You are on page 1of 49

PREFACE

Ce support de cours est une contribution pour permettre à
l’étudiant, du second niveau Maintenance Industrielle dans les
Instituts Supérieurs des Etudes Technologiques, d’étudier ou
d’exécuter des installations domestiques ou industrielles en
respectant les normes en vigueur. La dernière partie du cours traite
la sécurité des installations et des personnes.
Nous tenons à préciser que ce document a un caractère provisoire et
que nous somme heureux de le parfaire en tenant compte des
remarques des collègues et des utilisateurs.
Sommaire
CHI : GENERALITES SUR LES SCHEMAS ELECTRIQUES.................................... 1
1 Organisation d’une installation électrique :...................................................................................... 1
2 Schéma électrique : .............................................................................................................................. 1
2.1 Définition : ................................................................................................................................... 1
2.2 Classification : .............................................................................................................................. 1
3 Les normes électriques :...................................................................................................................... 2
4 Règles générales pour l’établissement d’un schéma :...................................................................... 2
CHII : INSTALLATIONS DOMESTIQUES..................................................................... 6
1 Introduction : ....................................................................................................................................... 6
2 symboles des équipements électriques : ........................................................................................... 6
3 Le Schéma d’une installation électrique à usage d’habitation : ..................................................... 6
3.1 Schéma général de distribution : ............................................................................................... 6
3.2 Les schémas d’éclairage : ............................................................................................................ 7
3.2.1 Le montage simple allumage : ........................................................................................... 7
3.2.2 Le montage double allumage avec interrupteur bipolaire :........................................... 8
3.2.3 Le montage double allumage avec commutateur ( 2 directions + arrêt ) :................. 9
3.2.4 Le montage d’allumage « va et vient » avec deux commutateurs n°6 : ..................... 10
3.2.5 Le montage d’allumage avec télérupteur : ..................................................................... 11
3.2.6 Le montage d’allumage avec minuterie :........................................................................ 13
3.2.7 Le montage avec tube fluorescent.................................................................................. 15
4 Règles des installations domestiques : ............................................................................................ 16
4.1 protection des personnes : ....................................................................................................... 16
4.1.1 utilisation des couleurs : ................................................................................................... 16
4.1.2 Utilisation des équipement protégés : ............................................................................ 17
4.1.3 Utilisation d’un DDR : ..................................................................................................... 17
4.1.4 Utilisation d’un transformateur d’isolement : ............................................................... 17
4.2 Protection contre l’incendie :................................................................................................... 17
4.3 Répartition :................................................................................................................................ 18
CH III : APPAREILLAGE DE COMMANDE ET DE PROTECTION........................ 20
1 Équipement de répartition : ............................................................................................................. 20
1.1 tableau :....................................................................................................................................... 20
1.2 Armoire :..................................................................................................................................... 20
1.3 Coffret :....................................................................................................................................... 20

i
1.4 Cellule : ....................................................................................................................................... 20
2 Appareillage de protection : ............................................................................................................. 20
2.1 Fusibles : ..................................................................................................................................... 20
2.1.1 Pouvoir de coupure : ........................................................................................................ 20
2.1.2 Pouvoir de limitation :...................................................................................................... 21
2.1.3 Courant conventionnel : .................................................................................................. 21
2.1.4 caractéristique temps-courant : ....................................................................................... 21
2.2 Disjoncteur magnétothermique : ............................................................................................ 22
2.2.1 Composition : .................................................................................................................... 22
2.2.2 Choix des caractéristiques :.............................................................................................. 22
2.2.3 Courbes de déclenchement ( NF 61-410): .................................................................... 22
2.2.4 Polarité et symboles :........................................................................................................ 23
2.3 Disjoncteur différentiel : .......................................................................................................... 23
2.3.1 Position du problème: ...................................................................................................... 23
2.3.2 Principe :............................................................................................................................. 24
2.3.3 Fonctionnement :.............................................................................................................. 24
2.3.4 Sensibilité : ......................................................................................................................... 24
2.3.5 Choix d’un disjoncteur différentiel :............................................................................... 24
2.4 Relais thermique : ...................................................................................................................... 25
2.4.1 Principe de fonctionnement :.......................................................................................... 25
2.4.2 Courbe de déclenchement : ............................................................................................. 25
3 La sélectivité des appareils de protections : ................................................................................... 25
3.1 Niveau de sélectivité : ............................................................................................................... 25
3.2 types de sélectivité :................................................................................................................... 25
3.3 Dispositif différentiel résiduel DDR : .................................................................................... 26
4 Appareillage de commande :........................................................................................................... 27
4.1 Contacteur :................................................................................................................................ 27
4.2 Sectionneur :............................................................................................................................... 27
5 Conclusion :........................................................................................................................................ 27
CH IV : LES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES...................................................... 28
1 Introductuion : ................................................................................................................................... 28
2 Démarrage direct : ............................................................................................................................. 29
2.1 Principe :..................................................................................................................................... 29
2.1.1 Démarrage manuel :.......................................................................................................... 29
2.1.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche : .................................................... 30

ii
2.1.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche : ................................................ 31
2.2 Avantages : ................................................................................................................................. 31
2.3 Inconvénients : .......................................................................................................................... 31
3 démarrage étoile - triangle ( y- ). ................................................................................................... 31
3.1 Principe :..................................................................................................................................... 31
3.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :............................................................. 32
3.2.1 Circuit de puissance :........................................................................................................ 32
3.2.2 Circuit de commande : ..................................................................................................... 33
3.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :......................................................... 34
3.3.1 Circuit de puissance :........................................................................................................ 34
3.3.2 Circuit de Commande : .................................................................................................... 34
3.4 Avantages : ................................................................................................................................. 35
3.5 Inconvénients : .......................................................................................................................... 35
3.6 Application :............................................................................................................................... 35
4 démarrage à resistances statoriques................................................................................................. 35
4.1 Principe :..................................................................................................................................... 35
4.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :............................................................. 35
4.2.1 Circuit de puissance :........................................................................................................ 35
4.2.2 Circuit de commande : ..................................................................................................... 36
4.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :......................................................... 36
4.3.1 Circuit de puissance :........................................................................................................ 36
4.3.2 Circuit de commande : ..................................................................................................... 37
4.4 Avantages : ................................................................................................................................. 37
4.5 Inconvénients : .......................................................................................................................... 38
4.6 Emploi : ...................................................................................................................................... 38
5 démarrage à resistances rotoriques.................................................................................................. 38
5.1 Principe :..................................................................................................................................... 38
5.1.1 Circuit de puissance :........................................................................................................ 38
5.1.2 Circuit de commande : ..................................................................................................... 39
5.2 Avantages : ................................................................................................................................. 39
5.3 Inconvénients : .......................................................................................................................... 39
CH V : REGIMES DU NEUTRE ..................................................................................... 40
1 Schémas de liaison à la terre (SLT) : ............................................................................................... 40
1.1 Évolution du besoin : ............................................................................................................... 40
1.2 Défauts d’isolement : ................................................................................................................ 40
iii
1.3 Risques associés aux défauts :.................................................................................................. 40
1.3.1 Risque d’électrisation des personnes :............................................................................ 41
1.3.2 Risque d’incendie: ............................................................................................................. 42
1.3.3 Risque de non disponibilité de l’énergie : ...................................................................... 42
2 Régime TT :........................................................................................................................................ 42
3 Régime IT : ......................................................................................................................................... 42
4 Régime TN : ....................................................................................................................................... 43

iv
1

CHI : GENERALITES SUR LES SCHEMAS ELECTRIQUES.

1 Organisation d’une installation électrique :

Signalisation

Source de Dispositif de Dispositif de Récepteurs
puissance protection commande

Fig 1 : Organisation générale d’une installation électrique.

