécut oi t d' el l e- même sous l es yeux de l ' ame,
t out es sor t es de décor at i ons et de per spect i ves ?
On ne s' avi ser a pas non pl us de dout er ,
que Di eu ne pui sse ébr anl er au gr é de sa
p182

vol ont é, l es fibres de t el ou de t el
cer veau, de mani ér e qu' el l es t r acer ont , à poi nt
nommé, à l ' ame une suite dét er mi née d' i dées
ou de mots , et une t el l e combinaison des
unes et des aut r es, que cet t e combinaison
r epr ésent er a pl us ou moi ns f i gur ément une sui t e
d' événemens cachés encor e dans l ' abi me de
l ' avenir ?
Ce que l ' on conçoi t si cl ai r ement que Di eu
pour r oi t éxécut er par son act i on immédiate
sur un cerveau par t i cul i er , n' aur oi t - i l pu l e
prédéterminer dès l e commencement ? Ne
conçoi t - on pas à peu pr ès aussi cl ai r ement , que
Di eu a pu pr éor donner dans t el ou t el cer veau,
et hor s de ce cer veau, des causes pur ement
physiques , qui dépl oyant l eur act i on
dans un t ems mar qué par l a sagesse, pr odui r ont
pr éci sément l es mêmes ef f et s, que pr odui r oi t
l ' act i on immédiate du pr emi er mot eur ?
C' ét oi t ce que j ' avoi s voul u donner à ent endr e
en t er mi nant ce par agr aphe 676 de mon
essai analytique , auquel j e vi ens de
r envoyer : mai s, j e dout e qu' on ai t f ai t at t ent i on
à cet endr oi t de l ' ouvr age. " si l es vi si ons
prophêtiques ,
p183

di soi s- j e dans cet endr oi t , ont
une cause matérielle , l ' on en t r ouver oi t i ci
une expl i cat i on bi en si mpl e, et qui ne supposer oi t
aucun mi r acl e : l ' on conçoi t assés,
que Di eu a pu pr épar er de l oi n dans l e cer veau
des prophêtes des causes physi ques
pr opr es à en ébr anl er , dans un t ems dét er mi né,
l es f i br es sensi bl es sui vant un ordre
r él at i f aux événemens f ut ur s qu' i l s' agi ssoi t
de r epr ésent er à l eur espr i t . "
l ' aut eur de l ' essai de psychologie , qui
n' a pas ét é mi eux l u ni mi eux ent endu que
moi , par l a pl upar t des l ect eur s, et qui a
t âché de r enf er mer dans un assés pet i t vol ume
t ant de pr i nci pes et de gr ands pr i nci pes ; a
eu l a même i dée que j ' expose i ci . Dans l e
chapi t r e xxi de l a par t i e vi i de ses principes
philosophiques , i l s' expr i me ai nsi .
" soi t que Di eu agi sse immédiatement sur
l es f i br es représentatrices des obj et s, . . . et c. "
p184

l es signes d' institution par l esquel s nous
représentons nos idées de t out genr e,


- 195 -
sont des obj et s qui t ombent sous l es sens , et
qui , comme j e l e di soi s, f r appent l ' oeil ou
l ' oreille , et par eux, l e cerveau .
La mémoire se char ge du dépot des mots ,
et l a réfléxion l es combi ne. On est ét onné,
quand on songe au nombr e consi dér abl e de l angues
mortes et de l angues vivantes qu' un même
homme peut appr endr e et par l er . I l est pour t ant
une mémoire pur ement organique où l es
mots de t out es ces langues vont s' i mpr i mer ,
et qui l es pr ésent e à l ' ame au besoi n, avec
aut ant de cél ér i t é, que de pr éci si on et
d' abondance. On n' est pas moi ns ét onné, quand
on pense à d' aut r es pr odi ges que nous of f r e l a
p185

mémoire et l ' imagination . Scal i ger appr i t
par coeur t out Homér e en vi ngt - un j our s, et
dans quat r e moi s t ous l es poët es gr ecs. Wal l i s
ext r ai soi t de t êt e l a racine quarrée d' un
nombr e de ci nquant e- t r oi s f i gur es. Combi en
d' aut r es f ai t s de même genr e, ne pour r oi s- j e
pas i ndi quer ! Qu' on pr enne l a pei ne
de r éf l échi r sur l es gr andes i dées que ces
phénomènes mer vei l l eux de l a mémoire , nous
donnent de l ' organisation de cet t e partie
du cer veau qui est l e siége de l' ame et
l ' i nst r ument immédiat de t out es ces opér at i ons ;
et l ' on convi endr a, j e m' assur e, que cet
instrument , l e chef - d' oeuvr e de l a cr éat i on
t er r est r e, est d' une st r uct ur e f or t supér i eur e à
t out ce qu' i l nous est per mi s d' i magi ner ou de
concevoi r .
Ce qu' un sçavant éxécut e sur son cerveau
par un t r avai l pl us ou moi ns l ong, et par
une méthode appr opr i ée, Di eu pour r oi t ,
sans dout e, l ' éxécut er par un act e immédiat
p186

de sa pui ssance. Mai s ; i l pour r oi t
aussi avoi r ét abl i , dès l e commencement , dans
un cer t ai n cerveau , une t el l e préorganisation
que ce cer veau se t r ouver oi t , dans un t ems
pr édét er mi né, mont é à peu pr ès comme cel ui
du sçavant , et capabl e des mêmes opérations
et d' opér at i ons pl us ét onnant es encor e.
Supposons donc, que Di eu eût cr éé, au
commencement , un cer t ai n nombr e de germes
humains , dont - i l eut préorganisé l es
cerveaux de mani èr e, qu' à un cer t ai n j our
mar qué, i l s devoi ent f our ni r à l ' ame l ' assor t i ment
compl et des mots d' une mul t i t ude de
langues di ver ses ; l es hommes auxquel s de
par ei l s cerveaux aur ont appar t enus, se ser ont
t r ouvés ai nsi t r ansf or més, pr esque t out d' un
coup, en polyglottes vi vant es.
J e pr i e ceux de mes l ect eur s qui ne compr endr ont
pas bi en ceci , de r el i r e at t ent i vement l es ar t i cl es
xi v, xv, xvi , xvi i , xvi i i , de mon analyse


- 196 -
abrégée , et l es endr oi t s r él at i f s de l ' essai
analytique . Les i dées que j e pr ésent e dans cet t e
palingénésie , sont si él oi gnées de cel l es
qu' on s' ét oi t f ai t es j usqu' i ci sur l es suj et s
qui m' occupent , que j e ne pui s
p187

r eveni r t r op souvent à pr i er mon l ect eur de
ne me j uger qu' apr ès m' avoi r bi en sai si et bi en
médi t é. J e n' espér e pas d' obt eni r l a gr ace
que j e demande : j e sçai s que l e nombr e des
bons l ect eur s est f or t pet i t , et que cel ui des
vr ai s phi l osophes l ' est encor e davant age. Mai s ;
s' i l ar r i ve qu' on m' ent ende mal , j e n' aur ai au
moi ns r i en négl i gé pour pr éveni r l es mépr i ses
de mes j uges.
Au r est e ; i l n' y a pas l a moi ndr e di f f i cul t é
à concevoi r , que ces germes préordonnés ,
qui devoi ent êt r e un j our des polyglottes
vi vant es, avoi ent ét é pl acés dans l ' ordre des
génér at i ons successives , sui vant un rapport
di r ect à ce tems pr éci s mar qué par l a sagesse.
I l n' y a pas pl us de di f f i cul t é à concevoi r
dans cer t ai ns cerveaux , l a possibilité d' une
préorganisation t el l e, que l es fibres
appr opr i ées aux mots de di ver ses langues ,
ne devoi ent dépl oyer l eur act i on, que l or squ' une
cer t ai ne circonstance concomitante
sur vi endr oi t .
J ' ent r evoi s donc par cet exempl e si f r appant ,
ce qu' i l ser oi t possible que f ussent ces
p188

événemens ext r aor di nai r es, que j e nomme des
miracles . J e commence ai nsi à compr endr e,
que l a sphère des loix de la nature peut
s' ét endr e beaucoup pl us l oi n qu' on ne l ' i magi ne.
J e voi s assés cl ai r ement , que ce qu' on pr end
communément pour une suspension de ces loix ,
pour r oi t n' êt r e qu' une dispensation ou une
direction particuliére de ces mêmes loix .
Ceci est d' une vr ai sembl ance qui me f r appe.
J e pense et j e parle à l ' ai de des mots
dont j e r evêt s mes idées . Ces mots sont des
signes pur ement matériels . I l s sont at t achés
au jeu de cer t ai nes fibres de mon
cerveau . Ces fibres ne peuvent êt r e
ébr anl ées que mon ame n' aî t aussi - t ôt l es
per cept i ons de ces mots , et par eux l es idées
qu' i l s représentent .
Voi l à l es loix de la nature r él at i ves à mon
êt r e particulier . I l me ser oi t i mpossi bl e
de f or mer aucune notion générale sans l e
secour s de quel ques signes d' institution : i l
n' y a que ceux qui n' ont j amai s médi t é sur
l ' oeconomie de l ' homme , qui pui ssent
dout er de cet t e vér i t é psychologique .
p189


- 197 -

J e découvr e donc que l es loix de la nature
r él at i ves à l a formation des i dées dans
l ' homme , à l a représentation , au rappel
et à l a combinaison de ces i dées par des
signes arbitraires ; ont pu êt r e modifiées
d' une i nf i ni t é de mani ér es particuliéres ,
et pr odui r e ai nsi , dans un certain tems , des
événemens si extraordinaires , qu' on ne l es
j uge poi nt r enf er més dans l a sphère d' activité
de ces loix de la nature .
J ' apper çoi s ai nsi , que l e gr and ouvr i er pour r oi t
avoi r caché, dès l e commencement , dans l a
machi ne de not r e monde, cer t ai nes pièces et
cer t ai ns ressorts , qui ne devoi ent j ouer qu' au
moment que cer t ai nes circonstances
correspondantes l ' éxi ger oi ent . J e r econnoi s
donc, qu' i l ser oi t possible , que ceux
qui excl uent l es miracles de l a sphère des
loix de la nature , f ussent dans l e cas d' un
i gnor ant en méchanique , qui ne pouvant devi ner
l a r ai son de cer t ai ns j eux d' une bel l e machi ne
r ecour r oi t pour l es expl i quer , à une sor t e de
magie , ou à des moyens surnaturels .
Un aut r e exempl e t r ès f r appant m' af f er mi t
p190

dans ma pensée : j ' ai vu assés di st i nct ement ,
qu' i l ser oi t possible que cet état futur
de l ' homme que ma r ai son me r end si pr obabl e, f ût
l a sui t e naturelle d' une préordination
physique aussi anci enne que l ' homme. J ' ai
même ent r evu qu' i l ser oi t possible encor e,
qu' une préordination anal ogue s' ét endi t à
t ous l es êt r es sent ans de not r e gl obe.
J e sui s ai nsi condui t par une mar che qui
me par oî t t r ès phi l osophi que, à admet t r e qu' i l
est deux systêmes des loix de la nature ,
que j e pui s di st i nguer éxact ement .
Le pr emi er de ces systêmes est cel ui qui
détermine ce que j e nomme l e cours ordinaire
de l a nat ur e.
Le second systême est cel ui qui donne
naissance à ces événemens extraordinaires
que j e nomme des miracles .
p191

Mai s ; par ce que l es loix de la nature ont
t ouj our s pour pr emi er f ondement l es propriétés
essentielles des corps , et que si
l ' essence des choses changeoit , l es choses
ser oi ent détruites ; j e sui s obl i gé de supposer
comme certain , qu' i l n' y a r i en dans l e second
systême qui choque l es pr opr i ét és
essentielles des corps . Et ce
que j e di s i ci des corps doi t s' ent endr e encor e
des ames qui l eur sont unies . J ' ai appr i s
d' une phi l osophi e subl i me, que l es essences
des choses sont immuables et indépendantes


- 198 -
de l a vol ont é cr éat r i ce.
Ce ne sont donc que l es modes ou l es qual i t és
variables des corps et des ames qui ont
pu ent r er dans l a composi t i on du systême dont
j e par l e, et pr odui r e cet t e combinaison
particulière de choses, d' où peuvent naî t r e
l es événemens miraculeux .
Par éxempl e ; j e conçoi s f aci l ement , qu' en
ver t u d' une cer t ai ne prédétermination physique ,
l a densité de t el ou de t el cor ps a pu
augmenter ou diminuer pr odi gi eusement dans un
p192

tems mar qué ; l a pesanteur n' agi r pl us
sur un aut r e cor ps ; l a mat i èr e électrique
s' accumul er ext r aor di nai r ement aut our d' une
cer t ai ne per sonne et l a transfigurer ; l es
mouvemens vitaux r enaî t r e dans un cor ps où i l s
ét oi ent ét ei nt s et l e r appel l er à l a vi e ;
des obst r uct i ons particuliéres de l ' or gane de
l a vuë se di ssi per et l ai sser un l i br e passage
à l a l umi èr e, et c. Et c.
p193

Et si par mi l es événemens miraculeux qui
s' of f r i r oi ent à ma médi t at i on, i l en ét oi t , où
j e n' ent r evi sse aucune cause physique capabl e
de l es pr odui r e ; j e me gar der oi s bi en de pr ononcer
sur l ' impossibilité absol ue d' une
prédétermination cor r espondant e à ces
événemens . J e n' oubl i er oi s poi nt que j e sui s
un êt r e dont t out es l es f acul t és sont
ext r êmement bor nées, et que l a nat ur e ne m' est t ant
soi t peu connuë que par quel ques effets . J e
songer oi s en même t emps, à d' aut r es événemens de
même genre où j ' ent r evoi s des causes physiques
préordonnées capabl es de l es opér er .
Quand j e cher che à me f ai r e l es pl us haut es
i dées du gr and aut eur de l ' univers ,
j e ne conçoi s r i en de pl us subl i me et de pl us
di gne de cet êt r e ador abl e, que de
penser qu' i l a t out préordonné par un act e
unique de sa vol ont é, et qu' i l n' est pr opr ement
qu' un seul miracle , qui a envel oppé
l a sui t e i mmense des choses ordinaires : et
l a sui t e beaucoup moi ns nombr euse des choses
extraordinaires : ce gr and miracle , ce
miracle i ncompr éhensi bl e peut - êt r e pour t out es
l es i nt el l i gences f i ni es, est cel ui de l a
création . Di eu a voulu , et
l ' universalité
p194

des choses a r eçu l ' êt r e. Les choses successives
soi t ordinaires , soi t extraordinaires
pr ééxi st oi ent donc dès l e commencement à l eur
apparition , et t out es cel l es qui appar oî t r ont
dans t out e l a dur ée des si écl es et dans l ' ét er ni t é
même, éxi st ent déj à dans cet t e prédétermination


- 199 -
universelle qui embr asse l e tems et
l ' éternité .
Mai s ; ce ser oi t en vai n que l a souver ai ne sagesse
aur oi t prédéterminé physiquement des événemens
extraordinaires dest i nés à donner à l ' homme
de pl us f or t es pr euves de cet état futur , l e pl us
cher obj et de ses dési r s ; si cet t e sagesse n' avoi t ,
en même t ems, prédéterminé l a venuë d' un
per sonnage ext r aor di nai r e, i nst r ui t par el l e- même
du secr et de ses vuës, et dont l es actions et
l es discours cor r espondi ssent éxact ement à l a
prédétermination dont l es mi r acl es devoi ent
sor t i r .
I l ne f aut que du bon- sens pour apper cevoi r
qu' un miracle , qui ser oi t absol ument isolé ,
ou qui ne ser oi t accompagné d' aucune circonstance
rélative pr opr e à en déterminer l e but ,
ne pour r oi t êt r e pour l ' homme raisonnable une
preuve de sa dest i nat i on future .
p195

Mai s ; l e but du miracle ser a exact ement
déterminé , si i mmédi at ement avant qu' i l s' opèr e,
l e per sonnage r espect abl e que j e suppose,
s' écr i e en s' adr essant au maî t r e de l a nat ur e ;
je te rends graces de ce que tu m' as
éxaucé : je sçavois bien que tu m' éxauces
toujours ; mais, je dis ceci pour ce peuple
qui est autour de moi, afin qu' il croye que
c' est toi qui m' as envoyé .
Le miracle devi endr a donc ai nsi l a lettre
de créance de l ' envoyé, et l e but de l a
mi ssi on de cet envoyé ser a de mettre en
évidence la vie et l' immortalité .
Si , comme j e l e di soi s, l es loix de la nature
sont l e langage du supr ême l égi sl at eur ,
l ' envoyé dont j e par l e, ser a aupr ès du
genr e- humai n l ' interprête de ce
l angage. I l aur a ét é char gé par l e l égi sl at eur
d' i nt er pr êt er au genr e- humai n l es
signes de ce l angage di vi n, qui r enf er moi ent
l es assur ances d' une heur euse immortalité .
p196

