You are on page 1of 91

Université de Blida

Faculté des sciences de l’ingénieur

Département Aéronautique

Option : installation

5éme Année ingénieur

COURS RADAR

Mr S. MEGUELATI

Année 2009/2010
Sommaire

CHAPITRE I. PRINCIPES GENERAUX………………………………………………………………………1


I.1 Principe du radar ........................................................................................................................................... 1
I.2 Classification des radars ................................................................................................................................ 1
I.3 Principe de fonctionnement d’un radar à impulsions .................................................................................... 3
I.3.1 Organisation .......................................................................................................................................... 3
I.3.2 Mesure de distance ................................................................................................................................ 5
I.3.3 Mesure de la direction ........................................................................................................................... 6
I.4 Radar à onde continue ................................................................................................................................... 7
I.4.1 Organisation .......................................................................................................................................... 7
I.4.2 Mesure de la vitesse radiale................................................................................................................... 7
I.5 Performances des radars ................................................................................................................................ 9
I.5.1 Indice de réfraction de l’air.................................................................................................................... 9
I.5.2 Temps d'éclairement et nombre de coups au but ................................................................................. 10
I.5.3 Ambiguïté en distance et vitesse.......................................................................................................... 11
I.5.4 Résolutions des radars ......................................................................................................................... 12
I.5.5 Précisions des mesures ........................................................................................................................ 14
I.6 Types de radars............................................................................................................................................ 15
I.6.1 Radar panoramique.............................................................................................................................. 15
I.6.2 Radars volumétriques .......................................................................................................................... 15
I.6.3 Autres types de radars.......................................................................................................................... 16
I.7 Conception générale .................................................................................................................................... 16
I.8 L’émetteur ................................................................................................................................................... 17
I.8.1 Modulation haut niveau ...................................................................................................................... 17
I.8.2 Modulation bas niveau......................................................................................................................... 17
I.8.3 Les sources de signal ........................................................................................................................... 18
I.8.4 Modulateurs ......................................................................................................................................... 18
I.8.5 Lignes de transmission ........................................................................................................................ 19
I.8.6 Duplexeur ............................................................................................................................................ 19
I.8.7 Les antennes radar ............................................................................................................................... 20
I.9 Le récepteur................................................................................................................................................. 23
I.9.1 Circuit STC.......................................................................................................................................... 24
I.9.2 Les détecteurs ...................................................................................................................................... 24
I.9.3 Les mélangeurs .................................................................................................................................... 26
I.9.4 Traitement de l’information................................................................................................................. 26
I.9.5 Les indicateurs..................................................................................................................................... 28
I.10 Les fréquences et applications du radar..................................................................................................... 29
I.11 Bref historique du radar............................................................................................................................. 29
CHAPITRE II. EQUATION DU RADAR……………………………………………………………………..30
II.1 Etablissement de l’équation du radar en espace libre................................................................................. 30
II.2 Portée maximale du radar........................................................................................................................... 31
II.3 Influence des pertes sur la portée ............................................................................................................... 32
II.4 Portée maximale du radar en présence du bruit thermique ........................................................................ 33
II.4.1 Bruit à la réception ............................................................................................................................. 33
II.4.2 Filtrage non optimal ........................................................................................................................... 34
II.4.3 Filtrage optimal : le filtre adapté ........................................................................................................ 35
II.4.4 Expression de la portée maximale en fonction du bruit ..................................................................... 36
II.5 Discussion de l’équation du radar .............................................................................................................. 37
CHAPITRE III. LA DETECTION RADAR………………………………………………………………….39
III.1 Principe de la détection radar -Test de Newman-Pearson ........................................................................ 39
III.2 Détection d’une cible non fluctuante ........................................................................................................ 40
III.2.1 Probabilité de fausse alarme ............................................................................................................. 41
III.2.2 Probabilité de détection..................................................................................................................... 41
III.2.3 Intégration des échos......................................................................................................................... 43
III.3 Détection de signaux fluctuants ................................................................................................................ 45
III.3.1 Modèles de cibles.............................................................................................................................. 45
III.3.2 Détection d’une cible fluctuante sur une impulsion .......................................................................... 47
III.3.3 Effet de la fluctuation sur l’intégration ............................................................................................. 48
III.3.4 Calcul de la Pd d’une cible lentement fluctuante ( Swerling 1) sur une impulsion........................... 50
III.4 Radar diversité de fréquence..................................................................................................................... 50
CHAPITRE IV. COUVERTURE RADAR ET CLUTTER…………………………………………………..52
IV.1 Synoptique général d’un récepteur de radar adaptatif .............................................................................. 52
IV.2 Influence des pertes atmosphériques sur la portée.................................................................................... 53
IV.3 Echos parasites, fouillis (clutter) .............................................................................................................. 54
IV.4 Couverture haute- couverture basse.......................................................................................................... 56
IV.5 Régulation de la fausse alarme (CFAR) ................................................................................................... 56
IV.6 Tracé de la couverture du radar ................................................................................................................ 58
CHAPITRE V. FILTRAGE DOPPLER……………………………………………………………………….61
V.1 Principe de l’élimination du clutter............................................................................................................ 61
V.2 Radar cohérent ........................................................................................................................................... 61
V.3 Filtres MTI (Moving Target Indicator) ..................................................................................................... 63
V.4 Performances des filtres MTI..................................................................................................................... 66
V.5 Limitations................................................................................................................................................. 66
CHAPITRE VI. RADARS SPECIALISES…………………………………………………………………….68
VI.1 Technique de compression d’impulsions.................................................................................................. 68
VI.1.1 Le principe........................................................................................................................................ 68
VI.1.2 Compression par modulation linéaire de fréquence.......................................................................... 69
VI.1.3 Compression d’impulsion par codage de phase ................................................................................ 71
VI.2 Radars pulse-Doppler (MTD)................................................................................................................... 72
VI.2.1 Principe du radar Doppler................................................................................................................. 73
VI.2.2 Radar Pulse-Doppler avec filtrage numérique .................................................................................. 75
VI.2.3 Fonction d’ambiguïté - Traitement des ambiguïtés .......................................................................... 76
VI.3 Radar de poursuite.................................................................................................................................... 79
VI.3.1 Généralités ........................................................................................................................................ 79
VI.3.2 Principes de la poursuite en distance ................................................................................................ 79
VI.3.3 Poursuite angulaire par monopulse ................................................................................................... 80
VI.3.4 Track while scan (TWS) ................................................................................................................... 82
VI.4 Radar à ouverture synthétique (SAR)....................................................................................................... 82
BIBLIOGRAPHIE ………………………………………………………………………………………………85
ANNEXE ………………………………………………………………………………………………86
Chapitre I : Principes généraux 1

CHAPITRE I. PRINCIPES GENERAUX

I.1 Principe du radar

■ Définition du radar
RADAR est un acronyme de RAdio Detection And Ranging qui signifie « Détection et Télémétrie
Radioélectriques »
Un radar est un système qui utilise la propriété des ondes électromagnétiques de se réfléchir (en totalité ou
partiellement) sur tout obstacle, permettant ainsi de détecter des objets (cibles) qui sont situés à l’intérieur de
son volume de couverture pour en extraire des informations comme la position, la vitesse, la forme.

■ Cible
Au sens large du terme, une cible (target en Anglais) est tout objet qui interfère avec l’onde émise et
réfléchit une partie de l’énergie vers le radar.
On fait la distinction entre une cible qui est l’objet qu’on veut détecter et le « clutter » qui représente les
objets non désirées (réflexions de la mer, de la terre, pluie, oiseaux, insectes, météorites,…) qui interceptent
aussi l’énergie et la renvoient.

I.2 Classification des radars


Selon l'information recherchée, les radars possèdent différentes technologies. Différentes classifications
sont utilisées en fonction de certains critères :

 Selon le type de cibles


 Primaires : le signal reçu est le résultat de la réflexion de l’onde émise par le radar sur un objet.
Chapitre I : Principes généraux 2

 Secondaires : système d’identification des cibles où on émet un signal codé pour recevoir des
réponses.
 Selon la position relative de l’émetteur eu du récepteur
 Monostatiques : émission et réception sur une antenne unique.
 Multistatiques : deux antennes ou plus émettrices et réceptrices séparées par une certaine distance.

 Selon l’objectif :
 De veille ou de surveillance (à balayage) : le radar explore en continu la zone de couverture
 De poursuite : en continu ou en discontinu (track while scan)
 Multifonction : réalise les deux fonctions de surveillance et de poursuite
 Selon la résolution
 Conventionnels
 Haute résolution
 Selon le type de signal
 A onde continue
 A impulsions

■ Radars à impulsions
Chapitre I : Principes généraux 3

Ces radars émettent un signal formé d’impulsions de durée très brève de haute fréquence et de grande
puissance. Après l’émission d’une impulsion, suit un temps d’écoute plus ou moins long durant lequel les
échos éventuels son reçus, avant qu'une nouvelle impulsion ne soit émise. La direction, la distance et parfois
la taille ou l'altitude de la cible peuvent être déterminées à partir du traitement des échos de retour.

■ Radar à onde continue non modulée


Le radar émet de façon continue un signal d’amplitude et de fréquences constantes. Ce type de radar est
utilisé pour mesurer des vitesses (par exemple, dans le contrôle de la circulation routière) par utilisation de
l’effet Doppler.

I.3 Principe de fonctionnement d’un radar à impulsions


I.3.1 Organisation
Le schéma ci-dessous illustre le principe de fonctionnement du radar à impulsion. L'antenne du radar
illumine la cible avec des signaux micro-ondes, qui sont alors réfléchis puis interceptés grâce à un récepteur.
Le signal électrique recueilli par l'antenne est appelé « écho » ou « retour ». Le signal transmis par le radar est
généré par un émetteur puissant, l'écho réfléchi par la cible est capté par un récepteur très sensible.
Le rôle des différents éléments du radar est le suivant :
Chapitre I : Principes généraux 4

■ Antenne
Son rôle est de concentrer l’énergie émise par le radar dans un angle solide déterminé. Cet angle solide est
défini par la nature de l’antenne utilisée, la direction vers laquelle il est dirigé est également liée à l’antenne,
une action (mécanique ou électronique) sur cette antenne permettra de modifier cette direction et donc de
provoquer une exploration du domaine entourant le radar.

■ Joint tournant
C’est un dispositif permettant le transfert de l’énergie entre la partie fixe et la partie mobile du radar.

■ Duplexeur
C’est un aiguilleur électronique qui permet, d’une part au signal émis d’être dirigé vers l’antenne avec une
perte minimale tout en isolant convenablement le récepteur ; et d’autre part au signal reçu d’être dirigé en
totalité vers le récepteur, sans dérivation vers l’émetteur et toujours avec une perte minimale.

■ Emetteur
Sa partie active est le tube d’émission dans lequel est engendrée l’impulsion hyperfréquence à la fréquence
et à la puissance désirées.

■ Modulateur
Le modulateur constitue la partie active de l’émetteur. Il permet de stocker l’énergie pendant les périodes
séparant deux émissions successives et de la restituer pendant le temps très bref de l’émission radar.

■ Récepteur
C’est l’élément le plus délicat, et souvent le plus complexe du radar. Lui incombent l’amplification et le
traitement du signal radar.
–15
Sa sensibilité doit être très grande (jusqu’à 10 W ). Il amplifie les signaux dans de très grandes
proportions ( 1010 à 1014 ) et doit le faire sans déformation du signal. Le récepteur doit en outre effectuer le
filtrage du signal et tous les autres traitements adaptés à l’information à obtenir (par exemple vitesse, position
angulaire...),
Chapitre I : Principes généraux 5

■ Traitement et exploitation des informations


Le traitement des informations radar est fait à partir des éléments suivants :

 signal vidéo délivré par le récepteur;


 signaux de synchronisation;
 informations de position angulaire du faisceau d’antenne;
 éventuellement autres informations en provenance d’un traitement spécial à la réception, ou de
sources extérieures.
Il permet de délivrer les plots radar qui seront pris en compte parle système d’exploitation.
Les informations sont présentées à un opérateur sous la forme d’une image radar adaptée à la situation à
analyser.
Le moyen de visualisation le plus courant est le tube cathodique

■ Synchronisation
Le synchronisateur est le cœur du système radar. Il délivre les signaux de base qui définissent les instants
d’émission, et divers signaux annexes nécessaires à des opérations en temps réel.
–5
Son élément de base est une horloge de très grande stabilité ( 10 à 10–8 ) à partir de laquelle sont
engendrés les signaux de synchronisation.
Ces signaux sont distribués aux différents éléments à piloter.
Dans les antennes classiques, la position angulaire du faisceau est liée à la position mécanique de l’antenne.
Celle-ci doit donc être recopiée et transmise au système d’exploitation des informations.

Les systèmes de recopie utilisés sont du type analogique (selsyns) ou numérique (codeurs).
Dans les antennes à balayage électronique, cette information est engendrée et transmise par le calculateur «
pointeur » d’antenne.

I.3.2 Mesure de distance


La distance est calculée à partir du temps de transit (aller et retour) d'une brève impulsion radioélectrique
émise et de sa vitesse de propagation c. La distance de l'écho (calculée par le radar) est la distance en ligne
droite entre l'antenne du radar et la cible.
Chapitre I : Principes généraux 6

Le temps t mesuré par le radar est le temps nécessaire à l'impulsion pour aller de l'antenne à la cible, puis
de la cible vers l'antenne après réflexion. Chaque impulsion revenant au radar a parcouru deux fois la distance
radar-cible. La formule permettant de calculer cette distance est donc la suivante :
c.t
R (m) avec c  3.108 m / s la vitesse de la lumière.
2

■ Remarque :
à  t  1s correspond une distance de 150m

Tr : période de répétition des impulsions, l’inverse f r =1/Tr (PRFen anglais) est la fréquence de

répétition.