 La source de puissance peut être alternative ou continue.
 On distingue comme dispositif de protection, le fusible, le disjoncteur, le relais…
 L’appareillage de commande comprend le contacteur, le relais, commutateur,…
 La signalisation peut être lumineuse, sonore,…
 La liaison entre ces parties se fait par l’intermédiaire des conducteurs.
Le schéma électrique permet une représentation symbolique de ces équipements et les
conducteurs qui les relient.

2 Schéma électrique :

2.1 Définition :
Le schéma d’électricité est une représentation symbolique et conventionnelle des installations
électriques.
Il représente les différentes liaisons entre les éléments d’une installation, d’un appareil ou d’un
ensemble d’appareils. Il comporte :
 Des symboles : qui représentent des éléments d’installation, des machines, des appareils,
des organes de machine ou d’appareil.
 Des traits qui représentent des connexions électriques, des liaisons mécaniques ou des
conditions d’interdépendance entre différentes parties. Ces traits peuvent également
indiquer le groupement de certains éléments.
 Des repères qui permettent l’identification des installations, des machines, des appareils,
de leurs organes, de leurs bornes et des conducteurs aboutissant.

2.2 Classification :
Les schémas électriques peuvent être classés selon le but envisagé (Schéma explicatifs, de
connexion, de disposition, les diagrammes,…) ou selon le mode de représentation (schéma
architectural, développé, assemblé, multifilaire, unifilaire…).
Notre étude sera axée sur le mode de représentation sans pour autant abandonner les
autres.

Cours électricité générale- MI2 CH I Généralités sur le schéma électrique
2

3 Les normes électriques :
Une norme englobe les règles techniques permettant de standardiser les appareil et d’uniformiser
leur représentation. Les organismes officiels chargés d’établir des normes sont :
- CEI : commission électrotechnique internationale (1906), œuvre au niveau mondial.
- CENELEC : Comité européen de normalisation électrotechnique (1973), œuvre au
niveau européen.
- INNORPI : Institut national de normalisation et de la propriété industrielle, au niveau
de la Tunisie.
- CEF : comité électrotechnique français (1907) et UTE : union technique de l’électricité
(1947), au niveau de la France.

4 Règles générales pour l’établissement d’un schéma :
1 - Tous les appareils de coupure, leurs contacts doivent se déplacer de G à D ou de bas
vers le haut.
Exemple :

ou

2 - La borne fixe d’un appareil est toujours liée au potentiel le plus élevé.
3 - Le schéma doit être représenté en état d’arrêt (tous les appareils au repos).
4 - Le repérage des symboles est représenté par deux lettres et un chiffre.

Exemple :
Numéro
Famille Fonction
1.1 K2
M
Repère Famille
E Matériel divers : éclairage, chauffage…
F Dispositif de protection : fusible, relais,
G générateurs
H Dispositif de signalisation : Avertisseurs lumineux, sonore…
K Relais et contacteurs
M Moteurs
Q Appareil mécaniques de connexion de puissance : disjoncteur, sectionneur,
interrupteur, commutateur,…
S Appareil mécaniques de connexion pour circuit de conduite : Bouton poussoir, fin
de course,…
T Transformateurs
W Voie de transmission : câble, jeu de barres,…

Quelques repères de familles des appareils.

Cours électricité générale- MI2 CH I Généralités sur le schéma électrique
3

Repère Fonction
A Auxiliaire
F Protection
H Signalisation
M Principal
T Temporisation

Quelques repères de fonctions des appareils.

5 - Le marquage des bornes d’un appareil :

L’identification des bornes permet de fournir des informations sur la fonction réelle de l’élément.
Les bornes d’entrée sont affectées d’un chiffre impair et celles de sortie sont affectées d’un
chiffre pair dans les cas suivants :

# Appareil de protection d’un circuit principal :
1 3 5 1 3 5
Exemples :
F1 F2

2 4 6 2 4 6

Cartouche fusibles Relais thermique

# Appareil de coupure d’un circuit principal :

1 3 5 1
Exemples :
KM

2 4 6 2

Contacteur principal Interrupteur principal
# Appareil récepteur d’un circuit principal :

1 3 5 1
Exemples :

2 4 6 2

Plan de résistances Résistance
u1 v1 w1 u v w

M1 ou

w2 u2 v2 z x y

Cours électricité générale- MI2 CH I Généralités sur le schéma électrique
4

Le marquage des bornes est parfois composé :

# Appareil de protection d’un circuit auxiliaire :

Les bornes d’entrée sont affectées d’un chiffre impair et celles de sortie sont affectées d’un
chiffre pair. Un numéro d’ordre est ajouté si nécessaire.
11 21 31 1
Exemples :
F1 F2

12 22 32 2

Cartouche fusibles

# Appareil de commande d’un circuit auxiliaire :

Les bornes d’entrée sont affectées d’un numéro d’ordre et d’un chiffre qui dépend de la fonction
de l’élément et de la borne considérée.

Exemples :
11 21 31 11 21 31
a – contact à ouverture :

1 pour l’entrée et 2 pour la sortie.

12 22 32 12 22 32

b – contact à fermeture : 13 23 33 13 23 33

3 pour l’entrée et 4 pour la sortie.

14 24 34 14 24 34

c – contact bi-directionnel :
11 21 31
1 pour la borne commune, 2 pour le contact
repos et 4 pour le contact travail.

12 14 22 24 32 34

Cours électricité générale- MI2 CH I Généralités sur le schéma électrique
5
d – contact à fonction spéciale :
15 15 25 35
- contact à ouverture :

Entrée  5
Sortie  6
16 16 26 36
- contact à ouverture :
17 17 27 37
Entrée  7
Sortie  8

18 18 28 38

# Appareil récepteur d’un circuit auxiliaire :

- cas d’une bobine :

A1 A1 B1
A1 B1

A2 A2 B2 A2

- cas d’un récepteur :
11 21 31 1

12 22 32 2

Plan de résistances Résistance

Cours électricité générale- MI2 CH I Généralités sur le schéma électrique
6

CHII : INSTALLATIONS DOMESTIQUES

1 Introduction :
Les installations domestiques sont conformes à la norme française NFC15 100, qui impose
des sections pour les conducteurs selon le courant supporté (à partir de la puissance consommée)
ainsi que les calibres des appareils de protection. Un conducteur de terre est nécessaire pour
chaque installation électrique pour assurer une protection au local. Les installations électriques
dans les locaux à caractère domestique sont généralement des montages d’éclairage, des
alimentations des prises de courant et des alimentations des éléments chauffants.
Les symboles qu’on utilisera, sont tirés de la norme NFC03202….NFC03211.

2 symboles des équipements électriques :
( voir annexe )

3 Le Schéma d’une installation électrique à usage d’habitation :

3.1 Schéma général de distribution :
Toute installation électrique fait l’objet d’un schéma qui indique :
 Le type de conducteur
 Le nombre de conducteurs par circuits
 La section des conducteurs
 Le type de dispositif de protection des circuits
 La valeur nominale ou de réglage de la protection

Tableau donnant la valeur des protections à installer en fonction de la section des conducteurs :

 Cas d’un fusible :

Section des conducteurs ( mm 2 ) 1,5 2,5 4 6
Calibre du fusible (A) 10 16 25 32

Remarque : Les fusibles sont toujours installés sur les phases.