I l ét oi t absol ument i ndi f f ér ent à l a mission
de cet envoyé, qu' i l opér ât l ui - même l es
miracles ou qu' i l ne f i t que s' accommoder
à l eur but en l e déterminant pr éci sément
par ses discours et par ses actions .
L' obéi ssance par f ai t e et const ant e de l a
nat ur e à l a voi x de l ' envoyé, n' en devenoi t pas
moi ns pr opr e à authoriser et à caractériser
sa mission .
La naissance extraordinaire de l ' envoyé
p197

pouvoi t encor e r el ever sa mi ssi on aupr ès des
hommes, et i l ét oi t possible que cet t e
naissance f ût envel oppée comme t ous l es aut r es


- 200 -
événemens miraculeux dans cet t e di spensat i on
particulière des loix de la nature , qui
devoi t l es pr odui r e. Combi en de moyens
physiques préordonnés , t r ès di f f ér ens du moyen
ordinaire , pouvoi ent f ai r e dével opper un
germe humai n dans l e sei n d' une vi er ge !
Si cet t e oeconomie particulière des l oi x de
l a nat ur e ét oi t dest i née par l a sagesse à
f our ni r à l ' homme raisonnable une preuve de
fait de l a cer t i t ude de son état futur ,
cet t e pr euve a dû êt r e r evêt ue de caractères
qui ne per mi ssent pas à l a r ai son d' en méconnoî t r e
l a nature et l a fin .
J ' obser ve d' abor d, que l es faits r enf er més
dans cet t e oeconomi e, comme dans l eur pr i nci pe
physique préordonné , ont dû êt r e t el s, qu' i l
par ût manifestement qu' i l s ne r essor t oi ent pas
de l ' oeconomi e ordinaire des l oi x de l a nat ur e :
s' i l y avoi t eu sur ce poi nt quel qu' équivoque ,
comment aur oi t - i l ét é manifeste que l e
l égi sl at eur parloit .
p198

I l n' y aur a poi nt eu d' équivoque s' i l a ét é
manifeste , qu' i l n' y avoi t poi nt de proportion
ou d' analogie ent r e l es faits dont i l
s' agi t et l es causes apparentes de ces f ai t s.
Le sens-commun appr end assés qu' un
aveugle-né ne r ecouvr e poi nt l a vuë, par un
at t ouchement extérieur et momentané ; qu' un
mort ne ressuscite poi nt à l a seul e par ol e
d' un homme ; et c. De par ei l s f ai t s sont ai sés
à di st i nguer de ces prodiges de l a physi que,
qui supposent t ouj our s des préparations ou des
instrumens . Dans ces sor t es de prodiges ,
l ' espr i t peut t ouj our s découvr i r une cer t ai ne
proportion , une cer t ai ne analogie ent r e
l ' effet et l a cause ; et l or s- même
qu' i l ne l a découvr e pas intuitivement , i l peut
au moi ns l a concevoir . Or , l e moyen de
concevoir quel qu' analogie ent r e l a
prononciation de certains mots et l a
résurrection d' un mort ? La pr ononci at i on
de ces mot s ne ser a donc i ci qu' une
ci r const ance concomitante , absol ument
étrangère à l a cause secrete du f ai t ;
mai s pr opr e à r endr e l es spect at eur s pl us
at t ent i f s, l ' obéï ssance de l a nat ur e pl us
f r appant e, et l a mi ssi on de l ' envoyé pl us
aut hent i que. Lazare sors dehors ! Et il sortit.
au r est e ; j e ne f er oi s pas ent r er dans l ' essence
p199

du miracle son opér at i on instantanée .
Si un certain mi r acl e of f r oi t des gradations
sensi bl es, i l ne m' en par oî t r oi t pas moi ns un
miracle , l or sque j e découvr i r oi s t ouj our s une
disproportion évidente ent r e l ' ef f et et sa
cause apparente ou symbolique . Ces


- 201 -
gr adat i ons me sembl er oi ent même pr opr es à i ndi quer
à des yeux phi l osophes, un agent physique , et
t r ès di f f ér ent du symbolique . Les gradations
décél ent t ouj our s un ordre physique , et el l es
sont suscept i bl es d' une accél ér at i on à l ' i ndéf i ni .
J e r emar que en second l i eu, que ce l angage
de signes a dû êt r e multiplié et varié ,
et f or mer , pour ai nsi di r e, un discours sui vi ,
dont t out es l es par t i es f ussent harmoniques
ent r ' el l es, et s' appuyassent l es unes l es aut r es :
car pl us l e l égi sl at eur aur a dével oppé
ses vuës, mul t i pl i é et var i é ses expr essi ons,
et pl us i l aur a ét é certain qu' i l parloit .
Mai s ; s' i l a voul u parler à des hommes
de tout ordre , aux i gnor ans comme aux sçavans,
i l aur a par l é aux sens , et n' aur a empl oyé
que l es signes l es pl us palpables , et que
l e si mpl e bon-sens pût f aci l ement sai si r .
p200

Et comme l e but de ce l angage de signes
ét oi t de confirmer à l a r ai son l a vérité
de ces gr ands principes qu' el l e s' ét oi t déj à
f or mé sur l es devoirs et sur l a
destination future de l ' homme ; l ' i nt er pr êt e
de ce langage a dû annoncer au genr e- humai n
une doctrine qui f ût pr éci sément conf or me à ces
pr i nci pes l es pl us épur és et l es pl us nobl es de
l a r ai son, et donner dans sa per sonne l e modèle
l e pl us accompl i de l a perfection humaine .
D' un aut r e côt é, si l a mission de l ' envoyé
avoi t ét é bornée à annoncer au
genr e- humai n cet t e doctrine subl i me ; si
en même t ems qu' i l l ' annonçoi t , l e maî t r e de l a
nat ur e n' avoi t poi nt parlé aux sens ce
langage nouveau si pr opr e à l es f r apper ;
i l est de l a pl us gr ande évi dence, que l a
doctrine n' aur oi t pu accr oî t r e assés par
el l e- même l a probabilité de cet état futur
qu' i l s' agi ssoi t de confirmer aux
hommes. C' est qu' on ne sçaur oi t di r e pr éci sément
ce que l a r ai son humai ne peut ou ne peut pas
en mat i èr e de doctrine ; comme on
peut di r e ce que l e cours ordinaire de l a
nat ur e peut ou ne peut pas r él at i vement à
certains f ai t s pal pabl es, nombr eux, di ver s.
le 16 janvier 1769.
PARTIE 18

p202

Sui t e des i dées
sur
l ' ét at f ut ur
de
l ' homme.
Sui t e de l ' esqui sse
des
r echer ches phi l osophi ques


- 202 -
de l ' aut eur
sur l a r évél at i on.
Le t émoi gnage.
Une gr ande quest i on s' of f r e i ci à mon
éxamen : comment pui s- j e m' assur er
raisonnablement que l e l égi sl at eur de l a
nat ur e a parlé ?
p203

J e ne demander ai pas, pour quoi l e l égi sl at eur
ne m' a pas parlé à moi-même ?
J ' apper çoi s t r op cl ai r ement , que t ous l es
i ndi vi dus de l ' humani t é ayant un dr oi t égal à
cet t e f aveur , i l aur oi t f al l u pour sat i sf ai r e
aux dési r s de t ous, multiplier et varier
l es signes extraordinaires dans une pr opor t i on
r él at i ve à ces dési r s. Mai s ; par cet t e
mul t i pl i cat i on excessive des si gnes
extraordinaires , i l s aur oi ent per du
l eur qual i t é de signes , et ce qui
dans l ' or dr e de l a sagesse devoi t demeur er
extraordinaire ser oi t devenu ordinaire .
J e sui s obl i gé de r econnoî t r e encor e, que j e
sui s f ai t pour êt r e condui t par l es sens et
par l a réfléxion : une révélation intérieure
qui me donner oi t sans cesse l a pl us f or t e per suasi on
de l a certitude d' un état futur , ne
ser oi t donc pas dans l ' analogie de mon êt r e.
J e ne pouvoi s éxi st er à l a f oi s dans t ous
l es tems et dans t ous l es lieux . J e ne pouvoi s
pal per , voi r , ent endr e, éxami ner t out par
mes pr opr es sens . I l est néanmoi ns une
f oul e de choses dont j e sui s i nt ér essé à connoî t r e
l a certitude ou au moi ns l a probabilité ,
p204

et qui se sont passées l ongt ems avant moi ou dans
des l i eux f or t él oi gnés.
L' i nt ent i on de l ' aut eur de mon êt r e,
est donc que j e m' en r appor t e sur ces choses à
l a déposition de ceux qui en ont ét é l es
témoins , et qui m' ont t r ansmi s l eur
témoignage de vive-voix ou par écrit .
Ma condui t e à l ' égar d de ces choses, r epose
sur une consi dér at i on qui me sembl e t r ès
r ai sonnabl e : c' est que j e doi s supposer dans mes
semblables l es mêmes facultés essentielles
que j e découvr e chés moi . Cet t e supposi t i on est ,
à l a vér i t é, pur ement analogique ; mai s, i l
m' est f aci l e de m' assur er , que l ' analogie a i ci
l a même f or ce que dans t ous l es cas qui sont
du r essor t de l ' expér i ence l a pl us commune et
l a pl us const ant e. Est - i l besoi n que j ' exami ne
à f ond mes semblables pour êt r e certain qu' i l s
ont t ous l es mêmes sens et l es mêmes
facultés que j e posséde ?
J e t i r e donc de ceci une conséquence que j e
j uge t r ès l égi t i me : c' est que ces choses que


- 203 -
j ' aur oi s vuës, ouï es, pal pées, éxami nées si
j ' avoi s ét é pl acé dans un cer t ai n tems et dans
p205

un cer t ai n lieu , ont pu l ' êt r e par ceux qui
éxi st oi ent dans ce tems et dans ce lieu .
I l f aut bi en que j ' admet t e encor e, qu' el l es
l ' ont ét é en ef f et , si ces choses ét oi ent de
nat ur e à intéresser beaucoup ceux qui en ét oi ent
l es spectateurs : car j e doi s r ai sonnabl ement
supposer , que des êt r es, qui me sont semblables ,
se sont condui t s dans cer t ai nes circonstances
i mpor t ant es, comme j ' aur oi s f ai t moi - même,
si j ' avoi s ét é pl acé dans l es mêmes
ci r const ances, et qu' i l s se sont déterminés par
l es mêmes motifs , qui m' aur oi ent dét er mi né en
cas pareil .
J e choquer oi s, ce me sembl e, l es règles
l es pl us sûr es de l ' analogie si j e j ugeoi s
aut r ement . Remar qués, que j e ne par l e i ci que
de choses qui n' éxi gent pour êt r e bi en connuës
que des yeux, des or ei l l es et un j ugement sai n.
Par ce que l e témoignage est f ondé sur
l ' analogie , i l ne peut me donner comme el l e
qu' une certitude morale . I l ne peut y avoi r
d' enchaînement nécessaire ent r e l a mani èr e dont
j ' aur oi s ét é af f ect é ou dont j ' aur oi s agi en t el l es
p206

ou t el l es ci r const ances et cel l e dont des êt r es
que j e cr oi s m' êt r e semblables , ont ét é af f ect és
ou ont agi dans l es mêmes ci r const ances. Les
circonstances el l es- mêmes ne peuvent j amai s
êt r e par f ai t ement semblables ; l es suj et s sont
t r op compl i qués. I l y a pl us ; l e jugement
que j e por t e sur l e r appor t de similitude de
ces êt r es avec moi , n' est encor e qu' analogique .
Mai s ; si j e me r ésol voi s à ne croire que l es
seul es choses dont j ' aur oi s ét é l e témoin , i l
f audr oi t en même t ems me r ésoudr e à mener
l a vi e l a pl us t r i st e et me condamner moi - même
à l ' i gnor ance l a pl us pr of onde sur une
i nf i ni t é de choses qui i nt ér essent mon bonheur .
D' ai l l eur s, l ' expérience et l a réfléxion me
f our ni ssant des règles pour j uger sai nement de
l a validité du t émoi gnage, j ' appr ends de l ' une
et de l ' aut r e qu' i l est une f oul e de cas où j e
pui s adhér er au témoignage sans cour i r l e r i sque
d' êt r e trompé .
Ai nsi , l es mêmes r ai sons qui me por t ent
à admet t r e un certain ordre dans l e monde
physique , doi vent me por t er à admet t r e aussi un
p207

certain ordre dans l e monde moral . Cet or dr e
moral r ésul t e essent i el l ement de l a nature
des f acul t és humaines et des rapports qu' el l es
sout i ennent avec l es choses qui en déterminent
l ' éxer ci ce.


- 204 -
Les jugemens que j e f onde sur l ' or dr e moral ,
ne sçaur oi ent êt r e d' une parfaite certitude ;
par ce que dans chaque dét er mi nat i on particulière
de l a volonté l e cont r ai r e est t ouj our s
possible ; pui sque l ' activité de l a vol ont é
peut s' ét endr e à un nombr e i ndéf i ni de cas.
Mai s ; quand j e suppose un homme de bon-sens ,
j e sui s obl i gé de supposer en même t ems, qu' i l ne
se condui r a pas comme un fol dans t el ou t el
cas particulier ; quoi qu' i l aî t t ouj our s
l e pouvoir de l e f ai r e. I l n' est donc que
probable qu' i l ne l e f er a pas ; et j e doi s
conveni r que cet t e probabilité est assés gr ande
pour f onder un j ugement sol i de, et assor t i
aux besoins de ma condi t i on présente .
Ces choses que j e n' ai pu pal per , voi r ,
ent endr e et éxami ner par moi-même , par ce que
l ' él oi gnement des tems ou des lieux m' en
sépar oi t , ser ont donc, pour moi , d' aut ant pl us
probables , qu' el l es me ser ont at t est ées par un
p208

plus grand nombr e de témoins et par des
t émoi ns plus dignes de foi , et que l eur s
dépositions ser ont pl us circonstanciées , pl us
harmoniques ent r ' el l es, sans êt r e identiques .
Si j ' envi sage l a certitude comme un tout ,
et si j e di vi se par l a pensée ce t out en parties
ou degrés , ces par t i es ou degr és ser ont
des par t i es ou des degr és de l a certitude .
J e nomme probabilités ces di vi si ons idéales
de l a cer t i t ude. J e connoî t r ai donc l e degré
de l a cer t i t ude, quand j e pour r ai assi gner l e
r appor t de l a partie au tout .
J e ne di r ai pas, que l a probabilité d' une
chose croît pr éci sément comme l e nombre des
témoins qui me l ' at t est ent : car si j e suppose
que l e 1 er t émoi n me donne 9 sur 10 de l a
cer t i t ude, l e 2 d t émoi n que j e veux supposer égal
en mér i t e au 1 er , me donner oi t donc aussi 9 sur 10 ;
ce qui pr odui r oi t 18 sur 10 ; c' est - à- di r e, hui t
di xi émes de pl us que l a certitude ; ce qui est
i mpossi bl e.
J e découvr e donc, qu' i l y a i ci une aut r e
p209

mani èr e de cal cul er l e témoignage , qui est l a
seul e vr aye, et que j e t âche de sai si r . Dans
cet t e vuë, j e me r epr ésent e l a certitude comme
un espace à par cour i r . J e suppose, que l e
1 er témoin me f ai t par cour i r 9 sur 10 de cet
espace : l e 2 d témoin , égal en mér i t e au
1 er , aur a donc avec l a dixiéme qui r est e, l a même
pr opor t i on que l e 1 er t émoi n sout i ent avec l ' espace
entier . Le 2 d t émoi n me f er a donc
par cour i r l es 9 sur 10 de cet t e di xi éme : j e
par cour r ai donc avec ces deux témoins l es
99 sur 100 de l ' espace , et c.
J e j uger ai du mérite des t émoi ns par deux