 : durée des impulsions.

Le signal émis est caractérisé par la puissance crête PC de l’impulsion, son énergie E et la puissance

moyenne Pm . On a les relations :

E  Pc .  Pm .Tr

E 
Pm   P
Tr Tr C

Le rapport /Tr est le facteur de forme (duty cycle) du générateur qui traduit le temps de travail sur le
temps de repos du tube. Il est généralement de l’ordre de 0,001 pour les magnétrons.

I.3.3 Mesure de la direction


L'angle, entre la direction du nord et celle de la cible (azimut), est déterminé grâce à la directivité de
l'antenne. La directivité est la capacité de l'antenne à concentrer l'énergie rayonnée dans une direction
particulière. En mesurant la direction dans laquelle est pointée l'antenne à l'instant où elle reçoit un écho, on
peut déterminer non seulement l'azimut mais aussi le site de la cible (donc son altitude). La précision de la
mesure de ces angles dépend de la directivité de l'antenne. Pour une fréquence émise donnée (ou une longueur
d'onde définie), la directivité d'une l'antenne est fonction de ses dimensions propres.
Chapitre I : Principes généraux 7

I.4 Radar à onde continue


I.4.1 Organisation
Le radar émet de façon continue un signal d’amplitude et de fréquences constantes. Ce type de radar est
utilisé pour mesurer des vitesses (par exemple, dans le contrôle de la circulation routière) par utilisation de
l’effet Doppler. Ce type de radar ne permet pas la mesure de la distance.

I.4.2 Mesure de la vitesse radiale


Les radars utilisent la fréquence Doppler pour extraire l’information sur la vitesse radiale des cibles. Le
phénomène Doppler décrit la variation (positive ou négative) de la fréquence réfléchie provoquée par le
mouvement de la cible par rapport à la fréquence émise.
L’écart de fréquence entre la fréquence réfléchie et la fréquence émise est appelé fréquence Doppler f d .

Elle est reliée à la vitesse radiale vr par la relation :

2vr
fd  (Hz)

Chapitre I : Principes généraux 8

■ Démonstration
Soit un mobile situé à l’instant origine à une distance R0 du radar et s’en rapprochant à la vitesse radiale vr .
Le temps de trajet de l’onde est :

2R 2R 0 2v r t
t   
c c c

Si le signal émis est de la forme s e (t)  A.cos(2ft) , le signal reçue sera de la forme :

   
sr (t)  A.cos 2f  t  t   A cos 2  f  r
2v
 t  0  (signal identique au signal émis retardé de t)
  c/f  

2v r 2v r
L’écart entre la fréquence reçue et la fréquence émise est donc : f d  
c/f 
Chapitre I : Principes généraux 9

I.5 Performances des radars


I.5.1 Indice de réfraction de l’air
La variation de l’indice de réfraction n de l’air provoque la courbure des rayons électromagnétiques vers le
sol. Cette réfraction introduit une erreur sur la mesure de l’angle d’élevation de la cible. Il en résulte aussi une
augmentation effective de la portée du radar.

dn
On a n(z)  1,000313  z
dz

Le plus souvent pour effectuer des corrections d’altitude, pour des altitudes inférieures à 3 km, on se
ramène à des rayons rectilignes en considérant une terre fictive de rayon R f  kR 0 avec R 0  6370 km
Chapitre I : Principes généraux 10

1 4
k  avec un gradiant d’indice dn / dz  3,9.10 8 / m
1  dn / dz 3

On trouve R f  8500 km

La relation suivante permet de calculer l’altitude z de la cible en fonction de la distance, de l’élevation  et


de la hauteur du radar h :

R 2 
z  h  R    sin    
2R f

La distance de l’horizon radio d’un radar situé à une alttude h est donnée par :

d  2R f h (m)

I.5.2 Temps d'éclairement et nombre de coups au but


Le temps Te pendant lequel le faisceau radar passe sur la cible est appelé temps d'éclairement. Le temps

d'éclairement dépend principalement de :


 la largeur du lobe d’antenne 3

 la vitesse de rotation de l'aérien a

θ°3 θ3°
On a Te = = (s)
ωa  °/s  6ωa  tours/mn 

La valeur du nombre de coups au but (hits) n traduit le nombre d'impulsions reçues pour une cible donnée à
chaque balayage d'antenne. Le nombre de coups au but représente, par exemple pour un radar de veille avec
une antenne rotative dans le plan horizontal, le nombre d'impulsions réfléchies par une cible unique à chaque
tour d'antenne. Le nombre n de coups au but s’écrit : n=Te / Tr , soit :
Chapitre I : Principes généraux 11

θ°3fr
n=
6ωa (trs/mn)

3x1000
Exemple : θ°3 =3°, f r =1000pps, ωa =10trs/mn  n=  50
6x10
I.5.3 Ambiguïté en distance et vitesse
Les formes d’ondes usuelles sont formées de trains d’impulsions récurrentes de période Tr (fréquence de

récurrence f r =1/Tr ) : dans ces conditions, tout écho localisé en t 0 et f d produira, en sortie du récepteur, un

ensemble de pics de corrélations situés t 0 +kTr , f d +k'f r d’où une ambiguïté sur la localisation en distance et

vitesse.

■ Ambigüité en distance
L'horloge du radar est remise à zéro à chaque fois qu'une nouvelle impulsion est émise, et ce afin de
s'assurer que la mesure de distance s'effectue bien à partir de la dernière impulsion. Les échos reçus dans un
délai supérieur à la période de répétition des impulsions Tr génèrent des erreurs de calcul de la distance
(échos de nième balayage); on parle alors d’ambiguïté en distance (figure).
Chapitre I : Principes généraux 12

Les échos revenant au radar au delà de Tr se traduisent par une ambiguïté distance (erreur de visualisation)

alors que ceux qui reviennent dans un délai inférieur à Tr sont affichés à la distance correcte (non ambiguë).

La distance maximum sans ambiguïté pour un radar donné est déterminée par la formule :
c.Tr c
R umax = 
2 2fr

3.108
Exemple : f r  600Hz R max   250 km
u
 2  600 
■ Ambigüité en vitesse
L'ambiguïté de la fréquence Doppler exprime la possibilité d'attribuer différentes valeurs de la vitesse
radiale v r radial à une fréquence donnée Doppler f d . C'est le résultat du caractère périodique du spectre

Doppler dans des radars à impulsions. Le maximum de la fréquence non ambiguë Doppler est :

fr
fdu  
2

 fr
La vitesse radiale maximale non ambigüe est alors : v r  
u
4
I.5.4 Résolutions des radars
La résolution (ou pouvoir de séparation) d'un radar est sa capacité à distinguer deux cibles très proches l'une
de l'autre, en azimut, en distance ou en vitesse. Les radars de contrôle d’armes, qui demandent une grande
précision, doivent être capables de distinguer des cibles espacées de quelques mètres. Les radars de veille,
généralement moins précis, ne peuvent faire de distinction qu’entre des cibles espacées de quelques centaines
de mètres.
La résolution d’un radar de surveillance est divisée en deux parties : la résolution en distance et la
résolution angulaire (en azimut).

■ Résolution en distance
La résolution en distance R est la capacité d'un système radar à distinguer deux ou plusieurs cibles situées
dans la même direction mais à des distances différentes. La qualité de la résolution dépend de la largeur de
bande f de l’impulsion émise.

 S  f  df
2

c
R  avec f   et S(f) spectre du signal s(t))
2 f Sf 
2
max

1 c
Dans le cas particulier d’une impulsion non modulée, Δf  , d’où R 
τ 2
Chapitre I : Principes généraux 13

Exemple :   3s  R   3150  450m

■ Résolution angulaire
La résolution angulaire est l'écart angulaire minimum qui permet au radar de distinguer deux cibles
identiques se présentant à la même distance. La résolution angulaire d'un radar est déterminée par la largeur de
son lobe d'antenne, elle-même définie d'après son angle à -3dB (largeur du lobe à mi-puissance). Les points du
diagramme de rayonnement de l'antenne qui reçoivent la moitié de la puissance émise (c'est à dire la largeur
du lobe à -3dB) sont considérés comme les limites du lobe lorsque l'on calcule la résolution angulaire; deux
cibles identiques, à la même distance, sont de fait vues par un radar à des azimuts ou des sites différents
lorsqu’elles sont espacées angulairement d'une valeur supérieure à la largeur du lobe à -3dB.
La résolution angulaire en azimut ou site rapportée à une distance R entre deux cibles peut être calculée par
la formule suivante :
Chapitre I : Principes généraux 14

 
 az  2R sin  az   R az (m)
 2 

 
 site  2R sin  site   R site (m)
 2 

■ Cellule de résolution
Les résolutions en distance et angulaire conduisent à la notion de cellule de résolution : il est impossible de
distinguer l’une de l’autre deux cibles se trouvant à l'intérieur d'une même cellule de résolution.
On considère généralement que le volume de la cellule est fixé par les angles d'ouverture en azimut et en site
du lobe d'antenne et par la résolution en distance ΔR.

Cellule de résolution

■ Résolution en vitesse
C’est la vitesse minimale séparant deux cibles de même amplitude situées à la même distance pouvant être
séparées. Cette résolution est liée à la durée Tm de la mesure.

1
 Résolution en fréquence Δfd =
Tm

λ
 Résolution en vitesse Δv=
2Tm
 0, 2
Exemple : pour une résolution de 1m/s et λ=20cm , il faut une durée Tm    0,1s
2v  2 1

I.5.5 Précisions des mesures


La mesure de l’instant d’arrivée des impulsions est d’autant plus précise que le rapport signal sur bruit S/N
est élevé. La précision des mesures est inversement proportionnelle au rapport signal sur bruit :
Les différentes précisions sont données par les formules de Woodward :
c
 Distance  R  (m)
2f S / N

 Vitesse  v  (m / s)
2Tm S / N
Chapitre I : Principes généraux 15


 Angle    (rad) (D dimension de l’antenne)
2D S / N

■ Valeurs typiques des erreurs


100 m (en distance) 0,35° (en azimut) 0,15° (en élévation)

I.6 Types de radars


I.6.1 Radar panoramique
Le radar panoramique (de veille, de surveillance ou primaire) est le plus répandu et le plus représentatif des
systèmes radars. Il assure une exploration totale de l’espace par une rotation continue de son antenne autour
d’un axe vertical.
On a alors intérêt à utiliser un faisceau étroit dans le plan de gisement de manière à obtenir un pouvoir
séparateur angulaire convenable. Cela est possible si les aériens sont de grande dimension horizontale, par
exemple :

70
λ=23cm L=14m θg =  115'
L
L’exploration de l’espace est effectuée de manière régulière; les vitesses de rotation d’antenne sont de
l’ordre de 6 tr/min pour les radars à grande portée, 12 à 20 tr/min pour les radars de moyenne portée, jusqu’à
60 tr/min pour les radars de courte portée.

I.6.2 Radars volumétriques


Dans certains cas, il a été jugé préférable d’utiliser des radars donnant simultanément la distance, le site et
l’azimut des aéronefs, de tels radars sont dits radars 3D ou radars volumétriques.
Deux procédés principaux sont utilisés pour aboutir à cette performance.

 Radars à faisceaux étagés


Dans cette version, le faisceau radar est découpé en site en un certain nombre de faisceaux élémentaires, qui
reçoivent chacun une partie de l’énergie.

 Double balayage de l’espace


Dans cette version un (ou un groupe de) faisceau directif en site et gisement est animé d’un balayage
sectoriel en site et continu en gisement. Les diverses tranches d’espace sont ainsi explorées successivement.
Chapitre I : Principes généraux 16

Ils sont utilisés dans des fonctions particulières comme la navigation, la cartographie et la reconnaissance.

I.6.3 Autres types de radars


 contrôle aérien,
 trajectographie,
 mesure des vitesses,
 altimétrie,
 anticollision,
 météorologie,
 suivi de terrain,
 navigation,
 conduite d’armes,
 guidage des missiles, …

I.7 Conception générale

 Duplexeur : interrupteur qui permet de partager l’antenne pour l’émission et la réception


 L’émetteur : génère et amplifie le signal hyperfréquence
 Ampli faible bruit (LNA) : amplifie le signal reçu sans ajouter de forme significative du bruit
 Mélangeur : translate le signal radiofréquence à la fréquence intermédiaire
 Filtre adapté : extrait le signal du bruit
 Ampli FI : amplifie le signal à la fréquence intermédiaire
 Détecteur : translate le signal FI en bande de base (vidéofréquence)
 Ampli vidéo adapte le niveau du signal vidéo pour la visualisation
 Scope : présente de forme graphique le signal radar
Chapitre I : Principes généraux 17

I.8 L’émetteur
Les paramètres caractéristiques d’un émetteur sont :

 Puissance moyenne et puissance crête,


 Bande passante,
 Stabilité (bruit de phase),
 Spectre du signal utile émis,
 Forme des impulsions émises,
 Rendement,
 Type d’alimentation …

Les structures utilisées sont de deux types :

I.8.1 Modulation haut niveau


Le signal radar est généré à grande pussance par un oscillateur de puissance hyperfréquence.

I.8.2 Modulation bas niveau


L e signal radar est généré par un générateur de forme d’onde à bas nivaeu puis amplifié par un ampli de
puissance hyperfréquence
Chapitre I : Principes généraux 18

Antenne
Modulateur Ampli de
bas niveau puissance

Générateur de Source
Récepteur
forme d’onde d’alimentation

Synoptique de l’émetteur bas niveau


I.8.3 Les sources de signal
■ Etat solide
Ils équipent actuellement les étages de puissance intermédiaires. Les éléments utilisés sont :

 Les diodes IMPATT dans les oscillateurs


 Les transistors bipolaires (SiBJTs, HBTs,
 Les transistors à effet de champ (HFETs, PM.TEGFET, MISFET.InP)
Exemple
Bande S, , ampli à transistor bipolaire classe C, alimentation 40 Volts, puissance crête 100W, gain 6,5dB,
rendement 35 %.

