You are on page 1of 7

Le Nouveau

Roman
Le Nouveau Roman est un
mouvement littéraire du
XX-ième siècle, regroupant
quelques écrivains
appartenant principalement
aux Éditions de Minuit.
Les caractéristiques du
Nouveau Roman
 S’impose après les années 1950
 Mouvement de refus du roman traditionnel: refus
de l’intrigue, de la psychologie, du personnage.
 Il veut renouveler le genre romanesque qui date
de l’Antiquité. Le sentiment premier qui guide les
nouveaux romanciers est donc le renouveau.
 Il remet en question le statut du personnage, de
la description et de la définition du roman.
“Crise du personnage
romanesque”
 Le personnage se réduit au degré zéro.
 Disparition du personnage (« mort) : le
personnage et l’intrigue passent au second plan.
 Le personnage n’a pas de nom (“je” anonyme
ou une initiale), pas de passé, pas de famille,
sans identité, sans histoire, sans géographie,
sans réalité.
 Le personnage est présent à cause de la
necessité du langage.
Les caractéristiques du
Nouveau Roman
 Tout l’univers et l’intrigue sont soumis à la
conscience parcellaire et forcément
subjective.
 Volonté d’explorer les « flux de conscience »
(subjectivisme).
 l’intrigue est énigmatique pour les
personnages comme pour narrateur et lecteur
(l’homme ne peut prétendre comprendre le
monde, ni l’humanité), elle est dénoncée sans
cesse par le narrateur.
 Etrangeté du monde soulignée par la minutie
des descriptions (« l’école du regard »,
Robbe-Grillet).
 C’est une littérature objective : fascination
pour les objets – description détaillée, parfois
inutile.
 Plusieurs sujets et thèmes evoluent
simultanément et s’entrecroisent.
 Ce n’est pas la description d’une aventure,
c’est l’aventure d’une description.
 La répétition est le procédé de base.
 C’est la création d’un autre univers, comme
dans la peinture abstraite.
 La narration ne suit pas l’ordre chronologique.
 Le mode de l’autobiographie.
 C’est une déconstruction du roman ; une
réflexion sur le langage, les artifices et codes
romanesques, les visions du monde
traditionnelles : volonté d’un art conscient de lui-
même.
 Interrogation sur la place du narrateur : quelle
est sa place dans l’intrigue ? Pourquoi
raconte-t-il ?
 Roman - lieu d’une expérimentation sur
l’écriture.
 Doute sur la nature du monde et sur l’homme.
Les représentants du Nouveau Roman
 Allain Robbe-Grillet – “Les Gommes” (1953);
 Nathalie Sarraute – “L’ère du Soupçon” (1956);
 Michel Butor – “Passage de Milan” (1954);
 Marguerite Duras – “Un barrage contre le
Pacifique” (1950);
 Claude Simon – “Le Vent” (1957)
 Jean Ricardou – “L’observatoire de Cannes”
(1961);
 Georges Perec – “La Disparition” (1969);
 Claude Mauriac – “L’Alittérature contemporaine”
(1958).