 Cas d’un disjoncteur divisionnaire :

Section des conducteurs ( mm 2 ) 1,5 2,5 4 6
Courant nominal du disjoncteur (A) 16 25 32 40

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
7

Exemple : Schéma unifilaire d’une distribution générale d’une installation domestique

F1
10 A 1,5 mm 2
Éclairage chambre
KWh P1 2
10 A 1,5 mm Éclairage séjour et cuisine
16 A 2,5 mm 2
Q1 Prises de courant chambres
16 A 2,5 mm 2
2
Prises de courant séjour et cuisine
6 ou 10 mm 16 A 2,5 mm 2 Lave linge
16 A 2,5 mm 2
Chauffe eau
4 mm 2 Liaison équipotentielle salle de
bain, Cuisine etc…

Légende :
F1 : fusible de protection
P1 : compteur actif monophasé
Q1 : disjoncteur monophasé

3.2 Les schémas d’éclairage :
3.2.1 Le montage simple allumage :

On veut commander une ou plusieurs lampes d’éclairage d’un seul endroit. Les lampes sont
éteintes si l’interrupteur est ouvert et sont allumées s’il est fermé.
On prend comme exemple la commande de deux lampes.

Le schéma développé du montage est le suivant :

L1
Légende : F1 E1 N
Q1
F1 : fusible de protection
Q1 : interrupteur unipolaire n°1
E1,E2 : lampe à incandescence.
E2

Remarque :
Dans les schémas : architectural, multifilaire et unifilaire, pour les installations domestiques, on ne
représente pas la protection ( car elle est sur le tableau de répartition des circuits).

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
8

Schéma architectural :

E2
E1 Q1

Schéma multifilaire :

E2
E1
Q1

Schéma unifilaire :

E1 E2
Q

3.2.2 Le montage double allumage avec interrupteur bipolaire :

On veut commander deux circuits d’éclairage d’un seul endroit.
Soit le schéma développé du circuit suivant :

L1 N
Légende : F1
Q1 E1
F1 : fusible de protection E2
Q1 : interrupteur bipolaire
E1,E2, E3 : lampes à incandescence. E3
Fonctionnement :

Contact ‘1’ de Q1 E1
Ouvert Éteinte
Fermé Allumée

Contact’2’ de Q1 E2, E3
Ouvert Éteintes
Fermé Allumées

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
9

Le schéma architectural :

E E

Q
E

Schéma multifilaire :

E E
E
Q

Schéma unifilaire :

E
E
E Q

3.2.3 Le montage double allumage avec commutateur ( 2 directions + arrêt ) :

Ce montage permet de commander d’un seul endroit un circuit parmi deux.
Prenons l’exemple d’un local comprenant deux lampes chacune dans un circuit d’éclairage
différent.

Le schéma développé :

L1 N
Légende : F1
Q1 E1
F1 : fusible de protection
Q1 : commutateur
E1,E2 : lampes à incandescence. E
E2

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
10
Fonctionnement :
Lorsque le commutateur est à la position 1, la lampe E1 est allumée et E2 est éteinte ; si le
commutateur est à la position 2 c’est la lampe E1 qui est éteinte et E2 est allumée.

Le schéma architectural :

E2 E1

Q1

3.2.4 Le montage d’allumage « va et vient » avec deux commutateurs n°6 :
Ce montage permet de commander un circuit d’éclairage de deux endroits différents.
Soit l’exemple du schéma ci-dessous.

Le schéma développé :

L1
F N
Légende :
1 Q2 E1
Q1
F1 : fusible de protection
Q1 et Q2 : commutateur va et vient E2E
E1,E2 : Lampes à incandescence.

Fonctionnement :

Si les deux commutateurs sont sur les mêmes positions (1-1 ou 2-2 ) alors les lampes sont
allumées ; si non c’est-à-dire ils sont sur des positions différentes (1-2 ou 2-1 ) alors les deux
lampes sont éteintes.
Le schéma architectural :

Q2

Q1

E2 E1

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
11

3.2.5 Le montage d’allumage avec télérupteur :

Ce montage permet de commander un circuit d’éclairage de plusieurs endroits différents.
Électriquement, un télérupteur électromécanique est constitué d’une bobine et d’un contact à
accrochage mécanique. Lorsque la bobine est alimentée (par action sur un bouton poussoir) le
contact se ferme. Au relâchement du bouton poussoir, la bobine se désexcite mais le contact reste
fermé. Il faudra exciter une deuxième fois la bobine pour que le contact s’ouvre.

La bobine est commandée par les boutons poussoirs et les lampes d’éclairage par le contact du
tétérupteur.
Considérons l’exemple suivant : La commande de deux lampes de quatre endroits différents.

Légende :
F1 : fusible de protection
Schéma développé : S1, S2, S3 et S4 : boutons poussoir
K : télérupteur
E1, E2 : lampes d’éclairage

L1 N
S1
F1
S2 K

S3
S4 E1

E2
K1

Diagramme de séquence

Si
0
t
K
0
K1 t
0
E1, E2 t
0
t

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
12

Le schéma architectural :

S1 S2
S3
E2
E1

K S4

Schéma multifilaire :

S1 S2
E1 E2 S3

K S4

Schéma unifilaire :

S1 S2
E1 S3
E2

K S4

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
13
3.2.6 Le montage d’allumage avec minuterie :

Ce montage permet de commander un circuit d’éclairage de plusieurs endroits différents.
La mise en service est manuelle et la mise hors service est automatique.
Électriquement, une minuterie électromécanique est constituée d’une bobine et d’un contact
temporisé et à accrochage mécanique. Lorsque la bobine est alimentée (par action sur un bouton
poussoir) le contact se ferme. Au relâchement du bouton poussoir, la bobine se désexcite mais le
contact reste fermé pendant un certain temps après lequel il s’ouvre.
La bobine est commandée par les boutons poussoirs et les lampes d’éclairage sont commandées
par le contact temporisé de la minuterie.
Considérons l’exemple de la commande de deux lampes de trois endroits différents. Deux
montages sont possibles :

 Montage ‘avec effet’

Schéma développé :

L1
S1 K N
F1
S2

S3 E1
K1
E2
2 mn
Légende :
F1 : fusible de protection
S1, S2 et S3 : boutons poussoir
K : minuterie 2 minutes
E1, E2 : lampes d’éclairage

Diagramme de séquence

Si
o
t
K
o
t
K1
o t t
E1, E2 t

o t t t

Exercice :
Faire les schémas multifilaire et unifilaire sachant que le branchement, d’une minuterie ’’avec
effet’’, est le même que celui d’un montage avec télérupteur.

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
14
 Montage ‘sans effet’

Schéma développé :
L1
S1 K E1 N
F1
S2

S3 E2
K1

2 mn

Légende :
F1 : fusible de protection
S1, S2 et S3 : boutons poussoir
K : minuterie 2 minutes
E1, E2 : lampes d’éclairage

Diagramme de séquence :

Si
o
t
K
o
K1 t

o t t t
E1, E2
o t t t

Schéma architectural :

t
S1
E2 S2
E1

S3

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
15

Schéma multifilaire :

S1 K
2 mn

E2 S2
E1
S3

Schéma unifilaire :

S1
t
K
S2
E1 E2
S3

3.2.7 Le montage avec tube fluorescent

- Principe du tube fluorescent :
c’est un tube de verre recouvert de poudre fluorescente et remplis de gaz rares + quelques
gouttes de mercure. La ddp aux bornes du tube provoque l’ionisation du gaz qui devient
conducteur. Les électrons frappent le mercure qui émet une radiation ultraviolette . cette dernière
se transforme en lumière visible en contact avec la poudre.
- Le starter :
C’est un tube rempli de gaz neutre, dans lequel est installée un contact bilame. Lors de
l’établissement de la tension un arc électrique se produit et échauffe la bilame qui ferme le contact
et permet de passer le courant dans le tube. Une fois refroidie, elle s’ouvre et coupe le courant.
- Le ballast :
C’est une inductance en série jouant un double rôle : amorçage et protection. La coupure du
courant par le starter crée une surtension aux bornes du ballast qui vient s’ajouter à la tension du
réseau permettant l’amorçage. Son caractère inductif s’oppose à la variation rapide du courant.
- Le condensateur :
Il permet d’améliorer le facteur de puissance du tube.