- 205 -
conditions génér al es et essent i el l es ; par l eur
capacité , et par l eur intégrité .
L' état des f acul t és corporelles et des
f acul t és intellectuelles dét er mi ner a l a pr emi ér e
de ces conditions : l e degr é de probité et
de désintéressement dét er mi ner a l a seconde.
L' expérience ou cet t e réitération d' actes et
de certains act es, par l esquel s j e par vi ens à
connoî t r e l e caractère moral ; l ' expér i ence,
di s- j e, déci der a en der ni er r essor t de t out cel a.
p210

J ' appl i quer ai l es mêmes principes f ondament aux
à l a tradition orale et à l a t r adi t i on
écrite . J e ver r ai d' abor d, que cel l e- ci a
beaucoup pl us de f or ce que cel l e- l à. J e
ver r ai encor e, que cet t e f or ce doi t accroître
par l e concours de di f f ér ent es copies de l a
même déposition . J e consi dér er ai ces différentes
copi es comme aut ant de chaînons d' une même
chaî ne. Et si j ' appr ens, qu' i l éxi st e pl usi eur s
suites di f f ér ent es de copies , j e r egar der ai
ces différentes sui t es comme aut ant de
chaînes collatérales , qui accr oî t r ont t el l ement
l a probabilité de cet t e tradition écrite
qu' el l e appr ocher a indéfiniment de l a
certitude , et sur passer a cel l e que peut donner
l e t émoi gnage de pl usi eur s t émoi ns oculaires .
Di eu est l ' aut eur de l ' ordre moral
comme i l est l ' aut eur de l ' ordre physique .
J ' ai r econnu deux sor t es de dispensations dans
l ' or dr e physique . La pr emi èr e est cel l e qui
détermine ce que j ' ai nommé l e cours ordinaire
de l a nat ur e. La seconde est cel l e qui détermine
p211

ces événemens extraordinaires , que j ' ai
nommés des miracles .
La pr emi ér e dispensation a pour fin l e
bonheur de t ous l es êt r es sentans de not r e
gl obe.
La seconde a pour fin l e bonheur de
l ' homme seul ; par ce que l ' homme est l e
seul êt r e sur l a t er r e, qui pui sse juger
de cet t e dispensation , en r econnoî t r e l a fin ,
se l ' appr opr i er , et diriger ses act i ons
r él at i vement à cet t e f i n.
Cet t e di spensat i on particulière a donc dû
êt r e cal cul ée sur l a nature des facultés
de l ' homme, et sur l es différentes mani èr es dont
i l peut l es éxercer i ci - bas et juger des
choses.
C' est à l ' homme que l e maî t r e du monde
a voul u parler : i l a donc appr opr i é son
langage à l a nat ur e de cet êt r e que sa
bont é voul oi t i nst r ui r e. Le pl an de sa
sagesse ne compor t oi t pas qu' i l changeât l a
nat ur e de cet êt r e, et qu' i l l ui donnât
sur l a t er r e l es f acul t és de l ' ange. Mai s ;


- 206 -
p212

l a sagesse avoi t préordonné des moyens ,
qui sans f ai r e de l ' homme un ange, devoi ent
l ui donner une cer t i t ude raisonnable de ce
qu' i l l ui i mpor t oi t l e pl us de sçavoi r .
L' homme est enr i chi de di ver ses f acul t és
intellectuelles : l ' ensembl e de ces f acul t és
const i t ue ce qu' on nomme l a raison . Si
Di eu ne voul oi t pas forcer l ' homme à croire :
s' i l ne voul oi t que parler à sa raison ; i l
en aur a usé à l ' égar d de l ' homme, comme à l ' égar d
d' un êt r e intelligent . I l l ui aur a f ai t ent endr e
un langage appr opr i é à sa r ai son, et i l
aur a voul u qu' i l appl i quât sa r ai son à l a recherche
de ce l angage, comme à l a pl us bel l e r echer che
dont i l put j amai s s' occuper .
La nature de ce langage ét ant t el l e, qu' i l
ne pouvoi t s' adr esser directement à
chaqu' i ndi vi du de l ' humani t é, i l f al l oi t bi en que l e
l égi sl at eur l ' adapt ât aux moyens naturels
par l esquel s l a r ai son humai ne par vi ent à se
convai ncr e de l a certitude morale des
événemens passés , et à s' assur er de l ' ordre
ou de l ' espèce de ces événemens.
p213

Ces moyens naturels sont ceux que r enf er me
l e témoignage : mai s ; l e t émoi gnage suppose
t ouj our s des faits : l e langage du
l égi sl at eur a donc ét é un l angage de faits
et de certains f ai t s. Mai s ; l e t émoi gnage est
soumi s à des régles que l a r ai son ét abl i t , et
sur l esquel l es el l e juge : l e langage du
l égi sl at eur a donc ét é subor donné à ces régles .
Le fondement de l a croyance de l ' homme
sur sa destination future a donc ét é r édui t ai nsi
par l e sage aut eur de l ' homme à des
pr euves de fait , à des pr euves palpables et
à l a por t ée de l ' i nt el l i gence l a pl us bor née.
Par ce- que l e témoignage suppose des faits ,
i l suppose des sens qui apper çoi vent ces f ai t s,
et l es t r ansmet t ent à l ' ame sans altération .
Les sens supposent eux- mêmes un entendement
qui juge des f ai t s ; car l es sens pur ement
matériels ne jugent poi nt .
J e nomme f ai t s palpables ceux dont l e si mpl e
bon-sens peut juger ou à l ' égar d desquel s
p214

i l peut s' assur er f aci l ement qu' i l n' y a poi nt
de méprise .
Le bon-sens ou l e sens-commun ser a donc
ce degré d' i nt el l i gence qui suf f i t pour juger
de semblables f ai t s.
Mai s ; par ce que l es f ai t s l es pl us palpables
peuvent êt r e altérés ou déguisés par
l ' imposture ou par l ' intérêt , l e
t émoi gnage suppose encor e dans ceux qui rapportent


- 207 -
ces f ai t s une probité et un désintéressement
r econnus.
Et pui sque l a probabilité de quel que fait
que ce soi t , accroît par l e nombre des
déposans , l e t émoi gnage éxi ge encor e un nombre
de déposans t el , que l a r ai son l ' est i me
suffisant .
Enf i n ; par ce qu' un f ai t n' est j amai s mieux
connu , que l or s qu' i l est pl us circonstancié ;
et qu' un concert secr et ent r e l es déposans
n' est j amai s moi ns présumable , que l or sque
l es dépositions embr assent l es ci r const ances
essentielles du f ai t sans se ressembler dans
l a manière ni dans l es termes , l e
t émoi gnage veut des déposi t i ons circonstanciées,
convergentes ent r ' el l es,
p215

et variées néanmoi ns dans l a forme et
dans l es expressions .
S' i l se t r ouvoi t encor e, que certains f ai t s
qui me ser oi ent at t est és par di ver s témoins
oculaires , choquassent l eur s préjugés l es
pl us anci ens, l es pl us enr aci nés, l es pl us chér i s ;
j e ser oi s d' aut ant pl us assur é de l a fidélité
de l eur s dépositions , que j e ser oi s pl us cer t ai n
qu' i l s ét oi ent fortement i mbus de ces
préjugés . C' est qu' i l ar r i ve f aci l ement aux
hommes de cr oi r e légérement ce qui f avor i se l eur s
préjugés , et qu' i l s ne cr oyent que
di f f i ci l ement ce qui dét r ui t ces préjugés .
S' i l se r encont r oi t apr ès cel a, que ces mêmes
témoins r éüni ssent aux conditions l es pl us
essentielles du témoignage , des qualités
transcendantes , qu' on ne t r ouve poi nt dans
l es t émoi ns ordinaires ; si à un sens dr oi t
et à des moeur s i r r épr ochabl es, i l s j oi gnoi ent
des ver t us émi nent es, une bi enveui l l ance l a pl us
uni ver sel l e, l a pl us sout enue, l a pl us act i ve ;
si l eur s adver sai r es mêmes n' avoi ent j amai s
cont r edi t t out cel a ; si l a nat ur e obéï ssoi t à l a
voi x de ces témoins comme à cel l e de l eur
maî t r e ; si enf i n, i l s avoi ent per sévér é avec
p216

une const ance hér oï que dans l eur témoignage ,
et l ' avoi ent même scel l é de l eur sang ; i l me
par oî t r oi t que ce témoignage aur oi t t out e l a
force dont un t émoi gnage humain peut êt r e
suscept i bl e.
Si donc l es témoins que l ' envoyé aur oi t
choi si , r éüni ssoi ent dans l eur per sonne t ant de
condi t i ons ordinaires et extraordinaires , i l
me sembl er oi t , que j e ne pour r oi s r ej et t er l eur s
dépositions , sans choquer l a raison .
I ci j e me demande à moi - même, si un
t émoi gnage humain , quel que certain et
quel que parfait que j e veui l l e l e supposer , suf f i t
pour ét abl i r l a certitude ou au moi ns l a


- 208 -
probabilité de faits qui choquent eux- mêmes
l es loix ordinaires de l a nat ur e ?
J ' apper çoi s au pr emi er coup d' oei l , qu' un fait ,
que j e nomme miraculeux , n' en est pas moi ns
un f ai t sensible, palpable . J e r econnoi s même
qu' i l ét oi t dans l ' or dr e de l a sagesse, qu' i l f ût
très sensible, très palpable . Un par ei l fait
ét oi t donc du r essor t des sens : i l pouvoi t donc
êt r e l ' obj et du témoignage .
p217

J e voi s évi demment , qu' i l ne f aut que des
sens pour s' assur er si un cer t ai n homme est
vivant ; s' i l est tombé malade ; si sa
mal adi e augmente ; s' i l se meurt ; s' i l
est mort ; s' i l r end une odeur cadavéreuse .
J e voi s encor e, qu' i l ne f aut non pl us que des
sens , pour s' assur er si cet homme, qui
étoit mort , est ressuscité ; s' i l marche,
parle, mange, boit , et c.
Tous ces f ai t s si sensibles , si palpables ,
peuvent donc êt r e aussi bi en l ' obj et du
témoignage , que t out aut r e f ai t de physique
ou d' histoire .
Si donc l es témoins dont j e par l e, se bor nent
à m' at t est er ces faits , j e ne pour r ai r ej et t er
l eur s dépositions , sans choquer l es règles
du t émoi gnage, que j ' ai moi - même posées, et
que l a pl us sai ne logique pr escr i t .
Mai s ; si ces témoins ne se bor noi ent poi nt
à m' at t est er si mpl ement ces faits ; s' i l s
pr ét endoi ent m' at t est er encor e l a manière
secrete dont l e miracle a ét é opéré ;
s' i l s m' assur oi ent qu' i l a dépendu d' une
prédétermination physique ; l eur témoignage
sur ce poi nt de cosmologie me par oî t r oi t per dr e
beaucoup de sa f or ce.
p218

Pour quoi cel a ? C' est que cet t e prédétermination
que ces t émoi ns m' at t est er oi ent , n' ét ant
pas du ressort des sens , ne pour r oi t êt r e
l ' obj et direct de l eur témoignage . J e
cr oi s l ' avoi r pr ouvé dans l a par t i e xvi de cet écr i t .
Ces t émoi ns pour r oi ent , à l a vér i t é, m' at t est er
qu' el l e l eur a ét é révélée par l e l égi sl at eur
l ui - même : mai s ; af i n que j e pusse êt r e
moralement certain qu' i l s aur oi ent eu une
t el l e révélation , i l me f audr oi t t ouj our s des
miracles ; c' est - à- di r e, des f ai t s qui ne
r essor t i r oi ent poi nt du cours ordinaire de l a
nat ur e et qui t omber oi ent sous l es sens .
J e découvr e donc, qu' i l y a dans un miracle
deux choses essent i el l ement différentes ,
et que j e doi s soi gneusement di st i nguer ; l e
fait et l a manière du f ai t .
La pr emi èr e de ces choses a un rapport direct
aux facultés de l ' homme : l a seconde
n' est en rapport direct qu' avec l es facultés


- 209 -
de ces i nt el l i gences dont j e par l oi s dans l es
par t i es xi i et xi i i de cet écr i t , et qui connoi ssent
p219

l e secret de l ' oeconomi e de not r e monde.
Si t out ef oi s l es t émoi ns r appor t oi ent à l ' act i on
de Di eu, l es f ai t s extraordinaires qu' i l s
m' at t est er oi ent ; ce j ugement par t i cul i er des
t émoi ns, n' i nf i r mer oi t poi nt , à mes yeux,
l eur témoignage ; par ce qu' i l ser oi t f or t
nat ur el qu' i l s r appor t assent à l ' i nt er vent i on
immédiate de l a t out e pui ssance, des faits
dont l a cause prochaine et efficiente l eur
ser oi t voi l ée ou ne l eur aur oi t pas ét é r évél ée.
Mai s ; l a pr emi èr e condition du témoignage ,
est , sans dout e, que l es faits at t est és ne
soi ent pas physiquement impossibles ; j e veux
di r e, qu' i l s ne soi ent pas contraires aux
loix de la nature .
C' est l ' expérience qui nous découvr e ces
loix , et l e raisonnement en dédui t des
conséquences théorétiques et pratiques , dont
l a col l ect i on systêmatique const i t ue l a
science humaine .
Or , l ' expérience l a pl us const ant e de t ous
l es t ems et de t ous l es l i eux dépose cont r e l a
possibilité physique de l a résurrection
d' un mort .
p220

Cependant des témoins , que j e suppose l es
pl us di gnes de f oi , m' at t est ent qu' un mort est
ressuscité ; i l s sont unanimes dans l eur
déposition , et cet t e déposi t i on est t r ès
cl ai r e et t r ès circonstanciée .
Me voi l à donc pl acé ent r e deux témoignages
di r ect ement opposés , et si j e l es supposoi s
d' égale f or ce, j e demeur er oi s en équi l i br e, et
j e suspendr oi s mon j ugement .
J e ne l e suspendr oi s pas appar emment , si
l ' athéïsme , ét oi t démontré vr ai : l a
nat ur e n' aur oi t poi nt al or s de l égi sl at eur : el l e
ser oi t à el l e- même son pr opr e législateur , et
l ' expérience l a pl us const ant e de t ous l es
t ems et de t ous l es l i eux, ser oi t son mei l l eur
interprête .
Mai s ; s' i l est prouvé que l a nat ur e a un
l égi sl at eur , i l est prouvé par cel a même,
que ce l égi sl at eur peut en modifier l es
loix .
Si ces modifications sont des faits palpables ,
p221

el l es pour r ont êt r e l ' obj et direct du
témoignage .
Si ce témoignage r éüni t au pl us haut degr é
t out es l es conditions que l a r ai son éxi ge pour
l a validité de quel que t émoi gnage que ce soi t ;
si même i l en r éüni t que l a r ai son n' éxi ge pas


- 210 -
dans l es t émoi gnages ordinaires ; i l ser a, ce
me sembl e, moralement certain que l e
l égi sl at eur aur a parlé .
Cet t e certitude morale me par oî t r a accr oî t r e
si j e pui s découvr i r avec évi dence l e but
que l e l égi sl at eur s' est pr oposé en modifiant
ai nsi l es loix de la nature .
Mon scepticisme ne doi t pas en demeur er l à :
l es f ai t s que j e nomme miraculeux sont une
violation de l ' ordre physique :
l ' imposture est une violation de l ' ordre
moral , quand el l e a l i eu dans des témoins
qui par oi ssent r éüni r au pl us haut poi nt t out es l es
conditions essent i el l es au témoignage .
p222

Ser oi t - i l donc moins probable , que de pareils
t émoi ns at t est assent des f ai t s faux , qu' i l ne
l ' est qu' un mort soi t ressuscité ?
J e r appel l e i ci à mon espr i t , ce que j ' ai
exposé sur l ' ordre physique dans l a par t i e
pr écédent e. Si j ' ai r econnu assés cl ai r ement ,
que l es miracles ont pu r essor t i r d' une
prédétermination physique ; i l s ne ser ont pas
des violations de l ' or dr e physique ; mai s,
i l s ser ont des di spensat i ons particulières de
cet ordre , r enf er mées dans cet t e gr ande
chaîne , qui l i e l e passé au pr ésent ; l e
pr ésent , à l ' aveni r ; l ' aveni r , à l ' ét er ni t é.
I l n' en est donc pas de l ' ordre physique ,
pr éci sément comme de l ' ordre moral . Le
pr emi er t i ent aux modifications possibles des
corps : l e second t i ent aux modifications
possibles de l ' ame .
L' ensemble de certaines modi f i cat i ons de
l ' ame , const i t uë ce que j e nomme un
caractère moral .
L' espèce, l a mul t i pl i ci t é et l a var i ét é des
p223

actes par l esquel s un caractère moral se f ai t
connoî t r e à moi , f ondent l e jugement que j e
por t e de ce caractère .
Mon jugement appr ocher a donc d' aut ant pl us
de l a certitude , que j e connoî t r ai un plus
grand nombr e de ces actes et qu' i l s ser ont
plus divers .
Si ces actes ét oi ent mar qués au coi n de l a
pl us sol i de ver t u ; s' i l s conver geoi ent ver s un
but commun ; si ce but ét oi t l e pl us gr and
bonheur des hommes ; ce caractère moral me
par oî t r oi t émi nemment vertueux .
I l me par oî t donc, qu' i l est moins probable ,
qu' un t émoi n éminemment vertueux at t est e pour
vrai un f ai t extraordinaire qu' i l sçaur oi t
êt r e faux , qu' i l ne l ' est qu' un cor ps
subi sse une modification cont r ai r e au cours
ordinaire de l a nat ur e.