■ Tubes hyperfréquences
 Des oscillateurs de puissance (magnétrons) : ils sont utilisés dans une bande de 400 à 100 000 MHz
pour des puissances de crête variant de 5 MW pour le bas de gamme à 1 kW pour le haut de gamme.
 Des amplificateurs de puissance (klystron, TWT)

Pararmeter Klystron Magnétron TWT Linear CFA Solid state


Gain Hight N/A Hight Low Moderate
Bandwidth Narrow N/A Wide Wide Wide
Noise Low Moderate Moderate Moderate Low
DC voltage High Moderate Moderate Moderate Low
X-rays High Low Low Low None
Size Large Small Medium Small Medium
Weight Heavy Light Medium Light Medium
Efficiency Low High Moderate Moderate Moderate

Comparaison des composants hyperfréquences


I.8.4 Modulateurs
Les modulateurs sont les dispositifs grâce auxquels les tubes d’émission radar peuvent fonctionner en
impulsion. Ces dispositifs doivent donc être aptes à délivrer les tensions d’alimentation et de commande des
tubes pendant la durée des impulsions émises, et cela avec les courants convenables. Le rôle du modulateur est
donc double, il sert à la fois de réservoir d’énergie et de commutation de puissance.
Chapitre I : Principes généraux 19

Les puissances de crête délivrées par le modulateur sont très importantes (10 MW par exemple pour une
puissance émise de 3 MW avec un rendement de 30 %) ; il y correspond des courants de plusieurs dizaines
d’ampères sous des tensions de plusieurs dizaines de milliers de volts.

I.8.5 Lignes de transmission


Guides d’ondes en mode TE10 . La section du guide dépend de la fréquence de travail. Ils ont une capacité

de transmoprt de puissance élevée.

I.8.6 Duplexeur
Le duplexeur commute alternativement l'antenne entre l'émetteur et le récepteur. Cette commutation est
nécessaire parce que les impulsions de haute puissance de l'émetteur détruiraient le récepteur au cas où elles
atteindraient le récepteur.
Les duplexeurs sont construits de différentes manières :

■ Circulateur
Les circulateurs sont utilisés pour les petites puissances. A l’intérieur de la jonction, l’énergie tourne dans
un seul sens grâce à l’interaction entre la champ électromagnétique RF et le champ magnétique d’un ferrite
placé au centre de la jonction : un signal entrant par un bras sort par le bras adjacent dans le sens de la
rotation.
Chapitre I : Principes généraux 20

■ Les duplexeurs à cellules sont utilisés pour les grandes puissances.


 Durant l’émission, la puissance du signal provoque la création d’arc dans les cellules de gaz ; ces arcs
court-circuitent le guide et toute la puissance est réfléchie vers l’antenne.
 Durant la réception, le niveau du signal n’est pas suffisant pour produire un arc, les signaux traversent
alors les cellules pour se diriger vers le récepteur.

Antenne Charge adaptée


Cellules
Duplexeur
TR
en émission

Emetteur Emetteur

Coupleurs directifs

Antenne Charge adaptée


Duplexeur
en réception

Emetteur Récepteur

Fonctionnement du duplexeur

I.8.7 Les antennes radar


Dans le domaine du radar on utilise soit des antennes composées d’un réflecteur illuminé par une source
primaire, soit un réseau de sources primaires sur une surface bien définie.

Ouverture
Ouverture

s
Réflecteur
s
Réflecteur

a
a
H
H
L
L
Chapitre I : Principes généraux 21

Une antenne est caractérisée par plusieurs paramètres :

■ diagramme de rayonnement,
■ Ouverture mi-puissance,
70 60 70 60
 3dB      3dB    
L L H H

■ Niveaux des lobes secondaires


■ Directivité et gain en puissance
avec :
4S 4S
0, 4  G  0,8
2 2 A(m 2 ) surface effective
G max gain de l’antenne
0, 4S  A  0,8S
H(m) hauteur de l’antenne
0, 4  f  0,8 L(m) largeur de l’antenne
S(m 2 ) surface de l’antenne
15000 30000 f facteur de gain
G
a s a s θa (°) θs (°) ouvertures à –3dB

■ Polarisation
 horizontal (surveillance),
 vertical (poursuite),
 circulaire (élimination échos de pluie)
La polarisation circulaire peut être vue comme la superposition de deux ondes rectilignes d’égales
amplitudes orthogonales dans l’espace et en quadrature de phase dans le temps :
    j / 2
Ecirc  u x E  u y Ee

La polarisation circulaire peut être gauche ou droite.

L’onde polarisée circulairement est réfléchie par les gouttes d’eau sphériques en changeant de sens de
polarisation. A la réception, l’antenne rejette ces ondes qui ont changées de sens, d’où une atténuation
importante des échos de pluie.
Quant aux ondes réfléchies par les cibles, elles conservent des composantes significatives de la polarisation
initiale, parce que les cibles n’ont pas une forme sphérique.
Chapitre I : Principes généraux 22

La polarisation circulaire est obtenue grâce à un polariseur constitué de lames diélectriques placées à 45 °
par rapport au cornet. La composante du champ électrique parallèle aux lames subit une avance de /4 et on
obtient une onde polarisée circulairement

 Explication
Après le passage dans le polarisateur, la composante parallèle E 2 est en avance de λ/4 par rapport à E1 et

on obtient une polarisation circulaire. Après réflexion sur la cible, et à la réception, le polarisateur effectue de
nouveau une avance de λ/4 de la composante parallèle. La composante parallèle a subi au total une avance de
λ/2 : on obtient une onde polarisée horizontalement qui sera rejetée par le cornet.

 Antenne à diagramme en cosécante carrée


Les radars de surveillance utilisent des antennes en cosécante carrée qui ont la particularité de conserver
une puissance constante à l’entrée du récepteur lorsque la cible se déplace à une altitude constante à l’intérieur
du faisceau.
En pratique, cette antenne peut être réalisée par une déformation d'un réflecteur parabolique.
Chapitre I : Principes généraux 23

 Expression du gain de l’antenne cosécante carrée

On peut écrire : R=H/sinβ=Hcosecβ

G2
L’équation du radar permet d’écrire : PR 
R4

en écrivant que la puissance reste constante PR =constante , on a alors G  R 2 , d’où :

G  H 2 cosec 2β

En imposant H constante, on aura finalement G  cosec 2β

L’expression du gain en fonction de l’angle de site peut alors s’écrire :

sin 2   0 
G    =G max pour    0
sin 2   

0 : angle de pointage de l’antenne correspondant au gain max Gmax

I.9 Le récepteur
Le récepteur est de type superhétérodyne ( changement de fréquence).
Ses paramètres caractéristiques sont :

 Sensibilité : c’est le niveau minimal de signal permettant le fonctionnement correct

S / N entrée   S / N entrée 
 Facteur de bruit : F  F  dB   10Log  
S / N sortie  S / N 
 sortie


Le facteur de bruit F d’un récepteur composé de n étages a pour expression :

F2  1 F3  1 FN  1
F  F1    
G1 G1.G 2 G1.G 2  G n 1

F1 , F2 , …, Fn sont les facteurs de bruit propre des étages et G1 ,G2 ,…, Gn les gains respectifs.

Cette formule montre l’importance du premier étage qui détermine le facteur de bruit global de la chaîne.

 sélectivité : largeur de bande donnée par f  1/ 


 marge dynamique limitée par la sensibilité et la saturation améliorées grâce à des circuits STC
Chapitre I : Principes généraux 24

I.9.1 Circuit STC


En zone proche, la puissance du clutter de sol détecté est telle que la région centrale de l’indicateur est
pratiquement inexploitable.
On utilise des circuits STC (Sensitive Time control) pour ajuster en fonction du temps le gain des
amplificateurs pendant chaque récurrence.
Les circuits STC appliquent une tension de polarisation qui varie avec le temps aux amplificateurs (gain

proportionnel à R 4 ).

I.9.2 Les détecteurs


On utilise des détecteurs

 Linéaires : y v

2
 Quadratiques y  v

 Cohérent : tient compte de la phase du signal

 Synchrones : détecteur cohérent à deux voies en quadrature I et Q


Chapitre I : Principes généraux 25

 Détecteur logarithmique
Les amplis logarithmiques sont utilisés lorsque la dynamique des signaux est très grande et qui risquent de
saturer les étages d’amplification, comme les échos de pluie. La tension de sortie st proportionnelle au
logarithme du signal d’entrée.
Ils consistent en en un certain nombre d’étages amplificateurs, chacun relié à un détecteur d’enveloppe. Le
signal de sortie est la somme des signaux des détecteurs.
Chapitre I : Principes généraux 26

Exemple
Supposons un gain de 20dB (Gain en tension 10) pour chaque étage et une tension de saturation de 1 Volt.
On aura alors :
Entrée Sortie Sortie Sortie Sortie Sortie Sortie
FI (dBm) Etage 1 (V) Etage 2 (V) Etage 3 (V) Etage 4 (V) Etage 5 (V) Vidéo (V)

100 10-4 10-3 0,01 0,1 1 1,1111

80 10-3 0,01 0,1 1 1 2,111

60 0, 01 0,1 1 1 1 3,11


40 0,1 1 1 1 1 4,1
20 1 1 1 1 1 5

La caractéristique est approximativement logarithmique.

I.9.3 Les mélangeurs


On utilise des mélangeurs hyperfréquences de type équilibré.
Conversion Pertes TOS Isolation Puissance requise
Equilibre (90°) Bonne 8-10dB Bon <12dB +5dBm
Equilibre (180°) Bonne 8-10dB Bon >23dB +5dBm

I.9.4 Traitement de l’information


■ Traitement de signal
 CFAR
 Compression d’impulsions
 Traitement Doppler, MTI

■ Traitement de données
 Extraction de données : calcul distance, direction, vitesse des échos reçus
 Traitement de données génération de pistes à partir des plots (filtre de poursuite Kalman)

■ Exploitation automatique
Le système de base de surveillance est composé d’un radar primaire et d’un radar secondaire, tous deux
sont orientés à un instant donné dans la même direction, les deux antennes étant liées mécaniquement. Les
signaux issus des récepteurs subissent alors les traitements suivants :

 Extraction
L’extraction est le processus qui, à partir des échos élémentaires, permet de reconstituer les plots issus des
objets à détecter. Les fonctions assurées sont :

 corrélation de position, de manière à faire ressortir les plots issus des cibles au milieu des parasites
divers ;
 filtrage des plots qui a pour but d’éliminer des parasites issus du filtrage précédent ;
 pour le radar primaire, préfiltrage des informations, de manière à éviter la transmission des plots non
intéressants pour la poursuite ultérieure
 pour le radar secondaire, décodage des informations reçues.
Chapitre I : Principes généraux 27

À ce niveau, les plots primaires et secondaires contiennent des informations de gisement et distance
calculées sur la moyenne des différents échos pris en compte.

 Corrélation primaire secondaire


A ce stade, il convient d’associer les informations issues du radar primaire et du radar secondaire. La
corrélation des coordonnées géographiques des plots issus des deux chaînes est couramment utilisée pour
effectuer cette association.

 Calcul des pistes


A chaque tour d’antenne est délivrée une certaine quantité de plots qui peuvent être :

 issus du seul radar primaire : plots primaires;


 issus du seul radar secondaire : plots secondaires;
 associés par la corrélation : plots primaires-secondaires, ou mixtes.
Cette masse de plots contient une certaine quantité de faux plots variable en fonction des conditions
extérieures.
Le pistage a pour but d’associer entre eux les plots issus d’un même mobile pour aboutir à la formation
d’une piste (position, direction et vitesse à l’instant t). Dans les grandes lignes le processus est le suivant :
Chapitre I : Principes généraux 28

 dans un secteur donné, comparaison des plots issus du radar avec les positions présumées des pistes
déjà initiées, établissement des associations correspondantes;
 initiation de pistes nouvelles avec les « laissés-pour-compte » du tour d’antenne précédent à l’aide
d’un filtrage basé sur des notions simples de vitesse maximale et minimale. Ces pistes latentes seront
plus tard confirmées ou infirmées en fonction des détections des tours d’antenne suivants.
Ainsi prend corps une liste de pistes confirmées et une liste de pistes en attente. Les processus de mise en
forme utilisent largement les informations du radar secondaire, qui permettent de faciliter les associations.