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
16

montage compensé : V1
N
L1 E1
F1
Q1 L1

C1

montage Duo :

V1
N
L1 E1
F1
Q1 L1

L2 C1 E2

V2

Ce montage permet grâce au déphasage entre les courants dans les deux tubes un meilleur
confort et se comporte comme un tube compensé alimenté à 100Hz.

4 Règles des installations domestiques :
Une installation domestique doit tenir compte de la méconnaissance des risques électriques par le
simple utilisateur. Pour cela elle prévient principalement l’électrocution et l’incendie.
La division des circuit de l’installation permet de limiter la propagation des défauts et assurer un
fonctionnement partiel.
4.1 protection des personnes :
4.1.1 utilisation des couleurs :
un conducteur sous tension ne doit jamais être touché quelle que soit sa couleur. En vue de
faciliter les tâches de maintenance, une installation électrique doit respecter l’utilisation des
couleurs pour les câbles et les conducteurs comme suit :
- Conducteurs : on utilise le bleu clair pour le neutre, le vert-jaune pour le
conducteur de protection, et toute autre couleur sauf ceux susmentionnés
pour la phase.
- Câbles : même chose que précédemment pour le neutre et le conducteur de
protection. La phase est soit noir soit marron.

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
17
4.1.2 Utilisation des équipement protégés :
Les équipements susceptibles de fonctionner à proximité des jets d’eau ( salle d’eau ) sont
marqués avec des symboles relativement à leurs indices de protection liés à l’étanchéité.

IP X0 Pas de protection

IP X1 Protégé contre les chutes verticales des gouttes d’eau
Protégé contre les chutes verticales des gouttes d’eau jusqu’à 15° de
IP X2
la verticale
ou
IP X3 Protégé contre l’eau de pluie jusqu’à 60° de la verticale

IP X4 Protégé contre les projections d’eau de toutes directions

IP X5 Protégé contre les jets d’eau de toutes directions à la lance

IP X6 Protégé contre les projections d’eau assimilables aux paquet de mer

IP X7 Protégé contre les effets de l’immersion

IP X8 Protégé contre les effets de l’immersion prolongée

4.1.3 Utilisation d’un DDR :
Pour la protection des personnes il est indispensable d’utiliser un dispositif différentiel résiduel de
haute sensibilité ( DDRHS  30mA ).

4.1.4 Utilisation d’un transformateur d’isolement :

Dans la salle d’eau ou la cuisine il est recommandé d’utiliser les transformateurs d’isolement pour
les prises pour éviter les court circuits à la source.

4.2 Protection contre l’incendie :

 Utilisation des isolants non inflammables pour éviter la propagation du feu.
 Utilisation des dispositifs de détection d’incendie et d’alarme.
 Utilisation des appareils de protection adéquats pour éviter l’échauffement excessif des
câbles ( voir tableau 1 ).

Nombre de
Section Calibre Calibre points
Fonction des circuits ( Ph + N + PE ) de même
cuivre fusible Disj autorisés
section
( mm2 ) ( A ) ( A ) par circuit :
NFC 15-100
Eclairage et prise commandée par interrupteur 1.5 10 16 8
Prise de courant ( 10/16A ) 2.5 16 25 8
Lave linge / Lave vaisselle 2.5 16 25 1
Cuisinière électrique 6 32 40 1
Four électrique 2.5 16 25 1

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
18
Chauffe eau 2.5 16 25 1
Ventilation Mécanique Contrôlée 1.5 10 16 1
Chauffage suivant la puissance :
- p  2.3kw : 1.5 10 16
- 2.3kw  P  4.6kw 2.5 16 25 5
- 4.6kw  P  5.75kw 4 25 32
- 5.75kw P  7.36kw 6 32 40

Tableau 1: section des conducteurs et calibres des protections ( NF C15-100 )

La différence des calibres entre le fusible et le disjoncteur pour la même section sont dues au fait
que le courant conventionnel de non fusion pour un fusible peut atteindre 1.5 In pendant 1h
alors que le réglage thermique pour le disjoncteur est au plus égal à In.

4.3 Répartition :
Pour éviter leur dépendance, il est conseillé de répartir les récepteurs sur des circuits
indépendants suivant leurs emplacements ou leurs types.
Le tableau de répartition est monté en saillie ou en encastré à une hauteur minimale de 1m, il
contient les dispositifs différentiels, et les disjoncteurs divisionnaires ou sectionneurs fusibles (
départs ). Chaque départ alimente un ou plusieurs récepteurs.
Le tableau contient aussi une barrette de répartition qui facilite la connexion des départs aux
récepteurs et la maintenance du tableau ainsi qu’une barrette de terre.
Le disjoncteur de branchement est souvent magnétothermique non différentiel livré par la STEG
et disposé à proximité du compteur. Pour cela il est vivement conseillé de fournir un ou plusieurs
DDRs.

Exemple :
Disjoncteur de branchement
différentiel sélectif 500mA

DDR 30mA DDR 30mA

25A 25A 25A 25A 25A 16A 16A 16A 25A 25A 32A 16A 16A Disj div

2.5 mm2 1.5 mm2 2.5 mm2 6mm2 1.5 mm2

S.D.B

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
19
Légende :

Chauffage électrique
Chauffage électrique Eclairage
à accumulation

Cuisinière électrique Four électrique * Climatiseur

 Four à micro-ondes Plaque chauffante *** Congélateur

Chauffe-eau à
Lave-vaisselle Lave-linge
accumulation
App. électroménager
* Réfrigérateur  Sèche-mains 2 non défini

Dans le cas où le disjoncteur de branchement est à proximité du compteur, la chute de tension
entre ce dernier et le tableau de répartition ne doit pas dépasser 2%. Cette chute de tension
dépend de la section du conducteur, de sa longueur et du courant qui y circule.

 section cuivre en mm2
I(A) 10 16 25 35 50 70 95 120
15 68 109 170 239 341 477 647 818
30 34 55 85 119 170 239 324 409
45 23 36 57 80 114 159 216 273
60 - 27 43 60 85 119 162 204
90 - - 28 40 57 80 108 136

Cours électricité générale- MI2 CH II Installations Domestiques
20

CH III : APPAREILLAGE DE COMMANDE ET DE PROTECTION

1 Équipement de répartition :

1.1 tableau :
Châssis métallique supportant les appareils et leur connexions. Il distribue l’énergie électrique
depuis l’arrivée STEG. ( TGBT : industrie ; tableau de répartition : habitation).
Il contient le disjoncteur général et les départs principaux vers d’autres armoires ou coffrets.

1.2 Armoire :
Enveloppe enfermant l’ensemble de l’appareillage, destinée à être fixée au mur ou sur le sol.

1.3 Coffret :
Enveloppe destinée à être fixée sur les murs ou sur des ferrures verticales.

1.4 Cellule :
Dans le cas des installations importantes, les équipements sont parfois séparés par des cloisons.
Chaque cellule correspond à une fonction particulière : cellule de commande, de protection, de
comptage…

2 Appareillage de protection :

2.1 Fusibles :
La partie active du fusible est un fil d'alliage spécial qui, placé
dans un circuit électrique, coupe le courant en fondant si
l'intensité atteint une certaine limite.