- 211 -
C' est que j e découvr e cl ai r ement une pr emi èr e cause
et un but de cet t e modification :
p224

c' est que j e ne découvr e aucune contradiction
ent r e cet t e modi f i cat i on et ce que j e nomme
l ' essence du cor ps : c' est que l oi n
de découvr i r aucune raison suffisante pour quoi
un t el témoin me tromperoit , j e découvr e,
au cont r ai r e, di ver s mot i f s t r ès pui ssans qui
pour r oi ent l ' engager à t ai r e l e fait , si
l ' amour de la vérité n' ét oi t chés l ui
prédominant .
Et si pl usi eur s témoins de cet ordre ,
concour ent à at t est er l e même f ai t mi r acul eux ;
s' i l s per sévèr ent constamment dans l eur s
dépositions ; si en y per sévér ant , i l s
s' exposent évidemment aux pl us gr andes cal ami t és
et à l a mor t même ; j e di r oi s, que l ' imposture
de par ei l s témoins ser oi t une violation de
l ' or dr e moral , que j e ne pour r oi s pr ésumer sans
choquer l es not i ons du sens-commun .
I l me sembl e que j e choquer oi s encor e ces
notions , si j e pr ésumoi s, que ces témoins se
sont eux- mêmes trompés : car j ' ai supposé qu' i l s
at t est oi ent un f ai t très-palpable , dont l es
sens pouvoi ent aussi bi en j uger que de t out aut r e
f ai t ; un fait enf i n, dont l es t émoi ns ét oi ent
f or t ement i nt ér essés à s' assur er .
p225

Une chose au moi ns que j e ne pui s cont est er ,
c' est que ce fait m' aur oi t par u i ndubi t abl e,
si j ' en avoi s ét é l e témoin . Cependant
i l ne m' en aur oi t pas par u moi ns opposé à
l ' expérience ou au cours ordinaire de l a
nat ur e. Or , ce que j ' aur oi s pu voir et palper
si j ' avoi s ét é dans l e t ems et dans l e l i eu
où l e f ai t s' est passé ; ni er ai - j e qu' i l aî t pu
êt r e vu et palpé , par des hommes qui
possédoi ent l es mêmes facultés que moi ?
I l me par oî t donc, que j e sui s raisonnablement
obl i gé de r econnoî t r e, que l a preuve que j e
t i r oi s de l ' ordre physique , ne sçaur oi t êt r e
opposée à cel l e que me f our ni t l ' ordre
moral : 1 par ce que ces preuves sont d' un
genr e très-différent , et que l a cer t i t ude
morale n' est pas l a cer t i t ude physique :
2 par ce que j e n' ai pas même i ci une cer t i t ude
physique que j e pui sse l égi t i mement opposer
à l a certitude morale ; pui sque j ' ai admi s que
l ' ordre physique ét oi t soumi s à une
i nt el l i gence qui a pu l e modifier dans un
r appor t di r ect à un
p226

certain but , et que j ' apper çoi s di st i nct ément
ce but .
Ai nsi , j e ne sçaur oi s t i r er en bonne l ogi que,


- 212 -
une concl usi on générale de l ' expér i ence
ou de l ' ordre physique cont r e l e
témoignage : cet t e conclusion s' ét endr oi t
au- del à des prémisses . J e pui s bi en t i r er cet t e
concl usi on particulière ; que suivant le
cours ordinaire de la nature les morts ne
ressuscitent point : mai s ; j e ne sçaur oi s
af f i r mer logiquement , qu' i l n' y a aucune
dispensation secr et e de l ' ordre physique ,
dont l a résurrection des mor t s pui sse résulter .
J e choquer oi s bi en pl us encor e l a sai ne l ogi que,
si j ' af f i r moi s en général , l ' impossibilité
de l a r ésur r ect i on des mor t s.
Au r est e ; quand i l ser oi t démontré , que l es
miracles ne peuvent r essor t i r que d' une act i on
immédiate de l a t out e pui ssance, i l s
n' en ser oi ent pas pl us une violation de l ' or dr e
physique . C' est que l e l égi sl at eur de l a
nat ur e ne viole poi nt ses loix l or squ' i l
l es suspend ou l es modifie . I l ne l e f ai t
pas
p227

même par une nouvelle volonté : son i nt el l i gence
découvr oi t d' un coup d' oei l , t out e
l a suite des choses, et l es miracles
ent r oi ent de t out e ét er ni t é dans cet t e suite ,
comme condition du plus grand bi en .
L' auteur anonyme de l' essai de psychol ogi e a
rendu ceci avec sa concision ordinaire, et l' on
auroit, sans doute, donné plus d' attention à
ses principes, s' ils avoient été publiés par
un écrivain plus connu et plus facile à entendre.
On n' aime pas les livres qu' il faut trop étudier.
" lors que le cour s de la nature, dit-il,
paroît tout à coup changé,... etc. "
p228

j' ai supposé, que les t émoi ns dont il s' agit,
ne pouvoient ni t r omper ni êt r e t r ompés .
La première supposition m' a paru fondée
principalement sur leur i nt égr i t é ; la
seconde, sur la pal pabi l i t é des faits.
La pr obabi l i t é de la premiére supposition,
me sembleroit accroître beaucoup, si les f ai t s
attestés étoient de nature à ne pouvoir être
crus par des hommes de bon-sens, si ces f ai t s
n' avoient été vr ai s .
Je conçois à merveille, qu' une f ausse doctrine
peut facilement s' accréditer. C' est à
l' ent endement à juger d' une doctrine, et
l' entendement n' est pas toujours pourvu des
notions qui peuvent ai der à di scer ner l e
faux en cer t ai ns genr es.
Mai s ; s' i l est quest i on de choses qui t ombent
p229

sous t ous l es sens, de choses de notoriété
publique , de choses qui se passent dans un


- 213 -
tems et dans un lieu f éconds en
cont r adi ct eur s ; si enf i n ces choses combat t ent
des préjugés nationaux , des pr éj ugés politiques
et religieux ; comment des imposteurs qui
n' aur ont pas t out à f ai t per du l e sens, pour r ont - i l s
se f l at t er un i nst ant d' accr édi t er de pareilles
choses ?
Au moi ns ne s' avi ser ont - i l s pas de voul oi r
per suader à l eur s compat r i ot es et à l eur s
cont empor ai ns, qu' un homme, connu de t out l e
monde, et qui est mor t en public , est
ressuscité ; qu' à l a mor t de cet homme, i l
y a eu, pendant pl usi eur s heur es, des ténèbres
sur t out l e pays, que l a t er r e a tremblé , et c.
Si ces imposteurs sont des gens sans lettres
et du pl us bas or dr e, i l s s' avi ser ont bi en moi ns
encor e de pr ét endr e parler des l angues
étrangères , et n' i r ont pas f ai r e à une
société ent i èr e et nombr euse l e r epr oche
absur de qu' el l e abuse de ce même don
extraordinaire , qu' el l e n' aur oi t pour t ant
poi nt r eçu.
J e ne sçai s si j e me t r ompe ; mai s, i l me
sembl e, que de pareils faits n' aur oi ent j amai s
p230

pu êt r e admi s, s' i l s avoi ent ét é faux . Ceci
me par oî t r oi t pl us improbable encor e, si ceux
qui f ai soi ent pr of essi on publique de cr oi r e ces
f ai t s et qui l es r épandoi ent , s' exposoi ent
vol ont ai r ement à t out ce que l es hommes r edout ent
l e pl us, et si néanmoi ns j e n' apper cevoi s
dans l eur s dépositions aucune t r ace de
fanatisme .
Enf i n ; l ' improbabilité de l a chose, me
sembl er oi t augment er bi en davant age, si l e
t émoi gnage public r endu à de pareils faits ,
avoi t pr odui t dans l e monde, une révolution
beaucoup pl us ét onnant e que cel l es que l es pl us
f ameux conquér ans y ont j amai s pr odui t .
Que l es témoins dont j e par l e, n' ayent
pu être trompés ; c' est ce qui m' a par u se
dédui r e l égi t i mement de l a palpabilité des
f ai t s. Comment pour r oi s- j e met t r e en dout e, si l es
sens suf f i sent pour s' assur er qu' un par al yt i que
marche , qu' un aveugl e voit , qu' un mor t
ressuscite , et c. ?
S' i l s' agi ssoi t , en par t i cul i er , de l a
résurrection d' un homme avec l equel l es
témoins
p231

eussent vécu f ami l i ér ement pendant pl usi eur s
années : si cet homme avoi t ét é condamné à
mor t par un j ugement souver ai n : s' i l avoi t
expi r é en publ i c par un suppl i ce t r ès doul our eux :
si ce suppl i ce avoi t l ai ssé sur son cor ps
des cicatrices : si apr ès sa résurrection cet
homme s' ét oi t mont r é pl usi eur s f oi s à ces mêmes


- 214 -
témoins : s' i l s avoi ent conver sé et mangé
pl us d' une f oi s avec l ui : s' i l s avoi ent r econnu
ou vi si t é ses cicatrices : si enf i n i l s avoi ent
f or t ement douté de cet t e résurrection : s' i l s
ne s' ét oi ent r endus qu' aux t émoi gnages r éï t ér és et
r éüni s de l eur s yeux , de l eur s oreilles , de
l eur toucher : si , di s- j e, t ous ces faits
ét oi ent supposés vr ai s, j e n' i magi ner oi s poi nt
comment l es témoins aur oi ent pu être trompés .
Mai s ; si encor e l es miracles at t est és
f or moi ent , comme j e l e di soi s, une chaîne
cont i nue, dont t ous l es anneaux f ussent
ét r oi t ement l i és l es uns aux aut r es ; si ces
miracles composoi ent , pour ai nsi di r e, un
discours sui vi , dont t out es l es par t i es f ussent
dépendantes l es unes des aut r es, et
s' ét ayassent l es unes l es aut r es ; si l e don
de par l er des l angues étrangères supposoi t
nécessai r ement l a
p232

résurrection d' un certain homme et son
ascension dans l e ci el ; si l es miracles
que cet homme aur oi t pr ét endu f ai r e avant sa mor t ,
et qui me ser oi ent at t est és par l es t émoi ns
oculaires t enoi ent i ndi ssol ubl ement à ceux- l à ;
si ces mi r acl es ét oi ent t r ès nombreux et t r ès
diversifiés ; s' i l s avoi ent ét é opér és pendant
plusieurs années ; si , di s- j e, t out cel a ét oi t
vr ai , comme j e l e suppose, i l me ser oi t i mpossi bl e
de compr endr e que l es témoins dont i l s' agi t ,
eussent pu être trompés sur t ant de f ai t s si
palpables , si si mpl es, si di ver s.
I l me sembl e au moi ns, que s' i l avoi t ét é
possible qu' i l s se f ussent trompés sur
quel ques- uns de ces f ai t s extraordinaires , i l
aur oi t ét é physiquement i mpossi bl e, qu' i l s
se f ussent t r ompés sur tous .
Comment concevr oi s- j e sur - t out , que ces
témoins pussent s' être trompés sur l es
miracles ni moi ns nombr eux ni moi ns di ver s,
que j e suppose qu' i l s cr oyoi ent opér er
eux-mêmes ?
J e ne me j et t er ai pas i ci dans des di scussi ons
de l a pl us subt i l e métaphysique sur l a
p233

réalité des obj et s de nos sensat i ons, sur l es
illusions des sens, sur l ' éxistence des
cor ps. Ces subt i l i t és mét aphysi ques n' ent r er oi ent
pas essent i el l ement dans l ' examen de mon suj et .
J e n' ai poi nt r ef usé de l es di scut er dans pl usi eur s
de mes écr i t s pr écédens, et j ' ai di t l à- dessus t out
ce que l a mei l l eur e phi l osophi e m' avoi t ensei gné.
J e sçai s aussi bi en que per sonne, que l es
objets de nos sensat i ons ne sçaur oi ent êt r e en
eux-mêmes ce qu' i l s nous paroîssent êt r e.
J e voi s des objets que j e nomme matériels :
j e dédui s des pr opr i ét és essentielles de ces


- 215 -
obj et s, l a not i on générale de l a matiére .
" j e n' af f i r mer ai pas, di soi s- j e dans l a pr éf ace
de mon essai analytique , que l es at t r i but s,
par l esquel s l a mat i èr e m' est connuë, soi ent
en ef f et ce qu' i l s me par oi ssent êt r e. C' est
mon ame qui l es apper çoi t : i l s ont donc
du r appor t avec l a mani èr e dont mon ame
apper çoi t : i l s peuvent donc n' êt r e pas pr éci sément
ce qu' i l s me par oi ssent êt r e. Mai s ;
assur ément , ce qu' i l s me par oi ssent êt r e,
r ésul t e nécessai r ement de ce qu' i l s sont en
p234

eux- mêmes, et de ce que j e sui s par r appor t
à eux. Comme donc j e pui s af f i r mer du
cer cl e l ' égal i t é de ses r ayons, j e pui s af f i r mer
de l a mat i èr e qu' el l e est ét endue et sol i de ;
ou pour par l er pl us éxact ement , qu' i l
est hor s de moi quel que chose qui me donne
l ' i dée de l ' ét enduë sol i de. Les at t r i but s
à moi connus de l a mat i èr e sont donc des
ef f et s ; j ' obser ve ces ef f et s, et j ' en i gnor e
l es causes. I l peut y avoi r bi en d' aut r es
ef f et s dont j e ne soupçonne pas l e moi ns
du monde l ' éxi st ence ; un aveugl e soupçonne- t - i l
l ' usage d' un pr i sme ? Mai s, j e sui s au
moi ns t r ès assur é que ces ef f et s qui me sont
i nconnus, ne sont poi nt opposés à ceux que
j e connoi s. "
j ' ai assés f ai t ent r evoi r dans l a par t i e xi i i
de cet t e palingénésie , que l es obj et s
matériels ne sont aux yeux d' une phi l osophi e
transcendante , que de pur s phénomènes , de
si mpl es apparences , f ondées, en par t i e, sur not r e
mani èr e de voir et de concevoir : mai s ;
ces phénomènes n' en sont pas moi ns réels ,
moi ns permanens , moi ns invariables . I l s
n' en r ésul t ent
p235

pas moi ns des loix immuables de not r e êt r e.
I l s n' en f our ni ssent donc pas un fondement
moi ns sol i de à nos r ai sonnemens.
Ai nsi , par ce que l es objets de nos sensat i ons
ne sont poi nt en eux-mêmes ce qu' i l s nous
paroissent êt r e, i l ne s' ensui t poi nt du
t out , que nous ne pui ssi ons pas r ai sonner sur
ces obj et s comme s' i l s ét oi ent réellement ce
qu' i l s nous semblent êt r e. I l doi t nous suf f i r e
que l es apparences ne changent j amai s.
J e pour r oi s di r e beaucoup pl us : quand l e
pur idéalisme ser oi t r i gour eusement démont r é ;
r i en ne changer oi t encor e dans l ' ordre de nos
i dées sensibles et dans l es jugemens que
nous por t ons sur ces i dées. L' univers , devenu
pur ement idéal , n' en éxisteroit pas
moi ns pour chaqu' ame individuelle : i l
n' of f r i r oi t pas moi ns à chaqu' ame, l es mêmes choses,
l es mêmes combi nai sons et l es mêmes successi ons