I.9.5 Les indicateurs


Les scopes de visualisation peuvent prendre différentes formes. Le plus simple, appelé le scope A présente
l’information sous forme Amplitude/Temps, il ne donne pas la direction de la cible.
Le scope le plus utilisé est le PPI (Plan Position Indicator) dans lequel l’information est donnée sous forme
de coordonnées polaires (direction et distance). Il utilise un tube cathodique classique avec balayage radial et
circulaire. La puissance du faisceau est modulée proportionnellement à l’intensité du signal provenant des
cibles
Chapitre I : Principes généraux 29

I.10 Les fréquences et applications du radar

Identification bande Fréquences Utilisation


HF 3-30MHz Surveillance
VHF 30-300MHz Surveillance très grande distance
UHF 300-3000MHz Surveillance très grande distance
L 1-2GHz 1215-1400MHz Surveillance grande distance
(contrôle trafics aérien en route)
S 2-4GHz 2700-3400MHz Surveillance moyenne distance
(contrôle trafics aérien en zone terminale)
C 4-8GHz 5250-5850MHz Poursuite grande distance
Météo de bord
X 8-12GHz 8,5-10,5GHz Poursuite courte distance
Guidage de missiles
Carte
Radars maritimes
Ku 12-19GHz 13,4-14GHz Cartes de haute résolution
Altimétrie par satellite
K 18-40GHz 24,05-24,25GHz Peu d’utilisation (absorption par la vapeur d’eau)
Ka 27-27GHz 33,4-36GHz Cartes de très haute résolution
Surveillance aéroports
Millimétriques 40-270GHz 59,0-64GHz Expérimental

I.11 Bref historique du radar

Année Pays Evénement Auteurs


1865 UK Equations de l’électromagnétisme Maxwell
1887 GE Expérimentations sur les ondes Hertz
1895 IT Télégraphie sans fils Marconi
1904 GE Brevet de radiolocalisation Hulsmeyer
1921 UK Concept du magnétron Hull
1931 USA Premières expériences de détection aérienne
1934 USA Premier radar à impulsions
1934 UK Radar naval expérimental
1936 USA Duplexeur
1937 UK Premier radar air-terre
1938 UK Magnétron
1938 USA Prototype de radar UHF
1939 IT Publication équation radar Tiberio
1941 USA Prototype antenne monopulse
1941-45 USA Radar MTI MIT
1950 USA Klystron
1950 USA Radar à compression d’impulsion
1950+ USA Théorie de la détection Marcum et Swerling
1956 USA Calcul de la portée Hall
1950 + USA Concept du radar SAR
1960-1970 USA Techniques digitales. Antennes à balayage électronique.
Techniques de compression d’impulsion
1970- 1980… USA MTI digital. MTD. Techniques spectrales. Radars état solide.
Chapitre II : Equation du radar 30

CHAPITRE II. EQUATION DU RADAR

II.1 Etablissement de l’équation du radar en espace libre


L'équation du radar traduit l'influence de phénomènes physiques sur la puissance rayonnée, la propagation
de l'onde, et jusqu'à la réception du signal réfléchi (écho). L'équation du radar permet de réaliser une
estimation des performances d’un système radar.
On supposera que les ondes électromagnétiques se propagent dans des conditions idéales, sans subir une
quelconque perturbation.
On considère un radar monostatique doté d’une antenne directive utilisée en émission et en réception de gain
4 A e
max G et de surface équivalente A e avec la relation G 
2
Lorsque l'énergie haute fréquence est rayonnée à partir d'une antenne isotrope, elle se propage de façon
uniforme dans toutes les directions. Les zones d’égale densité de puissance forment donc des surfaces
sphériques concentriques autour de l'antenne. Lorsque le rayon de la sphère augmente, une même quantité
d'énergie est diffusée sur une plus surface sphérique. Cela revient à dire que la densité de puissance, dans une
direction donnée, diminue lorsque la distance de l’émetteur augmente.
La formule suivante permet de calculer la densité de puissance rayonnée par l’antenne à la distance R du
radar pour une puissance crête Pc émise :

pi  G
Pc
4 R 2  W / m2 
La détection d'une cible ne dépend pas uniquement de la densité de puissance à sa position. Elle dépend
également de la partie de l'énergie réfléchie par la cible qui est renvoyée vers l'antenne du radar. Afin de
déterminer la valeur de cette puissance réfléchie utile, il est nécessaire de définir une surface équivalente radar
de la cible SER (RCS en Anglais) notée σ. Cette valeur difficile à appréhender dépend de plusieurs
paramètres. Dans un premier temps, il est relativement logique de considérer que plus la surface éclairée par le
signal est grande, plus la puissance réfléchie est importante. Au-delà des considérations de taille, la capacité
d’un objet à réfléchir les ondes dépend de sa forme, de la composition de sa surface et de la nature des
matériaux utilisés.
La puissance totale reçue par la cible est :
Pc
Pcib  pi .  G W
4R 2
Chapitre II : Equation du radar 31

La cible se comporte comme un émetteur qui réémet omnidirectionnélement (gain =1) la puissance Pcib .

La densité de puissance atteignant le radar s’écrit donc : pr 


Pcib

GPc
 W / m2 
4R
 4R 
2 2 2

La puissance totale captée par le radar qui dépend de la surface équivalente A e de l’antenne du radar est :

 
 GPc   G 2  PcG 2 2
Pr  pr .Ae    
2   4 
W
    3 4
 4R 2   4 R
 
d’où on tire la distance :

1/ 4
 P G 2 2 
R c 3 
  4  P 
W
 r 

II.2 Portée maximale du radar

Soit Pr min la puissance minimum du signal autorisant sa détection par le radar. Tout signal de puissance
inférieure ne peut être exploité puisqu’il est noyé dans le bruit du récepteur. Ce signal de puissance minimum
Smin  Pr min est donc celui qui permet au radar d'atteindre sa portée maximum de détection R max .

1/4
 P G 2 2 
On a : R max   c 3
  4  S 
  W
 min 
Chapitre II : Equation du radar 32

II.3 Influence des pertes sur la portée


Lors de l’élaboration de l’équation du radar, on a considéré des conditions de propagations idéales, libres de
toute perturbation. Cependant, dans la pratique, la propagation est affectée par de nombreuses pertes qui
peuvent considérablement réduire l’efficacité du radar.
On introduit une pondération par un facteur de pertes Ls ( Ls > 1) dans l’équation de la portée pour tenir

compte de ces pertes :


1/4
 P G 2 2 
R max  c  W
  4  3 L S 
 s min 
Ce facteur regroupe diverses pertes dont les suivantes :
 atténuations internes dans les circuits de l'émetteur et du récepteur. Typiquement, elles sont de l’ordre de
1 à 2 dB,
 pertes dues aux fluctuations de la surface équivalente,
 pertes dues au faisceau : dans l’équation du radar, on a supposé le gain de l’antenne constant, or ce gain
varie pendant le balayage dont il faut tenir compte. Cette perte est de l’ordre de 1,5 dB.
Chapitre II : Equation du radar 33

II.4 Portée maximale du radar en présence du bruit thermique


II.4.1 Bruit à la réception
Le bruit à la réception peut être d’origine interne (généré par le mouvement des électrons) et externe capté
par l’antenne avec les échos utiles).
Les sources de bruit externe sont diverses :
 Bruit atmosphérique : il est généré par les perturbations atmosphériques (orage). Il est négligeable au-
dessus de 50MHz.
 Bruit solaire : il est généré par le soleil. Il augment avec le carré de la fréquence. Sa contribution aux
fréquences radar est négligeable.

Aux fréquences radar, le bruit externe reste négligeable et la sensibilité du radar sera déterminée par le bruit
interne et principalement par le brui thermique.
La présence de bruit interne provoque une dégradation du rapport signal / bruit. Cette dégradation s’exprime
par le facteur de bruit.

■ Bruit thermique
Un conducteur de résistance R, à la température absolue T, génère à ses bornes une tension de bruit qui est
la conséquence du mouvement aléatoire des électrons et dont la valeur quadratique est donnée par l’expression
suivante :

e2n  4kRTf où :

k  1,38.1023 joule / K : constante de Boltzmann


T : température absolue en °K
f : largeur de bande
Chapitre II : Equation du radar 34

La puissance de bruit maximale disponible aux bornes de la résistance R est donnée par :
Pn  kT  f

■ Facteur de bruit
Pour évaluer la qualité d’un récepteur, on définit un paramètre appelé facteur de bruit (noise figure) par :
puissance signal entrée/puissance bruit entrée S /N
F=  i i (F  1)
puissance signal sortie/puissance bruit sortie So /N o

Supposons qu’à l’entrée, on ait un bruit : Ni  kTf

No
ce qui donne F 
GkTf
Le bruit de sortie N o peut être décomposé en la somme du bruit d’entrée amplifié et d’un bruit interne n

GkTf  n n
soit : F   1
GkTf GkTf

Pour pouvoir comparer les facteurs de bruit des récepteurs, on fixe la température T à la température
standard T0  290 K .

n
On a alors : F  1 
GkT0 f

■ Température effective de bruit


Au lieu d’utiliser le facteur de bruit, on préfère utiliser un autre paramètre appelé, température effective de
bruit. La température effective de bruit d’un récepteur est définie comme la température Ts à l’entrée du

récepteur qui produit le bruit n à la sortie :

soit n  G.kTS f

En utilisant l’expression de F précédente, on trouve :


T0  Ts
F ou Ts  (F  1)T0
T0

II.4.2 Filtrage non optimal


Le spectre du signal impulsionnel étant infini, il faut donc filtrer le signal avec un filtre de largeur limitée.
Cette largeur doit être choisie de façon à optimiser le rapport signal / bruit.
Chapitre II : Equation du radar 35

En diminuant la largeur de bande du filtre passe-bande, on réduit la puissance de bruit, mais on dégrade en
même temps le signal,
En augmentant la largeur de bande du filtre passe-bande, on augmente la qualité du signal, mais on
augmente en même temps la puissance de bruit.
Les calculs montrent que le rapport signal sur bruit passe par un maximum pour une largeur de bande f 
1,2 /. Le filtrage non optimal consiste donc à utiliser un filtre passe-bande de largeur de bande f  1, 2 / 

II.4.3 Filtrage optimal : le filtre adapté


Le filtre qui maximise le rapport signal / bruit est appelé filtre adapté (matched filter).
Dans le cas d’un signal s(t) de spectre S(f) et d’un bruit blanc n(t) de densité de puissance b, la réponse H(f)

du filtre adapté est de la forme H(f )  S*  f  e


 j2 f t 0
.
Chapitre II : Equation du radar 36

Sa réponse impulsionnelle est donnée par :


1
h  t   TF  H  f    s*  t     t  t 0   s*    t  t 0   :

C’est donc le conjugué du signal lui-même renversé et retardé (figure).

S E
Le rapport signal/bruit maximal mesuré à l’instant t 0 est donné   = : il dépend de l’énergie
 N  max à t=t 0 b

du signal (et non de la forme du signal).

Une autre alternative pour la réalisation du filtre adapté est la suivante :


La sortie du filtre adapté a pour expression :

z(t)=x(t)  s*    t  t 0   
soit z(t)= x()s    t  t 0  d

*

Le récepteur optimal est donc une corrélation entre l’observation x(t) et la conjuguée d’une copie du signal
émis conservée jusqu’à l’instant t0 d’observation (figure).

II.4.4 Expression de la portée maximale en fonction du bruit


■ Cas du filtre sous optimal
En appelant Te , la température effective de bruit de l’antenne, la puissance de bruit à l’entrée du récepteur

est : N i  b.f  kTe f

Si /N i S S
Comme F=  Si =FN i    Smin =FkTe Δf  
So /N o  N 0  N min
Chapitre II : Equation du radar 37

S
On pose     S / N 1 le rapport sur une impulsion.
 N  min
1/ 4
 
1/ 4  
PcG 2 2  PcG 2 2 
R max     W
  4  3 kT ΔfFL  S / N  
 1, 2  4  kTe  FLs  S / N 1 
3
 e s 1   

■ Cas du filtre adapté


1/4 1/4
 P G 2 2   E G 22 
On a R max   c3   c  avec E c =Pc . et Emin =Smin .
  4  L S    4 3 L E 
 S min   S min 

S E
A la sortie du filtre adapté, le rapport signal/bruit est    r
 N o b

avec b  kT0 F et F   Te  TS  / T0

S E S
soit    min d’où E min  b    b. S / N 1  kFT0  S / N 1
 N  min kT0 f  N  min
1/4
 
 PcG 2 2 
et R max 
  4 3 kT  FL S / N 

  0 S  1 

II.5 Discussion de l’équation du radar


L’équation donnant la portée d’un radar à impulsions pour une réponse traitée est la suivante :
1/4
 
  Pc   G 2 2 
R max  
 1, 2  4  kT0  FLS S / N 1 
3
  
Cette équation entraîne plusieurs remarques :
 La portée du radar est proportionnelle à l’énergie du signal émis E  Pc 

 La portée est proportionnelle à la surface équivalente  de la cible.


 La portée dépend de la longueur d’onde de différentes manières :

 comme R max  K Ae   à surface d’antenne constante, la portée varie comme 1 / 

 comme R max  K G  à gain constant, la portée croît comme  .


d’autres paramètres comme les pertes atmosphériques, les puissances réalisables, la surface équivalente des
cibles dépendent aussi de la longueur d’onde.

Le choix de la fréquence affecte les paramètres suivants :

 Dimension : plus la fréquence est élevée, plus la dimension est petite


 Puissance émise : plus facile pour les fréquences basses
 Gain antenne / ouverture : grand gain implique des fréquences élevées
 Atténuation atmosphérique : moins de pertes pour les fréquences basses
Chapitre II : Equation du radar 38

 Bruit : faible dans la bande 1-10 GHz


 La fréquence Doppler : augmente avec la fréquence
La polarisation affecte :

 La réflexion sur le terrain


 La SER des cibles
Le choix de la forme d’onde

 Largeur de bande
 La PRF (distance ambigüe)
 La puissance moyenne
Chapitre III : Détection radar 39

CHAPITRE III. LA DETECTION RADAR

III.1 Principe de la détection radar -Test de Newman-Pearson


La détection radar consiste à prendre des décisions concernant la présence ou non d’une cible dans un
volume d’espace donné à un instant donné. Cette décision est choisie parmi deux hypothèses mutuellement
exclusives :

H0 : cible absente



H1 : cible présente
Ces conditions sont inconnues au moment de la décision. A cause des interférences (bruit), cela peut
conduire à quatre résultats possibles, chacun d’eux caractérisé par une certaine probabilité :
Hypothèses vraies H
Décision H0 (absence) H1 (Présence)
H0 (H0 H0) (H0 H1)
(absence) Décision correcte : Proba (1-Pfa) Décision incorrecte :Proba (1-Pd)

H1 (H1 H0) (H1 H1)


(Présence) Décision incorrecte : Proba (Pfa) Décision correcte : Proba (Pd)

En radar, la décision est faite en comparant le signal reçu avec un seuil. Le choix du seuil est crucial si on
veut faire une détection avec un minimum de fausses alarmes. Si le seuil est choisi trop haut, des cibles ne
seront pas détectées, s’il est trop bas, un pic de bruit peut donner lieu à une fausse alarme.