2.1.1 Pouvoir de coupure :

Le pouvoir de coupure est la plus grande intensité de court-circuit que peut interrompre la
cartouche. Les fusibles HPC (Haut Pouvoir de Coupure) limitent des courts-circuits pouvant
atteindre 100kA.
Dimensions Calibres PdC
5  20 mm 0.2 à 10 A 1 kA
6.3  23 mm 2 à 10 A 6 kA
Pouvoir de coupure des fusibles 8.5  23 mm 2 à 10 A 6 kA
Domestiques cylindriques  10.3  25.8 mm 6 à 16 A 6 kA
8.5  31.5 mm 0.5 à 20 A 20 kA
10.5  31.5 mm 16 à 25 A 20 kA
10.3  31.5 mm 32 A 20 kA

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
21
Dimensions Calibres PdC
8.5  23 mm 2 à 10 A 4 kA
Pouvoir de coupure des fusibles
10.3  25.8 mm 16 A 8 kA
Industriels cylindriques 
8.5  31.5 mm 2 à 10 A 20 kA
Les cartouche à couteau ( DIN 00…4) 10.3  31.5 mm 25 A 20 kA
ont un PdC 120 kA 10.3  38 mm 0.5 à 25 A 100 kA
14  51 mm 2 à 50 A 100 kA
22  58 mm 4 à 125 A 100 kA

2.1.2 Pouvoir de limitation :

Le pouvoir de limitation est la propriété que possède I
une cartouche à limiter l'intensité du défaut et donc les
effets électrodynamiques et thermiques du courant. Icc
Présumé
Il y a deux familles de fusibles, les rapides (F :usage
domestique, électronique, Gg/gL : usage industriel) de Icc
type qui fondent de suite et les retardés (aM : coupé
accompagnement moteur) qui sont un peu plus lents.
t
2.1.3 Courant conventionnel :

calibres Inf If tc
On appelle courant conventionnel de non fusion In  4A 1.5 In 2.1In 1h
Inf la valeur de courant pouvant être supportée par le 5 à 10A 1.5 In 1.9 In 1h
fusible sans fondre pendant un temps 11 à 25A 1.4 In 1.75 In 1h
conventionnel tc spécifié. On appelle aussi courant 26 à 63A 1.3 In 1.6 In 1h
conventionnel de fusion If la valeur de courant 64 à 100A 1.3 In 1.6 In 2h
provoquant la fusion du fusible avant ce temps 101 à 160A 1.2 In 1.6 In 2h
spécifié. 161 à 400A 1.2 In 1.6 In 3h

2.1.4 caractéristique temps-courant :

La zone de fonctionnement d’un fusible permet de déterminer la durée de fonctionnement du
fusible en fonction du courant le traversant. Il est fort utile de connaître cette carectéristique pour
calculer la sélectivité des protections disposées en série.

Temps ( S )

Pour une cartouche
22  58 gG 100A un 30
courant de 300A fera
la fondre en 30
secondes.

300 Courant de défaut (A)

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
22

2.2 Disjoncteur magnétothermique :
Un disjoncteur est équipé d’un déclencheur magnétique et un autre thermique pour la protection
respectivement contre les courts circuits et les surcharges.

2.2.1 Composition :

Il se compose :
• des pièces enveloppes :
- coquille (1)
- couvercle
• de pièces spécifiques :
- chambre de coupure (2)
- tôle d’arc (3)
- vis de réglage (4)
- sous-ensemble serrure (5)
• d’ensembles variables :
- sous-ensemble thermique (6)
- sous-ensemble magnétique (7)
• de pièces de finition :
- clip de marquage
- ressort et loquet bistable (8)

La position bistable du loquet facilite
le montage et démontage du
disjoncteur sur le rail.

2.2.2 Choix des caractéristiques :

Le choix d’un disjoncteur tient compte des caractéristiques suivantes qui à leur tour sont
spécifiées en fonction de l’installation à protéger :
. Calibre In : courant nominal ou courant assigné d'emploi
. Courant de réglage Ir : réglage du déclenchement thermique : typiquement, 0,1In  Ir  In
. Courant de déclenchement magnétique Id . En général, Id = 10 à 20 In
. Courant de déclenchement instantané Iinst : n'existe que sur les disjoncteurs électroniques.
Il correspond à une coupure immédiate en cas de fort court-circuit.
. Tension assignée d'emploi, pouvoir de coupure : comme dans le cas des fusibles.
. Nombre de pôles.

2.2.3 Courbes de déclenchement ( NF 61-410):

En réalité les courbes de déclenchement sont nommées suivant la plage de réglage du courant de
déclenchement magnétique ( de court circuit ).

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
23
 Calibres  60A : t
Courbe Z : Id = 2,4 à 3,6 In protection des circuits
électroniques
Courbe B : Id = 3 à 5 In ( 3.2 à 4.8 In : CEI 947-2 )
protection des générateurs, des personnes, des grandes
longueurs de câbles en régime TN et IT
Courbe C : Id = 5 à 10 In ( 7 à 10 In : CEI 947-2 )
protection des récepteurs classiques, usage général
Courbe D : Id = 10 à 14 In protection des récepteurs à
fort courant d'appel (moteurs, transformateurs,...)
Courbe MA : Id = 12 In déclencheur magnétique seul
(pas de protection thermique) : protection des
démarreurs de moteur. In
3 5 10
B C
 Calibres entre 60 et 100A :
NF 61- 410
Courbe D : Id = 5 à 10 In protection des récepteurs
classiques.
Courbe G : Id = 2 à 5 In protection des générateurs, des personnes, des grandes longueurs de
câbles.
Courbe MA : Id = 6.3 à 12.5 In : protection des démarreurs de moteur.
 Calibres  100A :
Dans ce cas les disjoncteurs sont contrôlés électroniquement.

2.2.4 Polarité et symboles :

On lira : P.P = Pôle protégé.
P.C = pôle coupé

2.3 Disjoncteur différentiel :

2.3.1 Position du problème:

A partir d’un réseau alternatif monophasé 230v entre phase et
neutre, on alimente un récepteur avec masse métallique.
- la masse métallique doit être reliée avec un
conducteur à la terre.

- 1er cas : si I1=I2 pas de défaut

I I2

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
24

- 2ème cas : si un défaut d’isolement apparaît, il y
aura un courant de fuite vers la terre donc I1I2
et I1=I2+If. I I2
Si une personne touche la masse, il y a risque 1
d’électrocution donc danger.
- Il faut assurer la protection par coupure de If
l’alimentation, c’est le rôle du différentiel
dans le disjoncteur
- En cas de surintensité ou de cours circuit
dans le circuit le disjoncteur devra également agir.

2.3.2 Principe :

On place 2 bobines identiques dont les enroulements sont en opposition qui vont détecter les
courants I1 et I2 avec une bobine sonde sur un circuit magnétique en forme de tore.
9
2.3.3 Fonctionnement : 8 1
2
1er cas : pas de défaut I1=I2 :
7
Le flux 1 produit par la bobine 1 est égal
au flux 2 produit par la bobine 2
Le flux résultant dans le tore r =0 donc
U=0 à la bobine sonde. 3 6
5
2ème cas : défaut d’isolement : 4

Le flux 1 produit par la bobine 1 est
supérieur au flux 2 produit par la bobine 2 :
apparition d’un flux variable dans le tore et
d’une fem induite « e » aux bornes de la
bobine sonde qui va alimenter un relais, il y aura déclenchement du disjoncteur si le défaut
est dangereux.

2.3.4 Sensibilité :

Il existe des dispositifs différentiels de :

- Haute sensibilité : 30mA, 12mA, 6mA.
- Moyenne sensibilité : 1A, 650mA, 500mA, 300mA, 100mA
- Autres sensibilités : 20A, 10A, 5A, 3A

2.3.5 Choix d’un disjoncteur différentiel :

En plus des critères de choix d’un disjoncteur magnétothermique (parce que le disjoncteur
différentiel l’ai aussi), s’ajoute le critère de sensibilité en fonction de la résistance de terre et
l’état des locaux.

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
25
2.4 Relais thermique :

2.4.1 Principe de fonctionnement :

Le relais thermique utilise la propriété d’un bilame formé de
deux lames minces de métaux ayant des coefficients de
dilatation différents. Il s’incurve lorsque sa température
augmente. Pour ce bilame on utilise un alliage de ferro-nickel et
de l’invar.
- Déclenchement par surcharge triphasée 
déplacement simultané des trois bilames.
- Déclenchement en cas de coupure d’une phase  dispositif différentiel.

