You are on page 1of 4

Bruxelles News… c’est vous

Numéro 605 du 16 décembre 2009


Rédactrice en Chef : Anny Dimelow
anny.dimelow@telenet.be

A gagner pour nos lecteurs


• 3 x 2 places Panach’Club « In bed with the Panach »

In bed with the


Panach par le
Panach’Club
3 x 2 places
Flagrant délire
orchestré par Eric de
Staercke
Qui a postulé que la nuit
n’engendrait que noirceur, fantômes
et angoisses ? Aux Nocturnes du
Panach’Club, elle est source de folie furieuse et de rires en cascades. Leur humour débridé,
parfois grinçant, fait défiler sous le baldaquin des personnages déjantés, des situations
surréalistes et des chansons farfelues. Le monde s’est créé en six jours, nous raconterons
l’homme en quelques nuits. La nuit, c’est tout un autre monde qui émerge, un monde dont le jour
ne sait rien, un monde où tout est permis… mais chut !... Cette nuit, c’est ta nuit…, ta dernière
nuit… Remonte ton oreiller, enfonce ton bonnet de nuit et garde les bras et les jambes à
l’intérieur de la couverture ! Les sorties de secours n’ont pas encore été installées mais tu ne
crains rien, le Panach’Club sera ton guide ! Et puis de toute façon, « mieux vaut s’enfoncer dans
la nuit qu’un clou dans la fesse droite » (Francis Blanche). Le spectacle se présente comme une
succession de tableaux aussi inattendus que cocasses, chacun dépeignant néanmoins l’un de ces
tournants que tout homme se doit de prendre un jour (une nuit) ou l’autre… (Eric de Staercke,
metteur en scène).
Samedi 26 décembre à 21H THEATRE DES 4 MAINS, 103 rue Longue – 1320
BEAUVECHAIN
Prix : Adultes 15€ (12€ en prévente) – Seniors, étudiants, demandeurs d’emploi, artistes 10€ -
-14 ans 11€ (8€ en prévente) – Article 27 1,25 €
Réservations : 010/86.64 04 – ccvn@skynet.be
Bugatti vit encore !
Le nom de Bugatti n’évoque probablement plus rien
aux jeunes générations. Pourtant, il existe encore à
travers le monde des passionnés et des collectionneurs
acharnés de cette voiture mythique. Grâce au Musée
de Molsheim en Alsace, les Bruxellois auront
l’occasion d’admirer une quarantaine de ces
merveilleuses voitures entreposées le temps d’une
exposition à Autoworld. C’est au début du siècle
dernier qu’Ettore Bugatti quitta son Italie natale pour
s’installer en Alsace afin d’y créer et produire sa
première voiture. La première d’une longue série dont
les légendaires bolides bleus ou les voitures de luxe ont été
admirés par le monde entier. Cette année marque le 100e
anniversaire de la marque qui fut synonyme de qualité de
finition, d’un haut niveau esthétique et d’un design parfait.
Elle est maintenant reprise par la firme Volkswagen qui
commercialise encore la Veyron Grand Sport. L’exposition
à Autoworld attirera les amateurs et admirateurs : « Sur la
mezzanine du musée, près de 40 Bugatti parmi les plus
emblématiques feront revivre l’histoire de la marque. Sans
être exhaustif, on y admirera entre autres une des toutes
premières voitures produites à Molsheim, le Type 13 dans son état d’origine, l’étrange « Tank »
de course, plusieurs variantes de la mythique T35, d’élégantes T55 et T57, dont certaines
dessinées par Jean Bugatti comme l’Atalante et l’Atlantic, la majestueuse Royale « Esders », une
T101 de 1951 et les protos de la Veyron jusqu’à la Veyron Grand Sport présentée pour la
première fois en Belgique », nous expliquent les organisateurs. Sachez encore qu’il n’y a eu
qu’une production totale d’environ 7.900 voitures et qu’on estime qu’il en reste près de 2.000
exemplaires dans les mains tremblantes de collectionneurs heureux !
« Expo Bugatti 100 », à l’Autoworld, Parc du Cinquantenaire, du 18 décembre au 17 janvier.
Renseignements : tél. 02.736.41.65 et www.bugatti100.com
Bernard Rosenbaum

Le courrier des lecteurs


Chère Anny,
Un grand merci pour le guide Lemaire qui va me donner une tonne d’idée de sortie resto.
Un petit coup de cœur : je suis allée assister au spectacle Le Flamand pour les Nuls à la Venerie,
car le sujet m’intéressait évidemment !
C’était une heure de rire non stop. Vraiment très bien, d’un humour réaliste et décapant. Il vaut
vraiment la peine d’y aller.
Dommage que l’organisation du centre culturel ne soit pas au top, ni l’endroit car les rangées se
terminaient le long du mur, donc en cas de pépin, pas de sortie possible ! c’est un peu
déstabilisant. Mais sinon, très bonne soirée.
Déjà je vous souhaite un très joyeux Noël. (ne manquez pas le marché de noël à Bruxelles, avec
la Mongolie comme pays à l’honneur. Etonnant et beau !
Jacqueline Moritz

Merci pour votre invitation pour "en attendant Godot"


La pièce n'a pas pris de ride et les acteurs sont excellents.
Nous avons passé une très bonne soirée.
Isabelle et Alain Verschueren

Merci pour cette merveilleuse soirée théâtrale de grande qualité qu'est "Dracula toujours vivant".
Une occasion de redécouvrir une réflexion sur le monde et l'enfermement de l'esprit écrite au
19ème siècle et qui nous interpelle encore au 21ème.

Bonjour,
Nous avons eu une soirée superbe !
Le HUELGAS ensemble avec Paul Van Nevel nous a donné la musique écrite au XV siècle et
mise au contemporain !
Avant le concert on a mangé au restaurant végétarien " SLURPS " ' super !!!!
Merci de tout coeur
Gertrude van der linden

Ne boudons pas
le Primeur !
Novembre a accueilli comme
chaque année le Beaujolais Primeur
qui cette année convaincra même les
plus sceptiques des dégustateurs. Ce
millésime exceptionnel aux raisins
bien mûrs se retrouvera dans les
verres. Fruité gourmand, douceur
des tanins, fraîcheur savoureuse,
tout est au rendez-vous pour
satisfaire les plus belles soifs… !
Et à millésime exceptionnel, visuel
particulier. Loin du minimalisme de l’an dernier, le Beaujolais Nouveau s’affiche cette année au
couleur du Pop Art.

Le meilleur de la Grèce
Il y a vin et vin ! Parmi les spécialistes, il importe de bien
noter Thomas Tsanis, qui fait figure de pionnier dans le
domaine. Aujourd’hui à la tête d’une entreprise qui
dispose d’un entrepôt de plus de 1.000m2 et qui se situe à
eux
pas du
march
é aux
poisso
ns, il
perme
t à sa
client
èle de
décou
vrir de
nouveaux produits venus de Grèce. Pour mémoire, cinq
grandes zones viticoles émaillent le pays. On les retrouve en Crète, à Epire, au centre des terres,
en Macédoine et dans le Péloponèse. Toutefois à côté des cépages autochtones, une trentaine est
couramment utilisée pour des mélanges locaux. Chez nous, il y a bien entendu la communauté
grecque qui connaît le magasin spécialisé de Thomas, mais aussi tous les amoureux de la
Méditerranée, qui viennent s’approvisionner en produits divers : fromages, laitages, feuilles de
vigne. Une adresse à retenir : rue de Witte De Haelen 28 à 1000 Bruxelles
Anny Dimelow

Related Interests