On utilise la théorie des probabilités pour déterminer le seuil optimum. La théorie la plus utilisée est
développée pour la détection de signaux faibles dans un fond du bruit « blanc » avec une distribution
gaussienne.
Chapitre III : Détection radar 40

Comme on ne peut pas simultanément optimiser les probabilités Pd et Pfa , on a recours au critère
d’optimalité de Newmann-Pearson qui fixe la probabilité de fausse alarme Pfa à une valeur donnée, ce qui
permet de calculer le seuil de détection. Le seuil permet ensuite de calculer de façon optimale la probabilité de
détection.
Soit :
 Hypothèse H0 : x(t)  n(t) (bruit seul)

 Hypothèse H1 : x(t)  s(t)  n(t) (bruit + signal utile)

On note pH0 (r) , la densité de probabilité de l’enveloppe (r) de x(t) sous l’hypothèse H0 (bruit thermique

gaussien seul). Le seuil de détection r0 est donné par la résolution de l’équation :


Pfa  Proba bruit seul  seuil r0   r pH
0 0
 r  dr

On note p H  r  , la densité de probabilité de l’enveloppe du signal noyé dans le bruit. La probabilité de


1

détection optimale sera donnée par le calcul de :


Pd  Proba bruit +signal  seuil r0   r pH
0 1
 r  dr

III.2 Détection d’une cible non fluctuante


Une cible non fluctuante est une cible qui conserve une SER constante.
On cherche à déterminer les probabilités de détection et de fausse alarme dans le cas d’une détection non
cohérente : le récepteur comporte un détecteur d’enveloppe qui restitue l’enveloppe du signal entaché de bruit.
Ce signal est comparé ensuite à un seuil pour décider de la présence ou non de la cible.

■ Densité de probabilité du bruit à la sortie du détecteur


On suppose un bruit gaussien centré (bruit thermique) de Pdf :
n2

1 2 n
p n   e avec  n  n2 , la variance de la tension de bruit n(t)
2 n

L’opération de détection d’enveloppe étant non linéaire, elle va transformer la densité de probabilité du
bruit d’entrée. L’enveloppe va suivre une loi de Rayleigh ge densité :

r2

r 2 n
pn  r   e
n
Chapitre III : Détection radar 41

III.2.1 Probabilité de fausse alarme


Le seuil r0 étant fixé, on aura une fausse alarme chaque fois que le bruit seul dépasse le seuil :

r2 r02
  
r 2 n 2n
Pfa  Pr oba  r0  r      n e dr soit : Pfa  e
r0

1 N
L’intervalle moyen t fa entre deux fausses alarmes est la valeur moyenne : t fa  lim  Tk
N  N k 1

La durée d’une impulsion de bruit étant de l’ordre de  , on a la relation suivante :

 1 / f
Pfa  
t fa t fa

-6
Les temps t fa sont en pratique très grands, d’où des probabilités de fausses alarmes très petites (Pfa< 10 ) .

1
Exemple : f  1MHz t fa  15 mn  Pfa   1,11.109
10  15.60 
6

III.2.2 Probabilité de détection


La cible non fluctuante renvoie des signaux déterministes d’amplitude A (SER constante). On peut montrer
alors que l’enveloppe du signal bruité suit alors une distribution de Rice :
Chapitre III : Détection radar 42

r 2  A2
  rA 
r 2 n
ps  n  r   e I0  
n  n 
I 0 est la fonction de Bessel modifiée d’ordre 0.

r A
2 2
    rA 
 ps n  r  dr
r 2 n
La probabilité de détection s’écrit : Pd  soit : Pd   e I0   dr
 
r0 r0 n  n

Cette expression ne peut pas être évaluée exactement, mais de façon approchée par des méthodes
numériques (il existe des tables ou des courbes).
Les courbes suivantes donnent les valeurs de Pd (en %) en fonction du rapport signal/bruit S/N (en dB) pour
différentes valeurs de la Pfa.

Par exemple, pour avoir une Pd de 90%, il faut un S/N de 13,3 dB pour une Pfa de 106 .

Une expression approchée a été proposée par North :


Pd  erfc  ln Pfa  S / N  0,5 
z
2
 e v dv est la fonction d’erreur complémentaire.
2
où erfc(z)  1 
0
Chapitre III : Détection radar 43

Cible non fluctuante : probabilité de détection

III.2.3 Intégration des échos


Pendant la période d’illumination de la cible par le faisceau, on reçoit n échos :
.fr  Hz 
n 
6a (trs / mn)

Ces échos sont traités en général ensemble. Le processus de sommation des n échos s’appelle intégration.
L’intégration peut être réalisée de différentes manières.

■ Intégration cohérente ou pré-détection


L’intégration s’effectue avant le détecteur d’enveloppe. Ce type d’intégration préserve les relations de phase
entre les impulsions et nécessite la connaissance de la fréquence Doppler.
Si n impulsions sont parfaitement intégrées par le détecteur cohérent, le rapport signal/bruit est exactement
multiplié par n.
Chapitre III : Détection radar 44

■ Intégration non cohérente ou post-détection


L’intégration s’effectue après le détecteur d’enveloppe. Ce type d’intégration détruit les relations de phase
entre les impulsions. Elle est facile à mettre en œuvre mais son efficacité est moindre : il y a des pertes de
détection qui diminue le rapport signal/bruit.

Cellule distance Pd
Filtre x(t) r(t) z(t) Pfa
adapté 

Seuil

Soit  S/N  NCI , le rapport signal/bruit nécessaire pour produire une Pd donnée lorsque n impulsions sont

intégrées de façon non cohérente. On a alors :

 S/N  NCI = S/N 1 In


In est appelé facteur d’amélioration (Integration Improvement factor). On le détermine à partir de courbes
ou de formules approchées en fonction de Pd, Pfa et n.

■ Intégration binaire
C’et une technique utilisée dans les radars Pulse-Doppler qui utilise une détection à double seuil :
Après détection, le signal est comparé à un premier seuil analogique, le résultat est codé par 1 ou 0.
Le résultat des comparaisons de N échos successifs pour la même distance est mis en mémoire et leur
somme est comparée à un deuxième seuil numérique M : si la somme est supérieure ou égal à M, on décide
la présence d’une cible.
Il existe des tables permettant de déterminer le rapport signal/bruit en fonction de Pd, Pfa, N et M.

Mémoires

1 0 0 1…
1 2 n

Seuil
analogique 

Sortie vidéo
Seuil
numérique M

Principe de l’intégration binaire


Chapitre III : Détection radar 45

III.3 Détection de signaux fluctuants


III.3.1 Modèles de cibles
La surface équivalente de la cible (SER) est un paramètre qui est employé pour représenter la capacité de la
cible de capturer et re-rayonner la puissance dans la direction de l'antenne de réception.
On pout écrire :

SER=σ=Géométrie de la SER x réflectivité x Directivité


Pre-rayonnée Pinterceptée (radar)
= A.
A.Pinterceptée (cible) Pre-rayonnée /4π
Pre-rayonnée R est la distance radar- cible
=4π
Pinterceptée (cible)
Er
 lim 4R 2
R  Ei

La SER dépend de la surface réelle de la cible, mais aussi d’un grand nombre de paramètres comme par
exemple :
 Dimension de la cible par rapport à la longueur d’onde 
 Structure aérodynamique de la cible (ailes, fuselage…)
 Angle d’illumination de la cible
 Polarisation de l’onde
 Matériau de fabrication de la cible…
Dans certains cas simples, il est possible de calculer la SER (voir tableau). Dans les cas complexes, il est
difficile de mesurer la SER en raison de toutes les incertitudes sur le mouvement de la cible. Une alternative à
ce problème est de définir des modèles de fluctuations et d’analyser leurs effets mathématiquement.
Cinq modèles proposés par Swerling sont utilisés. Ces modèles caractérisent la SER comme un processus
aléatoire (la SER varie aléatoirement avec du temps).
Les modèles de Swerling prévoient deux types de structure (simple et complexe) et deux taux de variation
de la SER (lent et rapide) en employant deux paires de modèles.

Géométrie Description SER max observations

Sphère σ=πr 2 Réflexion isotrope


(rayon r) quelque soit la direction

a la SER décroit rapidement

 Plateau a 2b 2 lorsque l’angle d’incidence varie


σ=4π 2
b  
Chapitre III : Détection radar 46

Cas Application Type de fluctuation Pdf


SW0 Non fluctuante
SW1 Plusieurs réflecteurs Lente : l’amplitude des n impulsions reçues est
comparables (avion) constante pendant le balayage (scan) mais varie 
1 
de façon indépendante de balayage à balayage p( )  e 0
0
SW2 Plusieurs réflecteurs Rapide : fluctuations indépendantes d’une 
1 
comparables (avion) impulsion à l’autre (Radars à agilité de p( )  e 0
fréquence) 0
SW3 Cibles avec un réflecteur Lente : l’amplitude des n impulsions reçues est
principal (missile) constante pendant le balayage (scan) mais varie 2
4 
de façon indépendante de balayage à balayage p( )  2 e 0
0
SW4 Cibles avec un réflecteur Rapide : fluctuations indépendantes d’une 2
4 
principal (missile impulsion à l’autre Radars à agilité de p( )  2 e 0
fréquence 0

Modèles de cibles de Swerling

■ Exemple
2
Probabilité pour que  dépasse 20m pour une cible SW1 de surface moyenne 0  10m 2 :

 
1 10
P(  20m ) 2
 e d  e20/10  0,135 (13,5%)
10
20

Les densités de probabilités précédentes sont des cas spéciaux de la distribution Chi2 à 2n degrés de
liberté :

n 1  n
 n 
e 0
n
p()    0
0 (n  1)!  0 
Chapitre III : Détection radar 47

En pratique la valeur moyenne 0 de la SER peut être calculée par des formules empiriques :

 Bande L σ0 =0,09 L.H.W (avion jet)

 Bande S σ0 =0,141 L.H.W (avion jet)

■ Remarque
La valeur de la SER change en fonction de l’angle d’illumination (figures).

SER du bombardier B26 SER d’un missile

■ Exemples de valeurs de SER de nez (m2)

2 2
Cible ( m ) Cible ( m )
5 Petit avion 2
Insecte 10
Bombardier 10
Oiseau 0,01
Avion de transport 40
Missile 0,1
Voiture 100
Homme 1
80
Bateaux
60

40
2
RCS en dBm

20
Gens
0 Oiseaux
20 Insectes Avions
40
60
80
4 2
10 6 10 10
6
100 10 2 10 4 10
3
Volume en ft

III.3.2 Détection d’une cible fluctuante sur une impulsion


En comparaison avec les cibles non fluctuantes, les cibles fluctuantes nécessitent un rapport signal/bruit
plus grand pour obtenir la même probabilité de détection (si Pd >0,4) comme le montre la figure suivante.
Chapitre III : Détection radar 48

Par exemple, pour obtenir une Pd de 0,9 dans le cas de SW1, il faut augmenter de 8 dB le rapport S/N par
rapport à une cible non fluctuante.

Rapport S/N additionnel sur cible non fluctuante

III.3.3 Effet de la fluctuation sur l’intégration


 Cas SW1 et SW3
En présence du signal, dans le cas où la cible ne fluctue pas pendant la durée de la mesure (tous les échos
sont alors d’amplitudes identiques SW1 et SW3), l’effet principal est alors une diminution de la variance du

bruit porté par le signal dans un rapport n . Ce phénomène est favorable à une meilleure détection. Il en
résulte un gain de postintégration qui dépend légèrement de la fausse alarme et pratiquement pas de la
probabilité de détection et de la loi de fluctuation.

 Cas SW2 et SW4


Dans le cas où la cible fluctue d’un écho au suivant (SW2 et SW4), à l’effet précédent s’ajoute l’effet
diversité. Le gain de post-intégration est alors beaucoup plus élevé, et dépend fortement de la probabilité de
détection et de la loi de fluctuation.
Les résultats globaux sont présentés sur la figure suivante où on a défini le gain de post-intégration par :

 S / N 1
Gn  et en décibels : G n  dB =  S/N 1 -  S/N n
 S / N n dB dB

On peut utiliser les relations approchées suivantes pour calculer le gain :

 Fluctuations lentes (SW1 et SW3) : G n (dB)  7, 7.Log(n)

 Fluctuations rapides (SW4) pour Pd=0,9 et n >10: G n (dB)  7, 7.Log(n)  3,9

 Fluctuations rapides (SW2) pour Pd=0,9 et n >10: G n (dB)  7, 7.Log(n)  7, 2


Chapitre III : Détection radar 49

Gain de post-intégration en fonction du nombre d’impulsions intégrées

Les relations entre les probabilités et le nombre d’impulsions intégrées ont été développées, mais elles sont
très complexes. Une relation approchée a été développé par Neuvy :

 ln 2 
 n Log  
(S / N) n   Pfa 
n
  1 
n 2/3  Log   
  Pd  

où n est le nombre d’impulsions reçues. Les coefficients n et n dépendent des types de cibles.