- 216 -
de choses, que nous cont empl ons à pr ésent . On
n' i gnor e pas, que l e pi eux et sçavant pr él at ,
qui s' ét oi t décl ar é si ouver t ement et si
vi vement l e déf enseur de ce syst ême si ngul i er ,
sout enoi t , qu' i l ét oi t de t ous l es syst êmes l e
p236

pl us f avor abl e à cet t e r el i gi on, à l aquel l e
i l avoi t consacr é ses t r avaux et ses bi ens.
Si donc j e pr ét endoi s, que not r e i gnor ance
sur l a nat ur e particulière des obj et s de
nos sensat i ons, pût i nf i r mer l e témoignage r endu
aux f ai t s miraculeux ; i l f audr oi t nécessai r ement
me r ésoudr e à douter de tous l es faits
de l a physique , de l ' histoire naturelle , et
en génér al , de t ous l es f ai t s historiques . Un
pirrhonisme si uni ver sel ser oi t - i l bi en
conf or me à l a raison ? J e devr oi s di r e seul ement ,
au sens commun .
J e ne di r ai r i en des illusions des sens ;
par ce que j ' ai supposé, que l es f ai t s miraculeux
ét oi ent palpables , nombr eux, di ver s ; t el s, en
un mot , que l eur certitude ne pouvoi t êt r e
dout euse. I l ser oi t d' ai l l eur s f or t peu r ai sonnabl e,
que j ' ar gument asse des illusions des sens ,
l or s qu' i l s' agi t de faits , qui ont pu êt r e
éxami nés par plusieurs sens, et que j e suppose
l ' avoi r ét é en ef f et .
Mai s ; n' ai - j e poi nt t r op donné au témoignage ?
p237

Ne s' est - i l poi nt gl i ssé d' er r eur dans
mes r ai sonnemens ? Ai - j e assés douté ?
J e ne sui s assur é de l a véracité des hommes,
que par l a connoissance que j ' ai des
hommes : cet t e connoi ssance r epose el l e- même
sur l ' expérience , et c' est l ' expérience
el l e- même qui dépose cont r e l a possi bi l i t é
physique des miracles .
Voi l à donc l ' expér i ence en conf l i ct avec
l ' expér i ence : comment déci der ent r e deux
expér i ences si opposées ?
J ' apper çoi s i ci des di st i nct i ons qui nai ssent
du f ond du suj et , et que j e veux essayer de
me dével opper un peu à moi - même.
Pr éci sément par ce que j e ne pouvoi s coéxi st er à
t ous l es t ems et à t ous l es l i eux,
mon expér i ence personnelle est nécessai r ement
t r ès r esser r ée, et i l en est de même de cel l e
de mes semblables .
Tout e expérience que j e n' ai pu f ai r e
moi - même, ne sçaur oi t donc m' êt r e connue que
par l e témoignage .
p238

Quand j e di s, que l ' expérience de t ous l es
t ems et de t ous l es l i eux dépose, que les
morts ne ressuscitent point ; j e ne di s aut r e
chose si non, que l e témoignage de t ous l es


- 217 -
t ems et de t ous l es l i eux at t est e, que les
morts ne ressuscitent point .
Si donc i l se t r ouve des témoignages , que
j e suppose très valides , qui at t est ent , que
des morts sont ressuscités, i l y aur a conflict
ent r e l es témoignages .
J e di s, que ces témoignages ne ser ont poi nt
pr opr ement contradictoires : c' est que l es
témoignages qui at t est ent que l es mor t s ne
ressuscitent point ; n' at t est ent pas, qu' i l
est impossible que l es mor t s ressuscitent .
Les témoignages qui par oi ssent i ci en opposi t i on,
sont donc si mpl ement différens .
Or , si l es témoins qui at t est ent , que des
mor t s sont ressuscités , ont t out es l es qual i t és
r equi ses pour mér i t er mon assentiment , j e ne
pour r ai r ai sonnabl ement l e l eur r ef user :
1 par ce que l es témoignages différens ne
p239

peuvent pr ouver l ' i mpossi bi l i t é de cet t e
résurrection :
2 par ce que j e n' ai aucune preuve que
l ' ordre physique ne r enf er me poi nt des
dispensations secretes , dont cet t e
résurrection ai t pu résulter :
3 par ce qu' en même t ems que l es témoins
m' at t est ent cet t e résurrection , j e découvr e
évi demment l e but moral du miracle .
Ai nsi , i l n' y a poi nt pr opr ement de contradiction
ent r e l es expériences ; mai s, i l y a
diversité ent r e l es témoignages .
C' est bi en l ' expérience qui me f ai t connoî t r e
l ' ordre physique : c' est bi en encor e
l ' expérience , qui me f ai t connoî t r e l ' ordre
moral : mai s ces deux expériences ne sont
pas pr éci sément du même genre , et ne sçaur oi ent
êt r e balancées l ' une par l ' aut r e.
J e pui s dédui r e l égi t i mement de l ' expér i ence du
premier genre , que sui vant l e cours ordinaire
de l a nat ur e, l es mor t s ne ressuscitent point :
mai s ; j e ne pui s en dédui r e l égi t i mement ,
p240

qu' i l est physiquement impossible que l es
mor t s ressuscitent .
J e pui s dédui r e l égi t i mement de l ' expér i ence
du second genre , que des hommes, qui
possédent l es mêmes facultés que moi , ont pu
voir et palper des choses , que j ' aur oi s
vues et palpées moi - même, si j ' avoi s
ét é pl acé dans l e même tems et dans l e
même lieu .
J e pui s dédui r e encor e de cet t e sor t e d' expérience ,
que ces hommes ont vu et palpé ces choses
si j ' ai des pr euves mor al es suffisantes de l a
validité de l eur témoignage .
L' i ndi en qui décide qu' i l est physi quement
impossible que l ' eau devi enne un corps


- 218 -
dur , n' est pas logicien : sa conclusion
va pl us l oi n que ses prémisses . I l devr oi t se
bor ner à di r e, qu' i l n' a j amai s vu, et qu' on n' a
j amai s vu l ' eau deveni r dans son pays un
corps dur . Et par ce que cet i ndi en n' aur oi t j amai s
vu cel a, et qu' i l ser oi t t r ès sûr que ses
compat r i ot es ne l ' aur oi ent j amai s vu ; i l ser oi t t r ès
j ust e, qu' i l se r endi t f or t di f f i ci l e sur l es
témoignages qui l ui ser oi ent r endus de ce fait .
p241

Si j e ne devoi s par t i r en physi que que des
seuls f ai t s connus , i l aur oi t f al l u que
j ' eusse r ej et t é, sans éxamen, l es mer vei l l es
de l ' électricité , l es pr odi ges des polypes ,
et une mul t i t ude d' aut r es f ai t s de même genr e : car
quel l e analogie pouvoi s- j e découvr i r ent r e ces
prodiges et ce qui m' ét oi t connu .
J e l es ai cr u néanmoi ns, ces prodiges :
1 par ce que l es témoignages m' ont par u
suffisans : 2 par ce qu' en bonne logique ,
mon i gnor ance des secr et s de l a nat ur e ne pouvoi t
êt r e un t i t r e suffisant à opposer à des
t émoi gnages valides .
Mai s ; comme i l f aut un pl us gr and nombr e
de preuves morales pour r endr e probable un
f ai t miraculeux , que pour r endr e probable
un prodige de physique ; j e cr oi s découvr i r
aussi dans l es témoignages qui déposent en
f aveur des f ai t s miraculeux , des caractères
pr opor t i onnés à l a nature de ces faits .
J ' ai i ndi qué dans l a par t i e xvi i , ce qui
m' a par u différencier l e miracle du
prodige . J e n' ai pas nommé l es miracles des
f ai t s surnaturels ; j ' avoi s assés ent r evu
qu' i l s pouvoient
p242

ressortir d' un ar r angement préétabli : j e
l es ai donc nommés si mpl ement des f ai t s
extraordinaires , par opposi t i on aux faits
r enf er més dans l e cour s ordinaire de l a nat ur e.
Af i n donc qu' i l y eût i ci une cont r adi ct i on
réelle ent r e l es témoignages , i l f audr oi t
que ces témoins qui m' at t est ent l a
résurrection d' un mor t , m' at t est assent , en même
t ems, qu' el l e s' est opér ée sui vant l e cour s
ordinaire de l a nat ur e. Or , j e sçai s t r ès bi en,
que l oi n d' at t est er cel a, i l s ont t ouj our s r appor t é
l e miracle à l ' intervention de l a
t out e pui ssance.
Ai nsi , j e ne pui s ar gument er logiquement de
l ' uniformité du cour s de l a nat ur e, cont r e l e
témoignage qui at t est e que cet t e uniformité
n' est pas constante . Car , encor e une f oi s,
l ' expérience qui at t est e l ' uniformité du
cour s de l a nat ur e, ne pr ouve poi nt du t out que
ce cours ne pui sse êt r e changé ou modifié .


- 219 -
J e r econnoi s donc de pl us en pl us, que j e
ne doi s pas conf ondr e l a certitude morale avec
p243

l a certitude physique . Cel l e- ci peut êt r e r amenée
à un calcul éxact , l or s que t ous l es
cas possibles sont connus , comme dans l es
jeux de hazard , et c. Ou à des
approximations , l or sque t ous l es cas possibles
ne sont pas connus ou que l es expériences
n' ont pas ét é assés multipliées , comme dans
l es choses qui concer nent l a durée et l es
accidens de l a vi e humaine , et c.
Mai s ; l es choses qu' on nomme morales ne
sçaur oi ent êt r e r amenées au calcul . I ci l e
nombr e des inconnues est t r op gr and
pr opor t i onnel l ement au nombr e des connues . Le
moral est f ondu avec l e physique dans l a
composition de l ' homme : de l à naî t une beaucoup
pl us gr ande compl i cat i on. L' homme est de
t ous l es êt r es t er r est r es l e pl us compl i qué.
Comment donc donner l ' expression algébrique
d' un caractère moral ! Connoi t - on assés
l ' ame ? Connoi t - on assés l e corps ?
Connoi t - on l e myst èr e de l eur union ? Peut - on
évaluer avec quel que pr éci si on l es effets
di ver s de t ant de circonstances qui agi ssent
sans cesse sur cet êt r e si composé ? Peut - on. . .
mai s, i l vaut mi eux que j e pr i e mon l ect eur de r el i r e
ce que j ' ai di t de l ' imperfection de not r e
morale , dans l a par t i e xi i i de cet t e
palingénésie .
p244

Concl ur ai - j e néanmoi ns de t out cel a, qu' i l n' y
a poi nt de certitude morale ? Par ce que j ' i gnor e
l e secret de l a composi t i on de l ' homme, en
dédui r ai - j e, que j e ne connoi s r i en du t out de
l ' homme ? Par ce que j e ne sçai s poi nt
comment l ' ébr anl ement de quel ques fibres
du cer veau est accompagné de certaines idées ,
ni er ai - j e l ' éxistence de ces i dées ? Ce ser oi t
ni er l ' éxi st ence de mes propres i dées : par ce
que j e ne vois poi nt ces f i br es i nf i ni ment
dél i ées, dont l es j eux di ver s i nf l uent sur
l ' éxercice de l ' ent endement et de l a vol ont é,
met t r ai - j e en dout e, s' i l est un entendement
et une volonté ? Ce ser oi t dout er si j ' ai un
entendement et une volonté , et c. Et c.
J e connoi s t r ès bi en cer t ai ns résultats
génér aux de l a constitution de l ' homme, et j e
voi s cl ai r ement que c' est sur ces r ésul t at s que
l a certitude morale est f ondée. J e sçai s assés
ce que l es sens peuvent ou ne peuvent pas en
mat i èr e de faits , pour êt r e t r ès sûr que
certains f ai t s ont pu êt r e vus et palpés .
J e connoi s assés l es facultés et l es
affections de l ' homme, pour êt r e moralement


- 220 -
cer t ai n que dans t el l es ou t el l es circonstances
données, des témoins aur ont at t est é l a vérité .
p245

J e sui s même f or cé d' avouer , que si j e r ef usoi s
d' adhér er à ces pr i nci pes, j e r enoncer oi s aux
maximes l es pl us communes de l a
r ai son, et j e m' él éver oi s cont r e l ' or dr e civil
de t ous l es si écl es et de t out es l es nat i ons.
Si donc j e cher che l a vér i t é de bonne f oi ,
j e ne subt i l i ser ai poi nt une quest i on assés
si mpl e et de l a pl us haut e i mpor t ance : j e
t âcher ai de l a r amener à ses vér i t abl es t er mes :
j e convi endr ai que l e témoignage peut pr ouver
l es miracles ; mai s, j ' éxami ner ai , avec soi n,
si ce témoignage r éüni t des conditions t el l es
qu' el l es suf f i sent pour ét abl i r de pareils
faits ou du moi ns pour l es r endr e t r ès pr obabl es.
J ' ai f ai t ent r er dans l es caractéristiques des
miracles une condi t i on qui m' a par u
essentielle ; c' est qu' i l s soi ent t ouj our s
accompagnés de circonstances pr opr es par
el l es- mêmes à en dét er mi ner évi demment l e but .
Ces circonstances peuvent êt r e f or t
étrangères à l a cause secr et e et efficiente
du mi r acl e.
p246

Quel ques mots qu' un homme pr of èr e à haut e
voi x, ne sont pas l a cause efficiente de l a
résurrection d' un mor t : mai s ; si l a nat ur e
obéï t à l ' i nst ant à cet t e voi x, i l ser a vr ai
que l e maî t r e de l a nat ur e aur a parlé .
I l sui t donc des pr i nci pes que j ' ai cher ché
à me f ai r e sur l es miracles , qu' i l s se ser oi ent
opér és, l or s- même qu' i l n' y aur oi t eu ni envoyé
ni témoins qui par ussent commander à
l a nature . Les miracles t enoi ent , dans mes
pr i nci pes, à cet enchaînement universel , qui
prédétermine l e tems et l a manière de
l ' appar i t i on des choses.
J e conçoi s qu' i l peut en êt r e i ci des miracles ,
comme de l ' harmonie préétablie . Le corps ,
sépar é de l ' ame , éxécut er oi t l es mêmes
mouvemens, et l a même sui t e de mouvemens,
que nous l ui voyons éxécut er dans l e syst ême
de l ' union .
Mai s ; s' i l n' y avoi t eu ni envoyé ni
témoins qui interprêtassent aux hommes cet t e
di spensat i on extraordinaire et en dével oppassent
p247

l e but , el l e ser oi t demeur ée st ér i l e et n' aur oi t
ét é qu' un obj et de pur e cur i osi t é et de vai nes
spécul at i ons.
Les miracles aur oi ent pu par oî t r e al or s
r ent r er dans l e cour s ordinaire de l a nat ur e ou
dépendr e de quel ques ci r const ances t r ès r ar es et c.
I l s n' aur oi ent pl us ét é que de si mpl es


- 221 -
prodiges , sur l esquel s l es sçavans aur oi ent
enf ant é bi en des syst êmes, et que l es i gnor ans
aur oi ent at t r i bués à quel que pui ssance i nvi si bl e, et c.
Pl usi eur s de ces miracles n' aur oi ent pu même
s' opér er , par ce que l eur éxécut i on t enoi t à
des ci r const ances extérieures qui devoi ent êt r e
pr épar ées par l ' envoyé ou par ses mi ni st r es.
Mai s ; dans l e pl an de l a sagesse t out
ét oi t enchaî né et harmonique . Les miracles
ét oi ent en r appor t avec un cer t ai n poi nt de l a
dur ée et de l ' espace : l eur appar i t i on ét oi t
l i ée à cel l e de ces per sonnages, qui devoi ent
si gni f i er à l a nat ur e l es or dr es du l égi sl at eur ,
et aux hommes l es dessei ns de sa bont é.
p248

Ce ser oi t donc pr i nci pal ement i ci , que j e
cher cher oi s ce parallélisme de l a nature et
de l a grace , si pr opr e à annoncer aux êt r es
pensans cet t e supr ême i nt el l i gence qui
a t out pr éor donné par un seul act e.
Si l ' envoyé et ses mi ni st r es ont prié pour
obt eni r des guér i sons extraordinaires ou d' aut r es
événemens miraculeux , l eur s priéres ent r oi ent ,
comme t out l e r est e, dans l a grande chaîne :
el l es avoi ent ét é prévues de t out e ét er ni t é par
cel ui qui t i ent l a chaîne dans sa mai n, et
i l avoi t coordonné l es causes de t el ou t el
miracles à t el l es ou t el l es priéres .
I l me r est e un dout e sur l e témoignage ,
qui mér i t e de m' occuper quel ques momens.
J ' ai admi s, au moi ns comme t r ès pr obabl e,
que ces témoins qui m' at t est ent des f ai t s
miraculeux , n' avoi ent ét é ni trompeurs ni
trompés : mai s ; ser oi t - i l moralement
impossible qu' i l s eussent
p249