Temps 2h
1h
2.4.2 Courbe de déclenchement : 40 mn
20 mn
C’est la courbe représentant le temps de
déclenchement en fonction des multiples 10 mn
de l’intensité de réglage. L’intensité
minimale de déclenchement est égale, en 4 mn
général, à 1,15 fois l’intensité de réglage. 2 mn
Autrement dit le relais ne déclenche pas
1 mn
sous cette intensité de réglage que l’on peut
40 s
choisir égale à l’intensité à pleine charge.
En abscisse, il faut multiplier les valeurs de 20 s
0,8 à 10 par le courant du réglage du relais 10 s
thermique.
Exemple : Courant réglage Ir =3A ; on 4s
aura en abscisse 2,4 - 3 - 6 - 12 - 18 - 30A
2s
1s
0.8 s
0.8 1 2 4 6 10
3 La sélectivité des appareils de  courant de réglage (Ir).
protections :
C’est la coordination des dispositifs de coupures pour qu’un défaut, survenant en un point
quelconque du réseau, soit éliminé par le dispositif de protection (fusible, disjoncteur, relais…)
placé immédiatement en amont du défaut et par lui seul. L’intérêt principal de la sélectivité est
d’assurer la continuité de service.

3.1 Niveau de sélectivité :
Sélectivité totale : si seul le dispositif de protection immédiatement en amont du défaut réagit.
Sélectivité partielle : si selon l’emplacement du défaut un ou plus parmi les dispositifs de
protection en amont du défaut réagissent.

3.2 types de sélectivité :
La sélectivité peut se baser sur le paramètre temps (sélectivité chronométrique) ou sur le
paramètre intensité du courant de défaut (sélectivité ampérométrique).

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
26

Exemple :
t
Pour la même valeur du courant I1 le disjoncteur D1 D1
agit avant que D2 se rend compte ; donc sélectivité
chronométrique. t2
D2
D2 Pour la valeur de courant I2,
D1 réagit immédiatement (relais t1
magnétique) mais D2 ne réagit
pas. Sélectivité ampérométrique.

D1 Lorsque la sélectivité concerne
deux dispositifs en série elle est
dite verticale, s’ils sont parallèles
elle est dite horizontale. I1 I2 In

3.3 Dispositif différentiel résiduel DDR :

 Sensibilité :
Le seuil de sensibilité In du dispositif différentiel doit être tel que In < UL/RA (RA : résistance
des prises de terre des masses d’utilisation et UL la tension limite de sécurité).

Exemple :
Dans des conditions normales UL = 50 V et si RA = 50   In = 1A
Cette sensibilité protège contre les défauts d’isolement ( biens ) et les contacts indirects, mais dans
le cas d’un contact direct avec une phase, la protection des personnes impose In  30mA.

 Déclenchement :
Le déclenchement des DDR peut être instantané ( 20 ms ), sélectif type S ( 50 ms ), ou retardé (
0.3s, 1s, 3s ).
 Sélectivité différentielle :
La sélectivité ampère métrique est assurée si la sensibilité amont est au moins le double de celle
aval.
La sélectivité chronométrique est assurée si le temps d’ouverture du circuit amont est supérieur à
celui aval.

Exemple :
1A
Sélectivité ampérométrique : 1A > 2x 300 mA ; Retardé 1s
300mA > 2 x 30 mA.

Sélectivité chronométrique : 1s > 50 ms > 20 ms.
300 mA
Type S

30 mA 10 mA
inst inst

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
27
Remarque :

Un dispositif différentiel fonctionne de façon certaine pour tout courant de défaut d’intensité
supérieure à In, ne fonctionne pas pour tout courant de défaut d’intensité inférieure à In/2.
Toutefois, Son fonctionnement entre In/2 et In reste possible.

In/2 In

Non fonctionnement F. probable F. certain

4 Appareillage de commande :

4.1 Contacteur :
Le contacteur permet d’établir ou interrompre le courant dans
un récepteur. Il est commandé par une bobine alimentée en
continu ou en alternatif. Il est tripolaire ou tétra polaire. Des
contacts auxiliaires peuvent lui êtres ajoutés. Un contacteur est
souvent utilisé accompagné d’un relais thermique pour éviter
les surcharges et un sectionneur porte fusible pour protéger
contre les court-circuits.

4.2 Sectionneur :
Le sectionneur permet d’isoler un circuit en absence de
tension. Il permet parfois de protéger contre les court-
circuits lorsqu’il est équipé de fusibles.

5 Conclusion :
L’étude des divers appareillages nous permettra lors de l’étude des installations électriques de
choisir ceux convenables en fonction de nos exigences.

Cours électricité générale- MI2 CH III Appareillage de commande et de protection
28

CH IV : LES INSTALLATIONS INDUSTRIELLES

1 Introductuion :

Le moteur asynchrone qui est le moteur de base de l’industrie actuelle convient surtout
pour les commandes à vitesse constante. Sa mise en vitesse, au moment du démarrage, est liée à
la surintensité admissible par l’installation électrique, au couple nécessaire à la machine entraînée,
et à la durée de démarrage admissible. On présente dans ce cours les solutions les plus employées.

Dans ce qui suit, on utilisera un moteur dont toutes les extrémités des enroulements sont
sorties sur la plaque à bornes :

L1 L2 L3 L1 L2 L3 L1 L2 L3
u v w u v w u v w

z x y z x y z x y

a) Plaque à bornes b) Couplage Y c) Couplage 

On utilise un moteur dont la tension de couplage triangle correspond bien à celle du réseau :

Réseau 220V / 380 V & Moteur 220V / 380 V :

La tension nominale admissible par un enroulement est celle correspondant au couplage
triangle soit 380 V. Dans le cas d’un couplage étoile deux enroulements en série sont soumis à
cette même tension, soit 220 V pour chacun.

Le réseau triphasé de la STEG est un système de tensions triphasées équilibré. Les tensions
2
sont déphasées l’une par rapport à l’autre de :
3

v1 (t )  Vm sin t 
 2 
v 2 (t )  Vm sin  t  
 3 

v3(t )  Vm sin  t 
4 

U V 3
 3 

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
29
Il en est de même pour les tensions composées :

 
u12 (t )  v1  v 2  Vm 3 sin  t  
 6

 5 
u 31 (t )  v3  v1  Vm 3 sin  t  
 6 

 
u 23 (t )  v 2  v3  Vm 3 sin  t  
 2

Inversion du sens de rotation :

La force magnétomotrice tourne toujours dans le sens v1, v2, v3 qui sont reliés respectivement
aux bobinages b1, b2, b3. Si on permute deux phases, la force magnétomotrice suit les tensions.
b1,v1 b1,v1
b3,v3 b2,v2 b3,v2 b2,v3

b2,v2 b3,v3 b2,v3 b3,v2

b1,v1 b1,v1

La force magnétomotrice ignore donc la géométrie, elle dépend uniquement de l’ordre de
succession des phases qui lui donnent naissance. Il en résulte donc pour inverser le sens de
rotation d’un moteur triphasé il suffit de permuter deux phases quelconques.

2 Démarrage direct :
2.1 Principe :

Ce type de démarrage est réservé aux moteurs de faible puissance devant celle du réseau, ne
nécessitant pas une mise en vitesse progressive. Le couple est énergique (1.5 à 2 CN), l’appel de
courant est important (4 à 8 fois le courant nominal). Ce mode est plutôt destiné au moteur
asynchrone à rotor à cage. Les enroulements du stator sont couplés directement sur le réseau.
Le distributeur d’énergie électrique impose une limite en puissance sur les moteurs
démarrant en direct et ce pour ne pas perturber le réseau.