Cas Swerling n n
0 1+2exp(-n/3) 1/ 6
1 2 2  1
 1  exp( n / 3) 
3 3 
2 1 1/ 6  exp(n / 3)
3 3 2  2/ 3
 1  exp( n / 3) 
4 3 
4 1 1
1  2exp( n / 3)
6
Chapitre III : Détection radar 50

III.3.4 Calcul de la Pd d’une cible lentement fluctuante ( Swerling 1) sur une impulsion
Une cible de type Swerling 1 se comporte comme un grand nombre de réflecteurs indépendants, le signal
réfléchi peut être donc considéré comme gaussien. Dans le cas d’une détection linéaire (ou quadratique),
l’enveloppe du signal+bruit va suivre une loi de Rayleigh caractérisée par une pdf :
r2

r 2  s  n 
p(r)  e avec s la variance du signal et  n la variance du bruit
s   n
La probabilité de détection est fournie par :
r2
 
r 2   s  n 
Pd  Pr oba  r  r0    s   n e dr 
r02
2   s  n 
r0  Pd  e

En posant  S / N 1  s le rapport signal/bruit moyen pour une impulsion, on trouve :
n

r02

2 n  S/ N1 1
Pd  e
2
r0

2 n
Comme Pfa  e , alors :

Log  Pd  Log  Pfa 



1
ou  S / N 1  1
Log  Pfa   S / N  1  1 Log  Pd 

III.4 Radar diversité de fréquence


Afin de solutionner en partie le problème de la fluctuation de la taille des cibles, de nombreux radars
utilisent deux (ou plus) fréquences d'illumination. La diversité de fréquence est couramment réalisée grâce à
Chapitre III : Détection radar 51

l'emploi de deux émetteurs fonctionnant en tandem permettant d’éclairer la cible avec deux signaux de
fréquences distinctes suffisamment éloignées (marge > 60 MHz)) pour qu’on puisse considérer les réponses
comme indépendantes.

Dans le cas d’une cible non fluctuante, la probabilité de détection Pd  n  d’un radar diversité n fréquences

en fonction de la probabilité Pd 1 d’un radar monofréquence est donnée par :

Pd  n   1  1  Pd 1 
n

Par exemple en utilisant deux voies de Pd(1)=90%, on trouve Pd(2)=(1-(0,1)2).100=99% (mais avec une
puissance double).
Dans le cas d’une cible fluctuante, les performances sont moindres (voir courbes).

Le radar diversité utilise un diplexeur qui est un circuit hyperfréquence permettant d’isoler l’émetteur de
fréquence f1 de l’émetteur de fréquence f 2 .

f1 f2
Diplexeur Duplexeur

Emetteur f1 Emetteur f2 Récepteur f1 Récepteur f2

Retard  Retard 

Générateur Addition
de syncro

Principe du radar diversité deux voies


Chapitre IV : Description d’un radar ATC 52

CHAPITRE IV. COUVERTURE RADAR ET CLUTTER

IV.1 Synoptique général d’un récepteur de radar adaptatif


Un radar adaptatif est principalement caractérisé par les deux aspects suivants :

Duplexeur Emetteur

Atténuateur
Gain RF

Ampli RF

Contrôle Oscillateur
du gain Mélangeur local

Ampli FI

Atténuateur
Gain RF

Filtre

Ampli
Ampli et linéaire
détecteur Log

Détecteur Détecteur
synchrone COHO
linéaire
I Q
Amplis vidéo
Chapitre IV : Description d’un radar ATC 53

 Capacité de détecter automatiquement en temps réel l’évolution de l’environnement dans lequel


opère le radar.
 Adaptation automatique aux changements de l’environnement en sélectionnant les meilleures
opérations en vue d’obtenir les meilleures performances (Pd maximale).
Le radar doit alors comporter un certain nombre de capteurs capable de détecter les conditions
opérationnelles et des circuits pour résoudre les anomalies.

 Pour le clutter sol


 Antenne à double couverture
 STC
 Clutter map
 Filtres Doppler (MTI)
 Pour le clutter météorologique
 Polarisation circulaire
 Amplis logarithmiques

IV.2 Influence des pertes atmosphériques sur la portée


L’atmosphère absorbe une partie de l’énergie (des pics d’absorption apparaissent lorsque les molécules
d’oxygène et d’eau entrent en résonance). Cette absorption dépend de plusieurs paramètres. On constate que
la présence d’eau accroit considérablement cette absorption mesurée en dB/km et qu’à partir des banse X ou
KU, ce phénomène devient très important (figure).

60 GHz Vapeur
absorption d’eau
oxygène
100

30

10

3
22 GHz
Vapeur d’eau
1
 (dB / km)

0,3
Absorption
oxygène
0,1

0,03

0,01
1 3 10 30 100 300 (GHz)

Coefficient d’atténuation en fonction de la fréquence (aller-retour)

Le tableau suivant indique les valeurs du coefficient d’atténuation  atm (dB/km) pour différentes bandes de

fréquences radar.
Chapitre IV : Description d’un radar ATC 54

Bande L (1,3GHz) S (3GHz) C(5,5GHz) X(10 GHz)


a (dB/km) aller-retour
0,012 0,015 0,017 0,024
(temps clair)

Ce phénomène impose une limitation haute à la bande de fréquence à employer en radar selon les
applications.
 Pour les radars sol, l’antenne peut avoir de grandes dimensions, et donc on pourra rester dans les bandes
C ou L (=10 ou 23 cm).
 Pour les radars aéroportés, la dimension est limitée et le compromis se situe autour de la bande X (=3
cm)
La relation entre la portée calculée R sans atténuation et la portée réelle R a compte de l’atténuation

atmosphérique est la suivante :

R a  10. a R a / 40.R

C’est une fonction non linéaire. En première approximation, on remplacera R a par R dans l’exposant :

R a  10 a (dB).R / 40 R

IV.3 Echos parasites, fouillis (clutter)


« Clutter » (fouillis) est un terme utilisé pour décrire tout objet qui génère des échos de retour parasites qui
interfèrent avec les signaux radar utiles. Le clutter peut être classé en deux catégories :

 Clutter de surface qui inclut la végétation, le sol, la mer, etc.


 Clutter de volume qui inclut les nuages, la pluie, les oiseaux, etc.
Les échos de clutter sont de nature aléatoire et ont des caractéristiques semblables au bruit thermique. Dans
beaucoup de cas, la puissance du clutter est beaucoup plus grande que la puissance du bruit thermique.

■ Surface équivalente du clutter de surface


On caractérise le « clutter » de surface (sol, mer) par sa surface équivalente c définie par : c  0 .A c .

Ac (m 2 ) est la surface de la cellule résolution vue par le radar au sol sous un angle de dépression  et une
distance R, , la réflectivité de l’obstacle.

R c
Ac   az  Ra (m 2 )
cos  2 cos 

0
La réflectivité σ de sol est une grandeur qui dépend de nombreux paramètres (la nature du sol, son
humidité, la longueur d’onde, la polarisation…). Pour évaluer les performances d’un radar, on peut utiliser un

modèle admis qui est celui correspondant à un clutter homogène où σ =sinψ avec :
0

 0,03    0,1 : terrain boisé


Chapitre IV : Description d’un radar ATC 55

   0,01 : désert

   0, 32 : régions montagneuses ou zones urbaines

La réflectivité σ 0 de mer dépend de l’état de la mer (force du vent), le la longueur d’onde et de la


polarisation. On peut utiliser l’expression suivante :

vw
σ 0 =2,6.106 où v w est la vitesse du vent en m/s.

■ Surface équivalente du clutter de volume


La SER du clutter atmosphérique est : σ a =V


V=θa θs R 2 est le volume de la cellule de résolution à la distance R et  la réflectivité du clutter. 
2
dépend principalement de l’intensité I de la pluie (en mm/h eure) et de la fréquence f. une relation empirique
12 4 1,6
donne :   7.10 f I (f en GHz)

Différentes techniques sont utilisées pour lutter contre le clutter :

 Couverture haute et basse


 Polarisation circulaire
 Effet Doppler
Chapitre IV : Description d’un radar ATC 56

IV.4 Couverture haute- couverture basse


Le signal reçu par le radar est la somme des signaux provenant de la cible située à la distance R vue sous le
site  (gain G()) et des signaux réfléchis par la cellule de résolution du clutter sol située à la même distance
R mais vue sous un angle  (gain G()).
Le rapport entre la puissance Pcib (cible) et la puissance Pcl (clutter) est :

Pcib  G     
2
 
Pcl  G     c

Pour augmenter ce rapport, on a intérêt à diminuer le gain vers les sites bas. On parvient à le réaliser en
utilisant la technique de la double couverture :
 Une couverture basse utilisée pour la détection des cibles lointaines où le clutter n’est pas très important.
Cette couverture est la seule à être utilisée en émission.
 Une couverture haute de diagramme relevé de quelques degrés pour dégager le faisceau des obstacles
proches. Elle est utilisée uniquement pour la détection des cibles en zone proche.
Pour obtenir les deux couvertures, on utilise une antenne avec deux cornets La commutation CB/CH est
entièrement programmable en azimut et en distance au niveau du récepteur.

IV.5 Régulation de la fausse alarme (CFAR)


Chapitre IV : Description d’un radar ATC 57

Pour différentes raisons, la densité de puissance de bruit varie. Pour maintenir un taux de fausses alarmes
constant, il faut créer un seuil qui s’adapte à cette variation : c’est le rôle du circuit CFAR (Constant False
Alarm Rate). Ce seuil est calculé en permanence en fonction de la variance de bruit.

Différentes techniques sont utilisées :


 CFAR adaptatif
Il suppose connue la distribution de l’interférence et fait une estimation des paramètres de cette distribution
 CFAR non paramétrique
Distribution de l’interférence inconnue

■ Cell-Averaging CFAR
C’est une technique adaptative qui calcule la moyenne sur une série de cellules distance ou Doppler
adjacentes. Le détecteur utilisé est en général quadratique, les cellules sont constituées par une ligne à retard
(circuit à décalage). La cellule de test est la cellule du centre. Le seuil est obtenu en multipliant la moyenne
par un coefficient K.

Une détection est déclarée lorsque y  K 0 .Z

Le CA-CFAR suppose que les cellules adjacentes contiennent un bruit gaussien de valeur moyenne nulle et

de variance  .
2

La moyenne Z est une variable aléatoire de densité de probabilité Gamma de 2M degrés de liberté.
1
La relation entre la Pfa et K est : Pfa= qui est donc indépendante du bruit.
1+K M
La moyenne du bruit peut être évaluée sur une dizaine de cellules adjacentes en distances ou en azimut.
Chapitre IV : Description d’un radar ATC 58

IV.6 Tracé de la couverture du radar

■ Calcul de la portée maximale


Pc G 2  2 
L’équation radar est : R 4max 
1, 2  4 3 kT  FL  S / N 
 0  S n

qui peut se mettre sous la forme logarithmique :

R 4max (dB)= 10Log  Pc  +2G(dB)-20Log(λ)+10Log(σ)-10Log(τ)


 
  S  
- 10Log 1,2  4π  kT0  +F(dB)+   (dB)+Ls (dB) 
3

   N n 
 Cte 

On peut utiliser le tableau pratique suivant pour calculer la portée

Paramètres de l’équation Expression Plus (+) Moins (-)


en dB
Pc  W  10Log  Pc 
G  dB  2G  dB 
 m 20Log()
10Log(s)
 (m2 )
 s  10Log(t)
F  dB  F  dB 
Pd   S 

Pfa   N 1 S S
  =   -G n
 N n  N 1
θ°f r (Hz)
n=  Gn
6ωa (trs/mn)
Ls  dB  Ls  dB 
3
Cte=1,2(4) kT0 10Log  cte  170,2

Totaux obtenus
Différence des totaux
R 4 (dB) 
Portée brute R(m)  10
R 4 /40 R(km) 
Portée prévisible (avec atténuation atmosphérique) R a (km) =
R a  10  a (dB).R / 40 R
Chapitre IV : Description d’un radar ATC 59

■ Couverture du radar
La couverture radar en site d’un radar de surveillance est la surface limitée par la ligne de puissance
minimale détectable dans des conditions de Pfa, Pd et de cible () données.

 R max  K
 G  0  G()
comme   R()  R max
 R     K G   G

G() est le diagramme gain de l’antenne en fonction du site , donné par le constructeur.
 Rmax est la portée max dans la direction du gain max G calculée à l’aide de l’équation du radar en
fonction des probabilités Pfa et Pd et de la surface effective de la cible .
 R() est la distance maximale détectable par le radar dans la direction du site  dans les mêmes
conditions de Pfa et Pd et .
La couverture R() est tracée sur une grille spéciale radar (distance, site et altitude) qui tient compte de la
courbure des rayons lumineux par utilisation de l’expression suivante :

 z 
R  β  =R f -sin  β  + sin 2  β  +2  avec R  8500km
 R f 

équation obtenue en écrivant :

 
Rf  h   R     R f2  2R    .R f cos    
2 2
 2

■ Exemple de caractéristiques d’un radar de surveillance Bande L


 Fréquence : 1250 à 1350 MHz
 Puissance crête : 5 MW
 Dimension antenne 12,8 x 6,7 m
 Gain antenne : 36 dB
Chapitre IV : Description d’un radar ATC 60

 Forme du faisceau cosec2


 Ouverture azimut 1,25°
 Balayage mécanique
 Rotation antenne 6 tours/mn
 Fréquence de répétition 360 Hz
 PRF stagger 4
 Largeur impulsion 2 s
 Facteur de bruit 4 dB

D'autre part, les réflexions parasites du faisceau sur le sol, modifient le diagramme de rayonnement des
antennes. Pour minimiser cet effet de sol, la tour supportant l'antenne doit avoir une hauteur H100, soit 23
m en bande L contre 10m seulement en bande S.

Exemple de couverture en site en espace libre


Chapitre V : Filtrage Doppler 61

CHAPITRE V. FILTRAGE DOPPLER

V.1 Principe de l’élimination du clutter


On cherche donc à éliminer ces échos indésirables, normalement perçus par le radar et dont la présence
constitue une gêne pour la détection des cibles intéressantes.
La séparation des échos fixes et les échos mobiles est basée sur le fait que leurs vitesses radiales sont
différentes, et donc qu’ils se distinguent par leur effet Doppler. On utilise pour cela des filtres éliminateurs
d’échos fixes appelés filtres MTI (Moving Target Detector).