ét é des imposteurs d' une espèce t r ès nouvel l e
et d' un or dr e f or t r el evé ? J e m' expl i que.
J e suppose des hommes pl ei ns de l ' amour
l e pl us ar dent pour l e genr e- humai n, et qui
connoi ssant l a beauté et l ' utilité d' une
doct r i ne, qu' i l s aur oi ent dési r é passi onnément
d' accr édi t er , aur oi ent t r ès bi en compr i s que des
miracles ét oi ent absol ument nécessai r es à l eur
but . J e suppose, que ces hommes aur oi ent , en
conséquence, f ei nt des miracles et se
ser oi ent pr odui t s ai nsi comme des envoyés du
t r ès- haut . J e suppose enf i n, qu' i nspi r és et
sout enus par un genr e d' héroïsme si nouveau,
i l s se ser oi ent dévoués vol ont ai r ement aux
souf f r ances et à l a mor t pour sout eni r une
imposture , qu' i l s aur oi ent j ugée si ut i l e au
bonheur du genr e- humai n.
Voi l à déj à un gr and ent assement de suppositions ,
t out es t r ès si ngul i èr es. Là- dessus, j e me
demande d' abor d à moi - même ; si un par ei l
héroïsme est bi en dans l ' analogie de


- 222 -
l ' ordre moral ? J e doi s évi t er sur - t out de
choquer l e sens-commun .
Des hommes si mpl es et i l l et t r és, i nvent er ont - i l s
p250

une sembl abl e doctrine ? For mer ont - i l s
un t el projet ? Le met t r ont - i l s en éxécut i on ?
Le consommer ont - i l s ?
Des hommes qui f ont pr of essi on de coeur
et d' espr i t de cr oi r e une vi e à veni r , et un
di eu vengeur de l ' imposture , espér er ont - i l s
d' al l er à l a f él i ci t é par l a r out e de
l ' imposture ?
Des hommes qui , l oi n d' êt r e assur és que
Di eu appr ouver a l eur i mpost ur e, ont au cont r ai r e,
des r ai sons t r ès f or t es de cr ai ndr e qu' i l
ne l a condamne, s' exposer ont - i l s aux pl us
gr andes cal ami t és, aux pl us gr ands pér i l s, à
l a mor t , pour déf endr e et pr opager cet t e
imposture ?
Des hommes qui aspi r ent au gl or i eux t i t r e
de bi enf ai ct eur s du genr e- humai n, exposer ont - i l s
l eur s sembl abl es aux pl us cr uel l es épr euves,
sans avoi r aucune cer t i t ude des dédommagemens
qu' i l s l eur pr omet t ent ?
Des hommes qui se r éüni ssent pour éxécut er un
projet si ét r ange, si composé, si danger eux,
ser ont - i l s bi en sûr s l es uns des aut r es ?
p251

Se f l at t er ont - i l s de n' êt r e j amai s t r ahi s ? Ne l e
ser ont - i l s j amai s en ef f et ?
Des hommes qui n' ent r epr ennent pas seul ement
de per suader à l eur s cont empor ai ns l a
vér i t é et l ' ut i l i t é d' une certaine doct r i ne ;
mai s, qui ent r epr ennent encor e de l eur
per suader l a r éal i t é de faits i ncr oyabl es de l eur
nat ur e, de f ai t s publ i cs, nombr eux, di ver s,
ci r const anci és, r écens, espér er ont - i l s d' obt eni r
l a moi ndr e cr éance, si t ous ces f ai t s sont de
pur es i nvent i ons ? Pour r ont - i l s se f l at t er
r ai sonnabl ement de n' êt r e j amai s conf ondus ? Ne
l e ser ont - i l s en ef f et j amai s ?
Des hommes. . . j e sui s accabl é sous l e poi ds des
obj ect i ons, et j e sui s f or cé d' abandonner des
suppositions qui choquent si f or t ement t out es l es
not i ons du sens-commun . à pei ne pour r oi s- j e
concevoi r , qu' un héroïsme si si ngul i er eût
pu se gl i sser dans une seul e t êt e : comment
concevr oi s- j e qu' i l se f ût empar é de
pl usi eur s t êt es et qu' i l eût agi dans
t out es avec l a même f or ce, l a même const ance,
l a même uni t é ?
Et ce qui me par oî t si i mpr obabl e à l ' égar d
p252

de ce genr e d' héroïsme , ne me l e par oî t r oi t
pas moi ns, quand i l ne s' agi r oi t que de l ' amour
de l a gloire ou de l a renommée .


- 223 -
Si des consi dér at i ons sol i des m' ont convai ncu
qu' i l est un ordre moral ; si l es jugemens
que j e por t e des hommes , r eposent
essent i el l ement sur cet ordre moral ; j e ne
sçaur oi s r ai sonnabl ement admet t r e des
suppositions , qui n' ont aucune analogie avec
cet ordre , et qui me par oi ssent même l ui êt r e
di r ect ement opposées .
I ci un dout e en engendr e pr ompt ement un aut r e.
Le suj et que j e mani e, est aussi composé
qu' i mpor t ant . I l pr ésent e une mul t i t ude
de f aces : j e ne pouvoi s ent r epr endr e de l es
consi dér er t out es : j ' aur ai au moi ns f i xé l es
pr i nci pal es.
Les annal es r el i gi euses de pr esque t ous l es
peupl es sont pl ei nes d' appar i t i ons, de
mi r acl es, de pr odi ges, et c. I l n' est pr esqu' aucune
opi ni on r el i gi euse, qui ne pr odui se en
sa f aveur des miracles , et même des martyrs .
p253

L' espr i t - humai n se pl ai t au merveilleux : i l
a une sor t e de goût i nné pour t out ce qui est
ext r aor di nai r e ou nouveau : on l e f r appe t ouj our s
en l ui r acont ant des pr odi ges : i l l eur
pr êt e au moi ns une or ei l l e at t ent i ve, et i l
l es cr oi t souvent sans éxamen. I l sembl e
même n' êt r e pas t r op f ai t pour douter : i l ai me
pl us à croire : l e dout e philosophique
suppose des ef f or t s qui , pour l ' or di nai r e, l ui
coût ent t r op.
Ces di sposi t i ons nat ur el l es de l ' espr i t humai n
sont t r ès pr opr es à accr oî t r e l a déf i ance
d' un phi l osophe sur t out ce qui a l ' ai r de
miracle , et doi vent l ' engager à se r endr e t r ès
di f f i ci l e sur l es preuves qu' on l ui pr odui t
en ce genr e.
Mai s ; l es vi si ons de l ' alchymie por t er ont - el l es
un phi l osophe à r ej et t er l es vér i t és de l a
chymie ? Par ce que quant i t é de l i vr es de
physi que et d' hi st oi r e f our mi l l ent d' obser vat i ons
t r ompeuses et de f ai t s cont r ouvés ou hazar dés,
un phi l osophe, qui sçaur a dout er , en t i r er a- t - i l
une concl usi on générale cont r e t ous l es
l i vr es de physique et d' histoire ?
ét endr a- t - i l sa conclusion i ndi st i nct ement à
toutes l es obser vat i ons, à tous l es f ai t s ?
p254

Si beaucoup d' opi ni ons r él i gi euses ont empr unt é
l ' appui des miracles , cel a même me
par oî t r oi t pr ouver , que dans t ous l es t ems et
dans t ous l es l i eux, l es miracles ont ét é
r egar dés comme l e langage l e pl us expr essi f que
l a di vi ni t é pût adr esser aux hommes, et
comme l e sceau l e pl us caractéristique qu' el l e
pût apposer à l a mission de ses envoyés.
J e descends ensui t e dans l e dét ai l : j e compar e
l es faits aux faits , l es miracles aux


- 224 -
miracles : j ' oppose l es témoignages aux
témoignages ; et j e sui s f r appé d' ét onnement à l a
vuë de l ' énor me di f f ér ence que j e découvr e ent r e
l es miracles que m' at t est ent l es témoins
dont j ' ai par l é, et l es faits qu' on me pr odui t
en f aveur de cer t ai nes opi ni ons r el i gi euses.
Les pr emi er s me par oi ssent si supér i eur s soi t à
l ' égar d de l ' espèce, du nombr e, de l a di ver si t é,
de l ' enchaî nement , de l a dur ée, de l a publ i ci t é,
de l ' ut i l i t é di r ect e ou par t i cul i ér e ;
soi t sur - t out à l ' égar d de l ' importance du but
génér al , de l a grandeur des sui t es, de l a
p255

force des témoignages ; que j e ne pui s
r ai sonnabl ement ne l es pas admet t r e au moi ns
comme t r ès pr obabl es ; t andi s que j e ne pui s pas
r ai sonnabl ement ne poi nt r ej et t er l es aut r es
comme des inventions aussi r i di cul es en
el l es- mêmes, qu' i ndi gnes de l a sagesse et de l a
maj est é du maî t r e du monde.
Hési t er ai - j e donc à pr ononcer ent r e l es
pr est i ges, l es t our s d' adr esse d' un Al exandr e
du Pont ou d' un Apol l oni us de Thyane et l es
mi r acl es qui me sont at t est és par l es témoins
dont i l s' agi t ? Demeur er ai - j e en suspens ent r e
l ' aut or i t é d' un Phi l ost r at e et cel l e de ces
t émoi ns ? Péser ai - j e dans l a même bal ance l a
f abl e et l ' hi st oi r e ?
Si un hi st or i en d' un gr and poi ds me r appor t e qu' un
emper eur r omai n a r endu l a vuë
p256

à un aveugl e et guér i un boi t eux ; j ' éxami ner ai
si cet hi st or i en, que j e sçai s t r ès bi en
n' êt r e poi nt cr édul e, se donne pour l e témoin
oculaire de ces f ai t s. Si j e l i s dans ses
annales , qu' i l ne l es r appor t e que comme un
bruit populaire : s' i l i nsi nue l ui - même assés
cl ai r ement que c' ét oi t l à une pet i t e i nvent i on
dest i née à f avor i ser l a cause de l ' emper eur :
s' i l par l e de cet t e i nvent i on comme d' une
f l at t er i e ; j e ne pour r ai i nf ér er du r eci t de cet
hi st or i en, que l a réalité d' un bruit
populaire .
Si dans l e si ècl e l e pl us écl ai r é qui f ut j amai s
et dans l a capi t al e d' un gr and r oyaume,
on a pr ét endu que des miracles s' opér oi ent par
des convulsions ; si un homme en pl ace a
consi gné ces pr ét endus mi r acl es dans un gr os
l i vr e ; s' i l a t âché de l es ét ayer de di ver s
t émoi gnages ; si une soci ét é nombr euse a donné
ces faits comme des pr euves de l a vér i t é de
son opi ni on sur un passage d' un t r ai t é de t héol ogi e ;
j e ne ver r ai dans t out cel a qu' une i nvent i on
p257

bur l esque, et j ' y cont empl er ai à r egr et l es
monst r ueux écar t s de l a r ai son humai ne.


- 225 -
Par ce que l ' er r eur a eu ses martyrs comme
l a vér i t é, j e ne pui s poi nt r egar der l es
martyrs comme des pr euves de fait de l a
vérité d' une opi ni on. Mai s ; si des hommes
ver t ueux et d' un sens dr oi t souf f r ent l e martyre
en f aveur d' une opi ni on, j ' en concl ur ai l égi t i mement
qu' i l s ét oi ent au moi ns t r ès per suadés de l a
vérité de cet t e opi ni on. J e r echer cher ai
donc l es fondemens de l eur opi ni on, et si
j e voi s que ce sont des faits si palpables ,
si nombr eux, si di ver s, si enchaî nés l es uns aux
aut r es, si l i és à l a pl us i mpor t ant e f i n, qu' i l
p258

aî t ét é moralement i mpossi bl e que ces hommes
se soi ent t r ompés sur ces f ai t s ; j e r egar der ai
l eur martyr comme l e der ni er sceau de l eur
témoignage .
Si apr ès avoi r ouï ces témoins , qui ont
scel l é de l eur sang l e témoignage qu' i l s ont
r endu à des f ai t s miraculeux ; j ' appr ends que
l eur s ennemi s l es pl us décl ar és, l eur s pr opr es
compat r i ot es et l eur s cont empor ai ns, ont at t r i bué
l a pl upar t de ces faits à l a magie ;
cet t e accusat i on de magie me par oî t r a un
aveu i ndi r ect de l a réalité de ces f ai t s.
Cet aveu me sembl er a acquér i r une gr ande
f or ce, si ces ennemi s des témoins sont en
même t ems l eur s supérieurs nat ur el s et
l égi t i mes, et si ayant en mai n t ous l es moyens
que l a pui ssance et l ' aut or i t é peuvent donner pour
const at er une i mpost ur e pr ésumée, i l s ne l ' ont
j amai s const at ée.
Que penser ai - j e donc, si j ' appr ens encor e,
que ces t émoi ns que l eur s pr opr es magi st r at s
n' ont pu conf ondr e, ont per sévér é const amment
à char ger l eur s magi st r at s du pl us gr and des
p259

cr i mes, et qu' i l s ont même osé déf ér er une
par ei l l e accusat i on à ces magi st r at s eux- mêmes ?
Si j e vi ens ensui t e à découvr i r , que d' aut r es
ennemi s des témoins , ont aussi at t r i bué
aux ar t s magiques , l es f ai t s miraculeux
que ces der ni er s at t est oi ent ; si j e pui s m' assur er
que ces ennemi s ét oi ent aussi écl ai r és que l e
si écl e l e per met t oi t ; aussi adr oi t s, aussi
subt i l s, aussi vi gi l ans qu' achar nés ; si j e sçai s
que l a pl upar t vi voi ent dans des t ems peu él oi gnés
de ceux des témoins ; si j e sçai s enf i n,
qu' un de ces ennemi s l e pl us subt i l , l e pl us
adr oi t , l e pl us obst i né de t ous, et assi s sur un
des pr emi er s t r ônes du monde, a avoué pl usi eur s
de ces f ai t s miraculeux ; pour r ai - j e en
bonne cr i t i que, ne poi nt r egar der ces aveux
comme de f or t es pr ésompt i ons de l a réalité
des f ai t s dont i l s' agi t ?
p260


- 226 -

Si pour t ant j e cher choi s à i nf i r mer ces aveux,
par l a consi dér at i on de l a cr oyance à l a magi e,
qui ét oi t al or s génér al ement r épandue ; i l n' en
demeur er oi t pas moi ns pr obabl e, que ces faits
que l es adver sai r es at t r i buoi ent à l a magi e,
ét oi ent vrais ou qu' au moi ns ces adver sai r es
l es r econnoi ssoi ent pour vr ai s : car on
n' at t r i bue pas une cause à des faits qu' on
cr oi t faux : mai s ; on ni e des f ai t s qu' on cr oi t
faux , et on en pr ouve l a f ausset é si on a l es
moyens de l e f ai r e.
le 11 de février 1769.
PARTIE 19

p261

sui t e des i dées
sur
l ' ét at f ut ur
de
l ' homme.
Sui t e de l ' esqui sse
des
r echer ches phi l osophi ques
de l ' aut eur
sur l a r évél at i on.
La déposi t i on écr i t e.
Sans dout e que l es témoins des f ai t s
miraculeux ont consi gné dans quel qu' écr i t l e
témoignage qu' i l s ont r endu si publ i quement ,
si const amment , si unani mément à ces faits ?
p262