2.1.1 Démarrage manuel :

Le démarrage manuel n’est plus utilisé actuellement. Le démarrage d’une pompe pour un puit se
fait de façon semi-automatique ! Le principe se base sur un interrupteur tripolaire pour le cas
d’un seul sens de marche et d’un interrupteur inverseur tripolaire pour deux sens de marche. Ces
modes ont laissé maintenant la place aux démarrages semi-automatiques et automatiques
moyennant des contacteurs et des relais temporisés et aux variateurs de vitesse qui répondent
aujourd’hui aux exigences des industriels.

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
30
L1 L2 L3 L1 L2 L3

Q1 Q1

Q2
Q2

u v w u v w
M M M M
3 ~ 3 ~ 3 ~ 3 ~

Fig 1 : procédés de démarrage manuels

2.1.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :

Ce type de démarrage utilise le contacteur comme élément de distribution
d’énergie. La commande du contacteur se fait par un circuit auxiliaire et
généralement distant du moteur.

L1
Q1

F1
F2

S1

S2 KM11

M KM1
3 ~

Fig 2 : démarrage un seul sens de marche

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
31
2.1.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :

L1 L2 L3

L1
Q1 Q1

F1
F2
KM1 KM2
S1

S2 KM11 S3 KM21

F2
M KM22 KM12
3 ~ u v w
KM1 KM2
M
3 ~

Pour l’inversion du sens de marche il suffit d’intervertir deux phases. Dans ce cas un
verrouillage mécanique et indispensable pour éviter un court-circuit entre les phases
inversées.
2.2 Avantages :
- Simplicité de l’appareillage.
- Couple important.
- Temps de démarrage court.
2.3 Inconvénients :
- Appel du courant important
- Démarrage brutal
3 démarrage étoile - triangle ( y- ).

3.1 Principe :

Ce procédé ne peut s’appliquer qu’aux moteurs dont toutes les extrémités d’enroulement sont
sorties sur la plaque à bornes, et dont le couplage triangle correspond à la tension du
réseau. Le démarrage s’effectue en 2 temps.

Ce type de démarrage est réservé aux machines démarrant à vide ou dont le couple résistant est
faible. Comparé au couplage triangle, l’intensité de démarrage est divisée par 3, mais le
couple de démarrage aussi (proportionnel au carré de la tension d’alimentation des
enroulements).

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
32

U U
I u v w I
u v w

Z Z Z U 3 Z Z Z U

x y z
x y z J

Etoile Triangle

U
U U
I 3
J IJ 3 3
Z Z Z

3.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :
3.2.1 Circuit de puissance :

Démarrage en 2 temp
M 1 : fermeture de KM1
3 ~ 2 : ouverture de KM2
fermeture de KM3

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
33
3.2.2 Circuit de commande :

L1
Q1

F1
F2

S1

S2

KM11
KM12 KM21

KM31 KM22

KM2 KM3 KM1

1
S1
0
1
0 S2
1
0 KM
1 2
0
1 KM
0 1
1
0 KM

Equations :

KM 1  Q1  F 2  S1  S 2  KM 21  KM 11 

KM 2  Q1  F 2  S1  S 2  KM 11  KM 21   KM 12  KM 31

KM 3  Q1  F 2  S1  S 2  KM 21  KM 11   KM 2 2  Q1  F 2  S1  KM 11  KM 2 2

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
34
3.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :
3.3.1 Circuit de puissance : L1 L2 L3

Q1

KM1 KM2

F2

u v w
M KM4
M 3 ~
3 ~
z x y
KM3

3.3.2 Circuit de Commande :
L1
Q1

F1
F2

S1 KM13 KM23

S2 KM11 S3 KM21
KA12 KM31 KA11

KM22 KM12 KM41 KM32

KM1 KM2 KM3 KM4 KA1

Equations :
KM 1  Q1  F 2  S1  S 2  KM 11   KM 2 2
KM 2  Q1  F 2  S1  S 3  KM 21   KM 12
KM 4  Q1  F 2  KM 2 3  KM 13   KM 31  KA11   KM 32
 Q1  F 2  KM 2 3  KM 13   KA11  KM 3 2
KM 3  Q1  F 2  KM 2 3  KM 13   KA12  KM 4

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
35

KA1  Q1  F 2  KM 2 3  KM 13   KM 31  KA11 
3.4 Avantages :
- Appel de courant en étoile réduit au tiers de sa valeur en direct
- Faible complication d’appareillage.
3.5 Inconvénients :
- Couple réduit au tiers de sa valeur en direct
- Coupure entre les positions étoile et triangle d’ou apparition de phénomènes
transitoires
3.6 Application :
On désire commander un moteur asynchrone en étoile – triangle 1 seul sens. Pour
adoucir le passage de l’étoile au triangle on utilise des résistances en série avec les
enroulements statoriques au début du couplage triangle. Elles seront court-circuitées
par la suite.
On demande :
 Donner le schéma fonctionnel.
 Établir le circuit de puissance.
 Donner le circuit de commande.

4 démarrage à resistances statoriques.
4.1 Principe :

C’est une mise temporaire d’un ou plusieurs groupes de résistances en série avec le stator. Ce type
de démarrage a des caractéristiques comparables au démarrage étoile - triangle. Il n’y a pas de
coupure de l’alimentation du moteur entre les temps de démarrage. Ce démarrage peut se faire en
plusieurs temps suivant la puissance du moteur.

4.2 Démarrage semi-automatique, un sens de marche :
4.2.1 Circuit de puissance :

M
3 ~

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
36
4.2.2 Circuit de commande :

L1 L1
Q1 Q1

F1 F1
F2 F2

S1 S1

S2 KM11 KA1 S2 KM1 KA1 KM21

KM1 KA KM2 KM1 KA KM2 KM3

a) Cas d’un seul groupe de a) Cas de deux groupes de résistances
résistances

4.3 Démarrage semi-automatique, deux sens de marche :
4.3.1 Circuit de puissance :

r L1 L2 L3
I
r+R2
Q1

r+R2+R1
KM1 KM2

N KM3
R1

r R2 KM4
C r+R2

r+R2+R1
F2
u v w

M M
3 ~ 3 ~

N

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
37
La tension appliquée aux bornes du moteur ne reste pas constante pendant le temps
d’accélération. L’intensité maximale se situe lors de la mise sous tension, puis elle diminue Id =
4,5 In. Le couple initial est relativement faible pour une pointe de courant assez importante . Cd
= 0,75 Cn

4.3.2 Circuit de commande :

L1
Q1

F1
F2

S1 KM13 KM23

S2 KM11 S3 KM21
KA11 KM31

KM22 KM12

KM1 KM2 KM3 KA1 KM4

Equations :
r+R1+R2 r+ R2 r M

KM 1  Q1  F 2  S1  S 2  KM 11   KM 2 2 1
S1
0
1
KM 2  Q1  F 2  S1  S 3  KM 21   KM 12
0 S2
1
KM 3  Q1  F 2  KM 2 3  KM 13   KA11 0 KM
1 1
KM 4  Q1  F 2  KM 2 3  KM 13   KM 31 0
1 KA1
0
KA1  Q1  F 2  KM 2 3  KM 13  1 KM
0 3
Avec r c’est la résistance du stator.

4.4 Avantages :

Le couple moteur est croissant pendant un démarrage plus progressif résultant de la réduction de
la tension d’alimentation causée par l’appel du courant qui reste important.

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
38
4.5 Inconvénients :

L’appel du courant plus important qu’en étoile-triangle : 4 à 5 fois le courant nominal. Le couple
de démarrage est diminué par rapport au démarrage direct.

4.6 Emploi :

Ce mode convient aux machines dont le couple de démarrage est plus faible que le couple
nominal.