V.2 Radar cohérent


L’implantation des filtres MTI nécessitent une cohérence entre les signaux émis et les signaux réfléchis. Il y
a deux solutions :

■ Le récepteur pseudo-cohérent
L’oscillation haute puissance dont les paramètres ne sont pas facilement contrôlables sert à asservir deux
oscillateurs, le STALO (Stabilised Local Oscillator ) asservi en fréquence qui servira de référence de
fréquence pour le mélangeur, le second ou COHO (Coherent Oscillator ) asservi en phase sur le signal émis
qui pourra servir de référence de phase pour certains traitements (intégration cohérente, filtrage Doppler).
Chapitre V : Filtrage Doppler 62

■ Le récepteur cohérent
Les références de fréquence et de phase des signaux émis sont fournis par deux oscillateurs très stables qui,
par transposition, permettent de fixer la fréquence du signal émis.
Chapitre V : Filtrage Doppler 63

L’avantage du radar pseudo-cohérent est dans la simplicité de ces circuits et son faible coût mais cette
technique ne peut pas être appliquée à un radar agile de fréquence (fréquence variable). Le changement de
fréquence d'un magnétron se fonde sur l’accord mécanique d'une cavité et c'est essentiellement un dispositif à
bande étroite.
Il n'est pas flexible et ne peut pas facilement s’adapter à des changements de la fréquence de répétition, de
la largeur de l’impulsion ou d'autres paramètres du signal émis ou de moduler l’impulsion.
Le radar cohérent possède des circuits plus complexes, mais avec un certain nombre d’avantages comme la
stabilité des signaux et la possibilité de travailler en agilité de fréquence.

■ Détecteur synchrone
C’est un circuit qui convertit le signal en bande de base sur deux voies, l’une appelée voie en phase (voie I)
et l’autre la voie en quadrature (voie Q) en conservant l’information de phase. L'amplitude du signal vidéo est
déterminée par la différence de phase  entre le signal de référence du COHO et le signal FI de l’écho. Cette
différence de phase est identique à celle entre l'impulsion émise réelle et son écho.

Ae j  A cos   jA
 sin 

voie I voie Q

I  A cos 
Q  A sin 

A  I2  Q2
  Arctg  Q / I 

V.3 Filtres MTI (Moving Target Indicator)


Le rôle des filtres MTI est d’éliminer ou du moins atténuer fortement les échos fixes et les échos lentement
mobiles et de laisser passer les échos utiles avec un minimum d’atténuation. Les filtres MTI doivent avoir des
stop-bandes autour de f=0 et de n.fr.

■ Filtre MTI simple annulation


Un filtre MTI simple est réalisé à l’aide d’une mémoire en soustrayant les amplitudes des impulsions deux à
deux. Si la différence est nulle ou petite, il s’agit d’un obstacle fixe ou lentement mobile qui sera éliminé, dans
le cas contraire, il s’agira d’une cible mobile.
Chapitre V : Filtrage Doppler 64

L’expression du signal vidéo de la voie I s’écrit : I k  A cos(  k )  A cos(2 f d kTr )

d’où I=I k -Ik-1 =Acos  2πf d kTr  -Acos  2πfd (k-1)Tr  =2Asin  πfd  2k-1 Tr  .sin  πfd Tr )

Le filtre précédent présente l’inconvénient d’avoir une amplitude qui s’annule. Pour remédier à ce problème,
on combine la voie I et la voie Q :
Voie Q : Q k =Asin( k )=Asin  2πfd (kTr ) 

d’où Q  Q k -Q k-1 =Asin  2πf d kTr  -Asin  2πfd (k-1)Tr  =2Acos  πfd  2k-1 Tr  .sin  πfd Tr ) 

 f 
En prenant le module : I2  Q 2  2A sin  f d Tr   2A sin   d 
 fr 

 f 
La réponse du filtre simple annulation MTI-SA est donc HSA  f   2 sin   d 
 fr 
Chapitre V : Filtrage Doppler 65

■ Vitesses aveugles
Les fréquences nf r sont éliminées par le filtre MTI. Ces fréquences correspondent à des vitesses

  nf r 
va  n  0 , appelées vitesses aveugles, les cibles correspondantes ne seront pas « vues » par le
2
radar.

■ Exemple
3.108 n  0,031000 
fr  1KHz f0  10GHz     0, 03 m va   n15m / s  n54 km / h
10 2
10

■ Filtre MTI double annulation


Pour obtenir une bonne réjection du clutter (autour de la fréquence zéro), on peut mettre en cascade deux
filtres simple annulation : on a ainsi un filtre double annulation de réponse fréquentielle :

 f 
HDA  f   HSA  f   4sin 2  d 
2

 fr 

■ Filtres MTI à contre réaction


Pour avoir des réponses proches de l’idéal (bonne réjection du clutter), on utilise des filtres avec des contre-
réaction (filtres récursifs) de différents types.

Ve
a0 Vs
bn a1
b3 Retard Retard Retard Retard a2
b2 a3
b1 an
Chapitre V : Filtrage Doppler 66

V.4 Performances des filtres MTI


Plusieurs paramètres sont utilisés pour mesurer les performances des filtres MTI.

Si puissance signal à l'entrée


So puissance signal à la sortie
Ni puissance clutter à l'entrée
N o puissance clutter à la sortie

■ Taux d’annulation (Clutter Attenuation) CA


Il est défini par le rapport entre la puissance du clutter à l’entrée du filtre à la même puissance à la sortie :
Ci
CA=
Co

■ Taux de contraste (Improvement factor) I


Il est défini comme le rapport signal /clutter (S/C) à la sortie sur le même rapport à l’entrée :

I=
So /Co 
 Si /Ci 
So So 2
qui peut s’écrire I  CA avec  H(f ) le gain en puissance du filtre
Si Si

■ Subclutter visibility SCV


Il est défini par l’écart limite des puissances clutter et signal à l’entrée du filtre permettant la détection de
Ci
la cible à la sortie du filtre : SCV= (Pd=cte Pfa=cte)
Si

On définit le facteur de visibilité D comme le rapport minimal signal/clutter en sortie du filtre permettant la
détection. alors :

I   D  . SCV  d’où SCVdB  I dB  D dB

Un SCV de 30 dB implique qu’une cible mobile peut être détectée en présence de clutter même si la
puissance du clutter est 1000 fois plus grande que celle de l’écho.

V.5 Limitations
Théoriquement, tout le clutter devrait être éliminé par le les fitres MTI, mais ce n’est pas le cas à cause d’un
élargissement du spectre du clutter provoqué par :
Chapitre V : Filtrage Doppler 67

■ Fluctuation du clutter
due à une certaine mobilité qui se traduit par une dérive Doppler moyenne liée à la vitesse du vent v w d’où

un élargissement du spectre d’écart-type c

Le spectre W(f) en fréquence du clutter est en général modélisé par une distribution gaussienne de la forme
f2

W  f   W0e 2c
2
2σ v
avec σ c = et σ v l’étalement de la vitesse
λ

 W  f  df
On a CA  0 C

 W f  H f 
2
df
0

2N
2N  f r 
On trouve pour le taux de contraste : I N   
N!  2c 

■ Modulation par l’antenne


Les impulsions sont modulées par le gain de l’antenne qui n’est pas constant d’où un élargissement du
spectre d’écart-type a . On trouve :

n2 n4
I1  et I2  (n est le nombre de coups au but)
2,8 23

■ Une instabilité de phase de la chaîne émission-réception


Elargissement du spectre d’écart-type  . On trouve :

1 1
I1  et I2 
22 62

Le taux d’annulation est donné par l’expression :

1 1 1 1
  
I Iclutter I antenne Iinstabilité
Chapitre VI : Radars spécialisés 68

CHAPITRE VI. RADARS SPECIALISES

VI.1 Technique de compression d’impulsions


VI.1.1 Le principe
L’objectif de la compresiion d’impulsion est de transmettre une impulsion longue pour obtenir uene grande
portée tout en conservant une bonne résolution en distance comme dans le cas d’une impulsion courte.

c
On a R  et R max  
2

Dans un rardar classique, si on augmente la durée de l’impulsion  , la portée R max augmente, mais la

résolution R se dégrade.
Le radar à compression d’impulsion utilise des impulsions modulée. Le principe est le suivant :

On émet des impulsions larges (T>>) pour avoir une énergie Pc T élevée, et à la réception on comprime

ces impulsions à la largeur  pour avoir une résolution en distance cτ/2 .

Les techniques habituelles sont :

 Compression par modulation linéaire de fréquence


 Compression par codage de phase
Chapitre VI : Radars spécialisés 69

VI.1.2 Compression par modulation linéaire de fréquence


L’impulsion non modulée de durée  de largeur de bande f  1/  est appliquée à un circut dont le temps
de propagation croît linéairement avec la fréquence (pente dT/df=K ) : on obtient un signal modulé
linéairement en fréquence (signal LFM) de largeur de bande f  T/K et de durée T (avec T. f >>1). Ce
signal est appelé « chirp ». Dès que T. f >20, le spectre devient quasi-rectangulaire.

Au niveau du récepteur, une ligne à retard ayant un temps de propagation (inverse de la précédente) qui
décroît linéairement avec la fréquence ( dT / df   K ) remet toutes les composantes du spectre en phase : on
obtient un signal en sinx/x dont le lobe principal a une largeur  =K/T=1/f . Il y a eu compression du
signal.

T
Impulsion rectangulaire
t
t1 t2

f2
f
Caractéristique du filtre d’extension
f1

t1 t2

Signal Chirp

spectre Chirp

f2
f Caractéristique du filtre de compression
f1

t1 t2

Signal compressé
Chapitre VI : Radars spécialisés 70

Le signal émis est de la forme :

x(t)  

cos  t  2Kt 2
0 
t T/2
0 ailleurs

Le signal à la sortie du filtre de compression est de la forme :

T sin  KTt / 2 
y(t) 
2 KTt / 2

La suppression des lobes secondaires du signal en sinx/x s’effectue à l’aide de fenêtres de pondération
(Taylor, Haming …) . Elle se traduit cependant par un élargissement de l’impulsion. Par exemple, avec la
fenetre de Hamming, le niveau des lobes secondaires descend à -50dB avec un élargissement de 47 %.

■ Génération et détection du signal LFM


Les méthodes de génération habituellement utilisées sont :

 Méthode passive : on utilise une filtre dispersif qui modifie la vitesse des harmoniques du signal. Un
tel filtre peut être par exemple une ligne acoustique (SAW : Surface Acoustic Wave) . Ce type de
méthode ne permet pas des gains de compression importants.

 Méthode active : c’est une modulation de fréquence à base d’un VCO. Ses limitations sont le manque
de linéarité.

Les méthodes de détection sont :

 Filtre adapté
Chapitre VI : Radars spécialisés 71

 Par corrélation

■ Equation radar avec compression d’impulsion


Pc G 2  2 nT
S / N  
1, 2  4 3 kT  FL R 4
 0  S max

 Taux de compression :   T.f  T /  (>>1)

E/T
 Rapport signal/bruit avant compression :  S / N  
b.f
E.f E
 Rapport signal/bruit après compression :  S / N  c  
b.f b
 S / N c
d’où un gain du à la compression égal à  T.f  
S / N 
 Amélioration de la portée dans un rapport de 4 

c c
 Pouvoir de résolution en distance inchangé R  
2f 2

VI.1.3 Compression d’impulsion par codage de phase


L’impulsion de durée T est divisée en n segments de durée =T/n (avec T>>). La phase de chaque segment
est modifiée selon des codes préétablis (par exemple codage biphase 0 et ) dont la fonction
d’autocorrélation présente un pic étroit.
Un exemple de codes qui possèdent de telles fonctions d’autocorrelation sont les codes de Barker. Leur
fonction d’autocorrélation peut prendre uniquement trois valeurs : 0, 1 et N qui est le nombre de bits de la
séquence. Le nombre des codes de Barker est limité à sept codes :
Chapitre VI : Radars spécialisés 72

Longueur N Code
du code
2 11 ou 00
3 110
4 1110 ou 1101
5 11101
7 1110010
11 11100010010
13 1111100110101

Codes de Barker

A la réception, on utilise un filtre de compression constitué par un corrélateur qui délivre un signal de
durée  avec des lobes secondaires dont le niveau est de 1/n pour les codes de Barker.

VI.2 Radars pulse-Doppler (MTD)


Les radars Pulse-Doppler comportent des filtres de vitesse utilisés pour visualiser les cibles mobiles dans le
clutter. Ils utilisent une banque de N filtres pour détecter N vitesses différentes dans une cellule distance.
Chapitre VI : Radars spécialisés 73

VI.2.1 Principe du radar Doppler


■ Spectre du signal émis
Pour pouvoir mesurer la fréquence Doppler (vitesse), il faut augmenter la durée de la mesure, pour cela le
radar émet une rafale de N impulsions cohérentes (phases identiques) de durée  et de période Tr : cela

revient à avoir un signal de longueur NTr .

La cohérence signifie une continuité de phase d’une impulsion à la suivante, pour cela, on doit avoir un
nombre entier constant de périodes entre les impulsions.

Le signal émis est composé de N impulsions de durée totale NTr Le spectre de ce signal est un spectre

centré autour de la fréquence de la porteuse f 0 avec des raies de largeur f r /N espacées de f r de part et

d’autre de la raie centrale.


Chapitre VI : Radars spécialisés 74

■ Spectre du signal reçu


Le spectre du signal reçu est identique au spectre émis mais translaté vers la gauche ou vers la droite d’une
quantité égale à la fréquence Doppler f d pour une cible mobile.