On me pr odui t , en ef f et , un livre qu' on me
donne pour l a déposition f i dèl e des t émoi ns.
J ' éxami ne ce l i vr e avec t out e l ' at t ent i on
dont j e sui s capabl e ; et j ' avoue, que pl us j e
l ' éxami ne, et pl us j e sui s f r appé des caractères
de vr ai sembl ance, d' or i gi nal i t é et de gr andeur
que j ' y découvr e, et qui me par oi ssent en f ai r e
un l i vr e uni que et absol ument i ni mi t abl e.
L' él évat i on des pensées, et l a maj est ueuse
si mpl i ci t é de l ' expr essi on ; l a beaut é, l a
pur et é, j e di r oi s vol ont i er s l ' homogénéïté
de l a doct r i ne ; l ' i mpor t ance, l ' uni ver sal i t é et
l e pet i t nombr e des pr écept es ; l eur admi r abl e
appr opr i at i on à l a nat ur e et aux besoi ns de
l ' homme ; l ' ar dent e char i t é qui en pr esse si
génér eusement l ' obser vat i on ; l ' onct i on, l a f or ce et
l a gr avi t é du di scour s ; l e sens caché et
vr ai ment phi l osophi que que j ' y apper çoi s : voi l à
ce qui f i xe l e pl us mon at t ent i on dans l e livre
que j ' éxami ne, et ce que j e ne t r ouve poi nt
au même degr é dans aucune pr oduct i on de l ' espr i t
humai n.
J e sui s t r ès f r appé encor e de l a candeur ,
de l ' i ngénui t é, de l a modest i e, j e devr oi s di r e
p263


- 227 -

de l ' humi l i t é des écr i vai ns, et de cet oubl i
si ngul i er et per pét uel d' eux- mêmes, qui ne
l eur per met j amai s de mêl er l eur s pr opr es
r éf l éxi ons ni même l e moi ndr e él oge au r éci t
des act i ons de l eur maî t r e.
Quand j e voi s ces écr i vai ns r acont er avec
t ant de si mpl i ci t é et de sens f r oi d l es pl us
gr andes choses ; ne cher cher j amai s à ét onner
l es espr i t s ; cher cher t ouj our s à l es écl ai r er et
à l es convai ncr e ; j e ne pui s m' empêcher de
r econnoî t r e, que l e but de ces écr i vai ns est
uni quement d' at t est er au genr e- humai n une
vér i t é, qu' i l s j ugent l a pl us i mpor t ant e pour
son bonheur .
Comme i l s me par oi ssent n' êt r e pl ei ns que
de cet t e vér i t é, et ne l ' êt r e poi nt du t out de
l eur pr opr e i ndi vi du ; j e ne sui s poi nt sur pr i s
qu' i l s ne voyent qu' el l e ; qu' i l s ne veui l l ent
mont r er qu' el l e, et qu' i l s ne songent poi nt à
l ' embel l i r . I l s di sent donc t out si mpl ement ;
le lépreux étendit sa main, et elle devint saine :
le malade prit son lit et se mit à marcher .
J ' apper çoi s bi en l à du vr ai sublime : car
l or squ' i l s' agi t de Di eu, c' est êt r e subl i me, que
p264

de di r e qu' il veut, et que la chose est : mai s ;
i l m' est ai sé de j uger , que ce sublime ne se
t r ouve l à, que par ce que, l a chose el l e- même est
d' un genr e extraordinaire , et que l ' écr i vai n
l ' a r endue comme i l l a voyoi t ; c' est - à- di r e,
comme el l e ét oi t , et n' a r endu qu' el l e.
Non seul ement ces écr i vai ns me par oi ssent
de l a pl us par f ai t e i ngénui t é, et ne di ssi mul er
pas même l eur s pr opr es f oi bl esses ; mai s, ce
qui me sur pr end bi en davant age, c' est qu' i l s
ne di ssi mul ent poi nt non pl us cer t ai nes
ci r const ances de l a vi e et des souf f r ances de l eur
maî t r e, qui ne t endent poi nt à r el ever sa
gl oi r e aux yeux du monde. S' i l s l es avoi ent
t uës, on ne l es aur oi t assur ément pas dévi nées,
et l es adver sai r es n' aur oi ent pu en t i r er aucun
avant age. I l s l es ont di t es, et même assés
en dét ai l : j e sui s donc obl i gé de conveni r ,
qu' i l s ne se pr oposoi ent dans l eur s écr i t s, que
de r endr e t émoi gnage à l a vér i t é.
Ser oi t - i l possi bl e, me di s- j e t ouj our s à moi - même,
que ces pêcheur s qui passent pour f ai r e
d' aussi gr andes choses que l eur maî t r e ; qui
di sent au boi t eux lève-toi et marche et il
marche ,
p265

n' ayent pas l e pl us pet i t ger me de vani t é,
et qu' i l s dédai gnent l es appl audi ssemens du
peupl e spect at eur de l eur s pr odi ges ?
C' est donc avec aut ant d' admi r at i on que de
sur pr i se, que j e l i s ces par ol es : israëlites !


- 228 -
pourquoi vous étonnés-vous de ceci ? Et pourquoi
avés-vous les yeux attachés sur nous, comme si
c' étoit par notre propre puissance, ou par notre
piété, que nous eussions fait marcher cet
homme ? à ce t r ai t si car act ér i st i que,
méconnoî t r oi s- j e l ' expr essi on de l ' humi l i t é, du
dési nt ér essement , de l a vér i t é ? J ' ai un coeur f ai t
pour sent i r , et j e conf esse que j e sui s ému t out es
l es f oi s que j e l i s ces par ol es.
Quel s sont donc ces hommes, qui l or sque
l a nat ur e obéï t à l eur voi x, cr ai gnent qu' on
n' at t r i bue cet t e obéï ssance à leur puissance ou
à leur piété ? Comment r ecuser oi s- j e de par ei l s
témoins ? Comment concevr oi s- j e qu' on pui sse
i nvent er de sembl abl es choses ? Et combi en
d' aut r es choses que j e découvr e, qui sont l i ées
i ndi ssol ubl ement à cel l e- ci , et qui ne vi ennent
pas pl us nat ur el l ement à l ' espr i t !
p266

J e sçai s que pl usi eur s pièces de l a
déposition ont par u assés peu de t ems apr ès l es
événemens at t est és par l es témoins . Si ces
pi èces sont l ' ouvr age de quel qu' i mpost eur , i l se
ser a bi en gar dé, sans dout e, de ci r const anci er
t r op son r éci t , et de f our ni r ai nsi des moyens
f aci l es de l e conf ondr e. Cependant r i en de pl us
circonstancié que cet t e déposition que j ' ai
en mai n : j ' y t r ouve l es noms des per sonnes,
l eur qual i t é, l eur of f i ce, l eur demeur e, l eur s
mal adi es : j ' y voi s une dési gnat i on des l i eux,
du t ems, des ci r const ances, et cent menus
dét ai l s, qui concour ent t ous à dét er mi ner
l ' événement de l a mani èr e l a pl us pr éci se. En
un mot ; j e ne pui s m' empêcher de sent i r , que
si j ' avoi s ét é dans l e l i eu et dans l e t ems où
l a déposition a ét é publ i ée, i l m' aur oi t ét é
t r ès f aci l e de vér i f i er l es faits . Ce que
sûr ement j e n' aur oi s pas manqué de f ai r e si j ' avoi s
éxi st é dans ce l i eu et dans ce t ems,
aur oi t - i l ét é négl i gé par l es pl us obst i nés et l es
pl us pui ssans ennemi s des témoins ?
J e cher che donc dans l ' hi st oi r e du t ems
quel ques dépositions qui cont r edi sent
f or mel l ement
p267

cel l e des témoins , et j e ne r encont r e
que des accusat i ons t r ès vagues d' i mpost ur e, de
magi e ou de super st i t i on. Là- dessus j e me
demande, si c' est ai nsi qu' on dét r ui t une
déposi t i on circonstanciée ?
Mai s, peut - êt r e, me di s- j e à moi - même, que
l es déposi t i ons qui cont r edi soi ent f or mel l ement
cel l e des témoins , se sont per dues. Pour quoi
néanmoi ns l a déposition des témoins ne
s' est - el l e poi nt per due aussi ? C' est qu' el l e a
ét é pr éci eusement conser vée par une société
nombr euse, qui éxi st e encor e, et qui me l ' a


- 229 -
t r ansmi se. Mai s ; j e découvr e une aut r e société
aussi nombr euse et beaucoup pl us anci enne, qui
descendant par une successi on non i nt er r ompue des
pr emi er s adver sai r es des témoins , et hér i t i ér e
de l a hai ne de ces adver sai r es comme de l eur s
pr éj ugés, aur oi t pu f aci l ement conser ver l es
déposi t i ons cont r ai r es aux témoins , comme
el l e a conser vé t ant d' aut r es monumens qu' el l e
pr odui t encor e avec compl ai sance et dont pl usi eur s
l a t r ahi ssent .
J ' apper çoi s même des r ai sons t r ès f or t es qui
devoi ent engager cet t e société à conser ver
soi gneusement t out es l es pi èces cont r ai r es à cel l es
p268

des témoins ; j ' ai sur - t out dans l ' espr i t cet t e
accusat i on si gr ave, si odi euse, si t énor i sée,
si r épét ée que l es témoins avoi ent osé i nt ent er
aux magi st r at s de cet t e soci ét é, et l es succès
ét onnans du t émoi gnage que l es témoins r endoi ent
aux faits sur l esquel s i l s f ondoi ent l eur
accusat i on. Combi en ét oi t - i l f aci l e à des magi st r at s
qui avoi ent en mai n l a pol i ce, de cont r edi r e
j ur i di quement ce témoignage ! Combi en
ét oi ent - i l s i nt ér essés à l e f ai r e ! Quel n' eut
poi nt ét é l ' ef f et d' une déposi t i on j ur i di que et
ci r const anci ée, qui aur oi t cont r edi t à chaque
page cel l e des témoins !
Pui s donc que l a société dont j e par l e, ne peut
pr odui r e en sa f aveur une sembl abl e déposition ,
j e sui s f ondé à penser en bonne cr i t i que, qu' el l e
n' a j amai s eu de t i t r e val i de à opposer aux
témoins .
I l me vi ent bi en dans l ' espr i t , que l es ami s
des témoins , devenus pui ssans, ont pu
anéant i r l es t i t r es qui l eur ét oi ent cont r ai r es :
mai s ; i l s n' ont pu anéant i r cet t e gr ande société
l eur ennemi e décl ar ée, et i l s ne sont devenus
pui ssans que pl usi eur s si ècl es apr ès l ' événement ,
qui ét oi t l ' obj et pr i nci pal du témoignage . J e
p269

sui s donc obl i gé d' abandonner un soupçon qui
me par oî t dest i t ué de f ondement .
Tandi s que l a société dont i l s' agi t , se
r enf er me dans des accusat i ons t r ès vagues
d' i mpost ur e, j e voi s l es témoins consi gner dans
l eur s écr i t s, des informations , des
interrogatoires f ai t s par l es magi st r at s même
de cet t e société ou par ses pr i nci paux doct eur s,
et qui pr ouvent au moi ns qu' i l s n' ét oi ent poi nt
i ndi f f ér ens à ce qui se passoi t dans l eur capi t al e.
J e ne pr ésumoi s pas cet t e i ndi f f ér ence ; el l e
ét oi t t r op i mpr obabl e : j e pr ésumoi s, au cont r ai r e,
que ces magi st r at s ou ces doct eur s n' avoi ent
pas négl i gé de s' assur er des faits . J ' éxami ne
donc ces informations et ces interrogatoires
cont enus dans l es écrits des témoins ou
de l eur s pr emi er s sect at eur s. Comme ces


- 230 -
écrits n' ont poi nt ét é f or mel l ement cont r edi t s
par ceux qui avoi ent l e pl us d' i nt ér êt à l es
cont r edi r e, j e ne pui s, ce me sembl e, di sconveni r
qu' i l s n' ayent une gr ande f or ce.
J e goût e un pl ai si r t ouj our s nouveau, à l i r e
et à r el i r e ces i nt ér essans interrogatoires ,
et pl us j e l es r el i s, pl us j ' admi r e l e sens exqui s,
p270

l a pr éci si on si ngul i ér e, l a nobl e har di esse et l a
candeur qui br i l l ent dans l es réponses . I l me
sembl e que l a vér i t é sor t e i ci de t ous côt és,
et qu' i l suf f i se de l i r e, pour sent i r que de t el s
faits n' ont pû êt r e cont r ouvés. Au moi ns si
l ' on i nvent e, i nvent e- t - on ai nsi ?
à pei ne l es témoins ont - i l s commencé à
at t est er au mi l i eu de l a capi t al e, ce qu' i l s
nomment l a vérité , que j e l es voi s t r adui t s
devant l es t r i bunaux. I l s y sont éxami nés,
i nt er r ogés, et i l s at t est ent haut ement devant
ces t r i bunaux, ce qu' i l s ont at t est é devant l e
peupl e.
Un boi t eux de nai ssance vi ent d' êt r e guér i .
Deux des témoins passent pour l es aut eur s de
cet t e guér i son. I l s sont mandés par l es sénat eur s.
Ceux- ci l eur f ont cet t e demande :
par quel pouvoir, et au nom de qui avés-vous
fait cela ? l a demande est pr éci se et en f or me.
chefs du peuple, r épondent l es t émoi ns,
puisqu' aujourd' hui nous sommes recherchés, pour
avoir fait du bien à un homme impotent, et que vous
p271

nous demandés par quel moyen il a été guéri ;
sçachés, vous tous, et tout le peuple, que cet
homme que vous voyés guéri, l' a été au nom de
celui que vous avés crucifié, et que Dieu a
ressuscité.
quoi ! Les deux pêcheur s ne cher chent poi nt
à capt i ver l a bi enveui l l ance de l eur s j uges !
I l s début ent par l eur r epr ocher ouver t ement un
cr i me at r oce, et f i ni ssent par af f i r mer l e fait
l e pl us r évol t ant aux yeux de ces j uges !
I ci , j e r ai sonne avec moi - même, et mon
r ai sonnement est t out si mpl e : si cel ui que l es
magi st r at s ont cr uci f i é, l ' a ét é j ust ement ; s' i l
n' est poi nt r essusci t é ; si l e mi r acl e opér é sur
l e boi t eux est une aut r e super cher i e ; ces
magi st r at s qui , sans dout e, ont des pr euves de
t out cel a, vont r epr ocher haut ement et publ i quement
aux deux témoins l eur ef f r ont er i e,
l eur i mpost ur e, l eur méchancet é, et l es puni r
du der ni er suppl i ce.
J e pour sui s ma l ect ur e. lorsque les chefs
du peuple voyent la hardiesse des deux
disciples,... etc.
p272

que voi s- j e ! Ces sénat eur s, si pr évenus


- 231 -
cont r e l es témoins et l eur s ennemi s décl ar és,
ne peuvent l es conf ondr e ! Ces sénat eur s, auxquel s
deux de ces témoins vi ennent de par l er avec t ant
de har di esse et si peu de ménagement ,
se bor nent à l eur faire des menaces , et à l eur
défendre d' enseigner ! Le boi t eux a donc ét é
guér i ? Mai s i l l ' a ét é au nomdu crucifié :
ce cr uci f i é est donc ressuscité ? Les sénat eur s
avouent donc t aci t ement cet t e résurrection ?
Leur condui t e me par oî t démont r er au moi ns
qu' i l s ne sçaur oi ent pr ouver l e cont r ai r e.
J e ne pui s r ai sonnabl ement obj ect er , que
l ' historien des pêcheur s a f abr i qué t out e cet t e
pr océdur e ; par ce que ce n' est pas à moi qui
sui s pl acé à pl us de di x- sept si écl es de cet
historien , à f or mer cont r e l ui une accusat i on,
p273

qui devoi t l ui êt r e i nt ent ée par ses cont empor ai ns,
et sur - t out par l es compat r i ot es des témoins ,
et qu' i l s ne l ui ont poi nt i nt ent ée, ou que
du moi ns i l s n' ont j amai s pr ouvée.
J ' appr ens de cet écr i vai n, que cinq mille
personnes se sont conver t i es à l a vue du
miracle : j e ne di r ai pas, que ce sont ci nq
mi l l e t émoi ns ; j e n' ai pas l eur déposi t i on : mai s ;
j e di r ai que ce nombr e si consi dér abl e de conver t i s
est au moi ns une pr euve de l a publicité du
fait . J e ne pr ét endr ai pas, que ce nombr e est
éxaggér é ; par ce que j e n' ai poi nt en mai n de t i t r e
val i de à opposer à l ' écr i vai n, et que ma si mpl e
négative ne ser oi t poi nt un t i t r e cont r e
l ' affirmative expr esse de cet écr i vai n.
J e ne sçaur oi s obt eni r de moi de ne poi nt m' ar r êt er
un i nst ant sur quel ques expr essi ons de cet
i nt ér essant r éci t .
ce que j' ai, je te le donne ; au nom du seigneur,
lève-toi et marche ! Ce que j' ai, je te le
donne : i l n' a que l e pouvoi r de
f ai r e mar cher un boi t eux, et c' est chés un
pauvr e pêcheur que ce pouvoi r r ési de. au
p274

nom du seigneur, lève-toi et marche !
quel l e pr éci si on, quel l e subl i mi t é dans ces
par ol es ! Quel l es sont di gnes de l a maj est é de
cel ui qui commande à l a nat ur e !
puisque nous sommes recherchés pour avoir fait
du bien à un impotent : c' est une oeuvr e de
mi sér i cor de et non d' ost ent at i on, qu' i l s ont
f ai t e. I l s n' ont poi nt f ai t par oî t r e des
si gnes dans l e ci el : ils ont fait du bien à un
impotent : du bien ! et dans l a si mpl i ci t é d' un
coeur honnêt e et ver t ueux.
que vous avés crucifié, et que Dieu a
ressuscité : nul cor r ect i f ; nul ménagement ;
nul l e consi dér at i on et nul l es cr ai nt es per sonnel l es :
i l s sont donc bi en sûr s de l eur f ai t , et ne r edout ent
poi nt d' êt r e conf ondus ? I l s avoi ent di t en