5 démarrage à resistances rotoriques.
5.1 Principe :

On utilise obligatoirement un moteur asynchrone triphasé a rotor bobiné en étoile avec
sorties sur trois bagues. Le stator est soumis à pleine tension alors que le rotor est excité à
travers des groupes de résistances en série avec les bobinages rotoriques pendant le
démarrage, puis sont court-circuités. Le courant de démarrage est limité, sans que le couple
soit réduit.

5.1.1 Circuit de puissance :

L1 L2 L3

Q1

KM1 KM2

F2
u v w
M M
3 ~ 3 ~

KM3
R’

R
KM4

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
39
Cmax et Cmin sont fixés par le cahier des charges, g2 et g3 sont déterminés sur la caractéristique
" naturelle " du moteur. Connaissant la valeur de la résistance du bobinage rotorique r, on
détermine les valeurs des résistances de démarrage R et R’.

Le courant absorbé est sensiblement proportionnel au couple fourni ou très peu supérieur.

EX : Pour un couple de démarrage Cd = 2,5 Cn. L’intensité sera sensiblement de 2 In Id < 2,5
In. On obtient fréquemment des couples de démarrage égaux à 2,5 fois le Cn sans surintensité
excessive. On peut encore réduire la surintensité en augmentant le nombre des temps de
démarrage. Cd < 2,5 Cn.

5.1.2 Circuit de commande :

Le circuit de commande est le même que celui de démarrage statorique.

L1
Q1

F1
F2

S1 KM13 KM23

S2 KM11 S3 KM21
KA11 KM31

KM22 KM12

KM1 KM2 KM3 KA1 KM4

5.2 Avantages :

- L’appel de courant est pour un couple de démarrage donné le plus faible par rapport à
tous les autres modes de démarrage.
- Possibilité de choisir par construction, couple et le nombre de temps de démarrage.

5.3 Inconvénients :

- Nécessité d’un moteur à rotor bobiné.
- Equipement plus cher

Cours électricité générale- MI2 CH IV Les installations Industrielles
40

CH V : REGIMES DU NEUTRE

1 Schémas de liaison à la terre (SLT) :

1.1 Évolution du besoin :
Aujourd’hui les 3 SLT, longtemps appelés régimes du neutre tels que définis par les normes CEI
60364 et NF C 15-100, sont :
 la mise au neutre -TN- ;
 le neutre à la terre -TT- ;
 le neutre isolé (ou impédant) -IT-.
Ces trois schémas ont une même finalité en termes de protection des personnes et des biens : la
maîtrise des effets des défauts d’isolement. Ils sont considérés comme équivalents sur le plan de
la sécurité des personnes contre les contacts indirects.
Il n’en est pas nécessairement de même pour la sûreté de l’installation électrique BT en ce qui
concerne :
 la disponibilité de l’énergie ;
 la maintenance de l’installation.

1.2 Défauts d’isolement :
Pour assurer la protection des personnes et la continuité d’exploitation, les conducteurs et les
pièces sous tension d’une installation électrique sont « isolées » par rapport aux masses reliées à la
terre.
L’isolement est réalisé par :
 l’utilisation de matériaux isolants ;
 l’éloignement qui nécessite des distances d’isolement.
Un défaut d’isolement est :
 soit de mode différentiel (entre conducteurs actifs) et devient un court-circuit ;
 soit de mode commun (entre conducteurs actifs et masse ou terre), un courant de défaut -
dit de mode commun, circule alors dans le conducteur de protection (PE) et/ou dans la
terre.
Les SLT en BT sont essentiellement concernés par les défauts de mode commun dont
L’occurrence la plus forte se situe au niveau des récepteurs et des câbles.

1.3 Risques associés aux défauts :
Un défaut d’isolement, quelle que soit sa cause, présente des risques pour :
 la vie des personnes ;
 la conservation des biens ;
 la disponibilité de l’énergie électrique ;

Cours électricité générale- MI2 CH V Les Régimes du neutre
41
1.3.1 Risque d’électrisation des personnes :

C’est le courant en valeur et en durée, traversant le corps humain (en particulier le cœur), qui est
dangereux.
En BT la valeur de l’impédance du corps, (dont une composante importante est la résistance de la
peau), n’évolue pratiquement qu’en fonction de l’environnement (locaux secs et humides, et
locaux mouillés). Pour chacun des cas, une tension de sécurité (tension de contact maximale
admissible pendant au moins 5 s) a été définie ; elle est appelée tension limite conventionnelle UL
dans la norme CEI 60479.
Les normes CEI 60364 § 413.1.1.1 et NF C 15-100 précisent que si la tension de contact Uc
risque de dépasser la tension UL, la durée d'application de la tension de défaut doit être limitée
par l’intervention des dispositifs de protection.

Fig 1 : Durée maximale de maintien de la tension de contact selon la norme CEI 60364.

Fig 2 : zones temps/courant des effets du courant alternatif (15 Hz à 100 Hz) sur les
personnes selon la norme CEI 60479-1.

Cours électricité générale- MI2 CH V Les Régimes du neutre
42
1.3.2 Risque d’incendie:
Ce risque, lorsqu’il se matérialise, peut avoir des conséquences dramatiques pour les personnes et
les biens. Bon nombre d’incendies ont pour origine un échauffement important et ponctuel ou
un arc électrique provoqué par un défaut d’isolement. Le risque est d'autant plus important que le
courant de défaut est élevé. Il est également fonction du degré du risque incendie ou explosion,
des locaux.

1.3.3 Risque de non disponibilité de l’énergie :
La maîtrise de ce risque prend de plus en plus d’importance. En effet si, pour éliminer le défaut,
la partie en défaut est déconnectée automatiquement, il en résulte :
 un risque pour les personnes, par exemple :
 manque subit d’éclairage,
 mise hors service d’équipements utiles à la sécurité ;
 un risque économique du fait de la perte de production.

2 Régime TT :
Le neutre de l’installation est directement relié à la terre.
Les masses de l’installation sont aussi reliées à la terre.
Cette solution est celle employée pour les réseaux de distribution basse tension. Aussitôt qu’un
défaut d’isolement survient, il doit y avoir coupure : C’est la coupure au premier défaut.

Id

N PE

Ud
Rb Ra

3 Régime IT :
Dans le régime de neutre isolé :
- Le neutre est isolé de la terre ou relié à la terre par une impédance élevée.
- Les masses sont reliées à une prise de terre.
Un premier défaut n’est pas dangereux, mais il doit être recherché et éliminé. Un deuxième défaut
peut être dangereux s’il résulte d’un second conducteur actif : court-circuit à travers le
conducteur de protection.

Cours électricité générale- MI2 CH V Les Régimes du neutre
43

Id

N PE
Contrôleur Limiteur de
permanent surtension
d’isolement Ud
Rb

4 Régime TN :
Le neutre de l’alimentation est mis à la terre et les masses sont reliées au neutre ; Ainsi, tout
défaut d’isolement est transformé en un défaut entre phase et neutre soit un court- circuit dont la
valeur est limitée par l’impédance des câbles.
Schéma TN-C : Le conducteur neutre et de protection électrique sont en communs.
Schéma TN-S : Le conducteur neutre est séparé du conducteur de protection électrique.

Id

PEN N
TNC
Ud TNS
Rb

Cours électricité générale- MI2 CH V Les Régimes du neutre
Bibliographie

[1] LARGEAUD Hubert. 2002. Le schéma électrique. Paris : Edition Eyrolles. 450 p.

[2] Collection. 2002. Electrotechnique : Equipements et installations électriques. Paris :
Edition Delagrave. 207 p.

[3] NEY Henri. 2004. Technologie d’électrotechnique Tome 1. Paris : Edition Nathan
technique. 320 p.