■ Mesure de vitesse- Résolution en vitesse


La largeur des impulsions est égale à fr / N (à -3dB), on peut donc mettre N filtres passe-bande de largeur

f r /N dans la bande de largeur f r autour de la fréquence centrale.

Le pouvoir de séparation Doppler du radar est donc Δf d =f r /N . Il lui correspond un pouvoir de séparation

f d f
en vitesse de  v   r
2 2N
La détection consiste à rechercher le filtre qui contient la valeur maximale du signal et à calculer la vitesse
en fonction de ce filtre.
Chapitre VI : Radars spécialisés 75

■ Ambiguïté de vitesse
L’ambiguïté de vitesse est le fait de pouvoir assigner différentes valeurs à la vitesse radiale pour une
fréquence Doppler donnée. C’est le résultat du caractère périodique du spectre du signal. Il y aura ambiguïté
pour les cibles de fréquences Doppler f d  kf r .

Puisque l'on doit tenir compte des cibles qui s'écartent, aussi bien que de celles qui se rapprochent, la
variation de fréquence fd ne peut excéder f r /2 :

 f d max
f dmax =f r /2  v max 
2
VI.2.2 Radar Pulse-Doppler avec filtrage numérique

On utilise ici l’analyse spectrale qui consiste à transformer le signal en son spectre. Cette transformation est
réalisée à l’aide de la transformée de Fourier discrète (DFT) pratiquée sur les N échantillons qui donne N
fréquences différentes (soit N vitesses). On utilise un algorithme FFT (Fast Fourier Transform) pratiqué
séparément sur les voies en phase I et en quadrature Q pour chaque porte distance.
Pour chaque porte, on retiendra l’échantillon fréquentiel le plus représentatif.
Chapitre VI : Radars spécialisés 76

■ Calcul de la FFT
Soit Ii (p)  0  i  n-1 , l’échantillon N°i, de la voie I, de la pième porte distance

Qi (p)  0  i  n-1 , l’échantillon N°i, de la voie Q , de la pième porte distance

N-1 N-1 -2jπ


.qi
F(p,q)=  Ii (p).W =  Ii .qi
(p).e N
i=0 i=0

N 1 N 1 2 j
.qi
G(p,q)   Qi (p).W .qi
  Qi (p).e N
i 0 i 0

VI.2.3 Fonction d’ambiguïté - Traitement des ambiguïtés


■ Fonction d’ambiguïté
On appelle fonction d‘ambiguïté la sortie du filtre adapté en l’absence de bruit, normée par la valeur
maximale prise par cette sortie. Elle peut prendre l’une des deux formes suivantes :

S  f-f 0  S*  f .e
= 
j2πft 0
df
A  t 0 ,f 0
Sf 
2

 s  t-t 0  s* f .e


j2πf 0 t
dt
A  t 0 ,f 0  =
st
2

On appelle diagramme d’ambiguïté le tracé du module de A  t 0 ,f 0  . C’est une représentation de la forme

du signal à la sortie du récepteur en l’absence de bruit en fonction du temps et de la fréquence.

■ Cas des radars sol


L’un des problèmes principaux pour l’utilisation des circuits MTD réside dans leur propriété de confondre
deux cibles lorsqu’elles sont :
Chapitre VI : Radars spécialisés 77

cTr
— en distance, séparées de : R max 
2


— en vitesse, séparées de : vmax  
2Tr

Selon le choix de la période de répétition, Tr on aboutira à deux classes de matériel :

 Radars sans ambiguïté de vitesse


Tr est alors choisi en fonction du domaine de vitesse à explorer.

Exemple  = 3cm et v max =500m/s  TR = 3·10-5s et R max = 4500 m.

d’où une ambigüité en distance qui peut être résolue par l’utilisation de suites d’impulsions non
équidistantes.

 Radars sans ambiguïté de distance


Tr est alors choisi en fonction du domaine de distance à explorer.

Exemple pour R max =300 km  Tr = 2 .10 3s et si  =20 cm , vmax =50 m/s.

d’où une ambigüité en vitesse qui peut être résolue par l’utilisation de trains d’impulsions non équidistantes
ou par rafales d’impulsions équidistantes.

■ Cas des radars pulse Doppler embarqués


Lorsque le radar est porté par un avion, les échos de sol sont vus par le lobe principal et par les lobes
secondaires avec de Dopplers différents, le spectre des échos reçus s’étend de -2v a /λ à +2v a /λ (figure).
Chapitre VI : Radars spécialisés 78

Pour traiter ce type d’échos parasites, plusieurs versions de radars Doppler à impulsions peuvent être
envisagées, qui se distinguent par leurs fréquences de répétition.

 Radars haute fréquence de répétition (HFR)


 Radars basse fréquence de répétition (BFR)
 Radars moyenne fréquence de répétition (MFR)
■ Traitement des ambiguïtés
La levée d’ambiguïté en distance ou en vitesse est résolue par des récurrences différentes (staggered-PRF)..

 Lever d’ambiguïté en distance avec deux fréquences


Par exemple, pour deux fréquences choisies premiers entre elles : f r1 =Nf r et f r1 =  N+1 f r , on a les

résultats suivants :

t 2  t1
 si t1  t 2 alors t r =MTr1 +t1 avec M 
Tr1  Tr2

 si t1  t 2 alors t r =MTr1 +t1 avec M=


 t 2 -t1  +Tr2
Tr1 -Tr2

 Lever d’ambiguïté en vitesse

T1 n1
Par exemple, pour un radar utilisant deux périodes T1 et T2 telles que  , la première vitesse aveugle
T2 n 2

n1 n 2
se produit pour  .
T1 T2

Si on utilise N fréquences tel que n1 / T1  n 2 / T2    n N / TN où les n N sont des entiers et soit v B la

première vitesse aveugle correspondant à la période moyenne Tav =  T1 +T2 +  +TN  /N , alors la première

vitesse aveugle du filtre est donnée par :


Chapitre VI : Radars spécialisés 79

v=v B
 n1 +n 2 + +n N 
N
Exemple
n1  25 n 2  30 n 3  27 n 3  31  v=28,5v B

VI.3 Radar de poursuite


VI.3.1 Généralités
Un radar de poursuite mesure les coordonnées d’une cible et délivre les informations qui sont utilisées pour
déterminer sa trajectoire et au besoin prédire sa position future.
Les radars de poursuite se divisent en deux catégories :

 Les radars de poursuite continue qui mesurent sans interruption les coordonnées d’une cible placée
dans le champ de leur antenne ;
 Les radars de poursuite discontinue (Track-While-Scan) dont les propriétés d’agilité permettent la
poursuite simultanée de plusieurs cibles situées dans un domaine d’action relativement étendu. Les
informations de trajectoire sont alors obtenues séquentiellement sur chaque cible, au moyen d’une
poursuite limitée à des fractions de trajectoire de chacune d’elles.
Dans les deux cas, les moyens utilisés pour obtenir les coordonnées fines de l’objet poursuivi sont basés sur
les mêmes principes.
La principale utilisation des radars de poursuite continue est le contrôle des trajectoires d’engins, allant de
l’engin sol-air ou air-air d’interception, aux lanceurs de missiles ou de satellites, et la détermination des
trajectoires d’avions, de missiles, de satellites dans des buts divers (interception, alerte, établissement
d’éphémérides).

VI.3.2 Principes de la poursuite en distance


La poursuite en distance est le procédé grâce auquel le délai d’ouverture de la porte distance est adapté à
l’instant de retour de l’écho utile, de manière à recueillir une suite continue d’informations en provenance de
la cible poursuivie.

La poursuite en distance s’effectue grâce à une boucle d’asservissement dont le principe de base est le
suivant :
Chapitre VI : Radars spécialisés 80

La vidéo détectée par le récepteur du radar est découpée par une porte de sélection, dont le temps
d’ouverture est approximativement la durée du signal utile, de manière à ce que seuls subsistent les échos dans
la zone présumée où se trouve la cible poursuivie.
Dans cette boucle elle est alors redécoupée par deux demi-portes, chaque voie étant filtrée (intégrée) de
telle manière que le signal présent sur chacune d’elles soit proportionnel à la surface du signal sélectionné par
les deux demi-portes. Si les demi-portes sont parfaitement centrées sur le signal, ces surfaces sont identiques,
elles ne le sont pas dans le contraire. La comparaison de ces deux voies permet donc d’engendrer un signal
d’erreur  qui, après un filtrage sur n récurrences, fournit un

signal de commande qui sert à rectifier la position de la porte de sélection et simultanément des deux demi-
portes de mesure.

VI.3.3 Poursuite angulaire par monopulse


Le procédé monopulse consiste à effectuer des mesures angulaires en traitant séparément chaque impulsion
de retour. Il nécessite alors l’utilisation d’aériens à directivité multiple selon deux principes : le monopulse
d’amplitude et le monopulse de phase.

■ Monopulse d’amplitude
L’antenne typique de monopulse d’amplitude est l’antenne parabolique à double cornet. Ces deux sources
primaires, disposées de manière symétrique par rapport au foyer de la parabole, produisent des faisceaux
symétriques faisant entre eux un angle 0 égal à leur ouverture à 3 dB.
Chapitre VI : Radars spécialisés 81

A l’émission, l’énergie est répartie en phase sur les deux sources, les deux diagrammes se combinent alors
pour former un lobe unique dans la direction de l’axe de symétrie de l’antenne. A la réception, toute cible
désaxée d’une valeur  est vue dans les deux voies sous des gains différents ; il en résulte une différence
des amplitudes des signaux S1A et S2A perçus par les deux voies D1 et D2, telle que pour θ<θ0 /2 , on peut

écrire :
Δ S1A -S2A 
= k
 S1A +S2A 0

■ Monopulse de phase
Les deux antennes, ou regroupements de sources élémentaires (faisceaux parallèles), fournissent des signaux
S1P et S2P d’amplitudes identiques mais de phases différant d’une valeur :
Chapitre VI : Radars spécialisés 82

2π  2π 
= dsinθ   d  θ avec d, l’écartement entre les centres de phase des deux voies.
λ  λ 

 A l’émission, les deux voies sont alimentées en phase, et il se forme alors un faisceau unique.
 A la réception, on traitera les signaux S1P et S2P en formant le rapport :

Δ az S1P -S2P  θ
= =tg  k
Σ S1P +S2P 2 θ0

En pratique, quatre faisceaux sont utilisés pour former les signaux des erreurs en azimut et en élévation à
l’aide de composants hyperfréquences (Té magiques).

VI.3.4 Track while scan (TWS)


Les radars TWS sont capables de faire la poursuite d’un grand nombre de cibles simultanément. Pour cela,
ils travaillent par échantillonnage sur les cibles et utilisent des algorithmes de filtrage pour estimer les
paramètres de cibles entre les instants d’échantillonnge. Les filtres  et Kalman sont les plus utilisés. Le
filtre de Kalman procède par prédiction et correction pour estimer des paramètres. Les paramètres estimés
sont en général la position, la vitesse et l’accélaration.

VI.4 Radar à ouverture synthétique (SAR)


Les radars SAR (Synthetic Aperture Radar) sont utilisés dans les domaines de la cartographie, la
surveillance à haute résolution et la caractérisation du sol et de la mer. Le radar SAR à vision latérale (SLAR)
fonctionne comme s'il disposait d'une antenne plus longue que celle qu'il n'a en réalité du fait de la vitesse du
porteur (avion ou satellite) ce qui a pour conséquence d’augmenter considérablement la résolution
longitudinale du radar.
Chapitre VI : Radars spécialisés 83

Considérons un avion se déplaçant e ligne droite à vitesse constante v. L’antenne rayonne dans la direction
perpendiculaire au déplacement. Si les échos reçus à chaque position sont mémorisés et si n dernières
impulsions sont aditionnés, l’effet est similaire à une antenne réseau de longueur égale à la distance parcourue
par l’avion durant la transmission des n impulsions.


L’ouverture de l’antenne conventionnelle est : a  k avec 0,9  k  1,3
D

R
d’où la résolution de l’antenne conventionnelle Xa  Ra  (k=1)
D


L’ouverture de l’antenne synthétique est S  k
2LS

■ Radar SAR non focalisé


Il y a deux limites à la longueur LS de l’antenne synthétique :

 la première limite implique que LS doit être inférieure à la zone illuminée: LS  X a

 le front d’onde doit être considéré comme une onde plane. On considère que les résultats restent
acceptables tant que l’erreur de phase est inférieure à  / 2 .

Quand ces conditions sont remplies, le radar est dit non focalisé. On a alors LS  R
Chapitre VI : Radars spécialisés 84

  R
La résolution du radar SAR non focalisée est donc XS  RS  R R 
2LS 2 R 2

■ Radar SAR focalisé


Si on applique à chaque impulsion une correction de phase   2x 2 / R , pour remettre lses n

R
impulsions en phase, on obtient un radar focavisé. Dans ces conditions LS  et
D

  D
XS  R R 
2LS R 2
2
D
qui est indépendante de la distance R et de la longueur de d’onde et dépend seulement de la dimension de
l’antenne réelle. Elle s’améliore si on diminue la dimension de l’antenne réelle embarquée, ce qui est à
l’opposé du radar classique

■ Equation du radar SAR


Pm A e2 0 R sec 
S/ N 
8kT0 FvR 3
Bibliographie 85

BIBLIOGRAPHIE

 RADAR. Principles, Technology, Applications. Byron EDDE


 Détection électromagnétique. Gilles PAQUET.
 Techniques Ingénieurs
 Technique radar. Dpt électronique de l’ENAC
 Handbook
Annexe 86

ANNEXE

Probabilité de détection pour cibles non fluctuantes


Annexe 87

Rapport S/N additionnel pour cibles fluctuantes