- 232 -
par l ant au peupl e : nous sçavons bien que vous
l' avés fait par ignorance : i l s ne l e
di sent poi nt devant l e t r i bunal . I l s cr ai ndr oi ent
appar emment d' avoi r l ' ai r de f l at t er l eur s j uges,
et de voul oi r se l es r endr e f avor abl es ? que
vous avés crucifié, et que Dieu a ressuscité.
p275

j e cont i nue à par cour i r l ' hi st or i en des témoins ,
et j e r encont r e bi ent ôt l ' hi st oi r e d' un
j eune homme, qui exci t e beaucoup ma cur i osi t é.
Quoi qu' él evé aux pi eds d' un sage, i l ne se
pi que poi nt d' en i mi t er l a modér at i on. Son
car act èr e vi f , ar dent , cour ageux ; son espr i t
per sécut eur , son at t achement aveugl e aux maxi mes
sangui nai r es d' une sect e domi nant e, l ui
f ont dési r er passi onnément de se di st i nguer dans
l a guer r e ouver t e que cet t e sect e décl ar e aux
témoins . Déj à i l vi ent de consent i r et
d' assi st er à l a mor t vi ol ent e d' un des t émoi ns ;
mai s, son zèl e i mpét ueux et f anat i que ne pouvant
êt r e cont enu dans l ' encei nt e de l a capi t al e, i l
va demander à ses supér i eur s des l et t r es
qui l ' aut hor i sent à pour sui vr e au déhor s
l es par t i sans de l a nouvel l e opi ni on.
I l par t , accompagné de pl usi eur s sat el l i t es ;
il ne respire que menaces et que carnage, et i l
n' est pas encor e ar r i vé au l i eu de sa dest i nat i on,
p276

qu' i l est l ui - même un mi ni st r e de l ' envoyé.
Cet t e vi l l e où i l al l oi t dépl oyer sa r age
cont r e l a société nai ssant e, est cel l e- l à
même où se f ai t l ' ouver t ur e de son mi ni st èr e,
et où i l commence à at t est er l es faits que l es
témoins at t est ent .
L' ordre moral a ses loix comme l ' ordre
physique : l es hommes ne dépoui l l ent pas sans
cause et t out d' un coup l eur car act èr e : i l s ne
r enoncent pas sans cause et t out d' un coup à
l eur s pr éj ugés l es pl us enr aci nés, l es pl us
chér i s, et à l eur s yeux, l es pl us l égi t i mes ;
bi en moi ns encor e à des pr éj ugés de nai ssance,
d' éducat i on, et sur - t out de r el i gi on.
Qu' est - i l donc sur venu sur l a r out e à ce f ur i eux
per sécut eur , qui l ' a r endu t out d' un coup l e
di sci pl e zél é de cel ui qu' i l per sécut oi t ? Car
i l f aut bi en que j e suppose une cause et quel que
gr ande cause à un changement si subi t et si
ext r aor di nai r e. Son hi st or i en, et l ui - même,
m' appr ennent quel l e est cet t e cause : une l umi èr e
cél est e l ' a envi r onné, son écl at l ui a f ai t per dr e
l a vuë ; i l est t ombé par t er r e, et l a voi x de
l ' envoyé s' est f ai t ent endr e à l ui .
p277

Bi ent ôt i l devi ent l ' obj et des f ur eur s de cet t e
sect e qu' i l a abandonnée : i l est t r ai né dans
l es pr i sons, t r adui t devant l es t r i bunaux de


- 233 -
sa nat i on et devant des t r i bunaux ét r anger s, et
par - t out i l at t est e avec aut ant de f er met é que
de const ance l es faits déposés par l es pr emi er s
témoins .
J e me pl ai s sur - t out à l e sui vr e devant un
t r i bunal ét r anger , où assi st e, par hazar d, un
r oi de sa nat i on. Là, j e l ' ent ends r acont er
t r ès en dét ai l l ' hi st oi r e de sa conver si on : i l
ne di ssi mul e poi nt ses pr emi èr es f ur eur s ; i l l es
pei nt même des coul eur s l es pl us f or t es :
lorsqu' on les faisoit mourir, di t - i l , j' y
consentois par mon suffrage : souvent même je les
contraignois de blasphêmer à force de tourmens,
et transporté de rage contr' eux, je les
persécutois jusques dans les villes étrangères.
i l passe ensui t e aux ci r const ances
extraordinaires de sa conver si on ; r appor t e ce
qui l es a sui vi ; at t est e l a r ésur r ect i on du
crucifié , et f i ni t par di r e en s' adr essant au
j uge : le roi est bien informé de tout ceci,
et je parle devant lui avec d' autant plus de
confiance, que je sçais qu' il
p278

n' ignore rien de ce que je dis, parce que ce ne
sont pas des choses qui se soient passées dans
un lieu caché.
l e nouveau témoin ne cr ai nt donc pas pl us
que l es pr emi er s, d' êt r e cont r edi t ? C' est qu' i l
par l e de choses qui ne se sont point passées dans
un lieu caché ; et j e voi s sans beaucoup de
sur pr i se, que son di scour s ébr anl e l e pr i nce :
tu me persuades à peu près .
Ce témoin avoi t di t l es mêmes choses, au
sei n de l a capi t al e, en par l ant devant une
assembl ée nombr euse du peupl e, et n' avoi t ét é
i nt er r ompu, que l or squ' i l ét oi t venu à choquer
un pr éj ugé anci en et f avor i de son or guei l l euse
nat i on.
J e t r ouve dans l ' hi st or i en que j ' ai sous l es
yeux, d' aut r es procédures t r ès ci r const anci ées,
dont l e nouveau di sci pl e est l ' obj et , et qui
sont pour sui vi es à l ' i nst ance de compat r i ot es
qui ont j ur é sa per t e. J ' anal yse avec soi n ces
pr océdur es, et à mesur e que j e pousse l ' anal yse
p279

pl us l oi n, j e sens l a probabilité s' accr oî t r e
en f aveur des faits que l e témoin at t est e.
J e t r ouve encor e dans l e même hi st or i en
d' aut r es di scour s de ce témoin , qui me
par oi ssent des chef s- d' oeuvr e de r ai son et
d' él oquence, si néanmoi ns l e mot t r op pr odi gué
d' éloquence peut conveni r à des di scour s de
cet or dr e. J e n' oser oi s donc aj out er , qu' i l
en est qui sont pl ei ns d' espr i t ; ce mot
cont r ast er oi t bi en davant age encor e avec un si
gr and homme et de si gr andes choses. athéniens !
je remarque qu' en toutes choses, vous


- 234 -
êtes, pour ainsi dire, dévots jusqu' à
l' excès : ... etc. par mi ces di scour s, i l en est
de si t ouchans, que j e ne pui s me déf endr e de
l ' i mpr essi on qu' i l s me f ont épr ouver . des chaînes
et des afflictions m' attendent : ... etc.
p280

j e sui s ét onné du nombr e, du genr e, de l a
gr andeur , de l a dur ée, des t r avaux et des épr euves
de ce per sonnage ext r aor di nai r e : et
si l a gl oi r e doi t se mesur er par l ' i mpor t ance
des vues, par l a nobl esse des mot i f s, et par
l es obst acl es à sur mont er ; j e ne pui s pas ne
l e r egar der poi nt comme un vér i t abl e hér os.
Mai s ; ce hér os a l ui - même écr i t : j ' ét udi e
donc ses pr oduct i ons, et j e sui s f r appé de
l ' ext r ême dési nt ér essement , de l a douceur , de
l a si ngul i èr e onct i on, et sur - t out de l a subl i me
bi enveui l l ance qui écl at ent dans t ous ses
p281

écr i t s. Le genr e- humai n ent i er n' est point à
l' étroit dans son coeur . I l n' est aucune
br anche de l a mor al e qui ne végèt e et ne f r uct i f i e
chés l ui . I l est l ui - même une mor al e qui vi t , r espi r e,
et agi t sans cesse. I l donne à l a f oi s l ' éxempl e
et l e pr écept e : et quel s pr écept es !
que votre charité soit sincère.... etc.
comment une mor al e si él evée, si pur e,
si assor t i e aux besoi ns de l a soci ét é uni ver sel l e
p282

a- t - el l e pu êt r e di ct ée par ce même homme
qui ne respiroit que menaces et que carnage , et
qui met t oi t son pl ai si r et sa gl oi r e dans l es
t or t ur es de ses sembl abl es ? Comment sur - t out
un t el homme est - i l par venu t out d' un coup
à pr at i quer l ui - même une mor al e si par f ai t e ?
Cel ui qui ét oi t venu r appel l er l es hommes
à ces gr andes maxi mes, l ui avoi t donc parlé ?
Que di r ai - j e encor e de cet admi r abl e t abl eau
de l a charité , si pl ei n de chal eur et de vi e,
que j e ne me l asse poi nt de cont empl er dans
un aut r e écr i t de cet excel l ent mor al i st e ?
Ce n' est pour t ant pas ce t abl eau l ui - même,
qui f i xe l e pl us mon at t ent i on ; c' est l ' occasi on
qui l e f ai t naî t r e. De t ous l es dons que l es
hommes peuvent obt eni r et éxer cer , i l n' en
est poi nt , sans cont r edi t , de pl us pr opr es à
f l at t er l a vani t é, que l es dons mi r acul eux.
Des hommes sans l et t r es et du commun peupl e,
qui vi ennent t out d' un coup à par l er des
l angues ét r angèr es, sont bi en t ent és de f ai r e
par ade d' un don si ext r aor di nai r e, et d' en
oubl i er l a fin .
p283

Une soci ét é nombr euse de nouveaux néophyt es f ondée


- 235 -
par cet homme i l l ust r e, abuse donc bi ent ôt de ce
don : i l se hât e de l ui écr i r e, et de l a r appel l er
f or t ement au vér i t abl e empl oi des miracles : i l
n' hési t e poi nt à pr éf ér er haut ement à t ous l es dons
miraculeux , cet t e bi enveui l l ance subl i me, qu' i l
nomme l a charité , et qui est , sel on l ui ,
l ' ensemble l e pl us par f ai t de t out es l es
ver t us sociales . quand je parlerois les
langues des hommes, et celles des anges
même,... etc.
comment ce sage a- t - i l appr i s à f ai r e un si
j ust e di scer nement des choses ? Comment n' est - i l
poi nt ébl ouï l ui - même des dons émi nens qu' i l
posséde ou que du moi ns i l cr oi t posséder ?
Un i mpost eur en user oi t - i l ai nsi ? Qui l ui a
découver t que l es miracles ne sont que de
si mpl es signes pour ceux qui ne croyent point
encore ? Qui avoi t ensei gné au per sécut eur
f anat i que
p284

à pr éf ér er l ' amour du genr e- humai n aux
dons l es pl us écl at ans ? Pour r oi s- j e méconnoî t r e
aux ensei gnemens et aux ver t us du di sci pl e l a
voi x t ouj our s ef f i cace de ce maî t r e
qui s' est sacr i f i é l ui - même pour l e genr e- humai n ?
Ce sont t ouj our s l es interrogatoires cont enus
dans l a déposition des témoins , qui exci t ent
l e pl us mon at t ent i on. C' est l à pr i nci pal ement
que j e doi s cher cher l es sour ces de l a
probabilité des faits at t est és. Si , comme
j e l e r emar quoi s, ces interrogatoires n' ont
j amai s ét é f or mel l ement cont r edi t s par ceux qui
avoi ent l e pl us gr and i nt ér êt à l e f ai r e ; j e ne
pour r oi s r ai sonnabl ement me r ef user aux
conséquences qui en découl ent nat ur el l ement .
Ent r e ces interrogatoires , i l en est un
sur - t out que j e ne l i s poi nt sans un secr et pl ai si r :
c' est cel ui qui a pour obj et un aveugle-né
guér i par l ' envoyé. Ce mi r acl e ét onne beaucoup
t ous ceux qui avoi ent connu cet aveugl e : i l s ne
sçavent qu' en penser et se
p285

par t agent l à- dessus. I l s l e condui sent aux
doct eur s : ceux- ci l ' i nt er r ogent , et l ui demandent
comment il a reçu la vuë ? Il m' a mis de la
bouë sur les yeux, l eur r épond- i l ;
je me suis lavé et je vois.
l es doct eur s ne se pr essent poi nt de cr oi r e
l e fait . I l s dout ent et se di vi sent . I l s
veul ent f i xer l eur s dout es, et soupçonnans que
cet homme n' avoit pas été aveugle, ils font
venir son père et sa mère. Est-ce là votre
fils, que vous dites être né aveugle, l eur
demandent - i l s ? comment donc voit-il maintenant ?
le père et la mère répondent ; nous sçavons
que c' est là notre fils, et qu' il est né aveugle ;
mais nous ne sçavons comment il voit maintenant.


- 236 -
nous ne sçavons pas non plus qui lui a ouvert les
yeux. Il a assés d' âge, interrogés-le ; il
parlera lui-même sur ce qui le regarde.
l es doct eur s i nt er r ogent donc de nouveau
cet homme, qui avoit été aveugle de naissance :
ils le font venir pour la seconde fois par devant
eux, et lui disent : donne gloire à Dieu : nous
sçavons que cel ui que t u di s qui t ' a ouver t
l es yeux, est un méchant homme. Si c' est un
p286

méchant homme, r epl i que- t - i l , je n' en sçais
rien : je sçais seulement que j' étois aveugle,
et que je vois.
à cet t e r éponse si i ngénue, l es doct eur s
r evi ennent à l eur pr emi èr e quest i on :
que t' a-t-il fait ? l ui demandent - i l s encor e :
comment t' a-t-il ouvert les yeux ? Je vous l' ai
déja dit, r épond cet homme aussi f er me
qu' i ngénu ; pourquoi voulés-vous l' entendre
de nouveau ? Avés-vous aussi envie d' être de ses
disciples ?
cet t e r epl i que i r r i t e l es doct eur s : ils le
chargent d' injures... nous ne sçavons,
di sent - i l s, de la part de qui vient cel ui dont
t u par l es. c' est quelque chose de surprenant, que
vous ignoriés de quelle part il vient ; ose
r epl i quer encor e cet homme pl ei n de candeur
et de bon sens ; et pourtant il m' a ouvert les
yeux, etc.
quel l e naï vet é ! Quel nat ur el ! Quel l e pr éci si on !
Quel i nt ér êt ! Quel l e sui t e ! Si l a vér i t é
n' est poi nt f ai t e ai nsi , me di s- j e à moi - même ;
à quel s car act èr es pour r ai - j e donc l a r econnoî t r e ?
p287

Mai s ; de t out es l es procédures , que r enf er me
l a déposition qui m' occupe, i l n' en est
poi nt , sans dout e, de pl us i mpor t ant e, que
cel l e qui concer ne l a per sonne même de l ' envoyé.
El l e est aussi l a pl us ci r const anci ée,
l a pl us r épét ée, et cel l e à l aquel l e t ous l es
témoins f ont des al l usi ons pl us di r ect es et pl us
f r équent es. El l e est t ouj our s l e cent r e de
l eur témoignage . J e l a r et r ouve dans l es
pr i nci pal es pi éces de l a déposition , et en
compar ant ces pi èces ent r ' el l es sur ce poi nt si
essent i el , el l es me par oi ssent t r ès harmoniques .